Page 1


Président Jacques de la Chaise

édito

'Bon'jour !

jacques@lebonbon.fr Rédacteur en chef Julien Chavanes julien@lebonbon.fr Graphiste Gaëlle Lepetit gaelle.lepetit@gmail.com Secrétaire de rédaction Sophie Rosemont Rédaction Clara Rosenfled, Emilie Vidaud,

Je sais pas si vous êtes au courant, mais 2012 sera la dernière année de l’humanité. Eh oui, c’est comme ça. Fallait pas faire le malin. C’est le calendrier Maya qui le dit. Et niveau calendrier, ils sont costauds les

Jerôme Cohen, Elise Monnier,

Mayas, pas du genre à te coller du chaton chaque mois et attendre la

Lucas Onestas, Clément Léon R

piécette en janvier. Non. Le Maya, il te fait un calendrier bien balèze

Photographes Stéphane « Sby » Balmy, Thomas Orssaud, Audrey Wnent, Jérôme Cohen Petites annonces

de 5125 années ! Bing ! Manque de pot, il s’arrête en 2012. Le type qui comptait, un certain Gérard, a posé sa dem’. La feignasse. Et donc patatra, fin du monde. Merci Gégé. Comme les Mayas sont vraiment trop forts, on a même la date : le 21 décembre. A 3h32. Ben quoi ? Tu pensais quand même pas que l’Apocalypse allait débarquer gentiment à l’heure du thé, avec un bouquet de

annonce@lebonbon.fr

fleurs et le sourire aux lèvres ? « Pardon, je veux pas vous importunez,

Rejoignez-nous

mais il va falloir tous mourir s’il vous plait. Merci. » Non. L’Apocalypse,

recrut@lebonbon.fr Contactez-nous hello@lebonbon.fr 01 48 78 15 64 SAS Le Bonbon

il se pointe en pleine nuit en poussant des cris flippants : « Raaaaaahou !!!! » « Oui bon ça va on a compris !! Pas la peine de gueuler !! » Si l’on en croit les études d’éminents spécialistes, la terre devrait s’effondrer sur elle-même. Un genre de pet foireux. Prout ! Et hop, terminé. Mais rassures toi, cher lecteur, aucune raison pour toi de craindre l’eschatologie 2.0 ! Le Bonbon est en papier tantrique ignifugé Aztèque ! Et oui, tu tiens dans tes mains un talisman anti calendrier Maya, anti fin du

31 bis, rue Victor-Massé

monde, anti connerie, anti morosité ! C’est très simple : le 21 décembre

75009 Paris

2012, tu te munis de ton magazine préféré et tu le places sur ton auguste

SIRET 510 580 301 00016

crâne tel un chapeau ! Ca va calmer direct l’Apocalypse : « Mince, un lecteur du Bonbon ! J’me casse ! » On se retrouve le 22 décembre pour repeupler le monde ? Ça va être sympa.

Publicité pub@lebonbon.fr

Julien Chavanes

06 33 54 65 95 Régie grands comptes jean@lebonbon.fr Jean / 06 48 26 88 53

1—

18


H56G96 5P6H5 6 P9>

+CPAPCBG F F

AMSPQ BCQQ?G EP?RSGR

T.F++3.2 (-+&L2+$

 PSC4ĚPML  RCJ  K?GJK?PGLCPCEK?GJ AMK

 ?LQ  ?LQ D?AC@MMI2FĚċRPC0FGLM


sommaire

Février 2012

6. La Balançoire

10. Mansfield TYA

14. Morad

18. Estelle Lemaître

22. Lou Charmelle

28. Ligne 12

5. Le Bon Timing

16. Le Bon en Arrière

24. La Bonne Parisienne

6. Le Bon Commerçant

17. La Bonne Asso

26. Les Bons Snapshots

10. La Bonne Étoile

18. Le Bon Artisan

28. Le Conte est Bon

12. Les Bons Plans

20. Les Bons Shops

30. Le Bon Agenda

14. Le Bon Artiste

22. La Bonne Dame

32. Les Bonnes Adresses

3—

18


Pour une entrée prioritaire et gratuite, envoyez un mail à : party@lebonbon.fr

© Mary Brown

Tous les vendredis au Bus Palladium


le bon timing Théâtre

Les évènements à ne pas manquer !

Les Liaisons Dangereuses C’est l’évènement théâtre de ce début d’année. Depuis janvier, John Malkovich met en scène Les Liaisons Dangereuses au théâtre de l’Atelier. Habitué du quartier, l’acteur américain a choisi un écrin parfait pour moderniser le mythique texte de Choderlos de Laclos. Du mardi au samedi, 20h, matinées samedi et dimanche 16h - Théâtre de l’Atelier 1, place Charles Dullin - Tél. : 01 46 06 49 24

Concert

SBTRKT Le nouveau prince du dubstep vient envoyer de la grosse basse bien massive dans les sous-sols de Paname. Auteur d’un premier album brillant, le mystérieux SBTRKT et ses masques ethniques injecte un peu de subtilité à la bass music londonienne. Le 17 février - La Machine du Moulin Rouge 90, bd de Clichy - Tél. : 01 53 41 88 89

Spectacle

Kheiron Partenaire de vannes des larrons de Bref, la série qui cartonne sur Canal +, Kheiron est l’un des talents les plus prometteurs de la scène stand-up actuelle. Roi de l’impro, doté d’une plume vive et percutante, il plie en quatre le théâtre de Dix Heures depuis de longues semaines. Le mardi à 21h30 - Théâtre de Dix Heures 36, bd de Clichy - Tél. : 01 46 06 10 17

Exposition

Hey ! L’art brut, singulier, pop et punk s’affiche à la Halle Saint-Pierre. Une superbe exposition, satirique, enlevée, percutante, brillante. Avec notamment les

DR / DR / DR / DR

œuvres d’Alex Gross, Bettencourt, Chris Mars et notre petit préféré, le belge Elzo Durt. (A lire dans les pages Bons Plans) Jusqu’au 4 mars - Halle Saint-Pierre 2, rue Ronsard - Tél. : 01 42 58 72 89

5—

18


6—

18


le bon commerçant

Texte Clara Rosenfeld Photo Audrey Wnent

La balançoire DANS LES AIRS GOURMANDS Fin de service. Antonin Prion, le patron, se tient der-

Enfin une carte qui ne s’endort pas sur ses lauriers

rière le comptoir. Frédéric Chartier, le chef cuisinier,

(même s’il y’en parfois dans l’assiette…) ! Elle change

est assis sur la balançoire au milieu du restaurant.

