Page 1

INDICATEURS Viticulture

La vigne bio prend de la bouteille En France, la viticulture est l’une des filières végétales les plus dynamiques en bio, avec des surfaces de vignes en conversion en plein essor. Ces dernières années, cette production a enregistré le plus fort taux de croissance, soit plus de 20 % par an. En 2009, la hausse a été de 39 % par rapport à l’année précédente. Un record (1).

F

in 2009, 3 024 domaines viticoles étaient conduits en agriculture biologique, soit un bond de 39 % par rapport à l’année précédente. Cette forte progression, qui a dépassé les prévisions initiales, résulte d’une très nette reprise de la dynamique de conversion (+73 % en surfaces) au niveau de toutes les appellations françaises. La vigne menée en bio s’étend sur 39 146 ha, – dont 21 654 ha en conversion –, soit 4,6 % de la surface totale du vignoble. Néanmoins, ce dynamisme de conversion varie selon les régions françaises. Il dépend de l’importance de

la filière viticole par rapport aux autres productions agricoles, et de la conjoncture viticole globale qui, pour certaines appellations, est plutôt maussade.

Les régions en tête Les trois principales régions viticoles, qui regroupent plus des deux-tiers des surfaces en vigne certifiées et en conversion, connaissent une poussée bio très marquée : Languedoc-Roussillon (12 661 ha, +52 % par rapport à 2008), ProvenceAlpes-Côte d’Azur (8 981 ha, +35 %) et Aquitaine (5 464 ha, +45 %). La croissance est également très puissante en Midi-Pyrénées (+64 %), en Rhône-Alpes (+51 %) et en Bourgogne (+43 %). En approchant les 10 % de sa surface viticole en bio, l’Alsace est la région la plus impliquée (lire p.9) , suivie de près par Provence-Alpes Côtes d’Azur (9 %) qui s’engage elle aussi à fond dans ce mode de production respectueux de l’environnement et de la santé. Les vignobles corses et la Lorraine se tournent de plus en plus vers la bio, et la Champagne, moins sensibilisée car assise sur sa renommée, commence à essaimer. L’Aquitaine est également concernée par ce phéno-

La viticulture bio, source d’emplois L’agriculture biologique emploie de 20 à 30 % de main d’œuvre supplémentaire par rapport à l’agriculture conventionnelle. Elle participe à l’aménagement et à la valorisation des territoires ruraux.

6

BIOFIL

N° 73

NOV. / DÉC. 2010

Surfaces en vigne bio

mène : au total, près de 4 % de son vignoble est passé en bio. Dans certains départements, les conversions sont massives (+111 % en Gironde, +183 % en Lot-et-Garonne). Aucune région viticole française n’y échappe, petits et grands domaines ainsi que toutes les catégories de vins. Dans certaines appellations, les viticulteurs sont spécialement impliqués, à tel point que, par exemple, 30 % des producteurs de l’AOC Saussignac ont des vignes en production bio ainsi que la quasi totalité dans l’AOC des Baux-de-Provence. La bio prend donc de la bouteille.

(+25 % en moyenne par an), la surface du vignoble bio français va doubler d’ici 2012. À titre strictement indicatif, les informations disponibles permettent d’estimer les volumes de vins produits en 2009 à partir des raisins bio certifiés à environ 680 000 hectolitres. Considérant les surfaces actuellement en conversion, les volumes disponibles devraient, au terme de la période de conversion, plus que doubler à l’horizon 2012, indépendamment de toute considération liée aux aléas climatiques. C. R-F

Des perspectives à gérer Si cette tendance se poursuit avec le rythme effréné observé depuis trois ans

(1) Selon les derniers chiffres de l’Agence Bio parus en octobre 2010.

Biofil 73 Indicateur  

Biofil 73 Indicateur

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you