Page 1

square MAGAZINE

2.2

helen sear gordon stettinius richard foot olivier despicht ninotchka beaver patricia van de camp starns brothers elise toide patrick van roy


Squarebook #1 LE LIVRE DU CARRÉ

Les Éditions de Juillet 2


Squarebook#1 U

(90°). Ceci signifie que les cotés opposés sont paral-

A

La surface d’un carré contient une émulsion de ni-

lides, specific dyes or specialised inks. This layer de-

n carré se définit comme un polygone

dont tous les cotés sont égaux et dont les angles intérieurs sont tous à angle droit

lèles.

trate d’argent, de teintures spécifiques ou d’encres spécialisées.

Cette couche dépeint des sujets variés, soit en mouvement, soit gelés dans la performance d’un acte historique.

Ces portions d’instants sont réunies, coupées à dimension (20 cm par 20 cm), puis attachées et empilées ensemble.

Elles acquièrent du volume.

square is defined as a polygon having all sides equal, with interior angles being all right angles (90°). This means that the op-

posite sides are parallel.

The surface of the square is layered with silver hapicts a variety of subjects, either in motion or frozen in the performance of some historical act.

These portions of instants are then gathered, cut at a dimension of 20 cm by 20 cm, then bound and stacked together.

They acquire volume. Squarebook #1: 120 pages of squareness.

Loads and loads and loads of photos. Happiness. If you think you’d like a copy, click here. Hurry up,

Squarebook #1 : 120 pages de carrétude.

there’s only a few left!

Plein plein plein de photos. Du bonheur.

Si vous souhaitez acquérir un exemplaire, cliquez ici . Dépéchez-vous, il n’en reste plus beaucoup

3


HELEN SEAR

4

6

GORDON STETTINIUS

18

RICHARD FOOT

30

OLIVIER DESPICHT

44

NINOTCHKA BEAVER

56

PATRICIA VAN DE CAMP

70

THE STARN BROTHERS

84

ELISE TOIDE

98

PATRICK VAN ROY

112


Sea, sex and square

Sea, sex and square

Voici l’été et on a autre chose à faire que de lire un

Summer is here and we have better things to do

magazine de photo en ligne.

than looking at an online photo magazine.

Ben non.

Wrong.

Ne pas lire Square Magazine en juillet, ça veut

You’d be missing on very cool stuff, from snow-

dire rater les flocons de neiges qui fondent, le pole

flakes to pole dancing in America, from stuffed

dancing en Amérique, les perroquets empaillés et

parrots to bubbles in the woods.

les bulles dans les bois. That’s got to be better than a bucket and spade, C’est tout de même mieux qu’une pelle et un

no?

seau, non? Christophe Dillinger, July 2011 Christophe Dillinger, juillet 2011

Cover image by Patricia Van de Camp

5


Helen Sear

Sightlines Lignes de vue

L

T

L’objectif unique de l’appareil photo lance un défi à

The camera’s single lens challenges our two eyes;

nos deux yeux ; les oiseaux choisis par ces femmes

the women’s chosen birds are positioned in de-

prennent position comme pour les protéger d’un

fence against its consuming scrutiny.

es stries à la surface des oiseaux en porcelaine témoignent d’une action manuelle, travail imperceptible décorant des objets

produits en masse.

The surface markings on the china birds bear testament to an individual hand, invisible labour decorating objects of mass

production.

examen approfondi. Their painted eyes, the touch of a brush, are vehiLeurs yeux peints et le toucher du pinceau fas-

cles of fascination, the faceless sitters’ clothing

cinent, tandis que les vêtements des modèles sont

both decoy and camouflage.

à la fois leurre et camouflage.

We, the viewers, are both seen and exposed as targets in another space.

En tant que spectateurs, nous sommes et vus et exposés, mais extérieurs.

www.helensear.com

6


7


8


9


10


11


12


13


14


15


16


17


Gordon Stettinius

Miss Americana

T

he images from Miss Americana have been

Travelling the back roads and blue highways, a

made over a period of better than ten years

person cannot help but muse upon politics and

and the project is ongoing. The title is in-

religion and the economy and gender issues and,

tended to convey both the corny good feeling that

in my world, these various subjects are channelled

comes from state fairs and roadside attractions,

through the abject Siamese tandem of pathos and

replete with nostalgia and the passage of time and

humour. Very much coloured by my interests and

loved ones travelling alongside strangers.

experiences, this work lists between shame and sentimentality and is ultimately a little skewed by

But prefixing the ‘Miss’ in front of ‘Americana’ is

subjectivity.

an intentional effort to subvert the rose-tinted propaganda that proliferates throughout our cultural

However, when I consider these images and my

existence.

editing of them, I am struck by the realization that you really cannot make this stuff up.

