Page 1

POUR LA SCIENCE

CLIMAT « On peut encore freiner les événements extrêmes »

Écologie

Neurosciences

L’ÉTONNANTE MER INTÉRIEURE DU CERVEAU

Informatique

LE MONDE NUMÉRIQUE PASSE À L’ÉCHELLE ZETTA

L’INTERNET QUANTIQUE Plus sûr Plus puissant Plus économe

L 13256 - 528 H - F: 6,90 € - RD

DOM : 7,90 € – BEL./LUX. : 7,90 € – CH : 12,70 CHF – CAN : 12,50 $CA – TOM : 1 040 XPF

Édition française de Scientific American – Octobre 2021 - n° 528

POURQUOI LA FORÊT TROPICALE EST SI RICHE

Entretien avec Valérie Masson-Delmotte

10/21


En en pr ligne & ésent iel

VILLE DE PARIS PIS_18_12778_VILLE_DE_PARIS_LOGO_VERTICAL_POS_CMJN 27/11/2018 24, rue Salomon de Rothschild - 92288 Suresnes - FRANCE Tél. : +33 (0)1 57 32 87 00 / Fax : +33 (0)1 57 32 87 87 Web : www.carrenoir.com

ÉQUIVALENCE QUADRI OFB OFB_19_00000_Logo_CMJN JFB

CYAN 100 % MAGENTA 40 % NOIR 80 %

30-34 Rue du Chemin Vert 75011 Paris +33 (0)1 85 56 97 00 www.carrenoir.com

Ce fichier est un document d’exécution créé sur Illustrator version CS6.

Date : 23/07/2019

TONS RECOMMANDÉS (4)

Ce fichier est un document d’exécution créé sur Illustrator version CS6.

ÉCHELLE 1/1

CYAN

SCIENCES AVENIR

ET

MAGENTA

JAUNE

NOIR

0

1

2


www.pourlascience.fr 170 bis boulevard du Montparnasse – 75014 Paris Tél. 01 55 42 84 00

É DITO

Groupe POUR LA SCIENCE Directrice des rédactions : Cécile Lestienne POUR LA SCIENCE Rédacteur en chef : Maurice Mashaal Rédactrice en chef adjointe : Marie-Neige Cordonnier Rédacteurs : François Savatier, Sean Bailly Stagiaire : Valentin Rakovsky

Maurice Mashaal Rédacteur en chef

HORS-SÉRIE POUR LA SCIENCE Rédacteur en chef adjoint : Loïc Mangin Développement numérique : Philippe Ribeau-Gésippe Community manager et partenariats : Aëla Keryhuel aela.keryhuel@pourlascience.fr Conception graphique : William Londiche Directrice artistique : Céline Lapert Maquette : Pauline Bilbault, Raphaël Queruel, Ingrid Leroy, Charlotte Calament Réviseuse : Anne-Rozenn Jouble Marketing & diffusion : Charline Buché Chef de produit : Eléna Delanne Direction du personnel : Olivia Le Prévost Secrétaire général : Nicolas Bréon Fabrication : Marianne Sigogne et Zoé Farré-Vilalta Directeur de la publication et gérant : Frédéric Mériot Anciens directeurs de la rédaction : Françoise Pétry et Philippe Boulanger Conseiller scientifique : Hervé This Ont également participé à ce numéro : Stéphane Blanc, Maud Bruguière, Silvana Condemi, Xavier Müller, Didier Sornette, Martin Tiano PUBLICITÉ France stephanie.jullien@pourlascience.fr ABONNEMENTS www.boutique.groupepourlascience.fr Courriel : serviceclients@groupepourlascience.fr Tél. : 01 86 70 01 76 Du lundi au vendredi de 9 h à 13 h Adresse postale : Service abonnement Groupe Pour la Science 56 rue du Rocher 75008 Paris Tarifs d’abonnement 1 an (12 numéros) France métropolitaine : 59 euros – Europe : 71 euros Reste du monde : 85,25 euros DIFFUSION Contact kiosques : À Juste Titres ; Alicia Abadie Tél. 04 88 15 12 47 Information/modification de service/réassort : www.direct-editeurs.fr SCIENTIFIC AMERICAN Editor in chief : Laura Helmut President : Stephen Pincock Executive vice president : Michael Florek

Toutes demandes d’autorisation de reproduire, pour le public français ou francophone, les textes, les photos, les dessins ou les documents contenus dans la revue « Pour la Science », dans la revue « Scientific American », dans les livres édités par « Pour la Science » doivent être adressées par écrit à « Pour la Science S.A.R.L. », 162 rue du Faubourg Saint-Denis, 75010 Paris. © Pour la Science S.A.R.L. Tous droits de reproduction, de traduction, d’adaptation et de représentation réservés pour tous les pays. La marque et le nom commercial « Scientific American » sont la propriété de Scientific American, Inc. Licence accordée à « Pour la Science S.A.R.L. ». En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement la présente revue sans autorisation de l’éditeur ou du Centre français de l’exploitation du droit de copie (20 rue des Grands-Augustins, 75006 Paris).

Origine du papier : Autriche Taux de fibres recyclées : 30 % « Eutrophisation » ou « Impact sur l’eau » : Ptot 0,007 kg/tonne

RÉSEAU CHERCHE NON-LOCAL POUR ÉCHANGES DISCRETS

L

e mot « quantique » est à la mode. Tellement à la mode que des charlatans de la médecine ou de la psychologie se l’approprient pour vendre des ouvrages ou des théories fumeuses. L’internet quantique n’appartient pas à la même catégorie : ce concept encore futuriste fait l’objet de travaux tout à fait sérieux et de pointe. Mais de quoi s’agit-il ? Internet est un réseau dont les nœuds sont connectés par des fibres optiques, qui véhiculent l’information sous la forme d’impulsions lumineuses. Ces paquets de lumière sont constitués de plusieurs milliers de photons. Or, comme nous l’explique le physicien genevois Nicolas Gisin (voir pages 22 à 27), si l’on parvenait à réduire ce nombre à un seul photon par impulsion, il serait possible d’utiliser les propriétés quantiques de ces particules de lumière au profit de la sécurité des communications, qui deviendrait infaillible. C’est l’avantage le plus saillant. Il y en a d’autres. Reste que manipuler les propriétés quantiques de photons à l’échelle d’un réseau aussi vaste et complexe qu’internet n’est pas une mince affaire. Les difficultés, immenses, sont non seulement techniques mais aussi théoriques. L’une d’elles, et non la moindre, porte sur la non-localité, phénomène quantique déroutant par lequel des particules distantes peuvent, en un certain sens, s’influencer instantanément. Des décennies de réflexions et d’expériences ont fini par cerner la non-localité pour des particules émises par une source unique, mais cela reste largement à faire dans le cas de plusieurs sources indépendantes qu’implique un réseau (voir pages 28 à 38). Alors, l’internet quantique n’est peut-être pas pour bientôt, mais l’idée stimule beaucoup physiciens et ingénieurs. Espérons en tout cas que l’internet du futur sera de qualité et libre, à l’abri tant des censeurs que des désinformateurs. Mais c’est là une autre histoire, sur laquelle la physique et la technique ont peu de prise. n

