__MAIN_TEXT__

Page 1

© FFL

RAPPORT ANNUEL 2016


RAPPORT ANNUEL 2016

2 - Rapport annuel 2016


SOMMAIRE Préface La Fondation Organisation Projets de développement Activités en 2016 Finances Health is wealth Let kids be kids Education au développement Service volontaire de coopération Publications Remerciements

4 8 9 10 12 14 16 38 50 55 57 58

Rapport annuel 2016 - 3


En 2016, la Fondation Follereau a fêté son 50ème anniversaire. 50 ans, et autant d’années d’engagement, afin de préserver la dignité des personnes les plus démunies de la planète. 50 ans de lutte acharnée, pour dire NON aux injustices, NON à l’exclusion liée à l’ignorance et à la pauvreté, sous quelque forme que ce soit. 50 ans d’enthousiasme et de volonté, pour mener à bien chaque projet sur le terrain. 50 ans d’expérience, qui établissent la Fondation en tant qu’acteur fiable et majeur de la coopération luxembourgeoise. Cette solide expertise du terrain lui a permis de mettre en place un réseau de partenaires de confiance dans chaque pays d’intervention, avec lesquels elle entretient des échanges intenses au quotidien, en vue de garantir la pertinence et la bonne gouvernance de chaque projet. 50 ans d’évolution, qui l’amènent aujourd’hui à se tourner vers de nouveaux défis à relever, tant en termes de santé publique communautaire, qu’en termes d’aide à l’enfance en détresse. 50 ans ! L’occasion de faire le bilan et de poser les bases solides pour les années à venir en définissant une vision claire et précise pour le futur. Ce 50ème anniversaire marque le début d’une nouvelle programmation 20162020 dans une approche plus globale, grâce à des programmes intégrés plus complets. Autant d’argent engagé, davantage d’efficacité et de cohérence sur le terrain. L’accès à des soins de santé de base, et de qualité, est un facteur indispensable de développement d’un pays. C’est pourquoi cette problématique était au 4 - Rapport annuel 2016

© LG Magazine

PRÉFACE


Vivre, c’est aider à vivre. Raoul Follereau

cœur, cette année encore, des projets de la Fondation. Au total, au travers de 22 projets, la Fondation a touché plus de 300 000 bénéficiaires, par le soutien continu aux projets existants, ainsi que par, entres autres, la construction de 6 centres de santé de proximité, par l’agrandissement d’une polyclinique existante, et par 4 forages qui permettent de garantir l’accès à l’eau potable des populations. Afin d’atteindre les personnes les plus éloignées, 5 motos-ambulances ont également été fournies aux équipes locales. Cette nouvelle programmation maintient son soutien aux projets de lutte contre les maladies tropicales négligées, dont la lèpre fait partie, combat historique depuis 50 ans. Le programme “Let Kids Be Kids” vise quant à lui à venir en aide à l’enfance en détresse, ainsi qu’à soutenir la formation professionnelle, au travers de 14 projets qui permettent de (re)donner des perspectives d’avenir à plus de 23 000 bénéficiaires directs et indirects. Enfin, 50 ans de confiance et de générosité, qui lui ont permis, grâce à vous, de guérir et d’aider des centaines de milliers d’êtres humains. Ancrée au Luxembourg depuis ses débuts, la Fondation a toujours pu compter sur le soutien fidèle, tant du Ministère des Affaires Étrangères luxembourgeois, que de ses fidèles donateurs. Malgré le climat de repli sur soi observé en Europe, nous devons continuer à aider ceux qui, plus loin, ont toujours besoin de soutien. L’aide n’a pas de frontières. A l’heure du bilan, les enjeux restent grands, mais ensemble, nous serons à la hauteur. Nous comptons sur vous pour les 50 prochaines années. Jean Hilger Président de la Fondation Follereau Rapport annuel 2016 - 5


PRÉFACE L’année 2016 avait une résonnance toute particulière pour la Fondation Follereau, qui a fêté ses 50 ans d’existence. Un demi-siècle d’actions au service des plus démunis, et l’occasion de dresser un bilan. En 50 ans la Fondation a contribué à la prise en charge médico-sociale et à l’autonomisation de centaines de milliers de personnes dans le besoin. Force est de constater que de nombreux progrès ont été accomplis, en particulier dans le domaine de la lutte contre la lèpre ou encore de la scolarisation des jeunes filles. Pourtant, en 2016, les besoins étaient encore immenses : en proie aux frémissements géopolitiques, et à un taux de pauvreté persistant, un grand nombre de personnes sur le continent africain dépendaient encore de l’aide extérieure. Consciente de cette responsabilité vis-à-vis de nos semblables, la Fondation n’a pas relâché ses efforts et a engagé un processus de renouvellement afin de répondre au mieux aux besoins de ses bénéficiaires. Renouvellement et élargissement de l’équipe exécutive tout d’abord. Alors qu’une nouvelle direction bicéphale a repris la gestion du bureau, l’équipe s’est aussi agrandie afin de pouvoir mener à bien les nombreux projets de la 6 - Rapport annuel 2016


Fondation sur le terrain comme au Luxembourg. Composée actuellement de 12 personnes, l’équipe s’est affairée à sensibiliser davantage le public luxembourgeois sur les grands enjeux d’aujourd’hui, et le besoin toujours aussi criant de solidarité intercontinentale. Sur le terrain, la collaboration avec nos partenaires a été renforcée afin de s’assurer de la qualité et de l’impact des projets, et également afin de les multiplier. Renouvellement des actions sur le terrain et lancement de nouveaux projets en Afrique de l’Ouest qui se concentrent principalement sur deux thèmes: la santé communautaire publique et l’enfance en détresse. En 2016, la Fondation a démarré une nouvelle phase de projets dans ses secteurs d’intervention privilégiés, à savoir la promotion de la santé féminine, maternelle et infantile, la lutte contre les maladies tropicales négligées, mais aussi la formation professionnelle des jeunes en difficulté et l’aide à l’enfance en détresse. Sans vous, aucune de ces actions n’aurait été possible. C’est donc finalement le renouvellement de votre soutien qui fait toute la différence, et nous a permis de continuer une année de plus à agir en êtres solidaires. Merci à vous tous, donateurs et bénévoles, qui nous aidez à maintenir l’espoir et surtout, qui permettez à nos bénéficiaires de regarder l’avenir plus sereinement. Violaine Alves et Conny Reichling Chargées de direction de la Fondation Follereau

Rapport annuel 2016 - 7


© FFL

LA FONDATION La Fondation Follereau, fondée le 7 décembre 1966 à l’initiative de l’humaniste chrétien français Raoul Follereau (1903-1977), est une ONG, reconnue depuis 1984 comme « Etablissement d’Utilité Publique ». Lors de ses voyages en Afrique, Raoul Follereau a découvert les conditions de vie précaires de nombreuses personnes et, touché par la misère et l’exclusion des malades de la lèpre qu’il a rencontrés lors d’une de ses missions journalistiques dans le désert, a décidé de devenir “l’avocat des lépreux”. Sa devise altruiste « Personne n’a le droit d’être heureux tout seul » constitue encore aujourd’hui le leitmotiv des actions de la Fondation et donne, depuis bientôt 50 ans, des perspectives aux bénéficiaires de ses projets. Conformément à la pensée de Raoul Follereau, la Fondation travaille dans une indépendance d’esprit absolue par rapport à toutes opinions politiques, religieuses et sociales. 8 - Rapport annuel 2016


ORGANISATION La Fondation est dûment supervisée par son Conseil d’Administration, composé de 9 personnes : M. Jean Hilger (Président), M. Jos Hilger (Président d’honneur), M. Julio Nerin (Vice président), Mme Brigitte Bontemps, M. Georges Keipes, Mme Anne Majerus, M. Boubacar Niang, M. Jean-Luc Pauly, Dr. Jean Smit. Elle reçoit également les conseils avisés des membres de son Conseil étendu, MarieThérèse Ney et Monique Hermes.

© FFL

Le fonctionnement de la Fondation est quant à lui assuré par 12 collaborateurs dans les domaines de la gestion de projet, la finance, la comptabilité, les relations publiques et la sensibilisation.

Jean Hilger, président de la Fondation, lors de sa visite au Bénin, en novembre 2016. Rapport annuel 2016 - 9


PROJETS Depuis sa création, la Fondation Follereau s’engage dans la lutte contre la lèpre, l’exclusion liée à cette maladie, ainsi qu’à toute autre forme d’exclusion. Elle oeuvre en faveur des populations défavorisées des pays du Sud: Ses activités s’articulent autour de deux axes d’intervention :

LA SANTÉ COMMUNAUTAIRE & L’AIDE À L’ENFANCE EN DÉTRESSE Grâce à ses 50 années d’expérience en coopération, la Fondation est devenue un acteur fiable et solide au Luxembourg. Elle travaille en étroite collaboration avec le Ministère des Affaires Étrangères et reçoit un soutien régulier et très généreux du public luxembourgeois. 10 - Rapport annuel 2016


health is wealth + de 300 000 bénéficiaires 22 projets - 82% du budget AMÉLIORATION DE LA SANTÉ PUBLIQUE COMMUNAUTAIRE : Garantir l‘accès aux soins de base à tous, y compris les personnes les plus isolées. Ce champs d‘action s‘articule particulièrement autour de la santé maternelle et infantile, la lutte contre les maladies tropicales négligées et contre les mutilations génitales féminines.

let kids be kids + de 23 000 bénéficiaires 14 projets - 18% du budget AIDE À L‘ENFANCE EN DÉTRESSE : Offrir des perspectives d‘avenir aux jeunes défavorisés, les soustraire des circuits de trafic ou de la rue pour leur apporter un soutien psychologique, ainsi qu‘une formation professionnelle afin de leur garantir un avenir, tel est l‘objectif de ce 2ème champs d‘action de la Fondation. Rapport annuel 2016 - 11


MALI Nombre de projets : 9 Budget investi: 862 145.57€ 28.8% du budget global

BURKINA FASO

RÉP. CENTRAFRICAINE Nombre de projets : 2 Budget investi: 200 000.00€ 6.7% du budget global

Nombre de projets : 6 Budget investi: 541 755.58€ 18.1% du budget global

GUINÉE Nombre de projets : 1 Budget investi: 30 000.00€ 1% du budget global

CÔTE D’IVOIRE Nombre de projets : 2 Budget investi: 94 512.00€ 3.2% du budget global

TOGO Nombre de projets : 4 Budget investi: 240 709.87€ 8.0% du budget global

BÉNIN Nombre de projets : 10 Budget investi: 798 610.32€ 26.7% du budget global

MADAGASCAR RÉP. DÉM. DU CONGO

Nombre de projets : 1 Budget investi: 215 000.00€ 7.2% du budget global

12 - Rapport annuel 2016

Nombre de projets : 1 Budget investi: 10 026.00€ 0.3% du budget global


ACTIVITÉS EN 2016 9 pays 36 projets 2 axes d’intervention

Répartition des fonds versés en 2016 PAR PAYS

En 2016, la FFL a maintenu son soutien dans ses 9 pays d’intervention d’Afrique. La nouvelle programmation 2016-2020 a permis de regrouper plusieurs projets existants sous des programmes plus complets, en vue d’une approche globale de la santé pour plus d’efficacité sur le terrain. Cette année encore, le Mali, le Bénin et le Burkina Faso restent les bénéficiaires majeurs avec 73.6% du buget versé dans ces trois pays. En phase avec l’évolution des dernières années, le budget du Burkina Faso a été renforcé, afin de consolider et de développer, davantage encore, les programmes mis en place. Répartition des fonds versés en 2016 PAR AXE

Mali: 28.8% Bénin: 26.7% Burkina Faso: 18.1% Togo: 8% Rép. Dém. du Congo: 7.2%

Rép. centrafricaine: 6.7% Côte d’Ivoire: 3.2% Guinée: 1% Madagascar: 0.3%

Health is wealth: 2 446 181.87€ Let kids be kids: 546 577.47€ Rapport annuel 2016 - 13


FINANCES 4 579 963.22 €

RECETTES 2 544 319.45€

Cofinancement du MAE*: 55.55% Recettes diverses (Legs, sponsors, etc.): 21.82% Dons: 15.80% Participation du MAE* aux frais admnistratifs: 6.83%

999 341.25€ 723 532.06€ 312 770.46€

DÉPENSES

4 579 963.22 €

14 - Rapport annuel 2016 *MAE (Ministère des Affaires Étrangères)


Gestion financière responsable des dons Nous veillons à l’affectation responsable et transparente des fonds. Tous nos partenaires sont tenus de remettre régulièrement un rapport d’activités et financier, et les dépenses doivent être appuyées par des pièces justificatives. Ils sont également audités chaque année. Tous les projets et leurs budgets sont soumis à l’approbation et au vote du Conseil d’Administration.

CHAQUE ANNÉE, LE BUDGET ANNUEL DE LA FONDATION EST CONTRÔLÉ PAR LA SOCIÉTÉ D’AUDIT « GRANT THORNTON LUX AUDIT S.A. ». Voici l’avis sur les comptes annuels de 2016 : « A notre avis, les comptes annuels donnent une image fidèle du patrimoine et de la situation financière de LA FONDATION LUXEMBOURGEOISE RAOUL FOLLEREAU au 31 décembre 2016, ainsi que des résultats pour l’exercice clos à cette date, conformément aux obligations légales et réglementaires relatives à l’établissement et la présentation des comptes annuels en vigueur au Luxembourg. »

Sous la bonne gouvernance de notre représentant formel pour l’Afrique depuis 18 ans.

VOS DONS

Gestion au Luxembourg En collaboration avec nos partenaires dans chaque pays

Rapport annuel 2016 - 15


health is wealth 22 projets 82% du budget global

© FFL / T. Winn

+ de 300 000 bénéficiaires

GARANTIR L‘ACCÈS AUX SOINS DE BASE À TOUS, y compris les personnes les plus isolées. Ce champs d‘action s‘articule particulièrement autour de la santé maternelle et infantile, la lutte contre les maladies tropicales négligées et contre les mutilations génitales féminines. 16 - Rapport annuel 2016


Population : 17 467 108 Taux de fécondité : 6.8 enfants/femme Espérance de vie : 54.6 ans

MALI

PROGRAMME DE PROMOTION DURABLE DE LA SANTÉ FAMILIALE ET COMMUNAUTAIRE Le programme PRODUSAF-COM s’inscrit dans une approche intégrée globale des différentes problématiques qui peuvent contribuer à rendre plus accessible les soins de santé aux populations et rendre viable, performant et durable le processus de développement communautaire. Le programme s’attache principalement à identifier, avec l’aide de la communauté, des villages isolés et pour lesquels l’éloignement à un centre de santé est particulièrement important. La construction et l’équipement de CSCOM (Centre de Santé Communautaire), ainsi que la mise à disposition, en concertation avec les élus locaux, de ressources humaines, constituent ainsi un axe fort du programme. Parallèlement, la mise en place d’un comité de gestion et de suivi, permet l’appropriation communautaire du service et sa pérennisation organisationnelle et financière. En 2016, deux nouveaux centres de santé ont été construits, équipés et dotés de médicaments par le financement de la Fondation Follereau et en partenariat avec son partenaire local, l’AP-FFL. PARTENAIRE LOCAL : Association pour la Promotion de l’Idéal et des Activités de la FFL au Mali (APFFL Mali) BUDGET : 339 998,84 € - 2 PROJETS Rapport annuel 2016 - 17


PROMOTION DE LA SANTÉ FÉMININE, MATERNELLE ET INFANTILE DANS LE CERCLE DE KATI

[ Au Mali, près d’une femme sur deux accouche seule, sans l’aide de personnel médical qualifié* ] Au Mali, on estime à 14.3% le taux de la population rurale ayant accès aux soins sanitaires de base. Les indicateurs relatifs à la santé maternelle et infantile comptent parmi les plus faibles de la planète. Les infrastructures de santé de base sont insuffisantes dans le pays, particulièrement en milieu rural. Afin d’améliorer la santé de la femme, de la mère et de l’enfant en milieu rural et péri-urbain au Mali, la Fondation Follereau soutient le programme PROSMIK, qui vise à améliorer la santé maternelle et infantile dans 36 villages du cercle de Kati, représentant environ 670 000 habitants. 18 - Rapport annuel 2016


Ce programme est constitué de trois projets distincts et complémentaires :

> Le renforcement communautaire à travers des causeries, des sensibilisa-

tions, des formations et l’acquisition de matériel pour des activités génératrices de revenus. En 2016 se sont déroulées, entre autres, 396 causeries-débats sur la malnutrition, le paludisme, la planification familiale, le suivi de la grossesse et l’allaitement maternel. 330 démonstrations nutritionnelles ont été faites pour lutter contre la malnutrition des enfants. Plus de 300 projections vidéo ont également sensibilisé des milliers d’habitants sur le plan de l’accouchement, la vaccination et les infections sexuellement transmissibles.

> La promotion de la santé publique à travers la réhabilitation et l’équipement des infrastructures de santé de base. En 2016, 4 motos-ambulances ont été achetées à cette fin. En outre, 4 forages ont été réalisés, permettant l’accès à l’eau potable pour les populations.

> L’appui

institutionnel. La Fondation Follereau soutient son partenaire local COFESFA à travers des séances de travail en renforcement de gestion de projets et par l’appui matériel.

PARTENAIRE LOCAL : COFESFA (Collectif des Femmes pour l’Education, la Santé Familiale et l’Assainissement). © FFL / T. Winn

BUDGET : 324 655,62 € - 3 PROJETS

* Source: Unicef Rapport annuel 2016 - 19


[ Les mutilations gĂŠnitales fĂŠminines concernent 200 millions de femmes dans le monde. ]

20 - Rapport annuel 2016


[ Chaque année, 3 millions de fillettes sont menacées de subir cette pratique. ] SENSIBILISATION ET INFORMATION SUR LES CONSÉQUENCES DES MUTILATIONS GÉNITALES FÉMININES Les mutilations génitales féminines (MGF) désignent toutes les interventions aboutissant à une ablation partielle ou totale des organes génitaux externes de la femme pour des raisons non médicales. Cette pratique traditionnelle comporte de nombreux risques pour les filles, pour les femmes lors de l’accouchement ainsi que pour les bébés. Au Mali, 91% des femmes entre 15 et 49 ans sont excisées. Beaucoup d’hommes et de femmes ne savent pas combien cette pratique est dangereuse pour la santé des filles et femmes. Active depuis 2011 dans la lutte contre l’excision au Mali, la Fondation Follereau a décidé, de 2016 à 2018, de soutenir un nouveau projet dans le cercle de Kati. Le projet s’appuie principalement sur la communication et la sensibilisation des communautés et de leurs leaders tout en mettant l’accent sur l’adhésion collective à l’abandon de la pratique. De plus, l’attribution de micro-crédits aux exciseuses contribue à favoriser leur autonomisation et à limiter l’effet incitatif lié à la rémunération de la pratique de l’excision. En 2016, 398 causeries éducatives et 220 projections vidéos ont été réalisées pour sensibiliser la population aux conséquences des MGF. De plus, quatre nouvelles exciseuses ont été reconverties et dix exciseuses reconverties ont pu profiter d’une nouvelle formation. Plus largement, un nouveau village (Dalakana) a signé une convention d’abandon de la pratique de l’excision et 22 nouveaux comités villageois de soutien pour l’abandon de la pratique des MGF ont été mis en place. PARTENAIRE LOCAL: COFESFA (Collectif des Femmes pour l’Education, la Santé Familiale et l’Assainissement). BUDGET : 69 993, 79 € - 1 PROJET Rapport annuel 2016 - 21


BURKINA FASO SENSIBILISATION POUR L’ABANDON DES MUTILATIONS GÉNITALES FÉMININES ET DE PRISE EN CHARGE DES VICTIMES DANS LA PROVINCE DE SISSILI [ 1996 : Une loi réprimant les MGF a été votée au Burkina Faso ] > La province de Sissili est une des zones les plus touchées par l’excision La Fondation Follereau a décidé de poursuivre ses efforts en termes de lutte contre les mutilations génitales féminines au Burkina Faso également, en lançant une nouvelle initiative en termes de sensibilisation de la population, de formation de personnes relais et des leaders, ainsi que de réparation (tant physique que psychologique) des femmes ayant subi cette pratique. Ce projet est mené en collaboration avec le Comité National de lutte contre la pratique de l’excision et avec les Ministères de la santé et des affaires sociales, ainsi qu’avec la Fondation Rama. La pratique de l’excision a ses fondements dans la tradition ancestrale et une certaine interprétation de la religion, ce qui explique pourquoi elle a persisté au fil des ans, malgré l’opposition croissante. Elle constitue une règle de comportement socialement prescrite. C’est pourquoi il est indispensable d’envisager une démarche globale et inclusive, afin d’inverser la norme. En 2016, 22 chefs de villages se sont engagés à promouvoir l’abandon de la pratique des MGF. 48 femmes ont quant à elles été réparées, et ont pu rejoindre leur village. PARTENAIRE LOCAL: Association des Amis Burkinabé de la Fondation Follereau (AAB-FFL) BUDGET : 77 999.69 € - 1 PROJET

22 - Rapport annuel 2016


PROMOTION DURABLE DE LA SANTÉ FAMILIALE COMMUNAUTAIRE Depuis le début de son intervention dans le secteur de la santé au Burkina Faso, la Fondation Follereau a soutenu la construction et l’équipement de 3 centres de santé. Deux autres centres ont également pu être rénovés, et leur équipement renouvelé. Le 4ème centre de santé a quant à lui été mis en service en avril 2016. Or, l’importance de la demande de services de soins dans plusieurs zones enclavées du Burkina Faso a poussé la Fondation à débuter une nouvelle programmation de promotion durable de la santé familiale communautaire en zone rurale, afin de garantir l’accès aux soins de santé de base au plus grand nombre. Cette nouvelle programmation vise à élargir et optimiser le projet, tout en assurant le suivi des activités, et la durabilité et la pérennité des centres construits. C’est ainsi que 4 nouveaux villages ont été identifiés dans le Centre-Ouest et le CentreSud du pays, dont le village de Yargo Yasé, pour lequel la Fondation a soutenu la construction d’un centre de santé en 2016. La construction d’un autre centre dans le village de Yagba a débuté en novembre de la même année. La construction des deux autres centres est prévue d’ici 2018. Au cours de l’année 2016, 21 926 consultations, ainsi que 502 accouchements ont été enregistrés sur l’ensemble des centres soutenus par la Fondation. Ces chiffres démontrent la pertinence du projet, ainsi que son efficacité. PARTENAIRE LOCAL : Association des Amis Burkinabé de la Fondation Follereau (AAB-FFL) BUDGET: 351 891.20 € - 2 PROJETS

La situation sanitaire du Burkina Faso reste caractérisée par un taux de mortalité élevé, dont les mères et les enfants constituent les groupes les plus vulnérables.

Un enfant sur dix n’atteint pas l’âge de 5 ans.* * Source: Unicef Rapport annuel 2016 - 23


BÉNIN PROMOTION DE LA SANTÉ MATERNELLE ET INFANTILE DANS LA ZONE SANITAIRE ALLADA – ZÈ – TOFFO – BÉNIN La Fondation Follereau est présente dans la zone sanitaire Allada-Zè-Toffo depuis 2002, date à laquelle elle s’était engagée dans la construction du Centre de Dépistage et de Traitement de l’Ulcère de Buruli d’Allada. Depuis, la Fondation Follereau est intervenue à différents niveaux dans la zone :

>

En soutenant un programme de lutte contre les maladies hydriques;

>

En soutenant le centre de récupération nutritionnelle (CREN) pour mères et enfants de Toffo;

>

En soutenant les services de prise en charge du VIH à Allada - voir encart p 26;

>

En construisant, en 2014, une maternité rurale dans le village d’Ahozonnoudé, et en permettant ainsi aux femmes enceintes de bénéficier d’un suivi pré- et post-natal, d’accoucher dans de meilleures conditions et de recevoir des soins médicaux pour leurs enfants. Cette maternité a également été équipée d’un satellite, en collaboration avec la firme luxembourgeoise SES, dans le cadre d’une phase pilote du projet de télé-médecine, en vue de combler les contraintes liées à l’isolement géographique.

Dans le cadre d’une approche globale de la santé, la Fondation a décidé de poursuivre et de renforcer ses interventions dans la zone sanitaire, au travers d’un programme d’appui à la promotion de la santé maternelle et infantile, de 2016 à 2018. 24 - Rapport annuel 2016


Ce programme se traduit par 3 projets :

>

La prolongation du soutien aux structures existantes;

>

La construction de deux nouveaux centres de santé;

>

L’intégration d’un nouveau volet relatif aux maladies tropicales négligées, les géohelminthiases* en particulier, au sein du programme. Cet axe sera décliné selon trois volets, à savoir : La prévention, la prise en charge, et la pérennisation des acquis, dans une perspective de durabilité. Il s’étendra à trois publics-cibles, identifiés comme particulièrement vulnérables : les femmes et les enfants, ainsi que les enfants souffrant de malnutrition.

PARTENAIRE LOCAL : Représentation formelle de la FFL au Bénin (R-FFL) BUDGET : 371 999.63 € - 3 PROJETS

* Les géohelminthiases sont parmi les infections les plus courantes dans le monde et touchent les communautés les plus défavorisées. Elles sont transmises par des œufs présents dans les excréments humains, qui contaminent le sol là où l’assainissement laisse à désirer. Environ 1.5 milliards de personnes, soit près de 24% de la population mondiale, sont atteintes d’une géohelminthiase. (Source: OMS) Rapport annuel 2016 - 25


PRISE EN CHARGE DU COUPLE MÈRE-ENFANT VIVANT AVEC LE VIH DANS LA ZONE SANITAIRE ALLADA-ZÈ-TOFFO Le SIDA pose encore un grand problème à l’Afrique : environ 25 500 000 personnes vivent avec le VIH, dont 69 000 au Bénin, où 4 200 nouveaux cas sont découverts chaque année et où 2 800 meurent à cause du VIH/SIDA. Le stigma de cette maladie dans la société est grave et conduit souvent à l’exclusion des malades. Les personnes concernées n’ont pas toujours accès à des ressources suffisantes pour subvenir à leurs besoins. La malnutrition en est une des conséquences. Dans les locaux du Centre Communal de Santé à Allada, les personnes atteintes du VIH reçoivent un traitement nutritionnel, avec un focus sur les mères et leurs enfants. Dans ce contexte en 2016, 822 enfants ont été pris en charge, dont 306 présentaient une malnutrition aiguë. Une personne a également été formée sur la prise en charge des personnes vivant avec le VIH. Pour éviter l’expansion du VIH, les séances de sensibilisation sur les modes de transmission et de protection contre la maladie sont essentielles. 21 séances suivies de dépistages ont été effectuées dans les communes d’Allada et Toffo au cours de l’année 2016.

26 - Rapport annuel 2016


CENTRE DE DÉPISTAGE ET DE TRAITEMENT DE L’ULCÈRE DE BURULI (CDTUB) Reclassé depuis 2012 en Hôpital spécialisé pour la prise en charge des cas d’ulcères de Buruli et des ulcères chroniques, le CDTUB entend désormais étendre ses activités à toutes les ulcérations chroniques en général, notamment les maladies tropicales négligées à manifestations cutanées. En 2016, le CDTUB a dépisté et traité 42 cas d’UB, ce qui représente 7,5 % des 555 consultations enregistrées sur l’année. Les principales activités du CDTUB s’articulent autour des actes de pansements, de chirurgie, de kinésithérapie, de radiographie et du laboratoire. 26% des actes chirurgicaux concernent des greffes parmi les 719 opérations réalisées en 2016. Au total, 3 475 séances de kinésithérapie ont été réalisées, permettant d’éviter ou de réduire les incapacités physiques que peuvent entrainer les différentes pathologies traitées. Les activités du laboratoire ont enregistré 3 199 examens dont 216 ont été réalisés dans le cadre d’une étude multicentrique organisée par l’OMS* et qui concerne le Bénin, le Ghana et la République Démocratique du Congo. Le centre assure également une prise en charge alimentaire des patients les plus indigents. En 2016, 52 patients ont ainsi pu bénéficier d’une distribution bimensuelle d’intrants alimentaires. Le volet social du CDTUB a aussi permis d’assurer le suivi scolaire des enfants hospitalisés. Parmi eux, 3 se présenteront aux examens de 2017, dont 2 au BAC. PARTENAIRE LOCAL : Représentation formelle de la FFL au Bénin (R-FFL) BUDGET : 213 907.00 € - 1 PROJET

* OMS : Organisation Mondiale de la Santé Rapport annuel 2016 - 27


70% de la population n’a pas accès à des soins de santé de qualité.*

RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO EXTENSION DE LA POLYCLINIQUE ET APPUI À LA DIVERSIFICATION DES PRESTATION MÉDICALES À MBUJI-MAYI Depuis 2008, la Fondation Follereau soutient l’ONG SUMEDCO dans le fonctionnement d’une polyclinique installée au centre de la ville de Mbuji-Mayi, cheflieu de la province du Kasaï Oriental comptant environ deux millions d’habitants. La ville compte parmi les plus défavorisées du pays avec un taux d’incidence de la pauvreté atteignant 62,3%. C’est pourquoi la polyclinique a pour objet d’offrir des soins de qualité à la population sans distinction de classes sociales. Ses unités sont équipées avec du matériel performant pour offrir les services adéquats, il y a aussi une maternité pour les consultations pré- et post-natales et les accouchements. 28 - Rapport annuel 2016


Avec 2 cabinets de consultation et une capacité de 12 lits, la polyclinique ne peut pas répondre aux besoins de la population de la ville. C’est pourquoi un plan d’agrandissement de la polyclinique a été développé pour augmenter la capacité d’accueil à 50 lits et intégrer une unité de traumatologie pour prendre en charge les cas des accidentés. Les travaux ont pu commencer en 2016 et se poursuivront au cours de l’année 2017. La formation du personnel à la traumatologie a également débuté en 2016. La polyclinique prend aussi désormais en charge les malades souffrant de la tuberculose, l’une des pathologies locales favorisées par la pauvreté : 86 cas de tuberculose ont été reçus au cours de l’année, dont 7 enfants. Au total, 7876 consultations ont été effectuées à la polyclinique, soit près d’un cinquième de plus qu’en 2015; ainsi que 469 accouchements et 119 opérations. PARTENAIRE LOCAL : Support médical et technique pour la République démocratique du Congo (SUMEDCO) BUDGET: 215 000.00 € - 1 PROJET

* Source: Unicef

Rapport annuel 2016 - 29


RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE APPUI AU PROJET DE PROMOTION DE LA SANTÉ DE LA POPULATION DE LOBAYE Secouée par de multiples crises, la population centrafricaine en général et celle de la Lobaye en particulier, vit dans une pauvreté extrême. Le taux de mortalité maternelle et infantile y est un des plus élevés au monde. La Fondation Follereau a donc décidé de renouveler son soutient à l’ONG Suisse FAIRMED pour une nouvelle phase de 2016 à 2018, au travers d’un projet de santé primaire. Le projet consiste à faciliter l’accès aux soins de qualité des personnes les plus démunies, dont les pygmées Aka en particulier, via la vaccination systématique des enfants et des femmes enceintes entre autres. Il prend également en charge le dépistage de maladies tropicales négligées comme la lèpre ou l’ulcère de Buruli. Enfin, un volet est destiné aux femmes enceintes, avec un système de soins basé sur des tickets de santé. PARTENAIRE LOCAL : FAIRMED BUDGET : 100 000.00 € - 1 PROJET 30 - Rapport annuel 2016


AIDE HUMANITAIRE D’URGENCE

i

En 2016, la Fondation a renouvelé son engagement dans le cadre d’un projet d’urgence, en collaboration avec FAIRMED. Une assistance sanitaire a été apportée aux populations victimes de la situation socio-politique instable. BUDGET : 100 000.00 € - 1 PROJET

Rapport annuel 2016 - 31


MADAGASCAR AMÉLIORATION DURABLE DE LA SITUATION SOCIO-SANITAIRE DES PERSONNES ATTEINTES DE MALADIES CHRONIQUES ET/OU INVALIDANTES DANS LA RÉGION AMORON’I MANIA

Figurant sur la liste des pays les plus pauvres au monde, Madagascar demeure en Afrique le pays le plus touché par la lèpre, malgré les progrès de suivi et de soin de cette maladie. La Fondation Follereau poursuit donc, avec son partenaire local Akanin’ny Marary, son projet de lutte contre la lèpre, qui a commencé en 2000. En 2016, 57 bénéficiaires ont passé au total 2083 jours au centre. Le suivi médical a été complété par un soutien psychologique des malades, ainsi qu’une prise en charge des repas et de leur habillement. PARTENAIRE LOCAL : AKANIN’NY MARARY AMBOSITRA (AM) – (Foyer Ste Marie) BUDGET : 10 026.00 € - 1 PROJET 32 - Rapport annuel 2016


GUINÉE RÉNOVATION ET PRISE EN CHARGE DES ACTIVITÉS DU CDTUB DE N’ZÉRÉKORÉ Depuis 2007, la Fondation Follereau est présente à N’Zérékoré avec la construction et l’équipement du CDTUB (Centre de de Dépistage et de Traitement de l’Ulcère de Buruli). L’ulcère de Buruli est une maladie peu connue mais qui a de graves conséquences car elle s’attaque à la peau et au système nerveux, provoquant de lourds handicaps. Afin de réduire les cas de cette maladie, et guérir les personnes souffrantes, la Fondation axe ce projet sur la sensibilisation et les soins. En effet, 80% des personnes dépistées à un stade précoce peuvent guérir sans séquelles, avec un simple traitement antibiotique. En 2016, 22 missions de sensibilisation ont été réalisées et plus de 3600 personnes ont pu en bénéficier. Ces missions permettent aussi de dépister de nouveaux cas. Ainsi, 107 nouveaux malades ont été identifiés et enregistrés puis ont reçu gratuitement des soins et des médicaments. Le nombre total de patients suivis en 2016 était de 164, avec un taux d’occupation moyen de 92.5 % du CDTUB. PARTENAIRE LOCAL : Association pour la Promotion de la Santé Communautaire (APROSCO) BUDGET : 30 000.00 € - 1 PROJET Rapport annuel 2016 - 33


TOGO PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DE LUTTE CONTRE LA LÈPRE ET L’ULCÈRE DE BURULI La lèpre, l’ulcère de Buruli (UB) et le pian font partie des maladies tropicales négligées (MTN) et peuvent conduire à de graves infirmités si elles ne sont pas dépistées et prises en charge rapidement. Comme toutes les autres MTN, la lèpre et l’UB touchent particulièrement les populations les plus vulnérables et les plus démunies. Il est alors indispensable de se mobiliser en vue de leur garantir un tant soit peu le droit à la santé et à la survie. Dans cette optique, la Fondation Follereau intervient en partenariat avec la DAHW ( l’Aide allemande aux lépreux et aux tuberculeux ) au Togo. 34 - Rapport annuel 2016


En 2016, 70 nouveaux cas de lèpre ont été détectés ainsi que 83 nouveaux cas d’ulcère de Buruli et 12 de pian. Les sorties de dépistage et de sensibilisation dans les communautés permettent d’augmenter le dépistage précoce de lèpre et d’UB. 50% des 83 cas d’ulcère de Buruli détectés en 2016 ont été identifiés au cours de ces stratégies avancées. 68 000 personnes ont été directement touchées par les sensibilisations sur les MTN cutanées. Tous les patients dépistés en 2016 ont reçu leur traitement. Pour les cas les plus graves, les interventions chirurgicales sont souvent nécessaires, afin notamment de réduire les incapacités physiques. Enfin, les personnes les plus indigentes sont prises en charge lorsqu’une hospitalisation est nécessaire. 500 personnes ont ainsi reçu une aide sociale directe ou indirecte (aide alimentaire, appui vestimentaire, matériel didactique et autres aides scolaires pour les enfants). PARTENAIRE LOCAL: Aide allemande aux lépreux et aux tuberculeux (DAHW) BUDGET : 144 555.00 € - 1 PROJET

Dans le monde, un nouveau cas de lèpre est diagnostiqué toutes les 2 minutes!

Rapport annuel 2016 - 35


PROGRAMME DE SANTÉ DE BASE DANS LE VILLAGE DE DOGLOBO Ce programme de promotion de la santé familiale au Togo se compose de 3 projets et met l’accent sur la promotion de la santé communautaire, maternelle et infantile en particulier, ainsi que sur la prévention des maladies infectieuses et à forte prévalence dans les villages enclavés du Togo. En collaboration avec son partenaire local, l’AAT-FFL, la Fondation Follereau a construit une unité de soins périphérique (USP) ainsi qu’un forage dans le village isolé de Doglobo dans la préfecture d’Agou. Dès avril 2016, la construction du centre était terminée et le centre équipé par la Fondation pour garantir un service performant. Le service inclut aussi une moto-ambulance et des médicaments pour la pharmacie. 36 - Rapport annuel 2016


En parallèle, des actions de prévention des maladies infectieuses ont été mises en place dans les écoles et lieux publics de l’aire sanitaire de Doglobo : 117 dispositifs de lavage des mains sont installés dans les écoles et lieux publics et 5142 personnes ont été touchées par les messages de sensibilisation dans la préfecture d’Agou. Plus de 80% des personnes qui fréquentent le centre viennent de moins de 5km, une vraie amélioration et un soulagement énorme pour la population des villages environnants qui peut profiter d’un accès aux soins de base et d’un forage équipé d’une pompe alimentée par l’énergie solaire. Avant la construction de l’USP, la population était exposée à une large palette de maladies et infections. PARTENAIRE LOCAL: Association des Amis Togolais de la FFL (AAT-FFL) BUDGET INVESTI : 96 154.87 € - 3 PROJETS

En milieu rural, près de 60% de la population n’a pas accès à l’eau potable au Togo.*

* Source: Unicef Rapport annuel 2016 - 37


let kids be kids 14 projets 18% du budget global

© FFL / T. Winn

+ de 23 000 bénéficiaires

OFFRIR DES PERSPECTIVES D‘AVENIR AUX JEUNES DÉFAVORISÉS, les soustraire des circuits de trafic ou de la rue pour leur apporter un soutien psychologique, ainsi qu‘une formation professionnelle afin de leur garantir un avenir, tel est l‘objectif de ce 2ème champ d‘action de la Fondation. 38 - Rapport annuel 2016


Taux de scolarisation en école secondaire* : > 49.3% pour les garçons > 40% pour les filles

BÉNIN

PROMOTION DE L’ACCÈS À LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES JEUNES VULNÉRABLES DE ZÈ Inauguré en novembre 2015, le centre de formation professionnelle de Zè, dont la construction a été permise grâce au soutien de la Fondation Follereau, a pour vocation de permettre aux jeunes de la commune de Zè, de suivre une formation de 3 ans, dans les domaines de la couture ou de la maçonnerie. L’ouverture des portes a eu lieu pour la 1ère année académique 2015-2016. Au Bénin, l’éducation est considérée comme une priorité nationale en vue de son développement économique et de la réduction de la pauvreté. Or l’implantation des établissements de formation favorise largement les zones urbaines aux dépens des zones rurales. De plus, les frais relatifs aux différentes formations sont généralement très élevés, ce qui élimine de facto les élèves issus de milieux défavorisés. Ce projet vise donc à offrir à ces jeunes une chance de s’insérer sur le marché de l’emploi. En 2016, le centre a accueilli 36 jeunes en formation. La signature de convention de partenariat avec la mairie de Zè garantit la durabilité et l’autonomisation du projet à long terme. PARTENAIRE LOCAL : Représentation formelle de la FFL au Bénin (R-FFL) BUDGET : 47 666.99 € - 1 PROJET Rapport annuel 2016 - 39 * Source: Unicef


ESPACE SOCIO-ÉDUCATIF DU CIPSA-EH À ALLADA Le Centre Intégré de Promotion Sociale et d’Accueil pour Enfants Handicapés (CIPSA-EH) a vu le jour en 2012. Il a pour vocation de venir en aide aux enfants handicapés (physique ou moteur), en leur permettant notamment de suivre des classes d’alphabétisation ou des formations professionnelles, ainsi qu’en leur proposant des séances de ré-éducation adaptées à leur handicap. Le centre assure également l’éducation des enfants touchés par l’ulcère de Buruli et traités durant de longues périodes au CDTUB d’Allada. En 2016, 156 enfants ont été accueillis dans le centre. Afin d’améliorer leur situation, une psychologue a été recrutée. 59 enfants ont été rééduqués à domicile, ne pouvant pas se déplacer jusqu’au CIPSA-EH. PARTENAIRE LOCAL : Représentation formelle de la FFL au Bénin (R-FFL) BUDGET : 53 098.00 € - 1 PROJET

40 - Rapport annuel 2016


LUTTE CONTRE LA TRAITE DES ENFANTS AU NORD DU BÉNIN Ce programme a commencé en 2006 afin de contrer la croissance rapide de la traite des enfants. Cette forme d’esclavage moderne contraint les enfants à quitter l’école pour travailler. Cette traite possède aussi une grande incidence sur la santé et la psychologie des enfants. Le programme repose sur trois projets, à savoir : la sensibilisation des populations, un appui à la scolarisation et à la formation professionnelle, et enfin un appui aux femmes pour la création d’activités génératrices de revenus. Ainsi en 2016, 153 enfants victimes de traite, dont 96 filles, ont été accueillis au centre d’accueil. Le nombre d’enfants bénéficiaires total était de 670. 16 nouveaux villages ont été sélectionnés et visités dans le but d’assurer des journées de sensibilisation. 64 séances de sensibilisation et 192 séances de causerie ont été organisées dans ces villages, permettant d’identifier 300 enfants à risque, qui ont notamment pu bénéficier de kits scolaires. Enfin, 35 femmes ont bénéficié de matériel de transformation de produits agricoles dans le cadre de la création d’activités génératrices de revenus. PARTENAIRE LOCAL : Représentation formelle de la FFL au Bénin (R-FFL) BUDGET : 97 852.41 € - 3 PROJETS

Au Bénin, le taux de travail des enfants dépasse 50%.* Rapport annuel 2016 - 41 * Source: Unicef


Au Bénin, seul 7% de la population a accès à internet.*

MIND THE GAP – RÉDUIRE LA FRACTURE NUMÉRIQUE La Fondation a lancé en 2011 l’opération « Mind The Gap » au travers de deux projets au Mali et au Bénin, en vue de réduire la fracture numérique qui oppose, aujourd’hui encore, les populations du Nord et du Sud. Ce fossé numérique prive toute une partie de la population de la possibilité de contribuer à l’information, à la connaissance et aux réseaux, ainsi que de bénéficier des capacités majeures de développement offertes par les techniques de l’information et de la communication. De nombreux jeunes n’ont en effet pas la chance de recevoir des cours pratiques d’informatique, bien que ceux-ci soient prévus dans les programmes scolaires, faute de matériel. Il leur est alors difficile de trouver un premier emploi car toutes les entreprises requièrent la pratique de l’informatique.

© FFL / T. Winn

Afin de pallier à cette situation, la Fondation Follereau collecte des ordinateurs et du matériel informatique auprès d’entreprises et associations luxembourgeoises et les envoie à ses écoles partenaires. Depuis 2011, plus de 2500 ordinateurs ont déjà été installés dans 180 écoles, ce qui a permis à 20.000 enfants de se former. En 2016, 211 ordinateurs ont été envoyés au Mali et installés dans 18 écoles. PARTENAIRE LOCAL: Représentation formelle de la FFL au Bénin (R-FFL) - Association pour la Promotion de l’Idéal et des Activités de la FFL au Mali (AP-FFL Mali) BUDGET : 2 PROJETS - [BÉNIN] 14 086.29 € - [MALI] 8 544.41 €

42 - Rapport annuel 2016

* Source: The World Factbook


[ La population d’enfants des rues est estimée à 2 473 individus pour la seule ville de Ségou. ]

MALI AIDE SOCIALE EN FAVEUR DE L’ENFANCE EN DÉTRESSE À SÉGOU Au Mali, la défaillance de l’éducation formelle, familiale et communautaire, l’incidence élevée de la pauvreté et la forte déperdition scolaire ont favorisé le développement du phénomène des enfants en situation difficile. Ce projet, soutenu dès 2012 par la Fondation, a pour objectif de lutter contre la négligence des enfants des rues à Ségou, 2ième ville économique du pays, en appuyant un centre d’accueil et un foyer pour la prise en charge de ces enfants.

PARTENAIRE LOCAL : Association pour la Promotion de l’Idéal et des Activités de la FFL au Mali (AP-FFL Mali) BUDGET : 71 998.62 € - 1 PROJET

© FFL / T. Winn

En 2016, la Fondation Follereau a décidé de poursuivre son soutien afin de renforcer davantage la gestion du centre et la prise en charge, ainsi que d’étendre la prise en charge des enfants talibés (élèves coraniques), dont la situation s’est détériorée au cours des dernières années. Au cours de l’année, entre autres réussites, 134 enfants ont été identifiés, 114 enfants ont retrouvé leur famille et 600 enfants talibés ont pu être appuyés.

Rapport annuel 2016 - 43


PROJET DE FORMATION PROFESSIONNELLE DANS LA RÉGION DE SÉGOU [ Taux d’accès au primaire : 60% Elèves inscrits dans les filières professionnelles au secondaire : 40% ] > L’amélioration de la formation professionnelle au Mali constitue une priorité majeure de développement. Depuis 2012, la Fondation Follereau soutient un projet de formation professionnelle pour les jeunes vulnérables dans la région de Ségou, à 240 km au nord-est de la capitale, Bamako. Après une phase test, la Fondation a décidé de prolonger, dès 2016, son soutien pour une durée de 3 ans, avec pour nouvel objectif d’élargir le nombre de filières disponibles, tout en maintenant le soutien pour les établissements dans lesquels le projet est déjà implanté. Les établissements proposent actuellement des formations diverses en électricité, maçonnerie, plomberie, agriculture, agro-écologie, menuiserie, soudure ou encore tapisserie. L’élargissement de l’offre concernera les filières du machinisme agricole, du photovoltaïque, ainsi que de la mécanique. Ces filières ont été identifiées comme particulièrement porteuses, en vue de garantir l’amélioration de l’employabilité des jeunes. La formation se base sur une approche duale (formation pratique à 80% - théorique à 20%) qui permet d’améliorer l’apprentissage traditionnel sans briser ses fondements. PARTENAIRE LOCAL : Association pour la Promotion de l’Idéal et des Activités de la FFL au Mali (AP-FFL Mali) BUDGET : 46 954,29 € - 1 PROJET

44 - Rapport annuel 2016


2ième année

© FFL / T. Winn

Paul Dakio, 15 ans

TÉMOIGNAGE « A la mort de ma mère, je suis allé vivre avec ma grand-mère car je ne m’entendais pas avec la nouvelle femme de mon père. Je n’aimais pas l’école alors j’ai tenté d’apprendre la soudure. Mais je devais souder sans protection. Mon père se faisait du soucis pour mes yeux et m’a proposé d’aller suivre la formation de jardinier. » Dans cette région du Sahel, la culture se fait uniquement pendant la saison des pluies, qui ne dure que 4 mois. Presque chaque famille a sa petite parcelle pour subvenir à ses besoins, mais ils sont dépendants des aléas de la météo. C’est pourquoi la formation « Jeunes Jardiniers de Dégougou » - voir page suivante combine un enseignement agricole à un autre métier. [ Paul Dakio, 15 ans ] En 2ième année - combine son enseignement agricole par une formation en couture. Rapport annuel 2016 - 45


BURKINA FASO JEUNES JARDINIERS DE DÉDOUGOU En partenariat avec l’AAB-FFL et les Religieux de Saint-Vincent de Paul (RSVP), la Fondation Follereau s’était engagée à soutenir le Centre des Jeunes Jardiniers de Dédougou (JJD) depuis 2011. La ville de Dédougou est située à 230 km à l’Ouest de Ouagadougou et elle compte près de 40 000 habitants.

[ 43.3% de la population burkinabé vit encore avec moins de 2 euros par jour. ] A la base de ce problème se trouve notamment le chômage élevé des jeunes, résultant souvent d’un manque de compétences ou d’inadaptation de leurs compétences aux besoins du marché du travail. Dans la région de la Boucle de Mohoun, les dernières statistiques montrent un taux de scolarisation brut de 77,7%, qui compte parmi les taux régionaux relativement élevés au Burkina Faso. La stratégie de la Fondation et ses partenaires correspond fortement à la vision de la politique d‘enseignement et d’emploi national du Burkina Faso, qui poursuit activement l’accroissement de l’accès à la formation. 46 - Rapport annuel 2016


Le centre des JJD cible surtout les jeunes entre 13 et 20 ans en situation de vulnérabilité et souvent déscolarisés. Le centre leur permet de rattraper une alphabétisation et une éducation de base et les jeunes peuvent continuer à suivre une formation professionnelle dans les volets de la couture, de la menuiserie et dès 2017, de la maçonnerie. En septembre 2016, une nouvelle promotion a débuté avec 40 élèves. Afin de permettre une meilleure insertion professionnelle, le projet est en train d’analyser différentes stratégies d’amélioration. 50% de la récolte du JJD et de la culture attelée contribuent à la ration alimentaire des jeunes. PARTENAIRE LOCAL: Association des Amis Burkinabé de la Fondation Follereau (AAB-FFL)

© FFL / T. Winn

BUDGET : 40 000.23 € - 1 PROJET

Rapport annuel 2016 - 47


FORMATION PROFESSIONNELLE ET HÉBERGEMENT DES ENFANTS ISSUS DES SITES AURIFÈRES DE LA COMMUNE DE TOUGOURI La région de Tougouri est confrontée à un manque d’accès à l’éducation, ainsi qu’à la pauvreté, poussant les enfants à travailler dans les mines d’or clandestines. L’OMS estime leur nombre à 100 000, rien que pour le Burkina Faso. Afin d’aider ces enfants, la Fondation Follereau a créé un centre d’hébergement et réhabilité un centre de formation en 2013, en collaboration avec son partenaire local, l’AAB-FFL. Les enfants sont hébergés, habillés, nourris, soignés et suivent une formation professionnelle de trois ans, validée par un examen national. En 2016, la formation a été largement orientée sur la pratique, et 64 pensionnaires dont 26 filles et 38 garçons ont été pris en charge. Ils ont terminé la deuxième année du cycle et commencé la dernière année. La Fondation Linckels-Voss, sous l’égide de la Fondation de Luxembourg a une nouvelle fois témoigné sa confiance. Elle a prolongé son financement jusqu’en 2018. PARTENAIRE LOCAL : Association des Amis Burkinabé de la Fondation Follereau (AAB-FFL) BUDGET : 71 864.46 € - 2 PROJETS

48 - Rapport annuel 2016


CÔTE D’IVOIRE PROMOTION DE L’INSERTION SOCIO-SCOLAIRE DES ENFANTS DE LA RUE À BOUAKÉ La Côte d’Ivoire est un pays marqué par des crises politiques et un taux de pauvreté très élevé. Ces deux réalités favorisent la détresse de la population (y compris des jeunes), le chômage, la violence, la criminalité et la prostitution.

En 2016, près de 200 enfants et jeunes ont pu être accueillis au sein de la Maison de l’Enfance de Bouaké et au Centre de Formation de Jeune Fille, dont 75 ont été suivis avec leur famille pour favoriser une réinsertion familiale. Un nouveau dortoir avec 20 places a été construit pour l’accueil des enfants de la rue permettant de leur offrir un environnement plus stable. Un psychologue a également été recruté pour l’accompagnement psychologique des enfants et jeunes. PARTENAIRE LOCAL : Congrégation des Religieux de Saint Vincent de Paul (RSVP) BUDGET : 94 512.00 € - 2 PROJETS

© FFL / T. Winn

Depuis 2009, la Fondation Follereau soutient, en partenariat avec la Congrégation des Religieux de Saint Vincent de Paul (RSVP), la Maison de l’Enfance de Bouaké (MEB) et le Centre de Formation de la Jeune Fille (CFJF). Pendant que le CFJF vise surtout à offrir une alphabétisation accompagnée d’un apprentissage en couture, la Maison de l’Enfance essaie de réintégrer des enfants déscolarisés, ayant dépassé l’âge de la scolarisation, dans le parcours d’éducation primaire. Les jeunes âgés de 10 à 22 ans, souvent issus de milieux pauvres et en conflit avec leurs parents bénéficient d’un encadrement psychoaffectif. L’objectif principal du projet est de permettre aux jeunes d’obtenir le Certificat d’Etudes Primaires (CEP) et d’entamer un apprentissage afin de (re)trouver un projet de vie décent.

Rapport annuel 2016 - 49


ÉDUCATION AU DÉVELOPPEMENT La source d’un grand nombre de problèmes dans les pays en voie de développement est étroitement liée au comportement des pays industrialisés – ce n’est alors que logique que la Fondation Follereau agisse au Luxembourg également, à travers son accord-cadre avec le MAE*, afin de rendre son travail encore plus durable et cohérent. L’éducation au développement vise à encourager la prise de responsabilité globale. La coopération au développement moderne (à travers la perspective de l’Occident) incite à soutenir les organisations partenaires locales, et dans l’idéal, à une pleine participation de la société civile. Les objectifs de l’éducation au développement sont d’abord d’éveiller l’intérêt pour les pays en voie de développement et de sensibiliser le grand public sur les enjeux du développement durable et les relations Nord/Sud. Son but principal est de motiver et d’inciter une participation active dans une société responsable et un engagement social. Il fait partie intégrante de la Fondation Follereau de transporter ces objectifs à travers des workshops interactifs, des conférences, des expositions, des concerts, des projections de films et des projets d’éducation qui ciblent enfants, jeunes et adultes à la fois. 50 - Rapport annuel 2016 * MAE - Ministère des Affaires Etrangères


SEMAINE FOLLEREAU

En 2016, la Fondation Follereau a de nouveau suivi la belle tradition de l’organisation de la Semaine Follereau à l’Ecole Privée Fieldgen. Environ 500 élèves, accompagnés de leurs professeurs ont participé à trois conférences avec Magda de Meyer, politicienne belge, engagée contre les mariages forcés précoces.

MERCI! Depuis plus de 50 ans, les élèves et professeurs du Fieldgen soutiennent la Fondation. En 2016, par diverses collectes et un magnifique show, « Legends », plus de 20 000.00 € ont pu être remis au projet de la maison de l’enfance de Bouaké en Côte d’Ivoire.

DISCOVER THE UNDISCOVERED 15.09.2016 - Conférence A l’occasion de la journée internationale des peuples indigènes, la Fondation Follereau a organisé une conférence afin de sensibiliser sur la situation socio-politique des pygmées Aka en République Centrafricaine. Emmanuel Mbouem Mbeck, représentant de FAIRMED en République Centrafricaine et Violaine Alves, chargée de direction coopération au développement à la Fondation Follereau, ont permis de donner un aperçu de la problématique de l’accès aux soins pour les peuples marginalisés, ainsi que d’aborder les solutions mises en place et celles envisageables. Rapport annuel 2016 - 51


ART AGAINST PREJUDICE Dans le cadre de son exposition “Portraits de femmes” la Fondation Follereau a organisé l’atelier “Art against prejudice” avec environ 80 élèves de 6 classes et écoles différentes. En combinant art et éducation au développement, le workshop a parlé des préjugés, des droits des femmes et de femmes africaines inspirantes.

EXPRESSION AGAINST EXCISION 08.12.2016 - Concert de sensibilisation afin d’interpeller sur la problématique des mutilations génitales féminines. La musique pour le respect de la dignité des femmes africaines : Modestine Ekete, chanteuse et danseuse & Bachir Sanogo, chanteur, ainsi que leurs musiciens respectifs, se sont joints à la cause le temps d’une soirée rythmée.

52 - Rapport annuel 2016


REPAS INSOLENT

© FFL

En 2016, la Fondation Follereau a réalisé 4 repas insolents au Lycée Technique Mathias Adam et au Lycée Technique des Professions de Santé à Strassen. Cette animation permet de mieux comprendre la répartition inégale des richesses et des ressources dans le monde et d’y refléter sa propre position et les interdépendances liées.

CINÉMA DU SUD 10.11.2016 - Dans le cadre de la septième édition du festival « Cinéma du Sud », la Fondation Follereau a organisé, conjointement avec les ONG Aide à l’Enfance de l’Inde et SOS Villages d’Enfants Monde, la projection du film « Not my life » sur la traite d’humains et l’esclavage moderne, du réalisateur Robert Bilheimer. Le Dr Roland Seligmann, président de l’association Alupse, s’est chargé de l’intervention qui a suivi le film.

Rapport annuel 2016 - 53


ATELIERS PÉDAGOGIQUES 180 élèves de 4 établissements scolaires ont participé, en 2016, aux ateliers pédagogiques de la Fondation Follereau sur les droits des enfants et des femmes, les maladies tropicales négligées, les peuples indigènes et les objectifs du développement durable des Nations Unies.

PROJETS ÉDUCATIFS Deux projets scolaires ont pu être réalisés en 2016. Des élèves de l’Ecole Privée Marie-Consolatrice (Esch/Alzette) ont organisé une exposition autour des maladies tropicales négligées, qu’ils ont ensuite présentée aux autres élèves de l’école, ainsi qu’à leurs parents. Des élèves du Lycée Technique Mathias Adam (Mamer) ont participé aux différents ateliers pédagogiques pour ensuite intégrer ce qu’ils avaient appris dans une exposition d’art africain.

54 - Rapport annuel 2016


SERVICE VOLONTAIRE DE COOPÉRATION En collaboration avec le service national de la jeunesse et le cercle des ONG, la Fondation Follereau permet aux jeunes de faire des volontariats au sein de deux de ses projets au Bénin et au Togo. Les volontaires ne reçoivent pas seulement la possibilité de participer activement à la lutte contre l’UB et à la promotion d’une enfance décente, mais aussi de faire des rencontres interculturelles enrichissantes qui leur permettent de changer de perspective et d’élargir leur horizon. En 2016, la Fondation Follereau a envoyé et accompagné 3 volontaires : Sergio Romero (4 mois au Togo), Julie Zeimetz (4 mois au Togo) et Sophie Modert (3 mois au Bénin).

Sergio Romero (à gauche) et Julie Zeimetz (à droite), au Togo Rapport annuel 2016 - 55


SOIRÉE D’INFORMATION 08.06.2016 - La Fondation Follereau a organisé une soirée d’information sur les projets liés à la santé maternelle et féminine dans ses pays d’intervention en Afrique de l’Ouest, au Casino – Forum d’Art Contemporain. La présentation était accompagnée de la projection du film « EphéMère », réalisé par T. Winn, photographe-reporter, et V. Alves, chargée de direction à la Fondation Follereau.

EXPOSITIONS En 2016, la Fondation Follereau a organisé deux expositions: La première au sujet de l’excision, du 9 au 17 février 2016 à la Bibliothèque municipale de la Ville de Luxembourg, ainsi que l’exposition « Portraits de femmes – un autre regard sur la Femme africaine », qui a eu lieu du 29 novembre au 4 décembre 2016, au Carré, en collaboration avec Thierry Winn, photographe, et Wendy Winn, artiste peintre.

JOURNÉE MONDIALE DES LÉPREUX 31.01.2016 - A l’occasion de la Journée Mondiale des Lépreux, la Fondation a lancé sa campagne annuelle d’information et de récolte de dons pour ses projets de lutte contre la lèpre.

En 2016, la Fondation était également présente sur ces événements: MERCI aux organisateurs!

56 - Rapport annuel 2016

Journée de la Femme – Abbaye de Neimënster - 6 mars 2016 Fête de l’Europe - Place d’Armes - 21 mai 2016 JP Morgan City Jogging - Kirchberg - 3 juillet 2016 Ayabonga - Musical - Iechternach - 10 juillet 2016 Marche populaire - Beckerich - 15 août 2016


PUBLICATIONS

Bulletins informatifs, distribués en toutes-boîtes au Luxembourg.

50 ANS POUR LA FONDATION FOLLEREAU Le 7 décembre 2016, la Fondation Follereau fêtait son 50ème anniversaire. L’occasion de rappeler le chemin parcouru, ainsi que la confiance accordée au cours de ces 50 années. A cette occasion, une campagne d’information et de récolte de dons a été mise en place au niveau national, par mailing, via les media, et grâce à la distribution de « Charity Pots » à travers tout le pays. MERCI à nos généreux donateurs, ainsi qu’à tous ceux qui ont participé à cet effort collectif. Rapport annuel 2016 - 57


MERCI! © FFL

MERCI au Bazar International de Luxembourg pour son généreux don de 5 000.00 € en faveur du projet de lutte contre les mutilations génitales féminines au Burkina Faso.

La Fondation Linckels-Voss, sous l’égide de la Fondation de Luxembourg a une nouvelle fois témoigné sa confiance. Elle a prolongé son financement jusqu’en 2018, pour le projet d’aide aux enfants issus des sites aurifères de Tougouri au Burkina Faso.

Merci aux Amis des lépreux de Rodange pour leur aide depuis de si nombreuses années. En 2016, grâce à une multitude d’activités, ils ont pu dégager 10 000.00 € pour le projet de lutte contre la lèpre à Madagascar.

Un grand merci à BGL BNP Paribas pour son soutien et sa fidélité, notamment lors du Midi de la RSE, ou du concert « Expression Against Excision » avec Inna Modja.

58 - Rapport annuel 2016


REMERCIEMENTS « Ce sont les gestes individuels, des millions de fois répétés, qui mettront enfin l’humanité en marche. » Raoul Follereau

La Fondation Follereau tient à remercier chaleureusement ses généreux donateurs.

Une nouvelle fois, les FRAEN A MAMMEN HAMM ont soutenu les enfants des rues de Ségou au Mali, grâce à un don de 5 000.00 €. Merci.

A l’instar des années précédentes, la Spuerkeess s’est montrée solidaire avec l’Afrique en soutenant la Fondation grâce au sponsoring de plusieurs événements.

Villmools merci à la Ville de Luxembourg pour sa fidélité. Une nouvelle fois, elle est venue en aide à la Fondation et ses bénéficiaires, avec un don de 19 254.00 € en faveur du projet « Extension de la polyclinique et appui à la diversification des prestations médicales à Mbuji Mayi » en République Démocratique du Congo. Rapport annuel 2016 - 59


Exister, c’est agir. Raoul Follereau

151, Avenue du Dix Septembre L-2551 Luxembourg T. (352) 44 66 06 -1 info@ffl.lu www.ffl.lu

BCEE IBAN LU38 0019 1100 2081 3000

Profile for Fondation Follereau Luxembourg

Fondation Follereau - Rapport annuel 2016  

Fondation Follereau - Rapport annuel 2016  

Advertisement