Issuu on Google+

POLYFINANCES FONDS D’INVESTISSEMENT ÉTUDIANT DE POLYTECHNIQUE MONTRÉAL

NOTES SECTORIELLES 23 DÉCEMBRE 2013 1


SOMMAIRE Résultats de Boeing, une « santé insolente »  ������������������������������������������������������������ 6 Rafale : un bijou difficile à exporter  ����������������������������������������������������������������������������� 8 Récapitulatif CSeries 2013  ��������������������������������������������������������������������������������������� 10 La fin du papier en santé ?  ��������������������������������������������������������������������������������������� 12 Le Canada s’ouvre au marché des biomatériaux!  ���������������������������������������������������� 14 Éolienne : menaces et résultats en Europe  �������������������������������������������������������������� 16 Cadeau de Noël pour Innergex  ��������������������������������������������������������������������������������� 18 Le 2e marché du monde : Guangdong  ��������������������������������������������������������������������� 20 Nouvelle donne chez les équipementiers  ����������������������������������������������������������������� 22 La Chine dans la course aux NGH  ��������������������������������������������������������������������������� 24 MMA poussée à vendre ses actifs aux enchères  ����������������������������������������������������� 26 Brut américain cherche raffinerie  ������������������������������������������������������������������������������ 28 Troubles chez Amazon  ��������������������������������������������������������������������������������������������� 30 Lululemon toujours en difficulté  �������������������������������������������������������������������������������� 32 BlackBerry continue sa descente aux enfers  ������������������������������������������������������������ 34


Polyfinances c’est... le fonds d’investissement étudiant de Polytechnique Montréal qui a été fondé en 2011 conjointement par le professeur Thierry Warin et par un groupe d’étudiants au baccalauréat provenant de l’orientation projets internationaux. PolyFinances a été mis sur pied pour permettre de faire le pont entre les compétences de l’élève-ingénieur et les secteurs industriels dans lesquels ses compétences s’exprimeront. PolyFinances contribue à former une nouvelle génération d’ingénieurs : au sommet de leur art en ingénierie, ils seront aussi capables d’analyser les forces et faiblesses d’une entreprise dans son environnement économique et commercial. En se basant sur des concepts d’économie industrielle, ils étudient des méthodes d’évaluation des entreprises menant à la gestion d’un

portefeuille d’actions boursières d’entreprises technologiques. Les ingénieurs ou futurs ingénieurs souhaitent aussi mettre la technologie au service de la finance. Une équipe d’étudiants de PolyFinances a d’ailleurs remporté un prix lors du Forum Fintech 2013 organisé par Finance Montréal. Ces ingénieurs pourront jouer un rôle prépondérant dans leurs futures organisations en faisant le lien entre les prises de décisions technologiques et leurs conséquences sur la valeur de l’entreprise mais aussi en proposant des solutions technologiques au secteur financier.

PolyFinances c’est un fonds d’investissement étudiant, une formation à l’économie industrielle et à la finance pour les ingénieurs et futurs ingénieurs, des projets technologiques appliqués à la finance, des conférences à Montréal animées par des professionnels de la finance et du monde de l’entreprise technologique et une mission dans une place financière internationale.

4


Pour sa troisième édition, PolyFinances 2014 étudiera le thème : «risques systémiques et risques systématiques». Pour ce faire, l’équipe de PolyFinances a décidé d’établir ses quartiers dans l’une des villes ayant la plus forte concentration d’institutions internationales, soit Washington. Ainsi, suite à la plus grosse crise financière mondiale, les étudiants seront en mesure d’étudier la stabilité financière, les régularisations proposées par les institutions financières pour diminuer leur contribution au risque systémique. Ainsi, PolyFinances envisage rencontrer différents intervenants dans des institutions telles que la Banque Mondiale, le Fonds Monétaire International, la Banque interaméricaine de développement, Yahoo Finance, etc. Aussi, la visite de Hedge Funds est dans la mire de l’équipe. À travers le campus Washington, les étudiants espèrent approfondir leurs connaissances du monde de la finance et des institutions internationales. L’équipe travaille donc à la réalisation du campus Washington à la hauteur des précédents ayant eu lieu à New York en mars 2011 et en mars 2012. Au travers de ces campus, l’équipe PolyFinances a eu l’opportunité d’être reçue par Bloomberg, Merill Lynch, Perella Weinberg Partners, BNP Paribas, Moody’s, la Federal Reserve Bank, le département d’ingénierie financière de New York University, Galileo Global Advisors, l’Open Society Foundation, Dishart Communications, la business angel Anne Busquet et la délégation du Québec à New York ainsi que la mission permanente du Canada à l’ONU.


AÉROSPATIAL ET DÉFENSE Résultats de Boeing, une « santé insolente » Caroline Dietrich Étudiante à la maitrise en génie industriel

(23/12/2013) Lundi, le constructeur aéronautique américain a fait deux annonces qui ont de quoi réjouir les

en hausse de 12% sur un an, dépassant les prévisions de la firme. Le carnet de commandes a atteint le montant record de 415 G$ (dont 27

investisseurs : d’une part, il va augmenter son programme existant de rachat d’actions de 10 G$ supplémentaires ; d’autre part, les dividendes par actions vont être relevés de 50%, soit 0,73$.

G$ de commandes nettes enregistrées pendant le trimestre) ce qui représente pour Boeing plus de 8 ans de production à son rythme actuel.

Pourtant, rien n’était gagné pour Boeing : d’une part, les nombreux déboires se son dernierLe nouveau plan de rachat s’étend sur les deux né, le 787 Dreamliner, a fortement entaché ou trois prochaines années et vient s’ajouter à la réputation du constructeur. Pour rappel, en environ 800 M$ restants du dernier programme début d’année, tous les appareils en exploitation autorisé par le conseil d’administration en 2007. avaient été cloués au sol pendant plus de «Ces actions témoignent de la performance trois mois sur ordre des autorités de sécurité opérationnelle solide et continue de nos aérienne américaine et européenne, suite à des activités, d’une hausse des flux de trésorerie et départs de feu provoqués par la surchauffe de de notre confiance dans l’avenir», a commenté batteries lithium-ion. Les vols avaient repris miJim McNerney, le PDG du groupe, suite à cette mai mais ils ont été suivis par une autre série publication. Le calendrier des rachats d’actions d’incidents, comme en juillet dernier, lorsqu’un n’est pas précisé et sera négocié avec des incendie s’est déclenché à l’intérieur d’un 787 investisseurs institutionnels. de la compagnie Ethiopian Airlines, stationné sur l’aéroport d’Heathrow à Londres. Début novembre, le pare-brise d’un 787 Les décisions du groupe sont à d’Air India s’était fissuré à l’atterrissage l’image des résultats record du en Australie. La seconde source de troisième trimestre. difficultés est la morosité depuis le début d’année du secteur de la défense, qui représente 40% du chiffre d’affaires du Les décisions du groupe sont à l’image des constructeur américain. Ce trimestre, la division résultats record du troisième trimestre. Ces défense de Boeing a enregistré de solides derniers montrent un bénéfice net de 1.16 G$,


performances et de nouvelles commandes totalisant 7 milliards de dollars, et ceci malgré les incertitudes qui pèsent sur le marché de la défense aux États-Unis. Récemment, deux bonnes nouvelles ont fait sourire les investisseurs : d’abord le salon aéronautique de Dubaï qui a été historique pour Boeing (342 achats enregistrés pour 101.5 G$), ensuite l’uppercut au fabricant européen Airbus, avec la décision d’Air Canada de remplacer ses 61 appareils A320 contre des Boeing 737 MAX.

le 20/11/2013. Tiré de : http://www.latribune. fr/entreprises-finance/industrie/aeronautiquedefense/20131120trib000796843/pluie-decommandes-pour-boeing-et-airbus-au-salonde-dubai.html

Les analystes font aujourd’hui les yeux doux au constructeur américain, qui chouchoute aussi bien ses clients que ses investisseurs. Peutêtre que cette santé de fer permettra à Boeing de faire oublier ses quelques mésaventures de 2013.

Bibliographie : «Boeing relève son programme de rachat d’actions de 10 milliards», dans LaPresse.ca. Publié le 16/12/2013. Tiré de : http://affaires.lapresse.ca/ economie/transports/201312/16/01-4721569boeing-releve-son-programme-de-rachatdactions-de-10-milliards.php «BOEING : important relèvement du dividende trimestriel en vue», dans Capital.fr. Publié le 17/12/2013. Tiré de : http://www.capital.fr/ bourse/actualites/boeing-important-relevementdu-dividende-trimestriel-en-vue-896497 «Aéronautique : Air Canada lâche Airbus au profit de Boeing», dans Le Parisien. Publié le 12/12/2013. Tiré de : http://www. leparisien.fr/economie/aeronautiqueair-canada-lache-airbus-au-profit-deboeing-12-12-2013-3402037.php «Pluie de commandes pour Boeing et Airbus au salon de Dubaï», dans La Tribune. Publié

7 7


AÉROSPATIAL ET DÉFENSE Rafale : un bijou difficile à exporter Caroline Dietrich Étudiante à la maitrise en génie industriel

(23/12/2013) Le Brésil a mis fin mercredi à plus de dix ans de négociations en choisissant l’avion de chasse Gripen NG

Brasilia du président français Nicolas Sarkozy avaient donné de grands espoirs à Dassault. Cependant, le changement de présidence

de l’avionneur Suédois SAAB (Svenska Aeroplan aktiebolag) aux dépens du Rafale du français Dassault et du F/A-18 Super Hornet de l’américain Boeing. C’est l’épilogue d’une affaire commerciale à 4.5 G$ qui se révèle un autre fiasco commercial pour Dassault, qui vient de voir pour la septième fois consécutive son avion de combat Rafale écarté au profit d’un concurrent.

au Brésil quelques mois après donna ensuite l’avantage à l’américain Boeing. Mais c’était sans compter le scandale en 2013 qui a suivi les révélations de Snowden sur l’espionnage de la présidente Dima Roussef par la NSA. Le Brésil a alors immédiatement stoppé les négociations avec Boeing, car « [il] ne peut pas donner ce contrat à un pays en lequel [il] n’a pas confiance ». Des deux appareils encore en compétition, le Gripen et le Rafale, c’est l’avion français que l’affaire arrangeait le plus : Le choix du Gripen illustre ce le Gripen, bien que suédois, intègre de que voulaient les brésiliens: nombreuses technologies américaines, un appareil léger, rustique, comme son moteur de Général Electric économique à l’achat et à l’usage, sans être à la pointe de ou ses systèmes de Rockwell Collins et Honeywell. La politique jouant toujours la technologie. un rôle principal dans la négociation de ce type de contrats (comme c’était le cas dans la note sectorielle du 28/10), une L’appel d’offre brésilien pour remplacer 36 seconde visite en novembre du président chasseurs F5 Tiger vieillissants a été une français François Hollande devait encore histoire riche en rebondissements. Maintes une fois appuyer le dossier français devant le fois repoussé pour des raisons politiques ou gouvernement brésilien. économiques, c’est à partir de 2008 que trois appareils ont finalement été retenus pour la décision finale. En 2009, les déclarations optimistes qui avaient accompagné la visite à

Malgré les infatigables efforts français, c’est finalement le constructeur SAAB qui a remporté le contrat, grâce à un avantage imparable : le


prix. Le choix du Gripen illustre ce que voulaient les brésiliens : un appareil léger, rustique, économique à l’achat et à l’usage, sans être à la pointe de la technologie. Les reproches sur l’avion de Dassault disent qu’il serait «trop cher», «invendable» et que les commerciaux de Dassault trop sûrs d’eux. L’avion suédois avait déjà remporté des victoires dans des pays où le prix est un facteur primordial, comme la Thaïlande, l’Afrique du Sud et la Hongrie. C’est encore cet argument du prix qui en février 2012 avait justifié la décision de la Suisse pour Gripen de SAAB encore au détriment de l’avion de combat de Dassault. Dans une période où de nombreuses armées se serrent la ceinture, le Brésil compris, le prix s’avère un handicap de plus en plus lourd, malgré les performances souvent saluées de l’avion de chasse français. Deux fois plus cher à l’achat que le Gripen, pour l’administrateur Olivier Dassault, son prix se justifie car l’avion français « est quatre fois meilleur : la qualité a un prix ». Toutefois, la partie n’est pas finie pour le Rafale, comme le défend le ministre de la défense Jean-Yves Le Drian : « le Brésil, ce n’est pas la cible prioritaire du Rafale, nous avons d’autres prospects plus importants, nous avons de bonnes raisons de croire que sur l’Inde et sur le Golfe, il y aura bientôt des résultats ». En effet, les perspectives avec le Qatar (36 appareils pour une première tranche), et surtout avec l’Inde (126 avions) et peut-être avec la Malaisie (18 appareils) permettent de garder espoir pour l’industriel français. Ces signatures décideront de l’avenir du chasseur français à l’export. Mais au vu de la force de la concurrence, le jeu sera sans aucun doute difficile.

Bibliographie : «Le Rafale perd l’appel d’offres brésilien pour l’achat d’avions de combat», dans Le Monde. Publié le 18/12/2013. Tiré de : http://www. lemonde.fr/economie/article/2013/12/18/lerafale-perd-l-appel-d-offres-bresilien-pour-lachat-d-avions-de-combat_4336674_3234.html «Pourquoi Dassault ne pouvait pas espérer vendre le Rafale au Brésil», dans Challenges. Publié le 19/12/2013. Tiré de : http://www. challenges.fr/entreprise/20131219.CHA8639/ pourquoi-dassault-ne-pouvait-pas-vendre-lerafale-au-bresil.html «Saab shares soar on $4.5bn Brazil defence deal», dans The Financial Times. Publié le 19/12/2013. Tiré de : http://www.ft.com/cms/s/0/ c93d30dc-6821-11e3-8ada-00144feabdc0. html#axzz2nxoecy5s «Des présidents, des contrats... et du vent», dans Le Monde. Publié le 25/04/2013. Tiré de : h t t p : / / w w w. l e m o n d e . f r / e c o n o m i e / article/2013/04/25/des-presidents-des-contratset-du-vent_3166157_3234.html

9 9


AÉROSPATIAL ET DÉFENSE Récapitulatif CSeries 2013 David St-Jacques Finissant en génie mécanique (23/12/2013) Ce fut une année chargée pour la CSeries en 2013. Nous avons eu droit à diverses analyses, spéculations, baisse

donné qu’il est possible de concevoir des pièces en composites qui ont la capacité de prendre des formes plus complexes qu’un matériau

de côte de crédit et des retards au niveau de la production. Au final, l’avion régional de Bombardier compte maintenant 182 commandes fermes sur un objectif de 300.

métallique, et en étant toute aussi résistante dans le sens des fibres, ces pièces se trouvent à être plus petites et moins encombrantes. Enfin, toujours selon les vols d’essais, tous ces facteurs font en sorte que le CSeries devrait coûter moins cher d’exploitation.

Le programme (conception, fabrication, production) du CSeries est évalué à 3.4G $US et devrait rapporter des revenus de 5 à 8 G$ par année à Bombardier. Ce programme a permis à cette entreprise de créer un avion à fuselage étroit comprenant un moteur plus léger et davantage éco-énergétique. Ce fuselage présente, selon les derniers tests fait lors de vols d’essais et en soufflerie, un aérodynamisme plus performant qui résulte d’une diminution de 12% de consommation d’essence comparativement aux derniers modèles semblables. Le moteur quant à lui contient des pièces (placées vers l’extérieur du moteur) en composite de carbone qui ont pour effet de réduire la consommation d’essence de 8% et diminuent aussi considérablement le bruit émis par ces engins. Les composites de carbone se retrouvent aussi à plusieurs endroits dans cet avion sous la forme de pièce structurale. Cela à pour effet de diminuer la masse total de l’appareil et permet aussi de maximiser l’espace interne. Étant

Les dirigeants de Bombardier sont très confiants de leur produit jusqu’au point où ils pensent s’emparer d’environ la moitié de la demande mondiale pour les avions comprenant de 110 à 160 sièges. Cela présente un bon défi pour l’entreprise qui a procédé au vol inaugural du CSeries neuf mois en retard et où les vols d’essais doivent prendre un minimum de 12 mois. Les premières livraisons sont prévues pour le printemps 2014, mais selon divers analystes les retards accumulés devraient faire en sorte que ces livraisons seraient davantage reçues pour le premier trimestre de 2015, soit six mois de retard. Bombardier peut cependant se rassurer en se comparant avec les derniers délais qu’ont connus Boeing et Airbus pour la livraisons de leurs nouveaux modèles, soit le 787 et 380. Finalement, pour arriver à atteindre l’objectif de 300 commandes fermes, Bombardier


tentera d’attaquer principalement les pays en développement comme la Chine, l’Indonésie (commande de 50 appareils prévue) et l’Inde. De plus, Air Canada annoncera d’ici six mois si l’entreprise placera une commande chez Bombardier ou à son plus grand rival, soit Embraer. Cette commande jouera certes dans la balance pour le futur de Bombardier Aéronautique qui compte sur ce support local pour donner de la visibilité et de la crédibilité à son CSeries. Cependant, l’entreprise-conseil en aviation Teal Group est septique pour cette dernière annonce, car elle croit qu’Air Canada évitera le «patriotisme économique».

Bibliographie : «CSeries : les promesses de Bombardier mises à l’épreuve en 2014», dans Lapresse. Publié le [18/12/2013]. Tiré de : http://affaires.lapresse.ca/ economie/transports/201312/18/01-4722188cseries-les-promesses-de-bombardier-misesa-lepreuve-en-2014.php «CSeries : Bombardier lorgne une commande de 3.6 milliards », dans La Presse. Publié le 01/11/2013. Tiré de : http://affaires.lapresse.ca/ economie/transports/201311/06/01-4707804cseries-bombardier-lorgne-une-commande-de36-milliards.php «DBRS abaisse la cote de crédit de Bombardier », dans La Presse. Publié le 08/11/2013. Tiré de : http://affaires.lapresse.ca/economie/ transports/201311/08/01-4708702-dbrsabaisse-la-cote-de-credit-de-bombardier.php

11 11


BIOTECHNOLOGIE ET PHARMACEUTIQUE La fin du papier en santé ? Julie Charron-Latour Étudiante à la maitrise en génie industriel (23/12/2013) Suivant les constats du CIRANO la semaine passée sur les dépenses en santé et l’importance de se tourner vers des

des joueurs de taille comme CGI et IBM pour qui le marché des technologies de l’information en santé devient de plus en plus pertinent.

solutions mobiles, un petit tour d’horizon sur les systèmes informatiques en santé au Québec semblait de mise. Avant tout, il faut clarifier certains termes du jargon médical. D’abord, le dossier médical électronique (DME) remplacera les dossiers papiers dans les bureaux de médecins et les cliniques, tandis que les dossiers cliniques informatisés (DCI) remplaceront les dossiers papiers dans les établissements de santé (CLSC, hôpitaux, etc.). Finalement, il y a aussi le DSQ qui est une initiative gouvernementale pour collecter certaines informations médicales comme les médicaments prescrits ou les résultats de certains examens d’imagerie médicale.

Dans le cas de Telus Santé, cette entreprise a su se démarquer par ses différentes acquisitions : Emergis en 2008, puis, en 2012, KinLogix, un DME québécois, et son équivalent dans l’Ouest canadien, Wolf Medical System. Elle crée également de nombreux partenariats directement avec le gouvernement ce qui a eu pour effet d’être récemment pointée du doigt pour son logiciel OACIS qui a été acheté par le CHUM et le CUSM sans faire d’appels d’offres. L’entreprise multiplie également ses services et s’intéresse à d’autres segments du marché comme le renouvellement des prescriptions en ligne avec l’outil MaSanté, avec la pharmacie Brunet, ou encore les soins à domicile en installant des terminaux électroniques directement chez les patients qui souffrent de maladies chroniques. L’entreprise est connue pour ses services mobiles (62% de son BAIIA). Le reste des bénéfices proviennent de services filaires (internet, Telus TV) dont fait également partie ses services en santé.

Qui sont les principaux joueurs sur le marché ? Du côté des DME, on retrouve Omni-Med avec sa Clinique Médical Virtuelle et Telus Santé qui possède 36% des parts du marché. Pour les DCI, on parle encore une fois de Telus Santé et de son outil, OACIS. Il y a également l’entreprise QuadraMed qui a implanté le logiciel Ariane en Estrie et à Québec, on retrouve le DCI CristalNet qui est désormais commercialisé par Bell. En plus de ceux-ci, il ne faudrait pas négliger

La progression de l’implantation de technologies en santé semble plus rapide chez les autres provinces canadiennes. Néanmoins, le Québec, pour qui le sujet des dossiers informatisés


est sur la table depuis 2006 tente désormais de faire peau neuve. Depuis, la province s’est entre autres dotée en 2012 d’un programme québécois d’adoption des DME pour faire face aux différentes barrières du réseau comme la difficulté d’embarquer les médecins dans ce virage technologique, les réticences de défrayer des sommes pour acquérir ces systèmes et les craintes entourant la sécurité des données. Du côté des DCI, plusieurs initiatives locales ont vu le jour : en plus des CHU, plusieurs CSSS comme celui de Jonquière adoptent la technologie. Finalement, on prévoit que le DSQ sera disponible d’ici 2015. Des nouvelles qui nous laissent envisager que la province pourrait réduire ses coûts structuraux et amoindrir les prévisions du CIRANO.

Bibliographie : « Dossier santé Québec », Tiré de : http://www. dossierdesante.gouv.qc.ca/population/FAQ/index. php#16 « RapportAnnuel 2012 de Telus », Tiré de : http://about. telus.com/investors/annualreport2012/?lang=fr « Dossier médical informatisé : des millions accordés sans appel d’offres » dans LaPresse. Publié [25/11/2013]. Tiré de : http://www.lapresse.ca/ actualites/sante/201311/24/01-4714172-dossierclinique-informatise-des-millions-accordes-sansappel-doffres.php «Le virage santé de Telus » dans LaPresse. Publié le [25/02/2013]. Tiré de :http://techno.lapresse.ca/ nouvelles/201302/25/01-4625032-le-virage-santede-telus.php

13 13


MATÉRIAUX ET CONSTRUCTION Le Canada s’ouvre au marché des biomatériaux! Yahya Diallo Finissant en génie civil (23/12/2013) Le Canada est en cours de développement d’un nouveau marché de filaments de cellulose à base de fibres de

FPInnovations et Kruger officialisaient leur union pour un projet commun qui vise l’implantation de la première usine mondiale de

bois par l’union de la société spécialisée dans l’innovation technologique canadienne FPInnovations et le géant québécois producteur de papier, Kruger. Associés aux produits de bois actuel, la technologie aura pour effet d’améliorer ses propriétés et ce pour une production moins chère. Ce projet de plus de 45 M$ d’investissements vise à implanter une usine de production de biomatériau à côté d’une des usines de Kruger, à Trois-Rivières. Cette innovation majeure prépare le Canada à entrer sur la scène internationale en matière de biomatériaux mais surtout il permettra d’avoir de meilleurs rendements économiques.

démonstration de filaments de cellulose dans le monde, dotée d’une capacité de production de 5 tonnes par jour (environ 1800 tonnes par an), à l’usine de Kruger de Trois-Rivières. Ce projet est une première canadienne dans la course internationale au développement des technologies révolutionnaires et des matériaux écologiques de demain. Cette alliance stratégique permettra en effet de développer un biomatériau très novateur à base de fibre de bois. Il devrait avoir un effet immédiat sur l’industrie forestière canadienne grâce à la capacité du produit à s’intégrer à d’autres matériaux par sa forte résistance, son poids léger ainsi que sa flexibilité. En tant qu’additifs de renforcement, les fibres de cellulose Ce projet est une première s’appliquent à une vaste gamme de produits incluant les pâtes et papiers, canadienne dans la les emballages, les papiers à usage course internationale domestique. La technologie permettra au développement des la production de produits de meilleurs technologies révolutionnaires qualités et à cout moindre. Aussi, ils et des matériaux écologiques peuvent être combinés pour renforcer les de demain. matériaux de construction.

Ce 18 décembre 2013, un communiqué annonçait que les groupes canadiens

Le projet a nécessité un investissement de plus de 43M$ provenant d’une subvention du


ministère des Ressources naturelles Canada, du programme Investissements Québec (prêts), de Kruger, FPInnovations et autres industriels de pâte, papier et bioproduits. Initialement le marché est estime une production de 120 000 tonnes par an en Amérique du Nord avec un potentiel revenu annuel de 500 M$. L’innovation canadienne en matière de biomatériaux offre de belles perspectives économiques. En 2010, les exportations de produits de bois dépassait 26 G$. Élargir la gamme de produits en y apportant de l’innovation et une utilité accrue comme le bois d’ingénierie améliorera certainement les rendements économiques. Le Canada est désormais bien équipé pour se positionner sur la scène internationale en termes d’exportation de biomatériaux. 5 brevets relatifs à cette innovation ont d’ailleurs été déposés par FPInnovations, garantissant ainsi l’avantage technologique de l’industrie canadienne, témoignant de son ambition pour mener cette technologie révolutionnaire vers une réalité commerciale.

Bibliographie : « L’innovation canadienne en terme de biomatériaux», dans Association des produits forestiers du Canada. Tiré de : http://www. fpac.ca/publications/E%20fpac-partnerkitbiomaterials-fr.pdf « FPInnovations et Kruger joignent leur forces pour construire une usine de filaments de cellulose à la fine pointe de la technologie», dans Le lezard. Publié le 18/10/2013. Tiré de :http:// www.lelezard.com/communique-2461992.html

15


ENERGIE ET ENVIRONNEMENT Éolienne : menaces et résultats en Europe Ilias Tihani Finissant en génie industriel (23/12/2013) Difficile de se prononcer cette semaine sur le secteur éolien en Europe. Deux nouvelles sont tombées, l’une est

Vendredi 20 décembre que l’énergie éolienne a été celle ayant le plus contribué à couvrir la demande en 2013. Une première pour le secteur

bonne, l’autre l’est moins.

éolien qui devient la principale source d’énergie du pays, avec une contribution de 21.1%. Il faut évidemment souligner le contexte de crise en Espagne où la demande énergétique a été revue à la baisse d’environ 2.3%. Cela n’est pas une raison majeure, le mérite revient plutôt au pays qui se retrouve quatrième mondial en puissance éolienne installée. Les généreuses aides que le gouvernement a données ont été payantes, et pas seulement pour le secteur éolien. Selon le REE, presque la moitié de l’électricité espagnole est produite à partir d’énergies renouvelables (éolien 21.1%, hydraulique 14.4% et solaire 4.9%).

La Cour de justice de l’Union européenne vient de rendre une décision concernant Électricité de France (EDF), premier producteur et fournisseur d’électricité en France et un des plus grands dans le monde. La décision de la cour concerne les tarifs de rachat de l’électricité produite par des éoliennes. EDF achète l’électricité d’origine éolienne à 120$/MW alors que le prix du gros sur le marché est d’environ 72$/ MW. La Cour de justice a tranché, il s’agit certainement d’une aide d’État car le prix est nettement supérieur au prix du marché. Il faut rappeler que l’État Français est actionnaire à 85% dans EDF, le tarif élevé payé pour l’énergie éolienne est donc considéré comme une subvention indirecte. Le ministre de l’Énergie a lancé une concertation car il est urgent de repenser les moyens pour soutenir les énergies renouvelables. L’éolien qui peine déjà à pénétrer le marché français aura bien plus de difficultés avec une baisse des aides. D’un autre côté, dans un pays voisin, les nouvelles sont bien meilleures pour ce secteur. Le gestionnaire du réseau de transport d’électricité REE en Espagne a annoncé le

Même avec ces résultats, le secteur n’est pourtant pas à l’abri d’une chute des subventions car la tendance à la baisse est notable lors des dernières années.

Bibliographie : «L’éolien, première source d’électricité en Espagne en 2013», dans La Presse. Publié le 20/12/2013. Tiré de : http:// affaires.lapresse.ca/economie/energie-etressources/201312/20/01-4722794-leolien-


premiere-source-delectricite-en-espagneen-2013.php «Le développement de l’éolien terrestre est de nouveau menacé par l’Europe», dans Le Monde. Publié le 20/12/2013. Tiré de : http://www.lemonde.fr/economie/ article/2013/12/20/le-developpement-de-leolien-terrestre-est-de-nouveau-menace-parbruxelles_4337977_3234.html

17


ENERGIE ET ENVIRONNEMENT Cadeau de Noël pour Innergex Benoit Thibault Finissant en génie civil (23/12/2013) Détrompez-vous, mon titre ne vise pas à étiqueter Standard & Poor’s comme Père-Noël! Ça accorderait beaucoup

Ses activités sont principalement concentrées au Québec, en Colombie-Britannique et en Ontario, où elle dessert les compagnies d’électricité

trop de bonnes intentions à une entreprise de cotation, mais reste qu’Innergex intègre l’indice composé S&P/TSX à un moment thématique, le 20 décembre officiellement, pour rejoindre les 240 autres entreprises canadiennes qui composent l’indice principal.

provinciale respectives. La croissance de l’entreprise a surtout découlé de son association avec TransCanada pour rafler l’appel d’offre de 1000 MW éoliens en Gaspésie en 2004, qui se sont construits entre 2006 et 2012 pour plutôt totaliser 577 MW, dont elle détient 38%.

En prévision de cette annonce, les investisseurs indiciels ont contribué à faire grimper le titre d’une dizaine d e pourcents dans les dernières semaines, l’entreprise étant à la veille de franchir 1G$ de capitalisation. Cette hausse lui permet de conclure 2013 au même niveau qu’elle l’avait commencée, après avoir connu une chute juin, un premier faux pas après 2 ans de croissance constante. Cela assure du même coup un financement stable pour Innergex et confirme la pertinence de leur stratégie visant à stabiliser leur croissance et à offrir un dividende intéressant. Rappelons que cette entreprise québécoise se consacre au développement et à l’opération de centrales hydroélectriques, de parcs éoliens et de centrales solaires, toutes des énergies renouvelables, réparties en Amérique du Nord.

La croissance de l’entreprise a surtout découlé de son association avec TransCanada pour rafler l’appel d’offre de 1000 MW éoliens en Gaspésie en 2004 Ces contrats de production permettent en effet à Innergex d’avoir des revenus fixes et des marges intéressantes jusqu’à l’expiration en 2026, au minimum. Il s’agit là d’un des facteurs forçant la hausse des tarifs d’HQ discutée dans la note du 9 décembre, comme quoi certaines entreprises de chez nous réussissent à en profiter et pas seulement des firmes étrangères… mince consolation dont laquelle Innergex profite pour souhaiter un joyeux Noël à tous les Québécois!


Bibliographie : « Innergex prend du galon, intègre l’indice S&P/ TSX le 20 décembre », tiré de Les Affaires. Publié le 17 décembre 2013 : http://www.lesaffaires.com/bourse/analysesde-titres/innergex-prend-du-galon-integrel-indice-setp-tsx-le-20-decembre/564740#. UrcbdWTuLQh « Innergex ajoutée à l’indice composé S&P/TSX », tiré de CNW PR newswire company. Publié le 17/12/2013 : http://www.newswire.ca/en/story/1281225/ innergex-ajoutee-a-l-indice-compose-s-p-tsx

19


ENERGIE ET ENVIRONNEMENT Le 2e marché du monde : Guangdong Benoit Thibault Finissant en génie civil (2013/12/23) La Chine vient de mettre en place le 2e plus important marché du carbone au monde (derrière l’UE), en termes de volume

qui prouve la volonté réelle et le radicalisme des autorités chinoises, qui visent une réduction de 20% des émissions du Guangdong d’ici 2015!

de CO2, dans la région du Guangdong. Ce projet fait parti d’un bloc de 7 pilotes lancés par Pékin en juin dernier, à commencer par Shenzen. Toutefois, celui du Guangdong se distingue par sa taille, lui qui regroupe, entre autres, les mégalopoles de Guangzhou (Canton) et Shenzhen, pour un total de plus de 110 millions de personnes et qui pollue assez pour dépasser les marchés de la Californie et d’Australie.

Cependant, pour la première année, seulement 3% des émissions devront être couvertes par des permis, mais cette proportion augmentera rapidement dans les années suivantes. De plus, l’industrie textile, les métaux non-ferreux, les céramiques et les pâtes et papiers devraient éventuellement rejoindre les 242 membres actuels : les centrales électriques, les aciéries et les cimenteries, qui se partagent 350 M de tonnes annuellement.

Cette province, au sud du pays, éloignée des centres décisionnels du Nord-Est, est tout de même la province la plus riche de Chine. Suivant une croissance rapide depuis les années 80, cette région cantonaise à proximité de Hong Kong, s’est tournée vers des produits à haute valeur ajoutée et les services, ce qui allait de pair avec l’augmentation de leur niveau de vie et de leurs revenus. Pour leur marché du carbone maintenant, certains faits sont très intéressants. D’abord, les permis sont vendus aux enchères plutôt que distribués gratuitement aux entreprises déjà polluantes comme c’est le cas en Europe et ailleurs. Il s’agit là d’un progrès fondamental,

Une réduction de 20% des émissions du Guangdong d’ici 2015! Le deuxième aspect, autre preuve de la volonté chinoise : le prix de départ de la tonne de CO2 est supérieur à celui en vigueur actuellement en Europe, 9.85$ contre 6.81$. Cette mesure forcera les entreprises à investir dans des technologies plus vertes, de quoi diminuer les problèmes de pollution en Chine. Car rappelons qu’en plus d’être le plus grand émetteur de gaz à effet de serre, la Chine est aux prises avec des problèmes de pollution urbaine très graves,


affectant directement la santé et la qualité de vie de la population. Cette situation s’explique par une forte dépendance au charbon, dont la Chine ne peut se priver si elle veut suivre l’augmentation de la demande en énergie. Heureusement, la Chine est aussi le leadeur mondial dans les énergies renouvelables. Saluons l’effort.

Bibliographie : « 2nd-Largest Carbon Market Opens In China », publié par Clean Technica, le 20/12/2013. Tiré de : http://cleantechnica.com/2013/12/20/2ndlargest-carbon-market-opens-china/?utm_ source=feedburner&utm_medium=feed&utm_ campaign=Feed%3A+IM-cleantechnica+%28C leanTechnica%29

21


MINIER Nouvelle donne chez les équipementiers Guillaume Vergne Étudiant à la maitrise en génie industriel (23/12/2013) À quelques jours de Noël, prenons un peu de recul par rapport à nos discussions habituelles sur les prix, les

minières les touche de plein fouet. En octobre, le numéro 1 mondial, Caterpillar, a annoncé avoir revu ses objectifs à la baisse tandis que son

concessions, les relations géopolitiques et les impacts environnementaux pour parler des équipements miniers.

compatriote Joy Global a annoncé une chute de 26% de ses ventes. Mais la concurrence pourrait aussi venir de la Biélorussie avec l’annonce faite par l’équipementier Belaz du lancement des tests pour le camion le plus grand au monde qui pourrait embarquer un chargement de 450 tonnes.

Le PDG de Rio Tinto, Sam Walch, a confié au Wall Street Journal que le géant angloaustralien se tournait de plus en plus vers des constructeurs chinois pour s’équiper. Cela inclut notamment des camions, des équipements pour le chargement des bateaux et des wagons. Selon Sam Walch, les équipements achetés auprès de fournisseurs chinois donnent pleine satisfaction à Rio Tinto. Le groupe minier affirme que la qualité des produits chinois s’est grandement améliorée au cours des dernières années, surpassant quelques fois la qualité des produits que Rio Tinto achetait auparavant (les wagons sont par exemple plus résistants grâce à des nouvelles soudures). Un analyste de JP Morgan s’est même dit surpris par la vitesse à laquelle certains manufacturiers chinois progressent. Il nuance néanmoins en alertant sur les énormes écarts de qualité entre les équipementiers chinois. Les leadeurs du secteur : Caterpillar, Joy Global, Komatsu et Liebherr connaissent une année difficile. La chasse aux coûts engagée dans les

Bibliographie : «Rio sees Chinese mining machines as close to US in quality», dans Ferret. Publié le 17/12/2013. Tiré de : http://www.ferret.com. au/articles/news/Rio-sees-Chinese-miningmachines-as-close-to-US-in-quality-n2511238 «Caterpillar Has A China Problem», dans Seeking Alpha. Publié le 16/12/2013. Tiré de : http://seekingalpha.com/article/1900071caterpillar-has-a-china-problem «Rio Tinto says Chinese now make ‘much higher quality’ mining equipment», dans Mining. Publié le 16/12/2013. Tiré de : http://www.mining.com/ rio-tinto-says-chinese-now-make-much-higherquality-mining-equipment-83928/


VOUS NE VOULEZ RIEN MANQUER DES PROCHAINES NOTES SECTORIELLES ? ABONNEZ VOUS DÈS MAINTENANT À LA LISTE DE DIFFUSION EN CLIQUANT ICI

23


PÉTROLE ET RESSOURCES NATURELLES La Chine dans la course aux NGH Isabelle Fotsing Étudiante au doctorat en génie des matériaux (23/12/2013) Avec la découverte d’un gisement majeur en mer de Chine méridionale, la Chine rejoint officiellement les Etats-Unis, l’Inde et

ressource lors de son extraction.

le Japon dans la course à l’exploitation des hydrates de gaz naturel (NGH).

sous-marins en Mars dernier par une technique de dépressurisation qui permet de convertir l’hydrate de méthane en gaz de méthane.

Le gisement découvert dans le nord de la mer de Chine méridionale le 18 Décembre dernier s’étend sur 55 km2 et contiendrait une quantité d’hydrate de méthane équivalente à 100-150 millions de mètres cubes de gaz naturel. Le potentiel en NGH de la Chine étant maintenant prouvé, la prochaine étape est le développement de technologies d’exploitation économiquement viables. Le pays a annoncé le prélèvement d’échantillons du gisement dans cette perspective. Les hydrates de gaz naturel font depuis quelques années l’objet de recherches intensives dans plusieurs pays. La ressource présente en effet un immense potentiel énergétique – avec un contenu énergétique jusqu’à 2 fois plus élevé que celui des ressources en gaz, pétrole et charbon combinées selon les estimations 2010 de l’Agence internationale de l’énergie –, et promet d’apporter une révolution encore plus importante que celle du schiste une fois que les technologies appropriées pour son exploitation auront été développées. La principale barrière technologique actuelle est la stabilité de la

Le Japon avait été le 1er pays à réussir l’extraction d’hydrate de méthane de fonds

Il est prévisible que l’exploitation des NGH – si elle devient économiquement viable – changera de façon significative la géopolitique du pétrole et des ressources naturelles en apportant l’autosuffisance énergétique à plusieurs pays, principalement ceux ayant accès à des fonds marins où la ressource se trouve le plus en abondance. D’un point de vue investissements, les compagnies ayant des activités R&D dans les NGH pourraient se révéler intéressantes à long terme.

Bibliographie : «China Finds Major Gas Hydrate Reserve in South China Sea», dans Rigzone.com. Publié le 19/12/2013. Tiré de : http://www.rigzone.com/ news/oil_gas/a/130730/China_Finds_Major_ Gas_Hydrate_Reserve_in_South_China_ Sea/?all=HG2 «Japan extracts gas from methane hydrate in world first», dans BBC News. Publié le 12/03/2013. Tiré de : http://www.bbc.co.uk/


news/business-21752441

25


PÉTROLE ET RESSOURCES NATURELLES MMA poussée à vendre ses actifs aux enchères Alexandre Jumelle-Kouakou Finissant en génie civil (23/12/2013) Initialement prévue à la midécembre, la vente aux enchères des actifs de la MMA a été confirmée pour le janvier

engagement à ne pas transporter de matières dangereuses à Lac-Mégantic, une entente spéciale avec la Ville pour pouvoir desservir les

selon l’échéancier fixé par le syndic Robert Keach.

entreprises situées dans son parc industriel a été conclue. Cependant, l’entente conclue ne concernera pas l’acquéreur des actifs de la MMA; la ville de Mégantic possédant un tronçon de chemin de fer de la municipalité interdira la circulation du pétrole sur son territoire, la construction d’une voie de contournement est une condition sine qua non de la reprise du transport de pétrole brut sur le territoire de sa ville.

Aux prises avec d’importantes difficultés financières depuis la tragédie survenue à LacMégantic le 6 Juillet, la MMA, entreprise qui exploitait le convoi qui a déraillé, s’était placé sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers en Aout dernier. Le prix plancher de départ demandé est de 2,25 millions $. Cependant, la meilleure offre que le syndic a reçue est celle de la société d’investissements Railroad Acquisition Holdings, affiliée à Fortress Investment Group (NYSE:FIG). Elle se chiffre à 14,25 millions $, et sera donc le prix de référence pour l’encan. Les recettes provenant de la vente du chemin de fer, des locomotives et des immeubles appartenant à la MMA serviront principalement à rembourser ses créanciers principaux canadiens et américains. L’assureur canadien de la MMA a déjà versé 25 millions de dollars qui serviront à dédommager la Ville du Lac-Mégantic ainsi que les victimes. Afin d’augmenter le prix de la vente, les activités de la MMA à Lac-Mégantic ont repris le 18 Décembre. En effet, en échange d’un

Gordian Group, la banque d’investissement responsable de la transaction, a contacté 40 acquéreurs potentiels et 18 parties ont démontré leur intérêt en signant des ententes de confidentialité. Cette occasion pourrait donc être une opportunité pour d’autres entreprises (les américaines) d’intégrer plus facilement un nouveau marché.

Bibliographie : «Lac-Mégantic: l’encan sur les actifs de MMA devrait débuter fin janvier », dans Les affaires. Publié le 18/12/2013. Tiré de : http:// www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/ transport/lac-megantic-l-encan-sur-les-actifs-


de-mma-devrait-debuter-fin-janvier/564781#. UrYHlfQ3AhG «L’acheteur de MMA pourra-t-il transporter du pétrole?», dans La Presse. Publié le 19/12/2013. Tiré de : http://www.lapresse. ca/actualites/dossiers/tragedie-a-lacmegantic/201312/19/01-4722485-lacheteur-demma-pourra-t-il-transporter-du-petrole.php

27


PÉTROLE ET RESSOURCES NATURELLES Brut américain cherche raffinerie Lucas Picci Étudiant à la maitrise en génie industriel (23/12/2013) Alors que la production pétrolière domestique américaine n’a cessé de croître depuis plusieurs années, la

raffineries du pays. En effet, selon les mêmes prévisions, les productions du Canada, des Etats-Unis et de la Russie issues des schistes

capacité de raffinage quant à elle n’a pas évoluée en conséquence, ce qui crée un décalage sur le marché du brut américain.

et roches semblables devraient être multipliées par 11 d’ici 2040. C’est pourquoi Kenneth Cohen, vice-président chez ExxonMobil, affirme que « le marché est passé d’une période de rareté à une période d’abondance », mais déplore que les entreprises soient soumises à des règlementations surannées.

Grâce à l’amélioration des techniques d’extraction et surtout le boom des schistes, la production américaine a considérablement augmenté au cours des années 2000. Rien qu’au cours de l’an dernier, elle a progressé de 18%, pour atteindre un total de 8 075 millions de barils par jour, son plus haut niveau des 25 dernières années, selon l’Energy Information Administration. Ceci va permettre aux Etats-Unis de dépasser tous les membres de l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole d’ici deux ans, mis à part l’Arabie Saoudite, selon des prévisions long-terme annuellement présentées par ExxonMobil. Néanmoins, la législation américaine est très stricte au sujet de l’exportation de pétrole brut. Depuis les années 1970 et l’embargo des pays arabes, seules les compagnies disposants d’une licence attribuée par le gouvernement américain sont autorisées à exporter du brut.

Toutefois, le nombre de licences délivrées par le gouvernement américain est en augmentation par rapport aux années précédentes. Les autorités américaines en ont délivré 103 au cours de la dernière année contre 66 en 2012. La quasi-totalité d’entre elles ont permis aux pétroliers américains d’approvisionner les raffineries de l’est du Canada. En effet, mis à part 267,000 barils exportés vers la Chine en janvier, tous les exports réalisés pendant l’année se sont dirigés vers leur voisin du nord. Mais une grande partie de ces licences reste inexploitées : elles sont utilisées par les courtiers comme assurance d’être en mesure de profiter d’opportunités de marché, si elles se présentent.

D’après les prévisions d’ExxonMobil, les productions issues du Dakota du Nord et du Texas suffiront bientôt à égaler la capacité des

Le gouvernement américain sera donc amené à reconsidérer sa politique en matière d’exportation et d’importation de brut dans les


années à venir, compte tenu des changements qui s’installent dans sa production domestique. Reste à voir comment ceci va impacter le Canada, premier fournisseur de brut aux EtatsUnis, qui fait actuellement tout pour augmenter sa production pétrolière, misant principalement sur le marché nord-américain.

Bibliographie : «Oil groups in rush for US crude export licences», dans Financial Times. Publié le 10/12/2013. Tiré de : http://www.ft.com/intl/cms/ s/0/60c418b2-611f-11e3-916e-00144feabdc0. html?siteedition=intl#axzz2nIqUbeks «North American Shale to Exceed Most OPEC Nations’ Output», dans Bloomberg. Publié le 12/12/2013. Tiré de : http://www.bloomberg. com/news/2013-12-12/north-american-shaleto-exceed-most-opec-nations-output.html

29


MANUFACTURIER ET SERVICES Troubles chez Amazon Matthieu De Nadai Étudiant à la maitrise en génie industriel (23/12/2013) Depuis lundi 16 décembre, deux sites allemands du géant de la vente en ligne Amazon sont entrés en grève. Les sites de

près de 21% en 2012, pour atteindre 6.3 G€, ce qui représente un tiers du total de ses ventes à l’étranger. Ainsi, si le mouvement venait à

Bad Hersfeld et Leipzig déjà touchés par des grèves au printemps ont été rejoints par le site logistique de Graben pour une nouvelle action de protestation.

s’intensifier, voire à s’étendre à d’autres sites, il pourrait y avoir de graves conséquences pour Amazon.

au siège de la compagnie à Seattle.

Ces évènements arrivent en même temps que la publication du livre En Amazonie, infiltré dans le meilleur des mondes écrit par Jean-Baptiste Malet qui vise à dénoncer les conditions de travail chez Amazon. Pendant la période des fêtes et pour palier à l’explosion de la charge de travail, l’entreprise a recours à de nombreux intérimaires. L’auteur qui a lui-même rejoint les rangs des employés pendant un temps lors de cette période fait état de conditions de travail «digne du XIXème siècle» : des cadences infernales et la négation des droits des employés. Amazon a énormément recours aux travailleurs temporaires, en témoigne les chiffres, 9000 employés permanents en Allemagne contre 14 000 temporaires durant la période des fêtes.

La période est critique pour l’entreprise puisque les fêtes de Noël représentent 70% du chiffre d’affaires de l’entreprise. L’Allemagne est le deuxième marché pour Amazon après celui des États-Unis et les ventes y ont progressé de

Le projecteur tourné vers Amazon permet de mettre en lumière ces emplois qui se cachent derrière les écrans du commerce en ligne. Les conditions de travail très dures sont d’autant plus frappantes que le slogan de la firme est «work

La revendication des grévistes est un alignement des salaires d’Amazon sur ceux du secteur de la distribution plutôt que la logistique. Ce sont 1400 employés, sur les 9000 qu’Amazon emploie en Allemagne, qui se sont mobilisés depuis une semaine. La direction de la branche allemande d’Amazon se veut rassurante en déclarant en la personne d’Armin Cossman, responsable du site de Leipzig : «La météo nous inquiète plus [que la grève]». Le mouvement a été accompagné d’une manifestation de soutien

«La météo nous inquiète plus [que la grève]».


hard, have fun, make history». Les manifestants allemands souhaitent que l’histoire dont parle Amazon ne se construise pas sur leur précarité. Cependant, le relativement faible nombre de grévistes risque de peu influencer les activités du géant, ce qui va sérieusement limiter leur capacité de négociation. En raison du faible risque, l’action Amazon continue sa croissance, le titre a gagné près de 60% au cours de l’année 2013 pour s’établir jeudi à 395.19$.

Bibliographie : « Les travailleurs chez Amazon ont des conditions de travail dignes du XIXe siècle », dans Le Monde. Publié le 16/12/2013. Tiré de : http://www.lemonde.fr/economie/ article/2013/12/16/les-travailleurs-chezamazon-ont-des-conditions-de-travaildignes-du-xixe-siecle_3517609_3234. html?xtmc=amazonie&xtcr=4 «Amazon faces strike stand-off in Germany» dans The Financial Times. Publié le 18/12/2013. Tiré de : http://www.ft.com/intl/cms/s/0/ ab5e09d2-67fa-11e3-a905-00144feabdc0. html?siteedition=uk#axzz2o0C5bK9t «La grève se poursuit chez Amazon Allemagne]», dans Les Echos. Publié le 18/12/2013. Tiré de : http://www.lesechos. fr/entreprises-secteurs/service-distribution/ actu/0203195989110-la-greve-se-poursuitchez-amazon-allemagne-638044.php

31


MANUFACTURIER ET SERVICES Lululemon toujours en difficulté Marie-Pier Dufort Finissante en génie industriel (20/12/2013) La compagnie canadienne basée à Vancouver a connu des grandes difficultés cette année, en raison de plusieurs

de l’action a chuté de près de 17.5 %. De plus, les actionnaires estiment que la compagnie a fait des affirmations frauduleuses afin de gonfler

évènements qui ont porté atteinte à la marque de vêtements de yoga. L’annonce du rappel de l’un de ses produits bestsellers, un pantalon qui s’est avéré trop transparent en raison de la faiblesse du contrôle qualité, a grandement impacté les chiffres de la compagnie, qui a connu une baisse de 20 % de son titre cette année.

artificiellement le prix du titre en plus d’avoir négligé de déclarer que les problèmes de qualité des pantalons étaient reliés à la décision de réduire les coûts de production. D’ailleurs, cette initiative de réduction de coûts est assez surprenante connaissant les marges de profit de Lululemon qui sont extrêmement élevées pour ce type de marché. Ainsi, ses compétiteurs H&M, Athleta et Nike ont grandement bénéficié de ces nouvelles afin d’offrir aux clients des produits similaires à un prix de détail inférieur.

En réaction aux événements, l’un des fondateurs de la compagnie Chip Wilson a affirmé sur Bloomberg TV que les pantalons Lululemon n’étaient pas pour « tout les types de femmes ». Suite à ces affirmations, le dirigeant s’est attiré les foudres de plusieurs consommateurs qui ont décidé de boycotter la marque. L’actionnaire principal de la compagnie, avec 28 % des titres, a d’ailleurs fait diminuer le titre en juillet dernier, lorsqu’il a annoncé ses intentions de vendre 4 % de sa part. Ensuite, la compagnie fait présentement face à trois poursuites par ses actionnaires, qui estiment que l’entreprise a voulu frauder en vendant les pantalons en connaissance du défaut de fabrication, et en camouflant le replacement du CEO, Christine Day. En effet, suite à l’annoncesurprise de son départ en juin dernier, le prix

En raison de l’absence de preuves liant la chute du prix de l’action et du défaut de fabrication, il est possible qu’une de ces poursuites soit rejetée par la cour de New York, mais cette annonce représente tout de même une menace future pour l’avenir de l’entreprise. Afin de remplacer Christine Day, l’entreprise a décidé d’embaucher l’ancien CEO de la marque de planche à neige Burton, Laurent Potdevin qui devrait venir redresser la compagnie dans ces temps difficiles. Potdevin sera payé près de 3.1 M$ pour rejoindre l’entreprise, autre point de discorde entre le conseil d’administration et les actionnaires qui estiment ce montant beaucoup trop important étant donné les difficultés


récentes de l’entreprise. Ainsi, les investisseurs voulant profiter d’une aubaine en achetant le titre devraient faire preuve de prudence, car les prévisions pour l’annonce du dernier trimestre de 2013 s’avèrent assez pessimistes. En effet, plusieurs analystes croient que les ventes de 2014 n’arriveront plus à atteindre le niveau atteint avant l’annonce du rappel et que l’image de marque a été grandement endommagée.

Bibliographie :

«Former Burton Snowboards Boss to take over Lululemon», dans Globe & Mail. Publié le 11/12/2013. Tiré de : http://www. vancouversun.com/entertainment/Former+Burton+Snowboards+boss+take+over+Lululemon/9272746/story.html «Lululemon shares slides after news that founder intends to reduce stake», dans Financial Post. Publié le 5/09/2013. Tiré de : http://business. financialpost.com/2013/07/05/lululemon-sharesslide-after-news-that-founder-intends-to-reducestake/

33


TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION BlackBerry continue sa descente aux enfers Ludovic Deumaga Finissant en génie informatique (23/12/2013) La compagnie canadienne BlackBerry a annoncé vendredi 20 décembre des résultats financiers épouvantables. La

trimestre, soit la moitié du nombre d’appareils vendus lors des trois mois précédents. Les revenus quant à eux ont chuté de 56% à 1.19 G$,

firme a accusé une lourde perte de 4.4 G$ au troisième trimestre 2013, pendant que les revenus ont continué de dégringoler, toutefois plus nettement que prévu.

comparativement à 2.3 G$ à la même période l’année précédente. L’ensemble des analystes prévoyaient pourtant une perte ajustée de 0,42$ US par action, pour des revenus de 1.59 G$.

Le second trimestre avait déjà été désastreux pour la compagnie, avec une perte de 1 G$, et la suppression de près de 4500 emplois, soit 40 % de ses effectifs. Elle avait aussi tenté de se vendre mais était finalement revenu sur ses pas, faute de ne pas avoir reçu d’offres satisfaisantes. Rien ne s’est arrangé pour la compagnie, au contraire les choses ont empiré, avec notamment la publication d’une perte record de 4,4 G$. Soit quatre fois plus qu’au trimestre précédent. La perte nette totale se chiffre donc à 5.4 G$ pour l’année 2013, contre 744 M$ pour l’exercice précédent. D’après BlackBerry, la perte comprend une charge de 2,7 G$ pour refléter la dépréciation d’actifs et une autre dépense extraordinaire de 1,6 G$ en frais de restructuration, et environ 1 G$ pour les invendus. La perte nette s’établie quant à elle, à 354 millions de dollars, soit 0,67 $ US l’action.

Tout n’est cependant pas noir pour l’ancien fleuron canadien; la compagnie a vu augmenter la valeur de ses liquidités à 3.2 G$, grâce à l’investissement de 1 G$ récolté auprès d’investisseurs après que la compagnie ait décidé d’annuler sa vente.

Concernant les invendus, BlackBerry a vendu environ 1,9 millions de smartphones au troisième

BlackBerry a vendu environ 1,9 millions de smartphones au troisième trimestre, soit la moitié du nombre d’appareils vendus lors des trois mois précédents. La compagnie a aussi vu augmenter le nombre d’utilisateurs de son fameux service de messagerie instantanée : BlackBerry Messenger. Alors que le service n’était disponible que sur les smartphones de la compagnie, une application pour les smartphones tournant sous Android et IOS a aussi vu le jour officiellement, il y’a deux


mois. Le nombre d’utilisateurs a ainsi augmenté de 40 millions de nouveaux membres. Vendredi 20 décembre, malgré l’annonce de ces résultats, le titre de l’entreprise avait tout de même avancé de 1.02 dollar, soit 15,3% à 7.69 dollars.

Bibliographie : «BlackBerry publie une perte de 4,4 milliards de dollars et s’allie à Foxconn», dans Clubic. Publié le 20/12/2013. Tiré de : http://pro.clubic.com/ entreprises/rim/actualite-608620-blackberryresultats.html «BlackBerry accuse une perte de 4,4 milliards, le titre bondit», dans Les Affaires. Publié le 20/12/2013. Tiré de : http://www.lesaffaires.com/ bourse/nouvelles-economiques/blackberryaccuse-une-perte-de-44-milliards-les-revenusplongent/564832#.Ure3-PRDuQw « BlackBerry publie des pertes record et choisit Foxconn comme fabricant », dans Le Monde. Publié le 20/12/2013. Tiré de : http:// www.lemonde.fr/economie/article/2013/12/20/ blackberry-accuse-de-nouvelles-pertes-et-sassocie-a-foxconn_4338150_3234.html

35


Le comitĂŠ


Aérospatiale et Défense Caroline DIETRICH, étudiante à la maitrise en génie industriel David ST-JACQUES, finissant en génie mécanique

Biotechnologie et Pharmaceutiques Julie CHARRON-LATOUR, étudiante à la maitrise en génie industriel François MARCOUX, finissant en génie biomédical

Énergie et Environnement Ivan BELTRAN, étudiant à la maitrise en génie industriel Benoit THIBAULT, finissant en génie civil Ilias TIHANI, finissant en génie industriel

Manufacturier et Services : Matthieu DE NADAI, étudiant à la maitrise en génie industriel Marie-Pier DUFORT, finissante en génie industriel

Matériaux et Construction Yahya DIALLO, finissant en génie civil Léa FAGGIO, étudiante à la maitrise en génie civil

Minier Camille MATTE, finissante en génie industriel Guillaume VERGNE, étudiant à la maitrise en génie industriel

Pétrole et Ressources Naturelles Isabelle FOTSING, étudiante au doctorat en génie des matériaux Alexandre JUMELLE-KOUAKOU, finissant en génie civil Lucas PICCI, étudiant à la maitrise en génie industriel

Technologie de l’Information Arthur CLAIRE, étudiant à la maitrise en génie industriel Ludovic DEUMAGA, finissant en génie informatique


Pour nous joindre Adresse postale PolyFinances Case postale 6079, succursale Centre-ville MontrĂŠal, QuĂŠbec, H3C 3A7

Courriel info@polyfinances.ca

Site web www.polyfinances.ca

Coordonnateur Ivan Beltran Santillan Francisco ivan.beltran@polymtl.ca


PolyFinances - Note Sectorielle - Semaine du 23 décembre 2013