On larger issues, we seldom agree on much of anything. No matter who you are, there are both

We live in a curious place.

subjective and objective realities to be had and someone to tussle with if you should be so inclined. Along the highways and byways, there is no end of enterprises to amuse, confuse, educate or anger those who are willing to pull over and pay attention.

www.eyecaramba.com

18


19


20


21


22


Gordon Stettinius

Miss Americana

L

es images de cette série ont été prises sur

pour divertir, embrouiller, éduquer ou enrager

une période de dix ans, et le projet est tou-

quiconque serait enclin à s’arrêter et à leur prêter

jours en cours.

attention.

Le titre traduit ce sentiment un peu mièvre que l’on ressent en visitant foires et autres fêtes fo-

En voyageant sur les routes, nous ne pouvons

raines de bord de route, noyées de nostalgie, de

nous empêcher de songer à la politique, à la reli-

l’ineffable temps qui passe et de ceux qu’on aime

gion, à l’économie ou encore aux problématiques

voyageant parmi les étrangers.

hommes-femmes et, dans mon monde, ces différents sujets sont canalisés par le tandem siamois

Mais derrière le préfixe « Miss » « Americana »

du pathos et de l’humour.

repose l’intention d’exacerber la propagande à

Très influencé par mes intérêts et mes expé-

l’eau de rose qui prolifère dans toutes les sphères

riences, ce travail répertorie et la honte et la sen-

de notre activité culturelle.

timentalité, il est en fin de compte biaisé de subjectivité.

Sur les grandes questions, il est rare que nous soyons d’accord. Qui que nous soyons, notre réa-

En revanche, au regard de ces images et de mon

lité sera à la fois subjective et objective, et il y aura

travail d’édition effectué dessus, je suis frappé par

toujours quelqu’un avec qui se battre s’il nous en

le fait qu’on ne peut pas vraiment rectifier le tir.

prend l’envie. Le long des autoroutes comme des routes de campagne, perdure tout un tas de lieux

Nous vivons dans un monde curieux.

www.eyecaramba.com

23


24


25


26


27


28


29


Richard Foot

New landscapes Nouveaux paysages

T

C

have photographed a variety of subjects which,

une fois rassemblés, constituent un paysage ima-

when brought together, create a new and imagi-

ginaire nouveau.

his series takes you on a journey through cities that are devoid of people, exploring the places we surround ourselves with.

Using the unique aesthetic of Polaroid media, I

ette série vous invite à explorer des villes abandonnées, dépourvues d’habitants. J’ai pris en photo une variété de sujets qui,

grâce à l’esthétique unique du film Polaroid, et

nary landscape.

www.footprintphotography.co.uk

30


31


32


33


34


35


36


37


38


39


40


41


42


43


Olivier Despicht

Portraits

D

epuis les années 90, je photographie des modèles. Ce travail évolue avec les changements de technique. J’ai d’abord em-

mené les modèles dans les cabines photomaton. Puis, je suis passé au noir et blanc, d’abord au rolleiflex puis au 6x7. En septembre 2007, j’ai acheté un SX70 dans une braderie et la série a continué de la sorte jusqu’à épuisement de mon stock de Polaroid. Je faisais un pola à la fin de la séance. Le pola m’a permis de retrouver l’instantanéité du photomaton et le partage direct avec le modèle. Je suis revenu à la couleur comme ça. Maintenant, je travaille en numérique, le partage au fil de la séance rend les modèles plus participatifs : comprendre son attitude, proposer une autre tenue, des choses comme ça. Quand je travaillais au photomaton, j’étais influencé par la peinture. Aujourd’hui, j’ai gardé l’idée de pose. C’est ce qui lie toutes mes séries. Faire poser mes modèles me laisse le temps de les regarder et de les observer. olivierdespicht.blogspot.com

44


45


Olivier Despicht

Portraits

I

have been photographing models since the 90’s. This work evolves as techniques change. At first, I used to take my models to the nearest

photo booth, then I started shooting in black and white, first with a Rolleiflex and later with a 6x7 camera. In September 2007, I bought a SX70 in a car boot sale and the series carried on until I was out of Polaroid film. I used to shoot a Polaroid frame at the end of each modeling session. Polaroid film gave me back this feeling of instantaneity I had with the photo booth, and allowed me to share the shot with the model straight away. This made me come back to colour photography. Today I work digitally, I share the shots with the models as the session progresses and they participate more, by understanding their attitude and proposing a new outfit, this kind of t things. When I was working with a photo booth, I was influenced by the painting tradition. Today, I have kept from it the idea of posing. This is what links the series together. Having my models pose gives me time to watch and observe them olivierdespicht.blogspot.com

