Issuu on Google+

March 14 F COVERS 2_11 FINAL_Layout 1 2/11/14 3:01 PM Page 1

C H E VA L I ER S D E C O LO M B

M ARS 2014

COLUMBIA


March Ad 3 Fr_Layout 1 2/11/14 9:45 AM Page 1

La mission fondatrice de l’abbé McGivney était d’assurer un meilleur avenir financier aux membres et à leurs familles.

132 ans plus tard, la mission se poursuit.

Trouver un agent en visitant le site kofc.org ou en téléphonant au 1-800-345-5632 ASSURANCE VIE

ASSURANCE INVALIDITÉ

SOINS DE LONGUE DURÉE

RENTES DE RETRAITE


March 14 F 2_11 FINAL_Mar E 12 2/11/14 5:24 PM Page 1

C H E VA L I E R S D E C O LO M B MARS 2014 ♦ VOLUME 94 ♦ NUMÉRO 3

COLUMBIA

ARTICLES

8 Les Chrétiens comme cibles Une entrevue avec l’analyste chevronné John Allen sur la persécution subie par les chrétiens dans le monde. PAR L’ÉQUIPE DE COLUMBIA

14 L’Incarnation de la Charité Des Chevaliers sauvent des vies en donnant des organes de leur vivant. PAR MIKE LATONA

18 Donner vie à l’Évangile Premier grand film sur la vie du Christ à voir le jour depuis plus de 10 ans, Le Fils de Dieu met en scène Jésus et sa mission salvatrice PAR KRIS DMYTRENKO

20 Les héros du cœur et de la chaleur Des Chevaliers du Maryland entretiennent la flamme en distribuant du bois de chauffage aux personnes dans le besoin. PAR PATRICK SCALISI

24 Discerner les fruits de l’âge numérique

PAINTING: Founding Vision by Antonella Cappuccio — TOP RIGHT: Photo by Bob Roller

Nous faisons un usage plus judicieux de la technologie quand nous reconnaissons à quel point celle-ci influence notre vision du monde. PAR L’ABBÉ JONAH LYNCH

Michael Clagett, du Conseil 7870 Calvert (Maryland), coupe le bois que d’autres membres du Conseil vont ensuite fendre, livrer et corder sur place au profit de concitoyens démunis.

SECTIONS 3

Construire un Monde Meilleur Le renouvellement de la vie de famille chrétienne est favorisé du fait de la reconnaissance que la dignité et l’amour humains est enracinée en Dieu. PAR CARL A. ANDERSON

4

Apprendre la foi, vivre la foi Pour que les familles s’épanouissent, les pères sont appelés à s’intégrer pleinement dans la vie de leurs femmes et de leurs enfants. PAR MGR. WILLIAM E. LORI

6

Nouvelles des Chevaliers Les Broncos de Denver ont aidé à la distribution de manteaux avant le Super Bowl • Toujours aussi bien apprécié, le programme d’assurances de l’Ordre enregistre une 13e année de croissance d’affilée • Les Chevaliers marchent pour la vie, et les restrictions à l’avortement gagnent des appuis • Trois Chevaliers nommés cardinaux • Publication d’une pièce de théâtre sur l’abbé McGivney

13

Des pères pour bien faire La loi inscrite dans nos cœurs peut aider à comprendre la nature du mariage. PAR SERIF GIRGIS

23

Réflexion Foi et science ensemble feront la lumière sur l’Incarnation et la réalité de la vie in utero. PAR MURRAY JOSEPH CASEY, M.D.

26

Chevaliers à l’œuvre

MARS 2014

♦ COLUMBIA ♦ 1


March 14 F 2_11 FINAL_Mar E 12 2/12/14 8:58 AM Page 2

É D I TO R I A L

COLUMBIA ÉDITEURS

POUR LA PLUPART des catholiques du monde occidental, le terme martyr, se rapportant à la foi chrétienne, évoque sans doute les martyrs de l’Église primitive, de sainte Agnès à saint Étienne. Pour certains, ce peut être une évocation de quelqu’un comme saint Thomas More, patron des hommes d’État et des avocats qui fut décapité en 1535. Toutefois, ce pourrait être surprenant d’apprendre que les chrétiens mis à mort pour leur foi sont plus nombreux de nos jours qu’au cours des premiers siècles de la chrétienté (cf. page 8). Tout au cours des 19e et 20e siècles, d’innombrables chrétiens ont été tués pour leur foi. Au cours des dernières décennies, nous avons été témoins de béatifications et de canonisations de centaines de martyrs provenant de divers endroits dans le monde, y compris la Chine, la Corée, le Mexique, l’Ouganda, d’Ukraine et du Vietnam. Étant donnés les risques que les minorités chrétiennes continuent de vivre partout dans le monde, les paroles de Jésus à ses disciples deviennent beaucoup plus signifiantes : « À moins que le grain de blé ne tombe en terre et ne meure, il demeure un grain de blé; mais s’il meurt, il produit beaucoup de fruits » (Jn 12, 24). Le témoignage devant la souffrance est très fort, car il renouvelle inspire et approfondit davantage la foi des autres. Le terme grec pour « martyr », de fait, se traduit par « témoin ». Ce n’est pas par hasard que la foi la plus solide et les plus grands saints se trouvent là où les chrétiens ont vécu la persécution. Comme le disait le fameux mot de Tertullien, un père de l’Église du troisième siècle : « Le sang des martyrs est la semence de l’Église ». Durant la première année de son pontificat, à plusieurs occasions, le pape François a parlé des martyrs de l’Église. À Los Angeles, en juin dernier, il notait que, en confessant la foi ou en défendant la vérité, les martyrs mettent

2 ♦ COLUMBIA ♦

MARS 2014

en évidence le paradoxe de l’avertissement de Christ : « Quiconque veut sauver sa vie la perd, mais qui veut perdre sa vie pour moi la sauvera » (Lc 9, 24). Et le pape a ajouté ceci : « Il y a aussi le martyre quotidien qui, peutêtre, n’entraîne pas la mort, mais une “perte de vie” pour le Christ, en accomplissant son devoir avec amour, selon la logique de Jésus, la logique du don, du sacrifice. » Plus précisément, le pape François soulignait les mères et les pères qui « mettent concrètement leur foi en pratique pour le bien de leur famille. » ce témoignage quotidien de foi et de fidélité au sein du mariage et de la vie familiale est important notamment, car, comme le disait le bienheureux JeanPaul II : « L’avenir du monde et de l’Église passe par la famille » (voir en page 3; cf. Familiaris Consortio, 75). La marée croissante de la laïcité et de l’échec de la famille vont de pair. Bien que les vies des chrétiens d’Occident ne soient pas en danger immédiat, comme dans plusieurs endroits du monde, les gens de foi doivent de plus en plus affronter des menaces à la liberté religieuse et aux droits de conscience. Et ce n’est pas par hasard que plusieurs de ces différends sont justement concentrés sur ce qui constitue « le bien-être de la famille ». En réponse, les Chevaliers de Colomb restent fixés sur le renforcement de la vie familiale, la pratique de la charité et le progrès constant du témoignage chrétien. Alors que nous observons le temps du carême et que nous nous concentrons sur le sacrifice de Notre Seigneur, nous ferions bien de considérer comment porter notre propre croix et exercer « notre martyre » quotidien auquel nous sommes appelés (cf. Lc 9, 23).♦ ALTON J. PELOWSKI RÉDACTEUR EN CHEF

ADMINISTRATEURS SUPRÊMES CHEVALIER SUPRÊME Carl A. Anderson AUMÔNIER SUPRÊME Mons. William E. Lori, S.T.D. DÉPUTÉ CHEVALIER SUPRÊME Logan T. Ludwig SECRÉTAIRE SUPRÊME Charles E. Maurer Jr. TRÉSORIER SUPRÊME Michael J. O’Connor AVOCAT SUPRÊME John A. Marrella ________ RÉDACTION Alton J. Pelowski RÉDACTEUR EN CHEF Andrew J. Matt DIRECTEUR DE LA RÉDACTION Patrick Scalisi RÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT Kaitlyn Landgraf ASSISTANTE À LA RÉDACTION

L’abbé Michael J. McGivney (1852-90), Apôtre de la jeunesse, protecteur de la vie familiale et fondateur des Chevaliers de Colomb, intercédez pour nous. ________ POUR COMMUNIQUER AVEC NOUS PAR LA POSTE: COLUMBIA

Knights of Columbus 1 Columbus Plaza New Haven, CT 06510-3326 TÉLÉPHONE: 203.752.4398 TÉLÉCOPIEUR: 203.752.4109 COURRIEL: columbia@kofc.org NOTRE SITE INTERNET: kofc.org SERVICE Å LA CLIENTÈLE: 1.800.380.9995 ________ SI VOUS DÉMÉNAGEZ Prévenez votre conseil. Envoyez votre nouvelle adresse et votre étiquette à: Dept. of Membership Records [service de dossiers de membres], PO Box 1670, New Haven, CT, 06507-0901, USA, ou par courriel à columbia@kofc.org ________ Copyright © 2014 Tous droits réservés ________ EN PAGE COUVERTURE Un réfugié irakien brandit une croix en bois tandis qu’un autre fidèle montre une photo d’un prêtre catholique tué à Beyrouth, au Liban, le 7 novembre 2010. Les deux hommes faisaient partie d’un groupe venu pleurer la perte de 46 camarades chrétiens, assassinés dans une église, à Bagdad.

COVER: Photo by Joseph Eid/AFP/Getty Images

Le martyre au quotidien

Chevaliers de Colomb ________


March 14 F 2_11 FINAL_Mar E 12 2/11/14 5:24 PM Page 3

C O N S T RU I R E U N M O N D E M E I L L E U R

« Introduire l’amour dans l’amour » Le renouvellement de la vie de famille chrétienne est favorisé du fait de la reconnaissance que la dignité et l’amour humains est enracinée en Dieu par le Chevalier Suprême, Carl A. Anderson LE 27 AVRIL, l’Église célébrera la canonisation du bienheureux Jean-Paul II. Ce sera une occasion de joie pour les Chevaliers de Colomb, puisqu’il fut le premier pape à s’associer de si près de l’Ordre. Au cours du pontificat de JeanPaul II, qui a duré plus de 26 ans, nous avons le privilège de collaborer avec lui dans beaucoup de réalisations importantes, parmi lesquelles la restauration de la façade de la basilique Saint-Pierre. Nous avons également collaboré de près avec lui dans la promotion du mariage, de la famille et de la culture de la vie, au moyen de notre parrainage de l’Institut Jean-Paul II pour les études du mariage et de la famille. Et du fait que les Chevaliers ont apporté un campus de l’institut à Washington, en 1988. Désormais il existe des centres de l’institut en Australie, au Mexique, au Brésil, en Espagne, au Bénin et en Inde. En 1994, dans sa Lettre aux familles, le pape Jean-Paul II écrit que parmi les sentiers de l’Église, « la famille se trouve la première et la plus importante » (2). L’engagement de Jean-Paul II envers le ministère de la Famille a occupé une place centrale dans sa vocation tout au cours de sa vie de prêtre. Trente-cinq ans avant la Lettre aux familles, il enseigna à l’université de Lublin, sur la manière d’intégrer la doctrine catholique dans la vie des couples de jeunes couples mariés. Il a compris que l’enseignement moral catholique était trop souvent perçu comme négatif. De nombreuses années avant le Concile Vatican II, il a écrit que le rôle de l’Église n’est pas simplement « d’ordonner ou d’interdire », mais aussi « d’expliquer »

et de « justifier », car la morale catholique repose « sur une base » qui s’avère positive. Jean-Paul II a voué son ministère presbytéral à accompagner les couples mariés pour qu’ils prennent en charge leur responsabilité de ce qu’il décrivait ainsi : « introduire l’amour dans l’amour ». Il entendait par là que l’amour entre mari et femme devrait être incorporé dans l’amour du Père révélé en son Fils, Jésus Christ. Cette façon de considérer le mariage trouvait une place importante dans l’œuvre du Synode des évêques de 1980 sur la famille. Aussi a-t-elle servi de fondement à l’exhortation apostolique de Jean-Paul II qui suivit en 1981, intitulée Familiaris Consortio. Dans ce document, le pape pose la base solide sur laquelle il « introduit l’amour dans l’amour ». Il y soulignait que l’amour se trouve la caractéristique fondamentale de la personne créée à l’image et à la ressemblance de Dieu. Le Seigneur a appelé l’homme à l’existence par amour et « l’appelait en même temps pour l’amour ». Il poursuit : « Dieu est amour et il vit en lui-même un mystère de communion personnelle d’amour. En créant l’humanité de l’homme et de la femme à son image et en la conservant continuellement dans l’être, Dieu inscrit en elle la vocation, et donc la capacité et la responsabilité correspondantes, à l’amour et à la communion. L’amour est donc la vocation fondamentale et innée de tout être humain » (11). Les philosophes anciens définissaient l’être humain comme étant un « animal rationnel » — l’animal pensant. Le pape

Jean-Paul II nous a mis au défi de percevoir en la personne beaucoup plus, comme quelqu’un qui est défini par l’amour. Comprendre la personne selon cet esprit n’enlève rien à la raison, car l’amour et la vérité sont inséparables. Nous sommes appelés à aimer de manière vraiment et authentiquement humaine, à aimer de manière éminemment raisonnable. Dans Evangelii Gaudium, le pape François nous rappelle que « l’Évangile nous offre l’occasion de vivre une vie à un niveau supérieur » (10), mais que « nos frères et sœurs vivent sans la force, la lumière et la consolation nées de l’amitié avec Jésus Christ » (49). À l’aide de cette lumière, nous reconnaissons que la crise affectant la famille chrétienne actuelle est liée au manque d’amitié authentique avec le Christ. Sous la direction du pape François, nous sommes prêts à faire face à ce défi avec une urgence plus grande encore. Fondé sur les principes de charité et d’unité par un prêtre qui, comme JeanPaul II, dédiait son ministère au soutien des familles catholiques, l’Ordre poursuivra son œuvre de guérison de notre culture blessée en « introduisant l’amour dans l’amour ». Grâce à l’intercession du bienheureux Jean-Paul II et le vénérable Michael McGivney, plusieurs milliers de Chevaliers de Colomb continuent d’agir en témoins de « force, de lumière et de consolation » pour nos frères et sœurs partout dans le monde. Vivat Jesus!

MARS 2014

♦ COLUMBIA ♦ 3


March 14 F 2_11 FINAL_Mar E 12 2/11/14 5:24 PM Page 4

APPRENDRE LA FOI, VIVRE LA FOI

Être présent pour gagner Pour que les familles s’épanouissent, les pères sont appelés à s’intégrer pleinement dans la vie de leurs femmes et de leurs enfants par Mgr. William E. Lori, Aumônier Suprême

NOTE DE LA RÉDACTION : Cet article est la cinquième tranche d’une série spéciale sur la spiritualité masculine.

IL Y A DES années, quand j’étais séminariste, j’ai acheté des billets lors d’un tirage paroissial. En revenant à ma chambre, je les ai examinés plus attentivement. Une note en petits caractères prévenait : « Vous devez être présents pour gagner. » Comme je ne pouvais pas être présent lors du tirage, j’ai jeté les billets à la poubelle. Il semblait que c’est une drôle de façon d’organiser un tirage, mais c’est vraiment une bonne règle pour tout père. Quand il s’agit d’être père, vous devez être présents pour gagner. UNE PRÉSENCE ACTIVE Afin de constater ce que signifie « être présent » et « gagner » quand il s’agit de la paternité, voyons d’abord comme les pères peuvent être absents. Même quand ils ne sont pas comptés parmi les statistiques stupéfiantes des foyers sans père, les pères peuvent être absents physiquement — soit qu’ils sont trop préoccupés par leur travail ou qu’ils se dévouent trop aux activités de loisirs. Deuxièmement, ils peuvent être absents de leurs femmes et de leurs enfants sur le plan affectif. Si papa revient du boulot pour s’endormir tous les soirs sur le divan devant la télé, il n’est pas vraiment présent à sa famille. Un troisième type d’ « absence paternelle », c’est manifester peu d’intérêt pour la vie de leurs enfants — leurs hauts et leurs bas à l’école, leurs préoccupations 4 ♦ COLUMBIA ♦

MARS 2014

et leurs luttes, et même leurs réussites. Les pères négligent leurs familles également en laissant à leurs femmes seules certaines responsabilités telles que les travaux ménagers et la discipline. Quand les pères sont absents, que perdent-ils? Souvent, ils perdent l’affection de leurs femmes et de leurs enfants, et se privent de la grande joie et du grand défi d’être concernés par la croissance et le cheminement de leurs enfants. Il en résulte qu’ils perdent le sens de leur identité et de leur valeur propre. Trop souvent, les pères absents précipitent l’échec de leur mariage et perdent la garde de leurs enfants. Et qu’en perdent les enfants? Privés de la présence paternelle dont ils ont tant besoin et qu’ils désirent, les enfants peuvent en être bless��s et accablés de conflits. En fin de ligne, toute la famille y perd quand papa est absent. Arrêtons-nous plutôt à ce qu’il en est quand le père est présent à sa famille. Comme nous l’avons constaté, un père doit être plus que présent physiquement — mais la présence physique constitue toutefois un bon pont de départ. Il est important pour maman, papa et les enfants de passer du temps au foyer. Il arrive souvent que parents et enfants soient tellement surchargés qu’ils deviennent comme des bateaux passant dans la nuit et qu’ils habitent la même maison tout en étant presque des étrangers. L’un des moments les plus importantes auxquels une famille peut participer ensemble c’est le repas du soir.

