journal du GWCR n°3 - 2020

Page 1

Le Journal

Septembre 2020


Goldwing Club Romandie - Le Journal Prix : Est compris dans l’inscription au Club pour les membres actifs, motards et sympathisants. Peut être distribué gracieusement à titre de publicité. Le prix pour une année ou 4 parutions est de : Page entière fr. 250.— Demi-page fr. 180.— Quart de page fr. 100.— Diffusion : Environ 60 exemplaires imprimés par numéro. Le site Internet, où les journaux sont lus, dépasse ce jour le million, trois cent mille visiteurs. Adresse de la rédaction : Anne-Lise Jacquier Natel : 079 466 38 45

E-mail : redacteur@gwcr.ch

Divers : Les dessins et photos non originaux ainsi que les extraits d’articles, le sont à titre de publicité par leurs auteurs. Les articles rédigés par leurs auteurs n’engagent que leur responsabilité personnelle et non le Club, le comité ou la rédaction. La rédaction, en accord avec le comité, peut, en certaines circonstances, censurer des articles ou passages d’articles jugés tendancieux ou injurieux. Dans la mesure du possible, les articles reçus après la date limite ci-dessous apparaitront dans le numéro suivant : Dates de sortie ; fin mars, juin, septembre, décembre


Président Christophe Berguer 079 / 127 07 83 president@gwcr.ch

Vice-Président Michel Roulin 079 / 596 92 72 vicepresident@gwcr.ch

Secrétaire Steve Puidoux 079/ 588 74 76 secretaire@gwcr.ch

Trésorière Solange Guigoz 078/ 878 29 30 comptable@gwcr.ch

Webmaster Christophe Colas +33 675 01 19 65

Rédactrice Anne-Lise Jacquier 079 / 466 38 45 redacteur@gwcr.ch

cricricamera@wanadoo.fr

Délégué Vaud Pierre-André Mornod 079 / 469 23 59 delegue-vd@gwcr.ch

Délégué Valais Yolande Corminboeuf 079 / 442 04 10 delegue-vs@gwcr.ch

Délégué Berne Philippe Gavillet 079 / 681 92 54 delegue-be@gwcr.ch

Délégué Jura Eric Woestelandt 079 / 344 69 17 delegue-ju@gwcr.ch

Délégué Genève Eric Lechaire 079 / 214 91 59 delegue-ge@gwcr.ch


La bafouille du Zident Bonjour à toutes et à chacun.

Ouffffffff……….. Enfin nous l’avons faite notre AG 2019. Quel plaisir d’avoir pu enfin nous revoir, nous parler, partager…. Nous allons maintenant pouvoir repartir d’un bon pied et faire avancer notre club. Les décisions prises lors de cette dernière AG étaient difficiles mais nécessaires. Merci à vous tous de vous être exprimés et ainsi nous permettre de tourner la page. Je tiens à remercier les membres qui se sont annoncés et qui ont été élus pour rejoindre notre comité. Je leur souhaite la bienvenue et je me réjouis de travailler avec eux. Malgré tout, le comité a toujours besoin de vous. Vos propositions, remarques et vos diverses organisations de sortie, balades et autres restent les bienvenues. N’hésitez pas à nous les communiquer. Le week-end du 21 au 24 mai 2021 se tiendra la TFG 2021 en remplacement de celle de 2020. Je vous encourage à vous y inscrire, l’ambiance promet d’y être « atomique ». Plus d’infos vous seront données d’ici la fin de l’année. La saison n’est pas finie donc je vous souhaite de belles balades et encore bien des kilomètres sur vos machines.

Salutations à vous toutes et tous.

Christophe (Kiki) Berguer


Rdv à 08h00 pour la visite de la caserne d’Echallens, sous un beau ciel bleu, lieu de travail de Jean-Luc avec café et croissants proposés par Jonathan Schopfer (Vision des saveurs) avec la complicité de Johan pour aider Jean-Luc aux explications via 2 groupes.

Départ aux alentours de 10h00 pour l’Hôtel de la Truite en passant par Cudrefin pour une petite pause. Les Martin nous y rejoignent. Au total 24 personnes et 16 motos ( Goldwing, BMW, Canam, quad, yamaha, honda) Sylvie Granger et Martine Baehler nous ont suivi en « L », bravo mesdemoiselles !


Deux éventuels nouveaux membres Hervé et sa femme qui nous ont rejoint pour tester l’esprit motard de notre club. Nous devons malheureusement déplorer 3 membres qui manquent à l’appel sans mot d’excuse. Traversée de plusieurs villages, en passant par le bord du lac, la forêt ; mille paysages s’offrent à nous pour le plaisir de nos yeux. Anne-Lise et plusieurs motards ont même aperçu des cigognes et des mouettes qui suivaient un tracteur labourant un champ à Vallon/Fribourg ! Arrivée au restaurant de la Truite à Champ-du-Moulin, accueil très sympa, cuisine top, tout le monde a l’air content. En dessert un parfait du Vallon excellent pour reprendre la route. Une chouette équipe, les égos étant restés à la maison seul le plaisir de rouler et d’être ensemble restait. Petit arrêt à Noiraigues pour prendre en photo le Creux-du-Van, le temps ne nous permettant pas d’y aller. C’était soit on mange, soit on y va.


Au retour, juste avant Fleurier, un orage nous a stoppé dans notre périple. Nous nous sommes abrités sous une station d’essence, certains se sont équipés.

Après la pluie... une accalmie


. Repris la route par le col des étroits et Mauborget où la tour panoramique de la Grand’Vy, malgré le temps, nous invitait à monter. Seuls plusieurs courageux ont fait l’effort.

Reprise de la rentrée direction Grandson pour le Cercle de la Voile pour un verre de fin pour une journée qui s’est avérée magnifique malgré les aléas de la météo. Et comme dit un ancien, la sortie n’est pas parfaite s’il n’y a pas un peu de pluie. Pour le coup, nous avons été servis ! Merci à tous d’avoir participé à la réussite de cette 2e sortie du 1er août. Vos dévoués Jean-Luc et Isabelle



Carnets noirs Le 27 juin 2020, nous apprenons avec tristesse le départ de Jean Junique, dit "Le Papy" à 91 ans, doyen de notre club et membre actif depuis 1993

N’ayant pas eu le plaisir de connaitre Le Papy, c’est avec l’aide d’Yves Martin, ancien président du GWCR, que je relate quelques magnifiques anecdotes que me présente ce dernier, avec beaucoup d’émotion et de respect. Le Papy personnifiait l’image de quelqu’un d’investi pour ses idées. Une personne engagée pour ses passions. Le logo du GWCR était représenté par un tatouage sur l’un de ses avant-bras. Le tatouage de l’autre avant-bras représentait le logo du Gold Wing Club France, Jean étant Français, il arborait également avec fierté les couleurs de sa région Rhône-Alpes. Chemise en jeans, bretelles, il était fier de piloter sa "cathédrale" comme la surnommaient ses amis. Un side-car GoldWing 1100cc bleu pailleté, qui prenait l’eau partout, dont les multiples accessoires et décorations auraient fait bien des envieux ! Puis il a continué son parcours de motard au guidon d’un side-car 1500cc bleu clair, et lorsqu’il pleuvait, Charlotte, son épouse de toute une vie, pouvait enfin voyager au sec, ou presque…


Pour son anniversaire, Benoit Mathiot organisa une sortie du GWCR, sur Annonay-Davézieux, afin de rencontrer et féliciter chaleureusement notre Papy pour ses 85 ans. A cette occasion, les membres du GWCR ont été chaleureusement reçus chez Jean et Charlotte et ont suivi attentivement les explications détaillées et aussi l’habileté avec laquelle son cher Jean, plombier de métier, a installé des circuits dirigeant l’eau de pluie dans ses jardins potagers (cette dernière ne comportant ni calcaire, ni bactéries, etc…) en fait, une irrigation pleine d’ingéniosité, qui faisait penser au Doc, oui, souvenez-vous; le film "Retour vers le futur"… avec ses beaux cheveux blancs en bataille et brillants, notre Papy en avait magnifiquement le look et la virtuosité par ses travaux… La journée s’est poursuivie par une très agréable soirée au restaurant, celuilà même qui était le rendez-vous périodique du Club Rhône-Alpes… Jean et Charlotte, invités par les membres du GWCR présents, furent très heureux de cette surprise… Le temps passa, il envoyait chaque année un pli pour nous souhaiter la bonne année, car il n’oubliait jamais le GWCR… …et le GWCR ne l’oubliera pas.


