Page 1

cahier de rĂŠsidence StĂŠphane Brahem Six mois avec les habitants


« Le bricoleur est apte à exécuter un grand nombre de tâches diversifiées. Mais, à la différence de l’ingénieur, il ne subordonne pas chacune d’elles à l’obtention de matières premières et d’outils, conçus et procurés à la mesure de son projet : Son univers instrumental est clos, et la règle de son enjeu est de toujours s’arranger avec les “moyens du bord”, c’est-à-dire un ensemble à chaque instant fini d’outils et de matériaux, hétéroclites au surplus, parce que la composition de l’ensemble n’est pas en rapport avec le projet du moment, ni d’ailleurs avec aucun projet particulier, mais est le résultat contingent de toutes les occasions qui se sont présentées de renouveler ou d’enrichir le stock, ou de l’entretenir avec les résidus de constructions et de destructions antérieures. » Claude Levi-Strauss, La pensée sauvage


De janvier à juin 2011, Stéphane Brahem en résidence à Mutations d’office, intervient sur la création de bibliothèques avec diverses structures et associations des quartiers du Peyrouat à Mont de Marsan et plus ponctuellement à l’aqm de La Moustey à Saint Pierre du Mont. La résidence d’artistes Mutations d’office, un projet porté par la Ligue de l’Enseignement des Landes, travaille en partenariat avec le Point info anru et ses animateurs. En 2011, Mutations d’office entre donc en résonance avec l’orientation donnée par le Point info anru : Le livre s’invite chez vous, projet coordonné par Nadia Cheddad. La proposition du plasticien de créer des bibliothèques à destination de chambres d’enfants ou de réaliser de plus grands modèles pour les structures associatives s’inscrit dans l’esprit du projet global, en lien avec la bibliothèque de quartier Le Marque-Pages. Depuis janvier, Stephane Brahem conduit au travers des temps de rencontres ou ateliers Touchons du bois!  le projet des bibliothèques par un suivi hebdomadaire avec les jeunes en milieu ouvert (uemo et insup-pjj), les personnes en insertion avec Landes-Partage, avec les habitants et familles du quartier, avec les enfants et les adolescents de l’aqm, les enfants du Point info anru, les adultes de l’Amicale Laïque Montoise.


Stéphane Brahem Six mois avec les habitants Au quotidien, Stéphane Brahem travaille sur des carnets où il collecte et interprète des images des médias, croquis sur le vif. Sur l’ensemble de ces croquis, dessins aquarellés, viennent se poser sous forme de jeux combinatoires, mots et expressions aux lettrages particuliers. Il expérimente aussi en bois des modules architecturaux. Son travail se positionne essentiellement sur le langage et les différentes formes d’appréhension du sens contenu entre le texte et l’image. Ces jeux combinatoires viennent ensuite prendre place en se déformant sur la géométrie des volumes. Ces volumes dissymétriques appelés « modules architecturaux » installés sur les murs de la résidence ont pris forme après de multiples déambulations sur le quartier. Stéphane Brahem proposera divers ateliers de graphisme et d’écriture avec les enfants du quartier et directement en lien avec sa pratique personnelle : Les phrases grimpantes ou encore D’un signe à l’autre avec la Bibliothèque de quartier, Les Mots et les choses dans le lieu de création de la résidence. Les ateliers Touchons du bois !, les plus participatifs ont concerné autant les enfants que les adolescents ou les adultes. Pour les personnes déscolarisées, en insertion ou encadrées par la Protection Judiciaire de la Jeunesse, en plus de participer collectivement à un projet artistique, l’initiation à un savoir-faire, l’apprentissage de la mesure, l’approche mathématique,

03


le langage des outils leurs ont permis de retrouver une confiance en soi. Certains jeunes se sont engagés par la suite dans des formations professionnelles. Chacune des rencontres est expérience dans l’action au cœur d’un projet conséquent comme celui des constructions des bibliothèques. Cette « expérience » revêt divers sens possibles et peut se définir comme un vécu incorporé, une connaissance acquise par la pratique, un savoir-faire, une mise à l’épreuve pour l’étudier. Et c’est aussi ce qui se vit dans le moment, dans le flux continu de la vie. L’expérience n’est pas tant celle qu’on a amassée, que celle que l’on rencontre à tout instant. C’est pourquoi, on peut dire que Stéphane Brahem a su insuffler une énergie collective et durable, travailler avec une pédagogie qui n’est pas nommée mais liée à une poétique du jeu et tout en privilégiant la rencontre. L’expérience artistique, ici, dans l’atelier du plasticien, renvoie d’une part au vécu et d’autre part à une forme sociale et culturelle. Les participant(e)s au fil des rencontres qu’ils viennent, d’Irak, du Vietnam, du sud des Landes, d’Algérie, de Pologne ou de Bosnie… lui ont tous fait part de souvenirs de bricolage et des savoir-faire en lien avec la transmission familiale. La rencontre avec l’artiste, en résidence longue (six mois), leur a permis de vivre une nouvelle aventure collective, conviviale et de s’inscrire dans un présent.

