Page 1

AUTUMN

Hello Dubai

2021


BOUTIQUE HOTEL & TWO MICHELIN STAR RESTAURANT Stylish comfort, an interior design of timeless elegance and a creative culinary experience – tailoring to the tastes of gourmet travellers and design aficionados alike

The hotel experts at the MICHELIN Guide

ESPLANADE Saarbrücken | www.esplanade-sb.de

Guide MICHELIN


Édito

AUTUMN 2021 ISSUE Published by Maison ModerneTM exclusively for LuxairTM. With selected content from PaperjamTM and DelanoTM publications. Cover photography Metaform Architects, Luxembourg Expo 2020 Dubai Publication maison moderne head of content strategy

Emmanuelle Thivollard editorial director

Marie-Laure Jouve art directors

José Carsí, Marielle Voisin layout

Guillaume Sinopoli luxair head of marketing

Vincenzo Manzella Advertising Maison Moderne Brand Studio Call (+352) 20 70 70 – 300 www.maisonmoderne.com director

Youcef Damardji strategic business development advisor

Francis Gasparotto

head of media sales and solutions

Dominique Gouviaux Publisher Maison ModerneTM ceo

Geraldine Knudson cfo

Etienne Velasti founder and chairman

Mike Koedinger

No part of this publication may be reproduced without prior written permission by the publisher. Maison ModerneTM is used under licence by MM Publishing and Media S.A.

natureOffice.com | DE-261-JYACEBD

#SpottedByTravellers

Photo

Luxair

Vous êtes passionné par le voyage et aimez explorer des lieux originaux ? Rejoignez la communauté des Luxair Spotters et vos souvenirs seront peut-être publiés dans ce magazine ! Pour cela, dénichez votre endroit et téléchargez votre photo sur le site Are you passionate about travelling and exploring original addresses? Then join the Luxair Spotters community and your memories may be published on this magazine! For that, spot your place and upload your picture on the website

www.luxairspottedbytravellers.lu

Welcome aboard! Bienvenue à bord !

The autumn travel season is now upon us and, as it is our tradition, we have created an exciting programme to make your holiday dreams a reality. We are committed to meeting your expectations and every detail is important to us when it comes to your satisfaction. This is why we are continuously adapting our products to meet your needs. We want to offer you the quality of service you have come to expect from Luxair to make your travels even more enjoyable. Our challenge is to further improve the quality of our services to exceed all your expectations. In Luxembourg, as well as in flight and at your destination, we take pride in ensuring that your journey is as smooth as possible. We put all our expertise to work to offer you the level of service that matches your expectations while strictly complying with the health regulations in force. Luxair and LuxairTours offer a wide range of products and services to satisfy everyone: there are holiday options that combine relaxation and sports, lazy days at the beach, a cosmopolitan trip to the city, or experiencing the world at Expo 2020 Dubai. The choice is yours... If you are still undecided, you will find the perfect trip by leafing through the pages of this issue of Inflight. Relax and let us take care of your travel arrangements! Discover more in this new issue, which presents regional highlights – including lifestyle, cultural and business news. Wishing you a pleasant journey and many interesting discoveries! EN

La saison automnale est arrivée et, comme à notre tradition, nous vous avons concocté un programme aussi riche que varié, pour vous permettre de réaliser les voyages de vos rêves. Votre choix est notre engagement, et chaque détail compte pour nous lorsqu’il s’agit de vous satisfaire. Notre offre est constamment adaptée à votre demande pour vous offrir la qualité du service Luxair telle que vous la connaissez et rendre vos voyages encore plus appréciables. Notre challenge consiste à améliorer encore plus la qualité de nos services pour satisfaire toutes vos attentes. Au Luxembourg, comme à bord et à destination, il nous tient à cœur de vous assurer un voyage en toute sérénité et nous mettons tout notre savoir-faire à votre service, pour vous offrir un accompagnement à la hauteur de vos attentes, dans le respect le plus strict des règles ­sanitaires en vigueur. Luxair et LuxairTours déploient un éventail large d’offres à même de contenter petits et grands : vacances conjuguant détente et sport, à la plage, en ville ou découverte du monde lors d’Expo 2020 Dubai. Le choix vous appartient... Et si vous êtes indécis, vous trouverez le voyage fait pour vous en feuilletant les pages de cet Inflight. Détendez-vous, laissez-vous porter à votre destination et découvrez cette nouvelle édition qui retrace les faits marquants de l’actualité régionale lifestyle, culturelle et business. Je vous souhaite un beau voyage et une bonne découverte ! FR

GIOVANNI GIALLOMBARDO Chairman of the Board of Directors of Luxair

AUTUMN 2021

3


In ever-changing markets, we know that making the right real estate decisions depend on accurate insights. Savills. Leading the conversation.

Letting | Investment | Corporate Services | Valuation | Offices | Retail Savills is one of the world’s leading multi-sector property advisors. Through our strong global network and our local Luxembourg expertise, our innovative approach to real estate enables us to provide world class advice and a seamless service for all of our clients.

Savills Luxembourg 5-7 rue Léon Laval, L-3372 Leudelange +352 20 60 65

savills.lu


Autumn 2021

Travelblog 08 UNITED ARAB EMIRATES

Dubai –

10 SWITZERLAND

Geneva –

12 NORWAY

Oslo –

p.  16

14 CAP VERDE

Málaga has become the Andalusian seaside resort that everyone is talking about. Malaga est devenue la station balnéaire andalouse dont tout le monde parle.

Sal –

16 SPAIN

Málaga 18

Luxair News

Ristretto

The ultimate resort for all ski enthusiasts

24 ELISE SCHMIT

“There is no way art and society do not connect” –

26 OLIVIER GOEMANS

« Il y a alignement des planètes » –

28 JELENA ZELENOVIC MATONE

p.  36 Economy minister Franz Fayot looks ahead to the post-Covid era. Le ministre de l’Économie, Franz Fayot, se projette sur l’après-Covid.

“Information security is a constant challenge” –

30 EDUARDO GRAMUGLIA PALLAVICINO

“Some people build walls and some build windmills”

Photos

Andrés Lejona, Oliver Schluenz, Turismo de Málaga

Conversations 32 CORINNE LAMESCH

« La transition vers le durable, une opportunité extraordinaire » –

36 FRANZ FAYOT

p.  22 Sylt is a beautiful German island located between the Wadden Sea and the North. D’une rare beauté, Sylt est une île allemande située entre la mer des Wadden et la mer du Nord.

« L’avenir du Luxembourg réside dans une économie à haute valeur ajoutée, décarbonée et digitalisée » AUTUMN 2021

5


www.atoz.lu

Wherever your business is... We have tailor-made solutions for you. Over 15 years of leadership.

Founder & Member of the world’s largest independent tax network


Autumn 2021

Conversations 48 CLAUDE WARINGO ET BERNARD MICHAUX

« ‘Capitani’ est un très grand pas en avant pour notre cinéma » –

54 MAXIME ALLARD

« Si l’IA décide toute seule, ça va devenir dangereux » –

58 GILLES FEITH

“We will fly on” –

64 PHILIPPE SYLVESTRE

« Le petit Luxembourg sait plaider » –

68 THIERRY BEFFORT

p.  100 Anne Harles explains her vision of the natural and bio sector. Anne Harles explique sa vision du secteur naturel et bio.

« La concurrence ne me fait pas peur » –

80 THIERRY WOLTER

« Nous sommes l’Amazon de la coupe des métaux » –

86 ISABELLE FABER

“Creativity doesn’t start with a blank page”

90 GISÈLE DUEÑAS LEIVA

« Le changement clima­tique est la priorité numéro un de nos clients » –

94 SERGE ALLEGREZZA

« Un effet de rattrapage de la croissance » –

100 ANNE HARLES

« Le Covid a été bénéfique pour le secteur bio » 104 LUXEMBOURG IN DUBAI

Five things to discover

Photos

Andrés Lejona

Lifestyle 108 MA MAISON 110 MON STYLE 114 MA COLLECTION 116 MA RECETTE

p.  114 Jennifer Boistelle and her incredible shoe collection. Jennifer Boistelle et son incroyable collection de chaussures.

120 Safety & Comfort 122 #SpottedByTravellers AUTUMN 2021

7


Travelblog

LA MER BEACH Surrounded by white sand and turquoise water, this is one of the most popular hotpots in Jumeirah neighbourhood. Enhance your visit by practising water sports or renting a cabana overlooking the Arabian Gulf and the city’s skyline. FR  Entouré de sable blanc et d’eaux turquoise, cet hôtel est l’un des plus populaires du quartier de Jumeirah. Agrémentez votre séjour en pratiquant des sports nautiques ou en louant une cabane avec vue sur le golfe Persique et la ville. EN

www.visitdubai.com

Dubai 6H35

The most populous city in the UAE is much more than crowded shopping malls and endless skyscrapers: it offers endless options to discover the essence of this Middle Eastern wealthy gem.

2 DIRECT LUXAIR FLIGHTS/WEEK*

EN

UNITED ARAB EMIRATES

8

AUTUMN 2021

Nightlife

Restaurant

Shopping

Leisure

Culture

Hotel

La ville la plus peuplée des Émirats arabes unis a plus à offrir que des centres commerciaux et des gratte-ciel : elle recèle de nombreux autres moyens de découvrir l’essence de ce joyau du Moyen-Orient. FR

April - October

Info and bookings


AL FAHIDI

THE MAINE

Behind the old town walls we can find the genuine heritage of Dubai, a well-preserved district featuring traditional wind towers and narrow alleys where to get the authentic flair of the city and the local architectural style. The building that hosts the city’s museum in Al Fahidi Fort is one of the oldest. FR  Derrière les murs de la vieille ville se trouve le patrimoine authentique de Dubaï, un quartier bien préservé avec ses tours à vent traditionnelles et ses ruelles étroites qui permettent de découvrir un côté plus authentique de la ville et le style architectural local. Le bâtiment qui abrite le musée de la ville dans l’enceinte du fort Al Fahidi est l’un des plus anciens.

This retro seaside brasserie and raw bar is in a hotel loading dock and offers a menu with products sourced from local farms and fisheries. Delight your palate with one of the seafood towers, the delicious American oysters or just the catch of the day. FR  Ce bar-brasserie à la décoration rétro installé sur le quai de chargement d’un hôtel propose un menu composé de produits provenant de fermes et de pêcheries locales. Régalez vos papilles avec l’une de ses « tours de fruits de mer », ses délicieuses huîtres américaines ou le poisson du jour.

EN

THEATRE OF DIGITAL ART (TODA)

Visit Dubai, The Maine, TODA David Palacios  Photos Texts

TIP

1

Sofitel Dubai The Palm offers a 5-star ­luxury experience within walking distance from the centre. Relax in one of their suites or villas and indulge yourself with their gastronomy.

Le Sofitel Dubai The Palm offre une expérience 5 étoiles exclusive à quelques minutes à pied du centre-ville. Détendez-vous dans l’une de ses suites ou villas et profitez de sa cuisine gastronomique. FR

TIP

2

Burj Al Arab is one of the tallest hotels in the world and one of the best places to experience the sunset. It is a pretty popular place, so secure your spot in advance.

EN

GRAND SOUK DEIRA

This museum offers a unique combination of multisensorial experiences, including exhibitions, contemporary installations and art in digital support. It profits from the synergy between technology and creativity to make a unique cultural hotspot in town. FR  Ce musée offre une combinaison unique d’expériences multisensorielles, avec des expositions, des installations contemporaines et des créations artistiques sur des supports numériques. Il exploite la synergie entre la technologie et la créativité pour créer un lieu de culture incontournable dans la ville.

Get lost in this traditional Arab market, a good place to buy herbs, spices, nuts and local fabrics. It was built in 1850 next to the harbour because it was an easy location to receive goods from Africa. It has been restored to keep the same architecture from that time. FR  Vous aimerez vous perdre dans ce marché arabe traditionnel, l’endroit idéal pour acheter des aromates, des épices, des noix et des tissus locaux. Construit en 1850 à côté du port (afin de faciliter la réception de marchandises en provenance d’Afrique), il a été restauré pour conserver l’architecture d’origine.

Souk Madinat Jumeirah www.toda.ae

34 23c Street, Deira Al Ras Open from Saturday to Thursday from 8 a.m. to 10 p.m.

Burj Al Arab est l’un des hôtels les plus hauts du monde et l’un des endroits les plus incroya­ bles de la planète pour admirer le coucher du soleil. Ce spot étant très connu, il est conseillé de venir à l’avance ! FR

TIP

3

The city has the world’s tallest fountain, with an impressive gush of water of 150m. Do not miss the daily shows and performances between 6 p.m. and 11 p.m. Booking is required. EN

sofitel-dubai-thepalm.com

* Visit luxair.lu for the updated timetable. Consultez le plan de vol actualisé sur luxair.lu.

The Walk - Dubai Marina +971 4 457 6719 www.themaine.ae

EN

EN

EN

EN

La ville possède la plus grande fontaine du monde, avec des jets d’eau atteignant jusqu’à 150 mètres. Ne manquez pas les spectacles et autres événements accessibles de 18 h à 23 h (réservation obligatoire).

FR

tickets.atthetop.ae

AUTUMN 2021

9


Travelblog

Geneva 6 DIRECT LUXAIR FLIGHTS/WEEK*

1H05

SWITZERLAND

Bordée par le plus grand lac d’Europe centrale et les Alpes, ce haut lieu de la finance suisse jouit d’une atmosphère cosmopolite et invite à découvrir les joyaux cachés de cette métropole.

Surrounded by the largest lake in Central Europe and the Alps, the financial hotspot of Switzerland offers a cosmopolitan atmosphere and invites to discover the hidden gems of this traditional but vivid city.

FR

EN

MAMCO The internationally renowned museum of contem­ porary and modern art exhibits more than 2,000 works from Swiss and foreign artists. FR  Ce musée d’art moderne et contemporain mondialement connu expose plus de 2 000 œuvres d’artistes suisses et étrangers. EN

Rue des Vieux Grenadiers 10 www.mamco.ch

TIP

1

Head to the shop of master chocolatier Philippe Pascoët and indulge yourself with some of his best creations. FR  Passez la porte du maître chocolatier Philippe Pascoët et offrez-vous quelques-unes de ses meilleures créations.

HOTEL.D GENEVA

This gourmet space in the Grand Théâtre is an excellent place to enjoy a healthy lunch with local products or an after-work wine at the terrace. FR  Cet espace gastronomique du Grand Théâtre est l’endroit rêvé pour déguster un déjeuner sain à base de produits locaux ou prendre un apéritif en terrasse.

Enjoy a cosy and intimate stay in Le Paquis district in this property located in a historical building steps away from Lake Geneva. FR  Profitez d’un séjour reposant et exclusif dans cet établissement installé dans un bâtiment historique du quartier Le Paquis, à deux pas du lac Léman.

Place de Neuve 5 +41 22 322 54 00 www.gtg.ch/cafe-de-la-plage

Rue de Fribourg 16 +41 22 777 16 16 www.hoteld-geneva.ch

www.geneve.com

10

EN

AUTUMN 2021

EN

Rue Saint-Joseph 12 www.pascoet.ch TIP

2

Become a watchmaker for a day and follow a workshop that will teach you how to assemble your own Swiss watch. FR  Devenez horloger le temps d’une journée en participant à un atelier où vous apprendrez à assembler votre propre montre suisse ! EN

www.initium.swiss

* Visit luxair.lu for the updated timetable. Consultez le plan de vol actualisé sur luxair.lu.

David Palacios  Photos

CAFÉ DE LA PLAGE

Founded in 1786 on the orders of the King of Sardinia, this trendy neighbourhood on the left bank of the lake has a Mediterranean flavour. The area is home to independent boutiques and a legendary 200-year-old farmer’s market in Place du Marché. FR  Fondé en 1786 sur les ordres du roi de Sardaigne, ce quartier branché de la rive gauche a un air méditerra­néen. Il abrite des boutiques indépendantes et, sur la Place du Marché, le légendaire marché agricole, vieux de 200 ans.

Texts

CAROUGE EN

Visit Geneva, Grand Théâtre de Genève, Hotel.D Geneva

EN


Packs Fiber Internet

unlimited

+ Mobile plan unlimited

+ TV

or not

Conditions in the shop or on orange.lu

From

59

/month


Travelblog

TIP

1

A former dock in Bjørvika turned into an urban and architectural project to regenerate the city’s waterfront. FR  Un ancien quai de Bjørvika s’est mué en un projet urbain et architectural visant à réhabiliter le front de mer de la ville. EN

GRÜNERLØKKA

HARBOUR PROMENADE

MAAEMO

The former industrial district is now a booming area with plenty of eateries, coffee roasters and clothes shops around Markveien street and Thorvald Meyers gate. The area is also known for being the home of the city’s impro-theatre scene. FR  Cet ancien quartier industriel est aujourd’hui en plein essor grâce aux nombreux restaurants, torréfacteurs et boutiques de vêtements disséminés aux abords de la rue Markveien et de la porte Thorvald Meyers. Ce quartier est aussi connu pour être un haut lieu d’improvisation théâtrale de la ville.

A 9-km path takes us through the modern development that the city experienced in recent years, with the Opera House as the main highlight. FR  Ce sentier de 9 kilomètres nous emmène à travers les nouveaux quartiers qui sont apparus dans la ville ces dernières années, avec en point d’orgue l’opéra d’Oslo.

The Michelin-starred chef Esben Holmboe Bang presents a 20-course seasonal menu using products sourced from local farms and Norwegian wild mountains. FR  Le chef étoilé au Michelin Esben Holmboe Bang propose un menu saisonnier de 20 plats à base de produits issus de fermes locales et des montagnes sauvages norvégiennes.

Den Norske Opera & Ballett Kirsten Flagstads pl. 1 + 47 21 42 21 21 www.operaen.no

Dronning Eufemias gate 23 +47 22 17 99 69 www.maaemo.no

EN

EN

EN

TIP

2

Territoriet bar in Grünerløkka offers nearly 400 wine references by the glass from different regions. FR  Le bar Territoriet de Grünerløkka propose près de 400 références de vins provenant de diverses régions. EN

Markveien 58 www.territoriet.no

VIGELAND SCULPTURE PARK EN  Designed by Norwegian sculptor Gustav Vigeland, this open museum showcases 200 sculptures from the artist in bronze, granite and iron. FR  Conçu par le sculpteur norvégien Gustav Vigeland, ce musée à ciel ouvert présente 200 sculptures de cet artiste réalisées en bronze, granit et fer.

NORWAY

12

AUTUMN 2021

EN  The Norwegian capital offers a modern architectural skyline and new urban developments that position the municipality as a truly avant-garde destination in Northern Europe.

FR  La capitale norvégienne affiche une skyline contemporaine et ses nouveaux ensembles urbains en font une des destinations les plus futuristes de l’Europe du nord.

* Visit luxair.lu for the updated timetable. Consultez le plan de vol actualisé sur luxair.lu.

David Palacios  Photos

2 DIRECT LUXAIR FLIGHTS/WEEK*

Texts

Oslo 2H30

Visit Oslo — Tord Baklund, Visit Oslo — Didrick Stenerse, Maaemo

www.vigeland.museum.no


10, Rue Sigismond L-2537 - Luxembourg

PROLONGEZ L’EXPÉRIENCE SUR WWW.GRAACEHOTEL.COM

book@graacehotel.com T. +352 26 68 43 43


Travelblog

Sal

1 DIRECT LUXAIR FLIGHT/WEEK*

6H25

Ses sublimes plages de sable blanc, sa côte sauvage et sa vaste étendue désertique font de cette île de la côte ouest de l’Afrique une destination idéale pour s’évader, se détendre et se ressourcer.

The idyllic white sand beaches, the wild coast and the large extension of desert make this island on the west coast of Africa an ideal destination to discover, relax and unwind.

FR

EN

CAP VERDE

BURACONA EN  This natural bay formed by the Atlantic Ocean in the lava rocks is a real postcard. Complete your experience by taking a dip in the natural pool. FR  Cette baie naturelle creusée par l’océan Atlantique dans des rochers de lave est une véritable carte postale. Et pour parfaire l’expérience, n’hésitez pas à piquer une tête dans cette piscine naturelle !

TIP

1

In the north of the island, the desert of Terra Boa is just breathtaking scenery. Rent a quad to explore the area. FR  Au nord de l’île, le désert de Terra Boa forme un ­paysage à couper le souffle. Pour explorer la région, vous pouvez louer un quad.

These white and pink salt pans located in the crater of the volcano are still used for beauty products and therapeutic purposes. The exploitation of the area started in 1796 and it has a port and a lighthouse. FR  Ces marais salants colorés rose et blanc situés dans le cratère du volcan sont toujours utilisés pour la fabrication de produits de beauté et à des fins thérapeutiques. L’exploitation du domaine a commencé en 1796. Celui-ci possède un port et un phare. EN

Inspired by an ethnic style, the ­ legant property offers a unique e ­experience with several pools and direct access to the beach. The hotel features several restaurants and a spa offering a wide range of treatments. FR  D’inspiration ethnique, cette élégante propriété offre une expérience unique avec ses piscines et un accès direct à la plage. L’hôtel dispose aussi de plusieurs restaurants et d’un spa proposant une large gamme de soins. EN

TIP

2

Cachupa, a slow-cooked stew made with beans, vegetables and fish or meat, is considered the archipelago’s national dish. FR  Le Cachupa, un ragoût cuit lentement à base de haricots, de légumes et de poisson ou de viande, est considéré comme le plat national de l’archipel. EN

Cabocan Lote E 2, Santa Maria www.riu.com

www.turismo.cv

14

HOTEL RIU PALACE SANTA MARIA

AUTUMN 2021

* Visit luxair.lu for the updated timetable. Consultez le plan de vol actualisé sur luxair.lu.

David Palacios  Photos

SALINAS DE PEDRA DE LUME

Founded in 1830 as a production hub of salt, this city in the southern part of the island has the most popular beach with turquoise waters. One of the most rewarding moments is when fishermen bring the catch of the day to the small pier. FR  Fondée en 1830 en tant que site de production de sel, cette ville située dans la partie sud de l’île possède une plage prisée pour ses eaux turquoise. L’un des moments incontournables est le retour des pêcheurs avec leurs prises du jour sur le petit embarcadère.

Texts

SANTA MARIA EN

Shutterstock, Riu Hotels

EN


LL I V A L Z E R G V R U U O MBO C É D UXE ! S L È R P DE S U y.com L P DE urg-cit

E

s com iliari Fam ende du la g la lé oi et de fr ne ! Sige Mélusi e sirèn

plan K, © Denis Dehon

bo m avec e s x u o lu te ez-v


Travelblog

TIP

1

The museum dedicated to local painter Pablo Picasso shows his artistic career through paintings and drawings. FR  Le musée dédié au célèbre peintre local Pablo Picasso retrace sa carrière artistique à travers des peintures et des dessins. EN

CALLE LARIOS

KALEJA

The shopping area is the heart of the historic centre, featuring designer brands in 19th-century buildings. The pedestrian street is named in honour of businessman Marqués de Larios, who actively contributed to its construction. FR  La zone commerçante est située au cœur du centre historique. On y trouve de nombreuses marques de créateurs exposées dans des bâtiments du 19e siècle. Cette rue piétonne doit son nom à l’homme d’affaires Marqués de Larios, qui a contribué à sa construction.

Chef Dani Carnero offers a degustation menu based on fresh regional products and twisted traditional recipes in an open kitchen. FR  Le chef Dani Carnero propose un menu de dégustation élaboré à partir de produits régionaux frais et de recettes traditionnelles revisitées, le tout concocté dans une cuisine ouverte.

This 5-star property offers a privileged seaside experience between the fishing village of Estepona and opulent Marbella. FR  Cet établissement 5 étoiles jouit d’un emplacement privilégié en bord de mer, entre le village de pêcheurs d’Estepona et l’opulente Marbella.

Calle Marquesa de Moya, 9 www.restaurantekaleja.com

Autovía del Mediterráneo, Km 159 +34 952 80 95 00 www.kempinski.com

EN

EN

www.malagaturismo.com

KEMPINSKI HOTEL BAHÍA ESTEPONA

Calle San Agustín, 8 www.museopicassomalaga.org

EN

TIP

2

The Atarazanas market (“shipyard” in Spanish) used to be the place to build and repair ships back in the 14th century. FR  Le marché d’Atarazanas (« chantier naval » en espagnol) était un site de con­ struction et de réparation de navires au 14e siècle. EN

Calle Atarazanas, 10

CENTRE POMPIDOU EN  The branch of the Paris-based art museum presents an impressive collection of modern and contemporary artwork from the 20th and 21st centuries. FR  L’antenne andalouse du musée d’art parisien présente une impressionnante collection d’œuvres d’art moderne et contemporain des 20e et 21e siècles.

2 DIRECT LUXAIR FLIGHTS/WEEK*

SPAIN

16

AUTUMN 2021

This revamped city in the heart of popular Costa del Sol stands out as a top cultural and design hub in Europe and presents itself to the world as an outstanding food ambassador in Southern Spain. EN

Au cœur de la très prisée Costa del Sol, cette ville récemment réaménagée incarne, aux yeux du monde, à la fois une métropole culturelle de premier plan en Europe et une ambassadrice gastronomique exceptionnelle du sud de l’Espagne. FR

* Visit luxair.lu for the updated timetable. Consultez le plan de vol actualisé sur luxair.lu.

David Palacios  Photos

5 DIRECT LUXAIR FLIGHTS/WEEK*

Texts

Málaga 2H45

Turismo de Málaga, Kaleja, Kempinski

Pasaje Doctor Carrillo Casaux, s/n www.centrepompidou-malaga.eu



Destination

The ultimate resort for all ski enthusiasts L’incontournable station pour tous les amateurs de ski Following the success of the destination achieved last year, Luxair has announced a direct flight to Sälen in Sweden every Saturday from 11 December 2021 to 26 February 2022. Sälen is a small town of just 508 inhabitants, located in the west of Sweden. In winter, the town welcomes thousands of tourists with a passion for skiing and the mountains and has developed to currently comprise no fewer than eight resorts, the first of which was built in 1937. The area is also known as the home of the oldest and longest cross-­country ski race in the world, the Vasaloppet,

EN

in which 15,000 cross-country skiers compete every year. So why not head off to discover or rediscover the beauty of these snowy, colourful and unique landscapes, and if you’re a winter sports enthusiast, you’ll no doubt find the many winter activities available in the area hard to resist! Suite au succès de la destination l’année dernière, Luxair annonce un vol direct vers Sälen, en Suède, tous les samedis, du 11 décembre 2021 au 26 février 2022. Sälen est une petite localité de 508 habitants, située à l’ouest

FR

de la Suède. En hiver, la ville accueille des milliers de touristes passionnés de ski et de montagne. Elle compte aujourd’hui huit stations, dont la première fut construite en 1937. La ville est également connue pour sa plus vieille et longue course de ski de fond du monde, la Vasaloppet, qui recense 15.000 fondeurs chaque année. Découvrez ou redécouvrez la beauté de ces paysages enneigés, colorés et uniques. Et pour les amateurs de sports d’hiver, laissez-vous tenter par les nombreuses activités hivernales proposées sur le site.

Photo

Istock

Luxair News

Autumn 2021

18

AUTUMN 2021


Travel Agency

ACTIVE HOLIDAYS by LuxairTours

ACTIVE HOLIDAYS par LuxairTours

EN

Why not combine your holiday with your passion? Do you like to push your limits on holiday, experience new things with family and friends? LuxairTours will get you moving and grooving to a new beat as you (re)discover its destinations from a different perspective. Whether you’re hiking, cycling or kitesurfing, you’ll get the opportunity to conquer new sports at the heart of nature and get the adrenaline pumping! There are two options available: the Freedom option, which is perfect for combining sport and relaxation, and the Coaching formula, which is the best option if you have certain expectations in terms of performance.

FR

For more information on the various options and destinations that LuxairTours has to offer, please view the Active Holidays brochure at your local travel agency or at www.luxairtours.lu.

Pour plus d’informations sur les différentes offres et destinations proposées par LuxairTours, n’hésitez pas à consulter la brochure Active Holidays en agence de voyages ou sur le site www.luxairtours.lu.

Vivez vos vacances au rythme de vos passions. Vous aimez vous dépenser en vacances, vivre de nouvelles expériences en famille ou entre amis ? LuxairTours vous permet de bouger et de vibrer en vous faisant (re)découvrir ses destinations autrement. En rando, à vélo ou sur un kitesurf, partez à la conquête des sports en pleine nature et des sensations fortes ! Deux formules vous sont proposées : la formule Freedom, qui est parfaite pour combiner le sport et la détente, et la formule Coaching, qui est à privilégier si vous avez des attentes particulières en termes de performance.

MyLuxair

Luxair & LuxairTours

Your MyLuxair account Votre compte MyLuxair

Esch2022 and Luxair Esch2022 et Luxair

Create your MyLuxair account today and start taking advantage of the many benefits it offers. Fill in your personal details and save precious time and inconvenience when making your next booking. Benefit from automated alerts by SMS and e-mail (in the event of flight delays or cancellations) and be among the first to receive the latest offers and news from Luxair. You can also register your Miles & More card to ensure that the Miles you earn on your Luxair flights are recorded.

Esch-sur-Alzette will be the European Capital of Culture in 2022, and Luxair, in support of the country’s national heritage, will be joining forces with the city to mark the occasion. Get ready for plenty of new surprises! FR  Esch-sur-Alzette sera la Capitale européenne de la culture en 2022. Luxair soutient le patrimoine national et s’associe à la ville pour l’occasion. Tenezvous prêts pour de nombreuses nouvelles surprises !

EN

EN

esch2022.lu

Pour profiter de nombreux avantages, créez votre compte MyLuxair. Renseignez vos données personnelles et gagnez du confort et un temps précieux lors de vos prochaines réservations. Profitez d’un ensemble d’alertes automatisées par SMS et e-mail (retard ou annulation de vol) et soyez parmi les premiers à recevoir les dernières offres et actualités de Luxair. Enregistrez également votre carte Miles & More pour garantir l’enregistrement de vos Miles sur vos vols Luxair.

Photos

Luxair

FR

AUTUMN 2021

19


Autumn 2021

Partnership

20

Other monuments that feature in Luxembourg’s heritage will be showcased on future editions, so why not start collecting them now? These limited edition beers will be served in Luxair’s Business Lounge at Luxembourg Airport and also on board all Luxair flights for the airline’s passengers.

AUTUMN 2021

Luxair s’associe à Luxembourg for Tourism et renouvelle sa collaboration avec la Brasserie Simon afin de promouvoir les magnifiques sites du Luxembourg via la nouvelle appli­ cation VisitLuxembourg. Le premier visuel sur la canette représentera le château de Vianden et donnera les principaux détails à connaître sur ce monument historique.

FR

D’autres monuments du patrimoine luxembourgeois seront mis en avant sur les prochaines éditions, pourquoi ne pas les collectionner ? Ces bières en édition limi­tée seront servies dans la Business Lounge de Luxair à l’aéroport de Luxembourg et également à bord de tous les vols Luxair pour les passagers de la compagnie.

Shutterstock, Luxair

Luxair is joining forces with Luxembourg for Tourism and renewing its collaboration with the Brasserie Simon brewery to promote Luxembourg’s must-see sites via the new VisitLuxembourg app. The first visual on the can will feature the Vianden castle and will provide the key facts relating to this histor­ical monument.

EN

Vianden castle is featured on the first can produced in partnership with the Brasserie Simon. Le château de Vianden est mis à l’honneur sur la première canette réalisée en parte­ nariat avec la Brasserie Simon.

Photos

Quench your thirst while learning about Luxembourg Rafraîchissez-vous tout en découvrant le Luxembourg



Autumn 2021

Destination

Discover the Baltic coast with Luxair Partez à la découverte de la côte Baltique avec Luxair Luxair will soon be bringing you a complete change of scenery just a 90-minute flight away from Luxembourg! As of 21 May, Luxair will be introducing you to its brand new destination for summer 2022, Sylt, with direct flights every Saturday. With landscapes of white sand as far as the eye can see, you’re sure to fall in love with this German island, located between the Wadden Sea and the North Sea and home to 12 villages. Being in Sylt is like being on the other side of the world. With its long, white sandy beaches and its truly unique houses, you won’t do much better than this for a complete change of scenery! But the island wasn’t always so; in fact, it was only following a series of storms in the 14th century that the island of Sylt was born, with nothing more than a narrow dike just wide enough for a train connecting it to the mainland.

EN

Luxair vous proposera bientôt un dépaysement total à seulement 1 h 30 de vol du Luxembourg ! Dès le 21 mai prochain, Luxair vous fera découvrir sa toute nouvelle destination pour l’été 2022 : Sylt, en vous proposant des vols directs tous les samedis. Ses paysages de sable blanc à perte de vue sauront vous séduire à coup sûr ! Sylt est une île allemande, située entre la mer des Wadden et la mer du Nord, composée de 12 villages. Être à Sylt, c’est comme être à l’autre bout du monde. Avec ses longues plages de sable blanc et ses maisons au style bien particulier, le dépay­sement est garanti... Mais l’île n’en fut pas toujours une. En effet, c’est suite à des tempêtes au 14e siècle que l’île de Sylt naquit. Seule une digue étroite permet à un train de la relier au continent. FR

Bernard-Massard sparkling wine will soon be back on board your Luxair flight, the perfect combination of Luxair’s excellent standard of service and the rich and varied flavours found in this top-quality Luxembourg Crémant. FR  Prochainement, le crémant Bernard-­ Massard sera de retour à bord. Une association parfaite entre l’excellence des services Luxair et les saveurs riches et variées présentes dans ce crémant luxembourgeois de très grande qualité. EN

22

AUTUMN 2021

3 must-visit destinations for winter 2021: destinations incontournables pour l’hiver 2021 : 1. Dubai 2. The Canary Islands 3. Cape Verde

Luxair launches the ”first flight” certificate Luxair lance le certificat baptême de l’air Is this your child’s first time on a plane? Why not get them a nice souvenir of their first Luxair flight in the form of a certificate signed by the pilot, co-pilot and purser? FR  C’est la première fois que votre enfant prend l’avion ? Offrez-lui un joli souvenir de son premier vol Luxair, sous forme de certificat qui sera signé par le pilote, le co-pilote ainsi que le chef de cabine. EN

Submit your request via the Kids corner section at www.luxair.lu. Faites votre demande sur www.luxair.lu via l’espace Kids Corner.

Istock, Shutterstock, Luxair

Luxair and Bernard-Massard renew their partnership Luxair et Bernard-Massard renouent leur partenariat

Luxair

Photos

Data

In flight


fête ses 120 ans d’histoire et de confort.

THE LUXE COLLECTION

Le luxe sans limite. Ces matelas à la finition impeccable et extrêmement confortables sont fabriqués à la main par nos maîtres artisans. Chaque matière est d’une grande rareté, chaque couture est parfaitement réalisée. Le tout formant une collection de matelas qu’il faut ressentir pour comprendre. L’aboutissement de plus de 120 ans de travail. La quintessence de notre travail.

1, rue des Eglantiers L-8043 Strassen Tél : 44 55 12 www.maisondulit.lu


Ristretto #Culture

“There is no way art and society do not connect” Award-winning writer Elise Schmit has turned to the English language for her latest projects. She has also been vocal in arguing for the importance of inclusive language in culture.

You have just had a short story, Blue Like a Tangerine, published in English. What inspired you to write in English? During the first lockdown, I started writing stories for friends of mine, to cheer them up basically. And one of my friends is a writer who doesn’t speak German. So, I started working on two versions simultaneously, a German one and an English one. I was surprised, because I really try to showcase what I do when I write. So, it became a very personal and important story for me. And that is why I gave it to Red Fox Press [with illustrations by Antic-Ham]. You’ve also worked on a project for the Théâtre National, which, again, uses English as well as Luxembourgish? It is a coincidence, really. I never thought of writing in English at all. I had this project, Under The Sun, that I developed with a British actor, Adrian Decosta. And the idea was that each of us would write one character, and we would do the dialogue together. But our processes were so different that they were not compatible at all. So, we decided that I would write the entire thing. But it’s a good experience. It’s nice to know that I can widen my scope. It’s set in a dystopian world where climate change has such an impact on people’s lives that they cannot go out. In fact, the res­trictions are very similar to the ones we encounter during the pandemic. And then it asks the questions: how can people meet? How can they fall in love? It’s a love story. And you know, it’s one of my love stories, so it’s pretty bleak. It will be staged in October, I hope. You recently also had a letter published in Tageblatt arguing for the importance of inclusive language in the arts and against straw man fallacies surrounding cancel culture. Why is this still a topic of debate in 2021? Some people do not want to let go of their privilege. Many people who engage in this debate pretend like there’s no problem at all, or that it’s just a joke. And they treat language as if it were the problem, whereas it’s only a symptom of an underlying problem, of an underlying inequality

24

AUTUMN 2021

that is there and that we have to face, and that we have to do something about. Yes, surely the objective of literature and art is to reflect society. It is. If it wants to or not. I wouldn’t say that artists have to reflect on every topic that comes up in public debate. But their work will be seen in the context of what is an important topic at the moment. So, there is no way art and society do not connect. For me, it is important as this concerns language. This is my instrument. Do you think Luxembourg lags behind other western countries? It does. But Luxembourg is so small. And I think that is a problem. Our debate cannot be as diverse, because we do not have that many people. Absurdly, sometimes it is more difficult to be heard in such a small environment where it seems that the positions are fixed. And also, we have different languages. So, we can connect to many different debates in different countries. But we don’t have this one debate going on here. Do you wish more public figures or more people from the world of culture would jump on the barricades with you? Yeah. I mean, I’m surprised that I’m on the barricades at all. Because I think there are people who are more qualified to engage in this debate than I am. I just got upset in the moment and I wanted an outlet for this rage. Somebody has to do it. But as I also said on Twitter, the debate doesn’t need me, and I do not need this space for myself.

