Page 1

Les 24 Rendez-Vous

QU’IL NE FALLAIT PAS RATER !

N°201 – Novembre 2019

DOSSIER SPÉCIAL

MORNANT

Patrimoine séculaire Trésors cachés Grandes gueules Vitalité économique

François-Noël BUFFET INTERVIEW CHOO CHOO

“J’ai la volonté de porter un projet innovant pour la Métropole”


N°201 – Novembre 2019


A partir de

290 €

/mois*

3 500 € - LLD 37 mois/45 000 km Boîte automatique offerte 1er loyer de


Le village de marques français. *Remise sur prix de vente conseillÊ.

*


*

100 GRANDES MARQUES DE -30% À -70% TOUTE L’ANNÉE*

ACHETEZ EN LIGNE VOS COUPS DE COEUR SUR

À PRIX REMISÉ

WWW.THEVILLAGEOUTLET.COM

FAITES-VOUS LIVRER CHEZ VOUS !

À 30 MIN DE LYON AUTOROUTE A43 SORTIE 6 VILLEFONTAINE

www.thevillageoutlet.com


Parce que chaque sommeil est unique et mérite le meilleur, nous ne laissons rien au hasard.

La collection Couture, c’est l’univers où l’on réalise tous vos rêves : des matelas aux finitions raffinées, capitonnés traditionnellement à la main, réalisés avec les matières les plus nobles, 100% naturelles, aux garnissages généreux : Alpaga Royal, Baby Camel, Cachemire... et où les ressorts sont ensachés dans du coton.

04 37 45 10 10 - www.boutiques-treca-paris.com


La référence de la literie française haut de gamme depuis 1935

Parce que nos maîtres artisans ont pour mission de fabriquer les meilleurs lits, parce que notre passion de l’excellence, du savoir-faire à la française se transmet de génération en génération d’artisans au sein de la maison Treca.

www.boutiques-treca-paris.com


NOUVEAU DISCOVERY SPORT

VOUS N’AVEZ PAS FINI D’EXPLORER.

NOUVEAU DISCOVERY SPORT À PARTIR DE 38 100 €(*) Le nouveau Discovery Sport se veut plus propre et plus efficace que jamais grâce à ses motorisations thermiques à hybridation légère. Toujours plus spacieux, il offre désormais jusqu’à 1 794 litres de volume utile. Conçu pour être le plus polyvalent de la gamme Land Rover, il introduit la technologie de vision au sol Clear Sight Ground View (**) rendant le capot invisible pour faciliter vos manœuvres. Rendez-vous dès maintenant chez votre concessionnaire pour le découvrir : Automotion, Land Rover Lyon ZAC de Sans-Souci, Chemin de Paisy 69760 Limonest Tél. 04 78 66 62 90 12A Rue des Frères Louis et Emile Bertrand 69200 Vénissieux Tél. 04 78 60 60 00

landrover-lyon.fr facebook.com/jaguarlandroverlyon

ABOVE & BEYOND : Franchir de nouveaux horizons (*) Exemple pour un nouveau Discovery Sport BVM 150 au tarif constructeur du 21/05/2019.

56 123 €

Modèle présenté : nouveau Discovery Sport R-DYNAMIC D180 BVA avec options à au tarif constructeur du 21/05/2019. (**) Disponible en option. Les valeurs d’émissions de CO2 et de consommations indiquées sont susceptibles d’être impactées par le changement de normes d’homologation. Consommations mixtes (l/100 km) : 5,3 à 8,2. Émissions de CO2 (g/km) : 140 à 185. 430 392 746 R.C.S Pontoise.


EDITO

LE

À LIMONEST

du

Château LE MODÈLE MORNANTAIS

C

e mois-ci, Lyon people est sorti de sa zone de confort, et a délaissé les rues artificiellement végétalisées de la presqu’ile pour vous emmener dans la campagne naturellement verdoyante du sud-ouest lyonnais. À la découverte d’une pépite située à 25 minutes de notre centre-ville : Mornant, dont le patrimoine multiséculaire constamment mis en valeur mérite à lui seul le déplacement. Une commune à taille humaine avec un maire épicurien et faussement débonnaire, qui pulse une idée à la minute, fait du social sans faire dans le socialisme, et a reçu de multiples récompenses pour ses actions concrètes en faveur des habitants. Citons pêle-mêle : la création de la première mutuelle communale, l’achat groupé d’énergie, l’installation d’un parc photovoltaïque marin sur son lac, etc... Actions qui constituent le socle d’un modèle mornantais que Renaud Pfeffer sera sans doute tenté d’exporter à l’avenir. Avec la même réussite que le modèle lyonnais cher à Gérard Collomb ? À suivre... Marco Polisson

Lyonpeople.com n°201 - Novembre 2019

Sur une idée originale de Marc Engelhard et Nicolas Winckler Couverture : Jean-Luc Mège Directeur de la publication Nicolas Winckler - nicolas@lyonpeople.com Rédacteur en chef Marco Polisson - marco@lyonpeople.com Conseillère éditoriale Françoise Petit - francoise.petit@lyonpeople.com Journaliste Morgan Couturier - morgan@lyonpeople.com Direction artistique Ghislain Laîné - ghislain@lyonpeople.com Graphiste Marine Coez - marine@lyonpeople.com Photographe maison Fabrice Schiff - fab@lyonpeople.com Photographes Saby Maviel, Fanny Bourg, Jean-Luc Mège, Damien LG Ont collaboré à ce numéro Christophe Magnette, Jacques Bruyas, Christian Mure et Laurette. Directeur du développement (Consultant) JP Niewenglowski - jpn@lyonpeople.com Directrice de clientèle Charlotte Borel - charlotte@lyonpeople.com - 06 09 54 11 74 Attachée commerciale Sophia Jeannot - sophia@lyonpeople.com - 06 11 19 04 43 Coordinatrice TOP 500 Natalia - natalia@lyonpeople.com Assistante commerciale Marie Bugnet - marie@lyonpeople.com Diffusion Agence Coyote Diffusion

Un large choix de viandes d’exception grillées, crues ou mitonnées. Des vins à prix cavistes...

Supplément gratuit du www.lyonpeople.com. Impression Chirat. Ne peut être vendu. Ne pas jeter sur la voie publique. La reproduction des textes, dessins et photographies publiés dans ce numéro sont la propriété exclusive de Lyonpeople, une marque de Jetpeople.com SARL au capital de 178 030€. RCS Lyon 493 132 252. Elle se réserve tous droits de reproduction dans le monde entier. Dépôt légal à parution. ISSN : 1952-7772.

100 000 lecteurs tous les mois Etude Médiamétrie 05/2005

Lyon People est certifié par l’OJD BP 6171 - 69469 Lyon Cedex 06 Tél. : 04.72.82.97.78 Fax : 04.72.43.92.05

Ce magazine contient un encartage Comptoir Mère Brazier

MIDI, du lundi au samedi inclus vendredis et samedis SOIR, les jeudi, vendredi et samedi

LE

du

Château

Château de Sans Souci 260, allée des cyprès 69760 Limonest T 04 37 59 80 65 www.legrill.chateausanssouci.fr

Photos : ©Cherrystone

lp


+DE 130 D ES T I NAT I O N S D I R EC T ES AN T I - D É PR I M E   ! IS

RA

ËL SIE © iStock / Adobe Stock / Getty Images

RUS

CANA

DA

RÉS ERVEZ VOTRE VOL À PETIT PRIX S U R LYO NAERO PO RT S .CO M


SOMMAIRE

Novembre 2019

14 16 18 22 24 26 28

La vie lyonnaise La vie associative La vie politique La vie économique La vie culturelle La vie gastronomique

EN COUVERTURE FRANÇOIS NOËL BUFFET

Interview municipales

33 Les trésors cachés du

P.28 PAYS MORNANTAIS

P.33

PALACE GARAGE

 LYON

POUR ENTRETENIR VOTRE PASSION

70 PEOPLE SPORT

LOU RUGBY - BORDEAU BÈGLES LE BARTHOLOGUE DE JEAN LUCAS OL - METZ LDLC ASVEL - OLYMPIAKOS P.95

80 84 86 95

Style Auto Megève People Style Gastronomie

PEOPLE EVENTS

LES ÉVÈNEMENTS QU’IL NE FALLAIT PAS MANQUER

CONSEILS - ACHAT - VENTE

HNR STUDIO - Photo : fredericdenis.net

lp

GARAGE - CONCIERGERIE Instagram : palace_garage antonin@palace-garage.com Tél. 07 69 61 87 76

www.palace-garage.com


CHEZ

LE DRESSING

1, rue Jean de“T Tournes T NS 04 78I N 42 T56 - O RLe Dressing Lyon H E B-ELyon S T J2eE-A H33 E W L D,

T H E O N LY O N E W I T H Y O U R I N I T I AL S ” “T H E B E S T J E A NS I N T H E W O R L D, T H E O N LY O N E W I T H Y O U R I N I T I AL S ”


6, rue jean de Tournes - 69002 Lyon T. 04 78 37 09 44 colmarlyon colmarlyon


lp

LA VIE LYONNAISE

Fabrice Lucchini et le modèle lyonnais

ALICE ET LE MAIRE L

e pouvoir use. Le pouvoir corrompt. Le pouvoir sclérose. Le pouvoir fossilise... Pour ceux qui en douteraient je leur recommande de courir voir le magnifique et très instructif film de Nicolas Pariser : « Alice et le maire ». On nous fait découvrir les coulisses d’une collectivité locale, la nôtre. Et disons que ce n’est pas joli-joli. Tout est fait dans l’urgence, souvent dans l’improvisation par des personnages sûrs de leur importance, à la fois suffisants et ô combien insuffisants. Ayant eu la « chance » de fréquenter ce petit monde et de vivre quelques mois sous les ors de la République, je peux vous dire que tout est vrai : les postures, les jalousies, les susceptibilités, les réunions fumeuses, les fausses convictions, les vanités confites, l’arrogance des uns, la servilité des autres, la médiocrité ambiante... et tout cela pourquoi ? C’est ce que semble se demander ce maire de Lyon vieillissant, interprété magistralement par un Luchini au mieux de sa forme et par cette jeune Alice

(Anaïs Demoustier) pleine d’espoir, surdiplômée mais qui ne sait pas trop quoi faire de sa vie et qui découvre ce que certains croient être un pays des Merveilles mais qui, en réalité, est un pays pathétique où chacun s’épuise en se confrontant à l’inanité de leurs ambitions et de leurs combats stériles. Pour en revenir au film, ses deux principaux interprètes sont parfaits, les dialogues sont justes et magnifiques et la scène où le maire et Alice peaufinent cet ultime discours qui finalement s’avérera inutile, est un bijou cinématographique. Un seul plan fixe d’environ 5 minutes ! Quel beau moment. Dans ce discours justement, le maire retrouvant un enthousiasme perdu, regrette que notre génération ait fabriqué des banquiers plutôt que des entrepreneurs. C’est vrai mais il oublie de dire qu’elle a surtout fabriqué une flopée d’assistés qui, pour exister, n’ont trouvé pour seule solution que de se déguiser chaque samedi en gilet jaune. Les élus sont-ils les seuls responsables ? Evidemment non, nous le sommes tous.

INCENDIE DU BEL AIR CAMP Le message d’espoir de Didier Caudard-Breille

Après l’incendie qui a ravagé la pépinière de start-up inaugurée à Villeurbanne le 24 octobre 2017, son créateur Didier Caudard-Breille est sur tous les fronts. Alors qu’il s’active pour reloger toutes les entreprises sinistrées, il se projette déjà dans l’après : la reconstruction de Bel Air Camp : « Nous pensons chaque minute à nos membres et à toutes les sociétés implantées dans Bel Air Camp pour qu’elles trouvent rapidement la sérénité d’un nouveau lieu de travail. Nous avons depuis hier créé un espace de Coworking gratuit à disposition des membres sur l’immeuble Bel Air 3, intact. Nous allons nous battre pour montrer qu’audelà des locaux, la communauté de Bel Air Camp représente un bien immatériel puissant. »

ÉCHOS DE LYON Jacques Hafner recherche dans la Presqu’île de Lyon un lieu, une boutique afin de vendre son stock de marques de vêtements de luxe qu’il présente tous les mercredis à la Passerelle (quai St-Antoine) de 10h à 19h. Tél. 07 61 29 92 27 Depuis le 14 octobre, le cabinet d’avocats de Raphael Berger a investi de nouveaux locaux sis 32, rue Berjon (Lyon 9ème). Lyon Gangster Festival, opus 3. Arnaud Thomas et ses Mauvais Gones sont de retour ! > UGC Ciné Cité Confluence, les 1, 2 et 3 avril 2020.

Le Tour de France fera étape à Lyon le 11 juillet 2020 pour l’arrivée de la 14ème étape et le départ de la 15ème.

Parmi les nombreux Lyonnais qui ont tourné, c’est Damien Gouy-Perret qui a pris le plus la lumière Fabrice Lucchini dans le bureau de Christophe Guilloteau. Comme le véritable maire de Lyon, il lit... Lyon People

Texte : Justin Calixte et Marco Polisson - Photos © Fabrice Schiff et DR

THE VILLAGE ACCUEILLE LA FOLIE DOUCE Grand moment festif à programmer dans vos agendas à l’occasion du lancement des animations de Noël, samedi 16 novembre à The Village. À 18h, la team de La Folie Douce donnera le top départ des illuminations. Puis, pendant pas moins de trois heures, jusqu’à 22h, danseurs, musiciens et DJ mettront le feu à The Village avec des shows inédits. Les enseignes seront exceptionnellement ouvertes jusqu’à 21h pour l’occasion, les restaurants jusqu’à 22h. Plus d’infos > thevillageoutlet.com lyon people • novembre 2019 • 14 •

Suite à un arrêté municipal du maire de Villeurbanne, Lime a retiré ses trottinettes de la commune. Il est désormais impossible de s’y garer. À quand la même mesure à Lyon ? Organisée par Marc Fraysse, la prochaine édition des Petits-Déjeuners de l’Économie aura pour invités Frédéric Michalak et Pierre Mignoni, respectivement président de Sport Unlimitech et manager sportif du LOU Rugby. > Vendredi 29 novembre 2019 à 7h45 au Sofitel Lyon Bellecour

La troupe du Cirque Medrano fait escale à Lyon avec son tout nouveau spectacle 2019 intitulé « la cité des étoiles ». Ce voyage extraordinaire dans l’univers du fantastique et de la conquête spatiale remporte un vif succès. > À voir jusqu’au 1er décembre, quai Perrache Résas sur www.cirque-vip.com


Charlize Theron Brad Pitt Adam Driver

PREMIER

The Cinema Squad L’Escadron Cinéma


lp

LA VIE ASSOCIATIVE

DÉFILÉ HANDISHOW

Sept fois, c’est la bonne !

L

e handicap n’est qu’affaire de perception, tant un simple regard suffit parfois à l’effacer. Pas entièrement, on le conviendra, mais un Homme reste un Homme, quelles que soient ses différences. Tel est le message qu’entend transmettre Handishow, cet événement initié il y a 4 ans par Djezia Hennaoui, à l’intérieur duquel sportifs valides et handi défilent comme un seul homme sur un même tapis rouge et de mêmes projecteurs. Un moyen comme un autre de braquer ces derniers sur ces athlètes handis souvent privés de reconnaissance, en dépit de la portée de leurs exploits. « Les soirées sont faites pour recueillir des fonds pour les athlètes handisports. Ça leur permet d’être entendus et visibles différemment », appuie la fondatrice l’association Rêvons Ensemble. Avant de poursuivre : « Les défilés de mode sont beaux, c’est marquant. C’est un super moment pour faire avancer les choses ». Raison de plus de poursuivre

sur la lancée d’un rendez-vous qui ne manque pas d’admirateurs et où les valeurs du sport soudent rapidement les deux parties.

L’OCCASION DE PARTAGER UN MOMENT AVEC DES GRANDS NOMS DU SPORT « On a tous le sport en commun, il y a un esprit d’équipe qui surgit, évoque pour sa part, Armant Thoinet, sportif atteint d’une sclérose en plaques. C’est un moment qui permet de se retrouver, alors c’est génial ». Un bonheur unique, que sportifs et invités partageront à nouveau le jeudi 21 novembre 2019, à la concession BMW de Bourgoin-Jallieu. Le show vaut le

détour, puisque cette 7e édition du Handishow devrait réunir des vedettes du sport à l’instar de Philippe Ribière, champion d’escalade et invité d’honneur, Brahim Asloum, et des médaillés handisports comme Marie Bochet, Yohann Taberlet ou la jeune chanteuse Emma, repérée lors de l’émission The Voice Kid. « C’est une vraie symbiose et un franc esprit de déconnade. Quand on se quitte, on pleure », assure l’ancien volleyeur Dominique Daquin. Au-delà des larmes, l’événement retiendra les moments de joie. Le sport se veut ainsi : pour réussir, l’union fait la force ! 7e édition du Handishow Jeudi 21 novembre 2019 à 20h, à la concession BMW 6e avenue de Bourgoin-Jallieu 53, rue Isaac Asimov - Bourgoin (38) Entrée à 25€, avec cocktail dinatoire.

Textes : Morgan Couturier et Marco Polisson - Photos © Fanny Bourg et DR

VIETNAM

CROATIE

RAID AMAZONE

DALMATIE TROPHY

Echappée belle pour Xuan

La tête haute pour Marin

Engagées dans le challenge du raid Amazones où elles ont terminé à la 19ème place sur 49 trios, Kiki, Aurélie et Julia, les Lyonnaises de l’Échappée Belle (lire leur portrait dans Lyon People d’octobre) ont mis à profit leur séjour au Vietnam pour passer une journée à l’orphelinat de Danang soutenu par l’association Xuan (créée par Blandine Peillon). Le docteur Christine Dubost a alors fait la connaissance de son filleul Huang. Désormais, elle prendra en charge la scolarité de cet orphelin âgé de 9 ans. Contrat rempli sur le plan sportif, humain et caritatif grâce aux sponsors et amis engagés dans leur aventure.

Inscrites sur ce raid solidaire 100% féminin, Sévérine de Fongalland et Elodie Bagnères ont sillonné les îles de la Dalmatie au cœur de la mer adriatique. Pendant 3 jours, les deux Lyonnaises ont enchainé les épreuves sportives combinant VTT (28 km), run & paddle, natation et canoé. Leur binôme baptisé « Raid Love N°15 » a terminé l’épreuve 2ème au classement général ! Leur course a permis de collecter 5500 euros pour l’association « La tête haute je soutiens Marin ». Anne Wuattier responsable projet de l’association, organise en janvier prochain un blind test à la mairie du 8ème.

lyon people • novembre 2019 • 16 •


MANSART Magnum Automatique


lp

LA VIE POLITIQUE

ÉCHOS DE CAMPAGNE Alix de Limairac, 27 ans, mariée et bientôt maman et Samuel Soulier, 23 ans, étudiant à l’EFAP et fondateur de l’association 6visme, sont les ambassadeurs d’Etienne Blanc dans le 6ème.

FOUZIYA BOUZERDA

Ses pôles d’incompétence à la Ville et aux TCL

I

l fut un temps, pas très lointain, où Gérard Collomb avait à cœur de confier les postes de responsabilité à des personnalités expérimentées (Richard Brumm aux finances ; Patrice Béghain à la culture) ou légitimes (Yann Cucherat aux sports ; Karine Dognin-Sauze au développement international...) Dans ces conditions, on comprend mal les erreurs de casting du maire de Lyon concernant les adjointes Anne Brugnera (promue député !!) ou Fouziya Bouzerda qui, en plus de sa délégation au commerce (où elle ne tient pas la comparaison par rapport à Marie-Odile Fondeur) et sa vice-présidence à la Métropole (amputée pour cause de déloyauté envers David Kimelfeld) a récupéré — sur un caprice — la présidence du Sytral (les transports en commun lyonnais). Un cumul des mandats qui se double d’un cumul d’incompétence. On est loin du nouveau monde promis par Emmanuel Macron.

Elle se voyait maire de Lyon... Anne Brugnera jette l’éponge après l’annonce de Georges Képénékian de briguer le fauteuil de Gérard Collomb. On l’a échappé belle ! L’alternance à Limonest ? Eric Mazoyer annonce vouloir conduire une liste de renouvellement face au maire sortant Max Vincent, maire depuis 1979 ! Adjointe au maire du 8ème, Sandrine Brunel portera les couleurs du parti socialiste sur Lyon. De leur côté, les Verts ont confié à Grégory Doucet la responsabilité de transformer l’essai des Européennes.

COURS LAFAYETTE SINISTRÉ

ABANDON DU COMMERCE INDÉPENDANT

Commerces en chute libre, dépôts de bilan… la « requalification » du cours Lafayette réduite à une seule voie de circulation a fait fuir les automobilistes et les clients de cette artère aujourd’hui déserte et sinistrée commercialement parlant. Le plus pathétique est de voir des bus diesel continuer de circuler sur cette voie. Vous avez dit « site propre », madame Bouzerda ?

Le moins qu’on puisse dire, c’est que le commerce indépendant n’est pas la priorité de Fouziya Bouzerda qui a totalement zappé les gérants de Carlino, expulsés de leur pizzeria par un fond étranger. Pas de problème en revanche pour dérouler le tapis rouge rue de la République à un bazar qui vend du made in China (dans l’immeuble historique de la Banque de France !) ou aux fonds de pension du quartier Grolée.

MENSONGE EN DIRECT Quand l’incompétence se double de mensonge public. L’été dernier, sans en avertir le Musée des Confluences, le Sytral ferme la ligne de tramway T1 pour travaux. « L’impact a été considérable pour le musée qui a perdu la bagatelle de 19 000 visiteurs durant cette période » déplore l’élu Hubert Guimet, cité dans les Potins d’Angèle. Devant les conseillers du Grand Lyon, Fouziya Bouzerda a rétorqué avoir prévenu le musée en amont. « Faux ! » l’a contredit la présidente du musée Myriam Picot... qui, comme elle, est également vice-présidente de David Kimelfeld. lyon people • novembre 2019 • 18 •

« GÉRARD COLLOMB REPRÉSENTE LE PASSÉ ! » Jean Paul Bret Le maire socialiste de Villeurbanne a décidé de ne pas se représenter pour un 4ème mandat. Sur le plateau de BFM Lyon, il s’est gaussé de la candidature de Marc Fraysse. Rira bien qui rira le dernier ? Toujours à Villeurbanne, Prosper Cabalo a été investi par la République en Marche pour conduire la liste de la majorité présidentielle.

?

« Une ville désertée de ses petits commerces et de ses indépendants, mangée par des fonds de pension étrangers, dans un vaste ensemble de chaînes commerciales standardisées. Ça a du sens pour vous ? » Carole Château,

présidente de l’association Carré Nord Presqu’île


L’énergie sous toutes ses formes.

La nouvelle Audi Q5 TFSI e allie la transmission intégrale quattro et une motorisation hybride rechargeable pour assurer une conduite intelligente qui s’adapte à vos besoins quotidiens.

Nouvelle Audi Q5 TFSI e. L’hybride rechargeable selon Audi. Volkswagen Group France S.A. - RCS SOISSONS 832 277 370. Gamme Audi Q5 (hors SQ5) : consommation en cycle mixte (l/100 km) min - max : NEDC corrélé : 2,1 -7,5 . WLTP : 2,1 – 9,3. Rejets de CO2 (g/km) min - max : NEDC corrélé : 46 - 172. WLTP : 49-225. Valeurs susceptibles d’être revues à la hausse. Pour plus d’informations,contactez votre Partenaire. A partir du 1er septembre 2017, certains véhicules neufs sont réceptionnés sur la base de la procédure d’essai harmonisée au niveau mondial pour les véhicules légers (WLTP), procédure d’essai plus réaliste permettant de mesurer la consommation de carburant et les émissions de CO2. A partir du 1er septembre 2018, la procédure WLTP remplace complètement le nouveau cycle européen de conduite (NEDC), procédure d’essai utilisée précédemment. Les conditions d’essai étant plus réalistes, la consommation de carburant et les émissions de CO2 mesurées selon la procédure WLTP sont, dans de nombreux cas, plus élevées que celles mesurées selon la procédure NEDC. Audi recommande Castrol EDGE Professional. Publicité diffusée par le concessionnaire en qualité d’intermédiaire de crédit, à titre non exclusif, de Volkswagen Bank.

Saint-Fons - 49Bis Boulevard Lucien Sampaix - 04 72 78 88 00 www.centralautos.fr


lp

LA VIE POLITIQUE

La photo de la salle publiée sur la page Facebook de Kim

DAVID KIMELFELD vs GÉRARD COLLOMB Le parricide est consommé !

La même scène avec le recul… Pas pareil !

Il a fait le grand saut ! C’est devant 600 personnes que David Kimelfeld a officiellement lancé sa campagne, acte fondateur d’un parricide soigneusement prémédité depuis la nomination de Gérard Collomb au Ministère de l’Intérieur. Lyon people assistait à l’exécution publique.

DES SOUTIENS PLUS POLITIQUES QUE CIVILS

Texte : Marco Polisson - Photos © Yanis Ourabah et MP

D

irection l’école Emile Cohl, dans le 3ème arrondissement. Et pour s’y rendre, c’est compliqué. La grande rue de la Guillotière est saturée, tout comme la rue Feuillat, à cause des voies réduites et des pistes cyclables. Cela augure parfaitement du bordel que sera la Métropole si d’aventure les Grands-Lyonnais en confiaient les clés à Kim et ses alliés rouges verts. Néanmoins, nous nous ne renonçons pas. Et pour cause, ce n’est pas tous les jours qu’on est convié à assister à un parricide politique en direct live. À l’échelle locale, où l’entre soi politique est de règle, un tel « crime » ne s’est pas produit depuis des lustres. Dans l’histoire récente, il faut remonter aux municipales de 1989, théâtres du parricide avorté contre Francisque Collomb, par son Premier adjoint André Soulier. Alors qu’il avait rassemblé ses partisans à la Brasserie Georges, ce dernier a vu débarquer... le maire sortant qui, avec un aplomb remarquable, est monté sur scène pour remercier André Soulier de son soutien !!! Estomaqué, la grande gueule d’avocat en est restée bouche bée et a remballé son discours et ses ambitions... (lire à ce sujet son interrogatoire à KGB en ligne sur lyonpeople.com).

DAVID KIMELFELD N’A PAS TREMBLÉ Depuis plusieurs mois, sur cette antenne, nous nous interrogions à haute voix sur le courage de David Kimelfeld. Allait-il être atteint par lyon people • novembre 2019 • 20 •

le syndrome Soulier ? Allait-il se coucher ? Négatif, mon général. Debout et droit dans ses bottes, la voix parfois hésitante, les mains nouées et dénouées, s’en caressant les paumes en mode tic auto-contact, le président de la Métropole n’a pas reculé. Devant un auditoire conquis d’avance, il a fait preuve de détermination et d’indépendance vis-à-vis de l’état-major parisien de La République en Marche qui lui a refusé son label. Cela a eu pour effet de mobiliser ses militants venus en nombre, mais loin du millier annoncé par les organisateurs. Treize minutes après sa prise de parole, il décoche ses premières flèches en creux contre son mentor Gérard Collomb : « Vous saurez me préserver des dérives autoritaires du pouvoir ! » Un ange passe... sous un tonnerre d’applaudissements ! « Je refuse d’être le président des 10 000 euros/ m2 » poursuit le candidat, ce qui ne manque pas de sel alors qu’à quelques mètres de là, les quartiers limitrophes de Monplaisir et de Montchat sont depuis 2001 livrés aux spéculateurs et aux bétonneurs par sa majorité ! Dans les premiers rangs, de nombreuses figures politiques socialo-macronistes avec pour chef de file Georges Képénékian, mais aussi Catherine Panassier, maire MoDem du 3ème dont le parti soutient officiellement Gérard Collomb (!), mais aussi Jean-Luc Da Passano, vice-président de la Métropole mais aussi président du groupe SERL, une société parapublique dont on reparlera plus tard. « La campagne va être saignante ! Ils vont s’entretuer » analyse le journaliste Gérard Angel au micro de RTL. Ça ne fait que commencer !

La société civile sur scène… Michel Brochier est la jolie prise de guerre de la soirée

Sur le plan politique, rien à dire, David Kimelfeld a fait le plein d’élus en tous genres, issus du PS, du MoDem et de LREM (partis qui soutiennent Gégé !). On ne va pas tous les citer, car ils sont nombreux. Représentatifs, c’est moins sûr, car tous ont été élus sur les listes de Gérard Collomb en 2014 ! Côté société civile, c’est — pour l’instant — maigrichon. On peut citer les plus emblématiques présents au meeting : l’ex soyeux Michel Brochier, passé par Noir et Millon paraissait un brin perdu au milieu des gauchistes ; la souriante Marie Lextrait, dont la fidélité personnelle envers Kim l’honore ; la baronne Blandine P qui persiste et signe ; l’hypnotique Jacques Marcout en coulisses ; le rusé Manan Atchekzai ; l’élégant Jacques de Chilly pour la caution éco ; le promoteur en devenir Pierre Le Gloannec.

Les 2 K et leurs supporters


b_ADP_Lyon.indd 1

40 quai Jules Courmont - 69002 Lyon - Tél. 04 72 15 79 53

G Rwww.alexandredeparis-coiffure.com AND HÔTEL DI EU 17, quai Jules Cournont - 69002 Lyon Tél. 04 72 15 79 53 www.alexandredeparis-coiffure.com

101 rue du Pdt Edouard Herriot 69002 LYON

28/10/2019 11:21


lp

LA VIE ÉCONOMIQUE

Le général de corps d’armée Philippe Loiacono, la députée du Rhône Anissa Khedher, le général Philippe Guimbert, Juliette Jarry, vice-présidente de la région Auvergne Rhône-Alpes et Christophe Guilloteau, président du Département du Rhône

RENCONTRES DE LA CYBERSÉCURITÉ AUVERGNE-RHÔNE-ALPES Hôtel du Département

Créé par le CyberCercle — installé à Lyon depuis trois ans — le Tour de France de la Cybersécurité 2019 a pu faire étape dans les salons de l’Hôtel du Département. Une opportunité rare de s’immerger dans le phénomène des cyberattaques. Texte : Morgan Couturier - Photos © Fabrice Schiff

C

e n’est pas encore la caravane du Tour — 300 participants, 30 stands, 43 orateurs —, mais en ces temps obscurs où les dérives du numérique sont de plus en plus nombreuses, le Tour de France de la Cybersécurité méritait une égale attention. Accueilli entre Rhône et Saône par Christophe Guilloteau, ce dernier s’est donc attelé à « favoriser une meilleure appréhension de la sécurité numérique », et ce, au fil de conférences et d’ateliers pratiques.

Table ronde sur l’innovation & cybersécurité : Bénédicte Pilliet, présidente du CyberCercle, Jean-Baptiste Monin (IT-Akademy), Elisabeth Delalande (INPI), Alexandra Ketcheyan (DMISC - ministère de l’Intérieur), Gabriel de Brosses (Groupe La Poste) et l’ICA Chantal Caudron de Cocquereaumont (DGA, ministère des Armées)

Tarik Zeroual (Stormshield) et Olivier Le Tynevez (Schneider Electric)

Lucie Caffin (It Akademy)

LA CYBERSÉCURITÉ, « C’EST L’AFFAIRE DE TOUS » « Il faut cesser de penser que ça n’arrive qu’aux autres », a souligné le général de corps d’armée Philippe Guimbert : tous les smartphones, tablettes et ordinateurs portables étant « des victimes potentielles ». « En Auvergne-Rhône-Alpes, cette affaire est prise plus qu’au sérieux », a confirmé son homologue, le général Philippe Loiacono, gouverneur militaire de Lyon.

Myriam Eluau et Béryl Bes (Fondation LDigital)

De quoi réconforter les civils car devant une telle menace, une personne avertie en vaut deux. Pour Bénédicte Pilliet, la présidente de CyberCercle, « les acteurs présents en région doivent inclure la sécurité numérique dans leur stratégie de développement : il n’y a pas de développement aujourd’hui sans numérique, pas de numérique pérenne sans confiance numérique, et pas de confiance numérique sans sécurité numérique ». CQFD Rendez-vous l’année prochaine pour la deuxième édition !

Lionel Hernando et Cécile Dumez (Fortinet)

L’équipe CyberCercle Sandrine Varenne (Partenariats), Salomé Duperoux-Fougerat, Bénédicte Pilliet (Présidente), sa fille Victoire, Stéphane Meynet (Senior advisor).

Romain Caslot et Isabelle Chabuet (Groupama)

Michael Klinger, Sylvie Vottier et Julien Jarboua (Escrypt)

Maxime Cartan et Aurélien Debievre (Citalid)

lyon people • novembre 2019 • 22 •

L’assemblée

Philippe Schifano, Grégory Demule et Philippe Conchonnet (Formind Consulting)

Nora Mansouri et Lucie Soussan (Implid)

Yoann Issartel et Pierre Lacombe (Elysium security)


Mettez toute la famille au sport. Porsche Cayenne. Disponible en version Cayenne, Cayenne S et Cayenne Turbo, ce modèle offre des performances de conduite exceptionnelles. Doté d’un design sportif, d’une transmission inédite et d’un écran tactile de 12 pouces, ce SUV 5 places associe sportivité et confort pour le plus grand plaisir de son conducteur et de ses passagers.

Centre Porsche Lyon Nord Groupe Sonauto 4 chemin des Anciennes Vignes 69410 Champagne au Mont d’Or Tél. : 04 72 72 08 38 Centre Porsche Lyon Sud Groupe Sonauto 1 Rue Nicéphore Niépce 69800 Saint-Priest Tél. : 04 72 09 02 09

Gamme Cayenne (07/05/2019) – Valeurs selon la norme NEDC corrélée (nouveau cycle européen de conduite): Conso. mixte : de 9,1 à 11,4 l/100 km. Émissions de CO₂ : de 207 à 261 g/km. Valeurs selon la norme WLTP (Worldwide Harmonized Light Vehicles Test Procedure) : Conso. combinée : de 11,7 à 14,0 l/100 km - Émissions de CO₂ : de 265 à 319 g/km. Plus d’informations sur le site www.porsche.fr.

Centre Porsche Lille


lp

LA VIE CULTURELLE

La Halle aux bestiaux de Gerland, sauvée de la démolition, est l’œuvre la plus emblématique de Tony Garnier

LES 150 ANS DE TONY GARNIER L’année 2019 marque le 150ème anniversaire de la naissance de Tony Garnier (1869-1948). Cet architecte lyonnais a profondément marqué l’architecture moderne en particulier dans sa ville natale. Pour rendre hommage à son œuvre majeure dans l’histoire de l’architecture et de l’urbanisme contemporains, la Ville de Lyon a mobilisé de nombreux acteurs afin de proposer toute une série d’événements culturels.

//////////////////////////////////////

PARMI LES TEMPS FORTS DE CETTE PROGRAMMATION : - Exposition L’air du temps au musée urbain Tony Garnier – jusqu’au 11 décembre 2020 - Exposition La Halle, une bête de scène ! à la Halle Tony Garnier – depuis le 7 octobre - Exposition Le Maire et l’Architecte aux Archives municipales – du 19 octobre 2019 au 21 mars 2020 - Colloque international Tony Garnier. Dessiner et construire la cité moderne avant 1920 – 13, 14 et 15 novembre 2019 - Exposition Tony Garnier : l’œuvre libre à la Fondation Renaud – du 30 novembre 2019 au 1er mars 2020 - Publication de Tony Garnier – portrait, un numéro de la revue Bande Dessinée Rues de Lyon dédié à Tony Garnier (à paraître en novembre) Texte : Marco Polisson

À LIVRES OUVERTS

« Les grandes heures de Lyon »

////////////////////////////////////// Jacques Bruyas - Photo DR

« Éclats de vie »

de Jean Étèvenaux

de Jacques Weber et Dominique Simon

À la croisée du Saint Empire RomainGermanique et du Royaume de France, ville conséquente et quasi charnière de la délimitation entre France libre et France occupée, Lyon a toujours su tirer son épingle du jeu et asseoir son autorité entre ordre jacobin et esprit frondeur girondin... entre démocratie chrétienne et radicalisme, entre cérémonie du vœu des échevins et salon du livre maçonnique... Une ville mosaïque dont chaque tesselle est un petit concentré d’humanisme. Chaque lyonnais peut être reconnaissant à Jean Étèvenaux de dresser ainsi la radioscopie d’une ville qui connut grandes heures, heures sombres mais phénix éternel sut toujours renaître de ses cendres.

Une vie de théâtre passée au crible de l’urgence d’entrer en scène et de déclamer, dire, soupirer, inviter, inciter... bref transmettre. Jacques Weber dresse ainsi son petit panthéon de ses auteurs et à travers des morceaux choisis donne à découvrir des éclats de sa vie. Dominique Simon aussi talentueux que malicieux dessinateur ajoute à ces pages choisies l’insolence d’un trait sûr et l’acidité revigorante de dessins non pas d’accompagnement mais de complémentarité. Ce livre devrait être prescrit par le corps médical et remboursé par la sécurité sociale car chaque page est une petite pépite déposée au gré des chemins de traverse par un orpailleur bienveillant voulant que chaque lecteur se reconstruise en savoir et sourire.

« Les grandes heures de Lyon » de Jean Étèvenaux / librairie académique Perrin/560 pages / 22 euros. lyon people • novembre 2019 • 24 •

« Éclats de vie » de Jacques Weber et Dominique Simon/ éditions Scriptoria./ 96 pages/ 26 euros.

Sainte Foy les Lyon Salon du Livre Sainte Foy en Actions organise son 5ème Salon du Livre, dimanche 17 novembre, salle de l’Ellipse sous la présidence de l’astrophysicien Roland Bacon, directeur recherche CNRS. Plus de 80 auteurs sont attendus.


3

LES

JOURS EN

OR

LA CONCESSION BMW MINI ALTITUDE 69 À LYON VOUS INVITE À SES 3 JOURS DE VENTES PRIVILÈGES JEUDI 14, VENDREDI 15 ET SAMEDI 16 NOVEMBRE Une sélection de 69 BMW et 35 MINI proposées à des conditions exceptionnelles allant jusqu’à -30% de remise* Inscrivez-vous sur sm-s.fr/altitude69lyon BMW MINI ALTITUDE 69 LYON 6, RUE JOANNÈS CARRET 69009 LYON Tél. 04 72 53 88 88

www.groupe-altitude.com *Offre valable sur véhicules en stock disponibles les jeudi 14, vendredi 15 et samedi 16 novembre 2019.


lp

LA VIE GASTRONOMIQUE

BRÈVES DE COMPTOIR

DU CÔTÉ DE MARJON D

urant notre périple à la découverte de Mornant (lire pages 31 à 64), nous avons eu le plaisir de faire halte, à plusieurs reprises, à Soucieu-enJarrest. Au cœur d’un hameau verdoyant, la belle terrasse du « Côté de Marjon » ombragée par un marronnier centenaire est le cadre idéal pour une pause gourmande en famille ou entre amis.

En hiver, la grande salle au mobilier crème est tout aussi accueillante. Dans l’assiette, pas de fausse note. Le chef Alain Fabre que les Lyonnais ont plébiscité au « Sèze »* de 1991 à 2005, nous régale de grenouilles fraîches, foie gras, filet de bœuf ou Saint-Jacques, et de macarons glacés pour finir sur une note sucrée. Et pendant que les parents se délassent, leurs têtes blondes s’égaient sur l’aire de jeux du resto, à portée de vue. Le soir venu, l’établissement se met en configuration bar à vins. Et que dire du sourire de son épouse Stéphanie ? La cerise sur le gâteau ! Du côté de Marjon Le bas Marjon - 69510 Soucieu en Jarrest Tél. 04 78 05 73 24 * pour l’anecdote, c’est au Sèze, que Michel Havard faisait la plonge quand il était étudiant.

Textes : Marco Polisson - Photos © Julien Bourreau et Saby Maviel

VENTE AUX ENCHÈRES PAUL BOCUSE Beaucoup de monde début octobre pour assister à la vente aux enchères des effets personnels de Paul Bocuse ainsi que du mobilier de l’auberge de Collonges. En dépit du lieu inadapté à ce type d’évènement, c’est la somme de 190 000 euros qui est revenue à la Fondation Paul Bocuse à l’issue de la vacation. Les deux lots vedettes, ses deux automobiles Mercedes, ont tenu toutes leurs promesses. Le lot numéro 1, à savoir un Mercedes Classe G 400 CDI châssis long, mis en circulation le 20 avril 2001, et doté d’un moteur V8 diesel de 250 chevaux et 93 932 kilomètres a donné lieu à une belle bataille d’enchères démarrée à 20 000 euros et conclue à 50 000 euros dans la salle (soit 62 500 euros avec les frais). L’heureux acquéreur, particulièrement ému n’est autre que Maurice Menut, l’ancien boucher de Monsieur Paul. lyon people • novembre 2019 • 26 •

 ’Affaire du 6 va subir une cure de L rajeunissement, « un nouveau décor et un nouvel esprit » assure Albert Dray du 8 au 11. Réouverture Mardi 12 novembre à 12h. Construite sans autorisation, la pergola plantée devant Le Chanteclair (boulevard de la Croix-Rousse) devra être démontée suite aux injonctions de la mairie du 4ème, mise devant le fait accompli. La Cité internationale de la Gastronomie a ouvert ses portes samedi 19 octobre sur un gros couac : les Toques Blanches lyonnaises ont décidé de la boycotter (lire leur communiqué sur lyonpeople.com). À partir du 14 décembre, La Folie Douce s’installe aux Arcs 1800, à l’arrivée de la télécabine des Villards. Le concept festif le plus “perché” de la station sera accessible à la fois en télécabine, à pied ou à ski. Victor Marguin a démarré un Master « Industry Sport Management » à l’EM Lyon.

BOUCHERIE TROLLIET

Concours des jeunes cuisiniers Sélectionnés par la Maison Trolliet et les Toques blanches lyonnaises, les candidats se sont affrontés cette année autour de l’agneau du Limousin et le travail de la selle et de l’épaule ! Ce plat devait être accompagné d’une purée de pommes de terre et d’une garniture libre sous le regard gourmand du jury composé de Frédéric Berthod (33 Cité), Christian Lavault (Une faim d’apprendre) et d’Alexis Trolliet (Boucherie Trolliet). La remise des prix a eu lieu sous la présidence du chef Michel Rochedy qui a couronné Raphaël Garel (Paul Bocuse), devant Alexandre Tritten (Hôtel Royal Evian) et Louis Dupuy-Roudel (Decoret).

SAINT-TROPEZ

Club cigare Volutes et Gastronomie À l’invitation du Président Henri Perruchon, les chefs lyonnais Christophe Marguin, Christophe Roure, Frédéric Berthod accompagnés du chocolatier Sébastien Bouillet ont assuré la séquence gourmande du dîner du club organisé avec passion. Accueillis au Lilly of the Valley (La Croix Valmer) par son directeur Stéphane Personeni, et le chef Vincent Maillard, les cuisiniers lyonnais ont régalé un public de connaisseurs.


PENSEZ HYBRIDE

VIVEZ SUZUKI

TECHNOLOGIE SUZUKI

à partir de

10 290 €

(1)

Prime à la conversion déduite

AUCUN BRANCHEMENT

CONDUITE FLUIDE

HABITABILITÉ CONSOMMATION RÉDUITE OPTIMALE DE CARBURANT ET DE CO2

Suzuki N°2 des ventes hybrides en 2018 et 2019. Cumul des immatriculations VP France à fin juillet 2019, source AAA. Consommations mixtes CEE gamme Suzuki Ignis (l/100 km) : 4,3 à 4,8. Émissions CO2 (NEDC-WLTP) : 98 - 117 à 109 - 127 g/km. Consommations mixtes CEE gamme Suzuki Swift (l/100 km) : 4,1 à 5,3. Émissions CO2 (NEDC-WLTP) : 94 - 110 à 121 - 136 g/km. Consommations mixtes CEE gamme Suzuki Baleno (l/100 km) : 4,3 à 5,5 – Emissions CO2 (NEDC-WLTP) : 99 - 116 à 124 - 143 g/km. (1) Prix TTC du Suzuki Ignis 1.2 dualjet Hybrid Avantage, hors peinture métallisée, après déduction d’une remise de 2 100 € offerte par votre concessionnaire et d’une prime à la conversion de 1 500 € **. Offre réservée exclusivement aux particuliers valable pour tout achat d’une Suzuki Ignis neuve du 01/10/2019 au 31/12/2019, en France métropolitaine dans la limite des stocks disponibles, chez les concessionnaires participants. Modèles présentés : Suzuki Ignis 1.2 Dualjet Hybrid Pack : 13 340 € - Suzuki Swift 1.2 Dualjet Hybrid Pack : 13 690 € et Baleno 1.2 Dualjet Hybrid Pack : 13 950 €, prime à la conversion (1 500 €**) et remise Suzuki (1 800 €) déduites pour ces 3 véhicules, hors peinture métallisée. **1 500 € de prime à la conversion conformément aux dispositions du décret n° 2019-737 du 16 juillet 2019 relatif aux aides à l’acquisition ou à la location des véhicules peu polluants. Voir conditions sur service-public.fr.

Garantie 3 ans ou 100 000 km au 1er terme échu.

*Un style de vie !


lp

EN COUVERTURE

FRANÇOIS NOËL BUFFET

“J’ai la volonté de porter un projet innovant pour la Métropole” On ne changera pas François Noël Buffet, déjà candidat à deux reprises à la présidence du Grand Lyon devenu métropole. Pas une égratignure à ses futurs adversaires, Collomb et Kimelfeld, pas un mot agréable non plus pour ses compagnons LR, Etienne Blanc ou Alexandre Vincendet... Ni morsures ni embrassades. Comme si la politique politicienne ne l’intéressait vraiment pas. Les politiques, oui. L’aménagement, les déplacements, la sécurité... Alors là, le candidat s’anime et se passionne. Tant mieux. Propos recueillis au Choo Choo (Gare des Brotteaux - Lyon 6) par Philippe Lecoq - Photos © Jean-Luc Mège

2001-2014. Après deux revers pour prendre la présidence du Grand Lyon devenu Métropole, surtout celui de 2014, pourquoi vous acharner ? C’est une revanche personnelle ? Ce n’est pas une question de revanche personnelle contre untel ou untel qui, à l’époque ont largement trahi. C’est la volonté de porter un projet innovant pour la métropole, pour ce territoire, pour ses habitants, parce que je suis depuis longtemps maintenant passionné par son développement, par ce destin collectif que l’on peut construire et par ses enjeux. Quelle est la source de votre motivation ? On a la chance d’avoir un territoire merveilleux. Peu de territoires ont autant de capacités de développement, d’aménagements de qualité, de qualité de vie. Nous l’avons. La métropole est porteuse en son sein d’un lyon people • novembre 2019 • 28 •

potentiel énorme. C’est ce potentiel qu’il faut continuer de révéler et de porter. Je suis passionné par ça. Ceux qui ont « trahi » peuvent encore trahir... Le grand changement c’est l’élection au suffrage universel direct. Les élus ne pourront pas trahir puisqu’on va donner la parole à la population. C’est une des clefs du scrutin. Le fait que cette fois la campagne se jouera dans les cours plus que dans les loges, en clair que ce soit les habitants qui votent et non les élus, vous donne-t-il des chances supplémentaires ? Il se dit que les loges ne vous ont pas été favorables les fois précédentes. Ce n’est pas contestable. Elles ont été actives. Rien n’est meilleur que l’élection au suffrage universel direct, le contact avec la population

la capacité à la mobiliser, à la motiver. C’est le meilleur système pour justement lutter contre les combinazione... Il y a de multiples cercles, réseaux, clubs en tous genres, notamment à Lyon. En judo, vous avez la réputation d’être un diesel, commencer doucement, chercher la bonne prise de kimono, et enfin finir sur un upon avec votre redouté Uchi Mata... Pensez-vous utiliser cette prise pour ce troisième combat ? Mon « spécial » c’est Uchi Mata, mais à gauche ! Ce qui, pour un droitier, est très surprenant et surprenait l’adversaire... C’est assez juste, c’est un portrait plutôt réaliste... Je préfère bien préparer les choses et porter l’attaque le moment juste. L’important c’est de gagner à l’heure, au bon moment.


Les deux fois précédentes, ce n’était donc pas le bon moment ? Peut-être... Malgré les majorités politiques que nous avions, ce n’était sans doute pas le bon moment. En 2001, j’étais peut-être un peu trop jeune, en 2014, c’était autre chose... Un adversaire habile, en place (Gérard Collomb, NdlR), et des personnes en face qui ont préféré une forme d’assurance dans un climat politique compliqué. Une telle élection se joue sans doute sur un programme mais aussi sur un nom. Ne souffrez-vous pas d’un déficit de notoriété ? Il est bien clair que le plus connu d’entre nous restera le maire de Lyon. En ce qui concerne l’actuel président de la métropole, il bénéficie de sa structure et de son conflit avec le maire. Pour ma part c’est vrai il y a un gros effort à faire pour que je sois plus connu et surtout plus identifié. Il n’y a pas de doute.

Vous siégez depuis longtemps au Grand Lyon et puis à la Métropole. Qu’est-ce qui n’a pas été fait et que vous auriez fait depuis longtemps si vous aviez été élu président en 2001 ? Et en 2014 ? Il y a deux choses sur lesquelles j’aurais agi qui ont des conséquences aujourd’hui. D’abord la mise en place d’un grand projet de déplacement et d’infrastructures ; la seconde, j’aurais organisé beaucoup mieux la maîtrise foncière pour éviter d’avoir des prix affolants de l’immobilier aujourd’hui qui excluent la classe moyenne du territoire.

« À LA CONFLUENCE, J’AURAIS CONSTRUIT UN MÉTRO ! »

La guerre entre Gérard Collomb et David Kimelfeld ? Avantage ou inconvénient ? Il s’agit sans doute d’une forme d’avantage mais il ne faut pas compter là-dessus pour gagner l’élection. C’est un élément à prendre en compte mais ce n’est pas le seul. Vous serez peut-être encore une fois face à Gérard Collomb. Peut-on dire alors qu’il s’agira d’un match entre candidats de droite ? (Rires) Non, je ne crois pas. Gérard Collomb reste à gauche comme Emmanuel Macron, ne nous trompons pas.

Votre truc, outre les sujets d’immigration, c’est l’urbanisme et l’aménagement du territoire, les déplacements. Quelle serait votre première décision en la matière ? La première décision en matière de circulation, déplacement, mobilité, c’est de définir un plan cohérent. Tout de suite. Et après on le décline sur différents niveaux. Je simplifie à outrance. À l’intérieur du périphérique on a notre système de transport en commun classique qu’il faut améliorer, renforcer. Deux pistes, la ligne E, Est-Ouest, et l’augmentation des plages horaires - s’arrêter à minuit c’est invraisemblable... C’est le cœur du dispositif. Avec priorité donnée aux transports en commun, modes doux, fluidité et complémentarité, sans exclure la voiture, l’hydrogène, etc..

« INCIVILITÉS : TOLÉRANCE ZÉRO ET CRÉATION D’UNE POLICE MÉTROPOLITAINE »

En faisant comment ? On vous voit moins qu’Etienne Blanc (candidat LR à la mairie de Lyon) sur les réseaux sociaux. Oui, c’est vrai. Je passe beaucoup de temps à faire du réseau, je rencontre les élus, les professionnels, les habitants pour présenter un projet qui corresponde aux besoins réels. Le programme sera présenté au début de l’année 2020, les grandes lignes avant la fin de l’année. Allez-vous faire un tandem avec le jeune et fougueux Alexandre Vincendet (maire de Rillieux, candidat malheureux contre François Noël Buffet à l’investiture LR pour la métropole, ndlr) pour ratisser plus large ? Je travaillerai avec lui comme avec tous les autres maires. Il y a 59 communes ! Il est luimême candidat dans sa circonscription. Tout le monde doit participer. Il faut un leader certes, mais surtout une équipe...

que cela ne soit pas encore en place à Lyon. Je rappelle à ce propos que la métropole pourrait très bien constituer une structure de police qui vienne en renfort des polices municipales et nationales. Avec chacun son job. Ce que vivent les gens de la presqu’ile, du 7ème, à Villeurbanne ou dans d’autres communes, c’est juste pas possible.

À la Confluence, auriez-vous voté métro ou tram ? Métro ! Sans état d’âme. C’était techniquement possible, même sous la gare de Perrache. L’idée était de prolonger la ligne A pour rejoindre la station Square Galtier de Gerland conçue pour recevoir le métro et amorcer un système circulaire sur la métropole.. Ça ne nous aurait pas mis dans la situation impossible aujourd’hui d’accès à Confluence. Un profond mécontentement a gagné des quartiers aussi divers que la Presqu’Ile, la Guillotière ou Gerland en raison des incivilités et des agressions. Quels sont les remèdes du docteur Buffet ? Tolérance zéro sur tout ce qui est incivilité. On ne discute pas là-dessus. La fermeté la plus absolue pour tout ce qui concerne tous ces comportements. On règle le problème avec un système de vidéo-verbalisation – on l’a fait à Oullins – qui fonctionne au-delà de minuit, bien évidemment. C’est étonnant d’ailleurs

Nœud ferroviaire de l’Est, anneau des sciences, contournement ouest, quels seront vos choix ? Ensuite les accès à la métropole en venant de l’extérieur. On s’appuie principalement sur les axes ferroviaires et on les recadence, comme le Lyon-Saint-Etienne. Il faut se mettre en ligne avec la Région qui a les compétences, et on crée des parcs relais le plus loin possible. Enfin, on crée un tarif unique. Il nous le faut absolument. C’est la simplicité et un service rendu à la population. On a un transport en commun en quantité et en qualité efficace, avec un minimum de ruptures de charges, on va chercher les gens à 50 km et on roule... L’anneau des sciences ? L’anneau des sciences, il faudra le faire, mais pas comme on l’a prévu. L’évolution c’est de créer sur l’ensemble du périphérique une voie dédiée aux transports en commun avec des bus à haut niveau de service. L’avantage ? On permet dans un délai rapide d’avoir un système circulaire pour pas cher. Éviter les passages en centre-ville. Je souhaite ce système circulaire.

29 • novembre 2019 • lyon people


lp

EN COUVERTURE

« JE SUIS HOSTILE AU GRAND CONTOURNEMENT OUEST ! » Et à l’Ouest ? Le grand contournement Ouest, j’y suis hostile. En revanche, il faut prolonger l’A 432 au sud, de Saint-Exupéry jusqu’à Vienne le long de l’emprise TGV. On aura aussitôt 30% de circulation de moins sur la rocade Est. C’est absolument stratégique. Arrêter l’A 432 entre Manissieux et Ternay, c’est refaire une erreur majeure, recréer une rupture dans le secteur, ce sera invivable à terme. Vous êtes favorable à la création d’un RER à la lyonnaise. Vous êtes sérieux ? Croyez-vous que les Parisiens apprécient de se déplacer en RER ? Ne comparons pas Paris à Lyon. La population est beaucoup plus nombreuse à Paris. Nous pouvons faire ici des choses très qualitatives et sécurisées. Nous viserons un haut niveau de service, en partenariat bien sûr avec la Région. Vous avez déclaré vouloir « assoir toutes les politiques sur la base du développement durable ». Bien, comme tout le monde... En quoi votre politique sera « durable » voire écologique ? La notion de métropole durable doit être le socle absolu de toutes les politiques publiques. En priorité pour les politiques d’aménagement de l’espace public, la circulation et les politiques de déplacement. Voyez par exemple comment les places des Terreaux, Ampère ou Jacobins ont été faites... Il faut repenser tout cela. Politiques durables aussi pour le développement économique. C’est fondamental. Et enfin pour les politiques sociales, la métropole doit par exemple intervenir sur les coûts de la dépendance, sur tout ce qui est destins collectifs. Je souhaite aussi que nous puissions créer des EPID métropolitains, des établissements de la seconde chance, et enfin mieux aider les enfants en difficulté, les gamins paumés. Tout cela sans augmenter la pression fiscale d’un centime. Il y a beaucoup à faire sur les dépenses de fonctionnement. Spécialiste de l’aménagement de l’agglomération, comment répondriez-vous au désert médical qui s’installe dans les zones péri-urbaines, et partout en ville le week-end jusqu’à asphyxier les urgences ? Il faut multiplier dans les territoires des maisons médicales pluridisciplinaires. Afin que les habitants puissent trouver le week-end le praticien qu’ils souhaitent sans aller aux urgences. C’est un travail de conviction qu’il faut engager auprès des praticiens de santé. La métropole peut prendre en charge tout ou partie des investissements, mettre à disposition ces maisons aux praticiens intéressés. lyon people • novembre 2019 • 30 •

Puisque nous parlons d’asphyxie, que pensez-vous de la piétonisation et de la végétalisation de la presqu’ile de Lyon ? Le principe est bon mais la méthode est mauvaise. La végétalisation de la rue Édouard Herriot est une catastrophe. On organise une voie unique avec une piste cyclable au milieu... C’est très dangereux et cela complexifie les choses. En fait, cela sent bon le coup électoral. Mais le coup électoral non préparé finit toujours mal. Là, ça finira mal et c’est dommage car le principe en lui-même est intéressant. La piétonisation en elle-même, c’est plutôt un succès. Si l’expérience est positive pourquoi ne pas la continuer ? Mais la voirie doit être réaménagée en fonction d’un multi-usages. Reste le sujet d’accès à la presqu’ile le week-end. On est peut-être en train de tuer une bonne idée par manque de préparation.

« LA VÉGÉTALISATION DE LA RUE ÉDOUARD HERRIOT EST UNE CATASTROPHE ! » Les murs des entrées autoroutières de Lyon sont sales et, depuis des années, recouverts de graphitis. Pourquoi ne pas les recouvrir de plantes grimpantes (vigne vierge, lierre) pour les transformer en couloirs verts ? C’est une très très bonne idée... À intégrer dès la conception des projets. Pour encourager l’achat de voitures électriques, êtes-vous favorable à la gratuité de stationnement pour ces véhicules ? Je me méfie toujours de la gratuité. Il faut se positionner dans un plan global. À Lyon, mais aussi dans l’Ouest lyonnais, les prix de l’immobilier flambent, il devient impossible aux classes moyennes d’acheter un appartement. Que peut faire un président de la métropole en la matière ?

Il faut que la métropole consacre un budget conséquent à la maitrise foncière, ce qui n’a pas été le cas depuis de nombreuses années. Il faut aller chercher le terrain. Et non pas racheter à prix d’or des immeubles pour en faire du logement social. Ça n’a aucun sens. Il faut anticiper. Il y a encore des quartiers où on maitrise du foncier. C’est un vrai travail de prospective. Il y a eu un gigantesque incendie à Rouen il y a quelques semaines. Faut-il déménager le couloir de la chimie ? Pour le mettre où ? Attention, il s’agit de 30 000 salariés environ. Nous ne serons jamais à l’abri d’un accident. Nous avons connu Feyzin, le port Édouard Herriot... Je pense que les professionnels sont prudents, des mesures de sécurité ont été prises, il faut continuer dans ce sens. Le contrôle doit être total, sans jeu de mots. La surdensification est une plaie vécue aussi bien à la Croix-Rousse qu’à Montchat où les habitants veulent conserver leur cadre de vie et leur patrimoine. 150 000 habitants nouveaux sont attendus à l’horizon 2030 sur la métropole. L’enjeu est de raisonner plus largement à l’échelle de l’aire urbaine. Quand vous avez la communauté de communes de l’Est lyonnais qui propose aujourd’hui 800 ha au marché... Cela doit s’organiser. Je suis pour un urbanisme apaisé et très attaché à la préservation de la qualité patrimoniale. Comment comptez-vous stopper cette frénésie ? L’enjeu n’est pas de densifier à outrance. Sur l’ensemble de la métropole, il y a des territoires avec des identités qu’il faut savoir conserver. C’est un travail de dentellière qu’il faut mener, sur chacun de ces territoires, et réfléchir au niveau de l’aire urbaine avec un système de déplacements hyper-efficace qui nous permettra d’éviter la densification à outrance ou un étalement urbain dont ne nous voulons pas.


*Liquidation totale avant travaux suivant récépissé de déclaration N°69-2019-L-36 du 12/09/2019 valable du 2/10/2019 pour une durée de 2 mois jusqu’au 2/12/2019 sur articles désignés en magasin par étiquettes spéciales. Photos non contractuelles.

LIQUIDATION

TOTALE DERNIERS JOURS DERNIÈRE DÉMARQUE

AVANT TRAVAUX

TOUT DOIT DISPARAITRE

-50%

*

Jusqu’à

EXCEPTIONNEL

Modèle SEQUOIA

MAGASIN OUVERT

LUNDI 11 NOVEMBRE DIMANCHE 17 NOVEMBRE

Modèle ZEN

TOUT L’UNIVERS DU DESIGN - PROJETS PERSONNALISÉS PAR NOS ARCHITECTES D’INTÉRIEUR

7 RUE SERVIENT 69003 LYON

04 37 42 09 05

Angle Cours de la liberté - Face Préfecture

cotcontemporain@cot-meubles.fr

Lundi 14h - 19h et du Mardi au Samedi 10h - 19h sans interruption

COT CONTEMPORAIN


Nous construisons

l ’Av e n i r. . . Futur siège social

LY O N 41 rue Garibaldi - CS 80016 - Lyon cedex 06 Tél Lyon : 04 37 48 48 48

PARIS 72 Faubourg Saint-Honoré - 75008 Paris Tél Paris : 01 75 43 89 89

con t ac t @a n a h om e im m ob ilie r.com www.anahomeimmobilier.com

anahomeimmobilier


Les trésors cachés du

PAYS MORNANTAIS

DOSSIER PATRIMOINE Une histoire multi-séculaire.................................................................... 34 Interview Renaud Pfeffer, maire de Mornant............................... 38 Balade patrimoniale ................................................................................... 42 Une palette de peintres ............................................................................ 46 Les gueules de Mornant ............................................................................ 52 Vitalité économique .....................................................................................60 Mornant gourmand ......................................................................................66 •

33 • novembre 2019 • lyon people


lp

DOSSIER MORNANT

Façade de l’église avec la tour médiévale du Vingtain. L’église date du XVe siècle et a été agrandie au XIXe. À noter sur le pilastre de droite la petite statue de Caremi, personnage emblématique de Mornant. Fête villageoise dans les années 30 : défilé costumé devant le bâtiment de la poste bâti entre 1902 et 1905

SI MORNANT M’ÉTAIT CONTÉ La région de Mornant a été habitée dès l’époque gauloise et peut-être même bien avant puisqu’on peut voir un ensemble mégalithique au hameau du Luet. Texte : Alain Dutel - Photos © Archives de Mornant et DR

À

l’époque romaine, sous le règne d’Hadrien (début du IIe siècle de notre ère), est construit l’aqueduc du Gier qui amenait l’eau du Pilat jusqu’à Lugdunum. Cet aqueduc traverse la commune de Mornant sur plus de 6 kilomètres en franchissant des vallons et en serpentant sous le bourg en souterrain. On peut aujourd’hui admirer les restes du pont sur le Mornantet ainsi que d’autres vestiges à Corsenat et à la Condamine. Des fouilles ont mis à jour les restes d’une importante

lyon people • novembre 2019 • 34 •

exploitation viticole gallo-romaine à Saint Laurent d’Agny, démontrant ainsi la permanence de la vigne sur le territoire mornantais depuis plus de 2000 ans. Durant le haut moyen-âge, une abbaye est construite à Monteclare. Elle fut détruite vers 855 lors des guerres qui opposèrent les héritiers de Charlemagne. Dès le IXe siècle, Mornant est érigé en paroisse. À cette époque, le bourg est défendu par une enceinte fortifiée. Le cœur de la ville garde encore aujourd’hui sa structure médiévale

avec un réseau de rues concentriques autour de son église. Lors de la bataille de Brignais le 6 avril 1362, les Mornantais se portèrent au secours des troupes royales qui défendaient Lyon des attaques barbares. Ils arrivèrent dit-on « drapeau déployé » et « fifres en tête ». Depuis lors, les Mornantais ont hérité du du surnom de Fifres, et deux fifres d’or en sautoir figurent sur les armoiries de la ville.


De l’époque médiévale subsiste la tour du Vingtain, qui offre à son sommet un incroyable panorama. L’église du XVe siècle et son clocher dominent toujours le bourg ancien. Toute proche, la belle maison des Prieurs du XVIe siècle avec ses fenêtres à meneaux et sa galerie garde le souvenir du célèbre poète Pierre de Ronsard qui reçut en 1573 le bénéfice du prieuré de Mornant. Par lettres patentes du 17 février 1596, Henri IV accorde à Mornant le titre de Ville, ainsi que l’établissement de trois foires annuelles et d’un marché le vendredi de chaque semaine. Aujourd’hui encore, chaque vendredi matin la place principale s’anime autour des étals de son important marché. Depuis un an s’y est ajouté le petit marché de producteurs locaux essentiellement bio du dimanche matin. Après les tourments de la Révolution, les deuils des guerres napoléoniennes et le fardeau de l’occupation, Mornant est exsangue, mais une nouvelle ère de prospérité s’annonce. Au milieu du XIXe siècle, Mornant connaît une période prospère et compte alors près de 2 500 habitants. L’industrie locale occupe la moitié de la population dans la fabrication de chapeaux de feutre, le tissage du velours par les canuts, la broderie à l’aiguille. L’agriculture est en pleine prospérité et fait vivre l’autre moitié de la population, notamment avec la vigne qui, à elle seule, occupe plus de 400 hectares. Mornant se couvre alors de nouvelles constructions. En 1845 commencent les travaux d’agrandissement de l’église, avec son riche décor sculpté dessiné par l’architecte Pierre Bossan à qui l’on doit également la basilique de Fourvière. En 1855 se construit le pensionnat des sœurs de Saint Charles. En 1861, la nouvelle mairie est inaugurée en limite de la partie ancienne du centre bourg. Le chemin de fer arrive à Mornant et on inaugure la gare le 10 juillet 1887. Malheureusement, la ligne qui reliait Mornant à Lyon périclita après la

première guerre mondiale et fut supprimée. Enfin entre 1902 et 1905, le beau bâtiment de la poste est édifié. En 1880, l’invasion du phylloxéra détruit la majeure partie du vignoble et, à la fin du XIXe siècle, l’industrie locale disparaît sous les coups de boutoir de la grande industrie. La Grande Guerre saigne à blanc la jeunesse de Mornant qui, en 1920, ne compte plus que 1 614 habitants.

Monument aux morts dans le cimetière de Mornant

La guerre de 1939 frappe encore durement Mornant avec le départ des jeunes et ses privations. Le 30 août 1944 lors du combat du Pont-Rompu des résistants héroïques stoppèrent la retraite allemande, et le 2 septembre Mornant est libéré par les forces blindées française du Général de Lattre de Tassigny. Une plaque apposée en 2007 sur la façade de la mairie vient rendre hommage aux Justes de Mornant qui ont sauvé des familles juives pendant cette terrible période. Après 1945, la commune retrouve son essor. D’importants travaux d’adduction d’eau et d’assainissement sont entrepris. Mornant entre dans la période de prospérité des Trente Glorieuses. La population restée stable jusque-là va s’accroitre. En 1961, la commune acquiert la propriété Donzel — 7 hectares au cœur du bourg — avec sa maison de maitre et ses dépendances. C’est là que seront construits dans les années 70 le collège et la piscine, et dans les années 80 le gymnase et le Boulodrome. Les bâtiments anciens réhabilités accueilleront la salle des fêtes et la bibliothèque municipale. En 1994, Mornant se dote d’un centre culturel (rétrocédé depuis à la communauté de communes, la COPAMO).

Intérieur de l’église avec les boiseries et les retables dessinés par Bossan, l’architecte de Fourviére. Ce décor est classé à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques

35 • novembre 2019 • lyon people


lp

DOSSIER MORNANT

Vue de Mornant avec son église dans son cadre rural. On distingue le collège Pierre de Ronsard. Au premier plan un élevage bovin

Dès les années 60 sont lancés de gros travaux d’irrigation afin de pérenniser l’agriculture. La réalisation la plus emblématique, grâce en particulier au travail visionnaire de Paul Delorme, maire et également conseiller général, est la création du Lac de la Madone en 1990. Cette importante retenue d’eau s’insère dans un cadre naturel magnifique et est ouvert à la pêche et à la promenade. Très tôt, les agriculteurs s’organisent et créent des réseaux de distribution innovants tels que Uniferme ou la Sicoly. L’agriculture se convertit petit à petit au bio, favorisant les circuits courts comme la vente à la ferme ou sur les marchés lyonnais. Aujourd’hui on cultive même du safran et des brasseries prospèrent dans différents villages autour de Mornant. La vigne qui avait presque complètement disparu vient de faire son retour à Mornant. Une grande partie du territoire de la commune étant classé dans l’appellation Coteaux du Lyonnais, le premier millésime mornantais est attendu pour bientôt…

En dehors de l’agriculture et du commerce local, l’activité économique de Mornant se concentre sur la zone d’activité des Platières qui compte aujourd’hui 200 entreprises représentant plus de 2000 emplois. Cette zone a été créée en 1977 par le syndicat intercommunal (SIVOM) sous l’impulsion de Jean Palluy, maire et président du conseil général. L’activité diversifiée se spécialise de plus en plus dans l’agro-alimentaire, en cohérence avec l’environnement agricole. Face à une forte demande, cette zone dynamique est en cours d’extension. Mornant, sous les

mandats successifs de ses derniers maires Guy Palluy et Yves Dutel, et du maire actuel Renaud Pfeffer, vice-président du Département, continue son développement. Elle se présente aujourd’hui comme une ville attractive de 6000 habitants riche de son patrimoine, de la vitalité de ses entreprises et de son agriculture, du dynamisme de sa vie culturelle et sportive (plus de 120 associations). Consciente que son territoire constitue le poumon vert de la métropole lyonnaise, elle résiste à l’étalement urbain en préservant jalousement son environnement naturel et agricole privilégié. Aujourd’hui, Mornant est régulièrement considérée, grâce à ses projets innovants, comme une ville pionnière : la mutuelle de santé des Mornantais, le concept de solidarité réciproque (Mornant a obtenu une Marianne d’or en 2018), le fonds de dotation territorial à but culturel, l’énergie des Mornantais, sont autant de services innovants qui offrent à ses habitants une qualité de vie sans pareille.

Zone d’activité intercommunale des Platières de 65 ha. Elle regroupe plus de 200 entreprises et 2000 emplois. Un agrandissement de plus de 20 ha est en cours, en particulier en vue du renforcement d’une filière agro-alimentaire.

70E ANNIVERSAIRE DU GRAND-PRIX D’EUROPE Les 3-4 septembre 1994, l’association sportive de l’automobile club du Rhône et le club Bugatti France commémorent le 70e anniversaire du Grand-Prix d’Europe qui eut lieu en 1924, dans l’Ouest lyonnais. Près d’une centaine de véhicules d’époque, datant de 1914 à 1947 et provenant d’une dizaine de pays différents, participent à ces festivités. Parmi les vedettes de cette concentration, des Delage, Sunbeam, Voisin, Alfa-Roméo et surtout une majorité de Bugatti, dont quelques illustres T35 qui régnèrent sur le sport automobile dans l’entre-deux guerres. Les pilotes se mesurèrent, sur la traditionnelle montée du Mont-Verdun, avant d’emprunter le circuit historique de 1924 entre Brignais, Givors et Mornant.

lyon people • novembre 2019 • 36 •


NC

COIFFURE

FEMMES - HOMMES - ENFANTS

PRÉSENT AU SALO N NAUTIQUE DE PA RIS DU 7 AU 15 DÉ CEMBRE 2019 Située à Taluyers, tout proche de Lyon, JetProRacing concessionnaire YAMAHA marine est une entreprise spécialisée dans le conseil, la vente et l’entretien de produits nautique. Notre show-room Bateaux, Jetski et accessoires vous accueille du lundi au samedi.

ZA LA RONZE 69440 TALUYERS TEL : 04 72 31 15 62

carrosserie des monts du lyonnais spécialiste véhicules de prestige

VEMBRE 2019 RÉOUVERTURE À PARTIR DU 12 NO espace l’équipe vous attend dans un nouvel Entre un ombré, un blond polaire et une taille de barbe, le salon NC Coiffure vous accueille dans une ambiance conviviale et chaleureuse. Nathalie Curabet et son équipe prête un soin particulier à la qualité des prestations en se formant régulièrement pour suivre les tendances tout en utilisant des produits de qualité notamment avec les gammes Kérastase, les soins Ybera et le matériel GHD. NC Coiffure KERASTASE 1 rue Boiron 69440 MORNANT 04 78 44 02 41 - nc.coiffure.mixte@wanadoo.fr

Un savoir-faire et une grande maîtrise des particularités de chaque marque. Une expérience au service de prestations fiables et de grande qualité. 451 Rue de la Ronze 69440 Taluyers 09 54 82 39 07 / 07 81 70 72 49 robalo6090@gmail.com

Carrosserie-Des-Monts-Du-Lyonnais-1235696303114145


lp

DOSSIER MORNANT

“Je rêve de faire changer la vie des gens en créant les conditions d’épanouissement propres à chacune et chacun d’entre nous”.

RENAUD PFEFFER

Son modèle mornantais Idéaliste le premier magistrat de Mornant ? Peut-être. Innovant, un tantinet iconoclaste dans le landerneau politique local, certainement. Mû par l’ambition de faire de Mornant un pays de cocagne, Renaud Pfeffer a la tête dans les étoiles, mais en bon terrien, garde les pieds sur terre. Propos recueillis par Christophe Magnette et Marco Polisson - Photos © Saby Maviel

Vous souvenez-vous du 7 juillet 2007 ? Ma première réunion à Mornant : avec trois personnes dans la salle. Georges Fenech, dont j’étais l’assistant parlementaire m’avait conseillé d’aller là-bas, en estimant « que nous avions une belle pépite dans notre circonscription ». Vous n’étiez pas dépaysé ? Ah non ! [sourires] Je suis originaire de Chaussan, à trois kilomètres. J’allais à l’école publique là-bas. Et j’étais licencié du club de foot de Mornant. J’y ai mes copains. En 2007, vous préparez une liste pour les municipales de 2008. Vous partez en mission ? Complètement ! Avec l’idée chevillée au corps que nous allions gagner et une conviction forte : la proximité. À titre personnel, je suis parti dans le combat politique fort de mon principal atout : ma bonhommie. Résultat, nous avons battu le maire socialiste sortant, quelqu’un que j’estime, Guy Palluy, assez facilement pour une première élection : 54/46. lyon people • novembre 2019 • 38 •

Yves Dutel devient maire et vous son adjoint, très, très présent ? [Sourires] J’ai aidé et accompagné Yves. Il était garagiste de métier — un homme de terrain, d’une grande intégrité — et voulait être épaulé. J’étais adjoint à la communication, au développement économique et projets transversaux, j’avais du boulot de mon côté. Mais en 2014 vous lui prenez sa place ? C’est vrai qu’à la fin, ça s’est précipité... Je me suis déclaré sans son consentement, mais il n’était pas candidat. Je suis tombé amoureux de la ville, des Mornantais, de cette pépite au potentiel incroyable. J’aimais Yves Dutel [ndlr : il est décédé en 2016], je garde une immense affection pour lui.

“L’IDÉE CHEVILLÉE AU CORPS QUE NOUS ALLIONS GAGNER”

Vous gagnez alors que peu de monde vous connaît ? Et encore vous êtes gentil… Je lance ma campagne le 18 juin 2013, personne n’y croit. Mon appel est peu entendu [rires]. Un an plus tard je remporte la mairie avec 57 %. Mornant était un village avec des dynasties locales qui géraient la mairie depuis des décennies. La population a changé et j’incarnais ce renouvellement. Maire à 34 ans, que ressent-on ? Je me dis qu’il faut que je me mette au boulot dans l’instant : j’ai des idées, je veux les mettre en place, tout mettre en œuvre, être au service et rendre la confiance que l’on m’accorde. C’est très sacerdotal. Mais bon, je suis maire de Mornant, pas une star internationale [sourires]. Vous ne le faites pas pour l’argent ? Non ! On ne fait pas de la politique pour l’argent. Etre maire est un sacrifice professionnel. Mon indemnité de maire s’élève à 1 387 € net par mois ; le budget de la commune est de douze millions d’euros.


Et vous marquez les esprits dès le départ avec la première mutuelle communale de France ? Un peu avant les élections je reçois un courrier de l’Assurance maladie : 16% des habitants de Mornant n’ont pas de complémentaire santé. Fort de ma culture du privé, j’ai donc décidé de négocier une mutuelle pour mes concitoyens. C’est tout. Il faut se remettre dans le contexte : en 2014, François Hollande est empêtré sur les questions liées au pouvoir d’achat. C’est un enjeu majeur. Il faut trouver des solutions. Rendez-vous compte, un Mornantais a économisé 1 500 € par an grâce à ça ; le 1er janvier 2015 j’ai trouvé une bouteille de champagne sur le pas de ma porte : une dame de 84 ans me remerciait d’avoir touché un treizième mois pour la première fois de sa vie (ému). C’est ça la politique, ma conception de la politique. Qui êtes-vous en réalité ? Je suis indépendant, animé par des convictions ; un homme de culture de droite : conservateur sur l’essentiel et progressiste sur tout. On peut faire une carrière politique sans être un homme de parti ? Je le pense. Revenons à la mutuelle communale, elle a dynamisé la commune ? C’est une façon de lutter contre la désertification médicale. Nous avons l’un des secteurs de santé les plus dynamiques du département. Nous avons aussi adapté la mutuelle aux entreprises. Quant à moi, j’ai prêché la bonne parole sur la santé partout dans l’hexagone, elles se sont démultipliées aujourd’hui. Et vous continuez à innover ? Depuis mi-juillet, nous avons mis en place un contrat d’énergie groupé pour engager les Mornantais dans la transition énergétique tout en leur permettant de gagner en pouvoir d’achat.

“JE SUIS UN HOMME DE CULTURE DE DROITE : CONSERVATEUR SUR L’ESSENTIEL ET PROGRESSISTE SUR TOUT.”

Avec toutes vos idées, vous allez contrarier la quiétude locale ? Je ne demande pas le métro à Mornant [rires]. Pour autant, les transports et l’accès au pays mornantais demeurent un écueil que nous ne pouvons pas occulter. Même si la quiétude qui nous anime en est un peu la conséquence. Justement, comment la protège-t-on ? Avec des règles d’urbanisme strictes. Nous voulons des ceintures vertes entre les villages et nous nous y attelons. La population rajeunit, l’immobilier monte, l’attractivité économique n’a jamais été aussi forte, le territoire vit mais nous sommes vigilants. Vous vous présentez aux prochaines élections municipales ? Oui. Quel en sera le thème principal ? (Il réfléchit) Le thème ? Mornant, pays de cocagne. Nous allons expliquer aux gens, pourquoi ils ont beaucoup de chance d’habiter là où ils sont. Nous allons aussi les inviter à s’inscrire dans un comportement toujours plus vertueux. Mornant a changé ; les mentalités mornantaises ont-elles évolué au diapason ? Pas encore… Une autre dimension va également accaparer mon attention : le développement durable. Il y a une activité économique exemplaire dans ce secteur et nos concitoyens doivent comprendre que cette question n’est pas seulement l’apanage des mouvements extrêmistes. Vu de l’extérieur, semble poindre un modèle mornantais… (Il coupe) C’est un peu ça. Raison pour laquelle j’aspire à faire un autre mandat. Le plus dur n’est pas d’avoir des idées mais de les porter et de les pérenniser. Nous multiplions les appels à projets innovants, nous avons été parmi les premiers à accompagner un espace de coworking à Mornant (en 2015) malgré le scepticisme de légion d’élus. Nous portons des projets ambitieux [sic] en matière de culture,

mais aussi au niveau social avec le procédé dit de “solidarité réciproque” qui a permis de sortir de la précarité une quarantaine de personnes : un système, non pas donnant-donnant mais gagnant-gagnant. C’est une fierté ! Car quand on sauve un homme, on sauve l’humanité. Un moyen aussi de démontrer la différence entre la charité et la solidarité. J’en suis convaincu : le seul critère de jugement d’une société moderne réside dans la manière dont elle s’occupe des plus fragiles.

“QUAND ON SAUVE UN HOMME, ON SAUVE L’HUMANITÉ” Et les baby-sitters de confiance, c’est aussi une idée Pfefferienne ? Vous avez des enfants ? Ça ne vous préoccupe pas de les confier à des inconnus, à des personnes dont vous n’êtes pas sûrs qu’ils soient capables d’assumer le b.a-ba d’une garde ? Nous sommes tous très exigeants en matière de crèches, nounous... Nous avons décidé de former nos propres baby-sitters pour permettre aux parents de souffler en sérénité. Comment cela se passe-t-il ? Durant quatre jours, des jeunes de 16 à 20 ans sont initiés et préparés à affronter toutes les conditions d’une garde. Vingt jeunes ont déjà été formés. C’est un succès tel que cette idée fait boule de neige. Maintenant nous souhaitons que nos baby-sitters soient en capacité de s’occuper des enfants en situation de handicap, pour offrir du répit à leur parents. Encore un sujet qui nous tient à cœur… En fin d’année, nous ouvrons un foyer de vie pour travailleurs handicapés vieillissants ; nous avons fondé un SAMSAH (service d’accompagnement médico-social pour adultes handicapés), mis sur un pied une structure de prévention du handicap chez les 0 à 6 ans, •

39 • novembre 2019 • lyon people


lp

DOSSIER MORNANT

mais aussi un centre de ressource enfance et handicap… Voilà mon idée de l’engagement politique : travailler pour le bien commun et l’intérêt général.

Que s’est-il passé ? Vous connaissez les hommes : d’aucuns ont créé les conditions d’une supposée concurrence entre nous. Que je voulais lui piquer sa place alors que je le dis et le redis encore une fois : ça ne m’intéresse pas. Je ne suis pas intéressé par la présidence du Département. Là-encore j’ai commis une erreur : il faut savoir affirmer les choses, faire taire la rumeur. Je ne l’ai pas fait, j’aurais dû.

D’où l’idée de poursuivre ce que vous qualifiez de “belle aventure humaine” ? Totalement ! Vous allez quand même changer quelque chose ? (Il réfléchit) Je souhaite renouveler largement l’équipe municipale.

N’y a-t-il pas une once de jalousie à vous voir avec votre costume de maire ? D’une manière générale, Christophe n’aime pas quand il pressent un risque autour de lui. Mais l’essentiel est ailleurs : il fait le taf, un sacré boulot même. Il faut le lui reconnaître.

Combien sont-ils ? Vingt-neuf, dont vingt-trois dans ma majorité et huit adjoints. Ils sont au courant ? Maintenant, oui ! [rires] Blague à part, ils connaissent mon fonctionnement, d’autant plus que leur ai déjà rappelé que j’utiliserai la même règle qu’en 2014 : je ne distribuerai aucun poste avant l’élection. Il n’y aura aucune condition préalable. Notre seul enjeu est de servir les Mornantais. En filigrane, on sent poindre un regret ? J’aurais dû mieux anticiper le management et la gestion de mon équipe municipale. Je ne suis pas un castrateur, loin de là, c’est pourquoi j’aurais aimé qu’elle ait davantage confiance en elle, qu’elle s’accapare le droit à l’initiative et à l’innovation. La mécanique mornantaise est bien huilée mais chacun a le droit d’y mettre le doigt de temps en temps. Vous les étouffez ? (Il se redresse) Non, mais je tiens le cap ! J’assume d’avoir bouleversé les codes comme d’être le capitaine du bateau. Mais il y a de la place pour tous ceux qui sont enclins à proposer des changements. Mon regret personnel est un peu plus intime. Je dois trouver un équilibre entre vie politique et vie familiale, voir ma femme et mes enfants grandir. C’est tout ce que je dirais sur un plan privé [sourire]. Puisque nous sommes sur la dimension humaine, restons-y : comment ça se passe avec Gérard Collomb ? En règle générale, ça se passe très bien avec les Lyonnais [sourires]. Je suis Lyonnais. Avec Gérard ? c’est plus compliqué. Il n’a pas l’habitude de rencontrer des résistances. Or, comme nous avons dû négocier au moment de la création de la Métropole, nos rapports sont un peu tendus.

“LA PRÉSIDENCE DU DÉPARTEMENT ? ÇA NE M’INTÉRESSE PAS !” La Métropole ça vous hérisse ? Les gens n’y comprennent rien ! Tout cela paraît éloigné du quotidien. Je pense que la Métropole est autocentrée. Je crois en un modèle nouveau pour travailler intelligemment avec la Métropole : créer une forme de Ruraupole, un modèle plus humain et plus concrêt [sic]. On doit avoir cette ambition. Je préfère attraper un torticolis en visant trop haut, que devenir bossu en visant trop bas. Puisque nous sommes sur les sujets qui fâchent : que se passe-t-il avec Christophe Guilloteau ? Je suis son premier vice-président au Département [sourire]. Vous savez nous avons deux visions, deux tempéraments et deux conceptions de la vie... mais lorsqu’il s’agit d’organiser les choses, nous sommes d’une complicité et d’une organisation redoutables. La preuve, on a gagné le département ! Dès le départ, la règle était claire : il en était le président, moi, son vice-président et on allait faire le boulot pour nos territoires.

À propos de la dotation du Département ? Oui : il y a eu des tensions. J’ai évidemment défendu les intérêts du Département, j’en suis quand même le vice-président. Et avec la création de la Métropole, on amputait le Rhône. J’ai estimé que la Métropole ne devait pas rouler les territoires ruraux dans la farine.

lyon people • novembre 2019 • 40 •

Inauguration du stade synthétique de football Camille Abily, le 8 septembre 2019 Photo © Barbara Tournaire

Si la présidence du Département ne vous intéresse pas, qu’est-ce qui trouve grâce à vos yeux, la députation ? Sûrement pas ! Je crois à la vivacité de nos territoires et à l’importance des élus locaux. Nous sommes un peuple monarchiste qui veut toujours la peau du roi, alors député… Tant que l’image de la politique n’aura pas été restaurée aux yeux de nos concitoyens, je préfère m’inscrire dans une logique de territoire. La communauté de communes m’intérresse. La commune est l’essence même de notre pays : vouloir les supprimer c’est tirer un trait sur une forme d’art de vivre à la française. Une mairie, c’est la proximité et des rapports humains dont on a tous besoin. Les élus locaux sont pour la plupart des bénévoles extrêmement altruistes. Avant il y a les municipales, c’est votre juge de paix ? Totalement. C’est mon curseur, le révélateur. Vous êtes jeune (ndlr : 40 ans en février 2020), et après ? Je n’ai aucune limite. Vraiment ? Vraiment ! Vous êtes Lyonnais ? Je suis Lyonnais [sourires].


10 maisons de 90 m2 avec terrasse, jardin, garage fermé et place de stationnement a partir de 279 000 €

Devenez propriétaire en toute sérénité

accession libre à la propriété

une réalisation ProdeXia

commercialisation orpi coteaux immobiliers

151 route de Vourles - 69230 Saint-Genis-Laval tél. : 09 75 95 71 88 - www.prodexia.fr


lp

DOSSIER MORNANT

BALADE PATRIMONIALE Mornant à travers le temps

TOUR DU VINGTAIN

MAIRIE DE MORNANT Construite en 1860-1861, restaurée en 1981, agrandie en 1998, l’édifice de plan rectangulaire est coiffé d’un toit brisé en ardoise, sommé d’un lanternon avec une girouette en forme de drapeau tricolore. Des pierres calcaires, provenant de Provence, ornent la façade antérieure. Au premier étage, on remarque un balcon à balustres en pierres ; sur la bordure du toit, un cadran d’horloge dans un oculus en pierre à guirlandes de roses. Horloge dotée d’un système d’échappement, inventé par Honoré Pétetin, horloger givordin entre 1862 et 1890. lyon people • novembre 2019 • 42 •

La tour doit son appellation à l’impôt du même nom que les seigneurs percevaient pour l’entretien des remparts : un droit seigneurial prélevé sur la vingtième partie des récoltes. Sa genèse ? Vers l’an 900, le bourg de Mornant est défendu par une enceinte fortifiée (jusqu’à vingt-deux tours sont recensées et trois portes principales). Au fil du temps, cette dernière n’eut plus d’utilité et tomba en ruine. Seule demeure la tour du Vingtain. En 1688, le seigneur et prieur François de Murard fait installer au pied de la tour, l’auditoire de justice. À la Révolution, la tour et le bâtiment joint, devenus Biens Nationaux, sont transformés... en prison de la commune. Il faut attendre

Ce donjon carré de 5,85 mètres de côté et 18,20 mètres de haut, trône à deux pas de la mairie.

Texte : Christophe Magnette - Photos © Saby Maviel

1937, et l’arrivée de la gendarmerie, pour que la fonction de prison dévolue à la tour du Vingtain soit abandonnée. Aujourd’hui bâtiment communal, là voilà désormais ouverte tous les dimanches après-midi, de mars à décembre.


ÉGLISE SAINT-PIERRE Avec la tour du Vingtain, l’église Saint-Pierre est l’édifice qui domine le cœur du village médiéval. La première église de Mornant remonte, sans doute, au Haut Moyen Âge. La partie datant du XVe siècle (chœur et transept) a été bâtie sur l’emplacement d’une église romane dont on peut voir quelques arcs noyés dans la maçonnerie et les vestiges de deux gargouilles. Elle a été agrandie au XIXe siècle.

1. E  n 1824, deux chapelles latérales sont ajoutées au Nord et au Sud. Le magnifique baptistère 2. En 1845, l’architecte Antoine Chenavard allonge l’église de deux travées du côté de l’entrée. L’occasion de démonter puis reconstruire la façade principale dans sa forme primitive avec la statue de Carêmi. 3. L’intérieur est aménagé entre 1847 et 1864 (et restauré en 1967), puis inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques le 18 février 1926. L’extérieur est restauré en 1989 et deux ans plus tard, à la suite de fouilles, la place Saint-Pierre est redessinée.

CARÊMI : LA CÉLÉBRITÉ MORNANTAISE ! “Si tu viens à Mornant, tu dois voir Carêmi”. À quelques mots près, tel est l’adage en vigueur dans la commune. Carêmi ? Une statuette, une figure grotesque, posée à droite de la façade principale de l’église. Impossible de la dater mais les experts confirment sa présence dès le Moyen Âge. Son histoire ? Elle tire son nom de la période du Carême et de la ferveur catholique de l’époque. Une ancienne coutume voulait que les enfants du village viennent après la messe du jeudi-saint lancer des pierres sur la statue ! La pluie de cailloux lapidait le pauvre bonhomme : à moins qu’il ne s’agisse d’autre chose... le mystère reste entier. À noter que deux répliques, plus figuratives, se trouvent à la mairie et à la Maison de Pays.

Depuis 2012, il est possible d’admirer les trésors liturgiques exposés

43 • novembre 2019 • lyon people


lp

DOSSIER MORNANT

LA MAISON DE PAYS Acquise par la commune dans les années 1980, la Maison de Pays (bâtisse du XVIe, agrandie au XVIIIe) est mise à la disposition d’associations pour des expositions. Sa façade s’orne de deux fenêtres à meneaux en pierre calcaire dite du Beaujolais (couleur jaune ocre) et d’une galerie couverte en bois. L’ensemble comprend une cave voûtée, en sous-sol, le rez-de-chaussée, l’atelier de Jacques et deux étages.

À noter : la fresque réalisée en 2017 pour les trente ans de l’association qui représente un atelier d’artistes avec une sculpture de Jeanne Bardey. À droite, le rosier créé par Fabien Ducher en hommage à Jacques Truphémus. Sans oublier, toujours dans la cour, une réplique de Carêmi. Rendez-vous les 16 et 17 novembre 2019 (de 10h00 à 12h30 et de 14h30 à 18h30) pour la 5ème édition de Parlons livres en pays Mornantais.

FIFRE ! Le surnom des habitants de Mornant ? Les fifres. Un fait historique qui se retrouve sur les armes de Mornant, au fronton de l’Hôtel de la Poste, au centre du premier étage. Les deux fifres font référence à la bataille de Brignais de 1362. Flash-back : lors de la Guerre de 100 ans, après la signature du traité de Brétigny qui devait mettre fin à la guerre, des compagnies de mercenaires continuent à piller les campagnes françaises. Ils s’emparent de Rive de Gier puis, par surprise, du Château de Brignais, à deux pas de la ville de Lyon... Se sentant menacée, elle demande aux troupes royales d’intervenir pour renforcer sa défense. Les milices de localités se rendent également en toute hâte prêter main forte. Et l’histoire rapporte que celle de Mornant arrive à la bataille « drapeau déployé et fifres en tête ».

L’AQUEDUC ROMAIN DU GIER

Avec 825 mètres de long, le tunnel de Mornant est le plus long des douze tunnels répartis sur le parcours de l’aqueduc du Gier. Pour son entretien, le nettoyage et les réparations, le tunnel était jalonné d’ouvertures : les puits de regard, tous les 77 mètres !

Il est l’un des quatre aqueducs ayant alimenté Lugdunum en eau durant l’Antiquité. Prenant source au pied du Pilat, il apportait de l’eau au sommet de la capitale des Gaules, près du palais impérial. 89% de son tracé était souterrain ; les ponts et siphons permettant de traverser les vallées. Avec 86 km de longueur, il est le plus long des quatre aqueducs de Lyon. Voilà pour le contexte. Dans sa totalité, le pont du Mornantet (en référence au ruisseau au fond du vallon) se compose de huit ou neuf arches s’étendant sur Avec plus de 200 km de canalisations, 60 mètres de longueur et les quatre aqueducs pouvaient fournir 12 mètres de haut. Un détail quelque 40 000 m³ d’eau par jour. Ils rend unique l’aqueduc du constituent l’ensemble le plus important, Gier : son appareil réticulé après celui de Rome, de grands travaux que l’on retrouve sur les hydrauliques réalisés pour une ville ponts. L’opus reticulatum est de l’Antiquité. Le plus long est donc ce parement qui se compose l’aqueduc du Gier, construit au 1er siècle, de petits blocs de pierres qui se développe sur 86 km entre Saintcarrées formant un maillage Chamond et Lyon (dont 10 km pour la à l’aspect de filets. boucle de Chagnon). Il traverse vingt-trois communes. La dénivellation est de 105 mètres soit une pente moyenne de 1,1 m/ lyon people • novembre 2019 • 44 • km. Son débit estimé ? 15 000 m³/jour.

Nos remerciements à Marine Ruillat qui nous guidé à la découverte du patrimoine mornantais


citroËn FÊte ses 100 ans !

POISSONNERIE Du Mardi au Jeudi : 9h-13h / 17h3019h30 Vendredi, Samedi :9h-19h30 Dimanche : 10h-13h

RESTAURANT & BAR À HUÎTRES Du Mardi au Samedi : 12h-14h Vendredi et Samedi Soir : 19h-21h30 Dimanche (bar à huîtres uniquement) : 10h-13h

Jean-Baptiste Morellon, lui, n’a pas encore 100 ans mais passe le relais à Madame Morellon qui reprend les rennes avec l’aide de ses enfants et de son gendre. Toute l’équipe vous accueille et vous conseille pour votre achat et l’entretien de votre Citroën.

LARGE SÉLECTION DE POISSONS FRAIS ENTIER ET FILETS, COQUILLAGES ET CRUSTACÉS (PÊCHE CÔTIÈRE FRANÇAISE) TRAITEUR DE LA MER ARTISANAL À EMPORTER (ENTRÉES MARINES, PLATS CUISINÉS) PLATEAUX DE FRUITS DE MER À EMPORTER 86 route de Brignais 69630 Chaponost Tel : 04 72 66 11 12 - contact@lapoissonnerie.eu www.lapoissonnerie.eu - www.facebook.com/lapoissonnerie.eu Bar à vins

Épicerie

Restaurant

EXPOSITION PERMANENTE - MÉCANIQUE ET CARROSSERIE TOUTES MARQUES - LOCATION DE VÉHICULE ACCÈS FACILE ET PARKING

GARAGE CITROËN MORELLON ZI Les Platières 69440 Mornant 04 78 48 21 99 garage.morellon@orange.fr

Le midi : du mardi au dimanche Le soir : du mercredi au samedi 31, rue Favre Garin 69630 Chaponost 04 78 45 22 03 contact@lotentique.fr www.lotentique.fr


lp

DOSSIER MORNANT

LES PEINTRES DE MORNANT Texte : Bernard Gouttenoire - Photos DR

Inauguration de la place Truphémus par Yves Dutel, maire de Mornant

R

iche d’un patrimoine paysager et bâti remarquable, Mornant offre à ses habitants et à ses visiteurs une qualité de vie sans égal. L’offre culturelle au travers diverses manifestations que d’expositions de qualité, participe largement à ce plaisir de vivre à Mornant. Le maire Renaud Pfeffer l’a bien compris et entend renforcer le rôle de sa ville dans ce domaine avec l’ambition d’y créer un pôle culturel muséal d’envergure, dédié à Louis Calaferte, qui mettrait en lyon people • novembre 2019 • 46 •

valeur l’école lyonnaise contemporaine. On songe évidemment à un pendant, au nord de Lyon, à l’exemple de Villefranchesur-Saône et son musée municipal bien nommé, Paul Dini. On sait bien qu’à Mornant, la Maison de Pays, sise en plein cœur du bourg médiéval, a depuis longtemps promu la peinture lyonnaise actuelle, jouant le rôle de montreur d’artistes, vis à vis des nombreux amateurs d’art de la région. En

effet, dès les années 90, des expositions successives ont démontré la richesse de ce territoire départemental. Alain Meyer, Michèle Pecontal et Monique Campigli avec la constante complicité de l’érudit et collectionneur Pierre-Marc Campigli (décédé récemment) — tous deux amis du peintre Jacques Truphémus — donnent un souffle identitaire très marqué à cette campagne verdoyante et dynamique, si proche de notre métropole tentaculaire. Il faut dire qu’à Mornant, l’humain a toujours compté, grâce — notamment — aux hommes politiques, qui se sont succédé sur 30 ans. Nous voulons parler ici, de Jean Palluy (qui a été Président du Conseil général, organisant la décentralisation), de Paul Delorme et de — désormais — Renaud Pfeffer, tous maires de Mornant, et conseillers généraux du Canton (et généreux quand le pouvoir libère, un tel supplément d’âme). Sans oublier le collectionneur de St-Laurent d’Agny, l’ami Paul Dubois, qui a été un véritable promoteur des peintres Ziniars (1925, l’influence de Cézanne) et Sanzistes (1950, l’influence de Bonnard), deux groupes fondateurs, chers aux Lyonnais, omniprésents dans sa propre collection. Sans avoir pu constituer un fonds pérenne (aujourd’hui, dispersé depuis sa mort) l’homme a porté, ici, du XXe siècle, les prémices des modernités, et propagé le goût du beau auprès des habitants. Depuis que le projet est dans les cartons, le dynamique Renaud Pfeffer a renforcé son équipe en nommant à ses côtés, adjoint à la culture, Alain Dutel, qui a été commissairepriseur à Valence (Drôme). Aujourd’hui retraité, il met sa connaissance au service de la commune de Mornant et du projet Louis Calaferte, dont on entendra parler, comme d’un centre primordial à la fois muséal et didactique, grâce à de futures grandes expositions. Il faut réapprendre et inviter les jeunes générations à admirer par l’histoire de l’art, le sens de la vie. Un sacré pari, tourné vers l’humain, au siècle ou les tablettes et Facebook ont décidé de remplacer le geste de la main, par les procédés de la robotique qui annule ce que les artistes peintres lyonnais clamaient dans leurs ateliers, haut et fort, reprenant le mot de Platon, « le beau est splendeur de vrai », affiché comme un slogan fondateur... Parmi les personnalités entourant Jacques Truphémus : le mécène Paul Dini, le maire Yves Dutel et le député Georges Fenech


Une page de la peinture lyonnaise Ils sont à peine une dizaine, mais parmi les plus grands de nos peintres lyonnais du XIXe/XXe, à avoir déambulé dans les ruelles de Mornant. Ils y ont laissé des traces et ont trouvé là un esprit de famille.

MATHEUS FOURNEREAU (1829-1901) ÉTIENNE MORILLON (1884-1949) Originaire de Mornant, issu d’une famille de notaires, Matheus Fournereau fréquente l’atelier de Louis Janmot (18141892) peintre du poème de l’âme — élève d’Ingres — et comme lui, compagnon de Jean-Baptiste Frénet (1814-1889) peintre de Charly, (près de Vourles). On doit à Matheus Fournereau, la décoration du baptistère de l’église de Saint-Didier-sousRiverie, commune proche de Mornant. Un grand tableau de l’artiste représentant une vue de Mornant se trouve dans la salle des cérémonies de la mairie. Portrait de Paul Chenavard par Gustave Courbet

PAUL CHENAVARD (1807-1895) Dans le fascicule “Mornantais digne de mémoire”, il est dit que le destin de Paul Chenavard débute au pensionnat de Mornant. Plus tard, il est élève à Paris, de Ingres et d’Eugène Delacroix ce qui — évidemment — lui donne de solides bases. Il sera le peintre de commandes politiques : Une séance à la Convention, et Mirabeau apostrophant le Marquis de Dreux-Brézé... tandis que son projet pour la décoration du Panthéon — réalisé en plein accord avec Ledru-Rollin — ne verra jamais le jour...

À lire : Jeanne Bardey, dernière élève de Rodin, par André Vessot, éditions Bellier 2016, en vente à la Maison de Pays, à Mornant.

JEANNE BARDEY (1872-1954) La première maison que l’on voit en entrant à Mornant, c’est le chalet breton (à la CroixMarchay), la résidence de Jeanne Bardey artiste peintre et sculpteur renommée de talent. Elle a été l’élève (la maîtresse) du sculpteur Auguste Rodin. Mais elle a été auparavant l’élève de Francois Guiguet (1860-1937). On retrouve dans ses croquis le souci du détail, qui caractérise le peintre de Corbelin, tout en adoptant le trait fougueux (gestuel et arraché à la matière généreuse) du célèbre sculpteur. Elle fut l’amie du Président Herriot, qui se rendait souvent à Mornant. Une belle exposition à la Maison de Pays lui a été consacrée en 2017, et une statue en bronze d’un 1,70m « l’adolescente » — dépôt du Centre National des Arts Plastiques, ancienne collection du Musée du Luxembourg- devrait prochainement être installée à Mornant.

Lyonnais, il viendra régulièrement passer ses vacances dans la maison de ses parents (une rue du hameau La Condamine porte son nom). On sait le seul lien qu’il aura avec Jacques Truphémus quand ce dernier lui succédera dans son atelier, 11 rue Bizolon, à Lyon. Morillon était mort, mais la transmission s’est faite. D’autant que le dit atelier, aura été — avant Morillon — celui de Florentin Servan (1811-1879), peintre du religieux, ami de Louis Janmot (le poème de l’âme). Trois générations de peintres phares dans le même endroit, même s’ils ne se sont pas connus, voilà qui n’est pas banal. Surtout que — Morillon et Truphémus — se succéderont arpentant chacun son tour, les rues de Mornant.

PIERRE COMBET-DESCOMBES (1885-1966) On connait la gouaille légendaire de Combet-Descombes. Jean-Jacques Lerrant (Le Progrès) m’en a souvent parlé, tout comme Jean-Jacques Renaud (Fondation Renaud), qui l’a bien connu et même Jacques Bruyas. Quand Combet vous croisait en ville sur les pentes de la Croix-Rousse, il était intarissable. Il aurait pu vous dire — par exemple — qu’il montait à Mornant, commune dont son grandpère fut maire. Spécialiste des nus enchevêtrés dans leurs propres attitudes, il était un Ziniar, fondateur, en 1924, du fameux Salon du Sud-Est (dont il sera président avant Paul Clair et Régis Bernard). Mais, contrairement aux Ziniars, son style sulfureux n’était pas emprunté à Cézanne, tant son trait, libre, portait fièrement les valeurs de Baudelaire quand celui-ci effleurait goulument ses fleurs du mal(e).

Photo Sylvestre Fond Bibliothèque municipale de Lyon

47 • novembre 2019 • lyon people


lp

DOSSIER MORNANT

LOUIS CALAFERTE (1928-1994) La bibliothèque Louis Calaferte au centre de Mornant Louis Calaferte et Bernard Gouttenoire (photo P.Ageneau) lors de la remise du Prix du livre du Département 1993, pour « C’est la guerre » éd.Gallimard.

L’anecdote est savoureuse. Lorsque Louis Calaferte habitait à Mornant (il était locataire de la famille Dutel, vers 1956, jusqu’à 1969), il allait prendre l’autocar à Perrache. S’arrêtant rue Auguste Comte devant la vitrine de la galerie Bellecour (en face de Saint-François), tenue par la mère Moulin (épouse du peintre Thévenin), pour admirer les toiles d’Evaristo, il ratait son autobus. Mornant est très important pour l’écrivain (et peintre). C’est à Gerland, qu’il a du connaitre Joseph Kessel qui l’aidera à la mise en forme du Requiem des innocents, son premier succès, adapté au cinéma. S’en suivront l’Œuvre Mornantaise de Calaferte, avec des titres comme Septention, Satori, Rosa Mystica... Rien d’étonnant que la bibliothèque de Mornant (à deux pas de la Maison de Pays), porte fièrement son nom.

JACQUES TRUPHÉMUS (1922-2017)

O

n aimerait penser que c’est Louis Calaferte qui incita Jacques Truphémus à venir à Mornant en tout premier. On peut imaginer que l’album fruits (cerises-fraisespêches-abricots) que Calaferte illustre si justement (Editions Hesse, 1992), rapproche les deux peintres dans le merveilleux jardin mornantais. Truphémus était ami de Paul Dubois. Celui-ci, chimiste (inventeur de l’éponge à gratter), vivait à Saint-Laurent d’Agny et collectionnait de petites toiles (car il avait de nombreux enfants, à nourrir) datant de l’époque sanziste (les débuts de Truphémus, de Cottavoz et de Fusaro...). Dubois avait acquis un 14 juillet à Truphémus et un confluent (10x10cm) à Fusaro (coll. Département du Rhône). Dubois était fou de peinture, et Truphémus ne s’en plaignait pas, quand il descendait voir les peintres à bicyclette, et faire son marché à la galerie StGeorges tenue par Denise Mermillon, puis il remontait à Mornant. Jacques Truphémus (qui venait de perdre Aimée née Laurent, sa femme) rencontra Monique Campigli (Présidente des Amis des Arts et viceprésidente de la Maison de Pays de Mornant), lors de l’exposition Combet-Descombes à la Maison de pays, en 1993, dès lors ils devinrent amis. C’est ainsi que naquit le projet de la première exposition de dessins de Truphémus, en 2003, doublée d’un catalogue (paru aux éd. Bachès, Lyon). Elle fut suivie, par une exposition des « Inédits » (petits formats anciens de l’artiste montrés pour la première fois). Cette fidélité́ à la Maison de pays de Mornant (désormais dirigée par Jacques Mounard) ne s’est jamais démentie. En 2010, la petite place devant la Maison de pays fut baptisée Jacques Truphémus en présence du peintre, de Paul et Muguette Dini, de

lyon people • novembre 2019 • 48 •

son galeriste parisien Claude Bernard, et des élus du canton de Mornant et d’une foule innombrable. Enfin, sur cette même place, Jacques Truphémus a reçu la légion d’honneur des mains de Paul Dini. Preuve enfin s’il en est, de son attachement pour Mornant, Jacques Truphémus a peint un tableau pour la mairie. Alain Dutel, adjoint à la culture, se souvient de cette scène surréaliste où, perché sur une table, sous les yeux du peintre, il mesurait le mur de la salle du conseil, sur lequel le futur tableau devait être accroché : « Il est particulièrement émouvant de réaliser que ce tableau se trouvant aujourd’hui à Mornant, est la dernière œuvre peinte par l’artiste. » Il s’agit d’une toile de grand format représentant La Chapelle Saint Vincent, proche de Mornant, avec en premier plan le portrait d’Eliane, celle qui chaque fois l’accueillait à sa table, lors de ses venues dans ce village — avec les Campigli — pour un moment plus que convivial.

Marion Pierre Bissey (à gauche) présente ses tableaux à L’Oeil Ecoute, à Lyon en présence des Mornantais : Renaud Pfeffer, Monique Campigli et Marie-Claude Moliérac

UN FONDS DE DOTATION CULTUREL PRIVÉ À MORNANT

E

n 2018, constatant la baisse des dotations de l’Etat, Renaud Pfeffer a eu l’idée de la création d’un Fonds de Dotation territorial, nommé Mécénat Culturel de Mornant. Il s’agit d’une instance indépendante qui a pour objet de récolter des fonds privés (auprès des entreprises ou des particuliers avec, comme contrepartie, une importante défiscalisation) afin de financer et soutenir l’offre culturelle de la commune. Le premier objectif est le soutien aux manifestations festives à Mornant : Fête du Lac, Concert de musique classique à l’église, Caravan’Jazz... entre autres. Deuxième volet, l’achat d’œuvres d’art comme les tableaux de Marion Pierre-Bissey, artiste contemporain lyonnaise — dans la vision recherchée, monochrome “paupériste et épurée” d’Alberto Giacometti — ou encore le financement de l’installation à Mornant d’une grande statue en bronze —1m70 — de Jeanne Bardey, artiste proche de Rodin. Troisième objectif, un soutien à la rénovation et la mise en valeur du patrimoine au travers d’aides à des associations œuvrant dans ce sens comme les Amis du Vieux Mornant : rénovation des loges, et création de fresques murales. Et enfin, un appui aux talents locaux comme l’aide au premier disque, aux groupes de musique mornantais, soutien à l’édition d’un livre de photographies sur la commune, et le soutien éditorial aux expositions de prestige à venir...


Ecuries des Ollagnons Pratiquez la compétition au coeur des monts du Lyonnais Petite sœur de la Régie GINDRE ET LOZANO à CRAPONNE, la régie LOZANO, qui fête ses cinq ans à la fin de l’année, exerce sur un périmètre d’une vingtaine de minutes autour

Situées à Mornant, les écuries des Ollagnons, ouvertes depuis 2014 proposent la pratique du CSO en compétition et le travail des chevaux.

de MORNANT. Les deux régies ensemble proposent une activité de syndic de copropriété ; de gestion locative et de location sur l’ensemble de L’OUEST LYONNAIS. Sérieuse et dynamique, la régie LOZANO gère environ mille logements en copropriété et une centaine de logements en gestion locative, ainsi que quelques locaux tertiaires et baux commerciaux.

12 rue de Lyon, 69440 Mornant LUNDI-JEUDI 9H/12H et 14H/17H30 VENDREDI 9H/12H et 14H/17H

04 78 73 55 48 l.berger@lozano-gestion.com www.lozano-mornant.com

Les Ollagnons, 69440 Mornant 06 67 60 13 08 WWW.ECURIESDESOLLAGNONS.FR

Dossier Spécial

PATRIMOINE

VIENNE

photo @ Henry Landeau

Vous vous lassez de votre cuisine ou de votre salle de bains ? Votre salon ou votre salle à manger n’est plus à votre goût ? Votre chambre nécessite une touche de modernité ?

Et si vous rénoviez votre intérieur ?

Sortie 0 Mai 202

Contact : Jean-Philippe 06 09 41 89 58 jpn@lyonpeople.com

Nous sommes là pour vous conseiller et réaliser vos travaux de rénovation : plâtrerie, peinture, revêtements de sols, carrelage, plomberie, électricité, menuiserie, agencement... n’hésitez pas à nous contacter ! (deVis Gratuits) Société CONFORT ZA de la Ronze 69440 TALUYERS 04 37 41 17 40 - contact@confort-entreprise.fr www.confort-entreprise.fr


lp

DOSSIER MORNANT

ÉLODIE IWANSKI

Une palette grand format On est surpris tant la peinture murale demande une capacité énorme physiquement, un déploiement de soi incommensurable... on est d’autant surpris de voir que les plus belles (et grandes) fresques murales, réalisées sur la commune de Mornant — chez des privés ou dans l’espace public — soient signées d’une jeune femme qui a des ailes d’envergure. Texte : Bernard Gouttenoire - Photos © Violaine Reynard

N

ée en 1981, Élodie Iwanski est d’origine polonaise (il faut bien naître quelque part, un jour). À 9 ans, elle est subjuguée en voyant une peinture murale à Carcassonne. A-t-elle vu un « ovni », c’est à croire. Toujours est-il qu’à l’âge où les petites filles rêvent d’être coiffeuses, ou maîtresses d’école, elle sait alors, étonnamment, quelle sera fresquiste. « J’étais attirée par la beauté de la chose que j’avais face à moi...et, rien ni personne, ne me fera changer d’avis ». Du coup, petit à petit, il a fallu apprendre ce métier d’homme. Curieusement des écoles, il n’y en avait point sur la région, sauf l’école Emile Cohl, qui forme au dessin, à la bande dessinée, au film d’animation. Pour échafauder son projet, elle opte pour un compromis « Art et Architecture ». À Saint Etienne, elle évite les Beaux-Arts, pour ne pas être sacrifiée à la seule gloire du peintre de chevalet, qui écrit l’histoire. La jeune femme contourne et s’entoure de toutes les compétences, les bons profs sauront bien l’aiguiller. De toute façon — coûte que coûte — elle arrivera à son but. Peindre en grand !

La fille est saine, elle veut essentiellement procurer du bonheur aux gens, avec son propre talent. Que les fleurs qu’elle dessine (le rosier Truphémus, à la maison de pays ou les fleurs gigantesques pour l’entreprise de Bernard Chipier dans la zone industrielle), parlent du même parfum... Et quand le maire Renaud Pfeffer lui demande de rendre hommage à la ville de Mornant, elle ne se fait pas prier pour faire une vue de la commune, vue du ciel. Mornantaise depuis douze ans, Élodie Iwansky, sert Mornant, mais pas seulement. Avec sa société Art et Sens, crée en 2004, elle rayonne dans la région lyonnaise et étend sa notoriété bien au-delà.

En 16 années, elle a réalisé pas moins de 152 fresques monumentales. « Attention, précise-t-elle « fresques murales » — même monumentales — ne veut pas dire « peindre à fresque ». La jeune femme a une grande admiration pour les Maîtres anciens qui nous ont laissé, par exemple, le chef d’œuvre absolu de la Chapelle Sixtine, au Vatican. « Ils avaient une maîtrise telle, qu’ils concevaient le décor peint, dans un ensemble architecturé... » Autre temps, autre époque, et rajoute-t-elle, non sans humour, « et (Dieu merci) je n’ai pas le génie de Michel-Ange, mais il reste notre Maitre à tous. » www.artetsensmural.fr

PLUS DE 150 FRESQUES À SON ACTIF lyon people • novembre 2019 • 50 •

Élodie au milieu de son champs de fleurs peint pour l’entreprise de Bernard Chipier


dialoguer, créer et imprimer

TAPUCA vous accompagne pour votre communication. vente véhicules neufs et occasions mécanique générale et carrosserie Automobiles en Pays Mornantais Sylvain Riberon, agent Renault 649 rue du Capitaine François Garbit 69440 Mornant 04 78 57 59 59 - renaultmornant@orange.fr www.renaultmornant.com

Création graphique, impression petit et grand format, chèques géants, création de sacs cabas personnalisables...

contact@tapuca.com 09 82 28 83 62 www.tapuca.com

ZI LES PLATIERES 2736 ROUTE DE RAVEL 69440 MORNANT

Entreprise locale spécialisée dans l’enveloppe des bâtiments industriels (étanchéité, isolation, bardage) en fort développement sur le secteur et intervenant aussi dans l’ensemble de moitié sud de la France avec l’aide de son agence à Entraigues sur Sorgues (84) et ses filiales Gécalpes (05) et Gécape Sud-Ouest (33) Expertises qui nous démarquent de nos concurrents: - Partenariat avec un intégrateur national pour le photovoltaïque

- Etanchéité à l’air des batiments dans le secteur tertiaire - Démarche BIM (Maquette numérique)

Z.I des PlatIères 607, rue de la MaIson rose 69440 Mornant

GECAPE-SUD soutient l’association OCEASCIENCES qui lutte contre les déchets plastiques des océans.


lp

DOSSIER MORNANT

PÈRE CHARLES-HENRI BODIN Un curé métallo dans la mêlée

Sa carrure de rugbyman et son col romain ne passent pas inaperçus dans les rues de Mornant. Lyon people est allé au contact du curé Charles-Henri Bodin, 37 ans, fan de Don Camillo. Texte : Marc Engelhard - Photos © Saby Maviel, Fabrice Schiff et DR

N

é à Tassin, d’une mère bourguignonne et d’un père breton, il est le numéro trois d’une famille nombreuse (3 filles et 2 garçons) « il paraît que le 3 c’est l’élite », s’amuse -t-il. Elève au cours Saint Dominique Savio, puis à l’école du centre (Ecully), il admet une scolarité au collège « un peu chaotique » qui le conduira du Sacré Cœur aux Lazaristes, puis au lycée technique La Mache où il va réussir son BEP CAP de métallerie, suivi d’un BAC STI. En parallèle, il s’investit pleinement dans le scoutisme (St Louis puis Scouts d’Europe) où il apprend « l’esprit de service » au côté de son « frère » Edouard Bloch-Escoffier, adepte d’une foi décomplexée. « Mon modèle, c’est Don Camillo, il aime ses chrétiens même si ça passe par les mains ! Je veux ressembler à ces prêtres qui entretiennent une relation personnelle avec Dieu », une relation souhaitée depuis son plus jeune âge.

« JE VEUX ÊTRE PRÊTRE DEPUIS L’ÂGE DE 5 ANS ! » Quand, son BAC en poche, Charles-Henri intègre le séminaire, ce n’est pas vraiment la joie qui rejaillit au sein de sa famille pourtant pratiquante. « Maman a dû se dire que vat-il faire là-bas ? L’autoroute, on en a tous besoin, mais personne ne souhaite qu’elle passe chez soi ». Nullement découragé, il prend la route du séminaire Saint Irénée qui vit ses dernières années à Sainte Foy les Lyon. Pas très scolaire, le jeune métallo passe un deal avec Dieu : « Si tu veux que je devienne prêtre, il va falloir que tu m’aides ! » confie-t-il à son créateur dans la même veine que son mentor cinématographique qui dialogue à haute voix avec Jésus en croix dans son église de Brescello, ce qui apparait comme le summum d’une relation intime avec Dieu. « Le dimanche, en hiver, je me repasse La grande bagarre de Don Camillo » rigole-t-il. Je le taquine : « Quand vous parlez à Jésus, vous répond-il ? » « Oui, mais pas de la même façon ! » assure-t-il dans un grand sourire.

lyon people • novembre 2019 • 52 •


Monseigneur Brac de la Perrière le fait diacre, le 11 septembre 2011

l’expédie en stage à Madagascar, au petit séminaire de Kianjasoa, au sud de Tananarive. « Ce fut une année charnière dans ma vie de prêtre, j’en suis revenu conforté dans ma vocation ». Vocation qui prend doublement corps le 11 septembre 2011, jour de son ordination diaconale à Condrieu avec Mgr Brac de la Perrière, puis le 14 octobre 2012 avec son ordination sacerdotale célébrée à Eurexpo devant 23 000 personnes. Une journée radieuse avec « l’impression de se sentir dans la mêlée ». Dans la foulée, il est nommé diacre à Sainte Anne de Calade. À Villefranche, où il poursuit sa pratique rugbystique au sein du CSV, il restera 5 ans et demi. Charles-Henri au milieu de ses frères et sœurs

STAGE DÉCOUVERTE À MADAGASCAR À l’époque, le presbyterium de Lyon est abonné au grand écart idéologique, avec à gauche les équipes de Golias, et à droite la Fraternité Saint Pierre, « mais Monseigneur Barbarin a tout fait pour rapprocher ces chapelles ». En parallèle de son cursus, il intègre l’équipe de rugby de Lyon III, histoire de libérer son corps et de couper avec les seules études théologiques. C’est dans cet esprit que le cardinal Barbarin

DANS LA MÊLÉE MORNANTAISE À 34 ANS Un dimanche du printemps 2016, il débarque en solo à Mornant pour visiter incognito sa nouvelle affectation. Avec un brin d’appréhension. « On n’est pas comme dans sa poche » reconnait-il, appréhension vite dissipée par l’accueil que lui réservent Georges Bernard, président de l’association paroissiale en particulier et les Mornantais en général. Après avoir rencontré le père JeanMarc Payan, son prédécesseur, il débarque fin août avec ses effets personnels dans une camionnette prêtée par un copain du rugby. Le vicaire Yves Baumgarten préside sa messe d’installation dans le gymnase de Mornant. « Avec lui on a touché le gros lot ! » se réjouit le maire Renaud Pfeffer en faisant la connaissance de son jeune curé qui part à la découverte des 8 villages qui composent sa paroisse. Deux mois après son arrivée, « un dimanche matin d’octobre, je ne me suis pas réveillé pour ma première messe. C’est un paroissien qui est venu taper à ma porte ! J’ai enfilé mes chaussures et ma chasuble en 4ème vitesse ! J’étais extrêmement gêné, mais paradoxalement, l’histoire a fait le tour de la communauté et renforcé mon capital sympathie », analyse-t-il à postériori.

APÉRO 3ÈME MI-TEMPS APRÈS LA MESSE De la bienveillance à double sens, car les catholiques du pays mornantais ont vite compris que leur nouveau curé ne pouvait être abonné aux grasses matinées : avec ses 8 clochers, il ne chôme pas pour optimiser les sacrements et les services attachés à son ministère. Et de mettre en place de nouveaux horaires de messe et une rotation dans ses 8 églises de façon très égalitaire, même si l’épicentre reste l’église Saint Pierre à Mornant où il officie chaque dimanche à 10h30. Cette nouvelle organisation lui permet « de prendre du temps avec mes paroissiens après la célébration eucharistique » et d’instituer un apéro chaque premier dimanche du mois « dans l’esprit d’une 3ème mi-temps » mais sans se mettre sur le toit (de son église). En revanche, il se fait remplacer chaque fin de mois par le père Gérard Danière car il officie à Laennec (Lyon 8ème à côté de la paroisse de la Trinité) en langage des signes en sa qualité d’aumônier des sourds et des malentendants. Une mission de plus…

À Madagascar en 2007 avec le cardinal Barbarin et les prêtres du petit séminaire de Kianjasoa •

53 • novembre 2019 • lyon people


lp

RUBRIQUE

PATRIMOINE

L

e conseil municipal a récemment voté le plan église, soit 150 000 euros par an sur 4 ans. Le principal poste de dépense concerne le système de chauffage (100 000 euros) mais également la restauration des vitraux, la maçonnerie et l’éclairage.

Avec le cardinal Barbarin, à l’instant de son ordination sacerdotale à Eurexpo, le 14 octobre 2012

16 CLOCHERS AU COMPTEUR Sa vie pastorale est marquée par plusieurs temps forts comme la procession aux flambeaux du 8 décembre et la messe de minuit célébrée dans le gymnase de Mornant en présence d’un millier de fidèles l’an dernier. Son charisme en bandoulière et sa présence visible en col romain font dire à Renaud Pfeffer « qu’il a tranquillement remis l’église au centre du village ». Et quand il n’échange pas avec Olivier Desseigne, le directeur de l’école St Thomas d’Aquin, il joue les mannequins pour le denier du culte ou il s’entraine pour la Mornantaise,

cette course à laquelle il a participé avec 60 paroissiens chaussés d’intentions de prière. Ses rares espaces de liberté le portent vers l’ovalie : quand toutes les planètes sont alignées, il court applaudir le LOU Rugby dans son antre de Gerland. Mais, comme il vient de se voir confier 8 clochers supplémentaires en acceptant la charge de curé de Saint Vincent en Lyonnais (Soucieuen-Jarrest), pas sûr qu’il ait le temps nécessaire de s’entraîner avec les seniors du club vétéran de Duerne. Dans la mêlée encore et toujours.

Dans la mêlée avec le CSV Villefranche, en 2ème ligne

Mannequin pour le denier du culte en 2017 À Gerland, en compagnie de Ghislain de Monspey pour supporter le LOU Rugby face à Bordeaux-Begles

lyon people • novembre 2019 • 54 •

Déjeuner au Talluy avec Renaud Pfeffer, maire de Mornant, Carl Morgadinho et Marco, rédacteur en chef de Lyon People


Photo Michel Gibert, non contractuelle.

Magasin ouvert le 11 novembre et dimanche 17 novembre

RAOUL BRUYÈRE SA

9, 13 cours de CENTRE la Liberté – Lyon Parking privé : 3Paris rue Rabelais PARIS 18,3ème rue de– Lyon – 75012


lp

DOSSIER MORNANT

Champagne [rires]. Je l’ai épousée, et embrassé le savoir-faire familial en même temps. » Car le jeune Luis, originaire de Coimbra au Portugal, ses parents arrivent à Digoin en décembre 1965 ; il a quelques mois) n’est pas tombé dans les fleurs étant petit : « Je travaillais chez Rank-Xerox dans l’imprimerie et la photocopie. J’imprimais notamment les flyers de certaines boîtes de nuit, dont le Château Discothèque : tu comprends pourquoi je buvais du champagne [rires] » Reste qu’avec ses beaux-parents, c’est moins la fête : « Thérèse et Maurice ? C’était des personnalités, notamment à Mornant ». Où le jeune couple (qui a fêté ses 30 ans de mariage le 15 juillet 2019) s’installe en 1997, chemin de Cœur, dans la vaste demeure (une ancienne bergerie) des Faure.

TOURNESOLS DE MORNANT, PIVOINES ENTRE SAINT-GALMIER ET BELLEGARDE-EN-FOREZ, DES PRODUITS LOCAUX !

LUIS PINTO

L’homme-fleurs ! C’est LE marchand de fleurs emblématique du marché de la Croix-Rousse. Une grande gueule qui vient… de Mornant. Le décor est planté ! Texte : Christophe Magnette - Photos © Saby Maviel

«

T

’es de la Croix-Rousse ? Viens me voir ! Si je ne suis pas sur mon stand tu me trouveras au Chanteclerc — sur le boulevard — ou au Comptoir Simone, place des Tapis. » Il a beau être Mornantais, Luis Pinto est devenu Croix-Roussien de cœur : vingt-cinq ans, un quart de siècle qu’il squatte non loin du n°138. Sa bonhomie, sa grande gueule – « et encore j’me suis calmé » — et bien sûr, ses fleurs, font de lui une figure du marché de la

lyon people • novembre 2019 • 56 •

Croix-Rousse. Christophe Mahé, AndréClaude Canova, Marco (notre rédac chef), Philippe Sauze, Vivian Corzani (vice-président de MDA), certains des plus illustres clients passent même derrière le comptoir : un vrai spectacle. Bref le roi de la pivoine ne laisse personne indifférent, encore moins Ghislaine Faure, sa femme, au tempérament aussi trempé que le sien. « Ghislaine ? Je l’ai rencontrée au Château discothèque à Meximieux en buvant du

Thérèse et Maurice Faure ? « Ce sont mes parents qui se sont tournés vers l’activité de fleuriste, précise Ghislaine. En 1965, mon père a commencé par planter des glaïeuls pour les vendre au marché de Givors, avant de se tourner vers celui de la Croix-Rousse au milieu des années 1970 et d’arrêter leur activité en 1999. Mais Luis a continué... et moi aussi. » Mais chacun de son côté : Luis est présent sur la « colline qui travaille » les matinées du mardi, vendredi, samedi et dimanche, quand sa femme privilégie l’évènementiel (les mariages surtout) avec L’Atelier fleuriste — et la boutique, animée par Bérénice — lieu iconoclaste par excellence, « perdu » sur les hauteurs de Mornant, au milieu des champs avec vue sur les Monts du Lyonnais. Du Pinto dans le fond comme dans la forme. Un couple qui vit donc et qui innove : « Depuis mi-octobre, nous avons ouvert un petit kiosque à fleurs, à côté d’une boulangerie à Mornant, se réjouit Luis. Un mot, Ghislaine ? « C’est son affaire : il se débrouille ! » Et tout le monde rigole. Un sujet toutefois les rend moins joyeux : l’évolution du marché de la Croix-Rousse. « Nous, les commerçants du marché, sommes trop individualistes, regrette Luis, nous étions soixante-dix adhérents il y a dix ans : quatre-cinq aujourd’hui... Sans compter le manque de moyens. Que fait-on sans argent ? » Certes la population a changé, les habitudes d’achat aussi – « On achetait cinq à dix roses à la fois avant ; Maintenant ? Une... » — mais les solutions existent : « Nous pourrions envisager la création d’un label, d’une charte de qualité », réfléchit Luis. Les idées fleurissent ; la passion de Luis et Ghislaine fait florès.


ACLAM

Faire bouger Mornant est tout un sport Texte : Morgan Couturier - Photos © Fabrice Schiff

plateau », se réjouit la présidente, elle-même rompue à l’enseignement des danses de couple.

900 ADHÉRENTS SIGNENT CHAQUE ANNÉE D’autant qu’avec la complicité de la mairie et de la Copamo, l’association bénéficie d’un matériel et de salles de qualité, susceptibles d’héberger tous ces enseignements, y compris les plus modernes. « Nous sommes en veille constante des modes, poursuit la dirigeante. Chaque année, nous essayons de regarder les activités qui vont fonctionner et

d’être précurseur ». Non sans une certaine réussite, si l’on en juge la fréquentation des cours de Zumba, de pilates ou de CrossFit. Et comme en sport, repousser ses limites est souvent un art de vivre, l’ACLAM promet du neuf à la rentrée. Place au Boogie Swing, cette danse remise au goût du jour dernièrement. Reste à voir sur quel pied danseront les adhérents, mais de 4 à 77 ans, ces derniers ont tout à leur disposition pour s’éclater. ACLAM Boulevard du Pilat - Mornant Tél. 04 78 44 11 04 Plus d’informations sur www.aclam-mornant.fr

Maintenant sur vos écrans

ABONNEMENT FAMILLE sans engagement

0 €/ MOIS*

www.lyontube.com

*accès gratuit pour tous les internautes du monde entier

H

éritière de l’ancienne MJC, l’Association Culture Loisirs Animation Mornantaise (ACLAM) s’est imposée depuis 2003 comme le must en matière de pratiques sportives et culturelles au sein de la commune de Mornant et ses environs. Résultat, peu de disciplines échappent à la vigilance de sa présidente, Béatrice Pflieger. Tel est l’engouement généré par cette association culturelle autant que sportive, galvanisée par une vingtaine de disciplines. Toutes les danses y sont représentées, au même titre que les sports de combat en passant par les très courtisés cours de fitness, que se chargent d’animer la charmante Roxane Gonzalez, l’une des 19 professeurs retenus par l’ACLAM. « Nous sommes la plus grosse association de tout le


lp

DOSSIER MORNANT

JO BAJARD

Fan d’automobiles, se laisse tracter par sa passion

Propriétaire de la Grange à Gonin, un gîte apprécié de la plaine mornantaise, Jo Bajard se singularise par sa collectionnite aigüe. Amateur de voitures d’exception, l’ancien fermier bichonne aussi un impressionnant bataillon de tracteurs. Texte : Morgan Couturier - Photos © Fabrice Schiff

D

epuis l’arrêt de son activité d’agriculteur en 1996, Jo Bajard peut s’adonner à sa passion pour ses innombrables tracteurs, que l’intéressé a déniché aux 4 coins de la région. « J’étais malade de les voir finir chez le ferrailleur », avoue-t-il, pour justifier les dizaines de vieux compagnons qui peuplent sa ferme aujourd’hui. Une passion débutée en 1956, à l’époque où l’inflation freinait pourtant bien des achats. Pour s’acquitter de son premier bien, le Mornantais avait alors procédé à un important emprunt, avec l’ambition de s’approprier un 29CV, « une babiole fabriquée en dessous de Paris, équipée d’un moteur de 403 diesel ». Depuis, Jo Bajard a cessé de compter, seulement faitil une distinction pour son Fendt Fix 2 de 1962, le « plus beau et de loin », déniché en bourse d’échange, ou son Agria, à moteur italien, qui « se faufile partout ». Le reste, le Rhodanien se plaît à les maintenir en état, au moyen d’une huile de coude inépuisée

lyon people • novembre 2019 • 58 •

depuis plus d’un demi-siècle. Il a joie d’avoir transmis sa passion à son fils Dominique, président de l’association Escapades nostalgiques qui organise chaque année des balades en tracteur à l’occasion du Salon de l’Auto de Mornant.

DE BELLES FRANÇAISES, PRÉCIEUSEMENT ENTRETENUES Aux champs qui ceinturaient jadis sa demeure, Jo Bajard adjoint aussi le chant des voitures de collection, qu’il entrepose là encore, dans sa maison familiale. « Tout ce que j’ai, a une histoire », assure-t-il. Et pour cause, pour présenter chacune de ces berlines, cet amoureux de belles françaises ne perd jamais une occasion de narrer leurs spécificités. « Les voitures, il faut toujours être dessus », justifie-t-il. Outils en mains, ou au volant, le retraité prend alors un

malin plaisir à bichonner ces carrosses, de la Renault Dauphine de 1961 « refaite pendant une semaine », à sa Renault Floride, un cabriolet de 1961, dont la carrosserie fut refaite avec complicité de l’ancien maire de Mornant, Yves Dutel. À ce lot d’exception, s’ajoutent également une 4CV de 1958, acquise auprès d’un agriculteur de l’Ain, une 16CV d’avant-guerre, comportant trois places décalées et une Panhard Z12 de 1957, dotée de six vraies places, qu’un photographe lui avait cédé pour « s’acheter une 403 cabriolet ». Après tout, sans grande passion, il n’est point de grand homme. Celle là, nul doute, Jo Bajard est le mieux placé pour la conter.


votre expert CAFÉ - RESTO - PUB - CONCERTS - JEUX

cabines et climatisation

SpéciaLiSte deS chariOtS thermiqueS et éLéctriqueS

→ notre entreprise est spécialisée dans les chariots thermiques et électriques toutes marques.

expert cLimatiSatiOn caBineS

→ nous répondons à toutes vos problématiques de Parti d’une histoire de copains, le Déjà Vu vous propose une cuisine simple, fraîche, locale et bio issue de nos agriculteurs en permaculture, dans un endroit chaleureux où vous vous sentirez comme à la maison.

climatisation pour vos cabines.

Large gamme d’équipementS, cOnfOrt et Sécurité pOur vOS caBineS

→ découvrez notre gamme d’équipements pour le confort et la sécurité de vos cabines.

Lieu convivial et musical où tous les âges et classes sociales se mélangent pour jouer, lire, chanter mais aussi danser les soirs de Pub, sur du reggae ou de la new wave… et parfois même déguster des huîtres ou des grenouilles en mode guinguette certains dimanches. Bref, un lieu atypique pour les curieux... 2 avenue de la gare 69440 MORNANT Tel : 0984237384 - Bertrand : 0676190741 - Mathieu : 0678161657 ledejavu69440@gmail.com - Facebook : Café Le Déjà Vu

KBO 107 rue mOrOn 69440 St Laurent d’agny +33 (0)4 37 41 17 60 cOntact@caBine-KBO.cOm www.caBine-KBO.cOm


lp

DOSSIER MORNANT

AU TALLUY L’hôtellerie et les séminaires sont à bonne école Ancienne propriété du seigneur Berthaud, transformé entre-temps en pensionnat sous l’autorité des sœurs de Saint-François, le Talluy entretient sa réputation au gré de son hôtel de charme et de ses innombrables espaces, que l’actuel propriétaire met à profit pour développer les séminaires et les réceptions. Texte : Morgan Couturier - Photos © Fabrice Schiff

L

’hôtellerie est un concept élémentaire, dont la trame se rédigerait facilement sur tableau noir, là comme ces dessins que l’ancienne salle de classe du château affiche encore fièrement, en souvenir des élèves d’autrefois. Le temps a passé depuis, mais les clients se chargent de raviver l’histoire, en y greffant quelques mots à la craie, comme un pont entre hier et aujourd’hui, au sein de ce château qui n’en a plus que la forme, mais plus le nom, afin de couper court avec cette idée reçue selon laquelle un tel lieu ne s’ouvre qu’à la sainte bourgeoisie. Et pour cause, l’entrepreneur Carl Morgadinho, lui-même tombé sous le charme de cette bastide aux premiers jours de sa vie, a jugé bon d’insuffler une ambiance familiale à cette demeure jadis sacrée, qu’il reprit en avril 2018.

UNE CHAPELLE ET UNE SALLE DE CLASSE CONVERTIBLES EN SALLE DE RESTAURANT « C’est raffiné tout en étant convivial », dépeint Virginie Ciceron, l’assistante de direction. Un tableau paisible, conforme à l’environnement, où le calme y sommeille sept jours sur sept, 24h/24, y compris lorsque les cinq salles de séminaires (de 20 à 170 m2) affichent complet. Il faut dire que le lieu regorge de charmes, avec son parc d’un hectare, son lyon people • novembre 2019 • 60 •

ancienne chapelle où il fait bon déguster la cuisine du chef Nicolas Bonnet et donc cette ancienne salle de classe, que les convives peuvent ériger en réfectoire. « L’avantage de cet endroit, c’est qu’on dispose de nombreux espaces », se réjouit Laurent Tisseront, le directeur d’exploitation. D’autant que le Talluy n’a pas fini sa mue, et tend encore à s’embellir, en témoigne la construction d’une terrasse et d’une cuisine extérieure côté parc, et l’agencement prochain de dixsept chambres supplémentaires, lesquelles viendront s’ajouter sur le bâtiment latéral, aux dix (dont deux suites) déjà existantes.

17 CHAMBRES VONT VOIR LE JOUR « Elles seront plus simples », tempère néanmoins le Caluirard, en référence aux chambres originales (entre 99 et 220€ la nuit, nldr), dont le cachet, sublimé par les fresques de l’artiste Elodie Iwansky, semble complexe, voire impossible à reproduire. « Nous voulons faire un endroit où l’on mange bien, où l’on se détend. C’est un lieu de partage », poursuit Laurent Tisseront. Une stratégie d’ores et déjà payante pour ce château champêtre et son équipe, à en juger la fréquentation qui ne cesse de croître grâce aux réservations d’une clientèle affaires présente en semaine, et des particuliers, ravis de la supplanter le

week-end ou le midi, afin de mieux profiter du restaurant, d’un plat du jour à 12€ ou des immenses étendues de verdure. « La hausse de fréquentation nous a permis de créer quatre emplois (CDI) supplémentaires et permet à de nouveaux clients de découvrir le merveilleux village de Taluyers donc c’est plutôt une belle victoire », conclut le directeur. La clientèle se conjuguant de plus en plus au pluriel, le Talluy ne semble pas avoir besoin de réviser ses règles de conjugaison. Le seul enseignement à tirer semble plus attrait à l’Histoire. Celle-ci est bien faite, la conclusion demeure souvent la même : ils vécurent heureux et eurent beaucoup de clients. Le Talluy 144, rue du Pensionnat Taluyers www.letalluy.com


Profitez du Cuir au prix du tissu sur la gamme de fauteuils de bureau

DU 1ER NOVEMBRE AU 14 DÉCEMBRE 2019

*Offre non cumulable valable du 1/11/2019 au 14/11/2019, sur le prix TTC conseillé au 15/03/2019 sur l’ensemle des fauteuils de bureau Stressless® dans tous les coloris de cuir des catégories Batick, Paloma et Cori au prix des tissus de groupe 2 hors Noblesse. Retrouvez tous les renseignements auprès de votre Stressless® Store et sur www.stresslessstorelyon.com. RCS Pau 351 150 859.

Stressless Store 58, cours de la Liberté - LYON 3 Tél. : 04 72 04 03 91 www.stresslessstorelyon.fr


lp

DOSSIER MORNANT

ORPI Coteaux Immobilier

Une agence pas comme les autres !

60

comme le nombre de biens vendus chaque année par l’agence Orpi Coteaux Immobilier

L’agence Coteaux Immobilier a été créée en 2008 et s’est développée depuis dans les métiers de la transaction et de la gestion locative avec aujourd’hui une équipe de 6 personnes installée à Saint Laurent d’Agny. Photo © Fabrice Schiff

E

n 2011, elle rejoint le réseau ORPI : cette coopérative composée de 1250 agences, est très implantée sur la région lyonnaise au travers de ses soixantedeux agences, apportant ainsi aux clients de nombreux bénéfices et la puissance du premier réseau immobilier. « L’immobilier est le placement le plus sûr du monde » vantait Franklin Roosevelt. Venant du 32ème président des Etats-Unis, un tel discours inspire à l’optimisme. Mais encore faut-il mettre la main sur l’agence susceptible de répondre à des attentes représentant souvent l’investissement d’une vie. Une promesse que s’efforce de tenir l’agence Coteaux Immobilier : « Orpi nous apporte sa notoriété et un fichier commun unique dans notre profession. Cela nous permet de proposer des biens sur toute la région lyonnaise ainsi que des services innovants avec un accompagnement sur mesure à la hauteur des attentes de nos clients » confirme la directrice Sandrine Aurenge. Très présente sur la COPAMO (Communauté de Communes du Pays Mornantais, ndlr) et ses communes limitrophes, l’agence est active sur tous les segments de la demande locale : appartements, villas, terrains à bâtir, lyon people • novembre 2019 • 62 •

programmes neufs. Evidemment, si Mornant monopolise l’attention, de par la richesse de son patrimoine culturel, l’agence Orpi Coteaux Immobilier se plaît à jouer entre l’offre et la demande avec comme maîtres mots : réactivité, disponibilité, professionnalisme.

« LE PLUS IMPORTANT POUR NOUS EST LA SATISFACTION DE NOS CLIENTS » Sollicité par les primo-accédants ou les amateurs de grands espaces verdoyants, ce bureau à forte connotation féminine sait rechercher pour ses clients des biens attractifs, qu’il s’agisse de maisons à rénover ou de villas d’exception (supérieures à 550.000 €). « On entre vraiment dans le projet de vie des gens, car nous accordons beaucoup d’importance à l’humain, poursuit-elle. Nous voulons être dans l’écoute et la réactivité. La réussite d’une vente dépend souvent de la bonne compréhension du projet de nos clients, vendre son bien c’est transmettre son histoire

et il est primordial d’en avoir conscience. J’aime bien l’idée que les clients aient leur propre agent immobilier, ajoute-t-elle. C’est important, car les gens, dans leur parcours de vie, déménagent, font des investissements locatifs, et ils ont besoin d’être accompagnés ». La parfaite connaissance du territoire, fruit de plusieurs années à parcourir les environs y contribue amplement. Un plus pour cette équipe de quatre vendeuses et deux gestionnaires. « Nous sommes des acteurs de la vie économique et de la valorisation du secteur, conclut la directrice. Nous avons à cœur de monter les atouts de ce magnifique secteur, riche en paysages, en acteurs économiques de grande qualité, et fort de ses villages dynamiques. Nous continuerons à mettre en avant toute cette richesse ». Avec succès, si l’on en croit les chiffres réalisés par l’agence Orpi Coteaux Immobilier qui pratique son métier avec passion pour la satisfaction de ses clients. De bon augure pour la suite. ORPI Coteaux Immobilier 62, route de Mornant 69440 Saint-Laurent d’Agny Tél. 04 78 50 57 22


MOBALPA

Dufour, l’idéal pour cuisiner La cuisine est une affaire de famille, encore plus chez les Dufour, affiliés à l’enseigne Mobalpa depuis 55 ans. Après avoir appris les rudiments du métier sous l’aile bienveillante de leur paternel, Lionel et Olivier font aujourd’hui les beaux jours de ce spécialiste de l’aménagement intérieur. Texte : Morgan Couturier - Photos © Fabrice Schiff

C

uisiner est une histoire de goûts, où les premières pages s’écrivent souvent du temps du choix de sa propre cuisine. Une introduction que se proposent de rédiger les magasins Mobalpa du groupe Dufour Frères, à l’intérieur desquels l’art culinaire se plaît à se décliner sous toutes les couleurs et sous toutes ses formes. Un credo qu’ont bien intégré Lionel et Olivier Dufour, formés depuis leur tendre enfance aux arts de la table, leur père ayant initié un partenariat avec l’enseigne Mobalpa il y a 55 ans. « On a toujours été concessionnaire Mobalpa, alors à l’âge de 12 ans, pendant les vacances scolaires, on était sur les chantiers », se souvient Lionel, promu aux manettes avec son frère en 1991. Le récit domestique s’écrivait alors à Villeurbanne, du côté de Flachet puis de Gratte-Ciel, également Craponne pour Olivier, avant de muer à Taluyers, terre d’accueil de la holding familiale et d’un magasin de 300 m2, identique dans ses proportions, aux boutiques de Villefranche-sur-Saône (édifiée en 2008) et de Champagne-au-Mont-d’Or, construite en 2015.

UNE GARANTIE UNIQUE ET TOTALE DE 7 ANS SUR L’ÉLECTROMÉNAGER ET LES SANITAIRES Pour ce faire, les tendances décoratives s’ajustent d’année en année, le millésime 2019 étant celui des couleurs boisées, un must chez les clients du groupe, dont le panier moyen se situe autour des 10 000 €. Une somme raisonnable pour ces pièces amenées à devenir de véritables espaces à

vivre, où la décoration prend le pas sur le côté pratique. Car là réside le changement, au-delà du goût, la cuisine se change progressivement en un lieu fait pour échanger, et changer, comme le permet la garantie totale proposée par la maison, avec en point d’orgue, sept années de protection offerte aux acquéreurs d’électroménagers et de sanitaires, un fait unique sur le marché de l’ameublement. Dès lors, devant une telle attention apportée aux clients, on ne saurait trop conseiller à ces derniers de passer à table. Mobalpa connaît la recette. Dans celle-ci, se cache une pincée de Rosa Lewis et son célèbre précepte : « on doit mettre tout son cœur dans la cuisine ».

UN CHIFFRE D’AFFAIRES DE 6 MILLIONS D’EUROS « Mobalpa a redessiné les zones de chalandise », analyse celui qui s’occupe de la partie commerce. Une mission que le marchand mornantais réussit avec brio, à en juger de cette irrémédiable envie suscitée dans chacun de ses magasins de s’installer derrière les fourneaux. « Unique comme vous », tel est le slogan de cette enseigne, où la personnalisation n’a d’autre limite que l’imagination des clients, professionnels comme particuliers, le groupe Dufour s’occupant même selon les contrats, d’équiper des immeubles entiers. De fait, face au clinquant de leurs cuisines, on en oublierait presque que Mobalpa se charge de « tout l’aménagement de l’habitat  », de la salle de bain aux pièces à vivre, en passant par les rangements, un secteur appelé à croître sensiblement dans les années à venir. « En matière de ventes, on est à 80% cuisine », chiffre Lionel Dufour. Une logique implacable, dans un bassin lyonnais connu pour sa passion des bons produits, dont la préparation réclame une cuisine en adéquation avec leur appétence.

Mobalpa / Groupe Dufour Frères : Taluyers - 04 78 48 31 48 Champagne-au-Mont-d’Or - 04 78 68 12 34 Villefranche-sur-Saône - 04 74 07 40 50 •

63 • novembre 2019 • lyon people


lp

DOSSIER MORNANT

CHIPIER SAS

Le développement d’une entreprise familiale Photos © Fabrice Schiff

F

ondée en 1962 par Pierre Chipier à Soucieu-en-Jarrest, l’entreprise familiale est rapidement devenue une référence dans le monde agricole de l’ouest lyonnais. À ses débuts, l’entreprise Chipier était spécialisée dans la vente et la réparation de matériels agricoles puis, au fil des mutations et des innovations du secteur agricole, l’entreprise a su élargir ses activités pour ainsi, se positionner comme un acteur majeur sur l’Ouest lyonnais. Retour sur ce succès familial.

UNE ENTREPRISE EN PHASE AVEC LE MARCHÉ, EN CONSTANTE ÉVOLUTION Si dans les années soixante, l’activité de l’entreprise était essentiellement axée sur la vente et la réparation d’engins agricoles, la décennie qui suivie fut marquée par l’arrivée de nouvelles technologies dans le secteur agricole, permettant ainsi à l’entreprise de diversifier son activité. En effet, l’agriculture locale a connu un tournant majeur à partir des années soixante-dix avec la réalisation du réseau d’irrigation sur le plateau mornantais et le développement des retenues d’eau collinaires sur les monts. Ces nouveaux équipements ont permis aux exploitations agricoles locales de se développer et de spécialiser leurs productions et à Chipier de se lancer dans cette nouvelle activité. « Sans irrigation, vous ne produisez plus rien », convient Bernard Chipier, fils de Pierre Chipier, ayant repris les rênes de l’entreprise en 1988. La demande en

lyon people • novembre 2019 • 64 •

matériel d’irrigation n’est pas prêt de fléchir tant le nombre de maraichers, producteurs de fruits et horticulteurs, soit la majeure partie de la clientèle actuelle de Chipier SAS (le reste étant les paysagistes et collectivités, ndlr), croit ces dernières années. Les années 80/90 sont marquées par le développement des ventes de serres. Ces équipements permettent aux agriculteurs d’assurer de meilleurs rendements, d’obtenir des produits de meilleure qualité et de protéger les productions des caprices de la nature. C’est aussi à cette époque que l’entreprise Chipier mit fin à la vente des tracteurs agricoles. Au début du XXIe siècle, l’entreprise jarrézienne avait largement fait ses preuves auprès des agriculteurs des Monts du Lyonnais. Au fil du temps, elle a su élargir son rayon d’activité, passant ainsi de l’échelle locale à celle régionale avec des clients allant du Puy de Dôme aux Savoie. « Les agriculteurs des Coteaux et Monts du Lyonnais restent nos clients historiques, une véritable relation de proximité et de confiance s’est établie au cours du temps. Mais, nous avons aussi saisi les opportunités de développement que présente l’ensemble du territoire Auvergne-RhôneAlpes » explique Bernard Chipier.

UN DÉVELOPPEMENT QUI NÉCESSITE DÉSORMAIS DE NOUVELLES INFRASTRUCTURES Après plus d’un demi-siècle passé dans les mêmes locaux à Soucieu en Jarrest, l’heure est venue pour Chipier SAS de voguer vers de nouveaux horizons. Pas de dépaysement

pour l’entreprise car les nouveaux locaux se situent à seulement 8 kilomètres de Soucieu, au cœur de la Zone Industrielle des Platières, en pays mornantais (au 26 rue Frédéric Monin, ndlr). « Les locaux actuels ne sont plus adaptés à notre volume d’activité. Les surfaces de stockage et de manutention sont insuffisantes, l’accès aux poids lourds pour les livraisons et les clients est compliqué. Il y a besoin de s’en aller, construire était devenu indispensable », confesse le dirigeant de l’entreprise. En décembre 2019, l’entreprise déménagera donc dans de tout nouveaux locaux, plus grands, plus modernes, plus adaptés. En effet, si l’entreprise bénéficiera de l’attractivité et du dynamisme de la Zone des Platières, elle pourra également compter sur plus de 11600 m2 offrant praticité, espace et modernité à l’instar d’un grand showroom lumineux, habillé d’une fresque murale d’envergure. Bernard Chipier, comptent bien poursuivre sur cette lancée et profiter des dynamiques actuelles du marché ainsi que des nombreuses opportunités de développement qu’offrent l’ouest lyonnais et plus globalement, la région AuvergneRhône-Alpes. De ce fait, « étoffer nos équipes en matière de commerciaux et de techniciens est devenu une véritable nécessité » confirme le dirigeant de Chipier SAS. Avec 18 salariés à son bord actuellement, l’entreprise familiale dépassera assurément la vingtaine de collaborateurs d’ici 2022, 60 ans après sa création. Chipier SAS 16, rue du perron 69510 Soucieu en Jarrest 26 rue Frédéric Monin 69440 Mornant Tél. 04 78 05 26 81


FLACH GARDEN

Les espaces verts, ce jardin d’Eden Créé en juin 2013, Flach Garden s’est rapidement spécialisé dans l’entretien des espaces verts et extérieurs, avec une spécialisation dans le déneigement des sites industriels, leurs principaux clients. Avec réussite, si l’on en croit l’expansion de l’entreprise sur la région et ses alentours. Texte : Morgan Couturier - Photo © Fabrice Schiff et DR

I

l fait bon vivre dans la quiétude des hauteurs de Mornant. Alors que la piscine de la maison familiale rappelle des jours heureux, ici, tout porte à croire que le moral est au beau fixe. Quelques minutes suffisent à s’en convaincre, le temps d’apprécier le ballet des véhicules d’entretien, symptomatique d’une activité qui tourne à plein régime, d’admirer ces haies taillées au cordeau ou de contempler les innombrables démonstrations d’art topiaire, cette activité artistique consistant à tailler les arbustes de façon décorative. Mais un tel succès réclame du temps. Car comme Rome, en son temps, Flach Garden ne s’est pas fait en un jour. Sa réussite tient ainsi à plusieurs saisons, pour cette série initiée à Chaponnay en juin 2013, bien loin donc, de la célébrissime planète Mongo, l’éternelle source d’inquiétude de Flash Gordon, ce super-héros popularisé dans les années 80. « Tout le monde nous en parle, plaisante aujourd’hui le directeur Sébastien Flachy. On en a joué au début, en misant sur la réactivité ». Question réactivité, l’intéressé n’a pas tardé à faire son chemin, lui l’homme au grand cœur (il préside l’association Le Sourire de Laly, ndlr) qui découvrit la profession de paysagiste à 14 ans, après s’être essayé au périlleux métier de bûcheron. « J’ai travaillé dans les plus grandes entreprises lyonnaises et j’ai monté les échelons sur le terrain. La suite logique était de me mettre à mon compte », confie le Mornantais, particulièrement actif sur sa commune.

À PLEIN RÉGIME TOUTE L’ANNÉE Dès lors, au-delà son implication en temps que président du comité des fêtes et dans la vie associative de son village, Sébastien Flachy a pris soin de développer son propre concept, basé à ses prémices sur une sous-traitance complète. « 2016 a été le vrai départ de notre activité, avec notre déménagement à Mornant », poursuit le quadragénaire. « On est à plein régime toute l’année », confirme Sandrine, son bras droit de toujours. En cause, une activité couvrant toutes les saisons, du déneigement

l’hiver, à l’élagage et l’entretien des espaces verts le reste de l’année, et ce, au profit de grands groupes privés (Merial, Eiffage, Engie Confely, BNP Paribas... ndlr) et de quelques particuliers. « Tout l’extérieur, on s’en occupe. Notre objectif, c’est de satisfaire nos clients. Pour chaque demande, on se charge ainsi de trouver un partenaire qui est spécialisé dans son domaine, ce qui fait qu’on nous donne des contrats sur l’ensemble de la région », poursuit le directeur. Les victoires appelant les victoires, Flach Garden n’entend pas s’arrêter en si bon chemin.

EN QUÊTE DE PERSONNEL Outre le recrutement d’une nouvelle équipe pour accroître la réactivité sur le terrain, l’entreprise se met à rêver de nouveaux horizons, dessinés du côté du département de l’Ain et des terres voisines de la Loire, sur lesquelles Sébastien Flachy réfléchit à transplanter une antenne locale. Pas question pour autant de quitter Mornant, lui le « pur Mornantais ». « Mon village, c’est tout pour moi », jure-t-il. C’est donc bien là, sur les pelouses verdoyantes du siège social que se dessine le développement prochain de l’entreprise. Une mission taillée sur mesure pour Flach Garden. 138b, Route de la Fillonnière 69440 Mornant Tél. 04 72 11 48 90 •

65 • novembre 2019 • lyon people


lp

DOSSIER MORNANT

MAISON BARBET

Joie de vivre à tous les étages

Le nouveau décor de la Maison Barbet genre Amérique du Sud (la mère de Claude Barbet est Argentine) colorie notre vie... la salle Bodega Casagrande qui a joué au Club de Séville mérite à elle seule votre visite aux Sept Chemins !

Texte : Christian Mure (Guide Lyon gourmand) - Photos © Fabrice Schiff

L

e gras, c’est la vie » est la philosophie de ce restaurant porté par la joie de vivre de Claude Barbet (50 ans) fidèle à son credo : « Tout le monde est le bienvenu. J’ai plaisir à rencontrer des gens et discuter avec eux »... Barbet est un nom bien connu des Lyonnais puisque ses grandsparents tenaient le bouchon Barbet (12 rue Pizay) où l’on mangeait au coude à coude avec les employés de la poste voisine et les bourgeois du quartier dans un décor inimitable admirablement conservé depuis par la famille Hugon. Après l’incendie du Café de la Gare à Brignais, le 6 février 2015, il ne pouvait éternellement rester dans les huit containers aimablement fournis par son célèbre voisin Olivier Ginon et devait se trouver un nouveau point de chute. Direction Vourles et « Les Stands » en souvenir du Grand Prix automobile de Lyon qui se déroulait sur cette route sinueuse ! « Lors de mon incendie, il y a eu un tel élan de solidarité que j’ai su ce jour-là que les gens

«

lyon people • novembre 2019 • 66 •

m’aimaient ! » Fidèle à sa formule gagnante du Café de la Gare, les prix du nouveau restaurant sont restés très doux avec une monumentale côte de bœuf pour deux à 55 euros, la pièce de cochon pour 18,50 euros, tout comme l’andouillette Braillon sauce moutarde. Son déjeuner du 16 octobre en hommage à Jacques Chirac restera dans nos mémoires avec une tête de veau inégalable... signée Claire Desboudard (27 ans) depuis 12 ans au côté de Claude Barbet. La jeune femme n’a pas froid aux yeux quand il s’agit d’envoyer 200 couverts en un service avec des plats différents à la carte... Son second Aurélien Viricel et Sibille Russo responsable de salle sont les cadres de sa souriante équipe où se distingue

le serveur Rémi au physique de crack jockey qui court de table en table ! Quid du nouveau décor ? « Je l’ai rêvé, je sais ce que le client veut » confie Claude Barbet qui a transposé à Vourles les grandes halles que l’on voit à Madrid ou Barcelone avec cuisine ouverte, bar central, grande terrasse, cave ou l’on viendra choisir sa bouteille... Le succès incroyable de ce restaurant en dehors des sentiers battus s’explique aussi par la qualité des produits : Claude Barbet choisit les meilleures viandes d’autant mieux que son épouse Véronique Laby est éleveuse de race limousine à Brignais. Elle sera la vedette de l’émission « Goûtez voir » le 7 décembre sur France 3 !

Maison Barbet 6, avenue du Général Brosset - 69390 Vourles Sept Chemins - Tél 04 72 04 32 10 Fermé le dimanche. Tous les jours à midi + jeudi et vendredi soir. Plat du jour : 11 euros. Plat du jour + dessert ou fromage : 14 euros Claire Desboudard (27 ans) depuis 12 ans au côté de Claude Barbet

Du pré (de Brignais) à l’assiette de Vourles

La côte de bœuf à 55 euros pour 2 ou 3 !


NOUVELLE PEUGEOT 208

© 09-2019 AP Lyon - Photo : Peugeot

UNBORING THE FUTURE*

FULL ELECTRIC, ESSENCE PURETECH, DIESEL BLUE HDI PEUGEOT 3D i-Cockpit® CONDUITE SEMI-AUTONOME

RECOMMANDE

Valeurs WLTP(1) : Données en cours d’homologation.

(1) Les valeurs de consommation de carburant et d'émissions de CO2 indiquées sont conformes à l’homologation WLTP (Règlement UE 2017/948). À partir du 1er septembre 2018, les véhicules neufs sont réceptionnés sur la base de la procédure d'essai harmonisée au niveau mondial pour les véhicules légers (WLTP), qui est une nouvelle procédure d'essai plus réaliste permettant de mesurer la consommation de carburant et les émissions de CO2. Cette procédure WLTP remplace complètement le nouveau cycle européen de conduite (NEDC), qui était la procédure d'essai utilisée précédemment. Les conditions d'essai étant plus réalistes, la consommation de carburant et les émissions de CO2 mesurées selon la procédure WLTP sont, dans de nombreux cas, plus élevées que celles mesurées selon la procédure NEDC. Les valeurs de consommation de carburant et d'émissions de CO2 peuvent varier en fonction des équipements spécifiques, des options et des types de pneumatiques. Veillez à vous rapprocher de votre point de vente pour plus de renseignements. Plus d’informations sur le site internet PEUGEOT. * Unboring the future : Rendre le futur moins ennuyeux.


PEUGEOT PSA RETAIL LYON - 4 SITES PROCHES DE VOUS : Peugeot Peugeot Peugeot Peugeot

PSA PSA PSA PSA

Retail Retail Retail Retail

Vénissieux Ecully Rillieux La Pape Carré de Soie

26, boulevard Joliot Curie, 69200 Vénissieux 5, chemin Jean-Marie Vianney, 69130 Ecully 971, avenue de l’Hyppodrome, ZI, 69140 Rillieux La Pape 38-42, avenue de Bohlen, 69120 Vaulx-en-Velin

Tél : 04 63 46 97 06 Tél : 04 63 46 97 07 Tél : 04 63 46 95 36 Tél : 04 63 46 95 90

peugeot-lyon.fr


lp

PEOPLE SPORT

Alain Soula (Ainhoa Promotion) et le sénateur François-Noël Buffet

Jérôme Eicholz (Pichet), Virginie Lacaze et Yann Viremouneix, adjoint au maire de Dardilly

LOU RUGBY - BORDEAUX BÈGLES Caroline Foussette (Charlestown), Audrey Monnot et Anne-Dominique Guichard (Groupe Bernard)

Un cru difficile à avaler

Texte : Jean-Marie Nauleau et Morgan Couturier - Photos © Fabrice Schiff

O Olivier Guichard (SPI), Arnaud Thomas (Les Mauvais Gones) et Samir Delli (Automobiles DS)

Le chef Julien Gautier et le speaker Maxence Rissoan

lyon people • novembre 2019 • 70 •

pposé à son dauphin bordelais, dans un choc longtemps indécis, le LOU Rugby s’est imposé au forceps (25-23). Une nouvelle preuve de caractère pour les hommes de Pierre Mignoni, plus que jamais leaders du Top 14. Pour motiver ses hommes, Christophe Urios, l’entraineur bordelais avait usé de formules imagées, comparant le stade Gerland à un « château fort ». Une citadelle imprenable et bien gardée que ses hommes ont bien cru faire tomber pour la première fois de la saison. Mais voilà, ce LOU cuvée 2019-2020 est rempli de caractère, si bien que si les murs dudit château ont tremblé - comme les 15 000 supporters -, les Lyonnais ont plié mais jamais rompu, pour finalement s’imposer avec le cœur et décrocher une sixième victoire en autant de rencontres. Prochain rendez-vous : LOU - LA ROCHELLE Dimanche 10 novembre à 12h30

Marc Fraysse (Parlement & Territoires), Evelyne Haguenauer, Maitre André Soulier et Franck Isaac-Sibille, vice-président du LOU Rugby

Denis Bontemps (Henner), Christophe d’Indy (Indy Racing) et Sébastien Chartrer (Henner)


Yvan Patet, président EM2C, Didier Maciocia (SR HLM), Serge Masson (EM2C)

Hervé Seyve, maire de Saint Jean d’Illac et Emmanuel Hamelin, président du groupe Agir à la Métropole

Le chef Cédric Boutroux (Bocuse), Louis Engelhard et Marco (Lyon People)

Boris Raud (Visiativ), Clémentine Colombet (Nestenn) et Frank Dreidemie (Archigroup)

Jean-Pierre, Vladimir, Leopold et Nicolas Gagneux (6ème Sens Immobilier)

Julien Le Guillou (Le petit frère), Jean-Marie Nauleau et Damien Combe (Les saveurs du bistrot)

Teddy Gonzalez (DCB International), Marc-Stéphane Beau (Sagittaire architectes associés) et Cyril Schmitt (CS Développement)

Paul Ferraton (GL Events) et Frédéric Michalak (LOU Rugby)

Come de Calonne et Jean-Claude Pietrocola (Média Sport Promotion)

François Turcas, président de la CPME, Pascal Blache, maire du 6ème et Georges Képénékian, premier adjoint au maire de Lyon

Olivia Hamellin, David Bernin (Marietton Voyages) et Chrystèle Blache (PBL Finances)

Yann Roubert, président du LOU Rugby, Pascal Mailhos, préfet Auvergne-Rhône-Alpes, le général Philippe Loiacono, gouverneur militaire de Lyon et Patrick Iliou, DG Olympique Lyonnais •

71 • novembre 2019 • lyon people


lp

PEOPLE SPORT

Le Barth’ologue de Jean Lucas Qu’est-ce qui t’a le plus surpris en arrivant dans la ville de Lyon ? J’adore la vue de la colline de Fourvière. Le panorama est bluffant ! L’une des plus belles vues qu’il m’ait été donné d’observer.

« Pour mon prochain but, je ferai une danse pour toi ! » Chaque mois, un illustre représentant du monde sportif s’allonge sur le divan de l’infirmier Barth, ancien interné des hôpitaux de Lyon qui délaisse caméras et micros pour enfiler blouse blanche et stéthoscope. Le nouveau milieu relayeur de l’OL se prête au jeu ce mois-ci sur le divan du Kopster.

Quand on te propose de venir à l’OL, quel a été ton premier sentiment ? J’étais tellement surpris ! Mon téléphone sonne, c’est Juni. Il me demande de venir à Lyon. Plus jeune, j’étais complètement fan du joueur. Un sentiment tellement bizarre… Depuis tout petit, je rêvais de jouer en France, Dieu m’a béni. Pourquoi Sampaoli était-il fou de rage que tu partes de Santos ? Ça c’est vrai, il était vraiment énervé contre moi ! (Il rigole) Il voulait absolument que je reste. Nous avons eu une grande discussion, j’ai compris que je faisais partie de ses plans. J’ai dû lui expliquer calmement que c’était l’aboutissement d’un rêve. Ensuite, il m’a demandé si c’était une question d’argent, mais rien à voir ! Je tiens ici à le remercier de m’avoir aidé et de m’avoir fait grandir. Sans le foot, que ferais-tu aujourd’hui ? Tu vas rire mais je pense que je serais vendeur dans un centre commercial ! Mais pourquoi ? Il y a du monde, des contacts, de la vie. Évidemment je gagnerais moins d’argent mais je pense que je serais heureux. C’est le plus important, non ? Quelle image avais-tu de l’OL au Brésil ? Celle d’un grand club avec une histoire, et Juni justement a marqué cette histoire. Je lui ai dit l’autre jour : « j’aimerais marquer l’histoire du club comme toi ! » L’idée, c’est de ne pas être de passage. Ne crois pas que je te dis ça ici pour me donner une bonne image, je suis sincère. lyon people • novembre 2019 • 72 •

Propos recueillis par Barth Ruzza - Traduction : Isabelle Dias - Photo © Damien LG Les Lyonnaises sont-elles plus belles que les Brésiliennes ? (Il se marre) C’est vrai que les Lyonnaises sont jolies, mais les Brésiliennes aussi ! Si je te donne le portable de Dieu, que lui dis-tu ? Qu’il bénisse toute ma famille et mes proches, mais surtout, je le remercierais pour ce qu’il m’a déjà donné. Lyon va vraisemblablement changer d’entraîneur (interview réalisée le 14 octobre, 24h avant l’arrivée de Rudi Garcia), ce n’est pas trop dur ? C’est la vie du foot, et encore en Europe, vous êtes tolérants. Au Brésil, un entraîneur qui perd deux ou trois matches de suite a 90% de chance de se faire virer. Je regrette bien sûr le départ de Sylvinho, on se connaissait bien et c’est aussi grâce à lui que l’on se parle aujourd’hui. Mon objectif maintenant, c’est de séduire le nouvel entraîneur. Quel est le joueur le plus dingue du vestiaire de l’OL ? J’ai peur de dire ça, mais c’est peut-être moi ! (Il se marre) Dans le vestiaire, je danse, je déconne, et j’essaye de faire rire tout le monde ! Il y a encore la barrière de la langue, mais ça va. Pour mon prochain but, je ferai une danse pour toi, tu me diras si j’ai un talent de danseur ! Où aimes-tu passer du bon temps à Lyon ? J’adore faire du shopping, m’acheter des vêtements, du parfum… Ça me détend.

À quel moment tu ne te supportes pas ? (Il réfléchit) On ne dirait pas, mais je suis un grand stressé. Pour combattre ça, j’ai plein de méthodes. Je ferme les yeux, je respire profondément, je compte jusqu’à 10… Ma manière à moi d’évacuer le stress.

Quelle est ta principale qualité ? Je suis joyeux, j’aime apporter de la tendresse, de l’affection. Je suis naturellement et profondément emphatique. Y’a-t-il une grande différence entre les médias français et brésiliens ? La grande différence et le problème au Brésil, c’est que les journalistes entrent dans ta vie privée et la plupart du temps, pour vendre, racontent des choses qui n’existent pas. Par exemple, être jeune joueur en Europe est plus simple qu’au Brésil. Làbas, si tu démarres et que tu fais un écart dans ta vie privée, ils te tuent, que tu aies du talent ou non. Que vont dire tes proches en lisant le Barthologue ? J’espère qu’ils diront que je suis quelqu’un de bien. Un peu stressé sans doute, mais quelqu’un de bien ! Maintenant on change, c’est toi qui me poses une question. Si tu étais joueur de foot, quel genre de joueur serais-tu et à quelle place serais-tu ?

La question « Kospter », Céline, responsable restauration : Tu étais plutôt premier de la classe ou roi de la terrasse ? Oulala ! À l’école, j’étais un cancre, je ne pensais qu’à jouer au foot. Sans hésitation, roi de la terrasse !


lp

PEOPLE SPORT

Championnat de France

LES TRIBUNES VIP d’OL - METZ

Les Lyonnais renouent avec la victoire Texte : Franck Girardet - Photos © Fabrice Schiff

A

près une série de 8 matches sans victoires en championnat, l’OL a enfin réussi à reprendre sa marche en avant en battant le FC Metz sur le score de 2-0. En dépit des vacances scolaires et même si l’affiche ne faisait pas vraiment rêver la corbeille était garnie en Président Box. À défaut de la présence des poids lourds de la politique locale — Gégé et Etienne Blanc étaient en vacances — nous avons eu droit à celle de : Michel Noir, Alain Bideau,

Michel Mercier, Pierre Jamet, André Soulier. Un tacle plein de tendresse pour notre cher Marc Fraysse qui part à la conquête de Villeurbanne aux prochaines municipales. À noter également la disparition de Marco Chopin depuis quelques matches : son fameux « ça va papa ? » nous manque, il faut l’admettre. Prochain rdv au Groupama pour la réception du Benfica mardi 5 novembre où la victoire sera impérative pour croire encore aux 8èmes de finale en février prochain.

Michel Viera, président MDA Company, l’acteur Clovis Cornillac et Jean-Michel Aulas, président Olympique Lyonnais

LES TOPS ET LES FLOPS VOUS SONT PRÉSENTÉS PAR LE CGE

Les tops

Les flops

- Memphis Depay qui, en capitaine, a montré la voie. - Thiago Mendes qui a apporté de l’équilibre au milieu de terrain. - Anthony Lopes qui a fait le job.

- Koné qui est toujours très brouillon côté gauche. - Léo Dubois qui n’arrive plus à mettre un centre dangereux. - Houssem Aouar, moins influent. Alain Bideau, directeur de recherche au CNRS et Michel Mercier

Christophe Marchadier, nouveau dircom OL et son prédécesseur Olivier Blanc (OL Féminin)

lyon people • novembre 2019 • 74 •

Jean-Michel Aulas, président de l’OL, Marie-Sophie Obama, présidente déléguée de Lyon ASVEL Féminin et Thierry Sauvage, DG OL

Rodrigue Noir et son grand-père Michel Noir, ancien maire de Lyon


LONS... DANS LES SA Charlène Bardiau, Emma et Alain Audouard, président de la Chambre de Métiers

Samuel Minot, président BTP Rhône et son épouse Anne-Laure (Groupe Cogeparc)

Justine, ses parents, Jean-Marc Brun et son épouse Nicole (Adequat)

L’horloger Jean-Louis Maier et Patrick Iliou, DG OL

Marco Polisson (Lyon People), Valérie et Philippe Venditelli (Golf Lyon Tassin)

Bruno Vernay et son premier employeur Marc Fraysse

Loge Crédit Agricole

Loge Prom S – Betri

Mathilda Durand (MDA) et Virginie Adnet (OL)

Bernard Fontanel et sa compagne Geneviève

Loge Beaulieu- Sesaly

Marie-Christine et Jacques Matagrin (OL)

Jean-Yves Delorme (Parks & Sports), Lucile et son époux le sénateur Bernard Saugey

Sophie et Francis Thomine (Groupama)

Loge Faury Logis LX Franc 103• septembre 2019tics• lyon people e


lp

PEOPLE SPORT

LDLC ASVEL - OLYMPIAKOS

La Green Team sur le toit de l’Olympe

P

our son retour en Euroligue, après dix ans d’absence, l’ASVEL n’a fait qu’une bouchée des Grecs de l’Olympiakos, écrasés 82 à 63. Sous les yeux du président de la compétition, Jordi Bertomeu, la Green Team, emmenée par ses Américains et une défense de fer, a ainsi prouvé que sa place dans la reine des compétitions européennes n’était pas usurpée. Après avoir conquis la France, l’ASVEL se savait attendue hors de sa zone de confort, dans cette compétition ultime qu’est l’Euroligue, où chaque équipe peut se glorifier d’un palmarès long comme les bras de Charles Kahudi. De fait, accueillir l’Olympiakos, triple tenante du titre, n’avait rien de l’entrée digeste. Bien que menée de trois points à l’issue du premier quart-temps, la Green Team a donc pris ses aises le quart-temps suivant (19-9) pour finalement l’emporter avec la manière (82-63) sous les yeux de Tony Parker et Jean-Michel Aulas.

Texte : Morgan Couturier - Photos © Saby Maviel

Jean-Michel Aulas, président de l’Olympique Lyonnais, Gaëtan Muller, président délégué LDLC Asvel et Boris Diaw, star NBA Most Improved Player

Boris Diaw, star NBA Most Improved Player et Jordi Bertomeu, président de l’Euroligue

Tony Parker, président LDLC Asvel, David Kimelfeld, président de la Métropole de Lyon, et le député Bruno Bonnell lyon people • novembre 2019 • 78 •


Sofiane Francine et Axelle Parker (Le Petit Med SPA)

Jean-Michel Aulas, président de l’Olympique lyonnais, Gaëtan Muller, président délégué LDLC Asvel et T Parker Senior

Sylvie Boachon (CIC), Tony Parker, président LDLC Asvel, Laurent de la Clergerie (LDLC), Boris Diaw, star NBA Most Improved Player et Gaëtan Muller, président délégué LDLC Asvel

François Pesenti (Elide) et Laurent Eichinger (RMC Sport)

Tony Parker, président LDLC Asvel et Boris Diaw, star NBA Most Improved Player

Patrick Iliou, DG Olympique Lyonnais, Thierry Sauvage, DG Olympique Lyonnais et Stéphane Morot-Sir (LDLC Asvel)

Mickael Venditelli (GL Events) et Serge Venditelli (Aléo Ascenseurs) et ses invités

Michel Garcia (Everial) et ses invités

Raphael Torro (Résaneo) et ses invités

Fred Gondeau (CNE) et ses invités

Lydie Le Corre (Iveco Bus) et ses invités

L’étude Notaem et Christophe Just (LDLC Asvel)

79 • novembre 2019 • lyon people


lp

STYLE AUTO

DS AUTOMOBILES met les femmes à l’honneur ! Toutes nouvelles ambassadrices de DS Automobiles sur la ville de Lyon, les créatrices de la marque Lolo Chatenay, Laurence et Marlène Carry ont reçu les clés de leur nouveau SUV DS3 CROSSBACK tout comme Karine Chapochnik, la directrice de la régie presse Chapcom Média et membre des FCE (Femmes Chefs d’Entreprises), incarnant la réussite féminine à la française. Photos © Fanny Bourg

C

oco Chanel en convenait, « il n’y a pas de mode si elle ne descend pas dans la rue ». Devant une telle invitation, le mieux est encore de le faire au volant de DS3 CROSSBACK, icône Style High tech dotée d’un raffinement unique. C’est désormais chose faite, pour Laurence Carry et sa fille Marlène, les créatrices de la marque Lolo Chatenay, reconnue entre Rhône et Saône, pour le raffinement de leurs sacs à main, symbole du luxe de la maroquinerie lyonnaise et pour Karine

lyon people • novembre 2019 • 80 •

Chapochnik femme entrepreneur lyonnaise reconnue dans le domaine des médias et de la communication. Une association très chic, entre ces trois Lyonnaises et la marque Premium française, matérialisée au sein du DS Store de Lyon Ecully, où nos Ambassadrices ont pu découvrir leur nouveau véhicule et en prendre possession. Nous leur souhaitons de vivre une merveilleuse expérience au volant de DS3 CROSSBACK avec la perspective d’une longue collaboration.


lp

STYLE AUTO

Clément Rigolot (TRIDENT), Héliot Morandat (Alpine Villefranche), Thomas Moretti (TRIDENT)

TRIDENT

accélérateur de passion ROAD TRIP ALPINE : TOUR DE CORSE

La Société TRIDENT a organisé, du 9 au 13 octobre, le 1er Road Trip Alpine en Corse en collaboration avec le Centre Alpine Villefranche (Groupe Thivolle). Photos © Thibault Demurgé

T

homas Moretti, enfant du pays, et Clément Rigolot ont transmis leur passion pour l’automobile et pour l’Ile de beauté aux 14 équipages conviés, par le Centre Alpine Villefranche, à venir défier les routes sinueuses de Corse. Entre mer et montagne, les participants ont pu découvrir des paysages féériques, chargés d’histoire, à bord d’une voiture française mythique : l’Alpine A110 !

Trident ne cesse de développer son activité au travers de l’événementiel automobile, sur-mesure, pour entreprises et particuliers (Track-Days, Road Trip, Stages de pilotages...) Ce développement viendra s’accentuer avec l’ouverture en novembre prochain d’une conciergerie dans la zone Techlid de Dardilly, où Trident proposera à ses clients du gardiennage de véhicule, en plus de ses activités d’achat-vente et location longue durée, déjà ancrées dans l’ADN de l’entreprise. Trident n’a qu’un seul moteur, la passion automobile ! www.tridentlyon.com

lyon people • novembre 2019 • 82 •


Collector née.

>> Aujourd’hui plus que jamais, il y a ceux qui ont la smart fortwo… et puis les autres. Ne passez pas à côté de la plus iconique des petites citadines, passez plutôt derrière son volant et libérez-vous la ville.

Ecully - Saint-Fons - Villefranche-sur-Saône - Vienne 04 72 18 00 18 smart Lyon Consommation combinée de la smart fortwo (l/100 km) : 4,8-5,2 (NEDC corrélé) / 5,7-6,4 (WLTP). Emissions de CO2 combinées (g/km) : 110-119 (NEDC corrélé) / 128-142 (WLTP).


lp

MEGÈVE PEOPLE

TOQUICIMES MEGÈVE

Lyonnais et Mégevans y prennent goût ! La première édition fut un succès, la seconde a confirmé cet engouement, Toquicimes ayant réussi son pari d’associer ses visiteurs au plaisir de la gastronomie et des chefs locaux. Toujours dans la bonne humeur, et surtout, dans la gourmandise. Photos © Simon Garnier (Commune de Megève) et Nicolas Winckler (Megève People)

G

Odile Mattei (France 3 - Goutez voir), Catherine Jullien-Brèches, maire de Megève, et Marie-Odile Fondeur, directrice générale du SIRHA

uillaume Gomez, le chef de l’Elysée avait prévenu les plus gourmands, « Toquicimes est une chouette idée ». Après dégustations, les estomacs les plus délicats ont eu du mal à le contredire, les effluves des mets locaux ne tardant pas à mettre en appétit les nombreux convives. Soit, manger est une délicieuse tentation, complexe à déjouer, mais résumer Toquicimes aux succulentes appréciations de plats serait faire offense à cet événement dessiné depuis deux par le chef mégevan Emmanuel Renaut.

Pour preuve, cette pléiade d’animations offertes au public invité à mettre la main à la pâte, au propre comme au figuré. Ainsi, si le concours de meilleure fondue a alléché les passants, à l’approche de l’hiver, les spectateurs ont surtout pris un malin plaisir à déguster la fondue lauréate de Thierry Guinot et à applaudir la battle des chefs, remportée par le chef italien Francesco Ibba face à ses comparses Clément Bouvier, Joseph Viola et Franck Leclerc contraints de cuisiner avec des gants de boxe. Au menu, un soufflé au fromage et aux champignons. Percutant mais délicieux !

Les chefs Emmanuel Renaut (Flocon de sel), Guillaume Gomez (Palais de l’Elysée) et Christophe Marguin (Président des Toques Blanches lyonnaises) se sont vu remettre la médaille de la ville de Megève.

lyon people • novembre 2019 • 84 •

Toute l’actu de Megève sur megeve people


Joseph Viola (Daniel et Denise), Guillaume Gomez et Christophe Marguin

Marie-Odile Fondeur et Alexis-Olivier Sbriglio, animateur de Toquicimes

Nicolas et Marie Sibuet honorés par la Ville de Megève

Complicité entre Guillaume Gomez (Chef du palais de l’Elysée) et Emmanuel Renaut (Flocon de sel)

Nicolas Winckler (Megève people) et Béryl Maillard (Ambassadeur de Megève)

Nicolas Sintes, chef exécutif des Fermes de Marie (Groupe Sibuet) au côté de son chef Thierry Guinot, lauréat du concours de la meilleure fondue de Megève

Epreuve « Mon boxeur de chef » au cours de laquelle il fallait réaliser un soufflé au fromage et au champignon sous la direction d’un chef équipé de gants de boxe !

Le podium Toquicimes des meilleures Rissoles de Savoie Gagnante Danielle Perrillat-Mercerot

Christophe Marguin, visiblement très heureux de sa nouvelle médaille, la 18ème cette année !

« Le Meilleur petit pâtissier mégevan », compétition orchestrée par Mercotte autour du gâteau de Savoie

85 • novembre 2019 • lyon people


lp

STYLE GASTRONOMIE

20

EN PARTENARIAT AVEC LE CABINET

eosConseil LEADER DU RAPPROCHEMENT CHR www.eosconseil.com 04 72 40 40 40

DES ADRESSES GOURMANDES DE LYON Restaurant

Restaurant - BAR

Restaurant

33 CITÉ

BIANCA

LE CAFÉ DU MARCHÉ

Frédéric Berthod

Emmanuel Faucon

cuisine de saison / produits du marché

linguine al cartoccio

33, quai Charles De Gaulle - Lyon 6e T 04 37 45 45 45 Ouvert tous les jours midi et soir (sauf le dimanche soir) www.33cite.com 33 cité

1, place Jules Ferry - Lyon 6e T 04 78 41 68 10 Lun-sam : midi et soir 12h-15h et 19h30-22h www.bianca.rest Bianca

Restaurant

La tarte de légume du marché CUISINE DU MARCHé AU FIL DES SAISONS 25, quai Saint-Antoine - Lyon 2e T 04 26 28 12 46 Ouvert 7/7 - Service en continu de 7h à 18h Possibilité de manger tous les jours, à toute heure

Restaurant

DADDY POULE

nt

apéro festif - Restaura

SELCIUS

L’ACACIA

Philippe Gauvreau

Matthieu Prud’homme

Sylvain Larose

Lieu Atypique, Parking de 70 places en sous-sol

cuisine traditionnelle DE SAISON

brunch le dimanche

173, avenue Charles De Gaulle - Tassin T 04 74 70 07 07 Ouvert tous les jours 10h30-1h daddy poule

70, quai Charles De Gaulle - Lyon 6e T 04 78 17 53 53 Ouvert tous les jours - Midi & Soir www.casino-lyon.com/acacia casinolyonlepharaon

43, quai Rambaud - Lyon 2e T 04 78 92 87 87 Lun-sam midi et soir - Dimanche 11h-17h @selciusrestaurant www.selcius.fr

Restaurant

restaurant

bar - café - Restaurant

MARGUERITE

LE F2

LE GRILL DU CHÂTEAU

Guillaume Brevet (Chef de cuisine)

Frédéric Fass

Daniel Large

Une cuisine entre tradition et modernité

Côte de bœuf plus - 1 kg à partager

viandes d’exception grillées, crues ou mitonnées

57, avenue des Frères Lumière - Lyon 8e T 04 37 90 03 00 Ouvert tous les jours, midi et soir www.brasseries-bocuse.fr Restaurants et Brasseries Bocuse

2, place de l’Hôpital - Lyon 2e T 04 78 82 22 22 Mar-sam : midi-14h et de 19h30-22h00 www.lef2.com leF2 café Comptoir

260, allée des cyprès - Limonest (Château Sans Souci) T 04 37 59 80 65 Lun-sam midi - vendredi et samedi soir www.legrill.chateausanssouci.fr

lyon people • novembre 2019 • 86 •


brasserie

Restaurant

Restaurant

LE PRÉSIDENT

LE THÉODORE

BRASSERIE JULLIEN

Christophe Marguin

Marco Chopin

Mathieu Jullien

cuisine du marché

brasserie traditionnelle

Filet Jullien (pavé de bœuf limousin mariné)

11, avenue de Grande Bretagne - Lyon 6e T 04 78 94 51 17 Lun-ven : 12h-14h et 19h-22h restaurantlepresident www.restaurantlepresident.com

34, cours Franklin Roosevelt - Lyon 6e T 04 78 24 08 52 Lun-sam : midi et soir 12h-14h30 et 19h30-22h45 Le Théodore

44, boulevard des Brotteaux - Lyon 6e T 04 78 52 30 11 Mar-sam : midi et soir et dimanche midi www.brasseriejullien.com brasserie jullien

bistrot chic

LE RIVE GAUCHE

Restaurant

BRASSERIE DES BROTTEAUX

Restaurant

MAISON BARBET

Famille Guillermin

Emmanuel Faucon

Claude Barbet

Banc d’écailler

Tartare de boeuf dans la baVette d’aloyau

SPÉCIALITÉs lyonnaises et viande

31, cours Franklin Roosevelt - Lyon 6e T 04 78 89 51 21 Lun-dim : midi et soir (sauf lundi et dimanche soir) www.le-rivegauche.fr Le Rive Gauche

1, place Jules Ferry - Lyon 6e T 04 72 74 03 98 Lun-ven : 8h-22h30 et sam : 12h-15h et 19h30-22h30 www.brasseriedesbrotteaux.com Brasserie des Brotteaux

6, avenue du Général Brosset - 69390 Vourles T 04 72 04 32 10 Ouvert tous les jours sauf dimanche Maison Barbet

bistrot italieN

Restaurant

FOND ROSE

Brasserie

ZAPPO

SUD

Luc Abadie (Chef de cuisine)

Georgy Sfez

Franck Barrouilhet (Chef de cuisine)

Cuisine des Bords de Saône

pizza et bière

cuisine du soleil

25, chemin de Fond Rose - 69300 Caluire et Cuire T 04 78 29 34 61 Ouvert tous les jours, midi et soir www.brasseries-bocuse.fr Restaurants et Brasseries Bocuse

6, rue Challemel Lacour - Lyon 7e T 04 72 71 79 88 Ouvert tous les jours de 12h à 14h et de 19h à 22h30 www.zappo.fr Zappo

11, place Antonin Poncet - Lyon 2e T 04 72 77 80 00 Ouvert tous les jours, midi et soir www.brasseries-bocuse.fr Restaurants et Brasseries Bocuse

restaurants

Brasserie

Brasserie

JOLS

L’AFFAIRE DU 6

L’EST

Flavienne Kouessi

Albert Dray

William Hincourt (Chef de Cuisine)

Restaurants de poisson et fruits de mer

Cuisine Traditionnelle

Cuisine DES VOYAGES

63, cours Vitton - Lyon 6e T 04 78 89 49 24 Tous les jours de 07h à 01h du matin (sauf le dimanche)

14, place Jules Ferry - Lyon 6e T 04 37 24 25 26 Ouvert tous les jours, midi et soir www.brasseries-bocuse.fr Restaurants et Brasseries Bocuse

Jols Gerland - T 04 78 72 10 10 - fermé dimanche Jols Limonest - T 04 37 58 02 02 - fermé dim. soir www.jols.fr Jols

87 • novembre 2019 • lyon people


lp

STYLE GASTRONOMIE

Les Halles du Grand Hôtel-Dieu Marché & gourmandises

HORAIRES DES HALLES Photos © M.L Lucas

COMMERÇANTS : 9h00 - 19h30 du lundi au samedi 9h00 - 12h30 le dimanche

RESTAURANTS : 9h00 - 22h30 du lundi au dimanche 9h00 - 17H30 le dimanche

POISSONNERIE VIANEY U

LE THÉODORE BISTROT DES HALLES U

n Bistrot dans la pure tradition lyonnaise créé par Marco Chopin disciple de Paul Bocuse qui vous accueille dans une ambiance chaleureuse. Des formules de plats du jour et une carte de produits sélectionnés avec soin pour votre plus grand plaisir. Venez déguster une quenelle de brochet, un foie de veau à la lyonnaise, des rognons de veau à la moutarde, une belle pièce de bœuf, une volaille de Bresse, un baba au rhum ou encore des gaufres Grand-Mère. www.letheodore-bistrot.fr 04 78 82 38 49 lyon people • novembre 2019 • 88 •

n simple coup d’oeil à la vitrine fraîche et bien achalandée de la poissonnerie Vianey vous arrête. Servi par Jean-Luc Vianey, Meilleur Ouvrier de France, vous repartez avec deux jolis filets de sole non sans qu’il vous ait prodigué quelques bons conseils sur leur préparation. Ici pas de doute, le père a transmis son savoir-faire, et poisson rime avec passion. Vous notez également que des tables jouxtant la boutique vous incitent à déguster sur place vos huîtres préférées. www.maison-vianey.fr 04 78 82 51 56

VINS GUYOT S

ur les conseils de Jean Luc Vianey, vous passez ensuite le pas de la boutique Guyot. C’est Thibaud qui vous accueille pour vous conseiller, dégustation à la clé. Créée en 1919 par Grégoire Guyot, au premier nez vous sentez qu’il règne dans cette enseigne un sympathique parfum d’exigence et de qualité. Décidément, ce vin de Santenay était délicieux, vous en prenez 2. Avant de partir, vous retenez les dates des prochaines dégustations, ça vaut le détour.

www.guyot-vins.com 04 78 85 01 47


PÂTISSIER TRAITEUR PIGNOL V

V

ous ressortez et passez devant le corner Fruisy. Un smoothie frais vous fait de l’oeil, et après avoir succombé à la tentation, vous passez en revue les étals colorés de Cerise et Potiron. Là encore, la dégustation est de mise et le conseil est précieux. Le panier chargé de produits de saison, des idées recettes plein la tête, vous en profitez pour commander une corbeille de fruits pour la semaine suivante, qui fera sensation au dessert devant vos invités. www.cerise-et-potiron.fr 04 78 79 14 73

FROMAGERIE LA MÈRE RICHARD V

ous filez chez la Mère Richard. S’il est impensable de repartir sans votre SaintMarcellin, joyau de la gastronomie lyonnaise, vous balayez néanmoins du regard la vitrine avec envie. Leur sélection s’est affinée au fil des années, comme leurs fromages. Petites spécialités locales ou découvertes venues d’ailleurs, il faudra plus d’un passage pour en découvrir toutes les merveilles. Vous lorgnez le fromage à raclette qui vous donne des idées. 04 78 82 51 62

BOUCHERIE TROLLIET

Photo © Agence PLM

CERISE ET POTIRON / FRUISY

ous montez au premier étage. À droite, vous vous dirigez d’un pas sûr chez Pignol, où vous avez vos habitudes. Maison lyonnaise en constant développement, leur réputation n’est plus à faire et leurs 2 corners (traiteur et pâtisserie) se révèlent être le théâtre de gourmandises sans faim et de saveurs sans fin. À la vue de tout ce spectacle, vous hésitez une fois, deux fois, trois fois, avant de vous décider sur le pâté en croûte Richelieu qu’on vous avait déjà vanté. www.pignol.fr 04 78 82 51 52

J

BOULANGERIE POZZOLI V

otre Saint-Marcellin empaqueté, vous continuez naturellement votre chemin à la recherche de son âme soeur, chez Pozzoli. Boulangerie artisanale et familiale depuis 1977, classée Entreprise du Patrimoine Vivant, vous vous trouvez dans le temple des pains spéciaux et biologiques sur levain naturel. Vous papotez avec Loïc Pozzoli, le fils, le temps d’ajouter à vos emplettes ce pain de famille généreux et rustique et un de leurs fameux panettones au moelleux et au fondant incomparables. www.boulangerie-pozzoli.fr 04 78 82 51 48

uste à côté de Pozzoli, la boucherie Trolliet se fait remarquer. La viande y est présentée comme autant de bijoux sur un présentoir, et une carte vous indique qu’un service du midi y est proposé. Bon à savoir. Depuis plus de 45 ans, la famille tout entière conjugue la passion du travail à la qualité des produits et du service proposé à ses clients. Il n’en fallait pas plus pour vous convaincre, vous repartez avec un belle côte de veau nourri sous la mère en Dordogne. www.boucherie-trolliet.com 04 78 82 51 50

CHOCOLATS VOISIN E

nfin vous faites un arrêt chez Voisin. Chocolat du Vénézuela ou d’Équateur ? Palet d’or ou malakoff praliné noir ? Le choix est difficile, et vous voilà entouré de douces effluves cacaotées. C’est ici qu’on vous apprend que derrière chaque chocolat se cachent 120 ans de passion, héritage de Léon Voisin, 1er Maître chocolatier lyonnais, parcourant le monde en quête des meilleurs cacaos. Les 3ème et 4ème générations restent animées de la même ferveur, pour votre plus grand bonheur. www.chocolat-voisin.com 04 78 82 51 54 •

89 • novembre 2019 • lyon people


lp

RUBRIQUE STYLE GASTRONOMIE

Dominique Roy (Pernod Mumm), Odile Billard (Maison Billard), Emilien et Margot Aucagne (Ema Restaurant), Thierry Billard (Maison Billard) et Arnaud Bernollin

Les Cuisines Bernollin

L

INVITENT MARGOT et ÉMILIEN AUCAGNE

’amour est une vaste notion, aussi complexe qu’exquise une fois goûtée, si bien que les amateurs de bons mets pourraient y deviner une formule imagée de la gastronomie, cette profession, où comme dans chaque relation, tout est question d’association et d’accords parfaits. Dans pareils cas, le mieux est encore de marier ces deux univers. Jeunes gastronomes, Margot et Emilien Aucagne en furent rapidement convaincus, les bases sucrées du pâtissier épousant pour le meilleur, les talents culinaires de l’ancienne apprentie du Neuvième Art. Le fief Christophe Roure n’est plus à l’ordre du jour, alors en cette période automnale, le cuisiniste Arnaud Bernollin se contentera d’évoquer l’art dans sa plus simple expression. Seulement s’autoriserat-il une incartade sur cet art si particulier de la vente de vins, la spécialité d’Odile et Thierry Billard, les parents de la pétillante Margot. Ces derniers sont pourtant loin de se spécialiser dans les quilles de champagne, la panacée de Dominique Roy (Pernod Mumm), débarqué avec une prestigieuse cuvée René Lalou de 1999. Dès lors, dans cette ode à l’amour et aux produits d’exceptions, le couple lanceron se complaît lui à associer gamay et pinot noir, au gré des dégustations. Ces plaisirs de la vigne, aux noms Fleurie, comme

Texte : Morgan Couturier - Photos : Saby Maviel

Arnaud Bernollin accompagné d’Émilien et Margot Aucagne (Ema Restaurant)

Saumon gravlax, grillé à la flamme, choux chinois, concassé de tomates, pomme de terre vapeur et chantilly fromage blanc citron vert

Filet de bar, purée de carottes, oignon grillé avec siphon d’oignons, salicornes et sauce vierge

Terrine de pommes, coings et fraises mara des bois, coulis fraise, tuile à la farine de sarrasin, mousse légère aux kashas et kashas caramélisés.

CUISINES BERNOLLIN - 198, ALLÉE VIADORÉE - ANSE - TÉL. 04 74 67 04 08 CUISINES BERNOLLIN - 5, PLACE PUVIS DE CHAVANNES - LYON 6 - TÉL. 04 78 93 00 61 lyon people • novembre 2019 • 90 •

Chateauneuf-du-Pape ou Kistler, sont alors de parfaits ingrédients pour délier les langues et raviver les souvenirs tous aussi arrosés de l’Oktoberfest, cette kermesse dédiée à la bière, d’où reviennent Arnaud Bernollin et Nicolas Winckler. Un béguin comme un autre pour le cuisiniste, qui dans ce champ lexical de l’amour, se risque à désigner les deux chefs comme son coup de cœur de l’année. Il faut dire que le duo possède de sérieux atouts. Les convives en viendraient presque à remercier le destin d’avoir uni ces deux talents, puis de les avoir privés de leur rêve de Polynésie où ces deux anciens de la maison Bouillet eurent un temps envie de s’établir. Le sort est ainsi fait. Il n’en est pas cruel pour autant, si l’on en croit le succès d’Ema, ce restaurant que les deux amants ont ouvert en mars dernier du côté des Deux-Grosnes dans le Beaujolais. Dans leurs assiettes, des plats tout aussi attirants que les vastes étendues d’eau polynésiennes. Une chose est sûre, avec de tels plats, le cœur a ses raisons, que la raison n’ignore plus. EMA RESTAURANT LE BOURG - DEUX-GROSNES TÉL : 04 74 69 85 29


Musée du Chocolat de Lyon

MUSCO Parc du puy d’or - 324 allée des frènes - 69760 LYON LIMONEST Sortie Autouroute A6 «Portes de Lyon» ou sortie «Techlid» - Parking gratuit Accès TCL Bus 6 et 21 depuis Gare de Vaise

www.chocolatseve.com MUSÉE BOUTIQUE CAFÉ


lp

STYLE SHOPPING

UNE CARTIER ROOM chez MAIER Joaillier

MAIER, ambassadeur de la joaillerie et de l’horlogerie de luxe entre Paris et la Côte d’Azur, ouvre un espace de 25 m2 dédié à Cartier. 25 m2, 4 m de façade : Pensée comme un écrin aux lignes contemporaines qui en sublime l’élégance intemporelle, la Cartier Room se pare d’or, et du rouge emblématique de la marque. De vastes baies vitrées offrent aux regards des passants une plongée dans l’univers Cartier, baigné de lumière. Et les vitrines mettent en valeur les luxueux garde-temps, dont la féline Panthère ou l’iconique Santos, sans oublier la Ballon Bleu. La Cartier Room renforce la présence de Cartier au sein de MAIER Joaillier, avec l’arrivée de pièces exceptionnelles de haute horlogerie : complications horlogères très sophistiquées ou cadrans sertis de pierres précieuses. Cartier Room 101, rue Pdt Edouard Herriot 69002 LYON +33 (0)4 72 04 90 50 www.maier.fr Ouverture fin novembre lyon people • novembre 2019 • 92 •


8 rue Gasparin – Lyon, 2ème arrondissement

fusalp.com


lp

RUBRIQUE

LES JOLIES SORTIES & BELLES RENCONTRES

de

Françoise Petit

MOIS par moi

francoise.petit@lyonpeople.com

Photos : FP CULTURE

CÔTÉ CINÉMA... Il faut le dire, Lyon étonne le monde... Au clap de fin d’une semaine Lumière, les cinéphiles furent sous le charme du « cinéma de patrimoine » imaginé par Thierry Frémaux. Depuis 10 ans (anniversaire fêté à l’hôtel de ville) le même engouement pour caresser les écrans et approcher les monstres sacrés du 7ème art. Nathalie Baye remettait à Francis Ford Coppola le prix Lumière 2019, Marina Vlady, Monica Bellucci et de nombreuses stars toutes générations confondues ont joué la proximité avec le public dans un format complètement différent de celui du festival de Cannes. Très réussi.

CÔTÉ LITTÉRATURE... Il se passe toujours quelque chose de singulier au Sofitel Bellecour, haut lieu de l’hôtellerie lyonnaise et place gourmande incontestée. Ainsi les rendez-vous littéraires programmés par Geneviève Watine donnent le ton de moments à échanger entre auteurs et lecteurs tout en dégustant les plats du talentueux chef des Trois Dômes Christian Lherm. Christelle Bardet fut l’invitée du 17 octobre pour son livre « Quand maman plantait des brosses à dents » (Plon). Celle qui raconte par bouquets de tendresse l’histoire de sa mère atteinte d’Alzheimer était accueillie par Jacques Bourguignon, directeur du quatre étoiles quai Gailleton. Le dîner en partenariat avec la Banque Rhône-Alpes et la librairie Decitre était animé pour la partie interview par Elsa Charbit. Cette journaliste revient au Sofitel dans quelques jours pour présenter dans le cadre de ces rencontres littéraires deux autres ouvrages dont celui de Karine Tuil « Les choses humaines ». Inscription au HO553-GR1@sofitel.com lyon people • novembre 2019 • 94 •


Les 24 Rendez-Vous

QU’IL NE FALLAIT PAS RATER ! 1

A

Textes : Morgan Couturier Photos © Julien Bourreau, Fabrice Schiff et Mika Boudot

VENTE AUX ENCHÈRES DE FABRICE SCHIFF Hôtel du Département

près avoir exposé ses clichés des « Hommes décalés de Lyon » à la Mairie du 6e, notre photographe Fabrice Schiff a pris le parti de vendre ses trente-deux prises de vue aux enchères au profit de l’association Liv et Lumière. Grands bénéficiaires de la soirée, les enfants et la recherche contre les cancers dont ils sont victimes, puisqu’avec 34 650 € récoltés, l’association Liv et Lumière va pouvoir pérenniser la présence d’un ingénieur bio-informaticien à l’IHOP. Le but ? Comprendre pourquoi certains enfants ne répondent pas aux traitements. En pareils instants, chaque centime a son importance.

2

3

LYON TASTING 3500 visiteurs pour la 3ème édition

RENCONTRES CULINAIRES FRANCE-JAPON

Le festival des grands vins organisé par Terre de Vins est l’occasion unique pour les visiteurs de déguster de grands vins et d’échanger en direct avec les quelques 110 propriétaires de domaines et vignerons présents au palais de la bourse. Mais cette nouvelle édition fut aussi l’occasion de participer à de nombreuses animations, à l’image des Master Class de prestige (exemple “Châteauneuf-du-Pape et truffes”), ou encore les ateliers découverte de l’appellation Côtes du Rhône qui ont fait salle comble. La gastronomie était également à l’honneur avec, pour la première fois, des bouchées accords mets & vins signées de chefs lyonnais proposées à la dégustation, grâce à la participation des Toques Blanches Lyonnaises et des Bouchons Lyonnais. Enfin, l’intervention d’artistes et musiciens dans les allées et étages du Palais de la Bourse est venue ponctuer ces deux jours riches d’échanges et de belles découvertes.

Invité par le bureau consulaire du Japon entre Rhône et Saône le temps d’une conférence sur les différences entre la cuisine japonaise et la gastronomie française, baptisée « carrefour culinaire », le chef Yoshiharu Doï a exposé les spécificités de l’art culinaire nippon. « On cuisine japonais si on a compris le concept qui se cache derrière cette tradition culinaire ». Les mots se veulent précis, à l’instar de la culture japonaise, où le perfectionnisme est quasiment élevé au rang de divinité. Deux heures durant, le célèbre chef nippon s’est ainsi appliqué à détailler méticuleusement la cuisine de son pays, emportant ses invités — dont le chef Guy Lassausaie — réunis dans les salons rouges de l’Hôtel de Ville pour un voyage gourmand au pays du Soleil levant. •

95 • novembre 2019 • lyon people


lp

PEOPLE EVENTS

4

Jonathan et Marion Azoulay (Galerie Nuances et Lumière) et l’artiste Plum Maître Yann Laurang, avocat, Julien Auxenfans, le chien Isis, le docteur Florian Dumas et Jean-Christophe Guillemin

Vernissage David Boucharlat, Daniel Amsellem (Altitude BMW), Maître Stéphanie Mariotte (Ginon Associés) et l’artiste Plum

de l’artiste

B

Photos © Saby Maviel

PLUM

eaucoup de monde, ce dimanche 6 octobre pour assister à l’envol de Plum à l’occasion du vernissage de sa première exposition. Le jeune artiste était, durant tout le mois d’octobre, l’invité vedette de la Galerie Nuances et Lumière où il présente une trentaine d’œuvres réalisées à partir de plumes d’oiseaux. Depuis 2001, Jonathan et Marion Azoulay ont développé leur galerie autour « d’une vision chaleureuse de l’art » dans laquelle l’art duveté de Plum a naturellement trouvé toute sa place. Après ce premier succès, pas question pour lui de se reposer sur ses lauriers, son aventure artistique ne fait que commencer. Marion Sansavini (Arrivetz), Jeanine Sansavini, Pascale Rabouin (EBS Diffusion), Julie Amsellem (Arrivetz) et Alexia Rabouin (Selcius)

Galerie Nuances et Lumière 4, cours de la Liberté - Lyon 3 Tél. 04 37 48 09 71

Marion Azoulay (Galerie Nuances et Lumière) entourée d’Arnaud et Fabienne Desnoues (Université Lyon III)

Martine Glandier, adjointe au maire de Villefranche-Sur-Saône et Marie Gabriel (Galerie Nuances et Lumière)

Nicolas Winckler (Lyon People), sa fille Charlotte et l’artiste Plum

Jean-Michel Laveu, Pascale Rabouin (EBS Diffusion), Elodie Laveu et Richard Sansavini (Arrivetz)

lyon people • novembre 2019 • 96 •

Marion Azoulay (Galerie Nuances et Lumière) entouré d’Alexandre Leguyader et Laurent Grimand (Pharmacie République) L’artiste Plum et Richard Sansavini (Arrivetz)


lp

PEOPLE EVENTS

5

Emilie Arcelli (GCC), Patrick Girard (Atelier AV) et Sophie Roger (CET Ingenierie)

Guy Lamberts (Jean Nallet construction), Stéphane Faré (Néo- Eco) et Philippe Coudry (Jean Nallet construction)

GCC

Patryck Piot (Groupe Foncier Foch), Vincent Roiret (RVS) et Lucien Rivoire (Luri)

Olivier Burguburu (SIER) et Corinne Buisson (BNP)

Les

pros de la chape (elle)

Le 23 octobre, GCC réunissait ses clients et partenaires pour les 3èmes (Ré)créatives, nom de sa soirée annuelle. Sous les voûtes peintes de la Chapelle de la Trinité, ils étaient près de 200 à avoir bravé les intempéries pour partager un moment de convivialité avec le groupe de construction (et participer à leur premier « bigot bitume »).

président Michel Perroud (GCC), David Kimelfeld, t (GCC) Déau de la métropole de Lyon et Cédric Le

Odile Mignola et Eva Augello (Chabanne architecte) lyon people • novembre 2019 • 98 •

P

our l’heure, 2019 a offert son lot de défis techniques. Les équipes de la marque jaune ont livré le monumental Ikéa Grand Parilly, poursuivent le chantier du centre commercial de la Part-Dieu, celui de l’ensemble tertiaire Park View et entrent dans la dernière phase du chantier emblématique des archives départementales de l’Isère (autrement dénommé le vaisseau minéral). Michel Perroud, directeur général adjoint du Pôle construction a également rappelé aux maîtres d’ouvrage, architectes, bureaux d’études que GCC prenait résolument le virage environnemental, celui de la réhabilitation énergétique et s’en donnait les moyens. Il en va ainsi de son expérimentation avec le groupe Hoffmann sur les bétons bas carbone pour tester et intégrer durablement ce procédé dans ses constructions. C’est aussi cette volonté qui anime

ses équipes quand elles s’emparent d’un nombre croissant d’ouvrages en ossature bois dont l’efficience énergétique est une autre réponse à la problématique de réduction des émissions de carbone de l’industrie tertiaire. L’entreprise dispose ainsi d’un savoir-faire qui ne se dément pas à l’instar du projet Pop-Up qu’elle porte à Saint-Etienne (immeuble en bois de 10 étages) ou des bureaux #Curve en chantier à Saint-Denis pour BNP Paribas Real Estate (24 000 m² en structure bois). La présence de David Kimelfeld, président de la Métropole de Lyon, attestait de la place croissante qu’occupe le groupe dans le monde de la construction et du bâtiment. Michel Perroud a d’ores et déjà donné rendez-vous en mars 2020, pour célébrer dignement les 20 ans du groupe ! Photos © Fabrice Schiff et Gaetan Clement


Patryck Piot (Groupe Foncier Foch), Béatrice Pujol Perrin-Fayolle (Sorovim) et Olivier Blaise (Atelier Blaise)

William Griesi (Lyon Métropole Habitat), Céline Foulonneau (Lyon Métropole Habitat) et Yorick De Beauregard (GCC Immobilier)

Franck Dessemon (Korell) et Pierre Deronzier (GCC)

Guillaume Parizot (Eodd), Estelle Arnaud (Efectis) et Benoît Ravier (Serl)

Jean-Michel Jaffrin (Safilaf), Sara Oudjida et Laurent Juchet (Onirik architecte)

Elisa Soria et Justine Diagana (Soria Architectes)

Jacky Suchail (JSA), Julien Cubizolle et Nicolas Moreau (Axe Architecture)

Jean-Paul Roda (Roda architectes), Gilles Certain (Samop) et Didier Dalmas (Atelier Dalmas architectes)

Linda Aydostian (L Aydostian Architecte), Jean Dalmais (Dassonville & Dalmais architectes) et Claire-Marie Payen (Sintec)

Delphine Courtois (Iliade), Philippe Labat (Nakima) et Anne Gardoni (Atelier Anne Gardoni)

Patrick Camoules (GCC), Mathieu Miet (Amma architecte) et Christopher Magalhaes (GCC)

Pierre Neron- Bancel (Medicina) et Richard Bowdler (UTEI)

William Vassal (Z), Fannie Boisson, Florimond Gauvin (Bigbang) et Christophe Ouzoulias (GCC)

Patricia Maciocia (GCC Immobilier), Luc Vicenzotti et Pauline Bonhomme (Bpifrance)

Christophe Ouzoulias (GCC) et Sébastien Capelli (Egis)

99 • novembre 2019 • lyon people


lp

PEOPLE EVENTS

6

5 DRIVE DE L’IMMOBILIER Un bon parcours se construit e

Photos © Fabrice Schiff

L

e parcours du Golf Club de Lyon maîtrisé sur le bout des doigts, les as de l’immobilier ont rivalisé d’adresse, à l’occasion de la 5ème édition du Drive de l’Immobilier. Comme Rome en son temps, le Drive de l’Immobilier ne s’est pas construit en un jour. Cinq ans après avoir initié ce rendez-vous golfique, les ambassadeurs de la FNAIM, de l’UNIS ou de la CHAMBRE DES NOTAIRES peuvent ainsi s’appuyer sur de solides fondations, et une certaine expérience, au point de voir le niveau se rehausser d’année en année. La cinquième édition n’a évidemment pas dérogé à la règle, avec plus de soixante engagés. Le départ donné à la fraîche n’a donc pas freiné les ambitions des participants, rapidement réchauffés par la perspective d’une victoire finale. Une chose est sûre, la livraison de cette compétition s’est opérée sans fausse note. Le Drive de l’Immobilier a visé juste.

Clément Jimbert, Eric Gobet et Anthony Pedrini

Pascale Pedrini, Sylvie Pappas et Chantal Bouteille

Jocelyne Caty-Gomez, Rachel Carre et Elisabeth Chavot

Julien Paret, Jacques Revello et Louis-Noël Hery

Antoine Urvoy, Bruno Horesnyi et Grégory Girardon

Roger Girardon, Hervé Suat, Jean Chavot et le chauffeur Morgan

Florent Omar-Jolland, Pascal David et Bertrand Julienne

Mathieu Pedrini, Arnaud Paillard-Brunet et Frank Syda

Gilles Pappas, Jacques Pedrini et Lionel Leifer

lyon people • novembre 2019 • 100 •

Denis Sicard, Ségolène Montillon-Bechet et Jean-Pierre Gagneux

Alexandre Thurel, Emilie Pernelle et Olivier Dabreteau


lp

PEOPLE EVENTS

7

SALON INNOV’TEC 3.0

MDA, à la pointe de l’innovation

Un an après avoir investi le Groupama Stadium, MDA Company a réitéré la prouesse d’organiser son salon dédié aux innovations en plein cœur de l’enceinte lyonnaise. « Une vraie réussite », selon son président Michel Vieira. Texte : Morgan Couturier - Photos © Fabrice Schiff

Davy Tissot, ambassadeur MDA, Julia-Jones Dero (@Shesjones) et Philippe Corti

Cédric Andrieux, Jean-Yves Fabre-Darcourt et Myriam Deriemacker (Philips)

lyon people • novembre 2019 • 102 •

T

out va toujours très vite avec les nouvelles technologies. Raison de plus pour réitérer un salon entièrement dédié à leur personne, à plus forte raison lorsque celui-ci va jusqu’à « impressionner » le maître des lieux, un certain Jean-Michel Aulas. Galvanisé par ce succès, et ce, en dépit de l’investissement humain et financier engendré par l’aménagement d’un tel salon, Michel Vieira n’a pas hésité longtemps, à l’heure de relancer son salon Innov’tec 3.0, organisé pour la deuxième année consécutive en plein cœur des salons et loges du Groupama Stadium.

163 MARQUES PRÉSENTES Avec succès, si l’on en juge la présence de 163 marques dédiées à l’électroménager, lesquelles n’ont pas manqué de présenter aux différents clients professionnels, le meilleur de leurs technologies, des téléviseurs dernier cri aux produits « basse consommation à des prix canons », dixit Michel Vieira. « Nous allons mettre beaucoup de produits encastrables très design et ajouter un rayon literie. On va retrouver toutes ces technologies dans les magasins MDA d’ici dix jours », a-t-il ajouté. De bon augure pour les consommateurs, tout comme pour les 5000 clients venus admirer les produits exposés et participer au plus grand blind test du monde, orchestré au rythme des platines du DJ Philippe Corti. L’occasion pour certains, de questionner le duo Aulas-Juninho sur l’identité du futur entraîneur lyonnais. Las, faute de technologies suffisantes, celle-ci est restée secrète. Du moins, jusqu’au lendemain... Vous pourrez bien entendu profiter de ces dernières technologies en magasin et toujours au prix le plus bas MDA. Michel Vieira, Jean-Michel Aulas, Mathilda Durand, Laurence Fautra et Davy Tissot


Stand Nikon

Les invités

Stand Crosscall

Stand Magimix Equipe de Phox

Roch Lorente et l’équipe Canon

Stand LG

Hervé Ollien et son équipe (Samsung)

Animation signée Philippe Corti

Stand Grundig

Jean-Michel Aulas, président de l’Olympique Lyonnais

103 • novembre 2019 • lyon people


lp

8

PEOPLE EVENTS

CITYA Barioz Immobilier fait le siège de Confluence Installé depuis le début d’année au 5, cours Bayard, dans le quartier de la Confluence, Citya Barioz Immobilier a officiellement inauguré son nouveau siège. Des bureaux flambant neufs, où l’enseigne dirigée par Pierre-Yves Gaucher s’étend sur 1100m2. Texte : Morgan Couturier - Photos © Fabrice Schiff

U

ne inauguration, c’est un peu comme une naissance », suggérait Philippe Briand, le président fondateur de CITYA Immobilier. Alors comme pour une naissance, il n’a pas feint son bonheur, à l’heure d’inaugurer ce nouveau siège lyonnais, « un local superbe, très visible », dixit le maire du 2ème arrondissement Denis Broliquier, pour évoquer ce nouveau piedà-terre de 1100 m2. « Plus on est près, plus on peut réagir vite », compléta le président Briand, conscient que la Confluence a tout

«

Philippe Briand, président fondateur de Citya Immobilier

du lieu idoine pour accroître la croissance d’une agence qui génère 85 ventes par an et représente un tiers du chiffre d’affaires lyonnais en matière d’immobilier. Une belle prouesse pour Citya Barioz, qui profite là de l’expérience de ses 49 collaborateurs. « À Lyon, on a une belle entreprise, parce qu’on a de bons collaborateurs », a remercié Philippe Briand, épaulé par son président sur cette agence, Pierre-Yves Gaucher, pour la conclusion idéale : « Seul, on va plus vite, ensemble, on va plus loin ».

Pierre-Yves Gaucher, président de Citya Barioz Immobilier

Le coupé du ruban

Olivier Navarette et Joseph Vaccaro (Engie Home Services)

Bruno Bouvy, président de Citya Vendôme-Lumière, Pierre-Yves Gaucher, président de Citya Barioz Immobilier et Henry Buzy-Cazaux, président de l’IMSI

Sylvie Brepson (Citya Barioz Immobilier), Claude Andreozzi (Salengro Immo) et Sandrine Celle (Ainay Notaires)

Anne de Gasperis, Leslie Vernay (Citya Barioz Immobilier) et Jeannine Borde, présidente du Sirius

lyon people • novembre 2019 • 104 •

Philippe Gaucher (DGA Expertise) et Bérengère

Marc-Stéphane Beau (Sagittaire Architectes Associés) et Pierre-Yves Gaucher

Alexandre Schmidt, président de la FNAIM-Rhône et Jean-Pierre Adnet

Maitre Romain Mifsud (Avocat Associé), Bruno Bouvy (Citya Vendome Lumière) et Pierre-Yves Gaucher (Citya Barioz Immobilier)

Jean-François Devaux et Ludovic Lecuyer (DGA Expertise)


La Métropole de Lyon, partenaire des grands évènements culturels.

192 000

spectateurs aux Nuits de Fourvière 2019

333 772

visites à la Biennale d’art contemporain 2017

185 000 cinéphiles au festival Lumière 2018

250 000

www.grandlyon.com

Conception graphque : Métropole de Lyon - Crédit photo : © Verve.

spectateurs au défilé de la Biennale de la danse 2018


lp

PEOPLE EVENTS

9

Œuvre à l’effigie des 10 ans du Marché de Gros Lyon-Corbas créée par l’équipe Primeurs

10ÈME ANNIVERSAIRE

LE MARCHÉ DE GROS LYON-CORBAS en tenue de gala

Photos © Saby Maviel

P

Le vigneron Stéphane Montez, le chef Philippe Girardon (Domaine de Clairefontaine) et Christian Berthe, président du Marché de Gros Lyon-Corbas

our son 10ème anniversaire, le Marché de Gros Lyon-Corbas spécialisé dans la commercialisation des Fruits et Légumes a réuni de nombreux acteurs des marchés de Gros, représentants politiques, chambres consulaires, l’ensemble de la filière et des métiers de bouche associés au travers de ses différents représentants. Les 25 grossistes et les 60 producteurs représentés par Christian Berthe, président du Marché de Gros Lyon-Corbas, a ainsi pu partager sur la pertinence de son format où s’écoulent chaque année 300 000 tonnes de fruits et légumes.

Alain Berlioz-Curlet, conseiller régional, Dany Morsilly (La Sphère des Possibles), Jean-Paul Mauduy, ancien président de la CCIR et Gilbert Limandas

Au cours du dîner, le chef Philippe Girardon n’a pas manqué de valoriser les aliments qui lui furent proposés. Résultat, une soirée étoilée organisée par La Sphère des Possibles pour 800 personnes, parmi lesquelles figuraient en bonne place le préfet Pascal Mailhos, Étienne Blanc, Roland Bernard, François Turcas, et tous les professionnels du marché. Une juste récompense pour le seul marché privé de l’Hexagone, dont « le modèle économique ne cesse de progresser », dixit son président Christian Berthe. Et pour cause, avec 2 000 clients recensés, le Marché de Gros Lyon-Corbas peut voir venir et aborder ses prochains défis avec envie. Au menu : digitalisation et performance de la logistique.

L’équipe Primeurs réunie autour de l’œuvre créé pour la soirée des 10 ans lyon people • novembre 2019 • 106 •

Roland Bernard, conseiller municipal de la Ville de Lyon, Christian Berthe, président du Marché de Gros Lyon-Corbas et François Turcas, président de la CPME du Rhône

Christian Berthe, président du Marché de Gros Lyon Corbas, Pascal Mailhos, préfet de Région, Roland Bernard, conseiller municipal de la Ville de Lyon et Etienne Blanc, 1er vice-président de la Région Auvergne Rhône-Alpes


Nathalie Camus et Pascal Desamais (Crédit Agricole) François Garcia, Bernard Buffard, Dany Morsilli et Julian Hamy (La Sphère des Possibles)

Fatima Makboul-Barriol (MIN Marseille) et Jean-Paul Auguste (Groupe Géraud)

Laurent Grandin (Président Interfel) et Jacques Rouchaussé (président du CTIFL Ile de France) et leurs épouses

Gemma et Elsa (La Belle Zanka)

Maître Maryse Badel (cabinet d’avocats Lawréa) et Gilles Colliat (Carpediem Facilities)

Jean-Claude Talbot, maire de Corbas

L’équipe des Meilleurs Ouvriers de France Primeurs et Christel Teyssedre (Présidente Aprifel et Saveurs Commerce)

L’ensemble des opérateurs du Marché de Gros Lyon-Corbas réunis

Jean-Paul Mauduy, ancien président de la CCIR, Christian Berthe, Etienne Blanc 1er vice-président de la Région Auvergne Rhône-Alpes et Gilbert Limandas, ancien président de la Chambre d’Agriculture de l’Ain

Johann Favre, Clotilde Jacoulot, Eric Fabre, Jean-Luc Botti, Christian Berthe, Catherine Botti

Marie-Odile Fondeur, directrice du Sirha, François Turcas et Roland Bernard photos © Nicolas Rodet

Albino Antunes et Karine Fuzier (Comptoir de L’Ail)

Rose Roume, Henri Meunier (Henri’s Boucherie) et Sylvie Marino (Auvergne Rhône-Alpes Gourmand)

Christian Berthe, Président du Marché de Gros Lyon-Corbas, Pierre Marcotorchino (Restaurant L’Auroch), Alain Tonelli (Cledor) et leurs amis

Valérie Loctin, rédactrice en chef d’Entreprendre, animatrice de la soirée et Christian Berthe

107 • novembre 2019 • lyon people


lp

PEOPLE EVENTS

10

Les étudiants de 1ère et 2e année au service pour la soirée

VATEL Lyon

Diplômés et déjà

recrutés

Toujours émouvante, la remise des diplômes aux étudiants de Vatel Lyon a pris une tournure chic, dans les salons de l’Hôtel de Ville. Une belle récompense pour les 129 étudiants de la promotion 2019, déjà pleinement tournés vers la vie professionnelle. Texte : Morgan Couturier - Photos © Fabrice Schiff

Alain Sebban (Président-fondateur du Groupe Vatel), Fouziya Bouzerda (Adjointe au maire de Lyon, déléguée au commerce, à l’artisanat et au développement économique), Karine Benzazon (Directrice générale, Vatel Lyon) et Delphine Cinquin (Directrice, Vatel Lyon)

Evan Benedetti (Surveillant général, Vatel Lyon), Amandine Veniat (Département Restauration, Sofitel Bruxelles) et Edouard Guibaud (Community Manager, Evian Resort)

Lola Schwick (eHotels Lyon), Enguerrand Camusard (Assistant Revenue Manager, Groupe Warwick) et Célia Bissuel (Revenue Analyst Marketing Digital, Ginto Hotels)

Theo Egnell et Adèle-Victoire Grimal (Assistante Revenue Manager, Mama Shelter)

Charles Lebroton (Revenue Analyst, Siège Accor) et Jan Girardot (Restauration, Cheval Blanc)

Le lancer de coiffe

L

es mots et les émotions ne trompent que très rarement. « On a envie de revenir étudier », osaient certains parents, devant la beauté du cadre. C’est pourtant bien pour célébrer la fin de 5 années d’études que tous étaient réunis. Un moment qu’ont immortalisé les parents, fiers de photographier les 129 étudiants vêtus de toges noires et coiffés d’une toque assortie. Avec 100% d’embauche à peine leur diplôme obtenu, les jeunes diplômés avaient déjà le regard tourné vers l’avenir. Ces managers et dirigeants hôteliers de demain sont promis à de belles carrières internationales et invités à diffuser « un certain art de vivre aux quatre coins du globe », selon les vœux d’Alain Sebban, Président-fondateur de Vatel. Cela valait bien une ultime émotion, un dernier « je vous aime », de la directrice de leur école...

François Caillaud Revenue Manager, Tim Hôtel), Sarah Leonardon (Hilton Londres) et Matthieu Bardin Noémie Cossard et Laura Oundjian (Cost Control, Les Airelles) lyon people • novembre 2019 • 108 •

Marie Roussero (Revenue Manager, Golden Tulip), Jean-Noël Dieval (Responsable Café Vatel Lyon) et Elodie Wiart (Service Réservations, Hyatt Paris)

Mathieu Bardin, major de la promotion 2019, avec Karine Benzazon (Directrice générale, Vatel Lyon)


AGENCECORRIDA.COM

ORGANISATION

PARTENAIRES FONDATEURS

#PrixVDL2019 et partagez #PrixVDL2019 participezparticipez et partagez vos photos artistiques oude insolites vos photos artistiques ou insolites la Fête de la Fête


Entrez dans un univers givré À seulement 15 min de Lyon - Parking gratuit Evènements & Réceptions Location de salles

Pensez au B Complexe - BAR DE GLACE é pour vos repas et soirees é ! de fin d'annee

Le B Complexe - 69380 Lozanne - 04.72.54.13.23 - jones@le-complexe.com - www.lebcomplexe.com Le B Complexe - Bar de Glace

lebardeglacebcomplexe

Le B Complexe - Bar de Glace


Le Bar de Glace Le ROOFTOP Createur d’evenements Le Restaurant L’hOtel SALLES de RECEPTIONs Pour vos évènements privés ou profesionnels nous vous proposons plusieurs salles et salons. Accueillant jusqu’à 800 personnes, le B Complexe vous accueille dans un espace doté des dernières technologies, pour faire de votre évènement un moment unique. Les petits plus : toutes les salles disposent de terrasses aménagées ! Séminaire, réunion, soirée d’entreprise, mariage, anniversaire, bar Mitzvah ou juste l’occasion de se retrouver ? Réservez dès maintnant votre évènement !

Partenaires officiels du Bar de Glace

Partenaires majeurs LOGOTYPE VOLUME FOND ROUGE TYPOGRAPHIE FOND O ET L LION ET FILETS

ÉQUIVALENCE QUADRICHROMIE MAG. 100 % + JAUNE 100 % À MAG. 10 % + JAUNE 10 % OMBRE : MAG. 100 % + JAUNE 100 % + NOIR 40 % RÉSERVE BLANCHE CYAN 20 % + MAG. 40 % + JAUNE 80 % À CYAN 5% + MAG. 13% + JAUNE 25%


lp

PEOPLE EVENTS

11

Fatima et Pierre Hubert, Christophe Bragard et Frédéric Blanc (Mercedes Etoile 69)

Antonio Santini, Alain et Dominique Vavro, Renée Richard

Jérôme Bocuse et Pierre Troisgros Maître Jean Martinon, Maître Cécile Conan et Arthur Maier sur l’enchère de la nouvelle Bell & Ross BR05

FONDATION PAUL BOCUSE e 3 Dîner de gala

Les plats du restaurant Bocuse customisés par Jakè

L

a Fondation Bocuse a célébré le troisième opus de son célèbre dîner de gala. Monsieur Paul n’est plus, mais comme l’a si bien rappelé son compère Pierre Troisgros, Paul Bocuse n’est jamais aussi présent que lorsque qu’il n’est pas là. Rien n’y fait, sa présence est éternelle. Aussi ne peut-il s’empêcher de s’immiscer dans chaque discours. « Tout ce qu’a entrepris Paul Bocuse avait une valeur familiale », évoquait ainsi le président PaulMaurice Morel devant les 400 adeptes de la transmission qui avaient répondu à cette invitation, où le goût du partage se déguste devant l’assiette et en amuse-bouche.

Paul-Maurice Morel et Pierre Orsi

Nicolas Winckler (Lyon People), Margaux Noël et Nicolas Revil (Prosegur)

Texte : Morgan Couturier - Photos © Fanny Bourg Raymone Carlut entourée de Joseph et Françoise Viola

Françoise Bernachon

lyon people • novembre 2019 • 112 •

Sébastien Le Guillou (Moreteau), Guillaume Serret (Porsche Lyon-Sud), Jérôme Bocuse, Pierre-Guy Cellerier, Thibault Gaudin (Brasserie de L’Ouest), Jean-Rodolphe Guigonnet (Porsche) et Paul Maurice Morel

Le chef Pierre Orsi, Paul Maurice Morel, Carlos Rosillo, directeur général de Bell & Ross, son épouse et Maître Loïc Conan


(Re) Courchevel 1850

dĂŠcouvrez-le chabichou

w w w . c h a b i c h o u - co u rc h e v e l . co m


lp

PEOPLE EVENTS

12

KARTELL FLAGSHIP STORE 70 ans de décoration intérieure

Photos © Fabrice Schiff

P

Lorenza Luti (Kartell)

résente à Lyon depuis 2002, l’enseigne italienne a profité d’un mois de travaux pour relifter sa boutique du cours de la liberté. Un choix logique pour Kartell, qui fête cette année ses 70 ans d’existence. Un anniversaire fêté par Gilles et Alexis Bruyère, propriétaires du showroom Création Contemporaine, où est établi depuis 2002, le Kartell Store de Lyon. Mais comme toute histoire d’amour qui dure, une once de nouveautés est toujours nécessaire pour perdurer. Alors après un mois de travaux, la boutique italienne s’est affichée sous un nouveau visage, plus coloré, et élargi (soit 250 m2 dédiés à la marque, ndlr). Mercedes Etoile 69 partenaire de la soirée en a profité pour présenter sa nouvelle gamme.

Laure El Haddaoui (Decolor), Flore Lenoir (Muni& Co) et Constance Barbereau (Human Sourcing)

Alain Joanin, Annick Denizou (Arlim Immobilier) et Stanislas Laurent (Kartell)

15, cours de la Liberté - Lyon 3 Frank Olivié et Guillemette Goyard Maitre Nicolas Comte, sa mère Isabelle, Gilles Bruyère (Kartell), maitre Catherine Garoux (Stouls & Sully avocats) et maitre Jean-François Comte

En partenariat avec Mercedes Etoile 69 Michel Drewnowski, Carole Mougeole (Solmur City) et Pietro (Verbottino architecte) lyon people • novembre 2019 • 114 •

Frédéric Blanc (Etoile 69), Corinne Léron et son époux Xavier (Glowbl)

Eva Baiardi et Célia Baeza (Bel atelier déco)


Rafaelle Ishkinazi Design Graphique

17 octobre 2019 > 19 janvier 2020 La Sucrière | Lyon imagine-picasso.com |

Portrait de Lee Miller en Arlésienne © Succession Picasso 2019


lp

PEOPLE EVENTS

13

Le coupé du ruban

INAUGURATION

MURGIER Un dépôt et des pots Imaginé en 2017, le nouveau dépôt de 6 000 m2 du grossiste en boissons s’est officiellement dévoilé devant les professionnels. Pour le deuxième déménagement de son histoire, Murgier a irrémédiablement marqué le coup.

Antoine Gormand et Karine Turcas (Cabinet Hermès), le chef Laurent Bouvier (Moss)

Nicolas Buis (Toyota matériel), David Tavira (Schweppes) et Bruno Laroux (Murgier)

E

rik Murgier l’a dit lui-même, un tel bâtiment est un symbole. Un signe, et comme ces derniers ne trompent jamais, on ne peut s’empêcher de transposer l’immensité de ce nouveau dépôt à la réussite de cet ancien marchand de vins en gros, devenu l’un des grossistes en boissons référents dans l’Hexagone. « Ce dépôt (de 6000 m2, ndlr), on l’a construit pour vous », a confié le président-directeur général. Et un peu pour sa fille, Camille, aussi, qui à peine les études de commerce entamées, voit naître depuis le 20 mars dernier, une magnifique source de motivation pour son futur. Celui de Murgier s’annonce lui

L’équipe Pernod & Murgier

pétillant, comme les boissons qu’il distribue à près de 4500 clients, avec ce nouvel entrepôt fonctionnel installé à la Boisse, sous deux viaducs, après avoir passé la moitié de son histoire à Beynost. Un temps aujourd’hui révolu. « Le métier s’affolant », dixit celui qui reçut la médaille communale de la ville, Murgier dut s’adapter. Avec succès, si l’on en croit la dimension prise par cette soirée inaugurale, particulièrement chargée en festivités et dégustations. Après tout, Marc Jean, l’animateur de la soirée, l’a si bien résumé : « mieux vaut lever son verre que baisser les bras ». Texte : Morgan Couturier - Photos © Fabrice Schiff Les camions sont prêts à livrer

lyon people • novembre 2019 • 116 •

Iryna, Sonia et Amandine (Secret Violon)


Gamel & Foucher interpellent Tony Bellavia (Belladrinks)

Vincent Chirat (C Gastronomie) et Charles Antoine (Fromagerie Tête d’or)

L’artiste Nicolas Perrot et Erik Murgier Julien Gautier (M restaurant)

Jean-Louis Cazemajou (JLC Pétanque) et Didier Cagé (Distriboissons)

A l’animation, Marc Jean (Comme 1 conseil)

Stéphane Pelletier (Broc Bar) et Arlette Hugon (Bouchon Hugon)

Sylvain Larose (Selcius), Karim Omri (ACDC), Joël Chalvet (Eyguebelle) et Marc Jean (Comme 1 conseil)

David Di Fazio (Huissiers Réunis), Océane D’Ancona (Huissiers Réunis Ain) et Christian Coulot (Renault Lyon Ouest)

Les nouveaux locaux

François Duffal (Murgier), Christophe Huchet et Julien Finot (Coca-Cola) La maison Perrier

117 • novembre 2019 • lyon people


lp

PEOPLE EVENTS

14 Laurent Gerra, le chef Michel Rostang, le chef Jean-Paul Lacombe, le maire de Lyon Gérard Collomb, le chef Michel Chabran et Françoise Petit (Lyon People)

FONDATION ALZHEIMER Laurent Gerra,

Phillipe Oddo (ODDO BHF) et Michel Garcia (Everial)

parrain du dîner de gala

A

Bernard Rombeaut, président de France Alzheimer Rhône, Christelle Bardet et Véronique Linares, directrice communication et développement des ressources chez France Alzheimer

lors que nombre d’éminents spécialistes en neurologie étaient réunis dans l’après-midi à l’Hôtel de Ville pour la première édition lyonnaise des entretiens Alzheimer, Christelle Bardet et le Léon de Lyon ont organisé un dîner de gala au profit de la recherche sur cette maladie. Parrainé par Laurent Gerra, et préparé par une pléiade de chefs rameutés par Jean-Paul Lacombe : Michel Chabran, Charly Salierno, Jacques Lameloise, Michel Rostang et Olivier Bourrat, ce dernier fut pour le moins bénéfique, la Fondation récoltant pas moins de 63 000€.

Jean-Philippe Tasle d’Heliand (ODDO BHF) et Sandra Tisun-Lepinoy (Aderly)

Camille Damois Jignoux (ODDO BHF), Alexandre Mérieux et son épouse Sidonie

Photos © Saby Maviel Paul Lauriau (Coutot Roehrig), Laurent Gerra, Christophe Arcin (Pharmaplan) et Maître Antoine Gautier Sauvagnac (Cabinet FTPA)

Pierre et Catherine Nallet (AnaHome)

L’acteur Clovis Cornillac et son épouse Lilou Fogli, actrice Christelle Bardet, l’horloger Jean-Louis Maier et Laurent Gerra

Les chefs Charly Salierno, Jean-Paul Lacombe et Olivier Bourrat

Jean-Claude Miéral (Volailles Miéral), Christine Vernay (Domaine Georges Vernay), le vigneron Patrick Chêne (Domaine Dambrun), les chefs Jean-Paul Lacombe et Michel Chabran Christelle Bardet et le chanteur Gérard Lenormand

lyon people • novembre 2019 • 118 •

Jean-Marc Requien et l’humoriste Laurent Gerra


L’ESPRIT D’ÉQUIPE ÇA N’EXISTE PAS ! ça se cultive sinon

Découvrez le plus grand parc d’aventures indoor de tous les temps !

04 28 29 15 16 www.koezio.co

POLIDIAM

Ce qui scintille attire toujours l’œil. L’homme est ainsi fait, il se passionne pour les belles choses, à l’image de la boutique Polidiam, où à la vue de tous, brillent d’innombrables diamants. C’est là, la spécialité de Serge Cerullo, tailleur de diamants, cette profession devenue rare, comme ses pierres, blanches ou colorées, qui brillent en vitrine et que l’intéressé vend au prix fixé par la bourse.

Polidiam 9 cour du Midi – Lyon 2e Tél : 04 78 38 34 67


lp

PEOPLE EVENTS

15

Regarde Chaque Jour le Monde Brunch à La Maison Photos © Saby Maviel

P

our la troisième année consécutive, l’association « Regarde Chaque Jour le Monde », chère à Richard Sansavini a profité de son brunch traditionnel, organisé à La Maison, pour récolter des fonds nécessaires à la lutte contre la leucémie chez l’enfant. 60 000 euros ont ainsi été recueillis pour l’IHOPe. La marraine de cette belle journée étant Carine Halfon Domenech, Maitre de conférences des universités et praticien hospitalier.

Sandrine Noiret, présidente d’Hagopig, Richard Sansavini (Arrivetz) et Corine Porte, présidente de l’association Regard Chaque Jour Le Monde

Vincent, Jules et Mathilde Billon, Christelle Cimetière (EMC) et Marion Bondis

Charlotte Cohendet et France Berard

Richard Sansavini, entouré des membres du Rotary Club de Lyon

Eric (La Maison), Alexia Rabouin (Selcius), Julien Chavry (NCT), Marion Sansavini (Arrivetz), l’artiste Plum et Oriane Buffiere

Olivia Daublain, Véronique Potiron et Cathy Berthod (33 Cité)

Christophe Bauer, son épouse Francesca, Jean-Michel et Corine Porte, présidente de l’association Regard Chaque Jour Le Monde

Noëlle Bedrossian (Bernachon), Marie Jacquemot et Sylvie Lancioli (Hogopig)

Julia et Anne Delaigle (boutique Delaigle) et Ludovic Finet (Beaumont & Finet)

Le chocolatier Stéphane Bouillet, le chocolatier Philippe Bernachon, Frédéric Berthod (33 Cité) et Alain Potiron (Champagne Mumm) lyon people • novembre 2019 • 120 •

Jonathan et Marion Azoulay (Galerie Nuances et Lumière) et l’artiste Plum

José-Vincent Saez, le couturier Nicolas Fafiotte, Christelle Cimetière (EMC) et Christian Bondis (Camille Albane)


16

PEOPLE EVENTS

lp

Daniel Paraire (Président CCI Nord Isère), Corinne Paris, présidente vienneatoutcommerce (CPG Assurances) et Thierry Kovacs (Maire de Vienne)

VIENNE FAIT SON SHOW Un vivier économique dynamique

Photos © Cédric Tremelo, Antonio Matera et Maxime Guigue

Pour cette deuxième édition, l’association Vienne Atout Commerce a assuré le spectacle à l’occasion de « Vienne fait son show ». Une opportunité unique de dévoiler tout le potentiel commercial de la ville.

L

e public en avait eu un aperçu l’an passé, mais la deuxième prise est toujours la bonne. Si la donne fonctionne dans le milieu du septième art, celle-ci marche aussi dans le monde du spectacle, avec près de 600 spectateurs pour applaudir le show des commerçants, artisans et autres prestataires de service du Pays Viennois. Ces derniers n’ont pas manqué l’opportunité de se mettre en valeur, rendant hommage à l’intitulé d’un spectacle qui n’a jamais si bien porté son nom. Au menu

L’association HCR du pays viennois représentée par Éric Marsella son président et les membres de la commission show VAC Nicolas et Florian du Klub

de cette soirée concoctée par l’association Vienne Atout Commerce, beaucoup de charme, avec des défilés haut en couleurs et en élégance, des présentations vidéo des métiers de service, des démonstrations du savoir-faire des artisans, avec en guise de bouquet final, trois représentations artistiques du Cirque Imagine. Vienne Atout Commerce Tél : 04 74 31 44 03 - 06 50 98 72 01 contact@vienneatoutcommerce.fr

Philippe De Goulange (Banque populaire Auvergne Rhône-Alpes), Colinette Lartigue (Acorège), Estelle Livet (Le Temps des Cerises), Corinne Paris (Cabinet CPG Assurances), Yolande Sutter (Burotech), Marie-Béatrice Colombier (Banque populaire Auvergne Rhône-Alpes), Nafa Amalou (Le Coin du Bœuf), partenaires tout comme BGA, AxeCube et Dépil Tech.

121 • novembre 2019 • lyon people


lp

PEOPLE EVENTS

17

Catherine, Anne-Elisabet et Laurie (Kare Préfecture)

Nadette Watrelot et Jacqueline Veilleux (La Canadienne)

Les

7 ans de KARE LYON La raison à la maison L

Fabienne Briatta, artiste peintre, Frédéric Bossard (Audit Management), Sophie son épouse

Eléonore Hauet (Koden) et Loïc Tauriac (Costadoro Café)

a série américaine Sept à la maison ne sera pas restée dans tous les esprits. Tout le contraire du 7e anniversaire de Kare Lyon, célébré comme il se doit dans les deux maisons de l’enseigne d’ameublement et de décoration dirigée par Sandrine Pouquine. Deux soirées pétillantes et gourmandes où les clients les plus fidèles ont pu admirer les dernières collections de la maison, là même où les dernières tendances et nouveautés font la part belle aux nuances à dominante dorées et grises. Outre le mobilier, ses invités ont également profité de remises de circonstance, afin d’acquérir luminaires, convertibles, tapis et autres objets déco. L’idéal pour fleurir son intérieur, à l’image des bouquets offerts à chaque client venu profiter de cette nocturne inhabituelle.

Myriam Deloison et Maître Philippe Meysonnier, ancien bâtonnier du barreau de Lyon

Texte : Morgan Couturier - Photos © Saby Maviel

Michel (Café Juliette) et David Danner (SNCF)

Nadine Acarie et Sandrine Pouquine (Kare Préfecture) lyon people • novembre 2019 • 122 •

Pascal Cot (Cot Contemporain) et Sandrine Pouquine (Kare Préfecture)

Patrick et Céline Bannert (Image et Confidence)


Ariel wizman VEN. 22 NOVEMBRE CHOOCHOO.brotteaux -

choochoo.brotteaux

Designed by

www.choo-choo.fr -

MOJO / Comm’ as you are ! www.mojo-com.com / Photo : Robert Gil

dj set by

13 PLACE JULES FERRY - 69006 LYON Station Vélo’v, Autolib’ et Taxi - Stationnement Q-Park Métro B arrêt Brotteaux - TGV en 10 min à pied de gare Part-Dieu Avion en 35 min de l’aéroport Saint-Exupéry


lp

PEOPLE EVENTS

18

INAUGURATION

TONY PARKER ADÉQUAT ACADEMY Formation terrain

« Se retrouver tous ensemble ici, n’a pas été une mince affaire. Mais on a la plus belle salle de basket de France » Xavier Lucas, président délégué Tony Parker Adéquat Academy

« C’est une histoire d’Hommes et de confiance. Cette école a été très bien faite. » Jean-Marc Brun, président-fondateur Groupe Adéquat

« Je suis bluffé par ce que Tony est en train de réaliser. Il y a une maturité du projet qui est très forte. Néanmoins, c’est bien d’avoir des projets, mais l’important, ce sont les hommes et les femmes qui portent ce projet. Ce qui fera la différence, c’est leur implication. » Tony Estanguet, président du comité d’organisation des JO de Paris 2024

« Cette académie réunit trois mots : union, passion et rêve ! » Gaëtan Muller, co-fondateur Tony Parker Adéquat Academy

« En une dizaine d’années, ce quartier est devenu l’un des plus dynamiques de la ville. Pour ce qui est de cette école, Tony (Parker) lui donne une dimension internationale » Gérard Collomb, maire de Lyon

lyon people • novembre 2019 • 124 •

« Le sport permet d’avoir de très bons profils dans le recrutement pour les entreprises. » Stéphanie Pernod-Beaudon, vice-présidente Région Auvergne Rhône-Alpes


À peine un an et demi après la pose de la première pierre, la Tony Parker Adéquat Academy a officiellement ouvert ses portes, dévoilant à la presse et au public les entrailles de « cette académie unique en Europe », où sport et emploi partagent les mêmes valeurs et les mêmes terrains. Texte : Morgan Couturier - Photos © Fabrice Schiff

D

ans le monde du sport, les vérités aussi, officient selon un classement bien strict, au sommet duquel les spécialistes ont pour habitude d’y installer une notion à part : la vérité du terrain. Après avoir brillé sur les terrains de NBA, Tony Parker en maîtrise trop bien l’importance pour l’éluder. Mis devant le fait accompli, l’ancien meneur de jeu a donc savamment pris soin de choisir ses mots. Dès lors, sa volonté « d’avoir un vrai impact sur l’avenir », ne fut pas prononcée sans conséquence.

L’ANCIEN LEADER DES SAN ANTONIO SPURS SE SAIT ATTENDU Comme à son habitude, à la différence près que le Tricolore est aujourd’hui jugé sur les performances de son école, présentée comme « unique en Europe ». « J’ai toujours eu ce sentiment de transmettre », relatait-il en préambule de l’inauguration de son école. Une mission initiée le 2 septembre 2019, date de la première rentrée, à laquelle les soixante premiers académiciens devront prouver le bien-fondé. On attendra ainsi qu’ils soient plus performants sur les trois terrains de basket de cette Tony Parker Adéquat Academy ou devant les écrans d’e-sport qu’en chorégraphies de danse. Tout comme le public et les parents, avec un investissement de 25 000€/an, seront en droit d’attendre que le sport et l’emploi soient plus connectés que la 4G de SFR sur les parquets de cette école du futur. « Au niveau sportif, tout est mis en œuvre pour que les joueurs vivent leur passion à 100% », a assuré Frédéric Berger, le responsable du centre de formation du Lyon ASVEL Féminin.

Gaëtan Muller, Xavier Lucas, Tony Parker (Tony Parker Adéquat Academy), Jean- Marc Brun, fondateur Groupe Adéquat et Tony Estanguet, président du comité d’organisation des JO de Paris 2024

Stéphane Londiche (Serpollet), Christophe Just (LDLC ASCVEL) et Nicolas Lacombe (Infiny Garden)

Marc Lefebvre, ancien président de l’ASVEL, Michel Garcia, président Everial et Stéphane Morot-Sir (LDLC ASVEL)

Marie-Sophie Obama, présidente déléguée de Lyon ASVEL Féminin et Axelle Parker

Marco (Lyon People), Stéphane Morot-Sir (LDLC ASVEL) et le chef Christophe Marguin, président des Toques Blanches Lyonnaises

Guy Mathiolon, président de Serfim, Tony Parker, président de Tony Parker Adéquat Academy et Jean- Michel Aulas, président de l’OL

Sacha Rosenthal (Xefi) et Lisa Cambone (Groupe Adéquat)

Photo de famille

125 • novembre 2019 • lyon people


lp

PEOPLE EVENTS

Jean-Claude Di Carmine (Ô Gônes de Saône) entouré de Pierre-Loïc Delfante, Christian Proton et Antoine Boillot (Franc Mâchon)

19

20

La semaine du goût s’arrête chez

HALLES DE LYON La fête des écaillers Photos © Photos © Fabrice Schiff

O GONES DE SAÔNE B Texte : Morgan Couturier - Photos © Saby Maviel

R

endez-vous incontournable depuis six ans, la fête des écaillers a de nouveau fait l’étalage de son sens de la fête et du partage. Le décor n’a pas changé depuis six ans. Alors que l’automne pointe le bout de son nez, les allusions à la mer semblent ainsi s’être retirées. En principe seulement, tant les dégustations de ses plaisirs salées demandent à être prolongées, au point que les belligérants aient réservé leur accessit quinze jours en amont. Il faut dire que la participation aux réjouissances est de plus en plus convoitée, à en juger le nombre croissant de participants. Son instigateur Pierre-Yves Gas n’y est sans doute pas étranger. L’ancien roi de la nuit ayant conservé son sens du divertissement, les dégustations ont pris une tournure beaucoup plus festive, appuyées cette année, par la présence des noctambules du Choo Choo, de Laurent Gerra, de Gérard Colomb et d’écaillers tous aussi ouverts que leurs huitres. Eric Giraud ainsi érigé en maître de cérémonie, les maisons Antonin, Léon, Merle, Cellerier et Rousseau ne se sont pas fait prier pour prendre la vague. C’est bon de manger, encore plus lorsque l’on fait la fête !

ien que les mâchons soient une tradition du côté de Fontainessur-Saône, Jean-Claude Di Carmine a vu les choses en grand au sein de son restaurant O Gones de Saône, à l’occasion de la semaine du goût avec près de 80 personnes attablées autour de la confrérie des francs-mâchons. Et si les cinq chambres d’hôtes et les deux salles de séminaires sont demeurées inactives, c’est que l’historique restaurant fontainois a profité de ses terrains de pétanque pour clore cette matinée festive. Preuve qu’encore une fois, JeanClaude Di Carmine a visé juste.

La maison Antonin Jean-Claude Di Carmine et Clément Gilibert (Terrasse et Marmites)

Jean-Claude Di Carmine (Ô Gônes de Saône) entouré d’Antoine Boillot, Christian Proton et Pierre-Loïc Delfante (Franc Mâchon)

La maison Cellerier

La maison Merle

La maison Léon

lyon people • novembre 2019 • 126 •

La maison Rousseau Jean-Claude Di Carmine Pierre-Loïc Delfante (Franc Mâchon) et Gabriel Dechavanne


Jusqu’au 28 septembre

ANNIVERSAIRE

GJusqu’a RAN DIOSE u 3 0 novemb re En ce moment, c’est notre anniversaire ! Et pour célébrer nos 60 ans, profitez d’offres grandioses sur les équipements de nos cuisines et dressings. Des offres aussi grandioses que notre réalisation pour l’alpiniste de l’extrême Kenton Cool. Que vous viviez dans une maison, un appartement ou à flanc de montagne, prenez rendez-vous en ligne ou directement dans votre centre conseil : *

SCHMIDT GROUPE SAS - RCS COLMAR B 326 784 709 - Photo non contractuelle -

LES OFFRES AU SOMMET À partir de

179 €/mois

Adresse En ce cemoment moment chez Schmidt, profitez En chez Schmidt, profitez d’offresd’offres au sommet CPsur VILLE au sommet sur nos plus de beaux modèles de nos plus beaux modèles cuisines et dressings, de 00 travail et l’électroménager. Des offres cuisines et dressings, les plans de travail et au 00 les 00plans 00 00

sommet comme notre pour l’alpiniste l’électroménager. Des réalisation offres au sommet comme de l’extrême Kenton Cool. Que vous viviez dans une maison, notre réalisation l’alpiniste de prenez l’extrême un appartement ou àpour flanc de montagne, rendezKenton Cool.ouQue vous viviez dans centre une maison, vous en ligne directement dans votre conseil :

un appartement ou à flanc de montagne, prenez

rendez-vous en de ligne ou directement LYON 3e - 42, cours la Liberté - 04 78 59 70 13dans votre centre LYON 6e conseil - 145, rue:Vendôme - 04 78 52 62 13 CHAMPAGNE-AU-MONT-D’OR

> www.homedesign.schmidt *Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager. Montant du projet : 6 400 €. Apport : 2 100,70 €. Montant du financement : 4 299,30 €. Durée : 25 mois. 24 mensualités de 179 € et une dernière de 178,86 €. Montant total du : 4 474,86 €. Coût moyen mensuel : 7,02 €. TAEG fixe : 3,79 %. Taux débiteur fixe : 3,73 %. Informations consommateurs : Le coût de l’assurance facultative pour un emprunteur est de 7,31 € par mois, à ajouter à la mensualité ; soit un taux annuel effectif de l’assurance de 3,98 % pour les garanties décès, invalidité, incapacité et un montant total dû au titre de l’assurance sur la durée totale du prêt : 182,75 €.

Crédit affecté consenti sous réserve d’acceptation par Cofidis SA à Directoire et conseil de surveillance au capital de 67 500 000 €. Siège social VILLENEUVE d’Ascq - SIREN 325 307 106 RCS LILLE METROPOLE. Intermédiaire d’assurance enregistré auprès de l’ORIAS sous le n°07023493. Délai légal de rétractation de 14 jours à compter de la signature de votre contrat. L’exemple représentatif s’entend pour un financement réalisé le 05/07/2019 et une première échéance le 05/08/2019. Conditions en vigueur au 01/07/2019. Le concessionnaire Schmidt est mandaté à titre non exclusif afin d’apporter son concours à la réalisation du contrat de crédit sans agir en qualité de prêteur, il ne dispose d’aucun pouvoir d’octroi ou de gestion du crédit. Le coût moyen du crédit correspond au coût total du crédit divisé par le nombre d’échéances. Prix valable jusqu’au 30 novembre 2019. Prix de vente conseillé sur une sélection de cuisines Schmidt modèle ARCOS, électroménager inclus, selon le plan d’implantation promotionnel Schmidt, hors livraison, pose et accessoires. Gamme de cuisine présentée sur ce visuel : Arcos Caneo Mat et Murphy d’un prix de vente conseillé de 7 414 € TTC, dans la configuration du plan d’implantation modèle Schmidt, hors électroménager, livraison, pose et accessoires. Détails et conditions des offres sur www.homedesign.schmidt et dans les points de vente participants. SCHMIDT GROUPE SAS - RCS COLMAR B 326 784 709 - Photo non contractuelle -

RN6 32, av.Charles de Gaulle - 04 78 35 28 62 SAINT-PRIEST - 115, route de Grenoble - 04 78 90 85 32 GIVORS - Zone commerciale Vallée du Gier - 04 72 24 00 30 VAUGNERAY - 12, route de Bordeaux - 04 78 45 88 00 DECINES - 5 rue de la fraternité - 04 78 30 10 04 NOS MAGASINS SONT CERTIFIÉS ISO 9001


lp

PEOPLE EVENTS

L

21

Déploiement du Ruban rouge avec l’association AIDES, Jean-Louis Touraine et Céline Faurie-Gauthier

LE VILLAGE SANTÉ fête ses 10 ans en beauté !

a dixième édition du Village Santé Lyon en Forme, organisée par la Ville de Lyon et l’ALMNS, sous la régie de Prisme Consulting, a réuni de nombreuses personnalités autour de 3 grands témoins : Gwendal Peizerat, champion olympique de danse sur glace, Grégory Cuilleron, chef cuisinier et animateur TV et Baptiste Couilloud, co-capitaine de l’équipe du Lou Rugby, sur la place Bellecour au côté du Run In Lyon.

Autour de petits gâteaux aux huiles essentielles, Jacques Marcout (Prisme Consulting), Grégory Cuilleron, Céline Faurie-Gauthier, conseillère déléguée à la Ville de Lyon et Gwendal Peizerat

Grégory Cuilleron, chef cuisinier et animateur TV

L’équipe des sauveteurs d’ALMNS avec Gwendal Peizerat, champion olympique de danse sur glace

Inauguration du Village Santé avec Denis Broliquier, maire du 2ème, Béatrice Gailliout, maire du 5ème, Grégory Cuilleron, Gwendal Peizerat et différents élus

Thomas Rudigoz, député, Béatrice Gailliout, maire du 5ème et la mascotte de l’EFS (Etablissement Français du Sang)

Guy Darmet, ancien directeur de la Maison de la Danse et de la Biennale de Lyon

Thomas Ravier, maire de Villefranche-sur-Saône

Sur le stand de la Ville de Lyon, Jean-Louis Touraine apporte son soutien aux associations de Lutte contre le Sida

Thierry Braillard, ancien secrétaire d’Etat aux sports

Baptiste Couilloud, co-capitaine du Lou Rugby et Sophie Merigot, déléguée générale à la Fondation Hospices Civils de Lyon

L’équipe de Prisme Consulting (Gérald Porro, Virginie Decia-Mathiolon, Jacques Marcout, Lily Schlosser, Nathalie Marcy) accompagnée de Gwendal Peizerat et Hubert Julien-Laferriere, député du Rhône.

lyon people • novembre 2019 • 128 •

Baptiste Couilloud et Isabelle Salomon, directrice de la communication d’Habitat & Humanisme

Loïc Graber et Nathalie Forge, directrice de la communication d’ALPTIS


LYON BANDOL HYÈRES AJACCIO

DÉCOUVREZ NOS CATAMARANS de 37 à 80 pieds... à VOILE ou à MOTEUR

Nous serons présents et ravis de vous recevoir lors du prochain salon nautique :

« NAUTIC » de Paris Paris-expo Porte de Versailles du 7 au 15 décembre 2019

Valérie Pirodon présente en exclusivité la marque Patachou dans sa boutique Babyssimi, place des Célestins à Lyon. BABYSSIMI MODE ENFANTINE DE 0 À 12 ANS 4, PLACE DES CÉLESTINS 69002 LYON 04 78 68 93 53

53, avenue Maréchal de Saxe 69003 Lyon Tél. 04 78 38 15 99 contact@azur-cata.com

www.azur-cata.com

Nous vous accueillons du mardi au vendredi : 9h30 - 18h30 et le samedi : 9h30 - 16h30 Sur rendez-vous en dehors de ces horaires


lp

PEOPLE EVENTS

22

L’équipe du centre ChiroEnergetiC : Marine Garcin, chiropracteur, Alexandre Pessey, hypnothérapeute, Nicolas Vermeulen, diététicien, Rodolphe Tahanout et Anne-Laure Mesplarau, chiropracteurs

Rodolphe Tahanout, Marine Garcin et ses parents Cathy Garcin (naturopathe heilpratiker) et le docteur Jean-Michel Garcin

ChiroEnergetiC

esprit sain dans un corps sain

Pour un

Le livre de Marine Garcin « La Santé de deux mains »

Entre la sortie de son livre, intitulé La santé de deux mains et l’ouverture de son centre de santé pluridisciplinaire, la chiropracteur Marine Garcin connait une ascension fulgurante à tout juste trente ans. Par Morgan Couturier - Photos © Fabrice Schiff

L

e corps est une machine complexe, capable d’accomplir de grandes choses, une fois toutes les connexions établies. Seulement, comme tout objet sophistiqué, le moindre dérèglement peut perturber son bon fonctionnement et entacher ses performances, preuve que l’être humain aussi doué soit-il, est une pièce fragile. Problèmes physiques, émotionnels, chimiques, nombreux sont les éléments susceptibles d’altérer son bon fonctionnement. Afin de répondre à cette demande touchant de plus en plus de personnes, Marine Garcin et son mari Rodolphe Tahanout, ont créé un nouveau centre de santé pluridisciplinaire baptisé ChiroEnergetiC, se proposant de prendre en charge ces maux. « C’est vraiment notre mission d’optimiser le fonctionnement du corps et du mental », précise celle qui

détaille cette pratique en vogue, dans son ouvrage intitulé La Santé de deux mains. « On est spécialisé dans le fonctionnement du système nerveux. En tant que chiropracteur et coach, je travaille sur le corps mais aussi sur le subconscient, de manière à réaligner le mental et le physique pour un maximum de bien-être ». Une fois fait, l’être humain se remet à croire en ses capacités infinies, le cerveau étant conditionné pour réussir. En particulier dans le sport, le domaine de prédilection de Marine Garcin et de ses collègues, Alexandre Pessey, hypnothérapeute, et Nicolas Vermeulen, diététicien, avec qui elle a créé EnergySportPerform, une prise en charge sur mesure des athlètes. « Les sportifs sentent vraiment une différence dans leur jeu, ils récupèrent mieux, ils dorment mieux », affirme celle qui soutient de plus en plus de sportifs de haut niveau. Une réussite pour

cette ancienne tenniswoman, passionnée par la chiropraxie, comme en témoignent ses idéaux : « Je veux redonner le sourire aux gens, et les reconnecter avec eux-mêmes ». 23, rue Félix Jacquier - Lyon 6 Tél. 09 83 32 37 77 www.allochiro.com

Marine Garcin, Rodolphe Tahanout (ChiroEnergetiC) et l’humoriste Céline Iannucci

Anne-Laure Mesplarau et Marine Garcin (ChiroEnergetiC) lyon people • novembre 2019 • 130 •


23

PEOPLE EVENTS

lp

La piscine Origami côté jardin

Discours du maire de Rillieux-la-Pape, entouré des partenaires du projet.

La halle bassins

Rillieux-la-Pape inaugure sa nouvelle piscine Les deux jacuzzis

Coupe du ruban par monsieur le maire, entouré d’élus et des partenaires

ORIGAMI

Photos © Renaud Araud

R

L’un des deux saunas Splashpad pour les beaux jours…

Le hammam

illieux-la-Pape poursuit sa métamorphose urbaine en inaugurant sa piscine Origami, tout nouveau centre aquatique pensé comme un espace ludique, sportif et de bien-être pour tous. Le maire de Rillieux-la-Pape, accompagné par tous les partenaires du projet, a accueilli les invités à l’inauguration le 5 octobre dernier. Une visite guidée a permis à chacun de découvrir la halle bassins et l’espace bien-être. Aux beaux jours, les extérieurs offriront leurs plages minérales et engazonnées ainsi qu’un splashpad et un pentaglisse. Piscine ORIGAMI 196 avenue de l’Hippodrome 69140 Rillieux-la-Pape

Pentaglisse 3 couloirs en extérieur

Les invités découvrent la piscine Origami

L’équipe de natation synchronisée de Rillieux Natation anime l’inauguration

131 • novembre 2019 • lyon people


lp

PEOPLE EVENTS

24

Irène Grousson-Denis et Corinne Chambon-Marco (Air France) Pauline Ronzier et Nicolas Steinlé (ohmycom)

AU CIRQUE IMAGINE

Yann Chapalain (Moon Safari) et Anne Prost (Anne Prost Organisation)

le talent c’est l’envie Sept ans après ses débuts, la troupe dirigée par David Massot revient avec une 4e création particulièrement saisissante et émouvante. Le fruit d’un gros travail de recherches techniques et artistiques d’un an et demi.

MadeMonick et LaRoxstyle

Texte : Morgan Couturier - Photos © Fanny Bourg

Hélène Joseph (Ibis), Didier (Scsp Hotêl) et Renaud (Scsp Hôtel)

David Massot (Cirque Imagine), Agnès et François Contensou (Artéloge)

lyon people • novembre 2019 • 132 •

L

orsque vous lui ouvrez la porte, la magie est partout », évoque l’auteur français Olivier Lockert. Il en va de même depuis sept ans lorsque l’on passe le porche du Cirque Imagine, tant ses artistes bluffent le public à chaque représentation. L’acte IV du spectacle dessiné par David Massot et son équipe ne déroge évidemment pas à la règle. Mieux, il parvient à rehausser cet enchantement dans des sphères encore insoupçonnées, osant même s’aventurer dans des univers plus « audacieux ». Le résultat n’en est que plus délicieux, à l’image des plats servis par la maison Declerck, parfaits compléments d’un show empli de romantisme et de féerie, où chaque mouvement dévoile l’impressionnante technique des artistes. « L’émerveillement dans vos yeux est notre plus belle récompense », osait Eddie, le virtuose de la chanson. Le charme des danseuses, cumulé à l’humour du couple David – Anastasia, aura pourtant apporté une récompense toute aussi éclatante. D’un coup d’un seul, le chapiteau s’est levé, offrant au Cirque Imagine la standing ovation qu’il méritait. Pour sa grande première, le nouveau spectacle ne pouvait espérer meilleurs débuts.

«

Emmanuel, Bruno Burel (Declerck), Serge Bex (OL), André (P.I)

Une partie de l’équipe Imagine


SE (RE)CONQUÉRIR

VOUS ALLEZ VOUS ADORER EN WELLNESS

wellness-sportclub.fr Crédit image : servanilyne - Création : melbourne.fr


lp

CARNET MONDAIN

NAISSANCE 20/08/2019 - Benjamin chez Alexandra Michaudon et Mathieu Murat

DISPARITIONS Dans nos intentions de prière Monsieur Bernard Collomb, ancien président de la Compagnie Régionale des Commissaires aux Comptes ; Madame Denise Nové-Josserand ; Monsieur Bernard Gérentet de Saluneaux

NOMINATIONS DCB INTERNATIONAL Après 4 ans passés au poste de Directeur Service Bureaux au sein de l’agence lyonnaise CBRE, agence spécialiste de l’immobilier d’entreprise en région Auvergne-Rhône-Alpes, Jérôme Pouffier-Adnet vient d’être nommé Directeur du Développement du Groupe DCB International.

GINDRE ET LOZANO

La fidélité récompensée

SYNTAGME Marion de Brosses Duminy est nommée au poste de directrice conseil dans l’agence d’Erick Roux de Bézieux. Elle intègre également le pôle « relations institutionnelles » de Thomas Marko & Associés (Venise Group) que Syntagme représente sur le quart Sud-Est de la France.

AGENDA CARITATIF BROCANTE NOTRE DAME DES SANS ABRI Le Foyer Notre Dame des Sans-Abri organise, comme chaque année, ses « Journées d’Entraide » et sa grande brocante solidaire. Cette manifestation permet à tous d’aider le foyer dans ses actions auprès des plus défavorisés, en achetant les plus beaux articles donnés à l’association. Samedi 9 novembre de 9h à 18h - Entrée 3€ Dimanche 10 novembre de 10h à 18h - Entrée gratuite Palais des Sports de Lyon - 350, avenue Jean Jaurès

BROCANTE AJD À l’origine de cette manifestation, la Fondation AJD Maurice Gounon. Créée il y a 75 ans, elle est un acteur majeur pour la protection de l’enfance, l’hébergement et l’insertion. Ce sont environ 250 bénévoles, qui, à l’aube de chaque brocante, réceptionnent, trient, et préparent les dons de chaque stand.

L

a fidélité est un concept sacré, qui commence à s’étioler. Très attaché à de telles valeurs, Patrick Lozano, le président de la société Gindre et Lozano, se fait donc un plaisir à glorifier les derniers gardiens de cette qualité sacrée, en récompensant ses membres les plus historiques. En l’occurrence deux femmes, Laurence Ruys, fidèle au cabinet depuis 20 ans et son homologue Catherine Dufournel, récompensée d’une médaille d’or d’honneur du travail, pour ses 35 ans de bons et loyaux services. « Merci pour votre générosité et de me supporter pendant toutes ces années, a témoigné un président particulièrement touché par cette allégeance. C’est un bon moyen de montrer aux jeunes qu’il

y a des gens qui peuvent rester fidèles à l’entreprise ». Et si le déjeuner qui a suivi au Toane Restaurant n’a pas manqué de resserrer les liens, Patrick Lozano compte bien profiter de ces deux éléments encore quelque temps bien que Catherine Dufournel ait rappelé que l’heure de la retraite n’est pas pour l’instant d’actualité. Un franc-parler symptomatique de cette femme longtemps taquinée pour ses difficultés informatiques. Un « défaut » que ne partage pas Laurence Ruys, aujourd’hui comptable au cabinet de Mornant, et membre, comme sa consœur, de la promotion 1999. Seule une fidélité de tous les instants les unit encore aujourd’hui. Pour Patrick Lozano, c’est bien là le principal.

Texte : Morgan Couturier - Photos © Fabrice Schiff

Samedi 16 novembre de 9h à 18h30 Dimanche 17 novembre de 10h à 18h 13, rue Saint-Simon - Lyon 9

BROCANTE SOLIDARITE LIBAN À l’initiative du comité de Jumelage Liban, cette brocante se tiendra dans les locaux de l’école Saint Joseph des Brotteaux au profit de sa paroisse jumelle et de la communauté maronite de Damas. Dimanche 24 novembre de 9h à 17h 19, rue Massena - Lyon 6

Patrick Lozano et Catherine Dufournel

Patrick Lozano et Laurence Ruys


TAG HEUER CARRERA CALIBRE HEUER 02

Chris Hemsworth choisit ses rôles avec soin. Il gère la pression en la domptant et en la tournant à son avantage. #DontCrackUnderPressure est une devise taillée sur mesure pour lui.

*Ne craquez pas sous la pression / Suisse Avant-Garde depuis 1860 / Photographie retouchée

Profile for Lyon people

LYON PEOPLE Novembre 2019  

Lyon People, leader de la presse lyonnaise

LYON PEOPLE Novembre 2019  

Lyon People, leader de la presse lyonnaise