Page 1

cahier de rĂŠsidence Patrick Polidano Trois mois Ă Campagne


La résidence Mutations d'office portée par la Ligue de l'enseignement des Landes se donne pour objectif

de s'inscrire dans la durée, afin de permettre aux publics d'expérimenter une démarche artistique, de découvrir le processus de création tout en prenant le temps de nouer un lien privilégié avec l'artiste. La résidence de Patrick Polidano a pris forme suite aux journées de formation Nectar.


J'utilise la lumière comme un matériau afin de travailler sur le médium qu'est la perception. En utilisant la lumière de cette façon, je veux qu'on puisse ressentir physiquement sa matérialité. JAMES TURRELL


Durant trois mois, en parallèle d'une recherche personnelle sur les sources du département, Patrick Polidano, artiste plasticien, diplômé de l'École d'Enseignement Supérieur d'Art de Bordeaux conduira les ateliers-rencontres sur la thématique de l'eau avec une classe de CP de l'école primaire de Campagne (40). Ces mêmes ateliers en interaction entre l'artiste et l'enseignante se sont poursuivis dans une salle de la bibliothèque mise à disposition par la commune et sur des sites en plein air. Lorsque nous avons rencontré la classe de l'enseignante Béatrice Roy, pour préparer la résidence, Nectar* avait déjà pris forme : un mobile « Mots dégoulinants » était suspendu dans la classe, un calligramme fait d'une pluie de mots sous un parapluie. La classe de CP et Béatrice Roy avaient, avant l'arrivée de Patrick, constitué un lexique autour de la thématique de l'eau en s'appuyant sur les « voyages-lectures » organisés chaque année par la bibliothécaire Graziella Deyris.

2

Patrick Polidano a donc construit, durant les mois d'avril, mai et juin 2013, en exploitant l'alvéole 7 de Nectar et les déplacements de miroirs de Robert Smithson, des propositions d'actions créatives pour mettre en œuvre avec un groupe d'enfants, le reflet comme démarche artistique. Cette notion étant présente dans sa pratique, il a guidé d'une part l'enseignante sur des pistes de travail en demi groupe tout en poursuivant avec l'autre groupe l'exploration de l'environnement proche comme source abondante d'inspiration, à commencer par la découverte de la fontaine de Saint Pantaléon derrière l'église du XIIIe siècle. Patrick Polidano interroge la perception de chacun, une démarche qui fait songer aux installations de Dan Graham détournant le reflet. Il transforme la petite commune de Campagne (997 habitants) en un vaste territoire d'étude dans lequel le concret et l'unique sont mêlés. En partant du reflet dans des flaques d'eau ou sur des vitres teintées de voitures, de vitrine de l'épicerie se révèlent des fragments d'architectures et de particularités végétales. Un autre regard sur son environnement familier : la place du village avec ses platanes dont les branches nouées entre elles forment un tapis végétal aérien. *Nectar : malles pédagogiques d'éveil à la curiosité transversale et artistique de la résidence Mutations d'office.


D'autres actions en plein air sur les rives du ruisseau de Batanès à la recherche d'une écriture vive en interaction directe avec la lumière, tel que des reflets et les ombres des silhouettes en négatif dans son environnement ou encore des installations végétales éphémères visitées par les familles. De même que pour les Nymphéas, Monet a procédé de l'observation vers la matière picturale, les prises de vues photographiques expérimentées par les enfants donnant à voir des strates d'air, de nuages, de pollen, d'eau nous rapprochent d'une esthétique liée à la peinture. Patrick Polidano a conduit les enfants à développer une approche pas seulement visuelle mais kinesthésique, introduisant le dessin à partir du toucher, la réactivité, la pertinence de l'observation, incluant les points de vue et la poétique de chacun. L'ensemble de ces expériences, parfois performatives individuelles et en groupe, procède d'un travail photographique. Les prises de vues ont été réalisées à l'aide d'un trépied, puis sélectionnées et retouchées numériquement par les enfants de la classe du cours préparatoire. Par une relation différente au temps, Patrick Polidano a permis une qualité dans la mise en forme par les enfants, mais aussi une affirmation de la richesse et la plasticité des alentours de l'école, en ce qu’elles déterminent un écosystème singulier. VALÉRIE CHAMPIGNY Mutations d'office


Le reflet et ses multiples déformations RENCONTRE / PRÉSENTATION / EXPÉRIENCES / VISITE

