Page 1

Édition 2020

Tout pour profiter de la foire L’art pour réfléchir à sa fortune Vivre entouré d’art


PHOTO Maison Moderne

Édito Cette sixième édition de Luxembourg Art Week n’est vraiment pas comme les autres. La présence du Covid-19 au sein de la population a provoqué le report ou l’annulation de plusieurs grandes foires internationales. Une occasion manquée pour les galeristes de soutenir leurs artistes et de vendre leurs œuvres. Le marché est sous pression. Aussi, il y a fort à parier que les exposants de Luxembourg Art Week seront encore plus ravis que d’habitude de participer à cette foire, qui bénéficie désormais d’une bonne réputation, non seulement au Luxembourg, mais également au-delà de nos frontières. Par conséquent, le focus initié cette année sur les galeries bruxelloises semble tout à fait à propos. En effet, quoi de plus naturel que d’inviter ces galeries voisines à venir directement à la rencontre des amateurs d’art et collectionneurs luxembourgeois ? La logique de territoire et de proximité est bien là. La période a aussi permis de souligner et de mettre en exergue l’importance de la numérisation, y compris dans le milieu de l’art. C’est pourquoi Luxembourg Art Week a choisi d’innover pour cette édition et de proposer le Creative Club, qui est un espace dédié aux entreprises proposant des technologies au service du milieu culturel, et de l’art, plus spécifiquement. Enfin, grâce à ce supplément, la rédaction de Paperjam vous offre un compagnon pour profiter pleinement de la foire : témoignages de collectionneurs, sélection d’œuvres en vente, programme des événements à découvrir en parallèle de la foire… L’essentiel de ce qu’il faut savoir et découvrir pendant Luxembourg Art Week 2020 est entre vos mains. Je vous donne rendez-vous dans les Céline Coubray Rédactrice en chef allées de la Halle Victor Hugo ! 3


Paperjam Week-End C’est le moment détente, découverte et plaisir de la semaine avec des bons plans évasion, des conseils bien-être et le podcast du week-end.

La famille Paperjam Paperjam Running LANCEMENT LE 12 NOVEMBRE

Cette nouvelle newsletter mensuelle présente l’actualité running, les meilleurs parcours, ainsi que des conseils sportifs et pratiques.


LANCEMENT LE 28 OCTOBRE

Paperjam Green Le rendez-vous mensuel des particuliers et des professionnels confrontés à la transition écologique.

s’agrandit ! LANCEMENT EN JANVIER 2021

Paperjam Finance L’incontournable du mois pour le secteur financier au Luxembourg.

Abonnez-vous à nos nouvelles newsletters sur :

newsletter.paperjam.lu


Marc Buchy avoir désordre 31.10.2020 - 13.12.2020

Arny Schmit Die hängenden Gärten

Mercredi-Dimanche 15-19h www.centredart-dudelange.lu

réalisation : Bunker palace

31.10.2020 - 13.12.2020


Maison Moderne ™ www.maisonmoderne.com, téléphone (+352) 20 70 70, e-mail publishing@ maisonmoderne.com, courrier BP 728, L-2017 Luxembourg, bureaux 10, rue des Gaulois, Luxembourg-Bonnevoie, fondateur Mike Koedinger, CEO Geraldine Knudson, directeur administratif et financier Etienne Velasti RÉDACTION téléphone (+352) 20 70 70-100, fax (+352) 29 66 19, e-mail press@paperjam.lu, courrier BP 728, L-2017 Luxembourg, directeur de la publication Mike Koedinger, rédactrice en chef Céline Coubray, secrétaire de rédaction Jennifer Graglia, photographe Nader Ghavami, correction Pauline Berg, Lisa Cacciatore, Sarah Lambolez, Elena Sebastiani AGENCE GRAPHIQUE directeur de l’agence Mathieu Mathelin, directeur de la création Jeremy Leslie, head of production Stéphanie PorasSchwickerath, head of art direction Vinzenz Hölzl, graphisme / layout Maison Moderne, directeur artistique José Carsí, head of production assistant Myriam Morbé, mise en page Sascha Timplan, Juliette Noblot RÉGIE PUBLICITAIRE téléphone (+352) 20 70 70-300, fax (+352) 26 29 66 20, e-mail regie@maisonmoderne.com, courrier BP 728, L-2017 Luxembourg, directeur associé Francis Gasparotto, assistante commerciale Céline Bayle

natureOffice.com | DE-261-JYACEBD

Tous droits réservés. Toute reproduction, ou traduction, intégrale ou partielle, est strictement interdite sans l’autorisation écrite délivrée au préalable par l’éditeur. © MM Publishing and Media SA. (Luxem bourg) Maison Moderne ™ is used under licence by MM Publishing and Media SA. — ISSN 2354-4619 Conformément à l’article 66 de la loi du 8 février 2004 sur la liberté d’expression dans les médias, la présente mention est obligatoire « une fois par an, au premier numéro diffusé ». Nous avons choisi de la publier chaque mois. La société éditrice de Paperjam est détenue indirectement, par une participation excédant 25 %, par Mike Koedinger, éditeur domicilié au Luxembourg. La direction générale et la gestion journalière sont de la responsabilité de Geraldine Knudson.

Sommaire 14

20

L’art pour réfléchir à sa fortune

Aveugler pour mieux regarder

26

30

Vivre entouré d’art au quotidien

Bruxelles à l’honneur

40

42

Le LEAP soutient la création luxembourgeoise

Qu’acheter pendant la foire ?

58

62

Luxembourg Art Week lance un Creative Club

À voir pendant la foire

La photo de couverture a été réalisée par Mike Zenari. Passionné de photographie depuis son plus jeune âge, sa passion est devenue son métier en 2014. Depuis, il travaille en tant que free-lance et collabore régulièrement avec Maison Moderne, éditeur de Paperjam. mikezenari.com

9


exposition


PHOTO Luxembourg Art Week

Malgré le Covid ! Pour sa sixième édition, Luxembourg Art Week s’est lancé le défi majeur de maintenir son grand rendez-vous culturel en novembre. Malgré un contexte sanitaire difficile, il nous a semblé plus important que jamais de permettre aux galeristes de rencontrer leur public, d’offrir une visibilité aux artistes et de consolider leurs liens avec les collectionneurs. Cette année encore, près de 70 exposants venus du Luxembourg et des quatre coins d’Europe animeront donc à nouveau les grandes allées de la Halle Victor Hugo. Pour garantir la sécurité de tout un chacun, le flux de visiteurs sera géré grâce à notre billetterie en ligne, qui permettra à ceux-ci de réserver leur créneau horaire. Leslie de Canchy directrice, Luxembourg Art Week À noter que si la réservation est obligatoire, l’entrée reste gratuite ! Mais la foire se réinvente aussi en s’ouvrant davantage encore aux possibilités du numérique. À partir de cette édition, les curieux pourront effectuer une visite virtuelle de la foire et consulter le catalogue numérique, où ils découvriront tous les stands et toutes les œuvres présentées. En partenariat avec Post Luxembourg, la foire lance par ailleurs le Creative Club, un espace entièrement dédié aux entreprises et start-up issues du secteur numérique. Il présentera aux visiteurs, ainsi qu’aux professionnels du monde de l’art des solutions de diffusion et d’interaction innovantes au moyen d’expériences immersives, de projections et d’ateliers. Nous tenons à remercier la Ville de Luxembourg, nos sponsors et nos partenaires pour leur soutien infaillible ! Nous avons hâte de vous retrouver tous à Luxembourg Art Week | The Fair 2020 et sur notre plateforme en ligne ! 11


Investir les arts

Brand Voice

Investir une partie de son patrimoine dans l’art est aussi passionnant que pertinent. Mais c’est un choix qui nécessite d’être bien accompagné. C’est justement ce que propose la banque privée Degroof Petercam à ses clients. Entretien avec Hubert d’Ursel, Head of Art Advisory, et Alexandre Schmitz, Head of Business Development. Investissement

Contenu sponsorisé —Degroof Petercam Luxembourg

Comment le Luxembourg se positionne-t-il vis-à-vis du marché de l’art actuellement ?

Hubert d’Ursel Je suis le marché de l’art depuis 30 ans dans la zone Benelux et j’ai remarqué que depuis une dizaine d’années, le Luxembourg a pris une envergure nouvelle. La création du Freeport a été un moment fort qui a remis le Luxembourg dans la lumière, tout comme la création du Mudam et l’apparition de très belles galeries. N’oublions pas non plus Luxembourg Art Week, la foire d’art contemporain qui, pour sa 6e édition, compte 65 galeries exposantes. Il y a donc une réelle montée en puissance du Grand-Duché sur la carte mondiale du marché de l’art. Alexandre Schmitz L’arrivée de nouveaux résidents très intéressés par l’art et dotés d’un patrimoine important a permis de créer une réelle effervescence autour du marché avec l’apparition d’une offre artistique et culturelle beaucoup plus importante que par le passé. La banque, par exemple, organise chaque année une exposition consacrée à l’art, la dernière en date avec Isabelle de Borchgrave, la reine du papier.

12

Luxembourg Art Week 2020

En quoi l’art est-il un véhicule d’investissement pertinent ?

AS Il est d’abord important de préciser qu’il ne

faut pas voir l’art comme un pur produit d’investissement. C’est avant tout une passion, l’expression d’un goût. Investir dans l’art, c’est investir dans l’émotion. L’achat d’une œuvre ne doit pas être exclusivement motivé par la possibilité de faire une affaire. Ce type de motivation amène d’ailleurs souvent à se tromper. En revanche, je crois que dans un patrimoine familial diversifié, l’art est un investissement pertinent, prestigieux, qui permet d’entrer dans un nouveau monde, de rencontrer des gens passionnés et passionnants, de découvrir des lieux exceptionnels et puis, bien sûr, de pouvoir profiter chez soi d’un bien tangible, à haute valeur ajoutée. ALEXANDRE SCHMITZ

Head of Business Development, Degroof Petercam Luxembourg


Brand Voice

Sabine Taevernier, consultante indépendante en art moderne et d’aprèsguerre, et Anne Pontégnie, consultante indépendante en art contemporain et émergent, ont rejoint Hubert d’Ursel au sein du comité d’experts Art Collections chez Degroof Petercam.

On considère donc qu’il est tout à fait raisonnable de consacrer 5 à 10 % de son patrimoine à l’art. Pouvez-vous nous présenter le service exclusif Art Collections que vous proposez ?

PHOTOS David Plas, Laurent Antonelli

HU Nous avons monté une équipe composée de

3 experts, dont 2 pointures de l’art du 20 e siècle, Sabine Taevernier et Anne Pontégnie, qui ont plus de 25 ans d’expérience dans le marché. Elles ont un accès extraordinaire aux principales salles de vente à Londres, New York ou Paris et disposent de nombreux contacts avec les courtiers et les marchands du monde entier. Elles connaissent également de nombreux collectionneurs. Ce qui démarque notre approche du courtier solitaire, c’est l’échange constant à propos des œuvres, leur prix ou leur histoire par exemple, en plus du monitoring de la banque qui donne une sécurité et une confiance à nos clients. C’est un service qui existe déjà à Londres et à New York, mais il n’est jamais relié à aucune banque. En Europe, les indépendants sont nombreux, mais

ils ont une vue moins large et il faut pouvoir leur faire confiance. AS Nous faisons dans le domaine artistique ce que nous faisons déjà avec des portefeuilles. Nous ajoutons une dimension pertinente et rigoureuse dans la création et la gestion des collections. Nos experts mènent des expertises pointues et sont totalement indépendants. Lorsque nos clients souhaitent investir dans l’art, la crainte de se tromper ou d’être trompés apparaît souvent. Ces experts rassurent nos clients par leur analyse, ou les challenge, mais en aucun point ne les remplacent ! Ce service concerne-t-il l’amateur qui débute une collection, le collectionneur confirmé ou bien les deux ? HU Ce sont les deux, toujours en accord avec les

souhaits particuliers de chacun de nos clients, de leur expérience. Dans le cas d’un collectionneur aguerri, il arrive très souvent que cette personne remette en question les choix qu’elle a faits il y a 20 ans et qu’elle souhaite se repositionner sur d’autres courants artistiques ou améliorer certains points. Ce collectionneur a donc lui aussi besoin d’être conseillé. Dans l’autre cas, pour une personne ou une famille qui souhaiterait investir dans l’art, avoir accès à un service comme Art Collections est un privilège énorme. AS Ce service permet en outre de fédérer les goûts des familles et de faire converger certains points de vue sur tel ou tel courant artistique, au-delà des affinités personnelles, dans une visée d’investissement pertinent.

Pour plus d’informations sur le service Art Collections, contactez Hubert d’Ursel h.dursel@degroofpetercam.com ou Alexandre Schmitz a.schmitz@degroofpetercam.lu

13


Au siège social à Beiler, les œuvres occupent une place de premier ordre, comme ici avec Amazonia d’Arne Quinze et The Carwash de Studio Job.

14

Luxembourg Art Week 2020

PHOTO Dave Bruel

L’art pour réfléchir à sa fortune


Le gestionnaire de fortune Creutz & Partners a accordé, au fil des années, une attention accrue à l’art contemporain, jusqu’à constituer une collection d’entreprise, qui est exposée au quotidien dans tous les lieux qu’occupe l’entreprise, en particulier au nouveau siège social dénommé « The Jungle ». Collection d’entreprise

L’ Texte — Céline Coubray

histoire remonte déjà à plusieurs années, lorsque Marcel Creutz, fondateur et administrateur délégué de Creutz & Partners, société spécialisée en gestion de fortune, décide d’acquérir une œuvre de Philippe Lebeau, puis d’Eric Peters à la fin des années 1990. Au fil des ans, il constitue une véritable collection d’entreprise, qui est toujours active aujourd’hui, fidèle aux artistes de la première heure et acquérant également de nouveaux talents. De plus, il a su transmettre cette passion à son fils, Yves Creutz, CEO depuis 2008, et poursuit l’enrichissement de cette collection d’entreprise familiale tout en lui apportant une nouvelle orientation, plus tournée vers le street art. « Quand j’étais adolescent, mon père m’emmenait avec lui dans des galeries. C’est ainsi que je me suis intéressé à l’art, explique Yves Creutz, qui collectionne aussi à titre personnel. Proches des personnes que nous conseillons, nous sommes aussi proches des artistes avec lesquels nous travaillons de longue date. Les bonnes relations, quelle que soit leur nature, se font sur

la durée. Pour cette raison, nous tenons beaucoup à rester fidèles à un petit noyau d’artistes que nous soutenons, année après année. » La collection de Creutz & Partners compte aujourd’hui plus d’une centaine d’œuvres, qui sont accrochées sur les murs de son nouveau siège, The Jungle, situé au nord du Luxembourg, à Beiler, mais aussi dans les autres lieux que la société occupe, à savoir la Villa Louise, à Aix-la-Chapelle, et Always Close, une maison historique à Luxembourg-ville située en face du Palais grand-ducal. UNE VISION SINGULIÈRE DU PATRIMOINE

Creutz & Partners cultive une approche conservatrice de la gestion de patrimoine et se développe uniquement par la prescription de bouche à oreille. Pourtant, la société compte aujourd’hui plus de 1.000 clients : entrepreneurs familiaux, indépendants, industriels et familles fortunées. Elle gère aussi le patrimoine de nombreux collectionneurs d’art, athlètes internationaux et jeunes investisseurs. Au fil des générations et dans le monde assez convenu de la gestion de patrimoine, Creutz & Partners a fait de son engagement pour l’art son étendard. Marcel Creutz affirme : « Les œuvres d’art de notre collection sont des pépites que nous aimons partager avec nos collaborateurs, nos clients et nos partenaires. Elles nous permettent de contribuer à moderniser l’image traditionnelle et cossue de la place 15


financière luxembourgeoise. Contrairement à ceux qui se jaugent en fonction de l’épaisseur des marbres, nous demeurons atypiques et nous veillons à le rester. » Car l’art, pour les Creutz, n’est pas qu’un investissement financier. Yves Creutz explique : « En tant que gestionnaire de fortune, on me demande souvent si investir dans l’art est une bonne idée. Je ne considère pas l’art comme un investissement, mais plutôt comme un enrichissement de la vie quotidienne. Au mieux, ce sont des réserves silencieuses dont on peut profiter toute sa vie. C’est déjà beaucoup, non‚? » Et ces « réserves silencieuses » sont présentées en bonne et due forme dans les bureaux. En arrivant devant le siège social de Creutz & Partners à Beiler, dénommé « The Jungle », on remarque rapidement une sculpture dorée de tortue géante montée par un homme. Il s’agit de Searching for Utopia, de Jan Fabre. Puis, en entrant dans le bâtiment, on est interpellé par une œuvre suspendue d’Arne Quinze, Amazonia. Flottant à quelques mètres du sol, cette composition

« Les œuvres d’art de notre collection sont des pépites que nous aimons partager avec nos collaborateurs, nos clients et nos partenaires. » MARCEL CREUTZ

16

Luxembourg Art Week 2020

métallique colorée, inspirée de la faune et de la flore équatoriales, s’anime toutes les heures pour simuler un orage avant de revenir au calme. Cette œuvre a trouvé ici le parfait écrin puisqu’elle est installée en regard d’un gigantesque mur végétal composé par Patrick Blanc. Les visiteurs qui sont installés dans les salons de réception peuvent découvrir une œuvre récente du street artist Roa, Sleeping Animals. Pour sa première intervention au Luxembourg, il bénéficie d’un mur de 25 m de long sur lequel il a choisi de représenter des animaux familiers (un sanglier, un renard, un ours…) endormis. Dans la même veine du street art, on notera la réalisation d’une œuvre murale de Vhils, artiste qui est déjà intervenu au Luxembourg, notamment au Freeport. Un peu plus loin, les visiteurs seront certainement interpellés par The Carwash de Studio Job. Il s’agit là d’un mini-van totalement personnalisé et transformé en coffee truck. Cette œuvre, aux références multiples et variées, fait le trait d’union entre le siège à Beiler et l’immeuble à Luxembourg, dont l’aménagement intérieur a également été confié à Studio Job. Dans les autres salles de l’immeuble, il sera possible de croiser T-Rex de Koen Vanmechelen, une patte de poule mise à l’échelle d’une patte de T-Rex. Une autre œuvre de cet artiste, qui a construit une bonne partie de sa démarche sur un projet intitulé « The Cosmopolitan Chicken Project », est également


Manage your future, put your Capital at Work We care for you!

30 years of Trust! En cette période si particulière, il est primordial d’investir de manière prudente et réfléchie dans l’avenir. Pour ce faire, une bonne connaissance des marchés et une certaine vision sont indispensables. Mettez votre capital au travail en confiant votre patrimoine à CapitalatWork : nous veillons à tout moment à la préservation et à la croissance de votre patrimoine grâce à notre méthode d’investissement fiable et cohérente, et ce depuis 30 ans déjà ! Contactez-nous via capitalatwork.com et découvrez ce que nous pouvons faire pour vous.

WE ALT H MANAGEMENT | EST AT E PLANNING


PHOTO Studio Job

À Luxembourg, Always Close est un bureau de représentation entièrement revisité par Studio Job.

visible dans la salle à manger des employés : de magnifiques portraits de poules de profil. Par ailleurs, on trouvera dans les couloirs, les bureaux et la salle de jeu des œuvres d’Eric Peters et Philippe Lebeau. UN BUREAU DE REPRÉSENTATION ATYPIQUE

Pour son bureau de représentation en ville, Creutz & Partners a choisi une tout autre approche, radicalement provocatrice, mais toujours respectueuse, face au Palais grand-ducal. En 2018, la société a choisi d’investir une bâtisse historique du 16e siècle pour disposer d’un pied-à-terre dans la capitale. Celui-ci est destiné aux rendez-vous avec les clients ou les prestataires, ainsi qu’à l’accueil des rencontres exclusives avec des experts internationaux. Pour faire de cette maison haute de quatre étages une adresse à part, Creutz & Partners a donné carte blanche à 18

Luxembourg Art Week 2020

Studio Job, qui en a fait un lieu unique et anticonformiste. Le projet, baptisé « Always Close », est une proposition inédite et irrévérencieuse. Une œuvre totale, provocatrice et subversive, s’amusant avec tous les codes liés au pouvoir de l’argent. Le nom de ce projet est un clin d’œil à la pensée et façon de travailler de Marcel Creutz, qui souhaite toujours « rester proche de [s]es clients ». On y retrouve les figures de l’ours et du taureau, symboles de la bourse, mais aussi des représentations de billets de banque ou de pièces de monnaie, des tirelires en forme d’écureuils, un énorme cigare détourné en guise de luminaire au-dessus d’une table de réunion… Une chose est sûre, quand les clients de Creutz & Partners rendent visite à leur conseiller, ils s’en souviennent ! Bon à savoir : des visites guidées de Always Close peuvent être organisées sur demande.


MARCO BATTAGLINI

SETH & NASTY

PATRICK HUGHES

M CHAT

PIMAX MR. BRAINWASH

KOO SEUNGHWUI ONEMIZER

PATRICK RUBINSTEIN

PSYCKOZE

POP MY DUKE FINE ART GALLERY LUXEMBOURG POP ART – STREET ART – OPTICAL ILLUSIONS (+352) 661 451 230 | hello@popmyduke.lu | www.popmyduke.lu Monday to Saturday by appointment popmyduke_artgallery

OBEY


Arnaud Eubelen est l’artiste invité cette année par le Casino Luxembourg à l’occasion de Luxembourg Art Week.

PHOTO Pauline Pastry

Texte — Céline Coubray

Aveugler pour mieux regarder 20

Luxembourg Art Week 2020


Le Casino Luxembourg invite l’artiste belge Arnaud Eubelen à réaliser une installation dans la Halle Victor Hugo à l’occasion de Luxembourg Art Week. Une nouvelle production qui interroge la monstration de l’art et le regard du visiteur. Réflexion

D

epuis sa création, Luxembourg Art Week propose au Casino Luxembourg d’investir l’espace à l’entrée de la foire pour y présenter un projet artistique. Pour cette édition 2020, le Casino Luxembourg a choisi de faire découvrir le travail d’Arnaud Eubelen, designer industriel de formation qui réalise un travail entre design et arts plastiques, floutant volontairement les frontières. « Je suis parti d’une contrainte inhérente au lieu d’exposition », explique Arnaud Eubelen au sujet de son installation à Luxembourg Art Week. « L’espace qui nous est attribué ne dispose que de peu de lumière naturelle. Or, il se trouve que je suis également dans cette situation dans mon atelier. Je me suis donc intéressé à cette situation depuis quelque temps et ai commencé à élaborer des installations faites à partir de miroirs qui reflètent intensément

la lumière naturelle. Puis, je me suis penché sur l’observation de sources hyper lumineuses, d’objets tels que des phares ou des lampadaires d’aires d’autoroute, précise l’artiste. Par ailleurs, je travaille volontiers des matériaux de construction récupérés dans mon environnement ou des objets préfabriqués qu’on peut acheter dans des magasins de bricolage.» Aussi, pour son installation à Luxembourg Art Week, Arnaud Eubelen met en place un poteau sur lequel sont branchés des spots d’une très haute intensité lumineuse. Une fois allumée, impossible pour les visiteurs de regarder directement l’œuvre sans plisser des yeux ou se protéger le regard. « On trouve ce type d’éclairage très fort et intense sur les aires d’autoroute ou dans les prisons. Ce sont des lumières qui sont faites pour que toutes les personnes présentes sur le site soient vues. C’est un éclairage généralement utilisé pour opérer 21


L’artiste a observé les lampadaires d’aires d’autoroute comme source d’inspiration pour sa nouvelle installation.

22

peuvent se placer pour regarder l’œuvre. « Pour voir l’œuvre dans toute sa puissance, il faut se placer derrière cette protection, sinon, vous êtes aveuglé », explique l’artiste. Une œuvre qui ne peut donc pas être réellement vue sans filtre. Pour compléter cette installation, Arnaud Eubelen propose également un workshop. « Quand on est ébloui, on devient aveugle, et l’humain se sert spontanément de ses autres sens, comme l’ouïe, par exemple, pour s’orienter, appréhender son environnement. C’est pour cela PHOTO Arnaud Eubelen

une surveillance ou assurer la sécurité. Il y a indéniablement un caractère autoritaire dans cet objet. » Avec cette œuvre, l’artiste, dans une démarche provocatrice, donne à voir une installation difficile à regarder. Il questionne la perception de l’art, sa visibilité, la violence qui peut en découler, mais aussi sa réception. Afin de permettre au public de découvrir son travail sans être ébloui, Arnaud Eubelen met en place un système de paravent faisant office de filtre, derrière lequel les visiteurs

Luxembourg Art Week 2020


Design. Qualité. Passion. Pour en savoir plus sur la fascination qu’exerce la cuisine bulthaup, visitez le showroom luxembourgeois à Strassen.

+352 45 45 04, b.bulthaup@anc.lu 32 Route d’Arlon, 8008 Strassen www.bulthaup.com

bulthaup


ILLUSTRATION Arnaud Eubelen

que je propose aux visiteurs de la foire de participer à une performance qui mettra en jeu le son et l’audition. Autour de la source lumineuse, des micros enregistrent les bruits ambiants, qui seront retransmis en direct sur des haut-parleurs. Les participants sont invités à participer en utilisant leur voix ou les bruits de leur corps et à entendre les sons amplifiés de leur composition participative. » À travers ces installations proposées lors de Luxembourg Art Week, le Casino Luxembourg fait découvrir aux visiteurs de la foire le travail d’artistes dont les interventions questionnent la monstration de l’art dans un contexte commercial. « Les enjeux du Casino Luxembourg, qui est un centre d’art à but non lucratif, sont très éloignés de ceux d’une foire d’art contemporain, explique Kevin Muhlen, directeur du Casino Luxembourg. Nous ne sommes pas

Dessin de travail pour l’installation dans la Halle Victor Hugo.

24

Luxembourg Art Week 2020

du tout dans les mêmes considérations. Notre mission est d’accompagner les artistes dans leurs expérimentations, dans leur expérience de l’exposition. C’est pourquoi nous avons choisi de faire des propositions artistiques qui prennent le contrepoint de ce qui pourrait attirer le collectionneur ou soutenir le prestige d’une galerie. En 2019, par exemple, Daniel Wagener interrogeait le dispositif de présentation et d’exposition qui est mis en place dans une foire. Cette année, c’est la visibilité même de l’œuvre qui est interrogée. » Et pour que le public du Casino puisse également découvrir le travail de ce jeune artiste, un second volet est programmé après la foire dans les salles du rez-de-chaussée du centre d’art. No-Man’s-Land, du 20 au 22 novembre, à la Halle Victor Hugo. Unified Glare Rating, du 12 décembre au 21 janvier au Casino Luxembourg.


PHOTO Crédit Name

Texte — Céline Coubray

Vivre entouré d’art au quotidien

Au fil des ans, Grégory Gaudillot et Guillaume Steichen ont constitué une collection d’art contemporain avec laquelle ils aiment vivre au quotidien.

26

Luxembourg Art Week 2020


Depuis une dizaine d’années, Guillaume Steichen et son conjoint Grégory Gaudillot achètent régulièrement de l’art. Jusqu’à avoir aujourd’hui constitué une petite collection avec laquelle ils vivent au quotidien. Collection privée

L’ PHOTO Nader Ghavami

art, Guillaume Steichen vit avec depuis longtemps. « Ma mère a fait les arts décoratifs à Strasbourg et m’a toujours emmené dans les musées et les expositions, explique-t-il. J’ai donc une affinité particulière avec les œuvres. Et déjà jeune, l’art était important pour moi. » En plus des expositions, il se rend régulièrement avec ses parents sur les foires d’art et d’antiquités, une passion qu’il partage aussi avec son conjoint. « Aujourd’hui, nous visitons ces foires en famille, confie Grégory Gaudillot, qui a volontiers pris goût à ces visites et découvertes artistiques. Nous allons ensemble à la Brafa ou à la Tefaf. Nous échangeons sur ce que nous découvrons. Ce sont les parents de Guillaume qui nous ont mis le pied à l’étrier, même si leurs goûts personnels vont plus vers les arts premiers ou asiatiques, et que nous sommes plus intéressés par l’art contemporain. » UNE COLLECTION DIVERSIFIÉE

Leur première œuvre, un travail de David Nash, a été acquise à l’occasion d’Art Cologne il y a une

dizaine d’années. Depuis, d’autres pièces sont venues compléter leur collection. Dans leur appartement, il est possible de croiser un buste en écritures de Jaume Plensa, une œuvre murale d’Olafur Eliasson, une réinterprétation de la Petite Sirène en version masculine par Elmgreen & Dragset, un tableau sculpté de Stephan Balkenhol, un oiseau en poussière de Lionel Sabatté, une sculpture en verre de Jean-Michel Othoniel, Les Amants suspendus, qui sera bientôt rejointe par une seconde œuvre du même artiste, achetée récemment à l’occasion d’Art Paris. « Nous avons aussi quelques œuvres d’artistes luxembourgeois, précise Guillaume Steichen. Nous avons un tableau de Roland Quetsch, deux œuvres de Sardelli dont une acquise juste à la sortie du confinement à la Galerie Valerius, ou encore une photo de Martine Feipel et Jean Bechameil, qui étaient voisins de mon cabinet lorsqu’ils vivaient encore à Esch-sur-Alzette. » Si, à première vue, la collection ne semble pas avoir de fil conducteur, plus menée par les coups de cœur que par une affinité 27


envers une esthétique ou une période en particulier, on peut toutefois remarquer quelques traits communs : un intérêt pour la figure humaine et pour les œuvres qui jouent avec la lumière, que ce soit par la réflexion, la transparence ou la brillance. « Nous achetons des œuvres au gré de nos découvertes et veillons à nous entourer d’œuvres avec lesquelles nous avons envie de vivre », assure Guillaume Steichen. « Mais il faut aussi reconnaître que nous sommes par ailleurs un peu limités par le nombre de murs que nous avons, s’amuse à préciser Grégory Gaudillot. Nous vivons vraiment avec les œuvres que nous achetons, elles ne sont pas entreposées dans une réserve à 28

Luxembourg Art Week 2020

l’extérieur de notre appartement. Aussi, quand nous en achetons une nouvelle, nous lui trouvons une place dans l’appartement, ce qui peut avoir comme conséquence de devoir déplacer d’autres œuvres. Cela nous donne l’occasion de changer un peu l’accrochage et de découvrir, avec un autre regard, des œuvres qui nous sont devenues familières. » L’IMPORTANCE DES GALERIES

Pour parfaire leurs connaissances, ils n’hésitent pas à visiter régulièrement les galeries, à discuter avec les galeristes, à participer aux vernissages, ou encore à voyager avec d’autres amis collectionneurs. « Nous avons par exemple participé à un voyage à Berlin que Patrick


PHOTOS Nader Ghavami

Que ce soit dans le salon, la cage d’escalier ou la chambre, l’art est partout.

Majérus (également collectionneur au Luxembourg, ndlr) avait organisé. Par son intermédiaire, nous avons découvert des galeries que nous ne fréquentions pas encore, nous avons pu visiter des ateliers d’artistes. C’était un déplacement très enrichissant. » Lorsqu’ils sont à Paris, ils aiment se rendre chez Perrotin ou Karsten Greve. À Berlin, ils visitent volontiers la galerie Neugerriemschneider. À Luxembourg, ils fréquentent principalement Nosbaum Reding et Ceysson & Bénétière. « Nous suivons aussi certains professionnels dont nous apprécions le travail et la relation. C’est le cas par exemple d’une ancienne collaboratrice de la galerie Perrotin qui est partie

à Berlin. C’est par son intermédiaire que nous avons découvert le travail de Jeppe Hein dont nous avons acquis une œuvre qui est un hommage au Concetto spaziale de Lucio Fontana.˜» Par contre, la relation directe avec les artistes n’est pas nécessairement une priorité. « Je ne cherche pas à tout prix à rencontrer les artistes. J’ai une forme de timidité par rapport à cela. Je discute plus facilement avec les galeristes, confie Guillaume Steichen. En fait pour le moment, je ne me suis jamais encore considéré comme collectionneur. Nous aimons simplement vivre avec de l’art autour de nous, ce qui nous apporte beaucoup de plaisir », conclut-il. 29


Bruxelles à l’honneur

Dans le cadre de l’édition 2020 de Luxembourg Art Week, sept galeries officiant à Bruxelles sont spécialement invitées à présenter un stand dans la Halle Victor Hugo. Paperjam dresse un rapide portrait de ces galeries mises à l’honneur cette année. Marché de l’art

30

Luxembourg Art Week 2020

PHOTO Olivier Jottard

Texte — Céline Coubray


Sept galeries bruxelloises sont mises à l’honneur, dont la Galerie DYS dirigée par Justine Jacquemin.

31


PHOTO CAPS

STAND E02

CAPS Cette galerie, dont le nom signifie Contemporary Art Projects, a été fondée par Paul Poelmans en 2013. La galerie a la particularité de ne pas posséder d’espace physique, et opère de manière indépendante, nomade, comme une plateforme soutenant les jeunes artistes belges et internationaux. Elle organise tous les ans cinq à six expositions à travers la Belgique (Anvers, Bruxelles, Louvain, Gand, Ostende…) et participe également à des foires. CAPS représente tous types de médias, mais concentre plus particulièrement son attention sur la peinture et les œuvres sur papier. Au fil des ans, CAPS a présenté des œuvres de nombreux artistes, dont Stijn Bastianen (Ronse Drawing Prize 2013), Stefan Serneels,

32

Maaike Leyn, Birde Vanheerswynghels et Lisa Wilkens. La galerie représente également des peintres, tels que Yves Beaumont, Hans Defer, Luc Mabille et Giovanni Winne. « Dans un monde en constante transition, notre format nomade est une réponse possible aux défis auxquels notre industrie va devoir faire face dans cet environnement post-corona. Être actif à une échelle locale et savoir saisir toutes les opportunités qu’offrent les médias digitaux et la communication sont autant d’occasions pour nos artistes de développer leurs talents dans un environnement moins stressant », explique Paul Poelmans.

www.c-aps.be

Luxembourg Art Week 2020

« Nous avons visité Luxembourg Art Week l’année dernière et nous avons été charmés par sa taille et sa qualité. » PAU L P O E L M A N S


> 17 janvier 2021

Charles Kohl © Charles Kohl (1929 – 2016): Cavaliers, Terre cuite, 1998, Collection privée, photo : Christof Weber

(1929 – 2016)

Dessins et sculptures

villavauban.lu LUN - DIM 10 - 18:00 VEN 10 - 21:00 MAR fermé


Galerie Felix Frachon La galerie, ouverte en 2016 dans une ancienne teinturerie, a fait le choix de promouvoir les jeunes scènes d’art contemporain des pays dits « émergents ». C’est ainsi qu’on trouve dans sa programmation des artistes en provenance d’Asie du Sud, du Moyen-Orient, d’Afrique ou encore d’Amérique latine. Depuis 2017, un second espace complète l’offre : au n° 26 de la même rue sont mis en place des résidences, des projections, des conférences, une bibliothèque et des projets spéciaux en développant le dialogue entre les cultures et les pratiques.

PHOTO Nationale 8 Gallery

STAND E07

« Notre présence à Luxembourg sera l’occasion de célébrer les quatre ans de la création de la galerie avec une proposition rétrospective, commémorative et festive. »

STAND E04

Nationale 8 Gallery La Nationale 8 Gallery, installée sur la N8 qui relie Bruxelles à la Côte, est tenue par le duo père-fille Erzeel. Roger et Silvie Erzeel sélectionnent des œuvres sans préjugés, en ayant comme critère unique « une sensibilité pour l’artiste et son histoire, et un travail qui les transporte ». Les passants et amateurs d’art y trouvent aussi bien des œuvres figuratives que des peintures abstraites, des sculptures ou des photographies. La Nationale 8 Gallery se donne pour mission d’amener l’art auprès des gens, ce qui signifie que les œuvres doivent rester accessibles, avec une politique de prix non excessifs. « Nous pensons que tout le monde mérite d’avoir une œuvre d’art qui lui plaît chez lui », assure Silvie Erzeel. Pour Luxembourg Art Week 2020, la galerie présentera des œuvres de Lies Caeyers, Thorbjørn Bechmann et d’autres encore.

