Page 1

cover+bund.qxd

09.10.2003

11:13 Uhr

Seite 1

Maurice Lam (Deloitte)

5€ | www.paperJam.lu

» paperJam Business Magazine #11.2003

L'opportunité dans la crise

Business Magazine #11.2003


32347.P_T.Ann. PaperJam.G 1

1/10/03, 8:37:21


1_actu.qxd

08.10.2003

13:14 Uhr

Seite 003

edito

GUEST WRITER: Jean-Pierre Mullenders (jean-pierre_mullenders@randstad.lu) est Directeur de Randstad Interim à Luxembourg

edito

Être, avoir… En participant récemment à un cours de langue luxembourgeoise, je ne sais pourquoi, mais je me pris à réfléchir sur le fait que les deux premiers verbes que l'on étudie dans toute formation linguistique sont les auxiliaires "avoir" et "être". Il est déjà amusant de constater que la grammaire qualifie d'auxiliaires deux mots aussi fondamentaux. Un paradoxe de plus, quoique… En effet, je constate combien nous nous définissons par rapport à l'avoir et l'être. L'avoir qui renvoie à la possession et souvent à la sphère matérielle, l'être qui ressort de notre essence la plus fondamentale. Et cette réflexion prend d'autant plus de sens dans le monde contemporain, celui des changements sans cesse plus rapides, voire chaotiques. Le contexte socio-économique en fournit des illustrations en suffisance. Evolution, réorganisation, mutation, révolution, adaptation: que cachent ces mots au-delà de leur prétendue signification à courir derrière une productivité sans cesse plus exigeante? Et puisque nous en sommes à enfoncer des portes déjà largement ouvertes, allons-y de bon cœur! Le décor est planté… Tout nous pousse à posséder sans cesse davantage: les produits nouveaux nous promettent un bonheur à peine imaginable la semaine précédente; il s'agit de les avoir le plus vite possible. Bien, mais quid de l'être? La boulimie de posséder, oui! Mais pourquoi? Ceci me rappelle cet ami que je rencontrais il y a quelques jours et qui était fier de me montrer sa nouvelle acquisition: un système "haute fidélité" qui réunissait à peu près autant de technologie de pointe qu'un lanceur de satellite. Ce bijou lui permet de se plonger au cœur d'un orchestre mieux que n'importe quel chef. Mais de quoi mon ami se réjouit-il vraiment? D'avoir pu acquérir le dernier cri en la matière ou d'être un mélomane? Confronté tous les jours au problème du recrutement, j'établis un lien direct avec certains candidats; ceux qui sont obnubilés par la préoccupation d'avoir. Avoir un emploi, avoir un statut valorisant, avoir les avantages découlant de la situation… certes toutes motivations parfaitement légitimes mais dans quelle mesure "l'avoir" ne vient-il occulter "l'être"? Comment faire meilleure impression si ce n'est en donnant, dans ce contexte, une forme de priorité à l'être. Etre compétent, être spécialisé, être professionnel, être expert… Entendons-nous, il ne s'agit pas de faire un choix mais de souligner la dimension de ces concepts, leur complémentarité, leur imbrication. Je suis un être humain et à ce titre j'ai des émotions… Et puis il y a ce clin d'œil: attention aux mélanges malheureux comme le "has been"…  paperJam 11.2003

Edito 003


annonce paperJam168x237

18/09/03

16:39

Page 1

L U X E M B O U R G SCHOOL

of FINANCE

M.S. in Banking and Finance For the second time, starting in January of 2004, the Luxembourg School of Finance (LSF) will offer a M.S. in Banking and Finance with a cross-functional curriculum designed around the concepts of value creation and risk. If you are an outstanding and highly dedicated individual with a University Degree, make this your opportunity to study in a multicultural and international environment.

Part-time study for professionals (60 days spread over 2 years) Courses given entirely in English Balanced approach to business education (linking theory to realworld business) Applied research in banking and finance is stressed throughout the program Focus on independent and original Master’s Thesis

The LSF is committed to creating business leaders in banking and finance. Our award-winning faculty is recruited from leading institutions and recognized worldwide for excellence in teaching and research. Many are active professionals with close links to corporate networks. The Luxembourg School of Finance is the Department of Finance of the University of Luxembourg. For more information phone (352) 261144-1 or contact info@lsf.lu Enrollment starts immediately. Visit us at www.lsf.lu


1_actu.qxd

08.10.2003

13:14 Uhr

Seite 005

paperJam 11.2003 sommaire 010  Aux urnes, salariés! // Les élections du 12 novembre vont-elles changer la donne sociale au Luxembourg? A 7 mois des échéances législatives, les enjeux ne manquent pas...

032  La bureaucratie en marche... // La loi sur la Protection des données personnelles reste difficile à mettre en oeuvre pour les entreprises privées et publiques.

010 Aux urnes, salariés!

Les élections sociales approchent. L'OGBL et le LCGB fourbissent leurs armes et devront composer avec un troisième larron, la toute nouvelle Fédération Syndicale…

036  10 millions de m3 à gérer différemment // La réforme de l'administration des bâtiments publics est en chantier. La tâche n'est pas mince.

038  Blitz in The Box… // … avec Global Golf Solutions, à l'occasion de la présentation officielle du Magazine Bureautec, aux Foires Internationales, le 23 septembre.

042  News Express // 043 Gouvernement - Droit des actionnaires minoritaires: rien ne bouge >>> 044 FRS - Une nouvelle banque suisse cliente >>> 046 Chambre de Commerce - Lutte contre le terrorisme: attention à l'excès >>> 050 Ikogest - Le bouquet pour l'Atrium >>> 051 Design Luxembourg Droits d'auteur et éthique >>>

Coverstory:

080

080  Maurice Lam: "Toute crise apporte un certain nombre d'opportunités" //

Coverstory "Toute crise apporte un certain nombre d'opportunités" Maurice Lam, managing partner de Deloitte à Luxembourg, revient sur le nouveau branding de la firme et sur les raisons qui ont poussé la société à conserver les activités de conseil.

086 Dossier productivité Etat des lieux et réflexions sur le concept de productivité: les mesures, les façons de l'influencer. Si le capital humain en demeure un des piliers, il n'est pas possible de négliger une organisation et un management performants.

Contrairement aux autres grands cabinets internationaux, Deloitte a décidé de conserver les activités de conseil, dans une volonté de renforcer ses compétences multidisciplinaires.

Dossier Bureautec: 086  Productivité rime avec compétitivité // La mesurer, c’est une chose, l’influencer en est une autre. De la définition de concepts aux outils qui augmentent ses performances….

092  Au commencement il y a l’Homme… // L’un des piliers de la productivité reste le capital humain.

098  Organisation & management: clé de voûte de l’efficacité // Les meilleurs outils et le personnel le plus compétent ne peuvent faire l’économie d’une organisation et d’un management performants.

paperJam 11.2003

Sommaire 005


KPMG

30.05.2003

6:20 Uhr

Seite 1

©2003 KPMG, the Luxembourg firm of KPMG International, a Swiss non-operating association. All rights reserved.

When everything’s on the line,

two things are essential.

Integrity and quality.

audit experts comptables financial advisory services financial engineering risk advisory services tax advisers

www.kpmg.lu

Confidence in the integrity of your numbers has never been more critical. Especially now—when your name is on the line. And that’s where KPMG comes in. Over the years we’ve developed many industry-leading initiatives to enhance communications and knowledge sharing, and help us deliver quality audit and tax services. The kind of services our clients rely on and audit committees, shareholders and the public demand. Because in this environment, integrity and quality are everybody’s bottom line. For more information, please contact Nathalie Mayérus on + 352 22 51 51 901 or nathalie.mayerus@kpmg.lu


1_actu.qxd

08.10.2003

14:06 Uhr

Seite 007

paperJam 11.2003 sommaire IT & Télécoms, Internet: 024  WI-Fi, une longueur d'avance ? //

La norme Wi-Fi cherche à s'imposer comme concurrent direct de la téléphonie de troisième génération.

040  Bureautec: la qualité avant la quantité // Le bilan de l’édition 2003 du salon Bureautec semble mitigé mais la satisfaction est tout de même de mise chez bon nombre d’exposants.

018

060  IT & Télécoms // Les dernières nouveautés du

PSF

monde de l'IT et des Télécoms.

La nouvelle législation, entrée en vigueur au 1er octobre, suscite bien des interrogations et des inquiétudes auprès des sociétés télécoms et informatiques.

Management, RH & Formation: 028  Petit HR One devient grand // L'initiative B2B en matière de ressources humaines a pris, en un an, une nouvelle dimension. 052  People // Les mouvements des décideurs luxembourgeois ces dernières semaines.

055  Sondage Monster-paperJam //

024 Le Wi-Fi L'Internet sans fil prend ses marques, doucement mais sûrement. A Luxembourg, beaucoup y pensent, mais les initiatives sont encore rares.

Pensez-vous que l'âge soit un facteur de discrimination…dans votre entreprise?

068  Agenda // Formations, séminaires, conférences, foires et salons.

Finance: 018  PSF: les enjeux de la nouvelle législation // La loi sur les professionnels du secteur financier risque de changer la donne côté prestataires informatiques et télécoms.

056  LuxX Inside: Arcelor a encore de la marge // Valeur cyclique par excellence, l'action Arcelor devrait bénéficier de sa politique de marges au moins autant que des synergies de la fusion de 2002.

108 TimeOff: Franco Fuzio, du Restaurant Mère Nature, nous propose… … Les Linguine aux langoustines.

058  Place financière: la force par l'union // L'initiative Luxwinners souhaite promouvoir une place financière hautement professionnelle.

Communication: 074  BWD // Les derniers sites Internet luxembourgeois. 076  Les dernières campagnes // de communication au Luxembourg.

Time Off: 104  Time Off // Salvat: “Le champagne: un moment d’exception…” Entretien avec …Gérard Wengler (Wengler Châteaux et Domaines), à l'occasion du 3e Tournoi de Pétanque Veuve Clicquot Ponsardin >>> Resto News >>> 108 La recette du mois: les Linguine aux langoustines. paperJam 11.2003

Sommaire 007


Looking for secure, flexible and fully reliable IP-VPNs?

Trust COLT Telecom. La plupart des réseaux IP-VPN sont basés sur des infrastructures très diverses, provenant de différents fournisseurs et peu satisfaisantes en termes de performance et de fiabilité. Trop souvent, les bénéfices escomptés sont aussi virtuels que le VPN lui-même. Les solutions IP-VPN de COLT sont très différentes. Basées sur l’infrastructure IP propre de COLT, contrôlées et gérées de bout en bout, elles offrent également un niveau de sécurité exceptionnel grâce à l’utilisation de techniques d’encryptage 3DES, de tunnels IPSec, de serveurs gérés sur site et d’un environnement PKI ultra-performant. Elles offrent aussi une flexibilité totale afin de pouvoir être adaptées selon l’évolution de vos besoins. C’est pourquoi nous supportons toutes les typologies, du site central aux sites distants et jusqu’aux réseaux à maillage complet.

dans la gestion de réseaux data auprès de milliers d’entreprises en Europe. Les solutions COLT IP-VPN sont évidemment garanties par un Service Level Agreement couvrant la disponibilité du réseau, la perte de paquets, la surveillance 24 heures sur 24, le rapportage des performances en temps réel, etc. Si vous voulez, vous aussi, plus que des réponses virtuelles pour vos projets IP-VPN, contactez-nous dès à présent au +352 26 20 27 46 ou par e-mail à info@colt-telecom.be Vous pouvez également visiter notre site web sur www.colt-telecom.be

Notre approche globale s’accompagne d’une expérience inégalée dans la mise en place et

DATA

IP-VPN

BANDWIDTH

VOICE

INTERNET

HOSTING


1_actu.qxd

09.10.2003

14:20 Uhr

Seite 009

about en couverture Maurice Lam (Deloitte) photo Eic Chenal (Blitz) www.blitz.lu

EDITEUR Editions Mike Koedinger S.A. télephone +352 - 29 66 18 -1 fax +352 - 29 66 19 e-mail info@mke.lu url www.mke.lu bureaux 39, rue Anatole France, Luxembourg-Bonnevoie courrier BP 728, L-2017 Luxembourg directeur de la publication Mike Koedinger (29 66 18 -66) mike.koedinger@mke.lu administration Stéphanie Simon (-29) stephanie.simon@mke.lu Isabelle Ney (-20) office@mke.lu

REDACTION

about

télephone +352 - 29 66 18 -(+extension) fax +352 - 29 66 19 e-mail press@paperJam.lu url www.paperjam.lu comité de rédaction Corine Barella, Eric Chenal (Blitz), Francis Gasparotto (tempo!), Jean-Michel Gaudron, Mike Koedinger, Carlo Schneider (tailormade) rédaction Jean-Michel Gaudron (-48) jean-michel.gaudron@mke.lu Corine Barella (-45) corine.barella@paperjam.lu rédaction “time off” Jacques Demarque jacques.demarque@mke.lu photographie Eric Chenal (Blitz), David Laurent (Blitz) www.blitz.lu Jacques Demarque illustration H! (Bruxelles) communiqués de presse Merci de nous faire parvenir vos communiqués de presse de préférence en trois langues (F, D, GB) accompagnés d’illustrations à l’adresse e-mail press@paperJam.lu ou par courrier BP 728, L-2017 Luxembourg. Newsletter électronique Parution vendredi. Abonnement gratuit depuis www.paperJam.lu

PUBLICITE tempo! S.A. télephone +352 - 29 66 18 -(+extension) fax +352 - 26 29 66 20 e-mail info@tempo.lu url www.tempo.lu directeur associé Aurelio Angius (-35) aurelio.angius@tempo.lu chef des ventes Francis Gasparotto (-33) francis.gasparotto@tempo.lu consultant Jacques Demarque jacques.demarque@mke.lu

PRODUCTION directeur artistique Guido Kröger (xGraphix) guido@xGraphix.de composition/mise en page Marc Berens, Kathrin Köhler, Katharina Kowol, Natalia Vistas (xGraphix) www.xGraphix.de impression Victor Buck www.victor-buck.com

DIFFUSION abonnements Par virement au compte BCEE IBAN LU87 0019 1655 8851 4000 Standard: 10 numéros/an: 40 €. Entreprises: 3 x 10 numéros/an: 80 € Tarifs internationaux et formules de grand volume disponible sur demande. diffusion Luxembourg Messageries Paul Kraus disponible également chez Luxair Business Lounge (Aéroport Findel), Grand Hôtel Mercure, Hilton, Hôtel Parc Belair, Le Royal, Sheraton, Sofitel, Novotel. Vous voulez aussi proposer paperJam à vos clients? Contactez Aurelio Angius au 29 66 18 -35. © Editions Mike Koedinger S.A. Tous droits réservés. Toute reproduction, ou traduction, intégrale ou partielle, est strictement interdite sans l’autorisation écrite délivrée au préalable par l’éditeur.

paperJam 11.2003

About 009


1_actu.qxd

09.10.2003

10:59 Uhr

Seite 010

actualité

rnes, Aux urnes, Aux urnes, Aux urnes, Aux urnes, riés! Aux urnes, Aux urnes, salariés! Aux urnes, salariés! Aux urnes, salariés! urnes, salariés! salariés! salariés!

salariés! salariés! ariés!

 Les élections du 12 novembre vont-elles changer la donne sociale au Luxembourg? A 7 mois des échéances législatives, les enjeux ne manquent pas...

TEXTE JEAN-MICHEL GAUDRON PHOTOS DAVID LAURENT (BLITZ)

Le 12 novembre prochain, les élections sociales occuperont le devant de l'actualité. Tous les salariés travaillant au Luxembourg, qu'ils soient Luxembourgeois, résidents étrangers ou même travailleurs frontaliers, sont appelés à élire leurs représentants dans les délégations du personnel, ainsi que de décider de la représentation des organisations syndicales au sein de la Chambre des Employés Privés, de la Chambre du Travail et de la Caisse d'Assurance Maladie. Cela

010 Actualité

paperJam 11.2003

représente, au total, pas moins de 250.000 électeurs potentiels. Suite aux dernières élections de 1998, sur les 32 sièges à pourvoir au niveau de la Chambre du Travail, l'OGBL en détient 19 et le LCGB 11. Le rapport de force est plus équilibré au sein de la CEP-L, avec 12 sièges pour l'OGBL et 9 pour le LCGB. Que les employés puissent, de la sorte, avoir directement leur mot à dire dans la politique sociale du pays est un privilège que Français, Belges ou

Allemands seraient en droit d'envier jalousement. Pour autant, cela n'est, en aucune façon, la garantie d'une participation élevée à ces scrutins, ce qui ne manque pas de chagriner les principaux concernés: les syndicats. 

John Castegnaro (OGB-L): “Nous ne cherchons pas spécifiquement UN allié, mais DES alliés”


1_actu.qxd

08.10.2003

13:14 Uhr

Seite 011

actualité

!

paperJam 11.2003

Actualité 011


1_actu.qxd

09.10.2003

14:21 Uhr

Seite 012

actualité  "Il faut qu'il y ait une prise de conscience de la part des milliers de travailleurs frontaliers et luxembourgeois estime John Castegnaro, président du syndicat OGBL (Onofhängege Gewerkschaftsbond Lëtzebuerg - Confédération syndicale indépendante du Luxembourg) pour quelques mois encore. Il s'agirait là d'une réelle expression de solidarité. L'absentéisme nuit, évidemment, dans la perspective des discussions sur la représentativité des syndicats. Il est vrai que les travailleurs frontaliers ont sans doute l'impression de se retrouver entre deux chaises, avec, à la fois, la complexité de leur pays… et la nôtre! A nous de savoir créer une ambiance collégiale. N'oublions pas que les richesses de ce pays, on les doit aussi aux nonLuxembourgeois".

Un effort particulier vers les Frontaliers Principale force syndicale du pays, l'OGBL, qui revendique 55.000 membres, aura une nouvelle fois l'occasion de tester sa

puissance en face de l'autre "grand" que représente la LCGB (Lëtzebuerger Chrëschtleche Gewerkschaftsbond) et ses 37.000 membres. "L'OGBL demeurera certainement le syndicat le plus représenté à la chambre du Travail, mais vu de façon réaliste, nous avons nos chances de devenir le premier syndicat pour la Chambre des Employés privés" estime Robert Weber, président du LCGB, lui aussi préoccupé du prévisible taux élevé d'abstention: "N'oublions pas qu'il s'agit d'élections libres, qui ne sont pas obligatoires. Le fait que les secteurs économiques qui, traditionnellement, emploient beaucoup de nonLuxembourgeois et frontaliers, enregistrent toujours une faible participation montre que nous n'avons pas réussi à mobiliser cet électorat, ou bien qu'il a mal compris les enjeux de ces élections". Les deux centrales ont clairement essayé de tirer les conclusions des derniers scrutins et développent leurs contacts audelà des frontières, allant chercher les Frontaliers sur leurs lieux de vie.

“Je suis contre le morcellement de la scène syndicale” FRANÇOS BILTGEN, MINISTRE DU TRAVAIL

012 Actualité

paperJam 11.2003

Cette année encore, la lutte aurait pu se limiter à ces deux seuls poids lourd du syndicalisme luxembourgeois. Mais un troisième acteur a, tout récemment, fait son entrée, sur la scène et entend bien ne pas y faire que de la figuration: le 10 février dernier, l'ALEBA (Association luxembourgeoise des employés de banque et assurance, forte de 13.000 membres) s'est unie avec l'UEP (Union des Employés Privés) la NGL (Neutral Gewerkschaft Lëtzebuerg - Syndicat neutre du Luxembourg) et le SNEP (Syndicat National des Employés Privés) au sein d'une même entité, la Fédération syndicale (FS), revendiquant un total de 20.000 membres. Le premier congrès national, tenu fin septembre, a confirmé, à sa tête, Marc Glesener, le président de l'ALEBA. Pour ALEBA, l'objectif est clair: profiter du poids d'une action commune pour se faire une place au soleil en dehors du seul secteur bancaire et financier dans lequel, d'ailleurs, il n'a pas forcément partout les pleins pouvoirs, même si elle affiche une représentativité de 75% des employés privés au sein du secteur "banques et assurances" (6 sièges sur 8). La défection récente, à la Banque Générale du Luxembourg, des délégués ALEBA (qui ont rejoint l'alliance LCGB-SESF, Syndicat des employés du secteur financier) a néanmoins bouleversé la donne lors des élections sociales anticipées qui se sont tenues en février: le syndicat bancaire n'a pu sauver que deux sièges, alors que l'OGBL en obtenait 9 sur 18 et le SESF-LCGB passait de 1 à 7 sièges... Au cœur du message de la FS: la neutralité politique. "On veut montrer que le syndicalisme peut se faire en dehors de tout 


DHL-Paperjam11

06.10.2003

17:28 Uhr

Seite 1

Plus de rapidité pour vos envois de poids. Vous souhaitez expédier des documents ou une imprimante laser ? Peu importe. En effet, quel que soit le poids

de votre envoi, DHL le transporte sans difficulté. Notre réseau mondial nous permet d’envoyer vos produits aux quatre coins du monde. Par route, par mer ou par air. Partout vous pouvez compter sur un service de qualité identique. Alors, besoin d’un poids lourd du transport express? Appelez le +352 35 09 09 ou rendez-vous sur www.dhl.lu. Nous sommes prêts à démarrer au quart de tour.


1_actu.qxd

08.10.2003

13:14 Uhr

Seite 014

actualité  carcan

politique affirme Gilles Steichen, vice-président de l'ALEBA. Le mariage avec la politique est un des reproches que l'on peut faire aux autres syndicats. Or, pour avoir une opinion objective et représenter la base, c'est-à-dire ceux qui gagnent leur argent pour vivre, il ne faut pas de lien avec le politique. Un syndicaliste ne devrait, en tous les cas, pas l'accepter". L'objectif de la FS est clairement affiché: prendre une place digne de ce nom dans l'ensemble des secteurs d'activité du pays et, rêve suprême, entrer de plein-pied dans les négociations tripartites afin de changer ses dimensions. "Pour l'heure, les tripartites se font toujours derrière une porte fermée: les gens intéressés à la base n'y ont pas accès. Elles sont trop dirigées par la politique" regrette M. Steichen, agacé, par ailleurs, que le ralentissement économique serve encore de prétexte à certaines organes de directions de banques pour justifier des licenciements. "Il n'a plus de raison d'être aujourd'hui. Sans doute ces dernières années certains ont-ils trop bien vécu, mais pas forcément ceux concernés par les conventions collectives".

La représentativité en ligne de mire Voilà donc le décor planté et les acteurs bien en place. Le scénario, lui, est, évidemment, loin d'être écrit à l'avance et deux grands enjeux se dessineront en filigrane de cette échéance de novembre. Le premier concerne l'épineux sujet de la représentativité nationale des syndicats. Le 5 novembre dernier, le ministre du Travail et de l'Emploi François

014 Actualité

paperJam 11.2003

Biltgen a déposé le Projet de loi concernant les relations collectives de travail. Un texte qui prévoit notamment qu'un syndicat, pour obtenir une représentativité nationale, doit avoir obtenu, lors des deux dernières élections aux chambres professionnelles, une moyenne de 20% des suffrages chez les ouvriers et les employés, ainsi qu’une moyenne de 15% des suffrages dans chacune des deux catégories. "Ce qui m'importe, c'est d'avoir des syndicats réellement nationaux explique le ministre Biltgen. Je suis contre le morcellement de la scène syndicale et je tiens à conserver un pluralisme sans querelle, ni éclatement de la scène syndicale, ni émergence de syndicats-maison". Ce texte, "important et juridiquement difficile" selon M. Biltgen, est actuellement suspendu à l'avis du Conseil d'Etat, lui même dans l'attente de recevoir les avis de l'ensemble des chambres professionnelles. "Mais je constate que les syndicats cherchent à se positionner clairement dans cette perspective et la création de la FS me remplit d'une certaine satisfaction. Il s'agit, en quelque sorte, d'un succès pédagogique et on peut deviner que ce projet de loi a influencé la préparation des élections à venir" estime-t-il.

Actions syndicales politisées? Qui dit élections pense, immanquablement, à l'échéance politique de juin 2004, de laquelle sortira le nouveau (?) gouvernement appelé à diriger le pays pour les cinq prochaines années. Il n'est un secret pour personne que l'OGBL a plus d'affinités avec le parti socialiste, alors que le LCGB serait plutôt tourné vers le CSV. Faut-il, dès lors,

imaginer de quelconques extrapolations entre ce qui se passera le mois prochain et la perspective des législatives de juin? L'annonce de la candidature de John Castegnaro sur la liste socialiste de la circonscription Sud des prochaines élections législatives est, évidemment, de nature à alimenter la discussion, même si ce pas politique important n'a été franchi que dans la seule perspective d'un abandon, d'ici à un an, de ses fonctions à la tête de l'OGBL. La position très consensuelle prise, par ailleurs, au regard du budget 2004 présenté par le gouvernement n'est, du reste, pas non plus de nature à calmer les esprits chagrins. "En 1998, l'OGBL avait gagné les dernières élections sociales, et quelques mois après, le LSAP a perdu les élections législatives" rappelle John Castegnaro, qui insiste sur l'absence de tout lien direct entre les deux entités. "Notre souhait est de dialoguer en permanence avec tous les partis et de collaborer avec tous les gouvernements. Nous ne cherchons pas spécifiquement UN allié, mais DES alliés. Et puis ce qui compte aussi, c'est que, au-delà de nos propres intérêts, ce soit l'action syndicale en général qui gagne en importance. A ce titre, j'ai accueilli très favorablement la création de la FS. Je me pose néanmoins la question de savoir si la construction tiendra le coup longtemps. Il faudrait vraiment une organisation réellement unitaire et non pas un pot-pourri". 

Robert Weber (LCGB): “Les deux grandes centrales syndicales ont décidé de mener ces élections dans la sérénité”


1_actu.qxd

08.10.2003

13:14 Uhr

Seite 015

actualité

paperJam 11.2003

Actualité 015


1_actu.qxd

09.10.2003

14:21 Uhr

Seite 016

actualité Elections, mode d'emploi

Qui vote pour quoi ? Les élections sociales du prochain mois de novembre touchent plusieurs domaines. Le scrutin le plus "classique" concerne l'élection des délégations du Personnel dans les entreprises occupant au moins 15 salariés. Jusqu'au nombre de 100 employés (c'est-à-dire pour un maximum de quatre délégués élus, un supplémentaire par tranche de 25 employés), le vote se fait à la majorité simple. Au-delà (à partir de cinq délégués, avec un délégué supplémentaire par tranche de 100 employés), le vote se fait à la majorité proportionnelle. Mais l'échéance électorale concerne également la représentation des organisations syndicales au sein des chambres Professionnelles: la Chambre de Travail et celle des Employés Privés participent ainsi au processus législatif. Les travailleurs (y compris les travailleurs frontaliers) désignent, dès le mois d’octobre, par un vote par correspondance, leurs représentants dans ces chambres. Enfin, il s'agira pour les employés, d'élire les représentants du salariat dans les organes de gestion des Caisses de Maladie (et partant, dans les caisses de pension). Là aussi, le vote par correspondance a lieu dès le mois d'octobre. Tout travailleur sans distinction de sexe et de nationalité, âgé de 18 ans accomplis le jour de l'élection, et lié à son entreprise depuis au moins six mois est susceptible de voter. En août dernier, Jean Zahlen, Premier conseiller de gouvernement au ministère du Travail et de l’Emploi, a procédé au tirage au sort des numéros de liste uniques à utiliser pour ces scrutins: 1

LCGB - Lëtzebuerger Chrëschtleche Gewerkschaftsbond

2

CGFP - Confédération Générale de la Fonction Publique

3

OGB-L - Onofhängege Gewerkschaftsbond Lëtzebuerg Confédération syndicale indépendante du Luxembourg

4

FEP-FIT et Cadres

5

FGFC - Fédération Générale de la Fonction Communale

6

Bauerenzentral

7

CLSC - Confédération luxembourgeoise des Syndicats chrétiens

8

CGFP Universitaires FEDUSE/CGFP

9

Fédération syndicale ALEBA/UEP-NGL-SNEP

10 Syprolux-Syndicat chrétien des cheminots luxembourgeois 11 Neutrale Verband Gemeng Lëtzebuerg Déi Neutral 12 FNCTTFEL-Landesverband 13 FLB Fräie Lëtzebuerger Baureverband

016 Actualité

paperJam 11.2003

La sérénité avant tout Du côté de la LCGB, le simple fait d'évoquer une "politisation" de l'action syndicale pourrait presque donner de l'urticaire à Robert Weber, qui préfère, à l'avance, dépassionner un climat que d'aucuns souhaiteraient conflictuels entre les deux grandes centrales syndicales. "Chacun a beaucoup travaillé de son côté et fait croître le nombre de ses adhérents. Chacun gagnera aussi en sièges, mais nos deux centrales ont décidé de mener ces élections dans une certaine sérénité, assure-t-il. Il ne s'agit pas de boxeurs sur un ring! Sur beaucoup de dossiers, nous travaillons de toute façon ensemble: le comité de l'emploi, la tripartite du 17 novembre ou encore la très importante assemblée générale des caisses de maladie du 14 novembre. Quant à la FS, que l'on présente comme 3e pilier, il ne représente rien du tout à mes yeux. Je n'ai pas vu, ces dernières années, de travail syndical, même chacun séparément". Alors que la représentativité des syndicats est en chute libre dans un pays comme la France, la persévérance du "modèle luxembourgeois" fait qu'elle a certainement encore de belles heures devant elle au Grand-Duché. Et la délicate assemblée générale annuelle des Caisses de maladie, programmée le 14 novembre, sur fond de déficit (85 millions d'Euro, pas loin d'être "abyssal" à l'échelle du pays) donnera encore l'occasion à chacun de privilégier à nouveau l'union sacrée quelques heures à peine après en avoir décousu au sein des entreprises. 

Gilles Steichen (ALEBA): “Le syndicalisme peut se faire en dehors de tout carcan politique”


1_actu.qxd

08.10.2003

13:14 Uhr

Seite 017

actualité

paperJam 11.2003

Actualité 017


1_actu.qxd

09.10.2003

11:02 Uhr

Seite 018

actualité

P S F : les enjeux

de la nouvelle législation  La loi sur les PSF risque de changer la donne du côté des prestataires informatiques et télécoms. TEXTE CORINE BARELLA PHOTO ERIC CHENAL (BLITZ)

La nouvele législation est entrée en vigueur ce 1er octobre. La Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) a d'ailleurs promis dans sa newsletter n°32 du 11 septembre dernier de publier, ce mois-ci, une analyse des conséquences pratiques liées aux nouvelles dispositions prévues par le texte. L’objectif affiché par le législateur est de renforcer le contrôle de la CSSF sur les acteurs du secteur financier, afin de mieux préserver encore le secret professionnel: "La loi vise à assurer que l’intégralité du secteur financier soit soumise à une surveillance prudentielle. Elle définit par ailleurs de nouvelles catégories de PSF, correspondent à des

018 Actualité

paperJam 11.2003

activités existantes, à savoir l’octroi de crédits, y compris l’affacturage et le crédit-bail assorti d’une option d’achat, ainsi que les activités de prêt et d’emprunt de titres, mais aussi à des activités résultant des phénomènes de spécialisation et d’outsourcing, comme les agents administratifs du secteur financier, les agents de communication à la clientèle, les opérateurs de systèmes informatiques et de 

Yves Decoster (PwC): “Il reste quelques zones grises concernant le volet PSF informatique”


1_actu.qxd

08.10.2003

13:15 Uhr

Seite 019

actualité

paperJam 11.2003

Actualité 019


1_actu.qxd

08.10.2003

13:15 Uhr

Seite 020

actualité 

réseaux de communication du secteur financier ainsi que les professionnels effectuant des services de constitution et de gestion de sociétés" peut-on lire dans lq newsleter de la CSSF. "Certaines personnes pensent à tort que cette loi est un incitant à l'externalisation, explique Yves Decoster directeur au département Global Risk Management Solution Advisory de PricewaterhouseCoopers (PwC). "La CSSF a légiféré parce qu'elle reçoit de plus en plus de demandes d'externalisations. Cette loi lève certaines zones grises par rapport à des activités qui n'étaient pas encore surveillées". Le cabinet d'audit et de conseil a commencé, il y a plusieurs mois déjà, à informer ses clients de la nouvelle réglementation. Emmanuelle Caruel-Henniaux, directrice au sein du département Regulatory Compliance Advisory Services de PwC, explique les grandes lignes : "Cette nouvelle loi autorise plus de possibilités d'externalisation que par le passé, en terme d’outsourcing de fonctions de support ou d’outsourcing informatique. Il est désormais possible d'externaliser certaines fonctions auprès d'une société tierce hors groupe, à certaines conditions: que la société tierce soit une société de droit luxembourgeois située à Luxembourg et enfin que cette société soit détentrice d'une licence du ministère des Finances pour opérer au Luxembourg, et ainsi soumise à la surveillance de la CSSF". Trois catégories principales de PSF peuvent bénéficier de l'outsourcing: les opérateurs de système informatique et télécoms, les agents administratifs et les agents de communication à la clientèle. Côté positif, la possibilité d'outsourcing du back office. "Jusqu’ici, chaque banque et chaque opérateur financier devaient posséder son propre back office, précise Emmanuelle Caruel-Henniaux. Or il existe, au Luxembourg, une multitude de gérants de fortune et de distributeurs de parts OPC, comptant le nombre strict de personnes requises par la loi. En pratique, certains de ces opérateurs financiers externalisent leur back office à leur maison mère, avec l’accord de la CSSF. La nouvelle réglementation offre désormais la possibilité de mutualiser le back office, sur le territoire luxembourgeois, par exemple, trois gérants de fortune pourraient partager un back office commun, tout en veillant au respect du secret professionnel luxembourgeois. La réglementation luxembourgeoise stipule, en effet, que les PSF doivent respecter le secret professionnel et peuvent ainsi techniquement avoir accès à des données confidentielles".

Conditions financières controversées Une des conditions non négligeable, mais également très controversée, tient dans l'exigence d'un capital minimal. Pour les PSF administratifs et informatiques, il s'élève à 1,5 millions d'Euro, et pour le PSF

020 Actualité

paperJam 11.2003

"agent de communication à la clientèle" à 370.000 Euros. Côté IT et télécoms, c'est loin d'être l'enthousiasme. "Beaucoup sont attentistes du fait de ce capital élevé et vont voir ce que les poids lourds du secteur, comme IBM, obtiennent comme marché avant de se lancer. Ce qui change principalement, c’est que si vous outsourcez l’informatique à l’intérieur du pays à un PSF reconnu, ce prestataire est maintenant autorisé à héberger les données confidentielles qui lui sont confiées, sans qu'il soit désormais nécessaires de les rendre anonnyme", précise Yves Decoster. "Il reste néanmoins quelques zones d’ombre dans le volet PSF informatique, ajoute-t-il. Beaucoup envisagent l'externalisation à un PSF luxembourgeois, qui luimême va outsourcer à sa maison mère. Est-ce possible? Outsourcer à un PSF luxembourgeois aucun problème. En revqnche, que le PSF informatique externalise à sa maison mère, c’est moins évident car il se doit de respecter les critères de la circulaire 96/126 toujours en vigueur". L'une des conditions à remplir, qui l’est rarement, est que la société mère étrangère soit dûment surveillée par une autorité étrangère. Or les maisons mères ne sont pas liées au secteur financier et ne sont donc pas surveillées. Autre cas de figure: le PSF luxembourgeois gérant de fortunes qui externalise son informatique à sa maison mère, qui est bancaire, et qui n’est donc pas un PSF informatique. "Il faut alors se référer à la circulaire 96/126 qui stipule que les données clients doivent demeurer anonymes entre les deux professionnels, alors qu’ils font partie du même groupe (c’est de l’insourcing !). Si l’outsourcing se fait vers un PSF informatique dûment agréé, l’anonymat des données clients n’est plus obligatoire", précise Yves Decoster. Une banque pourrait solliciter l’agrément en tant que PSF informatique, ce type de demande risque d'être traitée au cas par cas par la CSSF. La société qui exerce déjà une activité qui tombe sous le coup d’un nouveau PSF doit demander l’agrément endéans les six mois. Cela signifie qu’au 1er avril 2004, il faut être en règle de licence, avoir constitué le capital, etc. Certains opérateurs IT et télécoms s'inquiètent de l'interprétation à donner aux dispositions concernant les PSF informatiques et télécoms. Certaines filiales des P&T s'interrogent sur les tenants et les aboutissants du nouveau statut. La première inquiétude concerne les conditions à remplir pour obtenir l'agrément PSF informatique et la seconde, concerne la nécessité pour certains opérateurs télécoms de demander ou non l'agrément. Premiers soucis pour le secteurm donc: le fait que le prestataire informatique remplissent deux grandes conditions : un capital de départ de 1,5 millions d'Euro, et des infrastructures qui ne servent qu'aux PSF. L’exigence d’un tel capital de départ induit, pour les professionnels du secteur, qu'il existe une volonté 


RENAULT- Espace

23.05.2003

21:27 Uhr

Seite 1

CRÉATEUR D’AUTOMOBILES

NOUVEL ESPACE. NOUVEAU LUXE.

