Cahier Agriculture

Page 1

SUPPLÉMENT SPÉCIAL

MERCREDI 4 MAI 2022


2 - La Pensée de Bagot - Mercredi 4 mai 2022 - Cahier agriculture


Finaliste au Gala hommage aux agricultrices de la Montérégie-Est

Linda Lazure, un modèle de détermination et de résilience Alain Bérubé | La Pensée

Linda Lazure, qui gère le Gîte des Oies à Roxton Falls en compagnie de son conjoint Louis-Paul Quérel depuis 2016, est heureuse d’avoir mise en nomination au titre d’« agricultrice de l’année » en Montérégie-Est. Elle y voit une belle reconnaissance de sa résilience et de sa passion pour l’agriculture. Lors du 33e Gala hommage aux agricultrices de la Montérégie-Est, présenté par la Fédération de l’UPA de la Montérégie le 23 avril, à Saint-Hyacinthe, Mme Lazure faisait partie des quatre finalistes. La lauréate fut Caroline Pelletier (Fromagerie et ferme Missiska, à Saint-Armand), mais Mme Lazure a tout de même reçu une mention honorifique.

« J’ai été nommée Agricultrice émérite. On a, selon moi, voulu souligner ma persévérance et mon expertise. J’ai d’ailleurs adoré ce gala, qui m’a permise de rencontrer des gens très intéressants dans le domaine de l’agriculture au féminin », souligne Linda Lazure. Le couple a décidé, en se lançant dans l’aventure du Gîte des Oies, de mettre en commun leurs expériences en cuisine, en service à la clientèle et en tourisme. On y élève une douzaine d’espèces d’oies sur place, ainsi que d’autres volatiles nourris à la main, afin de développer plusieurs produits savoureux et uniques. « Actuellement, on fait preuve de prudence à cause de la grippe aviaire. Mais c’est toujours un plaisir de recevoir les gens et de leur faire découvrir nos produits, que ce soit par exemple nos rillettes, nos terrines, nos gésiers confits, nos cuis-

récréatifs, nous permet heureusement de recevoir une belle clientèle qui en profite pour découvrir notre production. Et avec entre autres nos sentiers et notre bleuetière, le site est un endroit très accueillent. Les quatre lacs, la forêt et le jardin à proximité ajoutent au charme de notre emplacement. On travaille très fort pour que notre domaine soit une destination agrotouristique de choix, qui évoque la relaxation et le ressourcement, en plus d’être une magnifique expérience à la ferme », conclut Mme Lazure

Linda Lazure a reçu une mention d’« Agricultrice émérite » lors du Gala hommage aux agricultrices de la Montérégie-Est. Elle pose ici avec Diane Petit, de Desjardins Enreprises.

Cahier agriculture - Mercredi 4 mai 2022 - La Pensée de Bagot - 3

On retrouve au Gîte des oies un site magnifique, en pleine nature à Roxton Falls.

ses confites ou nos mousses de foie d’oie. On a fait une belle percée dans quelques épiceries fines et autres marchés à travers le Québec et j’ai confiance que cette belle progression se poursuivra, toujours bien sûr avec un grand souci pour la qualité », affirme Mme Lazure. La pandémie a toutefois forcé le Gîte des Oies à délaisser la location de ses deux chambres rustiques. « Notre association avec Terego, un réseau de stationnements pour véhicules


