Convergence N° 56

Page 1

BULLETIN INTERNE DE DELTA HOLDING 4ème trimestre 2012

N°56-DECEMBRE 2012

EDITO 01 EDITO

Message de M. Fouad FAHIM

02 EN MARCHE

ISOSIGN: Mise en service du site français de Bourgogne

04 INVITÉ

Interview: Le recouvrement « Une fonction clef »

06 FOCUS

• Le 12-12-12: Inauguration du tramway Casablanca • Chromacolor se lance dans le négoce des produits chimiques • L’Afrique: Un relais de croissance • Agenda des foires & salons 2013

012 VOTRE RUBRIQUE • e-commerce

• Fait Insolite: Arnaques aux faux virements

014 RESSOURCES.H • Ressources.H • Carnet social

EN MARCHE

ISOSIGN: Mise en service du site français de Bourgogne

A l’instar des autres années, le dernier semestre de 2012 est marqué par les travaux de préparation des contrats de programme pour l’exercice 2013 ; une période intense pour l’ensemble de nos collaborateurs qui étudient les perspectives et chiffrent les prévisions dans un contexte économique national difficile. En effet, les niveaux de croissance prévus pour 2012 ont été revus à la baisse et les tensions qui pesaient sur les trésoreries des entreprises aggravées par le retard enregistré dans la promulgation de la loi de finance. Néanmoins, cette fin d’année a également été marquée par le dénouement des perturbations sociales que vivaient certaines de nos unités industrielles à Kenitra. Nous souhaitons donc remercier tous ceux qui ont œuvré en interne ainsi que les autorités locales qui ne se sont résignées en aucun cas pour veiller au respect de la loi et du droit au travail. Et nous continuerons à agir avec autant de persévérance pour maintenir une quiétude pérenne au sein de nos entreprises. Enfin, nous vous présentons nos meilleurs vœux pour la nouvelle année, en vous souhaitant à vous, ainsi qu’à tout votre entourage une année pleine de joie et de prospérité. Quant à nous, on se donne rendez-vous au prochain numéro pour la présentation des réalisations et performances de notre groupe.


02

ISOSIGN

Mise en service du site français de Bourgogne

EN MARCHE

L’internationalisation : Une entreprise s’internationalise lorsqu’elle développe son activité au-delà de son territoire. Il s’agit d’une stratégie de croissance hors de son marché national. Le développement à l’international ne constitue plus un choix stratégique pour les sociétés, mais est devenu une nécessité pour une croissance durable. L’externalisation représente l’une des armes dont l’entreprise marocaine doit disposer pour gagner la bataille acharnée de la compétition, ouvertement lancée par le démantèlement des barrières douanières, un phénomène inhérent au nouvel ordre économique mondial.

Delta Holding à l’international : L’internationalisation des activités de delta holding a toujours constitué une ligne directrice de sa stratégie de développement. Cette présence hors frontière revêt soit la forme d’une implantation à l’étranger, c’est le cas de l’environnement au Cameroun, de la métallurgie et la galvanisation au Sénégal et des infrastructures et l’eau en France, soit l’exportation de ses prestations à partir du Maroc. A cet égard rappelons ses activités de bitume, de sel, des équipements électriques, des produits de signalisation et du secteur routier.

DHO se développe en France à travers ISOSIGN Après une présence encourageante en Afrique et des exportations sur le territoire français, DHO à travers sa filiale française ISOSIGN, a investi à Saint-Eusèbe, dans la région de Bourgogne. Une nouvelle unité de production qui s’étale sur 6 ha dont 10.000 m2 d’ateliers fabriquant une gamme complète de produits certifiés aux normes françaises et européennes, réalisés dans des délais très courts grâce à des technologies de pointe et des équipements alliant souplesse et performance. La nouvelle usine prévoit d’employer une quarantaine de personnes. Cet investissement stratégique, vient consolider la vision de delta holding qui consiste à exporter ses savoir faire au-delà du Royaume, renforçant ainsi l’activité de signalisation et équipements de sécurité du groupe d’environ 40 millions €.

Pourquoi la Bourgogne ? Le sud de la Bourgogne a connu un grand essor industriel. Son économie est dominée actuellement par une technologie de pointe dans le domaine des aciers spéciaux de l’énergie et des transports. Cette région est aujourd’hui reconnue comme l’un des principaux pôles industriels entre Paris et Lyon. Elle est située au carrefour des principaux axes de communication français et européens.

Dès sa création en 2007, ISOSIGN a eu pour objectif de prendre une part du marché français, européen et international, de la Signalisation routière, basée sur la différence par rapport au modèle «repeat market» existant et sur les fondements de la nouvelle économie. Cette différentiation consiste à: • Créer des produits de conceptions nouvelles, brevetés et certifiés NF et CE, • Optimiser les coûts de production et les stocks, • Présenter des services innovants, appropriés et évolutifs (solution clé en main, maintenance..), • Mettre en place un modèle commercial innovant: Internet, gestion commerciale interactive chez les revendeurs et les sociétés de services… Après la phase de création et de stabilisation de l’entreprise (2007-2011), ISOSIGN a décidé de renforcer le développement de sa production, précisément sur le site acquis fin 2011 à Saint Eusèbe dans la région de la Bourgogne. Cette nouvelle stratégie permettra à ISOSIGN de gagner en capacité de production et en autonomie, permettant une meilleure réactivité de l’entreprise pour saisir les opportunités en Europe, pour axe prioritaire les pays francophones comme le Luxembourg qui accepte les normes NF et CE, et à l’international. Afin d’accompagner sa croissance, la société envisage, à moyen et long terme de développer sur ce nouveau site, la production d’autres équipements de la route et l’intégration d’autres industries issues du savoir-faire de DHO.

03


04

INVITÉ

INTERVIEW

Le recouvrement « une fonction clef » Expliquez-nous un peu l’environnement général du recouvrement au maroc:

Mme Najoua Ingénieur de l’IAV Hassan II à Rabat, Mme Najoua El hassani a débuté sa carrière au sein de la conserverie alimentaire MCS en tant qu’ingénieur. Toujours à Kenitra, elle réintègre la société LPS (société de peintures) en tant que gérante jusqu’en 2008 ou elle y occupe le poste de directrice. Actuellement elle est responsable de la cellule recouvrement delta holding Kenitra.

M. EL AZHARI Mohamed Après un cursus universitaire en Management et Marketing, Monsieur Mohamed AZHARI a intégré Wafasalaf où il a évolué dans plusieurs postes, Directeur Agence, Responsable SAV puis au niveau du siège où il a travaillé sur la mise en place d’un CRM (outils de gestion de la relation client) dont il est devenu responsable, et sur d’autres projets (refonte du site web, projet optirisk, projet OAV outil d’aide à la vente, site de formation E-learning et autres). Et cela durant 5 ans et demi. En octobre 2012 il a intégré Delta holding en tant que responsable recouvrement du groupe.

Quelles sont les principales améliorations attendues de la nouvelle organisation ? Gérer le risque, c’est suivre l’affaire depuis sa création de façon minutieuse, afin de minimiser et amoindrir les pertes s’il devait y en avoir, car après tout, oser prétendre maîtriser toutes les variables relatives au monde de l’entreprise relève de l’imaginaire.

Pouvez–vous nous décrire l’organisation de l’activité recouvrement au sein du groupe ? Delta holding n’a pas tardé à harmoniser ses pratiques avec les nouvelles règles en incitant ses filiales à prendre toutes les dispositions dans ce sens, notamment à travers la révision des conditions de vente et de paiement et l’actualisation des règles de classification des créances. De même, un renforcement des moyens humains chargés du recouvrement a été initié pour accompagner ce vent de modernisation du dispositif réglementaire régissant les transactions entre opérateurs économiques.

Pour se prémunir contre le risque d’impayé, delta holding a décidé de mettre en œuvre une démarche de prévention du risque client qui consiste à évaluer le risque de défaillance de ses clients nouveaux et existants, à limiter l’encours de crédit, voire à l’assurer ou à le garantir. Cette démarche se traduit par les étapes suivantes. L’entreprise fait tout d’abord le choix de souscrire à un contrat d’assurancecrédit ; une assurance qui couvre uniquement le risque d’insolvabilité sans celui lié au retard de paiement, le crédit manager «responsable recouvrement» s’informe ainsi sur la solvabilité des clients par la réalisation d’enquêtes commerciales,

d’échange d’informations sur la régularité des paiements auprès des autres fournisseurs accompagnés d’une analyse financière, de l’exploitation de l’historique des paiements et l’information terrain. Ensuite un plafond de crédit est fixé représentant le risque maximum que le fournisseur accepte de prendre sur un client donné pour négocier au final une garantie avec son client. La notion de délai d’usance justifie le crédit interentreprises; le fournisseur fait crédit à son client sur une durée équivalente à peu près à la durée pendant laquelle la marchandise se trouve dans le stock de ce dernier. Cette nouvelle organisation a pour objectif aussi de se rapprocher au mieux des filiales, les accompagner au quotidien, leur apporter le soutien nécessaire ainsi qu’optimiser, améliorer et critiquer pour construire ensemble. Notre devise est: Rigueur et audace !

Quelle est la place de la gestion du risque dans le nouveau dispositif ? Dans un contexte de crise, le risque de perte totale ou partielle des créances est d’autant plus accru que le volume du CA réalisé à crédit est élevé, ce qui influe négativement sur la rentabilité. Ce paradoxe est universel mais il se fait ressentir de façon plus évidente en période de difficulté économique. Nul ne doute que toutes les sociétés essaient de limiter au maximum leurs impayés mais la tâche est souvent compliquée. Pour cela, la gestion des risques occupe actuellement une place clef dans le dispositif du groupe, ayant comme objectif de prévenir les risques et réduire leur traitement, ce qui permettra à toutes les filiales de réaliser des performances saines.

Notre cellule vise à réorganiser le recouvrement, optimiser les processus, perfectionner les procédures, adopter la meilleure façon de faire le transfert des compétences entre filiales, améliorer l’échange de l’information et valoriser le département. 05


06

Le 12.12.12 :

Inauguration du tramway Casablanca

FOCUS

Le projet de tramway se compose de 48 stations et s’étend sur une longueur de 31 km partant de SIDI MOUMEN, passant par le CENTRE-VILLE et arrivant en fourche à AIN DIAB et au QUARTIER DES FACULTES. Un nouveau mode de transport qui contribuera considérablement à la baisse du trafic automobile de la ville et complétera le réseau de transport de Casablanca, qui avec ses 5 millions d’habitants, exprime un besoin énorme.

Le Tramway de la ville de Casablanca voit enfin le jour dans des délais records.

Le 12-12-12, une date qui restera longtemps dans la mémoire des «bidawis» marquée par la réalisation d’un projet de plusieurs années d’efforts et de mérite. En effet, parmi les évènements les plus marquants de l’histoire du transport au Maroc, après le tramway de la capitale Rabat, Le tramway de la ville de Casablanca voit enfin le jour dans des délais records. Grace aux efforts combinés de 30 sociétés étrangères et 61 sociétés de BTP Marocaines, dont AIC, Maroc Signal et GCR, qui ont participé considérablement à la réalisation de ce projet avec des travaux d’installation de signalisation lumineuse tricolore sur 78 carrefours et des travaux d’infrastructures et d’aménagements urbains de façade à façade sur un linéaire de 7km et demi, une partie des problèmes de trafic, de pollution et de nuisances sonores va être résolue dans la ville de Casablanca.

07


08

ChromaCOLOR se lance dans

le négoce des produits chimiques

L’AFRIQUE :

Un relais de croissance

FOCUS

ChromaCOLOR SA a fait le pari de la diversification et osé l’innovation pour pérenniser l’entreprise. Certifiée aux Normes Françaises en 2010, la société œuvre, depuis, pour accroitre et développer ses activités à échelle nationale et internationale. En effet, au regard du marché qui n’est désormais plus extensible et dans une conjoncture économique et financière fragile, une des clés de la réussite est de se diversifier dans des secteurs connexes à ses domaines de compétence.

ChromaCOLOR ambitionne de se positionner sur le continent africain comme fournisseur de réactifs pour le traitement des eaux potables

C’est ainsi que ladite filiale du groupe a décidé dès le début de cette année de se lancer dans le négoce de produits chimiques. Ce choix pour ChromaCOLOR est loin d’être anodin. Le secteur de la Chimie est l’un des plus porteurs au niveau local, mais également à l’international, et connaît une évolution relativement soutenue. De plus, de par ses métiers traditionnels, peintures routières, bâtiments et industriels, ChromaCOLOR a toujours été considéré comme un établissement faisant partie intégrante du secteur de la chimie et parachimie. Rappelons au passage que la société est de classe 2 selon la législation et réglementation régissant les établissements insalubres, incommodes ou dangereux. C’est donc tout naturellement que cette nouvelle activité de négoce vient s’inscrire dans la stratégie de développement de la société. L’objectif à moyen terme est double, d’une part, fournir une offre compétitive d’une gamme de produits à forte valeur ajoutée sur le marché marocain et d’autre part, devenir une référence sur l’ensemble du marché africain en matière de négoce de produits chimiques. Autrement dit, ChromaCOLOR ambitionne de se positionner sur le continent Africain comme fournisseur de réactifs pour le traitement des eaux potables, des produits chimiques pour les industries minières et agroalimentaires et les produits pour la désinfection et le nettoyage du matériel industriel.

Le groupe entreprend aussi des prospections de manière permanente… Actuellement le Maroc accorde une importance majeure au continent africain dans ses choix stratégiques. Ceci, dans l’objectif de tirer profit du potentiel de son voisinage et de contribuer à son développement, mais aussi dans une vision plus large, optimiser son insertion dans la mondialisation à travers un réseau diversifié de relations économiques et financières à l’international.

L’Afrique est donc considérée aujourd’hui comme un relais de croissance principal pour les entreprises marocaines, qui fortes de leur expérience au niveau national, sont à la quête d’opportunités présentées par ce continent pour faire du Maroc une plaque tournante économique. Le but est que le royaume forme. Le pont entre le continent africain et le reste du monde et ce, en s’appuyant sur ses atouts comme la proximité géographique avec l’union européenne, la stabilité politique et aussi son système bancaire et financier solide. Le secteur privé a été fortement impliqué par cet échange Maroco-Africain, dont DHO, qui s’inscrit dans cette dynamique à travers deux principaux projets : Une unité de galvanisation dans la banlieue de Dakar au Sénégal « DHS », ainsi qu’une unité de gestion de la production et la distribution de l’eau sur l’ensemble du territoire camerounais pour le compte de camwater « CDE ».

09


010

Agenda des foires & salons 2013

FOCUS

foires & salons Infrastructures RBM: Foire international des routes et ponts du 09 mai 2013 au 11 mai 2013, Guangzhou CHINE Infrastructures: Salon de trafic et transport du 29 mai 2013 au 31 mai 2013, Istanbul TURQUIE BATIMAT MAROC équipements techniques: Salon international de la construction du 05 juin 2013 au 08 juin 2013, Casablanca MAROC CONSTRUMAR 2013: Salon international de la construction, du BTP et de la finition octobre 2013, Casablanca MAROC BATIMAT France: Salon des professionnels de la construction du 04 novembre 2013 au 08 novembre 2013, Paris FRANCE

Métallurgie Aluminium Middle East Dubaï: Foires et Congrès de l’industrie de l’aluminium du 23 avril 2013 au 25 avril 2013, Dubaï EAU Metalforum: Salon de métallurgie, transformation des métaux et technologie de coulée du 04 juin 2013 au 07 juin 2013, Poznan POLOGNE

Parachimie Expogaz: Salon international de l’industrie du gaz du 10 septembre 2013 au 12 septembre 2013, Paris FRANCE

Thai Water Bangkok: Salon international de l’eau et des eaux usées du 05 juin 2013 au 08 juin 2013, Bangkok THAILANDE

POLLUTEC MAROC 2013: Salon international des équipements, des technologies et des services de l’environnement le 01 octobre 2013, Casablanca MAROC

Services

Environnement

SMAP Immo: Salon de l’immobilier marocain du 17 mai 2013 au 20 mai 2013, Paris FRANCE

PAWEX: foire pour pompes, vannes, systèmes de traitement des eaux, tuyaux et accessoires du 02 mai 2013 au 05 mai 2013, Istanbul TURQUIE

SISTEP-MIDEST 2013: Salon international de la sous-traitance d’approvisionnement et du partenariat du 11 décembre 2013 au 14 décembre 2013, Casablanca MAROC

EAU EXPO & FORUM 2013: Salon et forum internationaux de l’eau du 22 mai 2013 au 25 mai 2013, Casablanca MAROC

011


012

VOTRE RUBRIQUE On qualifie souvent le 21ème siècle comme étant le siècle de la vitesse, on y a assisté au lancement des trains à grande vitesse, des voitures rapides, des technologies les plus novatrices et à un bon nombre d’inventions et de réalisations visant généralement à répondre au même besoin: gagner du temps. Le commerce électronique est l’une de ces innovations qui gagne de plus en plus de terrain grâce notamment à la vulgarisation d’internet et la bancarisation de plus en plus de populations.

E-COMMERCE

Le renforcement de la sécurité des moyens de paiement encourage les internautes

Fait Insolite

Alerte à la vague d’arnaques

Publié récemment sur le site de l’ambassade de France, un article appelle les sociétés et les organismes Français à être plus vigilants quant aux escroqueries aux faux ordres de virement.

Mais actuellement et grâce à la multitude des offres sur la place et à la confiance qui s’installe progressivement vis-à-vis des moyens de paiement en ligne, le e-commerce a connu une nette progression au Maroc durant ces 3 dernières années avec plus de 330 000 transactions en ligne et un chiffre d’affaire qui dépasse le milliard de dirham en 2011.

Communément désigné par le mot e-commerce, l’utilisation du réseau internet pour la commercialisation ou l’acquisition des produits et services attire de plus en plus de professionnels et de particuliers ; une attention prouvée par le nombre croissant de clients internautes, qui dépasse les 10 millions de nos jours au Maroc, cherchant à satisfaire leurs besoins dans les meilleurs délais voir même de façon instantanée et sans avoir à se déplacer.

La confiance a gagné peu à peu du terrain grâce notamment aux organismes financiers qui ont mit au point des systèmes de paiement parfaitement sécurisés. Les risques de fraude ont été considérablement réduits, encourageant ainsi l’utilisation des moyens de paiement en ligne.

Le consommateur marocain a longuement fait part d’une résistance face à ce secteur principalement pour des raisons de sécurité, ce qui explique le retard

Ceci dit, et malgré le progrès enregistré, il faut reconnaitre que l’on est encore loin derrière les pays développés dans ce domaine. Si aujourd’hui l’internaute marocain peut acheter en ligne à hauteur de ses économies à l’échelle nationale, il est tout de même limité à un montant de 10.000 DH annuel pour les transactions internationales, un plafond imposé par la législation en vigueur. Ce problème de plafond ne se pose néanmoins pas pour ceux qui vendent vu qu’il n’y a pas de limite pour les encaissements venus de l’étranger.

Dans le cadre de ce climat de confiance, on assiste aujourd’hui à de plus en plus de lancements d’offres en ligne dans tous les domaines, de l’immobilier au tourisme en passant par l’électronique, les livres et l’électroménager … Les perspectives d’évolution sont énormes et le business qui en dépend est très prometteur.

Cette nouvelle forme d’arnaques, très en vogue, a fait de multiples victimes dans le monde et notamment en France: plus de 180 attaques dont des PME, des administrations, d’importantes multinationales… même l’Elysée y a échappé de peu. Utilisant des techniques très élaborées de mise en scène, les escrocs commencent tout d’abord par collecter un maximum d’informations sur l’entreprise et se renseignent sur ses filiales, les membres de son conseil d’administration, ses directeurs… Ils s’imprègnent de la culture de l’entreprise en étudiant les messages internes et en collectant les PV d’assemblées générales pour procéder, par la suite, à l’usurpation de l’identité du directeur financier ou meme du PDG exigeant un virement en urgence pour le compte d’une des fililales du groupe en chine. Le scénario peut changer dans le cas où ces derniers contactent le service comptabilité de la société se faisant passer pour un client et demandent leurs coordonnées bancaires. il pourront ainsi falsifier un ordre de virement avec l’entête et les informations de l’entreprise ainsi qu’une fausse signature, ordonnant à la banque de la société de verser le montant voulu sur leur compte. Ces appels téléphoniques sont passés de l’étranger, tout en donnant l’illusion d’appels nationaux, afin de mettre leurs interlocuteurs en confiance. Les escrocs ont des alliés chinois qui interceptent ces virements et, en échange, leurs versent du cash à Paris. Pour le moment, aucun cas n’a été enregistré au Maroc. Donc les entreprises nationales se doivent de prendre leurs précautions quant à ces arnaques en informant les personnes en charge.

013


014

RESSOURCES.H

Carnet social

bienvenue à nos nouvelles recrues

Mariages BOUCH Rachid - OXAIR EL AZZOUZI Mounir - OXAIR NOUNAH Issam - OXAIR

Naissances dans les familles de Adam au foyer de Saïd HAMMADI - AIC Anas au foyer de Abdessalam OUHHA - AIC Nom & Prénom

Emploi

AJEBAL Hanane

AIC

AKDI Mahmoud

GENA

Chahd au foyer de Houssine ABOULARWAH - OXAIR Fatima zahra au foyer de Mohamed TAMDAOUI - OXAIR Ghassan au foyer de Mansour LAHMAR - GALVACIER

ASSOUSSI Meriem

SOGETRAMA gls

Ghita au foyer de Wafa BEZZOUT - Ligne Blanche

AZZOUZ Hakim

Fonex Aluminium

Iness au foyer de Jillali CHEMA - GALVACIER

BEN ZEHAF Rachid

Fonex Aluminium

Ismail au foyer de Adel BENZINA - AIC

BERRADA Mounir

GREEN OIL

Jmila au foyer de Rafik SALMI - SSM

CAOUTI Rachid

Maroc Signal

Marwane au foyer de Moussa BENCHEMSI - SSM

EL AZHARI Mohamed

Delta Holding

Rayane au foyer de Yassine LOTFI - OXAIR

EL BOUJARFAOUI Abdelaziz

SOGETRAMA gls

Safa au foyer de Allal LAFER - Ligne Blanche

EL HABTE Nada

SOGETRAMA gls

Wahib au foyer de Rachid SAADA - AIC

EL MACH Zouheir EL MAHIR Abdessadek EL MAORSLI Ismail EL MOUTTAKI Nouamane

Delta Holding GREEN OIL Maroc Signal SSM

HERRADI Hanane

Fonex Aluminium

LAACHIRI Yousra

GREEN OIL

MNOUMER Mohamed

Maroc Signal

MOUJIB Abdellilah

GREEN OIL

MOUNIR Maryam

GALVACIER

OUADRASSI Imane

GALVACIER

OUCHETTOU Salima

AFRICBITUMES

SEHABI Salwa

GALVACIER

TOUNSI Mariam

GALVACIER

Wassim au foyer de Mourad HNINI - OXAIR Younes au foyer de Mohamed ESSAIDI - OXAIR Zakariae au foyer de Thami KASRI - AIC

Toutes nos condoléances aux familles de AABKARI Youssef - Fonex Aluminium Mère AIT AASSINI Mohamed- GENA Mère BADA Rachid- OXAIR Grand-mère BENLALLA Saïd - OXAIR BOUBKER Ali - AIC Mère CHEBBA Noureddine - SOTRAMEG Père EL OUAFI Abdallah- GENA Sœur NEFTAH Amina - AIC Mère SERGHAT Med Abderrazzak - GALVACIER Père

015