Issuu on Google+

S EPTEMBRE EPTEMBER 2009 CHEVA L I E R S DE C O LO M B


« L’idée que nous nous faisons de la stabilité se situe dans un monde à part des autres assureurs. Et naturellement, nos résultats le sont également. »

Le Chevalier suprême, Carl A. Anderson

Les Chevaliers nous confient la sauvegarde de l’avenir de leurs familles. Nous prenons cette confiance au sérieux, et nous investissons en conséquence. Notre actif de plus de 14 milliards $ comprend des obligations à investissements garantis et des valeurs nettes réelles de la plus haute qualité. Nous avons toujours évité des investissements complexes ou à haut risque, nous choisissons plutôt ceux qui livrent des rendements forts et peu exposés au risque. La différence que représente notre démarche, et c’est également sa force, a été manifestée durant la turbulence des derniers mois. Dans un climat économique inquiétant, Standard & Poor’s qualifie notre capitalisation et notre liquidité d’« extrêmement fortes » et nous a accordé sa plus haute cote—comme depuis 17 ans, d’ailleurs. L’assurance des Chevaliers de Colomb: fiable, solide comme le roc, et toujours au poste quand vous en avez le plus besoin. Pour repérer un agent, visiter notre site Internet à www.kofc.org ou téléphonez-nous au 1-800-345-5632.

U N D E S AVA N TA G E S D E L A F R AT E R N I T É

ASSURANCE VIE

SOINS DE LONGUE DURÉE

A++ (Supérieur) A.M. Best

R E N T E S V I A G E` R E S

AAA (Extrêmement solide) Standard & Poor's

Certification IMSA


C H E VA L I E R S D E C O LO M B Septembre 2009

VOLUmeN 89

NúmerO 9

COLUMBIA ARTICLES

8 Le temple de la renommée des C. de C. Bon nombre de frères chevaliers ont été des athlètes de grande renommée. PAR PATRICK SCALISI

10 En dehors du stade Les Chevaliers de Colomb ont une longue histoire remarquable associée au Stade des Yankees. PAR JOSEPH PRONECHEN

15 Jouer pour des enjeux plus élevés Les Athlètes pour la vie cherchent à établir de bonnes relations tout en protégeant la dignité humaine. PAR JAMES PENRICE

18 Rien que des filets Le championnat international du lancer libre des Chevaliers de Colomb ne repose pas sur les accolades du passé. PAR MIKE MASTROMATTEO

R E P O RTA G E S P É C I A L

6 Soins de santé avec lesquels nous pouvons tous vivre Les évêques, le chevalier suprême disent qu’une vraie réforme en soins de santé doit respecter la vie humaine à toutes les étapes. PAR LA RÉDACTION DE COLUMBIA

Une vue aérienne du Stade des Yankees, dans le Bronx, photographié à la tombée de la nuit lors d’un match. Durant plus de 20 ans, les Chevaliers de Colomb ont été les propriétaires du terrain où a été construit le stade, avant de le vendre à la ville de New York dans les années 1970.

SECTIONS 2

Éditorial

4

Vivre chrétiennement n’est pas sans ressembler à une compétition athlétique. PAR ALTON J. PELOWSKI

Aprendre la Foi, Vivre la Foi 25

Chevaliers à L’œuvre

Nous professons notre croyance dans la communion des saints, le baptême et la résurrection. PAR L’ÉVÊQUE WILLIAM E. LORI,

Çà et Là Dans L’Ordre.

31

Les joueurs professionnels de baseball et autres athlètes ont la conviction que les prêtres leur apportent un soutien spirituel.

AUMÔNIER SUPRÊME PHOTO: Rich Clarkson /Allsport

3

Construire un Monde Meilleur Le message de Notre-Dame de Guadalupe unifie le continent américain grâce à un lien de foi commun. PAR CARL A. ANDERSON, CHEVALIER SUPRÊMO

24

Des Pères pour bien faire Il ne faut pas laisser le sport des jeunes empiéter sur votre foi ou sur votre vie familiale. PAR RICHARD FITZGIBBONS, M.D.

L’Année sacerdotale

PAR STEVE GUST

32

Application de nos Degrés

SEPTEMBRE 2009

♦ COLUMBIA ♦ 1


É D I TO R I A L

COLUMBIA ÉDITEURS

DEPUIS LE PREMIER siècle, la compétition sportive sert à décrire la vie chrétienne. Dans sa première lettre aux Corinthiens, Paul a écrit : « Ne savezvous pas que les coureurs dans le stade courent tous, mais qu’un seul gagne le prix? Courez donc de manière à le remporter. Tous les athlètes s’imposent une ascèse rigoureuse; eux, c’est pour une couronne périssable, nous, pour une couronne impérissable ». (1 Cor 9 : 2425) Bien que par notre baptême nous soyons appelés à beaucoup plus qu’une compétition sportive, une participation aux sports est passible de nous donner un aperçu de la poursuite de la sainteté. Certains principes sont nécessaires à la réussite d’entreprises humaines, et l’appel à la sainteté, lui, ne s’adresse pas seulement au corps mais aussi à l’âme. Tout athlète comprend qu’il faut s’entraîner pour améliorer — voire maintenir — sa force, son agilité et sa rapidité. De même, pour que progresse notre vie spirituelle, nous devons prier, être vertueux et constamment être à la recherche de la sagesse. Il y a près de cent ans, G. K. Chesterton a écrit : « L’idéal chrétien n’a pas été éprouvé et laissé à désirer ». En effet, la majorité des objections contre l’Église semble être adressée contre ses enseignements ou contre l’hypocrisie de ses membres. M’étant entraîné pour courir dans plusieurs marathons depuis quelques années m’a aidé à comprendre l’analogie d’appliquer l’athlétisme à la vie spirituelle. Par exemple, l’horaire ou le calendrier de l’entraînement pour les marathons reflète la recommandation des saints, en ce sens qu’il faut commencer lentement et progressivement augmenter la demande. Si un coureur novice tente de courir sur une longue distance sans s’être entraîné ou si un jeune Chrétien tente de prier longue-

2 ♦ COLUMBIA ♦

SEPTEMBRE 2009

ment et tente d’accomplir un acte héroïque sans auparavant avoir éprouvé ses capacités, l’exploit peut lui paraître trop formidable et le but ne pas valoir l’effort. D’un autre côté, si une personne prend le temps de s’entraîner — au lieu d’en parler seulement — les distances, semaines après semaine peuvent s’allonger et devenir de plus en plus faciles. De la même manière, Saint Thomas d’Aquin et d’autres expliquent que, quand on est vertueux, ce qui réglemente nos actes en pensées et en œuvres, faire le bien devient naturel et sans effort. Lorsque je m’entraînais pour courir mon premier marathon en 2003, j’avais collecté des dons pour venir en aide à un centre de ressources pour femmes en enceintes. Une femme appelée Gerri, dont la joie et la foi inébranlable cachaient le fait qu’elle était cancéreuse et souffrait d’un mal de dos chronique, a contribué à cette cause et m’a assurée que « Notre Dame me porterait jusqu’à la ligne d’arrivée ». Le jour de la course, après être parti trop rapidement et j’ai « cassé » comme on dit, je n’ai pu m’empêcher de me souvenir de ses paroles qui m’ont rappelé une autre vérité essentielle. Parce que cela exige un dur labeur, la tentation de penser que la sainteté s’accomplit d’elle-même existe. Mais, tout ce que nous accomplissons et ce que nous avons, c’est grâce à Dieu.♦ ALTON J. PELOWSKI COORDONNATEUR

ADMINISTRATEURS SUPRÊMES CHEVALIER SUPRÊME Carl A. Anderson AUMÔNIER SUPRÊME Mons. William E. Lori, S.T.D. DÉPUTÉ CHEVALIER SUPRÊME Dennis A. Savoie SECRÉTAIRE SUPRÊME Donald R. Kehoe TRÉSORIER SUPRÊME John “Jack” W. O’Reilly Jr. AVOCAT SUPRÊME John A. Marrella ________ RÉDACTION COORDONNATEUR Alton J. Pelowski alton.pelowski@kofc.org RÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT Patrick Scalisi patrick.scalisi@kofc.org ________ ARTS GRAPHIQUES DESIGN Lee Rader

El L’abbé Michael J. McGivney (1852-90), Apôtre de la jeunesse, protecteur de la vie familiale et fondateur des Chevaliers de Colomb, intercédez pour nous. ________ POUR COMMUNIQUER AVEC NOUS PAR LA POSTE: COLUMBIA

1 Columbus Plaza New Haven, CT 06510-3326 TÉLÉPHONE: 203.452.4398 TÉLÉPCOPIEUR: 203.452.4109 COURRIEL: columbia@kofc.org NOTRE SITE INTERNET: www.kofc.org SERVICE Å LA CLIENTÈLE: 1.800.380.9995 ________ SI VOUS DÉMÉNAGEZ Prévenez votre conseil. Envoyez votre nouvelle adresse et votre étiquette à: Knights of Columbus, Dept. of Membership Records [service de dossiers de membres], PO Box 1670, New Haven, CT, 06507-0901, USA, ou par courriel à columbia@kofc.org ________ EN PAGE COUVETURE Parmi les légendes du sport qui ont fait partie des Chevaliers de Colomb, notons Floyd Patterson (boxe), Vince Lombardi (football) et Babe Ruth (baseball).

PHOTOGRAPHS ON COVER: — Lombardi: NFL — patterson: Getty Images — ruth: mLb photos via Getty Images

Entre dans la course dans le but de gagner

Chevaliers de Colomb ________


C O N S T RU I R E U N M O N D E M E I L L E U R

L’hémisphère Catholique Le message de Notre-Dame de Guadalupe unifie le continent américain grâce à un lien de foi commun par Chevalier Supréme Carl A. Anderson RIEN DE TEL QU’UNE équipe de sport pour unifier une ville. Même si, bien sûr, à chaque partie les partisans de l’équipe locale et ceux du club adverse s’opposent les uns aux autres. Alors que j’assistais au festival Guadalupe organisé par l’Ordre à Phoenix, le 8 août dernier — dans un aréna davantage habitué à accueillir des événements sportifs — j’ai pu observer à quel point notre foi a, elle aussi, le pouvoir de nous unifier, sans toutefois nous obliger à nous opposer ce faisant à une « autre équipe ». À l’occasion de ce festival, près de 20 000 personnes provenant de divers milieux se sont rassemblées, unies dans la célébration de la mère du Christ ainsi que du message laissé par son fils, qu’elle a transmis à notre continent voilà plusieurs siècles. Nous avons donc côtoyé dans cet aréna des gens d’origines ethniques très variées. Et tandis que nous récitions le chapelet dans 26 langues européennes, asiatiques et nordaméricaines, j’ai clairement perçu que la force qui unissait tous ces gens réunis est la même qui nous unit tous dans cet hémisphère : la foi. Notre continent, en effet, partage une même histoire. Tous les pays qui le forment sont — jusqu’à un certain degré — composés de nations d’immigrants et d’autochtones. Sur le plan spirituel, tous les pays ont en commun un héritage de christianisme et de baptême. Et sur le plan personnel, chaque personne habitant ce continent partage une même mère : Notre-Dame de Guadalupe. Bien entendu, Notre-Dame de Guadalupe unifie ce continent depuis

près de 500 ans. Au milieu du 18e siècle, le pape Benoît XIV avait dit d’elle : « Dieu n’a rien fait de tel pour aucune autre nation. » Or à l’époque où il prononça ces paroles, cette nation s’étendait — comme plusieurs l’ont souligné — de Seattle jusqu’à la pointe sud de l’Argentine. Pas étonnant, dès lors, que le pape Pie XII ait par la suite proclamé NotreDame de Guadalupe « Impératrice des Amériques ». Si Notre-Dame de Guadalupe nous dirige vers son fils, elle nous invite du même souffle à l’unité dans son fils. Pour les catholiques, cette unité doit transcender les frontières. Grâce à cet esprit d’unité — le deuxième principe de notre Ordre — il n’a fallu aux Chevaliers que quelques années après leur fondation avant de s’étendre à travers l’hémisphère chrétien — jusqu’au Canada (1897), au Mexique (1905) puis à Panama et à Cuba (1909). Nulle part ailleurs au monde ne compte-t-on autant de catholiques pratiquants que dans les Amériques. Ainsi, alors que certains continents n’ont jamais été chrétiens et tandis que plusieurs églises européennes sont pratiquement vides, les nôtres restent bien fréquentées. Ici, l’Église a devant elle un avenir resplendissant. Ici, nous avons en effet la chance d’être citoyens d’un continent catholique, un continent de chrétiens baptisés et unifiés par le message évangélique du Christ. Car si nous qui vivons sur ce continent avons un passé en commun, nous partageons également un avenir : un avenir marqué par l’unité dans la foi.

Ce qui nous unit en tant que famille chrétienne est beaucoup plus puissant que tout ce qui peut par ailleurs nous diviser. Marie, Notre-Dame de Guadalupe, est notre mère à tous, quelles que soient nos origines et la langue que nous parlons. Cette même unité nous lie en tant que Chevaliers, elle nous lie aussi à l’Église ainsi qu’à nos semblables catholiques à travers ce continent. Pas question, cela dit, de se féliciter de cette unité en se croisant les bras et en la tenant pour acquise ; nous devons travailler pour la maintenir. À nous, donc — dans nos vies, nos maisons et nos familles — de mettre notre foi en pratique. Du Canada à l’Argentine, tous les citoyens des Amériques sont appelés, à l’instar de saint Juan Diego, à combler le fossé entre les cultures. Nous sommes appelés à communiquer le message de Notre-Dame de Guadalupe, mère de la civilisation de l’amour. À nous de concrétiser cette unité en menant des vies familiales et professionnelles exemplaires, ainsi qu’en appuyant la foi des immigrants catholiques d’aujourd’hui afin qu’ils deviennent les parents catholiques de demain. Si nous y parvenons, nous léguerons en héritage un hémisphère qui demeurera résolument catholique. Vivat Jésus!

SEPTEMBRE 2009

♦ COLUMBIA ♦ 3


APRENDRE LA FOI, VIVRE LA FOI

La communion, le pardon et la vie éternelle En concluant le Credo, nous professons notre croyance dans la communion des saints, le baptême et la résurrection par l’évêque William E. Lori, Aumônier Suprême IL EST SOUVENT dit que « les gens » devraient avoir une plus grande voix dans la manière par laquelle l’Église est dirigée. Les pasteurs, y compris les évêques et les prêtres, sont obligés d’écouter leurs gens, avoir recours à leur expertise et les impliquer dans la vie de l’Église. Mais qui sont « ces gens »? Nous devons compter parmi eux tous ceux qui appartiennent à la communion de l’Église. Nous reconnaissons ceci dans le Symbole des Apôtres, quand nous disons, « Je crois en… la communion des saints. » Le Compendium du Catéchisme de l’Église Catholique explique la signification de la première phrase. D’abord, le mot « communion » implique que « tous les membres de l’Église [partagent] des choses saintes: la foi, les sacrements, surtout l’Eucharistie, les charismes, et les autres dons spirituels » (194). L’amour généreux de Dieu, communiqué par le Saint-Esprit, nous rassemble. Par cet amour, Dieu nous invite à partager sa vie intérieure. Enracinés dans l’amour Trinitaire, nous, les membres de l’Église, sommes invités à ne pas chercher nos propres intérêts, mais à se mettre au service de l’un l’autre et surtout du pauvre et du nécessiteux (voir 1 Cor 13.5). Le mot « saints, » dans ce contexte, se réfère non seulement à ceux qui ont été canonisés, mais aussi à tous les membres de l’Église — vivants et décédés — qui

La 19e tranche du programme de formation à la foi présenté par l’aumônier suprême, Mgr William E. Lori, porte sur les questions 194-217 du Compendium du catéchisme de l’Église catholique. Les articles archivés se trouvent sur le site www.kofc.org.

