4.Développement durable, changement climatique et économie circulaire

Page 1

Développement durable changement climatique et économie circulaire Comportements responsables à adopter

SE MI LASCI NON VALE

Ministero del Lavoro e delle Politiche Sociali Direzione Generale del Terzo Settore e della responsabilità sociale delle imprese


LE PROJET « SE MI LASCI NON VALE » (CE N'EST PAS JUSTE SI TU ME LAISSES) ET LES QUATRE DOSSIERS Ce livret a été réalisé par l'Association de promotion sociale « Centro di Documentazione sui Conflitti Ambientali – CDCA Abruzzo » (Centre de documentation sur les conflits environnementaux - CDCA Abruzzo) dans le cadre du projet « Se mi lasci...non vale! - Conoscere e prevenire » (Ce n'est pas juste si tu me laisses – Sensibilisation et prévention) financé par la Région des Abruzzes - Département de la Santé et du Bien-être - Service de la planification sociale - dpf014 dans le cadre de la procédure d'appel d'offres « Financement d'initiatives et de projets d'intérêt régional promus par des organisations bénévoles et associations de promotion sociale pour la mise en œuvre d'activités d'intérêt général ». L'objectif général du projet est de sensibiliser à la gestion des déchets, à la prévention des déchets, au développement durable, au changement climatique et à l'économie circulaire à travers un ensemble d'activités visant à atteindre différents groupes de population et organismes publics et privés, y compris la traduction des dossiers dans les sept langues étrangères les plus parlées dans la région des Abruzzes. En particulier, lesdits quatre dossiers sont disponibles dans les langues étrangères suivantes, afin d'impliquer et de faciliter la communication et la compréhension du changement culturel nécessaire qu'impose notre époque : roumain, albanais, arabe, chinois, russe, anglais, français. Ces quatre dossiers sont : № 1 – « Cycle des déchets, élimination appropriée et recyclage des produits en fin de vie : les 4R ». № 2 – « Les dommages causés par le rejet de déchets dans le milieu naturel et les bénéfices sociaux, environnementaux et économiques d'adopter des comportements responsables et durables ». № 3 – « Utilisations alternatives des aliments - éviter le gaspillage alimentaire et bien plus encore ». № 4 – « Développement durable, changement climatique et économie circulaire - Comportements responsables à adopter ». Tout le monde peut distribuer et imprimer les dossiers, en conservant leurs caractéristiques graphiques et leur contenu.

Chiunque può diffondere e stampare i dossier, mantenendone le caratteristiche grafiche e di contenuto. «...Nous serons connus par les traces que nous laissons derrière nous...» Proverbe dakota Août 2021


SE MI LASCI NON VALE


Développement durable changement climatique et économie circulaire Développement durable Le concept de développement durable a émergé vers la fin du 20e siècle. Par sa définition, le développement durable signifie un niveau de progrès équitablement réparti entre les populations, capable d'utiliser de manière responsable les ressources limitées de la planète. Le développement durable suggère une projection future des besoins humains, considérant les futurs tout aussi importants. Une forte pression sur les ressources (alimentaire, énergétique, minérale) exercée au présent, risquerait de compromettre significativement la capacité des générations futures à y avoir accès. Chaque processus de production utilise des intrants (travail, capital, technologie, ressources naturelles), leur utilisation et leur coordination doivent donc être optimisées.

