Page 1


2

Aoรปt 2019 / www.trouverenisrael.co.il


Édito Directrice de la publication Sarah Ben Sarah.bensimon3@gmail.com Rédacteur en Chef Dan Abramowicz Jonathan Doukhan 077 203 82 27 Directeur stratégique et commercial Dan Abramowicz 054 645 7211 Création & Design Yaël Graphic Designer 058 630 5530 Traducteur Yéochoua Sultan 054 26 28 237 Impression Flamingo 054 375 81 77 Diffusion Presse Magazine Itzhak Zenouda 054 207 5913 Site :

www.trouverenisrael.co.il Page Facebook : Trouver en Israël – likez nous ! Groupe Facebook : Trouver en Israël • La rédaction de Trouver en Israël magazine décline toute responsabilité quant au contenu des publicités • Ce magazine contient des enseignements de Torah, ne pas jeter dans une poubelle • Pour toute remarque ou conseil : Tsarfatimweb@gmail.com

A

u cours de ce dernier mois, j’ai voyagé en Grèce, une ville dont les aspects révèlent une culture très impressionnante et dont l’art sculptural sort de l’ordinaire. On parle constamment de la pérennité du peuple juif, et de l’effondrement de toutes les autres nations, de leur disparition ou de la perte de leur puissance, mais ça ne devient véritablement tangible concevable que lorsque vous le voyez de vos propres yeux. Durant ma visite, je me suis rendue au musée d’Athènes, c’est le musée central de cette ville mais aussi de l’ensemble de la culture de la Grèce Antique, c’est « toute leur fierté », comme ils en témoignent eux-mêmes. J’étais très intéressée par le constat de ce que cette immense culture du passé a laissé derrière elle. En arrivant sur ces lieux impressionnants, qui s’étendent sur plusieurs niveaux, j’ai entamé mon voyage à l’intérieur de ce musée, sachant que toute cette culture qui est la leur était vraiment dans un piteux état de délabrement.

Partenariat :

Près de quatre-vingt pour cent de toutes leurs œuvres d’art sont estropiées ou manchotes, et la plupart d’entre elles n’ont même plus de tête. Au début, ça m’a mise un peu mal à l’aise de me rendre sur un lieu tellement respecté, qui vient révéler l’histoire du peuple grec par ses statues,

mais j’ai alors eu une pensée qui n’a fait que se renforcer. Comme nous nous en souvenons, les Grecs sont ceux qui ont profané notre Maison de Sainteté et ont laissé derrière eux de terribles dommages. La seule explication que j’aie, c’est qu’ils ont reçu la monnaie de leur pièce. Ils ne se sont pas contentés de perdre leur puissance en tant qu’empire, car même les vestiges de leur histoire ne sont pas restés intacts, à la mesure des atteintes qu’ils nous ont portées, avec leurs mains, leurs pieds et leur pensée, quand ils ont cherché à provoquer la perte de notre judaïsme, et de notre foi en un seul D. Ainsi, ils ont causé leur propre perte, mais pas seulement, car toutes leurs statues et tout leur art ont été arrachés d’une façon hors du commun. « Celui qui abaisse les orgueilleux jusqu’à la terre, et qui fait remonter les humiliés jusqu’aux hauteurs », c’est un des nombreux versets que nous devons toujours garder en mémoire, En tant que peuple juif qui, dans une foi absolue en notre rédemption qui interviendra prochainement, avec la venue du Machia’h, et la construction du Troisième Temple, très rapidement amen. Sarah Ben E Trouver en Israël

Août 2019 / www.trouverenisrael.co.il

3


© Philip Conrad

PAR

VANESSA ATTALI

« Quand je viens en Israël, je ne suis pas un touriste ! »

V

ous l’attendiez ? Le revoilà ! Après 2006, 2014 et 2016, Gilbert Montagné se produira de nouveau sur la scène du théâtre Heichal Hatarbut de Tel-Aviv le 12 août prochain et le 13 à l’amphithéâtre de la mer de Natanya ! Inutile de vous dire que le chanteur qui a fait son Alya attend avec impatience de retrouver son public. En attendant ce grand moment, celui qui nous a fait s’aimer, chanter et danser en « liberté » « sous les sunlights des tropiques » a accepté de nous rencontrer et de nous parler en toute intimité de son amour pour Israël, ses liens avec son public, ses 48 ans de carrière mais aussi ses tout premiers mois de vie passée en couveuse ou encore son rôle de grand-père qu’il prend très à cœur… Rencontre inédite.

Vous vous produisez le 12 août à Tel Aviv et le 13 à Natanya. Comment vous sentez-vous ? Ça va super bien, même très très bien ! J’ai hâte de venir chanter en Israël ! D’autant que ce sera la première fois que je joue à Natanya. Ce sera à l’amphithéâtre de la mer et c’est toujours merveilleux de jouer en plein air !

4

Dans quel état d’esprit appréhendez-vous cette nouvelle tournée en Israël et qu’est ce qui nous attend ? Il y a beaucoup d’anticipation de ma part et de toute mon équipe; mes musiciens adorent venir jouer en Israël, ça sera au moins la troisième ou quatrième fois qu’ils viennent et à chaque fois, ils sont

Août 2019 / www.trouverenisrael.co.il

comme des dingues, très impatients ! Ce qu’il faut savoir aussi, c’est qu’il y a une quinzaine de fans de France qui ne sont jamais venus en Israël qui vont spécialement faire le déplacement. Et je trouve ça très beau et très touchant comme geste, d’autant que ce sont des personnes qui n’ont pas forcément les moyens. Quant


Doit-on s’attendre à quelques surprises ? Oui, bien sûr. Des artistes israéliens monteront sur scène… Mais je n’en dirai pas plus ! Il y aura aussi une première partie avec David Hababou à qui je suis heureux de donner sa chance. En ce qui me concerne, je vais bien entendu chanter des morceaux en hébreu. Je n’arrive pas encore à les mémoriser par cœur donc je les lirai en braille… Quoi qu’il en soit, on va tout donner et mettre le feu ! Grâce au public aussi ! A chaque fois que j’ai chanté en Israël, c’était de la folie, les gens étaient merveilleux et cette fois encore, je compte sur eux ! A quand un concert à Jérusalem, Ashdod ou Eilat ? Ecoutez, lama lo ! S’il y a des demandes, on ira avec grand plaisir ! Vous savez, c’est tellement une récompense pour moi que de pouvoir donner de l’énergie et de ressentir que cela touche les gens. Cela me revient comme un boumerang ! C’est un échange, un aller-retour d’énergie qui m’unit avec le public depuis près d’un demi-siècle. Justement, vos tubes « On va s’aimer », « Liberté », « Sous les sunlights des tropiques » ont toujours autant de succès trente ans après leur sortie. Comment expliquez-vous la persistante de votre musique ? Je pensais justement à ça ce matin, Mon premier hit « The Fool » a 48 ans ! Vous imaginez ? C’est de la folie ! Je trouve ça très beau et difficile à expliquer… L’autre soir,

je revenais de Lille où j’ai chanté pour les festivités du 14 juillet et je suis tombé sur un camion de gendarmes qui étaient en train de chanter mes morceaux ! Cela me touche toujours énormément, je n’ai jamais pris ça banalement ! Après toutes ces années, avezvous toujours autant de plaisir à chanter vos tubes ? Totalement ! Et aussi d’autres titres qui n’ont pas forcément été des hits mais que le public a transformés en hits. Quand, par exemple, à mes concerts, j’entends la foule chanter « vivre en couleurs », cela me fait fondre ! J’ai la chance de ne pas être blasé par mon métier, au contraire, je m’étonne toujours et je trouve que les adultes les moins intéressants sont ceux qui ont oublié qu’ils ont été des enfants. Les enfants savent s’étonner et je pense qu’il faut parfois conserver ce côté de l’enfance et non y mettre un frein. Heureusement, j’ai la chance que mon public ne se freine pas à mes concerts, quel pied de les ressentir si près de moi ! L’émotion est parfois tellement intense que je dois m’arrêter de chanter ! Aussi, ce qui me fait doublement plaisir, c’est que désormais j’ai des amis israéliens qui me connaissent en tant que « Gilbert » et non « Gilbert Montagné » et qui vont venir à mes concerts ! On va s’éclater, j’ai vraiment hâte d’y être ! Vous savez, à chaque fois que j’atterris à l’aéroport Ben Gourion et que j’entends le bruit des jets d’eau en descendant les escalators, c’est déjà pour moi un émerveillement ! Justement, ça fait cinq ans maintenant que vous avez fait l’Alya. Qu’est-ce que cela a changé dans votre vie ? Lorsque je prends une décision, je ne reviens jamais en arrière ! Il est vrai que je n’ai pas le temps matériel de rester aussi longtemps que j’aimerais en Israël car je travaille beaucoup en Europe et dans le monde mais quand je

© Christophe Géral

à moi, je suis ravi parce que, évidemment, chaque concert est important mais encore plus en Eretz. Il y a comme un petit supplément d’âme là-bas que j’adore. Je suis toujours très reconnaissant et très fier de chanter en Israël, il y a forcément un facteur émotionnel en plus parce que c’est une de mes racines !

suis ici, je ne suis pas un touriste ! Et je ne veux surtout pas me sentir en tant que tel ! Je détestais l’idée d’avoir juste une maison en Eretz et d’y venir de temps en temps ! Je voulais devenir israélien. J’ai aussi la ferme intention de m’engager dans le pays pour une meilleure accessibilité aux déficients visuels ! Il y a beaucoup de choses à faire au niveau de l’urbanisme, des trottoirs… Il faudrait lancer une campagne de télévision, faire en sorte que la police soit plus ferme vis à vis des véhicules sur les trottoirs parce que cela n’embête pas seulement les personnes à mobilité réduite ou non voyantes mais aussi les mamans avec leur poussette ! J’ai rencontré la Présidente de l’association des non-voyants en Israël et on devrait créer des rapprochements là-dessus. Je veux me porter volontaire pour cette cause ! Ça sera mon petit cadeau au pays ! Où en est votre hébreu ? Je ne le maîtrise pas parfaitement mais je m’améliore petit à petit et je n’hésite pas à parler même au téléphone avec les compagnies israëliennes de tous bords à qui je suggère d’ailleurs dans leur menu vocal d’ajouter une option en langue française, comme ils

Août 2019 / www.trouverenisrael.co.il

5


fiques, nous n’avons aucun sou- en couveuse et à l’époque, ils ne connaissaient pas trop le dosage venir avant l’âge de 3-4 ans ? Oui cela a été une sacrée aven- adéquat en oxygène. Du coup, les ture dans le sens où je ne savais médecins en ont trop mis dans la pas que je pourrais couveuse et ça a brûlé mes nerfs retrouver des fee- optiques. Quand j’y repense, lings des premières c’est dingue de voir à quel point « J’adore semaines de ma vie je me suis accroché à la vie, cela Qu’est-ce que vous me mais il m’a suffi d’y m’amuse de resonger à cela ! Et aimez en Israël ? penser vraiment pro- malgré toutes les péripéties, dès J’adore me promener promener fondément… Je ne que je suis rentré à la maison, sur la tayelet, être au sur la sais pas comment j’étais un bébé joyeux qui souriait bord de la mer. J’aime cela a été possible, tout le temps parait-il ! On m’a tout les restaurants de tayelet ! » c’est très difficile à de suite décrit non pas comme poisson notamment expliquer et en même une personne non voyante mais Le Manta Ray ou entemps, nous savons comme un enfant qui amenait du core le restaurant Le Cassis qui est très bon mais je qu’un fœtus reconnaît déjà la soleil dans la maison… veux la table la plus près de la mer ! voix de sa mère… J’ai pu retrouIl y a aussi le restaurant de gril- ver les feelings de mes premiers Ce livre montre votre foi absolue lades M25, au shouk Hakarmel, mois : ce confinement, cette pe- en la vie et même un optimisme qui est excellent, sans oublier tite boîte, ce manque d’espace, légendaire. Vous n’avez jamais HaPizza ou encore Le Moon qui, cette solitude intense qui, en pensé à donner des cours ou des même temps, m’a construit et conférences à des jeunes en difpour moi, restent un must. ficulté par exemple ? m’a rendu plus fort ! Je le fais déjà à titre Je suis né à cinq mois Quel est votre plat israélien préindividuel. Quand je et demi sur la table de féré ? « J’étais un rencontre mes fans J’aime le houmous, les fallafels, les la cuisine, je pesais viandes… Mumm, ça me donne 950 grammes, ma bébé joyeux après un concert ou dans la rue, ou faim tout ça [rires] ! J’ai faim de vie était vraiment en qui souriait aux nombreux aprentrer au pays et de rencontrer danger et à l’époque, pels que je reçois, les parents n’avaient mon public ! tout le je parle à chacun et pas le droit d’approtemps ! » ils me disent que je Votre autre actualité, c’est aussi cher ni de toucher leur fais beaucoup la sortie de votre livre « Au jar- le nourrisson en de bien. Je suis aussi din de ma vie » publié aux Edi- couveuse donc il n’y tions Flammarion dans lequel avait personne pour me calmer et déjà allé plusieurs fois dans des vous explorez les premiers mois j’ai dû me calmer moi-même ! « centres pénitenciers pour explide votre vie passée en couveuse… C’est comme si la vie m’avait dit ne quer aux détenus que la petite luComment cela a pu être possible t’inquiète pas, fais-moi confiance, mière n’est jamais éteinte… Mais sachant que, d’après les scienti- tu vas sortir plus fort et tu vas ap- c’est vrai que ça me brancherait précier la vie » et c’est vrai que bien d’organiser des réunions ou jusqu’à aujourd’hui, la vie m’a conférences pour aider les gens à trouver les clefs du bonheur ! beaucoup beaucoup donné ! le font déjà très bien pour l’anglais, le russe et l’arabe. Mais j’incite les francophones à vraiment apprendre la langue. C’est le moindre des respects que l’on doit à Israël !

© Christophe Géral

6

Dans votre livre, on découvre en effet que votre venue au monde a été toute une épopée… Oui, cela a été de la folie ! Au départ, je n’étais pas le bienvenu pour mes parents qui avaient déjà trois enfants et qui, au vu de leurs problèmes financiers, ne m’attendaient pas. Malgré les deux tentatives d’avortement de ma mère et ma naissance très prématurée, je me suis accroché ! J’ai ensuite passé trois mois

Août 2019 / www.trouverenisrael.co.il

En parlant des clés du bonheur, vous êtes marié depuis vingt ans avec Nicole qui est également votre agent, est-ce que vous lui chantez encore « On va s’aimer » comme le dit votre morceau ? Je lui dis qu’on a beaucoup de chance de s’aimer, de s’être rencontrés ; je pense que cela était écrit en fait ! Il faut toujours prendre conscience de la chance que l’on a d’être, de vivre, d’aimer ! Oui, ça fait effectivement


« Je ne serai pas étonné qu’un jour, je puisse recouvrer la vue ! » La musique fait également partie des clefs de votre bonheur. Peuton dire finalement qu’elle vous a apporté une autre manière de voir le monde ? Oui car la vie a un lien permanent avec la musique. On ne peut pas concevoir un monde sans musique. Je ne parle pas d’un monde sans instrument parce qu’il y a eu musique avant d’avoir des instruments, il y a eu le bruit du vent ou encore le chant des oiseaux... Moi, j’adore écouter les oiseaux chanter et il y a une chose que je n’ai pas encore fait, c’est d’aller dans une réserve ornithologique pour voir la migration des oiseaux qui vont ou viennent d’Afrique, je suis sûr que c’est quelque chose d’extraordinaire et je compte bien le faire ! En parlant de voir le monde, est-ce que vous accepteriez une opération pour recouvrer la vue si les scientifiques vous garantissaient une réussite ? Pour tout vous dire, ce n’est pas un sujet qui m’empêche de dormir ! Mais je suis très curieux de nature donc oui, j’accepterais certainement ! Je prendrais cela plutôt comme un amusement mais un amusement qui bouleverserait beaucoup de choses dans ma vie quand même ! Je n’ai jamais vécu ma déficience visuelle comme un handicap… et avec ma façon de penser, s’il advenait qu’un jour, je puisse recou-

Un grand-père fou d’amour pour ses petits enfants ! © Christophe Géral

vingt ans, c’est passé très vite et il est important de ne pas prendre tout pour acquis ! D’ailleurs, j’ai écrit un début de texte l’autre jour et le leitmotiv, c’est « Dismoi juste là où je re-signe ! »

Vous êtes le grand-père de Mia, Elsa, Ava, Noé. Ah ouais, j’adore ça ! il y aussi le petit dernier qui va avoir trois ans et qui est le seul garçon Montagné de la famille ; le petit de mon fils Nicolas. Devenir grand-père a été une grande révélation pour moi ! On bouge beaucoup avec ma femme Nicole et on n’a pas toujours le temps mais quand on se voit avec mes petits-enfants, on se voit vraiment ! Que ce soit à Paris ou n’importe où dans le monde. L’important finalement n’est pas la quantité mais la qualité de nos moments passés ensemble !

Quel genre de papy vous êtes ? Non, moi je suis grand père ! J’aime mieux le son de « grandpère » que « papy », je trouve ça plus beau [rires] ! Je m’amuse beaucoup avec mes petits-enfants, je leur crée des chansons, je leur fais des rondes et je joue au piano mes titres qu’ils connaissent par cœur à présent. J’aime aussi beaucoup aller au cinéma avec eux. Ça me touche vraiment de voir le même film qu’eux en audiodescription et d’en parler ensuite ! Oui, j’aime beaucoup ça ! J’adore aussi quand ils viennent me voir à mes concerts ! Vous pensez qu’ils peuvent prendre la relève dans la chanson ? J’aimerais bien [rires] ! Justement, je parlais de ça à ma petite fille Ava récemment. Je lui disais : « Pourquoi tu n’apprends pas le piano puisque tu aimes écouter jouer ? » Mais bon elle n’a pas l’air très motivée pour l’instant. Peut-être ça viendra plus tard ! Il faut que cela reste naturel… En attendant, je joue beaucoup au baby-foot avec mes petits-enfants et j’adore ça !

vrer la vue, je dirai que cela viendrait du ciel… Même si cela passe par les mains du chirurgien ! En même temps, j’ai déjà vécu tellement de choses incroyables dans ma vie que je ne serais pas étonné si cela devait m’arriver ! Et si cela marche, je crois qu’au début, je ne le dirai à personne, histoire de m’amuser un peu [rires] ! Concerts le 12 août au théâtre Heichal Hatarbut de Tel-Aviv et le 13 août à l’amphithéâtre de la mer de Natanya. Infos et Résas : culturaccess.com – 03 915 56 32 – 09 86 87 61 35

Août 2019 / www.trouverenisrael.co.il

7


LES ISRAÉLIENS ET LES VOYAGES PAR

YAACOV BEN DENOUN

Les enfants de l’exil ont conservé le goût des départs.

L

es israéliens ont la bougeotte. La chose est connue. Ils aiment voyager, découvrir des pays peu connus d’eux, et par-dessus tout, leur plaisir est de dénicher des bons plans leur permettant d’économiser plusieurs centaines de shekels, tout en conservant le cher confort qu’ils aiment tant. Les israéliens, experts en randonnées de toutes sortes, en rafting, canyoning et autres évènements sportifs capables de déclencher une véritable poussée d’adrénaline, n’hésitent pas à se mettre en danger, à faire profil bas, pour profiter de tous les plaisirs du touriste en goguette. ils demeurent entreprenants, curieux, et dotés d’une bonne dose de sans gêne qui leur permet de naviguer en eaux troubles, de faire face à toutes les situations. Dans les endroits les plus reculés, dans les contrées les plus arides, les plus incertaines,

8

personne ne sera surpris d’entendre la langue sucrée de Ben Yéhouda, cet hébreu rocailleux qui identifie tout citoyen israélien qui prend la tangente, afin de vérifier qu’ailleurs l’herbe est encore plus verte. Les voyages forment la jeunesse, et fatiguent les vatikim, les anciens, mais rien ni personne n’est capable de dissuader les citoyens d’Erets Israël, d’embarquer sans plus attendre pour ressentir le frisson de l’altitude, et apprécier le son mat

Août 2019 / www.trouverenisrael.co.il

des cannettes servies par l’équipage que l’on décapsule prestement. A ce titre, 2019, a été sacrée année de tous les records. Au premier semestre de l’année 2019, 3.8 millions d’Israéliens ont voyagé vers l’étranger, soit, selon le Bureau central des statistiques, une augmentation de 7,4% par rapport à la même période l’an dernier (3,5 millions de départs à l’étranger en 2018).


Aoรปt 2019 / www.trouverenisrael.co.il

9


185.9s00 ont israélien visité le Sinaï (+ 34,2%)

123.900

Israéliens ont visité la Jordanie, l’Arabie saoudite et les Etats du Golfe (+10,1%)

0 48.80trav er-

Israéliens ont sé le passage Allenby, connu sous le nom de « passage du pont du Roi Hussein », situé entre Jérusalem et la Jordanie

Le Terminal Yitzhak Rabin

Un nombre croissant d’Israéliens ont voyagé à l’étranger (plus de 2 fois en 6 mois, et pour certains d’entre eux, plus de 2 fois par mois)

L’année 2018 avait déjà battu des records.

47.000 ont

67%

de ceux qui voyagent à l’étranger sont des hommes, dont 55% d’entre eux (les 25-64 ans) sont en en âge de travailler

27%

des départs (2,3 millions) ont eu lieu pendant les mois d’été (juillet et août)

8,5 millions

de départs d’Israël vers l’étranger, (+12% par rapport à 2017)

60.000 départs par la mer

10

3%

des départs étaient constitués par des Israéliens vivant à l’étranger, et venus en Israël visiter leur pays d’origine

de voyageurs vers l’étranger, sont sortis au moins 1 fois au cours de l’année (+1%), et

1,9 millions

de départs en avion (+10%)

620 000

30.600

Israéliens sont montés à bord de navires de croisière (+ 26.6% par rapport à la même période l’an dernier)

2,2 millions

7,8 millions

départs par voie terrestre (+38%)

28.100

Israéliens sont Israéliens passés par le traversé la rivière inal Yitzhak Term du Jourdain Rabin (dans la plaine de la Arava)

39

âge moyen des Israéliens partis à l’étranger Le 6 Septembre 2018, l’aéroport Ben Gourion a connu un pic de fréquentation, et 53.000 personnes ont décollé de tous les terminaux (contre 21.000 par jour en moyenne).

Août 2019 / www.trouverenisrael.co.il

ont effectué des voyages 2 fois ou plus au cours de l’année (+17%)

environ 40%

des voyageurs Israéliens sont revenus après un séjour entre 5 et 9 jours, et 31% sont restés au maximum 4 jours


Aoรปt 2019 / www.trouverenisrael.co.il

11


2018, est aussi une année record pour le tourisme

4,4 millions

de touristes (venus pour des vacances) et de visiteurs (venus pour des raisons précises, voyages d’affaire, conférences…) sont arrivés en Israël (4,1 millions de touristes/+14%, et 300.000 « visiteurs »)

environ

2,5 millions

« Je vous ai portés sur l’aile des aigles, je vous ai rapprochés de moi » (Exode chapitre 19). Israël est de retour, sur sa terre, retrouvant tous ses droits, ses devoirs, et son entière dignité. Les israéliens ont conquis la liberté de voyager, de parcourir le monde, de poser leurs yeux sur des merveilles créées à cet effet. Les hommes politiques et les gestionnaires leur permettent d’accéder à leurs rêves. Ils investissent, développent des infrastructures, ouvrent leurs bras à de nouvelles compagnies aériennes, inaugurent de nouvelles

lignes en direction de nombreux pays, maitrisent les coûts et les prix, multiplient les campagnes de publicité, pour que cette liberté de voyager, d’accueillir, soit protégée et confortée. Hâtons–nous de nous préparer à partir, faisons nos valises, chaque destination est un nouvel horizon, et comme l’écrivait Milan Kundera : « Il n’est rien de plus beau que l’instant qui précède le voyage, l’instant où l’horizon de demain vient nous rendre visite et nous dire ses promesses. » Mais par-dessus tout, engageons-nous à revenir. La Terre d’Israël est la source et l’horizon.

de personnes en provenance d’Europe sont arrivés au cours de l’année : 381.000 de Russie, 351.000 de France, 280.000 d’Allemagne, près d’un million d’entre eux des États-Unis

470.000

touristes et visiteurs provenaient d’Asie (115.000 personnes de Chine)

79 000

touristes sont venus de l’Afrique, et 54.000 d’Océanie (surtout d’Australie)

Turquie, EtatsUnis, Allemagne, Italie, France

sont les principaux lieux de destination en 2018, à partir de l’aéroport Ben Gourion

sont les compagnies aériennes les plus performantes primées

12

Août 2019 / www.trouverenisrael.co.il

yaelgraphicdesigner.com

EL AL, Turkish Airlines, Wizz Air, EasyJet Aéroflot

Mais par-dessus tout, engageons-nous à revenir. La Terre d’Israël est la source et l’horizon


Aoรปt 2019 / www.trouverenisrael.co.il

13


Entretien avec

Maître Tomer Barzik Maître Barzik, lauréat d’une licence et d’une maîtrise en droit, est l’un des cabinets les mieux placés en matière de droit civil et de droit du travail, ainsi qu’en affaires de faillites et de biens immobiliers.

14

Août 2019 / www.trouverenisrael.co.il


S

es antécédents et son expérience sont riches, en ce qui concerne le droit civil et le droit du travail, y compris les affaires de faillites et de droit immobilier, avec à son actif de nombreuses qualifications professionnelles et des résultats impressionnants. Nous avons mené avec lui un bref entretien.

Quelle est votre « profession de foi » ? Pendant toutes mes années d’activité, j’ai appris que le plus important, c’est d’avoir confiance en soi. Mais je n’ai pas une seule devise, car j’ai toute une «caisse à outils» et aussi une famille qui m’entoure et me soutient, et c’est de loin ce qui est le plus important.

Qu’est-ce qui vous a poussé à étudier tout particulièrement le droit ? En tant qu’ancien cadre supérieur dans la haute-technologie et homme d’affaires, j’ai toujours souhaité travailler dans l’éducation et avoir de l’influence. Ma soif de connaissance et d’un changement radical dans ma vie me consumait de l’intérieur, et c’est ainsi que j’ai étudié le droit et trouvé ma voie, qui consiste à provoquer du changement, aider, voire parfois à éduquer.

De toutes les affaires que vous avez traitées, y en a-t-il une qui vous ait laissé un souvenir particulier ? Je me souviens absolument de toutes les affaires que j’ai traitées, car derrière chaque dossier il y a un être humain qui est venu me voir alors qu’il était dans une mauvaise passe et qu’il avait besoin de mon aide. Il peut s’agir d’un homme qui a bâti l’affaire de sa vie de ses propres mains. Il a fait confiance aux mauvaises personnes, celles-ci ayant cherché à lui voler son affaire, mais, aujourd’hui, après une lutte qui n’était pas évidente, mon client parvient à poursuivre son œuvre tout en ayant obtenu au passage des dommages et intérêts versés par ceux qui lui avaient causé un préjudice.

Pourquoi avoir choisi tout particulièrement cette branche du droit ? Comme je viens du monde des affaires, me connecter au droit civil a représenté pour moi le lien le plus naturel, ce qui fait que je me sens chez moi sur ce terrain. Quelle sont, selon vous, les qualités requises pour la réussite d’un avocat traitant du droit civil, du droit des affaires et des questions foncières ? Les qualités ne sont pas nécessairement celles d’un avocat spécialisé dans le droit civil, mais celles qui doivent caractériser n’importe quel avocat : le professionnalisme, la créativité, la fermeté et la persévérance.

De quelle, réforme, selon vous, le système judiciaire a actuellement besoin ? Notre système judiciaire est un système jeune qui a subi des bouleversements juridiques de sorte que, nous aussi, en tant qu’avocats, nous apprenons chaque jour des choses nouvelles, ce qui est vrai aussi pour notre système. Bien entendu, tout le monde est au courant du lourd fardeau qui pèse sur les tribunaux, mais j’espère qu’avec le temps ça s’arrangera. Est-ce qu’un avocat dont la mentalité est israélienne peut défendre d’une façon différente ses clients ? Il n’est pas question ici de mentalité israélienne ni de toute autre

mentalité. Je représente mes clients de la façon qui me semble juste et je pense que c’est le meilleur moyen pour servir mon client, le tout selon les circonstances de l’affaire. Quels sont les dossiers que vous traitez ? Les litiges entre l’homme et son prochain, les lois des sociétés, du travail, des divorces, des testaments, des affaires foncières, de la médisance, des faillites, des plaintes ou encore des problèmes avec les banques… Qu’est-ce qui vous distingue des autres avocats ? J’ai confiance en ma méthode. Je continue à me battre même quand le juge se met à faire des allusions en insistant sur la possibilité de parvenir à un compromis, ou qu’il considère qu’il est préférable que je retire la plainte. Bien sûr, tout dépend du contexte et je n’agis que pour l’intérêt de mon client. Après des années de tractations dans des affaires de litiges civils et judiciaires, je dispose de la possibilité de mettre au point une stratégie qui aboutit à la victoire dans chaque dossier. Quel message voudriez-vous transmettre à nos lecteurs ? Avant de faire quelque chose d’important dans votre vie, considérez la globalité de l’affaire et prenez conseil avant de vous lancer. www.barziklaw.com 03-6078888 tomer@barziklaw.com 3, Rue Daniel Firsh Tel Aviv E ‫ משרד עורכי דין‬,‫תומר ברזיק‬


Tou Beav La fête de l’amour

A l’ombre des jeunes filles en fleurs Tout ce que vous devez savoir sur cette célébration « Si tu t’imagines xa va xa va xa va durer toujours la saison des za saison des za saison des amours ce que tu te goures fillette fillette ce que tu te goures »

L

PAR

a saison des amours ne dure pas toujours écrivait Raymond Queneau dans cette superbe chanson chantée par Juliette Gréco. Mais pourtant, cycliquement, cette saison s’en revient, avec la périodicité des soleils levants, des souffles de vent chaud, des étés triomphants. Le retour de la sève dans les branches, des boutons sur les joues des adolescents, les petits vins rosés bus à la terrasse des cafés, les robes qui volent, les jeunes hommes prévenants, attestent bien que pour l’amour aussi il y a une saisonnalité, et un temps pour le célébrer. En France l’amour est enchanteur tous les 14 février. La Saint-Valentin donne toujours lieu à des fes-

16

YAACOV BEN DENOUN

tivités assorties de beaux gestes et de cadeaux, mais si l’on savait que dans l’histoire trois Valentin canonisés ont été fêtés, et qu’ils ont tous été des martyrs, c’est là donner un mauvais signe à tous ceux qui par le monde, s’aiment, se jurent fidélité, et amour éternel. Le peuple juif possède son jour de célébration de l’amour, le 15 du mois de Av, Tou BéAv. Ce sera cette année le 16 août (jeudi 15 au soir et vendredi 16) La première fois que ce jour est mentionné, se trouve dans la Mishna de Taanit, qui cite Rabban Shimon ben Gamliel: « Il n’y avait pas de meilleurs jours pour le peuple d’Israël que le quinzième jour de Av et Yom Kippour. Depuis ces jours-là les filles d’Israël et de

Août 2019 / www.trouverenisrael.co.il

Jérusalem, sortent vêtues de blanc, et dansent dans les vignes…» La Guemara Taanit, a tenté de trouver l’origine joyeuse de cette date, et a proposé plusieurs explications. La plus couramment admise, selon bar Rabbi Judah Ilaï, au nom de Samuel de Nehardea, fait allusion au jour où les tribus d’Israël ont été autorisées à se mêler les unes aux autres (le mariage entre personnes de tribus différentes ayant été légalisé), jour qui méritait d’être commémoré tous les ans. Mais cet interdit n’apparait nulle part, si ce n’est dans le livre des Juges, où lorsqu’après une guerre entre toutes les tribus et celle de Benyamin, les femmes ne furent pas autorisées à convoler en justes noces avec des hommes de la tribu de Benyamin.


La fête de Tou BeAv a été instituée durant la période du deuxième Temple, pour marquer le début des vendanges, dont le terme était fixé au jour de Yom Kippour. La célébration de ce jour apparait dans plusieurs occurrences dans le Talmud : • Soit le 14 ou le 15 Av, lorsque les pharisiens (les juifs conformes à la tradition rabbinique) emportèrent la victoire sur les sadducéens (qui ne tiraient leurs préceptes que de la Torah écrite). • Lorsque les membres de la tribu de Benyamin ont fait à nouveau partie intégrante de la communauté d’Israël, après l’incident de la « Concubine à Givah », au cours de l’époque où Othniel ben Knaz était juge. • Le rav Dimi bar Yossef, selon un enseignement de Rabbi Nahman, indique que ce jour a été institué lorsque la génération qui avait quitté l’Egypte à la suite de Moshé, vit la sanction de mort prise à son encontre après la faute du veau d’or, prendre fin.

• Lorsque le Roi Osée, Hochéa Ben Eila, roi du Royaume du Nord, a levé les restrictions imposées par le roi Jéroboam, 50 ans plus tôt, interdisant les habitants du Nord de faire des pèlerinages à Jérusalem. • Selon Rabbi Matana, lorsque les Romains permirent aux Juifs d’enterrer leurs morts tombés à Betar (forteresse occupée par Bar Kokhba). Selon la tradition, la ville fut prise par les soldats romains le jour du 9 Av de l’an 135. • Selon l’avis de Rabbi Jacob Bar Acha, le 15 Av correspond à l’équinoxe d’été, point d’inflexion des jours qui commencent à raccourcir. • Selon Bar Acha, Rabbi Yissa dit que Tou BeAv était le dernier jour pour abattre du bois de chauffage pour le Temple. • Lorsque les filles promises au mariage, dansèrent parmi les vignes à Shilo, en Samarie (où se trouvait le Mishkan (le Temple de l’époque)), qui fut la première capitale d’Israël.

Aujourd’hui, les juifs sont revenus à Shilo et dans toute la Judée-Samarie, les vignobles produisent des vins qui sont parmi les plus appréciés dans le monde, et tout naturellement, cette célébration de Tou BéAv a repris tout son sens. Au son des tambourins, des flûtes et des guitares, les jeunes filles dansent à nouveau, et embellissent la saison. Comme on le voit, les traditions, les récits bibliques, les histoires haggadiques ou les textes fondamentaux du Talmud, dictent la vie des juifs depuis des millénaires. Si l’innovation halakhique n’est plus possible, il est loisible de trouver d’autres significations, d’autres perspectives à nos célébrations. Le temps n’est pas linéaire et s’inscrit dans chaque démarche, à chaque époque, et nous devenons dès lors les héritiers et les acteurs d’une vie juive toujours en cours d’élaboration. Ce jour, particulièrement célébré depuis la création de l’Etat d’Israël, n’est pas un jour férié, mais il revêt le caractère d’un jour de fête. Au 19ème siècle, et surtout au 20ème siècle, certains écrivains sionistes, comme Abraham Mapu, Yl Gordon, et Al Levinsky, qui aspiraient à la renaissance des anciennes traditions et fêtes juives, voulurent restaurer ce jour du 15 Av dans l’Etat juif renaissant. La tristesse qui a accompagné la première décade du mois de Av, et le jour de jeûne du 9 Av, ont fait de ce jour du 15 Av, une sorte d’exutoire, permettant d’installer la joie, et de préparer des temps meilleurs. Quoi de plus naturel dès lors, que de sanctifier l’amour, trait d’union, lien serré, pétri de toutes les émotions, habité par tous les élans du cœur et les dérèglements des sens.

Août 2019 / www.trouverenisrael.co.il

17


Tou Béav commence à la pleine lune, lorsque les chats grimpent sur les toits, que les chiens aboient dans les cours, et qu’hommes et femmes, mus par d’identiques désirs, font le rapprochement entre clarté lunaire, fertilité, et embrasement de toutes les fonctions sensibles. Il s’agit d’un jour très prisé pour organiser des mariages, et toutes les salles d’Israël, se parent de mille fleurs, de mille lumières, pour accueillir tous ceux qui lieront leur vie pour le meilleur et le meilleur. Des festivals de musique et de danse sont généralement organisés tout au long de cette journée, et ils attirent des foules sans cesse plus nombreuses. L’amour n’ayant pas de limite, n’étant pas contingenté par des notions contraires, les Craignant Dieu comme les laïques en ont fait un jour de réjouissances. Célébrer l’amour, ne serait-ce qu’un jour par an, est bien le moins qu’une société ardente

18

comme celle d’Israël, construite autour de valeurs juives puisse instituer et pérenniser. Le jour du 15 Av se trouve à la croisée des chemins dans notre calendrier. Il n’est lié à aucun rite particulier, si ce n’est celui de ne pas réciter ce jour-là les prières de repentance (tahanounim). Il n’existe que par la volonté de ceux qui veulent affirmer haut et fort que la quête d’amour est à portée de tous, que le désir n’est affirmé que lorsqu’il trouve un point d’ancrage, que les cœurs doivent battre les uns pour les autres et les uns avec les autres.

Août 2019 / www.trouverenisrael.co.il

Aimer ce n’est pas chercher la rassurance, éparpiller les doutes, c’est décider, entailler d’un coup de canif le bois de nos existences. Fête de l’amour, fête des amoureux, de ceux qui auront toujours 20 ans, de ceux qui n’ont jamais cessé d’avoir 20 ans. Alors il faut danser, chanter, s’émouvoir, entrechoquer les verres, rire aux éclats, et prendre date pour ce temps où les rides nous serviront de passeport, les cheveux blancs de signature. Vous avez aimé, vous avez été aimé, allez-y, vous pouvez passer !


Aoรปt 2019 / www.trouverenisrael.co.il

19


LES PREUVES

D’AMOUR PAR

C

« Il n’y a pas d’amour, il n’y a que des preuves d’amour », écrivait Pierre Reverdy.

e qui reste, au bout des jours, ce sont ces preuves, ces traces, des éléments tangibles auxquels nous pouvons nous raccrocher. Les êtres ont une façon si particulière, si intime, d’écrire leurs propres histoires d’amour, qu’il suffit de les voir vivre, de les écouter, de les voir mourir, et de percevoir ce qu’ils ont été, et ce qu’ils persisteront à être, bien longtemps après leur disparition. J’ai pris à escient deux exemples de l’histoire contemporaine de l’Etat d’Israël, deux couples d’icônes qui ont porté l’amour à son plus haut niveau : Menahem et Aliza Begin, Reuven et Nehama Rivlin. Nehama Rivlin, était la femme du dixième Président de l’Etat d’Israël Reuven Rivlin, toujours en exercice. Elle est décédée le 4 juin

20

YAACOV BEN DENOUN

dernier, la veille de son 74e anniversaire, à la suite de complications liées à une greffe récente de poumon. L’amour qui les portait l’un vers l’autre était des plus inspirants. A la question : Que voudriez-vous que soit inscrit sur votre pierre tombale ? Réuven Rivlin a répondu : « Que j’ai été le mari de Nehama ». Issue d’une famille de Juifs ukrainiens, Nehama Rivlin est née en 1945 au Moshav Herut, dans la région du Sharon. Elle a épousé Réuven Rivlin en 1971, et lui a donné trois enfants et sept petits-enfants. Scientifique de renom, elle a travaillé pendant de nombreuses années en tant que chercheuse à l’université hébraïque de Jérusalem, avant de prendre sa retraite en 2007. Comme l’a indiqué le communiqué officiel de la présidence,

Août 2019 / www.trouverenisrael.co.il

Nehama Rivlin s’est « focalisée sur les arts, les activités pour les enfants « différents », l’environnement et la nature. » elle faisait montre d’une « véritable empathie, d’un amour du prochain ». « Nehama a créé un jardin communautaire dans les jardins de la résidence du Premier ministre, où les enfants du pays entier viennent régulièrement planter des herbes et des fleurs », poursuit le communiqué. Comme l’a indiqué le président de la Knesset Yuli Edelstein : « La lumière qui émanait d’elle touchait chaque personne qu’elle croisait. Elle nous manquera terriblement ». Le grand-rabbin ashkénaze d’Israël David Lau l’a qualifiée de « femme vertueuse », assurant durant des années son office, pendant des années, « aux côtés de son mari avec une dévotion et une humilité sans fin ». La députée travailliste Shelly Yehimovich a salué une femme « intelligente, drôle, pleine de vie et extraordinairement modeste ». Nehama Rivlin était une femme aimante, patiente, attentionnée, résolue à vivre dans l’ombre de son mari, pour lui apporter de la lumière, de l’amour, de la clairvoyance. 48 ans d’abnégation, de sens du devoir, de tendresse, de passion, un demi-siècle à conjuguer l’amour au présent du jour suivant.


Aoรปt 2019 / www.trouverenisrael.co.il

21


Aliza Begin, à la fois une femme forte et timide, est décédée le 4 novembre 1982, après avoir lutté longtemps contre une longue maladie respiratoire. Elle avait 62 ans. Menahem Begin, Premier ministre de l’Etat d’Israël était à Los Angeles lorsque le décès a été annoncé. Il est rentré précipitamment. Aliza Begin était transparente, à peine visible, habillée simplement, vivant à l’écart des projecteurs, et sans porter ombrage à son tumultueux mari. Elle était née Ala Arnold, à Borislav en Pologne du Sud, le 2 Avril 1920. Elle a rencontré son futur mari alors qu’elle n’était encore qu’une adolescente (17 ans), et qu’ils militaient tous les deux au sein du parti sioniste révisionniste de Vladimir Jabotinsky, le Betar. Ils se sont mariés le 29 mai 1939, quelques mois avant l’invasion allemande, habillés de l’uniforme du Betar. Ils étaient à Varso-

22

vie quand la guerre a éclaté. Ils se sont enfuis, à bord de trains bombardés par l’armée de l’air, à pied, portant tous leurs biens arrimés dans leurs sacs à dos. Après avoir rejoint la ville de Vilna en Lituanie, le couple a été séparé de force, et Menahem Begin a été condamné à 8 années de réclusion dans un camp de travail sibérien, tandis que sa femme réussissait à atteindre la Palestine. Après n’avoir servi qu’un an dans l’armée russe, il fut libéré après l’accord entre Staline et le gouvernement polonais en exil, et atteignit la Palestine en tant que soldat dans les forces organisées par le gouvernement en exil. Le couple Begin réuni connut la clandestinité, participant à des actions du groupe de l’Irgoun. Ils changeaient d’identité en fonction de la nécessité. Menahem Begin était recherché. La police britannique voulait l’arrêter, tandis qu’il était caché par sa femme dans le faux plafond de la salle de bains de leur maison de Tel Aviv. Rocambolesque. Effacée elle n’en était pas moins autoritaire, et savait imposer son avis. Elle faisait toujours œuvre de militantisme, quand son mari est entré au Parlement en tant que chef du Parti Herout après l’indépendance israélienne, quand elle l’accompagnait à l’étranger,

Août 2019 / www.trouverenisrael.co.il

quand il fut nommé Premier ministre. Mme Begin était asthmatique depuis son enfance, et souvent malade. Son mari l’assistait, prévenant, aimant. L’amour qui les tenait « l’un près de l’autre serrés », est de ceux qui ne peuvent être racontés. Lui et elle, tous deux, vivaient l’un pour l’autre, partageant un seul cœur, une seule vie, de fulgurantes épreuves et un bonheur du quotidien, incarné dans des mots simples, et des gestes tendres. Un amour mythologique, idéal, fougueux et moderne, devenu symbole et exemple, un amour tissé de passion et de projets. Après son décès Menahem Begin connut la dépression. Il ne quittait pas leur petit appartement, restait en robe de chambre, parfois des jours durant. Cette qualité d’amour impose des sacrifices et génère des douleurs. Ils s’aimèrent par-delà le temps, par-delà la mort. A trop vouloir aimer l’air vient souvent à manquer. Ces deux femmes possédaient un souffle de vie qui dépassait l’entendement. Ce souffle leur a manqué, et toutes deux ont quitté ce monde dans un souffle, par altération des fonctions respiratoires. Que leur nom soit source de bénédictions.


Payer l’impôt réel ; PAS UN SOU DE PLUS !

O

n voit loin, on voit de la transparence : les décrets CRS (Common Reporting Standard) : divulgation volontaire Il fut un temps où le monde était vaste et plein de recoins cachés. Aujourd’hui, tout est bien plus accessible, aussi bien pour nous que pour les autorités fiscales. Plus de cent Etats, dont Israël, ont signé une convention la convention multilatérale de coopération pour le renforcement des conventions fiscales, aux fins de faciliter la perception de l’impôt (et d’éviter que l’on s’abstienne ou se dérobe de l’obligation de le payer). En vertu de cet accord, mis en application en Israël depuis janvier 2019, les différentes institutions financières du pays seront tenues de déclarer les informations concernant des comptes appartenant à des résidents étrangers. Les décrets publiés par le ministre des Finances, en vertu de la convention CRS, mettent en œuvre des procédures aux fins de recueillir des informations concernant des comptes financiers de résidents étrangers qui seront transférées par les institutions à l’Autorité Fiscale (ainsi qu’à d’autres autorités, le cas échéant). L’Autorité Fiscale, de son côté, transmettra ces données à l’Etat de résidence (à ne pas confondre avec l’Etat de la nationalité) des détenteurs des comptes concernés, de façon automatisée et sur une base annuelle. En vertu du principe de la réciprocité de la coopération, l’Autorité Fiscale d’Israël obtiendra en contrepartie des informations qui, en vertu de la conven-

tion, seront relevées à partir de comptes financiers appartenant à des résidents israéliens et gérés dans ces cent Etats. Si vous êtes détenteur d’un compte dans un pays étranger et que vous n’ayez pas encore déclaré à l’autorité fiscale vos gains ou effectué votre déclaration sur la fortune, en dépôt sur ledit compte ; ou si vous n’avez pas déclaré vos propriétés détenues à l’étranger, il est vivement conseillé de vous y prendre à l’avance et de nous consulter sur les différentes options de divulgation volontaire, ce qui vous mettra en règle avec le fisc, et écartera le risque d’être pris en flagrant délit d’irrégularité. Nouveaux immigrants et résidents de retour Les résidents de retour au pays ayant vécu au moins dix ans d’affilée (mais également ceux qui ont résidé à l’étranger pendant cinq ans et sont rentrés en Israël de 2007 à 2009), peuvent bénéficier d’avantages fiscaux significatifs, comme par exemple : • Exonération d’impôt pour tous les gains originaires de l’étranger. • L’exonération s’applique à l’ensemble des entrées d’argent, qu’elles soient produites activement ou passivement ; qu’elles résultent de gains en capital ou de réalisation d’actifs ou encore d’investissements à l’étranger. • En ce qui concerne les biens présents à l’étranger (gains en capital ou gains continus). Beaucoup de nouveaux immigrants arrivés pendant la période précitée sont aujourd’hui en fin de droits en ce qui concerne l’exemption consentie pour dix ans. Ils sont donc aujourd’hui tenus de payer des impôts en Is-

raël ! Nous vous conseillons de nous consulter pour connaître le meilleur moyen de faire votre déclaration et de profiter de certains avantages présents selon les différentes options. Gains en loyers en Israël et à l’étranger Au dessus d’un plafond de 5 090 ILS/mois, perçus sous forme de loyers, l’impôt devient obligatoire. En revanche, les entrées d’argent produites par des loyers sur des biens immobiliers à l’étranger sont imposables dès le premier shekel! (Tout dépend du pays où se trouve le bien immobilier). L’Autorité Fiscale parvient à localiser tout le monde, et particulièrement aujourd’hui, concernant les propriétaires de biens immobiliers qui n’ont pas encore fait leur déclaration sur leurs gains y ayant trait. Cela signifie qu’un individu qui s’abstient de faire sa déclaration sera convoqué pour être interrogé, et, à partir de là, il n’y a qu’un pas pour arriver à une inculpation. Il existe plusieurs formules de déclaration des gains en provenance de loyers perçus sur des biens immobiliers en Israël ou à l’étranger, et il est recommandé de nous consulter pour choisir la meilleure formule possible. Platinum experts fiscaux, groupe de spécialistes qui vous aident à réduire le joug de l’impôt légalement et légitimement : l’impôt réel ! Le groupe est composé de conseillers fiscaux de premier plan, de juristes et d’avocats. Pour en savoir plus et contacter un expert du groupe Platinum : ‫‏‬03-372-3141‫‏‬ shmulik@genitaxes.co.il

Août 2019 / www.trouverenisrael.co.il

23


Dessine-moi un arbre PAR

TZIPORA ROMAN

Ruth Denan, spécialiste du diagnostic de la personnalité et psycho-graphologue, aide les gens à améliorer leur écriture manuscrite et, en parallèle, à affermir leur personnalité.

Ruth Denan est née dans une famille de condition moyenne voire modeste, en cinquième position dans une famille de huit enfants. « Dès l’enfance, je savais que j’étais douée pour aider les gens et que c’était ce que je voudrais faire dans la vie. Dès le début de mon adolescence, j’ai économisé sou par sou pour acheter des livres de psychologie, de graphologie, de numérologie et de chirologie. Rétrospectivement, je sais que l’âme, en arrivant en ce monde, connaît déjà sa place et sa vocation, mais que, avec les années, cette connaissance finit par s’estomper. La sagesse consiste à la retrouver, et c’est ce que je fais : j’essaie d’aider les gens à trouver leur spécification », nous expose Ruth Denan (52 ans), de Rishon Letzion, spécialiste du diagnostic de la personnalité et psycho-graphologue, sur le plan de la vie privée ou des affaires, certifiée par l’Association Américaine de Graphologie. Ruth Denan : redécouvrez votre spécification. Le tournant de sa vie s’est produit il y a de cela vingt-six ans : à la naissance de son deuxième enfant, elle a souffert d’une hydrocéphalie, ce qui l’a contrainte à subir une opération et à quitter son travail. Elle a donc saisi cette occasion pour se replonger dans

24

la lecture qui l’avait passionnée dans sa jeunesse. Elle a étudié l’expertise médico-légale en écriture, les tests graphologiques pour le recrutement, la graphologie en vue de délivrer un diagnostic, et la graphologie pratique

qui est une méthode de soins qui passe par l’écriture manuscrite. En l’améliorant, la personne optimise aussi ses capacités intellectuelles, émotionnelles et corporelles. Ce traitement agit comme une rééducation du cerveau.

Donnez-nous un exemple d’assistance graphologique pour le recrutement d’ouvriers au sein d’une société. Un de mes clients possède une importante société d’assurances, et tout candidat à l’embauche doit s’adresser à moi pour subir des tests graphologiques. Conformément à mes directives, le candidat est prié de rédiger un texte libre, de compléter des dessins, de dessiner un arbre etc. J’observe et j’analyse.

Donnez-nous un exemple d’amélioration de la personnalité opérée via la graphothérapie. Une jeune femme détentrice d’une maîtrise est venue me consulter. Sa voix était mal assurée et elle m’a raconté qu’elle n’avait pas d’amis, qu’elle travaillait dans un poste subalterne pour un salaire dérisoire. C’était un véritable appel à l’aide. Au cours du diagnostic graphologique, elle a fait montre d’un manque total d’assurance et d’estime de soi, d’hypersensibilité, de fixations dans le passé, de crainte de progresser etc. Du diagnostic, nous sommes passées à la thérapie par le dessin et l’amélioration de l’écriture. Pendant six mois, nous avons effectué ensemble un travail de fond pour le renforcement personnel. Aujourd’hui, elle n’est plus la même : elle ose, sa voix s’est affermie, elle a changé de lieu de travail, elle a renforcé sa confiance en elle, et elle a eu le courage de se séparer d’un compagnon avec qui elle sortait. Aujourd’hui, elle est consciente de ses capacités. Sa devise veut qu’être consciente, c’est la base de la réalisation de son potentiel et de sa capacité à se réinventer.

La personne testée reste-t-elle anonyme pour vous ? Je ne la rencontre pas, mais je connais son nom, car j’examine sa signature. Elle laisse transparaître la personnalité de l’homme et ce qui lui importe de laisser paraître à l’extérieur.

Est-il possible de modifier son écriture afin de modifier son caractère et son attitude ? Absolument ! Mais ça exige un travail pas seulement sur l’écriture manuscrite, mais également sur la personnalité. Cela se fait par le biais d’une graphothérapie,

Août 2019 / www.trouverenisrael.co.il

052-8846697 info@ruthdanan.co.il ruthdanan.co.il Si vous souhaitez avoir une analyse gratuite qui apparaitra dans notre prochain magazine envoyer nous par mail votre écriture ainsi que votre nom et prénom à : Tsarfatimweb@gmail.com


Aoรปt 2019 / www.trouverenisrael.co.il

25


Planification parfaite de

A

votre événement

vant de se lancer dans la planification de l’événement, il est préférable de savoir combien de convives vont y participer, et quelle est la bonne période pour le réaliser. A quel endroit ? Dans le désert ? A la mer Morte ? Au Mur Occidental ? A la maison ou dans une salle de réceptions ? Au Centre Israélien des Evénements, nous considérons notre travail comme la mission de vous venir en aide afin que pour puissiez jouer votre rôle d’hôtes en toute quiétude, du début à la fin de votre réception. Nous sommes ici pour vous créer un événement poignant, original et inoubliable, et faire en sorte que vous puissiez profiter de votre soirée de fête. Nous organisons, décorons, proposons, déterminons le prix, clarifions, et nous vous aidons à choisir entre des centaines de fournisseurs ayant subi de notre part un contrôle minutieux (et qui ont obtenu le label du Centre Israélien). Il existe un certain nombre d’éléments importants qu’il ne faut pas manquer.

