Page 1

Mon premier travail My first job

par Philippe


Menuisier, c’est un travail manuel. Quand j’avais 19 ans, j’ai fait beaucoup de choses, des fenêtres, de l’artisanat. C’était un bon travail, j’aimais faire ce travail. La machine à bois c’est pour scier les bois, on fait des planches droites. Je faisais des tables et des chaises pour le réfectoire pour les curés. J’aimais bien travailler le bois. Les machines n’avaient pas de protection pour les doigts.


Being a carperter is a manual job. When I was 19 years old I did many things, windows, handycrafts‌. It was a good job, I used to enjoy doing it. The wood slicing machine to cut wood turned it into even planks. I made tables and chairs for the priests. I loved working with wood. The machines did not have any protection to avoid fingers being cut.


Mon premier travail c’Êtait jardinier My first job was as a gardener

par Omar.


J’ai fait ça avec mon père en Iraq. Ici c’était jardinier pour la ville de Bruxelles au stade Roi Beaudouin. Tailler à 2 personnes, souffler les feuilles tout seul. Planter les arbres pour remplacer les arbres morts. Ca a duré 1 an. J’aimais bien. Au début c’était difficile, il y a toujours beaucoup de bruit à cause des machines. Souvent les gens n’aiment pas ce travail parce que c’est salissant et c’est dehors par tous les temps.


I used to work alongside my father in Iraq. Here I was a gardener at the at the city of Brussells and the Roi Beaudouin Stadium. When it was necessary to trim the branches two people were required, to blow away the leaves only one person was needed. I had to plant new trees and replace the ones that had died. This lasted one year, I loved it. In the beginning i twas quite hard there was always a lot of noise because of the machines. Because of this, people did not like this kind of work since it was a messy job and it had to be done in all weathers.


Un bon souvenir de travail A good memory of work

par Malika


J’ai travaillé il y a 25 ans dans un petit restaurant avec une famille grecque, pendant 8 ans. C’était en famille, à la cuisine. C’était magnifique. J’ai appris à cuisiner grec. Malheureusement la femme est décédée à l’âge de 47 ans, c’était une amie. J’ai arrêté à cause des enfants. C’était le plaisir d’aller travailler.


Twenty five years ago I worked in a small restaurant with a Greek family, for eight years. The work in the kicthen was a family affair. It was splendid. I learnt how to cook Greek food. Sadly the lady died at the age of 47, and by then she was a friend. I had to stop because of the children. It was a pleasure to work there.


Un mauvais souvenir de travail A bad work memory

par Samba


Il y avait une palette, je l’ai prise avec le transpalette. Les roues n’étaient pas bonnes. La palette était remplie de marchandises. En tirant, elle est tombée sur mon pied. Il était l’heure de fermeture et il n’y avait plus personne dans le secteur. Quelqu’un est passé par là et m’a entendu crier. Il est venu m’aider, sinon mon pied aurait cassé, j’ai eu de la chance. C’était 10 minutes avant la fin de la journée de travail, ils ont appelé l’ambulance et ils m’ont amené à l’hôpital Brugmann. Je suis resté plusieurs jours sans travailler.


There was a wooden palett which I grabbed with the palett transporter. The wheels were not very safe. The palett was filled with goods, far too much . It ended up falling on top of my foot. It was closing time and no one was around at that time. Then, someone happened to pass and heard my cries of pain. He came to the rescue and I was fortunate not to have broken my foot. This happened ten minutes before the end of the shift. An ambulance was summoned and then they took me to Brugmann Hospital. I was many days without being able to go back to work.


Le travail en 1990 The work in 1990

par

Abdel


Mon premier travail c’était en 1990 au Maroc. Je travaillais dans une usine de couture à Tanger, j’étais magasinier. C’était une usine française de vêtements qui fabriquait des chemises, des pantalons et plein de choses. C’était un bon travail. C’était comme la famille, il n’y avait pas de difficultés de langue, l’ambiance était familiale.


My first job was in Morrocco in 1990. I worked at a clothes making factory in Tanger and I was a storekeeper. It was a French clothes factory that made shirts, trousers and many other items. It was a good job. We were like a family. There were no language difficulties and the atmosphere was friendly.


Le mĂŠtier de mes rĂŞves My dream job

par Suzanne


J’ai toujours rêvé d’être coiffeuse. Je suis allée à l’école d coiffure, mais comme je ne savais pas lire ni écrire, c’était difficile pour moi. Alors, je n’ai rien appris parce que je n’arrivais pas à suivre les cours avec les autres.

I have always wanted to be a hairdresser. I went to a hairdressing school, however I didn’t know how to read which made matters very hard for me. Therefore I wasn’t able to learn anything because I wasn’t able to conclude the course like the rest.


Le mĂŠtier de mes rĂŞves My dream job

par Viviane


Je rêvais d’être coiffeuse. La coiffure est un métier que j’aime bien. Coiffer, c’est comme de l’art. J’aime bien coiffer les femmes et les enfants

I wanted to be a hairdresser. Hairdressing was an activity that I really loved. Hairdressing is like an art. I love being a hairdresser to women and children.


Un mauvais souvenir A bad memory

par Ali


J’étais occupé à souder des barres de fer, des flammes ont atteint mes yeux. On a été tout de suite à l’hôpital, c’était à Louvain. C’est difficile de travailler avec des lunettes, il y a de la buée et tu ne vois rien. J’ai enlevé les lunettes. Le patron était un peu spécial. 2 jours après l’accident il m’a appelé pour aller travailler. Je suis parti travailler avec le pansement sur l’œil 3 jours après l’accident. Ce n’était pas reconnu comme accident de travail. La cicatrice est toujours là et ma vue n’est plus pareille.


I was in charge of welding iron bars and the sparks of the flames injured my eyes. I was taken immediatly taken to Hospital in Louvain. It is very hard to do this job while using glasses because the steam makes visibility impossible. I took off the glasses. The boss was a strange type of person. Two days after the accident he ordered me back to work and so I was back three days after the accident. To this day, it has never been recognised as a work related accident. The scar is still here and my eyesight has never been the same.


C’était à la campagne dans les années 1948, l’école n’était pas

Un bon souvenir A good memory

nécessaire, j’ai commencé à travailler à 13 ans. Mes parents avaient 15 enfants, j’étais la 9 e. Maman m’avait trouvé un travail à 120km de Comines, à Bruxelles, comme servante, logée et nourrie. J’avais une chambre pour moi toute seule, des repas chauds, ma chambre était chauffée. Je rentrais une fois par mois mais j’avais hâte de retourner travailler. J’avais un lit pour moi toute seule. A la maison on dormait à 6 dans un lit et les petits faisaient pipi au lit. On travaillait dans les champs de tabac avec papa, j’aimais mieux travailler avec Madame. J’avais des beaux habits. Madame était parfois méchante parce que je parlais mal le français, je pleurais souvent pour ça. Je parlais le « chti ». On parle encore comme ça à Comines. Ils étaient radins : pour cirer les chaussures une fois c’était avec du par Gaby cirage, l’autre fois il fallait cracher. J’étais heureuse là.


It was in 1948. School was not considered necessary and so I started to work at the age of 13. My parents had 15 children and I was the 9th. My mother found me some work 120 Km from Comines in Brussells as a maid with food and shelter included. I had my own bedroom, hot meals, and my room was heated. I went home once a month but I loved being able to return to work. I had a room to myself. Back home we would be six in one bed and the youngest would wet the bed. We’d work with our father in the tobacco fields, this was far worse than working at « Madame ». I had some nice clothes. Madame was nasty sometimes because I didn’t speak French properly, I ended up crying sometimes because of this, the « chti » in my accent. This is the way we speak in Comines. They were tight with their money : to get shoes polished sometimes they used wax and other times they used spit . I was happy there.


Mon premier travail My first job

par Mouktar


J’étais cireur de chaussures en Guinée. J’avais un petit sac avec les boîtes de cirage et un morceau de bois pour poser le pied. Je ne gagnais pas assez alors j’allais chercher la suie où on brûlait les pneus : ça marche bien ! J’étais le meilleur cireur de mon village. Je n’achetais plus de cirage. J’avais 12 ans et j’ai fait ça pendant 3 ans. A 15 ans, j’ai voulu aller à l’aventure. J’ai vendu des cigarettes et des biscuits à la gare en Côte d’ivoire. J’étais un enfant difficile, je cherchais toujours quelque chose à faire.


I was a shoe-shiner in GuinÊe. I had a small bag with the necessary tools and a wooden fixture to serve as a foot stand. I didn’t earn all that much so I searched and found a place were tyres were burnt and collected the soot. It went well.I was the best shoeshinner in my village and I never needed to buy any wax. I was 12 years old and I worked at this for 3 years. At 15, I decided to break free and seek adventure ! I sold cigarettes and biscuits in the Ivory Coast. I was a difficult child, I was constantly looking for something to do.


Story4  
Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you