Un père doit aussi y être engagé avec sa femme et ses enfants, manifestant son intérêt pour leurs activités et prêt à discuter de choses importantes. Je me souviens comment mon père m’a aidé à comprendre les mathématiques et à quel point j’appréciais sa présence. Les pères devraient s’intéresser activement aux activités de loisirs de leurs enfants par leur présence aux joutes sportives, aux pièces de théâtre, et aux performances musicales. Avec sa femme, le père devrait s’occuper de la formation religieuse de ses enfants. Ce qui implique plus que de conduire les enfants à leurs classes de formation religieuse. L’enseignement religieux ne « colle » pas à moins que les parents ne manifestent activement leur propre foi. Et alors qu’aujourd’hui beaucoup de pères sont souvent absents de la messe du dimanche, il importe énormément que le père aide vraiment ses enfants à connaître le Seigneur et à aimer la foi de l’Église. Le témoignage de maman et de papa qui prient et qui pratiquent leur foi chaque jour est essentiel pour l’évangélisation et l’instruction religieuse de leurs enfants. PATERNITÉ GAGNANTE Quand un père est présent à sa famille, il a de meilleures chances de « gagner » l’affection de sa femme et de ses enfants. Toutefois comme toute autre chose dans la vie, gagner n’est pas toujours facile. Les membres de la famille


March 14 F 2_11 FINAL_Mar E 12 2/11/14 5:24 PM Page 5

APPRENDRE LA FOI, VIVRE LA FOI

se disputent souvent à propos de grandes et de petites choses, tandis que les rivalités et les jalousies ne sont par rares. Fils et filles se rebiffent parfois devant de sages règles instaurées par des parents qui les aiment. La tentation de s’évader peut être forte sous prétexte que : « Je travaille fort tous les jours — je pourrais me passer de ça! » Mais voilà que nous sommes au cœur de la question. Mériter l’affection et l’amour de sa famille ne consiste pas seulement à se donner une stratégie pour rendre la vie de famille plus agréable. Non. L’image gagnante proposée dans l’Évangile est celle du don de soi. Quand on additionne toutes les façons

INTENTIONS DU

selon lesquelles un père peut et devrait être présent à sa famille, elles donnent comme somme plus que le don de son temps et de son énergie. Gagner, en paternité, se traduit plutôt par la volonté de se donner soi-même du lever jusqu’au coucher — devenir une vraie présence et un don authentique à sa femme et à ses êtres chers. Le don de soi, en effet, se trouve au cœur de chaque vocation. Notre foi repose sur le don du Christ de lui-même sur la croix. Au baptême, nous sommes appelés à devenir comme le Christ et nous recevons la grâce de faire de nos vies une offrande d’amour à Dieu et aux autres. Maris et femmes se don-

nent totalement l’un à l’autre dans le sacrement de mariage, s’ouvrant l’un et l’autre à la beauté de vies nouvelles, le don des enfants. En se donnant chaque jour consciemment et continuellement au Christ, à l’Église et à leur famille, les parents découvrent le sentier de la sagesse nécessaire pour élever leurs enfants dans la vérité et l’amour. Il est impossible que les parents puissent protéger leurs enfants de tout danger ou même de du choix de mauvais sentiers au cours de leur vie. La patience et le don de soi sans relâche, voilà la seule valeur qui en fin de ligne prévaut. Vous, les pères, vous devez être présents pour gagner!♦

L ’ H O M M E C AT H O L I QU E D U M O I S

S A I N T- P È R E

Offertes en solidarité avec le pape François

POPE FRANCIS: CNS photo/Paul Haring — FATHER MCKNIFF: Photo courtesy of the Midwest Augustinians

GÉNÉRALE : Pour que les droits et la dignité des femmes soient respectés dans toutes les cultures. MISSIONNAIRE : Pour que de nombreux jeunes accueillent l'invitation du Seigneur à consacrer leur vie à l'annonce de l'Evangile.

John McKniff, O.S.A. (1905-1994) JOHN JOSEPH McKniff, naît le 5 septembre 1905, à Media, Californie. Il entre dans l’ordre des augustiniens et est ordonné en 1930. Après avoir enseigné à l’université Villanova et à New York, le père McKniff s’offre pour la mission des Philippines. Durant son séjour, il est victime d’un accident chimique qui lui endommage les poumons et les médecins lui conseillent de retourner aux États-Unis, soupçonnant un début de tuberculose. En 1939, le père McKniff est envoyé à Cuba. Après avoir enseigné deux ans, il est nommé curé d’une paroisse de la Vieille Havane, où s’épanouit son zèle missionnaire. Il organise plusieurs groupes de la Légion de Marie et des Jeunes ouvriers catholiques et y fonde une école gratuite pour enfants pauvres. Après l’échec de l’invasion de la Baie des Cochons, en 1961, Fidel Castro ordonne à tous les prêtres catholiques de quitter Cuba. Alors que le père McKniff se prépare à partir, Mgr Silvio Oddi, diplomate du Vatican, lui téléphone : « J’entends dire que vous quittez Cuba. Pourquoi? » demande Mgr Oddi. « Les ordres du provincial », répond le père McKniff. « Consentiriez-vous à rester à Cuba? » « Oui ». « Alors, au nom du

Saint-Siège, restez à Cuba ». Malgré les menaces et l’emprisonnement la faveur populaire fait en sorte que le père McKniff puisse demeurer au pays. Sept ans plus tard, les paroissiens le convainquent de rendre visite à sa famille aux États-Unis. Cependant à la fin de son séjour, le gouvernement cubain lui interdira d’y retourner. En 1972, le père McKniff demande une nouvelle mission dans le nord du Pérou. Aimant se promener dans les rues en sombrero, il évangélise les pauvres et organise des mouvements apostoliques. À compter de 1993, il commence à souffrir d’arthrite et c’est à contrecœur qu’il doit retourner aux États-Unis. Durant son retour au Pérou, il s’effondre à Miami et y meurt le 24 mars 1994. La cause de sa canonisation a été lancée en 2000.♦

MARS 2014

♦ COLUMBIA ♦ 5


March 14 F 2_11 FINAL_Mar E 12 2/11/14 5:24 PM Page 6

N O U V E L L E S D E S C H E VA L I E R S

Les Broncos de Denver ont aidé à la distribution de manteaux avant le Super Bowl

Des responsables des Chevaliers de Colomb, des instructeurs et joueurs des Broncos de Denver, ainsi que diverses autres personnes ici au milieu d’élèves de l’école Sacred Heart, à Jersey City (N.J.), le 28 janvier dernier, lors d’une distribution Des manteaux pour les mômes qui a eu lieu juste avant la fin de semaine du Super Bowl. MÊME S’ILS étaient en pleine préparation pour le Super Bowl, les membres des Broncos de Denver ont pris le temps, le 28 janvier, de faire équipe avec les Chevaliers de Colomb afin de distribuer des manteaux d’hiver aux élèves moins favorisés d’une école de Jersey City, au New Jersey. Alors qu’un froid polaire sévissait, les Chevaliers et les joueurs des Broncos ont donné les vêtements chauds dans le cadre du programme Des manteaux pour les mômes et au profit des jeunes de l’école Sacred Heart, qui accueille essentiellement des élèves issus de familles à revenus modestes. L’organisme Catholic Athletes for Christ (Sportifs catholiques pour le Christ) ainsi que la fondation Jack et Linda Del Rio ont également parrainé l’événement. La distribution aura revêtu une signification particulière pour Robert Ayers, ailier défensif des Broncos, qui a fréquenté cette école dans sa jeunesse. « Rendre des service à la communauté et aider un enfant à demeurer au chaud [...] cela est très important pour moi et aussi pour bien des familles, a dit le joueur de football. Il est très difficile d’expliquer ce que je ressens [...] de revenir 6 ♦ COLUMBIA ♦

MARS 2014

ici, sur ces lieux mêmes où tout a commencé pour moi. » Se sont joints à Robert Ayers pour la distribution d’autres joueurs des Broncos ainsi que des entraîneurs, dont le coordonnateur de la défense Jack Del Rio et sa femme, Linda. Le Chevalier suprême Carl A. Anderson était présent, lui aussi, de même que le receveur étoile retraité des Mets de New York, Mike Piazza, et Ray McKenna, président de Catholic Athletes for Christ (Sportifs catholiques pour le Christ). « Nous sommes reconnaissants à Jack et Linda Del Rio, ainsi qu’aux autres joueurs et instructeurs des Broncos, pour avoir pris le temps, malgré leur horaire chargé, de nous aider à aider les enfants alors que nous connaissons un hiver particulièrement rigoureux », a déclaré le Chevalier suprême Anderson. Depuis 2009, le programme Des manteaux pour les mômes a permis de fournir plus de 170 000 manteaux neufs à des enfants démunis du Canada et des ÉtatsUnis. Les Chevaliers et les Broncos avaient déjà fait équipe, par une journée enneigée d’octobre 2013, pour distribuer des manteaux à Denver.♦

Toujours aussi bien apprécié, le programme d’assurances de l’Ordre enregistre une 13e année de croissance d’affilée LE PROGRAMME d’assurances des Chevaliers de Colomb a terminé 2013 en enregistrant sa 13e année de croissance d’affilée, poursuivant ainsi sur la lancée qui a vu l’Ordre connaître une augmentation des ventes de 89 pour cent, depuis 2003. L’an dernier, l’Ordre a vendu pour près de 8,2 milliards $ d’assurance vie, amenant ainsi le total de nouvelles assurances vendues au cours de la dernière décennie à 72 milliards $. En dépit du ralentissement économique qui a suivi la « Grande Récession » de 2008, l’Ordre a maintenu un taux de croissance annuel de 4,6 pour cent en termes de nouvelles polices, et émis près de 93 000 nouveaux contrats en 2013. « En 132 ans d’existence, les Chevaliers de Colomb ont aidé les familles catholiques à répondre à leurs besoins spirituels et financiers, tout en poursuivant une œuvre caritative auprès de la communauté dans son ensemble », a déclaré le Chevalier suprême Carl A. Anderson. Carl Anderson a ensuite expliqué que ces ventes sans cesse plus élevées permettent à l’Ordre d’aider « ses membres à protéger leurs familles tout en permettant du même coup aux Chevaliers de venir en aide aux plus démunis et d’appuyer les nombreuses œuvres poursuivies par l’Église catholique ». C’est la 38e année consécutive que les Chevaliers de Colomb se voient décerner la note AA+ (Supérieure) par l’agence de notation A. M. Best, en raison de leur stabilité financière. Pour trouver un agent d’assurances, allez sur la page d’accueil en français du site kofc.org, puis cliquez sur « Trouver un agent », à droite.♦


March 14 F 2_11 FINAL_Mar E 12 2/11/14 5:24 PM Page 7

N O U V E L L E S D E S C H E VA L I E R S

CARDINALS (LEFT TO RIGHT): CNS photo/Oswaldo Rivas, Reuters — Courtesy of the Archdiocese of Cotabato City — Photo by Tom Serafin

Les Chevaliers marchent pour la vie, et les restrictions à l’avortement gagnent des appuis UN NOUVEAU sondage de l’institut Mariste mené du 10 au 15 décembre en partenariat avec les Chevaliers de Colomb montre qu’aux États-Unis, de plus en plus de gens sont préoccupés par la prévalence de l’avortement. L’enquête montre que 84 pour cent des Américains sont d’accord pour limiter l’avortement aux trois premiers mois de la grossesse. Figurent parmi ces derniers de fervents partisans pro-choix, dont 58 pour cent appuieraient une telle limitation. Le sondage a également montré que 74 pour cent des Américains sont pour l’interdiction de l’avortement après 20 semaines de grossesse, sauf si la vie de la mère est en jeu ; 53 pour cent estiment que la vie commence dès la conception ; et plus de 60 pour cent jugent immoral l’avortement, de manière générale. « Les gens comprennent bien que l’avortement est un mauvais choix pour tout le monde, et même ceux qui le défendent activement seraient prêts à en restreindre l’accès ; il est donc temps pour nos législateurs et nos tribunaux de prendre compte de cette nouvelle réalité », déclare le Chevalier suprême Carl A. Anderson. Un peu plus d’un mois après le sondage Mariste, la Marche pour la vie annuelle s’est déroulée le 22 janvier à Washington, D.C., alors qu’on soulignait le 41e anniversaire de Roe c. Wade. Malgré le froid polaire et la neige, plusieurs dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées afin de témoigner de leur engagement envers la sainteté de la vie. Cet événement annuel a inspiré la tenue de plusieurs marches pro-vie similaires à travers

le pays, notamment sur la Côte Ouest. Parmi la pléiade d’événements ayant lieu chaque année à Washington dans les jours précédant la Marche, notons la Conférence sur la vie du cardinal O’Connor, à l’université Georgetown. Des centaines d’étudiants de partout aux ÉtatsUnis ainsi que des orateurs prestigieux se sont succédé durant cet événement en partie planifié et organisé par le Conseil 6375 Georgetown University.♦

Trois Chevaliers nommés cardinaux

Publication d’une pièce de théâtre sur l’abbé McGivney

Cardinal Brenes

Cardinal Quevedo

Cardinal Lacroix

TROIS DES NOMS qui figuraient sur la liste du pape François à titre de nouveaux cardinaux apparaissent également sur la liste des membres des Chevaliers de Colomb. Le 22 février, trois Chevaliers ont été faits cardinaux à l’occasion du premier consistoire du pontificat de François. Le cardinal Leopoldo José Brenes Solórzano, de Managua, au Nicaragua, est membre du Conseil 5972 John W. Adamson, à Miami. Le cardinal Orlando Beltran Quevedo, archevêque de la ville de Cotabato, aux Philippines, est depuis 30 ans membre des Chevaliers et il est aujourd’hui rattaché au Conseil 5351 All Graces, à Kidapawan. Enfin, le cardinal Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec, a adhéré à l’Ordre en 2003 et est membre du Conseil 6289 Charlesbourg.♦

Des Chevaliers universitaires avec une bannière des Chevaliers de Colomb le long de Constitution Avenue, à Washington, D.C., le 22 janvier.

LE TEXTE D’UNE pièce sur l’abbé McGivney qui avait été commandée par le Conseil suprême a récemment été publié. Écrite par le père dominicain John Cameron, He was our Father (C’était notre Père), retrace la vie de l’abbé McGivney en huit tableaux reflétant le Connecticut du 19e siècle. Conçue pour cinq comédiens qui jouaient chacun plusieurs rôles, la pièce a d’abord été jouée au congrès suprême de Chicago, en 2005, puis l’année suivante dans des théâtres de New York et de New Haven. Le titre s’inspire d’un témoignage de reconnaissance exprimé à l’époque par les leaders de l’Ordre, à la mort de l’abbé McGivney, en 1890. Membre d’une association d’auteurs dramatiques, le père Cameron a fondé en 1998 le Blackfriar Repertory Theatre, afin de faire revivre la tradition dominicaine des pièces à thématique religieuse.♦

MARS 2013

♦ COLUMBIA ♦ 7


March 14 F 2_11 FINAL_Mar E 12 2/11/14 5:24 PM Page 8

LES CHRÉTIENS COMME CIBLES Une entrevue avec l’analyste chevronné John Allen sur la persécution subie par les chrétiens dans le monde par l’équipe de Columbia

8 ♦ COLUMBIA ♦

MARS 2014


March 14 F 2_11 FINAL_Mar E 12 2/11/14 5:24 PM Page 9

L

e nombre de chrétiens tués pour leur foi chaque année à travers le monde a atteint des niveaux sans précédent. Un plus grand nombre de chrétiens ont été tués à cause de leur foi au 20e siècle que dans l’ensemble des siècles précédents. Le pape François a attiré l’attention sur le nombre de nouveaux martyrs. Par exemple, dans son message de l’Angélus du 23 juin 2013, il a dit : « Aujourd’hui, dans de nombreuses régions du monde, il y a de nombreux, nombreux [...] martyrs, qui sont conduits à la mort parce qu’ils n’ont pas renié Jésus Christ. Telle est notre Église. Aujourd’hui nous avons plus de martyrs que pendant les premiers siècles ! » Dans son livre The Global War on Christians : Dispatches from the Front Lines of Anti-Christian Persecution [La Guerre globale contre les chrétiens : Dépêches depuis la ligne de front de la persécution antichrétienne] (Image, 2013), John Allen examine le phénomène de la persécution des chrétiens tout en donnant la parole à cette nouvelle génération de martyrs chrétiens. L’un des principaux journalistes sur les questions du Vatican et le catholicisme, John Allen s’est joint au Boston Globe le mois dernier à titre de correspondant se concentrant sur l’Église. Une équipe de Columbia a rencontré Allen pour s’entretenir avec lui au sujet de son livre.

Photo by Ahmad Al-Rubaye/AFP/Getty Images

COLUMBIA : Qu’entendons-nous par « guerre globale » contre les chrétiens et quels sont les chiffres qui manifestent son étendu? JOHN ALLEN : Le terme « guerre globale » permet de saisir le fait qu’au début du 21e siècle nous sommes témoins de la montée de toute une nouvelle génération de martyrs chrétiens, et que cette persécution implacable des chrétiens se produit partout dans le monde sur une grande échelle. Il existe un grand nombre d’estimations qui révèlent le nombre de chrétiens tués chaque année pour des motifs reliés à leur foi. L’estimation la plus forte le chiffrerait à quelque 100 000 (ce chiffre provient de Todd Johnson du Center for the Study of Global Christianity — Centre pour l’étude du christianisme mondial). Rodney Stark, en parle de quelques centaines dans son livre récent. L’estimation maximale nous révèle qu’il y a un chrétien par heure de tué à cause de sa foi; l’estimation minimale nous révèle qu’un chrétien par jour est tué à cause de sa foi. La réalité doit probablement se situer entre les deux extrêmes. Mais même l’estimation inférieure est stupéfiante : un martyr par jour, tous les jours, chaque année. Martin Lessenthin, ancien président de l’International Society of Human Rights (La société internationale des droits de l’homme), a estimé récemment que 80 pour cent de toutes les actions de discrimination religieuse de nos jours sont portées contre des chrétiens, ce qui nous indique que les chrétiens constituent le groupe religieux le plus persécuté du monde. COLUMBIA : Vous dites que la guerre livrée contre les chrétiens de par le monde constitue « la page d’histoire la plus importante que l’on n’ait jamais écrite en ce 21e siècle. » Pourriez-vous expliquer davantage cette affirmation?

