Page 1

MAGAZINE 4.02

Delphine Burtin Joanna Black Ula Tarasiewicz Wendy Aldiss Paola de Grenet Daniella Zalcman Paula Goddard Heidi Lender CĂŠcile Decorniquet Alison Turner


DELPHINE BURTIN

2

4

JOANNA BLACK

18

ULA TARASIEWICZ

30

WENDY ALDISS

42

PAOLA DE GRENET

56

DANIELLA ZALCMAN

70

PAULA GODDARD

82

HEIDI LENDER

94

CÉCILE DECORNIQUET

106

ALISON TURNER

118


Ode to square L’ode au carré We are the corkscrew in the hamper basket.

Nous sommes le tire-bouchon du panier à piquenique.

We are both the cool side of the pillow and the dash of piri piri.

Nous sommes le coté frais de l’oreiller et le soupçon de pili-pili

The silk stocking and the lucky pants, the first beer of the week

Les bas résilles et le caleçon qui porte chance, la première bière

end and the last bottle of champagne of the evening.

du weekend et la dernière bouteille de champagne.

The umbrella, the parasol, the suntan lotion and the sweet smell

Le parapluie, le parasol, la lotion solaire et l’odeur de l’herbe

of wet grass.

mouillée.

The key lost and found again, the first glimpse of home, the exact

La clé perdue et retrouvée, la première vision de la maison dans

spot in the back that gets scratched at last.

le lointain, le point exact dans le dos que l’on gratte enfin. Nous sommes le Ying et le Yang. Le iYashica et le Nikholga.

We are the Ying and the Yang. The iYashica and the Nikholga. Nous sommes le carré qui fait tourner le monde. We are the square that makes the world go round. Christophe Dillinger, 07/2013.

Also, pease take some time filling in our quick survey / Prenez aussi le temps de remplir notre petit questionnaire svp

3


Delphine Burtin Disparition www.burtin.ch

De la nécessité de l’inutile, de l’essentialité de la beauté, de la futilité du consumérisme et de la fugacité de la possession. La quantité de déchets inutiles que nous jetons m’a toujours impressionnée, mais plus que l’abondance de ce qui est mis au rebut, j’ai cherché à explorer la disparition des choses. Pour cette série, j’ai répertorié pendant une semaine, jour après jour, tout ce que j’ai jeté. Dans notre société, il y a peu de place pour ce qui n’est pas considéré comme utile ou beau. Tout ce qui pourrait déranger notre regard est volontairement écarté. À partir de ce constat, je me suis interrogée sur les rapports qui se tissent entre bonheur et consommation. Devons-nous être un consommateur au grand pouvoir d’achat pour revendiquer le fait d’être heureux ? Par ces questionnements, je cherche à évoquer la place qu’occupent les possessions pour nous, et en filigrane les parts de nous-mêmes que nous ne voulons pas voir. Mes photographies peuvent être vues comme des vanités contemporaines.

4

Elles font référence aux natures mortes des XVIIème et XVIIIème siècles qui instillaient l’idée de futilité de la possession des biens terrestres face à l’inéluctable de la mort.En travaillant en studio à la chambre, j’ai voulu sortir les déchets de leur contexte et leur redonner une place indépendamment de leur qualité de rebut ; c’est leur nouveau statut qui m’intéresse.


5


6


7


Delphine Burtin Disappearance www.burtin.ch

About the need for what seems unnecessary, about the essential characteristics of beauty, about the futility of consumerism and the transience of possessions. The amount of useless garbage we throw away has always struck me. However, more than the abundance of what we put in the waste, I have sought to explore the disappearance of things. For this series of photographs, I collected, over a period of one week, and archived, day by day, everything I would normally throw away. In our society, there’s no place for what is not considered useful or beautiful. Anything that might disturb us is voluntarily rejected. What relationship is there between happiness and consumerism? Do we have to consume to be happy? In an attempt to answer these questions, I have tried to find a place for everything (and everyone), including what we would rather not see. I worked on this series in the studio using a technical camera because I wanted to remove the garbage from its usual context in order to give it a place of importance, regardless of the quality of the waste-matter itself. It

8

is the new status of the material that interests me. My photographs can be seen as contemporary vanities rather than as ecological moralising. In my work, I refer back to the still life painters of the 17th and 18th centuries who sought to transmit the idea of the futility of accumulating possessions in the face of death.


9


10


11


12


13


14


15


16


17


Joanna Black Diamond Jubilee joannablackphotography.com

Visiting a friend I found myself at the Diamond Jubilee party in a care home for residents that have physical and mental problems. The staff thought bringing my dogs would really add some joy and they did, which was something that was wonderful but also painful as it brought back memories of my brother, Henry. Watching this celebration took me back to my childhood. Visiting my Brother, I remember the crushing fear, I understood only that he was different and he lived in what looked like an old hospital. I was not allowed to ask questions. I don’t remember seeing any joy, although he rocked and purred like my guinea pig when my mother hand fed him pieces of cafeteria meat pies. As an eight year old, this horrified me. I now know that it was so traumatic for my Mum that whilst she could show him love, she did not have the strength to talk to me about it. It hurt. Through the dogs I met the other patients. I met Billy and his niece Crystal who clamped her hand on my wrist. Whilst Crystal looks relatively ordinary, she isn’t. Born 18

18

years ago at 23 weeks to «junky Parents», she was born with no frontal lobe to her brain and «much, much more». Her father died in prison, and she was fostered from a baby. The doctors did not think she would survive, later thinking she would not be able to walk, talk or reason. She requires a lot of support, love and attention but she can now do all of those things. She champions her uncle admirably in a direct and slightly scary way. Crystal asked me if I knew of anyone like Billy. I said I had had a brother but that he died years ago. She asked what had happened, unblinkingly waiting for an answer. I tried to answer as best I could in addition to the other questions that followed, but it was hard. I had never been asked these questions before. It felt like she was my eight year old self and I was my mother. It was overwhelming.


19


20


Joanna Black Diamond Jubilee joannablackphotography.com

Rendant visite à un ami, je me suis retrouvée à la fête du jubilé de diamant, dans un centre de soins pour personnes handicapées physiquement et mentalement. Le personnel pensait que d’amener mes chiens plairait aux résidents, ce qui fut le cas, et c’était à la fois merveilleux et douloureux, puisque tout cela me rappelait mon frère, Henry. Regarder cette célébration m’a ramené à mon enfance. Des visites à mon frère, je ne me souviens que de cette peur écrasante, tout ce que je comprenais c’était qu’il était différent et qu’il vivait dans ce qui ressemblait à un vieil hôpital. Je n’avais pas le droit de poser de questions. Je ne me souviens pas y avoir été témoin d‘un quelconque moment de joie, quoiqu’il se balançait et ronronnait comme mon cochon d’Inde quand ma mère lui mettait dans la bouche des morceaux de pâtés à la viande qui venaient de la cafétéria. J’avais huit ans et ça m’horrifiait. Je sais maintenant que c’était tellement traumatisant pour ma maman de lui témoigner de l’amour, qu’elle n’avait plus la force de m’en parler. Ça faisait trop mal. Grâce à mes chiens, j’ai rencontré les autres patients.

J’ai rencontré Billy et sa nièce Crystal qui m’a enserré le poignet dans sa main. Cristal semble relativement « normale », mais elle est loin de l’être. Née il y a 18 ans de cela, primaturée à 23 semaines de parents drogués, elle est née sans lobe frontal, parmi d’autres handicaps. Son père est mort en prison, et elle a été élevée en foyer dès la petite enfance. Aucun médecin ne pensait qu’elle survivrait, et que de toute façon elle ne pourrait ni marcher, ni parler ni raisonner. Elle nécessite beaucoup de soutien, d’amour et d’attention, mais elle peut maintenant faire toutes ces choses. Elle prend fait et cause pour son oncle d’une manière directe et un peu effrayante. Crystal m’a demandé si je connaissais quelqu’un comme Billy. Je lui ai dit que j’avais eu un frère, mais qu’il était mort il y avait de cela quelques années. Elle a demandé ce qui s’était passé, attendant ma réponse sans ciller. J’ai essayé de répondre du mieux que je pouvais, à cette question puis à toutes celles qui suivirent, mais c’était difficile. Je ne m’étais jamais été posé ces questions auparavant. C’était comme si elle était moi à huit ans et moi ma propre mère. C’était bouleversant.

21


22


23


24


25


26


27


28


29


Ula Tarasiewicz Firemen

ulatara.com

Some people see Praga, in Warsaw, as a place full of magic; a place with a special atmosphere where old tenement houses, galleries, and taverns come to life. A large majority of others find it an unsafe district where poverty, dilapidating buildings, and danger are at every turn. There are several foundations that try to change the situation for the residents. Most of the projects are aimed at children, since the older generation is not susceptible to change any more, instead – it is mistrustful. One of these foundations is the Moma Film, which ran the New Urban Legends project, where children from the poorest Praga families participated in creativity workshops. First, in literary classes, the children were asked to devise fictional stories about the places they lived. In turn these stories were turned into screenplays and filmed with the participation of children as actors, directors, and cameramen. This way different stories were created, like this New Urban Legend – a Fireman who rescued a baby from a burning tenement house. I worked on the set as video assistant but I also took my old Hasselblad and

30

took pictures. Fascinated, I observed the joy with which the children were transforming into fairy tale characters, how extremely seriously they played their acting roles and how freely and eagerly they abandoned, if only for a moment, their personalities and impersonated someone strikingly different – more awesome, happier, more reputable. Heroes emerged who had done something amazing and were adored by her/his family and the local community. It is these findings that I represent here in my New Urban Legends Photographic Project. I strived to turn workshop documentation into an autonomous presentation.


31


32


33


34


35


36


Ula Tarasiewicz Pompiers

ulatara.com Certains voient Praga, à Varsovie, comme un lieu plein de magie, un endroit avec une ambiance particulière où les maisons anciennes, les galeries et les tavernes reviennent à la vie. Une grande majorité des autres trouve que c’est un quartier dangereux où la pauvreté, les bâtiments délabrés, et le danger sont à chaque coin de rue. Il existe plusieurs organisations qui tentent de changer la situation pour les habitants. La plupart des projets visent les enfants, puisque l’ancienne génération, trop méfiante, ne changera plus. Film Moma est une de ces organisations, qui a pris en main le projet « New Urban Legends », où les enfants des familles les plus pauvres de Praga participent à des ateliers de créativité. Tout d’abord, dans les classes littéraires, les enfants sont invités à concevoir des histoires de fiction qui se déroulent sur les lieux où ils vivent. Ces histoires sont à leur tour transformées en scénarios et filmées avec la participation des enfants qui deviennent acteurs, réalisateurs et cameramen. De cette façon, des histoires différentes ont été créées, comme cette

nouvelle légende urbaine - un pompier qui a sauvé un bébé d’un immeuble en feu. J’ai travaillé sur le set comme assistant vidéo, mais j’ai aussi pris mon vieux Hasselblad et pris des photos. Fascinée, j’ai observé la joie avec laquelle les enfants se transformaient en personnage de contes de fée, le sérieux extrême avec lequel ils ont joué leur rôle et comment, librement, et avec quel enthousiasme ils ont abandonné, même si ce n’était que pour un instant, leurs personnalités et sont devenus quelqu’un d’étonnamment différent - plus impressionnant, plus heureux, plus digne de confiance. Des héros ont émergé, qui ont cree quelque chose d’extraordinaire et furent adorés par leurs familles et la communauté locale au complet. Ce sont ces conclusions que je représente ici, dans mon nouveau projet photographique « Urban Legends ».

37


38


39


40


41


Wendy Aldiss Memory seen through time aldissphotography.co.uk

Memory and photography are inextricably linked; sometimes to the extent of being indistinguishable from one another. We use photographs as both mental touchstones and physical evidence to prompt or corroborate memories. Recent research into memory has shown that a memory is affected by experience, mood, environment and the passage of time, and that it can be altered the more often it is re-visited as this adds additional layers of influences and interpretations on top. My interest is in this inexact nature of memory and how it metamorphoses over time, often without us realising it. Records of childhood generally include ‘snapshot’ photographs that record outward physical realities that, when viewed, provoke memories and emotions. This set of images starts at the other end of this process. They evoke my time spent on the beach as a child, not as it actually was but how it seems now, complete with the distortions that memory creates. Beautiful days of sunshine; the fascination of life under the water; the long distance from one end of the beach to the other and

42

the dream of seeing my parents there together. These memories all form part of the history of a day spent playing by the sea. To represent this constant re-interpretation of memory photographically is exciting and challenging. After some experimentation, black and white print film, with the images full frame in square format, proved to best achieve the feeling I look for. Then careful selection of the perspective, scale and light are crucial to capturing the essence of the remembrance of things past..


43

43


44


45


47


48


49


50


Wendy Aldiss Mémoire vue au travers du filtre du temps aldissphotography.co.uk

Mémoire et photographie sont intimement liées; parfois au point d’être indiscernables l’un de l’autres. Nous utilisons des photos comme les deux pierres angulaires mentales, comme preuves matérielles afin d’inciter ou de corroborer des souvenirs. Des recherches récentes sur la mémoire ont montré qu’elle est affectée par l’expérience, l’humeur, l’environnement et le passage du temps, et que plus on revisite un souvenir, plus il est modifié, plus on y ajoute des couches supplémentaires d’influences et d’interprétations. Je suis intéressée par la nature aléatoire de la mémoire et par la facon dont elle se métamorphose au fil du temps, souvent sans que nous nous en rendions compte. Les boites à souvenirs de l’enfance comprennent généralement des «instantanés», qui enregistrèrent les réalités physiques extérieures et qui, lorsqu’on les regarde, provoquent des souvenirs et des émotions. Cet ensemble d’images commence à l’autre extrémité de ce processus. Il évoque mon temps passé sur la plage quand j’étais une enfant, non pas telle qu’il

était réellement, mais de la façon dont il me semble aujourd’hui avoir été, avec les distorsions que la mémoire a créées. Belles journées de soleil, la fascination de la vie sous l’eau, la longue distance d’une extrémité de la plage à l’autre et le rêve de voir mes parents là, ensemble. Ces mémoires font toutes partie de l’histoire d’une journée passée à la plage.


52


53


54


You are, or you know a poor rectangular photographer who would you like to try their hand at the square format and be published in the magazine? If so, the Square Residencies program is just what you need. It is free, it last three to six months and is open to all, regardless of age, gender or nationality (or indeed photographic gear). Here’s what you need to do: Gather some of your work and some info about yourself. Put together a proposal, highlighting your visual project and why you think the square format would fit. Email the lot to editor@squaremag.org What you’ll get: On-going assessment and feedback on your project from members of the Square Magazine team (email, phone and Skype). Academic help if needed (for instance art history and contextual studies). A slot in the magazine at the end of the residency. Promotion of the project via social networks and the magazine’s website.

55


Paola de Grenet A dog’s life paoladegrenet.tumblr.com

“Dog’s life” by Eels,

“That Doggie in the Window» Patti Page

«Black Eyed Dog» by Nick Drake

«Clyde» by Waylon Jennings

«Dirty Ol Egg Sucking Dog» by Johnny Cash

“My Dog And Me» by John Hiatt

«I Love My Dog» by Cat Stevens

«Lonesome Dog Blues» by Lightnin’ Hopkins

“Old King» by Neil Young

«Quiche Lorraine» by The B-52s

“Pitbull Terrier” by Emir Kusturica and The No Smoking

“Chucho Malherido” by Nacho Vegas

Orchestra

Chasing Cars» by Snow Patrol

“Bron-Y-Aur Stomp» by Led Zeppelin “Dog” by John Lydon “I don’t wanna grow up” by Tom Waits ”I wanna be your dog” by Iggy Pop

56


57

57


58


59


60


61


62


63


64


65


66


67


68


Vous êtes, ou vous connaissez quelqu’un qui est, un pauvre photographe qui se débat avec le rectangle, et qui aimerait essayer le format carrée et etre publiée dans le magazine? Le tout nouveau programme d’artistes en résidence peut vous aider. C’est gratuit, ça dure de 3 à 6 mois est c’est ouvert à tous, quelque soit votre age, votre sexe ou votre nationalité. Ce qu’il nous faut : Rassemblez des extraits de vos travaux et quelques info sur vous-mêmes. Mettez sur pied une proposition, mettant en lumière votre projet visuel et les raisons pour lesquels vous pensez que le format carré serait approprié. Envopez le tout à editor@squaremag.org Ce que vous pouvez espérer de nous : Une évaluation et un retour sur votre projet d’un des membres de l’équipe de Square Magazine (mèl, téléphone ou Skype). Une aide académique si necéssaire (par exemple en histoire de l’art ou en études contextuelles). Un article dans le magazine à la fin de la résidence. La promotion de votre travail via les sites de réseaux sociaux et via notre site web

69


Daniella Zalcman New York + London

iella.net When I moved from New York City to London late last year, I

Quand j’ai déménagé de New York à Londres en fin d’année

decided to create a series of double exposures. The images

dernière, j’ai décidé de créer une série d’expositions doubles.

are part New York, part London, and collectively represent my

Les images sont en partie de New York, et en partie de Londres,

vision of home.

et représentent collectivement ma vision du concept de foyer.

I think it’s natural to seek out similarities and differences

différences lorsque vous entrez en contact avec un nouvel

when you move to a completely new environment, and

environnement complètement différent, et cette série est ma

this is my version of that. Visually, they make for such

version de cette expérience. Visuellement, ces images créent

wonderful portmanteaux — London is such an old city rooted

de merveilleux portmanteaux - Londres est une vieille capitale

in architectural tradition, where New York feels like it has a

bien ancrée dans une certaine tradition architecturale, alors

constantly shifting skyline of glass and steel.

que New York est un horizon de verre et d’acier en constante

Je pense qu’il est naturel de chercher les similitudes et les

évolution. The photos were shot and edited entirely with my iPhone 4S,

Les photos ont été prises et montés entièrement avec mon

a medium that I find to be liberating. I spend most of my time

iPhone 4S, un médium que je trouve être libérateur. Je passe la

shooting newspaper and magazine assignments on a clunky

plupart de mon temps à faire des photos pour des commandes

DSLR that requires a certain degree of deliberation, but the

de magazines et de journaux avec un reflex numérique

iPhone is simple and spontaneous. Each pair of photos was

maladroit, des images qui nécessitent un certain degré de

selected based on negative space, colour, and contrast — but

délibération. A l’opposé, l’iPhone est un appareil simple et

for every composite that you see, I had to go through at least a

spontané. Chaque paire de photos a été choisi en fonction de

dozen versions before finding the perfect combination.

l’espace négatif, la couleur et le contraste - mais pour chaque paire j’ai dû en passer par au moins une douzaine de versions avant de trouver la combinaison parfaite.

70

70


71


72

72


73


74


75


76


77


78


79


80


81


Paula Goddard New Reading Portraits

paulacska.com

In my photography I like to explore the realm of the surreal, and

Dans mon travail photographique, j’explore le royaume de

am mainly interested in ways of merging it with the mundane.

l’irréel, et ce qui m’intéresse le plus c’est de l’incorporer au

When creating images I try to allow my mind to roam freely in a

monde normal. Quand je construis une image, j’essaie de

world where anything can happen.

laisser mon esprit voyager dans un monde imaginaire ou tout peut se produire.

82


83


84

84


85


86


87


88


89


90


91


92


93


Heidi Lender Once upon

heidilender.com

“All the world’s a stage, And all the men and women merely

« Le monde entier est un théâtre, et les hommes et les femmes

players: They have their exits and their entrances; And one man

ne sont que des acteurs ; ils ont leurs entrées et leurs sorties.

in his time plays many parts”. William Shakespeare.

Un homme, dans le cours de sa vie, joue différents rôles »,

“Once upon” is a photo-tale exploring the ego and individual in

William Shakespeare.

various environments and apparel. With a platform on which to

«Once upon» est un photo-conte qui explore l’ego et l’individu

stand, I whimsically investigate the host of personalities within,

dans des environnements et des habits différents. Avec une

the layers and textures that make up the self, the characters

plate-forme sur laquelle se tenir debout, j’étudie bizarrement

we hide, show, accept and reject, and the role that fashion

la foule de personnalités à l’intérieur, les couches et textures

and design play in moulding those characters. Headless (or

qui composent le soi, les personnages que nous cachons,

faceless) self-portraits lend a sense of objectivity, obscurity

montrons, acceptons et rejetons, et le rôle que la mode et le

and freedom from identification.

design ont dans la conception d’une personne. Sans tête, (ou anonyme) ces autoportraits parlent d’objectivité, d’obscurité et de liberté d’identification.

94


95


96


97


98


99


100


101


102


103


104


105


Cécile Decorniquet Enfants

ceciledecorniquet.com

Les portraits que Cécile Decorniquet propose dans ses séries se

Cécile Decorniquet ‘s portraits overstep the limits of

jouent des limites de la représentation et nous font partager un

representation and make us share in a dream world of fantasy

monde onirique empreint de fantaisie et de poésie. À l’encontre

and poetry. In contrast to the melancholy gaze, the artist

du regard mélancolique, l’artiste habille, grime ces petites filles,

dresses, puts make up on these little girls and has them pose

les fait poser à la manière des grandes dames victoriennes.

like Victorian ladies. The playfulness that emerges from these

L’espièglerie qui s’en dégage lance un défi au spectateur.

shots challenges the viewer. This universe, mixing together

Son univers qui mélange à la fois les grands portraits de la

the Flemish primitive painting tradition, the Spanish Baroque

peinture primitive flamande, de la peinture baroque espagnole

school and obviously the photographs Lewis Carroll took of

et de toute évidence les photographies d’Alice Liddell de Lewis

Alice Liddell, is misleading. A kind of unreality surrounds the

Carroll, est trompeur. Une forme d’irréalité entoure ces visages

faces that, out of the corner of their eyes, glance at us slyly.

qui, du coin de l’œil, nous jettent un regard narquois. Là où la

Whereas photography represents a certain type of reality,

photographie imprime une forme de réalité, Cécile détourne

Cécile pushes away its original function, allowing us to see a

sa fonction initiale, nous donne à voir une figure fantasmée de

fantasy figure of childhood and revealing to us a surreal world,

l’enfance et nous révèle un monde surréaliste, comme si nous

as if we had stepped over to the other side of the mirror.

étions passés de l’autre côté du miroir.

Laetitia Guillemin Laetitia Guillemin

106


107


108


109


110


111


113


114


115


116


117


Alison Turner Reflected Identities

alisonturnerphoto.com

When I look in the mirror, what I see reflecting back at me is

Quand je regarde dans le miroir, ce que j’y vois n’est

usually not how I feel inside. Under the superficial layer of

généralement pas à ce que je ressens etre en moi même. Sous

skin, hair and eye colour, I am much more complex than my

la couche superficielle de la peau, des cheveux et de la couleur

reflection reveals. My internal struggles and search for self-

des yeux, je suis beaucoup plus complexe que cette réflexion

identity has given me plenty of bricks to build the wall high,

révèle. Mes luttes internes et le recherche de ma propre identité

while holding down an internal mix of intense feelings of anger,

m’ont fourni beaucoup de briques pour construire une grande

loss, jealousy, vulnerability, love, sadness and confusion.

muraille, une enceinte qui circonscrit un mélange de colère intense, de perte, de jalousie, de vulnérabilité, d’amour, de

They say that you are a direct reflection of your friends and

tristesse et de confusion.

the people you choose to surround yourself with. If this holds true, all of my friends in this series are a collective self portrait

Il parait que nous sommes un reflet direct de nos amis et des

of who I am. “Reflected Identities” has allowed me to see

gens dont nous nous entourons. Si cela est vrai, tous mes

and understand these feelings by looking closer at the faces

amis dans cette série sont un autoportrait collectif. La série

and bodies of the people who are closest to me who are also

«Identités reflétées» m’a permis de voir et de comprendre ces

learning to accept who they are right now.

sentiments, au travers d’un regard plus profond de ces visages et ces corps de ces gens qui sont proches de moi, et qui ont eux aussi à s’apprendre et à s’accepter eux-mêmes.

118


119


120


121


122


123


124


125


126


127


128


129


The Square Team ◆ ◆ ◆ ◆ ◆ ◆

Rédacteur en chef : Christophe Dillinger www.cdillinger.co.uk Direction artistique : Yves Bigot & Marie Dubois www.yvesbigot.com • www.editionsdejuillet.com Aide précieuse, conseils avisés : Carine Lautier Traduction : Mirko Reinberg, Bea Fresno, Nadja Atkinson & Andrea Ploenges Relecture : Stéphane Biéganski & Jimmy Hublet Design Intern: Timothy Dillinger

◆ Sites internet et blog sur mesure ◆ Template pour Wordpress

Éditeur de beaux livres d’images

◆ Animations Flash et Bannieres

depuis 2004

◆ XHTML/CSS conforme W3C

www.editionsdejuillet.com

◆ Référencement naturel

130


Vous souhaitez participer à Square Magazine ? Rien de plus simpl e : envoyez-nous un message à contribute@squaremag.org.

Do you want to contribute to this magazine? Drop us a line to contribute@squaremag.org

Soyez sûrs de ne nous envoyer que des photos au format carré. Nous acceptons toute image dans ce format, que ce soit du film 24x36, du numérique recadré ou du Polaroid… Un carré, c’est dans l’œil, pas seulement dans l’appareil.

Please send only square format photographs. We accept anything, even 24x36 or digital cropped, or Polaroid. Square is in the mind, not necessarily in the camera.

Nous avons besoin d’une série cohérente d’une quinzaine de photos maximum et d’une description de votre travail.

We need a coherent series of around 15 pictures max as well as an artist statement about your work.

+ D’INFOS ? MORE NEWS? > Abonnez-vous à notre newsletter > Subscribe to our newsletter

WWW.SQUAREMAG.ORG/CONTACT/

131

402 fr gb  

Square Magazine, issue 4.4, featuring Issue 2.4, featuring Alison Turner, Cécile Decorniquet, Daniella Zalcman, Delphine Burtin, Heidi Lende...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you