04


Stéphane Brahem a reçu les groupes dans son atelier où se mélangent au même titre, les outils de mesure, la poésie des mots, la couleur, la sciure des constructions en bois, sur le lieu de création de la résidence Mutations d’office. C’est pour lui son espace de réflexion, où à la fois les bibliothèques ont pris forme tout comme sa pratique personnelle, ses écrits, ses modules architecturaux… Les bibliothèques comme les modules architecturaux deviennent des dispositifs à la fois simples et chaotiques, mais dont le processus de lecture nous incite avec une poétique du jeu à nous impliquer dans le décryptage quotidien de notre environnement. Valérie Champigny

05


DÉCONSTRUCTION DU BÂTIMENT 12

L’appartement 14 de ce bâtiment était mis à disposition par l’Office HLM des Landes de 2008 à 2010 pour la résidence Mutations d’office.

06


La chaise qu’on a fait avec la récup des palettes, c’est comme le quartier, c’est pas parce qu’il y a des gravats qu’ils le détruisent. Ça va devenir autre chose, c’est tout. BRIAN

LA CHAISE RIETVELD

Lors de la première rencontre avec Stéphane, les jeunes lui ont fait visiter leur quartier en lui faisant part d’un manque de mobilier urbain pour se regrouper entre adolescents en dehors des cages d’escaliers. Stéphane a entendu leurs remarques et utilisé leurs besoins pour s’impliquer ensemble dans la création de chaises. Nous avons donc dans un premier temps utilisé du bois de récupération (palettes) pour la création de la chaise sur le modèle du designer Gerrit Rietveld. Le principe de récupération est le concept même de l’élaboration de la Crate chair . AVEC LA PARTICIPATION DES JEUNES EN CHANTIERS D’INSERTION DE L’INSUP ET DE BERNARD SABOURDY (FORMATEUR)

08


Les bibliothèques s’assemblent comme un squelette parce qu’on a fabriqué chaque pièce, et le bois, c’est comme le cuir ou la peau, on la cire. En plus, à la fin, elles parlent puisqu’on leur met des mots dans le ventre.  CÉCILE

BIBLIOTHÈQUES GRAND FORMAT

Sur les grandes bibliothèques à destination des associations ou les petites dessinées par Stéphane Brahem, il nous a semblé important de travailler avec un matériau vierge de tout passé fonctionnel et que l’adhésion au projet, la curiosité dans la lecture de l’objet qui se prolonge dans l’imaginaire n’a pas été parasité, ni connoté par aucune autre utilisation. Lors des déplacements du bois, ils ont, avec Stéphane, appris à prendre soin du bois, à le ranger, à ne pas cogner les angles, et bien d’autres petits gestes qui contribuent à la connaissance d’un langage ou d’un savoir-faire jusqu’à la finalisation de l’objet. Prendre soin du matériau, du quartier, de soi… Les participants s’approprient d’autant plus la finalité associée à la magie implicite du livre, avec un matériau noble jusqu’au choix des couleurs. AVEC LA PARTICIPATION DES PERSONNES EN INSERTION À LANDES-PARTAGE ET DE JOCELYNE DUCASSE (FORMATRICE). MODÈLES BIBLIOTHÈQUES CHARLOTTE PERRIAND SUR CASSINA.COM

10


On a joué avec des gros cubes pour fabriquer nos bibliothèques, mais c’est des cubes creux, c’est comme l’immeuble où j’habite. YOSRA

BIBLIOTHÈQUES POUR LES ENFANTS DU QUARTIER

La bibliothèque pour enfant dessinée par Stéphane Brahem a pris forme au fur et à mesure des rencontres entre les enfants et le plasticien. Dans ce petit groupe, les enfants ont expliqué qu’ils rangeaient les livres qu’ils empruntent sur leur caisse de jouets ou sur une table… L’idée du meuble « bibliothèque » n’avait jusqu’ici de sens dans leur esprit qu’à l’école ou à la bibliothèque de quartier. C’est ainsi que son volume a pris forme avec pour originalité ses diverses cachettes qui en font une solution de rangement innovante des livres et des jouets. Mutations d’office viendra ensuite installer les bibliothèques dans chacune des chambres d’enfants. AVEC LA PARTICIPATION DES ENFANTS DU PEYROUAT ET DE NADIA ROUANE (ANIMATRICE POINT INFO ANRU)

