Page 1

LES 24 RENDEZ-VOUS

qu’il ne fallait pas rater 

N°132 - Juillet 2013

SECRETS DE VACANCES À KGB

Cécile Simeone Nora Berra David Metaxas Michael Jones Jacotte Brazier Grégory Cuilleron

COURIR POUR ELLES La déferlante rose au parc de Lacroix-Laval

CÉLIE LAPORTE Dans l’intimité

de MISS LYON 2013


Édito

© Saby Maviel

Juillet 2013

Congés payants

P

reuve que Hollande est déconnecté des Français, le voilà qui interdit, ou plutôt qui recommande à ses ministres de ne pas prendre de vacances. Ou peu. Ou pas trop. Histoire de montrer aux Français que le gouvernement s’occupe d’eux 24 heures sur 24. Or, si l’on en croit les sondages et les résultats des huit dernières élections partielles, les Français veulent, à l’évidence, que les socialistes en particulier mais également la classe politique dans son ensemble partent pour de très longues vacances et ne se sentent pas obligés de revenir. Tant leur impuissance, voire leur incompétence sont criantes. Pas sûr que sans eux, ça marche mieux, mais on peut penser que ça ne serait pas pire. Au moins, ça ferait des économies. Leur traitement, bien sûr ! Mais aussi leurs frais de fonctionnement. Et surtout les dépenses inconsidérées et souvent improductives qu’ils génèrent en votant pour des projets fumeux (cf photo). En toute impunité. Allez, bonnes vacances malgré tout. Justin Calixte

Lyonpeople.com n°132 - Juillet 2013 Sur une idée originale de Marc Engelhard et Nicolas Winckler Couverture : © Patricia Faure

Charte graphique :

Directeur de la publication Nicolas Winckler nicolas@lyonpeople.com Rédacteur en chef Marc Polisson marco@lyonpeople.com Journaliste Benjamin Solly benjamin@lyonpeople.com Conseillère éditoriale Françoise Petit francoise.petit@lyonpeople.com Graphistes Maquettistes Valérie Barranco & Olivier Matagrin pao@lyonpeople.com Webmaster Fabrice Schiff webmaster@lyonpeople.com. Ont collaboré à ce numéro Jean-Marc Requien, Yves Espaignet, Jean-Alain Fontlupt, Christian Mure, Christophe Magnette, Léna Bouillard, Mathilde Rioton et Laurette. Photographes Fabrice Schiff, Saby Maviel, Val-fpg, Patricia Faure & Lionel Pinar Chef de Publicité Elodie Aguettant elodie@lyonpeople.com 06 11 19 04 43 Assistante commerciale Vérane Letord-Vaché verane@lyonpeople.com Agence Coyote Publiciz Bruce Mathieu bruce@lyonpeople.com 06 15 55 20 52 Supplément gratuit du www.lyonpeople.com. Impression Chirat. Ne peut être vendu. Ne pas jeter sur la voie publique. La reproduction des textes, dessins et photographies publiés dans ce numéro sont la propriété exclusive de Lyonpeople, une marque de Jetpeople.com SARL au capital de 178 030 €. RCS Lyon 493 132 252. Elle se réserve tous droits de reproduction dans le monde entier. Dépôt légal à parution. ISSN : 19527772. Abonnement pour 1 an = 49€. 100 000 lecteurs tous les mois Etude Médiamétrie - 05/2005

Lyonpeople est certifié par l’OJD BP 6171 - 69469 Lyon Cedex 06 Tél. : 04.72.82.97.78 Fax : 04.72.43.92.05


Sommaire Juillet - Août 2013

NEWS

6

La vie lyonnaise

8

La vie économique

10 La vie politique 12 La vie culturelle 14 Brèves de comptoir 20 Vacances à KGB

Page 24

EN COUVERTURE MISS LYON 2013 Dans l’intimité de Célie Laporte ~ 16 à 18 ~

STYLE

Page 26

Sébastien Tournissoux Courir pour elles Classic Legend Tour Anaf Auto Auction Shopping Aurélie Cottendin

Photos © Jeff Nalin

26 30 32 34 36 38

VU ! Mois par moi

Les 24 soirées qu’il

40

ne fallait pas manquer 44 Page 78

ET AUSSI...

82

Carnet Mondain

LES 15 RENDEZ-VOUS

qu’il ne fallait pas rater

N°131 - Juin 2013

TELEX

EN KIOSQUE à STE FOY Le numéro de juin est en vente au prix de 6 E 170 PAGES D’ENQUÊTE EXCLUSIVE

DEMEURES ET CHÂTEAUX

LES SECRETS DE SAINTE FOY

COUV'SSS.indd 1

29/05/13 15:09

TABAC PRESSE CAMARO - 48, grande rue TABAC PRESSE NAKACH - 5, place Saint Luc PRESSE DE LA BASTERO - 260, chemin de Fontanières

Nouveau Cadre – Tables d’hôtes Ponton pour sports nautiques et pétanque Ouvert 7 jours / 7 à partir de juin À 20 minutes de Lyon – École de cuisine

126, allée du Colombier Pont de Saint-Bernard 69400 ANSE Réservation : 04 74 67 04 68 ou par mail info@aucolombier.com Menu en ligne sur

www.aucolombier.com


NEWS LA VIE LYONNAISE / par Marc Polisson MEDIAS LYONNAIS MICHEL NOIR

MICHEL NOIR

GÉRARD COLLOMB

On refait le match

Le pouvoir de nuire

Le début de la fin

La tentation de Paris

Un non-sens que cette anomalie qui perdure.

Le reproche vaut également pour Michel Havard, fort marri du ralliement du repris de justice à l’ancien juge et contraint de sur réagir - en amont et en aval. Il n’y avait pourtant pas lieu de s’inquiéter. L’analyse des résultats du 2ème tour de la primaire sur la colline qui travaille est, en effet, riche d’un seul enseignement : il n’y a pas eu d’effet Michel Noir. A la Croix-Rousse, seules 28 voix séparent Michel Havard de Georges Fenech qui bénéficiait pourtant du soutien de l’ancien député du cru Emmanuel Hamelin et de l’ancien maire de Lyon. Une bonne leçon pour les uns comme pour les autres (et surtout pour Jean-François Copé qui, depuis Paris, prétend gouverner la capitale des Gaules). Mieux vaut gagner seul que mal accompagné, cher Michel !

Après avoir, durant le premier trimestre, multiplié les attaques contre le pouvoir en place, allant jusqu’à déclamer qu’il ne voulait « plus voir à Lyon de ministres de ce gouvernement de merde », Gérard Collomb semble avoir mis de l’eau dans son Beaujolais. Dans l’espoir de décrocher – enfin – un strapontin ministériel ? Toujours est-il qu’il multiplie aujourd’hui les rendez-vous avec les ministres qu’il insultait hier les accueillant tout sourire à Lyon. A Paris, son agenda regorge de rencontres et de dîners avec l’actuel locataire de l’Elysée… Du pain béni pour Michel Havard.

Du côté de la presse lyonnaise, à l’évocation des Primaires de l’UMP, les avis étaient quasi unanimes. Le sévèrement burné Georges Fenech paraissait le mieux équipé pour nous offrir un match de boxe sans concession et un spectacle de haute volée contre Gérard Collomb. «Mais on aurait eu une campagne de caniveau» tempère Gerard Angel. Parole de connaisseur ! Le directeur des Potins d’Angèle ne se fait pas d’illusions sur les chances de Michel Havard en 2014. «Il va gagner la mairie du 5ème cette fois-ci et en fera son fief avant de partir à l’assaut de la mairie centrale en 2020». Un parcours qu’a également suivi… un certain Gérard Collomb à partir du 9ème arrondissement.

Depuis quand demande-t-on la bénédiction et la caution morale d’un personnage qui, dans le cadre de ses fonctions politiques, a été condamné à 18 mois de prison avec sursis et 5 ans d’inéligibilité pour recel d’abus de biens sociaux ? Et permis à Pierre Botton, son ex-gendre et directeur de campagne, de mettre la ville sous coupe réglée (Relire à ce sujet l’interrogatoire à KGB de Fernand Galula sur notre site internet). Quand la droite lyonnaise cessera-t-elle enfin de demander la bénédiction de Michel Noir à chaque échéance électorale ? Quand s’affranchira-t-elle enfin de la tutelle malfaisante de celui qui a largement participé à la défaite de Dominique Perben en 2008 ?

MICHEL NOIR

Michel Havard a fêté sa victoire à L’Aventure. Photo © Fabrice Schiff

Le boulet de la droite lyonnaise Durant l’entre-deux tours, Georges Fenech vent en poupe avait fait un sans-faute, ralliant consécutivement Nora Berra, Emmanuel Hamelin et Myriam Pleynard. Le soutien de Michel Noir devait parachever cette razzia. L’ancien maire de Lyon a choisi de sortir de sa retraite politique - qu’il n’a jamais prise - pour dire tout le bien qu’il pense de l’ancien juge au cours d’une rencontre avec les journalistes réunis au Club de la Presse. Mais les Lyonnais n’ont pas la mémoire courte. Et patatras ! La prise de guerre s’est transformée en boulet.

EMMANUEL HAMELIN

MICHEL HAVARD WINNER Les leçons de la primaire UMP

Chapeau bas Premier malaise avec Emmanuel Hamelin. On sentait qu’il « en avait gros sur la patate » mais il a fait le job. Invité à sortir la brosse à reluire pour Michel Noir, l’ancien député de la Croix-Rousse a souligné « sa vision de la métropole. Un traceur pour Lyon. » De notre côté, on a tracé les déclarations de l’ancien maire rapportés par notre confrère Geoffrey Mercier le 21 janvier dernier. En ce jour de sinistre mémoire, Michel Noir avait entrepris de jouer - une fois de plus - les bourreaux de la droite lyonnaise, en réservant sa meilleure lame à… Emmanuel Hamelin. « Le travail n’est pas fait. Je ne parle pas de la Croix-Rousse où c’est une catastrophe majeure » avait-il asséné. Autant dire que la scène observée cet après-midi-là relevait du pathétique. Emmanuel pourra toujours se consoler dans les bras d’Olivia avec qui il a convolé le 29 juin dernier en Dordogne. Si c’est pas de l’amour !

6

Lyonpeople / Juillet Août 2013

MICHEL HAVARD

MICHEL HAVARD

« Ce troisième mandat, sera, je le crains, le mandat de trop ! Je trouve qu’il est préférable de partir en pleine gloire que d’être victime de l’usure du temps. » Jean-Marc Requien ancien PDG de l’Agence Euro RSCG Ensemble, à propos de Gérard Collomb

La question du leadership Qu’as-tu fait de ta victoire ? La nature a horreur du vide. Michel Havard, spécialiste des questions environnementales le sait. On le lui a répété encore et encore. Il n’a pas voulu (ou su) forcer sa nature. La brèche était ouverte pour Georges Fenech. Il n’a manqué à ce dernier que quelques semaines de campagne et 424 voix pour l’emporter. Michel a donc eu chaud aux fesses. Son équipe de campagne s’est souvent arraché les cheveux face à son manque de combativité et de charisme. Qui est l’une des causes de la « trahison » de Nora Berra et Emmanuel Hamelin. S’il veut exister face à Collomb durant la campagne, il va devoir nous montrer un autre visage. Et faire rêver les Lyonnais.

C’est la question que poseront les électeurs de l’UMP à Michel Havard au soir du 16 mars 2014 si le leader de la droite lyonnaise ne parvient pas à ébranler la maison Collomb. On l’a senti transcendé le soir de sa victoire. Mais cela durera-t-il ? Il souhaite se débarrasser de ses concurrents en ne leur offrant que des strapontins sur ses listes. Mais est-ce vraiment la bonne solution ? Un tandem Havard-Fenech ne serait-il pas plus efficace ? Le premier soignant ses dossiers et le second décochant de bonnes droites au sénateur-maire. A lui de faire les bons choix et de « sortir les chevaux » pour offrir aux Lyonnais une véritable alternative au maire socialiste. Dans le cas contraire, son leadership serait à nouveau contesté en 2020.

GÉRARD COLLOMB

Le mandat de trop ?

Ces mots reproduits en exergue ci-dessus prennent un relief tout particulier quand on connait leur auteur. Jean-Marc Requien est le publicitaire artisan de la victoire de Gérard Collomb en 2001 après l’avoir accompagné en 1995. « Il aurait pu devenir un sage parmi les sages en conservant uniquement son mandat de sénateur. Il a une excuse : il n’a personne dans son entourage à qui confier les clés, mais peut-être nous réserve-t-il une surprise en faisant de Michel Havard son dauphin à la fin de son troisième mandat ? » Un peu comme Raymond Barre avec Collomb en 2001…


NEWS LA VIE ÉCONOMIQUE / par Yves Espaignet

www.lyon-actueco.com

Le patrimoine, cher à François Gaillard et à Lyon People, est un atout majeur du tourisme lyonnais

TOURISME ESTIVAL

« Lyon tire son épingle du jeu » L’optimisme demeure majoritaire chez les professionnels (54%) comme le montre l’enquête de Rhône-Tourisme puisque le seuil des réservations enregistrées est jugé satisfaisant, dévoilant une situation plus favorable dans le département qu’en Région. Photographes : Fabrice Schiff & DR

NEWS/01

C

es premiers signes d’une saison estivale (allant de mai à septembre compris) font oublier les effets générés par les semaines de météo défavorable. Cette vision positive se retrouve dans l’analyse de François Gaillard, directeur général de Lyon Tourisme et Congrès sur la situation du secteur à l’échelle de la métropole. Ne dissimulant pas que la crise se ressent également dans le domaine touristique, il estime que Lyon bénéficie de l’actuel engouement « pour le tourisme urbain, un phénomène se vérifiant à l’échelle mondiale ». Les « breaks » de deux jours prennent le dessus sur les longs séjours : « ainsi, la crise provoque une redistribution des cartes et Lyon tire son épingle du jeu ». Et elle fait même mieux que d’autres grandes métropoles françaises et européennes car son attractivité touristique ne faiblit pas. François Gaillard l’explique par une adaptation du secteur soucieux de proposer une réelle offre estivale : « Il y a dix ans, la ville était une place morte en été » et ne comptait que sur le tourisme d’affaires de septembre à juin. Ce n’est plus le cas. Notamment depuis trois ans, il y a une mobilisation des professionnels

pour maintenir leurs établissements ouverts pendant la période de « juillet-août ». D’autres facteurs expliquent le bon positionnement de l’offre: « Le tourisme urbain est un temps de contemplation. 80% des touristes français ou étrangers vont, par la balade, prendre l’atmosphère de la ville ; le patrimoine de Lyon est alors un atout déterminant ». Un atout conforté par les offres dans deux domaines les plus recherchés par ces visiteurs : le shopping et la gastronomie. Ces attentes identifiées expliquent le succès du pass pratique « Lyon City card » permettant de se déplacer et de bénéficier de multiples prestations comme l’accès aux musées ou aux visites guidées. Mais, dans le domaine du tourisme, l’immobilisme est à bannir car il importe de conserver un temps d’avance. L’axe prioritaire était et reste d’établir la notoriété de Lyon auprès du public notamment européen (celui qui constitue le plus fort bataillon des touristes étrangers). En cela, les opérations comme le « ONLYLYON on tour » dans plusieurs grandes villes de l’Union européenne proposent une première approche de la métropole lyonnaise. L’incitation à

NEWS/02

NEWS/03

L’ÉVÉNEMENT Aguettant à Gerland - Pose de la première pierre

LE TRUC FOU DES « TRUCKS »

Acte fort pour Eric Rougemond que l’ouverture du chantier d’un nouveau site à Lyon en ce début juillet. En effet, ce PDG de 43 ans, arrivé à la tête d’un des grands groupes pharmaceutiques français en mars dernier, va dévoiler les ambitions de l’un des rares laboratoires indépendants. La réalisation du projet baptisé « Gerland 2 », qui sera livré en 2014, va demander un effort d’investissement de 22 millions d’euros et permettra à l’entreprise de se doter d’un nouvel outil de production et de recherche. Eric Rougemond va ainsi redéfinir les structures du groupe pour conforter sa compétitivité avec une priorité affirmée : l’obtention de nouvelles homologations à l’international. Employant 500 personnes et dégageant un chiffre d’affaires de 90 millions d’euros en 2012, Aguettant se positionne notamment sur les activités de médecine d’urgence (seringues pré injectables). Ce développement est le premier d’une nouvelle série qui confortera la biotechnopôle de Gerland avec l’ouverture de la plateforme Accinov de Lyon Biopôle en septembre et l’extension en 2014 du laboratoire P4 Jean Mérieux.

Télex : Quand chante la CCI

Les stages de cohésion d’équipe peuvent comprendre également le chant. Au Palais de la Bourse, les personnels des services ont travaillé leurs textes et constitué un chœur éphémère (début juillet) sous la conduite d’Alexandre Ayrault d’Estime-building, responsable d’une jeune pme lyonnaise spécialisée dans le coaching, forte de plusieurs références d’entreprises.

8

poursuivre cette découverte par le web a été vérifiée par des études sur les connexions effectuées sur les sites touristiques lyonnais. L’objectif est désormais de déclencher l’envie de « faire étape » : « C’est ce qui se produit et nous devons poursuivre cet effort en développant plusieurs thématiques ». François Gaillard mesure les effets positifs de la démarche : « C’est un outil établissant la notoriété de Lyon. Elle est une réussite y compris chez nous ; cette bannière unique bénéficie d’une forte appropriation par les Lyonnais, elle est connue par 80% d’entre eux ». Désormais, il estime nécessaire de dépasser cette étape d’installation pour communiquer toujours de façon associée sur des thèmes prioritaires. Cette « exception lyonnaise » conforte la dynamique générée par la venue de plus de 5,5 millions de visiteurs chaque année et dans laquelle la part du tourisme grand public se renforce. Sans oublier un autre phénomène, lié aux actions menées en direction des grands-lyonnais pour les inciter à mieux découvrir leur métropole et l’ensemble des activités proposées à l’échelle du Grand Lyon.

Lyonpeople / Juillet Août 2013

à Bellecour

Pendant deux journées, les 6 et 7 juillet, Renault Trucks a proposé une découverte de ses nouveaux trucks et fait revivre l’épopée Berliet avec une exposition de véhicules anciens. L’objectif est de se rapprocher des Lyonnais et de faire connaître son nouveau projet industriel via des animations et des jeux afin « d’établir un record mondial, certifié par le Guinness des records ». Cette fête estivale permet au groupe de confirmer son enracinement local puisqu’il s’appuie sur l’usine de Vénissieux pour produire sa nouvelle gamme de véhicules industriels, comme l’avait annoncé en juin le PDG Bruno Blin, lors de la présentation internationale réalisée à Eurexpo.


NEWS LA VIE POLITIQUE / par Benjamin Solly

NATHALIE PERRIN-GILBERT

L’envie de mettre une belle gauche à Collomb Photographes : Fabrice Schiff & André Perez

L

a maire du 1er arrondissement de Lyon, élue depuis sans-papiers à l’hébergement d’urgence en passant par les deux mandats sur les listes de Collomb, présentera Roms. une liste alternative à gauche lors des municipales de 2014. « Je suis l’histoire du socialisme à Lyon. » Chacun Oubliée des listes régionales en 2010, Nathalie Perringarde en mémoire cette phrase délibérément provocatrice Gilbert fait déjà les frais de son émancipation. C’est en de Gérard Collomb. Nous sommes en mai 2012 et 2011 qu’elle fonde le Groupe de Réflexion et d’Actions l’édile lyonnais a décidé de soutenir Thierry Braillard. Métropolitaines (GRAM), un collectif formé de citoyens, L’adjoint aux Sports vise la 1ère circonscription du Rhône de militants, d’universitaires. Parmi les grandes figures du aux législatives de juin. Le PS a pourtant officialisé un mouvement, Renaud Payre, professeur à l’IEP de Lyon et candidat, l’écologiste Philippe Meirieu, émanation le charismatique socialiste Paul Raveaud. C’est à travers locale de son accord national avec les Verts. Qualifié de « khmer vert » par Collomb, le chercheur part à la conquête de Fourvière avec comme suppléante Nathalie Perrin-Gilbert. La rupture entre cette dernière et Collomb est consommée publiquement. Elle était déjà bien visible à la Ville et au Grand Lyon, notamment sur le Grand Stade de l’OL, le PLU et la gestion de l’eau. Aujourd’hui déliquescent, ce relationnel a pourtant eu des allures de lune de miel. A telle enseigne que Nathalie PerrinGilbert est présentée comme la relève potentielle du maire de Lyon. Elue à la mairie du 1er sur les listes de Collomb en 2001 et en 2008, elle ne se retrouve pas dans le socialisme à géométrie variable de l’exécutif municipal. L’élue Campagne des Municipales 2008. arpente le terrain des pentes de la Croix- La jolie brunette ne s’est pas encore émancipée Rousse et construit sa notoriété quartier par quartier. En 2008, elle devient secrétaire nationale du PS, en charge de la question du cette structure qu’elle envisage un avenir politique lyonnais logement. Débarrassée de la figure tutélaire du socialisme et métropolitain. Objectif ? Instiller quelques grammes de lyonnais, elle devient le négatif de Collomb. A gauche démocratie locale dans le processus de décision politique, toute ! Notamment sur les questions sociales, des favoriser un accès égalitaire aux services publics, préparer la

10

Lyonpeople / Juillet Août 2013

mutation économique du territoire métropolitain à travers les prismes sociaux et écologiques. Ces thèmes, chers à la gauche, Nathalie Perrin-Gilbert veut les mettre au cœur de la campagne des municipales de 2014. Malgré sa promesse de ne pas briguer un nouveau mandat sur la mairie du 1er arrondissement, elle tentera de rempiler en 2014. En menant sa propre liste, face à celle de Gérard Collomb. « Il faudra alors regarder qui est socialiste », pique-t-elle. Pour donner plus de poids à cette ambition, l’élue a lancé un appel aux écologistes et au Front de Gauche pour qu’ils portent ensemble cette ambition commune. L’accueil a été plutôt chaleureux du côté des Verts. Le Front de Gauche est plus circonspect. Mais Nathalie PerrinGilbert pourrait réussir en se réappropriant une vieille recette de Collomb, la gauche plurielle, qu’il avait mise en place lors des municipales de 1995, emportant alors trois arrondissements. Porteuse d’une vision morale et éthique de l’action politique, Nathalie Perrin-Gilbert devra veiller à ne pas décevoir ses militants, qui rêvent plus du Grand Soir que du modèle suédois. Mais les belles promesses se diluent souvent dans l’exercice du pouvoir. Egalement étudiante en master I de philosophie à Lyon III, Nathalie PerrinGilbert le sait. Le passage de la conviction à la responsabilité est toujours plus difficile dans les actes. « Je serai intransigeante et je tiendrai bon, comme j’ai pu le faire sur mon arrondissement », promet-elle. Une volonté de fer qui tranche avec sa voix douce et son physique menu. Nathalie Perrin-Gilbert est prête à écrire une nouvelle page du socialisme à Lyon.


NEWS LA VIE CULTURELLE / par Jean-Alain Fonlupt

COMEDIE POUR NUITS D’ETE

«Un Odéon de saison»

Si les terrasses fleurissent pour occuper la moindre parcelle de trottoir ensoleillé ou le plus modeste périmètre d’ombre fraîche, les salles de spectacles, elles, tirent leur rideau de scène pour la saison entière ! Le citoyen urbain contraint au labeur estival et le touriste en visite ou en goguette sont donc souvent condamnés à préférer les roboratives «nourritures terrestres» aux festins plus légers et plus divertissants. Photographes : F.Moley & DR

NEWS/01

M

ême si «Tout l’Monde dehors !» déploie son parcours artistique sur l’ensemble de l’agglomération et si les festivals investissent les pierres des monuments antiques, rares sont les théâtres qui affichent, intra muros, une programmation digne de ce nom. Ultime rempart à la désertification culturelle du centre-ville, la Comédie Odéon (6, rue Grolée) joue l’envie de fantaisie et le désir de rassemblement. Ce lieu ouvert depuis seulement six mois accueille tout l’été les citadins esseulés et programme des spectacles de café-théâtre, des comédies à succès, des «stars» de l’humour, mais pas que... C’est en effet sa volonté d’imaginer des rendez-vous originaux qui a séduit l’ensemble des publics. Parmi les récentes initiatives confirmant sa singularité, «Les Nuits de l’Humour» se sont révélées un véritable vivier de nouveaux talents, le «Comic out Festival» a éclairé, grâce à une bonne dose de rire, le très brûlant sujet de la «gay attitude», «ça blague à Lyon» a réussi la performance de bousculer

l’indécrottable «quant à soi» lyonnais et libérer la verve de personnalités du monde des affaires, la carte blanche à l’improvisation a démontré que la répartie du tac au tac (chère au grand Cyrano) habitait la débordante imagination de nos artistes… Ajoutons encore une irrévérencieuse revue de presse mensuelle, quelques grands airs du répertoire lyrique, les rythmes et les voix du «Festival Blues in Lyon !»… et l’on aura compris les raisons de ce fulgurant succès. Stéphane Casez et Marion Gervais ont donc décidé que la route de l’été passerait par la Comédie Odéon ! Une halte qu’ils ont souhaité drôle et rafraîchissante, espiègle et mordante, tendre et sensuelle… comme un amour de vacances ! Avec «Paradis d’enfer» d’Alain Chapuis, un navigateur échoué sur une île paradisiaque va, dans une tempétueuse confrontation, briser ses certitudes sur le séduisant et rugueux écueil d’une exilée volontaire (Marie Blanche). Jusqu’au 27 juillet. «La guerre des sexes» ouvrira d’improbables échanges

NEWS/02

BIENNALE D’ART CONTEMPORAIN «Entre-temps… brusquement, et ensuite»

C’est au mot «Transmission» que Thierry Raspail (Dir. artistique) a demandé au commissaire invité, l’Islandais Gunnar B. Kvaran, de s’intéresser. Et c’est avec celui de «Récit» que ce dernier a souhaité dialoguer (le Petit Prince a dit «Raconte-moi une histoire» et le poète l’a dessinée). Le public découvre le travail des artistes sur 3 plateformes : l’«Exposition internationale» proprement dite – «Veduta», laboratoire de création, d’expérimentation, coproductions, résidences…– «Résonance», pour collectifs d’artistes, jeunes galeries et 100 projets d’art visuel et de spectacle vivant. L’amateur, le passionné ou le simple curieux a presque 4 mois pour appréhender les différents supports de la peinture, sculpture, photo, installation, performance… exposés ici. Biennale de référence internationale, elle est devenue un rendez-vous indispensable avec l’étonnement, l’interrogation, l’évasion, l’émotion, le sourire, la déstabilisation, voire le stimulant agacement. Elle s’impose incontestablement comme l’une des rares occasions d’entendre et de partager ce que nous «raconte» l’art d’aujourd’hui sur notre «Histoire» et sur nous-même. Du 12 septembre 2013 au 5 janvier 2014. Infos sur www.biennaledelyon.com

12

Lyonpeople / Juillet Août 2013

entre Pierre (Emmanuel Vey), écrivain velléitaire, glandeur en caleçon, «adulescent» accro des écrans et Anne-Laure (Claire Younsi), working-girl surbookée mais toujours amoureuse, adepte d’une radicale reprise en main du couple à la libido vacillante… Du 9 juillet au 7 septembre. «Les Piliers de Comptoirs», alias Thierry Fillon et David Pagliaroli, apôtres de l’humour qui tache, vont transformer les images douteuses en irrésistibles bons mots et multiplier gags et répliques cultes dans une célébration du rire de zinc et de poilade poids lourd ! Du 13 juillet au 7 septembre. «Le démon de midi» vu (vécu) par Michèle Bernier, partage l’introspection abyssale de l’épouse délaissée (Vanessa Defasque) devant la fuite du mâle quadragénaire, croque le portrait de la poire prise pour une pomme et fait la désopilante démonstration de la fatuité masculine devant la désespérante mais touchante candeur féminine. Du 9 au 31 août. Infos sur www.comedieodeon.com

TOUT L’MONDE DEHORS ! «Bouge ton corps !» Voilà une amicale injonction qui exhorte à profiter, pendant tout l’été et dans toute la ville, de quelque 250 rendez-vous gratuits avec le théâtre, la musique, le cinéma, le cirque, le sport, le jeu, la fête et… la danse. Celle qui, grâce au bel élan collectif des bals populaires, libère le mouvement ! Tempo latino, tango argentin, salsa cubaine, forro brésilien, rythmes africains, Klezmer ou flamenco, rock 50’s ou folklore breton… laissez vos inhibitions au vestiaire et venez bouger furieusement votre corps sur toutes les musiques ! Jusqu’au 3 septembre. Infos complète sur tlmd.lyon.fr

ETE MUSICAL «Jazz au Péristyle !» Avec la scène jazz Rhône-Alpes, toutes les déclinaisons du rythme ternaire vont résonner tout l’été sous les arcades du Péristyle de l’Opéra de Lyon. Au programme de cette 11e édition, 25 formations pour des accents orientaux, du hard bop, des variations sur «La Flûte enchantée», du swing manouche, du latin jazz, et un bouquet final assuré par l’explosif Imperial Orphéon… Jusqu’au 7 septembre du lundi au samedi dès la tombée du jour.


jusqu’ au 30 juillet 2013 *

* sur modèles signalés en boutique

Ouverture d’un Lago Store chez Cot Contemporain 7, rue Servient, 69003 Lyon, angle Cours de la Liberté, face Préfecture Tél. 04 37 42 09 05

Ouvert le lundi de 14h à 19h, du mardi au vendredi de 9h30 à 12h30 et 14h à 19h, samedi sans interruption


NEWS BRÈVES DE COMPTOIR / par Marc Polisson

NEWS/01

AU POIVRON BLEU,

Julien Panzani voit la vie en rose…

J

ulien Panzani connaît bien l’univers de la cuisine. Son père, Dominique Panzani était le cuisinier du Petit Zinc, à Marseille, où, les véritables gastronomes se souviennent encore de son saumon en gelée, et particulièrement, Jean-Claude Gaudin qui postulera probablement pour son quatrième mandat. Pour Julien Panzani, dont l’établissement est ouvert depuis le 22 avril 2013, l’univers culinaire est un territoire vital. Il lui a tout sacrifié. Et, surtout la musique, car, Julien fut musicien au sein du groupe « Mildiou », et oui, cela ne s’invente pas. A Lyon depuis 1999, il composa une chanson intitulée « Poivron bleu » à propos de sa véritable passion, l’agriculture raisonnée. D’où le nom du restaurant, dans lequel il sacrifie à ses obsessions : l’éthique de l’approvisionnement, l’utilisation d’œufs biologiques, d’herbes odoriférantes et riches de propriétés inégalables.

Ses produits actuels préférés : le cochon d’Auvergne, l’agneau et le bœuf du Bourbonnais. Son tartare est sélectionné dans la Poire, un des plus tendres morceaux. J’ai connu Julien Panzani au Tartufo, chez l’ami Marco Asti, « le capo de tous les capi ». Il démontrait déjà une détermination absolue. Auparavant, il travailla quelques temps avec Thomas Ponson. Julien compose d’ailleurs, un pain perdu très supérieur, à celui qui vous est proposé Chez Thomas. Plus moelleux. Je dois évoquer la terrine de cochon fermier, les beignets de morue fraîche, et parmi les plats : l’épaule d’agneau confite ou le merlan de ligne poêlé au beurre blanc et au thym citron. Mais, je préférerais que vous découvriez les pieds de veau rémoulade, velouté de lentilles vertes. Une recette qui amènera Julien Panzani, au sommet de la pyramide gastronomique. Parmi les desserts, le macaron tout

NEWS/02

HALLES DE LYON Inauguration Clostan Un plot blanc immaculé au cœur des Halles. Avec pour parti-pris de mettre sur un piédestal les plats traiteurs et les pâtisseries du champion du monde Jérôme Languiller. Après trois semaines de travaux, Rémi Schoeler (Hoffner CBI) a rendu une copie sans faute à Arnaud Languille. Les gourmets en ont pris plein les yeux. NEWS/03

CHALLENGE DE GOLF DE LA FAMILLE MARGUIN 29 000 euros pour Léon Bérard La 7e édition du trophée, organisée par Christophe et Nicole Marguin, s’est déroulée mercredi 5 juin à Villette d’Anton. Après la partie, les joueurs ont assisté à la remise des prix au restaurant Marguin, en compagnie de Frédéric Barba, directeur du Golf Club de Lyon. La manifestation a permis de récolter cette année plus de 29 000 euros en faveur des enfants du Centre Léon Bérard, une somme supérieure aux 23 390 euros de l’année dernière. « Et encore, nous attendons les chèques de ceux qui n’ont pas pu venir mercredi » précise Nicole Marguin. Le Professeur Sylvie Négrier, directrice du Centre, était présente afin de récupérer les dons, qui seront ensuite affectés au service de recherche contre le cancer. Bravo aux vainqueurs Charles Namin et Pierre Salagnon. LB

14

Lyonpeople / Juillet Août 2013

Photographes : Fabrice Schiff & Marco chocolat crème glacée à la verveine citron. N’oublions pas que Julien fut un temps formé par Frédéric Dujarrier. En salle, Loïc André met au service de cette expérience débutante, tout son savoir-faire. Il commença d’abord en cuisine, à la Brasserie du Nord. La fonction de maître d’hôtel lui convient parfaitement. Avec Julien, il compose une équipe parfaite. L’Esprit libre est le nom d’un apéritif, provenant du domaine des Bernardins, un vin de pays de Méditerranée, façon Baume de Venise, curieusement, agréablement et légèrement pétillant. Dégustez les vins du moment. Retenez bien cette adresse, elle sera bientôt le rendez-vous de tous les vrais amateurs. Formules à 16€. Menu à midi, 19€, le soir, 26€. Alain Vollerin - Guide Bien Manger à Lyon Le Poivron Bleu - 12, rue Professeur Weill - Lyon 6 04 78 24 86 66

GOLD ENERGY arrive à Lyon On le consomme déjà au Nikki Beach, au Byblos ou encore au Gotha. Ne vous fiez pas à ses allures champenoises, bouchon de liège et muselet, cage de couleur or et plaque imprimé. Gold Energy reprend dans son conditionnement les codes haut-de-gamme du champagne. Mais cette boisson, sans alcool, est un « energy drink » nouvelle génération. Adieu le goût liquoreux des boissons qui pullulent sur le marché. Gold Energy est confectionné exclusivement avec de l’eau ultra-pure, datant de l’époque glaciaire, conservée à travers des poches géologiquement préservées. Edulcoré avec du sucre, garanti sans OGM et sans allergène, le breuvage contient également de la caféine, de la taurine et des vitamines. Marqueur qualitatif et marque de fabrique de Gold Energy, des paillettes d’or (alimentaire) de 22,5 carats en forme de cœurs floconnent dans le nectar. Magique. Un produit estampillé VIP, que vous pouvez retrouver au Do-Mo et au Comptoir de la Bourse. Gold Energy existe en format 20cl, 75 cl ou 150 cl.

CLIN D’ŒIL FROMAGER Chantal et Richard Sansavini en goguette au Restaurant l’Hippocampe à Marseille ont eu l’agréable surprise d’être servi par le Président himself ! Pour une fois qu’il sert à quelque chose…


EN COUVERTURE

MISS LYON 2013

Dans l’intimité de Célie Laporte Fraîchement élue Miss Lyon, Célie nous a ouvert la porte du cocon familial pour une rencontre pleine de surprises. Reportage. Texte : Benjamin Solly - Photos : Patricia Faure

16

Lyonpeople / Juillet Août 2013


L

a feuille de route est prête. La Merco’ du Marco également. Onze kilomètres, nord-est de Lyon. Le rendez-vous est fixé à Neyron, quartier du Lavoir. C’est dans cette petite commune résidentielle de l’Ain, enchâssée entre Rillieux-la-Pape et Miribel, que Célie Laporte a passé toute son enfance. Située au bord du Rapan, un torrent aux allures de filet d’eau, la maison familiale est une ancienne ferme de la fin du XIXe siècle. Une architecture biscornue, surmontée en façade d’une terrasse et de trois fenêtres mansardées qui donnent au bâti une esthétique charmeuse. Orientée plein sud, elle offre un panorama à 180° sur le Bugey, la chaîne des Alpes et Lyon. « Nous nous sommes installés ici en 1994 », explique Florence, la maman de Célie. Avec son mari Claude, dessinateurprojeteur en bâtiment, le couple donne naissance à son premier enfant une année plus tard. En 1995, Célie voit donc le jour. « Au retour de la maternité, le chauffage ne fonctionnait pas à la maison », se souvient sa mère en feuilletant les albums de jeunesse de la jolie blonde. Son petit frère Kelian naîtra trois ans plus tard, en 1998. Chez les Laporte, la famille est l’élément central, moteur. Les grands-parents et les tantes n’habitent qu’à quelques kilomètres. Même Doudou, le petit caniche noir âgé de 4 ans, fait partie intégrante du joyeux collectif. C’est dans cet univers protecteur que Célie coule une enfance heureuse. La jeune fille se prend de passion pour les chevaux et pratique l’équitation à l’Escadron du Grand Parc, en contrebas de la maison. Elle s’essaye également au basket et à l’athlétisme, mais revient vite à ses premières amours. « J’ai dû arrêter de monter mais j’ai obtenu mon galop 4 », préciset-elle sans forfanterie. Aucun doute, Célie se remettra en selle très vite, même si elle a su trouver son équilibre dans la pratique du fitness. Aux murs très pop-acidulée de sa chambre, aucune photo n’est punaisée. « Je n’ai jamais été groupie ou fan, même si j’ai un petit coup de cœur pour Natalia Vodianova », avoue-t-elle.

Et pourtant, Célie n’a jamais voulu inscrire ses pas dans ceux de la mannequin et actrice russe. C’est par un concours de circonstances qu’elle arrivera jusqu’à cette soirée du 9 juin 2013, à la salle de la Ficelle, et sera élue Miss Lyon. « Tout a commencé sur le marché de Noël de la place Carnot en 2011. » La famille flâne entre les cabanons qui fleurent bon le pain d’épices et le vin chaud à la cannelle. Le photographe lyonnais

concourir, elle accepte avant de rétropédaler. La quasi-concomitance des examens du baccalauréat la freine. Le sérieux, qui est sa marque de fabrique, reprend le dessus. « Je tiens ça de mon père », sourit-elle. Elle se présentera finalement, pour repartir avec l’écharpe. « J’étais évidemment très heureuse, mais j’avais le bac à passer quelques jours plus tard. » La réflexion est assez symptomatique de l’état d’esprit de Célie, qui veut avant tout réussir son cursus étudiant. Car la jeune femme est une élève brillante. « Elle a eu quelques difficultés en 5e et en 4e, mais nous avons su la recadrer », confesse sa mère. L’autorité parentale a porté ses fruits. Célie obtient la double note de 16, écrit et oral, à son bac de français. « J’étais tombée sur ‘Le Pont Mirabeau’ d’Apollinaire, le texte que je voulais éviter », assuret-elle. Elle traverse son année de Terminale ES avec une moyenne de 14. Objectif mention Bien, avant de rejoindre l’université Lyon III et un DUT informationcommunication où elle a déjà été acceptée. « Je vais quand même partir un peu en vacances. » En juillet, Célie ira découvrir la Thaïlande. Un voyage offert par Claude, sa « mamie » chérie. Puis elle ira s’encanailler à Salou, en Espagne, avec ses deux copines Alix et Cindy. Et du haut de ses 18 ans, Célie reste étonnement muette sur ses relations amoureuses. « C’est personnel », répond-elle du tac-au-tac, sous l’œil satisfait de Pascal. Celle qui se rêve attachée de presse manie déjà à merveille la langue de bois.

