Page 1

BULLETIN Aout 2013 Habemus Papam François

Hospitalité de Touraine Maison Diocésaine « le Carmel » 13 rue des Ursulines BP 41117 37011 TOURS cedex Tél./Fax : 02 47 31 14 48 hospitalite.de.touraine@gmail.com www.hospitalitedetouraine.org


SOMMAIRE Le mot de l’aumônier Celui du président Edito Pape François Récollection Les commissions Pèlerinage de mai Rallye Aumônier, pas curé

2 4 5 6 10 13 16 21 22

La parole est à notre aumônier La commission liturgie. « Dis-moi comment tu pries, je te dirai comment tu crois » Il ne faut pas oublier ce vieil adage surtout en cette année de la foi. ! Pour prier personnellement nous avons notre cœur, mais nous connaissons aussi la sécheresse et des livres de prière sont utiles : ils ont fleuri au long des siècles. Mais les livres liturgiques ont un statut à part : ils contiennent la prière officielle de l’Eglise. Quels sont ces livres ? D’abord les lectionnaires : ils contiennent les extraits de la parole de Dieu lus au cours des dimanches, des fêtes, lors de la célébration des sacrements et même pour chaque jour de l’année : ce qui était la nouveauté du Concile Vatican II. Dans ces livres Dieu nous parle. Dans les autres livres c’est l’Eglise qui parle ou qui agit comme Dieu le lui demande « Faites cela en mémoire de moi ». Ce sont les rituels (Baptême, Mariage, Réconciliation, Funérailles, Bénédictions…) et pour le plus grand des sacrements le Missel. Il y a même certains missels particuliers comme celui pour les messes en l’honneur de la Vierge Marie. Enfin il y a la Prière des heures ou Office divin, ou Bréviaire comme l’on disait, c’est la prière quotidienne de tout le peuple de Dieu. Même si les religieux, les prêtres et les diacres sont tenus de la vivre, tous peuvent y participer personnellement ou collectivement. Le travail d’une commission de liturgie est de mettre en œuvre ces livres. « Mettre en œuvre » parce que ces livres laissent des possibilités de choix selon l’assemblée, le lieu, les circonstances ; et ceci pas uniquement pour les chants mais aussi les formulaires de prières, les gestes, les processions, etc… Il est important de maintenir cette loi d’adaptation. Après avoir connu une liturgie déterminée dans tous ses détails quelles que soient les circonstances (sauf messe basse ou grand messe) la génération conciliaire a exploité ces possibilités de choix, mais la tendance actuelle est de revenir au modèle unique : qui utilise le 3° salut liturgique au début de la messe ? Qui met en œuvre la deuxième formule de rite pénitentiel ? etc… Voici ce que dit la « Présentation générale du Missel Romain » au n° 352 « L’efficacité pastorale de la célébration sera certainement accrue si les textes des lectures, des prières et des chants correspondent bien, dans la mesure du possible, et à l’état de préparation spirituelle et à la mentalité des participants. C’est ce que l’on obtiendra au mieux si l’on profite des multiples possibilités de choix qui vont être énumérées ci-dessous » Lorsque l’on prie personnellement, lorsque l’on bâtit une célébration qui n’est pas strictement liturgique (prière de groupe, chemin de croix, rosaire etc…) l’on a toujours intérêt à s’inspirer du contenu de ces livres qui sont la « règle de la prière et la règle de la foi » Père Jean Pierre Belliard

2


Et à notre Président Le nouveau Pape François dans ses premières déclarations vient de nous livrer un message essentiel, en disant : « Nous pouvons marcher comme nous voulons, nous pouvons édifier de nombreuses choses, mais si nous ne confessons pas Jésus-Christ, cela ne va pas. Nous deviendrons une ONG humanitaire, mais non l’Eglise, Epouse du Seigneur ». Pour nous, Hospitaliers cela nous rappelle qu’un pèlerin malade simplement servi reste un malade, mais un pèlerin malade aimé est un frère dans l’Amour de Dieu. Ne nous arrêtons pas au seul aspect matériel d’aide au malade … le cœur de notre service c’est de franchir la porte de la Foi et de cheminer avec le pèlerin malade, isolé ou handicapé vers le Christ parce que nous croyons qu’il est « le chemin, la vérité et la vie » et cela sous le regard aimant de Marie comme a su si bien le faire Bernadette. Interrogeons nous aussi pourquoi nous sommes aussi peu nombreux aux chapelets de chaque deuxième mardi du mois et à la dernière halte spirituelle ? N’oublions pas que le magistère de l’Eglise reste la meilleure voie de la Foi. Prier ensemble, rendre grâce ensemble et se laisser aimer par Dieu ensemble donnent un vrai sens à notre mouvement. La tâche d’Hospitalier(e) est difficile et si nous avons l’impression de ne pas toujours réussir ne nous flagellons pas pour autant !... je vous livre quelques extraits de lettres de malades ou d’Hospitaliers qui montrent que nous pouvons être des signes à tout instant : « … Vous êtes Tous un beau témoignage de l’Evangile … » « … Nous sommes repartis plus fermes dans la Foi, édifiés au surplus par l’esprit de paix et de charité qui habitait ce pèlerinage … » « … C’est un bel exercice qui se fait sans difficulté tant nous sommes portés par la prière … » « … J’ai été infiniment touchée par l’accueil, le dévouement et l’esprit qui régnait entre vous, apportant aux pèlerins une sérénité et un vrai bonheur... » Merci à chacun de vous pour votre témoignage dans le cadre de l’Hospitalité et prions pour notre pape François qu’il soit le guide spirituel, le phare d’un monde qui en a tant besoin. Jean-Pierre

