Issuu on Google+

Columbia CHEVALIERS DE COLOMB — ÉDITION FRANÇAISE

AU SERVICE DE UN. AU SERVICE DE TOUS.

FÉVRIER 2009


En ces temps d’inquiétude, se tourner vers les Chevaliers de Colomb.

Les nouvelles ne s’améliorent pas. Presque chaque jour, on dirait qu’une nouvelle « crise » économique se pointe. Nous serions peut-être tentés de mettre la clé dans la porte et mettre notre argent dans un bas de laine. Pourtant il y a un endroit où solidité financière, sécurité et éthique sont toujours à l’ordre du jour: où vos besoins et votre protection passent en premier, où, malgré les folies, le navire prend le large dans le calme. Cet endroit se trouve chez les Chevaliers de Colomb. Votre agent veut vous aider, car il a été formé pour aider les gens. C’est un professionnel qui traite avec les familles catholiques comme la vôtre tous les jours, et qui peut vous offrir conseils et suggestions durant ces temps d’inquiétude. Le calme au cœur de la tempête: un frère Chevalier à l’œuvre pour vous à plein temps. Vous n’avez rien à perdre en recevant la visite d’un frère Chevalier qui peut vous aider, vous et vos êtres chers. Cliquer sur « Trouver un agent » sur le site kofc.org ou appeler au 1-800-345-5632. Entrez chez vous. Nous y sommes pour vous.

U N D E S AVA N TA G E S D E L A F R AT E R N I T É

ASSURANCE VIE

SOINS DE LONGUE DURÉE

R E N T E S V I A G E` R E S


COLUMBIA

FÉVRIER 2009

VOLUME 89

NUMÉRO 2

TABLE DES MATIÈRES CONSTRUIRE UN MONDE MEILLEUR 3 En cette époque mouvementée et difficile, les Chevaliers répondent au moyen de leurs œuvres caritatives. PAR CARL A. ANDERSON, CHEVALIER SUPRÊME

APPRENDRE LA FOI, VIVRE LA FOI 4 Le temps du Carême nous mène au repentir et à la rencontre avec le Royaume de Dieu. PAR L’ÉVÊQUE WILLIAM E. LORI, AUMÔNIER SUPREME

PLUS Les intentions de prière du SaintPère, Votre plan d’action spirituelle et L’homme catholique du mois

BILANS IMPORTANTS 7 Façons de garantir un revenu à vie PAR JOHN INGRISANO

8

Créés égaux

Au début du 20e siècle, les Chevaliers de Colomb ont pris les devants dans la promotion de l’égalité raciale. PAR ANDREW WALTHER

DES PÈRES POUR BIEN FAIRE 11 Aimer et servir de guide: La vocation du mari PAR JOSEPH MCINERNEY

L’ENTREVUE COLUMBIA 13 Une entrevue avec le père James

Le Secret de la sainteté

12

Quatre cents ans après sa publication L’Introduction à la vie dévote de sainte François de Sales inspire toujours les lecteurs actuels. PAR L’ABBÉ LEWIS S. FIORELLI

Kubicki s.j., directeur national de l’Apostolat de la prière. PAR LE PERSONNEL DE LA REVUE COLUMBIA

MÉDITATION 19 Par leur sagesse et leur témoignage de charité chrétienne, les aînés se portent souvent en porte-parole du Seigneur.

Faire connaître la miséricorde

PAR LE PÈRE CARLO NOTARO, CAMILIEN

16

NOTRE-DAME DE LA GUADALUPE

Le message de la miséricorde de Dieu est diffusé en Amérique et dans le monde entier. PAR MARY ZUROLO WALSH

24 Les fleurs de Notre Dame PAR L’ABBÉ EDUARDO CHÁVEZ SÀNCHEZ

Pour le soutien de la troupe

20

Chevaliers et scouts célèbrent une histoire de longue collaboration. PAR MIKE LATONA

Une oasis de foi

22

Le centre Newman St. John’s Catholic, qui célèbre ses 80 ans, prodigue du soutien spirituel dans une université séculière. PAR NATE BROWN

NOUVELLES DES CHEVALIERS 6

Les Chevaliers aident les familles en ces temps difficiles • Avoir les troupes à l’esprit durant Noël • L’Ordre appuie les initiatives des évêques canadiens

CHEVALIERS

À

L ’ŒUVRE

25 ÇÀ ET LÀ DANS L’ORDRE 32 L’ORDRE EN IMAGES

de


LETTRES Chevaliers de Colomb VIVRE DIFFÉREMMENT [Dans le numéro de janvier 2009 de Columbia], M. Anderson cite l’espoir de renouveler la société et de rétablir une culture catholique « chrétienne » au sein de notre société largement sécularisée. Son argumentation est pertinente, et nos prêtres font bien de prêcher et de souligner à quel point nous (surtout les hommes) pouvons avoir un impact durable dans la vie de nos familles et celle de la société dans son ensemble. Je crois que si chacun de nous agit comme de « vrais» hommes et femmes chrétiens, cela peut faire la différence au sein de la culture séculière. Pour y parvenir, toutefois, on doit percevoir notre christianisme dans tout ce que nous disons et faisons. Souvent, le monde préférerait que nous laissions notre foi de côté, ne l’affichant que dans nos églises […] Tout homme qui comprend qui il est dans le Christ ressent plus fortement l’appel à une vocation, quelle qu’elle soit. Vous devez « vivre » votre foi. Je constate souvent que les non-croyants s’attachent à découvrir en quoi nous sommes « différents » […] Par exemple, si l’on s’adonne volontiers aux commérages ou qu’on prête l’oreille à ou raconte des blagues indécentes, les autres ne verront pas de différence entre l’homme séculier et celui qui dit s’identifier au Christ. […] Nous devons en effet toujours garder à l’esprit que c’est le Christ que nous suivons et que nous voulons faire connaître à nos prochains. C’est là que réside la vraie différence. Michael Carpene Los Altos, Californie L’ACCENT SUR FOCA Cher M. Kelly, J’ai apprécié votre article dans l’édition de janvier 2009 du magazine Columbia. Cela, même si le contenu de l’article m’a brisé le cœur, comme il a dû le faire à tous les pro-vie catholiques et américains. Je ne peux m’empêcher de penser que comme vous le mentionnez à propos de Roe c. Wade dont les limites peuvent être repoussées, la nouvelle loi sur la liberté de choix (FOCA) verra elle aussi ses limites repoussées avec le temps. Qu’adviendra-t-il le jour où votre gouvernement aura le droit de décider si vous devriez avorter parce que votre enfant à naître a un défaut

2

mental ou physique ? Si nous en venons à avoir un système de santé national, le gouvernement verra peut-être un intérêt à limiter les frais liés aux bébés qui risquent de « drainer » les ressources du système. La loi pourrait dans la foulée proposer d’alléger le fardeau que représentent les vieillards pour le système de santé […] Le mal ne connaît pas de limites et n’arrête jamais de trouver des moyens de nous déjouer. […] Cordialement, Jim Daly Gurnee, Illinois ACTION CATHOLIQUE Cher éditeur, J’ai beaucoup de plaisir à lire Columbia d’un couvert à l’autre […] J’ai un doctorat en histoire de l’Église catholique, et votre publication incarne à merveille le concept de ce que nous appelions avant l’action catholique. Lors d’une émission de télé nationale, j’ai entendu le présentateur mentionner les Chevaliers de Colomb comme étant l’un des « promoteurs » de l’interdiction du mariage gay, en Californie. Enfin, le laïcat prend position à l’échelle du pays, une voix s’élève qui dit ce que nous pensons. L’action catholique a été mise de l’avant par les papes des siècles derniers afin de permettre aux laïcs de briller dans le monde séculier en tant que chrétiens, quels que soient leur emploi ou leur position, et afin de témoigner de leur engagement de joie et d’amour au sein d’un monde sceptique. Votre récent article sur « La différence catholique » le dit bien : nous avons déposé les armes devant le « séculier » […] D’une manière ou d’une autre, beaucoup de catholiques n’ont pas perdu leur foi mais sont devenus insouciants quant à ce que cette foi signifie. Je suggère donc le retour aux œuvres corporelles de miséricorde, grâce auxquelles les besoins terrestres du corps deviennent la lumière de l’âme. Cet amour nous ramènera aux sacrements, lesquels sont l’échelle qui nous permet d’étendre notre vie dans la réalité du monde […] Bien sincèrement, Kathleen Johnson, Ph.D. Lake Linden, Michigan

COVER: CAUFIELD AND SHOOK COLLECTION, UNIVERSITY OF LOUISVILLE PHOTOGRAPHIC ARCHIVES

Éditeurs

Administrateurs suprêmes Carl A. Anderson Chevalier Suprême

Mgr. William E. Lori, S.T.D. Aumônier suprême

Dennis A. Savoie Député Chevalier suprême

Donald R. Kehoe Secrétaire suprême

John “Jack” W. O’Reilly Jr. Trésorier suprême

Paul R. Devin Avocat suprême

Rédaction Alton J. Pelowski, Coordonnateur 203-752-4562 Patrick Scalisi, Rédacteur en chef adjoint 203-752-4485 patrick.scalisi@kofc.org Arthur F. Hinckley Jr. Directeur artistique

L’abbé Michael J. McGivney (1852-90), Apôtre de la jeunesse, protecteur de la vie familiale et fondateur des Chevaliers de Colomb, intercédez pour nous.

Pour communiquer avec nous PAR LA POSTE Columbia, 1 Columbus Plaza, New Haven, CT, USA 06510-3326

TÉLÉPHONE: 203-752-4398 TÉLÉCOPIEUR: 203-752-4109 COURRIEL: columbia@kofc.org SERVICE À LA CLIENTÈLE: 1-800-380-9995 NOTRE SITE INTERNET: www.kofc.org SI VOUS DÉMÉNAGEZ Prévenez votre conseil. Envoyez votre nouvelle adresse et votre étiquette à: Knights of Columbus, Dept. of Membership Records, PO Box 1670, New Haven, CT, USA 06507-0901, ou par courriel à columbia@kofc.org

En page couverture L’équipe de baseball d’Afro-américains parrainés par les Chevaliers photographiés à l’extérieur de l’édifice numéro 2 du Centre d’accueil militaire des Chevaliers de Colomb au Camp militaire Zachary Taylor, au Kentucky, à l’époque de la Première Guerre mondiale.


CONSTRUIRE UN MONDE MEILLEUR PAR CARL A. ANDERSON, CHEVALIER SUPRÊME

Notre remarquable vigueur En cette époque mouvementée et difficile, les Chevaliers répondent au moyen de leurs œuvres caritatives TANDIS QUE J’ÉCRIS ces mots, un important journal de l’économie vient de publier les résultats d’une enquête auprès de gestionnaires financiers ayant répondu à la question : « Combien de temps avant que le secteur financier recouvre sa vigueur d’avant la crise ? » Plus de 50 pour cent des répondants ont dit que cela prendrait de trois à cinq ans, tandis que 20 pour cent parmi les interrogés penchent plutôt pour six ans et plus. Déjà, beaucoup de gens ont perdu leurs économies et leurs pensions; d’autres ont perdu leurs emplois et leurs maisons; et certains autres ont vu s’amenuiser leur couverture en matière d’assurance maladie ainsi que leurs perspectives sur le plan des études et de la formation professionnelle. Or si les experts financiers disent vrai, nous devrons vivre encore longtemps avec ces tristes constats, tandis que nous luttons pour nous extraire de cette récession globale et de plus en plus envahissante. Puis, comme si ces problèmes ne suffisaient pas, chaque jour ou presque apporte son lot d’incertitude, de pessimisme et même de peur. En ces temps où on attend beaucoup des organisations caritatives, plusieurs de ces dernières déplorent une baisse dramatique dans les dons et contributions. Qu’en est-il des Chevaliers de Colomb ? Tout d’abord, laissez-moi préciser que si nous n’avons pas été épargnés par la crise financière, nous n’en demeurons pas moins extraordinairement forts. Notre santé financière par rapport à l’industrie dans son ensemble s’est grandement améliorée — notre bilan est même

meilleur aujourd’hui qu’il y a un an. Nos frères Chevaliers et leurs familles devraient donc continuer à faire confiance à notre stabilité financière hors du commun. Chaque frère Chevalier devrait aussi avoir confiance dans la capacité de notre Ordre à agir, en vue d’aider la société à résoudre la présente crise. Nous nous félicitons tous, à bon droit, de notre action caritative — y compris des 145 $ millions versés en contributions et des 69 millions d’heures de bénévolat accomplies durant la seule dernière année fraternelle — tout comme nous sommes fiers de notre service exceptionnel dans la foulée des attentats du 11 septembre ainsi que des ouragans Rita et Katrina. La remarquable vigueur des Chevaliers de Colomb ne réside toutefois pas seulement dans notre capacité à donner de l’argent, mais également dans notre capacité à agir au profit des personnes dans le besoin. À la base même de notre structure se trouvent des milliers de Conseils actifs, tous motivés par les principes chrétiens de la charité, l’unité et la fraternité. Voilà le vrai « secret » de l’œuvre caritative de l’Ordre. Comme l’écrit le pape Benoît XVI dans Deus Caritas Est : « La participation profonde et personnelle aux besoins et aux souffrances d’autrui devient ainsi une façon de m’associer à lui […] je dois donner (à autrui) non seulement quelque chose de moi, mais moi-même, je dois être présent dans le don en tant que personne » (34). Mais si le pape, ce faisant, a illuminé le chemin que nous devrions

prendre, il a également insisté sur le défi qui nous attend : « L’Église est la famille de Dieu dans le monde. Dans cette famille, personne ne doit souffrir par manque du nécessaire » (25). Bien entendu, cette famille ne peut non plus rester les bras croisés tandis que ses voisins souffrent. Bien qu’il soit sûrement difficile pour plusieurs d’entre nous de contribuer davantage sur le plan financier aux œuvres caritatives, nous pouvons tous en revanche donner un peu plus de notre temps — autrement dit, donner un peu plus de nous-mêmes. Si chaque membre des Chevaliers de Colomb fournissait seulement une heure additionnelle de bénévolat chaque semaine — moins de 10 minutes par jour — la valeur en argent d’un tel don dépasserait les 1,7 $ milliard cette année. Durant la Grande Dépression, on entendait souvent les gens s’adresser aux passants : « Hé mon ami, tu n’aurais pas dix sous pour moi ? ». Aujourd’hui, pour nous, la question devrait être : « Hé mon frère, pourrais-tu m’accorder 10 minutes de ton temps ? » Car si nous sommes assez nombreux à le faire, nous pouvons changer le monde — sinon pour tous les habitants de cette planète, du moins pour les nombreuses personnes qui dépendent de l’aide des Chevaliers de Colomb. Durant toute notre longue histoire, nous avons affronté des défis inattendus que nous avons toujours relevés avec détermination et créativité. J’ai pleinement confiance qu’à nouveau cette fois-ci, nous allons répondre à l’appel. Vivat Jesus! columbia/février 2009

3


APPRENDRE LA FOI, VIVRE LA FOI

Le Christ s’est livré pour nous Le temps du Carême nous mène au repentir et à la rencontre avec le Royaume de Dieu PAR L’ÉVÊQUE WILLIAM E. LORI, AUMÔNIER SUPRÊME

l n’y a pas de meilleur moment que intense à célébrer leur accueil dans le carême pour méditer chaque jour l’Église, lors de la Vigile pascale. Pour la plupart pourtant, il s’agit d’un sur la rédemption que le Seigneur nous a méritée grâce à ses souffrances, temps de retrouver notre innocence baptismale et d’entendre de nouveau sa mort et sa résurrection. Le carême l’appel du Christ à la sainteté. Dans est un temps de renouveau au cours un cas comme dans l’autre, nous duquel nous demandons la grâce de devons être attentifs aux renforcer notre vie de prière, de pratiquer le jeûne Ce 12e volet du pro- Écritures proclamées durant la liturgie du dimanche, car et la mortification, et de gramme de formation catéchétique de les textes font écho à la nous offrir généreusement l’Aumônier suprême prédication de Jésus sur le aux personnes dans le besoin. Il ne s’agit pas sim- et évêque William E. Royaume de Dieu. Lori s’intéresse aux plement d’un programme questions 106 à 112 de progrès personnel, mais du Compendium du LA VICTOIRE SUR une façon, éprouvée par le catéchisme de l’Église LA TENTATION L’évangile du Premier temps, de participer plus catholique. Les articles précédents dimanche du carême nous profondément au sacrifice sont archivés sur parle des tentations de Jésus d’amour du Christ. www.kofc.org. au désert (cf. Mt 14, 1-11; Tout au cours du Mc 11, 2-15; Lc 4, 1-13). carême, l’Église nous incite à nous soumettre à une profonde con- Dans ces textes, nous ressentons à quel point Jésus est solidaire avec version du péché, ce qui implique que, dans l’humilité et la prière, nous nous, puisque nous affrontons des tentations tous les jours. Si nous en venions à accepter notre état de approfondissons notre considération, pécheur et à rechercher le pardon nous ressentons également la saindans le sacrement de réconciliation. Dans la joie du pardon, nous sommes teté extraordinaire de Jésus. Voici ce qu’en dit la Lettre aux Hébreux: « invités à partager plus profondément Car nous n’avons pas en effet, un l’amour miséricordieux du Père. grand prêtre incapable de compâtir à Le mercredi des Cendres, nous nos faiblesses: il a été éprouvé en entendons de nouveau l’invitation à tout, d’une manière semblable, mais nous repentir, à croire à l’Évangile et sans pécher. » (Heb 4:15). Si nous à faire partie du Royaume de Dieu. avançons encore un peu dans notre Même le pire des pécheurs est appelé à se convertir (Compendium, 107). Le réflexion, découvrons les tentations de Jésus à partir du panorama stupéchristianisme est rempli d’anecdotes de pécheurs endurcis qui ont entendu fiant de l’histoire du salut. L’affrontement contre Satan au l’appel du Seigneur et ont changé de vie. Durant le carême, nous devrions désert résume bien « la tentation d’Adam dans le paradis et la tentaréfléchir sur les aspects de nos vies tion d’Israël » (106). Au paradis, qui ne participent pas du domaine miséricordieux du Sauveur. En quoi, Adam cédait devant les sollicitations précisément avons-nous besoin de de Satan, et le peuple d’Israël sucnous repentir? combait devant l’attrait de rendre un Pour certaines personnes, le culte aux idoles. Ce faisant, les deux carême est un temps de préparation désobéissaient à Dieu.

I

4

Dans les récits évangéliques, nous retrouvons Jésus au désert, endroit de désolation où la lutte entre Dieu et Satan est mise en relief. Dans ce tableau, Satan tâche de gagner le Christ avec des leurres que nous connaissons bien: amour de son propre confort, la richesse et le pouvoir. Jésus résiste à Satan et c’est ainsi qu’est présagée la victoire qu’il nous procurera. Dans la victoire sur la tentation, une lumière d’espérance est attisée dans nos cœurs. Si nous sommes un avec lui, ne pouvons-nous pas vivre de telle sorte que la gloire de Dieu resplendisse dans nos paroles et nos actes, et du plus profond de nos cœurs? De ce point de vue, le Deuxième dimanche du carême est consacré à la Transfiguration. Jésus mène Pierre, Jacques et Jean au sommet du mont Thabor où il est transfiguré, alors qu’il s’entretient avec Moïse et Élie (cf. Mt 17, 1-9; Mc 9, 2-10; Lc 9, 28-36). En Jésus sont accomplis la loi et les prophètes (d’où la présence de Moïse et d’Élie), et annonce que sa gloire sera révélée définitivement par sa croix et sa résurrection. Quel étonnement a dû s’emparer de Pierre, Jacques et Jean à la vue du Seigneur et Maître transfiguré devant leurs yeux! Et quel courage devrait s’emparer de nous! L’Église présente ce mystère pour ouvrir nos yeux à la bonté et à la gloire du Seigneur, laquelle nous sommes destinés à partager pleinement lorsque le Christ aura « changé notre humble corps pour le rendre glorieux comme son propre corps » (Phil 3, 21; Compendium, 110). SIGNES ET MERVEILLES Au cours des autres dimanches du carême, l’Église continue de nous w w w. ko f c .o r g


présenter Jésus prêchant et accomplissant des miracles. Le troisième dimanche du carême (Année A), nous rencontrons la Samaritaine au puits dont le cœur est ouvert alors que Jésus l’invite « à rendre un culte en esprit et en vérité » (cf. Jn 4, 5-42). Le dimanche suivant, nous voilà en présence de l’aveugle-né, symbole puissant de la lumière qui nous vient du Christ. Le cinquième dimanche du carême, nous sommes témoins de Jésus ressuscitant Lazare. Durant les autres années, le cycle des lectures des liturgies de carême nous livre la parabole de l’enfant prodigue, le récit de la femme surprise en adultère et l’histoire de Nicodème, disciple de Jésus, dans le secret, qui discute avec Jésus des mys-

L’homme catholique du mois Saint Paul Miki (1562-1597) Fête : le 6 février

À

Nagasaki, au Japon, au 16e siècle, saint Paul Miki et ses 25 compagnons ont donné leur vie en témoignage de l’é-

tères du Royaume de Dieu. Tout au long de l’année liturgique, nous rencontrerons à maintes reprises les disciples de Jésus, et nous observerons la formation continue des Apôtres. Graduellement, ils en viendront à partager à la fois la mission du Christ et à être autorisés à enseigner, pardonner les péchés et bâtir l’Église ainsi que la guider. Notamment, Pierre confessera le Christ « comme Fils du Dieu vivant ». Malgré ses faiblesses, Pierre en viendra à embrasser sa mission et ce faisant, à renforcer ses frères Apôtres dans leur rôle de transmettre la foi (cf. Compendium 109). En entreprenant la Semaine

vangile du Christ lorsqu’ils furent crucifiés sur une colline surplombant la ville. Ces 26 religieux et laïcs, venus d’aussi loin que l’Espagne et le Portugal, ont été tués sur ordre de l’empereur Taicosama (Toyotomi Hideyoshi), qui cherchait à éliminer les influences étrangères sur le Japon nouvellement unifié.

Sainte, nous célébrons chaque année l’entrée triomphale de Jésus dans Jérusalem (Compendium 110). La liturgie nous présente l’arrivée du Roi-Messie, alors qu’il embrasse sa mission dans l’amour obéissant à la volonté salvatrice du Père. Comme les foules de Jérusalem, nous brandissons nos palmes et le proclamons comme notre roi: « Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur! » Nous prenons place à table avec le Seigneur qui se donne comme notre nourriture; nous nous tenons au pied de la Croix avec Marie et Jean et nous montons la garde devant le tombeau durant la Veillée pascale, alors que la lumière du Christ brille sur nous de plus en plus. ■

Saint Paul Miki, né au Japon d’une riche famille de militaires, s’était joint aux Jésuites en 1580. Le jour de son martyre, en 1597, suspendu à la croix dans l’attente du coup de lance de son bourreau, il a prêché son dernier ser-

Intentions du Saint-Père Offertes en solidarité avec le pape Benoît XVI ➢➢ Générale — Pour que les Pasteurs de l’Eglise soient toujours dociles à l’action du Saint-Esprit dans leur enseignement et dans leur service auprès du Peuple de Dieu. ➢➢ Missionnaire — Pour que l’Eglise d’Afrique trouve les voies et les moyens adéquats pour promouvoir de manière efficace la réconciliation, la justice et la paix, selon les indications de la II° Assemblée Spéciale pour l’Afrique du Synode des Evêques.

VOTRE PLAN D’ACTION SPIRITUEL Convertir les pécheurs

C

hacun de nous doit témoigner de la vérité de la foi catholique. Une telle attitude exige que nous attirions directement et respectueusement l’attention sur toute mauvaise action, lorsque nous en sommes témoins. La Lettre de Jacques nous rappelle que ramener quelqu’un dans le droit chemin profite tant à celui qui errait, qu’à celui qui suscite la conversion du pécheur. Saint Thomas d’Aquin a pour sa part enseigné dans sa Summa Theologiae que « ramener un pécheur […] dans le but de le libérer du péché […] est un acte de miséricorde et de bonté aimante. » Considérez dévotement Jacques 5.19-20, Jean 8.10-11 et Luc 15.1-10. POPE: CNS PHOTO/TONY GENTILE, REUTERS ST. PAUL MIKI: TWENTY-SIX MARTYRS MUSEUM, NAGASAKI

mon : « Le libellé du jugement affirme que ‘Ces hommes sont venus au Japon en provenance des Philippines’, mais je ne suis pas venu d’ailleurs. Je suis un vrai Japonais. La seule raison pour laquelle on m’exécute aujourd’hui, c’est que j’ai professé l’évangile du Christ […] Or je remercie Dieu pour cette magnifique raison de mourir. Je suis persuadé de dire ainsi la vérité avant de trépasser. Je sais que vous me croyez et je tiens à vous répéter : Demandez au Christ de vous aider à être heureux. J’obéis au Christ. Tout comme le Christ l’a fait jadis, je pardonne à mes bourreaux. Je ne les hais pas. J’implore sur eux la pitié de Dieu, et j’espère que mon sang rejaillira sur mes semblables telle une pluie fertile et bénéfique. » Lorsque les prêtres missionnaires retournèrent à Nagasaki plus de 250 ans plus tard, ils trouvèrent des milliers de laïcs chrétiens ayant secrètement préservé cette foi catholique d’abord transmise par Paul Miki et ses compagnons. Pour les Chevaliers, saint Paul Miki est un modèle de fidèle persévérance malgré une terrible épreuve et de pardon accordé à ses persécuteurs. columbia/février 2009 5


NOUVELLES Les Chevaliers aident les familles en ces temps difficiles râce à la campagne des Chevaliers en faveur des enfants démunis, les Conseils ont aidé à rassembler des fournitures pour les familles, les centres d’aide à la grossesse et les foyers pour femmes et enfants. Dans la plupart des cas, cela signifiait organiser des événements à l’extérieur de supermarchés et de grands magasins. Les Chevaliers remettaient des dépliants aux clients qui entraient dans les magasins, sollicitant des dons tels que des vêtements pour enfants ou de maternité, des couches et du lait maternisé. D’autres Conseils ont parrainé des événements dans des paroisses et centres communautaires, demandant aux gens d’apporter des articles le week-end suivant.

G

DES

CHEVALIERS

Avoir les troupes à l’esprit durant Noël ien que les Chevaliers appuient à l’année les hommes et les femmes portant l’uniforme, l’engagement de l’Ordre envers les forces armées est particulièrement marqué à l’époque de Noël. Les membres à l’échelle locale rapportent ainsi avoir expédié des milliers de trousses de soins personnels aux soldats stationnés à l’étranger — afin d’enjoliver le Noël des soldats éloignés de leur demeure durant les Fêtes. L’une des plus importantes collectes a eu lieu à Chicago, où les Chevaliers travaillent de concert avec le Service municipal des incendies depuis 2006 afin d’expédier des trousses aux troupes en poste en Irak. La collecte, qui était menée par l’Assemblée Cardinal Samuel Stritch, a nécessité la collaboration du local # 2 du syndicat des pompiers de Chicago ainsi que du Conseil 12911 St. Florian, composé de Chevaliers tous également

B

pompiers. Le commissaire aux incendies de la ville, John Brooks, a annoncé que les Chevaliers et ses hommes avaient recueilli environ 1 000 boîtes contenant des articles tels que du déodorant, des amuse-gueules, des livres et des jeux de société. Certains Chevaliers s’efforcent également de prendre soin de leurs vétérans, au pays. Le Conseil 395 Father Robert W. MacDonald, de Richmond, en Virginie, a ainsi recueilli des fournitures personnelles pour les soldats en convalescence au centre médical Hunter Holmes McGuire, en Virginie.

L’Ordre appuie les initiatives des évêques canadiens ’archevêque V. James Weisgerber, de Winnipeg, au Manitoba, président de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), a célébré la messe à la chapelle de la Sainte-Famille, au Conseil suprême, le 9 décembre dernier, jour de la fête de saint Juan Diego. Mgr Mario Paquette, secrétaire général de la CECC et prêtre de l’archidiocèse de Montréal, a concélébré. La messe suivait des rencontres en compagnie du Chevalier suprême Carl A. Anderson et du

L Le directeur des programmes pour l’État du Maryland, Dan Ward, et le Grand Chevalier Mike Koon, du Conseil 2169 Father Rosensteel, à Silver Spring, au Maryland, donnent un coup de main lors de la collecte d’articles pour bébés et pour mamans, à l’extérieur d’une épicerie. L’activité se déroulait dans le cadre de la campagne des Chevaliers de Colomb au profit des enfants démunis.

6

Député suprême Dennis A. Savoie, à propos de l’appui donné par l’Ordre à diverses initiatives des évêques canadiens. Le Conseil suprême appuie en particulier l’Organisation catholique pour la vie et la famille, le Conseil catholique autochtone pour la réconciliation et diverses activités pro-vie parrainées par la CCEC. ■ w w w. ko f c .o r g


BILANS IMPORTANTS

Façons de garantir un revenu à vie PAR JOHN INGRISANO

L

es statistiques nous démontrent qu’il faut planifier pour une longue période de retraite. L’espérance de vie en 1920 pour une personne de 60 ans était de 15,25 années, jusqu’à 75 ans. Aujourd’hui cette espérance de vie est de 24,1 années, soit jusqu’à l’âge de 84 ans. Le problème qui se pose, c’est comment s’y prendre pour garder cette indépendance financière pour trente ou quarante ans. Bref, vous pourriez avoir besoin d’une rente qui s’échelonnera sur la durée de presque toute une vie. À cet effet, méfiezvous des actions et des sociétés d’investissement à capital variable (« SICAVs »). En 2008, nous avons constaté que ces genres de placements ne sont pas d’une grande fiabilité. Les certificats de dépôt, les comptes de dépôt du marché monétaire, voire les obligations d’épargne des gouvernements sont incapables de garantir un revenu viager. Bien que ce genre de placements soit sécuritaire, leur période de validité est quand même limitée. Quand ces fonds sont écoulés, il n’y a plus de revenu. La sécurité sociale est un des choix offerts. Ce

programme gouvernemental est affecté par la politique; il peut être modifié ou rajusté au gré du gouvernement en place et, aux États-Unis, le Congress a majoré l’âge de la retraite à plusieurs reprises dans le passé. Les prestations sont viagères, mais il n’y a pas de garantie, ni pour l’âge de retraite ni pour le montant des prestations. Même là, les statistiques en provenance du Service qui s’occupe de la Sécurité sociale aux États-Unis ne sont pas des plus encourageantes : • En 2009, les travailleurs à la retraite vont recevoir, en moyenne, des prestations mensuelles de 1,153 $, donc moins de 14,000 $ par année. • Le programme de sécurité social est la source principale de la plupart des personnes âgées, ce qui représente en moyenne 41 pour cent de leur revenu. • Parmi les prestataires, 54 pour cent sont des couples mariés et 74 pour cent sont célibataires dont 50 pour cent ou plus de leurs revenus annuels provient du programme de sécurité sociale. Donc, le programme de sécurité sociale est une base solide ou un bon filet de sécurité, mais son but n’a jamais été d’assurer par luimême un revenu pour la retraite. Une rente viagère est sans doute le meilleur choix pour assurer un revenu qui ne disparaîtra

V O T R E S A N T É , V O S F I N A N C E S , V O T R E V I E pas avant vous. Ajoutée aux prestations du programme de sécurité sociale, une rente viagère peut assurer la sécurité à longue échéance de la retraite. Parmi les avantages d’une rente viagère, on compte l’accumulation d’impôt différé, des taux de rendement fixes et des choix pour la méthode de ventilation. Les revenus ne sont pas sujets à l’impôt tant qu’ils ne sont pas retirés et, contrairement aux régimes enregistrés de retraite auxquels le ministère du revenu impose des limites annuelles de contribution, il n’y a pas de restriction en loi sur le montant des contributions. Il existe aussi plusieurs options de règlement qui vont d’un montant unique à la maturité jusqu’à une rente viagère. Le meilleur avantage, c’est celui d’une rente viagère. Vous avez le choix de recevoir des prestations pour le reste de vos jours. Il n’y a pas d’excuses ni d’exceptions. Si vous vous êtes organisés pour recevoir des prestations mensuelles de 2000 $, vous les recevrez à tous les mois, même si vous vivez jusqu’à l’âge de 110 ans ou plus. Le régime de rente à prime variable des Chevaliers de Colomb en est un bon exemple; elle croît à un taux fixe garanti pour une période allant jusqu’à un an. Des taux renouvelables d’au moins trois pour cent sont garantis annuelle-

ment. Il est possible d’ouvrir un compte de rente à prime variable avec un montant d’aussi peu que 300 $. Les roulements, les transferts ou les dépôts d’au moins 25,000 $ ont aussi l’avantage du financement variable. Les rentes VANTAGE croissent à un taux d’intérêt fixe pour cinq ans, et elles offrent un minimum fixe à vie du taux d’intérêt. La rente viagère des Chevaliers de Colomb offre aussi beaucoup d’autres avantages. Pour tout complément d’information, vous n’avez qu’à contacter votre conseiller fraternel des Chevaliers de Colomb; c’est un professionnel en la matière. Il peut faire l’étude de vos besoins et de votre situation pour déterminer les meilleurs choix pour vous. On vous offre gratuitement ce service. ■ John R. Ingrisano est un chroniqueur financier et consultant en affaires qui se spécialise dans la gestion des fonds, de l’assurance et de la planification de la retraite.

Questions, observations, idées à proposer? Contacter columbia@kofc.org columbia/février 2009 7


Les secrétaires des Chevaliers de Colomb lors d’une rencontre tenue au camp Zachary Taylor, à Louisville en Kentucky, le 8 octobre 1918.

Créés égaux Au début du 20e siècle, les Chevaliers de Colomb ont pris les devants dans la promotion de l’égalité raciale

E

PA R A N D R E W WA LT H E R

En 1924, les lois « Jim Crow » (restrictions sociales imposées aux gens de race noire) sont toujours en vigueur dans plusieurs régions des États-Unis. Martin Luther King Jr. n’est pas encore né, et il faudra encore plus de 40 ans avant que soit atteint le point culminant du mouvement pour la défense des droits civils. Néanmoins, c’est alors que les Chevaliers de Colomb commandent et publient The Gift of Black Folk: The Negroes in the Making of America [Le don des Noirs: les Noirs dans la montée de l’Amérique], dont l’auteur est le réputé défenseur des droits civils, W.E.B. DuBois, qui aura été le premier Afroaméricain à obtenir un doctorat de l’Université Harvard.

pour tous ceux et celles que s’intéressent à l’histoire des Noirs, l’œuvre est riche de récits et d’anecdotes émouvantes. La nouvelle édition, publiée chez Square One, New York), présente une introduction signée par le Chevalier suprême, Carl A. Anderson qui, avant de devenir Chevalier suprême, a passé dix ans à travailler des questions d’égalité raciale comme membre de la Commission américaine pour les droits civils.

nouvelle édition paraîtra ce mois-ci. The Gift of Black Folk présente les diverses contributions des Afroaméricains depuis l’établissement des premières colonies européennes en Amérique du Nord jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale et le début des années 1920. Précieuse ressource

ŒUVRE AVANT-GARDISTE Au moment de la publication de The Gift of Black Folk en 1924, certains États n’ont pas encore adopté le principe selon lequel les gens de toute race on fait du pays une grande nation. Pour des millions de gens, l’idéal proposant « que tous les hommes nais-

À la lumière du 85e anniversaire de la publication de ce volume et du 100e anniversaire de la NAACP — National Association for the Advancement of Colored People [Association nationale pour le progrès des gens de couleur], qui compte W. DuBois parmi ses fondateurs, une

8

w w w. ko f c .o r g


À Memphis, au Tennessee, une école spéciale de temps de guerre, administrée par les Chevaliers de Colomb, a donné des cours du soir gratuits à des vétérans démobilisés, vers 1919.

sent égaux » relève davantage de la déclaration philosophique que de la réalité pratique — surtout pour ce qui est des descendants des Africains. Le volume fait figure de révolutionnaire et fait œuvre d’importante contribution à l’histoire des Noirs et la tolérance raciale. La chronique des livres de l’Oakland Tribune, dans son édition du 31 août 1924 remarque: « Le livre est l’une des contributions les plus précieuses à la littérature américaine depuis des décennies, ce qui devrait créer une plus grande entente parmi les races. Il fait la preuve que les Nègres [sic] ont le droit d’être considérés comme des citoyens américains et d’être traités comme tels. » La dernière phrase de la critique semble évidente aujourd’hui, mais en 1924, le climat social aux États-Unis est très différent. C’est la première année que Alfred E. Smith, catholique et Chevalier, se présente aux primaires démocrates. Lorsque M. Smith deviendra le candidat du Parti démocrate quatre ans plus tard, il sera accueilli par des croix enflammées du Ku Klux Klan — qui visait les catholiques, en plus des Noirs, des Juifs et autres minorités — lorsque son train entre en gare à Oklahoma City. Avec cet esprit sectaire comme toile de fond, le Congrès suprême de 1921 avait adopté une résolution

présentée d’abord par le Maître du Quatrième Degré, John Reddin, à l’effet de mettre sur pied la Commission historique des Chevaliers de Colomb. La commission avait comme objectif de combattre le révisionnisme historique de l’époque qui tendait à exclure les groupes minoritaires des archives des faits historiques. L’organisation de la Commission historique était confiée à Edward McSweeney qui, de 1893 à 1902, avait été Commissaire adjoint de l’immigration à Ellis Island, endroit où arrivaient les immigrés.