Bienvenue à bord du Nouvel Espace. Ici vous attendent luxe, calme et confort poussé à l’extrême. Le conditionnement d’air automatique, par exemple, est à commande individuelle afin d’assurer à chaque passager bien-être et liberté. Un comble qui ne doit pas vous faire oublier que le Nouvel Espace, c’est aussi le plus grand toit ouvrant jamais imaginé, une modularité infinie et de nouvelles motorisations V6. Et si le vrai luxe, c’était le plaisir ? www.renault.lu

Essence : consommation moyenne (l/100 km) de 9,4 à 12,2. Emission CO2 (g/km) de 224 à 292. Diesel : consommation moyenne (l/100 km) de 6,8 à 9,5. Emission CO2 (g/km) de 183 à 252.


1_actu.qxd

08.10.2003

13:15 Uhr

Seite 022

actualité 

d'écrèmage de toute une série de petites sociétés IT et télécoms. Certains n'hésitent pas à dire qu'ils se sentent mis au pied du mur quand une proportion significative, mais pas majoritaire, de leur business est réalisée pour le secteur. Si les activités doivent être exclusivement au service des PSF, techniquement, cela signifierait, pour eux, la création d'une société qui travaille exclusivement pour les PSF. "Ai-je le droit d'avoir une société mère et une société fille? Et jusqu'où doit-on séparer les infrastructures dédiées aux PSF et aux non-PSF?" se demandent ainsi les prestataires du secteur informatique. Devant autant d'implications tant financières que techniques, certains ne pensent pas pourvoir être en règle endéans les six mois prévus par la réglementation. Il se murmure déjà que les professionnels pourraient faire payer au secteur financier cette nouvelle donne réglementaire plus contraignante, laquelle pourrait créer une inflation des prix des services IT et télécoms de l'ordre de 15 à 30%.

Flou artistique Certains petits prestataires travaillent avec de petites entités, par exemple des fiduciaires, qui risquent de faire appel appel, désormais, aux grandes acteurs de la place (Telindus ou IBM par exemple) lesquels pourraient alors tout à fait sous-traiter à des petits… "Comment la CSSF contrôlera-t-elle les sous-

“Outsourcer à un PSF luxembourgeois, pas de problème. en revanche, que le PSF informatique externalise à sa maison mère, ...” YVES DECOSTER, PWC 022 Actualité

paperJam 11.2003

traitants des PSF informatiques agréés?", s'interroge le secteur. Tous les prestataires informatiques ne sont pas visés par le nouveau statut de PSF informatique. Les vendeurs de software, ou encore les prestataires DRP (Disaster Recovery Planning) qui travaille en mirroring ou encore les gérants de comptes SWIFT n'entrent pas dans le cadre de la loi. Pourtant les sous-traitants qui gèrent des comptes SWIFT, pourraient se poser des questions et se demander s'ils vont devoir demander l'agrément. Rappelons, en effet, que la loi exclue spécifiquement P&T, Tango pour les SMS, et SWIFT. Autre question qui taraude les providers plus spécifiquement télécoms: faut-il ou ne faut-il pas un agrément PSF dans leur cas précis? Les providers Internet se sont regroupés au sein de l'ISPA pour poser la question à la CSSF. L'Internet Services Provider Association (ISPA) confirme n'avoir pas encore reçu de réponse à son courrier). Le secteur des télécoms est déjà soumis à la surveillance d’un régulateur qui lui est propre, en l’occurrence l'Institut Luxembourgeois de Régulation (ILR), et non pas de la CSSF. Or certains n'hésitent pas voir un recouvrement de compétences entre les deux régulateurs. D'autant que dans le cadre de la libéralisation des télécoms, toute la réglementation est en révision au sein de l'ILR en vue de respecter les directives européennes en la matière. Les prestataires télécoms s'inquiètent dès lors que la CSFF réglemente aussi leur secteur, en particulier concernant l'exigence d'un capital d'1,5 million d'Euro, d'autant que certains émettent même l'hypothèse que cette réglementation serait contradictoire avec les nouvelles règles régissant la libéralisation des télécoms. En tout état de cause, des éclaircissements sont attendus avec impatience par les acteurs économiques concernés. Les plus petites parmi les sociétés prestataires IT et télécoms regardent, prudentes, en direction des grands de la Place, et envisagent avec leur maison mère souvent, de revoir leur stratégie, et de délaisser leurs clients PSF dès lors qu'ils ne représentent pas une part importante de leur chiffre d'affaires. "Tous les acteurs ne semblent pas en avoir encore conscience, indique Emmanuelle Caruel-Henniaux (PwC) et certains envisagent même de ne pas demander l’agrément alors qu’ils comptent poursuivre leurs activités. La CSSF n’a aucun pourvoir sur les prestataires non agréés, mais elle a un pouvoir, sur l'organisme financier qui ne respecte pas les règles". La circulaire qui clarifie la mise en œuvre de la loi est donc très attendue. Affaire à suivre.  (1) La loi du 2 août 2003 portant modification de la loi du 5 avril 1993 relative au secteur financier et modification de la loi du 23 décembre 1998 portant création d’une commission de surveillance du secteur financier et modification de la loi du 31 mai 1999 régissant la domiciliation des sociétés a été publiée au Mémorial A n° 112 du 14 août 2003.


RENAULT-Teasing Espace

23.05.2003

21:22 Uhr

Seite 1

Et si le vrai luxe, c’était l’espace ?


1_actu.qxd

08.10.2003

13:15 Uhr

Seite 024

actualité

Wi-Fi: Une longueur d'avance ?

 La norme Wi-Fi cherche à s'imposer comme concurrent direct de la téléphonie de troisième génération. TEXTE JEAN-MICHEL GAUDRON PHOTO DAVID LAURENT (BLITZ)

Alors que la téléphonie mobile de troisième génération pose ses premiers pas timides sur le terrain de jeu des opérateurs télécoms, d'autres initiatives technologiques pointent le bout de leur nez, offrant, pour certaines applications précises, une réelle alternative appelée à faciliter les choses en matière d'Internet sans fil. C'est le cas du Wi-Fi, diminutif de "Wireless-Fidelity", procédé basé sur un protocole de communication de type onde radio répondant au nom barbare de norme IEE 802.11b, qui permet, en théorie, un débit de 11 Mbits par seconde (contre une trentaine de kBits par seconde pour l'actuelle norme GPRS), dans un rayon de 50 à 100 mètres (en extérieur, réduit à une trentaine de mètres en intérieur) autour d'une antenne relais.

024 Actualité

paperJam 11.2003

Une version améliorée de cette norme, la 802.11g, qui arrive doucement mais sûrement à maturité, repousse cette limite théorique à 54 Mbits par seconde... Pour l'utilisateur: une simple carte modem compatible est nécessaire. Il suffit ensuite de se trouver à proximité d'un hotspot, c'est-à-dire un relais de transmission du signal de communication qui permettra la connexion à Internet. L'un des grands atouts qui peut aider au développement rapide du WI-FI est qu'il n'est soumis à aucune régulation réglementaire. Il peut donc, en théorie, être implanté n'importe où et n'importe quand. En pratique, évidemment, cela peut s'avérer plus compliqué – et onéreux – pour s'établir en tant que four-

nisseur d'accès Internet sans fil (WISP, pour Wireless Internet Access Provider): il faut évidemment disposer d'un accès Internet, puis d'un access point. A la suite de quoi il faut créer sa clientèle et l'acquérir. D'où une tendance prononcée à des rapprochements entre WISPs. "Il ne s'agit pas d'industrie où il est facile de naviguer. Mais c'est clairement une bonne façon de rebondir pour la plupart des acteurs de la téléphonie. Si les Cisco, Nokia, Ericsson ou Motorola s'intéressent de près 

Pouvoir se connecter à Internet n’importe quand, n’importe où: tel est le but des normes Wi-Fi, en voie de démocratisation.


1_actu.qxd

09.10.2003

14:22 Uhr

Seite 025

actualité

paperJam 11.2003

Actualité 025


ANN_A8 4.0 TDI_PJ_168x237.def

06.10.2003

16:59 Uhr

Seite 1

Vorsprung durch Technik www.audi.lu

La nouvelle Audi A8 4.0 TDI® quattro® avec Aluminium Space Frame.

Audi A8 4.0 l V8 TDI® 202 kW/275 ch

Dès à présent, l’Audi A8 est disponible avec la nouvelle motorisation 4.0 l V8 TDI d’une puissance de 202 kW/275 ch et un couple moteur de 650 Nm entre 1.800 et 2.500 tr/min. Consommation moyenne de 9,6 à 9,8 l/100 km. Emission CO2 de 259 à 265 g/km.

Autosdiffusion M. Losch Importateur

Garage M. Losch Luxembourg

Garage Roby Cruciani Dudelange


LUXAIR

26/06/89

8:59

Seite 1


1_actu.qxd

09.10.2003

14:24 Uhr

Seite 028

actualité

Petit HR One

devient grand

 L'initiative B2B en matière de ressources humaines a pris, en un an, une nouvelle dimension. TEXTE JEAN-MICHEL GAUDRON PHOTO DAVID LAURENT (BLITZ)

C'est en quelque sorte un anniversaire en grandes pompes que la société Farvest a pu fêter, le 13 octobre dernier, à l'occasion du meeting annuel HR One organisé au Cercle Municipal de Luxembourg. Deux ministres (Anne Brasseur et François Biltgen), quelques conférenciers de haut niveau et, pour finir, la remise du Trophée du "Human Resources Manager of the Year" élu par ses pairs et décerné à Paul Schonenberg (Clearstream International), le tout devant près de 300 invités: plutôt pas mal pour ce qui coïncide presque avec le premier anniversaire d'une initiative partie de rien, ou presque, en novembre 2002. "Le constat, à la base, était que rien n'existait vraiment sur le marché B2B des ressources humaines à Luxembourg, pas même un fichier professionnel recensant les acteurs en la matière" se souvient Fabien Amoretti, directeur général de Farvest. A peine une centaine de noms étaient, par exemple, accessibles via les annuaires luxembourgeois officiels. Tout était donc à faire et après quelques mois de prospections et de contacts, plus de 1.400 membres ont été identifiés par Farvest. Evidemment, le travail de HR One ne s'est pas limité à ce recensement et les supports n'ont pas manqué pour insuffler un élan nouveau aux relations interprofessionnelles dans le domaine des ressources humaines. Un premier guide fut édité fin 2002, très ciblé sur 25 sociétés ayant, à divers degrés, participé et soutenu le lancement de cette initiative. La deuxième édition, qui vient d'être tirée à quelque 3.000 exemplaires, a pris de l'ampleur et recense plus d'une centaine de sociétés, y compris belges ou françaises. "Le nombre de sociétés décrites a été multiplié par 4 et le contenu par 10. Nous tenons vraiment à faire de ce guide annuel un outil que l'on retrouve sur les bureaux de tous les responsables RH" explique M. Amoretti.

028 Actualité

paperJam 11.2003

Autres outils de communication développés, plus réguliers: des petits déjeuner-conférence mensuels sur des thématiques précises et une Newsletter électronique, qui, depuis le mois de janvier, a rassemblé plus de 700 abonnés. "Compte-tenu du fait que le contenu est francophone, sans doute le nombre limite d'abonnés potentiel est-il proche du millier" remarque Fabien Amoretti, qui réfléchit, évidemment, à élargir le contenu vers un public anglophone. Evidemment, le support Internet constitue un des vecteurs de communication majeurs dans l'esprit "b2b" prôné par HR One. Outre un Index des sociétés orienté sur le secteur RH, le site propose des forums d'échanges et des sondages réguliers. Prochainement sera même disponible un catalogue de formations liées aux ressources humaines, avec un puissant moteur de recherche développé en interne. "HR One a pris une telle importance que nous envisageons d'en faire une entité à part d'ici au plus tard pour début 2004" annonce M. Amoretti. Sans doute, d'ici là, les réflexions sur un nouveau Trophée "Human Resources Manager of the Year" seront-elles bien avancées. Pour la première année de ce vote, aucun critère particulier n'a, en effet, été établi, un simple bulletion de vote ayant été adressé aux sociétés et aux consultants, leur demandant de désigner eux-mêmes le dirigeant RH de l'année ainsi que les initiatives les plus marquantes en la matière. "Nous avons eu environ 14% de participation (163 bulletins de vote comptabilisés sur 1:174 envoyés, NDLR), ce qui correspond à ce qu'on peut observer dans d'autres pays se satisfait M. Amoretti. Nous n'avons pas vocation à faire un business particulier de ce trophée, mais sans doute pouvons-nous, à l'avenir, améliorer le mode de désignation". 

Le premier Trophée “HR Manager of the year” a été attribué à Paul Schonenberg (Clearstream)


1_actu.qxd

08.10.2003

13:15 Uhr

Seite 029

actualité

paperJam 11.2003

Actualité 029


1_actu.qxd

09.10.2003

11:04 Uhr

Seite 030

actualité

Back to School… of Finance  En janvier 2004, la LSF lance la 2e promotion de son “Master of Science (M.S.) in Banking and Finance”. TEXTE CORINE BARELLA PHOTO ERIC CHENAL (BLITZ)

La Luxembourg School of Finance (LSF) appartient à la toute nouvelle Université du Luxembourg. En janvier dernier, la LSF faisait sa première rentrée avec un Master of Science in Banking and Finance. 23 étudiants (dont quatre femmes seulement), de neuf nationalités étudient et travaillent à mi-temps. “La philosophie éducative de ce Master est d’acquérir une expertise conceptualisée et professionnalisée liée à un secteur, celui de la banque et de la finance, contrairement au MBA qui forme des généralistes à l’ensemble des domaines du management” explique son directeur, le professeur Pierre Armand Michel. Groupe cible et critères d’admission. “Le Master of Science in Banking and Finance à temps partiel accueille des individus extrêmement motivés qui disposent d’une solide expérience professionnelle. En temps partagé, sans rupture avec l’activité professionnelle, il permet donc, tout en valorisant l’expérience des participants, de développer en temps réel leurs connaissances et leurs compétences. Les admissions sont fondées sur une évaluation individuelle. Un diplôme universitaire par exemple BAC + 4, est requis pour l’admission”.

030 Actualité

paperJam 11.2003

Le M.S. in Banking and Finance à temps partiel comporte 19 modules d’enseignement répartis sur 60 jours, soit 30 jours par année. Il débute en janvier 2004 pour prendre fin en novembre 2005. Il est organisé en blocs de deux à trois jours (le vendredi et le samedi la plupart du temps). Ce Master of Science offre aux étudiants un cycle de formations transversales entièrement dispensées en anglais. D’un standard international, il respecte les valeurs et les traditions du management financier luxembourgeois. La place financière luxembourgeoise lui apporte d’ailleurs son soutien à travers la Fondation Luxembourg School of Finance, des actions de sponsoring, l’octroi de bourses et le financement de projets de recherche. Le cycle se clôture avec la rédaction et la soutenance d’une Master’s Thesis, à la fois initiation à la recherche et œuvre de réflexion. Les étudiants consacreront les derniers mois de leur programme à sa préparation, dans le domaine de leur choix. Ils bénéficieront de l’attention et de l’assistance personnelle des membres de leur jury. “Les membres du corps professoral de la Luxembourg School of Finance sont issus d’institutions européennes et

nord américaines de tout premier plan et reconnus pour l’excellence de leur enseignement ainsi que pour la qualité de leurs recherches. Nombre d’entre eux sont des sommités qui entretiennent des liens étroits avec le monde des affaires”, précise le professeur Pierre Armand Michel. Les enseignants adoptent une approche d’enseignement qui combine cours magistraux, études de cas, travaux personnels ainsi que simulations. La LSF encourage la performance individuelle et donne l’occasion aux étudiants de réaliser des projets en groupe. Elle accueillera par ailleurs plusieurs conférences académiques créant ainsi des opportunités de formation en plus du programme d’étude. La LSF ambitionne de s’installer comme pôle académique qui élabore et diffuse des connaissances dans les domaines bancaire et financier. La création de laboratoires de recherche qui lui sont liés est en projet, de même que le mise sur pied, prochainement, d’une école doctorale. A sa rentrée d’octobre 2004, la Luxembourg School of Finance (présente sur Internet à l'adresse www.lsf.lu) sera ouverte aux étudiants européens désireux de faire, à plein temps, un diplôme de type troisième cycle spécialisé en banque et en finance. 


1_actu.qxd

08.10.2003

13:15 Uhr

Seite 031

actualité

paperJam 11.2003

Actualité 031


1_actu.qxd

09.10.2003

11:07 Uhr

Seite 032

actualité

La bureaucratie

en marche...  La loi sur la Protection des données personnelles reste difficile à mettre en oeuvre pour les entreprises privées et publiques. TEXTE CORINE BARELLA ET JEAN-MICHEL GAUDRON PHOTO ERIC CHENAL (BLITZ)

Depuis le 11 août dernier, toutes les entreprises privées ou publiques concernées sont censé avoir notifié la Commission nationale pour la protection des données (CNPD) les divers traitements qu'elles effectuent des données à caractère personnel de leurs employés, clients et fournisseurs, voire de leurs contacts ou des administrateurs de société. Le spectre de l'action de la CNPD est extrêmement large. Il va de la gestion des contacts clients au marketing, en passant par les ressources humaines, le personnel, la comptabilité, mais aussi la surveillance vidéo ou électronique, ou bien encore le recueil de données relatives à la santé ou au profil idéologique. Chaque entreprise privée ou publique a le devoir de nommer un responsable des traitements qui, non seulement, doit connaître tous les traitements que son entreprise pratique, mais en plus a l'obligation de les notifier à la CNPD via les formulaires ad hoc disponibles en ligne (www.cnpd.lu). Ce responsable du traitement doit notamment demander une autorisation préalable s'il traite des don-

032 Actualité

paperJam 11.2003

nées à caractère personnel sensibles (santé) ou qui sont collectées avec des moyens techniques à des fins de surveillance, ou encore qui concernent le crédit et la solvabilité des personnes: autant de données qui peuvent toutes faire l'objet de traitements croisés. La CNPD doit d'abord statuer sur l'autorisation du traitement et est, en outre, habilitée à prendre des sanctions à l'encontre des retardataires, voire des réfractaires à la notification obligatoire ou à l'interdiction éventuelle de traitement. "Celui qui ne se soumet pas à l'obligation de notification, ou fournit des informations incomplètes ou inexactes, ou effectue un traitement en violation de la loi risque un emprisonnement de huit jours à un an et une amende de 251 à 125.000 Euro ou une de ces peines seulement. La juridiction saisie peut 

Prévision de gros temps pour la Commission de protection des données personnelles (CNPD), qui croule sous les dossiers...


1_actu.qxd

09.10.2003

14:24 Uhr

Seite 033

actualité

paperJam 11.2003

Actualité 033


1_actu.qxd

08.10.2003

13:15 Uhr

Seite 034

actualité  prononcer la cessation du traitement contraire aux dispositions du présent article sous peine d'astreinte dont le maximum est fixé par ladite juridiction". Voilà qui a le mérite d'être clair... contrairement à l'information mise en ligne pour le commun des mortels, qui n'est pas forcément juriste, et qui n'a pas toujours énormément de temps à consacrer à l'étude approfondie des documents et formulaires. Depuis son entrée en fonction, la CNPD n'a pas chômé puisqu'elle n'a eu de cesse d'élaborer de nouveaux documents, dont certains sont les bienvenus, puisqu'il s'agit de déclarations simplifiées. Néanmoins, la lourdeur bureaucratique prévaut, de même que le coût non négligeable: environ 100 Euro par traitement, sachant qu'on ne s'en tire généralement pas à moins de 5 déclarations, puis 75 Euro par changement ultérieur. Même la tenue des élections sociales a fait l'objet d'une mesure spécifique d'autorisation de traitement de données de la part de la CNPD à la suite d'une demande introduite par l'ABBL (on notera que la majorité des entreprises concernées ont omis de le faire, sans doute par ignorance...). Cette demande a permis à la CNPD d'utiliser une disposition qu'il est opportun de connaître: la possibilité d'autoriser, par une décision unique, les traitements qui ont une même finalité, qui portent sur des catégories de données identiques et ont les mêmes destinataires ou catégories de destinataires. On le voit, la tâche n'est pas mince et du côté des entreprises, à Luxembourg, on a du mal à prendre le train en route. "La Chambre de Commerce avait initié des réunions dès le début de l'année pour bien expliquer la législation et la manière à suivre. Mais le message ne semble pas être très bien passé dans ces premières réunions" constate Marc Hemmerling, membre du comité de direction de Cetrel et secrétaire général de l'Association des professionnels de la société de l'information (APSI) qui n'oublie pas de rappeler que dès 1979, le Luxembourg avait été parmi les premiers pays à légifé-

“Pendant encore quelques mois, nous serons bienveillants avec les retardataires ” GÉRARD LOMMEL, CNPD

034 Actualité

paperJam 11.2003

rer sur l'utilisation des données nominatives dans les traitements informatiques. "Mais à l'époque, l'informatique n'était pas encore très développée et, au final, la masse des données collectées était telle que cette loi avait fini par rester lettre morte, d'autant plus qu'elle fut rapidement dépassée par les évolutions technologiques et le rythme de fonctionnement de l'économie en général".

Agir avec cohésion Si le bien-fondé de la loi en elle-même n'est nullement contesté, c'est la lourdeur de sa mise en œuvre qui peut susciter des interrogations, tout autant que la façon dont la CNPD sera en mesure de remplir son rôle. "Sera-t-elle à la hauteur pour exploiter les informations en sa possession?" s'interroge M. Hemmerling. "Si la loi est bien exploitée, elle peut être très profitable pour tout le monde. Mais compte tenu de la masse d'information à traiter, le risque existe que la CNPD ne puisse pas atteindre ses buts. J'espère qu'elle aura une approche et une communication actives et ira au-delà de la stricte application des textes. Elle doit montrer sa valeur ajoutée et ne pas dresser d'autres barrières encore plus contraignantes. Il y a suffisamment de difficultés comme ça !" Sur ce point là, M. Hemmerling peut être rassuré: la Commission a pris le parti de ne pas, dans l'immédiat, appliquer à la lettre les sanctions prévues par la Loi. Gérard Lommel, le président de la CNPD, s'en s'explique: "Pendant quelques mois encore, nous considérerons avec bienveillance les retards de transmission d'informations. Mais il arrivera un moment où un tel retard apparaîtra comme un acte de mauvaise foi plus qu'autre chose. Nous envisageons de faire un dernier rappel au début de l'été 2004, à la suite de quoi nous serons amenés à réagir. Il faut bien avoir à l'esprit qu'il n'y pas que nous qui sommes susceptibles d'émettre des griefs contre des entreprises qui ne seraient pas en règle". Mais où en est, concrètement, la CNPD dans la gestion du traitement des dossiers qu'on lui adresse? "Nous connaissons un problème d'engorgement reconnaît M. Lommel, qui reçoit, par jour, en moyenne, une quinzaine dossiers. "Nous avons accumulé un certain retard au niveau des demandes d'autorisation, ce qui est désolant. Mais nous nous faisons en sorte de regrouper les dossiers qui se ressemblent, afin de définir des lignes de conduite semblables et cohérentes et de fixer les limites que ces traitements ne devront pas dépasser avant d'octroyer les autorisations". Ce sont plusieurs milliers de dossiers de demande d'autorisation qui sont, à l'heure actuelle, entre les mains des 9 membres – permanents et provisoires – de la Commission. A cela s'ajoute une vingtaine de plaintes en cours de traitement, concernant un traitement "douteux" de données à caractère personnel, et pour le règlement desquels la CNPD mise avant tout sur la concertation avec les responsables concernés. En dépit de la surcharge de travail, la CNPD espère néanmoins, d'ici à la fin de l'année, rendre d'accessible, sur son site, le registre public des traitements, qui reprendra la liste des entreprises ayant déposé une demande et la finalité du traitement des données qu'elles utilisent. 


8003532 Bra_IndusLu_168x237_FR

29-09-2003

14:57

Pagina 1

SAP PROPOSE 23 SOLUTIONS SECTORIELLES SPÉCIFIQUES. FAITES COMME MOI. IGNOREZ-EN 22. Votre secteur d’activité est unique. C’est pourquoi SAP ne propose pas de solutions génériques. Nos solutions spécifiques sont basées sur une connaissance approfondie de vos processus. Grâce à la solution sélectionnée, vous ferez de meilleurs choix stratégiques, comme accroître la transparence dans votre organisation, améliorer la relation clientèle ou optimaliser votre efficacité. En 30 ans, nous avons acquis une solide expérience de votre secteur. Pour en savoir plus, surfez sur www.sap.com/belux ou appelez le 26 19 36 01.


1_actu.qxd

08.10.2003

13:15 Uhr

Seite 036

actualité

10 millions 3 de m à gérer différemment

 La réforme de l'administration des bâtiments publics est en chantier. La tâche n'est pas mince. TEXTE JEAN-MICHEL GAUDRON PHOTO DAVID LAURENT (BLITZ)

Depuis 1999, le ministère des Travaux publics et le CRP Henri Tudor planchent sur une stratégie informatique et organisationnelle destinée à rendre efficace, transparente et informatisée, la gestion du patrimoine immobilier de l'Etat. Le projet se base sur le principe d'entretien préventif, par le biais duquel l'objectif visé est l'augmentation de la durée de vie des bâtiments publics et le maintien, le plus longtemps possible, de la valeur économique du patrimoine, synonyme de protection de l'investissement public. Cet été, le projet de loi portant réorganisation de l'administration des Bâtiments publics (ABP) concrétise ces quatre années de réflexion et vise à réduire globalement les dégradations de ce patrimoine, grâce à une meilleure maîtrise de la qualité. L'Etat vise, ainsi, à moyen et à long terme, des gains substantiels tout comme il souhaite l'augmentation de la qualité de fonctionnement de ses bâtiments. Selon l'inventaire de l'ABP arrêté au 1er janvier 2000, le patrimoine immobilier de l'Etat comprend environ 1.500 "objets" construits, répartis sur 955 sites, pour un volume bâti s'élevant à 10 millions de m3 et une valeur à neuf estimée entre 2,97 et 3,22 milliards d'Euro. L'administration a en charge l'entretien de 9,1 millions de m3, un volume qui a augmenté de 17% en vingt ans.

036 Actualité

paperJam 11.2003

32% du volume du patrimoine existant sont antérieurs à 1945 (et 18% antérieurs à 1900, répartis sur 167 sites), alors que 27%, seulement, sont âgés de moins de 25 ans (169 sites). Mais il est à noter qu'il y a une vingtaine de nouveaux "objets" actuellement en cours de construction, dont le volume bâti s'élève à 1,7 million de m3. Le projet de loi n° 5191 prévoit, dans le cadre de la réorganisation de l'administration des Bâtiments publics, un changement structurel, avec la création d'une nouvelle Division de la gestion du patrimoine (DGP), issue de la fusion des divisions des services régionaux avec une partie de la division des services spéciaux. Cette DGP aura pour tâche d'appliquer, au plus vite, le concept développé d'entretien préventif à la totalité du patrimoine. Dans ce même élan de réorganisation, l'administration des Bâtiments publics souhaite évoluer vers une transparence informationnelle, être présente sur Internet et mettre en place un système d'information performant permettant de gérer les données descriptives du patrimoine (documents, graphiques, plans, photos). Parmi les principales attributions de l'ABP figure la gestion des fonds d'investissements publics, créés en 1960, alimentés par des excédents budgétaires des exercices annuels et par des emprunts. 90,83 millions

d'Euro ont été investis via ces fonds en 2002, dont plus de la moitié émanant du fonds d'investissements publics scolaires. Mais les investissements pour les nouvelles constructions de grande envergure sont également financées via la loi de garantie, créée en avril 1970, et qui fixe les conditions suivant lesquelles le Gouvernement peut soit acquérir certains immeubles présentant un intérêt public, soit garantir le rendement et les charges locatifs de tels immeubles. En 30 ans, il a engagé, au total, 748,49 millions d'Euro dans des projets aussi variés que l'Hémicycle du parlement européen, les extensions de la Cour de Justice des communautés européennes, le Centre national sportif et culturel, la cité judiciaire ou encore le Mudam. Les dossiers "en cours" laissent apparaître un investissement supplémentaire prévisible de plus de 400 millions d'Euro, et concernent la quatrième extension de la Cour de Justice des communautés européennes et le laboratoire national de santé. 

Le Musée national d’histoire et d’art fait partie des 8% du patrimoine immobilier de l’Etat âgé de moins de 5 ans.


1_actu.qxd

08.10.2003

13:15 Uhr

Seite 037

actualité

paperJam 11.2003

Actualité 037


1_actu.qxd

08.10.2003

13:15 Uhr

Seite 038

actualité

blitz in the box

golfin’  … avec Global Golf Solutions, à l'occasion de la présentation officielle du Magazine Bureautec, aux Foires Internationales, le 23 septembre.

PHOTOS ERIC CHENAL (BLITZ)

Robert Kot (indépendant)

Anne Reuter (Foires Internationales)

Frank Rippinger (Ad Rem) et Frédérique Theisen (Binsfeld)

038 Actualité

paperJam 11.2003

Xavier Bettel (député DP)

L'Èquipe Ad Rem


1_actu.qxd

08.10.2003

13:15 Uhr

Seite 039

actualité

Corine Barella (paperJam)

Karine Haddar (Auchan)

Emmanuelle Job (Luxcontrol)

Laurence Henkinet (traducrice inépendante)

Jean-Michel Gaudron (paperJam)

Jérôme Bloch (Global Golf) et Jean-Michel Collignon (Foires Internationales)

Fabienne Heiles (La Coque)

Daniel Eischen (Interact)

Karin Frick (K&F Furniture)

Claude Mahut (BNP Paribas)

Pierre Liénard (COLT Telecom)

Juliette Baudoin (indépendante)

Alexis Juncosa (Nico)

Laetitia Welsch (KPMG)

Georges Muller (Cegecom)

Jacques Petremont (Restaurant La Caravelle)

Martine Gasparotto et Nathalie Brancart

Isabelle Avenzatta

Dany Lucas (Pepper & Salt), Véronique Soisson, David Gavroy (Everest)

Marc Haas (Binsfeld) en charmante compagnie

paperJam 11.2003

Actualité 039


1_actu.qxd

09.10.2003

11:09 Uhr

Seite 040

actualité

Bureautec: la qualité plus que la quantité  Le bilan de l'édition 2003 du salon Bureautec semble mitigé, mais la satisfaction est tout de même de mise chez bon nombre d'exposants. TEXTE CORINE BARELLA ET JEAN-MICHEL GAUDRON PHOTO ERIC CHENAL (BLITZ)

L'édition 2003 du salon Bureautec a fermé ses portes le 3 octobre dernier, avec une fréquentation encore une fois en baisse par rapport à l'édition précédente: 11.149 visiteurs ont ainsi été recensés, cette année, contre 13.476 il y a deux ans. Moins de monde, donc, mais les exposants semblent reconnaître que la qualité de ces visiteurs était largement en hausse, ce qui compense largement. Dans l'ensemble, l'impression demeure assez mitigée. Certes, à une large majorité, les exposants reconnaissent avoir pu nouer des contacts très enrichissants, mais pour ce qui est de l'ambiance générale du salon, certains sont restés sur leur faim. "Le salon était un peu morose cette année. Est-ce lié au fait qu'il s'est étalé sur quatre jours? C'est peutêtre un peu long", s'interroge, par exemple, Yves de Pril, directeur de la société Conostix (une start-up hébergée au Technoport Schlassgoart à Esch-sur-Alzette), qui regrette également l'ouverture tardive des portes: "Le fait de ne commencer seulement qu'à 14h00 prive les exposants des personnes qui n'auraient que leur temps de midi à consacrer à une visite. C'est une

040 Actualité

paperJam 11.2003

réflexion que les organisateurs de SI Expo (NDLR, l'autre salon "IT" organisé en alternance, voir encadré par ailleurs) ont menée, puisqu'ils ont décidé d'ouvrir leur salon au public dès 11h00". Grégory Lefevre, commercial chez la société Audiovision, qui découvrait l'ambiance de Bureautec, pense que l'édition 2003 "est un bon cru, mais sans doute pas un millésime. L'avantage que nous avons eu est de présenter des matériels et des solutions à la fois orientées vers le grand public et vers le milieu professionnel. On a donc eu une fréquentation assez soutenue, alors qu'initialement, on abordait ce salon avec une légère appréhension, au regard de la diminution du nombre d'exposants ou de la réduction de la taille de certains stands". Bureautec 2003 était plus petit que Bureautec 2001? Si le salon était plus petit en surface que l'édition précédente, il a grandi en qualité estime Eric Anselin, directeur commercial du Broadcasting Center Europe, qui s'estime très "satisfait" du déroulement des opérations, d'autant plus qu'il s'agissait du premier salon auquel participait le BCE sous sa nouvelle appellation. "Nous avons

noués beaucoup de contacts positifs. Nous avons surtout été sollicités pour des informations sur deux technologies, d'une part la voix sur IP et d'autre part le "mesch", une nouvelle technologie de réseau adaptée aux petites, moyennes et grandes entreprises" Ce focus sur les PME, Yves de Pril (Conostix) l'a également apprécié: "J'ai été agréablement surpris de voir une présence accrue des PME des différents secteurs, ce qui est une bonne chose" explique-t-il, constatant, également, "une plus grande visibilité de la Grande Région". Du côté de chez Datacenter, on n'a pas eu, non plus, trop à se plaindre de ce salon. "Cette édition 2003 a été rentable pour nous explique son directeur, Xavier Buck. Il y avait sans doute moins de monde, en apparence, qu'en 2001, mais nos contacts ont été plus productifs. Il faut dire qu'il y a deux ans, nous étions une toute jeune société et que, cette année, notre présence sur le marché est confirmée. Et à l'heure où on sent un frémissement de reprise économique, tous les nouveaux projets qui se lancent ont besoin du support d'un data center…" 


1_actu.qxd

09.10.2003

11:09 Uhr

Seite 041

actualité 

Cette impression de présence "rentabilisée", c'est également celle qui ressort des commentaire de Sandra Prindade, secrétaire de direction de la société Bureau Line Office: "Nous espérions plus de monde le jeudi et vendredi et ce fut le cas. Les contacts pris ces jours-là valaient largement le déplacement. Nous avons pu rencontrer le public qui nous intéresse, à savoir les banques, les bâtiments publics et les communes. Nous avons également noué des contacts avec des publics que nous ne connaissions pas encore, comme les architectes. Nous sommes donc extrêmement satisfaits du salon". Bureautec 2003 a également été l'occasion d'annonces importantes dans le secteur de l'IT. On en retiendra trois en particulier. Tout d'abord le lancement conjoint, par Cetrel et l'Entreprise des P&T, des "eRecharges", un nouveau système de rechargement électronique des cartes GSM, qu'il est possible de faire via l'un des 6.000 terminaux de paiement électronique installés chez les commerçants luxembourgeois. On note, ensuite, le lancement officiel de la 2e édition de l'Internet Business Trophy, initié par l'Association des professionnels de la société de l'information (APSI): il s'agit de récompenser les meilleures pratiques en termes d'utilisation et d'implantation des nouvelles technologies de l'information. Le concours est ouvert à toutes les sociétés ou organisations domiciliées au Luxembourg et actives dans le secteur de la net-économie. Date limite de dépôt des dossiers d'inscription: le 22 novembre. La remise des prix est prévue pour décembre. Enfin, signalons que la société Telindus Luxembourg s'est vu remettre, du Bureau Veritas Quality International, sa certification ISO 9001:2000, après trois années d'une démarche de formalisation des processus au sein de différentes procédures qui a mené la société à se doter de méthodes d'orientation et de contrôle de ses départements vers des performances accrues. Au terme d'un événement d'une telle ampleur, il y aura de toute façon, toujours, des avis divergents. Mais nul ne pourra nier qu'un tel

rendez-vous, pour la Place de Luxembourg, demeure incontournable. La balle est désormais dans le camp de la Société des Foires Internationales, qui ne va pas tarder à déjà plancher activement sur l'édition 2005 (prévue du 4 au 7 octobre 2005). Quel sera, dans deux ans, le contexte économique dans lequel ce salon se déroulera? Quelles seront les nouveautés technologiques porteuses susceptibles de donner un nouvel élan à Bureautec? Deux interrogations essentielles ont dépendent, évidemment, la pérennité de la manifestation. 

A suivre… SI Expo 2004 "The IT solutions of today for the business of tomorrow": tel est l'intitulé générique retenu pour l'édition 2004 de SI Expo, l'ancien "Software and Internet Expo", rebaptisé "Software and IT Solutions Expo", prévu de se dérouler les 6 et 7 octobre 2004. Il s'agit de la 4e édition de ce salon résolument orienté vers le monde professionnel, axé sur les solutions de logiciels et la technologie de support. www.siexpo.lu 

paperJam 11.2003

Actualité 041


09.10.2003

news express

news_express.qxd

14:43 Uhr

clc

Comet

TVA: en opposition avec Juncker

Distributeur pour Luxlait

(12/09) Le dossier de la suppression de la TVA super réduite, envisagée par la Commission européenne (voir paperJam 09.-10.2003, page 045) risque fort d'alimenter conversations et polémiques dans les prochains temps. Ainsi la Confédération luxembourgeoise du commerce a-t-elle regretté certains propos du premier ministre Jean-Claude Juncker, laissant supposer que la vie serait plus chère au Luxembourg que dans les pays voisins. "Les propositions de modifications de la Commission européenne pourraient, certes, constituer une bouffée d'oxygène pour les recettes de l'Etat mais auraient des conséquences lourdes sur la consommation et dès lors sur l'économie luxembourgeoise" craint la clc, qui constate que Bruxelles n'a probablement pas tenu compte, dans sa réflexion, des facteurs gammes/qualité des biens, se contentant d'une observation générale de l'offre. La Confédération rappelle également que pour certaines marques, le détaillant luxembourgeois est souvent pénalisé par rapport à ses concurrents, étant donné qu'il ne peut pas s'approvisionner auprès du fournisseur de son choix et/ou aux mêmes conditions que son concurrent à l'étranger. Et de rappeler qu'il arrive que les fournisseurs adaptent leurs prix afin d'être sûr, au final, d'obtenir la marge bénéficiaire pour le détaillant quelque soit son pays. Une pratique jugée "discriminatoire" contre laquelle le commerce et la clc ne cessent de se battre depuis des années. "La clc espère que les commentaires du Premier Ministre n'aient pas pour conséquence de cultiver ce mythe de prix surfaits et d'encourager le consommateur non averti de faire ses achats à l'étranger, au détriment tant du commerce luxembourgeois que de la caisse de l'Etat" conclut le texte. www.clc.lu

042 Actualité paperJam 11.2003

Seite 042

(14/09) Le groupe Comet ajoute une corde supplémentaire à son arc, avec l'élargissement de son offre par la commercialisation de l'ensemble des produits de la gamme Luxlait. Cette opération se fait par l'intermédiaire d'une nouvelle filiale à 100%, créée au 1er octobre: DeliXL Luxembourg (à l'origine, DeliXL est une marque du groupe Royal Ahold). "Il est significatif, tant pour le secteur agricole que pour le consommateur, que Comet veuille s'affirmer en tant que société entièrement luxembourgeoise sur ce marché" explique Jean-Claude Hosch, directeur général de Luxlait, qui prévoit, à l'avenir, un développement accéléré des activités "commercialisation" du groupe, par le biais d'un très large éventail de produits proposés via DeliXL. Jusqu'alors, un peu plus d'un quart de la distribution de Luxlait était assurée par Centralmarketing, avec qui tous les ponts ont donc été coupés du jour au lendemain. www.comet.lu; www.Luxlait.lu

Audaxis

PeopleWare rebaptisée

(15/09) En ce mois de septembre 2003, la société PeopleWare spécialisée dans

les projets orientés "open source" change d'appellation. Nouveau nom et nouvelle identité visuelle, mais l'action sur le terrain demeure la même. Ce changement d'identité s'inscrit dans la continuité du changement d'actionnariat intervenu en 2002, lorsque la société Hubmethods est devenu l'actionnaire majoritaire. La similitude des métiers, les compétences communes et les interactions complètes dans la réalisation des projets ont abouti, en toute logique, à la recherche d'une identité commune. Une décision qui relève donc purement du marketing, puisque ni l'actionnariat ni les méthodes de travail ne changent. Depuis l'année dernière, Audaxis a clairement orienté ses choix technologiques vers l'Open Source dans les domaines de l'Internet, de l'Intranet, de l'Extranet et dans le monde ERP. Cela concerne autant les plates-formes de développement (Java, PHP, Perl, J2EE, TomCat, Apache…) que les logiciels de gestion (Compiere, ERP -, OSCommerce - commerce électronique -,...). .NET restera aussi un pôle actif dans les compétences terrain de la société. En 2003, Audaxis table sur une progression de son chiffre d'affaires de 60%. "Cela est notamment dû à un renforcement de notre présence sur le terrain" explique Philippe Costard, Sales manager chez Audaxis à Luxembourg. "Nous n'avons pas de secteur plus privilégié qu'un autre, mais dans notre objectif de renforcer davantage notre présence sur le segment de l'Open Source, nous souhaitons nous impliquer davantage dans le secteur retail" précise-t-il, ajoutant que les perspectives de développement de la société visent, en premier lieu, l'Europe "francophone". www.audaxis.lu


news_express.qxd

09.10.2003

SES Global

Victime du taux de change

14:43 Uhr

Seite 043

sobrement commenté Romain Bausch, President et CEO de SES Global.

Commission européenne

(15/09) Les fluctuations de l'Euro par rapport au dollar se sont répercutées directement sur les résultats semestriels de SES Global. Pas simple, donc, de s'y retrouver facilement… Ainsi, si le chiffre d'affaires sur les six premiers mois de l'année présente un recul de 10% à 642 millions d'Euro, il est donné comme étant stable "à taux de change constant". Les bénéfices, eux, s'affichent à 115 millions d'Euro, en léger recul "absolu" de 8% par rapport au premier semestre 2002. De même le niveau du carnet de commandes, à 6,1 milliards d'Euro, paraît plus faible que celui annoncé en juin 2002 (6,7 milliards), mais est tout de même annoncé comme étant "en hausse". Il a été alimenté par plus d'un milliard d'Euro en nouveaux contrats et en contrats renouvelés. Au cours de ce premier semestre de l'année, le leader mondial des opérations satellites est, par ailleurs, parvenu à une réduction de 6,5 % de ses coûts d'exploitation, permettant de maintenir une marge EBITDA de 80% et à diminuer son endettement net à 2,04 milliards d'Euro (23%), ramenant ainsi le ratio d'endettement net sur fonds propres de 79,4% à 61,2%. SES Global a notamment bénéficié du versement d'indemnités d'assurances liées à l'échec du lancement du satellite Astra 1K en novembre dernier. Autre satisfaction pour le groupe: la revue à la hausse du rating de Standard & Poor's, désormais établi à BBB+/stable. "Grâce à notre solide assise financière et grâce à un niveau d'activité soutenu, nous continuons à envisager l'avenir avec confiance", a

Consultation sur les aspects juridiques du e-business

(16/09) La Commission européenne a lancé, à la mi-septembre, une consultation sur les problèmes juridiques que rencontrent encore les entreprises ayant recours au commerce électronique et à d'autres applications de l'ebusiness. Sont par exemple concernés les divergences entre les règles législatives nationales en matière de facturation électronique ou le traitement juridique différent réservé aux transactions en ligne et aux transactions hors ligne. Cette consultation s'adresse aux entreprises qui ont recours au commerce électronique et qui en ont acquis une certaine

expérience. Un résumé des réponses sera publié dès janvier 2004. Cette consultation est ouverte jusqu'au 7 novembre à l'adresse http://europa.eu.int/yourvoice/co nsultations/index_fr.htm

BGL Investment Partners

25% dans IP Casting (16/09) Le portefeuille Private Equity de BGL Investment Partners (BIP) s'est enrichi d'une ligne supplémentaire: la société d'investissement a, ainsi, pris une participation de 25% dans le capital social de la société luxembourgeoise IP

Gouvernement

Droit des actionnaires minoritaires: rien ne bouge [10/09] C'est toujours le statu quo en ce qui concerne une future évolution de la législation sur la protection des actionnaires minoritaires au Luxembourg. Dans le prolongement de la décision de justice rendue par le Tribunal d'arrondissement début juillet, le gouvernement joue toujours la montre sur la question, attendant que le dossier évolue du côté de la commission européenne. Le 8 juillet dernier, la justice luxembourgeoise avait rejeté la plainte déposée par des petits porteurs de titres RTL Group (appuyés par l'association Investas, et les institutionnels BGL Investment Partners et Audiolux), mécontents de la façon dont s'est déroulée la transaction entre les deux actionnaires principaux, Bertelsmann et le Groupe Bruxelles Lambert, en février 2001. Motif: l'absence de norme de droit ou principe de droit reconnu en droit luxembourgeois, la seule référence légale existante demeurant la Recommandation de la Commission Européenne du 25 juillet 1977, portant sur un code de conduite européen concernant les transactions relatives aux valeurs mobilières. Il y a un an, déjà, le gouvernement avait pris position sur une proposition de loi relative à la protection des actionnaires minoritaires et à l'obligation de lancer une offre publique d'acquisition déposée par le député socialiste Ben Fayot. Il avait été jugé "opportun de légiférer en la matière", mais le gouvernement souhaitait établir un texte propre, et non pas le rattacher au cadre existant de la loi du 4 décembre 1992 sur les informations à publier lors de l'acquisition – ou la cession – d'une participation importante dans une société cotée en Bourse, comme l'envisageait Ben Fayot. Pour ce faire, le gouvernement entendait s'ap-

La future législation nationale sur la protection des actionnaires minoritaires semble suspendue à l’évolution du dossier au niveau européen.

puyer largement de la proposition de directive européenne déposée en octobre 2002, sur la base de laquelle les ministres des Finance et de la Justice devaient préparer une législation "largement compatible avec le futur cadre européen et qui s'inspirera des meilleures pratiques étrangères". Or, si, selon Luc Frieden, "la proposition de directive du 2 octobre 2002 reste l'une des clés de voûte du Plan d'action pour les services financiers que la Commission européenne s'est engagée à compléter au cours des prochains mois", rien n'a vraiment bougé à Bruxelles, même si le ministre du Trésor et du Budget reconnaît que des efforts intenses ont été déployés à la fin de la présidence grecque. Quand peut-on donc, espérer, voir émerger un texte concret au Luxembourg? "Le Gouvernement participe activement à la recherche d'un accord au niveau européen, mais pour le cas où la directive communautaire n'aboutirait pas dans les délais annoncés, le Gouvernement poursuit parallèlement l'élaboration d'un projet de loi au niveau national" répond M. Frieden. Tant pis pour les impatients... www.investas.lu paperJam 11.2003

Actualité 043


news_express.qxd

09.10.2003

14:43 Uhr

Seite 044

FRS

Une nouvelle banque suisse cliente [23/09] FRS, société spécialisée dans les solutions informatiques de reporting financier, d'intelligence financière et d'analyse de performance, avait lancé, cet hiver, FRS FinancialAnalytics, logiciel de reporting optimisé à destination des banques internationales. Un produit qui intègre, notamment, les contraintes réglementaires liées à la mise en œuvre des accords de Bâle II et des standards internationaux de comptabilité. Du reste, à Luxembourg, ce nouveau produit a déjà fait son chemin, puisqu'une première banque d'origine suisse l'a mis en production en début d'année et qu'une seconde est sur le point de finaliser un contrat d'acquisition. "D'un point de vue stratégique, ce qui attend les banques en matière de réorganisation de leurs systèmes d'information est un défi énorme explique Alain Tayenne, Managing director de FRS Luxembourg et membre de l'Executive Management au niveau mondial. Dans la mesure où toutes les banques ne peuvent pas restructurer entièrement leurs systèmes, il est important de trouver une solution qui vienne s'intégrer dans l'existant". L'implémentation de FRS FinancialAnalytics suit une logique définie en trois phases: la réduction des coûts comparée à un développement en interne; une amélioration des processus de contrôle de gestion et, en conséquence, une meilleure façon de gérer le "business" courant. Le principe du produit est d'acquérir tout type de données sous n'importe quel format, de les traiter via la base de données FRS Data Foundation selon trois angles distincts

Casting, société qui investit elle-même dans le domaine de la distribution de données numériques. IP Casting détient 66% d'Intellicast S.A., la société technologique du groupe, et un certain nombre de participations dans des sociétés de services qui utilisent la technologie Intellicast, comme Luxsat International ou encore Grandlink Network (dont BGL Investment Partners est également actionnaire). Cet investissement permet à BIP de fortifier son portefeuille de participations dans le secteur de la distribution électronique de contenu multimédia, aux côtés de l'opérateur satellite SES Global, d'EVS (serveurs pour le cinéma numérique) et de

044 Actualité paperJam 11.2003

Le logiciel FRS FinancialAnalytics permet d’éliminer tous les obstacles liés au pluralisme des législations selon les Etats.

(risque, réglementation, rentabilité) et de les restituer sous forme de rapports exploitables au niveau du management, des services financiers, des auditeurs ou des investisseurs. A Luxembourg, où la société est présente depuis 1995 et compte, notamment, sept des dix principales banques du pays dans sa clientèle, FRS emploie une douzaine de personnes et a affiché, ces deux dernières années, une hausse de son chiffre d'affaires de 60%. Aux yeux de M. Tayenne, les mutations en cours de la Place financière offrent, de surcroît, de réelles opportunités de développement: "Le Luxembourg a tout à gagner en devenant une plate-forme de back-office européenne pour les banques internationales. Or, nous offrons des solutions permettant de gérer très facilement la problématique des différentes réglementations nationales. On élimine facilement tout les obstacles liés à cela" explique-t-il. www.frsglobal.com

Grandlink (plate-forme de promotion musicale pour les radios et télévisions). BGL Investment Partners: dividendes en hausse au premier semestre A noter que pour le compte du premier semestre 2003, BIP a enregistré une hausse de 15% des dividendes encaissés, à 6,35 millions d'Euro. Au 30 juin, le Portefeuille de participations de la société s'élevait à EUR 232 millions, pour un montant de fonds propres de 284 millions. Après transfert des réserves, le bénéfice pour les 6 premiers mois s'est chiffré à 6,15 millions d'Euro (contre 1,88 million au 30 juin 2002). www.bip.lu; www.broadband-engine.com

EFA

Sous-traitant pour Union Bancaire Privée (16/09) European Fund Administration poursuit son expansion. L'un des acteurs luxembourgeois majeurs dans le secteur des fonds vient ainsi d'ajouter l'une des premières banques privées suisses, Union Bancaire Privée, à son portefeuille de client. UBP a en effet confié à EFA les activités d'administration et d'agent de transfert de ses fonds d'investissement. Un mandat qui porte sur un total d'actifs de 5,5 milliard d'Euro répartis sur 54 fonds. Jusqu'à présent, cette adminis-

tration de fonds pour UBP était en partie traitée en interne, dans le prolongement de la fusion, en juin 2002, avec Discount Bank and Trust Company (DBTC). En externalisant ces activités, UBP entend se concentrer sur la gestion, la conception des produits et le métier de banque dépositaire. EFA, pour sa part, aura en charge la gestion de la restructuration des gammes DBTC et UBP. L'activité de conservation de titres pour ces fonds sera assurée intégralement par UBP Luxembourg, qui devient, du même coup, la 16e banque dépositaire à travailler avec EFA. Forte d'une soixantaine d'employés, UBP Luxembourg a affiché, en 2002, un résultat net de 5,9 millions d'Euro (39% par rapport à 2001) pour un total de dépôts clients de 655,7 millions d'Euro (-12%). www.efa.lu; www.dbsa.lu

Computacenter

Plus d'externalisation à l’avenir? (16/09) L'inauguration de ses nouveaux locaux au Kirchberg fut l'occasion, pour la société Computacenter Luxembourg, de faire état de ses bons résultats et de s'interroger sur les budgets "externalisation" encore à prendre au Belux. Spécialisée dans les services de conseil, l'implémentation et le support dans le domaine de l'informatique distribuée, Computacenter sert, à Luxembourg, entre autres, Cetrel, Goodyear, TDK ou encore l'imprimerie Victor Buck. Implantée depuis 2000, la société compte 26 collaborateurs. Au premier semestre 2003, l'entité Belux a affiché un chiffre d'affaires de 10,8 millions d'Euro, en augmentation de 11,3% par rapport à la même période en 2002. Mais ce n'est pas tant les résultats acquis que les opportunités de chiffres d'affaires futures qui intéressaient Computacenter, forcément attentive aux résultats d'une enquête réalisée par la Morgan Chambers auprès de 50 socié-


news_express.qxd

09.10.2003

tés belges et luxembourgeoises, dépensant, en moyenne, entre 1 et 10 millions d'Euro par an pour externaliser leurs services IT. Sans surprise, ce sont les helpdesk et le service desk qui sont les deux activités les plus fréquemment externalisées. 67% des sociétés interrogées affichent leur satisfaction et surtout 45% indiquent leur intention d'externaliser plus. Pourtant la Morgan Chambers met un bémol à cette bonne nouvelle pour les sociétés de services, car le potentiel d'externalisation du Belux est largement inférieur à celui d'autres pays européens. On estime, ainsi, dans la région, le budget disponible à 500 millions d'Euro alors qu'aux PaysBas, il est multiplié par 10 et en Grande Bretagne par 20! L'une des raisons évoquées tient en un crucial problème culturel: les syndicats, dans la région Belux, seraient notamment un frein à l'externalisation. www.computacenter.com

Gouvernement

Sécurité informatique: des guides pour cet automne

(17/09) La prolifération de virus informatiques et les failles, reconnues ou non, des principaux systèmes d'exploitation en vigueur inquiètent le député écologiste Robert Garcia. Il a interrogé, à ce titre, François Biltgen, en sa qualité de ministre délégué aux Communications, afin de connaître la politique actuelle du gouvernement en matière de sécurité informatique et les actions menées sur le sujet auprès des entreprises. Du nouveau est attendu pour cet automne… Ainsi, dans le cadre du pro-

14:43 Uhr

Seite 045

gramme eLuxembourg, qui suit, bon an, mal an, son petit rythme de croisière, la Commission nationale pour la société de l'information (CNSI) planche actuellement sur un "Plan national en matière de Sécurité des Systèmes et Réseaux de l'Information", alors que, parallèlement, le ministère de l'Economie, en charge de la coordination du dossier "sécurité des réseaux" au sein de la CNSI, collabore activement avec différents acteurs du secteur public et privé en

vue de la mise en place de ce plan. A quelle échéance ? "Il devrait être approuvé dans les prochains mois par la CNSI", a précisé François Biltgen qui annonce également, pour cet automne, la publication de trois guides d'information, toujours réalisés dans le cadre de eLuxembourg. Ces trois guides – actuellement en phase de relecture – sont destinés aux PME, aux citoyens et aux administrations et sont censés sensibiliser le public aux risques infor-

matiques, mais aussi proposer des méthodes d'élaboration et de mise en place d'une politique de sécurité. "Les procédures et outils nécessaires pour augmenter la confidentialité, l'intégrité et la disponibilité des systèmes et réseaux de l'information sont décrits et leur mise en place est expliquée", explique le ministre, qui insiste sur la nécessité de mettre en place "une approche globale" pour mieux parer les menaces informatiques. www.eluxembourg.lu

Chambre de Commerce

Lutte contre le terrorisme: attention à l'excès ! [24/09] La Chambre de Commerce a émis un avis relativement critique à l'encontre du gouvernement dans son commentaire sur le nouveau projet de loi prévoyant d'étendre au financement du terrorisme les règles applicables au blanchiment d'argent. Si, sur le principe, la Chambre est satisfaite d'une initiative allant dans le sens d'une meilleure visibilité et d'une image de marque embellie du pays, elle met cependant le législateur en garde contre les excès engendrés par la volonté d'aller au-delà des recommandations de la directive européenne. Elargir les obligations en matière de blanchiment à d'autres professions, jusqu'alors non couvertes par les dispositions, tels que les commerçants est un excès ainsi jugé "dangereux et inutile", qui ralentirait, notamment, les transactions commerciales. L'équilibre entre le Parquet et le juge d'instruction serait également remis en cause, selon la Chambre de Commerce. Selon le texte du projet de Loi, tous les professionnels seraient tenus de fournir au Parquet toutes les informations que celui-ci requiert, ce qui lui donnerait des pouvoirs d'investigation que ni la directive, ni la loi actuelle lui confèrent. Trois options alternatives sont proposées par la Chambre, qui plaise notamment pour la création d'une cellule de renseignement financier autonome, ce qui permettrait la séparation, d'une part, des recherches des infractions contre le blanchiment, la réception des déclarations de soupçons et la communication avec les cellules étrangères et, d'autre part, la poursuite de toute infraction généralement quelconque, y compris le blanchiment. Un deuxième pont concerne la réserve de spécialité imposée au Parquet: le Procureur d'Etat ne serait pas privé de l'opportunité des poursuites. En revanche, sa cellule de renseignement financier n'aurait pas le droit de poursuite et

Le législateur est-il allé trop loin dans son souhait de rendre la place financière encore plus propre?

n'aurait pas non plus le droit de fournir au Parquet des renseignements étrangers au blanchiment et au terrorisme. Enfin, la Chambre souhaiterait limiter le droit du Parquet à exiger toutes informations aux seules demandes relatives à des affaires particulières de blanchiment et de terrorisme. Dans son avis, la Chambre s'inquiète également de la situation extrême à laquelle sont soumis, notamment, les PSF, liés au secret professionnel d'un côté et tenus, parallèlement, de respecter la législation en matière de lutte contre le blanchiment. "Il existe aujourd'hui une tendance à utiliser les professionnels du secteur financier comme instrument de collecte de preuve d'infractions pénales éventuelles futures" note l'avis qui, dans le cas de la transmission d'informations aux autorités, note une "interconnexion de données, interdite, si elle n'est pas autorisée par la Commission nationale pour la protection des données". La crainte exprimée de la Chambre est d'aboutir à la création "d'une place financière qui se définit prioritairement par la sanction pénale" et préférerait que soit préservé "un équilibre entre les intérêts en jeu et la proportionnalité des moyens". www.cc.lu

paperJam 11.2003

Actualité 045


news_express.qxd

09.10.2003

BGL

+11,6% de revenus bancaires (18/09) Le premier semestre 2003 a été pour le moins positif pour la Banque générale du Luxembourg, qui a enregistré une forte progression de ses revenus bancaires, en progression de 11,6% (aucun chiffre plus précis n'a été fourni, la BGL, qui n'est plus cotée en Bourse, ne souhaitant pas interférer avec sa maison mère, Fortis, toujours cotée, elle). Une situation qui s'explique par le fait que, contrairement à 2002, il n'a pas été nécessaire de procéder à des corrections de valeur, compte tenu du redressement des marchés financiers. La banque s'est notamment appuyée sur le développement de nouveaux services en private banking pour assurer une solide activité sur le marché national. La banque a notamment continué à commercialiser avec succès ses offres package. Sur un an, les packages de la gamme Global enregistrent ainsi une hausse de 23%. Les pâckages Global Pro, à destination des entreprises, eux, ont été vendus à plusieurs milliers d'exemplaires. "En faisant abstraction de l'importante plus-value réalisée au mois de mars lors de la restructuration des activités d'Asset Management, le résultat net (part du groupe) a connu une progression fort importante", précise encore le communiqué de BGL. www.bgl.lu

Euro-VL Luxembourg

Reprise des activités d'OPC de la SGBT (18/09) Faisant partie du pôle d'activité d'administration d'OPC et de portefeuilles à l'étranger du groupe Société Générale, EuroVL Luxem-bourg a repris à son compte les activités d'ad-

046 Actualité paperJam 11.2003

14:43 Uhr

Seite 046

ministration d'OPC de Société Générale Bank & Trust Luxembourg (SGBT). Créée en décembre 2002, Euro-VL Luxembourg fut la première implantation à l'étranger du groupe français Euro-VL, centre de calculs financiers spécialisé dans l'administration d'OPC et de portefeuilles et plus particulièrement dans l'évaluation des instruments financiers. Le groupe est également présent, depuis janvier 2003, en Irlande et assure l'évaluation de quelque 3.000 OPC et portefeuilles pour le compte de 110 clients et pour un encours de près de 210 milliards d'Euro d'actifs gérés. www.euro-vl.com

pays cibles: Burkina Faso, Cap-Vert, El Salvador, Laos, Mali, Namibie, Nicaragua, Niger, Sénégal et Vietnam. Pour 2003, l'objectif du gouvernement en matière d'APD a été fixé à 0,84% du RNB, ce qui correspond à un volume financier de l'ordre de 170 millions d'euros. "Si tous les pays de l'OCDE investissaient 0,7% de leur RNB à l'APD, la pauvreté pourrait être éradiquée d'ici 2015", estime Charles Goerens (photo), le ministre de la Coopération et de l'Action humanitaire.

100.7

Dix ans sur les ondes Gouvernement

www.100komma7.lu

Le Luxembourg coopère toujours plus

(18/09) L'aide publique au développement (APD) a toujours été un des sujets tenant le plus à cœur Jean-Claude Juncker. Le Luxembourg est un des pays au monde qui y consacre la plus grande part de son revenu national brut (RNB). Les chiffres du rapport annuel 2002 de la coopération luxembourgeoise au développement, certes tardivement présentés, confirment cette politique d'ouverture. L'année dernière, le pays a ainsi consacré 155,74 millions d'Euro dans le cadre de différentes aides au développement, ce qui correspond à 0,78% de son RNB. Au sein des 30 pays de l'OCDE, cette contribution est la quatrième plus élevée, puisque seuls le Danemark, la Norvège et les Pays-Bas affichent un meilleur ratio. L'action du Luxembourg se focalise, notamment, sur 10

Luxembourg (jusqu'au dépôt d'une proposition de loi de la députée DP Anne Brasseur, alors dans l'opposition, allant en ce sens), le gouvernement élu en juin 1999 maintient en place l'établissement public gérant la radio. Membre de l'Union européenne de radio-télévision (UER) depuis janvier 1997, la radio socioculturelle a, petit a petit, conquis son public, au point de détenir, selon le sondage Ilres de juin 2003, une audience cumulée jour moyen (lundi/vendredi) de 5% et une audience de 21% auprès de la population luxembourgeoise. Dans la présentation du budget 2004, la dotation de l'Etat à la radio a été revue à la hausse de près de 6% à 3,331 millions d'Euro.

SNCI

(19/09) C'est le dimanche 19 septembre 1993, à 18h00, que la radio socioculturelle 100.7 fit, pour la première fois, son apparition sur les ondes luxembourgeoises, soit un peu plus de deux ans après le vote de la loi sur les médias électroniques ayant créé l'établissement public destiné à exploiter la fréquence de radiodiffusion attribuée pour des programmes de radio socioculturelle. Des débuts pour le moins compliqués, faute de moyens financiers importants, mais aussi en raison d'une technique louée à la CLT, au Kirchberg, RTL Radio en profitant pour s'attribuer, à l'époque, le contrôle de la fréquence jusqu'à 14h30. Il faudra attendre juin 1997 pour que la radio, fraîchement installée route de Longwy, à Bertrange, dispose d'un programme complet 24/24 heures. En dépit de nombreuses initiatives et voix s'élevant contre le maintien de ce programme socioculturel au

Nouveau plafond pour les Bons d'épargne à capital croissant

(19/09) Le Conseil de gouvernement a adopté le Projet de règlement grand-ducal relevant le plafond du montant maximum des bons d'épargne à capital croissant à émettre par la SNCI, de 24,8 millions à 100 millions d'Euro, ceci afin de disposer d'une marge de manœuvre plus adaptée aux circonstances actuelles. C'est la première fois depuis 1989 que ce plafond est revu à la hausse. L'émission de tels bons d'épargne à capital croissant est, avec l'émission d'emprunts obligataires, un des moyens de financement de la Société nationale de crédit et d'investissement. www.snci.lu


news_express.qxd

09.10.2003

Blitz

Quand la photo s'affiche

(23/09) En marge de la présentation officielle du magazine Bureautec, réalisé et édité par Editions Mike Koedinger S.A., l'agence de photo Blitz a organisé, dans les locaux des Foires Internationales à Luxembourg, une présentation multimédia du travail de ses photographes. Cette manifestation s'est faite sous la forme d'une installation interactive des travaux de Robert Kot, ainsi que d'une projection, sur 5 écrans géants, des photos de quelques-uns des photographes de l'agence: Fabrice Mariscotti, David Laurent, Robert Kot, Eric Chenal et Michel Zavagno. Dans le même temps, un "Blitz in the Box" a été organisé, couplé avec le simulateur de golf installé par la société Business Golf. Le résultat? Rendez-vous page 038! www.blitz.lu

Arcelor / Erdemir

Coopération étendue

(24/09) A l'occasion de l'ouverture de nouvelles installations de Sollac Ambalaj à Gemlik, en Turquie, le groupe Arcelor et son homologue turc, Erdemir, ont annoncé leur intention de développer leur coopération, non seulement en Turquie, mais également sur d'autres marchés

14:43 Uhr

Seite 047

internationaux. Une société holding commune sera ainsi créée afin de développer des centres de service acier hors Turquie. Il y a un an, les deux groupes avaient initié leur collaboration dans le domaine des aciers pour emballage, via une prise de participation de Erdemir dans Sollac Ambalaj, jusqu'alors détenue à 100% par Arcelor Packaging International. Cette participation devrait, du reste, être augmentée dans un court délai. Arcelor et Erdemir étudient, par ailleurs, des opportunités pouvant permettre de créer des synergies additionnelles en ligne avec les plans de développement des deux groupes. www.arcelor.com

CSSF

Nette hausse des OPC en août (25/09) Au cours du mois 2003, le secteur des organismes de placement collectif à Luxembourg a connu une progression de 3,08%, le patrimoine global net des OPC passant de 896,23 milliards d'Euro à 923,837 milliards. Depuis le début de l'année, la hausse enregistrée atteint 9,39% (844,508 milliards au 31 décembre 2002), alors qu'en glissement annuel, le volume des actifs nets est en progression de 6,11%. En août, l'investissement net en capital s'est élevé à 5,003 milliards d'Euro, soit un total, depuis le début de l'année, de

plus de 45 milliards. Le nombre d'organismes de placement collectif pris en considération est de 1.925, dont 1.195 ayant adopté une structure à compartiments multiples (soit 6.883 compartiments). www.cssf.lu

Millicom

5 millions d'abonnés

(25/09) L'opérateur de télécommunications Millicom International Cellular, dont le

Ikogest

Le bouquet pour l'Atrium [25/09] L'été prochain, la première phase de l'Atrium Business Park sera livrée à ses occupants, sur la zone industrielle de Bourmicht, à Bertrange. Les deux promoteurs, le Belge Buelens Real Estate et le Luxembourgeois Ikogest ont fêté, fin septembre, le bouquet – qui marque la fin du gros œuvre – pour ce qui sera un complexe immobilier résolument novateur, voire révolutionnaire, qui développe tout un véritable espace de vie, professionnel et convivial, articulé autour d'une place centrale comme un véritable village. "Nous avons souhaité intégrer un maximum de facilités pour les employés afin de leur créer un environnement propice à leur épanouissement. Cela constitue la clef de voûte du projet" explique Eric Lux, Administrateur-délégué du promoteur Ikogest, à l'origine de l'Atrium. Outre une grande qualité dans la conception et l'aménagement des bureaux (les plateaux indépendants sont combinables pour des surfaces évolutives de 400 à 2.800 m2), cette "vie sociale" sera assurée par des facilités de restauration (du simple sandwich au café-brasserie de 400 places, en passant par un self-service); un espace fitness pour la remise en forme ou l'entretien et, dans une phase ultérieure, une crèche de 50 places, encadrée par une équipe de puéricultrices spécialisées, avec un jardin exposé plein sud et des espaces étudiés en collaboration étroite avec des professionnels de la petite enfance. Le tout complété par des espaces de stationnement pouvant accueillir plus de 2.000 véhicules. "Nous nous présentons comme des développeurs d'espace explique M. Lux. Un projet ne peut se concevoir que par rapport à un espace donné et aucun projet ne peut ressembler à un

Intégrer un espace de vie sociale au coeur même du complexe de bureau: telle est la philisophie de l’Atrium.

autre. Nous ne sommes vraiment pas adeptes du copier-coller". Initié il y a environ deux ans, ce projet va nécessiter, dans sa globalité, un investissement proche des 150 millions d'Euro, que se partagent les deux promoteurs, Ikogest et Buelens Real Estate. La première phase, baptisée "Emporium", qui en est actuellement à la moitié, concerne 20.000 m2 de bureaux et 2.500 m2 de services (restauration et espace fitness). 80.000 heures de travail ont été nécessaires, en 9 mois, pour la réalisation des hyperstructures, et le timing du chantier est, pour l'heure, parfaitement respecté. La livraison est prévue pour l'été 2004 et même si aucun contrat de location n'a encore été formellement établi, mais Eric Lux reconnaît que deux négociations sont, actuellement, très avancée, pour la prise en occupation d'une bonne partie de ces 20.000 m2. Le projet, dans son ensemble, couvrira une superficie totale de 50.000 v. www.ikogest.lu

paperJam 11.2003

Actualité 047


news_express.qxd

09.10.2003

quartier général est à Luxembourg, a franchi le cap des 5 millions d'abonnés, suite à l'intégration dans le périmètre de consolidation des activités de Telemovil au Salvador, soit 460.000 clients supplémentaires. Aujourd'hui, Millicom revendique, au niveau mondial, 5,25 millions d'abonnés, répartis sur 15 pays où le groupe est titulaire de 16 licences d'exploitation de réseaux. En 2002, Telemovil avait réalisé un chiffre d'affaires de quelque 100 millions de dollars US. www.millicom.com

Europe Online

Une Charte des Droits du Citoyen pour le haut débit (25/09) Initiative originale sur fond éminemment commercial: Europe Online, ensemble avec ses partenaires technologiques et commerciaux, vient de lancer une Charte des

14:43 Uhr

Seite 048

Droits du Citoyen pour un accès à l'Internet à haut débit. Cette initiative se base sur le fait que l'accès à l'Internet à haut débit a été reconnu comme moyen de communication universel, facilitant le travail et les activités de loisirs, l'éducation, l'e-commerce, l'e-gouvernement, les programmes de santé et de logistique dans le monde entier. Les signataires de cette charte (on retrouve BT Broadband Services, Teles, Eutelsat, ASTRA, Kabel Deutschland, PrimaCom, Tiscali, Strong, TechniSat, Hauppauge et Techno Trend) déclarent que tout citoyen, où qu'il soit, a le droit d'accéder à l'Internet à haut débit, mis à disposition par l'opérateur de réseaux de télécommunication de son choix, à "des prix attractifs et raisonnables". "Nous avons décidé tous ensemble de créer le "package" le plus démocratique, le plus économique et le plus attractif, rassemblant tous les composants, pour être cer-

tains que tout citoyen du monde ait un accès à l'Internet à haut débit", a expliqué Candace Johnson, Présidente d'Europe Online, qui annonce la commercialisation d'un accès DSL à 9,90 Euro par mois. www.europeonline.com

concertation avec les autres organisations patronales, la politique européenne et d'assister les membres de la FEDIL dans leurs démarches directes auprès des services communautaires. Il a été confié à Romain Lanners (voir page 053. www.fedil.lu

FEDIL

Un pied à Bruxelles (25/09) Puisque 75% des lois et règlements encadrant l'économie sont aujourd'hui d'origine communautaire, la fédération des industriels luxembourgeois (FEDIL) a décidé de se rapprocher du saint des saints – en l'occurrence les institutions européenne bruxelloises – et a décidé de renforcer sa présence auprès de l'Union des confédérations de l'industrie et des employeurs d'Europe (UNICE) à Bruxelles. La FEDIL a donc créé un poste de Conseiller en Affaires Européennes, dont la tâche consistera à suivre de près, en

Keytrade Bank

Luxembourg: contribution bénéficiaire en hausse (25/09) Au cours du premier semestre 2003, le broker online Keytrade Luxembourg (également agréé en tant que commissionnaire depuis février 2003) a enregistré un chiffre d'affaires de 340.000 Euro, en légère diminution par rapport aux 396.000 Euro de l'année précédente. En revanche, la contribution aux bénéfices du groupe fait plus que doubler, puisque le bénéfice net s'établit à 104.000 Euro


news_express.qxd

09.10.2003

par rapport à 47.000 Euro l'année précédente. Le groupe a enregistré une hausse spectaculaire de son bénéfice d'exploitation de 118% et passe de 0,846 million d'Euro au premier semestre 2002 à 1,852 million d'Euro, un an plus tard. La progression est surtout spectaculaire entre le premier et le deuxième trimestre, puisque celui-ci double en passant de 0,6 million d'Euro à 1,250 million d'Euro. Ce bond s'explique par une augmentation de 50% du nombre d'ordres boursiers exécutés entre les deux trimestres. Le bénéfice net consolidé s'élève à 1,541 million d'Euro, affecté par 260.000 Euro de charges exceptionnelles dues principalement à une réduction de valeur de 150.000 Euro sur la filiale Real Asset Management, sortie du périmètre de consolidation en préparation à sa dissolution prochaine. www.keytradebank.com; keytrade.lu

14:43 Uhr

Seite 049

Commission européennes

Luxembourg toujours à la traîne

(26/09) Les derniers chiffres, arrêtés en juillet par la Commission européenne sur l'avancement de la transposition des directives par les Etats membres, montrent qu'une nouvelle fois, la situation ne s'est pas améliorée au Luxembourg. Dans l'objectif affiché, au printemps 2002, selon lequel aucune directive ne devrait rester non transposée plus de deux ans après le délai prescrit, le Luxembourg est même le deuxième plus mauvais élève de la classe européenne derrière la France et devant la

Belgique. Dans l'ensemble, le déficit de transposition (pourcentage de directives non transposées en droit national dans les délais prescrits) moyen de l'Union européenne s'est aggravé, puisque de 1,8% en mai 2002, il est passé à 2,8% en juillet 2003, ce qui constitue le plus mauvais résultat depuis 2000. Pas moins de huit Etats membres ont accusé un déficit de transposition plus de deux fois supérieur à l'objectif de 1,5 %. Seuls le Danemark et l'Espagne ont atteint cet objectif. "Il ne s'agit pas là de bonnes nouvelles pour la compétitivité de l'Europe. Les Etats membres n'ont aucune excuse en cas de non-respect des délais fixés par leurs propres soins. La transposition dans les délais impartis est vitale si nous voulons tirer le meilleur parti possible du marché intérieur", estime, irrité, Frits Bolkestein, commissaire chargé du marché intérieur. Concernant Luxembourg, le

déficit enregistré, au 1er juillet 2003, se maintient à 3,2%, au même niveau que celui établi au 15 avril. Pour ce qui est des directives accusant un retard de transposition de plus de deux ans au 1er juillet 2003, leur nombre est passé de 6 (en avril) à 7 (au 1er juillet). Seule la France (avec 10) fait moins bien…

Group 4 Falck

Ne dites plus Securitas...