toutes les trois semaines selon « l’humeur du chef et

Ils ont respectivement 26 et 25 ans, les cheveux

du primeur », me raconte Frédéric. En entrée, le foie

ébouriffés, l’âme de deux bosseurs. Un vrai duo de

gras chutney pomme/poire en fera succomber bon

jeunes passionnés ! La Balançoire, c’est un bistrot

nombre. Le filet de dorade et sa purée de fenouil

contemporain de quartier où on se sent comme à la

caramélisé comble les palais. Enfin, laissez vous ber-

maison.

cer par des intitulés comme « tiramisu au brownie », ou encore « poire pochée au carambar ». Le tout s’ac-

Déco épurée, murs blancs (avec sur l’un deux le

compagne de chouettes bouteilles de vin, comme une

pochoir d’une jeune fille sur une balançoire), lampes

bouteille de Chitry (petite ville à côté de Chablis) si

en zinc, vieux parquet, chaises en bois, anciens sièges

vous êtes tenté par du blanc. On a en plus le plaisir

de R8 dans un coin et une vieille carte de Paris. « J’ai

de déguster de la charcuterie aveyronnaise, tout droit

voulu ouvrir un restaurant où j’aimerais aller » m’ex-

sortie de chez monsieur Millas. Il importait à Frédé-

plique Antonin. « J’ai toujours été attiré par la cuisine.

ric que je nomme ce dernier... C’est chose faite ! Ces

J’aime aussi beaucoup le contact avec les gens », me

deux là sont généreux de tout, humainement et pour

raconte-t-il. Pour ce qui est de Frédéric, c’est son

ce qu’ils proposent dans l’assiette.

père qui lui « a inculqué le goût et la passion de la cuisine ». Ayant pas mal voyagé, il confectionne une cuisine ouverte sur le monde. Deux beaux parcours

Chaleureux, ils dispensent des conseils avisés à

donc ! Après avoir évolués dans de grandes maisons

chaque client, prenant toujours le temps de détailler

en France et à l’étranger, ces deux jeunes hommes

les plats de leur carte. L’échange ici se déguste

ont fini par ouvrir leur propre restaurant.

comme un doux met ! Et les conversations dépassent

7—

18


le bon commerçant bien souvent le cadre de la cuisine pour se perdre dans les chaudes heures de la nuit. On est chez soi, à La Balançoire. On a toujours du mal à en repartir et on attend impatiemment le prochain tour. Le midi, on a le plaisir de côtoyer les commerçants du coin. Et le soir, Frédéric et son second, Joris Katakawa, cuisinent pour les habitants du quartier. Pour le déjeuner, optez pour le menu petit prix (15 euros), entrée/plat, plat/dessert, ou même entrée/dessert. Très bientôt la sympathique formule à l’américaine, « La Clooney, What else », ou bien « La Obama ». Bon, le nom n’est pas encore totalement décidé… Mais le contenu, oui : un cheeseburger ou un fishburger et du Coca ou du Sprite à volonté. Evidemment, on est bien loin de la junk food. Ils ont surtout de l’humour ! Sinon les bonbons dans les bocaux sont en libre service. Ah oui, j’allais oublier, n’hésitez pas à ramener vos bouchons de liège, ils les empilent pour recouvrir un mur. Ne loupez pas les fourchettes aimantées à la table en lévitation dans les airs. Pour autant, n’ayez pas peur de les enfourcher. En prime, vous aurez le droit à un shot offert dans un petit encrier. Définitivement, c’est un restaurant qui balance !

La Balançoire 6, rue Aristide Bruant Tél. : 01 42 23 70 83 Ouvert du lundi au samedi 28, rue Yvonne Le Tac Tél. : 01 42 62 39 49 Ouvert le dimanche

8—

18


la bonne étoile

Texte Julien Chavanes Photo Rico Forhan

Mansfield TYA À LA NUIT Le soleil se couche, Mansfield TYA apparait. Avec

Nyx est la déesse la nuit. L’obscurité est plus féconde

Nyx, son nouvel opus, le duo féminin signe une

à la création ?

sublime ode à la nuit. June Mansfield et Lars Von

Julia : L’obscurité est fascinante. Nous sommes des

Trier devisent, les cavaliers défilent, les monstres

enfants de la nuit.

rodent, l’apocalypse approche. Julia Lanoë, moi-

Carla : C’était aussi un thème universel, qui nous ras-

tié de Sexy Sushi, et Carla Pallone nous livrent une

semble et ressemble.

interview nébuleuse dont elles ont le secret. L’Antichrist rôde sur ce disque. Le film de Lars Von La rencontre Carla / Julia ?

Trier a été une grande source d’inspiration ? De quelle

Julia : Nous nous sommes rencontrées au carrefour

manière ? D’autres influences ?

de l’Odéon.

Julia : Oui, nous avons beaucoup émasculé via un

Carla : Merci sœurette.

parpaing. D’autres influences bien sur, comme l’eau, Edouard Levé, la Floride, les phénomènes inexpli-

L’envie immédiate de faire de la musique ensemble ?

qués, le rouge et le noir, et bien sur les huîtres.

Julia : Je pense à la bombe.

Carla : I love Charlotte.

Carla : Oui, pourtant je me sens plutôt bombe à retardement.

Nyx offre un changement assez important par rapport à vos précédents disques, notamment au niveau

Vos univers musicaux sont très différents, presque

des claviers et l’apport de sonorités électroniques.

opposés. Vous avez trouvé rapidement un langage

Qu’est-ce qui a motivé cette orientation ?

commun ?

Julia : Je me lasse vite d’un instrument. Je change

Julia : Non, nous sommes sur la même longueur

souvent. Je change vite.

d’ondes. Sans parler le même langage.

Carla : Nous avons aussi enregistré cet album nous-

Carla : Se comprendre.

mêmes, dans notre studio Sylvestre et Maucotel. Les contraintes techniques sont devenues des outils, la

Pourquoi cette fascination pour June Mansfield ?

recherche et la programmation se sont mélangées à

Julia : Je ne la respecte pas.

la composition.

Carla : Fascination est peut être un peu démesuré… En ce moment, j’essaye de me modérer. C’est une

Que pense Rebeka Warrior (pseudo de Julia au sein

muse inconnue et oubliée.

de Sexy Sushi) de cet album ? Julia : Ma sœur l’aime bien, et pourtant elle est très

TYA ?

tatillonne.

Julia : Oui ? Loulou ? Loulou ? C’est moi.

10 —

18


Etes-vous des Illuminatis ?

de Kergelec que j’ai loué pour l’occasion.

Julia : Nous sommes clairvoyantes.

Carla : « Nightdrive/Apocalypse » (Titre de l’un des

Carla : « What’s that bruit ? » dit-elle.

morceaux de l’abum, ndlr)…. Mais au volant de quelle voiture?

Vous aimez les interviews ? Julia : Ca dépend des questions.

Une chance de vous croiser dans le 18e ?

Carla : J’ai toujours l’impression de ne pas prendre la

Julia : 86%

parole quand on me la donne, et vice versa. Mais oui,

Carla : 8,6%

pourquoi pas. Des infos sur l’apocalypse ? C’est bien pour 2012 ?

L’album : Nyx, Vicious Circle.

Julia : Oui, l’apocalypse c’est pour le 12/12/12, je vous

www.mansfieldtya.com

invite tous à ma sauterie de fin du monde au château

11 —

18


Texte Clara Rosenfled

© Illustration : Turf One

les bons plans

HEY ! Réveillez vos sens… Que ça fait du bien de plonger dans l’univers de la

parents, des supers-héros à l’état de fœtus. Avec

culture pop et alternative. La revue d’art « Hey »

ce mini Hulk, mini Superman ou mini Spiderman, il

vient d’investir la Halle Saint-Pierre. Si la période

questionne les mythes contemporains de l’hyper

n’est pas aux maillots de bain, c’est ici qu’il faut aller

puissance. Cette exposition, en marge des codes

barboter ! L’espace a été transformé en cabinet de

connus de l’art, met en avant des artistes marqués

curiosités ludiques, mystérieuses et envoutantes.

par les cultures urbaines, les comics et le gore. On se laisse embarquer sur une planète lointaine, miroir

L’exposition regroupe les plus belles œuvres tirées

de notre propre société. Des œuvres nourries de noir-

de la revue et on les en remercie ! Ici, ça grouille de

ceur, d’obsessions et de tiraillements. La folie n’est

bizarreries. Au rez-de-chaussée, on est immergé

jamais bien loin.

dans une atmosphère sombre à souhait et au premier étage, ambiance plus légère et colorée pour

Certes, ça peut réveiller quelque peu les âmes sen-

atterrir en douceur, avec entre autres un portrait

sibles ! Mais comme toute exposition choc, qui pour-

d’Elvis Presley version indie qui nous fait de l’œil.

rait rater cela ? Difficile de résister à cette pénombre

L’exposition regorge de belles loufoqueries. Par

lumineuse.

exemple, Jessica Harrison s’empare de la tradition et en salit les contours avec ses petites demoiselles apprêtées en céramique qui portent leur cœur arraché dans leur mains, s’extirpent les yeux, ou encore

HEY !

ont la tête coupée gisant sur le sol. Il est intéressant

Jusqu’au 4 mars

de voir comment l’artiste réussi à détourner un clas-

Halle Saint-Pierre

sique avec autant d’ironie. Vous ne résisterez pas

2, rue Ronsard

non plus au travail du sculpteur français Alexandre

Ouvert tous les jours

Nicolas. Il nous laisse à voir dans des cubes trans

12 —

18


Texte Clément Léon R

© Jérôme Cohen

les bons plans

Le Bistrot 82 Sort de la nuit Pourquoi faudrait-il que tous les sept ans on se

Du bruit, le bar en fait, c’est sur (comme tous, et

retrouve face à une malédiction qui touche la popu-

encore), mais il n’y a jamais d’écarts et il est surtout

lation dans un endroit donné, quel qu’il soit? Nous

l’un de ceux qui s’appliquent le mieux à respecter

nous associons à l’équipe du Bistrot 82 qui se voit

les consignes… Sinon pourquoi cette autorisation

menacer de se faire retirer son autorisation de nuit

existerait-elle depuis si longtemps ? Pigalle sera

qui lui fut livrée il y a sept ans, justement.

toujours Pigalle, et ce n’est certainement pas en retirant une autorisation de nuit à un lieu de quartier

Il existe dans le 18e un lieu que beaucoup d’entre

qui brasse un peuple en recherche de rencontres,

vous connaissent, un bar de quartier mais qui attire

de danse et d’amitiés que les choses vont changer.

aussi des gens qui viennent de loin pour boire un

La France ne va pas bien, laissez-la trouver sa joie

verre entre 16h et 5h du matin. Comme le dit Momo,

dans la nuit qui lui appartient et ne croyez pas que

un des patrons : « la plus-value du bar, c’est l’équipe

vos nouveaux riverains bobos (souvent clients du 82

en place qui assure un confort par sa bienveillance et

aussi) sont ceux qui modifieront l’histoire et l’âme

sa vigilance à ne pas laisser place aux débordements

de ce quartier, qui oscillent depuis toujours entre

malvenus ». Le Bistrot 82 en voit passer des vertes

bonne humeur et convivialité sans avoir besoin d’être

et des pas mûres, des moches et des rebelles, des

muselées.

sobres et des pochtrons, et ce dans un respect de la fête dont nous jouissons tous. Ce qui fait l’originalité de cette navette immobile c’est que je pourrais tout autant y croiser une grande star

Le Bistrot 82

insomniaque qu’un ami du quartier, que mon père en

82, rue des Martyrs

costume parfait qui sort d’un diner séminaire à Paris

Ouverture : 16h

ou même les policiers qui savent bien que le Bistrot

Fermeture : mobilisez-vous contre !

82 n’a rien à se reprocher.

13 —

18


14 —

18


le bon artiste

Texte Julien Chavanes Photo Stéphane « Sby » Balmy

Morad POUR LA BEAUTÉ DU GESTE Morad est une légende du rap français. Membre de

slogan immortel. Le temps a passé, Morad a vieilli.

la mythique Scred Connexion, il fait planer ses rimes

C’est un homme de 35 ans qui s’ouvre aujourd’hui sur

sur les hauteurs de Barbès depuis près de 20 ans.

ses expériences, avec toujours ce souci de vérité.

Après avoir traversé de multiples épreuves, il sort

« Je n’ai pas fondamentalement changé, mais j’ai

enfin son premier album, Le Survivant. Un disque

appris beaucoup de choses. J’ai appris que je pouvais

brillant et sincère, hurlant de vérité.

avoir tort. J’ai compris que tout n’était pas tout blanc ou tout noir. La vie est bien plus complexe et nuancée

« Puisque c’est tout c’qui reste, que j’y suis presque /

que ça. J’ai besoin d’évoquer ces changements, de

Je choisis de le faire pour la beauté du geste. » Morad

rester vrai. » Sur les excellents « Dégage le passage »

est revenu de tout. De la frustration, de la came,

et « Un point tout c’est tout », il se livre sans détour.

de la maladie, de la prison. De ces voyages vers les

Mais ce disque est aussi une déclaration d’amour

confins, il traine encore un lourd bagage. Mais son

au rap, avec son lot de morceaux percutants comme

esprit est libéré. C’est cette résilience qu’il rappe

l’hilarant « Chakchouka »avec Mokless, le révolté

avec sincérité sur Le survivant. Dans les locaux

« Les choses comme elles viennent » avec Casey ou

d’Only Music, il raconte simplement ce retour à la

l’implacable « Si tu reviens de loin » avec Koma. Cet

vie. « Le Survivant, ce n’est pas une manière de me

album aurait pu ne jamais voir le jour. Le Survivant

glorifier. Je ne suis pas un héros. Je parle de la survie

aurait pu être L’oublié. Mais Morad s’est accroché.

au sens large. C’est le quotidien de beaucoup de gens

« J’ai eu tellement de galères, qu’à un moment j’ai cru

qui n’ont pas l’impression de vivre, mais de survivre.

que je n’y arriverai pas. Et puis j’ai reçu des soutiens

C’est presqu’une philosophie : comment faire pour

qui m’ont permis d’y croire à nouveau. Et je l’ai fait.

m’en sortir ? Quand on est dans la survie, on déve-

J’ai fini. Il est là… » Il tapote doucement la pochette

loppe des qualités humaines qui sont belles, impor-

de ce disque si précieux. Il y’a là bien plus que de la

tantes. » Parler des autres, toujours, avant de parler

musique. Une vie nouvelle.

de soi. Morad a la pudeur des gens humbles. Durant plus de 15 ans au sein du groupe Scred Connexion, il a défendu un rap engagé, honnête et réaliste, quand

myspace.com/moradscred

la hype lustrait le bling-bling . « Jamais dans la ten-

www.onlymusic.fr

dance, mais toujours dans la bonne direction » : un

15 —

18


le bon en arrière

Texte & photo Jérôme Cohen

Dalida LA STATUE AUX SEINS LUSTRÉS Sur la place Dalida, le buste de la chanteuse attire

champt. Elle s’est fondue dans ce quartier comme

autant les mains qu’elle attira l’amour de son public.

tant d’autres artistes avant elle. Mais c’est elle qui l’a sans doute marqué le plus profondément. Son public

De toutes les statues de Montmartre, celle de Dalida,

a eu une si profonde adoration pour elle qu’il en reste

sur la place qui porte son nom, a une lueur parti-

encore comme des échos. On pourrait presque sen-

culière. Celle d’une star immortelle. Son buste de

tir encore sa présence mélancolique et apaisante. Quelle star en France a eu un destin si lumi-

bronze, façonné par le sculpteur Aslan, a le

neux et tragique à la fois ? Elle a passé

regard triste caché derrière des pupilles

toute sa vie à chercher l’amour, à tra-

mi-closes, et des seins lustrés à force

vers les hommes ou les différentes

d’être caressés par des milliers de

spiritualités. Finalement, seul le

mains. Souvent, une statue de saint a les pieds brillants car les

public le lui a apporté.

pèlerins les touchent pour se

Dès 1956, son succès ne s’est

porter bonheur. Mais qu’espère-

jamais interrompu. Le disque

t-on en effleurant la poitrine de

d’or a été inventé pour elle et ses

Dalida ? Rien. Si ce n’est répondre

tournées l’ont conduite sur tous les continents. De « Bambino » à

à l’appel de ce décolleté… Si

Montmartre

était

le

« Mourir sur scène », Dalida a tra-

Mont

versé quatre décennies, surfant sur

Olympe des arts, Dalida serait Aph-

les vagues yéyé et disco avec la même

rodite, déesse de la variété. Sex-sym-

facilité.

bol mondiale, ses robes fendues jusqu’aux hanches ont irrémédiablement marqué l’ima-

Chaque année, des milliers de fans viennent

gerie sexy des années 70 et 80.

se recueillir sur ces lieux en priant encore pour elle,

Et dire qu’elle a emménagé là, en 1962… À deux

regrettant son geste fatal du 2 mai 1987.

pas de chez nous, dans un hôtel particulier niché

Sa tombe est toujours l’une des plus fleuries du

dans une rue étroite et biscornue, 11 bis rue d’Or-

cimetière de Montmartre.

16 —

18


Club Montmartrois

Tudo Bom ?

Coup de cœur

-10%

Découverte» :

20 € pour 2

sur tous

personnes

vos achats

(au lieu de 40€)* Fitness Club 35 activités pour tous 7 jours / 7

Vêtements colorés diffuseurs d’énergie brésilienne

60, rue Ordener

pour femme, homme et bébé. Coton bio et équitable

Tél. : 01 42 52 50 50 - www.clubmontmartrois.fr

8, rue des Abbesses - (Métro Abbesses ou Pigalle)

À deux pas de la mairie

Tél. : 01 42 54 01 28

*Valable une seule fois par personne

www.tudobom.fr - Ouvert du mardi au samedi

Je Veux Les Mêmes

Sac & Sac

Pour vous, Amies du Bonbon

- 10 %

-10%

sur les bijoux

sur les vêtements

Création de bijoux mignons

Le petit bazar chic des Abbesses

101, rue Lamarck

30, rue des Abbesses - Tél. :01 42 64 51 11

Tél. :01 71 70 56 92

M° Abbesses - sacetsac@wanadoo.fr

Ouverture du mardi au samedi

Lundi 15h -19h30 / Mar Sam 10h30 - 14h /15h - 19h30

www.jeveuxlesmemes.com

Facebook : sac&sac


Offre non cumulable valable du 1er février au 5 mars 2012

Offre non cumulable valable du 1er février au 5 mars 2012

Offre non cumulable valable du 1er février au 5 mars 2012

Offre non cumulable valable du 1er février au 5 mars 2012


Rouge Passion

Atelier Floral

Si à la caisse,

200 références

“Je vous aime”

de vins à prix

vous prononcez, un

caviste,

cadeau vous sera

à emporter

donné

Cuisine de bistrot, produits du marché

A la Saint-Valentin, venez nous serrer la main

Une belle sélection de charcuteries, fromages

74, rue Doudeauville - Tél. : 01 42 58 81 73

Droit de bouchon sur place 7 €

Métro Château Rouge - Mar au Sam 9H30 - 21H00 /

14, rue Jean-Baptiste Pigalle

Dim 9H30 -15H30 - atelierfloral75@gmail.com

Tél. :01 42 85 07 62 - www. rouge-passion.fr

https://www.facebook.com/atelierfloral75

Nectar de vigne

Le Petit Parisien

La dégustation s’invite chez vous…

- 10 %

- 5%

sur votre

sur l’addition !

dégustation à domicile Cours thématiques autour d’une sélection de vins

Restaurant ambiance bistrot

choisis pour leur typicité et leur qualité.

Cuisine traditionnelle et authentique

Groupes 6 à 12 personnes.

Ouvert tous les soirs 7j/7 - Brunch le week-end

Tél. : 06 27 07 68 48 - contact@ndvparis.com

lepetitparisien18@gmail.com

www.nectar-de-vigne.com

28, rue Tholozé - Tél. : 01 42 54 24 21


Offre non cumulable valable du 1er février au 5 mars 2012

Offre non cumulable valable du 1er février au 5 mars 2012

Offre non cumulable valable du 1er février au 5 mars 2012

Offre non cumulable valable du 1er février au 5 mars 2012


la bonne asso

Texte Lucas Onestas

L’Indépendante CONSOMMER AUTREMENT Alors que partout en Occident, l’hyperconsommation

mêmes attributions et la prise de décision y est

montre ses limites et ses effets néfastes, des citoyens

toujours collégiale. Les fonctions y sont tournantes :

du 18e arrondissement ont décidé de se réunir et de

chacun des adhérents est amené à tour à tour tenir

prendre leur destin en main… en commençant par

la caisse, nettoyer la réserve ou se charger des

leur assiette ! Visite de L’Indépendante, toute nouvelle

approvisionnements. Une manière de faire participer

coopérative alimentaire autogérée.

tout le monde, même les plus timides se prennent au jeu et vont dénicher un petit producteur de sel en région nantaise ou des farines bio dans la Sarthe.

La Maison Verte, rue Marcadet, accueille

« À L’Indépendante, on vient tous pour des rai-

depuis trois mois de nouveaux pensionnaires, remuants :

les

nombreux

sons différentes : sortir du système des

et

supermarchés, consommer bio, poser

adhérents

un acte altermondialiste ou simple-

de L’Indépendante. Cette du

ment… se faire des amis. » détaille

genre dans l’arrondisse-

Pascal, président de la coopérative.

ment, amène une autre

Car oui, la coopérative c’est avant

structure, première

façon de penser l’ac-

tout un lieu de vie et de rencontre.

tion collective : le mili-

Ses quarante-deux membres sont d’horizons et d’âges variés mais se

tantisme par le coup de

retrouvent aussi et surtout pour par-

fourchette ! La coopérative

tager de bons moments. Ainsi s’organi-

propose une alternative plus

sait le 7 Janvier la première Journée Festive

écologique et plus équitable au

de la coopérative, ouvert au public, avec repas,

système de la grande distribution : les producteurs locaux sont favorisés, ce qui minimise

projection-débat et concert d’un ensemble vocal. Un

la pollution générée par leur transport ; les produits

événement sans doute amené à se répéter. Les adhé-

équitables et/ou issus de l’agriculture biologique

rents de L’Indépendante n’ont qu’une ambition pour

sont privilégiés autant que faire se peut ; la coopé-

le 18e : faire des émules !

rative traite directement avec les producteurs, ce qui évite les surcoûts liés aux intermédiaires. Sur-

Coopérative L’Indépendante

tout, L’Indépendante s’organise d’une façon insolite

A La Maison Verte - 127, rue Marcadet

et démocratique : tous les membres disposent des

17 —

18


le bon artisan

Texte Elise Monnier Photo Audrey Wnent

Estelle Lemaître ET LA LUMIÈRE EST Bien au dessus des pavés battus par mademoiselle

décorateurs ne s’y trompent pas, sa première com-

Poulain, la rue Lepic n’oublie pas de nous émerveiller

mande fut d’ailleurs des petits abat-jours avec say-

et compte parmi ses étoiles Estelle Lemaître, créa-

nète en ombres chinoises pour la Comédie Française

trice bien nommée pour éclairer nos nuits. Passons

et elle vient d’achever une série dorée à la feuille

la porte de son atelier boutique et laissons opérer le

pour le Théâtre de la Madeleine. Velours profond, or

charme de la fée électricité.

et lumière se répondent, les lampes d’Estelle entrent en scène et parlent un langage intemporel. Telle une

Il fait grand froid, le jour tombe, j’ai rendez-vous

alchimiste, elle joue sur les dosages, les volumes,

dans un havre de paix où flotte un léger parfum

mélange savamment les matières brutes comme

de papier d’Arménie, la morosité de l’hiver est vite

les étamines de lin et la préciosité des galons pour

oubliée car « Là, tout n’est qu’ordre et beauté, luxe,

atteindre l’équilibre parfait, le raffinement neutre.

calme et volupté. ». Bienvenue chez Estelle Lemaî-

C’est au prix de cette exigence que l’on accède au

tre, le charme à l’état lumière. Notre hôte baigne

vrai luxe qu’est la simplicité sans tape à l’œil, comme

dans la décoration depuis l’âge de 7 ans et grandit

un parfum rare à la séduction immédiate. Elle ne

au dessus de la boutique de sa maman, elle même

délaisse pas pour autant la fonctionnalité de l’objet

créatrice de luminaires. Plus qu’un métier, la lumière

en décentrant le point électrique. C’est ainsi qu’un

fut une évidence, elle cite d’ailleurs volontiers un

plafonnier devient, grâce à un système de poulie, une

film de Lelouch dans lequel il est dit que « vendre

lampe nomade qui se plie au désir de son utilisateur

de la lumière, c’est vendre du rêve ». Un rêve qu’elle

sans perdre son esthétique. « J’adore que les objets

alimente d’objets détournés, chinés et décapés par

aient plusieurs fonctions. Quand je vois un vase qui

son père antiquaire comme les très beaux anciens

peut aussi faire photophore, je suis très contente, il a

bocaux de pharmacie qui attendent sagement leur

une double utilité. »

réincarnation au fond de l’atelier. Perfectionniste,

Si vous voulez pimenter la conversation, parlez à

Estelle accorde une très grande attention au choix

notre créatrice de la disparition progressive de nos

de ses matériaux et recherche l’exception en tra-

chères ampoules à filament, « C’est du despotisme! »

vaillant avec un carcassier, des éditeurs de tissus et

s’anime Estelle « les gens vont déprimer à vivre sous

de galons, en faisant faire tous ses fils électriques

led ! » Pour autant, pas d’inquiétude car indépen-

par un artisan lyonnais, « puisqu’on ne peut cacher

damment de l’ampoule, comme le silence après

les fils, autant les valoriser! C’est cette somme de

Mozart est encore du Mozart, les luminaires d’Estelle

petites choses qui font un objet remarquable. » Et les

Lemaître, même éteints, conservent tout leur éclat.

18 —

18


Estelle Lemaître

La constellation d’Estelle:

69, rue Lepic

Fleuriste Jacques Semer

Tél. : 01 44 92 83 35

56, Rue Caulaincourt - Tél. : 01 42 23 53 04

Horaires d’ouverture

17, Rue Joseph de Maistre - Tél. : 09 81 21 62 80

Tombées du camion Mardi et mercredi sur rendez-vous

Le vingt heures vin

Du jeudi au dimanche : 14h-20h

17, Rue Joseph de Maistre - Tél. : 09 54 66 50 67

19 —

18


Texte Sarah Bouasse

© DR

les bons shops

Le Cirque à Puces La Ronde des jouets Bienvenue dans le grand cirque des jouets ! Rue Mar-

chambre. Un univers féérique qui charme les enfants

cadet, Elisabeth reçoit les plus petits dans sa caverne

à chaque visite. Se promener dans le Cirque à puces,

d’Ali Baba où se cachent bien des trésors…

c’est déjà une fête.

Avec sa façade rose et ses grandes vitrines, voilà

Quant à l’atmosphère qui règne au Cirque à Puces,

une boutique qui tape dans l’œil quand on se balade

elle est conviviale : si vous venez le week-end, il n’est

rue Marcadet. Mais attendez un peu d’y entrer pour

pas impossible que ce soit l’une des deux filles d’Eli-

en prendre plein les mirettes : le choix est tellement

sabeth ou bien une de ses copines qui vous fasse un

large qu’il y en a pour tout le monde, des doudous

joli paquet cadeau ! C’est pour cette ambiance qu’elle

pour les nouveaux nés, aux jeux de société pour les

a choisi de s’installer ici, dans un quartier qu’elle

plus grands !

aime et où elle tutoie une très large majorité de ses clients, qui sont autant ses voisins que ses amis.

Au sol, à l’entrée, une belle marelle pour se mettre dans l’ambiance, et des couleurs de partout. Pour les

Ne vous impatientez pas si vous devez attendre

petits, il y a des peluches ultra-douces, des poupées

un peu avant de vous faire servir, Elisabeth aime

et des poussettes, des dinettes, des marionnettes et

prendre le temps de conseiller tout le monde. Une

des hochets. Les plus grands s’amuseront avec des

bonne adresse à retenir pour le prochain anniver-

livres, des puzzles, des trains électriques, des Kapla

saire… ou même avant, d’ailleurs !

dans leur boite à l’ancienne (attention au coup de vieux !), des Lego, des cartes Pokemon… On trouve aussi une impressionnante sélection de figurines, quelques vêtements, des cartons d’invitation à cus-

112 Ter, rue Marcadet

tomiser soi-même pour les anniversaires, des boites

Tél. : 01 42 23 01 82

à musique et de quoi faire une super déco pour sa

20 —

18


Texte Clémentine Huet

© Clémentine Huet

les bons shops

Sœur Simone Hom(e)age à l’objet Dans la rue des Trois Frères, vient d’ouvrir Sœur

présentées des poupées russes musicales et des

Simone, une petite boutique qui propose déco et

tableaux pour enfants peints par une artiste bour-

objets insolites, allant du parquet en bois de chêne

guignonne. Après avoir passé le coin des petits, on

au petit mobilier en passant par des bijoux et malles

découvre les fameux échantillons de parquet en bois

anciennes.

de chêne accrochés au mur, des meubles anciens peints couleur taupe, beige ou encore gris anthracite

La route est longue et les chemins étroits, mais

(peinture aux pigments naturels oblige !), des malles

lorsqu’on arrive au croisement de la Rue Lavieuville

en zinc et des coussins colorés. Entrer dans cette

et de la Rue des Trois Frères, après avoir vaillamment

boutique, c’est entrer dans le monde de Marine, pour

esquivé une bande de touristes japonais, on n’est

découvrir sa manière artisanale d’exposer la déco.

pas déçu du voyage. Sœur Simone est un magasin de

Plus qu’une boutique, Sœur Simone est aménagée

déco à l’allure simple et épurée qui regorge de tré-

comme une pièce à vivre, qui crée une ambiance cha-

sors dont seule Marine, la gérante/créatrice/tenan-

leureuse et rassurante. Cette amoureuse de la récup’

cière a le secret. D’ailleurs, c’est de son amour pour

et des belles choses nous montre que ce qu’il y a de

l’objet et de ce village du 18e arrondissement qu’est

plus important dans l’objet ce n’est pas sa valeur

née sa boutique: « La déco chez moi, c’est une affaire

financière, mais la façon dont il a été façonné.

de famille ». Originaire de Troyes en Champagne, elle

Horaires d’ouverture : Du mardi au samedi de 11 h à

propose du parquet de chêne directement importé

20h (exceptionnellement le dimanche pendant les

de sa région, du petit mobilier chiné aux quatre coins

beaux jours)

de la France, des bijoux conçus par une artiste espagnole rencontrée dans un bar à Tapas à Madrid et des

35, rue des Trois Frères

objets insolites dont elle garde secrètes les adresses

Tél. : 09 82 51 49 70 - Mail : contact@soeursimone.fr Facebook : Sœur Simone

tout comme le nom « Sœur Simone ». Un petit couloir sépare les deux pièces où sont

21 —

18


la bonne dame

Texte Julien Chavanes Photo Byclown

Lou Charmelle CORPS ET ESPRIT Avec finesse, charme et intelligence, Lou Charmelle

de filles de mon âge. Le porno m’a permis de ten-

souffle un peu de fraicheur dans un univers du X qui

ter de nouvelles choses dans un cadre sécurisant.

en manque parfois cruellement. Porno star adulée

J’avais très envie de découvrir la bisexualité ou des

en cachette, starifiée dans la pénombre, elle raconte

pratiques un peu plus extrêmes. J’ai pu réaliser ces

avec simplicité ce métier en clair obscur. We love

fantasmes.

Lou ! Ça bouleverse la sexualité ? Ton entrée dans le x ?

C’est inévitable. Avant le X, j’avais tendance à recher-

Un jour d’ennui, je me suis retrouvée dans un salon

cher des relations très directes avec des hommes

érotique avec un ami. Il m’a mise au défi d’offrir mes

d’un soir. Je voulais des sensations fortes. Ce n’est

services à certains producteurs. Je ne pensais pas

plus le cas: j’ai assouvi ces envies dans le porno, je

franchir le pas, mais j’ai rencontré un réalisateur

privilégie maintenant d’autres choses dans ma vie

sympa qui m’a proposée de tourner ma première

intime, du contact, de la tendresse, de la connivence,

scène. Ca avait l’air fun, j’ai accepté ! C’était en 2008,

de la confiance.

j’avais 24 ans. Quelles sont les tendances du porno actuel ? Comment s’est passée cette première fois ?

Après une longue période de domination du gonzo

Très bien ! Evidemment, au début c’est assez inti-

et des pratiques les plus extrêmes, on assiste à un

midant. Mais c’était un petit tournage, ça m’a ras-

retour progressif vers du sexe plus raffiné avec ce

surée. Une fois que qu’on a commencé à tourner, je

qu’on appelle le « X Art ». Le public a changé, il y a

me suis sentie bien. Ca m’a donné envie de continuer.

de plus en plus de femmes et de couples. On s’est

A l’époque, j’étais aide soignante. J’avais des envies

lassé de la surenchère hardcore, des performances

d’ailleurs, de voyages, d’expériences. Le porno m’a

mécaniques et de l’étalage de chair. Avec le X Art,

permis de vivre mieux et de m’éclater.

l’image est soignée, les acteurs ne sont pas stéréotypés, on leur demande de jouer le plaisir, d’en prendre

Est-ce également un moyen d’explorer ses fan-

également, d’oublier les codes classiques du porno.

tasmes ?

On revient à une sexualité « normale », celle de mon-

D’une certaine manière, oui. Avant de me lancer,

sieur tout le monde, à laquelle on peut s’identifier.

j’avais déjà une sexualité libérée, comme beaucoup

Les scènes sont aussi davantage scénarisées. Ca

22 —

18


me convient parfaitement. Personnellement, ce qui

n’ai pas vraiment de plan pour l’après. Je profite

m’excite ce sont les situations, les regards, la rela-

pour l’instant de la liberté que m’offre le X, en gar-

tion entre deux acteurs. J’ai fait quelques tournages

dant ma simplicité. Là, je pars à Las Vegas pour les

de X Art et c’est très stimulant, même si c’est nette-

AVN Awards, la plus grande cérémonie de récom-

ment plus exigeant au niveau du jeu. Je trouve cette

penses du milieu. Je suis nommée dans la catégorie

évolution assez rassurante.

« meilleure actrice étrangère » !

Tu imagines comment la suite de ta carrière ?

www.loucharmelle.com

Je pense continuer encore un an ou deux, mais je

23 —

18


la bonne parisienne

Texte Sandra Serpero Illustration Agathe The Melon

Love is in the air 1 — ENVOUTEMENT FLORAL Boudez les traditionnelles roses et démarquez-vous en offrant à votre bien-aimée un lys. Vous marcherez ainsi sur les pas des Grecs et des Romains de l’Antiquité qui paraient les jeunes filles de sublimes couronnes de lys pour appeler l’amour, deux jolis ingrédients pour une Saint Valentin réussie ! Lys en pot, 25 € - www.maplanteetmoi.fr 2 — REBOOSTEZ VOTRE SEX APPEAL ! La plus grande communauté de la séduction en France prodigue des conseils au quotidien pour avoir confiance en soi, pour oser aborder la fille de vos rêves et la conquérir ! Distributeurs du plus célèbre des coachs en séduction, Mystery, les coachs présents sur www.artdeseduire.com attendent ceux qui ont besoin d’un coup de pouce en la matière. 3 — CLICHÉS TRÈS INTIMES… Immortalisez votre soirée de Saint Valentin et figez l’inattendu sous l’objectif de la photographe Daisy Reillet. Elle installe son studio dans votre chambre, vous n’avez plus qu’à dormir, les clichés se font tous seuls. Les croissants vous sont apportés le matin au moment du démontage avant la livraison des 12 meilleures photos collées sur dibond et chassis. Dément. Infos sur www.justfortwo.fr 4 — AUDACE CHOCOLATÉE La St Valentin 2012 sera coquine ou ne sera pas ! Donnez le ton avec cet écrin 69 signé Fauchon et dégustez ces délicieux chocolats, mélange étonnant de saveurs. Une belle entrée en matière pour poursuivre la soirée sur plus de gourmandise… Collection 69, Fauchon – 15 € - www.fauchon.com 5 — UN AMOUR DE DÎNER-CROISIÈRE Paris la ville la plus romantique du monde ! Retrouvez le plaisir de la découvrir au fil de l’eau le temps d’une soirée sur un élégant bateau. Dans l’assiette, un menu raffiné imaginé par le chef Tateru Yoshino, étoilé au guide Michelin. Et dans les yeux de votre fiancée, le plein d’étoiles… Dîner croisière, Paris en scène, 1h30, 99 € - Réservation : www.paris-en-scene.com

24 —

18


Il vous suffit de prononcer le mot magique le Bonbon au moment de payer et vous bénéficierez de l’offre annoncée !


Retrouvez encore plus de bons plans sur www.leBonbon.fr

Š Antoine Garnier / Face de Bus


le conte est bon

Texte Emilie Vidaud Photo Thomas Orssaud

Ligne 12 DANS LES ENTRAILLES DU VORTEX À 25 mètres sous terre, il existe un monde parallèle

dans un brouhaha assourdissant, se met en place le

où le silence n’a pas le droit de cité et où l’odeur

ballet où l’homme fait corps avec la machine. « Il y a

suffocante de béton humide envahit vos narines.

toute une hiérarchie de petites fourmis qui œuvrent

Dans les entrailles d’un tunnel souterrain long de

pour un seul et même objectif : poser les fondations

presque quatre kilomètres, 200 hommes œuvrent à

du métro de demain. C’est une aventure humaine

la construction du métro parisien : le prolongement

extraordinaire de pouvoir participer à la construction

de la ligne 12 vers Aubervilliers. Conduit par un

d’un ouvrage d’une telle envergure. C’est un vrai tra-

Groupement d’entreprises Vinci/Eiffage, ce chantier

vail d’équipe ! », raconte Julien, ingénieur sécurité-

s’inscrit dans le projet du Grand Paris. Rencontre

environnement sur le chantier. Issu d’une famille de

sous terre, avant la mise en service prévue en 2013.

quatre enfants, ce passionné d’écologie a appris très tôt à la jouer collectif, d’abord avec son frère jumeau !

Une secousse nous remonte les boyaux annonçant

« Ma mère infirmière urgentiste et mon père serial

le début de la descente rythmée par le bruit grin-

entrepreneur dans le Minitel puis le Web, ont éveillé

çant des chaînes métalliques. Le petit ascenseur

notre conscience collective tout en nous donnant

jaune ferrailleux descend doucement mais sûrement

les armes pour ne pas avoir peur d’entreprendre ».

jusqu’à l’entrée du cylindre béant qui dévoile à perte

Aucun doute là-dessus ! Du haut de ces 29 ans et de

de vue des mètres et des mètres de tunnel. Il est là,

son air teinté de bonhomie, Julien assure aujourd’hui

le prolongement tant attendu de la ligne 12 du métro

la sécurité de près de 200 hommes sur le plus gros

parisien : trois stations supplémentaires de Porte de

chantier d’Ile-de-France en Génie Civil. Et il prend

la Chapelle à la Mairie d’Aubervilliers. Un « Paris sur

son rôle très au sérieux : « conduire des Grands Tra-

l’avenir » débuté en mars 2008 sous la houlette des

vaux est un défi de chaque instant qui vise à moderni-

plus grands conducteurs de travaux français. Car

ser sans altérer l’identité du paysage et sans mettre

dans les profondeurs abyssales de ce souterrain,

en péril la vie de ceux qui le construisent ». On attend

rien n’est laissé au hasard pour creuser la terre et

avec impatience de voir, en 2013, le résultat de

mettre en marche le tunnelier, ce monstre en acier

cette nouvelle identité urbaine qui relance (enfin !)

baptisé Elodie, du nom de la plus jeune conductrice

la machine des grands travaux souterrains dont le

de la ligne 12. Ici, chaque homme est à son poste et

savoir-faire français est mondialement reconnu :

exécute avec précision une cadence réglée comme

« c’est une famille, le souterrain. Tous les gens se

du papier à musique : 45 minutes de creusement, 45

connaissent car il y a entre les générations un trans-

minutes de consolidation, puis à nouveau 45 minutes

fert du savoir-faire qui induit un profond respect ».

de creusement. À l’heure de pointe en plein après-

Un grand merci à Julien qui a ouvert au Bonbon les

midi, éclairé à la lumière artificielle vacillante et

portes de cette famille pas comme les autres !

28 —

18


29 —

18


le bon agenda

Agenda des manifestations culturelles

Concerts LA MACHINE DU MOULIN ROUGE Splash Le 03/02/12 DJ Krush VS DJ Vadim Le 04/02/12 Buono ! Le 12/02/12 SBTRKT Le 17/02/12 Hyperdub Party Le 18/02/12

LA CIGALE Sniper Le 03/02/12 LE TRIANON Keren Ann Le 13/02/12 Joe Le 19/02/12 ESPACE FLEURY GOUTTE D’OR

Maxence Cyrin

Spleen + Ardzen + Jeanne La Fonta

Le 27/02/12

Le 02/02/12 Cabaret Electrique

LA BOULE NOIRE Self Concept

Le 09/02/12

Le 04/02/12

Jam Session beatbox

Justin Sullivan

Le 16/02/12

Le 08/02/12

Pygmy Johnson and the Dead Deers (photo)

DJANGO DJANGO

Le 24/02/12

Le 14/02/12

Hip-hop kreyol live session

Reel Big Fish

Le 25/02/12

Le 24/02/12

30 —

18


le bon agenda

Agenda des manifestations culturelles

Théâtre THÉÂTRE DE L’ATELIER

CINÉ 13 THÉÂTRE

Les Liaisons Dangereuses

La Maitresse en maillot de bain

Du mardi au samedi à 20h, 16h le week-end

Jusqu’au 3 mars Diner de famille Jusqu’au 25 février

THÉÂTRE DE DIX HEURES Kheiron Le mardi 21h30 Dedo Le dimanche à 21h30

31 —

18


les bonnes adresses

Régie publicitaire pub@lebonbon.fr 06 33 54 65 95

LE PETIT PARISIEN

CLUB MONTMARTROIS 60, rue Ordener

28, rue Tholozé

Tél. : 01 42 52 50 50

Tél. : 01 42 54 24 21

JE VEUX LES MÊMES

SAC & SAC

101, rue Lamarck

30, rue des Abbesses

Tél. :01 71 70 56 92

Tél. : 01 42 64 51 11

ROUGE PASSION

TUDO BOM ?

14, rue Jean-Baptiste Pigalle - 75009

8, rue des Abbesses

Tél. 01 42 85 07 62

Tél. : 01 42 54 01 28

NECTAR DE VIGNE

ATELIER FLORAL

Tél. : 06 27 07 68 48 - contact@ndvparis.com

74, rue Doudeauville

www.nectar-de-vigne.com

Tél. : 01 42 58 81 73

32 —

18


Clichy Montmartre tables de poker

84, rue de Clichy Paris 9 ouvert tous les jours de 13h à l'aube

Interdit aux mineurs

Pièce d'identité obligatoire

www.cerclecm.com / pokercm.fr

01 48 78 32 85

billards et multicolore


Propose à vendre en exclusivité dans le 18e :

Une charmante maison de 144m² et son jardin arboré

Un bel appartement de 73m² à côté des Abbesses

Immobilier de Charme et de Caractère www.junotinvest.com

lle Nouvece agen

VENTES 27, av. Junot 18e 01 42 55 20 00

19, rue Lepic 18e 01 42 52 40 00

110, av. de Villiers - 17e 01 43 80 10 00

62, rue des Martyrs – 9e 01 53 21 81 21

69, av. Paul Doumer - 16e 01 45 03 10 00

GESTION LOCATIONS 27, av. Junot – 18e 01 42 55 03 70

Paris 18eme - Février 2012  

Découvrez le magazine Le Bonbon Paris 18eme du mois de février 2012.

Advertisement