FELIX FRACHON

5, rue Saint-Georges, B-1050 Bruxelles www.felixfrachon.com

PHOTO Pierre-Yves Jortay

252, Ninoofsesteenweg, B-1700 Dilbeek www.nationale8gallery.be

34

Luxembourg Art Week 2020

« Après notre première expérience de l’année dernière, nous sommes très heureux de revenir au Luxembourg. C’est une foire qui rassemble un public averti et qui aime acheter. » S I LV I E E R Z E E L


PHOTO Margaux Nieto

STAND E05

Spazio Nobile Lise Coirier et Gian Giuseppe Simeone ont ouvert Spazio Nobile en 2016. Ils prennent alors le parti de faire dialoguer les arts appliqués contemporains, le design et la photographie. En donnant l’impulsion nécessaire à la création de pièces uniques, d’éditions limitées et d’installations à la fois expérimentales et artistiques, avec une sensibilité particulière pour tout ce qui touche à la nature et à la minéralité, la galerie organise chaque année cinq expositions intra-muros et plusieurs événements dans des lieux d’art et de patrimoine, en plus des salons belges et internationaux. Elle représente une vingtaine d’artistes et designers émergents et de renom à l’échelle internationale, tout en faisant

rayonner les cultures d’Orient et d’Occident. Pour Luxembourg Art Week, la galerie présentera une sélection de ses créateurs contemporains qui ont une approche directe et artistique de la matière et des affinités avec une esthétique asiatique, en combinant des pièces uniques et des photographies en édition limitée (Jörg Bräuer, Vincent Fournier, Garnier & Linker, Amy Hilton, Pao Hui Kao, Kaspar Hamacher, Fabian von Spreckelsen, Bela Silva et Mathieu Peyroulet).

142, rue Franz Merjay, B-1050 Bruxelles www.spazionobile.com

« Au vu du contexte actuel, nous avons été séduits par la proximité géographique et l’aspect foire d’art d’envergure nationale et au rayonnement frontalier. Nous sommes ravis d’aller à la rencontre de nos collectionneurs luxembourgeois et impatients d’en rencontrer de nouveaux. » LISE COIRIER

35


STAND E06

Dauwens & Beernaert Gallery Lahaut, Toon Boeckmans, Isa De Leener, Werther Gasperini et Alex Verhaest. La galerie a déjà participé à Luxembourg Art Week en 2019 et, forte de cette première expérience, réitère l’aventure cette année. Elle y présentera des œuvres de deux artistes qu’elle soutient régulièrement : Quinten Ingelaere et Charlotte Vandenbroucke.

26, avenue de Stalingrad, B-1000 Bruxelles www.dauwensbeernaert.com

« La petite taille de Luxembourg Art Week permet de rencontrer tous les visiteurs. Le public est très varié : beaucoup d’expatriés, mais aussi des locaux viennent découvrir cette foire. » LAURENCE DAUWENS

PHOTO Mario Pedraza

La galerie a été fondée en 2015 par Laurence Dauwens et Joris Beernaert. Elle se trouve dans un bâtiment occupé précédemment par une banque et construit en 1876. Cette adresse, riche d’histoire, a accueilli des œuvres d’artistes de grand talent comme Andy Warhol ou Donald Judd. Centrée sur le marché premier, la galerie couvre un large spectre de pratiques artistiques, allant de la peinture figurative aux installations vidéo ou encore aux œuvres minimalistes ou conceptuelles. Elle représente, entre autres, Maxim Frank, Loïc Van Zeebroek, Karl Philips, Marco De Sanctis, Adam Vackar, Stanislas

36

Luxembourg Art Week 2020


12 NOVEMBER - 19 DECEMBER 2020

+352 26 29 64 49 cont act@zidoun-bossuyt.com

6 r ue Saint-Ulr ic

www.zidoun-bossuyt.com

L -2651 L uxembourg

Jean-Charles Blais, Sans titre, 2020, Fusain, craie et huile sur af fic hes arrac hĂŠes, 132.5 x 116.5 cm

Jean-Charles Blais - Leiko Ikemura


STAND E01

Archiraar Gallery retrouver comme fil conducteur parmi ces artistes une sensibilité à l’espace ou le travail de matériaux communs au domaine de l’architecture, mais pas exclusivement. « Il s’agit avant tout de mener une relation sur le long terme et de développer une bonne entente », avoue Alexis Rastel. Pour Luxembourg Art Week, la galerie présentera une sélection d’artistes autour du thème de faux exotisme, « une illusion d’ailleurs, dont la réalité est en fait toute proche de nous, explique le galeriste. Le focus créé autour des galeries bruxelloises est une bonne occasion de soutenir nos artistes qui ont déjà eu l’occasion d’exposer au Luxembourg et de revoir chez eux les collectionneurs luxembourgeois. »

31A, rue de la Tulipe et 35A, rue de la Tulipe, B-1050 Bruxelles www.archiraar.com

« Cela fait plusieurs années que nous avons envie de participer à Luxembourg Art Week pour étendre notre réseau composé de collectionneurs et d’institutions. » ALEXIS RASTEL

PHOTO Archiraar Gallery

La galerie, fondée en 2012 par Alexis Rastel, architecte de formation, a la particularité de se développer sur deux lieux à Bruxelles, le White Cube et le Black Cube, deux adresses complémentaires, dont les programmations entrent en résonance. Le White Cube, ouvert dans un bâtiment brutaliste, questionne la monstration artistique contemporaine. Le Black Cube, par sa forme close, invite à une approche intime de l’œuvre. « Les artistes peuvent choisir d’y exposer simultanément ou consécutivement, comme ils le souhaitent », explique Alexis Rastel. La galerie représente des artistes internationaux de la génération émergente, tels que Mara Fortunatovic, Simon Deppierraz, Mélanie Berger, Pierre Liebaert, Claude Cattelain, Camille Leherpeur, Emmanuelle Leblanc, Enne Boi, Takahiro Kudo, Sylvio Marchand, Roman Moriceau, Élodie Huet ou Falcone. On peut

38

Luxembourg Art Week 2020


PHOTO Olivier Jottard

STAND E03

Galerie DYS Cette galerie fondée en 2002 à Bruxelles a dès le départ pris le parti de défendre la figuration contemporaine, avec une affinité particulière pour le travail sur papier. En 2018, la direction de la galerie a été reprise par Justine Jacquemin, avec la volonté de maintenir l’identité artistique bâtie au fil des années : une ligne figurative, non académique, onirique et habitée. Elle soutient aussi bien les jeunes artistes internationaux émergents (Jonny Briggs, Aliye Dorkip, Annabelle Guetatra, Maja Ruznic, Marlene Steyn…) que les artistes plus établis, comme Pat Andrea. Pour sa deuxième participation à Luxembourg Art Week (la galerie y était déjà présente l’année dernière), la Galerie DYS propose une sélection d’œuvres d’artistes établis à Bruxelles

depuis plusieurs années. « Nous proposons des œuvres issues de techniques variées – dessin, peinture, tapisserie, photographie et céramique – d’artistes d’âges divers – nés entre 1949 et 1988 – majoritairement de genre féminin, explique Justine Jacquemin. Nous avons remarqué un vrai intérêt pour notre ligne artistique l’année passée, en particulier pour les photographies de Jacques Courtejoie. Cette année, nous proposons plusieurs artistes émergents, et nous pensons que le public luxembourgeois saura apprécier la découverte de ces jeunes talents. »

84, rue de l’Arbre bénit, B-1050 Bruxelles www.galeriedys.com

« Nous avons participé pour la première fois à Luxembourg Art Week l’année passée et nous avions été positivement surpris par la mixité du public. Des collectionneurs très pointus côtoient des amateurs occasionnels et des personnes qui découvrent le monde des galeries, tout cela dans une ambiance très détendue. » JUSTINE JACQUEMIN

39


Le LEAP soutient la création luxembourgeoise Depuis 2016, les Rotondes organisent, tous les deux ans, le LEAP – Luxembourg Encouragement for Artists Prize. Pour cette édition 2020, quatre finalistes concourent pour le prix final qui sera révélé au public le 15 novembre. Concours

I 

40

Luxembourg Art Week 2020

Dans le cadre de Luxembourg Art Week, des visites guidées de l’exposition du LEAP sont organisées samedi 21 novembre à 17 h 30 (réservation obligatoire). Une rencontre avec les artistes finalistes se déroule aux Rotondes dimanche 22 novembre à 13 h. www.rotondes.lu

SUZAN NOESEN

Suzan Noesen, de nationalité luxo-néerlandaise, est une artiste multidisciplinaire basée au Luxembourg. Elle s’interroge sur le rôle de l’esthétique et de l’art dans le contexte des classifications sociales et ses œuvres résonnent comme des recherches anthropologiques expérimentales.

PHOTOS Suzan Noesen

ls sont quatre à avoir été sélectionnés par un jury international pour concourir dans la phase finale du LEAP – Luxembourg Encouragement for Artists Prize : Suzan Noesen, Hisae Ikenaga, Nina Tomàs et le duo Baltzer & Bisagno. Ce prix, initié par les Rotondes en 2016, vise à soutenir la création contemporaine au Luxembourg. Les finalistes bénéficient d’une exposition aux Rotondes, et le finaliste reçoit en plus une bourse de la part de RTL (12.500 €) et peut exposer dans les locaux de RTL. Ainsi, les Rotondes entendent contribuer à « soutenir la carrière des artistes lié(e)s au Luxembourg et faisant preuve d’une démarche novatrice dans la création contemporaine. » En 2016, le prix fut décerné à Sophie Jung, en 2018 à Laurianne Bixhain. Le jury, pour cette édition, était composé d’Alexandre Bohn, directeur du FRAC Poitou-Charentes ; Patrick Majerus, collectionneur à Luxembourg; Hélène Guénin, directrice du Mamac de Nice ; Gertrud Peters, Künstlerische Leitung KIT Düsseldorf; Frank-Thorsten Moll, directeur de l’IKOB à Eupen.