26

1 2 3 4 5 Afin que votre événement se déroule sans dératés.

Il est primordial de vous adresser à un professionnel qui gère votre budget et qui sache changer votre rêve et vos attentes en réalité sur le terrain, d’une manière professionnelle et satisfaisante. Une recherche en profondeur qui exige d’être à l’écoute du client et de ses attentes, afin d’être capable de traduire son rêve en réalité qui soit une expérience émouvante et puissante.

Il faut bien Etablissez le comprendre concept que quel sera le vous aimez. nombre des invités, combien d’enfants il y aura parmi eux, et combien d’invités viendront de l’étranger. Faut-il leur procurer des chambres ou des appartements ?

Le producteur d’événements mettra au point le concept gagnant pour son client et il assumera l’entière responsabilité de tous les préparatifs qui précèdent l’événement, du choix et du respect du budget, en passant par les tractations avec les fournisseurs,

au fonctionnement de la logistique, mais aussi d’une infinité de petits détails, qui feront de l’événement une réussite toute particulière. Si vous désignez un excellent producteur d’événements, tout ce qu’il vous restera à faire, vous qui réservez cet événement, c’est

Août 2019 / www.trouverenisrael.co.il

Vous affectionnez le style de la taverne grecque sur la mer ?Ou la réception dans le style espagnol ? Brésilien ? Indien ? Un événement du genre conte de fée? Un événement de concept est un événement bien plus particulier et bien plus touchant, et ce concept créera pour vous la réception qui ne sera que magie et aventure. Ou tout autre style que vous choisirez.

de venir comme un simple invité. La réussite d’un événement nécessite un grand professionnalisme qui se forge au bout de nombreuses années d’expérience et la capacité de résoudre des problèmes sur le terrain.

La question que vous vous posez, c’est « Comment faiton pour choisir un bon producteur d’événements ? »

Pour plus de renseignements et la planification parfaite de votre événement, vous êtes invités à prendre contact avec le Centre Israélien des Evénements et nous vous seconderons avec joie. Noa : 077-8855080


Aoรปt 2019 / www.trouverenisrael.co.il

27


Une architecte d’intérieur franco-israélienne…

F

lorence Elbaz est arrivée en Israël il y a 14 ans avec son mari et ses deux enfants âgés alors de 8 et 10 ans. Originaire de Bordeaux, elle décide avec sa famille de s’installer à Kfar-Saba, dans la region de Tel-Aviv. Comme la plupart des Olims, elle se consacre, la première année, à apprendre l’hébreu à l’Oulpan et à construire ses repères. Vient l’heure de la question de l’intégration professionnelle. Diplômée des Beaux Arts à Aix en Provence et de l’école d’architecture d interieur à Nice. Elle a exercé le métier d’architecte d’intérieur en France pendant dix ans.

Quoi de plus naturel donc que de vouloir percer dans ce domaine en Israël ? Ses premiers pas ne sont pas simples. Il lui faut bien sûr se faire connaître mais aussi comprendre et s’adapter aux différences dans les modes de construction. Elle découvre par exemple que les finitions ne sont pas le point fort des ouvriers israéliens et que la main d’œuvre est souvent sous qualifiée. En revanche l’artisanat, Menuiserie, Ferronnerie, Verrier est de très bon niveau avec une grande flexibilité, ce qui lui permet de

laisser libre cours à sa créativité et de pouvoir réaliser du sur-mesure a des prix raisonnables. Florence se constitue donc une liste de prestataires, dont le sérieux et le professionnalisme sont à la hauteur de ses exigences. Elle explique : « En Israël, plus que n’importe où ailleurs, dans les relations professionnelles, il faut penser à tout dès le départ… Bien écouter ses clients, comprendre leurs désirs, leur projet, penser aux détails, afin d’effectuer un cahier des charges précis. C’est fondamental ! » Puis elle ajoute : « Je suis omniprésente pendant toute la durée du chantier : des plans techniques

(Etat des lieux, projet, électricité, plomberie, air conditionne etc…). J’accompagne l’achat des matériaux, meubles, accessoires, et bien sûr, aussi je surveille le chantier lui-même. Effectuer une rénovation, ou faire du home styling, implique de bien cerner ses clients,leurs besoins, leurs gouts, leur budget, pour que le résultat final leur ressemble. Au fur et à mesure nos relations deviennent autant amicales que professionnelles Au début, j’ai commencé par de petits chantiers puis le bouche à oreille a fonctionné et les premiers chantiers sont arrivés ! » Site : www.flodecoration.com Tel : 054 20 56 714

Florence Elbaz Architecte d’intérieur

28

‫פלורנס אלבז‬ ‫פנים‬

Août 2019 / www.trouverenisrael.co.il

Florence Elbaz

‫מעצבת‬

‫פלורנס אלבז‬


Aoรปt 2019 / www.trouverenisrael.co.il

29


Pause Déco avec

Irit Bar Guil

Décoratrice et architecte d’intérieur

N

otre bureau est un studio boutique à Herzliyya, créé il y a environ deux décennies, qui se spécialise dans la planification renouvelée des espaces, des maisons, et de leur adaptation aux besoins variables de nos clients. Cela commence par la compréhension des exigences, passe par la formulation d’un concept décoratif et architectural, par le suivi complet durant tout le processus de la planification, et s’achève par les finitions de la réalisation. Le processus est bref, précis, répond à un travail d’équipe avec les clients qui participent au projet à part entière en tant que décideurs jusqu’au résultat escompté. En outre, nous assurons le suivi de clients qui ont fait l’acquisition d’un bien immobilier nouveau, mais qui sont désireux de

30

les adapter à leurs besoins, de sorte qu’ils le trouvent parfait. Le suivi commence par la subdivision de l’espace, la décoration d’intérieur, l’accompagnement et la coordination face à la responsable du remplacement des habitants du projet. La devise du bureau J’ai l’intime conviction que tout espace, toute maison, sont débordants de potentiel, et que par l’intermédiaire d’une perception différente de ses dimensions, d’une écoute rigoureuse des besoins des clients, de la précision dans la conception des plans et la réalisation, il est possible de concrétiser les rêves conceptuels. Les maisons les plus belles sont celles où la synergie avec les clients a été la plus merveilleuse, avec des énergies positives durant tout le processus.

Août 2019 / www.trouverenisrael.co.il

Conseils à l’intention de ceux qui s’apprêtent à se lancer dans un processus de rénovation • Commencer le travail en contactant un décorateur / une décoratrice architecte en qui on a confiance, dont la mise en rapport est juste pour les clients, pour de bonnes énergies et une communication parfaite. Une communication qui est bonne et suscite la bonne humeur est le secret de la magie d’un projet gagnant. • Bien comprendre le concept, le rêve, préciser la vision ; c’est parfois un processus qui se construit avec la décoratrice, mais il est obligatoire de s’en servir pour se lancer. • Définir les délais acceptables et le budget. • Signer un contrat en bonne et due forme avec la décoratrice qui définit le montant de la prestation de la décoratrice et les modalités de payement. • Signer un contrat avec le maître d’œuvre exécutant. Ce contrat inclura le montant de l’engagement, les modalités de payement et des délais fixés à l’avance. Contact Irit Bar Guil : 054-758-1420 www.iritbargil.co.il | E iritbargil iritbg.d@gmail.com


Aoรปt 2019 / www.trouverenisrael.co.il

31


32

Aoรปt 2019 / www.trouverenisrael.co.il

Profile for Trouver en Israel

TROUVER EN ISRAEL AOUT  

www.trouverenisrael.co.il

TROUVER EN ISRAEL AOUT  

www.trouverenisrael.co.il

Advertisement