Jack's Paper #9

Page 1

9 n° JACKSBURGERS JACKSBURGERS WWW.JACKSBURGERS.FR ÉDITION 2020 - OFFERT

ENVIRONNEMENT Ocean52, l'hydratation pour les amoureux de l'océan.

SPORT Le swimrun, un challenge humain en binôme.

1

SHOPPING Les trésors cachés de la Zone Artisanale Pédebert.


N

ous n’avons jamais eu autant besoin de lumière… Les mois qui viennent de s’écouler laisseront certainement des traces indélébiles dans nos vies. Plus que jamais nous avons besoin de solidarité, de passion, d’originalité et de motivation. Après mûre réflexion c’est ce qui nous a poussés à maintenir la publication de ce 9 ème opus, c’est certain, les personnalités que vous allez découvrir au fil des pages sont lumineuses.

Nous vivons dans une région magnifique, le soleil, la forêt, l’océan, mais ce qui la rend si exceptionnelle, c’est sans aucun doute, l’originalité, la disparité et la créativité des individus qui la composent. Ici nous vous présenterons des personnalités hors du commun, qui gravissent des montagnes ou protègent les océans. Nous vous parlerons d’hommes et de femmes passionnés et passionnants, qui repoussent les limites du possible par leur courage, leur créativité, leur abnégation ou leur conviction. Dans cette 9ème édition du Jack's Paper nous mettons en lumière ces figures si originales qui ont croisé notre route et illuminé notre chemin. Nous les laissons dès la prochaine page ensoleiller votre passage dans notre restaurant.

4

LE TUBE

5

ONATA SURFBOARDS

sommaire

édito

6 OCEAN52 10

IDUNN WATCHES

11

STUDIO JOLI

12

LE SWIMRUN - CÔTE SUD LANDES

16

LA MIE DE PAIN

18

MARCEL TRAVEL POSTERS

19

TEPEE SAUVAGE

20

HILL GOLF CENTER

21

JS DESIGN

22

LES PETITS TRÉSORS DE LA ZONE

28

PAUL LABELLE

30

KIDS CORNER

Direction de la publication : Team Jack's Burgers | Direction de la rédaction : Team Jack's Burgers | Rédactrice en chef :  Julie Pollet | Directrice Artistique : Laura de la Torre | Impression : Imprimé par nos soins | Photo de couverture : Rémi Bedora | Merci à tous les interviewés pour leur temps et leur implication | Édition et réalisation : Jack’s Burgers, société HORTENSIA, 73 avenue des Charpentiers, 40150 Soorts-Hossegor | Jack’s Paper est un magazine annuel offert par la société HORTENSIA | Dépôt légal : à parution, tous droits réservés. La reproduction, même partielle, des textes ou illustrations publiés dans ce numéro est interdite sans l’autorisation écrite préalable de l’éditeur. Ne pas jeter sur la voie publique.

© Yoann Branet

Belle lecture et bon appétit, La famille Jacks

2

3


LE TUBE

ONATA SURFBOARDS

Salle de concert & spectacle

Hugo - Surfboards shaper

www.le-tube-bourdaines.com - @letubelesbourdaines

www.onatasurfboards.com - @onatasurfboards

Bienvenue à la salle Le Tube-Les Bourdaines. Natifs, touristes de passage, acteurs locaux de la commune de Seignosse... Tous connaissent cette salle et tous y sont déjà entrés au moins une fois. La salle des Bourdaines a, pendant de nombreuses années, animé les jours et les nuits de la station balnéaire landaise.

S

alle de sport puis salle de spectacle, le lieu a connu « plusieurs vies » et accueilli de grands noms de la scène française et internationale. La salle des Bourdaines a été récemment transformée tant sur le fond que sur la forme pour le plus grand plaisir de tous. L’objectif : devenir un lieu culturel et événementiel incontournable. Nous avons discuté avec l’équipe qui a pris les rênes du Tube, en octobre 2018, la société lyonnaise Modjo Production.

Malgré l’annulation des grands spectacles de l’été 2020 en raison du Covid, l’équipe a déjà repensé des rendez-vous en extérieur. « Le sourire revient et nous sommes très heureux d'annoncer l’ouverture des Terrasses du Tube à partir du mois de juillet ! » Pour cette 2ème saison, ils ont fait le choix de s'associer avec plusieurs partenaires, notamment La Little Family avec qui ils vont proposer de nouveaux concepts de soirées électro gourmandes : Les Little Sunset. Annonce aussi de la 2ème édition du tremplin musical La Nouvelle Vague qui met en lumière les artistes locaux. Il aura lieu le dernier week-end d’août et les musiciens auront encore plus besoin du soutien du public cette année ! De nombreux autres évènements seront organisés dans l’été mais surprises… il faudra bien suivre leur actualité.

Depuis la dissolution du SIVOM Côte Sud en décembre 2017, la commune de Seignosse a récupéré la salle des Bourdaines. La municipalité a alors lancé un appel d’offres afin d’identifier un partenaire capable d’assurer la gestion, l’animation et la promotion de ce lieu historique. Grâce à un projet maîtrisé et des objectifs de développement communs, Modjo Production et 2BV production ont été retenus et exploitent dorénavant la salle de spectacle devenue le Tube – Les Bourdaines. Ce changement d’identité était essentiel afin d’impulser une nouvelle dynamique sans pour autant faire disparaître l’âme originelle du lieu, chère aux locaux. L'édifice s’ancre dans le paysage de la région. Le nom fait référence aux tubes et à la figure emblématique en surf, sport qui fait la renommée de la côte Atlantique. De plus, il est un clin d’oeil à la forme cylindrique situé en façade principale de cette salle.

© Gecko

À l’origine du projet, 2 acteurs : Corinne Barbasso-Bruas et Didier Viricel, tous deux professionnels du spectacle. Les lyonnais ont été séduits par le challenge lors de l’appel d’offres. « Le site en bordure d'océan, sa capacité

4

I

l est de ces passions qui ne s’expliquent pas. Hugo, originaire d’Oloron-Sainte-Marie, découvre le surf à l’adolescence, et rien ne prédestinait le jeune béarnais à se lancer dans l’aventure du shape. Comme beaucoup d’artisans, Hugo commence à se fabriquer des planches pour le plaisir, pour lui. C’est lorsqu’il découvre une vidéo d’Ellis Ericson, surfeur shaper australien, que cela fait tilt dans la tête d’Hugo. Il achète son premier pain de mousse et commence à gratter. Comme beaucoup d’entre eux, dès le premier coup de rabot, cela deviendra une passion. Et puis, c’est un premier copain qui demande une planche, puis un autre, et enfin un inconnu intéressé par les lignes de ses créations. Alors pourquoi ne pas tenter l’aventure ? Passionné de glisse à l’état pur, l’apprenti shaper aime essentiellement travailler des modèles old school, du fish au longboard en passant par les planches intermédiaires, aux courbes volumineuses et douces pour la glisse. Bien loin d’une envie de surf performant, les planches Onata sont un régal pour les yeux. 100% sculptées et glassées à la main, Hugo aime donner à ses œuvres un aspect sobre, aux teintes chaudes, mat ou polish, toutes en

© Rémi Bedora

Le premier objectif est de proposer une offre culturelle locale aux Seignossais, à la population des alentours et aux touristes, et ce, durant les 4 saisons. La programmation se veut éclectique, tant au niveau des formes que des genres : concerts de variété, pop, rock, humour, comédie, danse, théâtre, seul en scène, cirque… « Nous souhaitons proposer une offre variée, de qualité et accessible à tous les publics ! En premier, nous nous efforçons donc de construire une programmation cohérente en respectant ces 2 critères essentiels : qualité artistique et diversité des styles. Ensuite, nous devons nous adapter aux tournées et aux disponibilités des artistes mais aussi à certaines contraintes techniques ou budgétaires. Nous continuons d’investir afin de pouvoir proposer aussi bien des concerts, de l’humour, de la danse ou du théâtre que pour accueillir le public dans les meilleures conditions possibles. » Tous les genres, styles et formats sont présents sur la scène du Tube - Les Bourdaines. Les artistes accueillis seront tout autant des têtes d’affiche que des pépites à découvrir, des compagnies aguerries ou de jeunes artistes en devenir, de renommées nationales ou locales.

Depuis l’arrivée du surf dans les Landes dans les années 70, les générations de shapers se suivent mais ne se ressemblent pas. À l’instar d'Hugo, artisan autodidacte que nous avons rencontré dans son atelier à Soustons.

« Le plaisir ultime est de réussir à surfer une planche que tu as faite de A à Z. Ma première planche était loin d’être parfaite, mais quel kiff de la mettre à l’eau ! » Après des études de design produit à Bordeaux, il revient dans les Landes bien décidé à laisser son envie de shape le guider. « Après 2 ans en tant qu'assistant manager au Jack's de Capbreton, j’ai décidé de me lancer à fond fin 2018. Les débuts sont optimistes. Je m’accroche, j’essaie d’avancer, entre la production, la communication, la gestion. Ce n’est pas toujours simple. Les gens sont souvent surpris du prix d’une planche fabriquée 100% à la main. Mais lorsqu’on calcule, entre le prix des matières premières, le temps, la main d’oeuvre, les charges et bien entendu le savoir-faire, le prix se justifie totalement. C’est aussi une partie de mon travail que de l’expliquer à mes clients (et futurs clients) ». À côté de cela, Hugo commence à creuser de nouvelles techniques plus écologiques, qui sont, selon lui, l’avenir du shape. Et surtout, Hugo continue d’améliorer son coup de rabot pour un jour peut-être, laisser sa trace dans le monde du surf et du shape. •

© Rémi Bedora

© Gecko

d’accueil, la région, le challenge du projet, la volonté de redonner du souffle à cette adresse emblématique en proposant une nouvelle offre culturelle à la population locale et aux touristes de passage… Toutes ces bonnes raisons nous ont convaincus de relever le défi pour faire (re)naître Le Tube-Les Bourdaines ! » La mairie de Seignosse les a sélectionnés pour leur dynamisme. Le duo de choc apporte son savoir-faire et ses connaissances du milieu pour faire vivre cette salle toute l’année.

résine teintée. Onata signifie Fille de la Terre en amérindien. Hugo aspire à ce que ses planches ne fassent plus qu'un avec leur surfeur, un objet de plaisir simple et pur, comme pouvait l’être le surf à son origine. Alors, il teste, il se renseigne, il rabote, il s’essaie à des customs parfois excentriques, il se rate mais recommence sans cesse. Il aime étudier l’hydrodynamisme de ses boards, comprendre l’impact d’une ligne sur la glisse. Hugo est un passionné, en recherche perpétuelle d’apprentissage et d’amélioration, amoureux de chacune de ses créations.

5


L’HYDRATATION POUR LES AMOUREUX DE L’OCÉAN. « L'Océan nous envoie un signal de détresse en code Morse. Le plastique dans l'océan n'est pas une option ! » Les personnes sont de plus en plus concernées par leur santé et sont à la recherche de produits authentiques et novateurs avec un impact positif sur le monde. Avec Ocean52, ce sont 3 eaux, plate de source naturelle, pétillante et la recovery saveur citron. Santiago Mier, PDG d’Ocean52 explique : « Les océans meurent. Il est temps d’agir ». Un combat au quotidien, 52 semaines par an pour se battre et pouvoir continuer à profiter de l’océan, pour nous et les générations à venir. Cela passe par le soutien des associations locales et également par la réduction de l’utilisation du plastique dans toute leur gamme constituée uniquement de bouteilles en verre et canettes en aluminium recyclable.

OCEAN52 N O P L A S T I C W AT E R ® Un appel à réduire l'excès de plastique dans l'océan.

6

Ocean52 a été créé en 2018 avec un objectif simple en tête : donner plus que ce que nous prenons. Pour leur modèle économique, cet objectif est à la fois transparent et explicite : 52 % de tous leurs profits sont consacrés à la protection des océans. Par le biais de partenariats avec des organisations environnementales existantes et avec nos propres ambassadeurs, nous avons pour mission de sensibiliser les gens pour essayer de changer les comportements. Réduire l’utilisation du plastique dans toute leur gamme permet à la fois de limiter la pollution océanique, mais amène aussi chacun d’entre nous à prendre conscience de sa consommation. Dans un monde où la responsabilité d’entreprise semble souvent n’être rien de plus que des gestes symboliques et du greenwashing, Ocean52 s’engage. « Plus vous en savez sur l’océan, plus vous l’aimez. Et plus on aime l’océan, plus on veut le protéger. »

« Plus vous en savez sur l’océan, plus vous l’aimez. Et plus on aime l’océan, plus on veut le protéger. »

À travers leurs actions, leurs événements de sensibilisation et leurs diverses campagnes de communication, Ocean52 mise sur l’information du plus grand nombre. Athlètes, artistes, amis, leurs ambassadeurs sont des amoureux de l'océan qui veulent changer les choses. Le snowboarder et surfeur de gros Mathieu Crépel, la surfeuse pro Lee-Ann Curren, le photographe tahitien Tim McKenna (pour ne citer qu’eux) ont rapidement rejoint la famille Ocean52 afin de partager leur amour pour l’eau et l’océan. Autour de ces personnalités, la marque se base sur 3 mots-clés : APPRENDRE, AIMER, PROTÉGER. Apprendre. Les générations futures sont nos espoirs pour le rétablissement et la protection de notre planète. À travers ce constat, Ocean52 soutient financièrement des jeunes aux Îles Galapagos ou encore sur la Costa Brava en Espagne. Faire connaître les merveilles de l’océan est le meilleur moyen de l’aimer et donc de décider de le protéger. « Nous pensons qu’il est essentiel d’envoyer un message aux plus jeunes sur l’importance d’une consommation

7

responsable et sur les habitudes à prendre pour les aider à protéger l’océan au quotidien. »  En 2019, ils ont sensibilisé plus de 2800 enfants grâce à différentes collaborations avec des experts environnementaux de l’océan. Aimer. Tout contact intime avec l’océan favorise un comportement responsable. C’est ce qui les amène à encourager le développement d’initiatives qui nous rapprochent de notre grande bleue. Tous leurs projets d’impact naîssent à partir de l’amour pour l’océan : des éco-événements, des paddleforplastic, des nettoyages de plages… Protéger. Actuellement, seulement 5% de l’océan est protégé. La communauté scientifique nous prévient que nous devrons en protéger au moins 30% d’ici 2030 avant que la situation ne soit irréversible. Ocean52 collabore avec des chercheurs et des entités scientifiques pour faire de la protection des océans une réalité. Alors on s’y met quand ?


JACK’S X OCEAN52 Et bien maintenant ! Dès la sortie du confinement, en mai 2020, Jack’s Burgers s’est engagé aux côtés d’Ocean52, en référençant leur gamme #noplasticwater. Pour se différencier ? Oui, mais surtout dans un engagement à réduire l’utilisation des bouteilles d‘eau en plastique dans un premier temps. À l’aube 2021, après les travaux de réaménagement des restaurants prévus cet automne, l'engagement du Jack's est simple : supprimer totalement les boissons servies dans du plastique.

RECYCLABLE ÉTERNELLEMENT - Les canettes en aluminium peuvent être recyclées à l'infini sans perte de qualité. - Il se déroule en moyenne 60 jours entre le moment où une canette entre dans le système de recyclage et son retour dans les rayons des supermarchés. - 75% de l'aluminium extrait dans l'histoire est encore utilisé aujourd'hui. - Le processus de recyclage utilise 95% moins d'énergie que la fabrication d'une nouvelle canette.

Dans une optique commune d’un partenariat à long terme, Jack’s propose aussi les eaux Ocean52 dans la Kids Box. Et des containers de tri pour le métal ont été installés pour accompagner cette démarche jusqu’au recyclage. Nous trions déjà le verre depuis l’arrivée des bières Woll. Il nous paraîssait évident de faire la même chose avec les canettes.

« Jack’s propose aussi les eaux Ocean52 dans la Kids Box. » À cela s’ajoute l’information auprès de la clientèle. Au changement de carte, tout le staff a ainsi été briefé de la démarche écoresponsable de cette nouvelle boisson, et a été invité à partager cette expérience avec le client dès l’accueil en caisse. Au delà de ce partenariat, Jack’s va plus loin. Les équipes ont reçu une gourde fabriquée par un acteur local, Woodstache, pour supprimer les bouteilles d’eau. Parce que chaque geste compte, petit à petit. •

8

9

© Yoann Branet

© Yoann Branet

Retrouvez toutes les informations sur les initiatives sur www.ocean52.com Instagram @_ocean52 Facebook @ocean52official


IDUNN WATCHES

STUDIO JOLI

www.idunn-watches.com - @idunn_watches

alexia-studiojoli.com - @alexia.studiojoli

Maïa & Nicolas - Les artisans du temps

© Emilie Eychenne

Et quels engagements ! Tout est parfaitement pensé dans une démarche éco-responsable, en limitant les allers-retours de chacune des pièces constituant la montre, en travaillant minutieusement sur la qualité et l’étanchéité pour une durabilité sans faille. Chaque exemplaire vendu est monté uniquement après avoir été acheté. À travers leur communication, leurs visuels liés à la nature et à l’océan, et la précision de leur travail, Maïa et Nicolas comptent bien devenir une référence dans l’horlogerie européenne, tant par la beauté de leurs bijoux que par les valeurs partagées. •

Dans la mythologie scandinave, Idunn est la déesse de la jeunesse éternelle, une belle image pour cette marque de montres, tout juste lancée en début d’année. Un clin d'oeil à leur philosophie : malgré le temps qui passe, n’oublions pas de rester jeunes !  Le couple a commencé sa carrière dans l’horlogerie de luxe en Suisse, elle dans le marketing et la communication et lui en tant qu’horloger. Loin de partager le positionnement des grands noms, ils décident de se lancer dans un projet ambitieux, monter la première marque de montres 100% européenne. Depuis les débuts de l’horlogerie au XIXème siècle en France, notre savoir-faire s’est peu à peu expatrié en Suisse. À ce jour, plus aucun atelier français ne fabrique de mouvement automatique par exemple. C’est alors le début d’une bataille de sourcing pour Maïa et Nicolas, trouver en Europe des fournisseurs de pièces durables et qualitatives. « Nous avons mis près de 2 ans à trouver tous nos partenaires. Parfois, ils étaient sceptiques face à notre projet, mais généralement, ils soutenaient notre démarche.  »

© Rémi Bedora

Lorsqu’on est passionnée par la mode et les fringues, il n’est pas forcément évident de trouver sa voie dans le Sud-Ouest. Mais pour Alexia, il était difficile de renoncer à la douce vie d'Hossegor. Lorsqu’elle quitte sa contrée vendéenne pour la capitale, Alexia espère accéder à son rêve de petite fille et travailler dans le monde de la mode. Même si le métier qu’elle découvre pendant ses études la séduit, ce n’est pas la même chose pour la vie parisienne. Elle aspire à de grands espaces en pleine nature. Elle postule à un stage chez Billabong pour 1 an à Hossegor, découvre le surf et ce qui deviendra sa vie quotidienne. Elle enchaîne avec un poste chez Roxy en tant qu’assistante styliste. Malheureusement, la crise passe par là. Les opportunités se font rares. Alexia décide de se créer son propre avenir et de ne pas attendre qu’on vienne la chercher. Au détour de la toile, elle tombe sur une annonce de personal shopper chez le géant Zalando. Accompagner des personnes en recherche de conseils et de bonnes idées en matière de style ? Ne serait-ce pas une évolution logique de son métier ? Alexia se lance dans cette nouvelle aventure, et accède à des formations sur la morphologie, la colorimétrie, le contact… En plus de ce premier contrat, elle signe avec la box mensuelle Lookiero et une autre box d’Anglet Modames, spécialisée dans la mode éthique. Avec son sens du style et son écoute, Alexia s’épanouit dans ce nouveau métier.

particulier, ou des rencontres plus régulières. Au delà de ses conseils en style, Alexia accompagne parfois des femmes et des hommes en quête de bien-être, de plus de confiance en soi. Avec sa douceur et son empathie naturelles, Alexia tisse rapidement des liens étroits avec ses clients. Pour expliquer sa profession, la styliste aime citer la très célèbre créatrice Coco Chanel « La beauté commence au moment où vous décidez d'être vousmême ». Passionnée par la mode, elle ne cesse de se former pour acquérir plus de technicité et maîtriser l'ensemble des facettes de son métier.

© Rémi Bedora

Après des mois de recherche, le premier modèle d’Idunn voit le jour juste avant Noël, à seulement 100 exemplaires numérotés, une version « Black Sand » au cadran noir et une « White Sand » au cadran blanc. Dans leur atelier à Seignosse, chacune des pièces de chaque montre est montée minutieusement, pendant des heures, par Nicolas, des aiguilles made in France, au boîtier en liège recyclé fabriqué à Soustons, en passant par le coeur de la montre, le mouvement, fabriqué à la Chaux-de-Fonds, en Suisse ou encore le bracelet en cuir provenant du Doubs… « Une montre peut être 100% suisse, mais pas 100% française, c'est pourquoi sur le marché de l'horlogerie il est impossible d'obtenir un label Origine France. Mais pour Idunn, nous voulions absolument impliquer notre belle nation dans nos étapes de fabrication. » . Ils peuvent être fiers de cet engagement local et les résultats sont déjà au dessus de leurs attentes. Les passionnés de montres accueillent la démarche d’Idunn avec enthousiasme.  « Il nous faudrait plus de trésorerie pour développer la gamme, mais pour le moment, nous nous concentrons sur ce premier modèle, à expliquer notre engagement au plus grand nombre, même si nous sommes conscients que tout le monde ne peut pas s’offrir un tel objet (prix de vente à 990€). »

Alexia - Styliste

« La beauté commence au moment où vous décidez d’être vous-même. »

© Emilie Eychenne

« Nous sommes fiers aujourd’hui de pouvoir travailler avec des métiers de talents. »

10

L’envie d’Alexia est aussi de proposer un service en collaboration avec des boutiques locales, en proposant des pièces différentes, hors des circuits de grande consommation mais toujours en parfait mélange entre goûts et règles. « Je souhaite proposer aussi des prix accessibles. » En effet, pour un premier diagnostic et moodboard personnalisé de 1h, comptez 40€. Avec sa malice et son approche pleine de délicatesse, Alexia saura vous donner des astuces pour révéler votre style. •

Nouvelle profession 3.0, connue dans les grandes villes, les nouvelles compétences d’Alexia interpellent au niveau local. De nombreuses personnes semblent intéressées par ses conseils, ce qui motive la jeune femme de 25 ans à développer son service dans les Landes : Studio Joli. Elle propose des conseils en image, des rendez-vous shopping, des diagnostics personnalisés, des accompagnements ponctuels pour un événement

11


© An Aer

CÔTE SUD LANDES

© Bécret

© An Aer

© An Aer

Plus qu’un défi, un challenge humain en binôme. En 2019 se tenait la première édition du Swimrun Hossegor. Un swimrun, qu’est-ce que c’est ? Selon la définition de la Fédération Française de Triathlon, « les Swimruns sont des manifestations enchaînant des parcours de natation et course à pied répétés, d’un minimum de trois segments. Les participant.e.s effectuent la course principalement en binôme. » Le concept est posé. Mais lorsqu’on le met à la sauce landaise, drivé par 2 championnes de sauvetage côtier, on découvre un événement familial et convivial auquel tout le monde adhère. Il devait avoir lieu en juin, comme l’année précédente. Finalement, le rendez-vous ne sera pas manqué, et aura lieu le 12 et 13 septembre 2020, aux lueurs de l’automne.

12

© Olivier Legrand

© An Aer

swimrun

13


Quel succès pour cette première édition ! En juin 2019, le swimrun d'Hossegor réunissait près de 245 équipes venues des 4 coins de la France participer à cette nouvelle étape, au milieu d’un paysage local sublime, entre lac et océan. À l'origine le swimrun est une course créée suite à un pari entre copains : parcourir 75kms d'îles en îles dans l'archipel de Stockholm en alternant nage dans les eaux glaciales de la mer Baltique et course sur terrain accidenté, rocheux et souvent glissant. Le défi était fou voici 17 ans. Cette course fait désormais office de championnat du monde chaque année. Cette discipline, qui se développe depuis dans le monde entier, consiste à enchaîner par équipe de 2 des tronçons de nage en eau libre et de course en nature. On court en combinaison de natation et on nage en baskets ! Les pull-boy et plaquettes, accessoires pour aider à la flottaison et nager plus vite, sont acceptés ; les distances varient en fonction du concept que veut donner l’organisateur. À Hossegor, ce sont 3 courses qui sont représentées. Un sport nature où l'esprit d'équipe est essentiel, les binômes devant rester ensemble toute la course.

aux risques mais aussi à la préservation de cette nature si précieuse. » Alors, en parallèle des 3 courses, l’événement sera l’occasion de (re)découvrir les actions des associations environnementales locales et nationales, des acteurs locaux qui s’engagent et d’échanger sur les gestes à adopter pour sauver cet environnement qui nous est si cher. Bien entendu, au délà de ces partages, la convivialité reste également un point fort de cet évènement, grâce aux concerts et autres stands qui permettront aux accompagnants et aux gens de passage de profiter de cet instant sous les meilleurs auspices. Et pour agrémenter ce bel événement, l’après-midi du 12 septembre, des animations gratuites sur le village au parc Rosny à Hossegor seront organisées avec notamment les courses de swimrun pour les enfants (8 & 9 ans / 10 & 11 ans) en individuel, et le challenge Eco-swim par équipe de 4 personnes (3 nageurs et 1 SUP).

14

© An Aer

© Rémi Bedora

« Ce rendez-vous peut être un vecteur positif pour la sensibilisation aux risques mais aussi à la préservation de cette nature si précieuse. »

À la tête de l'organisation du swimrun d'Hossegor, 2 femmes adeptes du sport nature, de défis, sportives et entrepreneuses : Emmanuelle Bescheron & Elsa Dabet. Nageuses de haut niveau, la première est une waterwoman avertie et spécialiste du sauvetage sportif (plusieurs fois championne du monde, rien que ça ! ), la seconde s’est passionnée de disciplines liées à l’océan (la légende raconte qu’elle a su nager avant de savoir marcher). Toutes deux challengeuses, lorsqu’elles se rencontrent, l’idée de se lancer un nouveau défi semble tout à fait naturelle : organiser le 1er swimrun des Landes ! Et quel succès !

Le swimrun, lorsque se mêlent le sport et la convivialité, autour d’un même défi, une belle fête sportive sur terre comme en mer. Et pour certains, une bonne occasion d’aller brûler quelques calories après l'été et ses quelques excès.

Mais au delà de l’aspect sportif, les 2 femmes mettent un point d’honneur à valoriser l’environnement qu’elles affectionnent tant. « Avec l’épisode du Covid 19, nous sommes encore en train de valider certains événements, mais l’idée et l’envie est de faire découvrir l’océan et l’eau au plus grand nombre, notamment aux établissements scolaires des alentours. » Car vivre près de l’océan peut être parfois synonyme de peurs et de méconnaissances. « Ce rendez-vous peut être un vecteur positif pour la sensibilisation

Retrouvez toutes les informations sur :

15

www.swimrun-hossegor.fr @swimrun_cotesudlandes


LA MIE DE PAIN David & Franck - Boulangerie & pâtisserie

@lamiedepain.tyrosse - 65 Rue des Lauriers, 40230 Saint-Vincent-de-Tyrosse

© Rémi Bedora

sur 7, de 6h du matin à 20h, les 14 salariés font tourner la maison et ça marche. Après seulement 2 ans d’activité, les habitués se font nombreux. Ils viennent tout d’abord pour la qualité des produits mais aussi pour l’accueil et le sourire toujours présent de l’équipe.

« Ce sont ces valeurs que nous voulions transmettre à nos équipes et à notre clientèle. Des valeurs fortes partagées avec la marque La Mie de Pain dont nous sommes franchisés. » La rencontre avec l'équipe Jack’s Burgers, fut d’abord une démarche professionnelle. Le contact s’est fait naturellement. Face aux challenges de chacun, les projets s’organisent. Bagels, galettes des rois, pains burgers spéciaux, autant de beaux et bons produits fabriqués en local qui ont pu ravir les papilles de nos clients. Au fil des idées recettes du Jack’s, David et Franck répondent juste. Grâce à cette entente, le burger en forme de coeur a pu voir le jour, et l’opération au profit de l’association Summits of my heart fut couronnée de succès. •

Il y a encore quelques années, rien ne prédestinait les 2 amis à une reconversion dans le métier de la boulangerie. D’un côté, Franck est concessionnaire automobile et de l’autre, David est pisciniste. Comment ce duo de quarantenaires a-t-il choisi de se lancer dans le monde de la boulangerie ?

© Yoann Branet

Tous deux salariés durant leur première vie professionnelle, les deux amis rêvent d’entrepreneuriat. Ils cherchent durant plusieurs années la nouvelle activité qui pourra les rendre indépendants. Lorsqu’ils rencontrent le fondateur des franchises La Mie de Pain, le concept et les valeurs de la marque les séduisent instantanément. Alors pourquoi ne pas se lancer dans cette nouvelle aventure, à 2 ? Bien loin de leur premier métier, les 2 amis doivent d’abord comprendre l’exigence de la profession, sur la qualité des produits mais aussi sur l’implication que cela demandera à chacun.

© Rémi Bedora

Après plusieurs mois de discussions et de découverte du métier, Franck et David signent et se lancent dans la recherche du local idéal, de Bayonne à Mont de Marsan. Ce sera finalement Saint-Vincent de Tyrosse, ville de coeur pour David, qui y a joué au rugby durant quelques années. Idéalement située à côté du centre commercial, à quelques minutes de l’autoroute, la nouvelle boulangerie a ouvert ses portes en septembre 2017. Le duo a su s’entourer d’une équipe de choc, constituée de professionnels qualifiés. Ouverte 7 jours

16

17


MARCEL TRAVEL POSTERS

TEPEE SAUVAGE

@marcel.travelposters - www.marcel-travelposters.com 219 avenue de Pédebert, 40150 Soorts- Hossegor

www.tepeesauvage.com - @tepeesauvage

Jessy & Julien - Artiste illustrateur

Atelier de création florale

À 27 ans, Elena est une femme et une professionnelle épanouie par ses choix et ses ambitions. Elle est l’exemple parfait d’une reconversion réussie, avec cette envie débordante d’être heureuse. Elle nous raconte la belle histoire de Tepee Sauvage.

© Rémi Bedora

Si vous vous baladez dans les boutiques entre Capbreton et Soustons, vous avez certainement déjà vu le travail de Marcel Travel Posters. Des posters immortalisant la beauté de notre région et de ses lieux d’exception, avec une collection d’affiches graphiques à l’esprit vintage. Nous sommes allés rencontrer Jessy et Julien, dans leur atelier-boutique à Pédebert.

À

18 ans, son bac en poche, la jeune niçoise débarque à Paris pour des études en communication et attachée de presse. Après plusieurs stages en agences, être assise derrière un ordinateur toute la journée ne semble pas faire partie de ses rêves professionnels. Mais alors, que faire ? Elle s’essaie à une formation de graphiste pendant quelques mois, mais le constat s’avère être le même. Avec le soutien de ses parents, elle décide de prendre le temps, ce temps précieux qui lui permettra de construire un avenir professionnel qui lui correspond.

C

’est en 2015 que débute l’aventure Marcel. Alors infographiste pour une société spécialisée dans la distribution de marques de surf, Julien est chargé d’imaginer une série de designs sur le thème du travel poster. Passionné par les affiches de voyage, le projet lui donne envie de créer d’autres visuels, qu’il commercialise peu à peu auprès d’une boutique de Biarritz. Le succès est rapidement au rendez-vous. En 2018, Jessy, l’épouse de Julien, rejoint Marcel afin de prendre en charge la partie commerciale, le marketing et la logistique.

© Rémi Bedora

Aujourd’hui, la petite entreprise qui ne connaît pas la crise, poursuit son développement, emploie 4 personnes à plein temps et propose désormais différentes gammes d’accessoires et de matériels de papeterie. « Tous les produits de Marcel Travel Posters sont des créations originales. Nous nous inspirons des voyages et des rencontres que nous faisons partout dans le monde. Nos affiches ne sont pas simplement des affiches ! Ce sont des moments de vie que nous immortalisons sur papier glacé. »

Le voyage étant certainement l’une des plus belles façons d’apprendre, elle prend un billet d’avion direction l’Australie, et son village bobo surf, Byron Bay. Elle découvre des shops sortis tout droit de magazines de déco, cette ambiance bohème chic si tendance. De retour en France, son côté créatif prend le dessus et elle fait la connaissance d’un métier passionnant. Pendant 1 an, elle dédie son temps à son CAP par correspondance et à des stages avec des fleuristes « coup de coeur ». Elena est captivée par la beauté et la diversité de la flore, notamment les fleurs exotiques si imposantes par leurs différences. Très rapidement, elle lance Tepee Sauvage, comme un hymne à la nature et à la culture amérindienne qu’elle affectionne tant.

Par ailleurs, chaque commande fait l’objet d’un conditionnement soigné, afin d’arriver à bon port en parfait état. « Nous croyons à la force du local et revendiquons une production 100% made in France. » Un souci de l’excellence qui a déjà séduit de nombreux clients, particuliers comme professionnels en France et à travers le monde. •

Hossegor, Seignosse, Bayonne, Arcachon, Biarritz mais aussi Bordeaux, Paris ou encore Lille et Nantes, les affiches Marcel célèbrent avec légèreté la beauté des paysages français. Élégantes et colorées, elles puisent leurs inspirations dans l’imagerie du chemin de fer et les anciennes campagnes des compagnies aériennes, et arborent une allure vintage terriblement tendance. Mais surtout, Julien, qui crée lui-même tous les designs de ses posters, s’attache à retranscrire toute la réalité des lieux, leur atmosphère, mais aussi l’émotion qu’ils ont pu procurer aux voyageurs. Depuis le lancement de Marcel, les thèmes se sont mulitpliés, avec le sport, les publicités rétro, la gastronomie, l’automobile, tout en gardant cet esprit rétro.

Elena trouve rapidement son propre style, mélangeant fleurs fraîches et fleurs séchées, pour une touche authentique, sauvage moderne, aux tonalités désertiques et aux couleurs chaudes. Grâce à son expérience dans la communication, Elena se fait rapidement une réputation, notamment sur le marché du mariage. Le bouche-à-oreille fonctionne et la jeune entrepreneuse participe à près de 15 mariages par an. Elle les embellit avec ses arches de cérémonie, bouquets et autres décorations de table. Bien entendu, les services de Tepee Sauvage ne s’arrêtent pas seulement aux cérémonies. Elle organise régulièrement des ateliers DIY, des rendez-vous dans des boutiques,… En seulement 3 ans, la jeune femme est devenue une référence en tant que fleuriste originale, toujours à la recherche de superbes fleurs excentriques, entremêlées de branchages sauvages secs ou frais. Elle participe à des salons reconnus tels que Love, etc… ou encore à des shootings d’inspiration avec d’autres créateurs aussi avides de partage qu’elle. Elena semble avoir trouvé son équilibre en emménageant à Hossegor en 2019, pour retrouver ce lifestyle qu’elle avait tant aimé en Australie. •

© Rémi Bedora

Au-delà de la dimension esthétique, Marcel Travel Posters tire son épingle du jeu grâce à l’importance qu’accorde l’entreprise à la qualité. Entièrement réalisées en France, dans les Landes, toutes les affiches sont imprimées sur du papier couché 250/350 gr, qui leur garantit une tenue optimale.

18

© Rémi Bedora

« Nous croyons à la force du local et revendiquons une production 100% made in France. »

19


HILL GOLF CENTER

JS DESIGN

Scott & Michaël - Simulateur de golf virtuel

Julien - Créateur mobilier résine & bois

@hillgolfcenterhossegor - www.hill-golf-stage-sud-ouest.com 245 avenue de Pédebert, 40150 Soorts-Hossegor

@js.design._ - www.jsdesign-shop.com

Avec près de 25 millions de pratiquants dans le monde, le golf est le sport individuel le plus joué au monde. Ces deux frères franco-anglais, tous deux anciens joueurs professionnels, ont su redonner un coup de jeune à ce sport à l’image parfois vieillissante.

Si vous aimez le mobilier unique, travail d’un artisan autodidacte amoureux de nature et de beaux objets, les œuvres de Julien ne vous laisseront pas insensibles. Js design est un concept de création de mobilier et d’accessoires du quotidien, travaillant principalement des essences de bois nobles et massifs le tout provenant de forêts françaises, majoritairement des forêts situées dans les Hautes-Pyrénées. Lorsque Julien se lance dans cette aventure, il a l’opportunité d’acheter deux stocks de bois, des planches brutes de noyer, d’orme, de merisier, de chêne, avec, pour certaines, plus de 30 ans de séchage. Un véritable trésor que Julien travaille toujours avec un respect et une prudence précieuse. « Chaque tranche de bois que je commence à travailler doit aboutir à un projet validé par le client. C’est pour cela qu’il m’est difficile de faire du stock. Je ne veux gâcher aucun morceau de ce bois. »

I

20

© Rémi Bedora

« Je suis un autodidacte, j’apprends par passion. Je suis toujours à la recherche de conseils, d’améliorations. J’échange avec des ébénistes, des glasseurs… » Dans son atelier à Capbreton, Julien prend le temps d’essayer et de rater. Accroché au mur de la salle de résine, on découvre un petit mémo des « loupés », un geste d’une humilité incroyable qui semble caractériser Julien. « Je suis un autodidacte, j’apprends par passion. Je suis toujours à la recherche de conseils, d’améliorations. J’échange avec des ébénistes, des glasseurs… » Lorsqu’on découvre ses sublimes tables, ses cruisers, ses petits bougeoirs, on ne peut s’empêcher de caresser ces matières brutes, travaillées avec talent. •

© Rémi Bedora

© Rémi Bedora

« Grâce aux logiciels de tracking que nous utilisons, le joueur retrouve les mêmes sensations, les mêmes paramètres à gérer que sur un parcours outdoor. Les distances sont identiques à l’extérieur. Les analyses sont professionnelles et incroyablement précises. » Et le plaisir de jouer dehors, alors ? Cela ne remplacera pas un parcours de 18 trous, les kilomètres de marche, les intempéries. Mais ces nouvelles façons de pratiquer permettent aux joueurs de s’entraîner plus régulièrement, par tous les temps, de s’exercer sur tel ou tel geste, d’organiser des contests entre amis. Grâce à ces innovations, ils souhaitent bien rajeunir la cible du golf actuelle et voir arriver une nouvelle génération au fait de ces outils aussi bien ludiques et intuitifs qu’utiles. Les 2 frères misent tout sur leur longueur d’avance et le large vivier de joueurs régionaux. Le Pays Basque et les Landes ne comptent pas moins de 10 000 licenciés. Avoir installé leur centre indoor à Hossegor n’est pas un hasard. Idéalement situé à proximité des golfs prestigieux d’Hossegor, Seignosse, et tant d’autres, Scott et Michaël comptent bien séduire quelques-uns des joueurs à venir tester leur nouvel espace. Dès l’ouverture, le duo a su convaincre le x11 champion du monde Kelly Slater, également excellent golfeur, à venir tester son swing, pieds nus, en toute décontraction. Après ces quelques échanges, ils nous invitent à tester pour mieux comprendre. En quelques coups, on se prend vite au jeu. Alors n’hésitez pas à pousser les portes du centre et à venir tenter l'aventure seul ou entre amis. Un moment de détente assuré pour débutant et confirmé. •

En plus du bois, Julien a eu l’idée de travailler la résine epoxy, matière utilisée également dans la fabrication de planches de surf, comme une envie de figer dans le temps le bois ou tout autre objet. Cela permet de faire concorder un visuel entre classique et moderne mais également de jouer sur le toucher avec la texture du bois d’un côté et de la résine d’un autre. Le travail de la résine demande également de la patience et de l’expérience. « À chaque test, je note la température de la pièce, les dosages de la teinte au milligramme près . Tout est important dans la catalyse de la résine. » L’opportunité de pouvoir moduler et créer un large panel de couleurs ou bien de formes avec la résine permet de laisser libre court à l’esprit, et de faire voir le jour à toutes sortes de créations. L’idée que seule la résine se fige au bout d'un certain temps, rend chaque modèle avec des effets de couleurs uniques. Toutes les créations sont réalisées à la main. De ce fait chaque démoulage ou modèle qui voit le jour est aussi une surprise pour le créateur.

© Rémi Bedora

© Rémi Bedora

ls vous accueillent depuis août 2019 au sein de l’un des premiers centres de golf indoor, un univers de réalité virtuelle pour débutants et confirmés. Scott et Michaël nous ont ouvert les portes du Hill Golf Center pour taper quelques balles. Dans la zone artisanale, rue de Pédebert, dans un bâtiment qui se veut résolument moderne, les Hill nous invite à découvrir un univers golf indoor totalement connecté : un putting green équipé de l'outil révolutionnaire « Puttview », de 2 simulateurs « Trackman » avec ses caméras et ses nombreuses données précises qui en font la référence mondiale des radars de golf, et un poste avec le radar « Skytrack ». Autant d’outils, aux noms qui semblent tirés de livres de science-fiction, qu’ont installés les deux frères, pour offrir un service de haute performance. « Que vous soyez débutants, confirmés ou professionnels, notre engagement est de vous apporter un coaching pointu dans une ambiance bienveillante et décontractée. Notre centre est accessible à tout le monde en entraînement libre (parcours, practice et putting), pour une partie entre amis ou pour une leçon. » Bercés par le golf depuis l'enfance, les frères Hill ont débuté très jeunes les compétitions. Après plus de 11 ans de circuit pro pour Michaël et tout autant en tant que coach pour Scott, une envie d’entrepreneuriat s’est imposée comme une évidence. Lors d’un voyage aux États-Unis, ils découvrent ces nouvelles technologies de réalité virtuelle adaptée à la pratique du golf, encore inexistantes sur le marché français. Après plusieurs années à monter le projet, Michaël installé depuis 8 ans sur Hossegor, est rejoint par son frère aîné. Les premiers swings se feront en août 2019.

21


LES PETITS TRÉSORS DE LA ZONE

Nina & Quentin Coiffeur barbier & tatoueur 78 avenue des tonneliers, 40150 Soorts-Hossegor

© Rémi Bedora

@latelierdebarberousse @levagabondtattooshop

Depuis quelques années à peine, un vent nouveau souffle sur la Zone Pédebert. Plus uniquement référencée comme le regroupement des outlets de la glisse, la zone comme aiment à nommer les locaux, regorgent de petites pépites où il fait bon se perdre pour trouver quelques perles rares, précieuses et authentiques. Pour votre plus grand bonheur, nous nous sommes assis avec ces amoureux des belles pièces qui ont misé sur ce côté d’Hossegor pour partager leur univers. Rencontres.

Hermosa

David - 180, rue des menuisiers, 40150 Soorts-Hossegor

Pour Nina, son atelier de La Barbe Rousse est un rêve de grande fille qui se réalise à 28 ans. Après le CAP esthétique, le BP coiffure, elle se spécialise dans la barbe, un secteur ultra masculin. Elle fait ses armes pendant 4 ans dans un salon-barbier réputé de Bordeaux. Avec sa maîtrise du coup de ciseaux et de tondeuse, et quelques années au Boardrider, Nina se lance enfin. « C'est l’expérience d'une femme qui a monté plusieurs chaînes de barber sur Paris, La barbière de Paris. Je trouvais tellement cool qu’une femme développe un tel concept, qui ne se trouvait que dans un milieu masculin.

Pour Quentin aussi, c’est une première. Natif de la Réunion, bodyboarder de talent, il débarque en métropole pour passer ses diplômes de préparateur physique. Ce ne sera finalement pas sa voie. Il intègre les équipes du Jack’s Burgers pendant près de 5 ans, pour finir manager. À ses heures, il aime dessiner, adore se faire tatouer. Le lien se fait naturellement. Il s’achète sa première machine, tatoue, un peu, beaucoup, passionnément. Lorsque son tatoueur Mike du salon BlackAnvil lui propose d’être son apprenti, il y voit un signe. 4 ans plus tard, il est prêt pour lancer Le Vagabond Tattoo Shop. « Je ne veux pas que ce soit juste un salon de tatouage mais un lieu de découverte, où l’on pourra voir l’autre facette de mon travail à travers mes tableaux, découvrir d’autres artistes de différents domaines qui pourront exposer leurs créations. Rendre la douleur plus supportable. » Une belle aventure pour ces 2 amis au style pointu et tendance à souhait. •

© Rémi Bedora

© Rémi Bedora

O

l’assurance de découvrir un univers qu’on ne soupçonne pas forcément de l’extérieur, ce qui en a fait un endroit incontournable dans la zone et à Hossegor. Dans ces 100 m2, David aime proposer les objets qui le touchent, qu’il achèterait pour lui, sans trop se poser de questions sur l’ambiance générale du magasin. « J’ai commencé il y a 20 ans, pas par une idée mais par un métier. Oui ce n’est pas glamour, j’ai toujours travaillé dans les shops même pendant mes études, j’ai exercé pour les autres et finalement ouvert mon entreprise. » La clientèle, plutôt masculine, lui est fidèle, tant par son exigence de produits de qualité, que par la certitude de trouver cette petite chose qu’on ne retrouve nulle part ailleurs dans les alentours. Bienvenue chez Hermosa, une ambiance, un musée de curiosité. •

© Rémi Bedora

hermosa-and-co.business.site @Hermosa-Co

n ne peut pas parler de la zone sans parler de cette institution installée tout d’abord en centre ville, place Louis Pasteur, et depuis 2004, dans cet ancien atelier d’ébéniste, rue des menuisiers. Véritable caverne d’Ali Baba à la sauce motarde. Un « Dry good Store » serait finalement la meilleure des définitions, comme les shops des westerns. On rentre pour des fringues et on sort avec une brosse pour les toilettes. On y trouve aussi bien du dentifrice, des denims américains, des chemises originaires du Japon, du Portugal, des USA, d’Italie, de France….des chaises, des BBQ, des lampes, des couvertures…, le tout inspiré du lifestyle américain mais pas que. Ses inspirations sont aussi anglaises et japonaises, le général store à Hossegor. S’aventurer chez Hermosa, c’est la certitude de ressortir avec un produit, un souvenir, une babiole, une veste Deus ex Machina, un service en émail, une lampe style « lampe à huile », un bandana, une bougie de la Vierge Marie… C’est aussi

I

À l’époque, je vous rappelle que les femmes n’avaient pas le droit d'entrer dans les barber shops. J’ai eu envie de faire la même chose à ma façon. »

l n’est pas toujours facile de se lancer dans un projet d’entrepreneuriat seul. Il fait parfois bon de s’entourer et de partager ses envies, ses doutes, et ses idées avec un partenaire complémentaire. C’est ce sur quoi ont misé Nina et Quentin, respectivement coiffeuse-barbier et tatoueur, amis et maintenant voisins dans leur première aventure entrepreneuriale, avenue des tonneliers, dans une ambiance chaleureuse, à l’inspiration vintage, oldschool, un lieu dans lequel le client se sent bien.

22

23


© Rémi Bedora

T

out juste ouverte avant le confinement, Simone, doux nom de la grand-mère de Guillaume, est une friperie vintage qui propose des vêtements de seconde main et des accessoires pour homme et femme, une alternative à la fast fashion en proposant des pièces uniques et vintage à des prix accessibles. La boutique est un lieu qui partage des valeurs autour de l’upcycling et de l’artisanat. Concernant les pièces de chez Simone, Guillaume sélectionne les vêtements selon ses goûts, largement inspirés par l’esprit surf rétro. On y trouve aussi des planches de surf créées spécialement pour la boutique par des shapers locaux, dont Chienville et Onata. Une ambiance rétro, arty et minimaliste, un brin nostalgique du surf des années 60/70, de son style de vie et de son style vestimentaire. « Chez Simone, je veux transmettre la liberté qui émanait de cette époque » Simone est aussi un lieu de rencontre où j’expose des artistes, comme le photographe et vidéaste Léo Maigret, la créatrice Cam Co qui récupère la résine des planches de surf pour en faire des bijoux upcyclés et la designer Pisces Wetsuits qui crée des combinaisons de surf et maillots de bain. Les projets à venir ? « La mise en place d’un site web et d’un shop en ligne, ainsi que le développement de pièces upcyclées. Je vous laisserai découvrir la suite chez Simone… » •

Collective Soul Valérie - 93 av. des Tisserands, 40150 Soorts Hossegor

@collectivesoul_hossegor - www.collectivesoul.fr

© Rémi Bedora

C

achée dans un recoin de l’avenue des Tisserands, la boutique atelier Collective Soul (certains la qualifierait de concept store) est « une alternative d'accès à des créations originales et en série limitée, privilégiant la qualité de fabrication et les matériaux. Ce sont des pièces uniques ou réalisées en petites séries, en collaboration avec des créatifs et des personnes passionnées en textile, art et artisanat. » Lorsqu’on entre dans cette caverne aux 1001 trésors, on ne sait plus où donner de la tête. Avec une sélection

24

pointue, originale et unique, Valérie, la propriétaire, a su donner une âme à cet endroit. Passionnée de mode et de déco depuis le plus jeune âge, Valérie a fait ses armes chez les plus grands à Paris. Mais rapidement, déboutée par le milieu, elle découvre une autre facette du textile en travaillant d’abord pour un jeaneur et ensuite pour le lancement de Roxy en Europe. Cette dernière aventure durera près de 16 ans, accompagnée par les figures emblématiques de la marque. De ces années dans la surf industrie, Valérie retient les meilleures choses, les voyages, les rencontres, les inspirations perpétuelles lors de ses déplacements. Et de ces années, Valérie a gardé cette curiosité et cet amour des belles choses et de l’artisanat. En quittant Roxy fin 2011, les idées fusent pour sa reconversion. Elle aime chiner, redonner une seconde vie au mobilier. Elle ouvre un petit atelier, caché au fond de la zone. Mais le temps lui manque, alors sans jamais lâcher cette

V

Finca

oici le petit nouveau, tout juste ouvert en décembre 2019. Ce couple, amoureux des Landes depuis des années, vient tout juste de prendre ses quartiers dans leur nouveau shop, aux allures de friperie branchée de grande ville, aux inspirations latines (d’où le nom Finca, petite maison bohème à Ibiza et autres villes latines). Entre fringues chinées lors des nombreux voyages de Delphine, accessoires branchés collectionnés depuis les années 70-80, les bouquins d’inspiration, autres vinyles vintage, cosmétiques rapportés des US, on ne sait où donner de la tête.

Delphine & Frédéric 69 Avenue des Sabotiers 40150 Soorts-Hossegor @_finca_

Au départ de cette aventure, une envie d’espace. Parisiens de coeur, ils quittent la capitale il y a 4 ans pour mieux se ressourcer et vivre au rythme des marées, à Hossegor. Delphine, créatrice de sa marque de bijoux Delphine Lamarque, continue à travailler depuis son atelier chez eux. De son côté, Frédéric, ingénieur de formation tourne la page d’une dizaine d’années d’une vie citadine lorsqu’il rencontre Vincent Lartizien et son projet « Les chanvres de l’Atlantique ». Il découvre un produit très mal connu, le CBD.

© Rémi Bedora

www.simonesecondhandshop.com @simone.secondhandshop

Après plusieurs mois à se passionner pour cette plante, il se lance avec un ami dans ce nouveau projet d’huiles et baumes. La marque ARPA est née. Chacun porté par son projet perso, leur énergie n’en est que plus forte, à vouloir partager un peu de leur univers à travers Finca. « Nous voulions un espace unique, personnel, presque intime où chaque pièce a une histoire, où on peut trouver un vêtement unique à accorder avec son propre style. Mais également nos propres marques. » À travers cet endroit, Delphine et Fred veulent créer un lieu de rencontres en organisant des événements réguliers autour de passions qui les animent telles que la musique ou la peinture. Delphine y a déjà installé son atelier avec son équipe. Fred consacre son temps à ARPA et à la com’ du lieu. Toujours en perpétuelle création et effervescence, le duo rêve déjà d’agrandir cet espace, en y intégrant un atelier plus grand, un endroit pour peindre et continuer à créer, tout en agrandissant le coin shopping avec toujours plus de pépites à découvrir rapportées des 4 coins de France et du monde. •

© Rémi Bedora

© Rémi Bedora

Guillaume - 96 Avenue des Couteliers, 40150 Soorts-Hossegor

© Rémi Bedora

Simone Second Hand Shop

passion de la déco, elle ouvre Collective Soul, un lieu de vie où se mélangent déco, textile, accessoires, découverts essentiellement en Aquitaine. « Lorsque la crise de 2010 est passée par l’industrie du surf, beaucoup de gens talentueux ont dû se réinventer pour pouvoir rester ici. C’est pour ça que l’idée du " collectif " dans le sens d’émulation, m’est venue. » Chaque recoin de sa boutique est une découverte. Pour les amoureuses de mode, on aime chiner du « deuxième main » ou d’anciennes collections de marques telles que Isabel Marant, Made ou encore Vanessa Bruno. Valérie trouve même le temps de proposer sa propre marque de textile avec des pièces en série ultra limitée, 100% fabriquée dans le Sud-Ouest. Aujourd’hui, une douzaine d’artistes sont présentés chez Collective Soul. Parmi les coups de coeur de Valérie, la déco Muskhane en laine feutrée, fabriquée au Népal. Ou encore les céramiques de son grand ami Xavier Brasleret. Mais finalement, Valérie se reprend, pleine de bienveillance. Chaque marque représentée dans sa boutique est un coup de coeur. Il lui semble impossible de choisir tant chaque histoire derrière les objets semble la toucher. Car elle en est certaine, s’entourer d’objets à l’histoire positive rend plus heureux. On vous laisse aller y jeter un oeil ? •

25


@wastedtalentboutique www.wastedtalentboutique.com

trouver n'importe où. Le surf ne se résume plus à zoner sur la plage. Il a grandi et s’est instruit, il a voyagé. En termes simples, nous voulions proposer des vêtements et des accessoires que vous pouvez porter de la plage au bar et au-delà sans ressembler à un kook total dans le processus. Bien au contraire en fait ! » De ces envies sont nés un magasin et un magazine, pour un accompagnement marketing à 360° des marques référencées, de la création de contenu exclusif, à la mise en avant de leurs produits, jusqu’à la vente. Haut lieu de la sophistication surf où prône une Porsche des années 80, vous trouverez des marques au lifestyle impeccable, les australiens d’Afends et TCCS, Octopus Bag, les lunettes Epokhe, et des marques intimistes découvertes au gré de leurs voyages, dans les accessoires, les cosmétiques ou encore la déco.•

Audrey, Vincent & Arthur - 169 Avenue des Tisserands, 40150 Soorts-Hossegor

O

26

© Rémi Bedora

@surfinestate www.surfinestate.fr

planches de surf shapées par Vincent et une gamme de vêtements pour homme. Ils ont également développé de beaux échanges avec la marque californienne de dérives, TRUE AMES, une source d’inspiration sans fin pour explorer l’histoire du shape et les différentes possibilités de surfer une vague. Surfin Estate est une équipe de trois personnes, véritables couteaux suisses de l’entrepreneuriat. Entre Arthur, ancien designer de chez Sandro Paris, Audrey qui est en charge

Julie & Damien - 358 avenue des charpentiers, 40150 Soorts-Hossegor www.chipiron.fr - @chipironsurfboards

A

près l’ouverture de leur première boutique dans le centre-ville il y a 2 ans, Julie et Damien misent aujourd’hui sur le redynamisme de la Zone Pédebert et sur sa clientèle core. Fabriquant de planches depuis plus de 10 ans, Chipiron propose aujourd’hui toute une gamme de planches aux inspirations rétro, du fish au longboard classique, qui ont fait sa réputation. « En ouvrant ce nouveau shop, en plus de celui avenue du Touring, nous voulions revenir à notre coeur de métier, à notre passion, le surf et partager notre passion avec les pratiquants. » À travers leurs voyages et

Surfin’Estate uvert depuis juillet 2015, le trio est l’un des premiers à miser sur le renouveau de la zone. Lancé par Vincent tout d’abord, c’est aujourd’hui un projet collectif, né en 2011, quand ils décident de créer un blog avec Arthur pour tenter d’aborder l’univers du surf avec une inspiration singulière, tentant de faire le lien entre le surf, le skateboard, la musique et l’art. Cela se retranscrit largement dans leur shop où ils proposent leur marque Surfin Estate, avec une gamme complète de

Chipiron Surfboards leurs rencontres, le couple a su développer une marque de surf locale, une large déclinaison de leur style de vie, entre collection textile, et accessoires techniques en tout genre. « Pour nous, le surf est un jeu, qu’on ne prend pas au sérieux, un instant en famille, entre amis. Nous sommes des passionnés d’extérieur, de nature et de voyages. Nous essayons de retranscrire ces mêmes passions dans notre univers. » Depuis 2010, Chipiron Surfboards a su asseoir son image, véritable hymne aux bonnes choses et à la glisse plaisir et familiale. Leur surf est un style de vie et pas uniquement des

© Rémi Bedora

© Rémi Bedora

© Rémi Bedora

I

nstallée depuis quatre ans dans la zone et seulement depuis mai 2019 à cette nouvelle adresse, l’équipe de Wasted Talent a travaillé d’arrache pied pour créer la nouvelle vitrine de leurs différentes activités, tout en se différenciant de ce qui existait déjà dans le coin. Parfait exemple du renouveau de la Zone Pédebert en un lieu branché, la boutique Wasted Talent est un endroit unique où il fait bon découvrir une sélection de produits pointus, venus d’Australie, des États-Unis, de Scandinavie… pour le plus grand plaisir des surfers fashionistas. « Wasted Talent est né d’une soirée de fin d’été dans le Sud-Ouest de la France, d’une conversation sur la frustration du manque d'innovation dans les scènes de surf et de skate à travers l'Europe. La nécessité d'un espace commun pour les marques et les produits auxquels nous croyions. Nous voulions quelque chose d'un peu différent. Un peu plus raffiné. Des produits que vous ne pouviez pas

produits. Ils aiment retranscrire cet esprit dans leurs boutiques ou à l’école de surf, plage des Culs Nus. Ils mettent un point d’honneur à créer des lieux de vie conviviaux, où locaux comme touristes peuvent trouver tous les produits Chipiron, mais aussi discuter, passer dire bonjour, partager, boire une bière Woll fraîche. Dans ce nouvel Outlet & Technical store, on peut trouver tout le matériel technique à tout bon pratiquant et se faire plaisir sur les anciennes collections textiles à petit prix.

© Rémi Bedora

202 Avenue des Menuisiers, 40150 Soorts-Hossegor

© Rémi Bedora

Wasted Talent

de toute la partie digitale et pilote leur agence marketing « Maison Surfin Estate » dans laquelle ils proposent un service clé en main de site web / web design / chef de projet digital, et Vincent qui gère la direction générale, la production de planches et le marketing. Surfin Estate peut être décrit comme un doux mélange d’inspirations vintage et de modernité, tant dans l’approche du design de leurs planches de surf que du vêtement. Depuis leur ouverture, leur renommée n’est plus à faire, certains clients viennent de loin pour y faire un tour. « Notre clientèle est très hétérogène, du cadre dynamique qui vient se faire shaper une magnifique planche, au jeune local inspiré par nos designs, en passant par le touriste californien qui vient louer une planche pour la journée car il a entendu parler de notre travail. Je dirais que notre clientèle est 50 % française, 50 % internationale. » Profitez de l’une de leurs expos (la prochaine avec Baptiste Pauthe, un jeune surfeur d’Hossegor, architecte à Biarritz et artiste peintre à ses heures perdues) pour aller y faire un tour. •

27


PAUL LABELLE A ENCORE FRAPPÉ ! Dans la famille « toujours plus » nous demandons Paul, manager du Jack’s de Capbreton. Après s’être lancé à la rame en 2019 à l’assaut de Belharra il décide en 2020 d’aller se frotter au géant portugais : Nazaré. Equipé d’un gun shapé spécialement par Rob Vaughan pour l’occasion, retour en images sur

@paulolekooks #wearejacks

© Rémi Bedora

28

© Léo Fernandez

© Léo Fernandez

© Léo Fernandez

© Léo Fernandez

le nouveau défi relevé brillamment par Paulo !

29


CAP OU PAS CAP ?

Fabrique-toi des dents de vampire avec tes frites

Prononce « Suis-je bien chez ce cher Jack’s » le plus vite possible

DÉCOUPE TA COCOTTE ET LANCE DES DÉFIS À TES AMIS ! Suis bien les pointillés et le mode d’emploi pour plier ta cocotte.

Mange les yeux fermés pendant deux minutes

Il y a de la sauce sur ton coude, essaie de le lécher

Répète « Je suis un cheese sans sauce » le plus de fois possible

Tu ne peux manger qu’avec deux doigts

Celui qui épelle « Nuggets » le plus vite a gagné, 3,2,1, top !

Tape des mains avant chaque bouchée 30

31


L'abus d'alcool est dangereux pour la santĂŠ.

&

#PERFECTCOMBO

32