Issuu on Google+

aromatiques de A à Z

Laurent Bourgeois

Laurent Bourgeois

les

aromatiques de A à Z ous souhaitez faire pousser vos propres plantes aromatiques pour une cuisine à la fois plus saine et plus savoureuse ? Cet ouvrage vous propose toutes les clés pour réussir leur culture : la préparation du sol, la fertilisation, la multiplication, l’entretien, la récolte et la conservation. Vous trouverez ici 80 plantes environ, classées par fiches techniques de A à Z.

www.rustica.fr 14,50 €

Laurent Bourgeois a créé une pépinière, « Arom’antique », spécialisée dans les plantes aromatiques. Il est aussi l’auteur du Grand livre des aromatiques aux éditions Rustica.

les

V

Laurent Bourgeois

les

aromatiques de A à Z


Sommaire Cerfeuil commun . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 Ciboulette . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Citronnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 Consoude de Russie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Coriandre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 Cumin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 Estragon français . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 Estragon du Mexique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84 Fenouil vulgaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 Ficoïde glaciale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 Gattilier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 Génépi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 Germandrée petit-chêne . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 Guimauve . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 Herbe à curry. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 Herbe à sucre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100 Houttuynia . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 Hysope officinale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 Lamier blanc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 Laurier sauce . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 Lavande . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 Livèche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 Marjolaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 Marrube blanc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 Mauve sylvestre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 Mélisse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 Menthe verte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 Micromérie grecque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126

Avant-propos. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

Les aromatiques de A à Z . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Absinthe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Achillée millefeuille . . . . . . . . 26 Agastache rugosa. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Ail d’Afrique du Sud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Alchémille. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Alkékenge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Alliaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Aneth . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Angélique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Anis vert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 Armoise vulgaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Arroche des jardins . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 Aspérule odorante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Aurone mâle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Basilic vert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Benoîte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 Bourrache. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 Calament à grandes fleurs . . . . . . . . . . . . . . . 60 Camomille romaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Câprier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Carvi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 Cataire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 2


Monarde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128 Myrte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130 Nigelle aromatique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132 Oignon rocambole . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 Onagre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 Origan commun . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 Oseille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140 Périlla pourpre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142 Persil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144 Pimprenelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 Raifort allemand. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 Réglisse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150 Renouée odorante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152 Rhubarbe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154 Romarin. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156 Roquette . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158 Rue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160 Safran . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162 Salicaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164 Santoline . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166 Sarriette . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168 Sauge ananas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170 Sauge officinale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172 Souci . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176 Tanaisie commune . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178 Thym vert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180 Valériane . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184 Verveine odorante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186

Glossaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188 Index. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189

3


Introduction C’est avant tout un grand respect de la nature qui a guidé ma plume pour écrire cet ouvrage. Vous y trouverez des conseils et des techniques pour cultiver vos plantes aromatiques de façon naturelle et propre. Il me semble en effet complètement paradoxal d’installer au jardin ces herbes, si précieuses en cuisine, mais aussi pour la santé, en continuant d’utiliser des produits de traitements ou des engrais chimiques. Il existe des solutions pour un jardinage plus respectueux de l’environnement, alors employons-les dès à présent, d’autant plus que ces plantes sont généralement assez faciles à cultiver si l’on respecte certaines règles de base. Vous apprendrez à concevoir votre jardin différemment en exploitant les propriétés de certaines plantes et en les associant de façon bénéfique. Les jardiniers habitués aux méthodes biologiques connaissent l’importance des plantes aromatiques pour attirer les insectes pollinisateurs, fabriquer des purins ou éloigner certains prédateurs. Faites le choix d’un jardin naturel et profitez de leurs vertus pour les autres plantes, c’est très bon pour l’environnement et pour votre santé.

Le sol C’est l’élément de base du jardinage. Connaître le sol qui accueillera vos plantations est primordial. De sa structure et sa texture vont dépendre la fréquence, la quantité et la qualité des apports. ■

Les amendements

En jardinage biologique, il s’agit essentiellement des fumures apportées sous forme de fumiers bien décomposés, de composts ou de terreaux de feuilles. Ils permettent d’enrichir le sol, favorisent l’activité microbienne, allègent les terres lourdes et donnent du corps aux terres légères. On y ajoute parfois des amendements calcaires dans les terres à pH acide, pour cultiver des plantes 7


calcicoles, ou des amendements argileux dans les sols très sableux, appréciés par les espèces qui poussent en terrains plus riches. Les amendements à base de basalte sont également intéressants, car cette roche volcanique est riche en oligo-éléments, en silice et en magnésium. ■

Les engrais

Outre ces amendements, il est possible en culture biologique de fertiliser avec de nombreux engrais organiques comme le guano, élaboré à partir de déjections d’oiseaux sauvages. C’est un engrais complet, mais surtout riche en azote, ce qui favorise la croissance du feuillage. On l’utilise à la dose de 40 g au mètre carré, au début du printemps. Les tourteaux de ricin sont également des engrais complets riches en azote, mais aussi en oligo-éléments. Ils présentent en outre l’intérêt d’éloigner les rongeurs et les taupes. Il faut compter 100 g au mètre carré. La corne et les farines de plumes sont des engrais azotés à libération lente, contrairement aux poudres de sang qui possèdent une action « coup de fouet ». Ces engrais s’emploient à la dose de 40 à 50 g au mètre carré. On peut aussi utiliser des fertilisants naturels d’origine minérale comme le patentkali, riche en potasse, en magnésium et en soufre, à employer au printemps. Les phosphates naturels à libération lente doivent être utilisés à l’automne à raison de 30 g au mètre carré. Les algues contiennent de nombreux oligo-éléments et sont de précieuses alliées du jardinier. ■

Les purins

Plusieurs plantes permettent de confectionner des purins aux vertus fertilisantes. La plus connue reste l’ortie qui apporte de l’azote et des oligo-éléments. Cette plante est aussi intéressante pour son action préventive contre de nombreuses maladies (rouille, oïdium, mildiou). La consoude est un trésor pour le jardinage naturel; elle est riche en azote et en potasse, mais permet également d’activer la dégradation du compost tout en l’enrichissant. Il ne faut pas oublier non plus le pissenlit, le chou et la bardane (qui stimulent la croissance des plantes) ou la valériane (qui favorise la floraison). Un purin se prépare en laissant macérer 1 kg de plantes saines, non montées à graines, dans un récipient en plastique ou 8


en bois rempli de 10 litres d’eau de pluie ou de source. Les plantes doivent être régulièrement mélangées puis, au bout de 2 à 3 semaines, la préparation est alors minutieusement filtrée et utilisée diluée à 10 %. ■

Les engrais verts

Ce sont des plantes cultivées sur de courtes durées pour occuper un sol avant d’y être broyées et enfouies pour en améliorer les propriétés physiques et biologiques. Les espèces semées appartiennent souvent à la famille des Fabacées (pois, trèfle, mélilot blanc, luzerne, vesce) qui possèdent la faculté de capter l’azote de l’atmosphère et de le restituer ensuite au sol. Ces légumineuses au développement important permettent également d’apporter une bonne dose d’humus. D’autres plantes sont aussi utilisées comme engrais vert tels l’avoine, le seigle, le colza, la phacélie ou la moutarde.

9


Les aromatiques de A Ă  Z


Astéracées Arte m isia ab sinthium LE CONSEIL RUSTICA L’absinthe peut devenir rapidement envahissante par ses graines. Arrachez les plantules dès qu’elles sortent de terre, sinon elles risquent de s’enraciner puissamment et leur extraction sera plus difficile.

PROPRIÉTÉS

L’absinthe possède des propriétés toniques, elle est d’ailleurs souvent prescrite aux convalescents. Elle est aussi connue pour ses vertus emménagogues.

Absinthe ’absinthe est un arbrisseau à la saveur très amère de 1 m de haut. Son feuillage soyeux, gris verdâtre, est utilisé pour apporter une touche de couleur originale dans les massifs. Sa floraison est rare et discrète. Cette plante fut fort à la mode à la fin du XIXe siècle, où elle servait à préparer la liqueur d’absinthe ou fée verte. Aujourd’hui, elle accompagne parfois le thé à la menthe.

L ■

La préparation du sol et la fertilisation : l’absinthe n’est pas très exigeante, elle supporte des terrains arides, mais accepte aussi des sols plus lourds, argileux. Sa préférence va tout de même aux terres calcaires riches en azote. Apportez au début du printemps un peu de fumier bien décomposé ou un engrais biologique riche en azote (du guano, par exemple). C’est une plante de plein soleil qui résiste très bien au froid.

La multiplication : semez dans des plaques de multiplication en mars sous abri pour une mise en place en septembre ou semez en automne, également en plaques, en ne recouvrant pas trop les semences. Vous pouvez aussi diviser de vieux sujets au début du printemps ou en automne, ou encore prélever des boutures de tête au printemps ou en été. Au moment de la plantation, veillez à laisser suffisamment d’espace entre les plantes (au moins 1 m).

L’entretien : l’absinthe ne réclame pas de soins particuliers. Pour conserver des pieds bien touffus d’année en année, taillez-les sévèrement chaque printemps au mois d’avril. Cette plante ne demande que peu d’arrosages. Les pucerons noirs envahissent parfois les pousses terminales. En cas d’infestation, privilégiez les traitements naturels à base de roténone, par exemple. Quels espèces et hybrides choisir ? L’absinthe romaine (Artemisia pontica) possède un joli feuillage, plus finement découpé. Son développement est moins important. Elle entre dans la composition du vermouth. A. ‘Powis Castle’ est un hybride d’A. absinthium et d’A. arborescens, au feuillage décoratif et plus compact. ■

24


1m

tempéré

faible

très rustique

UN PURIN D’ABSINTHE

La récolte : cueillez les tiges d’absinthe tout au long de l’année, au fur et à mesure de vos besoins. Des tailles régulières permettent de limiter le développement de la plante, aussi n’hésitez pas à user du sécateur.

La conservation : rien ne vaut le parfum de l’absinthe fraîchement cueillie. Il est inutile d’essayer de la faire sécher, d’autant qu’elle garde une partie de son feuillage en hiver.

Le développement important de l’absinthe permet de la tailler régulièrement et de l’utiliser pour confectionner un purin aux vertus insecticides. Pour cela, immergez 1 kg de feuilles d’absinthe dans 10 litres d’eau et laissez macérer pendant 15 jours environ. Ensuite, filtrez, diluez à 10 % et pulvérisez sur toutes les plantes envahies de pucerons.

CYCLE VÉGÉTATIF : Vivace.

Les bonnes associations L’absinthe a une action néfaste sur le développement des tomates. 25

drainé

Janv.

Janv.

Fév.

Fév.

Mars

Mars

Avril

Avril

Mai

Mai

Juin

Juin

Juil.

Juil.

Août

Août

Sept.

Sept.

Oct.

Oct.

Nov.

Nov.

Déc.

Déc.

■ La taille ■ La récolte


Astéracées Ac hille a m ille fo lium

Achillée millefeuille ’est souvent à l’état sauvage que l’on rencontre cette plante vivace herbacée. Son port est plutôt rampant jusqu’à l’apparition des fleurs blanches dressées qui s’épanouissent en été, regroupées en capitules. Ses jeunes pousses finement découpées agrémentent les salades, où elles apportent un peu d’amertume.

C ■

La préparation du sol et la fertilisation : l’achillée se plaît en sol léger, bien drainé, mais riche en matières organiques ; si ce n’est pas le cas dans votre terrain, ajoutez à la plantation 2 ou 3 pelletées de terreau ou de compost. Cependant, elle résiste dans des conditions difficiles, en sol aride notamment. Choisissez-lui un emplacement bien exposé au soleil.

La multiplication : le plus simple pour reproduire cette plante est de la se-

LE CONSEIL RUSTICA Plantez toutes sortes d’achillées, à fleurs blanches, jaunes, rouges… pour marier les couleurs. Elles permettent aussi de composer de superbes bouquets secs.

mer en plaques de multiplication au printemps ou en automne en utilisant des graines récentes. Le bouturage, réalisé en fin de printemps, et la division de touffe, au début du printemps ou en automne, permettent aussi de multiplier les cultivars. À la plantation, espacez chaque pied de 50 cm en tous sens. ■

L’entretien : l’achillée nécessite peu de soins particuliers. Limitez régulièrement la propagation des plantes pour éviter qu’elles ne deviennent trop envahissantes, en sectionnant à la bêche les racines qui prennent trop d’ampleur. Taillez également assez court les tiges florales après la floraison, en fin d’été.

La récolte : prélevez les premières pousses d’achillée tôt au printemps. Les vieilles feuilles ont un goût plus amer et une texture plus coriace. Les fleurs se récoltent en été, elles peuvent compléter un bouquet sec.

PROPRIÉTÉS

L’achillée possède des propriétés cicatrisantes et hémostatiques. Ses différents noms locaux (herbe aux coupures, herbe au charpentier) montrent l’intérêt populaire que suscitaient les vertus de cette plante.

Quelles espèces et variétés choisir ? Il existe de nombreuses espèces et variétés d’achillée, notamment le bouton d’argent ou achillée sternutatoire (Achillea ptarmica), qui était employé pour préparer la poudre à éternuer, ou l’achillée jaune (A. filipendulina), à belles fleurs jaunes et très grande (2 m). Parmi les différentes variétés d’achillée millefeuille, on trouve des fleurs rouges (‘Cassis’), roses (‘Heidi’), orangées (‘Paprika’) ou rose-rouge (‘Red Velvet’). ■

26


80 cm

tempéré

faible

très rustique

drainé

MERCI À ACHILLE

La conservation : consommez exclusivement les jeunes pousses fraîches, car le séchage ne donne pas de bons résultats. Vous pouvez éventuellement les congeler, dans un sachet en plastique.

D’après la mythologie grecque, c’est Achille qui, lors de la guerre de Troie, aurait découvert les vertus cicatrisantes de l’achillée et permis de soigner ses soldats.

CYCLE VÉGÉTATIF :

Vivace.

Les bonnes associations L’achillée millefeuille pousse bien en compagnie des marguerites. 27

Janv.

Janv.

Fév.

Fév.

Mars

Mars

Avril

Avril

Mai

Mai

Juin

Juin

Juil.

Juil.

Août

Août

Sept.

Sept.

Oct.

Oct.

Nov.

Nov.

Déc.

Déc.

■ La taille ■ La récolte


Lamiacées Ag astac he rug o sa

Agastache rugosa ette agastache est une grande plante vivace (1,50m), à croissance rapide. Son feuillage caduc est très parfumé, tout comme sa jolie floraison bleue, en épis, qui attire les insectes et les papillons, en été. Son parfum mentholé est apprécié dans les desserts et les infusions.

C ■

La préparation du sol et la fertilisation : l’agastache affectionne les terrains drainés et riches en matières organiques. Au moment de la plantation, travaillez votre sol profondément et incorporez une bonne dose de compost et de fumier bien décomposé. Les années suivantes, vous renouvellerez les apports de matières organiques au début du printemps. Réservez-lui un emplacement bien exposé au soleil.

La multiplication : la meilleure solution pour reproduire les agastaches reste

LE CONSEIL RUSTICA Pour protéger du froid les variétés les plus sensibles, il est possible de les cultiver en pots. Dans ce cas, il faut choisir de gros contenants, employer un terreau riche et réaliser régulièrement des apports de matières organiques.

PROPRIÉTÉS

Les Indiens d’Amérique du Nord prêtent à l’agastache des propriétés antiseptiques et l’utilisent pour soigner les troubles digestifs.

le bouturage qu’il faut pratiquer au printemps en plaques de multiplication, sous abri, ou en début d’été. Par cette technique, on conserve les caractéristiques du pied mère, contrairement au semis qui présente des risques de croisement entre les différentes espèces. La division de touffe peut être réalisée sur les vieux sujets au printemps. Effectuez la plantation au mois d’avril, après les grands froids, en espaçant chaque pied de 80 cm. ■

L’entretien : en région froide, protégez votre plante du gel en la taillant sévèrement avant l’hiver et en paillant le pied ; dans ces conditions, elle supporte des températures assez basses (jusqu’à -17 °C). Arrosez régulièrement, surtout en début de culture. Pratiquez une taille légère à la fin de la floraison.

Quelles espèces choisir ? L’agastache se décline en plusieurs espèces et variétés. Parmi les plus intéressantes, on trouve l’agastache anisée (Agastache foeniculum) au parfum très puissant d’anis, l’agastache rupeste (A. rupestris) aux fleurs saumon, l’agastache mexicaine (A. mexicana), très parfumée, aux fleurs fuchsia… ■

28


1,50 m

chaud

régulier

La récolte : les fleurs se cueillent en été pour agrémenter toutes sortes de desserts. On utilise le feuillage d’avril jusqu’aux gelées, en prélevant les tiges du centre de la touffe. La taille sévère de fin de saison permet de récupérer les dernières feuilles.

La conservation : la préférence doit être donnée à la consommation de feuilles fraîches. Cependant, pour préparer une infusion en hiver, on peut avoir recours au séchage en suspendant de petits bouquets de tiges fleuries en été, pendant 3 semaines dans une pièce sombre et aérée. On peut également tenter à la congélation, mais la plante perd alors de son arôme.

UNE SYMPHONIE DE PARFUMS Plantez plusieurs espèces d’agastache et profitez en été de leurs différents parfums. Quand le soleil caresse de ses rayons le feuillage, l’effluve odorant qui s’en dégage est un vrai bonheur et il n’est nul besoin de froisser les feuilles pour profiter de leur arôme. Les floraisons de toutes les couleurs savent aussi se faire apprécier.

CYCLE VÉGÉTATIF :

Les bonnes associations Plantez vos agastaches près des monardes, elles apprécient les mêmes conditions en termes de sol. 29

Vivace.

craint les gros froids

riche et drainé

Janv.

Janv.

Fév.

Fév.

Mars

Mars

Avril

Avril

Mai

Mai

Juin

Juin

Juil.

Juil.

Août

Août

Sept.

Sept.

Oct.

Oct.

Nov.

Nov.

Déc.

Déc.

■ La taille ■ La récolte


Liliacées Tulb ag hia vio lac e a

Ail d’Afrique du Sud riginaire d’Afrique du Sud, cette belle plante bulbeuse, aux feuilles étroites et allongées, dégage une très forte odeur d’ail. De juin jusqu’à l’automne, apparaissent de jolies fleurs violacées. Fleurs et feuilles apportent un goût d’ail aux salades, aux omelettes ou aux crudités.

O ■

La préparation du sol et la fertilisation : dans les régions à climat doux, la culture de cette plante est possible en extérieur. Prévoyez alors, avant la plantation, un bon apport de fumier bien décomposé, travaillez bien la terre et espacez chaque sujet de 40 cm. Les années suivantes, au début du printemps, épandez au pied de vos plantes une bonne couche de compost. L’ail d’Afrique du Sud pousse en plein soleil, mais supporte une ombre partielle.

La multiplication : vous pouvez multiplier cet ail par division de touffe, au dé-

LE CONSEIL RUSTICA En régions plus froides, l’ail d’Afrique du Sud peut être cultivé en pot pour être rentré l’hiver. Prévoyez alors un substrat à la fois riche et bien drainé.

but du printemps ou à l’automne. Déterrez les pieds et divisez-les minutieusement avec un sécateur. Taillez ensuite les racines et les feuilles en réduisant le feuillage à 10 cm de la base. Quant aux racines, elles sont taillées un peu moins court. Remettez aussitôt chaque éclat en terre ou en pot. Le semis au printemps est possible, mais présente des risques d’hybridations. ■

PROPRIÉTÉS

Cette plante possède des propriétés antibactériennes, antifongiques et vermifuges. Elle combat la toux et le rhume, soulage les maux de tête. Son odeur puissante repousse les puces et les tiques.

L’entretien : l’ail d’Afrique du Sud doit être arrosé régulièrement. Binez autour de chaque pied pour éviter le développement des adventices. Profitez de la beauté des fleurs, puis taillez les hampes florales dès qu’elles fanent. Cette plante ne connaît pas de problèmes de maladies ni de parasites, mis à part les limaces et les escargots qui parfois s’en délectent.

Quelles espèces et variétés choisir ? Il existe une très belle variété d’ail d’Afrique du Sud au feuillage panaché de vert et de blanc (‘Silver Lace’) ; ses fleurs sont identiques à celles de l’espèce type. Tulbaghia simmleri est intéressant pour ses fleurs qui ressemblent à de petites jonquilles violettes ; il en existe aussi un cultivar à fleurs blanches (‘Alba’). ■

30


50 cm

chaud

régulier

sensible au froid

La récolte : c’est essentiellement le feuillage qui est récolté. En fonction de vos besoins, vous pouvez prélever quelques feuilles. N’en coupez pas trop à la fois car, du fait de son goût puissant, il faut utiliser cette plante avec parcimonie.

La conservation : préférez toujours utiliser les feuilles fraîches ; une fois coupées, elles se conservent 1 semaine au réfrigérateur, leur base trempant dans de l’eau. L’ail d’Afrique du Sud peut également se congeler, soit dans des bacs à glaçons remplis d’eau, soit emballé dans du film alimentaire.

riche et drainé

UN PUISSANT RÉPULSIF À SERPENT Les Zoulous connaissent et apprécient cette plante, qui fait partie de leur pharmacopée et s’utilise en cuisine. Ils la cultivent autour de leurs habitations, car son odeur tient éloignés les serpents.

CYCLE VÉGÉTATIF :

Vivace.

Les bonnes associations Associez l’ail d’Afrique du Sud à la ciboulette de Chine, leurs fleurs s’harmonisent bien. 31

Janv.

Janv.

Fév.

Fév.

Mars

Mars

Avril

Avril

Mai

Mai

Juin

Juin

Juil.

Juil.

Août

Août

Sept.

Sept.

Oct.

Oct.

Nov.

Nov.

Déc.

Déc.

■ La taille ■ La récolte


49419_apercu