Les Chevaliers se montrent, à juste titre, si fiers du travail avant-gardiste de l’Ordre dans le domaine de la tolérance raciale. En plus de The Gift of Black Folk, d’autres volumes seront publiés dans cette série des Chevaliers sur la contribution de différentes minorités ethniques à l’histoire américaine. À cause de l’antisémitisme courant aux États-Unis au début de 20e siècle, et l’expérience de méfiance vécue par les Germano-Américains durant la Première Guerre mondiale, l’Ordre a

TOP LEFT: CAUFIELD AND SHOOK COLLECTION, UNIVERSITY OF LOUISVILLE PHOTOGRAPHIC ARCHIVES

publiera The Jews in the Making of America (Les Juifs dans la montée de l’Amérique) par George Cohen, et The Germans in the Making of America (Les Allemands dans la montée de l’Amérique), par Frederick Schrader. Publiée en 1897, The History of the Knights of Columbus (L’Historie des Chevaliers de Colomb), par William O’Neill, raconte la création du conseil Philip Sheridan 119, de Southboro, au Massachusetts. Avant de se rallier aux Chevaliers, les hommes de Southboro avaient fait partie de la société littéraire John Boyle O’Reilly, et avaient élu un Noir comme président. M. O’Neill note ce fait en mentionnant que les hommes de Southboro « concrétisent, par ce geste, les principes de l’Église catholique qui reconnaît comme enfants de Dieu, les personnes de toutes couleurs et de toutes races ». Deux décennies plus tard, pendant la Première Guerre mondiale, les Chevaliers inauguraient les « Army Huts » (Centres d’accueil militaires), organisme précurseur du USO (United Service Organizations). Les Chevaliers assuraient soins et confort aux troupes des bases militaires aux États-Unis et en France. Le livre intitulé The American Negro in the Great War [Les Noirs américains et la Grande Guerre], publié an 1919, louait notamment la columbia/février 2009 9


manière dont les Chevaliers avaient traité les questions raciales. L’auteur, un Afro-Américain, Emmet J. Scott, avait servi comme adjudant au Secrétaire de la guerre des États-Unis. Il s’exprimait ainsi dans le cas des Chevaliers: « Un autre organisme s’est efforcé de rendre la vie plus agréable aux soldats noirs au front. Il s’agit des Chevaliers de Colomb, une association catholique qui, tout à son honneur, et contrairement à d’autres organismes de bienveillance à l’œuvre durant la guerre, ne s’est jamais préoccupé de la couleur des gens. » LA LUTTE CONTRE L’IN JUSTICE Après la guerre, les Chevaliers continueront d’assister les troupes de la Première Guerre mondiale en organisant des formations préparatoires à l’emploi pour les combattants rentrant au pays, quelle que soit leur race. Les histoires sont nombreuses concernant des conseils et des membres travaillant au sein de la communauté noire, ainsi que des individus tels que le père William Ryan, oblat de Marie-Immaculée. Non seulement le père Ryan exerçait-il du ministère auprès des Noirs américains du Sud, mais il a marché à côté de Martin Luther King, Jr. John W. McDevitt, le 11e Chevalier suprême de l’Ordre entre 1964 et 1977 favorisera énormément aussi la cause de l’égalité raciale. Lorsqu’il deviendra évident que certains conseils hésitent à accueillir des membres noirs, M. McDevitt amendera les règles d’adhésion pour empêcher que tout conseil abuse des règlements afin d’exclure des Afroaméricains. En 1964, 40 ans après la publication de The Gift of Black Folk, M. McDevitt apprend que l’hôtel de la Nouvelle-Orléans où doit se tenir le Congrès suprême n’accepte pas d’Afro-américains. Immédiatement il menace de déplacer le Congrès suprême dans un autre hôtel si le premier établissement ne change pas sa politique. Celui-ci revient sur sa position et M. McDevitt assoira un prêtre noir à la table d’honneur du Banquet des états pour signaler son engagement envers l’égalité raciale, ainsi que celui des Chevaliers. Au fur et à mesure que progresse le mouvement en faveur des droits

10

civils, les Chevaliers se montrent, à juste titre, si fiers du travail avantgardiste de l’Ordre dans le domaine de la tolérance raciale. Dans un discours de 1970 — six ans seulement après la ratification de la Loi sur les droits civils aux États Unis — Mgr Paul F. Liebold, archevêque de Cincinnati, signalera au conseil St. Marin de Porres 5624 que l’organisme national des Chevaliers de Colomb « n’a jamais souscrit au vice du racisme ». Citant The Gift of Black Folk, l’archevêque fera remarquer le volume avait été publié « des décennies avant qu’il devienne si populaire de s’affirmer en faveur des droits civils ». L’engagement des Chevaliers

envers l’égalité sociale se poursuit aujourd’hui et les Afro-américains ainsi que des membres d’autres minorités occupent des postes de direction à tous les paliers de l’Ordre. Foisonnant de ses récits peu connus d’Afro-américains qui ont contribué à la grandeur des États-Unis, la nouvelle édition commémorative de The Gift of Black Folk rappelle de manière extraordinaire non seulement ce que représentent les Chevaliers de Colomb, mais aussi l’un des moments les plus beaux et les plus visionnaires de l’histoire de l’Ordre. ■ Andrew Walther est directeur des relations médiatiques des Chevaliers de Colomb.

La Commission historique des Chevaliers de Colomb, instituée en 1921, a publié trois ouvrages faisant état de la contribution des noirs, des allemands et des juifs à la société états-unienne. L’Ordre réédite, au cours du présent mois, le livre The Gift of Black Folk : The Negroes in the Making of America (SquareOne). D’abord publié en 1924, ce livre a été écrit par W.E.B. DuBois, le premier Noir à recevoir un doctorat de l’université Harvard.

w w w. ko f c .o r g DUBOIS: CORNELIUS M. BATTEY VIA THE LIBRARY OF CONGRESS PRINTS AND PHOTOGRAPHS DIVISION


DES PÈRES POUR BIEN FAIRE

Aimer et servir de guide La vocation du mari Par Joseph McInerney

urant l’Année liturgique A, à la fête de la Sainte Famille, saint Paul nous dit que les femmes devraient être soumises à leur mari (Eph 5, 22). Généralement, le message de Paul suscite deux réactions: certains hommes attendent ce passage depuis l’année précédente; pour d’autres, il est étrange, voire surprenant, qu’une institution (l’Église) embrasse cette idée encore aujourd’hui dans une société moderne. La lecture en est un peu gênante, et souvent il nous arriver d’espérer que le lecteur proclamera la « lecture brève » pour nous épargner le récit des visions de la vie familiale du passé contenues dans la Bible. Il est ironique que les deux réactions, quoique divergentes, commettent la même erreur en tentant de comprendre l’enseignement de saint Paul. D’abord, les deux réactions ne tiennent pas compte du contexte d’amour qui entoure les affirmations de saint Paul. D'abord, elles considèrent le leadership dans le sens de pouvoir ou de manipulation plutôt que de service. Pour comprendre l’enseignement qui veut attirer l’attention sur le mari dans son rôle de chef de famille, il est nécessaire de considérer les réalités du point de vue des Écritures et non du point de vue de la société moderne. Dans sa lettre aux Éphésiens, saint Paul s’exprime très clairement : « Car le mari est le chef de la femme, tout comme le Christ est le chef de l’Église » (Eph 5, 23). Heureusement, si les propos de Paul nous heurtent, il n’est pas sans fournir une explication. Il commence par démontrer que le mari doit aimer sa femme. Sur ce point, Paul peut sembler excuser l’homme sans trop de difficulté. La femme doit se soumettre à l’autorité de son mari, et il ne reste au mari qu’à aimer sa femme en retour. Si nous considérons l’amour comme un sentiment agréable qui satisfait nos désirs, comme nous le reflète généralement la culture occidentale, le mari a définitivement la meilleure part. Cependant, saint Paul voit l’amour dans le contexte du sacrifice de la Croix. Considérant que l’amour est le don de soi en toute liberté et sans réserve pour se mettre au service de l’autre, Paul place côte à côte l’idée du mari en tant que guide et l’idée du mari en tant qu’être d’amour puisque les deux concepts sont inextricablement liés. L’engagement du mari à aimer et à servir sa femme jusqu’à donner sa vie pour elle constitue le fondement de l’autorité du mari (Eph 5, 25).

D

Inutile de regarder ailleurs que vers Jésus pour trouver une actualisation plus convaincante de ces principes. Le Seigneur nous dit, « Nul n’a d’amour plus grand que celui qui se dessaisit de sa vie pour ceux qu’il aime ». (Jn 15,13). Puis, il accepte de mourir sur la croix, pas seulement pour ses amis, mais aussi pour ses ennemis et pour l’humanité tout entière. De la même façon, les maris sont appelés à l’amour dans une abnégation totale au service de l’autre. Même les plus grands libres-penseurs reconnaissent la beauté et la richesse de l’amour comme don de soi au service de l’autre. Toutefois, nous avons encore beaucoup à apprendre de Jésus sur la nature du leadership. Nous portons davantage attention aux lauriers du leadership associé au statut de chef, c’est-àdire le pouvoir et le prestige. Nous avons tendance à négliger le fait que le pouvoir du chef est basé sur sa volonté à servir les personnes dont il a la charge. L’erreur concernant le leadership n’appartient pas uniquement à l’ère moderne. Jésus a traité de la question au moment où les apôtres Jacques et Jean lui ont demandé d’être placés à sa droite et à sa gauche dans le Royaume de Dieu. Jésus leur dit, « Vous le savez, les chefs des nations les tiennent sous leur pouvoir et les grands sous leur domination. Il ne doit pas en être ainsi parmi vous. Au contraire, si quelqu’un veut être grand parmi vous, qu’il soit votre serviteur, et si quelqu’un veut être le premier parmi vous, qu’il soit votre esclave. C’est ainsi que le Fils de l’homme est venu non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude » (Mt 20, 25-28). Un vrai chef doit être prêt à se sacrifier pour les personnes dont il a la charge. Pour se réaliser en tant qu’être d’amour et guide, le mari doit suivre le Christ et marcher dans ses pas. Jésus est le guide par excellence parce qu’il nous a aimés à la perfection et l’a montré en donnant sa vie pour nous sur la croix. D’une façon particulière, le mari est appelé à la même obligation. C’est dans le don inconditionnel de lui-même au service de sa femme (et de ses enfants) que le mari peut suivre de plus près les traces du Christ et conduire sa famille vers l’unité parfaite avec Dieu. C’est son plus grand défi, sa plus grande joie et sa plus grande réalisation. ■ Joseph McInerney, diplômé de l’Institut pontifical Jean-Paul II pour les études sur le mariage et la famille, vit à Springfield (Virginie) avec sa femme et leurs cinq enfants.Il est membre du conseil de Springfield 6153.

c o l u m b i a / f é v r i e r 2 0 0 9 11


Le Secret de la

sainteté Quatre cents ans après sa publication L’Introduction à la vie dévote de sainte François de Sales inspire toujours les lecteurs actuels PA R L’A B B É L E W I S S . F I O R E L L I

C

Cette année marque le quatrième centenaire de la publication de L’Introduction à la vie dévote, le traité classique de la sainteté chrétienne écrit par saint François de Sales (1567-1620). Depuis lors, il n’a jamais été épuisé et continue de faire œuvre de guide pratique pour d’innombrables laïques. L’Introduction se propose un but fort modeste: démontrer à toute personne qui aspire à la sainteté comment atteindre ce but et ce, à même les coins et recoins de la vie quotidienne. Ainsi, il s’agit de ce qu’on appellerait un « manuel de sainteté ». Dans son œuvre, saint François enseigne à Philothéa (terme grec signifiant « personne qui aime Dieu ») comment transformer son simple désir de sainteté en une résolution forte et vivante de s’adonner à tous les moyens nécessaires pour y arriver. Sensible au fait de la vie trépidante de ses lecteurs, dont la majorité est formée de laïques, François s’en tient à des chapitres courts, clairs et au ton de conversation. Il s’adresse à son public en tant qu’individus, en ayant recours à des images utiles afin de retenir l’attention de ses lecteurs et de gagner leurs cœurs. UN SAINT MAÎTRE Afin de constater comment une œuvre spirituelle si précieuse en est venue à l’existence, rappelons d’abord la vie de son créateur. Saint François de Sales est l’aîné d’une famille noble savoyarde.

12

Prévoyant une brillante carrière juridique pour son fils, son père l’envoie étudier dans les grandes villes universitaires de Paris et de Padoue. Bien qu’il soit l’héritier du titre de noblesse et de la fortune de la famille, François se sent appelé à la prêtrise et poursuit ainsi des études en théologie et en droit canonique, tout en obtenant son doctorat en droit civil. Avec le temps, il sera ordonné prêtre avec l’autorisation de son père, le 18 décembre 1593. Peu de temps après son ordination, François s’offre pour l’œuvre missionnaire éprouvante de la région du Chablais, bastion calviniste sur les rives méridionales du Lac de Genève. Avertis pour les ministres calvinistes de ne pas écouter François, les gens en refuseront de quitter même leurs domiciles. Ne se laissant pas intimider, François écrit de courts tracts sur des articles de foi disputés, les fait imprimer pour ensuite les glisser sous les portes des gens. Après quatre longues années de lutte solitaire et de multiples dangers, y compris un attentat à sa vie, ses efforts produisent les fruits désirés: la région entière revient à la foi catholique. La

démarche créatrice entreprise par François qui rejoint les gens par l’imprimé lui méritera plus tard le titre de patron de la presse catholique et des journalistes. En raison surtout de son succès comme missionnaire, aussi bien à cause de sa réputation grandissante comme prédicateur doué, guide spirituel et saint homme, François est choisi comme évêque coadjuteur à Genève en 1602. Durant une prédication de carême à Dijon en 1604, il rencontre Jeanne-Françoise de Chantale, future sainte, devenue récemment veuve et jeune mère de quatre enfants. En réponse au désir de sainteté manifesté par Jeanne, François accepte de devenir son guide spirituel. Leur amitié spirituelle deviendra l’une des plus célèbres de toute l’histoire de l’Église. En s’aidant mutuellement à atteindre w w w. ko f c .o r g


les sommets de la sainteté, ils laisseront en héritage ce qui est maintenant connu comme la spiritualité salésienne. En 1610, ils fonderont également l’ordre de la Visiation de Sainte-Marie, qui aujourd’hui compte des monastères dans le monde entier. Complètement épuisé par ses nombreuses tâches et ses lourdes responsabilités, François meurt à Lyon, le 28 décembre 1622, âgé seulement de 55 ans. Canonisé en 1655, il sera déclaré docteur de l’Église en 1877. Son célèbre chef-d’œuvre spirituel, Traité de l’amour de Dieu, lui mérite le titre de docteur de l’amour divin. Comment François en vient-il à écrire L’Introduction à la vie dévote? Les nombreuses demandes qui sapent son temps l’incitent à procéder comme il l’a fait afin d’atteindre les Chablaisiens. Dans ses lettres il ajoute souvent une courte réflexion sur une question centrale à la vie spir-

ituelle, en demandant à ses correspondants de partager ses propos avec d’autres. Un de ceux-là, un jeune cousin de François, finit par montrer

Saint François de Sales enseigne à ses lecteurs qu’une fidélité généreuse aux attentes, demandes et responsabilités de leur vocation dans la vie s’avère le secret de la sainteté chrétienne. ces réflexions à un ami jésuite qui encouragera François à les publier pour que d’autres, notamment les laïques, puissent profiter d’en prendre connaissance. François acceptera de le faire et L’Introduction à la vie dévote paraîtra pour la première fois en 1609.

Les trois premières parties de L’Introduction sont consacrées à des leçons claires sur la prière, les sacrements et la pratique de la vertu. François commence par un avertissement contre les compréhensions fausses de la « vie dévote », en expliquant que la véritable dévotion consiste dans la perfection de l’amour. Il reconnaît que l’appel à la sainteté est comme une invitation de Dieu à tous les chrétiens, quel que soit leur état de vie ou leur tempérament naturel. Puisque l’appel la sainteté est universel, raisonne l’auteur, les moyens de l’atteindre doivent être facilement accessibles à toute personne. Ces sentiers vers la sainteté comprennent la prière, notamment la prière mentale ou méditation; les sacrements, notamment la sainte Communion; et la pratique fréquente des vertus chrétiennes, notamment les « vertus mineures » qui caractérisent les rapports quotidiens de la personne croyante.

L’ENTREVUE COLUMBIA

L’Apostolat de la prière Une entrevue avec le père James Kubicki s.j., réalisée par le personnel de la revue Columbia

D

epuis 1844, l’Apostolat de la prière a permis aux chrétiens de vivre le désir de servir Dieu tout au long de leur vie. L’Apostolat de la prière encourage le croyant à offrir sa vie au Seigneur, quotidiennement, pour la réalisation du Royaume de Dieu et pour les intentions mensuelles formulées par le Saint-Père et publiées régulièrement dans la revue Columbia. Depuis 2003, le P. James Kubicki, s.j., remplit les fonctions du directeur national de l’Apostolat de la prière. Il est aumônier du conseil Marquette University 6883, de Milwaukee, au Wisconsin. Veuillez visiter le site Internet www.apostleshipofprayer.net pour avoir accès à une documentation gratuite sur l’Apostolat de la prière. SAINT FRANCIS OF SALES: BRENET, NICOLAS (1728-1792); RÉUNION DES MUSÉES NATIONAUX / ART RESOURCE, NY FATHER KUBICKI: COURTESY APOSTLESHIP OF PRAYER

Columbia: Quel rôle peut jouer l’Apostolat de la prière dans la vie des Chevaliers de Colomb, de leurs familles et de leurs conseils? P. Kubicki: Au moment de devenir directeur national en 2003, mon prédécesseur, qui était Chevalier, recevait la revue Columbia. Parce qu’il n’avait pas fait de changement d’adresse,j’ai reçu la revue et j’ai commencé à la lire. J’en ai retenu deux éléments: d’abord, j’ai pris conscience de l’ampleur du travail accompli par les Chevaliers. Deuxièmement, la revue contient les intentions du Saint Père. J’ai alors décidé de devenir Chevalier de Colomb, et en avril dernier j’étais accueilli à l’exemplification du Quatrième Degré. La publication des intentions dans la revue Columbia permet aux Chevaliers de faire un pas de plus dans le sens de la prière aux intentions du pape et d’aider les autres à le faire. Que ce soit le Congrès

eucharistique international à Québec ou la visite du pape en Australie à l’occasion de la Journée mondiale de la Jeunesse, les Chevaliers sont présents et appuient l’Église dans la mesure de leurs capacités. De plus, les intentions de prière constituent une façon simple d’appuyer le Saint Père. En outre, c’est une façon de grandir dans la foi. La spiritualité de l’Apostolat de la prière nous aide à vivre l’Eucharistie dans la vie quotidienne. La beauté de l’Apostolat de la prière réside dans le fait qu’il est pratique, simple et accessible à tous. Mais je crois qu’il plaît surtout aux hommes parce que nous essayons d’être très pratiques et cherchons des approches simples et concrètes pour vivre notre spiritualité. Pouvez-vous nous parler brièvement de la fondation de l’Apostolat de la prière en 1844 et de son évolution? c o l u m b i a / f é v r i e r 2 0 0 9 13


VIVRE LES VALEURS D’ÉVANGILE Ce sont des valeurs de prière qu’enseigne François à Philothéa et l’incite à méditer sur la vie, les enseignements et l’exemple de Jésus, et à apprendre directement du Christ comment mener une vie dévote. « En demeurant proche de notre Sauveur et en observant ses paroles, ses actions et ses aspirations, écrit François, on apprend bientôt à parler, à agir et à vouloir comme lui. » Ainsi, la spiritualité de L’Introduction à la vie dévote est décidément centrée sur le Christ. Grâce à la méditation, nous apprenons comment « vivre Jésus », notamment en suivant son exemple de consécration inébranlable à la volonté de Dieu. En participant à la vie sacramentelle de l’Église, nous sommes doucement transformés en ce que saint Paul appelle « un autre Christ » — Jésus est manifesté dans nos rapports avec les autres, les grands et les petits.