46


47


48


49


51


52


54


55


Ninotchka Beavers

Ttv I

was introduced to Through the Viewfinder (TtV)

Shooting TtV can be frustrating. Perhaps because

photography by my best friend and something

of that frustration, it is incredibly exciting. You just

about the process immediately captured my ima-

never know what you’re going to get.

gination. The way I do it, is basically taking a macro picture of the viewfinder of an old twin lens reflex

What I love most about TtV is that with every single

camera. To do this, I build a tube-like contraption

shot I take, with every different bottom camera I

that connects my top camera (the camera that

use and with every contraption I make, I learn

is taking the picture) with the bottom camera to

something valuable and new. Shooting TtV has

block out light and provide focal length.

taught me about photography but beyond that it has taught me interesting ways of seeing the

It’s clumsy and makes little photographic sense

world around me. TtV has taught me to focus my

but the result is magical. When I learned about it

attention and STOP in a way nothing else has.

and tried it, I was hooked. There was something about those square images with old-soul appeal that carried the mystique of the vintage camera they were shot through. I instantly fell in love with TtV the way a teenage girl falls in love with the dangerous bad boy who’s all wrong for her.

www.ninotchkabeavers.com

56


57


58


Ninotchka Beavers

Ttv

C

’est ma meilleure amie qui m’a initiée à

Faire de la photo en TTV peut se révéler frustrant.

la photographie TTV (Through The View-

Mais c’est peut-être pour cela que c’est excitant

finder, ndt), et quelque chose dans cette

aussi. On ne sait jamais quel va être le résultat.

technique a immédiatement captivé mon imagination.

Ce que j’aime le plus dans cette technique, c’est

En fait, je prends un cliché macro du viseur d’un

qu’à chaque fois que je prends une photo, à chaque

vieil appareil TLR (à deux lentilles ndt). Je concocte

fois que je change l’appareil qui shoote ou que je

une sorte de tube qui connecte l’appareil qui prend

fabrique un tube, j’apprends.

la photo à celui d’où la photo est composée, afin de bloquer toute lumière parasite et me donner un

La technique TTV m’a enseigné la photographie,

peu de profondeur de champ.

mais pas seulement. Elle m’a enseigné de nouvelles et riches façons de voir le monde. Elle m’a

C’est un procédé maladroit et qui n’a pas grand

appris à me concentrer et à m’arrêter sur ce qui

sens photographique, mais le résultat est ma-

s’offre à mes yeux, comme rien d’autre ne l’a fait

gique. Je suis devenue accro à cette technique

auparavant.

dès qu’on me l’a apprise et que je l’ai moi-même essayée. Il y a quelque chose dans ces images carrées, une espèce de transmission du charme mystique et désuet. Je suis instantanément tombée amoureuse de cette technique, comme une adolescente tombe dans les bras du mauvais garçon. www.ninotchkabeavers.com

59


60


61


62


63


64


65


66


67


68


Sylvestre Annasse, que nous avons publié dans le numéro 1.2, est maintenant représenté par la galerie Sakura. Si vous aussi, vous voulez tenter votre chance, envoyer vos images à Frédéric Meyer : frederic@galerie-sakura.com, en mentionnant Square Magazine. Sylvestre Annasse, whom we published in issue 1.2, is now represented by Sakura Galerie. If you want to try your luck, send your work to Frédéric Meyer: frederic@galerie-sakura.com, mentioning Square Magazine.

www.galerie-sakura.com

69


Patricia Van de Camp

Photography concepts Concepts photographiques

I

J

aesthetics in life and in death too.

tisme existe dans la vie comme dans la mort.

find my inspiration in the transient world around me. I make sensitive portraits or still lives from dead animals. It is a game with de-

cay, but also with the lightness within is. There is

e m’inspire du monde éphémère. Je fais des portraits ou des natures mortes avec des animaux morts. Je joue avec le dé-

labrement, mais aussi avec sa légèreté. L’esthé-

The slow rhythm of the photos is typical of what I

Le rythme lent des images caractérise la façon

do. The world seems apparently still in the frame,

dont je travaille. Le monde parait comme suspen-

while the captured object is just about to disappear.

