Page 1

La collection Une fenêtre ouverte sur la campagne : jardin, champignons, animaux, nature, cuisine…

ÉLEVER DES POULES

la vie en vert

L’essentiel à connaître sur chaque sujet.

ÉLEVER DES POULES

SOMMAIRE Choisir et acheter des poules La conduite de l’élevage

Jean-Claude Périquet

Des auteurs spécialistes qui proposent tous un vrai savoir-faire. Des conseils personnalisés fondés sur le bon sens et l’expérience.

Vous qui êtes tenté par l’aventure d’un petit élevage de poules ou qui souhaitez approfondir vos connaissances en la matière, que vous ayez déjà vos animaux de basse-cour ou que vous soyez un éleveur débutant, cet ouvrage s’adresse à vous. Vous y découvrirez comment acheter vos premières poules, quelle race choisir. Vous y trouverez des conseils simples et pratiques pour conduire votre élevage avec succès : comment aménager le poulailler, bien nourrir vos poules et bien les soigner.

exe couv poules.indd 1

Rustica Éditions une marque de Fleurus Éditions www.fleuruseditions.com www.rustica.fr

la vie en vert

ÉLEVER DES POULES

7,50 € TTC

Jean-Claude Périquet, vice-président de la SCAF (Société centrale d’aviculture de France), élève des poules et autres animaux de basse-cour depuis de nombreuses années. Il est l’auteur, aux Éditions Rustica, de plusieurs ouvrages traitant de l’élevage de ces animaux.

la vie en vert 27

21/05/10 9:52:23


cor-ElevPoul-OK-p01-41

21/05/10

9:43

Page 6

ÉLEVER DES POULES


cor-ElevPoul-OK-p01-41

21/05/10

9:43

Page 5

SOMMAIRE Avant-propos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

Choisir et acheter des poules . . . . . . . . . . . . . 8 Le coq et la poule sauvages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10 L’anatomie de la poule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .12 Choisir une race . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20 Acheter ses premières poules . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .27

La conduite de l’élevage . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 Le poulailler . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .30 L’hygiène et la propreté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .34 L’alimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .36 Les reproducteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .40 Les œufs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .42 L’incubation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .45 L’élevage des poussins . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .51 L’élevage des poulets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .54 Les nuisances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56 Lutter contre les maladies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .58 Lutter contre les parasites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .63 Lutter contre les prédateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .66 Les finalités de l’élevage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .68

Notre sélection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Carnet d’adresses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 Index . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .79

5


cor-ElevPoul-OK-p01-41

21/05/10

9:43

Page 8

CHOISIR ET ACHETER DES POULES


cor-ElevPoul-OK-p01-41

21/05/10

9:43

Page 9

Avant d’entreprendre votre élevage, voici un petit retour historique sur l’origine de la poule ainsi que quelques notions d’anatomie. Ensuite, vous pourrez choisir parmi la vaste panoplie des races existantes, allant de la poule naine de 500 g à la grosse volaille de 5 kg, en passant par la pondeuse, la blanche, la rousse, la noire, la dorée… Mais n’achetez pas vos premières poules au hasard ; tournez-vous vers des élevages offrant les meilleures garanties.


cor-ElevPoul-OK-p01-41

21/05/10

Élever des poules

9:43

Page 10

LE COQ ET LA POULE SAUVAGES L’origine asiatique de nos poules domestiques est admise par tous les spécialistes. Leurs ancêtres appartiennent à l’une des quatre races de coqs et de poules sauvages qui existent dans le monde. Les différentes espèces

Je conseille

«

Si vous désirez élever d’authentiques coqs et poules Dorés sauvages, je vous conseille de les acquérir en été car ils revêtent alors leur plumage d’éclipse ou plumage de mue, c’est-à-dire un plumage moins coloré et plus terne que le plumage arboré le reste de l’année. C’est une particularité que ne possèdent pas les races domestiques.

»

10

Quatre espèces de coqs et poules sauvages vivent encore de nos jours en Asie (on trouve des poules sauvages dans d’autres régions du monde, mais elles y ont été introduites par l’homme) : – Gallus gallus, le coq Doré, comprenant 5 sous-espèces ; – Gallus lafayettei, le coq de Lafayette ; – Gallus sonnerati, le coq de Sonnerat ; – Gallus varius, le coq vert de Java. Pour de multiples raisons, il semblerait que les coqs et les poules de nos régions descendent du coq Doré : – le coloris du plumage du coq Doré se rapproche beaucoup de celui de certaines de nos races domestiques ; – il possède une crête simple ; – le son de son cocorico est identique ; – les croisements entre coqs dorés et poules domestiques, et réciproquement, sont possibles ; – le coq Doré s’apprivoise plus facilement que les autres races sauvages ; – quand on laisse des coqs et des poules domestiques à l’état sauvage, ils ont tendance à reprendre spontanément la taille et le coloris des coqs Dorés sauvages. De plus, l’analyse comparée de l’ADN de coqs domestiques occidentaux et asiatiques confirme qu’ils ont bien un ancêtre commun appartenant à une sous-espèce du coq Doré.


cor-ElevPoul-OK-p01-41

21/05/10

9:43

Page 11

De nombreux coqs et poules domestiques ont un plumage qui rappelle celui de leur ancêtre sauvage.

La domestication et l’arrivée en Europe Selon les résultats d’ études génétiques, la poule aurait été domestiquée il y a plus de 8000 ans, en Thaïlande, pays où vit encore le coq sauvage actuellement. On peut imaginer que les habitants de ce pays ont d’abord capturé des volailles sauvages pour se nourrir puis pour les élever, ou encore ont capturé et élevé de jeunes poussins ; on peut supposer aussi que ces gallinacés se sont approchés petit à petit des villages où ils trouvaient plus facilement de la nourriture. Puis, de proche en proche, au hasard des voyages en bateau ou sur terre, les coqs et poules sont arrivés en Europe. Darwin pensait que leur introduction datait du VIe siècle, mais bien plus tôt, dès le IVe siècle avant notre ère, Socrate disait qu’il supportait les cris de ses poules avec résignation parce qu’elles lui pondaient des œufs, de même qu’il supportait les cris de son épouse, Xantippe, parce qu’elle lui donnait des enfants ! Enfin, il est probable que ce soit en raison de la grande quantité de poules trouvées dans ce pays que les Romains donnèrent à la Gaule celtique son nom, du latin Gallus.

mémo Pétrone, écrivain latin du Ier siècle, parle de coco pour désigner le coq. Ce mot est une onomatopée censée imiter son chant. Coco serait devenu coc puis coq.

11


cor-ElevPoul-OK-p01-41

21/05/10

Élever des poules

9:43

Page 12

L’ ANATOMIE DE LA POULE Un minimum de connaissances sur l’anatomie des poules est nécessaire pour bien réussir votre élevage et, en particulier, pour mieux maîtriser les maladies.

Les principaux types de crête

Crête en cornes

Crête frisée

Je conseille

«

Si un coq reproducteur n’a presque pas d’ergots alors qu’il est âgé de plus de 1 an, je ne le garde pas car il se peut qu’il ne soit pas très fécond.

»

12

Les caractères extérieurs

La poule a toutes les caractéristiques d’un oiseau, à savoir, principalement, des ailes et des plumes. Le coq et la poule sont très semblables d’allure. Cependant, le coq a une taille et une masse plus importantes ; sa crête et ses Crête simple barbillons sont plus grands ; les plumes de son camail sont plus allongées ; il possède des plumes de rein allongées (les lancettes), des grandes plumes à la queue (appelées faucilles en raison de leur forme), et enfin des ergots Crête en noix (ou éperons) aux tarses. Il y a toutefois de nombreuses exceptions. Selon les races, on peut trouver un coq avec un plumage de poule, une poule avec des ergots, un coq sans faucilles ou bien des sujets sans queue, ou bien encore sans crête ni barbillons…

Les plumes Les plumes des poules et coqs sont lisses en général, mais il existe des variétés à plumes frisées ou encore à plumes soyeuses. Une plume est composée d’une tige centrale souple (ou hampe, ou rachis) sur laquelle sont fixées,


cor-ElevPoul-OK-p01-41

21/05/10

9:43

Page 13

L’anatomie poule Choisir et acheterde deslapoules

de part et d’autre, les barbes. On distingue plusieurs sortes de plumes : – les plus grandes – ou pennes – dont les barbes sont formées de barbules munies de crochets qui assurent une certaine rigidité à l’ensemble ; ce sont les plumes des ailes (les rémiges) et de la queue (les rectrices) ; – les tectrices, plus petites, qui recouvrent tout le corps ; – le duvet ou sous-plumage, très court, aux barbes épaisses et molles.

L’anatomie du coq

«

Pour éviter qu’une poule ne s’envole au-dessus d’un grillage, je lui coupe les rémiges secondaires et primaires d’une aile.

»

Crétillons Lobe Bouquet d’oreille Oreillon

Grande faucille Rectrices

Je conseille

Crête Narine Bec Face Barbillon

Petites faucilles Ligne du dos

Plastron Camail Petites couvertures Poitrine Grandes couvertures (brassard) Lancettes Rémiges primaires

Abdomen Talon Éperon Rémiges secondaires (miroir)

Cuisse Tarse Doigts

13


cor-ElevPoul-OK-p01-41

21/05/10

9:43

Page 14

Élever des poules

mémo Certaines poules – spécialement les naines – sont capables d’un vol de plusieurs dizaines de mètres, alors que d’autres – les plus lourdes ou celles à plumage soyeux – sont totalement incapables de voler. Flammes : marques de couleur allongées en forme de lance – ou de flamme – qui se trouvent au centre de certaines plumes.

mémo Le terme perdrix fait référence à l’oiseau bien connu de nos campagnes, dont les poules de cette variété rappellent un peu le coloris.

14

Le rôle des plumes est triple : permettre le vol, assurer la protection du corps et maintenir sa température. Il existe de nombreuses variétés de plumages, différemment colorés. Le coloris d’origine – celui du coq sauvage – est le dorésaumoné, coloris d’ensemble donné par le mélange de différents tons selon les parties du corps. Le coq se présente de la manière suivante : tête et camail orange ; dos, épaules et lancettes rouges ; poitrine, ventre, cuisses et queue noirs ; rémiges primaires noires ; rémiges secondaires avec des barbes externes brun clair. La poule est différente : tête et camail jaunes avec des flammes noires ; dos, couverture des ailes et de la queue brun clair poudré de noir ; poitrine saumon soutenu ; cuisses et abdomen brun foncé ; queue noire sauf les 2 premières rectrices qui sont de la même couleur que le dos. À partir de ce coloris d’origine, par la domestication et la sélection, sont apparues de nombreuses mutations qui forment toutes les variétés de coloris actuelles : ■ la variété argenté-saumoné qui est identique à la précédente sauf que le brun (les tons jaune, rouge…) est remplacé par du blanc ; ■ la variété perdrix dont la principale différence avec la variété doré-saumoné réside dans le fait que la poule n’a pas la poitrine saumonée ; ■ les variétés unicolores : noire, blanche, bleue (c’està-dire grise), fauve, gris perle, rouge acajou ; ■ les variétés tricolores et bariolées ; ■ les variétés herminées qui présentent une couleur de fond et une couleur différente sur des parties bien précises du corps – principalement les flammes du camail et la queue ; il existe les variétés blanc herminé noir, fauve herminé noir, blanc herminé bleu, etc. ; ■ les variétés à liserés, c’est-à-dire dont chaque plume présente une bordure d’un coloris différent ; argenté liseré noir, doré liseré noir, chamois liseré blanc, bleu andalou (à liserés foncés), etc. ; ■ les variétés à maillage multiple, c’est-à-dire dont


cor-ElevPoul-OK-p01-41

21/05/10

9:43

Page 15

L’anatomie poule Choisir et acheterde deslapoules

chaque plume de la poule présente de nombreuses ellipses concentriques ; ■ les variétés cailloutées, avec des taches plus ou moins régulières apparaissant dans un coloris ; la plus connue est la variété noir caillouté blanc ; ■ les variétés barrée et coucou, avec des barres colorées plus ou moins nettes apparaissant sur un fond plus clair. Chez certaines races, on observe aussi des plumes sur la tête (huppe plus ou moins importante), sous le bec (pour former une barbe et des favoris) ou encore sur les tarses et les doigts.

Les ailes, les pattes et la queue Les membres antérieurs sont les ailes qui sont formées principalement des rémiges primaires, grandes plumes situées à l’extérieur de l’aile, des rémiges secondaires et des plumes de couverture. Sur chaque aile, on dénombre 10 rémiges primaires ainsi que 10 rémiges secondaires, qui sont les plumes servant à voler. Les membres postérieurs sont les pattes qui sont prolongées de 4 doigts : le pouce dirigé vers l’arrière et 3 doigts dirigés vers l’avant, le doigt externe, le doigt médian et le doigt interne. Au-dessus, se trouve le tarse recouvert d’écailles. Encore au-dessus, se trouve la jambe (formée du tibia et du péroné), recouverte de plumes, et qui est appelée communément, et de façon inexacte, cuisse. La véritable cuisse (formée du fémur) se situe à l’intérieur du corps de la poule. La queue est formée de 14 rectrices ou plumes caudales.

L’aile Grandes couvertures

Épaule Pommeau Petites et moyennes couvertures Aile bâtarde

Rémiges secondaires Rémiges primaires

Plume axiale

La queue

Rectrices Grandes faucilles

Grandes couvertures

Petites couvertures

Petites faucilles

COQ

Rectrices Grandes couvertures

Petites couvertures

POULE

15


cor-ElevPoul-OK-p01-41

21/05/10

9:43

Page 16

Élever des poules

Le squelette

Protubérance du crâne chez les races huppées

Mandibule supérieure

Cavité de l’œil Carpe et métacarpe

Cavité auriculaire

Mandibule inférieure

Pouce

Radius Vertèbres du cou Humérus

Cubitus Côtes Colonne vertébrale

Clavicules

Vertèbres de la queue

Os pelvien Fémur

Bréchet Tibia

Péroné (très fin) Calcaneum Tarse Éperon

Doigt intérieur

Doigt postérieur

Doigt médian

Doigt extérieur

mémo Il existe quelques races à 5 doigts, le cinquième doigt étant dirigé vers l’arrière. C’est le cas chez les Faverolles, Houdan, Nègre-Soie, Meusienne, Dorking, Sultane, Javanaise. 16

Le squelette C’est celui d’un oiseau, c’est-à-dire à la fois solide pour supporter les activités terrestres, et léger – la moelle de certains os étant remplacée par de l’air – pour permettre le vol. Ce squelette comprend : – un support axial, la colonne vertébrale, qui va de la tête, en comprenant le bec (ce qui est une autre caractéristique des oiseaux), jusqu’aux vertèbres coccygiennes ;


cor-ElevPoul-OK-p01-41

21/05/10

9:43

Page 17

L’anatomie poule Choisir et acheterde deslapoules

– la cage thoracique formée de 7 paires de côtes reliant la colonne vertébrale au bréchet ; – les membres supérieurs, les ailes, et les membres inférieurs, les pattes.

L’anatomie interne

Je déconseille

«

Parfois se forme une excroissance cornée sous la langue, la pépie. Autrefois, nombre d’éleveurs pensaient qu’il s’agissait d’une maladie et enlevaient cette excroissance cornée. Je déconseille fortement cette opération barbare et inutile.

■ L’appareil digestif débute par le bec, lui-même formé de 2 mandibules. La cavité buccale communique avec la cavité nasale par la fente palatine située dans la mandibule supérieure. Dans la mandibule inférieure vient se loger la langue. L’œsophage est d’une grande élasticité et s’élargit pour former une poche nommée jabot qui constitue un réservoir temporaire des aliments ; ceux-ci s’y ramollissent lentement au contact du mucus qu’il renferme. L’appareil digestif L’estomac comprend 2 parties : le proventricule (ou venŒsophage tricule succenturié), qui sécrète Jabot des sucs digestifs, et le gésier. Les Foie muscles puissants du gésier, sa membrane cornée et les petits cailloux qu’il contient broient littéralement les aliments : c’est Intestin un estomac «mécanique» alors que le proventricule est plutôt un estomac «chimique». L’intestin, dont le diamètre est uniforme, commence par le duodénum, entourant le pancréas, et se termine au cloaque. Ce dernier est le point d’arrivée des voies digestives, urinaires et génitales à la fois, ce qui donne Cæcums une consistance semi-liquide aux fientes. Vers l’extrémité de l’intestin se situent 2 appendices assez longs, les cæcums.

»

Proventricule ou ventricule succenturié : estomac «chimique»

Gésier : estomac «mécanique» Pancréas

Cloaque

17


cor-ElevPoul-OK-p01-41

21/05/10

9:43

Page 18

Élever des poules

■ L’appareil urinaire est classique. Il est formé de 2 reins desquels partent les uretères ou canaux excréteurs qui acheminent l’urine vers le cloaque.

L’appareil uro-génital de la poule et du coq Ovaire

Oviducte (formé de plusieurs parties)

Testicules

Infundibulum ou pavillon où est recueilli le « jaune »

Reins

Magnum où se forme le « blanc» Isthme où se forme la membrane coquillière

Utérus où est formée la coquille

Canaux déférents reliant les testicules au cloaque Cloaque

POULE

Je conseille

«

Lorsque je sacrifie une volaille pour la table, j’en profite pour examiner l’intérieur des cæcums et de l’intestin pour m’assurer qu’elle était bien saine et dépourvue de vers, en particulier.

»

18

Vagin

Cloaque

Uretère reliant les reins au cloaque COQ

■ L’appareil génital mâle est formé de 2 testicules reliés au cloaque par les canaux déférents. L’appareil génital femelle se réduit à l’organe producteur d’œufs. Il comprend 2 ovaires, mais seul celui de gauche est fonctionnel, l’autre étant atrophié. Cet ovaire forme une grappe ovarienne composée d’un grand nombre d’ovules de développement différent. Un ovule, lorsqu’il est mature, passe dans l’oviducte où il séjourne environ 24 heures et où il se transforme en œuf, au cours de différentes étapes, avant d’être expulsé par le cloaque.


cor-ElevPoul-OK-p01-41

21/05/10

9:43

Page 19

L’anatomie poule Choisir et acheterde deslapoules

■ L’appareil respiratoire débute par les narines, puis se poursuit dans le pharynx puis le larynx. La trachée, formée d’anneaux cartilagineux, aboutit, après bifurcation, aux bronches puis aux poumons. À cette bifurcation se trouve le syrinx, appareil vocal. La principale particularité du système respiratoire est la présence de 9 sacs aériens, logés dans les cavités thoracique et abdominale.

L’appareil respiratoire Sac claviculaire

Sac cervical

Trachéeartère

Sacs thoraciques

Bronches Poumons Sac abdominal

L’œuf L’œuf est formé, de l’extérieur vers l’intérieur : d’une coquille, de membranes coquillières, du blanc ou albumen, d’une membrane vitelline entourant le jaune ou vitellus. Du côté le plus large se trouve la chambre à air. Le jaune est maintenu dans l’œuf grâce à 2 cordons, les chalazes, situés à chaque extrémité. Le germe, lorsque l’œuf est fécondé, est situé sur le jaune et il ne faut pas le confondre avec les chalazes.

L’œuf

Membrane vitelline

Germe si l’œuf a été fécondé

Coquille

Plaque ou pôle germinatif Chambre à air Chalazes Vitellus ou « jaune » Albumen ou « blanc»

Membrane coquillière formée de deux feuillets

19


cor-ElevPoul-OK-p01-41

21/05/10

Page 20

Élever des poules

CHOISIR UNE RACE

mémo

La poule parfaite, bonne pondeuse, bonne couveuse, de bonne chair, et jolie de surcroît, n’existe pas ! Mais la diversité des races et variétés est telle que l’éleveur le plus exigeant peut trouver la poule qui lui convient.

Quasiment disparue il y a quelques années, mais maintenue par certains amateurs passionnés, la Géline de Touraine est de nouveau élevée sous le nom de «Dame Noire».

Sujets sexés à 1 jour : jeunes coqs identifiés comme mâles par des professionnels dès leur premier jour.

Coquelets démarrés de 6 semaines : jeunes coqs ayant passé leurs 6 premières semaines dans une éleveuse chauffée.

mémo La Normandie est une terre d’élevage pour les volailles aussi. On y dénombre pas moins de 6 races de poules : la Crèvecœur, la Pavilly, la Le Merlerault, la Gournay, la Cotentine et la Caumont. 20

9:43

Les races de chair Les races de chair sont plutôt des races lourdes. Ce sont les coqs qui fournissent la chair car les poules sont plutôt gardées pour la reproduction ; de plus, les coqs fournissent un volume de viande plus important. Exception dans cette liste de coqs, chez la Géline de Touraine, c’est la poule qui fait l’objet d’une sélection pour la chair. Pour vos poules de chair, vous pouvez opter pour une souche intensive chez un éleveur professionnel qui vous proposera des sujets sexés à 1 jour ou des coquelets démarrés de 6 semaines. Ces jeunes coqs ont une croissance rapide – ils sont sélectionnés pour cela – et, nourris correctement, sacrifiés à maturité, ils fournissent d’excellents rôtis. Mais si vous désirez élever des races pures anciennes (ou récentes), vous avez un vaste choix. Les races françaises, en particulier, sont réputées pour leur chair. La Crèvecœur, originaire de Normandie, a connu son heure de gloire pendant la première moitié du XXe siècle. Les aviculteurs l’ont maintenant transformée plutôt en une volaille d’ornement, en amplifiant sa huppe et sa barbe. Vous pouvez alors vous tourner vers sa cousine la Le Merlerault, sous-variété de la Crèvecœur, mais qui a une huppe plus petite et pas de barbe. La région parisienne est également riche en races de volailles : les nombreux élevages étaient chargés autrefois de ravitailler la capitale en œufs et en viande. La Houdan possède une excellente chair mais elle est un peu légère


cor-ElevPoul-OK-p01-41

21/05/10

9:43

Page 21

Élever des poules

La Crèvecœur est une race originale avec sa crête en cornes, sa huppe et sa barbe. 21


cor-ElevPoul-OK-p01-41

21/05/10

9:43

Page 22

Élever des poules

et est affublée d’une huppe et d’une barbe qui constituent un léger frein à sa vitalité. La Faverolles est excellente : bon volume et bonne chair ; mais si vous n’aimez pas les volailles barbues, préférez sa cousine, la Meusienne (créée dans le nord-est de la France). Cette liste n’est pas exhaustive car toutes les races françaises ont une excellente chair.

Les races de ponte mémo Certaines races pures, appelées «races à deux fins», constituent un bon compromis entre race de chair et race de ponte, comme la BresseGauloise, la Gâtinaise…

Les races sélectionnées pour la ponte sont des races relativement légères. Les « poules rousses » des élevages intensifs ont une ponte remarquable. Parmi les races pures, on trouve aussi de bonnes pondeuses. La Leghorn, race étrangère, a une réputation de longue date. Parmi les races françaises, on peut s’orienter vers la Gauloise, la Gâtinaise, la Bresse-Gauloise… La Marans est très prisée par les éleveurs car elle pond un œuf d’une couleur étonnante, extra-roux, très plaisant à l’œil (voir p.44) ; toutefois certaines souches de Marans ne sont pas des pondeuses exceptionnelles.

Les races d’agrément

À l’origine, la Leghorn était italienne. 22

Toutes les races ont leur charme et leur beauté mais les volailles naines ont été spécialement sélectionnées pour devenir des poules d’agrément. De plus, elles exigent moins de place que les grandes. On dénombre plus d’une centaine de races naines reconnues en France, dont certaines en plusieurs variétés, ce qui représente environ 500 naines différentes !


cor-ElevPoul-OK-p01-41

21/05/10

9:43

Page 23

Élever des poules

La Gauloise dorée, quasi-disparue il y a quelques années, est notre emblème national. 23


cor-ElevPoul-OK-p01-41

21/05/10

9:43

Page 24

Élever des poules

Je conseille

« Pour débuter,

je préconise de choisir une race sans huppe ni barbe qui sera moins fragile et plus facile à élever.

»

La poule naine la plus élevée en France est la Bantam de Pékin. Tout en rondeurs, calme, bonne couveuse, elle existe en de nombreux coloris. La Wyandotte naine est également très populaire auprès des éleveurs. La Hollandaise naine – appelée parfois Hollandskriel – est sans doute la plus petite des poules : de 400 à 450 g pour la poule et de 500 à 550 g pour le coq ; c’est une miniature que l’on peut trouver aussi en de nombreux coloris. Ne la confondez pas avec la Hollandaise naine à huppe qui, comme son nom l’indique, porte une belle huppe sur la tête, de couleur différente du reste du corps, ce qui est du plus joli effet. Il est préférable de ne pas mélanger cette race avec d’autres car elle est un peu fragile. Autre splendide miniature : la Sebright. Créée par un lord anglais, sir John Sebright, au début du XIXe siècle, cette race présente des liserés à chaque plume, ce qui est rare. De plus, le coq a un plumage de poule. La Ohiki du Japon est apparue récemment en France et commence à se répandre. Elle a ses atouts : elle est basse sur pattes, arbore un joli coloris doré-saumoné et la queue du coq est très grande.

La variété la plus populaire de la Hollandaise est la noire à huppe blanche. 24


cor-ElevPoul-OK-p01-41

21/05/10

9:43

Page 25

Élever des poules

La Wyandotte naine existe en de nombreuses variétés ; ici, l’argentée à liserés noirs. 25


48512N1_apercu  

la vie en vert Jean-Claude Périquet ÉLEVER DES POULES

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you