Page 1

ENTREPRISES & COMMERCES L E M A G A Z I N E É C O N O M I Q U E D E L A C Ô T E D ’A Z U R

DOSSIER I P. 10

C’EST QUOI, AUJOURD’HUI

L’ESPRIT ENTREPRENEURIAL ? LES DIRIGEANTS DE PME-PMI AZURÉENS DONNENT LEUR DÉFINITION

une publication de la

# 94


La DRH mutualisée de Sophia Antipolis

SOPHIA ANTIPOLIS

e-DRH

Entreprises

Partenaires

Presse

Mobilité Internationale

Témoignages

Contact

« eDRH06.com »

Recruter des talents

Solutions et services « Ressources Humaines » en ligne…

Talent Recruitment ToolKit Formalités - Titres de Séjour

Pour aider à recruter, accueillir, intégrer et former les salariés des entreprises du territoire et répondre ainsi aux besoins de développement et de compétitivité des entreprises.

Côte d'Azur Welcome Guide Aide au logement Intégration du conjoint Veille réglementaire

Formation Formations mutualisées Trouver un organisme Financement Boîte a outils

Outils RH communautaires Communauté Ressources Humaines Diag. GPEC « Performance PME »

Recruter des talents

N°Vert Risques Psychosociaux

Le point d’entrée unique pour travailler sur Sophia Antipolis, 1ère Technopole d'Europe • Accéder à un vivier de talents dans les domaines des Tic, des Sciences du Vivant et bientôt de l’Industrie • Une mise en relation directe avec des profils de compétences parfaitement ciblés • Un service unique et innovant

Observatoire des compétences

Aide au logement Un guide du logement pour aider les actifs • Recherche de logement dans le département des Alpes-Maritimes • Renseignement sur les aides possibles et les contacts utiles • Mise en relation directe avec les professionnels de l’immobilier

Trouver un organisme de formation L’offre de formation continue des Alpes-Maritimes • Recherche par mots clés parmi plus de 1 000 programmes • Déposez votre demande de devis en ligne • Mise en relation ciblée en fonction de votre besoin PARTENAIRES

Ressources Humaines


Sommaire ENTREPRISES & COMMERCES L E M A G A Z I N E É C O N O M I Q U E D E L A C Ô T E D ’A Z U R

# 94

DOSSIER I P. 10

C’EST QUOI, AUJOURD’HUI

N° 94 DÉCEMBRE 2012

L’ESPRIT ENTREPRENEURIAL ? LES DIRIGEANTS DE PME-PMI AZURÉENS DONNENT LEUR DÉFINITION

une publication de la

Actu éco

Stratégie n p.4 Rapport Gallois : les CCI font des propositions Evénement n p.7 Les Trophées de l’Éco 2012 Urbanisme commercial n p.8/9 Pieds d’immeuble Services aux entreprises n p.10 La nouvelle offre de la CCI à Sophia Antipolis

Bernard KLEYNHOFF Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie Nice Côte d’Azur

Le dossier C’est quoi aujourd’hui, l’esprit entrepreneurial? n p.11/13 Les dirigeants d’entreprises azuréens donnent leur vision sur le sujet

Pas de croissance sans esprit entrepreneurial L’un des rôles historiques de votre CCI est de porter la voix des chefs d’entreprise. Par exemple en commençant par leur donner la parole : c’est ce que nous faisons dans ce numéro d’Azur Entreprises. Pour leur permettre de s’exprimer sur l’essence même de leur rôle d’entrepreneur. Sur ce qui forge leur motivation et ce qui, trop souvent, les freine dans leur enthousiasme à créer, construire, développer de la richesse, de l’emploi et de l’innovation…

Dossiers & thématiques Tourisme n p.14 Séduire congressites et croisiéristes Industrie n p.16/17 Retour sur Industria 2012

Tous partagent la même passion pour leur entreprise : c’est cette passion qui est le moteur du développement économique de notre territoire. Il faut lui rendre hommage, la soutenir, l’accompagner et l’encourager. C’est là aussi, l’un des rôles essentiels de votre CCI. Tout au long de l’année, nos équipes sont sur le terrain, à vos côtés pour favoriser l’esprit entrepreneurial. Un rôle qui prend toute sa dimension, dans le contexte économique difficile de cette fin d’année 2012.

Portraits d’entrepreneurs Neurelec n p.20 Giambagli n p.20 Limoni n p.21 Rêves d’enfant n p.21 La taille de guèpe n p.26

Dans cet esprit, nous avons réactivé notre comité de suivi de l'économie. En s’appuyant sur nos partenaires « capteurs » que sont les services de l’Etat, les tribunaux de commerce, les banques ou l’ordre des experts comptables, il permettra une analyse fine de la conjoncture pour orienter un dispositif d’actions concrètes, complémentaires et concertées.

La boîte à outils de l’entreprise

Les entreprises des Alpes-Maritimes comptent sur notre mobilisation. C’est tous ensemble, que nous franchirons ce passage. Aussi, je profite de l’occasion pour vous souhaiter toute la réussite que vous méritez en 2013. Une réussite qui tient à une chose avant toute autre : la force de votre esprit d’entreprise.

PME Performance +, des résultats! n p.22/23 CFE mode d’emploi n p.24 Focus sur la bourse transmission d’entreprise n p.25

> retrouvez Bernard Kleynhoff sur le blog @president www.cote-azur.cci.fr/Rubriques-CCI/PRESIDENT

Editeur Chambre de Commerce et d’Industrie Nice Côte d’Azur - 20, boulevard Carabacel BP 1259 - 06005 NICE CEDEX 1 ENTREPRISES & COMMERCES L E M A G A Z I N E É C O N O M I Q U E D E L A C Ô T E D ’A Z U R

# 94

Directeur de la publication Bernard KLEYNHOFF, Président Directeur du comité de rédaction Jean-Pierre SAVARINO, Vice-président

0 800 422 222 ou

gratuit depuis un fixe)

334 898 898 28 (de l'étranger)

www.cote-azur.cci.fr

Régie publicitaire du magazine

Directeur de la rédaction Sylvain ROUGET, Directeur Communication

suivez-nous sur

Conception-Rédaction-Réalisation Service Editions - Direction de la Communication - Chambre de Commerce et d’Industrie Nice Côte d’Azur Tél. : 04 93 13 73 93 - Fax : 04 93 13 73 24 E.mail : azur.entreprises@cote-azur.cci.fr

Flashez ce code et accédez directement à l’ensemble des apps pour smartphone de la CCI Nice Côte d’Azur

Impression : Trulli (Vence) Tiré à 55 000 exemplaires Dépôt légal à parution / ISSN 1296 - 3755 La reproduction, même partielle, de tout matériel publié dans ce magazine est interdite (loi du 11/03/57)

Rédacteur en chef Christian PROUD-DIAZ, Responsable éditions christian.prouddiaz@cote-azur.cci.fr

contactez Michèle Dabbène au 04 93 13 73 93 ou par mail: michele.dabbene@cote-azur.cci.fr

Ce document, en qualité papier PEFC (1), est réalisé par une imprimerie certifiée «Imprim’Vert» respectant les principes du développement durable par la suppression d’alcool isopropylique et l’utilisation d’encres à base d’huile végétale, conditionnées en fût réduisant ainsi leur consommation. Le recyclage papier, plastique, carton, aluminium, est valorisé et bénéficie d’un conditionnement en balles. Les solvants captés sont également biodégradables et recyclés. (1) le bois provient de forêts gérées durablement, comme l’exigent les critères d'Helsinki.

Azur Entreprises I N° 94 I

3


Actu & rendez-vous n STRATÉGIE. LE RAPPORT DU COMMISSAIRE GÉNÉRAL À L’INVESTISSEMENT SUR LA COMPÉTITIVITÉ DE L’INDUSTRIE DE 5 GRANDS PRINCIPES, DONT LA CONSTRUCTION D’UNE POLITIQUE INDUSTRIELLE EUROPÉENNE. OBJECTIF : DONN

COMPÉTITIVITÉ INDUSTRIELLE : LES CCI FONT Les contributions des CCI de France aux grands débats publics sont nombreuses : redressement productif, formation professionnelle et apprentissage (dans le cadre de la conférence sociale), banque publique d’investisement (rapport Parent), enseignement supérieur et recherche (assises nationales), école, décentralisation... Dans la continuité de leurs recommandations émises dans le cadre de la mission de préfiguration de la Banque Publique d’Investissement et de la Grande Conférence Sociale, les CCI de France ont également fait des propositions en faveur de la compétitivité des entreprises industrielles, objet du rapport remis au gouvernement par Louis Gallois il y a quelques semaines. Des propositions qui portent principalement sur 5 points (voir l’encadré ci-contre), plus un constat : l’allègement du coût du travail et donc des charges sociales qui pèsent sur les entreprises reste un domaine central pour leur permettre de relever leur taux de marge, poursuivre une politique d’investissement, d’innovation et d’export et in fine renforcer leur compétitivité. La nécessité d’un choc de compétitivité La compétitivité des entreprises industrielles est intimement liée à leur capacité à dégager en interne les ressources pour financer leur croissance et assurer leurs investissements. Le renforcement des fonds propres et de la capacité d’autofinancement des entreprises doit donc être une priorité absolue. La proposition des CCI : favoriser le réinvestissement dans les PMI et ETI, en appliquant à toute PME PMI juridiquement indépendante, un taux réduit d’IS aux bénéfices réinvestis dans le capital de l’entreprise. La création d’un écosystème compétitif Sur la base du principe « Penser PME d’abord», Les CCI proposent de simplifier l’environnement des PME PMI et de leur donner la priorité dans les dispositifs de soutien. La mise en oeuvre d’un Small Business Act à la française, réservant une part de l’achat public aux PME, reste un objectif à atteindre. Première proposition sur cet axe : cibler les dispositifs d’aide préférentiellement vers les PMI et ETI. Qu’il s’agisse du Crédit Impôt Recherche, des pôles de compétitivité, des investissements d’avenir, etc., une prime aux PME doit être envisagée, notamment pour les plus innovantes ainsi que sur les écosystèmes en réseaux. Ainsi, pour le Crédit d'impôt re4 I Azur Entreprises I

N° 94

Parmi les propositions des CCI, un grand plan «Robot» à l’écehlon national, pour rattraper le retard des PME-PMI de l’hexagone en matière de robotisation par rapport à l’Allemagne ou l’Italie.

cherche (CIR), sans être remis en cause, ce dispositif fiscal doit servir davantage encore les PME et ETI industrielles à travers l’introduction d’une dose de progressivité liée à la taille et la simplification de la procédure d’accès. Seconde proposition : simplifier et stabiliser l’environnement normatif et réglementaire. Dans une économie globalisée, le tempo de l’administration -Etat et collectivités- doit être adapté à celui des PME. Et non l’inverse. Ce principe étant posé, il est constaté que, bien que louables, les efforts de simplification réalisés jusqu’à présent n’ont pas permis de gains significatifs. Il est donc nécessaire d’envisager une simplification drastique de la législation et des procédures administratives imposées aux entreprises, sur le modèle du Canada ou de l’Italie. Cette simplification est également à rechercher dans les dispositifs d’aide (pourquoi un consultant pour déposer un dossier de crédit impôt recherche ?) et la transposition des textes communautaires dans lesquels nos administrations dépassent très souvent les exigences des textes initiaux alors que nos partenaires européens font preuve de «souplesse». Dans cet esprit, l’affirmation des CCI comme guichet unique et réducteur de complexité est aussi une voie à explorer. Il convient par ailleurs d’encourager les mesures de contrôle a posteriori qui permettent une meilleure fluidité dans la compétition européenne. Enfin, troisième proposition : redorer l’image de l’industrie. Les PMI font souvent face à une difficulté pour trouver les compétences dont

elles ont besoin sur des postes tels qu’usineur, décolleteur ou soudeur. La « Semaine de l’Industrie », dont les CCI sont un partenaire central, a permis de mettre cette question à l’agenda politique. Les CCI ont d’ailleurs décidé de faire de « 2013, l’année de la compétitivité industrielle » et de mettre les métiers de l’industrie à l’honneur. Un pont sur lequel notre département est en avance, avec des initiatives de la CCI Nice Côte d’Azur et de l’APPIM, comme le salon Industria ou en encore les rencontres pour l’emploi industriel. La mobilisation de l’innovation et de l’export Face à la concurrence des pays à bas coûts de main d’oeuvre, le salut des entreprises françaises est largement conditionné par leur aptitude à développer leur compétitivité hors-prix, à hisser la qualité de leur production au-delà des standards habituels et anticiper les besoins de leurs clients français et étrangers. Toutefois, faute d’investissements, l’appareil productif national est vieillissant et bien souvent obsolète. Lancer un « Plan Robot ». C’est la première proposition avancée par les CCI dans ce domaine. Parce que l’automatisation et la robotisation permettent de rendre les entreprises plus compétitives techniquement et génèrent de l’emploi qualifié. Un dispositif de soutien à la production industrielle passe par un « Plan Robot » qui serait de nature à combler notre retard. Ceci en mêlant une prime à la casse des équipements obsolètes, susceptible de briser le cercle vicieux qui fait


A FAIT L’OBJET D’UNE CONTRIBUTION DES CCI DE FRANCE, AUTOUR ER LA PRIORITÉ AUX PME-PMI POUR ALLER VERS PLUS DE COMPÉTITIVITÉ.

Photo ImageDJ

DES PROPOSITIONS 5 POINTS D’AMÉLIORATION - le ciblage des dispositifs d’aides afin de les orienter préférentiellement vers les PMI et les ETI (Entreprises de Tailles Intermédiaires); - la simplification drastique de la législation et des procédures administratives imposées aux entreprises ; - la stabilité de l’environnement réglementaire, fiscal et social ; - l’adaptation du tempo de l’administration à celui des PME ; - la nécessité de poser les bases d’une nouvelle économie plus durable s’appuyant sur les nouvelles technologies (numérique, biotechno-logies, nanotechnologies, écotechno-logies) qui sont les principaux viviers d’emplois et de croissance du futur.

que les PME, perdant en compétitivité, voient leur marge bénéficiaire se réduire au point de ne plus avoir les moyens d’investir dans du matériel qui leur permettrait de retrouver de la compétitivité. Cette prime pourrait être complétée par une seconde, dédiée à la première robotisation des PME, car avec 34 000 robots installés, la France est loin derrière les 62 000 robots installés en Italie et 144 000 en Allemagne. Quand on sait que moins de 17% des robots installés en France le sont dans les PME, on comprend l’urgence. La future Banque Publique d’Investissement (BPI) devrait être associée à ces mécanismes. Jouer la force du réseau CCI pour donner une nouvelle impulsion. C’est l’autre proposition des CCI de France, notament, en utilisant les CCI Françaises à l'étranger (CCIFE) comme force de vente des PMI. Parce qu’elles ont la connaissance des marchés, l’expérience des négociations bipartites et les contacts locaux, les CCIFE constituent un réseau mondial de relations et de contacts d’affaires de plus de 30 000 entreprises qui accompagnent les entreprises dans leurs projets de développement à l'international (informations sur les marchés étrangers, recherche de partenaires, …). Une véritable force de vente à disposition des entreprises industrielles. Construire une politique industrielle européenne L’Europe a aujourd’hui ouvert quasi-totalement ses frontières aux biens et services

venus du reste du monde et ceci sans contreparties. L’exemple chinois est édifiant puisque tout est fait pour dissuader les produits étrangers de pénétrer le marché : règlementation tatillonne, préférence nationale dans les appels d’offres sans oublier l’inconvertibilité d’une monnaie qui oblige ceux qui la détiennent à ne l’utiliser que pour acheter ou investir…en Chine. Les CCI proposent donc d’ imposer la réciprocité entre l’Europe et les grands émergents. Dans une compétition internationale où les entreprises européennes ne concourent pas à armes égales du fait du dumping social et environnemental pratiqué hors d’Europe, le principe est de mettre en place une forme de réciprocité entre les pays industrialisés et les pays émergents. Structurer par les filières et les territoires Enfin, dernière proposition, favoriser la mise en réseau orientée « marchés » au niveau des territoires. Pour une entreprise, l’appartenance à un réseau à l’échelle territoriale ou régionale joue comme un accélérateur de son développement. Les effets des politiques de clustering ne peuvent toutefois s’évaluer que sur la durée et une continuité dans l’effort est nécessaire. Il conviendrait par ailleurs de mêler les approches « filière » et les approches «marché » qui permettent davantage de fertilisation croisée, de coopérations et d’innovations. C’est tout particulièrement vrai pour les pôles de compétitivité pour lesquels une certaine pérennité est nécessaire. Des inflexions peuvent toutefois être données. Ainsi, la part des PME PMI dans les projets collaboratifs doit-il devenir un indicateur prépondérant de l’évaluation des pôles car c’est à travers les projets que les transferts de compétences et de technologies s’opèrent du public vers le privé, des grands groupes vers les PME. Autre idée force émise par les CCI pour ces apsects : dans toute mesure d’aide au développement de nouveaux produits, les études d’impact devraient inclure un axe relatif au développement en termes de filière industrielle. n en savoir + www.cci.fr

en bref... Malongo (Carros) reçoit l’Oscar de l’emballage Le 19 novembre dernier au Pavillon Vendôme à Paris, Malongo a reçu un nouvel Oscar de l'emballage pour la dose 1,2,3 Spresso® et son opercule écoconçu. C'est dans la catégorie « Alimentaire » que Malongo s'est vu remettre la prestigieuse récompense, décernée par un jury composé de journalistes et de professionnels de l'emballage. Parmi les 108 dossiers présentés au concours, 17 seulement ont été récompensés par le jury.