3


EDITO « Habemus papam » ! Quoi de plus « normal » que l’on aborde, dans ce bulletin ce thème déjà abordé lors de l’élection de Benoît XVI. Le pèlerinage de mai, des photos certes, mais surtout des témoignages. Et encore deux autres témoignages lors de la récollection avec Marie-Annick et Daniel. Et enfin, celui d’un ex aumônier de la santé. Bonne lecture ou bonne écoute. Message en provenance de Lourdes. Lourdes à une nouvelle fois subi les colères de la nature ... et le gave à dévaste une grande partie des sanctuaires. Images de désolation, merci à ceux qui œuvrent pour la réouverture de tous les lieux, permettant ainsi le bon déroulement des pèlerinages de la saison. Au mois d'août, nous aurons l'occasion de manifester notre solidarité à l'hospitalité de N D de Lourdes.

4


Pape François Un pape nouveau nous est donné, François, le premier de ce nom. Pobre entre los pobres Beaucoup a déjà était dit sur les évènements qui ont conduit à son élection, quelques remarques cependant afin de parfaire notre connaissance. Prenons l’avis d’un homme que nous connaissons : le Père Horacio Brito : Ils s'étaient perdus de vue depuis fort longtemps mais le Père Horacio Brito, Recteur des Sanctuaires Notre-Dame de Lourdes, n'a jamais oublié son compatriote Jorge Mario Bergoglio, avec lequel il partagea des cours de théologie durant la décennie 1970 à Buenos Aires (Argentine) bien qu'une dizaine d'années sépare les deux hommes. "Il est parti en Allemagne et moi j'ai continué mon chemin" déclare celui qui conserve un souvenir fidèle de leur compagnonnage à l'université de Salvador. Le pape des pauvres "Les images retransmises depuis le balcon du Vatican le montrent tel qu'il est : un être simple, très doux, doté d'une conviction profonde, lucide, accessible, très proche des gens les plus fragiles, les pauvres et les malades. La pauvreté fait partie du concret de sa vie. Il n'a pas de voiture. Il vit dans un appartement. On le sait réservé mais c'est un homme qui prend la parole et sait dire les choses. Il est profond et prophétique". Une fois surmontée "l'immense surprise" car l'élu "ne faisait pas partie des candidats les mieux placés", le Père Brito revient sur l'événement. "Je parlerai de la joie d'avoir un pasteur, et du deuil qu'il va falloir faire car notre cardinal et archevêque de Buenos Aires appartient désormais à l'Église universelle". Qu'il soit Argentin "donne un signe très fort à l'Église dynamique d'Amérique du Sud" se réjouit-il, non sans rendre hommage "à l'Église d'Europe et à ses missionnaires qui y ont semé l'Evangile". "Cet homme, dit-il, a reçu toute la grâce de l'Esprit-Saint pour relever les défis qu'il aura face à lui" estime le Père Brito. Dévotion à la Vierge Le pape François ne s'est jamais rendu à Lourdes. "Je souhaite qu'il vienne dans la cité mariale. Ça ne dépend que de lui. Je sais qu'il a une grande dévotion à la Vierge. Hier matin, il est allé se recueillir devant l'autel de Sainte-Marie Majeure" raconte-t-il. Un très beau Signe Nous renseigne Mgr Aillet. Réaction avant le conclave, Mgr Marc Aillet, évêque du diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron, s'était bien gardé de tout pronostic. "Je n'avais aucun favori. On croit s'attendre à tout et on va de surprise en surprise. C'est un très beau signe qu'il vienne du Nouveau-Monde où l'évangélisation connaît une belle vitalité. J'ai été très touché par ses premiers mots et premiers gestes. Le choix de son nom traduit un souci évangélique. François, c'est celui qui peut aider à la réforme intérieure de l'Église de Rome. C'est très significatif" estime le prélat. Un jésuite … Qu'il soit jésuite, c'est nouveau aussi. Je pense qu'il va se situer dans la continuité de Benoît XVI en apportant quelque chose d'autre". L'âge et l'état de santé du pape François laisse toutefois perplexe Mgr Aillet qui philosophe sur l'Église, "un organisme vivant" où tout est possible.