L’ENTREVUE COLUMBIA En 1844, un groupe de séminaristes avaient reçu des lettres de missionnaires jésuites en Inde.Ils ont été ravis et inspirés par les lettres, mais ils étaient également frustrés croyant que leurs études traitaient très peu d’évangélisation. Alors qu’ils se plaignaient de ne pas être missionnaires, le directeur spirituel les a rassemblés autour de la fête de saint François Xavier. Il leur a expliqué, « Tout le bien qui s’accomplit dans les missions est le résultat d’un travail spirituel. Le fruit spirituel dépend du travail spirituel, et c’est le travail spirituel qui est à votre portée maintenant. Offrez vos prières, vos sacrifices et vos frustrations. N’attendez pas d’avoir terminé vos études. Soyez des apôtres maintenant — des apôtres de la prière. » L’idée a fait son chemin parmi les séminaristes,des laïcs se sont mobilisés et le mouvement s’est rapidement répandu en France et à travers le monde. Dans les années 1880, le pape Léon XIII a officiellement reconnu le bon travail de l’apostolat et, par l’entremise du mouvement, a commencé à présenter, chaque mois, des intentions de prière personnelles. En 1928, la Sacrée congrégation pour la propagation de la foi,aujourd’hui,la Congrégation pour l’Évangélisation de peuples, la branche missionnaire de l’Église, a

14

En 1967, le pape Paul VI notait qu’aucun docteur de l’Église n’avait davantage devancé l’esprit et l’enseignement du Concile Vatican II comme François de Sales. C’est surtout par son enseignement des « petites vertus » que François révèle l’équilibre, la profondeur et la sagesse de son cœur de pasteur. Il encourage Philothéa dans la pratique des vertus de patience, de respect, d’humilité et de tendresse. Contrairement aux vertus comme « la fortitude, la magnanimité et la grande générosité » qu’on a rarement l’occasion de pratiquer, les petites vertus peuvent être pratiquées fréquemment tous les jours et dans tous les états et toutes les étapes de la vie. Il enseigne à ses lecteurs qu’une fidélité généreuse aux attentes, demandes et responsabilités de leur vocation dans

la vie s’avère le secret de la sainteté chrétienne. Ainsi, le tendre dévouement d’une mère pour son bambin exubérant plaît autant à Dieu que le don généreux d’un riche aux pauvres; la fidélité d’un époux ou d’une épouse aux exigences de son emploi ou de sa profession plaît autant à Dieu que les nombreuses heures que passe un moine en prière contemplative. Jésus — pauvre, chaste et obéissant — sert de modèle à chaque chrétien et chrétienne. François fait donc un grand effort pour démontrer comment les laïques peuvent pratiquer les conseils évangéliques de pauvreté, chasteté et d’obéissance en ayant recours à des

demandé au pape Pie XI d’ajouter une intention missionnaire à l’intention générale. À ce jour, le Saint Père propose deux intentions tous les mois. Plusieurs prient à l’intention générale du pape sans être conscients du fait qu’il existe deux intentions particulières. Parmi les premiers membres de l’Apostolat de la prière se trouve sainte Thérèse de Lisieux qui s’est jointe à l’apostolat en 1885 à l’âge de 12 ans. Son formulaire d’adhésion a été retrouvé il y a environ six ans seulement. Elle l’avait avec elle au moment d’entrer au Carmel à Lisieux. Je crois que la spiritualité de la « petite voie » est venue en partie de la spiritualité de l’Apostolat de la prière.

engagement. L’Apostolat de la prière propose de faire une prière d’offrande quotidienne peu de temps après le réveil. Anticiper la journée: Quelles joies m’attendent aujourd’hui? Quelles souffrances? Quel est le travail à effectuer aujourd’hui? Quelles autres prières pourrais-je faire au cours de la journée? Tout offrir au Seigneur, et renouveler l’offrande au cours de la journée.Le but de l’offrande quotidienne est d’unir sa journée à l’offrande parfaite de Jésus dans l’Eucharistie, de sorte que la journée atteigne une portée éternelle.Ce n’est pas insignifiant, il y a une raison d’être. Il est utile de revoir chacune de ses journées et de se dire: En quoi consistait exactement mon offrande à Dieu aujourd’hui? Qu’est-ce qui me plaît? Comment Jésus et moi avons-nous travaillé ensemble pour mieux faire connaître son amour? Qu’ai-je fait qui me désole en ce moment? Je crois que si vous procédez ainsi, vous aurez un

Quel conseil pouvez-vous donner à une personne qui désire développer une vie de prière plus profonde? Concernant la prière, je recommande toujours aux personnes de commencer à petites doses, de demeurer fidèles à leur

L'offrande de chaque jour Mon Seigneur et mon Dieu Jésus-Christ, par le coeur immaculé de Marie, je me consacre à ton coeur, et je m'offre avec Toi au Père dans ton saint sacrifice de l'Eucharistie, y apportant ma prière et mon travail, mes souffrances et mes joies d'aujourd'hui, en réparation pour nos péchés, et pour que vienne à nous ton Règne. Amen. w w w. ko f c .o r g


moyens appropriés à leur état de vie particulier. Dans la troisième partie de L’Introduction, François confie à Philothéa des conseils pratiques pour vivre dans un monde parfois hostile et souvent indifférent à la poursuite de la sainteté par une personne laïque. Il conseille aux lecteurs de fréquenter des chrétiens de même sensibilité qui partagent leur désir de vivre l’Évangile et de devenir saints tout en vivant dans le monde. Ses conseils concernant les amitiés spirituelles, même entre époux, sont particulièrement éclairants. La cinquième et dernière partie de L’Introduction traite en profondeur de la valeur et du contenu de la retraite annuelle qui, durant la vie de François, a été introduite dans l’Église par la Compagnie de Jésus. JÉSUS EST VIVANT Depuis sa mort prématurée en 1622, saint François de Sales est admiré

fondement solide pour faire de votre journée une prière. De là, vous pouvez ajouter la lecture spirituelle et la lecture des Écritures, la célébration eucharistique quotidienne et peut-être un temps d’adoration eucharistique. Vous avez parlé d’un lien qui existe entre l’offrande quotidienne et la célébration eucharistique. Veuillez nous donner plus de détails sur ce lien. Après l’Année de l’Eucharistie et le synode des évêques de 2005, le pape Benoît XVI a produit un document intitulé Sacramentum Caritatis (Le sacrement de l’amour), divisé en trois parties. Le Saint Père affirme que l’Eucharistie est un mystère à croire, un mystère à célébrer et un mystère à vivre. La spiritualité de l’offrande quotidienne est traitée dans la troisième partie. Unir sa vie à la célébration eucharistique c’est vivre une vie eucharistique. Dans la prière d’offrande quotidienne, nous offrons « nos prières, notre travail, nos joies et nos souffrances en union avec Jésus Christ qui continue à s’offrir au Père dans l’Eucharistie partout dans le monde ». À tout instant une Eucharistie est célébrée quelque part dans le monde,et à ce moment nous pouvons nous unir spirituellement à la célébration eucharistique et offrir au Seigneur ce moment de la journée. Si POPE: CNS PHOTO/JESUITS LEFT: CNS PHOTO/GREGORY A. SHEMITZ, LONG ISLAND CATHOLIC

par les saints, les papes et les fidèles chrétiens. Sainte Jeanne-Françoise de Chantal s’est dévouée à mettre en marche le procès de sa canonisation et y participa de toutes ses énergies. Saint Vincent de Paul, contemporain et ami et de François et de Jeanne, a témoigné qu’il n’avait jamais connu une autre personne qui représentait plus parfaitement l’image du Fils de Dieu que François de Sales. Encore jeune séminariste, le pape Jean XXIII écrivit dans son journal intime que s’il pouvait un jour en arriver à imiter la vie de prêtre et le zèle de François de Sales il en serait fort satisfait, même s’il devait être élu pape! Et dans sa lettre apostolique rappelant le 400e anniversaire de la naissance de François, en 1967, le pape Paul VI notait qu’aucun docteur de l’Église n’avait davantage devancé l’esprit et l’enseignement du Concile Vatican II comme François de Sales.

En effet, saint François de Sales enseignait l’appel universel à la sainteté et le rôle central des laïques dans l’Église, proclamant « Vive Jésus » comme devise de tous et toutes. De la même manière, les Chevaliers de Colomb proclament « Vive Jésus » et désirent voir Jésus vivre dans leurs cœurs et devenir manifesté de plus en plus dans leurs actions et leurs relations. À cette fin, les Chevaliers auraient avantage à lire et étudier les écrits spirituels contenus dans L’Introduction à la vie dévote, qui sont aussi utiles aujourd’hui qu’ils l’étaient lorsque, il y a 400 ans, saint François les rédigea. ■

vivre une célébration eucharistique quotidiennement s’avère difficile,il est possible de vivre en union avec l’Eucharistie.

présents dans le monde par la radio.

Comment faire connaître les intentions de prière mensuelles du pape aujourd’hui, autrement que par la revue Columbia? L’Apostolat de la prière a une portée internationale, donc les pays ont un bureau national qui fait la promotion et la conscientisation des intentions. Traditionnellement, des dépliants publicitaires, que nous continuons à publier, étaient distribués. Avec l’arrivée du 21e siècle, nous avons établi un site Internet qui offre des ressources sur la prière en vue d’aider les personnes à comprendre la raison derrière les intentions particulières que le Saint Père nous propose tous les mois. Le site Internet offre des méditations mensuelles et quotidiennes, ainsi que des enregistrements audio et vidéo sur YouTube. Nous sommes aussi

À tout instant nous pouvons nous unir spirituellement à la célébration eucharistique et offrir au Seigneur ce moment de la journée.

Le père Lewis S. Fiorelli, o.s.f.s., est coordonnateur général de la formation et ancien supérieur général des Oblats de Saint François de Sales. Il agit également comme assistant auxiliaire religieux des fédérations américaines de l’Ordre de la Visitation de Sainte-Marie et comme vicaire à la paroisse Our Lady of Good Counsel de Vienna, en Virginie.

Quelles sont les ressources offertes par l’Apostolat de la prière? Nous effectuons deux envois postaux par année: celui de l’automne contient les intentions du pape et celui du printemps se veut une aide à la préparation de la fête du Sacré Cœur de Jésus. Un dépliant, publié sur une base mensuelle et disponible sur le site Internet, peut aider à comprendre les intentions de prière du pape. En plus des dépliants contenant les intentions du pape, nous nous efforçons de présenter une variété de documents en vue d’aider les gens. Par exemple, le dépliant récent intitulé The Real Value of Suffering (La valeur réelle de souffrance) est une prière basée sur une des 12 promesses de Jésus adressées à sainte Marguerite Marie. Dans divers pays où nous avons des membres, nous ne produisons pas les mêmes dépliants. Par exemple, au Canada anglais, l’Apostolat de la prière publie la revue The Messenger of the Sacred Heart (Le messager du SacréCœur). Au Mexique, le nom de la revue est Mensajero del Sagrado Corazon. En Pologne et aux Philippines, le mouvement de l’Apostolat de la prière est aussi très actif. L’Apostolat de la prière est universel. ■ c o l u m b i a / f é v r i e r 2 0 0 9 15


Faire connaître la miséricorde

Des fidèles brandissent une image géante de la Divine Miséricorde sur la Place Saint-Pierre, le 3 avril 2005, lors d’une messe solennelle en mémoire du pape Jean-Paul II.

Le message de la miséricorde de Dieu est diffusé en Amérique et dans le monde entier

E

PA R M A RY Z U R O L O WA L S H

En parrainant le tout premier Congrès de la Miséricorde tenu à Rome en avril 2008, les Chevaliers de Colomb ont contribué à donner vie à un mouvement qui, comme l’espèrent les organisateurs, déclenchera une réflexion sur la miséricorde de Dieu dans toute l’Amérique du Nord. Le Congrès nord-américain de la Miséricorde est prévu pour le week-end du 14-15 novembre 2009, à Washington. « Nous tentons de faire traverser l’Océan Atlantique une étincelle du message du congrès de Rome, » explique l’abbé Matthew Mauriello, membre du conseil St. Augustine 41, de Stamford, au Connecticut. L’abbé Mauriello a agi comme directeur américain du congrès de Rome, et avec la collaboration des Marians of the Immaculate Conception, de Stockgbridge, au Massachusetts, agit comme organisateur du congrès nordaméricain.

16

Le congrès a comme but de rendre plus connu universellement « le message… de l’abondante miséricorde du Seigneur, note l’abbé Mauriello. Plus nous en apprenons sur le Seigneur et ses traits particuliers, plus nous pouvons être transformés. » « LA MISÉRICORDE DE DIEU, C’EST POUR TOUT LE MONDE » Le congrès de cinq jours, qui recevait l’appui financier du Conseil suprême, s’est ouvert le 2 avril 2008, troisième

anniversaire de la mort du pape JeanPaul II. Le pape Benoît XVI qui présidait l’Eucharistie de clôture sur la place Saint-Pierre, le 8 avril, s’est montré dès les débuts d’un grand soutien pour le premier Congrès de la miséricorde et sa mission. C’est le cardinal Christoph Schöborn, archevêque de Vienne qui, dès 2005, approche d’abord le pape pour lui présenter l’idée du congrès, après avoir animé une retraite internationale sur la Divine Miséricorde, à Lagiewniki, en Pologne. Ensuite des thèmes spéciaux et des ateliers en diverses langues sont prévus pour chacune des journées et plusieurs cardinaux sont nommés parmi les conférenciers. Le programme comprend également chaque jour une célébration eucharistique, l’adoration eucharistique, le sacrement de pénitence, une procession aux flambeaux et la récitaw w w. ko f c .o r g


tion continue du chapelet de la Divine Miséricorde. Le Congrès nord-américain de la miséricorde suivra un format semblable à celui du congrès mondial, bien que de moindre envergure. « Tout le monde est invité au congrès nord-américain », insiste l’abbé Mauriello, qui espère attirer quelque 4000 participants — nombre suffisant pour remplir la Basilique de L’Immaculée-Conception où se tiendra le congrès. Le rassemblement sera organisé à la manière d’un pèlerinage d’une journée afin de permettre aux visiteurs du sanctuaire de participer au congrès en entier en une seule journée sans avoir à souffrir de dépenses de logement, de préciser l’abbé Mauriello. Le thème proposé pour le congrès national — « La miséricorde, notre espérance: en prendre conscience et en vivre » — est inspiré de l’encyclique Spe Salvi (De l’espérance chrétienne). Tout au cours de la première journée du congrès, les conférenciers exploreront divers aspects de la miséricorde de Dieu. La célébration eucharistique servira d’activité principale du congrès qui provisoirement est prévue pour la soirée du samedi afin d’accommoder les évêques américains présents à Washington pour leur rencontre d’automne annuelle. Il y aura également adoration eucharistique et célébration du sacrement de réconciliation. « Le congrès mondial n’était pas censé être une fin en lui-même, mais bien un début », explique Dan Valenti, journaliste principal et rédacteur des Marian Services, qui a participé au congrès mondial de Rome et est comme membre du bureau de direction du congrès national. « La miséricorde de Dieu c’est pour tout le monde », remarquait M. Valenti, avouant que pour lui, c’est l’évidence même au cours d’une conversation avec des représentants de fois différentes durant le congrès de Rome. « Tous avaient un élément commun quand il s’est agi de la miséricorde de Dieu, ajoutait M. Valenti. Tous ils l’ont compris. Tous l’exprimaient dans leur langue propre, mais il ne s’agissait pas d’un concept qui leur était étranger. » TOP LEFT: CNS PHOTO FROM REUTERS ABOVE: CNS FILE PHOTO/MARY ANN WYAND, THE CRITERION

D’HUMBLES DÉBUTS Dan Valenti et l’abbé Mauriello insistent tous les deux pour dire que le congrès a pour but de proclamer au monde l’important message de la miséricorde de Dieu. C’est un objectif qui dépasse simplement le fait de se centrer sur la dévotion envers Jésus en tant que Divine miséricorde, dévotion qui a connu ses débuts à la fin des années 1930, grâce à sainte Faustina Kowalska (1905-1938). Membre de la congrégation des Sœurs de Notre-Dame-de-la-Merci de Pologne, sœur Faustina a inscrit dans son journal les révélations privées qu’elle a reçues touchant la miséricorde de Dieu.

« Le congrès mondial n’était pas censé être une fin en lui-même, mais bien un début. » Les écrits de cette humble religieuse, que le pape Jean-Paul II canonisait en avril 2000, sont centrés sur le message selon lequel Dieu nous aime quelle que soit la gravité de nos péchés. L’expression « Jésus, j’ai confiance en toi » se trouve au coeur de la dévotion et apparaît dans l’image de la Divine Miséricorde — tableau du

Christ ressuscité dont le cœur émet des rayons lumineux rouges et blancs. « Cette dévotion était une expression merveilleuse de la miséricorde de Dieu, mais nous ne voulons pas la limiter, » notait l’abbé Mauriello en ajoutant que les efforts amorcés, tels que le Congrès mondial et le Congrès national, tentent de rendre la miséricorde plus universelle. Pour Dan Valenti, la dévotion à la Divine Miséricorde pourrait être comparée au lancement d’une fusée. « Une fusée est d’abord soumise à une étape durant laquelle un suramplificateur la mène jusqu’à une certaine hauteur, après quoi celui-ci est largué, expliquet-il. Ensuite, d’autres forces l’entraînent plus haut encore et c’est ce que nous avons l’intention de faire. » « La miséricorde se trouve à un moment crucial, affirme M. Valenti. Le moment se présente maintenant de se saisir de la miséricorde et de la mener jusqu’au sein de l’Église universelle. » Quant à Jose Agapito Gamez, membre du conseil Palm City 8298, de McAllan, au Texas, il espère s’engager justement dans cette direction. En effet, il collabore à l’organisation d’une célébration de la fête de la Divine Miséricorde qui aura lieu les 18 et 19 avril, à la basilique du sanctuaire national de Our Lady of San Juan del Valle. c o l u m b i a / f é v r i e r 2 0 0 9 17


Située à San Juan, au Texas, la basilique reçoit quelque 20 000 visiteurs chaque année, d’après M. Gamez, qui est également le directeur de la librairie du sanctuaire. San Juan est situé à proximité de la frontière avec le Mexique et les visiteurs des deux pays se rendent au sanctuaire. « Cette activité se produit dans un endroit situé entre deux grandes nations, » remarque M. Gamez, qui espère que les pèlerins comprendront que la miséricorde de Dieu est beaucoup plus qu’une simple dévotion. « De fait, affirme-t-il, il s’agit d’un changement de style de vie. » En plus de la célébration de l’Eucharistie, de l’adoration eucharistique, du sacrement de la réconciliation et de la récitation continue du chapelet de la Divine Miséricorde, les organisateurs prévoient le dévoilement d’une image de la Divine Miséricorde, de 12 m — probablement la plus grande du monde entier. Des citations du journal de sainte Faustina seront affichées un peu partout sur le terrain du sanctuaire. « ÉMINEMMENT RESPONSABLES » Au cours des mois qui précéderont le Congrès nord-américain, des rassemblements sur la divine miséricorde sont prévus dans plusieurs villes, entre autres San Diego, le Bronx (New York), Stockbridge, au Massachusetts et Los Angeles. D’autres rencontres régionales sont également planifiées dans le Nord-est, l’Ouest, le Midwest, le Sud-est et le désert du Sud-ouest des États-Unis. D’après M. Valenti, la tenue de congrès continentaux en Europe, aux Philippines, en Afrique et peut-être en Inde est à prévoir. Des membres des Chevaliers de Colomb sont engagés dans la planification des prochains congrès locaux. Par exemple, le docteur Bryan Thatcher, membre du conseil Incarnation 8612, de Tampa, en Floride, collabore à l’organisation de deux grandes conférences — l’une à Tampa et l’autre à Minneapolis, en juin 2009. Le frère Thatcher est fondateur des Eucharistic Apostles of Divine Mercy [Apôtres eucharistiques de la Divine Miséricorde], apostolat qui s’est développé en 1995, à partir d’un groupe de prière. L’organisme a depuis

18

Des religieuses prêtes à assister à la messe d’ouverture du tout premier Congrès apostolique mondial sur la Miséricorde, parrainé par les Chevaliers de Colomb. Le pape Benoît XVI a célébré cette messe sur la Place Saint-Pierre, le 2 avril 2008.

grandi et regroupe maintenant plusieurs milliers de « cenacle prayer groups » [groupes de prière du cénacle], répandus dans le monde entier. D’après M. Thatcher, les conseils des Chevaliers parrainent souvent des conférenciers provenant de l’apostolat pour aider à répandre le message de la divine miséricorde.