La FACAR a lancé un site portail La fédération des associations de commerçants et artisans de la Riviera a mis en place un portail présentant l’offre commerciale de l’Est du département. Créé avec le soutien de la CCI, le site permet une promotion personnalisée des différents sites de shopping avec des pages propres à chaque commerce adhérent, pour faire connaître son offre à un large public dont la clientèle touristique. Des liens seront accessibles depuis tous les sites des offices de tourisme de la Riviera. Plus sur www.facar.fr

Santiane (Nice) : une croissance à 3 chiffres Spécialisée dans la conception, la comparaison et la distribution de produits d'assurance santé destinés aux particuliers, le groupe azuréen annonce une croissance à 3 chiffres pour la 5e année consécutive. Le C.A 2012 devrait atteindre les 30 millions d’euros selon le sprévisions de l’entreprise. Soit une croissance de +125% par rapport à 2011(13,4M€). Le groupe a également doublé ses effectifs sur les douze derniers mois et compte aujourd’hui 210 collaborateurs.

Cibelly (Nice) : son dirgeant prend la Vice-présidence d’Audecia Spécialisée Fondateur du Groupe azuréen Cibelly à Nice, Michel Cibelly a été élu en qualité de vice-président d’Audecia, 3e groupement national de cabinets indépendants d’expertscomptables et de commissaires aux comptes. Azur Entreprises I N° 94 I

5


Actu & rendez-vous en bref... Menton : lancement du Bureau d'Information et de Prévention pour les entreprises Des permanences seront organisées à la CCI Nice Côte d’Azur et à la Maison des Entreprises du Bassin Mentonnais sur rendez-vous, les 1ers et 3es lundis de chaque mois. la CCI, le Tribunal de Commerce de Nice et la Fédération des Artisans Commerçants de la Riviera (FACAR) se sont rapprochés pour créer un Bureau d’Information et de Prévention (BIP) dans les locaux de la CCI à Menton. Le BIP déployé sur le territoire mentonnais répondra gratuitement et confidentiellement, aux chefs d’entreprise sur les différents dispositifs existants face à leurs difficultés et permettra ainsi de rompre leur isolement.

Greenrent (Nice) mise sur la location écologique Le spécialiste de la location de véhicules électriques ou hybrides vient d'ouvrir une nouvelle agence sur la Côte d’Azur. Proposant déjà ses services de location de véhicules écologiques à Cannes et Monaco, qu'ils soient électriques ou hybrides, Greenrent vient d'ouvrir une nouvelle agence à Nice au 6 bis, rue Meyerbeer. Plus sur www.greenrent.fr

EDHEC et SKEMA au palmarès des meilleures business schools européennes Les deux grandes écoles azuréennes sont encore une fois mises à l'honneur dans un classement de renommée internationale, celui du Financial Times. l'EDHEC, dont l'un des grands campus est à Nice, s'est hissée à la 25e place, gagnant 7 places par rapport au dernier classement. De même SKEMA, à Sophia Antipolis, issu de la fusion avec l'ESC Lille, gagne 4 places et se hisse en 53e position, à égalité avec l'ESC Toulouse.

Immunosearch (Grasse) récompensée par l'INPI La PME grassoise Immunosearch a été distinguée jeudi 15 novembre par l'INPI PACA lors de la remise des Trophées INPI de l'Innovation. Créée en 2005, Immunosearch, leader sur son marché, propose aux grands groupes cosmétiques et dermatologiques des tests toxicologiques de nouvelle génération alternatifs aux tests d’innocuité sur les animaux. 6 I Azur Entreprises I

N° 94

Distinction MARIE-DOMINIQUE RAMEL CHEVALIER DE L’ORDRE NATIONAL DU MÉRITE Bernard Kleynhoff, Président de la CCI Nice Côte d’Azur, et Dominique Estève, Président de la CCI Régionale PACA, ont remis à Marie-Dominique Ramel les insignes de chevalier dans l'ordre national du Mérite le 23 novembre dernier. Directrice Générale de Ramel Communication depuis 1992, MarieDominique Ramel est membre élue de la CCI Nice Côte d’Azur et de la CCI de

Focus

Région, en charge de la communication. Très impliquée tant dans le monde socioprofessionnel que sociétal avec son engagement au sein des « Dames de Lenval », Marie-Dominique Ramel assure depuis 2009 la Vice-présidence du Conseil communal consultatif de la Ville de Nice et entend être force de propositions au service de notre territoire.

SOPHIA ANTIPOLIS : INTEL INAUGURE SON CENTRE DE R&D EN TÉLÉCOMMUNICATION

Intel se renforce un peu plus sur la technopole. Le géant américain des puces électroniques a inauguré le 28 novembre son centre de recherche et développement en télécommunication. Ces nouveaux bureaux ont pris place dans l'immeuble le Navigator B, route des Lucioles. L'inauguration s’est effectuée en présence de Stéphane Nègre, Président d’Intel France, Thierry Cammal, Directeur Intel PSI Europe, Gilles Catala, Directeur du site et de toute l’équipe Intel Sophia. Intel avait posé un premier pied à Sophia début 2009 avec l'unité Ultra Mobility Group. Une nouvelle unité spécialisée dans les technologies du sans-fil (une trentaine d'ingénieurs), unité rattachée à l'Ultra Mobility Group avait pu être constituée en récupérant des compétences de Texas Instruments

Villeneuve-Loubet qui venait de procéder à une sérieuse restructuration. Mais c'est avec le rachat en 2010 de l'activité mobile d'Infineon (WLS pour Wireless Solutions) qu'Intel s'était installé plus solidement à Sophia Antipolis. L'ex site Infineon de la technopole a grandi depuis. Rebaptisé Intel Sophia, ce site spécialisé dans des solutions modem complémentaires à Intel est passé de de 140 personnes à plus de 200 aujourd'hui. Il travaille notamment sur la 4G et sur les mémoires embarquées. La prochaine inauguration du centre de recherche et développement en télécommunication constitue un nouveau pas. Elle vient confirmer cette volonté d'Intel de se développer dans la technopole sur le créneau de la téléphonie mobile.

SOLDES D'ÉTÉ 2013 : LE 06 GARDE SA SEMAINE DE DÉCALAGE Le décret paru le 28 novembre au J.O. met fin aux dérogations pour les soldes d'été dont bénéficiait la Paca qui pouvait ainsi décaler la période des soldes (5 semaines) par rapport au reste de la France. C'en est fini, sauf pour les AlpesMaritimes qui avaient obtenu et ont gardé cette dérogation en raison du caractère touristique de la destination. Dans le département, les soldes d'été 2013, vont démarrer le 3 juillet alors qu'en France et surtout pour le reste de Paca, le démarrage est fixé au 26 juin 2013, 8 heures tapantes. Le Var, les

Alpes-de-haute-provence, les HautesAlpes, les Bouches-du-Rhône, le Vaucluse, qui disposaient eux-aussi de la même dérogation, devront donc l'an prochain partir en même temps que le reste de la France. Les dates des soldes d'hiver, elles sont inchangées : coup d'envoi le mercredi 9 janvier, 8 heures, pour cinq semaines de bonnes affaires jusqu'au 12 février. En savoir + Voir le site service-public.fr pour les soldes d'hiver 2013


Actu & rendez-vous n ÉVÉNEMENT. GRAND RENDEZ-VOUS ANNUEL, LES TROPHÉES DE L’ÉCO CÉLÈBRENT LES «PÉPITES» DE L’ÉCONOMIE AZURÉENNE DANS 6 GRANDES CATÉGORIES.

TROPHÉES DE L’ÉCO 2012 : LA CRÉATIVITÉ RÉCOMPENSÉE

Autour de Laurent Lachkar, Vice-président de la CCI, Jean-Pierre Mascarelli (Vice-président du Conseil général), les dirigeants de Nice-Matin, les membres du jury et les lauréats des Trophées 2012.

Coup de projecteur sur des PME exemplaires. La CCI Nice Côte d’Azur, en partenariat avec le Groupe Nice Matin, a organisé le 6 décembre, à la CCI, l’édition 2012 des Trophées de l’Eco. Un prix conçu pour récompenser et révéler des entreprises performantes et innovantes des Alpes-Maritimes. Des entreprises qui portent fièrement les couleurs de la Côte d’Azur et dont le rayonnement se fait tant au plan local, national qu’international, prouvant qu’il est possible d’entreprendre, d’investir, de créer de la richesse et des emplois. Pour Bernard Kleinhoff, Président de la CCI Nice Côte d’Azur, (photo ci-contre) «La remise de ces trophées est l’occasion de mettre en lumière les atouts de notre département et la créativité de nos chefs d’entreprises». Une créativité et une audace certaine qui sont bien les fils conducteurs des 7 trophées remis le 6 décembre. Exemple avec Doremi Technologies (Sophia-Antipolis) qui explore de nouvelles niches de marché technologiques. Pour répondre aux besoins des salles de cinéma en équipement de diffusion numérique, la PME a ainsi mis au point un nouveau serveur dont le standard a été retenu par les grands studios de Hollywood, standard qui s’est imposé aussi en Europe,

au Moyen-Orient, en Asie et en Afrique. En France, sur 5 400 salles, 3 200 sont équipées avec des serveurs de Doremi Technologies. De 44 millions d'euros en 2010, le chiffre d'affaires de la société est passé à 53 millions d'euros en 2011 avec un résultat net de 1,88 million d'euros. Son dirigeant, Patrick Zucchetta a reçu le prix du manager de l’année. Autres exemples avec 1789 Cala, une jeune marque créée début 2010 par Damien Calamiso (22 ans) et Julien Lizée (31 ans) à SaintLaurent-du-Var, avec la volonté de dépoussiérer sans complexes l'espadrille française. Toutes leurs modèles sont conçus, dessinés et fabriqués en France. Signe par-

ticulier, le petit écusson aux couleurs de la France, une french touch qui habille chaque espadrille. Ou encore Areco, pionnier de l’humidification par nébulisation (brumisation et vaporisation d’eau au laser, une technologie qui a séduit les distributeurs de fruits et légumes. Leader sur le marché français avec 85 % de parts de marché, la PME grassoise (6,2 M€ de C.A en 2011, 55 salariés) diversifie ses activités et se lance dans l'affichage dynamique dans les points de vente, avec une gamme d’écrans tactiles pour l'accueil des magasins et l’information produits en rayons. n

En savoir +

www.cote-azur.cci.fr

Le palmarès des Trophées 2012 n JEUNE ENTREPRISE : Damien Calamisso et Julien Lizée, 1789 Cala (Saint Laurent du Var) n

MANAGER DE L’ANNÉE : Patrick Zucchetta, doremi Technologies (Sophia Antipolis)

n MADE IN CÔTE D’AZUR : ex aequo, Nathalie Ravel, Raviolis Perrin (Antibes)

et Laurent Coyon, Savimex (Grasse) n INTERNATIONAL : Jean-Jacques Vanner , Azur Scenic (Saint-Jeannet) n INNOVATION : Michel Gschwind, Areco (Grasse) n SAGA : Jean-Michel Laporte, Laporte Archery (Biot) n COUP DE COEUR : Marie Génissieux,

Book your Event (Nice) Azur Entreprises I N° 94 I

7


Actu & rendez-vous n URBANISME COMMERCIAL. EN FACILITANT LE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL DES PIEDS D’IMMEUBLE, LA CCI DE URBAIN. UN TRAVAIL D’INGÉNIÈRIE QUI VISE A CONSERVER TOUTE SA PLACE AU COMMERCE AU COEUR DES VILLES

DES PIEDS D’IMMEUBLE COMMERCIALISÉS, D Un quartier sans commerces de proximité est un quartier qui se meurt. La CCI , la Métropole Nice Côte d’Azur, la Ville de Nice et les bailleurs sociaux participent à la redynamisation commerciale des quartiers en rénovation. En 2011, Ils ont signé une convention de partenariat pour la commercialisation des pieds d’immeuble dans les quartiers en rénovation : l’Ariane, les Moulins, Pasteur… Ce partenariat a pour objectif la requalification et la restructuration de ces quartiers par l’introduction d’une dynamique commerciale et de service de proximité en pieds d’immeuble. Un an après la signature de la convention, 6 sites d’une superficie totale de 5 520 m² (Les moulins, Cœur de ville, Ariane, Ariane Saint Pierre, Pasteur, Promenade Gambetta) ont fait l’objet d’une intervention, soit 40 lots de pieds d’immeubles à commercialiser. « Détentrice d’une expertise reconnue et d’une réelle connaissance du terrain, la CCI a développé un outillage d’études d’analyses statistiques et de cartographie sur l’économie commerciale azuréenne indispensable pour tous ceux qui veulent s’implanter », explique Stéphane Grech, président de la Commission Aménagement du territoire, urbanisme et urbanisme commercial de la CCI. Un savoir-faire précieux qui, depuis l’éviction des chambres consulaires des CDEC suite à la loi LME du 4 août 2008, ne demandait qu’à être utilisé.

« La CCI est entrée dans une nouvelle logique, extrêmement positive, en déplaçant son curseur sur le terrain de la réalisation. ». Stéphane Grech, président de la Commission Aménagement du territoire, urbanisme et urbanisme commercial de la CCI 8 I Azur Entreprises I

N° 94

Créer de la commercialité. Sur les 5000 m² à commercialiser, près de 50% des lots sont d’ores et déjà occupés ou ont donné lieu à une signature ferme en vue d’une ouverture dès la livraison de l’immeuble. Pour chaque dossier, une étude de situation est réalisée, le potentiel de clientèle déterminé, la concurrence analysée, le chiffre d’affaires estimé. « La CCI est entrée dans une nouvelle logique, extrêmement positive, en déplaçant son curseur sur le terrain de la réalisation. Créer de la commercialité, dynamiser l’offre commerciale, développer des services de proximité, nous sommes ici dans notre rôle qui est celui d’accompagner les commerçants en apportant des réponses concrètes », reprend l’élu. En véritable hub, la CCI mène des actions d’attractivité auprès des enseignes locales et nationales sur des sites où l’initiative privée n’a pas d’espace d’expression et de valorisation financière. Une véritable ingénierie opérationnelle : depuis l’analyse du marché global du quartier, à l’étude de la zone de chalandise des commerces à implanter, le type d’activité commerciale à privilégier. Et même le rappro-

chement des positions entre les parties intéressées à un accord de bail ou de vente. Un travail dont la première réalisation peut s’apprécier sur l’îlot Gambetta. L’exemple de l’îlot Gambetta. Dans quelques mois, la verrue qui gâtait l’environnement du quartier Gambetta laissera place à un ensemble immobilier de 8500 m² shon regroupant une centaine de logements et 650 m² de surface commerciale divisée en 5 lots. La moitié en vente, l’autre en location. A la CCI, en collaboration avec la Caisse des Dépôts et des Consignations, de les commercialiser. « Le site est passant et valorisé. La difficulté n’était donc pas d’attirer des enseignes nationales, contrairement à d’autres adresses, mais de trouver un accord sur des prix jusqu’alors hors marché. Les travaux de dépollution du site ayant dépassé le budget initial. La CCI a rapproché les positions en passant d’une logique de location à une logique de location avec option d’achat », détaille l’expert en charge du dossier. Résultat : les lots sont quasiment tous distribués. Sous peu, un opticien, un magasin d’équipement de la


VIENT PARTIE PRENANTE DU RENOUVELLEMENT ET DES QUARTIERS RÉSIDENTIELS.

ES QUARTIERS DYNAMISÉS

« Le commerce ne doit pas devenir la variable d’ajustement de l’urbanisme. ». Laurent Lachkar, Vice-président de la CCI en charge du commerce

Exemple de la stratégie opérée : l’îlot Gambetta, au coeur de Nice. 650 m2 de surface commerciale sont en train de naître au pied de l’ensemble immobilier actuellement construit.

maison et une boulangerie s’y installeront. D’autres actions sont en cours à l’Ariane, sur Pasteur Maccario et aux Moulins, des quartiers sensibles pour lesquels la CCI s’attache à attirer des investisseurs locaux. « L’objectif, demain, sera d’intervenir bien plus en amont des projets pour travailler avec les promoteurs sur l’architecture même des pieds d’immeuble où l’on pourrait proposer une activité de petite manufacture. Nous souhaiterions également élargir notre savoir-faire au service d’autres communes, indique Laurent Lachkar, Vice-président de la CCI en charge du commerce, Il faut rester en phase avec le consommateur et le commerce existant sur l’ensemble du département». Avec près de 380.000 m² de projets commerciaux prévus à l’horizon 2020, dont 1/3 déjà acceptés en commission départementale, le futur paysage commercial azuréen correspondra-t-il aux nouveaux comportements des consommateurs, à la recherche de proximité, de praticité et de lien social ? Pas sûr… Si Laurent Lachkar se félicite « de l’évolution des sites commerciaux nouvelle génération », le vice-Pré-

sident de la CCI en charge du commerce estime « impératif de faire le choix du qualitatif plutôt que du quantitatif afin de garder un aménagement commercial cohérent et maîtrisé répondant au potentiel permanent de la population et de la fréquentation touristique. Le commerce ne doit pas devenir la variable d’ajustement de l’urbanisme. » Aussi, la CCI souhaite-t-elle à nouveau peser sur la politique d’urbanisme commercial des Alpes-Maritimes en s’impliquant davantage dans les prochains SCOT, DAC et PLU. Avec comme leitmotiv la pérennisation du commerce et de l’artisanat de proximité. En étant également vigilante à ce que les nouveaux projets s’insèrent dans une politique globale d’urbanisme et de transport, répondent aux besoins des habitants tout en étant complémentaires aux commerces existants. n En savoir + 0 800 422 222 www.cote-azur.cci.fr

en bref... Le projet Pigm’Azur Prix de l’Entreprise 2012

Décerné lors des Entreprenariales, le prix a récompensé le projet Nicolas Volle dans le cadre du rendez-vous Université/ Entreprises. Le projet porté par cet étudiant de l’Université de Nice souhaitant se lancer dans la création en février 2013 vise à lancer une société innovante, productrice de pigments naturels, recyclables, non toxiques et stables. Des pigments d’un grand intérêt pour les industriels des peintures, de la cosmétique et des produits connexes.

Orolia (Sophia Antipolis) champion de la croissance Le groupe azuréen est l’une des références françaises en matière de croissance : +265% en 5 ans ! Spécialisée dans les équipements et systèmes GPS pour les applications de positionnement, de navigation et de timing les plus critiques, Orolia (63,7 M€ de C.A en 2011) dirigé par Jean-Yves Courtois a reçu le 3e prix du Palmarès Technology Fast 50 de Deloitte. Un prix qui récompense la stratégie réussie du groupe, faite d’innovations, de développement international mais aussi d’acquisitions.

TxCell lève 12,4 M€ lors d’un troisième tour de financement La spin-off de l’Inserm, dirigée par François Meyer, est spécialisée dans les immunothérapies cellulaires pour traiter les maladies chroniques inflammatoires sévères. Elle renforce son développement avec une levée de fonds réalisée auprès d’InnoBio (fonds géré par CDC Entreprises dans le cadre du programme FSI France Investissement) pour 6 millions d’euros, et auprès de ses actionnaires historiques Auriga Partners et Seventure Partners. Azur Entreprises I N° 94 I

9


Actu & rendez-vous n SERVICES AUX ENTREPRISES. LA CCI APPORTE UNE GAMME DE SERVICES REDÉFINIS, AU PLUS PRÈS DE BESOINS DES ENTREPRISES DE LA TECHNOPOLE.

SOPHIA ANTIPOLIS : LA NOUVELLE OFFRE DE SERVICES CCI

Désormais implantée au sein de Business Pole, la CCI a repensé son offre de services pour mieux cadrer avec les besoins spécifiques des entreprises de la technopole.

Depuis le 14 décembre, la CCI a une nouvelle adresse à Sophia Antipolis. Elle est désormais implantée au rez-de-chaussée du Business Pôle, nouveau bâtiment regroupant les services de la CASA (Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis) et de nombreux acteurs et associations de l’innovation au cœur de la technopole. Mais ce n’est pas qu’un simple changement d’adresse. Ce nouveau site ouvre une nouvelle page pour la présence de la CCI à Sophia Antipolis, autour d'un maître mot: la proximité, pour un contact direct avec les entreprises. Cette nouvelle implantation lui permet en effet de renforcer sensiblement sa présence au sein même du bassin, qui demeure l'un des moteurs économiques du département. Pour offrir avec les partenaires des services et solutions au plus près des besoins des entreprises, la CCI va en outre disposer d’un effectif renforcé: de 5 personnes, l’équipe passera à plus d'une vingtaine au Business Pôle.

des entreprises qui constituent le tissu du bassin économique. Au Business Pôle, les particularités de Sophia Antipolis ont ainsi été prises en compte. L’offre de services est conçue autour de quatre "noyaux durs": l'intelligence économique avec tout ce qui concerne l'innovation, le développement à l’international, les services d’accompagnement à la performance de la CCI: l'accompagnement au développement, le financement, la création/reprise et transmission d'entreprise, et l’animation des jeunes entreprises, les services liés aux RH et à la mobilité à travers la eDRH, un service conçu avec et pour les entreprises sophipollitaines afin de faciliter leurs démarches, mutualiser les besoins en recrutement et formation... Le service des cartes de séjour (le site est riche de nombreux expatriés) sera également rattaché à Business Pôle, dans une approche de guichet unique apportant une offre complète pour l’entreprise.

Une tout autre dimension : l'idée, comme cela a déjà été expérimenté avec l’équipe installée depuis mars à Nice Premium au cœur de l’EcoVallée, a été de rassembler dans un même lieu les services liés à l'entreprise au sens large. Mais également de repenser les équipes et les services pour répondre de façon personnalisée aux besoins spécifiques des activités rassemblées sur certains sites, du profil

Dans le choix du lieu, un autre élément essentiel vient aussi s'ajouter: la dynamique qu'engendrera la présence, dans le même bâtiment, des deux incubateurs (Paca-Est et Telecom ParisTech), de la pépinière d'entreprises qu'a lancée la CASA et d'un espace dédié à l'animation et à la chaîne de l'innovation avec l’ensemble des autres acteurs et associations présents également dans le bâtiment En sorte un clus-

10 I Azur Entreprises I

N° 94

ter du développement économique, également en liaison avec le tout nouveau campus SophiaTech qui s'est ouvert en septembre. Un ensemble qui constitue un outil performant pour la création, le suivi et le développement d'entreprises sur le site. Cette nouvelle implantation de la CCI est l’une des illustrations de sa politique de proximité, au cœur des bassins d’activités et sur le territoire azuréen . Elle apporte de nouveaux services de proximité pour les entreprises et les acteurs locaux, avec notamment des « hospitality desks » ,une salle équipée en visio-conférence pour les réunions ou entretiens avec les entreprises et partenaires internationaux, nationaux et régionaux. L’animation économique, l’accompagnement des « jeunes entreprises » , la volonté d’agir et de travailler ensemble en mettant en commun les compétences des différents acteurs et partenaires présents sur le site ouvre des perspectives pour accompagner et faciliter le développement des entreprises et du territoire. n en savoir + CCI Nice Côte d’Azur Business Pôle, 1047 route des Dolines Allée Pierre Ziller 0 820 422 222 www.cote-azur.cci.fr


Dossier n ENTREPRENEURIAT. FAUT-IL AUJOURD'HUI PLUS D'AUDACE QU'HIER POUR DÉVELOPPER UNE ENTREPRISE ? DANS UN MONDE QUI CHANGE, SE "GLOBALISE", DANS UN ENVIRONNEMENT FISCAL ET SOCIAL MOUVANT, LES ENTREPRENEURS SONT TENTÉS DE RÉPONDRE OUI. ILS LE SONT D'AUTANT PLUS QU'ILS NE SE SENTENT PAS RECONNUS EN FRANCE.

C’EST QUOI, AUJOURD’HUI

L’ESPRIT

ENTREPRENEURIAL ?

C'est d’ailleurs autour du thème "Osons l'entreprise !" qu’avait lieu la 11e édition des Entreprenariales fin novembre à Nice, avec une conclusion qui a permis de prendre de la hauteur et du recul. Invité d'honneur, le célèbre paléontologiste Yves Coppens, le "découvreur" de Lucy, a célébré dans une conférence cette éternelle audace qui, du fond des temps, a été nécessaire à l'humanité pour construire l'avenir. Ce grand rendez-vous annuel a été aussi l'occasion de rencontrer des dirigeants de PMEPMI azuréennes de tous secteurs et de toutes tailles d'entreprise. Ils nous ont parlé de leur passion d'entreprendre, des difficultés mais aussi des plaisirs du quotidien de l'entreprise, des freins ou des moteurs qu'ils peuvent rencontrer dans le département pour développer

leurs sociétés. Autant d'interviews qui dessinent une image de l'esprit entrepreneurial, aujourd'hui, sur la Côte d'Azur.

du chef d'entreprise ne tient pas forcément du long fleuve tranquille, elle ne vire pas au parcours du combattant.

Un esprit entrepreneurial que la CCI cherche à encourager, accompagner, développer. Toute l’année. Que ce soit dans la création-transmission, dans l'amélioration de la performance, dans la chaîne de l'innovation, dans l'identification de nouvelles filières, dans l'aide à l'export, dans la structuration de réseaux, à toutes les étapes de la vie de l’entreprise : la CCI a multiplié les initiatives pour que ce nouveau souffle de l'esprit d'entreprise puisse pleinement s'exprimer. Elle s'est ainsi investie totalement dans l'accompagnement des entreprises et de leurs dirigeants pour faire en sorte que, dans les Alpes-Maritimes, si la vie

Hervé Mangot (Saphelec) : le choix de la reprise "Etre entrepreneur, on l'a en soi. Depuis longtemps quelque chose me poussait à avoir ma propre entreprise". Ancien directeur commercial de la région Méditerranée pour la branche SFR Business Team, Hervé Mangot a sauté le pas en juillet 2011. Mais il n'a pas créé. Il a choisi la solution de la reprise, pour partir d'emblée avec une entreprise de belle taille. Il a trouvé, dans son secteur d'activité, une société déjà bien installée : Saphelec à Sophia Antipolis, le leader des ESBT (Espaces SFR Business Team) SUITE PAGE 12 : Azur Entreprises I N° 94 I

11


Dossier L’esprit entrepreneurial

« Pour être entrepreneur, il faut aussi avoir un esprit acceptant la prise de risque. Mais pas uniquement pour la création ».

«Etre entrepreneur, on l'a en soi. Depuis longtemps quelque chose me poussait à avoir ma propre entreprise ».

Marc Benoist, fondateur et Président de VoIP Telecom à Sophia Antipolis.

Hervé Mangot, dirigeant de Saphelec à Sophia Antipolis.

indépendant en France avec 10 M€ de chiffre d'affaires, 70 salariés et 7.000 clients. Il a repris l'entreprise dans le cadre d'un LBO classique aidé par deux banques et un fonds d'investissement intervenus en obligations convertibles. "Pour avoir les meilleures chances de réussir, il est important d'abord de bien connaître le secteur d'activité dans lequel on intervient, mais aussi d'identifier ce que l'on sait faire ou pas faire et là où on estime ne pas être bon, de prendre quelqu'un" explique-t-il. "Sans y mettre de l'affect ou de l'égo. Il faut également réaliser un audit comptable et voir quelles sont les optimisations qu'il est possible de mettre en œuvre. Enfin, il faut aussi avoir une vision de ce que l'on veut faire et réussir à partager cette vision avec ses collaborateurs." L'ancien cadre devenu patron a déjà pu mettre à profit sa connaissance fine du secteur pour déployer une nouvelle stratégie de croissance. La convergence entre informatique et télécoms lui ouvre aujourd'hui un boulevard. "A l'heure où tout devient mobile, nous sommes les seuls à maîtriser la carte SIM, à gérer les abonnements, les forfaits". Certes, il y a le stress, les charges trop lourdes. Mais pas de regrets pour Hervé Mangot qui, au-delà du quotidien, vise l'avenir. Marc Benoist (VoIP) : Ironman et serial entrepreneur Revenu d'Hawaï, où il a participé au dernier Ironman, Marc Benoist, Pdg triathlète, n'a pas manqué les Entrepreneuriales. Ingénieur télécoms sorti de ParisTech, il a créé sa première boite, PAcom, en 1990, à Paris. Depuis, ce patron de start-up sportif et endurant (il a terminé 1er de IronMan d’Hawaï en 2006 dans la catégorie Pdg de plus de 40 ans), n'a plus arrêté. Installé sur la Côte d'Azur, il lance en 12 I Azur Entreprises I

N° 94

2000 la société VoIP, son "navire amiral" toujours en activité sur les solutions de voix sur IP pour les entreprises. "C'était d'abord une plate-forme pour les opérateurs télécom, mais ensuite la société est devenue elle-même opérateur télécom", explique-t-il. Sont ensuite venus CTIweb avec un moteur de recherche spécifique qui permet aux utilisateurs de téléphones fixes en voix sur IP d'obtenir à la volée le maximum de renseignements sur le numéro de l'appelant, puis SLCB pour la commercialisation de services télécom à l'usage des centres d'appel. Sur le modèle de cette société créée l'an dernier, Marc Benoist a ouvert SLBC Maroc et projette une création à Hong Kong, avec sa fille à laquelle il a transmis le virus. Avec le recul, est-il plus ou moins facile d'entreprendre aujourd'hui? "Je dirai que c'est plus facile pour créer mais plus difficile pour développer" estime Marc Benoist. "Le créateur dispose, pour démarrer, d'aides qui n'existaient pas dans les années 90. Mais pour se développer le marché est actuellement difficile en France. Quand on crée, il faut trouver quelques clients pour démarrer. Ce n'est pas seulement le problème de la fiscalité. C'est bien d'avoir une belle innovation. Mais il faut savoir la vendre. Pour être entrepreneur, il faut aussi avoir un esprit acceptant la prise de risque. Mais pas uniquement pour la création. Il faut être aussi persévérant". Lui, pour la persévérance, il a l'école du triathlon… Bruno Valentin (Pôle Company) : l'une des dernières aventures que l'on puisse vivre "La création d'entreprise est l'une des dernières aventures que l'on puisse vivre aujourd'hui", résume Bruno Valentin, co-fondateur de l’agence Pôle Company. Etudiant à l'IAE (Ins-

titut d'Administration des Entreprises) à Nice, il n'avait pas attendu de sortir du cursus universitaire pour se lancer. "J'ai toujours voulu créer mon entreprise. Les carrières dans les multinationales ne me fascinaient pas. Ma première boite, le salon de l'étudiant, je l'ai créée alors que j'étais en DESS de marketing". C'est chez Publicis qu'il poursuit sa carrière, où il rencontre Ariel Morali avec qui il décide de créer une agence conseil en communication globale, Pôle Company. C'était en 1998. Aujourd'hui, l'agence compte une quinzaine de personnes, travaille avec les grands comptes et réalise une marge brute autour de 1,5 M€. "Pour réussir, explique Bruno Valentin, il faut avoir un vrai désir, une vraie passion et bien sûr la capacité. Si l'on s'en tient à simplement vouloir devenir son propre patron, c'est une très mauvaise raison d'entreprendre. Le problème en France, c'est que nous sommes d'abord un pays d'ingénieurs. La culture managériale y est faible. Je suis convaincu que la question des jeunes et de l'entrepreneuriat est un sujet à part entière et qu'il faudra enfin accorder, au cœur du système scolaire, une place à l'entreprise." Sandra Le Grand (Kalidea) aux avant-postes du mouvement de fronde des "Pigeons" Sandra Le Grand est une passionnée de l'entreprise. Pdg de Kalidea, prestataire de services auprès des Comités d'entreprise (66,5 M€ de chiffre d'affaires) elle a écrit un livre pour le dire : "Entreprendre, un peu, beaucoup, passionnément : lettre ouverte à celles (et ceux) qui veulent créer leur entreprise". Une passion qu'elle est venue transmettre lors d'une table ronde des Entreprenariales. C'est aussi pour défendre l'entreprise, en tant que vice-présidente de Croissance Plus, qu’elle s'est portée en octobre aux avant-postes dans


« L’esprit entrepreneurial, c’est la volonté de laisser une marque, de transformer... C’est véritablement l’aventure ».

Jean-Yves Courtois, Pdg d’Orolia à Sophia Antipolis.

« En France la culture managériale est faible... Je suis convaincu que la question des jeunes et de l'entrepreneuriat est un sujet à part entière ». Bruno Valentin, dirigeant de Pole Company à Nice (ici en photo avec Yves Coppens).

le mouvement de fronde des "Pigeons", face au projet de loi des finances du gouvernement de Jean-Marc Ayrault. "En France, nous savons créer 500.000 entreprises par an, auto-entrepreneurs compris, mais nous avons du mal à développer les TPE (Très Petites Entreprises) pour passer au stade de PME (Petites et Moyennes Entreprises) et d'ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire)", souligne-t-elle. "C'est pour cela qu'il est important, par la politique fiscale et sociale, de mettre en place un écosystème qui favorise la croissance. Vouloir aligner la fiscalité du capital sur celle du travail, avait un effet dévastateur sur le financement des entreprises. Ce qui était prévu avait un caractère carrément confiscatoire. Ce courant a pu être stoppé... Heureusement. Il faut savoir que le vrai nerf de la guerre dans le déploiement des entreprises tient dans le financement. Il est déjà courageux d'investir, il ne faut donc pas multiplier les barrières. Il faut simplifier, flécher l'épargne dans les PME qui sont les principales créatrices d'emploi. Avec le plan de compétitivité, de bonnes intentions ont été affichées. Elles doivent maintenant être suivies d'actions rapides." Jean-Yves Courtois (Orolia) : le désir de s'associer à un rêve Pdg d'Orolia, Jean-Yves Courtois est l'une des étoiles montantes de l'entrepreneuriat azuréen. D'abord parce qu'il a réussi à écrire l'une des belles success stories azuréennes. Le groupe sophipolitain, spécialisé dans les équipements et systèmes GPS pour les applications de positionnement, de navigation et de timing les plus critiques, s'est affirmé comme champion français de la croissance. Avec 63,7 M€ de chiffre d'affaires en 2011, il est une nouvelle fois dans le trio de tête du Fast50 de

Deloitte. Ensuite On cherche à se développer au parce que l'an dermaximum des conditions de marnier, Jean-Yves « Le vrai nerf de la ché. On se lance des défis succesCourtois a fait parsifs. Un peu comme un alpiniste tie de la délégation guerre du déploiement qui cherche à conquérir des somfrançaise des jeunes mets toujours plus difficiles. Sauf des entreprises, c’est entrepreneurs du qu'ici, le sommet, c'est nous qui le G20 Yes. Une vraie le financement. » définissons étape par étape. C'est reconnaissance. véritablement l'aventure. Le dé"L'esprit entrepre- Sandra Le Grand, Pdg de Kalidea passement de soi. On ne sait jaet Vice-présidente de Croissance Plus. neurial n'est évidemmais comment on va arriver et ment pas le même dans quel état." partout", juge le Pdg d'Orolia en se référant à L'entrepreneuriat dans les Alpes-Maritimes ? cette expérience internationale. "Certains pays "En positif, un concentré de cerveaux, de talents. du G20 ont une culture entrepreneuriale plus Peu de régions disposent d'une telle concentradense que la nôtre. Mais ce qui m'a frappé l'an tion. Ensuite un effet de marque Côte d'Azur. dernier, c'est que, à l'image de pays comme les En négatif, ce n'est pas une région où il est facile Etats-Unis, le Canada, l'Australie, bon nombre de faire du business : nous sommes enclavés d'entrepreneurs de pays émergents (Brésil, Tur- dans les Alpes, loin de Marseille, il n'y a pas de quie, Mexique, Chine, etc.) affichaient un opti- marché hors celui du tourisme, pas de gros inmisme qui contrastait avec celui des dustriels qui tirent l'activité. Nous sommes d'auentrepreneurs français. Ces derniers parlaient tre part trop tournés vers la techno, la recherche de droit du travail, de harcèlement des syndi- et développement alors que le business tient cats, et d'autres boulets qu'ils avaient au pied. dans la vente, la satisfaction de besoins concrets. Les autres ne se posaient pas ces questions et Aussi, les entreprises azuréennes qui veulent évoluaient dans une dynamique positive. grandir sont obligées de chercher le marché ailCertes, chez les Français, l'esprit entrepreneu- leurs. Pour se rapprocher des clients, elles doirial existe bien. Mais il ploie sous la charge psy- vent se projeter à distance, notamment sur chologique, accentuée par le pessimisme avec Paris. Cela implique du temps et des coûts (bilde plus, un sentiment de ne pas être aimé, lets d'avion, hôtel, ouvertures de bureaux, etc.). écouté, aidé." Ce qui semble d'autre part paradoxal, c'est que Ce qui a poussé Jean-Yves Courtois à entre- les municipalités sont dynamiques (on peut prendre? "Au départ, il y a toujours le désir de citer par exemple Nice avec le sans contact) s'associer à un rêve, de faire quelque chose, mais que cela n'enclenche pas avec les start-ups. d'être utile à quelqu'un. C'est aussi la volonté Car la R&D ne suffit pas. Il faut un marché aude laisser une marque, de transformer. Certes, quel s'ancrer. Pour cela, il serait possible de déon se trouve dans une position plus précaire en velopper, à partir du tissu existant, de vraies étant entrepreneur. Mais quand on se place filières autour par exemple du tourisme, de la dans une logique de croissance à long terme, on santé, des personnes âgées". n a la chance de ne pas avoir à se fixer de limites. Azur Entreprises I N° 94 I

13


Dossiers & thématiques n TOURISME. LES CLIENTÈLES DU TOURISME D’AFFAIRES ET DE LA CROISIÈRE REPRÉSENTENT UN ENJEU ÉCONOMIQUE DE PREMIER PLAN POUR LE TERRITOIRE AZURÉEN.

CONGRESSISTES, CROISIÉRISTES : SÉDUIRE PAR LA QUALITÉ DE L’ACCUEIL Le tourisme d'affaires est un marché économique à fort potentiel. Il conduit les acteurs de l’économie et du tourisme local à multiplier les initiatives pour rendre la destination Côte d’Azur la plus attractive possible, avec en perspective la fidélisation de rendez-vous professionnels de toutes tailles : congrès, symposiums, salons, colloques, etc. Dernière illustration à Nice du 10 au 13 octobre derniers, avec la tenue pour la première fois dans la ville d’Ever, le principal congrès de recherche européen des sciences de la vision. Plus de 1 200 participants de 67 nationalités ont découvert ou redécouvert la Côte d’Azur. Pour l’occasion, la CCI Nice Côte d’Azur et l’Office du Commerce et de l’Artisanat de Nice ont organisé une opération «Tourisme et Shopping». Pas moins de 131 commerçants dans le centre ville, le VieuxNice et autour de la Place Garibaldi se sont mobilisés. Les participants au congrès ont ainsi bénéficié d’un accueil personnalisé et de services ou d’offres commerciales spécifiques. Sur présentation du dépliant, les restaurateurs offraient un apéritif et les commerçants une remise de 10%. A l’issue de l’opération, la grande majorité des commerçants entendent bien poursuivre l’expérience en tirant les enseignements permettant d’optimiser ce type d’initiative très positive en terme de notoriété et d’image, au delà du seul chiffre d’affaire immédiatement généré. En concertation avec les organisateurs qui ont signé la reconduction pour les deux prochaines années d’Ever à Nice, la CCI planche désormais sur des offres personnalisées packagées pour toujours mieux satisfaire ce type de clientèle. Croisière : Cannes fait sensation. Autre clientèle de premier plan pour la destination Côte d’Azur, la croisière. Un marché sur lequel la concurrence est également rude et pour lequel il faut là aussi savoir prendre des initiatives en matière de personnalisation de l’accueil. Ainsi, à Cannes, les 2 700 croisiéristes du Norwegian Epic ont été agréablement surpris par l’accueil spécialement organisé pour leur escale au début de l’automne. Spectacle de French cancan, pétanque, musique provençale, dégustations de vins... Pour la troisième année consécutive, la CCI Nice Côte d'Azur, la ville de Cannes, et l'association des commerçants 14 I Azur Entreprises I

N° 94

Meynadier-Forville, associées aux Galeries Lafayette Cannes, au Palais des Festivals et au French Rivera Cruise Club ont organisé le temps d'une journée, une opération séduction en direction des croisiéristes. Nom de code : « Cannes, l'escale sensations ». Près de 70 commerçants des rues d’Antibes, Meynadier, Hoche, Félix Faure, Maréchal Joffre, Marché Forville, armés d'un fanion « Welcome to cruise passengers » devant leurs devantures, ont joué le jeu en proposant aux touristes réductions et dégustations. Pour la majorité des commerçants, la hausse ou non de leur chiffre d'affaires n’est pas le plus important ce jour là. L’événement représente un formidable coup de pub pour la ville et renforce encore l’attractivité de la destination. Quant aux croisiéristes, d'après une étude menée par la CCI, 93 % disent avoir envie de revenir et apprécier ce type d’accueil. n

En savoir + www.cote-azur.cci.fr 0 800 422 222 www.frenchrivieracruiseclub.com

Le m-tourisme à livre ouvert Le Livre Blanc « Open Data, TIC et Tourisme » réalisé par la Commission m-Tourisme de Telecom Valley a été dévoilé le 16 octobre au cours de la journée m-Tourisme « Open Data, TIC et Tourisme en Euro-méditerranée ». Ce terme désigne la possibilité pour tous d’accéder via le web aux données (exceptées celles nominatives et confidentielles) publiques voire privées. Son but : améliorer la connaissance des citoyens et la société dans laquelle ils vivent. Pour le tourisme azuréen, l’Open Data présente trois atouts : mieux mettre en valeur le territoire, mieux informer les touristes et offrir de nouvelles opportunités de business aux entreprises locales spécialisées dans les TIC. L’utilisation de diverses données permettra, en effet, de proposer aux touristes des applications qui leur soient spécifiquement dédiées. Car s’il est vrai qu’avant de partir, ils possèdent un grand nombre d’informations, en revanche une fois arrivés à destination, ils se retrouvent souvent confrontés à un réel manque de données pratiques et pertinentes en adéquation avec leur séjour et, faute d'applications disponibles basées sur des données ouvertes, doivent souvent se tourner vers les offices de tourisme pour connaître l’emplacement des commerces de proximité pour faire de simples courses, etc.


Dossiers & thématiques n RÉSEAU. LA PLATEFORME COLLABORATIVE ÉVOLUE.

ECOBIZ : NOUVELLES FONCTIONNALITÉS Faire son buzz

10 candidats azuréens au Mercure d’Or qui remportera le trophée ?

avec Ecobiz, c’est facile...

41 communautés en ligne, plus de 10 000 adhérents et près de 7400 entreprises présentes ! L’actualité de la plateforme collaborative du 06, c’est d’abord le succès de son 5e forum, qui a enregistré une fréquentation record. Plus de 1200 participants (décideurs d’entreprises, jeunes créateurs ou porteurs de projets) ont assisté aux multiples conférences, ateliers thématiques, business meetings et rencontres informelles sur deux jours. Le forum a également été l’occasion de saluer le dynamisme de la communauté «Union des jeunes avocats du barreau de

focus

Grasse», qui a reçu le prix de l’organisation la plus impliquée de l’année. En outre, Côte d’Azur Ecobiz vient d’annoncer le lancement de sa nouvelle évolution, plus claire et plus ergonomique. Parmi les grandes évolutions, une navigation dynamique des événements, une connexion avec les réseaux sociaux, une remontée automatique des actualités du site corporate, des annuaires repensés par cartes de visite et une recherche simplifiée. n

En savoir +

infos/inscription sur www.cote-azur-ecobiz.fr

Depuis 1974, ce challenge national du Commerce et des Services récompense et honore les meilleurs commerçants de France pour leurs résultats financiers, l’innovation, la communication, la création d’emplois et le partenariat. 2332 commerçants 464 unions commerciales ont déjà été récompensés. Une présélection au niveau départementale a identifié 10 commerçants qui défendront les couleurs azuréennes au concours national dans les catégories «création d’entreprise» et «Innovation Commerciale et Qualité». Ces 10 commerçants exceptionnels ont été présentés le 11 décembre lors d’une soirée à la CCI, qui a mis en lumière leur savoir-faire : objets de décoration, bijoux, pièces artistiques en sucre et chocolat, compositions florales, bonbons scénarisés dans un univers baroque... Le palmarès du 38e challenge des Mercures d’Or sera révélé en janvier 2013.

n RESSOURCES HUMAINES. FOCUS SUR LE PROGRAMME « PERFORMANCE PME COMPÉTENCES 2 »

UN PROGRAMME RH POUR LES PME Ce programme dédié aux PME vise à accompagner les entreprises des filières régionales de l’agroalimentaire et des services, dans la gestion de leurs ressources humaines. Ceci en développant des outils, une méthodologie adaptés à leur problématique comme à leur structure organisationnelle spécifique. Objectif : mieux les préparer à l'anticipation des mutations économiques. Car face aux évolutions des marchés, les talents et les compétences font aussi la différence. Les PME sont tenues d'être en constante anticipation pour maintenir et accroître leurs performances. Prévenir et anticiper, c'est se préparer à relever ces défis sur le plan économique (positionnement sur un marché, analyse de la concurrence…) et sur le plan social (départ en retraite, transfert de savoirs, recrutements, organisation du travail…). Face à ces enjeux, les CCI de Mar-

seille Provence, du Var et de Nice Côte d'Azur ont donc conçu Performance PME Compétences, un programme actuellement dans la 2e phase d’un parcours qui s’étend sur 2012 et 2013. Cette opération de dimension régionale est de plus gratuite pour 60 PME régionales, car elle bénéficie d’un financement du Fonds Social Européen (FSE), de la Direccte et des CCI régionales. Le programme propose un parcours opérationnel complet, fournissant un appui et des accompagnements mettant en lien le développement stratégique de l'entreprise à celui de la gestion anticipée de leur capital humain. Pour les Alpes-Maritimes, 21 entreprises se sont portées volontaires et sont inscrites aujourd’hui dans le dispositif, après avoir bénéficié d’un prédiagnostic.