4 ♦ COLUMBIA ♦

SEPTEMBRE 2009

se dirigent vers la sainteté, parmi lesquels ceux qui subissent la dernière purification du purgatoire. Nous devrions nous concentrer sur l’exemple des saints au ciel et implorer leurs prières, et nous devrions aussi prier pour ceux qui sont au purgatoire. Les vivants et les décédés à la fois « forment dans le Christ une famille, l’Église, aux louanges et à la gloire de Dieu » (195). MARIE, MÈRE DE L’ÉGLISE Le membre le plus important de la communion des saints est Marie, la Mère du Christ et la Mère de l’Église. Marie a donné naissance à Jésus et partagea son sacrifice. Pendant qu’il agonisait sur la Croix, Jésus confia sa mère à ses disciples avec les mots, « Voici ta mère » (Jean 19.27) Marie est « ainsi reconnue comme la mère du salut, de la vie et de la grâce » — en effet, la Mère de l’Église (196). Le soin maternel de Marie pour l’Église était évident dès le début. Après l’ascension du Christ, elle pria avec les Apôtres en attendant la venue du SaintEsprit. Elle pria avec eux pendant la célébration de l’Eucharistie (voir Actes 2.42; Ecclesia de Eucharistia, 53). L’exemple de foi et charité de Marie continue de briller sur l’Église aujourd’hui. La Vierge Marie prie avec et pour l’Église, et elle est toujours mentionnée dans la Prière Eucharistique à la Messe. Remplie du pouvoir salvateur de l’amour du Christ, elle nous encourage à grandir en sainteté. C’est la raison pour laquelle nous nous tournons souvent vers Marie comme notre porte-parole et notre aide, et que l’Église encourage une chaleureuse dévotion envers elle (voir Compendium, 197). Parfois, les gens réclament incorrecte-

ment que les Catholiques « vénèrent » Marie. Nous vénérons seulement la Trinité. Cependant, nous avons une vénération particulière pour Marie à cause de son rôle unique dans notre salut. Nous exprimons cela en célébrant les belles fêtes liturgiques Mariales et en priant le chapelet, qui a été décrit comme « un compendium du plein Évangile » (198). Alors que nous prions Marie pour son intercession, nous voyons en elle la perfection à laquelle nous devrions aspirer dans notre voyage vers le ciel (199). Notre foi catholique nous enseigne que Marie, devant les mérites de sa visite, fut uniquement préservée de tout péché dès le moment de sa conception. Cependant, nous professons aussi dans le Credo de Nicée notre croyance en « un baptême pour le pardon des péchés. » En effet, « Le premier et principal sacrement pour le pardon des péchés est le baptême » (200). Le Christ a institué le sacrement de réconciliation, ou de pénitence, pour les péchés commis après le baptême. L’Église a l’autorité de pardonner, car le Christ fit descendre le Saint-Esprit sur elle et dit: « Ceux à qui vous pardonnerez leurs péchés qui vous pardonnerez leurs péchés obtiendront le pardon; ceux à qui vous refuserez le pardon ne l’obtiendront pas » (Jean 20.23). LES DERNIÈRES CHOSES Les dernières phrases du Symbole de Nicée touchent « aux dernières choses » — la mort, la résurrection, le jugement


APRENDRE LA FOI, VIVRE LA FOI

et la destinée éternelle. Nous essayons parfois d’oublier ceci, mais nous devons réfléchir sur ce qui nous attend à la fin de la vie. La mort n’est pas le dernier mot; nous sommes créés pour partager dans résurrection du Christ. La séparation de nos corps de nos âmes ne durera pas pendant toute l’éternité. D’une manière que nous ne pouvons pas encore imaginer, même nos corps mortels se lèveront et seront réunis à nos âmes. Le bien fera partie de la résurrection de la vie; le mal fera partie de la résurrection de ceux qui seront condamnés (Jean 5.29; 202-205). Chaque jour, nous cherchons à vivre dans le Christ afin que lorsque nous mourrons, nous mourrons dans le Seigneur vers la vie éternelle (206). À la mort, chacun de nous entrera dans l’éternité et subira le jugement particulier (208). Nous avons notre « réunion définitive avec le Christ »

INTENTIONS DU S A I N T- P È R E

PHOTOGRAPH OF POPE: CNS photo/Tony Gentile, Reuters

ST. PETER CLAVER: CNS photo/Crosiers

Offertes en solidarité avec le pape Benoît XVI GÉNÉRALE : Pour que la Parole de Dieu soit plus connue, plus écoutée et plus vécue, comme source de liberté et de joie. MISSIONNAIRE : Pour que les chrétiens au Laos, au Cambodge et au Myanmar, qui rencontrent souvent de grandes difficultés, ne se découragent pas pour annoncer l’Evangile à leurs frères, en mettant leur confiance dans la force du Saint-Esprit.

concernant notre destin éternel. Ceux qui meurent dans la grâce du Christ et qui n’ont plus besoin d’être purifié partagent le bonheur du ciel. D’autres meurent dans l’amitié de Dieu mais nécessitent plus de purification, un état qui est appelé le « purgatoire. » Nous pouvons aider nos sœurs et nos frères dans le purgatoire en offrant pour eux des messes, par des prières, par des bonnes œuvres et des sacrifices personnels offerts dans le Christ (voir 209-211). Ceux qui, par leur propre choix libre, meurent en péché mortel sont condamnés en enfer. L’enfer constitue la séparation de Dieu pour l’amour duquel nous avons été faits. Dieu ne prend pas plaisir dans la condamnation des pécheurs; cependant il respecte notre liberté. Si nous choisissons d’être séparés de Dieu dans cette vie, nous courrons le risque d’être séparés de Dieu pour toute

l’éternité (voir 212-214). Le jugement final et général a lieu quand « le Christ viendra encore pour juger les vivants et les morts. » Si nous vivons réellement « dans le Christ, » nous attendons la venue du Christ avec un espoir joyeux. Nous ne savons pas quand la deuxième venue du Christ aura lieu, nous vivons donc avec vigilance et espoir. Nous devrions demander à partager sa vie en entier afin que nous contribuions à ce moment de l’aboutissement du plan du salut de Dieu et donc, dans l’éternité, Dieu sera « tout dans tout » (1 Cor. 15.28; voir 215-216). À la profession de foi que nous avons étudiée pendant plus d’une année, nous ajoutons notre « Amen » — un mot hébreu qui indique notre consentement entier aux croyances et aux enseignements de l’Église.♦

L ’ H O M M E C AT H O L I QU E D U M O I S

Saint Pierre Claver (c. 1581-1654) Fête liturgique : le 9 septembre L ’ E N G AG E M E N T sérieux que se donne l’Ordre pour bâtir une culture de la vie peut trouver un modèle stimulant en saint Pierre Claver dont la vie s’est déversée en respect pour la dignité de la personne. À une époque où beaucoup de personne estimaient que les noirs étaient non seulement inégaux, mais qu’ils n’avaient pas d’âme, Claver s’occupait des esclaves noirs et s’efforçait d’améliorer leur sort. Fils de fermier, Pierre Claver est né en Catalogne, en Espagne. Il entre chez les Jésuites à l’âge de 20 ans et est mis au défi d’embrasser sa future mission chez les esclaves des Amériques. Quand, avec le temps, il prononce ses vœux, Claver déclare qu’il serait « l’esclave des noirs pour toujours ». En 1610, il arrive dans la ville portuaire de

Carthagène, située dans la Colombie contemporaine. Ce centre de la traite des esclaves recevait quelque mille esclaves par mois, et cela après la mort d’un tiers de leur nombre en route pour le Nouveau Monde. Claver s’est consacré totalement à leur cause, recueillant constamment des dons de nourriture, de médicaments et autres provisions en attendant l’arrivée des esclaves. Claver annonce audacieusement le Christ aux esclaves, mais seulement après leur avoir parlé le langage universel de l’amour par son service. Il affirme : « Nous devons leur parler avec nos mains avant d’essayer de leur parler avec nos lèvres ». Ce qui portera du fruit, car Claver baptisera près de 300 000 personnes. Il voyagera constamment pour rencontrer ses convertis et exhorter les propriétaires d’esclaves à les traiter plus humainement. Après 40 ans de travail épuisant, il tombe malade et meurt. En tant que saint patron de relations entre races, saint Pierre Claver nous appelle notamment à chasser tout soupçon de racisme qui pourrait subsister dans nos cœurs. Comme saint Pierre Claver, n’étendons pour les autres que des manteaux de compassion et de charité. SEPTEMBRE 2009

♦ COLUMBIA ♦ 5


R E P O RTAG E S P É C I A L

Soins de santé avec lesquels nous pouvons tous vivre Les évêques, le chevalier suprême disent qu’une vraie réforme en soins de santé doit respecter la vie humaine à toutes les étapes par la rédaction de Columbia de loi sur les soins de santé « libre d’avortements » sans amoindrir les politiques actuelles. « Cette réforme très nécessaire ne doit pas devenir un véhicule pour promouvoir le programme ‘des droits à l’avortement’ ou renverser les politiques de longue date contre le financement fédéral et la couverture obligatoire de l’avortement, » écrivait le Cardinal Rigali. À LA RECHERCHE D’UN AMENDEMENT Quand le 111e Congrès s’est d’abord réuni en janvier dernier, des millions de personnes exprimèrent leur opposition à l’introduction potentielle de l’Acte de liberté de choix (FOCA), qui menaçait l’invalidation de pratiquement toute la réglementation existante sur l’avortement et l’enchâssement de l’avortement comme « un droit fondamental. » (Voir le numéro de janvier 2009 du Columbia, aux archives en ligne sur www.kofc.org/columbia.) Quoique l’introduction de la FOCA fut contrecarrée avec succès par une campagne nationale qui comprenait une campagne de carte postale parrainée par la Conférence des évêques catholiques des États-Unis, plusieurs ont prévenu que les projets de loi de réforme en soins de santé, selon leur forme actuelle, accompliraient par d’autres moyens plusieurs des objectifs de la FOCA. Par exemple, le Cardinal Rigali observa que « l’Acte des choix abordables en santé de 2009 des Etats-Unis » (H.R. 3200) donnerait au gouvernement le pouvoir de rendre l’avortement un

PHOTOGRAPH: Catholic Health Association of the United States

« IL EST ÉVIDENT QU’UN SYSTÈME de soins de santé destiné à sauver des vies d’une part ne doit pas devenir un véhicule pour prendre des vies par l’avortement et l’euthanasie, » déclara le Chevalier Suprême Carl A. Anderson lors de son rapport annuel au 127e Congrès Suprême à Phoenix le 4 août dernier. Se référant aux propositions de loi sur les soins de santé qui sont maintenant étudiées au Congrès des Etats-Unis, il ajouta: « La réforme en soins de santé doit exclure l’avortement. » Les paroles du chevalier suprême répétaient les inquiétudes exprimées par d’autres en ce qui concerne les propositions de loi de la réforme en soins de santé récemment proposées au sénat et à la chambre des représentants des É.-U. Au nom de la Conférence des évêques catholiques (CÉCÉU), l’évêque William F. Murphy de Rockville Centre, N.Y., écrivit le 17 juillet une lettre au Congrès dans laquelle il réclamait: « des soins de santé accessibles, abordables et de qualité qui protègent et respectent la vie et la dignité de toutes les personnes, de la conception à la mort naturelle. » Ensuite il ajouta: « Aucun plan de réforme en soins de santé ne devrait forcer nousmême ou d’autres à payer pour la destruction de la vie humaine, que ce soit financé par le gouvernement ou par la couverture obligatoire des avortements. » De même, le cardinal Justin F. Rigali de Philadelphie, président du Comité sur les activités pro-vie des évêques des É.-U., écrivit le 29 juillet et 11 août des lettres à la Chambre des représentants, exhortant les législateurs à rendre la proposition

6 ♦ COLUMBIA ♦

SEPTEMBRE 2009


R E P O RTAG E S P É C I A L

« prestation obligatoire. » Il contournerait aussi l’Amendement Hyde, lequel a restreint le financement fédéral par le projet de loi annuel de finances ‘Health and Human Services (HHS)’ depuis 1976. Selon le Comité national de droit à la vie (CNDV), le proposition de loi de la réforme en soins de santé, sans des amendements excluant explicitement la couverture des avortements, pourrait avoir comme conséquence « la plus grande expansion de l’avortement depuis Roe v. Wade. » Il y a des inquiétudes sur certaines clauses de la proposition de loi qui proposent le rationnement en soins de santé et la restriction des soins de fin de vie, ce qui implique la menace de l’euthanasie pour les personnes âgées et les infirmes. Dans son rapport annuel, le chevalier suprême ajouta: « La solution est claire: Ajoutez tout simplement une provision…qui exclut de façon claire l’avortement et l’euthanasie de la proposition de loi. C’est ce que nous exhortons le Congrès de faire. » Quoique certains aient dit qu’un tel amendement serait inutile, des représentants des deux côtés de la question ont confirmé que la proposition de loi permettrait le financement fédéral pour l’avortement et mandaterait que l’avortement devienne encore plus disponible. Cela se produit malgré le fait que l’opinion publique a nettement changé en faveur de ne pas augmenter, et de ne pas enlever, la réglementation actuelle sur l’avortement. Un sondage Marist parrainé plus tôt cette année par les Chevaliers de Colomb démontre que 86 pour cent de la population des ÉtatsUnis est nettement en pour des restrictions à l’avortement. Le 15 mai, Gallup a annoncé que la majorité des américains s’identifie comme « pro-vie » — pour la première fois depuis qu’ils ont commencé à poser cette question en 1995. Néanmoins, de nombreux amendements pro-vie ont déjà été rejetés par les commissions du Congrès. Un tel amendement fut présenté par le Rep. Bart Stupak (D-Mich.), un membre du conseil 646 de Menominee (Mich.). Stupak et le Rep. Chris Smith (R-N.J.), également chevalier, ont été les voix les plus entendues et les plus courageuses dans ce débat. « CHARITÉ ET VÉRITÉ » À la fois dans son rapport annuel et dans son discours mettant fin au Congrès Suprême qui eut lieu du 4 au 6 août, Anderson fit allusion à l’encyclique récente du Pape Benoît XVI, Caritas in Veritate (Charité dans la vérité), comme un modèle pour l’Ordre et pour ses efforts à influencer les politiques publiques. Également, il cita une lettre de salutations papales au Congrès Suprême, dans laquelle le secrétaire d’état du Vatican le Cardinal Tarciscio Bertone déclara que le pape « s’attend à ce que, comme une voix respectée et articulée des fidèles catholiques, les Chevaliers de Colomb continuent à défendre cet enseignement par une argumentation raisonnée et une participation responsable dans la vie civique et politique. »

Une infirmière s’occupe d’un nouveau-né à l’un des 600 hôpitaux catholiques des États-Unis.