du dans le cadre et l’objet capturé sur le point de

Although the images are often staged, they seem to

disparaître. Bien que ces images soient la plupart

create the appearance of still lives.

du temps mises en scène, elles prennent l’appa-

What is depicted is paradoxically eminently cor-

rence de réelles natures mortes.

ruptible. Whether they are children, animals or

Ce qui est représenté, paradoxalement, est émi-

plants, he subjects change as I’m working on it.

nemment

I play with the tension between timelessness and

plantes, les sujets évoluent à mesure que je

temporality.

prends la photo. Je joue à la fois avec l’infini et

corruptible.

l’éphémère.

www.patriciavandecamp.nl

70

Enfants,

animaux

ou


71


72


73


74


75


76


77


78


79


80


81


82


83


Doug and Mike Starn

Snow

F

or the Starns, the six-sided nature of snow

fish and seashells scoured by the tides and left to

crystals appears less important than the

dry on sandy beaches. Many have parts missing, or

ways in which the flakes hover between one

they have all their detailed armatures on one side

state and another. As they are being photographed

but not the other. Here again – and despite their

they are in a process of alteration from solid to li-

appearance on gallery walls in grid-like arrange-

quid, from organized form in space to aqueous blob

ments – the Starns’ images exceed the aesthetic

on a surface, and thus suggest a transitiveness

register of the catalog. Unlike industrial struc-

that photography, as a medium devoted to stilling

tures, or man-made devices, imperfection is an

the moment, would seem to contradict. Similarly,

essential part of their beauty and poignancy.

as was true of the pictures of leaf veins and tree branches, light seems not so much to shine on the

This is an extract of a longer text by Andy Grund-

snowflakes as it shines through them. Instead of

berg, first published in 2007 by the Wetterling Gal-

appearing as specimens, in the manner of 19th

lery in Stockholm. The full essay can be accessed

century scientific observation, the snowflakes are

through our website here :

objects of transformation.

www.squaremag.org/snow.doc

Few of the Starns’ snowflakes are models of perfection, and in this they remind one of finding star-

www.starnstudio.com

84


85


86


87


88


Doug and Mike Starn

Neige

P

our les Starn, la nature hexagonale des

est abîmée. Ici encore – et ce malgré leur exposi-

cristaux de neige semble moins remar-

tion sur des murs de galerie, bien alignées – les

quable que la façon dont les flocons pla-

images des Starn dépassent le registre esthétique

nent et passent d’un état à un autre. Derrière

du catalogue. A la différence des structures indus-

l’objectif, ils sont en pleine transformation de

trielles, ou des appareils artificiels, l’imperfection

l’état solide vers l’état liquide, d’une forme struc-

participe de façon essentielle et saisissante à leur

turée vers une forme aqueuse sur une surface, et

beauté.

cela suggère un état avec lequel la photographie semble en parfaite contradiction, puisque consa-

Extrait d’une critique écrite par Andy Grundberg,

crée à l’immortalisation de l’instant. De la même

publiée pour la première fois en 2007 par la galerie

façon que pour les images de veines de feuilles et

Wetterling, Stockholm. Le texte en entier peut être

de branches d’arbres, la lumière ne semble pas

lu à cette adresse : www.squaremag.org/snow.doc

briller sur les flacons, mais à travers.

(anglais uniquement)

Plutôt que d’apparaître comme des specimens, à l’instar des études scientifiques menées au 19ème siècle, les flocons de neige deviennent des objets de transformation. Peu de ces flocons de neige sont des modèles de perfection, en cela, ils nous rappellent les étoiles de mer et les coquillages érodés par les marées et laissés à sécher sur les plages de sable. Certaines parties leur manquent, ou leur armature

www.starnstudio.com

89


90


91


92


93


94


95


96


97


Elise Toïdé

Bedstuy

I

live in BedStuy.

Where a mystery might lie at the end of the street,

Photography is the medium through which I nur-

behind the flamboyant red gate.

ture an intimate relationship with this landscape.

Reality is elsewhere, near the grey and proud buil-

Familiar neighborhood, territory of daily routines and

dings, here it’s something else, a precious

programmed itineraries.

landscape that belongs to me for an instant but of

Foreign landscape, doted with vibrant colors and

which, in the end, I know little.

mysterious protagonists.

I will not learn more from my protagonists for while

This series is the narrative of a deviation from the ordi-

they are at times close to my lens, I remain

nary work route, the errands and the

at a distance.

predictable.