(25/09) ... mais dites Group 4 Falck! L'un des acteurs majeurs sur le marché luxembourgeois de la sécurité depuis plus de 30 ans, a changé pour épouser la raison sociale du groupe dont il est


news_express.qxd

09.10.2003

filiale. C'est pour des raisons de notoriété au Luxembourg que la société avait conservé l'appellation Securitas. Le rapprochement entre les deux entités date pourtant de mai 2000. Falck est un groupe danois, leader dans le domaine de la protection et de l'assistance de personnes, coté en Bourse de Copenhague. La fusion avait donné naissance à Group 4 Falck (actif dans 90 pays et emploie 230.000 personnes dans le monde) et permettait de concilier, sous cette nouvelle dénomination, les deux domaines de compétences – la surveillance et le gardiennage ainsi que la protection et l'assistance de personnes – s'adressant aussi bien à une clientèle privée que professionnelle et permettant de proposer des solutions internationales à des clients de plus en plus actifs au niveau transfrontalier. Plus que jamais, la société vise à renforcer son leadership sur l'ensemble des marchés: clientèle privée et marché B2B principalement constitué de banques, de grandes entreprises, d'industries, de PME/PMI. Group 4 Falck emploie plus de 900 personnes au Luxembourg et fait ainsi partie des 25 plus grands employeurs nationaux. La société est également certifiée ISO 9001. www.securitas.lu; www.group4falck.com

Ministère des Finances

Luxembourg enfin membre de la BAsD (25/09) Comme nous l'avions déjà mentionné dans notre édition paperJam 05.2003 (page 031), le Luxembourg a officiellement été déclaré membre de la Banque Asiatique de Développement (BAsD), devenant le 62e pays à adhérer à cette institution basée à Manilles (Philippines). Le pays a souscrit à 12.040

050 Actualité paperJam 11.2003

14:43 Uhr

Seite 050

parts – soit 0,34% - du capital social de la Banque, qui se chiffre à 3.490.994 parts avec une valeur totale de 43,5 milliards de dollars US. L'objectif primordial de la BAsD est la réduction de la pauvreté en promouvant le progrès économique et social dans la région AsiePacifique. Ses atouts opérationnels se situent au niveau de réformes politiques et institutionnelles, de développement social, de protection environnementale et de coopération régionale. Depuis quelques années, déjà, le Luxembourg entretien, avec la région Asie/Pacifique, des échanges commerciaux en continuels développements. www.adb.org

Ventos

Premier semestre délicat

clôture de l'exercice 2002", commente la société, qui a mis en paiement, à la mioctobre, un acompte sur dividende de 0,40 Euro brut par action (net 0,32 Euro), et prévoit pour le second semestre "un bénéfice amélioré plus en conformité avec le niveau de nos investissements". Au cours des six premiers mois de l'année, les investissements de Ventos se sont accrus de 2,2 millions d'Euro, essentiellement alloués aux secteurs financier, énergétique et bancaire. L'investissement atteint, ainsi, au 30 juin, 75 millions d'Euro. Ventos cible ses prises de participation dans les secteurs de l'agro-alimentaire (Danone), bancaire et financier (Banque Degroof) ou encore l'immobilier (Guineu Immobles). www.ventos.lu

Clearstream

Clearstream tient à sa "Place" au Kirchberg (26/09) La société de participations financières Ventos, cotée en Bourse de Luxembourg, a vécu un premier semestre assez difficile, dans un contexte économique peu enthousiasmant. Les produits sur participations, notamment, ont diminué de plus de la moitié. Ils s'élèvent ainsi à 2,1 millions d'Euro, alors qu'ils étaie nt encore de 4,8 millions au premier semestre 2002. Il s'agit, pour 1,9 million, de dividendes, le reste étant des plus values de cession d'actifs (0,1 million) et des intérêts financiers. "La reprise modérée des marchés boursiers a permis de ne pas accroître le montant des corrections de valeurs sur les participations et valeurs mobilières à 3,7 millions d'Euro qui sont quasiment au même montant que celles constatées à la

(26/09) Les nouveaux locaux de Clearstream forment un complexe de quatre bâtiments en carré au 42 de l'avenue John F. Kennedy. Le Grand Duc Henri, le Ministre de la Justice Luc Frieden, le Bourgmestre de la ville de Luxembourg, Paul Helminger s'associèrent pour réaffirmer en chœur l’importance que revêt la présence de l’entreprise internationale de clearing au Luxembourg. Il échut au Grand Duc de dévoiler la statue de Fernand Léger "La grande fleur qui marche" qui trône à l’avant plan du Square. L'artiste peintre, plus connu pour ses peintures cubistes,

figure désormais dans le top 5 des cotations du marché mondial de l’art. L’heure était donc aux réjouissances devant le signe que Clearstream demeurait au Kirchberg. L’entreprise est en effet depuis juillet 2002 sous la direction du groupe allemand Deutsche Börse, la main-mise de Francfort n’était pas sans créer l’inquiétude au Luxembourg. Le siège luxembourgeois poursuit avec ce complexe une restructuration, ramenant en un seul site et deux bâtiments le personnel jadis réparti sur 13 lieux différents. Deux des quatre bâtiments seulement sont réservés au personnel de Clearstream, ils ont une capacité d’accueil de près de 1.700 personnes. Clearstream compte que d’ici novembre tout le personnel, soit 1.300 employés, aura rejoint le "Square". Les autres surfaces seront louées. Tendance à la rentabilité oblige, Clearstream a opté pour l’open space comme architecture de bureaux. Le ministre du Budget, Luc Frieden, a réaffirmé pour l'occasion à quel point il était confiant dans l’économie luxembourgeoise. Il a aussi rappelé qu’il défendait les intérêts du secteur financier, notamment l’accord européen négocié sur la fiscalité qui devrait trouver sa concrétisation rapidement dans l'intérêt du Luxembourg. Le ministre reste farouchement opposé à une harmonisation européenne de la fiscalité hors de cet accord. Pas question non plus d’accéder à la revendication d’un groupe minoritaire au sein de l’OCDE qui pousse à l’entrée en vigueur de l’échange d’information pour 2005, ce qui est contraire à l’accord passé avec l’U.E. et aux intérêts même de la Place financière luxembourgeoise. Clearstream s'est aussi offert un espace dédié à l'art, où plus d'une centaine d'artistes internationaux exposent leurs œuvres photographiques. www.clearstream.com


news_express.qxd

09.10.2003

CrossComm

Les P&T assignés en justice (30/09) L'opérateur de télécommunications Cross Communication Distribution a décidé d'assigner l'Entreprise des P&T auprès du Juge des Référés à Luxembourg et a reçu, pour le faire, le feu vert du Tribunal de Commerce de Luxembourg. Le litige porte sur un document commercial envoyé par l'opérateur historique, à des clients et des prospects, et dans lequel figureraient des indications tarifaires comparatives jugées "erronées et en défaveur de CrossComm". C'est donc au motif de publicité comparative faussée et d'actes de concurrence déloyale que CrossComm a entrepris sa démarche, jugeant "les faits assez graves de la part de l’Opérateur Historique pour entamer cette procédure" et espérant, du même coup, " voir ces faits condamnés à juste titre". Interrogés par nos soins sur le sujet, l'Entreprise des P&T s'est refusé à tout commentaire particulier. www.crosscomm.lu

Sympass

Motiver les employés (01/10) La société Emresa (Employee Retention & Satisfaction) a lancé, en cette fin d'été, un nouveau concept baptisé Sympass (voir aussi notre rubrique Business Web Directory dans paperJam 09.10.2003, page 82). Il s'agit d'une facilité, pour les entreprises, de pouvoir négocier des avantages avec des commerçants pour leurs employés, leur permettant ainsi d'augmenter leur motivation au travers de ce signe de reconnaissance. Ainsi, les entreprises souhaitant offrir de tels avantages à leur personnel, sans pour autant avoir les ressources nécessaires en interne, peuvent remettre une carte

14:43 Uhr

Seite 051

Sympass à leurs employés. Cette carte leur permet de bénéficier de nombreux avantages, le plus souvent sous forme de remise directe, dans des domaines aussi variés que le sport (centres de fitness, vêtements, thermes,…), le cinéma, le mazout, les articles pour enfants et bébés, plus de 100.000 hôtels, l’électroménager/hifi etc. L'initiative est supportée par un site Internet (www.sympass.lu), également ouvert à tout fournisseur souhaitant intégrer le réseau des commerçants visés par les avantages. www.sympass.lu

paperJam

Bourrage Papier

Dans l'article "Culture: le temps des moissons" publié dans notre dernière édition paperJam, le tour d'horizon des principales infrastructures culturelles et musées du pays avait mis en marge plusieurs institutions municipales représentatives. Il convient donc de mentionner le théâtre des

Capucins, la cinémathèque municipale ou encore le musée d'Histoire de la Ville de Luxembourg. Une liste, par définition, non-exhaustive... Par ailleurs, www.kirchbergonline.lu, notre "site du mois" également présenté l'édition paperJam 09.10.2003, n'a pas été développé en interne, comme indiqué par erreur. Le graphisme du site a, ainsi, été réalisé par Advantage, alors que la partie technique est due à Magic Moving Pixel, qui a également en charge le hosting et la maintenance. 

Design Luxembourg

Droits d'auteur et éthique (29/09) A l'initiative de Design Luxembourg, la fédération luxembourgeoise regroupant les indépendants travaillant, seuls ou en studio, dans différents domaines de la communication visuelle et du design, Me Nicolas Decker était invité, dans les locaux de la Confédération luxembourgeoise du commerce, à faire le point sur la législation en matière de droits intellectuels et droits d'auteur. A Luxembourg, la dernière modification de législation en vigueur date du 18 avril 2001, dans le cadre de la transposition en droit national de directives européennes. Mais cette mise à jour était également indispensable quand on sait que le premier texte relatif aux droits d'auteur datait de 1898, seulement revu et corrigé en 1972… Le premier article de cette loi stipule que "Les droits d'auteur protègent les œuvres littéraires et artistiques originales, quels qu'en soient le genre et la forme ou l'expression, y compris les photographies, les bases de données et les programmes d'ordinateur. Ils ne protègent pas les idées, les méthodes de fonctionnement, les concepts ou les informations, en tant que tels." Deux types de droits sont à considérer en la matière: le droit d'exploitation (cessible) – par lequel l'auteur d'une œuvre autorise sa reproduction – et le droit moral. Ce dernier, moins connu, est directement lié à l'auteur de l'œuvre – ou ses ayants droits – et n'est aucunement cessible. Sur la base de ce droit, il est possible de s'opposer à des utilisations particulières des œuvres. La famille Steichen en avait, par exemple, usé lorsque la ville de Luxembourg avait souhaité, il y a quelques années, afficher des œuvres du photographe luxembourgeois dans les panneaux d'abribus... Dans le secteur de la communication, à Luxembourg, les questions relatives au droit

Tout nouveau membre du Bureau of European Designer’s Association, Design Luxembourg souhaite établir des contrats-type de cessions de droit.

d'auteur et au droit des marques sont nombreuses, dès qu'il s'agit de travail de graphistes ou de photographes réalisées pour le compte d'agences ou bien directement pour le client final. "D'une manière générale, lors de l'établissement d'un contrat, il est important de mentionner un maximum de clauses concernant les responsabilités liées à l'utilisation d'un logo ou bien les conditions dans lesquelles une photo peut être reproduite dans un livre qui peut connaître plusieurs éditions", a expliqué Me Decker. La problématique de la contrefaçon est également très présente dans la profession, la frontière entre idée originale et plagiat étant parfois très floue. "Notre envie est de créer et pas de copier. On ne défend pas la différence, on veut la créer! C'est une question d'éthique que de créer des œuvres originales", a tenu à préciser Frank Weber, photographe indépendant, qui a plaidé pour la création, à Luxembourg, d'un contrattype de cession de droit. www.clc.lu

paperJam 11.2003

Actualité 051


08.10.2003

people

people.qxd

13:44 Uhr

Seite 052

Changement de fonction ou changement d'entreprise? Adressez-nous un CV accompagné du descriptif du poste et d’une photo: par e-mail à press@paperjam.lu ou par courrier: paperJam People BP 728 L-2017 Luxembourg

DIRK BOSMANS (3COM) Le Belge Dirk Bosmans, 36 ans, Managing Director 3Com pour le Benelux depuis avril 2001, vient de se voir confier, en plus de cette fonction, la région de l’Europe de l’Est, qui couvre la Hongrie, la Croatie, la Pologne, la Roumanie, la Slovénie, la Slovaquie et la Tchéquie.

YVES BOLAND (TELINDUS) Ancien graphiste et Web designer chez Alti (exExceed), où il a travaillé sur de nombreux sites pour des clients luxembourgeois et internationaux Yves Boland, 31 ans, a rejoint Telindus. Le voilà désormais Web designer au sein du département eSolutions.

FRANCINE CLOSENER (RTL RADIO LËTZEBUERG) La journaliste radio Francine Closener monte en grade. A 33 ans, elle devient rédacteur en chef adjoint chez RTL Radio Lëtzebuerg. Elle avait intégré la rédaction en 1994.

MARC DELFORGE (COLT TELECOM) Marc Delforge quitte ses fonctions actuelles de Sales Manager de COLT Telecom Luxembourg et monte en grade dans les structures internationales du groupe: le voilà, à 40 ans, responsable de la commercialisation des produits et services de COLT auprès des opérateurs télécoms historiques du Benelux et de Scandinavie (EPT, Belgacom, KPN, TeliaSonera, Telenor et TDC).

DAVID DONKERS (SAP BELUX) SAP Belgique et Luxembourg dispose d'un nouveau directeur financier: David Donkers, 35 ans, en charge, précédemment, de la gestion financière du groupe ICT Intrasoft International et de la gestion générale de la filiale belge.

YVES FRANCIS (DELOITTE & TOUCHE) En plus de ses fonctions d'associé chez Deloitte & Touche Luxembourg qu'il occupe depuis 2001, Yves Francis est, depuis le 1er septembre, leader au niveau européen des services à l’industrie des fonds d’investissement. A 36 ans, il aura pour mission de développer et de coordonner au niveau européen les activités du groupe Deloitte & Touche sur le marché des fonds

052 People paperJam 11.2003


people.qxd

08.10.2003

13:44 Uhr

Seite 053

DAVID FREW (CRP HENRI TUDOR) Du changement dans l'équipe dirigeante du Technoport Schlassgoart à Esch-sur-Alzette, la structure du CRP Henri Tudor en charge de l'hébergement des start-up d'innovation: l'Ecossais David Frew, 38 ans, chargé de mission, et son collègue Diego de Basio poursuivront leurs missions au sein du Centre d'Accueil et d'Innovation pour Entreprises (CAIE), sans Paul Thévenin désormais nommé régisseur dans le nouveau bâtiment du CRPHT au Kirchberg.

MARC GERGES (LUXAIR) L'ancien journaliste du Lëtzebuerger Land et rédacteur en chef adjoint du Quotidien, Marc Gerges, prend un nouvel envol. Le voici, à 36 ans, nouveau responsable des relations presse pour Luxair. Un poste devenu crucial compte tenu des récents événements qui ont touché la compagnie luxembourgeoise.

JOSÉE KIRPS (ARCHIVES NATIONALES) Les Archives nationales luxembourgeoises ont changé de tête: fin septembre, Cornel Meder, atteint par la limite d'âge, a passé le flambeau à Josée Kirps, 44 ans. Déjà employée aux Archives entre 1988 et 1991, elle était, depuis 1998, Attachée de Gouvernement 1e en rang, responsable de la section des Arts plastiques, expositions, Congé culturel, bourses spéciales, subsides, statut de l’artiste et dossiers internationaux (accords culturels, Conseil de l’Europe, Francophonie, Comité des Affaires culturelles à Bruxelles).

ROMAIN LANNERS (FEDIL) Attaché auprès de la FEDIL depuis 1997, Romain Lanners, 33 ans ans, a été nommé Conseiller en Affaires Européennes de la Fédération des industriels luxembourgeois, en charge du suivi de la politique européenne (voir aussi page 047) et de l'assistance des membres de la Fédération dans toutes les démarches auprès de Bruxelles.

FLORENCE GILLIG (IMMO ETOILES) Depuis peu, Florence Gillig occupe les fonctions d'Administrateur Délégué de la société Immo Etoiles (Groupe MAM S.A.). Agée de 34 ans, elle a, pendant sept ans, été Account manager auprès de Jones Lang LaSalle et Cushman & Wakefield, Healey & Baker (représentée par Property Partners) à Luxembourg. Elle commercialise aujourd'hui, entre autres, le projet de construction résidentiel "Domaine les Etoiles de Strassen".

MARCO GOETZ (RTL RADIO LËTZEBUERG) Du nouveau dans l'organigramme de RTL Radio Lëtzebuerg. Marco Goetz, 37 ans, journaliste à la rédaction depuis 1992, a été promu Coordinateur de l'Information.

HELMUT HAVENITH (ERNST&YOUNG) Le cabinet Ernst & Young à Luxembourg perd un de ses associés: Helmut Havenith, qui occupait cette responsabilité depuis 2001. Directeur du département d'audit interne et chargé de missions de conseil pour le secteur financier, il met le cap sur… Bucarest, où il devient également Partner, assistant le département audit roumain, spécialisé en services financiers et prenant en charge les clients du secteur industriel.

PIERRE LIENARD (COLT TELECOM) Pierre Liénard, 48 ans, qui était responsable de la filiale luxembourgeoise de l'opérateur Codenet, depuis février 2000, passe chez COLT Télécom Luxembourg, où il vient de prendre les fonctions de Directeur commercial. Il conserve, par ailleurs, ses fonctions de secrétaire général de l'APSI.

CARLO LINDEN (CHAMBRE DES DEPUTES) L'introduction du nouveau logo, le relooking de l'Intranet et de l'Internet et la finalisation de la campagne de Deloitte auront été les dernières missions de Carlo Linden en tant que Marketing & Communication Director de la firme luxembourgeoise; A 40 ans, il a choisi de poursuivre sa carrière dans le secteur public, plus précisément au service communication de la Chambre des Députés.

CAROLINE MART (RTL TÉLÉ) Nouvelle grille de rentrée et nouvelles responsabilités chez RTL Télé Lëtzebuerg. Caroline Mart, journaliste, présentatrice et responsable de la Culture, est devenue Chef de l'information. A 42 ans, elle a déjà derrière elle 10 ans de télé chez RTL.

paperJam 11.2003

People 053


people.qxd

08.10.2003

13:44 Uhr

Seite 054

FRÉDÉRIC MOREAU (EDITUS LUXEMBOURG) Editus Luxembourg, l'éditeur des annuaires téléphoniques au Luxembourg et du portail LuxWeb, compte un nouveau Directeur marketing: Frédéric Moreau, 36 ans. Il avait, précédemment, piloté le lancement de l'Agence Marcom International dont il était devenu directeur marketing et commercial.

KARINE PELOSATO (TELINDUS) La société Alti (ex-Exceed) est presque devenue un vivier pour Telindus. Tout comme Yves Boland (voir par ailleurs), Karine Pesolato a suivi le même chemin: spécialisée dans le domaine du conseil de la conception et de la gestion de projets Internet, elle est devenue, à 27 ans, responsable des projets Internet / Intranet et de l'organisation de la production du département eSolutions de Telindus.

YVONNE PRIJS (STORAGETEK) StorageTek, fournisseur mondial de solutions et services de stockage, a nommé Yvonne Prijs au poste de Human Resource Manager Benelux. A 44 ans, elle aura comme mission de contribuer à l'évolution stratégique de l'organisation en une entreprise "Total Solutions". Mme Prijs dispose d'une longue expérience en tant que Human Resource Manager, notamment pour Fujitsu Services BV.

ANNE REUTER (SOCIÉTÉ DES FOIRES INTERNATIONALES) Anne Reuter, 26 ans monte en grade au sein la Société des Foires Internationales de Luxembourg. Elle est devenue Head of marketing and Communication. Son équipe opérationnelle se voit également renforcée par l’arrivée de deux nouveaux membres: Morgan Gromy et Natasha Chuicchini.

VINCENT RUCK (TELINDUS) Des nouvelles de Vincent Ruck, l'ancien rédacteur en chef du Business magazine paperJam. Il nous a quitté cet été pour donner, à 26 ans, une nouvelle orientation à sa carrière. Direction Beaufort International, puis Telindus, pour s'occuper de gestion de projets Internet. Une sorte de retour à ses premières amours, donc, pour celui qui fut précédemment Information Analyst au New Media Group du CRP Henri Tudor.

GILLES RUPIN (CARLSON WAGONLIT TRAVEL) Après huit années d'expérience passée dans le secteur aérien, Gilles Rupin, 35 ans, a rejoint Carlson Wagonlit Travel Luxembourg, où il occupe le poste de Sales-Account Manager. Il aura pour mission de renforcer le portefeuille client existant, de prospecter de nouveaux comptes et de réaffirmer la position du groupe sur le marché luxembourgeois.

054 People paperJam 11.2003

DANIEL SAHR (RCM) Depuis le début du mois d'octobre, Daniel Sahr, 26 ans, a rejoint l'équipe de R.C.M. Sàrl., société spécialisée dans l'événementiel. Il y épaule Nico Miny dans l'administration générale des départements Création et Location à Stuppicht et s'occupera du marketing de R.C.M. et R.C. Machines.

ALEXANDRE SCHMITZ (FOXROAD) Le consultant "opérationnel" Foxroad compte un nouveau Junior Associate Partner, en la personne de Alexandre Schmitz, 29 ans, qui était, depuis 2000, Business Consultant. Il secondera Thierry Devos, Managing Partner, dans les aspects stratégiques.

GENEVIÈVE TISSOT (SAP BELUX) Déjà responsable, depuis 2001, des partenariats au sein de SAP, Geneviève Tissot, 32 ans, a été promue au poste de directrice marketing & alliances pour la Belgique et le Luxembourg. Arrivée chez SAP en 1999, elle fut auparavant Account Manager chez GFI (Groupe Français Informatique).

MARIE-HÉLÈNE TROUILLEZ (CHAMBRE DE COMMERCE) Depuis le mois de septembre, Marie-Hélène Trouillez, 37 ans, a rejoint la Chambre de Commerce où elle est devenue attachée de Communication chargée de structurer et de coordonner la politique de communication interne et externe de la Chambre. Elle était auparavant Responsable Communication et Chef de projets/Lorraine au sein de 1,2,3, Go pour l'édition 20022003 et devient responsable pour la coordination transfrontalière de la communication du réseau.

GUIDO VANNUT (MERCURY INTERACTIVE) Du nouveau chez Mercury Interactive, qui vient d'engager un Regional Sales Manager Finance & Industry en la personne de Guido Vannut, 40 ans. Il était précédemment Country Manager de Cressida Technology dans le Benelux.

RICHARD WILEY (DUPONT LUXEMBOURG) Suite au départ de William O. Walker, Jr., appelé à diriger un grand site de production aux EtatsUnis, un nouveau directeur a été nommé chez DuPont Luxembourg: Richard Wiley, 47 ans. Entré dans le groupe DuPont en 1978, il était, depuis février 2000, en charge, à Luxembourg, de la direction de la production dans le segment "non-tissés".


rh.qxd

07.10.2003

16:31 Uhr

Seite 055

ressources humaines

Pensez-vous que l'âge soit un facteur de discrimination dans votre entreprise?  Sondage Monster-paperJam commenté par Alix Burton-MacMinn (Badenoch and Clark, Luxembourg). 60% Oui, l'âge est à l'évidence un facteur de discrimination envers les candidats 21% Non, des gens de tout âge occupent toutes sortes de postes 17% Peut-être, il me semble que mon entreprise préfère les candidats d'une certaine tranche d'âge Nombre total de réponses: 169 Ce sondage a été réalisé sur le site www.monster.lu Alix Burton-MacMinn: "D'ici à 2020, un tiers de la population active sera âgée de 50 ans et plus" Sur le marché de l’emploi, la problématique de la discrimination en raison de l'âge n'est pas trop nouvelle. Peut-être même aurait-elle tendance à augmenter. "Semaine après semaine nous lisons des récits déplorant l'attitude discriminatoire flagrante de certaines entreprises lors du recrutement de nouveaux membres de leur personnel" constate Alix Burton-MacMinn, directrice du cabinet de recrutement Badenoch and Clark, Luxembourg. Néanmoins, si ces révélations ne font que souligner l'embarras d'un grand pourcentage de la main-d'œuvre globale, ils ne contribuent guère à promouvoir des méthodes efficaces pour éviter ce problème: "La question est: les employeurs démontrent-ils une préférence pour les travailleurs plus jeunes ou plus âgés? La réponse est clairement 'Non', si l'employé peut offrir à l'employeur ce qu'il/elle veut et apporter une valeur ajoutée à l'organisation" estime Mme Burton-MacMinn. A ses yeux, en dépit d'une apparence "simpliste", la recherche de compétences se pose clairement comme "l'objectif le plus important des employeurs potentiels. Bien qu'il soit désirable de recruter une personne qui corresponde démographiquement à un département particulier, la compétence pour accomplir le travail confié à un niveau élevé et de fournir une valeur ajoutée à l'organisation en tant que telle, permet inévitablement d'épargner du temps et de l'argent à l'employeur, deux facteurs dominants de tout business."

Evidemment, il n'y a pas que la compétence qui compte et les employeurs doivent également prendre en compte le vieillissement démographique de la population active et la popularité grandissante de l'éducation supérieure. "Des chiffres récents estiment que d'ici à 2020, un tiers de la population active sera âgée de 50 ans et plus, ce qui a mené de nombreux gouvernements à augmenter rapidement l'âge de la pension. C'est pourquoi de nombreuses entreprises ont décidé de construire des stratégies basées sur une force de travail plus âgée" note Mme Burton-MacMinn. Ces stratégies incluent la formation aux nouvelles technologies et la volonté d'accepter un environnement "changeant", deux domaines-clés accordés aux employés potentiels. La société évolue, et ce n'est pas nécessairement aux gouvernements ou employeurs de s'adapter. "Les employés potentiels doivent également se mettre au diapason des changements auxquels ils sont confrontés. Afin d'assurer leur niveau élevé, une attention grandissante doit être placée sur les connaissances technologiques, la flexibilité et la rentabilité. Le monde du 'caméléon au travail' évolue..."  Alix Burton-MacMinn (29 ans) est directrice de Badenoch and Clark, Luxembourg. Elle possède 7 années d'expérience en recrutement financier à travers la Grande-Bretagne et l'Europe Continentale et est membre de REC (Recruitment Employment Confederation). Elle a notamment passé des examens sur la discrimination sur le marché du travail. Prochains sondages en ligne: jusqu'au 27/10: Comment considérez-vous la formation professionnelle continue? Du 10/11 au 24/11: Pensez-vous que le secteur bancaire restera encore le moteur de l'emploi et de l’économie du Grand-Duché dans les prochaines années?

paperJam 11.2003

Actualité 055


place financiere.qxd

07.10.2003

16:34 Uhr

Seite 056

LuxX inside

Arcelor a encore de la marge  Valeur cyclique par excellence, l'action Arcelor devrait bénéficier de sa politique de marges au moins autant que des synergies de la fusion de 2002. TEXTE JEAN-MICHEL GAUDRON

La sidérurgie fait partie du paysage général luxembourgeois, certainement autant que les banques… et, de surcroît, depuis bien plus longtemps. Fondée en 1882, l'Arbed fut une des actions luxembourgeoises intégrée à la Bourse de Luxembourg dès la toute première cotation du 6 mai 1929. Aujourd'hui, Arbed a cédé la place à Arcelor, issue de la fusion avec le Français Usinor et l'Espagnol Aceralia. C'est le 18 février 2002 que le titre Arcelor a fait son entrée sur les marchés. "Depuis, l'action a eu globalement une meilleure performance par rapport aux indices généraux des bourses européennes ainsi que par rapport à l’indice spécifique de l’industrie des métaux", constate Michel Wurth, directeur général finance d'Arcelor, qui n'oublie pas, non plus, que le titre a reculé, dans le même laps de temps, de 14 Euro à 10,6 Euro aujourd'hui. "Mais notre valeur relative par rapport à nos concurrents a généralement été meilleure" constate-t-il. Si la morosité économique générale et la méforme du dollar vis-à-vis de l'Euro expliquent, en grande partie, que le titre n'ait pratiquement pas évolué depuis le début de l'année, le marché ne semble pas non plus avoir pleinement pris en compte l’entièreté des synergies dues à la fusion, estimées à 700 millions d'Euro à la fin 2006, en terme d’EBITDA. Cotée aux Premiers Marchés d’Euronext Paris et Bruxelles, à la

056 Actualité

paperJam 11.2003

Bourse de Luxembourg ainsi qu’aux bourses de Valeurs de Madrid, Barcelone, Bilbao et Valence, l'action Arcelor affiche un flottant de près de 80% et un volume quotidien moyen, de plus de 2,8 millions de titres. "La liquidité du titre est un atout très important pour les marchés financiers et dans ce contexte, on doit noter que le marché d’Euronext Paris assure à lui seul plus de 80% des échanges sur titres Arcelor", précise M. Wurth. A Luxembourg, le titre fait partie de ceux les plus négociés. En août, il a généré un volume de 1,47 million d'Euro. Lors de la présentation des résultats semestriels du groupe, le mois dernier, Guy Dollé, Directeur général d'Arcelor, évoquait la situation

particulière d'un "cycle sans haut" et avouait ne pas avoir une très bonne visibilité de la situation économique à court terme. "Il est cependant acquis que notre politique de marges avant volumes est favorablement perçue par les marchés et que dans une conjoncture européenne très difficile pour les produits sidérurgiques, le Groupe maintiendra ses efforts accélérés dans le but de poursuivre l'amélioration de sa rentabilité et le renforcement de sa structure financière et confirme ainsi ses objectifs de réduction de son endettement net", annonce Michel Wurth qui voit, dans ce contexte, ainsi que dans la perspective des dégagements de synergies liées à la fusion, "un potentiel de croissance à moyen terme pour le cours d'Arcelor". 

Evolution du cours d'Arcelor en Bourse de Luxembourg (septembre 2002-septembre 2003)


Paper Jam+index_new

5/09/03

16:30

Page 1

Plus de service : avec les packages Personal Banking la BGL vous guide dans vos projets financiers.

Aujourd’hui, plus que jamais, gérer son patrimoine, c’est faire les bons choix au bon moment. Se savoir accompagné(e) d’un guide efficace vous prévenant des risques et vous indiquant la voie la plus sûre, vous assure la sérénité du meilleur choix. Lorsque vous optez pour un de nos trois packages Global Invest, vous déterminez vous-même la manière dont vos finances seront gérées. Si, en plus, votre guide vous conseille en assurances, en crédits, en matières fiscales ou successorales, vous profiterez pleinement de votre patrimoine. C’est ce que, à la BGL, nous entendons par Personal Banking.

Plus de service : pour vos projets financiers aussi, choisissez le bon guide.

BGL. PARTENAIRE D’UN MONDE PLUS OUVERT.


place financiere.qxd

07.10.2003

16:34 Uhr

Seite 058

place financière

La force par l'union

 L'initiative Luxwinners souhaite promouvoir une place financière hautement professionnelle

TEXTE JEAN-MICHEL GAUDRON

Lucien Thiel, le Directeur de l'ABBL, doit être content. Lui qui, lors de la présentation officielle de la Luxembourg Association of Investment Professionals, en mai, s'était réjoui de la grande diversité des initiatives en matière d'associations financières, a du voir d'un bon œil l'avènement de Luxwinners, qui se présente à la fois comme un club pour professionnels de l'investissement et une plate forme pour la promotion de l'excellence dans le domaine de la gestion financière. En filigrane se profile évidemment la promotion de la place financière et la reconnaissance de ses meilleures compétences. "Tout le monde reconnaît l'utilité d'une agence de promotion pour la place, mais il est difficile de vraiment savoir ce qu'il faut promouvoir. Nous, nous avons ciblé le créneau de l'asset liability management" explique Max Meyer, Administrateurdélégué de la société de conseil financier Optimise S.A., qui est à l'origine de la création de la coordination de Luxwinners, où il occupe les fonctions de président de l'Executive Board. Luxwinners n'est cependant pas une association supplémentaire et n'a d'ailleurs aucune existence juridique propre, ses initiateurs ayant privilégié une organisation construite autour de trois comités: un "Executive Board",

058 Actualité

paperJam 11.2003

présidé par M. Meyer; un "Advisory Board" pris en mains par Henry Munster, trésorier de Dexia-BIL et un "Supervisor Board", présidé par Roland Bonnici, Associé chez HMS Luxembourg. "Cette structure garantit à la fois la rigueur de notre action et une certaine liberté dans les prises de décisions, ce qui ne serait pas forcément le cas si nous avions constitué une vraie asbl, pour laquelle la gestion journalière pose souvent des problèmes internes", note M. Meyer. Démarrée en septembre, l'initiative a déjà rassemblé une vingtaine de membres, l'objectif affiché étant d'atteindre la cinquantaine d'ici un an. "Nous ciblons les professionnels de l'investissement agréés par la CSSF, avec le souhait de fédérer un maximum de compétences, étant entendu que nul ne peut exceller en tout" précise M. Meyer, qui prône, en quelque sorte, l'union pour en faire une force. Dès le printemps 2002, M. Meyer avait approché l'ABBL et Profil, pour leur exposer le projet, et avait reçu un accueil plutôt favorable. Mais à cette époque la déprime boursière observée dans le prolongement des événements du 11 septembre était jugée passagère par les professionnels. Deux dépressions plus tard (octobre 2002 et printemps 2003), le constat est tout autre.

