Page 1

Institut des Sciences Moléculaires d’Orsay

I S MO


Institut des Sciences MolÊculaires d’Orsay


3


4


5


6


7


9


10


11


12


13


14


15


16


17


18


19


20


21


23


24


25


27


28


29


31


32


33


34


35


37


38


39


40


41


42


43


44


45


46


47


Architecture for Science and for the city

KAAN Architecten adds to the Paris-Saclay campus The ISMO, Institut des Sciences Moléculaires d’Orsay, moved into its new abode in the southern part of the Parisian metropolis in 2018, into a building designed by KAAN Architecten. Having been initiated in 2010, it is now a centre of excellence for molecular physics and physical chemistry. Born from the merger of three university laboratories, the ISMO counts more than 170 employees and rooms full of advanced equipment. The new building of the ISMO seems to emerge from the woods. It is robust and elegant, while being principally open in character. It perfectly integrates the diverse and rich group of new buildings located on the Université Paris-Saclay campus. The ISMO is accessible in 50 minutes by RER from Gare du Nord in Paris, then a short walk to the plateau de Saclay. KAAN Architecten is distinguishing itself with a growing oeuvre. Under construction in June 2018 are: the extensive new Zuidas courthouse at Parnassusweg in Amsterdam, Holland; the new CMA Headquarters (Chambre de Métiers et de l’Artisanat) in Lille, France; the radical upgrading of the 19th-century Royal Museum of Fine Arts Antwerp in Belgium; the Geoscience and Environmental Centre of Tübingen University in Germany; and the two campus of the Universidade Anhembi Morumbi in São José dos Campos and Piracicaba, Brazil. And this list is not exhaustive. There are also other plans still in the design phase, 49


including a whole new terminal for Amsterdam’s Schiphol Airport. The ISMO building is a model of the architectural expressivity pursued by KAAN Architecten. The power of these buildings comes to fruition through sound reasoning and a high degree of naturalness. When a balanced – one might even say sublime – building results from labour and craftsmanship that seem almost effortless, it’s called natural. Italians define this natural elegance with the word sprezzatura. Clients and users are drawn to the functional approach, ease of use and architectural character of designs by KAAN Architecten, for they are grounded in practical considerations. The subtle yet expressive functionalism of KAAN Architecten, with its undertones of sophistication, is much valued in France. Designs for residential blocks are currently being executed, or will be soon, in Lille, Nantes and Paris. The Chambre de Métiers et de l’Artisanat building in Lille will be delivered at the begininng of 2019. Representative of the institution through subtle means A basic rational design principle has guided KAAN Architecten in their design for ISMO. The natural setting, with areas that feel more like the woods than a park, gives the Université Paris-Saclay its character; it’s not unlike a luxurious country estate open to the public. This natural plateau with mature trees is worth preserving. It follows that KAAN Architecten proposed the buildings to remain as compact as possible and not be spread out as pavilions. They should be modest and merge with their surroundings. The environment should be given priority and the buildings should not close themselves off to it. The ISMO staff should be able to experience their walk through the corridors, for example to meet up with colleagues, like a walk in the park. And this should be realized by way of the compactness of the building, not despite it. Compact buildings quickly bring to mind an urban environment, where space is limited and land expensive. It would seem that with the extensive grounds here in the south of Ilede-France, there is more than enough room to build, and so it’s unnecessary to be tight with space. Yet the opposite is true. For such a widespread university campus, and one that wishes to convey internationalism, it is the space and wooded surround50


ings that are the most valuable asset. Current concepts of urbanism, underpinned by the circular economy, involve balancing cities, nature and agriculture in one. In contrast to the design solution for the Chambre de Métiers et de l’Artisanat in Lille, KAAN Architecten consolidated the ground plan for the ISMO into a good, solid rectangle. The building in Lille was designed to fit the location and programme, and therefore has a different architectural outcome. In keeping with the basic design concept at the root of ISMO, the rectangle is slightly sunken. Front and back are 77 metres long, the sides are 33 metres and the total height is 15 metres, just under the tree tops and as free as possible from other structures. The volume being perpendicular to the approach road allows the building to nestle slightly into the hillside at its opposite end. By excavating a little deeper into the hill, daylight is able to penetrate to the underground floor here. Two realms, one building The ISMO’s total floor area of around 10,000 square metres is divided into two realms: on one side there are lasers, spectrometers and advanced scientific equipment, while on the other there are the neat and quiet classic offices spaces where people work in concentration at their computers. These two faces of the same institution are expressed architecturally. Two buildings that might have stood separately have been intertwined into a single entity. The laboratories, which often need to be isolated from direct daylight, are situated on the long side of the building facing north. Behind a sleek and smooth curtain wall the built-in electric screens can provide total darkness when necessary. When the screens are up, the equipment and instruments are visible to the outside world as though in display cases. On the south facade, the prevailing ‘enlightenment’ comes from the knowledge and insight extracted from the equipment in the labs. No curtain wall here, on the front-facing public square. Quite the opposite. Sturdily stacked, smooth, pre-fab concrete posts and lintels, all of the same thickness at 45 centimetres, make up a pattern of rectangles – only just pushed beyond a square format, with their width slightly wider (3.6 metres) than their height (3.2 metres). The grid stands out because the glazed infills are like niches, set 80 centimetres deep into the facade. The massive floor to ceiling 51


windows offer great views in and unobstructed views out into the distance. The pattern serves as a kind of easily identifiable trademark and affords a great deal of openness. Seen up-close, the posts and lintels feel substantial and are somewhat reminiscent of old buildings with thick walls. At a bigger distance, its open spatiality prevails. Experiencing outside while inside In the office areas, corridors run immediately behind the facades, on all the floors. The daylight here is virtually as strong as outside. The spatial organization of the building underlines the strong link between the architecture and its surroundings. In order to achieve such openness, to feel as though one is walking outdoors in nature while walking indoors, the offices and meeting rooms were placed away from the facade. Work spaces positioned on the outer wall would have blocked the sense of space, and would have required the insertion of regular window frames as well as individual sun screens. primary activity visible through facade

primary activity visible through facade shared investigation shared investigation personal concentration

laboratories offices

laboratories

offices

offices

offices

personal concentration

shared communication shared communication views of surroundings

views of surroundings

views of surroundings

central foyer recognizable from facade

views of surroundings

central foyer recognizable from facade

52


So the offices were placed in the interior, around two spacious courtyards that provide natural light. Laid out symmetrically, left and right of the entrance hall, the floors of the courtyards are partially glazed, allowing for light to reach the underground where there are ateliers attached to the laboratories. The spaces facing the courtyards have been strategically designed for uses that require or exude a certain sense of seclusion. They are not the public face of the ISMO. The building itself is the face of the ISMO. In this it is also part of the greater context of the landscape and campus, and radiates openness and tranquillity from all sides. The outer corridors along the front and most of the sides of the building are for travel and reflection. They are transition zones where colleagues meet up and go for walks. Organizations do not benefit from isolated work spaces and segregation. Sharing, exchanging and coordinating ideas and activities will lead to lively discussions and new insights. The courtyards are quiet, restful places where users may do concentrated work. The offices are free to be informal spaces, as they do not need to be representative spaces and are not visible to the outside world. The office windows that open up to the interior courtyards are easily managed and can open or close to everyone’s preference. The basic module of the office floor area is 1.2 metres while the windows and courtyard facades employ patterns of 2.4 metres. The rooms differ in that they can have one, two or three windows, depending on the size of the room. The pronounced front and side facades contrast with the curtain wall bordering the laboratories. Emphasizing functional separation was not the only reason to split the design into two zones. The facade acts as a sun visor: the protruding rectangles shade the interior from the sun so that the screens rarely need to be drawn, which additionally keeps the openness of this part of the building largely intact. The view in and the view out are almost never hidden. Nonetheless, there are screens to shield against the low sun of the early morning or early evening in winter. The solar screens are concealed in the sides of the posts, close to the glazing, so that whether the screens are up or down, the depth of the niches remain articulated and there are no disruptive track lines within the viewing framework. The ISMO building is a union of two halves, architecturally expressed through the difference in facades and in light, but also expressed by way of the difference in storey proportions. 53


The laboratories behind the curtain wall need high ceilings to house the equipment and therefore have an underground floor with on average 4-metre high ceilings and three above-ground storeys with ceilings varying from 4.8 to 4.34 metres. The facade here is slightly taller to screen off rooftop installations. The office areas have five above-ground storeys, grossing 3.2 metres high. Under the office zone there are underground work spaces attached to the labs, where daylight comes in through the floors of the courtyards. Four encased stairwells and two lifts serve to connect levels that do not meet equally at the floor-to-ceiling junction. Blind windows create unity It would be apparent on a cross-sectional view through transparent facades that the floors and ceilings of the two different zones of the building are at variance with each other. Architectural muddle was avoided by simple and effective means: the building is unified by a consistent facade treatment. The rectangles and deep recesses of the front extend around the corners to the side facades and continue all the way to the end corners. This inclusive frontage strategy merges the two. The laboratories’ high ceilings and the difference in floor levels are invisible from the outside. The rectangular glazing here becomes non-transparent. Blind windows are a familiar architectural tactic. In the 19th century, and even later, it was sometimes used in residential corner buildings when too many windows might be inconvenient for the interior, but rhythm and architectural liveliness were desired for the exterior. Window frames were then created, but filled in with brickwork. The construction, layout and design of the laboratories completely revolved around the experiments that would take place here. This included foundation issues: separate, specially designed footings protect the various instruments from any potential vibrations. The spaces nearest the curtain wall are compartmentalized by the presence of four shafts that are linked to the roof installations. Several sections have been grouped together and include a long line of hatches in the walls for experiments with laser beams. Except this device, everything else is flexible, easily accessed and therefore adaptable. The careful insertion of the building into its landscape meant that the entrance would not be situated frontally, facing 54


the access road. This also led to the additional benefit of a forecourt. A broad flight of steps and a ramp lead off of Rue AndrÊ Rivière to the square. The steps and square are beautifully paved in concrete tiles that look like stone, giving the whole ensemble the charm of an Italian palazzo, or at least it feels reminiscent of one. The entrance, precisely in the middle of the facade, is made immediately evident by the deviation of pattern: the vertical break in the tight sequence of rectangular niches stretches from floor to eaves. Furthermore, the glazed entryway has been brought forward ever so slightly. Balconies project into the atrium Behind the oversized windows, and visible from the outside, a clear white space unfolds that extends up to the roof. Daylight floods into the atrium through the facade and skylights. A reception desk, a foyer with cafeteria, a wide staircase heading down and lifts on the edge of the atrium define the ground floor space upon entrance. The eye is immediately drawn upward. To the left and right, rectangular balconies project into the space; these are comfortable spots for conversations and bilateral exchanges of ideas. On the right, the ISMO library stretches over two storeys, connected by an enclosed spiral steel staircase. All the balustrades are simply glass and offer views through rather than reflective surfaces, which creates a strong spatial effect whether looking from below or above.

Cross section 0

m

2

4

5

10m

10

55


The accumulative effect of daylight, spaciousness and sightlines – with the added surprise of balconies – give a first impression of the ambiance to be found throughout the building. The wide staircase from atrium to the underground floor leads to the work spaces of the laboratories and the parking garage with space for 48 vehicles. The forecourt of the ISMO is the roof of the parking garage, which has a respectable height of 3 metres. This was needed to facilitate the transportation of large things for the labs. Once inside, items too large or heavy for the lift can be brought to the transition zone between offices and labs where the floors have big hatches and a hoist is fixed to the solid roof structure above. It might be more accurate to call the ISMO a building of three thirds rather than two halves, because the building also houses an auditorium for lectures. Alongside laboratory research and data processing, the building accommodates academic education, though much of this takes place elsewhere on campus in any number of university buildings – insofar as they are open for service. The Université Paris-Saclay is in the midst of an impressive building programme, including the extensive Learning Center designed by Laurent Beaudouin Architectes and MGM Arquitectos. This flagship project is set to be built in 2020, but it’s already received accolades from peer organizations, winning a Spanish international architectural prize for its well-integrated design combining the new uses expected to be housed in the new centre. A pleasant and stimulating place The ISMO building has been very well-received as well. Director Bernard Bourguignon believes that the building feels comfortable and provides a stimulating atmosphere, as is evidenced by the number of Paris-Saclay staff that come specifically here for their meetings. The auditorium is much in demand. Seating 90 and cased by a steel framework, it is suspended like a box over the atrium at levels 3 and 4. The sloping underside of the seating area is a perfect complement to the skylight as it reflects and doubles the light. The ISMO building was commissioned by Université Paris Sud. The renewal of the Paris Sud campus contributes to the domain of Université Paris-Saclay, a major player in the future of Université Paris-Saclay. Nowadays, the Université Paris-Saclay 56


is a Communauté d’universités et établissements, or (as it often references itself in English) a Community of Universities and Institutions (ComUE). No less than 14 organizations were involved as initiators or participants: 3 universities (including Université Paris-Saclay), 4 renowned écoles and 7 research organizations, this constitutes a new type of university institution. It is based on synergy and combination of assets within the most emblematic institutions for higher education and French research, aiming to meet the challenge of international competition. In keeping with the Anglo-Saxon model, education is divided into eight schools, varying from social science to biodiversity and from law and political science to pure science. Each are clearly delineated schools, but are also geared for interdisciplinary contact. The Université Paris-Saclay represents approximately 275 mixed advanced research units, corresponding to 15% of all the French research funded, 11 excellent scientific laboratories, 4600 Phd researchers (13% of the French potential), 65000 students, of which 9000 in Master degree and a territorial innovation potential from several hundreds of start-ups. The campus of Paris-Saclay, as it spreads and grows, will also host businesses, from start-ups to industrial giants who choose to settle in this rich environment for research and innovation. In addition to the University and industrial buildings, student housing and independent dwelling complexes will be built in this vast area. The set up and intentions behind the ComUE are instinctively reminiscent of Silicon Valley, where enterprise excels and where Stanford University also played an important role. The Commissariat à l’Energie Atomique settled in Saclay in the fifties. Architect Auguste Perret was consulted on the appropriate architecture for this ambitious project. He dismissed all the plans drafted and set to drawing out a design himself, which he called a Palais de la Science. He designed two and three storey buildings with northlight roofs and layouts that adhered to the strict programmatic requirements of scientific research. They were classical with entablatures and capitals, but also béton brut, concrete left as is after casting. Blocks – or as the French call them, ilôts – of 200 by 200 metres on a couple of dozen hectares and broad avenues running north-south and east-west give the complex an urban feel. Soon after construction began, Auguste Perret’s ideas for the buildings fell to the wayside. 57


Not without design guidelines Today, the ComUE Université Paris-Saclay is also working from a defined architectural framework, but the major pillars are not necessarily architectural. The plans and all future endeavours are to be based on a broader strategy that involves giving priority to the landscape and a harmonious urban development. In this regard, Auguste Perret’s plans did lead the way. Under the direction of landscape architect and urbanist Michel Desvigne, a selection of designers and planning firms are working on the big picture – even the integration of the new metro line (number 18). The idea is to inspire all Paris-Saclay parties to meet the benchmarks and build quality architecture. Under the team’s guidance plans for the quartiers are acquired via design competitions and they pursue other such initiatives. The partnered architects Xaveer de Geyter in Brussels and Floris Alkemade (Chief Government Architect of the Netherlands) have designed La chaîne des lieux majeurs, a chain of the most significant structures of the campus. These architects trained with OMA during the heyday years of Rem Koolhaas’ firm. The park-like urban campus in the making is spread over an area encompassing the CEA, the école politechnique, the Université Paris-Sud campus and the expansive campus for Biological Sciences of the CNRS, Centre National de la Recherche Scientifique. It is touted as unique in Europe. The more than 10-kilometre chain of buildings runs through this area. The entire length, with some overlapping, is set to become a sequence of agreeable spaces and architectural successes. The ISMO building by KAAN Architecten is an exemplary link in the chain.

58


0.4

1km


0 m

m

0.2

0.4 500 500

0 m


L’Architecture pour la Science et pour la ville

KAAN Architecten sur le campus de Paris-Saclay L’ISMO, Institut des Sciences Moléculaires d’Orsay, s’est installé en 2018 au sud de Paris, dans un tout nouveau bâtiment conçu par KAAN Architecten. Unité de recherche créée en 2010, l’ISMO constitue aujourd’hui un pôle d’excellence dans les domaines de la physique moléculaire et de la physicochimie. Issu de la fusion de trois laboratoires universitaires, l’ISMO ne compte pas moins de 170 collaborateurs et des équipements à la pointe de la technologie. Le nouveau bâtiment de l’ISMO émerge entre les arbres, à la fois robuste et élégant, mais également ouvert. Il s’insère parfaitement dans la riche et diversifiée séquence de nouveaux bâtiments qui caractérise le campus de l’Université Paris-Saclay. L’ISMO est accessible depuis la Gare du Nord parisienne en 50 minutes de RER puis 15 minutes de marche jusqu’au plateau de Saclay. KAAN Architecten se distingue par une production qui ne cesse de croître. En juin 2018, plusieurs projets sont en cours de réalisation : le nouveau tribunal d’Amsterdam aux Pays-Bas à l’intersection de Parnassusweg et Zuidas, le nouveau siège de la CMA (Chambre de Métiers et de l’Artisanat) à Lille en France, la rénovation en profondeur du Musée Royal des Beaux-Arts édifié au XIXe siècle Anvers en Belgique, l’université de Géoscience et le Centre environnemental de l’Université de Tübingen en 63


Allemagne ou encore le deux campus de l’Université Anhembi Morumbi à São José dos Campos et Piracicaba au Brésil. Cette liste n’est pas exhaustive. Plusieurs projets sont en phase d’étude parmi lesquels le tout nouveau terminal de l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol. Le bâtiment de l’ISMO est un modèle de l’expressivité architecturale qui caractérise les œuvres de KAAN Architecten. La force de ces bâtiments est le fruit de l’évidence assortie d’un solide raisonnement. Quand l’équilibre résulte d’un effort presque invisible et de l’artisanat, cette évidence parle d’ellemême. Les Italiens définissent cette élégance naturelle par le mot sprezzatura. Les maîtres d’ouvrage et les utilisateurs apprécient cette approche fonctionnelle, la facilité d’utilisation et la signature architecturale des réalisations de KAAN Architecten, car elles sont fondées sur des considérations pratiques. Le fonctionnalisme subtil mais expressif de KAAN Architecten, tout en nuances, ménageant différents degrés de sophistication, est très bien reçu en France. Plusieurs bâtiments sont en cours de réalisation dans l’Hexagone, ou le seront prochainement, à Lille, Nantes et Paris. Le siège des Chambre de Métiers et de l’Artisanat à Lille sera livré début d’année 2019. Une représentation de l’institution tout en finesse C’est avant tout un principe de conception basique et rationnel qui a guidé KAAN Architecten pour imaginer le bâtiment de l’ISMO. L’environnement naturel et boisé donne à l’Université Paris-Saclay son caractère singulier, semblable à un luxueux domaine privé ouvert au public. Ce plateau naturel ponctué d’arbres matures mérite d’être préservé. Par conséquent, KAAN Architecten a proposé que les bâtiments restent le plus compact possible et ne se dispersent pas. Ils doivent faire acte de modestie et se fondre dans l’environnement sans pour autant être fermés. Pour les utilisateurs de l’ISMO, l’expérience des circulations à travers les couloirs, les rencontres avec d’autres collègues par exemple, devrait être semblable à une balade dans le parc. Et ce, malgré la compacité du bâtiment. Les bâtiments compacts font immédiatement référence à l’environnement urbain, où l’espace est limité et les terrains fonciers coûtent chers. A Paris-Saclay, au milieu des vastes terres agricoles du sud de l’Ile-de-France, on pourrait penser qu’il n’est 64


pas nécessaire d’économiser l’espace. Ce n’est pourtant pas le cas. Pour un campus universitaire de cette envergure, qui aspire à la reconnaissance internationale, la générosité de l’espace et les qualités de cet environnement boisé sont ses atouts les plus précieux. Les concepts actuels en matière d’urbanisme, fondés sur l’économie circulaire, impliquent cette recherche d’équilibre entre les villes, la nature et l’agriculture. Contrairement à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Lille, KAAN Architecten a inscrit le plan de masse de l’ISMO dans un rectangle net et précis. A Lille, le bâtiment est conçu en fonction de son site et de son programme, et présente par conséquent une écriture architecturale différente. Conformément au concept d’origine du projet pour l’ISMO, le rectangle, légèrement enterré, est long de 77 mètres, large de 33 mètres et d’une hauteur de 15 mètres, juste sous de la cime des arbres. Il est aussi indépendant que possible de tous les autres bâtiments. Perpendiculaire à la route, le volume est adossé aux coteaux du plateau. En excavant un peu plus ce dernier, la lumière du jour pénètre jusqu’au sous-sol. Deux visages, un seul bâtiment D’une superficie totale d’environ 10.000 mètres carrés, l’ISMO présente deux visages et deux ambiances : d’une part, la partie expériementale, composée de lasers, spectromètres et autres appareils scientifiques de pointe ; d’autre part, l’univers plus « classique » des bureaux et salles de réunion. Ces deux visages d’une même institution s’expriment à travers l’architecture du bâtiment. Deux bâtiments, qui auraient pu être séparés, ont été combinés pour former une seule et même unité. Les laboratoires, qu’il vaut mieux préserver de la lumière du jour, sont situés au nord, le long du bâtiment. Derrière un mur-rideau très sobre parfaitement lisse, un système d’occultation intégré sous forme de stores permet de créer l’obscurité totale si nécessaire. Lorsque les stores sont relevés, les appareils et les instruments des laboratoires sont visibles depuis l’extérieur, comme exposés dans une vitrine. La façade sud symbolise la lumière du savoir et des connaissances issues des laboratoires. Ici, face à l’esplanade publique, pas de mur-rideau. Bien au contraire. Un solide empilement de poteaux et linteaux en béton lisse préfabriqué en usine, d’une épaisseur unique de 45 centimètres, 65


forme un motif de rectangles presque semblables à des carrés avec leur largeur (3,6 mètres) légèrement plus importante que leur hauteur (3,2 mètres). Le motif de la grille se dégage avec une certaine puissance puisque les vitrages sont traités comme des niches, placées à 80 cm en retrait de la façade. Ces grandes fenêtres toute en hauteur donnent généreusement à voir l’activité intérieure tout en offrant des vues dégagées vers l’extérieur. Le motif devient la marque de fabrique de l’ISMO et l’affirmation de son ouverture. De près, les poteaux et les linteaux imposent une certaine robustesse, rappelant les murs épais des vieux bâtiments. A une distance plus grande, c’est la légèreté de la grille qui l’emporte.

FACADE

0

2

4

South elevation m

5

10m

10

66 0

2

4

10m


Etre à la fois dehors et dedans Dans les espaces de travail, les couloirs de distribution sont positionnés immédiatement derrières les façades, à tous les niveaux. La lumière naturelle est presque aussi présente à l’intérieur qu’à l’extérieur. L’organisation spatiale conforte le lien très étroit qu’entretient le bâtiment avec son environnement. En retrait des façades, les espaces de travail sont mis à distance pour générer ce sentiment d’ouverture et donner l’impression de déambuler à l’intérieur comme on le ferait dans la nature. Installer les bureaux en façade aurait bloqué la perception de l’espace et aurait nécessité la mise en œuvre de fenêtres au format plus standard ainsi que des protections solaires individuelles. Les espaces de travail s’ouvrent sur deux vastes patios créés pour laisser entrer la lumière naturelle jusqu’au rez-dechaussée, de part et d’autre du hall d’entrée. Le sol des patios est partiellement traité sous forme de verrières afin d’éclairer les ateliers des laboratoires situés dans les niveaux enterrés. Les espaces donnant sur les patios ont été soigneusement pensés pour des usages qui nécessitent un certain degré d’intimité. Invisibles depuis l’extérieur, les espaces intérieurs ne marquent pas l’identité de l’ISMO. C’est le bâtiment lui-même qui donne son image à l’ISMO. Il s’inscrit en harmonie dans le paysage du campus auquel il participe pleinement, et rayonne par son ouverture et la quiétude qu’il dégage de toute part. Ainsi positionnés le long des façades, les couloirs offrent un cadre propice à la déambulation ou à la réflexion. Animés et vivants, ils sont le lieu privilégié des échanges, du partage et des rencontres. Sans hiérarchie, ouverts à tous, ces espaces de transition font le lien entre les différents usagers qui occupent le bâtiment et encouragent la circulation des idées. A l’inverse, les patios apportent calme et silence aux bureaux, favorisant ainsi la concentration. Parce qu’ils ne sont pas perceptibles depuis l’extérieur et qu’ils n’ont pas vocation à représenter l’institut, les bureaux peuvent être aménagés de manière informelle selon les préférences de chacun. Le principe de façade permet une grande flexibilité dans l’aménagement intérieur. Les fenêtres des bureaux qui ouvrent sur les patios intérieurs peuvent être aisément ouvertes ou fermées par chaque utilisateur. Le module de base des bureaux est de 1,20 mètre tandis que les fenêtres et les façades intérieures sont régies par une trame de 2,40 mètres. Selon leur taille, les différents espaces peuvent avoir une, deux ou trois ouvertures. 67


Au sud, à l’est et à l’ouest du bâtiment, les façades en béton matricé des bureaux contrastent avec le mur-rideau de la façade nord où se trouvent les laboratoires. La distinction de traitement n’est pas uniquement destinée à qualifier les deux entités programmatiques mais s’adapte aux différentes orientations du bâtiment. L’épaisse façade en béton agit comme un écran solaire. En saillie sur le vitrage, les cadres en béton préfabriqué créent de l’ombre, ce qui permet de limiter l’utilisation de protections solaires et de conserver les vues intactes. Des brise-soleil sont cependant nécessaires durant les périodes où le soleil est bas, tôt le matin, le soir et en hiver. Ils sont subtilement dissimulés dans les poteaux, laissant ainsi les ouvertures parfaitement libres quand ils ne sont pas utilisés. L’ISMO est la réunion de deux entités qui s’expriment architecturalement par des façades distinctes, mais également par des proportions différentes quant au gabarit des niveaux. Derrière le mur-rideau, les laboratoires exigent de généreuses hauteurs sous-plafond pour loger les différents équipements : environ 4 mètres en sous-sol et de 4,34 mètres à 4,80 mètres pour les trois niveaux supérieurs. Au nord, la façade est légèrement plus haute afin de dissimuler les installations en toiture. Les cinq niveaux de bureaux ont quant à eux une hauteur sous plafond de 3,20 mètres. En sous-sol, les ateliers de travail attachés aux laboratoires sont éclairés par le sol partiellement vitré des patios. Quatre cages d’escaliers fermées et deux ascenseurs relient les niveaux entre eux, compensant ainsi ces différences de hauteurs sous plafond.

laboratories

offices central foyer recognizable from facade

primary activity visible through facade

parking

68


Des fenêtres opaques pour créer l’unité La coupe transversale de l’ISMO montre que sols et plafonds ne correspondent pas entre les deux parties du bâtiment. Pour éviter tout déséquilibre architectural, l’ensemble puise son unité de façon simple et efficace dans le traitement cohérent de son enveloppe. Les éléments en béton en saillie sur les façades se retournent sur les pignons. Cette stratégie de façade inclusive fusionne ainsi les deux dispositifs spatiaux mis en œuvre dans le bâtiment. Les hauts plafonds des laboratoires tout comme les différences de niveaux entre les planchers sont imperceptibles depuis l’extérieur. Ici, les remplissages vitrés dans la grille de la façade sont remplacés par des remplissages opaques. Les fenêtres aveugles sont une astuce architecturale bien connue. Au XIXème siècle, et plus tard, elle était parfois utilisée dans les immeubles résidentiels d’angle lorsque trop de fenêtres pouvaient devenir gênantes pour les espaces intérieurs mais qu’il fallait préserver le rythme et l’image architecturale de la façade. Certains cadres de fenêtres étaient alors remplis en maçonnerie plutôt qu’en vitrage. La construction, la disposition spatiale et la conception des laboratoires sont entièrement placés sous le signe des expériences qui s’y déroulent. Cela commence par les fondations spéciales, isolées pour éviter les vibrations auxquelles les appareils et instruments de mesure peuvent être sensibles. Les espaces les plus proches du mur-rideau sont compartimentés par quatre gaines connectés aux installations sur le toit. Plusieurs sections ont été regroupées et comprennent une longue ligne de trappes dans les murs permettant des expériences avec des faisceaux laser. Excepté ce dispositif, tout le reste est flexible, visible, facilement accessible et donc adaptable. Pour que l’ISMO s’intègre parfaitement dans le paysage du campus, l’entrée ne s’effectue pas frontalement, face à la route principale. Ce qui offre également l’avantage de libérer un parvis public devant le bâtiment. Un large escalier et une rampe d’accès mènent de la rue André Rivière au parvis. Les marches et le dallage de la place sont magnifiés par un béton semblable à la pierre naturelle qui n’est pas sans évoquer le charme des palazzo italiens. Précisément située au milieu de la façade, en légère saillie, l’entrée vitrée se repère facilement par une entorse au motif de la grille : les lignes verticales s’interrompent pour laisser place à une séquence de niches horizontales sur toute la hauteur du bâtiment. 69


En balcon sur l’atrium Vu depuis l’extérieur, un espace blanc et lumineux se déploie derrière de larges fenêtres sur toute la hauteur du bâtiment. La lumière naturelle pénètre dans l’atrium à travers la façade et les puits de lumière. Un espace d’accueil, un foyer avec une cafétéria, un grand escalier menant au sous-sol et des ascenseurs définissent le hall au rez-de-chaussée. Le regard est immédiatement attiré vers le haut. De gauche et à droite, en proue sur le vide, des balcons offrent des lieux confortables, propices aux conversations et aux échanges d’idées. A droite, la bibliothèque de l’ISMO se développe sur deux étages desservis par un escalier en colimaçon, réalisé en acier. Tous les garde-corps sont en verre, laissant filer les vues de bas en haut - et inversement pour un effet spatial saisissant. Le mariage entre la lumière, la qualité spatiale et la profondeur – sans compter la surprise des balcons – donnent d’emblée l’atmosphère qui caractérise tout le bâtiment. Le grand escalier accessible depuis l’atrium jusqu’au soussol, mène aux ateliers des laboratoires et au parking de 48 places situé sous le parvis de l’ISMO. Il bénéficie d’une hauteur de 3 mètres sous plafond, nécessaire pour permettre la livraison et l’enlèvement de certains équipements et matériels des laboratoires. Une fois dans le parking, les éléments trop grands ou trop lourds pour l’ascenseur peuvent être hissés jusqu’à la zone de transition entre les bureaux les laboratoires grâce à de grandes trappes situées dans les planchers et un palan fixé à la structure sur le toit. Peut-être serait-il plus juste de qualifier l’ISMO par son triple programme puisqu’il comprend également un auditorium où ont lieu des conférences. Parallèlement aux activités de recherche en laboratoire et au traitement des données, le bâtiment accueille des formations académiques, même si la plupart d’entre-elles se déroulent dans d’autres bâtiments qui ont déjà ouvert leurs portes sur le campus. De nombreux projets sont en cours de construction ou en projet sur le site de l’Université Paris-Saclay parmi lesquels le Learning Center conçu par Laurent Beaudouin architectes et MGM Arquitectos. Ce projet phare devrait être achevé dans le courant de l’année 2020, mais il fait d’ores et déjà l’objet d’une certaine reconnaissance. Il a notamment remporté un prix international espagnol d’architecture pour sa conception intelligente intégrant de nouveaux usages. 70


Un lieu agréable et stimulant Le bâtiment de l’ISMO reçoit lui aussi de nombreuses appréciations positives. Son directeur, Bernard Bourguignon, constate, au regard du nombre de collaborateurs de Paris-Saclay qui viennent à l’ISMO pour leurs réunions, que le bâtiment est apprécié pour son ambiance aussi agréable que stimulante. L’amphithéâtre est très demandé. Avec une jauge de 90 places, réalisé en structure acier et habillé de chêne à l’intérieur, il est suspendu entre le 3ème et 4ème étages dans une boite positionnée au cœur de l’atrium. Fortement inclinée, la sous-face des gradins fait office de réflecteur et s’avère le complément parfait du puit de lumière. Le bâtiment de l’ISMO a été réalisé pour le compte de l’Université Paris-Sud, un acteur majeur de la future l’Université Paris-Saclay. A ce jour, l’Université Paris-Saclay est une ComUE, c’està-dire une Communauté d’Universités et Etablissements, souvent aussi appelée par sa dénomination anglaise Community of Universities and Institutions. Ce regroupement de 14 établissements, soit 3 universités (dont l’Université Paris-Sud), 4 écoles et 7 organismes de recherche constitue ainsi un établissement universitaire d’un type nouveau. Il est fondé sur les synergies et la combinaison des atouts d’établissements emblématiques du meilleur de l’Enseignement Supérieur et la Recherche français et a pour objectif de répondre au défi de la compétition internationale. Selon le modèle anglo-saxon, l’enseignement dispensé au sein de l’Université Paris-Saclay est divisé en huit écoles, qui vont des sciences sociales à la biodiversité, du droit aux sciences politiques en passant par les sciences fondamentales. Le périmètre de chacune d’entre-elles est clairement défini mais l’interdisciplinarité est fortement encouragée. L’Université Paris-Saclay représente quelque 275 unités mixtes de recherche de pointe soit 15 % de la recherche française, 11 laboratoires d‘excellence, 4 600 doctorants (13% du potentiel français), 65 000 étudiants dont 9 000 en masters et un potentiel d’innovation territoriale de plusieurs centaines de startup. En pleine effervescence constructive, le vaste campus Paris-Saclay abrite également de grandes entreprises qui ont fait le choix de s’installer dans ce riche environnement de recherche et d’innovation. En plus des constructions universitaires et indutrielles, des logements étudiants et pour les particuliers verront le jour prochainement sur ce territoire qui englobe de nom71


breuses communes environnantes. La conception et les objectifs de la ComUE rappellent en filigrane l’histoire de la Silicon Valley dont le succès fut écrit par les entreprises mais où l’Université Stanford a joué un rôle important. Lorsque le Comissariat à l’Energie Atomique, le CEA, s’installe à Saclay dans les années 1950, c’est Auguste Perret qui fut consulté à l’époque pour définir l’architecture la plus appropriée face à ce projet ambitieux. Il écarta d’un revers de la main toutes les esquisses qui avaient été réalisées pour concevoir lui-même un projet qu’il baptisa « Palais de la Science ». Il dessina des bâtiments de deux et trois étages avec des toitures orientées au nord pour une lumière appropriée et des aménagements conformes aux exigences programmatiques strictes de la recherche scientifique. Des bâtiments de facture classique avec entablements et chapiteaux, mais aussi du béton brut, laissé tel quel après le décoffrage. Sur quelques dizaines d’hectares, des ilots de 200 mètres par 200 mètres définis par de larges avenues nord/sud et est/ouest conféraient une dimension urbaine à l’ensemble. Peu après le début des travaux, les idées d’Auguste Perret concernant les bâtiments ont été mises de côté. De la nécessité d’un fil conducteur Aujourd’hui, la ComUE Université Paris-Saclay se développe à partir d’un cadre architectural défini dont les fondements ne sont pas nécessairement architecturaux. Les plans et évolutions futures s’inscrivent dans une stratégie à grande échelle qui donne la priorité au paysage et à l’harmonie du développement urbain. De ce point de vue, Auguste Perret a ouvert la voie. Sous la direction du paysagiste et urbaniste Michel Desvigne, différents architectes sélectionnés travaillent sur le masterplan général, incluant la nouvelle ligne 18 du métro. L’objectif est d’inciter tous les acteurs de Paris-Saclay à s’engager pour la qualité architecturale. Ainsi, pour développer chacun des quartiers selon le masterplan, des concours entre architectes sont organisés et d’autres initiatives de ce type sont prises. Associés à Michel Desvigne, l’architecte belge Xaveer de Geyter et Floris Alkemade (Architecte de l’Etat aux Pays-Bas) ont imaginé « La chaîne des lieux majeurs », chaîne structurante des bâtiments les plus significatifs du campus. Les deux architectes-urbanistes ont été formés à OMA durant les années impétueuses de Rem Koolhaas. Le campus urbain envisagé comme 72


un parc en devenir s’étend sur un territoire qui englobe le CEA, l’Ecole Polytechnique, le campus de l’Université Paris-Sud et le vaste campus des sciences biologiques du CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique). Il est considéré comme unique en Europe. Se déployant sur plus de 10 kilomètres au sein de ce territoire, cette chaine de bâtiments forme une séquence où se succèdent réussites architecturales et espaces qualitatifs. L’ISMO de KAAN Architecten en est un maillon exemplaire.

73


50 Siteplan

100 m

20

m40

50

100m

0

0

20

40

50

100

100 100m

20

40

100m


0 2 4 10m Longitudinal section

0

m

m 2

5 4

5

10 10m

10

0

m

2


0

0

2

4

10m

0 2 4 Ground floor m

5

10m

10

m 0

50 20

40

100 100m


+1

0

2

4

10m

0 2 4 First floor m

5

10m

10

m 0

50 20

40

100 100m


+4

0

2

4

10m

0 2 4 Fourth floor m

5

10m

10

m 0

50 20

40

100 100m


+5

0

2

4

10m

0 2 4 Roof plan m

5

10m

10

m 0

50 20

40

100 100m


0 2 4 East elevation m

2

4

5

10m

10m

10


ACADE

0 2 4 North elevation m 0

2

5 4

10m

10 10m


NORTH FACADE - LABS

NORTH FACADE - LABS

1. 2. 2.

2. Facade support structur Couverture: 3.1.Façade:

1. Covering: 1.

mineral wool insulation

3.

2.

2. Facade support structure:

3.

3. Façade: Schüco SFC 85 modular facade

3.

4. Roof: thermal insulation, thickness 140mm vapour barrier reinforced in-situ concrete slab, thickness 300mm 5. Mechanical blinds: 4. metallic canvas Verano 5564 Fixscreen 150 EVO system Renson 4. 6. Terrace: prefabricated concrete tiles, 900x900mm5. stabilized sand 5. gravel

4.

mineral woolsupport insulation NORD –struct LAB 2.FAÇADE Facade

thermal insulation, thickness 140mm vapour barrier reinforced in-situ concrete slab, thickness 300mm 5.

4.thermal Roof: insulation, thickn 3. Façade: vapour barrier thermal façadeinsulation, modulaire de typ reinforced in-situ thicknes concret vapour barrier reinforced in-situblinds: concrete 5. Mechanical 4. Toiture: metallic canvas Verano 5 5.Fixscreen Mechanical blinds: complexe d’étanchéité 150 EVO systeb metallic Verano 556 isolantcanvas thermique, épaiss Fixscreen 150 EVO system de pare-vapeur+ 6.équerre Terrace: dalle pleine de béton arm prefabricated concrete til 6.stabilized Terrace: sand prefabricated concrete tiles 5. Store d’occultation m gravel stabilized sand Verano 556 toile metallic gravel systèmeinsulation, Fixscreenthickn 150 E thermal

vapour barrier thermal insulation, 6. Terrasse: reinforced in-situ thicknes concret vapour dallesbarrier béton préfabriqué reinforced in-situ concrete forme en sab 7.couche Barrier:de gravillons 7.plasterboard Barrier: d’étanchéité complexe b BA13 isolant wool thermique, épaiss mineral insulation, th plasterboard équerre deBA13 pare-vapeur mineral wool insulation, thic dalle pleine de béton arm

8. Wall: 7. Séparation: 8.plaster, Wall: thickness 10mm plaques de concrete plâtre BA13 hollow core bloc plaster, thickness 10mm é isolation laine minérale, hollow core concrete block

7. Barrier: plasterboard BA13 mineral wool insulation, thickness 35mm 8. Wall:

Schüco SFC 85 modular 3. isolation Façade: laine minérale Schüco SFC 85 modular fa Structure de support 4.2.Roof:

7.

plaster, thickness 10mm 7. hollow core concrete blocks, thickness 150mm

8. Mur:

enduit plâtre, épaisseur parpaings creux, épaisse

7.

6. 6. 3.

6.

8. 8.

0

0

100 mm

mm

0

100

mm

500mm

500

100

500mm

North facade design detail

8.

500mm 500 500


FAÇADE NORD – LABORATOIRES 1. Couverture: isolation laine minérale 2. Structure de support de la façade: 3. Façade: NORTH NORTH FACADE FACADE - LABS - LABS façade modulaire de type Schüco SFC 85

1.

1.

2.

2.

ness 300mm

3.

3.

mm

ness 300mm

1. Covering: 1. Covering: 4. Toiture: complexe d’étanchéité bicouche mineral mineral woolwool insulation insulation isolant thermique, épaisseur 140mm équerre de pare-vapeur+membrane pare-vapeur 2. Facade 2. Facade support support structure: structure: dalle pleine de béton armé in-situ, épaisseur 300mm

isolation isolation laine laine minérale minérale

5. Store d’occultation motorisé: 3. Façade: 3. Façade: toile metallic Verano 5564 Schüco Schüco SFC SFC 85 modular 85 modular facade facade système Fixscreen 150 EVO Renson

3. Façade: 3. Façade: façade façade modulaire modulaire de type de type Schüco Schüco SFC SFC 85 85

6. Terrasse: 4. Roof: 4. Roof: dalles béton préfabriqués, 900x900mm couche de forme en sable thermal thermal insulation, insulation, thickness thickness 140mm 140mm gravillons vapour vapour barrier barrier complexe d’étanchéité bicouche reinforced reinforced in-situ in-situ concrete concrete slab,slab, thickness thickness 300mm 300mm isolant thermique, épaisseur 140mm équerre de pare-vapeur + membrane pare-vapeur 5. Mechanical 5. Mechanical blinds: blinds: dalle pleine de béton armé in-situ, épaisseur 300mm metallic metallic canvas canvas Verano Verano 55645564 Fixscreen Fixscreen 150 EVO 150 EVO system system Renson Renson 7. Séparation: 6. Terrace: 6. Terrace: plaques de plâtre BA13 prefabricated prefabricated concrete concrete tiles, tiles, 900x900mm 900x900mm isolation laine minérale, épaisseur 35mm stabilized stabilized sandsand gravel gravel

mm

s 150mm 5.

7.

5.

7.

FAÇADE NORD – LABORATOIRES FAÇADE NORD – LABORATOIRES

8. Mur: thermal thermal insulation, insulation, thickness thickness 140mm 140mm vapour vapour barrier barrier enduit plâtre, épaisseur 10mm reinforced reinforced in-situ in-situ concrete concrete slab,slab, thickness thickness 300mm 300mm parpaings creux, épaisseur 150mm

1. Couverture: 1. Couverture:

2. Structure 2. Structure de support de support de lade façade: la façade:

4. Toiture: 4. Toiture: complexe complexe d’étanchéité d’étanchéité bicouche bicouche isolant isolant thermique, thermique, épaisseur épaisseur 140mm 140mm équerre équerre de pare-vapeur+membrane de pare-vapeur+membrane pare-vapeur pare-vapeur dalledalle pleine pleine de béton de béton arméarmé in-situ, in-situ, épaisseur épaisseur 300mm 300mm 5. Store 5. Store d’occultation d’occultation motorisé: motorisé: toile toile metallic metallic Verano Verano 55645564 système système Fixscreen Fixscreen 150 EVO 150 EVO Renson Renson 6. Terrasse: 6. Terrasse: dallesdalles bétonbéton préfabriqués, préfabriqués, 900x900mm 900x900mm couche couche de forme de forme en sable en sable gravillons gravillons complexe complexe d’étanchéité d’étanchéité bicouche bicouche isolant isolant thermique, thermique, épaisseur épaisseur 140mm 140mm équerre équerre de pare-vapeur de pare-vapeur + membrane + membrane pare-vapeur pare-vapeur dalledalle pleine pleine de béton de béton arméarmé in-situ, in-situ, épaisseur épaisseur 300mm 300mm

7. Barrier: 7. Barrier:

7. Séparation: 7. Séparation:

plasterboard plasterboard BA13BA13 mineral mineral woolwool insulation, insulation, thickness thickness 35mm 35mm

plaques plaques de plâtre de plâtre BA13BA13 isolation isolation laine laine minérale, minérale, épaisseur épaisseur 35mm 35mm

8. Wall: 8. Wall:

8. Mur: 8. Mur:

plaster, plaster, thickness thickness 10mm 10mm hollow hollow core core concrete concrete blocks, blocks, thickness thickness 150mm 150mm

enduit enduit plâtre, plâtre, épaisseur épaisseur 10mm 10mm parpaings parpaings creux, creux, épaisseur épaisseur 150mm 150mm

3.

5.

7.

8. 3.

6.

6.

3. 5.

5.


SOUTH FACADE - MAIN ENTRANCE SOUTH FACADE - MAIN ENTRANCE

plasterboard BA13 mineral wool insulation, thic FACADE – ENTRE 2. FacadeSUD support struct metal frame

2.

1. Dubbing: plasterboard BA13 mineral wool insulation, thickness 100mm3. metal frame

1.

2. Suspended ceiling: 2.

seamless MonoAcoustic ceiling, total thickness 40mm

3.

1.

3. Aluminium window frame: type Schuco FW60+

2. 3.

4. Concrete slab: 4.

insulating layer UZIN, performance -18db 4.

7. Barrier: 8. 6. Wall: Porte en acier: plasterboard BA13 type Jansen, laqué RAL plasterboard BA13 mineral wool insulation, thic mineral wool insulation, t metal rail 7. Élément de béton pré reinforced concrete wall inexpansion joint 8. 8. Mur: Wall: reinforced in-situ concrete plaque de plâtre BA13 Isolation laine minérale, plaster, thickness 10mmé 9. rail Concrete slab: métallique hollow core concrete blo carpet voile de béton armé in-si concrete joint descreed dilatation mineral insulation, poutrewool de béton arméthic in

6. Steel doors: 7. Prefabricated concrete structural facade 8. Wall: plasterboard BA13 mineral wool insulation, thickness 100mm metal rail reinforced concrete wall in-situ expansion joint reinforced in-situ concrete 9. Concrete slab: carpet concrete screed mineral wool 6. insulation, thickness 40mm

7.

9. Dalle: tapis de propreté chape de béton isolation laine minérale, é dalle portée type prédalle

6.

6. 7.

5.

5.

7.

9.

9.

8.

8.

0

0

0

100

500mm

100

500mm

South facade design detail 100 mm

500mm 500

5. 4. Terrace: 6. Dalle: Terrace: prefabricated concrete tiles sol en polyuréthane prefabricated concrete ti stabilized sand performan isolante stabilizedUZIN, sand gravel dalle gravelportée type prédalle

6. 5. Steel doors: Terrasse: thermal insulation, thickn dalles vapourbéton barrierpréfabriqué couche dein-situ forme concret en sab reinforced 7. gravillons Prefabricated concrete s

5. Terrace: prefabricated concrete tiles, 900x900mm stabilized sand gravel 5.

4.

2. 1. Suspended ceiling: 3. Doublage: Façade: plaque plâtre BA13 Schücode SFC 85 modular seamless isolationMonoAcoustic laine minérale,ce é ossature métallique 4. Roof: 3. 2. Aluminium window fram Faux-plafond: type Schuco FW60+ thermal insulation, thickn panneaux MonoAcoustic vapour barrier reinforced in-situ concret 4. Concrete slab: 3. aluminiu 5. Menuiserie Mechanical en blinds: insulating layer UZIN, perfo type Schüco FW60+ metallic canvas Verano 5 Fixscreen 150 EVO syste

8.


FACADE SUD – ENTREE PRINCIPALE

CE

1. Doublage: plaque de plâtre BA13 isolation laine minérale, épaisseur 100mm ossature métallique

CE NTRANCE 0mm CE NTRANCE CE NTRANCE CE NTRANCE

2. Faux-plafond: SOUTHSOUTH FACADE - MAIN-ENTRANCE FACADE MAIN ENTRANCE panneaux MonoAcoustic, épaisseur 40mm

thickness 40mm

8db

mm

FACADE SUD – ENTREE PRINCIPALE FACADE SUD – ENTREE PRINCIPALE

1.

1.

2.

2.

3.

3.

1. Dubbing: 1. Dubbing: plasterboard BA13 BA13 plasterboard 3. Menuiserie en aluminium: mineral mineral wool insulation, thickness 100mm100mm wool insulation, thickness type Schüco FW60+ metal frame metal frame

1. Doublage: 1. Doublage: plaque de plâtredeBA13 plaque plâtre BA13 isolationisolation laine minérale, épaisseur 100mm100mm laine minérale, épaisseur ossatureossature métallique métallique

2. Suspended ceiling: ceiling: 2. Suspended 4. Dalle: sol en polyuréthane seamless MonoAcoustic ceiling, total thickness 40mm 40mm seamless MonoAcoustic ceiling, total thickness isolante UZIN, performance -18db dalle portée type prédalle précontrainte, épaisseur 6+16cm

2. Faux-plafond: 2. Faux-plafond:

3. Aluminium windowwindow frame: frame: 3. Aluminium 5. Terrasse: type Schuco FW60+ FW60+ type Schuco dalles béton préfabriqués, 900x900mm couche de forme en sable gravillons 4. Concrete slab: slab: 4. Concrete

3. Menuiserie en aluminium: 3. Menuiserie en aluminium: type Schüco FW60+ FW60+ type Schüco 4. Dalle:4. Dalle: sol en polyuréthane sol en polyuréthane isolante isolante UZIN, performance -18db -18db UZIN, performance dalle portée prédalle précontrainte, épaisseur 6+16cm6+16cm dalletype portée type prédalle précontrainte, épaisseur

6. Porte en acier: insulating layer UZIN, -18db -18db insulating layerperformance UZIN, performance type Jansen, laqué RAL 8022

acade 4.

4.

0mm

7. Élément de béton préfabriqué 5. Terrace: 5. Terrace: prefabricated concreteconcrete tiles, 900x900mm prefabricated tiles, 900x900mm 8. Mur: stabilized sand sand stabilized plaque de plâtre BA13 gravel gravel Isolation laine minérale, épaisseur 100mm rail métallique 6. Steel 6. doors: Steel doors: voile de béton armé in-situ joint de dilatation poutre de béton armé in-situ 7. Prefabricated concreteconcrete structural facade facade 7. Prefabricated structural

5. Terrasse: 5. Terrasse: dalles béton 900x900mm dallespréfabriqués, béton préfabriqués, 900x900mm couche couche de forme sableen sable deenforme gravillons gravillons 6. Porte6.enPorte acier:en acier: type Jansen, laqué RAL 8022 type Jansen, laqué RAL 8022 7. Élément de béton 7. Élément depréfabriqué béton préfabriqué

9. Dalle: 8. Wall: 8. Wall: tapis de propreté plasterboard BA13 BA13 plasterboard chape de béton mineral mineral wool insulation, thickness 100mm100mm wool insulation, thickness isolation laine minérale, épaisseur 40mm metal rail metal rail dalle portée type prédalle précontrainte, épaisseur 6+16cm reinforced concreteconcrete wall in-situ reinforced wall in-situ expansion joint expansion joint reinforced in-situ concrete reinforced in-situ concrete

mm

9. Concrete slab: slab: 9. Concrete carpet carpet concreteconcrete screed screed mineral mineral wool insulation, thickness 40mm 40mm wool insulation, thickness

1.

panneaux MonoAcoustic, épaisseur 40mm 40mm panneaux MonoAcoustic, épaisseur

8. Mur: 8. Mur: plaque de plâtredeBA13 plaque plâtre BA13 IsolationIsolation laine minérale, épaisseur 100mm100mm laine minérale, épaisseur rail métallique rail métallique voile de voile béton in-situ dearmé béton armé in-situ joint de joint dilatation de dilatation poutre de béton in-situ poutre dearmé béton armé in-situ 9. Dalle:9. Dalle: tapis detapis propreté de propreté chape de béton chape de béton isolationisolation laine minérale, épaisseur 40mm 40mm laine minérale, épaisseur dalle portée prédalle précontrainte, épaisseur 6+16cm6+16cm dalletype portée type prédalle précontrainte, épaisseur

3.

6.

1. 7.

9.

9.

8.

8.

1.

3.

3.


Institut des Sciences Moléculaires d’Orsay Location Bâtiment 520, Rue André Rivière, Orsay, France Architect KAAN Architecten Project team Christophe Banderier, Marc Coma, Aksel Coruh, Sebastian van Damme, Paolo Faleschini, Renata Gilio, Walter Hoogerwerf, Kees Kaan, Jan Teunis ten Kate, Marco Lanna, Vincent Panhuysen, Ismael Planelles Naya, Ana Rivero Esteban, Dikkie Scipio, Joeri Spijkers, Koen van Tienen, Pauline Trochu Associated local architect FRES architectes, Paris Client Université Paris-Sud Competition phase July 2012 – July 2014 Construction phase July 2014 - January 2018 Total floor area 10.000 sqm Building costs 20.000.000 €

Contractors SN Bloch, Blois (concrete and site work, waterproofing) Atelier Bois & Cie, Chaumont (steel construction) Arblade, Tremblay-en-France (facade cladding) Loison, Armentières (steel aluminium doors and windows) Slam Métallerie, Laon (metal work) IDS, Vaux le Pènil (interior walls) Sertac, Meudon (ceilings) Normen, Evreux (wooden doors and windows) Eurosyntec, Villeneuve le Roi (resin floors) Eliez, La Pleine St. Denis (PVC floor) Mabuleau, Fontaine le Comte (painting) Cofely Axima, Paris (installation water, plumbing and ventilation) Amica, Paris (installation electricity) Servicom, Paris (elevators) Fluides Concept, Le Perray en Yvelines (gas) Delagrave, Romilly sur Andelle (laboratories facilities) France Ingénierie Service, Salbris (planning, construction site management) Structural advisor: EVP Ingénierie, Paris Acoustics: Peutz & Associes, Paris Financial advisor: Bureau Michel Forgue, Apprieu Roads & Utilities: Servicad Ouest IDF, Cesson Sevigne Installation and Sustainability advisor: INEX, Montreuil Landscape: KAAN Architecten


Colophon Text Ruud Brouwers Translation Words on the run (Dianna Beaufort); Maryse Quinton Supervision KAAN Architecten (Kees Kaan) Editorial coordination KAAN Architecten (Martina Margini) Graphic design KAAN Architecten (Alice Colombo) Photography Fernando Guerra | FG+SG: 3-7, 9-11, 14, 18, 25-29, 31, 34-38, 40, 41, 45, 47, 87 Sebastian van Damme: 12, 13, 15-17, 19-24, 32, 33, 39, 42-44, 46 Printing Aeroprint, Ouderkerk aan de Amstel, the Netherlands Paper Gmund Urban Cement Grey 310 grs (cover); Cyclus Print 130grs, Mohawk Superfine Smooth White 148grs (content) ISBN 978-90-824843-5-9 This work is subject to copyright. All rights are reserved. No parts of this publication may be reproduced or transmitted in any form or by any means. For any kind of use, a prior permission of the publisher and copyright owner must be obtained.

Š2018 KAAN Architecten


Institut des Sciences MolÊculaires d’Orsay

Profile for KAAN ARCHITECTEN

ISMO  

ISMO  

Advertisement