Bulletin bois 142/2022

Page 1

Bulletin bois 142/2022 De la crèche à l’école École Pfingstweid, Zurich-Ouest Jardin d’enfants Rain, Ittigen Complexe de la petite enfance Paradiesstrasse, Riehen Complexe scolaire et public de l’Ecoquartier Les Vergers, Meyrin Crèche Tournesol, Renens Extension de l’école primaire et du jardin d’enfants Gönhard, Aarau

École Pfingstweid à Zurich-Ouest: les strates de coursives en bois créent un lien avec le parc adjacent du quartier en mutation. Architecture: Baumann Roserens Architekten, Zurich Photo: Georg Aerni, Zurich


1

2

3

4

3578


1 Complexe scolaire et public de l’écoquartier Les Vergers: une culture du bâti de qualité, hier, aujourd’hui et demain, l’une des raisons pour lesquelles le Prix Wakker 2022 a été décerné à la commune de Meyrin. Architecture Sylla Widmann Architectes, Genève Photo Prix Wakker 2022, Patrimoine suisse 2 Quartier Dreispitz Nord à Bâle: la première école secondaire de Suisse construite sur le toit d’un centre com­ mercial. Architecture et visualisation Herzog & de Meuron, Bâle. 3 École Kleine Kreuzzelg, Mellingen: Vue intérieure du bâtiment en bois de trois étages, achevé en 2021. Architecture Felber Widmer Schweizer Architekten, Aarau Photo Hannes Henz, Zurich 4 Campus universitaire de Lausanne: le projet lauréat du nouveau bâtiment des sciences humaines sera en partie réalisé en bois. Architecture et visualisation Background Architecture, Lausanne

Le bois transmet la culture du bâti Plus que tout autre bâtiment, les écoles sont pour la communauté le reflet de son futur. Il importe cependant d’intégrer le passé non pas dans une stérile nostalgie, mais dans la conscience qu’il nous a façonné. Le Prix Wakker 2022 a été décerné à la commune genevoise de Meyrin. Selon Patrimoine suisse, celle-ci montre de manière exemplaire comment faire de la diversité un atout en dialoguant avec sa population: ‹Elle est parvenue à concilier les aspirations des Humains avec les exigences de la nature et à créer une culture du bâti de qualité apportant pour tous da­ vantage de biodiversité›. Parmi les trois arguments cités par Patrimoine suisse pour justifier sa décision en faveur de Meyrin, le concours d’architecture pour l’Ecole Les Vergers, que nous présentons dans le cadre de cette édition, est cité sous la rubrique ‹Une culture du bâti de qualité, hier, aujourd’hui et demain›. Outre la transmission d’une architecture contemporaine de valeur aux enfants et aux jeunes, de tels bâtiments ont un caractère identitaire pour les quartiers ou les communes, que ce soit sur le plan formel ou en combi­ naison avec d’autres affectations, comme le complexe scolaire de Meyrin, qui offre des opportunités pour des activités extrascolaires. Le deuxième objet de Suisse romande, la crèche Tournesol à Renens, combine différentes utilisations comme une salle polyvalente et des espaces pour les habitants du quartier et crée ainsi, avec la ferme existante rénovée simultanément, un nouveau point de rencontre dans la localité. Il en va de même pour l’école Pfingstweid à Zurich-Ouest: dans l’ancien quartier industriel, elle constitue aujourd’hui, avec le parc qui l’accompagne, un point d’identification dans ce secteur de la ville en plein développement. L’architecture réagit ici à sa situation: alors qu’elle propose un volume compact face à l’artère fréquentée, elle s’ouvre vers le parc grâce à des strates de coursives en bois. Les autres objets de ce cahier se distinguent également par une architecture marquant le lieu de manière singulière et par une extension sensible de l’existant. Dans le cas du quadruple jardin d’enfants d’Ittigen, c’est le contraste entre l’aspect extérieur géométrique sobre de l’ouvrage et les terrasses arrondies et incurvées de la cour intérieure qui offrent aux enfants un espace à l’air libre largement protégé. Alors qu’à Riehen, les toits en saillie de l’école maternelle dénotent d’une forte symbolique, l’extension de l’école d’Aarau complète l’ensemble classé aux monuments historiques du quartier arboré de Gönhard par un nouveau bâtiment indépendant qui interprète l’existant de manière contemporaine.

Tous ces objets ont en commun le fait que le bois joue un rôle essentiel dans leur expression architecturale. Les établissements publics destinés aux plus jeunes tels que les jardins d’enfants ou les écoles sont de plus en plus souvent réalisés avec ce matériau de construction naturel. C’est ce que montrent les chiffres de l’Institut de l’économie numérique de la construction et du bois IdBH de la Haute école spécialisée bernoise. En 2020 en Suisse, la part des permis de construire pour les jardins d’enfants et les garderies dont la structure porteuse devait être entièrement ou partiellement réalisée en bois était de 26,2 %, et de 21,1 % pour les écoles primaires et secondaires. Plusieurs aspects parlent ainsi en faveur du bois comme matériau de construction pour les établissements d’enseignement: les qualités sensitives du matériau, notamment pour les jeunes enfants, le climat intérieur agréable des bâtiments en bois, mais également la construction modulaire qui a su s’imposer au-delà des salles de classe provisoires, et enfin la durabilité. Les communes peuvent alors valoriser leur propre bois, rendant ainsi cette matière première qui piège le CO2 encore plus écologique grâce aux distances de transport réduites. Outre les statistiques, tant les concours récents que les projets achevés montrent que cette tendance en faveur des bâtiments éducatifs en bois ne faiblit pas. Citons en exemple le concours pour l’école secondaire Rötschmatte à Ins, remporté par Soppelsa Architekten en collaboration avec Pirmin Jung Suisse, ou encore le tout nouvel édifice scolaire Kleine Kreuzzelg à Mellingen, conçu par Felber Widmer Schweizer Architekten. En outre, la taille des établissements d’enseignement comportant une structure porteuse en bois augmente elle aussi, à l’image du projet gagnant pour la construction du nouveau centre de la Haute école spécialisée des Grisons ou celui pour l’extension de la faculté des sciences humaines de l’Université de Lausanne. Finalement le projet d’école secondaire au nord du quartier bâlois de Dreispitzarel montre que des sites atypiques peuvent être envisagés pour des complexes scolaires en pleine ville: Herzog & de Meuron ont choisi de placer une école en bois, dont la forme rappelle une architecture rurale vernaculaire, sur le futur toit d’un centre commercial. Une solution durable également au regard de la rareté du sol en Suisse. Grâce à son poids réduit, le bois démontre ici une nouvelle fois l’étendue de ses qualités lorsqu’il s’agit d’envisager des lieux de formation où les générations montantes pourront s’épanouir. Jutta Glanzmann Communication technique Lignum

