Page 1

ENTREPRISES & COMMERCES L E M A G A Z I N E É C O N O M I Q U E D E L A C Ô T E D ’A Z U R

# 95

SUR LA CÔTE D’AZUR,

ÇA TOURNE ! FOCUS SUR LA FILIÈRE AUDIOVISUELLE AZURÉENNE DOSSIER I P. 8 POUR AIDER LES ENTREPRISES À FAIRE FACE À LA CONJONCTURE, LA CCI LANCE

REBOND DOSSIER I P. 11 une publication de la


Sommaire ENTREPRISES & COMMERCES L E M A G A Z I N E É C O N O M I Q U E D E L A C Ô T E D ’A Z U R

# 95

N° 96 AVRIL-MAI 2013

SUR LA CÔTE D’AZUR,

ÇA TOURNE ! FOCUS SUR LA FILIÈRE AUDIOVISUELLE AZURÉENNE

Actu éco

DOSSIER I P. 8 POUR AIDER LES ENTREPRISES À FAIRE FACE À LA CONJONCTURE, LA CCI LANCE

REBOND DOSSIER I P. 11

Interview n p.4 Le préfet expose sa vision des grands dossiers économiques du 06 Evénement n p.7 Rendez-vous pour Innovative City en juin Audiovisuel n p.8 La Côte d’Azur séduit grand et petit écran Initiative n p.10 La CCI lance cannes-I-get.com une publication de la

Bernard KLEYNHOFF Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie Nice Côte d’Azur

Le dossier

Rebond ! n p.11/13 Face à la situation de guerre économique actuelle, la CCI lance un dispositif complet pour aider les entreprises.

Le mois de mai marque un rendez-vous incontournable à Cannes : le Festival du Film. C’est l’occasion de donner un coup de projecteur sur la filière industrie de l’image et de l’audiovisuel azuréenne. Comme vous allez pouvoir le découvrir dans ce numéro, la CCI participe à développer une image lisible et attractive du territoire pour séduire les décideurs de la filière audiovisuelle. Accueillir les tournages mais aussi structurer cette filière locale avec la Commission du film, tel est notre objectif de montée en puissance. Nos actions visent à mieux accompagner ces entreprises, permettant aux savoir-faire locaux de travailler dans le cadre d’une chaîne de valeur attractive et reconnue à travers le monde.

Dossiers & thématiques

Innovation n p.14 Une charte smart grids pour le 06 Tourisme n p.16 Synergie commerce et tourisme autour des ports Industrie n p.18 2013, année de l’industrie dans le réseau des CCI

Cependant, dans un tout autre registre, pour beaucoup d’entreprises 2013 sera encore une année de résistance. Pour ne pas dire une année de guerre économique. Si nous devions faire passer un message aux chefs d’entreprise, il serait le suivant : « ne restez pas seuls ». Nous mettrons tout en œuvre pour rompre l’isolement du chef d’entreprise face aux difficultés, qui font intrinsèquement parties de la vie de l’entreprise. Il ne faut pas hésiter à nous rencontrer, nous questionner et, si besoin, nous alerter : nous sommes votre porte-voix.

Portraits d’entrepreneurs Norsys n p.20 Athean distribution n p.20 SensElite n p.26

Le programme « Rebond » permettra de mettre à disposition des entreprises une information claire et actualisée sur l’ensemble des aides existantes. Plus qu’un dispositif d’accompagnement, c’est un « état d’esprit ». Les entreprises n’ont plus le temps d’attendre une sortie de crise. Notre temps de conjugaison est plus que jamais le présent. Notre monde change, alors n’attendons plus, prenons les choses en main.

La boîte à outils de l’entreprise

Urbanisme n p.21 Commercity Développement n p.22 PME Performance + Réglementation n p.24 Accessibilité : 10 points essentiels

> retrouvez Bernard Kleynhoff sur le blog @president www.cote-azur.cci.fr/Rubriques-CCI/PRESIDENT

Editeur Chambre de Commerce et d’Industrie Nice Côte d’Azur - 20, boulevard Carabacel BP 1259 - 06005 NICE CEDEX 1 ENTREPRISES & COMMERCES L E M A G A Z I N E É C O N O M I Q U E D E L A C Ô T E D ’A Z U R

# 95

Directeur de la publication Bernard KLEYNHOFF, Président Directeur du comité de rédaction Jean-Pierre SAVARINO, Vice-président

0 800 422 222 ou

gratuit depuis un fixe)

334 898 898 28 (de l'étranger)

www.cote-azur.cci.fr

Régie publicitaire du magazine

Directeur de la rédaction Sylvain ROUGET, Directeur Communication

suivez-nous sur

Conception-Rédaction-Réalisation Service Editions - Direction de la Communication - Chambre de Commerce et d’Industrie Nice Côte d’Azur Tél. : 04 93 13 73 93 - Fax : 04 93 13 73 24 E.mail : azur.entreprises@cote-azur.cci.fr

Flashez ce code et accédez directement à l’ensemble des apps pour smartphone de la CCI Nice Côte d’Azur

Impression : Photoffset Tiré à 55 000 exemplaires Dépôt légal à parution / ISSN 1296 - 3755 La reproduction, même partielle, de tout matériel publié dans ce magazine est interdite (loi du 11/03/57)

Rédacteur en chef Christian PROUD-DIAZ, Responsable éditions christian.prouddiaz@cote-azur.cci.fr

contactez Michèle Dabbène au 04 93 13 73 93 ou par mail: michele.dabbene@cote-azur.cci.fr

Ce document, en qualité papier PEFC (1), est réalisé par une imprimerie certifiée «Imprim’Vert» respectant les principes du développement durable par la suppression d’alcool isopropylique et l’utilisation d’encres à base d’huile végétale, conditionnées en fût réduisant ainsi leur consommation. Le recyclage papier, plastique, carton, aluminium, est valorisé. Les solvants captés sont également biodégradables et recyclés. (1) le bois provient de forêts gérées durablement, comme l’exigent les critères d'Helsinki.

Azur Entreprises I N° 96 I

3


Actu & rendez-vous n GRANDS DOSSIERS. CHRISTOPHE MIRMAND, PRÉFET DES ALPES-MARITIMES PASSE EN REVUE LES GRANDS DOSSI

Grave ? Pas grave la situation actuelle des Alpes-Maritimes ? Pour le Préfet Christophe Mirmand, qui fait pour Azur Entreprises un tour d'horizon des grands dossiers économiques azuréens, la vision de l'Etat est nuancée. Arrivé dans les Alpes-Maritimes au cœur de l'été dernier, il y a à peine neuf mois, Christophe Mirmand s'est de suite intéressé à l'économie du département. Le successeur de Jean-Michel Drevet a multiplié les contacts avec les dirigeants d'entreprises, s'est rendu sur le "terrain" avec des visites d'entreprises, de laboratoires de recherche et a pris rapidement en main les grands dossiers. Il a su aussi rassurer les professionnels de l'acte de bâtir en décidant la réouverture provisoire de la décharge de la Roque à Roquefort-les-Pins. Azur Entreprises l'a rencontré pour un tour d'horizon sur l'économie départementale. Texas Instruments qui ferme à VilleneuveLoubet, chômage qui monte plus vite qu'ailleurs dans le département, lourdes inquiétudes des chefs d'entreprises du BTP, des commerçants : la situation est-elle grave ? «La vision de l'Etat est nuancée. Nous avons à la fois des signaux alarmants et en même temps une vision stable de l'activité depuis le début de l'année. Au point de vue fiscal, même s'il y a un décalage, les recettes continuent d'augmenter (nous sommes à +7% par rapport à mars 2011). Exception cependant pour les DMTO (Droits de Mutation à Titre Onéreux) : elles baissent avec le nombre de transactions immobilières et laissent entrevoir des possibilités d'investissement moindres pour les collectivités. Concernant les entreprises, le secteur qui évolue le plus défavorablement c'est le BTP, avec des carnets de commande qui se réduisent, une faible visibilité. En revanche le secteur industriel, notamment la parfumerie sur Grasse, reste positif même si le rythme est moindre qu'en 2012. Une interrogation sur les NTIC avec le plan de Texas Instruments. Mais nous constatons sur le moyen terme que Sophia reste une zone active qui continue à créer des emplois. La situation n'est donc pas noire. Deux autres indicateurs se contrebalancent : la consommation qui est en baisse, mais la branche touristique qui est en hausse. Quant à l'emploi, la dégradation est plus forte qu'en PACA. La situation, qui traduit une absence d'investissement des chefs d'entre4 I Azur Entreprises I

N° 96

Photo Rédaction

LE PRÉFET EXPRIME SA VISION DES GRANDS D ÉCONOMIQUES AZURÉENS

prise, est préoccupante alors que nous avons passé la barre symbolique de 10% de chômeurs (10,1% par rapport à 9,7% en 2012). Mais, globalement, avec son économie tertiaire, le département se trouve dans une situation différente que les Bouches-du-Rhône ou les départements industriels». Les mesures de soutien à l'économie tardent à se mettre en œuvre. Qu'en est-il dans le département? «Le Pacte compétitivité a été annoncé en novembre dernier. Le premier volet concerne les entreprises avec des mesures comme le CICE (Crédit d'Impôt pour la Compétitivité et l'Emploi) ou la création de la BPI (Banque Publique d'Investissement). Sur le plan national, au 15 avril, 450 millions d'euros avaient déjà été pré-financés par les banques ou la BPI. Dans les Alpes-Maritimes, 12 dossiers ont été traités.

Certains chefs d'entreprise ont pu craindre d'une complexité, en référence au CIR (Crédit Impôt Recherche). Mais il est important de leur permettre de s'approprier ce vrai levier de trésorerie avec un dispositif simplifié. L'autre volet tient à l'emploi. Les emplois d'avenir, vus au départ comme tournés vers les emplois publics, sont désormais beaucoup plus ouverts aux entreprises. Les contrats de génération, dont le vote est intervenu en mars, visent à maintenir les compétences confirmées au sein des entreprises, mais aussi d'anticiper leur renouvellement par la formation de binômes seniors-jeunes. Les deux premiers Contrats de Génération pour le département ont été signés le 19 avril. Là aussi, notre volonté est de mieux faire connaître ces dispositifs». Vous avez pris la décision, au grand soulagement des professionnels du BTP, de rouvrir la


ERS ÉCONOMIQUES DES ALPES-MARITIMES, LORS D’UN ENTRETIEN EXCLUSIF.

en bref...

OSSIERS

Partenariat CCI-Schneider Electric sur l’efficacité énergétique

Mais si nous voulons réaliser les objectifs de construction de logements sociaux, engager les grands projets comme la Ligne 2 du tram, ou l'OIN de la plaine du Var, il est nécessaire de trouver des solutions dans les Alpes-Maritimes. C'est une vraie nécessité économique, juridique et environnementale».

décharge de la Roque. Et maintenant? «Au total, chaque année, 1,3 million de tonnes de déchets inertes sont produites par le BTP. Il nous faut disposer de capacités pour les stocker. C'est d'abord un problème économique pour les entreprises du BTP. C'est ensuite un problème d'environnement avec le risque de démultiplier les dépôts sauvages. Le tribunal administratif, pour fermer la décharge, a pris en compte le fait que les documents d'urbanisme n'autorisaient pas une installation de stockage de déchets inertes. En revanche, ils n'interdisent pas une installation classée au titre de la protection de l'environnement (ICPE). Dans ce sens, j'ai donc autorisé de nouveau le fonctionnement de la décharge sur une surface réduite et à titre temporaire. Parallèlement, l'exploitant de la décharge doit entreprendre une déclaration de projet qui permette une mise en compatibilité avec les documents d'urbanisme.

Les actions de l'Etat pour améliorer la compétitivité et l'attractivité de la Côte d'Azur ? «C'est d'abord la mise en œuvre des dispositifs nationaux. Ainsi nous avons la volonté de simplifier les formalités administratives et de les accélérer en menant les procédures non pas par phases successives, mais en parallèle. Cela vaut pour les grands dossiers d'équipements commerciaux du département, les extensions d'entreprises. Il s'agit de mettre tous les services autour de la table en travaillant en mode projet et en tenant compte des emplois créés. Nous veillons aussi à l'amélioration de l'infrastructure de transport (nouvelle ligne ferroviaire, aéroport), à la réalisation d'une opération exemplaire sur la plaine du Var aussi bien sur le plan du développement économique que de la qualité de l'environnement ; nous réfléchissons en outre au nouveau souffle à donner à Sophia Antipolis pour assurer son rayonnement international. L'Etat s'intéresse aussi tout particulièrement à la question du logement. Il mobilise le foncier dont il est propriétaire, comme à Roquebrune, et a pour cap l'objectif de 25% de logements sociaux par commune». Le rôle de la CCI Nice Côte d'Azur dans ce contexte ? «La Chambre de Commerce et d'Industrie, qui a su réussir une réorganisation importante dans le cadre régional, a un rôle majeur à jouer. C'est à la fois un Etablissement Public de l'Etat et elle représente aussi les entreprises. C'est aussi un partenaire pour l'information économique et la remontée des problématiques. Elle permet à l'Etat d'être plus efficace dans la déclinaison des politiques publiques. La CCI a d'autre part un rôle essentiel à jouer dans le domaine de la formation et de l’apprentissage. Elle porte notamment le projet de campus de l’apprentissage à Nice, pour qui 14 millions d'euros ont été accordés au titre des Investissements d'avenir)».n

Signée le 26 avril par Guy Dufraisse, président de Schneider Electric France et Bernard Kleynhoff, une convention associe l’entreprise (leader mondial de la gestion de l'énergie) basée à Carros et la CCI pour transformer la précarité actuelle du 06 en matière d’approvisionnement électrique, en opportunité. Autour du partage de réflexions et de bonnes pratiques dans le domaine de l’énergie pour les entreprises, 3 axes prioritaires sont retenus : développer des solutions de maîtrise des consommations énergétiques, promouvoir les énergies renouvelables et participer au développement des filières Smart Grids et Smart Cities.

Neurelec (Vallauris) passe sous pavillon Danois La société sophipolitaine dirigée Cédric Briand a été rachetée 57,5 millions d'euros par le groupe danois William Demant, mondialement reconnu dans le secteur des prothèses auditives. Success story sophipolitaine, le leader français des implants cochléaires numériques compte ainsi prendre une nouvelle envergure sur son marché.

Nouveau dirigeant régional pour Avisto (Sophia Antipolis) La société sophipolitaine spécialisée dans la R&D et les services en ingénierie a confié à Christophe Parmentier le management du centre technique PACA, basé à Sophia Antipolis.

Gazelle (Cannes) démarre bien 2013 L’agence de communication cannoise signe un beau début d’année, avec plusieurs nouveaux contrats : communication corporate de Concept Aromatique (créateur d'arômes et fragrances à Grasse), campagne de repositionnement à l'international pour Azurée, marque de chaussures iconique du glamour de la Côte d'Azur, réalisation des sites web des CCI PACA, de la créatrice de parfums Naomi Goodsir à Grasse, ou encore de la société européenne de cardiologie (Sophia Antipolis).

Median Technologies La société basée à Sophia Antipolis s'est vue attribuer un nouveau projet de 633K€ pour la gestion de l’imagerie dans un essai clinique sur le cancer de la prostate, mené par un laboratoire pharmaceutique d’envergure mondiale. Azur Entreprises I N° 96 I

5


Actu & rendez-vous n APPRENTISSAGE. UN CARNET DE ROUTE BIEN REMPLI POUR LE BUS DE L'APPRENTISSAGE TOUR 06.

GROS SUCCÈS POUR LE PREMIER APPRENTISSAGE TOUR 06 Un grand "road show" a travers tout le département : du 4 au 16 mars, la CCI et ses partenaires ont innové pour promouvoir l'apprentissage comme vecteur de compétitivité pour les entreprises et voie efficace pour l'employabilité et la réussite professionnelle des jeunes. Destiné à toucher un large public, le bus aux couleurs de l'apprentissage tour 06 a sillonné toutes les Alpes-Maritimes, à travers 14 étapes effectuées à proximité de lycées, collèges, lieux de vie, centres commerciaux, zones industrielles, quartiers commerçants, zones d'activités, etc. Associées avec la CCI pour cette opération d'un nouveau genre à forte visibilité, la Chambre de Métiers 06, la Chambre d'Agriculture 06 et l'Académie de Nice ont été soutenues par le magazine l'Etudiant et la radio locale France Bleu Azur. Le tour s'inscrit dans le cadre du mois de l'apprentissage 2013, période durant laquelle la CCI mène chaque année des ac-

• Rencontrer facilement, sans vous déplacer, des candidats qualifiés • Mobiliser vos collaborateurs pour dialoguer en temps réel avec les candidats • S’informer sur les dispositifs d’aides à l’embauche via des stands, conférences et ateliers d’information interactifs • Optimiser votre sourcing de collaborateurs ciblés grâce aux partenariats avec les principaux acteurs de l’emploi et du handicap : institutions / associations / médias / écoles / universités / CFA • Recruter des candidats en poste, à l’écoute d’opportunités ou à la recherche de contrats en alternance

tions de sensibilisation à l'apprentissage. Le tour 2013, premier du genre, a permis d'aller à la rencontre de 700 visiteurs, dont plus de 500 jeunes (étudiants, lycéens et collégiens), qui ont effectué 150 tests sur le logiciel d'aide à l'orientation Inforizon grâce aux ordinateurs embarqués à bord du bus. Outre 170 parents, des enseignants, de nombreux artisans, commerçants et chefs d'entreprises azuréens ont également pu s'informer avec précision des avantages nombreux de l'apprentissage, des aides disponibles pour favoriser l'embauche d'un apprenti ainsi que les services à leur disposition pour leur faciliter les démarches. Des contacts nombreux ont été générés durant ces deux semaines, qui pourront se poursuivre durant toute l'année auprès Point A centre d'information et d'accompagnement créé par la CCI - dont les spécialistes étaient à bord du bus durant toute la tournée, pour

En savoir + Point A : Tel. 0 820 427 777 pointA@cote-azur.cci.fr www.cote-azur.cci.fr

Rendez-vous en ligne, sur www.talents-handicap.com

13 et 14 juin 2013 Edition Alpes Maritimes Avec le soutien de :

talents-handicap.com Le 1er salon virtuel 3D de recrutement de candidats en situation de handicap Partenaire technologique

Organisé par

Tél : 06 17 29 09 18 - Mail : edrh06@cote-azur.cci.fr - contact@talents-handicap.com 6 I Azur Entreprises I

répondre aux questions des visiteurs et leur remettre le guide de l'apprentissage 2013, également disponible en ligne ou sur simple appel auprès du Point A. n

N° 96


Actu & rendez-vous n SALON/ INNOVATION. LA VILLE DE DEMAIN SE BÂTIT AUJOURD'HUI. LE SALON INNOVATIVE CITY CONVENTION, DONT LA SECONDE ÉDITION SE TIENT À NICE EN JUIN, ANTICIPE L'ÉVOLUTION URBAINE DES ANNÉES À VENIR.

INNOVATIVE CITY CONVENTION 2013 : RENDEZ-VOUS LES 18 ET 19 JUIN À NICE

L'environnement influence le changement des centres urbains. Le développement doit être durable et les solutions impactent tous les secteurs de l'économie : de l'énergie à la mobilité, des transports à la gestion des déchets, en passant par l'éclairage public, la santé, la gestion de l'eau... Si vous êtes convaincu que le développement des centres urbains est un gisement pour vos futures opportunités d'affaires, ce salon est un rendezvous à ne pas manquer ! En effet, de nouveaux marchés apparaissent avec cette nouvelle manière de penser l'évolution des villes. Et l'ambition du salon Innovative City Convention est de rassembler les nouveaux acteurs de ce marché, créer des synergies, donner des idées aux entreprises qui voudraient prendre en marche le train de l'innovation durable au cœur des villes et s'impliquer dans le concept de fertilisation croisée. Comme chaque année, les entreprises innovantes présenteront leurs solutions et leur savoir faire. Et si ce salon est une vitrine pour les acteurs de ces marchés en devenir ; c'est aussi un "think tank" ou des experts issus de la sphère publique ou privée prendront la parole pour préciser la place des réseaux humains dans la ville intelligente et durable, la métamorphose des villes par l’urbanisation

des technologies ou encore, l'intelligence collective au cœur de la ville intelligente. Les 12 enteeprises azuréennes présentes aux côté de la CCI sur le salon sont issues des filières locales de l’énergie et des déchets : il s’agit d’Augier, BlueWatt, Clean Energy Planet, Enoleo, GridPocket,IHol, Ingedia, Resistex, Ruvalor, Spie, Valsolar et Wit. En outre, la CCI animera un energy business meeting proposant une rencontre dyn-

ECOLIGHT AZUR Comment réduire les dépenses électriques d'éclairage de votre entreprise sans investissement supplémentaire? C'est ce que propose l'opération pilote Ecolight Azur imaginée par la CCI, en partenariat avec Akol Energies. Le principe est efficace : les investissements nécessaires à l'achat de matériels électriques plus performants sont entièrement pris en charge par Akol Energies qui se rémunère ensuite sur les économies d'énergie réalisées. Contactez la CCI : une équipe conseil répond à toutes vos questions et vous assistera dans le montage de votre projet EcoLight.

En savoir + 0 800 422 222 www.cote-azur.cci.fr

maique entre entreprises du secteur, pour nouer des partenariats, des contacts commerciaux, etc. en un minimum de temps. n

En savoir + www.innovative-city.fr

ÉNERGIES RENOUVELABLES : FOCUS SUR LE PHOTOVOLTAÏQUE Avec des panneaux solaires toujours plus performants, les atouts de l'énergie photovoltaïque sont nombreux. C’est une énergie de plus en plus rentable, propre, sans aucune émission locale de polluants ni de gaz à effet de serre, et une énergie d’avenir! Dans les faits, la puissance installée double chaque année et le potentiel solaire des Alpes-Maritimes est encore largement sous-exploité. Pour encourager la filière qui emploie 500 personnes dans le département, la CCI organise la création du nouveau réseau dédié à l'énergie photovoltaïque azuréenne: PhotoVolt Azur.

En savoir +

0 800 422 222 www.cote-azur.cci.fr Azur Entreprises I N° 96 I

7


Actu & rendez-vous n AUDIOVISUEL. LA CCI TRAVAILLE À LA STRUCTURATION D’UN ÉCOSYSTÈME AUTOUR DE LA FILIÈRE AUDIOVISUELLE A

LA CÔTE D’AZUR SÉDUIT GRAND ET PETIT ÉCR

Le tournage du long-métrage d’animation Minuscule s’est déroulé sur la Côte d’Azur, dans le parc du mercantour au cours des derniers mois.

La scène se déroule à l’aéroport Nice Côte d’Azur, dans une des salles du centre d’affaires. Une dizaine de professionnels de l’audiovisuel azuréen sont réunis sous l’égide de la CCI. L’objectif : comprendre les enjeux et problématiques d’une filière qui peine à retrouver ses fastes d’antan, le territoire azuréen étant historiquement une terre d’accueil du cinéma, de la télévision et de la publicité. « On a souvent mis en avant le paysage exceptionnel de la Côte d’Azur, ses décors naturels fantastiques, son offre hôtelière de qualité pour attirer les tournages, mais certainement pas assez son atout logistique, la présence sur notre territoire d’infrastructures et de compétences techniques qui pourraient tout autant faire pencher la balance en notre faveur dans le choix d’un décideur de venir investir nos terres », admet Michel Tschann, élu de la CCI délégué à la Commission du Film. « Notre volonté aujourd’hui est clairement d’aider ces acteurs à s’organiser et se structurer au travers d’une filière attractive et reconnue. Pour qu’ils génèrent du business. » Un secteur qui génère 231 millions d’euros de chiffres d’affaires sur la Côte d’Azur Une étude réalisée par Sirius, l’observatoire économique de la CCI entre décembre 2012 et février 2013, lève le voile sur le poids économique de l’industrie azuréenne de l’image et de l’audiovisuel. Au total, 419 entreprises y évoluent. Elles emploient 1.400 personnes (hors intermittents) et ont généré un chiffre d’affaires de 231 millions d’euros en 2012. Les 2/3 de ces entreprises forment le noyau dur de la filière, soit 184 créateurs de contenus, 50 8 I Azur Entreprises I

N° 96

prestataires techniques et fabricants de matériels et 44 diffuseurs, distributeurs. Il représente 76% des emplois et 84% du chiffre d’affaires. A cela s’ajoutent 141 sociétés aux activités connexes comme des agences de communication, des sociétés spécialisées dans le multimédia et quelques photographes. Autour gravitent les mondes de la recherche et de l’enseignement avec l’Esra de Nice, le BTS Audiovisuel de Cannes ou encore l’Inria et son département dédié à la 3D, les structures d’hébergement comme la récente pépinière d’entreprises de Cannes dédiée à l’économie créative, et le secteur du tourisme, évidemment, avec lequel des passerelles sont à imaginer pour développer des produits de promotion sous le prisme cinématographique. Des attentes structurelles ? La Côte d’Azur possède donc tous les atouts propices au développement de cette filière : des compétences et savoir-faire multiples, une lumière naturelle particulière, des décors diversifiés, une desserte internationale idéale et une culture cinématographique indéniable. Plus une image forte auprès des acteurs du secteur, sur toute la planète. Pourtant, les professionnels s’accordent pour dénoncer une succession de barrages qui freinent leur activité. Mis en avant, le déficit de services et d’expertises spécialisés dans le domaine : « L’absence de banquiers, comptables ou avocats qui comprennent un tant soit peu les métiers du cinéma aggrave l’isolement du chef d’entreprise, déjà handicapé par l’éloignement des décideurs localisés à Paris », déplore Sébas-

tien Aubert, de la société de production déléguée Ad Astra, basée à Cannes. « Ce manque d’organismes capables d’accompagner notre développement ne facilite pas le montage de projets sur la Côte d’Azur », complète Benoît Lamouche de DK Motion (Peymeinade). Car si le territoire est la deuxième terre d’accueil des tournages après Paris, peu de sociétés en profitent : « La post-production nous échappe la plupart du temps », regrette Dominic Graziani de Machina Films, société installée à Nice : « il faudrait des productions régulières initiées en local qui assurent un volume d’activité récurrent ». Or, pour faciliter l’implantation des projets, il faut les financer. « Malheureusement, reprend Sébastien Aubert, les aides et subventions se réduisent et le peu qu’il reste est destiné

« Notre volonté aujourd’hui est clairement d’aider les acteurs à s’organiser et se structurer au travers d’une filière attractive et reconnue. Pour qu’ils génèrent du business ». Michel Tschann, élu de la CCI Nice Côte d’Azur délégué à la Commission du Film


ZURÉENNE, AVEC LE SOUTIEN DE L’EUROPE.

AN COMMISSION DU FILM ALPES-MARITIMES CÔTE D’AZUR : ÇA TOURNE ! Depuis 13 ans, la Commission du Film travaille à la promotion du territoire et à l’accueil des tournages. Initiée par la CCI, cette association présidée par JeanPierre Leleux, Sénateur-Maire de Grasse, joue un rôle actif dans le développement de la filière. En témoigne le bilan de ses actions en 2012.

Le 26 mars, CRT, Commission du Film et CCI ont présenté l’opération de promotion «La Côte d’Azur comme un décor de cinéma».

au financement de longs-métrages. Sauf qu’avant d’en arriver là, il faut faire ses armes sur les courts-métrages. Il manque cette plateforme de lancement ». Et ces acteurs d’imaginer un début de solution sous la forme d’un lieu unique qui concentrerait les différents métiers de la filière et permettrait des synergies susceptibles de donner naissance à des projets locaux. La technopole de l’image que la ville de Cannes s’efforce de mettre en musique cristallise de nombreux espoirs. La CCI dit : action ! En attendant, la CCI travaille à la mise en place d’un programme d’accompagnement, d’animation et de promotion pour créer un terreau fertile au développement de la filière. Partenaire du projet européen CCALPS (Creative Companies in Alpine Space), qui vise à promouvoir les industries de la créativité dans l’espace alpin, la chambre bénéficie de 300.000 euros sur trois ans pour faire émerger un écosystème solide et pérenne dans les Alpes-Maritimes, amené à terme à tisser des liens à l’échelle européenne. Le premier temps fort de son action aura lieu le 9 juillet prochain à Skema Business School. (Sophia antipolis). Les entreprises de la filière sont invitées à se rencontrer, «réseauter» et participer à différentes conférences et ateliers sur le management de la créativité, le transmédia, ainsi que sur les opportunités de financement public et privé. Parmi les intervenants, un représentant de PRIMI, Prides (Pôles Régionaux d'Innovation et de Développement Economique Solidaire) spécialisé dans le transmédia et les marchés internationaux,

très actif sur Marseille mais peu présent ici. Suite à la signature d’une convention de partenariat, la CCI devient un point d’entrée PRIMI sur les Alpes-Maritimes permettant aux acteurs azuréens de bénéficier d’une animation spécifique et de candidater plus aisément aux fonds régionaux. Par ailleurs, la Commission du Film, dans le cadre de sa mission de promotion et d’accueil des tournages, finalise le site www.filmcotedazur.com, vitrine du savoir-faire azuréen qui, en répertoriant l’ensemble des compétences, proposera une image lisible et attractive de la filière. Renforcer le tourisme par l’écran Enfin, puisque le cinéma et la Côte d’Azur sont indissociables depuis des décennies, cette relation unique peut aussi servir de support à la promotion touristique. Car, comme pour les montres, les costumes ou les voitures qui font l’objet de «placement» dans les blockbusters, le cinéma est aussi un vecteur de marketing pour une destination. Ainsi, en 2012, 40 millions de touristes ont visité un pays ou une ville après avoir vu un film tourné sur place. C’est pourquoi le Comité Régional au Tourisme, la CCI, la Commission du Film ont convié aux studios Harcourt à Paris le 26 mars dernier (puis à New-York (8-12 avril) la presse nationale et internationale pour présenter l’opération de promotion « La Côte d'Azur, comme un décor de cinéma ». L’idée : capitaliser sur l’exceptionnel patrimoine cinématographique de la Côte d’Azur pour proposer aux touristes des parcours thématiques et les inciter à venir découvrir notre région sous cet angle bien spécifique, avec des offres conçues

Durant l’année écoulée, la Côte d’Azur a accueilli 12 longs-métrages (dont Möbius d’Eric Rochand, Grace of Monaco d’Olivier Dahan, L’Epreuve d’une vie de Niels Tavernier…), 7 séries TV (dont le dessin animé Minuscule) et téléfilms, 43 courts-métrages, 38 documentaires, 35 films publicitaires, 14 clips… Au total, pas moins de 305 projets ont abouti sur les sites de tournage azuréens, représentant 1621 jours de tournage. Soit plus de 29000 nuitées hôtelières et 29 millions d’euros de retombées financières directes. Et l’année 2013 semble tout aussi fructueuse, avec l’arrivée en avril de la série phare de TF1 Section de Recherche, qui pose ses caméras dans le pays grassois pour réaliser les 20 épisodes des deux prochaines saisons. Le projet récurrent tant désiré des professionnels voit enfin le jour.

En savoir + Commission du Film Côte d’Azur evelyne.colle@cote-azur.cci.fr 0 800 422 222 www.cote-azur.cci.fr et prochainement sur www.filmcotedazur.com

spécialement… « Nous souhaitons jouer du levier que représente le cinéma dans le passage à l'acte du choix d'une destination touristique et ainsi capter pleinement les retombées économiques indirectes des tournages et plus globalement, de l'industrie de l'audiovisuel », a indiqué Alain Gumiel, président du CRT. Avec raison. A Grasse, on voit encore des touristes cherchant les sites de tournage de la série «Dans un grand vent de fleur», pourtant tournée et diffusée il y a plus de 15 ans. n Azur Entreprises I N° 96 I

9


Actu & rendez-vous n INITIATIVE. LA CCI LANCE UN SITE PORTAIL POUR FAVORISER LE CONTACT ENTRE COMMERÇANTS, RESTAURATEURS, PROFESSIONNELS DU TOURISME ET L’ENSEMBLE DE LA CLIENTÈLE TOURISTIQUE, NOTAMMENT CELLE DE LA PLAISANCE ET DES CROISIÈRES.

CANNES-I-GET.COM, UN NOUVEAU SERVICE tion), mais aussi touristes, congressistes ou tout simplement résidents cannois. Car pour la CCI, un gestionnaire de port ne doit plus aujourd’hui se contenter d’offrir des infrastructures de qualité aux plaisanciers mais se doit également leur proposer des services, d’où l’idée de créer ce nouveau site dont l’objectif est toujours de favoriser les contacts entre les clients du port et les professionnels du bassin cannois, mais cette vitrine se positionne désormais pour cibler l’ensemble des touristes (dont les croisiéristes) qui viennent séjourner ou faire escale à Cannes, sans oublier toute la clientèle locale.

Initialement conçu par la CCI pour cibler les usagers du port, le projet s’est vite élargi à la clientèle des congressistes, des touristes et aussi des résidents cannois. Premier site de référencement gratuit d’adresses utiles et de bons plans sur Cannes, lancé fin avril à Cannes après plusieurs mois de préparation, de développement et de recensement, le site cannes-i-get.com est désormais prêt à démarrer la saison. Il s’agit d’une nouvelle plateforme web, destinée à mettre en relation les commerçants du bassin cannois avec l’ensemble de leurs clients potentiels, qu’ils soient usagers du port (dont la CCI assure la ges-

en bref... La JCE Nice Côte d’Azur expose le made in Nice Inaugurée le 27 avril au palais de la Méditerranée, l’exposition réalisée avec Ren valorise l’envie d’entreprendre, de créer et d’innover. qui anime les entreprises niçoises et met en lumière les réussites entrepreneuriales positionnées en leader sur leur marché, ou dont le rayonnement dépasse les frontières locales. Une inauguration qui s’inscrit dans la soirée de gala célébrant les 60 ans de la Jeune Chambre Economique Nice Côte d’Azur, qui fut la seconde créée en France. 10 I Azur Entreprises I

N° 96

En clair, cannes-i-get.com a pour but d’animer et de valoriser l’activité économique dans le bassin Cannois. La valeur ajoutée de la plateforme repose sur sa simplicité d’utilisation, et une mise à jour constante d’informations qualifiée. En plus de rassembler clients et commerçants, cette plateforme « intelligente » va classer tous les inscrits en fonction de leur profil et de leurs centres d’intérêts. Exemple : dans le cas d’une famille à la recherche d’un restaurant de plage qui accepte les chiens tout en étant aux normes handicapés, il lui suffira de sélectionner ses critères et une liste des commerces correspondant sera proposée. Les internautes verront donc en priorité les commerces les plus susceptibles de les intéresser. Les informations que l’on pourra trouver sur Cannes I Get seront donc multiples et doivent a priori répondre à tous les besoins des inter-

L’aéroport classé 1er de France par Skytrax classement de référence des meilleurs aéroports mondiaux, Skytrax place Nice Côte d’Azur meilleur aéroport de France, devant Paris et situe la plateforme azuréenne à la 76e place au plan mondial.

Carros : nouveau président pour le club des entreprises René Garacci passe le relais à Christophe Bourgue, directeur du site "Horizon" de Schneider Electric. Ceci après avoir assuré pendant 12 ans la présidence de l’association Côte d’Azur Industrie Plaine du Var et mené à bien plusieurs projets importants, comme l’opération Carros Indus’tri, le Plan de Déplacement Inter-

nautes, tout en offrant la possibilité de faire des recherches ciblées : un nœud papillon en urgence pour monter les marches du palais ? Un pressing ouvert le dimanche ? Un médecin qui parle anglais ? Outil clair et simple d’utilisation, cannes-I-get.com à la réponse et adapte son contenu en personnalisant les démarches terrain tout au long de l’année. Mais le site permet aussi aux commerçants de proposer des offres s’adressant spécifiquement à tel ou tel public. Laurent Lachkar, vice-Président de la CCI en charge du commerce note ainsi que «les attentes évoluent vers des destinations à forte valeur ajoutée, plus que la seule logique de prix. Il faut que les commerçants azuréens aient les moyens d’être en connexion directe avec cette clientèle, pour mieux anticiper sa présence et ses besoins» Pour son lancement, le site propose actuellement près de 1000 solutions commerciales ainsi qu’une centaine d’offres promotionnelles. Pour les commerçants, ce service entièrement gratuit mis à leur disposition par la CCI, représente un bel outil de promotion et de développement. Pour faciliter leur appréhension de la plateforme, une équipe sera à leur disposition pour les aider à formuler et à mettre à jour leurs informations et offres promotionnelles exclusives. A noter que cet été, une version mobile de Cannes I Get sera disponible afin de faciliter la navigation sur le site à partir d’un smartphone. n

En savoir +

www.cannes-i-get.com Entreprises de Carros Le Broc, etc. René Garacci a été fait président d’honneur du club.

Année record pour les stations de ski du 06 + 34% de chiffre d'affaires (18,35 M€) c’est l’excellent chiffre de la saison 2012-2013 signé par les 15 stations azuréennes. Un bilan très positif, porté par un enneigement exceptionnel, autorisant une ouverture précoce des stations (dès le 8 décembre 2012) et des fermetures tardives en avril. Effet direct de la conjoncture économique, il apparaît que la tendance, cette année, est surtout au développement de la pratique des sports d’hiver à la journée, plutôt qu’aux séjours touristiques hébergés en stations.


Dossier

FACE À LA SITUATION DE "GUERRE ÉCONOMIQUE",

LA CCI LANCE

REBOND La situation économique est préoccupante dans les Alpes-Maritimes comme partout en France. A tel point que l'on n'hésite plus à parler de situation de guerre économique. D'où l'appel à la mobilisation générale que la CCI Nice Côte d'Azur lance avec Rebond. Plus qu'un programme, cette opération mobilise tous les services de la CCI et son réseau de partenaires pour accompagner les chefs d'entreprise dans la passe difficile et leur faire passer ce message : vous n'êtes pas seuls ! Car autant le dire clairement : les perspectives ne sont pas bonnes. Dans les Alpes-Maritimes comme ailleurs, l’économie traverse une zone de fortes turbulences. Sur la Côte d'Azur, quelques signes ne trompent pas pour JeanPierre Savarino, chef d'entreprise et vice-président de la CCI Nice Côte d'Azur : un chiffre d’affaires des TIC qui n’a jamais été aussi bas depuis 20 ans, des carnets de commande qui se rétrécissent, des passages de plus en fréquents en liquidation directe au Tribunal de Commerce... «Et puis, cette croissance exponentielle de contraintes administratives et réglementaires souvent improbables et surtout antiéconomiques qui ralentit toute activité». Mais au-delà des situations de tensions que tout chef d’entreprise a vécues ou vivra à un

moment ou un autre, le plus gros problème que rencontrent aujourd'hui les entreprises tient dans le manque de visibilité. Elles n'ont aucune lisibilité sur ce qui les attend dans les mois à venir. En plein brouillard, difficile d'aller de l'avant! Décréter la mobilisation générale Aussi, Bernard Kleynhoff ne mâche pas ses mots : «Oui, nous sommes en situation de guerre économique ! Il faut le dire clairement. Et en situation de guerre, la première chose que l’on se doit de faire c’est de décréter la mobilisation générale» estime le président de la CCI Nice Côte d'Azur. C'est ce que fait aujourd'hui la Chambre de Commerce et d'Industrie : elle sonne le tocsin, appelle au rassemblement les syndicats professionnels, l'APPIM, les fédérations du commerce, les réseaux d’entreprises, l'UPE06 et tous ceux qui souhaiteront s’y associer. Surtout, elle met en place une réponse. Elle s'appelle Rebond. Plus qu'un programme d'accompagnement transversal qui regroupe des dispositifs déjà en place et d'autres à créer, Rebond, cherche à instaurer un "état d'esprit". Partant du principe que le premier levier de croissance, c'est la confiance, il s'agit, dans la passe difficile ac-

tuelle, de rompre l'isolement du chef d'entreprise et de lui offrir des outils pour anticiper, pour faire face et le cas échéant, pour rebondir. C'est ce qu'explique Jean-Pierre Savarino : «Les entreprises n’ont plus le temps d’attendre une sortie de crise. D’abord parce que les chefs d’entreprises ne vivent pas dans le même temps que les autres. Notre temps de conjugaison, aujourd’hui plus que jamais, c’est le présent. La situation que nous traversons n’est pas qu’une affaire de crise. C’est un monde qui change. N’attendons plus. Prenons les choses en main». Observer, anticiper, faire face, rebondir... Rebond s'adresse aussi à toutes les entreprises, de tous secteurs. Aussi bien à celles qui se créent, qu'à celles qui sont en difficulté ou qui sont tombées. «A ces entreprises nous leur disons : vous n’êtes pas seules», poursuit JeanPierre Savarino. Transversal, Rebond s'appuie sur la totalité des services de la CCI et cible l’ensemble des phases de la vie d’une entreprise pour anticiper une difficulté, la résoudre et repartir une fois le problème résolu. «Malgré les difficultés auxquelles sont confrontées les entreprises azuréennes et que nous traiterons avec l’ensemble des partenaires mobilisés, la démarche Rebond est loin d’être SUITE PAGE 12 : Azur Entreprises I N° 96 I

11


Dossier La CCI lance Rebond

CARTOGRAPHIE DES ACTEURS Quand les difficultés arrivent, le chef d'entreprise se retrouve souvent bien seul pris entre le travail quotidien, les factures qui tombent, les salaires à payer. D'où l'intérêt d'une association comme le CIP 06 qui peut l'orienter parmi les différents organismes à contacter en fonction de la nature des créances. Ainsi, pour négocier des délais auprès des organismes sociaux ou fiscaux, il s'agit de s'adresser directement au RSI (Régime social des indépendants), à l'URSSAF ou à la Trésorerie générale. Pour une question de crédit bancaire, l'interlocuteur sera la médiation du crédit. Elle a été créée pour ne laisser aucune entreprise seule face à ses difficultés de financement. D'autres acteurs également visent à prévenir ou à régler certaines questions, telle la cellule Ariane de la préfecture, qui prend plus particulièrement en charge les demandes d’entrepreneurs confrontés à des difficultés ponctuelles ou dans leurs démarches et /ou leurs relations avec les services de l’État (Tel: 04 92 42 32 70). La Dirrecte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi) intervient s'il y a une nécessité de licenciement, de chômage partiel ou de formation. Il est également possible de faire appel à la Commission de prévention des difficultés des entreprises au Tribunal de commerce (voir encadré sur la page 13), à la Commission des chefs de services financiers (CCSF) et des organismes de sécurité sociale et de l'assurance chômage (CCSF), qui accorde aux entreprises qui rencontrent des difficultés financières des délais de paiement pour leurs dettes fiscales et sociales (part patronale) en toute confidentialité. Contact : CCI Nice Côte d’Azur 0 800 422 222 www.cote-azur.cci.fr 12 I Azur Entreprises I

N° 96

«Les entreprises n’ont plus le temps d’attendre une sortie de crise... Prenons les choses en mains ». Jean-Pierre Savarino, dirigeant d’entreprise à Villeneuve-Loubet et vice-Président de la CCI.

défensive. Elle entend avant toute chose redonner confiance aux chefs d’entreprises et favoriser la dynamique économique» précise le vice-Président de la CCI. L'opération se découpe en quatre phases dont les deux premières sont déjà opérationnelles : observer, anticiper, faire face, rebondir. Les actions qui seront conduites dans chacune de ces séquences seront évolutives pour s’adapter de manière constante à la situation économique. La première phase, "observer pour agir", vise à ce que chacun puisse connaître l'état du marché en temps réel dans un monde économique qui s'est fortement accéléré. Pour cette mission d'observation, la CCI est bien outillée. Elle dispose de Sirius, son observatoire économique chargé de repérer les tendances lourdes, les signes avant-coureurs de crise ou de croissance du marché. Elle a également réactivé son comité de suivi de l'économie. La CCI Nice Côte d'Azur, dans la nouvelle organisation régionale, va aussi avoir la responsabilité de l'observatoire des défaillances PACA, le 2SE (Solvabilité et Sauvegarde de l'Emploi). Un observatoire qui dresse l'état des lieux et recherche les tendances pour les défaillances par filières, secteurs, types d'entreprise. Le but étant de mettre en œuvre le plus rapidement possible les dispositifs de traitement. Prévoir et anticiper les difficultés de son entreprise Seconde phase : la prévention et l'anticipation. Mieux vaut prévenir que guérir dit-on en matière de santé. C'est vrai aussi pour l'entreprise. L'expérience montre qu'au moment où le chef d'entreprise parle de ses difficultés, il est déjà bien tard. S'il se trouve en difficulté,

tant qu'il ne l'a pas compris, reconnu, rien ne se passe et le temps perdu accentue la difficulté. Des ateliers thématiques seront organisés, de nouveaux outils en ligne seront également développés telsque l’auto-diagnostic permettant au chef d’entreprise de déterminer la situation de son entreprise, et d'accéder à des solutions ainsi qu'aux premiers conseils sur les démarches à suivre en cas de difficultés. Avec Rebond, la CCI intègre aussi au sein de ses dispositifs d’accompagnement des modules spécifiques pour désamorcer les situations anxiogènes et ce, dès la création de l’entreprise. "Tout le monde a droit à une 2e chance" Les deux phases suivantes sont actuellement mises en place avec un déploiement complet entre juin et la fin de l'année. Dans la troisième phase, il s'agit, quand l'entreprise se trouve en difficulté, de l'aider à faire face. Dans ce domaine, des dispositifs sont déjà mis à la disposition des entreprises. Ils restent cependant encore trop méconnus. La CCI se charge, entre autres actions, d’orienter tous les appels des entreprises vers les interlocuteurs appropriés au traitement de la difficulté rencontrée. Enfin, quatrième phase : Rebondir. Le message que veut faire passer la CCI tient en quelques mots : "tout le monde a droit à une 2e chance". Un accompagnement personnalisé pour le chef d’entreprise sera notamment proposé pour faciliter cette re-création et ce nouveau départ. Pour chacune des quatre phases, d'autres actions sont prévues. Elles seront déployées dès les semaines à venir et donneront tout son sens à l’opération Rebond. n


LE CIP 06 AU SECOURS DES ENTREPRISES EN DIFFICULTÉ Le CIP 06 (Centre d’Information sur la Prévention des difficultés des entreprises des Alpes Maritimes) a été constitué en octobre 2011par la CCI et un ensemble de partenaires du monde économique, alors que les orages étaient annoncés sur l'économie azuréenne. Après 18 mois de fonctionnement, à raison de quatre rendez-vous pour chacune des deux permanences mensuelles (les 1ers et 3es jeudis du mois) Michel Papet, son président peut dégager les principales causes de défaillance d'entreprises sur le territoire : "Une des causes répétitives, est liée à l'achat d'entreprise avec des prévisionnels trop optimistes. Souvent, le repreneur perd une partie du chiffre d'affaires lié à la personnalité du chef d'entreprise et se

retrouve dans une position inconfortable. Autre élément fréquent : le tissu local est composé en majeure partie de TPE et trop de chefs d'entreprise ne connaissent pas la gestion. Ils ignorent leurs marges, leur point mort et parfois même leur chiffre d'affaires se reposant uniquement sur leur comptable". Pour le président du CIP, Il y a donc un travail de sensibilisation et de formation à faire. "Et puis, des éléments exogènes peuvent expliquer les difficultés. Les grands travaux dans les communes notamment qui font baisser les ventes des commerçants. Pour un restaurant qui se trouve dans une zone de travaux de voirie, par exemple, c'est une véritable catastrophe quand la situation économique est tendue".

Le CIP 06 joue de l'ensemble de l'arsenal : mandat ad hoc ou conciliation en premier lieu, procédure de sauvegarde et SFA (Sauvegarde Financière Accélérée) en second lieu, pour éviter le dépôt de bilan. Il oriente en fonction des créances (Trésor public, organismes sociaux, fournisseurs, etc.) les interventions pour négocier des étalements de paiement, etc. Cela en toute discrétion, les procédures n'étant pas publiques. Une chose essentielle pour les chefs d'entreprise en difficulté. Contact Centre d’Information sur la Prévention des difficultés des entreprises des Alpes Maritimes 0 800 422 222

DES ACTIONS DESTINÉES SPÉCIFIQUEMENT AUX COLLABORATEURS ET ENTREPRISES IMPACTÉS PAR LA DÉCISION DE TEXAS INSTRUMENTS Après l’annonce en décembre dernier de la fermeture du site de Texas Instruments dans les Alpes Maritimes, la CCI Nice Côte d’Azur a participé à la première réunion du comité de revitalisation mis en place par le Préfet des Alpes Maritimes. Dans ce cadre, la CCI Nice Côte d’Azur propose de mettre en place des actions destinées spécifiquement aux collaborateurs impactés par la décision de Texas Instrument, qu’ils soient salariés de l’entreprise ou de l’un de ses sous-traitants : - mise à disposition de la plateforme www.eDRH06.com pour un espace qui pourra être dédié aux salariés et sous-traitants de Texas Instruments, afin de valoriser leurs

compétences auprès des recruteurs. - mise en relation des collaborateurs de Texas Instruments et de ses sous-traitants avec des cédants d’entreprises, notamment lors de la soirée transmission d’entreprises le 28 mai prochain, - animation d’un atelier «financement des entreprises innovantes», dédié aux collaborateurs ayant un projet personnel de création d’entreprise. En outre, la CCI Nice Côte d’Azur a proposé au Préfet le 8 avril dernier, d’élargir également l'ensemble des actions du plan de revitalisation à tous les sous-traitants de l'entreprise impactés par la décision de fermeture, y compris ceux

Rappelons que Texas Instruments constitue l’un des acteurs majeurs de la filière des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) dans les Alpes Maritimes. Cette filière regroupe les activités de logiciels, réseaux, systèmes électroniques et internet. Le secteur représente 1387 établissements, 20 440 emplois (dont 1/3 dans les composants et systèmes électroniques) et génère un chiffre d’affaires de 3.76 milliards d’euros (en 2011), dans les Alpes Maritimes.

tion judiciaire : mandats ad hoc, conciliations pour une mission particulière. En forte augmentation aussi le nombre de chefs d'entreprise qui viennent se renseigner au tribunal. Et puis, au-delà des petites structures, nous voyons arriver des entreprises de plus grandes tailles, plus structurées allant de 50 à 60 salariés."

Focus

TRIBUNAL DE COMMERCE DE NICE : DES SIGNAUX PRÉOCCUPANTS Les défaillances d'entreprise s'accélèrent-elles sous l'effet de la crise actuelle? Président du Tribunal de commerce de Nice, Fabien Paul n'a pas enregistré d'accélération au premier trimestre 2013. "Les chiffres sont restés stables par rapport au 1er trimestre 2012. Mais ils res-

issus de son cœur de métier, comme les activités de logiciels, réseaux, systèmes électroniques et internet.

tent à un niveau élevé compte tenu qu'ils avaient beaucoup augmenté l'an dernier (+15% pour un total de plus de 800 procédures collectives)", note-t-il. "Ce qui est en revanche plus alarmant, c'est ce que l'on nous demande aujourd'hui en amont, sur la préven-

Le Tribunal de commerce, qui est un carrefour des professionnels de l'entreprise (dirigeants, experts-comptables, commissaires aux comptes, avocats, etc..) enregistre aussi actuellement des "signaux faibles" préoccupants : baisse des carnets de commande, trésoreries qui se tendent. Ce qui laisse entendre des difficultés à venir plus sérieuses. Pour Fabien Paul, tient dans une intervention rapide en cas de difficultés : "plus on attend et moins on a de chance de sauver l'entreprise". Contact : Tribunal de Commerce de Nice 6 Rue Désiré Niel 06000 Nice 04 93 62 74 00 www.greffe-tc-nice.fr Azur Entreprises I N° 96 I

13


Actu & rendez-vous n INNOVATION. PILOTÉE PAR LA CCI NICE CÔTE D’AZUR, LA CHARTE SMART GRIDS CÔTE D’AZUR VISE À ANTICI "RÉSEAUX ÉLECTRIQUES INTELLIGENTS" QUE VONT PROPOSER LES BÂTIMENTS DES FUTURS ECO-QUARTIERS

PREMIÈRE EN FRANCE : UNE CHARTE SMART GRIDS

Unissant entreprises, institutions et collectivités, la charte signée est une première nationale du genre.

La Côte d'Azur, presqu'île électrique confrontée à la contrainte énergétique, a mis résolument le cap depuis 2010 sur les "smart grids", ces réseaux électriques "intelligents qui permettent de mieux gérer l'énergie d'aujourd'hui et surtout de demain. A la pointe de ce mouvement, la CCI Nice Côte d’Azur a cherché à soutenir activement cette filière industrielle d’avenir et, dans cette ligne, a été pilote de la création d'une charte Smart Grid Côte d’Azur. Un document qui a été présenté début avril lors d'un point d'étape sur les grands projets de démonstrateurs ou d'application Smart Grids qui ont été lancées sur la Côte d’Azur et en PACA. Une charte destinée à essaimer au-delà du territoire : Pour Bernard Kleynhoff, président de la CCI Nice Côte d’Azur, cette charte constitue une première en France. "les Smart Grids, à la croisée des TIC et des énergies renouvelables, sont une réponse structurante au triple défi d’une crise économique mondiale, de la sécurité énergétique et du changement climatique". Et de rappeler que cette charte, fruit d’un travail collaboratif entre entreprises, institutions et collectivités, "n’a de sens que si elle essaime au-delà de nos propres frontières départementales et que de nombreux territoires puissent en profiter : en France mais également à l’étranger". Car pour faire face aux mutations du paysage énergétique, il est aujourd'hui nécessaire de moderniser le système électrique. Le contexte français et européen, dans lequel se

14 I Azur Entreprises I

N° 96

C’EST QUOI EXACTEMENT, UN SMART GRID ? Il n’existe pas vraiment de traduction à l’expression anglaise smart grid, qui est inspirée de power grid désignant le réseau de distribution d'électricité. Ainsi, le mot smart met l’accent sur « l’intelligence » apportée par l’informatique au réseau de distribution d’électricité. En clair, le smart grid est un réseau de distribution d'électricité qui utilise des technologies informatiques de manière à optimiser la production, la distribution, mais aussi la consommation. Sachant que l'électricité ne peut pas être stockée en grandes quantités, les technologies du « réseau intelligent » cherchent à optimiser la production et la distribution de l’électricité en fonction de la consommation. Et d’améliorer l'efficacité énergétique de l'ensemble. Dans un réseau électrique classique, a production doit s’adapter instantanément à la demande pour préserver la stabilité du réseau. L'apport des technologies informatiques doit ainsi permettre d'économiser l'énergie en lissant les pointes de consommation et en diminuant les capacités de production en pointe qui sont les plus coûteuses et les plus polluantes, de sécuriser le réseau et d'en réduire le coût. C'est aussi une réponse -partielle- à la nécessité de diminuer les émissions de gaz à effet de serre pour lutter contre le dérèglement climatique.

sont développés les réseaux électriques, conduit à privilégier le déploiement des technologies de Smart grids. En utilisant les technologies informatiques pour optimiser la production, la distribution, la consommation d’électricité, l’objectif est d’améliorer l'efficacité énergétique de 20% à l’horizon 2020. Autant d'applications concrètes pour les technologies Smart Grid que le territoire développe à travers les gros projets comme Nice Grid, Reflexe, Premio (40 M€ de budget au total). La charte apporte des solutions pour l’aménagement d’un écoquartier innovant. Rédigée à l'intention des aménageurs et intervenants de l’acte de bâtir, la charte a été réalisée avec la participation de plus de 40 acteurs institutionnels et industriels. Son objectif est de parvenir à un pilotage énergétique intelligent. Il s'agit d'anticiper les fonctionnalités "smart grids" que devront avoir les futurs bâtiments des différents quartiers de l’Eco-Vallée de la Plaine du Var. Définie comme une action majeure pour le territoire, sous le nom de "projet Convergence", la Charte vise aussi à guider les aménageurs, pour que la mise en œuvre de smart grids soit prise en compte et qu'elle soit précisée dans leurs cahiers des chartes. Au sein des éco-quartiers, cela peut se concrétiser par l’intégration d’un haut niveau de production d’énergie renouvelable, mais aussi de stockage de cette énergie. Ou encore la gestion de la charge et décharge de véhicules électriques. Sans oublier la néces-


PER LES FONCTIONNALITÉS AZURÉENS.

en bref... Jean-Bernard Titz (Dev-Help), Président de Telecom Valley

CÔTE D’AZUR

saire implication du consommateur en tant que "consom’acteur". Exemple immédiat, l’EPA Plaine du Var a pu exposer, lors de la réunion, la prise en compte de cette charte dans l’aménagement du quartier Nice Méridia de l’Eco Vallée. Les smart grids sur la Côte d’Azur, c’est une filière industrielle d'avenir. En effet, le département accueille sur son territoire un vivier unique d’expérimentations en France de projets démonstrateurs en Smart Grids. Au total, ce sont plus de 40 millions d’euros et une petite dizaine de projets, qui sont aujourd’hui mis en application par l’Europe, par les Investissements d’Avenir, par différents ministères, par le Conseil régional, le Conseil général, mais également par les nombreuses entreprises nationales et azuréennes à la pointe du sujet, qui étaient présentes lors de cette réunion. Quelques projets expérimentaux ont donc été présentés comme Nice Grid, Reflexe, GridTeam, TicElec, Premio et maintenant Premio +. L'occasion aussi de montrer que, sur le territoire, la technologie des Smart Grids et ses applications se trouvaient directement connectées. Et qu’elles deviennent une réalité, sur le terrain. n

Après deux années de présidence à la tête de l’association rassemblant les principaux acteurs IT de Sophia Antipolis et du 06, Hugues Dailliez (ST Microelectronics) a passé la barre à Jean-Bernard Titz, dirigeant de DevHelp. Le nouveau président est fort de 21 ans d’expérience au sein d’IBM France, du lancement de sa propre PME spécialisée dans le business development il y a 7 ans, et a également enseigné au sein de Masters et Bachelors régionaux : une connaissance des enjeux actuels des grands groupes, PME et établissements d’enseignement supérieur et de recherche. Un triple regard qui correspond parfaitement à la composition diversifiée de Telecom Valley.

2 gros contrats pour Publipizz (Sophia Antipolis) L’azuréen est leader français (son réseau national (une pizzeria sur trois

en France utilise ses produits) de la publicité sur boîtes à pizza. Il annonce deux nouveaux contrats avec Formaposte (20 000 boites à pizza ont été distribuées dans les départements 78 et 92 pour promouvoir les métiers de la Poste) et Bavaria (plus de 100 000 boites à pizza et 200 000 échantillons ont été distribuées sur Paris, Lyon, Marseille, Nantes et Montpellier).

Ikea s'installe à Nice Saint-Isidore C'est officiel. Ikea, le géant suédois de l'ameublement, s'installera à l'Ouest de Nice, au sein de l’Eco-quartier de Nice Saint-Isidore, contigu au stade Allianz Riviera. Le projet, confié à l’architecte Jean-Michel Wilmotte, sera soumis à la Commission départementale d'aménagement commercial des Alpes-Maritimes fin 2013. Les travaux devraient commencer au second semestre 2014 pour une ouverture du magasin en 2016 avec une pers-pective de création de 350 emplois directs.

Nommé directeur général du célèbre hôtel de la croisette, Claudio Ceccherelli aura pour mission d’assurer la transition de l’hôtel Martinez en tant que Grand Hyatt Cannes Hôtel Martinez au sein du groupe. Directeur de l'hôtel de Paris à MonteCarlo de 1994 à 1997, il connaît bien la Côte d’Azur. Classé 5 étoiles luxe, l’hôtel propose 409 chambres et suites dans un style art déco, dont un suite penthouse de 1 000 m², l’une des plus grandes d’Europe.

Topfit (Antibes) à 30 ans Le centre de fitness (50 salariés, 2,5 M€ de C.A) dirigé par William Laurent souffle 30 bougies et s’étend désormais sur 3800 m2.

services

découvrez nos

PARTAGER

ANALYSER VOTRE ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE

DÉVELOPPER

RÉALISER

VOTRE RÉSEAU

VOS FORMALITÉS D’ENTREPRISE

AVEC VOTRE COMMUNAUTÉ PROFESSIONNELLE

retrouvez l’ensemble des e-services sur

www.cote-azur.cci.fr

En savoir + 0 800 422 222 www.cote-azur.cci.fr

Un nouveau dirigeant pour le Martinez (Cannes)

0 800 422 222 * www.cote-azur.cci.fr * appel gratuit depuis un téléphone fixe.

SOLUTIONS ET SERVICES POUR ENTREPRENDRE

Azur Entreprises I N° 96 I

15


Dossiers & thématiques n TOURISME/COMMERCE. LA CÔTE D’AZUR EST LA SECONDE DESTINATION MONDIALE DE LA CROISIÈRE.

JOUER LA SYNERGIE ENTRE OFFRE COMMERCIALE DE LA CLIENTÈLE DES CROISIÈRES ET DU NAUTISM

Le secteur de la croisière est un marché mondialisé et dynamique avec en moyenne une croissance de 3,3% prévue en 2013. Avec presque 22% de parts de marché, le bassin méditerranéen est en concurrence avec les Caraïbes (35%) et arrive devant l'Europe du Nord (10,9%). Dans les années à venir, la montée en puissance de l'Asie va redistribuer les cartes du secteur avec une prévision atteignant 25% du marché dans 10 ans et un taux de progression annuel de 9%. Le risque est donc de perdre des passagers et de la fréquentation au profit de l'Asie. La saison 2013 démarre avec le déploiement d'une nouvelle stratégie. Jusqu'à présent, les actions de communication et de développement étaient basées sur une segmentation simple des clients : la taille des navires. Aujourd'hui, la cible privilégiée s'humanise. L'objectif est de toucher les personnes à bord des bateaux faisant escale sur la Côte d’Azur et d’identifier leurs besoins, leurs envies, leurs centres d'intérêt, les services qu’ils souhaitent mais aussi savoir si l'accueil est à la hauteur de leurs espérances? L'étude commerciale initiée par la CCI révèle très 16 I Azur Entreprises I

N° 96

vite un besoin majeur : celui de donner aux clients de la destination venant par la mer des solutions nouvelles et un accès non pas simplement aux services de stricte proximit,é mais à toute l'offre commerciale du bassin d'activité.

Maximiser les retombées économiques. Dans ce contexte, le French Riviera Cruise Club, fondé par la CCI, le Conseil général, le Comité Régional du Tourisme et les Offices du Tourisme de Cannes, de Nice et Villefranche, est chargé de traduire cette nou-

Les enseignements du Cruise Shipping 2013 Au mois de mars, la 29e édition "Cruise Shipping" de Miami a rassemblé 900 exposants et drainé plus de 10000 professionnels du secteur de la croisière. C'est la plus importante manifestation de cette industrie en pleine mutation. Au niveau mondial, les navires sont de plus en plus grands, la flotte est récente avec l'apparition de 10 nouveaux navires de croisière océanique pour les deux prochaines années, un investissement global de plus de 7 milliards de dollars et la course à l'innovation à bord des bâtiments... Par exemple, le record du plus grand toboggan ou celui du plus grand parc aquatique embarqué. L'offre commerciale et les services doivent donc évoluer avec les tendances du secteur sous peine de voir les destinations délaissées au profit notamment des bassins émergents de l'Asie. Le Cruise Shipping a été l'occasion de valider les choix stratégiques pris par les membres du French Rivera Cruise Club pour maintenir l'attractivité de la Côte d'Azur auprès des croisiéristes. A cette occasion, la délégation du FRCC a reçu le prix "Insight Awards" pour la destination Villefranche sur Mer. Le salon Cruise Shipping de Miami n'est qu'une étape dans le parcours mondial des salons dédiés à la croisière. Pour promouvoir les atouts de la Côte d'Azur, une délégation du FRCC sera présente sur le Seatrade Europe à Hambourg, du 24 au 26 septembre.


Dossiers & thématiques n TOURISME. UN PROGRAMME EUROPÉEN POUR DÉVELOPPER UN TOURISME RESPECTEUX, DONC DURABLE.

Photothèque Port de Cannes

ET ATTENTES E

velle stratégie globale en harmonisant l'accueil dans les escales portuaires pour les quelque 700 000 passagers attendus cette année. Plus de la moitié découvriront la Côte d'Azur pour la première fois, les trois quarts visitent les villes d'escale et dépensent en tout 40 millions d'euros sur tout le département. Concrètement, les actions sont menées en amont c'est-à-dire par la promotion de la Côte d'Azur, aujourd’hui seconde destination mondiale de la croisière, lors des salons internationaux (voir l’encadré Cruise Shipping de Miami). Et en aval, par la mutualisation des actions et des moyens, la création de nouvelles initiatives. Comme le "kit croisiériste", les fiches « Green Tours » par ville et une nouvelle application sur smartphone rassemblant toutes les initiatives. n

En savoir + www.cote-azur.cci.fr 0 800 422 222

SHMILE 2, UN ÉCO-LABEL POUR LE TOURISME Promouvoir le tourisme durable en Méditerranée et notamment l’Ecolabel européen : c’est l’objectif du programme européen Shmile 2, qui rassemble 11 partenaires de 6 pays du bassin Méditerranéen et qui est porté par la CCI Nice Côte d'Azur dans les Alpes-Maritimes. Faire mieux avec moins, c’est tout l’enjeu du développement durable. Le tourisme ne pouvait pas rester en dehors du mouvement. Car plus que toute autre activité, il exige un environnement préservé. Or, souvent implantés sur des sites remarquables mais fragiles (littoral, montagne), les infrastructures touristiques peuvent entraîner une surexploitation des ressources en eau et en énergie et être responsables de dégradations en raison d'une mauvaise gestion des déchets. Une situation d’autant plus dommageable pour les régions ou les pays méditerranéens dont l’économie dépend pour une grande part de la vitalité du tourisme. La gestion durable apparaît donc comme la seule alternative possible. Sensibilisation et labellisation Shmile 2, un programme européen, mis en œuvre dans le cadre du plan multilatéral de coopération transfrontalière s’inscrit dans cette démarche responsable. Son objectif : sensibiliser à la réduction du risque environnemental et accompagner les hôteliers du bassin méditerranéen vers l’éco labellisation européenne. Cette certification, qui comprend une trentaine de critères obligatoires, est la seule homologation écologique reconnue à l'échelle européenne. Les établissements candidats doivent réduire leur consommation d'énergie, d'eau, de déchets, privilégier l'utilisation des énergies renouvelables et de substances moins nocives pour l'environnement, les produits locaux, bio ou provenant du commerce équitable, ainsi que s’engager dans une politique de management environnemental du personnel et de sensibilisation des clients. Les avantages sont nombreux : s'inscrire dans une dynamique de développement durable, valoriser auprès de la clientèle

des actions de gestion environnementale. Mais aussi faire des économies. Les études montrent en effet que les établissements certifiés réalisent une réduction de 15 à 20 % de leurs factures d'eau et d'électricité ! L’Eco label est également un atout formidable pour se distinguer de ses concurrents. Les dernières enquêtes montrent que 30 % des éco-labellisés notent un impact important voire très important sur leur taux d'occupation. Près de 50 % des particuliers prennent en effet en compte la certification dans leur choix d'un hébergement touristique. Pour Michel Tschann, propriétaire du Splendid Hôtel & Spa 4* de Nice et Président du Syndicat des Hôteliers Niçois, la gestion durable est une évidence. Depuis déjà une quinzaine d’années, des panneaux solaires chauffent la piscine de son établissement. «Notre éco labellisation s’inscrit dans cette volonté durable d’exercer notre profession. Certes, les investissements de départ pour prétendre à la certification sont importants mais à terme, les économies d’énergie sont indubitables sans parler de l’image positive que le label véhicule auprès des clients». A Cannes, Michel Chevillon, directeur général du Croisette Beach Hôtel et président du syndicat des hôteliers de la ville partage ce diagnostic : «Shmile 2 est une opportunité remarquable pour apprendre, diffuser, échanger les bonnes pratiques avec des professionnels de tout le bassin méditerranéen. Aujourd’hui, le tourisme ne peut pas faire l’impasse sur le développement durable. La Côte d’Azur a une image d’excellence à maintenir et elle ne peut passer que par les valeurs de développement durable. L’Ecolabel représente un atout formidable pour que nos établissements portent à l’international cette image d’excellence reconnue par un label européen. Sur les marchés américains ou asiatiques l’impact sera sans commune mesure avec une certification nationale. D’autant que les critères exigés pour être certifié font de cet Ecolabel une référence en matière de développement durable que peu de pays peuvent se vanter de posséder. n

En savoir + www.shmile2.fr Azur Entreprises I N° 96 I

17


Dossiers & thématiques n INDUSTRIE. L’ENSEMBLE DES CCI SE MOBILISE EN FAVEUR DU TISSU INDUSTRIEL, QUI REPRÉSENTE 200.000 EN OBJECTIF, FAVORISER LE REDRESSEMENT PRODUCTIF. L’UN DES AXES CLÉS : PROMOUVOIR L’IMAGE DU SECTEUR

2013, ANNÉE DE L’INDUSTRIE DANS TOUT LE Pourquoi faire de 2013, l’année de l’industrie ? Parce que sans cette dernière, pas de croissance et au vu de la situation, il y a urgence à agir. Le rapport sur la compétitivité française (dit rapport Gallois) est sans appel. « L’industrie française atteint aujourd’hui un seuil critique, au-delà duquel elle est menacée de déstructuration». En dix ans (1991-2011), le pays a perdu 800 000 emplois industriels soit 10 % des effectifs. Et l’hémorragie continue : 24 000 emplois de ce secteur ont encore été supprimés en 2012. Les CCI ont donc sonné la mobilisation générale et décrété l’industrie grande cause nationale de l’année 2013. Audelà de l’effet d’annonce, un ensemble d’opérations concrètes est lancé avec quatre objectifs majeurs : promouvoir l’industrie et améliorer l’attractivité de ses métiers, accompagner les mutations industrielles, porter l’expression des chefs d’entreprise du secteur, et remettre l’industrie au cœur des actions et du discours des CCI. Dans les Alpes-Maritimes, l’industrie - secteur mal connu - occupe pourtant une part significative de l’activité économique. Pourtant, cette réalité, masquée par la vocation touristique du territoire, demeure méconnue du public. Une méconnaissance qui s’ajoute au déficit d’image dont elle souffre, notamment auprès des jeunes. Beaucoup ont une vision incomplète, voire déformée de ce qu’elle recouvre en termes d’opportunités d’emploi et de perspectives de carrière. Depuis longtemps, la CCI Nice Côte d’Azur, et ses partenaires l’IUMM

Les chiffres

L’INDUSTRIE

dans les Alpes-Maritimes • 5 500 établissements industriels, dont 90 de plus de 50 salariés • 35 000 emplois soit 9 % des emplois directs • 9 milliards d’euros de chiffre d’affaires, soit 14 % du CA total du département • 1.4 milliards d’euros de CA à l’export, soit 14 % du total du département 18 I Azur Entreprises I

N° 96

06 et l’APPIM luttent contre les idées reçues. Car aujourd’hui, l’industrie c’est des métiers de pointe, des processus automatisés, des filières en plein essor comme l’aromatique, l’aéronautique ou la pharmaceutique sur le 06. L’industrie, ce n’est plus l’Assommoir de Zola mais la robotique, l’automatisme, le wifi, la mondialisation… C’est aussi des opportunités d’emploi dans l’ingénierie, la recherche-développement, la technologie qui s’adressent aux jeunes quel que soit leur niveau d’étude (du bac pro pour le technicien au bac + 5 pour l’ingénieur) et cela, il faut le faire savoir. Car pour disposer de compétences, il faut d’abord attirer, recruter et former. Un plan d’action. Dans les Alpes-Maritimes, l’année de l’industrie sera déclinée tout au long de 2013 par la CCI Nice Côte d’Azur et ses partenaires. Premier volet du plan d’actions : la promotion de l’image et le développement des compétences industrielles trop souvent méconnues. 3 grandes actions vont assurer cette mission. Tout d’abord, la Semaine de l’Industrie (18-24 mars) a été l’occasion pour les professionnels et leurs partenaires de présenter au grand public, en particulier aux jeunes et aux deman-

deurs d'emploi, l’industrie et ses métiers. Journées portes ouvertes, conférences, interventions dans les établissements scolaires et visites d’entreprises ont émaillé cette 3e édition qui a permis de sensibiliser le public sur les potentialités industrielles de la Côte d’Azur. La CCI a organisé de son côté une présentation des métiers de l'automobile à l’Institut de Formation Automobile et une matinée découverte des métiers et formations du nautisme en partenariat avec la Maison de l’Emploi de Cannes et la Fédération des Industries Nautiques. Second événement, les 6es Rencontres pour l’emploi industriel : une vraie passerelle entre formation technique et emploi. Près de 400 jeunes des filières techniques (11 établissements et 24 formations représentées) étaient au rendez-vous lors de cette 6e édition. Ils ont pu échanger avec la quarantaine d’entreprises présentes au cours des ateliers métiers et d’un speed dating avec offres d’apprentissages et d’emplois. Cette édition a été marquée par la signature de conventions entre la CCI Nice Côte d’Azur, les partenaires (IUMM 06 et APPIM) et les établissements formalisant ce rendez-vous pour les prochaines années. La CCI a également profité de l’événement pour


RUBRIQUE EN COLLABORATION AVEC

TREPRISES DANS L’HEXAGONE. ET MOBILISER LES COMPÉTENCES. L’année de l’industrie, c’est aussi...

RÉSEAU DES CCI

• Salon RIST : le rendez-vous de la sous-traitance à Valence. La CCI Nice Côte d’Azur en partenariat avec l’APPIM a organisé un pavillon PACA au dernier salon RIST du 19 au 21 mars dernier avec la participation de 8 entreprises de la région dont 4 des Alpes-Maritimes. Les exposants, principalement des secteurs de la mécanique et de l’électronique, ont qualifié de bon cru cette édition 2013 avec déjà des devis réalisés et des commandes en perspective. • Rencontre avec la SATT Sud Est : mettre la R&D publique au service de l’innovation des entreprises. Dans le cadre d’un partenariat, la CCI Nice Côte d’Azur en relation avec le Business Pôle de Sophia Antipolis a organisé le 4 avril dernier une présentation - rencontre avec la SATT Sud Est. Créé début 2012, cet organisme a pour mission de promouvoir et commercialiser l’offre de technologies des entités de recherche publique : Université, CNRS, Labo… pour des transferts applicatifs vers des entreprises, avec des financements conséquents et un accompagnement expert en prime. En savoir plus : www.sattse.com • Cap Indus Compétitivité : améliorer la performance industrielle des PMI. La CCI Nice Côte d’Azur et ses partenaires de la démarche Cap Indus, l’APPIM, la CDAF et le DIRECCTE, lance un programme de formation-conseil subventionné à 80% dont l’objectif est d’accompagner des PMI vers une meilleure productivité et la fabrication de produits plus performants. L’intervention d’experts spécialisés permettra notamment de déployer des méthodes et techniques éprouvées telles que le « Lean Management » ou « l’analyse de la valeur des produits ». • Industria 2013 : le 19 novembre. L’événement industriel azuréen clôturera l’année de l’Industrie dans la région, il revêtira cette année une dimension particulière pour sa 12e année d’existence. La CCI et ses partenaires entendent bien faire de ce rendez-vous le point d’orgue des actions menées tout au long de 2013. Plus sur www.forum-industria.com

Daniel Sfecci (APPIM) et Hervé Beauvais (Lycée des Eucalytus) lors des 6es rencontres pour l’emploi industriel.

présenter e-drh Industrie (voir plus loin). Pour Daniel Sfecci, président de l’APPIM (Association des partenaires pour la promotion de l’industrie méditerranéenne) qui était bien sûr présent sur l’événement,il faut en effet travailler avec le rectorat et les établissements scolaires : « En dépit d’un chômage à la hausse qui affecte particulièrement les jeunes, des pans entiers de l’industrie ont du mal à recruter ! Sur la Côte d’Azur, les métiers de l’usinage sont en tension. Mais les filières sont vides. Sans doute à cause de la mauvaise image persistante de ces professions. Or l’usinage et l’outillage ont considérablement évolué obligeant à se servir d’appareils performants. Quatre ans après ses études, un technicien spécialisé dans cette voie gagne environ 2 400 euros net ! Il faut revaloriser ces filières professionnelles. Comment ? En faisant remonter à la source la réalité du terrain. La CCI a donc décidé de se rapprocher du Rectorat. «L’idée : associer le milieu socio profession-

nel à la formation et ce, dès la programmation des filières. Un comité consultatif est aujourd’hui en place qui réunit la CCI Nice Côte d’Azur, dont je suis le représentant, la Chambre des Métiers et divers organismes professionnels…). Son rôle : faire remonter la réalité du terrain, promouvoir les filières en forte demande et alerter sur celles qui sont saturées ou en fort repli et qui n’embauchent pas ». Même avis du côté de l’enseignement : Hervé Beauvais, proviseur des Eucalyptus et président du Greta Nice Côte d’Azur estime que « Le jeune qui veut continuer dans l’industrie peut le faire ici dans le 06. Avec 45 millions € d’investissement notre lycée a bénéficié d’une vaste opération de réhabilitation. Il accueille 1600 élèves en filières professionnelles, technologiques et classes préparatoires. Partenaire historique des rencontres pour l’Emploi Industriel, nous avons décidé très tôt de nous rapprocher du monde industriel, car il me semble impensable de travailler en vase clos. Le président de l’APPIM et le directeur de Schneider siègent au conseil d’administration. Nous devons connaître le terrain pour mieux conseiller et suivre nos jeunes. L’enjeu n’est pas seulement de délivrer un enseignement mais aussi de les accompagner vers l’emploi et l’insertion professionnelle ».

Troisième volet d’action du plan lancé par la CCI, un outil innovant : e-DRH Industrie. Car si le secteur industriel est un monde de précision, jusque dans la gestion des ressources humaines. Or, jusqu’à présent, il n’existait pas de dispositif suffisamment fin pour analyser si le profil d’une candidature était en phase avec le libellé d’une annonce et interfacer en temps réel les deux demandes. C’est désormais possible avec e-drh Industrie, un service gratuit de recrutement en ligne développé par la CCI Nice Côte d’Azur. Cet outil pensé pour et par les industriels du 06 (de la TPE à la multinationale) est à la fois un pont lancé entre les demandeurs et les industriels locaux, mais également entre les jeunes diplômés qui ont du mal à traduire leurs savoirs en compétences opérationnelles et le monde professionnel. Dans son prochain numéro, Azur Entreprises consacera à nouveau un dossier à l’industrie, autour du thème innovation et développement durable. n

En savoir +

Pole Industrie-Innovation CCI Nice Côte d’Azur Tél. 0 800 422 222 - www.cote-azur.cci.fr www.appim.com Azur Entreprises I N° 96 I

19


Portraits d’entrepreneurs RUBRIQUE EN COLLABORATION AVEC

n IMPLANTATION. INTERVIEW DE LILIAN PLACET, MANAGER DE NORSYS CÔTE D’AZUR.

NORSYS, UNE SSII AVEC DES AMBITIONS

présente un cadre stimulant pour le développement de nos activités, de plus, le secteur d’activité santé-social est ici très bien représenté. Plusieurs grandes institutions sont implantées localement, comme le RSI (Régime Social des Indépendants) et l’ACOSS dans le domaine des retraites complémentaires. Il y a également beaucoup d’entreprises pour qui le système d'information est un outil stratégique

n SUR L’APP CCI... CHAQUE LUNDI, DÉCOUVREZ UNE ENTREPRISE AZURÉENNE ET SON DIRIGEANT.

Lilian Placet, Norsys.

: un domaine dans lequel nous sommes très performants. J’ajoute que l’accompagnement de Team Côte d’Azur au moment de l’installation a facilité notre compréhension du tissu économique local comme le choix à faire sur les sites d’implantation possibles : c’est aussi ce qui a motivé notre décision». n

Rédaction

Pourquoi le choix de la Côte d’Azur? Pour Lilian Placet, «L’écosystème de la Côte d’Azur re-

« La Côte d’Azur compte beaucoup d’entreprises pour qui le système d’information est un outil stratégique. » Team Côte d’Azur

Nouvelle entreprise ayant choisi la Côte d’Azur pour son développement, La SSII -société de conseil et de service en informatique- qui regroupe près de 300 salariés a ouvert sa cinquième agence (4 en France, une en Afrique) à Sophia Antipolis. Ses activités sont orientées auprès des maîtrises d'ouvrage (cahier des charges, choix de solutions informatiques, conduite du changement) et auprès des maîtrises d'œuvre (conception et développement de logiciels basés sur des technologies nouvelles). «Nos secteurs d’activité privilégiés sont la santé et le social, mais nous sommes également présents dans le commerce, la banque et l'assurance, indique Lilian Placet, dirigeant de l’agence azuréenne. Parmi nos points forts, notre centre de recherche, qui nous permet de rester en pointe sur les évolutions technologiques, en particulier sur le développement d'applications pour smartphones et tablettes. Nous sommes aussi la seule SSII à être labellisée "diversité" et "égalité professionnelle". Dotés d’une certification ISO 26000, nous faisons partie des 10 entreprises françaises les mieux évaluées».

5 QUESTIONS À JEAN-JACQUES ARLOTTI, DIRIGEANT D’ATHENA DISTRIBUTION Quel est le profil de votre entreprise ? Athena Distribution est une entreprise de 4 personnes créée en mai 2012, spécialisée dans la fabrication et la distribution de sacs réutilisables et recyclables en polypropylène tissé et polyéthylène traditionnel. Notre gamme compte six modèles, allant du sac de jardin au sac de gravats en passant par le cabas de caisse. Nous nous adressons en priorité au secteur de la grande distribution et des enseignes spécialisées dans le négoce en bâtiment et jardinerie. La fabrication est réalisée en interne dans notre usine de Saint-André de la Roche.

Fla s h ez c e cod e avec vo tre s ma r tph on e p o u r tél é c h arg er l ’ap pl i c at io n CC I

Quelle est sa valeur ajoutée ? Le SimpleBag, un procédé d’ouverture circulaire breveté qui permet en un quart de tour de main d’ouvrir le sac et de le maintenir parfaitement ouvert. Ce système présente de nombreux avantages par rapport aux produits disponibles sur le marché. Il apporte un confort de travail à l’utilisateur qui peut se concentrer exclusivement sur le remplissage et garantit un gain de temps non négligeable aux opérations de manutention. Quels sont vos objectifs pour 2013 ? La société est aujourd’hui sur les rails. L’outil de production opérationnel. Nous venons de démarrer la fabrication de sacs pour des petites jardineries locales et des négoces indépendants. Notre objectif est maintenant de nouer des partenariats avec des grandes enseignes nationales.

Si vous recrutez, quels profils recherchez-vous? Nous venons de recruter du personnel d’usine dont une couturière. Nous étofferons l’équipe de production en fonction de l’activité. Quelle est votre priorité du moment? Démarcher les enseignes, bien sûr, mais aussi organiser le système de recyclage de nos sacs. Nous envisageons la possibilité de le prendre en charge car notre fournisseur de matières premières est outillé pour cela. Chaque lundi, la CCI met à l’honneur une entreprise azuréenne dans sa rubrique «L’entreprise de la semaine», sur son application smartphones (iPhone, Androïd et Blackberry Torch) disponible gratuitement en téléchargement.


La boîte à outils de l’entreprise n URBANISME. CE NOUVEL OUTIL CRÉÉ PAR LA CCI FAVORISE LE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL DE QUARTIERS POUR LESQUELS LE COMMERCE INSTILLE UNE DYNAMIQUE ÉCONOMIQUE NOUVELLE.

COMMERCITY, POUR AGIR SUR LE RENOUVELLEMENT URBAIN

Parmi les opérations d’urbanisme commercial traitées par les spécialistes de la CCI, les pieds d’immeuble de l’îlot Gambetta (Nice).

Parce qu’un quartier sans commerces est un quartier qui se meurt, la CCI met en œuvre un nouveau service destiné aux entreprises comme aux collectivités. Commercity regroupe ainsi l’ensemble de l’offre en matière d’accompagnement à l’implantation commerciale proposée par le Pôle Equipement & Urbanisme Commercial. L’objectif est d’accompagner un développement du commerce qui soit à la fois efficace et équilibré. Premier élément de ce nouveau portefeuille de services, l’observatoire du commerce. Destiné aux collectivités et acteurs publics, cet observatoire est basé sur une plateforme «SIG» qui permet d’accéder à l’ensemble des données commerciales du territoire concerné. En clair, il repose sur des bases de données qualifiées, qui recensent l’ensemble des commerces, services et projets d’équipement commercial d’envergure du territoire des Alpes-Maritimes. Un outil d’aide à la décision précieux en matière d’aménagement commercial. Second outil de cette offre Commercity : la démarche Renouveau Commercial, dédiée à l’usage des collectivités et des enseignes du commerce. Cette offre est basée sur un principe de partenariat avec les collectivités locales. Elle concerne des opérations portant soit sur la création de nouveaux quartiers ur-

bains dans lesquels doivent être insérés des commerces nouveaux, soit des projets de requalification de rues ou quartiers en perte de commercialité, soit sur la recomposition de l’offre commerciale de quartiers dégradés. L’équipe CCI réalise une analyse de la commercialité d’un quartier et garantit le développement commercial du secteur visé en renouvellement urbain. Ce service permet en conséquence d’assurer l’interface entre les enseignes intégrées, les franchises, les investisseurs indépendants et les bailleurs immobiliers. Pour exemple, l’équipe est déjà engagée sur plusieurs programmes depuis 2011, en partenariat avec la Métropole Nice Côte d’Azur, la Ville de Nice et la Caisse des Dépôts, pour intervenir en pieds d’immeubles sur des quartiers en rénovation/requalification, sur Gambetta, les Moulins, Pasteur ou encore l’Ariane. Soit 30 lots de pieds d’immeubles à commercialiser, pour une superficie totale de plus de 5000 m². A ce jour, près de 75 % des lots sont occupés ou ont été réservés de manière ferme. Parmi ces réservations, on peut citer le cas de l’enseigne Lissac dont l’implantation est prévue sur Nice Gambetta. Mlle Gaillard, propriétaire du futur magasin Lissac, témoigne : « La CCI Nice Côte d’Azur a pris contact avec notre enseigne dans le cadre du programme Nice-Gambetta. Après avoir étudié les conditions d’acquisition du droit au bail, nous avons pu finaliser notre implantation

grâce à l’approche pragmatique et rigoureuse de l’équipe CCI. Notre implantation, grâce à un interlocuteur unique et très disponible, a été grandement simplifiée. Sans compter les conditions financières, claires et encadrées.» Troisième volet de Commercity : le diagnostic de commercialité, qui est destiné aux enseignes, aux bureaux d’études et aux banques. Il propose une première évaluation en vue de l’implantation d’un commerce sur un périmètre donné. Là encore, c’est un outil fiable et précis, pour prendre une décision d’implantation, d’investissement comme de financement d’un projet. Ce diagnostic est payant : à partir 150 euros, selon le nombre de périmètres étudiés. En complément, l’étude d’implantation, sur devis, propose une analyse plus approfondie pour aider les porteurs de projets d’implantation de commerce à évaluer au mieux leur projet. A partir des bases des données CCI et d’une étude terrain, l’analyse consiste à déterminer la zone de chalandise, identifier les concurrents directs sur la zone, et estimer le chiffre d’affaires potentiel. Elle peut être menée pour un site unique d’implantation ou pour plusieurs, en comparant les différents sites envisagés. n

En savoir + 0 800 422 222 www.cote-azur.cci.fr

Azur Entreprises I N° 96 I

21


La boîte à outils de l’entreprise n DÉVELOPPEMENT. UN PROGRAMME DÉDIÉ AUX PME-PMI À FORT POTENTIEL, POUR LES ACCOMPAGNER VE AUX ENTREPRENEURS QUI SE SONT ENGAGÉS DANS LA DÉMARCHE.

Le dispositif PME Performance + qui propose un accompagnement personnalisé et innovant sur 18 mois aux dirigeants d’entreprises à fort potentiel fête au printemps sa première année d’existence. Un anniversaire marqué pour les PME participantes par des résultats tangibles. Témoignages. Mouhssine Jéroundi, dirigeant de Vivadia (Antibes) Vivadia est une entreprise d’e-commerce créée il y a 7 ans qui distribue des produits de santé, confort et bien-être aux particuliers et du matériel médical aux professionnels de la santé. «Avec plus de 20 000 références proposées, nous offrons le plus grand catalogue en ligne de produits de santé répartis sur sept sites marchands spécialisés, indique son dirigeant. Nous avions déjà entendu parler de PME Performance + avant sa mise en œuvre. Immédiatement, nous avons été séduits. En effet, nous sommes dans une logique permanente de reengineering de nos processus métiers. Lorsque nous avons intégré le programme, nous nous interrogions sur l’opportunité d’étoffer notre offre de matériel médical et sur le lancement d’une gamme de compléments alimentaires». L’équipe de la CCI a effectué deux études de marché mettant en avant les opportunités d’affaires, l’état de la concurrence, les forces et faiblesses de Vivadia. «La première étude a fait apparaître l’opportunité du développement de notre offre de matériel médical dès lors que celle-ci s’accompagnerait de la mise en place d’une équipe de vente B2B. Le diagnostic concernant le marché des compléments alimentaires nous a confortés dans l’intérêt pour Vivadia de se développer sur ce secteur. Nous avons en revanche été sensibilisés à l’importance de la concurrence et au fait que de certains laboratoires commercialisent directement (ou par l’intermédiaire de réseaux de distribution) leurs catalogues. Le profil de futurs partenaires a également été établi ce qui nous a permis d’identifier plus facilement d’éventuels fournisseurs avec lesquels nous sommes en cours de négociation pour le référencement de leurs catalogues. Pour l’instant, rien n’est signé, et nous préférons rester prudents. Mais nous espérons avoir de bonnes nouvelles à annoncer à nos clients d’ici quelque temps. Nous avons prévu de faire un point une fois que les premiers partenariats seraient signés et qu’un premier catalogue serait édité. Nous comptons sur l’aide des consultants de la CCI pour finaliser notre catalogue définitif et nous conseiller pour sélectionner de futurs partenaires. Grâce à ces nouveaux référencements nous attendons

22 I Azur Entreprises I

N° 96

Rédaction

PME PERFORMANCE + : UN AN DE RÉSULTATS SU

Mouhssine Jéroundi dirigeant de Vivadia.

une augmentation significative de notre chiffre d’affaires». Rachel Paire, dirigeante d’Europliage (St Laurent du Var) «J’ai fondé Europliage en 1990 avec l’idée de faire des portes blindées qui ne soient pas de simples blocs de métal mais des solutions sûres, faciles à installer et dont le design s’intègre parfaitement à tous les styles d’habitat», indique Rachel Paire. Et ça marche. Aujourd’hui la PMI compte 25 salariés dont trois embauchés cette année et cinq dans les deux prochaines années. «Je connais la valeur et l’intérêt des dispositifs d’accompagnement de la CCI pour en avoir déjà bénéficié. Sollicitée pour intégrer PME Performance + je n’ai donc pas hésité. En plus, le timing était parfait. Après deux ans de recherche, notre bureau d’études venait de mettre au point Zoé, une nouvelle porte facile à installer et qui accepte un large choix de finitions et de coloris (plus de 200). Après cette longue phase de recherche, le temps d’accélérer était venu. Et quel meilleur moyen qu’une expertise extérieure pour y parvenir. Sans elle nous aurions eu tendance à agir comme à notre habitude, à ne pas nous repenser, ce qui ne correspond ni à mon caractère, ni aux nouvelles ambitions affichées. Habituée à une progression régulière du chiffre d’affaires, j’ai placé cette année la barre à + 20 % !». De ce point de vue, l’analyse de PME Performance + a été très profitable : «D’abord en confirmant ce que l’expérience nous apprend chaque jour sur le

terrain : les particuliers recherchent de belles portes pas forcément avec un aspect acier et les installateurs une pose facile et rapide. Or le marché français des portes blindées est dominé par de gros industriels qui sont très automatisés et donc peu flexibles». Au-delà de son marché local, Europliage, plus souple, a une réelle carte à jouer. «Mais pour cela, c’est ce que l’étude a fait ressortir, nous devons davantage travailler notre notoriété. En offrant à nos clients (les installateurs) des supports commerciaux adaptés, un site internet repensé pour appuyer leur argumentaire de vente. En nous faisant mieux connaître aussi des particuliers afin de booster les demandes auprès des installateurs». La première action corrective a été l’embauche d’un responsable du développement, qui a travaillé au sein du dispositif PME Performance +. Europliage a également élargi sa zone de prospection aux Bouches-du-Rhône, qui offrent un très bon potentiel. Autre avancée issue de PME Performance + : une meilleure communication interne. Aujourd’hui, l’entreprise a formalisé sa stratégie de développement pour les 5 prochaines années à travers un plan d’actions. Une présentation à toute l’équipe est déjà prévue. Elle sera accompagnée de la mise en place de la démarche GPEC. «Notre nouveau catalogue sort tout juste de l’impression. Il incarne la nouvelle ligne directrice de la société : être un réel support d’aide à la vente pour les installateurs et pas simplement un éventail de nos produits. Les ajustements stratégiques préconisés nous


RS UNE NOUVELLE ÉTAPE DE LEUR PARCOURS. CHAQUE MOIS, AZUR ENTREPRISE DONNE LA PAROLE

Rédaction

R LE TERRAIN

Rachel Paire Europliage.

« Le dispositif a permis de travailler à l’identification de trois sources de développement potentiel. Des études de marché seront menées pour confirmer ces pistes » Marc Raiola, Intérima.

UN CLUB PME Performance + pour prolonger l’expérience Le Club PME Performance + a été lancé le 6 mars. Sa vocation ? Réunir les chefs d’entreprises impliqués dans le dispositif, toute activité confondue, pour prolonger l’expérience de PME Performance +. Il est conçu comme un véritable laboratoire d’idées, un « think tank » économique chargé de déployer ses bonnes pratiques innovantes et directement opérationnelles. Son but ? Favoriser les rencontres entre Dirigeants, valoriser les acquis issus de cet accompagnement dans tous les domaines d’organisation et de fonctionnement (innovation, recrutement, développement commercial, International…) et renforcer les échanges et les rapprochements d’affaires. Ces rencontres se dérouleront trois fois par an autour d’une conférence menée par un expert. Ces rendez-vous seront également l’occasion d’accueillir les nouveaux participants au dispositif.

ont permis de gagner en efficacité dans la phase de lancement de Zoé sur le marché, et nous réfléchissons déjà à appliquer notre savoir-faire à d’autres marchés. Bref, je suis entièrement satisfaite de ce dispositif, dont nous mesurons les résultats au quotidien». Marc Raiola, dirigeant du groupe Intérima (Nice) Créé en 1978, Interima est un réseau régional spécialisé dans le recrutement, le placement et la formation de personnel fixe ou temporaire sur la Côte d'Azur. Chaque année, sa vingtaine de collaborateurs recrutent, délèguent en mission et suivent personnellement plus de 2600 salariés intérimaires, ce qui représente un équivalent de plus de 280 salariés en emplois temps plein. C’est une entreprise familiale et qui compte bien le rester. «Ancien membre élu de la CCI Nice Côte d’Azur, je connais la valeur des services d’accompagnement de la CCI, précise Marc Raiola. De par son histoire, ses activités et sa culture d’entreprise, le groupe Interima est déjà bien structuré. Cette année, nous avons lancé notre cinquième plan stratégique (2013-2016) avec cinq grandes ambitions, destinées à amener à une croissance de CA de 10,3 à 15 millions €, notamment par le développement commercial et l’amplification de notre politique RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises)». PME Performance + a bien mis en lumière ce travail. Mais il a également fait ressortir de façon très concrète des points d’amélioration à la fois en matière de commu-

nication, de politique RSE et de stratégie. Au niveau de la communication, le diagnostic a insisté sur une utilisation plus efficiente des réseaux sociaux et une meilleure communication interne. «Le 2.0 faisait déjà partie de nos habitudes mais nous ne l’utilisions pas toujours à bon escient. Un exemple, la création d’un profil Facebook Interima a généré de nombreux contacts qui ne venaient pas forcément visiter la page Facebook du dirigeant. De même, nous utilisons aujourd’hui Twitter pour diffuser les offres et les demandes d’emplois. Autre point mis en relief par le diagnostic : la nécessité d’une meilleure communication de la stratégie et de la politique RSE à l’ensemble des collaborateurs. Un point d’autant plus important que nous avons différents bureaux sur la Côte d’Azur et que nous devons tous parler le même langage. Je m’appuie également sur PME Performance + pour repenser la politique RSE d’Interima notamment en travaillant davantage sur les parcours d’intégration et en l’associant à une gestion anticipative et préventive des ressources humaines (GPEC). Enfin, ce dispositif a permis de travailler à l’identification de trois sources de développement potentiel. Des études de marché seront menées pour confirmer ces pistes». n dossier de candidature à télécharger, plus d’informations sur Performance + www.cote-azur.cci.fr ou au 0 800 422 222 Azur Entreprises I N° 96 I

23


La boîte à outils de l’entreprise n RÉGLEMENTATION/ LA CONSTRUCTION, LA TRANSFORMATION OU L'AMÉNAGEMENT DE LOCAUX COMMERC SOUMIS À UN CERTAIN NOMBRE D'OBLIGATIONS QU'IL EST IMPORTANT DE CONNAÎTRE AVANT D'OUVRIR UN ÉT (ERP). QUELS SONT LES OBLIGATIONS CONCERNENT LA SÉCURITÉ ET L'ACCESSIBILITÉ ? TOUR D’HORIZON EN

OUVERTURE D’UN ÉTABLISSEMENT RECEVANT DU LES 10 POINTS ESSENTIELS À SAVOIR Tout établissement recevant du public (ou ERP) est conditionné par un environnement multiple, découlant de sa situation géographique, de son activité économique, mais aussi de la sécurité qu’il offre au public (personnel, client, patient) et surtout, de son accessibilité en particulier pour les personnes à mobilité réduite. 1 - Le principe général En matière de sécurité dans les établissements recevant du public (ERP), les principes qui guident la réglementation s’attachent à leur conception rigoureuse, de manière à limiter les risques d’incendie, d’alerter les occupants lorsqu’un sinistre se déclare, de favoriser l’évacuation rapide de la totalité des occupants, d’alerter des services de secours et faciliter leur intervention. 2 - Qui sont les ERP ? Les ERP sont les bâtiments, locaux et enceintes dans lesquels est admis le public. Cette classification regroupe un très grand nombre d'établissements tels que les cinémas, théâtres, magasins (de la petite boutique à la grande surface), bibliothèques, écoles, universités, hôtels, restaurants, hôpitaux, gares. Ils sont soumis à une réglementation spécifique conformément à l’article R123-2 du code de la construction et de l’habitation (annexe IV-3). 3 - Quels sont les critères de sécurité inscrits dans la réglementation ? - les modalités de construction permettant l’évacuation rapide et en bon ordre des occupants, - les façades accessibles aux secours, - les dégagements et les sorties en nombre suffisant, - le bon comportement au feu des matériaux, - l’isolement efficace des locaux, - l’éclairage de sécurité, - l’absence de matières dangereuses dans l’établissement, - les installations techniques sûres (électricité, gaz, ascenseurs, chauffage, ventilation, désenfumage, - les consignes et les moyens d’alarme, d’alerte et de secours, de lutte initiale contre l’incendie adapté, - l’entretien et la maintenance des installations. 24 I Azur Entreprises I

N° 96

Cette obligation est adaptée en fonction de leur taille (catégorie et type, leur destination et appropriée aux risques. 4 - Comment connaître la catégorie et le type d'un établissement ? Les ERP sont classés suivant leur activité ou type et leur catégorie, deux critères qui influent sur les obligations réglementaires en matière d'hygiène et de sécurité, d'environnement et de sécurité au travail. 1ère catégorie : + de 1 500 personnes 2e catégorie : de 701 à 1500 personnes 3e catégorie : de 301 à 700 personnes 4e catégorie : 300 personnes et en dessous. 5e catégorie : petit établissement dont l'effectif du public ne dépasse pas un seuil fixé (exemple : un restaurant pouvant accueillir 50 clients). 5 - Quand et comment obtenir l’autorisation d’exploitation ? On distingue trois types d'évènements pour lesquels l'exploitant de l'ERP doit obtenir des autorisations soumises à l'avis des commissions de sécurité et d'accessibilité : avant de commencer des travaux (construction, extension et changement de destination d'un établissement (soumis ou non au permis de construire dans le cadre du projet de création ou de reprise d'entreprise), avant l'ouverture de l’établissement, en cours d'exploitation.

6- Qui délivre l’autorisation ? Les travaux qui conduisent à la création, l'aménagement ou la modification d'un établissement recevant du public ne peuvent être exécutés qu'après autorisation délivrée au nom de l'Etat par le préfet ou le maire. 7 – Quel est le processus de décision ? Pour délivrer cette autorisation, c’est généralement la mairie qui a la compétente et s’appuie sur les avis de la commission de sécurité et la commission d’accessibilité. Ces dernières ont évalué l’établissement face aux exigences réglementaires concernant la sécurité et l’accessibilité des personnes handicapées. 8 - Et pour les petites entreprises ou les commerces ? La réglementation n'impose aucune visite avant ouverture pour les ERP de 5e catégorie. Cette visite est obligatoire pour les établissements classés de la 4 e à la 1e catégorie et les établissements de 5e catégorie disposant de locaux à sommeil. Il en est de même pour les réouvertures après plus de 10 mois de fermeture. Elle est laissée à la discrétion du maire pour les établissements classés en 5e catégorie sans locaux à sommeil. 9 - Et l’accessibilité dans tout ça ? L'accessibilité est un élément déterminant de l'intégration sociale et professionnelle des


IAUX OU PROFESSIONNELS SONT ABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 10 POINTS ESSENTIELS.

PUBLIC : 10 - En résumé Il faut... • Déposer un dossier à la mairie. La collectivité saisit la sous-commission départementale de sécurité incendie et d’accessibilité en transmettant un exemplaire : au service instructeur accessibilité et sécurité incendie. • Enfin, après analyse du dossier par le service instructeur, la sous-commission départementale est convoquée et réunie pour donner un avis respectivement en sécurité incendie et en accessibilité.

iStock

• Cet avis peut être soit : favorable, défavorable, ou encore favorable assorti de prescriptions.

personnes handicapées. Elle est devenue une obligation nationale depuis la loi n°75-534 du 30 juin 1975 d’orientation en faveur des personnes handicapés et constitue depuis la loi n°2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, un objectif général ambitieux . La loi de 2005 impose l'obligation de mise aux normes des établissements recevant du public existants dans un délai maximum de 10 ans, soit avant le 1er janvier 2015. La CCI Nice Côte d’azur vous accompagne dans cette démarche, rendez-vous dans le prochain n° d’azur entreprises pour connaitre la règlementation applicable , l’ensemble du dispositif d’information et d’accompagnement mis en place par votre cci ainsi que la parution prochaine d’un guide pratique. n Rendez-vous dans le prochain numéro d’Azur Entreprises pour tout savoir sur la règlementation applicable aux commerces, chr et prestataires de services en matière d’accessibilité des personnes en situation de handicap. Plus sur www.cote-azur.cci.fr Tel. 0 800 422 222

n RH. UN OUTIL POUR LES PETITES ENTREPRISES AYANT BESOIN DE RECRUTER DE NOUVELLES COMPÉTENCES.

ACTIVITÉS NOUVELLES ET NOUVELLES COMPÉTENCES : LES CLEFS DE LA RÉUSSITE Vous êtes dirigeant ou décideur, vous avez l’ambition de conquérir un nouveau marché, ou vous souhaitez développer une branche innovante de votre entreprise ou plus simplement structurer votre société ? Le dispositif Activités Nouvelles et Nouvelles Compé- tences (AN-NC) peut être la solution. Ce concept mis en œuvre par le conservatoire national des arts et métiers Provence Côte d’Azur, est proposé dans le 06 ,otamment par la CCI - qui est promoteur depuis 2008 - et il est désormais étendu aux projets de reprise d’entreprises. Avec pour objectif de favoriser l'émergence et le développement d'un projet, d’apporter la méthodologie dédiée aux actions cibléesgrâce à un collaborateur « pilote ». Le temps nécessaire pour valider les compétences et promouvoir l’axe de croissance en création. Les points forts? Le dispositif permet l'intégration de la compétence qui convient à l’entreprise dans le cadre d'un stage de 6 mois, avec une prise en charge financière du stagiaire pilote de projet (rémunération financée par le Pôle emploi ou par la Région, complétée par une somme forfaitaire mensuelle de 460 euros net). La mise en œuvre du projet bénéficie d’une méthodologie de travail adaptée, avec l’apport d’une fonction d'encadrement technique et/ou managériale dans l'entreprise. C’est aussi un outil privilégié pour une TPE/PME souhaitant onduire un projet de développement en maitrisant les risques et en toute autonomie, tout en disposant d’un chéquier de 1 500€ permettant de financer une formation personnalisée du « pilote » aux métiers de l'entreprise. A terme, le pilote doit avoir mené efficacement son projet et validé son stage par l'obtention du titre. Bien sûr, le dispositif a pour dessein de pérenniser la fonction d’encadrement de la nouvelle branche par l’embauche du pilote. A qui s’adresse le dispositif AN-NC ? La CCI Nice Côte d’Azur facilitateur et promoteur, aide à la mise en place du dossier AN-NC, lequel s'adresse aux petites entreprises (ne dépendant pas d'un grand groupe) ou associations. Du

Eric Bonnot dirigeant de Audax (Nice), est un utilisateur convaincu du dispositif.

côté du « pilote », le dispositif permet à toute personne en recherche d'activité souhaitant mettre son aptitude en pratique dans la conduite d'un projet et de valider ses compétences au travers de modules de formations professionnelles. Une efficacité prouvée. Eric Bonnot, dirigeant de Audax (Nice) qui développe la marque « Basic System », témoigne : «Nous développons un réseau de franchisés spécilistes de techniques de rénovation des sols et plafonds suspendus et nous voulions ouvrir une nouvelle branche de développement. Le schéma AN-NC permet de lancer une nouvelle activité sans prendre trop de risques, à des conditions financières intéressantes, sans engagement ferme. Mais nous jouons le jeu. Notre « pilote » a commencé il y a deux mois le développement du département « grands comptes », fort d’une expertise évidente son actino est très performante. dès le début, le dispositif s’est avéré être un coup d’accélérateur pour une croissance endogène de notre entreprise ». Même avis positif pour Stéphan Santiago, un «pilote» devenu responsable de développement région de Sagi Maintenance (Grasse) durant l’année 2012. Cet ancien chef d’entreprise d’un centre de formation en hôtellerie, éligible au dispositif AN-NC avait souhaité dans le cadre d’une reconversion acquérir de nouvelles compétences : « Dès la fin de la période de stage, le 2 janvier 2013 j’ai été intégré à l’entreprise pour assurer le poste de responsable de développement région et responsable de Qualité Hygiène, Sécurité et Environnement ». n

En savoir + Marjorie Bourse au 0 800 422 222 www.cote-azur.cci.fr


Coup de pouce aux créateurs d’entreprise La bourse de cession-reprise de la CCI Nice Côte d’Azur présente chaque mois une sélection d’offres.

SENSELITE (NICE), SPÉCIALISTE DU CONSEIL SENSORIEL

Saviez-vous qu’une différence de température de 3° entre un couloir et une chambre créée un mini-choc thermique, source d’inconfort pour l’usager? Pour certain cela peut être un détail, pour Karine Clerté, c’est essentiel ! Avec SensElite, cette créatrice d’entreprise propose un service totalement nouveau. « Je propose de l’expertise sensorielle pour les lieux d’accueil d’hôtels, de restaurants, de spa, les ports, les boutiques, les aéroports. » Quel va être le parcours émotionnel du client, que va-t-il ressentir au niveau des 5 sens? Tels matériaux ou telles couleurs favorisent-ils son bien-être. Voilà les points que Karine analyse. « J’aide à former une identité qui soit cohérence et pertinente pour un lieu au niveau sensoriel avec des recommandations qui sont très pratiques, la hauteur d’un banc dans un lieu de repos ou la décoration d’un plateau-repas afin de favoriser l’appétit. » Ses clients ? L’Intercontinental Carlton ou le Five Hôtel Spa à Cannes. La création d’entreprise est un projet sur lequel elle travaille depuis 2005 et qui a vu le jour dernièrement, après avoir fait appel aux services de la CCI Nice Côte d’Azur. « J’avais la double difficulté de monter l’entreprise toute seule et sur un concept innovant. Si la création en elle-même ne m’a pas posé de difficulté car j’ai une formation en droit, je suis surtout venu chercher un accompagnement dans le temps, avec des spécialistes qui me suivent régulièrement. C’est beaucoup plus intéressant car l’équipe me fait bénéficier non seulement de son œil extérieur, notamment elle m’a permis

CÉDANTS OU REPRENEURS D’ENTREPRISE, VOUS AVEZ RENDEZVOUS A LA CCI LE 28 MAI 2013 ! 26 I Azur Entreprises I

N° 96

Rédaction

Créée par Karine Clerté, l’agence conseil développe son offre en audit et design sensoriel mais aussi marketing relationnel ciblant la clientèle des grands hôtels.

Karine Clerté, créatrice de l’entreprise.

de recadrer mon étude de marché, mais aussi, parce qu’elle m’accompagne, nous sommes en contact tous les deux mois : elle connaît parfaitement mon projet et son évolution. C’est d’ailleurs grâce à elle que j’ai pu rencontrer le responsable des entreprises innovantes à la CCI, qui m’a conseillé de mettre en place des formations. J’ai donc aujourd’hui une nouvelle corde à mon arc en proposant des modules, sur un ou deux jours, destiné à offrir une première approche de l’expertise sensorielle globale d’un lieu, via une formation, qui s’effectue dans le cadre de la formation professionnelle continue». n Senselite consulting + 33 (0) 661 399 355 contact@senselite.com 2bis rue Verdi - 06000 Nice www.senselite.com

8e soirée Transmission d’Entreprise avec bourse d’échanges réservée aux cédants et repreneurs 28 mai de 18h00 à 20h30 CCI Nice Côte d’Azur 20 boulevard Carabacel à Nice Inscription obligatoire Information au 0 800 422 222 www.cci-cote-azur.cci.fr

Pour répondre à une offre, pour passer une annonce ou en savoir plus sur nos services d’accompagnement, contactez-nous !

n COMMERCE Réf. CCO/1056 Presse, librairie, papeterie, jeux, loto Ville du moyen-pays Effectif : 0 CA : 103 000 € / Prix : 80 000 € Départ à la retraite : cède fonds de commerce de presse, librairie, papeterie, jeux à gratter, loto, cadeaux, jouets, carterie, téléphone, acquis en 2006. La boutique est située au cœur d’un village pittoresque et touristique. Local loué avec un appartement de 2 pièces à l’étage. Réf. CCO/1089 Grossiste alimentaire et matériel Effectif : 1 professionnel Ville CA : 430 000 € / Prix : 250 000 € Raisons personnelles : cède fonds de commerce de gros de produits alimentaires et de matériel professionnel. Site internet marchand bien référencé. Bonne notoriété auprès d’une clientèle fidèle. CA en constante progression depuis la création. Epicerie fine, produits régionaux Réf. CCO/1033 Moyen pays Effectif : 1 CA : 240 000 € / Prix : 130 000 € Changement d’activité : cède branche d’activité de vente de produits régionaux alimentaires de Provence. Vente par correspondance (fichier de 2000 clients, site internet), accueil de groupes. Prêt-à-porter féminin Réf. CCO/1036 Centre ville Effectif : 1 (+ 1 mi-temps) CA : 215 000 € / Prix : 250 000 € Départ à la retraite : cède fonds de commerce de prêt-à-porter féminin, situé sur une rue commerçante. Clientèle femme de style tendance et élégant, fidèle depuis plus de 30 ans. Vente et réparation de motos, Réf. CCO/1040 Effectif : 4 concessionnaire exclusif Ville CA : 2 600 000 € / Prix : 490 000 € Changement d’activité : cède fonds de commerce de vente et réparation de motos d’une marque exclusive, créée en 2002. Le repreneur pourra s’appuyer sur une équipe commerciale et technique expérimentée. Prêt-à-porter homme Réf. CCO/1041 Centre ville Effectif : 1 CA : 80 000 € / Prix : 70 000 € Départ à la retraite : cède fonds de commerce de prêt-à-porter homme tendance, situé sur une rue commerçante, créé en 2008. Magasin d’angle bien agencé et en excellent état. Librairie Réf. CCO/1030 Village Effectif : 1 CA : 180 000 € / Prix : 130 000 € Départ à la retraite : cède fonds de commerce de librairie, créé en 2004 et situé au cœur d’un village du Haut-Pays. Lieu de rencontre agréable qui participe à la vie locale. Fruits et légumes Réf. CCO/1029 Ville Effectif : 3 CA : 420 000 € / Prix : 120 000 € Raisons personnelles : cède fonds de commerce fruits et légumes, épicerie fine, créé en 1992 et situé en centre ville, dans un quartier commerçant et touristique. Surface de vente de 60 m², réserve de 70 m².


Bourse de cession-reprise d’entreprise Tél. : 0 800 422 222

Alimentation générale

Fax : 04 93 13 21 02

Réf. CCO/1014

Zone rurale

Effectif : 1

CA : 200 000 € / Prix : 65 000 € Départ à la retraite : cède fonds de commerce d’alimentation générale, dans un village à proximité de Nice. Les plus de l’entreprise : clientèle fidèle et soucieuse de maintenir son unique commerce, ainsi que la municipalité qui soutiendra le repreneur. Lingerie fine

Réf. CCO/0963

Ville (marché local/touristique)

Effectif : 2

CA : 230 000 € / Prix : 130 000 € Départ à la retraite : cède fonds de commerce, créé en 2001, de vente de lingerie fine de marques, lingerie de nuit, maillots de bain, spécialisé dans les grandes tailles. Magasin situé sur une rue

cession.reprise@cote-azur.cci.fr

Entretien et création de jardins Réf. CSE/1066 Ville Effectif : 4 CA : 270 000 € / Prix : 340 000 € Changement d’activité : cède parts sociales d’une société spécialisée dans l’entretien et la création de jardins. Clientèles de professionnels à 70 %, activité transférable, bonne notoriété, augmentation constante du CA. Sécurité, gardiennage Réf. CSE/0960 Ville Effectif : 6 CA : 225 000 € / Prix : 120 000 € Raisons personnelles : cession d’une société de surveillance et gardiennage de villas et commerces, sur l’est du département et composée de professionnels à 90 %.

commerçante et bénéficiant d’une bonne notoriété auprès d’une clientèle fidèle (locale et régionale) mais aussi touristique. Epicerie Bio Ville (marché local)

Réf. CCO/0959 Effectif : 2 + mi-temps

CA : 720 000 € / Prix : 250 000 € Changement d’activité : cède fonds de commerce d’épicerie Bio,

Réf. CSE/1013 Transport routier de marchandises Effectif : 11 (dont 5 temps partiel) Banlieue de ville CA : 1 500 000 € / Prix : 550 000 € Départ à la retraite : cède parts sociales d’une société de transport routier de marchandises, auprès d’une clientèle de professionnels depuis plus de trente ans.

sous franchise, créé en 2005. L’établissement est situé dans un quartier commerçant, parking public gratuit à proximité. La clientèle est locale et constituée exclusivement de particuliers. Librairie Ville

Réf. CCO/0935 Effectif : 1

CA : 445 000 € / Prix : 320 000 € Changement d’activité : cède fonds de commerce, spécialisé en librairie, papeterie, détail et demi-gros, librairie scolaire, point relais colis, créé en mai 1984. Le commerce est situé dans le centre ville, entouré de tous commerces et services, sans concurrent. Distribution matériels de Réf. CCO/0905 Effectif : 8 ventilation-climatisation (gros) Zone d’activité (marché régional et national) CA : 2 400 000 € / Prix : 800 000 € (85% parts sociales) Départ à la retraite : cède parts sociales d’une société, créée en 1996, spécialisée dans la distribution de matériel de climatisation, de chauffage, de ventilation, études et réalisations de ventilation et climatisation industrielles. 3 agences implantées dans le Sud de la France.

n SERVICES Dépannage, service après-vente TV et HiFi Réf. CSE/1072 Centre ville Effectif : 3 CA : 400 000 € / Prix : 50 000 € Départ à la retraite : cède fonds de commerce d’une société de dépannage, SAV, station technique TV et hifi, créée en 1999. Clientèle de professionnels (70%). Réparateur agréé auprès de grandes marques et enseignes. Equipe expérimentée. Fabrication et pose de volets roulants, Réf. CSE/1095 stores et fenêtres Ville Effectif : 4 CA : 600 000 € / Prix : 250 000 € Raisons personnelles : cède fonds de commerce de fabrication et pose de volets roulants, stores et fenêtres. Bonne notoriété liée à l’existence de l’établissement depuis 50 ans. Equipe expérimentée dont 1 technico-commercial. Vente, réparation, mécanique, entretien Réf. CSE/1075 de bateaux de plaisance Effectif : 3 Port de plaisance CA : 710 000 € / Prix : 480 000 € Raisons personnelles : cède parts sociales d’une société spécialisée dans la mécanique, la réparation, l’entretien de bateaux de plaisance (de 8 à 20 m), créée en 1999. CA en progression avec l’adjonction de l’activité de vente de pièces détachées, depuis juin 2009.

Etude/réalisation systèmes de sécurité Réf. CSE/0999 Zone industrielle Effectif : 5 CA : 700 000 € / Prix : 630 000 € Départ à la retraite : cession d’une PME créée en 1980, spécialisée dans les études et la réalisation de systèmes de sécurité dont une, est depuis 2010 leader en France pour la protection du patrimoine. Clientèle de professionnels. Importante progression du CA en 2011.

n HÔTELLERIE RESTAURATION Restaurant gastronomique et Hôtel de charme Réf. CHO/1102 Village Effectif : 2 CA : 320 000 € / Prix : 460 000 € Changement de région : cède parts sociales d’un restaurant gastronomique et d’un hôtel de charme, situé dans un village à proximité de grandes villes côtières. Restauration traditionnelle, hôtel meublé de tourisme Réf. CHO/1101 Centre ville Effectif : 11 CA : 1 350 000 € / Prix : 1 800 000 € (VALEUR DES 2 FONDS) Raisons de santé : cède parts sociales d’un bar, glacier, restaurant traditionnel, vente à emporter et d’un hôtel meublé. Etablissements idéalement situés au cœur du centre-ville, clientèle locale (employés de bureaux représentant 40% de la clientèle du midi) et touristique. Hôtel de charme avec petit-déjeuner Réf. CHO/1190 VillE Effectif : 0 CA : 120 000 € / Prix : 349 000 € Cause départ à la retraite : cède fonds de commerce d’un hôtel de charme avec petit déjeuner, dans maison bourgeoise fin XIXe siècle, classé 2 étoiles. 10 chambres, jardin, parkings. Hôtel Restaurant Réf. CHO/0944 Village Effectif : 2 (+1 en saison) CA : 108 000 € / Prix : 250 000 € Changement d’activité : cède fonds de commerce d’un hôtel restaurant bar (licence IV), situé dans un village ancien du Haut Pays, aux portes du Mercantour. Dans un cadre serein et verdoyant, l’hôtel coquet et plein de charme est classé 2 étoiles : 12 chambres. Restaurant 80 couverts. Superficie totale de 800 m². Restaurant de spécialités italiennes Réf. CRE/1027 Banlieue de ville Effectif : 0 CA : 107 000 € / Prix : 125 000 € Départ à la retraite : cède fonds de commerce de restauration de spécialités italiennes, service traiteur créé en 2005 et situé en périphérie de ville, à proximité d’une zone industrielle.

Restaurant traditionnel, traiteur Réf. CRE/0947 Effectif : 3 (+ 1 apprenti) Périphérie de ville CA : 570 000 € / Prix : 450 000 € Départ à la retraite : cède fonds de commerce d’un restaurant traditionnel, banquets, traiteur, livraison de plateau-repas. Bonne renommée, clientèle fidélisée pour repas d’affaires, repas familiaux pour les fêtes. Salle de 200 m² (100 couverts), terrasse (30 couverts)

n INDUSTRIE Miroiterie, vitrerie

Réf. CIN/1091 Effectif : 4

CA : 718 000 € / Prix : 350 000 € Changement d’activité : cède parts sociales d’une société de miroiterie, vitrerie, créée en1978 et reprise en 2006. Activité secondaire de menuiserie aluminium PVC, stores en développement. CA en progression. Clientèle de professionnels à 70 %. Fermeture du bâtiment

Réf. CIN/1093 Effectif : 19

CA : 3 700 000 € / Prix : 1 800 000 € Changement d’activité : cède parts sociales d’une société spécialisée dans la fermeture du bâtiment, structure métallique et charpente. Clientèle de professionnels à 60 %. Bonne notoriété, notamment auprès des collectivités territoriales. Equipe de techniciens qualifiés. CA en progression. Fabrication/vente/pose d’enseignes - stores Réf. CIN/1026 Ville Effectif : 4 CA : 475 000 € / Prix : 250 000 € Changement d’activité : cède fonds de commerce de fabrication, vente et pose d’enseignes et de stores. Bonne renommée auprès d’une clientèle de professionnels. Le repreneur pourra s’appuyer sur une équipe de techniciens confirmés. Fabrication de produits de boulangerie Réf. CIN/1070 Zone industrielle Effectif : 4 CA : 215 000 € / Prix : 220 000 € Départ à la retraite : cède fonds de commerce de fabrication de produits de boulangerie, créé en 2010. Clientèle nationale de professionnels sur secteur d’activité en plein développement.

n BÂTIMENT Réalisation de charpentes, Réf. CBA/1076 couvertures de toits, zinguerie Zone d’activité Effectif : 10 CA : 900 000 € / Prix : 500 000 € Départ à la retraite : cède parts sociales d’une société spécialisée dans la construction, la rénovation, la charpente, la couverture, la zinguerie de toits. Chiffre d’affaires en progression.

Retrouvez l’intégralité de nos annonces sur www.coteazur.cci.fr


peugeotwebstorepro.com

LE HAUT DE GAMME NE DOIT PLUS ÊTRE UN LUXE. AIR CONDITIONNÉ MANUEL RADIO CD MP3 WIP SOUND AIDE AU STATIONNEMENT ARRIÈRE PROJECTEURS ANTIBROUILLARD RÉGULATEUR/LIMITEUR DE VITESSE WIP BLUETOOTH®

PARTNER PACK CD CLIM PLUS HDi FAP À partir de

11000 € HT Sous condition de reprise*

À partir de

(1)

ou

159 € HT /mois

ENTRETIEN 5 ANS INCLUS **

Après un 1er loyer de 3 300 € HT (2)

Consommation mixte (en l/100 km) : 5,2. Émissions de CO2 (en g/km) : 136.

(1) Somme restant à payer pour l’achat d’un Partner Pack CD Clim Plus 120 L1 1,6L HDi FAP 75ch neuf, hors option déduction faite d’une remise de 5 090 € HT sur le tarif Peugeot 13B conseillé du 04/03/2013 et de 1 400 € HT de Prime Verte Peugeot *. Offre non cumulable, réservée aux professionnels pour un usage professionnel, hors loueurs et flottes, valable pour l’achat d’un Partner Pack CD Clim Plus du 02 avril au 31 juillet 2013 dans le réseau Peugeot participant. * Prime verte Peugeot de 1 400 € HT pour la reprise d’un véhicule de plus de 10 ans destiné ou non à la casse et l’achat d’un véhicule VUL neuf, à usage professionnel. (2) Exemple pour le crédit-bail d’un Peugeot Partner Pack CD Clim Plus 120 L1 1,6 HDi 75 FAP neuf, hors option, au prix spécial de 11 000 € HT, déduction faite de la prime verte Peugeot de 1 400 € pour la reprise d’un véhicule de plus de 10 ans destiné ou non à la casse, au lieu de 17 550 € HT (tarif conseillé 13B du 04/03/2013), sur 60 mois avec un premier loyer mensuel de 3 300 € HT payable à la livraison et 59 loyers mensuels de 159 € HT, chaque loyer incluant la prestation facultative Peugeot Contrat Privilèges Maintenance 60 mois/100 000 km(**). Option d’achat finale en cas d’acquisition 2 500 € HT. (**) Selon les conditions générales du Peugeot Contrat Privilèges Maintenance, disponibles dans les points de vente Peugeot. Offre non cumulable, réservée aux professionnels, valable jusqu’au 31/07/2013, pour tout crédit-bail d’un Peugeot Partner Pack CD Clim Plus 120 L1 1,6 HDi 75 FAP neuf dans le réseau Peugeot participant, et sous réserve d’acceptation du dossier par PEUGEOT FINANCE/CRÉDIPAR, SA au capital de 107 300 016 €, RCS Nanterre n° 317 425 981, 12, avenue André-Malraux, 92300 Levallois-Perret, mandataire d’assurance n° ORIAS 07 004 921 (www.orias.fr).

Azur Entreprise et Commerce n°96  

Le mensuel économique de la CCI Nice Côte d'Azur

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you