Author and literary critic Elise Schmit has twice won the Concours Littéraire National.

Interview DUNCAN ROBERTS Photo ROMAIN GAMBA



Ristretto #PlaceFinancière

« Il y a alignement des planètes » Les marchés vivent-ils déconnectés de la crise ? Head of investment services and innovation à la BIL, Olivier Goemans fait le point.

Les marchés financiers ont grimpé de près de 40 % en un an. La tendance va se poursuivre ? Il y a alignement des planètes. Le contexte macroéconomique est très porteur, notamment grâce à la vaccination et la réouverture graduelle de l’économie. Les bénéfices des sociétés sont en croissance extrêmement forte aussi, à la surprise parfois des analystes. Enfin, les politiques monétaires et fiscales restent accommodantes. A priori, le contexte est donc très favorable pour voir cette situation des marchés perdurer.

Oui, elle va connaître une croissance économique plus importante que ce qu’elle a connu ces dernières années. Mais ce ne sera qu’un rattrapage de ce qui a été perdu depuis la crise sanitaire. Il ne faut pas s’attendre à des « années folles ». La saga boursière de Gamestop, au début de l’année, c’est un acte de rébellion des petits actionnaires ? C’est plus important que cela, ça correspond à un changement de mentalité. Les marchés financiers font face, comme d’autres pans de la société, à la mentalité du « Yolo » – you only live once – qui est un trait générationnel très marqué. Elle modifie les pratiques courantes de cette nouvelle génération qui épargne et investit.

Comment évoluent les secteurs particulièrement touchés par la crise ? Avec la vaccination, les activités qui ont souffert de la distanciation sociale ont commencé à surperformer sur les marchés boursiers. On observe une rotation. Les sociétés, notamment technologiques, qui ont tiré leur épingle du jeu pendant la pandémie, ont très bien performé jusque vers février. Ensuite, les investisseurs ont commencé à miser sur la réouverture et ont regardé plus attentivement des secteurs comme le tourisme et des secteurs plus cycliques. Les marchés anticipent toujours la réalité.

Pour aller vers quoi ? Leur plan est de devenir riches demain. Pas à 50 ans. La bourse, c’est la machine à sous. Et le Covid a favorisé ce genre de comportement, beaucoup de monde s’est ennuyé pendant le confinement. Gamestop a calmé l’ardeur des spéculateurs ? Pas vraiment. Quelques semaines après, on a vu les déboires du family office Archegos. Ce genre d’épisodes arrivera encore à l’avenir. À moins d’avoir tout régulé. Mais la régulation, c’est l’éternel jeu du chat et de la souris.

C’est encore le moment d’investir via la bourse ? C’est toujours le bon moment. Déterminer le moment idéal est une utopie. Les actions sont chères, mais les obligations le sont encore plus… Quelles menaces pourraient brider cet élan ? L’inflation, par le fait qu’elle peut sous-tendre un changement de cap dans les politiques monétaires. Aujourd’hui, l’angoisse des économistes est une hausse généralisée des prix. C’est un peu la théorie du ketchup. On secoue et rien ne vient, puis en une fois, tout le ketchup sort en même temps. La crainte des marchés financiers est que les banques centrales perdent le contrôle de l’inflation et que ça les oblige à resserrer les conditions monétaires.

La bourse est-elle encore destinée aux petits investisseurs ? Oui, mais en faisant preuve de bon sens. La spéculation à outrance a toujours existé. La bulle de la tulipe ne date pas d’hier… Que penser des Spac, ce produit d’investissement un peu énigmatique ? C’est un produit qui existe depuis longtemps, mais qui a connu une énorme accélération en 2020 à cause d’une faille réglementaire. Le processus est plus facile et plus rapide pour faire appel aux capitaux. Mais il s’agit d’un « chèque en blanc » qui inquiète les régulateurs car plus basé sur la réputation des sponsors de la structure que sur la rationalité économico-financière de l’investissement. Cette faille réglementaire va donc gentiment se re­fermer. Les afflux de capitaux dans les Spac sont déjà nettement moindres qu’il y a quelques mois.

On l’a attendue des années et maintenant on se met à la craindre… Même les gens les plus brillants n’arrivent pas à anticiper l’inflation. Certains signes permettent de détecter la hausse de l’inflation actuellement. Reste à savoir si elle peut déraper ou devenir structurelle. Ces questions restent compliquées. L’Europe se prépare à une nouvelle période de prospérité ?

26

AUTUMN 2021

Olivier Goemans constate que la bourse est devenue un jeu en période de confinement.

Interview JEAN-MICHEL LALIEU Photo MATIC ZORMAN


pwc.lu/insurance

Insurance from a different angle Make the most of reinsurance captive: Luxembourg as an ideal domicile

#FinanceInFineHands Matt Moran, Insurance Leader

+352 49 48 48 2071 | matt.moran@pwc.com

© 2021 PricewaterhouseCoopers, Société coopérative. All rights reserved. In this document, “PwC” or “PwC Luxembourg” refers to PricewaterhouseCoopers which is a member firm of PricewaterhouseCoopers International Limited, each member firm of which is a separate legal entity. PwC IL cannot be held liable in any way for the acts or omissions of its member firms.


Ristretto #Business

“Information security is a constant challenge” As the European Investment Bank’s chief information security officer and president of Women Cyber Force, Jelena Zelenovic Matone is on a mission: to promote the role of women in the field of cybersecurity.

Tell us: how often are you the only woman in a room? More often than you can imagine. For cybersecurity matters, I am usually always the only [one]. There can be meetings with 19 men and myself [but] the meetings can be awkward only if you allow them to be... What could be done to address the shortage of women in the field of cybersecurity? It’s a complex topic that starts at an early age and the culture girls grow up in. However, schools can introduce early Stem programmes to encourage girls more in this field... Mentoring programmes can [also] help encourage more women to join the field... Why did you decide to work in cybersecurity, and how challenging is it to keep up to date in this rapidly changing field? I loved Stem and, for me, it was natural that I would end up in such a field. Finishing a computer engineering major, I started as a consultant in the early stages of Sox and was lucky that I had a much-needed experience at that time. Excellent managers [supported me] to pursue it further and get my Cisa certification... I kept acquiring more knowledge and skills, which was (and still is) very crucial to continue in this fast-paced environment... I love the challenges and constant learning that this field provides and requires... The field of information security is a constant challenge in managing the evolving threats [but is also] immensely satisfying and rewarding... You launched Women4Cyber through Women Cyber Force in March. What are the goals of this initiative? Established as part of the European Cyber Security Organisation’s Women4Cyber Foundation, Women4Cyber’s aim is to boost women’s participation in the field of cybersecurity. We want to create long-lasting career choices for women, either via mentoring and empowering or keeping a network… The group aims to make more urgent the goal of getting girls and women interested in cybersecurity. Mixed partnerships will help allow the initiative to run training courses, and the team is hoping as well to launch its first

28

AUTUMN 2021

hackathon, more information about which should be forthcoming. What advice would you give young people considering a career in cybersecurity? We can practically say that the use of the internet is one of the most critical global economic developments and international security factors. [P]olitical tensions between countries [and] leadership changes make it that much harder for cybersecurity cooperation among nations. And this will not end any time soon. It can only continue to advance as technologies advance... I believe that we are gifted with the natural ability to plan, prepare and deliver in times of crisis intrinsically, or when significant events occur. No matter how devastating, we have the innate ability to “roll with the punches”, while sustaining our credibility and integrity and remaining whole, no matter what work or life will throw our way. I am a firm believer that an ounce of prevention is worth a pound of cure and that it is critical to us, as women, to realise what all we have, above [all], our intelligence--of course, [when] given opportunities and sometimes permitted to follow through on matters that are forward thinking. I believe in the next generations to come, in their diversity, newly acquired skills that we did not have back then, capacities, abilities, and competencies. I believe that if you believe in yourself, the sky is the limit.

Jelena Zelenovic Matone leads the Women4Cyber Luxembourg chapter.

Interview NATALIE A. GERHARDSTEIN Photo ROMAIN GAMBA


Nous rendons étincelantes

T R A N G E , L U| X E M B O U R G


Ristretto #Finance

“Some people build walls and some build windmills” The American financial group State Street marked its 30th anniversary in the grand duchy during the pandemic. Eduardo Gramuglia Pallavicino, Luxembourg country head, takes stock.

You told me earlier that you have a few employees who’ve been with you since the beginning. So I signed their letters saying ‘congratulations’. I signed one yesterday [on 1 June], and I signed a few more last year, because the 30th anniversary was last year. We’re at 31 today. I don’t know off the top of my head, but I do recall signing at least three. It’s quite impressive, because now we are around about 1,000 employees, 600 on the bank side and 300 on the [transfer agent] side. So I’m sure there’s a few more... Going back to 1990, is it fair to say that State Street came to Luxembourg to take advantage of the EU’s Ucits retail fund directive? We have employees that are with us after 30 years, we also have clients that are with us after 30 years. So the client that we came to Luxembourg with 30 years ago is still a client of ours and has been growing ever since... the client obviously wanted to avail of what Ucits was presenting for cross-border distribution. It was a client of ours in Boston and asked State Street, ‘would you set up a presence to service our funds?’ And so we did. In very simple terms, what is your business here, in Luxembourg? We look after our clients’ assets, wherever they are in the world... making sure that everything’s being done in compliance with what it says on the tin. What have been the biggest changes over the past three decades of operating here in Luxembourg? Probably the main change is that Luxembourg became the second largest fund domicile in the world. The financial industry before was more private banking tilted... with the introduction of Ucits, and then [the Alternative Investment Fund Managers Directive] later, the fund industry, in terms of its weight in the financial industry, has become more marked or heavier. Is that a good thing or a bad thing? That’s a good thing. It’s all regulated business, and so it’s very transparent. What are the big challenges that you’re facing in the coming few years? I think it’s the continuous evolution. And continuously

30

AUTUMN 2021

staying current with the trends in the market, with investors’ preferences. You need to talk a lot about technology, a lot about digitisation, a lot about tokenisation.... Do you think that tokenisation or distributed ledger technologies are a fundamental threat to your business? You probably have heard the Chinese proverb, ‘when the winds of change blow, some people build walls and some build windmills.’ We’ve been around for 225 years as a company, 30 in Luxembourg, but as a bank, 225. If we had resisted every change, we wouldn’t be here anymore. Are you planning to grow your headcount here? No... I mean, we’re a scale business... with technology and more opportunities [for] automating processes, with new artificial intelligence and the like, we’re going to be careful about where we grow and how we grow. I guess you didn’t really have a big celebration for your anniversary because of the pandemic. Are you planning to make it up this year? [The pandemic] didn’t prevent us from celebrating last year. I didn’t want the 30th anniversary to pass by... so we still celebrated with our clients and other industry partners. We still toasted virtually... for our staff, we agreed with our staff delegation that we will do it physically, once conditions allow for, which we’re not there yet, I don’t think.

Eduardo Gramuglia Pallavicino has been an executive with State Street in Luxembourg since 2015.

Interview AARON GRUNWALD Photo ROMAIN GAMBA


MAKE #MakersOfLuxembourg

bE A MAKER Scan this QR Code with your phone & start creating in Augmented Reality on Instagram™

handwierk.lu


Pour Corinne Lamesch, la finance durable et responsable est désormais une réalité incontournable.


Conversation Corinne Lamesch

« La transition vers le durable, une opportunité extraordinaire » Présidente de l’Alfi reconduite pour un deuxième mandat, Corinne Lamesch évoque avec nous l’évolution de l’industrie des fonds au Luxembourg et les enjeux qui attendent ses acteurs. Auteur SÉBASTIEN LAMBOTTE

Après avoir traversé une crise inédite, dans une perspective de reprise économique, comment percevez-vous le rôle des fonds d’investissement ? Un an et demi après la crise, l’activité des fonds d’investissement s’est maintenue. Nous avons connu une forte instabilité au début de la pandémie, avec un recul de 11   % du volume d’actifs sous gestion au Luxembourg. Puis les marchés se sont rapidement redres­ sés. Au terme du premier semestre 2021, nous enregistrions 5,488 milliards d’actifs sous gestion au Luxembourg (pour 4,718 milliards au 31 décembre 2019, trois mois avant la crise). Ce résultat s’explique par la bonne performance des marchés, mais pas unique­ ment. Entre janvier et juin de cette année, nous avons enregistré 171 milliards de sous­ criptions nettes dans des véhicules luxem­ bourgeois. Si les OPCVM (organismes de placement collectif en valeurs mobilières) constituent toujours le socle le plus impor­ tant d’actifs de la classe, on constate un attrait très important pour les produits alternatifs. Et la part la plus importante de la collecte concerne des produits durables. Comment expliquer que l’industrie résiste si bien, alors que l’avenir de l’économie reste incertain ? Tout au long de ces mois, nous avons pu continuer à travailler sans interruption. Le télé­travail a bien fonctionné. En ce qui con­ cerne le Luxembourg, on peut se féliciter d’avoir une Place très diversifiée, tant au niveau des actifs gérés que de l’origine des promoteurs. Il ne faut pas négliger le rôle des aides mises en place par les banques cen­ trales pour soutenir l’économie, qui ont eu pour effet de garantir la confiance des inves­

Photo ROMAIN GAMBA

tisseurs et de ne pas perturber les marchés. la plus importante au monde, et la troisième Nous n’avons pas assisté à des retraits massifs en Europe. Luxembourg est le premier centre comme ce fut le cas lors de crises précédentes, de fonds d’investissement en Europe. La dont la cause était le système financier lui- finance emploie localement 50.000 personnes, même. Enfin, la crise a conduit à une aug­ dont 5.000 rien que pour l’activité liée aux mentation importante de l’épargne. Des fonds, et elle rapporte annuellement jusqu’à investisseurs particuliers disposant d’un 4 milliards d’euros d’impôts à l’État. Cette capital disponible cherchent à placer leurs contribution, en considérant la croissance actifs, à les faire fructifier. que connaît le secteur, doit permettre au pays d’organiser une relance économique plus Quels sont les principaux enjeux efficiente. pour l’industrie des fonds Plus largement, le métier de la gestion dans le cadre de cette relance ? collective doit faciliter l’injection de capi­ Le secteur financier est le principal contri­ taux détenus par des privés dans l’économie, buteur à l’économie du pays. Rappelons que pour soutenir la relance. À ce titre, l’Union Luxembourg est la douzième place financière européenne a reconnu l’importance de notre secteur pour financer l’économie, créer des emplois. Pour notre métier, cela représente de nombreuses opportunités. BIO Naissance De nationalité luxembourgeoise, Corinne Lamesch est née le 30 août 1971. Formation Elle est titulaire d’un master en droit de l’Université Robert Schuman de Strasbourg. Elle a ensuite complété sa formation et obtenu un second master à la New York University School of Law. Plus de 20 ans d’expérience Corinne Lamesch est la présidente du conseil d'administration de l'Alfi depuis juin 2019. Elle a rejoint Fidelity International en 2008 et dirige Fidelity International à Luxembourg depuis 2017. Elle a travaillé auparavant comme avocate pour Clifford Chance et Allen & Overy de 1998 à 2008, conseillant l'industrie luxembourgeoise et internationale des fonds d'investissement.

Lesquelles ? La crise nous a confortés dans les ambitions que nous avions fixées avant le premier confi­ nement. Celles-ci tiennent compte des évo­ lutions de notre société et des grandes thématiques que nous voyons se développer, autour du développement durable, du vieil­ lissement de la population. À ce titre, l’in­ dustrie des fonds se positionne comme un cata­lyseur du changement au service du monde de demain. Ces enjeux sont portés par les fonds alternatifs et durables. Les OPCVM demeurent un élément central de notre déve­ loppement, grâce à notre capacité à distri­ buer ces produits dans plus de 70 pays. On constate aussi une demande croissante éma­ nant des pays émergents, auprès desquels d’importants efforts de promotion ont été engagés, pour ces produits très répandus et bénéficiant d’une confiance forte. AUTUMN 2021

33


Conversation Corinne Lamesch

«  Il nous faut investir dans l’innovation et dans la digitalisation de nos métiers.» L’épargne-retraite et les enjeux de prévoyance constituent un autre enjeu sociétal européen… Nous entendons accompagner le développement de produits d’épargne et de retraite (PEPP), tels que définis par l’Union européenne, dans une dynamique de prévoyance. Au regard de l’évolution démographique, la population devra de plus en plus cotiser elle-même pour subvenir à ses besoins financiers futurs, le premier pilier de l’assurance-retraite n’étant plus capable d’y contribuer suffisamment. Luxembourg, avec son expertise, a la possibilité de devenir un centre important d’administration et de distribution de ce produit paneuropéen. C’est à nos yeux un bon outil, capable de collecter l’épargne individuelle et de la mettre au service de l’économie. Au-delà de cet enjeu, il nous faut aussi investir dans l’innovation et dans la digitalisation de nos métiers. Les nouvelles technologies, comme l’intelligence artificielle ou le registre distribué, conduisant à la tokénisation des actifs, sont de nature à profondément changer le métier. Dans le domaine des cryptos, s’il reste des incertitudes liées à la réglementation, le Luxembourg doit ambitionner de se positionner en pionnier.

gigantesque s’opère pour amener l’industrie sur cette voie. Le changement s’accélère et va considérablement occuper les acteurs dans les cinq prochaines années. Chacun va devoir s’adapter aux nouvelles exigences en la matière. Que représentent les fonds durables aujourd’hui ? Une étude récente que nous avons menée révèle que, dans l’Union européenne, au 31 décembre 2020, 11  % des actifs étaient gérés au départ de fonds durables, selon la définition qu’en fait ­Morningstar. En 2020, plus de la moitié (52  %) des souscriptions nettes dans l’Union européenne ont été faites dans ces produits. Cela signifie que c’est un segment qui connaît une croissance plus importante que les autres. Luxembourg est leader européen sur les fonds durables, avec 371 milliards d’actifs gérés depuis des véhicules intégrant les enjeux ESG. C’est bien, mais nous ne sommes pas les seuls en Europe à être bien positionnés là-dessus. Les PaysBas, les pays scandinaves et la Suisse sont aussi très avancés, avec des gestionnaires ayant un appétit important pour les fonds durables. Le Luxembourg a enregistré 44 % des souscriptions nettes dans des fonds dura­ bles en Europe. Selon une autre étude, menée par PwC, 77 % des investisseurs institutionnels affirment qu’en 2022, ils ne considéreront que des fonds ESG. Si l’engagement des acteurs dans les fonds durables constitue une adaptation difficile, complexe, coûteuse, c’est aussi une opportunité extraordinaire.

À l’heure où une transition écologique et solidaire doit s’opérer, quel sera le rôle des fonds d’investissement ? La finance durable et responsable est désormais une réalité incontournable et une des réponses aux grands défis à relever. La volonté de la Commission européenne, aujourd’hui, est de mobiliser les actifs et d’orienter les investissements vers des entreprises et des Comment le Luxembourg, en matière activités durables. De nombreux chantiers de finance durable, peut-il faire réglementaires vont dans ce sens. Cela a mieux encore ? commencé avec le règlement sur la publica- Un des grands enjeux réside dans le déveloption d’informations en matière de durabilité pement des compétences et des systèmes. Il dans le secteur des services financiers (SFDR), est nécessaire de faire évoluer l’expertise applicable depuis le 10 mars dernier, et qui existante pour répondre aux nouveaux défis. doit conduire à davantage de transparence. Pour préserver notre compétitivité, il est aussi Il concerne tous les produits, durables ou important de rester agile dans la mise en non. Si bien qu’aucun gestionnaire ne peut œuvre des réglementations, en allant vite et ignorer le sujet. La taxonomie, par ailleurs, en tirant avantage de ce que propose l’Union va permettre de définir clairement ce qui européenne. Il faut enrichir l’écosystème, relève d’une activité durable. Un changement faciliter les échanges, notamment à travers 34

AUTUMN 2021

les 11 groupes de travail de l’Alfi qui se penchent sur la finance durable. Nous devons aussi travailler à une bonne collaboration entre le public et le privé, avec le gouvernement, le superviseur, la Bourse, la Luxembourg Sustainable Finance Initiative, InFiNe, Luxflag… Dans un environnement post-crise, et surtout post-Brexit, comment a évolué le jeu de la concurrence entre les Places européennes ? Suite au Brexit, la concurrence s’est sensiblement renforcée. L’Irlande, les Pays-Bas, l’Allemagne ou encore la France révèlent de fortes ambitions. Évoluant sur un marché international, le Luxembourg navigue dans cet environnement concurrentiel. Cela ne nous fait pas peur, au contraire. La concurrence nous oblige à rester vigilants et innovants, à adapter sans cesse notre cadre réglementaire et fiscal afin de rester compétitifs. Dans cette perspective, l’Alfi continue à travailler pour adapter les outils existants en permanence et offrir le panel de solutions le plus complet possible. Nous avons de bons acquis, construits au cours des 40 dernières années, nous pouvons être confiants pour l’avenir. D’autres défis nous attendent en outre, notamment celui relatif à la pression sur les coûts. Si notre industrie se porte bien, la diminution des marges des acteurs, en raison, notamment, de l’évolution réglementaire, devrait aussi entraîner des mouvements de consolidation dans le futur. Ce sont des enjeux qu’il faudra aussi bien appréhender.


Il y a ceux qui cherchent ...et ceux qui trouvent !

Trouvez votre futur logement au Luxembourg avec Immotop.lu Trouver son logement au Luxembourg s’avère trop souvent

L’application mobile Immotop.lu, l’une des plus efficaces du

un processus long et fastidieux. Grâce à ses outils simples

marché, vous accompagne dans votre projet et propose une

et performants, avec l’accès à plus de 30.000 annonces

nouvelle expérience de recherche immobilière. Téléchargez

immobilières dont certaines exclusives, Immotop.lu est la

dès maintenant l’application Immotop.lu et trouvez le bien

solution idéale pour acheter ou louer au Luxembourg.

qui vous ressemble.

Téléchargez notre application !


Conversation Franz Fayot

«  L’avenir du Luxembourg réside dans une économie à haute valeur ajoutée, décarbonée et digitalisée » L’économie luxembourgeoise, résiliente face à la crise, devrait connaître – si le Covid reste sous contrôle – une reprise parmi les plus dynamiques en Europe, 36

AUTUMN 2021

se réjouit le ministre de l’Économie, Franz Fayot (LSAP). Ce qui lui permet de mettre l’accent sur sa priorité : la transition vers une économie verte et digitale. Interview PIERRE PAILLER Photo ANDRÉS LEJONA


Franz Fayot, s’il admet que des incertitudes subsistent quant à l’évolution du Covid, est confiant en ce qui concerne la rapidité de la reprise économique au Luxembourg.

AUTUMN 2021

37


Conversation Franz Fayot

BIO EXPRESS Militant LSAP Né le 28 février 1972, Franz Fayot s’inscrit au LSAP en 1994. Il en devient le président en 2019.

Estimez-vous que le tissu économique luxembourgeois a bien résisté à la crise ? Nous avons globalement bien tenu le choc. Très peu de faillites ont eu lieu en comparaison avec les années précédentes. Et s’il y a eu un peu plus de liquidations volontaires, cela laisse supposer que certaines entreprises ont cessé leur activité – mais de manière volontaire. De même, au niveau macroéconomique, nous avons une récession de 1,3 %, ce qui est très peu pour le choc que nous avons subi en comparaison européenne et internationale. En mars et avril, l’économie a tout de même été presque mise à l’arrêt quelques semaines. Nous nous sommes bien repris par la suite. Les perspectives économiques de l’OCDE (voir encadré) sont positives, en particulier pour le Luxembourg. La sortie de crise est palpable ou on continue à marcher sur des œufs ? Selon les prévisions, il existe une perspective claire de reprise et de relance. Et le Luxembourg est parmi les plus rapides à s’en sortir dans la zone euro. Nous avons des finances publiques très saines, un endettement bas, des investissements publics élevés. Et nous avons maintenu notre niveau d’investissements : c’est notre meilleur atout pour redynamiser la reprise et la relance. Mais nous marchons un peu sur des œufs, car l’incertitude subsiste à propos de la rapidité de la campagne de vaccination, des vaccins qui ne produiraient plus leurs effets à cause des variants et du spectre d’une nouvelle vague à l’automne. La structure de l’économie luxembourgeoise a-t-elle aidé à surmonter cette crise ? Être en grande partie une économie de services nous a bien sûr beaucoup aidés, au vu du recours très large au télétravail. Les services financiers ont tourné normalement pendant le Covid. Mais aussi les services de digitali-

«  Après un an et demi de gestion de crise, nous avons les repères pour mieux gérer une nouvelle vague. » 38

AUTUMN 2021

Avocat d’affaires Il exerce à partir de 1997 en tant qu’avocat associé au sein du cabinet Elvinger Hoss & Prussen jusqu’en 2015, puis en tant qu’associé au sein du cabinet FischFayot jusqu’à son entrée au gouvernement. Ministre Élu député en 2013 et en 2018, il arrive au gouvernement le 4 février 2020 en tant que ministre de l’Économie et ministre de la Coopération.

sation, qui ont très bien performé pendant la crise et ont compensé la perte de vitesse sur d’autres activités. Les aides massives aux entreprises ont-elles eu l’effet escompté ? Nous avons très largement subventionné l’économie. On peut comparer cela à un incendie au-dessus duquel nous sommes passés avec un canadair : nous avons fait en sorte de l’éteindre avec des aides très larges. Notre dispositif a été le plus généreux en matière d’aides, avec une panoplie extrêmement vaste : du chômage partiel jusqu’aux délais de paiement, en passant par les aides directes aux entreprises. L’aide la plus massive ayant été le chômage partiel, puisque de nombreuses entreprises de tous les secteurs y ont eu recours. C’était le filet de sauvetage pour toute l’économie.

Cet instrument a eu un succès formidable ! Ce sont des aides à l’investissement, dans le cadre du dispositif européen, qui ont un niveau de soutien plus élevé en matière de digitalisation, d’environnement ou d’économie circulaire. Cela permet de bénéficier de subventions qui dépassent les niveaux admis sous le règlement Block Exemption de Bruxelles, sur lequel sont basés nos régimes d’aide à l’investissement. Donc si nous sommes dans une période de phasing out des aides, nous sommes aussi déjà dans un esprit de relance et nous appliquons ces aides de manière à ce qu’elles encouragent les entreprises à aller dans la direction que nous souhaitons, à savoir une économie plus durable et plus consciente des enjeux environnementaux et digitaux. Ce système d’aides est-il amené à évoluer ? Nous allons observer ce qui se fait à Bruxelles pour voir de quelle manière nous allons organiser nos aides à l’investissement et de quelle marge de manœuvre nous disposons : un nouveau cadre sera prochainement fixé par Bruxelles en ce qui concerne les aides d’État Covid. J’ai d’ailleurs plaidé dernièrement au sein du conseil compétitivité à Bruxelles afin que la Commission adapte le règlement Block Exemption à une relance axée sur la double transition digitale et environnementale. Car c’est le cas du plan de relance et de résilience et du plan « Next Generation EU », mais il faut aussi que nos instruments « Block Exemption » soient dirigés vers ces mêmes priorités.

Mais le recours à celles-ci a fortement varié d’un secteur à l’autre… Les entreprises, déjà ébranlées par une Les secteurs les plus touchés – l’horeca et année de crise, seraient-elles en capacité l’événementiel – ont eu un recours massif de résister à une vague à l’automne ? aux aides. Cela a également été le cas pour Après un an et demi de gestion de crise, nous les indépendants ou les commerces, surtout avons les repères pour mieux gérer une noudurant les périodes où ils étaient fermés. velle vague. Si jamais nous y étions confrontés, Mais d’autres y ont eu beaucoup moins nous avons désormais le « kit Covid » : notre recours : la construction, une fois sortie du programme d’aides, notre manière de gérer la premier confinement à la fin du mois d’avril, crise sanitaire. Et celle-ci était bien plus graa tourné normalement. Même chose pour nulaire que dans beaucoup d’autres pays : nous les entreprises de services – les services finan- avons moins fermé, de manière moins stricte, ciers, mais aussi les services au sens large, nos couvre-feux étaient plus permissifs qu’ailleurs. Et les entreprises elles-mêmes savent notamment ceux liés à la digitalisation. mieux comment s’organiser. Je suis donc asComment allez-vous organiser la sortie sez confiant en ce qui concerne notre capacité de ces subventions ? à résister à une nouvelle vague. La première phase vient effectivement à son terme. Il faut désormais en sortir et revenir à Qu’avez-vous appris de l’économie un rythme de croisière. Nos dispositifs d’aide luxembourgeoise pendant cette crise ? restent certes accessibles jusqu’en octobre, D’abord, notre économie est résiliente face à mais ils sont beaucoup plus ciblés : le chô- une telle crise, avec une excellente infrastrucmage partiel est ainsi terminé, sauf pour les ture digitale, assurée par le très fort réseau de secteurs encore concernés par des mesures Post, presque unique en Europe, qui a permis de fermeture ou de restriction de leur activi- le télétravail à très large échelle. Une leçon un peu moins réjouissante a té – en premier lieu l’horeca et l’événementiel. concerné les limitations et les défaillances des libertés de circulation en temps de pandémie : D’autres aides, comme celles du program­ ­me Neistart Lëtzebuerg, sont par ailleurs en tant que petit pays enclavé, très ouvert et déjà orientées vers la relance… très dépendant de la main-d’œuvre étrangère,


WE GROW & PROTECT YOUR CAPITAL William TELKES

Banque et Caisse d’Epargne de l’Etat, Luxembourg, établissement public autonome 1, Place de Metz, L-2954 Luxembourg, R.C.S. Luxembourg B30775


Conversation Franz Fayot

UNE REPRISE PROMETTEUSE AU LUXEMBOURG

Les cas de Fage et Knauf, deux échecs, ont montré des réticences, notamment concernant l’impact sur l’environnement… Fage et Knauf étaient deux dossiers particuliers, à partir desquels il ne faut pas extrapoler : le Luxembourg n’est pas un pays hostile à l’industrie. Il y a un grand intérêt pour le Luxembourg en tant que pays d’accueil de nouvelles activités, avec des dossiers très prometteurs dans le pipeline qui, je l’espère, vont se concrétiser dans les années à venir. Et il y a aussi des acteurs industriels qui sont déjà ici et qui veulent y développer leur activité. Ce qui me rend optimiste concernant l’avenir de l’industrie luxembourgeoise. Mais il faut déterminer quel type d’activités nous voulons. Car nous ne pouvons pas tout faire : notre territoire est limité et ne permet pas de construire une usine Tesla de 200 hectares. Le développement économique doit se faire dans certains créneaux. Collaborez-vous avec le ministère de l’Environnement pour choisir les entreprises susceptibles de s’installer au Luxembourg ? La prospection et l’analyse des dossiers de nouveaux assesseurs se font au ministère de l’Économie, c’est un de ses grands rôles. Mais en ce 40

AUTUMN 2021

Une reprise plus rapide que prévu au Luxembourg Projection novembre 2019

Projection décembre 2020 Source

Selon un indice base 100

Projection actuelle

OCDE

120

106,5

104,7

100,5 100

certains pays (Corée du Sud, ÉtatsUnis) attendront 18 mois, d’autres (Mexique, Afrique du Sud) cinq ans. L’Europe devrait quant à elle attendre trois ans en moyenne. Mais le Luxembourg tire bien son épingle du jeu : le pays devrait retrouver son niveau de PIB par habitant d’avant la crise d’ici la fin de l’année 2021, dans le courant du quatrième trimestre. Mieux que l’Allemagne, qui devra attendre début 2022. Et surtout bien mieux que la France, qui ne retrouvera pas un tel niveau avant le quatrième trimestre 2022, ou la Belgique,

20 22 -Q 4

20 22 -Q 3

20 22 -Q 1 20 22 -Q 2

20 21 -Q 4

20 21 -Q 3

20 21 -Q 1 20 21 -Q 2

80

20 20 -Q 4

L’Europe veut se réindustrialiser. C’est aussi le cas du Luxembourg ? Il faut rester un pays industriel. Notre industrie est forte. Certes, elle est classique – sidérurgie, verre, ciment, plasturgie –, mais elle devient de plus en plus technologique et faible en émissions de CO2. Nous allons ainsi dans la direction d’une industrie et d’une économie de plus en plus durables, vertes et digitales. Et notre industrie propose de plus en plus de produits à forte valeur ajoutée : des entreprises comme Ceratizit, Rotarex ou ArcelorMittal produisent des choses qui sont à la pointe dans leur secteur. Nous voulons absolument préserver cela, voire le développer, notamment en fonctionnant en partenariat avec la recherche : la liaison entre l’industrie et la RDI est de plus en plus forte. Nous avons une très belle carte à jouer avec tous ces instruments d’innovation et les collaborations avec des instituts de re­ cherche, que ce soit le List, le LIH en matière de santé, l’Université du Luxembourg ou le FNR.

condamnée, selon les projections, à attendre début 2023. Ainsi, après une « légère contrac­ tion » de l’économie luxembour­ geoise en 2020 (-1,3 %), la crois­sance devrait atteindre 4,8 % en 2021 et 2,8 % en 2022. Le taux de chômage devrait atteindre un pic de 6,6 % au troisième trimestre 2021, avant de redescendre à 6,1 % à la fin de l’année 2022, selon l’OCDE. Ces modélisations sont bien sûr sujettes à caution. Différents facteurs pourraient perturber la reprise ou,

Les perspectives de l’économie mondiale s’éclaircissent, assure l’OCDE dans ses Perspectives économiques publiées en mai 2021. La croissance économique mondiale devrait ainsi atteindre 5,8 % en 2021 – soit bien davantage que les 4,2 % envisagés par l’OCDE en décembre 2020 – et 4,4 % en 2022. Mais cette reprise n’est pas ordinaire, prévient l’OCDE. De fait, elle risque d’être très inégale entre les pays. Pour retrouver des niveaux de revenu par habitant pré-pan­dé­mie,

20 19 -Q 4 20 20 -Q 1 20 20 -Q 2 20 20 -Q 3

et surtout frontalière, nous avons soudain redécouvert la présence des frontières, parfois à nos dépens, ce qui était très stressant. Des vulnérabilités au niveau des chaînes de valeur ont aussi été manifestes, de même que notre dépendance vis-à-vis de la Chine quant aux produits de santé, masques et respirateurs. D’où la nécessité de se réindustrialiser au niveau européen et de relocaliser certaines chaînes de valeur stratégiques, ce qui est maintenant un des axes d’action de la Commission européenne.

dans le sens inverse, l’accélérer. Les nouveaux variants menacent et une quatrième vague à l’automne pourrait assombrir à nouveau l’avenir économique. Pour contrer cela, la campagne de vaccination en cours doit aboutir « aussi vite que possible » pour assurer le contrôle de la pandémie, ce qui aurait par ailleurs le mérite de renforcer le rebond de la consommation et des investissements. Une prolongation des mesures d’aide aux entreprises au-delà de 2021 doit aussi être envisagée pour les secteurs les plus touchés par la crise.

Combien de temps avant un retour à un PIB / habitant pré-pandémie Source Allemagne 2 ans Fin 2022

Lituanie 1,25 an Fin 2020

Fin 2019

Irlande 1,5 an

Luxembourg 1,75 an États-Unis 1,5 an

OCDE Pays-Bas 2,5 ans

Royaume-Uni 2,5 ans

Espagne 3,5 ans

France 2,75 ans Autriche 2,75 ans

Belgique 3 ans


De nouveaux horizons pour vos investissements immobiliers Découvrez MNK ONE, votre fonds de rendement immobilier paneuropéen     

Objectif de rendement : 6% distribué par an* Diversification sectorielle et paneuropéenne Réservé aux investisseurs professionnels à partir de 125 000€** Eligible dans les contrats d’assurance-vie luxembourgeoise Equipe de gestion européenne experte et pluridisciplinaire

MNK ONE, un accès privilégié à l’immobilier européen Basée à Luxembourg, Paris et Varsovie, le groupe MNK Partners est une société indépendante spécialisée dans l’investissement immobilier paneuropéen. Animée par une approche experte, le groupe propose une gestion sur-mesure aux investisseurs privés et family offices, tant en mandat privé qu’en gestion collective.

* Rendement distribué depuis le lancement du fonds. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Les informations mentionnées ci-dessus sont des objectifs et ne constituent en aucun cas une promesse de rendement ou de performance. Le produit présente un risque de perte en capital. ** MNK ONE SCA SICAV-FIAR est un fonds professionnel de droit luxembourgeois réservé aux investisseurs professionnels au sens de la directive MIF et aux investisseurs avertis au sens de la règlementation luxembourgeoise. Ce document ne constitue pas un conseil en investissement et est réservé aux investisseurs professionnels et aux professionnels de la gestion patrimoniale. Ces informations ne constituent en aucun cas une promesse de rendement ou de performance. L’investissement en immobilier comporte de nombreux risques (risque de marché, risque de crédit, risque de défaillance, risque de contrepartie, risque opérationnel, risque lié à la cession de certains investissements, risque lié aux investissements immobiliers...).

Contactez-nous pour découvrir notre gamme de fonds immobiliers : contact@mnk-partners.com 40 AVENUE KLEBER F-75116 PARIS TÉL. :+ 33 1 40 67 01 20

10, BOULEVARD ROYAL L-2449 LUXEMBOURG TÉL. :+ 352 28 99 54 00

WWW.MNK-PARTNERS.COM

P A R I S

-

L U X E M B O U R G

-

V A R S O V I E

MNK Partners France - Société par Actions Simplifiée au capital de 375 000€. R.C.S Paris 833 087 604. Société de gestion de portefeuille agréée par l’AMF sous le numéro GP-19000006


Conversation Franz Fayot

1.189

qui concerne les cleantech ou les énergies renouvelables, nous sommes tout à fait ouverts au dialogue. Mais, pour éviter de nouveaux dossiers Fage et Knauf à l’avenir, nous mettons en place un examen de durabilité dans le but de vérifier la compatibilité des nouveaux projets industriels avec les normes environnementales – les plafonds d’émission, l’usage du terrain, le niveau d’eau qui est requis – afin de voir si un projet est dans les cordes lors d’un premier examen.

En 2020, 1.189 faillites d’entreprises ont eu lieu, selon le ministère de l’Économie. Soit un peu moins que l’année précédente : on dénombrait 1.234 faillites en 2019. Les liquidations volontaires ont, quant à elles, augmenté : 966 ont eu lieu en 2020, bien plus que les 577 de 2019.

La fiscalité est aussi un levier auquel recourir pour résoudre la crise du logement ? De manière générale, la fiscalité sur l’immobilier incite encore à des investissements spéculatifs et à de la rente foncière, qui ne sont pas des investissements de primo-­arrivants – ce qui n’est bien sûr pas dans l’intérêt d’une accalmie du marché. Or, si l’on veut calmer cette chauffe sur le marché immobilier, la fiscalité est un levier important. Certaines choses ont déjà été faites lors de la dernière petite réforme fiscale dans le contexte du dernier budget, comme l’abaissement de l’amortissement accéléré à cinq ans ou l’abrogation des FIS immobilières. Mais une discussion doit avoir lieu sur un deuxième impôt foncier, en plus de celui perçu par les communes. Ainsi que sur un impôt sur la rétention foncière, qui doit être activé pour les terrains constructibles mais non construits pour cause de rétention foncière – un peu de la même manière que pour la taxation des logements vides.

200 millions d’euros

150

100

50

Fonds de relance et de solidarité pour les entre­ prises particuliè­rement touchées par la pandémie 73,1 mios

Indemnité d’urgence pour les micro et petites entreprises 68 mios Indemnité d’urgence pour les entreprises qui emploi­ent entre 10 et 20 personnes 8,4 mios

Aide spécifique pour com­merce de détail en magasin 9,6 mios

Indemnité d’urgence pour les indé­pendants 34,1 mios

Aide de compensation (salaire social minimum) 0,4 mio

0

42

Avance remboursable 166,9 mios

AUTUMN 2021

Aide coûts non couverts 81,5 mios

Aide pour la lutte contre le Covid-19 37,3 mios

Aide pour investissements durables dans l’ère du Covid-19 66,2 mios

« Nous appli­quons les aides de ma­ nière à ce qu’elles encou­ragent les entre­prises à aller dans la direction que nous souhaitons. »

Source

AIDES ACCORDÉES AUX ENTREPRISES PAR LE MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE DANS LE CADRE DE LA PANDÉMIE DE COVID-19

Ministère de l’Économie

Le modèle économique luxembourgeois exerce une forte pression Et, pendant la pandémie, le chômage partiel sur l’environ­nement. Est-il viable ? a été étendu à quasiment toute l’économie, ce Croyez-vous à la possibilité d’une qui a protégé la plupart des salariés contre une croissance verte ? perte totale de revenus – ce qui était loin d’être Je crois à la nécessité d’avoir une croissance. le cas partout. Je ne fais pas partie de cette école de penMais, chez nous aussi, des inégalités se sée de la décroissance. Mais il faut une crois- creusent. Différents facteurs sont en cause, sance intelligente. L’avenir d’un pays comme notamment l’immobilier et un système fiscal le Luxembourg – un pays très développé, riche, qui pourrait être restructuré. doté d’une politique sociale à laquelle je souscris entièrement – réside dans une économie Pensez-vous à une taxation des à haute valeur ajoutée, décarbonée, qui va de successions ou de la fortune, comme Votre collègue au gouvernement et membre plus en plus investir dans la digitalisation, oc- le recommandent le FMI et l’OCDE ? du LSAP, le ministre Dan Kersch, a proposé cuper des créneaux d’avenir dans la recherche, Cela n’est pas à l’ordre du jour de cette coali- d’imposer davantage les entreprises dans une économie de la connaissance, mais tion. Mais ce sera sans doute une discussion « gagnantes de la crise ». Qu’en pensez-vous ? aussi du savoir-faire, que ce soit dans les TIC, dans le cadre des prochaines élections légis- Une distinction doit être faite entre les entrelatives. Chaque parti devra se positionner. l’économie circulaire ou la finance. prises qui ont innové, qui ont réussi à être agiles Pour mon parti, le LSAP, une question se et ont bien tiré leur épingle du jeu en respectant pose clairement : l’imposition des grandes for- les règles, et celles qui l’ont un peu moins fait. Des instances comme le FMI ou l’OCDE tunes. Celles-ci, qu’elles soient mobilières ou On a fait l’analogie avec les profits de guerre préviennent que les inégalités sociales immobilières, sont peu imposées par rapport et l’imposition sur les profits de guerre… risquent d’exploser suite à la crise. au travail : il n’y a pas d’imposition sur la proCela vous inquiète-t-il ? Mais il s’agit d’une discussion complexe, Les inégalités sont un sujet pour toutes les so- priété et une assez faible imposition sur les délicate, et je préfère de loin en avoir une ciétés. Chez nous aussi. Il faut s’en inquiéter revenus immobiliers, alors qu’il y a une forte plus fondamentale sur l’imposition des grandes et essayer d’y remédier. Heureusement, l’État imposition sur le travail. Pour moi, il est clair fortunes, et en particulier sur le capital non providence est fort au Luxembourg, avec des que, dans le cadre de la pandémie, il faut s’at- productif. Car une distinction fondamentale mécanismes d’ajustement et de transferts so- taquer à ces questions-là. Et nous allons, au existe, selon moi, entre les rentes perçues sur ciaux qui protègent les gens contre les inéga- niveau du LSAP, présenter en temps utile notre les propriétés et le travail productif ou le capilités extrêmes. programme sur ce sujet. tal productif.


E ST I M AT ION - V E N T E - LO C AT ION

FARE, votre partenaire exclusif pour toutes vos transactions immobilières.

House at Bantry Bay, Cape Town, South Africa (SAOTA Architects)


Conversation Franz Fayot

UNE FEUILLE DE ROUTE POUR L’AVENIR DE L’ÉCONOMIE La feuille de route Ons Wirtschaft vu muer (« Notre économie pour demain ») s’articule autour de six composantes-clés :

La fiscalité fait aussi l’objet de discussions à l’international, notamment le projet de taxation minimale des entreprises à 15 %. Cela vous semble aller dans la bonne direction ? Je l’accueille favorablement. C’est l’histoire en marche : on ne peut pas indéfiniment soutenir un système où les multinationales sont taxées à 1, 2 ou 3 % parce qu’elles arrivent à structu­ rer leurs recettes au niveau mondial, alors que d’autres, des PME locales, ou à plus forte rai­ son des gens qui travaillent, sont taxés au taux plein. Cela sape tous les principes de justice fis­ cale, de même que la crédibilité des États, donc c’est une mesure qui est bonne. Et cela crée aussi un level playing field international dans lequel le Luxembourg n’a pas de problème : si tout le monde est au moins à 15 %, nous pou­ vons très bien vivre avec. Une étude de l’Observatoire européen de la fiscalité (voir encadré) montre qu’une taxation minimale des entreprises pénaliserait à terme le Luxembourg… J’ai aussi lu cette étude de l’Observatoire euro­ péen de la fiscalité, qui est dirigé par Gabriel Zucman. Il y est également dit que le Luxem­ bourg serait gagnant à court terme car il pour­ rait imposer plus fortement ces entreprises. À moyen terme, la question est de savoir si quelques multinationales – on n’en a pas non plus 50 – resteraient ici ou se délocaliseraient ailleurs. C’est une question à laquelle je n’ai pas de réponse. Et je pense que personne n’a la ré­ ponse à cela. La fiscalité n’est pas le seul fac­ teur, et si le terrain de jeu est semblable pour tous les pays, il n’y a pas de raison qu’elles s’en aillent de prime abord.

fort des années 80 et 90, nous pratiquions des modèles de structuration fiscale agressifs. C’est un passé que nous ne pouvons pas nier, mais nous ne vivons plus dans ce film où le Luxem­ bourg est un paradis fiscal. C’est une chimère encore très vivante, mais qui ne correspond plus à la réalité. Car ce qu’il est possible de faire ici en termes de structuration, notamment pour les multinationales, il est possible de le faire un peu partout en Europe et dans le monde. Ce sont des mécanismes internationaux – que de nouveaux trains de mesures visent justement à contrecarrer avec, d’une part, le pilier de la fis­ calité minimale et, d’autre part, celui de l’imposi­ tion dans la base de réalisation des opérations. En outre, depuis sept ans, le gouvernement joue pleinement le jeu de la transparence. Nous sommes désormais dans un autre sys­ tème. Nous ne sommes plus dépendants de cette niche de structuration fiscale.

1   Numérisation au profit de la société.  2   Transition vers l’économie circulaire par le numérique.  3   Chaînes de valeur stratégiques résilientes et durables.  4   Transition sûre et fiable de l’économie des données.  5   Transition numérique économe en énergie et durable.  6   Stratégie d’investissement durable cohérente et instruments permettant d’atteindre une durabilité tout en restant compétitif.

À cela s’ajoutent cinq autres projets pilotes à moyen terme et six actions pilotes concrètes à court terme (plateforme de services d’échange de données, concrétisation d’une Product Circularity Data Sheet, open cloud luxembourgeois…).

Elles n’auraient plus non plus de raisons de venir s’installer au Luxembourg… Il n’y aurait pas de raisons intrinsèquement liées à de la structuration fiscale, ce qui n’est pas une mauvaise chose à mes yeux. Notre modèle d’avenir ne réside pas dans la structu­ ration fiscale. Car cela s’accompagne toujours d’un risque de réputation pour un pays – on l’a bien vu ces dernières années avec les différentes révélations LuxLeaks, Panama Papers et autres. Mais le levier fiscal n’est plus, depuis assez longtemps déjà, un attrait. Nous sommes loin de l’époque où une entreprise venait ici et rece­ vait un bon ruling ou un terrain lorsque, au plus

Comment garantir et améliorer l’attractivité du Luxembourg au sein de ce nouveau système ? Nous avons des atouts plus traditionnels. Notre positionnement géographique, notre stabilité politique, notre système juridique stable et flexible, un environnement qui fa­ vorise l’investissement, une approche peu bu­ reaucratique des dossiers, un environnement fiscal pour le moins neutre. Et nous réfléchissons désormais au genre d’activités économiques que nous voulons, à la manière de consolider les secteurs écono­ miques forts et bien développés, d’accompa­ gner les acteurs qui sont sur place dans leur expansion et d’en attirer de nouveaux dans les créneaux de diversification identifiés.

LE LUXEMBOURG, GAGNANT PROVISOIRE D’UNE TAXE MINIMALE SUR LES ENTREPRISES

44

AUTUMN 2021

Hausse des recettes de l’impôt sur les sociétés en cas de taxe minimale de 25 % sur les entreprises En 2021 et en %

300 %

Luxembourg 282,3 %

250 %

200 %

150 %

France 50,9 %

Irlande 167,9 % Belgique 114,8 %

Allemagne 41,5 %

100 % Moyenne UE 52,3 % 50 %

0 %

Observatoire européen de la fiscalité

Mais le « bénéfice » à court terme de pays comme l’Irlande ou le Luxem­bourg est en trompe-l’œil. Un tel constat « laisse suggérer que les paradis fiscaux de l’UE bénéficieraient beaucoup d’une taxe minimum de 25 %. Cependant, ces résultats sont liés à la supposition que ces pays garderaient les sièges d’entreprises qu’ils ont attirées jusque-là en offrant des taux faibles d’IS, précise l’Observatoire. En réalité, avec un accord international sur une taxe minimum, les sièges pourraient être déplacés dans des pays à haut taux d’imposition, ce qui signifie que les paradis fiscaux en bénéficieraient moins que ce que nous évaluons (et que d’autres pays en bénéficieraient davantage). »

Source

Si un taux minimal mondial d’imposition à 25 % sur les entreprises était instauré en 2021, les recettes de l’impôt sur les sociétés (IS) perçues par les pays de l’UE gonfleraient de plus de 50 % en moyenne, selon un rapport de l’Observatoire européen de la fiscalité publié début juin. Ces recettes augmenteraient de 340 milliards d’euros perçus avec la fiscalité actuelle à environ 510 milliards – soit 170 milliards de gains sur une année. Et le grand gagnant d’une telle augmentation serait le Luxembourg. ­Celui-ci percevrait 7,9 milliards d’euros d’IS en plus en 2021. Ce qui correspondrait à une hausse de 282,3 %, loin devant le deuxième « bénéficiaire », l’Irlande (+168 %).



Conversation Franz Fayot

Vers quoi tend cette diversification ? Nous avons une chance de diversifier notre économie en direction de l’artisanat : tout ce qui est relatif aux PME artisanales représente un pilier très fort de notre économie. Nous allons développer les activités dans les secteurs identifiés il y a quelques années comme secteurs d’avenir, que ce soit les technologies de la santé, tout ce qui est cleantech, économie circulaire, logistique – qui va de plus en plus en direction de la gestion des chaînes de valeur – ou encore de l’espace. Et évidemment la finance, qui reste le secteur dominant.

place pas tout à fait une mission économique à l’étranger, mais beaucoup ont eu lieu de manière digitalisée, nous avons passé beaucoup de temps à faire des vidéos, des webinaires… Et tous les acteurs de la prospection, au premier chef nos LTIO, ont continué à travailler. Mais avec la possibilité de voyager à nouveau, je compte bien sûr reprendre cela. J’étais à D ­ ubaï il y a un mois et, à partir d’octobre, je vais y aller régulièrement pour participer à l’Expo 2020. Et d’autres voyages vont être préparés.

La digitalisation est un domaine-clé dans lequel le Luxembourg a beaucoup investi ces dernières années… Et nous continuons à le faire, notamment dans les infrastructures : notre ordinateur à haute puissance a été inauguré, nos data centers sont au niveau technologique le plus avancé. Beaucoup de choses ont aussi été réalisées en matière de cybersécurité et nous nous investissons dans les projets européens comme Gaia-X ou le cloud européen. Or cet environnement est très précieux pour tous les domaines de l’économie, y compris pour développer l’industrie 4.0 et encourager des productions plus pointues. C’est donc un atout majeur du Luxembourg. Mais le développement de la digitali­­sation offre une image contrastée au Luxembourg. Comment accélérer le processus ? Au niveau de la digitalisation de l’administration publique, des différences existent en effet entre les ministères et les administrations, c’est très clair. Mais avec le Covid, d’énormes progrès ont eu lieu. L’autre partie concerne la digitalisation des entreprises, et le ministère de l’Économie est responsable de la création des conditions et des instruments afin d’en promouvoir le développement. Dans notre feuille de route Ons Wirtschaft vu muer – « Notre économie de demain » – (voir encadré, ndlr), une des actions pilotes à court terme est de construire une plateforme d’échange de données très novatrice, afin de collecter des données, de les anonymiser, de les rendre interopérables et de les mettre à disposition des entreprises pour qu’elles puissent mener leurs expériences sur de nouveaux modèles d’IA, sur des algorithmes, sur le deep learning, aujourd’hui nécessaires pour faire évoluer son entreprise. Là-dedans, nous sommes très bons. De même en cybersécurité. Vous n’avez pas pu voyager lors de la pandémie. Cela a-t-il impacté votre capacité à mener à bien les missions économiques ? Le constat que rien n’a été fait en matière de missions économiques sur les 15 derniers mois doit être nuancé. La promotion économique s’est aussi fortement réinventée. Cela ne rem46

AUTUMN 2021

FAST & CURIOUS République ou monarchie ? En tant que socialiste, république. Mais, au Luxembourg, nous nous accordons très bien avec notre monarchie. CovidCheck ou autotest ? CovidCheck. Le Luxembourg est un pays digital, qui avance dans cette direction. Et c’est une très bonne appli. Crémant ou champagne ? J’aime beaucoup les vins locaux, donc crémant. Rockhal ou Atelier ? J’aime bien le côté intimiste de l’Atelier. L’ambiance y est formidable. Presse en ligne ou papier ? Presse papier. Sport ou lecture ? J’aime beaucoup le sport et j’adore lire. Retrouvez l’interview vidéo Fast & Curious de Franz Fayot sur paperjam.lu.

Avez-vous dû sacrifier des priorités que vous vous étiez fixées en arrivant au ministère de l’Économie ? Étrangement, parmi mes priorités politiques, aucune n’a été contrariée par le Covid. C’est plutôt le contraire… Je suis arrivé en disant que je voulais accélérer le développement vers une économie plus durable, plus verte, et tout cela sur un fort fondement de digitalisation et de modernisation de l’économie. Et ces deux points essentiels se sont trouvés renforcés par la pandémie. Donc la direction n’a pas fondamentalement changé, elle a même été confirmée. Maintenant, il est clair que, depuis mon entrée en fonction, j’ai surtout géré cette crise au niveau économique afin de préserver le tissu économique luxembourgeois. Mais nous avons, en parallèle, commencé à réfléchir au monde d’après, afin de voir comment nous pourrions tirer profit de cette crise pour aller encore plus dans le sens d’une économie décarbonée et profiter de ce boost qu’a reçu la digitalisation. À cet égard, ce n’était donc pas une année perdue. Quelles sont les priorités de la suite de votre mandat ? Nous continuerons déjà à suivre et à gérer de très près cette crise qui n’est pas terminée. Et puis, la feuille de route Ons Wirtschaft vu muer fixe une vision à court terme, pour 2025, avec six piliers et un certain nombre d’actions pilotes très concrètes autour de la transformation de l’économie vers un modèle plus vert et durable, sous une impulsion digitale forte. Nous avons aussi trois grands projets d’infrastructures : un parc technologique – une zone d’activité où vont être rassemblées des entreprises qui seront très demandeuses en termes de RDI –, une autre zone, sous forme de campus, pour les technologies de la santé, et une zone d’activité dédiée à l’espace, avec de la recherche et un incubateur. Un certain nombre de projets concerneront l’encadrement réglementaire de l’activité économique. La réforme du Conseil de la con­ currence est aussi en cours à la Chambre. Et les dossiers sur le devoir de vigilance par rap­ port aux droits de l’Homme dans les grandes entreprises me tiennent à cœur. Donc nous avons du pain sur la planche pour les deux prochaines années.


Halt the escape of your ideas …


Claude Waringo, à gauche, et Bernard Michaux, à droite.


Conversation croisée Claude Waringo et Bernard Michaux

« ‘Capitani’ est un très grand pas en avant pour notre cinéma  » Claude Waringo et Bernard Michaux vivent une année 2021 sensationnelle. Le premier a sans doute obtenu le plus gros succès audiovisuel luxembourgeois jamais vu à l’international avec la série Capitani sur Netflix. Le second a, pour sa part, été doublement nommé lors des derniers Oscars avec le documentaire Collective. L’avenir peut-il encore être plus brillant pour ces deux producteurs de la société de production Samsa Film ? Interview JULIEN CARETTE

Photo ANDRÉS LEJONA

C. W. Pas un aboutissement, non. Parce La présence du documentaire Collective que nous n’y sommes pas encore tout à fait. aux Bafta et aux Oscars d’un côté. Nous nous situons même plutôt au début du Le succès assez phénoménal de la série luxembourgeoise Capitani sur Netflix, chemin à mon sens. Mais nous avons avancé. de l’autre. Cela fait beaucoup de visibilité Aujourd’hui, quand on prépare un film, on et de reconnaissance en peu de temps pour peut mettre un paragraphe en évoquant que Samsa Film. Est-ce si facile que ça à digérer ? certains acteurs luxembourgeois font partie CLAUDE WARINGO (C. W.) Oui ! (rire général, ndlr) du projet. Leurs noms signifient quelque chose. Il faut savoir qu’on sortait d’une année 2020 Alors que voici quelques années, si on excepte très compliquée. Et ce à différents niveaux : le regretté Thierry Van Werveke et Désirée sur le plan organisationnel, mais aussi men- Nosbusch, aucun n’était connu… Avec une production comme Capitani, on tal et financier. Donc, quand il y a des bonnes nouvelles, on les prend. Et l’un dans l’autre, a reçu certains retours provenant parfois de milliers de kilomètres d’ici. De gens qui ne cela nous place à l’équilibre. BERNARD MICHAUX (B. M.) En mars, nous avions savaient pas que la langue luxembourgeoise aussi un film présent au prestigieux festival de Berlin, Mission Ulja Funk. Pour le moment, nous vivons vraiment une année sans faute. C’est ­parfait pour fêter les 35 ans de Samsa Film ! CLAUDE WARINGO C. W. Certains feraient tout un plat des À la naissance jolis succès que nous avons obtenus mais ce de la Kulturfabrik et Samsa Né le 5 juin 1963 à Esch-sur-Alzette, n’est pas notre cas. J’essaie plutôt d’analyser il a fait partie de ceux qui sont froidement les choses. Capitani est, il me à la base de la création de la semble, un très grand pas en avant pour l’audio­ Kulturfabrik. Il a étudié à l’Insas, dans l’optique de devenir visuel ou plutôt le cinéma luxembourgeois. réalisateur. Mais, après avoir Car cette série est dans le fond un long film cofondé Samsa Film en 1986, de cinq ou six heures. il s’est retrouvé dans la gérance de la société. C’est alors qu’il Quand nous avons créé Samsa Film en 1986, a bifurqué vers la production. devenant la première société de production Derrière « Superjhemp retörns » professionnelle au Luxembourg, c’était pour Parmi ses succès, on retrouve, réaliser des films luxembourgeois. Et là, on y en 2018, Superjhemp retörns, est. Capitani est tourné au Luxembourg, en n°1 au box-office luxembourgeois avec 62.000 entrées. Il est aussi luxembourgeois, avec un réalisateur et des acteurs à l’origine de la création de l’Union de chez nous. Et c’est une réussite. Évidemment, luxembourgeoise de la production pour en arriver là, nous avons effectué un très audiovisuelle (Ulpa), membre de la European Film Academy grand détour. Ce dernier était nécessaire afin et fondateur, avec toutes de réussir à mettre en place beaucoup de choses. les associations professionnelles, Afin de récupérer ailleurs le « know-how » dont de la Filmakademie. Tout en étant administrateur d’Artémis nous avions besoin pour progresser.

En parlant de long chemin, les Oscars ont également marqué la fin d’une grande aventure pour Collective… B. M. On savait depuis fin 2019 qu’on avait les bons partenaires aux États-Unis (les distributeurs Magnolia Pictures et Participant, ndlr) pour tenter de rentrer dans ces nominations. D’autant que l’accueil américain en novembre 2019 avait été bon. On a ensuite reçu le Prix du meilleur documentaire européen puis des nominations, aux Bafta notamment, et des prix à gauche et à droite. Sans oublier que ­Collective a fait partie de la liste dressée par Barack Obama des 14 films de 2020 à voir. Avoir un film qui est vu et salué, c’est formidable. Et puis, il y a eu cette double mise en avant aux Oscars, dans les catégories Meilleur documentaire et Meilleur film étranger. Une sorte de couronnement.

L’aboutissement d’un long chemin, si l’on vous comprend bien ?

Vous n’êtes pas déçus d’être repartis de Hollywood les mains vides ?

Productions à Bruxelles et des studios Filmland et actionnaire de la société de production Liaison Cinématographique à Paris.

existe, qui ne savaient pas qu’on a des forêts chez nous ou que notre pays possède des comédiens. Pour certains, le Luxembourg n’est donc plus seulement cette longue avenue qui n’est composée que de banques. Soit l’image que se font 99,9 % des gens qui connaissent notre pays mais sont extérieurs à celui-ci… On se trouve désormais au début d’un très long processus que nous attendions depuis longtemps. Et que d’autres petits pays ont déjà effectué avant nous. Je pense, par exemple, à l’Islande. Une nation avec deux fois moins de population que nous mais qui produit une dizaine de films par an. Qui aujourd’hui n’a jamais vu un film noir scandinave? C’est même devenu un genre en soi. Ce qui me fait penser qu’une revue allemande dédiée aux séries a évoqué le « noir luxembourgeois » en parlant de Capitani, se demandant même si ce n’était pas qu’un début…

AUTUMN 2021

49


Conversation croisée Claude Waringo et Bernard Michaux

« J’ai en tête de réaliser une série politique. » Non. Parce qu’on n’a pas eu le senB. M. timent d’avoir perdu. On a reçu beaucoup de félicitations de la part de personnalités de ­l’industrie, de la presse internationale. Et puis, j’ai l’impression que le documentaire dont les gens se souviendront en repensant à cette ­édition 2021, c’est le nôtre. Et pas celui qui l’a emporté (La Sagesse de la Pieuvre, ndlr). Quand vous voyez que certains tweetos ont mis en place le hashtag #stoptheoctopus (octopus signifie « pieuvre » en anglais, ndlr) pour tenter de faire changer les votes… C. W. Je suis d’accord avec beaucoup de choses dont Bernard vient de parler mais je n’aime pas ce côté « couronnement » qu’ont les Oscars. Nous sommes d’accord que ce sont les récompenses du monde du cinéma les plus scrutées sur la planète. C’est un fait. Mais je n’ai jamais compris pourquoi le regard et le jugement de 10.000 votants aux ÉtatsUnis devraient supplanter tout le reste. Et cette année, quand je vois cette catégorie du « meilleur documentaire », cela me conforte dans mon opinion... B. M. Sur les 10.000 membres de l’académie des Oscars, seuls 60 % sont aujourd’hui américains… Après, sur un plan personnel, je n’ai jamais rêvé des Oscars mais ceux-ci restent la récompense la plus importante aux yeux du monde, comme Claude vient de le rappeler. Le souci principal reste que les membres de cette académie votent pour les films qu’ils ont vus. Or, il n’y a pas d’obligation de les avoir tous regardés pour voter… L’exposition sur les plateformes était donc primordiale en cette année 2021. Et on constate que le documentaire qui l’a emporté était certainement le mieux placé à ce niveau-là, en étant diffusé sur Netflix… B. M. Exactement. C’était clairement leur stratégie. Et, au passage, je note aussi qu’ils avaient débauché notre agence de communication américaine en janvier dernier. Sans doute parce que c’était la meilleure… Les réussites de Capitani ou Collective n’ont pas fait de Samsa Film les nouveaux rois du pétrole. Financièrement, cela rapporte quoi ? C. W. Il faut que cela soit écrit une bonne fois noir sur blanc pour que tout le monde le sache : une très grande partie de ce qui rentre pour Capitani, pour Collective (qui a été ­particulièrement bien vendu) ou pour n’importe quel autre film, retourne directement au Film 50

AUTUMN 2021

Une question qu’on assimile souvent à la suivante : veut-on ou non une culture (cinématographique) luxembourgeoise ? B. M. Il y a cet argument culturel, oui. Mais aussi tout un volet économique qui justifie sa présence. Il ne faut pas oublier que l’avance reçue pour un film doit être consommée au Luxembourg. Et on dépense toujours 100 % Fund Luxembourg ! Puisque l’argent que nous de celle-ci dans l’économie luxembourgeoise. recevons de celui-ci en vue du financement de Si je reviens, par exemple, au film Mission nos productions, ce sont des avances sur recettes. Ulja Funk qui a été tourné l’an passé, on avait Tous les retours que nous pouvons percevoir reçu 1,1 million du fonds et on a dépensé servent donc à rembourser cette somme. De 1,8 million dans notre économie locale. Il y a l’argent qui sera, ensuite, réinvesti par le fonds donc eu des retombées. dans d’autres projets audiovisuels. C. W. L’Ulpa, l’Union luxembourgeoise de La situation luxembourgeoise dans le la production audiovisuelle, a d’ailleurs une domaine de la production cinématographique étude de 90 pages sous le coude qui montre est totalement unique. Dans le sens où il n’existe qu’un euro dépensé dans une production luxemchez nous qu’un seul guichet où on peut se bourgeoise engendre entre deux et trois euros financer : le Film Fund. C’est évidemment dû de rentrées financières pour le pays ! On ne l’a à la taille de notre pays, au fait qu’il ne pos- pas encore publiée parce que nous attendons sède pas plusieurs grands groupes télévisuels un moment plus favorable pour le faire mais qui investissent dans ce domaine... les faits sont là. Et d’autres études à l’étranger témoignent du même phénomène. J’en ai lu Et si votre film génère plus de recettes en Europe, au Canada… Tout cela est hors que l’apport du Film Fund ? période Covid-19, évidemment. C. W. Ça, ce serait le jackpot absolu ! Les rentrées supplémentaires, alors, nous appar- Puisque vous ne faites pas de bénéfices tiendraient. Mais c’est une chose que nous n’avons sur vos films, comment vivez-vous alors ? jamais vécue. Et ça même si trois de nos films B. M. Comme un peu partout en Europe, ont déjà dépassé le million de spectateurs (Comme les producteurs font une petite marge sur la t’y belle! de Lisa Azuelos, Une liaison pornogra- production. Une partie du budget est réserphique de Frédéric Fonteyne et Twin ­Sisters de vée aux salaires. Ben Sombogaart). Et, à ma connaissance, c’est Une partie de la dotation reçue même inédit au Luxembourg. D’où la question soulevée par certains de du Film Fund pour chaque projet qui se l’intérêt d’avoir un cinéma luxembourgeois concrétise sert donc à verser les salaires des sociétés de production ? ou plus largement européen... C. W. Oui. Une part qu’on peut prendre… si on parvient à clôturer le film dans le budget qui a été fixé. Car, en cas de dépassement, il faut bien aller chercher l’argent quelque part… BERNARD MICHAUX Mais, en règle générale, quand on réalise un Producteur, pas réalisateur film, on peut donc payer les salaires de la dizaine Né le 24 novembre 1983 à Luxembourg, d’employés qui ont un poste fixe chez Samsa Bernard Michaux se passionne Film, des 70 à 80 personnes qui travaillent sur à l’adolescence pour le grand écran dans la foulée de ses parents cinéphiles. nos productions, nos frais généraux… En revanche, Mais il ne veut pas embrasser la carrière s’il n’y a pas ou peu de films comme cela a été de réalisateur. Plutôt celle de le cas en 2020, je vous laisse imaginer… C’est producteur qui est, à ses yeux, le bon mix entre cinéma et économie. C’est comme un hamster sur sa roue, il faut tourner ! ainsi qu’il rejoint l’université du cinéma Mais vous comprenez qu’on ne devient pas de Munich, avant que celle-ci ne l’aide riche en produisant des films au Luxembourg à trouver les clients potentiels qui lui permettent de monter en 2007 (ils sourient tous les deux, ndlr). sa société de production, baptisée Lucil Film. Une aventure qui durera huit ans avant que Lucil ne fusionne avec Samsa Film. Et que Bernard Michaux ne rejoigne Claude Waringo et Jani Thiltges à la tête de la société. Producteur… de cafés Outre ses activités cinématographiques, Bernard Michaux gère aussi deux cafés à Bonnevoie : le Bouneweger Stuff, qui était le décor de la sitcom Comeback passée sur RTL (qu’il a produite), et la buvette aux Rotondes.

La réussite de ce début d’année, vous la voyez comme un aboutissement ? C. W. L’année n’est pas finie. Il nous reste encore trois grands festivals : Cannes, Venise et Toronto. Donc 2021 pourrait s’avérer encore meilleure. B. M. Tout prix est une motivation supplémentaire. Comme le fait d’avoir été vu partout dans le monde avec Capitani. Et pas que pour nous. Pour les acteurs, les techniciens…



Conversation croisée Claude Waringo et Bernard Michaux

La dynamique actuelle est assez unique de par la concentration d’événements majeurs. Si on ajoute l’Ours d’or à Berlin de Bad Luck Banging or Loony Porn, film coproduit par la société luxembourgeoise Paul Thiltges ­Distributions, le César de Deux (Tarantula Luxembourg) ainsi que les nominations et la présence sur Apple de Wolfwalkers... Comment envisagez-vous de profiter de cette dynamique? C. W. Une des conséquences évidentes de cette évolution de notre cinéma est de voir une part plus importante des ressources du Film Fund destinée aux films luxembourgeois, c’est-à-dire ceux qui ont une production majoritairement luxembourgeoise. Au détriment des productions minoritaires. À côté de ça, il faut espérer que ces jolis ­succès vont également aider à voir disparaître l’agressivité que l’on a pu ressentir récemment envers ce même cinéma luxembourgeois, qu’ils vont permettre de revenir à une situation plus saine. Rendre une certaine fierté aussi. Parce qu’à un moment, on a senti qu’il devenait limite « sexy » de taper sur le cinéma luxembourgeois et de dire qu’il recevait trop d’argent… B. M. Après Capitani, on peut espérer que nos acteurs deviennent également un peu plus bankable à l’international. Et que nos films obtiennent désormais les mêmes chances d’être vus que, par exemple, les films suédois. Toutes les nouvelles plateformes de streaming peuvent aider à ça. On prend de plus en plus l’habitude de voir les productions en version originale sous-titrée… Là, vous parlez de la situation luxem­ bourgeoise au sens large. Mais chez Samsa Film plus en particulier, que vont changer ces réussites-là ? C. W. Nous produisons des films, pas des chaussures. On ne peut donc pas ressortir quasiment le même « produit » en changeant juste un petit quelque chose pour surfer sur la vague de ce qui a fonctionné. Chaque film est un prototype. Et, pour chaque production, tu recommences toujours à zéro, sans savoir si le public va aimer. Vous savez, nous avons produit beaucoup de très bons films qui n’ont

Et elle parlerait de quoi cette série ? Je ne veux pas trop en dire… Disons que j’ai envie depuis toujours de mettre sur pied un film politique, un thème que j’adore. Nous avons donc en tête de réaliser une série politique. Et l’idée serait de montrer un jeune sortant de l’université qui se ferait embrigader dans un parti politique. On le suivrait En tout, elle a intégré le top 10 ainsi pendant une dizaine d’années... journalier des séries les plus Tout le monde n’est pas capable d’écrire, streamées dans 49 pays, s’élevant de réaliser, une série. C’est très lourd comme jusqu’à la première place dans cinq d’entre eux (Espagne, Argentine, processus. Si vous prenez la saison 2 de ­Capitani Grèce, Uruguay et… Luxembourg). qui se tourne actuellement, c’est 60 jours de En Allemagne, en Belgique et en tournage pour six heures de programme à France, si elle n’a pas atteint la tête de ce hit-parade, elle est montée… produire. C’est comme si vous tourniez un jusqu’à la deuxième marche. long-métrage en trois semaines. C’est une Sans surprise, c’est au Luxembourg cadence très compliquée. qu’elle a le mieux marché : 17 jours n°1 B. M. Et puis, en termes de budget, on est et un total de 64 jours dans le top 10. loin de certaines grosses productions (la s­ aison 2 de Capitani est évaluée à quatre millions d’euros, ndlr). Je voyais ainsi que la série tirée du Seigneur des anneaux de J.R.R. Tolkien pas été assez vus… Et, à l’étranger, il y a tou- produite pour Amazon était évaluée à 50 miljours une série de points négatifs au-dessus lions de dollars par épisode… desquels nos films doivent passer pour convaincre les distributeurs de les proposer ou le public Après Capitani et Collective, vous n’avez de les voir : la langue luxembourgeoise, le fait pas peur que vos prochaines sorties soient que nos acteurs restent souvent méconnus, un peu plus scrutées qu’à l’habitude ? que ce sont des films à petit budget… C’est C. W. Il y a un risque que cela arrive mais pareil partout. On a constaté chez nous ces cela ne nous fait pas trop peur. dernières années que les Luxembourgeois B.M. Parce que ce sont des productions aimaient bien les films dans leur langue mater- haut de gamme à l’échelle européenne. Il y a nelle ; à côté de ça, ils ne vont pas voir de pro- Les Intranquilles du cinéaste belge Joachim ductions, par exemple, en islandais, en roumain… Lafosse avec Leïla Bekhti et Where is Anne Frank? le nouveau film d’animation d’Ari Même si la qualité est au rendez-vous. ­Folman, le réalisateur nommé aux Oscars et Mais vous n’avez pas envie de retenter vainqueur d’un Golden Globe avec Valse avec le coup avec une autre série, par exemple ? Bashir. Des films attendus donc. C. W. Si, bien sûr. Mais, à ce niveau-là, on bute sur un autre problème typiquement Et la suite ? luxembourgeois: le manque de talents. Pas B. M. Nous avons deux films avec Vicky en termes de qualité mais bien de quantité. Krieps, notamment, Corsage de Marie Kreutzer Sinon, je sais déjà de quel sujet traiterait notre et More than Ever d’Emily Atef. J’avais proprochaine série, et même à peu près l’histoire. duit avec mon ancienne société, Lucil Film, Je souhaiterais la mettre en place avec Thierry le premier court-métrage dans lequel Vicky Faber (le showrunner de Capitani, ndlr). Mais est apparue, en 2006. Et la voir aujourd’hui ce dernier est pris sur Capitani 2 jusqu’en chez nous (mais aussi dans deux autres coprofévrier 2022… On verra donc après. Pour le ductions luxembourgeoises) alors qu’elle a le reste, aucun autre auteur ne m’a proposé une choix de pouvoir jouer dans tous les meilleurs idée viable. films européens, c’est une belle histoire. Sinon, on pourrait aussi la voir cet été au festival de Cannes. Deux films dans lesquels elle a tournés, Bergman Island de Mia HansenLøve (avec Mia Wasikowska et Tim Roth notamment, ndlr) et Serre-moi fort de Mathieu Amalric, semblent être dans les petits papiers… TOP 10 DANS 49 PAYS

Si Collective, du réalisateur roumain Alexander Nanau, n’est certainement pas passé loin de l’Oscar du Meilleur documentaire, la série Capitani réalisée par le citoyen de Soleuvre Christophe Wagner a, elle, squatté le classement des séries les plus vues sur Netflix pendant de longues semaines.

« U n euro dépensé dans une production luxembourgeoise engendre une rentrée de deux à trois euros. » 52

AUTUMN 2021

C. W.


GIVE THEM GIVE THEM SOMETHING PRECIOUS SOMETHING PRECIOUS BEFORE IT BECOMES BEFORE IT BECOMES PRICELESS PRICELESS

Offer a Luxembourg Air Rescue membership Offer a Luxembourg Air Rescue to those you cherish most.membership to those you cherish most.

Tel.: (+352) 48 90 06 Tel.: (+352) 48 90 06

www.lar.lu www.lar.lu

info@lar.lu info@lar.lu


Conversation

« Si l’IA décide toute seule, ça va devenir dangereux »

Pour le data scientist luxembourgeois Maxime Allard, l’IA ne peut pas être abandonnée aux sociétés privées.

Dans l’équipe Data Science and AI d’IBM, le jeune Luxembourgeois Maxime Allard a connu un début de carrière fulgurant à New York et Londres. Son dada ? L’intelligence artificielle, responsable et encadrée. Interview THIERRY LABRO

54

AUTUMN 2021

Photo MATIC ZORMAN


Maxime Allard

BIO EXPRESS

Si le Luxembourg cherchait aussi des talents luxembourgeois pour l’aider dans la mise en place de sa stratégie sur l’intelligence artificielle, il serait bien avisé de s’arrêter sur le profil hors norme de Maxime Allard. Avec un master en operation research de l’université de C ­ olumbia en poche, il a choisi d’être à temps partiel chez IBM, dans une des équipes les plus performantes au monde dans le domaine de l’IA… pour pouvoir se consacrer à un doctorat sur l’intelligence artificielle et la robotique au Collège impérial de Londres. « Je veux avoir un impact sur le quotidien tout en restant attentif aux problèmes de concentration de pouvoir dans les mêmes mains. Il y a beaucoup de bénéfices si on applique ces technologies pour assister les humains, que ce soit dans la médecine ou dans l’éducation », confie cet ingénieur de 26 ans.

Début de carrière Diplômé de l’Université de Munich, l’ingénieur en informatique boucle un master en operation research à Columbia et a entamé l’an dernier un doctorat en intelligence artificielle et robotique au Collège impérial de Londres.

enlevées les données sur l’âge et le sexe, pour ne pas discriminer une partie de la population qui n’aurait pas accès au prêt. Mettons que dans les données, il y ait un code postal. Or, aux États-Unis, l’âge et le niveau de revenus peuvent être très corrélés au code postal. Juste avec le code postal, le modèle peut prendre des décisions qu’on ne voulait pas avoir. Des populations peuvent se retrouver dans des quartiers un peu moins favorisés et voir leur accès au crédit diminué sur ce seul aspect. Ce n’est pas juste.

IBM Elite Team En 2019, il intègre l’équipe Data Science and AI Elite Team d’IBM sous la direction d’Ann-Elise Delbecq. Il dépose son premier brevet. La médecine assistée Un jour, le Luxembourgeois de 26 ans imagine épauler la médecine grâce à l’intelligence artificielle.

clients pour envoyer des publicités. Pouvoir contrôler si le modèle fonctionne et le corriger, si jamais il présente des biais. La valeur, c’est toute la structure.

Il y a beaucoup de mythes autour du mot data scientist. Pourriez-vous expliquer Pourquoi est-ce que des biais ce que fait un data scientist au quotidien ? Le terme en lui-même a tellement de défini- apparaissent ? tions, de société en société… J’ai un projet qui Il y a différentes raisons. Prenons la plus commence avec un client. Je vois ce qu’il a « facile ». Une société avait un modèle IA pour comme données, pour savoir où on peut aller lire les CV. Ils ont entraîné l’IA sur des donchercher de la valeur ou de l’automatisation nées historiques. Ils ont lancé leur modèle… dans ses processus. Dès qu’on a un but ou une qui rejetait tous les CV féminins. direction, le travail commence. À 90 %, il s’agit de mettre les données en ordre, de les réunir Pourquoi étaient-elles rejetées ? dans une région ou dans un serveur, de les Le modèle a simplement appris des données nettoyer, avant de pouvoir utiliser les modèles qu’on lui a fournies. Dans ce jeu de données, de machine learning, qui s’entraînent sur ces il y avait un label « rejeté » ou « next round » données. Le plus intéressant est d’utiliser les et il a remarqué qu’une grande partie des différents modèles pour différentes tâches dès femmes portaient le label « rejeté », alors il que la donnée est prête. Si on a des résultats, rejetait les CV de femmes. Cette société a dû si on les a vérifiés, on peut mettre cela en pro- interrompre l’utilisation de ce procédé. Cela duction. C’est là où il y a data scientist et data fait partie des biais qui viennent simplement scientist. Soit ce sont des prototypes et il n’y a des données qu’on donne à l’intelligence artipas grand-chose qui se passe après, on montre ficielle. Sans rien faire d’autre. que le modèle pourrait fonctionner. Soit on essaie de mettre cela en production, d’utiliser Vous pourriez illustrer cela aussi, un modèle pour des milliers de prédictions ou s’il vous plaît ? de demandes avec le client pour qu’il en tire Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les un bénéfice. militaires américains cherchaient à renforcer les avions. Ils ont montré tous les endroits Qu’est-ce que le client va gagner ? d’impacts de balles et ils ont donc renforcé Vous auriez un exemple ? tous ces points-là comme étant les plus fraPrenez une société qui a des données de mar- giles. Ce n’était pas du tout là que l’avion devait keting, sur la population. Elle veut faire du être renforcé… ils avaient oublié de prendre marketing ciblé ou personnalisé pour déclen- en compte les avions qui ne revenaient plus, cher des achats. Avant notre arrivée, leur sys- et c’est cela qu’il fallait regarder ! C’est un tème était assez lent et ils ne pouvaient pas exemple de biais de sélection de données. utiliser toutes les données qu’ils avaient. Des millions de données avec 20.000 points dif- Vous auriez un autre exemple, férents par personne. Nous les avons aidés à pour aider à comprendre cette réunir leurs données, à les nettoyer, à avoir problématique cruciale des biais ? une plateforme pour construire plusieurs Le biais indirect est tout aussi problématique. modèles par semaine, pouvoir mesurer et Des points de données, sur des individus, ont contrôler ce que fait l’intelligence artificielle. plus d’informations sur ces individus qu’on Avant, leurs analystes avaient 20 modèles par aurait pensé. Prenez un système de prêts bansemaine. Aujourd’hui, ils peuvent en faire caires. Le modèle apprend sur des données 400. Avoir un retour plus rapide pour leurs historiques. La société demande que soient

Préparer un jeu de données, même avant tout le reste, est déjà compliqué… Oui ! Et malheureusement, cela ne se fait pas assez. C’est ce que nous essayons de faire chez IBM, de rendre ce travail de préparation plus équitable, plus juste. Détecter les biais directs ou indirects. Et même de regarder cela plus tard, car il se peut que le jeu de données change. Le modèle a-t-il changé sur la même période ? Il faut préparer les données, surveiller les résultats du modèle pendant qu’il travaille et s’il le faut rectifier a posteriori. Rectifier, c’est aussi introduire de nouveaux biais… Oui, je suis tout à fait d’accord ! On peut introduire un biais de rectification si on change les prédictions pour qu’elles soient à notre goût. C’est pour cela que je pense qu’il est très important d’avoir une transparence des modèles utilisés en production. On a une méthodologie – les IA fact sheets – qui prévoit une labellisation de chaque modèle qu’on met en production avec tous les changements à toutes les étapes, afin qu’ils soient documentés. On a enlevé le sexe parce qu’on ne veut pas avoir un biais lié au sexe. On a enlevé le code postal parce que le modèle a trouvé ce biais indirect. On a ajouté ces nouveaux champs parce qu’ils nous ont aidés à trouver des prédictions plus pertinentes. Ce qui est dangereux, c’est la concentration de force, de pouvoir, à travers le contrôle de ces modèles. L’idée est d’avoir une transparence sur l’origine des données, sur ce qu’on fait avec et sur les mesures de rectification qu’on prend. Pour le client, c’est bien aussi, que ce soit pour un service financier ou d’assurance. Pouvoir lui dire : « Ça, c’est un modèle qui s’appuie sur ces points de données. » Au client de décider de ce qui lui convient. Comme pour le règlement général sur la protection des données. Des modèles sont assez simples à comprendre, c’est comme un arbre. Si c’est un homme, on fait ceci ; si c’est une femme, on fait cela. De manière presque binaire. Et d’autres, comme les réseaux de neurones, font un peu ce qu’ils veulent. Il en sort un résultat difficile à mesurer. On dit aussi souvent que l’algorithme doit être « robuste ».

AUTUMN 2021

55


Conversation Maxime Allard

INCONSCIENCE AUJOURD’HUI, RISQUE DEMAIN Qu’est-ce que cela signifie ? Prenez une société qui est dans le secteur des voitures autonomes. Il est très facile de modifier les décisions du modèle avec de petits changements. Imaginez une voiture autonome : elle roule. Normalement, la voiture reconnaît le panneau « Stop » et elle s’arrête. Mais si on met un petit QR code sur le panneau, il est capable de rendre le modèle de la voiture tellement confus que ce dernier pense que c’est un feu vert. Au lieu de marquer le stop, la voiture passe. Ce n’est qu’un exemple d’une situation très dangereuse où la décision du modèle n’est pas du tout celle qu’on aurait imaginée. Le modèle n’était pas du tout robuste face à ce « bruit ». Mais on peut imaginer un modèle pour des prêts bancaires. Si moi, en tant qu’utilisateur, je sais comment modifier mes données pour obtenir ce prêt, alors il ne sert à rien. On peut aussi imaginer que des modèles soient victimes d’attaques et il faut les y préparer. Avec l’essor des outils numériques et des objets connectés, nous produisons de plus en plus de données. Elles sont très éclatées. Certaines sociétés vont avoir un gros pouvoir parce qu’elles connaissent beaucoup de choses sur certains d’entre nous, non ? Malheureusement, beaucoup de sociétés conservent tout ce qu’elles ont. Toutes ces données leur appartiennent. Si on combine cela avec d’autres données, comme les achats que nous effectuons, tout ce qui passe par nos cartes de crédit… Des sociétés commencent à acheter ces données pour les mettre dans une base de données unifiée et les revendre. Ce qui est très dangereux, même si on ne le sait pas au début. On se dit qu’on s’en moque un peu. Ces données peuvent être utilisées pour des décisions qui peuvent changer nos vies, pour des prêts bancaires par exemple. Si j’ai un profil social ou un profil d’achat très mauvais, ça intéresse qui ? Mais imaginons que dans 10 ans, toutes les décisions sont prises par une intelligence artificielle qui utilise toutes les données auxquelles elle a accès : je n’aurai pas de prêt parce que le modèle pense qu’avec ces données, je ne mérite pas de prêt. J’espère vraiment qu’on va dans une direction où l’intelligence artificielle peut assister l’humain et pas prendre des décisions à la place de l’humain. Si le modèle décide tout seul, ça va devenir très dangereux. Les sociétés qui ont ces modèles pourraient se retrouver avec un pouvoir incroyable ! Qu’est-ce qu’on devrait faire pour limiter les modèles qui décident par eux-mêmes et pour favoriser les modèles d’assistance de l’humain ? Il faut avoir un comité ou une commission d’éthique, dans chaque pays ou dans chaque 56

AUTUMN 2021

L’étude commandée par le Premier ministre, Xavier Bettel (DP), au Liser, sur la perception de l’intelligence artificielle et des données personnelles, a montré une relative méconnaissance générale sur la dissémination des données personnelles, abandonnées gratuitement à Facebook, Amazon et consorts, au nom de l’utilisation d’un service. Si les résidents luxembourgeois perçoivent vaguement une menace, difficile d’en définir les contours et d’en préciser les risques.

industrie, qui organise un contrôle de ces modèles. Je ne pourrai pas exercer un métier sans mon diplôme, dans certains pays, vous ne pouvez pas être avocat sans diplôme. Les quatre axes dont nous venons de parler, à quel point est-ce que je peux les contrôler, quelles sont les décisions et sur quoi elles s’appuient, est-ce qu’il existe des biais et est-ce que j’essaie de les exclure ou de les corriger ? Toutes ces métriques doivent être présentées à ce comité. Cela réduit la possibilité d’avoir des modèles qui prennent des décisions en mode « black box ». C’est bénéfique pour les modèles et pour les données. Dans le rapport du Liser, commandé par le Premier ministre, Xavier Bettel (DP), on voit que, souvent, les gens ne font pas assez confiance au modèle et pensent que leurs données sont peut-être utilisées de manière dangereuse. C’est normal parce que très peu de sociétés montrent quelles données elles utilisent pour faire quoi. Le consommateur doit pouvoir savoir et dire s’il veut ou pas participer à cela. Et que fait-on avec les modèles qui ne résisteraient pas à l’examen par la commission ou le comité ? C’est une bonne question. Ces modèles de­vraient être repris par la société qui les présente. Si le consommateur n’a pas été consulté, il faut prévoir qu’il puisse se positionner. Si le modèle a un biais contre un groupe, il faut le rectifier ou donner un avertissement au consommateur. Il ne faut pas laisser passer de modèles qui ont des défauts. Les sociétés doivent se rendre compte que l’intelligence artificielle, ce n’est pas de la magie. L’IA va avoir un vrai impact dans nos décisions individuelles. Il est important d’avoir un monitoring sur chaque décision. On sait bien qu’il est aussi possible de montrer un jeu de données à la commission et de le changer ensuite… Le HPC et les premiers projets qui vont l’utiliser ainsi que les développements autour des technologies quantiques vont eux aussi avoir un énorme impact sur l’intelligence artificielle, non ? Oui. Il y a deux côtés. Du côté du développement et de la recherche, des sociétés ont

déjà leur HPC parce qu’elles veulent manipuler des données avec des milliards de paramètres. Les modèles qui permettent de comprendre et d’écrire en anglais ont eu un succès fou récemment, on peut faire des chatbots, ils peuvent même écrire du code et on a pu les faire seulement grâce aux HPC et aux GPU privés. Pour le Luxembourg, avoir un HPC qui puisse être utilisé pour de la recherche, c’est très bien. Mais c’est très différent du côté de la production, parce que la recherche met en place des modèles plus précis, mais qui ne doivent pas prendre en compte ce qu’un modèle en production doit prendre en compte. Est-ce que cela va changer grand-chose à propos de la confiance dans l’intelligence artificielle ? Je ne suis pas sûr. Si le secteur privé voit qu’il y a des développements dans ce secteur au Luxembourg, les sociétés vont se demander ce qu’elles doivent faire pour intégrer cela dans leur quotidien et comment être éthiques. Beaucoup de ressources de calcul, c’est bien pour montrer tout ce qui est possible. L’étude du Liser montre qu’il y a encore beaucoup à faire pour que la société comprenne ces enjeux… C’est un peu choquant et pas choquant en même temps. Pour utiliser un service, les gens cliquent sans se demander ce qui pourrait bien se passer. Jusqu’à ce que ce soit une décision qui ait un impact sur leur vie. Dans la presse, on a peur que les robots prennent le contrôle de la Terre, c’est un peu n’importe quoi… Est-ce qu’il y a un risque que l’IA se substitue à l’humain ? Non. Dans certains domaines, les tâches pourraient être plus précises. Dans la médecine, l’IA permettra d’avoir des gestes plus précis, mais la décision restera chez l’humain. Souvent, les gens ont peur que les robots ou l’intelligence artificielle enlèvent tous les emplois. C’est un changement d’expertise. Il y a eu beaucoup de changements à l’arrivée de la machine à vapeur, mais l’industrie s’est adaptée.


s e i t i l i possib Our new range of accomodations

in Luxair Destinations

Available now on luxair.lu


Gilles Feith took on the role as Luxair CEO in June 2020.


Conversation Gilles Feith

Luxair CEO: “We will fly on” Despite pressures across the airline industry, Luxair CEO Gilles Feith--who took on the role one year ago--sees plenty of opportunities for the airline to reinvent itself and be a force of positive change. Interview NATALIE A. GERHARDSTEIN

Photos MIKE ZENARI

every factor. It would be easier to just wait and the Luxembourg people know Luxair, and If you could describe your first year as see. If you don’t persevere, you don’t have the many expats know Luxair as an airline, they Luxair CEO in one word what would it be? don’t know LuxairTours, and they start to see I have different words in mind, but the first effort part to go on. that this is actually a cool thing, where you word was ‘perseverance’. That’s also something don’t have to worry about anything, you get which I have like deeply ingrained in my cha- You’ve given us some insight into how the full package. racter... perseverance is what we need here, Luxair was impacted at the start of 2021, basically to just keep going when you have but what are the projections, now that Then again, we have the airline, where we we’re heading into the summer months? these really adverse conditions. have 11 small Q400s, and business travel is Perseverance is also a very difficult thing What we see today is that leisure is coming very, very low. Some companies start because to [have] when you don’t see the end of it. It’s back. People are reassured because Luxair they see the benefit of face-to-face. Then... like crisis management: you have to keep going, chose to go deeper in its quality DNA and some routes, like Munich… there’s no connecbut you don’t know how hard and for how offer maximum security and safety to all passen- ting to go from there to somewhere else. And long you have to push. This also leads me to gers. In the hotels we offer full testing, and because the airline industry is more heavily one of the books I would like to associate with we have a safety concept which every hotel impacted by the covid measures than any other the Luxair story. Simon Sinek wrote The Infi- has to sign... We are very flexible also on the industry. We had passengers who wanted to nite Game, and, basically, running a company booking side... People start to notice [this], go to Milan, who didn’t get the test in time. like Luxair is like keeping it flying forever, and they fly a lot more with us. We even see We refunded the tickets, no problem. But then making it self-sustainable... You must be ethi- customers we didn’t have before... Whereas they simply took the car and drove there, no cal, you must look at the environment, you questions asked... Testing is important, but it must be social... if not, you will stumble... And is posing us a problem. We choose to integrate that’s actually how I see that you can get out it into our packages, for example, but this also of this crisis. Everybody has to understand has a cost which goes on to our margin. But and to persevere. that’s how it is now, so we have to constantly CV That’s why one of the main things I introadapt... [For] 2021 and 2022, there’s one word Education duced into the company here is transparency. which will frame this: diversification. I have Haute École Groupe ICHEC – ISC Saint-Louis – ISFSC, Brussels: I want to be transparent with how we--all to diversify the network and see what works... master’s degree, sciences together--get out of this situation. But if you diversify, that’s one thing, but after­ commerciales et financières – Let’s compare it to a flywheel: basically, wards you have to consolidate again. Révisorat (1997-2001) you start pushing it--and you have to push Career Let’s talk about some of those routes. hard in the beginning because you have to get Luxair Group, CEO (June 2020-current) Some routes planned for 2020, such out of the situation--but then, afterwards, the as Manchester, have been impacted. Ministry of foreign and European wheel gets quicker and quicker, and it starts affairs, head of cabinet to the But you’ve also launched several other to auto-rotate. But that push? We’re still doing minister of defence (2018-2020) new destinations... it today, and nobody would have expected CTIE, director (2014-2018), deputy that. In December, we said, ‘Okay, now we’re Manchester is a good comparison. We started director (2010-2014) in spring ’21, everything will be fine’, but it Manchester--and I still believe in ManchesMinistry of the civil service and wasn’t. We flew less in January and February administrative reform, senior civil ter--but [it]’s a route which is also dependent service member (2007-2010) than in the months of September, October on how Virgin is operating, because it’s their Post Luxembourg, management hub. Also [with] Brexit, that means that we and so on... but we kept going. Since the beginposition (2003-2007) ning, we achieved our cost base on the flights don’t have fifth-freedom rights, so we cannot Arthur Andersen Business we made, but that only comes with perseveland in the UK, take passengers and fly some­ Consulting, senior audit rance. You have to constantly adjust the network, where else in the UK, which would be a cool assistance (2001-2003) AUTUMN 2021

59


Conversation

NEW DESTINATIONS FOR 2021

thing to combine Manchester with Edinburgh or whatever, which reduces [the] exposure on those routes. My whole strategy, also for our pilots and all the people working at Luxair, is to do as much as possible, and not just wait till this is over because that will kill you for sure. We were looking at new routes... It’s not an easy thing, just to launch a route takes effort from many people at Luxair... It is not the CEO who does that, it is only the people who do it. Dubai was a big success... it’s really at the end of the reach of our planes, so we had to check how many passengers we can take there... We launched it in February to test it, and the flight sold out in one hour and a half. We were blown away. But that rotation cost us an awful lot of money. I will not say the amount, but that’s a very big financial exposure... it’s a little bit of gamble, but we believed in it. It’s an expensive operation because we have two crews who sleep there, then come back the next day and so on. That’s why we also continue, to launch it as of 30 September, with the World Expo. It will be a success as well... People want to go to the World Expo, to warm places in the winter. And do you know the business-leisure split here? It’s mainly leisure. We have two phenomena: one is that it shifted from business, connecting and leisure, the mix went to, I’d say, 80% leisure. The other shift is that people book very late which, combined with the regulations in the EU to cancel [and] protect the slots, is a very hard thing for us to manage because we lost some slots because we have to cancel at least three weeks or four weeks in advance, given the slot regulation, and people don’t book four weeks in advance. So, it’s a gamble. Have there been other considerations to further extend routes outside of Europe, such as Dubai--even if just for special events, like the expo? We’re going to have some surprises for the ­winter and next year. I think we have some opportunities to deliver some really cool, innovative

Luxair La Rochelle (France), Toulon (France), Bologna (Italy), Dubai (United Arab Emirates), Bucharest (Romania), Oslo (Norway), Belgrade (Serbia), Rostock (Germany), Usedom (Germany/Poland), Krakow (Poland). LuxairTours Tunis (Tunisia), Tivat (Montenegro), Podgorica (Montenegro), Thessaloniki (Greece), Santorini (Greek island), Mykonos (Greek island).

things to the Luxembourg market which has not been there before... We’re going to bring some very new concepts. Demand is shifting, so we have to offer the whole thing. Could you tell us more? I’ll reveal one. We’re thinking about surprise getaways for weekends, for example, with very attractive prices, at very short notice.

AUTUMN 2021

Do you think the health crisis will continue to impact the way people travel? Definitely. I’d be very naive not to think so. Aviation will change... I think there will be a reduction by at least 30% in business travel because these small meetings, you will not do them anymore. Also, there will maybe be fewer people who will fly... Your delegation will be five people instead of ten. Also, the frequency will be reduced. [But] if you do a Zoom interview, it’s not the same because you don’t have the interaction, the human factor... so it will not disappear completely. On the leisure side, there’s also a shift because people also get more eco-conscious, more individual. We have to broaden our customer base, and diversify our offer, individualise our offer... We’ve taken the opportunity of this covid situation to invest heavily in IT, new products. We’re going to launch in June, hopefully, an active holiday concept where we will offer full guided tours with coaches and everything. This will be something very new because there are a lot of people [who] do biking and hiking in the Canaries and so on, and we will organise this so people don’t have to worry, because a lot of people don’t have time anymore. Unfortunately, in Luxembourg, you need to work a lot to sustain your living, and that kills some of the time you would invest into looking into travel... we have to offer the perfect service.

Let’s switch gears then... the airline industry tends to be controversial because of its carbon footprint, but are there ways in which Luxair is trying to offset this? I won’t reveal too much now, [but] I’m preparing to have a concept. For me, the environment is a very important thing. And this brings me back to The Infinite Game: no company can make their business [at the ex­pense] of nature or people... This is not acceptable anymore in Europe in these times... There we have to see what aviation can do... you cannot greenwash aviation, but you can do what you need to do to be as correct as possible. I would love to invest because aviation is a very technology-driven business and innovation leads to a thing where aviation gets cleaner each year. But that means aviation must be sustainable, for the environment, from an investment point of view, and for people. That’s why Luxair seems to have really boosted its marketing efforts over the last year I always said flying should not get cheaper. If you fly for a price, let’s say €10, and you or so, also through social media, including have €8.5 taxes on one leg and take two [legs] Tiktok. Is this also to capture a different back and forth, you already lose on airport demographic? taxes... I would not buy meat that costs €5 a Yes and no. We’re 3,000 people in this company. One of my aims is that the 3,000 people are proud to work here, understand what we do, and that we have a culture of ‘we are Luxair’. That’s one of my big aims. It may be cheesy, but it’s a little bit like what Southwest did: the people are happy to work at Southwest, and I want people to be happy to work at Luxair. This is why one of the other words I thought about is ‘together’. Nothing here is done by me alone, or anybody alone, we achieve this together. It is this togetherness that will also help me get Luxair out of this crisis... I told people, ‘If you want to share something, do it.’ Crews told me [they] wanted a bit more

“ Nothing here is done by me alone, or anybody alone, we achieve this together.” 60

kilo because that’s totally irresponsible. It’s the same discussion. Flying should not be a convenience, it should be an experience, create added value... I don’t want to stigmatise any industry, but there is a lot to do in many other industries. Aviation has already done a lot and is already compensating for its CO2, largely. I’m working on this. I’m conscious this is a problem, and we’re looking at what we can do to be responsible in that field.


Gilles Feith

freedom with hair, tattoos or earrings, and we developed the ‘work as you are’ concept, where people get a little freedom. We’re one of the first airlines in the world to allow [this] because that’s how we are. That’s how our society is... If you put people in a cage, [they] are not happy... Why should you not be allowed to wear some jewellery, or have a small tattoo? We told them we don’t have a lot of money to do marketing or communication, we have to do some. That’s why we also wanted to let people share their views because most of our pilots, crews and all the people in the airline are very proud of what they do. They are [our] best ambassadors.

With Sumo, we wanted to develop a mood... it is not a marketing push we needed. We wanted to have people feel fresh again, light again. And this was the mood we wanted to develop… for our clients and internally. Because, also, imagine you work in a company where you don’t see the future, you have a salary freeze... that’s also why one of my jobs is to reassure all our people that, yes, we will fly on. It’s a culture thing, inside the company and outside the company. We have to look into the bright future.

Feith shares a Luxair Tiktok dancing video which at the time of publication had reached around 124K views.

AUTUMN 2021

61


M A N AG E M E N T CO M PA N Y S E RV I C E S IF YOU ARE PLANNING TO SET T UP YOUR OWN FUND STRUCTURE, LOOK K NO FURTHER.

you with a one-stop-shop solution to set up and manage your tailor-made investment vehicle.

W H E N S P E C I A L I ST K N O W- H O W M E E T S E X P E RT C R A F T M A N S H I P.

NSPGROUP.COM

Geneva – Zurich – London – Luxembourg – Madrid – Milan


PUBLIREPORTAGE

NOTZ STUCKI BECOMES NS PARTNERS GENEVA-BASED ASSET MANAGEMENT GROUP NOTZ STUCKI BECOMES NS PARTNERS. THIS SHIFT WILL BE MARKED BY A VISUAL IDENTITY MAKEOVER, WITH A REFASHIONED LOGO AND A NEW SLOGAN. The change is a response to the company’s development over the past few years. In fact, two years ago our Group entered a new phase in its development, which translated into a renewal of its organisation. “In addition, while its original focus was on private banking and alternative funds, NS PARTNERS has greatly diversified over the past few years, as seen in the success of its traditional investment funds and the growth of its investment fund services and engineering at its Luxembourg ManCo”, said Paolo Faraone, CEO of NS Partners Europe S.A.

“The letters NS, which we already use for our funds and some of our projects, are the initials of our two founders, Beat Notz and Christian Stucki. They tell our story in a concrete way and attest to our wish to maintain continuity. As for the word PARTNERS, it expresses the inclusion of new shareholders and the partnerships that we plan to create with our employees, our business partners, and our clients” said Frédéric de Poix, Member of the Executive Committee.

added Cédric Dingens, Member of the Executive Committee.

common: superior absolute performance and highly personal service.

The company names of the Group’s various entities have changed as a result, as has the website address, which is now nspgroup.com.

NS PARTNERS is management-owned, fiercely independent, and free of any outside pressure that might jeopardise its impartiality. Its managers invest alongside its clients, ensuring that interests are fully aligned. NS PARTNERS Group manages or administers some CHF 11 billion in assets across three highly complementary activities:

A NEW MOTTO This name change comes with a new motto, “Invest with talent”, reflecting NS PARTNERS’ conviction that there are truly talented individuals who generate real added value in terms of investing.. “Starting in the ‘60s, the group has been a pioneer in selecting the world’s best fund managers and in working in open architecture. This innovative concept was a huge success, making NS PARTNERS one of the top independent wealth managers in Switzerland today. At the same time, drawing on synergies with our internal management teams, we have developed substantial expertise in several key themes”

ABOUT NS PARTNERS Founded in 1964, NS PARTNERS is now one of the largest independent investment management groups in Switzerland and in Europe. In its 57 years, NS PARTNERS has developed unrivalled expertise in selecting the best fund managers from around the world and combining them to build topperforming and resilient portfolios. At the same time, NS PARTNERS has built a diversified range of traditional strategies with a proven track record. The Group’s client base is international and sophisticated, combining high-networth individuals, family offices, pension funds, asset management companies and businesses, all with one demand in

• Wealth Management: Discretionary and advisory management • Asset Management: NS Funds and investment solutions • ManCo: Fund engineering and dedicated fund services NS PARTNERS has over 110 employees in seven offices around the world (Geneva, Zurich, London, Luxembourg, Madrid, Milan and Bermuda).

For any additional information, please contact: NS Partners Europe SA T +352 26 27 11 53 luxembourg@nspgroup.com nspgroup.com


Conversation

« Le petit Luxembourg sait plaider »

Philippe Sylvestre veut faire prospérer l’art oratoire au Luxembourg.

Les « jeunes » avocats du Barreau vont s’affronter à coups de mots lors du prochain concours d’éloquence Tony Pemmers, organisé par Philippe Sylvestre, président sortant de la Conférence du Jeune Barreau de Luxembourg. Interview JEREMY ZABATTA

64

AUTUMN 2021

Photo ANDRÉS LEJONA


Philippe Sylvestre

BIO EXPRESS Naissance Philippe Sylvestre est né le 19 août 1988 à Luxembourg.

En premier lieu, qu’est-ce que la Conférence du Jeune Barreau de Luxembourg ? C’est une institution qui date de 1923 et dont nous fêterons le centenaire dans deux ans. Elle représente tous les avocats ayant jusqu’à 10 ans d’ancienneté. Il n’y a pas de cotisations, les avocats sont automatiquement membres de la Conférence du Jeune Barreau de Luxembourg (CJBL).

Formation Il a étudié le droit à la Sorbonne, à Paris, puis aux États-Unis, au sein de l’université de Pennsylvanie. Il a été assermenté en 2014. Carrière Il officie au sein du cabinet Brucher Thieltgen & Partners en tant que senior associate et avocat à la Cour.

Quelle est sa fonction ? Elle est multiple. Elle va de l’organisation d’événements pour permettre aux avocats de au Luxembourg, on apprend sans doute le se rencontrer à l’organisation de formations. français différemment que lorsqu’il s’agit Cette année, avec le Covid-19, il y a eu moins d’une langue maternelle. d’événements en raison des restrictions. Quant aux formations, au début, elles étaient sur- Justement, pourquoi n’y a-t-il pas de tout dédiées aux jeunes avocats, mais main- concours d’éloquence en luxembourgeois tenant, ce sont des formations qui s’adressent ou en allemand ? à tous. La crise sanitaire a eu le mérite de Pour ne pas limiter l’audience. Il faut comfaire augmenter le nombre de participants. prendre le fonctionnement de la justice au Les formations se déroulant en visioconfé- Grand-Duché. Le luxembourgeois, le français rence, nous avons vu passer leur nombre et l’allemand sont les trois langues adminisd’une centaine en présentiel à 250, et même tratives du pays. Mais devant le tribunal, tout 350 personnes en visioconférence. Enfin, on se fait en français. Il est possible d’écrire en organise tous les deux ans la rentrée judi- allemand, mais ce n’est pas bien vu. L’ensemble ciaire. On y invite entre 200 et 300 avocats, des juges et des avocats ont une formation en ainsi que des orateurs prestigieux. Et l’année droit qui s’est faite en France ou en Belgique. où on ne fait pas la rentrée judiciaire, on met La terminologie juridique allemande est telen place une pièce de théâtre satirique. Il ne lement différente. Les plaidoiries peuvent se faut pas oublier que nous jouons également faire en luxembourgeois, mais vous devez un rôle de soutien auprès des jeunes avocats, plaider en français si votre confrère ne plaide qui peuvent toujours se tourner vers nous pas en luxembourgeois, ce qui donne lieu parpour des questions portant sur la rémunéra- fois à de petites querelles. Ce fonctionnement tion, les examens, etc. oriente donc naturellement les débats vers la langue française, et non vers l’allemand ou le Le président a-t-il un rôle spécifique luxembourgeois. Il y a quelques exceptions, au sein du Jeune Barreau ? comme, par exemple, en droit fiscal, même Il doit fédérer les membres de la Conférence si les lois ont été traduites en français. du Jeune Barreau de Luxembourg en organisant des événements qui touchent l’ensemble Qu’est-ce que l’éloquence ? des avocats, qu’ils viennent de grands ou de C’est de pouvoir convaincre une personne petits cabinets. Il y a parfois une distinction d’un sujet ou d’une idée que l’on ne porte pas entre ce que l’on appelle les avocats du forcément soi-même. Avec l’éloquence, il est ­Kirchberg et ceux de la ville, qui vont davan- possible de transmettre cette idée sans nécestage plaider, alors que ceux du Kirchberg vont sairement être dans la complexité au niveau rarement le faire. Donc, nous devons veiller du phrasé. Le plus important étant de transà fédérer tout le monde en restant accessibles mettre une idée et de convaincre son contraà tous les avocats. Mais au-delà du rôle du dicteur, ou le juge, dans le cas d’un avocat. président, c’est surtout un travail d’équipe qui est réalisé au sein du Comité de la Confé- Comment peut-on progresser en éloquence ? rence du Jeune Barreau de Luxembourg. L’éloquence n’est pas seulement l’art de parParlons un peu de ce concours ler. Les silences, la gestuelle, le regard, la prise d’éloquence Tony Pemmers… de possession des espaces forment un tout. Ce concours d’éloquence a pour but de faire De par son métier, l’avocat peut évidemment prospérer l’art oratoire. Au Luxembourg, l’élo- avoir des facilités. Mais le meilleur moyen de quence est peut-être moins ancrée dans la progresser est peut-être d’observer les avoculture qu’elle ne l’est aux Barreaux de Paris, cats plus anciens. Le matin, au tribunal, les de Bruxelles, ou encore de Liège, qui ont leurs affaires sont plaidées suivant l’ancienneté des propres concours d’éloquence. Les avocats avocats. Les plus jeunes se mettent dans le luxembourgeois n’aiment pas tellement l’exer- fond de la salle, et ils peuvent écouter et ap­cice, du fait de la barrière de la langue. Le prendre en regardant la façon de plaider des français n’est pas leur langue maternelle, et, avocats expérimentés.