Capital Main d'œuvre Matières premières Ressources naturelles

Biens et services intermédiaires Biens et services

Producteurs

Consommateurs

Il faut donc privilégier les intrants qui, pour les mêmes coûts et résultats, produisent moins d'impacts environnementaux négatifs et d'externalités. Le concept de développement durable a une portée générale et n'aborde pas un seul aspect des politiques environnementales. Elle peut impliquer de multiples éléments à un niveau systémique : ressources, biodiversité, déchets, climat, etc. La durabilité est donc aujourd'hui une nécessité et non une tendance à suivre. Les pays qui ont produit le plus de polluants dans le passé doivent désormais jouer un rôle de pionnier dans la définition d'un modèle alternatif, compte tenu de la finitude des ressources et des limites naturelles de la croissance. Même les indices macroéconomiques traditionnellement utilisés pour mesurer la croissance et la prospérité (PIB, Produit Intérieur Brut) doivent s'appuyer sur des outils innovants capables d'approfondir la réalité. C'est dans cette direction que s'oriente le BES (Indice de bien-être durable) développé par l'ISTAT (Institut national italien de la statistique) dans une optique « au-delà du PIB ». Un projet qui en une décennie a progressivement suscité l'intérêt des citoyens et des décideurs. Structuré en 12 domaines et 152 indicateurs, l'IBES s'étend de la santé et des services de santé aux ressources numériques, au changement climatique et au capital humain. La base de ce travail est la prise de conscience qu'une réalité holistique ne peut pas être expliquée par des nombres partiels mais que les progrès dans un monde en évolution doivent être mesurés.


L'un des domaines du rapport BES est l'« Environnement », qui fournit des mesures en temps opportun des aspects quantitatifs mesurés mais aussi des perceptions et des sensibilités exprimées par les citoyens. Par exemple, la préoccupation concernant le changement climatique a augmenté de dix points % en une décennie : deux personnes sur trois considèrent désormais le changement climatique ou l'augmentation de l'effet de serre comme une préoccupation environnementale primordiale. Encore une fois, la tendance est en contraste avec la valeur nationale. La mise en décharge des déchets municipaux dans la région des Abruzzes a diminué jusqu'en 2014, puis a augmenté à nouveau pour représenter environ 35 % du total en 2019. Le BES étudie donc de nombreux aspects de la vie humaine, mesurant les performances et les changements au fil du temps. Récemment, un sous-ensemble de 12 indicateurs BES a été inclus dans l'EFD (Document Économique et Financier), dans le but de surveiller et d'évaluer l'efficacité des politiques sur certaines dimensions qui sont fondamentales pour la qualité de vie, plaçant l'Italie parmi les principaux pays dans ce domaine. Pour être véritablement durable, le développement doit également prévoir l'équité et une répartition égale des ressources. De fortes inégalités, à l'intérieur ou entre les pays, mettent en danger la paix sociale, produisant des difficultés et des divisions qui peuvent ensuite dégénérer en conflits ou en guerres pures et simples. Des stress tests sévères en un peu plus d'une décennie (crise économique et financière internationale de 2008, propagation de la pandémie de SRAS-CoV-2) ont accéléré les processus typiques d'une économie de marché. Polarisation des richesses, insécurité croissante, chômage et pauvreté ne sont que quelques-uns des aspects de notre époque qui doivent faire l'objet d'un examen critique, obligeant les décideurs politiques à changer de cap. Dès lors, on peut comprendre comment le changement de paradigme doit partir d'une plus grande diffusion des connaissances d'outils alternatifs adaptés à la mesure des multiples dimensions du bien-être. Rester lié à des indices conçus pour mesurer uniquement la valeur de la production et ses variations nous condamnerait à une perspective à court terme et loin d'être vertueuse.


Environnement

Transfert des déchets municipaux vers les décharges

Pourcentage de déchets municipaux envoyés aux décharges (y compris les flux de déchets municipaux entrants et sortants d'autres régions) par rapport au total des déchets municipaux collectés. La figure prend également en compte les flux de déchets municipaux entrant et sortant d'autres régions, ce qui peut modifier la valeur du numérateur même de manière significative. Dans la région de Campanie, la part des déchets provenant des usines de traitement mécano-biologique a également été prise en compte, qui, en raison de l'indisponibilité des usines de valorisation, étaient stockés chaque année en attente d'élimination (également en dehors de la région). En 2011, cette part est nulle. Unité de mesure : valeurs en pourcentage Source : Ispra (Institut national italien pour la protection de l'environnement et la recherche), production, récupération, traitement et élimination des déchets municipaux, spéciaux et dangereux. Abruzzes

Référence Italie

Pauvreté absolue et relative (Italie, ISTAT)

Incidence de la pauvreté relative individuelle (% de personnes vivant dans des ménages en situation de pauvreté relative sur l'ensemble des résidents) Incidence de la pauvreté absolue individuelle (% de personnes vivant dans des ménages en situation de pauvreté absolue sur l'ensemble des résidents)



Changement climatique Le concept de développement durable en relation avec les sources d'énergie sera analysé en raison de son importance et de son impact. L'utilisation croissante de sources fossiles (hydrocarbures avec différents rejets de dioxyde de carbone) dans les processus de production a considérablement modifié la quantité de gaz à effet de serre produite dans l'atmosphère. Depuis la première révolution industrielle jusqu'à nos jours, de nombreux pays ont lié leurs politiques industrielles et énergétiques au pétrole, au gaz naturel et au charbon. La combustion, nécessaire pour transformer l'énergie chimique en énergie thermique et enfin en électricité, produit inévitablement des émissions de gaz à effet de serre. Le charbon et le pétrole, en particulier, émettent des gaz à effet de serre lorsqu'ils sont brûlés ; rejetés dans l'atmosphère, ils contribuent à l'augmentation de la température moyenne mondiale. Parmi les nombreux problèmes environnementaux, le réchauffement climatique dû à l'activité humaine est la plus grande urgence. Les tentatives d'accords et de protocoles internationaux (par exemple, l'Accord de Paris) sont souvent en conflit avec les intérêts géopolitiques spécifiques de pays plus puissants. Aujourd'hui, les États-Unis restent au premier rang en termes de production de CO2 par habitant. La République populaire de Chine occupe la première place en termes de production mondiale et devrait atteindre son pic d'ici à 2030, puis commencer progressivement à ressentir les effets de la décarbonation. L'Europe (l'actuelle UE à 27 pays) est la plus vertueuse, même si le plus grand producteur manufacturier du continent (l'Allemagne) ne fermera pas les dernières centrales au charbon avant 2036. Même l'utilisation massive de GNL (Gaz Naturel Liquéfié) n'est pas exempte d'émission de gaz à effet de serre : les rejets non intentionnels de méthane lors de l'extraction et du transport sont importants et vont augmenter avec l'utilisation accrue de cette ressource. Bien que le méthane soit présent en moindre quantité dans l'atmosphère que la vapeur d'eau et le dioxyde de carbone, il a un pouvoir de changement climatique beaucoup plus élevé, ce qui en fait un accélérateur de processus qui ne doit pas être sous-estimé. Des efforts seront faits à l'avenir pour contenir les émissions de gaz à effet de serre, en essayant de ne pas dépasser l'augmentation de la température moyenne mondiale de + 1 °C. C'est une tâche difficile étant donné que les prévisions moins optimistes tendent à montrer une augmentation allant jusqu'à + 4 °C. Le recours massif aux énergies renouvelables jouera donc un rôle stratégique. Axée principalement sur l'éolien, le photovoltaïque et l'hydraulique, la transition énergétique devrait conduire à une décarbonation totale pour les pays les plus performants d'ici 2050. Cependant, la transition des hydrocarbures vers les énergies renouvelables n'est pas entièrement sans difficultés et impacts.


De plus, de nombreuses technologies utilisant des sources renouvelables nécessitent de grandes quantités d'éléments de terres rares et de métaux pour leur fabrication. L'extraction des terres rares et des métaux est très impactante, car ils sont présents de manière très fractionnée à la surface de la Terre et nécessitent un traitement polluant. Leur recyclage et leur valorisation sont limités car une fois traités, ils sont combinés avec d'autres matériaux qui ne peuvent plus être séparés. Les températures montent et descendent, les précipitations vont et viennent. Les forêts prospèrent et périssent, les déserts s'étendent et se contractent. L'humanité a évolué entre phases chaudes et froides, bénéficiant d'optimums climatiques et s'adaptant aux périodes glaciaires. Aujourd'hui, la Terre se réchauffe et les activités humaines sont une partie importante de ce processus. Avec des sensibilités et des propositions différentes, les gouvernements et les organisations internationales réfléchissent à des stratégies pour limiter les émissions de gaz à effet de serre, dont la présence dans l'atmosphère est considérée comme la principale cause du réchauffement climatique. Entre 1960 et 2016, les émissions de dioxyde de carbone ont augmenté de 270 %, avec une moyenne de 2,4 % par an. Le dioxyde de carbone n'est certes pas le seul gaz à effet de serre, en effet il existe d'autres molécules (CH 4, CFC, HCFC, etc.) avec une capacité encore plus grande à retenir la chaleur du rayonnement solaire, mais c'est celle qui est présente en plus grande quantité et, par conséquent, prise comme base de référence. Selon les modèles construits au début du 20e siècle, les estimations du réchauffement climatique prédisent une augmentation de la température atmosphérique moyenne entre 2,7 °C et 3,7 °C au cours des 50 prochaines années. Il s'agit de valeurs récapitulatives présentant une grande hétérogénéité entre les pays et les latitudes. Ces valeurs pourraient être capables de faire fondre une partie des glaciers et d'élever jusqu'à 15 cm le niveau de la mer (élévation déjà en cours et mettant en péril de nombreux atolls du Pacifique). Le changement climatique détermine également des changements importants dans le cycle hydrologique qui affectent la répartition des précipitations, les rendant moins fréquentes mais plus intenses et donc plus susceptibles de générer des dommages. En plus des nombreux changements dans le temps et la biodiversité, le changement climatique affecte des aspects de la vie humaine tels que la migration et l'économie. Cependant, cette variable ne doit pas être comprise dans un sens exclusif, mais plutôt comme une concurrente au sein d'un système holistique, de multiples aspects (conflits, instabilité politique et économique, etc.) sont impliqués. Les flux migratoires peuvent être internes à un pays ou transnationaux. Ils sont un phénomène d'époque, et parmi les causes, on trouve l'augmentation des températures avec ses effets directs et indirects. La perte de terres fertiles pour l'agriculture (surtout sous les latitudes tropicales)


les catastrophes environnementales résultant de phénomènes météorologiques accrus, la paix sociale remise en cause par les inégalités sociales et la pauvreté absolue contribuent à l'exode de centaines de milliers de personnes. Les systèmes économiques établissent également des liens étroits avec le changement climatique en cours. La corrélation entre le PIB mondial et les émissions atmosphériques de gaz modificateurs du climat est très élevée. Tous les secteurs de l'économie n'ont pas le même impact sur les émissions. Certains, parfois avec un petit nombre d'entreprises et d'employés, ont des impacts énormes. Par conséquent, agir sur les technologies et les procédés dans ces secteurs est une priorité. Ces valeurs sont rapportées dans les comptes nationaux via le système NAMEA (Matrice des comptes nationaux incluant les comptes environnementaux) : il s'agit d'un système comptable qui représente l'interaction entre l'économie et l'environnement d'une manière cohérente avec la logique de la comptabilité nationale et d'une manière qui assure la comparabilité des données économiques et sociales avec celles relatives aux pressions des activités humaines sur le milieu naturel. En ce qui concerne les émissions atmosphériques, les agrégats NAMEA sont le fruit d'une collaboration entre l'ISTAT - Direction de la Production Statistique et de la Coordination Scientifique et Technique et l'APAT - Direction de l'Etat de l'Environnement et de la Métrologie environnementale. Les émissions sont exprimées en GRHO (tonnes équivalent CO 2) afin que les impacts des différents gaz à effet de serre puissent être rapportés en une seule valeur.

PIL

CO2

MONDE

PIB (USD courant) Émissions de CO2 (kt)


Mondo - Emissioni CO2 Monde - Émissions de CO2 (kt)

Centre d'analyse des informations sur le dioxyde de carbone, Division des sciences de l'environnement, Laboratoire national d'Oak Ridge, Tennessee, États-Unis. Licence : CC BY-4.0

Italie - GRHO : effet de serre (tonnes équivalent CO2) - 2017 Source : comptes NAMEA, ISTAT GRHO : effet de serre (tonnes équivalent CO2)

Entreprises 1.145.705

1.200.000

90.000.000 1.000.000

80.000.000 70.000.000

800.000

60.000.000 50.000.000 40.000.000

600.000 379.381

400.000

30.000.000 20.000.000 10.000.000 0

200.000

95.023 3.376 Commerce de I n d u s t r i e s gros, à l'exclu métallurgiqsion des véhi ues cules auto mobiles et des motocycles