 Rencontre avec les enfants en classe pour qu’ils puissent me présenter les travaux réalisés avec l’enseignante Béatrice Roy sur la thématique de l’eau. 02   Présentation à la classe d’une série de photographies relatives aux reflets sur l’eau que j’ai réalisé avec d’autres écoles primaires. Cette partie se déroule en atelier dans la salle que la commune a mis à disposition. 03  Petite expérience dans la cour de l’école : essayer de photographier le reflet d’un enfant sur une flaque d’eau. Si cette expérience n’est pas possible, travailler sur les ombres projetées des enfants sur le bitume de la cour. Adopter certaines postures et photographier l'ombre portée sur le sol. 04  Visite de la fontaine de Saint Pantaléon derrière l’église de Campagne : raconter son histoire. 01


PORTRAIT À L'AVEUGLE / PORTRAIT AUGMENTÉ

 Travail en atelier. L’exercice consiste à mettre deux enfants face à face, l’un tient une feuille de papier sur la table tandis que l’autre à les yeux bandés. Celui qui a les yeux bandés doit dessiner le portrait de son camarade en suivant avec ses doigts les contours du visage. On obtient ainsi un portrait à l'aveugle qui peut parfois évoquer des travaux réalisés par les surréalistes ou les cubistes. 02  Retour à l’école et expérience de prises de vues avec une plaque de carton recouverte d’un film réfléchissant d'aspect inox. Sa souplesse permet de tordre le support et donc d’obtenir un reflet déformé. L’idée est que chaque enfant puisse réaliser le cliché d’un camarade dans une position particulière (sur un pied, les bras tendu au ciel…), pour obtenir un portrait photographique totalement inédit. Au final le résultat fait basculer la photographie dans un travail qui fait référence à la peinture. 01

6


OMBRES COULÉES / VOLUMES

 Prises de vues en bordure du ruisseau de Batanès se trouvant proche de l’école. Il s’agit pour les enfants de se positionner en ligne au ras de l’eau dans des postures évoquant divers animaux ou monstres afin d’obtenir l’ombre de leur corps projeté sur l’eau. Ces ombres déformées par le mouvement de l’eau révèlent la matière se trouvant au fond du ruisseau tandis que le reste de l’image appartient au reflet de la nature environnante. Ce travail photographique est effectué par groupe de trois enfants. 02  En parallèle un atelier de volume est mené dans la nature. On créé trois groupes d’enfants. Le travail consiste à récolter en proximité du ruisseau trois types de matériaux : des petits bouts de bois, des fleurs de différentes natures et des feuilles de diverses plantes sauvages. Chaque groupe devra réaliser avec sa récolte un cercle d’environ 20 cm de diamètre puis on épaissira cette forme afin qu’elle se détache visuellement de l’espace qui l’entoure. Des photographies seront prises pendant le déroulement de cette expérience. 01


OMBRES COULÉES / VOLUMES

 Nous effectuons le même travail de prises de vues que celui réalisé sur la séance précédente. Les photographies sont faites le matin et les enfants munis de bottes se positionnent non plus en ligne au bord de l’eau mais en triangle les pieds dans le ruisseau. Nous obtenons ainsi par le changement de lumière et de postures des ombres radicalement différentes. 02  Un atelier de volume est mené à l’extérieur. Trois groupes d’enfants récoltent des petits bouts de bois, des fleurs et des feuilles de plantes de sauvages. Le principe pour réaliser ce travail est un peu différent. Un enfant de chaque groupe lance une corde d’environ deux mètres devant lui qui en tombant au sol dessine une ligne. On suit chacune des lignes avec les matériaux récoltés, puis une fois que cette opération est réalisée, on enlève la corde. La fin de l’expérience consiste à élargir cette ligne et enfin à l’épaissir pour que cela devienne un volume visible dans l’environnement naturel. Des photographies prises pendant la réalisation témoignent de l’évolution de ce travail. 01

8


PORTRAITS À L'AVEUGLE / PROJECTIONS VITRIFIÉES / PORTRAITS VITRIFIÉS

 En atelier, nous reprenons le travail de portrait réalisé avec les yeux bandés. Ce dessin est décalqué puis on retourne le calque en le posant sur une feuille de papier dessin. On repasse tous les traits du visage afin de le transférer sur cette feuille de papier dessin. 02   Dans le même temps une séance de prises de vues est réalisée en extérieur. Nous essayons de capter le reflet du groupe d’enfants sur les baies vitrées du supermarché de Campagne. On essaie de mélanger les reflets des corps avec le contenu du magasin. Chaque enfant adopte une posture différente à chaque photographie. 03  Cette même expérience est menée sur la vitre verte d’un véhicule stationné à proximité. Cette fois les poses des enfants sont individuelles et nous mixons dans la même image l’intérieur de la voiture, le reflet du visage et celui d’un arbre proche. 01