5


(C'est la première fois dans l'histoire qu'un fils de saint Ignace est élu Pape. L'événement est de taille. D'abord à cause de l'importance de cet ordre, vieux de presque cinq siècles, dans le catholicisme, mais aussi parce que la Compagnie de Jésus est longtemps apparue comme une véritable église à l'intérieur de l'Église (son général, vu par certains comme un rival du Souverain Pontife, fut parfois affublé du qualificatif de Pape noir)… Les jésuites retrouvent très vite leur influence: ainsi ses théologiens prennent part à la préparation du concile Vatican I (18691870), ils dirigent deux universités, la grégorienne à Rome et Saint-Joseph à Beyrouth. Au XXe siècle, de grandes figures jésuites marqueront l'Église: le père Teilhard de Chardin et ses audaces intellectuelles, mais aussi les pères de Lubac, Daniélou, Rahner (ces trois derniers influents dans l'élaboration théologique de Vatican II). Après l'élection de Jean-Paul II, la Compagnie - agitée par la contestation et souffrant d'une crise d'identité - est rappelée à l'ordre. Elle perd de son influence au Vatican. La voici de retour, avec l'élection surprise de l'un des siens au siège de Pierre.) Pour la « petite » histoire … Il est de notoriété publique en Argentine que le cardinal Bergoglio est supporter de l'Atlético San Lorenzo, un des clubs de football de Buenos Aires !! Et de réseaux sociaux … Ses vœux pour Noël sur YouTube en 2012. Dans deux vidéos postées sur le compte YouTube de l'archevêché de Buenos Aires, les deux seuls contenus de la chaîne, le cardinal s'adresse directement, face caméra, aux fidèles. Il formule ses vœux pour les fêtes de Noël et prononce sa bénédiction pour la nuit de la Nativité. On y découvre un cardinal plutôt souriant qui évoque sa vision de Noël avec conviction et passion, le tout dans une réalisation à la fois simple et moderne

Ce qu’en pense une hospitalière … Béni soit François, premier successeur de Pierre à avoir choisi ce nom ; enracinant sa spiritualité dans celle de Saint Ignace, ce pape est un homme simple et modeste dont le style de vie symbolise son Amour pour l’Eglise ; il se présente comme évêque de Rome, illustrant ainsi cette parole de Saint Augustin : « pour vous, je suis évêque, avec vous , je suis chrétien ». A l’instar de Saint François d’Assise qui « épousa dame Pauvreté », il se propose et nous propose d’accueillir la pauvreté sous toutes ses formes : maladie, handicap mais aussi toutes les formes de pauvreté d’ordre social, économique, d’appartenance ethnique, qui blessent l’Homme : « n’ayez pas peur de la bonté et de la tendresse ». Le jeudi saint, il a lavé les pieds à douze jeunes détenus d’un centre pénitentiaire de Rome en expliquant que ce geste était « une caresse de Jésus »: il nous a ainsi permis de contempler le Christ « le plus grand est celui qui donne le plus, qui donne tout , qui donne infiniment… le vrai visage de Dieu se révèle enfin, ce vrai visage inconnu, insoupçonné, imprévisible et merveilleux, ce Visage de Dieu que le monde d’aujourd’hui attend et ne connait pas encore »(Maurice Zundel).

6


Comme saint François, précurseur du dialogue interreligieux, il invite tous les hommes de bonne volonté à emprunter « un chemin de fraternité, d’amour , de confiance » et se veut serviteur de la paix ; il invite l’Eglise à s’ouvrir à l’universel et exhorte ses prêtres à « rejoindre les périphéries ». Il lance aussi un appel à la charité en nous adressant ce message « tu es le gardien de ton frère ». Puissions-nous, hospitaliers, revêtir « le tablier de service » pour être des « pierres vivantes « de l’Eglise sous la houlette de notre nouveau Pasteur. Claire Comment mieux conclure ?