"Il y a vraiment une prise de conscience qu'il faut changer les styles de gestion et les mentalités, car la confiance des investisseurs envers les professionnels financiers est en net déclin" explique M. Meyer, qui a donc relancé le projet au printemps pour aboutir à cette réalisation concrète de septembre. S'appuyant sur un site Internet (www.luxwinners.lu) donnant accès à un forum de discussion entre professionnels, mais aussi des synthèses d'opinions sur des stratégies d'investissement dans les différents domaines de la finance (changes, actions, obligations, matières premières, gestion tant des actifs que des passifs), Luxwinners propose également une palette de services comme des cycles de formations appliquées et intensives, de niveau technique élevé. "Nous ne voulons pas entrer en concurrence avec l'IFBL ou bien d'autres associations. Ce que nous voulons, c'est identifier les meilleurs professionnels dans leurs fonctions. Il y a beaucoup d'amateurs sur la place et il convient soit de mieux les former, soit de s'en passer. Ce n'est que par la promotion des plus forts que la place financière gagnera une excellente réputation". 


paperJam abo.qxd

05.11.2002

16:09 Uhr

Seite 1


07.10.2003

18:08 Uhr

it & télécoms

it.qxd

Seite 060

Cryptomathic

Dmax

Lancement de AFS 2.1

Ecrans en marque propre

L'avantage principal d'AFS est que le processus complet de cryptage et de décryptage se déroule très rapidement, parce que le contenu du fichier est crypté de façon asymétrique et que la clé asymétrique n'est utilisée que pour le cryptage d'une clé symétrique. Du point de vue de l'utilisateur, le processus complet se déroule avec une seule manipulation, ce qui augmente la facilité d'utilisation. Avec AFS, Cryptomathic lance une solution simple à utiliser qui permet à un groupe d'utilisateurs de partager des fichiers cryptés dans le cadre d'un domaine prédéfini, au sein d'un environnement "non sécurisé" existant. AFS est basé sur le standard de cryptage RSA. Ainsi, le cryptage et le décryptage sont menés via une paire de clés publiques/privées, méthode qui porte le nom de cryptage asymétrique. Le système AFS fonctionne avec des certificats d'utilisateurs. Tous les utilisateurs du système peuvent crypter et signer des fichiers, et peuvent réaliser des fichiers qui s'auto-décryptent et qui peuvent être ouverts depuis n'importe quel ordinateur grâce à un mot de passe déterminé. Pourtant, il n'est pas possible de créer des certificats d'utilisateurs via le module AFS. Il faut acheter des certificats externes chez un fournisseur comme GlobalSign ou Verisign, par exemple, ou avec la nouvelle e-carte d'identité belge, dans un avenir proche. Une licence du module AFS 2.1 coûte 3.000 Euro pour 100 utilisateurs. Les utilisateurs peuvent déjà télécharger un certificat de test gratuit via le site web: http///www.cryptomathic.com/pr oducts/free_certificate.html

060 IT & Télécoms

paperJam 11.2003

Le distributeur belge de périphériques Dmax amorce la révolution télé avec la commercialisation d'écrans LCD de sa propre marque. Le "petit" dernier est le V2max, un écran de 30'' (76 cm). D'une épaisseur de 10 cm, il affiche un poids inférieur à 20 kg et propose une meilleure qualité visuelle qu'un écran "classique", ainsi qu'une foule de possibilités multimédia, puisqu'il peut être indifféremment branché sur un ordinateur, une autre télé, au DVD ou à la vidéo.

d'impression allant jusqu’à 16 pages par minute en A4, elle est équipée d’un bac d’alimentation papier intégré d’une capacité de 250 pages et dispose d'un scanner couleur à plat offrant des possibilités de réduction et d’agrandissement allant de 25 à 400%. En complément, Lexmark met à disposition un boîtier réseau externe Lexmark N4000e, serveur d’impression économique Ethernet 10/100Base Tx, permettant de mettre en réseau des imprimantes et multifonctions avec un port USB. Disponibilité: la Lexmark X215 est proposée au prix HTVA de 630 Euro. Le boîtier Lexmark N4000e est à 190 Euro HTVA. www.lexmark.be

Logitech

Bluetooth etc

www.dmax.be

Lexmark

Nouvelle donne au sein des laser multifonctions

Lexmark International étend sa gamme de produits multifonctions avec la Lexmark X215, la première multifonction laser monochrome fournie avec un chargeur automatique de documents et un fax ultra-rapide. Elle offre toutes les fonctionnalités attendues par les grandes sociétés, mais reste tout à fait abordable pour les PME. Annoncé avec une vitesse

Logitech dévoile deux produits qui devraient bouleverser le monde de la connectivité sans fil en transformant le PC en centre de contrôle pour périphériques Bluetooth portables. Ces nouveaux produits Bluetooth, la MX900 Bluetooth Optical Mouse et le Cordless Desktop MX for Bluetooth, sont tous deux livrés avec un concentrateur (ou “hub”) permettant de connecter un PC de bureau sans fil à des périphériques Bluetooth portables. Grâce à ces hubs, il devient possible de s'affranchir des câbles et cordons qui enchaînent d'habitude l'utilisateur à son PC, de synchroniser facile-


1/1-NASHUAT+TELINDUS

06.10.2003

18:23 Uhr

Seite 1


it.qxd

09.10.2003

14:53 Uhr

Seite 062

Epson

L’impression par encre pigmentée Comme l'Epson Stylus C84, une autre nouveauté, cette imprimante utilise des encres pigmentées Epson DURABrite de deuxième génération. Ces nouvelles encres résistent encore mieux à l'eau et à l'effacement. L'Epson Stylus C64 appartient à la même famille d'imprimantes que l'EPSON Stylus C84. Elle peut imprimer 17 pages par minute et des photos au format A5 sans marge. C'est une imprimante économique à usage domestique grâce aux cartouches d'encre séparées. L'utilisateur a le choix entre des cartouches d'encre de grand format ou de format standard. L'Epson Stylus C84 utilise aussi les nouvelles encres pigmentées Epson DURABrite de deuxième génération. Grâce au format d’impression - A4 sans marge - et à sa vitesse maximale de 22 pages par minute en noir et blanc, cette imprimante répond à tous les critères pour un usage domestique ou professionnel C64: prix conseillé de 85 EUR (TVA incluse); C84: prix conseillé de 115 EUR (hors TVA).

connexion analogique D-Sub et d'une interface digitale DVI-D. Grâce à la résolution maximale de 1280 x 1024 pixels, le rapport de contraste de 500:1 et la clarté de 250 cd/qm, ce sont des écrans adaptés aux applications vidéo et multimédia. Le pied ergonomique permet de tourner et de lever facilement l'écran, pour une vision optimale. Ils possèdent aussi de hauts-parleurs intégrés. Ce qui les distingue, la couleur: le Belinea 101750 est livré en blanc, tandis que le Belinea 101751 est disponible en noir/argent. Ces nouveaux écrans sont également développés selon les derniers standards ergonomiques, de qualité, de protection de la nature et d'économie d'énergie, garantis par les certificats TCO03 et ISO 13406-2. La gamme Belinea sort aussi deux nouveaux écran LCD en 15 pouces. Prix de vente conseillé de 447 Euros HTVA.

fil Microsoft perfectionnée. Les nouvelles possibilités incluent le défilement vertical et horizontal via la même molette, le défilement accéléré et aussi la possibilité de bascule entre fenêtres ouvertes par simple relâchement du bouton de la molette, qui assure une durée de vie de la batterie de plus de six mois en moyenne. Autre nouveauté: les émetteurs-récepteurs intelligents, offrant quelque 65.000 codes d'identification pour réduire les risques d'interférences (crosstalk). En plus du nouveau design, des fonctionnalités sont ajoutées au desktop, y compris des touches personnalisables et une grande variété de finitions. "Mes touches favorites" permettent un accès direct à vos fichiers et sites web préférés sur certains claviers, programmables comme les boutons d'un autoradio.

www.maxdata.com

Motorola

Microsoft

Le SmartPhone MPx200

Souris et claviers sans fil

www.epson.be

ment son PC avec l'agenda ou le carnet d'adresses d'un téléphone portable ou d'un PDA et d'intégrer les technologies de l'informatique et de la téléphonie mobile pour simplifier les communications vocales et la messagerie. Prix public conseillé: 199,99 Euro pour le Logitech Cordless Desktop MX for Bluetooth, 119 euro pour la souris MX900 Bluetooth. www.lexmark.be

062 IT & Software paperJam 11.2003

Maxdata

Nouveaux écrans 17’’ Deux nouveaux écrans TFT de 17 pouces dans la ligne Belinea: le 101750 et le 101751. Ces nouveaux écrans TFT offrent un grand angle de vision de 170 degrés horizontalement et verticalement Tous deux sont équipés d'une

Microsoft améliore la fiabilité des performances des périphériques sans fil, y introduisant même une puce optique qui garantit une plus longue durée de vie de la batterie. Une technologie optique moins gourmande en énergie. Touche design aussi avec une finition en smili-cuir pour les ensembles clavier et souris. Trois nouvelles souris sont dotées d'une molette basée sur la technologie propriétaire du défilement multidirectionnel et de la technologie optique sans

www.microsoft.com/belux/

Pour Microsoft, c'est le début d'une collaboration avec Motorola à une série de SmartPhones, d'ordinateurs de poche et d'applications sans fil. Motorola est la première marque à proposer un Windows SmartPhone sur le marché. Windows Mobile est un logiciel qui offre les applications Microsoft courantes sous une forme qui convient aux appareils mobiles. En Europe, le Motorola MPx200 est commercialisé notamment par Orange, qui en commencera la distribution en octobre au Royaume-Uni.


1/1-NASHUATEC

13.06.2003

6:57 Uhr

Seite 1


it.qxd

07.10.2003

18:08 Uhr

Orange propose aussi des services adaptés. C'est ainsi qu'Orange Backup permet de stocker des données personnelles chez Orange et de les demander en cas de besoin. Les clients qui égareraient leur SmartPhone disposeraient ainsi toujours de leurs informations et pourraient les copier sur un nouvel appareil. Avec le Motorola MPx200, l'utilisateur gère ses informations personnelles comme sur son PC. Il a ainsi la possibilité de synchroniser le courrier électronique, l'agenda et les contacts de Microsoft Outlook. Cela peut se faire sans fil ou en connexion avec le PC. Pocket Internet Explorer permet quant à lui de surfer et de télécharger des fichiers. Et avec Windows Media Player, il est possible d'écouter de la musique et de regar-

Seite 064

der des images vidéo. Mais l'utilisateur peut aussi installer de la même manière d'autres applications sur son MPx200. Il compte une carte mémoire extensible jusqu'à 1 giga-octet. http://microsoft.com/belux

Packard Bell

SlimView LCD TV Packard Bell tente une percée sur le marché du 'digital home entertainment'. Avec son écran plat sobre et stylé, la SlimView LCD TV associe un design à une technologie avancée, qui fait de ce nouveau modèle l'appareil idéal tant pour la télévision normale que pour le 'home cinéma'. La SlimView LCD TV peut aussi faire office de moniteur PC et, grâce à ses multiples connecteurs, ce téléviseur

Xerox

Copieur/imprimante 2101 Xerox lance au Luxembourg et en Belgique son tout nouveau copieur/imprimante numérique Xerox 2101. Il copie 101 pages par minute, permet d’insérer des pages et/ou une couverture couleur dans un document N/B en cours d’impression, à l'aide de l’interposeur de 175 feuilles, il crée automatiquement des documents couleur et N/B. Le système Xerox 2101 dispose d'un scanner capable de numériser en N/B et en couleur. Le scanner sauvegarde les documents numérisés aux formats TIFF et PDF, sur un serveur ou une station client du réseau, vers une adresse e-mail ou sur le serveur de copie du Xerox 2101 pour des opérations ultérieures. Grâce à son disque dur de 60 Go, le serveur de copie du Xerox 2101 peut accueillir 240 travaux et 6.000 pages numérisées à des fins de stockage, restitution, visualisation, édition. Les attributs des travaux stockés peuvent également être reprogrammés depuis l'interface utilisateur. Une file d’attente est capable de gérer jusqu'à 10 travaux d’impression. www.xerox.com.

064 IT & Software paperJam 11.2003

peut se connecter à pratiquement n'importe quel périphérique d'entrée vidéo, y compris un PC. Les entrées audio et vidéo composites ainsi que la prise SCART sont classiques pour les magnétoscopes et les consoles de jeu. Le téléviseur est également équipé d'une prise d'antenne standard pour antenne TV conventionnelle et d'un connecteur VGA pour les connexions PC. Les haut-parleurs intégrés peuvent également servir pour un PC grâce à une fiche d'entrée audio. La SlimView LCD TV sera en vente avec écran 17", 23" et 30" à partir du mois d'octobre. http://fr.packardbell.be

Ricoh

La photo numérique plus rapide

Ricoh a élargi sa gamme d'appareils photo numériques cet été: Tout d'abord avec le Caplio G4, à zoom numérique de 3,24 méga pixels, qui innove en matière de vitesse de déclenchement. Son temps de réaction de 0,14 seconde (plus rapide que pour un appareil 35mm traditionnel) est ainsi le plus court au monde dans la catégorie des appareils photo numériques à mise au point automatique. Sa mise en route est inférieure à 2 secondes et possède un temps de récupération très court de son flash. Il permet également de faire de la macrophotographie à 1 cm de l'objet. Son cousin proche, le Caplio G4wide "grand angle" est doté d'un zoom 28-85mm. Combiné à une réaction de déclenchement de 0,4 secondes, il fonctionne au même niveau de performances qu'un appareil 35mm traditionnel. www.ricoh.be

Ricoh

Nouvelles imprimantes Aficio AP400 & AP400N

Aficio AP400/AP400N sont des imprimantes laser monochrome offrant une impression très performante et un TCO (Total Cost of Ownership) très compétitif. Le puissant processeur de 300 MHz offre une impression réseau à haute vitesse de 25ppm pour une sortie recto/verso. Le traitement rapide de documents garanti une productivité utilisateur en diminuant le temps d'attente. La qualité est assurée avec une sortie nette de 1.200 dpi. Elle est conçue dans le but de considérablement réduire le coût d'impression par page. Une capacité papier standard de 500 feuilles (maximum: 1.600 feuilles) et une autonomie toner de 15,000 feuilles permettent une impression de gros travaux sans interruption. L'installation et la maintenance sont simples. Les utilisateurs peuvent aisément réapprovisionner le papier ainsi que le toner all-in-one. Elles s'installent aisément pour des connexions d'égal à égal via un câble port USB 2.0 pour ordinateur mobile et de bureau. L'option pour l'utilisation de la technologie de pointe Wireless LAN et Bluetooth est également disponible pour le hotdesking et réseau sans câbles. http://www.ricoh.be

Sybari

Antigen 7.0 pour Domino Autre nouveauté lancée, début juillet, par Sybari: la version 7.0 de la solution Antigen pour Lotus Domino, qui inclut des améliorations fonctionnelles, stratégiques et orientées client, parmi lesquelles de nouvelles fonctions de gestion centrali-


1/1-NASHUAT+TRANSCOM

06.10.2003

18:26 Uhr

Seite 1

" Ê 7  / Ê 9 " 1 Ê " Ê - /] "1/-"1, Ê / Ê, -/ /À>˜ÃVœ“]Ê̅iʏ>À}iÃÌÊ}iœ}À>«…ˆVÊ ,Ê܏Ṏœ˜Ê«ÀœÛˆ`iÀÊ ˆ˜Ê ÕÀœ«iÊ܈̅ÊÎÎÊVœ˜Ì>VÌÊVi˜ÌiÀÃÊ`iˆÛiÀˆ˜}ÊÃiÀۈViÃÊÌœÊ £ÇÊVœÕ˜ÌÀˆiÃ]Êi“«œÞˆ˜}ʜÛiÀÊÇ]nääÊi“«œÞiiÃÊ«ÀœÛˆ`ˆ˜}Ê ÃiÀۈViÃÊ̜ʓœÀiÊ̅>˜ÊnäÊVˆi˜ÌÃʈ˜ÊÎnʏ>˜}Õ>}ið œÀʓœÀiʈ˜vœÀ“>̈œ˜Êœ˜ÊœÕÀÊÀi>̈œ˜Ã…ˆ«Ê“>˜>}i“i˜ÌÊ «Àœ}À>“Ã]ÊV>ÊÕÃÊ̜`>ÞʳÎxÓÊÓÇÊÇxxÊääÈʜÀÊۈÈÌʜÕÀÊÜiLÈÌi\

ÜÜÜ°ÌÀ>˜ÃVœ“‡ÜœÀ`܈`i°Vœ“


it.qxd

07.10.2003

18:08 Uhr

Seite 066

sée; des options de filtrage de contenu et des pièces jointes; un planificateur intégré pour les mises à jour des moteurs; des performances améliorées grâce à la prise en charge de plusieurs bases de données SCAN.BOX ainsi que la présence de la fonction Worm Purge. Disponibilité: Antigen est disponible pour Microsoft Exchange, SharePoint, Windows 2000 Server & Server 2003 et Lotus Domino. Le prix de vente suggéré (pour 250 utilisateurs au sein d'une organisation), est de 6.375 Euros, valable deux ans.

optionnels compatibles VESA. Gamme de prix: de 542 Euro (17'', technologie LCD TN) à 1.502 Euro (21,3'', Technologie LCD PVA). www.viewsoniceurope.com

Xerox

Numérisation et télécopie en option pour les WCP 423 et 428

Version d'évaluation sur www.sybari.com

Packard Bell

ViewSonic

PC new look & notebooks Wi-Fi

5 nouveaux modèles d'écrans LCD

L'arrivée du Wi-Fi et de l'Internet large bande font du PC un carrefour naturel pour les différents flux de données entrant, quittant et parcourant la maison. Packard Bell ouvre la voie, en préparant d'office tous ses ordinateurs de bureau et ses portables pour l'Internet large bande et tous ses notebooks pour le Wi-Fi. L'ixtreme duo est un PC en deux parties, embarquant un disque dur de 120 à 160 GB, une mémoire DDR RAM de 512 MB, une carte graphique ATI 9600 SE/8x AGP et un 16x DVD-ROM & DVD RW Multidrive. La tour principale est conçue pour être placée sous le bureau, tandis que le mini châssis desktop se place sur le bureau. Cette unité contient le disque optique, 2 ports USB supplémentaires (6 en tout) , et un lecteur de carte Flash Memory 6-en-1, qui donne à l'utilisateur un accès aisé aux fonctions les plus fréquemment utilisées d'un ordinateur de bureau. L' ixtreme duo est disponible avec moniteur CRT plat ou moniteur TFT, des haut-parleurs Diamond Audio, 6 ou 21 watts, ainsi qu'un clavier et une souris sans fil, tous ces accessoires partageant le même design. Pour plus de puissance, mieux vaut opter pour l'ixtreme 5610 équipé d'un processeur Intel Pentium 4 (2.50 GHz à 2.66 GHz), de 256 MB DDR RAM et 512 MB DDR RAM respectivement, et d'un disque dur de 80 GB. L' imedia 2410 embarque un processeur AMD Athlon XP 2400+, un disque dur de 40 GB, une mémoire interne DDR RAM de 265 MB, 4 ports USB 2.0 et un 48x CD/RW et 16x DVD-ROM. Packard Bell sort cinq nouveaux notebooks intégrant le Wi-Fi et les loisirs mobiles. La nouvelle gamme propose du Wi-Fi intégré, du divertissement numérique à domicile et un design intemporel. Les nouveaux modèles sont combinés au nouveau Pocket PC et à l'AudioKey (une clé USB avec un lecteur MP3 intégrés). http://fr.packardbell.be

ViewSonic a renouvelé sa série professionnelle VP avec un tout nouveau design, caractérisé par la minceur de ses châssis noirs ou noir et argent (1,5 cm). Avec des valeurs de luminosité et de contraste élevées, et des temps de réponse rapides, ces nouveaux moniteurs de la série VP produisent un affichage de haute définition aux couleurs saturées, même pour les images animées. Les modèles de 17''à 21,3'' sont équipés d’une double entrée analogique et numérique. Tous disposent de la fonction pivot permettant de travailler indifféremment en mode portrait ou paysage. Ils sont détachables et peuvent être, suivant les besoins, accrochés au mur ou montés sur un bras articulé par l’intermédiaire d’adaptateurs

Les systèmes multifonctions numériques WCP 423 et 428 (photo) de Xerox peuvent désormais être équipés en option des fonctions de numérisation et de télécopie. Ce faisant, ces nouveaux systèmes conçus au départ pour l’impression et la copie, ont la possibilité de se transformer en solutions complètes de gestion de documents de bureau. La fonction permet de numériser des documents recto verso jusqu’au format A3, de les retoucher et de les envoyer vers d’autres ordinateurs ou de les utiliser via des applications réseau. Pour ce qui est de la fonction télécopie, les systèmes multifonctions WCP 423E et 428E (qui travaillent respectivement à 23 et 28 pages A3 par minute) peuvent désormais faxer des documents recto verso jusqu’au format A3 avec une résolution maximale de 600 dpi. Ces systèmes bénéficient également de fonctions de sécurité documentaire comme la ‘boîte à lettres’ où les télécopies confidentielles sont stockées à l’abri des regards jusqu’à leur réception par leur destinataire. Prix de départ des modèles avec la fonction de télécopie: 7.430 Euro HTVA. www.xerox.be

www.cegecom.lu

La solution télécom pour votre entreprise

• Accès Internet à haut débit • Téléphonie fixe • Lignes louées • Hébergement de site web

...l'opérateur luxembourgeois en télécommunications ! info@cegecom.lu • Tél.: 26 499 - 1 • Fax: 26 499 - 699

066 IT & Software paperJam 11.2003


HP_LASERJET_237x168_Fr

06.10.2003

17:45 Uhr

Seite 1

+

hp

Elles sont aussi taillées à la mesure de votre budget. Documents noir & blanc parfaitement imprimés, présentations couleur convaincantes : quels que soient vos besoins et votre budget, HP a une imprimante à vous proposer. Les imprimantes de la série HP LaserJet 1010 sont les vitrines de la meilleure technologie HP LaserJet. Elles peuvent être placées aisément sur un bureau ou une étagère. Les imprimantes de la série HP Business Inkjet 1100 impriment rapidement des documents couleur convaincants. Et ce pour un coût par page particulièrement bas, grâce aux quatre cartouches d'encre à grande capacité. Avec, bien entendu, la qualité, la fiabilité et la facilité d'emploi des produits HP. Alors, si la qualité HP est aussi accessible, pourquoi ne pas choisir les deux ?

HP LASERJET 1010 SERIES

HP BUSINESS INKJET 1100 SERIES

L'imprimante noir et blanc compacte A partir de

---

€ 229(TVA & recupel incl.)

HP LaserJet 1010/1012 Jusqu'à 12/14 ppm en noir & blanc, première page imprimée après 10 sec. 8 MB RAM Pour systèmes d'exploitation Windows® compatibles USB Extrêmement peu encombrantes

HP LaserJet 1015 Jusqu'à 14 ppm en noir & blanc, première page imprimée après 10 sec. 16 MB RAM Compatible avec les systèmes d'exploitation les plus courants: connexion parallèle et USB, HP PCL 5e Carte réseau en option

Couleurs brillantes, coûts de fonctionnement discrets

-

A partir de

€ 219(TVA & recupel incl.)

Jusqu'à 23 ppm en noir et blanc, jusqu'à 20 ppm en couleur Impression couleur jusqu'à 4 800 dpi optimisés 4 cartouches d'encre à grande capacité séparées Impression recto verso automatique Bac papier de 150 feuilles En option: 2ème bac papier de 250 feuilles; carte réseau interne HP Business Inkjet 1100 DTN: avec 2 bacs papier, pour plus de 400 feuilles, et serveur d'impression interne Jetdirect 200m

Découvrez sans plus attendre ce que HP peut faire pour vous. Surfez sur www.hp.be ©2003 Hewlett-Packard Development Company, L.P. Windows® est une marque enregistrée de Microsoft Corporation.


07.10.2003

agenda

agenda.qxd

en collaboration avec:

16:12 Uhr

Seite 068

Vous organisez une conférence, une formation, un événement?

FORMATIONS SEMINAIRES

Envoyez nous un résumé de la manifestation, le lieu de son déroulement, le public cible et les conditions d’inscription:

FORMATIONS SEMINAIRES BUREAUTIQUE

par e-mail à press@paperjam.lu

OLAP DATES: à partir du 20-10 PUBLIC: Selon niveau ORGANISATION: OLAP - Office de Productivité 48 98 48 1 ou form.continue@olap.lu LIEU: 17, bd Royal L-2449 Luxembourg

ou par courrier: paperJam People BP 728 L-2017 Luxembourg

KEY JOB COMPUTER TRAINING DATES: à partir du 20-10 PUBLIC: Selon niveau ORGANISATION: Key Job Computer Training; 49 06 09-1 ou beatrice.simon@keyjob.lu LIEU: 6 rue de la Fonderie L-1531 Luxembourg

TELINDUS DATES: à partir du 20-10 PUBLIC: Selon niveau ORGANISATION: Telindus 53 28 201 formation@telindus.lu LIEU: 2, rue des Mines – L4244 Esch-sur-Alzette PHM SOFTWARE TRAINING CENTER DATES: à partir du 20-10 PUBLIC: Selon niveau ORGANISATION: PHM Computing Software Training Center (Marc Faust) 46 02 02 info@phm.be LIEU: 2, Rue Jean L'Aveugle L-1148 Luxembourg COMPUTACENTER DATES: à partir du 20-10 PUBLIC: depends on his level ORGANISATION: Computacenter26 29 15 20 ou sebastien_bombenger@computacenter.com LIEU: Galerie Kons II: 26, place de la Gare L1030 Luxembourg

FORMATIONS SEMINAIRES COMPTABILITE ET FINANCES STATUT LEGAL ET RESPONSABILITES DES PSF DATES: 20-10 PUBLIC MEMBRE: de la direction d’une banque ou d’un autre PSF; “Compliance Officer”; Auditeur interne Organisation: PwC Academy, 49 48 48 - 40 40/40 41; www.pwcacademy.lu LIEU: PricewaterhouseCoopers Luxembourg, 400 route d'Esch; L-1471 Luxembourg. COMMENT ENDIGUER LES RISQUES COURUS PAR VOTRE ENTREPRISE DATES: 21/22-10 PUBLIC: Chefs d'entreprise, cadres chargés des problèmes d'assurances et du risk ORGANISATION: OLAP - Office de Productivité 48 98 48 1 ou form.continue@olap.lu LIEU: 17, bd Royal L- 2449 Luxembourg INTRODUCTION PRATIQUE AU CALCUL DES SALAIRES I DATES: 21-10 PUBLIC: Professionnels de l'administration du personnel désireux d'approfondir leurs connaissances pratiques en matière de calcul de salaires ORGANISATION: HR Services 26 27 17 21 ou habiba.bouzlemt@hrservices.lu LIEU: 8, rue Notre-Dame L-2240 Luxembourg LES AIDES FISCALES AUX ENTREPRISES DATES: 22-10 PUBLIC: Dirigeants de PME/PMI; Comptables; Responsables financiers ORGANISATION: Chambre de Commerce 42 39 39 220 ou formcont@cc.lu LIEU:7, rue Alcide de Gasperi L1651 Luxembourg LES PENSIONS COMPLEMENTAIRES DATES: 22/23-10 PUBLIC: Responsables et collaborateurs du département Ressources Humaines ORGANISATION: Chambre des Employés Privés 44 40 91 600 ou formation@cepl.lu LIEU: 13, rue de Bragance L-2215 Luxembourg TVA DU SECTEUR FINANCIER DATES: 22-10 PUBLIC: Directeur financier; Promoteur, gestionnaire ou administrateur de fonds; Comptable ou expert-comptable ORGANISATION: PwC Academy, 49 48 48 - 40 40/40 41; www.pwcacademy.lu LIEU: PricewaterhouseCoopers Luxembourg, 400 route d'Esch; L-1471 Luxembourg REGIME FISCAL DES ASSURANCES DATES: 24-10 PUBLIC: Responsable ou collaborateur du département juridique et fiscal d’un groupe d’assurances; Fiscaliste ou expert-

068 Agenda

paperJam 11.2003


agenda.qxd

07.10.2003

16:12 Uhr

Seite 069

comptable ORGANISATION: PwC Academy, 49 48 48 - 40 40/40 41; www.pwcacademy.lu LIEU: PricewaterhouseCoopers Luxembourg, 400 route d'Esch; L-1471 Luxembourg. GESTION ET CALCUL DES SALAIRES DATES: 04-11 PUBLIC: Responsable du service des ressources humaines confrontés à la gestion des salaires ORGANISATION: Chambre de Commerce 42 39 39 220 ou formcont@cc.lu LIEU: 7, rue Alcide de Gasperi L-1651 Luxembourg ACQUERIR LES PRINCIPES DE BASE DU CONTROLE DE GESTION BANCAIRE DATES: 03-11 PUBLIC: Public Contrôleurs de gestion; Directeurs financiers; Informaticiens ORGANISATION: Deloitte & Touche 451 452 757 ou mnahon@deloitte.lu LIEU: 3, route d'Arlon L-8009 Strassen GRUNDLAGEN DES KOSTENMANAGEMENTS DATES: 01-11 PUBLIC: Unternehmer und alle Mitarbeiter, die mit Kostenrechnung betraut sind ORGANISATION: Chambre des Métiers 42 67 67 - 272 ou formation.continue@cdm.lu LIEU: Chambre de Commerce, 7, rue Alcide de Gasperi L-1651 Luxembourg UTILISATION DES DERIVES DE CREDIT DATES: 07-11 PUBLIC: Gestionnaire de portefeuille; Comptable ou Compliance Officer; Professionnel du secteur financier désireux de comprendre le fonctionnement de ce type d’instrument ORGANISATION: PwC Academy, 49 48 48 - 40 40/40 41; www.pwcacademy.lu LIEU: PricewaterhouseCoopers Luxembourg, 400 route d'Esch; L-1471 Luxembourg.

IMPLICATIONS FISCALES DE LA STRUCTURE JURIDIQUE DE L'ENTREPRISE DATES: 14-11 PUBLIC: Dirigeants de PME/PMI; Comptables; Responsables financiers ORGANISATION: Chambre de Commerce 42 39 39 220 ou formcont@cc.lu LIEU: 7, rue Alcide de Gasperi L1651 Luxembourg LE CONTROLE DES RISQUES FINANCIERS DATES: 17/18-11 PUBLIC: Auditeurs, aux contrôleurs des risques; toute personne en charge de la mise en place de procédures et de suivi des risques ORGANISATION: Chambre des Employés Privés 44 40 91 600 ou formation@cepl.lu LIEU: 13, rue de Bragance L-2215 Luxembourg INTRODUCTION PRATIQUE AU CALCUL DES SALAIRES II DATES: 20/21-11 PUBLIC: Membre de la direction d’un établissement de crédit ou d’un autre professionnel du secteur financier; “Compliance Officer”; Auditeur interne ORGANISATION: PwC Academy, 49 48 48 - 40 40/40 41; www.pwcacademy.lu LIEU: PricewaterhouseCoopers Luxembourg, 400 route d'Esch; L-1471 Luxembourg. SOCIÉTÉS D’INVESTISSEMENT ET VALEURS MOBILIERES A TRAVERS L'EUROPE DATES: 21-11 PUBLIC: Gestion des ressources humaines; fonctions juridiques et sociales ORGANISATION: Académie de droit européen (+49) 651 937 37 41 ou uellerhorst@era.int LIEU: Metzer Allee 4 D54295 Trier

CALCUL ECONOMIQUE ET CHOIX DES INVESTISSEMENTS DATES: 12-11 (durée 2 jours) PUBLIC: Responsables ayant à prendre part dans les décisions financières et la prévision ORGANISATION: Chambre de Commerce 42 39 39 220 ou formcont@cc.lu LIEU: 7, rue Alcide de Gasperi L-1651 Luxembourg

LES PENSIONS LEGALES AU LUXEMBOURG DATES: 25-11 PUBLIC: Gestionnaire de cadres expatriés; Responsable des ressources humaines; Actuaire; Responsable “compensation and benefits”; Gestionnaire produits vie entreprises; Fiscaliste ou expert-comptable ORGANISATION: PwC Academy, 49 48 48 - 40 40/40 41; www.pwcacademy.lu LIEU: PricewaterhouseCoopers Luxembourg, 400 route d'Esch; L-1471 Luxembourg.

COMMENT ACCROÎTRE LA VALEUR DE VOTRE ENTREPRISE (MANAGING FOR VALUE)? DATES: 12-11 PUBLIC: Dirigeants et responsables financiers de PME/PMI ORGANISATION: Chambre de Commerce 42 39 39 220 ou formcont@cc.lu LIEU: 7, rue Alcide de Gasperi L-1651 Luxembourg

AUDIT ET CONTROLE INTERNE DATES: 27-11 PUBLIC: Dirigeants de PME/PMI; Auditeurs internes récents dans la fonction; Comptables expérimentés ORGANISATION: Chambre de Commerce 42 39 39 220 ou formcont@cc.lu LIEU: Lieu 7, rue Alcide de Gasperi L-1651 Luxembourg

INTRODUCTION AUX NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES, LES NORMES IAS DATES: 12-11 PUBLIC: directeurs financiers, aux responsables comptables, aux employés des départements comptabilité, aux auditeurs internes ainsi qu'aux contrôleurs chargés de superviser cette mise en oeuvre ORGANISATION: Chambre des Employés Privés 44 40 91 600 ou formation@cepl.lu LIEU: 13, rue de Bragance L-2215 Luxembourg LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT D'ARGENT EN MATIERE D'OPC DATES: 12-11 PUBLIC: Professionnels du secteur financier impliqués dans l'industrie OPC (agent de registre et de transfert, agent administratif, domiciliataire, distributeur); Promoteurs et gestionnaires d'OPC; Compliance officers; Auditeurs internes ORGANISATION: Deloitte & Touche 451 452 757 ou mnahon@deloitte.lu LIEU: 3, route d'Arlon L-8009 Strassen LA PRATIQUE ET LES ENJEUX DES COMPTES CONSOLIDES DATES: 13-11 PUBLIC: Cadres non-comptables ayant à apprécier les documents comptables, aux personnes amenées dans le cadre de leurs fonctions à travailler étroitement avec le service "Comptabilité"; toute personne souhaitant acquérir des connaissances en comptabilité ORGANISATION: Chambre des Employés Privés 44 40 91 600 ou formation@cepl.lu LIEU: 13, rue de Bragance L-2215 Luxembourg

FORMATIONS SEMINAIRES DIVERS COMMUNICATION ET EXPRESSION ORALES DATES: 20/21-10 PUBLIC: Toute personne désireuse d'acquérir des outils et des techniques permettant de rendre plus performante sa communication en situation professionnelle ORGANISATION: Chambre de Commerce 42 39 39 220 ou formcont@cc.lu LIEU: 7, rue Alcide de Gasperi L-1651 Luxembourg COMMENT REUSSIR UN SUPPORT ECRIT QUI FAIT VENDRE? DATES: 20-10 PUBLIC: Responsables du service marketing, de la communication externe et du service commercial. Patrons de PME désireux de concevoir des supports papier qui font vendre ORGANISATION: OLAP - Office de Productivité 48 98 48 1 ou form.continue@olap.lu LIEU: 17, bd Royal L- 2449 Luxembourg INTRODUCTION AUX RESSOURCES HUMAINES VOLET 2 DATES: 20-10 (durée 1,5 jour) PUBLIC: Gestionnaires des Ressources Humaines; Assistants du DRH; Secrétaires de direction ORGANISATION: Deloitte & Touche 451 452 757 ou mnahon@deloitte.lu LIEU: 3, route d'Arlon L-8009 Strassen

paperJam 11.2003

Agenda 069


agenda.qxd

07.10.2003

16:12 Uhr

Seite 070

MANAGEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE MODULE B DATES: 20/21-10 PUBLIC: Dirigeants d'entreprise, responsables des ressources humaines, responsables de formation ORGANISATION: Chambre de Commerce 42 39 39 220 ou formcont@cc.lu LIEU: 7, rue Alcide de Gasperi L-1651 Luxembourg BESPRECHUNGEN ZEITSPAREND UND ERFOLGREICH LEITEN DATES: 22-10 PUBLIC: Führungskräfte und verantwortliche Leiter von Projekten und Sachgebieten, die zu effizienten und wirksamen Besprechungen führen wollen ORGANISATION: OLAP - Office de Productivité 48 98 48 1 ou form.continue@olap.lu LIEU: 17, bd Royal L- 2449 Luxembourg STRATEGIES ET TECHNIQUES DE NEGOCIATION COMMERCIALE DATES: 22/23-10 PUBLIC: Commerciaux et responsables commerciaux, négociateurs maîtrisant déjà les techniques de vente ORGANISATION: Chambre de Commerce 42 39 39 220 ou formcont@cc.lu LIEU: 7, rue Alcide de Gasperi L-1651 Luxembourg ASPECTS PRATIQUES DE LA GESTION DES STOCKS DATES: 23-10 (2 jours) PUBLIC: Gestionnaires de stocks; magasiniers du secteur du commerce de gros ORGANISATION: Chambre de Commerce 42 39 39 220 ou formcont@cc.lu LIEU: 7, rue Alcide de Gasperi L-1651 Luxembourg VERBESSERN SIE IHR ARBEITSKLIMA DURCH KONSTRUKTIVE KONFLIKTBEARBEITUNG DATES: 20-10 (durée: 2 jours) PUBLIC: alle Personen, die in ihrem Berufsfeld mit anderen Menschen in Kontakt kommen ORGANISATION: OLAP - Office de Productivité 48 98 48 1 ou form.continue@olap.lu LIEU: 17, bd Royal L- 2449 Luxembourg RECHERCHE D'INFORMATION BREVET SUR INTERNET DATES: 23-10 ORGANISATION: GIE SITec 42 59 91 246 ou sitec@sitec.lu LIEU: GIE SITec 6, rue Coudenhove Kalergi L-1359 Luxembourg-Kirchberg CONSTRUISEZ VOTRE PROCESSUS DE MESURE DE SATISFACTION CLIENT DATES: 23-10 (2 jours) PUBLIC: Responsables marketing, responsables commerciaux, responsables qualité, responsables service clientèle ORGANISATION: Chambre de Commerce 42 39 39 220 ou formcont@cc.lu LIEU: 7, rue Alcide de Gasperi L-1651 Luxembourg RESPONSABILITE JURIDIQUE DES PRINCIPAUX INTERVENANTS ET PRESTATAIRES DE SERVICES DATES: 24-10 PUBLIC: Promoteur, gestionnaire ou dépositaire de fonds; Membre du conseil d’administration de SICAV et de sociétés de gestion; Responsable “compliance” OPC; Juriste; Professionnel du secteur financier agissant comme prestataire de services au profit d’OPC luxembourgeois ORGANISATION: PwC Academy, 49 48 48 - 40 40/40 41; www.pwcacademy.lu LIEU: PricewaterhouseCoopers Luxembourg, 400 route d'Esch; L-1471 Luxembourg. MOTIVATION UND SELBSTMOTIVATION DATES: 24-10 PUBLIC: Mitarbeiter/innen aller Branchen und aller Ebenen ORGANISATION: Chambre des Employés Privés 44 40 91 600 ou formation@cepl.lu LIEU: 13, rue de Bragance L-2215 Luxembourg ACCUEILLIR ET RENSEIGNER UTILEMENT LES CLIENTS DE L'ENTREPRISE DATES: 03-11 (2 jours) PUBLIC: Toute personne confrontée à l'accueil ORGANISATION: Chambre de Commerce 42 39 39 220 ou formcont@cc.lu LIEU: 7, rue Alcide de Gasperi L-1651 Luxembourg COM FIDELISER ET GERER LA RELATION CLIENT VIA INTERNET DATES: 04-11 PUBLIC: Responsable Marketing - Gestion commerciale/Relations clients - Publicité - Relations publiques