À la suite du rapport annuel du Chevalier Suprême Carl A. Anderson le 6 août, l’archevêque Charles J. Chaput de Denver encourage les Chevaliers à transformer la discussion nationale sur les soins de santé avec « connaissance et charité. »

À cette fin, les délégués au Congrès Suprême ont adopté le 6 août une résolution sur la « Défense du droit à la vie, » qui réaffirme l’engagement de l’Ordre « au soutien inconditionnel du droit à la vie et de la pleine protection dans la loi de chaque être humain, de la conception à la mort naturelle. » La résolution s’opposait « à tout projet de loi sur la réforme en soins de santé qui n’exclut pas de façon explicite l’avortement des plans publics ou privés d’assurance santé. » Il exhorta aussi « les législateurs de partout à adopter des lois qui protègent les droits de conscience religieuse des médecins, des infirmières et des autres professionnels de la médecine, en garantissant leur droit de refuser de participer aux avortements, à l’euthanasie, au suicide assisté ou à tout autre pratique qui détruit la vie d’êtres humains innocents ou qui entre en conflit avec la sincérité de leurs croyances religieuses. » Lors d’une courte allocution à la suite du rapport du chevalier suprême le 4 août, l’archevêque Charles J. Chaput de Denver encouragea les Chevaliers à démontrer du leadership et faire entendre leurs voix lors de réunions aux hôtels de ville pendant les vacances parlementaires du Congrès en août. « Si vous y allez en grand nombre avec connaissance et charité, cela transformera cette discussion dans notre pays quand le Congrès se réunira en septembre, a-t-il dit. Aidez à transformer notre pays afin que nous soyons justes, que nous pensions aux pauvres et que nous supportions solidement les personnes âgées et les enfants à naître. » Anderson exprima également ces sentiments lors de ses derniers commentaires le 6 août. « La manière démocratique est d’avoir des discussions raisonnées et du respect pour ceux avec lesquels nous ne sommes pas d’accord, mais nous ne devons pas reculer devant nos…jugements de ce que la loi naturelle et la justice commune requièrent, » a-t-il déclaré. Pour de plus amples renseignements sur les implications provie du projet de loi sur la réforme proposée en soins de santé, visitez www.unccb.org ou www.nlrc.org.♦

SEPTEMBRE 2009

♦ COLUMBIA ♦ 7


C H E VA L I E R S D E C O LO M B

Bon nombre de frères chevaliers ont été des athlètes de grande renommée. Jetons un coup d’œil sur certains de ces hommes qui ont fait une différence — sur le terrain de sport et dans la vie. par Patrick Scalisi

Le nom James J. Braddock est peut-être moins reconnu aujourd’hui, mais quand prononce son sobriquet — « the Cinderella Man » (l’Homme cendrillon) — le sourire de reconnaissance apparaît sur les visages. Braddock était un boxeur qui avait une carrière prometteuse, mais quand est survenu le krach de 29, lui et beaucoup d’autres Américains ont tout perdu. Braddock a continué à accepter des combats de boxe pour faire vivre sa famille, mais ce n’était pas facile. En 1934, on lui a donné la chance de se battre dans un combat de championnat poidslourd. Un an plus tard, il défaisait Max Baer pour devenir le champion mondial des poids-lourd. Braddock, qui était membre du conseil Barrett 1273, de West New York, New Jersey, a conservé le titre durant deux années. Après sa retraite, Braddock et son manager se sont engagés dans l’armée américaine pour servir comme lieutenants durant la Seconde guerre mondiale.

James b. connolly (1868-1957) Quand une bande hétéroclite d’athlètes américains se sont inscrits aux premiers jeux olympiques modernes en 1896, personne ne s’attendait à les voir faire des vagues à l’échelle mondiale. James B. Connolly voyait autrement. En dépit d’une suite d’incidents malheureux qui a failli empêcher l’équipe américaine de participer aux jeux, Connolly et son équipe sont arrivés sur les lieux, un peu fatigués mais prêt à donner le meilleur d’eux-mêmes. L’épreuve de Connolly, le triple saut, a eu lieu immédiate-

8 ♦ COLUMBIA ♦

SEPTEMBRE 2009

ment après les cérémonies d’ouverture. Son premier saut ne fut pas trop bien réussi, mais le second, un monstrueux saut combiné de 13,7 m, lui a valu une place dans l’histoire comme le premier champion olympique et le premier Américain à remporter une médaille d’or. De retour à Boston, Connolly a joint le conseil Back Bay 331, pour changer sa carrière de sport en une carrière d’écrivain/romancier.

vincent t. lombardi (1913-1970) Les mordus du sport aiment employer des aphorismes du sport de Vincent (Vince) Lombardi, tel l’un des plus célèbre de tous « Gagner n’est pas tout ce qui compte, c’est la seule chose qui compte ». Mais qui, à l’exception des vrais mordus du sport, savent que Lombardi avait fait deux années d’études sacerdotales, et que souvent, il conduisait son équipe bienaimée, les Green Bay Packers, à la messe lorsqu’ils étaient à l’étranger? Lombardi était sans doute une force formidable sur le terrain de football, mais il était aussi un Catholique pratiquant et un membre du Quatrième Degré des Chevaliers de Colomb. Lombardi a su trouver du temps libre pour servir un certain nombre de causes humanitaires : président du Fonds Green Bay Packers pour le cancer, et président de Wisconsin Mental Health Association.

PHOTOGRAPHS: — braddock: Corbis — Connolly: U.S. Library of Congress/J.e. purdy — Lombardi: Ap photo

James J. Braddock (1905-1974)


C H E VA L I E R S D E C O LO M B

Connie mack (1862-1956)

George Herman “babe” ruth (1895-1948)

Peu d’hommes ont vu évoluer le base-ball depuis ses origines comme un curieux passe-temps national jusqu’à son statut d’incontournable sport culturel. Connie Mack était un de ceux-là. Mac a eu d’une longue carrière mouvementée; il était le propriétaire/gérant des Philadelphia A’s. Quand il a accepté cette responsabilité, pour la Ligue nationale, la Ligue américaine était une risée. Mack, membre du conseil Santa Maria 263, de Flourtown, Pennsylvanie, a pris cela au sérieux. Quatre saisons plus tard, il avait remis son équipe sur pied, et en moins d’une décennie, elle avait gagné sa première Série mondiale. Aujourd’hui, Mack et considéré comme un gérant modèle. Ce qui est moins connu cependant à son sujet, c’est que Mack était un Catholique fidèle qui assistait régulièrement à la messe et qui grondait ses joueurs quand ils blasphémaient.

PHOTOGRAPHS: — mack: Corbis — patterson: Ap photo — ruth: U.S. Library of Congress/Irwin, La broad & pudin

Floyd Patterson (1935-2006) On pourrait s’étonner qu’un boxeur de 81,6 kilos soit un type du genre paternel, mais le poids-lourd Floyd Patterson avait une manière spéciale avec les enfants. Au moment de sa mort, Patterson a laissé 600 000 $ pour faire construire une chapelle interconfessionnelle dans un centre de détention pour jeunes. Ce geste posthume n’était que la pointe de l’iceberg d’une vie mouvementée, consacrée au service des jeunes en difficulté et des personnes confinées à domicile. Patterson avait un record admirable de 55-8-1 dans le ring, mais sa foi catholique — et son adhésion à l’Ordre des Chevaliers de Colomb — ont dirigé ses accolades en dehors du gymnase. En sus d’avoir légué plus d’un demi-million de dollars à la Highland Residential Facility, Patterson travaillait aussi avec les jeunes en difficulté, et il était un ministre extraordinaire de la communion.

Quoi écrire au sujet du « Great Bambino » ou du « Sultan of Swat », qui soit encore inédit? Peut-être le fait que Ruth n’était pas uniquement un des meilleurs qui aient joué au base-ball, mais aussi qu’il était Chevalier de Colomb. En 1919, l’année qu’il a frappé 29 coups de circuit, Ruth a joint le conseil Père Marquette 219, du quartier sud de Boston. Quand il ne lançait pas des parties parfaites ou frappait des balles en dehors des limites du terrain, Ruth se faisait un devoir de pratiquer la foi et la charité qu’il avait apprises dans sa jeunesse dans un orphelinat. Il était particulièrement attiré vers les orphelins et les enfants en difficulté qu’il encourageait de sa présence et de petits souvenirs qui sont devenus aujourd’hui d’une grande valeur.♦ PATRICK SCALISI est le corédacteur de la revue Columbia. Certains des articles susmentionnés ont été tirés et adaptés du livre By Their Works (Par leurs œuvres) (Harper Collins) de Stephen Singular.

SEPTEMBRE 2009

♦ COLUMBIA ♦ 9


eN dehOrS dU StAde LES CHEVALIERS DE COLOMB ONT UNE LONGUE HISTOIRE REMARQUABLE ASSOCIÉE AU STADE DES YANKEES par Joseph Pronechen

L

’abbé Michael McGivney, fondateur des Chevaliers de Colomb, connaissait bien le jeu de baseball. Durant sa première année au séminaire Our Lady of Angels, à Lewiston, dans l’État de New York, Michael McGivney a croisé le marbre trois fois au cours du match du 20 mai 1872. Il aidait également une nouvelle équipe intramuros, les Charter Oaks, a gagné leur toute première partie, 23 à 6. Alors, imaginez le jeune McGivney frappant une balle si haute et si loin hors champ qu’elle n’atterrit pas que des années plus tard au Stade des Yankees dans le Bronx de New York. Ça vous semble tiré par les cheveux? Pas quand vous vous rendez compte que les Chevaliers de Colomb ont plusieurs liens serrés au Stade des Yankees. Le jour de l’inauguration du stade, le 18 avril 1923, le Chevalier Al Smith, gouverneur de l’État de New York et premier candidat catholique à la présidence d’un important parti politique, effectuait le premier lancer. Le même jour, à la troisième manche avec deux coureurs sur les buts, le joueur des Yankees et frère Chevalier George Herman « Babe » Ruth frappait le tout premier circuit de l’histoire du stade. Le « Bambino » en a cogné encore 40 autres, le meilleur résultat de la ligue. Et où les Chevaliers ont-ils publiquement accueilli le pape non pas une fois, mais bien trois fois? Bien oui! Au Stade des Yankees. Enfin, qui pendant plus de 20 ans était propriétaire du terrain où étaient situés le Stade des Yankees et son terrain stationnement? Vous avez lancé un blanchissage si vous avez répondu : « les Chevaliers de Colomb ».

Une vue du stade des Yankees de New York durant la messe célébrée par le Pape Paul VI le 6 octobre 1965. À droite: Des plaques commémorant les visites du Pape Paul VI, du Pape Jean-Paul II et du Pape Benoît XVI.

10 ♦ C O L U M B I A ♦

SEPTEMBRE 2009


SEPTEMBRE 2009

♦ C O L U M B I A ♦ 11


Dessus: L’on voit Babe Ruth en 1924 avec des enfants à New-York, transmettant son amour pour le base-ball. Gauche: Le Chevalier Suprême John W. McDevitt et l’Aumônier Suprême Mgr Charles P. Greco d’Alexandria, La., avec le lanceur des Yankees Steve Hamilton et le gérant des White Sox, Eddie Stanky, tous deux Chevaliers, au Monument Park du stade des Yankees en 1966.

12 ♦ C O L U M B I A ♦

SEPTEMBRE 2009

TOP PHOTOGRAPH: Ap photo/the National baseball Library, Cooperstown, N.Y.

UN TRIFECTA EN BRONZE Un peu plus de 85 ans après l’ouverture du Stade des Yankees, le pape Benoît XVI y a présidé l’Eucharistie, le 20 avril 2008, marquant le bicentenaire de l’archidiocèse de New York. Plus de 57 000 fidèles y ont participé, parmi lesquels se trouvaient de nombreux Chevaliers et leurs familles. « Prenons le Seigneur au mot! Renouvelons notre foi en lui et plaçons notre espérance dans ses promesses, invitait le pape dans son homélie. Hâtez la venue du Royaume de Dieu dans ce pays! » Les Chevaliers ont commémoré cette Eucharistie en faisant couler une plaque de bronze de 48 kg et mesurant un mètre de haut, que le Saint-Père a bénie et qui est placée au Monument Park, à l’arrière du champ centre du nouveau Stade des Yankees inauguré au printemps dernier. La plaque réunit le pape Benoît à deux de ses prédécesseurs qui y sont également commémorés. La deuxième plaque y a été placée en 1980, pour commémorer l’Eucharistie pour la Paix et la justice dans le monde, que présidait le pape Jean-Paul II, le 2 octobre 1979. Les Chevaliers qui y participaient ont écouté attentivement lorsque le Saint-Père observait dans son homélie : « À nombreuses occasions, votre nation a mérité à juste titre la réputation d’être bien généreuse, tant dans les domaines public que privé. Soyez fidèles à cette tradition... » C’était la première visite de Jean-Paul II aux États-Unis après son élection comme pape, et l’événement s’est avéré plus enthousiasmant que d’assister à un match parfait. Les Yankees désiraient vivement commémorer cet événement historique et ils ont invité les Chevaliers à placer une plaque parmi les autres monuments qui se trouvent au stade.


Le 5 septembre 1980, avant le match des Yankees contre les Angels de la Californie, le cardinal Terence J. Cooke, archevêque de New York et le Chevalier suprême d’alors, Virgil C. Dechant menait la délégation qui inaugurait la plaque. « Quelle émotion et quel privilège c’était pour moi que d’accompagner le cardinal Cook pour placer ce monument au champ centre pour la prière », rappelle le Chevalier Dechant. Au cours de la bénédiction, le cardinal Cooke prononçait cette prière : « les paroles si claires et si puissantes que le pape Jean-Paul II prononçait ici au Stade des Yankees continueront de changer les cœurs de tous les hommes et de toutes les femmes, et de nous unir une seule famille humaine. » Cet événement rappelait l’inauguration de la première des trois plaques, qui eut lieu le 25 juin 1966, en hommage au pape Paul VI, et l’Eucharistie qu’il présidait au stade le 4 octobre 1965. C’était la Journée des Chevaliers de Colomb au stade, et lesYankees jouaient contre les White Sox de Chicago. Plus de cent membres d’une garde d’honneur du Quatrième Degré bordaient le sentier de l’inauguration, et quelque 12 000 Chevaliers et leurs familles regardaient se dérouler la cérémonie solennelle avant le match. L’aumônier suprême d’alors, Mgr Charles P. Greco, évêque d’Alexandria, en Louisiane, a béni la plaque devant la foule où se trouvait le Chevalier suprême d’alors John McDevitt et deux éminents sportifs membres de l’Ordre : le lanceur des Yankees, Steve Hamilton, et le gérant des White Sox, Eddie Stanky.

TOP PHOTOGRAPH: Ap photo

VÉNÉRABLE TERRAIN, VÉNÉRBLES JOUEURS Quand le pape Paul VI a prononcé l’homélie au Stade des Yankees

Dessus: Des jeunes tendant l’oreille à Babe Ruth pendant qu’il leur raconte des histoires de sa vie depuis l’orphelinat jusqu’à la célébrité au base-ball, le 29 novembre 1924. Droite: De gauche: l’Avocat Suprême Paul R. Devin, le Chevalier Suprême Carl A. Anderson, le Député Chevalier Suprême Dennis A. Savoie et le Secrétaire Suprême Donald R. Kehoe à l’inauguration d’un monument en l’honneur de la Messe du Pape Benoît XVI au stade des Yankees.

SEPTEMBRE 2009

♦ C O L U M B I A ♦ 13


14 ♦ C O L U M B I A ♦

SEPTEMBRE 2009

PHOTOGRAPH: Walter Sanders/time & Life pictures/Getty images

en 1965, il parlait à partir d’un suivantes respectivement... » En terrain qui appartenait aux 1927, le « Roi de la frappe » réusChevaliers de Colomb. À sit son 60e circuit au stade. l’époque, l’Ordre était propriéLe monument dédié à Babe taire du terrain où se trouvait le Ruth près de ceux des trois papes stade. En 1953, quelque 30 ans le décrit comme « Un grand après l’inauguration du stade, joueur de baseball, un grand les Chevaliers avaient acheté les homme et un grand Américain », 4,6 h où était construit le Stade y manque la mention du fait qu’il des Yankees. Cette décision était ait été Chevalier — ce que Babe issue de la vision de l’abbé McRuth a été, à compter de 1919 au Givney — non pas comme ammoment où il est devenu membre ateur de baseball, mais en tant du conseil Père Marquette 271, de que fondateur d’un ordre fraterSouth Boston, au Massachusetts. nel qui doit pourvoir au bienRuth aidait surtout les démunis, être des familles de ses notamment les orphelins et les vismembres. itait au pays, dans les hôpitaux et Afin de continuer d’accomles centres d’éducation surveillée. plir cette vision, au milieu du Il a également mis sur pied la Babe 20e siècle, l’Ordre a entrepris Ruth Foundation pour les enfants d’acheter des propriétés appardémunis et était un exemple vitenant à de grandes entreprises vant du principe de charité des et à « les louer à leurs propriéChevaliers. taires originaux à un taux qui Le Chevalier Suprême Luke E. Hart sur les gradins au stade des Yankees en Le lanceur Ronald Guidry s’est leur accordera un revenu en in- avril 1957. Le terrain sur lequel le stade et le stationnement étaient situés ap- démarqué parmi d’autres Yankees térêts convenables par rapport partenait aux Chevaliers de Colomb qui l’ont acheté en 1953. L’Ordre a Chevaliers vedettes de la Série aux sommes investies », écrivit mondiale. Guidry a suavé la saison le Chevalier suprême d’alors, vendu le terrain à la ville de New-York durant les années 1970. 1978 des Yankees, après que Luke E. Hart dans une lettre aux l’équipe eut pris un recul de 14 membres. matchs sur les Red Sox de Boston. « Nous leur avons accordé un loyer de cent ans pour le terrain, Le 17 juin, Guidry établissait un record d’équipe en retirant sur ce qui finit par leur faire un loyer raisonnablement bas », expliqua trois prises 18 frappeurs des Angels de la Californie. Gagnant un le frère Dechant. match après l’autre, Guidry, la « Foudre de la Louisiane », menait les Toutefois, au début des années 1970, quand des représentants Yankees sur un pied d’égalité avec le Red Sox, au début de septembre. de la Ville de New York décidaient de rénover le stade, ils désiraient Sa victoire contre cette équipe dans un des matchs éliminatoires lui aussi en être les propriétaires. a donné sa 25e victoire, le meilleur compte de la ligue. Enfin, dans la « Nous n’avions aucune envie de le vendre, mais nous n’avions Série mondiale contre les Dodgers de Los Angeles, Guidry a gagné pas le choix, remarqua le frère Dechant. Nous étions très fiers d’en deux des quatre matchs des Yankees. Pour ses exploits, Guidry a mérité être les propriétaires. » le prix Cy Young. Parmi les meilleurs souvenirs de l’ancien Chevalier suprême, se Après sa retraite en 1989, Guidry est devenu membre du conseil trouvent ceux d’avoir assisté aux matchs avec Mgr Greco. Ils preAssumption of the Virgin Mary 7411, de Rayne, en Louisiane. L’annaient place dans les loges derrière le marbre, et le gérant des Yancien grand Chevalier, Glen Meche, a noté que Guidry « évite d’attirer kees, Yogi Berra sautait la clôture entre les manches, « pour rendre l’attention publique », tout en ajoutant que « son travail chez les visite à Mgr Greco, racontait le frère Dechant. C’était de vieux Chevaliers et avec sa famille est une véritable expression de foi ». amis. » Près du maillot numéro 3 de Babe Ruth, le maillot numéro 49 de Plusieurs années auparavant, un Chevalier en particulier avait perRon Guidry a été retiré en 2003, et un monument lui a été consacré mis au Stade des Yankees de devenir très prospère, comme l’indique au Monument Park. Ces joueurs, ne sont que deux parmi d’un grand le sobriquet populaire qu’il s’est acquis : « La maison que Ruth a nombre de Chevaliers amateurs passionnés du baseball qui s’étend construite. » jusqu’aux origines de l’histoire de l’Ordre. Si nous nous fermons les « Le bâton de Ruth avait, pour tout dire, financé la construction yeux un moment, peut-être pourrons-nous apercevoir l’abbé Mcdu Stade des Yankees, qui avait été bâti pour accueillir tout le monde Givney qui jette un coup d’œil sur ses Chevaliers et sur les plaques qui désirait le voir jouer, écrivait Christopher Kauffman dans Faith de joueurs le plus utiles à leur équipe qui ont été décernés à « Trois and Fraternalism: The History of the Knights of Columbus. Un lanceur étoile Pontifes les plus utiles à leur équipe ».♦ pendant presque toute sa carrière à Boston, les Yankees l’ont laissé jouer comme frappeur de puissance et joueur de champ extérieur. JOSEPH PRONECHEN est rédacteur permanent au National Catholic Register et à la Ruth a frappé 54 circuits en 1920, puis 59 et 35 les deux années revue Faith & Family. Il écrit de Trumbull, au Connecticut.


Jouer pour des enjeux plus élevés Les Athlètes pour la vie cherchent à établir de bonnes relations tout en protégeant la dignité humaine.

par James Penrice

Q

uand le pape déclare un état d’urgence, les Chevaliers de Colomb répondent à l’appel. Il en est de même pour les Athlètes pour la Vie, un organisme appuyé depuis longtemps par les Chevaliers de Colomb, dont la mission est de répondre à ce que le pape Benoît XVl a appelé « une urgence dans le domaine de l’éducation ». Quand il s’est adressé aux éducateurs du diocèse de Rome en 2007, le souverain pontife a parlé d’une crise au sein de laquelle « l’éducation est en train de se réduire à la transmission de certaines habilités précises…. Elle ignore le but essentiel de l’éducation qui est de donner aux étudiants la possibilité de vivre pleinement et de faire qu’ils deviennent capables de contribuer au bien commun ». Le pape souligne que cette tâche n’appartient pas uniquement aux écoles et aux familles, mais aussi à « toute autre institution à but éducatif ». Comme tels Chris Godfrey a reconnu depuis longtemps la responsabilité des programmes d’athlétisme. L’ancien joueur de football de la NFL a fondé « Life Athletes » (Les athlètes pour la Vie) en 1992 pour transformer les expériences d’apprentissage des jeunes athlètes dans le domaine des sports, pour servir davantage à la formation d’un cœur aimant. Offrant un service de conférenciers, des camps de sports basés sur la valeur des sports et des curriculums qui affirment la vie. « Les Athlètes pour la Vie » ont aidé depuis près de deux décennies à bâtir une culture de vie. « Je suis reconnaissant au Saint Père d’avoir évoqué ce problème» dit Godfrey, membre du conseil Santa Maria 553, de South Bend, Indiana. « Les gens ont de l’importance pour ce qu’ils sont et non pas pour ce qu’ils font. L’éducation la plus importante, c’est d’apprendre à aimer. Les ‘Athlètes pour la Vie’ ont toujours fait la distinction entre le talent et le cœur. Les talents nous viennent de Dieu, mais notre cœur, c’est nous-mêmes qui devons le former ». UNE LONGUE HISTOIRE Depuis le temps de Saint Paul qui a fait référence au sport dans les écritures, l’Église s’est toujours intéressée à l’aspect de formation dans le domaine des sports. Plus récemment, plusieurs papes ont fait la promotion d’une mission évangélique au monde du sport. Le pape Pie Xll a fait l’observation que le « sport, quand il est perçu chrétiennement, devient une école efficace pour la plus grande de nos entreprises, celle de mériter la vie éternelle… ».

SEPTEMBRE 2009

♦ C O L U M B I A ♦ 15


De la même manière, le pape Paul Vl a noté que, « jouer, activité que les adultes croient souvent superflue parce qu’elle n’a pas de but utilitaire, c’est néanmoins un gymnase dans lequel les enfants prennent conscience d’eux-mêmes et du monde qui les entoure ». Le pape Jean Paul ll, lui-même un fervent athlète a souvent parlé de la valeur formatrice du sport, et a institué un office sur l’Église et le sport sous les auspices du conseil pontifical sur la laïcité. Enfin, le pape Benoît XVl a dit du sport qu’il était un nouvel « aréopage ». Depuis quelques années, divers groupes, tels « Catholic Athetes for Christ », « Play like a Champion Today », et « Sports Faith International », des organismes qui préconisent le sport comme une plateforme d’éducation se sont formés. « Les athlètes pour la Vie » ont été une force visionnaire de cette mission, reconnaissant « l’urgence dans le domaine de l’éducation» bien avant que le mot soit inventé. Le cheminement de Godfrey reflète la tension qui existe entre le developpement du talent d’un athlète et la formation de son cœur à l’amour. Ayant participé à trois joutes du Rose Bowl comme joueur défensif de ligne-avant de la Michigan University, il croyait être assuré d’être choisi pour un poste de la NFL. Mais, l’appel n’est jamais venu. Après de courtes tentatives infructueuses

d’agent libre chez les Washington Redskins, les New York Jets et les Green Bay Packers, son rêve de jouer dans la NFL semblait futile — il était bouleversé. Voyant ses talents refusés, Godfrey s’est tourné pour la première fois de sa vie vers la prière. Il a dit à Dieu « J’abandonne. Ce que vous vous attendez de moi, je le ferai ». C’est ainsi qu’il a commencé à embrasser la foi de son enfance. Non seulement sa foi a été rajeunie, mais son rêve de football s’est réalisé. Les Packers lui ont offert une deuxième chance, qui s’est terminée en une carrière de neuf ans dans le football professionnel, heureux avec un championnat du Rose Bowl XXl avec les New York Giants. Aujourd’hui, Godfrey est avocat à South Bend et président des « Athlètes pour la Vie » qui marche à grand pas vers la transformation des jeunes dans le sport.

Chris Godfrey, qui a joué pour l’université du Michigan dans trois matchs du Rose Bowl avec un membre de l’équipe de natation de l’université lors d’une colonie de sports au cours de l’été.


RÉPONDANT À L’APPEL Godfrey partage le souci du pape Benoît XVl concernant la façon dont l’éducation a été diluée au point de n’enseigner que le développement des talents sans la formation de la personne. Il met aussi l’accent sur le fait que le sport offre une éducation holistique. « Toutes les autres connaissances spécialisées acquises peuvent être mises à meilleur usage, dit-il. Non seulement cette éducation augmente notre capacité de contribuer au bien commun de la société, elle nous aide à devenir meilleurs. Pour cela, ‘Les Athlètes pour la Vie’ est davantage une association des cœurs meilleurs que de talents athlétiques. » Godfrey met de l’importance particulière sur les relations entre les sexes. « Le sexe touche de très importantes choses de la vie, ditil, notamment le mariage, la famille, voire le ciel. C’est aussi une

Photo en haut: La Journée « Heart of Champions » parrainée par les « Les Athlètes pour la Vie », comprenait une interaction entre des athlètes des Olympiques spéciaux et des diplômés récents de l’université Notre Dame et des élèves de l’école secondaire St. Joseph, de South Bend, en Indiana. Photo en bas: Chris Godfrey, président de « Les Athlètes pour la Vie », offre quelques conseils hors-terrain, lors d’une session d’entrainement de football américain.

de nos énergies, de nos pulsions puissantes qui doivent être orientée positivement. » Bien que la plupart des jeunes sachent déjà que le sexe avant le mariage et l’avortement sont mal, ils apprécient les présentations des « Athlètes pour la Vie » parce que nous leur expliquons où est le mal. La première expérience des « Athlètes pour la Vie » dans la création d’un curriculum scolaire a été; « C’est là que je vis : un guide pour développer de bonnes relations. Godfrey se souvient d’une fois, quand une femme enceinte, après avoir lu notre curriculum, avait décidé de ne pas se faire avorter. Elle savait que l’avortement était un mal, mais elle « a appris que souffrir pour les bonnes raisons vous rend meilleur ». Godfrey ajoute qu’avoir rencontré l’enfant de cette femme a vraiment confirmé pour lui l’importance de l’œuvre de notre programme. « Les athlètes pour la Vie » a maintenant une nouvelle série de curriculums intitulée « Vous voyez, je renouvelle tout ». Elle commence en disant « Apprenez à vous connaître» un DVD à visionner par les parents avec leurs enfants, qui explique les changements qui se produisent pendant la période de puberté, et le plan de Dieu pour la sexualité. Ce DVD aborde beaucoup de sujets importants d’une manière positive, sans gêne, un parcours qui vous fait connaître un pédiatre, des athlètes, des stades et des monuments nationaux. Le deuxième volet est intitulé « Développez-vous », un cours en dix leçons sur le développement de votre caractère comme base essentielle pour une éducation concernant l’amour. Ce cours est accompagné d’un plan conçu pour être facile à utiliser même pour les enseignants les moins expérimentés. PERCÉES SÉCULAIRES Bien que les curriculums aient été préparés pour l’usage des écoles catholiques et les paroisses, le message des « Athlètes pour la Vie » perce aussi dans le domaine séculaire. L’organisme a fait des présentations dans des écoles publiques et des camps de sport comme celui de juin dernier à Michigan Université où les Chevaliers de Colomb ont donné un coup de main. Ils ont aussi travaillé avec des athlètes des jeux olympiques spéciaux et de l’Université Notre Dame pour souligner que la dignité humaine ne dépend pas sur ce que fait une personne mais plutôt sur ce qu’elle est. Godfrey n’est pas seul pour travailler à cette mission. Il a reçu un appui généreux des Chevaliers de Colomb dans la prière, la finance et le travail bénévole. Près de 300 vedettes de divers sports, parmi lesquelles on compte Tony Dungy, Gary Carter, Rebecca LoBo David Tyree, A.C. Green, Andy Pettitte, Jason Sehorn et Mark Brunell, participent à ce programme. La mission d’Athlètes pour la Vie se résume dans sa promesse: « Je vais tâcher de faire ce qui est bien même si c’est difficile. Je promets de me donner uniquement à la personne que j’épouse et que je choisis comme partenaire pour la vie. Je promets de respecter la vie des autres, en particulier la vie des enfants à naître et des personnes âgées. Si j’échoue, je ne décrocherai pas ou ne ferai pas d’excuses, je vais recommencer. » En effet, cette mission forme de véritables champions de la vie.♦ JAMES PRENRICE est l’auteur de Living the Eucharist through sports (St. Paul’s/Alba House, 2009.

SEPTEMBRE 2009

♦ C O L U M B I A ♦ 17


Rien que des filets Le championnat international du lancer libre des Chevaliers de Colomb ne repose pas sur les accolades du passé par Mike Mastromatteo

L

es directeurs des deux programmes les mieux appuyés du lancer libre (que l’on appelle également « lancer franc ») sont d’accord sur les éléments qui ont contribué à leur succès respectif. Les conseils d’état de la Georgie et de l’Ontario rapportent tous les deux la participation de nombreux garçons et filles au championnat international du lancer libre des Chevaliers de Colomb depuis le lancement du programme il y a 37 ans. À cette époque, les conseils locaux ont saisi l’histoire impressionnante de l’engagement des C. de C. dans les activités reliées aux sports, et ont commencé à parrainer le concours de lancer libre, qui est ouvert aux garçons et filles âgés de 10 à 14 ans issus de toutes les confessions. Les directeurs de programme comprennent que le programme du lancer libre est une façon idéale pour les Chevaliers de demeurer présents dans la communauté tout en offrant aux jeunes une activité enrichissante qui offre la possibilité d’une reconnaissance locale, régionale et internationale. Aujourd’hui, le concours du lancer libre constitue l’une des activités les plus populaires du Conseil Suprême. Durant le concours 2008-09, 59 447 filles et 79 925 garçons ont participé à plus de 3 400 concours locaux. Quelque 4,5 millions de jeunes ont participé à l’activité depuis 1972, amenant certains réfléchir sur ce que l’impact a eu sur la croissance de l’Ordre et le recrutement depuis plus de quatre décennies. AXÉ SUR LA JEUNESSE Les conseils locaux sont guidés par la trousse de l’activité du lancer libre des C. de C. quand ils organisent un concours, mais ils jouissent de la souplesse pour

Des concurrents de l’état de la Californie, aux championnats du lancer libre (que l’on appelle également « lancer franc ») tenus à l’école secondaire San Joaquim, de Fresno, le 21 mars. 18 ♦ C O L U M B I A ♦

SEPTEMBRE 2009


SEPTEMBRE 2009

♦ C O L U M B I A ♦ 19


adapter l’activité aux conditions locales. Dans plusieurs cas, les conseils recrutent l’aide de joueurs professionnels de basketball ou d’autres personnalités sportives pour présenter les trophées aux gagnants. En Géorgie par exemple, les Chevaliers locaux ont une relation de longue date avec l’équipe de la National Basketball Association (NBA), les Hawks d’Atlanta, et celle de la Women’s National Basketball Association (WNBA), les Dream d’Atlanta. Dans certains cas, les joueurs-étoiles d’équipes professionnelles sont invités à présenter les trophées aux finalistes du concours. C’est un moment magique qui crée des souvenirs durables et de la sympathie envers les organisateurs des C. de C. Les Chevaliers de la Georgie jouissent d’un dossier solide de réalisations avec cette activité. Le conseil d’état signale que quelques 179 000 joueurs ont participé dans 3 000 événements seulement l’an dernier. Le directeur de l’activité du lancer libre pour l’état Mike Gozdick est membre du conseil Danny McMichael 12984 à Jackson en Georgie. Partisan depuis longtemps du basketball, Gozdick, privilégie l’accent mis sur le contact avec les adolescents offert par le concours du lancer libre. « Je pense que chaque enfant devrait participer à une activité sportive quelconque », déclare Gozdick. Tout ce que vous avez à faire est d’aider à un seul concours de lancer libre et vous en devenez fascinés. Regarder les enfants et voir l’enthousiasme sur leurs visages — ce sont là ce que des paroles ne peuvent expliquer. » Gozdick ajoute que le soutien d’équipes professionnelles ajoute de l’intérêt et de l’enthousiasme supplémentaires au programme. « Tout ce qu’ils font pour nous ne coûte rien au Conseil d’état de la Géorgie, dit-il. Cela comprend l’organisation de la compétition à l’aréna Phillips, le domicile des Hawks d’Atlanta. » « Un parent est venu me voir pour me dire qu’il importait peu si son enfant gagnait, ajoute Gozdick. Ce qui était le plus important à son fils était de participer au concours sur le même terrain sur lequel jouent les Hawks. » DES DIRIGEANTS ENGAGÉS Ce n’est pas seulement le sud des États-Unis qui jouit d’un tel succès avec le concours du lancer libre. En Ontario, Joseph Cinti a occupé depuis 2002 le poste de directeur de l’activité du lancer libre des Chevaliers de l’Ontario. Membre du conseil St. Gregory 9399 à Cambridge, Cinti rapporte que 65 pour cent des conseils ontariens participent au programme, attirant une participation totale de 827 000 jeunes. « L’on encourage nos conseils à faire la promotion du programme auprès des écoles de toutes les croyances religieuses, des organismes sportives communautaires et des églises paroissiales dans tous leurs districts », ajoute Cinti. Il ajoute que le programme du lancer libre demeure un excellent « outil de motivation » pour enrichir les programmes d’éducation physique et parascolaires. C’est aussi un excellent outil de recrutement. « L’activité du lancer libre est un outil de travail pour la croissance des effectifs, poursuit Cinti. C’est l’occasion idéale pour rencontrer des frères Chevaliers et leurs familles, partager des idées et établir des objectifs pour l’année. » L’ex-député d’état de l’Ontario, Natale « Nat » Gallo, est aussi très actif dans le programme du lancer libre, et a servi autrefois comme directeur des activités de la jeunesse et des Écuyers Colombiens pour l’état. Gallo parle de l’importance du président local, qui visite les écoles et discute

Daniel J. Baker (à gauche), ancien député d’état de Géorgie, et Mike Gozdick, responsable d’état du programme du lancer libre (ou « lancer franc »), avec l’un des heureux gagnants de la compétition d’état parrainée à l’aréna Philips d’Atlanta, en avril dernier. 20 ♦ C O L U M B I A ♦

SEPTEMBRE 2009


avec les enseignants afin d’encourager la participation, et ajouta que tous, depuis le directeur pour l’état jusqu’au grand chevalier, apporte leur soutien au programme. « L’activité du lancer libre a été réussie parce que nous avons des individus engagés aux commandes », explique Gallo. Comme son homologue ontarien, Gozdick note que l’activité dépend beaucoup de la bonne communication entre les administrateurs, les conseils, les joueurs, les parents et les commanditaires. Il croit aussi que le programme constitue un exemple primordial de l’intérêt traditionnel des Chevaliers à travailler avec les jeunes, non seulement pour promouvoir l’Ordre, mais aussi pour remplir un réel engagement envers la communauté en général. « Notre concours réussit à tous les niveaux de compétition, déclare Gozdick. Je n’ai jamais eu de problèmes à trouver assez de main d’œuvre pour organiser l’activité. » SUCCÈS ET CROISSANCE Les coordonnateurs de programmes au Conseil Suprême ont longtemps reconnu l’importance de l’activité sportive pour la croissance, la popularité et le rayonnement de l’Ordre. Ils attirent constamment l’attention sur la facilité relative du concours et les retombées positives durables dont on peut bénéficier. Le succès remporté par un sport — dans ce cas le basketball — peut bien être répété par le dernier nouveau programme de l’Ordre dans sa gamme de programmes sportifs: le Défi Soccer des Chevaliers de Colomb. Le concours, composé de coups de pied de pénalité, est ouvert à tous les garçons et filles âgés de 10 à 14 ans. Au lieu des 25 lancers qu’un joueur doit effectuer au basketball, le défi soccer est basé le succès du participant à accumuler des points lors d’une série de 15 coups de pied de pénalité. Les gagnants progressent du niveau local vers la compétition du district, du régional, de l’état et de l’international. Même si les preuves actuelles ne sont pas confirmées, certains suggèrent que le concours du lancer libre et celui du défi soccer peuvent créer des liens intergénérationnels pour l’Ordre. Les Chevaliers de l’Ontario font état de cas où des membres actuels sont devenus membres de l’Ordre après s’être portés bénévoles lors d’une activité sportive organisée par le conseil. Un sondage informel des Chevaliers de l’Ontario a révélé que plusieurs membres doivent leurs adhésions à leur participation au concours du lancer libre. C’est un scénario qui pourrait être anticipé dès que le sport du basketball eut d’abord été créé — moins d’une décennie après que les Chevaliers de Colomb ont été fondés en 1882. Depuis le début, beaucoup de personnes ont compris les sports ont une valeur réelle pour orienter les jeunes vers le fair-play et l’établissement d’objectifs à réaliser. « Lorsque nous pouvons faire quelque chose pour aider les enfants à participer à des activités reliées aux sports, vous leur enseignez à être compétitifs et à être fiers de ce qu’ils font », a déclaré Gozdick. « Cela pourrait signifier de grandes choses pour le Défi Soccer que nous avons commencé quelques années passées, a-t-il poursuivi. Avec la croissance toujours grandissante du soccer aux Etats-Unis, notre Défi Soccer pourrait devenir aussi grand que le Concours de Lancer Libre, sinon plus grand. »♦

Incomparablement exceptionnel par Paul Phillipino En sus d’être le bras droit de l’Église, les Chevaliers de Colomb sont reconnus dans le monde pour leur contribution civique et leurs services à la communauté. Il n’est pas rare de voir des conseils locaux, comme le conseil St. Isidore 7200, de Macomb, Michigan, qui se portent volontaires pour travailler sur divers projets pour le bien commun. L’an dernier, les Chevaliers de Colomb du Michigan ont joué un rôle déterminant pour un projet qui a aidé à donner l’occasion à des enfants handicapés de jouer au baseball. L’inauguration du terrain de base-ball Norm Hott a eu lieu le six août 2008. Ce sont les Chevaliers de Colomb de Macomb County qui ont organisé et présidé la cérémonie. La première balle a été lancée le même jour. Ce nouveau parc a été construit pour la petite ligue Clinton Valley, de la division Challenger, une ligue qui donne aux enfants handicapés âgés de cinq à dix-huit ans l’occasion de participer au passe-temps favori de la nation Américaine. Ce terrain a été adapté : le parcours des coussins est moins long et est adapté pour recevoir les fauteuils roulants, et le monticule du lanceur est plus rapproché de la base de départ. Marilyn Wittstock, l’administratrice adjointe de la ligue Clinton Valley, a été le fer de lance de ce projet communautaire. Les Chevaliers de Colomb se sont mis de la partie, ainsi que le fut l’ancien joueur de premier but des Detroit Tigers, Sean Casey, la Fondation des Detroit Tigers, et des commerçants de la municipalité; ensemble, ils ont défrayé le coût du terrain de base-ball. Collectivement, les Chevaliers de Colomb de Macomb County ont donné près de 14 000 $ à ce projet, et le parc a été nommé Norm Hott, à la mémoire du grand-père de l’épouse de Casey. C’est Ken Dumais, le président du comité d’État du Michigan pour le projet Tootsie Roll et membre du conseil 7200, qui a incité les Chevaliers de Colomb à passer à l’action. À cause de son effort, dix-neuf conseils de Chevaliers de Colomb ont contribué au projet qui avait le patronyme « Special Beyond Comparison » (Incomparablement exceptionnel). Selon Dumais, le projet a été judicieusement nommé. « Ces enfants sont vraiment incomparablement exceptionnels et, maintenant, ils sont reconnus non pas à cause de leur handicape, mais bien pour leur potentiel ». Pour la réalisation de ce projet, le conseil d’État du Michigan a accordé le prix pour la meilleure activité pour les jeunes au conseil 7200. Dumais ajoute : « Il est impossible d’égaler l’amour qui se voit sur le visage de ces enfants, et à titre de pères de familles et de Chevaliers de Colomb, nous sommes fiers d’eux ».

Les Chevaliers Lawrence T. Grabowski, Kenneth M. Dumais, Lawrence Frontera et Ronald J. Verellen, avec l’ancien joueur des ligues de baseball majeures, Sean Casey.

MIKE MASTROMATTEO écrit de Toronto, Ont., où il est membre du Conseil Blessed Trinity 11681.

SEPTEMBRE 2009

♦ C O L U M B I A ♦ 21


L E S D É P U T É S D ’ É TAT

ALABAMA MAURICE J. DUPONT

ALASKA MICHAEL W. WELCH

ALBERTA NEIL C. GANNON

ARIZONA HERBERT J. MADDOCK

ARKANSAS JAMES R. NEFF

COLUMBIE-BRITANNIQUE MICHAEL YEO

CALIFORNIE VINCENT A. PACIS

COLORADO FOSTER J. SAUTER

CONNECTICUT SCOTT A. FLOOD

DELAWARE SHERMAN MITCHELL III

DISTRICT DE COLUMBIA LAWRENCE L. SOSNOWICH

DOMINICAN REPUBLIC JOSÉ A. MENDOZA

FLORIDE DOUGLAS J. MURRAY

GÉORGIE JAMES C. ST. JOHN

GUAM FRANCISCO A. FLORIG

HAWAII STANLEY A. MARIA

IDAHO BRIAN W. SIMER

ILLINOIS JAMES C. BEDNAR

INDIANA STEPHAN A. ZIEMBA

IOWA PATRICK T. O’KEEFE

KANSAS FRANCIS G. DROUHARD

KENTUCKY BILLY R. HANCOCK

LOUISANE BENJAMIN N. DAVIDSON JR.

LUZON ALONSO L. TAN

MAINE GERALD J. MARTIN

MANITOBA GUY M. PRÉCOURT

MARYLAND RICHARD V. SIEJACK

MASSACHUSETTS WILLIAM F. DONOVAN

MEXIQUE CENTRAL ANTONIO PÉREZ-RAMÍREZ

MEXIQUE NORD-EST FILADELFO MEDELLÍN AYALA

MEXIQUE NORD-OUEST JULIO CÉSAR DOMÍNGUEZ-SOTO

MEXIQUE SUD FREDY J. MONTERO-RODRÍGUEZ

MICHIGAN JOHN R. MOODY

MINDANAO SOFRONIO R. CRUZ

MINNESOTA RICARDO ACEVEDO

MISSISSIPPI PETER C. SUKANEK

22 ♦ C O L U M B I A ♦

SEPTEMBRE 2009


L E S D É P U T É S D ’ É TAT

MISSOURI GREGORY W. STRATMAN

MONTANA WILLIAM I. BURKE

NEBRASKA MICHAEL G. CONRAD

NEVADA JAMES J. KELLY

NOUVEAU-BRUNSWICK YVON CARRIER

TERRE-NEUVE ET LABRADOR MAX A. SNOW

NEW HAMPSHIRE EDWARD A. MCCANN

NEW JERSEY HERBERT C. MEYER

NOUVEAU-MEXIQUE JOSEPH W. POZZI

NEW YORK ARTHUR J. HARRIS

CAROLINE DU NORD DAVID R. JONES

DAKOTA DU NORD CORY J. BADINGER

NOUVELLE-ÉCOSSE ERROL J. O’NEIL

OHIO PAUL J. UPMAN

OKLAHOMA DAVID A. ROEWE

ONTARIO YVON A. ROBERT

OREGON WAYNE A. CLEMMER

PENNSYLVANIE WAYNE S. FREET

POLOGNE ANDRZEJ GUTMOSTOWY

ÎLE-DU-PRINCEÉDOUARD ALVIN R. CURLEY

PORTO RICO FREDDIE SANCHEZ-RIVERA

QUÉBEC CLAUDE ROUSSEAU

RHODE ISLAND STEPHEN G. CIOLFI

SASKATCHEWAN ARDEN P. ANDREAS

CAROLINE DU SUD JOSEPH F. GUBELI JR.

DAKOTA DU SUD TERRENCE L. ANDERSEN

TENNESSEE MICHAEL J. PORTER SR.

TEXAS JAVIER S. MARTINEZ

UTAH DOUGLAS P. SHANE

VERMONT FLORIAN WAWRZYNIAK

VIRGINIE PATRICK F. O’DONNELL

VISAYAS DIONISIO R. ESTEBAN JR.

WASHINGTON JOHN M. WALLACE

VIRGINIE OCCIDENTAL BERNARD V. KELLY JR.

WISCONSIN ROLAND C. RANSOM II

WYOMING PATRICK J. DOHERTY

SEPTEMBRE 2009

♦ C O L U M B I A ♦ 23


D E S P È R E S P O U R B I E N FA I R E

Les jeunes et le sport Il ne faut pas laisser le sport des jeunes empiéter sur votre foi ou sur votre vie familiale par Richard Fitzgibbons, M.D. mais son mari durant la saison de football parce qu’il est enchaîné au téléviseur. Le sport pour les jeunes peut aussi séparer mari et femme. Même s’ils sont d’accord sur ce sujet, le couple peut ne pas l’être en manigançant l’horaire des joutes de fin de semaine ou celui des joutes à l’extérieur de la ville. Le temps que passe ensemble la famille est dérangé et les repas consistent alors en des stands de prêt-à-manger. Avec les joutes qui ont lieu le dimanche, même chez les ligues catholiques, les parents sont tentés de quitter la messe avant la fin pour arriver au champ de balle plus tôt, voire manquer la messe pour se concentrer sur la partie. Dans ces cas, l’importance accordée au sport a comme résultat que des familles ne font plus la part des choses. Les enfants, eux, captent le message : le sport prime sur les relations familiales, voire sur les relations avec Dieu. Comme toutes choses dans la vie, pour le sport pour les jeunes, il faut trouver un juste milieu. Puisqu’il y a des avantages certains dans les sports en équipe et les activités physiques, les familles devraient s’efforcer de trouver ce juste milieu. Voici quelques conseils pratiques à ce sujet : • Ensemble, le couple doit établir les priorités pour la famille et ensuite en discuter avec les enfants. • Les repas familiaux et le temps à passer entre époux doivent sembler plus importants que le sport pour les jeunes ou le sport professionnel à la télévision. • N’hésitez pas à sauter une saison si votre enfant ne semble pas prêt à passer au prochain niveau de jeu. • Évitez les ligues dont les joutes se font la plupart du temps le dimanche, et gardez le jour du Seigneur pour des activités familiales. • Ne vivez pas vos rêves dans le sport de vos enfants. • La victoire n’est pas tout ce qui compte; ce qui compte c’est la façon de gagner ou de bien se classer. Les sports pour les jeunes sont sains, constructifs et ils appuient fortement les valeurs que, en votre qualité de papa, vous souhaitez inculquer à votre enfant. N’oubliez pas cependant que ce n’est qu’un jeu.♦ LE DR RICHARD FITZGIBBONS est un psychiatre dans le domaine de la famille et le mariage, et il est chef de l’Institute for Marital Healing, de West Conshohoken, Pennsylvanie. On peut le contacter sur le site Web de l’Institute à www.maritalhealing.com.

RETROUVEZ D’AUTRES ARTICLES ET RESSOURCES POUR LES HOMMES CATHOLIQUES ET LEURS FAMILLES À WWW.PERESPOURBIENFAIRE.ORG 24 ♦ C O L U M B I A ♦

SEPTEMBRE 2009

PHOTOGRAPH: Jupiter images

TOUT COMME un état psychologique, l’image du « parent de petite ligue » est empreinte dans l’esprit des Américains. Le papa est sur la ligne latérale, et il incite son fils à frapper un coup de circuit; on croirait qu’il tente de compenser sa honte de n’avoir pas été à la hauteur du sport dans sa jeunesse. La maman est dans les gradins et fait signe au petit de courir au but; elle veut pouvoir garder la tête haute durant la ronde de covoiturage du lendemain matin. Bien que, de nos jours, les parents ne se donnent pas en spectacle comme c’était le cas de la génération précédente, il existe encore de subtils dangers associés aux sports pour les jeunes. De fait, dans son engouement pour le sport, notre culture, où, mêmes les petits enfants sont traînés du champ de soccer au gymnase de Karaté, nous risquons de faire de la participation aux sports une valeur primordiale en elle-même, substituant ainsi le sport à la récréation et à la vie familiale. Je tiens à vous assurer que je ne suis pas contre le sport. Je reconnais que le sport pour les jeunes peut avoir une grande influence positive, et engendrer une vie familiale plus heureuse et saine. Parmi les avantages pour les enfants, il faut compter le contrôle du poids et le conditionnement physique, la confiance en soi, la discipline et l’apprentissage du jeu en équipe. De plus, il y a l’avantage de créer des liens durables entre père et fils — et de plus en plus de nos jours, entre père et fille — en lançant des balles de base-ball, des ballons au panier ou des ballons de football. Le sport peut offrir de belles chances à un papa de parler des vertus telles que le travail, la persistance et l’abnégation de soi. Malheureusement, au sein de notre culture qui couvre le sport 24 heures su 24, et des athlètes millionnaires égoïstes, le mauvais message peut souvent apparaître. Au cours de mon travail en clinique avec des familles, j’ai souvent observé des conflits émotionnels majeurs chez des enfants, qui sont causés par l’obsession des parents pour le sport. Ces troubles comprennent : l’épuisement causé par la participation excessive ; une mentalité antisportive jumelée à l’égoïsme; une compétitivité excessive; la certitude qu’une défaite sportive représente une perte dans la vie; une tristesse générale et une colère engendrées par la pression d’exceller au jeu; de mauvaises notes scolaires; et l’idée que le sport offre l’unique source de valeurs personnelles et de confiance. Malheureusement, j’ai aussi constat�� que le sport avait créé une source majeure de conflit au sein d’un mariage et qu’il devenait un tremplin qui aboutit à la séparation et au divorce. Nous avons tous entendu parler de la « veuve du dimanche » — l’épouse qui ne voit ja-


CHEVALIERS

À

L ’ ŒUVRE

CHEVALIERS À L’ŒUVRE

ÇÀ ET LÀ DANS L’ORDRE

Roethler d’Ada, Oklahoma, a fait don de 1000$ au Père Edward Ssekalembe pour sa mission en Afrique. Le Père Ssekalembe est un prêtre de l’Uganda qui visite régulièrement l’Oklahoma. SAVEUR INTERNATIONALE

Bernard Mahoney, du conseil Port St. Lucie 7514 (Floride), remet à Pamela LaPonza le prix d’une tombola qu’elle a gagné lors d’un concert bénéfice pour une famille locale. Johny Mejias, âgé de 19 ans, a été renversé lors d’un délit de fuite le 23 février dernier. Il est mort de ses blessures le 11 avril. Les Chevaliers de Colomb ont organisé une session « jazz pour Johny » qui a rapporté 5650$ à la famille Mejias pour aider à défrayer des frais médicaux, des frais funéraires et autres dépenses non prévues.

MESSE EN PLEIN AIR

PLANTATION CÔTIÈRE

L’assemblée St.Patrick de North Platte, Nebraska, a fourni une garde d’honneur pour la messe annuelle en plein air de NebraskaLand. Cette messe en plein air, qui attire des participants de toutes les paroisses de North Platte, est pour commémorer le massacre de 1720 d’une expédition espagnole. Le Père Juan Minguez faisait partie de cette expédition.

Afin de protéger le littoral et d’assurer un habitat aux poissons et à la faune locale, les membres du conseil St. Michael the Archangel 10167, de Clarin, Visayas, ont planté un grand terrain vague de palétuviers. DES FONDS POUR L’UGANDA

L’assemblée Father Michael

Le conseil Mgr John H. Dewson 13821, de Wilmington, Delaware, a organisé un concert de Seamus Kennedy et l’école de danse irlandaise Mcaleer. Ce projet a rapporté 1000 $ à la paroisse St. Ann. De plus, des membres le conseil St. Benedict 9056 et le cercle Pope John Paul ll, de Virginia Beach, Virginie, ont travaillé comme bénévoles au festival italien de la paroisse St. Gregory the Great. Ce projet a rapporté 3600 $ à l’école paroissiale.

UNE NOUVELLE MOQUETTE

Pour aider à remplacer le moquette de l’église, le conseil Santa Maria 4999, de North Palm Beach, Floride, a fait don de 5000$ à la paroisse St. Patrick. DON D’ORDINATEURS

Le conseil Mgr F. X. Prefontaine 11085, de Seattle, a donné quatre ordinateurs portables au Père Montfort

DON CARITATIF

Le conseil Révérend F. M. Lanteigne 7089, d’Atholville, Nouveau-Brunswick, a tenu un petit déjeuner de crêpes durant lequel le conseil a fait un don au chapitre de l’Association de la sclérose en plaques de Restigouche. C’est après que deux

COUP DE PINCEAU

Les membres du conseil Father Georges Fanguer 5168, de Duncan, Oklahoma, et de l’assemblée Father Urban, de Chickasha se sont portés volontaires pour peindre une maison d’Habitat pour l’Humanité. Les frères chevaliers ont consacré 60 heures de bénévolat à ce projet. FONDS DE PENSION

Le district 48 de l’Ontario a tenu son souper annuel d’appréciation du clergé. Ce projet a rapporté 4000 $ au fonds de pension des prêtres du diocèse de Peterborough.

membres du conseil furent diagnostiqués de cette maladie que le conseil a décidé d’appuyer cette Association.

À Parkersburg, les membres du conseil Mgr Daniel J. Lenihan 5544, de Cedar Rapids, Iowa, enlèvent un arbre brisé par une tornade. Les frères chevaliers de Cedar Rapids et de la région sont allés enlever les débris et réparer la communauté dévastée par la tornade.

Juan Carmona (à droite) et Alan O’Connor du conseil John Paul ll 14188, de l’Université Harvard de Cambridge, Massachussetts, grattent la vielle peinture des plinthes de la maison des soins infirmiers Vernon Hall. Les frères chevaliers se rassemblent hebdomadairement pour peindre la buanderie, les bureaux et les couloirs.

Stima, un prêtre de Limbe, Malawi, et membre du conseil. Le frère chevalier John Gee a remis les ordinateurs à neuf avant leur remise par le conseil. Aussi, le conseil Father Maurice Veryser 13810, de Dearborn Heights, Michigan, a fait don de 1000$ à l’école St. Linus pour l’achat d’équipement pour son laboratoire informatique.

SEPTEMBRE 2009

♦ C O L U M B I A ♦ 25


CHEVALIERS À L’ŒUVRE

DÉPÔT POUR MÉDICAMENTS

Le conseil St. Peter the Apostle 10884, d’Itasca, Illinois, conjointement avec le Club Lions et le Service de la sûreté d’Itasca a fait mettre un dépôt pour recevoir les médicaments dont on ne veut plus. Parce que plusieurs consommateurs jettent ces médicaments dans l’évier de cuisine ou à la poubelle, ce qui peut polluer l’eau des usines de traitement ou tomber entre les mains de narcomanes. Ce dépôt sera disponible 24 h sur 24, et c’est la police qui les mettra dans un site de l’Agence de protection de l’environnement approuvé. DES ROSES POUR LA VIE

Le conseil Father John P. Wessel 6530, de Marlton, New

Une fillette s’agrippe à son sac de fournitures scolaires et d’articles de réconfort qu’elle a reçu lors d’une distribution du conseil San José de Panasahan 9006, de Malolos City, Luzon. Cette distribution a eu lieu en collaboration avec l’organisme Sleeping Children Around the World (SCAW), un organisme basé au Canada, qui donne des trousses de couchage aux enfants nécessiteux. Les Chevaliers de Colomb ont ajouté des fournitures scolaires aux 300 trousses qu’ils ont aidé à distribuer.

26 ♦ C O L U M B I A ♦ S E P T E M B R E

Jersey, a vendu des roses après les messes à l’église St. Joan of Arc. Ils en ont vendu pour plus de 1175 $ dont on fit don au Centre de ressources First Way pour femmes enceintes, de Burlington County. ACHAT D’ÉQUIPEMENT

Le conseil Rev. F. X. Hess 1669, de Waterloo, Wisconsin, a travaillé comme bénévole pour un petit déjeuner de crêpes au profit des Services des incendies et des Services d’urgence de Waterloo. Les recettes ont servi à l’achat d’équipement nouveau. POUR FAVORISER LE RENOUVEAU

Les Chevaliers de Colomb de Mc Leod County au Minnesota ont aidé une agence d’Accueil-Grossesse locale à emménager dans de nouveaux locaux. Quand il est apparu que son présent logement manquait d’espace, Accueil-Grossesse a acheté un entrepôt reconverti qu’il fallait. Les Chevaliers de Colomb de quatre conseils ont donné des matériaux, de l’argent et de la main-d’œuvre bénévole pour remettre aux normes les systèmes d’éclairage et de chauffage, et pour faire mettre des murs et des portes. DES DRAPEAUX NEUFS

Quand les drapeaux américains et pontificaux de la paroisse Our Lady of Victory sont devenus trop usés, le conseil Our Lady of Victory 5615, de Tallmadge, Ohio, en a donné des nouveaux à la paroisse. BRIDGE POUR LES JEUNES

Le conseil Le Gardeur 10171, Québec, en collaboration avec l’American Contract Bridge League (ACBL) offre des leçons de bridge aux élèves des cinquièmes années de l’é-

2009

Les membres du conseil Santo Domingo de Guzmán 14383, de Yauco Costa, Puerto Rico, ont effectué des réparations dans la paroisse. Ils ont appliqué un enduit étanche sur le toit du presbytère et ils ont repeint les lignes du terrain de stationnement de l’église paroissiale.

cole élémentaire Louis Huot. Après avoir complété une série de dix leçons, les élèves ont le droit de participer à un tournoi parrainé par le conseil. L’ACBL fournit des gilets et des certificats pour cet événement. SOINS PERSONNELS

Le conseil Bishop Hickey 3623, de Barrington, Rhodes Island, de concert avec la société Saint-Vincent de Paul de la paroisse St. Luke, a assemblé douze caisses d’objets de soins personnels pour donner aux anciens combattants de la région. DON CARITATIF

Le conseil Arthur U. Joyal 4225, de Dracut, Massachussetts, a donné deux bicyclettes d’exercice et une cuisinière neuve à Dracut Senior Center. UNE VISION NOUVELLE

Dix-sept conseils de Colorado Springs et de la région se sont concertés pour fournir de l’aide bénévole et un appui logistique à Camp Vision, un programme de sensibilisation qui permet aux enfants de rencontrer et de dialoguer avec des athlètes olympiques et paralympiques. Les Cheva-

liers de Colomb contribuent à manger et donnent des bourses d’études aux enfants dans le besoin. EMBELLISSEMENT DE LA VILLE

Lorsque les citoyens et les dirigeants de la municipalité de River Rouge, Michigan, ont entrepris une journée d’embellissement de la ville, le conseil Mgr Champion 2819 a offert le déjeuner à tous les bénévoles. À PLEIN SOUFFLET

Les membres du conseil Bishop Rice 2946, d’Essex Junction, Vermont, ont remonté, remis à neuf et reconstitué l’orgue à vent, âgée de 70 ans, de la paroisse Holy Family. VENTE D’UN IMMEUBLE

Quand le conseil Maria 3753, de Prospect Park, Pennsylvanie, eu décidé de vendre sa salle de conseil, les membres ont décidé d’appuyer des projets pour l’éducation. Quatre écoles de la région ont reçu chacune la somme de 15 000 $ pour aider à défrayer les frais de scolarité et les programmes d’éducation religieuse des élèves.