Ci-contre : Le 2 novembre 2010, des résidants se sont réunis dans église, à Bagdad, lors des funérailles des victimes d’un attentat à la cathédrale syriaque catholique. Plus de 50 chrétiens, y compris deux prêtres, avaient été tués le 31 octobre lors de cette attaque perpétrée par des membres d’Al Qaïda.

JOHN ALLEN : Le fait central repose sur le phénomène selon lequel, en Occident, nous cultivons une histoire erronée du christianisme. C’est-à-dire que, si vous demandez à un Européen ou un Américain ce qui leur vient à l’esprit quand vous dites « Christianisme, » il leur vient à l’esprit « richesse, pouvoir et privilège social ». Par ailleurs, quand vous dites « persécution religieuse » il leur vient à l’esprit les Croisades, les guerres de religion et l’Inquisition — des chapitres d’histoire où la chrétienté représentait fondamentalement l’oppresseur et non l’opprimé. À cause de ces stéréotypes, il est difficile pour les gens de s’imaginer que les chrétiens actuels pourraient réellement être les victimes d’une persécution. De tels récits ne rendent pas justice du tout à la réalité de ce que sont les chrétiens de nos jours, ni où ils se trouvent. Deux tiers des 2,3 milliards de chrétiens du monde habitent ailleurs qu’en Occident. Ils habitent en Amérique latine, en Afrique au sud du Sahara, dans certaines régions du Moyen-Orient, en Asie, souvent dans des « quartiers » assez dangereux. Ils sont souvent condamnés à vivre dans la pauvreté. Ils sont souvent membres de minorités culturelles et linguistiques, d’où ils vivent dans des conditions doublement et triplement hasardeuses. Le point capital se trouve du fait que les chrétiens sont les cibles commodes de gens qui, pour un motif quelconque, sont en colère contre l’Occident. Il est très difficile de lancer un assaut contre le consulat américain ou les quartiers généraux de l’Union européenne. Par ailleurs, il est très facile de se rendre à pied à l’église chrétienne du quartier et de s’en prendre aux gens qui s’y trouvent. Bref, le chrétien type du 21e siècle n’est pas le blanc de la classe moyenne se rendant à l’église en voiture de luxe. C’est une pauvre mère de quatre ou cinq enfants dans des endroits comme le Bangladesh ou le Belize qui, assez souvent, se fait casser les dents parce qu’elle est chrétienne. Voilà le portrait actuel du christianisme que nous devons propager. COLUMBIA : Les chrétiens en tant qu’individus sont en danger dans 139 pays — les trois-quarts des nations de la terre. Vous écrivez que, en Iraq par exemple, « les chrétiens sont devenus une espèce en voie de disparition. » Dans quels pays les chrétiens en tant qu’individus et communautés chrétiennes sont-ils en danger aujourd’hui? JOHN ALLEN : On pourrait répondre à la question, en notant, par exemple, que la Corée du Nord, a la triste distinction, chaque année, de terminer fin première comme plus grande persécutrice de chrétiens. Elle exploite un réseau de camps de concentration pour minorités religieuses. On estime que plus de 50 000 à 100 000 chrétiens croupissent dans ces camps. Mais si vous voulez savoir où des communautés chrétiennes entières sont le plus en danger à l’heure actuelle, je dirais en Syrie et en Égypte. Ce sont deux endroits où un état policier ancien style est tombé ou est en train de se désintégrer. Le danger se présente du fait que la marée montante du radicalisme islamique pourrait prendre le dessus, transformant les chrétiens en boucs émissaires. Aujourd’hui, les leaders chrétiens, tant en Syrie qu’en Égypte, sont terrifiés par le danger qu’ils puissent devenir l’Iraq de jadis — pays où autrefois florissait une communauté chrétienne du Moyen-Orient et qui se retrouve dans un chaos social, vivant comme s’ils avaient des cibles dessinées dans le dos et d’où, MARS 2014

♦ COLUMBIA ♦ 9


March 14 F 2_11 FINAL_Mar E 12 2/11/14 5:24 PM Page 10

COLUMBIA : La deuxième partie de votre volume démasque cinq mythes concernant la guerre planétaire, y compris le mythe selon lequel l’Islam est concernée. JOHN ALLEN : D’abord, ne soyons pas naïfs : il se peut que le principal fomenteur de haine contre les chrétiens soit l’Islam. Mais la vérité c’est que l’Islam radical pourrait disparaître de la face de la terre demain, et cela n’aurait pas comme résultat une plus grande sécurité pour les populations chrétiennes. Permettez que je vous donne deux exemples types. Chaque année Fides, l’agence des nouvelles missionnaires du Vatican, publie une liste de pays où des agents de pastorale catholiques ont été tués. Au cours des deux dernières décennies, le lieu numéro un le plus dangereux de la terre pour les agents de pastorale catholique se trouve la Colombie, une société très largement catholique. Le danger provient surtout du fait de la guerre civile et des gangs narcoterroristes qui n’aiment pas les agents de pastorale catholiques qui s’opposent au trafic de drogue au nom de la dignité humaine. Entretemps, le pogrom antichrétien le plus violent du monde au début du 21e siècle n’avait pas cours au sein d’une société musulmane, mais plutôt en Inde. En 2008, dans l’état d’Orissa, des extrémistes hindous ont massacré des centaines de chrétiens et en ont envoyé des dizaines de milliers en exil, en incendiant des centaines d’églises, d’écoles et de domiciles. Alors, on ne peut pas ignorer la menace que présente l’Islam radical, c’est vrai, mais nous ne pouvons pourtant pas croire que c’est le seul danger que les chrétiens doivent affronter. COLUMBIA : Vous présentez un tableau impressionnant d’anecdotes de martyres. Si vous aviez en partager une ou deux parmi les plus significatives, lesquels choisiriez-vous? JOHN ALLEN : J’aime bien raconter l’histoire de sœur Leonelle Sgorbati, une religieuse salésienne qui fut abattue à coups de fusil à Mogadishu, en Somalie, en 2006. Elle fut assassinée en compagnie d’un musulman, père de famille qui était son chauffeur et ami. À cette époque, Mogadishu était devenu une espèce de charnier. Les établissements occidentaux — ONG, ambassades, diplomates, présence militaire, médias — s’étaient presque toutes retirées, parce que c’était devenu simplement trop dangereux d’y rester. Mais sœur Leonella dirigeait un hôpital, de sorte qu’elle ne pouvait pas abandonner ses patients qui, en passant, étaient musulmans en grande majorité. Elle ne pouvait pas non plus abandonner les autres religieuses, dont beaucoup d’entre elles étaient des Africaines. Alors sœur Sgorbati avait décidé de rester, sachant très bien que ce pour10 ♦ C O L U M B I A ♦

MARS 2014

rait lui coûter la vie. Un jour, comme on pouvait s’y attendre, les extrémistes sont venus la chercher à l’hôpital. Quand ils ont ouvert le feu, son ami et chauffeur musulman a essayé de la protéger en s’interposant. Il en a attrapé les premières balles. Ils sont morts ensemble, leur sang se mêlant sur le parquet de l’hôpital. Les dernières paroles de sœur Leonella, attestées par les religieuses témoins de l’incident, furent « Perdono », ce qui, en italien, veut dire : « Je pardonne. » Ce qu’il y a de merveilleux dans cette histoire, outre qu’elle illustre un merveilleux témoignage évangélique, c’est qu’elle constitue un exemple qui contredit la théorie de l’affrontement des civilisations — affrontement qui, selon certains, serait le conflit sous-jacent entre le christianisme et l’islam. Mais voilà que ce musulman, fervent pratiquant d’islam, passe l’épreuve ultime d’amitié formulée par Jésus : la volonté de donner sa vie pour son amie. COLUMBIA : Rappelant un certain nombre de préoccupations tirées du témoignage de Mgr William E. Lori lors de sa parution devant le Comité judiciaire de la Chambre des représentants, en 2012, vous dites que la liberté religieuse sera une cause majeure d’une guerre à l’échelle planétaire contre les chrétiens qui est destinée à se renforcer à outrance. Comment les tensions entre Église et État aux États-Unis et en Europe sont-elles reliées à cette guerre? JOHN ALLEN : J’essaie de distinguer entre les questions de liberté religieuse en Occident et ce que j’appelle la « guerre globale » contre les chrétiens dans les autres régions du monde. Dieu merci, les gens qui vivent en Europe et en Amérique du Nord, bien que nous ayons certainement nos problèmes, ne risquent pas leur vie chaque fois qu’ils se rendent à l’église. Pourtant, les deux réalités sont reliées, évidemment. En Occident, nos problèmes de liberté religieuse sont plutôt de l’ordre des établissements. Ils concernent la capacité de groupes fondés sur la foi d’être fidèles à leur credo tout en jouant un rôle actif dans le domaine public. Évidemment, la lutte entre les chefs américains chrétiens et la Maison-Blanche d’Obama concernant le règlement sur les contraceptifs serait un symbole parfait de ce type de tension. Et je crois qu’il est parfaitement raisonnable de se demander si on peut se fier à une société qui rogne déjà la liberté religieuse des établissements, quand viendrait le temps de respecter la liberté religieuse des individus. Le cardinal (Francis E.) George, archevêque de Chicago, aime répéter cette phrase célèbre selon laquelle lui mourra dans son lit, que son successeur mourra en prison et que le successeur à celui-ci mourra martyr sur la place publique. Il désirait amener les Américains à se demander si nous n’étions pas sur une pente

Photo by Khaled Desouki/AFP/Getty Images

tout naturellement, une bonne partie de la population chrétienne déguerpirait volontiers.


March 14 F 2_11 FINAL_Mar E 12 2/11/14 5:24 PM Page 11

CNS photo/Parth Sanyal, Reuters

Le 30 août 2008, des chrétiens devant un abri dans Raikia, une communauté de l’état d’Orissa, dans l’est de l’Inde. Ils avaient été chassés de leurs maisons par des extrémistes hindouistes, qui s’en sont violemment pris aux chrétiens. • Ci-contre : Un prêtre chrétien copte indique les dommages subis en 2013 par l’église historique de la Vierge Marie à Delga, en Égypte, par suite d’un attentat perpétré par des hommes islamistes masqués. Le 14 août, cette année-là, des violences collectives ont mis à mal les églises et les maisons des Coptes, forçant un grand nombre de familles à fuir. glissante qui pourrait aboutir un peu comme en Iraq, quand il s’agit de gens qui professent leur religion. La raison pour laquelle je dis que la « guerre globale » contre les chrétiens améliorera sensiblement notre engagement concernant la liberté religieuse est la suivante : je pense vraiment qu’il s’agit d’un bon point de départ pour engager des échanges sur la liberté religieuse. Autrement dit, si vous commencez à parler du mandat sur la contraception, vous êtes immédiatement entraînés sur des questions de droite contre gauche aux États-Unis. Les gens auront toujours des avis irréconciliables sur ce sujet et alors on part sur le mauvais pied. Cependant, si vous entamez la conversation sur la liberté religieuse en signalant ce qui s’est produit à Bagdad, le 31 octobre 2010 — alors que des gens armés ont fait irruption dans une église, ont tué le prêtre qui célébrait la messe et deux de ses diacres, ainsi qu’une cinquantaine d’autres fidèles et ont occupé l’église pendant quatre heures avant que les forces de l’ordre se montrent pour la libérer — aucune personne raisonnable ne pourrait y discerner que de l’indignation. Je crois que vous pouvez trouver un appui énorme de la population qui penserait que la défense de ces gens devrait constituer une priorité capitale en matière des droits de l’homme. Si c’est là où vous vous ouvrez la conversation, alors je crois qu’il est plus facile d’expliquer en quoi le règlement sur la contraception devient un problème.

COLUMBIA : Vous notez que « même pour les gens les plus hostiles à la religion, ou au christianisme en particulier, les martyrs représentent le christianisme sous son aspect le plus attrayant. » Comment se fait-il que, paradoxalement, la « guerre globale » contre les chrétiens représente une puissante ressource missionnaire? JOHN ALLEN : D’abord, le martyre a toujours été la plus puissante ressource missionnaire de l’Église. La fameuse phrase de Tertullien : « le sang des martyrs est la semence de l’Église » est aussi vraie au 21e siècle qu’elle l’était au 3e. Je ne crois pas que ça soit un hasard que les régions où le christianisme connaît la croissance la plus forte de nos jours soient souvent celles où les chrétiens courent les plus grands risques. Le martyre, c’est le christianisme à son meilleur, parce que celuici est dépouillé de tous les vestiges de pouvoir, de privilège ou de puissance institutionnelle — éléments qui, souvent, constituent des pierres d’achoppement pour les gens qui pensent à l’Église. Il s’agit de gens ordinaires qui, lorsque les choses se corsent, consentent à payer de leur sang plutôt que de se départir de leur foi. Si vous vous arrêtez pour écouter les récits des martyrs, vous ne pourrez vous empêcher d’en être émus. L’un des aspects que j’essaie de relever dans ce livre c’est que le fait de sensibiliser les gens à l’existence de nouveaux martyrs leur fait du bien — nous arrivons à vouloir les protéger du danger. MARS 2014

♦ C O L U M B I A ♦ 11


March 14 F 2_11 FINAL_Mar E 12 2/11/14 5:25 PM Page 12

Mais, c’est aussi avantageux pour nous, car ça devient un véritable stimulant, notamment à une époque où la nouvelle évangélisation est censée être la principale priorité de l’Église catholique. Je ne peux imaginer un meilleur moyen de convaincre quelqu’un qui vit dans un monde cynique de jeter un regard nouveau sur le christianisme qu’en lui racontant les histoires des martyrs. COLUMBIA: Enfin, vous suggérez huit éléments concrets indiquant « Ce qu’il faut faire. » Si les Chevaliers de Colomb voulaient prêter main-forte concrètement pour aider dans cette « guerre globale », que recommanderiez-vous? JOHN ALLEN : Je suggérerais trois choses : d’abord, nous avons besoin de sensibiliser les gens. Les Chevaliers ont les ressources et la capacité pour entreprendre et de soutenir des conversations au sein de l’Église. Je crois que si les Chevaliers pouvaient en faire une priorité — répandre les histoires des nouveaux martyrs — ce serait une contribution énorme. J’ai rencontré des chrétiens persécutés partout dans le monde. Quand vous leur demandez : « Qu’est-ce que nous pouvons faire pour vous? » Ce qu’ils commencent toujours par dire, avant même d’aborder quelque chose de pragmatique, c’est : « Ne nous oubliez pas. » Je crois que si les Chevaliers peuvent trouver les moyens de communiquer clairement à ces gens que nous ne les avons pas oubliés, ce serait leur rendre un service formidable. Deuxièmement, il y a de nombreux groupes qui font un travail étonnant pour manifester leur solidarité envers les chrétiens persécutés. Dans l’univers catholique, les organismes Aid to the Church in Need (Aide à l’Église en détresse) et Catholic Near East Welfare Association (Association catholique pour l’aide à l’orient) ont été 12 ♦ C O L U M B I A ♦

MARS 2014

remarquablement actifs et efficaces, tant en fournissant de l’aide humanitaire concrète et en maintenant vivant l’intérêt pour cette question. Alors, je dirais de faire tout ce que vous pouvez pour soutenir ces groupes. Troisièmement, les Chevaliers jouent un rôle efficace et précieux dans la vie politique américaine, entre autres, au Capitole et dans leurs contacts avec les législateurs. Une chose que les Chevaliers peuvent faire, je crois, c’est d’assurer que les voix des chrétiens persécutés sont entendues dans les discussions touchant la politique extérieure. Permettez-moi de vous citer un exemple concret. Il n’y a pas si longtemps, les États-Unis étaient sur le point de partir en guerre contre la Syrie, afin de mettre fin au régime de Bashar Al-Assad. Tout le monde sait qu’Assad est un voyou dont la réputation est affreuse au chapitre des droits de la personne. Mais si vous consultiez les chrétiens de Syrie, qui représentent 10 pour cent de la population du pays, ceux-ci vous diraient que tenter actuellement de faire tomber Assad par le recours à la force serait une idée terrible. Ils s’inquiètent du fait que les extrémistes prendraient le dessus et que les chrétiens finiraient par être persécutés en Iraq. En d’autres termes, vous devez comprendre que pour les chrétiens de Syrie, le choix ne se situe pas entre un état policer et une démocratie florissante. Le choix se trouve entre un état policier et sa disparition. En règle générale, avant de faire des choix concernant le déploiement de notre influence à travers le monde, nous devrions, à tout le moins, écouter les gens qui vont subir les conséquences de ce que nous faisons ou ne faisons pas. Et si les Chevaliers peuvent exercer leur influence en ce sens, ce serait un merveilleux service à rendre.♦

CNS photo/Ismail Taxta, Reuters

Une partie de l’un des murs de la cathédrale catholique de Mogadiscio, en Somalie, telle qu’elle était le 23 décembre 2013. Construite en 1928 par les autorités italiennes, la cathédrale a été attaquée durant la guerre civile de 1989, qui a vu l’évêque d’origine italienne Pietro Salvatore Colombo tué par des insurgés alors même qu’il célébrait la messe. La cathédrale n’a pas servi depuis le 9 janvier 1991, lorsqu’elle a été saccagée et incendiée.