Laurent Germanier, né le 29.10.1960 La flamme de son cœur brusquement s’est éteinte, En nous laissant de lui la plus belle des empreintes, Celle que nous garderons toujours dans nos cœurs, En nous rappelant chaque jour nos années de bonheur. A.R.

Notre ami Laurent, membre du GWCR pendant plus de 10 ans, a occupé le poste de vice-président, après celui des commandes/ventes et gestion des articles de la boutique. D’un naturel gai, souvent drôle, toujours prêt à rendre service, Laurent était quelqu’un de bonne compagnie, un peu rebelle, que l’on aimait retrouver dans les sorties du club, en ville ou à table, devant une fondue bourguignone de cerf, met qu’il affectionnait particulièrement…


Tu ne demeureras jamais en marge La continuité de ta famille se fait sans relâche Dans les cœurs, tu laisseras une trace Désormais, tu trouveras ta place… Une place où tu ne te sentiras moins en cage… Un nouveau départ pour toi Laurent La santé te fait tourner la page… Un nouvel horizon pour toi Laurent Tu te rends vers d’autres rivages… Ton fils Cédric



Rejoignez le GWCR ! Vous avez une moto récente, collector, transformée en robocop, peu importe ; si sur son permis de circulation figure le modèle "Goldwing", vous serez les bienvenus à notre club et elle recevra son petit verre d’huile moteur à l’apéro…



LA PANORAMECS La Panoramecs c’est quoi ? A quoi cela ressemble ? Pour moi c’était la première. Je pensais routes, amitiés, bonnes bouffes, bonnes rigolades. Bon !! Je suis inscris donc j’y vais. Le samedi matin, je me réveille de bonne heure pour ne pas être en retard et ne pas avoir à me stresser. Lavé de partout, parfumé de partout, je mets ma peau de mouton sur mon siège et me voilà parti. La veille, j’avais regardé la météo qui annonçait beau et chaud. Super !!! Cela va chauffer dans les pantalons (transpiration obligatoire). Je mets mon GPS en place dans mes oreilles, n’étant jamais allé chez Michel (Roulin organisateur de la Panoramecs) ; ayant loupé la dernière diligence pour Saint-Barthélemy, je dois absolument suivre cet animal électronique. L’autoroute libre, je fonce sur ma fidèle monture et j’y arrive sans souci. Je suis accueilli par la maîtresse de maison qui m’attend très gentiment avec un grand sourire. Il y a déjà plusieurs machines (stupeur !! que des Golds). Isabelle m’accompagne jusqu’à leur jolie maison. Sur la terrasse, il y a là sept des neuf participants avec moi cela fait huit. Qui manque-til ? Ah !!! Oui il manque Serge, qui arrive quelques minutes plus tard, fort désappointé, ayant eu des soucis avec sa moto : je n’approfondirai pas, mais en tout cas, je ne vous conseille pas d’aller chez le concessionnaire où il a été. Nous sommes reçus comme des rois : croissants, jus d’orange ou autre, café, etc, etc. Mieux que dans un 5 étoiles. Après quelques considérations générales, le signal du départ est donné. Chacun se rend à sa machine. Nous nous équipons des fanions arrières et bandeaux avant au logo du club. Ce qui induit forcément de faire LA PHOTO. Bien, ceci étant fait, nous voilà parti direction Echallens. Michel passe en tête, Laurent fermant le convoi : rythme soutenu mais tranquille. On traverse la ville, et nous prenons la direction de Moudon, puis Romont.


Après Romont, nous faisons une petite pause. Michel s’assure que tout le monde va bien, surtout que quelques minutes avant nous avions vu une Ducati qui avait labouré les accotements de la route ; machine en mauvais état, mais le pilote debout. Une petite cigarette et nous voilà reparti. La chaussée est bonne, pas trop de monde sur la route. On passe Bulle direction Fribourg ; à Riaz nous nous dirigeons vers Marsens, Le Brie et Fribourg. La route est vraiment bonne, souvent refaite. Nous traversons Fribourg et nous descendons dans la vielle ville. Les gens qui nous voient passer sont très surpris par nos montures, certains font même des photos à notre passage. Nous suivons Michel qui se dirige vers le fond de la ville basse. Et là !! nous arrivons dans les Gorges du Gottéron. C’est un lieu vraiment incroyable, d’une profondeur, d’une beauté sauvage. Nous nous dirigeons vers le fond de la gorge. Une petite route avec un bon revêtement où les promeneurs et les véhicules cohabitent avec bonheur. Un parking s’ouvre à nous, chacun s’arrête.