12


BIBLIOTHÈQUES EN CARTON

L’enthousiasme et le dynamisme des ateliers Touchons du bois ! engendrent une contamination certaine sur la création de bibliothèques avec les enfants. Une dizaine de bibliothèques prendra forme à partir de cartons d’emballages. C’est nourri de ces diverses expérimentations avec le groupe que Stéphane Brahem dessinera le modèle définitif en bois. AVEC LA PARTICIPATION DES ENFANTS DU PEYROUAT ET DE NADIA ROUANE (ANIMATRICE POINT INFO ANRU)


14


Là, on peut pas tricher ! Il a fallu accepter le regard de Stéphane et même de la caméra parfois. Mais à force on se fait vraiment confiance en faisant.  MATHIEU

ATELIERS TOUCHONS DU BOIS !

Stéphane Brahem amène les jeunes en situation de déscolarisation ou encadrés par la Protection Judiciaire de la Jeunesse à partager des repères culturels et à entrer dans les apprentissages fondamentaux, prises de mesures, mathématiques, repères, connaissance des outils, des essences de bois, accorder du soin au bois… AVEC LA PARTICIPATION DES JEUNES DE L’UEMO ET DE CLAIRE MAGAT (FORMATRICE)


Après la tempête, on a nettoyé les forêts, maintenant on transforme le bois. MÉLINDA

RENCONTRES

Avec Stéphane Brahem, le travail est minutieux et progressif, d’abord la recherche des formes dans l’espace, la création de gabarit comme pour les ébauches dessinées afin d’envisager la réalisation des chaises Crate chair à partir de ces dessins, la découverte des outils puis l’apprentissage avec ses aléas. Ici les jeunes se confrontent au matériau d’une manière plus massive avec le bloc de bois. Ces rencontres donneront lieu à la réalisation d’une bibliothèque avec les groupes d’adolescents et de pré-adolescents. AVEC LA PARTICIPATION DES ADOLESCENTS ET PRÉADOLESCENTS DE L’AQM, GÉRALDINE LABAT, GLADYS LETON (ANIMATRICES)

18


LA VILLE, CONSTRUCTION-DÉCONSTRUCTION

Aux petits des ateliers Touchons du bois !, Stéphane a proposé la construction d’une ville éphémère, métaphore des constructions et déconstructions urbaines. La ville pose ses fondations à partir de toutes les chutes de bois découpées et poncées par le groupe des adolescents... L’activité se poursuit avec des kapla sur deux séances. La ville est ici pensée comme un empilement, chacun accompagné par l’artiste y expérimente jeux d’équilibre, espaces... jusqu’à la déconstruction. L’installation donnera suite à un montage vidéo accéléré. AVEC LA PARTICIPATION DES JEUNES DE L’AQM ET DE MARC MAACHE (ANIMATEUR). MONTAGE VIDÉO DIDIER GROT

20


Les immeubles doivent tenir debout en équilibre comme nous sinon ils tombent alors nous c’est pareil.  DIMITRI


On écrit et après nos histoires s’accrochent sur les livres qu’on emprunte le mercredi. Alors nous aussi, alors on pourrait écrire des livres !  LINO

22


LES PHRASES GRIMPANTES

Stéphane Brahem a pensé un dispositif éphémère d’écriture. Il s’agit d’une installation évolutive et organique à base de rouleaux de papier qui serviront de supports pour une mise en espace du texte telle une végétation envahissant le mobilier, le sol, les murs de la bibliothèque de quartier. Les enfants des quartiers du Peyrouat et du Rond, les enfants des familles gitanes sédentarisées ont raconté, écrit en partie leur propre histoire. Il était important que leurs écrits figurent à la même place que les histoires des livres de la bibliothèque du quartier. AVEC LA PARTICIPATION DES ENFANTS DES QUARTIERS DU PEYROUAT ET DU ROND, NADIA ROUANE (ANIMATRICE POINT INFO ANRU), AVEC LA PARTICIPATION DE LA BIBLIOTHÈQUE LE MARQUE-PAGES


LES MOTS ET LES CHOSES

Stéphane Brahem a présenté ses dessins et modules aux enfants. Il a souligné l’importance du graphisme dans ses créations. Dans cet atelier, les enfants ont créé ensemble une composition utilisant le dessin, les mots… Stéphane imposera une consigne spécifique pour habiter l’espace collectif. Il s’agira de changer de place autour de la table et de poursuivre le dessin inachevé du voisin en vue de construire une relation graphique avec les autres et trouver sa manière d’habiter collectivement un espace. Stéphane Brahem prendra soin avec le groupe de nommer, dater et signer la création collective. AVEC LA PARTICIPATION DES ENFANTS DU PEYROUAT ET DE NADIA ROUANE (ANIMATRICE POINT INFO ANRU)

24


Notre ville, elle est comme un tissu avec de toutes petites mailles d’un pull. Si on fait pas attention, il risque d’y avoir des trous. MANACÉ

D‘UN SIGNE À L’AUTRE

La géométrie est présente dans le travail du bois mais aussi dans l’habitat, dans les rues du quartier ou encore dans la nature, les nervures d’une feuille ou les alvéoles des abeilles (une autre forme d’habitat)… Avec l’observation de la géométrie dans la nature, nous avions la priorité de faire confiance à notre regard sur l’observation de ce qui nous entoure. C’est une manière de faire prendre conscience aux enfants de leur singularité dans l’interprétation de l’environnement, de l’infiniment petit à l’infiniment grand. Chacun peut « peser » sur le monde, par sa sensibilité et son regard sur les choses. L’ensemble des dessins sera valorisé par un montage vidéo permettant de passer d’un dessin à l’autre par le procédé du morphing. AVEC LA PARTICIPATION DES ENFANTS DES QUARTIERS DU PEYROUAT ET DU ROND, NADIA ROUANE (ANIMATRICE POINT INFO ANRU), AVEC LA PARTICIPATION DE LA BIBLIOTHÈQUE LE MARQUE-PAGES


VISITE DU LIEU DE CRÉATION

Après une première rencontre avec une association qui s’occupe de l’insertion des nouveaux arrivants pour l’apprentissage de la langue, le groupe a accepté l’invitation de Stéphane à découvrir les bibliothèques mais aussi ses dessins, ses écrits, ses modules sur les lieux de création. Parler, écrire, c’est vivre des situations ensemble et les mémoriser. Chacun des modèles comprend des parties fermées et transparentes qui seront investies graphiquement par les apprenants dans des alphabets différents. AVEC LA PARTICIPATION DES APPRENANTS DE L’AMICALE LAÏQUE MONTOISE ET DE LYNDA CHARIF (PROFESSEUR)

26


C’est la première fois que je vois une exposition, et c’est la première fois que je participe à une exposition en même temps.  MILAD


28


ÉPILOGUE

« Après le constructivisme, on intègre le concept modulable incluant à la fois le montrer/cacher. Nous retrouvons l’homme avec le vécu de son espace affectif, preuve que le sujet et l’objet ne se disjoignent pas ! » Suzanne Tardieux, Les meubles populaires

Dans l’histoire des meubles populaires, on distingue deux catégories : les meubles qui cachent comme les buffets ou les coffres, et les meubles qui montrent ou supportent, les vaisseliers ou les bibliothèques… Il nous a semblé adapté et captivant de travailler sur ces deux notions (montrer et cacher), de les associer, de réfléchir à ce que l’on souhaite partager et donner à voir de sa propre culture. L’enjeu d’exposer ce qui est enfoui a généré des moments forts d’émotions. Le langage comme le bricolage, en désacralisant l’un et en affirmant l’autre, permettent de démonter, assembler, reconstruire ses repères culturels, tout en intégrant les données du présent, une connaissance de soi qui se conjugue avec l’existant.


Merci à Le Marque-Pages, bibliothèque du quartier du Peyrouat, Chantal Racine, directrice et les bibliothécaires Joëlle Berdoulet et Dominique Soulé.

Les familles qui sont venus avec leurs enfants pour le Mi-parcours de résidence de Stéphane Brahem du 4 mai.

Le Point info ANRU, Nadia Cheddad et Nadia Rouane, animatrices du quartier, le groupe d’enfants du quartier du Peyrouat. Yosra, Omeyma, Marion, Hugo, Mélissa, Meryem, Morgan, Mathéo, Maïla, Manacé, Séphora, Ryan, Océane, Jessy, Lydia.

Les personnes qui nous ont aidés à porter les matériaux pendant les ateliers nomades, à poncer le bois brut pour créer les bibliothèques.

Landes-partage, Christian Bodard, Jocelyne Ducasse, et les adultes en insertion qui ont participé. L’INSUP avec Bernard Sabourdy (formateur en Chantiers d’Insertion), Brian, Wassily, Morgan, Anthony, Nicolas, Cindy, Jordan, Vinotte… l’UEMO (Unité Educative en Activité de jour en partenariat avec la Protection Judiciaire de la Jeunesse) Claire Magat et les jeunes. L’AQM (Association de quartier La Moustey) avec Géraldine Labat (groupe des adolescents), Gladys Leton (groupe des préadolescents) et Marc Maache (groupe des enfants), Samuel, Dimitri, Jordy, Yasmine, Justine, Quentin, Mégane, Samia, Hichem, Nora, Solène, Orlane, Alizée, Orlane, Valentin, Kézia, Sara, Mohammed, Suzanne, Hajar, Wassila, Mouhcine, Mohammed, Enzo, Shaad, Oriana, Hind… L’ALM (Amicale Laïque Montoise), Jean-Luc Boyer, Lynda Charif et ses apprenants, Yetto Ougahi, Zenano Seib, David Camble, Milad Isak, Salam Isak, Vardowe Minassian, Grégoir Minassian, Sothera Daniel, Tombay, Sara, Samira Sbai, Ghizlane Bensbaa. Le CDI du Lycée Victor Duruy et Valérie Herbo pour son soutien aux projets culturels et éducatifs. L’école primaire du Peyrouat, Pierre baylet, directeur et Marion Barraillet, professeur des écoles. Les parents et enfants de l’école primaire du Peyrouat, de l’école primaire et maternelle de l’Argenté qui nous ont fait des visites régulières. Les habitants qui sont venus participer à la construction des bibliothèques avec Stéphane Brahem.

Thierry Godin, Marie-Hélène Sentuc, Arlette TapiauDangla, Valérie Herbo, Guy Gaujacq, Christian Ferret, (Elus au conseil d’administration de la Ligue de l’Enseignement des Landes) et Michel Comet (directeur) pour leur accompagnement précieux et durable dans la création de la résidence. Valérie Champigny pour la mise en place de la résidence Mutations d’office et son relais auprès des divers publics. L’UNICEF de Mont de Marsan, Claudine Corderand pour son soutien autour de l’expression chez les jeunes sur les quartiers sensibles. Madame le Maire de Mont de Marsan, Guillaume Duchanieck pour la mise à disposition d’un espace de création et Mona Farud conseillère à la jeunesse. Stéphane Brahem pour son implication engagée auprès des publics, pour sa générosité. Angelika et Laurent, graphistes, pour leur regard et conseils avisés. Maël, modèle. Anna, service civique à la Ligue de l’Enseignement des Landes. Didier Grot, caméraman Mutations d’office. Les personnes qui ont soutenu et encouragé au cœur du quartier notre action au quotidien. La résidence Mutations d’office remercie les personnes actives et bénévoles pour leur accompagnement régulier dans la connaissance du quartier et la rencontre avec ses habitants. La résidence Mutations d’office remercie les personnes actives et bénévoles pour leur accompagnement régulier dans la connaissance du quartier et la rencontre avec ses habitants.


Partenaires locaux UEMO (PJJ) INSUP (PJJ) Landes partage Point info ANRU Conseil de quartier AQM Le Marque-Pages, bibliothèque de quartier Amicale Laïque Montoise

Partenaires financiers Conseil régional d’Aquitaine Conseil général des Landes Mairie de Mont de Marsan DRAC FEDER

Achevé d’imprimer chez Graphit’s imprimeur (France) Dépot légal août 2011 Éditions Mutations d’office ISBN 978-2-918969-04-4 ISSN Collection cahier de résidence ISSN 2111-7225 © Mutations d’office Valérie Champigny – Stéphane Brahem design la/projects

RÉSIDENCE D’ARTISTES VALÉRIE CHAMPIGNY LIGUE DE L’ENSEIGNEMENT DES LANDES 122 RUE DU GÉNÉRAL DE LOBIT 40000 MONT DE MARSAN CONTACT 06 48 18 94 21 V.CHAMPIGNY@MUTATIONSDOFFICE.NET WWW.MUTATIONSDOFFICE.NET


Prix de vente 5 €

Cahier de résidence - Stéphane Brahem  
Cahier de résidence - Stéphane Brahem  

Six mois avec les habitants

Advertisement