March 14 F 2_11 FINAL_Mar E 12 2/11/14 8:59 PM Page 13

D E S P È R E S P O U R B I E N FA I R E

L’Union en une seule chair La loi inscrite dans nos cœurs peut aider à comprendre la nature du mariage par Sherif Girgis

L

Thinkstock

e document préparatoire au Synode sur la famille d’octobre prochain demande sur quelle vision de la personne repose notre intelligence de la loi naturelle du mariage. Pour nous aider à réfléchir sur cette question, nous pourrions d’abord ce qu’est la loi naturelle. Selon le Catéchisme de l’Église catholique « la loi naturelle (1956) présente dans le cœur de chaque homme et établie par la raison, la loi naturelle est universelle en ses préceptes et son autorité s’étend à tous les hommes » (1956). C’est une participation à la loi même de Dieu, nous permettant de découvrir les vérités morales au moyen de la raison, en même temps que l’enseignement de Église informe notre conscience et nous guide sur le droit chemin. Cependant, la loi naturelle n’est pas seulement un concept chrétien. Platon et Aristote entreprenaient de développer une tradition de philosophie morale longtemps avant la naissance de Jésus. Depuis lors, d’innombrables penseurs chrétiens, même de nos jours, se sont inspirés de la philosophie grecque pour approfondir leurs notions de loi naturelle. Il importe de comprendre que la loi morale ne sert pas à nous limiter. Au contraire, elle nous guide sur la voie de la vérité de l’amour. Loin d’être arbitraire, elle réfléchit la vérité sur la personne humaine et ainsi aide à bâtir une communion entre les humains qui partagent une même nature. En enfreignant la loi morale, on suscite confusion et division. En réponse à la question du document du synode préparatoire sur la loi naturelle et le mariage, commençons par la personne. Nous ne sommes pas des esprits en costumes corporels. En tant que personnes, nous sommes des corps vivants, créés soit mâles, soit femelles. C’est pourquoi l’amour conjugal — qui recherche l’union totale avec l’être-aimé — sollicite l’union des corps, aussi bien que l’union des cœurs et des esprits. Cependant, où mène l’union corporelle? Certes pas seulement à l’émotion ou au plaisir — on peut y arriver par les liens de l’amitié. C’est plutôt que la part corporelle est orientée vers une seule fin. Après tout, vous êtes, vous-même, « une seule chair », un seul corps, du seul fait que vos propres systèmes sont orientés vers une seule fin : votre vie.

L’union en « une seule chair » est aussi possible entre deux adultes de manière explicite. Dans l’acte conjugal, un homme et une femme sont coordonnés à une seule fin corporelle : transmette une nouvelle vie. De cette façon, le geste de transmettre la vie devient un geste d’amour — un sceau de leur union de corps et d’esprit engagée à transmettre la vie, par le recours à une union authentiquement corporelle. Cette une union totale — ainsi que son orientation à mener de nouveaux êtres humains à maturité — exige un engagement à la fois permanent et exclusif. Tant d’aspects du mariage — son obligation de permanence et d’exclusivité, d’ouverture à la vie et à sa signification unitive — sont inscrits dans nos corps en tant qu’hommes et femmes. Mais comme l’indiquent les sondages, tant de catholiques, de nos jours — et tant d’autres qui n’ont pas la foi — doutent que l’aspect sexuel physique d’une personne, en tant qu’homme ou femme, soit si important dans le mariage. Ils s’interrogent : « Ne suffit-il pas que deux personnes soient amoureuses ou qu’elles entretiennent une liaison? » Pourtant ceux et celles qui posent cette question devraient s’en poser un certain nombre d’autres. Pourquoi une union fondée sur certaines émotions s’engagerait-elle en permanence, plutôt qu’à durer le temps que durent les émotions? Pourquoi le mariage devrait-il être une union de deux personnes, si trois personnes peuvent en partager l’amour? De toute façon, pourquoi le lien doit-il être absolument sexuel, si ce qu’il promet repose sur des satisfactions affectives? Les réponses à ces questions pourraient révéler davantage de soutien pour des normes maritales traditionnelles qu’en suggèrent les sondages. Platon et Aristote savaient que, en honorant le mariage, on affirme la beauté et la bonté de l’amour incarné et la nouvelle vie humaine. Nous savons également que, en honorant la loi naturelle du mariage, nous serons amenés, par grâce, à la vie éternelle, où tous et toutes deviennent un seul corps et un seul esprit dans le Christ.♦ SHERIF GIRGIS est étudiant en droit à l’Université Yale et candidat au doctorat en philosophie à l’Université Princeton.

RETROUVEZ D’AUTRES ARTICLES ET RESSOURCES POUR LES HOMMES CATHOLIQUES ET LEURS FAMILLES À PERESPOURBIENFAIRE.ORG

MARS 2014

♦ C O L U M B I A ♦ 13


March 14 F 2_11 FINAL_Mar E 12 2/11/14 5:25 PM Page 14

L’Incarnation

de la Charité Des Chevaliers sauvent des vies en donnant des organes de leur vivant par Mike Latona

P

rôner le don d’organes, ce n’était pas assez pour le père Alfred Cioffi. En 2007, ce bioéthicien réputé est passé à l’action en donnant un rein à Margarita Chavez, amie et ex-paroissienne. « Si je suis prêt à défendre l’idée, alors je dois me préparer à joindre le geste à la parole », dit le père Cioffi, aumônier du Conseil 1726 Miami. De la même façon, cela importait peu à Jerry Wheeler de ne connaître Kim Simpson que depuis quelques années lorsqu’il a décidé — sans hésiter un instant — à donner un rein en apprenant lors d’une réunion de Conseil que celui-ci avait besoin d’une transplantation. « C’est un Chevalier, et il avait besoin d’aide », souligne Jerry Wheeler, du Conseil 11253 St. Thomas, à Tukwila, dans l’État de Washington. Enfin, ce n’était pas un problème du tout pour Mike Stapleton de devoir faire face à une convalescence de plusieurs mois quand il a choisi de donner une partie de son foie à son cousin, Keith Davison. « Si j’ai agi ainsi, c’est grâce au message de Jésus qui dit, en substance, “Chaque fois que vous faites quelque chose pour autrui, c’est pour moi que vous le faites” », explique Mike Stapleton, membre comme son cousin du Conseil 3335 St. Louis, à Gallipolis, dans l’Ohio. Le père Cioffi, Mike Stapleton et Jerry Wheeler n’ont pas que les Chevaliers comme dénominateur commun, ils sont aussi tous trois des donneurs d’organes qui se dévouent de

14 ♦ C O L U M B I A ♦

MARS 2014

leur vivant, sur une base volontaire. Leurs histoires témoignent d’un remarquable engagement envers la charité, qui est le premier principe des Chevaliers de Colomb. RAYÉ DE LA LISTE D’ATTENTE Le père Cioffi ne recherche pas de félicitations pour son geste ; il espère simplement que son exemple en inspirera d’autres à donner un organe, eux aussi — un choix approuvé et encouragé par l’Église, quand les circonstances l’autorisent. « La situation est grave, dit le père Cioffi. Rien qu’aux États-Unis, on compte aujourd’hui environ 100 000 personnes en attente d’un rein, et près de 15 d’entre elles meurent chaque jour. » C’est le père Cioffi lui-même qui a rayé le nom de Margarita Chavez de la liste d’attente, une paroissienne qu’il avait connue lorsqu’il était curé de l’église St. Kevin, à Miami, de 1995 à 2000. Celle-ci, diabétique, avait subi une attaque à son adolescence et déjà reçu à l’âge adulte deux transplantations de reins, ainsi qu’une du pancréas. Mais, en dépit de sa santé précaire, Margarita Chavez participait activement aux activités paroissiales. « Elle était une source d’inspiration, toute en énergie et en dynamisme. Elle m’étourdissait, parfois », raconte en riant le père Cioffi, 61 ans, natif de Cuba et présentement professeur de biologie et de bioéthique à l’université St. Thomas de Miami.


March 14 F 2_11 FINAL_Mar E 12 2/11/14 5:25 PM Page 15

Photo by Larry Gatz

Le père Alfred Cioffi, du Conseil 1726 Miami (Floride), ici en compagnie de son ex-paroissienne, Margarita Chavez. Le père Cioffi a donné un de ses reins à celle-ci, en 2007. Margarita passa toutefois près de mourir au début de 2007, par suite d’une pneumonie doublée d’une insuffisance rénale grave. Quelques mois plus tard, le père Cioffi l’aborda en proposant de lui donner un de ses reins — bien qu’à l’époque, il était en poste à Philadelphie, au Centre national de bioéthique catholique. « J’ai d’abord réagi en disant “Non, pas question, je ne peux vous prendre votre rein, vous êtes quelqu’un de trop important” », raconte Margarita Chavez, âgée de 54 ans. Après quelques mois, et après que le père Cioffi eut insisté, elle accepta finalement l’offre. La transplantation eut lieu à Miami en octobre 2007. La même année, à Washington, Jerry Wheeler fit le même type de proposition à Kim Simpson — lequel, comme Margarita Chavez, subissait depuis des années un traitement de dialyse. Jerry exposa son offre peu après avoir entendu parler des problèmes de Kim.

« Il était, comment dire, en état de choc », se souvient le donneur, âgé de 69 ans. « Et tu avais parfaitement raison », enchaîne Kevin Simpson, 59 ans. Jerry Wheeler raconte qu’une radiographie prise dans les années 1960 avait suggéré qu’il avait en fait trois reins. « J’ai donc dit à Kevin en riant : “Comme j’en ai trois, si je t’en donne un je deviendrai normal !” » Sauf qu’en passant les examens préopératoires, on découvrit que Jerry n’avait que deux reins, comme tout le monde. Cela n’empêcha pas le principal intéressé d’aller de l’avant avec son don, puisque le rein est un organe double et qu’un donneur vivant peut très bien vivre avec un seul rein. La transplantation a eu lieu à Seattle, en novembre 2008. Si Jerry Wheeler a fait sa proposition initiale à Kim Simpson durant une réunion des Chevaliers de Colomb, c’est lors d’un déjeuner de Conseil, dans l’Ohio, que Mike Stapleton a offert à MARS 2014

♦ C O L U M B I A ♦ 15


March 14 F 2_11 FINAL_Mar E 12 2/11/14 5:25 PM Page 16

Keith W. Davison (à gauche), en compagnie de son cousin Michael P. Stapleton, qui lui a donné une partie de son foie en octobre 2013. Les deux hommes sont membres du Conseil St. Louis IX 3335 à Gallipolis, dans l’Ohio.

16 ♦ C O L U M B I A ♦

MARS 2014

que mon foie ne fonctionnait qu’à environ 5 pour cent de sa capacité, si bien que j’aurais eu moins qu’une année à vivre », raconte Keith. REDONNER LA SANTÉ Les principales conditions préalables pour donner un organe de son vivant sont la bonne santé et un groupe sanguin compatible avec celui du receveur. À partir de là, « plusieurs organes peuvent être donnés sans risque significatif pour le donneur : un rein, un lobe pulmonaire, un lobe de foie, des cellules pancréatiques », explique le père Cioffi. Celui-ci souligne par ailleurs qu’un rein prélevé sur un donneur vivant fonctionne encore en moyenne de 15 à 16 ans, soit deux fois plus longtemps qu’un organe prélevé sur un donneur décédé. Si la compatibilité avec un donneur vivant est constatée, la garantie que l’intervention sera un succès n’est pas pour autant assurée — bien qu’à ce jour, la transplantation ait été un succès pour Mar-

Photo by Emily Ferguson

Keith Davison, 43 ans, de lui céder une partie de son foie. « Il s’est mis à pleurer », raconte Mike, qui n’a que 22 ans. « Je ne voulais pas voir sa fille grandir sans son papa, surtout en sachant que j’aurais très bien pu sauver la vie de ce dernier. » Étant donné, notamment, leur différence d’âge de plus de 20 ans, les cousins n’étaient pas vraiment proches. Mais lors d’une réunion familiale, l’été dernier, Mike Stapleton en apprit plus sur le combat que menait Keith contre ses problèmes de foie depuis environ 17 ans, et alors qu’il était depuis quatre ans sur une liste d’attente pour une transplantation. Le donneur potentiel fit alors de la recherche sur ce type d’intervention, avant de faire son offre à son cousin Keith Davison. Mike Stapleton, qui dut également donner sa vésicule biliaire, a vu prélever 60 pour cent de son foie, le 8 octobre 2013, au Centre médical de l’université de Pittsburgh. Une intervention salvatrice. « Le jour de l’opération, le chirurgien avait dit à mon épouse


March 14 F 2_11 FINAL_Mar E 12 2/11/14 5:25 PM Page 17

Kim R. Simpson (à gauche) et Jerry T. Wheeler, membres du Conseil 11253 St. Thomas, à Tukwila, dans l’État de Washington, sur cette photo prise en décembre 2008. Jerry avait donné un de ses reins à Kim, plus tôt cette année-là. garita Chavez, Kim Simpson et Keith Davison. Plus de six ans après avoir reçu le rein du père Cioffi, Margarita dit se sentir très bien — « très active, c’est vraiment fantastique ». Elle demeure en contact avec le père Cioffi, qui s’est attiré sa reconnaissance éternelle. « Il est si généreux avec tout le monde », souligne la principale intéressée. « Je suis certaine que si vous aussi vous aviez eu besoin

d’un rein, il aurait été là pour vous », dit-elle en ajoutant que la providence divine a guidé tout le processus : « C’est Dieu qui a fait venir le père Cioffi jusqu’à moi. » Kim Simpson qualifie lui aussi de « fantastiques » sa vie et sa santé depuis les cinq dernières années et la transplantation du rein de Jerry Wheeler. Kim dit par ailleurs parler à son donateur au moins une fois par semaine, au téléphone. « Si ce n’avait été des Chevaliers, je n’aurais pas connu Jerry », dit Kim Simpson, qui s’est converti au catholicisme en 1987. En règle générale, un transplanté du rein met de quatre à huit semaines pour récupérer, tandis que la guérison est deux fois plus rapide pour le donneur. La convalescence est plus longue dans le cas d’une transplantation du foie : ainsi, Keith Davison devrait mettre six mois à se rétablir complètement, et Mike Stapleton, trois mois. Passé ces délais, ce qui restait du foie de Mike et l’organe transplanté de Keith devraient avoir pratiquement repris leur grosseur normale. Les deux hommes disent d’ailleurs que leur convalescence se déroule bien, Mike ayant même participé à la dernière Marche pour la vie, le 22 janvier à Washington, D.C. « Je suis pro-vie à 100 pour cent ! Si nous pouvons sauver des vies en posant un geste accepté par l’Église, alors nous ne devons pas hésiter », affirme Mike Stapleton. « Ça me fait encore bizarre de me sentir bien », souligne quant à lui Keith Davison, dont la santé s’est ainsi améliorée après des années à demander l’intercession de saint Michel pour la venue d’un miracle. Or cette prière, de dire Keith, a clairement été entendue. « Je n’en reviens pas encore, cette personne m’a littéralement sauvé la vie, ajoute Keith Davison. Je ne cesse d’ailleurs d’y penser, et je serai à jamais reconnaissant à Michael pour ce qu’il a fait pour moi ainsi que ma famille. »♦ MIKE LATONA écrit pour le Catholic Courier, le journal du diocèse de Rochester, N. Y.

Photo by photobymike.com/courtesy of the Catholic NW Progress

LE DON D’ORGANES ET LA DOCTRINE CATHOLIQUE Le Catéchisme de l’Église catholique stipule que « La transplantation d’organes est conforme à la loi morale si les dangers et les risques physiques et psychiques encourus par le donneur sont proportionnés au bien recherché chez le destinataire. » De plus, « La donation d’organes après la mort [prélevé sur un donneur décédé] est un acte noble et méritoire » (2296). Selon le père Alfred Cioffi, docteur en bioéthique et en biologie, les risques physiques pour le donneur se sont considérablement amoindris grâce aux progrès médicaux enregistrés ces dernières décennies. Dans la plupart des cas, les donneurs vivants peuvent s’engager dans le processus en ayant la conscience tranquille. Certains enjeux éthiques surgissent tout de même dans le cas de dons après la mort. Le père Cioffi souligne que l’Église catholique ne permet le don d’organe post-mortem que si la

mort cérébrale est constatée, autrement dit s’il y a cessation totale et irréversible de toute activité cérébrale. Cela peut être déterminé, souligne le père Cioffi, « par les autorités médicales compétentes ». Parmi les autres documents appuyant le don d’organes et faisant état de certaines considérations éthiques, notons l’encyclique Evangelium Vitae (86) publiée en 1995 par le Bienheureux Jean-Paul II, ainsi que les Directives éthiques et religieuses à l’intention des services sociaux catholiques (30), un document publié par les évêques des États-Unis. Les Chevaliers de Colomb parrainent pour leur part un atelier biennal au profit des évêques américains et supervisé par le Centre national de bioéthique catholique. Le plus récent atelier s’est tenu à Dallas, au Texas, en février 2013. – Mike Latona

MARS 2014

♦ C O L U M B I A ♦ 17


March 14 F 2_11 FINAL_Mar E 12 2/11/14 5:25 PM Page 18

Donner vie à L’Évangile Premier grand film sur la vie du Christ à voir le jour depuis plus de 10 ans, Le Fils de Dieu met en scène Jésus et sa mission salvatrice par Kris Dmytrenko

J

ésus s’avance jusqu’à la ceinture dans la mer de Galilée avant de monter sans hésiter à bord du bateau de pêche d’un Simon Pierre incrédule : « Accorde-moi juste une heure, Pierre, et je changerai complètement ta vie. » Cette invitation lancée par Jésus résume bien l’objectif missionnaire poursuivi par le film Le Fils de Dieu. Selon les coproducteurs Mark Burnett et Roma Downey, également mari et femme dans la vie, le public se verra offrir la même occasion que Simon Pierre, lorsqu’il s’assoira pour écouter le film. « Jésus, par la voie du cinéma, peut bouleverser votre vie à vous aussi », souligne Mark Burnett. Dans le film, Jésus promet à Simon Pierre qu’ensemble, ils vont « changer le monde ». Pour sa part, le producteur compte sur Le Fils de Dieu, sur les écrans depuis le 28 février, pour influencer et les cœurs et les esprits.

UN PROJET AMBITIEUX Le fait que Roma Downey soit croyante ne surprend personne, aux États-Unis. Durant neuf saisons, elle était en effet la vedette de la série Les Anges du Bonheur, diffusée sur CBS. Bien que cette émission ne soit plus diffusée depuis plus d’une décennie, des gens s’adressent encore à l’actrice en l’appelant « Monica », le nom de 18 ♦ C O L U M B I A ♦

MARS 2014

l’ange qu’elle incarnait dans la série. Élevée dans la foi catholique, cette Irlandaise a été éduquée par des religieuses. Puis son frère est prêtre. Mark Burnett, de son côté, est surtout connu en tant que producteur exécutif de Survivor — la téléréalité machiavélique qui a changé le paysage télévisuel —, ainsi que de Celebrity Apprentice, The Voice et Shark Tank. En 2013, ce couple influent d’Hollywood a mis à profit sa vaste expérience pour mettre sur pied la minisérie La Bible, en 10 épisodes. Mark Burnett avait de grandes ambitions pour sa création. Alors que la série commençait, il en a fait sourciller plus d’un en prédisant qu’à terme, plus de gens auraient écouté La Bible qu’aucune autre de ses émissions vedettes. Les sceptiques n’ont eu d’autre choix que de se rendre à l’évidence : en mars 2013, la première diffusion de La Bible a attiré 13,1 millions de téléspectateurs à la chaîne « Histoire ». Le succès s’est maintenu par la suite, la série s’attirant parmi les meilleures cotes d’écoute des chaînes câblées, tout en décrochant trois nominations aux Emmy. « L’Esprit Saint est au cœur de tout ça, dit Mark Burnett. Nous avons toujours senti que nous devions faire cela. Si bien que nous

Photo: Joe Alblas/© 2013 LightWorkers Media Inc. and Hearst Productions Inc.

Le producteur Mark Burnett (à gauche) et les acteurs Darwin Shaw et Diogo Morgado, sur le plateau de tournage du Fils de Dieu.


March 14 F 2_11 FINAL_Mar E 12 2/11/14 8:59 PM Page 19

n’y sommes, au fond, pour presque rien. Le résultat a de beaucoup dépassé nos espérances. » Comme Jésus occupe une place importante dans cinq des 10 épisodes, il y avait assez de scènes supplémentaires pour justifier de monter, à partir de celles-ci et du reste de la série, un film de deux heures axé sur les Évangiles. La sortie en salles du Fils de Dieu coïncide avec le 10e anniversaire — quasi au jour près — du dernier grand film sur Jésus, La Passion du Christ. Si les comparaisons avec l’œuvre controversée de Mel Gibson sont inévitables, le tout dernier opus diffère de bien des façons. Par exemple, les personnages de La Passion du Christ ne s’expriment qu’en araméen, en hébreu et en latin. Alors que les dialogues de la version originale du Fils de Dieu, au contraire, sont en anglais moderne, certains passages des Écritures étant même formulés de manière plus naturelle. De plus, tandis que La Passion commence au jardin de Gethsémani et met essentiellement l’accent sur la souffrance de Jésus, le récit du Fils de Dieu s’étend de la Nativité jusqu’à l’Ascension. Les producteurs recherchaient donc un premier rôle capable de personnifier Jésus aussi bien dans les moments de joie, que dans ceux empreints de chagrin ou magnifiés par la gloire. « Nous disions toujours que nous cherchions un acteur capable d’incarner tant un lion qu’agneau, indique Roma Downey. Un acteur avec une présence forte, mais qui pouvait aussi incarner la douceur, l’humilité et la bonté. Or, nous avons trouvé la perle rare en Diogo Morgado. » Mark Burnett dit ceci : « En plus, il est catholique. Il a grandi au Portugal, et il a été à l’église toute sa vie. » La Passion du Christ avait été à la fois applaudi et critiqué pour avoir montré avec un réalisme cru les dernières heures de Jésus. Confronté au même défi, le couple Burnett-Downey a cherché à restituer le sacrifice du Christ sans pour autant accabler les spectateurs plus sensibles. Par ailleurs, ils voulaient que leur film soit classé « surveillance parentale conseillée pour les moins de 13 ans », puisqu’une cote plus restrictive aurait diminué de manière importante leur public potentiel. « Nous ne voulions pas montrer sans raison d’images violentes, explique Roma Downey. Ainsi, bien que l’on voie le clou placé sur la main [de Jésus], ainsi que le marteau qui s’élève, nous avons jugé qu’il n’était pas nécessaire de voir effectivement le clou s’enfoncer dans la chair. » UN OUTIL PÉDAGOGIQUE Certains spectateurs jugeront peut-être que Le Fils de Dieu a plus à voir avec les superproductions hollywoodiennes comme Gladiateur, qu’avec des films à caractère religieux. Sans compter que la percutante trame sonore produite par le compositeur « oscarisé » Hans Zimmer, Lorne Balfe ainsi que Lisa Gerrard ajoute à l’impression de grandeur et de puissance. « Oui, c’est gros, c’est héroïque et on en a plein la vue, dit Roma Downey. Mais, en même temps, c’est profondément intime et personnel. Cette histoire, en fin de compte, est une histoire d’amour. » C’est dans les moments les plus calmes de l’histoire — une chaleureuse étreinte, un instant de tendresse, un regard de connivence — que le film a le plus d’impact. Roma Downey elle-même joue le

rôle de la mère de Jésus et elle apparaît dans plusieurs de ces moments, comme lors de cette scène inspirée par la Pietà de MichelAnge où l’on voit Jésus descendu de la Croix. « Alors qu’elle était jeune fille, [Marie] a dit “oui” à Dieu », dit l’actrice qui a ressenti beaucoup d’émotion en interprétant son rôle. « Elle a dit “oui” également lorsqu’elle se tenait au pied de la Croix. Comment supporter une telle chose ? Et pourtant, elle était là, aimante, de manière à ce que lorsqu’il baisse les yeux, il la voie. » L’importance du personnage de Marie dans le film plaira aux spectateurs catholiques. D’ailleurs, plusieurs personnalités catholiques se sont dites satisfaites par la qualité d’ensemble du Fils de Dieu. « Quelle joie que de voir ce film donner vie aux pages de l’Évangile », a, par exemple, dit le cardinal Donald W. Wuerl, archevêque de Washington, D.C. Afin de préparer les gens à la sortie du film, l’archidiocèse de Washington a produit une série de sept vidéos catéchétiques accessibles en ligne et qui renvoient à certaines scènes du film. Ces vidéos viennent compléter le Guide de réflexion et de discussion sur « Le Fils de Dieu », rédigé par Mgr J. Brian Bransfield, secrétaire général associé de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis. Ce Guide est l’un des nombreux outils pédagogiques disponibles sur le site seesonofgod.com. Également charmé, l’archevêque de Los Angeles, José Gomez, estime que le film est important « parce qu’il nous donne l’occasion de comprendre que Dieu est présent au sein de notre propre vie, et que nous sommes ses enfants. Cette œuvre cinématographique me sera extraordinairement utile pour mon ministère. » Mark Burnett est particulièrement enthousiasmé par l’appui des Chevaliers de Colomb, soulignant que de nombreux conseils ont acheté à l’avance des billets pour leurs paroisses. Le Chevalier suprême Carl A. Anderson figure parmi ceux qui approuvent Le Fils de Dieu : « Voilà un film qui ne fait pas que vous raconter des choses à propos du Christ, mais qui vous plonge plutôt au cœur de sa vie, vous permettant de constater de première main son ministère public, son amour pour l’humanité, ainsi que la mort qu’il a connue pour nous permettre d’avoir la vie éternelle. » Roma Downey se réjouit quant à elle ce que les leaders catholiques saisissent bien la vision derrière le film lui-même. Le projet, dit-elle, « est lié a tout ce dont nous parle notre nouveau pape — cette nouvelle évangélisation — et il met par ailleurs à profit tous les nouveaux moyens à notre disposition pour porter aux gens le message du Christ. » L’accueil enthousiaste réservé à la minisérie La Bible, jumelé à la cote d’amour du pape François auprès du public, témoigne d’une fascination renouvelée pour le christianisme au sein de la culture populaire. Roma Downey et Mark Burnett veulent atteindre un public qui a, selon eux, soif de sens, tout comme Jésus a offert une nouvelle vie à Simon Pierre qui se cherchait. « Nous croyons fermement que si le film a été bien fait, le fidèle trouvera le sens qui lui manque, la réponse à des questions qu’il se pose, dit Mark Burnett. Puis, à son tour, il mettra ensuite à profit sa découverte en allant vers les gens qui ne connaissent pas encore Jésus. »♦ KRIS DMyTRENKO est coordonnateur des communications pour l’archidiocèse de Toronto. MARS 2014

♦ C O L U M B I A ♦ 19


March 14 F 2_11 FINAL_Mar E 12 2/11/14 5:25 PM Page 20

Les héros du cœur et de la chaleur Des Chevaliers du Maryland entretiennent la flamme en distribuant du bois de chauffage aux personnes dans le besoin par Patrick Scalisi | photos de Bob Roller

L

orsqu’il fait beau, la baie de Chesapeake, dans le Maryland, est peuplée de kayaks, de voiliers et de phares qui resplendissent au coucher du soleil. Mais quand le vent et les tempêtes s’invitent dans le décor, la région se distingue plutôt par les nombreux arbres qui tombent, s’accrochant aux fils électriques et contrariant les propriétaires des maisons environnantes. Un Conseil des Chevaliers de Colomb de North Beach, sur la rive ouest de la baie, a tourné à son avantage ces dangereux inconvénients : il en profite pour fournir gratuitement du combustible à chauffage aux membres plus démunis de sa communauté. Depuis 2009, le Conseil 7870 Calvert s’est associé à la banque alimentaire des Dames de la Charité de l’église Saint-Antoine de Padoue afin de ramasser, couper, livrer et empiler du bois de chauffage au profit de familles et individus à revenus modestes. Or, justement, alors que des vortex polaires et des froids sibériens se sont invités cet hiver, rester au chaud a récemment été plus important — et plus coûteux — que jamais.

GÉNÉRER L’ÉTINCELLE À environ 15 kilomètres de North Beach se trouve la ville de Dunkirk, au Maryland toujours, où Paul McBride habite, dans une impasse densément boisée. Celui-ci, membre du Conseil 7870, gère ce que ses camarades du Conseil appellent le « Sanctuaire boisé ». C’est en effet sur 20 ♦ C O L U M B I A ♦

MARS 2014

sa parcelle de deux acres que les Chevaliers se sont installés pour entreposer l’essentiel de leur bois ainsi que leur matériel de coupe. «Nous avons compris que le terrain pouvait nous fournir une quantité appréciable de bois, raconte Paul McBride. J’avais l’espace de toute façon, et la remise est tout au fond de ma cour arrière. » Voilà environ six ans, le Conseil avait mis sur pied un programme visant à débarrasser les communautés de North Beach et des alentours des arbres qui avaient été déracinés. L’initiative connut un certain succès, si bien que le Chevalier Jose A. Baca suggéra d’aller encore plus loin. « Les gens appréciaient, alors nous nous sommes dit : “Pourquoi ne pas faire encore plus ?” Les temps sont de plus en plus difficiles. Les citoyens doivent consacrer des sommes appréciables à l’achat de bois de chauffage, alors qu’ils devraient d’abord dépenser pour de la nourriture », explique José Baca. C’est alors, nous étions en 2009, que ce dernier aborda une représentante des Dames de la charité après une messe du matin à l’église St-Antoine de Padoue. Le Conseil disposant de bois de chauffage, y avait-il des clients de la banque alimentaire qui auraient aussi besoin d’aide pour se chauffer ? C’était le cas, oui. La première année, trois familles demandèrent à recevoir du bois de chauffage. Il y en eut plus l’année suivante, et davantage encore l’année d’ensuite. Aujourd’hui, les Chevaliers livrent du bois à plus d’une douzaine de familles à revenus modestes,


March 14 F 2_11 FINAL_Mar E 12 2/12/14 12:17 PM Page 21

Paul McBride (au centre) observe Michael Clagett (à gauche) et l’ex-Grand Chevalier José A. Baca tandis que ces derniers coupent le bois dans son « Sanctuaire boisé ». Les Chevaliers du Conseil 7870 Calvert se sont en effet installés sur la propriété de Paul McBride afin de couper et entreposer du bois par la suite distribué à des gens dans le besoin. • Ci-contre : Le Grand Chevalier Chuck Geisler transporte un tas de bûches qui seront distribuées gratuitement. distribuant ainsi une vingtaine de cordes par année, soit une valeur d’environ 4000$. « Il suffit pour les Chevaliers de nous le dire lorsqu’ils sont prêts, et nous publions un avis sur notre babillard qui dit : “Bois de chauffage à donner. Demander à l’accueil.” », souligne Maureen Hudson, coordonnatrice de la banque alimentaire des Dames de la charité. Le travail ne s’arrête toutefois pas là. Non seulement les Chevaliers livrent-ils le bois à domicile, mais ils le déchargent aussi, et l’empilent également. Ils tiennent compte par ailleurs de l’espace dont dispose le bénéficiaire ainsi que de la longueur de bûches requise. Par exemple, une famille ayant un poêle à bois aura aussi besoin de grosses bûches pour entretenir le feu, tandis qu’un couple de personnes âgées aimera que les morceaux soient plus petits et plus faciles à transporter jusque dans la maison. « Il y a assez de Chevaliers engagés dans le programme et les disponibilités varient de l’un à l’autre, si bien que nous pouvons répondre aux besoins spécifiques pratiquement sur-le-champ », indique le Grand Chevalier Chuck Geisler. ATTISER LES FLAMMES Selon Maureen Hudson, beaucoup de gens qui ont besoin de l’aide de la banque alimentaire des Dames de la charité doivent composer avec un handicap ou des problèmes de santé ; d’autres traversent seulement une période difficile. Mais quelle que soit la raison, il demeure souvent difficile de payer plus de 200$ pour une corde de bois sec — une « vraie » corde s’entend, mesurant 4 X 4 X 8 pieds — alors qu’on doit déjà composer avec des factures de services

publics et d’épicerie. C’est le cas notamment de Shirley Miller, qui vit dans la petite communauté de Fairhaven, dans une maison de bord de mer qui n’a pas été conçue pour être habitée à l’année. « Je n’ai pas de fournaise, alors je dois faire fonctionner le poêle à bois sinon tout gèle », dit en riant la principale intéressée. Shirley Miller est en congé de maladie et travaille à temps partiel, mais elle a quand même de la difficulté à joindre les deux bouts, surtout en hiver. Elle dépend de la générosité d’autrui pour obtenir de quoi chauffer — une situation délicate si personne autour d’elle n’a vu un de ses arbres tomber ou si son père n’a pas lui-même un surplus de bois. Mais même là, elle doit habituellement engager quelqu’un pour transporter le bois dans sa camionnette et fendre les bûches si elles sont trop grosses. C’est Maureen Hudson qui a la première fois parlé à Shirley du programme de distribution de bois des Chevaliers. Depuis 2010, cette dernière a bénéficié de plusieurs livraisons. « C’est vraiment, vraiment chouette parce que [les Chevaliers] me l’apportent chez moi, ce qui me fait réaliser des économies en frais de ramassage, selon Shirley Miller. En plus, le bois arrive coupé et fendu, ce qui fait que là aussi j’économise. Et le comble, pour ainsi dire, c’est qu’ils l’empilent dans la remise et je n’ai qu’à me servir au besoin ! » Le bois de chauffage des Chevaliers a été une bénédiction pour Shirley lorsque ses finances étaient précaires, et le fait de pouvoir compter sur un approvisionnement constant lui permet de consacrer son argent à d’autres dépenses importantes. MARS 2014

♦ C O L U M B I A ♦ 21


March 14 F 2_11 FINAL_Mar E 12 2/11/14 5:25 PM Page 22

William Quinn (à l’extrême gauche), du Conseil Our Lady, Star of the Sea 9258 à Solomons, au Maryland, reçoit une livraison de combustible à chauffage de la part du Conseil 7870. « Cela me permet, entre autres, de régler mes factures à temps, dit-elle. De plus, si quelque chose se casse dans la maison et que je dois le réparer, j’ai un peu d’argent excédentaire qui me permet de faire face à la situation, que ce soit pour l’auto, le réfrigérateur ou la machine à laver. » C’est grâce à des bénéficiaires comme Shirley Miller si le programme de distribution de bois représente quelque chose d’aussi gratifiant, pour les membres du Conseil. Le fait de se regrouper, de couper le bois ensemble puis de le transporter, cela raffermit l’esprit d’équipe au sein des Chevaliers tout en resserrant les liens fraternels. Les membres ne font pas que donner de leur temps, ils fournissent également de l’équipement : scies à chaîne, bâches, réservoirs d’essence. Un Chevalier a même donné une fendeuse aujourd’hui installée à demeure sur le terrain de Paul McBride ; d’autres membres prêtent leur fendeuse sur une base régulière, ou encore leur camionnette. « Ça ne demande à personne un engagement à vie, explique Chuck Geisler. Il suffit d’avoir un samedi de libre et de connaître un peu le bois de chauffage. » Maureen Hudson ajoute : « Ce n’est pas facile mais ils embarquent à fond, et leur efficacité ainsi que leur enthousiasme m’impressionnent. Ces hommes-là m’inspirent, et je suis persuadée qu’ils sont une inspiration pour beaucoup d’autres personnes. » UNE BELLE FLAMBÉE L’arrivée du printemps, le 20 mars, ne signifie pas qu’on n’aura plus besoin de bois de chauffage. Les propriétaires de maison vont-ils devoir garder leurs intérieurs au chaud jusque tard en avril ? Avec les 22 ♦ C O L U M B I A ♦

MARS 2014

froids polaires qu’on a connus à répétition ces derniers mois, tout est possible. Chose certaine, Shirley Miller pense demander plus de bois aux Chevaliers, si sa réserve baisse trop alors que le froid menace toujours. Sans compter qu’elle doit déjà commencer à prévoir pour l’automne prochain. « Ils me demandent toujours : “Avez-vous eu assez de bois, cette année ?”, dit Shirley. Ils vont recommencer à me le demander cet automne. “Voulez-vous qu’on commence tout de suite à en mettre de côté pour vous ?” C’est tellement réconfortant de savoir qu’ils se souviennent de moi, qu’ils pensent à mon bien-être et que mon nom figure en bonne place sur leur liste de gens à appeler. » Paul McBride, pour sa part, entrevoit un bel avenir pour le programme et il est disposé à laisser les Chevaliers utiliser son terrain tant qu’ils en auront besoin. « Chaque année, il y a davantage de gens qui ont besoin de bois, dit-il. L’hiver précédent n’avait pas été trop rigoureux, nous n’avions pas distribué tant de bois que ça, mais cet hiver, nous avons travaillé fort. [...] Avec les factures d’électricité qui augmentent et le chômage qui perdure, le programme conserve sa raison d’être. » Pendant ce temps, des bénéficiaires comme Shirley Miller ne sauraient trop remercier les Chevaliers de les aider à rester au chaud, tout au long de l’hiver. « Pour moi, les Chevaliers forment une bande de saints ! Je le pense vraiment ! Je me sens tellement privilégiée et honorée de pouvoir compter sur leur générosité. »♦ PATRICK SCALISI est rédacteur en chef adjoint du magazine Columbia.


March 14 F 2_11 FINAL_Mar E 12 2/11/14 5:25 PM Page 23

RÉFLEXION

Le Jour où le Verbe s’est fait chair Foi et science ensemble feront la lumière sur l’Incarnation et la réalité de la vie in utero par Murray Joseph Casey, M.D.

Virgin Annunciate, Fra Angelico (1387-1477)/bpk, Berlin/Art Resource, N.Y.

N

euf mois avant Noël, le 25 mars, l’Église célèbre la Solennité de l’Annonciation. En ce jour, nous célébrons l’occasion de l’Incarnation, car dès que Notre Dame eut dit « Oui » à l’invitation du messager de Dieu, le Christ fut conçu en son sein. Pour les Chevaliers de Colomb et leurs familles, ce jour marque la Journée de prière de l’Enfant à naître. L’Angélus, l’une des plus belles et bien-aimées prières catholiques, raconte l’histoire de l’Annonciation : « L’ange du Seigneur dit à Marie. … Et elle conçut de l’Esprit Saint » (cf. Lc 1, 26-38). La prière se poursuit avec les paroles de Marie : « Voici la servante du Seigneur. … Qu’il me soit fait selon ta parole » (Lc 1, 38). Ayant consenti à l’invitation de l’ange venant de Dieu, l’Esprit Saint s’empara de Marie. … Et le Verbe s’est fait chair. … Et il habita parmi nous » (Jn 1, 14). Voilà le mystère de base de la foi chrétienne — avec la conception de Jésus, le Dieu incarné est venu en notre monde. Après le récit de l’Annonciation, le texte évangélique poursuit immédiatement par l’épisode de la Visitation. Sans attendre, « Marie se mit en route rapidement vers une ville de la montagne de Judée rendre visite à sa cousine Élisabeth, qui était enceinte de Jean-Baptiste. Quand elle entendit la salutation de Marie, elle fut remplie de l’Esprit Saint et elle s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes et le fruit de tes entrailles est béni. Comment ai-je le bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi? Car lorsque j’ai entendu tes paroles de salutation, l’enfant a tressailli d’allégresse au-dedans de moi » (Luc 1, 39, 42-44). En tant que spécialiste en obstétrique et gynécologie, je m’étonne de constater comment les récits évangéliques des grossesses de Marie et d’Élisabeth ne laissent aucun doute quant à l’humanité et de l’humanité de Jésus et de Jean Baptiste avant leur naissance, et ce, des siècles avant l’avènement de la génétique et de l’embryologie modernes. Aujourd’hui, la science jette un rayon de lumière sur la vie humaine depuis de moment de la conception qui correspond à la lumière de la foi. Toutes deux, la raison et la foi reconnaissent l’indéniable dignité de l’enfant à naître.

Nous savons, grâce à la biologie que la vie humaine commence à la conception avec l’intégration des composantes génétiques de l’œuf de la mère et du sperme du père pour former un zygote unicellulaire. Cet individu unique et génétiquement complet progressera naturellement et normalement jusqu’à l’enfance, la jeunesse et l’âge adulte, à moins qu’il ne le soit empêché par la maladie, un accident ou toute autre intervention. La progression depuis le zygote à l’état d’embryon, de fétus et d’enfant est rapide et étonnante. Trois semaines après la conception, le sang embryonnaire circule à partir du cœur qui bat. Bientôt, les mouvements du fœtus sont détectables. Le système nerveux commence à se différencier en cerveau et les yeux commencent à se former avant la fin de la troisième semaine. La progression de la naissance jusqu’à l’âge adulte n’est qu’une question de maturation. C’est en ces termes irréfutables que la science contemporaine démontre comment le Seigneur Jésus, conçu par l’Esprit Saint et né de la Vierge Marie fut formé dans le sein de Notre Dame, s’y développa et grandit jusqu’à devenir un homme. Quelle joie de célébrer chaque année la fête de l’Annonciation, de rendre grâce pour le mystère de l’Incarnation. Et quel don extraordinaire nous avons dans le Christ, vrai Dieu et vrai homme, qui embrassa notre humble et vulnérable forme humaine et partagea toutes les étapes notre développement, même la conception! Dans notre quête en vue de bâtir une culture de la vie, nous, Chevaliers de Colomb, sommes incités à promouvoir la vérité concernant la vérité quant à la vie humaine éclairée par la science et la foi, de dire tous les jours l’Angélus et de célébrer avec ferveur l’Annonciation et la Journée de prières pour l’enfant à naître. Ces pratiques servent de témoignage signifiant de notre foi catholique et du continuum de la vie humaine depuis la conception jusqu’à la mort naturelle.♦ LE DOCTEUR MURRAY JOSEPH CASEY est professeur d’obstétrique, de gynécologie, de médecine préventive et de santé publique à l’Université Creighton d’Omaha, Nebraska. Il est membre du Conseil St. Margaret Mary 11800 d’Omaha.

MARS 2014

♦ C O L U M B I A ♦ 23


March 14 F 2_11 FINAL_Mar E 12 2/11/14 5:25 PM Page 24

Discerner les fruits de l’âge numérique Nous faisons un usage plus judicieux de la technologie quand nous reconnaissons à quel point celle-ci influence notre vision du monde

I

l y a quelques années, je me promenais dans un verger de citronniers en Italie et j’ai cueilli l’un de ces fruits pour en humer le délicieux arôme. Immédiatement, je me suis rappelé ma mère; j’aurais aimé partager avec elle cette délicieuse odeur. Mais comment? C’était quelque chose que je ne pouvais lui envoyer par courriel ou sur Facebook. C’était quelque chose que la technologie était incapable de transmettre. Je devais attendre plusieurs mois jusqu’à son prochain voyage à Rome. Cette expérience m’a amené à réfléchir aux divers moyens de communication, qu’il s’agisse par courriel ou par une poignée de mains. Le téléphone, le courriel, Internet et la panoplie changeante de nouvelles technologies peuvent être utiles. Cependant, chacune avait ses faiblesses aussi bien que ses forces. J’en suis venu à me rendre compte qu’il s’y produisait beaucoup plus de phénomènes que j’avais d’abord estimés. LES LIMITES DE LA TECHNOLOGIE Beaucoup d’exemples se présentent, quand il s’agit de limites des moyens modernes de communications. Par exemple, une conversation par webcam permet de voir son interlocuteur mais il est impossible de regarder la personne dans les yeux. Soit vous regardez la caméra de votre ordinateur, soit vous regardez la per24 ♦ C O L U M B I A ♦

MARS 2014

sonne dans les yeux — mais jamais les deux à la fois. De même, la messagerie instantanée peut s’avérer une bonne manière de contacter quelqu’un de « présent » en ligne, mais cette présence aussi est limitée. Une fois, en clavardant, j’ai demandé à un ami : « Comment va ta petite amie? » Il a mis quelques minutes avant de répondre par un monosyllabe : « OK. » Je me suis demandé ce que signifiait son silence. Était-il incertain de la réponse? Était-il simplement occupé? Au téléphone ou en personne, ce silence m’en aurait dit long… Clavarder, cela empêchait alors de comprendre le sens de l’échange. Quand je parlais de telles expériences, on me faisait remarquer souvent que les technologies sont « neutres » et peuvent avoir une portée positive ou négative. Pourtant au moyen de lectures et de réflexions touchant certaines expériences, j’ai découvert que, de fait, les technologies ne sont pas neutres. Cela ne veut pas qu’elles soient mauvaises, mais que chaque technologie occasionne un changement à notre approche du monde et à notre relation avec le monde. Chaque technologie de la communication influence le contenu qu’elle diffuse. Dans son œuvre phare, Amusing Ourselves to Death (1985), Neil Postman fait allusion au 27e président des États-Unis, William Howard Taft. L’auteur demande : « Est-ce qu’un candidat

Thinkstock

par l’abbé Jonah Lynch


March 14 F 2_11 FINAL_Mar E 12 2/11/14 5:26 PM Page 25

de 136 kg, aux multiples mentons, pourrait espérer l’emporter de nos jours, vu les campagnes électorales dominées par la télévision? Peu probable! Ce qui signifie que la technologie (la télévision) n’est pas sans influencer le contenu, mais qu’elle tend à favoriser certains types d’orateurs plutôt que d’autres. Non seulement les bonnes idées comptent-elles, mais également l’apparence agréable. Dans un certain sens, ce sont là de vieilles nouvelles, mais il vaut la peine de nous y arrêter, parce que nous sommes moins conscients des influences qu’exercent les technologies plus récentes. Par exemple, considérons comment les téléphones cellulaires ont profondément modifié notre relation par rapport à l’espace. Il n’y a pas si longtemps, les distinctions étaient claires entre habitation, bureau, théâtre, église, place, centre commercial, etc. Depuis les technologies cellulaires, ces distinctions ont été brouillées. Nous observons que du travail de bureau se fait à la plage, que des commentaires sont « tweetés » durant l’homélie, et que l’on texte et chatte entre amis éloignés durant les heures de travail. L’espace réel autour de nous peut finir par ne servir que de plateau neutre, sans relation avec l’activité à laquelle, pour l’heure, nous avons le gout de nous adonner. Vous souvenez-vous du temps où le téléphone de résidence était presque sacré, et auquel le patron ne pouvait avoir recours qu’en cas d’urgence extrême? La montée des téléphones cellulaires a complètement renversé ce principe. Actuellement, il est plus normal de recevoir des appels concernant le boulot en dehors des heures de travail et au cours des week-ends, interrompant la vie familiale, du fait que les numéros des cellulaires ne sont reliés à aucun lieu précis. La personne qui appelle ne sait pas où vous êtes et donc a moins honte de perturber votre vie privée. Nous pourrions examiner d’autres technologies et en venir aux mêmes conclusions : la technologie influence nos relations avec les autres et avec le monde — ce qui n’est pas nécessairement mauvais —, mais c’est une réalité qu’il nous faut reconnaître et corriger, selon le cas. En beaucoup d’endroits, c’est en train de se produire. Par exemple, certaines compagnies ont commencé de fermer leurs serveurs de courriels relatifs au travail en dehors des heures d’ouverture, permettant aux employés de profiter réellement des heures en dehors du bureau. CULTIVER LA COMMUNICATION FACE-À-FACE Il y a des moments qui exigent toute notre attention. De nombreuses personnes reconnaissent le besoin de consacrer certains moments et certains endroits de silence tels que l’église ou le dîner familial, où même la vibration tranquille d’un téléphone peut devenir une perturbation. Décider que rien ne peut être plus important que la personne devant moi — à tel point que j’en annule mon téléphone — peut s’avérer très libérateur. Certaines familles ont trouvé utile de déposer leurs cellulaires dans une corbeille près de la porte, afin d’aider les enfants à estimer que le foyer est un lieu d’intimité et un sanctuaire, où les relations familiales ont la priorité. Le foyer nous sert de point de départ; si les relations qui s’y façonnent sont solides, il est plus facile de trouver sécurité et courage dans le monde extérieur. Certaines restrictions imposées aux distractions extérieures peuvent

aider à protéger ces relations. Ce qui semble le plus important c’est de développer un jugement libre et critique, et ne pas supposer aveuglément que les machins sont « neutres », et qu’ils n’influencent en rien ma façon de vivre. Quand j’observe leur effet évident sur mon mode de vie, je remarque leurs effets concrets sur ma façon de vivre. J’observe que beaucoup de choses ont changé, certaines pour le mieux, d’autres pour le pire. C’est donc dire que j’ai besoin de discerner quelles technologies et quels usages j’en fais, peuvent vraiment améliorer ma vie. Une certaine recherche neurologique récente démontre que la structure même du cerveau est modifiée par l’expérience. De façon très concrète, nous sommes formés par ce que nous lisons et par ce que nous faisons. Cette découverte m’aide à comprendre pourquoi mes technologies de plus en plus nombreuses dites « sans conséquence » me portent à être impatient chaque fois que je dois attendre. L’élimination de toute attente entre le désir et la satisfaction modifie mon cerveau, de sorte que celui-ci s’attend à une satisfaction immédiate, comme si tout dans la vie pouvait se produire comme l’allumage d’une bougie électrique, ou en cliquant sur le lien d’un ordinateur ultrarapide. Parfois, je me surprends à être plus intéressé par l’efficacité que par les êtres humains qui sont souvent peu efficaces, peu soignés et en manque, tout comme moi. C’est alors que je tâche de me rappeler une certaine journée d’été d’il y a plusieurs années. J’étais jeune séminariste et je passais l’été à rendre service à un aumônier du nom de Father Vincent. Un certain matin de juillet très chaud à l’hôpital nous avons entendu crier. La voix venait d’une chambre où une femme nommée Rachel se mourait d’un cancer. L’aumônier suit le bruit, entre dans la chambre et referme la porte. Il se met à genoux et se met à crier avec la patiente. Elle crie : « Mon Dieu! » et il crie : « Mon Dieu, aide-la! » Il lui prend la main pour qu’elle se rende compte que quelqu’un prie avec elle. Nous y sommes restés un long moment. Soudain, ses cris ont changé, passant de « Pourquoi, pourquoi donc, mon Dieu? » à « J’offre, je l’offre! » Au cours de derniers moments de sa vie, son désespoir s’est transformé en espérance. La seule chose suffisamment positive pour Rachel, en ce matin de juillet, c’était la main de Father Vincent dans sa main. La seule réponse possible à son besoin — après tous les médicaments, et tous les soins palliatifs — ce fut la main et la voix d’un être humain dans la même chambre qu’elle. Il n’y avait aucun moyen de multiplier l’efficacité de Father Vincent par le recours aux progrès de la technologie des communications. Aucun soin à distance n’aurait été efficace. Quand je pense à cette expérience, j’essaie de me rappeler que plusieurs des choses les plus importantes dans la vie exigent patience et tendresse, et ne peuvent se produire qu’en personne, comme Dieu nous l’a enseigné en devenant un homme et en vivant parmi nous. Il n’a pas seulement envoyé un message de Bonne Nouvelle. Il nous a envoyé son Fils.♦ LE PÈRE JONAH LYNCH est recteur du séminaire de la fraternité sacerdotale des missionnaires de Saint Charles Borromée, à Rome. MARS 2014

♦ C O L U M B I A ♦ 25


KIA 03_2014_FR_Layout 1 2/11/14 4:26 PM Page 26

CHEVALIERS À L’ŒUVRE

CHEVALIERS

À

L’ŒUVRE

ÇÀ ET LÀ DANS L’ORDRE

des reliques de première, deuxième et troisième classes provenant du monde entier. SOIRÉE FAMILIALE

Russ Hendrickson (deuxième à partir de la gauche) du conseil 13800 St. Basil de Kimberton en Pennsylvanie, et membre du personnel du « Southeastern Veterans Center » (le plus à droite) travaillent avec deux résidents sur deux projets de menuiserie. Quand les coupures budgetaires ont forcé la fermeture du programme de menuiserie, les Chevaliers ont pris la relève en finançant et en envoyant du personnel pour soutenir le projet. Les membres du conseil conçoivent des projets en bois et travaillent aux côtés des membres du personnel afin d'aider les résidents à assembler les kits.

RADIO CATHOLIQUE

Le conseil 7965 St. Helena de San Antonio a fait don de 1000$ au réseau radiophonique Guadalupe pour l’aider

à défrayer les coûts d’émission du groupe. Les fonds ont été réunis grâce à un loto parrainé par le conseil. La radio Guadalupe comprend 20 stations AM et FM qui opèrent sur le même marché en espagnol et en anglais. ROSAIRE VIVANT

Les membres du conseil 6984 St. Mary de Hay au Kansas, remplacent un panneau « Divine Miséricorde » le long de l'autoroute 70. Les Chevaliers ont remplacé quatre panneaux qui étaient effacés et abimés par les intempéries après huit ans. Au départ, le conseil ne devait remplacer qu'un panneau par an. Cependant, un donateur a proposé de payer pour le remplacement des trois autres panneaux si les Chevaliers ont accepté de les installer. 26 ♦ C O L U M B I A ♦

MARS 2014

Le conseil 4849 Cardinal Bellarmine d’Aurora dans l’Illinois a été l’un des principaux organisateurs de l’annuel rosaire vivant international de l’église Holy Angels. Plus de 50 bénévoles – dont plusieurs Chevaliers – ont servi des « Rosaires vivants » pendant l’évènement. VISITE D’UN RELIQUAIRE

Les membres du conseil 1400 Bellevue de Pittsburg, accompagnés de leurs épouses, ont visité le plus grand reliquaire public du monde, la chapelle St. Anthony à Pittsburg. La chapelle, qui est la seule dans son genre dans le monde à être ouverte au public, abrite

Le conseil 15585 Blessed John Paul II de Madisonville au Tennessee, a organisé une soirée familiale pour les paroissiens de l’église St. Joseph the Worker. Les festivités comprenaient un lancer de ballons, un concours de bulles, un lancer de balles à grain et un concours du meilleur biscuit. MUSÉE CARDINAL RITTER

Le conseil 1221 Cardinal Ritter de New Albany dans l’Indiana, a accueilli dans sa ville natale l’Aumônier Suprême Monseigneur William E. Lori de Baltimore lors de la cérémonie d’inauguration célébrant l’ouverture d’une nouvelle salle dans le musée du lieu de naissance du Cardinal Joseph E. Ritter. Les Chevaliers apportent leur soutien financier et mettent des bénévoles à la disposition du musée depuis qu’il a été classé monument historique en 2002. Le conseil a également organisé une réception après l’inauguration où l’Aumônier Suprême a fait un discours. DON DE FAUTEUIL ROULANT

Le conseil 11188 Miraculous Medal et le cercle 4624 Miraculous Medal, tous les deux de Columbus dans l’Ohio, ont offert un fauteuil roulant au membre du conseil Peter Broeckel alors que son ancien fauteuil roulant commençait à mal fonctionner après 10 ans d’utilisation. SOUPER SPAGHETTI

Le conseil 8410 Msgr. Adam A. Micek de Harrison dans

Jeff Medeiros et ses filles, Gianna et Lauryn, regardent leur canne à pêche pendant le concours de pêche parrainé par le conseil 14236 Father John F. Hogan de Darmouth au Massachusetts. Les Chevaliers ont parrainé le concours annuel pour les enfants âgés de 6 à 16 ans et ils ont offert de nombreux prix à ceux qui étaient présents.

l’Arkansas, s’est associé aux paroissiens de l’église Mary, Mother of God, afin de parrainer un souper de bienfaisance au profit d’un membre du conseil qui avait subi une opération à cœur ouvert. Le souper spaghetti a rapporté 3852$. MARCHE POUR LA SOBRIÉTÉ

Le conseil 15239 Blessed Father Jerzy Popieluszko, Martyr à Tarnobrzeg en Pologne, a participé à la marche pour la sobriété de l’église Our Lady of the Immaculate Conception. Les Chevaliers et les paroissiens ont marché ensemble sur le thème que les pères doivent montrer l’exemple pour leur famille en matière de modération. Ils ont également sensibilisé les gens aux problèmes liés à l’alcool.


KIA 03_2014_FR_Layout 1 2/11/14 4:26 PM Page 27

CHEVALIERS À L’ŒUVRE

Rob Meiwes du conseil 12553 St. Mark de Denton au Texas, vise un pigeon d’argile lors d'un ball-trap de charité et une vente aux enchères organisés pour lever des fonds pour le fils d'un membre du conseil. Weston Luke, le fils du Chevalier Ben Luke, est né avec de graves problèmes médicaux. L'évènement a rapporté plus de 38 000$ qui serviront à défrayer une partie des frais médicaux à la charge de la famille.

ÉPLUCHETTE DE BLÉ D’INDE

Le conseil 4120 Sacred Heart de Tottenham dans l’Ontario, a organisé dans sa paroisse une épluchette de blé d’Inde

en reconnaissance de son prêtre. Les membres de la paroisse, qui est en grande partie rurale, se sont réunis pour faire un pique-nique avec le maïs doux tendre qui avait été récolté le matin même dans les champs du coin et que les Chevaliers ont préparé. La manifestation était tout spécialement organisée pour célébrer le travail du Père Nick Defina, aumônier du conseil et de cinq autres prêtres de la région qui lui apportent leur aide et qui guident la population. « DES MAINS UTILES »

Le conseil 11991 Immaculate Conception de Goose Creek en Caroline du Sud, s’est associé à l’Association italoaméricaine locale et à « Greater Charleston Civitan » pour co-parrainer un dîner pour les habitants de la communauté au profit de « Des mains utiles » de Goose Creek, une banque alimentaire. Près de 200 personnes ont assisté à la manifestation qui a rapporté plus de 1800$ qui serviront à maintenir la banque alimentaire bien approvisionnée. DU COMBAT VERS UNE RECONVERSION

Le conseil 13300 Our Lady of Mount Carmel de Wildwood en Floride, a fait don 2500$ à « Combat Veterans to Careers », un groupe qui aide les soldats à faire la transition entre le service militaire et une carrière civile productive. Le conseil 14344 Andrew Wooley of River East-Mother Teresa d’Oregon dans l'Ohio, peint le plafond de l'entrée du presbytère de l'église St. Stephen en préparation de l'arrivée du nouveau prêtre, le Père Ron Schock. Comme cadeau de bienvenue pour leur nouveau prêtre, les Chevaliers ont nettoyé et repeint le presbytère avant l'arrivée du Père Schock.

PROGRAMME DU CALICE

L’assemblée Santa Clarita en Californie propose un programme grâce auquel des calices à la mémoire des Frères Chevaliers décédés sont offerts à des nouveaux prêtres. L’année dernière, les quatre bénéficiaires étaient de nouveaux prêtres de l’Ouganda, du Pérou, de l’Inde et du Ni-

Les membres du conseil 6149 Auburn en Californie ont chargé des tables et des chaises dans un camion pour les livrer à l'église Notre Dame de Guadalupe de San Felipe au Mexique. Comme le conseil avait acheté de nouvelles tables et de nouvelles chaises pour sa paroisse fin 2012, il lui restait environ 400 chaises et 60 tables dont l'église n'avait plus besoin. Les Chevaliers ont décidé de donner le mobilier à l'église Our Lady de Guadalupe. Le conseil s'est également occupé de la location d’un camion pour le transport des chaises et des tables.

géria. MARCHE CONTRE LE CANCER

Quatre membres du conseil 2843 Rimouski au Québec et du conseil 13423 Seigneur LePage ont participé à une marche de 745 miles sur 43 jours afin de réunir près de 100 000$ au profit de la Société du cancer. Non seulement la marche a permis de récolter des fonds pour la recherche sur le cancer mais elle a aussi permis aux Chevaliers de bénéficier d’une grande visibilité dans tout le Québec. DES BROSSES À DENTS POUR LE CAMEROUN

Sous la direction du conseil 14297 Achille Akoa of St. Rose of Lima de Gaithersburg dans le Maryland, les conseils des C de C de cinq États différents ont collecté 10 000 brosses à dents pour les enfants de la République du Cameroun. De nombreux jeunes dans les pays africains ne vont pas à l’école, ou tombent très malades, ou meu-

rent d’abcès dentaires. Laurent Mani du conseil 9386 St. Martin de Porres de Washington, D.C., a livré lui-même les brosses à dents lors d’un voyage dans son

Un jeune membre du « Boys and Girls Club » de la Virginie du Sud-est tient un poisson qu'il vient d'attraper sur la jetée Lynn aven lors d'une partie de pêche parrainée par le conseil 10804 Pope Leo XIII de Virginia Beach. Plus de 180 enfants ont apprécié une matinée de pêche au cours de laquelle ils ont chacun reçu une canne à pêche, un t-shirt et un dîner.

MARS 2014

♦ C O L U M B I A ♦ 27


KIA 03_2014_FR_Layout 1 2/11/14 4:26 PM Page 28

CHEVALIERS À L’ŒUVRE

les 1400$ qui furent versés aux Sœurs de la Vie. FESTIVAL DE MUSIQUE MARIALE

Le Conseil du Blessed Father Jerzy Popieluszko 15239, de Tarnobrzeg, Pologne, a organisé un festival de musique mariale à l’église Notre Dame du perpétuel secours. Plusieurs enfants en présence ont interprété des chants à Marie. RÉPARATION DE MONUMENT

Les membres du Conseil St. Paul 10775, d’Inabanga, Visayas, et leurs familles regardent des membres du conseil se livrer à une joute de tir à la corde lors d’une fête sur la plage, joute parrainée par le conseil. Les Chevaliers ont organisé cette fête pour les membres et leurs familles, où l’on s’adonnait à divers jeux et compétitions tels que la course, le volleyball et la natation.

INSTALLATION DE STATUES

Le Conseil St. Clare of Assisi 12851, de Surprise, Arizona, a aidé à déballer et mettre en place les statues de Saint François d’Assise et de Sainte

Claire d’Assise et de deux anges en adoration, livrées à l’église, pièces sculptées en Italie. Les Chevaliers s’étaient engagé à fournir et ont effectivement réuni 14 500$ pour la statue de Saint-François,

tandis que les autres donateurs ont financé les autres statues. AUCUN GASPILLAGE

QUAND LES PRÊTRES SONT NOMMÉS AILLEURS...

Le Conseil Rochester (N.Y.) 178, a collecté les restes de nourriture d’un tournoi de golf de la LPGA et a remis ces denrées alimentaires à la soupe populaire de la Paroisse St. Theodore.

Le Conseil St. Michael the Archangel 12577, de Leawood, Kansas, a rendu hommage à deux prêtres de la paroisse St. Michael qui partaient pour de nouvelles affectations. Les Chevaliers ont offert à l’abbé Bill Porter une rente viagère de 2500$ et une somme de 500$ à l’abbé Mike Peterson pour l’achat de nouveaux vêtements liturgiques. L’Assemblée Vénérable abbé Michael J. McGivney a offert également 500$ à l’abbé Peterson pour l’achat de vêtements.

Le Conseil St. Andrew 8001, de Pleasant, Texas, a offert 11 000$ à la paroisse St. Andrew en vue d’aider à faire des rénovations. Les fonds réunis provenaient d’une variété d’activités du conseil.

Après avoir appris que plusieurs membres du clergé de la cathédrale Sacred Heart allaient être mutés dans d’autres paroisses et que plusieurs nouveaux prêtres allaient les remplacer, les membres du Conseil Father Thomas F. Price 2546, de Raleigh, Caroline du Nord, ont travaillé en tant que bénévoles lors des déménagements. Les Chevaliers ont participé également à la dernière célébration eucharistique présidée par les prêtres concernés.

28 ♦ C O L U M B I A ♦

MARS 2014

Le Conseil St. Luke 9128, de Temple City, Californie, a réparé le treillage d’un monument aux enfants de la paroisse décédés ou mort-nés. Des vents violents avaient renversé de treillage et un buisson fleuri. Après ces réfections, les Chevaliers ont taillé les plates-bandes et les buissons environnants.

RÉNOVATIONS

BARBECUE FAMILIAL

Le Conseil Blessed Trinity 11681, de Toronto a organisé un barbecue familial à la paroisse. Les Chevaliers y ont servi 750 hamburgers et ils ont accepté des dons supplémentaires lors de l’activité. Les contributions ont dépassé

Devon O’Toole, du Conseil Bishop Harrington 9508, de Kamloops, Colombie-Britannique, présente la Rose d’argent des Chevaliers de Colomb à Mgr Jerry Desmond, de la paroisse St. John Vianney, lors du passage que la rose y faisait. L’Assemblée Father Lejeune a fourni une garde d’honneur au cours d’une célébration eucharistique et lors d’un moment d’adoration pour les membres de la paroisse.


KIA 03_2014_FR_Layout 1 2/11/14 4:26 PM Page 29

CHEVALIERS À L’ŒUVRE

BEIGNES ET CAFÉ

Le Conseil St. Mary of the Assumption 14531, de Stockton, Californie, sert beignes et café aux paroissiens après les célébrations eucharistiques du premier dimanche du mois. « RETOURS POUR LES VOCATIONS »

Le Conseil Msgr. Esper 3027, de Fowler, Michigan, a organisé sa campagne de collecte de fonds « Returns for vocations » (Retours pour les vocations) au profit des séminaristes locaux. En recueillant quelque 48 000 bouteilles et canettes consignées, ainsi que des dons en espèces des membres de la collectivité, les Chevaliers en sont arrivés à disposer de 5500$ pour soutenir des hommes de la collectivité qui se préparent à la prêtrise.

PÈLERINAGE À MEDJUGORJE

Le Conseil lieutenant général Timothy J. Maude 10292, de Mannheim/Heidelberg, Allemagne, Allemagne, et l’Assemblée Father H. Timothy Vakoc, de la Base d’aviation Ramstein ont coparrainé un pèlerinage à Medjugorje pour la communauté catholique de Wiesbaden. Trente-huit personnes, parmi lesquelles des Chevaliers et leurs familles, sont parties en pèlerinage à Medjugorje pendant six jours. MATÉRIEL NÉCESSAIRE AUX PRÊTRES

Grâce à l’appui de quatre conseils du District No 24 et à des dons de plusieurs paroissiens, les Chevaliers ont obtenu 950$ servant à acheter des vêtements liturgiques à un prêtre nouvellement ordonné de l’Ouganda. De plus, l’Assemblée Patrick Henry, de Danville, s’est procuré un calice dont le prêtre pourra se servir lors de sa première eucharistie.

LOWER LEFT: Bryan Zollman/Sauk Centre Herald

SOUTIENS D’ÉCOLES

Kenneth J. Reuter, du Conseil Bishop Joseph F. Busch 4863, de Sauk Center, Minnesota, fauche les grandes herbes dans un cimetière historique abandonné que le conseil a décidé de restaurer. Le Cimetière Brookdale se trouve le lieu de dernier repos de bébés mort-nés ou dès après leurs naissances ou au Sauk Centre Home School for Girls au début du 20e siècle. Autrefois la propriété de l’État, il fut abandonné jusqu’à ce que les Chevaliers décident de restaurer la propriété et d’étudier son histoire.

L’Assemblée Capt. Miles MacDonnell, de Winnipeg, Manitoba, a organisé son banquet et son tirage annuels au profit de l’école catholique local. Les Chevaliers ont choisi comme bénéficiaire des fonds, l’école Our Lady of Victory, de Winnipeg, — près de 10 500$ en tout. Depuis dix ans, l’assemblée a réuni plus de 100 000$ offerts à l’instruction catholique. AIDE FOURNIE À UNE VEUVE

Le Conseil Father Peter Paul Maher 6793, d’Olney, Maryland, a aidé la veuve d’un membre décédé du conseil, alors qu’elle déménageait dans un complexe de logement social. Bien que le membre du conseil fût décédé il y a plus de 20 ans, les Chevaliers ont

Des Chevaliers rénovent le Centre d’assistance aux familles des vétérans

Des Chevaliers à travers l’état du Maine construisent un quai (cidessus) et une rampe pour fauteuils roulants (à droite) au National Veterans Family Center, de Belgrade. Quarante Chevaliers se sont retrouvés au centre pour abattre et enlever des broussailles et construire des rampes pour fauteuils roulants et des quais en attente de l’arrivée de neuf guerriers blessés et leurs familles. En plus de la main d’œuvre bénévole, les Chevaliers ont offert pour 1000$ de matériaux pour assurer que les anciens combattants et leurs familles jouiraient d’un environnement calme et thérapeutique où se reposer et se rétablir.

fourni quatre camions et deux camionnettes en plus de la main-d’œuvre, afin de compléter l’opération en un seul après-midi. SOUTIEN AUX SOINS MÉDICAUX

Le Conseil de Pasco (Washington) 1620 a fait en sorte qu’un abri de la Croix Rouge reçoive en prêt cinq lits d’hôpitaux et des marchettes après qu’un incendie eut déplacé 150 personnes. L’abri devait demeurer vide pendant trois jours, mais on a dû prolonger l’aide pendant trois semaines, étant donné le nombre de ré-

sidents qui devaient déménager. Les Chevaliers ont fait ce qu’il fallait pour fournir l’équipement médical nécessaire aux résidents infirmes pendant que ces derniers attendaient d’être relocalisés. BIBLES POUR DÉTENUS

Le Conseil Bishop Kevin Britt 8117, de Grand Rapids, Michigan, achète et remet Bibles et chapelets à l’usage de détenus chrétiens dans tout le système carcéral du Michigan. Les recettes des déjeuners aux crêpes du Conseil servent à financer le programme.

MARS 2014

♦ C O L U M B I A ♦ 29


KIA 03_2014_FR_Layout 1 2/11/14 4:26 PM Page 30

CHEVALIERS À L’ŒUVRE

Hickman de Winchester en Virginie, a offert un calice commémoratif au diocèse de Masvingo au Zimbabwe. Les noms des Chevaliers qui sont décédés au cours de l’année précédente sont gravés sur le calice afin que l’on se souvienne d’eux lors des messes quotidiennes. L’assemblée offre chaque année un calice commémoratif à un diocèse de mission. Les membres du conseil 3509 St. James de Mollâ dans l’Oregon, travaillent avec les entrepreneurs à la construction d'un nouveau garage pour leur paroisse. Les Chevaliers ont démoli une vielle cabane près du presbytère de l'église, puis ils ont lancé un appel d'offre pour la construction d'un nouveau garage. En plus d'aider avec la main d'oeuvre, les Chevaliers ont donné des matériaux qui serviront à finir la construction du bâtiment, ce qui fera économiser environ 20 000$ à la paroisse.

pays natal. SAUVER UNE ÉCOLE

Quand l’école Regina Coeli de Hyde Park, dans l’État de New York, était sur le point

Le Fidèle Navigateur David Clements (à gauche) de l'assemblée Bernard Lohmann de Pickens en Caroline du Sud, remet une plaque de reconnaissance à l'ancien Fidèle Navigateur Jimmy Touzeau lors d'une fête d'adieu pour Touzeau. L'assemblée, ainsi que le conseil 9576 Peter T. Villano Sr., ont organisé une fête pour Touzeau avant qu'il ne parte suivre sa formation de prêtre auprès du diocèse de Charlotte. Les Chevaliers ont également pris l'engagement de soutenir Touzeau tout au long de sa formation. 30 ♦ C O L U M B I A ♦

MARS 2014

de fermer, le conseil 6111 Hyde Park et la communauté paroissiale ont réagi avec des dons et un projet qui a convaincu l’archidiocèse de New York de maintenir l’école. Lors d’un souper du conseil célébrant la bonne nouvelle, l’administrateur Père Brendan Fitzgerald, le directeur de l’école Eileen Kerins et l’ancien député d’État Salvatore A. Restivo ont remercié les Chevaliers de leur don de 15 000$.

PLAQUE DES COMMANDEMENTS

Le conseil 6353 St. Joseph de York en Pennsylvanie, a fait don d’une plaque des dix commandements à l’école primaire St. Joseph qui sera placée dans le hall d’entrée fraîchement rénové de l’école. BOURSE D’ÉTUDES POUR LE CATÉCHISME

Le cercle 4371 St. Andrew de Channelview au Texas, a mis en place un fonds de bourse d’études pour aider les familles à faibles revenus à envoyer leurs enfants en classes de catéchisme à l’église St. Andrew. Grâce à divers projets de collecte de fonds, le cercle a réuni 170$ pour ce fonds, suffisamment pour couvrir les frais de scolarité de deux élèves.

CALICE DE MISSION

RECONNAISSANCE MILITAIRE

L’assemblée Father Robert O.

Le conseil 14398 Msgr.

L'évêque Earl A. Boyea Jr. de Lansing au Michigan, membre du conseil 5436 Pope John XXIII de Clarkston, se prépare à lancer la première balle du match de baseball de deuxieme division des Lansing Lugnuts. Les Chevaliers du diocèse ont aidé à remplir le stade de l’école de droit Cooley pour la soirée annuelle des vocations de l'équipe de baseball. Les prêtres, les religieuses, les diacres et les séminaristes étaient invités à venir regarder le match gratuitement.

Omer V. Foxhoven d’Englewood au Colorado, a aidé la Croix-Rouge et l’Armée du Salut à préparer les repas à la base aérienne Buckley pour près de 2000 militaires et leurs familles, en reconnaissance de leur contribution. En plus de cuisiner pour les centaines de personnes présentes, le conseil a prêté huit

SOUPERS POUR LES SÉMINARISTES ET LE CLERGÉ • Le conseil 2797 Rock Creek de Bethesda dans le Maryland, a préparé et servi le souper à près de 60 séminaristes et prêtres lors d'un barbecue au séminaire Blessed John Paul II de Washington, D.C. Les séminaristes et le personnel du séminaire Redemptoris Mater étaient également conviés.

• Le conseil 5260 Our Lady of the Cedars de Manchester dans le New Hampshire, a aidé l'évêque Peter A. Libasci de Manchester à organiser le barbecue annuel de l'évêque pour les prêtres et les séminaristes du diocèse. Les Chevaliers ont servi à manger et ont nettoyé après la rencontre.

• L'assemblée Daniel F. Curtain de Glens Falls dans l'État de New York, de concert avec le conseil 194 Glens Falls et le conseil 11160 Father Robert A. Nugent, ont organisé un barbecue pour le clergé de la région de Warren, Washington et Saratoga.


KIA 03_2014_FR_Layout 1 2/11/14 4:26 PM Page 31

CHEVALIERS À L’ŒUVRE

Bienvenue à tous Les Chevaliers du Minnesota organisent une initiation spéciale pour un jeune homme atteint de paralysie cérébrale par Sam Patet

Sam Patet

P

eu d'hommes chez les Chevaliers de Colomb peuvent dire atteint le contrôle et le développement musculaires d'une perqu'ils sont devenus membres de l'organisation lors d'une sonne. Par conséquent, Phillip ne pouvait ni marcher, ni parler. initiation organisée dans leur propre maison. La plupart des Son handicap ne voulait pas pour autant dire qu'il ne pouvait hommes, y compris Rankin Patet de South St.Paul au Minne- pas devenir Chevalier. Au contraire, il faisait de lui le candidat sota, reçoivent leur Premier Degré dans le sous-sol d'une église, idéal. Chaque jour, Phillip vivait le premier principe de l’Ordre une salle des C de C ou une salle de conférence dans un hôtel. – la charité – par son humilité, sa patience et sa gratitude, a déCe ne fut pas le cas pour les deux fils de Ranken. Le 28 dé- claré Ranken. « Il est toujours souriant et adore aller à l'église cembre 2013, Phillip Patet, 27 ans, et Ryan Patet, 24 ans, sont poursuivit Rankin. Il est l'exemple même de l'humilité et de la devenus Chevaliers lors d'une cérémonie spéciale organisée dans façon dont nous devrions vivre notre vie. Tous les bons Chevaleur maison d'enfance à liers sont appelés à en faire de South St. Paul. même. » « C'était aussi émouvant Ryan a avoué qu'il n'aurait que toute autre [initiation] à jamais imaginé que Phillip laquelle j'ai pu assister » a dépuisse devenir Chevalier, en claré Rankin, membre du grande partie à cause de sa conseil 3659 Father Jeremiah maladie. Mais lorsque son O'Callaghan de South St. père lui a dit que Phillip dePaul/Inver Grove Heights. viendrait membre aussi, cela Pour Ryan, étudiant en allait de soi. La cérémonie Maîtrise à l'Université de était identique à toute initiaDelaware, pouvoir devenir tion du Premier Degré, sauf membre au côté de son père que celle-ci avait lieu autour était quelque chose auquel il de la table à manger des s’attendait avec joie. Depuis Patet. Après la cérémonie, des années, il voyait au comPhil et Ryan étaient tout souRankin Patet (au centre) sourit au côté de ses fils Phillip (à gauche) et Ryan après leur initiation au Premier Degré. Le disbien son père aimait être rire en saluant les autres Chetrict 57 du Minnesota a organisé une initiation spéciale à la maiChevalier et les bonnes acvaliers présents. son de Rankin pour Ryan qui étudie en dehors de l'État et pour tions réalisées par l'Ordre au Pour Sonnen, le moment Phillip qui est atteint de paralysie cérébrale. sein des paroisses de tout le le plus émouvant de l'aprèspays. midi fut de voir Rankin et Le député d'État George Sonnen du district 57 au Minnesota Ryan interagir avec Phillip. Ils avaient chacun « leur propre façon a déclaré que lui et ses collègues connaissaient plusieurs hommes de communiquer avec Phil et vous pouviez vraiment, vraiment qui ne pouvaient pas devenir membres des Chevaliers car ils ne voir l'amour dans la famille, » a déclaré Sonnen. pouvaient pas venir aux initiations. Il y a 18 mois, pour faire face « À cause du handicap de Phil, il y a beaucoup de choses auxà ce problème, le district de Sonnen a commencé à organiser des quelles il ne peut pas participer Mais, c'était là quelque chose initiations spéciales pour aider ceux qui avaient des contraintes qu'il pouvait faire, a ajouté Rankin. Il pouvait le faire comme de temps ou de santé. nous – devenir Frère Chevalier – et c'était très important pour C'est exactement ce dont avait besoin Ryan. Depuis un certain moi. » temps, Rankin avait essayé de l'inscrire mais cela na jamais abouti À l’évidence, ce qui était le plus important pour Rankin, ce car Ryan était étudiant dans l'Indiana puis dans le Delaware. n'était pas la nouveauté d'organiser une initiation chez lui, mais Quand Ryan rentrait à la maison pour les vacances, il n'y avait plutôt de créer des liens fraternels avec ses fils, qu'ils pouvaient pas d'initiations de prévues et la plupart des étés, il était en classe. enfin appeler « Frères Chevaliers ».♦ Mettre Ryan au pied du mur, cependant, n'était pas la seule raison pour laquelle Rankin avait organisé une initiation spéciale. SAM PATET, membre du conseil 1076 St. Patrick de New Ulm au Minnesota, est journaliste au journal Prairie Catholic pour le diocèse de Il pensait également à son fils ainé, Phillip. Phillip est atteint de paralysie cérébrale, un neurologique qui New Ulm. C'est le fils cadet de Rankin Patet.

MARS 2014

♦ C O L U M B I A ♦ 31


KIA 03_2014_FR_Layout 1 2/11/14 4:27 PM Page 32

P RO M OT I O NA L & G I F T I T E M S

QUATRIÈME DEGRÉ FOURNITURES C DE C AUX ÉTATS-UNIS THE ENGLISH COMPANY INC. Équipement officiel des conseils et du Quatrième Degré 1-800-444-5632 • www.kofcsupplies.com

Looking good while doing good!

LYNCH AND KELLY INC. Équipement et robes d’officiers pour les conseils et le Quatrième Degré 1-888-548-3890 • www.lynchkelly.com

A.

AU CANADA ROGER SAUVÉ INC. Équipement et robes d’officiers des conseils et du Quatrième Degré 1-888-266-1211 • www.roger-sauve.com

03/14

JOIGNEZ LES AMIS DE L’ A B B É M C G I V N E Y Écrire en lettres d’imprimerie, S.V.P. :

NOM ADRESSE VILLE PROVINCE/PAYS CODE POSTAL Complétez le bulletinréponse et envoyez-le à : The Father McGivney Guild, 1 Columbus Plaza, New Haven, CT 065103326, USA Ou adhérer par Internet : www.fathermcgivney.org.

OFFICIAL MARCH 1, 2014: To owners of Knights of Columbus insurance policies and persons responsible for payment of premiums on such policies: Notice is hereby given that in accordance with the provisions of Section 84 of the Laws of the Order, payment of insurance premiums due on a monthly basis to the Knights of Columbus by check made payable to Knights of Columbus and mailed to same at PO Box 1492, NEW HAVEN, CT 06506-1492, before the expiration of the grace period set forth in the policy. In Canada: Knights of Columbus, Place d’Armes Station, P.O. Box 220, Montreal, QC H2Y 3G7 ALL MANUSCRIPTS, PHOTOS, ARTWORK, EDITORIAL MATTER, AND ADVERTISING INQUIRIES SHOULD BE MAILED TO: COLUMBIA, PO BOX 1670, NEW HAVEN, CT 06507-0901. REJECTED MATERIAL WILL BE RETURNED IF ACCOMPANIED BY A SELF-ADDRESSED ENVELOPE AND RETURN POSTAGE. PURCHASED MATERIAL WILL NOT BE RETURNED. OPINIONS BY WRITERS ARE THEIR OWN AND DO NOT NECESSARILY REPRESENT THE VIEWS OF THE KNIGHTS OF COLUMBUS. SUBSCRIPTION RATES — IN THE U.S.: 1 YEAR, $6; 2 YEARS, $11; 3 YEARS, $15. FOR OTHER COUNTRIES ADD $2 PER YEAR. EXCEPT FOR CANADIAN SUBSCRIPTIONS, PAYMENT IN U.S. CURRENCY ONLY. SEND ORDERS AND CHECKS TO: ACCOUNTING DEPARTMENT, PO BOX 1670, NEW HAVEN, CT 06507-0901.

COLUMBIA (ISSN 0010-1869/USPS #123-740) IS PUBLISHED MONTHLY BY THE KNIGHTS OF COLUMBUS, 1 COLUMBUS PLAZA, NEW HAVEN, CT 06510-3326. PHONE: 203-752-4000, www.kofc.org. PRODUCED IN USA. COPYRIGHT © 2014 BY KNIGHTS OF COLUMBUS. ALL RIGHTS RESERVED. REPRODUCTION IN WHOLE OR IN PART WITHOUT PERMISSION IS PROHIBITED. PERIODICALS POSTAGE PAID AT NEW HAVEN, CT AND ADDITIONAL MAILING OFFICES. POSTMASTER: SEND ADDRESS CHANGES TO COLUMBIA, MEMBERSHIP DEPARTMENT, PO BOX 1670, NEW HAVEN, CT 06507-0901. CANADIAN POSTMASTER — PUBLICATIONS MAIL AGREEMENT NO. 1473549. RETURN UNDELIVERABLE CANADIAN ADDRESSES TO: KNIGHTS OF COLUMBUS, 50 MACINTOSH BOULEVARD, CONCORD, ONTARIO L4K 4P3 PHILIPPINES — FOR PHILIPPINES SECOND-CLASS MAIL AT THE MANILA CENTRAL POST OFFICE. SEND RETURN COPIES TO KCFAPI, FRATERNAL SERVICES DEPARTMENT, PO BOX 1511, MANILA.

32 ♦ C O L U M B I A ♦

MARS 2014

C. B.

A. Camouflage Long-Sleeve Pocket Shirt. 100% cotton Russell Outdoors® long-sleeve shirt with breast pocket and ribbed knit cuffs. Realtree AP® camouflage pattern. Emblem of the Order on the back in orange and “Knights of Columbus” in orange over pocket on the front. Available in M-XL: $22 each; 2X: $24 each; and 3X: $25 each. B. Camouflage Cap. Advantage Timber Camo™ Cap with a buckram front, CoolMax sweatband and an adjustable Velcro closure in back. The emblem of the Order is embroidered in orange thread on the front. — $14 C. Camouflage Flashlight. Mini aluminum flashlight that measures 4-inches wide by 1.25-inches in diameter. Features nine ultra-bright white LEDs with 100,000 hours life cycle rating — all lights continue to function even if one burns out. Authentic Mossy Oak® camouflage pattern with emblem of the Order laser-etched on the side. Includes AAA batteries. — $12 FREE GROUND SHIPPING IN MARCH FOR ORDERS OVER $50 In celebration of Founder’s Day, get FREE ground shipping when you spend $50 or more (per order) online March 1-31. Enter discount code “march” at checkout to participate. Email: knightsgear@kofc.org

Easy online ordering means faster service! Quality products and brand names. • Sizes up to 4X and TALL sizes. • Personal embroidery with your council or assembly name • New products added all the time

knightsgear.com


March 14 F COVERS 2_11 FINAL_Layout 1 2/11/14 3:01 PM Page 33

C H E VA L I ER S D E C O LO M B

Construire un monde meilleur un conseil à la fois. Chaque jour, les Chevaliers à travers le monde ont la possibilité de faire une différence, que ce soit à travers le service à la communauté, la collecte de fonds ou la prière. Nous célébrons chaque et tout Chevalier pour sa force, sa compassion, et son dévouement à vouloir construire un monde meilleur.

Des membres du conseil Our Lady of the Lakes 11471 à Moncks Corner, Caroline du Sud, et le père Robert F. Higgins, Aumônier d’État , avec un certain nombre de lecteurs mp3 « Foi à la ligne de front » que le conseil a achetés pour les anciens combattants au Ralph H. Johnson VA Medical Center à Charleston. Le père Higgins a lancé le défi au conseil afin qu’il fasse l’achat de 10 lecteurs dans le cadre du programme. Les Chevaliers ont relevé le défi en organisant une campagne de collecte de fonds à l’Église St. Philip Benizi à Moncks Corner et à l’Église Our Lady of Peace à Bonneau – et ils ont réussi à réunir assez de fonds pour faire l’achat de 43 lecteurs.

ENVOYEZ-NOUS LES PHOTOS DE VOTRE CONSEIL POUR LA RUBRIQUE «CHEVALIERS À L’ŒUVRE». LES PHOTOS PEUVENT ÊTRE COLUMBIA, 1 COLUMBUS PLAZA, NEW HAVEN, CT 06510-3326.

ENVOYÉES PAR COURRIEL À COLUMBIA@KOFC.ORG OU BIEN À

MARS 2014

♦ C O L U M B I A ♦ 33


March 14 F COVERS 2_11 FINAL_Layout 1 2/11/14 3:01 PM Page 34

G A R D E R L A F O I V I VA N T E

« N’AYEZ JAMAIS PEUR DE DONNER SUITE À CE QUE JÉSUS VOUS DEMANDE. » Alors que j’étais enseignante dans une école catholique en Ontario, au Canada, j’ai donné des cours d’éducation religieuse et exercé un ministère auprès des jeunes. C’est alors que j’ai senti que Dieu m’appelait à m’engager encore plus à fond. En lisant le témoignage d’une sœur de la Résurrection au dos du magazine Columbia, mon cœur s’est emballé et j’ai décidé de contacter leur directrice des vocations. Dès ma première visite là-bas, je me suis sentie à la maison. Chaque sœur, à mes yeux, reflétait la joie et l’espérance apportées par la résurrection de Jésus, si nécessaires dans notre monde actuel. Je me suis jointe aux sœurs en 2008 et j’ai prononcé mes premiers vœux trois ans plus tard. J’enseigne aujourd’hui en deuxième année du primaire à l’Academy of the Holy Names, à Albany, dans l’État de New York. Je témoigne ainsi de la joie associée à la vie religieuse tout en servant notre jeunesse. Je suis profondément reconnaissante à cinq Conseils C de C de l’Ontario pour leur aide financière et spirituelle. Grâce à ce fervent appui, ainsi qu’à celui de ma famille et de mes amis, mon engagement vocationnel s’est épanoui. N’ayez jamais peur de donner suite à ce que Jésus vous demande. Il vous connaît mieux que vous-même pouvez vous connaître.

Mark Kozlowski

SŒUR ANN ELIZABETH NORTON Congrégation des Sœurs pour la Résurrection de Notre-Seigneur Jésus-Christ Castleton-on-Hudson, N.Y.

VEUILLEZ FAIRE VOTRE TOUT POSSIBLE POUR ENCOURAGER LES VOCATIONS À LA PRÊTRISE ET À LA VIE RELIGIEUSE. VOS PRIÈRES ET VOTRE SOUTIEN COMPTENT POUR BEAUCOUP.

PM40063106


Columbia Mars 2014