4.371 Fabrication de produits chimiques

Tr a n s p o r t terrestre et transport p a r canalisation

297

1.807

8.422

18.060

Fabrication de coke et de produits pétroliers raffinés

Tr a n s p o r t maritime et fluvial

Gestion des égouts, activités de collecte, de traitement et d'élimination des déchets, récupération d e matériaux, activités d'assainissement et a u t r e s services de gestion des déchets

Fabrication d'autres produits minéraux n o n métalliques

11.271 Production végétale et animale, chasse et services connexes

Fourniture d'électricité, de gaz, de vapeur et de climatisation

0

ENTREPRISES

TONNES D'EQUIVALENT CO2

100.000.000




Économie circulaire L'idée d'une économie circulaire répond au besoin d'une croissance durable, dans un contexte de pression croissante sur les ressources de l'environnement. Avec son paradigme « production-consommation-élimination », le modèle économique actuel impose que tout produit soit inexorablement destiné à atteindre sa « fin de vie ». Des matériaux de valeur sont utilisés pour la production alimentaire, la construction de maisons et d'infrastructures, et la fabrication de biens de consommation ou d'approvisionnement en énergie. Lorsque leur durée de vie utile est terminée, ces produits sont éliminés en tant que déchets. La profondeur démographique croissante et la plus grande propension à la consommation d'une partie de la population poussent plus que jamais la demande de ressources et entraînent une dégradation de l'environnement. Cela augmente les prix des métaux et des minéraux, des combustibles fossiles, de la nourriture pour les humains et les animaux, de l'eau potable et des terres fertiles. La production moyenne de déchets de chaque citoyen de l'UE par an est d'environ 5 millions de tonnes tout en utilisant près de 15 tonnes de matériaux. La moitié des déchets est mise en décharge sans aucune valorisation. L'économie linéaire, qui repose uniquement sur l'exploitation des ressources, n'est plus une option viable. La transition vers une économie circulaire met l'accent sur la réutilisation, la réparation, le renouvellement et le recyclage des matériaux et produits existants. Ce qui serait normalement considéré comme un « déchet » n'a pas nécessairement épuisé sa durée de vie utile, il détient souvent encore une valeur intrinsèque en attente d'être valorisé et transformé en ressource. L'économie circulaire est mieux comprise en s'intéressant aux systèmes vivants naturels (biosystèmes). Ils fonctionnent de manière optimale et dans un état équilibré car chacun de leurs éléments s'intègre bien dans l'ensemble. Dans les systèmes vivants, les déchets résiduels sont proches de zéro, la matière est efficacement répartie dans les différentes phases assurant équilibre et pérennité. La transition vers une économie circulaire nécessite la participation et l'engagement de différents groupes de personnes, la stratégie adoptée par les décideurs politiques pour des actions visant à renforcer le rôle des consommateurs et à définir comment les citoyens peuvent bénéficier des changements en cours est fondamentale.Le monde des affaires peut complètement repenser les chaînes d'approvisionnement, en visant l'efficacité des ressources et la circularité. Les développements des TIC (Technologies de l'Information et de la Communication) et les changements sociétaux contribuent à cette transition systémique.


L'économie circulaire peut donc ouvrir de nouveaux marchés qui répondent à l'évolution des modes de consommation : de la propriété conventionnelle à l'utilisation, la réutilisation et le partage des produits. Cela peut également aider à créer des emplois plus nombreux et de meilleure qualité. Pour que l'économie circulaire devienne une normalité plutôt qu'une niche, tous les leviers d'opportunité doivent être mobilisés et tous les acteurs possibles doivent être impliqués (ONG, organisations d'entreprises et de consommateurs, syndicats, écoles et universités, instituts de recherche et autres parties prenantes, à tous les niveaux du gouvernement).

Encore une fois, le changement de paradigme ne passera que par une connaissance généralisée et partagée.


SE MI LASCI NON VALE

CDCA Abruzzo 3491357990 abruzzo@cdca.it cdca.abruzzo@gmail.com www.cdcaabruzzoaps.wordpress.com www.contrattodifiumefeltrino.it

Ministero del Lavoro e delle Politiche Sociali Direzione Generale del Terzo Settore e della responsabilità sociale delle imprese


Issuu converts static files into: digital portfolios, online yearbooks, online catalogs, digital photo albums and more. Sign up and create your flipbook.