Récollection Sur le thème, « il est grand le mystère de la foi »notre récollection a eu lieu le 17 mars : Marie Annick et Daniel Pezet ont témoigné de leur engagement à Lourdes ; et le père Belliard a consacré son intervention à la prière eucharistique. Pour donner un sens à leur retraite, les Pezet ont décidé d’un commun accord de s’installer à Lourdes qu’ils avaient appris à aimer, grâce à l’hospitalité de Touraine où ils ont servi pendant de nombreuses années. L’hospitalité Notre dame de Lourdes est au cœur de leur activité : c’est une association, née du besoin d’accompagner les malades à la source, à la grotte ; elle comporte plusieurs services Le service des piscines : (accompagnement au bain dans une démarche de foi); le service de l’entretien : (accueil en gare, organisation des cérémonies,) le service Saint Fray (ménage, entretien des chapelles, accueil des pèlerins qui ne sont pas en pèlerinage organisé) le service Saint Michel (hébergement, self, atelier de réparation du matériel endommagé) et le service sainte Bernadette (prise en charge de la formation des bénévoles : elle dure 4 ans jusqu’à leur engagement ; formation permanente des hospitaliers) 18 conseillères accueillent les stagiaires et les suivent jusqu’à leur engagement ; elles leur donnent des tâches en fonction de leurs goûts, de leurs compétences ; disponibilité et humilité sont les principales qualités requises par les stagiaires. Il ya d’autres possibilités d’engagement : L’hospitalité de Bigorre qui, sur place, est une hospitalité d’accompagnement ; elle devient hospitalité d’accueil pendant l’hiver et assure le service des piscines ; elle propose aux touristes qui sont dans la région, de venir passer une journée à Lourdes ; elle peut aussi s’occuper des malades qui ne peuvent pas repartir avec leur diocèse. Le Cachot : il a été acheté par les sœurs de Nevers ; on le fait visiter ; on y raconte l’enfance de Bernadette, que la Vierge a choisie pour révéler au monde la place qu’occupent les pauvres dans le cœur de Dieu On peut aussi s’engager au sanctuaire des sœurs de l’Assomption : ce centre spirituel organise des retraites, accueille des familles pour partager la joie de mieux connaitre le Christ, et découvrir le message de Lourdes, face à la Grotte La crise est aussi ressentie à Lourdes : Si les bénévoles y viennent encore régulièrement, la fréquentation des pèlerins est en baisse de 8%. Les inondations de l’automne ont dévasté une partie des sanctuaires ; les ponts jumeaux ont été soulevés par des troncs d’arbre charriés par le Gave ; la centrale hydroélectrique a été aussi endommagée : malgré une prise en charge des assurances, un million d’euros reste à la charge des sanctuaires Le projet Siloé, c'est-à-dire la rénovation des piscines, élaboré par Mgr Perrier , dont le coût est exorbitant est aujourd’hui réétudié par Mgr Brouwet qui souhaite l’approfondir sous un angle pastoral. Marie-Annick et Daniel ont terminé en rappelant que, pour eux, tout a commencé par leur choix « d’entrer dans l’Evangile par la porte du service », et plus particulièrement par leur engagement à l’hospitalité de Touraine.

7


L’exposé du Père Belliard a porté sur la prière eucharistique. Que se passe-t-il pendant la prière eucharistique ? d’abord, ce n’est pas qu’un discours, c’est une action qui transforme, qui améliore ; le Seigneur nous ajuste à son Fils et nous devons nous laisser transformer par Dieu afin que nous même et tous ceux que nous portons dans la prière, soyons sauvés ; C’est une action du Christ, car c’est Lui qui célèbre ; Il agit à travers la Tête : le prêtre, et le Corps : les baptisés ; Il est le Médiateur qui fait passer la sainteté de Dieu dans l’humanité ; Il offre en notre nom sa louange au Père ; Jésus est à la fois celui qui offre, celui qui s’offre et le lieu où il s’offre : l’autel . Il offre aux hommes la faculté de donner tout ce qui fait leur vie, à Dieu : leurs joies, leurs épreuves, leurs rencontres ; cette offrande de ce qu’on a vécu devient l’action du Christ, l’action de toute l’Eglise, de tout son peuple ; Depuis le concile de Trente, il n’y avait qu’une seule prière eucharistique. Vatican II a été rechercher des textes de prières anciens et en a composé de nouveaux pour proposer 4 prières eucharistiques différentes, auxquelles se sont ajoutées d’autres prières pour des circonstances particulières : on y retrouve toujours la même structure. D’abord, la consécration ou récit de l’institution qui est le moyen de rendre permanent ce sacrifice à travers les siècles ; on ne peut séparer la Cène du sacrifice de la Croix. Puis, le moment de l’anamnèse (le fait de faire mémoire) situe la Cène et le calvaire dans l’histoire qui a une direction, celle du retour du Seigneur ; chaque prière eucharistique nous plonge dans cette attente. Vient ensuite l’acte d’offrande : nous offrons le sacrifice du Christ et nous nous offrons avec Lui. Nos vies, celles de ceux que nous aimons, qui nous entourent, deviennent offrande pour Dieu. Puis viennent les appels à l’Esprit Saint : la mission précise du prêtre est d’imposer les mains sur le pain et le vin car il a lui, même reçu l’imposition des mains de l’Evêque ; quand le Corps et le Sang du Christ sont sur l’autel, l’Esprit saint vient sur l’assemblée, sur ceux qui vont aller communier à ce Corps et à ce Sang. On trouve ensuite l’expression de la louange : nous croyons que Dieu agit pour notre salut et nous lui rendons grâce (rendre grâce, c’est le sens même du mot Eucharistie). On trouve encore les prières de demande qui sont un signe de communion avec les autres : le Pape, les Evêques etc... car aucune communauté ne célèbre isolément ; elles sont un signe de communion avec l’Eglise du Ciel et tous ceux qui cherchent Dieu avec droiture ; et enfin les prières d’intercession pour les membres vivants de l’Eglise et les morts. Le Père Belliard conclut en pointant la difficulté de mettre en valeur la Prière eucharistique : difficulté pour les fidèles qui doivent l’écouter pour y participer ; difficulté pour le prêtre de rester dans sa prière à Dieu pendant que l’assemblée prie avec lui. Merci Père de nous avoir fait mieux comprendre que le sacrifice du Christ et le sacrifice de l’Eucharistie sont un même sacrifice et qu’ « on fait l’Eucharistie pour faire Eglise » Claire