Ouverture de l’exposition au public: Dimanche 15 novembre à 15 h. Jusqu’au 29 novembre.

Tent, 2018, Suzan Noesen


Furnished line, 2018, Hisae Ikenaga

B A LT Z E R & B I S A G N O

Baltzer & Bisagno est un duo d’artistes, composé du Franco-Luxembourgeois Bruno Baltzer et de l’Italo-Allemande Leonora Bisagno, basé au Luxembourg. Dans une œuvre prolifique et multiforme, le duo analyse les représentations et la condition contemporaine de l’image. Il développe sa position en réponse à un contexte propre − une résidence à l’étranger, un événement politique, un fait d’actualité –, explore ses sujets dans toutes leurs composantes : formelles, techniques, politiques et culturelles.

PHOTOS Tania Bettega, Miriam Vera, IDC Studio, Baltzer & Bisagno, Studio Vesotsky

HISAE IKENAGA

Hisae Ikenaga, de nationalité mexicanoespagnole, vit et travaille au Luxembourg. Sa démarche artistique se concentre sur des objets du quotidien modifiés pour leur attribuer des significations et des usages différents. Son travail est empreint d’ironie et d’absurdité − en témoigne sa récente série simulant une impossible découverte archéologique.

Si je me souviens, 2019, Baltzer & Bisagno

NINA TOMÀS

Nina Tomàs, de nationalité franco-luxembourgeoise, vit et travaille au Luxembourg. Sa peinture aborde de nombreux sujets, tels que les systèmes (écologiques, économiques, nerveux) ou les identités (locales, globales, hybrides). De ses œuvres, animées par le rêve et basées sur l’association de figures, de temps et d’espaces hétérogènes, se dégage une poétique singulière et complexe.

Insomnies, 2019, Nina Tomàs

41


Luxembourg Art Week est l’occasion d’acquérir de nouvelles œuvres.

42

Luxembourg Art Week 2020

PHOTO Eric Chenal (archives)

07_Legende Udae veliqui ut fugiam eatur aut il ipsandelique velestore nos mincto quam faccat


Qu’acheter pendant la foire ? Texte et sélection — Céline Coubray

À l’occasion de Luxembourg Art Week, plusieurs centaines d’œuvres sont à vendre. Une occasion unique d’acquérir des œuvres contemporaines répondant à différentes sensibilités esthétiques et correspondant à tous les budgets. Paperjam a réalisé une sélection de ce qui est à découvrir sur les stands. Sélection

43


The Morning Ritual, 2019 Acrylique sur toile de lin montée sur panneau de bois, 118 x 83,5 cm Stems Gallery — Stand C09 —

Prix sur demande 44

Luxembourg Art Week 2020

PHOTO Arghavan Khosravi-Stems Gallery

ARGHAVAN KHOSRAVI


Coup de cœur

CLAIRE NICOLET La Caverne II, 2020 Acrylique sur bois, 60 x 45 cm Galerie Jean-Louis Ramand

PHOTOS Claire Nicolet-Galerie Jean-Louis Ramand –Tina Gillen-Nosbaum Reding – Roman Moriceau-Archiraar Gallery

— Stand F04 —

1.500 €

ROMAN MORICEAU

TINA GILLEN Greetings from the Beach, 2013 20,5 x 129 cm Nosbaum Reding — Stand C06 —

2.800 €

Roman Moriceau interroge notre faculté d’aller au-delà du rétinien et aime jouer avec les apparences. L’image de cette œuvre semble avoir été prise en pleine forêt tropicale, mais il n’en est rien. Il s’agit en fait de plantes présentées dans les jardins botaniques de Meise, en Belgique. L’illusion de la provenance de l’œuvre se traduira aussi dans la matière même, puisque la poussière de cuivre, avec laquelle l’œuvre est réalisée, s’oxydera avec le temps et deviendra vert-de-gris. Botanische Garten Meise, 2018 Sérigraphie, 107,5 x 77,5 x 4 cm, édition de 3 Archiraar Gallery — Stand E01 —

4.100 € 45


PETER ZIMMERMANN Slope, 2006 Époxy sur toile, 300 x 400 cm

Schönfeld Gallery

Nosbaum Reding

— Stand B05 —

— Stand C06 —

4.600 €

Prix sur demande

JEAN-DANIEL SALVAT

BRUNO GADENNE

CR (1024), 2019 Acrylique sous vinyle, 120 x 100 cm

Le repaire (Loksado), 2016 Huile sur toile, 80 x 60 cm

Radial Art Contemporain

Galerie Robet Dantec

— Stand A07 —

—Stand E13 —

Prix sur demande

2.500 €

46

Luxembourg Art Week 2020

PHOTOS Jesse Willems-Schönfeld Gallery – Peter Zimmermann-Nosbaum Reding – Jean-Daniel Salvat-Radial Art Contemporain – Bruno Gadenne-Galerie Robet Dantec

JESSE WILLEMS Il più mondano dei mondani, 2020 Collage, 112 x 82 cm


© Christian Aschman, Collection CNA

Christian Hors– Aschman Champs 16.05 — 29.11.2020

Centre national de l’audiovisuel 1b, rue du Centenaire L-3475 Dudelange www.cna.lu Ouvert du mardi au dimanche de 10h00 à 22h00 Entrée gratuite

Avec le soutien de CEPAL S.A.


ArtsKoCo Korean Connection — Stand D04 —

11.600 € HTVA 48

Luxembourg Art Week 2020

PHOTO Hoon Moreau-ArtsKoCo Korean Connection

HOON MOREAU Les Fils d’ombre, 2016 Bois, laiton, fils précieux, 160 x 50 x 12 cm


Coup de cœur

ERIK MINTER Churn, 2020 Peinture aérosol et acrylique sur toile, 183 x 152 cm Mazel Galerie —Stand A03 —

PHOTOS Erik Minter-Mazel Galerie – Samuel Levy- Mob-Art Studio – Daniel Spoerri-Galerie Anne Barrault

11.000 €

DANIEL SPOERRI

SAMUEL LEVY

Daniel Spoerri, qui célèbre cette année ses 90 ans, est aujourd’hui une des figures de l’art contemporain, et plus particulièrement un proche du Nouveau Réalisme et de Fluxus. À l’occasion de Luxembourg Art Week, il est possible d’acquérir une œuvre récente puisque datant de 2018, dans la continuité de ses « tableaux-pièges ».

Prolifération 1, 2020 Aérographe et peinture sur sous-bock, 37 x 55 cm

La réalité est congruente avec l'imagination, 2018 Technique mixte, 100 x 100 x 100 cm

Mob-Art Studio

Galerie Anne Barrault

— Stand D03 —

— Stand F08 —

1.400 €

30.000 € 49


JACQUES VILLEGLÉ Opération quimpéroise – Le Quartier, 2006 Affiches lacérées marouflées sur toile, 41 x 33 cm

Galerie Jean-Louis Ramand

Delphine Courtay

— Stand F04 —

— Stand E14 —

900 €

Prix sur demande

ANNABELLE GUETATRA

SYLVIE AUVRAY

J’ai perdu la tête, 2018 Divers matériaux sur papier, 52 x 74 cm

Sans titre, 2020 Grès émaillé, 45 x 34 x 23 cm

Galerie DYS

Galerie Laurent Godin

— Stand E03 —

—Stand C01 —

2.500 €

9.000 €

50

Luxembourg Art Week 2020

PHOTOS Fabien Granet-Galerie Jean-Louis Ramand – François Poivret-courtesy Delphine Courtay & Galerie Georges-Philippe & Nathalie Vallois – Vincent Everarts-Galerie DYS – Sylvie Auvray-Galerie Laurent Godin

FABIEN GRANET Zones littorales (série), 2019 Dessin, fusain et graphite sur papier, 23 x 31 cm


La Bibliothèque nationale du Luxembourg présente

Œuvres sur papier Livres d’artiste

EXPOSITION 24 SEPTEMBRE – 12 DÉCEMBRE 2020

BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DU LUXEMBOURG 37D, AVENUE JOHN F. KENNEDY / LUXEMBOURG du mardi au vendredi 10h à 20h / samedi 10h à 18h


REBECCA BRUEDER Voyageurs victoriens sur le glacier de Chamonix, 1867, 2019 Dessin à l’encre sur papier, 58 x 90 cm

Maruani Mercier

Galerie Robet-Dantec

— Stand B03 —

— Stand E13 —

140.000 € HTVA

1.800 €

CHRISTO

NANCY GRAVES

Wrapped Armchair, Project, 1990 Lithographie avec collage, 64 x 88,5 cm, édition de 100, signée

No Longer Present, 1989 Huile sur toile, 218,44 x 218,44 cm

Galerie F. Hessler

Ceysson & Bénétière

— Stand C02 —

— Stand C03 —

Prix sur demande

Prix sur demande

52

Luxembourg Art Week 2020

PHOTOS Peter Halley-Maruani Mercier – Rebecca Brueder-Galerie Robet-Dantec – Aurélien Mole-Galerie F. Hessler

PETER HALLEY Out of Shadow, 2020 Acrylique et Roll-A-Tex sur toile, 200,66 x 175,26 cm


Coup de cœur

SUMMER WHEAT Two Jugs, 2020 Acrylique sur plaque d’aluminium, diptyque 172,7 x 238,8 cm Zidoun-Bossuyt Gallery

PHOTOS Summer Wheat-Zidoun-Bossuyt Gallery – Jacques Charlier-Galerie Nadja Vilenne – Éric Poitevin-Bernard Jordan

— Stand C08 —

Prix sur demande

ÉRIC POITEVIN Éric Poitevin est une des figures les plus importantes de la photographie contemporaine française et est en plus issu de la Grande Région puisqu’il vit dans la Meuse. Son travail revisite les genres de la peinture classique, tout en développant une réflexion photographique autour de la nature et du corps. Réalisées à la chambre, ses photos sont d’une sobriété exemplaire, ce qui les place hors du temps. Un de ses thèmes récurrents est la photographie d’animaux, qui sont montrés selon un dispositif emprunté au domaine de la chasse.