Il y a plusieurs façons de plaider ? C’est parfois intéressant. Certains viennent avec des fiches dactylographiées ou imprimées. D’autres viennent avec seulement quatre lignes écrites au stylo-plume sur une feuille. J’ai déjà vu un avocat très expérimenté plaider pendant quatre heures avec seulement quatre lignes couchées sur la feuille. Il avait un fil conducteur, et il a réussi à conserver son idée tout au long de son plaidoyer. Peut-on juger la qualité d’un avocat à son éloquence ? Je pense que l’on peut juger la transmission de son idée, mais pas la qualité de celle-ci. La forme peut être bonne, mais le contenu, fait d’arguments juridiques, mauvais. L’art oratoire ne veut pas forcément dire que l’avocat est bon. Cela embellit sa prestation. L’avocat ne va pas gagner son affaire uniquement par l’éloquence. Le juge détient aussi les pièces de l’affaire. L’éloquence permettra peut-être au juge de mieux garder en tête une position et faciliter sa compréhension du dossier. Ce n’est pas l’éloquence qui fera gagner l’affaire, mais bien les pièces du dossier. L’éloquence est-elle toujours indispensable dans le métier d’avocat ? Je pense que, si vous avez des dossiers financiers traitant de sujets plus techniques ou abstraits, l’éloquence pourra être utilisée pour mieux les résumer et réaliser une meilleure synthèse. Mais il y a aussi des juges qui n’écouteront pas, ou feront semblant d’écouter l’avocat, et qui se baseront uniquement sur ce qui est écrit. Revenons au concours en lui-même. Est-il ouvert à l’ensemble des avocats, même ceux qui ne plaident pas au quotidien ? La circulaire a été envoyée aux 3.000 avocats du pays. On a de petits cabinets et de grands cabinets qui participent. Nous avons même des cabinets qui ne vont jamais au tribunal. Les participants viennent surtout car ils aiment l’art oratoire, qu’ils plaident ou non au tribunal. Si l’on parle d’un concours, c’est qu’il y a un jury. Comment se composera-t-il ? Le président du jury est Francis Delaporte. Il est le président de la Cour administrative, la plus haute juridiction du pays d’un point de vue administratif. Dans le jury, il y a aussi Martine Solovieff, la procureure générale d’État, qui est le plus haut représentant du Parquet. La ministre de la Justice, Sam ­Tanson (déi Gréng), qui est une ancienne avocate plaideuse, est également dans le jury. Enfin, on retrouvera Me Pierre-Emmanuel Roux, lauréat de l’édition 2020 du concours, et Mike Koedinger, fondateur et président de Maison Moderne. Normalement, nous n’avons que

AUTUMN 2021

65


Conversation Philippe Sylvestre

Cette année, le concours d’éloquence aura lieu en comité restreint… Il n’y aura pas de public afin de respecter les mesures sanitaires. Pour autant, le jury et les membres du Comité de la Conférence du Jeune Barreau de Luxembourg seront présents. Disons que le public sera effectivement très restreint. Pour compenser, il sera tout de même possible de suivre le concours en ligne sur le site de Paperjam. C’est ouvert à tout le monde, et il n’y a aucune restriction, que l’on soit avocat ou non. Il faut uniquement s’inscrire au préalable sur internet. L’événement se veut ouvert, et il ne faut pas nécessairement être issu du monde juridique pour apprécier le concours. Ce n’est pas un concours de droit, et les sujets ne tournent pas exclusivement autour du monde juridique. Ils abordent plutôt des questions philosophiques ou des questions de société.

Si la Conférence du Jeune Barreau de Luxembourg (CJBL) réunit les jeunes avocats du Barreau de Luxembourg et de Diekirch, les deux circonscriptions aiment se distinguer l’une de l’autre. Mais pour la petite histoire, Tony Pemmers, né le 19 août 1893 à Diekirch, a été le fondateur, et premier président, de la Conférence du Jeune Barreau de Luxembourg. Tony Pemmers a également été élu député en 1931. Il est décédé en décembre 1933. Un flou demeure autour de l’inscription de Tony Pemmers au Barreau de Diekirch ou au Barreau de Luxembourg au moment de la création de la CJBL. « Nous n’avons pas pu retrouver les éléments dans les archives », indique Philippe Sylvestre.

oratoire, c’est aussi jouer avec le public et ses réactions. Emmener le public avec soi, dans son récit, le faire réagir, ou même entendre son mécontentement, sont autant d’éléments qui font partie de l’art oratoire. C’est pour cela que les membres du Comité seront présents, pour créer une petite audience. Mais toujours en respectant les règles sanitaires.

Qu’est-ce qu’il y a à gagner ? L’orateur qui remporte le concours d’éloquence Participer à un concours d’éloquence Tony Pemmers gagne le droit de participer au sans public, c’est un exercice encore Prix Paris-Montréal de la Francophonie, orgaplus difficile. C’est un peu comme jouer nisé au sein de la Cour d’appel du Québec, à au football dans un stade vide. Montréal. À noter que le Jeune Barreau finance L’exercice sera effectivement un peu plus dif- le voyage. L’année dernière, en raison de la ficile, et les participants devront s’adapter à crise sanitaire, cette manche s’est faite en la situation. Mais je suis du même avis, l’art visioconférence. Cette année, je ne sais pas encore sous quel format le prix aura lieu.

« L’avocat ne va pas gagner son affaire uniquement par l’éloquence. » 66

AUTUMN 2021

pour le reste de sa carrière en droit. J’ai répondu que non, qu’il devait aller au bout de ce dont il avait envie. Pour moi, une étude qui voit cela d’un mauvais œil est enfermée dans des cases. De nos jours, il faut sortir des cases. Certains pensent qu’il faut se concentrer uniquement sur le droit pur et dur. Alors que d’autres prennent une année ou plus pour se consacrer à d’autres matières. C’est un enrichissement, et l’on s’appauvrit rarement en s’intéressant à des matières supplémentaires. Participer à un concours d’éloquence est une bonne expérience pour un avocat ? L’art oratoire, passer ce concours, cela montre aussi que l’avocat n’a pas peur de parler devant une salle. Cela montre qu’il peut représenter le cabinet, vendre des services et s’adapter rapidement à des situations qui ne sont pas prévues. On peut croire qu’un concours d’éloquence est un exercice poussiéreux, mais finalement, c’est assez moderne ? C’est moderne, car l’éloquence renoue en quelque sorte avec la superconnectivité de la société. Aujourd’hui, la communication est d’autant plus difficile du fait qu’elle est devenue instantanée et sans filtre. Les politiciens vivent cette situation tous les jours. L’art de bien parler et de bien communiquer est toujours à l’ordre du jour. Avez-vous un conseil à donner aux orateurs qui vont participer au concours Tony Pemmers ? Rester fidèles à leurs valeurs et ne pas avoir peur, même s’ils sont devant la ministre, la procureure générale et le président de la Cour administrative. En luxembourgeois, on dit qu’« ils cuisinent également avec de l’eau ». Il ne faut pas se laisser impressionner par le jury.

On comprend que l’éloquence est un atout pour l’avocat. Mais est-ce qu’un avocat Un avocat du Barreau de Luxembourg peut être timide tout en faisant carrière ? a-t-il déjà remporté la manche au Québec ? Oui, ça existe. Il y a différents types d’avocats. Oui, c’était en 2019. Me Laurie Lougsami (28 ans Vous avez l’avocat qui aime bien parler et à l’époque), assermentée en­s­ eptembre 2018 s’entendre parler. Vous avez aussi le techniet junior associate chez Allen & Overy, a rem- cien qui est fort dans son domaine, mais peutporté le Prix Paris-­Montréal de la Francopho- être plus réservé. Il va alors envoyer un autre nie. Cette victoire a été une bonne chose pour avocat pour plaider. Souvent, dans les cabile Barreau, et cela a montré que le petit Luxem- nets, vous avez un avocat qui instruit le dosbourg sait plaider. sier, mais qui ne souhaite pas plaider, et donc c’est un autre avocat qui plaide. Je pense que, Sur le CV d’un avocat, avoir gagné si une personne est timide, l’éloquence est un concours d’éloquence est un plus ? un bon exercice. Il ne faut peut-être pas se Ce n’est que mon avis personnel, mais je pense lancer directement dans un concours, mais que tout ce qui sort du commun est bon à pourquoi pas suivre des cours, donner des prendre. J’ai eu dans le passé un étudiant en cours ou parler devant les gens. droit qui, une fois son diplôme en poche, s’est dirigé vers la musique. Il était violoniste et il se posait énormément de questions avant d’aller à Salzbourg pour étudier le violon. Il se demandait si cela n’allait pas être pénalisant

Shutterstock

Combien d’orateurs vont s’affronter ? Il y aura 10 orateurs, qui auront entre 6 et 8 minutes pour présenter leur sujet et qui devront répliquer à une ou deux questions du jury. La réplique fait également partie de l’art oratoire. Les candidats doivent pouvoir s’adapter rapidement en réplique et en répondant aux questions du jury.

BARREAU DE DIEKIRCH OU DE LUXEMBOURG ?

Photo

des avocats dans le jury, mais nous avons décidé d’innover un peu, avec la présence de la ministre, mais aussi de Mike Koedinger, qui peut, je pense, avoir une vision complètement différente des autres membres du jury.


Enjoy an exceptional moment in the luxury of Le Royal. Imagine choosing from our pillow menu, trying the finest food and revelling in the sweetest dreams. Gourmet food, sophisticated atmosphere and feeling divine. Le Royal Hotels & Resorts • L-2449 Luxembourg • 12, boulevard Royal T (+352) 24 16 16 1 • reservation-lux@leroyal.com leroyalluxembourg.com


Conversation

« La concurrence ne me fait pas peur » Photo ANDRÉS LEJONA

Quelques mois après sa nomination à la tête du groupe familial Losch, qui a tracé son chemin dans le secteur de l’automobile au Luxembourg depuis sa création en 1948 par Martin Losch, Thierry Beffort revient sur la crise sanitaire, l’accélération de la digitalisation et l’avenir de la société. Interview JEREMY ZABATTA

68

AUTUMN 2021


Thierry Beffort

Thierry Beffort a repris les rênes du groupe Losch en janvier 2021.


Conversation

BIO EXPRESS Naissance 9 août 1971 à Luxembourg. Plus de 20 ans chez Losch Thierry Beffort a rejoint le groupe Losch en janvier 1999. Il a commencé comme project manager chez Audi, avant de devenir sales manager, puis directeur de la marque Audi. Il a ensuite occupé le poste de COO Import, avant de succéder à Damon Damiani au poste de CEO du groupe Losch. Autres fonctions Thierry Beffort siège également aux conseils d’administration de la Fédération belge et luxembourgeoise de l’automobile et du cycle (Febiac) et de la House of Automobile (HOA).

nuer à investir pour continuer à avancer. C’est ce que nous avons fait avec Losch Business Solutions et Losch Real Estate. Est-ce que la réduction des coûts a concerné le personnel ? Nous avons davantage de personnes employées maintenant qu’en 2019. Si l’on veut la qualité que l’on souhaite dans les différents départements et les différents garages du groupe, on doit avoir le personnel nécessaire. La crise n’a pas été prise comme un prétexte pour ne pas embaucher. Actuellement, nous comptons 1.080 collaborateurs, 22 concessions, dont 10 concessions Losch, le reste étant des concessionnaires privés.

Comment gagne-t-on des parts de marché pendant une telle crise ? Le marché luxembourgeois est orienté vers le premium, qui reste un produit très recherché. Une marque comme Volkswagen, qui est un peu moins premium, a davantage souffert que Qu’en est-il du télétravail chez Losch ? d’autres, comme Porsche qui est restée très Aujourd’hui, il y a encore du télétravail, mais stable. D’un autre côté, nous avons très bien pas beaucoup. Au sein du groupe Losch, il vendu dans le segment des utilitaires, où nous existe deux grands départements : l’un dédié avons signé une année record. Tout comme au retail, et l’autre à l’importation. En ce qui chez Skoda, où nous avons également fait une concerne le retail, les effectifs doivent être année record. Sans oublier des concession- au garage, dans les concessions. Tout comme Comment la crise sanitaire naires motivés et impliqués. du côté de l’importation, où les effectifs doivent a-t-elle impacté le groupe Losch ? également être sur place pour soutenir le r­ etail. La crise nous a touchés, et l’année 2020 a Vous l’avez expliqué : en temps de crise, Mais je suis conscient qu’il faut adapter les été une année difficile en ce qui concerne on tente de réduire les coûts… comportements. Les collaborateurs ont des les ventes, ce qui se constate dans les chiffres, Avec la pandémie, les frais de voyages et de attentes à ce niveau, notamment chez les plus puisque l’on a perdu 1.500 ventes de voitures déplacements ont été réduits. Nous avons jeunes, et la crise a accéléré ces mutations. sur l’année. Mais d’un autre côté, nous avons analysé nos coûts marketing et publicitaires. D’un autre côté, il y a aussi des employés en tout de même gagné 1,3 % de parts de mar- Nous avons également reporté les investis- télétravail qui veulent revenir. ché pendant la crise sanitaire, pour arriver sements qui n’étaient pas nécessaires dans à 29,8 % de parts de marché à la fin de l’an- l’immédiat. En même temps, nous avons dé- Les crises sont parfois l’occasion née dernière. Ce que l’on a fait pour moins cidé de réaliser ceux que nous considérions de redyna­miser de bonnes pratiques ressentir les effets de la crise, c’est tenter de comme essentiels. Le secteur de l’automobile ou permettent de rationaliser réduire les coûts le plus possible. change complètement, donc il fallait conti- certaines dépenses.

Losch

Des salariés sont-ils encore concernés par le chômage partiel ? Lors du confinement de mars à mai 2020, nous avons recouru au chômage partiel, surtout au niveau du retail, moins au niveau de l’importation. Cette année, nous sommes au complet.

Votre bonne connaissance du terrain influence-t-elle votre façon de diriger maintenant l’ensemble du groupe ? Sûrement ! Personne ne peut me raconter d’histoires, car je connais les bases et le métier. Évidemment, via les contacts avec les équipes, le risque est de retomber dans cette volonté de gestion au quotidien. Mais aujourd’hui, ma priorité est la stratégie. Cela démontre qu’il est tout à fait possible d’évoluer au sein de notre entreprise. Il existe d’ailleurs de nombreux autres exemples chez Losch.

Photos

Vous êtes CEO du groupe Losch depuis janvier, mais êtes présent dans le groupe depuis 20 ans. Quel a été votre parcours ? J’ai en effet commencé à travailler chez Losch le 28 janvier 1999. Pendant 17 ans au sein de la marque Audi, pour le volet importations. J’ai débuté en tant que project manager, toujours pour cette marque, puis suis devenu sales manager et directeur de la marque Audi. J’ai donc une expérience qui s’est construite en ce qui concerne les marques et le produit. En 2016, je suis devenu COO Import et responsable des différentes marques commercialisées par notre groupe en ce qui concerne l’importation. Enfin, j’ai été nommé CEO du groupe Losch le 1er janvier dernier.

LES DATES-CLÉS DE LA SAGA LOSCH 1948 Jeune diplômé, Martin Losch décide de faire de son atelier de réparation, le Garage St. Lambert, l’impor­tateur ­Volks­ wagen au Luxembourg. Le 14 juillet 1948, il signe son premier contrat avec le cons­ tructeur de Wolfsburg et lance son aventure entrepreneuriale, qui donnera naissance, quelques années plus tard, au groupe Losch.

70

1950

1954

1971

1973

Après Volkswagen, le Garage St. Lambert, devenu le Garage Martin Losch, devient l’importateur de la marque Porsche.

La Volkswagen Coccinelle jouit d’une popularité gran­ dissante au Luxem­bourg. La barre des 1.000 exem­ plaires est dépassée en 1950, et quatre années plus tard, 3.000 exemplaires ont été importés au Luxembourg.

Après Volkswagen et Porsche, Losch devient importateur de la marque Audi. La même année, Martin Losch et son neveu André Losch ouvrent une nouvelle concession à Eschsur-Alzette, la plus importante du sud du pays.

Les exigences liées à l’importation et à la vente de détail se différencient. Pour cette raison, Autosdiffusion Losch est fondée le 4 décembre 1973. La nouvelle société centralise à ce jour les activités de l’importateur général pour les trois marques VW, Audi et Porsche.

1956 À l’étroit au Limpertsberg, le Garage Losch déménage, le 6 février 1956, à la route de Thionville, à Bonnevoie.

AUTUMN 2021


Thierry Beffort

*L’histoire du groupe Losch figure dans un livre édité en 2018 par la Fondation André Losch.

Pouvez-vous identifier une bonne pratique qui résulte de la crise sanitaire ? Je ne peux pas dire qu’il y avait auparavant des dépenses superflues. Pour répondre à votre question, on peut prendre l’exemple des déplacements professionnels. Voyager et rencontrer les personnes, échanger… le contact social, c’est très important dans notre secteur d’activité. On a épargné des coûts à ce niveau, mais dès que l’on pourra recommencer à voyager, nous retournerons voir les personnes dans les usines et chez les constructeurs. Maintenant, la question est de savoir s’il sera encore nécessaire de voyager dix fois par mois, ou bien s’il suffira de voyager trois fois et de faire le reste en visioconférence. Le contact direct restera important, mais je pense qu’il va y avoir des changements qui vont perdurer après la crise.

Photo

Losch

Vous avez également accéléré la digitalisation des services à la clientèle. Concrètement, comment digitalise-t-on une société automobile ? En décembre dernier, nous n’étions pas certains de pouvoir organiser l’Autofestival et d’accueillir de la clientèle. Notre service Marketing et communication a proposé un festi-

L7907 La première Coccinelle VW au Luxembourg est immatriculée L7907. Importée et commercialisée par André Losch, elle est destinée à une autre société encore très connue actuellement : l’entreprise de couleurs et d’enduits Robin. Cette voiture est aujourd’hui la propriété du groupe Losch. En 1948, les 16 premières Coccinelle VW sont arrivées à la frontière luxembourgeoise. Les conducteurs allemands ne pouvant pas traverser la frontière, des chauffeurs luxembourgeois ont pris le relais. À noter que les pneus n’étaient pas inclus dans le prix. Les chauffeurs luxembourgeois étaient donc équipés de pneus de rechange.

val digital par le biais des nouveaux canaux de communication. On a donc enregistré et diffusé des vidéos sur les réseaux sociaux pour montrer aux clients nos produits, nos voitures. On a également mis en place un site internet pour qu’ils puissent acquérir nos produits, que ce soit des voitures neuves ou des voitures d’occasion. Nous avons également proposé la possibilité d’échanger en ligne avec nos ven-

«  La question est de savoir s’il sera encore nécessaire de voyager dix fois par mois, ou bien s’il suffira de voyager trois fois et de faire le reste en visioconférence. »

deurs. On a aussi digitalisé nos showrooms. C’est-à-dire qu’il est possible de se déplacer virtuellement dans nos concessions, d’ouvrir la porte d’une voiture et de monter dedans. Toute cette digitalisation a été un succès. Le volet après-vente n’a pas été oublié, puisque le client pouvait obtenir un devis et une vidéo lui montrant les réparations à réaliser sur son véhicule. Avec internet, le client est également déjà très bien renseigné avant même d’arriver à la concession. Quel sera le rôle du vendeur de demain ? Il est clair que le client est de mieux en mieux informé par le biais du digital. Il peut s’informer sur internet et sur les configurateurs en ligne. Le vendeur doit donc, lui aussi, être de mieux en mieux informé. Son rôle reste essentiel, car il peut apporter des renseignements, il connaît le produit, il sait conseiller le client sur les différentes configurations, la compatibilité entre les options. Il peut apporter plus de combinaisons pour faire le meilleur choix. Il ne faut pas non plus négliger l’aide que le vendeur peut apporter sur les différents systèmes de navigation de la voiture, ou encore sur les systèmes d’assistance à la conduite, qui peuvent sauver des vies et apporter un meilleur confort de conduite. C’est parfois complexe, et je pense qu’il faut montrer les possibilités de la voiture, ce qui se fait en roulant. Encore une fois, le vendeur est la personne qui connaît le produit. Et aujourd’hui et demain, le vendeur devra pouvoir conseiller le client n’importe où grâce aux nouveaux médias, que le client soit dans la concession ou chez lui. Dans les garages, quel sera le rôle du mécanicien de demain, qui devient plus un mécatronicien ? C’est vrai que, maintenant, on parle de mécatroniciens. On voit de moins en moins les

1978

1984

Années 90

2016

2019

Face à une croissance constante des ventes et à l’élargissement du réseau des revendeurs, le groupe Losch décide de construire de nouveaux locaux à Howald.

À Wolfsburg, l’importateur et le réseau des distributeurs fêtent l’arrivée de la 50.000e Volkswagen au Luxembourg.

En 1989, Losch devient l’importateur de Seat.

38 ans après son oncle, André Losch décède subitement, le 24 mars 2016. Entrepreneur averti, il avait assuré l’avenir de l’entreprise avec la création de la Fondation André Losch, qui a pour mission d’assurer la continuité de l’entreprise et de garantir une nouvelle ère Losch au Luxembourg.

Une nouvelle entité appelée « Cube4T8 » est créée en mai 2019. Avec la structure Out of the Box, elle forme la nouvelle division New Business. Les bureaux sont situés dans le ParcLuxite, à Kockelscheuer.

Le 4 octobre 1978 est marqué par le décès de Martin Losch.

En 1992, Losch devient également l’importateur de Skoda. En 1999, le Garage M. Losch Bonnevoie devient conces­sion­ naire exclusif de la marque Bentley.

2004 En 2004, la première con­­­ces­sion Porsche au Luxembourg ouvre ses portes en exclusivité. La même année, le Garage Losch à Bonnevoie construit un nouveau bâtiment dédié spécifi­que­ ment à la marque Audi.

2021 Nouveau showroom à Roost et ouverture d’un garage Cupra au Luxembourg.

En 2016, le Garage M. Losch Bonnevoie devient le distribu­ teur exclusif de Lamborghini au Grand-Duché.

AUTUMN 2021

71


Conversation Thierry Beffort

Cette digitalisation va-t-elle perdurer ? Je pense que cela va perdurer, car le client souhaite un plus grand confort de vie. Si cela lui facilite la vie, le client va continuer à utiliser cette digitalisation, et nous allons continuer à investir dans cette direction. Au niveau du marché, les véhicules électrifiés ont pour la première fois dépassé ceux au diesel… Il faut être prudent avec les statistiques. On parle souvent de plus de 20 % de nouvelles immatriculations de voitures électriques. Mais ce n’est pas vrai. Il faut bien faire la différence entre le 100 % électrique, les plug-in hybrides et les hybrides. Le terme électrifié est plus juste, mais il y a seulement 12 à 15 % des voitures qui se déplacent en mode électrique. Aujourd’hui, le 100 % électrique est à un taux de 6,5 %, et l’hybride à 8 %. On est donc parfois loin des chiffres annoncés. Mais il y a tout de même une vraie tendance qui va vers l’électrification… Oui. Les comportements changent grâce à plusieurs facteurs, comme les subsides de l’État, ou encore la considération de la question climatique. Il est clair qu’à l’avenir, les voitures électriques vont se vendre de mieux en mieux, notamment quand tous les modèles seront sur le marché. Aujourd’hui, nous n’avons pas un modèle électrique pour tous les clients, de la bonne taille, avec le bon aspect, le bon 72

AUTUMN 2021

André Losch n’a pas uniquement fait grandir le groupe automobile éponyme, il a également réussi à faire de cette réussite familiale un acteur sociétal important. Le 13 novembre 2009, la Fondation André Losch a le feu vert du Grand-Duc, un acte indispensable pour officialiser la consti­ tution de la fondation, une structure et un modèle qui n’avaient encore jamais existé au Luxembourg. Pour être plus précis, en droit luxembourgeois, le statut de fondation reconnue d’utilité publique est incompatible avec celui d’une entreprise dont l’objectif est commercial. André Losch s’était penché sur le sujet dès 2008, soucieux de la transmission et de la pérennisation du travail de toute une vie. « La sauvegarde des emplois lui tenait à cœur. De plus, il avait décidé de mettre les bénéfices disponibles de la société au service de l’intérêt de la communauté. De ce concept germa l’idée d’une fon­dation », explique Damon Damiani, ancien CEO du groupe Losch dans un livre dédié à l’histoire du groupe (Losch Luxembourg – L’histoire d’une entreprise, de ses fondateurs, de ses visionnaires, mais avant tout, une histoire humaine). Après une année de travail à œuvrer à la faisabilité de la fondation avec l’aide de l’avocat Jean Hoss, cofondateur du cabinet Elvinger Hoss Prussen, mais également à dessiner son rayon d’action à venir, André Losch a fait de la fondation une réalité. À sa mort soudaine en mars 2016, comme le stipulait son testament, les sociétés de l’entreprise ont été transmises à la Fondation André Losch. Plusieurs années plus tard, la Fondation André Losch est

presque incontournable dans le paysage luxembourgeois. Elle par­ti­­cipe aux frais de construction d’un amphi­théâtre pour le Campus Kirchberg ou encore récemment à la recherche, avec un don de 1,4 million d’euros devant servir à financer trois études sur le Covid-19 en cours au Luxembourg. Outre son élan de solidarité dans un pays mobilisé par la lutte contre la pandémie mondiale, la Fondation André Losch s’était déjà illustrée dans le domaine scientifique et éducatif en participant par exemple au soutien du Luxembourg Science Center à Differdange. Plus globalement, la fondation a élaboré quatre domaines d’action, à savoir l’éducation, la cohésion sociale, la recherche scientifique et la santé. En plus de 10 ans, la fon­dation a soutenu plus d’une cinquantaine de projets. À noter qu’elle est une fondation donatrice, elle n’a pas pour vocation principale de réaliser elle-même les projets, mais soutient les porteurs de projets dans leur réalisation. Enfin, il ne faut pas la confondre avec la Fondation André & Henriette Losch, qui est une entité « sœur » de la fondation. Mais il n’y a pas de hasard puisque la Fondation André et Henriette Losch porte également le nom de l’épouse d’André. En effet, en 2010, le couple créa cette fondation afin de mettre une partie de sa fortune personnelle au service de nombreux projets au profit des enfants malades. Cet engagement leur tenait à cœur à tous les deux. La Fondation André & Henriette Losch est aujourd’hui partenaire de nombreuses organisations caritatives du Luxembourg.

Yves Kortum pour Losch

Est-il difficile de trouver des vendeurs, des mécaniciens ou des mécatroniciens au Luxembourg ? Comme dans d’autres branches d’activité, trouver les bonnes personnes est de plus en plus difficile. Et si on n’arrive pas à trouver, il faut former soi-même. C’est ce que nous faisons chez Losch. Chaque année, nous avons une soixantaine de personnes que nous formons dans notre département de formation, que ce soit au niveau de l’après-vente ou de la vente. En 2020, Losch a été élu meilleur formateur du secteur.

LA FONDATION ANDRÉ LOSCH, UNE FONDATION D’UTILITÉ PUBLIQUE

Photo

mécaniciens avec des taches d’huile partout sur leurs vêtements. Pour autant, on continue de changer l’huile des voitures à motorisation thermique et de faire des réparations. La formation des mécaniciens évolue, ils doivent savoir se servir d’un ordinateur, d’une tablette… Mais l’expertise du mécanicien est toujours aussi importante. L’ordinateur va peut-être indiquer une panne, mais il ne va pas réparer la panne. C’est un complément au mécanicien. Même si l’on utilise de plus en plus l’ordinateur, le mécanicien doit avoir la même formation qu’auparavant, comprendre le fonctionnement d’une voiture, thermique ou électrique, connaître les moteurs et les différents systèmes de la voiture.


Montpellier GOÛTEZ AUX CHARMES MÉDITERRANÉENS

VOYAGEZ EN AUTOMNE - HIVER 2021 TTC

*


Conversation Thierry Beffort

moteur, le bon volume… Cette année, nous allons avoir une dizaine de modèles électriques dans nos showrooms. Outre la diversité des modèles, l’électrification des voitures ne pose-t-elle pas aussi un grand nombre d’autres problèmes ? Surtout au niveau des infrastructures. Le gouvernement met en place des bornes sur des places publiques, et il a mis des chargeurs rapides au Kirchberg, mais actuellement, il n’y a pas assez de bornes de recharge si l’on veut rouler avec une certaine autonomie. Si nous sommes sur la bonne voie avec les bornes publiques, il reste du travail au niveau du privé, et surtout des entreprises. Au niveau du privé, il y a des aides de l’État, mais il n’y en a pas pour les sociétés. Si une société de leasing loue une voiture, elle ne peut pas introduire la borne dans le leasing. Si une société veut mettre en place une trentaine de bornes, il n’y a pas d’aides non plus. Où est-ce que l’on charge le plus ? C’est à la maison et au travail. Il y a donc un frein à ce niveau. Et si l’on a davantage de bornes électriques, cela va aider à vendre davantage de voitures électriques. La voiture électrique est en train de bouleverser le monde automobile au même moment que frappe la crise sanitaire. Est-ce que ce bouleversement arrive au bon moment ? Il n’y a jamais de bon moment. En période de crise, on tente de réduire les coûts, les sociétés veulent assurer leur pérennité. D’un

L’essor de l’électrification se retrouve dans les chiffres des nouvelles immatriculations. En 2019, 987 nouvelles immatriculations concernaient des voitures 100 % électriques, soit 1,79 % du total. En 2020, ce chiffre passe à 2.474 nouvelles immatriculations pour des voitures 100 % électriques, soit 5,47 % des nouvelles immatriculations annuelles. Les hybrides évoluent de 3.137 unités en 2019 à 6.458 unités en 2020, soit 14,29 % des nouvelles immatriculations annuelles.

autre côté, il y a le changement climatique, les jeunes qui manifestent pour le climat et un meilleur futur. Ce sont des choses que l’on comprend tout à fait. C’est d’ailleurs pour cela que le groupe Volkswagen avait annoncé en 2015 vouloir être le premier constructeur à respecter les accords de Paris. Aujourd’hui, l’objectif zéro émission en 2050 est lancé, et d’ici à 2030, 70 % des ventes seront des voitures électriques. Cet engagement est devenu une nécessité, et la plupart des constructeurs ont compris l’obligation de changer. Aujourd’hui, la voie sur laquelle nous sommes engagés est celle de l’électrique, mais on ne sait pas ce qui peut arriver dans 20 ou 30 ans.

N ouvelles immatriculations au niveau national Parts de marché du groupe Losch

50.561

L’annonce de la mort des concessions est donc un peu prématurée ? Le contact professionnel direct reste important, même s’il y a des changements et que des clients vont trouver des solutions sur internet. C’est notamment le cas pour la voiture d’occasion. Mais je pense que le professionnel aura toujours un rôle à jouer, dans la livraison de la voiture, qui se fera chez le concessionnaire, dans le contact au niveau de l’après-vente… C’est juste un changement au niveau du business model dont il est question. Le groupe Losch a investi en développant Losch Business Solutions,

LE POIDS DE LOSCH AU NIVEAU DES IMMATRICULATIONS NATIONALES

70.000

52.775

52.811

29,83 %

55.008

50.000

40.000

30.000

20.000

12.456 10.000 26,8 %

28,23 %

27,09 %

28,51 %

29,83 % 28,57%

0 2016

74

2017

AUTUMN 2021

2018

2019

2020

2021 (T1)

En 2020, la part de marché du groupe Losch était de 29,83 %, soit une progression de 1,32 % par rapport à 2019. Dans le détail, sur les 45.188 nouvelles immatriculations enregistrées l’année dernière, 13.481 con­ cernaient une voiture vendue par le groupe Losch. Au Luxem­ bourg, pratiquement une voiture sur trois est vendue par le groupe Losch au niveau de l’importation, et une voiture sur cinq pour ce qui est du retail. Le groupe Losch commercialise 12 marques, à savoir : Audi, Volkswagen, Seat, Cupra, Skoda, Porsche, Bentley, Lamborghini, VW Nutzfahrzeuge, MAN, Hess et Neoplan.

Shutterstock

45.188

Photo

60.000

Un constructeur comme Volvo a annoncé vouloir réaliser ses ventes uniquement sur internet. Est-ce que l’on va se diriger vers la fin des concessions « cathédrales » ? C’est évident, le changement est en route aussi à ce niveau, et l’utilisation des smartphones, des tablettes, d’internet, devient la norme. Aujourd’hui, on n’a plus que 1,4 visite avant l’achat d’une voiture. Auparavant, on était à 4-5 visites avant de choisir sa voiture. Il y a un changement de comportement, et avec cette crise, on le remarque encore plus. On a mis en place des rendez-vous en ligne sur nos différents sites. On avait des chats où le vendeur pouvait discuter avec le client. Pour autant, on a remarqué que la plupart des gens qui souhaitent acheter une voiture vont tout de même chez leur concessionnaire, ils veulent tester la voiture, discuter avec le professionnel, qui peut apporter des informations.

ÉLECTRIQUE EN VOGUE


BONN & SCHMITT IS ONE OF THE LEADING INDEPENDENT LUXEMBOURG FULL-SERVICE LAW FIRMS COMMITTED TO PERSONALISED LEGAL SERVICES IN A GLOBAL SETTING

Our attorneys are experienced practitioners in the Luxembourg legal environment and present a unique

PRACTICE AREAS

combination of expertise allowing us to deliver

BONN & SCHMITT is a full service law firm that practices all

unrivalled legal solutions in one of Europe’s leading

aspects of business law, with special expertise in :

financial centres. BONN & SCHMITT has established strong working relationships

with

leading

law

firms

throughout

Company Law - Mergers & Acquisitions - Commercial Law Banking & Finance

Europe and in the international community with whom we

Capital markets, Securities Law and Regulation

interact closely and collaboratively to provide our clients

Investment Funds & Asset Management

with innovative and integrated solutions to multi-

Private Equity

jurisdictional matters.

Insolvency & Restructuring

Our global client base stretches through Europe, to Russia, the U.S., South America, South Africa and Asia.

Litigation & Dispute Resolution Labour Law & Social Law Insurance Law & Reinsurance Law

We are the trusted legal partner of leading international financial institutions, industrial corporations, national governments as well as media companies, pharmaceutical

Real Estate Law – Construction Law – Urbanism Law Corporate and International Tax Advisory

groups and food and beverage groups listed on the

Administrative Law & Administrative Litigation

Forbes The Global 2000 List.

EU Law - Competition Law & Antitrust

The firm regularly advises Luxembourg state, local and regulatory authorities on a wide range of legal matters.

Economic Criminal Law & International Criminal Law TMT & IP Data Protection

BONN & SCHMITT’s lawyers are registered with the Luxembourg Bar and many are members of several international

legal

organisations,

including

the

International Bar Association, the Union Internationale des Avocats and the International Fiscal Association.

For more information, please browse through our website www.bonnschmitt.net

or contact us at contact@bonnschmitt.net

BONN & SCHMITT | S.à r.l. | 148 Avenue de la Faïencerie | L-1511 Luxembourg | BP 522 | L-2015 Luxembourg T | +352 27 855 | F | +352 27 855 855 | contact@bonnschmitt.net | www.bonnschmitt.net


Conversation Thierry Beffort

LOSCH EN 3 CHIFFRES

le Digital Lab, le Cube4T8… Quel est le rôle de chaque entité ? Le Cube4T8 est là pour trouver des idées intéressantes, se tenir informé, regarder les opportunités pour le business automobile ou pour d’autres secteurs. Donc, le Cube4T8 rassemble les idées afin de les transformer en business case. Losch Business Solutions, c’est notre société de softwares. On y développe des systèmes et des programmes dont on a besoin en interne au sein de notre groupe. On peut aussi développer des systèmes et des programmes de mobilité pour d’autres sociétés, donc du software as a service (SaaS). Avec nos développements, nous mettons en place des solutions pour régler le problème du carsharing, de la mobilité on demand, etc. Par exemple, le système Adapto et celui de la gestion des bus ont été produits chez nous. On vend aussi ces solutions à l’international, en Autriche, en Italie, en Suisse. On le fait ici, depuis le Luxembourg, mais aussi depuis une antenne à Porto. Pourquoi à Porto ? Car, à l’époque, c’est là-bas que nous avions trouvé les bonnes personnes pour le faire. Récemment, on a vu un acteur comme Car Avenue consolider sa position au Luxembourg. Une marque comme Peugeot affiche la meilleure progression au premier trimestre sur le marché luxembourgeois. Est-ce que la concurrence vous fait peur ? Je pense qu’il ne faut jamais avoir peur de la concurrence. Elle nous fait plutôt avancer.

7.000

1.080

Le groupe Losch commercialise 12 marques. D’autres sont-elles attendues ? On est importateur du groupe Volkswagen. Pour le moment, nous nous concentrons exclusivement sur ces marques. Mais si, un jour, il y a un produit sur le marché pour lequel notre constructeur n’a pas de solution, nous pourrons faire le choix de regarder ce qui existe ailleurs. C’est ce que nous avons fait avec StreetScooter il y a deux ans, tout comme on a fait le choix de Silence pour les scooters électriques. Mais actuellement, nous avons un bon partenariat avec le groupe Volkswagen, de bons produits, donc nous n’envisageons pas un élargissement de nos marques.

Le groupe Losch compte 1.080 collaborateurs, un chiffre régulièrement en croissance.

22

Au sein du groupe Losch, on peut retrouver 22 concessions, toutes au Luxembourg.

12

Le groupe commercialise 12 marques automobiles, dont Volkswagen, la marque la plus vendue au Grand-Duché.

Le Luxembourg n’est pas un grand marché automobile en Europe, en comparaison avec la France, l’Allemagne, l’Italie ou le Royaume-Uni. Comment Volkswagen voit-il On est sur le marché depuis plus de 70 ans, le Luxembourg ? et la concurrence sera toujours présente. On Au regard des parts de marché, le Luxembourg a une certaine expérience, on a de bons pro- est important pour Volkswagen. Au niveau duits, et on a de bonnes marques. du volume, effectivement, nous ne sommes pas Si on s’attarde sur les statistiques, ces der- l’importateur le plus impressionnant d’Europe. nières changent en fonction de beaucoup de paramètres, comme les sorties des nouveaux On parle de plus en plus de flexibilité, modèles. Si nous sortons une nouvelle Golf d’adaptation. Est-ce qu’un groupe au mois de janvier, il est certain que les chiffres comme Losch peut s’adapter facilement vont grimper durant ce mois. Ce constat aux défis à venir ? vaut aussi pour les autres marques. Peugeot Je ne pense pas du tout qu’il soit difficile a proposé de nouveaux modèles en début d’être flexible. C’est pour cela que nous avons d’année, et cela se remarque directement créé Losch Business Solutions. Être flexible au niveau des chiffres, alors qu’en 2020, ils n’est pas plus difficile pour un grand grou­pe. avaient régressé. Le plus important est d’avoir les bonnes

LE NOMBRE DE NOUVELLES IMMATRICULATIONS PAR MARQUE EN 2019

6.643

Les marques commercialisées par Losch

6.000

Les marques commercialisées par la concurrence

5.058 5.000

4.856

3.895

4.000

3.810 3.332

3.000

2.431

2.000

72

61

31

Ferrari

Lamborghini

Bentley

0 Volkswagen

76

Mercedes

BMW

Renault

AUTUMN 2021

Audi

Peugeot

Skoda

Seat

Porsche

Source

911

1.000

Statec et SNCA

1.439


www.delano.lu

The Delano offering is expanding! Finance The latest industry news from the heart of Luxembourg’s financial centre Twice a month, every other Tuesday at 2:00 pm –› Launch date: 19.10.2021

Weekend "10 Things To Do" Every Saturday at 9:00 am –› Launch date: 18.09.2021

International Daily Stay up to date with the Breakfast & Noon Briefings

For local and global players interested in expanding their business Once a month on Wednesday at 2:00 pm –› Launch date: 22.09.2021

–› Briefings at 6:45 am and 11:45 am

SUBSCRIBE on get.delano.lu/newsletters


Conversation Thierry Beffort

«  Je pense qu’il y a des gens qui travaillent beaucoup pour gagner de l’argent afin de pouvoir choisir leur véhicule. »

bourg, le tram et la gratuité des transports en commun sont une très bonne chose. C’est un complément à la voiture, et il ne faut pas opposer les deux. La voiture restera indispensable dans certaines situations, comme pour se déplacer rapidement pour se rendre à un rendez-vous médical ou pour une urgence. Chez les jeunes, la mobilité change également. Certains ressentent le besoin de posséder une voiture, alors que d’autres veulent uniquement utiliser une voiture sans la posséder. D’autres encore veulent une voiture bien précise, comme une Porsche, par exemple, car c’est un rêve.

personnes pour mettre en place les bonnes idées, les lancer et les tester. Depuis un an, il est difficile de se déplacer, de voyager, de se sentir libre. Dans ce contexte, est-ce plus difficile de vendre ce qui reste le symbole de la liberté individuelle, de la mobilité, du voyage ? Je pense que la voiture était plutôt synonyme de sécurité. Les transports en commun fonctionnaient assez bien, et les gens faisaient du covoiturage avant la crise. Et puis, je pense que la voiture reste un beau produit qui fait toujours rêver, quoi qu’il arrive. Est-ce que la passion a encore sa place dans l’automobile ? Notre slogan est « Driving dreams ». La voiture est une passion, un rêve. Il y a aussi la notion de plaisir. Il est clair que la politique tente d’influencer les gens en ce qui concerne le choix de leur voiture, ou encore de la mobilité à avoir. La politique doit faire attention à ne pas trop limiter les gens dans ce choix. Si l’on parle de limitation de vitesse, effectivement, cela a permis de réduire le nombre d’accidents, en plus de l’amélioration de la sécurité des véhicules. Mais cela ne veut pas dire que la vitesse doit être considérée comme quelque chose de mal. La voiture est aussi une question de choix et de besoin. Si l’on parle de la rationalité du choix de la voiture, la personne qui travaille dur pour gagner de l’argent pour s’offrir un 4x4, un SUV ou une voiture de sport a le droit de se faire plaisir. Certains feront ce choix en fonction des besoins. Une famille de sept personnes ne va pas acheter une petite voiture pour le foyer. Mais l’automobile doit également trouver des solutions aux problèmes qui préoccupent les politiques. La mobilité et les comportements changent. Au Luxem78

AUTUMN 2021

FAST & CURIOUS Première voiture ? Une Ford Escort 70 chevaux. Votre voiture actuelle ? Une Audi RS e-tron GT. À choisir, SUV, berline ou citadine ? Je préfère le SUV, mais au niveau de mon foyer, j’ai un peu de tout. Lamborghini ou Bentley ? Lamborghini pour le sportif, Bentley pour le luxe. Automatique ou manuelle ? Automatique au quotidien, manuelle pour les circuits. La voiture de vos rêves ? J’ai la possibilité de rouler tous les jours dans des voitures de rêve. Nombre de points sur votre permis ? Au complet ! Retrouvez l’interview vidéo Fast & Curious de Thierry Beffort sur paperjam.lu.

Vous succédez à Damon Damiani, qui a réorienté la stratégie du groupe Losch, avec l’introduction d’une nouvelle image de marque, une restructuration des réseaux de vente, et qui a fait grandir le groupe avec de nouvelles activités, comme Losch Real Estate et Losch Business Solutions. Quels sont les chantiers à venir ? Damon Damiani a énormément œuvré et travaillé pour transformer le groupe Losch. On a investi dans le real estate, on a créé Losch Business Solutions, et il y a eu un rebranding de la marque. Mais ce n’est pas fini. Au niveau du rebranding, ce n’était qu’une étape, d’autres vont venir. Au niveau de la stratégie, nous sommes occupés à mettre en place un plan 2030. On réfléchit aux meilleurs moyens de progresser sur le marché et aux activités qui doivent être des priorités. Pour le moment, nous ne sommes qu’au début de l’activité real estate. Nous allons continuer à travailler dans ce sens et poursuivre notre travail dans la continuité de ce qui a été commencé. N’est-ce pas étrange de voir une société spécialisée dans l’automobile vouloir développer des activités dans l’immobilier ? Pour nous, c’est un équilibrage. Nous étions à 100 % axés sur l’automobile, mais nous devons nous intéresser à d’autres piliers, d’autres activités, pour assurer la pérennité du groupe en cas de crise. Nous aurons toujours un pied dans l’automobile, même en développant Losch Real Estate pour nos projets immobiliers, mais aussi pour des projets privés. D’ailleurs, on a encore des projets de nouveaux garages, on vient d’en ouvrir pour les marques Cupra, Seat et Skoda à Roost. Et en juillet, nous ouvrirons un nouveau centre Porsche et Lamborghini, à Roost également.


! s r o o d t u o t a e r g e h t r o f d a e H

DISCOVER THE BEST DESTINATIONS FOR YOUR MOUNTAIN HOLIDAYS

WINTER 2021-22


Thierry Wolter regarde les 100 années à venir pour Ceratizit, plutôt que les 100 premières. Le carbure de tungstène reste un produit d'avenir.


Conversation Thierry Wolter

« Nous sommes l’Amazon de la coupe des métaux » Désormais détenu majoritairement par les Autrichiens de Plansee, Ceratizit dit maintenir son ancrage au Luxembourg où l’industriel emploie 1.300 de ses 7.000 salariés. Rencontre avec Thierry Wolter, membre du directoire de l’entreprise basée à Mamer. Interview CATHERINE KURZAWA

Cette année marque le centenaire de la Metallwerk Plansee, à l’origine du groupe Ceratizit. Quel regard portez-vous sur ce siècle d’activité ? Il y a peu de sociétés qui survivent 100 ans, c’est assez rare et on se porte très bien après 100 ans. On n’est pas en fin de vie, on est plutôt au début d’une nouvelle vie chez Ceratizit. Ceratizit a deux histoires qui se croisent: d’un côté, l’autrichienne qui a débuté voici 100 ans. Et de l’autre côté, c’est Nicolas L ­ anners qui a créé Cerametal en 1931 (à Bereldange, ndlr). Les deux entreprises fabriquaient du fil de tungstène pour les lampes à incandescence. Elles ont commencé à collaborer en 1948 mais, en 1962, suite à des limitations d’exportations pour le Benelux, elles ont divorcé à l’amiable. Cerametal était à nouveau 100 % luxembourgeois. En 2002, de nouveaux contacts ont été établis, nous avons conclu que soit on fusionnait à parts égales, soit on restait concurrents. On s’est de nouveau mariés [sourire] et Ceratizit est né. Au début de cette année, une partie des actionnaires luxembourgeois a décidé de vendre ses actions parce qu’il n’y a pas de successeur. Les deux parties se connaissent de longue date et toutes les décisions stratégiques sont prises ensemble depuis maintenant 20 ans. Vous parlez du début d’une nouvelle vie, quelle est-elle ? On est dans un monde qui change énormément, et, dans le monde d’aujourd’hui, la taille est encore plus importante qu’avant. Le fait d’être détenu par Plansee nous donne une assise financière plus forte, encore plus d’opportunités de croître. On est actuellement le n°5 dans notre secteur industriel mais l’objectif est clairement de devenir le n°3. Pour y parvenir, on a besoin de moyens financiers importants, il faut qu’on ait une croissance à l’international, il faut réfléchir à des acquisitions.

Photo ANDRÉS LEJONA

À quelle échéance voulez-vous être dans le top 3 ? L’objectif est à moyen terme entre 5 et 10 ans. Comment se passent les relations avec Plansee Group, actionnaire majoritaire de Ceratizit depuis le 1er mars dernier ? Ça se passe très bien, on se connaît de très longue date. Dans le directoire de Ceratizit, il y avait toujours deux représentants autrichiens et deux représentants luxembourgeois. La composition du directoire ne change pas, c’est juste que l’un des représentants luxembourgeois est désormais délégué par les Autrichiens. Ce qui change, c’est que Plansee détient 50 % de Ceratizit et 3 autres business areas : GTP (Global Tungsten & Powders) qui est une sorte de concurrent de Ceratungsten, Plansee High Performance Materials et Molymet. Puisque c’est la même maison mère, Ceratizit va maintenant absorber GTP. Donc, le fait que C ­ eratizit soit avec d’autres actionnaires apporte des points positifs : au lieu d’être une division à

BIO EXPRESS Naissance Thierry Wolter est né en 1965 à Luxembourg-ville. Études Il obtient en 1989 une licence en science des matériaux à l’école polytechnique de Zurich (ETH). Et, en 1994, un MBA à la Harvard Business School. Carrières Project manager en R&D pour l’industriel français Pechiney en 1989. Il entre chez Cerametal en 1994 où il occupe des postes en ingénierie, en gestion de production et en management aux côtés de Jacques Lanners, 3e génération de cette famille d’industriels luxembourgeois.

part chez Plansee, Ceratizit va englober GTP dès cet été, cela va renforcer Ceratizit. Ainsi, on aura une intégration verticale de A à Z, de la mine de tungstène jusqu’au produit fini. L’annonce en février dernier de ce rachat s’ajoute à une liste de fleurons industriels luxembourgeois partis entre les mains d’actionnaires étrangers, comme c’est le cas pour Paul Wurth. Comprenez-vous que cela puisse interpeller certains observateurs et que leur répondez-vous ? D’abord, Luxembourg vit d’investisseurs étrangers depuis des générations. Avoir des réactions nationalistes en ce moment, je trouve que c’est étonnant. Ensuite, il faut voir que le centre de décision reste au Luxembourg à Mamer, que GTP va être intégré dans Ceratizit et que les actionnaires luxembourgeois ont négocié des garanties pour les sites luxembourgeois. Sur quelle durée portent ces garanties ? 3 ans. De toute façon, les choses changent tellement. Il y a un an, on aurait pu renvoyer la moitié du personnel, il n’y avait pas de boulot. Maintenant, il y en a trop. Il faut dire qu’il n’y a aucun site dans le groupe où on a une garantie quelconque, il n’y a qu’au Luxembourg qu’on a cela, parce que les actionnaires l’ont négocié. L’un des problèmes, je crois, est que notre annonce est survenue juste après celle concernant Paul Wurth, cela a fait des vagues. On dira que le timing était malheureux. Les syndicats ont toutefois exprimé des craintes. Y a-t-il lieu de s’inquiéter de cela au Luxembourg, notamment en ce qui concerne l’emploi ? C’est normal que les syndicats aient des craintes, c’est leur métier. Mais notre métier, c’est de les rassurer. Il y a des garanties pour l’emploi au Luxembourg. Et puis maintenant, on est AUTUMN 2021

81


Conversation Thierry Wolter

AUX RACINES DE CERATIZIT

en train d’embaucher, on est en train de récupérer une série de choses de l’étranger car on a énormément de commandes après la crise de l’an dernier. Quels sont les atouts du Luxembourg pour une multinationale comme Ceratizit Group ? L’internationalité, le bon niveau de qualification du personnel, et le recrutement est plus simple que dans d’autres sites. On a des coûts totaux qui sont intéressants dans l­ ’Europe de l’Ouest. Les coûts sociaux sont moindres qu’en Allemagne, en Autriche, en Italie ou en France. Il est plus simple de travailler avec nos clients à partir du Luxembourg que par exemple si on est situé en Inde ou en Bulgarie. Mais votre actionnaire est attaché à son berceau, l’Autriche. Quel est donc l’avantage du Luxembourg par rapport à l’Autriche ? L’internationalité : Luxembourg, c’est le monde. En Autriche, c’est différent. Mais, à la fin, ce n’est pas l’un contre l’autre mais l’un et l’autre. Ce qu’on produit ici, on ne le produit pas en Autriche. On a mis en place une stratégie de production où on spécialise les sites de production. Pendant la crise en 2020, on a essayé de refocaliser les sites : à chaque site, son produit. Et, à ce moment-là, on a tenu compte des compétences, des coûts, de l’historique, de la proximité des clients. Une grande partie des produits du Luxembourg sont faits sur commande tandis que ceux que vous trouvez en catalogue sont pour des stocks. Notre catalogue comporte 65.000 articles. Si la commande est passée avant 19h en semaine, nous garantissons une livraison le lendemain à travers toute l’Europe, nous sommes l’Amazon de la coupe des métaux. Comment Ceratizit au Luxembourg peut-il être compétitif face à la filiale du groupe CB-Ceratizit,

« Ce qu’on produit ici, on ne le produit pas en Autriche. » 82

AUTUMN 2021

1921 Paul Schwarzkopf fonde la Metallwerk Plansee à Reutte, dans le Tyrol autrichien. L’entreprise fabrique des filaments de tungstène pour les ampoules. 1929 Metallwerk Plansee parvient à fabriquer en série du carbure de tungstène avec un liant à base de cobalt et du carbure de titane dans l’alliage. 1931 Nicolas Lanners fonde Cerametal, un fabricant de filaments en tungstène pour lampes à incandescence, situé à Bereldange. 1948 Plansee et Cerametal coopèrent pour des produits en carbure innovants jusqu’en 1962. 1979 Cerametal s’étend à l’international avec un site de production aux États-Unis. La Chine suivra en 1998. 2002 Fusion à 50-50 des entreprises Cerametal et Plansee Tizit qui deviennent Ceratizit. 2007 Nouveaux bâtiments administratifs à Mamer. 2010 Ceratizit crée une joint-venture avec l’entreprise taïwanaise CB Carbide, suivie en 2012 d’une alliance avec le groupe allemand Günther Wirth puis une série de rachats aux États-Unis, en Italie, en Allemagne et en Inde. 2021 Plansee Group annonce devenir actionnaire majoritaire de Ceratizit.

Le Luxembourg représente grosso modo 20 % du chiffre d’affaires, 20 % des employés, ainsi que le centre de décision (headquarters) à Mamer, et ça ne va pas changer. Il y a aussi la fabrication de notre matière première qui est ici, le carbure de tungstène. Avant le changement d’actionnariat, il a été décidé de faire du Luxembourg le centre de la division matériaux anti-usure (hard material solutions, ndlr), tout en gardant une position importante dans les outils de coupe. Qui sont vos clients ? C’est ça qui est passionnant : ils sont partout. Nous avons deux business lines principales : les matériaux anti-usure et les outils de coupe. On fabrique des boitiers de montres pour une marque horlogère, parce qu’avec le carbure de tungstène, il n’y a pas de rayures possibles. On a par exemple Hilti, le fabricant de tronçonneuses et outils de chantier, pour qui nous fabriquons des outils d’usure, Airbus pour qui nous concevons le foret pour faire des trous dans les ailes. L’industrie automobile est aussi un client important. La médecine reste une niche importante avec les pincettes chirurgicales et les fraises dentaires. Les couteaux rotatifs destinés à réaliser les coupes dans la fabrication de couches-culottes et de serviettes hygiéniques sont aussi un marché. Au Luxembourg, le Groupe Ceratizit possède aussi Ceraspin, spécialisé dans les pièces d’usure céramique de haute qualité. Quels sont les produits types qui en sortent ? Il faut savoir que c’est hyper petit. Lorsque j’ai commencé en 1994, ma première mission était de monter cette céramique. Mais il faut voir les choses comme elles sont : on n’a jamais réussi à décoller là-dedans. Aujourd’hui, cela fait 0,5 % de notre chiffre d’affaires. En revanche, c’est un potentiel et des produits très sexy. Ce sont par exemple des billes pour les roulements des éoliennes en nitrure de silicium, et en aéronautique des billes en céramique pour les roulements, plus légères et avec moins de frottement. Ce sont des niches dans la niche.

deuxième plus grand producteur de carbure en Chine et à Taiwan par exemple ? Notre filiale CB-Ceratizit est très occupée à vendre en Asie, c’est sa première priorité. Dans notre industrie, beaucoup de produits sont très liés à un site de production. Il y a une croissance importante parce que le marché explose en Chine. Mais la concurrence est aussi farouche. C’est aussi le point négatif : pour être concurrentiel là-bas, c’est uniquement le coût. Nous, en Europe ou aux USA, on vend plutôt de la performance. Les coûts de l’outil ne font qu’entre 2 et 3 % des coûts d’usinage complets. Ça veut Ceratizit est souvent associé au carbure dire que si on réussit à couper le coût en deux, de tungstène des stylos à bille. 40 % à 45 % ça fait 1 % des coûts d’usinage. Mais si on fait de ces objets comporteraient une bille des pièces de mauvaise qualité, c’est beaucoup « made in Luxembourg ». Est-ce exact ? plus cher que d’avoir ce 1 % en moins. C’est pour C’était le cas. Voilà typiquement un exemple cela que l’importance de la performance de de l’évolution de Ceratizit en 100 ans. l’opération d’usinage est considérable, ce n’est Aujourd’hui, on fabrique peut-être encore 5 % des billes. Parce qu’à un moment donné, pas que le coût. ce n’était plus rentable. C’était un produit 2021 coïncide aussi avec les 90 ans phare, à l’époque de la collaboration entre le de Cerametal à Bereldange, devenu Baron Bich et Jean-Paul Lanners qui lui avait partenaire de fusion de Plansee Tizit. proposé de fabriquer ses propres billes. On Quel rôle (et quel poids) occupe aujourd’hui fabrique aujourd’hui peu de billes, mais pour le Luxem­bourg dans l’ensemble des les stylos japonais très spécialisés par exemple. activités du Groupe Ceratizit ? Il faut savoir que quasi 40 % de notre chiffre


A E P L INSIGHTS

LUXEMBOURG 28.10.2021

The 5th Edition of the LPEA Insights conference gives center stage to TECH DISRUPTION!

Well known for funding innovation and digitalization in many di�erent sectors, Private Equity and Venture Capital are now facing technology disruption on their own grounds.

Join us to explore how your fund’s operations can stay ahead of the tech curve and why allocations to venture and technology should remain a priority!

SPEAKERS

Claus Mansfeldt SWANCAP

Rajaa Mekouar CALISTA

Pedro Antonio Arias SIENNA CAPITAL

Antoine Servais EQT

Youngjun Jang ex-SAMSUNG A.M.

Daniele Cardoso TROIS I

Gorka Gonzalez BPIFRANCE

Theresa Condor SPIRE GLOBAL

John Holloway VC Adviser

Pierre Marie Nowaczyk Jasjit Singh EFRONT/ BLACKROCK INSEAD

Maya Zehavi Stephane Pesch STEALTHY NEW VENTURE LPEA

LPEA.lu/insights2021

THE LUXEMBOURG VOICE OF PRIVATE CAPITAL

Jerome Wittamer EXPON CAPITAL

Jean Diederich APSI

Olaf Kordes Luxempart

Pascal Bouvier Junhaeng Lee MIDDLE GAME VENTURES STREAMI/ GOPAX

Ilana Devillers F4A

Uli Grabenwarter EIF

Solenne Niedercorn-D. FINTECH SPECIALIST

Michael Jackson VC INVESTOR

Alexander Tkachenko 2BE.LU

SPONSORS

AGENDA


Conversation Thierry Wolter

« L’industrie a beaucoup changé, ce n’est plus ‘Germinal’. » d’affaires vient de produits qui n’existaient pas il y a cinq ans. On met beaucoup d’argent en R&D parce qu’un produit a une durée de vie de 10 ans maximum. « Beaucoup d’argent en R&D », cela représente combien ? On est à plus de 10 % du chiffre d’affaires (estimé à 1 milliard d’euros pour 2021) dédié à la R&D ainsi qu’aux process improvements. C’est aussi tout ce qui est nouvel équipement, cela englobe l’ensemble. Comment la crise sanitaire du Covid a-t-elle impacté les carnets de commandes de Ceratizit ? D’une façon globale, une décroissance de 20 % du chiffre d’affaires au niveau mondial dans notre industrie en 2020. Un tiers de notre industrie est dépendante de l’automobile, 10 % de l’aéronautique et puis tout ce qui est machines, ce sont indirectement les mêmes industries. Les gens ont déstocké mais maintenant, ils recommandent et tout à coup, il faut tout, tout de suite. L’industrie est devenue de plus en plus cyclique, ce n’est pas évident. Qu’avez-vous appris du Covid ? On était pas mal préparés. D’un côté, on voyait que l’économie allait faiblir : on était en fin de cycle long de croissance. On n’a pas été pris au dépourvu. Comme Amazon, on a profité de notre centre de logistique depuis lequel on pouvait livrer le lendemain. Durant la crise, la fréquence des contacts a augmenté en interne mais, ce qui nous manque aujourd’hui, c’est d’aller voir des clients. Parce que si on veut vendre la performance d’un produit, il faut le montrer sur la machine et ça, aujourd’hui, c’est difficile ; cela nous freine un petit peu dans notre développement. Ce qui est sûr, c’est qu’en ce moment on gagne des parts de marché et on en gagnerait encore plus si on pouvait montrer aux clients la performance des produits. Nous avons développé une application mobile pour conseiller les clients à distance. Autre chose : il n’y a pas eu moyen de faire des foires mais nous avons organisé en novembre 2020 notre pre84

AUTUMN 2021

mière foire électronique avec quasi 2.000 participants de 45 pays différents. La seconde est prévue le 17 juin. On y présente nos produits, on essaie d’innover. Ceratizit est installé à Mamer depuis 1971. Cette localisation au milieu des champs, en dehors d’une zone d’activité dédiée et à mi-chemin entre deux bassins de population est-elle viable à moyen et à long terme ? Oui, je pense qu’il faut voir les choses comme elles sont : on était là avant les autres. Ça se passe très bien avec la commune, le site est comme il est, l’urbanisation est là où elle doit être et, bien sûr, on est bien avec nos voisins, cela se passe normalement, on respecte toutes les règles, on fait attention. C’est clair qu’il y a du trafic, mais, d’un autre côté, on va à nos propres frais chercher en bus les gens à Thionville, ­Longwy, et en Belgique. Au lieu d’avoir 50 voitures, il y a 50 personnes dans un bus par route, c’est notre contribution. Le groupe Ceratizit est présent au Luxembourg à travers les implantations de Mamer, Livange et Bascharage/ Niederkorn. Un regroupement est-il à l’étude ? Non, chaque site est spécialisé. On ne peut pas fabriquer la poudre ici. Ce qu’on fait à Livange est complètement différent d’ici. Comment voyez-vous Ceratizit dans 100 ans ? Ce qui est bien, c’est que le matériau qu’on produit, le carbure de tungstène, est très polyvalent. Ceratizit est une société dans un marché en croissance. Tous les jours, on découvre de nouvelles applications, on est aussi bien

UN MARIAGE, UN DIVORCE, ET UN REMARIAGE Metallwerk Plansee était en Autriche et Cerametal au Luxembourg. Mais comment ces deux-là ont-ils fait pour se rencontrer ? C’est par l’entremise d’officiers allemands, évoque Thierry Wolter. Le tungstène étant considéré comme un matériau stratégique durant la Deuxième Guerre mondiale vu sa présence dans les bombes, sa production était pilotée par l’occupant allemand et c’est ainsi que le contact s’est noué, au sortir du conflit. Le mariage, célébré en 1948, durera 14 ans. Jean-Paul Lanners – qui incarne à l’époque la 2e génération – décide ensuite de rompre la noce face aux limitations d’exportations portées sur le Benelux. Cerametal grandit ensuite, puis son chemin recroise celui de Plansee Tizit en novembre 2002. Ceratizit naît et figure dans le top 20 mondial de l’usinage. 15 ans plus tard, le groupe accède au top 5. Il vise désormais la 3e marche du podium.

présent dans les nouvelles industries, l­’élec­tronique, le renouvelable, le solaire, etc. Il y a plein d’applications sur lesquelles on n’est pas encore présent mais on veut y aller. Dans 100 ans, le marché sera davantage un marché de consommateurs qu’un marché de producteurs. Aujourd’hui, produire du carbure n’est plus suffisant, il faut le vendre. On vend de plus en plus par internet. Et des gens veulent rentrer dans le marché, qui ne sont pas producteurs mais revendeurs de carbure. Il faut se préparer à cela. C’est un marché en changement constant. Mais, à la fin, notre personnel va faire la différence : si on a des gens ouverts au changement, et l’une de nos valeurs est l’esprit combatif, ce sont les gens qui vont faire la pérennité de l’entreprise. On continue à investir dans les personnes et à recruter de bons éléments, ouverts au changement. Vous assurez avec Jean-Louis Schiltz la vice-présidence de la Fedil. Comment se passe votre mandat ? C’est très intéressant [sourire]. Ce qui est bien, c’est que les trois thèmes prioritaires de la Fedil – à savoir développement & formation du personnel, transformation énergétique et transformation digitale – sont trois sujets cohérents avec ce qu’on voit chez Ceratizit. Je pense qu’on ­travaille assez bien avec le gouvernement. Mais il y a bien sûr certains bémols. Au Luxembourg, il faut de plus en plus expliquer le pourquoi et le comment de l’industrie. Je le vois même avec mes amis qui disent que ça pollue, c’est sale. Mais c’est quand même moderne, l’industrie aujourd’hui a beaucoup changé, ce n’est plus Germinal, ce n’est plus Zola. Avec le ministère de l’Environnement, c’est parfois compliqué pour nous mais je pense que c’est compliqué dans beaucoup de domaines. Il y a d’autres nations où c’est plus simple. Nous sommes présents en Allemagne, en Autriche, en France, mais le Luxembourg est un petit pays avec parfois une administration plus compliquée que d’autres. Estimez-vous que la voix de l’industrie se fait suffisamment entendre au Luxembourg ? Je dirais que ça prend du temps, mais il faut continuer et persévérer. Une chose est claire : tout le monde ne pourra pas à l’avenir travailler dans une banque. Il faut de tout pour faire un monde. Si, au Luxembourg, l’industrie disparait de plus en plus, cela aura des répercussions sur le chômage et beaucoup d’autres choses. Le Kirchberg c’est bien, heureusement qu’on a cela. Mais il faut diversifier les risques et les compétences. Et le Luxembourg a dès le départ énormément d’atouts.


1198€

INCLUDED

MULTIDAY PASS TO DUBAI EXPO

incl. Taxes *

Book now in your travel agency, in your Luxair Travel Store, or on luxairtours.lu

* Prices subject to conditions and availability.

ENJOY AN INCREDIBLE EXPERIENCE


Isabelle Faber on taking the reins of Women in Business.


Conversation Isabelle Faber

“Creativity doesn’t start with a blank page” Director of communications and public relations at Post Luxembourg, Isabelle Faber is also the president of Women in Business. She talks about connecting female business leaders, equality, marketing strategy and her passion for storytelling. Interview DUNCAN ROBERTS

You have been president of Women in Business since the start of the year. Marie-Jeanne Chèvremont-Lorenzini is a tough act to follow, but what is your ambition for the association? I think it’s a great honour to succeed MarieJeanne Chèvremont, because she’s a grande dame. You know, even before I worked [with her] at PwC, she was inspiring women. She’s like a role model. She did a lot at PwC to give women access to higher positions although she was not the kind of person who would hand you things on a plate. You know, you had to work. But she always was there to listen and she always gave good advice, even if sometimes it was not easy and you were not always happy to hear it. So, it was not difficult to take over from her because I worked with her for years, I have been a member of Women in Business for years, and I was even on the board. So somewhere we were on the same wavelength. And there were no surprises because we knew one year beforehand that she would leave, so everything was prepared. The ambition is not to change. Marie-Jeanne’s basic idea when she founded Women in Business 20 years ago was to create a conducive environment for networking, but dedicated to women in business, women in C-suite positions, and to create an environment where they can exchange ideas that could empower them to advance together. It’s very important for us to have the input and ideas of our members, not just the board members, but all the members. So, it’s an ongoing process. How many members are there, actually? We have close to 140 members. Let’s say we have membership requests coming in every

Photos ANTHONY DEHEZ & MIKE ZENARI

day. But as it’s called Women in Business we Yes, and we are very happy about this. It’s want to maintain this spirit. So, sometimes important to have some people with expewe have to refuse members because we focus rience. It’s important to have women who are on C-suite women who are influential leaders. dynamic, as you call it. But you can be expeIt’s not that we want to discriminate. But rienced and dynamic. But I think what is more sometimes when you are a female in mana- important is benevolence and the creativity gement you feel alone on your island. I mean, of the members--to have new ideas, to create you have your friends and family and whatever, new networks and not to always just be among but it’s important to, to meet women who are ourselves… And this is important for the susin a similar position as you. And we also want tainability of the association. And also to mainto empower young women entrepreneurs, you tain awareness, you know, because--and this know. So, it’s not a question of seniority or is hardly a scoop--the world is changing and not, it’s more about entrepreneurship. habits are changing. So, it’s important to have this new generation, I’d say, because they have Indeed, you have some young and other battles, other fears, and also other vicdynamic women on the committee… tories, than those we knew. But there’s also the matter of governance. At Women in Business, and also as a member of other boards, I think you have to change every three or five years-five years is probably even long--so that there is fresh air, so you don’t sleep on your ideas. Quick CV It’s very important to change regularly. Isabelle Faber has been the director of communications and public relations at Post Luxembourg since April 2020. Prior to joining Post, she was CEO of her own PR company, Leitmotif, which she founded in 2016. It had 60 clients ranging from local associations and retailers like the Association Luxembourgeoise des Sages-femmes and Vol(t)age to multinationals like Total and Philip Morris. A proud monarchist, Isabelle served as advisor responsible for press and communications at the Cour Grand-Ducale between 2010 and 2016. She has also worked at PwC Luxembourg for eight years, spent two years running Luxsite, which was the first digital e-commerce platform in Luxembourg, and done time in the retail and banking sectors.

Do you have contact with other similar associations abroad? Not yet, but it’s one of the items at the top of the list. But I think it’s also important to have something in Luxembourg and for it to work well. And, you know, this is all voluntary. And every member of the board works on events, whether it’s the golf tournament or our new tennis tournament in September--because all the ladies do not play golf--or our major talks or get-togethers. I mean, I am the president because the statutes say we need a president. But we are all hands on. There has been much debate that Luxembourg lags behind in terms of women on boards.

AUTUMN 2021

87


Conversation

WOMEN IN BUSINESS Isabelle is joined on the Women in Business board by vice president Cécile Lorenzini and board members Lynn Alzin, Loraine Calo, Juliette Feitler, Barbara Forzy, Michèle Gosselin and Sandra Paulis. Founder Marie-Jeanne Chèvremont-Lorenzini is now the association’s honorary president.

What do you think can be done to improve Do you think the introduction of parental the situation? Are you in favour of quotas, leave for men and giving ten days paid as some politicians--notably Viviane leave for fathers when their baby is born Reding--have been advocating? is changing attitudes as well? As well as Women in Business, Isabelle is a member of public relations I think the government does a lot to encouYes, it’s great and I encourage it. It shows that body CENARP, Design Friends and rage female entrepreneurs. And also takes attitudes from women to men also have to the Golf-Club Grand-Ducal. actions to give women access to boards. So, change, you know, because sometimes you www.womeninbusiness.lu have women who think that only a mother they do things, you have to be honest. But it’s can take care of their child. And of course, clearly not enough. Women and men have to be judged on you have couples where there are two mothers their competence, so it’s a false problem. If or two fathers… you reach a position of responsibility, it’s business, especially in the financial because you are good at what you do, not services sector? Maybe we can look back at what has because you’re a woman… or a man. For a I would even ask, does the school system allow been a fascinating career spanning long time, I was against quotas. Because I was boys and girls to express themselves to be many different sectors of the economy like, yes, now I’m on the board because I’m innovative, and to go maybe beyond their and Luxembourg society. Was that the “Quotenfrau”. And then you have positive curriculum? I think that if we want to have planned, are you a restless person discrimination. engaged entrepreneurs, women, and men, we always seeking a new challenge? But then experience shows that if you have have to ask ourselves what we transmit at I would say I’m quite loyal. At every step in it just on a voluntary basis, then nothing hap- school. If you give a child the keys to success, my career my goal was to make the experience pens. Or it’s too slow. So, I have changed my and let them go, then they will open paths positive for me as well as for the other stakeholpoint of view. And I see now that if you impose and they will succeed. That’s why I love asso- ders. But as in real life, sometimes you have women on a board it brings added value and ciations like the Jonk Entrepreneuren and to leave. But it’s never a hot-headed decision opens up the door, it takes away the complex their mini-enterprise [mini-companies] contest. or because I think the grass will be greener… women may have. You know, throughout his- As Post we also sponsor that, and it’s amazing and even less because of salary--that never tory women have faced bigger challenges. But when you see the quality of the projects. Usually, enters into it, otherwise, I would not have if [quotas] change the world for the better for they are mixed teams and I think they don’t become an entrepreneur. It’s because I think future generations, then let’s do it. even ask themselves about it--we are the ones the timing is right for me, and maybe for the I think it’s our role as women, mothers, who ask these questions, but for them, gen- other party, so it has to be well thought over. sisters, whatever, to transmit values to our der is not such an issue. Maybe it’s my métier, you know, in commusons, but also our daughters, to cause a paraBut if you look at all the women leaders nications, like in other creative jobs, you have digm shift in their education. here in Luxembourg, very often they are mana­ to constantly challenge yourself. But it is Then when we get to these higher posi- gers of a family business. So maybe the mind- always coordinated with a state-of-the-art tions, figures show that women earn nearly set changed quicker in family businesses than handover, and I always leave on good terms, the same salary as men. And what hurts me in big companies. Maybe also because they because you never know who you will meet is this “nearly”. But this is another debate, don’t have to question whether the successor again. You know the saying, only mountains or fight. is a man or woman. Sometimes, like at Bras- don’t move. Nevertheless, I find it amazing, serie Nationale, you have a balance, with all these people who stay in the same comYou talk about education at home, Isabelle and Mathias Lentz. But even in finance pany their whole life. but does Luxembourg’s education you have Françoise Thoma at Spuerkeess, system play enough of a role in encou­ Béatrice Belorgey at BGL BNP Paribas or What is the secret to a good communi­ raging girls to consider a career in Mirjam Bamberger at AXA. And you have cations strategy? How do you approach Edith Magyarics at Victor Buck Services or making a compromise, for instance, Kenza Bouzouraa at Ainos, and that’s high between what you think is best and what the client has given you in a brief? tech, you know. Well, it is a true métier, a profession that has Nevertheless, do attitudes towards its rules and foundation. You can’t improvise. women who show ambition, especially And you have to fully understand what you those who have also started a family, are communicating about. When I had my need to change? own company [Leitmotif], sometimes I refused I already said that women and men have to clients because I could not find this enthube judged only on the quality of their work siasm, this passion for the project. But I had and commitment to the company. Full stop. clients who produced organic fertilisers, clients But I think that companies also have to make in the IT sector or in archiving--it doesn’t life easier, to offer conditions to their employees matter as long as you are passionate about it. that make it possible for them to reach their And I had startups and multinationals, so goals if they have a family, or not. Sometimes, there is no such thing as a “small” client. you know, you’re very busy not because you And then you have to find something amahave a family. Maybe someone is sick at home zing to say--this famous “storytelling”, or, in or you have a hobby… you have a life after French we would say a “fil rouge”, which is work. So, if a company asks employees to why my company was called Leitmotif. You work overtime or to work on a public holi- really have to be curious. I think what desday… then the company also has to be flexible. cribes me is eclectic and enthusiastic. And innovation and creativity doesn’t start with It’s a question of fair play.

“ If you impose women on a board it brings added value and opens up the door...” 88

AUTUMN 2021


Isabelle Faber

a blank page. You have to look to the past, not only for corporate communications, but what the company did before. I think a lot also for events, sponsoring, press, philately… of the future comes from the past. That’s also And I have an internal creative agency and the why one of my real passions is heritage mar- CSR department. keting and, more recently, responsible comLast year’s big challenge was the 5G and the munication. Which is why Post suits me very “network of the future” launch, the Hôtel des well. You can’t have more heritage, and I am Postes project, and so on. Next year we have passionate about the new CSR strategy. I love the inauguration of the new headquarters at this quote from Steve Jobs: “You can’t connect the Gare. And my big challenge is to make sure the the dots looking forward; you can only connect them looking backwards. So, you have to Post strategy continues to happen. Without trust that the dots will somehow connect in giving too much away, we will have a new your future.” strategy for Post Finance, we have the Internet of Things, success with our logistics activities So, what are challenges and opportunities with Asia [in 2020 Post handled 14 mil­lion parthat Post is facing at the moment? cels from Asia for delivery throu­ghout Europe]. The biggest challenge when I started on 1 April But also to create sustainable value that we last year was that the first lockdown had just will share with our people--during lockdown, started, so I quickly had to understand the everybody was happy to have their letters and needs of the company, but also of my team, parcels delivered--, with stakeholders, and without actually meeting them first. I have a also with the country. You know, Post is really team of close to 50 because I am responsible an ecosystem. AUTUMN 2021

Isabelle Faber with members of her team at Post Luxembourg, where she heads up communications and public relations.

89


Conversation

« Le changement climatique est la priorité numéro un de nos clients » Gisèle Dueñas Leiva est convaincue du « mouvement tectonique » vers les investissements durables.

Directrice de BlackRock Luxembourg, Gisèle Dueñas Leiva nous explique la stratégie qui a permis au gestionnaire d’actifs new-yorkais de devenir leader mondial et son implication dans la percée de l’investissement soutenable. Interview JEAN-MICHEL LALIEU

90

AUTUMN 2021

Photo ANTHONY DEHEZ


Gisèle Dueñas Leiva

BIO EXPRESS

Dès le début de cette année, les actifs sous gestion dans les fonds d’investissement ont atteint de nouveaux records au Luxembourg et en Europe. À quoi attribuez-vous ce succès en pleine crise sanitaire ? Le soutien des banques centrales aide les investisseurs à mener une approche pro-risque que l’on observe depuis quelques mois, avec une volatilité qui existe mais qui reste limitée. Les marchés sont donc très sensibles aux ­différentes actions des banques centrales, mais il faut aussi prendre en compte le « redémarrage ». Les campagnes de vaccination évoluent dans la bonne direction. Le gouvernement américain, notamment, a fait le choix de prendre cette pandémie de front. En plus du plan de relance de Joe Biden, on a vu une organisation très solide se mettre en place concernant la vaccination. Ceci permet la reprise des activités, et cette évolution positive est perçue par les marchés comme une bonne nouvelle. Mais nous ne nous situons pas dans un cycle normal. Le choc Covid s’apparente davantage à une catastrophe naturelle suivie d’un « redémarrage » rapide – plutôt qu’à une récession du cycle économique traditionnel, suivie d’une « reprise ». La croissance finira par revenir à un rythme plus proche de celui d’avant la pandémie. L’Europe accuse un certain retard sur les États-Unis et le Royaume-Uni. Selon le BlackRock Investment Institute, le niveau de vaccination permettra une réouverture totale durant les mois d’été. Mais ce vent de positivisme soutient les marchés. BlackRock a lui-même franchi une nouvelle barre symbolique au cours du premier trimestre, à plus de 9.000 milliards de dollars d’encours, et gagné près de 30 % en un an après la chute des marchés. C’est une tendance qui devrait se poursuivre ? La taille de BlackRock, premier asset m ­ anager au monde, provoque à la fois un effet de flux et un effet de marché. Actuellement, ces deux effets sont positifs, ce qui donne de bons résultats. Mais nous essayons de ne pas trop compter sur l’évolution des marchés et de rester à la pointe de l’innovation en termes de solutions d’investissement pour nos clients. Nous avons notamment vu des flux impressionnants au niveau de l’investissement ­responsable. Au premier trimestre 2021, nous avons passé le cap des 50 milliards de dollars sous gestion au niveau de nos fonds iShares Sustainable Ucits, qui ont également vu, au cours de cette période, des flux positifs de 10 milliards de dollars, ce qui est trois fois supérieur à ce que nous avions enregistré l’an dernier pour la même période. Au niveau ­global, selon les résultats du premier trimestre 2021, BlackRock gère actuellement 351 ­milliards de dollars

Éducation Belgo-chilienne, Gisèle Dueñas Leiva est née à Bruxelles en octobre 1981. Elle est diplômée de la Louvain School of Management. Parcours Avant de rejoindre BlackRock en 2017, elle a occupé des fonctions auprès de la Bank of New York, Fortis Investments, Banque Degroof et Franklin Templeton Investments. Fonctions actuelles Elle est directrice de BlackRock Luxembourg, en charge de la distribution et de la relation avec les clients, mais est basée à Bruxelles au sein d’une équipe Belux.

de BlackRock. Notre objectif, par rapport à la société, est de pouvoir apporter un bienêtre financier à chacun, grâce à des solutions qui soient à la portée de tous, de manière transparente et pas trop chère. Ces produits sont-ils déjà bien connus des investisseurs lambda ? Les investisseurs privés, intéressés par les marchés financiers, sont bien au courant. Les ETF assurent leur accès aux marchés à peu de frais. Étant cotés, ce sont aussi des produits faciles d’accès. Mais il reste en tout cas de l’éducation à faire, beaucoup de mythes demeurent quant à l’investissement dans des ETF.

Votre CEO, Larry Fink, se déclare d’actifs investis dans des produits intégrant « de plus en plus interpellé par l’environ­ des critères de durabilité. D’autre part, nement et le climat ». De quelle manière BlackRock gère 628 milliards de dollars d’ac- pouvez-vous agir sur ces enjeux en tant tifs qui utilisent des filtres environnementaux, que BlackRock ? sociaux ou de gouvernance. Ce que notre CEO souligne, c’est que le risque lié au climat est un risque d’investissement. BlackRock se positionne comme Il faut avant tout gérer ce risque, mais il faut un spécialiste des fonds ETF, des aussi proposer des opportunités d’investisfonds qui calquent les grands indices. sement. BlackRock peut donc y contribuer Ils englobent environ deux tiers via la création de solutions d’investissement. de vos actifs sous gestion. Nous avons notamment lancé, cette année, Pourquoi avoir misé spécifiquement des stratégies qui sont alignées sur les accords sur ce type de produits ? de Paris pour le climat. Mais, pour contribuer L’histoire de BlackRock remonte à la fin des à cet objectif, il faut pouvoir mesurer et offrir années 1980. À l’époque, notre CEO Larry de la transparence. Nous avons donc besoin Finck et ses sept associés misaient surtout sur de données. On en obtient de plus en plus la gestion du risque et l’obligataire. L’acqui- sur les risques physiques liés au réchauffesition de Merrill Lynch Investment Manage- ment climatique et à l’environnement de ment, en 2006, a accentué l’évolution vers manière générale. Mais, ce que nous demanles marchés d’action et a aussi contribué à dons désormais aux sociétés, ce sont des développer l’activité sur Londres et le conti- reportings consistants qui permettent de nent européen. Enfin, l’acquisition de Bar- comparer des données semblables. Beaucoup clays Global ­I nvestors (BGI), en 2009, a s’y sont engagées et cela nous permet d’anaprovoqué un tournant. C’est BGI qui a apporté lyser les sociétés et de pouvoir déterminer les la diversification dans la gestion indicielle, et gagnants et perdants de cette transition à long c’est elle qui est à la base de notre croissance terme. BlackRock veut donc pouvoir déterdes dernières années. Larry Fink est un CEO miner les risques et les opportunités et les visionnaire. Les investisseurs étaient sortis soutenir via des investissements. de la crise, dépités d’avoir payé pour de la gestion active sans obtenir de surperformance. Pas mal de rapports pointent cependant Or, le rachat de BGI permettait d’offrir des du doigt que, malgré ces bonnes intensolutions à bas coûts, transparentes, et qui tions, vous restez encore largement offraient une simple exposition aux marchés investis dans les énergies fossiles… sans chercher à les surperformer. C’est ce que C’est la réalité. L’économie mondiale actuelle les investisseurs ont adopté au cours des der- est elle-même encore intensive en carbone. Cela nières années, et c’est ce qui a contribué au ne peut pas changer du jour au lendemain, et succès d’aujourd’hui. le portefeuille global de BlackRock sera nécessairement soumis aux décisions de nos clients. À quels types d’investisseurs sont plus Une énorme base de cette clientèle qui investit particulièrement destinés ces ETF ? dans les indices souhaite encore procéder dans Les ETF offrent un moyen simple d’investir, un univers global. Or, dans cet univers on retrouve à travers une solution flexible, transparente, toujours des sociétés basées sur les énergies diversifiée, accessible facilement et avec des fossiles. Si des clients veulent comme indice le frais réduits. L’objectif est, justement, qu’ils MSCI World, dans lequel sont encore logées soient accessibles à tout le monde, aux inves- ce type de sociétés, nous leur en laissons la postisseurs privés comme aux investisseurs insti­ sibilité. En revanche, notre rôle est de les aider tutionnels. Cela fait partie de la raison d’être à appréhender les risques et opportunités afin AUTUMN 2021

91


Conversation Gisèle Dueñas Leiva

LE GÉANT BLACKROCK

de les encourager dans la transition. Nous avons développé un nombre très important d’alternatives, et nous voyons que les flux ­commencent à s’orienter vers celles-ci. Offrir ce choix nous permet donc de soutenir la transition vers la durabilité. Et si quelqu’un va sur notre site à la recherche du MSCI World, un message l’avertit qu’il peut aussi investir dans le MSCI World SRI ou ESG. Il y a ici aussi une mission d’éducation ? Le changement climatique est la priorité numéro un de nos clients. Nous échangeons avec eux par rapport à ce risque climat, nous les aidons à naviguer dans la transition. Ils veulent savoir comment protéger leurs portefeuilles, mais pas uniquement. Nos clients souhaitent également soutenir les acteurs de la transition vers une économie à zéro émission nette. Sur un plan plus pratique, la difficulté par rapport à l’investissement responsable est que chacun a sa propre définition de ce que c’est. Certains veulent exclure, supprimer toutes les activités controversées. D’autres préfèrent miser sur les entreprises qui travaillent à la transition. D’autres voudront miser sur des fonds comme ceux que nous avons récemment lancés par rapport aux accords de Paris et qui privilégient les scores environnementaux alors que d’autres souhaiteront également des entreprises avec de bons scores au niveau des aspects sociaux ou de gouvernance. Il est essentiel d’avoir une harmonisation. L’offre doit-elle être adaptée aussi en fonction des zones géographiques ? Certains sont-ils plus sensibles à ce type d’investissement ? Oui, très clairement les Européens ont une vision très sophistiquée des investissements durables par rapport à d’autres régions du monde. En Europe, justement, on voit pas mal de nouvelles règles qui émergent pour mieux informer les investisseurs sur le caractère durable des produits. Est-ce que vous disposez de meilleurs

Leader mondial Avec un total de 9.008 milliards de dollars d’actifs sous gestion à fin mars 2021, la société new-yorkaise, née en 1988, est le premier gestionnaire d’actifs au monde. Une influence tentaculaire Par sa vaste présence actionnariale, elle possède un droit de vote dans plus de 17.000 assemblées générales. Pression Au cours de l’année 2020, ses repré­sentants ont plus de 5.000 fois voté contre des administrateurs (ou se sont abstenus) au sein de 2.809 sociétés pour non-respect des engagements en matière de durabilité.

outils aujourd’hui qu’il y a trois ans pour créer de nouvelles solutions d’investissement durable ? Oui, certainement. La réglementation SFDR (Sustainable Finance Disclosure Regulation), par exemple, entrée en vigueur en mars de cette année pour sa première phase, permet de classifier tous ces types d’investissement et d’être certain que, quand on distribue un fonds sous le nom de durable, il en ait réellement des caractéristiques. Nous sommes tout à fait en faveur de cette réglementation qui apporte de la transparence pour l’investisseur final et donne de l’information supplémentaire. Nous attendons aussi plus de clarté par rapport à la taxonomie européenne qui a encore un certain chemin à effectuer pour couvrir tous les secteurs. Mais, dans ­l’ensemble, nous envisageons favorablement ces réglementations, elles permettent plus de transparence pour l’investisseur final. Sur 9.000 milliards d’actifs sous gestion, la part que BlackRock investit dans des solutions durables est encore loin d’être majoritaire. On voit donc bien que ce n’est pas encore « la » norme en matière d’investissement. Comment voyez-vous l’évolution dans les prochaines années ? Nous nous attendons à une accélération très forte. Dans sa dernière lettre aux investis­seurs, Larry Fink parlait d’un «  t ectonic shift  ».

« Les Européens ont une vision très sophistiquée des investissements durables. » 92

AUTUMN 2021

Nous observons une très forte prise de conscience quant à la manière dont nous consommons. Les investisseurs commencent à vouloir jouer sur certaines grandes tendances à long terme. Cela se voit lorsqu’on compare les flux de 2020 et ceux de cette année. Cet intérêt est en train de se renforcer. Et puis, il faut savoir écouter les millennials, plus ­sensibles à ce type de produits, et qui vont hériter d’une importante partie des actifs des baby-­boomers au cours des prochaines années. Nous estimons également avoir une responsabilité par rapport aux actifs confiés par nos clients, si l’on considère que le risque climatique est un risque pour l’investisseur. Ce qui veut dire, en clair ? Chez BlackRock, une équipe dédiée à l’enga­ gement actionnarial, BlackRock Investment Stewardship, mène un dialogue avec les ­différentes sociétés dans lesquelles les clients de BlackRock sont investis sur des sujets-clés, en mettant l’accent sur les pratiques de gouvernance, y compris la gestion des facteurs environnementaux et sociaux susceptibles d’avoir des incidences économiques, opérationnelles ou réputationnelles importantes. Ses priorités, basées sur certains des Objectifs de développement durable de l’Onu, sont clairement définies et annoncées en amont aux sociétés. Un accent particulier est notamment mis dans la gestion du risque climatique par les entreprises. Outre le fait d’investir dans des sociétés qui visent la transition, les actionnaires ont désormais un rôle à jouer dans les assemblées générales pour peser en faveur de décisions plus durables. C’est un rôle que vous assumez ? Oui, bien sûr. Une des choses sur lesquelles nous avons beaucoup travaillé est de recommander aux entreprises dont nous sommes actionnaires l’adoption des reportings TCSD (Task Force on Climate-Related Financial Disclosures) et SASB (Sustainability Accounting Standards Board), des normes comptables qui vont inclure la partie climat et aligner les objectifs des entreprises par rapport à cette économie zéro émission. Ce sont des standards qui vont permettre de comparer les différentes entreprises entre elles. Cela nous permet d’apporter plus de transparence aux investisseurs et de prendre nos décisions en étant mieux informés.



Conversation Serge Allegrezza

« Un effet de rattrapage de la croissance » Dans ses dernières perspectives économiques, l’OCDE évoque une reprise « hors du commun » après plus d’un an de crise sanitaire. Pour le directeur du Statec, Serge Allegrezza, les pays qui s’en sortent sont ceux qui ont beaucoup soutenu l’économie, à l’instar du Luxembourg. Interview IOANNA SCHIMIZZI

L’OCDE a publié, à la fin du mois de mai, ses dernières perspectives économiques. L’organisation internationale prévoit que dans la plupart des pays, le PIB pourra retrouver ses niveaux d’avant-pandémie d’ici la fin de l’année 2022. Mais pour Laurence Boone, cheffe économiste à l’OCDE, cela est loin d’être suffisant, car la trajectoire de croissance de l’économie mondiale reste inférieure à ce qu’elle était avant l’arrivée du Covid-19, et tous les pays ne sont pas égaux face à la reprise. Le titre de l’éditorial de Laurence Boone évoque une reprise « hors du commun ». Êtes-vous d’accord avec ces termes ? Disons qu’il y a une reprise de l’activité qui est tout à fait foudroyante. Mais, selon moi, il s’agit plutôt d’un rattrapage du retard pris à cause de la pandémie. Je n’aime pas parler de retour à la normale parce que c’est un peu tôt, et nous avons un peu mis de côté tous les problèmes que l’on avait avant la crise sanitaire. On en a moins parlé parce qu’on ne parlait que du Covid-19, mais ces problèmes-là reviennent au galop. À quels problèmes pensez-vous ? Je pense notamment au problème du logement qui, au Luxembourg en l’occurrence, est la rançon du succès, et la conséquence du développement très rapide de la population, de l’emploi et des perspectives économiques. Mais ce problème du logement ne fera que s’accentuer. Il a été un peu amoindri parce que les entreprises ont préféré recourir au télétravail. Nous sommes par exemple montés à 60-70 % de personnes en télétravail, donc cela a permis de montrer de nouvelles méthodes qui, probablement, vont rester. Avant la crise, on était à 20 %. Mais le télétravail n’a pas que des avantages, tous les emplois ne sont pas réalisables en home office, donc il va à nouveau y avoir du monde sur les 94

AUTUMN 2021

Photo ANDRÉS LEJONA

routes, des embouteillages, etc. Tous ces problèmes-là, que l’on connaissait, vont revenir. À la fin du dernier trimestre 2020, le PIB en volume du pays avait déjà retrouvé son niveau d’avant-crise – c’est le seul de la zone euro qui a réussi cela. Comment l’expliquez-vous ? On a effectivement eu un bon quatrième trimestre. La deuxième vague a été gérée de façon tout à fait différente et moins incisive, puisqu’on ne nous a plus dit de rester chez nous. Il y a donc eu une approche beaucoup plus souple, et toutes les études nous montrent actuellement que les pays qui ont été moins restrictifs ont des résultats économiques meilleurs, c’est ce que l’on sait pour l’instant.

BIO Naissance Serge Allegrezza est né en 1959 à Luxembourg-ville. Une carrière remplie Docteur en sciences écono­miques appliquées, Serge Allegrezza a été nommé directeur du Statec en avril 2003, après avoir été notamment responsable de la politique du marché intérieur et de la politique économique générale au ministère de l’Économie et du Commerce extérieur. Son cursus professionnel s’orne aussi de mandats divers, comme la présidence du conseil d’admini­ stration de Post Luxembourg, de P&T Capital ou de Luxtrust. Il est aussi, notamment, chargé de la DG 4 Compétitivité au sein du ministère de l’Économie et, à ce titre, directeur de l’Obser­ vatoire de la compétitivité.

Quel est le secret du Luxembourg pour être sorti plus tôt de la crise ? Je pense que c’est le fait d’avoir une spécialisation de notre appareil de production qui est largement basé sur des services exportés, par exemple les services financiers. Ces derniers ont eu la grande chance que les bourses ne se soient pas effondrées. Il y a eu quelques mouvements de baisse parce que tout le monde a eu peur. Mais, après, c’est remonté et reparti, comme avant. Et on sait tous que beaucoup d’activités financières sont fortement liées à la bourse. Le secteur financier y a quand même perdu des plumes et a reculé en valeur ajoutée et en volume – mais moins que dans d’autres pays. C’est un secteur qui a pu travailler à distance aussi, donc c’était la formule gagnante. Ce qu’explique également Laurence Boone, c’est que les pays qui s’en sortent sont ceux où les gouvernements ont beaucoup soutenu l’économie… Oui, c’est la deuxième clé, selon moi. Je pense que ce sont les aides mises en place par le gouvernement qui ont fait en sorte que le reste du tissu économique de notre pays, qui n’a pas pu travailler normalement, ne s’effondre pas. Nous avons eu des aides assez substantielles. Il faut voir cela aussi de façon macroéconomique, en donnant de l’argent, par exemple, pour le chômage partiel. Cela permet aux entreprises de réduire leurs frais, étant donné que le chiffre d’affaires s’est effondré pour beaucoup de secteurs, notamment dans l’horeca, où cela est malheureusement flagrant. Donc on reprend une partie des frais et, en même temps, cela veut dire que les salariés n’ont pas été licenciés, donc ils continuent à percevoir un salaire. Ainsi, on a largement soutenu l’économie tout en ayant des secteurs qui ont pu continuer à fonctionner de manière efficace.


Pour Serge Allegrezza, cette reprise « hors du commun » est surtout liée à un rattrapage du retard pris à cause de la crise.


Conversation Serge Allegrezza

Mais le fait d’aider les entreprises, et donc les ménages, n’est pas le facteur qui nous différencie des autres pays, car beaucoup ont agi ainsi. Ce qui nous différencie, c’est le fait que l’on ait cette spécialisation de notre économie qui fait que l’on a des services à haute valeur ajoutée qui pouvaient être exportés et qui n’étaient pas gênés outre mesure par les restrictions, puisque les gens pouvaient travailler de chez eux. Le Luxembourg reste un pays à part, c’est certain. Les chiffres le démontrent, et si vous avez une spécialisation, cela peut tirer tout le reste.

des matières premières, mais les organisations et Mme Boone, notamment, partent de l’idée que ce sera temporaire, et que l’on se retrouve sur des goulets d’étranglement.

Vous partagez cette idée ? Oui, je crois que l’on va revenir à ce que l’on avait avant, les entreprises vont réussir à répondre à la demande. À court terme, cela ne devrait pas poser de problème. Le problème sera plutôt à long terme lorsque l’on sait que nous sommes de plus en plus dépendants de toute une série de matières premières particulières, comme les terres rares, qui se Pour ces perspectives économiques trouvent dans certaines parties du monde, de l’OCDE publiées fin mai, le Statec a-t-il comme la Chine. Donc nous avons une énorme fait des modifications, par exemple ? dépendance, actuellement. Mais, pour l’ins- Non, parce que nous continuons à travailler tant, nous partons de l’idée qu’une fois que sur base de scénarios, et nous ne sommes l’offre pourra à nouveau augmenter, c’est-à- pas les seuls à le faire, parce que l’incertidire que les entreprises pourront produire à tude est encore tellement grande. Au niveau nouveau suffisamment, ces goulets d’étran- du Luxembourg, nous sommes environ à glement devraient lâcher. 40 % de vaccination complète. Nous sommes dans une phase transitoire où la vaccination L’OCDE note également que la reprise devrait prendre le relais. Mais, avec tous les est beaucoup plus rapide dans certains variants, cela reste incertain, et il suffit que pays par rapport à d’autres. Y a-t-il les gens aient peur pour que la vaccination beaucoup de disparités ? reparte à la baisse. C’est pour cela que nous Oui, parce que tous les pays n’ont pas accès continuons avec des scénarios, mais qui sont de la même manière aux vaccins, ou à des plus restreints. Pour cette année, nous avons systèmes de santé efficaces. Il est clair que une fourchette de croissance du PIB entre l’épidémie a creusé les inégalités entre les 4,8 et 7,7 %, donc on peut tout à fait crever pays riches et les pays pauvres. le plafond si les gens ont vraiment confiance, et si tous les indicateurs commencent à être Les rapports de l’OCDE sont positifs, que l’on écarte le danger. Et 4,8 %, des documents que vous suivez c’est en dessous du scénario central qui est particulièrement pour la rédaction de 6 % pour cette année. 4,8 %, c’est si le deude vos publications ? xième semestre n’est pas aussi bien que ce Ils nous intéressent beaucoup, et nous y contri- que l’on imaginait. Mais, dans tous les pays, buons. Au niveau des prévisions macroéco- on voit un rebond assez phénoménal. On nomiques, l’OCDE a un groupe de travail où n’est pas une exception, mais cela s’explique tous les prévisionnistes de l’OCDE se ras- par le fait que l’on est tombé très bas, donc

La dette publique est également faible au Luxembourg. Est-ce un atout ? Cela nous a permis d’avoir une certaine marge. Mais, à mon sens, la dette est trop faible justement, parce qu’on pourrait l’actionner davantage, mais cela nous donne une marge de manœuvre sans avoir peur de l’avenir. Laurence Boone craint une hausse de l’inflation, alors que dans sa dernière note de conjoncture, parue début juin, le Statec parle d’un risque limité d’une dérive inflationniste… Il est vrai que l’inflation a augmenté dans une ampleur assez méconnue, ces derniers temps. Cela dit, il faut savoir que les banques centrales du monde ont tout fait avec une politique monétaire très agressive pour faire remonter l’inflation. Donc au lieu d’avoir peur, il faudrait les féliciter, parce qu’enfin elles y sont arrivées. Un peu plus d’inflation ne peut pas faire de mal pour l’instant, et cela s’explique en grande partie aussi par le fait qu’en ce moment, on a une reprise, donc une très forte demande, alors que l’offre était assez réduite à cause de la pandémie. Il y a donc à présent une flambée des prix, surtout

2 %

semblent, dont le Statec. L’OCDE nous présente ses propres prévisions et il y a une discussion ; chaque institut de statistiques envoie ses prévisions et, après ce débat, soit ils confirment leurs propres vues, soit ils les modifient. Ensuite, cela va dans un autre groupe de travail, qui a une vue beaucoup plus large et qui regarde aussi les politiques monétaires, budgétaires, et qui rédige le rapport sur les perspectives économiques. Donc nous connaissons le contenu de ce rapport avant sa publication.

Luxembourg

1,4

1 % 0 % -1 %

Irlande

-0,2

Lituanie

-1,1

-2 % -3 %

Lettonie Finlande

-8 % -9 %

-1,9

Pays-Bas

-3

Slovaquie

-5 %

-7 %

Estonie

-1,3

-4 %

-6 %

-1,8

VARIATION ANNUELLE DU PIB AU QUATRIÈME TRIMESTRE 2020 Données exprimées en pourcentage Source

-4,4

Allemagne

-3,3

France

-4,8

Belgique

Slovénie

-4,9

-5

Zone euro

-4,9

Portugal Autriche

-5,9

-6,1

Malte

-6,2

Italie

-6,6

Grèce

-7,9

OCDE

Espagne

-8,9

-10 %

96

Chypre

-2,3

AUTUMN 2021


FORFAITS VACANCES TOUT COMPRIS VÉLO DE ROUTE, RANDONNÉE OU KITE SURF

EN FORMULE LIBRE OU EN GROUPE AVEC UN COACH DÉDIÉ


Conversation Serge Allegrezza

le moindre retour à la normale fait exploser les chiffres de la croissance. C’est un effet de rattrapage.

« Dans tous les pays, on voit un rebond assez phénoménal. On n’est pas une exception. »

Vous prévoyez donc une progression en volume de 6 % sur l’ensemble de l’année 2021 pour le PIB du pays… Oui. Dans notre dernière note de conjoncture, l’idée était de montrer que, finalement, même avec les 6 % de croissance qui paraissent phénoménaux, le niveau en volume de PIB ne revient pas à celui que l’on avait dans nos prévisions avant que survienne la pandémie, donc si la pandémie n’avait pas eu lieu. Ce qui signi- Au final, on se rend compte que le monde beaucoup de spéculation étant donné qu’il y fie que par rapport à la situation précédente, d’après est à peu près comme celui d’avant, avait beaucoup d’épargne, que les gens l’ont investie, entraînant une flambée des prix. nous perdons définitivement une partie de la mais en légèrement pire. Mais nous n’avons pas de données fiables valeur de notre production, de l’ordre de 4 points en dessous de ce qu’aurait été le niveau sans Le nombre de faillites reste également pour répondre à cette question. On aura sans pandémie. Si on a une accélération encore plus stable, à son niveau d’avant-crise, alors doute une réponse un jour mais, pour l’instant, nous en sommes à la spéculation. forte de la croissance, par exemple au deuxième que l’on aurait pu craindre une explosion ? trimestre, si les vaccins tiennent bon, si les gens Les cessations ont, elles, augmenté, ce qui est reprennent confiance, on serait au niveau auquel tout de même un signal fort, car ce sont des Votre métier a-t-il changé, depuis on se serait trouvé sans pandémie, ce qui cor- entrepreneurs qui se sont dit que ça ne valait le début de la pandémie ? respond à un scénario haut. Donc, même si le plus la peine de continuer et qui ont décidé Oui, il a changé parce que l’incertitude est à scénario central semble fantastique, on aura d’arrêter leur activité avant qu’on ne les force son maximum. Les événements pandémiques quand même une perte sèche, une perte même à arrêter. Mais, dans tous les pays, nous avons sont rares et les plus importants remontent définitive, parce qu’on ne parviendra plus à remarqué que les faillites ont diminué en à la crise espagnole, au début du 20e siècle, rattraper le niveau auquel on se serait posi- 2020 et, pour l’instant, on l’explique par l’aide et les plus récents, comme le Sars ou Ebola, tionné s’il n’y avait pas eu de pandémie. Il faut massive qu’ont reçue les entreprises. Si c’est avaient eu moins d’impact au niveau mondial. toujours regarder le contre-factuel. vrai, cela signifie que lorsque l’on arrêtera les Avec une pandémie de la nature du Sars-Cov-2, aides, nous aurons des dégâts, selon moi. Mais nous nous sommes tous réveillés. Il ne s’agit Cela semblait-il impossible que la pandéle fait d’avoir des entreprises qui disparaissent pas d’une crise « normale » ou attendue comme mie n’ait pas d’impact sur l’économie ? n’est pas une catastrophe en soi, cela fait par- une crise financière ou économique, que l’on Oui, surtout à la première vague, où il y a eu tie du cycle naturel de l’économie. Ce qu’il a régulièrement, que l’on connaît et que l’on un lockdown mondial. C’était vraiment l’obs- faut voir, en revanche, c’est s’il se produit un peut comprendre. Avec le virus, c’est une tout curité, et la seule chose que l’on savait, c’était pic de faillites en raison de la pandémie, il autre histoire. qu’il fallait arrêter la contamination – la même faudra donc observer cela quand les aides Vos méthodes d’analyse ont-elles réflexion qui avait été faite pendant la grippe s’arrêteront, probablement en 2022. aussi évolué à cause de la pandémie ? espagnole. Ce qui est très clair, c’est que le Luxembourg s’en est très bien sorti. Si l’on Vous vous attendez également Comme il y avait une énorme pression pour regarde même au niveau de l’emploi, c’est à une hausse moins forte du prix donner de l’information le plus rapidement assez frappant. Nous sommes un des rares des logements ? possible, tout le monde a recouru à des indipays à créer de nouveau de l’emploi de façon Oui. Nous avons consacré un chapitre de cateurs de très court terme, par exemple les assez dynamique et rapide après une chute. notre dernière note de conjoncture au loge- cartes de crédit, les déplacements géograLe chômage a connu un pic durant la crise ment parce qu’en 2020, il y a eu une explo- phiques retracés par les téléphones mobiles, sanitaire mais, maintenant, c’est en train de sion des prix de l’immobilier de l’ordre de la consommation d’énergie… Des indicateurs retomber, et c’est un indicateur très impor- 14,5 %. Comme le modèle macroéconomique qui sont disponibles très rapidement et que tant et un signal concret pour la population. que l’on utilise pour faire les prévisions contient l’on ne regardait pas trop avant, mais dont un module sur le logement, nous avons voulu on essaie maintenant de lire le signal. Il y a Vous prévoyez notamment une voir si le prix constaté en 2020 était en ligne de nombreuses méthodes qui se sont dévehausse de 2,5 % au niveau de l’emploi avec les fondamentaux – l’évolution de la loppées, que l’on utilise dans le big data ou pour cette année 2021… population, de la rémunération, le taux d’in- la data science. On se sert donc de nouvelles Nous ne sommes pas aux mêmes niveaux que térêt hypothécaire. En étudiant cela, on s’est méthodes. Les politiques ont besoin d’avoir ceux que l’on connaissait avant la pandémie, rendu compte que 2020 était une année très l’information très rapidement, et je pense parce qu’on était plutôt sur du 3 %, mais c’est particulière parce que les prix ont crevé le que, pour la prochaine pandémie, on sera quand même très solide de tabler sur une hausse, plafond, alors que les fondamentaux ne l’ex- bien mieux équipé – en espérant qu’elle n’arc’est une très bonne nouvelle. Cette augmen- pliquent pas. La croissance de la population, rive pas trop tôt… tation concerne toutes les branches, sauf l’horeca, par exemple, a au contraire ralenti en 2020. qui vient seulement de redémarrer et qui a Nous avons toujours dit auparavant qu’il n’y subi de longues fermetures. Mais, maintenant, avait pas de bulle immobilière dans le pays la guerre des talents va redémarrer, et nous parce que les fondamentaux suivaient et que, revenons au problème des goulets d’étrangle- donc, cela s’expliquait structurellement. 2020 ment, avec les difficultés de recrutement. Ces est par conséquent une exception, on ne sait problèmes que l’on croyait disparus par magie. pas ce qu’il s’est passé. Je suppose qu’il y a eu 98

AUTUMN 2021


www.paperjam.lu Since 2000

Business zu Lëtzebuerg 5€ at newsstands

SUBSCRIBE FOR FREE while working from home


Conversation

«Le Covid a été bénéfique pour le secteur bio»

« Nous recherchons des produits de niche », explique Anne Harles.

Anne Harles a repris le magasin Alavita de Junglinster en 2018, et la crise sanitaire n’a pas freiné le développement de l’enseigne, au contraire. Deux nouvelles adresses ont ouvert en mars dernier dans la capitale. Interview IOANNA SCHIMIZZI

100

AUTUMN 2021

Photo ANDRÉS LEJONA


Anne Harles

BIO EXPRESS

Pouvez-vous nous raconter votre parcours ? J’ai un double cursus en droit privé et en hospitality management, avec une formation que j’ai suivie à Glion, une école hôtelière internationale basée en Suisse. Une première expérience professionnelle à New York, au sein de la boulangerie Maison Kayser, m’a appris à travailler dans les opérations et le management. Le droit me sert énormément, mais j’ai toujours été intéressée par le commerce alimentaire, avoir d’un côté le comptoir, le contact avec les clients, mais aussi avec les salariés et les fournisseurs. Aviez-vous également la volonté d’être à la tête de votre entreprise ? Oui, c’est quelque chose qui m’attirait beaucoup, pour le côté énergique et indépendant. Ce que j’aime, c’est le 360 degrés, mettre la main à la pâte et gérer en même temps... en un mot : être dans l’action.

Source

Plan d’action national de promotion de l’agriculture biologique PAN-Bio 2025, ministère de l’Agriculture

Pourquoi avoir repris le magasin Alavita de Junglinster en 2018 ? Je cherchais un projet à développer moi-même, et j’ai appris qu’Alavita cherchait un repreneur. Je connaissais déjà le magasin et j’ai décidé de reprendre cet établissement qui était déjà bien installé à Junglinster, avec une belle clientèle. Nous avons décidé de redynamiser le lieu en le modernisant et en ajoutant de nouveaux fournisseurs pour attirer de nouveaux clients. Nous avons rénové tout le magasin, et c’est à ce moment-là que Julien Bretnacher m’a rejointe dans l’aventure et il est depuis devenu mon

LA SURFACE AGRICOLE BIO AU LUXEMBOURG En pourcentage 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 PROJECTION 2025 0

5

10

15

20

Double cursus Anne Harles, 31 ans et maman de deux jeunes enfants, possède une double formation juridique et d’« hospitality management ». Après plusieurs expériences de restaurant manager au sein d’établissements comme l’hôtel Le Place d’Armes à Luxembourg, elle a pris les rênes du magasin Alavita Junglinster en 2018.

Oui, ce projet a été mené en parallèle. Le local au Limpertsberg était auparavant un cabinet d’architecture et j’ai su grâce au bouche-àoreille que le lieu allait être libre. Ce quartier m’intéressait beaucoup car il est très résidentiel et il y a très peu de magasins dans les alentours. Alors que la population de la ville de Luxembourg grandit à une allure impressionnante, je trouve que c’est important d’agrandir l’offre en termes de commerces de proximité et encore plus avec des produits biologiques et naturels.

Nouveau concept Depuis, elle dirige, avec son associé Julien Bretnacher, quatre boutiques dont trois magasins biologiques et naturels, et leur dernier projet consiste en un restaurant, Alavita Kitchen, implanté à Bonnevoie, qui vend actuellement des plats à emporter et à consommer sur place, réalisés avec les produits des autres boutiques de l’enseigne, mais qui tend à évoluer.

associé. C’est un projet qui est plus facile à mener à deux. Seul, c’est beaucoup plus compliqué, et je suis définitivement une team player. Nous sommes très complémentaires. Nous nous occupons ensemble de toute la partie opérationnelle et, ensuite, chacun a ses domaines de spécialisation : Julien, la qualité des fruits et légumes, qui est primordiale pour nous ; et moi, la gestion administrative. Vous avez ensuite repris en 2019 le magasin Mullebutz dans le quartier de Bonnevoie à Luxembourg-ville... C’était également un magasin très engagé dans le bio, avec de très bons fournisseurs. Nous avons en premier lieu tout digitalisé, ce qui était une expérience assez difficile. Il fallait aussi transmettre notre vision du commerce de proximité aux clients existants, mais, comme nous étions motivés, tout s’est très bien passé.

D’autres reprises sont-elles déjà prévues ? Pour l’instant non, nous voulons nous concentrer sur le développement de nos trois magasins et d’Alavita Kitchen, consolider notre effectif, qui est actuellement de 35 personnes, et stabiliser l’ensemble. Je reste bien entendu toujours ouverte aux opportunités ; si un magasin a besoin d’un repreneur, j’irai toujours voir ce qu’il en est. Je reste convaincue qu’il faut croire dans ce qu’on fait plutôt que de surfer sur les modes. L’une de mes convictions, c’est qu’on arrive à attirer des gens en dehors du centre-ville pur. Nous sommes installés dans des quartiers conviviaux et résidentiels avec en plus de bons accès pour les livraisons. Mon rêve absolu serait d’avoir plus tard une ferme pour y faire à la fois de la production propre et vendre des produits. Ce serait un super projet… Souhaitez-vous développer la commande en ligne dans les années à venir ? Je pense que la vente de produits alimentaires en ligne est de plus en plus demandée par les clients et nous avons régulièrement des demandes. Nous proposons aujourd’hui déjà à nos clients de nous envoyer en ligne leur liste de courses que nous leur livrons. Le vrai e-shop est, en revanche, un nouveau défi qui demanderait une toute nouvelle logistique et gestion…

Vous avez également ouvert en mars dernier Alavita Kitchen à Bonnevoie à quelques mètres de votre magasin. Pourquoi vous êtes-vous tournée vers En effet, lorsque nous avons repris Mullebutz, le secteur du biologique et du naturel ? il y avait dans la vente un espace de stockage Avant tout, je dirais que l’alimentation saine qui se trouvait quelques bâtiments plus loin, et naturelle aide à avoir une vie comblée et et c’est ce lieu que nous avons transformé en saine. J’ai toujours aimé manger des produits Alavita Kitchen en mars dernier. Aujourd’hui, frais, faire de la cuisine simple avec des goûts c’est un lieu pour proposer des plats à empor- authentiques. Ensuite, à travers Alavita et certainement ter et à consommer sur place. Nous aimerions le faire évoluer vers un traiteur frais, et vendre la naissance de mes enfants, je conçois les vrais également ces productions dans nos autres avantages d’une alimentation biologique, les magasins. conséquences sur la santé et l’environnement. Cela nous semblait vraiment logique de D’autres termes, par exemple le fair-trade, boucler la boucle, comme nous avons tous devraient d’ailleurs aller de pair avec le secteur les deux avec Julien une belle expérience dans biologique. la restauration. Quand nous voyons le ­résultat, Comment se porte Alavita depuis nous sommes très heureux. le début de la crise du Covid-19 ? Au début de la crise, c’était physiquement Vous avez ouvert au même moment un nouveau magasin au Limpertsberg. assez dur, nous n’avons pas arrêté, mais notre AUTUMN 2021

101


Conversation Anne Harles

Un objectif ambitieux Dans son Plan d’action national de promotion de l’agriculture biologique PAN-Bio 2025 entré en vigueur en mars 2020, le gouvernement a pour objectif d’atteindre 20 % des surfaces agricoles du Luxembourg exploitées en agriculture biologique à l’horizon 2025, contre 5,18 % en 2020. Un objectif ambitieux, mais qui répondrait à une forte demande des habitants, puisque la population a dépensé 265 euros par personne en produits biologiques en 2019 (voir graphique). Déjà 12 reconversions Au 1er janvier dernier, les surfaces bio totalisent 6.324 ha, dont douze exploitations agricoles qui ont entamé leur conversion vers l’agriculture biologique en 2020. L’enveloppe budgétaire augmentera progressivement de 4,38 millions d’euros aujourd’hui à 11,4 millions d’euros pour l’année 2025 afin d’atteindre l’objectif des 20 %.

Votre fréquentation est donc en hausse depuis le début de la crise sanitaire ? Notre chiffre d’affaires a effectivement augmenté d’environ 20 %, ce qui correspond également à la hausse de tout le secteur bio depuis un an. Ce qui est très positif, c’est qu’on observe une vraie fidélisation de nos clients et j’ai eu beaucoup de feedback positif, parce que nous avons pris le risque de développer Alavita Kitchen et Alavita Limpertsberg malgré la crise. Les ouvertures ont été perçues comme un signe d’espoir après une année plutôt négative pour beaucoup de gens.

formées. Nous choisissons les produits avec les meilleurs labels comme Demeter, ou des marques qui ne veulent être que dans des magasins spécialisés dans la vente de produits biologiques, locaux et naturels et pas en grandes surfaces. Nous recherchons les produits de niche et essayons d’inspirer les gens dans leurs achats, en mettant en avant des recettes, notamment.

Comment vous démarquez-vous de la concurrence ? Je crois que nous avons trouvé notre créneau de fruits et légumes très frais, les clients sont très en demande de cela. Nous essayons aussi de nous démarquer par un service client très accueillant et des équipes multiculturelles et

Où se situent vos fournisseurs ? Nous privilégions évidemment les circuits les plus courts possibles, en trouvant des producteurs et fournisseurs limitrophes du Luxembourg, mais il faut bien admettre que notre région n’offre pas toute la variété des produits désirés par les clients. Par exemple, tout le

EUROPE: LES PAYS AVEC LA PLUS GRANDE CONSOMMATION BIO PAR HABITANT En euros pour l’année 2019 Source

400

300

Enquête FIBL 2021

Danemark 344

Suisse 338 Luxembourg 265 Autriche 216

200

Suède 215 France 174

Norvège 83

Pays-Bas 71

Belgique 68

Vous avez un contact direct avec les producteurs ? Oui, et c’est quelque chose d’extrêmement gratifiant. Nous connaissons quasiment tous nos fournisseurs. Certains viennent nous voir, et nous essayons, quand cela est possible, de les rencontrer sur leurs terres ou dans leurs entreprises. Nous avons une cinquantaine de fournisseurs, que nous avons sélectionnés ou qui nous ont contactés directement souvent grâce au digital et aux réseaux sociaux. Il arrive aussi que certains de nos clients ou salariés nous parlent de produits, nous les fassent goûter, et nous contactons ensuite les fournisseurs. Le gouvernement luxembourgeois affiche un objectif d’atteindre 20 % de surfaces agricoles nationales exploitées en agriculture biologique à l’horizon 2025, cela vous semble-t-il réalisable ? En tout cas, c’est un objectif très positif parce qu’il n’y a pas assez de produits biologiques cultivés dans notre pays. Aujourd’hui, nous sommes à environ 5 % seulement, mais un certain nombre d’entreprises sont en reconversion, donc ce chiffre tend à augmenter. Comment le gouvernement peut-il convaincre les agriculteurs de se convertir ? En leur démontrant qu’ils peuvent sortir d’un système où leur production est vendue à un prix tellement minime et en les récompensant avec des labels de qualité pour leurs efforts de bien-être animal et de conscience écologique. Il faut aider les agriculteurs dans leur reconversion, car la démarche n’est pas simple. Il y a certes une plus grande part d’aléatoire dans le bio, car vous êtes encore plus dépendant des conditions météorologiques, mais plus il y aura de la demande de la part des consommateurs et plus ce sera rentable pour eux, c’est donc un cercle vertueux au final. Objectivement, on voit à quel point le bio grandit, ils peuvent être les nouveaux précurseurs. Bien entendu, le Luxembourg s’est développé avec l’industrie et la finance, nous n’allons pas redevenir un pays agricole. Mais quitte à vouloir développer l’agriculture, autant le faire dans le bio.

Photo

100

0

102

Allemagne 144

pain que nous vendons est fait au Luxembourg, sauf un qui vient de Trèves. Globalement, la Grande Région représente déjà 30% de nos fournisseurs, mais cela dépend des produits.

Shutterstock

LE GOUVERNEMENT VEUT ACCÉLÉRER SUR LE BIO

clientèle a toujours été très respectueuse, nous n’avons pas eu les mêmes soucis que les grandes surfaces. Nous remarquons néanmoins les répercussions avec les fournisseurs qui ont des délais plus longs de transport ou qui ne peuvent plus suivre la demande en termes de production. Il est vrai que, depuis la crise, les gens aiment beaucoup venir acheter leurs produits dans de plus petites surfaces et je pense que le bio et le local deviennent de vrais standards de qualité pour de plus en plus de consommateurs. L’envie de consommer sain et durable conduit à faire davantage attention à l’origine des produits, à se détourner des produits transformés et/ou chimiques. En plus, les gens ont beaucoup plus cuisiné chez eux, donc ils étaient vraiment conscients de ce qu’ils voulaient manger. Au final, la crise a été bénéfique pour nous, et pour tout le secteur bio.

AUTUMN 2021


CAE_2021_Septembre_220x140-2.indd 1

03/09/2021 15:06:12

Générateur de business depuis plus de 20 ans 10 € - Actuellement en kiosque COMMANDEZ-LE sur eshop.maisonmoderne.lu


Luxembourg in Dubai

Five things to discover  1 WOODSY SCENT The open-air, green atrium repurposes water and showcases Luxembourg’s natural beauty--also through scent. Smell Marketing, specialised in olfactory signatures, created a fragrance reminiscent of the Mullerthal woods, so visitors to the Dubai site can be transported through scent. www.smell-marketing.fr

2 SCHUEBERFOUER-

INSPIRED SLIDE

Luxembourg’s pavilion is the only one of over 190 pavilions to include a slide, which connects the top of the ramp to the ground floor atrium. The slide is a nod to the country’s summer funfair, the Schueberfouer. Both kids and adults are encouraged to use it. luxembourgexpo2020dubai.lu

3 SCENOGRAPHY Walking up the ramp, visitors will experience sights and sounds of Luxembourg through the scenography concept created by Stuttgartbased Jangled Nerves. The experience captures Luxembourg’s diversity, connectivity, sustainability, entrepreneurial spirit and beauty. www.janglednerves.com

104

AUTUMN 2021


The €32m pavilion will be gifted to the UAE after the world expo, where it will be integrated into a new urban complex. Commissioner general of Luxembourg to the Expo 2020 Dubai Maggy Nagel tells Delano that it was important from the beginning that “visitors are able to discover the whole story of our country” through five senses. Words NATALIE A. GERHARDSTEIN

3 QUESTIONS TO

KIM KEVIN DE DOOD Executive chef, Schengen Lounge

4 THE DESIGN The Möbius ribbon-inspired pavilion, designed by Metaform, lends itself to the three-storey, interactive experience inside. The infinite shape symbolises the openness, dynamism and circular economy aspects of the country.

luxembourg.arcelormittal.com

Photos

5 NOD TO STEEL HISTORY Luxembourg’s long history of steelmaking is showcased in the pavilion: integrated into its structure are 170 tonnes of hot-rolled structural steel shapes from ArcelorMittal’s Belval and Differdange sites, produced from 100% recycled scrap as raw material.

Metaform Architects, Luxembourg Expo 2020 Dubai, Jangled Nerves, Romain Gamba, Nader Ghavami, Shutterstock

www.metaform.lu

What’s the inspiration behind the dishes prepared in the pavilion-and your personal favourite? The idea of the pavilion was to show Luxem­bourg as a young, modern country with a lot of international influ­ ences… Due to restrictions in Dubai, some of the very traditional Luxembour­ gish dishes containing some foods and wine were not possible to do. So, all the dishes on the menu are based on Luxembourgish dishes, but always with an international hint, or a little twist, to make them interesting--even for Luxem­bourgish guests. One of my favourite dishes is Kniddelen, which classically have bacon and cream. But in Dubai, you can’t use bacon due to halal restric­ tions, so I make them with smoked duck. As smoked duck doesn’t work that well with cream, I make a reduc­ tion of duck jus with fresh herbs. We take the Kniddelen, pan fry them slightly crispy, toss them with the jus, then garnish with smoked duck. It’s so hearty, but also light and deli­ cate. It’s very nice. How will you source ingredients? We will have to source most of them in Dubai, due to issues with the import regulations [and] halal certification… We don’t have many Luxembourgish products, but we still try to present Luxembourgish products and food as much as we can. Are there any particular pavilions in Dubai where you’re keen to try the food? I’m actually not sure how many pavil­ ions have food, but I definitely hope to visit all of them. I’m most interested in the pavilion of the Philippines, as my partner is from there.

www.ehtl.lu

AUTUMN 2021

105


Luxembourg in Dubai

Why Dubai?  1

ICONIC PROJECTS

“The Middle East is an important market for the steel solutions we produce in Luxembourg. Heavy beams and sheet piles are integrated into iconic projects there, including the Burj Khalifa.” Managing director and vice-chairman of ArcelorMittal Luxembourg Roland Bastian on how the Expo 2020 Dubai is another opportunity to showcase its innovative know-how.  2

NEW COLLECTION

“We’ll launch a capsule collection, targeted to women in the UAE, and have a pop-up shop there, after exhibiting...” Fanny Bervard, Romantico Romantico Studios founder, on representing the made in Luxembourg jewellery brand at the Luxembourg pavilion in November.  3

SPACE OPPORTUNITIES

“The UAE is a space-emerging country. Its government is investing a lot in pushing their space programme, subcontracting a lot of expertise to foreign entities.” Redwire Europe designs and produces robotics arms for space applications. General manager Jaroslaw Jaworski sees the UAE as a country of interest and opportunity.

“We’ll announce new solutions dedicated to very large plants deployed in desert area, aiming [to] becom[e] a real game changer...” SolarCleano CEO Christophe Timmermans on how Expo 2020 Dubai is part of the strategy to enlarge the company’s scope, tackling global challenges with robotics.  5

NETWORKING

“It provides a great opportunity to strengthen our links with local business partners and to meet clients and prospects.” Vanessa Engel, head of non-European private banking clients at Banque Internationale à Luxembourg (BIL), on why she is looking forward to a trade mission there. Selected by NATALIE A. GERHARDSTEIN

106

AUTUMN 2021

ArcelorMittal Luxembourg, Romain Gamba, Redwire Europe, SolarCleano, BIL

GAME-CHANGING

Photos

4


Xxxxxx Xxxxx Cybersecurity

xxxxxxxxxxxxxxxxxx 10 shades of risks JEUDI

25 N OV E M B R E

Avec l’ère digitale et le développement des technologies en entreprise, les risques augmentent. Des virus informatiques aux chevaux de Troie, en passant par les vers, les robots, les adwares, les ransomwares, ou bien encore les logiciels espions et les rootkits, les menaces évoluent au fur et à du mesure du progrès technologique et des pratiques qui en découlent. Par ailleurs, l’intégration de l’intelligence artificielle ouvre autant d’opportunités que de menaces. Comment appréhender et implémenter le progrès digital tout en préservant la sécurité de l’entreprise et de ses employés ? Ce 10�6 retracera le parcours du hacker jusqu’aux solutions et à la résolution des menaces et des risques.

INSCRIPTION OBLIGATOIRE SUR CLUB.PAPERJAM.LU

18H30 GOLD SPONSORS


Ma maison

2 3

1

Depuis 17 ans, Claudine Arendt habite à Walferdange une ancienne ferme qui accueille, en plus d’une famille élargie, des œuvres d’art. « Cette maison se trouvait sur le terrain à côté de chez mes grands-parents. Un jour, nous avons eu l’opportunité de pouvoir l’acheter. Aujourd’hui, mon frère habite dans la maison de famille et moi ici », explique Claudine Arendt. Mais la maison était en très mauvais état. Par ailleurs, le terrain de la propriété se situe dans une zone verte protégée. Aussi, le choix d’une reconstruction, mais qui conserve le carac-

tère authentique de l’ancienne bâtisse, est fait. Aujourd’hui, elle y vit avec ses deux grands enfants et leurs partenaires. « Avec cette maison, je développe mon côté créatif », explique Claudine Arendt, qui a fait des études en fashion design et marketing et qui est désormais institutrice. « J’ai toujours été passionnée par l’art et le design, et cela se retrouve dans ma maison. » En effet, partout sont accrochées des œuvres d’art, dont beaucoup réalisées par des artistes luxembourgeois ou ayant exposé au Luxembourg. Un soutien aux artistes, qu’elle apprécie et qu’elle n’hésite pas à accueillir chez elle quand l’occasion se présente.

Auteur CÉLINE COUBRAY Photos ANDRÉS LEJONA

ESPRIT ARTISTIQUE 108

AUTUMN 2021


4

1 Dans le jardin, l’horizon s’ouvre sur un large panorama et permet de profiter à la fois de la proximité de la maison et d’une vue lointaine. 2 Dans l’ancienne grange, la famille a aménagé un atelier, qui est réguliè­ rement occupé par des artistes qui y trouvent un lieu de travail atypique. 3 La longue table de la salle à manger sert aux grands repas de famille et à accueillir les amis, sous le regard bienveil­ lant d’un chien anthropomorphe. 4 La chambre de Claudine est un havre de quiétude. Les enfants ne s’y trompent pas et retrouvent souvent leur mère ici pour discuter dans cette atmosphère douce et apaisante. 5 Avec son coin chemi­ née, le salon est l’espace où la famille se retrouve en hiver. « En été, nous sommes tout le temps dehors, sur la terrasse, mais le reste de l’année, c’est ici, bien au chaud, que nous aimons être. »

5

À LA FERME AUTUMN 2021

109


Mon style

Vicky Dos Santos Consultante, Everis

Vicky Dos Santos a été photographiée à la Villa Vauban.

Quel est votre rapport à la mode ? Chacun doit essayer de trouver, dans la mode, sa propre identité. J’ai un style bien à moi, et je marche aux coups de cœur. Les vêtements doivent me donner une certaine allure et élégance, et une pointe de « rock attitude » ! Un look 100 % black & silver : où ? quand ? pourquoi ? Pour une petite virée en ville, avec des amis. Une tenue élégante en total look black, un peu « glam rock », avec quelques accessoires argentés pour autant de touches de lumière… Avec quelle créatrice / quel créateur aimeriez-vous dîner / faire la fête, et pourquoi ? Ines de la Fressange, l’icône et le symbole du style parisien dans toute sa splendeur ! J’adore son style et son petit grain de folie. Un souvenir particulier avec une paire de lunettes de soleil ? Il faut savoir que je ne sors JAMAIS sans mes lunettes de soleil. Un matin, après une nuit très festive, je sors du Mesa Verde, le soleil m’éblouit et je cherche en vain mes lunettes dans mon sac... C’est là que je me suis dit « plus jamais ! ». Quelle pièce aimeriez-vous transmettre ? Ma paire de Ray-Ban Aviator. Comment combiner style et corporate appropriate ? Un look classique avec une pièce décalée. Un beau tailleur pantalon mixé avec des Stan Smith, ou un look monochrome avec une pièce qui déteint… Un jean bleu, un blazer, un t-shirt blanc basique, une paire de heels, un sautoir, et le tour est joué !

08_legende de cette photo où l'on apprend qu'Annaet porte 08_legende t exerferchil apis un manteau enas fausse fourrure cor rem luptur nossinc de chez Zara, des escaprins taacerum laut ut apis cor rem Versace,nem un jean Reiko etserro un sac sinvelis ex errovita vol à main Gucci.

130 - 160 signes 130 - 160 signes

Black, silver and sunglasses 110

AUTUMN 2021


Natural

WOODEN FITNESS I N N O VAT I O N S


Mon style

Matthieu Bracchetti Founder & CEO, Virtual Rangers Comment aimez-vous définir votre style ? Je le définirais comme un style casual que j’aime agrémenter d’un accessoire plus personnel, comme une montre ou une jolie ceinture. C’est un style dans lequel je me sens bien, pour sa simplicité et son confort. Un look 100 % black & silver : où ? quand ? pourquoi ? Ce look présente, selon moi, l’avantage de pouvoir se porter à tout moment : au travail, en privé… ou en moto – une de mes passions ! Le simple changement de quelques détails permet de s’adapter à n’importe quelle situation. Un souvenir particulier avec une paire de lunettes de soleil ? Lors de mes grands voyages, j’ai pour habitude d’acheter une nouvelle paire de lunettes de soleil. À chaque fois que je les remets, cela me permet de me remémorer les bons souvenirs passés sur place… Quelles pièces aimeriez-vous transmettre ? Mes montres et mes anciens vinyles sont, pour moi, des pièces importantes que j’aimerais transmettre à mes proches… Votre no-go absolu ? J’ai vraiment du mal avec les vêtements qui portent le logo de la marque affiché en grand dessus. Une pièce sentimentale dans votre dressing ? La pièce à laquelle j’attache la plus grande valeur sentimentale est le premier hoodie portant le logo Virtual Rangers. J’aime le porter en rentrant chez moi ou durant le week-end. Il est synonyme de confort cool et de l’aventure professionnelle que je vis…

Auteur FABIEN RODRIGUES Photos ROMAIN GAMBA

112

Matthieu Bracchetti a été photographié aux Jardins d’Anaïs.

AUTUMN 2021

20 signes max


www.paperjam.lu

La famille Paperjam s’agrandit ABONNEZ-VOUS sur newsletter.paperjam.com


Ma collection

Passionnée de digital, Jennifer Boistelle accom­ pagne les marques dans la création de leur image, notamment sur les réseaux sociaux. Mais, à côté de cela, elle a un faible pour les chaussures et en possède désormais toute une collection. Professionnellement active sur les réseaux sociaux, Jennifer Boistelle passe beaucoup de temps sur Instagram. « Grâce à mon métier, je suis entourée de belles choses. Cela m’incite à être encore plus soignée et à porter de belles chaus­sures, introduit la jeune femme. Sur Instagram, je crée des collections d’étiquettes que je consulte régulièrement. Cela me fait rêver et m’aide à la décision d’achat. » Des achats qu’elle réalise principalement en boutique, « pour soutenir les com­merçants locaux », mais aussi pour l’es­ sayage, « car j’ai un fort cou-depied et ‘peu de cheville’ ». Dans son vestiaire, elle compte environ une cinquantaine de paires, avec une préférence pour les chaus­ sures à talons. « Avant ma grossesse, j’avais une très haute tolérance à la souffrance des pieds. Aujourd’hui, je re­cherche des modèles qui sont plus confortables, tout en restant sexy. » Parmi ses préférées, une paire de Rupert Sanderson, « qui ressemble aux chaussures de Betty Boop », des mocassins Marmont de chez Gucci, reçus pour ses 30 ans, des chaussures à plate­ formes Stella McCartney ou des indémodables Slingback de ­Chanel. Ses marques coups de cœur sont Amina Muaddi, Stuart Weitzman, et The Attico. Sa dernière folie ? Une paire d’es­ carpins noirs Gucci avec une bride en strass à la cheville. Auteur CÉLINE COUBRAY Photo ANDRÉS LEJONA

114

AUTUMN 2021


le un faib ne telle a cu r Bois sures, ave lons. e if n Jen à ta aus elles les ch pour nce pour c e r fé é pr

Soignée jusqu’au bout des pieds AUTUMN 2021

115


Ma recette

L’artiste Deborah Lehnen et son épouse Sandrine Mayer croisent woks et couteaux pour une recette mi-thaïe, mi-mauricienne, qui ravit autant leurs amis que leurs deux petits garçons.

Commencer par la découpe des légumes en lamelles. Dans un wok, faire revenir la moitié de l’oignon rouge et l’ail écrasé dans de l’huile de sésame. Y ajouter le brocoli, les mange-tout et les carottes. Une fois que les légumes sont cuits et encore croquants, les réserver. Pour la marinade, mélanger l’huile de sésame, l’huile d’olive, du gingembre écrasé, la citronnelle et le piment ciselés finement, du sel, du poivre et du zeste de citron vert (attention, ne pas ajouter de jus de citron pour éviter de cuire la viande davantage).

Pour 4 personnes Préparation : 45 minutes Cuisson : 45 minutes

Utiliser une poêle bien chaude. Y verser un peu d’huile. Assaisonner la viande sur les deux faces et la faire revenir trois minutes de chaque côté. On veut une belle caramé­ lisation ! La laisser reposer 5 minutes, puis découper de fines tranches qu’on laissera dans la marinade le temps de terminer le reste.

POUR LA RECETTE 4 00 g d’une belle pièce de bœuf 3 00 g de nouilles chinoises (aux œufs, si possible, pour la tenue) 1 oignon rouge 1 gousse d’ail o ignons nouveaux 3 carottes b rocoli h aricots mange-tout r adis 2 œufs 1 bâton de citronnelle 1 piment rouge c oriandre g ingembre frais s auce soja h uile de sésame n uoc-mam (quelques gouttes) h uile d’olive s el et poivre

Utiliser la même poêle pour faire une omelette très fine avec les deux œufs battus. Rouler l’omelette et couper des lamelles fines. Puis vient la cuisson des nouilles chinoises, dans un grand volume d’eau avec un peu de gros sel. Goûter au fur et à mesure pour déterminer votre consistance préférée. Dans le wok, mettre les nouilles cuites avec l’huile de sésame, la sauce soja et les légumes cuits plus tôt. Faire sauter le tout.

POUR LE VIN F ossiles 2016, Château Pauqué, Domaine Abi Duhr

Prendre une belle assiette creuse, disposer les nouilles sautées, les tranches de bœuf, les lamelles d’omelette, de la coriandre, des petites tranches de radis bien croquants, des zestes de citron et arroser avec un peu de jus de la marinade.

Nouilles sautées au bœuf façon tataki 116

AUTUMN 2021

Pour les gourmands, saupoudrer de cacahuètes concassées. Voilà ! Auteur FABIEN RODRIGUES Photos ANDRÉS LEJONA


www.delano.lu Since 2011

Luxembourg in English 4€ at newsstands

SUBSCRIBE FOR FREE while working from home


Ma recette

Entre deux inter­ventions, le futur neuro­ chirurgien Maxime Raket aime régaler ses amis grâce à une recette de famille qu’il a perfec­ tionnée au fil des années...

Épluchez et nettoyez les pommes de terre, coupezles en fines lamelles égales. Préchauffez le four à chaleur tournante à 180 °C. Dans un grand plat à gratin beurré, étalez une couche de lamelles de pommes de terre, salez, poivrez et parsemez d’ail émincé. Ajoutez une seconde couche au-dessus de la première, ajoutez un peu de noix de muscade et terminez avec une dernière couche de lamelles. Salez et poivrez, parsemez d’une gousse d’ail supplémentaire pour les amateurs d’ail.

Pour 2-3 personnes Préparation : 30 minutes Cuisson : 50 minutes INGRÉDIENTS 2 beaux magrets de canard 3 cuillères à soupe de miel d’acacia 2 cuillères à soupe de sucre en poudre V inaigre de framboise 8 belles pommes de terre type farineuses 3 0 cl de crème fraîche N oix de muscade 2 gousses d’ail frais F romage râpé L égumes frais de saison (carottes, navets, haricots mange-tout, panais)

Nappez généreusement de crème fraîche et d’un volume équivalent en eau, à hauteur de la dernière couche. Couvrez d’une fine couche de fromage à gratiner. Enfournez le gratin pour une durée de 40 à 50 minutes. Quadrillez la couche de graisse des magrets sans couper le muscle. 15 minutes avant la fin de la cuisson du gratin, disposez les magrets de canard dans une poêle côté gras.

POUR LE VIN P inot noir barrique « Les Terrasses » 2016, Domaine Henri Ruppert

Faites chauffer la poêle à feu moyen et faites fondre la graisse pendant 6 à 8 minutes. Nappez le magret avec la graisse fondue. Salez et poi­ vrez. Jetez l’excédent de gras de la poêle, retournez les ma­grets et faites caramél­iser l’autre côté. Après 4-5 minutes, ôtez les magrets, découpez-les en biseau pour obtenir des tranches de 3 cm et réservez-les au chaud. La cuisson du magret est terminée lorsque les deux faces sont bien caramélisées et l’intérieur rosé. Jetez le jus de la découpe dans la poêle, déglacez avec un filet de vinaigre de framboise. Ajoutez le cassis, le miel et le sucre. Portez la sauce à ébullition et laissez cuire 3-4 minutes.

Magret de canard au cassis et gratin dauphinois 118

AUTUMN 2021

Dressez le gratin, nappez les magrets de cassis ou servir à part. Accompagnez éventuellement le tout d’une poêlée de légumes. Auteur FABIEN RODRIGUES Photos RICK TONIZZO


www.paperjam.lu

Restez archi-informé sur ce qui se construit au Grand-Duché 300 pages -> 10 € Actuellement en kiosque COMMANDEZ-LE sur eshop.maisonmoderne.lu


In flight En vol

Why should I put on my own oxygen mask before helping other passengers? Pourquoi dois-je mettre mon propre masque à oxygène avant d’aider les autres passagers ? In the event of a loss of cabin pressure, you may rapidly lose consciousness without an oxygen mask. It is therefore of utmost importance to protect yourself first, so you can then help others.

AUTUMN 2021

En cas de dépressurisation de la cabine, vous pourriez rapidement perdre connaissance. En mettant d’abord votre propre masque, vous assurez votre protection afin de pouvoir assister d’autres passagers par la suite.

FR

Hadi Saadaldeen (Maison Moderne)

Good practices Bons gestes

EN

120

Landing Atterrissage

Illustrations

Safety & Comfort

Take-off Décollage


Autumn 2021

Are there oxygen masks in all Luxair aircraft? Y a-t-il des masques à oxygène dans tous les avions Luxair ?

Can my phone really disturb the flight equipment? Mon téléphone peut-il vraiment perturber l’équipement de vol ? In cruise, your phone has no network and if it is not put into flight mode, it will continuously seek connection, which may create interferences and disturb the communication and navigation systems of the aircraft. Thus, it is of utmost importance that pilots have a clear communication with the control tower. FR  En vol, votre téléphone n’a pas de réseau, et s’il n’est pas en mode avion, il cherchera conti­ nuel­lement à en trouver. Ceci risque de créer des interférences et de perturber les systèmes de communi­cation et de navigation de l’avion. Or, il est important pour les pilotes de pouvoir communiquer de manière claire avec la tour de contrôle. EN

Commercial aircraft certified to fly at altitudes above 7,620m have to be equipped with automatic oxygen systems which provide oxygen masks in case of a loss of cabin pressure. Luxair Boeing 737-700 and -800 are equipped with these automatic systems. Since the De Havilland Q400 fly at a lower altitude, they carry oxygen bottles which can be used in case of need. FR  Les avions de ligne certifiés pour voler à des altitudes supérieures à 7 620 m doivent être équipés de systèmes d’oxygène automatisés qui fournissent des masques à oxygène en cas de dépressurisation de la cabine. Les Boeing 737-700 et -800 de Luxair en sont équipés. Comme les De Havilland Q400 volent plus bas, ces appareils sont équipés de bouteilles d’oxygène qui peuvent être utilisées au besoin. EN

Why it is recommended to stay fastened during the whole flight? Pourquoi est-il recommandé de rester attaché pendant toute la durée du vol ? Not every turbulence can be detected in advance. Turbulence can occur without warning and may last only for a few seconds. For your own safety and the one of the other passengers, it is strongly recommended to keep your seatbelt fastened at all times when seated. FR  Toutes les turbulences ne peuvent être détectées. Certaines d’entre elles peuvent se produire sans avertissement et ne durer que quelques secondes. Pour votre propre sécurité et celle des autres passagers, il est fortement recommandé de garder votre ceinture de sécurité attachée à tout moment lorsque vous êtes assis. EN

exit

Can I drink my own alcohol on board an aircraft? Puis-je boire mon propre alcool dans l’avion ? EN  No. Flight attendants are responsible for the safety of all passengers on board at all times. The International Air Transport Association (IATA) requires that passengers should only be permitted to drink alcohol served by the cabin crew so that they can keep control of the amounts served. FR  Non. Le personnel navigant est responsable de la sécurité de tous les passagers à bord tout au long du voyage. L’Association du transport aérien international (IATA) stipule que seules les boissons alcoolisées servies par l’équipage peuvent être consommées à bord, afin de permettre au personnel de cabine de garder le contrôle sur les quantités servies.

Why must the first row be free from all personal belongings lying on the floor? Pourquoi ne doit-on poser aucun effet personnel sur le sol de la première rangée ?

Why do the cabin crew members dim the cabin lights for take-off and landing at night? Pourquoi l’équipage doit-il réduire l’intensité de l’éclairage de la cabine pour le décollage et l’atterrissage de nuit ? It is a safety measure. Light intensity is lowered for take-off and landing in dark or night conditions to accustom passengers’ eyes to darkness in case an aircraft evacuation would become necessary. FR  Il s’agit d’une mesure de sécurité. L’intensité lumineuse est réduite afin d’habituer les yeux des passagers à l’obscurité en vue de les préparer pour une évacuation de l’avion en cas de besoin. EN

Hand baggage must be safely stowed under the seat in front of you or in the overhead compartment where it is protected from shifting in case of abrupt aircraft movement (e.g. turbulences). The floor in the first row must stay clear of all personal belongings since there are no means to restrain them. FR  Les bagages à main doivent être rangés en toute sécurité sous le siège devant vous ou dans le compa­r­timent à bagages, de façon à être maintenus en cas de mouvement brusque de l’avion (p. ex. lors de turbulences). Le sol de la première rangée doit rester dégagé de tout objet personnel puisqu’il n’est pas possible de les sécuriser correctement. EN

Please ask your cabin crew if you have any questions. Pour toute question, veuillez vous adresser à votre personnel de cabine.

AUTUMN 2021

121


#SpottedByTravellers Join the Luxair Spotters community and your photos may be published in this magazine! Rejoignez la communauté des Luxair Spotters et vos photos seront peut-être publiées dans ce magazine !

Marchez une dizaine de minutes depuis les Machines de l’Île et vous trouverez ces anneaux typiques de la ville de Nantes situés sur le quai des Antilles (au Hangar à bananes). Les Anneaux de Buren sont devenus l’un des lieux les plus emblématiques de la ville, pour une balade entre culture et authenticité.

NANTES spotted by ALIZÉE

NANTES, FRANCE

It was the most beautiful bookshop I had ever seen. And the more thoroughly you explore it, the more discoveries you make. I had never seen so many books, old and new, in one place. CALLE LUNGA SANTA MARIA FORMOSA, VENICE

VENICE spotted by JILP95

LANZAROTE spotted by MOKKA

This photospot is located in the main entrance of the Palace Downtown hotel. On the right side is a bar with a nice view on Burj Khalifa. I love this spot because it is one of the most amazing views on Burj Khalifa. SHEIKH MOHAMMED BIN RASHID BOULEVARD, DUBAI

This photo was taken next to the crater lake, Charco Verde. A very nice place. EL GOLFO, LANZAROTE, CANARY ISLANDS, SPAIN

DUBAI spotted by SPICTURES

122

AUTUMN 2021

Share your unforgettable experiences on luxairspottedbytravellers.lu luxairspottedbytravellers.lu.


Family movers, do your thing Visit ing.lu/welcome

ING Luxembourg S.A. - 26, Place de la Gare, L-2965 Luxembourg - R.C.S. Luxembourg B.6041 - TVA LU 11082217 - ing.lu


SEE YOU IN

© METAFORM architects

DUBAI

Téléchargez l’app Smart PostCard et envoyez une vraie carte postale depuis votre mobile ! Download the Smart PostCard App and send a real postcard from your mobile !

1 carte gratuite / 1 free card code promo / promo code: SMILE * POST Luxembourg est partenaire du pavillon luxembourgeois à EXPO 2020 DUBAI * Le code promo n’est valable qu’une seule fois pour 1 Smart PostCard. Il est également utilisable avec la Smart PostCard «vidéo», contre paiement d’un supplément. / * The promo code is only valid for 1 Smart PostCard. For an additional fee, it can also be used with a «video» Smart PostCard.