8


Commissions Santé Hélène Jean C Livonnet, M Boscq, M Meunier, A mouquin La meilleure façon de présenter cette commission était de présenter leur compte-rendu juste avant le départ pour Lourdes. En voici quelques extraits. Visualisation du " Dossier Médical " de l'Hospitalité St Roch de Montpellier : des éléments à retenir, des éléments inutiles, les médecins reprennent ce dossier pour que l'on en reparle à la prochaine réunion si besoin… Pèlerinage en cars vu du côté médical : 1- Une infirmière par car. 2- Un médecin par binôme de car. 3- Etude sérieuse des fiches médicales pour permettre une bonne répartition des malades en fonction de la pathologie : allongé, 1/2 assis, mobilité réduite, marchant. 4- Chaque médecin aura sa petite trousse d'urgence. 5- Chaque infirmière aura la liste des malades qui composent son car avec la pathologie de chacun. Elle aura une boîte IDE, celle qu'elle aura pour son secteur de chambre à l 'AND, avec son cahier IDE. Lien téléphonique permanent entre médecins et infirmière, avec possibilité d'arrêt en cas d'urgence. 6- Une exigence pour l'équipe matériel : nous laisser quelques "gros bras" compétents pour les transferts de malades les plus lourds !

Quêtes Raoul du Passage Philippe Hascoët M Plumel, JP Noguier Trouver un correspondant Hospitalier dans chaque doyenné pour couvrir au maximum le diocèse d’un point de vue quête.

Transport Jean-Ebles d’Ussel R du Passage, M Simier, M Clouard, D Marchand,JP Noguier, M Portais L'objectif de la mission est de permettre aux malades de bénéficier d'un pèlerinage à Lourdes dans les meilleures conditions de confort et de sérénité, tant durant les transports Tours-Lourdes aller/retour, que pendant les déplacements à Lourdes. Cette année, en Mai, nous avons expérimenté le voyage en car. Si ce type de transport présente beaucoup d'avantages par rapport au train, il faut admettre que les différents arrêts obligent les malades à des "va et vient" qui peuvent les fatiguer, puisque les cars s'arrêtent environ 2 fois pendant le voyage. Mais il est prévu, en plus, un long arrêt à mi-chemin pour déjeuner, ce qui offre la possibilité d'un repos souvent nécessaire. Ces cars sont plutôt bien aménagés et offrent en particulier des couchettes et des emplacements prévus pour arrimer des fauteuils roulants. La commission transport organise en amont le nombre et le type de cars nécessaires pour assurer le transport de tout le pèlerinage : malades, hospitaliers, bagages et matériel. Ensuite, elle prévoit l'embarquement de tous les pèlerins et leurs bagages à Tours et leur débarquement à l'Accueil Notre Dame à Lourdes. Et pour le retour de Lourdes à Tours, l'organisation est la même. Parallèlement, elle fait suivre le matériel nécessaire durant le pèlerinage (pharmacie, hygiène, tisanerie, fauteuils roulants, etc...) L'équipe Transport/Matériel se compose d'une douzaine d'hospitaliers qui assure le transfert des bagages et du matériel, tant à l'aller qu'au retour, et à Lourdes, la mise à disposition des voitures bleues pour que les malades puissent se rendre aux diverses cérémonies.

9


Liturgie Père JP Belliard C Livonnet, MC Sarrazin, H Jean, MF Livonnet, R Fortin, S Chaigneau Voir l’éditorial du Père ci-dessus.

Fêtes Michel Dumontet MF Livonnet, D Marchand, H Lorieux L’objectif de la fête de l’hospitalité est de réunir les malades et les hospitaliers pour une journée de détente et de retrouvaille en dehors des pèlerinages. Elle se déroule tous les ans au mois de Décembre, moment de solitude pour certains malades, et au plus près de Noël. Cette fête est organisée chaque année dans une commune d’Indre et Loire par rotation avec les quatre arrondissements. Cela permet de faire connaître l’Hospitalité aux paroissiens de Touraine avec lesquels nous partageons la messe dominicale et sans contrainte diffuser un message d’accueil…

Communication Catherine Laurenceau M. Simier, C Jagou, C Malherbe, P H Hirtz, M Plumel, JP Noguier Ce poste consiste, en grande partie, à gérer le bulletin qui parait trois fois dans l'année. La commission communication a été un peu plus sollicitée cette année car nous avons fait de nouveaux "flyers" et de belles affiches que vous trouverez agrafées dans vos églises pour faire connaitre l'hospitalité de Touraine au plus grand nombre. Cette commission est composée de sept personnes mais nous faisons parfois appel à des membres "extérieurs" comme ce fût le cas pour les flyers. En effet, Christine Hirtz a beaucoup contribué à leur réalisation, ainsi qu'à celle des affiches. Toutes les idées sont les bienvenues pour se faire connaitre! Donc n'hésitez pas à nous les communiquer sur le mail de l'hospitalité.

10


Pèlerinage de mai Des témoignages …beaucoup de témoignages Merci Louise, merci « Doudou », sans oublier tous ceux qui se sont exprimés et les autres ...qui n’ont pas osé !

J’ai découvert Lourdes en tant qu’hospitalière pour la première fois. Cette expérience m’a profondément touchée. Tout d’abord par la relation aux malades, relation d’humanité et d’humilité, dans laquelle on reçoit énormément. C’est une façon de mettre en acte concrètement les « bonnes » intentions d’aider autrui, d’aller chercher en soi la joie de donner. S’occuper des autres, c’est certainement ce qui nous « guérit », nous, le plus ! Ceci au sein d’une équipe formidable, avec un esprit permanent de partage et d’entraide. Sur le plan de ma foi, j’ai vécu des moments importants. J’en citerai deux particulièrement : - Au cours du Chemin de Croix, dans la prairie, j’ai été saisie de chagrin mais aussi de gratitude et d’amour envers Jésus. Puis j’ai été très touchée par ces paroles qui ont résonné en moi : « épargne-moi la honte…». La pire honte n’est-elle pas d’être coupée de Dieu, et de penser qu’Il ne pourrait pas nous aimer ni nous pardonner nos erreurs ? C’est orgueil, une offense envers Lui, envers son Amour et sa Justice. J’ai été bouleversée par cet Amour absolu peut-être pour la première fois. Dieu nous aime tous incroyablement ! - Comme une suite logique, il y a eu cet instant précis où je me suis laissée aller dans l’eau à la piscine, merveilleusement accompagnée... En une seconde, je me suis abandonnée à Dieu totalement, dans une joie immense et quelque chose a cédé en moi, comme une digue qui se rompt et libère enfin l’amour, la confiance. Ensuite, je me suis sentie délivrée, purifiée, allégée, prête à dire « Que Ta volonté soit faite »… Je suis revenue avec toutes ces « empreintes » en moi qui tracent un chemin. Quelque chose a évolué et muté dans mon cœur. Lourdes, c’est vrai, c’est la porte de la foi. Merci à tous (et tout particulièrement à Bérangère, Brigitte, Paul et toutes les personnes de mon équipe. (A l’année prochaine !) Dany 2013 ! Un millésime que je ne suis pas prête d'oublier. Tout d'abord le voyage en car, source d'inquiétude pour beaucoup d'entre nous et qui finalement s'est révélé pas si déplaisant que ça, l'inconfort pour certains ayant été compensé par le plaisir du repas partagé lors de l'étape à Bordeaux, doublé par la solennité de la célébration de la messe de Pentecôte dans ce lieu insolite qu'est une salle de restaurant autoroutier. Mais après tout, la messe n'est elle pas un repas ? Et cette nourriture spirituelle n'était-elle pas tout aussi indispensable à chacun d'entre nous que la nourriture temporelle ? Ensuite est venu, après quelques péripéties routières pour le car "lièvre" dans lequel j'étais monté, le moment de l'installation dans le bâtiment de droite de l'accueil Notre Dame.

11


Pour la première fois, je dois me mettre dans la peau d'une responsable de chambres. Inquiétude vite dissipée par le bonheur de travailler avec une équipe démultipliée par les huit chambres à gérer. Je remercie chaleureusement chacun de ceux et celles qui ont contribué à ce que tout soit parfaitement huilé, du début jusqu'à la fin, le sourire de nos malades, même les plus lourds, étant le garant de notre réussite. Ensuite, il me faut parler de ce flot d'émotions qui m'a envahie lors de la cérémonie des engagements, MON engagement, que je souhaitais tellement (merci à mon parrain !); émotion aussi en accompagnant le Père Thibault pour l'onction des malades, alors que je portais le précieux Saint Chrême ; émotion encore lors de la procession Eucharistique à laquelle j'ai eu l'honneur de participer, procession toujours si bien ordonnée, car rien n'est jamais trop beau pour glorifier Notre Seigneur. Le point d'orgue de tout pèlerinage, la procession Mariale, que je ne voulais pas faire, craignant de ne pouvoir marcher, mais Marie m'a tenue par la main et nous a tous protégés d'une pluie trop méchante. Pis, notre fête des malades, joyeuse et fraternelle, où les talents des plus jeunes se sont conjugués avec ceux des plus âgés pour la plaisir de tous. Enfin le retour sans encombres, avec une pause festive comme un repas de mariage, avant le retour dans notre Touraine. Quelques jours donnés, si vite passés, et ce n'est qu'un au revoir puisque chacun d'entre nous, malades ou hospitaliers, sont bien décidés à récidiver l'année prochaine pour venir se ressourcer au pied de la grotte, car nous savons, comme l'a expérimenté l'une de nos très jeunes, que chaque petit geste ou chaque sourire donné est source d'une telle joie et d'un tel sentiment de fraternité que l'on ne peut plus s'en passer ....Merci Marie pour ce bonheur reçu. Monique Le rendez vous est inhabituel puisque nous nous retrouvons sur le parking de Rochepinard et non plus en gare de Tours! C'est une première... Un voyage en car! Cela en effraie plus d'un mais finalement, tout le monde est là! L'installation des uns et des autres n'est pas plus compliquée, presque plus facile pour certains. Départ prévu à 8 heures et nous sommes partis à ...... 8 heures! Nous voyageons le dimanche de la Pentecôte donc le Père Belliard a prévu de dire la messe au moment du déjeuner, dans une salle de restaurant. Là encore, le lieu est inhabituel mais tout le monde s'adapte! Dès le début de l'après midi, tous les cars reprennent la route de Lourdes. Je suis dans le car sanitaire où la sieste est de rigueur pour les malades et pour quelques hospitaliers...Le car n°1 fait un petit détour inattendu vers Bayonne mais finalement, nous nous retrouvons tous à bon port. Les cars nous déposent devant la porte, ce qui est un avantage car les malades n'ont plus besoin d'être transportés en navette depuis la gare pour atteindre l’accueil Notre Dame. Ce pèlerinage fût priant grâce à la présence très investie du Père Belliard. Il fût également très joyeux grâce à celle des jeunes de Saint Grégoire et de Mont de Marsan qui nous ont apporté une aide précieuse. Qu'ils en soient, une fois encore, remerciés. Même si la pluie nous a accompagnés pendant quelques jours et a bouleversé un peu notre programme initial, tout s'est déroulé dans le calme et la bonne humeur! Lors de la dernière soirée, une action de grâce avait été organisée par le Père et ce fût un moment intense. Les témoignages des uns et des autres, nouveaux hospitaliers, jeunes et moins jeunes, pour certains plus anciens 12


dans l'hospitalité, furent souvent émouvants. Merci pour cette initiative. Cela faisait plusieurs années que je n'étais pas revenue en mai, préférant le mois d'aout car j'y viens avec mes enfants. Ce n'est pas mieux, ni moins bien, l'ambiance y est un peu différente mais tout aussi formidable. On y retrouve toujours les sourires, une main posée sur la votre au moment où on en a besoin, un petit coup de main qui vous soulage dans un moment de panique, des malades qui supportent nos maladresses sans se plaindre...Bref, c'est Lourdes! Catherine