PORTRAITS À L'AVEUGLE / OMBRES PORTÉES / PORTRAITS VITRIFIÉES

 Le groupe d’enfants qui a travaillé en photo avec moi réalise en atelier les transfert des visages sur du papier à dessin. 02  Nous tentons cette fois-ci des prises de vues d’ombres du groupe d’enfants qui adopte des positions de diverses natures. Cette expérience est réalisée sur la place de l’église de Campagne. On renouvelle la même expérience en mélangeant les ombres des corps avec celle des arbres environnants. 03  On réalise aussi avec ce groupe d’enfants les prises de vues sur la vitre verte d’une voiture stationnée sur la place. À nouveau, on tente de mixer le contenu du véhicule avec le reflet d’un visage et du feuillage d’un arbre proche. 01

10


PORTRAITS À L'AVEUGLE / PORTRAITS AUGMENTÉS

 En atelier, la moitié de la classe réalise la coloration des visages effectués avec les yeux bandés. Chaque forme de ce visage délimité par un trait noir sera coloré avec une couleur différente. On utilise des pastels à la cire qui permettent de réaliser des aplats de couleurs faisant disparaître le blanc du papier. 02  L’autre groupe réalise à la fontaine de Saint Pantaléon des photographies de reflets sur la feuille de carton inox. On commence à effectuer des reflets à deux, puis à trois en essayant de mélanger les reflets des corps à l’environnement proche. On inverse les groupes en expérimentant sur divers lieux. On change de lieux, après la fontaine de Saint Pantaléon, on expérimente le dispositif dans un lotissement de maisons récentes. 01

VISUALISATION / CARTOGRAPHIES / PHRASES DÉGOULINANTES

 Vidéo-projection en classe de l’ensemble du projet réalisé et discussion avec les enfants sur le choix des images qui seront imprimées. 02  Travail par groupe de trois enfants à la retouche des images choisies dans « les portraits coulés » avec un logiciel photo. L'intention est de transformer la photographie en sorte de cartographie imaginaire. 03  En parallèle, un atelier sur « les phrases dégoulinantes » sera mené en classe. L’opération consiste à geler dans un glaçon coloré avec de l’encre une phrase écrite par chaque enfant. Cette phrase devra avoir un rapport avec le thème de l’eau. Une fois que le glaçon est fait, on doit le laisser fondre sur une feuille de papier aquarelle. Lorsque la couleur sera sèche, on pourra accentuer certains contours avec un crayon à papier. 01


CARTOGRAPHIES / PHRASES DÉGOULINANTES

Travail par groupes de trois enfants à la retouche des images choisies avec un logiciel photo. 02 En parallèle, un atelier sur « les phrases dégoulinantes » sera mené en classe. L’opération consiste à geler dans un glaçon coloré avec de l’encre une phrase écrite par chaque enfant. Cette phrase devra avoir un rapport avec le thème de l’eau. Une fois que le glaçon est fait, on doit le laisser fondre sur une feuille de papier aquarelle puis le pousser avec le doigt pour dessiner. Lorsque la couleur sera sèche, on pourra accentuer les contours avec des pastels à la cire correspondants à la couleur laissée par la fonte du glaçon. 01

12


Ce projet s’est construit sur le travail qui a été effectué en classe sur la thématique de l’eau. Je propose plusieurs ateliers où il est question du reflet et de l’infinité des déformations produites sur ce qui est réfléchi. Dans un premier temps, les enfants aborderont des notions de cadrage afin de capturer l’image de leur ombre ou de leur reflet sur l’eau et sur diverses matières réfléchissantes. Pour cela, plusieurs possibilités sont envisagées : photographier son ombre sur le bitume de la cour, sur une flaque d’eau, sur une feuille d’inox, sur une carrosserie, sur un cours d’eau et sur tout support ayant les caractéristiques propres au miroir. Nous aborderons aussi des notions de déformations par le dessin et le volume en réalisant diverses expériences sur le terrain et en atelier. Dans un deuxième temps, nous utiliserons un logiciel de retouches photographiques pour transformer les images obtenues en dessins ou en peintures. Encore une fois, des questions de choix, comme celui des couleurs à juxtaposer permettront à la classe de produire des séries d’expérimentations colorimétriques. Cette action qui s’inscrit dans la durée a pour but de sensibiliser les enfants à observer des détails auxquels on attache généralement peu d’importance. Le reflet est un phénomène optique furtif, difficile à capter car la lumière nécessaire à son apparition n’est pas stable. C’est donc un élément qui se réfère au mouvement par la multitude d’aspects de l’environnement qu’il nous offre à voir au gré des saisons. En cours de projet, les enfants seront amenés à se questionner sur les choix esthétiques à faire afin de penser la production en termes d’exposition. Dans ce but, une attention particulière sera accordée à la finalisation des travaux pour que chacun puisse montrer ses expériences. PATRICK POLIDANO


OMBRE PORTÉE – 23/04/13


PORTRAITS AUGMENTÉS – 09/04/13


OMBRES COULÉES – 16/04/13


PORTRAITS VITRIFIÉES – 22/04/13


OMBRES COULÉE – 15/04/13


CARTOGRAPHIES – 03/06/13


VOLUMES – 16/04/13


Salma

Gwénaël


Cyllia

PORTRAITS À L'AVEUGLE – 13/05/13

Djena


PORTRAITS À L'AVEUGLE – 13/05/13


Mutations d'office remercie tous les acteurs de la résidence de Patrick Polidano sur la commune, dans l'école mais surtout à la redécouverte de son environnement (ruisseaux, fontaines, architecture...) :

à Monsieur le Maire, Frédéric Carrere, pour la mise à disposition de la salle de création et pour ses informations sur l'histoire de la commune,

aux enfants de la classe de CP de l'école de Campagne : Clara Barrouillet, Maxime Carrere, Mattew Cepeda, Anaël Cuq, Timothé Ducrocq, Naïa Dufau, Yassine El Ghayat, Djena Erizabal, Joana Etchevaria, Péio Francisco, Léa Galbert-Sabia, Bryton Gaudot, Paolo Giacoïa, Romane Le Pon, Gwénaël Leriche, Salma Martinez, Cléa Miller, Cyllia Morin, Ema Munoz, Matthew Passe, Yanis Persillon, Julia Pinto, Luc Vermote,

aux propriétaires des véhicules aux vitres teintées et aux commerçants de l'épicerie qui se sont prétés aux jeux photographiques,

à Isabelle Fontellini, directrice de l'école primaire pour son soutien à NECTAR. à Béatrice Roy, enseignante pour son dynamisme et son inventivité, son aide à la mise en place de la résidence, à Jany Pouysegur, pour sa contribution à la mise en place de la résidence, à Graziella Deyris, pour ses voyages-lecture et l'accueil de la résidence dans la bibliothèque locale,

aux parents et grands parents d'élèves qui s'enquièrent de la santé des oeuvres éphémères,

à Brigitte Olivier pour la qualité de son accueil durant la durée de la résidence, à Guy Gaujacq, pour son soutien à la mise en place de la première résidence Mutations d'office en milieu rural, après son aide depuis 2008 sur un quartier sensible, à Michel Comet, Philippe Vincent et Danielle Monge, pour leur vif soutien à l'égard du développement de NECTAR, et à Patrick Polidano, pour sa présence active sur la commune de Campagne, pour avoir enrichi NECTAR de propositions artistiques qui ont permis de repousser les limites géographiques des échanges.


NECTAR Malles pédagogiques d'éveil à la curiosité transversale et artistique de la résidence Mutations d'office. Il s'agit également d'offrir d'autres formes d'apprentissage, en stimulant l'intelligence sensible des élèves, leur imagination et leur créativité inspirée par leur environnement quotidien. Ces projets sont élaborés en concertation avec les équipes enseignantes, afin de définir ensemble les objectifs pédagogiques et créer un cadre de travail et d'échanges approprié pour les artistes et les élèves. Les formations sont proposées aux enseignants et aux bibliothécaires par la résidence au Centre Départemental de Documentation Pédagogique et par la Médiathèque Départementale des Landes.

Partenaires locaux

Partenaires financiers

Mairie de Campagne Ecole primaire de Campagne Bibliothèque locale. CDDP MDL

Conseil régional d’Aquitaine Conseil général des Landes DRAC

Achevé d’imprimer chez Graphit’s imprimeur (France) Dépot légal juillet 2013 Éditions Mutations d’office isbn 978-2-918969-07-5 Collection cahier de résidence issn 2111-7225 © Mutations d’office - Patrick Polidano design la/projects

RÉSIDENCE D’ARTISTES LIGUE DE L’ENSEIGNEMENT DES LANDES VALÉRIE CHAMPIGNY MÉDIATRICE CULTURELLE 122 RUE DU GÉNÉRAL DE LOBIT 40000 MONT DE MARSAN CONTACT 06 48 18 94 21 V.CHAMPIGNY@MUTATIONSDOFFICE.NET WWW.MUTATIONSDOFFICE.NET


Prix de vente 5 €

Cahier de résidence _ Patrick Polidano  

Trois mois à Campagne (40)

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you