Didier Michalet repère Célie et lui propose un casting pour la marque de vêtements Akéla Key. Quelques mois plus tard, Célie fait partie des modèles de la griffe. Rebelote avec les bijoux Stella Green. Le jeu de photos qu’elle réalise pour la marque est unique. Lèvres carmin, regard de braise, Célie joue les femmes fatales. Ces deux expériences réussies, elle revient à sa vie calme et rangée. Lorsque Pascal Armata, le président du comité Miss Lyon, lui propose de

Si elle n’a pas encore choisi la suite qu’elle veut donner à sa carrière, Célie n’a pour l’instant qu’une idée en tête. « Les études avant tout », jure-t-elle. Elle espère toutefois pouvoir aller plus avant dans le mannequinat. Il faudra pour cela franchir d’autres étapes, de Miss Rhône à Miss RhôneAlpes, pour pouvoir figurer parmi les finalistes de Miss France en décembre prochain. « Nous prendrons notre temps », glisse Pascal. Car Célie est un diamant brut, fragile et magnifique. Il n’y a qu’à voir la collection de Bourriquet en peluche sur son lit pour se convaincre de sa rafraîchissante candeur. Plus introspective, elle aime également se perdre dans la lecture. Son livre préféré ? « L’Alchimiste », de Paolo Coelho « Souvienstoi de toujours savoir ce que tu veux », prophétise le héros du roman de l’auteur brésilien. Célie a bien retenu la leçon. Elle se laissera le temps qu’il faut pour faire ses choix de vie. Une tête bien faite sur un corps parfait.

Juillet Août 2013 / Lyonpeople

17


EN COUVERTURE

MISS LYON 2013

L’album de Célie

Célie et son frère Kélian à la Grande-Motte en 2002

Célie, 15 mois, dans le hamac de la propriété de famille à Marfay (Isère)

Célie à 6 mois dans la maison de Neyron

La moue de BB sur les plages corses en 2005

L’anniversaire de son petit-frère Kélian entouré de ses parents

Cavalière émérite sur les rives du Lac de Nino en Corse

18

Lyonpeople / Juillet Août 2013

Alix et Cindy, ses deux meilleures amies vont la chaperonner en Espagne cet été


NEWS PEOPLE STORY

DAVID METAXAS & MICHAEL JONES Secrets de vacances à KGB Si on vous dit « vacances » à quoi pensez-vous spontanément ? MJ : Moto ! Parce que mes premières vacances sans mes parents étaient à 16 ans et c’est l’année où j’ai eu mon permis moto. Nous sommes partis en moto avec des amis avec juste un sac à dos, direction le Pays de Galles. DM : Les vacances c’est la Grèce. C’est un pays important pour moi, car mes parents sont Grecs. Ils sont partis juste après la seconde guerre mondiale pour venir s’installer en France. Donc, pour moi, les vacances c’est le soleil, la plage au pays de mes origines. Enfants, quand les possibilités financières nous le permettaient nous partions à côté d’Athènes dans une petite île. La vie y était dure et pas seulement d’un point de vue économique. Les gens qui vivaient là avaient des vies modestes mais avec de vraies valeurs, un vrai sens de la famille. Quels sont vos souvenirs de vacances et d’enfance ? DM : Pour moi, c’est la découverte de la Grèce. En plus, j’adore la philosophie et quand on arrive en Grèce, l’histoire de la philosophie est partout. C’est un patrimoine culturel. D’ailleurs, je choisis souvent mes destinations touristiques en fonction du patrimoine culturel. Je crois être un homme curieux de l’histoire des pays. Je m’ennuie sur un transat. MJ : En ce qui me concerne, je ne partais pas en vacances. Je suis issu d’une famille très, très modeste. Mon grand-père était greenkeeper. Ma grand-mère était gérante d’un golf, du coup c’était mon terrain de jeux favori. Sinon, il m’arrivait de passer mes vacances chez ma tante agricultrice. Dans ma famille, ils sont tous agriculteurs… Et, aux Pays de Galles, les agriculteurs ont des chevaux. Donc voilà, c’était des vacances à la campagne, entre les chevaux et des levers à 7h du matin pour traire les vaches… J’adorais ça !

20

Lyonpeople / Juillet Août 2013

Michael & David accueillis par Romain Chollet, directeur de l’à KGB Photos : Fabienne Dumas & Fabrice Schiff Propos recueillis par Benjamin & Marco (Lyon People)

Jamais de vacances en France ? MJ : On ne passait pas systématiquement nos vacances en France. Quand on venait, on prenait le Ferry, c’était une vraie expédition. J’adorais passer la nuit sur le bateau. C’était sympa. Par contre, côté bouffe, pour moi, à l’époque, c’était une horreur. Mon pire souvenir c’est la viande saignante… Après ça, ils ont même voulu me faire goûter des grenouilles ! Vous imaginez ce que c’est pour un Anglais… Et bien au final, ils ont réussi (rires). Comment êtes-vous arrivé en France ? MJ : Disons que mon père est venu en vacances en France le 6 juin 1944 sur les plages de Normandie… Rappelez-vous, un voyage gratuit, tous frais payés mais sans garantie de retour (rires). Une fois sur place, il a cherché une femme, il a trouvé ma mère, et voilà pourquoi je suis un mix Gallois/Normand. Un souvenir d’adolescence ? DM : Oui, j’ai fait ma première garde à vue à 15 ans… A cause d’une bataille d’extincteurs. Les policiers m’ont embarqué au commissariat de Villeurbanne. Je me suis retrouvé de l’autre côté, dans la peau d’un délinquant. Je me suis dit qu’il y avait un combat à mener sur ce terrain. Mais j’ai sans doute aussi été conditionné par ma mère qui travaillait aux douanes et mon père aux impôts.

MJ : Moi, je n’ai jamais vécu de garde de vue ! Vous savez, en Grande-Bretagne, il est d’usage de parler poliment aux policiers. Il y a toujours une certaine retenue à leur égard. Aussi, en France, ce qui m’a choqué, c’est quand je me suis fait contrôler dans la rue par la BAC pour la première fois. D’emblée, ils m’ont tutoyé. En Angleterre, un policier vous dit plutôt « Sir » pour vous parler. A mon avis, j’ai l’impression que c’est plus efficace lorsqu’il y a une certaine distance. (Question d’une internaute) A quel âge avez vous perdu votre virginité ? DM : J’ai perdu ma virginité à 11 ans. MJ : Moi, beaucoup plus tard, à 18 ans ! J’ai eu une puberté très tardive. En fait, on s’en foutait un peu. Nous, c’était la moto et la musique.


Donc il n’y a pas eu d’amours d’ado ? MJ : Non, rien ! Les filles, c’est venu plus tard. DM : Moi, j’étais un cœur d’artichaut. Je tombais amoureux toutes les deux semaines. Michael, vous nous avez dit que pendant l’adolescence il y avait surtout la musique, y avait-il aussi la France ? MJ : C’est à cause de mes vacances d’ado que je suis en France. Nous étions revenus voir ma famille en Normandie, j’avais 17 ans. A cet âge-là, j’avais déjà ma voiture car, en Angleterre, c’est l’âge où l’on peut avoir son permis de conduire. Donc c’est très autonome et indépendant que je suis arrivé en France. Ce n’est pas pour autant que mon pouvoir de séduction est monté en flèche ! Je me souviens qu’un soir, à la fête de la Sainte-Anne, j’ai rencontré des musiciens, et vu que je m’ennuyais avec mes parents, j’ai fini par les suivre partout où ils allaient. J’ai joué avec eux, et à la fin de mes vacances, ils m’ont proposé de les accompagner l’année suivante. Je venais de terminer mes études, j’attendais les résultats, donc je n’ai pu leur donner une réponse immédiate. Il m’a fallu attendre octobre, novembre. A ce moment-là, j’ai décidé de prendre une année sabbatique et de venir en France, « faire le con » en jouant de la musique ! Finalement, ça fait 40 ans que ça dure…

reposant que le rythme des boîtes de nuits… Et là, en plus, je suis joignable. Dans le pénal, il n’y a pas de planning. On ne sait pas quand un client va se faire arrêter avec dans sa voiture une tonne de résine de cannabis. C’est pour cela aussi que parfois mes vacances sont assez courtes. MJ : Moi, c’est un peu le contraire. Je passe ma vie à voyager et à vivre dans des hôtels fabuleux. J’ai moi aussi été dans plein d’endroits où il y avait des conflits, au Surinam par exemple. Pour moi les vraies vacances c’est ne rien foutre ! J’ai 2 téléphones un pour la famille, un second pour le business, j’adore pouvoir les débrancher. Sinon j’adore aussi être chez moi, devant la piscine à ne rien faire. Je vais aussi parfois dans la famille de ma femme, dans le sud-ouest de la France, où le portable ne passe pas… Cela me rappelle ma jeunesse, ce sont des moments simples. J’aime aussi beaucoup louer une maison pour être autonome… Cette année, combien de temps partez-vous ? DM : Je pense que je vais prendre une semaine en juillet et 15 jours au mois d’août. Dans le sud, pas à l’étranger car je sais que si j’ai une urgence je pourrais rentrer rapidement.

Maintenant, parlons de vos vacances d’adultes… DM : Généralement, pour mes vacances j’essaye de trouver des retraites, j’aime l’impression d’être totalement dépaysé. J’essaye de trouver un endroit où mon portable ne passe pas car si ce n’est pas le cas je reste branché 24/24. Parfois j’aime aussi partir seul, même dans des endroits où il y a des conflits. Cela me parle. Je pense notamment à Israël. Ce pays me fascine. Etant dans la région, j’en ai profité pour visiter la Jordanie et la Syrie… Mais là, j’y vais en solo car je refuse d’assumer la responsabilité d’un drame pour quelqu’un qui m’accompagnerait. En plus, cela me permet de faire les choses à un rythme assez intensif. Je me suis ainsi retrouvé avec un gilet pare-balles, à me balader dans des camps retranchés… Mais il m’arrive aussi de passer des vacances en France. Dans le sud, j’ai découvert une maison planquée où j’aime avoir mes petites habitudes. C’est beaucoup plus

Etes-vous déjà partis en vacances avec vos partenaires de scène ? MJ : Non, jamais. Nous faisions tellement de voyages ensemble que pour nous les vacances c’était de rentrer chez nous et faire un break. Après, pendant les tournées, en Afrique par exemple, nous avons eu de nombreux déboires. Au Vietnam aussi, par exemple, on s’est fait braquer ! On s’est même retrouvé avec une kalachnikov pointée sur le ventre. Tout cela parce que nous avions traversé un pont magnifique et que nous avions pris des photos alors que c’était interdit! Y-a-t-il un endroit que vous n’avez jamais visité et où vous souhaiteriez vous rendre ? DM : Les Etats-Unis. Je n’ai jamais mis les pieds là-bas. C’est le drame de ma vie. Je voudrais découvrir New York et San Francisco…

Des bêtises mémorables ? MJ : Oui, il y en a une qui m’a particulièrement marquée ! C’était à l’occasion des mes premières vacances en moto. On était jeune, on frimait un peu, et à l’époque, au Pays de Galles, on n’avait pas le droit de faire de la moto sur la plage. Il y avait des belles filles qui se promenaient sur la plage aussi, à un moment donné, au lieu de regarder la route, je regarde ces demoiselles… Hélas pour moi, dans le sable, il y avait un trou, qu’un enfant avait du creuser. Ce qui devait arriver, arriva, la moto est tombée dans le trou, et moi j’ai fait un vol plané. Heureusement, plus de peur que de mal, mais une vraie humiliation publique. J’ai eu l’air vraiment con ! DM : A une époque, j’étais très bagarreur. Dans la bande de copains avec qui je traînais, j’étais celui à qui il ne fallait pas chercher de noises car je n’avais peur de rien. Tant pis, si parfois, je prenais une raclée. Mais le plus fou et ce qui m’a le plus marqué, c’est quand je me réveillais le matin incapable de me souvenir de ce que j’avais fais la veille… Heureusement je suis toujours retombé sur mes pattes. Je ne peux cacher ou nier certaines conduites dangereuses, nous rentrions dans des états pas possible, j’ai même conduit sans permis. Oui, j’ai eu beaucoup de chance.

MJ : Moi, mes pires souvenirs ce n’est pas pendant les vacances, c’est en tournée. A Madagascar, où aucun artiste n’avait joué depuis 25 ans, le représentant de la communauté française en charge du spectacle n’avait pas trouvé ça choquant que toutes les places se soient vendues en 15 minutes. Cela sachant qu’une place de concert, pour un Malgache, correspond à un mois de salaire. Le jour du concert, dans une salle de 3000 places nous sommes 30 000. La sécurité avait été confiée aux militaires. Ils prenaient des billets et les revendaient. Donc des milliers de personnes furieuses attendaient dehors. Ça a été un massacre, on a joué 20 minutes et on s’est fait évacuer en camion blindé. Il y a eu 6 morts. C’était en 1987 avec Jean-Jacques et Carole…

MJ : Moi, c’est Memphis et Nashville pour la musique. J’aimerais y aller avec une personne qui soit musicien. Si j’y vais avec ma femme, elle va s’ennuyer, parce qu’il n’y a pas de boutiques. Jean-Jacques, ce n’est pas trop son truc, on est très proche, mais il a déjà pris sa guitare et fait tous les Etats-Unis en stop, donc ça ne l’intéresse plus. Je voudrais y aller en avion, louer une moto et aller de Memphis à Nashville. Ensuite, j’imagine que je trouverai bien une guitare sur place… Maintenant que vous vous connaissez un peu plus, David où inviteriez-vous Michael en vacances ? DM : Je l’emmènerais à Nashville ! Même si je ne sais pas jouer de la musique, je partagerais son univers et sa culture et pour moi ça serait fantastique. Partager sa passion me passionnerait. MJ : Mes prochaines vacances seront à la fin de ma tournée en été 2014. Mon rêve serait d’aller à Memphis et à Nashville. En plus comme ma fille aînée travaille chez Air France, je ne payerai pas le voyage. C’est ainsi d’ailleurs que ma femme va cet été partir à Hong-Kong avec ma fille et que ce sera gratuit, sympa non ! Mais juste une remarque, quand j’étais enfant, mes parents avaient seulement une semaine de vacances par an. Les vacances à n’en plus en finir, c’est une chose typiquement française, c’est incroyable !

MJ : En fait, on trouverait sans doute un point commun. Ce qui est sûr c’est que nous n’irions pas dans une discothèque pour écouter un DJ… Là bas tout est en live. Quand on sort le soir, on va écouter des groupes qui jouent. Il y a tous les styles.

Sinon, un pire souvenir de vacances ? DM : La vraie galère c’est l’été dernier, en Crète. Je n’avais que 15 jour pour décompresser. J’ai fini à l’hôpital, car ma fille a eu une bronchite et me l’a gentiment transmise. Au bout de deux jours, cela s’est transformé en pneumonie. Pour couronner le tout, le médecin me demande 380 euros en espèce et me dit c’est très grave qu’il faut aller à l’hôpital. Je me suis retrouvé perfusé à l’hôpital, avec un masque à oxygène alors que j’aurais pu tranquillement profiter d’une piscine privée au dessus la mer.

DM : Bon, si j’ai bien compris j’annule Saint-Tropez ! Remarque, au final ça me coûtera moins cher…

Et où emmèneriez-vous David ? MJ : Moi, partout ! La seule différence c’est qu’avec moi il devrait payer son billet !

MJ : Je n’aime pas Saint–Tropez. Dès que tu es un peu connu, ça devient l’enfer. Ce n’est pas comme à Lyon. Et puis ici, je n’oublie pas que c’est le centre mondial de la gastronomie et l’Olympique Lyonnais et tout cela fait une sacrée différence.

Juillet Août 2013 / Lyonpeople

21


NEWS PEOPLE STORY

NORA BERRA & CÉCILE SIMEONE Secrets de vacances à KGB Pouvez-vous nous dire à quoi vous fait penser le mot vacances ? NB: C’est tellement trivial de dire soleil, que je vais éviter de le dire. Alors, pour moi les vacances : c’est ne rien faire, c’est se poser. CS: C’est un peu pareil pour moi, je dirais le lâcher prise, à tous les niveaux. Parlez-nous de vos vacances d’enfant CS : Mes parents travaillaient énormément, donc je partais beaucoup avec mes grands-parents. C’était des vacances formidables, toujours en famille. On allait dans un lieu qui aujourd’hui ne me correspondrait plus… mais ma tante y avait une maison, c’est le Cap d’Agde. Enfant, c’était très bien, il y avait de belles plages, et c’était une maison avec piscine. J’y suis allée pendant des années. Petite, le camp naturiste était seulement en construction, ce n’était pas comme aujourd’hui. J’adorais me balader sur le port avec ma grandmère, surtout pour aller y manger des glaces ! Mais aujourd’hui, je dois avouer que ce n’est pas un endroit où j’aimerais partir en vacances. NB : Moi, mes parents nous emmenaient en vacances avec toute ma fratrie, nous étions onze enfants ! Nous partions souvent en Haute Savoie, en famille chez des cousins qui avaient une maison aux pieds des montagnes. C’était entre Bonneville, et Annemasse, et suffisamment loin de la ville. Il n’y avait que des petits hameaux, on cueillait des baies et on observait des chamois. Je devais avoir entre 6 et 8 ans. Je me souviens aussi du voyage en train que nous faisions, même nos chats faisaient partie de l’aventure !

22

Toutes les 2 lyonnaises ? CS : Je suis née à Oullins. Mon père était constructeur de maisons, il avait l’amour de la pierre et nous avons toujours vécu en périphérie lyonnaise. NB : Je suis née à l’Hôtel Dieu, je suis une vraie lyonnaise même si mes parents sont de Neuville, au nord de Lyon. Parlez-nous de vos vacances d’adolescentes ? CS : Au début de mon adolescence nous allions encore au Cap d’Agde. Donc forcement, avec mes cousins, nous sommes allés voir le camp naturiste qui venait d’éclore… Et même si nous ne sommes pas restés longtemps, puisque nous étions habillés, cela nous avait beaucoup, beaucoup amusé (rires). Le plus difficile, à cet âge, c’est de réussir à se faire des amis sur la plage. Mais bien sûr, il y a eu les premières amourettes, celles de 14 ou 15 ans. Mais rien de bien fou. N’oubliez pas que j’ai une mère espagnole et un père italien, alors l’histoire était vite réglée !

Souvenir d’une grosse bêtise ? CS : J’étais une petite fille cool. Je n’ai vraiment pas le souvenir d’avoir fait de grosses bêtises avant l’adolescence…

Et puis très vite, j’ai eu un petit copain sérieux, j’avais 16 ans. Avec lui et ses parents, nous partions à l’île de Ré. On sortait beaucoup la nuit, on dormait la journée sur la plage, on faisait tout ce que nos parents ne voulaient pas que l’on fasse. On était des troupeaux de jeunes. L’adolescence quoi ! Ensuite, encore un peu plus âgée, on louait des maisons à 10 ou 12, toujours sur la côte Atlantique, à l’île d’Oléron. A cette époque, je préférais la côte Atlantique à la Méditerranée.

NB : Moi non plus, je n’arrive pas à me rappeler de grosses bêtises.