CHEVALIERS À L’ŒUVRE

LE VENT EN POUPE Les Chevaliers de Colomb donnent des fauteuils roulants et des rampes d’accès à des personnes handicapées.

Tony Saverino, Dan Livernois, Leo Landerway et Dan Marcinek, du conseil St. Catherine Laboure 11827, de Chino Valley, Arizona, se reposent un moment durant le nettoyage de la cour d’une paroissienne veuve. L’équipe du conseil vient en aide aux personnes handicapées ou âgées qui sont incapables de maintenir leurs cours. Au domicile d’une femme qui souffre de spina-bifida, maladie de la colonne vertébrale, et qui n’a pas les moyens de s’en payer une, les membres du conseil St. Albert 4742 (Alberta) construisent une rampe pour les fauteuils roulants. Les Chevaliers de Colomb ont payé tous les matériaux pour ce projet. En partenariat avec la Fondation des Fauteuils Roulants, les Chevaliers de Colomb ne sont pas sans avoir contribué de l’équipement mobile aux personnes handicapées dans le besoin. Toutefois, certains conseils des Chevaliers de Colomb ont élaboré leurs propres solutions créatives pour venir en aide à la Fondation et pour venir en aide aux handicapées de toutes sortes. • Pour venir en aide à la famille Lansang, dont le fils aîné doit se déplacer en fauteuil roulant, le conseil Our Lady of Peace 9199, de Fords, New Jersey, a organisé un souper de spaghettis. Ce projet a rapporté 32 004 $ qui serviront à la construction d’une rampe d’accès pour fauteuils roulants à la résidence des Lansang.

• Le conseil Señor Cura Manuel Velázquez Moran 4062, de La Barca, Mexique central, a acheté cinq fauteuils roulants à la Fondation des Fauteuils Roulants pour les donner à des citoyens de la communauté dans le besoin. • Quatre conseils de la région d’Edmonton, Alberta, ont contribué à l’achat d’un fauteuil roulant pour un jeune homme handicapé. Même si le gouvernement provincial payait près de 51 pour cent de ce fauteuil roulant, le jeune homme devait quand même payer 2400 $ de sa poche. Quatre conseils de la région ont remboursé cette somme. • Le conseil Dominick Pondant 6699, de DangerfieldMt. Pleasant, Texas, a construit une rampe d’accès pour fauteuils roulants pour une famille ayant deux enfants handicapés. Les C. de C. ont fourni les matériaux pour la construction de cette rampe d’une longueur de 9 mètres. • Le conseil Holy Family 6099, de Chattanooga, Tennessee, a organisé un grand marché aux puces au profit de la Fondation des Fauteuils roulants. Ce projet a rapporté 6500 $ pour acheter des fauteuils roulants pour des anciens combattants.

POUR FACILITER LES VISITES

Le conseil Edward Douglass White 2473, d’Arlington, Virginie, offre de transporter les anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale et les épouses qui désirent se rendre au monument de la Seconde Guerre mondiale à Washington, District of Columbia. Puisqu’il est parfois difficile de se rendre au monument et

de garer sa voiture, les membres prennent les dispositions nécessaires pour transporter les anciens combattants âgés ou les veuves au site. FONDS DE CONSTRUCTION

Le conseil Blessed John XXlll 14390, de Miramar, Floride, a fait don de 10 000 $ au fonds de construction de sa paroisse.

Durant la fête de l’anniversaire de son martyre, les membres de l’assemblée Augustin Melgar de Chihuahua, Mexique Nordouest, transportent les reliques du Père Pedro de Jesus Maldonado Lucero, un des martyrs mexicains Chevaliers de Colomb. Les Chevaliers ont parrainé une messe en plein air et un pèlerinage à la statue du Père Maldonado Lucero que par le conseil Fray Alonso Briones 2419 a fait mettre.

SEPTEMBRE 2009

♦ C O L U M B I A ♦ 27


CHEVALIERS À L’ŒUVRE

UN BAZAR PAROISSIAL

Le conseil St. Francis Xavier 10500, de Vancouver, Colombie-Britannique, a organisé un bazar paroissial couronné d’un concours de chant; le tout a rapporté 100 000$. Ce projet marathon qui a duré douze heures comprenait de l’alimentation, et des stands de vendeurs et de jeux. Tous les conseils de la ColombieBritannique et du Yukon avaient été invités.

À l’occasion d’un souper d’appréciation du clergé, sous la surveillance de Paul Camp, du conseil Savanah 631, Géorgie, le Père Mariusz Fuks (à droite) tire le billet gagnant d’une tombola. Cinq conseils de Savanah et de la région ont organisé ce souper qui a rapporté 5500 $ pour le Père Fuks.

PROPAGATION DE LA FOI

Les membres du cercle Meycauayan (Luzon) 3776 distribuent de façon régulière aux enfants nécessiteux des chapelets C. de C. et des ouvrages du Service d’information catholique sur la façon de réciter le chapelet. APPUI FINANCIER À SRI LANKA

Le conseil Marshall 1422 du Texas et l’assemblée Mgr Lawrence L. Meyer ont remis 500 $ à Monseigneur Julian W. S. Fernando, évêque de Badulla, Sri Lanka. Ce dernier est venu visiter la région pour solliciter des fonds pour son diocèse qui est incapable

28 ♦ C O L U M B I A ♦ S E P T E M B R E

de donner un abri ou des soins de santé aux pauvres de sa région. En plus d’un don en argent, l’assemblée Mgr Lawrence L. Meyer a fourni une garde d’honneur aux quatre messes qu’a célébrées Monseigneur Fernando. POUR NOURRIR DE JEUNES CERVEAUX

Le conseil St. Francis Xavier 5939, de Nasugbu, Luzon, a donné 350 livres usagés et un lecteur de DVD à l’école élémentaire de Latag. Entre temps, le conseil Father Thomas F. Powers 13050, de Billings, Montana, a acheté 50 sacs à dos pour donner à des élèves démunis, et il a demandé aux paroissiens de l’église St. Thomas the Apostle de les remplir de fournitures scolaires neuves. DON D’UNE CAMIONNETTE

Le conseil Mary, Help of Christians 3052, de Bellflower, Californie, a donné une camionnette Ford à la banque d’alimentation de l’église St. Bernard. La camionnette facilitera la collecte et la livraison d’aliments. CHEVALIERS PAYSAGISTES

Le conseil Most Holy Rosary 11511, d’Upper Marlboro, Maryland, a aménagé le terrain de l’église paroissiale. Les frères chevaliers entretiennent le gazon en été et déblaient la neige en hiver.

Les membres du conseil Padre Pio 14293, de la base navale Sigonella, de Sicile, Italie, se reposent après une grande journée d’environnementalisme. Les membres et leurs familles ont appuyé des bénévoles de la place à nettoyer les ordures dans les rues de Motta Saint Anastasia.

liciter des fonds auprès des Chevaliers de Colomb de Lower Peninsula. Le conseil a réuni 8000 $ pour l’achat de l’autobus muni d’un téléviseur et d’un lecteur de DVD. CATHOLIQUES À L’ŒUVRE

Le conseil Our Lady of Joy 11116, de Carefree, Arizona, parraine une série de séminaires appelés « Catholics in Action » (Catholiques à l’œuvre) pour l’enrichissement de la foi. Des orateurs invités parlent sur une variété de sujets qui comprennent la Vierge

Marie et l’Eucharistie. Plus de 200 personnes ont assisté au séminaire inaugural. SÉMINAIRE CHALDÉEN

Le conseil Mar Toma 10981, d’El Cajon, Californie, a contribué 25 000 $ à l’établissement d’un séminaire chaldéen catholique de la région. Les Chevaliers de Colomb ont donné de l’argent pour une mise de fonds pour le grand séminaire Mar Abba, et ils effectuent des rénovations constantes sur la propriété.

UN PROJET DE LONGUE DURÉE

Le conseil Bishop Baraga, d’Iron Mountain, Michigan, a coordonné un projet pour réunir des fonds pour un hôpital pour anciens combattants. Après avoir appris que l’hôpital devait acheter un nouvel autobus, mais qu’il était incapable d’ajouter un système de divertissement, le conseil a commencé à sol-

2009

Les membres du conseil St. John the Baptist 11152, de Caba la Union, Luzon, applique une nouvelle couche de verni sur les agenouilloirs de l’église paroissiale. Les frères chevaliers ont remis les agenouilloirs à neuf avec une teinture et du verni.


CHEVALIERS À L’ŒUVRE

FORMATION POUR DES POLICIERS

Le conseil Archbishop Lamy 4227, d’Albuquerque, Nouveau-Mexique, a tenu un petit déjeuner bénéfice pour appuyer le fonds pour la formation de survie en milieu dangereux des policiers. Ce sont Jim et Rita McCrane, dont le fils a été tué en poste, qui ont demandé au conseil d’appuyer ce projet qui a rapporté 3100 $ pour aider les officiers qui souhaitent assister à ce séminaire. DÉMOLITION D’UNE REMISE

Des membres du conseil Father O’Byrne 3574, de Jacksonville, Caroline du Nord, ont démantibulé une remise chez un des membres âgés du conseil. Ce fut fait parce que la remise était délabrée. PROTECTIONS POUR LES ÉMIGRANTS

Le conseil Father Tom Pfeffer 14267, de Des Moines, Iowa, a coparrainé, avec Catholic Charities, Iowa Coalition Against Sexual Assault, et Iowa Against Domestic Violence, un symposium sur les

SECOURS AUX SINISTRÉS

TROU D’UN COUP Des conseils organisent des tournois de golf pour appuyer différentes causes.

Le conseil St. Joseph 9207, de Sagaya City, Visayas, a donné des colis de soins personnels à 132 familles de l’Île Molocabo parce que leurs maisons ont été endommagées ou détruites par un typhon. Le conseil St. Anthony 10121, d’Iloilo, Visayas, a collecté des vêtements usagés pour donner aux victimes.

Le conseil Eugene W. Whitney 6514, d’Athens, Géorgie – 10 000 $ à la paroisse St. Joseph. Le conseil St. Mary of the Lakes 6520, de Medford, New Jersey. – 38 000 $ à la Maison Ronald McDonald. Le conseil Mgr James Corbett Warren Memorial 5073, de Burlington, Ontario. – 10 000$ à Shifra Home, une maison pour filles enceintes en état de crise. Le conseil Holy Cross 9969, de Moorpark, Californie – 7 000 $ à une banque d’alimentation et pour l’éducation religieuse. Le conseil Middleboro-Lakeville 233, Massachussetts – 11 000 $ à la banque d’alimentation Sacred Heart. Le conseil St. Elizabeth Ann Seton 13047, de Port St. Lucie, Floride. – 4 160 $ à sa paroisse.

POUR REMPLIR LE GARDE-MANGER

Le conseil Lubbock (Texas) 3008 a donné 3000 $ à Emergency Assistance Food Pantry, un organisme de Catholic Food Services (CFS). Les Chevaliers de Colomb ont fait ce don après avoir constaté que la banque d’alimentation risquait de manquer de marchandises. DÉFILÉ DES POMPIERS

attaques contre les émigrants. Le symposium offrait de l’information sur la déportation, les procurations, et la protection financière. Un avocat spécialisé en immigration était présent pour d’éventuelles consultations.

RESTAURATION D’UN POINT DE REPÈRE

Le conseil Mgr Robert Silverman 9291, de San Antonio, Texas, a fait don de 1000$ pour la restauration de l’Université Our Lady of the Lake, après qu’un des bâtiments, construit en 1895, eut été endommagé par un incendie qui a causé des pertes estimées à 14 millions de dollars. VISITE AUX PERSONNES ÂGÉES.

Les membres du conseil San Pablo Apostolo 3723, de Coahulla, Mexique du Nordest, et leurs familles se sont rendus dans un foyer d’accueil pour personnes âgées pour distribuer des colis de soins personnels et servir le thé. RELAIS-PALOOZA Le grand chevalier Michael Haugen (à gauche), du conseil Father J. Fred Reidy 1021, de Missoula, Montana, félicite Cory Whithead, le gagnant d’une DeLorean 1981 que le conseil a fait tirer au profit des écoles catholiques. La voiture a été fournie par un concessionnaire de la municipalité, et la tombola a rapporté 2380$.

Le conseil St Malachy 12540, de Brownsburg, Indiana, a tenu une baraque d’attractions durant un relais-palooza. Ce projet a rapporté 1000 $ pour la recherche sur le cancer.

Durant le défilé du Service des incendies, le conseil Daniel J. Bradley 3102, de Bradley, New York, a vendu à manger aux participants. Les recettes furent ajoutées au fonds pour les œuvres de bienfaisance du conseil. REMISES

Le conseil Raul G. Navarrete 9482, de Chandler, Arizona, a construit deux nouvelles remises à l’église St. Andrew the Apostle. Les Chevaliers de Colomb ont donné les matériaux de la construction qui logera des tentes et autres équipements de la paroisse. PRIS SUR LE VIF

Le conseil St. Joseph 12167, de Kannapolis, Caroline du Nord, a donné sept caméras vidéo à haute définition à sa paroisse. Le conseil a remis à neuf une salle de contrôle pour l’opération de cet équipement. Chaque semaine la messe est enregistrée, copiée sur DVD et distribuée aux paroissiens confinés à domicile.

SEPTEMBRE 2009

♦ C O L U M B I A ♦ 29


CHEVALIERS À L’ŒUVRE

FOURNITURES C OF C POUR UNE GAMME COMPLÈTE DE FOURNITURES C DE C Téléphoner au ENGLISH COMPANY, INC au numéro sans frais : 800-444-5632 ou visiter le site : www.kofcsupplies.com POUR DES ARTICLES POUR LE CONSEIL Téléphoner au LYNCH AND KELLY, INC. au numéro sans frais : 888-548-3890 POUR LA TENUE DU QUATRIÈME DEGRÉ Téléphoner au CHILBERT & CO. Téléphoner au numéro sans frais : 800-289-2889 ou aller sur le site : www.chilbert.com

OFFICIAL SEPT 1, 2009:

Le Père Joseph F. Hannon (au centre) et deux soldats anonymes étalent les chapelets-anneaux qu’on donnés le conseil Blessed Trinity 2719 et l’assemblée Father Edward Collet, les deux de Carlsbad, Nouveau-Mexique. Les Chevaliers de Colomb ont expédié 6000 de ces chapelets — un anneau de métal avec une croix et une dizaine du rosaire — au Père Hannon pour qu’il les remette aux troupes en Iraq.

To owners of Knights of Columbus insurance policies and persons responsible for payment of premiums on such policies: Notice is hereby given that in accordance with the provisions of Section 84 of the Laws of the Order, payment of insurance premiums due on a monthly basis to the Knights of Columbus by check made payable to Knights of Columbus and mailed to same at PO Box 1492, NEW HAVEN, CT 06506-1492, before the expiration of the grace period set forth in the policy. In Canada: Knights of Columbus, CASE POSTALE 935, Station d’Armes, Montréal, PQ H2Y 3J4 ALL MANUSCRIPTS, PHOTOS, ARTWORK, EDITORIAL MATTER, AND ADVERTISING INQUIRIES SHOULD BE MAILED TO: COLUMBIA, PO BOX 1670, NEW HAVEN, CT 06507-0901. REJECTED MATERIAL WILL BE RETURNED IF ACCOMPANIED BY A SELF-ADDRESSED ENVELOPE AND RETURN POSTAGE. PURCHASED MATERIAL WILL NOT BE RETURNED. COLUMBIA (ISSN 0010-1869) IS PUBLISHED MONTHLY BY THE KNIGHTS OF COLUMBUS, 1 COLUMBUS PLAZA, NEW HAVEN, CT 06510-3326. PHONE: 203-752-4000, www.kofc.org. PRODUCED IN USA. COPYRIGHT © 2009 BY KNIGHTS OF COLUMBUS. ALL RIGHTS RESERVED. REPRODUCTION IN WHOLE OR IN PART WITHOUT PERMISSION IS PROHIBITED. PERIODICALS POSTAGE PAID AT NEW HAVEN, CT AND ADDITIONAL MAILING OFFICES. POSTMASTER: SEND ADDRESS CHANGES TO COLUMBIA, MEMBERSHIP DEPARTMENT, PO BOX 1670, NEW HAVEN, CT 06507-0901. CANADIAN POSTMASTER — THIRD-CLASS POSTAGE IS PAID AT WINNIPEG, MB, PERMIT NO. 0100092699. PUBLICATIONS MAIL AGREEMENT NO. 1473549. REGISTRATION NO. R104098900. RETURN UNDELIVERABLE CANADIAN ADDRESSES TO: KNIGHTS OF COLUMBUS, 505 IROQUOIS SHORE ROAD #11, OAKVILLE ON L6H 2R3 PHILIPPINE S —FOR PHILIPPINES SECOND-CLASS MAIL ATTHE MANILA CENTRAL POST OFFICE. SEND RETURN COPIESTO KCFAPI, FRATERNAL SERVICES DEPARTMENT, PO BOX 1511, MANILA. SUBSCRIPTION RATES — IN THE U.S.: 1 YEAR, $6; 2 YEARS, $11; 3 YEARS, $15. FOR OTHER COUNTRIES ADD $2 PER YEAR. EXCEPT FOR CANADIAN SUBSCRIPTIONS, PAYMENT IN U.S. CURRENCY ONLY. SEND ORDERS AND CHECKS TO: ACCOUNTING DEPARTMENT, PO BOX 1670, NEW HAVEN, CT 06507-0901. OPINIONS BY WRITERS ARE THEIR OWN AND DO NOT NECESSARILY REPRESENTTHEVIEWS OFTHE KNIGHTS OF COLUMBUS.

08/09

JOIGNEZ LES AMIS DE L’ABBÉ MCGIVNEY Écrire en lettres d’imprimerie, S.V.P. :

NOM ADDRESSE VILLE PROVINCE/PAYS

Des montgolfières s’élèvent dans le ciel durant le festival annuel et la course des montgolfières entre Helen et l’Atlantique. Des pilotes de montgolfières venant de plusieurs états se dirigent vers l’Atlantique pour cette course, et ensuite donnent des tours gratuits au public. Le conseil St. Paul 11676, de Cleveland, Géorgie, prépare le repas du banquet pour les équipes des montgolfières. Les Chevaliers de Colomb ont servi plus de 200 repas, et les recettes du banquet sont ajoutées au fonds pour les œuvres de bienfaisance du conseil. 30 ♦ C O L U M B I A ♦ S E P T E M B R E

2009

CODE POSTAL Complétez le bulletinrésponse et postez-le à : The Father McGivney Guild, 1 Columbus Plaza, New Haven, CT 065103326, USA ou adhérer sur Internet au www.fathermcgivney.org.


L ’ A N N É E S AC E R D OTA L E

Prêtre pour les joueurs Les joueurs professionnels de baseball et autres athlètes ont la conviction que les prêtres leur apportent un soutien spirituel par Steve Gust IL EST PEU PROBABLE QUE, lors de son ordination, le 3 avril letics d’Oakland — ont déjà participé à l’émission « Rosary 1971, le père de Sainte-Croix, Wilfred « Willy » Raymond ait Stars », une émission vidéo où des célébrités méditent sur les pu s’imaginer que son ministère presbytéral le conduirait au mystères du rosaire. Le ministère du père Raymond l’a également amené à avoir des rapports avec plusieurs autres célébrités célèbre stade des Dodgers. Le père Raymond, membre du conseil St. Martin of Tours qui doivent, pour leur part, affronter les luttes du quotidien, 14660, de Los Angeles, n’exerce pas son ministère auprès de malgré leur renommée et leurs richesses. Toutefois, la vie des pros du baseball les place dans des cirDodgers pour le privilège d’assister à des matchs de baseball majeur ou pour se tenir avec les joueurs et le personnel. Il n’y constances uniques. « Ces gars-là voyagent six mois par année », note le père Rayest que pour une seule raison — s’occuper des besoins spirituels mond. Seulement ce fait peut être très exigeant et présente des de ceux qui, autrement, ne pourraient partager l’Eucharistie. Il s’agit d’une mission relativement nouvelle pour le père Ray- risques et des tentations. Pour d’autres, même quand ils sont à mond, qui a débuté l’an dernier sur demande d’un joueur visi- domicile, ils vivent dans un appartement dans une ville étrangère. teur, Mark Loretta. Celui-ci voulait Durant la saison morte, le père savoir si on célébrait l’Eucharistie Raymond offre des retraites spiravec les joueurs avant un match du ituelles pour les joueurs et week-end. La réponse était non et d’autres personnes. Il espère c’est alors que le père Raymond a également poursuivre son minreçu un coup de téléphone de se istère auprès des joueurs latinos rendre au Dodger Stadium de Los afin de les aider à découvrir ou à Angeles. redécouvrir la beauté de leur foi « Les joueurs suivent un horaire catholique. Il insiste pour que les de travail très serré, remarque le joueurs et leurs familles commupère Raymond. Presqu’immédiniquent avec lui dès qu’ils ont des atement après l’Eucharistie, il y a difficultés. les réunions d’équipe, le réchaufEnfin, le père Raymond collafement et ensuite c’est le match. » Le père Willy Raymond en compagnie des joueurs des Dodgers de bore avec Ray McKenna, fondaLes samedis, quand les Dodgers Los Angeles, Mark Loretta, André Éthier en Juan Pierre après teur d’« Athletes for Christ », pour jouent à Los Angeles, le père Rayla célébration de l’Eucharistie avec l’équipe. assurer que les besoins spirituels mond se rend au stade pour des athlètes professionnels sont comblés. célébrer l’Eucharistie pour le personnel et les joueurs. « Nous aimerions que l’Eucharistie soit célébrée dans tous les Les joueurs comme Loretta, ainsi qu’André Éthier et Juan Pierre, se succèdent pour les lectures. Il y a aussi d’autres célèbres stades de baseball, avec tous les joueurs qui ont besoin de la membres réguliers de la communauté des Dodgers, y compris partager », explique le père Raymond. Bien que des millions regardent jouer les Dodgers en personl’annonceur bien connu Vin Scully et le gérant Joe Torre. Aussi le père Raymond se rend disponible à ceux qui désirent se récon- nes cette saison, le père Raymond n’a assisté qu’à un seul match. En tant que prêtre, il a d’autres responsabilités, notamment dans cilier avec le Seigneur. Mais le ministère que le père Raymond exerce auprès de la sa paroisse à lui, St. Monica, à Santa Monica. La plupart de ses fameuse équipe de baseball n’est pas le seul chapeau qu’il porte. paroissiens savent qu’il vaut mieux ne pas lui demander l’autoIl est aussi directeur national de Family Theater Productions, à graphe de tel ou tel joueur. « Ce sont des gars ordinaires, sans prétention et je ne Hollywood. Se donnant pour mission de divertir et soutenir les familles, la troupe a produit plus de 800 émissions de radio et voudrais pas abuser de leur bonté, remarque le père Raymond. 83 émissions de télévision spéciales depuis sa fondation, en Je veux que les gars comprennent que je suis là quand ils ont 1941, par le père Patrick Peyton, un frère Chevalier et père de besoin de moi. »♦ Sainte Croix. Certains joueurs en dehors de la famille des Dodgers — Jeff Journaliste à la pige, STEVE GUST est membre du conseil d’Edmund (OkSuppan, des Brewers de Milwaukee et Mike Sweeney, des Ath- lahoma) 6477. CELEBREZ L’ANNÉE SACERDOTALE À L’AIDE D’UNE CARTE SPECIALE DE PRIERE DISPONIBLE PAR LE TRUCHEMENT DE WWW.KOFC.ORG/YEARFORPRIESTS SEPTEMBRE 2009

♦ C O L U M B I A ♦ 31


A P P L I C AT I O N D E N O S D E G R É S

Charité À L’OCCASION de la cérémonie de la première pelletée de terre du projet communautaire Gawad Kalinga, (prend bien soin), le député d’état de Luzon, Alonso L. Tan (centre, chemise bleue et blanche) place une capsule de cérémonie dans la terre. Le conseil d’état de Luzon a investi 850 000 pesos pour construire dix maisons pour des membres indigents de la communauté. On prévoit encore quarante autres maisons dans un avenir rapproché. La communauté, située à Tungkong Mangga, est appelée le Village des Chevaliers de Colomb. • Le conseil Juan Pablo ll 14215, de Miami a tenu un repas barbecue qui a rapporté 500$ pour l’église Mother of Christ.

Unité

Fraternité

Patriotisme

DURANT UNE FOIRE paroissiale, Allen Settle (extrême gauche) et Dan Skane (extrême droite), du conseil St. John Francis Regis 7914, de Hollywood, Maryland, aident des enfants avec une course à trois jambes. Les Chevaliers de Colomb organisent cette foire qui offre à manger et des jeux aux paroissiens et à leurs familles. • Le conseil Joseph I. Driscoll 4497, d’El Paso, Texas, a parrainé une campagne pour collecter des meubles usagers et des articles de ménage pour Child Crisis Center. La campagne a rapporté un grand nombre d’articles qui ont été donnés au Centre pour son magasin d’aubaines.

LES COPEAUX volent quand Kevin Jones et Jason Derry, du conseil Father T. P. Sheen 9289, de Baie Verte, TerreNeuve coupent du bois de chauffage pour Calvin Lundrigan. Les frères chevaliers coupent et range plusieurs cordes de bois pour l’utilisation de la famille Lundrigan l’hiver prochain. Lundrigan, un membre du conseil, est atteint d’un cancer. • Quand les membres du conseil Father Mark O’Neill 2486, de Lykens en Pennsylvanie ont constaté que la tombe du fondateur de leur conseil était tombée en mauvais état, ils ont entrepris un projet de restauration. Pour arrêter les dommages, ils ont réparé le mur de soutènement qui supportait la pierre tombale du Père O’Neill.

LES MEMBRES du conseil Mary, Queen of Angels 12384, de Philadelphie, sont rassemblés à l’extérieur de l’église St. Martha pour assembler des colis de produits de réconfort pour les troupes qui sont déployées en Iraq et en Afghanistan. Ils ont assemblé près de 30 colis qui contiennent des articles de toilette et des friandises. • Le conseil Shepherd of Ars 6028, de Hacienda Heights, Californie, a envoyé des chapelets « ranger» et du matériel liturgique au comité de paroisse St. Thomas the Apostle de Camp Victory en Iraq. Le conseil a fait l’achat de plus de cent guides liturgiques, de guides d’information et de cahiers de travail pour les soldats catholiques cantonnés sur cette base militaire.

32 ♦ C O L U M B I A ♦

SEPTEMBRE 2009


CHEVA L I E R S DE C O LO M B

Construire un monde meilleur un conseil à la fois.

PHOTOGRAPH: Dale Hall Photography

Chaque jour, les Chevaliers de partout dans le monde ont la possibilité de faire une différence. Que se soit à travers le service à la communauté, la collecte de fonds ou la prière. Nous célébrons chaque et tout Chevalier pour sa force, sa compassion, et son dévouement à vouloir construire une monde meilleur.

Trois hélicoptères Blackhawk survolent un service du jour du Souvenir au cimetière national de la Géorgie. L’assemblée Divine Mercy à Woodstock a fourni une importante garde d’honneur à cet événement où il y a eu une salve de 21 coups de canons, la sonnerie aux morts jouée par le corps de cornemuses et de tambours de la Highland Brigade de la Géorgie du Nord et un service de prières célébré par l’archevêque Wilton D. Gregory d’Atlanta.

ENVOYEZ-NOUS LES PHOTOS DE VOTRE CONSEIL POUR LA RUBRIQUE « CHEVALIERS À L’ŒUVRE ». LES PHOTOS PEUVENT ÊTRE COLUMBIA, 1 COLUMBUS PLAZA, NEW HAVEN, CT 06510-3326.

ENVOYÉES PAR COURRIEL À COLUMBIA@KOFC.ORG OUBIEN À

SEPTEMBRE 2009

♦ C O L U M B I A ♦ 33


GARDE R L A FO I VI VA NT E

« JÉSUS NOUS INVITE À LUI RÉPONDRE SIMPLEMENT EN NOUS LIVRANT À LUI. » Mon père, un immigrant de Chine, et ma mère, originaire d’Hawaii et de descendance japonaise, ont gagné leurs vies à administrer un restaurant chinois dans le Mid-Ouest. J’ai été élevée pratiquement sans formation religieuse, sauf quand j’ai été invitée à des offices religieux par des clients. Ce fut là mon introduction à Jésus Christ qui m’a révélé son amour personnel pour moi grâce à la Bible, la prière et la fraternité offerte par d’autres chrétiens. Plusieurs années plus tard, pendant que je me préparais à être missionnaire, ma colocataire m’a partagé sa foi catholique et je suis entrée en pleine communion avec l’Église. Cette démarche m’a mise au défi de songer non seulement à devenir missionnaire, mais d’abord à partager son amour en tant que son épouse dans la vie consacrée. Ma colocataire m’a témoigné l’engagement de son père au Christ et la générosité manifestée par ses frères Chevaliers de Colomb. Cette attitude de silence, de foi et de persévérance avait été implantée au plus profond d’elle-même et débordait sur moi alors que nous partagions une sensibilité commune pour la sollicitation du Christ. Nous avons toutes les deux répondu à l’invitation et vivons maintenant une vie de charité, de chasteté, de pauvreté et d’obéissance, en nous efforçant d’incarner Jésus pour les autres. C’est Jésus qui nous a d’abord aimées et il nous invite à correspondre à son amour simplement en nous livrant à lui. Il t’a invitée, toi aussi, à faire de même.

SISTER MARY ROSE CHINN, +JMJ Handmaids of the Sacred Heart of Jesus, Mary and Joseph Ventura, California

VEUILLEZ FAIRE VOTRE TOUT POSSIBLE POUR ENCOURAGER LES VOCATIONS À LA PRÊTRISE ET À LA VIE RELIGIEUSE.VOS PRIÈRES ET VOTRE SOUTIEN COMPTENT POUR BEAUCOUP.

PM40063106


Columbia septembre 2009