JACQUES CHARLIER

Sans titre, 2019 Impression jet d’encre, 120 x 150 cm, 1/5

Le Départ, 2017 Acrylique sur toile, 120 x 100 cm

Galerie Bernard Jordan

Galerie Nadja Vilenne

15.000 €

— Stand A04 —

— Stand A05 —

10.000 € 53


JAN KALAB Grey Void 0520, 2020 Acrylique sur toile, 78 x 116 x 4 cm

Galerie Anne Barrault

CultureInside Gallery

— Stand F08 —

— Stand C10 —

10.000 €

7.900 €

VISHAL K DAR

SHERMAN MERN TAT SAM

17GBMF_MO, 2017 Bois, adhésif, peinture noire, époxy, 126 x 26 x 20,2 cm

Ça plane pour moi, 2020 Huile sur panneau, 51 x 44,4 cm

Galerie Felix Frachon — Stand E07 —

Prix sur demande 54

Luxembourg Art Week 2020

Lymyfyr Art Consulting — Stand E15 —

15.500 €

PHOTOS Guillaume Pinard-Galerie Anne Barrault – Jan Kalab-CultureInside Gallery – Vishal K Dar-Galerie Felix Frachon – Sherman Mern Tat Sam-Lymyfyr Art Consulting

GUILLAUME PINARD Nap at the Raccoon Academy, 2020 Acrylique sur toile, 65 x 54 cm


Coup de cœur

RAYMOND HAINS Boîte d’allumettes, 2004 Bois, papier, papier de verre, 100 x 46 x 10 cm Valerius Gallery — Stand B04—

Prix sur demande

PHOTOS Valerius Gallery – Alain Séchas-Galerie Laurent Godin – Christian Aschman

CHRISTIAN ASCHMAN Cette photo de Christian Aschman appartient à une série réalisée à l’Agrocenter, à Mersch. Elle est issue d’une commande passée par le Centre national de l’audiovisuel pour documenter cet ancien site industriel voué à la disparition pour cause de reconversion urbaine. Le photographe réalise une prise de vue méthodique, sur trépied. Il recherche l’objectivité tout en réussissant à capter les atmosphères de ce lieu hors du commun et transforme ces anciens équipements industriels en intrigantes sculptures abstraites.

ALAIN SÉCHAS

0021_09, 2018-19 87,50 x 70 cm

Fleurs 4, 2019 Acrylique sur toile, 130 x 97 cm

Lymyfyr Art Consulting

Galerie Laurent Godin

3.500 €

— Stand C01 —

— Stand E15 —

19.000 € 55


CLAUDE VIALLAT

God is a Dolphin, 2019 Huile sur toile, 70 x 60 cm

1984/042, 1984 Acrylique sur bâche de bateau, 229 x 129 cm

Delphine Courtay

Ceysson & Bénétière

— Stand E14 —

— Stand C03 —

1.200 €

Prix sur demande

ANTONELLA ZAZZERA Armonico CCCXLVI, 2019 Fil de cuivre, 54 x 46 x 24 cm

Standing People #2, 2020 Panneau d’acrylique lenticulaire monté sur acrylique blanc, 111 x 119 x 3,2 cm, édition de 25

Antonella Cattani Contemporary Art

DavisKlemmGallery

— Stand A11 —

— Stand B07 —

9.600 €

21.700 €

JULIAN OPIE

56

Luxembourg Art Week 2020

PHOTOS Laurent Impeduglia-Delphine Courtay – Aurélien Mole – Antonella Zazzera-Antonella Cattani Contemporary Art – Julian Opie-DavisKlemmGallery

LAURENT IMPEDUGLIA


exposition 12.11 > 31.01 10:00 - 18:00

Time 0 Polaroids par Paul Kirps

neimĂŤnster respecte les mesures sanitaires en vigueur.

neimenster.lu

28, rue MĂźnster +352 / 26 20 52 1

Partenaire institutionnel

Partenaire officiel


PHOTO Crédit Name

Texte — Céline Coubray

Luxembourg Art Week lance un Creative Club

L’édition 2020 de Luxembourg Art Week est l’occasion d’introduire une nouveauté : le Creative Club, un espace dédié aux entreprises qui présentent des technologies au service du milieu culturel et de l’art plus spécifiquement. Initiative

58

Luxembourg Art Week 2020


ILLUSTRATION CGLux

L

Projection immersive dans une œuvre en mouvement, réalité virtuelle à découvrir au casque… Les possibilités de visualisation des œuvres sont multiples.

a présence du coronavirus au sein de la population et la crise sanitaire qu’elle engendre obligent à une réflexion sur les modes de travail et nos habitudes culturelles. Aussi, analysant les nouveaux besoins qu’a fait surgir cette période, l’équipe de Luxembourg Art Week propose, pour cette édition 2020, une nouvelle section dénommée Creative Club. « Avec la présence du virus au sein de la population, les galeries et autres professionnels du milieu de l’art ont dû augmenter leur visibilité et accélérer leur présence numérique », souligne Alizée Chasse, coordinatrice générale de Luxembourg Art Week. Les semaines de quarantaine ont montré à quel point le numérique occupait une place importante dans notre vie quotidienne, permet de garder le contact et de continuer à profiter de la culture. Visites virtuelles, découvertes de collections de musées grâce aux outils numériques, conférences en ligne… les propositions ont été multiples, mais tous les acteurs ne sont pas encore prêts à répondre à ce défi de la transmission virtuelle. Or, des solutions existent et peuvent être mises en place pour ce secteur d’activité en particulier. « Nous avons la chance au Luxembourg d’avoir plusieurs entreprises et start-up d’un très bon niveau, actives dans ces domaines. Luxembourg Art Week est l’occasion de leur offrir une plateforme et de faire connaître ces outils et services aux professionnels de l’art

contemporain, ainsi qu’au grand public. » Le Creative Club rassemble une dizaine de start-up et entreprises dont le core business est dédié au digital. Leurs solutions innovantes, dont certaines sont présentées en avant-première, peuvent être mises au service des institutions culturelles, des galeries et des artistes afin d’enrichir et de développer la transmission, la médiation et la création artistique. Avec l’aide de Post Luxembourg et du Luxembourg Creative Industries Cluster géré par Luxinnovation, qui sont partenaires de cette initiative, les exposants présentent des produits qui s’adressent aussi bien aux collectionneurs qui développent leur collection qu’à l’institution culturelle à la recherche d’un outil de gestion efficace pour son archivage, l’identification et la sécurité des œuvres, les transports ou l’inventaire de sa collection, ou encore aux artistes qui peuvent s’approprier de nouveaux outils de création pour une production artistique virtuelle. « Le public peut aussi découvrir une offre orientée médiation culturelle avec des propositions de visites sous forme de jeux, une immersion dans un univers virtuel à l’aide de lunettes connectées », précise Alizée Chasse. TROIS SECTIONS COMPLÉMENTAIRES

Le Creative Club est divisé en trois sections thématiques. La première est dédiée à la transmission et 59


PHOTO Anthony Dehez

3 QUESTIONS À...

ILLUSTRATION CGLux

ISABELLE FABER Directrice de la communication chez Post Luxembourg

Sur le stand de CGLux, les outils numériques permettent de créer de nouvelles œuvres.

rassemble des start-up spécialisées dans les services en ligne de gestion et d’archivage de collection. On y trouve Arteïa, qui offre un niveau de sécurité des données très élevé ; Cura3D, qui propose des solutions numériques pour la conception d’exposition ; ou encore See More, qui est une application de réalité augmentée qui permet de visualiser une œuvre d’art en situation dans un espace domestique. Une seconde section est consacrée aux nouvelles formes de médiation culturelle : CGLux Production, déjà connu dans le milieu du cinéma et de l’architecture, propose ici des services de réalité 60

virtuelle et augmentée adaptés au milieu culturel ; la Luxembourg Tech School offre des démonstrations de codage permettant de créer une œuvre d’art interactive ; et Zeilt Productions présente en exclusivité un prototype de gamification appliqué à un musée. La troisième et dernière partie est dédiée à la création pour montrer comment la technologie peut favoriser le développement de nouvelles pratiques artistiques. Dans cet espace, les visiteurs sculptent virtuellement une œuvre et découvrent une œuvre imprimée en 3D et sculptée grâce à ce logiciel.

Luxembourg Art Week 2020

Pourquoi Post Luxembourg a choisi d’être partenaire du Creative Club ? Soutenir des projets culturels fait partie intégrante des engagements de « responsabilité sociale d’entreprise » de Post Luxembourg. L’innovation et l’accessibilité technologique sont au cœur de nos missions. C’est donc en premier lieu le caractère innovateur, mêlant à la fois l’art et les nouvelles technologies, qui nous a séduits dans ce projet. Que vous apporte cette collaboration ? Soutenir le Creative Club nous permet de connecter le savoirfaire d’une entreprise à la fois traditionnelle et contemporaine et le monde de la création artistique. Qu’attendez-vous de cet engagement ? En encourageant le développement de nouvelles pratiques artistiques et technologiques, le dialogue et les échanges entre créateurs d’univers très différents et amateurs d’art, tout en donnant de la visibilité à des start-up et des artistes émergents, nous espérons contribuer à véhiculer une image moderne du Luxembourg et de son patrimoine.


rotondes.lu exposition du 15.11 au 29.11.20 ouvert tous les jours (sauf les jeudis) >15:00-19:00 sauf ven 20 + dim 22.11.20 >16:00-19:00 entrée libre Rotondes Place des Rotondes, Luxembourg info@rotondes.lu

the luxembourg encouragement for artists prize

nouvelles dates

Bruno Baltzer / Leonora Bisagno Hisae Ikenaga Suzan Noesen Nina Tomàs

présenté par


À voir pendant la foire

Le Salon du CAL est un rendez-vous attendu des Luxembourgeois.

62

Luxembourg Art Week 2020

PHOTO Mike Zenari (archives Maison Moderne)

En parallèle de Luxembourg Art Week, de nombreux autres événements et expositions sont organisés à Luxembourg, dans le pays et même en Grande Région. Voici l’essentiel de la programmation, pour être sûr de ne rien rater.


À Luxembourg

PHOTO Anne-Laure Lechat

Untitled, Gestures and Postures : Performance de Yasmine Hugonnet

Yasmine Hugonnet présente une performance au Mudam.

Salon du CAL Sur plus de 1.000 m2, le Salon annuel du Cercle artistique de Luxembourg est une exposition d’art contemporain expertisée par un jury international. Il offre une vue d’ensemble sur la création actuelle du Luxembourg et sur la création d’artistes étrangers invités. Cette exposition est ouverte aux divers domaines des arts visuels, toutes techniques confondues, sans discrimination de tendances et courants esthétiques, pour autant que les œuvres répondent à des exigences de qualité artistique, de recherche, d’innovation et d’originalité. Le Prix Pierre Werner sera décerné à un artiste luxembourgeois ou étranger, membre ou non du Cercle artistique de Luxembourg, pour l’ensemble de ses œuvres exposées dans le cadre du Salon annuel 2020. Du 1er au 20 novembre Tramsschapp 49, rue Ermesinde à Luxembourg-Limpertsberg

LEAP – The Luxembourg Encouragement for Artists Prize Les Rotondes, avec RTL, lancent la troisième édition de LEAP – Luxembourg Encouragement for Artists Prize, créé en 2016 et qui récompense tous les deux ans un(e) artiste ou groupe d’artistes issu(e)s du milieu contemporain. S’y attache une exposition collective du même nom aux Rotondes. Le prix LEAP – Luxembourg Encouragement for Artists Prize vise à aider les artistes faisant preuve d’une démarche novatrice dans la création contemporaine et à soutenir le développement de leur carrière. En 2016, le prix fut décerné à Sophie Jung, en 2018 à Laurianne Bixhain. Avec le LEAP, les Rotondes (déjà engagées à travers leur Triennale auprès de la jeune création dans la Grande Région) offrent aux artistes contemporains liés au Grand-Duché un tremplin vers la professionnalisation et une plus grande visibilité.

Mudam Luxembourg présente une nouvelle œuvre de la chorégraphe, danseuse et chercheuse suisse Yasmine Hugonnet. Conçu pour trois danseurs, Untitled, Gestures and Postures explore la relation entre la forme, l’image et la sensation. Mise au programme dans le contexte de l’exposition Charlotte Posenenske : Work in Progress, Hugonnet présentera un spectacle unique en réponse à l’œuvre de Posenenske. Les deux artistes travaillent avec des systèmes modulaires composés de parties pouvant être librement ajoutées, supprimées ou modifiées. Hugonnet imagine une suite de gestes et de postures comme des modules expressifs porteurs de sens personnel en évolution constante pour former de nouveaux récits. Posenenske, pour sa part, a créé des sculptures modulaires de fabrication industrielle, produites en nombre illimité et assemblées ou agencées par les « clients » à volonté. Hugonnet et ses danseurs adoptent une série de poses suggérant tantôt une implication intense, tantôt un abandon total. L’agilité, la force et la légèreté apparente des acteurs permettent au public de voyager parmi les images en mouvement qui dansent dans leurs ressources imaginaires. Untitled, Gestures and Postures se compose de modules d’œuvres antérieures, dont Le Récital des postures (2014) (prix de la Danse suisse de 2017), Se sentir vivant (2017) et Seven Winters (Sept hivers). 25 novembre à 18 h 30 Mudam Luxembourg. Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean. 3, Park Dräi Eechelen à Luxembourg-Kirchberg

Du 15 au 29 novembre Les Rotondes. Place des Rotondes à Luxembourg-Bonnevoie

63


Expositions dans les institutions culturelles lors de Luxembourg Art Week 2020

Au Luxembourg

En France

Mudam Luxembourg – Musée d’art moderne Grand-Duc Jean

Villa Vauban – Musée d’art de la Ville de Luxembourg 28.03.2020 – 17.01.2021

Variations – Un musée pour tous

12.09.2020 – 17.01.2021

20.07.2020 – 17.01.2021

Thomas Hirschhorn. Flugplatz Welt/World Airport 07.03.2020 – 07.03.2021  

Portrait of a Young Planet 26.09.2020 – 21.03.2021

Leonor Antunes 10.10.2020 – 05.10.2021

18, avenue Émile Reuter L-2420 Luxembourg www.villavauban.lu

Centre national de l’audiovisuel The Family of Man

Charlotte Posenenske

Exposition permanente Château de Clervaux

10.10.2020 – 10.01.2021 3, Park Dräi Eechelen L-1499 Luxembourg www.mudam.lu

The Bitter Years Exposition permanente Waassertuerm + Pomhouse Dudelange

Casino Luxembourg – Forum d’art contemporain

www.steichencollections.lu

Rotondes

Die Zeit ist ein Gieriger Hund

03.10.2020 – 29.11.2020 41, rue Notre-Dame L-2240 Luxembourg www.casino-luxembourg.lu

Lëtzebuerg City Museum

24.01.2020 – 21.11.2020

Brushed by Light 20.03.2020 – 06.12.2020

09.09.2020 – 26.09.2021

26.09.2020 – 21.02.2021

Place des Rotondes L-2448 Luxembourg www.rotondes.lu

Marché-aux-Poissons L-2345 Luxembourg www.mnha.lu

Centre d’art Dominique Lang 31.10.2020 – 13.12.2020 4, avenue Grande-Duchesse Charlotte L-3440 Dudelange   www.galeries-dudelange.lu

21.02.2020 – 11.01.2021

Le Ciel comme atelier. Yves Klein et ses contemporains 18.07.2020 – 01.02.2021

Chagall. Le Passeur de lumière 21.11.2020 – 15.03.2021

1, parvis des Droits-del’Homme, F-57020 Metz www.centrepompidou-metz.fr

49 Nord 6 Est – Frac Lorraine

Lucien Wercollier

Degrés Est : Thomas Schmahl

Exposition permanente

23.07.2020 – 24.01.2021

23.07.2020 – 24.01.2021

28, rue Münster L-2160 Luxembourg www.neimenster.lu

Schlassgaart, château de Clervaux

Luxembourg Art Week 2020

Indistinti confini – Noce, Giuseppe Penone

Céline Condorelli. Deux ans de vacances

07.11.2020 – 24.11.2020

64

22.11.2019 – 23.08.2021

Neimënster – Centre culturel

Hans-Christian Schink

03.10.2020 – 29.11.2020 14, rue du Saint-Esprit L-1475 Luxembourg www.mhvl.lu

Des Mondes construits. Un Choix de sculptures du Centre Pompidou

Die hängenden Gärten

26.09.2020 – 21.02.2021

Home is where the forest is

Centre PompidouMetz

The Museum Project

Die Schafherde (Turma de Oi)

Fouillez les archives de la Ville de Luxembourg

De Mena, Murillo, Zurbarán

Charles Kohl (1929–2016)

Giulia Cenci. Collection Mudam

Musée national d’histoire et d’art Luxembourg

Montée du Château L-9712 Clervaux www.clervaux.lu

49 Nord 6 Est – Frac Lorraine, 1 bis, rue des Trinitaires, F-57000 Metz www.fraclorraine.org


Profile for Maison Moderne

Paperjam Plus Luxembourg Art Week  

Paperjam Plus Luxembourg Art Week  

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded