__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

n°144

Mensuel féminin / janvier 2014 / 3 € / n°144

{ 100 % luxembourgeois }

Mode

The Wedding Dress

Reportage

Mariage: une organisation au top!

Business

Mettre le web au service de l’entreprise

Vos droits

Le contrat de bail d’habitation


BOUTIQUE SWAROVSKI

BOUTIQUE SWAROVSKI

BOUTIQUE SWAROVSKI

49 Grand Rue L-1660 LUXEMBOURG

City Concorde, 80 rue de Longwy L-8060 BERTRANGE

Cactus Belle Étoile, Route d’Arlon L-8050 BERTRANGE


janvier 2014 - n°144

sommaire édito Bonne & heureuse année 2014 2014 pourrait se placer sous le signe du renouveau. Une nouvelle équipe gouvernementale, sur laquelle pèsent toutes les attentes, mais qui, en même temps, a l’énergie pour relever le défi. Le désir de changement de cette équipe est palpable, soyons sereins, une remise en question est un grand pas en avant. Elle a juste besoin d’un peu de temps pour concrétiser ses ambitions. Cette phrase importante: «Il faut faire mieux avec moins», que l’on a lue un peu partout, ne pourrait-elle pas être le leitmotiv de tout un chacun pour cette année qui démarre? Nous avons besoin de plus de créativité, d’imagination, les solutions sont à portée de mains, il suffit de les trouver. L’équipe de Femmes Magazine se joint à moi pour souhaiter à nos lectrices (eurs), nos clients, nos amis, une année 2014 pleine de rêves, de partage, de joie et d’amour.

Maria Pietrangeli

édité à 20 200 exemplaires

Tendances

04 Shopping Elle 05 Shopping Lui 08 Love It La plus lookée pour aller skier 14 Mode The wedding dress 64 Trends

Bien-être

54 Vivre autrement Du marché au drive, Quelles courses pour qui? 56 Psycho Dérangeantes différences 58 Beauté Chignons et coiffures de mariée: les tendances 2014! 62 Must Have 63 Test beauté Maria Galland 66 Santé Quelle fatiguée êtes-vous?

Concrètement

42 En pratique Connaissez-vous le DICI? 44 Finances Les nouvelles habitudes bancaires 46 Business Mettre le web au service de l’entreprise 50 Vos droits Le contrat de bail d’habitation

36 38

Culture Agenda Cinéma

40 41

Société

06 Confidences Luisa Mauro-Partridge… une voix au Luxembourg 12 Rencontre Boubacar Diallo, qui parle de qualité doit parler d’égalité! 24 Reportage Régime matrimonial: faire le bon choix 28 Reportage Mariage: une organisation Au top! 52 Enquête Le don au Luxembourg, utile, nécessaire, indispensable? 96 Inside Luxembourg

Tentations

34 Festivités & réceptions 37 Concours 65 Rendez-vous… sur femmesmagazine.lu 70 Maman L’alimentation des enfants: le casse-tête dans l’assiette 75 Banc d’essai Welcome on board! 76 Évasion Fès, la perle du Nord 78 Sphère Déco Quoi de neuf en cuisine? 86 Shopping Déco 91 Designer La dynastie Alessi 92 Gourmandises Les délices du Périgord 98 Horoscope

Musique Livres

contrôlés CIM

Retrouvez Femmes Magazine sur Facebook

Retrouvez-nous sur www.femmesmagazine.lu!


04 Elle shopping

ELLE shopping

Bulgari

Une pièce précieuse pour habiller votre poignet. Elie Saab

Chic! Une touche d’or pour souligner délicatement votre taille!

Lanvin

Une jolie pochette ton sur ton. Soignez le sens du détail!

Christian Louboutin

Les plus jolis des souliers pour aller au bal!

Pinko

Invitée ou témoin de la mariée, vous allez éblouir l’assemblée.


05 lui shopping

LUI shopping

Zara

Chaude et douillette, une écharpe preppy.

Vogue

Des lunettes qui lui donneront le petit air hipster qui va bien!

Pierre Hardy

Tellement chic, cet étui pour iPad le suivra partout.

Rado

La beauté de l’élégance classique.

Boss

Un look trendy, qui rompt avec la morosité!


confidences

06

Luisa Mauro-Partridge… une voix au Luxembourg Dominique Sander-Emram

LUISA MAURO-PARTRIDGE est une femme passionnée, polyvalente aussi. Incroyablement volubile dès lors qu’on la questionne sur son art et sa vie, elle redevient calme et posée quand il s’agit de chanter ou de diriger de main de maître les nouvelles voix classiques de demain. Tout à la fois mezzo-soprano et chef de projet, elle assume ses fonctions comme elle enfile les costumes de scène: naturellement. Vous êtes mezzo-soprano. Comment arrive-t-on à ce métier peu banal? Je le dois à ma mère qui m’a donné le goût de la musique et du beau et à mon père qui a laissé ses trois enfants, malgré les apparences, libres de leurs choix.

Y avait-il eu des précédents dans votre famille? Oui et non! Plutôt des destins contrariés, dirais-je. Ma grandmère maternelle dotée d’une voix naturelle de soprano voulait devenir cantatrice. Son élan a été coupé net à l’âge de 15 ans quand son père a découvert qu’elle s’était présentée au conservatoire de Milan et qu’elle avait été acceptée (on était dans les années 20). Il a crié au scandale et lui a coupé les cheveux très courts. Elle a passé les 20 années suivantes à élever ses 12 frères et sœurs. Elle s’est mariée sur le tard et a eu très vite trois enfants pour lesquels elle n’a jamais arrêté de chanter berceuses et airs d’opéra.

Et du côté paternel? Ma grand-mère paternelle était une femme extravagante pour laquelle j’ai eu beaucoup d’admiration. Fille unique d’une famille italienne expatriée en Libye, habituée à une vie de luxe, déjà au volant d’une voiture alors qu’elle n’avait que 16 ans, elle avait un immense sens artistique. Veuve très jeune d’un bel aviateur italien, sculpteur dans la vie civile, rencontré à Benghazi, elle a dû oublier sa vie de privilégiée pour se lancer dans la vie professionnelle et faire vivre ses enfants. Elle a si bien réussi, que partie de rien, elle a terminé sa carrière en ayant un haut poste dans l’administration publique italienne. Toute sa vie, elle a gardé l’excentricité et la drôlerie d’une certaine noblesse déchue.

Votre chemin était donc tout tracé? Pas du tout! Mon parcours est loin d’être lisse et cette carrière de chanteuse classique à laquelle je tiens tant, je l’ai acquise de haute lutte, après bien des recherches et déconvenues…

Racontez-nous… Le facteur déclenchant a probablement été le fait de pouvoir suivre des cours de danse avec une femme exceptionnelle: Françoise Van den Broeck, une amie désormais. Je me souviens encore du jour où ma mère m’a annoncé qu’elle avait trouvé une école de danse. J’étais en première année primaire à l’école en langue française de Walferdange. La danse, c’était ma demande incessante


07

{ J’aime } Regarder mes enfants faire les pitres

Je pourrais vous faire rire en vous racontant mes aventures à Pékin, à Séoul, en Argentine, en Syrie ou à Kuala Lumpur.

{ J’aime pas } La violence exercée sur les plus faibles

depuis des mois. Quel bonheur cette première leçon! Je n’oublierai jamais. La même année, ma maman, artiste dans l’âme, nous inscrivit tous les trois au conservatoire. Des trois, je fus la seule à passer le cap du solfège. Je ne comprenais pas grand-chose, mais j’aimais ça et j’apprenais par cœur. De plus, je chantais juste! Je me souviens du jour où l’on m’enseigna les syncopes. Ce déplacement de l’accent fort sur le temps faible m’emplissait de joie. Pendant des mois je ne chantonnais plus qu’en syncopes, je parlais en syncopes… Mais 10 ans plus tard, mon professeur de piano auprès duquel je vivais des moments très pénibles convoqua mes parents pour leur dire que c’était peine perdue et que je n’avais aucun talent. J’ai donc dû arrêter la musique à 16 ans. Ce fut terrible. Des années plus tard, Françoise m’a «sauvée».

Pourquoi être revenue au Luxembourg? Pour fonder une famille et donner une chance en plus à mes enfants. C’est cette même démarche qui m’a poussée il y a 15 ans à demander la naturalisation luxembourgeoise et à quitter ma nationalité d’origine. Ce n’est cependant pas facile tous les jours: je repars à zéro. Je pensais rentrer dans mon pays - j’y suis arrivée quand j’avais 6 ans - mais je m’y sens parfois étrangère. Tout le paradoxe de la réalité luxembourgeoise!

Vous avez créé Nei Stëmmen. Pour quelles raisons?

Françoise, qui avait créé la première école de danse rythmique et harmonique du Luxembourg organisait chaque année des spectacles au Grand Théâtre. C’est là que j’ai découvert le goût de la scène, l’odeur très particulière des projecteurs allumés, le silence profond qui règne juste avant le lever de rideau. C’est aussi grâce à Françoise que j’ai pu reprendre la musique. Mes parents étaient allés lui demander conseil, après que je me sois lancée sans succès dans des études de Sciences politiques à Rome et les ai suppliés de m’autoriser à aller à Paris étudier la musique. Je n’ai jamais pu imaginer ma vie sans musique, c’est mon bonheur. Avec elle, je me donne le droit de lâcher prise. Le métier s’est imposé logiquement.

J’ai envie de transmettre aux jeunes ce que j’ai eu la chance d’apprendre au contact d’artistes merveilleux, tels Barenboïm, Sawallisch ou Gandolfi: être au service de la musique, respecter les compositeurs, les poètes, les librettistes, avoir une connaissance approfondie du répertoire à travers un travail et une recherche qui vont bien au-delà de l’étude de la partition ou de la technique vocale. Une technique parfaite est indispensable pour s’exprimer vraiment. Je dois la mienne à Mireille Alcantara, un professeur formidable qui a nettement marqué mon parcours. J’aimerais qu’un jour les jeunes chanteurs luxembourgeois, après avoir été initiés ici et obtenu leur Master à l’étranger, puissent revenir en sachant qu’un concours international et un opéra studio s’offrent à eux dans leur propre pays, comme cela arrive aux jeunes des autres pays européens. Chaque pays met en valeur ses jeunes talents. Pourquoi pas le Luxembourg? J’ai ainsi créé une Académie, un Laboratoire lyrique et un Concours international. Je souhaite mettre les jeunes au contact des plus grands grâce à des Master Class et leur éviter de perdre du temps, comme cela a été parfois mon cas.

Pour vous le chant, c’est quoi?

Quelles sont vos valeurs?

Avant tout un plaisir physique. C’est la sensation incroyable que j’ai éprouvée la première fois que l’on m’a fait sortir un son amplifié par mon propre corps qui m’a fait basculer. Cela venait de moi, rien que de moi. Magique. Je pouvais à travers ma voix éprouver les mêmes émotions que j’avais vécues en écoutant pour la première fois le Quintette pour clarinette et cordes de Brahms, ou les chœurs dans la prière de la Cavaleria Rusticana. Une émotion intérieure qui vient de très loin. La vibration en union avec l’univers. Le pouvoir émotionnel de la musique est incommensurable.

La plus essentielle est l’Amour. C’est la force d'union et de «spiritualisation» des êtres, la plus grande force de l’Univers. C’est mon mari, compositeur, qui me l’a appris.

Comment est née votre vocation?

Vous êtes montée sur les scènes italiennes les plus prestigieuses. Comment une Luxembourgeoise s’est-elle adaptée à cet environnement? Très bien, vu les antécédents vagabonds familiaux et mon enfance au Luxembourg! Par ce métier, j’ai développé un esprit d’adaptation considérable.

Vos projets personnels? Je voudrais recommencer à chanter plus régulièrement. J’ai besoin de la scène. Ma voix est en pleine maturité. Je ne me suis jamais sentie aussi bien vocalement.

Luisa Partridge-Mauro Directeur artistique Nei Stëmmen Luxembourg info@neistemmen.com|www.neistemmen.com


love it

08

La plus lookée pour aller skier L’étoile des neiges, cette année, ça sera vous! Hors de question de sacrifier son sens du style pour s’élancer à toute allure sur les pistes noires. Que vous vous la jouiez totalement funky ou Russian spirit, nous avons repéré pour vous les pièces les plus tendances de la saison! Bogner


09 love it

Russian Spirit!

Louis Vuitton

Delphine quirin

MONCLER

Veritas

Alexander Mcqueen

xandres

Chanel


love it

10

Descente flashy!

moonboot

o'neill

bogner

rossignol

dakine

Burton

quechua


rencontre

12

Boubacar Diallo Qui parle de qualité doit parler d’égalité! Directeur de l’Ecole SOS de Ziguinchor au Sénégal, Boubacar Diallo était en novembre dernier au Luxembourg pour participer à une table ronde de SOS Villages d’Enfants Monde sur la qualité de l’éducation en Afrique subsaharienne. Très engagé, il se bat pour que tous les élèves aient de bonnes conditions de travail. Car sans équité, il n’y a pas de qualité! KARINE SITARZ

Ouvert et accueillant, Boubacar Diallo parle avec enthousiasme de sa passion de l’éducation, de son pays, le Sénégal, et de la Casamance, sa région d’adoption, des réalités éducatives d’aujourd’hui et des défis de demain. Convaincu, il se mobilise pour une éducation de qualité. Pour ses élèves et tous les autres. «L’éducation est un sacerdoce» dit-il. En tout cas, c’est l’histoire de toute une vie, sa vie. Né à Kaolack en 1956, Boubacar Diallo a fait des études de droit avant de s’orienter vers l’enseignement. En 1983, il devient prof d’anglais dans le privé avant de rallier, en 1989, l’Ecole SOS de Kaolack comme maître-enseignant puis directeur. En 2007, l’association SOS Sénégal lui propose d’ouvrir une école primaire à Ziguinchor en Casamance. «Je suis parti, ça m’a fait plaisir».

L’école se situe dans le quartier très pauvre de Nema, là où l’association gère un Village d’Enfants SOS et deux programmes de renforcement des familles. Y habite un grand nombre de personnes déplacées à cause du conflit qui dure depuis plus de trente ans. «Avec l’arrivée du Président Macky Sall, on a senti une amélioration. Auparavant, en plein cours, on entendait des détonations. Les élèves avaient peur. On travaillait dans l’insécurité.» Reste que la population ne peut plus aller dans ses champs, car il y a des mines partout. «Avant le conflit, les habitants travaillaient la terre, la Casamance pouvait assurer l’autosuffisance du Sénégal. J’y suis allé la première fois en 1977, j’ai découvert une région vraiment luxuriante où tout poussait. Maintenant, il n’y a plus rien. Avec le conflit, les entreprises ont fermé leurs portes et les ONG ont peur de venir s’implanter en Casamance. Les jeunes sont désœuvrés, beaucoup


13

{ Questions À la volée } Un livre: «Déontologie et législation scolaire: Educateur tout au long de la vie» Un musicien: Youssou N’Dour Une personnalité: Léopold Sédar Senghor Une philosophie de vie: Ne jamais regarder derrière Un rêve: Une retraite paisible au sein de mon entourage émigrent, surtout à Dakar. De nombreuses femmes aussi. 70 % des femmes de ménage du Sénégal sont originaires de Casamance.» Côté éducation, si le Sénégal a fait de grands progrès, les défis restent nombreux. «Quand j’ai quitté Kaolack en 2007, il y avait une seule école maternelle publique!» se souvient Boubacar Diallo. Aujourd’hui encore, les écoles maternelles ne sont pas suffisantes, l’éducation précoce est toujours réservée aux familles aisées et, du côté des écoles primaires, un maître peut avoir jusqu’à 100 élèves! Les professeurs sont formés, mais n’ont pas de bonnes conditions de travail et ils ont l’habitude de faire grève. «Quant au matériel scolaire, la gratuité des fournitures, c’est un slogan. Le discours est très loin de la réalité.» En Casamance, l'une des régions les plus scolarisées du Sénégal, il y a de surcroît le problème de l’état civil. Certains enfants font tout le primaire sans extrait de naissance. «On essaye de sensibiliser la population à l’importance de ces documents», explique le directeur de l’école. Pendant longtemps, la scolarisation des filles a été problématique au Sénégal. Mais les choses bougent. Le mouvement SCOFI se bat pour leur maintien à l’école, car «l’élève qui retourne chez elle est obligée de travailler, elle va vendre des cacahuètes, faire du petit commerce pour aider la famille». Il y a d’ailleurs un nouveau Programme d’Amélioration de la Qualité, de l’Equité et de la Transparence (PAQUET) mis en place pour 2013-2025. Boubacar Diallo est confiant: «au niveau de mon école, ce sont les filles qui dament le pion aux garçons. J’ai 566 élèves dont 286 filles, presque la parité». Construite pour 500 élèves, son école a toujours plus d’élèves en raison de ses très bons résultats. Elle compte à ce jour 64 enfants du Village d’Enfants SOS, 78 enfants bénéficiaires du programme de renforcement des familles, tous les autres venant de la communauté environnante. Si l’école est privée, environ 40 % des élèves, pris en charge par l’association, ne payent pas. «SOS garantit la scolarité, les fournitures, la cantine, mais aussi le transport en bus, car l’école est excentrée.» Boubacar Diallo s’est toujours attelé à obtenir la gratuité de l’école pour les plus défavorisés et les 13 enseignants

assurent gracieusement un soutien scolaire aux élèves qui ont des activités sportives, culturelles et socio-éducatives. Depuis cette année, l’école a une salle informatique et l’anglais est au programme, à côté des autres cours dispensés en français. Les maîtres sont confrontés au problème des langues, car, au Sénégal, elles sont multiples. Certains enfants ne parlent pas le wolof. Chaque région a ses langues spécifiques. Et une même langue peut être parlée différemment d’un endroit à l’autre. Comme le diola en Casamance, région qui compte une grande diversité d’ethnies et de langues. Alors que la pauvreté reste le problème majeur en Casamance, les cantines scolaires revêtent une importance cruciale. Elles sont hélas rares. «Quand un enfant vient à l’école et qu’il est affamé, il ne peut pas suivre. Il y a donc un problème d’équité. Et qui parle de qualité doit parler d’égalité!» La cantine a ouvert ses portes il y a trois ans. Boubacar Diallo se souvient: «un élève mangeait à la cantine et ramenait chez lui les restes du repas, c’était pour ses frères le soir». Mais faute de moyens, la cantine a dû fermer ses portes. «J’ai de suite réagi, SOS Luxembourg nous a suivis.» SOS Villages d’Enfants Monde finance désormais cette cantine. Pourtant Boubacar Diallo est confronté à un nouveau problème. «J’avais budgétisé pour 350 élèves, ils sont désormais 420. Nous demandons donc à certains parents une petite contribution. Et les enseignants font des efforts et se cotisent pour pouvoir booster la cantine. Tout ça pour le bien des enfants.» «Je répète toujours aux parents qu’il y a trois choses qui éduquent: les parents, la rue et l’école. Si les parents et l’école ne mettent pas leurs forces ensemble, la rue va prendre l’enfant. Ça, ils l’ont compris. Ils sont d’ailleurs incontournables les parents d’élèves!» Et une chose est sûre, pour lui «on peut cesser d’enseigner, mais pas d’éduquer!» Et l’éducateur? Il joue un rôle majeur. «Un éducateur n’a pas de vie. Dans les villages, dès qu’il y a des problèmes on va le voir. Il doit avoir de bonnes conditions de travail, il est le garant de la transmission.» De retour en Casamance, Boubacar Diallo garde un bon souvenir de sa visite au Luxembourg. L’architecture de la vieille ville, la population accueillante et serviable, sa rencontre passionnante avec les élèves de l’Ecole européenne l’ont séduit… encore et toujours les élèves!

Boubacar Diallo www.sos-senegal.org


mode

14

Retrouvez +

de mode lu

mesmagazine.

sur www.fem

The

Wedding Dress Certaines fashionsitas vont privilégier la féérie, le tulle et vont rêver d’une robe princesse, d’autres ne vont jurer que par les robes fluides à l’allure bohème et certaines, même, vont refuser de se plier aux traditions et préfèreront une robe plus rock, loin, très loin de la robe meringue. A chaque personnalité sa robe de mariée. Avant de passer aux essayages, repérage des modèles et des créatrices incontournables de la saison 2014.

Laure de Sagazan


mode

15


mode

16

Fabienne Alagama


Temperley London


mode

18

Elise Hameau


mode

20

Delphine Manivet


Rime Arodaky


mode

22

Orlane Herbin


mode

19

Suzanne Ermann


reportage

24

Régime matrimonial: faire le bon choix Vous avez trouvé la plus jolie des robes, booké le coiffeur et l’esthéticienne pour le grand jour, réservé la salle, le traiteur, le champagne et la pièce montée, et les faire-parts ont été envoyés. Parfait. Sarah braun


25

Mais après la fête et les paillettes, il ne faut pas oublier que le mariage, c’est avant tout l’union de deux personnes, de deux patrimoines, qui est encadrée par la loi. Point d’optimisme exagéré dans cette perspective et il faut en effet en mesurer toutes les conséquences et tous les impacts que cela peut avoir sur votre patrimoine. Comme dans tout, le mariage vous impose, à vous comme à votre époux, des droits et devoirs qui vous soumettront assez logiquement à des charges et des interdictions. Il est donc important d’en avoir parfaitement conscience, car si vous prenez le risque de ne pas en tenir compte, cela pourrait avoir des conséquences plus que fâcheuses et engendrer des soucis judiciaires. Le mariage est une affaire sérieuse, quoi qu’on en dise! La perspective de vivre à deux peut en effet engendrer une foule de questions d’ordre matériel et financier, des plus simples aux plus complexes, à commencer par l’endossement des charges du ménage, de qui assume les dettes et dans quel cas de figure. Finalement, c’est le contrat de mariage qui décidera de l’appartenance de toutes les «données matérielles» du couple. Je vous le concède, ce n’est pas l’aspect le plus glamour du mariage, mais c’est véritablement un point à ne pas négliger afin d’envisager clairement et sereinement le petit (ou pas) bout de chemin que vous vous apprêtez à parcourir ensemble. En effet, tous les couples mariés au Luxembourg, comme à l’étranger d’ailleurs, sont obligatoirement soumis à un régime matrimonial, qui se définit comme étant un ensemble de règles et d’obligations qui régentent les intérêts pécuniaires du couple. Le régime matrimonial vise ainsi à administrer leurs biens pendant le mariage, à établir les rapports entre les deux parties du couple et leurs biens, ainsi qu’avec leurs tiers, le cas échéant. C’est également en fonction du régime matrimonial choisi que seront répartis les biens du couple en cas de dissolution du mariage. Sombre pensée, je vous l’accorde également, mais force est de constater que, de nos jours, le divorce n’arrive pas qu’aux autres – au contraire, malheureusement, le nombre de divorces étant en forte hausse depuis quelques années. C’est donc une donnée fondamentale qu’il ne faut pas perdre de vue – faire l’autruche n’est en aucun cas une bonne solution – pour ne pas se retrouver prise au dépourvu le jour où vous deviendrez «l’autre des autres»...

A l’heure actuelle, trois types de régimes matrimoniaux sont largement plébiscités au Grand-Duché du Luxembourg: le régime légal, sous lequel les époux se placent d’emblée s’ils n’ont contracté aucun contrat de mariage au préalable, la séparation des biens et la communauté universelle. Il est donc important de bien comprendre les tenants et les aboutissants de chacun d’entre eux avant de s’engager pour la vie. Il faut également toujours garder à l’esprit que l’intérêt du contrat de mariage prendra véritablement tout son sens en cas de liquidation de ce dernier, soit par le décès de l’un de conjoints, soit en cas de divorce. Dans cette optique, on ne saurait vous recommander de conserver des preuves écrites de tous vos différents achats et autres investissements, qui serviront de preuve le cas échéant.

Par défaut: le régime légal Si pour telle ou telle raison, vous estimez ne pas avoir besoin de contrat de mariage, vous tombez alors sous le coup du régime légal, qui se résume étant celui de la communauté réduite aux acquêts. Il se résume simplement ainsi: certains biens restent propres à chaque époux, tandis que d’autres relèvent de la communauté. Ce type de contrat sera celui préconisé pour les couples dont aucun des conjoints n’envisage de se lancer dans une activité professionnelle dite à risques. Prenez garde à ne pas vous laisser aveugler par l’amour, et à bien mesurer tous les paramètres avant de vous tourner vers le régime légal, surtout dans le cas où les patrimoines mis en jeu sont conséquents (héritages et successions, investissements immobiliers…). Ainsi, en décidant de vous placer sous le joug du régime matrimonial légal, seront considérés ainsi comme biens communs le salaire de chacun des époux, les revenus des biens propres, les biens donnés aux époux, les biens dont aucun des conjoints ne peut attester de la propriété. En revanche, d’autres biens ne tomberont pas dans la communauté et resteront la propriété de chacun des conjoints. Il s’agit de tous les biens qui appartenaient déjà à l’un des époux avant la date du mariage, des biens acquis au cours du mariage, mais qui


reportage

26

ont un caractère personnel (comme les vêtements, petits biens divers…), des biens acquis par l’un des conjoints au cours du mariage des suites d’une donation ou d’une succession en leur nom propre (c’est le cas des héritages familiaux notamment). Enfin, sachez qu’il est prévu par la loi que toute autre acquisition de bien, qui ne rentre dans ces catégories s’effectuera selon le bon vouloir des époux. Il est donc également important d’en fixer les conditions dès le départ. En cas de dettes, là encore, il y aura une distinction entre les dettes personnelles, auxquelles vous aurez souscrit en votre nom propre, et les dettes communes, qui relèveront, quant à elle, d’une décision prise par consentement mutuel. A aucun moment il ne reviendra à la charge de votre conjoint d’endosser vos dettes personnelles, et inversement. Il vous impute en effet de les rembourser avec vos revenus propres ou vos biens personnels.

Les différents contrats de mariage Si les enjeux financiers du couple sont importants, ou soumis à un risque quelconque, mieux vaudra opter pour un contrat de mariage établi. Il permettra de fixer la donne d’emblée et de préserver chacune des parties du couple. Libre à vous d’adopter le contrat de mariage qui vous convient, dans la limite des bonnes mœurs et dans le respect de certaines règles auxquelles il est tout bonnement impossible de déroger. A l’heure actuelle, deux types de contrats de mariage sont largement répandus au Grand-Duché. Il s’agit de la communauté universelle et de la séparation de biens, dont les modalités sont totalement à l’opposé l’une de l’autre. La communauté universelle Si vous optez pour la communauté universelle, alors tous vos biens propres, et vos dettes respectives par la même occasion, feront partie de la communauté, qu’ils aient été acquis avant ou au cours du mariage. Ainsi, en cas de décès de l’un des conjoints, l’ensemble du patrimoine reviendra au conjoint survivant. Ce type de contrat serait donc à privilégier pour les couples n’ayant pas d’enfant et ne souhaitant pas en avoir, ou les couples déjà âgés et sans enfant, au moment où ils choisissent de s’unir. La séparation de biens Dans le cadre d’un régime de séparation de biens, aucun des biens, qu’il ait été acquis avant ou au cours du mariage, ne tombe dans le cadre de la communauté. Il reviendra à la charge de chacun des époux de gérer lui-même l’ensemble de son patrimoine, ainsi que ses revenus et ses dettes. De même, le conjoint n’aura de regard porté

sur les achats de l’autre, ce qui fait qu’il vous sera dès lors possible de contracter un bien sans avoir à obtenir son accord. Seule exception en ce qui concerne les dettes servant à la famille, qui, elles, devront être gérées par la communauté. Ce régime est particulièrement préconisé pour les couples dont l’un des membres embrasse une carrière professionnelle dite à risques, notamment lorsque l’un des conjoints envisage de se lancer en tant qu’indépendant. La séparation des biens permettra de protéger l’autre partie du couple d’une éventuelle faillite. Ce régime est aussi privilégié chez les personnes qui ont besoin de conserver une large autonomie financière, ou lorsque les enjeux pécuniaires du couple sont très importants, dans le cadre de grosses fortunes, par exemple. Il faut conserver à l’esprit que ce type de contrat implique forcément des conséquences en cas de décès ou de divorce, puisque, dans ce cas, aucun des conjoints ne bénéficiera alors de protection. Songez alors, si vous optez pour ce contrat, à «assurer vos arrières», en pensant à «l’après-mariage». Plan épargne, investissements dans l’immobilier ou assurance pension seront autant de produits qui seront un réel atout le cas échéant. En outre, un tel régime matrimonial peut entraîner des difficultés quant à la probation de l’appartenance des biens – notamment en cas de dissolution du ménage – il sera donc très important de conserver toutes les preuves d’acquisition, qui seules pourront faire foi.

Comment procéder? Si vous choisissez de rester dans le cadre du régime légal, il n’y a aucune démarche à effectuer, car ce régime est celui «par défaut». En revanche, si vous optez pour un contrat de mariage bien précis, il faudra alors vous référer à un notaire, à qui il reviendra la charge d’acter ledit contrat de mariage. Ce dernier sera également à même de vous conseiller pour choisir le contrat de mariage le plus adapté en fonction de vos situations professionnelles et personnelles respectives.

Est-il possible de modifier les engagements pris au départ? Oui, il est tout à fait possible de modifier un contrat de mariage. Aucun des régimes choisis ne peut être considéré comme immuable, tant que cette décision se justifie légalement. Par exemple, si vous, ou votre conjoint, décidez de vous lancer dans une profession à risque. Il suffit alors de recourir aux services d’un notaire, qui permettra, dans le cas présent de passer d’un régime légal ou de communauté universelle à un régime de séparation des biens, afin de vous protéger davantage. Notez également que, dans ce cas, l’acte notarié qui en découlera sera soumis à une juridiction afin d’établir légalement que les nouvelles dispositions ne nuisent en rien aux intérêts de la communauté. Attention, un contrat de mariage ne peut être révisé que tous les deux ans. Il ne s’agirait pas d’en faire une habitude!


reportage

28

Mariage: une organisation au top! Enfin! Il vous a fait sa demande en mariage et vous êtes sur un petit nuage… Sauf qu’il va falloir redescendre très vite sous peine de rater le coche! Un mariage ne se prépare pas à la légère. Pire, cela nécessite une organisation du tonnerre, pour gérer étape par étape tous les préparatifs nécessaires au bon déroulement du grand jour! En moyenne, il faut compter une bonne année pour l’organisation d’un mariage. Sarah braun


«En moyenne, il faut compter une bonne année pour l’organisation d’un mariage.» J-365… Le grand jour vous semble encore bien loin, mais attention, il ne l’est pas tant que ça! Le compte à rebours a bel et bien commencé! Première étape, forcément, l’annoncer autour de vous, et plus particulièrement à vos familles respectives. Si elles ne se connaissaient pas encore, c’est le moment ou jamais! Profitez d’un dîner pour annoncer l’événement, et du fait que tout le monde soit là, pour booker la date, surtout si vous envisagez de vous marier à la belle saison (mai à septembre), hyper convoitée. Cette première réunion de famille sera également l’occasion parfaite pour définir le style du mariage, et son déroulement dans les grandes lignes: mariage civil, mariage religieux, traiteur, lieux possibles pour la réception... Autre point à soulever lors de cette rencontre: la liste des invités. Même si elle ne sera pas fixée pour autant, il est bon de déterminer le nombre de convives, pour juger des «priorités»: qui inviter au vin d’honneur, qui inviter au repas. N’oubliez pas aussi de réfléchir à un hôtel pour les invités qui viendraient de loin! Naturellement, il vous faudra établir le budget qui sera imparti à vos noces, en pensant à tous les postes. Enfin, pensez à éclairer tous les points qui pourraient engendrer des discordes et veillez à ce que toutes les parties concernées soient justement impliquées. Cela évitera bien des tensions! Dès lors, vous pourrez contacter la mairie afin de fixer la date du mariage civil. Si vous optez pour un mariage religieux, il faudra également contacter à ce moment les instances concernées, afin de déterminer également une date. Pour la réception, choisissez un lieu qui vous plaît, qui vous ressemble et qui sera en harmonie avec le style de votre mariage. La tradition veut que


reportage

30

{Conseil d’amies!}  Certes, votre famille voudra s’impliquer dans votre mariage. Certes vous allez vouloir également leur faire plaisir. Mais c’est VOTRE mariage!

les noces se déroulent dans la ville de naissance de la mariée… mais ça n’est bien entendu pas une obligation, même si cela a son charme. Choisissez également votre traiteur. N’hésitez pas à demander différents devis auprès de plusieurs prestataires, afin d’avoir une offre conforme à vos envies, mais surtout à votre budget! Sachez en effet que le poste le plus onéreux dans un mariage est celui imputé à la réception et au dîner.

Ne vous laissez pas déborder par les désirs des uns et des autres. Avant de l’annoncer à vos familles, discutez-en avec votre fiancé et décidez ensemble de ce que vous attendez pour votre mariage. Soumettez ensuite vos choix à vos familles respectives. Soyez directive et gardez le cap. Il est très important que vous sachiez exactement ce que vous voulez afin de ne pas vous laisser submerger ni envahir.

Si vous optez pour les services d’un wedding planner, c’est également le moment de faire votre choix. Dernier point enfin, et non des moindres, commencez à feuilleter les catalogues, à regarder sur différents sites internet, pour trouver la robe de vos rêves! Et pourquoi pas, entamez un petit régime, afin d’être sublime le grand jour!

J-8 mois Il est temps de penser au photographe, voire au vidéaste, qui sera chargé d’immortaliser cette belle journée. Là encore, nous vous conseillons de faire établir plusieurs devis, de regarder les books de différents photographes, afin de dénicher celui qui saura sublimer votre mariage. Pensez aussi à réserver un animateur pour la soirée, ou un orchestre. Rencontrez-en plusieurs, car il n’y a rien de pire qu’un mauvais DJ, ou un orchestre moyen, pour plomber l’ambiance de la fête…


«Sachez en effet que le poste le plus onéreux dans un mariage est celui imputé à la réception et au dîner» Prévenez vos témoins et organisez un repas tous ensemble, pour évoquer le déroulement du mariage.

J-6 mois Les choses se précisent et la date fatidique se rapproche. Dernière tendance (qui s’ajoute à la déjà très longue liste des préparatifs): créez votre blog de mariage. Pourquoi? Deux cas de figure. Vous pouvez créer un blog public pour raconter les péripéties rencontrées lors de vos préparatifs de mariage: coups de cœur et coups de gueule… Il y en a de nombreux déjà en ligne sur la toile. Mais le blog peut aussi, et surtout, avoir une visée informative. Il sera par exemple ultra pratique si vos témoins et demoiselles d’honneur vivent aux quatre coins du pays (voire du monde). Le blog vous permettra de partager avec elles l’essayage de la robe, la décision des tenues qu’elles porteront, etc. Un blog réservé aux invités permettra en outre de centraliser toutes les données «pratiques» de l’événement: présentation des mariés, date et lieu du mariage, boutique où a été déposée la liste de mariage, informations complémentaires telles que les hôtels à proximité, l’itinéraire… C’est également le moment d’envoyer un Save the Date aux invités! C’est le premier «morceau» de votre mariage qui sera dévoilé. Hors de question de le rater. Il donnera le ton et permettra à vos invités de booker d’ores et déjà la date dans leurs agendas! Nous avons adoré celui proposé par My Little Wedding! www.mylittle.fr/mylittlewedding/save-the-date.html Il est maintenant temps de se consacrer à la robe. C’est une tâche des plus délicates. Entourez-vous bien, afin de trouver la coupe qui rendra honneur à vos formes. Que vous sachiez déjà ce que vous voulez ou non, n’hésitez pas à contacter plusieurs boutiques spécialisées et vous renseigner auprès de différents créateurs. Il se pourrait que la robe de vos rêves ne fasse pas l’effet escompté sur vous, tandis qu’un autre modèle, que nous n’aviez même pas soupçonné, soit juste éblouissant!


Fiez-vous aux conseils des vendeuses, qui sont plutôt avisés. Autre option à envisager: une couturière qui réalisera le modèle de vos rêves. Mais là encore, mieux vaut savoir exactement ce que vous voulez et être sûre de qui vous va! Cette solution, offre néanmoins l’avantage d’avoir une robe parfaitement unique, exactement à votre image et dans le style de votre mariage. Choisissez aussi vos alliances. Mieux vaut s’y prendre à l’avance pour que vous soyez sûrs d’avoir celles qui vous plaisent. Une fois la robe choisie, vous pourrez vous consacrer à votre coiffure de mariée. Contactez votre coiffeur habituel ou allez voir du côté d’autres professionnels, spécialisés dans les coiffures plus techniques. Certains proposent des forfaits, plutôt avantageux, qui comprennent les essais, et parfois même le maquillage. (Double avantage, car ce sera un gain de temps le jour J! A ne pas négliger, donc!) Il est également temps de vous pencher sur la décoration du mariage. Choisissez votre thème, en accord avec vos personnalités, évidemment, mais aussi avec les lieux, voire avec vos tenues (ou l’inverse)! Derniers éléments à ne pas oublier à ce stade des préparatifs: contactez le prêtre, si vous vous mariez à l’église, afin d’organiser la cérémonie avec lui (pensez aux textes, chants…). Sollicitez un rendez-vous avec un notaire si vous envisagez de contracter un contrat de mariage.

J-4 mois Essayage de la robe obligatoire! Soyez ultra attentive au moindre défaut, au moindre faux pli. Allez-y accompagnée et ne craignez pas d’être exigeante. Soyez précise, attentive et prenez tout le temps nécessaire pour que tout soit parfait. Finalisez votre tenue en choisissant les accessoires qui l’orneront: souliers, bijoux, fleurs, voile, gants… C’est aussi le moment d’organiser votre enterrement de vie de jeune fille, avec le concours de vos témoins: journée dans un spa, soirée folle ou, carrément, week-end à l’étranger, il existe de nombreuses formules pour toutes les envies et pour tous les budgets! Briefez vos demoiselles d’honneur pour ne pas vous retrouver dans des situations… disons embarrassantes! Si vous envisagez de déposer une liste de mariage, c’est aussi à ce moment qu’il faudra vous en occuper. Choisissez des cadeaux d’ordre de prix variés, afin que tous vos invités puissent choisir des présents adaptés à leur budget. Vous pouvez également opter pour un pot commun, qui servira à payer votre voyage de noces, par exemple. Le voyage de noces, justement, il est l’heure d’en booker la date: destination paradisiaque ou road trip, tout est permis. L’essentiel est de vous retrouver tous les deux et de vous faire plaisir (et de décompresser


après cette folle année marathon que vous êtes en train de vivre!) Ceux et celles qui ont malheureusement été dotés de deux pieds gauches à la naissance pourront envisager de suivre quelques cours de danse! Choisissez également votre chanson, celle qui représente votre histoire et votre amour, et qui ouvrira le bal!

J-3 mois Il est maintenant l’heure de commander vos faire-part, et, pour monsieur, de choisir son smoking, si d’aventure ça n’était pas déjà fait! Occupez-vous de tous les «petits détails matériels»: dragées ou autres petits cadeaux à remettre aux convives, bouquet, fleurs pour décorer la salle, plan de table (tâche difficile, attention!), tenues des enfants d’honneur… Commencez à porter vos chaussures quelques heures par jour pour qu’elles ne vous fassent pas souffrir le jour J.

J-1 mois Organisez-vous un programme beauté. Régime express pour dégonfler et rendez-vous pour des prestations en institut de beauté: épilation, soins du visage, manucure et pédicure. Oubliez les traitements invasifs: pas de botox, ni de peeling abrasif sous peine de vous retrouvez dévisagée le jour J! Vous pouvez aussi prévoir quelques séances d’UV, mais n’en abusez pas, pour ne pas être trop bronzée le jour du mariage.

J-1 Allez vous faire masser pour vous relaxer et vous détendre

Jour-J Foncez les yeux fermés. Vous êtes la plus belle, c’est VOTRE journée! Enjoy!

{L’art du plan de table }  Aïe! Voilà un exercice périlleux que de rassembler deux familles et une foule d’invités tous différents les uns des autres. Pour vous faciliter la tâche, notez les dates de naissance de chacun des invités quand vous établirez la liste, afin de placer des gens d’un âge similaire ensemble. Bien évidemment, vous tiendrez compte des rapports et du passé de vos convives et vous éviterez ainsi de placer ensemble des gens qui ne s’entendent pas à la même table… De même, des gens issus du même milieu professionnel trouveront plus facilement des sujets de conversation s’ils ne se connaissaient pas en amont! Pensez aussi à ne pas placer de personnes seules (a fortiori si elles sont timides) à une table où tous les autres convives se connaissent déjà. Et par pitié, évitez la triste table des célibataires!


FESTIVITés & Réceptions

34

Festivités {Restaurant Alfa Brasserie} L’Alfa Brasserie, avec sa surface de 550 m², vous accueille pour vos banquets, cocktails, événements de famille ou repas d’affaires, dans une ambiance recréant l’esprit des grandes Brasseries Parisiennes des Années 30. Des formules sur mesure peuvent vous être proposées. Le Chef vous révèlera tout son talent au service d’une cuisine fine et gourmande. Découvrez également un buffet à thème tous les jeudis midi. Capacité: 180 personnes 16 Place de la Gare à Luxembourg - Tél.: 49 00 11 3000 - www.alfabrasserie.lu

{Restaurant Lounge Favaro} Le chef étoilé Renato Favaro vous propose une cuisine à base de produits frais de premier choix. Célèbre pour son cadre unique, le restaurant vous accueille aussi pour vos afterworks à partir de 18h et vos banquets privés ou professionnels. Le +: jusqu’à minuit, une carte réduite est proposée aux retardataires. Dans l’assiette, le chef présente une cuisine italienne maîtrisée et une sélection de sushis très appréciée. Capacité: 120 personnes assises – 150 personnes debout 33 avenue J.F Kennedy au Kirchberg – Tél.: 27 04 54 reservation@lounge-favaro.lu

{La Fleur de sel} Le restaurant la Fleur de sel vous séduira par son cadre convivial. Vous dégusterez une cuisine traditionnelle semi-gastronomique et inventive, dans une ambiance chaleureuse et agréable. Le chef, Lionel Delval, élabore ses menus à base de produits de saison. Un endroit idéal pour organiser des déjeuners professionnels ou des repas en famille ou entre amis. Capacité: 70 personnes assises 21 avenue de la gare à Pétrange – Tél.: 26 50 33 43

{L’Original} C’est au centre-ville de Luxembourg que l’Original vous accueille. Le Chef vous propose une carte variée, traditionnelle et raffinée qui saura séduire et s’adapter à toutes les envies. Que ce soit pour des manifestations professionnelles, en famille ou entre amis, l’Original mettra ses quartiers modernes et épurés à votre disposition. Capacité: de 80 à 100 personnes 15, rue Louvigny à Luxembourg - Tél.: 27 85 88 86 – www.original.lu


35

réceptions {La Riviera} Voici une adresse que l’on partage depuis 1999 autour d’une carte avec des suggestions variées françaises et italiennes, et même luxembourgeoises sur demande. Pour vos banquets, mariages et autres fêtes en famille ou entre amis, rendez-vous dans ce cadre contemporain et lumineux. Le chef vous proposera des buffets chauds et froids à la pugliese. Capacité: le restaurant compte 2 salles pouvant respectivement accueillir 120 et 80 personnes 1 A Route de Luxembourg à Bereldange - Tél.: 33 74 14 Parking -Terrasse

{La Table du Belvédère} Au cœur de la place de l’Europe, entre la Philharmonie et le Mudam, la Table du Belvédère accueille vos manifestations professionnelles et vos réceptions privées dans un cadre d’exception. Une équipe de professionnels, en cuisine comme en salle, vous proposera un menu adapté à votre budget qui satisfera vos attentes les plus exigeantes. Salle de banquet pour 120 personnes et 3 niveaux d’espaces modulables. Capacité: de 60 à 200 personnes Banquets privatifs du lundi au dimanche, midi et soir sur réservations Tél.: 43.02.57.137 | www.latabledubelvedere.lu 4 place de l’Europe - Luxembourg/Kirchberg

{Vitarium} Endroit privilégié pour vos événements privés et professionnels. Salle multifonctionnelle de 260m², piste de danse, terrasse panoramique, luxlounge, espace de divertissement pour enfants… tout pour profiter de votre famille et de vos amis dans les meilleures conditions. Les menus sont adaptés aux demandes et élaborés sur mesure avec soins et qualité. Plaisir assuré! Capacité: 160 personnes Réservation: Tél.: 25 02 80 399 - Mme Blanca - à Roost/Bissen www.vitarium.lu


agenda

36

SAVE THE DATE Concerts, spectacles, expositions, retrouvez tous les buzz culture du mois!

CONCERT

› 14/01 › Rockhal  The Babyshambles

Le groupe britannique d'indie rock, entraîné par le notoire Peter Doherty, revient au meilleur de sa forme pour une nouvelle tournée. Ce sera l’occasion pour (re)découvrir leur dernier album Sequel to the Prequel, sorti le 2 septembre dernier, et annoncé comme l’œuvre la plus aboutie du groupe, notamment en raison de belles collaborations et de textes accrocheurs. Peter Doherty, Mick Whitnall, Drew McConnell et la nouvelle recrue, Jamie Morrison, feront escale à Luxembourg le 14 janvier 2014.

Save the date!

 THéâTRE 

› 17/01 › Théâtre Municipal  Les Misérables

Ecrit en 1862, le roman Les Misérables de Victor Hugo a été adapté plus de 50 fois au cinéma et à la télévision, mais seulement deux fois sur scène. Cette fresque épique et sociale prend ici une nouvelle dimension à travers la relecture de Stéphane Titelein, qui prend le parti d’en faire une pièce minimaliste. Un seul homme sur scène pour camper la multitude de caractères qui jalonnent l’œuvre, dans un décor minimal et un environnement sonore travaillés pour leur puissance d’évocation.

Le 14 janvier, à 20h

Le vendredi 17 janvier

à la Rockhal

à 20h, au Théâtre Municipal d’Esch-sur-Alzette

 EXPO 

 CONCERT 

› 25/01 au 27/04

› 26/01

› Casino Lux.

› Kinneksbond

 Fabien Giraud & Raphaël Siboni The Unmanned

Les voix de la Grande Région

Issus des pratiques du documentaire et du cinéma, Fabien Giraud et Raphaël Siboni débutent leur collaboration en 2007. Actif et sur le devant de la scène artistique internationale de l'art actuel, le duo Giraud et Siboni a su se positionner par ses contributions aussi ambitieuses que conceptuellement captivantes et pertinentes, laissant rapidement une empreinte dans les esprits avec des oeuvres devenues emblématiques, dont e.a. Last Manoeuvres in the Dark au Palais de Tokyo en 2008 ou encore Sans Titre (The Outland) dans le cadre de l'exposition La Force de l'Art, en 2009.

A voir du 25 janvier au 27 avril au Casino Luxembourg – Forum d’Art Contemporain - © Fabien Giraud & Raphaël Siboni

L’idée de créer un chœur de jeunes transfrontalier est née au cours de l’été 1997. L’objectif était d’approfondir la coopération entre trois institutions chorales de la Grande Région: l’INECC Mission Voix Lorraine, l’INECC Luxembourg, et le Saarländischer Chorverband. Aujourd’hui le Landesmusikrat Saar a pris sa place. Ainsi, grâce à des sessions de travail régulières et lors de nombreux concerts, une trentaine de jeunes de 16 à 26 ans issus de la Grande Région se rencontrent pour faire vivre l’art choral au plus haut niveau, approfondir leur formation, découvrir et faire partager au public des œuvres chorales de styles et d’époques des plus variés, vivre la construction de l’Europe au travers de la musique et de projets communs.

Chœur Robert Schuman - Haydns "Schöpfung" reloaded, le 26 janvier à 18h au Kinneksbond, à Mamer Photo: © Carola Ehrt

Toute l’actualité culturelle sur www.femmesmagazine.lu


Concours

CONCERT

› 30/01 › l’Atelier  De Palmas de retour

Son nouvel album à peine dans les bacs qu’il reprend déjà la route. 2014 marque en effet le grand retour de Gérald De Palmas sur le devant de la scène avec sa tournée, son nouveau single Serait-il ainsi qu'un nouvel album. Fidèle à son image, un show authentique, celui de cinq types qui aiment jouer ensemble et partager ce plaisir avec leur public.

Le 30 janvier, à 20h à l’Atelier.

 EXPO 

› jusqu’au 4/05 › MNHA + Cercle Cité Hommage à Théo Kerg

Pour commémorer le 20e anniversaire de la disparition de Théo Kerg, le Musée national d’histoire et d’art, en collaboration avec le Cercle Cité, présente la première exposition de l’artiste luxembourgeois au Grand-Duché. Répartis sur les 2 sites, les 2 volets de l’exposition mettent chacun l’accent sur une période de création différente de l’artiste. L’exposition au MNHA s’intéresse aux 50', période décisive pendant laquelle Kerg travaille à Paris. La présentation au Cercle Cité met en revanche l’accent sur la grande variété de matériaux et supports qui caractérisent son travail. Si l’œuvre de Théo Kerg est largement reconnue à l’étranger, c’est la première fois qu’un tel ensemble de ses œuvres abstraites, réalisées après la Seconde Guerre mondiale, est exposé au Luxembourg. Cette première présentation permettra de mieux situer son œuvre dans le contexte historique.

A voir jusqu’au 4 mai au Musée national d’histoire et d’art et au Cercle Cité.

Tentez votre chance, il y en a 15 à gagner. Jouez avec Femmes Magazine & Portrait Studios & gagnez un mini-reportage avec une photo de 30 X 40cm et une planche contact d’une valeur de 91 € en répondant à la question suivante: En combien de temps les photos numériques sont-elles développées chez Portrait Studios?* (voir sur www.femmesmagazine.lu)

Réponse (sur carte postale): Nom:.......................................................... ........................ Prénom:. . .................................................. ........................ Année de naissance:........................... ........................ Adresse complète:............................... ........................ .................................................................... ........................

téléphone:. . ............................................. ........................ email:........................................................ ........................  J’accepte de recevoir des informations liées à Femmes Magazine

Découpez ou recopiez ce bon sur papier libre, renvoyez-le avant le 31 Janvier 2014 à: Femmes Magazine - Concours Portrait Studios 74 rue Ermesinde - L-1469 Luxembourg Offre réservée aux personnes majeures - Une seule réponse par adresse Règlement du concours sur demande.


cinÉma

38

cinÉma Les âmes de papier Comédie franco, belgo, luxembourgeoise de Vincent Lannoo avec Stéphane Guillon, Julie Gayet, Jonathan Zaccaï, etc. Paul exerce un drôle de métier, il écrit des oraisons funèbres. Victor, son ami et voisin, ne sait plus comment s’y prendre pour le sortir de sa solitude. Un jour, Emma, une jeune veuve, fait à Paul une demande inédite: raconter son mari disparu à son fils de 8 ans. Mais, alors qu'une idylle se noue entre Paul et Emma, les fantômes du passé ressurgissent… Une histoire d’amour… et de revenants!

L’amour est un crime parfait Divin enfant

12 years a Slave

par Jean-Marie et Arnaud Larrieu

Comédie française réalisée

Drame américian réalisé

avec Mathieu Almaric, Karin Viard,

par Olivier Doran avec Sami Bouajila,

par Steve McQueen (II)

Maïwenn, etc.

Emilie Dequenne, Géraldine Pailhas,etc.

avec Chiweltel Ejiofor, Brad Pitt,

Professeur de littérature à l’université de Lausanne, Marc a la réputation de collectionner les aventures amoureuses avec ses étudiantes. Quelques jours après la disparition de la plus brillante d’entre elles, qui était sa dernière conquête, il rencontre Anna qui cherche à en savoir plus sur sa belle-fille disparue...

Une grande maison au milieu des vignes. Un réveillon de Noël dans une famille très recomposée se transforme en cauchemar absolu, lorsque la maîtresse de maison annonce à son nouveau mari qu’elle est enceinte. Elle ignore qu’il ne peut pas avoir d’enfant.

Michael Fassbender, etc.

Thriller français réalisé

1841, États-Unis, quelques années avant la guerre de Sécession Solomon Northup, jeune homme noir originaire de l’État de New York, est enlevé et vendu comme esclave. Face à la cruauté d’un propriétaire de plantation de coton, Solomon se bat pour rester en vie et garder sa dignité. Douze ans plus tard, il va croiser un abolitionniste canadien et cette rencontre va changer sa vie. Inspiré d’une autobiographie éponyme signée Solomon Northup.


musique

40

musique High Hopes Bruce Springsteen Il paraît que Bruce Springsteen a finalisé il y a plus d’un mois son 18e album. D’après le label Colombia, la rumeur court que ce dernier opus serait dans les bacs le 14 janvier. A l’image de Wrecking Ball, cette nouvelle pépite promet d'exalter les foules, et c’est peu dire. A l’écoute du single éponyme posté sur la toile fin novembre, c’est avec joie que les fans ont retrouvé un morceau du groupe The Havalinas, déjà repris par Bruce en 1996 sur l’album Blood Brothers. Une belle pioche dans ses 45 années de carrière. Accompagné notamment de Tom Morello, un ancien de Rage Against the Machine, la bossmania reprend de plus belle et le sexagénaire n’a pas pris une ride. Bien au contraire, on pourrait croire qu’il rajeunit. Sa musique est un élixir de jouvence qu’il partage volontiers avec son public qui, lui non plus, n’a pas vieilli, et rock toujours avec le «Boss».

Wanderlust

Rave Tapes

Give The People What They Want

Sophie Ellis Bextor

Mogwai

Sharon Jones and the Dap-Kings

Un visage de porcelaine où s’imposent deux yeux azur perçants et envoutants, la poupée so british à la pétrifiante beauté s’appelle Sophie Ellis Bextor et s’est fait connaître du grand monde avec cette phrase: «Murder on the Dancefloor», titre à succès sorti en 2001 sur l’album Read My Lips. La Britannique revient sur l’avant-scène le 20 janvier avec un cinquième album nommé Wanderlust. Au printemps dernier, la chanteuse donnait une petite sucrerie à ses fans avec le morceau Young Blood. Un titre dans lequel elle pose une voix douce et limpide sur une mélodie tristounette modulée au synthétiseur dans des rythmes simples, rappelant certains classiques qui ont fait leur preuve dans les années 2000. D’après la chanteuse, l’album devrait être différent des sons dance-pop qui ont fait sa notoriété, porté par un piano qui sied sur mesure à la tessiture de la chanteuse.

Mogwai c’est du cantonais et signifie «mauvais esprit». Un Mogwai c’est aussi, avant de se transformer en Gremlins, une petite créature toute douce qui chante d’harmonieuses mélodies. En fait, Mogwai c’est surtout un rock band originaire de Glasgow et tout simplement l’un des groupes les plus novateurs et respectés de la scène post-rock. Une bande de cinq garçons ultra perchés qui s’activent à développer des morceaux instrumentaux, pour la plupart, évoluant vers une accumulation de nombreuses variations de sons, pour finir dans le brouhaha le plus complet. Les musiciens de Mogwai, à l’origine, entre autres, de la bande-son de la sublime série française Les Revenants, nous livrent un huitième album franchement convainquant tirant vers de bonnes sonorités électros à l’image du titre Remurdered en libre écoute partout.

Pur modelage de la funk-soul des années 60 et 70, la diva de Georgie a une voix, de celle des plus grandes, et une musique qu’elle transmet avec The Dap-Kings, un orchestre qui transcende la scène. Malgré les problèmes de santé de la chanteuse émérite, ce dernier album nous donne la banane tant l’expression soul y est parfaitement retranscrite. C’est une ballade au tempo authentique, dans la lignée des James Brown ou Aretha Franklin, où l’on y ressuscite le rythm’n blues de jadis, mêlant voix éraillée et funk endiablé.


41

livres La mesure de la dérive - Alexander Maksik Belfond La chaleur écrase l’île de Santorin, c’est l’été, Jacqueline erre seule et affamée. Pour survivre, elle fait les poubelles, et masse les touristes, mais doit aussi échapper aux rondes de police, aux proxénètes qui guettent une jolie fille isolée, aux hallucinations causées par la faim. Chaque jour, la voix lancinante de sa mère la hante davantage et convoque des souvenirs de plus en plus insoutenables. Qui est Jacqueline? Qu‘a-t-elle fui? Que sont devenus des proches? A qui se confiera-t-elle?

La petite communiste qui ne souriait jamais Lola Lafon – Actes sud Retraçant le parcours d’une fée gymnaste, qui dans la Roumanie des 1980' et sous les yeux émerveillés de la planète entière, vint mettre à mal les guerres froides, ordinateurs et records, ce roman est le portrait d’une enfant, devenue femme, sacralisée par une existence intégralement dévolue à la recherche de la perfection en mettant en exergue les dévoiements du communisme tout autant que la falsification, par les Occidentaux, de ce que fut la vie dans le bloc de l’Est, ce récit, lui-même subtilement acrobate, est aussi une passionnante méditation sur l’invention et l’impitoyable évaluation du corps humain.

Pourquoi les garçons perdent pied et les filles se mettent en danger

Tout l'or de Paris – La colère de Fantômas

Des hommes d'argent – Hedge Fund

Bocquet & Rocheleau –

Hénaff, Lemoal, Poupart –

Léonard Sax – JC Lattès

Dargaud

Le Lombard

Dès les petites classes, les garçons désinvestissent l’école tandis que les filles réussissent plutôt bien en prennent de nouveaux risques. Que se passe-t-il? Le Dr Sax montre, études et chiffres à l’appui, que fournir une éducation identique dans sa forme aux garçons et aux filles ne permet pas l’égalité. Ce n’est pourtant pas inéluctable. Un livre qui interpelle et nous met face aux questions que nous avons à nous poser pour permettre à nos enfants de se construire une identité solide.

Dans ce deuxième épisode de La Colère de Fantômas, le criminel sans visage ni états d'âme qui terrifie les habitants de Paris depuis seize longues années a maintenant juré de voler tout l'or de la capitale. Dans une frénésie galopante, et avec pour seule compagnie l'énigmatique Lady Beltham, il tue les témoins embarrassants et pille les coffres-forts de la Banque de France. L'inspecteur Juve et Fandor se lancent rageusement à sa poursuite pour qu'enfin cessent ses crimes.



Hedge Fund raconte l'ascension de Franck Carvale, petit courtier en assurance, jusqu'au plus haut niveau de la finance internationale. De Hong Kong à New York, piloté à son insu par un mentor en quête de vengeance, sera-t-il l'instrument de la chute planifiée de l'économie mondiale?

Lerolle, Roulot, Sabbah,


en pratique

42

Connaissez-vous le DICI? Catherine Moisy

Le DICI, Développement Intercommunal Coordonné et Intégratif fut la toute première Convention signée entre des communes et l’Etat pour un développement durable coordonné. Cette Convention inaugurait une nouvelle façon d’envisager l’aménagement du territoire, dans une zone au développement rapide, qui regroupe 25 % de la population du pays: le sud-ouest de l’agglomération de la ville de Luxembourg. A l’origine, des défis Comme souvent à l’origine des innovations, on trouve au commencement de l’histoire du DICI, l’anticipation de difficultés à venir. Le département Aménagement du territoire du ministère du Développement durable et des Infrastructures fait le constat d’un développement rapide de la zone se situant au sud-ouest de la capitale (Bertrange, Strassen, Hesperange et Leudelange, ainsi que Merl, Hollerich, Cessange, Quartier Gare, Gasperich et Bonnevoie-sud). Cette zone concentre un grand nombre de terrains à bâtir, et sa proximité avec la capitale en fait un morceau de choix pour les investisseurs immobiliers. Oui, mais voilà, ce type de développement rapide entraine une question: comment répondre à la fois à l’augmentation de la demande de nouvelles constructions, à la hausse des prix des terrains, à la hausse prévisible du trafic routier, ainsi qu’à la raréfaction des ressources naturelles? Cette équation à plusieurs inconnues ne peut être résolue qu’avec un minimum de coordination. Le ministère décide donc d’impliquer les acteurs majeurs de la zone, les communes. Après un temps de scepticisme, durant lequel les communes se demandent ce que l’on est en train de leur proposer, et si l’on ne va pas leur enlever du pouvoir, le projet de développement intégré emporte assez vite l’adhésion, car il est évident que chaque commune toute seule ne pourra pas faire face aux évolutions qui l’attendent. La première convention est signée le 27 juin 2005, mais ce qui va véritablement lancer le projet est une réunion de travail, organisée en 2006, au cours de laquelle le médiateur extérieur, un bureau allemand spécialiste de ce genre de projets, va mélanger

les différentes entités géographiques et politiques, afin de créer une dynamique de décloisonnement. Ce séminaire a notamment pour but d’identifier les priorités. «Alors que tous les articles et ouvrages traitant d’expériences similaires recommandent de commencer par des projets consensuels, comme la création d’espaces verts, se souvient Myriam Bentz, coordinatrice du projet au sein du ministère, notre workshop a conclu que le chantier prioritaire était d’adapter les projets d’infrastructures de mobilité aux projets de constructions. Or ce type de dossiers est toujours très épineux.» Il faut dire que les cartes avaient été posées clairement sur la table: une simulation tenant compte du nombre de terrains constructibles et de l’augmentation induite du trafic routier mettait en évidence, de manière criante, que si les projets de construction n’étaient pas coordonnés, des problèmes graves d’insuffisance d’infrastructure, routière notamment, allaient se poser très rapidement.

Un modèle de gouvernance multi-niveaux Une fois cette priorité absolue établie, 4 thèmes ont été retenus: économie, développement urbain, mobilité et paysage. 5 groupes de travail ont été constitués, avec à la tête de chacun d’eux, un binôme de communes. Ainsi, la réflexion sur le logement et celle sur le stationnement sont prises en charge par le duo Leudelange/ He s p e r a n ge ; c e l le s u r le réseau de bus et celle sur la mobilité douce par Strassen/Bertrange. La ville de Luxembourg, de son côté, coordonne le travail sur les zones d’activité. Cette responsabilisation des communes sur des dossiers précis est l’un des facteurs clés de succès de la méthode. Le but de cette organisation décentralisée est de passer petit à petit la responsabilité du processus DICI aux communes. Le ministère est initiateur de la démarche, mais n’a pas vocation à se substituer aux instances locales. Il s’agit juste d’initier une nouvelle façon de travailler, qui correspond d’ailleurs à une tendance de plus en plus répandue en Europe, pour faire avancer des projets qui dépassent les intérêts d’une simple commune. La logique n’est pas en premier lieu financière. Les communes du DICI sont

«Pour les projets d’urbanisme, choisir la voie de la concertation est plus long, mais cela produit de l’adhésion et de l’efficacité.»


43

{Témoignage}  Frisia, habitante de Bertrange depuis 4 ans Observez-vous la mise en place de projets communs avec les communes voisines de Bertrange? Oui, depuis quelque temps nous avons un système de vélos mis à la disposition du public. Il y a déjà 8 stations. On y accède grâce à une carte gratuite donnée par les communes. Il y a aussi un bus gratuit qui relie Bertrange et Strassen. Il existe un projet, appelé DICI qui vise à rassembler Bertrange, Strassen, Hesperange et Leudelange, ainsi que certains quartiers de Luxembourg, autour de projets communs. Pensez-vous que ce soit une bonne chose? Oui, sûrement, si cela permet de gérer intelligemment l’argent public en évitant de faire les mêmes choses en parallèle, sans concertation. Avec l’arrivée de l’école européenne, on observe un boom des projets immobiliers. Il faut que cela soit coordonné et non anarchique. des communes riches qui ne sont pas en recherche de financement, mais qui font face aux mêmes besoins et qui ont tout intérêt à réunir leurs forces pour y faire face de façon efficace. L’objectif est d’aboutir à un développement équilibré des emplois et des logements, à une cohabitation harmonieuse des transports et des paysages, et à une mise en valeurs des patrimoines culturels et naturels. Si l’on parvient à offrir, dans une même zone, des quartiers résidentiels attrayants, des infrastructures sociales et de loisirs, ainsi que les installations administratives, industrielles, artisanales et commerciales, on gagne en grande partie le pari écologique qui consiste à limiter les déplacements motorisés, tout en garantissant une bonne qualité de vie. Ce type de concertation ne développe pas seulement une interaction fructueuse entre état et communes, elle crée également des coopérations efficaces entre les différents ministères concernés (Logement, Economie, Interieur et Grande Région, Développement durable) propices à de futures collaborations sur d’autres dossiers. Myriam Bentz constate une meilleure compréhension mutuelle sur la base d’un langage commun. «Par exemple, le système de gestion de places de stationnement, tel que proposé par le projet de Plan Directeur Transport émanant de l’Etat, a pu être amélioré grâce aux remarques des communes qui ont une connaissance fine des réalités du terrain. Le seul bémol de ce type d’organisation est que la concertation implique un processus plus long. C’est pourquoi nous tenons tant à ce que les communes se dotent de leur propre structure décisionnaire après la phase de lancement, pour accélérer les mises en œuvre.»

Bilan et perspectives La plus grande réussite du projet DICI est justement ce nouveau système de gouvernance qui permet d’aborder les projets de façon concertée et d’emporter l’adhésion des parties prenantes. Au-delà de ce constat général, chacun des groupes de travail (Projets Pilotes) avance et obtient des résultats: Coordination des zones d’activité, sous la direction de la Ville de Luxembourg: mise en place d’un syndicat intercommunal pour la gestion de la nouvelle zone d’activité économique régionale «Luxembourg/Strassen». Logement, sous la direction d’Hesperange: projet de charte regroupant de manière synthétique les critères de qualité permettant aux communes de mieux apprécier les projets qui leur sont soumis, et de faciliter les discussions avec les demandeurs de permis de construire. Réseau de bus, sous la direction de Strassen: un bureau d’études a été retenu pour préciser les 5 lignes de bus desservant la zone: tracé, position des arrêts, mise en place de priorités pour le bus, fréquences, correspondances… Stationnement, sous la direction de Leudelange: mise en place progressive de la gestion harmonisée du stationnement. Rédaction d’un guide de mise en œuvre du système de gestion de stationnement. Mobilité douce sous la direction de Bertrange: mise en place de la piste cyclable dici4you, boucle de 38 km (dont 28km sans voitures) reliant les communes de la zone. La prochaine étape va maintenant consister à impliquer davantage la population grâce à une information plus régulière. Une première lettre d’information a été diffusée dans les boîtes aux lettres et par l’intermédiaire des mairies en janvier 2013. Une seconde a été éditée en décembre. «Nous avons attendu d’avoir des choses concrètes à annoncer avant de nous adresser au public, explique Myriam Bentz. Ce dispositif va désormais être complété par une personne de contact unique, qui pourra coordonner les différents groupes de travail, faire passer l’information d’un groupe à l’autre, informer la population, mais aussi recueillir les remarques et suggestions et répondre aux éventuelles questions. Pour contacter cette personne, il suffit d’utiliser la page contact du site www.dici.lu»


finances

44

Les nouvelles habitudes bancaires Sylvie fasbinden

Avant que n’exis tent les banques physiques, telles que nous les connaissons aujourd’hui, des lettres de change couvraient les transactions commerciales et permettaient de transporter de l’argent virtuel en toute sécurité. La virtualité n’est donc pas un phénomène récent. Sommes-nous en train d’y revenir?

Outre les lettres de change qui étaient utilisées pour des transactions importantes et le commerce entre différents pays, les transactions qui nécessitaient de l’argent physique se faisaient sur les tables des changeurs ou des commerçants, souvent dans des arrière-boutiques qui n’avaient rien de prestigieux. De nos jours, les innombrables banques qui existent de par le monde rivalisent entre elles avec des immeubles de luxe, de plus en plus imposants, et parfois même extravagants, pour se démarquer.

Les murs des banques sont sensés sécuriser les fonds dont elles ont la gestion. Le stockage de l’or et les coffres que la clientèle loue nécessitent de la place. Des halls d’entrée spacieux, sertis de marbre et décorés d’objets d’art divers, ont pour mission d’attirer la confiance des clients, et cela fonctionne plutôt bien. Tout ce décor a évidemment un coût, et même un coût important; pour la construction, l’ameublement et l’entretien; et il faut payer les nombreux employés qui peuplent les lieux. Le prix de l’immobilier est cher au Luxembourg et ailleurs aussi; et bien que les banques aient des moyens, elles doivent gérer leurs dépenses. Il s’ensuit tout naturellement que beaucoup de services offerts sont, peu à peu, centralisés ce qui entraîne une réduction du nombre d’agences et de succursales. Les clients sont obligés de se déplacer plus loin pour visiter leur banque et cela peut être gênant pour beaucoup de personnes, faute de moyens de transport ou de mobilité – on pense notamment aux personnes âgées. Cela peut gêner aussi à cause du temps que requiert le déplacement, attendre son tour au guichet et puis seulement réaliser l’opération que l’on voudrait faire. Les nouvelles technologies ont considérablement développé les moyens de communication et certaines transactions peuvent être exécutées, sans problème, à distance par le client lui-même.

«Et si les banques perdaient des clients, faute de les connaître?»

C’est sûrement une bonne pratique pour ceux qui ont l’habitude d’utiliser un ordinateur et qui disposent de connexions sécurisées opérationnelles. Mais, pour les autres, c’est un vrai casse-tête. Et appeler quelqu’un pour de l’aide peut presque devenir un parcours du combattant, voix robotiques en boucle au téléphone et interminable musique d’attente aidant. Une autre problématique à ne pas négliger concerne les employés des banques, dont le nombre est réduit d’année en année, bien que les bénéfices augmentent. Ces bénéfices sont générés par la centralisation des services financiers et la baisse du coût salarial, les clients effectuant de nombreuses manipulations eux-mêmes. L’utilisation virtuelle des services bancaires a pour conséquence un changement dans les relations entre les banques et leurs clients. La relation est purement fondée sur des chiffres, des mots de passe et des montants sur les comptes, les virements, les placements. Ces nouvelles habitudes bancaires sont certes un gain de temps pour certaines interventions sur les marchés financiers et une économie pour l’institut bancaire, mais elles ont un effet néfaste sur la communication verbale et visuelle. Le contact personnel se perd, et c’est pourtant celui-là qui fidélise une clientèle. Reste à voir si, dans le long terme, ces relations affaiblies auront des conséquences négatives pour les banques dues à l’absence de convivialité et de qualité d’accueil.


business

46

Mettre le web au service de l’entreprise A condition d’être bien maîtrisé, le web permet de soutenir le développement d’une entreprise. En retirer des résultats exige toutefois de s’appuyer sur une bonne stratégie, d’investir à bon escient dans un site, mais aussi dans les nombreux outils qui gravitent autour de lui. Michaël Peiffer

On use du web en permanence, pour un tas de bonnes et de moins bonnes raisons. On y a recours pour s’informer, communiquer, se divertir ou pour effectuer quelques achats. Et pour faire du business? Evidemment. Bien appréhendé, le web est même devenu l’un des principaux leviers de développement des entreprises. «Une entreprise, aujourd’hui, ne peut pas se permettre de négliger sa présence sur le web», commente Aurélien Luiselli, responsable marketing au sein de l’agence de communication VOUS. «Les gens sont de plus en plus connectés. Ils passent de leur ordinateur à leur smartphone pour, enfin, se retrouver avec leur tablette dans leur salon. Si une entreprise veut toucher sa cible, elle doit désormais optimiser sa présence sur internet, sortir des moyens classiques de communication et de publicité pour aller à la rencontre du public qui surfe de plus en plus.»


47

{ Un site, ça vit } Un site web, ça doit vivre. Beaucoup d’entreprises se contentent encore aujourd’hui de créer un site web, de le mettre en ligne et de l’oublier. C’est une erreur à ne plus commettre si l’on souhaite que sa présence web soit porteuse pour le développement de son business. Un site web doit vivre, inviter les visiteurs à interagir avec l’entreprise, grâce, par exemple, à des liens appelant à l’action. Il doit régulièrement être mis à jour, pour inviter les visiteurs à venir y jeter un œil régulièrement. Sans quoi, les statistiques liées au trafic finiront inévitablement par se tasser. Comme une boutique de mode s’agence de manière différente tout au long de l’année, se renouvelle régulièrement, un site web doit bouger. Apportez-y régulièrement un contenu neuf, développez-y des actions de promotions, des concours… Suscitez l’intérêt et l’envie. Vous avez tout à y gagner.

faiblesses et ses forces, tout comme son histoire, doivent être analysés en profondeur, afin de pouvoir élaborer une stratégie efficace et durable, avec de réelles perspectives de retour sur un investissement», précise Aurélien Luiselli. A la base, il y a évidemment le site web. «Un bon site web, c’est celui qui est attractif pour la cible que l’on souhaite toucher. Il doit être beau, clair, bien agencé et doit être orienté utilisateur, autrement dit proposer un contenu qui répond à ses attentes. Le trafic d’un site web, aujourd’hui, dépend largement des moteurs de recherche. Par son contenu, par sa structure, il doit permettre d’être bien référencé naturellement», explique Vinciane Born. «De plus, au regard du développement du web mobile, notamment au Luxembourg, il est indispensable qu’un site soit mobile friendly, autrement dit consultable depuis n’importe quel écran, PC, smartphone ou tablette.» Se rendre visible implique de mettre en place une plateforme web efficace, mais aussi de la communication autour de ce site internet. «Imaginez une boutique physique qui ouvre à Luxembourg-Ville, loin d’une rue commerçante, sans enseigne, sans vitrine, sans publicité… En dehors du bouche-à-oreille qu’elle pourrait progressivement générer, pourquoi et comment les prospects viendraient-ils dans cette boutique? Avec un site web, c’est la même chose. L’une des grosses erreurs est de mettre tout son budget dans la création du site web. Nous considérons que

Le web s’est immiscé dans tous les recoins de notre quotidien, au point de modifier de manière notable notre manière de consommer et de communiquer. Avant d’acheter un produit ou de recourir à un service, on s’informe désormais sur le web, on compare les prix, on consulte « la problématique du client, son marché, les avis des consommateurs où qu’ils soient. «Internet ne connaît ses cibles, ses faiblesses et ses forces, pas de frontière. Pour l’entreprise, cela constitue une belle opportunité. Il permet d’atteindre d’autres marchés, d’étendre sa zone de tout comme son histoire, doivent être chalandise. Toutefois, la concurrence y est aussi plus importante. Il faut donc mieux réfléchir le business que l’on va développer via analysés en profondeur, afin de pouvoir le web, mieux cibler son public pour mieux répondre à ses attentes, veiller à son e-réputation», explique Vinciane Born, senior account élaborer une stratégie efficace et durable, manager chez Knewledge, société dont le métier est d’amener un avec de réelles perspectives de retour trafic qualifié vers les sites web d’entreprises. Développer une présence efficiente sur le web implique bien plus que la mise en place d’un beau site, même si celui-ci est capital. «En amont de chaque projet, la problématique du client, son marché, ses cibles, ses

sur un investissement»


business

48

› EN BREF 17/01/2014
 Lire et comprendre le bilan et compte de profits et pertes Objectifs: Préparer les dirigeants d’entreprises • savoir lire, comprendre et analyser un bilan et compte de profits et pertes, • et, dès lors, à mieux comprendre les mécanismes de la comptabilité d’une entreprise ce qui leur sera utile pour mieux dialoguer avec leur comptable et leur banquier. Intervenant: M. Vincent Hieff, attaché direction services aux PME, conseiller espace entreprises Public: Femmes cheffes d’entreprise, entrepreneurs langue véhiculaire: français Pour les membres, le tarif est de 50 €. Le montant de 50 € obligatoirement via le site de la FFCEL. Pour les non-membres, le tarif est de 75 €. Le montant de 75 € IBAN: LU18 0030 4480 5546 0000 - précisez vos nom, prénom, société et intitulé de la formation. Au plus tard pour le 14 janvier Centre de Formation de la Chambre de Commerce
 7, rue Alcide de Gasperi
Luxembourg-Kirchberg de 9 h à 13 h

17/01/2014
 Un arrêt très important de la Cour de justice de l’Union européenne en faveur des couples pacsés Le 12 décembre, la Cour de justice de l'Union européenne juge discriminatoire une convention collective qui n'octroie des avantages qu'aux seuls salariés mariés, et cela au détriment des salariés pacsés. Le litige opposait Frédéric Hay, un salarié pacsé avec un partenaire de même sexe, et son employeur, le Crédit Agricole Mutuel de Charente-Maritime des Deux-Sèvres. Pour Maître Lamamra, avocat à Luxembourg, spécialiste de droit européen et avocat du salarié, la décision, tout à fait conforme au droit de l’UE, ne doit pas entretenir l'équivoque selon laquelle l'introduction du mariage pour tous permet d'éviter ce type de discrimination. En effet, on ne peut pas forcer un couple pacsé à se marier, afin de pouvoir bénéficier des avantages prévus par le droit du travail, de la sécurité sociale ou du régime des pensions. Cet arrêt est très important et constitue une avancée significative dans la voie de l'égalité de traitement, puisqu'il s'imposera à tous les pays de l’UE.

la moitié, au moins, du budget de lancement d’un site web doit être consacrée à sa communication», explique Aurélien Luiselli. Communiquer autour d’un site web, c’est mobiliser les outils aussi divers que variés, et notamment miser sur le référencement naturel et payant. «L’enjeu est avant tout de se rendre visible aux yeux de l’internaute qui effectue une recherche en lien avec le produit ou le service que l’entreprise propose», explique Vinciane Born. «L’objectif est, à partir de mots-clés déterminés, de bien positionner son site internet parmi les millions d’autres sites et pages que l’on peut trouver. En la matière, il faut aussi penser stratégie, cibler ses marchés, ses utilisateurs en fonction d’objectifs bien déterminés.»

«L’une des grosses erreurs est de mettre tout son budget dans la création du site web. Nous considérons que la moitié, au moins, du budget de lancement d’un site web doit être consacrée à sa communication» Mais les leviers de développement d’une présence web sont nombreux. On citera, entre autres, la publicité en ligne, les banners web, un usage optimal des réseaux sociaux, réels outils de fidélisation et d’échange avec les cibles de l’entreprise, les blogs, l’e-mailing… Chaque outil, et il est difficile d’en faire une liste exhaustive, permet de toucher, séduire, fidéliser sa cible, en somme d’attirer du trafic et, derrière, de générer du business. Investir dans le web en vaut-il toujours la peine? Il est vrai que l’entrepreneur, face aux enjeux, peut vite se retrouver perdu, et ne pas toujours percevoir la juste valeur de l’investissement. Toutefois, si sa présence sur le web est durable, et si elle s’appuie sur une bonne stratégie, elle sera payante. «L’investissement doit être cohérent et proportionnel aux objectifs de communication et aux objectifs marketing. Avec une stratégie bien définie, ça vaut toujours le coup», répond Aurélien Luiselli. L’autre avantage du web, c’est que tout peut être tracé. Le retour sur investissement, aujourd’hui, peut se mesurer de plusieurs manières. «Sur une campagne de référencement payant, par exemple, nous allons travailler à la performance, avec l’objectif d’obtenir le maximum de conversion, autrement dit de traduire le clic de l’internaute sur le moteur de recherche en acte d’achat ou en mise en relation directe avec l’entreprise. A l’heure actuelle, tout cela se mesure, s’analyse et permet d’adapter la stratégie et les budgets en permanence pour toujours plus de performance», ajoute Vinciane Born.


vos droits

50

LE CONTRAT DE BAIL D’HABITATION Me Carmen RIMONDINI & Me Frédéric FRABETTI

Un contrat de bail existe quand une personne, le bailleur, s’engage à mettre à disposition d’une autre personne, le locataire, un logement, qui pourra être meublé ou non. En contrepartie, une certaine somme d’argent, le loyer, devra être payée de manière régulière par la partie qui a l’usage de ce logement. Pour qu’un contrat de bail puisse exister, l’accord des deux parties est nécessaire. Le contrat pourra être rédigé par écrit ou passé oralement alors que, juridiquement, aucune forme particulière n’est imposée par la loi. Il est toujours loisible pour les deux parties, de conclure un contrat de bail par écrit alors qu’en l’absence d’un document formel, il sera difficile, en cas de litige, de prouver la durée, le montant des charges par rapport au loyer, l’état des lieux et la date d’échéance… En vue d’assurer une sécurité juridique au bailleur et au locataire, il est recommandé de rédiger un contrat écrit. Dans le contrat de bail, l’élément primordial est la description de l’objet, du bien, qui est donné en location. En effet, une description détaillée de l’immeuble ou de l’appartement doit indiquer, par exemple, outre le bien principal, l’existence d’un garage ou une cave, qui sont annexés au logement afin d’éviter d’éventuels litiges quant à leur jouissance. En cas de logement meublé, un inventaire des meubles doit être annexé au contrat de bail et être rédigé d’une façon très précise. L’autre élément important réside dans le montant correspondant au loyer que le locataire devra payer au bailleur afin de pouvoir jouir du logement, ainsi que le montant correspondant aux charges. De même, la date prévue pour le versement du loyer doit être indiquée afin que le locataire puisse exécuter son obligation en temps utile. Mais le non-paiement du loyer à l’échéance par le locataire peut constituer un motif de résiliation du contrat du bail par le bailleur. Quant à la durée du contrat, les parties peuvent décider ensemble de la durée du contrat de bail et il pourra donc être conclu pour une durée indéterminée. Il est aussi possible de conclure un contrat pour une durée fixe. En l’absence de clause réglant la durée du contrat de bail, ce dernier est réputé à durée indéterminée.

Il est également important d’indiquer de la façon la plus exhaustive possible les obligations incombant au bailleur et les obligations incombant au locataire.

Il est d’usage qu’à la conclusion du contrat de bail, le bailleur exigera que le locataire verse une garantie locative (ou caution) qui en principe, est une «garantie à première demande» qui ne pourra pas être refusée par le bailleur. Cette garantie locative pourra être versée auprès de l’établissement de crédit auprès duquel le locataire a son compte bancaire. Elle sera bloquée sur le compte bancaire du locataire. Le locataire pourra aussi procéder à la constitution de la garantie par un versement en espèce correspondant à la garantie entre les mains du bailleur qui doit remettre au locataire une quittance afin de disposer de la preuve de ce versement. Le montant de la garantie ne pourra pas dépasser les trois mois de loyer, en conformité avec l’article 5 alinéas 1 et 2 de la loi du 21 septembre 2006. Le but de cette garantie est celui de garantir le paiement du loyer sinon d’éventuelles dégradations du logement par le locataire. Le locataire n’est pas dispensé de payer les loyers en invoquant la garantie bancaire dans le cas où le contrat de bail serait dénoncé par ce dernier ou résilié par le bailleur. L’obligation de s’acquitter du paiement des loyers existe jusqu’à la fin du contrat du bail. L’existence d’une garantie bancaire devra bien évidemment résulter du contrat de bail d’une façon détaillée. Si une telle clause existe, le locataire doit s’y conformer. A défaut d’exécution par le locataire, le bailleur pourrait résilier le contrat de bail. Le contrat de bail doit encore prévoir l’obligation pour le locataire d’assurer le bien loué et à défaut de production d’une attestation, le bailleur sera en mesure de résilier le contrat. Il est donc conseillé de rédiger rigoureusement un contrat de bail d’habitation permettant ainsi aux parties de connaître précisément leurs droits et leurs obligations. En effet, il est préférable de fixer précisément la répartition et le calcul des charges locatives ou bien encore de prendre note de l’état des lieux de l’objet loué ce qui permet d’éviter certains litiges. Textes légaux d’application en la matière: Le Code civil les articles 1713 à 1762-2 ainsi que la loi du 21 septembre 2006 sur le bail d’habitation.


ENQUÊTE

52

le don au luxembourg utile, nécessaire, indispensable? Le don est l'action de donner. C’est un acte irrévocable, intemporel et sans contrepartie apparente. Il y de nombreux types de dons: argent, sang, organes, sperme, ou tout simplement le don de soi. Sylvie fasbinden

L’argent

Le don d’argent est certainement le plus répandu et aussi le plus facile à pratiquer. Venir en aide à des organismes à vocation humanitaire, que ce soit dans le pays ou dans des contrées éloignées, donne un sentiment de satisfaction à celui qui donne. Des mauvaises langues pourraient dire que c’est pour calmer sa mauvaise conscience ou encore pour permettre eux entreprises de bénéficier de déductions fiscales, néanmoins faut-il admettre le désir sincère de beaucoup de personnes de venir en aide à autrui. Et il est vrai qu’une petite somme ici peut faire une grande différence du côté receveur, tant est-il que l’argent y arrive bien sûr. Il s’agit donc de bien choisir l’œuvre à laquelle on donne pour s’assurer que le don soit utilisé à bon escient. Les causes sont nombreuses et le nombre d’associations caritatives est élevé, aussi bien pour des êtres humains que pour des animaux qu’il ne faut pas oublier. Les particuliers ou les sociétés qui ont la capacité de donner des sommes plus importantes se tournent souvent vers de grands organismes ou fondations auxquels ils confient des avoirs ou des biens. Cependant, il faut bien noter qu’il n’y a pas de don négligeable; chacun donne ce qu’il peut. Chacun aussi choisit sa cause; une aide directe, une aide à long terme, une


53

aide à la recherche médicale ou technologique; recherches qui ne pourraient pas être menées sans les apports pécuniaires issus de dons.

{ Pourquoi donner? } Toutes les formes de don sont basées sur la liberté, la liberté de donner et la liberté de choisir à qui bénéficiera le don. A chacun de

Le sang Le don du sang est un don bien précieux. Le sang ne peut être reproduit en laboratoire, il est d’une composition unique et se renouvelle dans le corps du donneur ce qui lui permet d’être actif de manière régulière. Question au Dr Paul Courrier, directeur du Centre de transfusion sanguine à la Croix Rouge luxembourgeoise Pourquoi le don du sang est-il si important au Luxembourg? Les malades, les opérés et les blessés peuvent, chaque année, compter sur 10 000 donneurs volontaires, bénévoles et en bonne santé pour l’obtention des 26 000 dons de sang total, de plaquettes ou de plasma nécessaires à l’autosuffisance transfusionnelle nationale. Cette discipline, très encadrée tant du point de vue légal que de la qualité, concourt à améliorer et sauver de nombreuses vies. www.croix-rouge.lu /tél.: 45 05 05 1

Les organes On n’aime pas y penser, sujet désagréable et pourtant, quel don! Quoi de plus beau et de plus altruiste que de se dire qu’on peut encore être utile même après son trépas? Parfois, il ne faut même pas attendre jusque-là, nombreux sont ceux qui donnent un rein ou un peu de leur moelle osseuse à un de leurs proches. De la cornée au cœur, notre corps est une machine formidable et c’est presque regrettable de le laisser partir sans récupérer ce qui pourrait encore servir. Il est cependant important d’avoir des lois spécifiques sur lesquelles les professionnels de la santé peuvent s’appuyer pour que cela se fasse de manière appropriée et digne, et avec tout le respect que cela mérite. Trop souvent on entend de sordides histoires de vols d’organes ou de transplantations illégales vu la longue liste d’attente de receveurs potentiels. Au Luxembourg, plus de 60 % de personnes se disent prêtes au don d’organes. Il n’y a, toutefois, qu’un nombre très limité qui dispose d’une carte de donneur. Mieux vaut donc se munir de celle-ci pour clarifier ses intentions et pour faciliter la tâche à sa famille, le moment venu. La carte de donneur est nommée, à juste titre, passeport pour la vie (plus d’infos sur www.sante.public.lu).

Le sperme (et les ovocytes) Le don de sperme, courant dans de nombreux pays, n’est pas pratiqué au Luxembourg. Ni d’ailleurs celui des ovocytes, sujet presque tabou. Le

choisir ce qui lui convient.

sperme utilisé au Luxembourg pour la procréation médicale assistée vient surtout du Danemark. Certaines personnes réclament une banque de sperme au pays, mais cela ne sera pas pour tout de suite même si le Comité national d’éthique en discute et semble favorable. Difficilement réalisable parmi une population restreinte et faute encore de moyens permettant la mise en place de la logistique requise (divers examens médicaux approfondis, dépistages de maladies génétiques, laboratoires spécifiques, banque de stockage, donneurs, etc.); il faut également prendre en compte le volet législatif absent en la matière et qui est un prérequis garantissant la transparence, la sécurité et l’anonymat des transactions. Le Luxembourg est encore dépendant des pays voisins, ce qui n’empêche pas les donneurs éventuels de se tourner vers ces pays. Le Centre Hospitalier de Luxembourg donne tous les renseignements nécessaires sur leurs possibilités en matière de procréation médicalement assistée (PMA).

Le bénévolat Le bénévolat, le don de soi, est un don important dans le fonctionnement de notre société. Beaucoup de choses avancent grâce aux bénévoles. C’est un don qui n’est pas évident, la plupart d’entre nous sommes confrontés à la réalité des factures de fin de mois et aussi à l’organisation de notre vie quotidienne avec la famille. Pas toujours facile de se libérer, même si on le voudrait. Le don de soi exige de la disponibilité, de l’ouverture d’esprit et de l’initiative. Il est toutefois gratifiant, on ne peut nier la bonne sensation d’avoir participé et collaboré de manière efficace à une œuvre commune (www.benevolat.public.lu).

Le don de confiance Une petite note de fin sur le don de confiance: c’est celui qu’on fait à l’être aimé, à sa famille, aux amis, c’est un don indispensable aux relations de qualité. C’est aussi celui qu’on donne à son médecin, notaire, avocat ou banquier. C’est le don à ne pas trahir. C’est celui qui nous relie aux autres et dont le receveur doit préserver l’essence.


vivre autrement

54

Du marché au drive, quelles courses pour qui? Lisa Beys

Garder un œil sur son porte-monnaie pour dépenser moins, ne plus se faire tenter par le superflu en arpentant les rayons des supermarchés, commander sur internet, mais sans payer de frais de livraison... Les clés du succès du drive? Les différents types de drive

Le concept du drive

En permettant d'acheter en ligne et de récupérer ses courses presque sans sortir de voiture, les drives ont connu un succès fulgurant. Le concept est presque toujours le même, avec des différences cependant dans la préparation de la commande. Il existe en effet trois types de drives. D'abord, l'entrepôt accolé à un magasin existant, où les marchandises sont stockées et où les caddies sont remplis par des préparateurs de commandes. Deuxième formule, l'entrepôt implanté seul. Dernier modèle, le «picking», selon lequel des employés du magasin remplissent les chariots en prenant les produits directement dans les rayons, et dans lequel le service drive se limite à un accueil spécifique des voitures sur le parking.

Le client qui souhaite commander sur internet doit donc créer un compte sur le site dédié au drive de l'enseigne choisie. On lui demande de remplir quelques informations personnelles. Il accède ensuite au «supermarché virtuel», c'est-à-dire au catalogue des produits disponibles. Le client prend connaissance de plusieurs informations concernant le produit, notamment son prix, sa disponibilité au moment de la commande, et diverses promotions et réductions applicables. Une fois sa liste de courses virtuelles créée, on accède au détail de sa commande. On peut ensuite retirer ou ajouter certains articles, puis procéder au paiement sécurisé directement avec sa carte bancaire. Enfin, on est informé de l'heure à laquelle on pourra récupérer sa commande.


55 vivre autrement

Les avantages du drive: gain de temps... L'un des premiers avantages auxquels on peut penser, et qui est systématiquement mis en avant dans la promotion de ces structures, c'est le gain de temps. En effet, quelques clics sur internet sont beaucoup plus rapides que le fait d’arpenter les rayons avec un chariot plein, tout en slalomant dans la foule... Les interfaces de commande sont conçues pour être faciles d'accès, en répertoriant les produits selon des catégories facilement identifiables, en permettant une recherche par mot-clé, par type de produit, par marque. Avec le drive, le déplacement en voiture est certes nécessaire pour aller chercher ses courses, mais cela s'effectue à l'écart du parking «général» du grand magasin ou de l'hypermarché. La commande étant déjà prête à notre arrivée, il suffit simplement de réceptionner ses courses, qui sont déposées directement dans notre coffre. L'opération ne prend pas plus de quelques minutes. Remplacer les courses rituelles du samedi matin par un moment en famille, c'est aussi s'éviter du stress et de la fatigue. Premier avantage, donc, un gain de temps considérable!

… et économies!

commandé, il y a des oublis, ce n'est pas la bonne marque, etc.). De plus, en ce qui concerne la commande des fruits et des légumes, certains clients peuvent avoir l'impression que les produits ne sont pas de la meilleure qualité, car ce ne sont pas eux qui les choisissent directement, mais les employés. De plus, faire ses courses au drive de type «entrepôt» et non «picking» dans le magasin peut avoir comme effet de limiter les offres de produits. En moyenne, un hypermarché offre 50 000 références, contre 7 500 pour un drive. On peut se retrouver avec un choix plus restreint.

Un enjeu stratégique pour la grande distribution Le secteur de la grande distribution se retrouve ainsi face à une innovation qui suit un développement effréné. En France, par exemple, le bilan 2012 est sans équivoque: le nombre de clients a été multiplié par deux, avec un chiffre d'affaires en hausse de 130 %, et près de trois ouvertures par jour. La barre des 2000 points de livraison vient d'être franchie, et plus de cinq millions de familles s'y rendent à raison de deux ou trois fois par mois. Les grandes enseignes se livrent sur le terrain à une concurrence féroce. En moins de deux ans, 50 % des hypermarchés ont été équipés d'un drive. Juridiquement, le drive est considéré comme un entrepôt, et non comme un magasin, et n'a donc pas besoin des autorisations administratives longues et coûteuses nécessaires à la création de supermarchés, ce qui explique cette expansion considérable.

«Choisir le drive permet d'éviter les mauvaises surprises en caisse»

Par ailleurs, les conséquences sur le budget sont considérables. En premier lieu, c'est la gratuité du système qu'il faut relever. Choisir le drive n'est pas imputé d'une augmentation sur le tarif final. C'est un système qui ne coûte pas plus cher que faire des courses en grande surface, à l'inverse de la livraison à domicile. De plus, le fait de commander sur internet permet de contrôler ses dépenses au fur et à mesure, et de pouvoir ôter des articles de son caddie virtuel à tout moment. De cette manière, on évite les mauvaises surprises lors du passage en caisse. Autre avantage, on est moins soumis aux achats «compulsifs». En effet, sur internet, on est moins attiré par les couleurs et formes chatoyantes des emballages, par les produits en tête de gondole et mis en évidence. Il en est de même pour les odeurs alléchantes des plats cuisinés préparés en magasin. Commander sur internet permet aussi de comparer les prix, et de choisir en fonction du drive le plus avantageux. Le drive apparaît donc comme un avantage en matière de budget. C'est aussi un élément qui facilite l'organisation. Pour les familles nombreuses, pas exemple, il permet d'éviter la galère des courses et de se simplifier la vie.

Quels inconvénients? Cependant, il existe encore des réticences en ce qui concerne les drives. On peut citer dans un premier temps la méfiance des consommateurs face aux erreurs dans la préparation de la commande (on ne retrouve pas le produit

Des modes de consommation diversifiée A l'heure actuelle, d'après certaines études, le drive semble plébiscité par les familles nombreuses et, de manière générale, par les moins de 50 ans. Les courses effectuées en complément du drive sont souvent réalisées chez les commerçants de quartier (boulanger, charcutier, primeur). On assiste ainsi une diversification des modes de consommation, qui consistent à rechercher le meilleur rapport qualité/prix. Ainsi, il est possible d'adapter au drive des modes de consommation équitables, responsables et locaux.


psycho

56

Dérangeantes

d i f f ér en ce s Magali Eylenbosch

J’ai revu, récemment, Pour le pire et pour le meilleur avec Jack Nickolson. Même si le rôle est un peu caricatural, ça m’a fait penser que le carcan des préjugés à la dent dure et les différences en font encore frémir plus d’une.

Notre appartenance à un groupe nous confère une identité Une pointe d’orgueil avec des règles, des idées, une culture, une façon de fonc- La gourmandise, la colère, la luxure… soit, personne n’est parfait! tionner et une fâcheuse tendance à juger, voire à exclure Mais l’orgueil, franchement? Eh bien oui, il faut être un brin l’autre en général, comme s’il était porteur d’un méchant orgueilleuse pour être persuadée que l’autre puisse ne pas être, ou pire, ne pas avoir virus susceptible de nous anéantir. On accepte, sans broncher, envie d’être une parfaite copie de notre délicieuse petite personne. Peu importe que dans une tribu, lointaine, très lointaine, les règles de sa différence: plus blanc, plus noir, plus ou moins croyant, trop intello, bienséance soient un chouia éloignées des nôtres ou que les pas assez manuel, plus riche ou plus pauvre, prescripteur de tendances habitudes vestimentaires ne soient pas le reflet de la pensée ou ringard, beau comme un dieu ou moins gâté par mère Nature, il nous de Karl. On ne va pas se taper 20 heures d’avion, 8 heures de agace. Et ne croyez pas que notre intolérance n’est réservée qu’à des personnes pirogue et 3 heures de marche dans la jungle pour apprendre totalement à l’ouest. Un détail, si infime soit-il, fait parfois la différence. Une petite à une tribu amazonienne la place de la fourchette pendant un chose peut prendre d’inquiétantes proportions lorsqu’elle devient un critère de dîner de gala ou l’importance du bouton sur un tailleur Chanel. En revanche, que la voisine, notre collègue J’accepte… Ou pas! ou simplement notre cousine ne rentre pas dans le moule, ça nous donne de l’urticaire. Le poids de notre Les petites phrases baromètres de nos préjugés: milieu social influence nettement nos réactions face à Paul et Patrick se sont mariés. Il ne manque plus que l’un la différence. Dans un environnement artistique, on des deux vienne bosser en escarpins. ne se retournera pas sur une nana coiffée, maquillée et habillée comme un poisson exotique. Autour d’une Cette grenouille de bénitier croit sans doute que l’un de table pour discuter affaires, on a plutôt intérêt à enfiler nous s’est marié en robe qui tourne! un costume trois-pièces pour rassurer l’assemblée qui, Karl a dit que la taille de référence était le 36. Je refuse au contact d’une dreadlocks, risquerait de déclencher d’avoir affaire à une vendeuse obèse qui porte du 40. le plan d’évacuation.

{

}

Il vit avec une Inuit? Je ne vais pas servir du renne au dîner pour lui faire plaisir.


57 psycho

sélection. Après plusieurs années d’évolution, l’être humain n’a toujours pas résolu l’un des problèmes majeurs qui le pousse à détester ses congénères: il ne supporte pas la différence. Elodie raconte: «Je suis issue d’un milieu assez bourgeois où les choses se font parfois, mais ne se disent jamais. Mon mari a été élevé par une maman célibataire, féministe, et totalement "peace and love". Le choc des cultures a été rude lorsque belle-maman a expliqué à mes respectables géniteurs que le papa de mon amoureux était un beau Hollandais, rencontré lors d’un festival de rock et avec qui elle avait vécu un week-end merveilleux. Je me demande, dans le fond, si c’est le festival de rock ou le fait qu’il soit Hollandais qui les a le plus déstabilisés.» Dans le même genre, Sophie, de mère et de père catholique et David, un charmant garçon d’origine juive, ont vécu une année d’enfer avant de s’envoler pour l’étranger. «Nous nous aimions depuis trois ans lorsque nous avons décidé d’officialiser notre relation. Après douze longs mois de palabres avec nos parents respectifs concernant l’organisation de notre mariage, nous avons fini par poser notre candidature à l’étranger et nous nous sommes mariés au Texas, avec nos voisins pour témoins. Depuis, nos familles ne nous parlent quasi plus, un océan nous a séparés au propre comme au figuré.» Qui est le pire, qui est le meilleur? La question reste sans réponse et chacun campe sur ses positions.

Un pas vers l’autre Soyons positifs, même s’il nous arrive à toutes de réagir en véritables fachos, on n’est pas totalement irrécupérables. On peut faire quelques efforts. Au fil du temps, on finit parfois même par accepter que Karl ne soit pas forcé-

ment le saint patron de l’univers, et qu’on s’en fiche que notre nouvelle collègue, qui nous a gentiment invitée à venir passer la soirée, histoire de faire connaissance, ne sache pas quand et où placer un couvert à dessert. Ne me dites pas que vous seriez capable de balancer à la tête d’une copine: «Dis-moi ma chérie, c’est mignon tout plein ton ensemble vert fluo, on dirait Dipsy des Télétubbies. Tu sais que sur les podiums, on a préféré le vert émeraude cette saison?» ou «Ta table est magnifique ma belle et, en plus, tu y as glissé un jeu des 7 erreurs. Tu as peur qu’on s’ennuie?» Si? Alors vous êtes définitivement passée du côté obscur de la force. Accepter l’autre, sans ouvrir des yeux de carpe, n’induit pas d’adopter son mode de fonctionnement, sa sexualité, sa couleur ou ses codes. C’est même un exercice assez enrichissant de banaliser la différence. Je repense à un petit garçon que j’ai vu il y a quelques années. Il souffrait d’une maladie orpheline qui avait transformé son visage et abîmé sa peau. Ma fille le regardait et il lui a simplement dit. «Tu veux que je t’explique ce que j’ai et tu veux toucher?» Ma fille a acquiescé, et ils se sont mis à discuter très naturellement. Faut-il redevenir un enfant pour n’avoir peur de rien?


BEAUTÉ

58

Chignons & coiffures de mariée: les tendances 2014! Emma braggio

Fiancé, alliance, robe, vous avez tout. Mais reste un détail essentiel et non des moindres, la coiffure. Au moins aussi important que la robe, votre coiffure de mariée sera la valeur ajoutée de votre look le grand jour. C’est à elle que reviendra le rôle de finir votre style et de sublimer votre tenue. En 2014, comment faire le bon choix pour être la plus belle, et quelles sont les grandes tendances?


{TO do}

Conseils d’amie pour un résultat éblouissant!

Nombreux sont les critères à prendre en compte pour faire le bon choix. Et n’hésitez pas à passer du temps avec votre coiffeur, photos de looks et idées à l’appui, sans oublier de mentionner l'allure de votre robe, pour trouver votre style. Demandez aussi de l’aide à votre meilleure copine, qui, vous connaissant par cœur, sera de bon conseil. Evidemment, le premier critère sera de choisir une coiffure adaptée à votre morphologie, et à votre style, pour que vous ne vous sentiez pas déguisée! Tenez compte également du style de votre robe, et même du mariage. Un chignon hitchcockien pour un mariage champêtre, ça risque de ne pas matcher! N’hésitez pas à jouer sur les contrastes. Une coiffure sage adoucira une robe sexy ou très glamour, tandis qu’un chignon ultra structuré donnera la touche élégante à une robe simple. Idem pour les accessoires. Ensuite, il faut aussi prendre en compte votre ty pe de cheveu. Les cheveux fins se laissent difficilement emprisonner dans des coiffures structurées. De même, ne rêvez pas d’un chignon volumineux, quand vous avez un petit carré court! Inspirez-vous des tendances! Les défilés, les tapis rouges, sans parler des lookbooks des créateurs de robes de mariée vous apporteront l’inspiration si vous manquez d’idées. Rétro, rock ou bohème, nul doute que vous trouviez la coiffure de vos rêves. Le bon plan: Pinterest est une mine d’or pour trouver la coiffure parfaite: www.pinterest.com/occasionmariage/ coiffure-de-mariee Avant le jour J, prévoyez un essayage complet: tenue, coiffure, maquillage et accessoires, afin de vérifier que l’ensemble soit harmonieux. Un léger décalage sera permis. L’essentiel est que cela corresponde à votre personnalité.


BEAUTÉ

60

Moodboard, les tendances! En 2014, tout est permis, mais surtout les cheveux se libèrent. Rock, bohème, romantique ou very chic, tout est possible, même au pied de l’autel. Bien sûr, le chignon de mariée reste de mise, mais il prend une nouvelle dimension. Si vous préférez ce grand classique, misez sur les looks ultra glamour. Dessange le rend tellement désirable avec son petit air hitchckokien. Vous pouvez aussi le parer de jolis accessoires, qui lui insuffleront un petit air princier, à l’image de ceux créés par Evita Peroni. Pour celles qui oseront, le chignon peut aussi revêtir ses habits les plus rock. Chignon banane, ou carrément twisté par une coque, il s’encanaille, pour notre plus grand bonheur. Mais, la grande tendance 2014 c’est le look bohème. Les cheveux se dénouent, et se parent de headbands et autres couronnes de fleurs fraîches. So trendy. Plus romantiques, les tresses reviennent aussi en force. En couronne, tresse épi ou tresse lâche, toujours agrémentée de fleurs ou de bijoux de cheveux délicats. De vraies coiffures, dignes des princesses. Que celles qui ont les cheveux courts (et qui veulent les garder) se rassurent. De très jolies coiffures, et bien plus structurées que ce que l’on peut imaginer, existent, à l’instar de celles créées par Daphné sur son blog. Et, cerise sur le gâteau, vous pouvez le faire seule (enfin, avec un peu d’entraînement tout de même)! Autre option furieusement tendance, j’ai nommé chapeaux et voilettes en tous genres. Des accessoires délicieusement désuets, mais qui apporteront un petit je-ne-sais-quoi terriblement rétro. Petit bibi, voilette plumetis… Nous avons craqué sur les pièces de la jeune créatrice parisienne Anne-Sophie Coulot (www.annesophiecoulot.com), qui, décidemment, ont vraiment un chic fou.

{ L’avis des pros! } Nathalie, alias La Mariée en colère (lamarieeencolere.com), a créé son blog, parce qu’à la période où elle s’est mariée, aucun blog de mariage ne parlait de l’envers du décor des préparatifs… Elle l’a donc fait afin de «lâcher (ses) colères». Et finalement, elle s’est prise au jeu et a poursuivi l’aventure, faisant de son blog une véritable pointure en matière de mariage. Quant à Daphné, c’est simple, les cheveux, c’est sa passion. Parce que ses clientes n’avaient de cesse de lui demander comment elle réalisait ses coiffures, elle a eu l’idée de créer son blog (lesmercredisdedaphne. com), qui fourmille de tutoriels et d’idées.Et toutes deux l’affirment, la tendance 2014 est au flou, au look délicieusement bobo et romantique. Qui mieux qu’elles deux pour aborder la question fondamentale de la coiffure de mariage?


Quels sont les conseils pour trouver la coiffure parfaite? Daphné: Il faut avant tout rester soi-même le jour de son mariage! Il n'y a rien de pire que d'avoir l'impression d'être déguisée! Il faut donc respecter son style et ses envies, et bien sûr trouver une coiffeuse de confiance, qui partage votre bonheur et soit à l'écoute. Nathalie: Faire des essais bien entendu! Qu'est-ce qui va le mieux à la mariée en fonction de la morphologie de son visage... Il faut opter aussi pour une coiffure avec laquelle on est à l'aise. Je conseille aux futures mariées, à partir du moment où LA demande a été faite, de ne plus se couper les cheveux afin d'avoir un maximum de longueur et donc de choix de coiffure pour le jour J.

Quels sont les faux pas à éviter? Daphné: Je reprendrais ce que je viens de dire, à savoir ne pas essayer de changer et d'innover son style le jour de son mariage. Même si, c'est certain, le jour J est un moment tellement unique et magnifique qu’il nous permet d'oser certaines choses que l’on n’aurait sans doute pas osé au quotidien. Nathalie: Sans hésiter, les chignons trop tirés qui font en même temps lifting... Vraiment, le naturel est LA tendance pour 2014 pour les coiffures de mariée. Donc si vous souhaitez quelque chose de plus bling-bling, il ne faut miser que sur l'accessoire. Une barrette, un headband avec des strass, c'est ultra glamour!

Quelles sont les tendances pour les coiffures de mariée 2014? Daphné: Depuis quelques années Degas, la tresse et le flou capillaire se sont imposés dans la mode. Les coiffures des mariées ont suivi cette tendance à laquelle j'adhère totalement! Nathalie: J'aime beaucoup les coiffures très naturelles «coiffé/décoiffé»: un chignon flou ou des cheveux lâchés avec une couronne de fleurs. Et puis la tresse, le grand incontournable de la saison. Portée elle aussi en couronne ou en version catwalk, genre fishtail braid, il y a autant de possibilités que de mariées...

Le voile est-il toujours fashion? Par quel accessoire le remplacer? Daphné: Je pense que le voile est en train, petit à petit, de céder sa place à certains accessoires, moins imposants, et qui laissent la coiffure plus visible! Par quoi le remplacer? Sans hésitation, par une voilette, une couronne de fleurs ou un headband. Nathalie: Oui, le voile est toujours tendance, mais pour celles qui n'en veulent pas, elles peuvent le remplacer par une cape, nouvelle mode très sympa.

Plutôt headband ou couronne de fleurs? Daphné: Pour les mariages, je suis pour les deux, tant que l'accessoire choisi est en adéquation avec le style de la mariée! Le headband est assurément moderne, la couronne de fleurs très romantique. Il y en a pour tous les goûts! En ce qui me concerne, j'aime tous les accessoires qui embellissent une crinière et la laissent libre! Quant au choix à faire entre les deux, cela dépend de mon humeur! Nathalie: Plutôt couronne de fleurs, et en version XXL avec de grosses pivoines rouges! Mais, encore une fois, cela dépend vraiment de la mariée et du style de sa robe (ainsi que du thème qu'elle a choisi pour son mariage). Le headband a une connotation plus chic, tout aussi tendance, après, ce n'est qu'une question de goût et d'envie.


62 must have

MUST Mythic oil, le parfum Recréé à partir des jardins suspendus de Babylone:

Hypnotic Poison

ce parfum développe une senteur féminine aérée, avec une note

Une eau de parfum inédite,

de tête pétillante de mandarine

dont les nouvelles notes puis-

et de cassis. La touche finale

santes et attractives entraînent

Body Gold

pour continuer l’expérience

dans un tourbillon des sens.

Body Gold, une fragrance

Mythic oil.

Beauté baudelairienne, sa bouche

en édition limitée pour célébrer

L’Oréal

gourmande a la beauté du fruit

les fêtes. Cette eau de parfum

défendu. Fantasme orientaliste,

fait la part belle aux notes

cette fragrance est un piège

sensuelles d’absinthe verte, de

vertigineux. Dior

rose et de cachemire. Burberry

Capture totale Haute exigence jour

Le teint

Absolue Oléo Sérum

Fort de sa découverte scientifique

Le teint Capture totale offre

En explorant les secrets de l’auto-

fondamentale sur le fibroblaste

aux femmes en quête de perfection

régénération des cellules souches

carencé, et enrichi de la décou-

ce qu’aucun fond de teint classique

de la peau et ceux des cellules

vert végétale décisive de l’extrait

n’est capable de faire,

natives végétales, Lancôme ouvre

exclusif d’harungana bio à

soit un pouvoir de correction

la voie d’un nouveau luxe, celui de

l’incroyable pouvoir redensifiant,

jeunesse en trois dimensions.

la Régénération Absolue. Le soin

ce nouveau soin aide la peau

Les rides, mais également les taches

dispose d’actifs exceptionnels,

exigeante des femmes de plus de

et l’éclat, sont désormais ciblés

pour une Aura Absolue: une peau

50 ans à se ressaisir et à rebondir,

pour prolonger la routine initiée

rayonnante de beauté, nimbée d’un

et reste ainsi le partenaire beauté

par les soins Capture Totale.

nouvel éclat et d’une lumière unique.

quotidien redensifiant le plus

Dior

Lancôme

performant. Clarins

Retrouvez + d'astuces beauté sur www.femmesmagazine.lu/Beauté


63

Test beauté maria Galland Un masque au quotidien? C’est LE nouveau geste beauté préconisé par Maria Galland. D’une texture crémeuse, il associe extrait de fraise et vitamine B6 pour un effet détoxifiant rapide. Il nettoie la peau en profondeur et stimule ses fonctions naturelles. La peau revitalisée rayonne de fraîcheur et d'éclat.

Julie Kieffer

Sarah Braun

Patricia Sciotti

Paule Kiénert

Julie Mallinger

Maria Pietrangeli

+: Le masque est souple et crémeux, il libère la peau des impuretés et donne un teint frais et lumineux. Idéal pour commencer la journée. -: Pour celles qui n’ont pas une seconde à perdre le matin, ce masque n’est pas fait pour vous. Personnellement, je suis dans ce cas et je l’utiliserai avec plus de plaisir le week-end.

+:J’adore. Déjà le protocole, qui donne vraiment l’impression de prendre soin de sa peau. Et le résultat! Top! En 4 min., c’est réglé et il nettoie vraiment en profondeur. La peau est plus souple, le teint éclatant. -: Ce masque laisse un film sur la peau, même après le rinçage. Passage d’une lotion obligatoire!

+: Un masque crème inodore, une texture toute douce et très agréable à appliquer. Rinçage à l’eau, j’adore. La peau respire, retrouve immédiatement un éclat, le teint devient plus clair. -: Impossible pour moi d’adopter cela pour le rituel du matin, j’ai un peu détourné le produit en choisissant de l’utiliser pour mon nettoyage du soir.

+: Ce masque crémeux

+: Enfin un masque

+: Une odeur agréable

s’applique très facilement, agit rapidement et se rince à l’eau fraîche, laissant la sensation d’une peau bien nettoyée, qui respire et qui prête à recevoir tous les actifs d’un bon sérum et d’un bon soin. -: Les fans du rituel du masque durcissant vert, marron ou violet seront peutêtre déçues de la rapidité et de la texture de celui-ci. Il faut savoir changer ses habitudes et juger des résultats!

express au résultat immédiat! En 4 minutes, votre peau est nettoyée, douce et votre teint est éclatant. J'adore la sensation qu'il laisse sur le visage! Je vous le conseille! -: Le seul bémol est que ce masque est à appliquer le matin, où la moindre minute compte… un peu difficile de quitter son lit plus tôt pour une crème, je préfère donc l'utiliser le weekend.

et discrète, une texture opaque, pas grasse, mais un peu collante que l’on applique le matin sur tout le visage. Le temps d’avaler tranquillement un café, le soin a séché tel un masque. Il suffit de rincer à l’eau claire et immédiatement la peau est nettoyée en profondeur. Un soin original et unique. -: Je ne peux plus m’en passer.


trends

64

TRENDS Quelles sont les dernières nouvelles qui agitent la planète fashion? Résumé de ce qu’il faut savoir et de ce qu’il ne faut surtout pas manquer… aurelie guyot

LECTURE

Souffrir pour être belle! Que n’avons-nous pas fait pour répondre aux diktats de la mode? De la céruse, pigment blanc à base de plomb, dont les femmes se couvraient le visage au XVIIIe siècle, en passant par la crème dépilatoire mort aux rats, ou encore l’invention des fraises et autres crinolines, voici un beau livre qui nous replonge dans les plus jolies extravagances de la mode… tout comme dans ses erreurs les plus regrettables!

«La mode à gogo»

EXPO

La Somerset House vous propose de découvrir la garde-robe de l’incroyable Isabella Blow. Celle qui repéra et soutiendra, entre autres, Alexander McQueen, Galliano ou encore Philip Treacy, s’était en effet composée un des dressings les plus grandioses de Grande-Bretagne. Une occasion unique de découvrir des pièces d’exception, permise grâce à Daphné Guinness, autre papesse de la mode britannique et amie d’Isabella. Jusqu’au 4 mars au Somerset House à Londres. Plus de renseignements sur www.somersethouse.org.uk EXPO

Roman d’une garde-robe

Le Musée Carnavalet vous invite à pousser les portes de la Maison Chéruit, l’une des plus grandes maisons de haute couture parisiennes du début du siècle dernier. Découvrez, en compagnie d’Alice Alleaume, première vendeuse de la boutique Chéruit de 1912 à 1923, des robes griffées Worth et Lanvin, des chaussures du soir d’Hellstern, des chapeaux d’Alphonsine, des bandeaux du soir de Rose Descat, des bijoux… C’est sublime, bien sûr, mais aussi chargé histoire(s) et d’émotions. Jusqu’au 16 mars au Musée Carnavalet à Paris. Plus de renseignements

Extravagances, les excentricités de la mode à travers les âges, aux Editions Eyrolles

TENDANCE

Arty chic

Voici venu janvier… il est donc grand temps de penser au printemps! Retenons la tendance arty, vue sur les podiums des Maisons Chanel, Céline, Prada, Saint-Laurent et même Vuitton. On retient le carton à dessins über-chic glissé sous le bras, les coups de pinceau vifs et colorés appliqués sur les vêtements et les bracelets de couleurs, à porter en quantité à chaque poignet. Réveillez l’artiste qui sommeille en vous!

WEB

Mode connectée

On ne peut déjà plus se passer de la nouvelle marque suédoise & Other Stories! Suivez-la désormais via Instagram, et découvrez des clichés inspirants, énigmatiques et originaux, mais aussi des vidéos. De quoi grossir le rang déjà bien fourni de fans de la marque, également présente sur Facebook et Twitter of course, et qui propose également un trumblr.

sur www.carnavalet.paris.fr et sur dailymotion. Retrouvez-nous sur www.femmesmagazine.lu/Mode


rendez-vous

Halte au teint terne! Quand le froid sévit et que la peau fait grise mine, rien ne vaut une pause cocooning pour se chouchouter et retrouvez bonne mine! Toutes les astuces éclat! Rubrique Beauté/Soins

Bientôt les soldes!

Nous avons déniché, pour vous, tous les bons plans, et les pièces à shopper d’urgence! Il n’y en aura pas pour tout le monde! Rubrique Mode/Conseils mode

Retrouvez chaque semaine notre coup de cœur sur notre page Facebook!

Inscrivez-vous à notre newsletter sur www.femmesmagazine.lu


santÉ

66

Quelle fatiguée êtes-vous?

Michèle Rager

Légère, elle n'est plus qu'un mauvais souvenir après quelques jours de vacances. La fatigue est, hélas, plus souvent pesante et empoisonne le quotidien. Tout le monde s'en plaint, mais peu d'entre nous réagissent, à croire que ce symptôme est un phénomène inéluctable! Réveillez-vous, il est temps de se bouger! Près d'une personne sur deux, tant les hommes, les femmes que les enfants, avoue connaître fréquemment cet état. Soigner l'asthénie (synonyme de grosse fatigue) est facile... à condition d'en trouver l'origine. Le plus souvent, traiter cette situation exige de remettre en cause son mode de vie, ses aspirations professionnelles, son organisation domestique, son incapacité à lever le pied sans culpabiliser, etc. Parce que le traitement miracle agissant rapidement n'existe pas… Il y a d’abord la fatigue «normale», physique, liée à un effort sportif ou à un surcroît de travail manuel. Elle s'accompagne alors

de crampes, de courbatures. Elle est due au manque de glycogène: pour fonctionner, l'organisme a vidé les réserves de ce carburant du cerveau et des muscles. Un temps de repos recharge les batteries; à long terme, un entraînement progressif et régulier augmente la résistance et l’endurance. Au fil du temps, la performance devient moins difficile.

La fatigue intellectuelle se manifeste par des difficultés de concentration, des troubles de mémoire... Elle se retrouve chez les étudiants en période d'examen ou chez les employés surchargés, lorsque le cerveau sature. Mais les nuits trop courtes, les erreurs alimentaires, le travail nocturne, le décalage horaire sont également source d'épuisement. Dans ces cas, les examens biologiques ne révèlent aucune anomalie. Nombreuses sont les femmes qui jonglent entre un poste de responsabilité, des enfants turbulents et un mari peu compréhensif. Elles s'étonnent de leur épuisement alors qu'elles ne cessent de galoper! Chez ces «superwomen», la fatigue est tant physique que psychique: leur marathon ne leur laisse jamais le temps ni de souffler ni de se faire plaisir... Même sur le point de craquer, elles se sentent coupables de ralentir le rythme. Sans cette prise de conscience, la situation s'aggrave et surgissent une dépression, des ennuis relationnels, des conflits familiaux et professionnels...


67

Si elles sont plus fatiguées que leur compagnon, c'est également parce les femmes souffrent fréquemment d'un manque de fer (anémie ferriprive), notamment quand elles présentent des menstruations abondantes ou/et anormalement longues. Le fer assure le transport de l'oxygène aux tissus. S'il est déficient, divers symptômes s'installent, dont une fragilité des ongles, une perte des cheveux, des difficultés de mémorisation et une moindre résistance aux infections. Les besoins féminins en fer s'élèvent à environ 18 mg par jour, mais sont nettement plus importants pendant la grossesse. A l'intention de celles soupçonnant un épuisement des réserves, mieux vaut consulter un médecin. Celui-ci diagnostiquera cette éventuelle carence en pratiquant un bilan sanguin. Sinon, le fer se trouve à l'état naturel dans le foie de porc, de veau, de poulet, de bœuf, dans la viande, dans les céréales, dans les pâtes, dans les fruits secs, dans les huîtres, dans les légumes secs et les légumes verts, etc. Autre injustice féminine: le syndrome prémenstruel composé d'inconfortables manifestations surgissant quelques jours avant les règles. Il est caractérisé par des troubles de l'humeur, la prise d'un ou deux kilos, le gonflement de la poitrine, des malaises digestifs... et un réel épuisement. La pilule contraceptive ou un traitement gynécologique atténuent ces désagréments. Championne de régimes? A force de cumuler les diètes aberrantes et déséquilibrées, en carence de nutriments ou tout simplement d’énergie, on se traîne toute la journée. Surtout si on est fâché avec sa bouteille d’eau. Boire un litre et demi à deux litres d'eau par jour nettoie l'organisme et draine les toxines, ce qui estompe simplement et facilement la lassitude. On a dit d’eau: pas de sodas allégés ou de café! Et l’alcool aux supposées vertus soporifiques? Il favorise bien la venue du sommeil, mais augmente le nombre de réveils nocturnes et l’apparition de cauchemars.

{A quoi fonctionnent ceux qui débordent toujours d'énergie?} Tout le monde envie ces hommes politiques ou cadres supérieurs, qui bouclent des journées de seize heures sans le moindre bâillement et qui, après un somme de quatre heures (ou de quatre... minutes), redémarrent sur les chapeaux de roues. Ces individus parviendraient effectivement à récupérer très vite, après une courte période de repos. Il semblerait d'ailleurs que ces personnages présentant une forte motivation et un rythme biologique particulier aient aussi chacun des «trucs» très personnels pour rester en forme: sieste flash, jogging entre l'heure du déjeuner, séance de méditation, etc. A vous de trouver le vôtre!

La fatigue présente dès le saut du lit et ressentie comme un étau, une chape de béton, semble liée à la dépression, surtout si elle s'accompagne d'une tristesse tenace. On se sent littéralement écrasée de fatigue dès le réveil, ne trouve plus de goût à rien et est incapable de réagir. Le cercle vicieux s'installe: épuisée, on se replie sur soi et fuit les amis. Cette solitude ne fait qu'accroître la souffrance... Les activités comme les pensées fonctionnent au ralenti. D'autres symptômes apparaissent: le manque d'appétit, les difficultés de concentration et de mémorisation, les insomnies ou les hypersomnies (le fait de dormir constamment), l'amaigrissement... Une maladie qui se soigne avec l'aide de psychiatres et de médicaments spécifiques.

Les moyens de la contrer La fatigue est d'abord un signal d'alarme, elle indique qu'il est temps de marquer une pause. Si quelques jours de farniente ne sont pas suffisants pour récupérer du tonus, une visite chez le médecin s'envisage. Le sommeil évacue la fatigue physique, pas le surmenage psychique. Un grand stressé passera dix heures d'affilée dans les bras de Morphée sans ressentir une quelconque amélioration. Une semaine de vacances est généralement plus bénéfique pour recharger les accus. L'important, c'est de changer de décor: même deux jours à la campagne ou à la mer sont efficaces pour déconnecter! Chez d’autres, il «suffit» d’augmenter son temps sous la couette, en la rejoignant, par exemple, une demi-heure plus tôt que d'habitude: à la fin de la semaine, on récupère ainsi trois heures de sommeil.

Consultez sans tarder L'asthénie est due, une fois sur dix, à un problème organique: infection virale ou bactérienne, carence, anémie, parasitose, dépression, diabète, insuffisance thyroïdienne, hépatite, mononucléose, ennuis endocriniens... Un bilan médical, comprenant un contrôle de la tension, des examens sanguins et d'urine, décèlera une éventuelle maladie. Rendez-vous également chez le dentiste tous les ans, pour pratiquer un détartrage. Aucun rapport avec la fatigue? Si, car sans ce geste, des milliards de bactéries s’accumulent sur les dents et fabriquent une solide plaque dentaire. Or, certains de ces germes passent dans l’organisme et estompent les défenses immunitaires. Enfin, il existe des médicaments qui sont indirectement responsables d’une grosse fatigue: l'aspirine consommée en excès entraîne parfois de légers saignements digestifs et donc, à long terme, une anémie. Les autres grands coupables sont les tranquillisants et les somnifères: pris exagérément ou/et à des moments inadéquats, ils ont des effets se manifestant trop longuement. Les diurétiques et laxatifs sont responsables d'une fuite en sels minéraux, et donc de carence.


maman

70

L’alimentation des enfants Le casse-tête dans l’assiette CHRISTINE MICK

Si nous écoutions les enfants, nos menus se résumeraient à des frites, des nuggets de poulet, des pâtes et de la pizza. Pardon! Il manque les glaces et les sodas. Si nous respections les consignes de santé publique, chaque journée passée sans des fruits et légumes ou des produits laitiers risqueraient de les mettre en péril. Sans céder aux diktats des enfants (et des publicitaires), ainsi qu’aux trop nombreux messages sanitaires, il importe à chaque parent de proposer une alimentation saine, mais gourmande à son enfant. Leçon de déculpabilisation.


L’apprentissage du goût fait partie de l’éducation La première fois que Marie a voulu faire goûter des lentilles à sa fille, cette dernière a repoussé l’assiette en lui disant que cela ressemblait à du vomi. Pour le glamour, nous repasserons, mais laquelle d’entre nous n’a jamais eu à faire face à des réflexions devant un aliment nouveau pour son enfant? Ce dernier a besoin d’être éduqué en matière de goût, et le rôle des parents est primordial dans ce domaine. Les qualités d’imagination et de détermination s’additionnent à celles de «chef étoilé» pour réussir à séduire les palais en devenir de nos héritiers. Tentez de cuire un brocoli ou un chou de Bruxelles dans un peu d’eau et servez-le tel quel dans son assiette et vous risquez de vous heurter à un refus immédiat. Soyez malin et pensez au mode de cuisson, à la noisette de beurre. Réservez le ketchup en recours ultime, car sa puissance gustative étouffe le goût des autres aliments. Usez des quiches, des gratins et autres crumbles pour inclure les légumes, et pensez gruyère râpé et autres croutons pour détourner leur attention. L’association pâtes-légumes constitue également un excellent moyen d’introduire de nouveaux goûts. Maeva a ainsi réussi à faire adorer les petits pois et les brocolis à son fils en les mélangeant à de petits macaronis, en saupoudrant le tout d’un peu de parmesan et d’huile d’olive. Elle précise que le mix riz courgettes est une merveille, et que les champignons connaissent aussi un grand succès! Même si nos vies trépidantes nous font croire que nous n’avons pas de temps à consacrer à la préparation d’un menu 5 étoiles chaque jour, avouons qu’une bonne odeur d ’un poulet qui rissole au four vaut mieux qu’un «ding» indiquant la fin de cuisson du micro-ondes! Ceci concerne les adultes, mais s’applique également aux enfants. De la même manière, profiter d’un repas en famille pour se nourrir, mais aussi pour «raconter» le plat que l’on mange, contribuera à étoffer sa mémoire gustative. La transmission alimentaire s’apprend, mettre des mots sur des découvertes de nouvelles saveurs se cultive au quoti-


maman

72

«Usez des quiches, des gratins et autres crumbles pour inclure les légumes, et pensez gruyère râpé et autres croutons pour détourner leur attention.» dien. Ce moment doit aussi rester un instant privilégié au cours duquel on échange pour enrichir ses liens. Cela ne signifie pas régler ses comptes en cas de mauvaise note ou de chambre mal rangée! Insister sur le traditionnel «Finis ton assiette, sais-tu que des tas d’enfants dans le monde ne mangent pas à leur faim?» ou «Mange tes carottes, elles sont pleines de vitamines» aura autant d’impact qu’un «range ta chambre» lancé du fond de la cuisine, quand il regarde son émission préférée à la télévision. Il s’agit d’échanger sur sa journée ou un sujet, et de savourer le plaisir d’être ensemble. Les nutritionnistes sont d’accord pour dire qu’un enfant ne doit jamais dîner seul dans la cuisine, ou pire encore, devant la télé. Certaines études ont démontré que prendre son repas en famille réduirait même les risques d’obésité chez l’enfant. Dans un contexte marqué par la prévalence du surpoids, il

faut envisager de répondre à ce problème sociétal par une éducation du goût fondée sur d’autres arguments que les connaissances nutritionnelles et la crainte absolue des «aliments maudits».

Cesser de craindre les aliments maudits et fuir les idées reçues pour réconcilier plaisir et santé Si votre enfant vous réclame chaque jour une visite dans une célèbre enseigne de fast-food ou ne jure que par des spaghettis sauce tomate, pas de panique, juste un peu de logique et de bon sens! Envisagez la virée au fast-food comme un petit «événement», en soulignant le côté exceptionnel de la chose. Même si elle préfère de loin les restaurants étoilés aux tristes burgers sans saveur, Anita a bien compris que ses enfants ne partageaient pas son avis. Elle a instauré une sorte de rituel deux fois par mois, au cours duquel ses garçons peuvent se faire plaisir avec des frites, des hamburgers et autres glaces et boissons gazeuses. Cette règle alimentaire satisfait toute la famille et les enfants n’éprouvent pas de frustration. Les parents ont un rôle d’éducateur dans l’alimentation de leurs enfants, ils enseignent et négocient tout en essayant de faire la part des choses entre slogan marketing, diktat médical, idées reçues et... bon sens. Le petit déjeuner est souvent présenté comme le repas le plus important de


{Témoignage} Hanae, maman de Marcus «Je suis de celle qui pense que les enfants doivent manger de tout. Je n’ai jamais diabolisé les légumes auprès de mon fils, j’ai essayé d’aiguiser son goût dès son plus jeune âge. Bien sûr, il lui arrive de refuser de goûter un aliment, car l’aspect de ce dernier ne lui convient pas. Je retente alors de lui présenter, mais sous une autre forme (en gratin, ça passe très bien)! Il participe aussi à l’épluchage des légumes et je l’emmène au marché, où je prends plaisir à lui expliquer les noms des fruits et des légumes. Je reste convaincue que l’éducation du goût s’effectue très tôt, je ne lui interdis aucun aliment, mais je ne manque aucune occasion de lui enseigner qu’il faut manger de tout, en petite quantité, et surtout éprouver du plaisir.» la journée. Or, nous connaissons toutes des enfants qui n’apprécient pas de manger le matin. Contrairement à ce que l’on pense, sauter le petit déjeuner n’engendre pas un risque d’obésité. Une autre idée reçue consiste à croire que les petits pots pour bébés possèdent un niveau nutritionnel inférieur à ceux faits maison. Selon les experts, ils ne sont ni inférieurs ni supérieurs. Toutefois, un bébé habitué à la texture lisse des petits pots risquera d’avoir un peu de mal à accepter une purée maison, il suffit de persister! En revanche, les quantités nécessaires à une bonne alimentation sont respectées dans les préparations industrielles, ce qui n’est pas toujours le cas quand on prépare soi-même les aliments. En effet, il est utile d’adapter les quantités selon l’âge des enfants. Une astuce simple pour connaître la quantité de viande en grammes consiste à ajouter un zéro derrière l’âge de l’enfant. Une pomme représente une portion de fruit pour un adulte, mais pour un enfant de 4-5 ans, un quart est amplement suffisant. Si votre enfant refuse de manger, inutile de le forcer ou de le priver de dessert. Il ne se laissera jamais mourir de faim et les «encore une cuillère» sonne comme des mots abstraits dans son esprit. Juliette nous explique qu’elle «ne force pas son fils à manger, elle instaure des règles et règlemente le grignotage en choisissant les aliments!» C’est à l’enfant de gérer le «combien», c’est aux parents de s’occuper du «quoi, où et comment» tout en respectant aussi les goûts des petits (dans une certaine limite). Néanmoins, il est important de proposer plusieurs fois le même aliment avant de savoir si l’enfant ne l’aime vraiment pas ou s’il cherche simplement à embêter ses parents. En effet, le refus de goûter systématiquement un plat ou de s’opposer au moment des repas dissimule souvent un conflit avec les parents, la nourriture constitue alors une arme malicieuse pour l’entretenir. La dimension sociale de la nourriture et l’aspect plaisir sont indissociables du caractère purement nutritionnel des aliments. Diversité, bon sens et sens du bon... tient-on la recette parfaite pour leur assiette?


75

Welcome on board! Familles nombreuses et familles recomposées éprouvent parfois des difficultés à voyager ensemble. Nous ne parlons pas ici de l’ambiance épineuse ou des susceptibilités de chacun, mais du véhicule qui serait suffisamment spacieux pour accueillir une mini colonie de vacances! Bienvenue à bord du nouveau Rodius de la marque sud-coréenne Ssangyong, également nommé Korando Turismo. Paule Kiénert, pilote au féminin

Esthétique Wooo! C’est le petit cri que j’ai poussé en découvrant le mastodonte garé sur deux places de parking! Je venais en effet de descendre de ma Fiat 500 et de la quitter des yeux avant de détourner mon regard vers le Rodius. J’ai eu la sensation de passer de géante à lilliputienne! Evidemment, pour pouvoir loger 7 places, le monospace coréen ne peut pas donner dans le gabarit de poche! Imposant (il l’est encore davantage en blanc), il possède toutefois des lignes plus harmonieuses que son prédécesseur. L’effet camionnette est évité et l’on a plutôt l’impression, de face, d’un gros SUV dont la calandre s’impose à l’américaine!

Habitacle Les places avant sont spacieuses et je me dis que c’est bien la moindre des choses d’avoir suffisamment d’aisance au volant pour mener un tel engin! Le plus remarquable vient des places arrière, allant de 5 à 9 selon la configuration, qui s’avèrent elles aussi confortables. Bien entendu, si la configuration 7 places laisse un volume de coffre intéressant, la configuration 9 places quant à elle limite le nombre de vos bagages! Outre l’espace et la luminosité que l’on note d’entrée, le Korando Turismo offre un habitacle simple, sobre, voire un peu délaissé sur le plan finition et efforts esthétiques. L’accent semble avoir été mis sur l’aspect pratique et fonctionnel, non sur le superflu! J’ai tout de même été surprise par le concept du volant chauffant dont je ne soupçonnais pas l’existence et j’y ai pris goût!

{ Caractéristiques techniques } Moteur: 2,7 L diesel Puissance: 165 cv (121 kW) Vitesse maxi.: 174 km/h Boîte de vitesse: automatique, 5 vitesses Consommation cycle mixte: 7,9 L/100 km Emission de CO2: 247 g/km Prix: à partir de 28 510 euros

Conduite Non seulement le nouveau Rodius peut accueillir de 7 à 11 personnes, mais en plus il le doit! En effet, seule à son bord, je me sens un peu perdue. J’ai presque une impression de résonnance, de vide à combler par la présence de bambins qui prendraient l’espace arrière pour leur salon! Mais je m’habitue vite à cet espace et je découvre que ce grand monospace est plutôt maniable (je déconseille toutefois le parking du Théâtres des Capucins quelque peu étroit pour le gabarit XXXL). Le 2,7 litres diesel et la boîte 5 vitesses automatique sont doux et efficaces. Petite spécificité concernant la direction: il est nécessaire d’aider au débraquage en sortie de virage! Le freinage et la tenue de route sont tout à fait corrects. Le roulis que l’on pourrait redouter avec ce type de véhicule s’avère bien maîtrisé. Le nouveau Roduis, le Korando Turismo, est sans conteste LA voiture des familles nombreuses. Abordable, spacieux, sûr, facile à conduire malgré son format, ce grand monospace offre un niveau sonore et de confort bien appréciable pour ses occupants. Faire régner le silence ne tient alors qu’à votre autorité parentale!


éVASION

76

Fès,

la perle du Nord Kévin Storme

Fès est souvent considérée comme la capitale religieuse du Maroc. Les plus beaux édifices musulmans du Royaume sont disséminés aux quatre coins des deux médinas, figurant parmi les plus belles du monde. A quelques encablures de l’Europe, voyager à Fès, c’est bien plus que traverser le détroit de Gibraltar. A à peine 3h de vol de Luxembourg, le Maroc est le meilleur endroit pour se dépayser. La plupart des touristes qui veulent visiter une ville dans le Royaume se contentent de Marrakech. Sans vouloir lui faire offense, Fès, la «perle du Nord», rivalise largement avec la belle du Sud. Plus typique, moins touristique, plus variée… Se perdre dans les ruelles des deux médinas de Fès est une expérience unique qui met en éveil tous les sens. Les yeux sont éblouis par l’amoncellement des couleurs sur les murs, les mosquées, les corps. Les tympans sont tendus par les sons du muezzin, les invectives des marchands, les musiques dans les souks et les braiments des ânes. Le nez s’enivre des odeurs d’épices et pique parfois, à cause de la fragrance âcre des tanneries. La peau est caressée par un soleil présent quasiment toute l’année. Et les papilles frétillent sous la finesse des saveurs safranées, que les restaurants du coin déclinent à toutes les sauces. Comme dans toutes les villes arabes un peu touristiques, la plus grosse épreuve est de rentrer dans la médina «tranquillement». Les faux guides sont légion et leur insistance peut décourager le plus motivé des voyageurs. Ils sont devenus d’autant plus inutiles que la municipalité a mis en place des itinéraires balisés au sein des deux plus importantes médinas de la ville: Fès el Bali et Fès el Jedid. Si

chaque point d’intérêt est certes expliqué par des panneaux explicatifs, rien ne vaut un vrai guide, dépêché par l’Office de tourisme marocain. Pour cela, une seule solution: aller au bureau du tourisme directement. Tous ceux qui vous accosteront dans la rue ne penseront qu’à vous emmener dans des boutiques de souvenirs pour percevoir une juteuse commission. Soyez fermes. S’ils vous accompagnent, prenezles en photos et menacez-les de les dénoncer à la police touristique. Ils encourent six mois de prison et auront vite fait de vous lâcher les baskets. De toute façon, les faux guides ne se retrouvent qu’à l’entrée de la médina. Une fois dedans, plus personne ne vous importunera, sauf peut-être, du côté des tanneries.

Une vie sans sortir de la médina Ces avertissements, aussi désagréables soient-ils, sont nécessaires, car ces faux guides sont une plaie qui fait perdre des dizaines de milliers de touristes potentiels chaque année au Maroc et jettent le discrédit sur une population très accueillante. La meilleure manière de visiter Fès, c’est avant tout de se perdre dans la plus grande médina d’Afrique du Nord: Fès el Bali. Une médina millénaire, âgée de 1200 ans. Entre medersas, mosquées, patios arborés, souks de toutes sortes, chaque carrefour réserve une surprise. La vie semble ne jamais avoir changé. Tel ce cordonnier, juché dans un petit espace de 2m 2 surplombant une étroite ruelle. Âgé de 82 ans, il assure avoir «toujours été là depuis (ses) 15 ans, chaque jour, quel que soit le temps». On retrouve le souk des cordonniers, celui des tisserands, des potiers, des forgerons, et bien évidemment les tanneries, véritable image d’Epinal de Fès. Habib, un forgeron, ne quitterait la médina pour rien au monde. «Ici, on peut passer une vie sans sortir des


77

Fès el Jedid, la médina secrète

remparts. Il y a tout. Tout le monde se connaît.» Un «village» de 150 000 habitants, quand même, répartis dans 10 000 rues, ruelles et impasses et classé au patrimoine de l’UNESCO. Avec ses peaux multicolores en train de sécher, difficile de ne pas s’émerveiller devant ce patchwork qui illumine les tanneries, au fond de la médina. A condition de se boucher le nez, l’odeur, mélange de chairs animales et de réactions chimiques, étant assez âcre. Et le sésame pour accéder aux terrasses des tanneurs est toujours le même: rentrer par une boutique de cuir et… acheter en retour. Au-delà de l’atmosphère que l’on ne retrouve que dans cette médina, les monuments qui émaillent les six circuits balisés en mettent plein la vue. La somptueuse mosquée Karaouine est l’une des plus belles du Royaume. Pas de chance, elle est interdite aux non-musulmans. Les médersas sont, elles, ouvertes au public et sont de véritables joyaux d’arts islamiques: bassins, mosaïques finement ciselées, cellules… Les immanquables sont Bon Inania et Attarine. Le fondouk Nejjarine et sa fontaine apparaissent comme une incarnation des Mille et une Nuits au milieu d’une petite place. Reconverti en musée du bois, sa visite vaut le coup pour son panorama fantastique sur les dédales de la médina et les tombeaux mérinides, accolés aux montagnes en face. Côté jardin, le quartier andalou est un havre de fraîcheur et de verdure. Les palmiers brillent sous le soleil, au centre de placettes lumineuses, émaillées de petites fontaines. Souvent, l’intérieur des maisons offre également un patio, véritable puits de lumière et de verdure. Mais à moins de séjourner dans un Riad, il faudra débourser quelques dirhams pour visiter une maison typique de la médina.

Fès compte en fait deux médinas: Fès el Bali, la plus connue. Et Fès el Jedid, nettement moins fréquentée, mais néanmoins inscrite dans les circuits touristiques de l’Office de tourisme. Fès el Jedid, c’est le Maroc profond. On se croirait dans quelques villages du sud marocain, jamais fréquenté par les touristes. Excepté aux abords du palais impérial et de la synagogue, difficile de croiser des Occidentaux. La médina est plus simple, plus délabrée, mais plus typique. Le Mellah – quartier juif – avec ses maisons à balcons, dénote dans le contexte général d’une architecture arabo-musulmane. Si la très belle synagogue n’est presque plus fréquentée par la dizaine de personnes que constitue la diaspora juive du Mellah, elle attire toujours les touristes. Il faut dire que, compte tenu du contexte géopolitique, une synagogue en pleine terre d’Islam a un côté aussi étonnant que rassurant. En sortant de la médina, moyennant un peu de grimpette, on arrive aux tombeaux mérinides. Ils se trouvent au point le plus élevé de Fès. Si ces vestiges n’attirent pas spécialement l'attention, la vue est l’une des plus belles de Fès. On peut y admirer le mausolée de Moulay Idriss, avec sur son flanc une bâtisse de forme pyramidale que surmonte un toit composé de tuiles verdâtres. On distingue la medersa Attarine, ainsi que la mosquée Karaouiyine, avec ses longs toits plats, sans oublier les minarets de ces trois merveilles architecturales. Des minarets qui, à la nuit tombée, avec l’appel à la prière, transporteraient le plus blasé des voyageurs bien au-delà du détroit de Gibraltar…

Infos pratiques Y aller: Charleroi-Fès, à partir de 30€ AR avec Ryanair. argent: 1€ = 11 dirhams Dormir: Riad Boustan. Un Riad un peu à l’écart dans la médina, avec de superbes chambres recouvertes de mosaïques. A partir de 90€ la double.

manger: Café la Noria. Un endroit calme, reposant et verdoyant. Une vraie oasis de verdure à l’entrée de la médina, même si les plats ne sont pas aussi savoureux que le cadre.


SPHèRE DéCO

78

quoi de neuf

en cuisine? Aurélie Guyot

Pièce maîtresse et incontournable de nos maisons, véritable lieu de vie et de passages ininterrompus, la cuisine ne cesse d’inspirer les designers, les architectes et même les ingénieurs! Ils vous réservent pour cette année toujours plus d’innovations et de nouveautés, aussi bien dans les couleurs et les matériaux, qu’en technologie et domotique. La cuisine se réinvente, se fait plus écologique et économique, et vous réserve encore quelques belles surprises!


SPHèRE DéCO

80

› Actu

La cuisine? Tendance à tous les niveaux

La minute bouquin

Nous n’avons jamais eu autant envie de cuisiner, et donc, d ’aménager nos cuisines. Une tendance de fond, qui se vérifie et s’amplifie depuis 5 ans: les programmes télé nous proposent dorénavant de voter pour le meilleur pâtissier ou le meilleur boulanger et battent des records d ’audience, les sites et blogs de relooking déco f leurissent sur la toile, les revues spécialisées envahissent nos kiosques à journaux, les cours de cuisines et autres ateliers gourmands affichent complet… bref, impossible d ’échapper aux folies culinaires et autres envies design dans nos cuisines. Un engouement confirmé par des chiffres éloquents: 80 %* d’entre nous déclarent prendre le temps de cuisiner de bons petits plats au moins une fois par semaine, voire tous les jours pour près d ’un Français sur deux! Les designers ne s’endorment donc pas sur leurs lauriers, et vous ont eux aussi concocté des aménagements bien pensés.

Les tendances cuisine ne s’adressent pas seulement à nos intérieurs: les restaurants sont aussi pionniers en la matière! Voici un nouveau volume qui vous inspirera. Ce beau livre vous propose un très beau tour d ’horizon des restaurants et bars les plus originaux, les plus réussis et les plus en vue du moment. Vous découvrirez entre autres le travail de David Chipperfield, tandis que Jean Nouvel y côtoie la star de BIG Bjarke Ingels. Mais l ’ouvrage fait aussi la part belle aux nouveaux talents, à l ’instar du designer du café londonien Late Night Chameleon Café, Gary Card. Il descend même au Silencio, la boîte de nuit parisienne imaginée par le réalisateur David Lynch, ou dévoile la vision du club Tazmania Ballroom de Hong Kong par le designer Tom Dixon. Un vrai voyage, de Kobe, au Japon, à Turku, en Finlande, ou à São Paulo, au Brésil! Eat Shop Drink de Philip Jodidio chez Taschen Editions

© Ikea

Vive la technologie! L’industrie a pris conscience des évolutions constantes et, surtout, de plus en plus rapides de nos modes de vie. Tout d ’abord, n’en doutez plus, les hommes investissent progressivement cette partie de la maison, qui demeurait à ce jour inconnue pour certains d ’entre eux. Qu’à cela ne tienne, la nouvelle génération n’ hésite plus: 74 %* des


hommes déclarent s’atteler eux aussi à la préparation des repas au moins une fois par semaine. Face à cette demande croissante de la part de cette nouvelle cible, les designers, épaulés par des équipes d ’ingénieurs, travaillent de concert pour repenser l ’ergonomie des différents éléments composant une cuisine, et surtout intègrent de plus en plus de technologie. Autant de points gagnés auprès de ces messieurs, davantage séduits par les gadgets technologiques. Ainsi, vous pourrez dorénavant trouver dans les rayons des enseignes spécialisées des réfrigérateurs nouvelle génération, équipés d ’un écran tactile, qui vous proposent de collecter et de centraliser les données concernant les aliments rangés à l’intérieur: quantité, mais aussi dates de péremption avec rappel automatique lorsque celleci se rapproche. Les fonctionnalités ne s’arrêtent pas là, puisque le logiciel intégré «mouline» ces informations pour vous proposer des recettes adaptées via sa connexion web! Vraiment, on n’arrête pas le progrès. Et que dire des fours so 2014, qui se pilotent à partir d’un simple smartphone? Finies les notices d ’utilisation interminables traduites en moldave, téléchargez une application dédiée, ne renseignez que les 2 ou 3 éléments demandés, et lancez la cuisson… tranquillement installée dans votre salon! Autre nouveauté dépoussiérant la cuisine ancienne génération, découvrez sans plus tarder la technologie sensitive object. Elle met à votre disposition


des claviers souples et extra plats, nettoyables, résistants au x éclaboussures, chocs, rayures et autres dangers de chaque instant bien connus en cuisine. Vous pouvez fixer ces modules sur un plan de travail, un mur, etc. Fini le livre de recettes victime d ’un coup de couteau trop enthousiaste ou d ’un mixeur fou. Cette nouvelle domotique change également la vie des personnes âgées ou souffrant de handicap: les systèmes électroniques sont dorénavant capables de piloter tous les appareils ménagers, et de déclencher les mouvements des différents mobiliers de cuisine via reconnaissance vocale. Enfin, la fin des portes trop hautes ou des tiroirs trop difficiles à ouvrir. De quoi simplifier la vie et permettre plus d ’autonomie. Aspect technique supplémentaire et incontournable: la quête perpétuelle de rationalisation de nos consommations d’énergie et autres économies de ressources. Cette démarche est intégrée très en amont, au moment même du dessin du projet: recherche d’économie de matières pour des éléments plus légers et plus économiques, mais aussi réduction des temps de transport des matières premières, et donc autant de carburants en moins à digérer pour notre planète, robinets mitigeurs repensés afin de moins gaspiller l’eau… Nombre de cuisinistes engagent des démarches responsables et vous proposent des labels. Renseignez-vous auprès d’eux et exigez une explication détaillée du cahier des charges, car tous ne se valent


«Finies les notices d’utilisation interminables traduites en moldave, téléchargez une application dédiée, ne renseignez que les 2 ou 3 éléments demandés, et lancez la cuisson…»


pas. Et une démarche éco-responsable de production se termine surtout par une logique de consommation elle aussi responsable et consciente de ses actes!

Assez parlé technique… Place à la couleur! En 2014, elle s’utilisera par touche. Les éléments restent sobres et se déclinent dans des palettes douces de beiges et blancs. En revanche, l’électroménager se choisit dans des couleurs acidulées, voire f luo: gammes de robots Kitchenaid, bouilloires Moulinex, cafetières Seb… Si cette ambiance s’avère trop pop à vos yeux, préférez surfer sur la vague vintage! Machines à pop corn rétro, distributeurs à céréales dignes des 50’s ou machines à pain, dont le design f leure bon la cuisine de nos grands-mères envahissent les étalages des grandes enseignes. De quoi apporter un look à part et plein de personnalité à une cuisine un peu trop sage. Le gris anthracite, associé à l ’utilisation de l ’ardoise, promet élégance et luxe, tandis que le lilas et le violet plus soutenu font une entrée remarquée dans le cercle fermé des tendances qui comptent. Côté matériau, le bois se taille la part du lion. Ce noble matériau est à l’honneur dans quasi toute la maison, et se prête particulièrement à nos besoins en cuisine. Les plans de travail en chêne traversent les âges sans prendre une ride et sont faciles à nettoyer. Le bois se décline lui aussi en 1001 couleurs, ce qui permet une quasi parfaite personnalisation. Enfin, l ’inox, décidément indétrônable, reste un classique et donne aux cuisines un côté futuriste tout en promettant une hygiène impeccable. Entre haute-technologie, domotique facilitatrice ou encore couleurs et matériaux perfectionnés, nos cuisines ont encore plus d ’un tour dans leur sac! De quoi nous en donner à cœur joie, nous amuser et nous régaler. (*Sondage Opinion Way 2013)


shopping deco

86

Petit Pan Le sol n’échappera pas à la tendance avec ces carrelages parme, qui donneront un petit air bohème à votre cuisine!

Voyez la vie

en mauve! 2014 sera mauve ou ne sera pas! Pantone l’a décidé, ce sera LA couleur de l’année. Qu’attendez-vous pour upgrader votre cuisine?

Leonardo Une touche de parme pour booster l’allure de ces jolies flûtes à champagne. Cheers!

La Cornue Alliance parfaite de modernité et d’authenticité, cette cuisinière fera swinguer votre cuisine!


Mariage Frères Une théière en fonte émaillée patinée à la main ultra-violette. Quand la tendance renoue avec la tradition, c’est très chic.

Kitchenaid Ce robot était déjà le rêve des foodistas. Rhabillé de mauve, il devient également celui des fashionistas.

Villeroy & Boch Délicat et raffiné, un service tout en élégance.


shopping deco

88

Alinéa Un appareil violet vif qui fait de jolis muffins!

Koziol Ultra pratique et funky, cette planche à découper trônera fièrement sur votre plan de travail!

Magimix Maisons du Monde

Une sorbetière ultra design. Tendance!

Un petit air seventies pour ce fauteuil aubergine.

Ikea Philips La célèbre cafetière dans un coloris des plus trendy!

De jolies verres faciles à vivre. S'ils sont déclinés dans tous les coloris, à la rédaction, nous avons craqué pour le violet. Carrément irrésistible!


Smeg Objet de tous les désirs, ce cultissime réfrigérateur se pare d’un tendre lilas. So trendy!

Seletti Couleurs tendres et motifs décalés, un service qui transcendera vos repas!

Milo Jug par LSA International Le pot à lait reprend du service mais en version pop et funky, s’il vous plaît!


Ikea Oubliez les bouteilles en plastique! Le verre violet est tellement plus chic!

Steuart Padwick Wanted! Les meubles aussi ont droit Ă une touche funky.

Ikea Une vaisselle prune profond pour des petits dej’ sympas!


91

La dynastie Alessi 91 ans! La célébrissime griffe italienne a soufflé ses 9 dizaines de bougies l’année dernière. Derrière cette marque attachante et mondialement connue se cache une véritable saga familiale, des best-sellers du design et des grands noms, tels que Stark, Bouroullec, Gehry ou encore Nouvel… Voici l’histoire d’une des marques de design les plus aimées du grand public, véritable cash machine du monde de la déco, mais aussi tellement désirable et poétique! Aurélie Guyot

Alberto Alessi

De l’acier et des cafetières Tout commença en 1921, sur les rives du lac Orta, région où se concentraient les grands industriels de l’acier. C’est par exemple dans les environs de ce même lac qui les batteries de cuisine Lagostina, autre fleuron de l’acier italien, virent aussi le jour. Giovanni Alessi lance alors sa société d’articles en cuivre et crée ainsi les premiers produits qui rendront son nom célèbre: le fameux service à thé ou à café Bombé. Il travaille avec son fils, Carlo, qui s’est quant à lui formé au design industriel. Ettore, le cadet, les rejoint. Les techniques de production artisanale font peu à peu place à une production industrielle. Démarre alors l’un des business les plus incroyables de l’Italie d’après-guerre, et les Alessi construisent petit à petit un véritable mythe, «dont l’acier ne défie pas que le temps» comme le soulignent les fameuses réclames d’alors. Tout comme Fiat ou encore Piaggio, Alessi fait la fierté des Italiens et gagne l’Europe entière.

Architectes et designers Mais c’est grâce à Alberto, fils de Carlo, que l’entreprise familiale va véritablement tracer une route à part dans le monde du design. Alberto est convaincu que le design doit s’adresser au plus grand nombre. Il décide alors de lancer des gammes

Bouilloire designed by Michael Graves et Alessi

d’objets plus petits, moins couteux, et signés de grands noms comme Dali, afin d’assurer une créativité totale et un taux de désirabilité record auprès du public. Fleuriront par la suite des collaborations très inventives et novatrices, avec dans leurs sillages des objets qui font aujourd’hui partie de notre quotidien: la très touchante bouilloire à oiseau imaginée par Sapper, les petits bonshommes des corbeilles métalliques signés par le duo King Kong, le presse-agrume aux formes futuristes dessiné par Philippe Stark… la liste est longue et continue de s’agrandir au fur et à mesure des années et des rencontres que peut faire Alberto, toujours à la tête de l’entreprise. La marque est devenue une véritable écurie, signant des collaborations avec les artistes et créateurs les plus prestigieux et les plus populaires de notre temps. Le patron a aujourd’hui divisé l’offre devenue trop fournie en 3 lignes de produits: la ligne A di Alessi, composée des produits les plus accessibles, la plus connue et la ligne la plus importante: Alessi, et enfin Officina Alessi, qui compte elle les produits (pour ne pas dire les «œuvres» dans certains cas!) plus originaux, voire conceptuels, et produits en éditions limitées. La griffe est toujours spécialisée dans les arts de la table et les articles de cuisine, mais s’est également frottée au linge de maison, aux bijoux et, même, aux téléphones! Alessi pèse aujourd’hui plus de 100 millions d’euros de chiffre d’affaires et emploie quelque 500 personnes aux quatre coins du monde… monde où la marque est vendue dans 50 pays. Des chiffres qui donnent le tournis, mais rien ne semble pouvoir arrêter la success-story Alessi.


gourmandises

92

Les délices du Périgord Magali Eylenbosch

Certaines régions jouissent d’un terroir particulièrement riche et porteur d’émotions. C’est le cas du Périgord qui, dans l’imaginaire des gastronomes, représente le Nirvana. Partons à la découverte de ses richesses connues ou parfois ignorées. Située à quelques 500 km au sud-ouest de Paris, la région périgourdine jouit d’une situation et d’un climat agréablement tempéré qui permettent à sa terre d’offrir une diversité de très beaux produits. Henry Miller a écrit: «Il se peut que la France cesse d’exister, mais le Périgord survivra, tout comme les rêves dont se nourrit l’âme humaine.» Curnonsky disait: «Le Périgord est né d’une baguette de fée, la gourmandise ici n’étant pas un péché, c’est un vrai Paradis où les Dieux sont comblés.» Voilà

qui résume en quelques mots ce que tous les amoureux de la gastronomie ressentent en foulant le sol des quatre différentes zones qui le compose: Le Périgord Vert, le Périgord Blanc, patrie des oies et canards gras, le Périgord Pourpre et ses merveilleux vignobles, enfin, le Périgord Noir, qui ne doit pas son nom, comme on pourrait le penser, à la truffe, mais bien à une forte concentration de chênes verts très sombres. Chacun sait qu’il est impossible de faire de la bonne cuisine sans bons produits. Mieux vaut consommer de plus petites quantités, mais consommer mieux. Si les ingrédients du Périgord ne


93 gourmandises

sont certes pas les moins chers, ils font partie des meilleurs.

Le diamant noir Commençons d ’abord notre petit voyage du côté des marchés de Sorges, Sainte A lvère ou Périgueux, où se fixent les cours du tuber melanosporum, pendant la saison de récolte. Le précieux champignon se cache sous les chênes truffiers. S’il en existe une trentaine de variétés, celle du Périgord est l’une des plus savoureuses. Depuis l’Antiquité, on lui prête des vertus thérapeutiques et aphrodisiaques. Aujourd’hui, c’est surtout son goût qui lui donne ses lettres de noblesse. Une chose est sûre, certains l’adorent, d’autres la détestent. Son odeur de sous-bois, de terre et d’humus, sublimée de fruits secs torréfiés, lui confère un goût finement poivré et très particulier. Il n’en faut que peu pour parfumer un aliment. La demande étant bien plus importante que l’offre, les prix s’envolent. Comptez environ 900 €/kg pour une truffe de qualité extra. Voyons le bon côté des choses. Un simple plat de pâtes, ultra bon-marché même s’il s’agit de très bonnes pâtes fraîches, se métamorphose en mets d’exception lorsqu’on le parsème de copeaux de truffe.

Divines terrines On se dirige aussi vers le sud-ouest pour découvrir ses excellents foies gras. C’est une spécialité de la vallée Vézère et sa production fait partie intégrante des traditions locales puisque plus de 200 000 oies et 1 million de canards y sont élevés et gavés avec soin. Pour obtenir une belle couleur jaune, le gavage se fait au maïs. On voit de plus en plus de manifestes destinés à faire interdire la pratique. Il faut savoir que sans elle, pas de foie gras. J’ai été étonnée de constater, lors d’un passage dans une ferme périgourdine, que les oies arrivaient spontanément vers la fermière qui

s’occupait de l’opération quotidiennement. C’est déjà une petite consolation. Afin de défendre la qualité et l’origine des produits issus de palmipèdes à foie gras du Périgord et d’offrir plus de transparence aux consommateurs, des éleveurs, découpeurs et conserveurs de Dordogne se sont regroupés en créant, en 1993, l’Association Foie Gras du Périgord. Si vous avez quelques jours pour vous promener dans la région, n’hésitez pas à emprunter la Route du Foie gras. Une occasion rêvée de déguster les produits d’origine certifiée, mais aussi de faire quelques provisions pour prolonger le plaisir à la maison.

Tendre comme un agneau La région n’est pas seulement connue pour son excellent foie gras, la qualité de l’agneau mérite aussi quelques lignes. Issu de mères de races rustiques ou bouchères, et de pères de races à viandes, l’agneau doit être né et élevé dans une même exploitation, en pré ou en bergerie. Sa finition se fait exclusivement en bergerie. Il est d’abord nourri au lait, sous la mère, pendant 60 jours minimum, puis alimenté avec du fourrage et des céréales produits sur la zone IGP (Indication Géographique Protégée). Ce mode d’élevage traditionnel donne à la viande son caractère fondant et tendre. Elle n’est plus exclusivement consommée lors des Pâques chrétiennes. On en trouve dès le mois de décembre. Carré, gigot, côtelettes, souris ou filet. À vous de choisir le morceau que vous préférez.

Cassez puis croquez Saviez-vous que le Périgord est l’un des berceaux de la noix? On suppose que l’homme de Cro-Magnon en croquait déjà et c’est son huile qui contribua d’abord à la fortune de la région. L’AOC Noix du Périgord estampille quatre différentes variétés. Corne,


gourmandises

94

recettes { Viennoiseries maison } Recettes tirées de Il n'y a pas que le confit de canard dans le Périgord, de Eric Pomarel, aux éditions Tana 94 pages Photographies de Denys Clément

Foie gras mi-cuit express Préparation:10 min. - Cuisson: moins de 5 min. Repos: au moins 24h - Pour 6 personnes 1 foie gras cru de canard + 1 litre de lait + 7g de sel fin + 2g de poivre 01. Réservez le foie gras recouvert de lait pendant 1 nuit au réfrigérateur. Autre possibilité: laissez-le à température ambiante pendant 2h, toujours plongé dans du lait.

02. Egouttez-le et épongez-le soigneusement dans un torchon ou du papier absorbant. 03. Séparez délicatement les 2 lobes à la main. A l’aide d’un couteau à lame longue et fine, déveinez-les: dégagez les grosses veines et pincez-les entre le couteau et votre doigt, puis tirez doucement dessus en vous aidant de la pointe du couteau pour mieux les dégager. 04. Dans un bol, mélangez le sel et le poivre, puis répartissez l’assaisonnement sur toute la surface du foie.

05. Reconstituez les 2 lobes, puis roulez-les dans du film étirable, en serrant bien (prévoyez suffisamment de film étirable pour pouvoir faire 5 tours environ aux extrémités, comme pour envelopper un bonbon). Si nécessaire, percez le film avec un cure-dents pour laisser l’air s’échapper et serrez un peu mieux. Repliez les 2 extrémités du film en dessous et faites 4 ou 5 petits trous sur le dessus à l’aide du cure-dents. 06. Mettez le foie ainsi enveloppé dans un récipient adapté au four à micro-ondes et faites cuire à puissance maximale, à raison de 20 secondes par tranche de 50 g de poids total.

2 Hachis Parmentier périgourdin Préparation: 1h - Cuisson: 30 min. - Pour 4 personnes 1,2 kg de pommes de terre + 500 g de cèpes en bocal + graisse de canard + 2 cuisses de canard confites+ 20 cl de lait + 100g de fromage râpé + sel, poivre

01. Pelez les pommes de terre et coupez-les en cubes. Faites les cuire pendant 20min. dans de l’eau additionnée de sel. 02. Réchauffez doucement les cèpes à la poêle avec un petit peu de graisse de canard prélevée sur les confits, en remuant régulièrement. 03. Réchauffez les cuisses de canard confites pendant quelques minutes pour les débarrasser du surplus de graisse. Effilochez-les dans une assiette et réservez. 04. Réduisez les pommes de terre en purée à l’aide d’un pressepurée manuel. Incorporez le lait en mélangeant avec une spatule. Salez et poivrez. 05. Disposez une épaisse couche de purée dans un plat à gratin et lisez la surface. Ajoutez les cèpes et le confit effiloché. 06. Recouvrez du reste de purée, lissez et parsemez de fromage râpé. 07. Faites gratiner au four et servez bien chaud.

Conseils & astuces: La variété de pommes de terre utilisée pour cette recette est la Caesar, mais vous pouvez prendre une autre variété «spéciale purée».

07. A la sortie du four, laissez refroidir et réservez pendant au moins 24h au réfrigérateur avant de déguster.

Retrouvez + de recettes sur www.femmesmagazine.lu/Cuisine


Marbot et Grandjean sont nées dans le Bassin de production «Périgord». La Franquette s’y est parfaitement intégrée et représente presque trois quarts des surfaces en place. La plus rustique est la Corne, une noix de calibre moyen à coquille solide qui présente un cerneau très clair dont la saveur douce plait particulièrement pour une dégustation de table. La Marbot, précoce et de gros calibre, renferme sous sa coquille tendre un cerneau très blanc et croquant. La Grandjean, une noix de caractère, cache un cerneau légèrement coloré et très charnu. On aime de façon quasi unanime la Franquette, une noix de table dont le cerneau étonne par son goût de noisette et son arôme délicat.

Qui s’y frotte s’y pique La châtaigne fait partie du patrimoine culinaire du Périgord. Considérée d’abord comme une nourriture du pauvre, il faudra attendre les années quatre-vingt pour qu’on se penche réellement sur son cas. Le châtaignier est pourtant l’une des essences d’arbres les plus répandues dans la région. On récolte le fruit en automne et on la consomme toute l’année, fraîche ou séchée. Elle est incontournable pour parfumer pâtés et boudins ou pour accompagner une volaille ou une viande. Elle fait également partie des ingrédients de choix pour la fabrication des desserts.

Tout pour la fraise Trop de fraises ne laissent finalement dans la bouche qu’un triste goût d’eau et ne dégagent aucun arôme. Cultivée en Dordogne depuis plus de 100 ans, la Fraise du Périgord a reçu en 2004 le signe de qualité IGP qui garantit, à l’échelle européenne, la qualité du produit de la culture en coteaux à l’expédition. L’exposition ensoleillée, les sols légers, perméables et riches en humus, les températures sans amplitudes importantes sont autant de conditions réunies qui permettent de produire des fraises aux qualités gustatives uniques. Vous connaissez probablement la Gariguette, d’un rouge vif et brillant et d’une forme allongée. Vous pourrez bientôt goûter la Darselect, la Cléry ou la Mara des Bois qui se classent parmi les espèces les plus aromatiques. On pourrait encore citer d’autres produits comme les cèpes ou les pommes, mais il nous faut surtout dire un petit mot concernant les prestigieux vignobles de Dordogne. L’essentiel de la production se situe dans le Bergeracois et compte treize Appellations d’origine contrôlée. Le Bergerac rouge, sec ou rosé, les côtes de Bergerac rouge ou moelleux sont des vins qui peuvent être produits sur l’ensemble de la région viticole. Les appellations pécharmant, rosette, monbazillac, saussignac, montravel, haut montravel et côtes de montravel sont, par contre, des vins issus de terroirs géographiques bien délimités qui répondent à des conditions d’élaboration précises. La palette est particulièrement intéressante. Du côté des rouges, les Bergerac sont à boire jeunes, tandis que les côtes de Bergerac sont élaborés pour prendre de l’âge avant d’être dégustés. Du côté des blancs, on reconnaît des vins secs et fruités qui doivent être bus jeunes et aussi d’excellents moelleux et liquoreux qui gagnent en noblesse avec les années.


inside luxembourg

96

Inside Luxembourg! Que s’est-il passé au Grand-Duché de Luxembourg ce mois-ci? Ouverture, anniversaire et événements, Femmes Magazine est sur tous les fronts!

› Courrèges s’installe Grand Rue

› TONI & GUY BY PAOLA

› Un nouvel écrin pour Wellendorff

Nouvelle enseigne à Luxembourg. Paola, créatrice du Centre de Coiffure Paola, vous propose sa toute nouvelle ligne de coiffure, entourée d’une équipe exceptionnelle!  Deux adresses incontournables: Toni & Guy by Paola 13 rue Edward Steichen au Kirchberg Tél.: 26008220 & Une maison mythique de la haute couture a pris ses quartiers en décembre, Grand Rue. En effet, c'est au 43 que Courrèges, la maison iconique des années 60, s'installe, dans un écrin de 120 m2 sur deux niveaux, proposant toute la gamme de produits Courrèges, du prêtà-porter aux accessoires, en passant par la parfumerie.  Courrèges Luxembourg

5 rue Jean L'Aveugle à Luxembourg

L’histoire passionnelle qui unit la marque allemande et la clientèle luxembourgeoise a déjà commencé il y a plus que 10 ans. Wellendorff était en effet déjà présente au Luxembourg, grâce à Goeres Horlogerie. Désormais, le réputé joaillier allemand possède son propre écrin au cœur de la capitale. La nouvelle boutique Wellendorff offre un espace de luxe, de confort, de convivialité et de prestige dans l’ancien magasin Oberweis, 19 Grand Rue à Luxembourg-Ville.  Wellendorf, 19 Grand Rue, à Luxembourg. Tél.: 45 54 46

43 Grand Rue, à Luxembourg. Tél.: 287 778 71. Ouvert de 10h30 à 18h du lundi au samedi.

Retrouvez + d’actus sur le Luxembourg sur www.femmesmagazine.lu/Astro

› Rendez-vous avec les astres! Le jeudi 9 janvier, à 19h30, Hélène Mack, notre astrologue, donnera une conférence exceptionnelle à la Librairie Pythagore (30 rue de Hesperange, à Luxembourg) sur le thème de l'évolution du cycle conflictuel d'Uranus/Pluton en 2014. Elle sera également présente du 6 au 11 janvier inclus, dans les bureaux de Femmes Magazine, pour des entretiens individuels, qui vous éclaireront sur votre thème astral pour 2014.  Pour assister à la conférence, prenez rendez-vous au 22 24 37, ou par courriel, à pythagore@pt.lu. Pour obtenir un rendez-vous personnalisé, prenez rendezvous au 26 45 85 86.


20.200 exemplaires Affilié au CIM Direction Maria Pietrangeli Patricia Sciotti Rédactrice en chef Maria Pietrangeli

› The Kooples, la 1ere boutique à Luxembourg!

Les fashionistas seront ravies! The Kooples s’installe (enfin!) à Luxembourg. La première boutique de la griffe française qui monte, créée en 2008 par les frères Elicha, a en effet pris place rue Monterey. Pensée pour le couple, la marque propose des pièces hommes et femmes chic et rock, mixtes et androgynes. Sur 2 étages, la boutique luxembourgeoise proposera la ligne classique, homme et femme.  The Kooples, 8 avenue Monterey à Luxembourg.

› 110 bougies en 2014 pour Berlitz C’est en 1904 qu’un commerçant de Trèves a créé Berlitz Luxembourg. Idée ultra novatrice et visionnaire – savait-il que le pays serait si cosmopolite? – Berlitz est devenue alors la première école de langue du Grand-Duché. 110 ans plus tard, elle est toujours présente et rayonne de par son influence et son succès, sous l’égide d’Artur Sosna qui la dirige depuis 2007.  www.berlitz.lu

› Un nouvel espace esthétique

Rédacteurs Lisa Beys Sarah Braun Emma Braggio Magali Eylenbosch Sylvie Fasbinden Godefroy Gordet Aurélie Guyot Paule Kiénert Christine Mick Catherine Moisy Michaël Peiffer Michèle Rager Dominique Sander-Emram Karine Sitarz Kévin Storme graphistes Julie Mallinger Cédric Shili

Mediskin est le premier centre qui conjugue un espace beauté et des soins élaborés par des médecins esthétiques. Mediskin propose des solutions non invasives à de nombreuses demandes esthétiques: le lifting naturel grâce à la radiofréquence, la minceur avec l’alternative à la chirurgie la lipocavitation par ultrasons et la cryo-lipolyse est une méthode de refroidissement sélective et contrôlée des cellules graisseuses, l’épilation définitive et enfin indolore… Mediskin répond parfaitement aux attentes de cette clientèle exigeante et informée.  2, rue Antoine Meyer (angle 70, route d’Esch) à Luxembourg Tél.: +352 27 44 92 00 www.mediskin.lu

Conseil en communication Myriam Benfatto Julie Kieffer Société éditrice Alinéa éditions & communication s.à r.l. 74, rue Ermesinde L-1469 Luxembourg Tél.: [352] 26 45 85 86 Fax: [352] 26 45 84 94 service.commercial@femmesmagazine.lu redaction@femmesmagazine.lu Toute reproduction de ce magazine même partielle est interdite. Cover ELISE HAMEAU © Marie hochhaus

Abonnement pour 11 numéros par an Coupon à envoyer à Femmes Magazine avec preuve de paiement Pour le Luxembourg 33 € Pour les pays frontaliers 35 € Nom:

.......................................................................................................

Prénom:

............................................................................................

Adresse:

.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

.......................................................................................................................

.......................................................................... À verser au compte IBAN BGL n°LU29 0030200166890000


horoscope

98

horoscope Capricorne 22 décembre au 20 janvier Cœur: Beaucoup d’aspects planétaires difficiles, votre intransigeance et votre inflexibilité vous desserviront. Travail: Il sera temps de valoriser vos efforts, de solliciter une promotion, ou un poste plus adapté à vos compétences actuelles. Vitalité: Les influences planétaires pourront vous rendre vulnérable à toutes sortes de microbes.

Bélier

existaient déjà. Vitalité: Dépensez-vous.

21 mars au 20 avril

Attention aux décisions hâtives, quelque chose pourrait vous pousser à tout changer. Vitalité: Lâchez

Cœur: Prise de conscience, libération ou engage-

Lion

ment seront pour la plupart d’actualité.Travail:

23 juillet au 22 août

La réalisation de vos projets pourra être liée au

Cœur: Sous un climat privilégié, vous ferez certai-

Sagittaire

bon vouloir de votre hiérarchie, cette dépendance

nement un petit voyage à deux, histoire de vous

22 novembre au 21 décembre

peut freiner votre ambition. Vitalité: Attention

retrouver. Travail: Vous aurez de nombreux atouts

Cœur: Certaines auront une période bien remplie

à la fatigue.

de votre côté, vous possédez la maîtrise de votre

par le fardeau des responsabilités familiales, qui

savoir et une créativité insatiable. Vitalité: Modifiez

seront mieux partagées. Travail: Saturne continuera

votre mode de vie.

à soutenir vos efforts et vous aurez une vue plus

Taureau 21 avril au 20 mai

prise et reposez-vous au lieu de vous épuiser en vain.

large de ce que vous voulez faire ou entreprendre.

Cœur: Consolidez vos liens affectifs, soyez plus

Vierge

présente au sein de votre famille afin d’établir un

23 août au 22 septembre

climat harmonieux. Travail: Votre volonté sera

Cœur: Vous prendrez conscience de l’harmonie ou

d’agir sur la scène publique, la confiance en vous

du manque d’harmonie dans votre vie de couple.

Verseau

sera plus forte, car elle émanera de la profondeur

Travail: Un appui ne tardera pas à se manifester,

21 janvier au 19 février

de votre être. Vitalité: L'agitation ambiante ne

soyez attentive à ce que l’on pourrait vous proposer

Cœur: Un début d’année important qui vous fera

vous donnera pas l'occasion de vous ressourcer.

et prenez le temps de réfléchir. Vitalité: La forme

poser des questions auxquelles il pourrait être préma-

est là en vous.

turé d’apporter une réponse. Travail: Vous pourrez

Gémeaux

Vitalité: Les influences planétaires pourront vous rendre vulnérable à toutes sortes de microbes.

réussir ce qu’urgence et passion vous faisaient échouer.

21 mai au 21 juin

Balance

Cœur: Votre partenaire suscitera le désir d’offi-

23 septembre au 22 octobre

cialiser la relation, tous vos engagements seront

Cœur: Mars en visite vous portera vers les hauteurs.

Poissons

importants. Travail: Envie de reprendre des

Cela donnera à votre vie quotidienne, affective, des

20 février au 21 mars

études. Le petit coup de pouce du destin vous

contours plus légers, libérateurs. Travail: Votre esprit

Cœur: Des transformations auront lieu à l’intérieur

amènera à retenir la leçon de vos expériences.

pourrait se passionner pour des domaines inexplorés

de votre personnalité, qui mettront de l’ordre dans

Vitalité: Soyez sérieuse sur l'hygiène alimentaire.

qui pourraient vous conduire sur la route d’une

votre vie.Travail: Vous exploiterez avec brio toutes

évolution. Vitalité: Soyez à l’écoute de votre corps.

les forces inconscientes qui sommeillaient en vous.

Cancer

Vitalité: Les émotions devront être contrôlées.

Vitalité: Détendez-vous!

23 juin au 22 juillet

Scorpion

Cœur: Vous pourrez avoir un choix à faire en

23 octobre au 21 novembre

commun, quant à officialiser une union ou un

Cœur: Parmi les nombreux événements planétaires

déménagement. Travail: Celle qui assumera

pouvant faire évoluer votre situation amoureuse,

sa fonction progressera vers le but désiré, et

Neptune incontestablement aura son rôle à jouer et

Consultation en ligne de qualité, paiement sécurisé par carte bancaire

pourra ainsi réaliser les potentiels latents qui

vous pourrez y puiser une aide précieuse. Travail:

Tél.: [+33] 6 07 82 77 76

Retrouvez votre horoscope au quotidien sur www.femmesmagazine.lu/Astro

Horoscope établi par Hélène Mack www.astrodyssee.com


Profile for alinea communication

Fm 144  

Femmes Magazine N.144 - janvier 2014, le seul mensuel féminin luxembourgeois

Fm 144  

Femmes Magazine N.144 - janvier 2014, le seul mensuel féminin luxembourgeois