Page 1


A Mulhouse, une tradition semble s’installer peu à peu en ville. Elle consiste à se retrouver nombreux dans ses rues et sur ses places, à percevoir imperceptiblement la vigueur de notre communauté, et ce, à de nombreuses occasions, avec humilité et humanité. Tout au long de l’année, ici ou là, au centre-ville ou dans sa périphérie, des espaces de fête et de rencontre se créent et se partagent. Moments grandioses, instants de convivialité, célébrations émouvantes ou manifestations festives se déclinent dans l’espace public et ponctuent notre histoire. Et puis, il y a ces arts partagés, ces aventures participatives, ces émotions collectives, ces décalages urbains ou simplement ces créations libres et ouvertes à tous, ces arts que l’on appelle couramment les arts de la rue ! Depuis plus de vingt ans désormais, le festival Scènes de rue contribue au cœur de l’été au rassemblement d’artistes, de Mulhousiens, de festivaliers et de touristes. Depuis plus de vingt ans, Mulhouse est un espace de liberté artistique, une ville ouverte aux créations du monde et contribue à faire partager ces œuvres au plus grand nombre. Au côté d’autres manifestations qui célèbrent également les arts urbains à Mulhouse, le rapprochement entre l’Art et la ville prend tout son sens lors de Scènes de rue. Mais il ne s’agit pas seulement de rhétorique ou juste d’un concept de notre temps, c’est un long chemin que nous empruntons, c’est une forme de transformation urbaine et artistique qui participe, année après année, à l’émergence d’une tradition mulhousienne. Et je peux l’affirmer clairement ici, notre ambition est de garder cette tradition intacte et de l’accompagner pour qu’elle soit toujours en résonance et en cohérence avec notre époque. Mais, le temps ici est à cette nouvelle édition pleine de surprises et d’émerveillements, de prouesses et de hauteur de vue, de témoignages et de poésie, de cette nouvelle touche apportée aux Bals de feu, de ces découvertes artistiques, de ces quais transformés, de cette ville arpentée de long en large, et même en diagonale(s) ! Je vous invite à parcourir ce nouveau programme, à concocter votre propre menu, vous êtes les bienvenus ! Bon festival à tous ! Jean Rottner Maire de Mulhouse

Pour les enfants, petits et grands !

Sourds et Malentendants

Pour tous (mais suivez les conseils…) ! 

Billetterie (Spectacle à jauge limitée : Retrait des billets sur place 30 min. avant le début du spectacle)

Pour adultes et adolescents !

00

Les arts de la rue dans leur forme actuelle ont une quarantaine d’années, ils ont traversé bien des époques, vécu bien des crises ou de flamboyantes embellies, ils se sont constamment renouvelés, ont toujours été multiples, comme dans un champ ouvert à toutes les herbes folles, à tous les arts, à tous les créateurs qui s’affranchissent des étiquettes et qui souhaitent résolument ouvrir les portes. Ce sont un peu des arts bâtards, de sang mêlés, inqualifiables bien que reconnaissables. Et qu’ils soient traditionnels ou au contraire précurseurs, ils ne trouveront jamais leur place ailleurs que dans la Rue. A l’heure où le numérique et le virtuel semblent tout emporter sur leur passage, où le flux semble prendre le pas sur le choix, où le fugace brouille à chaque instant les perceptions, force est de constater qu’il n’y a jamais eu autant de monde dans les rues pour profiter de ce qu’offre la création artistique ! Retrouver un peu d’humain, un peu d’esprit, un peu d’artisanat, un peu de poussière et de vieux poèmes, un peu d’ordinaire ou au contraire de l’extraordinaire, un peu d’imparfait et de folie ; qu’est-ce que ça fait du bien… Victor Hugo disait « la Rue est le cordon ombilical qui relie l’individu à la société ». Mais depuis peu, la rue est entravée, elle se barricade, elle s’interdit et se confisque. Et ces arts de la rue se trouvent parfois dénaturés, empêchés, comme si le fait de ne pas avoir de maison dédiée devenait leur talon d’Achille. C’est pourquoi, lorsqu’ils sont ainsi fragilisés, les arts de la rue doivent être protégés coûte que coûte, ils doivent être encouragés et vigoureusement soutenus. De cette époque où tout semble volatile, versatile, impalpable, qu’en est-il de nos belles intentions, de nos jolis discours, de nos si chers principes ? Faudraitil réaffirmer notre droit à rêver, comme on s’est battu, il y a peu, pour revendiquer nos droits culturels ? Faudrait-il défendre l’impertinence au risque de la voir trépasser ? Faudrait-il se cantonner à rêver lorsque la conscience de ce monde qui s’abîme nous rattrape à grands pas ? Convoquer le théâtre et la catharsis, la parole et les passions, ne serait-il pas le meilleur moyen de faire communauté, d’invoquer une conscience commune et de rêver tout simplement, ensemble ? Cinq jours durant, nous tenterons ainsi de prendre un peu de hauteur poétique au cœur de l’été, telle une bravade à la loi de la gravité… Frédéric Remy Directeur artistique

Se repérer, voir plan p.11

PMR

—2—


1 CirkVOST

© Clément Martin

© RGoupil

Epicycle

14 22 Les 3 points de suspension

ISLAND(S) Vendredi 14 ➞ 18h30 • Rue du Sauvage Dimanche 16 ➞ 15h • Quai des Pêcheurs Evénement de balnéo-civisme — 4h En continu Résidence et création in-situ On raconte qu’il existe, dans l’ombre de notre réalité, des forces capables d’intervenir lorsque nos imaginaires se rétrécissent. Elles sont là, à côté de nous, veillant sur nos quotidiens, prêtes à créer de nouveaux mondes dans le terreau de nos habitudes. On les appelle « Island(s) ». Les Island(s) sont des projets de détournement de réalité pouvant prendre toutes sortes de formes. Leur objectif est de transformer, d’enchanter la notion de réalité de façon pérenne ou éphémère. Ces actions s’opposent au pragmatisme, à l’individualisme et au cynisme générés par la société postmoderne, où les volontés politiques, scientifiques et médiatiques tendent vers une rationalisation du monde, engendrant un rétrécissement des imaginaires. C’est dans ce constat d’urgence que naît la nécessité de faire pousser des îlots de possibles

pour revendiquer le droit à une réalité multiple. Le réel, ce « grand millefeuille » de récits et de croyances, est retourné, bousculé, pour devenir un véritable terrain de jeu. Island(S), une croisière philosophique à vivre en maillot de bain. Issus d’univers artistiques très différents les uns des autres, les membres de la compagnie Les 3 Points de Suspension explorent ensemble les richesses du mélange des techniques, des disciplines et des influences dans l’espace urbain. Le «réel» est leur terrain de jeu, considérant celui-ci comme un ensemble de couches de croyances, de récits et de perceptions portées collectivement sur le monde. La compagnie traite de thématiques aussi diverses que la peur, les contes de fées, les relations franco-africaines, le réchauffement climatique, la métaphysique, les relations conscient/ inconscient, le «vivre ensemble». Cette année, à Mulhouse, après une courte résidence, ils présenteront cette forme hybride, frivole, ludique et légère qui navigue entre thalassothérapie de rue et détournement dadaïste… Avec Anthony Revillard, Antoine Frammery, Beauregard Anobilé, Charlie Moine, Nicolas Chapoulier, Neil Price, Piera Bellato, Servaas Benoit. Avec le soutien de la Ville de Saint-Julien-en-Genevois, FMAC (Fond Municipal d’Art Contemporain - Genève), La Fête du Théâtre (Genève), Ville de Meyrin, Ville de Pantin/Coopérative 2R2C, Le Château Rouge (Annemasse). Coproduction : Ville de Mulhouse. Avec la participation du Gang des Tricoteuses du Cœur de Mulhouse, de Laines & Co et de Tricote Thé.

—3—

Vendredi 14 ➞ 21h45 & Samedi 15 ➞ 22h30 Place de la Réunion Cirque — 1h Epicycle emmène les spectateurs dans un univers circulaire inspiré de la bande dessinée. Dans cet espace fait de deux grands cercles métalliques de 13,50 m de diamètre, un petit peuple aérien s’active et se démène. Portés par une musique électro acoustique live, douze acrobates s’affairent et actionnent les rouages, poulies et engrenages de leur immense nef, afin de lancer la machine. Les mouvements cycliques du mécanisme entrainent les habitants du cercle dans des situations diverses où l’urgence sera une issue, la chute une angoisse, l’envol une nécessité. Un musicien dans sa sphère animée rythme les images au son d’une scie, d’une guitare et autres instruments... La voltige, portée par différentes techniques aériennes devient un langage, un rituel qui permet à chaque cyclonaute d’exprimer ses émotions personnelles, participant ainsi à ce destin commun : l’Epicycle. C’est après l’envol final de la compagnie «les Arts Sauts» en septembre 2007 qu’est né le CirkVOST. Motivés par l’envie de continuer à se balancer, se rattraper et faire rêver, cinq artistes décident de poursuivre leurs expériences aériennes… «L’un ne peut se mouvoir sans l’autre», telle est la relation interactive à laquelle nul n’échappe chez CirkVOST. Une Version Originale bien évidemment Sous-Titrée en langage universel, celui qui se lit avec les yeux, les oreilles et bien sûr, avec le cœur. Après plusieurs années d’une tournée internationale, le CirkVOST pose sa nef au cœur de la ville afin de nous emporter, nous aussi, dans un autre monde… Avec le soutien de : Le Ministère de la Culture et de la Communication DMDTS, La Préfecture de région du Languedoc-Roussillon – Direction des affaires culturelles. La Région Languedoc Roussillon Le Conseil Général du Gard. La Municipalité de La Grand Combe. La Municipalité du Pradel, La Fondation BNP Paribas. Coproductions : EPCC Cirque-Théâtre d’Elbeuf, Centre des Arts du Cirque de Haute-Normandie ; Le Carré Magique, Scène conventionnée de Lannion-Trégor, Pôle national des arts du cirque ; Centre culturel Agora, Scène conventionnée de Boulazac ; Cirque Jules Verne / Pôle National des Arts du Cirque et de la Rue – Amiens Métropole ; la Verrerie d’Alès en Cévennes, Pôle National des arts du Cirque Languedoc Roussillon ; Le Volcan – Scène nationale du Havre ; Bonlieu Scène nationale Annecy ; L’Hippodrome, Scène nationale de Douai . Et l’accompagnement de : La Coursive, Scène nationale de La Rochelle ; L’association Pain et Jeux, Montreuil sous-bois ; Le Théâtre Firmin Gemier / La Piscine, scène conventionnée d’Antony et Châtenay-Malabry ; L’Entre Sort de Furies-Terre de cirque/Châlons en Champagne ; La communauté de communes des 4B Sud Charente.


22 Cirque Inextremiste

Attention changement de lieu

Exit © Laetitia Baranger

Samedi 15 ➞ 21h Champ de foire A partir de 8 ans Cirque — 45 min. / Création 2017

La Spire Vendredi 14 ➞ A partir de 18h30 : Elévation ➞ A partir de 20h30 : Expérimentation publique #1 • Square Steinbach Samedi 15 ➞ 11h30 : Expérimentation publique #2 ➞ 23h30 : Expérimentation publique #3 Square Steinbach Cirque — Env. 1h / Résidence de création et expérimentation publique La future création de Chloé Moglia est un mélange de corps suspendus et de rêve éveillé. La Spire est une structure-sculpture-ligne tant discrète que monumentale. La Spire est conçue comme un dessin tracé dans l’espace, elle offre à sentir le vide environnant, autant que la présence du paysage dans lequel elle s’insère. Six femmes s’engageront à inventer un chemin nécessairement singulier dans ce corps à corps avec l’impossible, le long de ces reliefs inédits. Partant de l’une ou l’autre extrémité, elles fabriqueront du possible, cheminant les unes vers les autres, s’approchant, se croisant, se quittant, comme un temps suspendu pour explorer la pesanteur.

20

Cette année, à Mulhouse, les trois premières expérimentations publiques de la Spire seront présentées à l’issue d’un temps de résidence. Après plusieurs expériences et suspensions menées hors les murs, comme ce subjuguant Horizon qui avait touché le cœur du public l’an dernier, Chloé Moglia investit une nouvelle fois l’espace, autant que le temps avec cette ligne qui semble infinie. Cette nouvelle sculpture monumentale, posée « in situ » donnera lieu à une nouvelle création à l’automne et permettra d’approfondir la notion de la suspension dans sa dimension « spectaculaire ». Pour Chloé Moglia, la suspension c’est comme se raccrocher aux branches dans un monde qui s’effondre. C’est aussi s’inscrire dans la dimension haut/bas, dans l’axe de notre verticalité, et y distinguer le lourd du léger. C’est savoir descendre en soi pour qu’en résulte une apesanteur relative. Cette pratique est autant une discipline qu’une promenade, elle met en jeu le plan du corps, mais aussi celui des sentiments et de l’esprit. A partager… Direction artistique et scénographique : Chloé Moglia. Direction technique : Richard Pierre. Régie : Coralie Pacreau. Conception technique et réalisation : Eric Noël et Silvain Ohl. Création musicale live : Marielle Chatain. Les suspensives : Mathilde Arsenault-Van Volsem, Fanny Austry, Carla Farreny Jimenez, Anna Le Bozec, Océane Pelpel et Chloé Moglia. Production : (2017) Rhizome – Chloé Moglia et Les Productrices Associées – Elaine Méric et Amélie Billault assistées de Clara Favriou-Delaunay. Coproduction (en cours) : CCN2 Grenoble avec le Pacifique, centre chorégraphique national de Grenoble, L’Agora, scène nationale d’Evry et de l’Essonne, Plateforme 2 pôles cirque en Normandie – La Brèche et le Cirque Théâtre d’Elbeuf, Le Festival Scènes de Rue à Mulhouse, Le CNAR Parapluie à Aurillac, Le CNAR Atelier 231 à Sotteville-lès-Rouen. Avec le soutien du Citron Jaune, Centre National des Arts de la Rue. Chloé Moglia est artiste associée au CCN2 Grenoble, centre chorégraphique national de Grenoble - à l’Agora, scène nationale d’Evry et de l’Essonne - au Centre des monuments nationaux. Rhizome est conventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication - DRAC de Bretagne, elle bénéficie pour le développement de ses projets du soutien de la Région Bretagne, du Département du Morbihan et de la Fondation BNP Paribas. Représentations accueillies avec le soutien de l’ONDA.