070 Agenda

paperJam 11.2003

ORGANISATION: GIE SITec 42 59 91 722 ou spiral@spiral.lu LIEU: GIE SITec 6, rue Coudenhove Kalergi L-1359 Luxembourg-Kirchberg COMMUNIQUER PROFESSIONNELLEMENT AU TRAVERS DES MEDIAS DATES: 04/05-11 PUBLIC: Personnes qui, dans le cadre de leurs activités professionnelles, sont susceptibles d’être confrontées à la presse ORGANISATION: PwC Academy, 49 48 48 - 40 40/40 41; www.pwcacademy.lu LIEU:: PricewaterhouseCoopers Luxembourg, 400 route d'Esch; L-1471 Luxembourg. APPLICATION APPLOG, AUTOMATISATION DE LA LOI MODIFIEE DU 22 JUIN 1999 DATES: 06-11 PUBLIC: Gestion des ressources humaines; fonctions juridiques et sociales ORGANISATION: INFPC 4696121 ou infpc@infpc.lu LIEU: 38, rue de l'Avenir 1147 Luxembourg LE NOUVEAU REGLEMENT COMMUNAUTAIRE SUR LES DESSINS ET MODELES DATES: 06-11 PUBLIC: Gestion des ressources humaines; fonctions juridiques et sociales ORGANISATION: Académie de droit européen (+49) 651 937 37 41 ou uellerhorst@era.int LIEU: Metzer Allee 4 D54295 Trier RECHERCHE D'INFORMATION NORMATIVE SUR INTERNET DATES: 06-11 PUBLIC: secteur : responsables qualité, ingénieurs en laboratoire d'essais ainsi que toute personne nécessitant de l'information normative dans sa fonction ORGANISATION: GIE SITec 42 59 91 436 ou sitec@sitec.lu LIEU: Technoport Schlassgoart 66, route de Luxembourg L-4002 Esch sur Alzette COMMENT VALORISER VOS REUNIONS DE TRAVAIL DATES: 10-11 PUBLIC: Les cadres, chefs d'équipe, managers de projet et leur personnel-clé ORGANISATION: OLAP - Office de Productivité 48 98 48 1 ou form.continue@olap.lu LIEU: 17, bd Royal L- 2449 Luxembourg LES OUTILS DE COMMUNICATION AU SERVICE DE L'ENTREPRISE DATES: 11-11 (durée 2 jours) PUBLIC: Chefs d'entreprise, responsables marketing et toute personne amenée à trouver la solution idéale pour commercialiser son produit ou service ORGANISATION: OLAP Office de Productivité 48 98 48 1 ou form.continue@olap.lu LIEU: 17, bd Royal L- 2449 Luxembourg MODELISATION DE PROCEDURE DANS LE CADRE D'UN WORKFLOW DATES: 12-11 PUBLIC: Chefs de Projet, Analystes ORGANISATION: Chambre des Employés Privés 44 40 91 600 ou formation@cepl.lu LIEU: 13, rue de Bragance L-2215 Luxembourg LES PENSIONS COMPLEMENTAIRES DATES: 22/23-10 PUBLIC: Responsables et collaborateurs du département Ressources Humaines ORGANISATION: GIE SITec 42 59 91 246 ou sitec@sitec.lu LIEU: GIE SITec 6, rue Coudenhove Kalergi L-1359 Luxembourg-Kirchberg L'ACHETEUR EFFICACE DATES: 13-11 (2 jours) PUBLIC: Toute personne concernée par les achats, quels que soient son expérience et ses acquis professionnels, peut tirer profit de ce séminaire ORGANISATION: OLAP - Office de Productivité 48 98 48 1 ou form.continue@olap.lu LIEU: 17, bd Royal L2449 Luxembourg LA REVISION DE LA DIRECTIVE TELEVISION SANS FRONTIERES DATES: 13-11 (2 jours) PUBLIC: Représentants de tous les médias européens, ministères, représentants politiques, lobbyistes dans le domaine des médias ORGANISATION: Académie de droit européen (+49) 651 937 37 41 ou uellerhorst@era.int LIEU: Metzer Allee 4 D- 54295 Trier SE CONNAITRE POUR MIEUX COMMUNIQUER DATES: 17/18-11 PUBLIC: tous les professionnels qui ont à commu-


PJ_cassis0903

08.09.2003

14:10 Uhr

Seite 1


agenda.qxd

07.10.2003

16:12 Uhr

Seite 072

niquer avec d'autres interlocuteurs ORGANISATION: Chambre des Employés Privés 44 40 91 600 ou henriette.binger@cepl.lu LIEU: 13, rue de Bragance L-2215 Luxembourg VENDRE PAR TELEPHONE DATES: 17-11 PUBLIC: Toute personne amenée à vendre par téléphone ORGANISATION: OLAP - Office de Productivité 48 98 48 1 ou form.continue@olap.lu LIEU: 17, bd Royal L- 2449 Luxembourg COMMENT RECUPERER EFFICACEMENT LES CREANCES PAR TELEPHONE DATES: 18-11 PUBLIC: tous ceux qui sont concernés par le recouvrement: chefs d'entreprises, commerciaux, services contentieux, agents de recouvrement, juristes, comptables ORGANISATION: OLAP - Office de Productivité 48 98 48 1 ou form.continue@olap.lu LIEU: 17, bd Royal L- 2449 Luxembourg DEVELOPPER SON CHARISME DATES: 18/19-11 PUBLIC: toute personne intéressée à développer son charisme ORGANISATION: Chambre des Employés Privés 44 40 91 600 ou henriette.binger@cepl.lu LIEU: 13, rue de Bragance L-2215 Luxembourg LOGICIEL TOMA "TRAINING OFFER MANAGEMENT APPLICATION" DATES: 18-11 PUBLIC: Toute personne effectuant l'encodage de formations sur le Portail de la FPC www.lifelong-learning.lu ORGANISATION: INFPC 4696121 ou infpc@infpc.lu LIEU: 38, rue de l'Avenir 1147 Luxembourg LA GESTION ET TENUE DES STOCKS DATES: 20/21-11 PUBLIC: Toute personne ayant à gérer un stock ( Technicien, magasinier, chef d'atelier, responsable de stock, responsable de production) ORGANISATION: GIE SITec 42 59 91 350 ou sitec@sitec.lu LIEU:GIE SITec 6, rue Coudenhove Kalergi L-1359 Luxembourg-Kirchberg L'HOTESSE D'ACCUEIL PERFORMANTE DATES: 21-11 PUBLIC: hôtesses en fonction qui pourront parfaire leurs connaissances; personnes qui sont occasionnellement confrontées avec des fonctions d'accueil ORGANISATION: OLAP - Office de Productivité 48 98 48 1 ou form.continue@olap.lu LIEU: 17, bd Royal L- 2449 Luxembourg ECONVAINCRE ET S'IMPOSER EN NEGOCIATION DATES: 24/251-11 PUBLIC: toute personne souhaitant améliorer ses capacités de négociation ORGANISATION: Chambre des Employés Privés 44 40 91 600 ou formation@cepl.lu LIEU: 13, rue de Bragance L-2215 Luxembourg INTRODUCTION AU RISK MANAGEMENT DATES: 25-11 PUBLIC: toute personne amenée à gérer et à minimiser les risque dans l'entreprise ORGANISATION: Chambre des Employés Privés 44 40 91 600 ou formation@cepl.lu LIEU: 13, rue de Bragance L-2215 Luxembourg GESTES ET POSTURES EN MILIEU DE TRAVAIL DATES: 26-11 PUBLIC: Personnel destiné aux travaux de logistique et à la gestion d'entrepôts ORGANISATION: OLAP - Office de Productivité 48 98 48 1 ou form.continue@olap.lu LIEU: 17, bd Royal L- 2449 Luxembourg METHODE DE RESOLUTION DE PROBLEMES, M.R.P. DATES: 26-11 (durée 3 jours) PUBLIC: Public toute personne appelée à participer à un groupe de résolution de problèmes ORGANISATION: Chambre des Employés Privés 44 40 91 600 ou formation@lllc.lu LIEU: 13, rue de Bragance L-2215 Luxembourg LA DELEGATION EFFICACE DATES: 04/05-11 PUBLIC: Public toutes personnes qui délèguent, manager et chef d’équipe ORGANISATION: formation Sàrl 26 45 89 01 info.formation@pt.lu LIEU: Luxembourg ville

[

Do it Right the First Time...

FORMATIONS SEMINAIRES IT SERVICE MANAGEMENT - MODULE 2 (ITIL) DATES: 20-10 (durée: 5 jours) PUBLIC: IT managers IT management consultants IT project managers IT auditors ORGANISATION: GIE SITec 42 59 91 246 ou sitec@sitec.lu LIEU: GIE SITec 6, rue Coudenhove Kalergi L-1359 Luxembourg-Kirchberg COMMENT GERER UN PROJET D'INFORMATISATION DATES: 03-11 PUBLIC: Responsable informatique, dirigeant de PME, supervisant un projet d'informatisation et la gestion des relations avec les fournisseurs informatiques - Correspondant informatique ORGANISATION: GIE SITec 42 59 91 722 ou spiral@spiral.lu LIEU: GIE SITec 6, rue Coudenhove Kalergi L-1359 Luxembourg-Kirchberg PROJET E-BUSINESS : ANALYSE ET MISE EN OEUVRE DATES: 06-11 PUBLIC: Chef de projet, Analystes ORGANISATION: GIE SITec 42 59 91 246 ou sitec@sitec.lu LIEU: GIE SITec 6, rue Coudenhove Kalergi L-1359 Luxembourg-Kirchberg RISK MANAGEMENT : CONCEPTS ET MISE EN OEUVRE DATES: 13-11 PUBLIC: Décideurs Informatiques, Chefs de Projet, Responsables et Ingénieurs Qualité, Correspondants Informatiques ORGANISATION: GIE SITec 42 59 91 246 ou sitec@sitec.lu LIEU: GIE SITec 6, rue Coudenhove Kalergi L-1359 Luxembourg-Kirchberg CONCEPTION DE CAHIERS DES CHARGES AVEC UML DATES: 17-11 (durée 4 jours) PUBLIC: Chefs de Projet, Analystes, Concepteurs, Développeurs, Architectes ORGANISATION: GIE SITec 42 59 91 246 ou sitec@sitec.lu LIEU: GIE SITec 6, rue Coudenhove Kalergi L-1359 Luxembourg-Kirchberg SECURITE INFORMATIQUE: DEFINITION ET CONCEPTS DE BASE DATES: 18-11 PUBLIC: Responsable informatique ORGANISATION: GIE SITec 42 59 91 722 ou spiral@spiral.lu LIEU: GIE SITec 6, rue Coudenhove Kalergi L-1359 LuxembourgKirchberg E-BUSINESS : ASPECTS JURIDIQUES DATES: 21-11 PUBLIC: Responsables commerciaux, marketing de PME/PMI, chargés de communication, chefs de projet Internet ORGANISATION: Chambre de Commerce 42 39 39 220 ou formcont@cc.lu LIEU: 7, rue Alcide de Gasperi L-1651 Luxembourg CONCEVOIR ET UTILISER UNE BASE DE DONNEES DATES: 26/27-11 PUBLIC: Responsable informatique ORGANISATION: GIE SITec 42 59 91 722 ou spiral@spiral.lu LIEU: GIE SITec 6, rue Coudenhove Kalergi L-1359 LuxembourgKirchberg

FORMATIONS SEMINAIRES MANAGEMENT ÜBERZEUGEND PRÄSENTIEREN DATES: 20-10 PUBLIC: Vertreter und Führungskräfte ORGANISATION: Chambre des Métiers 42 67 67 - 272 ou formation.continue@cdm.lu LIEU: OLAP, 17, bd Royal L- 2449 Luxembourg CADRE JURIDIQUE ET SOCIAL DE LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES II Module C La convention collective de travail DATES: 22-10 PUBLIC:

]

computer training & consulting

072 Agenda paperJam 11.2003

VENDRE AVEC SUCCES / VERKAUFEN MIT ERFOLG DATES: à fixer PUBLIC: Toutes personnes occupées par la vente ORGANISATION: formation Sàrl 26 45 89 01 info.formation@pt.lu LIEU: Luxembourg ville

6, rue de la Fonderie · L-1531 Luxembourg Tél.: (352) 49 06 09-1 · Fax: (352) 49 06 70 info@keyjob.lu · www.keyjob.lu


agenda.qxd

07.10.2003

16:12 Uhr

Seite 073

Dirigeants de PME; Cadres dirigeants; Chefs d'unité DRH; Responsables RH; Responsables du personnel ORGANISATION: Chambre de Commerce 42 39 39 220 ou formcont@cc.lu LIEU: 7, rue Alcide de Gasperi L-1651 Luxembourg

ness managers, service managers ORGANISATION: GIE SITec 42 59 91 246 ou sitec@sitec.lu LIEU: GIE SITec 6, rue Coudenhove Kalergi L-1359 Luxembourg-Kirchberg

COMMENT MIEUX DELEGUER DATES: 23-10 PUBLIC: Tout dirigeant et cadre qui désire mieux tirer profit de l'outil de délégation ORGANISATION: OLAP - Office de Productivité 48 98 48 1 ou form.continue@olap.lu LIEU: 17, bd Royal L- 2449 Luxembourg

SECURITE DES SYSTEMES D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION DATES: 12-11 (durée: 4 jours) PUBLIC: Dirigeants et responsables de PME-PMI, décideurs, chefs de projet ORGANISATION: Chambre de Commerce 42 39 39 220 ou formcont@cc.lu LIEU: 7, rue Alcide de Gasperi L-1651 Luxembourg

VALORISER LE MANAGEMENT DE LA FORMATION CONTINUE DATES: 23/24-10 PUBLIC: dirigeants, cadres et responsables à tous les niveaux hiérarchiques, responsables des ressources humaines ORGANISATION: OLAP - Office de Productivité 48 98 48 1 ou form.continue@olap.lu LIEU: 17, bd Royal L- 2449 Luxembourg

COMMENT DEVENIR UN MANAGER PERFORMANT DATES: 13-11 (3 jours) PUBLIC: Managers, cadres de direction, responsables d'équipes et de services ORGANISATION: OLAP - Office de Productivité 48 98 48 1 ou form.continue@olap.lu LIEU: 17, bd Royal L- 2449 Luxembourg

LA GESTION DU TEMPS DATES: 24-10 PUBLIC: Tout public ORGANISATION: OLAP Office de Productivité 48 98 48 1 ou form.continue@olap.lu LIEU: 17, bd Royal L- 2449 Luxembourg

L'ENTRETIEN TELEPHONIQUE EFFICACE DATES: 13-11 PUBLIC: Toute personne souhaitant perfectionner sa communication au téléphone ORGANISATION: Chambre des Employés Privés 44 40 91 600 ou formation@cepl.lu LIEU: 13, rue de Bragance L-2215 Luxembourg

PROCEDURE D'ACCUEIL, D'INTEGRATION ET DE FORMATION DES NOUVEAUX COLLABORATEURS DATES: 23/24-10 PUBLIC: Cadres et responsables de l'intégration de nouveaux membres du personnel. Toute personne chargée de l'adaptation professionnelle du personnel débutant dans un nouvel environnement ORGANISATION: OLAP - Office de Productivité 48 98 48 1 ou form.continue@olap.lu LIEU: 17, bd Royal L- 2449 Luxembourg ABSENCE D'UN SALARIE DATES: 04-11 PUBLIC: Professionnels de l'administration du personnel désireux d'avoir une vue d'ensemble des démarches et formalités à effectuer en cas d'absence d'un salarié et sur les coûts impliqués ORGANISATION: HR Services 26 27 17 21 ou habiba.bouzlemt@hrservices.lu LIEU: 8 rue Notre-Dame L-2240 Luxembourg CADRE JURIDIQUE ET SOCIAL DE LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES II Module D La convention collective de travail DATES: 02-11 PUBLIC: Dirigeants de PME; Cadres dirigeants; Chefs d'unité DRH; Responsables RH; Responsables du personnel ORGANISATION: Chambre de Commerce 42 39 39 220 ou formcont@cc.lu LIEU: Lieu 7, rue Alcide de Gasperi L-1651 Luxembourg PERFECTIONNEMENT DES COMPETENCES MANAGERIALES POUR CADRES Module C La convention collective de travail DATES: 22/23-10 PUBLIC: Responsables et collaborateurs du département Ressources Humaines ORGANISATION: Chambre des Employés Privés 44 40 91 600 ou formation@cepl.lu LIEU: 13, rue de Bragance L-2215 Luxembourg LES PENSIONS COMPLEMENTAIRES DATES: 02-11 (durée: 4 jours) PUBLIC: Dirigeants de PME; Cadres dirigeants; Chefs d'unité DRH; Responsables RH; Responsables du personnel ORGANISATION: Chambre de Commerce 42 39 39 220 ou formcont@cc.lu LIEU: 7, rue Alcide de Gasperi L-1651 Luxembourg MANAGEMENT D'UNE EQUIPE DATES: 06-11 (durée: 3 jours) PUBLIC: Encadrement hiérarchique ou fonctionnel ORGANISATION: Chambre de Commerce 42 39 39 220 ou formcont@cc.lu LIEU: 7, rue Alcide de Gasperi L-1651 Luxembourg LA COMMUNICATION SOLIDAIRE: POUMON DE L'ENTREPRISE DATES: 04-11 PUBLIC: Toutes personnes désirant améliorer leurs aptitudes communicatives et contribuer ainsi à un climat convivial sur le lieu de travail ORGANISATION: OLAP - Office de Productivité 48 98 48 1 ou form.continue@olap.lu LIEU: 17, bd Royal L- 2449 Luxembourg SERVICE LEVEL MANAGEMENT DATES: 12-11 PUBLIC: Managers et responsables opérationnels de fournisseurs de services (internes et externes), account managers, busi-

APPRECIATION DE LA PERFORMANCE, DES COMPETENCES ET DES POTENTIELS DATES: 17-11 PUBLIC: Tout cadre responsable d?équipe, désireux de renforcer un mode de gestion participatif par objectif et ouvert à débattre des modes de réalisation et d?atteinte des résultats avec ses collaborateurs ORGANISATION: Chambre de Commerce 42 39 39 220 ou formcont@cc.lu LIEU: 7, rue Alcide de Gasperi L-1651 Luxembourg E-HUMAN RESOURCE MANAGEMENT DATES: 21-11 PUBLIC: S'adresse à toute personne impliquée dans l'introduction du e-HRM dans son organisation ORGANISATION: Chambre des Employés Privés 44 40 91 600 ou formation@cepl.lu LIEU: 13, rue de Bragance L-2215 Luxembourg INTRODUCTION AUX RESSOURCES HUMAINES - VOLET 2 DATES: 24/25-11 PUBLIC: Gestionnaires des Ressources Humaines; Assistants du DRH; Secrétaires de direction ORGANISATION: Deloitte & Touche 451 452 757 ou mnahon@deloitte.lu LIEU: 3, route d'Arlon L-8009 Strassen

CONFERENCES FORUMS CONFERENCES FORUMS COMPTABILITE ET FINANCE MAXIMIZING THE "ANTI-MONEY LAUNDERING FIGHT" DATES: 26/27-11 PUBLIC: General Managers, General Administrators, Secretaries-general, Financial Managers, Legal Managers, Banking Operation Managers, Compliance Officers, Trustees, Consultants, ... ORGANISATION: Institute For International Research (+32) 2 77 60 417 bminard@iir.be LIEU: Hôtel Novotel Luxembourg Kirchberg

FOIRES ET SALONS FOIRE D'AUTOMNE DATES: Du 18 au 26-10 PUBLIC: tous public ORGANISATION: Foires Internationales de Luxembourg 43 99 1 fil@fil.lu LIEU: FIL, Circuit de la Foire Internationale L-2088 Luxembourg ENTRÉE: 5 Euro 

paperJam 11.2003

Agenda 073


07.10.2003

17:05 Uhr

business web directory

bwd

bwd.qxd

074 Business Web Directory

Seite 074

Les nouveautés du Web luxembourgeois

aquila.lu

earring.lu

Nouvelle société implantée au Luxembourg, Aquila est spécialisée dans le domaine de la gestion et du financement des risques et, d'une manière plus générale, intervient en tant que bureau de conseil d'actuaires dans les domaine IARD (en particulier les domaines de la réassurance et des captives). Le site, informatif, est visuellement agréable. Réalisé avec Netline

Le custing, c'est l'ensemble des actions visant à agrémenter son mobile d'un nouveau logo, d'une sonnerie "Flash" ou d'un message répondeur original... Actualisée quotidiennement, le site earring.lu offre plus de 5.000 Sonneries, logos, polyphoniques, logos couleurs et même plus de 100 jeux Java. Une base interactive sera prochainement proposée permettant d'utiliser le téléphone mobile comme un véritable ordinateur de poche. Réalisation: David Rosner

Vous venez de lancer un nouveau site Internet ou bien une nouvelle version d’un site existant? Envoyez nous l’URL du nouveau site avec un bref descriptif de son contenu: par e-mail à press@paperjam.lu ou par courrier: paperJam People BP 728 L-2017 Luxembourg

bed.public.lu

eco.public.lu

La promotion économique du Luxembourg passé aussi par Internet. Le site – anglophone – du Board of Economic Development, dépendant du ministère de l'Economie, informe sur les atouts du pays, les avantages de sa localisation géographique et ses données économiques et politiques. Comme tous les autres sites du gouvernement, il y a possibilité de s'abonner à une Newsletter.

cdc.public.lu

Le Comité de Conjoncture est une institution destinée à prendre des mesures de prévention des licenciements pour des causes conjoncturelles et à assurer le maintien de l’emploi. Le site d'information propose notamment de télécharger le formulaire pour l'octroi du chômage partiel.

paperJam 11.2003

Le site du ministère de l'Economie s'est entièrement relooké, afin d’augmenter l'utilisation conviviale pour les citoyens et investisseurs potentiels. Ces modifications concernent l'architecture globale du site, la présentation graphique mais également l'infrastructure technologique, lié à la nouvelle politique de publication et de communication de l’Etat par Internet. Trois autres sites ont également été retouchés (voir par ailleurs): le Comité de conjoncture, l’Office luxembourgeois d'accréditation et de surveillance et le Board of Economic Development (BED).


bwd.qxd

07.10.2003

17:05 Uhr

Seite 075

microfinance.lu

olas.public.lu

La micro-finance apparaît, de plus en plus, comme un outil approprié pour lutter contre la pauvreté dans le monde. Le site permet de télécharger publications et documents, et de s'informer sur les projets en cours de l’association. Une rubrique "Liens" vient d'y être ajoutée et renvoie vers 70 sites spécialisés en microfinance. Réalisation: Bizart

Le site de l’Office luxembourgeois d'accréditation et de surveillance se pose en plateforme d'information, de promotion et de communication. Il renvoie vers le Registre national d'accréditation, le Recueil national des auditeurs qualité et techniques, et propose de la documentation contenant notamment la législation et la réglementation en matière d'accréditation, de commerce électronique et de promotion de la qualité ainsi que des informations relatives à l'actualité ou encore aux études contractées par l'OLAS.

oec.lu

petitweb.lu Le site du mois Après l'Institut des réviseurs d'entreprise, c'est au tour de l'Ordre des experts comptables d'afficher une nouvelle version de sa vitrine Internet. On y notamment trouve la mise à jour des données relatives aux différents représentants, suite aux élections statutaires de 2003 et une présentation plus conviviale du tableau des membres. Le site doit, à terme, s'enrichir d'informations sur des sujets touchant la profession de l’expert-comptable. Réalisation: Bizart

digital-studio.lu Ce n'est pas nécessairement une nouveauté, mais ce site familial vient de fêter ses deux ans et revendique quelque 4.000 visiteurs par semaine. Agenda des manifestations pour enfants, jeux et conseils pratiques sont au rendez-vous, mais aussi des liens, proposés au hasard des sujets traités, afin d'offrir un maximum de sources d’informations complémentaires. Réalisation interne

Une nouvelle identité visuelle pour Digital Studio, société spécialisée dans la création et la production d'images 3D et d'effets visuels. Outre, la panoplie de services et d'activités de la maison de production, l'internaute peut y visualiser les spots ciné et TV ainsi que les illustrations d'images en 3D et d'effets spéciaux appliqués à différents secteurs d'activités. Ce site totalement en flash est un bon exemple de l'harmonie possible entre technique Flash et simplicité de navigation. Il présente un design épuré et sobre allié à un contenu riche en informations et en images. Réalisation: interne 

paperJam 11.2003

Business Web Directory 075


08.10.2003

communication

communication.qxd

Commechaque mois, retrouvez les nouvelles campagnes, communiquées par les agences, dans paperJam.

12:48 Uhr

Seite 076

Advantage

Advantage

Fédération des artisans-Chambre des métiers

Auchan

Agences, n'hésitez pas à nous les envoyer, accompagnées de leur fiche technique,à press@paperjam.lu

076 Communication

SUPPORT: Presse hebdomadaire, quotidienne et affichage; DIRECTEUR ARTISTIQUE: Samy Guenane; COPY: Michael Mertens; GRAPHISTE: Pietro Namèche; PHOTOS: Frank Weber; ACCOUNT: Nathalie Dondelinger

SUPPORT: Presse hebdomadaire, quotidienne et affichage; DIRECTEUR ARTISTIQUE: Samy Guenane; COPY: Michael Mertens; GRAPHISTES: Stéphane Allaume, Michèle Caroyez; PHOTOS: Frank Weber; ACCOUNT: Nathalie Dondelinger

Comed

OGBL Advantage

Soteg

SUPPORT: Presse hebdomadaire, quotidienne et affichage; DIRECTEUR ARTISTIQUE: Samy Guenane; COPY: Michael Mertens; GRAPHISTE: Jean Sampaio; PHOTOS: Frank Weber; ACCOUNT: Nathalie Dondelinger

paperJam 11.2003

SUPPORT: presse/affiches; ACCOUNT DIRECTOR: Carlo Dickes; COPYWRITER: Teamwork; ART DIRECTOR: Pierre Servais / Carlo Dickes; PHOTOS: Studio F. Weber


communication.qxd

08.10.2003

12:48 Uhr

Seite 077

Comed

Iddifix

Interpub'

QUICK

Roche-Bobois

INFPC

SUPPORT: presse; ACCOUNT MANAGER: Véronique Blum; COPYWRITER: Teamwork; ART DIRECTOR: David Bail

SUPPORT: presse

SUPPORT: Presse professionnelle, affichage abribus, cinéma et TV; CREATIVE DIRECTOR: Leo Reuter; ART DIRECTOR: Peggy Weber; COPYWRITER: Alain Brach; ACCOUNT MANAGER: Eric Annelli, Liette Reuter

Everest

Staff Interim

Iddifix

Fédération luxembourgeoise de l'ameublement

Orbite Conseil

Hyundai / Korean Motor Company

SUPPORT: presse/affiche

SUPPORT: presse, TV, radio, affichage

SUPPORT: Affichage mobile, folders, annonces, PLV, radio; ACCOUNT MANAGER: Christine Tiravy-Cordier; COPY WRITER: Fabrizio Zanier GRAPHIC DESIGNER: David Carpentier

paperJam 11.2003

Communication 077


communication.qxd

09.10.2003

14:58 Uhr

Seite 078

Orbite Conseil

Orbite Conseil

Entreprise des P&T

Loterie Nationale

SUPPORT: Agenda Horesca 2004; ACCOUNT MANAGER: Simone Nilles; ART DIRECTOR: Christian Delcoigne PHOTOGRAPE: Frank Weber

Orbite Conseil

Office des Timbres

SUPPORT: Presse quotidienne et magazine; ACCOUNT MANAGER: Marc Dentzer; ART DIRECTOR: Christian Delcoigne

Orbite Conseil

Eleven

SUPPORT: Campagne presse + magazine, affichage, dépliants, Internet; ACCOUNT MANAGER: Simone Nilles; ART DIRECTOR: Christian Delcoigne COPY WRITER: Fabrizio Zanier

SUPPORT: Guide « Savoir Construire & Rénover »; ACCOUNT MANAGER: Bob Gillen; ART DIRECTOR: Christian Delcoigne; PHOTOGRAPHE: Tom Wagner COPY WRITER: Fabrizio Zanier

078 Communication

paperJam 11.2003


PEOPLE-NEWS-PJ

10.10.2003

17:10 Uhr

Seite 1


coverstory.qxd

09.10.2003

coverstory

080 Coverstory paperJam 11.2003

10:48 Uhr

Seite 080


coverstory.qxd

09.10.2003

10:48 Uhr

Seite 081

coverstory

Maurice Lam:

"Toute crise apporte un certain nombre d'opportunités"  Contrairement aux autres grands cabinets internationaux, Deloitte a décidé de conserver en interne les activités de conseil, avec la volonté de renforcer ses compétences multidisciplinaires. TEXTE TEXTE JEAN-MICHEL GAUDRON PHOTOS ERIC CHENAL (BLITZ)

Le 1er octobre 2003, le groupe Deloitte & Touche a adopté une nouvelle identité visuelle et simplifié son appellation en "Deloitte.", ne faisant finalement que convertir, sur le papier, une situation de fait déjà bien ancrée dans les mœurs. Avec un peu plus de 600 employés, Deloitte est, à Luxembourg, le deuxième plus gros cabinet d'audit et de conseil. La mention "et de conseil" n'est pas innocente et prend aujourd'hui toute sa valeur, dans la mesure où la ten-

dance est largement à une séparation de l'activité "Consulting". Il y a un peu plus d'un an, par exemple, PricewaterhouseCoopers annonçait la cession de cette branche spécifique au géant informatique IBM. Une décision prise au niveau mondial mais à laquelle Luxembourg n'adhéra pas, justifiant cette "dissidence" par une grande différence entre l'activité de conseils dispensée, ici, et les grandes missions de consulting menées au niveau mondial, davantage liées à l'implé-

mentation de systèmes informatiques. Du côté de chez Deloitte, la décision de conserver dans la même entité l'intégralité des services, y compris le conseil, a été prise au niveau global. Luxembourg, bien évidemment, n'y échappe pas, et ce n'est pas Maurice Lam, Managing Partner de Deloitte au Grand-Duché depuis août 2000 (il succéda à Arno Schleich) qui s'en plaindra, lui qui se pose en fervent adepte du principe de multidisciplinarité.  paperJam 11.2003

Coverstory 081


coverstory.qxd

09.10.2003

10:48 Uhr

Seite 082

coverstory 

Monsieur Lam, dans quel contexte le changement de nom de Deloitte & Touche est-il intervenu? La décision a été prise il y a quelques mois au niveau de la firme globale. Ce qui était important, c'était d'avoir une marque claire, nette et transparente. Je crois que c'était de toute première importance, compte tenu des scandales financiers qui ont terni l'image de la profession. Vis-àvis du marché, mais aussi de notre propre personnel, il était impératif d'afficher cette clarté et cette transparence.

Comment faut-il interpréter votre nouvelle identité visuelle? De n'avoir que le nom, Deloitte, suivi d'un point vert, c'est pour signifier au marché, en quelque sorte, "pour l’ensemble de vos attentes, c’est Deloitte, point". Nous tenons par-là à faire ressortir le fait que nous demeurons résolument une firme multidisciplinaire. C'est clairement cette image de services intégrés et donc d’approche intégrée que nous avons voulu signifier à travers cette nouvelle identité visuelle.

Y a-t-il eu, à un moment donné, une réflexion quant à un complet changement de nom? Je ne pense pas qu'il y ait eu une raison de le faire. Ce qu'il nous fallait, c'était le support d’un nom simple, renforcé par une identité visuelle en accord avec notre message. Avant, Deloitte et Touche représentait une combinaison de noms, fruit de fusions antérieures. Mais tout cela est bel et bien derrière nous! Aujourd'hui, le but est de renforcer davantage la valeur de notre brand qui est par ailleurs déjà bien établi. Il ne s'agit pas, pour nous, d'un nouveau départ, comme cela a pu être le cas pour certains de nos concurrents, mais bel et bien du renforcement du message dans la continuité. Cette simplification n'est-elle pas aussi une nécessité compte tenu de la complexité grandissante du groupe au travers ses différentes filiales? Il est vrai qu'il était devenu important de clarifier la situation, d’autant que notre structure juridique ne doit à aucun moment brouiller le message que nous voulons adresser à nos clients. Recentrer notre offre de services sur un brand name nous permet de valoriser notre atout distinctif, c’est à dire d’être une firme intégrée, forte de beaucoup de compétences. Avez-vous le sentiment que le marché était dans l'attente d'un tel repositionnement d'image? Non, je ne pense pas que le marché était demandeur en soi d'un quelconque rebranding. En revanche, pour nous, il était important de faire passer un message clair: l'image d'une firme qui est en mesure d'apporter des solutions dans un nombre important de domaines. Le monde économique a été fortement ébranlé par les grands scandales financiers du type Enron ou WorldCom. Pensez-vous que le plus gros de la vague est passé? Je pense en effet que le plus gros est passé. Mais il faut rester vigilant et si vous me posez la question "Est-ce que cela peut encore arriver ?", la réponse est clairement "Oui". C'est donc à nous, les professionnels, de restaurer cette image, mais aussi, et c'est le plus important, d'aller de l'avant en mettant en place les structures 

082 Coverstory paperJam 11.2003


coverstory.qxd

09.10.2003

10:48 Uhr

Seite 083

coverstory  adéquates pour que cette image soit le reflet d’une réelle prise de conscience. La clarté, la transparence; l'intégrité, l'éthique et l'indépendance sont autant de facteurs pour lesquels nous devons rester attentifs et critiques visà-vis de nous même, et avec une vigilance extrême.

Deloitte a clairement pris le parti de la multidisciplinarité, là où d'autres ont préféré se séparer de certaines compétences. Comment est-elle concrètement mise en œuvre? Il faut d'abord avoir à l'esprit qu'aujourd'hui, compte tenu de la complexité de l’environnement professionnel dans lequel nous évoluons, il est impératif de disposer de différents types de talents pour trouver des solutions appropriées aux différents besoins des clients. Il est évident que nous serons en mesure de faire un meilleur audit si on a, parallèlement, un accès facile et direct à des compétences de conseil. A l'inverse, il sera plus facile d'améliorer les services de conseil en s'appuyant, dans le même temps, sur des compétences d'audit. Aujourd'hui, l'environnement a beaucoup changé. Ce que nos clients recherchent, ce sont avant tout des solutions. C’est cette demande que nous nous efforçons de satisfaire en offrant une analyse combinant plusieurs points de vue, plusieurs cultures professionnelles et donc une solution plus performante. Comment expliquez-vous que vous soyez les seuls à avoir choisi cette voie, au niveau mondial? Il m'est difficile d’expliquer la position des autres cabinets, mais concernant Deloitte, je pense que l'aspect chronologique des choses a beaucoup joué. Le fait que nous n'ayons jamais été impliqués directement dans un grand scandale a été un élément déterminant. Il y a, quelque part aussi, cet élément de chance qui fait que toute crise apporte également un certain nombre d'opportunités. Nous avons donc clairement saisi l'occasion pour nous différencier par rapport aux autres. Quels changements avez-vous dû réaliser, de votre côté, pour vous adapter à ces évolutions de l'environnement? Ce qui a changé chez nous, c'est

Deloitte à Luxembourg

Le grand déménagement prévu pour 2004

Le groupe Deloitte à Luxembourg emploie environ 600 personnes et fonctionne autour de trois grands pôles d'activité: l'audit et la comptabilité, qui représentent environ 40% du personnel; la fiscalité et la domiciliation, qui concerne plus ou moins 30% des effectifs et, enfin, les activités de conseil pour les 30% reants. Cette branche “Conseil” se décline sous plusieurs aspects: conseil en organisation, en informatique/technologie; en risk management, en ressources humaines – Human Capital – de même qu’en Corporate Finance et services liés. "Au sein de chacun de ces métiers, nous disposons d’une spécialisation par domaine de réglementation et par industrie" précise Maurice Lam. Actuellement réparti sur trois sites (deux route d'Arlon et un à Hamm), le personnel de Deloitte vivra, dans un peu moins d'un an, le grand déménagement vers le nouveau site de Kalchesbrück. "Je crois plus que fermement dans cette approche intégrée et la mise en commun de toutes les compétences en vue de trouver des solutions à forte valeur ajoutée. Si cette approche est déjà réalisée aujourd’hui, elle le sera encore d’avantage quand tous nos collaborateurs seront rassemblés en un seul lieu offrant un support logistique plus performant: je suis convaincu que les synergies entre lignes de services s’en trouveront renforcées" explique M. Lam. Deloitte aura à sa disposition environ 14.000 m2 de bureaux, répartis sur quatre niveaux, soit environ 20% d'espace en plus que ce dont dispose actuellement la firme sur ses différents sites. Et encore la firme se garde-t-elle une certaine marge de croissance, par le biais de locaux supplémentaires qui seront, dans un premier temps, sous-loués. C'est en août 2004 que Deloitte devrait prendre possession de ses nouveaux locaux, sur lesquels ont travaillé les sociétés Felix Giorgetti, Architecture & Aménagement et Moreno Architectures. 

l'approche du marché, qui est devenue plus différenciée. Nous n'allons évidemment pas essayer de servir un même client avec tous les services, puisque nous devons prendre en compte les règles d'indépendance, avec une obligation d'intégrité et d’éthique, des valeurs qui sont fondamentales.

Cela implique donc que, d'un point de vue business, on doit avoir différents terrains de chasse pour nos différents talents. En même temps, je pense que cela nous donne un gros avantage compétitif de pouvoir faire appel à ces différents talents. Je vois un autre avantage à cette situation: celui de pouvoir mieux  paperJam 11.2003

Coverstory 083


coverstory.qxd

09.10.2003

10:48 Uhr

Seite 084

coverstory 

motiver nos collaborateurs, en leur donnant de meilleures opportunités de carrière à moyen et long terme, c’est-àdire le fait de pouvoir passer d'une activité à l'autre, en tenant compte de leurs qualités, de leurs niveaux de formation et d'expérience . Concrètement, comment allez-vous mettre en œuvre cette approche différenciée? Imaginez que vous êtes notre client "banque", et que nous prestons pour vous des services d'audit. Les règles d'indépendance nous interdisent de venir vers vous pour vous proposer certains types de conseil. Il nous incombe dès lors de bien vous informer du périmètre de nos services en fonction de ces règles. Parallèlement, pour un autre client dont les services d'audit sont assurés par une firme concurrente, nous pouvons très bien le servir avec nos compétences de conseil. C'est pour ça que nous segmentons le marché pour identifier les clients et les services que nous pouvons leur apporter, en toute compatibilité avec ces règles d'indépendance. Ce qu'il faut bien voir, c'est que le fait de disposer, en interne, de l'ensemble de ces compétences nous permet, de manière générale, de mieux servir nos clients. Qui seront les garants de l'intégrité et de l'indépendance de vos actions? Lorsque nous nouons un nouveau contact ou lorsque nous avons un nouveau client, il y a tout d'abord un "due diligence" nécessaire avant de l'accepter. Nous avons mis sur pied un Client Acceptance Commitee, sur le même principe que le "know your client" que les banques ou les assureurs doivent appliquer. Par la suite, à chaque nouveau mandat pris pour le client, il faut consulter ce Comité, qui est structuré de telle façon qu'il puisse agir avec indépendance. C'est lui qui décide ou non si les règles de la SEC américaine ou de l'Union européenne sont respectées. Mais on va encore plus loin, car même si les règles sont respectées, cela ne veut pas dire pour autant que tout est réglé. Ainsi, s'il y a le moindre doute qu'il puisse y avoir un conflit, il faut immédiatement régler le problème. A partir du moment où nous acceptons un mandat, c'est parce que nous avons la certitude que l'intégrité,

084 Coverstory paperJam 11.2003

l'éthique et l'indépendance sont à 100% respectées. Comment fonctionne ce comité? Cette équipe est en place depuis un peu plus d'un an. Elle est dirigée par un de nos associés, assisté de trois membres permanents. Evidemment, suivant les besoins, cette équipe peut être ponctuellement renforcée. Chaque année, il faut aussi savoir que la firme globale envoie une équipe pour vérifier que toutes les règles ont parfaitement bien été implémentées et respectées. On travaille également, au quotidien, avec l'Institut des réviseurs d'entreprise dont on applique évidemment les règles de déontologie et le contrôle de qualité. Avez-vous déjà eu des cas difficiles à gérer? Dans la pratique, il y a effectivement des mandats que nous avons dû refuser et d’autres pour lesquels nous avons dû démissionner pour ne pas entrer en conflit avec les règles d'indépendance. Cela n'a concerné qu'une dizaine de cas, car il faut bien savoir que les règles d'indépendance existent depuis déjà un bon moment. Simplement, certains les appliquaient peut-être avec plus ou moins de souplesse. Aujourd'hui, il y a une plus grande discipline qui est exigée en la matière et je pense qu'on se dirige vers encore plus de précision et de rigueur dans leur mise en œuvre. Au niveau européen, un approfondissement de ces règles est d'ailleurs en cours. Je reçois en moyenne par jour, au niveau global, quatre ou cinq demandes de vérification que l’acceptation d'un mandat n'enfreint aucune obligation

d'indépendance. Car ces démarches sont évidemment tout aussi valables au niveau local qu'international. Il ne s'agit pas de traiter, ici, à Luxembourg, un mandat pour un client, et que Deloitte en Belgique traite, pour ce même client, un mandat incompatible. Cette gestion aux niveaux local et international est évidemment très complexe, mais l'avantage de conserver intacte cette approche multidisciplinaire dépasse de loin toutes ces contraintes. Dans quelle mesure avez-vous été touchés par le ralentissement économique? On a évidemment subi une forte pression venant de la conjoncture. Nous avons même dû, en 2002, mettre en œuvre un plan social, qui se justifiait pour deux raisons: un problème de conjoncture et un problème structurel. Dans notre approche multidisciplinaire, nous avons restructuré nos activités de manière à ce que, dans le temps, nous nous se concentrions de plus en plus sur des compétences et des services à forte valeur ajoutée, ce qui demande un autre profil pour les gens que l'on recrute. En comparant la situation par rapport à il y a deux ans, on a, aujourd'hui, beaucoup plus de spécialisation par métier, mais aussi par industrie (banque, fonds, assurances, …), qui tiennent compte de la réglementation qui change rapidement. Je pense par exemple à Bâle II, IAS ou aux dernières décisions prises par le Conseil Ecofin. Les implications pour IAS, par exemple, ne sont pas limitées au 

“L'approche du

marché, pour nous, est devenue plus différenciée“


coverstory.qxd

09.10.2003

10:48 Uhr

Seite 085

coverstory 

seul audit. Il y a aussi des conséquences au niveau système et cela demande l’apport des services de conseil. C'est la même chose pour Ecofin. Tout cela nous a donc poussés à améliorer et accélérer notre démarche de spécialisation par métier et par industrie. Le monde des affaires étant de plus en plus complexe tant du point de vue technique que réglementaire, il subit en conséquence une augmentation de ses coûts. On a donc tous intérêt, nous et nos clients, à voir comment on peut réduire au maximum ces coûts. Sinon, le fardeau devient trop lourd pour le client final.

Ressentez-vous, aujourd'hui, des signes de reprise ? Je pense qu'il est encore un peu trop tôt pour parler de reprise, mais il y a clairement une tendance positive de la part du marché. Il y a eu des restrictions budgétaires de la part de nos clients, mais au fur et à mesure que les affaires reprennent, tout le monde cherche à restaurer sa croissance. Et qui dit recherche de croissance dit nécessairement investissements pour y parvenir, et ce y compris dans des services de conseil. Je constate, par ailleurs, que tous les futurs nouveaux Etats membres de l'Union européenne se montrent très

actifs et qu’une place comme le Luxembourg va nécessairement en bénéficier. A notre échelle, nous avons déjà un nombre non négligeable de contrats dans ces pays, où l’on commence à faire appel à nos compétences. Selon vous, l'élargissement européen constitue donc une opportunité pour le Luxembourg? L’idée que la place de Luxembourg a en effet les moyens d'obtenir beaucoup de succès de cet élargissement devrait sans doute être davantage partagée. D'une manière générale, l’approche luxembourgeoise a très souvent été pragmatique: elle offre donc une large palette de possibilités au niveau réglementaire et fiscal, souvent à des niveaux très compétitifs. Très souvent, seule une partie de ces possibilités sont vraiment exploitées par les intéressés. Le secret du succès du Luxembourg, c'est de pouvoir utiliser toute cette palette disponible. D'où la nécessité d'avoir différentes compétences pour bien le faire. Dans ce contexte, vous êtes donc plutôt optimiste pour 2004? L'horizon devient en effet plus clair pour nous et ce que je décris comme tendance positive en 2003 devrait se concrétiser en véritable reprise en 2004. Nous avons réalisé, au 31 mai 2003, un chiffre d'affaires assez stable de 70 millions d'Euro. La conjoncture a fait que l'activité de conseil a été en recul, alors que l'exercice a été meilleur pour la branche audit, fiscalité et domiciliation. Pour l'exercice en cours, nous visons une croissance proche le plus possible des 10%. Cela reste très plausible compte tenu de ces signes de reprise que nous constatons. Concernant la contribution au chiffre d’affaire total de la firme, on devrait, revenir à un équilibre entre nos trois pôles de compétence. J’envisage donc l’avenir avec optimisme, mais aussi prudence. Pour notre firme, le but n'est pas seulement de vendre des services, mais de vendre des services intégrés qui apportent la valeur recherchée par nos clients. Par le passé, on considérait notre devoir envers notre clientèle davantage comme une obligation de moyens. Le moteur, aujourd'hui, c'est vraiment l'obligation de résultat et c'est très sain pour la marche des affaires.  paperJam 11.2003

Coverstory 085


2_dossier.qxd

08.10.2003

12:25 Uhr

Seite 086

dossier: productivité

PRODUCTIVITÉ RIME AVEC COMPÉTITIVITÉ  Mesurer la productivité, c’est une chose, l’influencer en est une autre. De la définition de concepts aux outils qui l’améliorent... TEXTE CORINE BARELLA PHOTOS DAVID LAURENT / BLITZ (PAGE 085) ERIC CHENAL / BLITZ (PAGES 086+089)

Selon le dernier Portrait économique et social du Luxembourg 2003 publié par Statec: “La notion de “productivité” s’applique principalement aux entreprises et au milieu du travail, tandis que la “compétitivité” doit plutôt être rapprochée des “marchés”. La productivité constitue évidemment un élément central de la compétitivité dans la mesure où elle contribue à déterminer – à côté de l’évolution du salaire nominal et du taux de change – les coûts de production relatifs par rapport aux concurrents. Mais le lien n’est ni automatique ni exclusif. La compétitivité est également liée à la présence des entreprises sur les marchés, à l’attractivité du pays, à la structure de production et enfin au cadre institutionnel et social”. La production totale d’une économie est fonction de toutes les ressources (naturelles, structure de pro-

086 Dossier

paperJam 11.2003

duction, travail, accumulation du capital physique, accumulation du capital humain) et de la productivité avec laquelle ces ressources sont mises en oeuvre pour la production de biens et de services, mesurée par le PIB. Toujours selon le Statec: “En fait, la productivité constitue la mesure de l’efficience allocative avec laquelle le capital humain, le capital physique, et les autres ressources sont combinées dans les activités économiques“. C’est dans le contexte de l’intégration économique que se pose la question de la compétitivité. Croissance et compétitivité sont donc fonction, d’une part, de la disponibilité des ressources (structure de production, facteur capital, facteur travail) et de leur allocation (productivité) et, d’autre part, des facteurs contextuels (géogra-

phie, institutions, contexte social). Pour la DG Entreprise de la Commission Européenne, préoccupée d’améliorer la compétitivité des entreprises: “Formellement, la productivité du travail correspond à la quantité de travail nécessaire pour produire une unité d'un bien précis. Du point de vue macroéconomique, on mesure la productivité du travail à travers le Produit intérieur d'un pays (PIB) par personne active. La croissance de la productivité dépend de la qualité du capital physique, de l'amélioration des compétences de la main-d'œuvre, des progrès technologiques et de nouvelles formes d'organisation. La croissance de la productivité est la source principale de la croissance économique”(1). En clair, la production de richesses d’un pays peut être appréhendée à l’aide de ratios PIB/emploi ou PIB/heure travaillée. Mais ce 


2_dossier.qxd

08.10.2003

12:25 Uhr

Seite 087

dossier: productivitĂŠ

paperJam 11.2003

Dossier 087


2_dossier.qxd

08.10.2003

12:25 Uhr

Seite 088

dossier: productivité  ne sont plus aujourd’hui les équations de mesures préférées des économistes qui y voient un mode de calcul obsolète. Pour le Professeur Patrice Pieretti, du Département de Droit et des Sciences économiques de l’Université de Luxembourg : “La productivité est étudiée sous l’angle de la productivité totale des facteurs, qui est liée au processus de production et mesure les progrès techniques ou technologiques”.

Cette autre notion de productivité se réfère à l'efficacité même du processus de production, à des aspects organisationnels, inhérents au processus et non mesurables par la productivité apparente du travail (ou du capital). Par défaut, elle inclut également toute amélioration du capital physique ou humain, non mesurée par ailleurs. “La productivité totale des facteurs englobe par exemple, les effets de l’achat d’un logiciel sur votre

“L’impact des TIC sur la productivité n’échappe à personne” CHRISTIAN HAUX, TELINDUS

capital humain, le personnel, et votre capital physique, les ordinateurs, explique le Pr Pieretti. Tous les facteurs qui permettent d’augmenter la productivité sont pris en compte, que ce soit l’acquisition de connaissance, les nouvelles techniques de production, la recherche et le développement, etc.”. Les économistes étudient même aujourd’hui un phénomène appelé « l’effet cafétéria» qui mesure le fait que des connaissances et des compétences se transmettent au sein de pôles ou de zones géographiques déterminées, par contacts, par effet de proximité des entreprises. Selon le Statec, entre 1985 et 2002, la productivité totale des facteurs du Luxembourg s'est accrue au rythme moyen de 1,4% par an. Ce chiffre est assez proche de ceux observés pour d'autres pays européens. Néanmoins, en 2001 et 2002, la productivité totale des facteurs a connu une baisse relativement importante au Luxembourg, induite par un fort ralentissement de la croissance de l'activité économique. Si on se place sur le terrain de la comparaison avec les états de l’Union européenne, la productivité du Luxembourg a toujours plafonné au-dessus de la moyenne des quinze de l’U.E.

La productivité dopée par les TIC? Le progrès technique qui est généralement permis par des investissements influe directement sur la performance d’une économie mesurée par la productivité multifactorielle. Au cours des années 19852001, la croissance des investissements au Luxembourg fut exceptionnelle (plus de 8% en moyenne annuelle), tout comme l’était la croissance du PIB. Le niveau des investissements (part dans le PIB, soit 23%) au cours de la même période est une nouvelle fois l’un des plus élevés d’Europe. L’importance du progrès technique et technologique est évidente pour tout le monde. Selon le récent rapport 2003 de l’Organisation de coopération et de développement économiques 

088 Dossier

paperJam 11.2003


ERNST+YOUNG

06.10.2003

17:12 Uhr

Seite 1


2_dossier.qxd

08.10.2003

12:25 Uhr

Seite 090

dossier: productivité  (OCDE) “Les TIC et la croissance”, jusqu’à la fin des années 80, les économistes arrivaient à des conclusions très négatives sur l’impact des TIC (technologie de l’information et de la communication) sur la productivité des entreprises. L’utilisation des TIC peut avoir plusieurs incidences à ce niveau. Une utilisation efficace aidera les entreprises à gagner des parts de marché au détriment d’entreprises moins productives, et participera à l’accroisssment de la productivité globale. Les TIC permettent de diversifier la gamme de production, de personnaliser les services que l’entreprise offre ou de mieux répondre à la demande de la clientèle; en résumé, innover. De plus, les TIC peuvent aider à réduire les inefficiences dans l’utilisation du capital et du travail, par exemple en réduisant les stocks. Et ces effets cumulés conduisent à une croissance plus forte de la productivité. Les effets directs et indirects des TIC ont été pendant longtemps difficiles à mettre en évidence dans les études économétriques, ce qui a contribué à ce que l’on a appelé le “paradoxe de la productivité”, aujourd’hui partiellement résolu, selon l’OCDE. L’OCDE reste néanmoins convaincue que l’impact des TIC sur la croissance est indéniable, malgré le manque de fiabilité de nombreuses études, souvent empiriques. Et comme le rappelle l’OCDE, l’intégration des TIC dans une entreprise ne se fait pas à l’économie: il est important de réorganiser le travail et de former le personnel. Selon le portrait 2003 du Luxembourg du Statec, les activités informatiques constituent actuellement la branche la plus dynamique de l’économie en termes d’emploi et de valeur ajoutée, même si cette progression s’est faite avec des pertes de productivité. De quelque 300 personnes en 1985, l’emploi est passé à près de 4.800 en 2001! La part des activités informatiques dans la somme des valeurs de l’ensemble de l’économie luxembourgeoise évolue de 0,2% à 1,3% au cours de la même période. Le développement des services aux entreprises résulte de deux mouve-

090 Dossier

paperJam 11.2003

ments parallèles: l’externalisation et l’émergence des TIC. Christian Haux, directeur commercial de Telindus, l’un des grands acteurs IT de la Place luxembourgeoise, ne doute pas que les TIC influencent la productivité. “Si Telindus est toujours là, c’est parce que nous avons été prudents quand l’essor des TIC conduisait certains à proposer les idées les plus farfelues. Et surtout, nous sommes passés à un autre mode de relation avec le client. Au début, nous répondions à la demande du client. Aujourd’hui, nous avons complètement réorienté nos activités pour répondre aux besoins, et trouver avec le client les solutions qui conviennent. “L’impact des TIC sur la productivité n’échappe à personne. D’autant moins que le volume de données à gérer ne cesse de croître. L’automation, grâce à la technologie est bien avancée, il importe donc de passer en revue les business process afin de les optimiser. Notre vocation est toujours d’être un intégrateur. Nous avons simplement développé des capacités d’écoute et d’analyse des besoins et de l’existant pour pouvoir offrir au client l’optimisation de ses processus”. N’oublions pas que le mot d’ordre actuel, coté client est la diminution des coûts et un ROI élevé rapidement. Il faut cesser d’agiter les TIC comme la panacée universelle, confirme Laurent Bravetti, Chargé de relations du Laboratoire de Technologies Industrielles (LTI, du CRP Henri Tudor). “Je ne crois pas que les technologies de l'information favorisent forcément la productivité. Il faut d'abord savoir ce qu'on définit comme la productivité. L'entreprise marchande va définir sa productivité par le rythme avec lequel elle arrive à gagner de l'argent. Cela ne se mesure pas en pièces/heure mais en Euro/jour ou Euro/semaine. Si on arrive à accroître le rythme avec lequel l'entreprise gagne de l'argent alors on l'aide à accroître sa productivité. Notre mission d'accompagnement est d'augmenter la productivité donc, la rentabilité des entreprises marchandes. Le LTI aide à un changement de paradigme fort. L'aspect

technologique est secondaire, nous sommes opposés au fait de mettre l'informatique pour l'informatique. Bien souvent les outils ne sont pas la solution, c'est bien l'organisation qui pèche et c'est là que l'on trouve des solutions. Prenons l'exemple de l'outil ERP (NDLR Enterprise Ressources Planning , ensemble de logiciels intégrant les principales fonctions nécessaires à la gestion des flux et des procédures de l'entreprise: comptabilité et finances, logistique, paie et ressources humaines, etc.). Il faut avoir travaillé en amont de l'installation d'un tel outil sur l'organisation, sur le fait de récolter et d’introduire des données fiables, et seulement dans ce cas-là, l'outil de traitements des données, l'ERP, permettra d'avoir des résultats fiables. L'informatique ne résout pas tout. C'est travailler sur l'organisation qui fait gagner de l'argent pas, simplement s'outiller au niveau informatique ».

Certains sont plus égaux que d’autres Tous les rapports relèvent qu’un fossé technologique se creuse entre les grandes et les petites entreprises. Les PME, partout en Europe, bénéficient de la sollicitude de la DG Entreprise qui ne cesse d’imaginer des moyens de les pousser vers le 3e millénaire technologique. Les analystes pensent que l’informatisation réussie n’est pas qu’un gage de productivité améliorée, mais surtout celui de la pérennité de la PME ellemême… Les PME ont-elles peur des technologies de l’information et de la communication pour des raison de coûts d’investissement, et peut-être aussi de connaissance en high tech répondant éventuellement à leurs besoins? Posons la question à un acteur agissant sur le terrain des PME luxembourgeoises, Jean Racine, directeur commerciale de la start-up eGlutek hébergée au Technoport Schlassgoart: “Le ralentissement de ces douze derniers mois a réveillé chez les PME l'intérêt pour les outils 


2_dossier.qxd

08.10.2003

12:25 Uhr

Seite 091

dossier: productivité 

informatiques. Elles sont conscientes que les TIC sont susceptibles d'amener un avantage concurrentiel, une plus forte rentabilité. Néanmoins, une certaine méfiance perdure face aux coûts que l’investissement technologique représenterait. “Sur le marché luxembourgeois, on peut distinguer deux types de PME. Celles qui ont une organisation assez grande, hors effectif, pour détacher du personnel de la production et de la pression de la rentabilité quotidienne. Elles ont un peu de temps pour réfléchir à l'amélioration informatiaue et organisationnelle. “L’autre type de PME, est constitué en majorité de petites entreprises où le patron est généralement au four et au moulin tous les jours et ne dispose que de rares moments pour se pencher sur l'organisation. En tant que fournisseur pour PME, nous devons faire œuvre de bon samaritain et nous avons quasi un rôle de conseiller à jouer, parfois difficile à tenir en étant juge et partie”. Et pour convaincre un patron de PME, il ne suffit pas de jargonner quelques arguments technologiques comme aiment à le faire certains professionnels, il faut lui montrer concrètement ce que les TIC vont lui apporter dans son processus de production. “Un exemple très parlant pour un patron de PME, c’est la gestion des différentes formes de congés. C'est un processus qui est, en général, assez compliqué. Souvent l'employé remplit un formulaire standard, un imprimé en traitement de texte, qui est transmis ensuite à un responsable hiérarchique qui va devoir statuer, en vérifiant l’adéquation avec le bon fonctionnement du service . Si la demande est rejetée, il y a un retour vers le demandeur, et cela nécessite un peu d'information ; si c'est accepté, il faut mettre à jour un logiciel interne, et souvent aussi informer la fiduciaire. “Voilà un exemple typique de processus qui est le plus souvent manuel voire bricolé en interne et laissé à l'écart de toutes tentatives d'amélioration. La productivité, ce n'est pas uniquement de prendre les

processus de production et de les rendre plus productifs, mais c'est globalement de prendre tous les processus de gestion et de production et de les rendre plus efficaces. Un rapide calcul : on peut faire une estimation du temps passé à traiter une demande de congé, on arrive à y consacrer au moins 1 heure par demande en traitement manuel. Si on fait le cumul sur une année, dans n'importe quelle entreprise, cela compte. On compare ce temps-là

avec le temps mis par un petite application avec une interface web, au total cela prend dix minutes au lieu d'une heure ». CQFD ! Les TIC ne représentent un réel progrès que si elles sont mises en oeuvres avec cohérence, compétence et dans un cadre organisationnel performant.  (1) in Communication de la Commission du 21 mai 2002 concernant la productivité: la clé de la compétitivité des Economies et entreprises européennes (COM (2002) 262 final)

“Les PME veulent voir quels avantages concrets apportent les TIC” JEAN RACINE, EGLUTEK

paperJam 11.2003

Dossier 091


2_dossier.qxd

08.10.2003

12:25 Uhr

Seite 092

dossier: productivité

AU COMMENCEMENT

IL Y A L’HOMME…  L’un des piliers de la productivité reste le capital humain TEXTE CORINE BARELLA PHOTOS DAVID LAURENT / BLITZ (PAGE 091) ERIC CHENAL / BLITZ (PAGES 092+095)

L’évolution de la productivité est généralement associée au rythme de substitution capital-travail. La croissance de l’emploi et celle de la productivité sont souvent considérées comme antinomiques. Selon le portrait du Luxembourg 2003 du Statec, ce n’est pas le cas ici: croissance de l’emploi et croissance de la productivité sont parallèles au cours de la période 1980-2000. La productivité de l’économie luxembourgeoise semble plutôt suivre les fluctuations et la tendance de la valeur ajoutée. Dans le domaine des indicateurs de “performances économiques” pures – PIB par habitant, productivité apparente du travail (PIB/emploi) – le Luxembourg se situe au premier rang des pays industrialisés.

092 Dossier

paperJam 11.2003

C’est le taux élevé de croissance du PIB de 1985 à 2001 qui a permis au Luxembourg d’occuper ce rang. Historiquement la croissance de l’économie luxembourgeoise est liée à l’essor de la sidérurgie qui reste florissante jusqu’en 74. Ce sont les services financiers qui la supplantent à partir du début des années 80. L’évolution de la productivité et de l’emploi du secteur sidérurgique et du secteur financier demeure remarquable. Alors qu’en 1970, la sidérurgie luxembourgeoise compte encore 24.800 salariés et représente 30% de la valeur ajoutée de l’économie nationale, le secteur financier lui n’a que 4.300 salariés pour 4,6% de part de valeur ajoutée de l’économie nationale. 


2_dossier.qxd

08.10.2003

12:25 Uhr

Seite 093

dossier: productivitĂŠ

paperJam 11.2003

Dossier 093


2_dossier.qxd

08.10.2003

12:25 Uhr

Seite 094

dossier: productivité En 2001, retournement de situation: la sidérurgie n’a plus que 5.900 travailleurs avec 1,9% de part contre un secteur financier triomphant avec 32.900 personnes et une part de 25% de la valeur ajoutée de l’économie nationale. Les services financiers (intermédiation financière, assurances, auxiliaires financiers) constituent toujours au 21e siècle le secteur économique dominant dans l’économie luxembourgeoise. Ainsi, les banques ont-elles contribué à l’essor des services immobiliers, de location et services aux entreprises et à l’affirmation du secteur de la construction comme élément important du tissu économique luxembourgeois. Les entreprises, pour rester compétitives, investissent plus dans la formation et l’acquisition de compétences de leur personnel. Elles ont compris que c’est devenu une nécessité pour rester apte à répondre rapidement à des changements de stratégies comme d’outils. Le Luxembourg, à l’instar de quelques autres pays européens, s’est doté, au sortir de la seconde guerre mondiale, d’un Office pour l’accroissement de la productivité (OLAP). Antoine Hengen, Secrétaire général, responsable de la gestion journalière de l'OLAP: “L'objet de l'OLAP est d'améliorer la productivité du personnel par la formation professionnelle. Le concept de productivité a évolué au fil des ans et il s’est étendu au développement continu des compétences. C’est aujourd’hui devenu une lapalissade que de reconnaître l'importance de la formation tout au long de la vie. C'est le fondement même de notre mission. Chaque année, nous repensons notre façon de travailler. Nos formateurs sont en liaison permanente avec les entreprises pour identifier, sur place, les problèmes et servir de courroie de transmission en vue de la mise en place de plans de formation adéquats afin de les résoudre. La création de l'Université de Luxembourg est également un facteur qui pourra, à terme, profiter à la productivité du pays, avec des jeunes diplômés mieux formés et plus rapidement opérationnels.” C’est vrai dans tous les secteurs d’activités désormais. A la Banque Générale du Luxembourg, la productivité ne se mesure pas au niveau individuel, mais bien par cellule de travail. “La productivité est d’abord une question d’hommes, explique la BGL. Des employés bien formés et bien motivés valent tous les discours du monde sur ce thème. Ensuite, il faut que les structures de l’entreprise soient continuellement sous la loupe afin de les adapter si nécessaire à un environnement changeant. Enfin, il faut se doter des outils technologiques adéquats. “Sur le terrain, la productivité est augmentée par la formation continue des employés, au sein et hors entreprise, par des missions d’organi- 



“La productivité passe désormais par la formation continue du personnel” ANTOINE HENGEN, OLAP (À DROITE)

094 Dossier

paperJam 11.2003


ELECTIONS-PJ

10.10.2003

16:29 Uhr

Seite 1


2_dossier.qxd

08.10.2003

12:25 Uhr

Seite 096

dossier: productivité sation destinées à analyser les processus et à optimiser les flux des traitements, ainsi que par la mise en place d’outils informatiques de plus en plus performants. La banque est un prestataire de services qui traite des masses de données énormes qu’il faut pratiquement actualiser en temps réel . Et les technologies de l’information ont joué - et continuent de jouer - un rôle fondamental dans l’amélioration de la productivité bancaire. “Les responsables des relations humaines doivent d’abord donner à tous les employés les moyens de se former en permanence, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’entreprise. Ils doivent ensuite attacher le plus grand soin à la sélection



Part dans la valeur ajoutée de l’économie luxembourgeoise (en %) Source: STATEC

■ Sidérurgie

■ Services financiers

Emploi dans la sidérurgie et dans les services financiers Source: STATEC

■ Sidérurgie

096 Dossier

■ Services financiers

paperJam 11.2003

des cadres et donner à ceux-ci une formation en matière de relations humaines. Ils doivent enfin s’attacher à offrir aux employés le meilleur environnement possible de travail et mesurer regulièrement le degré de satisfaction du staff pour redresser rapidement la barre en cas de besoin ». La valeur ajoutée par le capital humain demeure encore aujourd’hui non négligeable dans beaucoup de secteurs, même si les progrès techniques et les avancées technologiques permettent de diminuer le nombre de travailleurs. On l’a vu avec la sidérurgie et on ne manquera pas de le voir aussi dans le secteur tertiaire qui n’a pas, lui, fini son cycle de transformations. La sidérurgie a accompli un cycle complet, de l’automation à la révolution technologique. Le profil des travailleurs du secteur a été transformé par les changements techniques, comme nous le raconte Roland Junck, Directeur Général Long Carbone d’Arcelor. “Nous mesurons la productivité en tonne par homme, c’est le chiffre clé dans la sidérurgie. Aujourd’hui, le coût de production est influencé essentiellement par d’autres facteurs que le coût salarial. Dans le secteur de production des produits longs (poutres, poutrelles, etc), qui est le nôtre, notre matière première est la ferraille que nous recyclons dans des fours électriques. “Prenons un exemple concret, pour une tonne produite le coût du travail est de 25 Euro, le coût de la ferraille s’élève quant à lui à 120 Euro et la tonne est vendue 300 Euro. Dans cet exemple, il est clair que l’augmentation de la productivité humaine ne va pas nous aider à diminuer les coûts en conséquence puisque c’est le prix de la ferraille qui est ici le facteur coût le plus important. Autre facteur important dans nos coûts de production: l’énergie. Il faut savoir que ce n’est pas un facteur à prix constant, l’énergie est moins chère en été et plus chère en hiver. Notre intérêt sera donc de produire quand les coûts sont au plus bas, en été. En définitive, nous avons surtout besoin d’une plus grande flexibilité de la main-d’œuvre pour produire. “Par exemple, une de nos meilleures usines en Espagne tourne 24 heures sur 24, pour profiter de ses coûts favorables en été, et en janvier, elle passe à un régime de huit heures par jour. C’est ce type de flexibilité dont nous avons besoin ici au Luxembourg. Il n’est malheureusement pas facile à obtenir car il demande un changement de mentalité”. La crise de la sidérurgie résultait, notamment, des surcapacités de production sidérurgique existant au niveau mondial, explique le dernier portrait du Luxembourg 2003 du Statec. Le taux d’utilisation des installations productrices d’acier brut avait chuté de 96% en 1974 à 55% en 1982. Au début des années 1980, on a même craint la disparition de 


2_dossier.qxd

08.10.2003

15:11 Uhr

Seite 097

dossier: productivité la branche industrielle qui marquait l’histoire économique et sociale du pays depuis un siècle. Après avoir lutté – avec l’aide de l’Etat – pour sa survie, le secteur sidérurgique s’attèle à la modernisation de son outil de production. Celle-ci aboutit, dans les années 90, au remplacement intégral de la filière fonte-acier par la filière électrique. Ces efforts trouvent leur récompense dans les gains de productivité importants réalisés dans le secteur. S’il fallait encore près de dix heures de travail par tonne d’acier laminé en 75, il n’en faut plus que deux à la fin des années 90. “Il faut comprendre que le premier grand changement intervenu dans notre industrie, le passage technologique, a été difficile car il a généré des réductions de personnel, étalées sur deux générations, explique Roland Junck, Arcelor. Le changement a cependant été bien accompagné par la concertation sociale. Désormais, il n’y aura plus d’impact sur l’effectif dans la sidérurgie, ce volet-là est terminé. Le changement de technologie a nécessité une reconstitution des savoirs-faire. A l’époque, l’Arbed ne possédait pas ces technologies au sein du groupe. “Il est important de se demander où réside le savoir-faire. Pour moi, il ne réside pas dans les processus ou dans les équipements en tant que tels, mais bien dans leur exploitation optimale. Nous nous trouvons aujourd’hui dans la dernière phase du changement: le changement de mentalité. L’enjeu est de créer de nouvelles relations collectives de travail qui permettent la fléxibilité nécessaire pour contrer les facteurs coûts. “A l’étranger, ces changements se sont passés dans un contexte plus favorable, comme en ex-RDA, juste après la réunification, à un moment charnière dans les mentalités, alors ouvertes au changement. Nous avons pour ambition d’élever le niveau de productivité de toutes les usines européennes du groupe. Nos meilleures usines sont des usines de références en Europe, nous devons donc réduire l’écart entre les bonnes et les moins bonnes. Le nouveau train que nous construisons aujourd’hui à Belval concoure à cet objectif. “Nous pouvons aussi très bien réussir avec une production moins élevée, une niche, dont nous possédons l’expertise, comme c’est le cas avec la production de pal-planches. Nous obtenons le même résultat financier avec 400.000 tonnes de palplanches produites que 300 millions de tonnes de poutrelles. Ici nos savoir-faire alliés à des solutions sur-mesure font toute la différence”. Le temps où le cerveau de l’Homme sera remplacé par une machine n’est pas - encore - venu. Néanmoins, nous n’avons pas encoire vu la fin de l’automatisation via les évolutions technologiques notamment dans le secteur des services. Et l’organisation fait toute la différence. 



