Page 1

61

solidarité FOLLEREAU Octobre 2017

POURQUOI

AIDER © FFL/ T. Winn - Burkina Faso

LES AFRICAINS?

24 OCTOBRE 2017

JOURNÉE MONDIALE D’INFORMATION SUR LE DÉVELOPPEMENT p 4 > AFRIQUE - Les clichés ont la peau dure p 8 > WIE ARBEITET DIE FONDATION? - Unser Netzwerk p 10 > TÉMOIGNAGES - La coopération vue du Sud p 12 > GLOBALES LERNEN - Bildung für nachhaltige Entwicklung


© LG Magazine

Edito Pourquoi aider les africains ?

SOMMAIRE 2 > Edito 3 > Activités de la Fondation 4 > Clichés africains 5-6 > Coopération au développement 7 > Projet 8-9 > Unser Netzwerk 10-11 > Vision du Sud 12 > Globales Lernen 13-14 > Bildungsprogramm 15-17 > Volontariat 18-19 > S’engager ici 20-21 > What’s new 22-23 > Remerciements

On a tous déjà entendu cette phrase, ou son équivalent, un jour. Et cette interrogation peut s’avérer légitime. Pourquoi aider des gens que l’on ne connaît pas, qui vivent loin de chez nous, alors qu’il y a beaucoup d’actions possibles ici, au Luxembourg ? Nous n’opposons pas les deux mondes, nous n’imposons pas de priorité dans le choix, notre but est d’expliquer, de démonter des préjugés, des clichés sur l’Afrique, les africains et les besoins de développement. Les 50 ans de métier de la Fondation nous autorisent à un peu de recul fondé sur une présence sur le terrain et sur l’efficacité de nos actions. Les clichés sur l’Afrique, nous en connaissons tous un certain nombre : la musique, la beauté des paysages, la jeunesse de la population, le sourire et l’art de vivre un peu différent. Mais il y a aussi ceux plus sombres qui présentent l’Afrique comme un continent stagnant, meutri par la corruption, les guerres et les catastrophes naturelles. Comme toujours, les clichés ont une petite part de vérité tout en restant extrêmement réducteur et ignorent toute évolution. On en convient plus facilement lorsque l’on est confronté à des clichés négatifs sur notre propre pays. Cela fait mal parce que c’est injuste. Ce bulletin ambitionne d’aller au-delà des clichés. La Fondation veut renforcer la solidarité en expliquant les besoins d’aide au développement par son expérience et ses résultats. Chaque geste compte. Ici ou ailleurs. Jean Hilger Président du Conseil d’Administration

Fondation Follereau

151, Av. du Dix Septembre L-2551 Luxembourg Tel: 44 66 06 1 Fax: 44 66 06 60 Email: info@ffl.lu

www.ffl.lu

EQUIPE Violaine Alves (directrice de la coopération au développement), Conny Reichling (directrice de la communication et de la gestion des dons), Matthias Barthod, Cloé Beaumer, Clémentine Gloire, Naristé Grün, Liz Hof, Charlotte Honorez, Mohamed Mounir, Monique Schmit, Isabelle Schmoetten. CONSEIL D’ADMINISTRATION Jean Hilger (Président), Julio Nerin (Vice-président), Brigitte Bontemps, Jos Hilger (Président d’honneur), Georges Keipes, Anne Majerus, Boubacar Niang, JeanLuc Pauly, Dr. Jean Smit. CONSEIL ÉTENDU Marie-Thérèse Ney.


Les activités de la Fondation en Afrique Die Aktivitäten der Fondation

in Afrika

HEALTH IS WEALTH 22 Projekte / projets 82% des globalen Budgets / du budget global 300 000 EMPFÄNGER / BÉNÉFICIAIRES

9 pays 36 projets 2 axes d’intervention

MALI BURKINA FASO GUINÉE CÔTE D’IVOIRE TOGO

MADAGASCAR

BÉNIN RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

LET KIDS BE KIDS 14 Projekte / projets

18% des globalen Budgets / du budget global

23 000 EMPFÄNGER / BÉNÉFICIAIRES

SOUTENEZ NOS PROJETS AVEC UN DON! UNTERSTÜTZEN SIE UNSERE PROJEKTE DURCH EINE SPENDE !

BCEE IBAN LU38 0019 1100 2081 3000 www.ffl.lu ou/oder: Votre don est fiscalement déductible / Ihre Spende ist steuerlich absetzbar.


>>> CLICHÉS AFRICAINS

Afrique:

Les clichés ont la peau dure... Cliché : nom masculin. Lieu commun, banalité qu’on redit souvent et dans les mêmes termes ; poncif. [Larousse]

Les africains sont paresseux.

En Afrique, il n y a ni eau, ni électricité. Ils sont toujours en retard. Afrique = guerres, épidémies et pauvreté. Tous leurs politiciens sont corrompus.

[...]

Ces clichés sont évidemment faux, et même s’ils font (parfois) sourire, ils restent encore très ancrés dans nos sociétés occidentales. L’Afrique est souvent considérée comme un pays, avec son lot d’images préconçues parce que trop véhiculées. Or savezvous que l’Afrique compte 55 états reconnus ? Autant de cultures, de langues (un peu plus de 2000 au total sur le continent!), de problématiques propres, d’histoires, et surtout, autant d’habitants différents, qui,

comme vous et nous, doivent se battre pour leurs droits. Autant de personnalités qui créent et sont à l’origine de milliers d’initiatives innovantes et qui construisent le futur et celui de leurs enfants. Comme partout ailleurs, de (très) nombreux africains sont acteurs de leur destin. Si les clichés sur l’Afrique ont la peau dure, les préjugés concernant l’aide et la coopération au développement sont nombreux également.

© FFL/ T. Winn

Ce 24 octobre, nous célébrons la journée mondiale d’information sur le développement. L’occasion de faire le point.

4

Clichés africains


>>> COOPÉRATION AU DÉVELOPPEMENT

Aide humanitaire, coopération au développement, comment cela fonctionne exactement ? Nous ne prétendons pas, au travers du travail de la Fondation Follereau, résoudre tous les problèmes de fond grâce aux projets de coopération. Néanmoins, il est important de préciser que peu importe les stratégies employées, les bénéficiaires sont toujours au centre de nos actions et motivent chacune de nos initiatives. Société civile

APD*

dont ONG telles que la Fondation Follereau

Aide humanitaire

Coopération au développement

SUD

Education au développement

NORD

* APD = Aide Publique au Développement. L’ONU a fixé pour objectif aux pays développés d’affecter 0.7 % de leur revenu national brut à l’APD. En 2016, l’APD luxembourgeoise s’est établie à 353 143 813€, ce qui représente 1,02 % du revenu national brut (RNB).

Si l’aide humanitaire répond davantage à une logique d’urgence suite à une catastrophe naturelle, à une épidémie ou à des situations de conflits, et vise à apporter une réponse à court terme ; la coopération au développement implique, quant à elle, une dimension de durabilité, de long terme. Bien qu’en réalité, la distinction entre les deux ne soit pas toujours aussi nette, elles s’avèrent largement complémentaires sur le terrain.

Etats, marquée par des liens de dépendance très étroits. A cette époque, on considérait que les sociétés dites traditionnelles étaient en retard par rapport aux sociétés occidentales. Parallèlement, les organisations non gouvernementales (ONG) et les missions religieuses, déjà présentes pour aider les populations défavorisées, se sont développées, y compris dans les pays qui n’étaient pas liés à des colonies par le passé. L’aide s’est alors progressivement décentralisée.

Initialement, la coopération a remplacé les liens de dépendance coloniale et remonte à la création de la Communauté économique européenne et du Fonds européen de développement en 1957. Il s’agissait alors d’une coopération entre

C’est dans ce contexte qu’a été créée la Fondation Follereau en 1966, à l’initiative de Raoul Follereau. Elle a fait partie des précurseurs au Luxembourg.

Le saviez-vous ? 44% de l’Aide Publique au Développement apportée par la Coopération luxembourgeoise est dirigée vers le continent africain.

Coopération au développement

5


>>> COOPÉRATION AU DÉVELOPPEMENT

Vision de coopération = vision égalitaire Depuis, l’aide apportée par les ONG s’est professionnalisée, et les perspectives ont évolué. La coopération au développement prône des projets élaborés par les populations locales ; en ce sens, elle constitue un réel accompagnement participatif. Par l’inclusion des acteurs locaux dans l’élaboration des projets, la coopération vise la pertinence et l’autonomie de ceux-ci, tout en promouvant le renforcement des capacités des prestataires sur le terrain. Enfin, pour être complète et cohérente, la coopération au développement ne peut s’envisager sans un volet de sensibilisation et d’information de la population occidentale. Le développement implique un changement des comportements et visions à l’échelle mondiale, que chacun soit conscient des conséquences de ses comportements.

© FFL/ T. Winn

[ Découvrez le travail de la Fondation dans ce domaine en page 12. ]

Les projets de coopération ne peuvent s’envisager sans l’inclusion des acteurs locaux. Ici, Jean Hilger, président de la Fondation, en discussion avec les médecins du CDTUB* d’Allada, au Bénin.

Au-delà de cette définition de la Coopération au développement, il est important de souligner qu’elle peut s’exprimer d’une multitude de façons au travers des projets qu’elle engendre. Derrière chaque action se retrouve la vision de ceux qui l’entreprennent, qui va d’entrée déterminer les priorités, le type d’acteurs partenaires et la façon de collaborer. La difficulté est de ne pas renier cette vision, mais d’en être conscient et d’oser la remettre en question dans un dialogue avec les partenaires, afin d’éviter autant que possible d’entretenir des relations inégalitaires ou de dépendance. * Centre de Dépistage et de Traitement de l’Ulcère de Buruli

6

Coopération au développement


>>> SUR LE TERRAIN

La coopération au développement

© FFL/ T. Winn

... sur le terrain

Exemple de maternité rurale au Mali, soutenue par la Fondation Follereau.

La Fondation Follereau est engagée auprès de deux partenaires au Mali et au Burkina Faso (l’AP-FFL et l’AAB-FFL) dans le cadre de l’amélioration de l’accès aux soins de santé primaires en milieu rural. Le premier trimestre 2017 a ainsi permis l’ouverture de deux centres de santé communautaires supplémentaires à Farakala (Région de Ségou, au Mali) et à Yagba (Région Centre-Ouest du Burkina Faso). L’implantation de ces 2 centres permet d’augmenter la couverture sanitaire de base et ainsi la couverture vaccinale, le nombre d’accouchements assistés, l’accès à des consultations post- et prénatales, d’accéder à des programmes d’information sur les pratiques d’hygiène, d’alimentation, de collecte des ordures, etc. Lors de l’approche communautaire préalable à la construction, les intervenants, sous l’impulsion des partenaires locaux, doivent développer tout un ensemble d’activités qui permettent également le

renforcement des capacités communautaires. Il s’agit en effet d’informer et sensibiliser les populations à la fréquentation du centre afin qu’ils se l’approprient et de susciter l’adhésion de la population au projet, de mettre en place les conditions d’une gestion efficiente du système d’approvisionnement en eau avec des formations sur la gestion de l’eau, sur la gestion financière et la gestion des stocks, etc. Des comités de gestion composés de personnes désignées au sein de la population locale sont mis en place. Toutes ces activités d’approches communautaires visent à amener les populations à changer de comportement vis-à-vis de la santé, à fréquenter la structure et à bien gérer les ressources afin d’assurer la viabilité et la durabilité de ces infrastructures.

Sur le terrain

7


>>> INTERVIEW

Comment travaille la Fondation? 3 questions à la direction Violaine ALVES

Chargée de direction coopération au développement et finances

Conny REICHLING

Chargée de direction communication et gestion des dons

Dans quels domaines la Fondation estelle active aujourd’hui? L’année dernière, la Fondation Follereau a fêté ses 50 ans. Au cours de ces années, la Fondation s’est professionnalisée en tant qu’ONG. Les activités se sont étendues: nous soutenons bien sûr toujours les personnes vulnérables qui vivent en marge de la société, à cause de la maladie ou parce qu’ils sont victimes d’exclusion sociale, mais nous avons aussi diversifié nos actions. Aujourd’hui, la Fondation agit bien au-delà de la lutte contre la lèpre. Nous sommes désormais actif au niveau de l’amélioration de la santé publique communautaire, en termes de lutte contre les maladies tropicales négligées, et dans la formation et le suivi de jeunes défavorisés dans nos pays d’intervention. Une attention particulière est portée aux femmes et aux enfants, qui représente souvent les groupes les plus vulnérables au sein de la société. Quelle vision de la coopération au développement la Fondation a-t-elle? La Fondation établit son action de coopération au développement sur cinq piliers: la solidarité envers les populations vulnérables, l’inclusion et la participation active des partenaires locaux, le renforcement des capacités des différentes populations et structures bénéficiaires, l’assimilation du genre dans les projets et une collaboration de développement

8

Interview

axée sur les résultats. L’équipe à Luxembourg accompagne les partenaires locaux dans la mise en place et le suivi des projets, tout en visant leur autonomie à long terme. Cette façon de collaborer permet de dynamiser l’économie locale, et exige une participation active de la population. Comment la Fondation Follereau envisage-t-elle la coopération au travers de ses projets? Le travail de la Fondation Follereau se concentre sur la coopération au développement, avec l’accent mis sur les populations vulnérables dans nos pays partenaires. En découle la collaboration avec 11 partenaires locaux qualifiés, dans 9 pays africains. La connaissance et la compréhension des besoins sur le terrain, ainsi que la confiance que leur accorde la population locale, permettent à ces partenaires de garantir l’efficacité des projets. Les projets sont donc élaborés en étroite collaboration avec les partenaires qui ont au préalable identifié les besoins spécifiques de la région d’intervention, avant d’être mis en place. Seuls des échanges réguliers entre les partenaires africains et l’équipe exécutive à Luxembourg permet d’optimiser l’efficacité des projets sur le terrain, ainsi que la mise en valeur et le renforcement des capacités des acteurs locaux.


>>> NOTRE RÉSEAU

Notre réseau Gestion de projet

Un bureau exécutif

Elaboration – suivi – évaluation

Luxembourg

en collaboration avec nos partenaires locaux.

Education au développement Sensibilisation - Information.

Fundraising Fundraising institutionnel et privé.

s ro u e d’ ion s n rat o i o ill b M olla 3 C

Pays 9

Partenaires 11

Projets 36

Bénéficiaires

AGAINST EXCLUSION Durabilité

Transparence Ethique

Efficience

Plus de 300 000

Droits humains Résultats

Expertise Notre réseau

9


>>> VISION DU SUD

Témoignages

La coopération vue du Sud Kokou HOUÉDJI Responsable du Bureau Exécutif de l’Association des Amis Togolais de la Fondation Follereau (AAT-FFL)

“La coopération au développement est une opportunité pour un pays comme le Togo de bénéficier des appuis des pays développés en améliorant les actions des gouvernements dans leur politiques de développement, et surtout de réduction de la pauvreté. Concernant les freins, la divergence des opinions sur certaines réalités socio-culturelles entre les pays du Nord et ceux du Sud peut parfois constituer un obstacle à la réalisation efficace d’un projet.”

Abdoubasti IDRISSOU-SONDJALIM Responsable de projets et communication au sein de l’AAT-FFL

“ Le plus intéressant dans notre travail est cette responsabilité vis-à-vis des effets de nos activités sur les bénéficiaires. Participer à des projets de santé communautaire et de développement afin de sauver des vies dans des localités reculées en marge des soins de santé et aider les jeunes défavorisés à avoir un avenir sont les plus majestueuses des satisfactions et fiertés qui animent notre quotidien. La collaboration entre l’AAT-FFL et la Fondation Follereau est franche, cordiale et bénéfique. Les échanges avec la Fondation permettent aux associations partenaires du Sud d’acquérir de l’expérience et des moyens afin d’atteindre leurs objectifs tout en gardant les bénéficiaires au coeur des activités. “

10

Vision du Sud


>>> VISION DU SUD

« Les populations locales sont les mieux averties pour identifier les priorités sur le terrain. »

Mr Boubacar NIANG Représentant de la Fondation Follereau pour l’Afrique de l’Ouest, aux côtés de la Fondation Follereau depuis 18 ans

“Il y a une diversité dans ce qu’on appelle le « Sud » mais qui se caractérise par un « dualisme », avec un fossé qui se creuse entre villes et campagnes, riches et pauvres… tout comme dans le « Nord ». Le Sud a un fort potentiel de développement car il y a un marché porteur et de nombreuses ressources, des besoins immenses mais avec des marchés en pleine expansion.

© FFL

Bien sûr, aucun résultat ne peut être atteint sans la mise en place d’une coopération avec la participation de tous les acteurs : Etats, partenaires techniques et financiers et communautés bénéficiaires. Toutes ces activités n’auront aucun sens si tous les acteurs ne se sentent pas responsables de la qualité de la gouvernance. Un partenariat gagnant – gagnant. Il y a un proverbe africain qui dit : « Qu’il est difficile de raser la tête, enlever les cheveux d’une personne en son absence

». Comment assurer l’empathie et la participation des populations bénéficiaires sans les impliquer dans le processus ? Les populations locales sont les mieux averties pour identifier les priorités sur le terrain. Nous croyons beaucoup aux programmes de développement qui mettent l’éducation de la petite fille et son émancipation au centre de leurs actions. De même qu’il est désormais indispensable d’intégrer les problématiques liées aux nouvelles technologies et à la préservation des écosystèmes locaux dans chaque projet de développement. “

Et parce que « le Sud » a aussi ses clichés sur « le Nord » : “Je crois que l’Europe est un joli pays.”

Mr Niang accompagné de Mr Hilger, président de la Fondation - visite du projet à Ahozonnoudé, Bénin.

Justine, 14 ans, Burkina Faso.

Vision du Sud

11


>>> APPRENTISSAGE GLOBAL

Education au développement durable pour le monde d’aujourd’hui et de demain.

Si on vous posait la question: Quels sont, selon vous, les grands problèmes de ce monde? Vous souligneriez probablement les mêmes problématiques que celles que les enfants et les jeunes citent lors des rencontres et workshops: la pauvreté, le changement climatique, la guerre, la pollution, le terrorisme, les épidémies... Mais savez-vous que toutes ces problématiques vous concernent directement? Connaissez-vous les différentes façons dont vous pouvez influencer activement, en tant qu’individu ou en tant que partie d’un tout, le système social, écologique ou économique mondial actuel et futur? L’éducation au développement durable vous aide à répondre à ces questions. Elle ne prétend pas y apporter les solutions, mais incite à réfléchir sur ces problématiques et encourage l’action et l’engagement.

Cela ne signifie pas que les problèmes sociaux au Luxembourg soient laissés de côté – surtout pour les enfants et les jeunes, pour qui il est important de lier les contenus éducatifs avec leur réalité pour pouvoir comprendre le cadre global. Grâce à l’éducation au développement, la Fondation Follereau tente d’inciter ce changement de perception, au travers du principe : “Think global, act local” (penser globalement, agir localement). Dans ce contexte, la solidarité, l’inclusion et la participation sont des piliers. En ce sens, l’éducation au développement doit être considérée comme une approche complémentaire des projets mis en place dans le sud global, en aucun cas comme un substitut.

© FFL

Peut-être pensez-vous qu’à Luxembourg, il y a assez de problèmes avec la toxicomanie, le chômage et les SDF, et qu’il est donc préférable d’agir ici d’abord. La pauvreté et l’inégalité sociale sont des problèmes mondiaux, qui doivent être abordés à tous niveaux, de manière hollistique, il est donc nécessaire d’avoir une

vision globale, au-delà du Luxembourg et du nord.

NOS ACTIVITÉS DE SENSIBILISATION ET D’INFORMATION SONT GRATUITES! Le financement est permis grâce à la participation à hauteur de 80% du Ministère des Affaires étrangères, au travers d’un Accord-cadre, ainsi que grâce aux généreux dons des sociétés et personnes privées pour les 20% restants. SOUTENEZ-NOUS DANS L’EXERCICE DE NOTRE MISSION D’ÉDUCATION AU DÉVELOPPEMENT AVEC UN DON SUR NOTRE COMPTE: BCEE LU38 0019 1100 2081 3000 OU SUR NOTRE SITE INTERNER: WWW.FFL.LU

12

Apprentissage global

...ou utilisez votre application Digicash:


>>> PROGRAMME ED

Le programme d’éducation au développement

de la Fondation Follereau

Basé sur des déclarations internationales, telles que la Déclaration universelle des droits de l’homme et les objectifs de développement durable des Nations Unies, la Fondation Follereau a élaboré le programme “ONE WORLD CITIZENS”, qui s’adresse aux enfants, aux jeunes et aux adultes du Grand-Duché de luxembourg et de la Grande Région. Le programme propose notamment les activités suivantes : Des modules d’éducation au développement qui comprennent des ateliers de sensibilisation d’une heure et des workshops interactifs de 2 heures. Les sujets traités sont vastes et abordent, par exemple, le handicap et l’inclusion, le commerce mondial et les comportements de consommation, les droits des femmes et l’assimilation du genre, les préjugés et le racisme, ou encore les droits de l’homme et la solidarité. Ces ateliers s’adressent à des écoles (tous degrés confondus), ainsi qu’aux groupements extrascolaires de jeunes et aux adultes.

Des événements adressés au grand public. En 2018, une lecture et un Poetry Slam sur le thème “comment influencer le monde de demain” sont d’ores et déjà prévus.

Les projets pédagogiques de plusieurs semaines, qui peuvent aboutir à une exposition, une vidéo, une pièce de théâtre, un Flashmob, un rapport... . Ce type de projets est élaboré et mis en place conjointement avec le groupe. Cette offre s’adresse tant à des classes scolaires, qu’à des groupements de jeunes.

Des activités organisées en collaboration avec d’autres ONG. Le Festival “Cinéma du Sud” et la “Semaine de l’éducation au développement durable” en sont des exemples concrets.

Pour toute question, n’hésitez pas à nous contacter: isabelle.schmoetten@ffl.lu

“Je retiendrai qu’on doit partager et qu’il est important de se soucier non seulement de soi-même, mais aussi des autres.” Feedback - écolière de 10 ans.

Programme ED

13


>>> INTERVIEW

“ Ce sont les gestes individuels, des millions de fois répétés, qui mettront enfin l’humanité en marche.“ Raoul Follereau

Interview

avec notre responsable d’éducation au développement

Isabelle Schmoetten

Chargée d’éducation et développement

Pourquoi avons-nous besoin, selon toi, d’éducation au développement durable au Luxembourg? Si on demandait aux gens dans quel monde ils souhaitent vivre et comment ils imaginent la société idéale, personne ne répondrait qu’il souhaite un monde rempli d’injustices, de guerres, sur une planète complètement détruite. La plupart des gens que je rencontre dans mon travail se rendent compte que quelque chose doit changer et veulent participer à ce changement, mais ne savent pas comment. De plus, un sentiment de découragement apparaît souvent à cause des enjeux multiples et complexes. De nombreux enfants et jeunes me font part de leur crainte que même s’ils font quelque chose à leur échelle, cela ne changera rien de toute façon. L’éducation au développement apporte donc la solution? Non, pas du tout, heureusement. Le but de nos activités de sensibilisation et d’information est de permettre aux enfants, aux jeunes et aux adultes de comprendre les processus et enjeux mondiaux, de mieux comprendre la (in)justice globale et de les amener à de nouvelles

14

Interview

perspectives de réflexion. Cependant, nous essayons aussi de développer ensemble des pistes d’action concrêtes et de les motiver à participer et à s’engager de manière active dans la société – en repensant leur façon de consommer, en adaptant leurs actions au quotidien ou en rejoignant une association par exemple. Quel message doit promouvoir l’éducation au développement? Qu’on ne doit jamais sous-estimer son rôle en tant qu’individu. Chaque action, aussi petite soit elle, peut avoir de grandes conséquences, tant bonnes que mauvaises. Chaque engagement vaut la peine, même si les résultats ne sont pas visibles immédiatement. Et a contrario, qu’est-ce qui n’a pas sa place dans l’éducation au développement? Les sentiments de culpabilité, les images stéréotypées de “l’Afrique” et la charité n’ont pas leur place dans l’éducation au développement durable moderne. Nous souhaitons encourager la prise de responsabilité globale et la solidarité et surtout ne pas reproduire les visions coloniales.


>>> VOLONTARIAT

Le volontariat

© FFL/ T. Winn

VOULOIR AGIR, c’est bien. S’ENGAGER de manière responsable et efficace, c’est mieux ! Vous souhaitez vous engager ici ou à l’étranger ? Bonne nouvelle ! Le volontariat est un super moyen de mettre vos compétences et votre énergie à profit, tout en vivant une expérience enrichissante.

Sergio Romero, ancien volontaire, parti au Togo avec la Fondation Follereau.

Cependant, depuis quelques années, on voit apparaître une forme de volontourisme, sorte de « tourisme humanitaire », largement exploité par des agences dont l’aspect commercial a tendance à prendre le dessus sur les réelles motivations humanitaires.

VOLONTARIAT

TOURISME

La pauvreté ne doit pas être considérée comme une attraction touristique. Partir comme volontaire demande une préparation sérieuse. Les ONG qui proposent des volontariats travaillent pour un développement humain et durable, en répondant aux besoins des communautés locales. Il s’agit de participer aux efforts de développement local, dans une démarche cohérente. Les qualifications et expériences des candidats recrutés constituent donc un critère important. Le deuxième critère concerne bien sûr

l’intention de base du volontaire, ses motivations.

VOLONTARIAT

SAUVER L’AFRIQUE

Il est important de réfléchir sur les motivations profondes qui poussent à vouloir faire un volontariat à l’étranger. Afin de ne pas tomber dans une vision simpliste du « sauveur occidental » qui vient en aide aux « pauvres petits africains » (les clichés toujours...), il est aussi très important de se poser la question de la plus-value que l’on apportera sur le terrain. Quel bénéfice les populations locales pourront tirer de notre présence ? A contrario, quels dégâts pourrions-nous causer, malgré une démarche remplie de bonne volonté, mais maladroite ? L’envie d’engagement ne doit en aucun cas être freinée, mais elle doit être encadrée.

Pour vous aider dans cette démarche, la Fondation Follereau se tient à votre disposition pour vous accompagner dans la préparation et les réflexions autour de votre futur volontariat.

Volontariat

15


>>> VOLONTARIAT

Faire un volontariat au Bénin ou au Togo avec la Fondation Follereau Le Fondation Follereau propose, en collaboration avec le Service National de la Jeunesse et le cercle de Coopération, de donner la possibilité à des jeunes âgés de 18 à 30 ans de s’engager bénévolement, pour une durée de 6 à 12 mois, dans l’un de nos projets de lutte contre les maladies tropicales négligées. Les frais de fonctionnement (vol, séjour...) sont pris en charge presque intégralement. Faire un volontariat ne signifie pas partir en va-

cances tous frais payés, mais représente un engagement social qui implique un séjour de plusieurs mois dans le pays du projet. Les volontaires sont préparés au préalable à leur expérience à l’étranger et sont accompagnés tout au long de leur volontariat sur le terrain, ainsi que depuis le Luxembourg. Après le volontariat, les volontaires et les responsables voient ensemble comment l’engagement peutêtre poursuivi.

Vous trouverez toutes les informations à ce sujet sur www.volontaires.lu dans la rubrique “service volontaire de coopération”.

Le réseau de volontaires de la Fondation Follereau A la fin de l’année 2016, la Fondation Follereau a créé un réseau exclusif de volontaires, le “réseau SVC”. Ce réseau permet la rencontre entre les anciens et futurs volontaires de la Fondation Follereau. Les volontaires peuvent alors, une à deux fois par an, échanger au sujet de leurs expériences et mettre en place ensemble des actions de sensibilisation ici au Luxembourg.

© FFL

Lors de la première rencontre, nous voulions savoir comment le volontariat a marqué nos volontaires. Voici leurs réponses:

16

Volontariat

“Mon volontariat a influencé mon choix d’étude.” “J’ai appris à relativiser mes “petits problèmes” et à être plus calme au quotidien.” “Mes priorités ont changé. Je me suis confronté à la question: Qu’est-ce qui est vraiment important ?” “J’ai obtenu une autre vision du monde.”


>>> VOLONTARIAT

“Avant mon départ, j’avais, comme beaucoup de gens, quelques clichés sur l’Afrique. Mon regard a changé aujourd’hui. Les Béninois sont très chaleureux, toujours de bonne humeur et prêts à vous renseigner. Ils sont heureux de voir qu’en Europe, on essaie de les aider et sont reconnaissants. Les enfants sont curieux et désirent aller à l’école et apprendre. Ils veulent « devenir quelqu’un » pour sortir de leur situation précaire et pour prendre soin de leur famille. J’ai été épatée par cette solidarité familiale extrêmement développée.”

© FFL

Elisabeth, ancienne volontaire partie au Bénin avec la Fondation Follereau.

“La générosité a besoin de l’efficacité“ Raoul Follereau

TESTAMENT & ERBE Freunde unserer Stiftung Gedenken über ihr eigenes Leben hinaus Der Leprakranken und der Notleidenden. Die Stiftung Follereau wertet dies als Zeichen besonderen Vertauens, Für das wir sehr dankbar sind. Wir sind als gemeinnützig tätige Organisation anerkannt und deshalb berechtigt Erbschaften anzutreten. Eine Informationsschrift zu diesem Thema fragen Sie bei unserer Mitarbeiterin, Naristé Grün : (+352) 44 66 06 52

Volontariat

17


>>> S’ENGAGER ICI

6 façons de s’engager avec la Fondation à Luxembourg

Vous souhaitez agir concrètement pendant votre temps libre ? Devenez membre du réseau de la Fondation Follereau, et engagez-vous à nos côtés selon vos possibilités. Vous aimez le contact, les rencontres et avez un intérêt pour la coopération au développement ? En étant proche de nous, rencontrez régulièrement nos partenaires lors de leurs visites, des conférenciers et des experts sur nos différents événements, les artistes qui s’engagent à nos côtés. En plus d’être un interlocuteur privilégié, soyez un acteur direct du changement.

1

DEVENEZ AMBASSADEUR S’engager, c’est avant tout s’informer et transmettre cette information autour de vous. En devenant ambassadeur, vous optez pour une posture de relais d’information, maillon clé de la chaîne de la solidarité. Rejoignez nos réseaux sociaux, partagez nos informations et campagnes en ligne, diffusez l’information vers vos contacts, et parlez de nos événements et projets autour de vous. Nous mettrons à votre disposition les supports dont vous avez besoin.

2

3

18

S’engager ici

PRÊT DE COMPÉTENCES Ingénieur IT? Communicateur? Expert financier? Cuisinier? Etudiant? Nous avons besoin de VOUS au siège de la Fondation ou sur nos événements! Faites partie des sympathisants actifs et créatifs en faisant part de vos idées et de votre expertise à notre équipe exécutive.

SOYEZ BÉNÉVOLE SUR NOS ÉVÉNEMENTS Vous avez un peu de temps libre en weekend ou en soirée ? En tant que membre du réseau de la Fondation Follereau, vous serez les premiers informés de nos événements (concerts, conférences, débats, projections de films, …). Votre présence est déjà un soutien, soyez aux premières loges ! Rejoignez-nous ponctuellement en tant que bénévole. Toujours selon vos disponibilités, vous pourrez nous aider lors d’événements ou sur des stands.


>>> S’ENGAGER ICI

Exister, c’est agir Raoul Follereau

4

CRÉEZ VOTRE PROPRE COLLECTE Laissez parler votre créativité ! Vente de pâtisseries, courses sponsorisées, marches parrainées, collectes diverses lors de marchés, fêtes ou encore anniversaire : Transformez un événement près de chez vous en action collective de solidarité, et versez les fonds récoltés à la Fondation Follereau. Nous vous fournirons le matériel nécessaire, et nous donnerons de l’écho à votre action dans la presse, dans notre bulletin d’information, sur notre site internet ou sur nos réseaux sociaux.

5

REMPLACEZ LES CADEAUX TRADITIONNELS PAR UN DON À LA FONDATION Vous allez organiser prochainement une fête à l’occasion d’un mariage, d’un anniversaire, d’une naissance, d’une communion, d’un départ à la retraite ? Proposez à vos connaissances de remplacer l’achat de fleurs ou d’un cadeau par un don au profit d’un projet de la Fondation. Nous pouvons vous proposer des projets concrets à soutenir. Vos amis recevront un remerciement personnalisé avec une petite explication sur le projet soutenu.

6

i

SOUTENEZ-NOUS GRÂCE À UN DON Vous manquez de temps pour vous investir ? Notre travail n’est pas possible sans votre générosité. Vous pouvez soutenir nos projets directement en faisant un don sur notre compte BCEE IBAN LU38 0019 1100 2081 3000 ou en ligne sur notre site www.ffl.lu.

Intéressé(e) ? Contactez-nous et nous définirons ENSEMBLE la façon dont vous nous soutiendrez: presse@ffl.lu ou (+352) 44 66 06 30 S’engager ici

19


>>> WHAT’S NEW

Au Burkina Faso 39,2% des enfants sont contraints de travailler.

LET KIDS BE KIDS

© FFL/ T. Winn

WHAT’S NEW?

Etudiants de la fillière menuiserie à Tougouri, Burkina Faso.

Le sol du nord-ouest du Burkina Faso est très prisé. La région est particulièrement riche en mines d’or et autres ressources minérales. Des milliers d’enfants et de jeunes travaillent dans des situations extrêmement précaires dans l’industrie minière informelle au Burkina Faso. La Fondation Follereau donne une deuxième chance à ces jeunes qui ont grandi autour des mines, grâce à un centre de formation. Ce centre, soutenu par la Fondation et géré sur le terrain par son partenaire local, est fondé sur le principe de la formation inclusive, ce qui signifie qu’il permet aux enfants et aux jeunes d’y être admis, sans aucun pré-requis et sans aucune obbligation d’alphabétisation préalable,

20

What’s new

contrairement à la plupart des centres de formation conventionnels. En juillet 2017, les 55 premiers élèves du centre ont participé à l’examen de qualification professionnelle. 7 candidats étaient inscrits en menuiserie, 11 en construction métallique, 14 dans la fillière mécanique et 23 ont été formés pour le métier de tailleur. Avec un quota de 54% de réussite à la première tentative, les jeunes du centre se trouvent même légèrement au-dessus de la moyenne nationale. Tous les gradué(e)s recoivent un kit de démarrage avec un équipement de base, afin de favoriser leur intégration sur le marché de l’emploi et d’encourager leur indépendance.


>>> WHAT’S NEW

Mind the gap

Réduire la fracture numérique La Fondation a lancé en 2011 l’opération « Mind The Gap » au travers de deux projets au Mali et au Bénin, en vue de réduire la fracture numérique qui oppose, aujourd’hui encore, les populations du Nord et du Sud. Ce fossé numérique prive toute une partie de la population de la possibilité de contribuer à l’information, à la connaissance et aux réseaux, ainsi que de bénéficier des capacités majeures de développement offertes par les techniques de l’information et de la communication. De nombreux jeunes n’ont en

effet pas la chance de suivre les cours pratiques d’informatique prévus dans les programmes scolaires, faute de matériel. Afin de pallier à cette situation, la Fondation Follereau collecte des ordinateurs et du matériel informatique auprès d’entreprises et associations luxembourgeoises et les envoie à ses écoles partenaires. Depuis 2011, plus de 2 500 ordinateurs ont déjà été installés dans 180 écoles, ce qui a permis à 20 000 enfants de se former.

Merci!

© FFL

Dëst Joer huet de Groupe Foyer sech dem Projet Mind the Gap ugeschloss. Mat hirem Don vu 50 Computeren kënnen am November 2017 véier Schoulen am Benin equipéiert a méi wéi 1000 Schülerinnen a Schüler an der Informatik forméiert ginn. De Projet Mind the Gap besteet am Benin a Mali an ab Januar 2018 och am Togo.

E grousse Merci un all d’Entreprisen, déi sech 2017 mat engem Don vun Informatikmaterial um Projet Mind the Gap bedeelegt hunn. Villmools Merci un AG2R La Mondiale - Lalux – Hôpital Intercommunal de Steinfort – BCEE – KPMG – Raiffeisen – Société Générale - POST. Enn Oktober 2017 wäerten am Ganzen 225 Computeren, 387 Ecranen, 42 Laptoppen a nach emol souvill Zousazmaterial am Benin ukommen.Mat dësem Material wäerten 27 Schoulen equipéiert ginn, wouvun all Joer méi wéi 3 000 Schülerinnen a Schüler profitéieren wäerten. VILLMOOLS MERCI !

What’s new

21


>>> REMERCIEMENTS

Merci!

© FFL

ECOLE PRIVÉE MARIE-CONSOLATRICE Der Ecole Marie Consolatrice soe mir villmools Merci fir hir Ënnerstëtzung. Mat der Hëllef vun der Direktioun, den Enseignanten an de Schülerinnen si während dem Wantermaart 2016 3.500€ gesammelt ginn. Dësen Don kënnt dem Projet vun den Jeunes Jardiniers de Dédougou am Burkina Faso zegutt: 40 Kanner tëschent 12 + 19 Joer sinn do an der Opfaangstatioun a kréien ënner anerem eng Ausbildung vun 3 Joer am Enseignement général oder an enger mei technesch orientéierter Ausbildung. Dës enorm Gelegenheet fir d’Kanner bitt hinnen Sëcherheet, Iessen a Versuergung, a virun allem d’Méiglechkeet sech eng Zukunft opzebauen. Dank der Ecole Marie Consolatrice ginn 40 Schüler während engem Joer ernährt a versuergt.

HÔPITAUX ROBERT SCHUMAN D’Hôpitaux Robert Schuman fueren weider mat hirem gesellschaftlechem an innovativem Engagement. Am Joer 2017 hu si d’Oprënnen vun den Salairen agefouert. De Prinzip ass einfach: all Ugestallten decidéiert op seng Pai opgerënnt gëtt fir dës Mënz enger ONG ze spenden. D’Fondation Follereau ass 1 vun 3 Begënschtegen vun dëser aussergewéinlecher Initiativ hei zu Lëtzebuerg. Mir wëllen den Hôpitaux Robert Schuman villmols Merci soen fir hiert Vertrauen an hir Generositéit déi si ons säit Joren entgéint bréngt. E grousse Merci.

© FFL

RAIFFEISEN

22

Remerciements

E grousse Merci un d’Raiffeisen Bank fir de generéisen Don vun 5.000€. Dësen Don gëtt dem Projet vun de Jeunes Jardiniers de Dédougou am Burkina Faso zougedeelt, fir 2017 den 40 Kanner Schoulbicher, Uniformen, Material an Maschinen ze finanzéieren. Merci


>>> REMERCIEMENTS ÉCOLE PRIVÉE FIELDGEN

© FFL

E besonnesch grousse Merci soe mir der Ecole Privée Fieldgen, déi zënter Joren zu eisen wichtegsten Partner zielt. Och dëst Joer huet de Fieldgen eis mat engem Don vun iwwer 27.000 € ënnerstëtzt. Des Zomm kënnt dem Projet PROSMIK a Mali zu gutt, den d’Gesondheet vu Mammen an hire Kanner garantéiert.

ALFI

© FFL

E grousse Merci un d’ALFI (Association luxembourgeoise des Fonds d’Investissement) fir hir Ënnerstëtzung. En Don vu 5.000€ ass der Fondatioun den 18. September iwwerreecht ginn. Dësen Don ass d’Resultat vun engem Golfturnéier deen d’ALFI all Joers organiséiert.

Den Programm fir Basishygiene huet zu Kpélé-Tutu am Togo als Ziel d’Infektiounskrankheeten ze reduzéieren. 2017 hunn Aktivitéiten a méi wéi 13 Schoulen stattfonnt zur Preventioun an Sensibilisatioun géint Infektiounskrankheeten, dësweidere ginn 13 Hangare gebaut, fir de Kanner ze erméiglechen op enger propperer Plaz hir Moolzechten anzehuelen, am Schutz virun Onwiederen, Stëbs an der Sonn. 70 Méiglechkeeten fir d’Hänn ze wäschen ginn och an de Schoulen installéiert. Mat dësen Basisinfrastrukturen gëtt de Risiko vum Ustiechen vun Infektiounskrankheeten enorm reduzéiert. Merci un Diddeleng Hëlleft déi dësen Projet mat 1.000€ ënnerstëtzen.

© FFL

DIDDELENG HËLLEFT

STAD LËTZEBUERG Villmools Merci der Stad Lëtzebuerg fir hir Ënnerstëtzung. Mat engem Don vun 19.254€ ënnerstëtzt sinn d’Fondation Follereau am Bauprojet vun der Extensioun vun der Polyclinique, souwéi d’medezinesch Hëllef zu Mbuji Mayi, an der demokratescher Republik vum Kongo, méi breet ze fächeren. Mat dëser Vergréisserung ëmfaasst d’Polyclinique 45 Better an erlaabt lo och Verkéiersaffer mat komplizéierte Knachebréch opzehuelen. Ënner anerem gëtt och e Labo gebaut an equipéiert fir méi séier Diagnosen stellen ze kënnen an soumat dem Patient éischter ze hëllefen.

Remerciements

23


Encourager la formation professionnelle, c’est soutenir un changement durable dans la société.

Salamata, 14 ans Burkina Faso

A la maison, nous sommes six enfants, trois garçons et trois filles. J’ai été à l’école jusqu’au CM1. Parfois, il fallait que je quitte l’école pour aller dans les mines afin de gagner un peu d’argent. Cela me faisait peur, le travail dans les mines est dangereux. J’ai décidé de rejoindre le centre de Tougouri toute seule, mais ma maman était d’accord. La connaissance est précieuse.

© FFL/ T. Winn

Mon cœur a choisi la formation de couture. Un jour, j’espère confectionner de beaux habits. Si vous me voyez dans 10 ans, vous verrez une femme dans son atelier qui a réussi et subvient à ses besoins et à ceux de sa famille.

30€

prennent en charge l’alimentation d’un enfant au centre pendant 2 mois. supportent le matériel scolaire de 12 enfants du centre pour un mois de formation.

120€

financent le kit remis aux jeunes diplômés pour lancer leur activité professionnelle.

60€

...ou le montant de votre choix, chaque geste fait une différence!

Vous pouvez agir dès maintenant avec un don en ligne sur www.ffl.lu, via Digicash en scannant le QR Code, ou par virement bancaire sur le compte BCEE LU38 0019 1100 2081 3000. Les dons en faveur de la Fondation Follereau sont fiscalement déductibles dans les conditions prévues par la loi sur les établissements d’utilité publique.

151, Avenue du Dix Septembre L-2551 Luxembourg Tel: 44 66 06 1 - Email: info@ffl.lu

www.ffl.lu

Bulletin 61 octobre 2017 version FR  
Bulletin 61 octobre 2017 version FR  
Advertisement