Nous pouvons aller voir la pisciculture qui se situe à quelques minutes de là. Pour ceux qui n’ont pas l’envie, ou la possibilité de le faire, il y a


un restaurant qui nous tend les bras. Donc, certains vont se promener et d’autres se jettent sur la chope de panaché. Cela ne devait pas être très loin car nous sommes vite rejoints par les promeneurs. L’apéro est bienvenu. Sur une terrasse en contrebas de la route, à part le bruit de l’eau et de nos rires, c’est le calme complet. Après l’apéro on redémarre, direction le repas de midi. Michel nous a choisi un restaurant sur une vielle place de la basse ville. Il nous avait dit auparavant que lorsque nous arriverions, le patron du lieu lui avait dit de faire du bruit lors de notre arrivée : loupé, le klaxon ne répondait pas (pas grave). Le lieu est super, nous sommes à l’ombre. Le repas se présente bien. La carte est belle avec des choses qui font envie. Certains sont pizza, d’autres pâtes ou d’autres encore viande froide. Et, là ce que je trouve très sympa, c’est que nous prenons le temps de manger, nous communiquons avec une simplicité, un bonheur sûrement partagé par tous.

Après deux heures de joyeuses rigolades, il est temps de reprendre la route et nous ne loupons pas notre sortie : klaxons à fond, les


spectateurs qui photographient et le patron du restaurant qui apprécie qui fait des photos avec un plaisir non caché. Nous retraversons la vielle ville mais en haut erreur de parcours nous reprenons la même route qu’en venant. Bon ce n’est pas grave. Nous suivons le chef de file avec notre entrain habituel. En continuant notre parcours, nous enfilons les kilomètres et nous passons par le centre-ville de Romont que beaucoup de personnes ne connaissaient pas. Ensuite, nous faisons une pause au même endroit que le matin. Pause cigarette pour certains ou essence pour d’autres. Après Romont, direction Châtel Saint Denis, la route est toujours bonne. Le temps est chaud, certains des participants sont trempés sous les vestes. Yves est très souriant, il avoue que c’est la première fois qu’il participe à une sortie et qu’il fait le même trajet. Mais peu importe, le plaisir est là. Nous repartons direction Chatel Saint Denis. Puis Blonay, descente sur Vevey et montée sur Chardonne. Dans la montée, on s’arrête sur une aire de stationnement pour profiter d’un des plus jolis points de vue du monde. Pause apéro avec un petit rosé que Michel a gardé au frais.


Sur l’aire de repos, nous rencontrons un jeune couple très sympa avec qui nous trinquons dans une bonne ambiance. La bouteille est mise au frais dans la petite fontaine. Il n’y a qu’une chose qu’il ne faudrait pas oublier, c’est de surveiller la bouteille pour qu’elle ne passe pas dans le fond du bassin et ne se remplisse d’eau, ce qui limite la consommation du rosé. Nous refaisons le monde profitant du merveilleux panorama. Un bon moment après, il est temps de continuer notre trajet qui va nous mener à Forel au 66. Voilà, maintenant on passe aux choses sérieuses. Une petite panachée pour la mise en bouche. Nous ne sommes pas pressés pour le choix du menu. Je dois dire que je ne m’attendais pas à ce qu’il allait suivre durant ce repas et cette soirée. En effet après avoir commandé, attendu un petit moment, l’arrivée des hamburgers fut un grand étonnement : des hamburgers avec des chapeaux de couleur, bleu, jaune et rose qui firent de nombreux commentaires. Voilà tout se passait tranquillement quand on ne sait pas trop qui, mais il commença à raconter une histoire et ce fut un déferlement de blagues qui ont eu un effet des plus terrible. Je ne peux vous raconter toutes ces blagues mais je vous jure que je pleurais. Nous avons passé une soirée grandiose. Je dois ajouter que la serveuse était super sympa et très disponible. Une fois toutes les choses dites, il était temps de rentrer chez nous. Encore un grand merci à Michel qui a su organiser cette Panoramecs et à tous les participants qui se sont impliqués. Yves s’est proposé pour organiser l’année prochaine ce bel événement. Je me réjouis de participer avec un plaisir non dissimulé. Pour finir, je dirai que toutes mes attentes ont été atteintes et encore plus. Amitiés à toutes et à tous Michel Bonvoisin




Interview de Jean-Luc Baehler sapeur-pompier au SDIS Gros-de-Vaud La superbe balade GWCR organisée le 1er août par Isabelle et Jean-Luc a débuté par une visite de la caserne des pompiers d’Echallens. J’ai vu un local et du matériel si propres, alors qu’au fil du temps, plein de tuyaux et autres ustensiles de travail avaient obligatoirement dû tremper dans de l’eau, des boues, du gravier, de la suie, etc… ; j’ai également été impressionnée par le contenu des véhicules. Les nombreuses questions posées par les membres présents auquelles les explications, dont le côté technique a été abandonné au profit de notre compréhension, a suscité chez moi une envie de faire découvrir un homme simple, qui a fait de son professionnel une mise au service d’autrui.

• Jean-Luc, quelle a été l’influence qui t’a amené à être pompier ? C’était en 1989, je me suis inscrit aux pompiers de Lausanne, car en ce temps-là, il fallait payer une taxe non pompier et je me suis dit que je pouvais économiser quelques sous. Du coup, j’ai trouvé une vocation et ça fait 31 ans que je suis pompier. • Quel grade as-tu au sein de la caserne d’Echallens ? Je suis Capitaine, avec des différentes fonctions : ➢ Pompier permanent (professionnel) ➢ Chef d’intervention (CI) ➢ Responsable administratif (QM – quartier-maître) ➢ Chef du détachement de premier secours (64 personnes)


• Quels territoires ou secteurs couvrent tes interventions ? Le SDIS Gros-de-Vaud se trouve au centre du canton de Vaud, il intervient sur 21 communes, entre Etagnières au sud à Essertinessur-Yverdon au nord, de Peney-le-Jorat à l’est à Oulens-surEchallens à l’ouest.

• Quelles sortes d’interventions font intervenir le corps des pompiers ? ➢ Le feu ➢ Sauvetage de personne (ascenseur, aide au portage pour les ambulanciers, évacuation avec camion échelle.) ➢ Sauvetage d’animaux ➢ Inondation ➢ Pollution ➢ Technique • Comment gères-tu moto et travail professionnel ? Nous avons un système de planning qui est relié avec la centrale d’alarme des pompiers vaudois, qui nous permet de dire si on est disponible ou pas, de pouvoir s’absenter un moment, ce qui permet à d’autres collègues de nous remplacer ; nous avons aussi des tournus de permanence.


• Avez-vous des JSP ? combien ? de quel âge à quel âge ? ( Le jeune sapeur-pompier (JSP) est un jeune bénévole qui, montrant de l'intérêt pour les services de secours, s'initie en compagnie de pompiers volontaires.) Oui, une trentaine, de 10 ans à 18 ans. • Qu’est-ce que les Red Knights ? en fais-tu partie ? C’est un club international de motards constitué de sapeurspompiers en activité ou à la retraite et d’autres partenaires. Non, je n’en fais pas partie. • Nouveau matériel ? lequel ? Nous avons reçu 3 nouveaux véhicules : ➢ Une tonne pompe 2`000 litres lance perforante (COBRA)

➢ Véhicule modulaire (version berce), avec trois berces :


Module berce matériel

Module berce tuyaux

Module berce transport ➢ Transport de personnes et matériel (4x4)

Désormais, lorsque je verrai passer un camion-pompier, je ne dirais plus simplement ; - ho ! non ; un incendie quelque part ! mais rajouterai ; - Bravo à vous qui partez, sirènes hurlantes vers un potentiel danger. BRAVO et MERCI à toi Jean-Luc ainsi qu’à tous les membres des corps de pompiers sur qui nous pouvons compter en tout temps. Propos recueillis par la rédactrice



Issuu converts static files into: digital portfolios, online yearbooks, online catalogs, digital photo albums and more. Sign up and create your flipbook.