NB : A l’adolescence, mes parents nous ont fait découvrir l’Algérie, leur pays d’origine. Nous prenions le train jusqu’à

Lyonpeople / Juillet Août 2013

Propos recueillis par Thierry Lahon (médianet) & Pascal Auclair (FMI)

Marseille, ensuite, le bateau. C’était une vraie expédition. Nous sommes partis 3 fois entre mes 12 ans et mes 20 ans. Ces voyages étaient tout à la fois un choc et une émotion. Nous découvrions la maison d’enfance de nos parents, et pour nous c’était très surprenant car c’était un total changement de mode de vie et de culture. Tous les soirs, nous faisions de grandes veillées, en famille, avec nos oncles et nos tantes et tous nos cousins... Vous est-il arrivé de vivre de grosses galères de vacances ? CS : Oui, une fois j’ai eu très peur. Nous étions partis pour Delhi, en Inde, c’était en 1998. Nous avions décidé d’aller découvrir le Kashmir, qui est par ailleurs un endroit magnifique, mais hélas à l’époque en guerre civile. C’était une région contrôlée par l’armée indienne et il y avait beaucoup d’attentats terroristes. Nous avions loué une vielle voiture avec des kashmiris pour nous y conduire. En cours de route, nous avons été arrêtés par les militaires. (…) A tout cela, vous rajoutez le bruit des éclats de bombes, un vrai cauchemar dans un paysage de rêve. Tout ça pour dire que c’est un voyage qui m’a presque traumatisée, que je l’ai très mal vécu, alors que c’est une très belle région. NB : En ce qui me concerne, je n’ai pas eu l’occasion de me retrouver dans une situation aussi compliquée. Si je devais raconter quelque chose ce serait un retour en avion des Canaries. Il y avait des vents très violents et vu les turbulences j’ai cru que l’avion aller vraiment s’écraser ! J’étais avec mes enfants, on était secoué de toutes parts, tous les passagers étaient agrippés à leur sièges, livides. Je regardais mes enfants en me disant « c’est peut-être la dernière fois que tu les vois». Heureusement nous sommes arrivés vivants et à bon port. (Rires)

Avec quels Lyonnais Nora et Cécile ne partiraient jamais en vacances ? Leurs réponses en vidéo sur

www.lyonpeople.com


NEWS PEOPLE STORY

JACOTTE BRAZIER & GRÉGORY CUILLERON Photos : Fabrice Schiff Secrets de vacances à KGB Avant d’évoquer les vacances, parlez-nous de votre jeunesse ! JB : J’ai eu une enfance très heureuse. Jusqu’à l’âge de 12 ans, nous partions en vacances pendant deux mois avec mon oncle et ma tante du côté maternel à Dompierresur-Veyle. Ils avaient 3 enfants, étaient instituteurs. On a fait des choses épatantes. Les copains allaient pécher les grenouilles et nous on les coupait… A partir de 12 ans, nous sommes allés à la mer, et c’était la première fois que je la voyais. C’était la Méditerranée à Antibes. Mes parents avaient des amis de jeunesse qui avaient un appartement dans un petit immeuble avec une énorme piscine remplie entièrement à l’eau de source. C’était le rêve, c’était le temps des premiers bisous ! Nous y sommes allés jusqu’à 20/22 ans. Et toi, Grégory ? GC : C’est très marrant, parce que j’ai passé une partie de mon enfance à la Veyle. Mon grand-père paternel est Lyonnais de la Croix-Rousse, et côté maternel, ils étaient du Vieux-Lyon depuis 5 générations. J’ai un petit-frère qui s’appelle Thibaut, il a 7 ans de moins que moi. J’étais très content de le voir arriver. Mes parents s’appellent Georges et Jacqueline. Mon père était dans la recherche pétrolière. Du coup, il était très souvent en voyage, aussi nous habitions souvent chez mes grands-parents. N’y aurait-il pas eu de petits bisous à cette époque ? JB : Ah non, ça c’était après. Par contre, je vais vous raconter quelque chose de rigolo. Ma sœur et moi nous n’avions pas de frère. Mon père, lui, n’était pas très pudique, aussi quand il sortait de la douche, il mettait juste une serviette autour des reins et il nous disait de ne pas regarder… Donc nous ne savions pas comment était fait un garçon ! Par contre, quand nous partions en vacances chez mon oncle maternel, il y avait trois enfants et l’aîné était un garçon. Curieuses et intriguées, je me souviens qu’à 6 ou 7 ans nous lui avions dit : « Jean-Paul, fais-nous voir ton zizi ! ». Comme il était amoureux de ses cousines, il s’était exécuté ! Notre curiosité était satisfaite mais cela ne nous a nous a pas trop avancé !

24

Lyonpeople / Juillet Août 2013

Avez-vous des souvenirs gustatifs de votre enfance ? JB : Depuis toutes petites, nous mangions de la volaille comme on mange du steak haché. D’ailleurs, aujourd’hui, j’en mange toujours avec autant de plaisir. Par exemple, mon menu préféré chez Paul Bocuse, c’est une douzaine d’escargots et une belle volaille, c’est divin ! Façon Paul, c’est une symphonie ! Mais il y a aussi autre chose que je peux manger midi et soir, c’est le homard. GC : Moi aussi, sur ce point, je suis un peu comme Jacotte. A chaque anniversaire, j’avais droit au poulet à la crème et au fraisier. J’adore ça ! J’en fais de temps en temps, mais pas trop non plus, car mine de rien, il y a beaucoup de crème… (Rires) Jacotte, quels sont vos premiers souvenirs de vacances hors de la cellule familiale ? JB : Entre 12 et 14 ans, il ne se passait pas grand-chose. On allait se baigner, on allait manger une glace de temps en temps et ça n’allait pas plus loin… Et un jour, tout à coup, dans l’immeuble d’Antibes où nous logions, nous avons vu

arriver de nouveaux habitants. Des Parisiens, une famille avec 3 garçons célibataires : Jacky, Jean-Claude et Jean-Pierre dit « Bubuche ». Ils étaient beaux garçons, sportifs, bons nageurs, avec tout ce qu’il fallait. Il y avait un plongeoir, je me souviens qu’ils avaient des « moule-bite », c’est drôle car je crois que ce n’est plus du tout la mode aujourd’hui… Nous étions béates d’émotion mais nous n’étions pas les seules filles sur le coup ! Des bêtises? JB : Mes parents nous laissaient tellement de liberté, que non, nous étions plutôt sages. D‘abord et surtout, nous

Propos recueillis par Benjamin & Marco (Lyon People) n’avons jamais été enceintes, et rappelez-vous je fais partie de la génération où il a fallu attendre belle lurette pour prendre la première pilule. Le sida n’existait pas encore, aussi notre plus gros souci était de ne pas tomber enceinte. Du coup, j’ai attendu l’école hôtelière pour faire « crac-crac ». Et toi, Greg ? GC : Je n’ai pas de souvenir très précis sur ce point. Je n’étais pas très excité du machin. Mon premier « crac-crac », ce devait être vers 16 ou 17 ans. Par contre, c’est surtout au retour de vacances que j’étais le plus motivé… Avez-vous des souvenirs d’ivresse? JB : Bien plus tard. Quand j’étais en Suisse, mais avec les copains. J’avais un ami qui s’était débrouillé pour qu’on ait accès à une boite de nuit de 22h à minuit. C’était le Dry Club à Juan les Pins. Nous avions droit à un Coca pour 2 et à minuit nous devions partir. Après, nous allions manger une glace sur la plage. A l’époque, Juan les Pins était extrêmement chic. Nous nous donnions rdv dans un bar où l’on avait les consommations à moitié prix, mais jamais nous n’avons été ivres. Cela ne faisait pas partie de nos priorités. Vos premières vacances d’adultes ? JB : Ça a été la continuité de nos vacances d’adolescence, puisqu’on partait déjà seuls. Par contre, je ne suis jamais partie avec mes Jules, ils n’étaient pas là pour les vacances. Cette période de l’année c’était souvent pour retrouver mes copains ou retrouver ma famille à Lyon.

GC : Je suis rarement parti avec mes petites amies. Mis à part la dernière. Mais je partais souvent avec une copine qui s’appelle Claire. Quelle destination aimeriez-vous redécouvrir ? JB : Le Pays de Galles et Hong-Kong, pour voir comment cela se passe depuis le départ des Anglais. GC : J’aimerais retourner dans les Cyclades en Grèce ! Et j’aimerais visiter le Japon et le Liban, j’adore leur cuisine, la Syrie aussi et l’Afrique du Sud. Ça me tente beaucoup.


NEWS PEOPLE STORY

SÉBASTIEN TOURNISSOUX

Soif de développement !

Devenir un opérateur d’envergure de la distribution de boissons au niveau régional, tel est le dessein poursuivi par Rhône-Alpes Distribution (RAD) et son nouveau DG, Sébastien Tournissoux. Début mai, c’est Léodis qui est tombé dans leur escarcelle. Texte : Christophe Magnette - Photos : Fabrice Schiff

26

Lyonpeople / Juillet Août 2013


Juillet Ao没t 2013 / Lyonpeople

27


NEWS PEOPLE STORY

Q

uand il quitte Léodis, fin 2009, pour rejoindre le groupe Olivier Bertrand Distribution qui détenait alors 30 entrepôts dans l’Hexagone, Sébastien Tournissoux est alors loin de se douter que trois ans et demi plus tard, il serait appelé à racheter l’entreprise au sein de laquelle il a passé sept années en qualité de directeur général. Et pourtant. À l’instar de légion d’autres secteurs économiques, l’heure est à la concentration et à la redistribution des cartes sur un métier - « La distribution de tout ce qui se boit ! », dixit notre interlocuteur - en pleine mutation. Flash-back. Nommé directeur régional en janvier 2012, «Seb» hérite de trois entrepôts, Neuville-surSaône, Aix-les-Bains et Gap. Lorsqu’un an plus tard, son employeur, désireux de se recentrer sur son cœur d’activité, la restauration, décide de vendre ses sites à la découpe (et de ne garder que celui de Paris), ce fils, petit-fils et arrièrepetit-fils d’une famille viticole beaujolaise (de Villié-Morgon) saisit l’occasion. C’est ainsi que naît Rhône-Alpes Distribution (RAD), début 2013, fruit de l’association d’un pôle de managers et d’un tour de table réunissant des partenaires du secteur. Le groupe Soredis

(société rémoise de distribution) dispose de 60 % de RAD et son président, François Guy en détient donc la direction. La gouvernance (forte de 20 % des parts) est assurée par une équipe à cinq têtes composée de Sébastien Tournissoux (directeur général), Yannick Taloulian (Lyon), Eric Logé (Aix-les-Bains), Daniel Nasci (Gap) et Jérôme Goncalvès (directeur financier). Le groupement de boisson corse (GBC) constituant le troisième larron du pool d’actionnaires.

Rhône-Alpes Distribution aujourd’hui ? Sept entrepôts, 180 personnes, 54 millions d’€ de CA ! 55 000 hectolitres écoulés, 86 personnes, autour de 24 millions d’€ de chiffre d’affaires, RAD fait déjà impression. Mais en rachetant Léodis il y a quelques semaines, RAD change déjà de dimension. «C’est une opportunité, renchérit Sébastien Tournissoux, 42 ans, et une belle histoire à titre personnel puisque je connais très

bien cette maison.» Avec ce rachat de fonds, RAD met ainsi la main sur quatre entrepôts (Vénissieux, Grenoble, Chambéry et Bourg d’Oisans), un peu moins de cent collaborateurs et sur une structure qui affiche 30 millions d’€ de CA. «Sur un plan géographique, nous sommes en phase avec notre volonté de mailler le territoire rhônalpin en misant sur la proximité, les bassins d’emplois et les zones touristiques. En outre, cette croissance externe nous ouvre les portes d’un marché particulièrement porteur, celui des stations !» Distributeur de cafés, sodas, spiritueux, vins, eaux minérales, sirops, jus de fruits etc. Rhône-Alpes Distribution prend, à la fois de la hauteur et le contre-pied de la mondialisation en misant sur un réseau local. « Nous avons moult projets en tête, en termes de services, de produits et d’expertise, assure Sébastien. Et nous sommes impatients d’intégrer les équipes de Léodis qui constituent pour RAD une valeur ajoutée inestimable. Nous formons aujourd’hui une seule et même entité, lyonnaise et indépendante, à dimension régionale et nous comptons bien nous imposer comme un acteur incontournable du secteur. » Santé !

Parmi les stars de l’été, le délicieux rosé Peyrassol

28

Lyonpeople / Juillet Août 2013


NEWS PEOPLE STORY

COURIR POUR ELLES

Pari réussi pour la vague rose Texte : Léna Bouillard - Photos : Fabrice Schiff

B

ilan très positif pour l’association de lutte contre les cancers féminins, qui fait encore mieux que l’année dernière. « Avec la course, nous avons récolté 60 000 euros cette année, une somme supérieure aux 50 000 de l’année précédente » se réjouit Sophie Moreau, la présidente de Courir pour Elles, devant une foule de journalistes et de partenaires, réunis lundi 3 mai 2013 à la Chapelle du Palais de Justice, parée de rose pour l’occasion. Danielle Chuzeville, présidente du Conseil général, rappelle l’implication du Département dans le projet, et le docteur Roger Peschaud, président du comité du Rhône de la Ligue contre le cancer, se joint à l’enthousiasme général. « Nous avons réuni 7000 coureuses en 2013, et nous espérons voir ce chiffre augmenter en 2014 » annonce-t-il. Courir pour Elles, qui lutte depuis quatre ans contre les cancers féminins, va redistribuer la somme, récoltée grâce aux inscriptions aux courses et aux dons, à quatre associations partenaires (La Ligue contre le Cancer Rhône-Alpes, Europa Donna, Activ’Ra et Adémas 69). Cet argent est consacré au développement de soins de support des malades, comme l’art thérapie, le yoga ou le chant.

Sophie Moreau, l’organisatrice

C’est parti pour 10 kms

Lucile et Brigitte

30

Lyonpeople / Juillet Août 2013


Echauffement pour Nora Berra

Beryl Maillard

Marie Rigaud et l’équipe du Printemps de Pérouges

Des bandes de copines motivées

Juillet Août 2013 / Lyonpeople

31


NEWS PEOPLE STORY

CLASSIC TENNIS TOUR

Les héros de la Coupe Davis reviennent à Lyon ! Il y a 22 ans, la bande à Noah mettait fin à 59 ans de disette française en remportant la Coupe Davis au Palais des Sports de Gerland. Ces légendes nationales seront de retour à Lyon les 26 et 27 septembre prochains pour un tournoi-exhibition exceptionnel. Texte : Benjamin Solly - Photos : Fabrice Schiff

1

er décembre 1991. Un dimanche pas comme les autres. Il est près de 17h lorsque Guy Forget s’apprête à convertir sa première balle de match face à un jeune espoir du tennis mondial, l’Américain Pete Sampras, 20 ans au compteur. La suite est ancrée dans la mémoire collective du sport tricolore. Deux volées plus tard, Forget, tel un patin désarticulé par l’émotion, s’effondre sur le cours. Noah et sa bande viennent de donner à la France son septième saladier d’argent. Une consécration pour la génération Leconte et un point d’orgue magnifique dans la carrière de Riton. A cette époque, Delphine Lalliard a 18 ans. Elle figure parmi les jeunes espoirs du tennis lyonnais. Classée 15/1, elle abandonnera ses rêves de gloire sportive à cause d’un genou récalcitrant. Deux décennies plus tard, elle monte son agence évènementielle, baptisée La Blonde et la Brune et portée sur les fonts baptismaux en septembre 2012. Dans le rôle de La Blonde, Sarah Valéry, parisienne pur sucre aux faux airs d’Alice Taglioni et aux 33 printemps rayonnants. Diplômée en journalisme et passée par la presse audiovisuelle via l’entité de production FremantleMedia France, Sarah rejoint finalement Lyon pour l’amour d’un garçon. Son petit ventre rond laisse à penser qu’elle a pris la bonne décision. « Nous trouvions dommage qu’il n’y ait plus d’évènements consacrés au tennis à Lyon. » Le constat de Delphine est partagé par une majorité de Lyonnais - dont nous sommes - et bon nombre d’acteurs institutionnels. Cette dernière profite alors de son entregent pour lancer son projet fou : réunir le plateau français vainqueur de la coupe Davis en 1991 pour deux jours fous au palais des Sports de Gerland.

Noah et Leconte de retour à Gerland CLASSIC TENNIS TOUR Palais des Sports de Gerland - les 26 et 27 septembre 2013 Jeudi 26 septembre 17h30 : Santoro / Leconte 18h30 : Rencontre PRO AM 19h30 : Noah & Forget / Leconte & Bahrami 21h00 : Apéritif dinatoire au village suivi de la soirée d’ouverture sur place (avec le show culinaire des meilleurs Chefs de Lyon) Vendredi 27 septembre 17h30 : Animation Clinic Espoirs régionaux Vs Joueurs 19h00 : Noah / Bahrami 19h30 : Noah & Santoro / Forget & Leconte

Renseignements : contact@lablondeetlabrune.com

32

Lyonpeople / Juillet Août 2013

20h30 : Cocktail de clôture dans le village suivi d’un dîner et d’une soirée au restaurant Les Salins (Confluence).

C’est auprès de la société Sport TG, présidée par Christian Bîmes, organisateur du Classic Legend Tour à Courchevel et à Saint-Tropez, qu’elle trouve son premier partenaire. 6e sens Immobilier et Eiffage suivent, tout comme la Ville de Lyon. Le cercle vertueux se dessine. Henri Leconte, Guy Forget, Yannick Noah, Fabrice Santoro seront bel et bien là. Mansour Barhami apportera sa bonne humeur et sa moustache légendaires. « Pour compléter le plateau et en fonction du programme du circuit international, nous espérons pouvoir compter sur le soutien de Babolat et de son Team de joueurs », précise Delphine. L’évènement n’oublie pas non l’aspect caritatif, avec les associations Fête le Mur et un Maillot pour la Vie. Des fonds seront récoltés lors de ventes de raquettes et de maillots lors des deux soirées organisées. Le palais des Sports, reconfiguré pour l’occasion, proposera 2 500 places assises. 1 500 sont réservées à la billetterie grand public. Sept formules sont proposées à la clientèle corporate. Des loges seront installées, et 250 des 450 places ont déjà trouvé preneur. Un village sera mis en place au bord du court où s’étalonneront les grands chefs lyonnais, de Mathieu Viannay à Fred Berthod, casseroles en main. « L’objectif est à la fois de revivre ce grand moment du sport français, mais également d’en faire un évènement avec des acteurs lyonnais. » Aussi, la Ligue du Lyonnais mettra à disposition les arbitres, juges de lignes, ramasseurs de balles et quelques pépites du vivier local. « Nous voulons inscrire ce tournoi dans la durée », glisse Delphine. Les Lyonnais, fort marris d’avoir perdu le GPTL, aussi.


Sylvie & Christophe BARDET

R

E

S

T

A

U

R

A

N

T

Déjà

25 ans

’ÉTÉ L T U O T T R E OUV E ÉES BARBECU SOIR

IS AU BORD DE

TOUS LES JEUD

L’ETANG © Brice Genevois/Visiter Lyon

www.33cite.com Midi & Soir jusqu’à 23h00 - 7/7 Cité Internationale / Parking P2 / Lyon 6

91, impasse Utrillo - 01330 Ambérieux-en-Dombes Tél. : 04 74 00 85 41 - Fax : 04 74 00 89 63

auberge-de-la-tour@wanadoo.fr

www.auberge-de-la-tour.fr

Tél. 04 37 45 45 45


NEWS PEOPLE ECO

ANAF AUTO AUCTION

Des yachts sous le marteau !

Spécialisé dans la vente aux enchères de véhicules industriels et automobiles, Anaf Auto Auction retrouvera pour la deuxième année consécutive le port maritime de Cannes pour une vente aux enchères exceptionnelle de yachts, prévue le 21 septembre prochain. Texte : Benjamin Solly - Photos : Saby Maviel

N

ous n’aurons aucun bateau en dessous de 20 mètres. » La promesse est signée Christophe Cheveu d’Or. Le directeur général d’Anaf Auto Auction lâche un temps le volant pour épauler Jean-Claude Anaf, qui prendra la barre de cette vente aux enchères unique. Le célèbre commissaire-priseur lyonnais, fort de 35 années d’expérience, retrouvera pour la deuxième année consécutive le golfe de La Napoule. Les pieds dans l’eau, le « teneur de marteau » proposera à la vente une douzaine de bateaux de prestige. Exposés en gare maritime de Cannes, un joyau labélisé patrimoine du XXe siècle, ces géants des mers seront expertisés, de la coque au pont, avant leur passage sous le marteau. Pour tous ceux qui ne pourraient pas se déplacer, les produits proposés bénéficieront d’un descriptif technique et d’un rapport d’expertise, disponible en ligne, s’appuyant sur une importante galerie de photos. En mars 2012, ce sont huit bateaux qui ont été présentés. Six avaient alors trouvé acquéreur. « Nous avions réalisé un chiffre d’affaire de près d’1,5 millions d’euros », glisse Christophe. Pour septembre 2013, l’ambition est à la hausse. « On espère faire le double », avance le directeur général. Pour l’instant, aucune information n’a filtré sur les modèles qui seront mis en vente. Le catalogue, en cours de préparation, devrait receler plusieurs trésors. Parmi ceux-ci, quelques super-yachts, mastodontes des mers suréquipés de plus de 24 mètres, prêts à fendre les flots. Depuis la crise de 2009, les organismes de crédit passent directement par l’adjudication pour écouler des biens devenus trop lourds à financer pour leurs propriétaires. Cette nouvelle vente aux enchères cannoise témoigne de cette lame de fond sur des

34

Lyonpeople / Juillet Août 2013

produits estampillés « dossier contentieux. »

De nouveaux marchés prometteurs A telle enseigne que ce type de biens haut-de-gamme pourrait constituer à terme une nouvelle étoile dans la galaxie Anaf. Après la création Anaf Arts Auction en février 2002 et Anaf Auto Auction en juillet 2002, une nouvelle

activité dédiée « aux ventes exceptionnelles » pourrait à terme voir le jour. « Nous voulons réaliser des ventes de prestige sur des biens extraordinaires », confirme Christophe. L’exercice du 27 mai au parc de la Tête d’Or, autour d’une quarantaine de véhicules luxueux, aura-t-il servi de galop d’essai à de futures ventes sur ce même segment ? Il se murmure qu’en 2014, ce sont des avions privés et des hélicoptères qui pourraient passer sous le marteau de Me Anaf. Comme les meilleurs joueurs d’échec, Jean-

Claude Anaf a toujours plusieurs coups d’avance. Lorsqu’il acquiert en 1989 la gare des Brotteaux pour implanter son hôtel des ventes – revendu en 2008 au parisien Aguttes - le commissaire-priseur a cette phrase prémonitoire : « Je suis heureux de permettre à Lyon de relever avec éclat les défis d’aujourd’hui et de demain sur le marché de l’art. » L’homme porte cette vision prospective dans son ADN. Et si le marché de l’art a ralenti, la vente à la requête d’établissements financiers a explosé. Le département Auto Auction, dirigé depuis 2008 par Christophe Cheveu d’Or, présente aujourd’hui un chiffre d’affaires de 40 millions d’euros « adjugés » et emploie 17 collaborateurs. « Malgré nos différences, nous avons noué une vraie amitié professionnelle », explique-t-il à l’évocation de Jean-Claude Anaf. Plus qu’une relation professionnelle constructive, Christophe éprouve une vraie admiration pour Jean-Claude, que la pudeur lui fait taire. « Je passe actuellement le diplôme de commissaire-priseur », confiet-il du bout des lèvres. Qui sait, c’est peut-être lui qui empoignera le manche en ivoire du marteau de JeanClaude Anaf lors des prochaines ventes aux enchères exceptionnelles qu’il veut pérenniser. La voie de son maître.

Infos pratiques Anaf Vente bateaux – Gare maritime de Cannes Samedi 21 septembre 2013 La vente sera accessible en ligne et les clients potentiels pourront enchérir en direct sur le site internet www.anaf-encheres-bateaux.fr


Lancement du nouveau site www.groupemercier.com

+ de 750 biens à la vente ou à la location

sur la région lyonnaise - Neuf / Ancien

- Bureaux / Locaux / Entrepôts - Biens de prestige

Téléchargez gratuitement notre application Pour iPhone, iPad et Android

Le Mini Parc Domaine de Bois Dieu - 69380 Lissieu Tél. 04 78 47 55 82

www.groupemercier.com


STYLE

SHOPPING

DIESEL LYON

A la découverte de la collection Automne/Hiver 2013

D

epuis les réserves de la boutique de la rue du Président Edouard Herriot, l’équipe Diesel met la main à pâte. Il est près de 18h ce 5 juin et l’évènement « Preview », qui agite le tout Lyon « fashion » depuis plusieurs semaines, va commencer. Une soirée privée, entre champagne et petits fours, destinée aux adeptes impatients de découvrir en avant-première la collection Automne-Hiver 2013. Un coup de griffe sensuel et rock’n’roll, qui allie transparence et féminité, autour de la couleur « chair. » Avec le raphia pour les vestes, les robes et les shorts, Diesel joue la carte « nature », sublimée par l’effet dip-dyed. La marque italienne a également osé le cuir gaufré or et noir pour les shorts et les vestes. Les formes, fluides et créatives, sont enrichies par des couches de tissus transparents et les détails, tels que des franges, ajoutent du mouvement aux robes. Le nylon jacquard et le tweed avec imprimé floral donnent un sentiment global de sophistication à la collection. Côté denim, Diesel va continuer de donner le ton et la tendance sur le marché du jean. Notamment avec sa nouvelle gamme Denim Mutation. Cette dernière est entièrement tournée vers la mutation du denim, qui utilise des technologies à couches multiples pour colorer et décolorer le matériau. Qu’il s’agisse d’une impression laser, d’un traitement de couleur délavée, d’une technique de revêtement inédite ou d’une nouvelle génération de tissus, toute l’expertise de Diesel a été appliquée à cette nouvelle évolution. Taillés pour les femmes, les jeans cinq poches ultra-lookés de la collection Fit Your

36

Lyonpeople / Juillet Août 2013

Couleurs douces et esthétique « rock bohème », la nouvelle collection Automne/Hiver 2013 de la célèbre marque italienne est enfin arrivée à Lyon. Texte : Paul Delagnaux

Attitude ajoutent des impressions saisonnières et des finis indigo épuré. Les gammes ultra-slim Skinzee sont réalisées dans denim hybride, type seconde peau, aux couleurs fraîches. Du côté de la collection Jogg-Jeans, lancée en 2012, le confort ouaté du molleton se conjugue plus que jamais avec le look baroudeur de la toile denim. Les accessoires font également partie des incontournables de la gamme Automne/Hiver

2013. Des lunettes aux montres en passant par les parfums, des collections de casques audio, vélo ou moto, Diesel joue également le haut de gamme sur ce segment. La nouvelle collection ne déroge pas à la règle. Les chaussures de randonnée trekking en cuir imprimé cacao, inspirées des codes de la mode, jouent les baroudeuses quand les collections plus féminines (talons, talons

hauts et ballerines) se parent d’un imprimé floral en velours sur base indigo. So chic ! Côté sac, les modèles en peau d’agneau à finition croco gaufré se taillent la part du Lyon aux côtés des nouveautés en cuir craquelé. C’est à travers ce socle qualitatif que la marque maintient sa position d’avant-garde sur le prêt-à-porter haut-de-gamme. Hors de Paris, la boutique lyonnaise est la plus belle réussite de Diesel en France. Le corner « Kids », ouvert en 2012, témoigne de cette dynamique ascendante. Une success story qui s’explique en premier lieu par l’implantation du magasin. Entre les Cordeliers et la place des Terreaux, l’enseigne lyonnaise, inaugurée en 2003, a pignon sur rue. L’espace en plain-pied de 300 m2, qui présente plus de dix mètres de linéaire de vitrines, est un véritable puits de lumière. Marqueur de la qualité du lieu, l’équipe commerciale a connu peu de changement. Une énergie qui se ressent dès les portes de la boutique franchies. Accueil, sourire, conseil, authenticité. Diesel a décidément la formule pour fidéliser un peu plus les 25-40 ans, son cœur de cible. « Le génie du jean », surnom donné à Renzo Rosso, le créateur de Diesel, par la célèbre journaliste de mode américaine Suzy Menkes, a toujours un coup d’avance sur la concurrence. Diesel - 29, rue Président Édouard Herriot Lyon 2e - 04 72 00 84 74 - www.diesel.com


STYLE

SHOPPING

HAMILTON Day date auto collection Jazzmaster Prix : 595 € Montre automatique en acier et bracelet cuir noir

MEISTERSINGER N°1 collection mono-aiguille Prix : 1200 € Montre mécanique à remontage manuel en acier et bracelet cuir noir façon croco

Hamilton et MeisterSinger

À L’HEURE CHEZ MAIER VINTAGE

C

réée en 2010 par Jean Louis Maier, la boutique Maier Vintage de la rue Maupin, petite sœur de Maier Haute Horlogerie, rassemble les plus belles pièces d’horlogerie ancienne du monde entier, mais aussi des modèles neufs de style vintage (Girard-Perregaux, H. Möser & Cie, Glashütte, Jacquet Droz ou Vulcain). Passionné de belles choses, son créateur Jean Louis Maier en a fait un temple pour les collectionneurs de montres d’exception. Son cadre de cuir et de bois, authentique et chaleureux, comble depuis trois ans les amateurs d’horlogerie les plus exigeants. En mai 2013, la boutique étend son activité en accueillant une collection de bijoux de collection. Depuis juin 2013, elle vend également les montres Hamilton et MeisterSinger, célèbres pour leur qualité et leur précision. Maier Vintage propose également à ses clients une activité d’achat-vente et de recherche de modèles particuliers. Les montres Hamilton, qui allient l’esprit américain au savoir-faire suisse, affichent un design inspiré de l’aviation, du cinéma et des nouvelles technologies. Créée en 1892 à Lancaster aux Etats-Unis, la marque fait désormais partie

Maier Vintage, adresse incontournable en matière de montres vintages à Lyon, accueille deux nouvelles marques d’exception depuis juin : Hamilton et MeisterSinger. Une nouvelle qui devrait ravir les collectionneurs de montres lyonnais. Texte : Léna Bouillard

du Groupe suisse Swatch. La philosophie d’Hamilton ? Animer une précision infaillible grâce à son savoir faire de longue date. Très présente à Hollywood, la marque dénombre plus de 400 apparitions cinématographiques, dans « Les Hommes Grenouilles », « Blue Hawaii » ou plus récemment « Men in Black », « L’arme fatale 4 » ou « Independence Day » par exemple. Autre preuve de son passé prestigieux, l’armée américaine a porté ses montres pendant la Deuxième Guerre Mondiale, disposant, grâce à Hamilton, des premiers chronomètres produits grâce à des méthodes industrielles. De plus, elle cultive toujours son immense héritage aéronautique, comme en 2005 lorsqu’elle participe au Red Bull Air Race avec son propre pilote, à bord de son propre avion. Aujourd’hui, la marque fait toujours autant parler d’elle, grâce à ses modèles qui plaisent autant aux hommes qu’aux femmes. Les messieurs porteront la Hamilton Jazzmaster Face2face, les dames la Hamilton Jazzmaster Lady Auto, les deux produits phares de la collection. Quant aux montres MeisterSinger, elles évoquent les premiers chronomètres, tant elles sont dénuées de complications superflues et d’éléments qui

surchargent leurs cadrans, respectant la volonté de leur créateur Manfred Brassler. Ainsi, ces montres, au logo en forme de point d’orgue inversé, ne comportent qu’une seule aiguille, celle des heures, afin de renouer avec une époque où les montres n’en avait qu’une seule, mais aussi de réintroduire une lecture simplifiée du temps. En effet, aucune aiguille (de secondes, de minutes, de rattrapante ou de fuseaux horaire) ne vient perturber l’équilibre du design de la montre. La marque, qui a fêté ses dix ans en 2011, est même réputée pour être à l’origine du succès de la montre mono aiguille. Pour correspondre à cette philosophie d’épuration maximale, la collection ne comporte que des mouvements mécaniques à remontage manuel ou automatique, et non à quartz, ce qui n’altère en rien la précision des montres. En effet, les technologies suisses les plus récentes permettent à ces montres d’exception une précision inégalée. Alors, collectionneurs lyonnais, amateurs de belles montres, ou simplement curieux, précipitez-vous chez Maier Vintage ! Maier Vintage - 6, rue Simon Maupin Lyon 2e - 04 37 57 54 50 - www.maier-vintage.fr Juillet Août 2013 / Lyonpeople

37


STYLE

AUTO

AVERTISSEURS DE RADARS L’hypocrisie des autorités publiques

L

es avertisseurs de radars ont longtemps été tolérés à la grande différence des détecteurs de radars. Dont l’usage était et reste totalement illégal. Depuis le décret du 3 janvier 2012, et dans le cadre de la lutte contre la délinquance routière, les sanctions relatives à la détention, au transport, ou à l’usage d’avertisseurs de radars ont été clairement encadrées. En effet, cette infraction est pénalement répréhensible et donne désormais lieu à une amende, un retrait de 6 points du permis de conduire ainsi qu’à une possible suspension du permis et une confiscation du matériel et/ou du véhicule. En 2011, cette mesure d’interdiction des avertisseurs de radars avait fait polémique, provoquant l’insurrection des principaux fabricants qui se sont alors unis au sein d’une association, l’AFFTAC, l’association française des fournisseurs et utilisateurs de technologies d’aide à la conduite. Sous la pression de cette association, le gouvernement avait finalement décidé de trouver un compromis et de signer un protocole d’accord le 28 juillet 2011. L’objectif des pouvoirs publics était donc que l’ensemble

Le Conseil d’Etat dans une décision du 19 mars 2013 a confirmé que les avertisseurs de radars sont interdits mais que sont autorisés les « outils d’aide à la conduite » indiquant les « sections de voies dangereuses ».

des outils d’aide à la conduite n’indiquent plus la localisation exacte des radars fixes ou mobiles mais seulement des « sections de voies dangereuses », lesquelles pourront comporter ou non des radars. Il faut donc comprendre que juridiquement, les seuls appareils interdits sont ceux qui sont spécifiquement dédiés à la fonction d’avertisseurs de radars. Ainsi, le protocole d’accord prévoyait que l’AFFTAC s’engageait à :

-Signaler ou laisser signaler par les utilisateurs, dans la limite des contraintes techniques, les sections de voies dangereuses.

En réalité, le système est demeuré inchangé sur le fond ! La localisation est, certes, un peu moins précise mais a le mérite d’exister. Seule la société NAVX, spécialisée dans la cartographie GPS, n’était pas satisfaite et a saisi le conseil d’Etat d’une demande d’annulation de ce décret. Le Conseil d’Etat a rejeté sa requête et n’a fait que confirmer sa validité. Il n’en demeure pas moins que ce décret semble faire l’unanimité : auprès des usagers, auprès des fabricants, et même de la Prévention routière qui peut finalement se féliciter du nombre record de vente de ce type d’appareil, lesquels sont censés inciter à la prudence…

En clair, il est possible d’utiliser un appareil n’avertissant pas de la localisation d’un radar mais il est légal d’utiliser un appareil informant de l’existence d’une zone dangereuse, qui en réalité, n’est autre qu’une portion de route sur laquelle

Me Aurélie Cottendin 19, place Tolozan – Lyon 1 Tél 04.37.45.42.45 - Fax: 04.78.62.72.40

-Dénommer l’ensemble de ses produits comme des outils d’aide à la conduite et à supprimer toute référence aux avertisseurs de radars. -Ne pas renseigner la localisation précise de radars fixes ou mobiles.

LE CENTRE LOGISTIQUE DE MERCEDES-BENZ FÊTE SES 30 ANS Situé à Etoile-sur-Rhône, le centre de logistique de la marque allemande a soufflé ses trente bougies le 26 juin dernier. L’usine ne produit pas de véhicules mais sert de plateforme logistique au centre mondial basé en Allemagne, pour réacheminer les pièces détachées vers les revendeurs et garagistes. Pour cet anniversaire, le président national de Mercedes-Benz Till Conrad s’est déplacé. Ouvert le 5 décembre 1983, le site de 42 000 m2 emploie aujourd’hui 140 personnes et stocke 63 000 références de pièces détachées. Il réapprovisionne la quasi-totalité du réseau des distributeurs nationaux, avec une borne kilométrique allant jusqu’à Strasbourg.

38

Lyonpeople / Juillet Août 2013

se trouve un radar. Dans un tel cas, il n’y a donc aucune infraction pénale dans la mesure où il ne s’agira que d’un appareil d’aide à la conduite…

LE PROPELLER CLUB DE LYON VEILLE Créé en 1981 à Lyon, ce club mondial regroupe des professionnels des secteurs liés au transport maritime et fluvial. Lors de son dîner statutaire de juin, le Propeller de Lyon, présidé par Dominique di Billo, a invité le jeune lyonnais Alexandre Tschirhard à venir présenter un travail sur le thème « Modélisation urbaine et transport. » De quoi quitter les flots et retrouver le plancher des vaches pour une demi-heure d’exposé. Le jeune thésard de 25 ans, titulaire d’un doctorat en mathématiques appliquées, a présenté un logiciel qui permet de modéliser l’impact des réseaux de transports sur une ville, à l’échelle de plusieurs décennies. Cet outil est utilisé par plusieurs collectivités territoriales, dont le Grand Lyon, dans les phases d’étude des projets de mobilité urbaine.


PEOPLE EVENTS

CHRONIQUE

Mois par moi Les jolies sorties et belles rencontres de Françoise Petit Photographes : Alain Rico & F.P

01

B

runo Davanzo et Pascal Héritier concentrent leurs énergies singulières à trouver une programmation al dente pour leur théâtre fréquenté par un public réceptif au spectacle vivifiant… A Lyon, Bruno et Pascal sont rarement vus dans les cocktails réservant leurs soirées à repérer la bonne pièce, les auteurs efficaces ou les comédiens qui déclenchent standing ovation ou vague d’émotion. La saison 2013-2014 aura le goût de l’éclectisme, du rire et des beaux textes. Françoise Petit (pas moi, je m’appelle comme elle ou elle s’appelle comme moi au choix !) mettra en scène Jean François Balmer dans « Voyage au bout de la nuit » de Céline, il y aura du Sherlock Holmes pimenté par Jean-Luc Revol ,

Y

02 40

Lyonpeople / Juillet Août 2013

avec Olivier Minne, de la comédie surlignée par le don d’Adèle avec Danièle Evenou, les célèbres monologues du vagin avec Catherine Arditi sans oublier le chansonnier Jacques Mailhot, puis encore, deux lectures sensibles sur George Sand par Evelyne Bouix et Marilyn Monroe par Claire Borotra. Au programme également : « Même pas vrai » avec Raphaëline Goupilleau, Emmanuelle Della Schiava, en carte blanche dans une « Garde alternée » de Jean-Pierre Ross, Anny Vogel et une histoire de « Petite sirène ». Immersion complète dans l’univers du Théâtre Tête d’Or en cliquant sur www.theatretetedor.com

ohann Chapuis est un chef qui eut la lourde tâche de faire oublier Jean Ducloux, ce génial cuisinier de Tournus qui recevait Paul Bocuse comme un frère de mets. Au XXIème siècle, le restaurant qui a gardé le nom de « Greuze » demeure cette belle adresse étoilée du passé. On y mange bien et bon. Au changement de saison ou de carte, la maison de Stéphanie et Yohann crée au gré des rencontres du « Grand Greuze » comme ce menu de légende initié par le champagne Mumm. Entre le cordon rouge et le cordon bleu, la rencontre fut à la hauteur du challenge gastronomique des plats servis le 21 juillet 1938 dans la Galerie des Glaces de Versailles, lors de la visite en France du roi Georges VI et de la reine Elizabeth. Du grand art, de l’assiette au verre dont la cuvée R. Lalou, millésimée 1999, vitrine du savoir-faire de la maison champenoise. Spectacle gourmand et pétillant orchestré par l’ami Jean Burdy. http://www.restaurant-greuze.fr

C

réée en 1988 par Olivier et Patricia Houg rue Jarente dans un lieu qui se regrette quand on le quitte, la galerie Houg est toujours un espace emblématique. Olivier, aujourd’hui avec Romain, « castent » les créateurs et plasticiens de demain et font bouger la ville dans leur vision de l’art contemporain. En revenant dans le quartier d’Ainay , rue Auguste Comte, après un passage remarqué à la Confluence, père et fils, tels des nez de parfumeurs composent des fragrances d’artistes . Entre découvertes et confirmations de talents, la galerie Houg affiche ses choix artistiques ou se croisent : Mathias Schmied, Laurent Pernel, Elise Cam ou Aurélie Petrel. Pour l’accrochage d’ouverture : focus sur Eric Manigaud. Le Stéphanois aux œuvres idées noires est une valeur sûre de la galerie , de grands collectionneurs ont déjà compris que ses dessins pessimistes cachaient des vertus couleur génie. www.galeriehoug.com

03


PEOPLE EVENTS

VU !

24Événements +

de photos sur lyonpeople.com

qu’il ne fallait pas manquer Photographes : Jean-Louis Chauveau & Fabrice Schiff

01

3ÈME TROPHÉE DES AUDACIEUSES Golf du Gouverneur Ce concept unique en France est façonné par 4 complices Bertille Bourbon-Toutut, Christelle Champion, Frédérique Bernard-Sablière et Brigitte Honegger. Il est réservé à des femmes en activité professionnelle golfeuses ou non et leur permet de jouer une compétition ou s’initier au golf dans un cadre alliant le sport, le business et le networking. Un événement qui remporte toujours plus de succès depuis sa création (45 joueuses en 2011, 90 en 2012, 120 en 2013). Reportage complet sur www.lyonpeople.com – Rubrique Les Fêtes Le jury accueilli par Robert Perret au Théodore - Photo © Fabrice Schiff

02 RALLYE DES PRINCESSES Jolie perf pour les Ch’Tites Lyonnaises Le 1er juin dernier, Caroline Rigondet (Nagabbo Opticiens) et Sylvie Dilosquer-Pregevole (cadre bancaire) ont formé l’équipage « les Ch’tites Lyonnaises » et pris le départ du prestigieux Rallye des Princesses, une épreuve de régularité 100% féminine. Jeunes femmes actives et audacieuses, c’est par amour des belles « anciennes » et l’envie de le partager qu’elles se sont lancées dans cette aventure, au volant d’une Porsche 356 de 1962. Durant 6 jours, de la place des Invalides au port Saint Tropez, elles ont vécu une semaine riche en émotions et terminent à la 22ème place sur 87 équipages.

44

Lyonpeople / Juillet Août 2013

LE JURY DU PRIX ANDRÉ MURE au Théodore

03

Le prix André Mure récompense tous les ans une personnalité ayant contribué au patrimoine lyonnais. Invité par Robert Perret au Théodore, le jury composé de Christian Mure, son épouse Muriel, Jean Etevenaux (président de la Sélyre), Gérard Chauvy, Robert Perret, Isabelle Rossi, Michel Laude et Christian Bellegueulle a sélectionné le président de la Société des Amis de Lyon et de Guignol. Timing parfait, puisque l’association vient tout juste de célébrer son centenaire. Créée en 1913, elle se bat encore aujourd’hui pour la conservation du patrimoine lyonnais, à travers l’histoire de la marionnette et la promotion de son théâtre. D’origine croix-roussienne, Gérard Truchet a toujours défendu cette tradition en usant de ses multiples talents : marionnettiste, chanteur de grands classiques locaux, ou même orateur du parler lyonnais. LB


Brasserie - Restaurant

Terrasse place Carnot de mars à octobre

Salle à l’étage avec possibilité de privatisation

Ouvert 7/7 jours 4, place Carnot - 69002 Lyon Tél. 04 72 41 98 40 Mail : espacecarnot@orange.fr Parking Perrache M Métro Ampère

Chef Roger Jaloux (Meilleur Ouvrier de France)

Formule midi du lundi au vendredi Entrée + plat + dessert = 21 € Plat du jour = 10,90 €

Espace Carnot-05-13 OK.indd 1

nuelle

© Fabrice Schiff

* Fermeture an

ût • Du 19 du 10 au 18 ao

28/06/13 15:40

ement

r Tapas uniqu

au 25 août, Ba


PEOPLE EVENTS

04

Musée des Tissus

MOROSO

au Musée des Tissus et chez Claude Cartier Maximilien Durand, directeur du Musée des Tissus et Musée des Arts Décoratifs présente jusqu’au 1er septembre une exposition unique à Lyon «MOROSO, Lo squardo Latérale». A l’origine de cette rencontre, Claude Cartier, architecte d’intérieur. Puisant son inspiration dans les courants stylistiques et les tendances actuelles, elle a tout naturellement dévoilé la richesse du Musée des Tissus et des Arts Décoratifs à Patrizia Moroso lors de sa venue à Lyon. En résonance Claude Cartier présente MOROSO AT HOME, une scénographie dédiée à l’univers de la marque à découvrir dans son show-room, 25, rue Auguste Comte. Jeudi 20 juin, le temps d’une soirée Maximilien Durand et ses équipes ont dévoilé les talents de MOROSO qui, pour rendre l’exposition encore plus originelle, ont créé avec la Société vénitienne Rubelli, un tissu qui reproduit fidèlement une mise en carte conservée au musée de Lyon et attribuée à Philippe de Lasalle, un des protagonistes majeurs de l’industrie de la soie du XVIIIe siècle. Photographe : Saby Maviel

25, rue Auguste Comte, jusqu’au 31 juillet.

Marie-Claire Noyerie (Musée des Tissus et Musée des Arts Décoratifs) et Lionel Bergatto (Drac), Claire Berthonnier (chargée des collections) et Maximilien Durand (Musée des Tissus et Musée des Arts Décoratifs)

Patrizia Moroso (Moroso) et Claude Cartier (Boutique Claude Cartier)

Nathalie Imart, Nicolas son époux (Moroso) et Christian Tomadini (Moroso)

Isabelle Hourtoule (Styliste au Musée des Tissus) et Davide Michelizza (Moroso) et Bernard Paulin (Musée des Tissus) Nicolo Favaretto (Rubelli) et Maximilien Durand (Musée des Tissus et Musée des Arts Décoratifs)

Patrizia Moroso (Moroso) et Nadine Gelas

Pierre Vurpas, architecte et Jacqueline son épouse (Musée Gallo Romain de Fourvière et Saint Romain en Gal)

Iwan Ponsonnet, architecte (Xanadu), Gaëlle Caillens et Didier son époux (Wark Design)

Françoise Chatelon (pharmacie Chatelon), Sophie Turion, Julianna Molnar, docteur Gynécologue, Pascale Pidault (Design et Bains) et Claude Cartier

46

Lyonpeople / Juillet Août 2013

François Royer (Mairie Lyon 2°), Marie-Claire Noyerie, Maximilien Durand (Musée des Tissus et Musée des Arts Décoratifs) et Denis Broliquier, maire du 2° arr.

Claude Cartier, Céline Melon-Sibille et Julie Gagneux (Arty l’Amour de l’Art)

Erick Saillet, photographe, Fanny Moreno (Moreno) et Patrice Marraud des Grottes (Elitis)

Maximilien Durand (Musée des Tissus et Musée des Arts Décoratifs) et Isabelle Arnaud-Descours (Région Rhône-Alpes)

Nadine Fageol, Fabien Louvier (Claude Cartier Décoration) et Clotilde Dupont (l’Arca International)

Sabine Gay et Sandrine Mouton (Boutique Claude Cartier)


www.groupemercier.com

+ de 750 biens à la vente ou à la location t es on Lim

Exclusivité - Propriété 400 m2 ne on ap r C

Exclusivité - Locaux d’activités oy eF int Sa

Exclusivité - Nouveau programme 12 lots du T2 au T5 avec terrasse

Le Mini Parc Domaine de Bois Dieu - 69380 Lissieu

04 78 47 55 82


PEOPLE EVENTS

05

Bron

LE NOVOTEL LYON BRON à ciel ouvert

Jeudi 6 juin, le Novotel de Lyon Bron accueillait 250 clients et fournisseurs pour célébrer l’inauguration de ses espaces extérieurs, en présence du directeur Jacques Malaurie. L’hôtel de 190 chambres, situé au croisement des autoroutes des Alpes et du Sud, dispose donc désormais d’un nouveau jardin et d’une piscine flambant neuve. Une soirée placée sous le signe du développement durable, avec un buffet de produits bios et des espaces verts traités sans produits nocifs pour l’environnement. Photographe : Fabrice Schiff

Louis –Emmanuel Hardy (Cycloville) et Jacques Malaurie, directeur Novotel Bron

Anastasia Le Saint et Sylvie Maameri (Emerson)

Chloé Coomans et 2 de ses œuvres

Véronique et son époux Philippe Bayon (Mylan)

Thierry Nunige et Céline Benford (Kempf )

Delphine Baconnier, Hélène Darocha et Audrey Croizat (Cirtil)

Le groupe Jean-Pierre Verdolini Jazz Band

Martine Mostachetti (Pur Attitude), Marie-Paule Camus (Areva) et Inés Gres (Novotel)

Maryjo (HCL) et son époux Denis Pachtem

48

Lyonpeople / Juillet Août 2013

Annie Dury (CNAM) et Iréne Dury (Renault Trucks)

Gaëlle Primaut (Mylan), Julie Girard (Accor) et Odile Iché (Mylan)

Patricia Keltner et Rachel Detain (APAC)

Thierry Chavet (MLS) et son épouse Valérie (Groupe ISP)

Béatrice Venet et Julie Rozier (Arkema)

Corinne et son époux Philippe Bouaziz (GBDIS)


PEOPLE EVENTS

06

CCI

LYON SHOP & DESIGN

Six lauréats pour l’édition 2013 Porté depuis 2004 par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon, le concours Lyon Shop & Design vise à mettre en lumière le travail conjoint entre les architectes, les designers et les commerçants lyonnais. L’évènement a fédéré cette année une centaine de dossiers de candidature. Le jury d’une vingtaine de membres a présélectionné quinze dossiers. Les 5 lauréats et le prix du Public de cette édition 2013 ont été dévoilés le 12 juin à l’occasion d’une grande soirée au Palais de la Bourse, qui a réuni 600 personnes. Ouvert au public depuis 2009, le prix du public rencontre un vrai succès et comptabilisait cette année 15 383 votants. Photographe : Fabrice Schiff

Jean-Michel Woulkoff (DWA architecte) et Victor-John Vial-Voiron, président du Conseil Marilyne Genevrier (Elle Tonic Circuit) et régional de l’Ordre des architectes Rhône-Alpes Nadine Gelas, vice-présidente du Grand Lyon

Ludovic Noël, directeur général de la Cité du Design

Alain Meyet (Sonepar le Mat’ Electrique), Delphine Masure (Form-E-Sens) et Julien Fumat (Fumat architecture)

Stéphanie Lapendry-Boudier (Agence Hervé Moreau), Mathieu Jallat, Hervé Moreau (Agence Hervé Moreau), Philippe Gauvreau (Halles 9), Erik Berchet-Moguet (Zebrand), et Jérémy Desprets (Unibail-Rodamco) Les Lauréats 2013 : Philippe Gauvreau, accompagné par Hervé Moreau et Erik Berchet Moguet pour le restaurant Halles 9 Roland Drieux, accompagné par Antony Léger, Guillaume Bourdon et Olivier Fischer pour le caviste Louis M by Roland Drieux Frédéric et Jean-François Marteau, accompagnés par Stéphane Marteau, Guillaume Daydé et Hervé Guitaut pour le restaurant Lucien et la Cocotte Cie Nicolas Fafiotte, accompagné par Richard Bagur pour Nicolas Fafiotte Couture Pierre Bonnet et Philippe Bettant, accompagnés par Hervé Moreau pour le Concept store masculin The Royal Racer Prix du public remis à la Boulangerie Dias

50

Lyonpeople / Juillet Août 2013

Lisa Lejeune (Lisa Lejeune Créations), Céline Gris (Human Architecte) et Emilie Chausy (EC Archidesigner)

Marc Degrange, Philippe Grillot et Jacques Descours, élus de la CCI de Lyon

Ludovic Noël, directeur général Cité du Design, José Dias (Boulangerie Dias) Prix du public et Nordine Mebarki (Atmosphère Agencement)

Le couturier Nicolas Fafiotte et Richard Bagur (Architecte d’intérieur CFAI)

Sylvie d’Arfeuille et son époux Olivier (Fripesketchup)

Philippe Bettant (Royal Racer) et Domitille Durrenberger (Un instant de Ville)

Guillaume Bourdon (Drive Design), Roland Drieux (Louis M By Roland Drieux), Antony Léger (Axe Saône), Olivier Fischer (Sienne Design) et François Porte (Altarea Cogedim)

Stéphane, Jean-François, Frédéric Marteau (Lucien & La Cocotte Cie), Guillaume Daydé (Espace Gaïa) et Hervé Guitaut (Agence Caracas) entourés de Marc Degrange et de Jacques Descours


ECULLY - CENTRE

1 380 000 €

Proximité centre, dans voie privée, très belle maison entièrement rénovée en parfait état de 280 m² plus dépendances, au rdc séjour avec cheminée donnant sur terrasses, salle à manger, cuisine équipée, lingerie. A l’étage, suite parentale avec salle de bain et dressing, 3 chambres, 2 salles d’eau, un bureau. Au rez de jardin: studio aménagé de 60 m² avec terrasse, dressing, cave, salle de sport, sauna, garage. Terrain de 1500m², piscine. Classe énergie : C

GENaY - CENTRE

960 000 €

Propriété de 1740 de 340 m² environ sur terrain de 1800 m², grande pièce de vie d’env. 80 m² avec séjour et cuisine, coin bibliothèque, 5 chambres, salle de bains, salles d’eau, buanderie, cave. Dépendances, garage, place de parking. A découvrir. Classe énergie : D

LimoNEsT

Nous consulter

Belle Propriété de 400 m environ, réception donnant sur terrasse , cuisine équipée avec son coin repas, suite parentale avec dressing et salle de bains. Etage mezzanine, 2 suites avec salle d’eau. En rez de jardin salle jeux, bureau et chambre d’amis. Beau parc arboré de 7 700 m2 avec piscine et pool house. Classe énergie : D 2

105, rue Duguesclin, 69006 Lyon - Tél. : 04 72 44 52 36 - e-mail : transaction@regiestpierre.fr

www. regiesaintpierre.fr


PEOPLE EVENTS

07

Charbonnières

CARS & COFFEE by EAP En direct du Lyon Vert

Passionnés de GT et supercars ont rallié Charbonnières et son casino, points de départ d’une randonnée qui les a conduits jusqu’à l’aérodrome de Corbas. Initialement programmée le 2 juin, la concentration a été décalée d’une semaine en raison des intempéries. Tous les seconds dimanche du mois, le club EAP (Emotion Auto Prestige) organise pour ses membres des randonnées sur route ou sur circuit. Photographe : Saby Maviel Les participants réunis au Lyon Vert

Jean-Christophe Durand

Stéphanie Boisson et Thierry Pellissier

52

Lyonpeople / Juillet Août 2013

Tristan Meusnier (Coreupt)

Jean-Bernard Muizzo

Henri, Syprien et Eliott

Pierre-Jean Merli (Casino de Charbonnière) et Didier Brocard (EAP)

Boutch, bichonné par Nanou et Christophe Rinaud

Hervé Bessenay


Juillet Ao没t 2013 / Lyonpeople

53


PEOPLE EVENTS

08

Place des Jacobins

LA NOUVELLE COLLECTION ROLEX en majesté chez Maier

Les portes du Salon Mondial de l’Horlogerie et de la Bijouterie de Bâle à peine refermées, les nouveautés de la maison Rolex s’exposent déjà chez Maier ! Dans le show-room Haute-Horlogerie de la maison Maier, quelque 200 convives ont assisté à une présentation de pièces exceptionnelles. Notamment la nouvelle version en acier 904L de l’Oyster Perpetual GMT-Master II, rehaussée d’une lunette tournante dotée en première mondiale d’un disque Cerachrom en céramique bleu et noir. La nouvelle Oyster Perpetual Yacht-Master II a été réinventée selon le même cahier des charges. Elle est disponible pour la première fois en acier 904L, assorti d’un disque Cerachrom en céramique bleue. A noter également la nouvelle Oyster Perpetual Cosmograph Daytona entièrement habillée de platine 950, le plus noble des métaux précieux. Un évènement VIP qui s’est déroulé en présence d’Arnaud Reverdin, directeur commercial de Rolex France. Photographe : Saby Maviel

Arnaud Reverdin (Rolex France), Laura Maier, Sébastien et Sandra (Rolex)

Sarah Gormand et Thomas Sansavini (Centre Vendôme)

Sacha Marcoux (Epitech), Nathalie Rajon (ADT Loire) et Romain Rajon (Sotheby’s)

Bertrand Malher (Merial) et son épouse Nathalie

Jean-Luc Jolis et Caroline Forlani

54

Lyonpeople / Juillet Août 2013

Rachel, Eric et Véronique

Catherine Bex (Champagne Duval Leroy) Le photographe Michel Etienne et Cécile Chartron (Maier Joaillerie) et Danièle Rutter (Lise Charmel)

Benjamin Uzel et son épouse Laura Maier (Rolex)

Christelle Reverdy et Yvan Patet (EM2C)

Catherine et Bruno Duchemin (VDL)

Arnaud Reverdin (Rolex France) et Nicolas Winckler (Lyon People)

Pierre-Antoine Du Grés (Cabinet Hermès) Sébastien (Rolex), Ghislaine Mérieux et Alex (Caffé Milano Mercière & Marronniers) et Lesly Nelson (Les Affranchis)

Elodie Auroux (Suite-Logique), Diane Volle et Yvon Barnier (Maier)


PEOPLE EVENTS

09

Confluence

LANCEMENT DU NOUVEAU CITROËN C4 PICASSO au Docks 40

Bravant la pluie et le vent, nombreux avaient répondu présents à l’invitation de la marque aux chevrons, pour le lancement de son tout nouveau C4 Picasso 5 places. En présence des directeurs des succursales Citroën de Lyon rue de Marseille, Vénissieux, Ecully, Vaulx-en-Velin et Rillieux la Pape, les invités ont pu découvrir le dernier né de Citroën. Un technospace au design énergique, véritable concentré de technologie intuitive. Le nouveau C4 Picasso a visiblement conquis tous ceux qui recherchaient la référence de l’habitabilité, de l’agilité et du dynamisme. Le tout, dans le respect de l’environnement (avec 98g. de CO²/km !).De quoi assurer à la success-story des trois millions de Citroën portant la signature «Picasso», un avenir sous le soleil. Photographe : Fabrice Schiff

Danny Morsilli (La Sphère des Possibles)

Alexia Roussel, Laetitia Chardon et Aline Germain (Citroën)

Laurent Ribes (Le Progrès) et Victor Benmussa (Citroën)

Olivier de Breyne et Bernard Thollin (Electricfil)

Marie Pupier et Benoît Paltretti (Out of Box)

Alain Dudragne et son épouse Françoise

Bertrand Gongel, Laurent Rapini, Célia Deprez et Dominique Dupuis (Citroën)

Pierre Magand (Caisse d’Epargne) et Lucille Gobert (Korian)

56

Lyonpeople / Juillet Août 2013

L’équipe Citrën Grand Lyon autour du nouveau C4 Picasso

François Salmon (Volume), Françoise Lapeyre-Uzu (Région Rhône-Alpes) et Richard Thavel (SCP Zerbib)

Laurent Rapini (Citroën)

Victor Benmussa, Marc Taggiasco, Gregory Lemerre et Rafaël Raffelli (Citroën Vaulx en Velin & Rillieux la Pape)

Aline Germain (Citroën), Marion et Christian Bondis (Franck Prevost), Christelle Cimetière (EMC)


PEOPLE EVENTS

10 Quentin Barras, Sophie Blondel, Gwendal Peizerat, Dinah Theiller et Philippe Bozzi, directeur de la boutique et son équipe

Avenue Henri Barbusse

La nouvelle collection Tom Ford chez

ALAIN AFFLELOU VILLEURBANNE Une centaine de clients et partenaires se sont déplacés chez Afflelou Villeurbanne, pour fêter l’arrivée de la nouvelle collection Tom Ford, en présence de Laurent Afflelou. Le célèbre opticien a réquisitionné toute sa boutique pour exposer les nouveaux modèles, optiques et solaires, réunissant pour la première fois l’ensemble de la collection au même endroit. Cette année, la marque haut de gamme surfe sur la tendance rétro, qui fait fureur en ce moment. Les verres se font larges et imposants, les montures au design papillonnant arborent écailles et couleurs vives. Quant aux invités de Grégoire et Nicolas Balaÿ, ils sont chouchoutés, et ne savent plus où donner de la tête, entre le champagne, les petits fours et le bar à cocktails. Le barman, engagé pour l’occasion, offre des Mojitos revisités et use de la carboglace pour éblouir les curieux. Sans oublier la présence de Jean-Paul Bret, maire de Villeurbanne et de Laurent Afflelou, le fils d’Alain. Une partie de la collection sera disponible très prochainement dans les boutiques Afflelou.

Alain Afflelou Opticien : 14, avenue Barbusse - Villeurbanne Alain Afflelou Opticien et Acousticien : 116, avenue des Frères Lumière - Lyon 8 62, avenue Jean Jaurès - Lyon 7 / 56, rue de la République - Meyzieu Alain Afflelou Acousticien : 1, cours Vitton - Lyon 6

Texte : Léna Bouillard - Photographe : val-fpg.com Grégoire Balaÿ (Alain Afflelou Opticien), Jean-Paul Bret, maire de Villeurbanne, Laurent Afflelou et Nicolas Balaÿ (Alain Afflelou Acousticien)

Philippe Bozzi, directeur de la boutique et Gwendal Peizerat

Valérie Cuzin (ERCD) et Thuy Vinh Bonnavent (CIDE Groupe)

Jérémy Hidot, le spécialiste du Mojito magique

Grégoire Balaÿ (Alain Afflelou Opticien) et Nicolas Balaÿ (Alain Afflelou Acousticien)

58

Lyonpeople / Juillet Août 2013

Evelyne Perrin et Hervé Danilovic (Afflelou Lyon 7ème)

Marie (Lamy-Lexel) et Rémi Hanachowicz (Axten)

Cécile Balaÿ (CIC), Audrey (Perles d’Au) et Sandrine Vijoul

Xavier Tholy (Prez Immo), Armen Nerguisian (Nerguisian retraites), Jean-François Chetail (Peintures & Compagnie) et Pascal Demirdjian (Audi – Delorme Automobiles)

Christophe Giraud (Bpeek), Nicolas Balaÿ (Alain Afflelou Acousticien) et David Humbert (Cabinet SFC)

Stéphane Ligonnet et Marilyne Brun

Fabrice Palatin (Palatin) et Cécile Balaÿ (CIC)


PEOPLE EVENTS

11

Golf du Gouverneur

10ÈME TROPHÉE OVALGREEN

Une très belle décennie! Pour cette édition anniversaire, Jean-Claude Pietrocola et Gaëlle Viegas - dirigeants de Média Sport Promotion ont fait les choses en grand en offrant non pas 24h mais bien 48h de convivialité aux 869 personnes présentes les jeudi 19 et vendredi 20 juin derniers sur le golf du Gouverneur. Sur les greens : un Pro-Am sur le parcours du Breuil a ouvert les hostilités le jeudi après-midi suivi d’un scrumble en shot-gun sur les 2 parcours le vendredi. Au village : une vingtaine d’exposants ont démontré grandeur nature leur savoir-faire. Un focus particulier à AG2R La Mondiale qui a permis d’additionner 1000€ au 15000€ de dons des partenaires au profit de l’association « Le Petit Monde ». Côté chapiteau : toute les équipes du chef Ludo du Golf du Gouverneur et les pâtissiers du Casino Le Lyon Vert étaient sur le quivive pour célébrer comme il se doit l’anniversaire du trophée ovalgreen et celui du sénateur-maire de Lyon Gérard Collomb. La famille de l’ovalie était bien représentée grâce à la présence d’une quarantaine d’internationaux réunis sous le parrainage de Mathieu Bastareau, Yann Delaigue, Sylvain Marconnet et Éric Champ. Nous soulignerons également la présence exceptionnelle de David et Jean-Baptiste, les fils de Jacques Fouroux le parrain fondateur de cet événement au concept si atypique... Photographe : Fabrice Schiff

Thierry Bouchet (Champagne de Venoge), Gaëlle Viegas et Jean-Claude Pietrocola (Média Sport Promotion)

Les Parrains des 10 ans

Ange Aznar (Axis), Jacques Chalvin (Double Mixte) et Benoît Licour (Maïa)

60

Lyonpeople / Juillet Août 2013

Marco (Lyon People) et Bertrand Gutty (Brandt Motors)

Jean- Yves Krief, José Mendes, Yves Matton et Hervé Genand

Alexandre Picquier, Pascal Chopin et Philippe Benmergui

Le présentateur Jean-Paul Jacquet

Sylvain Marconnet et Eric Rostagnat (GL Events)

Nicolas Trompille (Iliade Ingénierie), Pierre Nallet (AnaHome Immobilier) et Hervé Bal (Editions HB)

Michel Neyret, Laye Diop (Hilton) et Serge Gradante (CKleen)

Franck Tournaire, Olivier Roumat et Raphaël Saint-André

Charles et son père Benoit Offroy (Easy Glove)


Pierre Nallet (Anahome Immobilier) et son équipe

L’équipe Schweppes : David Tavira, Jérômyne Duclos et Damien Huillard

Michel Chenevat (Eiffage) et Léandre Borbon (LOU Rugby)

Sébastien Baudoux, José Lirio, Eric Champeil et Sébastien Tournissoux

Denise Blatrix, son époux Christian, Philippe Jouffre et Alain Carbonel

Annie Canat, Christine Gibert, Hervé Guillet et Bruno Laval

Schweppes, nouveau partenaire

David Tavira, Francis Stabenau, directeur du Golf du Gouverneur et Damien Huillard (Schweppes)

Avec 800 participants, le trophée de golf de Media Sport Promotion confirme qu’il a toujours le vent en poupe. Ce qui explique que même en période de crise, il attire de nouveaux partenaires. C’est ainsi qu’Orangina Schweppes a intégré pour la 1ère année le circuit Ovalgreen. Un rapprochement naturel puisque Orangina est partenaire du XV de France depuis plusieurs années tandis que Schweppes est plébiscité par les golfeurs, grâce à son cocktail « Chose ». Damien Huillard et son équipe de choc composée d’Emilie Teyssier et Umit Ceylan, ont livré eux-mêmes des boissons Orangina Schweppes aux compétiteurs ravis de ce room service pétillant.

Jean-Michel Aguirre

Jimmy Marlu et Cédric Soulette Juillet Août 2013 / Lyonpeople

61


PEOPLE EVENTS

12

Lyon 6

Inauguration

SHOW HOME CONCEPT

Gwenaëlle & Sébastien Laurent ont invité leurs amis, clients et partenaires à venir découvrir leur nouvel espace situé au 2 rue Masséna, dédié à l’univers de la gamme CESAR. Un cocktail était organisé dans l’enceinte même du show-room mettant ainsi en avant les partenaires d’électroménager (Gaggenau, Miele, Kitchenaid,…) grâce à une démonstration de cuisine avec le chef Piermic Fatet qui donne rendez-vous aux gourmets chaque mardi à partir du mois de septembre chez Show Home Concept - 2, rue Masséna - Lyon 6, Renseignements au 04 81 65 13 00. Photographe : val-fpg.com & Marc Galaor

Gwenaelle Laurent (Show Home Concept), le Chef Piermic Fatet (Cuiz’in Surcours) et Sébastien Laurent (Show Home Concept)

Martine Leydier, Mireille Stropoli (AGC) et Cathy Chieze (AGC)

Gwenaelle Laurent (Show Home Concept), Francesco Cappellotto (Cesar), Sébastien Laurent (Show Home Concept) et François Xavier Mathon (Agerit Cesar)

Caroline Garmirian (ACC Expertises comptables et Conseil) et Mickaëlle Buccio (Bureau d’études M. Buccio)

Maxime Rival et Julien Hardy (Salon le Riad)

Virginie Levert, Laurent Lelièvre (Cabinet d’avocat Forestier Lelievre), Renaud Cohen (Somatrans) et Olivier Chatard (Delta Light)

Gwenaelle et Sébastien Laurent (Show Home Concept) aux côtés de Romain Loursac et Jean-Philippe Bonrepaux (LOU Rugby)

Renaud Cohen (Somatrans), Raphaël Saint André (L’Isle), Yann Fournier (Olympique Lyonnais), Gwenaelle et Sébastien Laurent

62

Lyonpeople / Juillet Août 2013

Pierre Laigle et son épouse, Gwenaelle et Sébastien Laurent (Show Home Concept)

Isabelle Burtin (La rivière de carreaux) et Pierre Caburet (Mercedes)

Eugène N’Zi (LOU Rugby) et Sébastien Laurent

Steven Guigoz et Gilles Dietrich (Dank Architectes)

Nathalie Robin (Banque Populaire), Annick Menard et Stéphanie Obrier (KA International)


PEOPLE EVENTS

13

Château Perrache

Lancement du

GUIDE DES SPORTS 2013

Plus de 400 personnes avaient répondu présents à l’invitation de l’Office des Sports de Lyon en collaboration avec Frédéric Poty d’Esprit d’Action pour le lancement de la nouvelle édition du Guide des Sports de Lyon 2013/2014, le lundi 24 Juin dans les salons du Mercure Château Perrache dans le 2ème Arrondissement de Lyon. Encore un cru exceptionnel où plus de 300 associations raviront sportifs et non sportifs … A l’occasion du cinquantenaire de la signature du traité de l’Elysée, la soirée était placée sous le signe de l’amitié francoallemande, rappelant l’échange Lyon-Francfort que l’office des Sports organise depuis cinq ans. Photographe : val-fpg.com

L’équipe de l’Office des Sports et Esprit d’Action

Marta Pardo-Badier (directrice de l’Hôtel Château Perrache), Marc Feuillet (Président de l’Office des sports de Lyon) et Philippe Takacs (Directeur des opérations, Groupe Accor)

Sophie Marcon (AKKA) et Valérie Gonnet (Marabu)

Marc Goy (Office des sports de Lyon)

Jérôme Marache (Perstil) et Pierre Dodille (président de l’Office des Sports de Lyon 5)

Frédéric Poty (Esprit d’Action), Jean-Philippe Tatu (Crédit Mutuel) et Patrick Mazerot (Body Sculpt / L’Appart)

Abdel Achache (Adjoint aux sports du 3e), Jean-Michel Provini (FF Ski Lyon), José Messer (AG2R la mondiale) et Frédéric Poty (Esprit d’action)

Thierry Braillard et Marta Pardo-Badier (directrice de l’Hôtel Château Perrache)

Krassimir Todorov (Président ASUL Lyon Volleyball) et le gymnaste Yann Cucherat

Frédéric Poty (Esprit d’Action), Samy Hamlaoui (Pharma) et Frédéric Bastie (Pharma)

André Barbier, Cécile Desmurger et Jean-Philippe Millerat (Orange Centre Est)

Marc Feuillet (Président de l’Office des sports de Lyon) et Thierry Braillard (Adjoint aux Sports)

Marc Goy (Office des sports de Lyon), Emmanuel Chaix (Président Office des Sports Lyon 6) et Corinne Dagand-Segaud (Office des Sports – Aqua Synchro Lyon)

Thierry Braillard, Oktay Ktalak, Abdelhamid Meniaï (Club d’affaires France – Pays du Golfe) et Saadim Mechiche (directeur Team) Juillet Août 2013 / Lyonpeople

63


PEOPLE EVENTS

14

Cours de la Liberté

Le champagne rosé Ruinart pétille

CHEZ COT CONTEMPORAIN A l’occasion de la présentation de la collection gourmande Champagne Rosé Ruinart et Vin Rosé Sainte Marguerite, Pascal Cot, Philippe Besseau et l’équipe de Cot Contemporain, assistée par Frédéric Guillermin (Maison de Champagne Ruinart), ont accueilli leurs clients et partenaires pour une dégustation « conviviale et pétillante ». Photographe : Fabrice Schiff Philippe Besseau et son équipe (Steiner)

Frédéric Guillermin (Champagne Ruinart)

Blandine Mathias (Cabinet Immocréation) et le docteur Jean Renaudin

Nathalie Cot (Cot Contemporain) et Gilles Jurado (Le W)

Christine Voiron et son époux Richard (Jefferson & Lorents)

Jean-Pierre Cot, Joss Corsini et Pierre Acarie (Cot Contemporain)

Delphine (Sport Liberté) et son époux Sébastien Tournissoux (Grand Lyon Boissons)

Cindy Gravalon

64

Kim Azzopardi (IDRAC) et Karine Gillot (Max Aventure)

Annick Briot, Geneviève Dousset-Mazodier (Soluvin) et Martine Bonnaventure (Galerie Atelier 28)

Michel Fabrello (FP Plastik), son épouse Sophie et Christian Liogier (CL Holding)

Pascal Cot et Philippe Besseau (Cot Contemporain)

Lyonpeople / Juillet Août 2013

Marina Menay, Henri Lochelongue et Clémentine Beal (Château de Bagnols)

Laurence Renaudin et Sandrine Pouquine (Kare)

Sophie Saby-Gerat et Dominique Vivant (6ème Sens Immobilier)


PEOPLE EVENTS

15

Cour des Loges

VACHERON CONSTANTIN Luxury Golf Tour

Organisé par Rio Grande Events, l’évènement Vacheron Constantin Luxury Golf Tour s’est déroulé les 15 et 16 juin au Golf Club de Lyon à Villette d’Anton. Pour la première journée de compétition, 152 joueurs se sont affrontés pour un Scramble sur le parcours des Brocards. Ces mêmes golfeurs ont retrouvé dès le lendemain le parcours des sangliers en Greensome. La traditionnelle cérémonie de remise des prix, en tenue blanche obligatoire, est venue clôturer l’évènement. En préambule, 120 des 152 joueurs engagés dans cette amicale compétition se sont vus remettre leur carte de scores vendredi 14 juin à l’occasion d’une grande soirée inaugurale à La Cour des Loges. Photographe : Lionel Pinar

Jean Lou Charon (Président de la FFG) et Caroline Beckensteiner (Rio grande)

Martine et Hervé Bal, Philippe Guilhem

Franc Sciessere, Louis-Eric et Caroline Beckensteiner, George-Eric Tishker et son fils Eliott

Virginie Coponat (Ventilo) et Yvon Barnier (Maier Horloger)

Patrick Friede et Bernard Trux L’équipe gagnante

Blandine Brochier (Partition) et Agnès Chalvin

Gilles Lefebvre et Thierry Jalibert

Bernard Laurent et Chantal de Thé

Nathalie et Guy Garrigues (ancien joueur de l’OL)

Jacques Chalvin (Double Mixte) et Laye Diop (Hilton)

Franck Sciessere, directeur de la Cour des Loges et Anna Williatte

Cathy Bouillé, Denis Roman et Jean-Yves Di Martino (Vacheron Constantin)

Frédéric Bouillé (Mercedes-Benz Lyon) et Louis-Eric Beckensteiner

Pierre Roset (Président Ligne Roset), Isabelle Magis, Christian Martin (Président GCL) et Jean-Lou Charon Juillet Août 2013 / Lyonpeople

65


PEOPLE EVENTS

16

Boulevard des Belges

Garden Party au

WARWICK REINE ASTRID

Devenue incontournable voire patrimoniale, la 5eme édition de la Garden Party du Warwick Reine Astrid s’est déroulée le 29 mai 2013 à Lyon. En passant entre les gouttes. « Nous avons passé quelques bouteilles de Minuty », débriefe tout sourire Ali Afshar, le directeur général de l’hôtel. L’évènement VIP a réuni des centaines de convives sur la nouvelle terrasse aménagée par la maison Corradi, et quelques partenaires prestigieux. Gauduel a présenté la nouvelle Maserati Quattroporte de la marque au trident, quand Pal Zileri a teasé sa nouvelle collection disponible en boutique. Le joaillier Dinh Van a dévoilé sa nouvelle collection sous les volutes des amateurs de vitoles estampillées La Civette-Le Diplomate. Une soirée hautde-gamme, entre cocktails dînatoire et orchestre. Photographe : Fabrice Schiff

Ali Afshar, directeur général Warwick Reine Astrid et les partenaires de la soirée

Audrey Reynaud (Max Mara) et son époux Olivier (XPE)

66

Lyonpeople / Juillet Août 2013

Nathalie Bernard et Véronique Lahousse (PWC), Valérie Kern (Warwick Reine Astrid)

Alexandre Jeannerod (Euro Sono) et Renaud Gairard (Meetings)

Lionel Badier (Brasseries Bocuse) et Marta Pardo-Badier (Château Perrache)

Ali Afshar (Warwick Reine Astrid) et Jacques de Chilly (Aderly)

Laurence Barriere (Apave) et Françoise Neubert (Yachts de Lyon)

Gilles Taraquois (Pal Zileri) et Hélène Fourrière (Warwick Reine Astrid)

Hervé Corcos (Groupe Funny Boys) et Stéphane Albrègue (Ferrari)

Caroline Auclair (Groupe Cardinal) et Pascal Auclair (FMI)


Elodie Testou et Caroline Boyer (Dinh Van Paris)

Charlotte Vurpas (Jours de Printemps), Jacques Chalvin (Double Mixte) et Anaïs Pelege (Jours de Printemps)

DJ Mademoiselle Eva et Maxime Lavorel (L’Horloge) Jacques Rouget (Paul Bocuse), Géraldine Carret et Laurent Bouvier, président des Toques Blanches Lyonnaises

Simon Hoayek (Byblos Lyon), Maitre Marie-Alice Godot-Sorine (Mags Avocats) et Ahmad Fazeli (Vignes & Vins)

Dalil Merad (DComMedia) et Richard Thavel (SCP Zerbib)

Lionel Clément (Habana Club de Lyon) et Fabrice Campoy (Dermscan)

Jean-François Bourrec (Brainstorming), Ali Afshar, directeur Warwick Reine Astrid, le couturier Michel Penen et Jacques Marcout (Prisme Consulting)

Aziz Lamrani et l’horloger Jean-Louis Maier

Françoise et Jean-Jacques David, maire du 6ème et Annick Jeannerod

Sandrine Michel-Chambon (Show Room Déco), Yves Rioton (Séminaires Business) et Clotilde Dupont (Magazine l’Arca international)

Erick Roux de Bézieux, Elodie Humeau et Benoit de Vallicourt. Camille et Ambroise

Corinne Merlin (Mauboussin), Myriam Chambaron et Julie Menneron

Xavier Velasco (Le Diplomate)

Sabine Poncet-Montange (Alteventis), Ali Afshar (Warwick Reine Astrid), Béryl Maillard, consul de St Domingue, Florence Beylat (Short Line) et Elie Cunat, DG du Groupe Gauduel Juillet Août 2013 / Lyonpeople

67


PEOPLE EVENTS

17

Vaise

IDRAC

Grande soirée des anciens élèves A cette occasion, plus de 350 invités étaient présents avec environ 200 anciens élèves ! L’IDRAC, c’est une belle histoire née il y a 30 ans et qui continue d’exister grâce au lien fort qui unit l’école à ses anciens élèves. Une soirée remplie de souvenirs et d’émotion ! Photographe : Saby Maviel

Laurence Lyonnet, Coordination de l’association des anciens élèves et Ali Hannas, Directeur IDRAC Campus de Lyon

Emilie Oliviero (Biomérieux), Estelle Roche (Agence de L’eau) et Caroline Pinault (Idrac) MGE en Formation Continue promo 2012

Ludovic Narejos, promo MGE 2007 (Events n’sports) et Victor Giroud, promo MME 2007 (Michelin)

Marie Galinier (Mairie de Craponne), Nathalie Radisson (Novaday), Brigitte Dufresnes (Oki Systèmes France) et Sarah Besson, promo MGE Com 2003

Anne Sophie Petrucci (Soluscope), Ali Hannas (Idrac) Céline Le Gourrierec (Sacem), Denis Broliquier (Maire Lyon 2ème/IDRAC), Séverine Durbano (Idrac) et Florence Pourprix (Vivacy) promo MME 2003

Frédéric, Nathalie, Dorine, et Adrien (MercedezBenz Lyon)

Stéphanie Faure (Financière ACCA) et Sandy Larras (Filprotection), promo MGE 2010

Mathilde Michon (SNCF), Pierre-Yves Jacob (Armée de Terre) accompagné de Cyrielle, Jean-Laurent Rauzet (Marine Nationale) accompagné d’Elodie, promo MGE 2006

68

Lyonpeople / Juillet Août 2013

Damien d’Autryve (Gravic), Rodolphe Richard (Kerensen Consulting), Karine Pavoux (Kruger), Renaud Bezier (Hardis), Damien Lyant (BTC) 1ère promo MME 95 et Ali Hannas (Idrac)

Emma, Laurence, Vanille, Léa et Marie (Idrac)

Marion Nattier (Mango), Anne-Catherine Melnotte (Firmenich), Pauline Sanial (LBD) et Elodie Bessonnard (Derhy) Promo MGE 2011

Mathilde Borel, promo M2 2011 (Go2cam), Géralvie M’passi, promo MME 2011 (Desautel), Audrey Tachon, promo MMA 2011 (SAS Institute)


PEOPLE EVENTS

18

Rochetaillée-sur-Saône

TJBAT

fête ses 30 ans Plus de 300 personnes ont répondu présent à l’invitation de Michel Jovanovic et son équipe pour souffler les 30 bougies de la société TJBAT. Comme chaque année, architectes, promoteurs, maitres d’œuvres, entreprises générales, fournisseurs, et amis sont venus fêter dignement cet anniversaire où de nombreuses animations les attendaient. Rendez-vous l’année prochaine pour la 10ème édition ! Photographe : Fabrice Schiff

Sandra Jovanovic et Céline Magalhaes (TJBAT)

Michel Jovanovic (TJBAT), Françoise et Jean-Jacques David, maire du 6ème

Norbert Fontanel (Fontanel), Joseph Mangiacotti (Simap) et Damien Buffeteau (Fontanel)

70

Lyonpeople / Juillet Août 2013

Les compagnons TJBAT

Maryvonne Poizat, André Glerean, maire de Fontaines-Saint-Martin et Nicole Bamiere (Mairie de Rochetaillée-sur-Saône)

L’équipe de Rugby du Rhône Sportif

Kader Marouf, Nathalie Chanavat (Marignan) et Yoann Roussel (Tonic Radio)

Antoine Cote (Saint Gobain) et Olivier Jouan (Edilteco)

Emilie Hiairrassary (Alfa), Alexandre Guillaume (Erai) et Christiane Servin

Mimica Radojevic, Consul de Serbie, Michel Jovanovic (TJBAT), Maître Marie-Joseph Laurent (Brumm) et Maître Dominique Joly

Spasoje Krivokapic, Rita Spiteri, maire de Rochetaillée-sur-Saône et Milan Antic, président de Radnik à Oullins


La France a un incroyable voyant


PEOPLE EVENTS

19

Albigny sur Saône

Lancement des mardis

DES PLANCHES La saison des Planches est bien lancée, et avec le soleil, svp ! Ce ne sont pas les convives qui diront le contraire, nombreux à avoir hérité du fameux sésame VIP. Chacun a pu apprécier le nouveau concept musical, les multiples espaces qui offrent toujours plus de surprises et une atmosphère qui se réchauffe au fil de la saison ! L’été s’annonce brûlant en bord de Saône ! Photographe : Fabrice Schiff

Jean Louis Maier et son équipe, Genseric, Yvon et Sandra

Florine et Melissa

72

Lyonpeople / Juillet Août 2013

La triplette des Sylvie

Céline et Béatrice

Philippe et Scarlett

Talia, Cécile, Pauline, William, Pauline, Capucine, Margaux et Anaïs, l’équipe des com des vendredis

Bruce, Artur, Julien et Nico

Anastasia, Jack et Elena

Sarah, Laura, Tracy et Aline

Sourissez… de Mario

Bruno, Mélanie et Gilbert

Julien, Patrice, David et Damien (Schweppes)

Daniel et Alain


ISSEY M IYAKE

40 ANS DEPÔT SERVICE

PRESTATION

BFMAWARDS

© Agence82.com

RESEAU ENTREPRENDRE TRANSBORDEUR

LA SOLUTION TECHNIQUE DE VOS EVENEMENTS ET INSTALLATION PÉRENNE

Rhône - Service - Hôtellerie

Leader du recrutement de personnel

e savoir-fair ! 28 ans de lus grands p s e d e ic v s au ser 000 salarié 8 2 i s s u a t i C’es vé un emplo u o tr t n o i qu

ardel Guy B

RHONE SERVICE HOTELLERIE - DMCI

Guy Bardel

41, quai Fulchiron 69005 Lyon guy.bardel@gmail.com - www.rhone-hotellerie.fr Contact : 06 13 61 10 23 - Fax : 04 30 65 06 09

GUY BARDEL_DMCI.indd 1

Guy Bardel, dirigeant

27/06/13 15:04


PEOPLE EVENTS

20

Cordeliers

COMÉDIE ODÉON

Ça blague à Lyon L’été de la Comédie Odéon a démarré sur les chapeaux de roues et près de 2000 spectateurs avec le « Comic Out festival », « les nuits de l’humour » et, « ça blague à Lyon ». « Ça blague à Lyon 2 » a remporte un vif succès avec cette année outre les comédiens confirmés comme Bérénice Maugat, Elyse Fruttero, Thierry Fillon, David Pagliaroli, Patrick Latorre, une brochette de dirigeants, en mal de brûler les planches, sélectionnés par Lyon People. Jean Louis Maier, Pierre Nallet, Guillaume Guttin, Philippe Montanay et en guest Philippe Gamel, le tout sous la houlette de Stéphane Casez et de Philippe Vorburger. Photographe : Fabrice Schiff

Stéphane Casez, Marion Gervais et Philippe Vorburger

Thierry Fillon, égérie des boxers Kaporal

74

Attachez vos ceintures, ça va décoller….

Stéphane Casez, directeur de la Comédie Odéon

Thierry Fillon

Patrick Latorre

David Pagliaroli

Bérénice Maugat

Guillaume Guttin

Elyse Fruttero

Philippe Montanay

Jean Louis Maier

Pierre Nallet

Gamel

Lyonpeople / Juillet Août 2013


PEOPLE EVENTS

21

Promenade des Brotteaux

Cousins Cousines

TRIPLETTE GAGNANTE POUR LE MEDEF Lors d’une belle soirée, enfin ensoleillée, de nombreux acteurs de la vie lyonnaise ont participé au concours de pétanque organisé par le MEDEF Lyon-Rhône en partenariat avec le restaurant Cousins Cousines. Dans une ambiance bon enfant, teintée d’une pointe d’esprit de compétition, les joueurs ont rivalisé d’adresse pour impressionner leurs adversaires. Après quelques « tu pointes ou tu tires » lancés de-ci de-là et quelques rafraîchissements concoctés par Ricard, il ne manquait que le chant des cigales pour se sentir en vacances ! Photographe : val-fpg.com

Jean-Louis Joly (MEDEF Lyon-Rhône) et Blandine Peillon (Jours de Printemps)

Myriam Berthier (Sealiah Odyt) et Christian Marty (Smart Pass Com)

Simon Hoayek (Byblos Group) et Sylvain Barbier (Neowi)

Jean-François Bensad, Cynthia Beaudenuit (Talentiel-RH) et Nicolas Farrer (Ekno)

Bernard Fontanel, président du MEDEF Lyon-Rhône et Elodie Aucourt (Entreprises-Habitat)

Gilles Vercaemer (Keymatch) et Benoît Soury (La Vie Claire)

Jennifer (Tonic Radio) et Damien Le Roy

Delphine Grosselin (VIP Models) et le mannequin Fanny Fournier

Françoise David, Monsieur et Madame Roger, Marwan Nadje (Cousins Cousines) et Jean-Jacques David, maire du 6eme

Jérôme Jeannerod (Filhet Allard), Laurent Quenette (Ollagnier), Fabienne Billat (RP Networking) et Lionel Poncin de Latournerie (Ezus Lyon)

Monsieur Franck et Laurent Chabbat (Tonic Radio)

Justine Caillet-Bois et Sandra Eysseric (MEDEF Lyon-Rhône)

Yann Feminier (MEDEF Lyon-Rhône) et Roger Michel (LCL)

Pierre Grandjean, Antoine Laurent (monpetitpolofrancais.fr) et Tanguy Bard (Biodegr’AD)

Bernard Guth (Université Lyon I) Juillet Août 2013 / Lyonpeople

75


PEOPLE EVENTS

22

Confluence

Inauguration du nouvel espace LOUNGE du DO MO

D’influence franco-japonaise, le restaurant semi-gastronomique des bords de Saône a inauguré son nouveau lounge mercredi 12 juin. En lieu et place des anciennes galeries Houg, le lounge vient agrandir la superbe terrasse au fil de l’eau du Do Mo. Près de 600 invités ont répondu présent à l’invitation de Robert Dalmas et Guy Benayoun pour la soirée d’inauguration. L’occasion pour les convives de découvrir le nouvel espace de 250 m2, scénographié par l’architecte d’intérieur Matthieu Rochas, qui respecte à la lettre les codes zen de l’établissement. Un outil au service des Lyonnais(es), mais également de la clientèle corporate. En effet, l’espace peut être privatisé pour la journée ou la soirée. Domo arigato ! Photographe : val-fpg.com

Fabrice Audoin et Gilles Francez (Champagne Gosset), Denis Broliquier, maire du 2e

David Mansot, Aurélie Mayoux et Matthieu Caroline (Au delà d’une fleur) et Rochas (Since Studio, les architectes du e Olivier Lardin (6 sens Immobilier) Do Mo Lounge)

Richard Sansavini (Arrivetz), Gilles Taraquois (Pal Zileri), l’horloger Jean Louis Maier et Elie Cunat (Groupe BMW Gauduel)

Alain et Noémie Alexanian, Thierry Beaumont (Beaumont & Finet), Véronique Alexanian et Ludovic Finet (Beaumont & Finet)

Marie-Pierre Vogin (Acteurs de l’Economie), Nicolas Kail et May (Groupe Com’Unique)

Remy Sabatier (Mini Gauduel), Philippe Macia (BMW Gauduel) et Ali Afshar (Warwick Reine Astrid)

Caroline (Groupe Cardinal) et Pascal Auclair (FMI)

Françoise Neubert et Rebecca Munoz (Les yachts de Lyon) Hélène Dalmas (Do Mo), Raphaëlle et Jean-Michel Pagnon (Pagnon Immobilier)

Maryline Faure (Murgier), Caroline Matelier (Nestlé Waters), Marta Pardo-Badier (Mercure Château Perrache) et Jack Saiki (Murgier)

76

Lyonpeople / Juillet Août 2013

Isabelle Salomon (Région Rhône-Alpes) et Laure Vidal

Sylvain Larose (Docks 40) et Philippe Lecoq (Le Progrès)

Habib Lazreug et Isabelle Didier (Royal Hotel), Roland Bernard, vice-président du Grand Lyon


PEOPLE EVENTS

23

Gare des Brotteaux

LA SOIRÉE ROSE du Boudoir

Incontournable et réputée, la Soirée Rose du Boudoir a tenu toutes ses promesses. Lyonnais et Lyonnaises, tout de rose vêtus ont profité du cocktail dînatoire et du bar extérieur, agrémentés par les sets du DJ résident et d’un saxophoniste. Photographe : Fabrice Schiff

Tristansaxx

Marco (L’Est), Jean-Pierre (Le Boudoir) et Armand

Caroline et Evelyne

Sophie, Cécile et Delphine

Béryl et Max

DJ Nageh

Habib, Jean-Pierre, Sam et Jean-Pierre

Christelle et Christian

78

Lyonpeople / Juillet Août 2013

Elodie et Jeff


Audrey et Marie

Marie

Catherine et Diane

Charlotte, Antonia, Rachel et Alain

Chris, Pascale et Jeunesse

Pierre-Yves et Sylvie

Caroline, Nico et Louna

Céline et Nathalie

Delphine, Fab et Edith

Mel et Enzo

Frédéric, Chrystel et Philippe

Ida, Alexandrya et Anne

Les filles …

Guy Bardel et ses groupies

Mathias, Vanessa et Julien

Myriam, Nathalie et Catherine

Julien et Fabien

Philippe, Séverine, Richart et Christian

Juillet Août 2013 / Lyonpeople

79


PEOPLE EVENTS

24

Brotteaux

Live Mix Party

AU PLAN B

Mix Cocktail, Mix Music and Mix People ! Le flyer de la soirée donnait le ton ! Christophe et Fabien, entourés de leur équipe, ont choisi le soir de la fête de la musique et la nuit la plus longue de l’année pour souffler leur 3ème bougie… Situé entre la gare et le Boulevard des Brotteaux, le Plan B profite dorénavant pleinement de la nouvelle esplanade inaugurée depuis peu et qui laisse place à un véritable spot terrasse. Un bon plan pour cet été ! Photographe : Fabrice Schiff

Les Go du Club Med des Brotteaux

Jessica et Sylvain

Nicolas, Bérengère et Christophe

Laurent, Aurélie et Cyril

80

Lyonpeople / Juillet Août 2013

Emilie et Dorothée

Les Voisins

Ivan et Maud

Mathilde et Chloé

L’équipe du Plan B

Anne-Cécile, Pauline et Véronique

Julia et Monica

Arnaud et Fabien

Cynthia, Mélanie et Typhaine

Guillaume, Marine et Franck

Elodie, Lucie et Bénédicte


CARNET MONDAIN Naissances 22/06/2013 - Charline chez Wilfrid et Céline Nebon-Carle

Mariages 29/06/2013 - Olivia Thibault et Emmanuel Hamelin 06/07/2013 - Ludivine Stevenin et Cédric Nollet 06/07/2013 - Ludivine Coste et Donatien de Marignan 13/07/2013 - Charlotte Dimiez et Olivier Siméan 20/07/2013 - Marie des Lys Ruffier d’Epenoux et Nicolas Merlin 20/07/2013 - Jérôme Antigny et Amélie Veau 20/07/2013 - Audrey Ciani et Yannick Kusz 20/07/2013 - Valérie Thoirain et Benjamin Galvan 27/07/2013 - Pauline Playoust et Eric de Courtois 20/07/2013 - Michael Le Mentec et Dominique Tourres 27/07/2013 - Hélène Billerach et Jean Derely 10/08/2013 - Ombeline Moreau et Tanguy Roy de Lachaize 10/08/2013 - Aude Ray et David Torrent 17/08/2013 - Luciana Monat et Guillaume Mallet 24/08/2013 - Sarah Gormand et Thomas Sansavini 31/08/2013 - Aurélie Jacta et Louis Coevoet 31/08/2013 - Alice Jeanteur et Matthieu Magnan

Disparitions Dans nos intentions de prière Madame Agnès Dargent.

Gala de l’Enfant Bleu Tennis Club de Lyon Cette année encore, ambiance très festive pour cette belle Soirée Bleue qui a permis de récolter plus de 40 000 e au profit de l’association « L’Enfant Bleu, enfance maltraitée ». Le rôle de cette association est de venir en aide aux enfants victimes de maltraitances ainsi qu’aux adultes ayant été maltraités dans leur enfance, et malgré un discours poignant du Président Jean-Michel Abou qui a présenté la situation de la maltraitance en France et expliqué le quotidien de son association, « L’Enfant Bleu » souhaitait que la soirée soit joyeuse et amicale. L’ambiance était une nouvelle fois au rendez-vous. Photographes : Xavier Chabert & Fabrice Schiff

Corps consulaire 50 ANS D’AMITIÉ FRANCO-ALLEMANDE CÉLÉBRÉS À LYON

Christian Bacque et son épouse

Géraldine Michel, Jean-Michel Abou et André-Claude Canova

Jean-Michel Abou, Pierre-Guy Cellerier et Thierry Degaultière

Sonia et Jocelyn Fontanel, Gwennaelle Guoin

Philippe et Coralie Hoernel, Jean-Michel Abou et Emilie Lambert

Karine Fontaine et Jean-Louis Maier

Géraldine Chazot, Stéphanie et Jean-Philippe Caille, Cédric Jaques, Valérie Schartzmann et Jean-Michel Abou

Sarah Fatton, Vinciane Neyret et Sandrine Bettant

A l’invitation de Christian Seebode, consul général d’Allemagne à Lyon, et de son épouse Christine, la représentation diplomatique d’outre-Rhin a fêté entre Saône et Rhône le cinquantième anniversaire du traité d’amitié franco-allemand.

Sur vos agendas PÉTANQUE DE MEGÈVE ET DE SAINT-TROPEZ EN PARTENARIAT AVEC LYON PEOPLE

Les Lyonnais de Megève se retrouveront comme chaque année pour le tournoi de pétanque créé par Roger Caille, samedi 27 juillet (rdv à côté de l’église du village à 10h). Inscriptions auprès d’Hugues Ducrot 04 78 37 41 74. Quinze jours plus tard, les Tropéziens de Lyon, chers à Henri Perruchon, pointeront place des Lices (13 et 14 août 2013 - inscriptions auprès de la Boule tropézienne – Tél. 04 94 97 54 59).

Reportage complet sur www.lyonpeople.com – Rubrique Les Fêtes

82

Lyonpeople / Juillet Août 2013


Lyon people juillet 2013  

Magazine leader de la presse magazine lyonnaise

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you