Un pas de plus pour l’autonomie alimentaire du Québec L’an dernier, je décrivais en ces pages les défis apportés par la pandémie liée à la COVID-19. Cette année, je souhaite parler des occasions qu’elle nous a offertes. Depuis deux ans, le Québec est résolument engagé sur la voie de l’autonomie alimentaire. Les mesures prises par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation vont dans ce sens. Nous travaillons avec tous les acteurs du secteur bioalimentaire pour faire croître l’offre d’aliments locaux et diversifiés qui sont produits selon des pratiques d’affaires responsables et pour que cette offre dure le plus longtemps possible dans l’année, au bénéfice des consommateurs d’ici. Pour y arriver, le gouvernement du Québec a établi une stratégie de croissance des serres d’une envergure jamais vue jusqu’ici. Quinze mois après son lancement, nous avons déjà atteint 40 % de notre objectif quinquennal grâce à 55 nouveaux hectares de serres en construction pour des investissements qui dépassent les 275 millions de dollars et qui permettront de fournir des fruits et légumes cultivés ici tout au long de l’année. Plus que jamais, nos producteurs en serres contribuent de manière essentielle à l’autonomie alimentaire du Québec. Quelle fierté de voir cette orientation prise par notre agriculture! Par ailleurs, plusieurs agriculteurs de votre région tireront profit cet été des nouvelles mesures favorisant l’achat local que nous avons instaurées pour répondre à la demande grandissante des producteurs et des consommateurs. À vous maintenant d’en profiter, de visiter les différents marchés publics et producteurs, et de participer aux évènements qui soutiennent l’achat local. Nous n’avons rien à envier à personne concernant nos produits alimentaires. La diversité, la qualité supérieure et le goût savoureux des aliments que nous produisons au Québec constituent des attributs distinctifs recherchés que nous devons encourager. L’autonomie alimentaire, c’est également une agriculture verte, durable et de proximité. Nous avons des visées ambitieuses pour protéger l’environnement en plus d’accélérer l’adoption de pratiques responsables en agriculture. Nous avons été comblés par la réponse des producteurs québécois à la suite de l’annonce de notre programme appuyant l’établissement de bonnes pratiques agroenvironnementales, une autre preuve que mon ministère et le milieu agricole sont à l’écoute des consommateurs.

André Lamontagne

Le Québec se positionne comme chef de file en matière d’agriculture durable. Continuons à encourager nos producteurs et à consommer les aliments produits ici de façon responsable, qui sont une source de fierté quant aux pratiques respectueuses de l’environnement. Ayons une agriculture à la hauteur de ce que nous sommes réellement. L’autonomie alimentaire, j’y crois. C’est la voie du secteur bioalimentaire.

4 - La Pensée de Bagot - Mercredi 4 mai 2022 - Cahier agriculture

Député de Johnson Ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation Ministre responsable de la région du Centre-du-Québec Ministre responsable de la région de la Chaudière-Appalaches


Entreprise de Racine

Sojà d’ici, du tofu 100 % québécois aux accents bio Alain Bérubé | La Pensée

Jason Charland et Esther Junkersdorf croient grandement aux vertus du soya. Leur entreprise inaugurée en plein cœur de Racine en février, Sojà d’ici, témoigne de leur volonté de proposer des produits 100 % québécois, avec une touche écologique et des aliments biologiques. Le projet remonte à plusieurs années alors que Mme Junkersdorf a intégré la fabrication artisanale de tofu à son mode de vie. « Nous misons sur l’autosuffisance alimentaire et le tofu, un aliment à la fois nutritif et à coût abordable, fait partie de nos coups de cœur. Il y a trois ans, une pénurie de tofu à travers le Québec nous a motivés à mettre notre entreprise sur pied », explique M. Charland. Malgré la pandémie de COVID-19, le couple a tenu bon afin de réaliser leur rêve.

Esther Junkersdorf et Jason Charland, propriétaires de l’entreprise racinoise Sojà d’ici.

« Marc Ducharme, du CAE du ValSaint-François, et Véronique Gagnon, de Développement Val-Saint-François (autre-

fois le CLD), ont été d’une aide précieuse. Notre entreprise a un avenir prometteur et on prévoit une production d’au moins

3000 blocs de tofu ferme par semaine », mentionne M. Charland. Le tofu est confectionné avec du nigari et des féves de soya biologiques. « On évite les engrais chimiques et on priorise l’approche biologique afin de faire notre part pour la planète. Nous souhaitons également être dans la vague zéro déchet. C’est très naturel comme résultat et on espère recevoir bientôt notre certification Ecocert », soutient Mme Junkersdorf. Avec en plus une boutique qui propose plusieurs produits locaux et santé - de type libre-service, sept jours sur sept -, Sojà d’ici affiche avec fierté sa mission. « Nous travaillons très fort afin de distribuer nos produits dans les supermarchés, marchés publics et commerces plus spécialisés. Et c’est déjà bien parti. Les protéines végétales connaissent une popularité grandissante et on cadre très bien dans cette nouvelle tendance. Petit train va loin! », conclut Jason Charland. Information : www.sojadici.com.

Cahier agriculture - Mercredi 4 mai 2022 - La Pensée de Bagot - 5


Soutenons nos agricultrices et agriculteurs! Les dernières années ont été difficiles pour les artisans agricoles, qui ont fait face à des défis sans précédents, mais continuent de nous offrir chaque jour des produits d’une fraîcheur et d’une qualité inégalables, soutient le député de Saint-Hyacinthe—Bagot, Simon-Pierre Savard-Tremblay, qui appelle à un élan de solidarité envers les agricultrices et agriculteurs.

6 - La Pensée de Bagot - Mercredi 4 mai 2022 - Cahier agriculture

« Après avoir été grandement touchés par la pénurie de main d’œuvre, les voilà maintenant confrontés à une hausse vertigineuse des coûts des engrais, causée notamment par les sanctions économiques liées au conflit ukrainien, explique-t-il. Celles et ceux qui font la fierté de notre belle région ont besoin, et méritent, notre soutien plus que jamais », déclare le député. M. Savard-Tremblay invite les citoyennes et citoyens à choisir des aliments locaux, et à ainsi encourager des gens

passionnées qui contribuent à la vitalité économique et au maintien de la qualité des terres de la circonscription, l’un des principaux pôles agricoles du Québec. « Démontrons notre appréciation de leur travail essentiel; je dis souvent qu’il s’agit de la seule profession dont on a besoin chaque jour, ajoute l’élu. Faitesvous plaisir, et savourez un produit cultivé chez nous : nos producteurs respectent les normes les plus élevées au monde, et l’achat local réduit de beaucoup les impacts environnementaux de notre consommation. Mais surtout, nos aliments sont les meilleurs! », déclare M. Savard-Tremblay Des campagnes de promotions de produits locaux seront prochainement mises en branle par le député, qui pourra d’ici là être trouvé aux différents kiosques des marchés publics de la région.

Simon-Pierre Savard-Tremblay

Une nouvelle saison pour « VosAgriculteurs.tv » L’Union des producteurs agricoles (UPA), en collaboration avec le Pôle d’excellence en lutte intégrée (PELI), est fière de dévoiler aujourd’hui la nouvelle saison de sa série Web VosAgriculteurs.tv, consacrée à la lutte intégréepour réduire l’utilisation de pesticides en agriculture. Cette dixième édition met en valeur un aspect moins connu, et pourtant bien présent dans l’agriculture moderne : l’agroenvironnement. Les huit capsules vidéo de cette série, regroupées sous la thématique Agrobonsens, feront découvrir ce que font concrètement les productrices et producteurs agricoles du Québec pour cultiver leur terre tout en protégeant l’environnement. Voilà une occasion formidable de partir à la rencontre virtuelle de femmes et d’hommes de

passion, œuvrant dans différents secteurs de production agricole, pour mieux comprendre les nombreux enjeux auxquels ils doivent faire face et les manières créatives utilisées pour s’attaquer à ces défis. Les connaissances et les pratiques agricoles ont bien évolué depuis 20 ans et cette nouvelle saison de la série VosAgriculteurs.tv présente la réalité telle qu’on la vit sur les fermes en 2022. En créant un rapprochement entre les consommateurs et les producteurs et en sensibilisant le grand public à l’achat de produits locaux, cette série s’inscrit dans le mouvement encourageant l’autonomie alimentaire du Québec. L’UPA et le PELI feront rayonner cette nouvelle saison en diffusant les huit épisodes sur leurs médias sociaux respectifs, ainsi que sur ICI Tou.tv, gratuitement jusqu’au 18 mai.


La famille Beaudry, une flamme toujours bien vivante pour l’agriculture Alain Bérubé | La Pensée

Avec l’acquisition d’un quota laitier de sa mère Geneviève Manseau et d’un troupeau d’une quarantaine de vaches en lactation, Myriam Beaudry, de Roxton Falls, représente la quatrième génération d’une famille qui a l’agriculture dans son ADN. L’arrière-grand-père de Myriam, Georges Beaudry, a été le pionnier en opérant une ferme sur le 11e Rang, à Saint-Valérien-deMilton. Par la suite, Marcel Beaudry - intronisé au Temple de la renommée de l’agriculture du Québec en 2013 - et Martin Beaudry ont repris les rênes de la ferme familiale. En compagnie de ses fils Jimmy et Dany, Martin Beaudry poursuit donc une tradition d’excellence. La ferme compte en tout environ 150 vaches en lactation, en plus d’avoir aménagé une nouvelle construction en 2018.

Martin Beaudry et sa fille Myriam font partie d’une famille où l’agriculture est une véritable passion.

« L’agriculture, c’est bien plus qu’un simple emploi. La passion est toujours très forte chez nous », soutient-il. La Ferme Beaudry et fils accueillera d’ailleurs, le 16 juillet, la 76e édition du pique-nique Holstein Québec. Plus de 2000 personnes sont attendues ce jour-là. « Après avoir dû annuler l’événement à cause de la pandémie, on pourra enfin pré-

senter cette journée qui sera mémorable. Il y aura entre autres des concours et des Olympiades, une visite de la ferme et des activités pour les enfants. Nous sommes très fiers d’être associés à cette activité majeure », relate Martin Beaudry. Sa fille Myriam, âgée de 25 ans, a de quoi s’inspirer avec une famille aussi dynamique. Cette diplômée de l’Institut de techno-

logie agroalimentaire du Québec aime bien participer à l’Exposition agricole de SaintHyacinthe ainsi qu’au concours Suprême Laitier. « Mon grand-père Marcel a été une grande source d’inspiration et m’a motivé à participer à de tels événements », confie celle qui loue une étable et œuvre avec son frère Guillaume et sa mère Geneviève Manseau. Avec en plus les fermes de Hugo et d’Alain Beaudry, les frères de Martin, la famille Beaudry est vraiment impliquée dans le milieu agricole de la région. « On s’entraide entre nous et c’est vraiment motivant. Ce n’est pas toujours de tout repos, mais c’est aussi très valorisant comme mode de vie », affirmet M. Beaudry. Myriam partage son enthousiasme, ravie de représenter une relève dynamique. « J’espère éventuellement augmenter mon quota et faire progresser mon entreprise. Je suis prête à travailler fort, car j’adore ce que je fais », conclut-elle.

Cahier agriculture - Mercredi 4 mai 2022 - La Pensée de Bagot - 7


Le Bloc Québécois toujours là pour le milieu agricole! Après une pandémie difficile pour de nombreux producteurs agricoles, voilà que des conflits internationaux et les changements climatiques ont continué à confirmer que de travailler sur la souveraineté alimentaire est plus nécessaire que jamais. Nous devons sécuriser notre chaîne alimentaire. Et pour avoir récemment assisté au gala Agristar, je suis parfaitement consciente que le milieu agricole veut faire partie de la solution et que les producteurs doivent être récompensés pour leur bonne pratique.

8 - La Pensée de Bagot - Mercredi 4 mai 2022 - Cahier agriculture

Il y a également la pénurie de la main d’œuvre qui affecte grandement les agriculteurs. C’est pourquoi le Bloc Québécois demande le transfert au Québec de la gestion complète du Programme de travailleurs étrangers temporaires afin de trouver des solutions aux retards et de diminuer les obstacles administratifs. Il faudra également

permettre l’émission de permis de travail ouverts par secteur afin de faciliter la mobilité de la main-d’œuvre. Rappelons que nous continuons d’appuyer inconditionnellement la gestion de l’offre et la distribution des compensations annoncées pour l’ensemble des producteurs et transformateurs qui en dépendent. Lors de la dernière campagne, j’ai même tenu une conférence de presse avec des collègues candidats pour rappeler qu’au fil des années, le Bloc Québécois était le seul parti à défendre intégralement la gestion de l’offre à Ottawa. Nous n’aurons pas à faire de choix entre deux modèles agricoles. À la suite de la dernière élection, de nombreux dossiers sont tombés pour le monde agricole et il faudra les ramener. C’est pourquoi j’ajoute ma voix à celle de mon collègue Yves Perron, député de Berthier-Maskinongé, et porte-parole du

Bloc Québécois en matière d’agriculture, d’agroalimentaire et de gestion de l’offre pour réitérer notre soutien aux producteurs agricoles. Il faudra notamment surveiller la question du transfert intergénérationnel des fermes pour enfin permettre à la relève de ne plus être victime d’une iniquité flagrante en lien avec les transferts familiaux d’entreprises. Il faut assurer une relève agricole active et qui participe à notre développement économique local. La résilience dont nos agricultrices et nos agriculteurs ont su faire preuve est importante et nous devons les soutenir. Je vous invite donc à visiter nos marchés publics cet été pour faire le plein de nos excellents produits locaux. Retenez que j’ai à cœur notre secteur agricole et que je le vois comme un acteur essentiel d’occupation du territoire pour le

développement de nos communautés et de notre ruralité! Andréane Larouche Députée de Shefford


Avec entre autres le marché public

Un virage communautaire et social pour l’offre alimentaire à Sainte-Christine Alain Bérubé | La Pensée

Durant les étés 2020 et 2021, le Marché d’été a attiré à Sainte-Christine plusieurs visiteurs à la recherche de produits agro-alimentaires de la région. L’organisme Le Levier alimentaire de Sainte-Christine reprend en partie le flambeau de la MRC d’Acton et de la Municipalité, avec un virage communautaire et social. Une des membres du conseil d’administration, Carole La Grenade, a bon espoir que le marché public continuera à être une vitrine importante pour les producteurs locaux. « Avec l’arrivée du Levier alimentaire, la population ne verra pas une grande différence, car les changements seront plutôt d’ordre administratif. Nous visons à pérenniser l’offre alimentaire à Sainte-Christine et les environs », mentionne-t-elle.

Janel Laplante (Huiles Champy/Ferme Améroquois), Judith Séguin-Brodeur (Jardins aux Bouleaux Gris) et Sophie Trouillet-Ducharme (Fleurs de ferme) complètent le conseil d’administration provisoire. Tous ont à cœur, de concert

avec des partenaires de la région, le développement de l’offre alimentaire. « L’an dernier, le Marché d’ici a reçu plus de 1750 visiteurs. On vise encore plus haut et, déjà, une quinzaine de producteurs ont confirmé leur présence.

Le marché public de Saint-Christine sera opéré, à partir de cette année, par l’organisme Le Levier alimentaire de Sainte-Christine.

Nous aurons aussi en consigne plusieurs produits », mentionne Mme La Grenade. L’ouverture éventuelle d’une épicerie solidaire est également dans les plans du Levier alimentaire de Sainte-Christine. « Depuis que Sainte-Christine n’a plus de dépanneur, il y a une demande pour un établissement qui propose des produits à prix abordable, avec un volet local. La hausse du prix de l’essence décourage bien des gens et ce serait un projet très valorisant pour notre communauté, Si la communauté s’implique, l’épicerie pourrait ouvrir en 2023 », indique Mme La Grenade. Le marché public, situé devant l’église, commencera ses activités le 22 juin, pour clore sa saison le 28 septembre. L’horaire sera de 16 h à 18 h 30 le mercredi. « On aura sur place des dégustations et une belle ambiance. Nous invitons les gens à venir voir ce qui se passe au marché public, le déplacement en vaudra la peine! », conclut Mme La Grenade.

Cahier agriculture - Mercredi 4 mai 2022 - La Pensée de Bagot - 9


Le Gala Agristars dévoile ses lauréats Le 11 avril a eu lieu, à l’Étoile Banque Nationale du Quartier Dix30 à Brossard le 9e Gala Agristars de la grande Montérégie présenté par Hydro-Québec.

10 - La Pensée de Bagot - Mercredi 4 mai 2022 - Cahier agriculture

Cette première édition en présentiel depuis le début de la pandémie a été couronnée de succès. Comme par les précédentes éditions, tous les profits de l’événement ont été remis à l’organisme Au cœur des familles agricoles (ACFA) pour le maintien de deux travailleurs de rang en Montérégie. La somme de 21 000 $ a été remise à l’ACFA lors de la soirée de gala. « Ce gala démontre encore une fois tout le travail de nos producteurs qui contribuent à l’avancement de l’agriculture », a déclaré Jérémie Letellier, président de la Fédération de l’UPA de la Montérégie. Dévoilement des lauréats Le prix Bon coup a été remporté par le Syndicat de l’UPA du Haut-Richelieu pour leur projet « Ici on nourrit le Québec – Protégeons nos terres agricoles » Le jury a décerné le prix Coup de cœur à Julien Dupasquier et les fermes participantes pour son projet Tournée du « Food truck ». Le Syndicat de l’UPA de BeauharnoisSalaberry remporte le nouveau prix Bon coup en santé psychologique pour leur projet « Récoltons l’espoir ». Le prix Bon coup en agroenviron nement – Entreprise exceptionnelle a été remporté par Paul et Pierre Caplette de Céréales Bellevue inc. à Saint-Robert et le prix Bon coup en agroenvironnement Projet exceptionnel a été remis à Maude

et Renaud Péloquin de la Ferme de SteVictoire à Sainte-Victoire-de-Sorel. Gabriel Leclair de Saint-Patrice-deSherrington a remporté le prix Relève agricole pour son sens de l’initiative et son leadership. Le prix Ma ferme, mon monde a été remis aux entreprises Les Fermes Roland Pigeons & fils inc. de Saint-Rémi, la Ferme la Bourrasque de Saint-Nazaire d’Acton, la Ferme Chez Mario de Sainte-Madeleine et les Fermes V. Forino & Fils inc. de SaintPatrice-de-Sherrington. Jessica Huot de Saint-Valérien-deMilton et Nathalie Lacroix de SaintLouis-de-Gonzague ont été nommées respectivement Agricultrice de l’année en Montérégie-Est et Ouest. Le prix Réussite entrepreneuriale a été remis à la Ferme Iber-Grains de SaintJean-sur-Richelieu. Les prix d’engagement au sein de l’Union des producteurs agricoles ont également été remis à plus de 50 récipiendaires pour leurs 15 ans, 20 ans, 25 ans, 30 ans, 35 ans, 40 ans, 45 ans et 50 ans d’implication. Dans le territoire desservi par LA PENSÉE, on retrouve Pascal Richard (Roxton Falls, 20 ans), Stéphane Gauthier (Saint-Théodore-d’Acton, 20 ans), Éric Beauregard (Roxton Falls, 30 ans) et JeanMarc Ménard (Sainte-Christine, 45 ans). Le récipiendaire du prix Hommage Coup de chapeau est Christian St-Jacques, impliqué dans les instances de l’Union des producteurs agricoles depuis plus de 35 ans, dont huit ans à la présidence de la Fédération de l’UPA de la Montérégie.

À la rescousse des surplus alimentaires Dans le cadre de l’entente sectorielle bioalimentaire de la Montérégie, plusieurs acteurs étaient réunis pour lancer le fruit de leurs efforts de maillage afin de lutter contre les pertes et le gaspillage alimentaires : la plateforme Sains et Saufs, qui vient officiellement d’être mise en ligne. Ce nouvel outil numérique a été développé tout spécialement pour faire émerger, sou-

tenir et promouvoir les initiatives de récupération et de valorisation alimentaire en Montérégie. Il a donc pour mission d’offrir un accès facile à l’information, en mettant de l’avant les actions et les gens qui s’y engagent au quotidien. Pour tout savoir sur cette nouvelle initiative novatrice et rassembleuse qu’est le mouvement Sains & Saufs visant à créer un avenir plus vert et circulaire, consultez le sainsetsaufs.ca.


Accompagnement pour les producteurs agricoles par la MRC d’Acton

Une aide très appréciée à la ferme Saute-Mouton et à la boulangerie Le Banneton Alain Bérubé | La Pensée

Lorsqu’on lance son entreprise agricole, la mise en place d’un réseau de ventes efficace est bien sûr primordiale. La MRC d’Acton a lancé plus tôt cette année un accompagnement personnalisé pour les producteurs agricoles en activité depuis moins de cinq ans. « C’est dans le cadre du Plan de développement de la zone agricole (PDZA) que nous avons élaboré ce service qui permet d’obtenir un diagnostic ciblant les éléments sur lesquels les producteurs peuvent agir afin de hausser les ventes de leur entreprise », explique René Pedneault, directeur du Service de développement économique et local de la MRC d’Acton. Karine Filiatrault, conseillère au développement et à l’entrepreneuriat collectif, fait valoir que plusieurs enjeux doivent être pris en considération. « Il faut tenir compte entre autres de la gestion, de la comptabilité, de la production et du marketing. Notre offre de services personnalisés donne un bon coup de main, alors que des consultants font une analyse du modèle d’affaires pour

Sébastien Champagne et Annick St-Cyr, de la ferme Saute-Mouton et de la boulangerie artisanale Banneton, posent ici avec Karine Filiatrault, de la MRC d’Acton.

ensuite partager leurs recommandation », soutient-elle. M. Pedneault croit au potentiel de cet accompagnement destiné aux producteurs agricoles. « Des entreprises fortes riment avec un potentiel de projets collectifs beaucoup plus fort. C’est pour cette raison que l’on mise sur une telle démarche, qui cible les besoins directs des entreprises. On a récemment tenu un atelier virtuel et des visites d’entreprises. Le courant passe à merveille et le pro-

cessus se déroule vraiment très bien », affirme-t-il. Les produits locaux à l’avant-plan Sébastien Champagne et Annick St-Cyr, qui ont fondé la ferme Saute-Mouton à Saint-Nazaire-d’Acton en 2007, ont ajouté à leurs activités la boulangerie Banneton, acquise il y a deux ans. Le couple offre aux gens de la région avec une boutique à l’ambiance chaleureuse - des produits sains (dont la viande d’agneau

ainsi que des pains et biscuits biologiques) dans une approche familiale. « La collaboration de la MRC d’Acton nous permet de démêler certaines choses et d’en apprendre davantage sur la mise en marché. C’est certainement un outil qui favorisera notre développement », mentionne Mme St-Cyr. « Nous sommes partis pratiquement de zéro, mais ça se passe très bien. Avec entre autres la proximité de la ferme La Bourrasque, bien connue pour ses paniers de légumes biologiques, et de deux autres producteurs, on souhaite faire de Saint-Nazaire-d’Acton une destination intéressante pour les achats de produits locaux. Et de notre côté, avec une belle percée dans plusieurs commerces et marchés publics d’ici les prochains mois, ainsi que notre boutique en ligne, j’ai confiance que notre entreprise bénéficiera d’une belle visibilité », indique M. Champagne. Pour en savoir plus sur cette entreprise de Saint-Nazaire-d’Acton : www.fermesautemouton.com. Quant à l’accompagnement pour les producteurs agricoles, on peut joindre Mme Filiatrault au 450 546-3256, poste 325 ou à karine.filiatrault@mrcacton.ca.

Paniers du réseau d’Agriculture soutenue par la communauté : une formule doublement gagnante

Avantages pour le producteur Comme mentionné ci-dessus, la formule des paniers du réseau d’Agriculture soutenue par la communauté (ASC) est profitable pour le citoyen, mais aussi pour le producteur. En effet, chaque ferme peut choisir son nombre d’abonnés maximal, sa

quantité d’aliments par panier, son prix de vente des paniers, la variété des légumes produits et la durée de la vente. Cela lui permet de planifier sa production et ses récoltes et d’éviter le gaspillage. De plus, les consommateurs qui s’engagent dans cette entente doivent payer leur abonnement en début de saison, ce qui assure une stabilité de revenus aux agriculteurs, puisque leurs plus grosses dépenses se font en début de saison. Finalement, les paniers sont livrés dans différents points de chute, ce qui permet aux producteurs d’éviter les intermédiaires. Le total du prix d’un panier revient au producteur ce qui lui assure un meilleur revenu. La livraison des produits offre aussi l’occasion aux producteurs d’échanger avec leur client et d’en apprendre plus sur leurs préférences, leurs habitudes, leur appréciation des produits, etc.

Un autre avantage d’adopter la formule des paniers du réseau d’ASC : elle force les agriculteurs à diversifier leurs cultures. Pour offrir une variété de légumes et de fruits intéressante, une diversification des produits est essentielle. En évitant les monocultures, les producteurs de paniers remarquent également que leurs cultures sont moins vulnérables aux insectes ravageurs. Pour en savoir davantage sur ce modèle d’affaires, visitez le site Web www.fermierdefamille.org ou communiquez avec le conseiller ou la conseillère en mise en marché de proximité du Ministère de votre région. Katherine Ducharme, Conseillère en agrotourisme et en mise en marché de proximité Direction régionale de la Montérégie Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation

Cahier agriculture - Mercredi 4 mai 2022 - La Pensée de Bagot - 11

Les abonnements aux paniers de légumes et de fruits biologiques sont de plus en plus populaires auprès des Québécois. Le concept en attire plus d’un par la fraîcheur et la diversité de ses produits, mais aussi par le sentiment d’encourager un producteur maraîcher de sa région. Cette formule, qui soutient l’économie locale, implique un partenariat entre un citoyen et un producteur afin d’aider ce dernier en lui fournissant des revenus en début de saison. Ainsi, le citoyen partage les risques et les bénéfices qu’implique l’agriculture, et ce, avec la ferme de son choix.


12 - La Pensée de Bagot - Mercredi 4 mai 2022 - Cahier agriculture


Issuu converts static files into: digital portfolios, online yearbooks, online catalogs, digital photo albums and more. Sign up and create your flipbook.