POUR LA SCIENCE N° 528 / OCTOBRE 2021 /

3


s OMMAIRE N° 528 / Octobre 2021

CAHIER PARTENAIRE

PAGES I À III (APRÈS LA P. 70)

Accident nucléaire Le refroidissement du combustible mis à l’épreuve

ACTUALITÉS

P. 6

ÉCHOS DES LABOS • Des cristaux de Wigner observés en laboratoire • Une guêpe parasite en toute impunité • Comment l’éléphant fait de sa trompe un outil polyvalent • Quand l’eau devient métallique • Sur les traces d’exolunes en formation • Trois Néandertaliens et un Dénisovien ont révélé leurs groupes sanguins • Des forêts en oscillation • Le diabète, une maladie du cerveau ? • Rapport du Giec : Entretien avec Valérie Masson-Delmotte

P. 16

LES LIVRES DU MOIS

P. 18

parrainé par

GRANDS FORMATS

DISPUTES ENVIRONNEMENTALES

P. 40

P. 60

COMMENT LES PARASITES SCULPTENT LES PAYSAGES VÉGÉTAUX

VINGT MILLE LIEUES SOUS UN CRÂNE

ÉCOLOGIE

Marc-André Selosse

NEUROSCIENCES

A. Chagnot, G. Rauchs et D. Vivien

Pourquoi les forêts tropicales sont-elles généralement bien plus riches en espèces d’arbres que les forêts tempérées ? La réponse est liée aux microorganismes du sol et à l’« effet JanzenConnell ».

Dix ans de découvertes précisent notre compréhension des « mers » et « rivières » empruntées par le liquide céphalorachidien, qui baigne notre cerveau et notre moelle épinière. Et l’on s’aperçoit que ce fluide joue un rôle crucial tout au long de notre vie.

P. 50

P. 74

QUE FAIRE DES USINES À GAZ ?

MARY TSINGOU, DANS L’OMBRE DE LA PREMIÈRE EXPÉRIENCE NUMÉRIQUE

Bataille sur le statut des données génétiques Catherine Aubertin

P. 20

LES SCIENCES À LA LOUPE

La rhétorique de l’excellence Yves Gingras

ÉNERGIE

• Notre sélection d’articles • Des offres préférentielles • Nos autres magazines en kiosque Inscrivez-vous www.pourlascience.fr

4 / POUR LA SCIENCE N° 528 / OCTOBRE 2021

POUR LA SCIENCE Édition française de Scientific American – Octobre 2021 - n° 528

NE MANQUEZ PAS LA PARUTION DE VOTRE MAGAZINE GRÂCE À LA NEWSLETTER

Écologie

Neurosciences

POURQUOI LA FORÊT TROPICALE EST SI RICHE

DOM : 7.9 € - BEL/LUX : 7.9 € - CH 12.70 FS – CAN : 12.50 $CA – TOM : 1040 XPF

LETTRE D’INFORMATION

L’ÉTONNANTE MER INTÉRIEURE DU CERVEAU

Entretien avec Valérie Masson-Delmotte

Informatique

LE MONDE NUMÉRIQUE PASSE À L’ÉCHELLE ZETTA

10/21

L’INTERNET QUANTIQUE Plus sûr Plus puissant Plus économe

L 13256 - 528 H - F: 6,90 € - RD

fr

CLIMAT « On peut encore freiner les événements extrêmes »

PLS528-COUVERTURE.indd 1

01/09/2021 11:34

En couverture : © Quardia/shutterstock.com Les portraits des contributeurs sont de Seb Jarnot Ce numéro comporte un encart d’abonnement Pour la Science, broché en cahier intérieur, sur toute la diffusion kiosque en France métropolitaine. Il comporte également un courrier de réabonnement, posé sur le magazine, sur une sélection d’abonnés.

Michael Webber

La combustion du gaz naturel émet du CO2. Dans la perspective d’un avenir décarboné, faudra-t-il démanteler les infrastructures gazières existantes ? Dans un premier temps, il serait plus judicieux de les reconvertir pour y transporter des gaz ayant un meilleur bilan écologique.

HISTOIRE DES SCIENCES

Thierry Dauxois

Embauchée dans les années 1950 à Los Alamos pour effectuer des calculs à la main, la mathématicienne, aujourd’hui tombée dans l’oubli, était pourtant une pionnière en programmation.


RENDEZ-VOUS

P. 80

LOGIQUE & CALCUL

LE MONDE NUMÉRIQUE PASSE AU ZETTA

Jean-Paul Delahaye

Les capacités de calcul et de stockage de l’information continuent de croître. Globalement, où en est-on aujourd’hui ? Les estimations font apparaître l’ordre de grandeur de 1021 octets, c’est-à-dire le zettaoctet.

P. 86

ART & SCIENCE

PHYSIQUE QUANTIQUE

P. 22

« L’INTERNET QUANTIQUE EST POUR LE PHYSICIEN UN DÉFI FASCINANT »

La perspective, une invention flamande ? Loïc Mangin

P. 88

IDÉES DE PHYSIQUE

Raisin flambé aux microondes

Jean-Michel Courty et Édouard Kierlik

Entretien avec Nicolas Gisin

Comment sécuriser les communications numériques ? Un internet du futur mettant à profit les lois de la physique quantique offrirait une solution infaillible. À condition de surmonter de nombreuses difficultés techniques et théoriques… Les explications de Nicolas Gisin, qui nous décrit aussi les progrès les plus récents.

P. 28 LA NON-LOCALITÉ QUANTIQUE À L’ÈRE DES RÉSEAUX

Marc-Olivier Renou, Nicolas Gisin et Nicolas Brunner

Les lois de la physique quantique semblent incompatibles avec le principe de localité, selon lequel deux objets distants ne peuvent pas s’influencer instantanément. Assez bien comprise pour des photons émis par une source unique, cette non-localité reste à cerner dans le cas d’un internet quantique, réseau où de nombreuses sources indépendantes de photons seront à l’œuvre.

P. 92

CHRONIQUES DE L’ÉVOLUTION

Sur les traces des premiers ostéocytes Hervé Le Guyader

P. 96

SCIENCE & GASTRONOMIE

Des sablés bien goûteux Hervé This

P. 98

À PICORER

POUR LA SCIENCE N° 528 / OCTOBRE 2021 /

5


ÉCHOS DES LABOS

PHYSIQUE

DES CRISTAUX DE WIGNER OBSERVÉS EN LABORATOIRE P. 6 P. 16 P. 18 P. 20

Échos des labos Livres du mois Disputes environnementales Les sciences à la loupe

Constitués d’électrons immobiles et répartis de façon régulière, des cristaux de Wigner ont été produits dans des matériaux d’épaisseur monoatomique.