“Aujourd’hui, d’autres facteurs que le coût salarial influencent les coûts de production” ROLAND JUNCK, ARCELOR

paperJam 11.2003

Dossier 097


2_dossier.qxd

08.10.2003

12:25 Uhr

Seite 098

dossier: productivité

ORGANISATION & MANAGEMENT : CLÉ DE VOÛTE DE L’EFFICACITÉ  Les meilleurs outils et le personnel le plus compétent ne peuvent faire l’économie d’une organisation et d’un management performants. TEXTE CORINE BARELLA PHOTOS DAVID LAURENT / BLITZ (PAGE 097) ERIC CHENAL / BLITZ (PAGE 098) BLITZ (PAGE 102)

C’est du pur bon sens, mais pourtant il ne faut pas hésiter à le rappeler ! Si l’organisation ne suit pas, acheter les outils derniers cri, former le personnel en continu voire s’attacher les services d’un personnel hautement qualifié et coûteux ne sert pas les intérêts de l’entreprise. Et une organisation bien huilée nécessite un management conscient de ses business processes mais aussi du fait qu’il faut sans relâche veiller à la cohérence de la production, et donc ne pas hésiter à remettre régulièrement en question l’organisation interne. Pour la Banque Générale du

098 Dossier

paperJam 11.2003

Luxembourg (BGL), “le manager a un rôle central en ce qui concerne les relations humaines : la prise en compte des attentes des employés et une action proactive en ce qui concerne la motivation du personnel est le facteur clé de réussite pour améliorer la productivité. Ensuite, il doit initier et faciliter les études d’organisation menées dans son secteur afin d’optimiser les flux et les processus de traitements. “Enfin, il doit adapter son organisation interne aux outils informatiques mis en place, et non faire l’inverse: greffer un outil performant sur une organisation surannée ne

produit jamais les effets escomptés. Pour la BGL, augmenter la productivité signifie « changer de méthodes de travail, changer d’outil informatique, voire changer d’organisation interne. La gestion du changement est donc un facteur fondamental pour le succès d’un projet visant à augmenter la productivité. Il implique la participation active de tous les employés et de tous les managers et nécessite un coaching permanent ainsi qu'une actualisation des connaissances, voire une formation complémentaire. C’est en ce sens que le facteur humain est fondamental dans la productivité”. 


2_dossier.qxd

08.10.2003

12:26 Uhr

Seite 099

dossier: productivitĂŠ

paperJam 11.2003

Dossier 099


2_dossier.qxd

08.10.2003

12:26 Uhr

Seite 100

dossier: productivité

“Le mapping des processus met en lumière les tâches redondantes qu’il faut automatiser” VINCENZO LOMONACO,PWC 100 Dossier

paperJam 11.2003

 Vincenzo Lomonaco associé de PricewaterhouseCoopers au sein du département Advisory-Performance Improvement a l’habitude d’accompagner des réorganisations internes dans le secteur financier. « Pour bien gérer le changement, nous tentons d’abord de cerner les objectifs poursuivis, la stratégie. Si la stratégie est floue, nous participons à la clarifier avec le client. Une fois les objectifs stratégiques définis, nous évaluons si le client dispose de l’organisation, des outils, des compétences adéquates pour réaliser ses objectifs. “Pour détecter les problèmes éventuels, nous réalisons une comparaison des performances de la société, sur base de quelques chiffres clés, qui nous permettent de voir si les coûts de production sont dans la norme du marché ou plus élevés. Concrètement, nous sommes souvent confrontés à des clients qui, pour des raisons de politique intragroupe, ou pour des raisons budgétaires, ne peuvent pas, par exemples, changer les outils ou toucher aux ressources humaines”. Une des préoccupations majeures, côté clients, demeure la diminution des coûts. “La première étape d’une réorganisation est de décortiquer tous les processus et de faire l’état de l’existant. Nous réalisons donc un mapping de tous les processus. Nous identifions ainsi des redondances, des contrôles inutiles, des tâches qui sont répétées plusieurs fois par des personnes différentes et qui pourraient être automatisées. Ou alors nous mettons en lumière les tâches qui n’ont pas de valeur ajoutée, comme copier, saisir des données deux fois dans deux systèmes différents au sein de la même chaîne, chercher à plusieurs la même information. L’objectif est de limiter au maximum l’intervention manuelle des personnes, et de privilégier l’automatisation”, explique Vincenzo Lomonaco. Or certains changement ne peuvent pas être réalisés, souvent pour des raisons budgétaires. Le rôle du cabinet de conseil est alors de proposer des solutions qui optimisent malgré tout mais ne permettent pas de changements fondamentaux, en terme d’outils ou de ressources humaines. 


2_dossier.qxd

08.10.2003

12:26 Uhr

Seite 101

dossier: productivité  Dans une organisation en redéfinition, il faut rester vigilant et revoir constamment, voire adapter la mise en œuvre qui pèche souvent par manque de suivi. “L’implication des clients dans tout le processus de mise en œuvre est très important, confirme Vincenzo Lomonaco, car le consultant qui arrive dans la société n’est pas toujours bien perçu. Il est donc important qu’à toutes les étapes le client soit critique des solutions proposées par le consultant. D’autant plus si une solution proposée remet en question la manière dont les personnes travaillent dans un département, par exemple. “La résistance au changement demeure un facteur crucial dans un processus de réorganisation et d’optimisation de processus. Il est donc nécessaire et fondamental que les personnes concernées par les changements soient impliquées d’emblée dans la redéfinition de l’organisation, afin de les convaincre de la nécessité et du bien fondé de ces changements. Nous réalisons, sur demande, le bilan des compétences du personnel. Ils nous arrivent ainsi de mettre le doigt sur des compétences qui font défaut. Nous suggérons alors de former le personnel à l’outil pour qu’il soit capable de l’utiliser de manière optimale. Il arrive aussi qu’une personne d’un département possède les compétences qui manquent dans un autre, et nous le détectons via des interviews poussées avec le personnel. “Nous relevons aussi les faiblesses du management, si des personnes ne sont pas compétentes pour gérer une équipe: nous le signalons. Le bilan de compétences est un sujet sensible au sein des entreprises, le personnel craint souvent que les processus d’optimisation servent de base à la réduction des effectifs”. Parfois l’entreprise se sent obligée de communiquer beaucoup en interne pour rassurer sur le sujet, et parfois, elle préfère laisser son propre département RH gérer la question pour éviter les crispations, voire elle refuse carrément de toucher à la question des compétences du personnel. “Il nous arrive parfois de dire au management que le problème dans

“Le management a un rôle fondamental dans la gestion du changement” BANQUE GENERALE DU LUXEMBOURG

un département est lié au fait que deux personnes ne s’entendent pas. J’ai résolu un problème de délai de transmission d’un rapport entre deux départements simplement en mettant deux personnes en contact qui ne s’étaient jamais parlées. Dans tous les projets, la chose la plus difficile à faire changer c’est la composante humaine. La technologie, elle fonctionne ou elle ne fonctionne pas. “Une personne, pour X et Y raisons, qu’elles soient d’ordre privé, liées au plan de carrière, ou encore à des affinités entre collègues, décidera de ne pas accepter des changements pourtant fondés, et justifiés. La composante humaine est donc fondamentale dans la réussite d’une réorganisation et le rôle du management est prépondérant”. Un mécanisme en interne doit permetttre de surveiller que les processus ne sont pas détournés par les utilisateurs, et que si c’est le cas, c’est pour une raison valable. Et cela vaut pour le top management, il arrive qu’il ne communique pas bien ou que des conflits de personnes empoissonnent la mise en oeuvre. Pour que la résistance au changement soit la moins importante possible, impliquer le personnel de la chaîne de production dans la définition de la réorganisation est incontournable. “Nous avons accompagné une

banque qui a complètement changé de stratégie, elle a mis en place un nouveau système, elle a automatisé un maximum et elle a ainsi réduit le personnel d’un tiers. La banque a investi aussi dans la formation du personnel, et dans le financement du plan social, ce qui a permis de reclasser le personnel. La banque a poursuivi ses activités avec les deux tiers de l’effectif et a développé ses nouvelles activités en quelques mois, puis engagé à nouveau des profils différents, adaptés à ses activités nouvelles». La réorganisation n’a pas toujours pour enjeu, comme on pourrait le craindre, de réduire le personnel grâce à une plus grande automation des tâches et à des processus mieux huilés. Parfois, l’entreprise sent la nécessité d’investir dans la capitalisation des savoirs qui constituent son cœur de métier. L’enjeu est donc d’assurer à l’entreprise la maîtrise en interne de ses savoirs afin qu’ils puissent évidemment se transmettre efficacement au sein de l’entreprise. C’est ce type de projet que mène la société MindForest au siège parisien du groupe Universal Music qui compte 500 employés. Guy Kerger, Managing Partner de MindForest Luxembourg: “Notre rôle est d’aider l’entreprise à bien communiquer sur le changement au sein de l’organisation. Au moment où la redéfinition des processus commence, la charge de travail augmente pour le personnel  paperJam 11.2003

Dossier 101


2_dossier.qxd

08.10.2003

12:26 Uhr

Seite 102

dossier: productivité

“Plus de transparence dans les processus de production créé l’adhésion du personnel” GUY KERGER, MINDFOREST 102 Dossier

paperJam 11.2003

 et nous sommes là pour accompagner et faire en sorte que le personnel adhère à ces changements et participe à la redéfinition de l’organisation”. L’entreprise n’affiche jamais comme objectif l’augmentation de sa productivité. Cette notion demeure connotée négativement dans le chef des salariés qui craignent que ce soit la portion visible de l’iceberg, cachant un objectif de réduction de l’effectif. “Nous accompagnons Universal Music dans la mise en place de son Intranet. Universal a redéfini tous les processus métiers, de l’identification d’un nouvel artiste, à sa mise sous contrat en passant par la gestion de ses droits et la création de produits dérivés. C’est un gigantesque chantier qui mobilise toute l’entreprise. Nous l’accompagnons depuis le début du projet. Cela implique par exemple d’avoir quelque 130 personnes en atelier, pas en même temps, mais cela signifie aussi une surcharge de travail importante. Ici l’objectif est clairement pour l’entreprise de capitaliser ses savoirs”. Et la résistance au changement n’est pas une mince affaire... “Nous avons pu constater une certaine réticence de la part des collaborateurs pour la technologie, avec l’installation d’un nouvel outil, un Intranet, qui a nécessité une redéfinition des rôles et des responsabilités de chacun. Le premier problème que nous avons noté était lié à l’utilisation même de la technologie, le second à l’acceptation des nouvelles contraintes liées à un processus de production redéfini. “Certains étaient aussi plus réticents à entrer des informations sensibles dans le système. Il a fallu installer la confiance vis à vis du partage de l’information. Il était essentiel de démontrer l’adéquation entre la technologie et le besoin. Et la plus grande transparence dans les processus a finalement été jugée positive par le personnel, qui y trouve une source de motivation supplémentaire, parce qu’il comprend mieux les processus de production et pourquoi telle tâche est nécessaire à tel moment du processus, une information que bien souvent, il ne possédait pas”. 


LUXAIR

06.10.2003

16:54 Uhr

Seite 1


3_timeoff.qxd

08.10.2003

14:11 Uhr

Seite 104

time off RESTO NEWS

“Le champagne: un moment d’exception…”  Entretien avec …Gérard Wengler (Wengler Châteaux et Domaines), à l'occasion du 3e Tournoi de Pétanque Veuve Clicquot Ponsardin M. Wengler, comment vous est venue l’idée d’organiser ce tournoi annuel? C’est tout simple. Il faut préciser qu’il a ses origines en France. Clicquot a organisé le premier tournoi à Paris, ensuite Londres et d’autres grandes villes. Il n’y avait qu’un pas, très vite franchi, pour lancer le projet au Grand-Duché. Nous avons donc décidé cette organisation il y a trois ans déjà, en réservant la participation aux restaurateurs du pays. Veuillez noter que les règles de ce tournoi sont celles appliquées par la Fédération internationale de Pétanque et contrôlées par la présence de la Fédération Luxembourgeoise. Donnez-nous votre point de vue sur le champagne dans la restauration. Le champagne a eu et aura toujours une position et un rôle très importants. Il est un peu dommage toutefois que de nos jours on ne fait plus de “dîners au champagne”. C’est une formule à faire renaître dans la gastronomie, organiser des repas autour du champagne. Ils auraient du succès, nous en avons fait l’expérience. C’est aux sommeliers de faire l’effort. Wengler Châteaux et Domaines a récemment annoncé l’arrivée de plusieurs marques prestigieuses sur votre catalogue… une mainmise? Non, ce n’est pas une mainmise. Il ne faut pas oublier

A gauche: Bruno Meril (Chiggeri), Pascal Magro (Bar à vins des Capucins) et Gérard Wengler. A droite: les vainqueurs.

que nous nous travaillons depuis 30 ans avec Veuve Clicquot et depuis plus de 40 ans avec Canard Duchêne et n’oublions pas Krug et Deutz. La structure du marché n’étant plus à jour… ce n’est pas à moi de le dire, mais j’ai donc tout fait pour avoir les autres marques, Moët, Dom Perignon et Mercier. Notre société repose sur trois piliers: les alcools, les vins et les champagnes, chacun ayant une stratégie commerciale différente. Jérôme Kersuzan, vous êtes sommelier au restaurant Speltz. Quelle est votre opinion sur le champagne en gastronomie? On l’associe d’instinct aux manifestations plutôt festives. Comme le signalait Gérard Wengler, le champagne peut accompagner tout un menu. Mais il est choisi pour l’apéritif dans 90% des cas et il est sans doute plus difficile de l’accorder à tout un repas. Et vous Pascal Magro, comment traitez-vous le sujet au Bar à Vins des Capucins? Mon activité actuelle est un peu boutique, un peu restauration et je constate que ma clientèle est plutôt attachée à une marque précise généralement bien connue. Souvent par tradition familiale, c’est un champagne de grande marque. On a envie de retrouver un souvenir. C’est certain que le côté festif, le côté bulle accompagne toujours dans l’esprit de chacun un plaisir et un moment d’exception. Dans votre restaurant le Chiggeri vous avez, Bruno Meril, quelque 5.000 flacons dans vos caves. Le champagne y tient une belle place. Votre avis? Il y a une évolution certaine. Pendant de nombreuses années c’était le champagne généralement à l’apéritif. Grâce au travail du sommelier, on évolue vers le champagne en temps que vin, avec ses caractéristiques et ses qualités propres et son image se rapproche de celle du vin. Pascal, voulez-vous conclure? Le champagne retrouve ses lettres de noblesse et sa grande variété, rosé, demi-sec, sec, brut, extra brut lui permet de réaliser tous les accords. C’est un produit de grande qualité à un prix est souvent inférieur à celui d’un grand cru de bordeaux dont les cours explosent! Wengler Châteaux et Domaines 2, rue Neuve · Rosport · 73 03 73

104 Time Off paperJam 11.2003


1/1-VINO+GRECO

09.10.2003

21:32 Uhr

Seite 1

TÉL.: 48 73 13-1 FAX: 48 73 13-26 INTERNET: www.greco.lu E-MAIL: info@greco.lu


3_timeoff.qxd

08.10.2003

14:11 Uhr

Seite 106

time off RESTO NEWS Exit le Barcafé, voici le Redbox, bar à vins. Claude Rameau, passionné de divins flacons devant l'Eternel, a entièrement remanié la partie arrière de l'établissement pour accueillir les dégustateurs dans une ambiance où le rouge domine, Gérard Pithoud le maître écailler officiant toujours dans la première salle et David Fontaine le nouveau chef donnant à la carte une orientation nettement terroir. Il y en a pour tous les goûts pour accompagner les quelque 500 références de vins disponibles à la dégustation, avec en note originale les "finger food" ainsi que des charcuteries artisanales et une soixantaine de fromages affinés.

Dupont sommelier conseil et administrateur de JB Wines, avec un stand de dégustation.

Philippe Organisation Salle de réception Utopolis 45, bd J.F. Kennedy Luxembourg (Kirchberg) 26 09 41 91 _____________________________________ Depuis cet été le Subway fait son trou à Utopolis. Bon plan pour les cinéphiles et visiteurs de la galerie, partisans du vite fait bien frais. Net et propre, service souriant et seul du genre, il se positionne dans un créneau libre jusqu’alors.

Redbox 21, rue des Bains Luxembourg (Centre-ville) 26 20 11 40 ____________________________________ Changement de propriétaire et d’enseigne au bord de l’Alzette. César Fontes et Laurent De Wever toujours exploitants de l’excellent restaurant l’Arpège à la Gare ajoutent une nouvelle note à leur gamme et reprennent l’ancien Espadon.

Les clients de l’un retrouveront dans la carte de l’autre le même style et de plus, apprécieront certainement le cadre clair et raffiné. La superbe terrasse sera entièrement réaménagée au printemps prochain. Les Jardins de l’Arpège 2, rue du Pulvermühl Luxembourg (Pulvermühle) 42 87 36 _____________________________________ Un parcours de golf à Utopolis? Mais oui et c’était dans le cadre des journées Portes Ouvertes organisées par Philippe Lacour dans son espace de réception. Une occasion pour les visiteurs de découvrir les services offerts par Philippe Organisation et de tester leurs dons avec le simulateur de golf démontré par Jérôme Bloch de Business Golf Solutions. Aussi présent, Bernard

106 Time Off paperJam 11.2003

Le 3 septembre a eu lieu à Paris la présentation des “Coups de Coeur” du Guide Hachette des Vins 2004, en présence de la presse nationale et internationale.

Les Caves Bernard-Massard figurent au palmares avec le pinot gris Château de Schengen 2002 du Domaine Thill et les Caves Krier Frères avec le riesling Suprême Remerschen Jongeberg Grand 1er cru 2002. A noter que ce dernier a obtenu une médaille d’argent aux Vinalies Internationales de Paris 2003. Caves Bernard-Massard 8, rue du Pont Grevenmacher 75 05 45-232 (www.bernard-massard.com) Caves Krier Frères 1, montée St Urbain Remich 23 69 60-1 (www.krierfreres.lu) _____________________________________

Choisissez de vous installer sur les tabourets face à la galerie pour profiter du spectacle! C’est en résumé une petite restauration sympa. Ouvert 7/7 de 11 à 23h. Subway eat fresh Galerie Utopolis 45, avenue J.F. Kennedy Luxembourg (Kirchberg) 26 00 88 88 _____________________________________ De mémoire de vigneron, il y avait des lustres que les vendanges n’avaient pas été aussi précoces. Avec un état sanitaire impeccable grâce à la météo et malgré une légère perte provoquée par des “coups de soleil” la qualité sera exceptionnelle mais avec une quantité de 30 à 50% inférieure à l’an dernier.

La densité est extrêmement élevée dans tous les cas mais une acidité insuffisante ne laisse pas prévoir une grande garde. En résumé ce sera un vin tout à fait atypique et on peut supposer qu’il sera plus cher. _____________________________________

Au 1er étage de la galerie Utopolis ce nouvel établissement lance un nouveau style de restauration. Le spaghetti en est la base et une vingtaine de sauces sont proposées en accompagnement.

L’originalité est aussi dans la déco qui profite du très vaste espace avec en vedette des boites géantes de tomates pelées et de pâtes. Mobilier design sur un confortable parquet. Spaghetti Factory Utopolis 45, bd J.F. Kennedy Luxembourg (Kirchberg) 26 00 85 15 _____________________________________


1/1-SIDE+JARDIN

09.10.2003

17:49 Uhr

Seite 1

SEC by ALIAS ! Les compositions SEC, capables de se développer de manière quasi illimitée peuvent se réaliser aussi dans des grandes dimensions. Complètement autoportante, caractérisée par une grande liberté d’usage, se plaçant aussi bien contre une paroi qu’au centre de la pièce, elle se prête à la réalisation de meubles-exposition ouverts pour les espaces commerciaux, ou même pour des bibliothèques élégantes et pleines d’accessoires pour l’habitat ou pour les bureaux…

A découvrir chez Zone artisanale, 22 Weyler, B-6700 Arlon Tél : 0032(0)63.23.33.22 - Fax 0032(0)63.23.33.30 www.side.be - side.design@skynet.be ouvert lu – ve 14h- 19h, sam 10h- 18h, et sur RDV


3_timeoff.qxd

08.10.2003

14:17 Uhr

Seite 108

time off RECETTE

Franco Fuzio, du Restaurant Mère Nature, nous propose…

… Les Linguine aux langoustines Où le trouver: Au restaurant Mère Nature 55, rue Glesener (Gare) Son vin préféré: Un bon Frascati sera de la fête Son restaurant préféré: Dal Notaro (mais pas pour une pizza)

Recette:

Ingrédients (pour 4 personnes) 16 belles langoustines 500 g de linguine a. 2 gousses d’ail b. 2 échalotes c. 1 branche de persil d. quelques feuilles de basilic 4 tomates huile d’olive sel, poivre 108 Time Off paperJam 11.2003

Temps de préparation: 5 minutes Temps de cuisson: 15 minutes Pour la persillade, hachez finement les ingrédients de a à d. Conservez un peu de persil et de basilic pour la décoration finale. Faire cuire les linguine al dente. Egoutez et réservez. Ebouillantez les tomates (pendant 2 minutes), retirez la peau et les pépins. Faites chauffer l’huile d’olive (1 cuiller à soupe) dans une grande poêle, y faire revenir quelques minutes les langoustines préalablement coupées par le milieu. Reservez au chaud à part. Dans la même poêle, faire rapidement revenir la persillade, ajoutez les tomates. Salez et poivrez selon votre goût. Ajoutez les pâtes à la sauce, mélangez. Servir les linguine dans des assiettes bien chaudes, y disposer les langoustines sur le dos. Décorez avec un brin de persil et une feuille de basilic. Mère Nature Réservations: 29 55 07, Fermé dimanche


3_timeoff.qxd

09.10.2003

15:03 Uhr

Seite 109

DIRECTORY time

paperJam 11.2003

off

Time Off 109


3_timeoff.qxd

08.10.2003

14:11 Uhr

Seite 110

time off CLUB PAPERJAM

LE CLUB PAPERJAM INVITÉ PAR… ...Gales, vins et crémants de Luxembourg au Pavillon des Caves St Martin Le Club paperJam, c'est, chaque mois, la veille de la parution, l'équipe du magazine qui invite des décideurs à partager une sélection de vins dans un établissement du Grand-Duché. Les péniches glissent doucement sur la Moselle toute proche et offrent un saisissant contraste avec le ballet fébrile du transport des raisins vers le pressoir des Caves qui nous ont accueilli à Remich. C’est dans le parfum et l’haleine délicieuse exhalée par ce processus qui se déroule pratiquement sous nos yeux, que l’apéritif nous est servi en terrasse. C’est une Cuvée Héritage (Crémant de Luxembourg Médaille d’Or). Marc Gales, notre hôte, nous confie avec émotion que l’appellation attribuée à cette cuvée est un hommage à son père. Il nous dit aussi les promesses que la vendange précoce de cette année laisse entrevoir avec, cette fois, dans le regard, un éclair gourmand et malicieux, conservant toutefois une belle prudence de vigneron raisonnable.

Carlo Schneider (Tailormade) et Yves Busschot (Mousel-Diekirch)

Marc Gales (Caves St Martin)

Une année exceptionnelle

110 Time Off

paperJam 11.2003


3_timeoff.qxd

08.10.2003

14:11 Uhr

Seite 111

CLUB PAPERJAM time

g

off

Le Pavillon St Martin nous accueille ensuite dans un des ses salons pour débuter une soirée découverte des vins Gales de Moselle luxembourgeoise et des accords que l’on peut réaliser avec les mets traditionnels de la vallée, Marc Gales commentant lui-même la dégustation avec une tranquille compétence. A noter que l’intérêt croissant des participants pour ces commentaires prouve une fois de plus qu’il reste toujours beaucoup à apprendre sur un vignoble que l’on croit, à tort, souvent connaître. Les deux premiers vins sont servis avec la traditionnelle petite friture de la Moselle, croustillante à souhait, une des spécialités du Pavillon. Le riesling Wellenstein Kurschels Grand premier cru 2001, d’une belle robe jaune dorée est un vin élégant, au nez de mûre et d’agrumes, très marqué par des arômes de limon et d’oranges mûres avec une explosion de goûts en bouche. Il possède la structure nerveuse et la douceur garantissant une longue garde.

Jean Racine (eGlutek)

Le chardonnay Coteaux de Stadtbredimus Grand premier cru 2002, à la couleur jaune pâle et au nez d’amandes, de citron, brioche et vanille en surprend plus d’un! En bouche, attaque fondue, acidité bien incorporée, goût de citron, limons, mirabelle, amandes et griottes, un vin soyeux et à la structure nerveuse soutenue.

Nicolas Buck (Imprimerie Victor Buck)

Les pinots accompagnent le plat suivant, un savoureux jambonneau de porcelet. Tout d’abord, le pinot gris Domaine et Tradition 2001, aux notes de brioche, de corynthes et de poire. Très fondu et chaleureux, il fait preuve d’une extraordinaire harmonie révélant aussi en bouche pêche et abricot et une belle longueur, évoluant vers une fin de bouche finement botrytisée et vers quelques notes de réglisse… proche de la perfection. Le pinot noir vinifié en blanc 2001 servi en parallèle, de couleur jaune pâle avec une touche dorée, développe un nez complexe d’ananas mûr, mirabelle, limons, framboise et pomme. Marqué par sa désacidification biologique, ce pinot noir enchante le palais par sa finesse, son élégance et sa persistance en bouche. Goût de mirabelle et de noyau de pêche, fin de bouche marquée par une belle fraîcheur.

Emmanuelle Job (Luxcontrol)

Le pinot gris vin de glace Domaine et Tradition 2002, à la robe jaune dorée et aux arômes de miel, de limons, de poire, de coings et d’oranges, vient à point pour clôturer cette ballade mosellane sur une note soyeuse en parfait accord avec l’Ile Flottante servie en dessert. Bouche finement botrytisée avec des goûts de poire, miel et raisin sec. Bonne fraîcheur qui, avec les composants sucrés de ce vin de glace, donne une harmonie parfaite. Goût de noyau de pêche blanche, de poire, de corynthes et de miel. La patience sera récompensée car ce grand vin liquoreux a un bon potentiel de vieillissement.

Marc Neuen (Monster) et Isabel Galiano (Eldoradio)

Jérôme Bloch (Global Golf)

Olivier Noblot (SD Worx)

Grégory Kulus (Euresalife)

CAVES GALES S.A. 53, route de Stadtbredimus Remich 23 69 90 93

L'assistance attentive aux explications de Marc Gales

PAVILLON DES CAVES SAINT MARTIN 53, route de Stadtbredimus Remich 23 66 91 02

Alain Picquet (KPMG)

paperJam 11.2003

Time Off 111


index.qxd

09.10.2003

16:48 Uhr

Seite 112

index Index des entreprises et institutions citées 322 entreprises, organisations et institutions citées dans cette édition. Les annonceurs sont signalés en gras. Entreprises et institutions

no. de pages

3com

52

A A'venue International 69 ABBL 34, 58 Aceralia 56 AD REM 38 Administration des bâtiments publics 36 Advantage 51, 76 ALEBA 12 Alfa Romeo 48 Alti 52, 54 Anjilon 55 Apsi 34, 40, 53 Aquila 74 Arbed 56 Arcelor 47, 56, 96 Architecture & aménagement 83 Archives nationales 53 Astra 48 Auchan 39, 76 Audaxis 42 Audiolux 43 Audiovision 40 Autosdiffusion Losch 27

B Badenoch & Clark Luxembourg 55 Banque Asiatique de Développement 50 Banque de Groof 50 Banque Génerale du Luxembourg 12, 46,94, 98 Bar à vins des Capucins 104 Basic Consulting 115 Bauerenzentral 16 BCE 26, 40 Beaufort international 54 Belgacom 52 Bertelsmann 43 BGL 57 BGL Investment Partners 43 Binsfeld communication 38, 39 Bizart 75 Bliz 47 BNP Parisbas 39 Board of Economic Development 74 Bourse de Luxembourg 50, 56 Brasserie Mousel-Diekirch 110 BT Broadband services 48 Buelens Real Estate 47 Bureau Line Office 40 Bureau Veritas Quality International 40 Business Golf Solutions 106

C Café littéraire Books & Beans Caisse d'assurance maladie Cap Gemini Ernst & Young Carlson Wagonlit Travel Luxembourg Caves Bernard-Massard Caves Krier Frères Caves Saint Martin

112 Index

paperJam 11.2003

26 10 89 54 106 106 110

Cegecom Centralmarketing Centre commerial Concorde Centre d'Accueil et d'innovation pour entreprise Cetrel CGFP CGFP universitaires Chambre de commerce Chambre des Députés Chambre des Employés privés Chambre des métiers Chambre du Travail Cinémathèque municipale Cisco Clearstream Clearstream International CLT Codenet COLT Telecom 8, Comed Comet Comité de conjoncture Commission européene 42, Commission nationale pour la protection des données Commission nationale pour la société de l'Information Computacenter Luxembourg Computer security research response team Luxembourg Confédération luxembourgeoise des syndicats chrétiens Confédération luxembourgeoise du commerce Conostix Cressida Technology CrossCom CRP Henri Tudor 36, 53, Cryptomathic CSFF Cushman & Wakefield, Haley & Baker

26, 39, 66 42 26 53 34, 40, 44 16 16 45, 54 53 10 76 10 51 24 50 28 46 53 39, 52, 53 76 42 74 43, 49, 86 32 45 44 26 16 51 26, 40 54 51 54, 71, 90 60 18, 47, 58 53

D Danone 50 Datacenter 40 DeLiXL Luxembourg 42 Deloitte 52, 53, 81 Desing Luxembourg 51 Deutsche Borse 50 Deutsche Post DHL 13 Dexia-BIL 58 Digital studio 75 Discount Bank and Trust Company 44 Dmax 60 DuPont Luxembourg 54

E Editions Mike Koedinger Editus Luxembourg eGlutek Eldoradio Eleven EMRESA

47 54 90, 111 111 78 51

Enron 82 Entreprise des P&T 2, 22, 26, 40, 51, 52, 78 Epson 62 Erdemir 47 Ericsson 24 Erns & Young 53 Euresalife 111 Euro-VL Luxembourg 46 Euronext Bruxelles 56 Euronext Paris 56 Europe online 48 European Fund Administration 44 Eutelsat 48 Everest 39, 77 EVS 44 Exceed 52 Exceed 54 Excilan 24 Exell 26 Explorator 109

F Farvest Fédération des artisans Fédération générale de la fonction communale Fédération internationale de pétanque Fédération luxembourgeoise de l'ameublement Fédération luxembourgeoise de pétanque Fédération Luxembourgeoise du commerce Fédération syndicale Fedil Felix Giorgetti FEP-FIT FNCTTFEN-Landesverband Fondation Luxembourg School of Finance Fortis Foxroad Fraï Letzebuerger baureverband FRS Fujitsu services

28 76 16 104 77 104 42 12, 16 48, 53 83 16 16 30 46 54 16 44 54

G Gales, Vins et crémants de Luxembourg Global Golf GlobalSign Goodyear Grandlink Network Groupe 4falk Groupe Bruxelles Lambert Guineu immobles

110 39, 111 60 44 44 49 43 50

H Hauppauge Hewlett Packard Hilton HMS Luxembourg HR One

48 67 58 58 28


index.qxd

09.10.2003

16:48 Uhr

Seite 113

index Hubmethods Hyundai/Corean Motor Company

42 77

I IBM 22, 81 Iddifx 77 IFBL 58 Ikogest 47 ILR 22 Immo Etoiles 53 Imprimerie Victor Buck 44, 111 In vino veritas 105 INFPC 77 Institut des réviseurs d'entreprises 75 Intellicast 44 Interact 39 Internet services provider association 22 Interpub 77 Intrasoft international 52 Investas 43 IP Casting 43

J JB Wines Jones Lang LaSalle

106 53

K K&F Furniture Kabel Deutschland Kess Key Job Keytrade Bank Keytrade Luxembourg KPMG KPN

39 48 60 72 48 48 6, 39, 111 52

L La Coque La Luxembourgeoise LCGB Le Quotidien Le Subway Lëtzbuerger Land Lexmark Linster Logitech Loterie Nationale LTI Lusat International Luxair Luxcontrol Luxembourg School of Finance Luxwinners

39 75 10, 16 53 106 53 60 62 60 78 90 44 53, 103 39, 111 4, 30 58

M Magic Moving Pixel Marcom international Maxdata Mercedes Café Mercury Interactive Michel Greco Microsoft Millicom international cellular MindForest Ministère de l'Economie Ministère de la promotion féminine Ministère des Finances Ministère des travaux publics Monster 52, 55, Moreno Architecture

51 54 62 109 54 105 62 47 101 74 70 50 36 111 83

Morgan Chambers Motorola Musée d'Histoire de la Ville de Luxembourg

44 24, 62 51

N Nashuatec 61, 63, 65 Netline 74 Neutral Gewerkschaft Lëtzebuerg 12 Neutrale Verband Gemeng Letzebuerg Béi Neutral 16 New Media Group 54 Nico 39 Nokia 24

O OCDE Office des Timbres Office Luxembourgeois d'accréditation et de surveillance (OLAS) OGBL 10, 16, OLAP Optimise Orange Orbit conseil Ordre des experts comptables

88 78 75 76 94 58 64 77 75

P Packardbell 64, 66 Paper & Salt 39 paperJam 39, 51, 54, 55, 59, 79 PeopleWare 42 Philippe organisation 106 PricewaterhouseCoopers Luxembourg 20, 81, 100 PrimaCom 48 Profil 58 Property Partners 53

77

R Radio socio-culturelle 46 Ranstad Interim Luxembourg 3 RCM 54 Real Solutions 53 Redbox 106 Renault 21, 23 Restaurant l'Arpège 106 Restaurant La Caravelle 39 Restaurant le Chiggeri 104, 109 Restaurant les Jardins de l'Arpège 106 Restaurant Mère Nature 108 Restaurant Speltz 104 Ricoh 64 Roche-Bobois 77 Royal Ahold 42 RTL Group 43 RTL Radio 46 RTL Radio Lëtzebuerg 52, 53 RTL Télé Lëtzebuerg 53

Tango 22, 116 Taylormade 110 TDC 52 TDK 44 TechniSat 48 Techno trend 48 Technoport Schlassgoart 40, 53 Telenor 52 TELES 48 TeliaSonera 52 Telindus 22, 40, 52, 54, 88 Théâtre des Capucins 51 Tiscali 48 Tribunal d'arrondissement de Luxembourg 43 Tribunal de commerce de Luxembourg 51

Union bancaire privée 44 Union des employés privés 12 Union européenne 84 Union européenne de radio-télévision 46 Universal Music 101 Université du Luxembourg 30, 88 Usinor 56 Utopolis 106

V Ventos Verysign ViewSonic Visual online

50 60 66 26

W Wengler Châteaux et Domaines Worldcom www.elections2004.lu

104 82 95

X Xerox

S SAP SAP Belux Securitas Security exchange commission SES Global Side

T

U

Q Quick

Société des Foires Internationales à Luxembourg 38, 40, 54 Société générale Bank and Trust Luxembourg 46 Société nationale de crédit et d'investissement 46 Sollac ambalaj 47 Soteg 76 Spaghetti Factory 106 Staff Interim 77 Standard & poor's 43 Statec 86 Statec 92 StorageTek 54 Strong 48 Sybari 64 Syndicat chrétien des cheminots luxembourgeois 16 Syndicat des employés du secteur financier 12 Syndicat national des employés privés 12

64, 66

35 52, 54 49 84 43, 44 107

paperJam 11.2003

Index 113


index.qxd

09.10.2003

16:48 Uhr

Seite 114

Les prochains paperJam paperJam 12.2003 Parution: 13 novembre 2003; date limite de réservations: 29 octobre 2003

DOSSIER: Immobilier d'affaires Sur le marché de l'immobilier d'affaires, la situation du

Luxembourg a longtemps été extrêmement complexe, avec un taux de disponibilité proche de zéro. Avec l'émergence de nouveaux bâtiments et les conséquences du ralentissement économique, l'atmosphère devient progressivement plus respirable. Quels sont les projets majeurs qui sont en train de sortir de terre? Quels sont les principaux acteurs, promoteurs, conseillers? Cette tendance à une plus grande disponibilité va-t-elle perdurer?

paperJam 01.2004 Parution: 4 décenbre 2003; date limite de réservations: 14 novembre 2003

DOSSIER: Spécial “Executive Women” Pour ce dernier numéro de l’année, notre traditionnel rendezvous “Bilan 2003 - Tendances 2004” est enrichi par un gros plan sur les femmes d’influences au Grand-Duché de Luxembourg: ministres, députées, directrices de sociétés ou membres de comités de direction, elles ont toutes réussi leur parcours professionnel en dépit des préjugés. Qui sont-elles? Que retiennent-elles de 2003? Qu’attendent-elles de 2004? 114 à suivre

paperJam 11.2003

paperJam abonnement

à suivre

paperJam pendant 1 an, c'est 10 numéros, 1 supplément et 1 hors-série pour 40 Euro 1 exemplaire par mois Soit une réduction de plus de 27%

pour 80 Euro 3 exemplaires par mois Soit une réduction de 50%

D'autres offres sont disponibles sur simple demande. Abonnement par téléphone (envoi de facture) au 29 66 18-1 ou par virement au compte BCEE IBAN LU87 0019 1655 8851 4000 à l'ordre de Editions Mike Kodinger S.A.. N'oubliez pas d'indiquer votre adresse complète.


BASIC-CONSULTING

10.10.2003

16:17 Uhr

Seite 1


TANGO-TELE2-PJ

09.10.2003

17:25 Uhr

Seite 1

Profile for Maison Moderne

paperJam novembre 2003  

Derniere edition du magazine paperJam novembre 2003

paperJam novembre 2003  

Derniere edition du magazine paperJam novembre 2003

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded