Issuu on Google+

3/11/10

9:36

Page 1

N° 4 de l’année 2010

Cover_1_Echo n°4-2010.qxd

Gilbert Neumann, directeur de la Coque

« Promouvoir le sport et la culture de notre pays »

Nicolas Schmit Ministre du Travail, de l’Emploi et de l'Immigration

Roby Biwer bourgmestre de Bettembourg

Dan Kersch bourgmestre de Mondercange

Pierre Mellina bourgmestre de Pétange

Claude Wiltzius bourgmestre de Frisange

Guy Pettinger bourgmestre de Steinfort

Guy Arendt bourgmestre de Walferdange

Claude Marson bourgmestre de Schuttrange

Jean-Paul Schaaf député maire d’Ettelbruck

Gaston Greiveldinger bourgmestre de Strassen

Dr Michel Nathan directeur général du CHEM

Jacques Lanners président du conseil de surveillance de Ceratizit

Vincent Delwiche directeur d’Agora

Nico Godart gérant Naturgas Kielen

Serge Orban Avery Dennison Luxembourg


p.1_Sommaire_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

17:14

Page 1

Sommaire

Newcom s.à r.l. B.P. 143 L-4902 BASCHARAGE Tél.: +352 23 650 175 Fax: +352 23 650 174

www.newcom.lu Administration/Comptabilité Pascal Vilvens vilvens@newcom.lu Directeur de la publicité Fred Bertinelli bertinelli@newcom.lu Rédacteur en chef Jorris Fitten pyredac@pt.lu Layout & infographie Paprika+ paprika@pt.lu Photos Newcom Divers

Echo n°4 de l’année 2010 - © Echo Tous droits de reproduction réservés pour tous pays. Tous manuscrits, photos ou documents envoyés à la rédaction impliquent l’accord de leurs auteurs de les exploiter. Publiés ou non, ils ne seront pas restitués. Les reportages signés n’engagent que leurs auteurs. Les prix indiqués dans cette revue sont indicatifs et peuvent être sujet à des variations dont l’éditeur ne saurait nullement être tenu responsable.

Edito . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 Entretien avec Nicolas Schmit, Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Immigration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 Avery Dennison, entretien avec Serge Orban . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 Ceratizit, entretien avec Jacques Lanners . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Centre Hospitalier Emile Mayrisch . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 FLLAM, vers un plan de réforme structurelle de la biologie médicale à Luxembourg . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Laser Center . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Valorlux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 La commune de Bettembourg présente ses projets pour le transport ferroviaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Lorry Rail, entretien avec Daniel Lebreton . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Commune de Mondercange, entretien avec Dan Kersch . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Commune de Pétange, entretien avec Pierre Mellina . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Entreprise Julien Cajot . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 Commune de Frisange, entretien avec Claude Wiltzius . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Famaplast . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Commune de Steinfort, entretien avec Guy Pettinger . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Sewerin Schiltz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 Commune de Walferdange, entretien avec Guy Arendt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 Socimmo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Naturgas Kielen, le premier biométhane produit au Luxembourg . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 WPS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 ATS Cranes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Commune de Schuttrange, entretien avec Claude Marson . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Vert Tech . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 Le marché de l’immobilier de bureau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 e-bat construction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 Commune d’Ettelbruck, entretien avec Jean-Paul Schaaf . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 Socotec . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 HG Lux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 Agora, entretien avec Vincent Delwiche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 Costantini, le cœur à l’ouvrage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 Entretien avec Gilbert Neumann, directeur de la Coque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 Velopoint.lu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 Villeroy & Boch . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 Laboratoires Réunis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 Portes Ouvertes aux Laboratoires Ketterthill . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 Commune de Strassen, entretien avec Gaston Greiveldinger . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 Supermarché Aldo Bei . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124 Comité de conjoncture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127

1


p.3_Edito_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

9:34

Page 1

EDITO

Après la Grèce, l’Espagne, l’Irlande, le Portugal, la France, l’Allemagne, toute l’Europe occidentale ou presque, c’est la Grande Bretagne qui annonce son plan d’austérité. Pas n’importe quel plan: une réduction des dépenses publiques de 83 milliards de livres, soit 95 milliards d’euros sur 4 ans, auxquels il convient d’ajouter 30 milliards de livres de hausse d’impôts, ce afin de ramener en 2015 le déficit public à 1,1% du PIB, contre 10,1% actuellement. Ainsi, près de 500.000 postes de fonctionnaires seront supprimés; les dépenses de protection sociale seront amputés de 7 milliards, sans compter les 11 milliards de coupe déjà annoncés avant l’été. Le relèvement de l’âge de la retraite de 65 à 66 ans se fera d’ici 2020 afin d’économiser 5 milliards. Les ressources allouées aux collectivités territoriales seront diminuées de 26%, ce qui menace directement le logement social, la collecte des ordures et les transports municipaux. Les budgets des Ministères baisseront de 19% en moyenne avec des pics de 33% pour l’environnement et l’agriculture, de -24% pour les affaires étrangères, de -23 % pour la justice et l’intérieur. Le peuple britannique est soumis à une cure d’austérité sévère. Pour George Osborne, ministre britannique des finances, il s’agit d’éviter la faillite du pays car, toujours d’après lui, encore plus d’emplois auraient été menacés sans ces mesures. On peut tout de même se demander si un tel remède ne tuera pas le malade avant de le guérir. Il y a plusieurs paramètres à prendre en considération. D’abord le niveau d’endettement atteint par les états européens est tel qu’ils sont obligés de mettre de l’ordre dans leurs finances s’ils veulent continuer à emprunter à des taux acceptables. Sinon, toutes les ressources disponibles risquent de servir à payer les intérêts de leur dette. Cela dit, les états n’en seraient pas là s’ils n’avaient pas dû sauver les banques du désastre il y a 2 ans. Il faut aussi avoir conscience qu’une réduction drastique des dépenses publiques risque de casser le peu de croissance qu’il reste en Europe et ainsi d’ajouter une crise à la crise après avoir fragilisé une part considérable des foyers européens. Dans ces conditions si difficiles, il ne serait pas impossible que l’on assiste à un changement politique aux prochaines élections en Europe. L’hypothèse optimiste serait que ce soient les gauches qui reviennent au pouvoir et redeviennent majoritaires dans l’union, avec l’impossible défi d’inventer une politique européenne mariant rigueur et justice sociale. L’hypothèse pessimiste serait que ce soient les différents mouvements extrémistes, notamment d’extrême droite, qui profitent de la crise. Jorris Fitten

3


p.4-7_Schmit Nicolas_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

8:43

Page 1

Entretien avec

Nicolas Schmit Ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Immigration

Réaliser quelque chose de concret !

A l'aube de plus d'une de ses réalisations concrètes dans le domaine de la politique du travail et essentiellement de la réforme de l'Administration de l'Emploi, nous nous sommes entretenus avec Monsieur Nicolas Schmit, Ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Immigration sur ses multiples objectifs dans le domaine de la politique du travail en général et du plein emploi en particulier. Echo: Monsieur le Ministre, voici un peu plus d'un an, vous êtes passé de vos fonctions de Ministre Délégué aux Affaires Etrangères aux pleines responsabilités de Ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Immigration. Comment s'est opéré ce transfert politique? Nicolas Schmit: En fait, ce “transfert politique” comme vous l'appelez n'a pas eu lieu, il s'est fait sans heurts en tout cas. En effet, dans le domaine de la politique, il faut s'atteler à tout moment aux défis auxquels on est confronté, que ce soit au Ministère des Affaires Etrangères ou au Ministère du Travail au “Rousegäertchen”.

Echo: L'un des tout premiers problèmes auxquels vous vous êtes attaché corps et âme fut celui de l'Administration de l'Emploi? 4

Nicolas Schmit: Effectivement. Au vu de la situation globale du marché de l'emploi, j'avais tôt fait de reconnaître que des mesures politiques urgentes s'imposaient dans ce domaine très délicat. Bien que la situation du chômage soit restée quelque peu stable, les décideurs politiques, donc ni le ministre du ressort ni le gouvernement dans son ensemble, n'ont le droit de se faire simples témoins de cette évolution, mais de la prendre en mains activement. En effet, il n'y a pas lieu de crier victoire face aux chiffres du chômage ni même face au fait que bien des firmes et des sociétés procèdent à de nouvelles embauches de personnel. Dans le cadre d'une politique de l'emploi active, l'Administraton de l'Emploi devrait jouer un rôle central. Mais elle n'était pas outillée pour le remplir. Une réforme

en profondeur qui va progressivement porter ses fruits a été engagée.

Echo: Quels sont donc les concitoyens les plus difficiles à trouver un emploi? Nicolas Schmit: Pratiquement la moitié des chômeurs inscrits actuellement accusent un retard de qualification professionnelle très ou assez prononcé, tendance en progression constante.

Mesures spécifiques au profit des jeunes chômeurs Echo: Et parmi ce groupe, il y a surtout les jeunes chômeurs? Nicolas Schmit: Exact. Le peu d'expérience professionnelle des jeunes et surtout un niveau de qualification et de formation faible sont la cause du chômage des jeunes. Plus de 45 % des jeunes demandeurs d'emploi sont dans ce cas. Il s'agit donc pour


p.4-7_Schmit Nicolas_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

8:43

Page 2

cette tranche d'âge d'un problème structurel approfondi qui n'est pas sans nous causer maints ennuis.

Echo: Mais la base essentielle consiste dans une formation scolaire optimale?

Echo: Vous envisagez donc des initiatives spécifiques pour cette tranche d'âge?

Nicolas Schmit: Vous avez raison, la base de toute formation consiste dans un parcours scolaire optimal des jeunes. Voilà pourquoi, à l'est du pays surtout, nous avons engagé des voies de formation très spécifiques par le biais du COIP qui assure une formation axée sur l'insertion sur le marché de l'emploi. Tant les contrats dans le domaine privé qu'au niveau parastatal nécessitent une formation de base appropriée et une formation continue tout au long de la vie professionnelle. Dès leur entrée sur le marché de l'emploi, les jeunes doivent être aptes tant pour les défis actuels que pour les modifications et changements futurs intervenant dans leur métier et dans leur profession. Une importance essentielle revient dans ce domaine au Service de l'Emploi pour Jeunes.

Nicolas Schmit: Nous ne les envisageons pas seulement, mais elles sont déjà en voie de réalisation. Mon ministère travaille en étroite collaboration avec le Ministère de l'Education Nationale et de la Formation Professionnelle ainsi qu'avec le Ministère de la Jeunesse par le biais d'initiatives très spécifiques pour assurer aux jeunes un surplus de formation qui, jusqu'à présent, faisait cruellement défaut dans la majeure partie des cas.

Echo: De quelles mesures s'agitil en réalité? Nicolas Schmit: Le but principal consiste à intégrer les jeunes par tous les moyens possibles dans le marché de l'emploi, que ce soit à temps déterminé ou - ce qui est notre objectif essentiel - à long terme. Actuellement, plus de mille jeunes disposant de peu de qualification ou d'une qualification endessous de la moyenne sont inscrits à des mesures spécifiques. Bien évidemment, ces mesures ont été axées essentiellement et prioritairement aux temps de crise économique que notre pays vient de parcourir et d'où nous ne sommes pas encore sortis vainqueurs.

Echo: Donc, des mesures au profit de l'apprentissage tiennent le haut de votre sollicitude? Nicolas Schmit: Oui, décidément, il est très difficile d'accorder un apprentissage à tous les demandeurs au terme de leur scolarité obligatoire. En fait, il est très difficile pour les firmes et les entreprises de répondre à la demande: certaines professions offrent un nombre de formations non satisfait, alors que d'autres voies de formation débordent par leur très grand nombre.

Les chômeurs ayant dépassé la cinquantaine Echo: Une autre tranche d'âge à risques est sûrement celle des chômeurs ayant dépassé l'âge de cinquante ans? Nicolas Schmit: Il est évident - et les chiffres le démontrent nettement - qu'effectivement les chômeurs de cette tranche d'âge demandent toute notre sollicitude. Mais jetons d'abord un coup d'oeil sur la situation sociologique actuelle. De nos jours, l'éducation et la formation accusent une durée bien plus longue qu'autrefois. De plus, vu leur état de santé et les soins médicaux prodigués, les salariés restent bien plus longtemps en mesure de vaquer à leur emploi. Aussi par le biais de la nouvelle loi afférente, avons-nous prolongé sous certaines conditions bien spécifiques la période d'indemnisation du chômage.

Echo: Monsieur le Ministre, avezvous prévu d'autres initiatives spécifiques comme c'est le cas pour les jeunes chômeurs? Nicolas Schmit: Oui, pour novembre 2010, j'ai convoqué une tableronde avec les partenaires sociaux en vue d'aborder concrètement les questions inhérentes au chômage des personnes ayant dépassé la cinquantaine. Nous évoquerons des mesures spécifiques pour cette tranche d'âge, nous tiendrons compte du fait que vu leur revenu élevé, un certain nombre d'entre eux perdent leur emploi soit pour ne plus être remplacés soit pour être relégués par des collaborateurs moins âgés, donc au revenu moins élevé.

Echo: Une mesure concrète consisterait-elle à élargir de façon systématique le système de la préretraite? Nicolas Schmit: Il s'agit là d'une question tout aussi importante qu'épineuse. Pour des raisons financières, nous ne sommes pas en mesure d'élargir de façon systématique et générale le système de la préretraite. Voyez: Actuellement, pour la tranche des salariés pouvant faire valoir leurs droits à la retraite à l'âge de 65 ans, un tiers des personnes concernées sont actuellement encore inscrits à l'emploi. Mais d'autres formules restant à discuter s'offrent aux partenaires sociaux.

Echo: Lesquelles? Nicolas Schmit: Je citerai en exemple la possibilité de travailler à un rythme tel que le salarié pourrait disposer d'une „réserve de temps de travail“ qu'il pourrait mettre à profit pour se retirer plus tôt de son occupation professionnelle ou pour travailler à un “rythme ralenti” à partir d'un certain âge.

Echo: Mais les salariés âgés présentent plus d'un avantage face aux jeunes.

5


p.4-7_Schmit Nicolas_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

8:43

Page 3

jours une importance d'autant plus grande que le nombre des chômeurs et des frontaliers - quelque 150 000 actuellement - est en progression constante. Ainsi, les offres d'emploi s'adressent tant aux Luxembourgeois qu'aux frontaliers, et les emplois ne reviennent pas forcément aux Luxembourgeois et aux chômeurs.

Echo: Quelle sera donc la pièce maîtresse de votre réforme?

Nicolas Schmit: Oui, nous ne cessons de renvoyer pour les travailleurs moins jeunes au facteur de stabilité pour les entreprises, à leur expérience professionnelle et à leur capacité d'introduire les jeunes dans leurs fonctions, pour ne citer que ces avantages-là.

Echo: Le plan de maintien dans l'emploi inscrit dans la nouvelle loi du 3 août 2010 porte-t-il déjà ses premiers fruits? Nicolas Schmit: Il est bien évident qu'une loi incisive d'une telle envergure ne peut apporter des succès spectaculaires en quelques mois, mais les perspectives sont très réconfortantes.

La réforme de l'Administration de l'Emploi Echo: Monsieur le Ministre, revenons, si vous le voulez bien, à la réforme que vous entendez mettre en oeuvre au sein de l'Administration de l'Emploi. Nicolas Schmit: Le rôle de l'Administration de l'Emploi revêt de nos 6

Nicolas Schmit: Lors de mes déplacements, à intervalles réguliers, dans les agences de l'Administration de l'Emploi, j'ai pu me rendre compte qu'il est d'une importance capitale de doter l'Administration de l'Emploi de mesures permettant aux placeurs d'assurer un meilleur suivi des dossiers. J'estime qu'il faut limiter les contrôles au minimum nécessaire et parallèlement la bureaucratie au profit d'un vrai encadrement des chômeurs et des demandeurs d'emploi; de même, le travail consultatif des placeurs devra mieux s'orienter aux besoins des entreprises. Je déplore évidemment qu'un certain nombre d'entreprises ne fassent aucune mention de leurs besoins auprès de l'Administration de l'Emploi, bien que pour le cas de ce refus des peines soient prévues dans le cadre de la loi. Ainsi, à l'avenir, l'administration devra mieux encore que par le passé assumer un “travail à trois” incorporant le placeur, l'entreprise et le demandeur d'emploi.

Echo: Dans cette optique, vous avez déjà relevé de façon sensible le nombre des placeurs? Nicolas Schmit: Exact. Alors que le nombre des chômeurs a dépassé le seuil des 14 000 dossiers à traiter, nous ne pouvions pas nous contenter d'un même nombre de placeurs. Il a donc été augmenté, sans pour autant donner satisfaction au vu de l'augmentation des chômeurs. En comparaison à la même administration à Trèves par exemple qui assure le suivi du chômage sur un territoire

quasiment identique à celui de notre pays, le nombre des collaborateurs est le double du nôtre.

Echo: Est-ce là votre objectif pour notre pays, Monsieur le Ministre? Nicolas Schmit: Mon but consiste à charger chaque placeur qui portera le titre de “conseiller professionnel” d'une centaine de dossiers. Ce serait l'idéal. Après les nouveaux engagements nous nous situerons au-dessus de 200, ce qui représente une nette amélioration. Il existait un temps où un seul placeur avait sous sa responsabilité entre 500 et 600 dossiers. Imaginez. Sans commentaire.

Echo: Quel est donc le nombre des nouveaux collaborateurs de l'Administration de l'Emploi? Nicolas Schmit: Sur un nombre de plusieurs centaines de demandes, nos experts ont appliqué des critères très sévères pour sélectionner 35 nouveaux conseillers professionnels qui sont formés par voie d'une formation intense. Il s'agit pour moi de les insérer au plus tôt dans les différents bureaux de l'Administration de l'Emploi, car j'estime que les conditions régissant la présentation des chômeurs à nos bureaux sont inacceptables, rien qu'à voir les très longues files de demandeurs d'emploi sur les trottoirs...

Echo: Très rapidement après la reprise de vos fonctions de Ministre du Travail, vous avez donc décidé de doter l'Administration de l'Emploi de trois nouvelles agences? Nicolas Schmit: L'élargissement numérique des agences s'imposait de toute urgence; il s'agit des localités de Differdange, de Dudelange et de Wasserbillig. Nous avons été accueillis chaleureusement par les responsables politiques de ces trois communes.

Echo: Quelles considérations vous ont guidé dans le choix de ces localités?


p.4-7_Schmit Nicolas_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

8:43

Page 4

Nicolas Schmit: Il s'agit en fait de plusieurs considérations à la fois. L'une des plus essentielles était celle de la proximité des «anciennes» frontières vers la France et vers l'Allemagne; un règlement européen assurera dès 2012 de nouveaux droits aux frontaliers à la recherche d'un travail. Une autre vue est celle du nombre des chômeurs: alors que le taux national du chômage a atteint 5,6 pourcents, il s'élève à 10,5 pourcents donc pratiquement le double - sur le territoire de la commune de Differdange; il s'agit donc en l'occurrence d'une réelle nécessité.

laborateurs. Et au fur et à mesure que les entreprises se rendront compte de la qualité des services offerts par l'Administration de l'Emploi, elles seront d'autant plus intéressées à soumettre leurs dossiers en vue de l'embauchage de nouveaux collaborateurs qualifiés. Une importance majeure reviendra dans cette optique aux nouveaux chefs d'agence.

Par ailleurs, la Ville de Differdange constitue le centre d'une région scolaire où une orientation scolaire et professionnelle interne s'impose également tant avec le Service de Psychologie et d'Orientation Scolaires qu'avec le service de l'orientation professionnelle. Enfin, l'agence d'Esch/Alzette de l'Administration de l'Emploi doit être déchargée par les nouvelles agences de Dudelange et de Differdange. L'agence de Differdange sera chargée de la prise en charge des demandeurs d'emploi des communes de Differdange, Pétange, Bascharage, Clemency et Dippach. Le critère de la proximité de ce service public qui doit être présent dans toutes les régions du pays est également très important.

Nicolas Schmit: La réforme de l'Administration de l'Emploi restera lettre morte si nous ne réussissons pas à la mettre en oeuvre non contre, mais avec les collaborateurs et avec les entreprises qui nécessitent une nouvelle confiance. Nous aborderons bien entendu des approches sectorielles en matière de promotion de l'emploi pour les banques, les entreprises de construction, les grandes surfaces avec, comme nos partenaires, les organes constitués comme la Chambre de Commerce, la Chambre des Métiers et la Confédération du Commerce parmi tant d'autres.

Echo: Entendez-vous associer davantage les entreprises aux travaux de l'Administration de l'Emploi? Nicolas Schmit: Bien sûr. Il est de toute première importance que les entreprises sachent de quelle manière l'Administration de l'Emploi fonctionne. Je désire instaurer auprès de l'Administration de l'Emploi une vraie “culture de services” à rendre d'une part aux demandeurs d'emploi et d'autre part aux entreprises à la recherche de col-

Echo: Monsieur le Ministre, votre politique de l'emploi prendra donc des dimensions autrement diversifiées et efficaces que par le passé.

Echo: La directive européenne que vous venez de citer entraînera probablement l'obligation d'une collaboration transfrontalière plus poussée? Nicolas Schmit: Bien évidemment. Mais nous n'avons pas attendu le délai de 2012; d'ores et déjà, nous entretenons une excellente collaboration avec les Administrations de l'Emploi notamment de Trèves en Allemagne. Mais nous avons constaté que leurs collaborateurs qui doivent disposer d'une formation Bac + 3 disposent de bien plus de ressources humaines pour aborder les difficiles problèmes de la recherche d'emploi et du chô-

mage que ce n'est le cas pour nos placeurs actuels au Grand-Duché de Luxembourg. Dorénavant l'agence allemande nous aide beaucoup au niveau de la formation de nos agents.

„Ce qui compte en dernière instance, ce sont les résultats“ Echo: Monsieur le Ministre, vous entendez donc investir davantage dans le travail que dans le chômage? Nicolas Schmit: Bien sûr. Pourvu que, comme par le passé, je puisse disposer des moyens budgétaires requis, je préfère de loin investir dans le travail plutôt que dans le chômage. Le plein emploi - de nos temps un but difficile à atteindre évitera pour les demandeurs d'emploi et pour les chômeurs non seulement le besoin financier, mais également la misère sociale, les problèmes économiques et familiaux, l'exclusion sociale et j'en passe. Imaginez qu'actuellement, le chômage nécessite des fonds budgétaires de l'ordre de quelque 180 millions d'euros. Le gouvernement en général et moi-même en tant que ministre du ressort, nous préférons investir nos efforts et nos finances à la recherche du plein emploi.

Echo: La politique du travail aura donc, en général, de nouvelles dimensions? Nicolas Schmit: Je l'espère et je m'y attacherai. La politique consiste en effet, à mes yeux, à réaliser quelque chose de concret. La politique est une forme de “management” où le travail sur le terrain m'importe. Ce qui compte en dernière instance en politique, ce sont les résultats, et non les beaux discours

.

7


p.8-9_Av-Den_Orban_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

8:48

Page 1

Avery Dennison Entretien avec

Serge Orban Plant Manager

Echo: Pouvez-vous vous présenter en quelques mots à nos lecteurs?

Echo: Comment définiriez-vous le marché à l’heure actuelle?

Serge Orban: J’ai 39 ans, je suis marié et père de 2 enfants. J’ai été, de 1997 à 2000, ingénieur de projet ici même, puis on m’a, en 2001, nommé responsable de production. J’ai ensuite quitté l’entreprise pour devenir consultant pendant 8 ans, dont 4 ans en tant que directeur. En 2009, j’ai réalisé une mission de consultance pour Avery Dennison. De là, on m’a demandé de reprendre une fonction salariée en tant que directeur d’un site en Allemagne. Lorsqu’Alain Kohnen, qui était directeur du site luxembourgeois, est devenu «operation director», on m’a rappelé au Luxembourg afin de prendre la place vacante. Etant de nationalité luxembourgeoise, j’ai été heureux de revenir au pays, tant d’un point de vue professionnel que familial.

Serge Orban: De janvier à juillet nous avons connu une période de forte croissance et depuis août nous sommes dans une période de stabilisation.

Echo: En quoi consistait la mission qui vous a fait revenir chez Avery Dennison? Serge Orban: Il s'agissait d'une mission de restructuration. Pendant la crise, on a dû repenser nos systèmes et on s'est aperçu que certaines machines n'étaient plus compétitives. Nous avons donc arrêté certaines machines non rentables. Ce projet a été mené à bien dans les délais et le budget impartis. 8

Echo: La restructuration vous avaitelle laissé assez de force pour de suite être compétitifs dans la reprise? Serge Orban: La restructuration a surtout consisté à travailler sur la compétitivité de nos chaines sans nous défausser de nos forces vitales. Le fait d'avoir réussi à maintenir l'emploi pendant la crise nous a permis d'être prêts pour la reprise. Cela dit, la vigueur de la reprise nous a surpris et nous avons dû faire des heures supplémentaires et avoir recours à des travailleurs intérimaires. Pour la première fois de l'histoire d'Avery Dennison Luxembourg, nous allons dépasser le milliard de mètres carrés envoyés cette année. Le site luxembourgeois d'Avery Dennison représente un pourcentage très important de la production européenne totale du groupe.

Echo: Quel est le challenge que vous devrez relever dans les mois à venir? Serge Orban: Le challenge sera de réussir à accroitre notre flexibilité au

niveau de la production sans avoir des fluctuations au niveau de notre personnel. J'ai été impressionné par le modèle allemand d'Avery Dennison. Il s'agit d'un modèle très flexible et en même temps très solidaire, avec un compte-temps qui fait que l'on peut travailler plus lorsque c'est nécessaire ou rester à la maison lorsque la demande est plus faible, sans que l'on ne perde rien en salaire. Au niveau du Luxembourg, nous avons aussi une certaine flexibilité mais nous devons encore progresser à ce niveau.

Echo: Sur quelles pistes travaillezvous pour augmenter la flexibilité dans votre entreprise? Serge Orban: Nous travaillons principalement sur des concepts innovateurs au niveau de la finition. Nous avons déjà des premiers résultats prometteurs à ce niveau. Cela va nous permettre de produire les mêmes volumes avec moins de machines, et ainsi d'avoir de la capacité pour traiter du volume supplémentaire. Il est très important pour nous de maintenir la compétitivité de notre usine luxembourgeoise.

Echo: Par rapport à qui devez-vous principalement être concurrentiels?


p.8-9_Av-Den_Orban_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

8:48

Page 2

Serge Orban: Nous devons être compétitifs à différents niveaux. D'abord et c'est évident, par rapport à nos concurrents. Ensuite, nous devons être compétitifs en interne par rapport aux autres usines du groupe. Au Luxembourg, les coûts salariaux ont progressé de 41% en 10 ans contre 23% en Allemagne. Nous avons donc mathématiquement un handicap compétitif de l'ordre de 18% sur cette période. A nous de trouver des solutions afin d'améliorer nos performances pour combler ce handicap structurel et garder une longueur d'avance. A cela il faut ajouter que notre entreprise, et le Luxembourg en général, doit maintenir sa compétitivité afin de continuer à attirer des investisseurs. Il y a aujourd'hui une forte concurrence internationale pour attirer du capital.

Echo: Quelques mots pour conclure? Serge Orban: Notre objectif est de continuer de travailler au développement de notre site, qui est déjà le plus grand en Europe, d'augmenter notre flexibilité en travaillant sur la productivité sans avoir recours au capital.

Nous voulons conforter notre place de leader européen tant au niveau des nouvelles technologies et dans le développement de concepts de service. En un mot, nous voulons conforter la place d'Avery Dennison au Luxembourg et en Europe

.

AVERY DENNISON Luxembourg S. A. Z.I. du P.E.D. B.P.38 • L-4801 Rodange Tél.: 50 46 50 1 Fax: 50 46 50 277

www.europe.fasson.com 9


p.106-109_D'Coque_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

Entretien avec M.

18:31

Page 1

Gilbert Neumann, directeur de la Coque

Echo: Avec plus de 600.000 visiteurs en 2009, la Coque possède un indéniable pouvoir attractif. Et cela malgré le fait que les attentes et besoins des utilisateurs des installations du Centre National Sportif et Culturel sont parfois fort différents les uns des autres. Comment arrivez-vous à concilier toutes ces attentes, et donc à satisfaire les exigences d'un public très hétérogène? Gilbert Neumann: La première chose à souligner est le fait que la Coque a été conçue, dès l'origine, afin de satisfaire les besoins d'un très large public, aux centres d'intérêt diversifiés. Le chiffre que vous citez, à savoir 600.000 visiteurs pour la seule année 2009, démontre à suffisance que la Coque remplit idéalement une mission générale dans les domaines du sport scolaire

106

et fédéré, tout en restant attractive pour les particuliers. Cela étant dit, en journée, la priorité est donnée au sport scolaire. La Coque doit et veut rester à la disposition des enfants et des jeunes qui trouvent ici des meilleures conditions pour s'adonner à leurs cours de sport. C'est notre manière de promouvoir la pratique sportive auprès des jeunes. D'autre part, nous offrons aussi un site idéal pour l'entraînement et pour les compétitions auxquels participent pas moins de 25 fédérations sportives. Enfin, il ne faudrait pas oublier les utilisateurs privés qui profitent des nombreuses infrastructures de la Coque, tant sur le plan sportif, que pour la détente, la santé et le bienêtre en règle générale.

« Promouvoir le sport et la culture de notre pays » Echo: Évoquer la Coque sans mentionner sa vocation culturelle est impossible. Il semble pourtant difficile de concilier harmonieusement deux choses a priori aussi différentes que le sport et la culture. Comment y parvenez-vous?


p.106-109_D'Coque_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

18:31

Page 2

« Nombreux sont les athlètes étrangers de haut niveau qui ont déjà fait confiance à la Coque » Echo: Vous venez de mentionner votre participation au Jeux Olympiques de la Jeunesse à Singapour. Pourquoi la Coque doit-elle assurer sa promotion à l'étranger? Gilbert Neumann: Je vais vous donner deux ou trois exemples concrets et vous comprendrez tout de suite l'intérêt d'une telle promotion internationale. L'été dernier, l'équipe nationale du Japon de Natation a séjourné chez nous. Un Champion de saut en hauteur originaire du Qatar, intégré dans le Top 10 mondial, a effectué plusieurs stages à la Coque. D'autres sportifs, à l'instar du footballeur allemand Michel Ballack, ont choisi spontanément la Coque pour y faire leur rééducation.

Gilbert Neumann: Au sein de la Coque, nous partons du principe que le sport et la culture ne s'excluent pas mutuellement. Nous arrivons à concilier les deux, voire à les associer ce qui a un impact positif sur le sport et sur la culture en termes financiers, sociaux et culturels. D'ailleurs, un exemple récent de cette association réussie entre sport et culture est notre récente présence aux Jeux Olympiques de la Jeunesse qui se sont déroulés à Singapour. Nous y avons associé le groupe «Dream Catcher» dans le but de promouvoir le sport et la culture de notre pays, et surtout les installations pour les camps d'entrainement de la Coque. Au final, la participation de «Dream Catcher» a permis de promouvoir la culture luxembourgeoise au plan international, de réveiller la fierté des Luxembourgeois installés dans cette région du monde et de permettre à la Coque et à

«Dream catcher» de se présenter d'une manière différente à un large et nouveau public intéressé. Un autre exemple d'association réussie du sport et de la culture a été la très belle production «Gymmotion» réalisée par la Fédération de Gymnastique, en étroite association avec la Coque. Parmi d'autres, ces organisations montrent que l'association ponctuelle et ciblée du sport et de la culture permet de créer des passerelles et des plates-formes de coopération entre les deux secteurs, et ce de manière fort harmonieuse.

.../ 107


p.106-109_D'Coque_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

/... Bref, nombreux sont les athlètes étrangers de haut niveau qui ont déjà fait confiance au personnel, aux infrastructures et aux compétences de la Coque.

Aujourd'hui, nous visons plus particulièrement les sportifs des pays arabes et asiatiques, en vue de leur préparation aux J.O. de Londres, en 2012. Il est clair que des stages de préparation d'athlètes ou d'équipes permettraient d'optimaliser le taux d'occupation des installations de la Coque entre les mois de juin et septembre.

108

18:31

Page 3

« Nous ne nous limitons pas à fournir des locaux, mais nous proposons des solutions logistiques optimales » Echo: On ne peut que constater le nombre croissant de manifestations organisées. Comment percez-vous le rôle de la Coque? Privilégiezvous un rôle administratif ou privilégiez-vous un rôle organisationnel? Gilbert Neumann: Il est certain que les manifestations organisées dans le cadre de la Coque exigent une

parfaite administration, en vue d'un déroulement optimal, avec un minimum de restrictions. Il est tout aussi clair que les organisateurs privés, qui sont les bienvenus dans nos installations, ne peuvent en profiter gratuitement: la Coque a été conçue, construite et aménagée avec des fonds publics et elle ne peut donc pas contribuer à assurer des profits à des organisations privées. Les recettes provenant de ces manifestations privées sont réinvesties dans les installations sportives, les équipements,…


p.106-109_D'Coque_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

Ce qui nous permet d'améliorer sans cesse la qualité de nos infrastructures et de nos services, sans devoir recourir systématiquement à des subventions publiques. C'est donc dans cette perspective que la Coque joue son rôle de (co-)organisateur de manifestations. En outre, nous ne nous limitons pas à fournir des locaux, mais nous proposons des solutions logistiques optimales. Ce qui oblige souvent à recourir à des profondes modifications - et donc à des déroulements standardisés - permettant de modifier, reconstruire,... dans les meilleurs délais et conditions les installations sportives, tout en provoquant le moins de perturbations dans le déroulement quotidien des activités sportives.

Echo: Ne pourrait-on pas vous reprocher un sens trop aigu du profit? Gilbert Neumann: Certes, comme toute entreprise saine, nous avons l'obligation d'équilibrer notre budget. Il faut cependant distinguer profit et bénéfices. Nous avons simplement la volonté de recourir le moins souvent possible aux subventions publiques, et donc à l'argent de chacun. Mais nous estimons avant tout avoir un grand rôle

18:32

Page 4

social à jouer. Et c'est aussi dans cette optique que nous sommes toujours ouverts et disponibles pour collaborer à des grandes actions humanitaires, caritatives ou sociales telles que le Télévie. C'est pour cela aussi que nous collaborons dans le cadre de la Fondation Josy Barthel. Ou que nous invitions des enfants des milieux socio-économiques défavorisés à l'occasion de certaines manifestations. Ou en proposant des tarifs spéciaux pour les familles, pour les volontaires actifs au sein des fédérations,...

« Les efforts consentis jusqu'à aujourd'hui portent leurs fruits » Echo: Quel bilan tirez-vous actuellement? Et comment envisagez-vous l'avenir de la Coque?

Grâce aux efforts conjoints entres autres du COSL et des fédérations affiliées, du Ministère des Sports et de la Coque, le sport luxembourgeois a été en mesure d'évoluer considérablement et d'atteindre de nouvelles performances. Les efforts consentis jusqu'à aujourd'hui portent leurs fruits, et les résultats obtenus par les sportifs luxembourgeois en sont une indéniable preuve. Aujourd'hui, la Coque a atteint un rythme de croisière. Elle peut dès lors se pencher sur ses possibilités d'évolution, tout en continuant à valoriser avec fierté les résultats de nos sportifs luxembourgeois

.

Gilbert Neumann: La première chose à souligner est le fait que la Coque offre une multitude de possibilités d'entraînement aux sportifs nationaux. Grâce à de magnifiques infrastructures, elle constitue aussi un foyer pour les fédérations et les sportifs. En outre, elle sert aussi de passerelle, de point de rencontre, d'intermédiaire entre les sportifs nationaux et internationaux. 109


p.118-119_Ketterthill_Echo n°4-2010.qxd

4/11/10

8:38

Page 1

> Portes Ouvertes aux Laboratoires Ketterthill

Les laboratoires Ketterthill ont ouvert leurs portes le dimanche 26 septembre 2010, à l'occasion de la cinquième édition des Journées Portes Ouvertes Luxembourgeoises, organisées avec le patronage du Ministère de l'Economie et du Commerce Extérieur et du Ministère des Classes Moyennes et du Tourisme. Près de 300 personnes ont honoré l'invitation des laboratoires Ketterthill

118

à découvrir le parcours d'un prélèvement, de sa réception à la transmission des résultats. Les visiteurs ont eu l'occasion de se faire expliquer les différents services par des spécialistes en la matière et ont fini leur visite au musée. La direction et le personnel remercient tous les visiteurs de l'intérêt qu'ils ont apporté à l'explication du fonctionnement des laboratoires Ketterthill.


p.118-119_Ketterthill_Echo n°4-2010.qxd

4/11/10

8:38

Page 2

Siège: 37, rue Romain Fandel BP.143 - L-4002 Esch-sur-Alzette Tél.: 488 288 1 Fax: 488 288 306 Email: info@ketterthill.lu

www.ketterthill.lu www.llam.lu

119


p.120-123_Strassen_Echo n°4-2010.qxd

4/11/10

8:47

Page 1

Commune de

Strassen Entretien avec

Gaston Greiveldinger bourgmestre Echo: La fin des travaux devant la mairie signe-t-elle la finalisation de la «zone de rencontre»? Gaston Greiveldinger: Nous sommes en période de transition. Les travaux de la rue des Romains sont maintenant achevés et la «zone de rencontre» est pour l’instant provisoire. Nous faisons appel aux automobilistes afin qu’ils brident volontairement leur tempérament. La pro-

120

cédure pour adopter une nouvelle limitation de vitesse est assez longue. Il faut d’abord changer le règlement, puis l’envoyer à la commission étatique de la circulation. Une fois le document validé par cette dernière, on pourra mettre en place officiellement la «zone de rencontre».

Echo: Pourriez-vous revenir en détail sur cette «zone de rencontre»?

Gaston Greiveldinger: Nous avons commencé à introduire des zones 30 km/h sur le territoire de la commune en 2009. L’étape suivante, en cours, est la mise en place d’une place publique entre la mairie et le centre culturel Barblé par l’introduction d’une «zone de rencontre» sur une partie de la rue des Romains. Cela fait partie d’un concept de mise en sécurité du réseau routier à Strassen. La «zone de rencontre»


p.120-123_Strassen_Echo n°4-2010.qxd

4/11/10

8:47

Page 2

prévoit l’aménagement d’un espace partagé dans lequel piétons, cyclistes et automobilistes ont les mêmes droits. Le but est autant d’augmenter la sécurité que de réduire le trafic de transit en incitant les riverains à emprunter la route d’Arlon. En bref, une «zone de rencontre» est caractérisée par la disparition des limites entre trottoir et chaussée, une limitation de vitesse à 20 km/h, un stationnement limité à 30 minutes sur l’unique bande de stationnement le long du précoce, par un guidage conséquent des personnes malvoyantes. A ce propos, nous avons constaté que certains automobilistes confondent le «guidage malvoyant» avec des emplacements de stationnement.

Echo: Quels sont les autres projets à l’ordre du jour? Gaston Greiveldinger: Nous sommes en cours d’élaboration du budget de l’année prochaine. Avec ce budget, nous pourrons mettre à l’ordre du jour des projets comme la conversion de l’ancienne école en maison relais. A ce jour, notre maison relais compte 350 inscrits et nous toucherons bientôt ses limites.

Echo: Vos finances sont donc saines…

.../

121


p.120-123_Strassen_Echo n°4-2010.qxd

4/11/10

.../ Gaston Greiveldinger: Malgré les emprunts, nous avons pu en 2010 constituer des réserves. Notre situation reste donc confortable, d’autant que nos principales infrastructures sont récentes et suffisantes. La seule chose qui nous manque est un nouveau bâtiment pour nos services techniques. Autre projet en préparation, nous étudions, ensemble avec le Ministère des Sports, les plans pour un nouveau centre à vocation régionale voir nationale pour le karaté.

122

8:47

Page 3

Echo: Tous vos bâtiments répondent-ils à l’ensemble des normes actuelles? Gaston Greiveldinger: Nos bâtiments sont tous récents, économes en énergie, mais nous avons fait réaliser un audit par une firme spécialisée afin de voir s’ils sont aussi en phase au niveau «sécurité». Nous allons d’ailleurs recruter un responsable sécurité pour la commune.

Echo: Comment se développe l’offre de logement à Strassen? Gaston Greiveldinger: Nous avons un projet avec la SNHBM qui pourra démarrer au printemps, les plans ayant été approuvés. Sinon notre projet Pescher démarrera en 2011. Au niveau de l’aménagement du territoire, nous avons toujours un problème avec la présence des pétroliers sur le territoire de la commune


p.120-123_Strassen_Echo n°4-2010.qxd

4/11/10

de Bertrange. La présence des réserves d’hydrocarbure fait que la partie Sud de notre commune est classée Seveso, donc inconstructible. Nous aimerions vraiment trouver une solution à ce problème.

Echo: Quelques mots pour conclure? Gaston Greiveldinger: Nous venons de recevoir une récompense à Stuttgart pour notre piscine. Il s’agit d’un

8:47

Page 4

Award EWA: Europeen, Watersport Association. Elle récompense notre piscine pour trois raisons principales: la collaboration entre 2 communes, l’architecture et enfin le volet exploitation/gestion. Cette récompense nous fait vraiment plaisir. La fréquentation de la piscine dépasse d’ailleurs nos espérances. Nous avons ainsi eu jusqu’à 2.700 visiteurs par jour en été. Je terminerais sur quelques mots à

propos de la mobilité. Pendant la semaine de la mobilité, nous avons présenté, outre notre «zone de rencontre», un projet de piste cyclable et, à un autre moment, les nouveaux véhicules électriques. Ceux-ci sont non polluants et économes. Il faudra simplement trouver un moyen de les rendre un peu plus bruyants afin qu’ils puissent être appréhendés par les non-voyants

.

Administration Communale de Strassen 1, Place G.-D. Charlotte L-8041 Strassen B.P. 22 • L-8001 Strassen Tél.: 310262-1 Fax: 310262-111 www.strassen.lu 123


p.16-18_CHEM-Nathan_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

9:52

Page 1

Le Centre Hospitalier Emile Mayrisch à Esch/Alzette Entretien avec le

Dr Michel NATHAN directeur général

Un hôpital pour les patients

Historique du Centre Hospitalier Emile Mayrisch

Le Centre Hospitalier Emile Mayrisch à Esch/Alzette constitue au niveau de notre pays la plus vaste institution hospitalière; au fil des dernières années, il n'a cessé de prendre une envergure encore plus grande en raison de l'incorporation de l'Hôpital de la Ville de Dudelange et de l'Hôpital Princesse MarieAstrid de Niederkorn. Nous nous sommes entretenus avec le Dr Michel NATHAN, directeur général du Centre Hospitalier Emile Mayrisch, sur le passé et essentiellement sur l'avenir de l'hôpital. Le Dr Michel NATHAN a acquis une très large expérience tant dans les soins médicaux comme médecinspécialiste que, depuis 1995, date à laquelle il a repris les fonctions de directeur général de l'hôpital, comme responsable suprême du Centre Hospitalier Emile Mayrisch. 16

La création de l'Hôpital de la Ville d'Esch/Alzette, fruit d'une initiative commune de la Ville d'Esch/Alzette ainsi que des sociétés Arbed et Métallurgie des Terres Rouges, a été formalisée le 11 avril 1924 par la signature d'un contrat de société civile ayant eu pour objet la construction et l'exploitation d'un hôpital dans la métropole minière. Entreprise dès l'année 1925, la construction proprement dite de l'hôpital a été achevée au début de l'année 1930. L'inauguration officielle et la mise en service ont eu lieu le 15 mars 1930.

L'organisation de l'hôpital a été confiée à l'époque à la Congrégation des Soeurs de Sainte-Elisabeth. Conçu dès le début par ses fondateurs comme une oeuvre sociale sans but lucratif instituée dans l'intérêt général de la santé, l'Hôpital de la Ville d'Esch/Alzette s'est vu doter d'une nouvelle forme juridique par acte notarié du 21 avril 1955, à savoir celle de l'établissement d'utilité publique. Au fil des décennies, l'Hôpital de la Ville d'Esch/Alzette s'est développé en véritable cité hospitalière, alors qu'au bâtiment originaire „Dellhéicht“ se sont rajoutés progressivement d'autres immeubles dont le plus récent est le bâtiment „Héichuewen“


p.16-18_CHEM-Nathan_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

hébergeant entre autres la maternité et les différents services de la psychiatrie. Quant au Centre Hospitalier Emile Mayrisch, il est né de deux processus de fusion consécutifs qu'a traversés l'Hôpital de la Ville d'Esch/Alzette, d'abord en 2004 avec l'Hôpital de la Ville de Dudelange et à partir du 1er janvier 2008 avec l'Hôpital Princesse Marie-Astrid de Niederkorn. Depuis le 1er juillet 2004, l'activité hospitalière de l'Hôpital de la Ville de Dudelange est exploitée par l'Hôpital de la Ville d'Esch/Alzette qui a pris la dénomination de Centre Hospitalier Emile Mayrisch tout en conservant son statut d'établissement d'utilité publique. Cette dénomination a été choisie suite à un concours organisé parmi les collaborateurs de l'hôpital. Ce choix ne représente guère un hasard, mais plutôt la reconnaissance des mérites d'une grande personnalité qui a émergé de la restructuration de la sidérurgie luxembourgeoise: „Emile Mayrisch considéré comme le père de l'industrie sidérurgique luxembourgeoise, un visionnaire qui avait une idée courageuse de ce que devait être une entreprise capable de générer de la valeur ajoutée dans le temps en façonnant progressivement tout autant son organisation intérieure que de prendre surtout un rôle d'innovateur dans la réunion des anciens concurrents.“ (Dr Michel Nathan) Sous l'impulsion d'Emile Mayrisch, la société Arbed est deve-

9:52

Page 2

nue un vaste groupement métallurgique international. Reconnaissant dans l'ouvrier un collaborateur à l'entreprise commune, il a introduit des réformes sociales relevant d'une importance souvent nationale. Suite à cette première fusion de deux structures hospitalières du sud du pays, une démarche de rapprochement entre l'Hôpital Princesse Marie-Astrid et le Centre Hospitalier Emile Mayrisch a débuté en 2005. Les travaux et les efforts réalisés par le Comité de pilotage chargé de la gestion du vaste projet ont mené le 12 mars 2007 à un accord de collaboration et par la suite à la signature officielle de la convention de fusion en date du 17 décembre 2007. La mise en commun des ressources disponibles aux trois établissements hospitaliers a permis de créer un centre médical de 640 lits avec 230 médecins agréés et près de 1800 salariés. Le Centre Hospitalier Emile Mayrisch exploite aujourd'hui ses différents services médicaux et médico-techniques sur les sites d'Esch/Alzette, de Dudelange et de Niederkorn. C'est à ce titre qu'il est devenu au fil des années l'un des plus importants employeurs de la région sud du Luxembourg.

Le Centre Hospitalier Emile Mayrisch suite à la fusion Selon le Dr Michel NATHAN, directeur général, depuis la fusion

des trois centres hospitaliers d'Esch/Alzette, de Dudelange et de Niederkorn, le Centre Hospitalier Emile Mayrisch est devenu une grande organisation qui a su intégrer progressivement les collaborateurs des différents sites et a réussi à réunir leurs forces conceptuelles, une base fertile pour bâtir des idées innovatrices sur l'avenir. Au cours des deux années passées, depuis l'insertion de l'Hôpital Princesse Marie-Astrid de Niederkorn, de nombreux projets innovateurs sont nés de la conjonction des esprits qui ont su se confronter dans un esprit conceptuel tout en respectant leurs différences. Au printemps de cette année 2010, la direction générale du Centre Hospitalier Emile Mayrisch a lancé une étude dont les conclusions sont attendues pour septembre 2010; y apparaîtront les options stratégiques qui s'ouvriront aux responsables pour les années à venir. Selon le directeur général Michel Nathan, il s'agit autant de construire ce que sera l'hôpital de demain que d'anticiper sur une période de plusieurs années sur de nouvelles de collaborations et de conceptions hospitalières. Par ailleurs, „il s'agit aussi d'avoir conscience en permanence de ce que les patients attendent de nous, sans aucun doute prester des soins hautement qualitatifs et compétents dans un environnement adapté à cet effet.“

.../ 17


p.16-18_CHEM-Nathan_Echo n°4-2010.qxd

/...

3/11/10

Un hôpital à la pointe du progrès Au fil de près de 90 ans d'existence, le Centre Hospitalier Emile Mayrisch n'a cessé de se porter aux avantpostes du progrès, notamment dans les domaines médical et technique, sans même évoquer les nombreuses extensions architecturales. Et à nouveau, de nouvelles installations et des équipements modernes se trouvent en voie de réalisation. Ainsi, fin 2010, le Centre Hospitalier Emile Mayrisch disposera comme premier hôpital au Grand-Duché de Luxembourg d'une installation de radio-thérapie par implantation pour le traitement de la prostate. Il sera doté également d'un nouveau bloc opératoire, d'une entrée principale présentant une plus grande facilité pour les visiteurs, d'un nouveau service d'urgence, d'un dédoublement des installations de radiothérapie au Centre François Baclesse, d'une nouvelle polyclinique ainsi que d'importantes transformations et améliorations dans les services de l'endoscopie, de l'urologie, de la gastroentérologie et de la pneumologie. Alors que l'Etat contribue pour 80 pourcents aux améliorations envisagées, la Caisse Nationale de Santé reprendra à sa charge les 20 pourcents restants.

Une question d'organisation Et le Dr Michel Nathan d'ajouter que le fonctionnement optimal d'une clinique comme le Centre Hospitalier Emile Mayrisch est essentiellement une question d'organisation. En effet, le fait que plus de 30.000 patients désirent être traités par an constitue un défi continuel pour toute l'équipe à tous les niveaux: médecins, infirmiers, aides-soignants, mais aussi administration, facturation, technique, cuisine et hygiène. 18

9:52

Page 3

Selon le Dr Michel Nathan, au niveau des hôpitaux, il n'y a pas de gestion sans problèmes, l'organisation étant très complexe et ne pouvant être planifiée à l'avance; en effet, le service d'urgence 24 heures sur 24 pose continuellement des imprévus et chaque patient présentant en fait un cas isolé, spécifique, voire unique. Quant au nombre de réclamations présentées par des patients non ou peu satisfaits, il est plutôt minime au vu de la proportion des cas médicaux traités. En vue de répondre aux attentes continuellement changeantes, le personnel du Centre Hospitalier Emile Mayrisch prend part à une formation continue qui se chiffre à au moins 40 heures par personne et par an.

Une coopération internationale Le Centre Hospitalier Emile Mayrisch d'Esch/Alzette assure une large coopération avec bien des institutions médicales à l'étranger. Ainsi, essentiellement dans le domaine de la chirurgie, il collabore avec des hôpitaux à Strasbourg, à Homburg et à Bruxelles.

La gestion du Centre Hospitalier Emile Mayrisch Le Centre Hospitalier Emile Mayrisch d'Esch/Alzette est géré par une Commission Administrative où siègent quatre représentants de la Ville d'Esch/Alzette, deux représentants de la Ville de Dudelange, quatre représentants d'Arcelor/Mittal, un représentant du gouvernement désigné par le Ministre de la Santé, un représentant de la Ville de Differdange, un représentant de la commune de Pétange et un représentant de la commune de Bascharage.

La Commission Administrative se compose comme suit: • présidente: Lydia Mutsch; • 1er vice-président: Dr Fernand Metzler; • 2e vice-président: Alex Bodry; • représentant de la Ville de Dudelange: Alain Becker; • représentant d'Arcelor/Mittal: Marc Fox; • représentante du gouvernement: Léa Hemmer-Nies; • représentant de la Ville d'Esch/Alzette: Jean Huss; • représentant d'Arcelor/Mittal: Dr Marc Jacoby; • représentant de la Ville de Differdange: Claude Meisch; • représentant de la commune de Pétange: Pierre Mellina; • représentant d'Arcelor/Mittal: Patrick Seyler; • représentant de la Ville d'Esch/Alzette: Jean Tonnar; • représentant de la commune de Bascharage: Michel Wolter; • représentant de la Ville d'Esch/Alzette: André Zwally.. La Commission Administrative est l'organisme gestionnaire du Centre Hospitalier Emile Mayrisch. Elle est investie des pouvoirs les plus étendus pour la gestion et l'exploitation du Centre Hospitalier. Elle est l'organe suprême de décision et peut déléguer son pouvoir en tout ou en partie à la direction de l'établissement. Quant à la direction du Centre Hospitalier Emile Mayrisch, elle se compose comme suit: directeur général: Dr Michel Nathan; directeur médical: Dr Claude Birgen; directeur des finances: Joseph Bohnert; directeur des soins: Serge Haag; directeur technique: Henri Hinterscheid; directeur des ressources humaines: Luc Gindt. Roby ZENNER


p.24-25_FLLAM_communiqué_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

9:57

Page 2

Vers un plan de réforme structurelle de la biologie médicale à Luxembourg Dans le cadre de la prochaine réunion quadripartite du 27 octobre 2010 ayant pour ordre du jour les propositions d’économies à réaliser, la FLLAM a adressé à l’ensemble des parlementaires de la Chambre des Députés une proposition de plan de réforme structurelle de la biologie médicale à Luxembourg en alternative aux mesures de pression tarifaires autoritaires visant le secteur privé des laboratoires et figurant dans le projet de réforme de l’assurance maladie du Ministre de la Santé et de la Sécurité Sociale.

Réforme 1 Adaptation de la loi du 16 juillet 1984 afin d’autoriser les laboratoires d’analyses médicales extrahospitaliers à exercer en société (personne morale). Cette adaptation fait actuellement l’objet d’un projet de loi 6151 déposé le 24 juin 2010 mais resté sans suite à ce jour malgré la mise en demeure de l’Etat Luxembourgeois par la Commission Européenne le 17 mars 2010. Cette adaptation apporterait pourtant aux laboratoires privés l’outil juridique pour assurer leur développement dans la GrandeRégion et à l’échelle européenne à un moment où le Luxembourg recherche des voies économiques alternatives à celles du secteur financier et de la sidérurgie.

Réforme 2 Restructuration des laboratoires hospitaliers afin de diminuer leur impact financier pour la CNS • Transfert de l’activité ambulatoire (analyses pour le patient non hospitalisé) vers le secteur privé extrahospitalier  économie de 22 millions d’euros • Fusion des 7 laboratoires hospitaliers en une seule plateforme nationale pour leur activité stationnaire (analyses pour le patient hospitalisé) et maintien de laboratoires d’urgence dans chaque établissement hospitalier  économie de 19 millions d’euros

Réforme 4 Révision volontaire de la nomenclature des actes de biologie médicale pour fixer le tarif analyse par analyse en tenant compte de la réalité économique actuelle.

Réforme 5 Développement prioritaire du dossier e-Santé pour permettre une consultation nationale par le médecin et le patient des résultats en provenance des laboratoires privés et des laboratoires hospitaliers afin d’éviter une redondance des analyses.

Réforme 6 Clarification des missions du Laboratoire National de Santé (LNS) qui est le grand absent du projet de réforme de l’assurance maladie déposé par le Ministre de la Santé et de la Sécurité Sociale. Le LNS bénéficie pourtant d’un nouveau bâtiment à Dudelange pour un montant de plus de 100 millions d’euros sans qu’une analyse préalable n’ait été réalisée en tenant compte du fait que ses activités puissent être ajoutées, développées, réduites, stoppées ou transférées. Les membres de la FLLAM s’inquiètent également du fait que la CNS souhaite faire participer l’assuré au coût des analyses de laboratoire en demandant aux laboratoires d’assurer le recouvrement des sommes auprès du patient. Avant de s’engager dans cette voie, il convient d’évaluer la pertinence économique d’une telle mesure et surtout de s’assurer que les laboratoires privés ne seront pas les seuls concernés par cette nouvelle mesure de restriction. Dr Jean-Luc Dourson Président de la Fédération Luxembourgeoise des Laboratoires d’Analyses Médicales (FLLAM)

Total des économies potentielles pour la CNS: 41 millions d’euros par an soit près de la moitié du déficit annoncé pour 2010.

Réforme 3 Accréditation obligatoire selon la norme européenne EN ISO 15189 pour tous les laboratoires d’analyses médicales du Luxembourg afin d’être compétitifs face aux pays voisins.

www.fllam.lu 19


p.22-23_Valorlux_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

10:07

Page 1

Deux nouvelles filières pour le recyclage des emballages Le 5e congrès international PRO EUROPE a été l'opportunité pour VALORLUX de faire le point sur ses 15 années d'activité, tout particulièrement sur l'évolution de ses filières de recyclage.

ponsabilité du producteur en matière de recyclage des emballages - élément important de la politique environnementale de l'Union Européenne et principe de base de tous les systèmes Point-Vert - a été au centre des débats et présentations.

Lors du 5e congrès international PRO EUROPE qui a eu lieu à Bruxelles le 7 et 8 octobre 2010, quelques 700 industriels, experts en environnement et politiciens de toute l'Europe se sont réunis. La res-

Depuis 15 ans VALORLUX met en œuvre une politique efficace de recyclage, basée sur la responsabilité du producteur. Dans ses activités, VALORLUX essaye de réduire le plus possible son impact sur l'environnement. Dans cette logique, elle a mis en place deux nouvelles filières de recyclage. La première consiste à intégrer dans ses filières de recyclage du PET le «bottle to bottle». En transformant les bouteilles plastiques PET collectées à l'aide du sac bleu en nouvelles bouteilles en plastique, la matière rentre dans un cycle vertueux qui prolonge sa durée de vie. Cette nouvelle filière de recyclage, grâce à un procédé complexe, maintient la bonne qualité du matériel. En effet, la qualité est primordiale pour toute matière qui est directement en contact avec des produits alimentaires.

Joachim Quoden, Managing Director Pro Europe

22

Concrètement, seules les bouteilles PET claires et transparentes sont utilisées pour ce type de recyclage, les

bouteilles PET coloriés continuent à être transformées en fibres. Les premières sont acheminée vers Lesquin (F) à l'usine de Roxpet qui les transforme en granulés de PET régénérés qui peuvent être utilisés jusqu'à concurrence de 50% dans la fabrication de nouvelles bouteilles.. Avec le but de rationnaliser au mieux les trajets des camions pour réduire au maximum les émissions de CO2, Valorlux a développé une deuxième filière. Depuis 2010, les résidus res-


p.22-23_Valorlux_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

10:07

Page 2

tant après le tri des sacs bleu à la société Hein à Bech-Kleinmacher sont amenés à la société Lamesch à Bettembourg qui les broie et enlève les métaux. Cette matière riche en énergie (fluff) est ensuite transportée vers Rumelange à la société Cimalux où elle est utilisée comme combustible de substitution pour la fabrication de ciment.

Ce recyclage représente de 1997-2009 des économies de: • 14.900.000 l de pétrole VALORLUX a.s.b.l. fût créée à l'initiative du secteur privé (distributeurs, importateurs, producteurs). Elle apporte une solution globale durable et économique à la gestion des déchets d'emballages d'origine ménagère afin de contribuer à un meilleur environnement.

• 5.200.000 m3 de gaz naturel

VALORLUX s'engage depuis 15 ans à recycler les emballages collectés à l'aide du sac bleu, des parcs de recyclage ou par conteneurs. En 2009 au Luxembourg, 3/4 des emballages ménagers mis sur le marché ont été recyclés.

www.valorlux.lu

• 1.980.000.000 kWh (= ± consommation annuelle en électricité de 120.000 habitants) • 2.350.000 m3 d'eau (= ± consommation annuelle de 28.000 habitants)

mes nationaux de recyclage et de valorisation des déchets d'emballages qui utilisent le logo «Point Vert». Elle agit comme porteparole et plateforme d'une politique commune de tous ces systèmes. Elle compte 33 membres dont fait partie VALORLUX. Environ 170.000 entreprises contribuent à l'un des organismes membre de PRO EUROPE. ± 400 millions d'habitants ont contribué à économiser 25 million de tonnes de CO2 grâce aux systèmes de collectes organisés par le membre de PRO EUROPE

.

PRO EUROPE (Packaging Recovery Organisation Europe) regroupe l'ensemble des systè23


p.24-27_Bettembourg_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

10:18

Page 1

La Commune de Bettembourg nous présente ses projets pour le transport ferroviaire D'après un entretien avec avec le bourgmestre

Roby Biwer

Bettembourg est depuis toujours une commune clé dans le monde du rail. C'est un nœud ferroviaire au niveau luxembourgeois et européen, toutes les grandes lignes s'y croisant, tant au niveau des passagers que du fret. Roby BIWER est entré en politique par le biais de l'écologie. Son implication dans la vie sociale de Bettembourg et son volontarisme en faveur de l'environnement l'ont propulsé à la tête de sa commune. Il nous a fait l'amitié de nous recevoir afin de nous entretenir des projets relatifs au domaine ferroviaire à Bettembourg.

24

Rénovation complète de la gare de Noertzange côté voyageur Les infrastructures de la gare de Noertzange étaient vétustes et ne correspondaient plus aux standards actuels de sécurité. Les infrastructures côté voyageur vont donc être totalement rénovées. Les quais, le passage souterrain ainsi que le mur donnant rue de la


p.24-27_Bettembourg_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

Gare seront entièrement refaits pour répondre aux exigences des directives européennes. Les quais seront complètement rénovés et adaptés pour permettre un accès plus facile au train et seront équipés d'abris pour les voyageurs. Le passage souterrain sera déplacé et la nouvelle construction sera équipée d'ascenseurs pour garantir une meilleure accessibilité aux personnes à mobilité réduite aux quais.

10:18

Page 2

Pour la première fois au Luxembourg, un mur anti-bruit entièrement en verre sera construit. Il assurera un certain confort acoustique aux habitants des alentours.

ments, il sera entièrement rénové à sa charge. La rénovation du bâtiment permettra d'y aménager 6 logements pour étudiants universitaires.

Dans le même cadre, le mur longeant la rue de la Gare sera entièrement rénové.

Le maitre d'ouvrage des travaux est les CFL, qui a développé ce projet en étroite collaboration avec la commune de Bettembourg. Le projet est intégralement financé par le Fonds du Rail. .../

Le bâtiment de la gare ne fera pas partie des travaux. Etant classé par le Service des Sites et Monu-

25


p.24-27_Bettembourg_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

Agrandissement du Park & Ride La première phase du Park & Ride de la gare de Bettembourg avait été inaugurée en 2005. A l'époque, on avait créé 180 places de stationnement. Maintenant que cette capacité a été absorbée par la demande,

26

10:18

Page 3

décision a été prise de l'agrandir de 141 places, dont 5 pour les conducteurs handicapés, ce afin d'éviter les innombrables véhicules mal garés tout au long des trottoirs. Cette extension permettra d’une part à la population locale de disposer d'un plus grand parking, et d'autre part aux frontaliers de se déplacer plus

facilement en train vers leurs lieux de travail. Il faut savoir que la gare de Bettembourg accueille un train toutes les 4 minutes en heure de pointe. Avec le P&R, la commune de Bettembourg affirme une nouvelle fois son engagement en faveur de l'écologie. Ainsi, après leur infiltration dans le sol, les eaux des surfaces abouti-


p.24-27_Bettembourg_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

ront dans des rigoles de rétention des eaux de pluies, rigoles naturelles qui achemineront les eaux de pluie vers le «Diddelenger Baach». Une vingtaine de pierres seront également placées tout le long du parking, afin d'éviter les voitures mal garées et bloquant les voies de circulation destinées à la mobilité douce. En outre, la piste cyclable sera étendue jusqu'à la zone industrielle «Krakelshaff». Le début des travaux est prévu pour le courant du mois de novembre 2010 et les travaux sont couverts à 80% par le Ministère des Transports. Le P&R disposera d'un éclairage adéquat de type LED, et des arbres seront plantés afin de donner de l'ombre en été.

10:18

Page 4

Un nouveau pont avec la fermeture définitive du passage à niveau 4A Le passage à niveau de la rue Lentz à Bettembourg sera fermé définitivement pour des raisons de sécurité. Les CFL construiront en contrepartie un pont qui aura une largeur de 35 mètres. Il fonctionnera comme piste pour vélos et piétons mais il pourra être ouvert exceptionnellement en cas de besoin. Le passage à niveau actuel était fermé à plus de 60% du temps. Là, nous aurons un passage tout le temps ouvert mais dédié à la mobilité douce.

R

Rénovation du pont existant et un souterrain refait à neuf Le pont actuel de Bettembourg sera entièrement rénové dans les 1 à 2 années à venir et les Ponts & Chaussées se proposent d'aménager une piste cyclable au moyen d'une extension de l'un des trottoirs qui longe le pont. Ce projet s'inscrit dans un concept global de mobilité douce à Bettembourg. En même temps, la commune va entièrement rénover le souterrain qui passe sous le chemin de fer à Bettembourg et qui relie la rue de Peppange à la rue de la Gare. Il sera équipé d'un revêtement antidérapant et l'éclairage sera adapté pour augmenter la visibilité à l'intérieur de façon à ce que ce passage soit utilisé par le plus grand nombre possible de piétons et de cyclistes.

A3

Avec tous ces projets, Bettembourg conforte sa position de ville ferroviaire. Bettembourg est une ville par laquelle les trains passent et dans laquelle les voyageurs trouvent des infrastructures à la hauteur

.

R

R

R

R

Château de Bettembourg 13, rue du Château L-3217 Bettembourg Adresse postale: BP29 • L-3201 Bettembourg Tél.: 51 80 80 1 Fax: 51 80 80 601 commune@bettembourg.lu www.bettembourg.lu 27


p.32-35_Mondercange_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

10:38

Page 1

Commune de Mondercange

Entretien avec

Dan Kersch bourgmestre Dans Kersch est bourgmestre de Mondercange depuis 2005 et président du Syvicol depuis 2009. Père de deux filles, il habite Pontpierre et a été élu pour la première fois au conseil communal en 1999. Il est inscrit sur les listes du LSAP. Passionné de sport, il exerce la profession de conseiller écologique et de chef du service environnement à la commune de Bettembourg.

Revalorisation du centre de Mondercange

32

Echo: Quels sont les grands projets en cours dans votre commune? Dan Kersch: Il y a d'abord l'élargissement de l'école de Pontpierre qui sera achevé pour la rentrée 2011/2012. Nous fêterons aussi cette année l'ouverture de la maison relais «An Weir». Avec plus ou moins 200 places en maison relais, nous avons des structures suffisantes pour les années à venir.


p.32-35_Mondercange_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

10:38

Page 2

Mairie de Mondercange

Echo: Où en êtes-vous dans la réfection des infrastructures routières? Dan Kersch: Nous commençons les travaux de la Rue Neuve. Il s'agit de la dernière phase de réfection de la citée Molter. Nous aurons terminé ces travaux dans les délais, à savoir avant les congés collectifs de 2001.

Chantier Centre Culturel de Bergem

A Pontpierre, nous allons commencer la première phase de réfection de la rue de l'Europe, après y avoir installé les connections au réseau de gaz.

Dan Kersch: Nous visons un développement harmonieux. Nous avons trois projets importants pour le développement de notre commune.

Echo: Comment voyez-vous le futur développement de Mondercange?

Le premier est la création d'un centre d'une trentaine d'appartements adaptés aux séniors, au coin des rues de Reckange et rue

Mairie de Mondercange

.../ 33


p.32-35_Mondercange_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

10:38

Page 3

Réamenagement de l’école de Pontpierre

/... de Limpach. Ce projet s'étendra sur une superficie de 27 ares. Ce centre comprendra restaurant, garages, infirmière, gérant, etc. Les appartements seront loués à des tarifs adaptés. Autre projet destiné à un plus grand public, la commune va réaliser, en collaboration avec le Ministère du Logement, environ 25 unités d'habitations qui resteront propriété de la commune et seront loués à des personnes ayant droit à une aide au logement.

Ce projet s'étendra sur 60 ares. Dernier projet important en termes de développement, nous avons acheté 3 hectares au centre de Mondercange et nous allons les lotir. Les terrains seront soit cédé sous forme de baux emphytéotiques soit vendus dans des conditions à définir. Adjacent à ces 3 hectares, la commune réalisera l'aménagement du parc Molter.

Echo: Avez-vous beaucoup de vie associative à Mondercange?

Dan Kersch: La vie sociale dans la commune a beaucoup gagné avec l'aménagement de la place «Am Duerf». Aménagée avec des chalets, cette place est idéale pour organiser des fêtes et des manifestations.

Echo: Les travaux de la mairie sont également achevés... Dan Kersch: Il s'agissait de petits travaux de rénovation. Outres des bureaux mieux adaptés, nous disposons aujourd'hui d'un système qui fait que les réunions du conseil communal sont mises en ligne sur internet en intégralité.

Echo: Avez-vous signé le pacte logement?

Maison Bicheler pour étudiants

34

Projet personnes âgées, centre de Mondercange


p.32-35_Mondercange_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

10:39

Page 4

Chantier Maison Relais de Pontpierre

Dan Kersch: Pas encore car nous n'avons pas voulu nous engager à la légère. Nous avons d'abord voulu adapter nos infrastructures avant de parler de croissance. Maintenant que ce pari est gagné, nous allons pouvoir croître tant par des initiatives publiques qu'en collaborant étroitement à des initiatives privées. Cette croissance fait que nous pourrons probablement signer le pacte logement.

Echo: L'écologie fait-elle partie de votre politique communale? Dan Kersch: Tout à fait. Non seulement nos nouveaux bâtiments respectent l'environnement, mais nous incitons aussi nos citoyens à faire des efforts en la matière.

Ainsi, chaque habitant à droit à une heure gratuite de conseil en énergie, ainsi qu'à un quart d'heure avec un avocat pour des conseils juridiques.

Echo: Quelques mots sur le Syvicol que vous présidez? Dan Kersch: Nous allons organiser le 23 octobre le premier congrès des élus locaux. Nous comptons jouer à fond notre rôle de défenseur des intérêts communaux vis-à-vis du gouvernement. A ce moment seront présentées des résolutions claires et précises comme le fait que nous aimerions que le gouvernement prenne ses propres déclarations au sérieux, notamment dans le domaine de la simplification administrative.

projet pour 25 logements en location à Mondercange

Echo: Quelques mots pour conclure? Dan Kersch: Je dirais qu'à Mondercange nous avons la chance d'avoir une excellente qualité de vie. C'est pourquoi nous faisons tout pour avoir une croissance maitrisée, afin que celle-ci ne se fasse pas au détriment de cette qualité de vie

.

Administration Communale de Mondercange rue Arthur Thinnes L-3919 Mondercange B.P. 50 - L-3901 Mondercange Tél.: 55 05 74-1 Fax: 57 21 66 www.mondercange.lu 35


p.38-41_Pétange_Mellina_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

11:38

Page 1

Commune de Pétange Entretien avec

Pierre Mellina bourgmestre “Nous sommes soucieux de valoriser nos ressources”

Au cours des dernières années, la commune de Pétange a connu une expansion et un essor très remarquables tant en ce qui concerne l'afflux d'un grand nombre de nouveaux habitants sur le territoire de la commune qu'en ce qui concerne les infrastructures modernes dans bien des domaines. Nous nous sommes entretenus avec Pierre MELLINA, bourgmestre de la commune de Pétange, sur cette évolution positive qui permet un avenir prometteur.

Echo: Monsieur le Bourgmestre, au vu des chiffres, votre commune a connu un accroissement inattendu des habitants au cours de ces dernières années. Quelles en sont les causes? Pierre Mellina: Vous avez bien raison. En date du 31 décembre 2009, la commune de Pétange comptait 15 688 habitants dont 2.475 à Lamadelaine, 7.765 à Pétange et 5.448 à Rodange. En six mois seulement, ce chiffre est monté en flèche à 15.902 unités, à savoir 2.462 à Lamadelaine, 5.571 à Rodange et 7.869 à Pétange. En fait, en l'espace de quatre ans, nous avons compté un accroissement de la population de quelque mille habitants, ce qui fait que nous avons 38

dépassé depuis un certain temps déjà le cap des 15.000 unités, d'où une augmentation du nombre des membres au sein du conseil communal de 15 à 17 aux prochaines élections communales d'octobre 2011. En ce qui concerne le nombre des ménages, il a augmenté également de façon quelque peu spectaculaire: de 5.953, il est passé à 6.039 au mois de juin 2010. - Quant aux raisons de cet accroissement rare, elles ne sont pas apparentes; en effet, nous n'avons pas mis sur pied quelque campagne de publicité pour attirer outre mesure de nouveaux habitants.

Echo: Cet accroissement est probablement dû à l'excellente qualité de vie ainsi qu'aux infrastructures modernes et efficaces de votre commune? Pierre Mellina: Certainement. C'est dire que nous nous sommes évertués de faire valoir toutes nos ressources, fussent-elles humaines, logistiques, administratives et techniques, pour assurer un maximum de qualité de vie à nos citoyens.

Echo: L'augmentation constante du nombre d'habitants nécessite bien évidemment la mise à disposition de crédits de plus en plus importants?

Pierre Mellina: Oui. Un plus grand nombre d'habitants va effectivement de pair avec l'augmentation des crédits. Mais grâce à une politique des finances adaptée, prudente, responsable et prévisionnelle, la majorité actuelle peut se prévaloir d'une situation financière plus que saine, chiffres à l'appui. Ainsi, en dépit de la crise manifeste, nous avons pu recourir en 2009 au budget ordinaire à un solde créditeur de 9,7 millions d'euros contre 9,8 millions d'euros en 2008. Et vu que la crise continue à nous imposer de sérieuses contraintes, nous estimons que le solde à l'ordinaire se chiffrera à la fin de cette année à quelque 6,5 millions d'euros.

Echo: Parlons de la dette publique de votre commune. L'abaissement au cours des cinq dernières années a effectivement été considérable. Auriez-vous les chiffres afférents sous la main? Pierre Mellina: Bien sûr. En 2004, la dette publique se chiffrait en chiffres ronds à 36,6 millions d'euros; fin 2010, elle ne sera plus que de 24,5 millions d'euros, ce qui signifie en clair que depuis 2004, nous avons diminué notre dette de 12 millions d'euros, donc en moyenne de 2 millions d'euros par an.


p.38-41_Pétange_Mellina_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

11:38

Page 2

La piscine de Pétange

Echo: Monsieur le Bourgmestre, venons-en donc aux investissements et aux grands projets d'infrastructure.

Or, vu que la demande afférente se chiffre actuellement à quelque 150 places, nous continuerons sur cette lancée.

Pierre Mellina: Volontiers. Lors de son entrée en fonctions en novembre 2005, la majorité actuelle a fixé un plan d'investissement pour toute la durée du mandat, soit jusqu'à fin 2011. Ce plan prévoyait des investissements de l'ordre de 70 millions d'euros. Or, après un terme de cinq ans déjà, nous avons atteint dans ce domaine le volume initialement prévu pour six ans.

Echo: Vos efforts au niveau des Maisons Relais vont-ils de pair?

Echo: Dans quel domaine avezvous instauré des accents spéciaux? Pierre Mellina: Ce fut surtout le cas dans les domaines de l'enseignement et de la prise en charge des enfants. Actuellement, la construction d'une nouvelle crèche à Pétange, derrière le Home Saint-Hubert, avance à pas de géants; elle ouvrira ses portes début décembre 2010. Cette construction achevée et en fonctions, nous disposerons de deux crèches communales, l'une à Rodange et cette nouvelle installation à Pétange, soit 112 chaises.

Pierre Mellina: Bien sûr. Les deux Maisons Relais à Rodange et à Lamadelaine sont en mesure de prendre en charge 200 enfants. Depuis le mois écoulé, nous avons commencé une nouvelle construction à Pétange afin qu'à moyen terme nous soyons en mesure de proposer une place à quelque 500 enfants au niveau de notre commune. Echo: Mais si le nombre des habitants et surtout celui des jeunes familles ne cesse d'augmenter... Pierre Mellina: Effectivement, nous avons déjà réservé un certain nombre de terrains en vue de créer au besoin - et besoin il y aura - de nouvelles structures d'accueil, mais dans une phase ultérieure. Echo: Trois grands terrains à Rodange, à Lamadelaine et à Pétange sont déjà prévus en vue d'être lotissés.

Pierre Mellina: Exact. Il s'agit d'abord d'une première partie du lotissement prévu à Rodange entre le Chemin de Brouck et la Croix Saint-Pierre. Un autre projet concerne le site de l'actuel Eucosider à Pétange, rue de Niederkorn, à droite derrière le pont des Chemins de Fer Luxembourgeois. Un troisième se rapporte au délogement de nos garages - appelés ateliers à Lamadelaine; à moyenne échéance, ils seront transférés vers la rue de Linger. Ce dernier projet libérera un emplacement pour être lotissé plus tard. Echo: Qu'en est-il de vos efforts dans le domaine de l'enseignement que vous avez cité? Pierre Mellina: L'enseignement était et restera toujours l'une de nos priorités. A Lamadelaine, nous disposons du Lycée Mathias Adam flambant neuf; au niveau communal, nous envisageons de procéder en 2011 à une modernisation de l'ancienne école primaire. Actuellement, nous ne disposons pas des installations requises à l'éducation précoce dans toutes les trois sections de la commune. En juillet

.../ 39


p.38-41_Pétange_Mellina_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

11:39

Page 3

Pierre Mellina: Oui, en effet, en 2004, l'Etat a vendu le moulin à l'administration communale de Pétange. La rénovation du site a nécessité la mise à disposition de fonds d'un montant de 8 millions d'euros pour le moulin luimême et pour la Maison Rouge. L'administration communale de Pétange à elle seule n'aurait pas été capable d'investir des fonds de cet important montant, mais l'Etat s'associe avec quelque 1,8 millions d'euros. Echo: Evoquons également vos efforts dans le domaine des sports. Le centre de quilles national et les courts de tennis à Pétange

/... 2011, à l'école “An Eigent”, les travaux de construction de quatre nouvelles salles pour l'éducation précoce et six salles pour les cycles 2 4 de l'école fondamentale vont débuter. Il y a déjà eu inauguration, le 25 juin 2010, de l'école rénovée “Neiwiss” à Rodange. Et à Rodange également, les anciennes demeures des vicaires seront démolies pour faire place à un centre intégré pour le précoce d'une part et, aménagés par le Fonds de Logement, d'habitations pour personnes âgées et pour jeunes familles d'autre part. D'ici deux ans, nous serions en mesure de prendre en charge les enfants de l'éducation précoce pendant toute la semaine. Echo: Tant que nous y sommes: vous avez déjà renseigné le conseil communal sur les impor-

tants projets du collège échevinal en ce qui concerne le nouvel aménagement de la Rue du Commerce à Rodange. Pourriez-vous, je vous prie, le répéter brièvement pour nos lecteurs? Pierre Mellina: Bien sûr. Nous estimons que le centre de Rodange et surtout la Rue du Commerce ne répondent plus aux exigences d'une localité tant soit peu moderne. Aussi envisageons-nous de procéder à des transformations très importantes avec place publique et parking souterrain devant l'église. Le parking situé actuellement au début de la Rue du Commerce - une sorte de lacune immobilière - cédera sa place à un immeuble. Echo: Un projet important est également en cours, c'est celui du moulin Waxweiler à Pétange.

Pierre Mellina: Là encore, nos efforts n'ont pas été vains. Outre l'entretien constant des infrastructures sportives et l'aide financière accordée aux nombreuses sociétés de sport, nous avons mis sur pied plusieurs projets importants d'infrastructure. Ainsi, la piscine complètement rénovée de Pétange a ouvert ses portes cet été. En fait, il ne s'agit même pas d'une rénovation, mais la piscine a été entièrement remise à neuf pour un investissement de 6,2 millions d'euros. Elle est principalement réservée aux sociétés sportives ainsi qu'à l'enseignement des sports au niveau de nos écoles et du Lycée Technique Mathias Adam. Echo: Et le public? Pierre Mellina: Le public, lui, pourra encore et toujours profiter des installations modernes du PIKO de Rodange, piscine au toit amovible disposant de toutes les facilités d'un centre moderne. Le lundi, le jour de fermeture de la piscine de Rodange, la piscine de Pétange sera ouverte au public. Echo: Voici quelque temps, ce fut également l'inauguration du nouveau Centre Sportif à Rodange et du terrain de football au gazon synthétique.

Maison Relais à Pétange

40

Pierre Mellina: Vu l'accroissement important de la population de la section de Rodange et, partant, des sportifs, le Centre Sportif et le terrain de football constituaient une première importance pour le collège échevinal.


p.38-41_Pétange_Mellina_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

11:39

Page 4

Le Moulin Waxweiler à Pétange

Echo: Nous savons qu'à Pétange, un projet non moins important est en cours en ce qui concerne le centre de quilles national et les courts de tennis. Pierre Mellina: Vous le dites: un projet très important qui, cependant, a pris quelque retard indépendant de notre volonté. Le conseil communal de Pétange et le Ministère des Sports ont uni leurs efforts pour rendre possible cette construction qui répond tant à une attente de la fédération nationale que du Tennis-Club de Pétange, lui qui, depuis des années, ne disposait plus d'installations appropriées. Le gros-oeuvre est achevé et les travaux de toiture sont en cours. Echo: A côté de ce nouveau centre, vous avez élaboré des projets quant à la modernisation du Centre Sportif? Pierre Mellina: Oui, cette rénovation sera mise en oeuvre dès que possible, les installations du centre ne correspondant plus aux attentes modernes des pratiquants du sport. - Et à deux pas de là, nous avons aménagé grâce au concours du Centre Intégré de Gestion Local (CIGL) Réseau Objectif Plein Emploi un jardin d'une structure tout à fait nouvelle: le CIGL fera la gestion du jardin et procédera à la vente directe des produits à la population.

Echo: Que dire de l'infrastructure routière? Pierre Mellina: L'infrastructure routière est gérée en permanence par l'administration communale en collaboration avec les Ponts et Chaussées. Nous lui vouons une sollicitude continuelle, surtout en améliorant l'état des routes, des rues et des chemins, mais aussi en les rendant plus sûrs grâce à l'achat ou à l'échange d'emprises destinées à cette fin. Un souci majeur actuel constitue la Rue Belair à Pétange qui nécessite une modernisation importante. Mais avant de nous y attaquer, nous aimerions finir d'abord le nouveau réservoir d'eau. Echo: Un sujet prêtant à critiques constitue le rond-point aux abords immédiats du Lycée Mathias Adam à Lamadelaine où plusieurs fois par jour des embouteillages monstres sont constatés, au grand dam de beaucoup d'utilisateurs surtout de Lamadelaine et de Rodange, mais aussi des régions limitrophes belge et française. Pierre Mellina: Oui, vous voyez juste, la sécurité des usagers de la route en grand nombre et surtout celle des lycéens nous a amenés à la conclusion que seule la construction d'un tunnel serait la solution optimale. Mais la mise sur pied d'une telle infrastructure

ne peut se faire en quelques jours, il faudra continuer la discussion afférente avec les Ponts et Chaussées et l'Etat. Echo: Mais d'ici la réalisation de cet important projet, ne faudrait-il pas envisager dans l'immédiat une solution viable? Pierre Mellina: Il est envisagé d'installer un système de Park & Ride près de la gare de Rodange. L'on pourrait y aménager quelque 600 emplacements pour les usagers des Chemins de Fer Luxembourgeois, qui, à Rodange et dans les régions frontalières, se présentent tous les jours en très grand nombre. Echo: Monsieur le Bourgmestre, nous vous remercions vivement pour cette interview et nous vous souhaitons ainsi qu'aux membres du collège échevinal avec vos collaborateurs communaux une main heureuse dans la réalisation des importants projets que vous venez de nous expliciter

.

www.petange.lu 41


p.44-47_Frisange_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

11:51

Page 1

Commune de

Frisange Une commune en plein développement Entretien avec

Claude Wiltzius bourgmestre Echo: Quelle évolution démographique a connu votre commune les dernières années?

Claude Wiltzius est né en 1949. Il a passé sa vie professionnelle auprès des CFL jusqu'à sa retraite en 2005. Déjà avant il avait décidé de consacrer son temps libre au sein de la commune et aux autres, en s'engageant dans la politique communale. Il a été élu 2ème échevin en 1994, puis 1er échevin en 1998, et assume la fonction de bourgmestre de Frisange depuis 2006. Marié, père de 2 enfants et grand-père de 3 petits-enfants, il ne fait partie d'aucun parti politique.

Hall sportif

44

Claude Wiltzius: Avec une population qui a doublé entre 1980 et aujourd'hui, on peut parler d'une véritable explosion démographique à Frisange ! A ce jour, notre commune compte environ 3.850 âmes et d'ici fin 2011 nous devrions dépasser les 4.000 habitants.

D'un point de vue théorique, ce PAG nous permet de offre actuellement encore des réserves jusqu'à un maximum possible de 6.000 habitants. Cela dit, à l'époque, on construisait surtout des maisons uni familiales alors que maintenant, avec l'augmentation folle du prix des terrains à bâtir, on construit de plus en plus de résidences et de maisons en bandes, ce qui fait que l'on pourrait concrètement atteindre les 6.000 habitants dans les années à venir.

Notre accroissement démographique repose sur un PAG qui date de 1976 et qui, vu sa qualité, est toujours d'actualité.

Echo: Disposez-vous d'infrastructures suffisantes pour assumer un tel accroissement?

Mairie de Frisange


p.44-47_Frisange_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

11:52

Page 2

Station d’épuration Sifridawe - Aspelt

Frisange, panorama

Claude Wiltzius: Pour l'instant nos infrastructures communales sont à 95% neuves et suffisantes, que ce soit au niveau des canalisations, des routes, de l'antenne collective et des réseaux d'eaux potables et gaz. Selon nos estimations, notre population devrait d'ici 2011 s'élever à 4.000 habitants. A ce moment, la station d'épuration atteindra lentement ses limites. Au niveau des écoles, tout dépendra des futurs habitants, s'il s'agit ou non de familles avec enfants. A ce jour, notre commune compte +/- 450 enfants jusqu’à 12 ans, ce qui, par rapport à notre nombre total d'habitants, fait de nous l'une des communes les plus jeunes du pays. Nous disposons d'ailleurs d'une maison relais depuis 2007 qui fonctionne très bien. Depuis l'introduction du chèque service le nombre d'inscriptions a explosé et nous sommes obligés d'utiliser le centre polyvalent d'Aspelt afin d'accueillir tout le monde les lundis, mercredis et vendredis de 12.00 à 14.00hrs. Heureusement que notre cuisine nous permet de préparer jusqu'à 250 repas.

Echo: Votre développement est-il homogène?

Scouts Home - Frisange

Claude Wiltzius: Pas vraiment. Autant Aspelt et Frisange se sont bien développés, autant la population de Hellange est restée stable les dernières années. Les terrains à bâtir existent mais n'ont pas encore été débloqués. Notre vœu est que la population d'Hellange s'accroisse, d'ailleurs la procédure d'une modification ponctuelle est en cours afin de réaliser un lotissement.

Crèche Butzenhaus - Hellange

Echo: Qu'en est-il du trafic routier dans votre commune? Claude Wiltzius: Etant situé à côté de la frontière française et à proximité de routes très fréquentées, nous sommes quasi-étouffés par le trafic routier. Nous devons supporter une grande partie de la circulation transfrontalière et nous connaissons chaque jour de grands embouteillages, ce qui empêche même parfois les transports publics d'arriver à l'heure. Notre plus grand souhait serait que se résolvent enfin les problèmes concernant l'autoroute de la Sarre mais au niveau communal nous n'avons malheureusement aucune influence à ce niveau.

Maison des Jeunes d'Aspelt

Maison Relais - Frisange

.../ 45


p.44-47_Frisange_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

11:52

Page 3

Ecole Centrale de Frisange

Echo: Avez-vous suffisamment d'entreprises à Frisange? Claude Wiltzius: Notre commune compte diverses petites entreprises et commerces mais nous manquons malheureusement de terrains à proposer aux firmes désireuses de s'implanter à Frisange. Lors de la planification du futur PAG, nous sommes en discussions avec les autorités compétentes afin de créer une zone commerciale.

Un monument de la Voie le la Liberté

Claude Wiltzius: Comme dit précédemment, nous avons beaucoup investit les dernières années dans nos infrastructures souterraines. Sinon, notre école primaire a été construite entre 1991 et 1994. Nous avons également rénové l'ancienne mairie, les églises de Frisange et Hellange, l'ancienne école à Aspelt, construit un logement pour les scouts à Frisange et une maison des jeunes à Aspelt ainsi qu'une crèche à Hellange.

Même s’il y a 8 stations essences sur notre territoire, cela n'influe pas vraiment sur les recettes communales car les sièges de ces stations ne se trouvent pas chez nous. Ceci fait que du point de vue financier, notre commune dépend à 80 % des recettes en provenance de l'Etat. (fonds communal de dotation financière et de l'impôt commercial).

Nous venons également de trouver enfin un arrangement avec les Sites et Monuments pour commencer la réfection du château d'Aspelt.

Echo: Quels ont-été les projets les plus importants réalisés les dernières années?

Nous allons prochainement construire à Frisange un grand hall omnisports. Ce chantier débutera courant 2011-

Autres projets d'envergure: la construction d'une piscine scolaire intercommunale et la construction d'une station d'épuration.

Eglise de Frisange

46

Château d’Aspelt

2012. Ce projet vient d'être voté et son coût est estimé à 14 millions d'euros. J'aimerais enfin parler d'un projet qui me tient à cœur et qui vise à sécuriser le chemin des écoliers. Ce projet sécurise tous les parcours des enfants et se déroule en association avec les parents d'élèves, les enseignants et la police. Nous venons de réaliser avec le bureau Schroeder & Associés des zones 30 dans la commune, ainsi que des parkings résidents à Frisange.

Echo: Et en ce qui concerne les personnes âgées? Claude Wiltzius: Pour prendre soin des personnes âgées, nous coopérons avec le club senior de la commune. Dans ce contexte nous avons mis à disposition une salle de réunion ainsi qu'un minibus. En ce qui concerne les personnes


p.44-47_Frisange_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

11:52

Page 4

âgées mentalement handicapées, nous avons le domaine Schoumansbongert, géré par la fondation Kraizbierg. Ce site compte 56 personnes. Tous nos bâtiments publics sont accessibles aux personnes handicapées, ainsi que nos chaussées, trottoirs et passages pour piétons.

Echo: Avez-vous signé le pacte logement? Claude Wiltzius: Nous l'avons signé et n'aurons aucun mal, vu notre développement, à répondre aux critères demandés. Projet hall sportif

Echo: Quelques mots pour conclure? Claude Wiltzius: Nous venons de signer avec les communes de Dudelange, Bettembourg et Roeser comme partenaires une convention avec la Communauté de Communes de Cattenom et Environs. Cette signature nous permettra de discuter ensemble les problèmes transfrontaliers liés au trafic routier et aussi de réaliser des synergies, notamment en ce qui concerne le tourisme. Mon souhait le plus cher serait que les problèmes avec l'autoroute A13 se résolvent. Lorsque la voie d'accès à l'autoroute à Frisange en direction de Remich sera débloquée et que le chainon manquant à Hellange sera réalisé, nous aurons résolu un grand nombre de problèmes. Le parking Parc and ride vient d'être agrandi. Tout ceci est lié. J'aimerais aussi pouvoir résoudre le problème du prix des terrains à bâtir, pour que les jeunes gens n'aient plus besoin de s'endetter toute leur vie. Ceci dépasse largement le niveau communal mais j'espère que le nouveau PAG nous aidera à offrir à nos habitants actuels et futurs la meilleure qualité de vie possible

.

Administration communale de Frisange 10, Munnerëferstrooss - L-5750 Frisange • BP 12 - L-5701 Aspelt Tél: 23668408-1 • Fax: 23660688 www.frisange.lu 47


p.48-49_Famaplast_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

11:56

Page 1

L’histoire de Monsieur Michelis débute dans les années 60, en créant une entreprise de construction. En 1964, il a commencé à produire des blocs de béton, d’abord pour ses propres besoins, puis pour d’autres entreprises. C’est en 1975 qu’a été créée l’actuelle société Famaplast qui fabrique des tubes en polyéthylène. Avant cette date, les câbles étaient mis en terre sans aucune protection. Depuis, les tubes en polyéthylène fabriqués par Famaplast protègent les câbles et facilitent leur éventuel remplacement.

Entre 1970 et 1980, Famaplast produisait des tubes lisses et épais. Au milieu des années 80, le tube annelé s’est imposé sur le marché français car ce système ingénieux permettait de réduire tant les coûts que le poids des tubes en augmentant leur résistance. Aujourd’hui, les tubes fabriqués par Famaplast sont utilisés par les P&T, Cegetel, la ville de Luxembourg, les Ponts et Chaussées, etc. Le Luxembourg représente 20% de la distribution des tubes Famaplast, le reste étant exporté principalement en France.

48

Parce que l’environnement a toujours été au cœur des préoccupations de la société Famaplast, Monsieur Michelis a eu l’idée de produire ses tubes en polyéthylène à partir de matériaux recyclés. C’est ainsi qu’il fonda en 1980 Granulux, qui s’occupe de la transformation de produits polyéthylène usagés (flacons, bouteilles, etc...). Les gaines en matière recyclées sont aussi performantes que des gaines fabriquées à partir de matériau de premier choix. A ce jour, Famaplast est une des rares entreprises en Europe à produire ses tubes à partir de matériaux recyclés. A noter également que Famaplast est une des seules entreprises fabriquant des gaines de protection à être certifiée ISO 9001 version 2000.


p.48-49_Famaplast_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

11:56

Page 2

Qualité, respect de l’environnement et remise en question constante sont les qualités qui ont permis à la société Famaplast de devenir un des leaders européens de la fabrication des tubes annelés en polyéthylène. Tous diamètres, toutes longueurs et toutes couleurs, les gaines de protection Famaplast préservent les câbles en respectant la terre et une fois en place, on peut remplacer ou introduire de nouveaux câbles sans rouvrir une tranchée.

47a, rue de Sanem L-4485 Soleuvre Tél.: 59 30 46-1 Fax: 59 29 28 Email: fama@pt.lu www.famaplast.lu

49


p.50-53_Steinfort_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

12:01

Page 1

Commune de Steinfort Entretien avec

Guy Pettinger bourgmestre Steinfort est considéré comme la porte d'entrée de la magnifique vallée de l'Eisch permettant aux visiteurs de découvrir le charme et le calme des forêts majestueuses. Aujourd'hui, la commune compte 4.500 habitants et offre quelque 1.000 emplois dans les secteurs de l'industrie, de l'artisanat, du commerce et des institutions financiè-

Echo: Comment vous sentez-vous un an avant les élections législatives? Guy Pettinger: Il reste encore un an avant les prochaines élections, ce qui fait que l'on n'y pense pas encore vraiment. Steinfort est une commune qui a toujours connu une certaine stabilité politique. Je ne suis que le cinquième bourgmestre depuis la dernière guerre.

res. Parmi les infrastructures principales, il convient de relever le centre sportif et récréatif «Roudemer», avec son plan d'eau, la piscine couverte, le complexe à vocation culturelle Al Schmelz, l'hôpital régional… Guy Pettinger est marié et père de deux enfants. Il est fonctionnaire auprès de l'administration des contributions. Inscrit sur les listes du LSAP, il est entré en politique en 1997, lors des élections supplémentaires. Il a été échevin jusqu'en 2004, date à laquelle il a succédé à Jean Asselborn à la tête de la commune.

50

Cela dit ce qui devra arriver arrivera. Nous avons à peu près réalisé tout ce que nous avions projeté lors de la déclaration du collège échevinal.


p.50-53_Steinfort_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

Echo: Quels sont les principaux projets qui ont été réalisés? Guy Pettinger: Commençons par parler de la maison relais qui a ouvert ses portes à la rentrée. On y accueille déjà 140 enfants.

C'est un projet qui s'est étendu sur 3 ans. Entre l'élaboration des plans et la réalisation finale, il y a eu les chèques services. Du coup elle est déjà bien remplie. Dans cette maison il y a également 2 classes préscolaires et 1 classe précoce.

12:02

Page 2

Il s'agit d'une construction de type basse énergie. Elle est chauffée par notre centrale de cogénération, tout comme le hall sportif, la piscine et le centre Roudemer. Dans une prochaine étape les bâtiments de l'école primaire seront également reliés à la cogénération. Autre projet en cours, nous sommes en train de construire un ascenseur afin de rendre le centre culturel Al Schmelz accessible aux personnes à mobilité réduite.

Echo: D'autant que de nombreux évènements ont lieu dans votre commune… Guy Pettinger: Il est vrai que de nombreuses manifestations ont lieu dans ce centre. Nous avons en tout une cinquantaine de clubs et associations. Parmi les évènements qui sont organisés dans notre commune on peut citer le marché de noël, le festival de théâtre qui fêtera l'an prochain son vingtième anniversaire, le Steinjazz qui est un nouveau festival de jazz... A cela il convient

.../ 51


p.50-53_Steinfort_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

/... d'ajouter «Een Dag um Weier», une journée au lac qui accueille chaque année plus de 1.500 visiteurs.

Echo: Peut-on dire que Steinfort est une commune touristique? Guy Pettinger: En tout cas nous avons de nombreux promeneurs le dimanche par beau temps. C'est pour cela que nous avons créé 4 chemins didactiques, 2 pour Steinfort et 2 pour Kleinbettingen. Nous sommes en train de réaliser des circuits également à Hagen. Des brochures sont d'ailleurs disponibles à la commune. Nous avons aussi

52

12:02

Page 3

une très belle réserve naturelle, Steinfort est considérée comme la porte de la vallée de l'Eisch et de la vallée des sept châteaux.

Echo: Avez-vous signé le pacte logement? Guy Pettinger: Nous sommes l'une des premières communes à avoir signé le pacte logement car Steinfort est une commune prioritaire IVL. Si nous avons déjà des lotissements de petite et moyenne taille, nous sommes en train de concrétiser le PAP de l'«Eischdallcenter». Parallèlement à la route de Luxembourg à Steinfort, il y a actuellement des entreprises

qui sont à l'étroit et qui vont déménager dans le zoning de Grass. Ensuite, ces terrains seront utilisés afin de construire des habitations et des commerces. Ce projet se fera en trois étapes, dont la première porte sur 500 habitants supplémentaires.

Echo: Investissez-vous beaucoup dans les infrastructures? Guy Pettinger: C'est en effet un très gros budget mais c'est par définition invisible. On raccorde toutes nos rues au gaz naturel. A Hagen tout le monde est raccordé, à Steinfort il reste quelques rues à raccor-


p.50-53_Steinfort_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

12:02

Page 4

der et à Kleinbettingen les trois quarts des travaux ont été réalisés. En même temps on pose les fibres optiques des P&T.

Echo: Reste-t-il des projets pour le futur? Guy Pettinger: Il reste quelques projets pour le futur comme rénover et mettre aux dernières normes environnementales notre piscine qui a été construite voilà 35 ans. Nous essaierons de nous associer à d'autres communes qui utilisent la piscine pour les cours de natation scolaires afin de mutualiser cette dépense.

Echo: Quelques mots sur les finances communales pour conclure? Guy Pettinger: Avec un endettement d'environ 50 euros par habitant, nos finances sont saines. Nous essayons de gérer notre argent en bon père de famille et de tout faire pour améliorer la qualité de vie dans notre commune avec les moyens qui sont à notre disposition

.

Communale de Steinfort 4, square Patton B.P. 42 L-8401 Steinfort Tél.: +352 39 93 13-1 Fax: +352 39 00 15 www.steinfort.lu 53


p.54-55_Sewerin Schiltz_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

12:08

Page 1

Sewerin Schiltz Rohrleitungsbau in Luxembourg Seit Jahren sind wir in Luxembourg im Bereich der Wasser-, Gas- und Fernwärmeversorgung mit dem Bau von Versorgungsnetzen beauftragt. Als motiviertes Unter-nehmen haben wir eine Angebotsstruktur entwickelt, die wir Ihnen im Folgenden vorstellen möchten.

Wir sehen uns als technischinnovatives Unternehmen im erdverlegten Rohrleitungsbau für Gas, Wasser, Fernwärme und Industrieanlagen, sowie Sanierung und Haustechnik.

Rohrleitungsbau Gas • Bau und Unterhaltung von Gasleitungen aus Stahl und HDPE aller Drücke und Nennweiten • Korrosionsschutz von metallischen Leitungen • Vorbereitung von Druckerhöhung im Rohrnetz • Sanierung von Rohrnetzen und Hausanschlussleitungen • Durchführung von Dichtheitsproben • Überwachung von Gasrohrnetzen • Feststellen und Beurteilung von Gasverlusten • Leckortung an Gasversorgungsanlagen • Störungsbeseitigung

Rohrleitungsbau Wasser • Bau und Unterhaltung von Wasserleitungen aus Stahl und Gussrohren aller Drücke und Nennweiten • Bau und Unterhaltung von HDPE und PVC bis da=600 mm • Sanierung von Rohrnetzbereichen • Sanierung von Hausanschlussleitungen • Überwachung von Trinkwassernetzen • Feststellen und Beurteilen von Wasserverlusten • Leckortung an Wasserversorgungsleitungen • Störungsbeseitigung 54


p.54-55_Sewerin Schiltz_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

12:08

Page 2

Rohrleitungsbau Fernwärme

Hausinstallation

• Bau und Unterhaltung von Fernwärmeleitungen aus Stahl aller Nennweiten • Sanierung von Rohrnetzbereichen • Sanierung von Hausanschlussleitungen • Überwachung von Fernwärmenetzen • Feststellung und Beurteilung von Wasserverlusten • Leckortung an Fernwärmeanlagen • Störungsbeseitigung • Pflege- und Winterdienst im Fernwärmenetz

• Turnusmäßige Überwachung • Dichtheitskontrolle der Hausinstallation • Filter- und Zählereinbau im Gebäude • Verlustmessungen • Lecksuche • systematische Zählerwechsel • Verbrauchsablesungen • Verbrauchsabrechungen Für unsere Industriekunden bieten wir Komplettlösungen beim Bau innerbetrieblicher Anlagen, sowie technische Lösungskonzepte

.

Sewerin Schiltz S.à r.l. 300, Val Sainte-Croix • L-1370 Luxembourg Tél.: 00352 447670 • Fax: 00352 446 167 E-mail: sewerin@pt.lu • www.sewerin-schiltz.lu

55


p.56-59_Walferdange_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

12:14

Page 1

Commune de

Walferdange Entretien avec

Guy Arendt bourgmestre

Walferdange est une commune située à la limite du territoire de la ville de Luxembourg. En pleine vallée de l'Alzette, elle est de part et d'autre dominée par des hauteurs boisées. La commune est traversée par la route nationale 7 et la ligne de chemin de fer qui relient le Nord du pays à la capitale. Walferdange compte environ 7.500 habitants dont plus de 48% d'étrangers venant de 82 nationalités différentes. Guy Arendt, avocat à la cour, occupe la fonction de bourgmestre de Walferdange depuis janvier 2003. Il a accepté de nous recevoir pour nous parler des projets en cours dans sa commune. 56

Echo: Où en êtes-vous dans l'élaboration de votre PAG?

Echo: Disposez-vous de suffisamment d'infrastructures scolaires?

Guy Arendt: Il vient d'être approuvé et c'est un grand soulagement. Nous sommes l'une des premières communes à avoir finalisé notre PAG et c'est un grand travail qui s'est ainsi achevé.

Guy Arendt: Nous terminons les travaux d'agrandissement du bâtiment de l'école de Walferdange. Il s'agit d'ajouter un étage au bâtiment existant. Nous avons construit des piliers autour de l'école pour y faire reposer


p.56-59_Walferdange_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

l'étage supplémentaire. Cet étage comprendra une maison relais pour plus ou moins 150 jeunes avec restauration sur place. En tout, nous avons environ 550 élèves pour une capacité de 400 places en maison relais. En principe, cela devrait être suffisant pour répondre à nos besoins dans les années à venir.

12:14

Page 2

Echo: Avez-vous d'autres projets? Guy Arendt: Nous allons rénover l'intérieur de l'église. Nous avons découvert d'anciennes peintures sous la couche de peinture actuelle et nous allons les remettre à jour. Tout ceci sera réalisé sous la direction de l'administration des Sites et Monuments. Les travaux démarreront fin octobre et devraient s'achever d'ici fin avril.

Echo: Où en sont les travaux d'extension de la piscine? Guy Arendt: Tout sera terminé fin novembre. Nous avons posé trois niveaux sur les deux niveaux existants et avons en même temps mis en conformité la structure existante. Le fitness, qui était à l'écart, sera dorénavant sur un étage illuminé et ouvert sur la nature. Un domaine Wellness a été créé et un niveau a été consacré aux massages avec une suite spa.

Le dernier étage comprend une aire de repos et un espace dédié aux soins esthétiques, ainsi qu'un bassin d'eau salée avec musicothérapie et luminothérapie.

Echo: Dans quel état sont vos finances communales? Guy Arendt: On ne sait pas encore quelle sera la dotation de l'Etat l'an prochain, mais avec les travaux actuels et les acquisitions d'immeubles qui nous ont paru indispensables pour le futur, nos .../ 57


p.56-59_Walferdange_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

12:14

Page 3

/... finances sont bien entamées. Notre endettement reste cependant raisonnable, d'autant que toutes nos infrastructures sont neuves.

Nous avons aussi acheté un immeuble pour y transférer le service technique, ainsi que 2 immeubles, dont l'un attenant au cimetière, qui pourra à moyen terme être agrandi.

Echo: Quels sont les derniers investissements qui ont été réalisés?

Nous avons enfin acheté deux bâtiments qui nous permettront de rendre plus sûr un croisement et nous étudions la possibilité de construire éventuellement des logements sociaux.

Guy Arendt: Nous avons construit 3 écoles les 10 dernières années.

58

Echo: Que diriez-vous de la qualité de vie dans votre commune? Guy Arendt: Elle est excellente. Nous avons plus ou moins 7.500 habitants et nous sommes très bien situés, juste à côté de la Ville. Le seul problème que nous ayons est la circulation. A ce propos, une étude est en cours pour contourner le passage à niveau en direction de Helmsange.


p.56-59_Walferdange_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

Echo: Quelques mots pour conclure? Guy Arendt: Nous sommes fort actifs au niveau de la convention de l'Alzette qui regroupe les communes de Walferdange, Steinsel, Lorentzweiler, Lintgen et Mersch.

Cette convention expirera à la fin de l'année, mais nous sommes

12:15

Page 4

en dialogue avec le Ministère pour la renouveler car le dialogue a été très constructif. Réaliser des synergies permet de mener à bien des projets dont nous ne viendrions pas à bout tout seuls. Nous avons aussi un projet commun avec Steinsel. Nous disposons d'une surface commune de

plus ou moins 60 hectares et nous aimerions lancer une consultation rémunérée pour l'aménagement de ce territoire. A l'heure où les finances des communes se font moins abondantes, le fait de dialoguer avec les autres, de trouver des synergies, revêt une importance de plus en plus grande

.

Administration communale de Walferdange B.P. 1 L-7201 WALFERDANGE Tél.: 33 01 44-1 Fax: 33 30 60 Email: secretariat@walfer.lu www.walfer.lu 59


p.66-71_WPS_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

17:11

Page 3

Le spécialiste luxembourgeois de la technique du bâtiment et des énergies alternatives L'histoire de W.P.S. au Luxembourg commence en 1990. Cette succursale de la société Heinrich Nickel de Betzdorf s'est développée de telle sorte qu'en 1996, une entité luxembourgeoise indépendante a été créée. En 2003, la société, qui appartenait au groupe Vinci, a été rachetée par Wissmeck Dieter, Pütz Eberhard et Schmit Patrick, qui ont donné leurs initiales au nouveau nom de leur société. Le groupe qui travaille comme entreprise générale technique, est ainsi devenue familial et passé de 37 personnes à sa création à 140 aujourd'hui tout en réalisant un chiffre d'affaires de plus de 20 mio. d'euros. Elle est spécialisée dans tous les domaines de la technique du bâtiment et notamment en plafonds froids, ventilation et climatisation, systèmes de chauffage, sanitaire, maintenance et entretien, énergies alternatives et cogénération. Depuis plusieurs années, la société met l'accent sur les énergies renouvelables, surtout sur les solutions sur mesure de grande échelle comme les centrales de chauffage et les installations de biométhanisation, mais se charge aussi de plus en plus de projets de particuliers. Afin de développer ses activités au delà des frontières du Luxembourg, W.P.S a créé en 2004 une entité allemande du nom de W.P.S. GmbH basée à Kirchen en Allemagne. En plus W.P.S. a racheté en 2007 l'entreprise De Roi GmbH & Co.KG de Merzig afin de renforcer et développer ses services aux particuliers. En 2008 fut créée, en coopération avec la Funk Gmbh de Merzig, au sein du groupe W.P.S. la société W.P.F. Solutions Electriques dans l'optique de compléter sa gamme de services offerts dans le domaine de la technique du bâtiment. Cette nouvelle société permettra à WPS de proposer un service global en interne à ses clients. Le développement au-delà de nos frontières et surtout dans la Grande Région fait partie intégrante de la stratégie de développement de W.P.S.. Dans cette stratégie s'inscrit également la construction d'un nouveau centre d'accueil avec exposition à Perl. Ce bâtiment lui permet de centraliser ses activités allemandes et sert à ses activités luxembourgeoises, tout en intégrant un centre d'information et de formation ainsi qu'un laboratoire climatique unique dans la Grande Région.

66

Le biogaz W.P.S. a commencé dès 2003 à développer sa filière biogaz. Après un long parcours de recherche et de collecte d'expériences W.P.S. a finalement opté pour un partenariat avec la société Johannes Hochreiter. Fort de plus de 20 ans d'expérience, Hochreiter est l'un des pionniers de la technique de la biométhanisation qui a développé toutes ses techniques et sa gamme de produits lui-même. Aujourd'hui W.P.S. combine son expérience dans le domaine de la production et distribution de chaleur au savoir-faire biologique et procédural de Hochreiter pour délivrer des produits de qualité et d'effectivité inégalée à ses clients en Belgique et au Luxembourg.

Système Le biogaz est le gaz produit par la fermentation de matières organiques animales ou végétales en l'absence d'oxygène. Ce gaz est composé essentiellement de méthane. Le processus de fermentation appelé aussi biométhanisation a lieu de façon naturelle dans les marais ou spontanément dans les décharges contenant des déchets organiques, mais on peut aussi la provoquer artificiellement dans des digesteurs qui sont des réservoirs chauffés à une température donnée dans une atmosphère anaérobe. La particularité du système Hochreiter consiste à réduire considérablement le besoin en espace et les coûts d'investissement en intégrant les deux cuves nécessaires à la production de biogaz; qui sont notamment le fermenteur où a lieu le processus biologique et le post-fermenteur ou la matière restante appelée digestat est évacuée après fermentation ; dans une seule construction, la double-cuve brevetée Hochreiter. Les possibilités de valorisation du biogaz et de ses sousproduits sont innombrables. En premier lieu le but d'une telle


p.66-71_WPS_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

17:11

installation est soit le chauffage, soit la production d'électricité qui peut être revendue au propriétaire de réseau. Mais en plus de ces 2 produits principaux une telle installation peut apporter beaucoup plus. Le digestat, produit ressortant de l'installation après le processus est un excellent engrais désodorisé qui peut être épandu sur les champs ou revendu après séchage dans un

Page 4

séchoir. D'ailleurs les séchoirs de bois, de céréales ou autres se livrent particulièrement bien à la combinaison avec des installations de biométhanisation qui délivrent d'importantes quantités de chaleur. L'entretien d'une installation de biométhanisation revient à 1% des coûts d'investissement par an ce qui permet dans la situation

actuelle de rentabiliser une telle installation dans une période de 7 à 10 ans selon la taille et son degré d'utilisation. A l'heure actuelle deux projets de biométhanisation l'une en Belgique et l'autre à Wandhaff sont en train de se réaliser pendant que plusieurs projets et demandes en Belgique sont en cours d'être traités.

.../

67


p.66-71_WPS_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

17:11

Page 5

Les centrales à copeaux de bois W.P.S. dispose d'une grande expérience dans la conception et la réalisation de chaudières à bois. Une centrale d'énergie à copeaux de bois vient d'être réalisée et est en train d'être élargie pour le compte de la ferme Weis, agriculteur à Colbach-Bas en coopération avec la Croix-Rouge qui est le preneur principal de la chaleur produite. W.P.S. a réalisé dans cet ensemble qui comprend aussi une installation de biométhanisation les composantes suivantes:

68

- une chaudière à copeaux de bois de marque FRÖLING avec une puissance de 350 kW qui est alimentée par des copeaux provenant des forêts communales et privées des alentours - une chaudière à gaz avec un bruleur mixte mazout/gaz (biogaz) qui sert de torchère et de chaudière de secours de même que la périphérique des salles moteurs comprenant les refroidisseurs de secours, l'installation de lavage et de déshumidification du gaz

- la station de pompage, le collecteur de distribution de chaleur ainsi que le réseau de chaleur et la sous-station pour la CroixRouge Ainsi la centrale a déjà fourni plus de 700 MWh de chaleur à son client pendant qu'elle se trouvait encore en construction depuis février 2009. En plus de ce bâtiment sont encore alimentés plusieurs maisons familiales qui dans la même période ont été preneurs de plus de 300 Mwh. Il est prévu d'élargir le réseau de chaleur en place et d'y raccorder


p.66-71_WPS_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

17:11

Page 6

l'église du village ainsi que plusieurs maisons unifamiliales et des appartements.

Une chaudière Viessmann de 1200kW a été installée comme chaufferie d'appoint et d'urgence.

Un autre projet exemplaire du savoir-faire de W.P.S. est la centrale d'énergie réalisé à Dommeldange:

L'installation de copeaux de bois est alimentée par une vis sans fin, elle-même approvisionnée par un fond poussoir qui a été construit souterrain de façon à permettre aux agriculteurs de décharger aisément leurs basculeurs.

Elle est composée d'une chaudière à copeaux de bois Fröling Lanbdamat 750kW dont la société a assuré la conception et le montage, non seulement de la chaudière mais aussi des réservoirs de stockage de matière première sous-terraines et accessibles par l'extérieur.

La chaleur générée est utilisée pour le chauffage des bâtiments de l'école primaire et du «Uelzecht Lycée», y compris la piscine intégrée dans le

complexe scolaire ainsi que plusieurs logements. La consommation de bois est de 60 à 80m3 par semaine. Le réservoir est rempli une fois par semaine. Les cendres récupérées sur la chambre de combustion sont reprises par les agriculteurs et épandus sur les champs comme engrais. Les cendres récupérées sur les gaz de fumées sont éliminés séparément.

.../

69


p.66-71_WPS_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

17:12

Page 7

Les pompes à chaleur - Cactus Bascharage Soucieux de préserver l'environnement, Cactus Bascharage a décidé d'installer un système de pompe à chaleur de type air-air de 450 kW.

Description du système: La pompe à chaleur de marque Climaveneta installée en coopération avec une société luxembourgeoise spécialisée est déposée en module container sur le toit du bâtiment ce qui permet un montage rapide et simple. Le concept de l'installation est le résultat d'une étroite collabo-

70

ration et d'un bon dialogue à tous les niveaux entre le client et W.P.S. Une fois la pompe installée, le réseau de distribution et la régulation ont été mis en place par W.P.S . La pompe à chaleur est utilisée pour la production d'eau chaude et le chauffage. La chaleur générée par la

pompe est collectée dans un réservoir de 60m3 commun à tous les producteurs de chaleur et puis redistribuée vers les différents consommateurs. Cette méthode permet de réduire considérablement la consommation d'énergie primaire. L'installation est complétée par une chaudière combinée Viessmann (fioul et gaz) de 895 kW et par 2 chauffe-eau de 44kW chacun.


p.66-71_WPS_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

17:12

Page 8

Les énergies renouvelables pour les particuliers W.P.S. met également son expérience en matière d'énergies renouvelables au service des clients particuliers. W.P.S. est spécialisé en: • pompes à chaleur

le réservoir de stockage réalisé par le client. La régulation est assurée par une unité centrale Buderus. Afin de ne pas gêner l'esthétique du bâtiment principal les panneaux solaires ont été mis en place sur la gloriette et un réseau de chaleur de 30 mètres a été réalisé.

Bien sûr, W.P.S. ne s'est non seulement occupée de la planification et de la réalisation des travaux, mais également de toutes démarches administratives permettant au client de profiter des mécanismes de soutien et de subvention en place.

• chaudières bois et pellets • chaudières à condensation fioul et gaz • panneaux solaires • panneaux photovoltaïques Exemple concret: Maison unifamiliale de 260 m2 avec génération d'eau chaude et appoint de chauffage W.P.S. a planifié et installé pour son client une chaudière à pellets de marque Hargassner, des panneaux solaires thermiques de marque Buderus et toute la périphérie sauf

WPS-Gruppe “Technique pour l'avenir” 35-37, rue Verte L-2667 Cessange Tél.: (+352) 40 87 93/94 E-mail: info(at)wps-gruppe.eu www.wps-gruppe.eu

71


p.76-79_Schuttrange_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

17:29

Page 1

Commune de

Schuttrange Entretien avec

Claude Marson bourgmestre

La Commune de Schuttrange regroupe les localités de Schuttrange, Uebersyren, Munsbach, Schrassig et Neuhaeusgen. Elle compte actuellement près de 3500 habitants. A deux pas de l'aéroport, à quelques minutes de la capitale, elle offre à ses habitants la qualité de vie d'un village juste à côté de tous les avantages de la Ville. Rencontre avec Claude Marson, bourgmestre de Schuttrange.

Echo: Quels sont vos grands projets? Claude Marson: Notre plus grand projet est la construction d'un hall des sports, dont le devis a été voté en mai. Il sera situé juste à côté de notre complexe scolaire. Il comprendra des gra-

76

dins, une buvette, des vestiaires..., il pourra accueillir 300 visiteurs pour des compétitions d'envergure nationale. Il aura un parking souterrain et sera accessible aux personnes à mobilité réduite. Notre salle polyvalente, qui sert aujourd'hui de hall des sports, pourra ainsi retrouver sa fonction initiale.

Echo: Avez-vous signé le pacte logement?

Claude Marson: Nous avons signé le pacte logement. Nous avons des lotissements en cours et nous constatons que les constructions reprennent. Notre commune compte aujourd'hui un peu moins de 3.500 habitants et le pacte logement prévoit une croissance de 15% sur 10 ans, ce qui correspond à une évolution naturelle et raisonnable.


p.76-79_Schuttrange_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

Echo: Disposez-vous de suffisamment d'infrastructures scolaires? Claude Marson: Nous avons tout ce qu'il faut à ce niveau. Notre nouveau centre scolaire comprenant une maison relais est opérationnel depuis octobre 2009. Notre crèche, quant à elle, fonctionne depuis janvier 2010. Elle comprend une cuisine dans laquelle nous préparons sur place les

17:29

Page 2

repas des enfants. C'est une entreprise externe qui prépare les repas selon nos critères, avec un nombre défini de calories et au moins 30% d'aliments biologiques. Si notre structure peut accueillir jusqu'à 180 enfants, nous en comptons pour l'instant un maximum de 110 le mercredi. Nous sommes donc parés pour les années à venir.

Comme l'ensemble des nouvelles constructions communales, notre école est un bâtiment à basse énergie. Il est équipé de capteurs solaires pour la production d'eau chaude et d'un chauffage à copeaux de bois.

Echo: Schuttrange est une petite commune mais vous avez une offre culturelle plutôt riche... Claude Marson: Nous disposons d'un bâtiment multifonctionnel dans lequel nous avons commencé à développer une offre culturelle avec notamment toute une série de concerts. Nous organisons régulièrement des activités comme des petits concerts, des lectures, etc. Au rez-de-chaussée de ce bâtiment nous avons une belle bibliothèque qui devrait dans les mois à venir étendre son activité, voir s'ouvrir au public.

Echo: Avez-vous des projets relatifs aux infrastructures souterraines? .../ 77


p.76-79_Schuttrange_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

17:30

Page 3

/... Claude Marson: Nous terminons 3 rues cette année et le gaz sera disponible dans toute la commune.

Echo: Quel est l'état de santé de vos finances communales? Claude Marson: Nous essayons de gérer nos finances en bon père de famille. Nous ne voulons pas contracter trop de crédits afin de garder une certaine marge de manœuvre. Nous avons des infrastructures neuves, suffisantes, mais assez raisonnables d'un point de vue financier. Nous n'avons jamais été une commune riche et avons toujours eu l'habitude de faire des moyens limités. Nous avons par exemple mis notre projet de construction d'une nouvelle mairie en stand bye en attendant d'avoir une meilleure visibilité financière.

Echo: Quelques mots pour conclure? Claude Marson: Nous avons la chance, à Schuttrange, de bénéficier d'une excellente situation, à deux pas de la capitale, tout près de l'aéroport, et d'être extrêmement bien desservis par les transports en commun. Notre commune cumule en fait les avantages d'un village à proximité immédiate de la Ville. Avec

78


p.76-79_Schuttrange_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

17:30

Page 4

une vie culturelle et associative relativement riche par rapport à notre taille, je dirais que nous avons la chance d'être dans une commune où il fait vraiment bon vivre

.

Administration communale de Schuttrange 2, place de l'Eglise L-5367 Schuttrange Tél.: 350113-1 Fax: 359949 www.schuttrange.lu 79


p.88-91_Ettelbruck_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

17:59

Page 1

Commune d'Ettelbruck Entretien avec

Jean-Paul Schaaf député maire La ville d'Ettelbruck compte 7.885 habitants. En plus d'être un centre commercial, hospitalier et scolaire, c'est aussi un centre touristique avec sa zone piétonne attrayante, ses hôtels de qualité, ses restaurants, son terrain de camping, son auberge de jeunesse, des promenades locales et régionales etc. Ettelbruck est aussi connue en et hors de nos frontières pour ses diverses manifestations culturelles et sportives organisées tout au long de l'année. Son bourgmestre, Jean-Paul Schaaf, est inscrit sur les listes du CSV. Marié et père de 3 enfants âgés de 10 à 15 ans, il a exercé le métier d'assistant social jusqu'au moment où il a été nommé à la Chambre des Députés.

88

Echo: Quels sont les grands projets en cours à Ettelbruck? Jean-Paul Schaaf: Outre des projets d'infrastructures souterraines en cours, comme la pose du réseau de gaz dans certains quartiers, notre projet le plus visible est sans aucun doute la rénovation du hall Deich. Il s'agit du plus grand hall fonctionnel du Nord. En ce moment, ce sont les travaux de chauffage-ventilation qui sont en cours. Il s'agit d'un véritable joyau architectural. D'une capacité de 3.000 personnes debout, il servira aussi bien à des concerts, qu'à des expositions ou des congrès. Ce sera l'espace idéal tant pour les sociétés locales que pour la foire agricole. Les travaux seront achevés en mars 2011. Au niveau des infrastructures sportives, nous allons rénover et agrandir les vestiaires du stade du Deisch. Le coût brut de ce projet est estimé à 1,3 millions d'euros.

Echo: La mairie est aussi en plein chantier...

Jean-Paul Schaaf: Le chantier de la mairie sera terminé d'ici la fin de l'année. Les travaux consistent à relier deux bâtiments administratifs. A l'heure actuelle, nous avons 4 entrées et chaque bureau a des escaliers. Après les travaux, nous aurons une entrée centrale avec une réception qui accueillera et guidera les gens et un ascenseur qui rendra chaque bureau accessible de plainpied. C'est un chantier très compliqué car nous avons un bâtiment de


p.88-91_Ettelbruck_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

1760 et l'autre de 1907 avec chacun des niveaux différents, rien de parallèle. Cela a été un véritable défi qui a été relevé par l'architecte Henri Jonas d'Ettelbruck. Ce chantier est réalisé en collaboration avec les Sites et Monuments. Suite à leur intervention, le projet fut conçu avec toute la sensibilité requise. Nous avons dû apporter des changements, comme le fait de refaire la façade

17:59

Page 2

en blanc comme à l'origine. Ces travaux de jonction sont très importants car ils permettront d'améliorer notablement les services aux citoyens. Un guichet unique sera mis en place pour les services rapides et le bâtiment sera accessible aux personnes à mobilité réduite.

Jean-Paul Schaaf: Nous avons signé le pacte logement. Nous avons d'ailleurs plusieurs projets de PAP en cours, dont l'un est déjà réalisé. 80 logements seront ainsi construits à Warken.

Echo: Avez-vous signé le pacte logement?

Jean-Paul Schaaf: Notre PAG actuel date de 2004. Il est encore d'actualité même s'il manque le concept de mobilité. Comme nous sommes engagés dans le projet Nordstad, nous avons décidé de faire un projet commun et de l'intégrer dans le PAG. Nous collaborons pour cela avec le Ministère de l'Intérieur et le Ministère des Transports. Cela doit nous apporter des réponses sur l'aménagement de l'axe Diekirch Ettelbruck, tant au niveau routier que ferroviaire.

Echo: Où en êtes-vous dans l'élaboration de votre PAG?

Echo: D'autant que le projet d'aménagement de la gare d'Ettelbruck vient d'être présenté au niveau national...

.../ 89


p.88-91_Ettelbruck_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

/... Jean-Paul Schaaf: C'est dans le cadre de la Semaine de la Mobilité que les ministres Claude Wiseler et Marco Schank, le Verkéiersverbond, les Ponts et Chaussées et les CFL ont présenté le projet d'aménagement de la Gare d'Ettelbruck. Le bipôle urbain de la Nordstad, situé entre Ettelbruck et Diekirch, constitue un des deux centres de développement et d'attraction d'ordre moyen du Grand-Duché, tel qu'énoncé par le programme directeur de l'aménagement du territoire. Le groupe de travail «Mobilité Nordstad», cons-titué en septembre 2008 et regroupant sous la présidence du Département des transports tous les acteurs concernés, affina les réflexions et décisions antérieures portant sur le pôle d'échanges multimodal de la gare d'Ettelbruck et en particulier la revalorisation urbaine du quartier de la gare. L'élaboration du projet présenté a pu progresser de façon intégrative, le

90

18:00

Page 3

programme de l'étude ainsi que les résultats en furent approuvés par les ministres responsables ainsi que par le groupe de travail «Mobilité Nordstad» afférent. Le projet proprement-dit comporte pour les besoins des Ponts et Chaussées un module «voirie», avec notamment la construction d'une nouvelle gare routière devant l'actuel terrain «Verband», ainsi que le réamé-nagement des rues du quartier. Actuellement, les coûts de réalisation des projets routiers sont estimés très grossièrement à quelques 25 Millions d'Euros. En ce qui concerne les CFL en tant que gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire, le présent projet reprend le module du réaménagement complet des alentours de la gare, avec la construction d'un parking P&R ainsi que la mise en œuvre d'un deuxième passage souterrain desservant les quais de la gare. Un

second volet, qui pourra déjà être entamé en phase préliminaire, porte sur le réaménagement et la mise en conformité pour personnes à mobilité réduite des quais à voyageurs et du souterrain existant. Leur exécution devra se faire dans le respect des interactions avec le projet d'ensemble. La reconstruction du bâtiment-voyageurs de la gare constitue un troisième élément, nécessaire à la réalisation de l'ensemble. Le bâtiment actuel, en piètre état, se trouve sur le tracé du tunnel à réaliser en tranchée couverte, et sera remplacé par un nouveau bâtiment, qui servira encore mieux les besoins des CFL et des clients des transports publics. La dépense prévisible pour le fonds du rail est de l’ordre de 30 millions d’euros.

Echo: Avez-vous suffisamment d'infrastructures scolaires?


p.88-91_Ettelbruck_Echo n°4-2010.qxd

3/11/10

18:00

Page 4

mais ce sont principalement Diekirch et Ettelbruck qui la financent. Cette année, le conservatoire nous a couté 1,2 millions d'euros. Le Centre des Arts Pluriels est également un projet d'envergure régionale largement financé par notre commune. Cela dit, nous gérons nos finances en bon père de famille et notre situation est saine.

Echo: Quelques mots pour conclure?

Jean-Paul Schaaf: Nous manquons à l'heure actuelle d'un peu d'espace pour les maisons relais. Le problème n'est pas uniquement financier car il nous faudrait trouver un emplacement pour une nouvelle maison relais. Nous investissons 1,7 millions d'euros dans la piscine de Colmar Berg qui servira aux cours de natation de nos écoles. D'ici un an, cet investissement sera réalisé et nous pourrons fermer la piscine actuelle de l'école afin de la transformer en maison relais.

Echo: Quel est l'état de vos finances communales? Jean-Paul Schaaf: Elles sont juste suffisantes car nous avons des charges régionales à assumer avec un budget communal. Nous contribuons par exemple au financement de la deuxième plus grande école de musique du pays, le Conservatoire de musique de Nord Diekirch-Ettelbruck. Elle compte 1.500 élèves et sert à tous les habitants du Nord du pays

Jean-Paul Schaaf: La Nordstad est pour nous un sujet très intéressant. A force de rassembler les différents collèges échevinaux, beaucoup de projets communs verront le jour. Ainsi, nous allons créer en commun une zone d'activité de 40 hectares au Friedhaff pour 6 communes. Nous réfléchissons aussi à la création d'un centre régional d'intervention pour la protection civile et les sapeurs pompiers. Des commissions consultatives collaborent, des clubs ont fusionnés où sont en échanges intensifs, nous réaliserons un PAG intercommunal, nous avons engagé récemment un ingénieur-urbaniste chargé du management des projets Nordstad. Les choses bougent. Il est très important pour nous de dépasser l'aspect communal et d'intégrer les grands projets dans une approche régionale

.

B.P. 116 L-9002 Ettelbruck Tél.: 81 91 81-1 Fax: 81 91 81-364 Email: commune@ettelbruck.lu www.ettelbruck.lu 91


Echo Magazine Nr. 2010 - 04