« Les Chevaliers ont l’éminent devoir de partager et de défendre la foi. Comme la miséricorde se trouve le plus grand don reçu de Dieu nous nous devons de le partager. » « C’est un message qui doit être vécu, affirme M. Thatcher, qui croit que le message de la miséricorde agit comme complément à la mission des Chevaliers. Nous avons besoin de retourner au fondement de la foi: l’Eucharistie et la Réconciliation, le respect du don qu’est la vie humaine, et le besoin de vivre la miséricorde dans les familles et les milieux de travail, grâce au pardon et à la confiance en Dieu. »

M. Thatcher incite les Chevaliers à participer aux congrès. « Leur participation leur donnera une appréciation plus approfondie de leur foi et leur servira d’appel aux armes spirituelles afin de les aider à s’y prendre en ces temps difficiles où nous vivons », remarque-t-il. « Les Chevaliers ont l’éminent devoir de partager et de défendre la foi. Comme la miséricorde se trouve le plus grand don reçu de Dieu nous nous devons de le partager. » M. Gamez se fait l’écho de cet avis. « Notre époque se présente comme une véritable gageure, de sorte que, de plus en plus, tous les catholiques doivent imiter la vie du Christ, ajoutet-il. En tant que Chevaliers, nous sommes responsables de défendre et d’accorder notre soutien à l’Église catholique à tous les paliers. » Encore une fois, l’abbé Mauriello insiste en notant qu’une compréhension juste de la miséricorde de Dieu peut changer des vies. « Votre inspiration s’accroît en approfondissant la connaissance de la miséricorde de Dieu. Nous tâchons d’être plus semblables au Christ en vivant la miséricorde » note-t-il finalement. ■ Mary Zurolo Walsh est journaliste au service de la presse catholique. Elle travaille de son domicile, à Hamden, au Connecticut.

w w w. ko f c .o r g


PROPHÈTES PARMI NOUS Par leur sagesse et leur témoignage de charité chrétienne, les aînés se portent souvent en porte-parole du Seigneur. par le père Carlo Notaro, camilien

Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C'était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d'Israël, et l'Esprit Saint était sur lui. L'Esprit lui avait révélé qu'il ne verrait pas la mort avant d'avoir vu le Messie du Seigneur (Luc 2, 25-26).

S

iméon était un prophète âgé et comme l’atteste le qui poursuit la lutte du bien contre le mal. passage de Luc, « l’Esprit du Seigneur était sur lui ». Tout comme « l’Esprit Saint était » sur le prophète Combien de gens âgés se rendent compte qu’eux Siméon, nous aussi nous devons prier pour devenir les aussi, chacun à sa manière, sont des temples de l’Ésprit Saint. Nous pouvons y prophètes inspirés par l’Esprit? Le terme procéder grâce à l’Eucharistie et les autres « prophète » veut d’abord dire portesacrements. Nous devrions également parole du Seigneur. Une personne plus cultiver la dévotion à Marie, Mère de âgée possède la sagesse et l’expérience Dieu, à saint Joseph, le chaste et juste proqu’il faut pour proclamer la Parole de tecteur de la Sainte Famille, ainsi qu’aux Dieu à d’autres avec autorité. autres saints qui ont marqué nos vies. Les personnes plus âgées pourraient Non seulement l’Esprit nous guide se dire intérieurement: « Comment dans la prière, mais il nous accorde égalepourrais-je devenir prophète? » (cf. Luc 1, ment la grâce de croire et de professer 37). Dans sa Lettre aux personnes âgées notre foi. Notre force est rendue plus (1999), le pape Jean-Paul II déclarait que forte lorsque nous disons le Credo le les personnes âgées « Elles sont les gardidimanche et lorsque nous commençons ennes de la mémoire collective et, pour le chapelet. Nous pouvons aussi grandir cette raison, les interprètes privilégiées dans l’intelligence de la foi à la lecture du de l'ensemble de valeurs et d'idéaux Catéchisme de l’Église catholique selon communs qui règlent et guident la conson propre rythme. Aussi est-il très vivialité sociale. » C’est ainsi qu’une perimportant de passer quelque temps à lire sonne âgée devient le lien entre les dif- La présentation de Jésus au temple telle la Bible. D’autres lectures spirituelles férentes générations et pourrait être con- que dépeinte dans un vitrail de la cathé- peuvent également nous aider à grandir sidérée comme un « visionnaire ». Ce qui drale St. Michael’s, à Toronto. La fête de dans la foi. est le reflet d’une autre dimension du la Présentation du Seigneur est célébrée Néanmoins, même si la prière et la terme « prophète » dans l’Écriture sainte le 2 février. foi sont très importantes, saint Jacques — quelqu’un qui possède une vision parécrit: « La foi sans les œuvres est morte » ticulière de l’avenir. (Jc 2, 26). En d’autres termes, notre foi est nourrie par l’eGuidées par l’Esprit Saint, les personnes âgées peuspérance et réalisée dans l’amour. La vertu d’amour, vent être prophètes de trois manières surtout. D’abord, c'est-à-dire la charité chrétienne, est la pierre d’angle des ils peuvent, en paroles et en actions, servir d’exemple au personnes de tous âges. Une personne plus âgée est sein de leurs familles. Ce qui se révèle particulièrement appelée de manière particulière son amour envers le par rapport aux plus jeunes membres de leurs familles, Seigneur, enfers les autres et enfin, envers elles-mêmes. c'est-à-dire les futurs « prophètes ». Le pape Jean-Paul II s’exclamait: « Nombreux sont ceux Ensuite, elles peuvent proclamer les paroles de vérité qui trouvent compréhension et réconfort auprès des perde l’Église, notamment dans les paroisses auxquelles sonnes âgées, seules ou malades, mais capables de elles appartiennent. C’est par l’Église, au sein de laquelle redonner courage par un conseil affectueux, par la prière on est nourri du corps et du sang du Christ dans silencieuse, par le témoignage d'une souffrance accueill’Eucharistie, qu’est reçue et fortifiée l’inspiration de lie dans l'abandon et la patience! » suivre sa vocation chrétienne. Au fur et à mesure qu’elle En effet, c’est en étant rempli de la grâce de l’amour vieillit, toute personne peut, sur la terre, avoir une vision exprimé par l’Esprit Saint dans son cœur, qu’un plus claire de Dieu, anticipant sa présence dans le ciel prophète plus âgé peut le mieux rendre témoignage. À la avec les « yeux de la foi ». fin de sa vie, saint Jean de la Croix disait qu’« au déclin Enfin, les personnes âgées peuvent être témoins pour de la vie, nous serons jugés sur l’amour ». ■ le monde. Jésus mentionnait qu’on pouvait être « dans Le père Carlo Notaro,O.S. Cam,S.T.D. est prêtre de l’Ordre des Camiliens et le monde mais non pas du monde » (cf. Jn 17, 14-15). travaille avec les personnes âgées depuis 30 ans. Sa thèse de doctorat Notre foi ne nous est pas réservée à nous en exclusivité, porte sur la spiritualité de l’âge mûre. mais elle doit se transformer en levain dans le monde TOP LEFT: DAN VALENTI ABOVE: CNS PHOTO/NANCY WIECHEC

c o l u m b i a / f é v r i e r 2 0 0 9 19


Pour le soutien de la troupe Chevaliers et scouts célèbrent une histoire de longue collaboration

L

PA R M I K E L ATO N A

La salle de réunion du conseil Holy Trinity 3413, de Glen Burnie, au Maryland, s’avère un espace sacré pour Matthew McClain. Sans cet édifice et les Chevaliers de Colomb qu’il loge, il n’en serait peut-être pas arrivé aux réalisations extraordinaires qui lui ont permis d’obtenir: 35 insignes de mérite, plusieurs bonnes amitiés et une surabondance incalculable de confiance en lui-même. « Nous faisons beaucoup de choses là. Nous parlons de l’esprit du scoutisme » note M. McClain, 41 ans, qui est atteint du syndrome de Down. L’édifice des Chevaliers loge la Troupe d’éclaireurs 216, une unité scoute créée il y a près de 30 ans pour accueillir des hommes de la région de Baltimore atteints de handicaps intellectuels. Récemment, M. McClain manifestait son appréciation pour l’appui reçu des Chevaliers en laissant sa marque personnelle sur l’édifice. En effet, son projet en vue d’être admis comme Eagle Scout a consisté à planifier et exécuter des rénovations importantes à l’extérieur de la salle et dans le parterre. M. McClain a été reçu de la plus grande distinction scoute à l’occasion d’une cérémonie de la Cour d’honneur tenue le 19 octobre 2008. Presque tous ses camarades de la troupe 216 — à laquelle appartient Matthew depuis 30 ans — étaient présents pour partager ce moment de fierté. De plus, plusieurs Chevaliers étaient du nombre des plus de 150 participants — manifestation de loyauté typique envers la troupe. Alors que les Boy Scouts of America (BSA) s’apprêtent à fêter leur centenaire, en février 2010, les

20

Chevaliers de Colomb partageront ces fêtes du fait d’avoir donné leur appui aux BSA depuis leurs débuts. UN LIEN PARTICULIER Le succès obtenu par M. McClain compte parmi les nombreux exemples de Chevaliers venant en aide aux scouts tant par leur aide financière et l’usage de locaux que par la collaboration partagée lors de campagnes de financement et autres activités. Toutefois, rares sont les associations qui partagent des relations aussi chaleureuses que celles qui existent entre la troupe 216 et le conseil 3413. Les Chevaliers fournissent des locaux de rencontres et d’entreposage à cette troupe aux besoins particuliers: de l’aide financière provenant d’activités telles que la vente de Tootsie Rolls; sans compter « un montant extraordinaire de soutien moral », selon Mike Conlon, responsable du progrès pour la troupe 216 et membre du Comité national catholique du scoutisme pour l’archidiocèse de Baltimore. La troupe 216 comprend 15 scouts, âgés de 21 à 71 ans. M. Conlon note que la plupart sont atteints du syndrome de Down, bien qu’il y ait un membre qui souffre d’autisme et un autre qui est aveugle. Bien que les chefs adultes soient également atteints de handicaps de développement, M. Conlon affirme que la troupe s’efforce de participer aux activités régulières du scoutisme, telles que les jamborees, les camps et les retraites religieuses. « La plupart du temps, nous faisons comme toute autre troupe scoute. Nous nous rendons au plus grand nombre d’activités possible, »

Bob Connelly, membre du Conseil 2813 Bishop Dunne, à Fort Worth, au Texas, et engagé depuis plus de 70 ans au sein du mouvement scout, s’est joint à un louveteau lors du salut au drapeau effectué lors d’une retraite pour scouts catholiques, en 2007.

note M. Conlon qui, ainsi que le chef scout Jim Dunne, est membre du conseil Father McGivney 7025. La troupe 216 a été fondée en janvier 1980, après qu’un scout handicapé fut incapable de compléter son degré d’Eagle Scout avant d’avoir atteint l’âge requis de 18 ans. Matthew McClain, d’autre part, a pu mettre tout le temps qu’il lui fallait pour atteindre ce degré. M. Conlon note que les Chevaliers reconnaissent l’importance de rendre possibles certaines conditions exceptionnelles pour cette coalition particulière de scouts. « Il n’existe pas beaucoup d’activités auxquelles peuvent participer des personnes handicapées. C’est n’est pas comme vous et moi. Nous pouvons monter an auto et nous rendre à une activité », explique-t-il. Et pourtant, comme l’illustrait si bien M. McClain, la troupe peut apporter beaucoup de choses. Il a été témoin de rénovations apportées au centre colombien, entre autres, le renouvellement de trottoirs, la plantation d’arbustes, d’arbres, de semences de pelouse, de peinture, de ménage et de débarras de déchets. Le travail a été réalisé avec l’aide des coéquipiers de M. McClain et de scouts provenant d’autres troupes locales. M. McClain admet « qu’il a fallu du temps » avant qu’il obtienne son w w w. ko f c .o r g


Chevaliers ont préparé le repas, tandis que les scouts s’occupaient du service aux tables, des boissons et du ménage. Le repas a rapporté DE NOMBREUSES SOURCES près de 1000 $ que DE SOUTIEN partageaient à parts égales D’après Ed Gargiulo, ancien les deux groupes et cette preprésident national des mière aventure partagée s’est scouts catholiques, quelque avérée un franc succès. 800 conseils de Chevaliers Mais ce qui devient plus ont participé à la fondation important encore, peut-être, de quelque 1400 unités c’est l’influence positive scoutes. À la fin de 2007, ces qu’exercent les Chevaliers unités comptaient 35 000 sur la croissance personnelle scouts et 15 700 chefs des scouts. adultes. Les deux organ« Tout le monde a trouismes ont également réuni vé qu’il s’agissait d’une leurs ressources, en 2006, en Sam Carnley (à gauche), du Conseil 11537 Prince of Peace de bonne expérience, explique vue de la réalisation d’une Hoover, en Alabama, remet à Brody Allison un certificat de reconTed Hoerstmann, membre initiative de promotion de naissance pour l’obtention du rang de Scout Aigle (Eagle Scout). du conseil 14094. Je pense nouvelles unités scoutes à Apparaît également sur la photo le père du jeune homme, Sam; les deux sont des membres actifs du Conseil 11537. tout simplement que les travers les États-Unis. Chevaliers sont de bons conParmi ces associations, il en existe plus de 150 qui collaborent Louveteaux 712 qui, difficilement, en seillers pour les scouts. » M. Ryan croit que Chevaliers et avec les Chevaliers depuis 50 ans et arrive à obtenir des fournitures et scouts sont d’excellents compléments davantage. Un exemple remarquable payer leurs cotisations. « Si vous avez une meute active les uns des autres, étant donné leur de collaboration continue se présente à Keller, au Texas, où le conseil Msgr. comme la nôtre, nous avons des activ- enthousiasme pour le développement Robert M. Nolan 759 a joué un rôle ités trois week-ends chaque mois, ce des habiletés de direction. « J’ai entendu des gens me dire, et important dans le développement des qui coûte des sous », explique premières unités BSA catholiques Michael Redavid, membre du conseil j’ai pu le constater par moi-même, que dans la région de Forth Worth à la fin 4999 et chef adjoint de la meute 712. vous recevez plus de formation en des années 1920. Dans la coulée de ces « Pour être promu à un rang supérieur, direction et en administration chez premières années on remarque le par- certaines activités sont obligatoires. » les scouts que dans le milieu des M. Redavid ajoute que ces expéri- affaires », note M. Ryan. Il ajoute que rainage continu du conseil de la troupe scoute 32 qui, d’après l’aide- ences de vie peuvent se solder en de le milieu de foi a aussi des effets à long chef scout John Ryan, compte aujour- ristournes très précieuses pour les terme. Cinq prêtres et religieux sorscouts. « Cela ne s’évalue pas en tent de la troupe 32, et neuf jeunes d’hui 160 garçons et 120 adultes. M. Ryan, qui est aussi membre du argent », explique-t-il. hommes affiliés à la troupe sont conseil 759 et agit comme président éventuellement devenus grands du Conseil national des scouts pour le chevaliers de leurs conseils. diocèse de Forth Worth, a organisé Et pourtant, les Chevaliers n’esti« Vous recevez plus de une campagne de souscription pour ment pas que le scoutisme soit un permettre à des garçons démunis de formation en direction et organisme exclusif limitant ses memfaire un pèlerinage d’une semaine à bres aux seuls catholiques. Au conen administration chez des sites religieux locaux et ainsi traire, tous les jeunes sont incités à en mériter leurs médailles « Ad altare faire partie, quels que soient leur les scouts que dans le Dei » [Jusqu’à l’autel de Dieu]. M. habileté physique ou intellectuelle, Ryan a recueilli plus de 1000 $ en solleur origine ethnique, leur statut finmilieu des affaires. » licitant des membres anciens et ancier ou leur affiliation religieuse. actuels du conseil. « Ce conseil est là, tâchant de faire « J’ai toujours cru que si un garçon en sorte que la communauté et les veut se rendre quelque part, il ne familles se rencontrent dans des activdevrait pas en être privé par le AU SERVICE DU BIEN COMMUN ités conjointes, note M. Redavid. manque d’argent », observe M. Ryan. Le conseil St. Aloysius 14094, de Toutes les formes, toutes les tailles, Ce credo est partagé par le conseil Shandon, en Ohio, arrive tout juste à toutes les couleurs — tous les jeunes Santa Maria 4999, de North Palm la collaboration Chevaliers-scouts. Ce sont égaux. » ■ Beach, en Floride qui, concrètement, conseil de la région de Cincinnati a agi Mike Latona est journaliste au Catholic Courier, le grâce à son programme intitulé comme principal organisateur d’un journal officiel du diocèse de Rochester, État de « Aucun scout d’omis », initiative qui repas-bénéfice aux spaghetti avec la New York, et membre du conseil Our Lady of the aide les familles de la meute de troupe scoute 935, en juillet 2008. Les Cenacle 3892, de Greece, État de New York. grade d’Eagle, mais il se réjouit du succès de l’opération.

c o l u m b i a / f é v r i e r 2 0 0 9 21


Une oasis

de foi Le centre Newman St. John’s Catholic, qui célèbre ses 80 ans, prodigue du soutien spirituel dans une université séculière

C

PA R N AT E B R O W N

C’est le plus grand centre Newman des États-Unis, et il n’aurait jamais pu voir le jour sans l’aide des Chevaliers de Colomb. Le centre Newman St. John’s Catholic (SJCNC) à Champaign, dans l’Illinois, s’offre à des milliers d’étudiants catholiques de l’université de l’Illinois. Alors qu’il célèbre ses 80 ans, le centre – implanté bien en vue au cœur de l’université – est louangé par les étudiants, le personnel ainsi que le clergé, pour le secours qu’il procure. Plusieurs, comme Tristen Pisarczyk, créditent d’emblée les Chevaliers pour avoir aidé à la réalisation de ce rêve. « Notre centre Newman a vu le jour grâce aux Chevaliers », indique Tristen Pisarczyk, actuel directeur administratif du Newman Hall. « Ils ont fait don de 50 000 $ au début des années 1900 afin que les étudiants catholiques de l’université de l’Illinois soient mieux servis. En 1924, ils ont acheté l’immeuble pour 200 000 $ et construit autour le complexe actuel. » DE PUISSANTS DIVIDENDES Le retour sur l’investissement des Chevaliers a dépassé toutes les espérances. Aujourd’hui, St. John’s occupe une place de choix au sein des centres Newman et il offre une vaste gamme d’options aux étudiants soucieux de rehausser leur spiritualité. En septembre dernier, la communauté SJCNC a célébré la consécration d’un projet d’agrandissement de 40 millions $, qui comprenait de nouvelles installations résidentielles comprenant une cafétéria, des locaux pour l’étude et des salons communs pour

22

favoriser la socialisation, ainsi qu’un centre de conditionnement physique. On en a profité également pour revoir l’aménagement intérieur et agrandir la bibliothèque. « Nous avons la chance unique de pouvoir compter sur des résidences capables d’accueillir 600 étudiants », souligne Tristen Pisarczyk. Même si St. John’s n’est pas la seule résidence homologuée à l’université, le centre abrite plus d’étudiants que toutes les autres confessions réunies n’arrivent à le faire, sur le même campus. Plusieurs finissants continuent d’ailleurs à profiter de la résidence, si bien que certains autres doivent s’inscrire sur une liste d’attente. « Les gens veulent rester et faire partie du groupe », explique Tristen Pisarczyk. L’ampleur des ressources aujourd’hui disponibles est impressionnante, grâce à la vision instaurée par Mgr Stuart Swetland lorsqu’il a commencé son ministère à titre de directeur de St. John’s, en 1997. « Nous sommes présents, sur place, en tant que catholiques et pouvons ainsi aider les étudiants à prendre d’importantes décisions de vie, dit l’évêque. Nous avons réalisé que si nous conservions la clientèle des jeunes durant leurs études, ils avaient plus de chances de rester dans l’Église une fois leur diplôme obtenu. » L’équipe en poste à St. John’s répond aux besoins spirituels des étudiants à l’aide de moyens traditionnels, mais de manière extraordinaire. « Nous touchons quelque 10 000 étudiants, précise Tristen Pisarczyk. Nous offrons la messe quotidienne, six

La messe de consécration solennelle en la chapelle St. John’s Catholic de l’université de l’Illinois s’est déroulée le 8 septembre 2008.

messes dominicales et des séances d’adoration eucharistique. L’intérêt est palpable, et pour nos étudiants qui demeurent dans nos résidences, la chapelle est ouverte jour et nuit. Celleci est d’ailleurs si populaire qu’il est très rare d’y entrer, à n’importe quelle heure, sans constater que quelqu’un s’y trouve. » FORMÉS, PRÉSENTS ET DÉVOUÉS Au SJCNC, on compte également certains autres groupes d’étudiants, auprès desquels le Conseil 2782 Illini assure une solide présence. Les Chevaliers de Colomb continuent en effet à représenter un modèle au centre Newman, tant aux yeux du public que derrière, en coulisses. « St. John’s est depuis longtemps en lien avec les Chevaliers, dit Tristen Pisarczyk. Nous avons eu le premier Conseil étudiant au sein d’une université séculière et nous sommes encore aujourd’hui un Conseil très actif. » Selon Mgr Swetland, les Chevaliers ont non seulement été responsables de la fondation du centre Newman de cette université, mais ils ont aussi contribué à y maintenir un « besoin spirituel continuel ». L’Ordre a donné à l’université son premier aumônier officiel, le père John O’Brien, en 1915, et il n’a depuis jamais cessé d’être actif au sein de la communauté catholique, làbas. « Les Chevaliers ont toujours été bien formés, dévoués et présents, affirme Mgr Swetland. Ils n’hésitent jamais à faire le nécessaire pour aider St. John’s à poursuivre sa mission. Sans aucun doute, ils figurent parmi nos paroissiens les plus éminents. » w w w. ko f c .o r g


Lors de la cérémonie officielle de coupure du ruban par suite des rénovations au centre Newman St. John’s Catholic : (à partir de la gauche) les administrateurs du SJCNC Bill et Jo Ellen Zerrusen, le président de l’université de l’Illinois B. Joseph White, le directeur du SJCNC père Greg Ketcham, l’évêque de Peoria Mgr Daniel R. Jenky, l’aumônier honoraire Mgr Edward Duncan, un ancien du SJCNC, Joe Kaiser, et enfin l’étudiante Sara Maletta.

Chaque année, environ 20 nouvelles recrues adhèrent au Conseil 2782, qui compte tant Tristen Pisarczyk que Mgr Swetland parmi ses membres. Autre succès acclamé sur le campus, la fraternité « Fellowship of Catholic University Students » (FOCUS) [Association d’étudiants catholiques]. Fondée en 1998, FOCUS s’intéresse aux universités séculières et catholiques. St. John’s abrite huit missionnaires FOCUS qui dirigent des lectures sur la Bible et font du mentorat auprès de jeunes catholiques désireux de grandir dans leur foi. Pour Brendan Heffron, ancien élève de l’université de l’Illinois et membre du Conseil 1369, St. John’s et l’expérience qu’il y a vécue sont à l’origine de sa croissance spirituelle. « Les lectures bibliques et l’esprit fraternel m’ont raffermi, surtout quand il s’est agi d’approfondir ma connaissance des saintes Écritures, explique l’intéressé. L’existence d’un programme jeune et dynamique comme FOCUS est aussi d’un grand secours. » Pendant ce temps, leur engagement au sein des Chevaliers permet aux étudiants de témoigner activement de leur foi dans la communauté au sens large. « Ils mettent le maximum d’énergies sur l’évangélisation, et ils s’acquittent de cette tâche en travaillant auprès de groupes d’entraide et en faisant du bénévolat dans des soupes populaires », indique Brendan Heffron. Parmi les autres activités du Conseil, notons une campagne PHOTOS: COURTESY ST. JOHN’S CATHOLIC NEWMAN CENTER

annuelle de financement aux portes du Memorial Stadium, au profit des personnes handicapées sur le plan intellectuel. Mais si les Chevaliers étudiants font des dons en argent, ils s’attachent encore bien plus à donner de leur temps, précise Heffron. « L’impact est alors beaucoup plus grand que lorsqu’on remet un chèque et que tout s’arrête là. » Ajoutent de la profondeur à la gamme de ressources de ce centre Newman, des retraites spirituelles et des conférences données par des orateurs prestigieux. Le plus important programme de retraites, baptisé Koinonia, organise quatre retraites par année scolaire et tiendra d’ailleurs sa centième au cours du présent mois. FAIRE RAYONNER LE CHRIST Avant de laisser le SJCNC en 2006 pour aller servir à l’université Mount St. Mary’s d’Emmitsburg, au Maryland, Mgr Swetland s’est assuré de faire de la formation catéchistique le point focal du centre. Pour y arriver, une panoplie de programmes sociaux et éducatifs, la célébration religieuse de la messe et tous les efforts possibles pour aider chacun à vivre sa foi de manière limpide et joyeuse. « Notre mission est de faire irradier Jésus-Christ au moyen de la parole et des sacrements, dit l’évêque Swetland. Le Christ est le modèle ultime. » De l’avis de tous, cette mission porte fruit. Seulement au cours des 11 dernières années, environ 90 diplômés

de l’université de l’Illinois sont entrés au séminaire ou ont embrassé la vie consacrée. Selon Brendan Heffron, la seule présence « d’hommes catholiques bons, forts et intelligents » comme Mgr Swetland et les autres dynamiques prêtres du SJCNC suffit à raffermir la foi des étudiants. La nouvelle évangélisation entreprise par ceux-ci exige un engagement continu non seulement envers le bien-être spirituel des étudiants actuels, mais aussi envers celui de ceux et celles qui n’ont pas encore mis le pied sur le campus. En témoigne, par exemple, le fait que Tristen Pisarczyk fasse des visites de sensibilisation dans des écoles secondaires catholiques. « Nous cherchons à les convaincre de se joindre, le moment venu, à la communauté catholique et étudiante de l’université de l’Illinois, dit le principal intéressé. À titre de plus gros centre Newman du pays, nous pouvons leur donner les ressources pour poursuivre leur cheminement spirituel. » Chose certaine, les ressources disponibles à St. John’s ne cessent de s’étendre. Depuis 2001 par exemple, le centre abrite un institut pour la pensée catholique, un programme univeritaire catholique qui offre aux étudiants la possibilité de s’inscrire à ses cours formellement ou en tant qu’auditeur libre. En fournissant une éducation catholique au sein d’un environnement séculier, l’Institut se joint au Newman Hall et à la chapelle catholique St. John’s pour offrir un troisième pilier au SJCNC. Selon Mgr Swetland, les jeunes sont attirés par le centre parce qu’ils ont soif d’apprendre et qu’ils souhaitent faire écho à la proclamation authentique de l’Évangile. « Les gens de cette génération cherchent la vérité, poursuit-il. Or très peu d’intervenants dans la société ont le courage de se lever et de dire : ‘Voici la vérité qui vous procurera la joie ainsi que la paix.’ Nous essayons pour notre part de leur communiquer directement cette vérité. S’ils ne la trouvent pas ailleurs, c’est qu’elle ne s’y trouve pas. Seulement dans JésusChrist peut-on la découvrir. » ■ Nate Brown,un journaliste indépendant d’Aurora, dans l’Illinois,est membre là-bas du Conseil 12005 Robert H.Weaver.

c o l u m b i a / f é v r i e r 2 0 0 9 23


MEDITATION

LES FLEURS DE NOTRE DAME Les fleurs dorées sur l’image de Notre-Dame-de-Guadalupe sont orientées vers une civilisation de l’amour fondée sur Jésus Christ PAR L’ABBÉ EDUARDO CHÁVEZ SÀNCHEZ

N.D.L.R. : Ci-dessous le deuxième article d’une série que présentera l’abbé Eduardo Chávez Sánchez, en prévision du tout premier congrès marial international des Chevaliers. Ce congrès, consacré à Notre Dame de Guadalupe,se tiendra du 6 au 8 août,à Phoenix,en Arizona,immédiatement après le 127e Congrès suprême. Pour obtenir plus de renseignements, visiter le site www.guadalupefestival.org.

Ces symboles — le cœur et le sang — représentent la vie, propriété seule de Dieu. Ainsi, cette image de la fleur-cœur-temple et tige-rivière se trouve en même temps à être le symbole d’une personne qui vit pour le Dieu véritable. En observant jusqu’à l’intérieur de cette image, on découvre un visage pourvu d’yeux, de nez et de bouche. Selon un concept autochtone, la personne ur l’image de Notre Dame de Guadalupe « sage » était quelqu’un qui pouvait mettre un visage imprimée sur la tilma de saint Juan Diego, on humain au cœur d’une autre personne. Autrement remarque neuf fleurs dorées sur le manteau de dit, la personne sage arrive à humaniser le cœur d’un Notre Dame. Au départ, il ne faut pas oublier que les être humain — lui donnant un cœur qui sait aimer autochtones du Mexique avaient un respect particCette réflexion rappelle l’Écriture ulier pour les fleurs, puisqu’une belle sainte qui nous transmet que Dieu a le fleur était le symbole de la vie qui conpouvoir de convertir un cœur de pierre tinue. Si on se donne la peine d’examen cœur de chair. Par exemple, on lit iner l’une de ces fleurs, nous obserchez le prophète Ézékiel: « Je leur donvons une petite floraison qui l’entoure. nerai un seul cœur et je mettrai en eux Comme les autochtones exprimaient un esprit nouveau: j’extirperai de leurs la « vérité » au moyen « de fleurs et de corps le cœur de pierre et je leur donchants », cette image imprimée sur le nerai un cœur de chair, afin qu’ils manteau de Notre Dame aurait été marchent selon mes lois et qu’ils perçue comme un symbole de pure observent mes coutumes et qu’ils les vérité. Cependant, en y jetant un mettent en pratique. Alors ils seront regard plus attentif encore, on peut mon peuple et moi je serai leur Dieu » suivre à la trace la tige de cette fleur (Éxékiel 11, 19-20). jusqu’à sa racine sur le manteau serti Maintenant il nous est permis de d’étoiles de Notre Dame, ce qui signirassembler les différents aspects de fie que cette belle fleur, en définitive, cette image et nous rapprocher davancommunique une vérité céleste. tage de sa véritable symbolique. Nous En analysant cette fleur à partir de confirmons donc que Notre Dame de manuscrits autochtones, appelés glyphes, nous arrivons à mieux com- Les « fleurs dorées » dans l’image de Guadalupe a « rédigé » dans une picNotre-Dame de la Guadalupe revêtent prendre le message. La fleur propre- plusieurs niveaux de sens auprès des tographie que son Fils Jésus Christ, présent dans son sein immaculée, est ment dite de l’image est dessinée en autochtones du Mexique. le précurseur d’une nouvelle civilisaforme de colline, tandis que la « tige » tion d’amour, civilisation qui est conreprésente une rivière. Cette « fleurstituée d’un peuple rempli de la vérité de Dieu, tige » se trouve en même temps « colline-eau », enracinée dans le ciel; un peuple rempli de vie et de imagerie qui, pour les autochtones, est symbole du sagesse divine. Nous devrions tous et toutes nous concept de civilisation. conscientiser au fait que nous formons un « peuple De même, cette « colline » rappelle un temple, soit avec une mission », une vocation authentique qui le plus haut lieu de rencontre entre Dieu et l’être nous vient de Dieu, c'est-à-dire la mission de bâtir humain. Pour les autochtones, un temple était comme une culture de la vie et une civilisation de l’amour. ■ une « colline sacrée » qui prenait forme de pyramide. Il y moyen de faire d’autres découvertes à partir L’abbé Eduardo Chávez Sánchez est postulateur de la cause de saint de cette fleur dorée. Par exemple, en plus de ses trois Juan Diego. Il est membre du conseil de la Basilique de Notre Dame représentations de fleur, colline et temple, en la rende Guadalupe 14138, de Mexico. versant elle prend également la forme d’un cœur. Aussi la tige, ou la rivière, prend la forme d’artères.

S

24

w w w. k o f c .o r g


CHEVALIERS

À

L’ŒUVRE

de

Çà et Là Dans L’Ordre

l’étranger. Les Chevaliers, qui sollicitent des dons auprès de plusieurs entreprises, ont envoyé jusqu’ici des centaines de trousses, depuis plusieurs années qu’ils s’y emploient.

Visiter les aînés Les membres du Conseil 3723 San Pablo Apostol, à Monclova, au nord-est du Mexique, ont rendu visite à des patients d’une maison de retraite et aidé à la distribution du repas du midi. Les Chevaliers ont également nettoyé les lieux en prévision de la Journée des grandsparents (El Festejo del Dia del Abuelo). Des membres de la section des Chevaliers de Colomb de Philadelphie montrant une plaque de bronze érigée à l’extérieur de l’église St. Joseph. La plaque originelle a été dédiée le 4 octobre 1908, en présence de Mgr Diomede A. Falmonio, alors délégué apostolique aux États-Unis. Au cours des années toutefois, la plaque s’est salie et a été érodée par le temps. Les Chevaliers ont contribué à sa restauration et elle fut dédicacée de nouveau lors de son centième anniversaire.

Cartes de prières Préoccupés par le nombre croissant de catholiques non pratiquants dans leur région ainsi que dans le pays en général, le Conseil 839 La Crosse (Wisconsin) a mis au point un distributeur de cartes de prières destiné à ramener le plus possible de catholiques à l’Église. À ce jour, le Conseil a distribué plus de 7000 cartes.

Dimanche du fauteuil roulant

Pasadena, en Californie, a organisé un «Dimanche du fauteuil roulant» à l’église Blessed Virgin Mary la journée de l’Assomption, au profit de la Wheelchair Foundation. Chevaliers et paroissiens ont réuni près de 22 000 $ — assez pour environ 290 fauteuils roulants. Grâce à ce partenariat avec les Chevaliers, la Wheelchair Foundation aura bientôt distribué plus de 710 000 fauteuils roulants à des personnes dans le besoin, de par le monde.

Aider le Nigéria Le Conseil 275 Kingston (New York) a répondu à l’appel pour de l’équipement médical lancé par l’abbé Joseph Mali, de l’église St. Mary’s. Les Chevaliers ont aidé à réunir du matériel provenant de divers hôpitaux locaux, dont de l’équipement de radiologie, des marchettes et des lits thérapeutiques. Le Conseil a également fait done de 500 $ pour le Wurogayandi Water Project, permettant ainsi le creusement d’un puits dans une petite communauté Nigériane.

Le Conseil Msgr. Corr 3571, à

Centre d’éducation chrétienne Le Conseil 4999 Santa Maria, à North Palm Beach, en Floride, a remis 2000 $ au Centre pédagogique chrétien R. J. Hendley. L’ex-Grand Chevalier Christy Gurto, qui siège au conseil d’administration de l’école, a fait don de 1500 $ supplémentaires pour couvrir les frais d’un nouveau tapis et de travaux de peinture. Les membres du Conseil 799 Dallas et leurs épouses préparent le repas pour les familles résidant au manoir Ronald McDonald de Dallas. Les Chevaliers se portent régulièrement bénévoles pour le manoir et ses divers programmes.

Soutien aux soldats Le Conseil 5959 Our Lady of the Hills, à Martinsville, au New Jersey, s’emploie activement à faire parvenir des trousses de soins aux militaires américains en poste à

Ray Dion, du Conseil 9968 Immaculate Heart of Mary, à Lexington Park, dans le Maryland, mène un rosaire vivant en compagnie de ses petits-enfants, Tyler et Kasey. Les Chevaliers ont parrainé un rosaire vivant dans chacune des trois classes d’éducation religieuse données dans la communauté.

c o l u m b i a / f é v r i e r 2 0 0 9 25


RECRUTEMENT CIBLÉ

L

Les membres du Conseil 10335 St. John’s Holy Family, de Minden, au Nebraska, installent une nouvelle affiche pour leur paroisse. Les Chevaliers et leurs coparoissiens ont disséminé plusieurs affiches du genre à travers la communauté, afin de renseigner le public sur l’église, son emplacement et l’horaire des messes.

Le sablage est fait Les membres du Conseil 13243 Our Lady of Grace, à Palm Bay, en Floride, ont sablé les allées ainsi que le plancher en bois du vestibule de leur église, préparant ainsi le tout à l’application d’une teinture. Les Chevaliers ont également peinturé l’intérieur du centre de loisirs paroissial.

Un don pour les handicapés Le Conseil 8224 Father John J. O’Leary, à Dallas, en Pennsylvanie, a donné 3000 $ au Centre St. Joseph, à Scranton. L’établissement fournit des services résidentiels et communautaires aux personnes souffrant d’un handicap intellectuel.

Nettoyer une église Le Conseil 7204 St. Vincent Sambag, à Cebu City, aux Visayas, a procédé au nettoyage de son église paroissiale en prévision d’une neuvaine en l’honneur de saint François d’Assise. Les Chevaliers ont épousseté les bancs ainsi que le plafond de l’église.

Classique roadster Le Conseil 9222 Pope John Paul I à St. Catharines, en Ontario, a vendu des billets pour une loterie mettant en vedette un Chevrolet El Camino 1967, au profit du foyer Stabler pour personnes âgées. Il s’est vendu pour près de 10 000 $ de billets.

26

a croissance constante des effectifs de l’Ordre est sans doute attribuable aux œuvres de bienfaisance que l’Ordre réalise tous les ans. Les membres réunissent des fonds pour aider les nécessiteux, ils font du bénévolat, et ils appuient toute une gamme de programmes. Ce volet des «Chevaliers à l’œuvre» met en valeur les membres qui ont fait un effort concerté pour faire grossir les rangs de l’Ordre. Le Conseil 12458 St. Stephen, de Bentonville, dans l’Arkansas, a été fondé en 1999 avec 39 membres, et encore en juin 2006, il n’en comptait que 59. Aussi, lorsque Godwal «Ed» Viera fut élu Grand Chevalier, il s’engagea à doubler le nombre de membres du Conseil avant deux ans. Sa promesse, au début, suscita un brin de scepticisme. Sauf que Ed Viera, déterminé comme jamais, a relevé son pari : en avril 2008, le Conseil avait plus de 120 membres. Pour les aider à réaliser leur objectif, Ed et ses Chevaliers ont commencé par organiser des soirées bimensuelles pour hommes, dans des restaurants locaux. Grâce à cette initiative, les prospects et les Chevaliers établis ont eu la chance de se rencontrer et d’interagir dans un contexte autre que paroissial. «Allez au devant des nouveaux venus dans la paroisse, surtout les jeunes pères, avait conseillé Ed Viera. Ne vous découragez pas s’ils disent ne pas être intéressés. Les mêmes personnes pourraient vouloir se joindre à nous plus tard, alors saluez-les à chaque fois que vous les croisez.» Une fois qu’il a capté l’attention d’un éventuel candidat, Ed Viera aime «mettre l’accent sur l’importance d’offrir un bon modèle à leurs enfants» et leur expliquer que «l’adhésion donne aux hommes la chance de servir leur paroisse, leur Église et même leur communauté […]» Le Grand Chevalier Viera, qui a lui-même proposé 51 nouveaux membres, insiste par ailleurs sur l’importance de continuer à attirer de jeunes hommes vers l’Ordre. «Notre programme jeunesse est très dynamique et nous invitons systématiquement les participants à adhérer à l’Ordre dès qu’ils atteignent la majorité, précise-t-il. Autre facteur incitatif, notre Conseil a statué que tant qu’il est étudiant à plein temps, un Chevalier est exempté de cotisation. Nous faisons de même avec nos membres en service militaire actif.» Il est important, par ailleurs, que la paroisse et la communauté soient bien au fait de nos activités comme Conseil, ajoute Ed Viera. «Arrangez-vous pour qu’on parle de vous dans le bulletin paroissial chaque semaine, conseille-t-il. Et faites en sorte de programmer un grand éventail d’activités au profit de la paroisse entière.» Présentement, Ed Viera et quelques autres Chevaliers hispanophones du nordouest de l’Arkansas tiennent des cérémonies d’exemplification en espagnol et aident à la formation de nouveaux Conseils. «Voyez la récente vague d’immigration aux États-Unis comme celle venue d’Irlande voilà 125 ans, alors que les gens avaient à l’époque aussi de la difficulté à joindre les deux bouts, devaient se contenter de mauvais emplois mal payés, et voyaient dans l’Église catholique leur planche de salut, dit Ed Viera. Or aujourd’hui comme jadis, les nouveaux-venus au pays ont besoin d’aide et l’abbé Michael J. McGivney peut très bien encore une fois les attirer.»

Adopter une autoroute Les membres du Conseil 1493 Bishop Eldon B. Schuster, de Great Falls au Montana, ont nettoyé avec le concours de leurs familles le bout d’autoroute adopté par leur Conseil. Les Chevaliers veillent sur un tronçon de 3,2 km de la I-15, qu’ils nettoient trois fois par année.

Foyer de la miséricorde Le Conseil 5911 St. Anastasia de Douglaston, dans l’État de New

York, a donné 2000 $ aux Sisters of Mercy qui administrent une maison de retraite pour religieux à Dallas, en Pennsylvanie.

Le clergé apprécié Le Conseil 744 Cardinal John Dearden, de Mount Clemens, au Michigan, a tenu son repas annuel en hommage au clergé. Plus de 60 invités, dont sept prêtres actifs ou retraités, ont participé à l’événement. w w w. ko f c .o r g

TOP LEFT: PHOTO COURTESY OF THE SOUTHERN NEBRASKA REGISTER, DIOCESE OF LINCOLN


L E P R OJ E C T E U R S U R …

L’ É G L I S E

U

ne série d’informations sur des Chevaliers et des Écuyers travaillant tous sans relâche vers les mêmes nobles objectifs. Ce mois-ci, les activités ecclésiales sont en vedette.

• Le Conseil 10351 St. Peter, à Honey Brook, en Pennsylvanie, a remis 10 000 $ au fonds immobilier de sa paroisse et acheté un monument sur les Dix Commandements qui sera installé sur le terrain de l’église. • Le Conseil 13793 St. John Francis Regis, à Bloomfield Hills, au Michigan, a parrainé un piquenique paroissial grâce auquel plus de 2920 $ furent recueillis au profit d’œuvres caritatives. • Les membres du Conseil 10970 St. Isidore, à Ilolio, aux Visayas, ont aménagé le terrain de leur église paroissiale en plus d’installer un emblème des C de C sur la façade de l’église. • Le Conseil 2533 Rev. John A. Fleming de Glastonbury, au Connecticut, a fait don d’un nouveau ciboire à l’église Blessed Sacrament. • Le Conseil 10932 Ascension, à Overland Park, au Kansas, a remis 30 000 $ à l’église locale pour aider au financement de la rénovation de ses cuisines. • Le Conseil 5091 Joseph J. Gorman, à Syosset, New York, a tenu un festival paroissial qui a permis de réunir plus de 25 000 $ au profit de l’église St. Edward the Confessor. • Le Conseil 3245 Uvalde (Texas) a remis des bourses d’études à quatre séminaristes locaux. • Le Conseil 12941 St. Joseph, à Biddeford, dans le Maine, a réparé les agenouilloirs de sa paroisse, fournissant à la fois les matériaux et la main-d’œuvre.

Les membres du Conseil 2952 John Fitzgerald Kennedy, à Hammond en Louisiane, accompagnés de bénévoles de Women’s Life Ministries, se préparent en vue d’un rassemblement pro-vie dans leur communauté. Le Conseil 2952 commanditait l’événement, et avait prévu le déjeuner gratuit pour tous les participants. Les Chevaliers avaient également fait don de la croix (à l’extrême gauche) que l’organisme bénévole utilise régulièrement.

Soins médicaux

Du fric et des bits

Le Conseil 9828 Saint-Janvier de Weedon, au Québec, a organisé un méchoui au bénéfice de la famille Livernoche. Éric Livernoche est atteint de dystrophie musculaire tandis que son épouse, Marjolaine, a le cancer. On a pu réunir ainsi cinq mille dollars afin d’aider la famille à s’offrir tous les soins nécessaires.

Le Conseil 3114 Clonmel-Schulte (Kansas) a remis 1000 $ à Daniel Duling, un étudiant en théologie, pour l’achat d’un nouvel ordinateur portable. L’étudiant est inscrit au séminaire Mount St. Mary, au Maryland.

Une oasis dans le désert Le Conseil 10667 St. Leonard Murialdo, à Quartz Hill, en Californie, a fait don de 2475 $ à Desert Haven Entreprises, une organisation qui aide des personnes intellectuellement déficientes à trouver du travail en leur donnant de la formation professionnelle et autres services d’assistance.

Soutenir l’ARC Le Conseil 13277 St. Sylvester, de Navarre, en Floride, a donné plus de 2700 $ tant à l’ARC de Santa Rosa qu’à la Sacred Heart Cathedral School. Les deux organisations aident les personnes aux prises avec une déficience intellectuelle à s’instruire.

Servir la soupe Les membres du Conseil 8726 Light of Christ, à Sinking Spring, en Pennsylvanie, se sont portés volontaires au profit de la soupe populaire Kennedy House. Les Chevaliers ont servi plus de 250 repas aux plus démunis de cette communauté.

Fonds séminariste L’Assemblée Hail, Holy Mary de Kokomo, en Indiana, a commandité une causerie et une activité de financement au profit du fonds pour les vocations du diocèse de Lafayette. Le père Ronald Reiser a donné une conférence sur le Vénérable père franciscain Solanus Casey, recueillant ainsi 350 $.

Le père Miguel Ceja ainsi que Daniel Hernandez, du Conseil 9497 Rev. Herbert Joseph Cook de Desert Hot Spring, en Californie, inspectent les bordures de pignon d’un centre pédagogique qui comptera huit pièces, à l’église St. Elizabeth. Le Conseil a contribué 18 000 $ au projet, en plus de la main-d’œuvre bénévole. Les Chevaliers ont également posé les planchers, fait la plomberie et la peinture et même construit le toit du centre, qui abritera les classes d’éducation religieuse données par la paroisse.

c o l u m b i a / f é v r i e r 2 0 0 9 27


Les membres du Conseil 13624 Blessed Pope John XXIIII, à Fort Myers, en Floride, déchargent une cargaison au profit des patients de l’hôpital pour vétérans de Bay Pines. Les Chevaliers ont recueilli des fournitures et des articles de toilette au sein de leur paroisse, avant de livrer trois camions pleins de matériel à l’hôpital.

Maison antillaise Le Conseil 775 St. John’s, à McAlester, en Oklahoma, a remis 2600 $ à l’organisme «Food for the Poor Inc.», qui mettra à profit cet argent pour construire un abri pour une famille démunie des Antilles. Les Chevaliers ont réuni ces fonds dans le cadre d’un souper dansant parrainé par leur Conseil.

Un touchant mémorial Le Conseil 80 Valencia, de Milford, au Massachusetts, a recueilli 5000 $ afin d’acheter un nouveau vitrail pour l’église St. Mary of the Assumption. Le vitrail est dédié aux Chevaliers décédés. L’évêque Daniel P. Riley, de Worcester, qui est également aumônier d’État du Massachusetts, a béni la nouvelle acquisition lors d’une cérémonie de consécration.

Consécration d’une grotte L’Assemblée Father Pierre Richard,

à Kelowna, en C.-B., a formé une garde d’honneur pour escorter l’évêque Eugene J. Cooney, de Nelson, lorsqu’il a consacré une grotte de Guadalupe en l’église St. Charles Garnier. La grotte a été aménagée par le Chevalier Gino Servedio, membre du Conseil 9845 St. Charles Garnier. L’évêque Cooney est pour sa part membre du Conseil 1560 Nelson.

L’étole de la mission Le Conseil 553 Santa Maria, à South Bend, dans l’Indiana, a remis une nouvelle étole au père Ray Likupe, un prêtre africain qui est retourné dans son Malawi natal après avoir servi durant neuf ans à South Bend. L’étole a été confectionnée à Guadalupe, au Mexique, et elle arbore une image de NotreDame de Guadalupe.

Souper dansant Le Conseil 13902 Church of the Visitation, à Lott, au Texas, a tenu un souper dansant et un encan silencieux qui ont permis de réunir plus de 7000 $ pour le fonds caritatif du Conseil.

Projet Homefront Le Conseil 1662 Staten Island (New York) a organisé une activité de financement au profit du projet Homefront, une organisation à but non lucratif qui envoie des trousses de premiers soins aux soldats américains en poste au MoyenOrient. Quelque 9400 $ ont été recueillis.

La foule se prépare en prévision de la randonnée annuelle du Mercredi en Motocyclette au profit des enfants, parrainée par le Conseil 4665 Msgr. Newman, à Shivley, au Kentucky. Plus de 70 motocyclistes se sont inscrits à l’événement, qui a permis d’amasser plus de 1900 $ au profit de cette organisation qui facilite l’adoption des enfants souffrant d’un handicap intellectuel.

Une source d’aide Les Chevaliers du District 43 de l’Ontario ont co-parrainé un tournoi de golf au profit de la Chinguacousey WellSpring Foundation. Les 12 500 $ recueillis sont allés à cette organisation, qui vient en aide aux personnes atteintes de cancer dans la région de Peel.

Montrez-moi la lumière Le Conseil 10545 Assumption de Keyser, en Virginie-Occidentale, a acheté de la municipalité 12 lampadaires pour les installer dans le cimetière St. Thomas. Après les avoir réparés, les Chevaliers ont construit un pied pour chacun des lampadaires.

Nettoyer l’université Le Conseil 7861 St. Michael, à Tolosa, dans l’archipel des Visayas, a participé à une corvée de nettoyage au profit de l’université Visayas State. Les Chevaliers ont ramassé des déchets sur le toit du complexe universitaire, enlevé des mauvaises herbes sur le terrain et même éliminé de dangereux serpents qui avaient élu domicile dans le secteur.

Souper aux steaks Robert Vogel et Patrick Sweeny, du Conseil 10194 Mary, Gate of Heaven, à Myerstown, en Pennsylvanie, emballent des colis destinés aux soldats américains en poste en Irak et en Afghanistan. Les Chevaliers ont rassemblé 50 boîtes remplies d’amuse-gueules et d’articles de toilette personnels, au profit des troupes.

28

Le Conseil 5257 St. Luke, à Waldwick, au New Jersey, a tenu son souper aux steaks annuel au restaurant The Brownstone, à Paterson. Plus de 90 personnes étaient présentes, et les profits ont servi à appuyer la recherche sur le diabète de type 1.

Des membres du Conseil 275 Kingston (N.Y.) installent une nouvelle porte à la résidence d’un soldat en poste en Irak. Le Conseil a adopté la maison de ce dernier et s’occupe de l’entretien et des réparations en son absence. De gauche à droite sur la photo : John Weber, Attilio Contini, Dick Veeh et John Sullivan.

w w w. k o f c .o r g BOTTOM LEFT: JIM ZENGERIE/LEBANON DAILY NEWS


fruits et de légumes cuits à la vapeur, au profit de sa paroisse.

Tournoi de fers

Des membres du Conseil 7204 St. Vincent, à Cebu City, aux Visayas (Philippines), mènent des coparoissiens lors de la tenue d’un rosaire vivant. Des ballons bleus et blancs, symbolisant les grains du chapelet, ont été relâchés dans les airs à la fin de la présentation.

Aider un frère Le Conseil 10816 Good Shepherd, à Stephenville, au Texas, s’est porté au secours d’un frère Chevalier qui a vu sa jambe amputée, par suite de complications liées à une dégénérescence musculaire. John Webb n’avait pas encore reçu son congé de l’hôpital lorsque le Conseil commença à planifier l’ajout d’une salle de bains accessible en fauteuil roulant et d’une rampe d’accès spéciale, à son domicile. Les Chevaliers ont réuni 4600 $ pour le projet, et obtenu un autre 4600 $ auprès de la communauté. Ils ont également consacré plus de 300 heures, bénévolement, pour finaliser les travaux.

Vente de «benignit» Le Conseil 14288 St. Augustin, à Panabo City, dans l’île de Mindanao (Philippines) a vendu des «benignit», un plat à base de

Le Conseil 6606 Harry L. Harper de Broken Arrow, en Oklahoma, a tenu son tournoi annuel de fers à cheval. Plus de 72 équipes y ont participé, et l’événement a permis de recueillir près de 4200 $ au profit de séminaristes locaux et d’organisations caritatives.

Collecte de fonds Le Conseil 10926 Father Dick Allen, de New Lenox, au New Jersey, a organisé sa campagne annuelle de collecte de fonds au profit des personnes handicapées sur le plan intellectuel. On a ainsi réuni plus de 18 500 $.

Tournoi de golf Grâce à son tournoi de golf, l’Assemblée Abbé Michael J. McGivney de Marieville, au Québec, a recueilli plus de 12 800 $ au profit de la Fabrique de Marieville.

Mission médicale Le Conseil 13548 St. Thérèse of the Child Jesus, à Antipolo, dans l’île philippine de Luçon, a mis sur pied une mission médicale précédant la tenue de son festival paroissial annuel. Plus de 140 patients ont ainsi eu droit gratuitement à des examens de dépistage effectués par des médecins bénévoles.

Un champ de rêves Le Conseil 6342 Villa Marie, à Ponoma au New Jersey, appuie financièrement et bénévolement le projet «Field of Dreams», un programme de baseball destiné aux personnes souffrant d’un handicap intellectuel.

Le père Kevin Johnson, membre du Conseil 12929 St. Louis the Crusader, à Tallahassee, en Floride, manie la pelle rétrocaveuse lors d’une cérémonie de levée de la première pelletée de terre, à l’église St. Louis the Crusader. Le Conseil a fourni la nourriture lors de la conférence soulignant la construction d’une nouvelle salle paroissiale.

messes ainsi que de l’information générale sur la paroisse.

Remise du drapeau Jason Hurt, membre du Conseil 4858 Father Paul Sutter, à Sullivan au Missouri, a remis un drapeau de son pays à son Conseil, à son retour d’Irak. Ce militaire a servi un an outre-mer, et le drapeau était celui qui flottait sur son patrouilleur, lequel sillonnait le golfe d’Oman.

Musée militaire Le Conseil 1317 Houma (Lousiane) a fait un don de 200 $ au musée militaire régional de Houma.

La normale

Des membres de l’Assemblée Mark G. Thompson de Vallejo, en Californie, observent le père Leon Juchniewicz qui bénit le nouveau «Jardin des Innocents» de l’église St. Basil the Great. L’Assemblée, de concert avec le Conseil 13271 St. Basil the Great, a en partie financé le jardin, qui est dédié aux enfants morts en bas âge ou à la naissance.

Le Conseil 6099 Holy Family, à Chattanooga, au Tennessee, a recueilli 10 065 $ grâce à son tournoi de golf annuel, au profit du fonds de bourses d’études du Conseil.

Nouvelle enseigne Le Conseil 4964 Infant Mary, à Citrus Heights, en Californie, a fait un don de 5000 $ pour l’achat d’une nouvelle enseigne lumineuse pour l’église Holy Family. L’enseigne diffuse l’horaire des

Forest Gager et Mike Ruzanka, du Conseil 1951 Bishop Kenny, à Jacksonville, en Floride, aux côtés des nouvelles bibliothèques qu’ils ont fabriquées pour les sœurs Beverly et Diane, de l’école Holy Rosary. Les Chevaliers ont construit neuf nouvelles bibliothèques afin de remplacer les anciennes, trop petites ou trop abîmées. Des membres du Conseil 5407 North Jacksonville ont aussi prêté main forte.

c o l u m b i a / f é v r i e r 2 0 0 9 29


tenue d’une festival paroissial organisé par l’église St. John the Apostle. Les Chevaliers ont préparé la salle, fait du nettoyage et même de la cuisine, au profit de l’événement.

Un gala couru

Des paroissiens magasinent l’achat de chrysanthèmes lors d’une vente organisée par le Conseil 4122 Our Lady of Fatima, à Rockville au Connecticut. Les Chevaliers, qui parrainent cette vente chaque année, consacrent les fonds aux bourses d’études pour appuyer les vocations (RSVP).

À table! Le Conseil 12696 Mother Teresa de Tucson, dans l’Arizona, a remis 500 $ à l’école secondaire St. Augustine pour l’achat de tables et de chaises pour sa cafétéria.

annuelle de financement du Conseil au profit des personnes handicapées intellectuellement, servira à aménager une salle d’exercices thérapeutiques pour les élèves.

Le Conseil 7337 Marlette (Michigan) a restauré la statue de saint Vincent de Paul qu’abrite l’église St. Elizabeth. Les Chevaliers ont construit un nouveau socle pour la statue plus que centenaire et mis dessus une plaque qui décrit la vie et l’œuvre de saint Vincent.

Exercice intellectuel Le Conseil 1078 Mother of Good Counsel, à Andover, au Massachusetts, a remis 48 300 $ au centre professionnel local de développement de l’enfant. L’argent, recueilli dans le cadre de la campagne

Le Conseil 4174 Wright-Hennepin, de St. Michael, au Minnesota, a organisé une loterie et un repas d’inspiration allemande afin de réunir des fonds pour NET Ministries, un programme international d’évangélisation jeunesse. Les deux activités ont permis de recueillir plus de 4500 $ pour l’équipe NET de la ville de St. Michael.

Méchoui Le Conseil 12274 Blessed Trinity et le Cercle 5146 Blessed Trinity, tous deux basés à Greer, en Caroline du Sud, ont tenu conjointement leur méchoui annuel sur le terrain de l’église Blessed Trinity.

Activités caritatives

Des membres de l’Assemblée Mattoon, en Illinois, devant un sanctuaire marial érigé au centre Newman de l’université Eastern Illinois. Le Conseil 8713 Eastern Illinois University, à Charleston, a aidé à nettoyer le terrain en vue de la construction du sanctuaire, qui est ouvert tant aux étudiants qu’aux membres de la communauté environnante.

30

Elle est partie! Le Conseil 3491 Immaculate Conception, à Groves, au Texas, a organisé un tournoi de golf qui a généré 8000 $ au profit de l’organisme ARC.

Concours de cuisine Valeur «NET»

Une statue restaurée

Le Conseil 8523 Norman (Oklahoma) a commandité une table lors d’un gala à l’université St. Thomas More. Les Chevaliers ont également aidé à planifier la tenue de la soirée, qui a permis de recueillir 38 000 $ au profit du programme de ministère sur ce campus universitaire.

Le Conseil 875 Chartiers, à Crafton en Pennsylvanie, a recueilli plus de 1400 $ lors de sa campagne annuelle de collecte de fonds au profit des personnes aux prises avec un handicap intellectuel. Grâce en outre à son tournoi de golf, le Conseil a pu remettre 2800 $ supplémentaires à des fins caritatives.

Le Conseil 2343 Hanford (Californie) a participé au concours de chili du Kings County, au profit des Jeux olympiques spéciaux. Les Chevaliers ont amassé 400 $ pour cette manifestation sportive.

Collecte de sang Le Conseil 744 Cardinal John Dearden, à Mount Clemens, au Michigan, a tenu sa collecte de sang qui a permis de recueillir 88 précieuses unités sanguines.

Collecte de fonds Le Cercle 4992 St. Padre Pio, de Henderson, au Nevada, a épaulé le Conseil 13456 St. Francis of Assisi, lors de la collecte annuelle de fonds des Chevaliers au profit des personnes handicapées sur le plan intellectuel. Sept Écuyers dévoués ont notamment réuni 370 $.

Un trou d’un coup Le Conseil 8240 Chesapeake (Virginie) a tenu son tournoi de golf au profit de KOVAR, une organisation qui donne de la formation professionnelle aux personnes souffrant d’un handicap intellectuel.

Un rosaire vivant Festival paroissial Plus de 100 membres du Conseil 8512 Scott A. McDonald, à North Richland Hills, au Texas, se sont portés volontaires pour aider à la

Le Conseil 10668 Thomas D. Reilly, à Hilton Head Island, en Caroline du Sud, a organisé un rosaire vivant auquel ont participé les élèves de l’école St. Francis.

w w w. k o f c .o r g


CADEAUX ET ARTICLES DE PROMOTION • FÉVRIER 2009 Control No.

State Code

A D M I N I ST R AT I O N

A

B

Promotional and Gift Department 78 Meadow Street New Haven CT 06519-1759 Libeller chèques ou mandats à: CONSEIL SUPRÊME DES C DE C US $ — Comptant seulement États-Unis et Canada seulement

C

PG-823, PG-824, PG-825, PG-826 / PG-805

PG-385, PG-386, PG-387, PG-388

FOR FOURTH DEGREE TUXEDOS APPROVED K OF C DRESS CODE—$199

TÉLÉPHONE

PG-53

Qnt.

No-article

Prix pièce

TOTAL

C. BLOUSON CLASSIQUE AVEC CAPUCHON Blouson à fermeture éclair pleine longueur, et ajouté d’un capuchon doublé et de poches crevées. Logo «Knights of Columbus» à l’aspect vieilli. 50 % coton, 50 % polyester. Pointures: M (PG-385), G (PG-386),TG (PG-387) and TTG (PG-388). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 $ D. T-SHIRT STYLE UNIVERSITAIRE Gris fer, coton/polyester, logo de l’Ordre imprimé sur le devant. Pointures: P (PG-640), M (PG-641), G (PG-642), TG (PG-643) and TTG (PG-644). ....................................9$

OFFICIAL FÉVRIER 1, 2009 TRANSPORT ET MANUTENTION

NB, T-N, N-É AJOUTER 13% TPS, TVO

Chq./mandat-no et montant

Carte de crédit - fax seul. - 1-800-266-6340 NE PAS POSTER COMMANDE M.C. ❑ VISA ❑

Expiration: mois

année

Signature

RENSEIGNEMENTS CARTE CRÉDIT

NOM

VILLE

PROVINCE

CODE POSTAL TÉLÉPHONE - JOUR NO (

Joignez les Amis de l’abbé McGivney

)

To owners of Knights of Columbus insurance policies and persons responsible for payment of premiums on such policies: Notice is hereby given that in accordance with the provisions of Section 84 of the Laws of the Order, payment of insurance premiums due on a monthly basis to the Knights of Columbus by check made payable to Knights of Columbus and mailed to same at PO Box 1492, NEW HAVEN, CT 06506-1492, before the expiration of the grace period set forth in the policy. In Canada: Knights of Columbus, CASE POSTALE 935, Station d’Armes, Montréal, PQ H2Y 3J4 ALL MANUSCRIPTS, PHOTOS, ARTWORK, EDITORIAL MATTER, AND ADVERTISING INQUIRIES SHOULD BE MAILED TO: COLUMBIA, PO BOX 1670, NEW HAVEN, CT 06507-0901. REJECTED MATERIAL WILL BE RETURNED IF ACCOMPANIED BY A SELF-ADDRESSED ENVELOPE AND RETURN POSTAGE. PURCHASED MATERIAL WILL NOT BE RETURNED. COLUMBIA (ISSN 0010-1869) IS PUBLISHED MONTHLY BY THE KNIGHTS OF COLUMBUS, 1 COLUMBUS PLAZA, NEW HAVEN, CT 065103326. PHONE: 203-752-4000, www.kofc.org. PRODUCED IN USA. COPYRIGHT © 2009 BY KNIGHTS OF COLUMBUS. ALL RIGHTS RESERVED. REPRODUCTION IN WHOLE OR IN PART WITHOUT PERMISSION IS PROHIBITED. PERIODICALS POSTAGE PAID AT NEW HAVEN, CT AND ADDITIONAL MAILING OFFICES. POSTMASTER: SEND ADDRESS CHANGES TO COLUMBIA, MEMBERSHIP DEPARTMENT, PO BOX 1670, NEW HAVEN, CT 065070901. CANADIAN POSTMASTER—THIRD-CLASS POSTAGE IS PAID AT WINNIPEG, MB, PERMIT NO. 0100092699 PUBLICATIONS MAIL AGREEMENT NO. 1473549 REGISTRATION NO. R104098900 RETURN UNDELIVERABLE CANADIAN ADDRESSES TO: KNIGHTS OF COLUMBUS 505 IROQUOIS SHORE ROAD #11 OAKVILLE ON L6H 2R3 PHILIPPINES—FOR PHILIPPINES SECOND-CLASS MAIL AT THE MANILA CENTRAL POST OFFICE. SEND RETURN COPIES TO KCFAPI, FRATERNAL SERVICES DEPARTMENT, PO BOX 1511, MANILA. SUBSCRIPTION RATES—IN THE U.S.: 1 YEAR, $6; 2 YEARS, $11; 3 YEARS, $15. FOR OTHER COUNTRIES ADD $2 PER YEAR. EXCEPT FOR CANADIAN SUBSCRIPTIONS, PAYMENT IN U.S. CURRENCY ONLY. SEND ORDERS AND CHECKS TO: ACCOUNTING DEPARTMENT, PO BOX 1670, NEW HAVEN, CT 06507-0901. OPINIONS BY WRITERS ARE THEIR OWN AND DO NOT NECESSARILY REPRESENT THE VIEWS OF THE KNIGHTS OF COLUMBUS.

(ÉCRIRE EN LETTRES D’IMPRIMERIE, S.V.P.)

Si vous et votre famille n’êtes pas membres de les Amis de l’abbé McGivney complétez le bulletin-résponse et postez le à:

NOM

The Father McGivney Guild Knights of Columbus 1 Columbus Plaza New Haven, CT 06510-3326

VILLE

www.fathermcgivney.org.

8$

CANADA, AJOUTER TPS 5%

RUE

E. ENSEMBLE BARBECUE Parfait pour les fritures du carême. Comprend tablier, manique et petite serviette le tout noir et rouge vif. Logo de l’Ordre, imprimé et la devise: «It always tastes right when it’s served by a Knight». PG-53. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19 $

Why Rent? Call Toll Free 800-289-2889

Write: Chilbert & Co. 1001 4th Avenue Coraopolis, PA 15108-1603 www.chilbert.com — FREE CATALOG

A. BLOUSON «UNIVERSITAIRE» Blouson de laine bleu-marine aux manches et bordures de cuir blanc. Emblème et nom de l’Ordre, en haut à gauche. Pointures: M (PG-823), G (PG-824), TG (PG-825) and TTG (PG-826). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185 $ B. SAC MARIN Fabrication solide, renforcé métal, courroies et poignées matelassées, pochette pour chaussures, pochette à fermeture éclair sur le côté et passepoil réflecteur. Haut. 25,4 cm, long. 56 cm. PG-805 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 $

Write: The English Company Inc. PO Box 811, Jefferson Valley, NY 10535 www.kofcsupplies.com — FREE CATALOG

Write: Lynch and Kelly Inc. 23 Devereux Street, PO Box 342 Utica, NY 13503 32-PAGE CATALOG AVAILABLE

CODE POSTAL

PG-640, PG-641, PG-642, PG-643, PG-644

Call Toll Free 800-444-5632

Call Toll Free 888-548-3890

VILLE/PROVINCE

E

FOR FULL LINE OF K OF C SUPPLIES Capes, Chapeaux, Swords, Flags, Plaques

FOR COUNCIL EQUIPMENT, ROBES Capes, Chapeaux, Fourth Degree Items

N OM RUE

D

K OF C SUPPLIES Available from the Following Designated Official Suppliers

ADDRESSE PROVINCE/PAYS

CODE POSTAL

Les membres de les Amis de l’abbé McGivney reçoivent un bulletin à tous les deux mois sur les détails de la cause, une carte de prière spéciale, et tout autre matériel à mesure qu’il se développe. Les membres peuvent également y déposer leurs intentions de prières et Messes au directeur de les Amis de l’abbé McGivney. Etre membre des C. de C. ne vous rend pas automatiquement un membre des les Amis. 2/09

c o l u m b i a / f é v r i e r 2 0 0 9 31


APPLICATION DE NOS DEGRÉS C HARITÉ [À gauche] Des membres du Conseil 6203 South Plainfield (New Jersey) et leurs familles se préparent à servir des repas lors du Souper italien «Pas de cuisine le vendredi» organisé par le Conseil. L’argent recueilli est versé au fonds caritatif du Conseil. • Le Conseil 7194 St. Martin, à Jefferson City, au Missouri, a rempli sa promesse envers l’école St. Martin en versant 50 000 $ pour sa rénovation et son agrandissement. L’établissement a prévu 3,5 millions $ de travaux, et les administrateurs scolaires ont demandé l’aide des Chevaliers pour atteindre leur objectif financier.

U NITÉ [À droite] Des membres du Conseil 10500 St. Francis Xavier, à Vancouver (C.-B.) déchargent de la nouvelle terre dans le cadre d’un projet paysager pour l’école St. Francis Xavier. Les Chevaliers ont enlevé une couche de terre ainsi que la végétation morte, avant d’installer un système d’irrigation souterrain. Les membres du Conseil ont ensuite planté des arbustes et des fleurs. • Le Conseil 5744 University of Eastern Philippines, à Catarman, aux Visayas, a supervisé l’action de trois groupes d’étudiants lors d’une corvée de nettoyage des berges. Les Chevaliers et leurs pairs ont retiré des déchets le long de la côte entre Catarman et Mondragon.

F RATERNITÉ [À gauche] Joseph Sposito (à gauche) et John McKenna, du Conseil 3600 Msgr. John F. Callahan, à West Hartford, au Connecticut, accompagnés de leurs enfants, ont recueilli des fonds à la sortie d’un supermarché dans le cadre de la campagne annuelle de collecte de fonds de leur Conseil, au profit des personnes souffrant d’un handicap intellectuel. Cinq Conseils de West Hartford ont joint leurs forces pour l’occasion, amassant 1100 $. • Des membres du Conseil 1345 St. John, à Bergenfield, au New Jersey, participent à leur retraite spirituelle annuelle à la maison San Alfonso, à Long Branch. Le père John F. Murray est aumônier du Conseil et père prieur d’État des Écuyers colombiens.

P ATRIOTISME [À droite] Des membres de l’Assemblée Abram J. Ryan, à Dallas, acceptent une reproduction encadrée des mains de la 345e Compagnie des opérations psychologiques de l’armée américaine. La remise soulignait l’aide continue apportée par les Chevaliers à la Compagnie, à la fois durant son déploiement et à son retour. • L’Assemblée Lehigh Valley, à Bethlehem, en Pennsylvanie, a expédié 100 exemplaires d’un livret de prières en temps de guerre à des militaires en poste outre-mer. La publication est l’œuvre de la fondation de l’archevêque Fulton Sheen.

32

w w w. ko f c .o r g


CHEVALIERS

DE COLOMB Au service de Un. Au service de tous.

Des enfants de l’orphelinat Casa de Cuna, de Tijuana, Mexique, agitent des drapeaux pour accueillir leur nouvelle fourgonnette. Ayant appris que l’établissement n’avait pas de moyen de transport permanent, le conseil St. Charles 7903, d’Imperial Beach, Californie, a donné cette camionnette usagée aux sœurs qui administrent l’orphelinat.

Construire un monde meilleur un conseil à la fois. Chaque jour, les Chevaliers de partout dans le monde ont la possibilité de faire une différence. Que se soit à travers le service à la communauté, la collecte de fonds ou la prière. Nous célébrons chaque et tout Chevalier pour sa force, sa compassion, et son dévouement à vouloir construire une monde meilleur.

Envoyez-nous les photos de votre conseil pour la rubrique “Chevaliers à l’œuvre”. Les photos peuvent être envoyées par courriel à columbia@kofc.org oubien à Columbia,1 Columbus Plaza, New Haven, CT 06510-3326.


« JE VOULAIS AVOIR LA FORCE D’ÊTRE CE QUE DIEU AVAIT PRÉVU QUE JE SOIS. »

C’est peu après le secondaire que j’ai pris conscience d’une possi-

sacramentelle; je vais m’efforcer de bâtir une communauté active;

ble vocation sacerdotale. Heureusement, mes parents, amis et

et je vais essayer d’être un témoin fidèle de la vérité de Jésus-Christ.

camarades de classe m’ont soutenu et encouragé. Mais je nourrissais encore des doutes, craignant faire preuve de prétention en

Le contact avec mon Église locale a été l’une des choses qui m’a nourri,

prétendant être appelé à devenir prêtre. Toutefois, grâce à la prière

lors des premiers temps de mon discernement vocationnel. Il est vital

et aux conseils des autres, j’ai vite compris certaines choses me

que nous maintenions l’unité dans la foi, au sein de l’Église. Nous y

concernant : d’abord, je voulais avoir la force d’être ce que Dieu

parviendrons grâce à la participation active à la messe et aux autres

avait prévu que je sois, et de faire tout ce qu’Il attendait de moi.

activités de prière collective, grâce à l’engagement dans la vie de nos

Deuxièmement, j’ai réalisé que pour être ce que Dieu voulait que

communautés paroissiales, et grâce à l’appartenance à des organisa-

je sois, je devais servir mon prochain. Cela m’a réconforté, car j’ai

tions catholiques fraternelles, comme les Chevaliers de Colomb.

grandi dans une famille et une communauté aux yeux desquelles le service auprès des autres était très important.

Je me souviens très bien de la grande fierté de mon père, le soir où mes frères et moi avons été faits Chevaliers. À travers notre

C’est donc avec l’espoir de bien servir la communauté des fidèles,

engagement envers la charité, l’unité, la fraternité et le patriotisme

l’Église, que je poursuis ma vocation sacerdotale. En tant que

honorés par l’Ordre, la vie de l’Église continue à se développer et

prêtre, je vais m’employer à servir le Corps du Christ de manière

l’Évangile à être proclamé. DAN QUINN St. Mary’s Seminary, Baltimore Holy Trinity Parish Diocese of Albany, New York

GARDER LA FOI VIVANTE www.kofc.org

Veuillez faire votre grand possible pour encourager les vocations à la prêtrise et à la vie religieuse. Vos prières et votre soutien comptent pour beaucoup. PM40063106


Columbia févier 2009