Parmi les PME azuréennes qui se sont engagées dans le dispositif pour 2012, La Rosée est un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes à Nice de 45 lits, employant 30 salariés. Pour son dirigeant, Francis Siméoni, les bénéfices attendus pour le développement de l’entreprise sont précis: « J’ai découvert cette opportunité lors d’une table ronde aux Entrepreneuriales. Le dispositif nous aide à mieux structurer notre management, avec une meilleur répartition des responsabilités. C’est aussi l’occasion d’une vraie réflexion d’ensemble sur notre organisation, d’une prise de recul. S’y ajoute un partage d’expériences avec d’autres activités très différentes de la nôtre: un véritable enrichissement». Le dirigeant de La Rosée estime pouvoir constater les premiers effets obtenus dès le premier semestre 2013. n En savoir + 0 820 422 222 Azur Entreprises I N° 94 I

15


Dossiers & thématiques n INDUSTRIE. NOUVEAU SUCCÈS POUR LE GRAND RENDEZ-VOUS DE L’INDUSTRIE AZURÉENNE, QUI CONFIRME

INDUSTRIA 2012 : DES PMI SANS COMPLEXES À L’AS

L’espace international, toutes les réponses aux questions des PMI sur l’export en un seul point.

La Côte d’Azur, souvent peu connue pour son savoir faire industriel, est pourtant une terre d’accueil et de développement importante pour le secteur, avec un maillage de PMI diversifiées et innovantes. Organisé par la CCI Nice Côte d’Azur et l’APPIM ((Association des Partenaires pour la Promotion de l'Industrie Méditerranéenne) et l’UIMM (l’Union des Industries et Métiers de la Métallurgie Côte d’Azur), l’objectif du salon Industria est de promouvoir les produits, les services et les savoirfaire de ces industriels de la Côte d'Azur, dans une grande vitrine commune. L’occasion aussi de favoriser les rencontres entre fournisseurs et donneurs d'ordres et de créer de nombreuses opportunités d'affaires. La 11e édition, le 20 novembre dernier, a rassemblé 132 exposants, deux pavillons thématiques - Econnect (solutions industrielles pour le bâtiment écoefficient) et acteurs azuréens de l’éclairage durable)- et fait un focus sur les startups industrielles. Sans oublier l’Italie, pays invité d’honneur de l’espace international. Plus des conférences (financement de projets innovants, éco-conception dans la stratégie de l’entreprise), une table ronde (les clefs de la réussite en Italie), des rendez-vous personnalisés... Bilan : plus de 1500 participants à cette édition 2012. Des PMI azuréennes innovantes. La réponse du secteur industriel face aux nouvelles contraintes de la mondialisation est double. 16 I Azur Entreprises I

N° 94

L'innovation technologique est bien sûr un levier primordial pour la conquête de nouveaux marchés. Mais la commercialisation des efforts d'innovation passe par l'union d'entreprises au sein de groupements de compétences. C'est ce que Michel Manago, PDG de l'entreprise Adessia spécialisée dans les solutions intelligentes de contrôle d'accès dans les bâtiments appelle « L'union des technologies vers un seul but : la prise de marchés». Depuis deux ans, sa société fait partie du groupement d'entreprises industrielles E-connect, orienté sur l'optimisation énergétique et le suivi des performances dans le secteur du BTP. A l'initiative de la CCI et de l'APPIM, ce réseau est la réponse directe à l'un des problèmes généré par la mondialisation: l'éparpillement des prestataires, alors même que la proximité est un atout considérable pour les donneurs d'ordres locaux. Avec « Econnect » douze entreprises unies et complémentaires proposent une réponse globale aux appels d'offres sur toute la région « parce qu'aujourd'hui, les nouveaux marchés se prennent en bloc » ajoute Michel Manago. « Et Industria est un terrain privilégié pour travailler en groupe ». Autre exemple, celui de LC System. Cette entreprise, membre du groupement « Energie durable Light Azur » mis en place par la CCI, innove dans le domaine de l'éclairage avec la commercialisation d'un système de lampes Led intelligentes pour remplacer les tubes

néons vieillissants des parkings, des supermarchés ou des entrepôts. Pour son président Laurent Paul, « l'intérêt est de rester sur la Côte d'Azur, près de nos fournisseurs. C'est la garantie de plus de réactivité et du maintien de prix de production bas en réduisant au maximum les coûts de transport ». Ces luminaires de nouvelle génération, 100% « made in France », sont assemblés à Saint Laurent du Var. Les fournisseurs sont locaux en grande majorité. Le marché, lui, est national. Cap à l'international. Et pour partir à la conquête de nouveaux marchés, les industriels peuvent désormais s'appuyer sur les services du réseau régional des CCI. Celui-ci travaille en étroite collaboration avec UbiFrance, dédié à l’accompagnement des entreprises françaises dans leur démarche à l'exportation et à l'implantation sur les marchés étrangers, mais aussi avec la Coface, Oséo, l'INPI, les Douanes, et les Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CCEF) qui mettent bénévolement leur expérience au service de la présence économique française dans le monde. Le réseau Entreprise Europe Network était en outre présent sur un espace dédié pour aider les PMI à rayonner en Europe, en développant des partenariats, en innovant, en informant sur la réglementation, les normes et les sources de financement. Exemple avec la société Fantastic Sourcing (Cagnes-sur-Mer), exposante à Industria 2012 et qui a bénéficié de


LE DYNAMISME DU SECTEUR ET SA CAPACITÉ À OSER CONQUÉRIR DES PARTS DE MARCHÉS À L’ÉTRANGER.

James Nicolaï, Fantastic Sourcing (Cagnes/mer).

Laurent Paul, LC System (Nice).

« Aujourd'hui, les nouveaux marchés se prennent en bloc. Industria est un terrain privilégié pour travailler en groupe... ». Michel Manago, PDG d’Adessia (solutions intelligentes de contrôle d’accès aux bâtiments), une PMI basée à Sophia Antipolis.

ces accompagnements à l’international pour son développement. Après huit ans d'activité dans la distribution de composants électroniques et de systèmes innovants, la structure était à la recherche d'un second souffle. James Nicolaï, l'un des responsables de l’entreprise a fait appel aux services de la CCI. Après la mise à plat de la stratégie commerciale dans son ensemble, un diagnostic a guidé la nouvelle stratégie de la société : « Cette rencontre avec des intervenants extérieurs nous a permis d'élaborer en partenariat une nouvelle stratégie globale reposant sur des outils de contrôle efficaces : tableau de bord, suivi des objectifs par rapport à nos clients et un plan de prospection vers les quatre pays cible à prospecter » explique James Nicolaï. « Nous avons pu ainsi réaliser un rêve : participer au salon Electronica à Munich parmi les plus grands acteurs de notre secteur». Pour les industriels des Alpes-Maritimes, l'international commence d’ailleurs à quelques kilomètres : cette année, l'Italie était l'invitée d'honneur d'Industria en tant que premier partenaire commercial du département. Juste avant l'ouverture du salon, les exposants ont pu bénéficier d’une intervention d’Ubifrance Italie et de la CCI Française en Italie sur les aspects pratiques d'un développement dans la péninsule : de nombreuses PMI azuréennes l’ont bien compris et travaillent déjà dans ce pays. n

En savoir +

Rédaction

SAUT DES MARCHÉS INTERNATIONAUX

Cap Indus, pour une collaboration durable Cap Indus est l'une des réponses apportées dès 2010 par la CCI Nice Côte d'Azur, en partenariat avec l'APPIM la Direccte et la CDAF. Objectif? La mise en réseau des industriels azuréens, en renforçant les liens entre clients et les fournisseurs, en menant des actions communes pour la conquête des marchés, en créant des synergies entre donneurs d'ordre et prestataires afin de maintenir et même de développer le tissu industriel local. Prochaines étapes de ce plan d'actions : la poursuite de la mise en réseau des acteurs du secteur, acheteurs et sous-traitants, la création d'un espace dédié Ecobiz sur Internet permettant l'accès à une base de données de fournisseurs présentant leur offre, et la mise en place d'un accompagnement collectif pour l'amélioration de la compétitivité des entreprises. Plus d’infos sur www.appim.com et www.cote-azur.cci.fr

www.forum-industria.com Azur Entreprises I N° 94 I

17


Portraits d’entrepreneurs n BIOTECH. LA PME INNOVANTE DE SOPHIA ANTIPOLIS SIGNE UN BEAU PARCOURS ET PREND DÉSORMAIS SON ENVOL SUR LES MARCHÉS EXTÉRIEURS.

NEURELEC FAIT ENTENDRE SA VOIX À L’INTERNATIONAL

Cédric Briand, dirigeant de l’entreprise.

Neurelec, une filiale de MXM dédiée à l'appareil auditif et aux neuro-simulateurs électroniques implantables vient de recevoir le prix Méridien Mag de l’innovation 2012. Une récompense qui souligne s’il en était besoin le dynamisme de cette PME sophipolitaine de 140 personnes implantée depuis l’origine sur la Côte d’Azur, qui -c’est à souligner- conçoit et produit ses appareils dans le 06. « Neurelec est un des quatre fabricants mondiaux d’implants cochléaires, explique son PDG Cédric Briand. Nous venons d’ailleurs d’acquérir 1500m2 supplémentaires pour agrandir notre pôle R&D. La clé dans ce marché de forte concurrence c’est la technologie. La R&D est un poste stratégique. Nous investissons chaque année 20% de notre chiffre d’affaires dans la recherche ». La société est aujourd’hui portée par la croissance des pays émergents. « Grâce à un réseau de distribu-

teurs, nous sommes très bien positionnés en Amérique du Sud dont le Brésil, en Inde, en Russie et nous finalisons nos agréments avec la Chine ». L’entreprise possède aussi ses propres filiales en Turquie et au Maroc. Un développement à l’international qui passe également par des partenariats de recherche scientifique avec les plus importants laboratoires du monde. C’est elle par exemple, qui porte avec des chercheurs anglais et allemands le projet Advancing Binaural Cochlear Implant Technology (ABCIT) destiné à développer une nouvelle génération d’implant dit binaural. Un projet soutenu financièrement par l’Europe à hauteur de 4 M€. Prochaine étape ? «Nous sommes en train de projeter des implants plus petits, plus confortables, encore plus performants » . n

n SERVICES. L’ENTREPRISE FAMILIALE A SU TROUVER LES CLÉS D’UNE BELLE LONGÉVITÉ.

Créée en 1925 par l’arrière-grand-père des actuels dirigeants, la Maison Giambagli - également connue sous l’enseigne «Cellier de l’Amitié » - est le dernier négociant en vin des Alpes-Maritimes. Retour sur une réussite familiale forgée sur plusieurs générations. « Dès son arrivé d’Italie, mon grand-père Settimo Giambagli a travaillé chez un marchand de vin local : le métier lui a plu et il s’est lancé dans le négoce à son compte», explique Raymond Giambagli qui dirige aujourd’hui l’entreprise avec sa sœur Christine. Quatre-vingt six ans plus tard, le cœur de l’activité est resté la même, la passion aussi. « Parce que c’est un métier magique. Nous achetons du vin produit dans tout le Sud de la France, essentiellement à des domaines, des caves coopératives et des propriétés familiales. Ensuite, nous créons nos propres gammes. Celles-ci sont distribuées sur l’ensemble de la France» indique le dirigeant. Une réussite et une longévité qui tiennent à plusieurs facteurs. Tout d’abord, avoir misé tôt sur un produit qui a connu une forte évolution sur le marché : le vin rosé. Ce dernier a progressé qualitativement pour ne pas être un simple vin d’été et à su conquérir un large public. Ensuite, une gamme diversifiée, forte de plus d’une centaine de références. Plus 18 I Azur Entreprises I

N° 94

Rédaction

GIAMBAGLI (NICE) : LE DERNIER EMBOUTEILLEUR

une politique d’investissements continus : deux millions d’euros en 2010 quand l’entreprise s’est installée dans ses nouveaux locaux du boulevard de la Madeleine (3000 m2), une relocalisation accompagnée de la modernisation de l’outil industriel. Ainsi, la production a pu atteindre les trois millions de bouteilles par an, grâce à une chaîne d’embouteillage qui tourne à 5 000 cols par heure. Enfin, la réussite du dernier embouteilleur azuréen est le fruit d’un choix qualitatif en matière de vin, issu de sa longue expérience. Une sélection portée par un marketing moderne, dont la création d’éti-

quetages festifs et ludiques pour séduire la clientèle tendance des lounge bars. Des projets ? « Si nous avons triplé le nombre de bouteilles en 20 ans, nous ne souhaitons pas accroître davantage notre production. Le seuil est atteint : je préfère faire 3 millions avec des produits bien spécifiés et très qualitatifs, permettant une marge raisonnable, plutôt que d’aller sur le marché du gros volume et des premiers prix. Notre projet aujourd’hui est plutôt d’évoluer vers l’export avec comme objectif, les Etats-Unis ». La PME niçoise a de la bouteille, mais elle pétille de dynamisme ! n


Portraits d’entrepreneurs n IMPLANTATION. INTERVIEW DE LAURENT LIMONI, DIRIGEANT D’UN CABINET D’AVOCATS.

LIMONI : LE DROIT DES AFFAIRES Nouvelle entreprise ayant choisi la Côte d’Azur pour son développement, le cabinet Limoni est spécialisé dans le droit des affaires. Fondé par deux avocats ayant effectué un parcours en entreprise à l’international, le cabinet a choisi de s’implanter à Sophia Antipolis : «Pour son solide écosystème d’entreprises locales, nationales et internationales, connu et reconnu par notre clientèle parisienne et étrangère», souligne Laurent Limoni. «Nos expériences contentieuses devant l’ensemble des juridictions civiles, commerciales et arbitrales françaises nous permettent d’aborder l’ensemble des dossiers de droit des affaires, du conseil au contentieux, avec un éclairage judiciaire visant à identifier, voire à prévenir, les sujets susceptibles de donner naissance à un litige. Nous savons qu’aujourd’hui, un certain nombre d’entreprises locales font appel à des conseils basés à Paris pour traiter notamment des problématiques de baux commerciaux. Un domaine dans lequel notre cabinet possède une réelle compétence, à la fois en conseil et en contentieux». Ce qui n’empèche pas le cabinet de poursuivre son développement en visant la capitale : en 2011, Laurent Limoni a

Virbac (Carros) reprend le leader chilien de la santé animale

Laurent Limoni, dirigeant du cabinet.

notamment conseillé Hi-Media pour le rachat du quotidien économique La Tribune devant le Tribunal de commerce de Paris, et ce depuis Sophia Antipolis. n

AZURÉENNE ET SON DIRIGEANT.

5 QUESTIONS À JEAN-POL VENTUGOL, RÊVES D’ENFANT

Fla s h ez ce c od e avec vo tre s mar tph o ne p o u r tél é ch arg er l ’ap pl i c at io n CC I

Issos racheté par l’éditeur de logiciels Harvest Créé en 1990 à Sophia Antipolis par Patrick Delattre, Issos (5 M€ de chiffre d'affaires) spécialisé dans les logiciels de simulation patrimoniale et fiscale a été rachetée par le Parisien Harvest (15,4 M€ de CA), éditeur lui aussi de logiciels pour l'intégration de processus fiscaux sociaux, financiers et patrimoniaux.

n SUR L’APP CCI... CHAQUE LUNDI, DÉCOUVREZ UNE ENTREPRISE

Quel est le profil de votre entreprise ? Rêves d’Enfant est une entreprise créée en 1999, spécialisée dans la vente en ligne et en boutique de jouets anciens de collection. Ce sont des jouets de garçons datant de 1880 à 1970, voitures Dinky Toys, soldats de plomb CBG, trains électriques Jep ou Hornby, etc… qui touchent une clientèle de collectionneurs de 35 à 85 ans. 95% des ventes se réalisent via internet, expédiées dans le monde entier. Les collectionneurs, particuliers et salles de vente aux enchères sont mes sources d’approvisionnement. En 2011, l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 181 000 euros.

en bref...

Quelle est sa valeur ajoutée ? Sans hésitation, la qualité des objets. Mon principal critère de sélection étant l’état de conservation des pièces, primordial pour le collectionneur exigeant. Qu’ils datent de la fin du XIXe siècle, des années 30 ou 70, les 1400 objets proposés sont en état d’origine, sans restauration et souvent accompagnés de leur boite originale Quels sont vos objectifs pour 2013 ? Une croissance du chiffre d’affaires de 20%. J’ai beaucoup augmenté mes ventes dans le domaine des trains miniatures, un secteur toujours très populaire. La course automobile entre 1920 et 1960 est un autre secteur en plein essor avec de nouveaux collectionneurs venant du monde de l’automobile réelle. Ce type de produits est commercialement très intéressant.

Virbac a racheté 51 % des titres du Groupe Centrovet (un acteur majeur en aquaculture, leader sur le marché intérieur chilien de la santé animale) à ses actionnaires et aura la possibilité d'en acquérir la totalité au terme d'une période de cinq ans. Avec cette reprise, le laboratoire azuréen se positionne comme l'un des leaders sur le marché de l'aquaculture.

Rédaction

RUBRIQUE EN COLLABORATION AVEC

Si vous recrutez, quels profils recherchez-vous? Du fait de l’extrême spécialisation de l’activité, seule la partie expédition et emballage génèrerait un poste dans le futur. Quelle est votre priorité du moment? Trouver de nouveaux débouchés sur les plateformes de vente en ligne et attirer les clientèles russes et chinoises. Parallèlement un site e-commerce est en cours de réalisation.

Chaque lundi, la CCI met à l’honneur une entreprise azuréenne dans sa rubrique «L’entreprise de la semaine», sur son application smartphones (iPhone, Androïd et Blackberry Torch) disponible gratuitement en téléchargement. Azur Entreprises I N° 94 I

19


Initiatives Le chiffre

plus de 40 maîtres restaurateurs

dans les Alpes-Maritimes

Reconnaître les meilleurs professionnels de la restauration traditionnelle en valorisant leur compétence et leur engagement en faveur de la qualité, tel est l'objectif du titre "Maître- Restaurateur", déjà reçu par plus de 40 professionnels azuréens.

CCAlps : naissance d'une communauté de la créativité Avec une enveloppe de 3 millions d'euros, le programme européen CCAlps (Creative companies in Alpine Space) a pour ambition de développer l'écosystème de la créativité du bassin alpin. Mode,design, graphisme, multimédia, image, audiovisuel ou réalité virtuelle, ce secteur représente en moyenne 3% des emplois pour 3,3% du PIB européen. C'est surtout un levier de compétitivité pour l'industrie toute entière, bénéficiant d'une croissance bien supérieure aux autres secteurs. Problème : le manque de structure et de cohérence de la filière. Depuis 2011, les équipes de la CCI Nice Côte d’Azur se concentrent sur cette problématique, en particulier liée aux entreprises de l’audiovisuel et de l’image. Avec des éléments forts , comme par exemple le leader mondial pour l'équipement numérique des salles de cinéma, Doremi Technologies, implanté à Sophia Antipolis... Au niveau du département, l'objectif est de se concentrer sur les industries de l’image et de l’audiovisuel, avec aujourd'hui le recensement de toutes les entreprises spécialisées dans la production audiovisuelle et la fabrication d'images pour en établir une cartographie, recueillir leurs attentes et recenser leurs besoins. mieux connaitre les entreprises et leurs besoins grâce à une étude envoyée à toutes les entreprises concernées. Constituer une cartographie, recueillir leurs attentes et besoins sont une première étape. A terme, ce travail doit permettre la mise en réseau de ces sociétés pour mieux assurer leur promotion. Un site internet dédié, un plan de promotion associant les entreprises de la filière, des opérations de fertilisation croisées avec le secteur touristique, par exemple. Enfin, ces entreprises participeront à la création ambitieuse d’un hub européen des industries de la créativité. 20 I Azur Entreprises I

N° 94

en contact

Prixo, la commerce connexion est née ! La FATEO (Fédération des Associations du Tissu Économique de l’Ouest) a lancé sa propre application mobile, destinée à favoriser la communication des commerces après de leurs clients. On le sait, le smartphone est aujourd’hui devenu un moyen de communication efficace. La Fateo, qui regroupe 7 associations de commerçants et artisans sur Cannes, Le Cannet, Mougins, la Vallée de la Siagne (UBACI, Renaissance Carnot, Association Meynadier Forville, A.MI.RE.AN, l’association du Cannet, l’Association de Mougins, la Fédération de la Siagne), a décidé de tirer parti de cet outil en lançant sa propre application. Son nom : Prixo. « Cette application développée sur les deux principales plateformes disponibles sur le marché, Apple et Androïd, est destinée à créer un lien direct entre les commerces de proximité et leurs clients » explique Alexandre Vial, co-fondateur de la Fateo et président de la fédération de commerçants de la Siagne (Auribeau, Pegomas, la Roquette). Concrètement comment cela fonctionne-t-il ? Une fois Prixo téléchargé sur son Smartphone, l’utilisateur aura accès à un certain nombre d’information mis à sa disposition par les commerçants de son quartier, de sa ville ou d’un quartier ciblé, opération

commerciale, promotions… Les fédérations de commerçants et les municipalités pourront elles aussi enrichir l’application en y déposant leurs propres informations comme par exemple, un calendrier des manifestations en cours ou à venir. « Tout le monde est gagnant, poursuit Alexandre Vial. Les clients pourront dénicher les bonnes affaires de manière simple et rapide et les commerçants disposer d’un canal de distribution efficace. » Mais l’ambition de Prixo ne s’arrête pas là. « Nous sommes déjà en discussion avec la Fédération de l’Est du département pour élargir la zone géographique. Et à terme, nous souhaitons faire de Prixo une application motrice pour toutes les Alpes-Maritimes». plus sur www.prixo.fr

Une nouvelle carte de fidélité pour les commerçants de Cannes la Bocca La Boccassienne est une carte épargne unique en son genre à Cannes-La Bocca, qui permettra au plus grand nombre d’obtenir des points lors d’achats dans les commerces adhérents. Pensée par l’Ubaci (Union Boccassienne des Artisans, Commerçants et Industriels) pour redynamiser le commerce dans ce quartier populaire à l’identité propre, la carte permettra aux consommateurs d’accumuler des points (1 point = 1 euro) qui permettront, sans dépenser d’argent, d’acheter ce qu’ils souhaitent, à hauteur de leur épargne, dans tous les commerces adhérents. Un outil facile à utiliser et constamment à portée de main pour découvrir des commerces

chez qui ils ne dépensent pas forcément habituellement leur argent. C’est aussi une belle opportunité de renforcer les liens de sympathie avec les commerçants qui leur permettent de se faire plaisir. Soutenue par la CCI, l’initiative a déjà rassemblé plus d’une trentaine de commerces de proximité, ayant d’ores et déjà validé leur adhésion au projet, proposeront le dispositif ainsi que deux hypermarchés « locomotives » partenaires. Objectif en 2013 : 10 000 cartes diffusées sur le réseau. Contact/ Eric Chaumier / 06 72 95 15 79 contact@commercescanneslabocca.com www.commerces-canneslabocca.com


La boîte à outils de l’entreprise n INTERNATIONAL. LES MARCHÉS INTERNATIONAUX, C’EST MAINTENANT PLUS QUE JAMAIS...

COMMENT LA CCI ACCOMPAGNE LES PME ET TPE À L’EXPORT

Cap sur l'export ! Qu’on l’appelle pacte ou choc, la compétitivité reste plus que jamais à l’ordre du jour. Parmi les mesures phares du rapport Gallois, le financement de l’activité des entreprises à l’international à travers «un prêteur public » démontre une fois de plus la nécessité d’encourager l’export pour régler la question d’un commerce extérieur en déficit chronique, et trouver des relais de croissance face à un marché domestique atone. Les Alpes-Maritimes comptent entre 1 000 et 1 500 entreprises exportatrices de façon régulière, dont les poids lourds que sont Mane, Robertet, Virbac et Expressions Aromatiques qui, selon le palmarès du magazine L’Entreprise, figurent parmi les 120 PME indépendantes championnes de l’international en 2012. Pour révéler d’autres futurs champions, la CCI Nice Côte d’Azur joue un rôle de premier plan, sous le label de CCI International PACA, qui rassemble l’offre mutualisée des CCI de la région. Elle détecte, oriente, anime et accompagne de manière collective ou individuelle les TPE et PME locales qui souhaitent s’engager à l’export ou consolider leur présence sur tel ou tel marché. Concrètement, la CCI travaille en premier lieu sur le positionnement de l’entreprise afin de dégager des axes stratégiques, déclinés en plan d’action export. Elle met ensuite en place les financements qui vont bien via les différents partenaires financiers publics que sont Oseo, la Direccte et la Coface. Cette der-

nière vient par ailleurs de lancer un nouveau dispositif, l’A3P (Assurance prospection premiers pas) adapté aux TPE pour obtenir un plafond maximum de 30 000 euros. Enfin, avec les bureaux Ubifrance et le réseau des CCI françaises à l’étranger et les Conseillers du Commerce Extérieur de la France, elle aide les entreprises à nouer des partenariats commerciaux notamment à travers des missions et participations à des salons dans les pays ciblés. Un travail d’équipe, donc, à laquelle on peut ajouter l’expertise de l’INPI dans le domaine de la propriété industrielle, et celle des Douanes au niveau des procédures administratives et de l’optimisation dans la gestion des flux. Sensibiliser et accompagner les entreprises azuréennes à l’exportation. En 2012, année de la signature de la nouvelle charte nationale à l’Export, la CCI a ainsi répondu à plus de 200 demandes d’information, effectué plus de 200 visites d’entreprises, organisé 12 ateliers et événements totalisant plus de 400 participants et enfin, détecté, qualifié et accompagné 30 entreprises à fort potentiel d’exportation. Parmi elles, des pépites ayant déjà un pied à l’international comme Cosmetic Research Group à Carros (distribution de dermo-cosmétiques) qui réalise 85 % de son chiffre d’affaires à l’export. « Cela nous a permis de redécouvrir l’ensemble des acteurs et des outils existants », précise Alexia Dingas qui a monté un dossier Coface « pour exporter en Amé-

rique du Nord et du Sud où nous n’étions pas présents ». La charte nationale comporte également un volet primo-exportateurs, à l’instar de la Miroiterie Merle, une PME de Roquefort-les-Pins. Spécialisée dans la miroiterie d’art, l’entreprise de 8 personnes travaillait à l’export de façon opportuniste. Elle souhaite aujourd’hui s’inscrire dans une démarche volontaire et pérenne. « Nous avons participé aux différentes actions proposées par la CCI comme la journée Aides à l’Export ou encore le programme Comm’Export », indique Philippe Nicaud, responsable commercial export recruté fin 2011. La CCI a réalisé un état des lieux de l’entreprise qui a permis de détecter des points faibles à corriger. « Nous avons investi dans un show-room mobile, déterminé les produits à mettre en évidence, travaillé sur un site internet en anglais et redéfini notre argumentaire ». La TPE s’organise, dès 2013, pour attaquer le Moyen-Orient où elle a détecté un fort gisement de croissance : « Pour cela, la CCI a fait un travail de suivi et d’accompagnement remarquable grâce auquel nous avons progressé vite et bien». Prochaine démarche : obtenir l’assurance prospection Coface et participer au salon d’Abu Dhabi. n

En savoir + CCI Nice Côte d'Azur - 0800 422 222 www.cote-azur.cci.fr

Azur Entreprises Entreprises II N° N° 94 89 II Azur

21 21


La boîte à outils de l’entreprise n DÉVELOPPEMENT. UN PROGRAMME DÉDIÉ AUX PME-PMI À FORT POTENTIEL, POUR LES ACCOMPAGNER VE AUX ENTREPRENEURS QUI SE SONT ENGAGÉS DANS LA DÉMARCHE.

PME PERFORMANCE + : DE L’EFFICACITÉ, QUI PRO Face à un contexte économique tendu, les PME et PMI ont plus que jamais besoin d’innover, de mieux se structurer pour conserver leur compétitivité et mieux révéler leur potentiel. C’est un des objectifs fixés par le dispositif PME Performance + créé par la CCI Nice Côte d’Azur, qui propose un accompagnement personnalisé et innovant sur 18 mois aux dirigeants d’entreprises à fort potentiel. Plus de quarante entreprises sont déjà engagées dans le processus. Les premiers résultats de cet appui se font déjà sentir. Matthieu Vergé-Salamon, Président d’ASM Lorsque Matthieu Vergé-Salamon et Emmanuel Soula ont repris ASM (Automatisation de Systèmes Mécaniques) en 2010, l’objectif était clair : booster la PME antiboise, la seule du département à concevoir des machines spéciales pour tout domaine d’activités. En deux ans, les dirigeants ont réussi leur pari : doublement du chiffre d’affaires, embauche de 4 personnes, un carnet de commande plein pour 6 mois… Et de belles perspectives d’avenir pour une entreprise qui ne semble pas connaître la crise. « Le potentiel était là, reconnaît Matthieu Vergé-Salamon, il fallait l’exploiter au mieux. La polyvalence de nos interventions qui nous protège de l’effet de cycles propres à certains secteurs industriels. Un bureau d’études et un atelier d’assemblage intégrés qui nous permettent de proposer à nos clients la meilleure solution au meilleur coût». RAS donc ? « C’est quand tout va bien qu’il faut s’inquiéter, anticiper pour préparer le long terme. Même si dans le 06 qui représente 90% de notre marché, nous sommes les seuls, le risque est de ne pas voir arriver le danger, de manquer de visibilité, de recul sur les évolutions technologiques, l’implantation d’éventuels concurrents, etc. C’est pour cela qu’il est toujours très intéressant d’avoir une analyse extérieure, un regard à froid de nos process, de l’environnement et du marché. Nous avons donc décidé de participer au dispositif». La CCI Nice Côte d’Azur, les dirigeants la connaissaient déjà. « C’est au cours d’un forum de cession-reprise organisé par la CCI que nous avons rencontré le créateur d’ASM. Déjà à cette date, nous avions pu mesurer et apprécier son efficacité. L’expert CCI qui nous accompagne a procédé à une analyse à 360° de nos process. Ses conclusions ont révélé l’efficacité de l’ensemble de nos indicateurs de gestion tant au niveau opérationnel que financier. La restitution a également permis de valider la pertinence de notre organisation RH. Seuls points noirs : notre absence dans les réseaux

22 I Azur Entreprises I

N° 94

Mathieu Vergé-Salamon et Emmanuel Soula dirigeants d’ASM (Antibes)

azuréens et un site internet à revoir. J’ai donc décidé d’adhérer à l’APPIM. Aixois d’origine, nous étions jusqu’à présent, pour des raisons stratégiques, peu impliqués dans le tissu industriel local. Or, nos clients et la grande majorité de nos fournisseurs sont azuréens. Pas question pour autant de devenir membre pour me mettre en cohérence avec le diagnostic et en rester là. Si j’ai décidé de devenir membre c’est pour m’impliquer à fond dans l’association. Avant sans doute de rejoindre l’UIMM06 (Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie)et de profiter de la force relationnelle du réseau Ecobiz Côte d’Azur. Quant au site internet, nous avons déjà commencé à réfléchir à une refonte complète ». Philippe Salvan, dirigeant de Supralog Depuis sa création en 1997, Supralog assoit sa force sur une complète indépendance financière et trois axes de développement : l’édition et la diffusion de gammes de progiciels, l’intégration de technologies et l’élaboration de solutions sur mesure au forfait, et le consulting. L’entreprise de 60 salariés est une valeur sûre du paysage des TIC azuréennes, mais son rayon d’action s’étend bien au-delà. «C’est nous qui avons conçu le premier dispositif de facturation Sésame Vitale qui équipe aujourd’hui plus de 7000 sites paramédicaux en France. C’est également nos ingénieurs qui ont élaboré la première solution de dématérialisation des attestations de transport pour engins frigorifiques destinées aux fabricants et assembleurs d'engins, ainsi qu'aux

directions départementales des services vétérinaires (Ministère de l'Agriculture-GIE Cemafroid). Nos compétences sont aujourd’hui reconnues auprès de très grands comptes pour lesquels nous intervenons (Amadeus, Air France, Docapost…). J’ai décidé de rejoindre le dispositif PME Performance + dans le cadre d’une diversification de la branche progiciels. Nous venons de développer Intr@ssoc, un nouveau progiciel destiné aux associations d’envergure pour gérer l’intégralité de leur organisation : mise en réseau des membres, adhésions et flux financiers, événementiels, etc. Forts d’un retour très positif, nous souhaitons aujourd’hui passer dans une phase de commercialisation à grande échelle». Un développement qui pour Supralog passe par des investissements conséquents en termes de recherche (un projet PACA-Labs avec l’Université de Nice est d’ailleurs en dépôt), mais aussi des problématiques de recrutement et et de communication. Dans ce contexte, l’apport de PME Performance + apparaît à Philippe Salvan comme un vrai plus pour concrétiser ses projets. «J’attendais du concret de l’équipe de la CCI et je ne suis pas déçu ! PME Performance + nous accompagne dans la qualification du marché et le positionnement de l’offre mais nous aidera aussi dans la structuration de la démarche commerciale ou les questions de propriété intellectuelle. Ce regard et cet appui extérieurs vont nous permettre d’avancer plus vite, en bâtissant un véritable plan d’actions que nous commençons à déployer».


RS UNE NOUVELLE ÉTAPE DE LEUR PARCOURS. CHAQUE MOIS, AZUR ENTREPRISE DONNE LA PAROLE

DUIT DÉJÀ DES RÉSULTATS

Rédaction

Nicolas Colombi, Cust Home (Saint Laurent du Var)

Philippe Salvan, Supralog (Antibes)

Un Club PME Performance + pour prolonger l’expérience Le Club PME Performance + sera lancé au début de l’année 2013. Sa vocation ? Réunir les chefs d’entreprises impliqués dans le dispositif, toute activité confondue, pour prolonger l’expérience de PME Performance +. Son but ? Favoriser les rencontres entre Dirigeants, valoriser les acquis issus de cet accompagnement dans tous les domaines d’organisation et de fonctionnement (innovation, recrutement, développement commercial, International…) et renforcer les échanges et les rapprochements d’affaires. Ces rencontres se dérouleront trois fois par an autour d’une conférence menée par un expert. Ces rendez-vous seront également l’occasion d’accueillir les nouveaux participants au dispositif. Au-delà, les adhérents, destinés à devenir de véritables émissaires de PME Performance +, disposeront d’une vitrine « communautaire » sur la plateforme CCI Écobiz pour diffuser au quotidien leurs conseils, échanger leurs bonnes pratiques et faciliter encore les rapprochements d’affaires inter-membres.

Nicolas Colombi, Cust Home Architecte technologique : voilà comment se définit Nicolas Colombi, cofondateur avec Claude Pey de Cust Home, une PME d’ingénierie domotique basée à Saint-Laurent du Var. « Nous avons créé la société en 2004. Notre domaine d’intervention : concevoir et mettre en service des systèmes domotiques personnalisés. Cela peut aller du simple régulateur de chauffage à des technologies bien plus complexes : vidéo, volets roulants, arrosage, sécurité, matériel hi-fi, etc. D’un simple clic, le client contrôle, via son smartphone ou une tablette numérique, l’ensemble de son habitation à distance ». Synonyme de confort, de sécurité et d’économie d’énergie, la domotique est un secteur en pleine expansion. « J’ai découvert PME Performance + au cours d’une réunion de l’APPIM. Il correspondait exactement à l’accompagnement que nous recherchions, c’est-à-dire un dispositif mené par un conseiller extérieur ayant suffisamment de recul et de compétences pour juger à froid notre entreprise et d’une durée assez longue pour nous permettre de mettre en place et d’analyser les actions préconisées. Cust Home est à une étape charnière de son existence. Nous devons grandir pour répondre à une demande de plus en plus forte de la part de nos clients (les électriciens et les particuliers) mais également à un nouveau marché que nous abordons, le secteur tertiaire. Composée de 5 personnes, la société n’était pas éligible au dispositif. Mais convaincus que la taille d’une société n’est pas le meilleur critère pour juger de son caractère

innovant, nous avons présenté un dossier. Et nous avons été retenus. Le diagnostic réalisé a mis à jour l’ensemble des problématiques que nous nous posions : nécessité d’embaucher, de réorganiser l’entreprise afin de libérer du temps aux deux dirigeants pour leur permettre de se consacrer à la stratégie, de définir et de mettre en place une stratégie commerciale…». Un appui extérieur très instructif mais surtout constructif. « Le diagnostic nous a aidés à formaliser nos réflexions et à établir un programme d’actions. Avec l’appui du conseiller, nous avons d’ores et déjà défini le profil des deux prochains collaborateurs que nous allons recruter, déterminé une stratégie commerciale en direction de nos clients pour les fidéliser mais aussi du secteur tertiaire. Au sein de Cust Home, le rôle et les missions de chacun sont en cours d’être précisés poste par poste. Prochaine étape, la mise en place d’un show room. Autant de points positifs rendus possibles par PME Performance +. C’est d’ailleurs dommage qu’un tel dispositif n’existe pas pour les créateurs. Cela ferait gagner beaucoup de temps ! » . n dossier de candidature à télécharger, plus d’informations sur Performance + www.cote-azur.cci.fr ou au 0 800 422 222

Azur Entreprises I N° 94 I

23


La boîte à outils de l’entreprise

CFE (Cotisation Foncière des Entreprises) : mode d’emploi et explication dans les Alpes Maritimes La TP a été remplacée en 2010 par deux impôts : la cotisation foncière des entreprises et la cotisation sur la valeur ajoutée. En cette période de réception par les entreprises des taxes, certains commerces et entreprises ont fait face à une évolution de la nouvelle contribution foncière des entreprises (CFE) avec en haut de page : COTISATION FONCIERE DES ENTREPRISES, TAXE POUR FRAIS DE CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE, TAXE POUR FRAIS DE CHAMBRE DE METIERS ET D’ARTISANAT ET IMPOSITION FORFAITAIRE SUR LES ENTREPRISES DE RESEAUX Un libellé trompeur, qui laisse à penser aux chefs d’entreprises que les CCI et Chambre de Métiers sont les destinataires de cette CFE. Voici quelques informations afin d’y voir plus clair sur la situation dans les Alpes Maritimes. Pour mémoire, la Taxe Professionnelle a été supprimée et remplacée en 2010 par deux impôts : la CFE (cotisation foncière des entreprises) et la CVAE (cotisation sur la valeur ajoutée). Le taux de la CFE est fixé par le bloc communal (communes et communautés de communes) qui

bénéficie pleinement de cette ressource. Cette CFE s’applique au foncier, c’est à dire sans les équipements et les biens mobiliers. Ce qui a pour objectif de favoriser l’investissement en particulier dans l’industrie. Dans les Alpes Maritimes, la collecte de cet impôt représente un montant total de 370 millions d’euros ; cette base totale de CFE est en augmentation de seulement 1.34 % entre 2011 et 2012. Notons que d’autres territoires de PACA (hors 06) ont parfois enregistré des augmentations pouvant aller jusqu’à 9 %.

, ATTENTION LIBELLÉ R! TROMPEU

Sur les 370 millions d’€uros de CFE collectés dans les Alpes-Maritimes, seuls 10 millions d’euros sont affectés au réseau des CCI de PACA pour leurs actions en faveur des entreprises, soit moins de 3 %. C’est la raison pour laquelle une nouvelle fois la CCI est intervenue auprès de la Direction des Finances Publiques et de la Préfecture pour que la collecte 2013 de la CFE soit accompagnée d’une information plus précise sur les différents bénéficiaires de cette taxe et les pourcentages respectifs d’affectation.

En savoir + Prenez contact avec le Centre des impôts dont votre entreprise dépend. www.impots.gouv.fr

Focus

Pros du tourisme

Easy Finance : financer son projet par-delà les frontières

un rendez-vous à noter sur votre agenda !

Co-financée par la commission européenne, la plateforme Easy Finance répertorie toutes les aides financières existantes en France, mais aussi en Italie, en Espagne, en Slovénie et en Grèce. Une base de données colossale alimentée par les agences de développement des différents pays concernés, dont les CCI françaises qui se sont appuyées sur la plateforme les-aides.fr pour extraire quelque 159 sources financières pour la plupart axées sur l’innovation. L’Europe souhaitant par ce biais encourager les entreprises innovantes positionnées dans les secteurs des nouvelles technologies, du développement durable et des bioénergies. Opérationnelle pour l’ensemble des pays européens depuis janvier 2013, la plateforme permet de connaître selon son projet, son activité et sa région, les critères d’éligibilité, les conditions d’accès et les organismes vers qui se tourner pour monter son dossier. Easy Finance offre ainsi une visibilité étendue aux entreprises qui souhaiteraient se développer en France ou dans l’un des pays participants au programme. Si le site est en anglais, le détail des aides apparaît dans la langue du pays émetteur. plus sur www.easyfinanceproject.eu 24 I Azur Entreprises I

N° 94

Professionnels de l’évènementiel et des congrès, acteurs du tourisme, cet évènement est le vôtre! La CCI Nice Côte d’Azur et Book Your Event organisent la deuxième édition du Tourisme Business Meeting, le rendez-vous annuel des acteurs du tourisme et de l’évènementiel. Objectif : vous permettre d’améliorer et renforcer les relations d’affaires entre professionnels de l’événementiel et des congrès, à travers des rencontres se déroulant autour de tables rondes, sous forme de speed board meeting. Les échanges se poursuivront autour d’un cocktail networking. Jeudi 31 Janvier 2013 à 18h à la Gare Maritime du Port de Cannes contact : 0 800 422 222 alix.lecadre@cote-azur.cci.fr


n TRANSMISSION. TOUTE L’ANNÉE, LA CCI ACCOMPAGNE LES CÉDANTS ET REPRENEURS D’ENTREPRISE.

UNE BOURSE DE CESSION EN LIGNE POUR FAVORISER LES REPRISES D’ENTREPRISE Que faire de son entreprise lorsque le départ à la retraite approche? Dans les 10 prochaines années ils seront 15000 patrons à se poser la question. Pour cette génération d'entrepreneurs, issue pour la grande majorité du baby-boom, l'entreprise est souvent l’œuvre d'une vie de travail. Et pour le département, la fermeture définitive d'une structure est un vrai risque pour la cohésion du tissu économique local, impactant l'emploi, la fiscalité et la diversité des services... Pour assurer la pérennité et maintenir le dynamisme du tissu économique, la CCI a mis en place un service dédié à la transmission d'entreprise. Son rôle : accompagner toute l’année cédants et repreneurs d’entreprise afin de concrétiser les projets dans les meilleures conditions possibles. La CCI organise également des soirées thématiques sur la transmission, réunissant ces derniers avec des experts, diffuse les offres de cession (voir à la fin du magazine), notamment via une bourse disponible en ligne : c’est l’un des nombreux «e-services» développé par la CCI. Parmi les repreneurs accompagnés récemment, Gaël Tchikaloff. Cet ingénieur de formation assiste en décembre 2010 à l'une des « soirées de la transmission » en compagnie de son associé, Jacques Journo. « L'intérêt de cette bourse d'échange, c'est la mise en relation au même endroit et au même moment de professionnels motivés. La présentation sous forme d'affichettes d'un grand choix d'entreprises différentes est beaucoup plus efficace que de chercher au hasard dans les petites annonces ! Cette soirée nous a permis très rapidement de faire un premier choix ». Ils repèrent rapidement deux offres de reprise. Leur choix se porte finalement sur Eltron Contrôles, une entreprise spécialisée dans le contrôle technique d'ascenseurs, basée à Nice et créée en 1991 dont le patron part à la retraite. Trois mois après, l'affaire est conclue par le rachat de la structure, du fonds de commerce et du portefeuille client. « Presque un an et demi après, nous sommes très satisfaits. Nous avons recruté deux personnes supplémentaires et augmenté notre chiffre d’affaires de 20 %. Nous envisageons même d'étendre notre activité encore limitée à l’aire niçoise vers Antibes ou Cannes, et pourquoi pas, reprendre une autre entreprise sur ces secteurs ».

Gaël Tchikaloff et Jacques Journo, repreneurs de Eltron Contrôles.

Jean-Michel et Christophe Vasta ont repris avec réussite une activité de pisciniste.

Autre exemple, celui des frères Vasta. Le métier de Jean-Michel et de Christophe, c'est la construction et l'entretien de piscines. Ils créent leur activité à Saint Laurent du Var en 2005, rachètent une première structure en 2009 par bouche à oreille. Cette année, ils repèrent une offre de reprise dans la bourse de cession-reprise de la CCI, diffusée par courrier électronique. Le cédant change d'activité et s'oriente vers la commercialisation et l’installation de Spa. Après quelques contacts avec le service et la validation de leur dossier de reprise, ils rachètent cette entreprise et ses deux marques. Ils se retrouvent aujourd'hui à la tête d'une des plus importantes structures

du secteur, avec un parc de 350 piscines à entretenir, 17 salariés, un chiffre d'affaires de 2 millions d'euros et vont regrouper toutes leurs enseignes dans un même site. JeanMichel en est convaincu : « c'est un excellent concept de mettre en relation les acheteurs et les vendeurs » dit-il avec enthousiasme. « Aujourd'hui nous sommes toujours abonnés à la lettre électronique de la CCI que nous surveillons de près et nous prévoyons pour l'avenir encore de nouveaux projets ! ». En savoir + 0 800 422 222 www.ccinice-cote-azur.com Azur Entreprises I N° 94 I

25


Coup de pouce aux créateurs d’entreprise La bourse de cession-reprise de la CCI Nice Côte d’Azur présente chaque mois une sélection d’offres.

LA TAILLE DE GUÈPE (ANTIBES) : UNE REPRISE DE CHEF !

Rédaction

En juillet dernier le magazine Capital a retenu le restaurant antibois comme l’un des « 30 qui font le business de l’été » sur la Côte d’Azur. Retour sur une reprise réussie.

Olivier Ferrand, repreneur de l’entreprise, avec son épouse.

En 2010, Olivier Ferrand reprenait « La Taille de Guêpe », un restaurant situé au coeur de la vieille ville d’Antibes dont la spécialité est les fleurs comestibles : capucines, oeillets, roses, soucis, pensées sont à l’honneur en cuisine... Deux ans et demi plus tard, « Nous avons dépassé notre prévisionnel de l’année de 50 % » souligne le repreneur. Un résultat qui marque une véritable réussite. Celle-ci ne doit cependant rien au hasard, mais bien au professionnalisme du nouveau propriétaire - il est restaurateur depuis 30 ans - et au concept même de l’établissement : une adresse conviviale et intimiste. Un professionnel qui a su mettre tous les atouts de son côté, notamment en suivant le stage « 5 jours pour entreprendre » du pôle création-transmission-reprise d’entreprise de la CCI. « J’ai une longue expérience dans la restauration dont 15 ans comme chef de cuisine. Pour diriger seul un

Vous avez un projet de création, reprise ou transmission ? 26 I Azur Entreprises I

N° 94

établissement, il faut savoir être un gestionnaire complet, maîtriser achats commandes, fournisseurs, marchandises… Ca ne s’improvise pas», souligne, réaliste, le repreneur. En devenant chef d’entreprise, il a souhaité mettre le maximum de chance de son côté : « Certes, je connais mon métier. Mais je pense qu’il faut aussi connaître ses limites et savoir écouter les conseils d’experts quand on se lance dans une reprise. Le stage «5 jours pour entreprendre» a été très efficace, car il m’a permis de réfléchir à une transition en douceur afin de conserver la clientèle acquise par la bonne réputation du restaurant. Ensuite, pour préparer la mise en place d’un contrôle de gestion qui nous permettra de piloter l’entreprise avec précision». n La taille de guèpe 24, rue de Fersen 06600 Antibes Juan les Pins 04 93 74 03 58

Pour vous lancer, pour participer à un stage «5 jours pour entreprendre» ou à un atelier «Création / Reprise d’entreprise» (dates sur www.ccinicecote-azur.fr, rubrique agenda), prenez contact avec les experts du pôle Création, transmission & financement d’entreprises de la CCI Nice Côte d’Azur 20, bd Carabacel 06000 NICE Tél. : 0 800 422 222 Fax : 04 93 13 74 74 cession.reprise@cote-azur.cci.fr

Pour répondre à une offre, pour passer une annonce ou en savoir plus sur nos services d’accompagnement, contactez-nous !

n COMMERCE Réf. CCO/1061 E-commerce de produits cosmétiques Effectif : 4 labellisés en marque exclusive Ville CA : 35 000 € / Prix : fonction option choisie Changement d’activité : cède parts sociales ou fonds de commerce d’une entreprise de distribution sur internet de produits cosmétiques d’une marque exclusive. Société créée en 2007. Dépôt de la marque en 2006. Nombreuses récompenses attribuées par le monde professionnel. Formules déposée au Centre anti-poison. Presse, librairie, papeterie, jeux, loto Réf. CCO/1056 Ville du moyen-pays Effectif : 0 CA : 103 000 € / Prix : 80 000 € Départ à la retraite : cède fonds de commerce de presse, librairie, papeterie, jeux à gratter, loto, cadeaux, jouets, carterie, téléphone, acquis en 2006. La boutique est située au cœur d’un village pittoresque et touristique. Local loué avec un appartement de 2 pièces à l’étage. Epicerie fine, produits régionaux Réf. CCO/1033 Moyen pays Effectif : 1 CA : 240 000 € / Prix : 130 000 € Changement d’activité : cède branche d’activité de vente de produits régionaux alimentaires de Provence. Vente par correspondance (fichier de 2000 clients, site internet), accueil de groupes. Vente de prêt-à-porter de marques Réf. CCO/1039 Effectif : 1 masculin et féminin Centre ville CA : 150 000 € / Prix : 100 000 € Départ à la retraite : cède fonds de commerce de prêt-àporter de marques masculin et féminin, acheté en 1998 et situé en centre ville. Prêt-à-porter féminin Réf. CCO/1036 Centre ville Effectif : 1 (+ 1 mi-temps) CA : 215 000 € / Prix : 250 000 € Départ à la retraite : cède fonds de commerce de prêt-àporter féminin, situé sur une rue commerçante. Clientèle femme de style tendance et élégant, fidèle depuis plus de 30 ans. Vente et réparation de motos, Réf. CCO/1040 Effectif : 4 concessionnaire exclusif Ville CA : 2 600 000 € / Prix : 550 000 € Changement d’activité : cède fonds de commerce de vente et réparation de motos d’une marque exclusive, créée en 2002. Le repreneur pourra s’appuyer sur une équipe commerciale et technique expérimentée. Prêt-à-porter homme Réf. CCO/1041 Centre ville Effectif : 1 CA : 80 000 € / Prix : 70 000 € Départ à la retraite : cède fonds de commerce de prêt-àporter homme tendance, situé sur une rue commerçante, créé en 2008. Magasin d’angle bien agencé et en excellent état.


Bourse de cession-reprise d’entreprise Tél. : 0 800 422 222

Fax : 04 93 13 21 02

Librairie Réf. CCO/1030 Village Effectif : 1 CA : 180 000 € / Prix : 130 000 € Départ à la retraite : cède fonds de commerce de librairie, créé en 2004 et situé au cœur d’un village du Haut-Pays. Lieu de rencontre agréable qui participe à la vie locale. Réf. CCO/1029 Fruits et légumes Effectif : 3 Ville CA : 550 000 € / Prix : 165 000 € Raisons personnelles : cède fonds de commerce fruits et légumes, épicerie fine, créé en 1992 et situé en centre ville, dans un quartier commerçant et touristique. Surface de vente de 60 m², réserve de 70 m². Alimentation générale Zone rurale

Réf. CCO/1014 Effectif : 1

CA : 200 000 € / Prix : 65 000 € Départ à la retraite : cède fonds de commerce d’alimentation générale, dans un village à proximité de Nice. Les plus de

cession.reprise@cote-azur.cci.fr

n SERVICES Vente, réparation, mécanique, entretien Réf. CSE/1075 de bateaux de plaisance Effectif : 3 Port de plaisance CA : 710 000 € / Prix : 480 000 € Raisons personnelles : cède parts sociales d’une société spécialisée dans la mécanique, la réparation, l’entretien de bateaux de plaisance (de 8 à 20 m), créée en 1999. CA en progression avec l’adjonction de l’activité de vente de pièces détachées, depuis juin 2009.

Restauration rapide à emporter/livraison Réf. CRE/0928 Ville côtière entre Nice et Menton Effectif : 7 (3 temps partiel) CA : 380 000 € / Prix : 250 000 € Raisons personnelles : cède fonds de commerce de restauration rapide et livraison à domicile de pizzas, paninis, plats cuisinés acquis par l’entreprise en 2003. Site internet. Fichier clients de : 13 500 contacts. C.A en croissance constante. Surface de vente 25 m², labo 30 m², réserve 10 m², chambre froide 5 m².

Dépannage, service après-vente TV et HiFi Réf. CSE/1072 Centre-Ville Effectif : 3 CA : 400 000 € / Prix : 50 000 € Départ à la retraite : cède fonds de commerce d’une société de dépannage, SAV, station technique TV et hifi, créée en 1999. Clientèle de professionnels (70%). Réparateur agréé auprès de grandes marques et enseignes.

Restaurant traditionnel, traiteur Réf. CRE/0947 Périphérie de ville Effectif : 3 (+ 1 apprenti) CA : 570 000 € / Prix : 450 000 € Départ à la retraite : cède fonds de commerce d’un restaurant traditionnel, banquets, traiteur, livraison de plateau-repas. Bonne renommée, clientèle fidélisée pour repas d’affaires, repas familiaux pour les fêtes. Salle de 200 m² (100 couverts), terrasse (30 couverts)

l’entreprise : clientèle fidèle et soucieuse de maintenir son unique commerce, ainsi que la municipalité qui soutiendra le repreneur. Dépôt-vente accastillage Ville (proche port)

Réf. CCO/0970 Effectif : 2

CA : 190 000 € / Prix : 120 000 € Changement d’activité : cède fonds de commerce d’une

Entretien et création de jardins Réf. CSE/1066 Ville Effectif : 4 CA : 270 000 € / Prix : 340 000 € Changement d’activité : cède parts sociales d’une société spécialisée dans l’entretien et la création de jardins. Clientèles de professionnels à 70%, activité transférable, bonne notoriété, augmentation constante du CA.

société, spécialisée dans le dépôt-vente de matériel pour bateaux, accastillage et vente de bois teck pour marine. 20 ans d’existence, bonne renommée dans le monde du nautisme, auprès d’une clientèle de particuliers à 70%. Lingerie fine Ville (marché local/touristique)

Réf. CCO/0963 Effectif : 2

Réf. CSE/0960 Sécurité, gardiennage Ville Effectif : 6 CA : 225 000 € / Prix : 170 000 € Raisons personnelles : cession d’une société de surveillance et gardiennage de villas et commerces, sur l’est du département et composée de professionnels à 90%.

CA : 230 000 € / Prix : 130 000 € Départ à la retraite : cède fonds de commerce, créé en 2001, de vente de lingerie fine de marques, lingerie de nuit, maillots de bain, spécialisé dans les grandes tailles. Magasin situé sur une rue commerçante et bénéficiant d’une bonne notoriété auprès d’une clientèle fidèle (locale et régionale) mais aussi touristique. Epicerie Bio Ville (marché local)

Réf. CCO/0959 Effectif : 2 + mi-temps

CA : 720 000 € / Prix : 250 000 € Changement d’activité : cède fonds de commerce d’épicerie Bio, sous franchise, créé en 2005. L’établissement est situé dans un quartier commerçant, parking public gratuit à proximité. La clientèle est locale et constituée exclusivement de particuliers.

Transport routier de marchandises Réf. CSE/1013 Banlieue de ville Effectif : 11 (dont 5 temps partiel) CA : 1 500 000 € / Prix : 550 000 € Départ à la retraite : cède parts sociales d’une société de transport routier de marchandises, auprès d’une clientèle de professionnels depuis plus de trente ans. Installation et vente de salles Réf. CSE/1018 de bains et de cuisine Centre ville Effectif : 5 (dont 1 mi-temps) CA : 860 000 € / Prix : 500 000 € Départ à la retraite : cession d’une société reprise en 1981, spécialisée dans la vente sur mesure et l’installation de salles de bains et cuisines haut de gamme. Très bonne notoriété auprès d’une clientèle de particuliers.

sans concurrent.

Etude/réalisation systèmes de sécurité Réf. CSE/0999 Zone industrielle Effectif : 5 CA : 700 000 € / Prix : 630 000 € Départ à la retraite : cession d’une PME créée en 1980, spécialisée dans les études et la réalisation de systèmes de sécurité dont une, est depuis 2010 leader en France pour la protection du patrimoine. Clientèle de professionnels. Importante progression du CA en 2011.

Distribution matériels de Réf. CCO/0905 ventilation-climatisation (gros) Effectif : 8 Zone d’activité (marché régional et national) CA : 2 400 000 € / Prix : 800 000 € (85% parts sociales) Départ à la retraite : cède parts sociales d’une société, créée en 1996, spécialisée dans la distribution de matériel de climatisation, de chauffage, de ventilation, études et réalisations de ventilation et climatisation industrielles. 3 agences implantées dans le Sud de la France.

Franchiseur-Rénovation des sols/plafonds Réf. CSE/0937 Ville (Marché national/ International) Effectif : 6 CA : 1 300 000 € / Prix : fonction option choisie Pour financer le développement de l’activité «Grands Comptes» cède 40% des parts sociales d’une société créée il y a 20 ans et spécialisée dans la rénovation des sols et des plafonds suspendus. Tête de réseau d’applicateurs artisans franchisés, la société est structurée pour répondre à de gros chantiers par appels d’offres.

Librairie Ville

Réf. CCO/0935 Effectif : 1

CA : 445 000 € / Prix : 320 000 € Changement d’activité : cède fonds de commerce, spécialisé en librairie, papeterie, détail et demi-gros, librairie scolaire, point relais colis, créé en mai 1984. Le commerce est situé dans le centre ville, entouré de tous commerces et services,

n HÔTELLERIE RESTAURATION

Hôtel Restaurant Réf. CHO/0944 Effectif : 2 (+1 en saison) Village CA : 108 000 € / Prix : 250 000 € Changement d’activité : cède fonds de commerce d’un hôtel restaurant bar (licence IV), situé dans un village ancien du Haut Pays, aux portes du Mercantour. Dans un cadre serein et verdoyant, l’hôtel coquet et plein de charme est classé 2 étoiles : 12 chambres. Restaurant 80 couverts. Superficie totale de 800 m². Restaurant de spécialités italiennes Réf. CRE/1027 Banlieue de ville Effectif : 0 CA : 107 000 € / Prix : 125 000 € Départ à la retraite : cède fonds de commerce de restauration de spécialités italiennes, service traiteur créé en 2005 et situé en périphérie de ville, à proximité d’une zone industrielle.

n INDUSTRIE Fabrication/vente/pose d’enseignes - stores Réf. CIN/1026 Ville Effectif : 4 CA : 475 000 € / Prix : 250 000 € Changement d’activité : cède fonds de commerce de fabrication, vente et pose d’enseignes et de stores. Bonne renommée auprès d’une clientèle de professionnels. Le repreneur pourra s’appuyer sur une équipe de techniciens confirmés Menuiserie métallique : Réf. CIN/1023 fabrication et installation Effectif : 14 Ville CA : 1 750 000 € / Prix : 600 000 € Départ à la retraite : cède parts sociales d’une société spécialisée dans la menuiserie métallique, la fabrication et l’installation de portes et fenêtres, implantée depuis plus de 25 ans. Le repreneur pourra s’appuyer sur des équipes qualifiées. Compétences technico commerciales requises. Fabrication de produits de boulangerie Zone industrielle

Réf. CIN/1070 Effectif : 4

CA : 215 000 € / Prix : 220 000 € Départ à la retraite : cède fonds de commerce de fabrication de produits de boulangerie, créé en 2010. Clientèle nationale de professionnels sur secteur d’activité en plein développement.

Retrouvez l’intégralité de nos annonces sur

www.cote-azur.cci.fr


POUR DÉVELOPPER VOTRE ENTREPRISE, DÉCOUVREZ LES

services cote-azur.cci.fr DÉVELOPPER VOTRE

ANALYSER

RÉSEAU REPRENDRE

ATTIRER ET FORMER LES

TALENTS

OU TRANSMETTRE UNE ENTREPRISE

LOGER VOS SALARIÉS

PARTAGER AVEC VOTRE COMMUNAUTÉ PROFESSIONNELLE

www.cote-azur.cci.fr rubrique e-services

0 800 422 222 appel gratuit depuis un téléphone fixe.

VOTRE ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE

Azur Entreprise et Commerce 94  

le magasine de la Chambre de Commerce et d'Industrie Nice Côte d'Azur - Décembre 2012

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you