Un peu particulier ce témoignage mais … Notre accompagnateur Diacre et son épouse Monsieur et Madame Portais nous on parlé de leur engagement dans l’église : Le Diaconat : remonte aux origines de l’église. Institution des 7 premiers diacres sur lesquels les apôtres imposent les mains. Parmi les sept il y a Etienne, Philippe et Timothée… Remis à l’honneur dans l’église catholique par Vatican II Chrétien ayant reçu par imposition des mains de l’Evêque, l’ordination sacramentelle du diaconat. Certains sont ordonnés en vue du presbytérat, d’autres le sont d’une manière permanente « diacre permanent « Diacre veut dire : « serviteur « on précise diacre permanent pour faire la distinction avec le diacre qui va devenir prêtre. Le diacre doit obéissance à son Evêque. Le diaconat est un ministère au service de la parole, de la liturgie et de la charité. Les diacres aident leur curé : pour les mariages, les baptêmes et les funérailles. Un ministère ordonné, un diacre célibataire reste célibataire, un diacre veuf reste veuf mais ce ministère peut être confié à des hommes mariés. L’épouse du diacre donne son accord et soutient son mari. Elle veille à l’équilibre de la famille. Il est souhaitable que les enfants soient en parfait accord avec leur père pour qu’ils soient heureux. Monique et Luc

13


Rallye Le 4ème du nom… celui-ci nous a conduit à cheminer dans le doyenné de Château la Vallière. Si le temps ne fut pas des nôtres, contrairement aux prévisions annoncées (!), nous obligeant même à nous cantonner au cœur de l’abbaye (il ne pleuvait, toutefois, pas …), l’ambiance et la chaleur étaient là. Rallye certes pour la majorité d’entre nous, avec ses questions (un peu trop …), mais aussi rassemblement de quelques hospitaliers et malades ; dans un lieu quelque peu magique… et encore sur les traces de St martin ! Difficile de passer à coté en Touraine ! Quelques photos suffiront à vous convaincre … d’y participer l’année prochaine !

Des nouveautés d’ores et déjà suggérées … afin de mieux profiter des sites visités … Peut-être aussi moins de questions !

Aumônier, mais pas curé … 14


Un ancien éducateur s’est mis au service des malades, de leurs familles et du personnel hospitalier. Une expérience humaine riche … Il se souviendra de ce soir où il a fait demi-tour alors qu’il s’apprêtait à rentrer chez lui, pour accompagner un malade dans ses derniers instants. « J’avais croisé l’ancienne responsable de l’aumônerie qui se rendait à son chevet. J’y ai vu un signe, un appel ; je me suis rendu avec elle auprès de la personne souffrante. » Le malade est décédé bien entouré. Dix ans à la tête de l’aumônerie de l’hôpital. A quelques jours de son départ à la retraite il fait le bilan d’une expérience à laquelle il n’avait pas vraiment songé, mais qui l’a passionné. Une petite note postée dans l’église Sainte-Eve : l’hôpital recherche un responsable pour l’aumônerie ! Un coup de coude d’un ami : c’est pour toi… Après consultation de mes proches j’ai postulé. Son profil d’éducateur bien connu dans la ville et sur proposition de la pastorale de la santé, a convaincu la direction. Une exception dans ce monde essentiellement féminin … Aumônier, pas prêtre : « je dépends de l’hôpital dans le cadre légal qui veut que chacun ait la liberté de pratiquer son culte où qu’il soit. J’interviens essentiellement à la demande ; et pas seulement pour les malades catholiques. Il m’est arrivé de prendre contact avec le responsable du culte musulman quand un malade souhaitait rencontrer un imam ». L’aumônerie, située dans les sous-sols de l’hôpital, est un lieu d’échanges.

C’est cet esprit d’ouverture et de dialogue, que Paul Chêne laissera en héritage à son successeur. Extrait de l’Echo Républicain de Dreux

Le bulletin de l’hospitalité est désormais accessible sur CD MP3, grâce à la BS !

Faites-nous connaître les personnes intéressées pour le recevoir Bibliothèque Sonore 53 rue du Sanitas 37000 TOURS 0247 667 930 Bs37@club-internet.fr Un site à visiter : http://ideoplume.com

Le Carnet 15


Rose blanc bleu

11 mai 1 juin 30 juin 7 juillet Juillet

mariage de Stéphanie Bousseau et Damien Fortin mariage Marie Jouanneau et Florian Vic-Dupont Ordination de Damien de Beaumont Elie 1er petit fils de Christain Massé 25 ans de mariage de Agnès et Jean-Michel Pagé

Nos amis disparus Juin 8 juillet

Xavier Deschard ancien Vice-président Père Bouzy

16


Directeur GĂŠrant : Jean-Pierre NOGUIER

17

Bulletin n°20 de 08 2013  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you