© Bruno Maurey

Chloé Moglia / Rhizome

—4—

Communiqué Inofficiel de la compagnie Inextremiste : « En tant que spectateur ou passant curieux, je déclare être conscient que ma présence sur le lieu du spectacle entraîne des risques pour ma propre personne et tout autre être vivant présent autour de moi. Je déclare accepter ces risques en pleine connaissance de cause et ainsi renoncer à tout recours contre le Cirque Inextremiste et ce, nonobstant l’état du lieu de spectacle, des installations diverses, et des moyens de sécurité mis en place (ou pas). La lecture de ce présent texte entraîne automatiquement son approbation. » Les folles acrobaties du Cirque Inextremiste investissent la nacelle d’une montgolfière en vol captif. Comme d’habitude rien n’est interdit excepté, peut-être, de penser que les protagonistes maîtrisent tout ce qu’ils font… Clownesques, funambules et complètement fous : ces acrobates de l’extrême se jouent de nos peurs et se plaisent à bouleverser nos échelles, à bord, par-dessus bord, à plusieurs mètres du sol… Un dompteur de montgolfière et des personnages extravagants, épris de liberté, comme échappés d’un film d’anticipation, viennent peu à peu bouleverser le spectacle et faire dérailler la belle mécanique… La dernière création du Cirque Inextremiste vogue cette fois-ci entre terre et ciel, entre comédie et tragédie, et nous donne à voir une vision parfois cruelle de l’uniformisation de notre monde. Le décollage est imminent, les zygomatiques sur la piste, le ciel prêt à entrer en scène, le soleil couchant et le 2ème degré toujours présent… prêt à couper le souffle ! Porté par Yann Ecauvre, avec pour emblème et principal agrès des bastaings et des bouteilles de gaz, la compagnie voyage de salles de théâtre en festivals, dans toute l’Europe depuis 2007. Risques réels et humour cinglant sont les maîtres mots de cette compagnie qui repousse toujours plus loin les frontières de l’extrême. On se rappelle des spectacles précédents de la compagnie présentés à Mulhouse : Inextremiste, Extrémités et Extension. Yann Ecauvre et sa bande n’en finissent plus d’expérimenter, et aujourd’hui c’est à une montgolfière plantée à 30 m. de hauteur que la compagnie s’attaque ; ce qui promet un tourbillon de cascades plus rocambolesques les unes que les autres. Mise en scène : Yann Ecauvre. Avec : Yann Ecauvre (acrobate), Julien Favreuille (acrobate/musicien), Laurent Mollon (pilote), Etienne Cordeau (acrobate), Anicet Leone (acrobate), Serge Lazar (comédien/ acrobate). Costumes : Solenne Capmas. Autoproduit par : Cirque Inextremiste. Soutiens en résidence : Halle verrière-MeisenthalRegion Loraine, Val’in Cap Propriano, Gîte de la Colombe SoyansRégion Auvergne Rhône-Alpes, Le Bazar de Pont en Royans-Région Auvergne Rhône-Alpes, Superstrat - Regards et mouvements-Saint Bonnet le Château Région Auvergne Rhône-Alpes, Furies-Arts de la rue - Pôle National Cirque en préfiguration-Châlons-en-Champagne, Auberge La Surera-Almedijar-Espagne.


© E. Kling-Odencrants

© Dorothée Thébert Filigier

16 Chris Cadillac (Suisse)

Vendredi 14 & Samedi 15 ➞ 21h Rdv Quai de l’Alma / Rue du Port a partir de 10 ans / Théâtre de rue — 1h10

4

22

Kaaos Kaamos (Suède)

To be comfortable Vendredi 14 ➞ 18h30 & 22h30 Samedi 15 ➞ 17h30 & 23h30 Place de la Concorde Dimanche 16 ➞ 15h30 • Quai des Pêcheurs Cirque — 45 min. / Création 2017 La scène est vide, ou presque. Une table de mixage dans un coin, une table de fika, café et gâteaux selon la tradition suédoise, dans l’autre. Six personnages se rassemblent le temps d’un spectacle, d’une discussion, d’un partage. Un groupe vivant comme une entité à lui seul. Des personnages soudés et seuls à la fois. Ils se portent, se supportent et s’emportent, tombent, se relèvent, se font confiance quoi qu’il arrive. Six langues sont parlées mais l’acrobatie devient leur langage commun. Résolument européenne, Kaaos Kaamos est une toute jeune compagnie de cirque contemporain spécialisée en portés acrobatiques. Basée à Stockholm, elle est composée de six acrobates venus de Suède, Finlande, Allemagne, Nouvelle Calédonie et Chili. De voltige aérienne en scènes cocasses, les six acrobates spécialistes de la technique du main à main de Kaaos Kamos nous proposent une création spectaculaire, rafraichissante et résolument attachante. To be comfortable est leur première création collective. Avec : Erika Ahola, Johan Sjölund, Mikaela Valencia Veide, Perry Rudolph, Anouck Le Roy, Erik Glas.

Las Vanitas vient semer le doute entre réel et fiction, écriture et improvisation, scandale et canular, amateurisme et virtuosité. La pièce se déploie dans la zone franche d’une frontière, celle qui sépare un piratage d’un spectacle. « Suis-je à leurs yeux assez intelligent, assez drôle, assez beau, assez excentrique, assez cool, assez punk, assez surprenant, assez tolérant, assez attentif, assez cultivé, assez engagé, assez dissident, assez raisonnable, assez détendu, assez indépendant, assez ouvert, assez pur, assez libéré, assez moi-même, assez puissant, assez en lutte contre tout et malgré tout, mais quand même aimé de tous ? ». Las Vanitas utilise le cadre de la représentation théâtrale pour parler de la représentation de soi, révéler des mécanismes liés à la construction de l’identité, et chercher à déterminer dans quelle mesure nous sommes responsables de ce dont nous sommes spectateurs. Compagnie suisse venant du théâtre, de la danse et des arts plastiques, Chris Cadillac propose un théâtre qui rit de ses propres conventions pour férocement interroger l’inavouable, le pathétique et le fantasmagorique qui se trouve en chacun de nous. Chris Cadillac joue avec la vérité et le mensonge. Ses pièces posent le cadre d’un dialogue entre les acteurs et les spectateurs pour offrir la possibilité d’une rencontre. Chaque pièce joue ainsi sur le déplacement de la frontière entre représentation et réception, avec l’objectif d’explorer les dynamiques – potentiellement conflictuelles ! – qui en découlent. Proposition et mise en scène : Marion Duval et Florian Leduc Jeu : Cécile Druet, Sophie Lebrun, Camille Mermet, Mélanie Vinolo. Costumes : Severine Besson. Scénographie et lumières : Florian Leduc, Diane Blondeau. Son : Cédric Simon, Diane Blondeau. Régie et direction technique : Diane Blondeau. Assistanat à mise en scène :  Mathilde Fernandez. Collaboration artistique : Aurélien Patouillard. Soutiens : Ville et Canton de Genève, Ville de Lausanne, Commune de Renens, Migros Vaud, Ernst Göhner Stiftung, la Fondation SIS, L’Entre-Pont. Merci à Louis Bonard, Oskar Gomez Mata, Lucie Rausis, Sam Laurent, Milca Schreuder, Alain Borek, Laurence Duckit. Représentations accueillies avec le soutien de ProHelvetia, Fondation Suisse pour la Culture.

—5—

©Flea’s

Las Vanitas 1

L’Eolienne

Souffle Vendredi 14 ➞ 19h Samedi 15 ➞ 12h30 & 21h45 • Place Lambert Danse — 25 min. Souffle est une respiration acrobatique pour une danseuse. Dans une sobriété qui souligne la présence solitaire de l’interprète, Souffle met en scène une acrobate qui vibre au rythme d’une partition vocale composée de rythmes soufflés et de violoncelle. Il y a quelque chose de mystérieux dans le souffle : « ça » respire en nous indépendamment de notre volonté. La respiration insuffle la vie, répartit l’énergie dans le corps, et nous fait approcher des mondes intérieurs. De cette danse intense et acrobatique, à la fois fluide et combative, jaillit une énergie communicative. Souffle est un hymne au corps qui respire, à la vie. Depuis 15 ans, Florence Caillon développe avec la compagnie L’Eolienne un “cirque chorégraphié” où le vocabulaire circassien se mêle étroitement à la chorégraphie au sein du mouvement même, créant ainsi un langage gestuel à part entière, hybride et original. Les notions de fragilité, de déséquilibre et de variation d’énergie constituent trois fondamentaux de son écriture chorégraphique. Souffle donne à voir un travail de décomposition du mouvement et vient chercher les énergies instinctives du corps. Ce solo, très épuré, est conduit dans un grand dénuement, qui est le propos même de cette pièce : repartir de rien, revenir à l’essentiel, au dénuement….à l’élémentaire. Nous retrouverons ici Julie Tavert, qui avait participé au Labo Parkour et qui reste une acrobate singulière, rayonnante d’énergie, basculant entre force et tendresse en un regard ou… en un souffle… Soutenu par l’espace Culturel André Malraux, le Kremlin-Bicêtre. L’Eolienne est conventionnée par le Conseil Régional de Normandie et la ville de Rouen. Avec le soutien du Ministère de la Culture / DRAC Normandie.


Scènes de rue revient… Rue de la Navigation

Scènes de rue ouvre le bal le 13 juillet…

Scènes de rue revient cette année rue de la Navigation, parce que c’était si bien l’an dernier, et parce qu'il ne faut pas bouder son plaisir et y revenir lorsque l’envie se fait sentir. Et comme pour les Jeudis du parc, on s’habitue bien vite aux bonnes choses, pas vrai tonton ?

Cette collaboration sera chamarrée, acrobatique, ludique et bien sûr largement musicale... A partir de 18 heures, le Nouveau Bassin se transformera en un terrain de jeu festif, acrobatique, pyrotechnique et diablement dansant… Olé !

12 Cie du Deuxième

Contact

13

Mercredi 12 ➞ 19h30 • Rue de la Navigation Théâtre de rue — 1h Pour son départ en retraite, tous les collègues de Catherine se sont cotisés pour lui offrir une croisière en Méditerranée. C’est maintenant l’heure du départ. Une voiture bardée de bagages attend. Dans la pure tradition du théâtre de rue, vous allez devenir le spectateur d’une tragi-comédie soutenue d’effets spéciaux comme nous les aimons. Ce spectacle tendre mais incisif se penche sur nos conditions de travail et sur la fatalité de nos vies. Une bouffée d’oxygène au milieu d’une tache d’huile, un dérapage mécanique pour une retraitée naïve, une caricature de patron aidé mais pas sauvé par l’œil d’un ouvrier tendrement attentif. Compagnie de théâtre de rue, la compagnie du deuxième vous propose, à travers ses créations, de l’originalité et du deuxième degré. Françoise Milet et Pierre Sévérin se rencontrent sur le spectacle de la Quincaillerie Parpassanton de Cirkatomik. Après trois années de discussions prolifiques, ils décident de créer en 2004 leur propre compagnie : La Compagnie du Deuxième. En 2017, ils ont une dizaine de spectacles à leur actif et créent également des spectacles sur mesure. Et comme ils aiment bien manger, voici leur maxime : La rue est au théâtre ce que le sucre est au pâtissier: une gourmandise. Coproductions : CNAR le Fourneau à Brest (29), CNAR Ateliers Frappaz à Villeurbanne (69). Soutiens : DRAC Pays de La Loire, Région Pays de la Loire, Conseil Général de Loire-Atlantique, Ville de Saint-Herblain (44), Spedidam. Résidences : CNAR Atelier 231, Sotteville les Rouens (76), CNAR le Fourneau à Brest (29), CNAR Ateliers Frappaz à Villeubanne (69), Rue des Arts à Moulins (35), Ville de Sainte-Luce (44), Ville de Saint-Hilaire-de-Riez (85), Ville de SaintHerblain (44). Remerciements : Cirkatomik (44), Royal de Luxe (44).

22

Karoline H. Larsen (Danemark)

Collective Strings

12

Mon Oncle De Jacques Tati (1958) Mercredi 12 ➞ A la tombée de la nuit A partir de 6 ans — 1h56 Le petit Gérard aime passer du temps avec son oncle, M. Hulot, un personnage rêveur et bohème qui habite un quartier populaire et joyeux de la banlieue parisienne. Ses parents, M. et Mme Arpel, résident quant à eux dans une villa moderne et luxueuse, où ils mènent une existence monotone et aseptisée. Un jour que Gérard rentre d’une énième virée avec son oncle, M. Arpel prend la décision d’éloigner son fils de M. Hulot. Il tente alors de lui trouver un travail dans son usine de plastique, tandis que sa femme lui organise un rendez-vous galant avec l’une de leurs voisines… Un voyage subtil dans l’univers de Jacques Tati, gorgé de gags sonores, truffé de clins d’œil et de plaisanteries visuelles. —6—

Jeudi 13 ➞ A partir de 18h Nouveau Bassin Dimanche 16 ➞ De 15h à 19h Quai des Pêcheurs Performance plastique participative En continu L’artiste danoise Karoline H. Larsen met en scène l’espace urbain en donnant une nouvelle place au jeu et à la créativité. Les passants sont invités à s’amuser, jouer, tisser puis à contempler une immense jungle de rubans. Près de 40 kilomètres de fil de toutes les couleurs seront à disposition afin de métamorphoser les espaces choisis et créer une installation plastique ludique et monumentale. Karoline H. Larsen investit des lieux publics pour des performances où elle invite chacun, petits ou grands, à tendre des ficelles colorées pour transfigurer leur espace. Cette installation monumentale et arachnéenne, à la fois anarchique et sensible propose une expérience créative collective d’une liberté proche de celle des jeux d’enfants. Avec Collective Strings, Karoline H. Larsen rompt la distinction entre art et jeu, entre artiste et spectateur… Cette sculpture en mouvement provoque ainsi une relation insolite à l’espace, au corps, au risque, à la liberté, au partage, à la désobéissance, à l’audace... Un joyeux détournement !


Les Barbarins Fourchus

Premiata Sound System

© Caroline Pottier

Jeudi 13 ➞ 23h30 • Nouveau Bassin Musique — 2h30

13 André Minvielle

Ti’bal tribal Jeudi 13 ➞ 21h • Nouveau Bassin Musique — 2h

13 Vladimir Spoutnik

Bubble boum Jeudi 13 ➞ A partir de 18h Nouveau Bassin Tout au long de cette « Bubble Boum », les enfants s’amusent entre la piscine de doudous, la pêche aux canards, ses bulles fascinantes qui s’envolent… et la musique de Vladimir bien sûr ! Vladimir Spoutnik est de retour à Mulhouse, après des nuits endiablées grâce à ses mix, des apérobics ludiques, des réveils tramwaysques et des siestes à la fraîche, il revient une nouvelle fois avec cette boum enfantine et aquatique, pour le plus grand bonheur de tous. Vladimiiiiiiiiiiiiiiiiiir……..SpoutniK !

l’Ensemble de cuivres de l’OSM Jeudi 13 ➞ 20h • Nouveau Bassin L’Ensemble de cuivres de l’Orchestre symphonique de Mulhouse revisite en acoustique les grands classiques populaires et nous emporte dans un voyage musical chargé de souvenirs inaltérables à travers le temps et les tempos… Distribution : Trompettes : Xavier Ménard, Patrick Marzullo, Adrien Crabeil, Pascal Bouton, Cors : Pierre Ritzenthaler, Solène Chausse. Trombones : Stéphane Dardenne, Philippe Spannagel, Yves Bauer. Tuba : Michel Hermann, Percussions : André Adjiba. Direction : Gilles Millière.

« Ti’bal tribal c’est le bal de tous les accents. Du rhizome en dansant, en veux-tu en voilà. En langues d’ici ou de là-bas. Œcuménique et créatif, c’est joyeux, ludique, érotique. C’est de vous que nous apprenons à faire danser la vie. De la tête aux pieds. » Chanteur, batteur, scatteur, rappeur, rime-ailleurs, André Minvielle nous vient de Gascogne. Il mélange tradition et modernisme, vieux porte-voix et samplers. Tout y passe : un traditionnel gascon, une biguine «gasconcubine», un thème de Monk, un petit blues en passant, un hommage aux chants pygmées… autant de styles qui font son originalité, sans oublier l’univers du musette de ses débuts. Du jamais entendu, du tout sauf banal, qui allume le sourire et fait circuler les frissons. Ce funambule des mots nous propose une musique toujours explosive, joyeuse, invraisemblable. Avec la complicité de l’accordéoniste Marcel Loeffler, leur Ti’bal Tribal nous offre une musique généreuse, sans limites ni frontières, bousculant joyeusement les traditions pour mieux les réinventer. Les accents du bal pour faire danser la mémoire… Le chanteur et percussioniste béarnais André Minvielle, balade ses jazz-scats en français, créole ou occitan depuis une bonne trentaine d’années. Compagnon au long cours du batteur et multi-instrumentiste Bernard Lubat, un autre iconoclaste des musiques de France et d’ailleurs, créateur du Festival d’Uzeste et ancien batteur de Nougaro, André le vocalchimiste, navigue en solo depuis les années 2000, ce qui lui vaut les louanges de la critique. Mais il aime toujours bien s’entourer par ses potes de musique pour des concerts inoubliables. A Mulhouse, c’est Marcel Loeffler, le grand accordéoniste de jazz manouche qui l’accompagnera pour un Bal qui sera, à coup sûr, flamboyant… André Minvielle, vocalchimie, batterie ; Marcel Loeffler, accordéon ;  Fernand «Nino» Ferrer, basse ; Juliette Minvielle, clavier, chant.

—7—

La Premiata Sound System, c’est un bal version sound system. Venez vous déhancher sur la piste de danse ! Retrouvez Dj Odorici, Rosella Pignatelli et Oscardo Vesta à l’animation et Dj Guiliano Scopitone qui vous feront vibrer sur tous les styles musicaux. Cinq artistes musiciens, comédiens, bidouilleurs, danseurs… sur scène pour un show explosif avec son lot de surprises et son fameux concours de danse. Les Barbarins Fourchus permettent à un large public “toutes générations confondues” de se retrouver pour plus de deux heures de musique et de danse. Avec des centaines de dates en Europe et dans le monde, les Barbarins Fourchus offrent des styles impossibles que l’on n’imagine même pas ! Tout cela dans une ambiance résolument conviviale. Les différents protagonistes sont ici des personnages issus d’une époque improbable, possédant tous une histoire particulière. Ces bals sont toujours de forts moments humains particulièrement drôles, au croisement de la danse, de la musique et du « show ». Soutiens : la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, la Région AuvergneRhône-Alpes, le Conseil Départemental de l’Isère et la Ville de Grenoble.

13


© Laurent Vrinat © Julie Carretier Cohen

© LeNashi

2

L’Académie Fratellini

Colokolo (Maroc)

Qahwa Noss Noss 13

2

Colokolo (Maroc)

Derby

Vendredi 14 ➞ 20h30 & Samedi 15 ➞ 20h Parking des Cordiers Cirque — 1h

Inspiré du monde du football, Derby met en scène deux équipes habitées par l’ambition de la réussite, un commentateur allumé, un arbitre corrompu, et une bascule de saut. Comédie et voltige acrobatique sont réunies pour offrir un match hors norme ! La prouesse technique et le fair-play se renvoient la balle dans une énergie collective pour s’amuser des travers du football.

Jonglage, acrobatie, mât-chinois, manipulation d’objets, bascule et une grande dose d’humour sont les ingrédients du café préparé par Colokolo. Qahwa Noss Noss est l’histoire d’un café populaire marocain mettant en lumière le quotidien des héros de l’ennui : Il y a celui qui vit la crise de la fin du mois, celui qui passe sa journée à compter les passants et ne consomme rien, l’autre qui réchauffe maintes fois son café et se plaint du cireur de chaussures qui vient partager sa tasse. En passant d’un personnage à l’autre, au fil de situations, comiques, poétiques et acrobatiques, Colokolo propose un spectacle de cirque joyeux où le corps parle avec plus d’éloquence que les mots.

Artistes : Hamza Boussahel, Hassan Bouchontouf, Ismail lahbila, Fahd Mellouk, Ammar Mohammed, Bader Ellaouaz, Hamza Elhmamsi, Badreddine Haoutar. Régie son : Badreddine Haoutar. Production et diffusion : Yassine Elihtirassi. Production : cie Colokolo. Avec le soutien du : Service de Coopération et d’action Culturelle de l’Ambassade de France à Rabat (SCAC) et l’Institut Français du Maroc. Aide à la résidence : la Friche la Belle de Mai / Karwan.

Artistes : Hamza Boussahel, Hassan Bouchontouf, Ammar Mohammed, Bader Ellaouaz, Hamza Elhmamsi, Badreddine Haoutar. Production et diffusion : Yassine Elihtirassi. Production : cie Colokolo. Avec le soutien du : Service de Coopération et d’action Culturelle de l’Ambassade de France à Rabat (SCAC) et l’Institut Français du Maroc . Aide à la résidence : Fabrique culturelle des anciens abattoirs , Institut Français d’Agadir, Institut Français de Meknès.

Jeudi 13 ➞ 18h15 • Nouveau Bassin Samedi 15 ➞ 15h • Parking des Cordiers A partir de 6 ans / Cirque — 30 min.

11

Colokolo, cirque urbain marocain, est une jeune association qui réunit des circassiens, des techniciens et des jeunes professionnels du spectacle vivant. Tous passionnés par le travail dans l’espace public et le partage de leur passion avec le public. Basée aux anciens abattoirs de Casablanca, Colokolo ouvre son propre lieu de travail : le LABO ; un espace de création, de transmission et de résidences dédié aux arts du cirque et aux arts de la rue. S’appuyant sur les talents pluridisciplinaires de ses artistes, Colokolo conjugue de manière inédite et originale les arts du cirque à la danse et au théâtre et développe une identité marocaine du spectacle vivant. Ainsi, les artistes de la Cie Colokolo créent en 2013 un premier spectacle touchant et empreint de poésie : Qahwa Noss Noss et en 2015 leur deuxième création : Derby.

—8—

Ciao Vendredi 14 ➞ 19h30 & 20h30 Samedi 15 ➞ 17h & 18h15 • Parc Salvator Cirque — 30 min. Ciao. Nous l’appellerons Ciao, tout simplement. C’est l’histoire d’une valise. Non, pas une valise. Plusieurs valises. Elles sont parties de là-bas et elles arrivent là. Où là ? Là, sous nos yeux. Elles se sont arrêtées là. Arrêtées ? Pour le moment, oui. Si on regarde une valise, on se dit : c’est une valise. Si on la regarde davantage, on se dit : d’où vient-elle ? Et puis on peut se dire : qui la porte ? Ou bien se dire : qui porte-t-elle ? Ou même : que porte-t-elle ? C’est là que tout commence, car la valise a beaucoup à nous dire. La valise ? Non. Elles sont plusieurs. Et pour tout (nous) dire, elles vont bondir, dévaler, sauter, se poser, dormir peut-être, rêver… rêver de quoi ? Écoutons-les. Conception et mise en scène : Clémentine Yelnik. Avec : Quentin Folcher, Théo Lavanant, Lorette Sauvet, Florent Chevalier, Alessandro Brizio, Laurane Wüthrich, Nino Wassmer, Ilaria Romanini, Jaime Monfort-Miralles.


Les Urbaindigènes

L’affaire Suit son Cours

© N. Bouchet

Vendredi 14 & Samedi 15 ➞ 20h Rdv 49, rue des 3 Rois Théâtre de rue en déambulation — 1h25

9 Tout en Vrac

Le Cuirassé Potemkine Vendredi 14 ➞ 23h • Place Franklin Théâtre de rue — 1h20 A partir de 7 ans / Création 2017

L’Académie Fratellini

Fil fil Vendredi 14 ➞ 18h Samedi 15 ➞ 15h & 16h15 • Parc Salvator Cirque - 25 min. Fil-fil est la première mise en scène de Jeanne Mordoj à l’Académie Fratellini. En partant de l’observation des petits enfants, leur façon d’être en relation, ce qui les préoccupe, ce qui les occupe, leurs apprentissages, leurs jeux... les protagonistes de ce spectacle ont travaillé ensemble dans un esprit d’échange. Ils ont, dans l’espace d’un cercle, cherché l’équilibre, la tension, la relation, exploré les possibles des corps, les frottements, la relation à l’autre, à la matière, l’habillage, le déshabillage, compté, tourné, rythmé... Le souhait est de se jouer de choses simples et de les magnifier, les rendre aventureuses, absurdes, étonnantes, ludiques… autant de matières-prétextes à ouvrir l’imaginaire. Conception et mise en scène : Jeanne Mordoj. Avec : Julia Brisset, Hichem Cherif, Nemanja Jovanovic, ou Aloïs Riché. Création musicale : Philippe Foch. Production : L’Académie Fratellini avec la participation de la compagnie Bal.

En poursuivant l’aventure artistique initiée en 1974 par Annie Fratellini, l’Académie Fratellini s’affirme comme une école et une plateforme artistique de renommée internationale. Unique en France, cette formation supérieure des arts du cirque repose sur un programme pédagogique organisé autour de l’alternance. Par ailleurs, elle offre aux artistes un lieu de production, de résidence et de création. Pour la quatrième année consécutive, comme une tradition qui s’installe, un rituel partagé, les apprentis de l’Académie Fratellini reviennent à Mulhouse et nous offrent de vraies créations dans l’espace public et quelques surprises…

Interprétation : Alexandre Canard-Volland, Jean-Baptiste Florens, Bénédicte Jacquier, Noémie Ladouce. Ecriture & Mise en scène : Charlotte Meurisse. Conception/Réalisation Décors : Nicolas Granet, Bénédicte Jacquier, Damien Cros. Constructeurs : Fabien Dumousseau, Celeste Alicot, Nicolas Bouchet, Alexandre CanardVolland, Jean-Baptiste Florens, Noémie Ladouce. Costumes : Aurélie Alcouffe. Régisseur général : Fabien Faure. Technicien son : Antoine Labourdette. Production / Diffusion : Jolène Deleuil. Le projet du Cuirassé Potemkine est soutenu et accueilli en résidence par : La DRAC Auvergne-Rhône Alpes, Les Ateliers Frappaz – CNAREP (69), Université Grenoble Alpes (38), Le Prunier Sauvage (38), La Ville de Cheverny (41), Mécanique Vivante (30), La Gare à Coulisse (26), Etc… Arts (63) et La Dame d’Angleterre (38). © Vincent Vanhecke

11

Le 27 juin 1905, les marins du Cuirassé Potemkine, à l’ancre dans le port d’Odessa sur la mer Noire, se révoltent alors qu’à St Pétersbourg, la révolution gronde. A partir du film d’Eisenstein, Le Cuirassé Potemkine, tourné en 1925 pour rendre hommage à cette mutinerie, le spectacle met en lumière la succession des faits, des espoirs et des désillusions qui caractérisent une révolution. 320 litres de bortch, un ver dans la viande, quatre comédiens et autant de bennes Emmaüs auront été nécessaires pour disséquer la flamme de la Révolution, ses images glorieuses, ses instants décisifs, ses dérives sacralisées. Le spectacle est une suite de tableaux qui se déroulent sur un registre décalé alternant l’épique, le grandiose d’une part et le grotesque et le tragique d’autre part, parfois jusqu’à l’absurde. Parce qu’on peut rire de tout et parfois même avec quelques sanglots. La compagnie Tout En Vrac est née à Grenoble en 2004. Ces créateurs mettent le spectacle vivant au service d’une idée, d’une énergie, d’une histoire. Créateurs d’images vivantes, sauvages, ouvragées, viscérales, décalées et situées au point de rupture entre réel et imaginaire. Dans la perspective d’un théâtre total, ces créations sont portées par un amour de la construction plastique et des réalisations techniques. En investissant l’espace public, ils souhaitent ouvrir une fenêtre dans le quotidien pour rêver, faire rêver et proposer un univers à la fois sensible et loufoque. En 2016, la compagnie avait ravi le public mulhousien avec sa spectaculaire et irrésistible Cuisinière.

—9—

L’affaire Suit son Cours est une conférence de criminologie mise en action, du Pierre Bellemare aux hormones, du «Faites entrer l’accusé» sous amphétamine ! Quatre passionnés du crime, habitués aux salles closes, aux Powerpoint et aux palabres interminables, ont décidé d’abandonner la théorie pour passer à la pratique. Ils nous convient donc à reconstituer directement dans nos rues, les crimes, le parcours de leurs auteurs, le passif des victimes afin d’analyser et de comprendre ensemble le phénomène criminel. Nous voyagerons des années 70 à nos jours, dans les univers du polar et du roman policier, rencontrant des personnages troubles, inquiétants, mais surtout effroyablement humains... Trois histoires, trois crimes, s’appuyant sur les trois bases qui fondent nos sociétés et déclenchent nos vices : l’amour, l’argent et le pouvoir. Sur fond d’acrobatie et de prouesse technique au sol comme sur les murs des villes, les Urbaindigènes défendent un propos, souvent en rapport avec notre société actuelle et viennent questionner le public. Les spectacles proposés se veulent à chaque fois divertissants et spectaculaires afin de toucher le plus grand nombre. Depuis 2009, ils créent Les Mercodier et La Revue Militaire et développent une « physicalité » qui n’est pas une fin en soi mais un moyen au service d’un propos, d’une théâtralisation pour l’espace public. Ces formes déambulatoires et spectaculaires deviennent leur marque de fabrique et placent, avec «L’affaire Suit son Cours», la compagnie dans la pure tradition des arts de la rue. Mise en scène : Sylvie Faivre. Comédiens - Acrobates : Césaire Chatelain , Baptiste Faivre , Camille Moulun , Magali Berthe. Techniciens - Comédiens : Mathias Jacques & Adrien Rolet. Sonorisation : Adrien Rolet. Constructeur : Clovis Chatelain. Costumes : Valérie Alcantara. Coproductions : L’Atelier 231, Centre National des Arts de la Rue à Sotteville-lès-Rouen ; Sur Le Pont, Centre National des Arts de la Rue en Aquitaine, Limousin, Poitou Charentes à La Rochelle ; La Région Poitou-Charentes ; L’A4 - Vals de Saintonge : La CDC des Vals de Saintonge ; Les communes de Loulay, Aulnay, Bords et St Jean D’Y ; Soutiens et Aides à la création : DRAC Franche Comté ; Le Conseil Régional de Franche Comté ; Le Conseil Départemental du Jura ; La Fraternelle - Maison du Peuple à Saint Claude.

21


horaires

Mercredi Rue de la Navigation / Drouot → 12

12h → Margo Chou | Je me suis réfugiée là… | 1h30 | Jardin des Senteurs → 6  

19h30 → Cie du Deuxième | Contact | 1h

12h30 → L’Eolienne | Souffle | 25 min. | Pl. Lambert → 1

A la tombée de la nuit → Jacques Tati | Mon Oncle | 1h56

15h → Rencontre Abdulrahman Khallouf, auteur de Sous le pont Librairie 47° Nord

Jeudi Nouveau Bassin → 13

15h → Académie Fratellini | Fil fil | 25 min. | Parc Salvator → 11

à partir de 18h → Karoline H Larsen | Collective Strings | 4h

15h → Colokolo | Derby | 30 min. | Parking des Cordiers → 2

à partir de 18h → Vladimir Spoutnik | Bubble Boum

15h → Carnage productions | ZerO Killed | 1h | Rdv Gare → 17

18h15 → Colokolo | Derby | 30 min.

De 16h à 20h → Les filles du renard pâle | Reste | 4h | Rue du Werkhof → 3

à partir de 20h → Académie Fratellini | Kaaos kamos | Impromptus

16h → Cie Bicepsuelle | SPORaddict | 1h | Place Franklin → 9

20h → Ensemble de cuivres de l’OSM

16h → Association Avaleur | Agreste & Bucolique | 1h20 Rdv parvis de la Fonderie → 19

21h → André Minvielle | Ti’bal tribal | 2h 23h → Feu d’artifice 23h30 → Les Barbarins Fourchus | Premiata sound system | 2h30

Vendredi 17h25 (Rdv bus) → Lumière d’Août | Ça s’écrit T-C-H | 2h Rdv arrêt Gare Centrale bus 64 → 17

16h15 → Académie Fratellini | Fil fil | 25 min. | Parc Salvator → 11 16h30 → Carnage productions | ZerO Killed | 1h | Rdv Gare → 17 16h30 → Mio company | Palabre | 1h15 | Jardin du MISE → 15 16h30 (Rdv bus) → Lumières d’Août | Ça s’écrit T-C-H | 2h Rdv arrêt Gare Centrale bus 30 → 17 17h → Académie Fratellini | Ciao | 30 min. | Parc Salvator → 11  

18h → Académie Fratellini | Fil fil | 25 min. | Parc Salvator → 11

17h30 → Kaaos kaamos | To be comfortable | 45 min. | Pl. de la Concorde → 4

18h → Association Avaleur | Agreste & Bucolique | 1h20 Rdv parvis de la Fonderie → 19

18h → Chicken Street | POILU | 50 min. | Place Dreyfus → 3

à partir de 18h30 → Chloé Moglia / Rhizome | La Spire / Elévation Square Steinbach → 20

18h → Association Avaleur | Agreste & Bucolique | 1h20 Rdv parvis de la Fonderie → 19

De 18h30 à 22h30 → Les 3 points de suspension | ISLAND(S) | 4h Rue du Sauvage → 14

18h15 → Académie Fratellini | Ciao | 30 min. | Parc Salvator → 11

18h30 → Oups cie | Le cœur au bord des lèvres | Env. 1h30 Parvis arrière de la Tour de l’Europe → 10

19h → Collectihihihif | Les The Closh | 1h | Cour de Lorraine → 5

18h30 → Kaaos kamos | To be comfortable | 45 min. | Pl. de la Concorde → 4

18h → Carnage productions | ZerO Killed | 1h | Rdv Gare → 17

18h30 → Télé-city | Tehran | 1h | Rdv Chapelle Saint-Jean → 7 19h → Oups cie | Le cœur au bord des lèvres | Env. 1h30 Parvis arrière de la Tour de l’Europe → 10

19h → Collectihihihif | Les The Closh | 1h | Cour de Lorraine → 5

19h → Mio company | Palabre | 1h15 | Jardin du MISE → 15

19h → L’Eolienne | Souffle | 25 min. | Place Lambert → 1

19h30 → Cie Bicepsuelle | SPORaddict | 1h | Place Franklin → 9

19h30 → Académie Fratellini | Ciao | 30 min. | Parc Salvator → 11

19h30 → FAB / Amre Sawah | Sous le pont | 1h | Parc Jaquet → 18

20h → Mio company | Palabre | 1h15 | Jardin du MISE → 15

19h30 → Carnage productions | ZerO Killed | 1h| Rdv Gare → 17

20h → FAB / Amre Sawah | Sous le pont | 1h | Parc Jaquet → 18

20h → Colokolo | Qahwa Noss Noss | 1h | Parking des Cordiers → 2

20h → Les Urbaindigènes | L’Affaire Suit son Cours | 1h25 Rdv 49 rue des 3 Rois → 21

20h → Les Urbaindigènes | L’Affaire Suit son Cours | 1h25 Rdv 49 rue des 3 rois → 21

20h30 → Académie Fratellini | Ciao | 30 min. | Parc Salvator → 11

21h → Cirque Inextremiste | Exit | 45 min. | Champ de foire → 22  

20h30 → Chicken Street | POILU | 50 min. | Place Dreyfus → 3

21h → Chris Cadillac | Las Vanitas | 1h10 Rdv Quai de l’Alma / Rue du Port → 16

20h30 → Colokolo | Qahwa Noss Noss | 1h | Parking des Cordiers → 2 à partir de 20h30 → Chloé Moglia / Rhizome | La Spire / Expérimentation publique #1 | Square Steinbach → 20

21h45 → L’Eolienne | Souffle | 25 min. | Place Lambert → 1

21h → Chris Cadillac | Las Vanitas | 1h10 Rdv Quai de l’Alma / Rue du Port → 16

22h15 → Ana Borralho & Joao Galante | On a qu’une vie… | 1h25 Parc Salvator → 11

21h30 → Télé-city | Tehran | 1h | Rdv Chapelle Saint-Jean → 7

22h30 → CirkVOST | Épicycle | 1h | Place de la Réunion → 1

21h45 → CirkVOST | Épicycle | 1h | Place de la Réunion → 1

23h → Collectihihihif | Les The Closh | 1h | Cour de Lorraine → 5

à partir de 22h30 → Les filles du renard pâle | Reste (Apparitions) Rue du Werkhof → 3 22h30 → Ana Borralho & Joao Galante | On a qu’une vie… | 1h25 Parc Salvator → 11 22h30 → Kaaos kamos | To be comfortable | 45 min. | Pl. de la Concorde → 4 23h → Télé-city | Tehran | 1h | Rdv Chapelle Saint-Jean → 7 23h → Tout en vrac | Le Cuirassé Potemkine | 1h20 | Place Franklin → 9 23h30 → Collectihihihif | Les The Closh | 1h | Cour de Lorraine → 5

22h → Télé-city | Tehran | 1h | Rdv Chapelle Saint-Jean → 7

23h30 → Télé-city | Tehran | 1h | Rdv Chapelle Saint-Jean → 7 23h30 → Kaaos kaamos | To be comfortable | 45 min. | Pl. de la Concorde → 4   23h30 → Chloé Moglia / Rhizome | La Spire / Expérimentation publique #3 Square Steinbach → 20 Minuit → Chicken Street | POILU | 50 min. | Place Dreyfus → 3 

Dimanche Quai des Pêcheurs → 22 Départs entre 9h & 17h → La Folie Kilomètre | Balade d’exploration

00h30 → MxM | Ciel de traîne | 1h20 | Cour de Lorraine → 5

Départ à 10h → Association Avaleur | Trekdanse (piste bleue) | 2h30

Samedi

Départ à 14h30 → Association Avaleur | Trekdanse (cordée rouge) | 5h

De 8h à 13h → Uz & coutumes | Souk | En continu Marché du Canal couvert → 8 10h30 (Rdv bus) → Lumières d’Août | Ça s’écrit T-C-H | 2h Rdv arrêt Gare Centrale Bus 30 → 17

De 15h à 19h → Les 3 points de suspension | ISLAND(S) | 4h à partir de 15h → Karoline H. Larsen | Collective strings | 4h De 15h30 à 19h30 → Cie Faune de Nuit | Les Vieilles | En continu 15h30 → Kaaos kaamos | To be comfortable | 45 min.

11h → Carnage productions | ZerO Killed | 1h | Rdv Gare → 17

17h → Carnage Productions | L’Etre recommandé | 55 min.

11h30 → Chloé Moglia / Rhizome | La Spire / Expérimentation publique #2 Square Steinbach → 20

18h30 → Cie Bicepsuelle | SPORaddict | 1h 19h → Margo Chou | Je me suis réfugiée là… | 1h30 De 19h30 à 22h30 → Quignon sur rue | La petite distribution | 3h — 10 —


e Ru

z

unt

uR

d Rue

F

.

a olm

Av

r

Orp

n yo eL

ed Ru

e m m So la de

in cea ne u Rue Wilson

ois Tr es

ed

Ru e

tre Théâ

aS

Cle

men

el

Ro

Ru

is

ins bb Ra es

Ru

ed

nnière Bonbo

des Rue

e air Cl te ain

ed

Av.

ue dR an

eS

ns

Ru

Ge

ège Rue du Man

Ru

ed

'E el

a

lm

st

es

nn

Ru

Bo

e Av

ir

o 7N

re

mb

ve

u en

iro

es

Gr

rc

tin

ar

m

uM

ed

La en

d

Pa

h

Foc

e

Ru

g

ur

c

l eC

er

ub

eZ

Ru

Q

i ua

d'A

16

15

u ea

em

te d

du

hal

iss

e

Ru

r

ne

en

H J.J

âle

eB

ed

Ru

réc

e

Sinn

tor

lva

Sa

e Ru

Ma

re

de la

. du

g

ssa

oinca

Av

sP

Bo

e

ed

Ru

n Sin

e Ru

Ru

Rue P

u ed

a gr li n

r

eu

ll

Te

ta

st Pa

ue

du

e

Ru

e ag

cq

Ja

e

illi

Z de

is

e

e

Por

im she

2

Pa

20

v au

d Engel

Rue

Ro

e

Av

ou

G.

Rue Alfre

la

e nu

11

uS

e

ett

nri

Ru

i ua urs / ire rs Q he Ve Pêc de fo s de amp Ch

g

an

14

Place de la Réunion

s er

He

21

z

eL

Bo

7

Ru

22

of

1

ne

ul

4

et

ed

lt

ve

ut

eG

i

kh

s ur

n

Ta

Ru

W

er

Rue de l'Arsenal

ge

eM

Ru

se

b en

aux

éch

Mar

a rS

Ru

oo

g er

es ue d

ro

ng

le

ed

eS ed Ru

ns heli

tR

en

ug

Fra

d

ar

u Bo

l de

Ru

R

t

id

6

ains ncisc

pe

ro

'Eu

10

uven

és Pr

5

c

lev

3

u Co

du

n ni

e Lorrain

lsa

ce

ue

H

d Rue

rd leva

'A

m hu

tS

b Ro

u Président Kennedy ue d

Ave

12

n

er

ie

. Cur

Ru

ed

Vers Drouot / Rue de la Navigation

an

n

Bou

e Ru

Lib

la

ac Pl

C de

llon u Ba

des

M P. et

el D

Eng

d Rue

Ru e

Rue

s

u ollf

e ed

nue Ave

in

kl ran

9

Rue

13 rté

e

Rue

8

h

ac

llz

d'I

17

1

u ed

Ru

re

Ga

Rue Jules Ehrmann

rte

Po du iro

M ir

18

ly

'Is

id

a Qu

r

19

u .d

c

ler

ec

L al

se repérer

Av

1

Place de la Réunion Place Lambert

11

Parc Salvator

12

Drouot / Rue de la Navigation

2

Parking des Cordiers

13

Nouveau Bassin

3

Place Dreyfus / Rue du Werkhof

14

Rue du Sauvage

4

Place de la Concorde

15

Jardin du MISE

5

Cour de Lorraine Bar du festival

16

Angle rue du Port / Quai de l’Alma

6

Jardin des Senteurs

7

Chapelle Saint-Jean

8

Marché du Canal couvert

9

Place Franklin

10

Parvis arrière de la Tour de l’Europe

17 Gare 18

Parc Jaquet

19

Rdv Parvis de la Fonderie

20

Square Steinbach

21

Rdv 49 rue des 3 Rois

22 Quai des Pêcheurs /

Champ de foire — 11 —

Attention : Retrait des billets sur place 30 min. avant le début du spectacle.

Pour vos déplacements, pensez transports doux ! Vélocité s’associe au festival en proposant une offre privilégiée.


© Mio Company

15 Mio Company

TELE-CITY (France / Iran)

Tehran Vendredi 14 ➞ 21h30 & 23h Samedi 15 ➞ 18h30, 22h & 23h30 Rdv Chapelle Saint-Jean A partir de 8 ans Théâtre de rue documentaire — 1h Résidence & création in situ Attention ! Jauge limitée à 80 spectateurs (Retrait des billets sur place 30 min. avant le début du spectacle) Le projet Télé-City / Tehran est né de la rencontre de jeunes artistes français et iraniens. Entre identité et altérité, la démarche du collectif interroge les représentations et les imaginaires que nous portons tous sur l’ailleurs. Nourris d’une expérience artistique de plusieurs mois à Tehran, le collectif désire aujourd’hui créer des résonances dans de nouvelles villes. Comme un témoignage sensible de leur rencontre là-bas et ici, ce théâtre de rue documentaire nous invite à une déambulation au travers des espaces de la ville, entre fiction et réalité. Le collectif Télé-city est né d’une première collaboration à Tehran entre les artistes iranien Hadi Kamali Moghadam et Mina Bozorgmehr et les artistes français Olivier Villanove et Ioana Arrufat. 4 artistes, 2 Français et 2 Iraniens. 4 regards portés sur la ville et sur l’autre, 2 étrangers, 2 locaux. 2 femmes et 2 hommes investis dans des questionnements artistiques portant sur les notions d’espace public. Le désir de poursuivre l’échange sous forme d’une création commune apparait rapidement. Ils sont alors accompagnés par l’Institut Français à travers son dispositif « Résidence Hors les Murs », ce qui leur permet de poursuivre cette volonté de créer un miroir artistique entre leurs mondes. Après une immersion dans les rues de Mulhouse, ce sera la deuxième fois que ce projet verra le jour en public.

Vendredi 14 ➞ 20h Samedi 15 ➞ 16h30 & 19h Jardin du Musée de l’Impression sur Etoffes a partir de 8 ans / Cirque — 1h15 Création 2017 Attention ! Jauge limitée à 120 spectateurs (Retrait des billets sur place 30 min. avant le début du spectacle) Palabre : Cirque de proximité dans un espace clos à ciel ouvert. Palabre est une invitation à se balader en compagnie de quatre circassiens dont un clown dans la réalité absurde de l’humain. Un voyage surréaliste dans les profondeurs de nos peurs loufoques, nos rêves improbables et nos envies décalées. Dans cette « fosse aux fauves », déconnectée du dehors, Palabre nous parle de l’humain, de ses contradictions, de ses pulsions, de ses rêves... « Nous sommes trop nombreux dans un espace trop petit ! » Ici il n’y a pas d’échappatoire possible, nous sommes comme dans une arche de Noé où l’espace prend vie et devient un petit monde... Palabre est comme une métaphore du monde où l’on devient peut-être trop nombreux, où l’on se questionne sur notre place et notre condition. Est-ce-que la proximité atteint sa limite ? Arriverons-nous à trouver notre propre place dans la masse ? Est-ce dérangeant, est-ce agréable ? La Mio Company a été fondée en 2015 par Jérémie Chevalier et Hadas Lulu Koren avec l’envie de commencer une aventure humaine. Pour cela, ils agrandissent l’univers artistique avec Valentina Jara et Ruth Steinthal. Au-delà de leurs diverses expériences, leur rencontre est basée sur l’envie d’expérimenter l’espace public, la rue. Pour ce faire et pour garder une intimité avec le public, ils ont construit leur propre espace de jeu, une arène à ciel ouvert aussi étrange qu’épurée. Tous baignés dans l’univers du cirque, de la danse, de la musique, du clown et de l’écriture dramaturgique, leur rencontre les amènent à créer le premier spectacle de la compagnie, Palabre. Ecrit et interprété par : Jérémie Chevalier, Hadas Lulu Koren, Valentina Jara, Ruth Steinthal. Regard extérieur : Nicolas Quetelard (Cie Le Ressort). Avec le soutien de Mikael Le Guen (Cie Sacékripa) et Joël Fesel (Groupe Merci).

De et avec Hadi Kamali Moghadam, Mina Bozorghmer, Olivier Villanove, Ioana Arrufat. Représentations accueillies avec le soutien de l’ONDA.

— 12 —

© Oscar Dumas

7

© Télé-city

Palabre

3

Chicken Street

POILU, purée de guerre Vendredi 14 ➞ 20h30 Samedi 15 ➞ 18h & minuit • Place Dreyfus Théâtre d’objet — 50 min. Santonin a deux passions : les pommes de terre et la Première Guerre Mondiale. Déçu par le Musée de la Guerre à Verdun, il décide de se lancer dans une grande reconstitution de la guerre de 14-18 à l’échelle 1/1000e avec… des pommes de terre. Car le jeune homme, malingre et méticuleux, n’a rien d’autre que 20 kilos de tubercules qu’il sculpte en soldats, tanks et avions. Un grand son et lumière avec un générique, de vraies éclaboussures d’amidon, des vraies explosions, de la vraie chair déchiquetée, des vrais morts, de vraies patates. Une simple cagette devient le théâtre des opérations où Santonin montre la bravoure des poilus plongés dans l’horreur des combats. Fondée en 2008, la compagnie Chicken Street mène un travail de rencontre entre écriture, humour physique et théâtre d’objet. Avec ses spectacles Le Cercle de Cailloutologie (2008) et Poilu (2011). elle questionne l’Humanité et son histoire de manière ludique, absurde et décapante. Avec Poilu, subtil mélange d’humour burlesque et de théâtre d’objet, Nicolas Moreau réussit à nous replonger au cœur de la Grande Guerre grâce à quelques cageots et en donnant vie à des pommes de terre ! Ce spectacle interroge, il replace les choses dans leur contexte, et tout ce qu’il aborde est historiquement véridique. Distribution : Ecriture et jeu : Nicolas Moreau. Regards extérieurs : Jean-Louis Cordier (Théâtre Group’, O.P.U.S) et Céline Chatelain (Compagnie Arnika, Les Urbaindigènes). Soutiens à la création : L’Amuserie et Théâtre Group’ (Lons Le Saunier), La Vache Qui Rue (Moirans en Montagne), Conseil Régional de Franche-Comté, Conseil Départemental du Jura. Soutien à la diffusion : Les Z’accros d’ma Rue (Nevers).


© Alexandre Orlov

17

Lumière d’Août

« C’est le genre d’enquête où il n’y a que des coupables mais ils n’iront pas en prison. Ces coupables sont vos ancêtres, tous ceux qui ont conspiré à votre existence. Tous ceux qui ont accompli le geste sexuel, le geste de transmettre un nom et parfois aussi le geste d’amour. » Il s’agit donc d’une enquête, menée par un homme, un Français prénommé Jean-Jacques, qui porte le nom du compositeur russe Tchaïkovsky. Depuis qu’il est né, on peut dire qu’il se sent à l’aise avec pas grand-chose dans le monde, et surtout pas la musique qu’il a apprise enfant sans aucun plaisir. Alors il cherche. Il cherche la cause de son existence si différente de la grande histoire imposée par son patronyme. Reclus dans la campagne bretonne, au plus près de l’humus, bien aidé dans sa quête par la bouchère du bourg et la professeure de russe, il va bien finir par trouver quelque chose. Ça s’écrit T-C-H c’est ce portrait, plus ou moins imaginaire, de cet être à la recherche de ses racines. Cette investigation qui pose la question de la terre, du lieu où l’on vit, par rapport aux lieux où ont vécu nos ancêtres. Créée en 2004 à Rennes, Lumière d’août est une compagnie théâtrale et un collectif de six auteurs. La compagnie fonde son travail sur les textes qui s’écrivent aujourd’hui et sur des formes artistiques contemporaines. Travail d’écriture et travail de plateau se nourrissent en permanence, dans le souci de trouver les moyens les plus justes pour que les écritures résonnent, deviennent vivantes dans l’espace public. Ici, grâce au théâtre-paysage, l’environnement interagit avec la pièce… Dans cette pièce, la propre généalogie russe de l’auteur, metteur en scène et des deux acteurs est venue alimenter l’écriture du texte. Documents personnels et fiction se mêlent donc pour dresser le portrait de ce descendant de Tchaïkovsky tout à fait singulier. Texte et mise en scène : Alexandre Koutchevsky. Interprètes et partenaires de recherche : Marina Keltchewsky et Élios Noël. Costumes : Laure Fonvieille. Espace sonore : Rudy Decelière. Création musicale : Julie Mathieux. Technique : Sylvain Groseil et Maxime. Conan. Stagiaire : Laurine Clochard. Diffusion : Florence Bourgeon. Administration : Charlotte Hubert-Vaillant. Production : Lumière d’août. Coproduction : L’Archipel (Fouesnant), Le Canal - théâtre du Pays de Redon, scène conventionnée pour le théâtre (Redon), L’Aire Libre (Saint-Jacques de la Lande) Avec l’aide au projet du Ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Bretagne. Ça s’écrit T-C-H constitue initialement la réponse à une commande du Théâtre de Folle Pensée, les Portraits avec paysage. Accueil, soutien des chantiers : Au bout du Plongeoir (ThorignéFouillard), La Fabrique (Nantes) / Laboratoires artistiques dans le cadre de la Coopération Nantes-Rennes 2015, Théâtre de Folle Pensée (Saint-Brieuc). La diffusion de ce spectacle bénéficie du soutien financier de Spectacle Vivant en Bretagne. Représentations accueillies avec le soutien de l’ONDA.

19 FAB / Amre Sawah (Syrie / France)

Arlette Moreau

Sous le pont

Arlette aux champignons

Vendredi 14 ➞ 20h & Samedi 15 ➞ 19h30 Parc Jaquet a partir de 12 ans / Théâtre — 1h Attention ! Fermeture du site après le début du spectacle Rencontre avec l’auteur, Abdulrahman Khalouf, le samedi 15 juillet à 15h à la libraire 47° Nord – Galerie Engelmann Le temps d’une nuit, Jamal, jeune réfugié syrien vivant seul sous un pont, fait une succession de rencontres... Construit à partir d’histoires réelles, ce témoignage puissant bascule dans une scène finale, véritable mise en abîme où l’auteur et le metteur en scène essaient, avec humour et autodérision, d’imaginer la fin du spectacle... Que vont-ils bien pouvoir faire de ce réfugié ? Confronté à un décor inconfortable, le public entre malgré lui dans une communion de corps avec cet homme qui se dévêt peu à peu de son statut d’étranger pour nous renvoyer sa fragile humanité. Le texte d’Abdulrahman Khalouf pose la problématique de l’asile, thématique attachée à l’identité syrienne depuis 2011. Écrit sur le mode d’épisodes de rencontres et présenté dans un lieu improbable, la pièce interroge aussi bien le statut de réfugié que notre société occidentale, tentée par le repli. Sous le pont est l’histoire d’une rencontre, celle d’Amre Sawah et d’Abdulrahman Khallouf, tous deux Syriens, sur les bancs de l’Institut Supérieur d’Arts Dramatiques de Damas à la fin des années 1990. Lorsqu’Amre quitte la Syrie, puis le Liban, pour la France, il décide de s’installer à Bordeaux, où vit son ami Abdulrahman depuis 2012. Après Secrets de Familles, ils travaillent de nouveau ensemble sur Sous le pont, une pièce bouleversante empreinte d’éléments autobiographiques sur les conditions d’accueil d’un réfugié en France, et sur l’exil. Cette nouvelle création, produite par le Festival International des Arts de Bordeaux Métropole (FAB) a vu le jour à l’automne 2016 et a été l’une des révélations théâtrales du festival auprès du public. Production : Festival International des Arts de Bordeaux Métropole (FAB). Soutien : ONDA, Fonds d’aide à la création et à l’innovation de la Ville de Bordeaux, OARA, Carré-Colonnes, La Villette. Distribution : Texte/auteur : Abdulrahman Khallouf, les éditions Moires. Mise en scène : Amre Sawah. Avec : Homam Afaara, Sébastien Laurier, Virginie Bergeon, Farhan Dahi, Issam Al Khatib. Conception lumière : Emmanuel Bassibé. Collaboration artistique : Sebastien Laurier. Représentations accueillies avec le soutien de l’OARA et de l’ONDA.

— 13 —

Samedi 15 • Centre-ville Dimanche 16 • Quai Des Pêcheurs Interventions surprises en rue « Les champignons ressemblent aux péchés : pour les déguster, il faut prendre des risques » Hervé Bazin. Une citation, ça te plante le décor tout de suite… Arlette aux champignons, c’est une équipe de comédien(ne)s qui fait des sorties en rue, appuie où ça fait du bien mais aussi où ça fait un peu mal… à notre société actuelle. Le plus souvent non convoqué, le public se fait surprendre, rit de bon cœur ou rit jaune, s’indigne, se tait, se laisse avoir ou ne se laisse pas faire face aux situations qu’on lui propose. Leur façon de travailler est intuitive : une idée – une situation – le jeu direct dans la rue. La dérision, le ridicule, la provocation, la poésie, la surprise sont leurs principaux outils, pour le meilleur… ou pour le pire ! Arlette, c’est une citoyenne qui veut mais qui ne sait pas comment changer le monde. Elle aime le risque, mais elle a peur de demain. C’est une gamine qui a besoin qu’on joue avec elle. Qui se sent super engagée, mais seule. Qui ne sait pas quoi faire de ses valeurs; alors qui, des fois, montre son cul pour rigoler. C’est une nana d’aujourd’hui, jeune mais has been, qui a toujours l’impression d’être perdue et qui a besoin du public pour trouver des camarades, des adversaires, des amis. Qui a besoin de tester sa liberté. Qui veut comprendre comment, pourquoi, vivre libre. Théâtre de rue, théâtre de l’invisible, théâtre forum, installations interactives. Autant de formes participatives qu’Arlette utilise pour chercher l’humain, ou parfois l’inhumain, là où il est. Distribution : Guillaume Chouteau, Marina Bouin, Laurence Demay, Nicolas Hay, Benjamin Ladjadj, Jen Orcher. Représentations accueillies avec le soutien de l’OARA.

22

© Arlette Moreau

Vendredi 14 ➞ Rdv bus 17h25 Rdv arrêt gare centrale bus 64 Samedi 15 ➞ Rdv bus 10h30 & 16h30 Rdv arrêt gare centrale bus 30 a partir de 12 ans / Théâtre Paysage Env. 2h avec le trajet / Création 2017 Attention ! Jauge limitée à 80 spectateurs (Retrait des billets sur place 30 min. avant le début du spectacle)

© Iyad Kallas

Ça s’écrit T-C-H


© Ana Borralho & João Galante

11 Ana Borralho / Joao Galante (Portugal)

On a qu’une vie

Les filles du renard pâle

Reste Vendredi 14 ➞ A partir de 22h30 (apparitions) Samedi 15 ➞ De 16h à 20h Rue du Werkhof Cirque — En continu C’est la vie d’une fille en l’air, sa vie. Quatre heures sur un fil installé dans les rues, sur une place, sur un fil qui sort d’une fenêtre, ou d’ailleurs, au-dessus du public. Le public va et vient, mais elle, elle est toujours là, sur son fil. Elle aimerait jouer avec les spectateurs, et puis trouver des actions et situations de la vie courante à vivre là-haut. Et puis, il y a cette irrépressible envie de jouer avec les éléments, le risque, de pousser les limites, mais toujours avec douceur et poésie... Une journée, un moment, un regard sur la vie... haut perchée. Un fil. 12 mm de diamètre. En équilibre, Johanne Humblet trace son parcours sur cette ligne droite. Après des débuts à l’Ecole de Cirque de Bruxelles, elle quitte sa Belgique natale pour intégrer l’Académie Fratellini. Fildefériste, Johanne teste, joue et explore toutes les possibilités qu’offre ce partenaire métallique. Attirée par la grande hauteur, et grâce à diverses rencontres, aujourd’hui Johanne est aussi funambule. Les performances funambulesques qu’elle propose ouvrent la porte à des histoires et des instants de vie partagés qui seront à chaque fois uniques. En 2016, elle crée avec Virginie Fremaux, rencontrée à l’Académie Fratellini, « les filles du renard pâle », avec l’idée que le fil puisse investir n’importe quel lieu. Funambule : Johanne Humblet. Chanteuse : Violette Legrand. Installation funambule : Pascal Voinet. Production, diffusion : Mylène Rossez.

Vendredi 14 ➞ 22h30 & Samedi 15 ➞ 22h15 Parc Salvator a partir de 12 ans / Théâtre — 1h25 Attention ! Fermeture du site après le début du spectacle. Face au public, des adolescents se proposent de parler de la signification – ou de ce qu’ils croient être la signification – de l’expression « être libre ». Ayant devant eux un avenir qui ne garantit plus les vieilles règles d’un système politique et social moribond, ils réclament un futur totalement ouvert. A partir du texte original de Pablo Fidalgo Lareo, ces jeunes veulent avaler le monde, le mastiquer et le régurgiter. Mais ce processus requiert un venin, un venin sous forme de mots pour penser la désorganisation du monde. Il s’agit aussi d’interroger une société qui continue de croire que n’importe quel travail vaut mieux que de ne pas en avoir, puisque la consommation ne doit jamais s’arrêter… Ana Borralho et João Galante se sont rencontrés pendant leurs études d’arts plastiques et ont travaillé ensemble dans les années 90 avec le groupe de théâtre portugais Olho. Ils développent leurs propres projets

cinéma

télévision

livres

depuis 2002 explorant les champs de la performance, de la danse, de l’installation, de la photographie, du son et de la vidéo. Dans On n’a qu’une vie... Ana Borralho et João Galante travaillent avec des participants non professionnels, des adolescents en l’occurrence. Ici encore, l’intérêt est de rapprocher l’espace artistique de l’espace social. Cette pièce, ancrée dans une période de crises qui nous conduit à repenser notre façon de vivre en société, propose une réflexion sur les perspectives et les rêves possibles pour la jeunesse. Conception, direction artistique, espace scénique et lumières: Ana Borralho et João Galante. Texte original: Pablo Fidalgo Lareo, traduit de l’espagnol par: Marion Cousin. Musique originale: Coolgate et Pedro Augusto. Sonoplastie: Pedro Augusto. Voix: Antonia Buresi. Assistant répétitions: Tiago Gandra et Alface (Cátia Leitão). Collaboration artistique: Catarina Gonçalves e Tiago Gandra. Performeurs: Un Groupe de adolescents locaux. Direction de Production: Mónica Samões. Production et Diffusion: Andrea Sozzi. Production Executive : Joana Duarte. Production: casaBranca . Co-production: écriture du texte originale : Culturgest/projecto Panos- palcos novos palavras novas / Traduction: Francisco Frazão (projet Panos/Culturgest). Soutiens : Câmara Municipal de Lagos, Centro Cultural de Lagos, Espaço Jovem, TEL – Teatro Experimental de Lagos, LAC – Laboratório de Actividades Criativas (LAR residência), Culturgest, Agrupamento de Escolas Gil Eanes / Escola Secundária Gil Eanes. Remerciements: Ana Carla Gonçalves, Alunos da Escola Passos Manuel / Lisboa (Turmas 10ºE e 11ºE), Ana Albuquerque, Alunos da Escola Secundária Gil Eanes - Lagos, Nelda Magalhães, Sofia Vieira, Nuno Pereira, Jorge Pereira, Alexandre Barata, Maria Alcobia et tous les adolescentes qui ont participé au projet jusqu’à maintenant. casaBranca é une structure financé par le Ministère de la Culture / Direcção Geral das Artes. Représentations accueillies avec le soutien de l’ONDA.

musiques

spectacle vivant

expositions

LE MONDE BOUGE TELERAMA EXPLORE CHAQUE SEMAINE TOUTES LES FACETTES DE LA CULTURE

CONTINUEZ À VIVRE VOTRE PASSION DE LA CULTURE SUR TELERAMA.FR

— 14 —

et retrouvez nous sur

Conception graphique : Anne Denastas - www.annedenastas.com

3

© Jean Gerard Bernabeu

dans laquelle je veux avoir le temps de me construire et de me détruire


© François Mary

8 Uz et Coutumes

Souk,

une autre histoire du Maghreb

© Maxime Forot

Samedi 15 ➞ De 8h à 13h Marché du Canal couvert Théâtre de rue — En continu 10 Oups Compagnie

Le cœur au bord des lèvres Vendredi 14 ➞ 18h30 & Samedi 15 ➞ 19h Parvis arrière de la Tour de l’Europe Clown — 1h30 / A partir de 12 ans Attention ! Fermeture du site après le début du spectacle. Il est ce spectacle qui naît d’un besoin que nos âmes se rencontrent et se chatouillent l’existence, encore et toujours. Il est ce solo qui gratine la conscience, où l’art se mêle de tout et son contraire, de ce qui nous rabote le cerveau et qui nous ouvre sûrement à autre chose... « Le cœur au bord des lèvres, c’est parce que j’veux comprendre avec toi, partager mes envies, mes régurgitations et mes coups d’âm(e)our. J’veux que ça s’mêle et qu’on s’emmêle. J’veux faire palpiter mes paroles avalancheuses et déboucher les cœurs... » Alors voilà. Ça c’est Cotille, clowne chamane transgenre intergalactique aux failles et aux questions plus qu’apparentes... Cotille est fragile mais elle est universelle ! Cotille est pleine. D’énergie. De sincérité. De questions. Sur l’art. Sur la vie. Comme une page blanche, tout est à faire... Toujours. Tout le temps… Un spectacle ultra-sensible, drôle et philosophique. La OUPS compagnie, ou comment une aventure est née... Cotille, clowne de Soukeïna De Moraës, en est la base. Il lui fallait une petite maison terrestre qu’on appelle ici «compagnie». Il fallait cet outil pour que l’art envahisse. C’est donc en 2010 que la OUPS compagnie s’invente à Chambéry. Faire réfléchir ? Faire rire ? Et si on se reliait ? ... Le corps et l’esprit...sont-ils séparés ?... Le praticable de recherche a beaucoup été la rue, partenaire rude mais explicite. Viennent ensuite les galeries d’art. Une idée folle d’un galeriste a tout fait basculer : demander à Cotille d’intervenir au vernissage d’une exposition collective. Et voilà, l’aventure du premier spectacle Le cœur au bord des lèvres commença ainsi ! De et par Soukaïna De Moraës. Peintre : MattB. Régisseur complice : Maxime Forot.

9

22

Cie Bicepsuelle

SPORaddict Samedi 15 ➞ 16h & 19h30 • Place Franklin Dimanche 16 ➞ 18h30 • Quai des Pêcheurs Théâtre de rue — 1h / Création 2017 C’est l’histoire d’une équipe, c’est l’histoire de 4 ne faisant qu’un et de tout un chacun, c’est l’histoire d’épreuves et de l’absurdité du geste, c’est l’histoire de réussites et de défaites réussies, c’est l’histoire d’un public, d’une mascotte, d’une pompom girl, d’un coach, d’une casquette… et avec un peu de chance du SPORT au milieu de tout ça… Iris et Damien se sont rencontrés à Paris. Ils ont tout de suite ri. Damien a demandé à Iris s’il pouvait la porter et ils ont encore ri. Toute cette rigolade les submergeant, ils décidèrent sérieusement d’établir un contrat les liant pour le pire du meilleur. Pourquoi BICEPsuelle ? « Ce nom de Cie n’a pas été choisi innocemment, il est censé nous représenter. BI- C’est une histoire de deux complices, deux dont on pourrait dire « y’en a pas un pour rattraper l’autre ». BI- parle aussi de la Bisexualité qui nous entoure (vous et nous). BICEPS- les nôtres font que nous ne passerons plus jamais inaperçus. SUELLE- sous (en)tend Sensuelle ». Pour cette deuxième création, ce duo s’est transformé en quatuor et nous réserve un nouveau spectacle sur le sport complétement décalé et bourré d’énergie ! Echauffement vivement conseillé… De/Avec : Damien Morin, Iris Garabedian, Laura Franco, Olivier Trapon. Œil extérieur : Elise Ouvrier-Buffet, Ronan Rioualem . Soutien : Daki-ling, La Fraternelle, La Fée Nadou, La Gare à Coulisse, Quai des Arts, La Cascade, Turbul’, La Petite Pierre. Production : Collectif La Basse Cour.

— 15 —

Au cœur des sons du marché, au milieu des échanges et des va-et-vient permanents, se poursuit cet engagement essentiel pour Uz et Coutumes : porter une parole poïelitique (néologisme de Bernard Lubat) dans l’espace public. Au milieu de tout cela, toujours la question de l’acceptation ou non de l’autre : le différent ou le semblable avec toutes les variations que cela comprend. Et notre histoire de France si chargée de migrations plurielles. Il y a ce texte écrit en Algérie en 1952 par le poète Ismaïl Aït Djafer : « La complainte des mendiants arabes de la Casbah et de la petite Yasmina tuée par son père ». Et tous les autres textes des poètes en exil, parce qu’il est des pays où écrire est dangereux, parce que parfois la France a servi de refuge à la parole. Il s’agit ici de trouver comment dire en créant une alcôve précieuse où il sera question de tendre l’oreille et de prendre au passage un instant imprévu. En 2002, Dalila Boitaud fonde la compagnie Uz et Coutumes dont elle assure depuis la direction artistique. Composée de quinze comédiens, danseurs, plasticiens, la compagnie arpente les rues et les quartiers, à la recherche de l’instant poème dans l’espace public. Théâtre du bitume et du chaos, Uz et Coutumes tient à mettre l’accent, dans chacun de ses travaux, sur le texte dit, la parole de grands auteurs ou de tout un chacun. Dans ce spectacle, la matière textuelle se déclinera de plusieurs façons, lectures discrètes, écoutes au casque, marquages au sol ou au ciel, déplacements poétiques, environnement transformé… Les auteurs sont pour certains connus et de fervents représentants de la littérature engagée du Maghreb : Kateb Yacine, Abdelatif Laâbi, Mouloud Feraoun, Dalila Kerchouche, Mahi Binebine, Rachid Boudjedra, Assia Djebar, Yasmina Khadra, Tahar Ben Jelloun, Arezki Metref, Salima Aït Mohamed, Malek Alloula… Mise en scène : Dalila Boitaud Mazaudier, Scénographie : Adrien Maufay, Montage sonore et régie générale : Vincent Mazaudier, Administration : Sophie Duluc, Interprétation : Hadi Boudechiche, Dalila Boitaud Mazaudier, Marie-Leïla Sekri, Adrien Maufay, Vincent Mazaudier, Regard plastique : Cécile Marical, Regard littéraire : Khalid Tamer. Production : compagnie Uz et Coutumes. En partenariat avec : OARA - Office Artistique de la Région Nouvelle Aquitaine, Mix’art Myrys - Collectif d’artistes autogérés - Toulouse (31), ATTACAFA - Scène Universelle Nomade à Lille (59), ARTO - Festival de rue de Ramonville (31), MC2a - Migrations Culturelles aquitaine afriques - Bordeaux (33), Uzeste Muzical - Uzeste (33). Avec le soutien de : Direction Régionale des Affaires Culturelles (D.R.A.C.) Nouvelle Aquitaine - Aide à la production, Conseil Régional Nouvelle Aquitaine, Conseil Départemental de la Gironde. Représentations accueillies avec le soutien de l’OARA.


© David Michaud

19 Robin Decourcy & Séverine Bauvais Association Avaleur

Agreste & Bucolique Vendredi 14 ➞ 18h & Samedi 15 ➞ 16h & 18h Rdv parvis de la Fonderie Danse — 1h20 Agreste et Bucolique est un mythe qui traite de l’adolescence. Robin Decourcy et Séverine Bauvais font revivre ce mythe lors d’un spectacle en extérieur : Agreste, déesse de l’éternelle jeunesse, accompagnée de Bucolique, son écuyer non moins équivoque, divaguent dans une mission énigmatique. Pour cela, ils brisent inlassablement du verre en récupérant des bouteilles abandonnées. C’est ainsi que commence la dérive des deux hères dansants et casqués qui s’avèrera irréversible et salutaire. Sur un fond sonore tout à la fois vrombissant et musical, façonné par Romain Bodart, ils nous emmènent dans un univers contemporain et cinématographique, où l’on est invité à trouver sa propre place et sa propre interprétation. Robin Decourcy est performer, chorégraphe et artiste contemporain. Après des études à la Villa Arson et aux Beaux-Arts de Mexico, il créé le lieu d’art participatif «Le désappartement» à Nice, produit et participe régulièrement à des vidéos danse réalisées en espace public, explorant des espaces non dédiés dans lesquels il s’attache à utiliser l’architecture, les ressorts mythologiques et historiques des lieux traversés. Sa pratique in situ, comparable à un art d’atmosphère conviant un public intime, s’est beaucoup développée au cours de ses voyages. Il intervient par ailleurs en tant qu’interprète et regard extérieur pour l’Agence Touriste (Mathias Poisson et Virginie Thomas), Claire Ruffin, Camille Boitel, Clara Le Picard, Jules Beckman, Mathilde Monfreux, Balkis Moutashar, Esthel Vogrig, Loïc Guénin et en tant que pédagogue dans des structures dédiées, en France et à l’étranger.

17 Carnage Productions

Zéro Killed Samedi 15 ➞ 11h, 15h, 16h30, 18h & 19h30 Rdv Gare centrale A partir de 12 ans Théâtre de rue — 1h / Création 2017 Attention ! Jauge limitée à 120 spectateurs (Retrait des billets sur place 30 min. avant le début du spectacle) Dans un lieu clos, neuf personnes vivent, ou plutôt survivent, retranchées. Elles y dorment, s’y entraînent, veillent les unes sur les autres et se nourrissent grâce à une nourriture relativement abondante collectée au fil des jours. Elles ne se connaissaient pas il y a encore quelques mois, elles n’étaient pas spécialement préparées à ce qu’elles vivent aujourd’hui mais elles tâchent d’être efficaces, autonomes et solidaires. Car dehors, c’est le chaos. Alors la plupart des gens fuient, se réfugient, se barricadent. Et attendent. Parmi eux, 120 personnes leur demandent asile… Distribution : Déborah Bessoles-Llaves, Lorraine Brochet, Clément Demoen, Mickaël Dufrechou, Elouan Hardy, Emilien Janneteau, Serena Nikly, Lisa Peyron, Alec Somoza, Alix Soulié, Louise Tardif. Mise en rue : Stéphane Filloque. Soutien à la création : (en cours) DRAC Occitanie, Région Occitanie, Ville de Toulouse.

22 Carnage Productions

L’être recommandé Dimanche 16 ➞ 17h • Quai des Pêcheurs A partir de 8 ans Théâtre de rue — 55 min. Artimon Chobet, Arti comme on l’appelle plus communément, tente la difficile entreprise à l’âge de 48 ans de devenir artiste feutriste... Equipé de sa boîte à couleurs «Baignol et Farjon» et de son courage, il s’est donné pour mission de reproduire, d’embellir, de coloriser tous les visages ternis par le gris de la morosité ambiante... Mais aussi et surtout, sa vie ! Distribution : Sébastien Osmont. Mise en rue : Stéphane Filloque, Hélène Larrouy. Soutien à la création : merci pour les résidences à nos amis de: La Chaperie à Guécélard, Le Bazarnaom à Caen, La Cie Les Quidams à Etrez.

Née en 1989, la compagnie a créé de nombreux « classiques » du théâtre de rue. Regroupant une quinzaine d’imbéciles tous dévoués au ridicule et à l’humour cultivé à force d’observation du monde qui les entoure, la compagnie se revendique des Nouveaux Arts du Geste et de l’Exploit. Après une Vie de Grenier tout en sensibilité accueilli l’an dernier, Stéphane Filloque revient à Mulhouse avec une nouvelle création collective inspirée des stages de survie sociale qu’il prodigue depuis de nombreuses années.

Agreste & Bucolique a été créé en 2015, avec le soutien à la résidence et la coproduction de FORMAT-La JETÉE, lieu d’Art et de ressources chorégraphiques, pendant le festival Format Danse en Ardèche. Ecriture & Performance: Robin Decourcy & Séverine Bauvais. Composition sonore : Romain Bodart. Régie : PAB. Production/diffusion : La Felicidad - productions tout terrain. Avec la participation de jeunes amateurs.

— 16 —


© Collectihihif

5 CollectiHiHiHif

Les The Closh

Trois énergumènes issus du rock dans tous ses états vous embarquent dans leur camion scène pour une aventure de haut voltage où s’entrechoquent les émotions. Ils essayent par tous les moyens d’assurer leur concert qui sera peut-être le dernier. Du rire grinçant aux larmes de joie en passant par les titres emblématiques du rock, ce spectacle dévoilera en «live» la vie tumultueuse de ce groupe sur le retour. Le CollectiHiHiHif est une compagnie basée à Montpellier depuis 2012. Ils ont été formés à l’école du Samovar aux arts du clown. Ce groupe d’artistes est réuni autour d’un objectif commun: toucher le Public avec un grand P. Ils tissent des univers décalés, loufoques, entre comique futuriste et tradition clownesque, qui vous emportent avec fraicheur dans un tourbillon de rire et de poésie. Intéressés par toutes les formes de comique : le gros et lourd, le fin et subtil… Leur but est d’émouvoir et de parler d’humanité, tout simplement et parce que la vie c’est pas facile. Semer les graines de la joie en se servant des fleurs flétries de la vie. Leur devise : « Etre con c’est un don, faire le con, c’est un art. » Avec Philipp Vohringer, Emilie Marin, Jean-Baptiste Lacour.

© MxM

Vendredi 14 ➞ 19h & 23h30 Samedi 15 ➞ 19h & 23h • Cour de Lorraine A partir de 8 ans Théâtre de rue — 1h

5

MxM

Ciel de traine Vendredi 14 ➞ 00h30 • Cour de Lorraine Mix electro live — 1h20 La singularité de ce mix-performance réside dans la convocation d’un texte sur la fin de notre monde post-industriel. Ces mots projetés seront autant d’univers, de mises en espace et en mouvement 3D ; ils vont prendre corps dans une création visuelle et filmique en images de synthèse réalisée par Hugo Arcier, artiste numérique. Ciel de traîne est un récit où se côtoient aphorismes, chiffres, fragments poétiques, statistiques économiques, discours politiques, tel un paysage mental et mouvant, une errance poétique. Avec les auteurs vivants, MxM fait parler le monde du travail, la famille et ses secrets, questionnant le politique par l’intime. Des récits, contes ou fantasmagories qui appellent l’imaginaire. Impulsé en 2000 par le metteur en scène Cyril Teste, le créateur lumière Julien Boizard et le compositeur Nihil Bordures, le collectif se constitue en noyau modulable d’artistes et techniciens, réunis par un même désir de questionner l’individu simultanément en tant que spectateur du réel, de la représentation et de la fiction. Ciel de traîne est une création de Nihil Bordures qui convoque des basses pour le ventre et du sens pour la tête... Concept, composition, mix live : Nihil Bordures. Images Hugo Arcier. DJ set : Jean-Pierre aka Analogboy.

— 17 —

5

Bienvenue à Ödland Bar du festival Vendredi 14 ➞ De 18h à 2h Samedi 15 ➞ De 14h à 2h • Cour de Lorraine Atelier petit chimiste Samedi 15 ➞ 14h, 16h & 18h 30 min. Cette année, le collectif ÖDL vous invite au bar « Mon amour ». Et d’amour, il en irradiera ! Vous serez immergés dans un espace qui voyagera dans l’inquiétante fascination de la science. Au cœur d’une fusion parfaite : à voir, à boire, à manger et à écouter, il sera l’épicentre de la ville ! Le Bar « Mon Amour » transformera votre passage en une fiction poétique et miraculeuse, et ça ce n’est pas ÖDL qui le dit c’est simplement la définition de l’alchimie. Pour les plus petits, il sera possible d’arpenter une mini-ville fantôme dans laquelle seront proposés différents ateliers. Un bon moyen de devenir un vrai petit scientifique fou !


Le dimanche, Scènes de rue aime explorer le territoire mulhousien

© La Folie Kilométre

Cette année, en lien avec le grand projet Mulhouse Diagonales, nous nous installerons Quai des Pêcheurs. Nous nous retrouverons sur les bords de l’Ill comme un préalable aux aménagements futurs de cette rive, comme une douce et ingénieuse appropriation de cet espace à la fois naturel et urbain, pictural et sauvage. A partir de 15 heures, ou dès le matin pour les explorateurs prêts à de nouvelles expériences urbaines, venez profiter, une dernière fois, des spectacles et des performances insolites, des balades épiques et du temps qui passe… Plus d'infos : mulhouse.fr/fr/mulhouse-diagonales

22 La Folie Kilomètre

• LE TRÈS GRAND PÉRIPLE • Odyssée Explorateurs extrêmes (enfants accompagnés + 10 ans). De 5h à 7h. • LE GRAND PÉRIPLE • Expédition Explorateurs tous terrains (enfants accompagnés + 8 ans). De 3h à 5h. • LA PETITE BOUCLE • Aventure Explorateurs en douceur (enfants accompagnés - 8 ans). De 1h à 2h. Prévoir chaussures confortables et tenue adaptée à la météo, pique-nique ou encas. En Exploration est une marche libre en petit groupe sur le périmètre de la diagonale verte de Mulhouse. Avec des yeux curieux et des chaussures confortables, partez à l’aventure et à la recherche de trésors urbains : animaux rares, personnages incongrus, fenêtres sur autoroutes, rues étranges, pièces à convictions cachées dans les fourrés, filets troués et autres bizarreries urbanistiques ou poésies collectives. En bande ou en famille, par petits groupes de cinq, les marcheurs, guidés par une carte, devront se fier à leur instinct d’explorateurs, se repérer aux moindres signes de fumée, de couleur ou d’affichage saugrenu pour (re)découvrir ce territoire (in)connu. Ils pourront franchir des passages inédits en dehors des sentiers battus et des trajets quotidiens pour se construire leur poétique de la ville. Basée à Marseille, La Folie Kilomètre est un collectif fondé en 2011. Il regroupe des artistes issus du spectacle vivant, des arts plastiques et de l’aménagement du territoire. À la croisée de ces pratiques, le collectif imagine des expéditions, spectacles, promenades et ateliers. De la cartographie sensible à la création sonore, de l’installation visuelle au tableau vivant, les disciplines dialoguent et leurs contours se fondent dans un langage métissé. Monumentales ou minuscules, ses interventions jouent avec les échelles des lieux et les niveaux de lecture. Après leur première exploration du toit des villes en 2012, le collectif revient à Mulhouse et nous fait partager, en mouvement, sa vision singulière de notre espace urbain en détournant sa normalité et en y instillant toute sa poésie. Avec : Elsa Vanzande et Abigaël Lordon. Représentations accueillies avec le soutien de l’ONDA.

© Association Avaleur-D.R

Dimanche 16 ➞ Départs toutes les 15 min. de 9h à 17h • Rdv Quai des Pêcheurs Création in situ Attention ! Jauge limitée à 5 marcheurs Sur inscription : baladedexploration.sdr@gmail.com

© Lise Outric

Balade d’exploration

22

Margo Chou

22

Robin Decourcy / Association Avaleur

Trek Danse Dimanche 16 • Piste bleue (famille) ➞ 10h — 2h30 • Cordée rouge (confirmé) ➞ 14h30 — 5h Rdv Quai des Pêcheurs Marche et expériences somatiques Attention ! Jauge limitée à 40 marcheurs Sur inscription : trekdanse.sdr@gmail.com Au Trek Danse, venez légers, amples… et protégés ! Pour participer, un sac à dos léger vous permettra d’emporter pique-nique et collation, eau et protection solaire. Des vêtements amples et tout terrain vous permettront de profiter pleinement de votre expérience, ainsi que des chaussures de marche légères, légères. Le Trek Danse, c’est une nouvelle pratique de la randonnée imaginée par Robin Decourcy, une balade artistique, à la rencontre d’expériences et d’états de corps, à la croisée de pratiques festives, participatives et ludiques. On s’y nourrit d’exercices et de jeux développés dans plusieurs courants issus de la danse post-moderne : des marches sensorielles, des marches empathiques, en duo ou en groupe, et d’autres actions poétiques sont proposées, en résonance avec les paysages traversés, le temps d’une journée. Inspiré de la danse Butõ et du mouvement Fluxus, par des artistes du déplacement et de l’errance, de la transe et du nomadisme, le Trek Danse offre l’occasion d’appréhender autrement son environnement. Pour cette découverte dominicale, Robin Decourcy propose deux parcours : un Trek Danse/Piste Bleue, à partir de 8 ans d’une durée 2h30 le matin et un Trek Danse/Cordée Rouge l’après-midi pour adultes, d’une durée de 5 heures. Une proposition de Robin Decourcy, avec Pierre Bourgeois. Assistant régie & plasticien : PAB. Production/diffusion : La Felicidad – productions tout terrain.

— 18 —

Je me suis réfugiée là, là, là Samedi 15 ➞ 12h • Jardin des Senteurs Dimanche 16 ➞ 19h • Quai des Pêcheurs Théâtre — 1h30 Margo Chou pose sa table, ses livres et autres porte-bonheurs, elle offre à manger, un coup à boire… Il y a une enceinte, de la musique de variété tzigane, celle qu’on ne connaît pas ici. Celle qui ressemble aux musiques des bleds du monde. Entre poésie, intimité, discussion, elle évoque en fragments réalistes ou surréalistes, les espaces repliés sur eux-mêmes, les espaces requalifiés des villes, ces endroits d’empêchement fabriqués par la société. Elle évoque des rencontres sur les trottoirs, raconte des moments passés dans les fossés, sur les platz avec les Rroms ou autres, des moments de fête et de flânerie, allongée, les gris-gris, les doudous.... Un monologue sans fin déterminée. Margo Chou rentre dans les communautés, cherche dans ces endroits un rapport immédiat à l’autre, s’affranchi des différents codes, des différents milieux de notre société, trouvant là des espaces relationnels qui n’ont pas de place dans l’espace social normé. Elle se fond dans l’immobilité de leur quotidien, elle ralentit, repose, discute, en extrait des bouts de vie. Que ce soit dans le milieu des musiques d’Europe de l’Est, dans des bidonvilles ou des camps Rroms, dans la jungle de Calais ou en Transylvanie, Margo reste passionnée par les rituels que se crée l’humain. Alors qu’elle sort de la formation de la FAI AR en 2015, elle entame l’écriture de Je me suis réfugiée là, là, là et se met en jeu, seule, partout, avec ses chroniques, ses souvenirs, ses poésies, sa musique et ses silences partagés. Auteur-interprète : Margo Chou. Regard extérieur : Lacopo Fugi. Photographie : Yohanne Lamoulère. Avec le soutien de La Gare Franche – Maison d’artistes, Théâtre de curiosités [Marseille], Animakt, lieu de fabrique pour les arts de la rue [Saulx-les-Chartreux], du Pôle National des Arts du Cirque [Amiens], de la FAI-AR, Formation supérieure d’art en espace public [Marseille].


© Elbariol

22

22

© Irene Michailidis

Pour profiter pleinement de cette soirée de clôture du festival, venez avec un légume pour le “Soupe Mix & Remix”, de bonnes choses à partager, un coup à boire ! C’est l’assurance de passer une bonne soirée dominicale tout en douceur et en partage…

Cie Faune de Nuit

Les Vieilles Dimanche 16 ➞ De 15h30 à 19h30 Quai des Pêcheurs Entresort — En continu Une fois entré dans la cabane des Vieilles, on est invité à partager un moment hors du temps, hors du rythme quotidien, dans une lenteur propice à la rêverie. Loin du brouhaha de la fête, le casque sur les oreilles, les sons, les chants et poèmes se font tout proches, chaque objet appelle un souvenir. Les Vieilles pose avec sensibilité la question du temps qui passe, entre la nostalgie d’une vie passée trépidante et un présent qui est nécessairement plus lent... Peut-on mesurer la vitesse du temps, la vitesse de la vie à travers les âges ? Artistes aux parcours différents, Irene Michailidis et Florine Chevrolet trouvent rapidement un langage commun pour créer des univers farfelus, poétiques, parfois subversifs... Leur toute jeune compagnie, Faune De Nuit, entend explorer de nouveaux langages théâtraux pour créer des situations artistiques poétiques et engagées, en lien avec les enjeux d’aujourd’hui. La faune de nuit, ce sont nos rêves, nos pensées inavouées, qui attendent que le soleil se couche pour apparaître et nous hanter. Ce sont ces animaux extraordinaires que l’on devine mais qu’on ne voit pas.

Quignon sur rue

Quignon sur rue

La petite distribution

Soupe Mix & Remix

Dimanche 16 ➞ De 19h30 à 22h30 Quai des Pêcheurs Performance artistique et culinaire En continu

Dimanche 16 Quai des Pêcheurs

Le collectif Quignon sur rue vous invite à une préparation et dégustation de pizzas, dans une ambiance conviviale et festive, rythmée par la mécanique effrénée du geste artisan. Un projet participatif qui tente de redonner au repas sa place de fête fédératrice. C’est dans un taylorisme convivial et chaleureux qu’ils tentent de mettre tous nos sens en éveil! La Petite Distribution est aussi une réflexion active sur la place fédératrice du street food. De la préparation de la pâte à l’enfournement, en passant par l’épluchage des légumes et le tout tenu par quelques personnages cuistots virevoltant, jonglant, pétrissant. Les pirouettes pleuvent dans les nuages de farine, la file d’attente glousse et les pizzas régalent. Vous venez goûter ? Distribution : Laurent Lebarbe, Béatrice Moreno, Peggy Dalibert. Chargée de production : Maria Sophie Boizard. Co-Production et partenaires : Itinéraires Bis, Région Bretagne, Ville de Rennes, Lycée Agricole Caulnes. Partenaires : Polau, Tombées De La Nuit, Spédidam, Rennes Métropole.

Création originale de et avec : Irene Michailidis, Florine Chevrolet.

« Soupe mix & remix », c’est une invitation à se rejoindre avec sa tomate ou son concombre sous le bras ! Venez avec vos légumes, les plus frais, les plus beaux, mais aussi les biscornus, venez avec vos herbes les plus fines et les plus vertes, pour préparer un Gaspacho géant ! Au programme : Un sacré mix suave de tomate betteraves coriandre et un fameux remix de concombres remplis de fraicheur… Nota Dress-code : des économes, dés éplucheurs et planches à découper peuvent tout à fait accessoiriser une tenue légère de soir d’été. Vitamine-crew et Casserole Mâte – agents spéciaux M.M.S. (Mange Ma Soupe) de la célèbre M.I. (Marmite Inc.) seront là pour vous accueillir ! Le collectif Quignon sur rue s’est créé autour d’artistes de différentes disciplines, d’un ex certificateur de labels biologiques et DJ à ses heures, et d’une passion commune : Le pain. Depuis 2011, la compagnie voyage de festivals en festivals, avec un four ambulant, cherchant des formes artistiques autour du geste artisan. Véritable petit théâtre culinaire, Quignon sur rue travaille à une forme de restauration à la frontière du spectacle, de la boutique décalée interactive. Autour d’un four artisanal, il invite les curieux à mettre la main à la pâte, à prendre le geste du pétrin, à nouer du lien et interagir avec ce que l’on mange. Distribution : Mounira Tairou et Youna Marsaurche.

— 19 —


Ainsi, certains spectacles sont à jauge limitée ; cela s’explique soit par un espace réduit soit simplement parce le spectacle a été conçu pour un nombre limité de spectateurs. Quand c’est le cas, la mention de jauge limitée est indiquée, elle peut être simple ou à billetterie. Pour ces spectacles, il est demandé de venir sur place 30 min. avant le début de la représentation. Aucune réservation ne sera prise.

Le festival met tout en œuvre pour que les personnes à mobilité réduite puissent participer au festival. Pour plus d’informations : 03 69 77 77 50.

Consignes Vigipirate En cas de contrôle, dans le cadre du dispositif Vigipirate et pour faciliter les accès aux spectacles, nous vous demandons de venir sans sacs volumineux ni bagages. Un dispositif de sûreté nécessitant des aménagements particuliers a été adopté. Le secteur du centre-ville et d’autres lieux de représentation se trouveront sécurisés et interdits au stationnement et à la circulation automobile durant la manifestation. Pour que le festival reste un rendez-vous toujours aussi convivial et résolument artistique, nous comptons sur votre bienveillance et nous vous remercions de bien vouloir faciliter le travail des agents sur le terrain.

Renseignements : Service Développement culturel Tél. 03 69 77 77 50 www.scenesderue.fr #S2RM2017

Signature verte Toujours fidèle à son positionnement, le festival continue à mettre en œuvre des actions éco-citoyennes qui amènent à la réflexion et surtout à penser notre rapport au monde et aux autres… Le festival est soucieux de développer sa signature verte et agit naturellement pour limiter son impact sur l’environnement par : la limitation des déchets (utilisation de papier recyclé, de vaisselle dure et de gobelets réutilisables au catering et au bar, limitation des bouteilles plastiques et valorisation de l’eau de Mulhouse), le recours aux circuits courts et aux produits issus de l’agriculture biologique, le tri des déchets (y compris compostage) et la promotion des transports en commun. Vous aussi, laissez votre signature verte… Pour vos déplacements, pensez aux transports doux grâce à nos partenaires ! Soléa Pour les lignes régulières : solea.info.org Pour le covoiturage : covoiturage.solea.info Vélocité s’associe au festival en proposant un abonnement courte durée gratuit du 14 au 16 juillet !

GRAND EST

Tous les sites du festival sont situés à proximité d’une station de vélocité. Plus d’infos sur velocité.fr

@mulhouse.officiel

@mulhouse

mulhouse.fr

Illustration Pintachan

Accueil et accompagnement des personnes à mobilité réduite

conception

Vendredi de 17h à 20h et samedi de 11h à 20h. Un point d’informations est à votre service, Place de la Réunion. Vous y trouverez le programme du festival et pourrez y poser toutes vos questions. De plus, sur les sites de chaque spectacle, notre équipe Accueil Public est présente pour vous accueillir et vous placer afin que vous puissiez profiter au mieux des spectacles. Tous les spectacles présentés sont gratuits mais à géométrie variable : petits ou grands, intimes ou spectaculaires, fixes ou en déambulation, l’accueil du public est adapté en fonction. Pour le confort de tous, merci de vous conformer aux recommandations spécifiques.

Jauge limitée

Licence n°3-1020057

Point info et accueil du public

SDR 2017 programme  

Programme du festival Scènes de rue 2017 à Mulhouse

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you