I don’t have the intention to bother them, those cha-

Deviate in order to search.

racters of my landscape, who touch me and

Search for the relevant time.

who, like me, keep their secrets.

Perhaps that of a suspended cinematographic sequence whose characters conceal much behind their appearance.

www.elizalice.com

98


99


100


101


Elise Toïdé

Bedstuy

J

e vis à Bedstuy.

Où il y aurait peut-être un mystère au fond de la

La photographie me permet d’entretenir un

rue, derrière le portail rouge flamboyant. Le réel

rapport intime avec ce territoire.

est loin, du côté des buidings gris et fiers, ici c’est

Territoire familier, terrain de la répétition

autre chose, c’est un terrain précieux, qui m’appar-

quotidienne et des itinéraires programmés.

tient le temps d’un instant mais dont je ne sais

Terrain étranger, parsemé de couleurs vives et

finalement pas grand chose.

de personnages mystérieux.

Je n’en apprendrais pas plus de mes personnages

Cette série est l’histoire d’une déviation de la route

car s’ils sont parfois prêt de mon objectif, moi je

ordinaire du travail, des courses et des

reste loin. Je veux continuer à voir ces personnages

automatismes.

comme des formes. Des formes de mon

Dévier pour chercher.

territoire, qui me touchent et qui, comme moi, gar-

Chercher le temps juste.

dent leurs secrets.

Celui peut-être d’une séquence cinématographique en suspens dont les personnages cacheraient bien des choses derrière leurs apparences.

www.elizalice.com www.elizalice.com

102


103


104


105


106


107


108


109


110


111


Patrick Van Roy

Mises en scène invonlontaires Unvolontary stories

1

5

connus. Les regards de côté sont devenus inutiles.

Eyes are only there to find one’s way. The brain is

Les yeux ne servent plus qu’à se diriger. Le cer-

half asleep. Time is wasted.

veau se met en veille. Le temps est à l’utile.

But then again.

7h - 19h. Les bureaux se vident. Les magasins ferment. Les stations de métro et les gares se remplissent. Les gens rentrent

chez eux. Ils n’empruntent que des chemins

-7pm. Offices are empty. Shops are closing. Underground and railway stations are filling up. People are going back home. They fol-

low a well treaded path. Side glances are useless.

Et pourtant.

www.patrickvanroy.be

112


113


114


115


116


117


118


119


120


121


122


123


The Square team > Rédacteur en chef : Christophe Dillinger www.cdillinger.co.uk > Direction artistique : Yves Bigot www.yvesbigot.com • www.studiobigot.fr > Aide précieuse, conseils avisés : Carine Lautier > Tête chercheuse éclairée, relecture : Audrey Lamandé > Traduction : Vanessa Coquelle - www.vanshawe.wordpress.com Thomas Branconier & Alexandre Alt > Assistants UK: Timothy Coultas

> Sites internet et blog sur mesure > Template pour Wordpress > Animations Flash et Bannieres > XHTML/CSS conforme W3C > Référencement naturel

Lemonfig creative a réalisé le site internet de Square Magazine.

www.lemonfig.ie

> Editeur de livres photographiques & tirages d’art > Communication institutionnelle & événementielle > identité visuelle

Le Studio Bigot a créé la maquette et réalise la mise en pages de Square Magazine.

www.studiobigot.fr


square MAGAZINE

Vous souhaitez participer à Square

2.2

Do you want to contribute

Magazine ? Rien de plus simple :

Do you want to participate to this

envoyez-nous un message à

magazine?

contribute@squaremag.org.

Drop us a line: contribute@squaremag.org

Soyez sûrs de ne nous envoyer que des photos au format carré. Nous acceptons

Please

toute image dans ce format, que ce soit

photographs. We accept anything, even

du film 24x36, du numérique recadré ou

24x36 or digital cropped, or Polaroid.

du Polaroid… Un carré, c’est dans l’œil, pas

Square is in the mind, not necessarily in

seulement dans l’appareil.

the camera.

Nous

avons

besoin

d’une

send

only

square

format

série

We need a coherent series of around

cohérente d’une quinzaine de photos

15 pictures max as well as an artist

maximum et d’une description de votre

statement about your work.

travail.

+ D’INFOS ? MORE NEWS? > Abonnez-vous à notre newsletter > Subscribe to our newsletter

WWW.SQUAREMAG.ORG/CONTACT/

Square Magazine #2.2  

Square Magazine is a quarterly dedicated to the square photographic format. Square Magazine est un trimestriel en ligne dédié au format phot...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you