3579


École Pfingstweid, Zurich-Ouest Le bâtiment scolaire est fortement influencé par sa situation exposée et offre deux visages totalement différents. Tandis que le volume, légèrement coudé, présente côté rue un corps compact habillé de tôles métalliques claires et profilées, à l’opposé, des coursives en bois donnent sur le parc de Pfingstweid. Qu’elle soit visuelle ou tactile, la perception est ici tout autre grâce au bois qui dialogue avec les espaces verts. La transformation des sites industriels d’alors, avec l’édification d’immeubles résidentiels et administratifs, a profondément modifié l’ouest de Zurich. L’arrivée de nombreuses familles avec enfants a ainsi nécessité la construction d’un complexe scolaire dans le quartier. Le concours organisé en 2010 par la ville de Zurich pour l’ancien site des jardins ouvriers ‹Pfingstweid› portait non seulement sur un concept de parc d’agrément, nouveau poumon vert de ce quartier en devenir, mais aussi sur la conception d’un bâtiment scolaire. Antón Landschaft (anciennement Antón & Ghiggi Landschaft Architektur) et Baumann Roserens

3580

Architekten ont su convaincre le jury avec leur projet concrétisé dès 2015 par le parc et l’école en 2019. Sur le plan urbanistique, le corps du bâtiment étroit et légèrement coudé de l’école primaire constitue aujourd’hui la limite nord de la zone de verdure. Il fait écran au trafic de l’artère très fréquentée de Pfingstweid, d’où l’on accède au bâtiment, tandis qu’à l’opposé, tirant parti de sa nouvelle inflexion centrale, il protège une vaste esplanade qui accueille des terrains de sport et sert de zone de récréation. La structure interne et l’organisation du bâtiment conçu comme un ensemble compact découlent de la volonté d’orienter les espaces sensibles au bruit vers le parc. Un corridor côté rue s’étend donc sur toute la longueur de l’édifice et dessert les différentes unités de salles de classe, entre lesquelles s’intercalent celles destinées aux groupes. Conçu comme une école à journée continue, le bâtiment scolaire Pfingstweid dispose au sous-sol d’une salle de gymnastique simple, de vestiaires et de locaux techniques. Au rez-dechaussée se situent une salle polyvalente, un

foyer et une cuisine de régénération. Les trois groupes de classes se trouvent aux deux étages supérieurs. Un local de réunion ainsi que des locaux pour les travaux manuels et travaux pratiques complètent le programme. Les classes sont éclairées de manière naturelle aussi bien au sud, protégées du soleil direct par la strate de coursives, qu’au nord par un bandeau de vitrages hauts qui longent les couloirs. Une pièce d’accueil, reliée au vaste espace de distribution vertical, est attribuée à chacune des unités de trois classes en tant qu’espace central de détente. Le rez-de-chaussée et le sous-sol sont réalisés en béton, alors que les deux étages supérieurs sont une construction hybride composée de poteaux, de parois et de porteurs en bois. Les planchers sont constitués de prédalles béton complétées par une couche coulée sur place. La façade est revêtue côté rue et sur les pignons d’une tôle d’aluminium éloxée finement profilée, de couleur claire. La façade sud est matérialisée par des coursives en mélèze, dont l’expression renforce le lien avec le parc et crée un espace extérieur supplémentaire pour les classes.


L’aération des locaux scolaires est assurée par le couloir. En cas d’occupation, l’air circule du corridor vers les salles de classe. Un convecteur intégré à l’aérateur est utilisé pour le refroidissement et le chauffage avec des températures de flux de 20° respectivement 26°. Le retour de l’air s’effectue par des ouvertures de décharge insonorisées. Le couloir est alimenté en air frais par le système de ventilation principal en fonction des besoins. Il sert de canal de ventilation surdimensionné. La production de chaleur est assurée par une pompe à chaleur reliée à la nappe phréatique. Les concepteurs ont cependant renoncé à une installation photovoltaïque, car l’ombre portée des immeubles voisins est trop importante. En effet, la hauteur du bâtiment scolaire, à la mesure de son horizon végétal, contribue à créer un cadre propice à l’épanouissement des écoliers.

Situation

3581


3582


Coupe longitudinale

20 m

Coupe transversale

Rez-de-chaussée

Etage

3583


Composition toiture: Substrat 120 mm Protection antiracinaire/ couche drainante 10 mm Couche de séparation et étanchéité 10 mm Isolation laine de pierre 430 – 200 mm Frein vapeur 10 mm Surbéton 80 mm Eléments béton préfabriqués avec isolation acoustique intégrée 150 mm Structure toiture: Extérieur: porteurs en lamellé collé de mélèze non traité 560 mm Intérieur: porteurs en lamellé collé épicéa/sapin 920 mm Poteaux en sapin/épicéa, lasurés 450 x 400 mm Composition façade: Panneau à base de bois 20 mm Isolation laine minérale 120 mm Panneau à base de bois 20 mm Lattage horizontal 30 mm Lattage vertical, ventilation 33 mm Bardage horizontal, mélèze non traité 30 mm Structure sol coursive/ garde-corps 2ème étage: Lattes en mélèze non traité 180 mm Main courante: mélèze, non traité Garde-corps: treillis, acier galvanisé Structure sol coursive/ garde-corps 1er étage : Lattes en mélèze non traité 40 mm Sous-construction bois 40 mm Plots réglables 50 – 70 mm Membrane fibres de verre/ protection incendie bicouche Etanchéité Isolation forme de pente 120 – 100 mm Dalle béton 500 mm Main courante: mélèze, non traité Garde-corps: treillis, acier galvanisé

Coupe détail façade

3584


Lieu Pfingstweidstrasse 61, 8005 Zurich Maitre d’ouvrage Immobilien Stadt Zürich, Amt für Hochbauten Stadt Zürich Architectes Baumann Roserens Architekten ETH SIA BSA, Zurich Planification des coûts, direction des travaux MMT AG Bauleiter + Architekten, Zurich Ingénieur civil Pöyry Schweiz AG, Zurich Ingénieur bois Holzbaubüro Reusser GmbH, Winterthour Architectes paysagistes Antón Landschaft, Zurich; Müller Landschaftsarchitektur, Küttigen (direction des travaux) Physique du bâtiment Architektur + Ingenieur Kollektiv, Zurich Façadiers MCS & Partner AG, Wettingen Technique du bâtiment EBP Schweiz AG, Zurich Ingénieur sanitaire Sertis Engineering, Zurich Ingénieur électricité Gutknecht Elektroplanung AG, Au (ZH) Entreprise bois Egli Zimmerei AG, Berneck

Fenêtres et façades 4B, Hochdorf Menuiserie Mobil Werke AG, Oberhelfenschwil Bois mis en œuvre Epicéa lasuré/melèze non traité Structure poteaux-poutres en épicéa, coursive sud en mélèze Label Bois Suisse Certifié pour l’ensemble de l’objet Coûts CFC 1–9 CHF 26 millions TTC Coûts CFC 2 CHF 18,3 millions TTC Coûts CFC 214 0,75 million TTC Prix au m3 (CFC 2) CHF 738.– Surface de terrain SIA 416 6540 m2 Surface bâtie SIA 416 1530 m2 Surface de plancher SIA 416 5401 m2 Volume bâti SIA 416 24 845 m3 Durée de construction janvier 2017 – juillet 2019 Photographe Georg Aerni, Zurich; Sergej Klammer, Zurich (page 3580/81)

3585


Jardin d’enfants Rain, Ittigen Le nouveau jardin d’enfants d’Ittigen se décline en quatre unités. Son aspect de légèreté semble presque le faire flotter: le volume du bâtiment, simple et pourtant expressif, est entièrement construit en bois. Il s’anime du contraste entre la géométrie pure de l’enveloppe, soulignée par les lamelles de bois verticales et les terrasses de la cour intérieure aux formes arrondies et ondulantes. Le nouveau jardin d’enfants quadruple à Ittigen complète les édifices existants du complexe scolaire Rain le long d’un axe de liaison central. Il se compose de deux sections de deux étages chacune, comprenant une unité d’école ma­ternelle à chaque niveau. Ces sections se regroupent autour d’une cour intérieure commune formée de terrasses. Une façade en­ veloppante en lamelles verticales réunit les sections, les terrasses et la cour en un seul bâtiment que l’on perçoit comme un ensemble. Ces différents constituants créent entre eux

3586

des espaces intermédiaires différenciés et des relations visuelles et spatiales séduisantes. Les zones extérieures de la cour se superposent en terrasses qui sont en partie communes et en partie attribuées aux différentes classes maternelles. L’utilisation et le ressenti de ces domaines sont alors distincts: certains, attribués à la communauté, favorisent l’échange ou le mouvement et d’autres sont destinés à la détente, l’intimité ou le calme. Le concept choisi crée ainsi une ambiance de relaxation, de jeu et d’apprentissage adapté aux enfants et valorisable sous différents aspects. Un accès commun mène de l’allée à la cour intérieure, en passant par le jardin. De là, chaque unité de l’école maternelle est accessible séparément par les terrasses, soulignant ainsi l’individualité de chaque classe qui favorise en outre l’identification des enfants et des enseignants à leur environnement. L’intérieur des salles est en relation constante avec les différents espaces extérieurs. L’organisation

interne se caractérise par des flux simples, des trajets courts et des liaisons visuelles rassurantes. La flexibilité importante des plans permet en outre des formes d’enseignement variées. Les lamelles de bois verticales ajourées de l’enveloppe, comme un filtre, créent une intimité tout en offrant une vue optimale sur l’extérieur, alors que l’échelle de l’ouvrage, adaptée aux enfants, contribue à leur bien-être. À l’exception du radier en béton coulé sur place, le bâtiment est conçu comme une construction en bois préfabriquée. Dans les deux ailes de classes, des éléments nervurés constituent la structure des planchers et de la toiture. Le cheminement des installations techniques passe entre les nervures qui sont ensuite recouvertes par des panneaux trois plis perforés et démontables. Les éléments de toiture et de plancher portent dans le sens transversal du bâtiment. Ils reposent sur les parois intérieures ainsi que sur des sommiers intégrés aux façades en ossature isolées. Les sommiers


Situation

des façades longitudinales prennent appui sur des poteaux en bois de 2,5 mètres d’entraxe. La gaine d’ascenseur est formée de panneaux de bois lamellé croisé tout comme le toit et les planchers de l’espace extérieur couvert. Le pavillon, entièrement réalisé en bois, répond au standard Minergie-Eco. Les composants bois de l’enveloppe extérieure exposés aux intempéries, tels que les bardages et les lamelles, sont imprégnées sous pression, incolores et huilées clair. Les éléments extérieurs horizontaux en bois, à l’image des tablettes de fenêtres et des escaliers, sont en chêne préhuilé clair. Toutes les autres parties en bois sont traitées avec une huile pigmentée adaptée à l’aspect extérieur et les fenêtres vernies dans une teinte similaire. L’ensemble offre ainsi une atmosphère unique et chaleureuse. En 2021, l’école maternelle a obtenu le 2e rang du Prix Lignum de la région Centre.

3587


Coupe transversale

Coupe longitudinale

Lieu Rain 25, 3063 Ittigen Maître d’ouvrage Commune d’Ittigen Architectes et direction des travaux Büro B Architekten AG, Berne Architecte paysagiste David Bosshard Landschaftsarchitekten AG, Berne Ingénieurs bois Indermühle Bauingenieure, Thoune Ingénieurs civils Weber + Brönnimann AG, Berne Physique du bâtiment et protection incendie Gartenmann Engineering AG, Berne Ingénieurs chauffage et sanitaire Gruner Roschi AG, Köniz Ingénieur électricité et éclairage R + B Engineering AG, Berne Entreprise bois Wenger Holzbau AG, Steffisburg Menuiserie Hinze Fensterbau GmbH, Tecknau; Forster AG, Oberburg; Joss Schreinerei GmbH, Ittigen Bois mis en œuvre Sapin blanc (CH) 58,3 m3 (revêtement de façade y c. lamelles); bois lamellé-collé et bois massif reconstitué épicéa/ sapin (EU) 112,19 m3 (structure, coursive et cage d’ascenseur); lamellé croisé (EU) 57,33 m3 (panneaux); trois plis (EU) 86,91 m3; tablettes chêne (EU) 8,25 m3; OSB (EU) 18,52 m3; lattage (CH) 4,24 m3 Coûts CFC 1–9 CHF 4,95 millions TTC Coûts CFC 2 CHF 4,2 millions TTC Coûts CFC 214 CHF 1,22 millions TTC Prix au m3 CHF 820.– Surface de terrain SIA 416 1520 m2 Surface bâtie SIA 416 634 m2 Surface de plancher SIA 416 914 m2 Surface de plancher SIA 416 (terrasses extérieures) 363 m2 Volume bâti SIA 416 5126 m3 Durée de construction juillet 2019 – juin 2020 Photographe Alexander Gempeler, Berne

3588

20 m


Rez-de-chaussée

Etage

Composition toiture: Gravier 50 mm Couche drainante Etanchéité 10 mm Isolation PUR 250 mm Frein-vapeur 5 mm Eléments préfabriqués 374 mm Composition plancher: Parquet 10 mm Chape anhydrite 83 mm Résilient acoustique 20 mm Isolation 20 mm Granulés à liaison élastique 60 mm Eléments en caisson 427 mm Composition radier: Radier 10 mm Chape anhydrite 70 mm Résilient acoustique 20 mm Isolation 40 mm Lé d’étanchéité bitume polymère 10 mm Béton armé 250 mm Granulés isolants 400 mm

Coupe détail façade

3589


Complexe de la petite enfance Paradiesstrasse, Riehen Une toiture originale abrite les salles du jardin d’enfants de Riehen qui offrent une ambiance spatiale harmonieuse et s’ouvrent sur la verdure à travers de larges baies vitrées. Le bois, utilisé tant dans la structure que pour les revêtements, y contribue pleinement, sous des aspects aussi différents que des lames brutes ou des placages les plus fins. Le nouveau duo de jardin d’enfants complété par une structure de jour se réfère à son en­ vironnement construit. Ce bâtiment d’un seul niveau doté d’un toit en saillie s’intègre par­ faitement dans le quartier caractérisé par des maisons mitoyennes s’étendant en ville-jardin. Grâce à son langage formel, il développe un lien fort à l’existant et crée un lieu qui rayonne, en relation avec l’école communale voisine datant du début du 20e siècle. Les secteurs de la structure de jour et du jardin d’enfants double sont regroupés dans un corps de bâtiment en forme de L, en partie suré­levé par rapport au terrain. Son plan définit différents espaces extérieurs protégés qui répondent aux exigences de leurs unités respectives. Alors que l’on accède au jardin d’enfants par la Paradiesstrasse qui longe l’ensemble, l’accès à la structure de jour se trouve à l’opposé, sur la Störklingasse à proximité du bâtiment scolaire. Ainsi, les deux secteurs bénéficient chacun de leur entrée avec une adresse distincte. Le bâtiment se présente comme un pavillon doté d’un toit à sept éléments en forme de pyramides biaises et tronquées, dont la forme s’inspire à la fois de celui de l’ancienne école et d’un livre populaire pour enfants représentant trois personnages portant des chapeaux. En effet, cette toiture aux larges avant-toits et les décrochements de la façade, génèrent de riches ambiance spatiales intérieurs et confèrent à l’ouvrage des proportions variées à la mesure de ses occupants. À l’intérieur, le jeu des différentes échelles se poursuit. Alors que les grandes pièces pouvant être meublées

de manière flexible se développent en hauteur jusqu’au faîte, accentuées par leur puits de lumière, les salles plus petites sont nettement plus basses et génèrent ainsi des ambiances contemplatives en rapport avec le jardin. En juxtaposant ces espaces, on obtient un ensemble cohérent qui répond au souhait de flexibilité et permet, si nécessaire, de relier en enfilade les différentes zones fonctionnelles. Trois noyaux articulent le plan et accueillent les locaux de service. Ils forment, avec la toiture, un ensemble cohérent en bois. Les volumes s’ouvrent vers l’extérieur grâce à de généreuses baies vitrées sur l’avant-zone couverte qui opère la transition avec le jardin et propose des surfaces de jeu en partie à l’abri des intempéries. Les espaces sous la toiture, situés entre les pièces principales à double hauteur, forment autant de lieux complémentaires à disposition des enfants pour jouer ou se détendre. Le toit aux différentes inclinaisons et ses pyramides de puits de lumière sont recouverts à l’extérieur d’une tôle d’aluminium claire. À l’intérieur, toutes les pièces sont revêtues de bois de mélèze. De grands panneaux plaqués, en partie mobiles, et de généreuses fenêtres en bois caractérisent les surfaces verticales. La face interne de la toiture est dotée de lambris à recouvrement en mélèze massif, ce qui confère aux classes une ambiance d’atelier tout en restant confortable. Les Puits de lumière sont munis quant à eux d’un lambris rainé-crêté soulignant ainsi le jeu des textures. Seules les zones humides sont peintes afin de compenser le manque de lumière naturelle. En 2018, l’école maternelle a reçu le prix du patrimoine bâlois et la distinction Guter Bauten Basel et, le projet a été distingué par une mention Région Nord du Prix Lignum 2021.

Situation

3590


Lieu Paradiesstrasse 45–47, 4125 Riehen Maître d’ouvrage Commune de Riehen Architectes Miller & Maranta, dipl. Architekten ETH BSA SIA, Bâle Architectes paysagistes Müller Illien Landschaftsarchitekten, Zürich (projet); Fahrni & Breitenfeld, Basel (exécution) Gestion de la construction Büro für Bauökonomie AG, Bâle Ingénieurs civils Fürst Laffranchi Bauingenieure GmbH, Aarwangen Ingénieurs bois Lauber Ingenieure AG, Luzern Physique du bâtiment Ehrsam & Partner AG, Pratteln Ingénieur CV Ingenieurbüro Stefan Graf, Bâle Ingénieur électricité Pro Engineering AG, Bâle Ingénieurs sanitaires Gemperle Kussmann GmbH, Bâle Environnement CSD Ingenieure AG, Zurich Eclairage Mati AG, Adliswil Entreprises bois Graf AG, Maispach; Neue Holzbau AG, Lungern Menuiserie Hinze Schreinerei GmbH, Tecknau; Stamm Bau AG, Arlesheim; Bründler AG, Auw; Spinnler + Partner AG, Basel; Hofstetter AG, Basel Bois mis en oeuvre Mélèze huilé Coûts CFC 1–9 CHF 5,55 millions TTC Surface de terrain SIA 416 1983 m2 Surface bâtie SIA 416 890 m2 Surface de plancher SIA 416 1305 m2 Volume bâti SIA 416 4405 m3 Durée de construction août 2016 – février 2018 Photographe Ruedi Walti, Bâle

3591


Combles

Rez-de-chaussée

Composition toiture: Tuiles aluminium thermolaquées 0,8 mm Gouttière rapportée, thermolaquée Lé bitumineux soudé Panneau trois plis 27 mm Contre-lattage/ventilation 80 mm Lé de sous-couverture Panneau de fibre isolant 20 mm Panneau trois plis 60 mm Nervures/isolation 235 mm OSB 15 mm Lattage/vide d’installation 60 mm Lambris mélèze massif rainé-crêté Dachüberstand mit Furnierschichtholzplatte Composition paroi extérieure (niche): Panneau à base de bois plaqué mélèze frein vapeur OSB 15 mm Bois de structure/isolation 80 mm OSB 15 mm Bardage mélèze massif 25 mm Bancs, plaqués mélèze

Coupe détail façade

3592

Composition radier: Revêtement caoutchouc 6 mm Chape avec chauffage au sol 90 mm Couche de séparation Résilient acoustique 15 mm Isolation 30 mm Couche de séparation Radier béton 250 mm Béton maigre 50 mm Feuille PE d’étanchéité Granulés isolants (protection anti-radon) 450 mm Géotextile


Coupe longitudinale

20 m

3593


Complexe scolaire et public de l’Ecoquartier Les Vergers, Meyrin Quatre constructions pavillonnaires, à l’ap­ parente prédominance de béton, forment le complexe multifonctionnel du récent écoquartier des Vergers à Meyrin. L’intérieur révèle une tout autre ambiance, caractérisée par l’omniprésence du bois aux teintes blondes à l’aspect chaleureux. Cette réalisation a obtenu le 2ème prix pour la région ouest au Prix Lignum 2021. Situé à la périphérie nord-ouest de l’agglomération genevoise, le complexe scolaire des Vergers s’ouvre sur la campagne et le magnifique paysage du pied du Jura. Il se décompose en quatre entités: l’école spécialisée de la Voie Lactée, l’école primaire, la salle de sport double et le bâtiment socioculturel à l’usage des habitants du quartier qui regroupe le restaurant, l’aula et les locaux parascolaires. Ces réalisations délimitent deux cours ouvertes aux fonctions variées qui agissent comme un filtre entre l’urbain et la nature. Bien qu’autonomes dans leurs rôles, elles fonctionnent en synergie. Le rez-de-chaussée accueille les lieux publics comme le restaurant, l’aula, les salles attribuées aux diverses sociétés et la salle de sport. Au niveau supérieur, de généreux couloirs donnent accès aux classes et à leurs locaux associés.

3594

Des intérieurs émanent une atmosphère chaleureuse avec le choix du bois d’épicéa, que ce soit pour les parois, les planchers, les plafonds ou le mobilier. Tous les locaux bénéficient d’un éclairage naturel et de vues dégagées sur l’extérieur. Les vitrages, dont l’emprise occupe toute la hauteur d’étage, favorisent le sentiment de continuité du plan horizontal vers l’extérieur, que ce soit avec les coursives ou les préaux. La vision rationnelle des façades en béton armé qui englobent les avant-toits et les balconscoursives crée un effet saisissant. Ces éléments qui caractérisent l’aspect des édifices épaulent une structure intérieure porteuse en bois qui partitionne les espaces. Ce système constructif hybride inversé associe les spécificités qualitatives du béton et du bois en lui donnant une identité architecturale innovante. Ces exosquelettes en portiques à trame régulière, dont la géométrie répond aux efforts statiques, stabilisent la structure et libèrent l’espace intérieur de tout élément de contrevent supplémentaire. Ils supportent en outre les coursives qui ceinturent les bâtiments à chaque niveau. Elles forment ainsi de larges avant-toits, pro­ tégeant les fenêtres en mélèze à la fois des intempéries et des rayons solaires incidents, évitant les contraintes liées aux stores. Ces

balcons-coursives servent également de voies de fuite en cas d’incendie, et permettent aux escaliers intérieurs d’acquérir une matérialité bois et un aspect monumental. Cette combinaison aux détails soignés, résultat d’une collaboration étroite entre architecte et ingénieur, offre non seulement un fort caractère à l’ensemble, mais favorise la flexibilité de l’aménagement et place chaque matériau dans son domaine d’excellence. A l’intérieur, le recours à des planchers mixtes bois-béton, aux portées variant de 4 à 12 mètres, libère la configuration spatiale des locaux et des espaces de distribution. La liaison entre le bois et le béton s’effectue par entaille, évitant ainsi le recours à des connecteurs métalliques. Le transfert des charges verticales a lieu à travers un système poteauxpoutres qui supporte les planchers mixtes bois-béton. Le béton des dalles mixtes assure en outre la fonction de diaphragme et transmet les efforts horizontaux aux portiques béton en périphérie par des liaisons ponctuelles spécifiques. A l’intérieur les éléments bois sont dotés d’une lasure légèrement pigmentée offrant une luminosité accrue, stable au cours des années. La qualité de cette réalisation tant sur l’aspect formel, d’intégration au site que de réponse


au programme lui ont valu de nombreuses distinctions parmi lesquelles le Seismic Award 21 de la Fondation pour la Dynamique des Structures et le Génie parasismique. Soulignant l’aspect emblématique de ce complexe, une attention particulière a été portée à la dura­ bilité tant pour l’édification que lors de l’exploitation et l’ensemble est labélisé Minergie Eco. Cette réalisation à l’identité duelle est le fruit d’une recherche constructive guidée par l’intégration des équipements publics au contexte de l’Ecoquartier et d’une atmosphère intérieure sereine.

Situation

3595


Lieu Rue des Arpenteurs 7–9–11–13, 1217 Meyrin (GE) Maîtres d’ouvrages Commune de Meyrin ; Association La Voie Lactée Architectes projet Sylla Widmann Architectes SA, Genève; Collaborateurs: Nuno Costa, Yves Beetschen, Michele Capatori, Tomàs de Riba, Kristina Sylla Widmann, Marc Widmann Architectes réalisation Sylla Widmann Architectes SA, Genève; Collaborateurs: Nuno Costa (chef de projet), Joachim Fritschy, Vanessa Munoz, Teresa Ferreira, Mathilde Brenner, Daniel Medina, Kristina Sylla Widmann, Marc Widmann Architecte associé et D.T. M Architecture Sàrl, Genève Ingénieur civil et bois B+S Ingénieurs conseils SA, Genève Entreprises bois Charpentes Vial SA, Le Mouret Bois mis en œuvre 1163 m3 BLC épicéa Conception incendie Zanetti Ingénieurs-Conseils, Petit-Lancy Ingénieur CV EGC-Chuard Ingénieurs Conseils SA, Genève Ingénieurs sanitaires Zanini V. Baechli P. et Associés Ingénieurs-Conseils SA, Genève Ingénieurs électricité Zanetti Ingénieurs-Conseils, Petit-Lancy Coûts CFC 1–9 CHF 54 millions TTC Coûts CFC 2 CHF 43,2 millions TTC Dont coûts CFC 214 CHF 3,7 millions TTC Surface de terrain SIA 416 12 277 m2 Surface de plancher SIA 416 12 271 m2 Surface utile 8909 m2 Volume bâti SIA 416 56 680 m3 Prix au m3 SIA 416 (CFC2) CHF 763.–/m3 TTC Durée de construction février 2016 – novembre 2018 Photographe Rasmus Norlander, Zurich

3596


Coupe longitudinale

20 m

Rez-de-chaussée

1er étage

3597


Toiture: Panneaux photovoltaïques Végétalisation extensive 100 mm Feutre filtrant Panneau de rétention d’eau type WSD 60 Étanchéité bicouche Isolation laine de pierre 60 mm Isolation EPS 180 – 240 mm Barrière vapeur Dalle béton 100 mm Panneau OSB 18 mm Solive BLC 280 mm Isolation en laine de verre 50 mm Panneau acoustique rainuré en épicea Dalle sur rez: Terrazzo 20 mm Chape ciment 70 mm Chauffage au sol Isolation 2 x 20 mm Dalle béton 100 mm Panneau OSB 18 mm Solive BLC 280 mm Isolation en laine de verre 50 mm Panneau acoustique rainuré en épicea

Détail

3598


3599


Crèche Tournesol, Renens Le projet qui englobait la rénovation d’une ancienne ferme a su remettre en valeur un patrimoine dénaturé au cœur de la ville de Renens. La géométrie singulière de la nouvelle crèche et l’aspect chaleureux de ses façades en bois structurées créent les conditions propices au séjour des enfants. L’ensemble a obtenu une mention pour la région ouest du Prix Lignum 2021. Dans un quartier de villas, côtoyant des jardins familiaux à l’orée d’un bosquet, le site est empreint de sérénité. C’est l’endroit rêvé pour que les enfants s’ouvrent au monde qui les entoure. Afin de disposer d’une nouvelle structure accueillant 68 enfants en âge préscolaire, complétée par une UAPE (unité d’accueil pour les écoliers) de 24 places, le concours d’architecture organisé par la Ville de Renens devait regrouper les 6 premières années de vie des enfants sur un même site. Il visait également à requalifier les constructions vétustes situées sur la même parcelle, composées d’une ferme et de son extension accolée en face ouest. Enfin, des espaces de jeux et le réaménagement des jardins familiaux devaient compléter l’intervention pour participer à la cohésion sociale du quartier.

3600

Débarrassée aujourd’hui du bâtiment qui occultait l’une de ses deux arches caractéristiques, ‹La Grange de Florissant› retrouve son identité originelle. Les dalles existantes ont été remplacées au 1er étage par une dalle mixte bois-béton et une dalle bois dans les combles. La charpente a été renforcée et la couverture, maintenant isolée, a été refaite à neuf. La grande salle polyvalente de plain-pied, ouverte jusqu’en toiture sur la moitié du volume et pouvant accueillir des spectacles ainsi qu’une petite salle pour des activités annexes deviennent accessibles aux personnes à mobilité réduite. Au nord de la ferme, positionné au centre de la parcelle, le nouveau pavillon met en avant sa volumétrie tout en douceur. Le bois n’est pas étranger au sentiment de quiétude qui s’en dégage et par le lien qu’il crée entre la forêt, la ferme rénovée et les jardins familiaux. L’ouvrage est entièrement dévolu à la petite enfance et regroupe la crèche-garderie, le jardin d’enfants, l’UAPE et les bureaux. Il se distingue par sa forme, sa matérialité et son aspect qui s’insère harmonieusement dans la déclivité naturelle du terrain. La toiture végétalisée présente six pans qui suivent le dénivelé du terrain. Ces articulations induisent des espaces

intérieurs différenciés qui contiennent la hauteur de plafond à l’échelle des enfants. Un étagement en demi-niveaux rend l’accès aux locaux aisé. La nurserie et les trotteurs occupent le rez-de-chaussée avec un accès au jardin par les salles communes, alors que les plus grands sont à l’étage avec l’UAPE. Les pièces aux formes diverses sont mises directement en relation entre elles, sans créer de couloirs. L’ensemble acquiert ainsi une fluidité qui offre des points de vue dégagés sur les espaces intérieurs et extérieurs. Bien que dé­ taché de la bâtisse historique, le nouveau volume s’y rattache par le biais de cheminements. L’ajout d’un claustra en bois à l’escalier extérieur de la ferme et son entrée principale est un rappel à la façade de la crèche. La structure et les façades sont en bois suisse labellisé, à l’exception du radier en béton et du noyau d’ascenseur. Les planchers d’étage sont des dalles mixtes de 6,5 m de portée en bois massif avec 8 cm de surbéton. Les façades, rythmées par les intervalles irréguliers des poteaux de parement en mélèze, donnent son caractère au bâtiment. Des détails soignés permettent d’éviter la stagnation de l’eau, tandis que la structure porteuse en BLC d’épicéa est reportée à l’intérieur de l’enveloppe afin de


Situation

pérenniser l’ouvrage. Des vitrages, dont l’emprise se superpose sur les deux niveaux, alternent avec les parties fermées qui restent en retrait de la structure. La généreuse proportion d’ouvertures apporte une lumière naturelle qui baigne les locaux modulables par de larges portes coulissantes. Le bois se décline aussi à l’intérieur avec des panneaux trois plis d’épicéa non traités qui habillent les parois, le plafond et le mobilier fixe. Le sol est en revanche composé de caoutchouc dans les pièces dédiées à la petite enfance. Grâce à un concept de protection incendie adéquat, la voie d’évacuation verticale s’efface au profit de la continuité des circulations. Celle-ci a été réalisée en panneaux incombustibles revêtus d’un plaquage bois afin d’offrir aux parements une unique matérialisation. La planification réalisée en amont et la préfabrication de la totalité des éléments de la structure bois a permis un montage précis par étapes. L’assemblage de la structure a été réalisé en 10 semaines. Un accent particulier a été porté sur les exigences énergétiques formulées dans le Cahier Technique SIA 2040. Favorisant les énergies renouvelables, le complexe recourt désormais aux pellets pour le chauffage.

Lieu Av. du Château 17, 1020 Renens Maître d’ouvrage Ville de Renens Architecte projet Atelier Pulver Architectes SA; Collaborateurs: Christophe Pulver, Lucas Chèvre, Carmen Hayoz, Charlotte Viarouge Architecte réalisation et D.T. Atelier Pulver Architectes SA; Collaborateurs: Christophe Pulver, Lucas Chèvre Ingénieur civil Willi Ingénieurs SA, Renens Ingénieur bois Bois Initial SA, Morges Entreprises bois Charpentes Vial SA, Le Mouret; Maurice Beaud Fils Constructions SA, Albeuve (menuiserie intérieure) Label bois suisse Ensemble ossature et éléments de façade Bois mis en œuvre Lamellé-collé et ossature en épicéa 180 m3 (structure); poteaux/traverses en mélèze 40 m3; trois plis 700 m2 (revêtement intérieur) Ingénieur façades BCS SA, Neuchâtel Conception incendie Bois initial SA, Morges et Atelier Pulver Architectes SA Ingénieur CV Pierre Chuard Ingénieurs Conseils SA, Lausanne Ingénieur sanitaire Weinmann Energies SA, Echallens Ingénieurs électricité CSD ingénieurs SA, Lausanne Architecte paysagiste L’Atelier du paysage Sàrl, architectes paysagistes et urbanistes, Lausanne Coûts CFC 1–9 CHF 9,5 millions HT (crèche, rural et aménagements jardins familiaux) Coûts CFC 2 CHF 7,8 millions TTC (construction crèche et rénovation rural) Dont coûts CFC 214 CHF 2,1 millions TTC (crèche et rural) Surface de terrain SIA 416 4840 m2 Surface de plancher SIA 416 1002 m2 (crèche) et 327 m2 (rural) Surface utile 834 m² (crèche) et 186 m² (rural) Volume bâti SIA 416 4011 m3 (crèche) et 1430 m3 (rural) Durée de construction décembre 2018 – juin 2020 Photographe Thomas Telley, St.Antoni

3601


Rez-de-chaussée (inférieur et supérieur)

3602

1er étage (inférieur et supérieur)


Coupe longitudinale

20 m

Composition toiture: Substrat 80 – 100 mm Drainage 20 mm Etanchéité Panneau 3 plis 27 mm Contre lattage 60 x 80 mm Pare-pluie Pavatex 35 mm Chevrons 100 x 280 mm Isolation entre les chevrons en fibre de bois Panneau OSB 15 mm Lattage technique 60 x 80 mm Panneau 3 plis épicéa 19 mm Composition plancher étage: Revêtement en granulés de caoutchouc 10 mm Chape ciment 80 mm Isolation phonique 2 x 20 mm Dalle mixte bois-béton 160 – 100 mm Lattage technique 60 x 80 mm Panneau 3 plis épicéa 19 mm Composition façade opaque: Poteau de façade en mélèze 120 x 240 mm Parement vertical en mélèze 27 mm Lattage ventilation 80 mm Pare-vent noir Isolation panneau fibre de bois 140 mm Pare-vapeur Isolation panneau fibre de bois 100 mm Lattage technique 60 mm Panneau trois plis épicéa 19 mm Poteau intérieur en épicéa 120 x 180 mm

Coupe détail façade

3603


Extension de l’école primaire et du jardin d’enfants Gönhard, Aarau Le nouveau bâtiment, compact et autonome, abritant les salles de classe et le jardin d’enfants complète l’ensemble classé de l’école primaire du quartier Gönhard d’Aarau. L’extérieur du volume en bois est caractérisé par un bardage vertical gris, alors que l’intérieur, à dominante blanche, s’anime d’aménagements colorés. L’école de quartier Gönhard, classée monument historique par le canton, a été construite en 1952 par l’architecte Hans Hauri. La con­ figuration de type pavillon comprend quatre ailes réunissant les salles de classe et de gymnastique reliées entre elles par des allées couvertes, ainsi que deux petits bâtiments indépendants pour le jardin d’enfants. En 2012, l’ensemble a été soigneusement rénové et agrandi d’une aula comportant ses propres salles de groupes. Mais l’augmentation du nombre d’enfants et le changement de modèle scolaire ont imposé l’agrandissement de l’école avec quatre sections supplémentaires et l’adaptation de l’offre de locaux des deux écoles maternelles. Entre octobre 2014 et juin 2015 un concours à procédure ouverte à une seule

étape a été organisé. Le projet de Werk 1 Architekten und Planer, qui ne s’appuie pas sur la configuration du complexe de 1952 mais prévoit un édifice compact et autonome, a su convaincre le jury. Le bâtiment à deux étages sur plan carré est placé dans l’angle sud-est du site scolaire et se tient en retrait des volumes existants. Le rez-de-chaussée abrite deux sections de maternelle, trois salles de musique ainsi qu’une salle de groupe, tandis que le premier étage est occupé par quatre classes de l’école primaire et leurs salles de groupe correspondantes. Les locaux des écoles primaire et maternelle, pouvant être au besoin réunis, disposent d’entrées distinctes. L’ouvrage est une structure bois préfabriquée. Tous les éléments porteurs sont en bois, y compris le noyau de l’ascenseur, mais seul le radier est en béton. Le plancher est une dalle mixte bois-béton à haute capacité portante et aux caractéristiques acoustiques supérieures. A l’intérieur, la construction en bois apparaît en toiture et sur les montants des baies vitrées. Mobilier et portes en couleur soulignent les différentes zones d’utilisation. La façade

Lieu Weltistrasse 20, 5000 Aarau Maître d’ouvrage Commune d’Aarau Direction de projet Service d'urbanisme d’Aarau, section bâtiment Architecte et direction des travaux Werk1 Architekten und Planer AG, Olten Architecte paysagiste Luzius Saurer Garten- und Landschaftsarchitektur, Hinterkappelen Ingénieurs civils Wilhelm + Wahlen Bauingenieure AG, Aarau Ingénieurs bois Lauber Ingenieure AG, Lucerne Ingénieurs électricité Hefti, Hess, Martignoni, Aarau Ingénieurs CVCS Raimann + Partner AG, Aarau Physique du bâtiment/acoustique Pirmin Jung Schweiz AG, Rain Gestion de la durabilité Pirmin Jung Schweiz AG, Rain Entreprise bois Schäfer Holzbautechnik, Aarau Menuiserie Märki AG Innenausbau, Gränichen (portes intérieures); M. Coray Schreinerei AG, Däniken (équipement des cuisine, armoire murales, étagère, travaux généraux de menuiserie); Zubler AG, Hunzenschwil (fenêtres, portes extérieures) Label bois suisse Structure porteuse et bardage Bois mis en œuvre Structure porteuse, bardage et fenêtres en épicéa/sapin; mobilier fixe en panneaux de particules et finition en panneaux MDF Coûts CFC 2 CHF 5,123 milions (y c. réhabilitation jardin d’enfants) Coûts totaux (CFC 1,2,4,5,9) CHF 6,205 milions (y c. réhabilitation jardin d’enfants) Prix au m3 CFC 2 CHF 838.– (y c. réhabilitation jardin d’enfants) Surface de terrain SIA 416 4988 m2 Suface bâtie SIA 416 625 m2 Surface de plancher SIA 416 1174 m2 Surface utile SIA 416 687 m2 Volume bâti SIA 416 5015 m3 Durée de construction août 2017 – septembre 2018 Photographe Damian Poffet, Berne

3604

est constituée d’un bardage vertical doté d’une peinture de type suédois de couleur grise et ses ouvertures suivent le rythme de la trame étroite de la façade. Des stores extérieurs en toile assurent la protection thermique estivale. Une installation photovoltaïque est inté­grée à la toiture à deux pans légèrement in­ clinée, revêtue de métal, intégrant quatre sheds. Ceux-ci complètent l’éclairage naturel et peuvent être utilisés en été pour le refroidissement nocturne. La nouvelle construction répond au standard Minergie-Eco. 85 % du bois utilisé provient de forêts suisses et le bâtiment est ainsi certifié Label Bois Suisse. Une installation photovoltaïque se trouve sur les surfaces de toit orientées à l’ouest et à l’est. Un écran situé à l’entrée de l’école primaire indique la quantité d’électricité en cours de production. La nouvelle construction a pu être raccordée à la pompe à chaleur sur la nappe phréatique existante qui alimente déjà le complexe scolaire. Une ventilation de confort, pilotée par des capteurs de CO2, garantit le renouvellement de l’air et un taux de CO2 adéquat dans les salles de classe. Des détecteurs de mouve-


ment, des appareils à haut rendement et des lampes LED assurent une faible consommation d’électricité, tandis que des robinets à capteurs, raccordés uniquement à l’eau froide dans les toilettes et les salles de classe, permettent une économie notoire. À l’intérieur, l’accent a été mis sur la mise en œuvre de matériaux faciles à entretenir, robustes et respectueux de l’environnement. Lors de la conception des espaces extérieurs, on a veillé à conserver une grande partie des grands arbres et arbustes et opté exclusivement pour des essences indigènes pour les nouvelles plantations. L’espace extérieur est divisé en plusieurs zones aménagées de manière différenciée en fonction de leur utilisation, comme la cour de récréation avec sa structure de jeux en bois, la place en gravier agrémentée de bancs et les aires dévolues en premier lieu aux écoles maternelles. En dehors des heures de cours, l’espace extérieur du complexe scolaire est à la disposition de la population, soulignant ainsi la position centrale de l’école dans la vie du quartier. Situation

3605


Rez-de-chaussée

3606

Etage


Coupe

20 m

Composition toiture: Couverture métallique Lé acoustique Voligeage 27 mm Contre-lattage 60/100 mm/ ventilation 100 mm Lé de sous-couverture Sous-couverture en panneau de fibre isolant 60 mm Structure C24, 80/280 mm, e = 625 mm/ isolation cellulose280 mm Panneau trois plis joint étanché 27 mm Frein vapeur Lattage 60 mm/ isolation laine minérale 30 mm couche de séparation Plafond acoustique 25 mm Chevrons 120/680 mm, e = 1150 mm, en-dessous du panneau de fibres isolant

Coupe détail façade / toiture

Composition paroi: Papier peint Plaque carton plâtre 15 mm OSB, joints collés 15 mm Ossature C24, 60/240 mm, e = 625 mm/ isolation cellulose 240 mm Panneau de fibre 60 mm Ventilation étagée max. 140 mm Lattage vertical 30 mm Lattage horizontal 30 mm Bardage vertical rainé-crêté 120/22 mm Nervure 120/240 mm appui sur panneau de fibre

3607


Documentation spécialisée BOIS Commandez maintenant sous www.lignum.ch/fr > Shop bois et réhabilitation de l’enveloppe Markus Mooser, Lucie Mérigeaux, Denis Pflug, Bettina Horsch; PPUR, Lausanne 2014, 240 pages en couleur, illustré par de nombreuses figures et photographies, 23 x 29 cm, broché La réhabilitation des bâtiments les plus énergivores se pose aujourd’hui comme un enjeu économique et écologique majeur. Dans ce contexte, les solutions de rénovation en bois et d’isolation par l’extérieur offrent un bilan énergétique optimal. Nouveau prix promotionnel: CHF 20.– pour les membres Lignum CHF 25.– pour les non-membres

Surélévations en bois densifier, assainir, isoler M. Mooser, M. Forestier, M. Pittet-Baschung; en collaboration avec l’Office romand de Lignum, Le Mont-sur-Lausanne; PPUR Lausanne 2011, 196 pages

Tables pour la construction en bois TCB 1 | 2021 Manuel pour le dimensionnement Edition 2021, 1er tirage, basée sur la norme SIA 265 (2021) Construction en bois révisée, 136 pages, n/b, A4, relié, couverture rigide

Lignum Holzwirtschaft Schweiz Economie suisse du bois Economia svizzera del legno Mühlebachstrasse 8 Ch. de Budron H6, CP 113 CH-8008 Zurich CH-1052 Le Montsur-Lausanne Tél. 044 267 47 77 info@lignum.ch www.lignum.ch

Tél. 021 652 62 22 Fax 021 652 93 41 cedotec@lignum.ch www.lignum.ch

Bois et panneaux à base de bois: critères de qualité dans la construction et l’aménagement intérieur – Usages du commerce en Suisse, Edition 2021 2021, 140 pages A4+, illustrations en couleur, broché, perforé 4 trous (aussi livrable sous forme de E-Book)

Rédaction Jutta Glanzmann, Lignum et Ariane Joyet, Lignum-Cedotec Conception graphique BN Graphics, Zurich Impression Kalt Medien AG, Zoug Administration, abonnements, expédition Lignum, Zurich

Bulletin bois, mars 2022 Editeur Lignum, Economie suisse du bois, Zurich

Bardages en bois – Guide pratique Ingo Gabriel; PPUR, Lausanne 2012, 120 pages

Le Bulletin bois paraît quatre fois par ­année, en allemand et en français. Abonnement annuel CHF 48.– Publications isolées CHF 20.– Classeur (10 numéros) CHF 140.– Classeur vide CHF 10.– Prix sous réserve de modifications. Les membres de Lignum reçoivent le Bulletin bois et le Lignatec gratuitement. Les droits pour la publication des diffé­rents objets présentés restent réservés aux architectes respectifs. Les informations publiées ont été recueillies auprès des concepteurs. Hotline – Service technique: 021 652 62 22 Nos spécialistes répondent gratuitement à vos questions entre 9 h et 17 h.

ISSN 1420-0252


Issuu converts static files into: digital portfolios, online yearbooks, online catalogs, digital photo albums and more. Sign up and create your flipbook.