D

ans un matériau conducteur, les électrons libres se comportent comme un fluide et circulent à des vitesses de l’ordre de quelques milliers de kilomètres par seconde. Mais dans certaines conditions, les électrons se figent dans une configuration régulière qui rappelle celle d’un cristal. À cause de cet immobilisme, il n’est plus possible d’établir un courant dans le matériau : celui-ci se comporte comme un isolant. En 1934, le physicien hongrois Eugene Wigner a prédit l’existence de ce type de cristal qui porte aujourd’hui son nom. L’équipe de Hongkun

6 / POUR LA SCIENCE N° 528 / OCTOBRE 2021

Park, à l’université Harvard, et celle d’Ataç Imamoğlu, à l’École polytechnique fédérale de Zurich, viennent d’observer de façon très nette ce phénomène et la transition de phase associée du cristal qui « fond ». Dans un matériau, ce cristal d’électrons se forme dans des conditions très particulières. « Le cristal de Wigner serait l’état naturel d’un ensemble d’électrons tels qu’on les rencontrerait dans les métaux s’il n’y avait pas de phénomènes quantiques », explique Mark Oliver Goerbig, du Laboratoire de physique des solides à Orsay. « En effet, les électrons se repoussent en raison de leurs interactions coulombiennes (ou

électrostatiques) tout en étant restreints au volume occupé par le métal. La formation d’un cristal minimiserait cette répulsion. Or les fluctuations thermiques et quantiques empêchent cette mise en ordre. » Il faut donc refroidir le matériau à quelques degrés au-dessus du zéro absolu pour limiter l’agitation thermique. Mais même au zéro absolu, les électrons bougent encore trop en raison de fluctuations quantiques. Afin de réduire l’importance relative de ces dernières, il faut diminuer la densité électronique. Dans ces conditions, la répulsion coulombienne entre les électrons domine et, dans un système bidimensionnel, les particules se disposent à la même distance les unes des autres selon un réseau triangulaire. Depuis les travaux de Wigner, plusieurs expériences ont mis en évidence ce

© Ella Maru Studio/Hongkun Park et You Zhou

Grâce aux progrès dans la synthèse de matériaux d’épaisseur monoatomique, des chercheurs ont formé des cristaux de Wigner, état de la matière où les électrons libres sont figés selon un motif régulier de maille triangulaire (ici, deux cristaux de Wigner sont représentés l’un au-dessus de l’autre).


© Shutterstock/Somboon Kamtaeja.com

BIOLOGIE ANIMALE

cristal en utilisant un fort champ magnétique pour réduire les fluctuations quantiques. Or, ces dernières années, quelques équipes ont obtenu des indices de formation d’un cristal de Wigner sans l’assistance d’un champ magnétique. Mais une démonstration décisive manquait. Les progrès dans la synthèse de matériaux constitués d’une unique couche atomique ont ouvert la voie à des systèmes prometteurs. Les équipes de Harvard et Zurich ont utilisé du diséléniure de molybdène (MoSe2), qui a un double avantage : la masse effective des électrons y est importante (ils circulent plus lentement, ce qui réduit l’agitation quantique) et les interactions de ces particules sont plus intenses (la répulsion coulombienne y est moins perturbée – écrantée – que dans d’autres matériaux). Il est alors possible de réunir les conditions pour obtenir un cristal de Wigner sans l’aide d’un champ magnétique et avec une densité d’électrons assez élevée. L’équipe d’Ataç Imamoğlu a utilisé une seule couche monoatomique de MoSe2. En appliquant une tension électrique sur la couche, les chercheurs ont réglé finement la densité électronique et formé un cristal de Wigner, les électrons se disposant selon un réseau triangulaire. L’équipe de Hongkun Park, elle, a utilisé deux couches monoatomiques de MoSe2 superposées et séparées par un matériau isolant, chacune pouvant contenir un cristal de Wigner. À cause des forces coulombiennes agissant entre les couches, les structures cristallines ne se formaient que pour certains rapports entiers des densités électroniques dans les deux couches. Grâce à ce dispositif performant, les physiciens ont étudié les transitions de phase du cristal de Wigner. Une première transition peut être obtenue en augmentant la température. Le cristal fond, à l’image d’un glaçon quand la température dépasse 0 °C. L’agitation thermique reprend le dessus et les électrons redeviennent un fluide. Mais une autre transition, dite « quantique », est obtenue à température constante : en augmentant la densité électronique, l’agitation quantique s’accroît et déstabilise la structure, et les électrons retrouvent leur fluidité. n Sean Bailly

UNE GUÊPE PARASITE EN TOUTE IMPUNITÉ

Les ficus, genre d’arbres auquel appartient le figuier, et les guêpes entretiennent d’étroites relations : les premiers offrent aux secondes un lieu pour pondre et, en échange, les guêpes pollinisent l’arbre… dans la plupart des cas.

L

’association étroite entre les ficus du Yunnan chinois et certaines guêpes est un jeu à somme positive, où chacun tire des bénéfices de la coopération et a intérêt à la perpétuer. Les insectes pollinisent les ficus et s’invitent en échange à l’intérieur des inflorescences pour y pondre leurs œufs et favoriser le développement de leurs larves. La plupart des ficus réagissent aux espèces qui se défausseraient de leur rôle pollinisateur : un mécanisme encore mal connu conduit la plante à laisser choir au sol les fruits qui contiennent leurs œufs. Les guêpes les moins pollinisatrices sont ainsi désavantagées dans leur reproduction. Mais Ting Zhang, du jardin botanique tropical de Xishuangbanna, en Chine, et ses collègues ont trouvé une curieuse exception. Les fruits du ficus ginseng servent de lieu de ponte à deux guêpes : Eupristina verticillata et une espèce très proche non encore nommée (Eupristina sp.). Eupristina verticillata porte sur ses pattes des cils accrochant facilement le pollen et permettant sa dispersion. Sa congénère Eupristina sp. a perdu ces cils au fil de l’évolution et ne pollinise presque jamais les ficus. Mais les chercheurs n’ont remarqué aucune forme de sanction contre ces passagères clandestines. Au contraire : les œufs d’Eupristina sp. donnent naissance à 25 % de larves en plus que ceux d’Eupristina verticillata et plus souvent à des femelles, un sérieux avantage pour la perpétuation de l’espèce. La bonne élève n’a donc pas encore obtenu d’avantage évolutif, ni été remplacée par le parasite. Ce manège pourrait donc perdurer jusqu’à ce que la plante soit en mesure de différencier les deux espèces pour l’heure bien semblables, et que le parasite soit enfin sanctionné. n Valentin Rakovsky

You Zhou et al., Nature, vol. 595, pp. 48-52, 2021 ; T. Smoleński et al., ibid., pp. 53- 57

T. Zhang et al., PNAS, vol. 118(32), article e2021148118, 2021

POUR LA SCIENCE N° 528 / OCTOBRE 2021 /

7


PHYSIQUE QUANTIQUE

NICOLAS GISIN est physicien spécialiste de mécanique quantique et professeur émérite au département de physique appliquée de l’université de Genève. Il est également professeur à l’institut de technologie de Schaffhausen, institut international fondé en 2019 et dont le siège est en Suisse. Nicolas Gisin est par ailleurs cofondateur de la société ID Quantique, créée en 2001 et pionnière dans le développement et la commercialisation des systèmes de cryptographie quantique.

Comment sécuriser les communications numériques ? Un internet du futur mettant à profit les lois de la physique quantique offrirait une solution infaillible. À condition de surmonter de nombreuses difficultés techniques et théoriques… Les explications du spécialiste Nicolas Gisin, qui nous décrit aussi les progrès les plus récents. 22 / POUR LA SCIENCE N° 528 / OCTOBRE 2021

© C. Parodi

L’internet quantique est pour le physicien un défi fascinant


En quoi consiste l’internet quantique ? Le réseau internet actuel est un succès technique incroyable qui a connu une croissance explosive ces dernières décennies. On estime qu’en janvier 2021, près de 60 % de la population mondiale, soit 4,6 milliards d’individus, y ont accès. Internet fait partie de notre vie. Nous l’utilisons tous les jours pour échanger divers types de données, des textes, des images, des vidéos. Il est difficile d’imaginer comment le monde fonctionnerait sans ce réseau. D’un point de vue technique, l’internet classique est un réseau décentralisé bâti sur des nœuds répartis à travers le globe et reliés par des fibres optiques. Les unités d’information, les bits, sont transmises sous la forme d’impulsions lumineuses, chacune contenant de l’ordre du million de photons. Selon qu’on reçoit un signal ou non, le bit prend la valeur « 1 » ou « 0 ». Ce réseau fonctionne très bien. Mais, d’un point de vue conceptuel, on peut se poser la question suivante : jusqu’où peut-on réduire l’intensité lumineuse ? La limite ultime est de n’avoir qu’un seul photon par impulsion. À une telle échelle, les règles de la physique classique ne s’appliquent plus et on entre dans le monde fascinant de la physique quantique. Notamment, le photon peut être dans un état dit « de superposition des états “0” et “1” », c’est-à-dire qu’il peut être, dans un sens mathématiquement précis, dans ces deux états à la fois. Ce phénomène quantique confère une grande richesse au système : le bit classique est remplacé par le bit quantique, ou qubit, qui porte alors une « information quantique ». L’idée de l’internet quantique est d’utiliser le réseau actuel de fibres optiques pour échanger des qubits. Notons que l’on retrouve la même idée de réduction avec l’ordinateur. Pour remplacer les paquets d’électrons qui circulent dans les transistors, de nombreux laboratoires et entreprises travaillent sur le concept d’un ordinateur quantique qui manipulerait des qubits. De telles machines seraient très intéressantes, car on a montré qu’elles pourraient réaliser certains calculs exponentiellement plus vite que les ordinateurs classiques. Et quels sont les avantages de l’internet quantique ? Le premier concerne les volumes de données que l’on pourra faire circuler sur le réseau. Les besoins ont décuplé ces dernières années. En réduisant l’information à des photons uniques, on voit tout de suite qu’il sera possible d’augmenter les débits. Cette idée de photon unique conduit à un deuxième argument en faveur de l’internet quantique. Mais il faut le prendre avec précaution et le considérer comme un idéal à atteindre. À terme, l’internet quantique pourrait être moins énergivore que le réseau actuel.

£

En manipulant des photons uniques soumis aux lois de la physique quantique, on obtient automatiquement la sécurité de l’information

£

Le principe est tout simple : on dépense moins d’énergie à émettre un photon unique qu’un paquet de ces particules de lumière. L’argument s’applique aussi à l’ordinateur quantique, qui pourrait, en principe, un jour réaliser des calculs en consommant moins d’énergie qu’un ordinateur classique. On est encore loin de cet idéal. Les qubits sont des objets fragiles. S’ils interagissent avec leur environnement, ils perdent leur état de superposition et tous les avantages associés. C’est le phénomène de « décohérence ». Cette situation est surtout critique dans les ordinateurs quantiques. La solution pour maintenir l’état quantique du qubit le plus longtemps possible consiste à refroidir l’ordinateur à des températures d’une fraction de degré au-dessus du zéro absolu. Or les dispositifs cryogéniques dépensent beaucoup d’énergie. Mais les progrès dans le domaine de l’ordinateur quantique laissent espérer qu’il sera possible d’en concevoir qui fonctionnent à température ambiante. L’internet quantique est un peu moins sensible à ces problèmes de décohérence, mais certains éléments envisagés pour ce réseau de demain demandent aussi d’être refroidis et ils consomment pour l’instant encore beaucoup d’énergie. La sécurité est censée être un atout majeur de l’internet quantique. Pourquoi ? Le fait de manipuler des photons uniques soumis aux lois de la physique quantique procure un avantage qui n’est pas évident a priori : on obtient automatiquement la sécurité de l’information. C’est pour moi l’argument principal, il est indiscutable, nous sommes déjà capables de l’exploiter et il n’y a pas d’autre solution aussi efficace. Tous les dispositifs numériques omniprésents dans notre quotidien (l’ordinateur, les téléphones portables et l’internet classique) ont ouvert de nombreuses portes à des espions, gouvernementaux ou non, capables d’intercepter ou de dérober des données sensibles. La solution actuelle pour protéger ces informations consiste à les rendre illisibles grâce à des algorithmes de chiffrement. Sans la clé de chiffrement, l’espion ne peut pas lire les messages. Les algorithmes de chiffrement reposent sur des problèmes mathématiques qui sont a priori difficiles à résoudre en un temps raisonnable. Par exemple, le chiffrement RSA développé en 1977 par les cryptologues américains Ronald Rivest et Leonard Adleman et l’Israélien Adi Shamir est utilisé pour sécuriser les échanges dans le commerce électronique. Cet algorithme exploite la décomposition en facteurs premiers d’un nombre très grand (actuellement d’au moins 1 024 bits, soit des nombres décimaux à 309 chiffres) pour définir la clé de chiffrement. Or, bien que ce nombre très grand ne soit pas secret (d’où la terminologie de clé publique),

POUR LA SCIENCE N° 528 / OCTOBRE 2021 /

23


PHYSIQUE QUANTIQUE

L’ESSENTIEL > Selon le principe de localité, toute information ou influence se propage continûment à une vitesse inférieure ou égale à celle de la lumière. La physique quantique s’est révélée incompatible avec ce principe. > Dans l’expérience GHZ consistant à mesurer l’état de photons issus d’une source unique, on a montré que les corrélations entre les résultats obtenus ne peuvent s’expliquer en préservant le principe de localité.

LES AUTEURS > Un futur internet quantique mettra en œuvre de nombreuses sources indépendantes de photons, ce qui amène à étudier la non-localité dans un réseau formé de plusieurs sources. > Les physiciens étudient les scénarios les plus simples avec deux ou trois sources, des systèmes déjà complexes à analyser.

MARC-OLIVIER RENOU postdoctorant à l’institut des sciences photoniques de Barcelone

NICOLAS GISIN professeur à l’université de Genève et à l’institut de technologie de Schaffhausen, à Genève

NICOLAS BRUNNER professeur à l’université de Genève

La non-localité quantique à l’ère des réseaux Les lois de la physique quantique semblent incompatibles avec le principe de localité, selon lequel deux objets distants ne peuvent pas s’influencer instantanément. Assez bien comprise pour des photons émis par une source unique, cette non-localité reste à cerner dans le cas d’un internet quantique, réseau où de nombreuses sources indépendantes de photons seront à l’œuvre.

A

ujourd’hui, une partie sensible de nos vies circule sur internet : nos données bancaires ou médicales, nos courriers électroniques, nos messages sur les réseaux sociaux, nos photos, etc. Pour garantir une transmission sécurisée de ces informations sans qu’elles soient volées, lues ou altérées, des techniques de chiffrement ont été développées. Elles s’appuient sur des problèmes mathématiques qui, sans la clé de déchiffrement, ne sont pas résolus en un temps raisonnable par des ordinateurs classiques. Par exemple, certains algorithmes reposent sur le fait que la décomposition en facteurs premiers de très grands nombres entiers est un tel problème. 28 / POUR LA SCIENCE N° 528 / OCTOBRE 2021

Cependant, le développement d’ordinateurs quantiques à l’horizon de quelques années pourrait rendre obsolètes ces techniques de chiffrement. Des algorithmes, qualifiés de quantiques, exploiteraient toute la puissance de la physique quantique afin de résoudre rapidement des problèmes inaccessibles à leurs concurrents classiques. C’est le cas de l’algorithme proposé en 1994 par le mathématicien américain Peter Shor, qui est en théorie capable de factoriser très vite de très grands nombres entiers. Ainsi, quand les ordinateurs quantiques auront été mis au point, les transmissions de coordonnées bancaires lors d’achats en ligne ne seront plus à l’abri d’une attaque. Quelles seront alors les solutions ? Les phénomènes quantiques, à l’origine des capacités de déchiffrement de


© Shuttertock.com/Quardia

La non-localité est au cœur de la mécanique quantique. Elle devient très difficile à étudier dans un réseau muni de plusieurs sources de photons indépendantes. L’analyser dans ce cadre permet cependant d’avoir une compréhension encore plus fondamentale de ce phénomène contre-intuitif.

POUR LA SCIENCE N° 528 / OCTOBRE 2021 /

29


ÉCOLOGIE

Comment les parasites sculptent les paysages végétaux

L’ESSENTIEL

LES AUTEURS

Marc-André Selosse

Pourquoi les forêts tropicales sont-elles généralement bien plus riches en espèces d’arbres que les forêts tempérées ? La réponse est liée aux microorganismes du sol et à l’« effet Janzen-Connell » proposé il y a cinquante ans par deux écologues américains.

40 / POUR LA SCIENCE N° 528 / OCTOBRE 2021


Les forêts tropicales (ici dans la région de Puntarenas, au Costa Rica) présentent généralement une grande diversité d’arbres : jusqu’à plusieurs centaines d’espèces par hectare. Une diversité qui peut s’expliquer par l’effet Janzen-Connell.

POUR LA SCIENCE N° 528 / OCTOBRE 2021 /

41


ÉNERGIE

L’ESSENTIEL > Le gaz naturel est l’une des principales sources d’énergie, mais sa combustion dégage du dioxyde de carbone. > Cette énergie d’origine fossile est donc incompatible avec l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

L’AUTEUR > En conservant les infrastructures gazières existantes, on pourrait exploiter des gaz dont le bilan en carbone est plus favorable, tels que le biométhane ou l’hydrogène. > On profiterait ainsi d’infrastructures dans lesquelles des sommes considérables ont déjà été investies.

MICHAEL WEBBER professeur en géopolitique de l’énergie à l’université du Texas à Austin (États-Unis), ainsi que directeur scientifique et technologique de la société Engie, à Paris

Que faire des usines à gaz ? La combustion du gaz naturel, importante source d’énergie, émet du dioxyde de carbone et contribue ainsi au réchauffement climatique. Dans la perspective d’un avenir décarboné, faudra-t-il démanteler les infrastructures gazières existantes ? Dans un premier temps, il serait plus judicieux de les reconvertir pour y transporter des gaz ayant un meilleur bilan écologique.

A

u milieu des années 2010, il était courant de dire que le gaz naturel serait un carburant de transition vers un futur décarboné, dans lequel le soleil, le vent et d’autres sources renouvelables combleraient nos besoins en énergie et nous débarrasseraient des émissions de dioxyde de carbone qui réchauffent le climat. Mais si le gaz naturel est vraiment une étape obligée vers ce futur, comment éviter que nous prenions de mauvaises habitudes ? Comment s’assurer qu’une fois l’industrie convertie à cette ressource, elle n’en devienne pas dépendante ? La consommation de gaz naturel a augmenté d’un tiers aux États-Unis ces quinze dernières années. Le gaz fournit 32 % de l’énergie totale consommée et représente maintenant la première source d’électricité de ce pays, largement devant les centrales électriques à charbon. Le gaz naturel, constitué principalement 50 / POUR LA SCIENCE N° 528 / OCTOBRE 2021

de méthane (CH4), brûle de façon plus propre que le charbon, et il fournit un soutien immédiat aux centrales solaires et aux parcs éoliens dont la production est intermittente. Deux atouts en faveur de son utilisation, sauf que brûler du gaz naturel dégage du dioxyde de carbone (CO2). En outre, le méthane présent dans les puits peut s’échapper dans l’atmosphère et amplifier le réchauffement global. En somme, lorsque la dernière centrale à charbon fermera, les centrales au gaz naturel deviendront à leur tour les sources d’électricité les plus sales. Pour réduire les émissions de CO2, nous devons décarboner les systèmes énergétiques aussi rapidement que possible. Construire davantage de parcs éoliens et solaires est relativement peu coûteux et rapide, mais l’exploitation des meilleurs sites (les plaines balayées par le vent et les déserts brûlés par le soleil) nécessite un réseau de distribution très étendu pour acheminer l’électricité vers les grandes villes et les complexes industriels. Or les câbles


© David Plunkert

POUR LA SCIENCE N° 528 / OCTOBRE 2021 /

51


NEUROSCIENCES

Vingt mille lieues sous un crâne Audrey Chagnot, Denis Vivien, Géraldine Rauchs

Dix ans de découvertes précisent notre compréhension des « mers » et « rivières » empruntées par le liquide céphalorachidien, qui baigne notre cerveau et notre moelle épinière. Et l’on s’aperçoit que ce fluide joue un rôle crucial tout au long de notre vie.

60 / POUR LA SCIENCE N° 528 / 0CTOBRE 2021


N

otre cerveau n’est pas collé à notre crâne. Il flotte dans un fluide. Environ 150 millilitres d’un liquide qu’on appelle le « liquide céphalorachidien » – ou LCR. On trouve ce LCR dans les grottes intérieures du cerveau, des cavités appelées « ventricules » (voir la figure page 63), mais aussi dans un autre espace, dit « sous-arachnoïdien ». En effet, le cerveau est enveloppé de trois membranes, les méninges : la plus externe est la dure-mère, la médiane est l’arachnoïde, ainsi appelée parce qu’elle fait penser à une toile d’araignée, et la plus interne est la pie-mère. Entre l’arachnoïde et la piemère se situe un fin espace rempli de liquide céphalorachidien. Il maintient le système nerveux comme en « apesanteur », le soutient et l’empêche de s’effondrer sur lui-même sous l’effet de son propre poids.

© Shutterstock.com/uboffke

UN LIQUIDE À LA FOIS NOURRICIER ET NETTOYANT

La fonction du LCR, toutefois, ne se limite pas à un rôle d’amortisseur. Il intervient aussi dans la transmission des neuromédiateurs (les molécules de communication entre cellules cérébrales) et le transport de substances nourricières, ainsi que dans le drainage et l’élimination des déchets cérébraux. Malgré tous ces échanges de substances, le LCR est toujours d’une propreté absolue, car il est renouvelé jusqu’à quatre fois par jour. Il joue ainsi un rôle vital pour tout l’organisme, en apportant aux cellules nerveuses tout ce dont elles ont besoin pour fonctionner et en évacuant les déchets produits. D’où vient ce liquide ? Par quels mécanismes subtils sont assurés sa circulation, ses mouvements internes et son élimination ? Et  comment est-il éliminé ? Tout cela reste encore en grande partie méconnu. Mais, depuis une dizaine d’années, la communauté scientifique s’intéresse de très près à ces questions ; et cet intérêt a été décuplé par la récente découverte du rôle déterminant que jouent de petits circuits d’écoulement autour des vaisseaux sanguins cérébraux, les espaces périvasculaires, ainsi qu’un réseau de vaisseaux lymphatiques dans les méninges, dans les processus de nettoyage des déchets produits quotidiennement par notre cerveau. Pour aborder ces questions, le mieux est de partir pour un voyage au fil de l’eau, ou plutôt du liquide céphalorachidien, jusqu’à la source des réponses… Les premières mentions du LCR nous viennent du savant égyptien Imhotep il y a plus de 5 000 ans. Les médecins grecs et romains, notamment Galien, décrivent alors l’architecture du système ventriculaire, mais croient que celui-ci est rempli d’une « vapeur » nommée « spiritus animalis ». Cette théorie subsiste

POUR LA SCIENCE N° 528 / 0CTOBRE 2021 /

61


HISTOIRE DES SCIENCES

L’ESSENTIEL > En 1955, à Los Alamos, aux États-Unis, eut lieu la première expérience numérique, dite « de FermiPasta-Ulam » en l’honneur des trois physiciens qui l’ont réalisée : Enrico Fermi, John Pasta et Stanislaw Ulam. > Cette expérience devrait pourtant être « de Fermi-PastaUlam-Tsingou », en l’honneur

L’AUTEUR de la jeune informaticienne, Mary Tsingou, qui conçut l’algorithme sur lequel la simulation reposait, le coda et fit tourner l’ordinateur. > L’expérience a été l’un des points de départ d’un fort engouement pour la physique hors équilibre, dont les répercussions sont encore nombreuses aujourd’hui.

THIERRY DAUXOIS directeur de l’institut de physique du CNRS, directeur de recherche au CNRS au sein du Laboratoire de physique de l’École normale supérieure de Lyon

Mary Tsingou

dans l’ombre de la première expérience numérique

L

a programmation de la toute première expérience numérique, dite « de Fermi-Pasta-Ulam », a été effectuée par une jeune femme nommée Mary Tsingou, dont le nom a été malencontreusement oublié. Après plusieurs années de recherches infructueuses, il m’a été possible de retrouver sa trace, tout près du lieu de ses premiers travaux. Cette simulation numérique est d’une importance capitale en physique non linéaire. Il est temps de faire réapparaître le nom de Mary Tsingou, écrit à l’encre sympathique sur l’article fondateur, comme nous allons le voir.

LE PROBLÈME DE FERMI-PASTA-ULAM

D’abord décrit dans un rapport classifié de Los Alamos en mai 1955, le problème de Fermi-Pasta-Ulam est souvent considéré comme le point de départ d’un nouveau domaine, la physique non linéaire ; mais c’est aussi la toute première expérience numérique. L’idée était de simuler l’analogue unidimensionnel d’atomes dans un cristal : une longue 74 / POUR LA SCIENCE N° 528 / 0CTOBRE 2021

chaîne de masses reliées par des ressorts qui obéissent à la loi de Hooke. Cette loi modélise de façon linéaire le comportement de systèmes élastiques soumis à des contraintes en stipulant que leur déformation – ici l’allongement des ressorts – est proportionnelle à la force exercée. On considère par ailleurs qu’il n’y a aucune perte d’énergie : les masses oscillent dans une seule direction et sans frottements. Dans cette configuration, lorsque l’on excite la chaîne selon un certain mode de vibration, l’énergie associée à ce mode reste stable, car elle n’est pas transmise aux autres modes de vibration. Mais l’idée était ici de s’approcher de conditions réelles en ajoutant une composante non linéaire au dispositif, c’est-à-dire un faible terme non linéaire signifiant que la réaction des ressorts n’est plus proportionnelle à la force exercée. Dans ce cas, un transfert d’énergie est possible entre les modes. Dans certaines conditions, cependant, ce système dans sa version faiblement non linéaire présente un comportement surprenant : il n’évolue pas vers l’équipartition de l’énergie entre les modes de vibration prévue par la physique

MARY TSINGOU En 1952, avec d’autres jeunes mathématiciennes, Mary Tsingou (ici en 1955) fut embauchée comme calculatrice à Los Alamos. On lui proposa vite d’apprendre à utiliser un nouvel ordinateur, le Maniac I, construit dans le cadre du projet Manhattan (ci-contre).

© Mary Tsingou (ci-contre) ; © Cyril Frésillon/CNRS Photothèque (photo de l’auteur)

Embauchée dans les années 1950 à Los Alamos pour effectuer des calculs à la main, la mathématicienne, aujourd’hui tombée dans l’oubli, était pourtant une pionnière en programmation.


POUR LA SCIENCE N° 528 / 0CTOBRE 2021 /

75

© Science History Images / Alamy Stock Photo


LOGIQUE & CALCUL

P. 80 P. 86 P. 88 P. 92 P. 96 P. 98

Logique & calcul Art & science Idées de physique Chroniques de l’évolution Science & gastronomie À picorer

L’AUTEUR

JEAN-PAUL DELAHAYE professeur émérite à l’université de Lille et chercheur au laboratoire Cristal (Centre de recherche en informatique, signal et automatique de Lille)

Jean-Paul Delahaye a notamment publié : Les Mathématiciens se plient au jeu, une sélection de ses chroniques parues dans Pour la Science (Belin, 2017).

80 / POUR LA SCIENCE N° 528 / OCTOBRE 2021

I

LE MONDE NUMÉRIQUE PASSE AU ZETTA Les capacités de calcul et de stockage de l’information continuent de croître. Globalement, où en est-on aujourd’hui ? Les estimations font apparaître l’ordre de grandeur de 1021 octets, c’est-à-dire le zettaoctet.

l y a une vingtaine d’années, plusieurs articles de cette rubrique traitaient de la quantité d’informations numériques sur Terre et de la capacité cumulée de calcul des dispositifs électroniques. Le nombre 10 20 (100  milliards de milliards) était présenté comme un repère approximatif commode. La quantité d’informations numériques sur Terre – disques durs, mémoires des ordinateurs et téléphones, CD, DVD, etc. – était vers l’an 2000 d’environ 1020 octets (1 octet est égal à 8 bits d’information) et la capacité de calcul des dispositifs électroniques atteignait en ordre de grandeur 1020 instructions par seconde (IPS). La loi de Moore, sous sa forme la plus générale, est l’affirmation que « les capacités des dispositifs informatiques pour un prix donné doublent tous les deux ans ». Cette forme générale ne correspond pas vraiment à la loi énoncée par Gordon Moore, laquelle ne portait que sur le nombre de transistors par centimètre carré des puces électroniques dont ce cofondateur d’Intel pensait qu’il doublait environ tous les ans (énoncé de  1965), puis tous les deux ans (énoncé de 1975). Nous prendrons cependant comme repère la loi générale concernant tous

les dispositifs informatiques, en la critiquant quand c’est nécessaire. Notre question principale sera : qu’est devenu le 1020 proposé il y a deux décennies ?

L’ÈRE DU ZETTA, VOIRE DU YOTTA

Un doublement tous les deux ans pendant vingt ans donne une multiplication par 1 000 environ, car 210 = 1 024 ≈ 103, soit un ordre de grandeur gagné tous les sept ans environ. En sommesnous alors à 1023 pour la mémoire numérique cumulée et pour la puissance de calcul mesurée en nombre d’instructions par seconde ? Il est difficile de répondre avec certitude. Les évaluations disponibles, nos calculs et les divers raisonnements formulés pour produire des réponses, nécessairement approximatives, ne permettent pas des affirmations certaines. Cependant, les conclusions que nous allons proposer sont justes à un ordre de grandeur près, parfois deux pour les plus délicates. Même s’il est impossible d’avoir des évaluations fines, nous pensons qu’il est utile de disposer des chiffres que nous indiquerons, plutôt que croire à tort que, par exemple, 1010, 1015 ou 1030 sont des évaluations globales pour l’information ou le calcul.


Nous allons voir que pour la mémoire, 1023 est sans doute un peu trop optimiste, mais que pour le calcul, ce nombre est dépassé. L’état du monde numérique aujourd’hui a donc franchi le repère  1021, d’où le nom proposé d’« ère du zettaoctet ». En effet, après les préfixes kilo  (103), méga  (106), giga  (109), téra  (1012), péta  (1015) et exa  (1018), vient zetta (1021). Si l’on continue à gagner plus d’un ordre de grandeur tous les dix ans, comme cela s’est produit en gros pendant cinquante ans, nous serons dans l’ère suivante, l’ère numérique du yotta (1024), avant 2040. Cependant, la loi de Moore semble se fatiguer et donc l’ère du yotta se fera peut-être attendre un peu. La divergence entre les chiffres de la mémoire et ceux de la puissance de calcul, dont la croissance est plus rapide, risque d’ailleurs de se confirmer et de produire de nouveaux effets. Après le yotta, on aura, dans un futur encore lointain, le bronto (1027), le geop (1030), puis le sagan (1033) (ces préfixes ne sont pas encore officiellement définis ni admis par tous). Les calculs et évaluations pour le futur proposés ici ne prennent en compte ni les gains qu’on pourrait tirer de l’utilisation de la mécanique quantique, ni ceux qui proviendraient de la maîtrise du stockage massif d’informations grâce à l’ADN. Ces deux technologies progressent et il n’est pas exclu qu’elles finissent par changer le cours de l’histoire. Aujourd’hui toutefois, aucune de ces deux sources potentielles de progrès n’est sur le point de rattraper l’extraordinaire avance de l’électronique qui, sur sa lancée et grâce à plus d’un demi-siècle de progrès faramineux, nous précipite vers l’ère du yotta.

© Shutterstock.com/Somchai Som

UTILITÉ DES ORDRES DE GRANDEUR

Connaître les ordres de grandeur actuels de la mémoire et du calcul permet par exemple de savoir ce qui est envisageable comme calcul massif pour mener des attaques de codes cryptographiques par la méthode de la force brute. Grâce à l’évaluation de la mémoire de masse globale, on évalue ce qu’un organisme étatique ou un data broker (firme qui réunit des données pour les revendre) peut stocker comme informations sur chacun d’entre nous. On peut aussi fixer, grâce à la connaissance des ordres de grandeur, ce qu’il est raisonnable de tenter comme tables mathématiques, géographiques, météorologiques, etc. Si quelqu’un vous dit par exemple qu’il veut faire la table de tous les nombres premiers s’écrivant avec 50 chiffres ou moins, vous pouvez lui rire au nez. En effet, une telle table exigerait environ 50 × 1050/log 1050 = 1050/log 10 octets, soit plus de  1049  octets, sachant qu’il faut 50  octets en moyenne pour mémoriser un nombre premier de 50 chiffres et que la densité des nombres premiers autour de n est 1/log(n).

1

UNE AMPOULE ALLUMÉE PENDANT UNE HEURE ? On lit ou entend parfois qu’une requête sur le moteur de recherche de Google équivaut, en dépense d’électricité, à la consommation d’une ampoule pendant une heure. C’est faux, même si le calcul est assez délicat à mener. Il est possible de majorer le coût d’une requête par le raisonnement suivant. Google consomme 12 TWh/an pour faire fonctionner les serveurs de tous ses centres de données et répondre à 7 milliards de requêtes chaque jour. Si l’on suppose que toute cette électricité est consacrée aux réponses aux requêtes (ce qui bien sûr donnera une valeur largement supérieure à la réalité), cela donne une dépense moyenne de 12 × 1012/(7 × 109 × 365) = 4,7 Wh = 0,004 7 kWh par requête, c’est-à-dire de quoi allumer une ampoule de 100 W pendant moins de 3 minutes, électricité qui vous sera facturée moins de un millième d’euro. Cette majoration est assez loin du chiffre de une heure. En 2009, date de l’apparition de la légende urbaine, Google a répondu en proposant sa propre évaluation. Google trouve

que l’ampoule ne restera allumée que durant 10 secondes. Le calcul date d’il y a plus de dix ans : c’est probablement 5 ou 10 fois moins aujourd’hui. Le numérique est coûteux en énergie, mais n’oublions pas qu’il progresse encore, d’où une baisse de la dépense d’électricité par opération, et surtout qu’il fait économiser de l’énergie en limitant l’impression et la circulation de documents matériels, ainsi que les déplacements physiques pour se rendre dans les centres de documentation et les réunions. Le coût du numérique dépend par ailleurs des quantités de données que l’on fait circuler sur les réseaux, quantités aujourd’hui majoritairement liées à l’usage de la vidéo et non aux courriels ou aux requêtes sur des moteurs de recherche. La pollution engendrée par le numérique est aussi due à la fabrication des machines (ordinateurs, téléphones, etc.) et leur destruction. Pour limiter cette pollution, le plus efficace est de ne pas changer trop souvent ses téléphones, tablettes et ordinateurs.

Si, grâce à un peu de codage, on réussit à n’utiliser qu’un bit par nombre premier de la table, alors la table envisagée nécessitera 1050/(8 × log 1050) octets, soit plus de 1046 octets. Dans aucun des deux cas, une table aussi volumineuse n’est envisageable dans un avenir prévisible. Si la NSA (la National Security Agency des États-Unis) gardait un gigaoctet d’informations sur chaque individu de la planète, cela ferait environ 109 × 1010 = 1019 octets. Ce n’est pas totalement impossible, mais difficile : le Cern, qui collecte une quantité colossale d’informations pour l’analyse des résultats de ses expériences, n’a atteint  1018  octets que récemment. En 2021, Facebook en est à 300  pétaoctets, soit 3 × 1018 octets (https://kinsta.com/blog/facebookstatistics/). Toujours pour  2021, le site statista.com a évalué à 2 × 1021 octets le total de la mémoire de tous les centres de données. La population humaine totale est évaluée à 7,7 milliards, mais il est impossible d’avoir plus de précision ; dans le cas de la mémoire numérique totale sur Terre, les difficultés sont bien

POUR LA SCIENCE N° 528 / OCTOBRE 2021 /

81


86 / POUR LA SCIENCE N° 528 / OCTOBRE 2021

© G. Simon

Les Époux Arnolfini, 1434, Jan Van Eyck, peinture sur bois (82,2 × 60 cm) , National Gallery, Londres.

© National Gallery

ART & SCIENCE


LA PERSPECTIVE, UNE INVENTION FLAMANDE ? Pour Les Époux Arnolfini, Jan Van Eyck aurait utilisé une « machine à perspective » complexe pour restituer au mieux l’espace de la scène représentée et la rendre conforme à la vision humaine.

L’AUTEUR

LOÏC MANGIN rédacteur en chef adjoint à Pour la Science

Les arêtes de la scène convergent en quatre points de fuite alignés.

E

n 1434, Giovanni Arnolfini, un marchand toscan établi à Bruges, et sa femme posent devant le peintre flamand Jan Van Eyck. Au centre du tableau qui les immortalise, un miroir convexe, un « miroir aux sorcières », montre les protagonistes de dos et révèle deux autres personnages, dont un serait l’artiste. Les Époux Arnolfini (voir la reproduction page ci-contre), au départ une scène privée, est devenue l’une des toiles les plus célèbres du monde sur laquelle les historiens se perdent en conjectures. Ainsi, l’identité des personnages ne fait pas l’unanimité. Un autre point débattu par les experts concerne la perspective. Tradition­ nellement, cette dernière aurait été théo­ risée dans l’Italie de la Renaissance par Filippo Brunelleschi et Leon Battista Alberti, dans les années  1430, avant de gagner toute l’Europe. Jan Van Eyck n’en aurait donc pas eu connaissance, et il ne l’aurait approchée que de façon empirique et approximative. Gilles Simon, du labora­ toire Loria, à l’université de Lorraine, à Nancy, n’est pas d’accord et pense au contraire que le Flamand maîtrisait très bien la perspective. L’informaticien s’est livré à une ana­ lyse des Époux (et de quatre autres œuvres) et a présenté ses travaux en août 2021 lors d’une conférence interna­ tionale, Siggraph 2021. Plus précisément, il a calculé une carte probabiliste des points de fuite à partir des différents élé­ ments du tableau. Probabiliste, car elle

tient compte d’une incertitude sur les extrémités des arêtes extraites de l’image. Résultat ? Les lignes fuyantes ne convergent pas vers un point unique, comme cela devrait être le cas dans une perspective linéaire typiquement italienne, mais en quatre points régulièrement espacés et ali­ gnés le long d’un axe vertical légèrement incliné (voir la figure ci-contre). Gilles Simon en déduit que Van Eyck a peint son tableau en quatre bandes, cha­ cune réunissant l’ensemble des arêtes asso­ ciées au même point dans une perspective exacte. L’informaticien en conclut que l’artiste a utilisé un dispositif optique simi­ laire à celui qu’affectionnera Léonard de Vinci quelques décennies plus tard : l’idée est de regarder à travers un œilleton grâce auquel on parvient à une projection d’une scène sur une surface plane. L’appareil de Van Eyck avait quatre trous pour représen­ ter la scène depuis différents points de vue simultanément ! Avec cet outil et d’autres astuces visant à se rapprocher au mieux de la vision humaine, le Flamand serait donc un précurseur des médias d’art nomades comme la réalité augmentée ! n G. Simon, Jan Van Eyck’s perspectival system elucidated through computer vision, ACM in Computer Graphics and Interactive Techniques, à paraître, 2021. hal.univ-lorraine.fr/hal-03287031

L’auteur a publié : Pollock, Turner, Van Gogh, Vermeer et la science… (Belin, 2018)

POUR LA SCIENCE N° 528 / OCTOBRE 2021 /

87


À

p. 60

PICORER p. 74

Retrouvez tous nos articles sur www.pourlascience.fr

1955

Cette année-là, à Los Alamos, aux États-Unis, Enrico Fermi, John Pasta et Stanislaw Ulam réalisèrent la première expérience numérique. Celle-ci reposait sur un algorithme conçu et mis en œuvre par Mary Tsingou, dont le nom a été injustement oublié.

p. 14

ARACHNOÏDE

Trois membranes, les méninges, enveloppent le cerveau et la moelle épinière : la dure-mère à l’extérieur, la pie-mère à l’intérieur et, entre les deux, l’arachnoïde. Celle-ci doit son nom à son aspect évoquant une toile d’araignée. Le petit espace entre l’arachnoïde et la pie-mère est rempli de liquide céphalorachidien. Ce liquide, vital pour le système nerveux, est produit dans les ventricules cérébraux et circule dans tout l’organe.

£

Du fait des échelles de temps de réponse de l’océan et des calottes de glace, la montée des mers est inéluctable et il est certain qu’elle se poursuivra dans les prochains siècles, voire millénaires. VALÉRIE MASSON-DELMOTTE paléoclimatologue au CEA et coprésidente du groupe 1 du Giec

p. 50

23%

C’est à peu près, dans le monde ou en Europe, la part que représente le gaz naturel dans la consommation totale d’énergie. Aux États-Unis, cette part est bien plus élevée et atteint 32 % de l’énergie consommée. Rappelons que la combustion du gaz naturel émet du CO2…

p. 6

p. 40

£

EFFET JANZEN-CONNELL

Le sol dans lequel un arbre est enraciné contient des microorganismes. Quand ceux-ci sont des parasites de l’espèce à laquelle appartient l’arbre, les jeunes plantules de la même espèce ne peuvent se développer à proximité de l’arbre adulte, et sont remplacées par d’autres espèces végétales, ce qui favorise la diversité.

CRISTAL DE WIGNER

En 1934, le physicien hongrois Eugene Wigner a prédit qu’en deux dimensions, sous l’effet de leurs répulsions électrostatiques et si leur densité est assez faible, des électrons libres se disposeraient selon un réseau régulier de triangles. Deux équipes ont mis en évidence de tels cristaux de Wigner sans l’aide d’un champ magnétique – une première.

p. 80

ZETTA

Ce préfixe correspond à 1021, soit mille milliards de milliards. L’ensemble des mémoires informatiques d’aujourd’hui se compte ainsi en zettaoctets. Le cap du yottaoctet (1024 octets) pourrait être franchi avant 2040. Au-delà du yotta, les noms des préfixes pour 1027, 1030, 1033, etc. ne sont pas encore homologués.

Imprimé en France – Maury Imprimeur S.A. Malesherbes – Dépôt légal : 5636 – Octobre 2021 – N° d’édition : M0770528-01 – Commission paritaire n° 0922 K 82079 – Distribution : MLP – ISSN 0 153-4092 – N° d’imprimeur : 256 864 – Directeur de la publication et gérant : Frédéric Mériot.

Profile for Pour la Science

Pour la Science n°528 - octobre 2021  

Pour la Science n°528 - octobre 2021  

Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded