Page 1

N째12 - Autumn / Winter 2009


Par Emmanuel Caux Directeur Général du Majestic Barrière

Dans quelques semaines, dans quelques jours peut-être bien, à moins que ce ne soit déjà le cas à l’heure où vous lisez ces lignes, le Majestic Barrière inaugurera sa nouvelle aile. La deuxième. L’affaire est d’importance ! D’une part, par l’ampleur de l’infrastructure qui, sur des milliers de mètres carrés, accueille 44 suites dont deux penthouses panoramiques, un spa, un nouveau salon d’affaires et des boutiques de luxe. D’autre part, par l’impact que cette extension a sur l’hôtel tout entier. Forcément, maintenant que notre palace a deux ailes, nous avons tous l’envie de monter plus haut ! Nous vous devions déjà l’excellence. Un défi que nous nous efforçons de relever au quotidien comme en témoigne notre certification Iso 9001, reconduite en septembre dernier. Mais désormais, nous vous promettons davantage. Plus que l’excellence ? L’expérience ! Voilà notre nouveau challenge : faire d’un séjour en nos murs une expérience unique. Comment ? En remettant l’humain au cœur de nos priorités. Cela passe par une écoute et une disponibilité de chaque instant, par une personnalisation poussée du service et, surtout, par l’émotion. La vôtre ! Innovation, souci du détail, raffinement : nous avons multiplié les étincelles pour que naisse la flamme ! A vous de juger, à présent… The Majestic Barrière is set to inaugurate its new wing in a few weeks’ or days’ time, possibly as you are reading this very article. It will be its second to date and an important occasion! Firstly, in terms of the scale of the infrastructure comprising several thousand square meters and hosting 44 suites including two panoramic penthouses, a spa, a new business lounge and luxury boutiques. Secondly, in terms of the impact that the extension will have on the hotel as a whole. It was only natural now that our palace hotel has two wings for us to want to go onwards and upwards! We aim to deliver the consistent excellence that you have come to expect from us. It is a challenge that we strive to meet on a daily level which was rewarded by the renewal of our Iso  9001 certification last September. This time we are promising you more. How could we top excellence? By providing the ultimate experience! Our new challenge will be to make a stay at our venue a unique experience. How? By putting our clients by listening and being approachable, providing a tailored service, and, above all caring passionately about what we do and passing that on to you. Innovation, attention to detail, refinement. We have gone the extra mile to guarantee your satisfaction! We look forward to letting you be the judge …


ACTUALITES NEWS

p14 > Les News de la Croisette News from the Croisette

SAGA SAGA

p50 > Chopard Artisan de beautés Chopard craftsman of beauty

SHOPPing SHOPPING p57

Entretiens INTERVIEW

p24 > La vraie vie de Bénabar Up close & personal with Bénabar p28 > Laurent Voulzy ce doux rêveur Laurent Voulzy, sweet dreamer

moteur motor

p67 > Le luxe devient écocompatible Luxury needn’t cost the earth

p32 > Emilie Dequenne Le goût du jeu Acting is the fun part

10, La Croisette - BP 163 - 06407 Cannes cedex - Tél. +33 (0)4 92 98 77 00 - Fax : +33 (0)4 93 38 97 90 - www.lucienbarriere.com


DECORATION DECORATION

p73 > Une nouvelle aile, signée Pascal Desprez The new wing designed by Pascal Desprez

Evénement

Event

p86 > Un pont entre deux Rives A bridge between two cultures

p78 > Au-delà de l’excellence Beyond excellence p80 > Un jeune homme en fleurs The bloom of youth

Casino casino

p83 > La beauté du jeu The beautiful game

SAVEURS FLAVOURS

p91 > Des saveurs Fouquet’s Flavours from Fouquet’s

10, La Croisette - BP 163 - 06407 Cannes cedex - Tél. +33 (0)4 92 98 77 00 - Fax : +33 (0)4 93 38 97 90 - www.lucienbarriere.com


14 Actualités News

Les News de la Croisette News from the Croisette

Le Majestic Barrière passe la cinquième Majestic Barrière wins five star rating En 2009, la France a réformé son système de classification hôtelière, créant à cette occasion une catégorie “Cinq Etoiles” que les grands palaces tricolores réclamaient de longue date. Une élite que le Majestic Barrière se devait de rejoindre au plus vite. Mission réussie ! Fort d’une infrastructure luxueuse et d’une politique qualité récompensée par une certification Iso 9001, le fleuron de Lucien Barrière Cannes a brillamment décroché sa cinquième étoile, le 1er octobre dernier. “Le mérite en revient aux équipes du Majestic qui, au quotidien, s’emploient à satisfaire et à étonner la clientèle”, se félicite Emmanuel Caux, directeur général des hôtels Lucien Barrière de Cannes. Cette performance est d’autant plus remarquable que l’examen de passage a été réussi de fort belle manière. Cette évaluation a souligné, notamment, quelques points forts comme l’accueil de la clientèle handicapée et/ou à mobilité réduite ou la politique de développement durable (sensibilisation du personnel à l’économie de l’énergie, de l’eau et des déchets, à l’utilisation de produits d’entretien et de consommables respectueux de l’environnement et des clients sur les actions qu’ils peuvent réaliser lors de leur séjour en matière de développement durable…).

In 2009 France overhauled its hotel rating system creating the “Five star” category that the French palace hotels had been requesting for a long time. Obviously Majestic Barrière just had to join this elite group as quickly as possible. Mission accomplished! With its luxurious facilities and Iso 9001 certified quality policy, the Lucien Barrière Cannes flagship establishment won its fifth star in style on October 1st. “It is a tribute to the teams at the Majestic who work so hard on a daily basis to satisfy and astound the clientele”, said a delighted Emmanuel Caux, managing director of the Lucien Barrière hotel chain in Cannes. A performance which is even more remarkable as the rating inspection was a resounding success. The evaluation highlighted a range of strengths such as access for handicapped and/or reduced mobility clientele or its sustainable development policy (awareness drive to encourage personnel to save energy, water and waste, use cleaning products and consumables in an environmentallyfriendly manner and let clients know about the sustainable development actions that they can take during their stay …).


16 Actualités News

Gardez le contrôle

Staying in control Lucien Barrière Hôtels et Casinos believes that gambling is a pleasure and that’s the way it should remain. So over the past few years it has conducted a pro-active policy to prevent gambling addition which involved its 35 French establishments training their personnel in prevention and being sensitive to players with issues. In Cannes, for example, the system has been in place for five years. It has now been reinforced by new tools such a dedicated website www.preferezunjeuresponsable.com, a new information campaign and a completely new service called “Limitation Volontaire d’Accès” (LVA – Voluntary access restriction). Any client can request that their number of visits to be restricted to eight per month. If they try to exceed this, then they will be refused access to the rooms. Professionalism, respect for the rules, expertise: just some of the strengths that have enabled us to operate a Responsible gaming policy.

It’s no bluff! It’s for real!

At the end of the summer the Casino Barrière, Cannes Croisette launched its poker room, a space dedicated to players of Texas Hold’em, the latest hit version of the famous American card game. The Cannes establishment has 5 tables available with a €250 minimum chip buy‑in (small blind bet €5 and big blind bet €10). The facility will almost certainly be used to host tournaments in the future.

Pour Lucien Barrière Hôtels et Casinos, le jeu est un plaisir et doit le rester. Il mène donc, depuis plusieurs années, une politique volontariste contre l’addiction au jeu. Ses 35 établissements français ont ainsi formé leur personnel à la prévention et l’écoute des joueurs en difficulté. A Cannes, par exemple, le dispositif est en place depuis cinq ans. Il est aujourd’hui renforcé par de nouveaux outils comme un site internet dédié www.preferezunjeuresponsable.com, une nouvelle campagne d’information ou encore un tout nouveau service : la Limitation Volontaire d’Accès (LVA). Les clients qui le souhaitent peuvent demander une limitation du nombre de leurs visites : huit par mois, au maximum. Au-delà, l’accès aux salles leur est refusé. Professionnalisme, respect des règles, expertise : voilà des atouts qui nous permettent aujourd’hui de présenter une politique exemplaire en matière de Jeu Responsable.

Ce n’est pas du bluff !

A la fin de l’été, le Casino Barrière de Cannes Croisette a lancé son poker room, un espace dédié aux adeptes du Texas Hold’em, la version en vogue du célèbre jeu de cartes américain. L’établissement cannois propose 5 tables avec une cave minimum à 250 €, (small blind 5 € et big blind 10 €). Un dispositif qui, à l’avenir, servira très certainement à l’organisation de tournois.


18 Actualités News

Majestic Barrière : l’atout cœur

En matière de développement durable, on fait beaucoup pour l’environnement, on regarde de près ses performances économiques mais, trop souvent, on oublie le volet social. Engagé dans cette démarche écocitoyenne, le Majestic Barrière a choisi, lui, de ne pas négliger ses responsabilités sociétales. Ainsi, depuis quelques temps, les partenariats avec les associations humanitaires se multiplient. Cet automne, deux dîners de gala sont organisés à l’hôtel, l’un au profit de L’Ecole des Parents (le 20 novembre), une organisation vouée aux enfants souffrant de maladies respiratoires, et l’autre pour Soleil d’Enfance, une entité œuvrant au service des jeunes handicapés. D’autres opérations sont d’ores et déjà envisagées pour les prochains mois, à commencer par la vente aux enchères au bénéfice d’une œuvre carritative, de la première nuit dans le plus beau des deux penthouses de la nouvelle aile du palace.

L’art de la table Majestic Barrière: the hotel with a heart In terms of sustainable development we have done a lot for the environment. It’s all too easy to track business performance and lose sight of social issues. Through its eco-friendly commitment the Majestic Barrière has put social responsibility on top of its agenda. For quite some time we have sponsored a host of humanitarian associations. This autumn, the hotel is looking forward to organising two gala dinners, a benefit for the L’Ecole des Parents (November 20), an organisation devoted to children suffering from respiratory ailments and the other for Soleil d’Enfance, an organisation that helps handicapped young people. Other operations are in the pipeline over the coming

months starting with a charity auction to win an inaugural night in the best of the two penthouses in the new wing of the palace hotel.

Tables that are a work of art Emmanuel David’s favourite game is backgammon and he has collected sets for 20 years. A while ago he decided to make a living from his hobby by designing limited edition gaming tables. Only four copies per run! This precious furniture is made from an incredible material called Dacryl. Purer than crystal, it allows natural objects to be polymerised. This allows the artist-cum‑designer to incrust rose petals, feathers or gold leaves into his luxurious, original gaming tops. His love of the game has been transformed into works of art. See his tables on display in the Majestic Barrière lobby.

Pendant 20 ans, Emmanuel David a collectionné les backgammons, son jeu préféré. Et puis, il y a peu, il a décidé de vivre de sa passion en créant des tables de jeu en série limitée. Quatre exemplaires à chaque fois ! Ce mobilier précieux use d’une matière incroyable : le Dacryl. Plus pur que le cristal, il autorise la polymérisation des objets naturels. L’artiste-designer peut ainsi incruster des pétales de rose, des plumes ou des feuilles d’or dans des plateaux de jeu luxueux et originaux. On conjugue ainsi l’émotion du jeu et le plaisir de l’œil. A découvrir, in situ, dans le lobby du Majestic Barrière.


20 Actualités News

Double emploi

Des papiers d’identité sont nécessaires à l’entrée des casinos français. A moins que, comme de nombreux habitués des casinos Lucien Barrière Cannes, vous possédiez une carte Casinopass, un “sésame” qui permet une identification immédiate. Mieux : cette carte offre de nombreux avantages : des promotions à l’intérieur du casino et des réductions dans de nombreux commerces de la ville : shopping, centre de beauté, coiffure, épicerie fine, décoration… Alors, renseignez-vous lors de votre prochaine visite.

Pause gourmande

Il est une carte qui, au Casino Barrière de Cannes Croisette, ne fait que des gagnants : celle du Café Croisette, la table gourmande du casino cannois. Elle est signée par Alain Roy, un chef qui a déjà marqué les esprits du côté du 38, The Restaurant, le restaurant de l’hôtel Gray d’Albion. Il s’y était fait remarqué par ses alliances audacieuses et ses emprunts aux cuisines du monde. Il récidive ici, en associant à son menu un loup grillé au fenouil, typique de nos rivages, à un Tajine de volaille fermière aux citrons confits, une recette pêchée de l’autre côté de la Méditerranée, ou encore des brochettes de gigot d’agneau grillées aux épices, riches des parfums d’ailleurs. Aux plaisirs des mets, s’ajoute ici le régal des yeux. Toutes les tables offrent une belle vue sur la mer, le port Canto et le Suquet, le vieux quartier de Cannes.

The winning card

As you are no doubt aware, identity papers are required to enter French casinos. However, the lucky crowd at Lucien Barrière Cannes casinos can use their convenient Casinopass card for immediate identification. Better still, the card comes with a host of fabulous benefits such as special offers inside the casino and discounts at a large number of businesses across the city on shopping, beauty salons, hairdressers, delicatessen, interior design … Why not apply for yours on your next visit.

Fine dining delights

Everyone’s a winner at “Café Croisette”, Casino Barrière Cannes Croisette’s fine dining experience brought to you by Alain Roy, the chef who amazed diners at 38, The Restaurant at the Gray d’Albion. Renowned for his daring combinations and fusion-inspired cuisine he brings you a wealth of flavour sensations such as grilled sea bass with fennel, typical of our shores, farm-raised chicken tagine with confit lemons, a recipe fished from across the Mediterranean and spicy grilled lamb kebabs rich in aromas from faraway lands. A feast for the eyes and the taste buds. All tables have wonderful views of the sea, Port Canto and Suquet, Cannes historic district.


22 Actualités News

Un nouvel écrin pour Boucheron

Installé depuis une dizaine d’années au 17, La Croisette, au voisinage du Majestic Barrière, le joaillier parisien a récemment procédé au lifting de sa boutique cannoise. De la façade au salon VIP, tout a été revu et habillé de matériaux précieux et de tons chauds pour offrir aux collections maison un écrin digne de leur beauté.

A new gem of a store for Boucheron

Opened ten years ago in the Majestic Barrière’s neighbourhood at 17, La Croisette, the Parisian jeweller recently gave its Cannes store a facelift. From facade to VIP lounge, everything has been updated and decorated in precious materials and warm tones to provide the house’s collections with a gem of a showcase to set off their beauty.

Kronometry à la puissance 10

Joli cadeau d’anniversaire ! Peu avant l’été, pour célébrer ses dix ans, Kronometry 1999, le grand spécialiste français de l’horlogerie de luxe, s’est offert une dixième boutique, sa seconde à Cannes. Entièrement dédiée à Hublot, fameux horloger genevois, elle est implantée à côté du magasin “historique” du 4, La Croisette, face aux marches du Palais des Festivals, là où, en 1999, Walter Ronchetti démarrait sa belle aventure.

Force 10 Kronometry

What a lovely birthday present! Just before summer, Kronometry 1999, the great French luxury watchmaker treated itself to a tenth store, its second in Cannes, to celebrate its tenth anniversary. Devoted entirely to Hublot, the famous watchmaker from Geneva, it moved into the “historic” store at 4, La Croisette, opposite the Palais des Festivals steps, where Walter Ronchetti started its amazing adventure in 1999.

Pomelatto s’installe chez Aubry

Pomellato s’installe à Cannes. Le joaillier italien à la créativité débridée a posé ses vitrines chez Aubry (81, rue d’Antibes), l’un des grands bijoutiers de la ville des festivals. Une occasion rêvée de découvrir les collections très “glamour” de la griffe milanaise : la ligne Nudo, les bagues Lucciole ou encore les pendentifs tendres de la gamme Dodo.

Pomelatto opens at Aubry

Pomellato has an outlet in Cannes. The Italian jeweller with irrepressible creativity is now available at Aubry (81, rue d’Antibes) one of the greatest jewellers in the festival city. A wonderful opportunity to discover the Milanese brand’s “glamorous” collections such as its Nudo range, Lucciole rings or sweet pendants from the Dodo range.


24 Portrait Portrait

Ses disques trustent le sommet du Top 50. Ses concerts font le plein. Son premier film en tant qu’acteur a dépassé le million d’entrées. Bénabar vole haut ! Pourtant, il garde les pieds sur terre. His records are riding high in the Top 50. He plays sell-out concerts. His first film as an actor achieved box office ticket sales of over one million. Bénabar might be on the crest of a wave but his feet are firmly on the ground.

La vraie vie de

Bénabar Vendredi 3 juillet, 19 heures, sur la terrasse du Majestic Barrière… Bénabar, l’une des valeurs sûres de la chanson française, donne une dernière interview à la presse locale. Dans un peu plus d’une heure, il rejoindra le parvis du Palais des Festivals, à quelques pas de là, pour participer à un grand concert en hommage à Henri Salvador. « En 2001, alors que ma carrière démarrait à peine, il m’a demandé d’assurer la première partie de sa tournée “Chambre avec vue”. Je commençais à peine ma carrière. Ça m’a aidé. Ce fut cependant plus qu’un tremplin ; la naissance d’une belle amitié avec un immense artiste. Bien sûr, comme tout le monde, je connaissais ses chansons rigolotes. A cette occasion, j’ai découvert tout le talent qu’il y avait derrière. » Du talent, Bruno Nicolini (Bénabar, son nom d’artiste, est le “verlan” de Barnabé, un surnom que lui avait donné un copain musicien) en a à revendre. Assez — et ce n’est pas rien  ! — pour se hisser, en moins d’une décennie, parmi les chanteurs les plus en vue de la nouvelle scène française. “Reprise des négociations”, son troisième album, lui a ainsi valu un disque de diamant en 2006. Plus de 1 300 000 disques vendus ! Son nouvel opus, “Infréquentable”, sorti il y a tout juste un an, est l’un des plus gros hits de ces derniers mois. La clé de ce succès  ? L’empathie entre l’artiste et son public. «  Je chante ce que tout le monde connaît  : l’amour, l’amitié, le temps qui passe », résume-t-il. Mais il le chante bien. Et surtout, il le dit bien ! Ses textes sont en effet de véritables bijoux qui, sans en avoir l’air, masqués derrière l’humour et la dérision, croquent notre

Up close & personal with Bénabar 7pm. Friday July 3rd, Majestic Barrière terrace… Bénabar, one of the most bankable names in the French music business is giving one last interview to the local press. In just under an hour he will be appearing nearby on the Palais des Festivals esplanade as part of a tribute concert to the late Henri Salvador. « In 2001, when I was starting out, he asked me to open for his “Chambre avec vue” tour. My career had barely started. It was a huge help. More than just a boost, it was the start of a beautiful friendship with a huge artiste. Naturally, like everyone, I knew his funny songs. It was opportunity to discover the immense talent behind it all. » Bruno Nicolini (Bénabar, his stage name, is backward slang for Barnabé, a nickname given to him by one of his musical friends) has talent by the truckload. Enough – which is no mean feat! – to become one of the highest profile singers on the new French scene in less than ten years. “Reprise des négociations”, his third album, won him a diamond disk in 2006. Over 1,300,000 records sold! His new work, “Infréquentable”, released just a year ago, is one of the biggest hits in recent months. The key to this success? The empathy between the performer and his audience. « I sing about


26 Portrait Portrait

quotidien avec une rare acuité. « La vie des autres, les choses de tous les jours, cela m’intéresse énormément, ça me touche. Parce que, même si le succès m’apporte quelques avantages, j’ai une existence normale, les mêmes sentiments, les mêmes plaisirs, les mêmes tracas que mes contemporains. Je fais tout pour garder ma place dans ce monde-là. Ce n’est pas parce que j’ai désormais du succès que j’ai changé de copains. Et je continue à aller chercher mon fils à l’école. » Bénabar a d’autant plus de mérite à garder pied dans la réalité qu’il vit un rêve. Il réussit tout ce qu’il entreprend. En 2008, Eric Lavaine avec qui, dans une autre vie, il écrivait les scénarios de H (NDLR : une série comique diffusée initialement sur Canal +) lui propose le rôle de Luka, dans “Incognito”, son second long-métrage comme réalisateur. Banco : sorti fin avril 2009, le film a fait plus d’un million d’entrées. Côté chanson, c’est encore mieux, avec une longue tournée à travers la France. Après plusieurs dates à guichets fermés, au Zénith de Paris, il doit programmer un ultime concert, le 1er décembre, à Paris Bercy. « Même si on reprend sur scène des extraits de mon dernier album, j’ai voulu éviter le “service après-vente”. J’ai essayé de faire un véritable spectacle, de transmettre l’euphorie qui est la mienne quand je monte sur scène. Tant mieux si les gens aiment. »

things that are familiar to everyone: love, friendship, fleeting time », he summarises. But he sings about it well. And above all, he expresses it well! His lyrics are true gems which, effortlessly, behind the humour and derision, sketch our daily life with rare insight. « The life of others, everyday things, interest me enormously, it moves me. Although success has brought me a few privileges, I lead a normal life with the same feelings, the same pleasures, the same ups and downs as my contemporaries. I do everything that I can to keep my place in this world. I’m not going to change my friends merely because I am successful. And I still pick my son up from school. » All credit to Bénabar as he is currently living the dream. All of his projects are successful. In 2008, Eric Lavaine with whom, in another life, he wrote scripts for H (NDLR: a comedy series broadcast originally on Canal +) offered him the role of Luka in “Incognito”, his second feature length film as producer. Banco, the film released at the end of April 2009, enjoyed box office sales of over one million tickets. His musical career is faring even better, with a marathon French tour. After a series of private gigs at the Zénith in Paris, he has a final concert to schedule at Paris Bercy on December 1st. « Even though I will be performing excerpts from my recent album on stage, I wanted to avoid it feeling like an “after sales service”. I will endeavour to put on a real show, to convey the buzz that I experience when I am on stage. If people like it then it’s the icing on the cake. »


28 Portrait Portrait De passage au Majestic Barrière, à quelques heures d’un concert en hommage à Henri Salvador, Laurent Voulzy se confie, avec une gentillesse et une simplicité rares.

Laurent

Voulzy

ce doux rêveur

Stopping off at the Majestic Barrière for a few hours to perform at a tribute concert to Henri Salvador, Laurent Voulzy speaks candidly with rare kindness and simplicity.

Laurent Voulzy, sweet dreamer

Ce soir (NDLR : le 3 juillet 2009), vous rendrez hommage sur scène à Henri Salvador, désigné « homme de l’année 2009 » à Cannes. Etiez-vous proche de lui ? Je l’ai rencontré pour la première fois au début des années 1970. Ma mère m’avait dit : « Tu devrais aller voir Salvador, il produit de jeunes talents ». Notre première rencontre fut très émouvante. C’était comme si nous nous connaissions depuis toujours. Peut-être parce que nous avions les mêmes origines. Il m’a toujours témoigné beaucoup d’affection. Un jour, il a même fait le voyage jusqu’à Nantes pour venir chanter sur scène avec moi ! Au milieu d’une chanson, le public s’est mis à crier et à applaudir. Je me retourne, il était là, le micro à la main. C’était mon anniversaire ; il m’a fait ce cadeau surprise.

This evening (Editor’s note: July 3rd 2009) you will be performing on stage in a tribute to Henri Salvador, named Cannes « Man of the year 2009 ». Was he a friend of yours? I met him for the first time in the 1970s. My mother said to me: « You should go and see Salvador, he produces young talents ». Our first meeting was very moving. It was as though we had known each other all our lives. Perhaps it’s because we came from the same place. He always showed me the greatest affection. One day he even travelled to Nantes to sing on stage with me! I was in the middle of a song when the audience started to shout and applaud. I turned round and there he was: microphone in hand. It was my birthday and it was his gift to me.

Vous êtes un artiste majeur de la scène française et pourtant vous êtes plutôt discret. Pourquoi ? Discret ? C’est vous qui le dites ! Parce que depuis 2002, je n’ai pas arrêté. Même si j’ai besoin de beaucoup de temps pour écrire et pour enregistrer, ces dernières années, il y a eu Avril, 7ème Vague et l’écriture de l’album de Nolwenn Leroy qui a pris un certain temps. Et puis j’ai donné pas mal de concerts, avec une tournée en France et à l’étranger à partir de 2002, et dans les îles en 2004.

You are a leading performer in France and yet you are quite discrete. Why? Discrete? I beg to differ! Actually I haven’t stopped since 2002. Writing and recording have taken up a lot of my time in past years. In April there was 7ème Vague and writing Nolwenn Leroy’s album which took time. And then I played quite a few concerts, went on a French tour in 2002 and toured the islands in 2004.

Quelle est la prochaine étape ? Une comédie musicale ? Pourquoi pas avec Alain Souchon, votre compère de toujours ? J’en rêve depuis l’âge de 18 ans ! J’ai déjà écrit le scénario. Ce genre-là me tente. Tous les genres musicaux m’attirent de toute façon. L’envie est toujours là… La musique compte beaucoup pour vous ? C’est vrai. Elle occupe une énorme partie de ma vie. Mais je ne joue pas pour autant de la guitare tous les jours. Beaucoup de choses me passionnent comme la musique médiévale, l’histoire, l’ésotérisme et la spiritualité. Depuis 30 ans, j’écris

What’s next? A musical? Why not with your old friend Alain Souchon? I’ve dreamt of doing one from the age of 18! I have already written the script. I am drawn to this genre. Anyway, I like all musical genres. The urge is still there... Is music very important for you? It is true to say that it takes up an enormous part of my life. But it doesn’t mean that I play the guitar every day. I am passionate about many things such as mediaeval music, history, esoterism and spirituality. I have kept a record of my dreams for the past 30 years. In fact I am on a permanent quest.


30 Portrait Portrait mes rêves. En fait, je suis dans une quête permanente. Avez-vous des souvenirs forts de vos passages dans le Sud? Oui, j’ai de jolis souvenirs dans le Sud. Des ambiances, surtout. A Cimiez, pour le Nice Jazz Festival, il y avait des oliviers partout, devant la scène. C’était inédit. Une autre fois, en 2004, je me suis produit à Ramatuelle, pour le Festival, dans le théâtre à ciel ouvert, en pleine nature. Un lieu magnifique avec une très bonne acoustique. En réalité, j’aime de plus en plus la Méditerranée. Même si mes attaches sont surtout en Bretagne, j’adore venir ici. D’autant que, je vous l’avoue, je possède un petit “pointu” (NDLR : le bateau traditionnel des pêcheurs méditerranéens). Il dort dans un des ports du littoral. Une douceur de vivre qui ne vous fait pas oublier le reste du monde. Vous soutenez en effet plusieurs causes humanitaires. Selon vous, un artiste doit-il nécessairement s’engager ? Un artiste a toujours une bonne raison de s’engager. Par exemple, pour ATD Quart Monde, cela s’est fait naturellement, en rencontrant le fondateur de ce mouvement : le père Joseph Wresinski. Depuis, je m’investis : si je peux être présent, je le fais. Je fais également partie d’une association à Madagascar (AINA). J’ai découvert là-bas une immense misère. Je ne pouvais pas rester sans tenter quelque chose. Mais je n’ai pas de mérite à faire tout cela, vous savez. C’est normal. J’ai eu de la chance dans la vie. Alors j’essaie aujourd’hui de rendre ce que l’on m’a donné. Do you have strong memories of your trips to the South? Yes, I have fond memories of the South, especially the different ambiances. In Cimiez, for the Nice Jazz Festival, there were olive trees everywhere in front of the stage. It was amazing. Another time in 2004, I performed outdoors at an open air theatre at the Ramatuelle Festival. It’s a magnificent venue with very good acoustics. Actually, I love the Mediterranean more and more. Even if my roots are primarily in Brittany,

I love coming here. Especially as I am the proud owner of a little “pointu” (Editor’s note: traditional Mediterranean fishing boat) moored ready for me in one of the ports on the coast. You have a wonderful life but you do not forget the rest of the world. You support a range of humanitarian causes. Do you believe that performers should necessarily be politically engaged? A performer always has good reason to be

engaged. For example ATD Quart Monde came about naturally, by meeting the founder of the movement father Joseph Wresinski. From that moment on I have been involved: I do everything that I can to help. I also sponsor a hostel in Madagascar… When I found out about the immense poverty over there I couldn’t stand by and not do anything. However, I’m not doing anything particularly amazing. It’s perfectly normal. Life has been good to me. So I’m only trying to pay back what I have been given.


32 Portrait Portrait

Avec Cécile de France, Marie Gillain ou encore Natacha Régnier, Emilie Dequenne est l’une de ces actrices belges qui font aujourd’hui le cinéma français. En dix ans de carrière, elle a porté avec talent de nombreux films. A commencer par son premier : Rosetta. Émilie Dequenne ranks among the pantheon of Belgian actresses such as Cécile de France, Marie Gillain or Natacha Régnier who have become French film stars. In her ten-year career she has successfully carried numerous films starting with her debut appearance in Rosetta.

Emilie DEQUENNE

Le goût du jeu

Comme le temps passe… Dix ans, déjà ! Oui, il y a dix ans, Emilie Dequenne, venue défendre Rosetta, le film de Jean-Pierre et Luc Dardenne, au Festival de Cannes, découvrait le Majestic Barrière. Depuis, même si elle était revenue plus d’une fois sur la Croisette, elle n’y était jamais retournée, lui préférant l’hôtel Gray d’Albion, l’autre hôtel de luxe de Lucien Barrière Cannes. Et voilà que pour un shooting glamour, un matin de septembre, elle le retrouve. «Il a totalement changé  !, observet-elle. J’aime beaucoup ce qu’il est devenu. La prochaine fois que je viens au Festival, je sais où je demanderai à être logée.» C’est un fait : en dix ans, les choses changent. Les gens aussi, d’ailleurs. Comme Emilie, par exemple. Fondu au noir, flashback, Cannes, mai 1999… Une jeune Belge que personne ne connaît fait chavirer le cœur des festivaliers. Du jour au suite p.43

Acting is the fun part How time flies... It’s been ten years already! Yes, it was ten years ago that Émilie Dequenne came to compete at the Cannes Film Festival with Rosetta, the film by Jean-Pierre and Luc Dardenne, and encountered the Majestic Barrière for the first time. Even though she has been back to the Croisette on more than one occasion, she never returned, preferring the Hôtel Gray d’Albion, Lucien Barrière Cannes’ other luxury hotel. And suddenly, there she was one September morning for a glamour shoot only to find it “had totally changed! I love the way it is now. Next time I come to the Festival, I know where I’m going to ask to stay.” continued p.43


Photos : Alexandre Ubeda / Styliste : GĂŠrard Granja / Assistant styliste : C.G Maquillage : Liliane Rametta / Coiffure : Thierry Diamonds


Robe noire Ă franges, dos nu chaĂŽne Barbara Bui, trench noir Roberto Cavalli, escarpins Stiletto noir suede & cuir Barbara Bui


PARIS 60, Rue François 1er (Le Triangle d’or) +33 (0)1 42 25 15 41

CANNES 4, La Croisette (Face Palais des Festivals) +33 (0)4 97 06 69 70

MONACO 13, Bd des Moulins, Immeuble Le Régina +377 97 70 44 22

ST-TROPEZ 3, Rue Allard “Le Grand Passage” +33 (0)4 98 12 62 50

LYON 2 7 , R u e G a s p a r i n ( P re s q u ’ î le ) +33 (0)4 78 37 31 92

BORDEAUX 29, Cours Georges Clémenceau +33 (0)5 56 48 21 18

COURCHEVEL Alpes Hôtel du Pralong Courchevel 1850 +33 (0)6 19 02 13 38

(2) (6)

(4)

(1) (6)

(5)

(1) (6)

(1)

(2)

(1)

(1)

(1) (6)

[ Extraordinary

Watches

]

© Kronometry 1999 / J.M. Sordello

(3)

(6)

(1) Marque non représentée à la boutique de Monaco • (2) Marque non représentée à la boutique de Monaco & d e Pa r i s • ( 3 ) M a rq u e u n i q u e m e n t re p ré s e n t é e à la boutique de Cannes • (4) Marque uniquement représentée à la boutique de Monaco • (5) Marque uniquement représentée à la boutique de Lyon • (6) Marque non représentée à la boutique de Courchevel


PARIS • CANNES • MONACO • ST TROPEZ • LYON • BORDEAUX • COURCHEVEL

www.kronometry1999.com

Visitez notre site internet pour découvrir la liste des marques disponibles dans chaque boutique


PARIS • CANNES • MONACO • ST TROPEZ • LYON • BORDEAUX • COURCHEVEL

www.kronometry1999.com

Visit

our

web

site

to

discover

the

list

of

the

brands

available

in

each

boutique


PARIS • CANNES • MONACO • ST TROPEZ • LYON • BORDEAUX • COURCHEVEL

www.kronometry1999.com

Visitez notre site internet pour découvrir la liste des marques disponibles dans chaque boutique


© Kronometry 1999 / JEAN MICHEL SORDELLO / "PHOTOGRAPHES-ASSOCIÉS"

PARIS • CANNES • MONACO • ST TROPEZ • LYON • BORDEAUX • COURCHEVEL

www.kronometry1999.com

Visit

our

web

site

to

discover

the

list

of

the

brands

available

in

each

boutique


© Kronometry 1999 / J. Perrichon

PARIS • CANNES • MONACO • ST TROPEZ • LYON • BORDEAUX • COURCHEVEL

www.kronometry1999.com

Visitez notre site internet pour découvrir la liste des marques disponibles dans chaque boutique


© Kronometry 1999 / J. Perrichon

PARIS • CANNES • MONACO • ST TROPEZ • LYON • BORDEAUX • COURCHEVEL

www.kronometry1999.com

Visit

our

web

site

to

discover

the

list

of

the

brands

available

in

each

boutique


WWW. DEWITT. CH

PASSIONNÉ D'EXCEPTION

Academia

Tourbillon Force Constante à Chaine

D E W I T T,

LA

MANUFACTURE

D U 21 e S I È C L E

PARIS • CANNES • MONACO • ST TROPEZ • LYON • BORDEAUX • COURCHEVEL

www.kronometry1999.com

Visitez notre site internet pour découvrir la liste des marques disponibles dans chaque boutique


43

Portrait Portrait

suite de la p.32

lendemain, elle quitte l’anonymat pour la célébrité. «Ce passagelà, je l’ai vécu très concrètement, raconte-t-elle. A l’époque, Canal Plus s’installait au Jane’s, une discothèque cannoise, pour en faire le club le plus select du Festival. Bien sûr, fraîchement débarquée à Cannes, j’ai voulu y entrer. En vain. Le lendemain, j’ai encore essayé. Avec succès. C’est que quelques heures plus tôt, je venais de recevoir le Prix d’interprétation féminine.» Une feuille de papier roulée dans un ruban rouge et c’est toute une vie qui bascule. Enfin, façon de parler ! Parce que la vie d’Emilie, elle n’était déjà plus pareille depuis que les Dardenne l’avaient choisie parmi 2.000 candidates pour incarner l’héroïne de leur quatrième long-métrage. Ça n’avait pourtant rien d’évident à la base ! «A l’époque du casting, se souvient l’actrice, j’étais blonde décolorée, je portais le plus souvent une mini-jupe, perchée sur d’immenses talons. D’ailleurs, la première chose que m’ont demandée Luc et Jean-Pierre, pendant l’audition, c’est d’enlever mes chaussures.» Et c’est ainsi qu’elle devint Rosetta, une fille ordinaire, 18 ans à peine, rude, obstinée, luttant au quotidien pour rester dans la normalité et rien d’autre. Elle en avait la “bouille” ; aujourd’hui encore, tout dans son regard azur, dans son visage, exprime la détermination. Elle a prouvé qu’elle en avait aussi le talent.

Le goût du jeu

Comme le temps passe… Dix ans déjà ! Le papillon est sorti de sa chrysalide : l’adolescente révélée par la fratrie Dardenne est devenue une ravissante jeune femme. Toujours les mêmes yeux ravageurs, la même bouche farouche, mais la silhouette élancée. Un joli brin qui s’épanouit de film en film, auprès de la fine fleur du Septième Art. Robert de Niro, Kathy Bates, Catherine Deneuve et Jean-Pierre Bacri, pour ne citer qu’eux, lui ont déjà donné la réplique. André Téchiné et Claude Berri, eux, l’ont dirigée. Rien que cette année (soit en 2009), elle est la tête d’affiche de trois films : “La Fille du RER”, “J’ai oublié de te dire” et “La Meute”. «Celui-là sortira à la fin de l’année. Il tranche un peu avec tout ce que j’ai fait avant. Pour cause, c’est un film d’horreur ! Un genre que j’adore. D’ailleurs, j’ai pris beaucoup de plaisir à tourner, même si c’était éprouvant, entre le froid, les cascades et toute cette hémoglobine de partout !» Que les fans se rassurent : leur Wallonne préférée ne fera pas carrière pour autant dans le gore. C’était juste une expérience de plus, pour s’amuser. «Ne dit-on pas “jouer” la comédie ? C’est ce que j’aime dans mon métier : je fais avec le plus grand sérieux, des choses qui ne le sont pas toujours !» Et c’est vrai que la native de Belœil, Parisienne d’adoption, met du cœur à l’ouvrage. Une anecdote, en passant… Pour le dernier Téchiné, elle a multiplié les heures d’entraînement sur des rollers. Des dizaines et des dizaines d’heures, pendant des mois. «Le rôle l’exigeait. Il fallait que j’apparaisse à mon aise sur les patins. Mais je vais vous faire une confidence ; je déteste ça. D’ailleurs, depuis la fin du tournage, je n’ai plus rechaussé !» Jouer, donc. Encore… Valeur sûre du cinéma français, Emilie ne manque pas de sollicitations. Et puis, elle aime bien suite p.49

“…Robert de Niro, Kathy Bates, Catherine Deneuve et Jean-Pierre Bacri, pour ne citer qu’eux, lui ont déjà donné la réplique.…” “…She has already played opposite Robert de Niro, Kathy Bates, Catherine Deneuve and Jean-Pierre Bacri to name but a few…”

Cont’d from p.32

Things certainly change in ten years. People, too, like Émilie herself for example. Fade to black, flashback to Cannes, May 1999… A young unknown Belgian girl wins the heart of the festival goers. She’s an overnight success. “At the time, it was all very vivid, she told us. Canal Plus had set up shop at a Cannes discothèque called Jane’s turning it into the ultimate select club for the duration of the Festival. New to Cannes, naturally I wanted to get in. In vain. The next day I tried again and succeeded. Just a few hours earlier I had won the Prize for best actress.” A sheet of paper rolled up into a red ribbon can have life-changing consequences. Forever, so to speak! Émilie’s life had already changed beyond recognition since the Dardennes brothers chose her out of 2,000 candidates to play the heroine in their fourth feature length film. It certainly wasn’t a foregone conclusion from the outset! “At the time of the casting call, the actress recalls, I was a bleached blonde, I usually wore a mini skirt and tottered around on mega high heels. Not only that, the first thing that Luc and Jean-Pierre asked me to do at the audition was to take my shoes off» And that was how she became Rosetta, an ordinary girl, barely 18, feisty, stubborn, struggling on a daily basis to lead a normal life and nothing more. She still has the look, with her blue eyes, her face with that determined expression. She has since proved that she has the talent too.

Acting is the fun part

How time flies when you are having fun….. It’s been ten years already! The adolescent discovered by the Dardenne brothers has matured into a ravishing young woman. Still the same drop dead gorgeous eyes, pouty mouth and a lovely, slim figure. Film after film she has blossomed in the company of cinema’s finest. She has already played opposite Robert de Niro, Kathy Bates, Catherine continued p.49


Trench leopard soie Roberto Cavalli, escarpins Barbara Bui, montre Chopard


45

Portrait Portrait

Top asymĂŠtrique lurex violet, Gucci, Blouson court noir Gucci, escarpins Gucci, jupe Isabella Oliver


robe Ă bretelles satin en soie Diane von Furstenberg, collier perle culture, or gris et rubis Fred Joaillerie


Trench coton technique surpiquĂŠ noir Paule Ka, sandales veau velours bordeaux by Jimmy Choo


Robe Catherine Malandrino, Bijoux Gucci, escarpins Gucci


49

Portrait Portrait

suite de la p.43

également se montrer à la télévision. «Pourquoi m’en priverais-je ? Parce que je suis une actrice de “cinéma” ? Il me semble pourtant qu’un film, c’est un film, quel que soit le support sur lequel on le tourne. Et moi, j’aime la télé. J’aime les rôles qu’elle me donne. J’aime le travail de préparation qu’elle exige pour pallier l’urgence, une fois sur le plateau.» A moins qu’elle ne préfère revenir au théâtre, qui sait  ? Elle y a des partisans depuis son interprétation de Mademoiselle Julie, il y a trois ans. «Un joli succès. Cent-vingt représentations à Paris, trente en Province. Mais je vous l’avoue, à enchaîner 150 fois le même rôle, j’ai bien failli devenir dingue !» Mais ce n’est pas une raison pour lâcher les planches. Bien au contraire ! D’autant que, comme chacun le sait, Rosetta n’abandonne jamais ! Cont’d from p.43

Deneuve and Jean-Pierre Bacri to name but a few. She has also worked with directors such as André Téchiné and Claude Berri. This year alone (2009) she has starred in three films: “La Fille du RER” (The girl on the train), “J’ai oublié de te dire” and “La Meute”. “The last one will be coming out at the end of the year. It marks a break with everything that I have done up until now. With good reason. It’s a horror film! A genre that I love. Moreover, I had great fun filming it, even though it was something of a challenge, what with the cold, waterfalls and all that haemoglobin everywhere!” Her fans can rest assured their favourite Wallonian girl is not heading for a career in gore. It’s just another experience, a bit of fun. “Don’t they say that you have to ‘play’ comedy? That’s what I like about my occupation: I take fun things so seriously!” And it’s true that the native of Belœil, Parisian by adoption, puts her heart and soul into each work. By way of anecdote, … for the last Téchiné film she spent hours training on roller-skates. Dozens and dozens of hours, for months on end. “The role demanded it. I had to appear at ease on skates. But I have a confession to make. I hated it. What’s more, I haven’t put my boots back on since filming ended!” Playing for which she wins encores….A sure-fire box office draw, Émilie is very much in demand. And she also loves appearing on television. “Why should I miss out? Just because I have been categorised as a “film” actress? However, I do firmly believe that a film is still a film, whatever media it is on. I absolutely love television. I love the roles that it offers me. I love the preparation required to think on your feet on the set.” Perhaps she might even prefer to return to the theatre. Who knows? She has won legions of fans since she played Miss Julie three years ago. “A resounding success. One hundred and twenty shows in Paris, thirty in the provinces. But I have to admit I must have been crazy to play the same role 150 times in a row!” But it’s no reason to give up treading the boards. On the contrary! In particular, as everyone knows... Rosetta never gives up!


50 Saga Saga

Un horloger de renom, mais aussi la star des joailliers et le joaillier des stars. Ses joyaux étincellent sur les tapis rouges des événements les plus glamours de la planète. A commencer par le Festival de Cannes…

Artisan de beautés

Chopard C’est “non” ! Les enfants de Paul-André Chopard sont catégoriques : ils ne souhaitent pas reprendre la suite de leur père. Nous sommes au début des années 60. Paul-André a 80 ans. Il y a tout juste un siècle, Louis-Ulysse Chopard, son grand-père, créait à Sonvilier, dans le Jura suisse, la maison d’horlogerie qui porte son nom. Elle fabriquait alors des montres de poche et des chronomètres. Au fil des années, l’atelier familial, installé à Genève depuis 1920, a su développer un savoir-faire précieux. Va-t-il disparaître, faute de successeurs ? Paul-André ne peut s’y résoudre : il met en vente sa société, espérant un repreneur capable de la faire perdurer. Le passage de témoin s’opère en 1963. Cette annéelà, Chopard change de mains et passe dans celles de Karl Scheufele. De bonnes mains ! En effet, ce jeune Allemand connaît parfaitement le métier. Et pour cause : il dirige une affaire d’horlogerie-joaillerie fondée par son grand-père, en 1904. Implantée à Pforzheim, en Forêt Noire, elle produit ses propres montres sous la marque “Eszeha”.

Un grand nom du luxe

En acquérant Chopard, Karl Scheufele et sa femme Karin, ont pour volonté de faire de Chopard une marque à la renommée internationale, dont les montres et les bijoux exceptionnels donnent le ton dans l’univers du luxe, de l’élégance et de la qualité. En quelques années, la marque va ainsi connaître un développement spectaculaire. En 1976, elle lance un concept qui va faire florès : Happy Diamonds. A l’intérieur du cadran, entre deux glaces saphir transparentes, de petits diamants glissent et tourbillonnent en toute liberté. Trois décennies plus tard, le principe qui inspire encore les collections Happy Diamonds et Happy Sport, n’a pas pris une ride ! Karl et Karin Scheufele ont réussi pleinement leur pari : Chopard est aujourd’hui l’un des grands noms de l’horlogerie et de la

Chopard craftsman of beauty A renowned watch-maker, but also the star of jewellers and jeweller of the stars. Chopard gems sparkle on the red carpets of the world’s most glamorous events. Starting with the Cannes Film Festival… It’s “no” ! André Chopard’s children were quite categorical : they had no desire to follow in their father’s footsteps. This was in the early ’sixties. Paul-André was 80 years old. Exactly one century ago, his grandfather, Louis-Ulysse Chopard, had founded the watch-making firm that bears his name, at Sonvilier in the Swiss Jura. It then made pocket watches and chronometers. His motto: “Quality guaranteed by as much hand-crafted work as possible”. Over the years, the family workshop, based in Geneva since 1920, developed valuable expertise. Was it to disappear, for a lack of heirs ? Paul-André couldn’t take that step : he put the company up for sale, hoping someone capable of making it last would take it over. The takeover took place in 1963. That year, Chopard changed hands to land in those of Karl Scheufele. Very capable hands ! In fact, this young German was very familiar with the trade. For good reason: he managed a watch and jewellery firm founded by his own grandfather in 1904. Based in Pforzheim in the Black Forest, it manufactured its own designs under the “Eszeha” label.


51

Saga Saga


52 Saga Saga

A great name in luxury In acquiring Chopard, Karl Scheufele and his wife Karin intended to make Chopard a brand of international renown whose exceptional watches and jewellery set the tone in a world of luxurt, elegance and quality. In just a few years, the brand thus witnessed spectacular development. In 1976, it launched a concept destined to prosper: Happy Diamonds. Inside the dial, between two transparent sapphire glasses, tiny diamonds slide and whirl in total freedom. Three decades later, this principle which still inspires the Happy Diamonds and Happy Sport collections hasn’t aged at all ! Karl and Karin Scheufele won the challenge hands down: Chopard is now one of the great names in jewellery and watch making. The achievement is even more remakable as the firm has maintained its independence. Something rare in a world of luxury henceforth shared by a few international holdings. Today, their two children, Caroline and KarlFriedrich, are co-presidents of the Chopard group.

joaillerie. La prouesse est d’autant plus remarquable que la manufacture est restée indépendante. Une rareté dans un univers du luxe que se partagent désormais quelques holdings internationales. Aujourd’hui Caroline et Karl-Friedrich, leurs deux enfants, œuvrent en tant que co-présidents du groupe Chopard.

Le choix de l’excellence

A chacun ses responsabilités… Karl-Friedrich s’occupe, entre autres, de la division des montres pour homme et, surtout, de la manufacture de Fleurier. Située dans le Val de Travers, berceau de l’horlogerie suisse, cette unité de production fournit, depuis 1996, les mouvements des montres manufacturées L.U.C « Nous produisions de nombreux composants, se souvient Karl-Friedrich, mais pas pour des montres. C’était une force qui manquait à notre concept. » Coup d’essai, coup de maître : mis au point après 4 ans de travaux, le L.U.C. 1860 (pour Louis-Ulysse Chopard), le premier des calibres made in Fleurier, vaut à Chopard de décrocher le titre fort convoité de “Montre de l’Année 1997”. De son côté, Caroline affiche une réussite tout aussi exemplaire. Elle est en charge de la haute-joaillerie, du design, des parfums et des accessoires (lunettes, vaisselles, foulards…). Chopard lui doit ainsi ses plus beaux joyaux, des parures magnifiques qui brillent sur les plus belles femmes du monde.


54 Saga Saga

Une réussite que la créatrice suisse doit essentiellement à son talent et, parfois, à son audace. Comme ce jour où elle arrive dans une réunion familiale avec un lot de diamants roses. “J’avais sauté sur l’occasion, achetant ces pierres rares sans avoir la moindre idée de la manière de les intégrer dans nos pièces de joaillerie, raconte- t-elle. Lorsque la facture est arrivée sur le bureau de mon père, j’ai dû fournir quelques explications”. Cela dit, ses parents n’auront pas à regretter ce coup de cœur : ces pierres ont engendré «La Vie en Rose», l’une des collections les plus appréciées et les plus originales de Chopard.

Le joaillier du Septième Art

Mais sa création la plus célèbre ne comporte pas la moindre pierre précieuse. Elle est faite d’or, uniquement. C’est la fameuse Palme d’Or que Caroline Gruosi-Scheufele a redessiné il y a dix ans pour le Festival de Cannes, à l’invitation de Pierre Viot, son ancien président. Un partenariat que la griffe helvétique n’a cessé d’élargir. Depuis 2000, deux mini-Palmes, inspirées de la “grande”, reviennent ainsi aux Prix d’interprétation masculin et féminin. Autre initiative heureuse de l’horloger joaillier : le Trophée Chopard, créé en 2001 pour récompenser les Jeunes Talents du 7e Art. Son palmarès est éloquent : au fil des années, Ludivine Sagnier, Paz Vega, Diane Kruger, Marion Cotillard ou encore Kelly Reilly ont succédé à Audrey Tautou, lauréate de la première édition !

Opting for excellence To each his own responsibility… Among other things, Karl-Friedrich handles the division for men’s watches and especially the manufacturing plant in Fleurier. Situated in the Val de Travers, the birthplace of Swiss watchmaking, this production unit has supplied the L.U.C. watch movements since 1996. “We produced many different components,” recalls Karl-Friedrich, “but not for watches. It was a strong-point that was lacking in our concept”. An experiment that turned out to be a master-stroke: perfected after 4 years of work, the L.U.C. 1860 (named after LouisUlysse Chopard), the first calibre made in Fleurier, saw that Chopard won the highly-coveted title “Watch of the Year” in 1997. For her part, Caroline can boast equally exemplary success. She is in charge of “haute-joaillerie”, design, perfumes and accessories (eyewear, tableware, scarves…). Chopard thus owes to her its most beautiful gems, magnificent sets of matching jewellery that spakle on the shoulders of the world’s loveliest women: top models, princesses and actresses. Success that this Swiss designer mainly owes to her talent but, occasionally, to her audacity. Like the day she arrived for a family meeting with a pile of rose-coloured diamonds. “I had jumped at the chance, buying these rare stones without having the slightest idea of how to incorporate them into our pieces of jewellery,” she says. “When the bill landed on my father’s desk, I had to come up with a few explanations”. That said, her parents had no need to regret this “coup de cœur”: the stones were to inspire “La Vie en Rose”, one of Chopard’s most original and highly appreciated collections.

Le joaillier du Septième Art Chopard’s most famous creation does not, however, bear even the tiniest precious stone. It is made uniquely of gold. It’s the famous “Palme d’Or” that Caroline Gruosi-Scheufele redesigned ten years ago for the Cannes Film Festival at the invitation of its former President, Pierre Viot. A partnership that the Swiss brand has gone on to extend. Since the year 2000, two mini-Palms, inspired by the “big one”, thus accompany the Best Actor and Best Actress awards. Another successful initiative undertaken by the watch and jewellery maker: the Chopard Trophy, introduced in 2001 to reward Young Talents in the 7th Art. The winners’ list is eloquent : over the years, Ludivine Sagnier, Paz Vega, Diane Kruger, Marion Cotillard and Kelly Reilly have succeeded Audrey Tautou, winner of the first edition !


57

Shopping

Le temps est précieux

Precious time

1

1. HARRY WINSTON, Opus 9 Kronometry 2. DANIEL ROTH, Tourbillon Lumière K1999-10th 3. GERALD GENTA, Octo K1999-10th 4. ROLEX, Oyster Cosmograph Daytona 5. ROLEX, Oyster Submariner Date 6. JAEGER LECOULTRE, Master Grand Tourbillon 7. VAN CLEEF & ARPELS, Féerie 8. BREGUET, Tradition en or blanc

2 3

4 8

5

7

6


Shopping 58 1

3

2

6

4

5

Belles rondeurs Beautiful curves

1. BOUCHERON, bague Satine 2. DIOR, bague Egratigna Angélique 3. DE GRISOGONO, bracelet Papillon 4. CARTIER, bague Panthère 5. CHOPARD, pendentif Xtravaganza 6. VAN CLEEF & ARPELS Bague Oiseau de Paradis 7. CHAUMET, le Grand Frisson 8. JM GAREL, bague Ruban

7

8


Shopping

1

5

4

60

2

3

Total look

COLLECTION AUTOMNE HIVER 2009 1. MILADY, Zibeline bargouzine 2. RALPH LAUREN 3. JEAN-CLAUDE JITROIS 4. KENZO 5. DIOR 6. KENZO 7. GUCCI, sac en cuir irisé 8. BOTTEGA VENETA, sac en nappa et karung plissé 9. LANCEL, sac Caprice 6

7

9

8


Shopping 62

Shopping Cannes BOTTEGA VENETA 65 La Croisette BOUCHERON 17 La Croisette BREGUET 26 La Croisette BRIONI 65 La Croisette CARTIER 57 La Croisette CHAUMET boutique Louis Julian & Fils, 71 rue d’Antibes

1. BRIONI 2. FACONNABLE 3. ZILLI 4. KENZO

CHOPARD, 9 La Croisette d’Antibes DANIEL ROTH boutique Kronometry 1999, 4 La Croisette

1

2

Gentlemen only

DE GRISOGONO boutique Louis Julian & Fils, 71 rue d’Antibes DIOR 38 La Croisette FACONNABLE 100 rue d’Antibes GERALD GENTA boutique Kronometry 1999, 4 La Croisette GUCCI, Hôtel Majestic, 10 La Croisette,

3

HARRY WINSTON, boutique Kronometry 1999, 4 La Croisette

4

JAEGER LECOULTRE 27 rue d’Antibes JEAN-CLAUDE JITROIS 67 La Croisette JM GAREL, 17 La Croisette KENZO FEMME, 65 rue d’Antibes KENZO HOMME, 96 rue d’Antibes LANCEL, 1 La Croisette MILADY 120 avenue des Champs Elysées, Paris RALPH LAUREN 61 La Croisette ROLEX Boutique Louis Julian & Fils, 71 rue d’Antibes et Boutique Ferret, 9 La Croisette VAN CLEEF & ARPELS 10 La Croisette ZILLI 32 rue du Commandant André


67 Après Lexus, Mercedes lance sa berline luxe hybride : La Classe S 400H. Un exemple à suivre

Moteur Motor

Following in the footsteps of the Lexus, Mercedes has launched its own hybrid luxury saloon: the S Class 400H, setting a model example.

Le luxe devient

écocompatible Cet été, Mercedes a lancé la commercialisation de la version 2009 de la classe S, la berline haut de gamme du constructeur allemand. Elle est l’héritière de cinquante années de luxe et d’innovation et, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle se montre digne de sa glorieuse lignée. Elle affiche une silhouette parfaite, alliance d’élégance et de tonicité. Elle offre un niveau de confort exceptionnel. Enfin, elle dispose de très nombreux équipements, avec, notamment, une débauche sans pareille de haute-technologie pour garantie une sécurité maximale aux passagers. Aux ABS et ESP qui assurent un freinage performant malgré un poids à vide de près de deux tonnes, s’ajoutent un système de détection de somnolence, un dispositif de vision de nuit renforcé avec, notamment, une détection piétons, un avertisseur de franchissement de ligne, et un autre de vitesse, un radar à longue et moyenne portée pour le contrôle des distances ou encore un freinage d’urgence automatique (le PRE-SAFE)… Résumons-nous : le nouveau carrosse marqué de l’Etoile à trois branches est beau, confortable, sûr. Ah oui ! On oublie un détail : il est “écoresponsable”. Pour la première fois, en effet, Mercedes propose d’équiper son modèle premium d’une motorisation hybride. Et cette dernière n’a rien d’un gadget, d’une tentative habile de greenwashing. La combinaison essence-électricité de la S400 Hybride donne des résultats convaincants. Malgré ses dimensions imposantes, la diva germanique avoue une consommation de carburant de seulement 7,9 litres aux 100 kilomètres, ce qui correspond à des émissions de dioxyde de carbone de seulement 186 grammes par kilomètre. Qui dit mieux ? Personne. Les ingénieurs de Stuttgart peuvent s’enorgueillir d’avoir mis au point la berline de luxe la plus sobre du marché !

Luxury needn’t cost the earth This summer saw the market launch of the 2009 version of the Mercedes S Class, the German manufacturer’s top-ofthe-range saloon. Proud inheritor of fifty years of luxury and innovation, the general consensus is that is has proved itself worthy of its illustrious lineage. It’s sleek design combines elegance and tonicity. It offers an exceptional level of comfort. Lastly, it has numerous features such as an abundance of unrivalled high technology features which guarantee maximum safety for passengers. It features an ABS and ESP which provide high performance braking in spite of the fact that it weighs two tonnes when empty, plus a driver sleep detection system, a reinforced night vision system comprising pedestrian detection, a line crossing warning system and another for speed, a long and medium range radar to control distances or automatic emergency braking (PRE-SAFE)… In short: the stylish new bodywork with the famous three-arm star is beautiful, comfortable, safe. Ah yes! Last but not least it is “eco responsible”. For the very first time, Mercedes has equipped one of its premium models with a hybrid engine.


68 Moteur Motor

L’élément clé de leur succès ? L’utilisation en série d’une batterie lithium-ion haute tension spécialement développée pour une utilisation sur les voitures particulières. Une grande première qui offre une alternative performante aux traditionnelles batteries nickel métal hydrure. Non seulement elle est d’un poids et d’un encombrement moindre que ses concurrentes (elle se glisse, ni vue, ni connue, dans le compartiment moteur, en lieu et place de la batterie conventionnelle), mais elle affiche des performances largement améliorées. Au niveau de la puissance produite, pour commencer. Mais aussi de la résistance : capable d’encaisser 600.000 cycles de charge et de décharge, elle est donnée pour une durée de vie en utilisation normale de 10 ans.

Lexus joue les pionniers Même si la solution technologique imaginée par Mercedes est aussi remarquable par ses performances que par ses motivations, elle ne doit pas faire oublier que la Classe S 400H n’est pas la première berline grand luxe à disposer d’une motorisation hybride. Cet honneur revient à la Lexus LS 600H. Fort du savoir-faire éprouvé de Toyota, sa maison-mère, inventeur de la célèbre Prius, le constructeur de luxe nippon

And the latter has nothing of a gadget about it or clever attempt at green-washing. The S400 Hybrid’s petrol-electricity combination gives convincing results. In spite of its imposing dimensions, the German diva’s fuel consumption is a mere 7.9 litres per 100 kilometres, which corresponds to carbon dioxide emissions of just 186 grams per kilometre. Can anyone do better? We doubt it. The Stuttgart engineers can congratulate themselves on developing the most sober luxury saloon on the market! The key element to their success? Use of a series high voltage lithium-ion battery especially developed for use on specific cars. A major breakthrough which offers a high performance alternative to traditional nickel hydride metal batteries. Not only does it take up a tiny fraction of the weight and space of its competitors (it slides, out of sight and out of mind, into the engine compartment in the place of the conventional battery) but it delivers greatly improved performances. In terms of power produced as well as resistance thanks to its 600,000-cycle charge and discharge capacity. Its standard lifetime is 10 years.

Lexus relishing its role of pioneer

Even though the technological solution devised by Mercedes is remarkable both in terms of performance and its motivations, it is important to remember that the S Class 400H is not the first high-end luxury saloon to feature a hybrid engine. This honour goes to the Lexus LS 600H. Drawing on the tried and tested know-how of Toyota, its parent company, inventor of the famous


69

s’est lancé dans l’hybride il y a déjà quatre ans, équipant le RX 400, son SUV haut de gamme, d’une mécanique métissée essence-électrique. Convaincu par cet essai, il a poursuivi il y a deux ans sur cette voie prometteuse en dotant la LS 600, la reine de sa gamme, du même système. Une audace qui s’est avérée gagnante. Propulsée par un V8 5 litres de 394 chevaux et un moteur électrique de 224 chevaux, la berline japonaise (un joli jouet de près de deux tonnes sur la balance, comme la Classe S) a prouvé que l’on pouvait conjuguer plaisir de conduire et respect de l’environnement. En ville, quand le moteur électrique supporte l’essentiel de la traction, on roule sur du velours. Et, même lancé à son allure de croisière, ce grand fauve ronronne comme un chaton. Normal : à 130 km/h, grâce à l’appui du “moulin” électrique, le V8 ne passe pas la barre des 1500 tours minute. La consommation s’en ressent : 20 à 30% de moins que les concurrentes. A la clé, des emissions de carbone de seulement 219 g/km. La Mercedes fait mieux, désormais. Mais nul doute que les Japonais n’en resteront pas là. C’est ce qui s’appelle une saine émulation !

Moteur Motor

Prius, the luxury Japanese manufacturer launched into the hybrid market four years ago, equipping its RX 400, top-of-therange Utility vehicle, with a fusion petrol-electric mechanism. Convinced by this test, two years ago it continued along the same promising track, equipping the LS 600, the star of its range, with the same system. It proved to be a daring master stroke. Powered by a 394 horsepower 5-litre V8 and a 224 horsepower electric engine, the Japanese saloon (a cute little number weighing in at nearly two tonnes, like the S Class) proved that it was possible to combine the pleasure of driving with respect for the environment. In town, where the electric engine takes the lion’s share of the traction, it’s like driving on silk. And even when it is up to cruising speed, the great beast purrs along smoothly like a cat. It’s perfectly normal. At 80 miles per hour, its electric system cuts in so that the V8 never goes above 1500 revs a minute. The resulting consumption is 20 to 30% lower than its competitors. The key fact in all this is that its carbon emissions are only 219 g per km. The Mercedes has since topped this. Doubtless the Japanese will not let the matter rest there. Now that’s what you call healthy competition!

Dans l’hôtellerie aussi… In hotel management too… Question développement durable, l’industrie du luxe se doit de montrer l’exemple. Alors que les grands constructeurs automobiles s’y mettent, de nombreux palaces, eux, ont déjà largement amorcé cette évolution. Tel le Majestic Barrière qui cherche en toute occasion le bon équilibre entre la performance économique, l’impact environnemental de son activité et son engagement sociétal. Avec déjà des résultats. Le fleuron de Lucien Barrière Cannes a adopté, par exemple, des modes de gestion “raisonnés” de l’énergie, de l’eau et des déchets. Il multiplie les bonnes pratiques et les investissements pour faire la chasse aux gaspillages : maintenance informatique des systèmes de chauffage et de climatisation, isolation thermique, éclairage basse consommation dans les

parties communes, et (dans un proche avenir) des façades, optimisation des commandes, de l’étiquetage et de la conservation des denrées périssables… In terms of sustainable development, the luxury industry needs to lead by example. Leading car manufacturers are doing their bit and many palace hotels are introducing their own changes. The Majestic Barrière is studying every opportunity to strike a healthy balance between economic performance, environmental impact of its business and its social engagement. It is already paying dividends. For example the Lucien Barrière Cannes flagship has adopted “rational” management approaches to energy, water and waste. It is busy fostering initiatives in terms of best practice and investments to cut down on waste by using computer-controlled heating

and air-conditioning systems, thermal insulation, low consumption lighting in communal areas, and (in the near future) facades, order optimisation, labelling and conservation of perishable food stuffs...


73

Entretien Interview

Au Printemps 2010, le Majestic Barrière inaugurera sa toute nouvelle aile, d’une superficie de 10.000 m². Un chantier grandiose pour lequel on a fait appel à l’un des plus célébres architecte et architecte d’intérieur français : Pascal Desprez. The inauguration of the Majestic Barrière’s brand new 10,000 m² wing is scheduled for spring 2010. It is a grandiose building project commissioned from Pascal Desprez, one of France’s most famous architects and interior designers.

Une nouvelle aile, signée

Pascal Desprez Plus qu’un partenaire : un complice ! Son histoire avec le Groupe Barrière ne date pas d’hier. Pascal Desprez a déjà apposé sa griffe sur moult fleurons du groupe. « J’ai réalisé l’architecture intérieure et la décoration du Casino-théâtre de Toulouse, du Spark (un spa de 3500 m² à Enghien-les-Bains) ou encore du Casino Les Princes, à Cannes. Mais surtout, j’ai fait le même travail pour le nouvel hôtel cinq étoiles du groupe, le Naoura Barrière à Marrakech. Je connais parfaitement leurs attentes et j’adhère à leur style ». Aussi, quand le Majestic Barrière a racheté les anciens bâtiments de la Banque de France pour construire une nouvelle aile de 7 étages et de 10.000 m², le Groupe Barrière s’est naturellement tourné vers lui : « C’est une continuité de l’hôtel actuel, en plus moderne. On y retrouve les codes couleurs et les thèmes chers au groupe Lucien Barrière. Il nous est en effet apparu essentiel de veiller à ce que le client retrouve ses repères », explique-t-il. Une linéarité exemplaire qui n’exclut pas quelques audaces. « C’est une évolution tout en douceur qui ne sacrifie pas l’âme du palace ». « Le groupe Barrière est un groupe familial ancré dans une longue tradition. Toute la difficulté de mon intervention est là : il faut apporter de la nouveauté sans dénaturer l’âme et l’esprit des lieux », ajoute Pascal Desprez. Car l’architecte en a bien conscience :

The new wing designed by Pascal Desprez Pascal Desprez is more than just a design partner. His involvement with Groupe Barrière goes back a long way. His famous name is already stamped the group’s many famous projects. « I designed the interior and decoration at the Toulouse Casino-théâtre, Spark (a 3500 m² spa at Enghien-les-Bains) and the Casino Les Princes, at Cannes. Not to mention a similar type of project at the group’s five star hotel, the Naoura Barrière in Marrakech. “I have an indepth understanding of their requirements and I am capable of delivering the style that they expect”. So when the Majestic Barrière purchased the old Banque de France buildings to build a new 10,000 m² 7 storey wing, he was Groupe Barrière’s natural choice: “It is a modern take in line with the existing hotel featuring the same colour schemes and themes dear to the Lucien Barrière group. Indeed we felt that it was essential for clients to experience the same design style that they know and love”, he explained. Exemplary continuity which still leaves room for few design flourishes. “It is a gentle transition which does not sacrifice


74 Entretien Interview

« Les palaces ne sont pas très nombreux à travers le monde. Les rares hôtels à mériter ce qualificatif sont ceux qui, au-delà du luxe, profitent d’un mythe. Une légende tissée, au fil du temps, par et pour une clientèle exigeante. Alors, notre rôle est d’aider les protagonistes de cette histoire, clients et personnel, à l’écrire différemment mais à l’écrire encore. ».

Lumière et modernité La marge de manœuvre est alors très étroite. Il faut peser chaque choix, imaginer ce que le client éprouvera au final. « Il faut toujours que le décor soit une base forte sur laquelle le client vient plaquer ses propres émotions. » Pour ne pas se tromper, Pascal Desprez a mis à l’épreuve ses idées dans une suite témoin. Durant toute une année, les responsables du groupe et de l’hôtel ainsi que certains clients parmi les plus fidèles, ont pu apprécier le confort, le raffinement et le luxe des nouveaux aménagements. Autre méthode : le dialogue. Il tient toujours à discuter de ses choix avec Dominique Desseigne, président du conseil de surveillance et du comité stratégique du groupe Lucien Barrière. « Entre nous, c’est une vraie collaboration, solide par amitié et respect

Casino Barrière Les Princes

the soul of the palace”. “The Barrière group is a family group with a long established tradition. The challenging aspect of the project is how to usher in the new without spoiling the very soul or spirit of the establishment”, added Pascal Desprez. The architect knows only too well that: “There are very few” palace hotels worldwide. The rare hotels to merit such a rating are those that not only have luxury but legendary status. Legends are woven over time by a clientele with high standards. So our role is to help the characters, whether clients or personnel, to continue writing the story, albeit in a different way.”

Light & modernity

Lobby Majestic Barrière

With little room for manoeuvre, it is necessary to weigh up each option, imagine what the client will think of the end result. “The purpose of interior design is to provide a strong canvas onto which clients can project their emotions.” Pascal Desprez has put his ideas into practice in a show suite. Group and hotel management plus top loyal clients, have been lucky enough to sample the comfort, refinement and luxury of the new facilities for the past year. Dialogue is another favoured method. He always places great emphasis on discussing his choices with Dominique Desseigne, chairman of the board and strategic committee, Lucien Barrière group. “We have a true working relationship which is founded on friendship and mutual respect. We share the same sense of luxury, comfort and attention to detail. We are in perfect harmony on these points. I love his taste and his sense of elegance.” In a nutshell, what will be the look and feel of the Majestic Barrière’s new wing? “Modern materials. Out with the traditional mouldings of the palace hotels of old. We wanted


76 Entretien Interview

commun. Nous partageons le même sens du luxe, du confort et des détails. Sur ces points, nous sommes en parfaite harmonie. J’aime ses goûts et son sens de l’élégance. » Au final, quel sera l’humeur de la nouvelle aile du Majestic Barrière ? « Des matières modernes. Exit les traditionnelles moulures des vieux palaces. On a voulu faire rentrer la lumière en introduisant des verres blancs, des laques…  », précise Pascal Desprez. L’isolation phonique est optimale et des écrans plasmas ont été installés dans les salles de bain ! De la modernité, oui, mais en douceur… Je le répète : il s’agit d’éprouver la capacité du palace à se réinventer dans la modernité et la continuité.” to let the light in by introducing white, lacquered glass …” Pascal Desprez pointed out. Sound insulation is optimal and plasma screens have been fitted in the bathrooms! Resolutely modern albeit with a softly, softly approach... I would like to point out that it involves being sympathetic to the capacity of the palace hotel to reinvent itself with a sense of modernity and continuity.” Chambre Majestic Barrière

Majestic 2010 : le sprint final The final push

Début octobre, le chantier de l’extension du Majestic Barrière a connu l’une des phases les plus spectaculaires avec la pose du dôme. Cinq camions 38 tonnes se sont succédés sur la Croisette pour acheminer les éléments de béton préfabriqués qu’il a fallu hisser à plus de trente mètres de hauteur avant de les assembler au millimètre près. Un jeu de “Lego” qui a conclu

ou presque le gros œuvre. Un travail colossal : il aura fallu 600.000 tonnes de béton et de ferraille pour réaliser les 7 nouveaux étages qui culminent à 35 mètres au-dessus de la chaussée (s’y ajoutent trois étages en sous-sol). Sans attendre les ultimes opérations de bétonnage, les corps de métier se sont mis à l’ouvrage. Plomberie, électricité, peinture, domotique, menuiserie : le travail ne manque pas pour habiller les 10.000 m2 de ce nouveau bâtiment. Ultime étape : le ravalement de la façade : entamé dès le début de l’automne, cet habillage prendra fin à la fin de l’hiver, juste à temps pour la présentation de la nouvelle aile, à la mi-mars. At the beginning of October the Majestic Barrière extension site celebrated one of its most spectacular phases: the fitting of

its dome. A convoy of five 38-tonne trucks drove along the Croisette carrying the pre-fabricated concrete elements that were hoisted into place over thirty metres off the ground and assembled with millimetre precision. A giant “Lego” puzzle which to all intents and purposes marked the completion of the shell. It was a colossal job. It took 600,000 tonnes of concrete and steel to build the 7 new floors to a height of 35 metres above the road (plus three floors at basement level). Before the concreting operations were even finished the plumbing, electrical, painting, home automation, joinery trades swung into action. Fitting out the 10,000 m2 of the new building took a great deal of work. Final stage: refurbishment of the facade which started at the beginning of Autumn. The revamp is scheduled to be completed at the end of the winter season to coincide with the unveiling of the new wing in mid March.


78 Découverte Discovery

Au-delà de

l’excellence Like a diadem… From the top of the Majestic Barrière, two pearls shine forth: the penthouses on the new wing. Comme un diadème… Au sommet du Majestic Barrière, brillent deux perles : les penthouses de la nouvelle aile.

Beyond excellence

Printemps 2010… Le Majestic Barrière révèle son extension : une aile de 10.000 m2 occupés par un spa, des boutiques de luxe, 42 suites (dont dix en front de mer) et, surtout, deux penthouses. Ce sont les joyaux du palace cannois. Ils sont au delà de l’excellence : dans l’exception. Ils offrent en effet un confort sans égal. Il faut dire que chacun de ces deux appartements profite de 450 m2. Il est même possible, si un client le désire, de réunir ces deux suites en une seule. Un duplex de 900 m2 : de mémoire de Cannois, on n’a jamais vu ça ! Cette conquête de l’espace est d’autant plus remarquable que les appartements ouvrent sur de grandes terrasses. A elle-seule, celle du septième étage affiche 150 m2, une surface qui lui permet d’accueillir un solarium privé et une piscine à débordement. Un plaisir décuplé par une situation idyllique. On surplombe la Croisette et la baie de Cannes. Un regard sur les îles de Lérins, un coucher de soleil sur les flancs rougeoyants de l’Estérel : ici, le spectacle de la nature est déjà une émotion. De la beauté, encore : le décor des deux penthouses est empreint de l’esprit français, ce mélange d’élégance, de tradition et de modernité. Le décorateur parisien Pascal Desprez, l’un des meilleurs représentants de la “French Touch”, en revendique la paternité. Des matières nobles, des tons chauds et élégants, un zeste de hi-tech : il a imaginé un véritable cocon. Et pour que cette sensation de confort soit absolue, le Majestic Barrière a su miser sur la personnalisation du service. Les deux penthouses bénéficient en effet, 24h sur 24, d’un “butler”, un super majordome. Il assure l’interface entre le client et le reste de l’hôtel. Un bon génie qui, comme sorti de sa lampe, exauce tous vos vœux ou presque afin qu’un séjour dans l’une des deux suites de prestige du Majestic Barrière soit bien plus qu’un bon moment : une véritable expérience !

Spring 2010… The Majestic Barrière reveals its extension: a 10,000m² wing with a spa, luxury boutiques, 42 suites (ten facing the sea) and especially two penthouses. Theses are the hotel’s jewels. They reach beyond excellence: truly exceptional. They offer matchless comfort. It should be emphasized that each of these two apartments enjoys 450m². It is even possible, if a guest so desires, to link up the two suites into a single unit. A 900m² duplex: something no one has every seen in Cannes! This conquest of space is all the more remarkable that the suites open onto broad terraces. The seventh floor alone accounts for 150m², a surface area that includes a private solarium and an overflow swimming pool. Pleasure further enhanced by its idyllic location, overlooking La Croisette and the Bay of Cannes. A view over the Isles of Lérins, a sunset over the red Esterel mountains: here, Nature’s performance is already an emotion. And there’s even more beauty: the two penthouses’ decoration is marked by the French spirit, a blend of elegance, tradition and modernity. This is thanks to the Parisian decorator Pascal Desprez, one of the best representatives of the “French Touch”: with noble materials, warm elegant colours and a zest of hi-tech, he has devised a genuine cocoon. And to add the final touch to achieve a feeling of total comfort, the Majestic Barrière adds its personalized service: both penthouses have a butler - a super majordomo - 24 hours a day. He provides an interface between guests and the rest of the hotel. A genie let out of the bottle and ready to grant - almost - all your wishes to make sure a stay in one of the Majestic Barrière’s two prestige suites much, much more than just a pleasant moment: a genuine experience!


80 Décoration Decoration

Un jeune homme

en fleurs Florist Olivier Spagnol, mentor at Atelier Roma, has provided the flower arrangements at the Majestic Barrière for the past three years.

Depuis trois ans, Olivier Spagnol, mentor de l’Atelier Roma, assure la décoration florale du Majestic Barrière. Cinq heures, au Marché d’Intérêt National de Nice… Comme chaque matin, Olivier Spagnol choisit les fleurs qui orneront bientôt l’immense hall d’entrée, le bar et les couloirs du Majestic Barrière. Cela fait maintenant trois ans que ce jeune homme occupe la fonction très convoitée de fleuriste officiel du palace cannois. Très méticuleux, cet amoureux des fleurs, âgé d’à peine 29 ans, fils, petit-fils et arrière petit-fils de fleuristes, tient absolument à faire tout lui-même. « De la sélection des fleurs, jusqu’au choix des vases, en passant par les arrangements, je m’occupe de tout », confie-t-il. Il avoue consacrer pas moins de quatre heures quotidiennes à la décoration florale du cinq étoiles de la Croisette. « Rien que pour le hall, il faut 400 à 500 tiges par semaine ainsi qu’une quinzaine de cartons d’orchidées  !  » Qu’importe le labeur  ; Olivier se régale. « Mon travail ici est vraiment passionnant ! Je peux laisser libre cours à mon imagination car la Direction me fait confiance…». Un talent créatif qui n’a pas échappé aux clients de l’hôtel qui n’hésitent pas à passer commande. « Cela va des petits bouquets ornés de perles et de plumes, aux colliers et bracelets en fleurs, en passant par des coussins brodés de feuillages destinés à recevoir un bijou, ou des boîtes de chaussures ornées de pétales de roses…  ». Car l’artiste excelle dans l’art de marier fleurs et matériaux (bois, fer, plexiglas…). « Avec les fleurs, on peut tout faire, tout oser, même les choses les plus fantaisistes ». Une fois, il a ainsi créé de toutes pièces un sac à main coiffé de roses rouges. Une autre, il a décoré une boîte de nuit de mille et une fleurs des champs. « Mais cette envie de créer et d’étonner ne doit jamais nous faire perdre de vue « le message que le client veut exprimer avec des fleurs  : une déclaration d’amour, un remerciement, un événement à célébrer…  » Autant d’occasions, pour le jeune Cannois, de réinventer le fameux… langage des fleurs.

The bloom of youth Every morning at five o’clock Olivier Spagnol goes down to the flower market in Nice to select the flowers that will be used to decorate the immense entrance lobby, bar and corridors at the Majestic Barrière. The young man has held the much coveted post of official florist to the Cannes palace hotel for three years. Ultra meticulous, the flower lover is barely 29 years old. He comes from a long line of florists and takes great pride in doing absolutely everything himself. “From selecting the flowers, to choosing the vases, to doing the arrangements themselves. I take care of everything”, he confided. He admits that he devotes at least four hours a day to flower decoration at the five-star establishment on the Croisette. “The lobby alone takes 400 to 500 stems a week and fifteen boxes of orchids!” No matter how hard the work it, Olivier is in his element. “My job here is truly fascinating! I can let my imagination run riot as the Management has every faith in me...” A creative talent which has not gone unnoticed by the hotel clients enthusiastically placing orders. “It can range from small bouquets decorated with pearls and feathers to cushions embroidered with foliage for an item of jewellery, or shoe boxes decorated with rose petals…” The artist excels in the art of combining flowers with different materials (wood, iron, Plexiglass….). “With flowers you can do anything, dare to do anything, even totally way-out things”. Once he created a complete handbag trimmed with red roses. Another time, he decorated a night club with one thousand and one meadow flowers. “But the desire to create and amaze should never allow us to lose sight of the message that the client wants to express with flowers, be it to declare their love, say thank-you or celebrate an event …” A wealth of occasions for the young man from Cannes to reinvent the language of flowers.


83 Avec les jackpots, roulettes et autres blackjack, tous les scénarios sont possibles, même les plus fous. Ils sont parfois si improbables que même le scénariste le plus imaginatif d’Hollywood n’oserait pas les glisser dans son synopsis. Souvenirs, souvenirs…

Casino Casino

Jackpot wins at roulette and black-jack come in all shapes and sizes, some totally crazy. They are sometimes so unlikely that even the most imaginative scriptwriter in Hollywood wouldn’t have dared to slip them into his abstract. Let’s take a trip down memory lane...

La beauté du

Jeu

Il faut le reconnaître : qu’on les aime ou pas, les jeux de hasard ont quelque chose de magique. De fascinant, disent les plus enthousiastes. De troublant, corrige les plus prudents. Qu’on ne s’y trompe pas : ce n’est pas qu’une question d’argent, sinon les grosses fortunes qui n’en manquent pas ne seraient pas aussi nombreuses autour des tapis verts. Non, l’attrait des tables de roulette et des machines à sous n’est pas dans le gain. Mais où alors ? Dans la gagne ! Ce moment de grâce où, défiant tous les calculs de probabilité, on remporte la manche, on décroche le jackpot. L’improbable, sinon l’impossible, devient réalité. Ainsi, les salles et couloirs de tous les casinos du monde bruissent de ces histoires incroyables mais vraies où, d’un coup de dès, d’un tour de roue, la chance a tourné au bénéfice du joueur. A Cannes, comme ailleurs, on en a connu plusieurs de ces miracles. Au Casino Barrière de Cannes Croisette, bien sûr, mais aussi, déjà, malgré son jeune âge, au Casino Barrière Les Princes. On pense, par exemple, à ce commerçant cannois qui avait fait du restaurant du Casino Croisette, sa cantine. Il ne jouait jamais. Sauf ce jour où, récupérant pour seule monnaie une pièce de cinq francs, il décide, sans trop savoir pourquoi, de la glisser dans la première machine à sous venue. Banco : il

The beautiful game Let’s face it, whether you like it or not, gambling has a magical quality about it. True fans would call it fascinating. I think that you actually mean worrying, correct the most cautious. Make no mistake there must be more to it than just money otherwise there wouldn’t be so many wealth people jostling around the green baize. No, the draw of the roulette tables and the slot machines doesn’t lie in the winning. What then? It’s in the jackpot! That moment of grace when, defying all probability, you win the hand, you bank the jackpot. What was unlikely, if not impossible, becomes a reality. Rumours abound in the rooms and corridors of casinos worldwide about amazing but true stories when, with a throw of the dice, a turn of the wheel, lady luck smiled on the gambler. In Cannes, as elsewhere, several such miracles have been known. At the Casino Barrière on the Cannes Croisette, naturally, but also, already, in spite of its young age at the Casino Barrière Les Princes. One story that comes to mind is that of the Cannes shopkeeper that had made


84 Casino Casino

décroche deux cents fois la mise. Au moment d’encaisser son gain, il se laisse tenter par trois jetons de 50 francs — on ne faisait pas plus gros à l’époque ! — et les glisse d’un coup dans la machine pour tenter le jackpot maximal. « Pour essayer rien qu’une fois », plaisante-t-il. Coup d’essai, coup de maître : il décroche 1000 fois sa mise. Cinq francs, deux tours de rouleaux et le voilà avec 50.850 francs (soit 7 752 €) ! Même si les machines à sous font régulièrement des heureux (comme ce couple de retraité venus joués quelques euros), c’est à la roulette que l’on doit généralement les anecdotes les plus croustillantes. « Je me souviens d’un client qui, avant de partir chercher un café au bar, a posé 100 francs sur un numéro, raconte Alain Pinna, directeur des jeux des casinos Barrière de Cannes. Je ne sais pas si, en route, il a croisé une connaissance, mais, quand il est revenu à la table, nous avions eu le temps de faire trois jeux. Et par trois fois, son numéro était sorti. Il s’est ainsi retrouvé plus riche de 10.500 francs. Plus récemment, un simple jeton laissé sur une couleur, partie après partie, a engendré un gain de 1800 euros, le plafond autorisé pour ce type d’enjeu. Nous avons arrêté la partie et visionné la vidéosurveillance pour retrouver le gagnant. C’était en fait un jeune homme qui regardait sagement la table, en simple spectateur. Il avait misé son ultime jeton sur une couleur et pensait l’avoir perdu. Et bien non ! »

the restaurant at the Croisette Casino his canteen. He never gambled. Except one day when, receiving a five-franc coin as change, he decided, for some unknown reason, to pop it into the first slot machine that he came across. Jackpot: he won two hundred times his bet. When he came to cash in his winnings, he allowed himself to be tempted by three 50-franc chips – the biggest ones at the time! — and popped them in one into the machine to try and win the maximum jackpot. “I’ll try anything once”, he joked. First time lucky. He won 1,000 times his bet. Five francs, two turns of the reels and he ended up with 50,850 francs (i.e. €7,752)! Although slot machines regularly delight visitors (like the retired couple who came in to flutter a few euros), roulette generally generates the juiciest anecdotes. “I remember one client who, before he went to get himself a coffee at the bar, placed a 100-franc chip on a number”, related Alain Pinna, gambling director at Barrière de Cannes casino. I don’t know if he bumped into someone that he knew along the way but by the time he returned to the table, three games had already been played. And his number had come up three times. He found himself 10,500 francs better off. More recently, a single chip left on a colour, game after game, resulted in winnings of 1,800 euros, the authorised upper limit for this type of betting. We had to stop the game and run though the video surveillance footage in order to find the winner. It was a young man who had been quietly watching the table as a simple spectator. He had bet his last chip on a colour and thought that he had lost it. Well no!”


85

Les répétitions sont rares, bien sûr ; elles n’en sont que plus spectaculaires. Surtout quand un joueur inspiré les enchaîne sur plusieurs numéros. « Un soir qu’il n’y avait pas grand monde, un monsieur s’avance à ma table et mise 50 francs sur le 3, se souvient Norbert Pelucchini, ancien croupier aujourd’hui caissier (40 ans de maison !). J’envoie la bille. Il sort le 3. L’homme ne bouge pas, laissant tout son gain sur le tapis. Je renvoie la bille. Doublé du 3. Et là encore, il laisse tout sur le 3. Soit tout de même 64.800 francs. Triplé ! Il prend ses plaques et repose seulement 50 francs sur le 7. Il gagne encore. Double le tout. Et il sort une seconde fois le 7. Il est parti avec ses gains et moi, avec ma main malheureuse, j’ai eu droit à un mois de “frigo” : pendant un mois, je n’ai plus touché à la bille ! » Le “frigo” a dû aussi se remplir ce jour où un joueur saoudien a raflé en une seule soirée la bagatelle de 15 millions de francs (soit plus de deux millions d’euros !). « Le pire, précise JeanLouis Millet, ancien croupier, aujourd’hui à la retraite, c’est que ça s’est passé un 1er novembre, le premier jour de la saison. A cette époque, en effet, le Casino Croisette fermait de juin à la fin octobre. L’année commençait mal. » Cela dépend de quel côté de la table on se place !

Casino Casino

Repeat performances are rare but spectacular nonetheless. Especially cases of players on a roll winning several times in a row on several different numbers. “One night when there were not many people in the house, a man came up to the table and bet 50 francs on the number 3, recalls Norbert Pelucchini, former croupier turned cashier (with the house for 40 years!). I dropped the ball. It landed on the number 3. The man didn’t move but left all his winnings on the baize. I dropped the ball again. It landed on the number 3 for a second time. And once again, he left everything on number 3. i.e. no less than 64,800 francs. Tripled! He took his chips and bet just 50 francs on number 7. He bet again. Doubled everything. And it landed on number 7 again. He left with his winnings and me and my unlucky hand were put in the “cooler” for one month meaning that I didn’t touch the ball for a whole month!” The “cooler” must also have been full to bursting when a Saudi Arabian player won the princely sum of 15 million francs in a single evening (i.e. over two million euros!). “The worst thing is, states Jean-Louis Millet, a former croupier, currently retired, is that it happened on November 01, the first day of the season. At the time the Croisette Casino used to shut down from June to the end of October. You could say that it was a bad start to the year.” Although it very much depends which side of the table you were on!

Un jackpot sans pareil

A jackpot of historic proportions L’union fait la force ! Les Casinos Barrière de Cannes, Le Croisette et Les Princes, se sont associés à une centaine de casinos français pour créer « Magic Casinos Jackpot », une première pour la profession. 331 machines à sous réparties sur tout l’Hexagone, nourrissent une formidable cagnotte de plusieurs millions d’euros. A tout moment et n’importe où, cette tirelire remarquable peut trouver son destinataire. Un rêve accessible à tous ! En effet, pour tenter sa chance, une mise minimale de 1,50 € suffit.” There’s strength in numbers! Casinos Barrière de Cannes, Le Croisette and Les Princes have joined a nationwide association of one hundred French casinos to create « Magic Casinos Jackpot », an industry first. 331 slot machines across France fund a formidable jackpot worth several million Euros. One lucky person could win this fabulous jackpot anytime, anywhere. A dream accessible to all! It only takes a minimum €1.50 bet to win it.”


Après avoir marqué à jamais le monde du cinéma, Gérard Depardieu s’adonne avec passion à un nouvel art : celui de la vigne et du vin. En mai dernier, il a d’ailleurs profité de son passage sur le Festival de Cannes pour présenter, au Majestic Barrière, son dernier coup de… foudre !

Un pont entre deux

rives

Mais où est donc passé Gérard Depardieu ? Ce jeudi 21 mai 2009, la Croisette est en ébullition. Public, photographes et medias se posent tous la même question  ! Que fait le monstre sacré du cinéma français ? On l’attendait sur les marches du Palais des Festivals à l’occasion de la présentation de “A l’origine”, son dernier film, retenu pour la sélection officielle du Festival de Cannes. Il n’y est jamais paru. On l’espérait sur les plateaux de télé, assurant la promotion du long-métrage de Xavier Giannoli. En vain. Le Castelroussin est bel et bien porté disparu. Jusqu’à ce que la rumeur enfle chez les festivaliers : on a retrouvé Gégé, alias Obelix, alias Cyrano, alias Monte-Cristo… Il est au Majestic Barrière, dans les cuisines du Fouquet’s. Il y joue ce qui est sans doute son rôle préféré depuis de nombreuses années  : celui de vigneron. Le propriétaire du Château de Tigné, dans le vignoble d’Anjou, y présente en effet son dernier coup de cœur en date : la cuvée Taille Princesse Gérard Depardieu. C’est bien la Loire qu’il choisit pour faire son premier Brut, qu’il co-signe avec Bouvet-Ladubey, grande maison de Saumur qui cultive l’art de l’excellence depuis plus de 150 ans. L’ambiance  est festive, d’autant que pour accompagner son blanc pétillant, l’acteur n’hésite pas à mettre la main à la pâte. Avec Dominique Desseigne, Président du Conseil de Surveillance et du Comité Stratégique du Groupe Lucien Barrière, et Bertrand Schmitt, le chef de cuisine, il improvise un dos de loup aux asperges et aux morilles. L’accord mets-vin s’annonce parfait. Beaucoup ne voient là qu’un simple coup de pub. C’est mal connaître notre homme. Pour lui, le vin est plus qu’un business : une passion. D’ailleurs, à un journaliste qui s’étonne de sa présence derrière les fourneaux du Majestic Barrière plutôt que dans le Grand Auditorium du Palais, Gérard Depardieu fait cet aveu éloquent  : « le bien manger, le bien boire, mais aussi la connaissance d’un terroir et d’une culture, c’est pour moi aussi important que le cinéma ». Aussi important, vraiment ? Ne le serait-ce pas plus, aujourd’hui ? Depuis l’acquisition de son premier vignoble, l’acteur n’a cessé, en effet, d’investir dans le vignoble, en France comme à l’étranger, allant jusqu’à s’associer au “Roi des Grands Crus” : Bernard Magrez, propriétaire du fameux Pape Clément. Or, dans le même temps, il n’a pas caché sa lassitude pour le cinéma, se confiant très largement dans les médias.

Having made his mark on the film world, Gérard Depardieu has thrown himself passionately into a new art: viticulture and wine. In May, he stopped off from headlining the Cannes Film Festival to present his latest love at the Majestic Barrière!

A bridge between two cultures

Has anyone seen Gérard Depardieu? It’s Thursday May 21 2009 and the Croisette is thronging with people. Members of the public, photographers and media... all asking the same question! Where has the French cinema legend got to? They were all waiting for him on the steps of the Palais des Festivals to present his latest film, “A l’origine” (In the beginning) shortlisted at the Cannes Film Festival. But he never turned up. They waited for him at the television studios to promote the feature length film by Xavier Giannoli. To no avail. The man from  Castelroussin was well and truly missing. Rumours abounded amongst the festival goers: Gégé, alias Obelix, alias Cyrano, alias Monte-Cristo had been spotted here and there… In fact he was at the Majestic Barrière, in the kitchens at Fouquet’s playing what is without doubt his favourite role in many years: winegrower. The proprietor of the Château de Tigné in the winegrowing region of Anjou was presenting


87

Evénement Event Bertrand Schmitt, chef de cuisine, Gérard Depardieu et Dominique Desseigne, Président du Conseil de Surveillance et du Comité Stratégique du Groupe Lucien Barrière


88 Evénement Event Comment lui en vouloir ? Il a tant donné au Septième Art ! Sa filmographie compte plus de 150 films, tournés sous la direction des plus grands réalisateurs français : Bertrand Blier qui le révéla au public avec Les Valseuses (1973), mais aussi Maurice Pialat, Jean-Luc Godard, Alain Resnais, Claude Berri ou encore François Truffaut qui lui a offert, avec Le Dernier Métro (1981), l’un de ses plus beaux rôles et le premier de ses deux Césars. Sa carrière est d’autant plus remarquable qu’elle épouse tous les genres du cinéma  : le mélo, le film en costume, le policier, le tragique comme le comique. Il a fait pleurer dans les chaumières en incarnant Jean de Florette, Martin Guerre, Cyrano de Bergerac ou Charles Saganne. Il a fait rire la France entière en donnant la réplique à Pierre Richard (La Chèvre, Les Fugitifs, Les Compères) ou Christian Clavier (Les Anges Gardiens, Asterix et Obelix). Le public ne s’y est pas trompé qui l’a toujours suivi  : trente-cinq de ses films ont franchi, rien qu’en France, la barre du million d’entrées. Le record : les 14.500.000 spectateurs de Mission Cléopâtre, le second volet des aventures d’Asterix et Obelix. Tant de talent et de succès force le respect. Alors, forcément, quand Gérard Depardieu a des états d’âme, c’est tout le public français qui craint le pire. Pour l’instant, fort heureusement, il tourne. En 2010, on le verra aux côtés d’Isabelle Adjani, dans “Mammuth”, une comédie de Kervern et Delepine. Quinze après “Elisa”, il retrouvera également Vanessa Paradis dans “La Tête en friche”, le nouvel opus de Jean Becker. Nous voici donc rassurés ! Oui, c’est certain, “Gérard, ce héros” n’a pas fini de nous distraire et de nous plaire. Alors, levons nos verres de Taille Princesse et trinquons… à la santé de Monsieur Depardieu !

his latest love, his Taille Princesse Gérard Depardieu. He made a point of choosing the Loire for his first Brut sparkling wine, created in conjunction with BouvetLadubey, the great Saumur house that has cultivated the art of excellence for over 150 years. There is a party atmosphere, as the actor throws himself into some impromptu cooking to accompany his sparkling white wine. He rustles up a bass with asparagus and morel mushrooms in the company of Dominique Desseigne, chairman of the Groupe Lucien Barrière Supervisory Board and Strategic Committee, and Bertrand Schmitt, head chef.. The food and wine combination looks perfect. Many might interpret it as a mere publicity stunt. But little do they know our man. For him, wine is more than a business, it is a passion. Moreover, to a journalist, amazed to see him behind ovens of the Majestic Barrière rather than in the Grand Auditorium

du Palais, Gérard Depardieu makes the eloquent confession: « eating well, drinking well, and knowledge of local specialities and cultivation, is just as important to me as the cinema ». Just as important, really? Rather it seems to be taking over? Since purchasing his first vineyard, the actor has tirelessly invested in wine, in France and overseas, going as far as to create a partnership with the “Roi des Grands Crus”: Bernard Magrez, owner of the famous Pape Clément. However, at the same time, he has not concealed the fact that he is weary of the film world, confiding extensively in the media. Who could blame him? He has given so much to cinema! His filmography features over 150 films, directed by France’s greatest directors: Bertrand Blier who unveiled him to the general public in Les Valseuses (Going Places,1973), as well as Maurice Pialat, Jean-Luc  Godard, Alain Resnais, Claude Berri or even François Truffaut who, in Le Dernier Métro (The Last Metro, 1981), offered him one of his most beautiful roles and the first of two Césars. His career is even more remarkable as it spans all film genres: melodrama, period dramas, detective films, tragedy and comedy. He made us cry when he incarnated Jean de Florette, Martin Guerre, Cyrano de

Bergerac or Charles Saganne. He made the whole of France laugh with his one-liners to Pierre Richard (La Chèvre (Knock on Wood), Les Fugitifs (The Fugitives), Les Compères (Father’s day) or Christian Clavier (Les Anges Gardiens (Guardian Angels), Asterix et Obelix (Asterix & Obelix). The general public knew a thing or two: thirty-five of his films have sold over one million box office tickets in France alone. His record to date: 14,500,000 cinema goers for Mission Cléopâtre (Mission Cleopatra), the sequel to the adventures of Asterix & Obelix. So much talent and success merits respect. So, when Gérard Depardieu starts soulsearching, the whole of the French public fears the worst. Luckily for now he is busy filming. In 2010, he is set to star alongside Isabelle Adjani, in Mammuth (Mammoth), a comedy by Kervern and Delepine. Fifteen years after “Elisa” (The girl on the bridge), he will be back starring with Vanessa Paradis once again in “La Tête en friche” (working title Uncultivated head), the new work by Jean Becker. Enough to reassure us! Yes, certainly, “Gérard, ce héros” has neither finished entertaining nor delighting us. So let’s raise our glasses of Taille Princesse and drink a toast to....  Monsieur Depardieu!


91

Recettes Recipes

Des saveurs

Fouquet’s Flavours from Fouquet’s

Les gourmets ont rendez-vous en mars pour découvrir un Fouquet’s newlook. En guise d’amuse-bouche, voici trois recettes maison.

Gourmets have an appointment in March to discover Fouquet’s new look. For appetizers, here are three of their recipes.

Le Fouquet’s Cannes fermera ses portes le 18 décembre 2009 pour un grand lifting puisque la table du Majestic Barrière ne rouvrira qu’en mars 2010. Entre-temps, elle aura revu complètement son concept. Côté menu, elle revient aux fondamentaux de la brasserie parisienne traditionnelle. Que les amateurs du terroir méridional — Dieu sait qu’ils sont nombreux sur la Croisette ! — se rassurent : ils pourront se délecter encore longtemps des saveurs inimitables de la Méditerranée. En effet, l’une des meilleures maisons de la Côte d’Azur, connue pour ses spécialités très “Sud”, a prévu d’installer une ambassade gourmande au cœur du nouveau Majestic. Mais chut ! A l’heure actuelle, son nom, fut-il célèbre, est encore un secret. Autres nouveautés : une véranda pour profiter, en toute saison, de la belle lumière azuréenne, et de la vue sur la piscine qui, après deux ans d’absence, fait son retour à l’orée du printemps. Et puis il y a le Club Fouquet’s. Le concept ? La gastronomie en business class. Cet espace sera en effet dédié aux déjeuners d’affaires. Une chose ne change pas, en revanche : la belle terrasse du Fouquet’s qui, l’été prochain, c’est promis, multipliera les animations, de soirées musicales en défilés de mode. C’est vrai : nous n’en sommes encore pas là ! Alors, pour vous faire patienter, Bertrand Schmitt, chef de cuisine, vous offre trois recettes originales à tester chez vous.

Le Fouquet’s Cannes will close in December 18th 2009 for a major facelift, since the restaurant at the Majestic Barrière will not reopen until March 2010. In the meantime, the concept will have been completely overhauled, while the food will return to the fundamentals of the traditional Parisian brasserie. Yet those who love the typical Southern French food — and they are many on La Croisette! — need have no fear: they will still be able to enjoy inimitable delectable “Méridional” fare: one of the French Riviera’s finest establishments, known for its typically Mediterranean specialities, plans to set up their own mouth-watering embassy in the heart of the new Fouquet’s. But hush! For the time being, the name, however famous, remains a secret. Other novelties include a veranda to enjoy fully the Riviera’s wonderful light regardless of the season and Club Fouquet’s. The concept? Business-class gastronomy in an area dedicated to business lunches. One thing will not change though: Le Fouquet’s beautiful terrace, which will offer many activities next summer - that’s a promise - from musical evenings to fashion shows. True, we’re not there yet! So, to help you while away the time, the Chef Bertrand Schmitt offers you three original recipes to try out at home.


Ingredients

6 personnes

6 courgettes fleurs (cueillette du matin), 500 g de Champignons de Paris, 1 cuillerée à soupe d’échalotes hachées , 300 g de beurre, 10 cuillerées de crème fraîche, 2 jaunes d’œuf, 500 g de mesclun, ½ citron, 4 cuillerées d’huile de truffe, Sel, poivre

Ingredients

for 6 people

6 courgette flowers (freshly picked that morning), 500 g mushrooms, 1 tablespoon chopped shallots, 300 g butter, 10 spoonfuls fresh cream, 2 egg yolks, 500 g mesclun salad, halflemon, 4 spoonfuls truffle oil, salt, pepper

Temps de préparation nécessaire :1h 30 Préparation à l’avance : 1h Cuisson : 5 min Difficulté : faible Coût : moyen Preparation time: 1 hr 30 min Preparation in advance: 1hr Cooking time: 5 min Difficulty: easy Cost: medium


93

Fleur de courgette farcie à la duxelle de champignons et bouquet de mesclun à l’huile de truffe Matériel

1 hachoir électrique ou 1 planche et un couteau à hacher, 1 passoire fine inoxydable, 1 casserole plate de 2 à 3 litres ou 1 poêle de préférence en acier inoxydable ou émaillée, 1 saladier de 2 litres, 1 spatule de bois, 1 fouet, 1 petite casserole de 1 litre, 1 cuillère à dessert, 1 couscoussier, 1 papier d’aluminium, 6 assiettes plates chaudes. Nettoyez les champignons, les hacher sans les réduire en pâte. Arrosez-les aussitôt de jus d’un demi citron pour éviter qu’ils ne noircissent. Hachez finement une échalote. Mettez sur le feu une casserole plate de 2 ou 3 litres ou une poêle, avec 1 cuillère à soupe de beurre et une cuillérée à soupe d’échalotes hachées. Dès que le beurre commence à chanter versez les champignons, salez et remuez à la spatule de bois. Après 3 ou 4 minutes de cuisson, posez une passoire fine inoxydable sur une petite casserole et égouttez les champignons. Si vous n’avez pas de passoire en inox, placez-y un linge, sinon vos champignons noirciraient. Conservez l’eau rendue par les champignons et remettez ceux-ci dans la grande casserole. Laissez les sécher à feu vif en remuant à la spatule de bois. Dans une terrine, mélangez au fouet la crème fraîche et les jaunes d’œufs. Versez ce mélange sur les champignons bien secs et incorporez le tout au fouet. Laissez cuire 2 minutes à plein feu, vérifiez l’assaisonnement et versez dans un grand plat. Laissez refroidir. Prenez les fleurs de courgettes. Ne les passer sous l’eau que si c’est vraiment indispensable et essuyez-les délicatement. Ecartez les pétales de chaque fleur et versez-y quatre cuillères à soupe de purée de champignons et refermez les pétales. Disposez les fleurs sur la partie haute du couscoussier et recouvrez-les d’une feuille de papier d’aluminium. Mettez à réduire le jus des champignons jusqu’à ne plus avoir que 3 cuillerées à soupe de liquide. Incorporez la crème et faites bouillir pendant cinq minutes puis incorporez le beurre par petits morceaux, en fouettant sur feu vif. Mettez à point de sel et de poivre, et mettez cette sauce de côté. Mettez de l’eau dans le couscoussier. Disposez les fleurs de courgettes dans la partie haute du couscoussier. Faire cuire pendant 15 minutes. La cuisson sera parfaite lorsque vous pourrez faire pénétrer sans peine d’un couteau dans la petite courgette. Pendant la cuisson étalez les feuilles de salade sur les 6 assiettes chaudes, posez dessus les fleurs de courgettes, salez légèrement et donner un tour de moulin à poivre. Nappez de beurre de champignons, et 2 à 3 cuillères à café d’huile de truffes. Puis servez.

Equipment 1 electric chopper or 1 cutting board and knife, 1 fine stainless steel strainer, 1 flat 2- to 3-litre saucepan or a frying pan, preferably stainless steel or enamelled, 1 2-litre bowl, 1 wooden spatula, 1 whip, 1 small 1-litre saucepan, 1 dessert spoon, 1 couscous maker or steamer, 1 sheet of aluminium foil 6 warm plates Clean the mushrooms, chop them, without reducing them to a paste. Sprinkle on the juice of half a lemon immediately to avoid their blackening. Finely chop one shallot. Put on a burner a flat 2- to 3-litre saucepan or a frying pan, with 1 tablespoon of butter and 1 tablespoon of chopped shallots. As soon as the butter starts sizzling pour in the mushrooms, salt and stir with

Recettes Recipes

the wooden spatula. After cooking for 3 or 4 minutes, place a fine stainless steel strainer on a small saucepan and drain the mushrooms. If you do not have a stainless steel strainer, use a cloth, otherwise your mushrooms with blacken. Put the mushrooms back in the large saucepan and set aside the water drained from them. Reduce on high heat, stirring with the wooden spatula. In a bowl, whip together the cream and yolks. Pour the mixture on the mushrooms from which all the liquid has evaporated and whip. Cook another 2 minutes on high heat, check seasoning and pour into a large serving dish. Let cool. Take the courgette flowers. Rinse them in water only if it is absolutely necessary and wipe delicately. Spread the petals

Courgette flowers stuffed with mushroom duxelle, served with mesclun salad with truffle oil of each flower and pour in four tablespoons of mushroom puree and close the petals. Arrange the flowers in the upper part of the steamer and cover with aluminium foil. Reduce the mushroom juice until there only 3 tablespoons of liquid are left. Incorporate the cream and boil for 5 minutes, then incorporate the butter in small pieces, whipping on high heat. Add a little salt and pepper. Set this sauce aside. Put water in the steamer.

Arrange the courgette flowers in the upper part of the steamer. Steam for 15 minutes. Cooking is perfect when a knife penetrates easily into the little courgette. During cooking, arrange the leaves of mesclun on the 6 warm plates; place the courgette flowers on top, salt lightly and sprinkle with a little pepper from the mill. Pour on the mushroom butter and 2 to 3 teaspoons of truffle oil. Serve.


94 Recettes Recipes

Dos de loup rôti et pointes d’asperges vertes, Fricassée de Morilles, Cappuccino Brut Princesse Depardieu

Ingredients

pour 1 personne

100 g d’asperges vertes 0,50 g de morilles 300 g de loup 50 g de beurre 30 g d’huile d’olive 150 g de crème 20 g d’échalote 2 dl de champagne 20 g de persil 20 g de cerfeuil 0,5 g de graines de fenouil

Ingredients

for 1 person

100 g green asparagus 0.50 g morel mushrooms 300 g sea bass 50 g butter 30 g olive oil 150 g cream 20 g shallots 2 dl champagne 20 g parsley 20 g chervil 0.5 g fennel seeds

Temps nécessaire : 30 min Préparation à l’avance : 20 min Cuisson : 10 min Difficulté : Moyen Coût : Moyen Total time: 30 min Preparation in advance: 20 min Cooking time: 10 min Difficulty: medium Cost: medium

Bien laver les morilles plusieurs fois à grande eau. Eplucher et tailler les asperges en pointe, émincer les queues en biseau. Faire cuire les pointes d’asperge à l’anglaise puis réserver. Faites sauter les queues d’asperges à l’huile d’olive et réserver. Dans une casserole faite revenir le beurre et les échalotes ciselées, ajouter les morilles et le champagne et laisser braiser à couvert pendant 7 à 8 minutes, puis égoutter les morilles et les réserver. Ajouter la crème dans le jus de cuisson et laisser réduire. Poêler les pointes d’asperge et réserver.

Faire sauter les morilles à l’huile d’olive et tenir au chaud. Poêler les pavés de loup, finir la cuisson au four et monter la sauce au beurre en rajoutant 2 à 3 cuillères de champagne.

Dressage Disposer les pointes d’asperges en éventail, mettre le fricassé d’asperges de l’autre côté, recouvert de morilles. Verser la sauce au beurre et poser le pavé de loup. Finir avec quelques pluches de cerfeuil.

Roast sea bass steak with green asparagus tips, Fricassee of morel mushrooms, Cappuccino Brut Rinse the morel mushrooms thoroughly. Clean and trim the asparagus tips, mince the stems with bevelled edges. Boil the asparagus tips and set aside. Sautee the asparagus stems in olive oil and set aside. In a saucepan, brown the butter and finely chopped shallots, add the morels and champagne, cover and braise for 7 to 8 minutes, then drain morels and set aside. Add the cream in the cooking juice and reduce. Sautee the asparagus tips and set aside. Sautee the morel mushrooms and keep warm. Sautee the sea bass steaks, complete cooking in the oven and prepare the butter sauce, adding 2 or 3 spoonfuls of champagne.

Dressage Arrange the asparagus tips in a fan shape, place the asparagus fricassee on the opposite side, covered with morels. Pour on the butter sauce and top with the sea bass steak. Sprinkle on a few chervil leaves.


Ingredients

pour 4 personnes :

Macaron fraise : 250 g de poudre d’amande, 400 g de sucre glace, 70 g de sucre semoule, 200 g de blancs d’œufs montés, Arôme ou essence de fraise en quantité suffisante, Colorant rouge fraise en quantité suffisante Crème chantilly : 25 cl de crème liquide, ½ gousse de vanille, 25 g de sucre glace Glaces : Glace vanille : ½ Litre, sorbet fraise : ¼ Litre Carpaccio de fraises : 750 g de fraises, 20 g de pistaches hachées, 40 g d’amandes bâtonnets, 100 g de coulis de fruits rouges Macaron fraise : Mélanger la poudre d’amande et le sucre glace dans un saladier. Monter au batteur les blancs d’œufs à température ambiante en ajoutant le sucre semoule peu à peu. Mélanger les 2 mixtions à l’aide d’une « Maryse » Ajouter l’essence et le colorant rouge.

Ingredients for 4 people: Strawberry macaroon: 250 g powdered almonds, 400 g icing sugar, 70 g powdered sugar, 200 g beaten egg whites, sufficient amount of strawberry flavouring, sufficient amount of red strawberry colouring Whipped cream: 25 cl liquid cream, ½ vanilla pod, 25 g icing sugar Ice cream: ½ litre vanilla ice cream, ¼ litre strawberry sorbet Carpaccio of strawberries: 750 g strawberries, 20 g chopped pistachios, 40 g minced almonds, 100 g red berry sauce Strawberry macaroon: Mix the powdered almond and icing sugar in a large bowl. Beat the egg whites at room temperature, gradually adding the powdered sugar. Combine the two 2 mixtures using a “Maryse”. Add the extract and red colouring. Temps nécessaire : 1 h 15 Préparation à l’avance : 30 mn Cuisson : 10/12 mn Difficulté : moyen - Coût : moyen Total time: 1 hr 15 min Preparation in advance: 30 min Cooking time: 10/12 min Difficulty: medium Cost: medium


97

Recettes Recipes

Le finger macaron givré vanille fraise, carpaccio de fraises et amandes caramélisées

Faire retomber l’appareil jusqu’à obtention d’une texture lisse et brillante. Le dresser sur une feuille de papier cuisson et former à l’aide d’une poche à douille des boudins de 8 centimètre de long et 1.5 centimètre de large. Cuire à 180 °C (thermostat 6) pendant 10/12 minutes. Refroidir sur grille et placer le tout au congélateur.

Dressage :

Crème chantilly : Mettre la crème liquide dans un récipient préalablement passé dans le congélateur. Mixer délicatement à l’aide d’un batteur. Lorsque la crème monte et épaissit ajouter les grains de la gousse de vanille fendue et le sucre glace. Réserver dans le réfrigérateur.

Montage :

Avant que vos invités n’arrivent, réaliser 8 boules de glace vanille et 4 boules de sorbet fraise sur le papier cuisson et réserver au congélateur. 30 minutes plus tard déposer les macarons finger de part et d’autre des boules de glaces, remettre au congélateur jusqu’au moment de servir. Emincer finement de grosses fraises les disposer dans le fond d’une assiette. Déposer au centre de votre carpaccio un finger macaron givré. Agrémenter-le de quelques pointes de crème chantilly. Parsemer les amandes bâtonnets torréfiées sur le dessus. Déposer quelques gouttes de coulis de fruits rouges. Finir par les pistaches autour de l’assiette.

Frosted finger macaroon with vanilla and strawberry ice cream, carpaccio of strawberries and caramelized almonds Stir the mixture to obtain a smooth shiny texture. Drop on a sheet of parchment paper and shape into strips 8 cm long and 1.5 cm wide using a pastry bag. Bake at 180°C (356°F) for 10/12 minutes Cool on the grill and place in the freezer

Arrangement: Whipped cream: pour the liquid cream in a bowl that had been placed in the freezer beforehand. Whip delicately with a beater. When the cream rises and thickens, add the seeds from the split vanilla pod and icing sugar. Set aside in the refrigerator.

Arrangement: Before your guests arrive, prepare 8 scoops of vanilla ice cream and 4 scoops of straw-

berry sorbet on parchment paper and place in the freezer. 30 minutes later, place the finger macaroons on either side of the ice cream scoops, put back into the freezer until it is time to serve. Thinly slice large strawberries and arrange in a plate. Place a frosted macaroon finger in the middle of your carpaccio. Decorate with whipped cream. Sprinkle roasted minced almonds on top. Sprinkle a few drops of red berry sauce on top. Finish by placing pistachios around the plate.


10, La Croisette - BP 163 - 06407 Cannes cedex Tél. +33 (0)4 92 98 77 00 - Fax : +33 (0)4 93 38 97 90 www.lucienbarriere.com

Fabienne Buttelli, Directrice de la communication des Hôtels et Casinos Barrière Cannes. Directeur de Publication : Alexandre Benyamine Directeur de la Rédaction : Jérôme Dumur Journalistes : Laure Lambert, Romy Ducoulombier Secrétariat de Rédaction : Nadine Ponton Studio graphique : Hoang Mai Assistant : Anthony Philip Photographe : Alexandre Ubeda Imprimerie : Petrilli International Print Publicité : O2C régie Directeur O2C régie : Anthony Aiken Relations publiques : Julie Bouchon Responsable de clientèle : Joachim Cohen Assistante commerciale : Marie Ehrlacher 10 La Croisette est une publication 3030, chemin de Saint-Bernard 06220 Sophia-Antipolis / Vallauris Tél. : 04 93 65 21 70 - Fax : 04 93 65 21 83 E-mail : contact@o2c.fr - www.o2c.fr


10 La Croisette n°12 - Majestic Cannes  

Le magazine du Majestic Barrière Cannes