Page 1

#50 #53 #48

NEW CULTURE TRENDS

TRUE LIFE EXPLORATION JUI/AOÛT.2018

 « LE PLAN B   C'EST UN PEU L'HISTOIRE   DE MA VIE »  GRAND CORPS MALADE

LIFESTYLE

URBAIN

LUXEMBOURGEOIS


ÉDITO

CRISE DE PASSÉISME AIGUË #50 #53 #48

NEW CULTURE TRENDS

TRUE LIFE EXPLORATION JUI/AOÛT.2018

« LE PLAN B C'EST UN PEU L'HISTOIRE DE MA VIE » GRAND CORPS MALADE

LIFESTYLE

URBAIN

LUXEMBOURGEOIS

COVER

GRAND CORPS MALADE

De retour avec Plan B, son sixième et dernier album, Fabien Marsaud, alias Grand Corps Malade manie les mots avec une agilité sans égal. Sous sa plume, ils se font tour à tour drôles, percutants ou émouvants. Chroniqueur du temps qui passe et du monde qui l’entoure, on a eu la chance d’aller l’écouter à Neimënster lors de sa venue au Luxembourg. Un moment durant lequel il nous a offert une prestation pleine d’émotion et d’humour. Un artiste vraiment pas comme les autres que l’on est heureux de mettre en avant dans ce mag’ de l'été.

J’ai longtemps redouté le jour où j’allais commencer à regretter le passé. Par peur de me dire que j’étais en train de vieillir, mais aussi par crainte de céder à la tentation du « C’était mieux avant ». Petite phrase que nous avons tous entendue au moins une fois de la part de nos parents ou grands-parents, et en face de laquelle nous réagissions avec un peu de condescendance, nous muant alors en progressistes du dimanche devant ces vieux conservateurs has been. Chaque génération voit naturellement la période de son enfance et de son adolescence comme une sorte de madeleine de Proust. Pour la plupart d’entre nous, c’est une période d’insouciance qui explique, en partie, l’attachement que nous éprouvons à l’égard de l’imagerie que nous gardons de ces instants. Au moment où j’écris ces lignes, nous sommes en plein préparatifs de notre Summer Party Vol.2, une soirée placée sous le signe des nineties. Voici donc, pour moi, le moment de me laisser envahir par la nostalgie. La trentaine approchant à grands pas – cette année pour être honnête –, je me retrouve dans la peau de ceux à qui j’ai pu reprocher une mélancolie du présent. Comme certains d’entre vous, j’ai grandi dans les années 90, une époque qui a notamment marqué l’appropriation par tous d’une culture profondément pop, en même temps qu’un désir partagé de simplicité. Au temps de Friends, de l'explosion de la pop indé, de la démocratisation du rap ou encore des facéties de Tarantino – on pourrait évidemment continuer à faire une page entière de références aux nineties –, notre consommation des plaisirs de la vie n’était en effet pas aussi frénétique qu’à l’heure actuelle. Les baladeurs CD déformaient les poches de nos vestes en jeans, à force d’écouter en boucle les albums des Spice Girls – oui j’assume parfaitement cette référence musicale – et nos VHS ne passaient plus après notre enregistrement de Retour vers le Futur par-dessus l'enregistrement d’un enregistrement... Alors évidemment, personne aujourd’hui ne va se plaindre d’avoir accès à des dizaines de milliers de titres en streaming sur son smartphone, ou d’avoir la possibilité de mater des centaines de films et séries sur Netflix. Seulement voilà, le plaisir est-il le même dans une démarche où la surconsommation des biens culturels est devenue une norme ? La culture n’est évidemment pas la seule concernée. Comment ne pas évoquer également notre rapport à l’amour et ces applications qui nous permettent de choisir nos relations comme sur un catalogue Ikea. Ou encore la profusion de vidéos dispo’ sur Pornhub et autres plateformes bien connues, qui font le plaisir des amateurs du genre. Il est en effet bien loin le temps où La Redoute et Les 3 Suisses constituaient un objet de fantasme pour la plupart des mecs de ma génération. Enfin, c’est avant tout la dernière décennie de l’histoire épargnée par la démocratisation des réseaux sociaux et de ce qu’ont engendré Facebook, Instagram et autres Snapchat sur notre rapport à l’image et à ce que nous faisons de nos journées. À cette époque nous n’étions en effet pas au courant de ce que prenaient nos potes au petit-déjeuner, ou de ce qu’ils pouvaient faire pendant leurs vacances et ce n’était pas si mal. Sans doute étions-nous plus occupés à profiter de l’instant à une époque où ces médias n’avaient pas encore vampirisé nos vies. Exit les photos de pieds au bord de la plage, les clichés d’assiettes et tout ce qui entoure les quotidiens pas toujours très intéressants de nos centaines d’« amis » virtuels. Franchement, rien que pour ça, je me dis c’était bel et bien mieux avant. Mathieu Rosan

OURS DIRECTION

CONSEIL EN COMMUNICATION

ABONNEMENT - 6 numéros / an

Maria Pietrangeli

Julie Bénière | Vanessa Berners |

Coupon à envoyer à WAT éditions

Virginie Caron | Alexandrine

avec preuve de paiement

Florian | Kevin Martin

Nom:

service.commercial@boldmagazine.lu

Prénom:

RÉDACTEUR EN CHEF Mathieu Rosan PHOTOGRAPHES Zuzana Lettrichova | Julian Benini | Carl Neyroud

MISE EN PAGE WAT éditions Sàrl

WWW.BOLDMAGAZINE.LU

RÉDACTEURS

Julie Mallinger

Luxembourg 24€ / Pays frontaliers 32€

Thibaut André | Chris B. | Alix Bellac |

Audrey Ridremont

À verser sur le compte BGL LU43 0030 4038 5982 0000

Julie Bénière |Jonathan Blanchet | Sarah Braun | Magali Eylenbosch | Godefroy Gordet  | Aurélie Guyot | Thomas Suinot | Agathe Ruga redaction@boldmagazine.lu

SOCIÉTÉ ÉDITRICE WAT éditions Sàrl 74, rue Ermesinde L-1469 Luxembourg Tél.: +352 26 20 16 20

20 200 exemplaires

Adresse:

Toute reproduction de ce magazine, même partielle, est interdite.

JOIN US!


SOMMAIRE

TRUE LIFE

CULTURE ARTY

NEW NEW

TRENDS

16

JOËL ROLLINGER, « PARFOIS JE SUIS PLUS PERFECTIONNISTE ET D’AUTRES FOIS PLUS CHAOTIQUE »

6

SOMEBODY

8

THE INTERVIEW

MODE 3.0

STORIES

43

MUST HAVE

62

ET SI ON RESTAIT AU LUXEMBOURG CET ÉTÉ ?

44

FIAT 500 COLLEZIONE UN TOP MODEL EN VILLE

18

DESIGN

LE TOURISME

START UP A DATE

JE ME SUIS PRIS UN RÂTEAU

HOT SPOT

14

MUSIC

ACTU SÉRIES

24

VIDÉO GAMES

25

46

ONE DAY TO...

PLAYLIST THE DIARY

KID’S SHOPPING

76

COQUILLAGES & CRUSTACÉS

FASHION ALERT

LA VIE AQUATIQUE

48

TRIP

STREET STYLE 40

88

FLORENCE, L’ÉLÉGANTE DAME

COOKERY

FOOD

32

42

72

LA CRÈCHE, C’EST LE CLUB TOUTE L’ANNÉE POUR BÉBÉ !

31

CULTURAL ESCAPE BOOKS

MUM’S & DAD’S

28

GRAND CORPS MALADE, UN PLAN B QUI LUI RÉUSSIT PLUTÔT BIEN

84

CINQ BONNES RAISONS DE (RE)DÉCOUVRIR METZ

26

THE INTERVIEW 96

70

MAKIKKO  YES, THEY SCAN !

SUN GLITTERS « JE PRÉFÈRE VOIR LES CHOSES AU JOUR LE JOUR. UNE NOUVELLE IDÉE PEUT VENIR DE NULLE PART… »

ACTU CINÉ

SNAPSHOT

68

ARTHUR, DES CALEÇONS ET DES HOMMES

22

80

COOL COLLAB

WHAT ABOUT

12

78

CRASH TEST

LAURA LAUNE  « QUAND J’ÉCRIS, JE NE ME DEMANDE JAMAIS SI C’EST TROP TRASH »

MOOD

EXPLORATION

60

92

94

WINE O'CLOCK

95


Actu | New

SHOP

DES BÉBÉS STYLÉS ET BIO !

Désireuse d’offrir à ses clientes une qualité haut de gamme, tout en les incitant à consommer mieux, Madame Prendi a ouvert, le 3 juin dernier, une toute nouvelle boutique de vêtements bio pour les tout petits. Dans un bel espace au design sobre et chic, elle vous invite à découvrir une belle sélection de la marque Filobio, 100 % made in Italy pour les enfants de 0 à 4 ans. Leur philosophie ? « Rendre beau ce qui est sain » : aussi, tous les vêtements sont confectionnés à partir de coton biologique de la meilleure qualité, pour le bien-être de bébé et de l’environnement. Un leitmotiv qui a convaincu la propriétaire des lieux, d’autant que les pièces affichent un style des plus craquants. Une super idée cadeau de naissance ou pour la saison des baptêmes qui bat son plein !

19, rue des Capucins, Luxembourg -

RESTO

SE FAIRE TAILLER UN COSTARD ET PLUS ENCORE ! Niché en plein cœur du Limpertsberg, Tailors Concept va révolutionner votre façon de dîner ! Dans ce petit restaurant d’une vingtaine de couverts au cadre très italien et contemporain, il vous sera possible de vous faire tailler un costume. Oui, oui, pour de vrai. Un service proposé sur rendez-vous avec un véritable Saville road ! En cuisine, le chef italien, Adriano Baldassare (passé par la brigade du restaurant Tordomatto à Rome, 1 étoile au Guide Michelin !), ambitionne de travailler les plus beaux produits de saison pour une carte chic et gourmande : carpaccio de langoustines, agneau au yaourt ou encore les grillades (spécialités de la maison). Et vous n’êtes pas au bout de vos surprises car Tailors Concept cache également un bar speakeasy, au sous-sol, auquel on accède grâce à un code. Là, vous y dégusterez les cocktails de George (ex-house 17) et, si le plaisir vous tente, vous pourrez l’accompagner d’un cigare.

139 Avenue du Bois, Luxembourg, Tél. : 26 20 27 86 www.tailorsconcept.com

OUVERTURE

LA LUCIOLE S’INSTALLE AU KIRCHBERG Le groupe La Luciole, spécialiste de la petite enfance et acteur majeur dans la création et la gestion des crèches, ouvrira prochainement une crèche et un foyer de jour au Kirchberg pour les enfants de 3 mois à 12 ans, où elle s’appuiera sur un projet pédagogique innovant, « de l’éducation non formelle ». Elle proposera un tout nouveau concept qui favorise l’autonomie et l’expérimentation artistique et sportive au sens large, grâce à son foyer des arts, une école pluridisciplinaire dédiée aux activités artistiques et de loisirs pour toute la famille. Le lieu offre toute l'année, à quelques minutes du centre ville de Luxembourg, différentes activités culturelles sous forme d’ateliers en journée, le soir, la semaine ou le weekend. Ces activités s’adressent à toutes celles et ceux qui veulent débuter ou approfondir une pratique, adultes ou enfants.

33 avenue JF Kennedy, Luxembourg www.luciole.lu 6


Actu | Somebody

Texte Sarah Braun Image Julian Benini

21.07 2008

Rencontre avec Chris (aka DJ Isaac), son amoureux

30.06 2012 Emménagement au Luxembourg

25.10 2015 Premier match à la Rockhal des Grandes-Duchesses de Luxembourg contre les Blackland de Charleroi

 LOREN LAPLANE  2013, Loren découvre le roller derby à travers le film Bliss. Une révélation pour la trentenaire, aux antipodes de son quotidien dans le secteur bancaire. Tout dans cette discipline la séduit. Les derbynames, les tenues des joueuses, mais surtout, les valeurs d’entraide et de partage. Pas de rififi ni de guéguerre en coulisses. « Si les filles s’affrontent – parfois violemment sur le terrain – les différents sont envolés sitôt le coup de sifflet final. » confie la jammeuse (attaquante, ndlr.) et présidente des Grandes-Duchesses, le club de Roller Derby de Luxembourg. Son plus beau souvenir ? 8

« Le premier match officiel, à domicile, à la Rockhal, contre les Blackland de Charleroi. Tous nos amis et notre famille étaient là pour l’occasion. Cela nous a porté chance : nous avons remporté ce match ! » Si la Présidente se réjouit de la notoriété croissante de ce sport à l’échelle de la Grande Région, elle ne peut cacher ses rêves de grandeur. « Nous avons une équipe dynamique et solide, que je vous invite à rejoindre ! Et puis, nous aimerions trouver une salle attitrée pour nos entraînements. Cela nous permettrait de nous améliorer encore ! » Le message est passé !


Somebody | Actu

Texte Mathieu Rosan Image Julian Benini

1986 Arrivée à Paris

2005 Installation à Zurich, en Suisse

2014 Commence son aventure au Luxembourg

 EZRI KAHN  Si vous êtes féru de mode, et notamment de ce qui se passe au Grand-Duché, inutile de vous présenter Ezri  Kahn. Ce couturier est devenu avec le temps une référence des créations pour femmes dans le pays. Né à Liège, ce passionné de mode et de danse est arrivé au Luxembourg en 2014 après avoir vécu en Belgique, en France, mais également en Suisse. Un parcours qui lui a notamment permis de faire évoluer sa vision artistique en s’inspirant de ses différentes expériences. Mettant toujours en avant son savoir-faire dans chacune de ses pièces, il aime partager sa passion et les spécificités du métier d’artisan. C’est pour

cela qu’après des années à concevoir dans son atelier situé à Hesperange, Ezri va prendre la direction de la capitale afin de s'installer dans son nouveau showroom. Dès le début du mois d’octobre, il vous sera ainsi possible de vous rendre au 14 avenue de la Liberté, et de découvrir ce nouvel espace consacré à la conception, mais également à la vente de ses créations. Un nouvel atelier plus grand, qui permettra au styliste d’avoir notamment la possibilité de faire des évènements directement chez lui et ainsi, d’inviter différents créateurs à le rejoindre pour des shows ou encore des expositions éphémères. 9


Actu | Somebody

Texte Mathieu Rosan Image Julian Benini

2001

Débuts en bmx et premières fois à Dudelange pendant l’été

2010 Après pas mal de blessures, première année en tant que speaker et juge au Dudelange On Wheels

2017 20e anniversaire du Dudelange On Wheels

 PIERRE WILHELM  Nommé récemment « Dudetown Ambassador » au même titre que quatre autres jeunes amoureux de Dudelange, Pierre, met depuis des années tout en œuvre pour promouvoir l’attractivité de la ville du sud. Passionné de bmx, il découvre le Skatepark Schmelz à l’âge de 15 ans. Il tombe alors amoureux du lieu et décide de rejoindre l’association Park And Ride qui gère le park depuis plus de 20 ans. Organisateur d’évènements autour de son sport de prédilection, il devient alors speaker du Dudelange on Wheels. Au-delà de sa mission auprès des passionnés de sensations 10

fortes, il n’hésite pas à mettre en avant les initiatives de la municipalité auprès des jeunes : « Selon moi la mixité culturelle se fait peut-être encore plus à Dudelange qu’à Luxembourg. C’est une ville où il se passe toujours quelque chose, tout en restant à taille humaine. La municipalité s’intéresse vraiment à ce que pensent les jeunes ». Une pensée qui résume plutôt bien la volonté du collège échevinal de faire de Dudelange une commune prisée pour sa qualité de vie à travers ses nombreux atouts, tels que la culture, le sport, les loisirs et la nature. Et ce n’est pas Pierre qui nous dira le contraire.


Somebody | Actu

Texte Sarah Braun Image Julian Benini

11. 2006 Création du Label Chez.Kito.Kat Records

09. 2007 Première publication d'un disque, la compilation KITO SOUNDS #1

12. 2016 Le label fête ses dix ans avec la publication de deux références et des concerts en France et au Luxembourg

 SAMUEL RICCIUTI  Au moment de nos premiers « brainstroming Summer Party Vol.2 » l’une des premières questions sur lesquelles nous avons planché était évidemment celle de la musique. Rapidement le trio de Chez.Kito.Kat Records nous est apparu comme une évidence. Fondé par Salima Bouaraour et Samuel Ricciuti, avant d’être rejoint par Christophe Biache, le label célèbre cette année ses douze années d’existence. À travers un catalogue fait de musiques électroniques, de folk, de hip-hop, et de pop, le label est à l’origine de dizaines d’albums et de centaines de concerts qui ont fait sa renommée.

Parmi eux, on peut notamment citer Hrsta, Loscil, Benoit Pioulard, Aidan Baker ou encore Ghislain Poirier. En proposant une vision alternative de la scène musicale locale, ils ont également permis à de nombreux jeunes talents d’émerger. Samuel, que nous avons rencontré dans le restaurant familial Casa Ricci à Metz, nous a confié être sur le point de s'installer au Canada où il continuera, malgré la distance, de s’occuper de la direction artistique du label. D’autant qu’avec les sorties des EP de No Drum No Moog en juin, Mount Stealth cet été et Norset.D en septembre il risque d’avoir de quoi faire... 11


Actu | Mood

Texte Sarah Braun

JE ME SUIS PRIS UN RÂTEAU Cet automne, je suis tombée amoureuse. Et ça, je ne l’avais pas prévu du tout. Et il faut dire que ça n’était pas gagné. Juillet dernier, quelques jours après notre Summer party tropicale, Raph, mon ancien rédac chef, m’a annoncé que son pote Mathieu était candidat à sa succession. « Mais si, un méga beau gosse de la mort. Il était là, à la Summer ! Tu n’as pas pu pas le voir. » Alors, non, désolée, je ne l’ai pas vu. J’avais bien mieux à faire que mater tes potes – surtout les tiens – et il y avait un food truck de crêpes. J’étais fort occupée à toutes les goûter. Bon, j’avoue. Par curiosité, je suis quand même allée stalker son profil Facebook, et le screenshot de sa photo de profil à quand même fait le tour de ma bande de cops. Faut pas déconner, quand même. Et puis, soit dit entre nous, j’aime pas les hommes trop beaux. Je les trouve louches, tous ces types genre premiers de la classe, chemise bien repassée, raie sur le côté avec leur sourire ultra bright. Ceux-là même qui plairaient tant à mon papa qui désespère que ma seule collocataire, depuis cinq ans, soit Ernestine, mon chat. J’avoue, je préfère les gros, au CV bien compliqué. Divorce douloureux, pas prêt à s’engager. Pervers narcissique en bonus (Un petit coucou à ceux qui se reconnaîtront). Alors quand je l’ai vu débarquer avec son petit pantalon jaune poussin, son blazer bien mis et sa raie sur le côté, ça n’a pas raté. « Il va être chiant comme la pluie, celui-là. »

« ET PUIS, SOIT DIT ENTRE NOUS, J’AIME PAS LES HOMMES TROP BEAUX »

Notre première rencontre ? Des plus glaciales. En bas de l’immeuble, 14 h. « C’est VOUS Mathieu ? Oui, j’ai rendez-vous. C’est au deuxième étage. » Le blizzard en plein juillet. Et puis il a été engagé. Et j’ai oublié qu’il venait.

Lundi 1er octobre, j’arrive au bureau sans me souvenir que le bellâtre allait désormais nous honorer de sa présence. Il arrive tout sourire à 10h, en réunion, comme une fleur. Puis vient le moment fatidique où nous nous retrouvons dans les 7m2 qui nous servent de bureau. Forcément, tant de proximité, ça rapproche. On commence à papoter et on se trouve quelques points communs. Dont une passion pour l’opéra et Orelsan. Pas mal. Je le guette au-dessus de mon écran. « Il est quand même pas mal, finalement. » Coup de foudre, ça m’est tombé dessus un matin. Je sors le plan or-sec. Jupes raccourcies de 10 cm, décolleté, brushing impeccable (au point de passer chez le coiffeur un matin de panne de lisseur). Exit les sneakers, je redécouvre les joies – ou pas – des talons de 12 cm. Je me remets à faire des gâteaux. Ça tombe bien, son anniversaire tombe le 23 octobre. Un mois pile après moi. « Ça aussi, c’est un signe. » Je lui fais donc un petit gâteau au chocolat – ma recette secrète héritée de ma maman qui marche à tous les coups – rien que pour lui. Avec une bougie qui l’attend sur son bureau. Regard médusé de mes collègues pour qui je n’ai jamais eu tant d’attentions. Je martèle les oreilles de mes copines qui n’en peuvent plus. Message de Pauline à 6h du matin, après avoir passé une soirée à m’écouter ne parler que de lui : « Sarah, j’ai pas eu de nouvelles de Mathieu depuis 6 h, je m’inquiète. Est-ce que tout va bien, et lui, il est toujours vivant ? » Mes parents viennent dîner, ils ne franchissent pas la porte que, déjà, je leur annonce la bonne nouvelle, j’ai (presque) trouvé un mec. Je revois encore les yeux de mon père qui scintillent. « Pour de vrai ? » Ben, presque, il ne me reste plus qu’à le convaincre, quoi. (Note de l’auteur : là, mon père comprends illico presto que c’est un traquenard et qu’il n’est pas prêt d’avoir un gendre. Je lui ai déjà fait le coup une fois ou deux…) Je décide d’attaquer par la face nord et lui propose de m’accompagner voir Don Giovanni, de Mozart, au Grand-Théâtre. Lui, prévenu que jamais personne ne m’a vue dans cet état au bureau, n’ose décliner. Petit apéro aux Tramways avant. Le mec boit de l’eau. Moi, deux verres de vin. Pour me donner du courage. 3 h, même avec un entracte, cela devrait me donner assez de temps. Rideau final, il me propose de me raccompagner chez moi. J’espère, je prie. « Bon ben, à demain, merci pour la soirée ! » Ô rage, Ô désespoir. Je me refais la scène finale de Carmen dans ma tête, lorsque Don José, transi d’amour, finit par tuer Carmen qui ne l’aime pas en retour. « Allô papa. Bon, ben, je crois que ça ne sera pas encore cette année que tu seras papy… »

12


Actu | Hot Spot

BRASSERIE DES JARDINS AFRIKAN GOURMET Envie de réveiller vos papilles ? Afrikan Gourmet se propose de revisiter le traditionnel burger avec une cuisine pour le moins ensoleillée et épicée. Et pourquoi ne pas en profiter pour tester le Shaka, qui twiste le bœuf classique pour un haché d’autruche, accompagné de bananes plantains frites, trempées dans l’une des sauces plus ou moins épicées, dont le chef a le secret. Même le dessert se met à l’heure africaine, avec un tiramisu revisité à la noix de coco ! Et si l’envie d’organiser une summer party placée sous le signe de l’Afrique, pourquoi ne pas les convier ? Afrikan Gourmet couvre aussi les événements privés et/ou professionnels !

Tél. : 621 370 150 www.afrikangourmet.com

CAFÉ DE PARIS La terrasse du Café de Paris est sans aucun doute l’une des plus prisées à l’heure du lunch. Bénéficiant d’une belle exposition au soleil, on prolongerait bien le moment tout l’après-midi, d’autant que la carte propose des coupes glacées des plus alléchantes, des boissons fraîches, smoothies et citronnade faites maison. A la carte, le Café de Paris n’a de cesse de réenchanter ses habitués avec sa cuisine savoureuse, simple et authentique, qui puise son inspiration dans les codes de la brasserie et le terroir du Sud-Ouest : terrines à partager, croque-monsieurs généreux, avocat aux crevettes et pamplemousse ultra frais ou appétissants burgers. Un Menu du Chef est également à la carte et le soir, on profite des derniers rayons du soleil en savourant l’une des planches de fromages et charcuteries vraiment très gourmandes.

16 place d’Armes, L-1136 Luxembourg, Tél. : 26 20 37 7 - www.cafedeparis.lu

14

Située dans le quartier de Merl – en pleine expansion – la Brasserie des Jardins joue la carte de la proximité et de la convivialité avec une cuisine fraîche du marché, élaborée à partir de produits de saisons locaux. Ajoutez à cela un cadre idyllique, avec une belle salle de 95 places et une vaste et très belle terrasse verdoyante et ombragée qui tombe à pic pour la belle saison. Soucieux de travailler dans un circuit court, le chef a en effet pris le parti de collaborer avec des producteurs et artisans luxembourgeois et affiche une inclinaison certaine pour les produits bios. La carte joue des influences brasserie, une touche chic en plus. Les amateurs de viande se régaleront de belles pièces cuites au four Josper garantie d’une viande juteuse et parfaitement grillée. A souligner enfin plusieurs suggestions vegans. Enfin, on se réjouit d’une ouverture 7 jours/7 pour encore plus de plaisir !

27b Boulevard Marcel Cahen, L-1311 Luxembourg Tél. : 26 25 93 48


Hot Spot | Actu

LA P’TITE MAISON DOMAINE DU MOULIN D’ASSELBORN Havre de paix en plein milieu d’un écrin de verdure, le Domaine du Moulin d’Asselborn offrira quiétude et sérénité à vos déjeuners et dîners estivaux. On y déguste une cuisine authentique et généreuse, confectionnée à partir de produits locaux, dans le respect des traditions et des saisons. Le plus dur sera de choisir entre les différents restaurants du Domaine. Que vous soyez plutôt brasserie ou rôtisserie au feu de bois, ou que vous ayez un petit creux dans l’après-midi… toutes vos envies seront comblées. On aime le cadre chaleureux et intimiste qu’offrent les lieux et qui nous invite à nous sentir un peu comme à la maison… mais en beaucoup mieux !

Maison 158, L-9940 Asselborn Tél. : 99 86 16, www.hotelvieuxmoulin.lu

La P’tite Maison vient de rouvrir ses portes et nous vous  invitons à (re)découvrir cette excellente adresse ! La P’tite Maison fait résolument partie de ces bonnes tables, que l’on se recommande chaudement et qui comble tous les sens. Les yeux d’abord, avec sa belle salle sur deux étages, décorée avec sobriété et élégance, ou sur la vaste terrasse verdoyante. La P’tite Maison offre un cadre idyllique, charmant et romantique qui sublime la dégustation. Puis vient le plaisir des papilles. Épicurien de la première heure, le chef et maître des lieux Paul-Henri Chahmerian réalise une cuisine à son image : généreuse et passionnée, inventive et raffinée, avec toujours en fil rouge le désir de sublimer les (très beaux) produits de saison. Dîner en en petit comité, walking dinner – jusque 150 personnes – cocktail de mariage, banquet dominical... tout est possible, le chef et son équipe feront leur possible pour concrétiser l’événement de vos rêves.

100 rue de Rollingergrund, Luxembourg, Tél. : 27 99 90 09 - www.laptitemaison.lu

SAUDADE Offrir le meilleur des traditions portugaises et faire découvrir les mille et une saveurs ensoleillées de la gastronomie locale : voilà ce qui a poussé l’équipe de Saudade à prendre la route dans son joli foodtruck rose vif aux airs vintage. D’ailleurs, en portugais, « saudade » signifie sentiment de nostalgie, désir d’ailleurs. Pour ce faire, la carte propose moult spécialités portugaises, salées et sucrées. On s’y rue pour déguster d’authentiques pasteis de nata, bifanas, bola de Berlim et autres arroz dolce… Et, presque, en fermant les yeux, on aperçoit les azujelos baignés par le soleil et la douceur de vivre portugaise.

Tél.: 621 756 565, saudadefood.truck2018@gmail.com Food-Truck-Saudade |

foodtrucksaudade

15


Culture | Arty

JOËL ROLLINGER,

« PARFOIS JE SUIS PLUS PERFECTIONNISTE ET D’AUTRES FOIS PLUS CHAOTIQUE » Acteur de la scène du street art luxembourgeois à ses débuts, Joël Rollinger développe un style percutant qui l’emmène à se montrer au dedans, dans les salles d’expo presque plus que dans la rue. Sans abandonner ses racines, il est devenu au fil des années, un plasticien pluridisciplinaire, autant stimulé par la fresque murale que la toile, la gravure ou l’installation. Figure d’une jeune scène artistique décomplexée, Joël Rollinger s’invite aujourd’hui à la table des grands artistes du pays. Avec ses fresques monumentales qui occupent ou ont occupé de nombreux murs du Grand-Duché, l’artiste luxembourgeois a conquis tout un pays et ne compte pas s’arrêter là.

Texte Godefroy Gordet

EN BREF 8 juillet 2012 Naissance de son premier fils (Nils)

14 janvier 2016 Naissance de son deuxième fils (Bo)

www.rojo.lu

16

Alors qu’il n’a que 14 ans, le jeune homme originaire de Lorentzweiler est impressionné par les graffitis des lignes de train, mais il s’intéresse davantage à la scène hip-hop et surtout au breakdance. Petit à petit les graffs de rue l’inspirent, « les lettrages simples, bien lisibles, avec des contours marqués en bichromie » et il commence à faire ses premiers graffitis. Ce n’est que plus tard qu’il découvre les arts visuels et le domaine de la peinture avec un autre œil. Associé d’abord à la scène du street art, il devient au fil des années, artiste plasticien aux multiples techniques et affections. Il s’est retrouvé là, sans préméditation. Son parcours plutôt haché, l’a emmené dans cette voie. De détour en détour, il en vient à étudier l’architecture et ensuite l’art, puis, entre temps, vit de petits boulots sur des chantiers pour finalement devenir artiste, « ma formation s’est faite dans un mouvement de va-et-vient entre architecture et arts ». C’est en 2015, après ses études d’architecture à Trêves, qu’il décide de devenir artiste professionnel. Un virage tendu, qu’il a pourtant pris avec beaucoup d’aisance, « pour moi, vivre en tant qu’artiste, était

une chose impossible ». Finalement il se lance guidé par d’autres artistes plus aguerris, mais surtout par les aléas de la vie, qui poussent parfois à prendre des risques, « trois raisons principales m’ont poussé à m’aventurer là dedans : le décès de quelqu’un de proche qui m’a montré que la vie est trop courte pour faire quelque chose qui ne te plait pas ; la proposition de l’artiste Stick à rejoindre le “comité d’art urbain de la Ville de Luxembourg“ et ma rencontre avec l’artiste Sumo qui m’a donné de précieux conseils pour franchir le dernier pas ». Il se lance ainsi dans ce métier bougrement complexe, mais terriblement passionnant. Du graffiti à la peinture murale, puis de l’art urbain à la toile, son style a évolué petit à petit pour se distinguer nettement aujourd’hui. Un « style » apparu dans son travail en 2012, quand il commence à peindre des motifs figuratifs en utilisant les mêmes techniques sur façade, en sprays, pinceaux et rouleaux, « c’était important pour moi, de trouver un style avec un fil rouge afin que ce soit propre et spontané. Je veux faire des sculptures ou des installations pour que mon style soit toujours reconnaissable ».


Arty | Culture

Traits saccadés, contours marqués et couleurs vives kaléidoscopiques, forment les signatures visuelles de son travail. Une esthétique qui lui est propre, mais qui trouve des assonances du côté de chez Fernand Léger pour les couleurs et personnages ou chez Dubuffet pour les perspectives de formes. Mais l’artiste ne conçoit pas de révolutions dans l’art, plutôt des évolutions, « j’ai toujours été impressionné par Louis Comfort Tiffany, Max Beckmann, Jonas Burgert ou dernièrement Herman Brood. Si on pratique l’art on doit avoir une bonne connaissance du domaine pour évoluer ». Via de nombreux outils, de la bombe au pinceau en passant par la gouge et le burin, le pochoir ou le collage ; sur tous supports, de la toile, au carton, en passant par le métal, le bois ou les murs ; et par le biais de techniques mixtes, de la gravure sur bois au graffiti en passant par la toile ; dans sa conception, le travail de Rollinger est polytechnique et protéiforme. La plupart de ses projets sont différents, adaptés aux lieux et aux problématiques qu’ils imposent, « parfois je suis plus perfectionniste et d’autres fois plus chaotique. » « Le style c’est l’homme », explique l’artiste luxembourgeois. C’est ainsi que se dévoile dans son travail pictural, des personnages multiples, aux caractères et physiques différents, « dans mon atelier, j’ai des milliers de photos de personnages. Des observations instantanées dans des situations de la vie quotidienne ». De ses esquisses à son style aux proportions enjouées, Joël Rollinger fait quasiment du personnage une obsession. Ce qui intrigue dans ses mises en scène, c’est le fait que ces « gens » ne soient jamais seuls. Ils sont toujours représentés en masse, en foule, parfois en amas de personnes, « dans ma construction de l'image je préfère quand elle est encombrée ». Le vide n’existe presque jamais dans ses œuvres, « j’aime que tous les recoins d’une œuvre soient remplis de figures ».

«  MA FORMATION S’EST FAITE DANS UN MOUVEMENT DE VA-ET-VIENT ENTRE ARCHITECTURE ET ARTS  » Dans ce sens, à l’image des peintres de  la  renaissance, ce sont des scènes du quotidien que le luxembourgeois nous montre. Un vif intérêt pour les instants de la vie de tous les jours, « je photographie beaucoup mon quotidien. J’ai besoin de ce modèle visuel. J’aime ces motifs liés à des moments de la vie de tous les jours, car je peux m’identifier à eux ». En dehors de la peinture, il développe également d’autres projets artistiques. Comme son installation White House, ouverte au public entre le 8 et le 24 juillet 2016. Une maison entièrement recouverte de peinture blanche, intérieur come extérieur, du sol au plafond, devenue galerie d’art temporaire et elle-même œuvre d’art. Un projet qui a été comme un défi pour l’artiste, « avec ce genre de projets, j’apprends beaucoup, dans un court laps de temps. Dans l’avenir, j’aimerais me diriger vers la création d’événements artistiques, donc je me constitue un portfolio ». La White House est une œuvre monumentale dans laquelle différents artistes ont été invités à développer leur travail, « je voulais réaliser quelque chose d’extraordinaire ». Depuis, en tant qu’œuvre à part entière, cette maison blanche est devenue une sorte de sculpture dans le paysage urbain environnant.

Exposé un peu partout au Luxembourg en 2017, son travail a été vu au Musée de la distillerie, à la Valentiny Foundatioun, au Kulturschapp de Walferdange, au Sixth Floor de Koerich, au CAW de Walferdange, au Food for your senses et à au Mierscher Kulturhaus. Une envolée sauvage pour le jeune artiste qui n’avait que très peu exposé avant 2017. Une année durant laquelle il a appris à montrer son travail et reconnaît comment il ne veut plus le montrer, « je suis à un point dans ma vie ou je sais comment je veux montrer mon art et quelles expositions je veux fréquenter. Les démarches sont toujours les mêmes : premières idées, motivation, déprime, remotivation… Je veux, dès maintenant, participer au maximum à trois expos par an maximum ». C’est en faisant des erreurs qu’on apprend et Joël Rollinger a parfaitement capté la chose. Intégré aujourd’hui au paysage artistique luxembourgeois, il y voit un bel avenir pour la jeune scène artistique du pays, « c’est une scène tellement belle, faite de gens tellement différents. Les jeunes osent de plus en plus ce qui annonce un immense développement pour ces derniers. Et au Grand Duché, les soutiens sont là, il faut juste les trouver ».

DATES EXPO Schwaarzt Haus/ Colourful Black Du 1er juin au 1er juillet

Art in Beaufort Du 3 au 15 août

Walfer Kulturschapp  Du 19 au 28 octobre

Cumulant aujourd’hui la paternité de deux enfants avec son boulot d’artiste indépendant, Joël Rollinger est un artiste heureux, installé à Walferdange pour y vivre et travailler. D’ailleurs, quelques projets d’importance vont voir le jour : comme celui qu’il développe avec l’artiste Linda Blaise, dans une maison, qui sera cette fois envahie par la couleur. Le projet ouvrira ses portes du 1er juin au 1er juillet dans la rue de la Semois et accueillera près de 35 installations différentes. On peut également évoquer son travail pour la ville de Luxembourg autour d’un socle pour sculpture ou installation qui accueillera dès octobre des œuvres d’artistes… Tout en positivisme, Joël Rollinger s’installe comme un acteur incontournable de l’art contemporain au Luxembourg. En restant honnête envers les autres et lui même, passionné et bosseur, son avenir s’annonce radieux.

17


Culture | The Interview

LAURA LAUNE :

« QUAND J’ÉCRIS,JE NE ME DEMANDE JAMAIS SI C’EST TROP TRASH »

Texte Mathieu Rosan Images Julie Caught & Laura Gilli Maquillage Charlotte Chenoz

Laura Laune au Luxembourg cette année ? On ne pouvait passer à côté de l’une des révélations de la scène humoristique francophone. Après avoir remporté la dernière édition de La France a un incroyable talent, la jeune Belge – oui, on peut être belge et gagner dans une émission qui s’appelle La France a un incroyable talent –, est partie en tournée pour son spectacle Le Diable est une gentille petite fille, dans lequel elle n’hésite pas à faire usage d’un humour sans borne. À grand renfort de tirades corrosives à souhait et avec son visage de première de classe, elle cultive un contraste qu’on adore. Rencontre avec la fille spirituelle de Pierre Desproges et Casimir.

18


The Interview | Culture

INFOS Naissance le 5 juillet 1986 à Frameries en Belgique Fait ses premiers pas sur scène à l’âge de 11 ans Elle tente sa chance dans l’émission Belgium's Got Talent en 2013 Remporte La France a un incroyable talent le 14 décembre 2017 2018 : elle part en tournée pour son premier spectacle Le diable est une gentille petite fille 29.11.2018 : se produira en spectacle au Casino 2000 à Mondorf-les-bains

Vous avez remporté en décembre dernier La France a un incroyable talent. C’est quasiment inédit de voir quelqu’un avec votre humour participer à ce genre d’émission. Vous n’avez pas eu peur que le public ne soit pas réceptif ? Oh bien sûr que si ! À vrai dire, quand on m’a proposé, je n’ai pas accepté tout de suite. Pour moi, c’était une émission où les gens veulent voir des choses spectaculaires. Je ne me voyais pas arriver là, avec un sketch, comme je pouvais faire habituellement. J’ai été très surprise de voir le public adhérer à mon humour et à ce que j’avais pu leur proposer. Certaines de vos blagues peuvent parfois choquer. Cela n’a jamais posé de problème à la production ? Au début, c’est aussi pour cela que j’ai refusé. Très souvent, quand je fais une émission de télé ou de radio, on vient me voir pour m’imposer certaines limites. On essaye souvent de relire mes textes et d’en retirer certains extraits. Du coup, je ne pensais pas que dans une émission familiale comme La France a un incroyable talent, ils allaient me laisser libre de faire ce que je voulais. C’est d’ailleurs eux qui m’ont dit qu’ils adoraient ce que je faisais et qu’ils ne souhaitaient absolument pas me censurer.

« JE NE VEUX PAS ÊTRE LA COMÉDIENNE D’UN AUTEUR  » Vous avez également participé à la version belge de l’émission. Comment expliquez-vous que cela ait moins bien fonctionné ? Quand j’ai fait l’émission en Belgique, cela ne faisait que quelques mois que j’avais commencé la scène. Je pense simplement que l’expérience m’a fait défaut. Avec la version française, j’ai vraiment réfléchi à faire quelque chose de singulier. Pour cela, il ne fallait pas que je reprenne un sketch de mon spectacle, mais que j’écrive quelque chose qui soit vraiment intégré au concept du show. Je ne pouvais pas passer après des magiciens et d’autres performeurs, et faire simplement un sketch complètement sorti de son contexte. Durant l’émission vous avez un peu malmené votre papa. Il ne vous en a pas voulu ? Non ça va ! Il a l’habitude (rires). Dans le spectacle, je le vanne assez souvent d’ailleurs. Mais bon, heureusement, mes parents sont assez ouverts (sourire). Malgré tout, ils ont quand même peur que les gens ne comprennent pas toujours mon humour.

19


Culture | The Interview

« ON ME DIT SOUVENT QUE J’AI UN HUMOUR DE MEC » Depuis votre victoire vous êtes partie en tournée avec votre spectacle Le Diable est une gentille petite fille. Ça vous plaît ce contraste entre votre apparence de belle-fille idéale et vos textes extrêmement crus et incisifs ? Oui, vraiment ! C’est ce décalage qui fonctionne avec le public. À cause de mon physique de petite fille un peu innocente et naïve, les gens sont souvent étonnés quand j’arrive sur scène avec des propos à l’opposé de tout ça. C’est vraiment drôle de voir leurs réactions. Je ne me suis jamais dit que j’allais faire de l’humour trash. C’est l’humour que j’ai dans la vie de tous les jours, que ce soit avec mes amis, ou encore ma famille. À l’époque où je suis montée sur scène, je n’avais pas forcément envie de faire autre chose. Finalement, j’ai fait en sorte de cultiver ce contraste et de le développer sur scène.

lauralaune.fr

20

On ne voit d’ailleurs pas souvent de femmes avec un humour aussi noir que le vôtre… C’est vrai que l’on me dit souvent que j’ai un humour de mec. On ne s’attend pas à ce qu’une femme puisse dire ce genre de choses, mais c’est ça qui rajoute aussi de la surprise (sourire).

Vous alliez souvent la chanson à vos textes. Vous pensez que ça passe mieux de dire des horreurs en musique ? La chanson, c’est vraiment un petit plaisir que je me suis fait. Étant donné que je ne chante pas très bien (rires), je n’ai jamais vraiment osé sauter le pas sur scène. Cette émission était l’occasion rêvée de faire croire que j’étais chanteuse, et de surprendre tout le monde avec un sketch humoristique. En plus, par ce biais, on peut vraiment amener un univers et une ambiance particulière. Ça accentue le côté mignon et le contraste qu’on a évoqués précédemment.


The Interview | Culture

Vous avez déjà eu l’impression d’être allée trop loin ? Quand j’écris mes sketches, je ne me demande jamais si c’est trop trash. J’essaye toujours de me fier aux rires des gens que j’ai en face de moi. Je vois alors si ce que je propose fonctionne ou non. Pour moi, le but est de faire rire. Donc si je fais une vanne que les gens trouvent trash, mais qu’ils rient, c’est que j’ai fait le bon choix. J’ai d’ailleurs souvent des personnes qui viennent me dire qu’ils se surprennent eux-mêmes à s’amuser de certains sujets. Peut-on dire que vos textes sont engagés  ? J’aime beaucoup utiliser l’expression de Desproges qui disait : « Je suis le contraire d’un artiste engagé. Je suis un artiste dégagé ». Je n’aime pas monter sur scène pour faire du militantisme. En revanche, j’ai envie de me moquer de plein de choses. L’injustice, le racisme, l’homophobie et les injustices en général. Finalement, c’est une façon d’amener en dérision le monde qui nous entoure. J’aime bien cette idée que l’artiste soit finalement là pour apporter une certaine forme de recul par rapport à la société, plutôt que d’être dans un esprit revendicateur. Quand on voit ces personnes qui s’offusquent de tout sur les réseaux sociaux, vous ne trouvez pas qu’il est de plus en plus compliqué d’aborder certains sujets ? Je n’ai pas vraiment cette impression. À l’époque de Coluche et Desproges, les choses auraient sans doute été similaires s’il y avait eu Facebook et Twitter. Eux aussi se sont fait virer d’émissions de télé et de radio. Je n’ai pas l’impression que c’était plus facile à l’époque. Il y a sans doute plus de moyens aujourd’hui pour les gens de s’exprimer, mais finalement c’est peut-être avec les médias que c’est le plus compliqué. Personnellement, le public n’est jamais venu me dire que j’étais allée trop loin. Au contraire, on vient me voir pour me dire que ça fait du bien de rire de certains sujets que l’on pourrait qualifier de tabou. C’est plutôt les médias qui vont parfois avoir peur que les gens ne comprennent pas ce type d’humour. Malgré tout, il faut tenir sa ligne directrice et ne pas changer ce que l’on a envie de faire. Quoi qu’il en soit, je n’ai jamais voulu adoucir mes propos pour passer à la télévision ou à la radio. Vous travaillez avec Jeremy Ferrari sur la production de vos spectacles. Quel est son rôle finalement ? Il relie mes sketches et me donne énormément de conseils. Comme c’est lui qui produit le spectacle, il s’occupe évidemment de tout ce qui est inhérent à tout ça. Je peux l’appeler dès que j’ai un souci. Concernant l’écriture, j’ai vraiment voulu garder mon autonomie et je décide seule des thèmes que j’aborde en spectacle. Je ne veux pas être la comédienne d’un auteur. Comme les sujets que j’aborde sont assez engagés, j’ai envie que les gens sachent que l’écriture est de moi.

Vous avez cité Pierre Desproges ou Coluche. Est-ce qu’il y a des artistes qui vous ont inspiré plus que d’autres ? C’est marrant, mais quand j’étais plus jeune, je n’étais pas vraiment fan d’humoristes en particulier. J’étais plus attirée par le théâtre et je n’imaginais pas une seule seconde faire ce que je fais aujourd’hui. Vous allez vous produire en novembre prochain au Casino 2000 à Mondorf-les-Bains. Vous êtes déjà venue au Luxembourg ? Ça va peut-être vous étonner, mais oui (rires). J’étais d’ailleurs en couple pendant douze années avec un Luxembourgeois : j’y ai donc vécu pendant longtemps. Je connais plutôt bien le pays, y compris Mondorf. J’adorais aller aux thermes d’ailleurs. C’est vraiment un pays que j’apprécie et je suis très heureuse de pouvoir y revenir. Une grande habitude de la part des humoristes étrangers qui viennent dans notre pays : commencer leur spectacle par quelques petits tacles sur le Grand-Duché. Allez-vous faire de même ? C’est vrai que j’adapte toujours le spectacle en fonction des lieux où je me produis. Il y a toujours des petites références et il y en aura sûrement cette fois-ci. Et, même si j’aime beaucoup le Luxembourg, je ne vais pas me gêner pour faire quelques vannes (rires).

Pratique le théâtre, le piano, et la danse depuis son plus jeune âge

Elle a été primée de nombreuses fois dans différents festivals d’humour

21


Culture | Music

SUN GLITTERS

« JE PRÉFÈRE VOIR LES CHOSES AU JOUR LE JOUR. UNE NOUVELLE IDÉE PEUT VENIR DE NULLE PART… » Musicien prolifique et artiste aux milliers d’idées, Sun Glitters ou Victor Ferreira, pour les intimes, c’est quelque chose comme 13 singles ou EPs, disques sans dénominations et 3 albums officiels sortis entre 2011 et 2017… Même lui n’arrive plus à compter. Suivi de très près par une presse exigeante, c’est une foule de mélomanes qui a succombé depuis, à son style qui nous fixe en apesanteur. Après nous avoir subjugués avec It Will Be Forever, un troisième album sorti l’année dernière, Victor semble ne pas avoir épuisé son potentiel créatif. Aujourd’hui sur une septième année autour de son projet Sun Glitters, le luxembourgeois de 45 balais, remet le couvert pour une série d’EPs – et « peut-être » un album au bout – soutenue par le collectif DXFXWXU qu’il vient de monter avec Mirza Ramic d’Arms.

Texte Godefroy Gordet Image Sun Glitters 22


Music | Culture

Comment as-tu découvert la musique et quand as-tu su que tu en ferais ta vie ?

Pour moi la création a commencé assez tard même si je me suis toujours intéressé à la musique. Je suis vraiment rentré dans le vif du sujet quand j’avais 18 ans. On faisait les fameuses « boum » de l’époque avec un collectif et je faisais le DJ. Par la suite on a commencé à faire quelques trucs de hip-hop plutôt marrant, puis on a créé un groupe de rock. Et entre temps, la musique électronique a commencé à m’intéresser de plus en plus. En 1998 mon premier projet électronique sous le nom de Sug (r) cane a vu le jour et je l’ai tenu pendant près de 12 ans pour switcher ensuite à Sun Glitters en 2011.

« QUAND J’AI CRÉÉ SUN GLITTERS J’AVAIS UNE VRAIE IDENTITÉ EN TÊTE QUE CE SOIT MUSICALE OU VISUELLE  » Pourquoi avoir abandonné Sug (r) cane ?

Je voulais faire un truc plus concret. Même si Sug (r) cane était assez intéressant, ce premier projet était plus comme une plateforme avec laquelle je cherchais un peu ce que je voulais faire. Avec Sug (r) cane j’ai tapé un peu dans tout, de l’expérimentale au trip hop en passant par de la drum and bass. C’était comme une salade sonore. Quand j’ai créé Sun Glitters j’avais une vraie identité en tête, que ce soit musicale ou visuelle.

La sortie de ton premier album Everything could be fine en 2011 est relayée direct par Pitchfork en lui attribuant le label de « Best New Track ». Une véritable rampe de lancement pour ton projet musical…

Oui clairement. Pitchfork m’a permis en partie d’être aujourd’hui ce que je suis. C’est surtout le morceau Too much to lose qui a retentit un maximum et qui a fait que mon projet soit visible. Pour moi, à ce moment-là, c’était juste une nouvelle aventure qui commençait. Je ne m’attendais vraiment pas à ça. Un effet boule de neige total qui m’a poussé à arrêter mon boulot de graphiste pour pouvoir jouer ma musique.

En 2013, tout juste deux ans après la naissance de Sun Glitters, tu as été le 1er artiste électro luxembourgeois à signer sur un Label américain : Mush Records. Ça t’a permis de confirmer la direction que tu prenais ? Au début oui et puis ça a été un flop. Mush Records était un grand nom du domaine, mais quand je suis rentré dedans ça commençait décliner. En tout cas sur le moment ça m’a permis d’évoluer, de faire le buzz, d’avoir une étiquette. J’ai pu ouvrir de nouvelles portes, mais je ne crois pas que ça a été très positif pour Scattered Into Light, mon second album.

Tu sors Scattered Into Light en 2014 chez Mush, un album qui reste fidèle à ton style glitchy et à l’affection que tu portes à la pure musique électronique. Un album synthé-pop et ambiant dans lequel tu associes à tes sons, la voix de l’italienne Sara Cappai. Un nouvel exercice musical dans ta musique ?

J’ai toujours aimé collaborer avec d’autres artistes. Steffaloo était déjà intervenue sur mon EP Cosmic Oceans en 2011 que je considère comme l’une de mes meilleures collaborations. Scattered Into Light a été plus compliqué, car on a mis 1 an à la produire. C’est quelque chose qui ne m’est jamais arrivé. Pour moi Sara a sauvé l’album. Elle m’a permis d’effacer tout le côté négatif de celui-ci et sa voix m’a permis de faire les changements que je cherchais sur les morceaux. Si elle n’avait pas été là j’aurais sûrement abandonné cet album.

Dernier album en date, It Will Be Forever (26.05.2017), est une sorte de déclaration d’amour à la musique électronique, mais aussi à un monde rétro-futuriste, une époque qui, si elle existait, nous obséderait. C’est quoi l’histoire de ce disque ?

C’est la première fois que je travaillais sur une sorte de concept. Même si ce n’était pas voulu au départ, c’est mon manager Mirza Ramic qui m’a vraiment aidé à concevoir l’histoire de cet album. Et c’est finalement le travail le plus complet que j’ai fait jusqu’à maintenant. Mirza m’a aidé à partir sur un autre style de musique, quelque chose qui change radicalement de ce les gens connaissaient de Sun Glitters. On est plus dans du Synth-Waves, un peu comme dans la B.O. du film Drive. Une ambiance sonore qui m’a influencé et m’a permis de trouver la direction de cet album.

Le collectif DXFXWXU, c’est ta musique, celle de Mirza, celle que vous développez ensemble et aussi un magazine en ligne… C’est quoi la genèse et les ambitions de ce projet ? Le nom de ce collectif est une phrase qu’on ne veut pas dévoiler. C’est quelque chose qui nous tient à cœur et reflète ce qui nous est arrivé. L’idée du collectif est arrivée à cause d’expériences qu’on a eu. Après deux tournées avec Mirza, on a beaucoup échangé sur nos parcours et l’idée de créer un collectif pour promouvoir et produire notre musique a germé. Ensuite, on voulait créer un magazine pour ceux qui nous suivent, sur lequel notre musique apparaîtrait, mais aussi celles d’autres artistes et nos coups de cœur.

Et pour la suite ?

J’aimerais partir sur un autre délire, celui de producteur peut-être. Je suis un peu fatigué de la scène. Le rêve ce serait d’être comme le groupe Boards of Canada qui ne vit que de ses sorties…

EN BREF 2011 Sortie de Everything could be fine

2013 Il signe sur le label américain Mush Records

2014 Il sort Scattered Into Light chez Mush

Entre 2011 et 2017 Il publie 13 singles ou EPs et 3 albums officiels

2017 Sortie de It Will Be Forever

2018 Création du collectif DXFXWXU avec Mirza Ramis d’Arms and Sleepers.

Le magazine : www.dxfxwxu.com Sur YouTube : Sun Glitters – It Will Be Forever (The Film) Sur Bandcamp : Sun Glitters 23


Culture | Actu Séries

AU SERVICE DE LA FRANCE SAISON 2 / OSS 117, LA SÉRIE

Général : Jean-François Halin Agents de terrain : Hugo Becker, Wilfred Benaiche, Marie-Julie Baup...

C'est désormais une certitude : OSS 117 reviendra au cinéma sous les traits de Jean Dujardin... mais sans Michel Hazanavicius derrière la caméra... puisqu’il passe son tour après avoir tourné les deux premiers volets. En revanche, Jean-François Halin,

plume discrète derrière les facéties de Hubert Bonisseur de la Bath, reprendra bien du service. Mais il faudra patienter un peu. Rassurez-vous, on a le remède pour ça. En attendant d'imaginer le retour de l'espion le moins subtil de l'Hexagone, Halin a écrit une série, « Au service de la France », en pensant très fort à lui. Sans être une vraie déclinaison de l'univers d'OSS sous forme d'épisodes de trente minutes, la série plonge dans le même milieu (les services secrets français) et conserve le même ton, en racontant le quotidien d'espions rétrogrades et béotiens, largués face à un monde qui avance plus vite qu'eux. Dans la première saison, le héros, un jeune espion en devenir, l'idéaliste et naïf Merlaux (Hugo Becker), apprenait les ficelles

ACTU  SÉRIES

COURANT JUILLET SUR ARTE

degré d'attente

note sur 5

Textes Jonathan Blanchet

PICNIC AT HANGING ROCK / VIRGIN SUICIDES

INSECURE SAISON 3 / WORKING GIRL

JACK RYAN / UN NOUVEL ESPION

Directrice : Beatrix Christian Pensionnaires : Natalie Dormer, Yael Stone, Samara Weaving...

Héroïne : Issa Rae BFF : Yvonne Orji, Jay Ellis, Lisa Joyce...

Commanditaire : Carlton Cuse Exécutants : John Krasinski, Wendell Pierce, John Hoogenakker...

Dramédie lancée par la chaîne câblée HBO et qui est rapidement venue combler le vide laissé par Girls, Insecure raconte les mésaventures d'une trentenaire afro-américaine bien décidée à dire adieu à sa vie routinière. Issa Rae, actrice principale (également créatrice de la série), promet de faire encore des étincelles. De quoi rendre votre été un peu plus ensoleillé (sans avoir recours à des moyens détournés pour la visionner – la série est disponible en US+24 sur OCS).

Attente maximum pour cette nouvelle déclinaison à l'écran des aventures de l'espion créé par le romancier Tom Clancy. Après Alec Baldwin, Harrison Ford, Ben Affleck ou Chris Pine, c'est John Krasinski (réalisateur de la sensation « Sans un bruit », toujours en salles) qui endosse le costume de Jack Ryan. Et c'est Carlton Cuse (scénariste de Lost et créateur de Bates Motel) qui s'est chargé de cette nouvelle adaptation. Vivement fin août.

Un groupe de jeunes filles du collège Appleyard est porté disparu après une excursion. Les recherches sont lancées et de petits secrets se font jour... Adaptation d'un roman culte en Australie, déjà retranscrit à l'écran dans un film de Peter Weir, Picnic at Hanging Rock se décline cette fois en mini-série. Plus sombre que l'original, elle creuse aussi davantage ses personnages (dont la directrice, incarnée par Natalie Dormer vue dans Game of Thrones). Au risque de trouver le scénario parfois trop explicatif. ACTUELLEMENT SUR CANAL+

24

du métier au contact de supérieurs racistes et misogynes, à l'aube des années 1960. Dans la saison 2, qui reprend presque immédiatement après la fin de la précédente, le novice a pris de l'assurance et cette nouvelle fournée d'épisodes est placée sous le signe de l'affirmation identitaire. Celle d'un héros, celle des femmes (au travers de deux personnages habitués à passer les plats la saison précédente) et celle de nations. Baignant toujours dans les années de Gaulle, cette saison 2 livre un récit mieux construit en continuant de suivre le cours de l'Histoire. Elle se penche, cette fois, sur les luttes pour l'indépendance de l'Algérie, entre création de l'OAS, du FLN, putsch des généraux, etc... Mais, le plus savoureux reste cette vision si particulière de la grande Histoire chahutée par la petite, au travers des personnages fictifs qui trouvent des rôles inattendus dans des conflits géopolitiques majeurs. En la matière, on peut dire qu'Halin est passé maître et va assez loin dans le délire.

DÈS LE 12 AOÛT SUR OCS

FIN AOÛT


Video Games | Culture

STREET FIGHTER 30TH ANNIVERSARY COLLECTION

BACK TO THE 90S

L’une des plus célèbres franchises du jeu vidéo fête ses trente ans cette année. Une occasion rêvée pour Capcom qui a décidé de nous livrer une compilation qui rassemble pas moins d’une dizaine d’épisodes de la série sur un seul et même opus. De quoi jouer sur la corde nostalgie des trentenaires que nous sommes, mais aussi aller chercher les plus jeunes et leur faire découvrir les origines de ces jeux de combats devenus cultes.

« LE TITRE EST UNE VÉRITABLE MADELEINE DE PROUST POUR CEUX QUI ONT CONNU LA LICENCE À SON ÂGE D’OR, À SAVOIR AU DÉBUT DES ANNÉES 90 » UNE ÉMULATION DE QUALITÉ U  N VÉRITABLE VOYAGE DANS LE TEMPS

U  NE COMPILATION COMPLÈTE LE MANQUE DE DIVERSITÉ DANS LES MODES DE JEU AUCUNE NOUVEAUTÉ LA VERSION NINTENDO SWITCH PAS DU TOUT ADAPTÉE

C’est un fait, la saga Street Fighter fait partie des monuments du jeu vidéo. Référence absolue du jeu de combat au début des nineties, les trentenaires qui ont grandi avec la Super Nintendo se souviennent certainement encore des rugissements de Blanka, des boules de feu de Ryu ou encore des mouvements de jambes incroyables de Chun Li. Bien conscient de cela, Capcom a fait évoluer la saga à travers une multitude de dérivés totalisant certainement des milliards de Hadoken qui ont usé les pouces de millions de joueurs. Après un énième revival du titre le plus emblématique de la saga avec Ultra Street Fighter II en 2017, le studio enfonce le clou avec cet hommage au 30e anniversaire de la franchise. Pour l’occasion, pas moins de 12 jeux ont été intégrés dans cette compilation. Parmi eux, le tout premier Street Fighter sorti sur ordinateur et sur Atari ST. Bien évidemment, le premier opus est nettement en dessous des 11 autres au niveau de la jouabilité et des animations, mais il reste malgré tout intéressant d’effectuer ce retour aux sources et de constater le chemin parcouru depuis toutes ces années. On peut également signaler la présence de Street fighter 3, Third Strike, Alpha 3, Super Street Fighter 2 Turbo et Street Fighter 2 : Hyper Fighting. note sur 5

En terme de contenu le jeu nous propose pour chaque titre, un mode arcade, un mode versus ou encore un mode training. Ce dernier est d’ailleurs complètement personnalisable et permet aux vieux que nous sommes de nous remettre dans le bain, après des années sans pratiquer les Shoryuken. Au niveau de la réalisation et afin de satisfaire le plus grand nombre, le jeu propose plusieurs formats d’écran. Il est ainsi possible pour chaque titre de conserver l’écran en 4:3 d’origine affublé d’artworks sur les côtés -, ou alors de se tourner vers un affichage étiré. Dans certains cas, on peut régler la vitesse de jeu, celle du défilement du temps ou le niveau des dégâts. On apprécie également la présence d’un système de sauvegarde qui nous permet de limiter les dégâts après s’être fait laminer par M. Bison et consœur. Globalement le titre est une véritable madeleine de Proust pour ceux qui ont connu la licence à son âge d’or, à savoir au début des années 90. Cette compilation devrait donc séduire les joueurs nostalgiques et les amoureux de la licence. Pour les autres, le manque de nouveautés n’arrivera sans doute pas à les convaincre.

Texte Mathieu Rosan 25


Culture | Actu Ciné

BLACKKKLANSMAN / L’HOMME DE L’INTÉRIEUR

Flic : Spike Lee Espions : John David Washington, Adam Driver, Laura Harrier…

L’incroyable histoire vraie du premier policier noir, Ron Stallworth, à Colorado Springs (deuxième plus grande ville de l’État du Colorado) qui a infiltré le Ku Klux Klan à la fin des années 1970. Tel est le résumé de BlacKkKlansman dont Spike Lee (qui le co-écrit) était le

réalisateur tout trouvé pour le mettre en scène. L’artiste, connu pour son biopic sur Malcolm X avec le film du même nom sorti aux ÉtatsUnis en 1992, est réputé pour ses revendications envers la communauté afro-américaine et la défense des minorités. Malgré une filmographie riche et éclatée entre longs et courts métrages, documentaires et clips, on se souvient surtout de Spike Lee pour certaines de ses polémiques (il reproche à Tarantino d’utiliser le mot « nègre » dans la plupart de ses films par exemple) et une poignée d’œuvres, comme La 25e Heure (2003) ou Inside Man : L’Homme de l’intérieur (2006), en plus de Malcom X bien évidemment. BlacKkKlansman signe donc le grand retour de Spike Lee puisque son 23e long-métrage a remporté le prestigieux Grand Prix du Festival de Cannes en mai dernier.

ACTU  CINÉ

Spike Lee adapte directement le livre de Ron Stallworth, Black Klansman, publié en 2014. Stallworth, interprété par John David Washington, s’est fait passer pour un suprémaciste blanc par téléphone et courrier pour ne pas être démasqué et a carrément réussi à devenir président de la branche locale du Ku Klux Klan de Colorado Springs ! Il est même parvenu à être en contact avec David Duke, le « Grand Sorcier » du clan (toujours en vie et fervent soutien, très embarrassant, de Donald Trump depuis 2016). Pour dévoiler cette infiltration dans la haine, le metteur en scène de 61 ans propose une comédie policière ; c’était peut-être la meilleure chose à faire pour montrer l’absurdité du terrible groupuscule. Si BlacKkKlansman n’est pas exempt de quelques défauts, il n’empêche qu’il est réussi et, surtout, devient un témoignage important d’une époque malheureusement pas si révolue que cela… Un prix politique ? Peut-être, mais donc un prix utile.

À VOIR DÈS LE 22/08

degré d'attente

note sur 5

Textes Thomas Suinot

CINÉLUX FESTIVAL ESTIVAL GRATUIT ! La nouvelle édition du « City Open Air Cinema with Orange » se déroule sur trois lieux pendant un mois, avec une vingtaine de films à découvrir gratuitement.

UNDER THE SILVER LAKE / POLAR SURRÉALISTE

DOGMAN / PARRAIN CANIN

Enquêteur : David Robert Mitchell People : Andrew Garfield, Riley Keough, Topher Grace…

Toiletteur : Matteo Garrone Toutous : Marcello Fonte, Edoardo Pesce, Alida Baldari Calabria…

Sam (Andrew Garfield) rêve de célébrité à Los Angeles et tombe sous le charme de sa nouvelle énigmatique voisine Sarah (Riley Keough). Celle-ci disparaît et Sam enquête pour la retrouver, déambulant dans la Cité des Anges dans un étrange labyrinthe musical et passionnant. Reparti bredouille du Festival de Cannes, Under the Silver Lake n’en demeure pas moins auréolé d’une bonne réputation. Annoncé comme un « Mulholland Drive chez les hipsters », ce troisième film de Mitchell confirme son talent pour proposer une ambiance atypique, à l’instar de son excellent précédent long-métrage It follows (2015). Bref, on a plus que hâte de le découvrir en salles !

Après Gomorra (2008) et Reality (2012) — tous deux obtenant Le Grand Prix du Jury au Festival de Cannes — le neuvième film choc de Matteo Garrone, Dogman, a aussi été récompensé au prestigieux festival avec le prix d’interprétation masculine pour Marcello Fonte. Ce dernier campe un toiletteur pour chiens pris dans une spirale de violence à cause du retour d’un vieil ami boxeur brutal et accro à la cocaïne. Humilié et tabassé, Marcello (le personnage a le même prénom que l’acteur) va se venger… Cette adaptation d’un fait divers sanglant de 1988 promet un long-métrage sous haute tension. Fun-fact : tous les chiens de Dogman ont aussi remporté… la Palme Dog !

À VOIR DÈS LE 08/08 26

À VOIR DÈS LE 11/07

La Cinémathèque de la Ville de Luxembourg organise à nouveau le « City Open Air Cinema with Orange », du 27 juillet jusqu’au 23 août. Au programme, des projections gratuites sur écran géant au clair de lune sur le Parvis du palais grand-ducal (500 places) puis dans la cour intérieure du Théâtre des Capucins et, enfin, dans la cour des Rotondes. Une sélection d’une vingtaine d’œuvres, anciennes ou récentes, populaires ou plus confidentielles, est proposée. Par exemple The Shape of Water, Black Panther et L’île aux chiens figurent parmi les plus contemporaines et on peut (re) découvrir des films cultes comme Les Lumières de la ville, Fenêtre sur cour, Easy Rider… Chaque projec-tion est en VOSTFR et débute vers 21h30. PROGRAMME COMPLET SUR WWW.FACEBOOK.COM/CINEMATHEQUE. LUXEMBOURG.


Culture | The Interview

GRAND CORPS MALADE, UN PLAN B QUI LUI RÉUSSIT PLUTÔT BIEN

Texte Mathieu Rosan Images Zuzana Lettrichova

28


The Interview | Culture

De passage à l’Abbaye de Neimënster en juin dernier, Fabien Marsaud, aka Grand Corps Malade, nous a accordé un entretien afin de revenir sur sa carrière de slameur pas comme les autres. Avant d’être Grand Corps Malade, Fabien se rêvait basketteur professionnel. À l'été 1997, quinze jours avant de fêter ses vingt ans, sa vie bascule : il se fracture une cervicale. " Tétraplégique incomplet ", il retrouve l'usage de ses jambes deux ans plus tard, après une longue rééducation, au cours de laquelle il réapprend également à écrire. C’est alors que commence pour lui, ce qu’il appelle son plan   B. Un quotidien fait de combats, de silences et de renoncements qui le mèneront au slam et au succès qu’il connaît à présent. Dans son dernier album, il évoque son Plan B, justement, dans lequel il slame sur ses sentiments, l’actualité, la politique, mais aussi tous ces petits riens du quotidien. Tu as sorti en février Plan B, ton dernier album. Pourquoi avoir choisi ce titre ? C'est un peu l'histoire de ma vie, en fait. J’aime beaucoup cette notion qui fait référence à mon parcours, puisque devenir artiste n’était absolument pas mon plan de départ. Et puis, je ne suis pas le seul concerné. On a tous, un jour ou l’autre, besoin d’un plan B. J’aime bien cette idée que, dans la vie, tout ne se passe pas toujours comme on l’avait prévu. Avoir une capacité d’adaptation est nécessaire. Je n’y vois pas quelque chose de péjoratif ni le constat d’un échec. C’est, finalement, davantage lié à des aléas de parcours. C’est une deuxième chance, un nouveau départ. Dans quelle mesure ce que tu as vécu à 20  ans t’a poussé à devenir l’artiste que tu es aujourd’hui ? Un peu le hasard. Un jour, je suis rentré dans un café où il y avait une soirée slam. Des gens s’étaient retrouvés pour déclamer des textes. J’ai été touché par cette initiative et leurs mots. J’ai trouvé cela extrêmement beau, tous ces talents devant moi. Tous autant qu’ils sont m’ont donné envie de me joindre à eux. Pourquoi avoir choisi le slam plutôt que le rap, par exemple ? En fait, je ne me suis jamais dit que j’avais envie de faire de la scène, d’être un artiste, de faire du rap, de la chanson, ni même du slam. Je suis vraiment entré dans cette soirée par hasard, et c’est véritablement à ce moment-là que j’ai eu le déclic.

« J’AIME BIEN CETTE IDÉE QUE DANS LA VIE TOUT NE SE PASSE PAS COMME ON L’AVAIT PRÉVU  » Quand on écoute ton dernier album, on sent qu’il est peut-être un peu plus personnel que les précédents. Pourquoi ? Dans tous mes albums, on peut trouver des textes un peu plus personnels. Je raconte mon parcours. Je parle un peu de la paternité, ou encore d’amour. Ces thématiques peuvent paraître assez perso. Malgré tout, je propose toujours des choses plus ouvertes sur le monde, plus liées à l’actualité et à ce qui se passe autour de nous. J’ai toujours essayé d’avoir ces deux éléments et d’apporter une sorte d’équilibre à l’ensemble. L’album est extrêmement diversifié. Il y a des choses légères, d’autres plus graves, certaines chansons nous font rire, d’autres nous donnent envie de pleurer. C’était quelque chose d’important pour toi de mettre en avant une telle diversité dans un seul et même album ? Oui, j’aime beaucoup cela. C’est quelque chose que j’essaye de faire au maximum sur l’ensemble d’un album ou d’un concert. Ça permet de faire passer le public par différentes émotions. Comme dans la vie, finalement. Il y a des moments où l’on rit, d’autres où il y a plus d’émotions. Je n’aime pas que, sur un album, il y ait douze fois la même humeur.

INFOS Naissance le 31 juillet 1977 au Blanc-Mesnil (France) Le 16 juillet 1997, il fait un plongeon dans une piscine dont le niveau d'eau est trop bas. Il devient alors « tétraplégique incomplet » Il découvre le slam en octobre 2003 lors d'une soirée dans un bar de la place de Clichy à Paris En 2006, il sort Midi 20, son premier album studio 2012 : sortie de Patients, son autobiographie 2017 : il co-réalise Patients avec Mehdi Idir. Une adaptation de son roman autobiographique En février 2018, il sort son dernier album, Plan B, dans lequel il chante pour la première fois

Ça représente quoi, pour toi, d’évoquer ton propre vécu dans certaines de tes chansons ? Quand je fais un texte d’amour, ce n’est pas forcément moi au sens privé du terme. C’est avant tout une façon d’évoquer des sentiments humains. Par exemple, dans Dimanche soir, on n’apprend finalement rien sur moi, sur ma vie ou encore sur mon couple. C’est n’est pas un texte impudique. En revanche, je dévoile des sentiments amoureux qui peuvent être ceux de tout le monde. Les textes qui peuvent paraître un peu plus personnels sont assez universels. Ce qui est important, c’est d’avoir le bon équilibre afin de ne pas être impudique sur sa vie privée. 29


Culture | The Interview

le troisième. Petit à petit, j’ai trouvé ça sympa et, comme je fais assez confiance à la scène, et que je vois que des choses y naissent, je me dis que c’est plutôt bon signe. On est loin des idées de studio un peu préfabriquées. Du coup, je me suis dit que sur le prochain album il pourrait y avoir un peu plus de ça, oui.

À quel moment, éprouves-tu le plus de plaisir finalement ? Au moment de l’écriture ou quand tu partages tes textes sur scène avec ton public ? Je pense que c’est vraiment les deux. C’est là toute la chance et le privilège de ce métier. Que ce soit le moment de la création, de l’écriture, de la mise en musique ou encore l’aboutissement de tout cela – à savoir dire ses textes face à un public –, j’aime tout. Il m’est impossible de choisir entre toutes les facettes de ce métier. Tu fais des ateliers d’écriture pour rassembler les gens autour de ta passion. C’est important pour toi de partager cette passion ? J’essaye en effet au maximum de mettre en confiance les gens et de les placer dans de bonnes conditions pour leur donner envie d’écrire. Parfois, ça passe par des petits jeux, des exercices. J’ai mes petites techniques. Je prends beaucoup de plaisir à montrer que l’écriture fait du bien, que la prise de parole face aux gens est valorisante. Cela me permet aussi de prendre un peu de recul sur moimême et mon métier.

Jusqu’à son accident il se prédestinait à une carrière de basketteur professionnel

En plus de la musique il se lance dans le cinéma en co-réalisant un film inspiré de son autobiographie

30

Dans Plan B, l’instru’ occupe une place un peu plus importante que dans tes précédents albums. On est peut-être un peu moins dans du slam pur et dur. Tu es d’accord avec ça ? C’est vrai que la musique y occupe une place importante. Elle était déjà très présente dans mes précédents albums, mais, dans celui-ci, il y a des titres peut-être plus mélodiques. Dès mon deuxième album, on pouvait trouver des ensembles de cors, des cuivres, des guitares, des batteries. Pour Plan B, il y a un excellent travail musical qui a été fait par Angelo Folley. On a vraiment bossé ensemble sur chaque morceau pour arriver au meilleur résultat possible. Cet album est à la fois très moderne et, en même temps, il est très chaud avec des sonorités du sud, hispaniques, orientales. Je le trouve très réussi à ce niveau-là, d’autant que ce n’est pas moi qui compose les musiques, je ne fais qu’écrire les textes. Je l’avoue, je suis très fier de cet album. Justement, pour la première fois, on trouve dans l’album trois titres sur lesquels tu ne « slames » plus, mais dans lesquels tu chantes. Pourquoi ? C’est quelque chose qui m’est venu sur scène, lors de la tournée précédente. Je reprenais une chanson de Renaud où je slamais les deux premiers couplets et je chantais sur

En 2016, tu as co-réalisé Patient avec Medhi Idir, un film qui est une adaptation cinématographique de ton autobiographie. Qu’est-ce qui t’a poussé à te lancer dans le cinéma ? L’écriture. Je voulais me confronter à un nouveau type d’écriture. Initialement, je n’avais pas prévu de réaliser le film, seulement de rédiger le scénario. Finalement, je me suis pris au jeu. Quand tu écris un scénario, que tu connais chaque dialogue, que tu imagines chaque personnage, chaque déplacement, il arrive le moment où tu désires aller au bout du process. Cela m’a donné envie de le coréaliser avec mon pote Medhi. Quels sont tes projets à venir  ? On est en pleine tournée. À côté, on travaille, Medhi et moi, sur la réalisation d’un nouveau film sur la vie d’une école en banlieue parisienne. Du coup, on est en pleine préparation. On termine le casting, la prépa et on tournera d’ici le début de l’été !


Playlist | Culture

PLAYLIST

degré d'attente

note sur 5

Textes Godefroy Gordet

CABALLERO & JEANJASS – DOUBLE HELICE 3 / RAP Venus de Charleroi pour nous balancer un rap super lourd vitrifié à l’égo trip et au chill-out belge, le duo le plus hype du moment sort un tome 3 ! Caba et JJ sont tout simplement au plus haut d’une vague de rappeurs belges qui déferle dans toute la francophonie depuis quelques années maintenant. Tous deux forts d’une carrière solo rondement menée, Caballero & JeanJass sont en duo ce que Method Man & Redman pouvaient être. Et leur casquette de Maïté de la weed dans leur série YouTube High et Fine Herbes nous pousse à croire que leur influence dépasse carrément la musique. Pourtant, déjà, Double Hélice premier du nom avait enflammé 2016 pour être déclassé par un second volet très chouette l’année d’après. Ce troisième opus siffle encore fort le Boom-bap. Sans perdre leurs habitudes, les deux rappeurs se posent là où ils exultent, dans la brume de la fumée blanche, sous, au loin, des accents d’autotune sur des paroles aussi risibles que vulgoss… DÉJÀ DANS LES BACS

LA DAME BLANCHE – BAJO EL MISMO CIELO / CUMBIAN-DANCEHALL/ÉLECTRO Mélange abrasif et survitaminé de hip-hop, dancehall, cumbia et de reggae, la chanteuse Yaite Ramos Rodriguez fixe son auditoire sur chaque son. C’est armée de son flow sans pareil et de sa flûte traversière que, la belle cubaine nous hypnotise. Bercé par le trombone de son père, le grand Jésus « Aguaje » Ramos du Buena Vista Social Club, la chanteuse se forge rapidement une identité musicale et scénique. Après un second album tonitruant, sobrement baptisé -2-, la cubaine continue sa route avec le producteur Marc « Babylotion » Damblé, pour ce 3e opus qui sonne festif et brulant. Elle y confirme ce style fusion qui lui est propre ajoutant aux touches cumbia/dancehall/reggae/ latin jazz/hip-hop, un nappage moombhaton de plus en plus présent dans sa musique. Cigare aux lèvres, La Dame Blanche nous ravie de sonorités multicolores, où se glissent des textes puissants, inspirés de femmes, de mères et de son vécu. DÉJÀ DANS LES BACS

AVALE – INCISIVE(S) / GRUNGE

MARTYN - VOIDS / ÉLECTRONIQUE

Décidément, ce premier album sent fort le grunge brutal et incisif auquel Avale nous a habitué. Incisive(s) c’est d’ailleurs le titre de ce disque qui ne fait franchement pas semblant de porter ce doux patronyme… Un album à l’effet coup de poing, qui nous fait avaler nos « incisives » justement. Vous l’aurez compris, il n’y a qu’une direction à cet album et elle force le détour. Incisive(s) est décapant, autant que la basse qui tient la rythmique, la batterie en coups de baguettes à tue-tête ou cette voix, fémininement « gueularde ». Une combinaison aux allures « malpropres » de prime abord, mais qui se révèle au fil des morceaux comme sacrément efficace une fois l’esprit embrumé les cheveux tombant sur les yeux et le verre tendu au plafond. Un premier disque qui s’écoute aussi sobre, faisant rebondir son genoux à la cadence de l’élan de la pointe du pied. Parce que oui, Avale nous sert un disque qui donne envie de tout péter, même le béton armé du dernier titre de l’album, mais en rythme s’il vous plait !

Quatrième album du hollandais logé sur Osgut Ton, le label géré par le Berghain à Berlin. Inspiré par les mélodies de l’électro de Détroit ou Chicago, Martyn vagabonde dans la Drum’n’Bass, le Dubstep tout autant que dans la House ou la Techno pour livrer un son conceptuel et visionnaire. Après l’excellent Broken (2006), un titre dub planant, c’est le surprenant Ghost People sorti sur chez Brainfeeder en 2011, qui vient sortir le prod’ de son anonymat. Migré chez Ninja Tune en 2014 pour sortir The Air Between Words alliant introspection et collaborations, il s’attache finalement au label Ostgut Ton en 2015 et nous gâte avec ce dernier disque. Miraculé d’une crise cardiaque, Martyn compose cet album sous une nouvelle démarche, transformant sa musique tout en conservant les nombreuses strates sonores de son passé. Voids est de fait un album dépouillé, miroir du traumatisme, mais aussi d’une métamorphose

DÉJÀ DANS LES BACS

DÉJÀ DANS LES BACS

31


Culture | The Diary

THE DIARY

MUSIQUE

EXPO

FESTIVALS

01 CHELSEA  WOLFE Textes Mathieu Rosan

Artiste inclassable, Chelsea Wolfe a fait du noir sa couleur fétiche ; couleur qu’elle affiche tant dans sa musique qu’à l’intérieur même de son personnage. Mystérieuse et imprévisible, l’Américaine prend un malin plaisir à brouiller les pistes sur chaque album, passant d’un dark-folk à un style franchement sludge sur son dernier-né : Hiss Spun. L’album est sorti en septembre dernier et bénéficie de la guitare inquiétante de Troy van Leeuwen (Queens of the Stone Age, Failure) et des claviers barrés d’Aaron Turner (Old Man Gloom, Sumac). Toujours dans l’introspection profonde, cherchant des réponses à la mélancolie du monde qui l’entoure, Chelsea Wolfe impose une ambiance à la fois glaçante et oppressante. En live, on vit le concert comme une expérience chamanique dont on n’est jamais certain de ressortir indemne !

Le 10 juillet, Kulturfabrik www.kulturfabrik.lu

ACTION BRONSON De son vrai nom Arian Asllani, il est surtout connu sous son nom de scène Action Bronson. Le rappeur américain sera de passage à Luxembourg cet été. En selle depuis 2008, il a dévoilé son dernier opus Blue Chips 7000 en 2017. Un disque qu’il viendra défendre lors d'un live qui s’annonce bouillant. Action Bronson n'est d’ailleurs pas seulement un artiste musical, il est aussi connu pour ses critiques gastronomiques dans son émission Fuck, That's Delicious, diffusée sur Vice TV. Il sera également bientôt sur grand écran à l'occasion de la sortie du prochain film de Martin Scorsese intitulé The Irishman. En attendant, vous le retrouverez donc sur la scène de l’Atelier pour un concert qui risque de secouer sévère !

Le 10 juillet, Den Atelier www.atelier.lu 32


© Mathieu Bitton

The Diary | Culture

LENNY  KRAVITZ PETIT  BISCUIT Un an et demi après le succès de son EP, Petit Biscuit, le wonderkid de l'électro française replonge dans les bacs avec Presence, un premier long format exalté qui croise techno, house et musique trap, compositions classiques et arrangements modernistes. Un opus racé, personnel et inventif, tendu sur une trame rythmique complexe qui transforme brusquement le rookie de 2015 en un artiste mûr. À la croisée de ses obsessions acoustiques et de ses désirs électroniques, Petit Biscuit étire désormais un cosmos singulier, une fusion audacieuse qui n'appartient qu'à lui. Travaillant d'impressionnantes ruptures rythmiques, repoussant l'électronique dans ses derniers retranchements, il fait cohabiter les cordes d’une guitare avec un clavier MIDI et des voix au timbre unique.

Le 12 juillet, Rockhal www.rockhal.lu

Considéré comme l’un des artistes rock les plus importants de sa génération, Lenny Kravitz aura bientôt 30 ans de carrière. Malgré ses 40 millions d'albums vendus, l'auteur de It Ain't Over Till It's Over, son premier gros succès en 1991, veut continuer à se surpasser. Depuis des dizaines d’années, il s’évertue à transcender les genres et les styles grâce à ses influences musicales variées : soul, rock, et funk des années 60 et 70. Auteur, producteur et multi-instrumentiste, il a notamment remporté quatre Grammy Awards consécutifs. It's Enough, un premier extrait de son 11e opus studio, intitulé Raise Vibration qui sortira le 7 septembre, a été mis en ligne sur Youtube récemment. Ce morceau de presque huit minutes, qui emprunte au style sensuel de Marvin Gaye, est illustré par un clip dans lequel se succèdent des images de manifestations, de bombardements, de pollution ou encore de migrants. Avant de découvrir ce nouvel opus, les fans pourront retrouver leur idole sur la scène de la Rockhal pour un show qui s’annonce déjà culte.

ALT-J Le groupe originaire de Leeds (GrandeBretagne), doté d'un nom improbable, s'est fait connaître en 2012 avec un premier album sacré du prestigieux Mercury Prize, qui récompense le meilleur album britannique de l'année. Ou le mariage réussi de l'évidence de mélodies pop accrocheuses et la complexité de chansons volontiers déstructurées. La première tournée à peine bouclée, le groupe avait enchaîné deux ans après avec This Is All Yours, deuxième disque moins dansant, plus éparpillé, avec lequel il a assis son succès en Europe, mais aussi aux États-Unis. Avec quelques ballades, comme l'énigmatique Adeline et des morceaux plus rugueux comme Cold Blood ou Hit Me Like That Snare, les Britanniques continuent de se frotter à tous les styles.

Le 20 août, Den Atelier www.atelier.lu

Le 23 juillet, Rockhal www.rockhal.lu

33


Culture | The Diary

Diary of Coulds © Susumu Shingu

Katarina - Everything is Gonna Be Revolution

02 SUSUMU  SHINGU

Le Mudam met à l'honneur, au travers d'une exposition inédite en Europe, le travail d'un artiste japonais mondialement consacré, Susumu Shingu. Investissant l'entrée, le Grand Hall du musée, une galerie d’exposition et le Park Dräi Eechelen, l'exposition Spaceship présente une quinzaine d'œuvres dont une nouvelle production. Particulièrement attentif Les œuvres de Katarina Zdjelar explorent à la manière dont ses œuvres dialoguent, de la manière dont la voix, le langage manière sensible, avec l’environnement qui et les gestes permettent aux individus les accueille, l’artiste s’est attaché à établir d'interpréter et de réinventer leur propre une relation étroite entre les abords extérieurs identité et ainsi de se mouvoir entre les cultures du musée et les lignes claires des espaces et les sociétés. Les films de l'artiste oscillent intérieurs dessinés par Ieoh Ming Pei. entre artifice et réalité ; ils témoignent Le public découvrira notamment Water Tree II, de l'ambiguïté, des difficultés et de la beauté une œuvre majestueuse jouant avec l’eau et ses de l'existence humaine. À travers la musique reflets produits spécifiquement pour le Grand et le langage, le son et la voix, les œuvres vidéo Hall, et aussi, Wind Caravan, un ensemble de Katarina Zdjelar nous plongent au cœur de 21 sculptures animées par le vent déployé même de la société contemporaine. dans le Park Dräi Eechelen.

KATARINA ZDJELAR

Jusqu’au 30 juillet, Casino Luxembourg, www.casino-luxembourg.lu

Jusqu’au 6 janvier 2019, Mudam www.mudam.lu

ART NON-FIGURATIF Dans cinq espaces individuels et grâce à des prêteurs institutionnels et privés, l’exposition présente des œuvres de Roger Bertemes, Théo Kerg, Joseph Probst et Luc Wolff ainsi que plusieurs sculptures de Lucien Wercollier. Son objectif est de familiariser le public avec différentes tendances de l’art abstrait d’après-guerre. Tous les artistes ont en commun d’avoir pris comme sources d’inspiration et bases de travail, la nature et l’environnement. Roger Bertemes (1927–2006) a illustré des recueils de poésie ainsi que des textes littéraires. L’exposition présente une sélection de 25 livres d’artistes ainsi que des collages.

Jusqu’au 31 mars 2019, Villa Vauban www.villa-vauban.lu

34


CROSSING EUROPE

PHILHARMONIE GRAND AUDITORIUM

30.09 2018

©Thommy Mardo

17:00

Orchestre de Chambre du Luxembourg Shiyeon Sung direction Joseph Moog piano Debussy/Saint-Saëns/Ravel Réservations

www.philharmonie.lu

WWW.OCL.LU | INFO@OCL.LU


Culture | The Diary

FESTIVALS PRÈS DE CHEZ VOUS : 5 ÉVÉNEMENTS SUR NOTRE RADAR

Le team musical de Bold Magazine a sélectionné cinq rendez-vous musicaux près de chez vous. Nous serons présents. Chroniques et photos seront publiées au fil des événements sur notre site internet.

MAIN SQUARE FESTIVAL Cette édition se déroulera à Arras (France) les 6, 7 et 8 juillet prochains. Au rendez-vous : de l’électro, du rock, de la pop et du hip-hop. Deux scènes, la Main Stage et la Green Room, verront défiler des pointures aussi diverses et variées telles que Queens of the Stone Age, Depeche Mode, Wolf Alice, Liam Gallagher, The Breeders, Roméo Elvis, Courteneers, Jamiroquai, Girls in Hawai, Orelsan ou encore IAM.

Les 6, 7 et 8 juillet à Arras (France) www.mainsquarefestival.fr

© Carl Neyroud

Textes Thibaut André & Carl Neyroud

EAST COAST FESTIVAL Situé sur le front de l’Est, ce festival à l’affiche très rock se déroulera dans le parc de Mertert, commune de Wasserbillig, le 20 juillet prochain. Essentiellement dédicacé à la musique luxembourgeoise, l’East Coast Festival, créé en 2002, accueillera cette année Emil Bulls, Dead Sinners, District 7, Lost in Pain et Dr. Gonzo.

Le 20 juillet à Wasserbillig www.eastcoast.lu

36


Culture | The Diary

© Carl Neyroud

SUITE

DONKEY ROCK

CONGÉS ANNULÉS Cette série de concerts, placée sous le signe de l’underground et de l’indépendance, se donnera du 27 juillet au 24 août prochains. Si la programmation fait la part belle à l’indie, on retrouve également de la pop, du postpunk, du postrock, de l’électro, de l’afrobeat et même du néo-classique. En apothéose, le trio new-yorkais de Blonde Redhead, fer de lance de la scène musicale underground, prestera le 23 août. Lorenzo Zenni et les Luxembourgeois de No Metal in this Battle donneront le coup d’envoi de cette salve de concerts dès le 27 juillet.

Du 27 juillet au 24 août aux Rotondes (Luxembourg) www.rotondes.lu

38

Ce festival se déroulera à Sélange (Belgique) les 10, 11 et 12 août prochains avec, respectivement en tête d’affiche pour chaque journée, les Français d’AqME, les Belges de BRNS et les marins gaumais de Cré Tonnerre. La soirée d’ouverture prévoit l’excellent power trio de Lysistrata. Au programme, c’est à nouveau sous le signe de l’éclectisme et du festif que le line-up se dévoile. Au menu, il y aura du stoner, du ska, du punk, du hardcore, du noise rock, de la cold wave, du postpunk, de l’indie rock et même du folk païen néo-médiéval. Il aura également des reprises de Pierre Rapsat et de Johnny Hallyday le dimanche après-midi.

Les 10, 11 et 12 août à Sélange (Belgique) www.donkeyrockfestival.com

CABARET VERT L’événement musical Cabaret Vert se tiendra du jeudi 23 au dimanche 26 août sur le site du square Bayard de Charleville-Mézières (France). Il y aura du gros flow sur la plaine avec des pointures du rap telles que Booba, Suprême NTM, Travis Scott, Hamza et Damso, mais aussi du rock alternatif avec Nothing but Thieves, The Black Angels ou encore The Nude Party. Côté nostalgie, on retrouvera la formation des Négresses Vertes ainsi que Stéphan Eicher. À noter que Phoenix distillera sa pop funky tandis que Curtis Harding nous plongera dans la soul façon Tamla Motown.

Du 23 au 26 août à Charleville-Mezières (France) www.cabaretvert.com


Culture | Cultural Escape

OPERA-THÉÂTRE METZ MÉTROPOLE

LIEU DE TRADITION ET D’EXPÉRIMENTATION Texte Godefroy Gordet

OPÉRATHÉÂTRE METZ MÉTROPOLE 1752 Inauguration du Théâtre municipal de Metz 1905, 1909 Sarah Benhardt foule les planches de la scène messine pour la Tosca 1962 Jean Cocteau signe les décors de Pelléas et Mélisandre de Debussy 2002 L'Opéra-Théâtre de Metz Métropole fête ses 250 ans. 2011 Paul-Emile Fourny prend la direction artistique du lieu

40

Impossible de passer à côté, l’Opéra-Théâtre de Metz Métropole qui impose sa stature en tant que voisin du Temple Neuf et jalonnant la belle Place de la Comédie.

Sûrement le plus bel hôtel de spectacles de France, mais aussi le plus ancien théâtre encore en activité. Initiée par le maréchal de Belle-Isle, amoureux des arts et de la culture, la naissance de ce lieu était très attendue. Un théâtre d’art qui à l’époque de son inauguration, lors d’un bal public le 3 février 1752, participait à un vaste projet de remodelage de la cité messine. D’une architecture néoclassique signée Jacques Oger, le théâtre se pare d’une terrasse, d’arcs en plein cintre, d’un fronton, et de quelques belles sculptures dessinées par le sculpteur messin Charles Pêtre. D’abord difficilement rentable, cet « hôtel de spectacles » connut pendant longtemps une situation incertaine, pour finalement être associé aux services municipaux de la ville en 1950 par Raymon Mondon, alors maire de Metz. Passé de 1384 places à 750 en 1963, et par quelques restaurations et modifications au début des années 80, ce théâtre à l’italienne conserve aujourd’hui en lui, toutes les strates de son long passé. Et c’est sûrement ce qui en fait un lieu à part entière. Devenu Théâtre, puis Opéra-Théâtre au fil des directions, il est aujourd’hui Opéra-Théâtre de Metz Métropole – ainsi placé sous la bienveillance de la communauté d’agglomération de Metz Métropole – et est devenu membre de la Réunion des opéras de France, marquant ses ambitions d’ouverture à tout un territoire ainsi qu’au niveau national.

Salle OT 180° L ©Arnaud Hussenot - Fabien Darley - Metz Métropole

D’années en années, l’Opéra-Théâtre a vu défilé sur son plateau des troupes et grands noms du spectacle vivant. Se sont succédé, entre autres, Sarah Bernhardt dans la Tosca en 1905, Jean Cocteau mandaté pour la création des décors de Pelléas et Mélisandre en 1962, et plus récemment des personnalités telles que l’ancien chef d’orchestre de l’ONL Jacques Mercier, le metteur en scène Daniel Mesguich pour La Flûte enchantée de Mozart, ou encore les comédiens Richard et Romane Bohringer pour J’avais un beau ballon rouge en février 2013.

que dans le contemporain. Prenant place sur une scène historique, au sein d’un bâtiment du XVIIIe siècle, classé monument historique, le théâtre autant que la danse ou les arts lyriques y sont montrés. Avec un minimum de 40 000 spectateurs accueillis chaque saison, l’OpéraThéâtre se distingue pour être l’une des rares institutions en France à posséder des ateliers de costumes et de décors ainsi que son corps de ballet. Un véritable centre de production du spectacle vivant depuis 266 ans, où travaillent une quarantaine d’artistes permanents et plus d’une trentaine d’artisanset techniciens du spectacle.

Devenu, au fil des siècles, une véritable maison de tradition, l’Opéra-Théâtre de Metz Métropole, développe une programmation plus ambitieuse chaque année, s’immisçant dans le répertoire classique autant

Tenu avec beaucoup d’entrain, de cohérence et d’originalité par le metteur en scène Paul-Emile Fourny, l’Opéra-Théâtre de Metz Métropole est aujourd’hui une institution, place forte des arts de la scène dans le Grand Est qui rayonne de ses productions et créations jusqu’au bout du monde.


Cultural Escape | Culture

 « CHERCHER

DE NOUVELLES CHOSES SANS NIER LES BASES » 

PAUL EMILE FOURNY, DIRECTEUR ARTISTIQUE DE L’OPÉRA THÉÂTRE DE METZ MÉTROPOLE Né à Liège en 1961, Paul-Émile Fourny porte la sympathie belge avec vivacité. Actuel metteur en scène et directeur artistique de l’Opéra-Théâtre de Metz-Métropole, son long parcours se résume difficilement. Diplômé du Conservatoire Royal de Wallonie après avoir obtenu le Premier Prix du « Théâtre du Mot et de la Déclamation », il fait ses premières expériences en direction au Centre Culturel d’Oupeye en Belgique. C’est en 1984 qu’il s’intéresse de plus près à l’Opéra en intégrant l’équipe de Gérard Mortier, alors directeur du Théâtre de la Monnaie de Bruxelles. Il a alors le privilège de côtoyer Gilbert Deflo, Pier-Luigi Pizzi ou encore Yannis Kokkos. Après plusieurs années, il quitte Bruxelles pour rejoindre le sud de la France avec le fantasme du soleil et de la méditerranée. Il travaille successivement pour les Chorégies d’Orange, l’Opéra d’Avignon et l’Opéra de Nice qu’il dirige de 2001 à 2009. Galvanisé par la reprise de la direction de l’OpéraThéâtre de Metz Métropole, il s’installe à Metz en 2011 pour développer un projet artistique captivant.

Depuis avril 2011 vous occupez la fonction de directeur artistique de l’Opéra-Théâtre de Metz Métropole. Quelle était votre ligne artistique directrice à votre arrivée ? Ce qui m’intéressait dans le projet de reprise de l’Opéra Théâtre, c’est que cette maison a, de tradition, trois disciplines sur cette scène. Certes la priorité revenait à l’art Lyrique car c’est un « Opéra Théâtre », avec 6 ouvrages par saison à produire ou coproduire. Mais le projet s’étendait aussi autour des ateliers décor et costumes de la maison, d’une programmation théâtrale et du ballet qui était en survie à mon arrivée. Dans les projets que j’ai développé, il y a eu une ouverture vers des compositeurs du « répertoire », mais également sur de la « création » d’opéras. Dans le domaine théâtral, il s’agissait de passer du statut passif à celui d’actif. J’entends par là, ne plus uniquement recevoir des spectacles en tournée. Cette idée de production et de coproduction a été développé avec les compagnies régionales subventionnées et il était aussi question de faire de la création théâtrale dans ce lieu. Le troisième volet qui me semblait indispensable à développer était la danse. Notre ballet est de formation classique et néo-classique, il s’agissait donc de continuer à développer ce répertoire, mais aussi s’ouvrir à des chorégraphes nouveaux. J’ai donc confié des créations à des chorégraphes comme Thierry Malandain ou Ralf Rossa du Ballet de Halle en Allemagne, pour pouvoir reconquérir et refaire un répertoire de danse dans cette maison. Cette démarche nous a aussi permis d’augmenter le nombre de productions. Nous sommes passés d’une production annuelle, à trois par saison. Du Lyrique au ballet en passant par le théâtre votre structure s’attarde franchement sur les trois disciplines artistiques. Comment dessinez-vous les lignes d’une programmation qui se veut plurielle ? Nous pouvons toujours dans les trois disciplines relier des thématiques. Cette saison, par exemple, mon collègue nancéen, Laurent Spielmann a produit Don Giovani de

©Philippe Gisselbrecht - Metz Métropole

Mozart en ouverture de saison. Dans ce sens, il y a deux mois, nous avons produit le premier Don Juan musical, celui de Gluck. Voilà une façon de programmer des spectacles en « regard », par deux disciplines différentes et de leur trouver un pont. Voilà un exemple de lien qui peut exister entre ces disciplines. Il ne s’agit pas de faire un énorme milkshake de tout ça, mais simplement de trouver des passerelles avec ces trois disciplines. Et c’est l’une des spécificités de cette maison : créer des ponts dans ces 3 disciplines et ainsi proposer pas moins de 15 productions par saison.

Après six saisons à la tête de la programmation artistique de l’Opéra, quel bilan faites-vous face à vos ambitions de départ ? Je pense que la politique d’ouverture du théâtre a été marqué par ses choix artistiques. Par le fait notamment, d’avoir développé la danse, des collaborations théâtrales avec d’autres structures et de revenir à la création théâtrale à Metz. Mais le fait d’avoir pu maintenir, malgré des temps difficiles, une diversité et un nombre de spectacles suffisant et de qualité me semble déjà être un objectif rempli. Le travail dont je suis le plus fier avec mes équipes, c’est le fait de voir notre théâtre rayonner à l’extérieur. Nous donnons beaucoup de nos productions en tournée d’une manière régionale, mais aussi nationale et internationale. Ainsi, avec le Luxembourg, par exemple, nous développons des projets avec le Kinneksbond de Mamer et accueillons l’Orchestre de Chambre de Luxembourg. Une autre réussite se situe au niveau du public. Nous constatons un rajeunissement de ce public dans toutes les disciplines. Aux dernières statistiques, notre moyenne d’âge jusqu’à 26 ans, représente 28 % des places vendues au sein de ce théâtre. Acteur privilégié d’un art qui lutte parfois à trouver son public, quels sont aujourd’hui les enjeux d’une structure comme l’Opéra-Théâtre de Metz Métropole ? Le problème des maisons d’opéra et surtout là notre, c’est que nous avons une image vraiment très marquée. Mais nous pouvons ouvrir ce lieu par deux moyens : soit par une certaine originalité dans la programmation ; soit en utilisant ce qui est attaché aux possibilités qu’offre Internet, à savoir un réseau social étendu, des possibilités d’achat de place en ligne, etc. Grâce à cela, je me réjouis d’avoir une scène au public diversifié. 41


Culture | Books

TA VIE OU LA MIENNE DE GUILLAUME PARA : DROIT AU BUT ! Texte Agathe Ruga

« SI LE JOURNALISME M’A APPRIS UNE CHOSE C’EST QU’IL N’Y A PAS QU’UNE SEULE RÉALITÉ »

Les livres n’en finissent jamais de nous surprendre. Si l’on m’avait dit que je prendrais du plaisir à lire des scènes de football ! Hamed, un jeune orphelin de banlieue surdoué du ballon, rêve de quitter la violence de Sevran et de s’offrir une vie meilleure. Il se lie d’amitié avec François, dont le père ancien footballeur va tout mettre en œuvre pour le hisser au sommet. En face, nous avons Léa, issue de la haute bourgeoisie, jeune adolescente étrange souvent prise d’états dépressifs depuis l’adolescence. Lorsqu’au lycée son regard croise celui d’Hamed, l’espoir en la vie lui revient. Elle passe ses récréations à observer ce grand jeune homme musclé et au teint mat, jusqu’au jour où elle passe la barrière des caïds… Leur histoire d’amour semble compliquée à Hamed, le choc des cultures et de leur classe sociale n’augurent rien de bon, et à cette liste d’impossibles s’ajoute François, leur meilleur ami commun, amoureux de Léa. Pourtant leur liaison débute et leur amour flamboie. Repéré par un entraineur, Hamed va intégrer les pros. Un soir, alors que tous deux ont quelque chose à se dire, le drame survient. Case prison, retour à la violence, mais en pire, celle qu’Hamed n’aurait jamais voulu connaitre. Peut-on échapper à son destin ? Qu’est-ce que la liberté ? Rejouera-t-il un jour au foot ? Une magnifique histoire d’amour entre deux êtres blessés, la princesse et le banlieusard, un drame soumis aux lois du destin et des secrets familiaux. Sublime et magistral !

 TROIS QUESTIONS À GUILLAUME PARA  Vous êtes journaliste, féru de football, thème présent ici. Avez-vous côtoyé les milieux judiciaires, carcéraux ? Avant d’écrire ce livre, je connaissais les problèmes carcéraux ou ceux des banlieues d’une manière globale. Ma nature journalistique m’a poussé à me renseigner le plus possible avant d’écrire sur ces sujets. Je me suis énormément documenté et, concernant les banlieues, je suis allé sur place.

Le milieu bourgeois, son hypocrisie, c’était un thème important pour vous ? Au sein de ces familles, la violence est sourde, mais très présente, sous des formes parfois insoutenables. Si le journalisme m’a appris une chose c’est qu’il n’y a pas qu’une seule réalité. Celle-ci possède toujours des nuances de gris. C’est notamment ce que je voudrais faire ressortir dans ma littérature désormais.

Pensez-vous comme Hamed au cours du récit, que le destin nous rattrape toujours ? Je pense qu’on peut y échapper bien sûr et c’est même l’une des plus belles choses de la vie. Hamed est rattrapé par trop d’événements qui le ramènent aux pires de ses racines. Je voulais livrer un conte urbain, moderne : il n’y a jamais eu dans ma tête la possibilité d’une issue heureuse pour le héros.

TA VIE OU LA MIENNE DE GUILLAUME PARA

Juliette de Saint Tropez de Valentin Spitz, Editions Stock. Une superbe histoire de femme racontée par son petit-fils, à emporter dans la valise cet été !

42

note sur 5

Casse-gueule de Clarisse Gorokhoff, Editions Gallimard. Et si la véritable beauté se cachait dans le chaos ? Embarquez dans cet univers onirique et violent !


Mode 3.0 | Trends

LA MODE EN LIGNE Les dernières news mode, les nouvelles marques qui font le buzz, les must-have de l’été, Texte Julie Bénière tous les sites stylés à ne pas manquer, l’essentiel de la mode en ligne se trouve ici.

CHIC ET ÉTHIQUE Quand on sait que 20 % des eaux dans le monde sont polluées par l’industrie textile, il est important de soutenir des boutiques en ligne comme WedressFair qui s’attaque à la mode équitable. On mange bio alors pourquoi pas s’habiller éthique ? WeDressFair sélectionne de jolies marques qui placent le respect des travailleurs et de l’environnement au centre de leurs préoccupations. Le concept: commencez par chercher des vêtements qui correspondent à votre style et à vos valeurs, puis sélectionnez la marque qui fera votre bonheur et passez à un achat responsable. Les engagements de chaque marque sont détaillés dans une fiche produit. Sur WeDressFair vous dénicherez, des ceintures réalisées avec les déchets de pneus de vélo, des chaussures lifestyle et fabriquées avec des matériaux recyclés et écologiques, de la lingerie éthique et esthétique ou des accessoires durables 100 % bangladais fabriqués en toile de jute. WWW.WEDRESSFAIR.FR

©LeBaigneur

UN COLLECTIF À LA FRANÇAISE Voici un site très joliment réalisé qui fait office de comptoir à créateurs. Une seule règle, mettre à l’honneur les savoir-faire locaux, en proposant une sélection d’articles authentiques, confectionnés à la main avec passion, aux quatre coins de la France. Grâce l’Echoppe Française vous pourrez découvrir ces créateurs et petites marques françaises qui feront la mode de demain. Vous apprendrez à connaître leur parcours et leur univers. Personne ne sera lésé, l’offre est ultra-large, vous trouverez de quoi remplir votre dressing, celui de votre mec et de vos enfants, des bijoux sympas et des accessoires pour la maison. On aime le côté mini-CV, qui donne une dimension tellement plus personnalisée à son achat. Connaître l’histoire de son produit, c’est l’adopter non ? WWW.ECHOPPE-FRANCAISE.FR

BAIGNEZ-VOUS ! Les vacances approchent, que ce soit en juillet, août ou même septembre, on espère tous quitter le trafic luxembourgeois pour se lover sur une serviette méga douce sur une plage de sable. Si vous avez déjà choisi la plage, je peux vous conseiller la serviette. Le prix n’est pas si doux, mais qu’est ce que la collection est belle. La serviette Paris est une jeune maison française créateur de draps de bain haut de gamme. Pour sa deuxième collection, véritable invitation au voyage, la marque a designé des serviettes au confort inégalable et à l’élégance assurée. Plus d’une serviette de plage, votre drap de bain devient un accessoire de mode. 4 modèles seulement, déclinés en 4 couleurs différentes pour passer un été hyper douillet ! Chez Bold, on aime tout particulièrement le motif Navajo, rallumez votre calumet de la paix et partez à la découverte de nouvelles tribus… Vivement les vacances ! WWW.LASERVIETTEPARIS.COM

MESSIEURS, PRENEZ SOIN DE VOUS ! Avec Le Baigneur, prendre soin de soi devient plus simple. Cette petite entreprise parisienne à taille humaine valorise le travail manuel et le savoir-faire traditionnel français. Le Baigneur est une marque de cosmétiques qui s’adresse uniquement aux hommes en développant et en fabriquant des soins qui hydratent, apaisent, et protègent l’épiderme. Messieurs, vous n’aurez plus aucune excuse pour avoir la peau douce avec cette gamme hyper complète qui propose des soins du corps, du visage et pour le rasage. La marque a fait le choix de privilégier les ingrédients issus de productions locales en travaillant des produits 100 % naturels et bios ! On craque pour les emballages recyclables et fabriqués en France au design vintage. Toute la gamme est à shopper sur l’e-shop ! Livraison offerte à partir de 50 € d’achat ! Messieurs, foncez ! WWW.LEBAIGNEUR.FR 43


Trends | Must Have

TRAITS TRAITS CHICS Les rayures de banquier, ennuyeuses ? Que nenni. C’était avant qu’elles ne filent droit dans notre vestiaire estival. Sur la plage ou une terrasse, la rayure assure sur toute la ligne.

RAILS PEPE JEANS LONDON

TOMMY HILFIGER

IKKS

KARL LAGERFELD

TOM FORD EYEWEAR

FOR LOVE AND LEMONS MICHAEL MICHAEL KORS

44


Must Have | Trends

PETIT MOUSSE À l’assaut moussaillon ! La marinière s’impose encore cette saison. Des chaussettes à la chemisette, le vestiaire 2018 sera marin ou ne sera pas.

SCOTCH & SODA SCOTCH & SODA

UNIQLO

H&M

TOMMY HILFIGER

ZADIG & VOLTAIRE

SUN 68

PEPE JEANS LONDON

TOMMY HILFIGER

45


Trends | A date

ARTHUR, DES CALEÇONS & DES HOMMES Peut-on porter un caleçon imprimé et être élégant ? Mais carrément. C’est d’ailleurs le mantra d’Arthur, marque française entièrement dédiée au homewear qui, il y a trois décennies, a fait sauter tous les codes en la matière. Fini le règne abject du slip kangourou blanc tristouille, Arthur a apporté couleurs et motifs sous les uniformes de ces messieurs. Entretien avec Jean-Louis Pariente, PDG de la maison. Texte Sarah Braun

Pourquoi avoir voulu révolutionner les sous-vêtements masculins  ? Révolutionner est peut-être un grand mot : les sous-vêtements masculins, à l’époque, étaient très classiques. On a voulu apporter un peu de fantaisie à l’image de ce qu’on avait pu voir aux États-Unis.

C’est un univers qui peut sembler un peu austère, ne vous êtes-vous jamais lassé ? Non, car nous nous sommes vite orientés vers le loungwear : les pyjamas homme et femme, le beachwear, les chaussettes… Cela nous a permis de nous diversifier tout en rajeunissant notre cœur de cible. À présent, les millenials marchent dans les pas de leurs parents !

Le succès a-t-il été immédiatement au rendez-vous ? Absolument. Force est de constater que nous n’étions pas les seuls à trouver nos caleçons ennuyeux. Les hommes ont tout de suite adhéré à notre idée.

Pourquoi avoir choisi d’appeler votre marque Arthur ? Nous voulions nous démarquer des autres marques de sous-vêtements pour homme en allant vers quelque chose de plus intimiste, plus simple et plus proche de nos clients. Après un long brainstorming, nous nous sommes dit que ce prénom était sympathique. On a bien fait, car il y a eu une recrudescence de petits garçons qui ont porté ce prénom dans la décennie qui a suivi le lancement de la marque (rires)!

Vous souvenez-vous du tout premier caleçon que vous avez sorti ? Oh oui, c’était un motif fleur de tapisserie. Un imprimé très fort, limite violent. Cela nous a surpris, car nous pensions que les unis plairaient davantage. Les hommes avaient vraiment envie de changement !

46

Constatez-vous un regain d’intérêt pour le vêtement d’intérieur avec la tendance du hygge qui a fait couler beaucoup d’encre ? C’est une véritable chance pour nous. Que les gens passent plus de temps chez eux, qu’ils portent un soin plus poussé à leurs tenues d’intérieur est vraiment une belle opportunité pour notre marché.


A date | Trends

« LE MARKETING EST DEVENU PLUS FONDAMENTAL QUE LE PRODUIT LUI-MÊME » Comment bien choisir ses sous-vêtements ? C’est une question de goût d’abord. Ensuite, il y a la coupe, la longueur. Le choix du motif intervient en dernier, je pense, même si certains clients fonctionnent au coup de cœur !

boutiquearthur.com

Slip ou caleçon  ? Moi ? Je préfère les caleçons (rires). Mais en effet, les caleçons se vendent mieux. Nous avons également développé un modèle avec un renfort intérieur qui offre le même maintien qu’un slip, mais avec un style plus cool. C’est actuellement l’un de nos produits qui a le plus de succès, et notamment auprès des 15-30 ans. Quelles sont les tendances beachwear 2018 ? On va vers plus de sobriété au niveau des imprimés. Les motifs sont plus petits, plus géométriques. Quant à la coupe, ils sont plus courts et plus près du corps.

Qui est le client Arthur ? L’homme entre 35 et 45 ans. Urbain, souvent, actif avec un côté très famille. Il y a quelque chose de l’ordre de la transmission qui se dégage de notre marque. Nos clients sont très fidèles, il y a un véritable lien qui se tisse entre eux et nous. Arthur fait résolument partie d’un certain imaginaire collectif. Quels sont les trois critères auxquels jamais vous ne dérogerez ? Qualité. Humour. Couleur. « Une touche d’humour mixée à de la pétillance et de l’élégance », peut-on être élégant et avoir de l’humour en matière de style ? Tout à fait. Nous ne sommes pas dans le gadget, même si nous prônons les couleurs, les motifs. Et puis notre élégance réside également dans les coupes, des formes qui flattent la silhouette, la qualité des matières avec lesquelles nous travaillons. Provenance des matières, usines, production : où en êtes-vous avec ces préoccupations éthiques ? La plupart de nos tissus sont français et nous faisons produire en France dès que cela est possible. Après, il faut être honnête. Ce n’est pas possible d’être 100% français : de nombreux savoir-faire ont déserté l’Hexagone. Nous faisons du mieux que nous pouvons. Avoir de jolis caleçons, pour un homme, est-ce vraiment important ? Évidemment ! La preuve : c’est un marché qui fonctionne très bien. C’est vrai que pour certains, cela reste un vêtement « utilitaire », mais nombreux sont les hommes à y porter un soin tout particulier.

L’exercice de la collab, qu’en pensez-vous ? Nous sommes très friands de ce genre de projets. Cela nous permet non seulement d’élargir notre cible, mais également de relever de jolis challenges, de faire de belles rencontres et découvertes. Nous en avons déjà plusieurs à notre actif. Une seule condition : les deux marques doivent partager les mêmes valeurs. Quelle est la prochaine capsule ? Une collection avec Citroën et son emblématique 2 CV, qui sortira cet été. Cela peut paraître étonnant, mais quand on y songe, la marque véhicule le même ADN vintage et a également tissé une véritable relation avec ses clients. Leur lien affectif avec leurs consommateurs est aussi fort que le nôtre. Quels sont vos projets ? Dans l’immédiat, faire de bonnes soldes et continuer à faire notre métier de la meilleure des façons. Et surtout, booster le digital ! Même si nous avons toujours des boutiques, l’avenir est sur internet, les réseaux sociaux… C’est fondamental d’être présent sur Instagram, Facebook, YouTube dorénavant ? Absolument. Le marketing est devenu plus fondamental que le produit lui-même. Bien sûr, il faut qu’il y ait un produit de qualité derrière, mais c’est devenu fondamental de faire le buzz et d’être ultra présent sur le devant de la scène. 47


Trends | Fashion Alert

LA VIE AQUATIQUE Texte Sarah Braun

Parce que le choix de ces quelques grammes de tissus est crucial pour vous assurer un parfait « cruel summer », nous avons fait un peu de repérage pour vous dévoiler les maillots les plus chauds de la saison.

48


Girls in Paris 49


Vilebrequin 50


La Redoute Collections

51


Vilebrequin

52


Albertine 53


54


Livy 55


Just Over The Top 56


Just Over The Top

57


Petit Bateau

58


59


Hunkemรถller 60


Trends | Street style

 JEAN 

« AVOIR DU STYLE NE S'ACHÈTE PAS » Il force le regard. Sa démarche éthérée, élégante et sa silhouette sombre découpent une ombre dans le hall lumineux du Mudam. Jean occupe le poste de designer. Look savamment étudié et cisaillé au cordeau, il ne laisse rien au hasard. Esthète dans l’âme et pourfendeur du beau, il a évoqué son rapport aux vêtements avec nous.

Te considères-tu comme un accro du shopping ? Affirmatif (rires) ! Mais je me soigne ! Mon budget ne me permet pas toutes les folies, d’autant que cela ne se limite pas aux vêtements et chaussures. J’aime le beau en tout.

Parle-nous de ta tenue du jour. Noir et blanc, plutôt décontracté. Je porte ce t-shirt pour la première fois. C’est une édition très limitée créée par Jonathan Anderson pour Loewe. Il représente une œuvre-portrait de l’immense artiste David Wojnarowicz, mort du sida. D’ailleurs, l’intégralité des bénéfices de cette capsule est reversée à Visual Aids, une association qui utilise l’art pour combattre ce fléau qui existe toujours, rappelons-le ! Je l’ai associé à un jeans Margiela Vintage et une paire de bottes Cesare Pacciotti. Mon bomber, lui, est signé Les Hommes. Justement, quelle est ta définition de l’élégance ? Qu’est-ce qu’un homme élégant ? Que ce soit pour un homme ou une femme, le maître-mot est de se connaître soi-même, de s’accepter tel qu’on est et de ne pas se soucier du regard des autres ni d’attendre leur approbation. Et je reprendrais cette phrase que l’on doit à Yves Saint Laurent : « l’élégance, c’est une façon de se mouvoir. C’est aussi s’adapter à toutes les circonstances de sa vie. Sans l’élégance de cœur, il n’y a pas d’élégance. »

Texte Sarah Braun Image Carl Neyroud

Tes trois pièces indispensables ? Un perfecto dans un beau cuir aniline noir. Un jeans bien coupé. Une paire de bottes/baskets en cuir. Qu’est-ce qui t’inspire ? L’art, en général. Les voyages, des villes comme Berlin ou New York, Le Cap, Sydney. Tout et rien, en fait. Cela peut être un artiste, un acteur, une chanson, un film… Mon grand-père maternel également. Bien qu’issu d’un milieu plutôt modeste, c’était un vrai gentleman avec un look de dandy. Avoir du style n’est pas donné à tout le monde et ne s'achète pas. Quel est ton créateur préféré ? J'apprécie trop de marques et de stylistes pour n’en citer qu’un seul ! Cela va du travail très contemporain et pointu de Rick Owens au streetwear de jeunes designers coréens, comme Kang Dong Jun. Et puis, bien sûr, Kris

Van Assche, et ses costumes épurés et sophistiqués pour Dior Homme. J’aime énormément aussi Anthony Vaccarello qui vient de revisiter le New York des 70’s – ambiance cuir et Studio 54 – pour sa toute dernière collection Saint Laurent Homme.

Tu refuses les notions de mode et de tendances ? Toutes ne sont pas bonnes à suivre. Je suis au courant de ce qui se passe, ce qui se fait, les inspirations du moment. Après, je pioche ce qui me plaît, et, surtout, ce qui me correspond et qui est fidèle à ma personnalité.

61


True life | Stories

ET SI ON RESTAIT AU LUXEMBOURG CET ÉTÉ ?

Texte Mathieu Rosan 62


Stories | True life

Une fois de plus tout le monde n’aura pas la chance de prendre la route des vacances cet été. Peu importe les raisons, l’idée de passer un été au Grand-Duché peut parfois rendre aigris les plus positifs d’entre nous. Malgré tout, qui a décrété que la qualité d'un été se mesurait aux kilomètres parcourus pour rejoindre une plage ? Les Américains ont d’ailleurs inventé un mot pour ce phénomène : le « staycation », petit mélange entre « stay » (rester) et « vacation » (vacances) – oui, on est bilingue chez Bold. Du coup, pour ceux qui ont décidé de se lancer dans cette nouvelle pratique - volontairement ou non –, on a décidé de vous proposer quelques spots sympas dans le coin pour vous poser cet été. En plus, comme tout le monde a déserté, vous allez enfin pouvoir respirer et (re)découvrir les alentours. Comme chaque année, on attend tous ce moment. Pour certains, cela fait des mois que les préparatifs ont commencé. Les vacances d’été symbolisent ce rendez-vous qu’on ne manquerait pour rien au monde, encore plus quand nos fils d’actualité Instagram et Facebook commencent à être inondés de photos de pieds au bord de la mer ou de je ne sais quelle autre étendue d’eau. Seulement voilà, bien que le Luxembourg fasse partie des pays au monde où la proportion de personnes prenant la route des vacances est la plus importante, certains n’auront pas la possibilité de se rendre sur une plage de sable fin à Bora Bora ou de faire un trek au Cambodge. Du coup, si votre programme se résume à repasser votre canapé en binge watchant tout l'été, ne vous inquiétez pas, le pays et ses alentours offrent quelques alternatives plutôt sympathiques qui illumineront vos journées et vos week-ends. On a fait pour vous un petit bilan du secteur touristique au Luxembourg et des possibilités qui pourront s’offrir à vous si vous ne voulez pas déprimer pendant les beaux jours.

L’EUROPE TOUJOURS AUSSI PRISÉE DES RÉSIDENTS

Même si c’est l’impression que vous pouvez avoir, vous n’êtes pas seul dans cette situation. L’an dernier, 16 % des résidents ont déclaré qu’ils ne partiraient pas en congés pendant la période d’été selon une étude publiée par TNS ILRES. Un constat qui varie évidemment en fonction des revenus et du budget disponible à l’arrivée des beaux jours. Concernant ceux qui ont la chance de partir, la majorité a prévu de le faire au mois d’août. Un phénomène évidemment renforcé par le début du congé collectif prévu le 28 juillet.

« LES RÉSIDENTS SONT 90% À VOIR LE GRAND-DUCHÉ COMME UNE DESTINATION TOURISTIQUE DE QUALITÉ » Selon des chiffres publiés par le Statec, la France est la destination la plus populaire auprès des résidents. Alors qu’il y a 20 ans, 51 % d’entre eux y effectuaient un séjour dans l'année, ils sont aujourd'hui 63%. L’Allemagne est devenue également incontournable. Il y a 20 ans, 20 % des résidents y effectuaient un séjour touristique dans l’année. Ce chiffre a pratiquement triplé, pour atteindre 57 %. Concernant les moyens de transport privilégies, et malgré un léger recul au fil des années, la voiture est utilisée aujourd'hui dans un voyage sur deux (52 %). Suit l’avion (37 %), le train et le bus (10 %). Si vous n’avez pas le budget pour aller plus loin que le lac de Remerschen, ce n’est pas le cas de tout le monde. En effet, un résident dépense en moyenne environ 7.8 % de son salaire annuel pour partir en vacances. Il consacre ainsi 2 814 euros par an à ses vacances. Selon le Statec il s’agit d’ailleurs du budget le plus élevé d’Europe. Le pays se place loin devant la France, avec 1 827 euros, l’Allemagne (1 669 euros) et la Belgique (1 327 euros). Un chiffre qui s’explique bien entendu par un niveau de vie plus élevé, mais aussi par un nombre de séjour à l’étranger et à l’hôtel plus important que dans les autres pays. Comme vous pouvez vous en douter, l’hôtel est évidemment l’hébergement le plus apprécié par nos compatriotes. Selon un sondage TNS ILRES, ils sont 70 % à préférer l’hôtel aux autres types de logements pour leurs vacances d’été. Ils sont d’ailleurs 46 % à opter pour un hôtel trois ou quatre étoiles et 24 % d’entre eux choisissent un établissement cinq étoiles. En revanche, ils ne sont que 1 % à se contenter d’hôtels une ou deux étoiles. Le deuxième type d’hébergement privilégié est l’appartement ou la location de maison. En effet, 17 % des résidents se tournent vers la location d’un appartement ou d’une maison privée. La démocratisation des sites de services comme Airbnb ces dernières années a évidemment contribué à cet essor. En 63


True life | Stories

 16 %  L’ANNÉE DERNIÈRE, 16% DES RÉSIDENTS ONT DÉCLARÉ QU’ILS NE PARTIRAIENT PAS EN CONGÉS PENDANT LA PÉRIODE D’ÉTÉ

revanche, contrairement à nos voisins, les résidents luxembourgeois ne sont pas adeptes du combo apéro danse des tongs – oui c’est cliché – que l’on peut trouver au camping. Alors que les Belges, Allemands ou encore Français sont plutôt friands de ce mode d’hébergement, les Luxembourgeois ne sont que 2 % à déclarer être attirés par le camping.

LE LUXEMBOURG UNE VÉRITABLE ALTERNATIVE ?

Alors oui, à première vue, le Grand-Duché n’a pas les armes pour rivaliser avec ses voisins européens pour attirer des millions ou même des centaines de milliers de touristes. Malgré tout, quand on pose la question à ceux qui composent sa population, une très grande majorité envisage le Luxembourg comme une destination « attrayante ». Ils sont en effet 90 % à avoir déclaré cela dans un sondage réalisé récemment. Ainsi, seulement une personne sur dix estime que le Luxembourg ne dispose d’aucun atout pour devenir une destination de vacances séduisante. Concernant les pôles d’attraction identifiés, on peut notamment évoquer l’offre culturelle importante, ainsi que des possibilités de randonnées extrêmement diversifiées. Si les résidents sont nombreux à estimer que le GrandDuché offre tous les prérequis nécessaires pour être une destination touristique de qualité, qu’en est-il vraiment ? Alors que le pays est en pleine campagne de Nation Branding, les touristes semblent être de plus en plus au rendez-vous. C’est en tout cas ce que révèle le dernier bilan touristique présenté en mars dernier par la secrétaire d’État à l’Économie, Francine Closener. Avec plus de trois millions de nuitées pour l’ensemble des secteurs d’hébergement, le bilan touristique 2017 a continué sa progression au même titre que les années précédentes. L’hôtellerie a enregistré une augmentation de ses nuitées de 4 %, les campings ont atteint 1 million de nuitées (+4 %) et les auberges de jeunesse ont affiché une progression de 12 %.

64

Sur l’ensemble, les six régions touristiques du Luxembourg affichent un résultat positif. La Ville de Luxembourg (+5,9 %) et la région sud (+6,1 %) connaissent la plus grande progression. Les régions des Ardennes (+4,2 %), de la Moselle (+3,7 %) et le Mullerthal-Petite Suisse Luxembourgeoise (+1,3 %) ainsi que la région Guttland (+1,2 %) connaissent également une évolution positive. Les touristes originaires des pays voisins et des Pays-Bas restent les plus représentés au Grand-Duché. Après une forte régression en 2016, une reprise est constatée en 2017 pour les touristes en provenance de pays plus lointains, notamment concernant les voyageurs en provenance de Chine (+9 %), des États-Unis (+9 %) et du Japon (+8 %). Concernant ces chiffres, Francine Closener, a d’ailleurs déclaré : « Les résultats du tourisme de l’année écoulée, aussi bien au niveau des attractions que des hébergements, démontrent que le Luxembourg est une destination touristique de choix et que les efforts de promotion et de professionnalisation du secteur portent leurs fruits. Notre stratégie pour le développement du secteur à l’horizon 2022 s’inscrit dans une politique volontariste de soutien et de promotion en misant sur un tourisme de qualité et diversifié qui sauvegarde le patrimoine naturel et architectural et qui valorise le développement régional. »

PRENDRE LE TEMPS DE (RE)DÉCOUVRIR LE GRAND-DUCHÉ

Vous l’aurez compris, même si vous allez passer l’été au Luxembourg, vous ne serez pas les seuls et certains – situation un peu plus étonnante – l’ont même choisi. Du coup, c’est l’occasion rêvée pour profiter d’un pays vidé de ses habitants afin de (re) découvrir des lieux incontournables, et notamment des trésors naturels, des forêts ou encore des lieux chargés d’histoire. Du côté des paysages naturels, comment ne pas évoquer le Mullerthal, connu également sous le nom de Petite Suisse, qui fascine les milliers de marcheurs venant se ressourcer et admirer ses magnifiques forêts faites d’imposants rochers de grèses entre lesquels serpentent de capricieux cours d'eau. Une véritable invitation à la nature et au calme, qui vous offrira une parenthèse naturelle fort appréciable au cœur de l’été. On vous conseille de partir tôt et de prévoir un petit piquenique qui sera fort appréciable après plusieurs heures de marche. Les chemins de randonnée sont d’ailleurs particulièrement bien aménagés et vous permettront de vous immerger parfaitement dans cette nature parfois spectaculaire. Un grand nombre de pistes cyclables sont également présentes afin de vous permettre d'explorer comme vous le souhaitez la région. Enfin, pour les plus sportifs, le paysage rocheux de Berdorf fera saliver tous les amateurs d'escalade.


A MOMENT TO SHARE!

SUR PLACE à l’intérieur ou en terrasse À EMPORTER

LIVRAISON à domicile ou au bureau pour un repas ou un événement LES HEURES D’OUVERTURE Mercredi & Jeudi de 10H30 à 14H & de 17H30 à 22H Vendredi de 10H30 à 14H & de 17H30 à 23H00 Samedi de 17H30 à 22H & Dimanche de 17H30 à 23H PLANET PIZZA BONNEVOIE 23 rue Nicolas Martha, L-2133 Luxembourg Tél.: 26 64 93 12

3000 VINS DE 33 PAYS DÉGUSTATIONS COFFRETS CADEAUX MILLÉSIMES DEPUIS 1930 14 côte d’Eich - L-2229 Luxembourg (place du théâtre) Tél. : 26 68 38 43 - email : info@vinoteca.lu vinoteca.lu


True life | Stories

Pour les amoureux d’histoire et de patrimoine, prenez le temps de faire un tour du côté des nombreux châteaux qui composent le Grand-Duché. Bien entendu, les incontournables sont ceux de Vianden, Beaufort, Bourscheid, Clervaux ou encore Larochette. Chacun dans leur style, vous transportera dans le temps et vous fera découvrir, si ce n’est pas déjà fait, la richesse du patrimoine luxembourgeois.

EN MODE FARNIENTE

Évidemment, la randonnée ou encore l’histoire ce n’est pas forcément une passion pour tout le monde. Et si pour vous l’été c’est plutôt synonyme de plage et de farniente, rassurez-vous, il existe quelques spots vraiment sympas pour vous rafraîchir et arriver aussi bronzé au bureau que votre collègue de retour après 10 jours à Marbella. Direction le Lac de la Haute-Sûre, ou vous pourrez profiter d’une étendue d’eau d’une superficie de 380 ha dans laquelle il vous sera évidemment possible de vous baigner, mais également de pratiquer toute une gamme de sports nautiques ; canotage, plongée, planche à voile ou encore voile, le tout dans un cadre absolument magnifique. On peut également citer la plage de Remerschen, très prisés à l’arrivée des beaux jours. Si jamais la nature ce n’est pas votre truc, vous pourrez également vous rafraîchir dans la multitude de piscines que propose le pays. Parmi les plus connues, on peut évidemment évoquer celle de Remich, le complexe Aquasud à DifferdangeOberkorn, ou encore la piscine de Beaufort. Si jamais vous avez besoin de prendre soin de vous, rendez-vous au Domaine Thermal de Mondorf qui peut se prévaloir d'une source thermale riche en sels minéraux, favorisant la relaxation des muscles. Parfait pour vous ressourcer.

SE LAISSER BERCER PAR LA CAPITALE

Bien évidemment, la ville de Luxembourg saura également vous séduire pendant les longues journées d’été. Une occasion de prendre le temps de profiter de ses parcs, ses musées et de ses terrasses. Autant de lieux qui font de la ville, un petit coin de paradis, au cœur de l’été, au moment où elle est finalement le plus paisible. Pour celles et ceux qui rêvent d’une ballade en mode central parc avec les écureuils et tutti quanti, on vous conseille d’aller faire un tour du côté du parc de Merl. Situé à deux pas seulement du centre-ville, il est certainement un des lieux de rencontre préférés des familles et de leurs enfants. Disposant d’une aire de jeux idéale pour les petits, les grands pourront de leur côté se ressourcer sur les prés au bord de l’étang ou des bassins d’eau. D’ailleurs si vous êtes sportif, le parc est vraiment devenu avec le temps le paradis des joggeurs de la capitale.

66

 2814€  UN RÉSIDENT DÉPENSE EN MOYENNE 2814€ PAR AN À SES VACANCES

Évidemment la ville regorge de lieux où l’on pourrait flâner pendant des heures, mais si l’on devait en choisir qu’un, ce serait certainement le Grund. Petit quartier incroyablement pittoresque et branché avec ses remparts, ses jardins et ses vignes en terrasses, le lieu est un véritable dépaysement au cœur de la capitale. D’ailleurs au-delà de son environnement magnifique, vous aurez accès à un panel de pubs et de restaurants assez dont la réputation n’est plus à faire. Sans doute le meilleur quartier de la capitale pour s’encanailler. Comme chaque année, le pays propose une offre culturelle de grande qualité. Du coup cet été, pourquoi ne pas en profiter pour découvrir différentes expositions ou assister aux nombreux concerts ou festivals organisés dans le pays. On vous conseille d’ailleurs grandement d’aller faire un tour du côté du Mudam et d’aller flâner devant les œuvres de Susumu Shingu, dont les réalisations oniriques ont pris leurs quartiers tout autour du musée ainsi que dans le Grand Hall. Des œuvres qui ne vous laisseront pas insensibles et dont la poésie vous transportera à n’en pas douter. L’été c’est évidemment la saison des festivals et le Luxembourg n’échappe pas à la règle. Situé dans l’est du pays, le festival East Coast se déroulera à Wasserbilig le 20 juillet et mettra en avant la scène luxembourgeoise. Dans la capitale, le festival Congés Annulés, proposera une série de concerts placés sous le signe de l’indépendance pendant un mois au cœur des Rotondes. Il y en aura pour tous les goûts et on est convaincu que vous trouverez certainement votre bonheur. En ville toujours, le Summer in the City transformera la capitale en une immense scène en plein air avec un programme riche en concerts, spectacles ou encore animations de rues. Enfin on peut évidemment évoquer le Festival de Wiltz, le Festival MeYouZik, le Rock um Knuedler, ou encore le e-Lake Festival qui viendront compléter une offre musicale incroyablement riche et complète.


Stories | True life

©Um Plateau

« IL EXISTE QUELQUES SPOTS VRAIMENT SYMPAS POUR VOUS RAFRAÎCHIR ET ARRIVER AUSSI BRONZÉ AU BUREAU QUE VOTRE COLLÈGUE DE RETOUR APRÈS 10 JOURS À MARBELLA » UN PARADIS POUR LES GASTRONOMES

Enfin que serait un été sans des heures passées en terrasse à siroter un délicieux gin-tonic tout en profitant de ses amis à refaire le monde. Pour cela, inutile d’aller dans le sud de la France ou sur la côte espagnole. Le Luxembourg nous offre de nombreux spots au sein desquels, quand les beaux jours arrivent, l’ambiance et la qualité des mets nous feraient presque oublier qu’on n’a pas bougé de notre bon vieux pays. Pour ceux qui souhaitent retrouver l’atmosphère d’un restaurant de plage, le Boos Beach Club est évidemment un incontournable. Situé au cœur de la forêt de Bridel, le lieu propose à ses clients un

restaurant les pieds dans le sable qui se transforme en club pour les plus festifs d’entre nous. Du côté de Kayl, on adore également le Pavillon Madeleine de Léa Linster situé en plein centre du parc. Sa magnifique terrasse en pleine verdure et sa cuisine de qualité sauront satisfaire les plus exigeants d’entre nous. Du côté de la capitale, on aime s’attabler du côté de la Vinoteca pour y déguster un délicieux verre de vin pour l’apéro, avant de prendre la route du côté du restaurant Um Plateau et de sa chaleureuse terrasse. Un lieu qui conjugue une grande modernité à une très bonne cuisine dans un petit havre de paix niché sur les anciennes fortifications de Vauban. On aurait pu également vous conseiller de prendre la direction des rives de Clausen et du restaurant Le Sud, dont la réputation n’est plus à faire et qui propose un magnifique rooftop, certainement le plus beau de toute la capitale, ou encore Les Jardins d’Anaïs, anciennement le Maho, qui vous offrira un écrin de calme et de douceur au cœur de la ville. Pour ceux qui veulent s’éloigner un peu de la capitale, le Toit pour toi vous proposera une cuisine raffinée tout en vous coupant totalement du monde sur sa terrasse posée en plein milieu des arbustes et des plantes. Vous l’aurez compris, inutile de partir à l’autre bout du monde pour passer un bel été, et encore moins pour profiter de ses amis. Bon, on vous laisse, on a un avion pour Punta Cana à prendre dans moins de deux heures.

67


True life | What about

VERY GOOD TRIP

3 000 000

Avec plus de 39 millions de visiteurs l’année dernière, le Las Vegas Strip est le « site touristique » le plus visité du monde depuis plusieurs années.

Le nombre de nuitées comptabilisées dans le secteur du tourisme l'année dernière au Luxembourg a légèrement dépassé la barre des trois millions. Un chiffre en augmentation de 4,3% par rapport à l’année précédente.

7 500 On se demande s’il ne faut pas un GPS pour circuler dans l’hôtel Izmailovo à Moscou. Ce gigantesque complexe hôtelier est constitué de quatre bâtiments et offre quelque 7500 chambres ! C’est pour le moment le plus grand hôtel du monde.

LE

CAMPING PARADIS Contrairement à nos voisins belges, allemands ou encore français, le camping n’a pas la cote auprès des résidents luxembourgeois. En effet, seuls 2 % d’entre eux ont déclaré que ce type d’hébergement était parmi leurs préférés.

TOURISME Textes Mathieu Rosan Illustrations Julie Mallinger Sources  TNS Ilres ; Statec ; Luxembourg for tourism

NUMÉRO #1 Le tourisme se place au premier rang des industries mondiales et représente plus d’1.2 milliard de touristes internationaux entrants par an.

DES GOÛTS DE LUXE POURQUOI ALLER AILLEURS ? Selon une étude publiée récemment, le Luxembourg est une destination de vacances attrayante pour neuf résidents sur dix. Selon eux, le GrandDuché dispose d’assez d’atouts pour satisfaire les touristes en tout genre.

68

Si le camping est très impopulaire auprès des résidents, les hôtels 3 à 5 étoiles séduisent quant à eux 68 % d’entre eux. En même temps, une toile de tente versus un lit douillet et un spa, le choix est vite fait !

EUROPÉEN AVANT TOUT Sans surprise, l’Europe domine outrageusement le classement des continents prisés par les résidents luxembourgeois. Ils étaient 92 % l’année dernière à avoir passé leur vacances dans un pays du vieux continent. Le top 3 des pays visités étant évidemment la France, le Portugal, et l’Espagne.


Intis eaquas voloribeatur animaxi mpelis conse corum adiciist quo veligent, nossi corem denienissit ametur? Catiorita nesti dunt autem sus. Atemporem faccabore conest andae verferitatio omnimi, odit alistiis qui ium quiducit, vellupt asinusda et volore, verciunt autatio. Hendeni hiligen denihitatemo blaborempos dolupta essunt laut id qui dolupis eos ea sitianis dolectatur aut aute veliquu ntint, ut eatio. Am, occum sinis exero ipienih illanda eperore nonsequassum que nime volum voles comnimo sapidia nducipiet plaboribusam niasped ut esed et quam, sam ut ention reped quatati bea conem consed quidebis maxim ut et magnam, qui rernatia coreperorum as et, print solor print miliqui ssimpore si doluptatqui voluptae ipsae ellum quo torepudae quaerias rem. Nam dem cupidios acearupta ducius con nobit aut pelessit utam voluptia consedi omnimus, utem et volorent expe quatur sequae. Olorese quiatum rercit volore dest ab ipist pa sant lamus maio. Simi, sam remquiam volenit qui dolupta arunti same et et facculparit evel maio quidebit re, incid molor susapiduntur sae il imagnihil moluptas quo consequatur abo. Nequo totat voluptate dolupti con prati adit et imet libusda ium amus doluptata doluptatia dolest rerro ident fuga. Et quiam que minvelenem inctat quatemporro maiostis dolorrovit aut explatae et aspitio. Ducitae caeperum del is accatur, comnisi quae nia volest fugiasperum volore quame possum repudi dolute saestem in restibea siti opta dollent, consectem que doluptae. Nimin re dit, comnis ex exerati deris destet que solupta tincim faccaborit, evenis dere essi aspit volecti officie nimoluptae. Agnihicimus, qui ducit rent ullame nemo imil id es rest, vollicit ape cus alia dolores molum harumquis et doloris milistotam, nam aliquas perio. Natatur epudit volupta temodis ra doluptatetur audit la es mollupi derfera tiumet eum dolupti atibusdam quo dunt. Eperum il estor minus ulparchilis sunto magnatur, omnimet alitistotas mo voluptia volumen debiti dem quiantur? Qui cum quates dolupta tquias nonsequ aecusande nullabo. Xernatia corerio ipsum voluptur? Lorepeligent ea doluptat hiciis as sequos invel iunt aliquat landit que porem ea aut aut erae identité visuelle qui ducipsa periae. Nam none repel mo ium hitas est ea nimusant, que num latur? Quibusdae dolupta spitatur aut ut mincimpora nonsectur, venduciliquo ea am, nonseque saperum es sunt eat. Pa dolorum nonsent, cus. Busciminus aut laut atur, ut maio blaudae ma imagnis as doluptae dolorion nimustrum lis distrum volut eatint vent, officimus, cus autem quae minci unt. Doluptatis millit hit, veribus adit, esse mos rest, consequiat hariatquia doluptia int quod modis adio quo ilit, officte aut eum exces arumend essecusti in expliqui aut acepelecae dolut alignit quia con coremporrum non eosa de plique et desedit voluptur? Et et untio int officius, sitas quas maximet aut alis voluptincia eum harundis explaborro ipicit, omnis antur sit res quam dollabore pe nobitiur, esti dent offic to omnit ut latur, nonet fugiatur, to beribusda volupti con coreptatio. Itae maximendi ut aut paribea aut landandae susandesed quunt dem fugia et ma quaestio blatur res et, odi ut est ommolo cuptur se volutectum facea dus molorectem faceped quatus aut a nus id eum volut fugitae ipietur, quate quibea dolupti nostis nobitaquo id que soloris perit dites audaes exces iligeniminis aspe ipsam escilig natur? Vereptaqui re que ma ipsam ut voluptatet plit, aut ipsunt, neces seque aut fugitatenim simintur as aliquas di re, seribeatest, non nam si rerae. Sequam coribeatem etur? Occum fugiaepere, cuptationsed qui autem. Qui ad quos sum sitio verisquunt, presse tese laut quia quas plaborrum harum quas ea consed quae voluptatet pa nam faceptas aut eaquid mo intemporiae conesto maximagnim diatur? Ratin re, occustis que qui que nis unt occus mosam nimus, vendi debis alissed et alistrum adisintis entiam, sincid ullibus aut qui alias aut officimet et optate nobite offici temporpost, sinctor sequi arum quia eium volorem fugit quaepel enihitassus, sant quam re consequas reratibus dolore laut volorio. Nequistrum sequi odiciat iberibu sdaercipsam fugiati issunt parum dolut volupti con non eum solorrum sin corit alicate num debis evenduntur, cum atur, tem quo conempossum re venias etur modit vel iur, ute occaborent quuntur?

Luptae sim ipsa voloris trupict ibusto inullecta voluptat. Que consequamus molorum que vel inciet officto est, ipienie nihitiaecum intius duci id experunt. Archicitem volest, aut di atiam, omnisit ut esto to et porum corum apis sus eici doluptasi que derum re conecus soluptae nisci con nobit, tem facest landiciam, vollaceped que suntio ellumeni delitia eptatem. Et fugitatum int inullam, unt, sam aut utet dolupitis nestotas rempere perios mos doleste natam core perrum aut magnis excest, soluptat magazine issiminctur? Intis eaquas voloribeatur animaxi mpelis conse corum adiciist quo veligent, nossi corem denienissit ametur? Catiorita nesti dunt autem sus.Atemporem faccabore conest andae verferit Atemporem faccabore conest régie publicitaire andae verferitatio omnimi, odit alistiis qui ium quiducit, vellupt asinusda et volore, verciunt autatio. Hendeni hiligen denihitatemo blaborempos dolupta essunt laut id qui dolupis eos ea sitianis dolectatur aut aute veliquu ntint, ut eatio. Am, occum sinis exero ipienih illanda eperore nonsequassum que nime volum voles comnimo sapidia nducipiet plaboribusam niasped ut esed et quam, sam ut ention reped quatati bea conem consed quidebis maxim ut et magnam, qui rernatia coreperorum as et, solor miliqui ssimpore si doluptatqui voluptae ipsae ellum quo torepudae quaerias rem. Nam dem cupidios acearupta ducius con nobit aut pelessit utam voluptia consedi omnimus, utem et volorent expe quatur sequae. Olorese quiatum rercit volore dest ab ipist pa sant lamus maio. Simi, sam remquiam volenit qui dolupta arunti same et et facculparit evel maio quidebit re, incid molor susapiduntur sae il imagnihil moluptas quo consequatur abo. Nequo totat voluptate dolupti con prati adit et imet libusda ium amus doluptata doluptatia dolest rerro ident fuga. Et quiam que minvelenem inctat quatemporro maiostis dolorrovit aut explatae et aspitio. Ducitae caeperum del is accatur, comnisi quae nia volest fugiasperum volore quame possum repudi dolute saestem in restibea siti opta dollent, consectem que doluptae. Nimin re dit, comnis ex exerati deris slogan destet que solupta tincim faccaborit, evenis dere essi aspit volecti officie nimoluptae. Agnihicimus, qui ducit rent ullame nemo imil id es rest, vollicit ape cus alia dolores molum harumquis et doloris milistotam, nam aliquas perio. Natatur epudit volupta temodis ra doluptatetur audit la es mollupi derfera tiumet eum dolupti atibusdam quo dunt. Eperum il estor minus ulparchilis sunto magnatur, omnimet alitistotas mo voluptia volumen debiti dem quiantur? Qui cum quates dolupta tquias nonsequ aecusande nullabo. Xernatia corerio ipsum voluptur? Lorepeligent ea doluptat hiciis as sequos invel iunt aliquat landit que porem ea aut aut erae qui ducipsa periae. Nam none repel mo ium hitas est ea nimusant, que num latur? Quibusdae dolupta spitatur aut ut mincimpora nonsectur, venduciliquo ea am, nonseque saperum es sunt eat.Atemporem faccabore conest andae verferit Pa dolorum nonsent, cus. Busciminus aut laut atur, ut maio blaudae ma imagnis as doluptae dolorion nimustrum lis distrum volut eatint vent, officimus, cus autem quae minci unt. Doluptatis millit hit, veribus adit, esse mos rest, consequiat hariatquia doluptia int quod modis adio quo ilit, officte aut eum exces arumend essecusti in expliqui aut acepelecae dolut alignit quia con éditions coremporrum non eosa de plique et desedit voluptur? Et et untio int officius, sitas quas maximet aut alis voluptincia eum harundis explaborro ipicit, omnis antur sit res quam dollabore pe nobitiur, esti dent offic to omnit ut latur, nonet fugiatur, to beribusda volupti con coreptatio. Itae maximendi ut aut paribea aut landandae susandesed quunt dem fugia et ma quaestio blatur res et, odi ut est ommolo cuptur se volutectum facea dus molorectem faceped quatus aut a nus id eum volut fugitae ipietur, quate quibea dolupti nostis nobitaquo id que soloris perit dites audaes exces iligeniminis aspe ipsam escilig natur?Atemporem faccabore conest andae verferit Atemporem faccabore conest andae verferit Intis eaquas voloribeatur animaxi mpelis conse corum adiciist quo veligent, nossi corem denienissit ametur? Catiorita nesti dunt autem sus.

MAISON D’ÉDITION

Atemporem faccabore conest andae verferitatio omnimi, odit alistiis qui ium quiducit, vellupt marketing asinusda et volore, verciunt autatio. Hendeni hiligen denihitatemo blaborempos dolupta essunt laut id qui dolupis eos ea sitianis dolectatur aut aute veliquu ntint, ut eatio. Am, occum sinis exero ipienih illanda eperore nonsequassum que nime volum voles comnimo sapidia nducipiet plaboribusam niasped ut esed et quam, sam ut ention reped quatati bea conem consed quidebis maxim ut et magnam, qui rernatia coreperorum as et, solor miliqui ssimpore si doluptatqui voluptae ipsae ellum quo torepudae quaerias rem. Nam dem cupidios acearupta ducius con nobit aut pelessit utam voluptia consedi omnimus, utem et volorent expe quatur sequae. Olorese quiatum rercit volore dest ab ipist pa sant lamus maio. Simi, sam remquiam volenit qui dolupta arunti same et et facculparit evel maio quidebit re, incid molor susapiduntur sae il imagnihil moluptas quo consequatur abo. Nequo totat voluptate dolupti con prati adit et imet libusda ium amus doluptata doluptatia dolest rerro ident fuga. Et quiam que minvelenem inctat quatemporro maiostis dolorrovit aut explatae et aspitio. Ducitae caeperum del is accatur, comnisi quae nia volest fugiasperum volore quame possum repudi dolute saestem in restibea siti opta dollent, consectem que doluptae. Nimin re dit, comnis ex exerati deris destet que solupta tincim faccaborit, evenis dere essi aspit volecti officie nimoluptae. Agnihicimus, qui ducit rent ullame nemo imil id es rest, vollicit ape cus alia dolores molum harumquis et doloris milistotam, nam aliquas perio. Natatur epudit volupta temodis ra doluptatetur audit la es mollupi derfera tiumet eum dolupti atibusdam quo dunt. Eperum il estor minus ulparchilis sunto magnatur, omnimet alitistotas mo voluptia volumen debiti dem quiantur? Qui cum quates dolupta tquias nonsequ aecusande nullabo. Xernatia corerio ipsum voluptur? Lorepeligent ea doluptat hiciis as sequos invel iunt aliquat landit que porem ea aut aut erae qui ducipsa periae. Nam none repel mo ium hitas est ea nimusant, que num latur? Quibusdae dolupta spitatur aut ut mincimpora nonsectur, venduciliquo ea am, nonseque saperum es sunt eat. Atemporem faccabore conest andae verferit. Pa dolorum nonsent, cus. Busciminus aut laut atur, ut maio blaudae ma imagnis as doluptae dolorion nimustrum lis distrum volut eatint vent, officimus, cus autem quae print minci unt. Doluptatis millit hit, veribus adit, esse mos rest, consequiat hariatquia doluptia int quod modis adio quo ilit, officte aut eum exces arumend essecusti in expliqui aut acepelecae dolut alignit quia con coremporrum non eosa de plique et desedit voluptur? Et et untio int officius, sitas quas maximet aut alis voluptincia eum harundis explaborro ipicit, omnis antur sit res quam dollabore pe nobitiur, esti dent offic to omnit ut latur, nonet fugiatur, to beribusda volupti con coreptatio. Itae maximendi ut aut paribea aut landandae susandesed quunt dem fugia et ma quaestio blatur res et, odi ut est ommolo cuptur se volutectum graphisme facea dus molorectem faceped quatus aut a nus id eum volut fugitae ipietur, quate quibea dolupti nostis nobitaquo id que soloris perit dites audaes exces iligeniminis aspe ipsam escilig natur? Vereptaqui re que ma ipsam ut voluptatet plit, aut ipsunt, neces seque aut fugitatenim simintur as aliquas di re, seribeatest, non nam si rerae. Sequam coribeatem etur? Occum fugiaepere, cuptationsed qui autem. Qui ad quos sum sitio verisquunt, tese laut quia quas plaborrum harum quas ea consed web quae voluptatet pa nam faceptas aut eaquid mo intemporiae conesto maximagnim diatur? Ratin re, occustis que qui que nis unt occus mosam nimus, vendi debis alissed et alistrum adisintis entiam, sincid ullibus aut qui alias aut officimet et optate nobite offici temporpost, sinctor sequi arum quia eium volorem fugit quaepel enihitassus, sant quam re consequas reratibus dolore laut volorio. Nequistrum sequi odiciat iberibu sdaercipsam fugiati issunt parum dolut volupti con non eum solorrum sin corit alicate num debis evenduntur, cum atur, tem quo conempossum re venias etur modit vel iur, ute occaborent quuntur? Luptae sim ipsa voloris trupict ibusto inullecta voluptat. Que consequamus molorum que vel inciet officto est, ipienie nihitiaecum intius duci id experunt.

74, rue Ermesinde L-1469 Luxembourg T.: (+352) 26 45 85 86 | F.: (+352) 26 45 84 94


True life | Start Up

MAKIKKO

Texte Alix Bellac Image Makikko

YES, THEY SCAN ! Ils sont quatre jeunes en charge de la gestion et du développement quotidien des projets de MAKIKKO, start-up implantée sur le site du Technoport de Esch-Belval. Rudi Lassine, Emmanuel Kirch, Alexandre Gelenne ont laissé l’honneur à Chloé Lassine de nous présenter MAKIKKO.

Chloé Lassine, co-fondatrice de MAKIKKO, est la gentillesse et la disponibilité incarnées. On la trouve également très sympathique parce qu’elle avoue lire régulièrement les pages de notre magazine : « Étant une grande fan du réseau social Instagram, c'est via ce dernier que j'ai eu connaissance de Bold. Cette découverte m'a permis de m'intéresser aux multiples articles qui portent un regard pointu sur les tendances, et ce, dans tous les domaines. » Nous voilà glougloutant de plaisir devant la jeune femme qui porte la double casquette de Marketing Executive et Community Manager au sein de la jeune pousse.

70

Alors que je lui demande d’où sont venus l’idée de MAKIKKO et ce nom aux consonances japonisantes, elle tient à préciser : « En premier lieu, je pense qu'il est important de parler du domaine qui nous intéressait, à savoir l'impression 3D. Ce procédé est né au milieu des années 80 et il est également appelé " fabrication additive ". C'est un marché en plein essor au niveau mondial et ce, depuis plusieurs années. À ses débuts réservé au prototypage rapide, l'usage de l'impression 3D s'est étendu à la fabrication d'outillages industriels (moules, matrices, etc...) puis aux pièces plus fonctionnelles.


Start up | True life

Cette incroyable évolution a été rendue possible par les progrès technologiques réalisés ces dernières années tels que l'amélioration de la vitesse de fabrication et de la précision, la diversification des matériaux utilisés lors des impressions, l'augmentation de la taille des objets fabriqués et surtout la diminution du coût d'impression... ». Chloé est intarissable et visiblement en osmose avec son secteur d’activité. L’interrogeant, nous apprenons que MAKIKKO a été créée par huit entrepreneurs passionnés par l'impression 3D. « En 2015, ce secteur était en pleine expansion, mais peu osaient se lancer, trouvant cela trop compliqué. Ce qui est vrai ! s’exclame-t-elle. Il faut une immense patience et l'âme d'un bricoleur pour se retrouver à 90 % à l'aise avec une imprimante 3D. C'est pourquoi nous avons décidé de simplifier au maximum le process, l’idée étant de rendre accessible l'impression 3D aux moyennes et petites entreprises et ainsi de contribuer au développement du marché domestique. » Fine équipe bien inspirée : « La fabrication additive a évolué à une telle vitesse ces dernières années que de nouvelles opportunités et de nouveaux marchés liés à la manière de consommer sont apparus. À côté de l’impression 3D, l’une de ces grandes évolutions est " la numérisation 3D " (ou dit plus simplement : les scanners 3D). » Et nous, grands néophytes devant l’Eternel, d’apprendre que cette nouvelle branche de la 3D permet de proposer des innovations aux entreprises, mais également nombre de services supplémentaires. Et c’est précisément là que MAKIKKO a placé ses pions ; dans les services, à commencer par l'automatisation et la standardisation des fichiers 3D issus des scanners. Ceci après avoir acquis de l’expérience lors des quelques années d’exploitation de l'Akimo FaceScan (scanner permettant de numériser un visage et ainsi d'avoir une figurine à son effigie). Miss Lassine explique : « L'impression se fait grâce à notre imprimante 3D professionnelle qui permet l'impression en couleurs. » La start-up MAKIKKO, le vent littéralement en poupe, a décidé de développer une panoplie de services accélérant le traitement des fichiers 3D, réduisant ainsi les interventions humaines et proposant des solutions indépendantes des fabricants de scanners 3D. Ces services répondent aux besoins des utilisateurs qui, à l’heure actuelle, passent encore trop de temps à traiter un fichier, à l’optimiser et à l’imprimer. En attendant, la petite bande accumule les expériences et les anecdotes sympathiques : « Un de nos plus chouettes souvenirs s’est déroulé lors d'un événement au Comic Con de Bruxelles. Le Comic Con est une célèbre convention de comics où les passionnés viennent déguisés en leurs héros préférés et où ils peuvent acheter tous les produits dérivés. Pour vous plonger dans le contexte, nous étions

« L’IDÉE EST DE RENDRE ACCESSIBLE L'IMPRESSION 3D AUX MOYENNES ET PETITES ENTREPRISES » présents en tant qu'exposants avec deux Akimo FaceScan et un phénoménal Body Scan (je prie nos charmants lecteurs de m’excuser pour ce langage pointu qui n’est pas de mon fait) qui a tout simplement été la vedette du salon - un scanner taille humaine permettant de numériser non seulement la tête, mais le corps tout entier - afin de proposer aux visiteurs de créer une figurine d'eux-mêmes. C’est ce même jour que nous avons eu le privilège, tout à fait par hasard, d’inviter sur notre stand Eric Lampaert, connu pour son rôle dans " Mon Incroyable Fiancé " et de pouvoir élaborer pour lui sa figurine. Nous avons depuis une belle collection de personnalités sur notre étagère », s’amuse Chloé. Après toutes ces considérations, tant techniques qu’anecdotiques, la jeune femme consent à nous dévoiler la genèse du nom MAKIKKO : « C'est une excellente question - Merci -. Nous voulions absolument que le nom de notre start-up symbolise une vision claire de l'impression 3D, simple et accessible à tous. MAKIKKO vient de " make " (pour faire) et " iliko " (pour illico). " MAKIKO " étant un prénom très répandu au Japon, nous avons voulu nous différencier un peu et c'est ainsi qu'est né le nom " MAKIKKO ". Espiègle, à ma question de savoir pourquoi une installation à Esch, la réponse fuse dans un sourire : « Et pourquoi pas ? Plus sérieusement, lors de la création de MAKIKKO en 2015, nous nous sommes mis à rechercher un lieu où travailler. C'est là que nous avons découvert l'incubateur Technoport sur le site de Esch-Belval. Cette structure accueille les entreprises innovantes à vocation technologique, qui veulent s’établir et ont besoin d’un appui. Autrement dit, l'emplacement idéal pour nous ! Car comme le précisait Marc Hansen lors de son inauguration : “ Le Technoport s’insère dans une stratégie d’innovation avec l’objectif d’accroître le nombre de start-up / spin-off innovantes créées au Luxembourg, en leur fournissant, en début d’existence, le support nécessaire afin d’augmenter leurs chances de survie ainsi qu’en assurant leur accompagnement tout au long de leur croissance. » « Comme vous le voyez, le Technoport était le berceau idéal pour y élever MAKIKKO ! », enchaîne la jeune femme. En parlant de faire grandir « bébé », quelles sont les ambitions de nos jeunes start-upers pour MAKIKKO ? Chloé Lassine sourit mais ne réfléchit pas trop longtemps : « Nous projetons de développer des services variés afin d'accélérer plus encore le traitement des fichiers 3D, de réduire les interventions humaines et de proposer des solutions indépendantes des fabricants de scanners 3D. On estime qu'à l'horizon 2040, l'intégralité des foyers seront équipés d'imprimantes 3D et de scanners 3D… et peut-être aussi et surtout des services que nous développons aujourd'hui », ajoute-t-elle avec gourmandise. Du travail, des objectifs, mais quoi qu’il en soit, la valeur (de MAKIKKO) n’attend pas le nombre des scannés…

30 Nous sommes

capables de scanner 30 visages de personnes à l’heure

350

corps possibles pour les figurines

71


True life | Mum’s & dad’s

LA CRÈCHE, C’EST LE CLUB TOUTE L’ANNÉE POUR BÉBÉ ! Loulou n’a pas encore pointé le bout de son nez et vous pensez déjà mode de garde ? Rassurez-vous, vous n’êtes pas des parents indignes, pressés de se débarrasser de leur descendance, mais des adultes responsables qui anticipent le bien-être de leur futur enfant quand ils reprendront le chemin du bureau. Quel est le meilleur mode de garde pour les enfants ? Texte Chris Mick Chacun a son point de vue sur la question et nous avons Illustrations Julie Mallinger le nôtre sur la crèche. On vous le livre tout de suite !

  RÉSERVER SA PLACE   Les places sont chères pour cette destination ! Il convient donc d’anticiper en fonction de ses impératifs professionnels et de son lieu d’habitation. Au Luxembourg, il existe différents types de crèches. Celles gérées par la Ville accueillent les enfants de 3 mois à 4 ans. Pour déposer sa candidature, il faut être résident et disposer d’un contrat de travail. Viennent ensuite les crèches conventionnées par le Ministère de la Famille ouvertes à tous, mais comportant des critères de priorité. Les crèches privées occupent une large place dans le paysage, chacune possède ses propres horaires et projets pédagogiques, il convient donc de se renseigner auprès des responsables d’établissement en fonction de la formule que vous choisissez pour Loulou. Les dernières nées sont des mini-crèches qui accueillent 11 enfants (maximum 4 bébés de moins d’un an) âgés de 0 à 12 ans et proposent un environnement familial dans des communes où les structures sont insuffisantes. Elles perçoivent les mêmes aides de l’État que leurs grandes sœurs et obéissent par conséquent aux mêmes exigences de qualité.

72

 LES ACTIVITÉS  Chaque structure dispose de son programme d’activités, mais une chose est sûre; votre enfant ne risque pas de s’ennuyer à la crèche ! Selon son âge, il pourra faire de la pâte à sel, suivre des cours de cuisine, chanter, marcher, grimper, apprendre une autre langue, écouter de la musique, peindre, colorier, manipuler, danser… Bref la liste est longue et le tout bien rythmé au cours de la journée. Franchement, connaissez-vous un autre mode de garde proposant une telle variété d’occupations pour amuser et occuper vos enfants ? Les objectifs de l’ensemble du projet pédagogique sont clairement définis et répondent à des critères de développement de l’enfant. Bref, ils s’amusent en apprenant !


Mum’s & dad’s | True life

  ÉVOLUER DANS UN CADRE SÉCURISÉ…     Ce n’est pas à vous jeunes parents que nous allons donner des leçons en matière de sécurité infantile. Votre maison est sans doute déjà bien équipée, vos meubles design revêtent désormais de charmants coins colorés et plastifiés en forme d’animal pour protéger votre enfant en cas de chute. Il en va de même pour les escaliers de la maison qui se dotent depuis peu de superbes portes à barreaux pas forcément assorties à la déco générale. Mais voilà, c’est là un point important quand on a un enfant. Les crèches bénéficient de dispositifs à la pointe de la technologie en la matière, mais surtout … d’un personnel ultra qualifié et dont la mission est d’assurer la sécurité de votre enfant toute la journée. Ils sont disponibles en permanence et mettent toutes leurs compétences au service de vos héritiers. Quoi de plus rassurant quand on est parent ? Rien.

LA CRÈCHE « Les petits Dinosaures » est une structure privée pour les enfants de 2 mois à 12 ans. C’est dans des espaces ludiques, modernes et lumineux que les enfants évoluent accompagnés par du personnel qualifié parlant le luxembourgeois et le français.

NOS VALEURS Le bien-être de vos enfants est au centre de nos préoccupations. Nous privilégions le développement affectif, social, psychomoteur et sensoriel de l’enfant grâce aux différentes activités proposées.

 MANGER COMME DANS UN ÉTOILÉ  Les repas sont souvent préparés sur place et le moins que l’on puisse dire c’est que les crèches accordent une importance capitale à la nourriture. Les produits sont sains et scrupuleusement sélectionnés en fonction de leur valeur nutritive. Les fruits et les légumes occupent une grande place dans une alimentation équilibrée et leurs quantités répondent aux exigences en vigueur selon l’âge des enfants. Il est possible d’opter pour du tout bio ou du végétarien, beaucoup de structures le proposent désormais. Si votre enfant présente une allergie, une intolérance alimentaire ou toute autre spécificité, il suffit d’en informer la direction afin d’adapter la nourriture. Prendre ses repas à la crèche, c’est aussi permettre aux enfants de découvrir sans cesse de nouvelles saveurs, même si on ne les force pas, on les incite à goûter en permanence. Promis, ils vont adorer les épinards-choux-brocolis à la maison !

LE FOYER Pour assurer une continuité avec la crèche et pour faciliter la scolarisation, les enfants rattachés à l’école Chemin Rouge de Belvaux peuvent intégrer notre Foyer de jour à partir de 4 ans.

CRÈCHE ET FOYER DE JOUR « LES PETITS DINOSAURES » OUVERTURE DE 6H45 À 19H. 264 ROUTE D’ESCH, L-4451 BELVAUX TÉL.: 26 59 52 WWW.LESPETITSDINOSAURES.LU 73


True life | Mum’s & dad’s

 …ET VERDOYANT   La plupart des crèches proposent un environnement agréable à leurs petits hôtes. Très souvent, il s’agit d’une grande maison bien aménagée dans laquelle l’ensemble des équipements sont adaptés aux petits. On adore les petits porte-manteaux, les mini lavabos et les micro tables et chaises aux teintes acidulées, mais on apprécie par-dessus tout que bébé évolue dans un cadre sympathique. Souvent, les structures de garde possèdent un jardin ou un parc avec des aires de jeux entièrement dédiées aux petits. Elles n’offrent pas de vue sur mer, mais cela ne relève pas de leur fait !

 APPRENDRE À VIVRE ENSEMBLE   Si chaque enfant bénéficie de l’accueil le plus individualisé possible, la notion de groupe est très importante au sein des crèches. Y inscrire son enfant, c’est être sûr de le voir se sociabiliser et apprendre les règles de la vie en communauté. Certaines crèches offrent une pédagogie spécifique comme la méthode Montessori, que nous avions évoqué dans un numéro précédent. De façon générale, choisir ce mode de garde permettra à Loulou de ne pas se prendre pour le roi du monde et d’apprendre à ranger, prêter et dialoguer avec les autres. Même s’il attrapera toutes les petites maladies infantiles en collectivité, dites-vous que ce mode de vie lui sera réellement bénéfique pour son développement et son intégration future.

74

« CHAQUE STRUCTURE DISPOSE DE SON PROGRAMME D’ACTIVITÉS, MAIS UNE CHOSE EST SÛRE; VOTRE ENFANT NE RISQUE PAS DE S’ENNUYER À LA CRÈCHE ! »

   UN MODE DE GARDE ÉCONOMIQUE   On vous entend dire « Quoi ? Économique, la crèche ? Mais pas du tout ! ». On vous explique. Le tarif horaire moyen appliqué par les structures pour les enfants entre 1 et 4 ans s’établit en moyenne à 6,71 euros. Soulignons sa légère augmentation depuis l’entrée en vigueur des nouvelles mesures du Ministère à l’Enfance et à la Jeunesse qui instaurent 20 heures de garde hebdomadaire entièrement gratuite. Parfaitement conscient aussi de l’impact des frais supplémentaires liés à l’éducation plurilingue et à la charte qualité, l’État a apporté sa contribution au chèque-service accueil. Bien sûr, chaque crèche applique le tarif qu’elle souhaite, mais le ministère conserve un droit de réaction au cas où ce dernier serait trop élevé. Ce secteur est largement financé par l’État et cela profite naturellement aux parents. Et puis n’oublions pas que lorsqu’on raisonne tarif horaire, il faut garder à l’esprit que ce prix inclut l’ensemble de la prestation. La crèche, c’est comme le club, c’est du All inclusive !


La crèche - 3 groupes : 2 mois à 2 ans / 2 ans à 4 ans / 4 ans à 12 ans - Bâtiment de 3 étages de 450 m2 - Jardin de 480 m2

Le foyer - accueil des enfants de 4 à 12 ans - prise en charge des enfants à la sortie de l’école - accompagnement des enfants à leurs activités sportives extérieures - aide aux devoirs - proposition d’activités périscolaires

Langues Luxembourgeois, français, portugais, allemand À propos de SOS Villages d’Enfants Monde L’association luxembourgeoise SOS Villages d’Enfants Monde soutient la construction de Villages d’Enfants SOS et met en place des programmes de renforcement des familles, des programmes éducatifs et de santé ainsi que des programmes d’aide d’urgence. Offrez un avenir meilleur aux enfants dans l’un des 134 pays où nous sommes actifs.

Soutenez notre action sur www.sosve.lu ou au 490-430 Avec le généreux soutien de

42 Rue Pierre Frieden L-4560 Differdange Tél.: 26 58 29 50 | Gsm: 691 57 09 16 info@lescolombes.eu La crèche est ouverte de 5h du matin à 21h Le foyer est ouvert de 5h30 à 20h du lundi au samedi inclus. Crèche Les Colombes


True life | Kid's Shopping

COQUILLAGES & CRUSTACÉS Texte Sarah Braun

Direction la plage pour nos chères têtes blondes qui se payent le luxe d’un look Deauville ultra preppy !

LIFE’S TOO SHORT À la plage, à la ville ou au parc, le short est sur tous les fronts !

À PORTER AVEC Crush pour l’imprimé ethnique et la petite pochette pour glisser son maillot de bain mouillé ! Sunchild

Un t-shirt très « il y a le ciel, le soleil et la mer » ! Œuf NYC Inspiration boxer pour un short à faire pâlir d’envie Mike Tyson himslef ! Pacific Rainbow

Les petites sirènes jouent la carte de l’imprimé. Arsène et les Pipelettes

Un bermuda rayé pour bébé stylé ! Stella Mc Cartney

76

Un look tout confort pour aller à la pêche aux moules ! Œuf NYC

 EN ROUTE ! 

 COUVRE-CHEF 

Le it-bag de l’été pour trimballer tous les jouets ! NUMERO 74

On fond pour le bob ! Protégé et stylé ! Œuf NYC

Une besace gypset rigolotte. Easy Peasy

  SUR LA PLAGE 

L’accessoire indispensable ! DJECO


UNE COMPACTE DYNAMIQUE ET CONFORTABLE Vingt ans après avoir sorti sa première Focus, Ford vient de dévoiler une nouvelle mouture de ce véhicule-phare. Nous sommes allés à la rencontre de femmes déjà conquises par ce modèle. Sandra nous explique ainsi pourquoi elle a été séduite par la version ST-Line.

Disponible sur le marché luxembourgeois à partir du mois de septembre 2018, la nouvelle Focus ST-Line pourra néanmoins déjà être admirée, testée et commandée dès ce mois de juillet dans vos concessions Ford !

Sandra, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ? J’habite à une quinzaine de kilomètres de Luxembourg-Ville et suis maman de deux jeunes enfants. Je suis aujourd’hui coach sportive à domicile. Parallèlement à cette activité, je partage mes conseils en matière de bien-être, de nutrition et de sport ainsi que mon quotidien de maman sur Internet, plus particulièrement sur Instagram. Quelles sont vos passions dans la vie ? Bien évidemment, je suis une mordue de sport. Je pratique la course à pied ainsi que le volley-ball. Je prends aussi beaucoup de plaisir à alimenter mes réseaux sociaux : prendre de belles photos, les retoucher, répondre aux questions de mes abonnés,… Pour me ressourcer, j’adore passer du temps en famille, sortir avec mes filles et mon compagnon. J’imagine que vous devez vous déplacer régulièrement dans le cadre de votre travail… Effectivement, je suis amenée à me rendre chaque jour chez mes clients. Sur une année, je parcours plus de 20 000 kilomètres.

Si j’apprécie les transports en commun, il m’est difficile de les emprunter pour mes déplacements professionnels. La plupart du temps, je donne mes séances en dehors des heures de bureau. Je ne peux pas être tributaire des horaires du bus ou du tram pour assurer mes rendez-vous, et je dois également souvent transporter du petit matériel. Dans ma vie privée aussi, je me déplace beaucoup : pour conduire les enfants à la crèche, à l’école, à leurs activités, pour me rendre à des compétitions de volley et puis pour assumer toutes les tâches quotidiennes de la vie de famille. La voiture m’est indispensable. Vous avez récemment décidé d’acquérir la nouvelle Ford Focus, version ST-Line. En quoi ce véhicule facilite-t-il votre quotidien ? La voiture intègre notamment une nouvelle fonctionnalité, appelée Stop & Go. Celle-ci permet au régulateur de vitesse adaptatif de stopper complètement le véhicule lorsque la circulation est ralentie, puis de repartir automatiquement quand la durée de l’arrêt est inférieure à trois secondes. Pour moi qui suis chaque jour amenée à emprunter des routes

Comment la Ford Focus répond-elle particulièrement à vos besoins ? Vu le temps que je passe en voiture, je recherche une voiture fiable, confortable et agréable à conduire. La Ford Focus répond à ces ambitions. Elle possède de nombreux systèmes de sécurité avancés. Ces dispositifs me rassurent, d’autant plus lorsque mes filles sont avec moi, je les sais en sécurité. Les technologies d’aide à la conduite m’aident aussi lorsque je dois me déplacer en ville. Je peux me garer automatiquement, manœuvrer rapidement. La voiture offre également un beau volume. L’habitacle et le coffre sont spacieux, ce qui me permet de transporter aisément le matériel dont j’ai besoin pour mes cours, mais aussi les affaires des petites. En ce sens, c’est une belle voiture familiale de taille moyenne. Enfin, je dois bien l’avouer, j’ai flashé sur son design novateur. La Focus ST-Line présente une allure à la fois élégante et sportive, qui me correspond parfaitement.

Concessionnaires

FordStore Paul Wengler 32-36 Avenue des Alliés L-9001 Ettelbrück FordWengler.lu

où la circulation est dense, notamment autour de Luxembourg-Ville, ce système est vraiment très reposant. Les trajets sont moins stressants et, autre avantage non négligeable, cela me permet d’économiser du carburant.

Collé Route de Bascharage L-4513 Niederkorn FordColle.lu

Luxmotor 3 rue de l’Avenir L-3895 Foetz LuxMotor.lu

FORD.LU

Luxmotor 5 rue Henri Tudor L-5366 Munsbach LuxMotor.lu

Garage Pirsch 164 route d’Esch L-1471 Luxembourg Ford.Pirsch.lu


Exploration | Crash test

FIAT 500 COLLEZIONE UN TOP MODEL EN VILLE

Présentée en avant-première à Genève, la nouvelle Fiat 500 Collezione s’offre un tour d’Europe. Une façon originale de mettre en avant sa personnalité cosmopolite. Après Londres, Berlin, Madrid et Paris, nous sommes partis à sa rencontre en Principauté de Monaco. Une escapade « lifestyle chic » ! Texte Magali Eylenbosch

Toujours enviée

U  N DESIGN ICONIQUE QUI NE PREND PAS UNE RIDE

U  NE PETITE CITADINE QUI PASSE PARTOUT

P  RIX TRÈS

COMPÉTITIFS

Jamais égalée ! Vous pensez qu’on a déjà tout dit au sujet de la plus compacte des Fiat, déjà produite à deux millions d’exemplaires ? Et bien non ! Elle a l’incroyable capacité de se réinventer en permanence. C’est un peu la Kate Moss du bitume. Pour célébrer sa onzième année de commercialisation (battant encore des records de ventes, avec plus de 58000 exemplaires pour le seul premier trimestre 2018), elle fait son entrée dans une nouvelle version baptisée « Collezione ». Preuve qu’on ne s’en lasse pas, je suis descendue dans le sud de la France pour faire un petit test, deux jours avant le Grand Prix de Monaco. Avant une petite pause devant le Yacht Club, je l’ai mise à l’épreuve sur le parcours de la course. Même parmi les grosses cylindrées qui jouent des pare-chocs sur le Rocher, elle a un petit truc en plus qui attire les regards et suscite la sympathie. Bien sûr, c’est une petite citadine et, bien qu’affichant une bonne tenue de route pour sa taille, on ne se voit pas enchaîner les km au quotidien avec ce type de véhicule. Mais elle ne séduit plus uniquement les femmes ou les plus jeunes conducteurs. Son look un brin vintage affiche aussi carton plein auprès des messieurs recherchant une petite voiture réactive et passe-partout.

Nouveau look

U N MOTEUR 1,2, IDÉAL EN VILLE, MAIS PEU ADAPTÉ AUX LONGS PARCOURS PAS ENCORE DE VERSION ÉLECTRIQUE DISPONIBLE EN EUROPE

L’édition spéciale 500 Collezione est d’abord une interprétation contemporaine du design inimitable du modèle originel, avec des garnitures en chrome sur le pare-chocs avant, le capot et la coque des rétroviseurs. Petit clin d’œil à la palette de couleurs disponibles. On craque pour les versions bicolores « Primavera » (blanc et gris) et  «Acquamarina » (blanc et vert) ou plus simplement sur le Taormina Ivory. Chacune est dotée de jantes en alliage 16’’ et d’un logo chromé «Collezione» qui repose sur le hayon. L’intérieur est tout aussi irrésistible. Le tableau de bord hérite de la couleur de la carrosserie et les sièges rayés blanc et gris sont agrémentés d’un 500 joliment brodé. Cette nouvelle édition offre d’excellentes technologies en termes de connectivité. Le système d’infodivertissement Uconnect LINK 7" NAV DAB est disponible à la demande, intégrant les fonctions Apple CarPlayTM et Android AutoTM et un système de navigation avec cartes TomTom. Les options technologiques de la voiture comprennent un écran TFT de 7 pouces, le plus large de sa catégorie, ainsi qu'un système Hi-Fi Beats Audio.

City trip On ne choisit pas une Fiat 500 pour ses performances sur la route. Ça ne veut pas dire que la voiture manque de caractère. Au contraire ! En ville, la suspension est particulièrement agréable. Une fois n’est pas coutume, pour ce type de véhicule, j’ai tendance à vous conseiller la boîte de vitesses manuelle 5+AR plutôt que la boîte automatique Dualogic. Le plaisir de conduite est décuplé et on sent davantage le brin d’impertinence dont cette petite Italienne n’est pas dénuée.

78


Crash test | Exploration

SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES + Moteur : 4 cylindres essence

+ Vitesse Max (km/h) : 160 km/h

+ Cylindrée (cm ) : 1242

+ Poids (kg) : 865 kg

+ Puissance (Ch/kW @ S-MAX) : 69/51

+ Consommation mixte (l/100 k m) : 4,3 l/100 km

+ Couple (Nm @ tours/min) : 102 @ 3000

+ Émission C02 (g/km) : 99 g/km

+ 0-100 km/h (s) : 12,9 sec

+Prix de base (EUR) : 15461 € TVAC

3

« L’ÉDITION SPÉCIALE 500 COLLEZIONE EST D’ABORD UNE INTERPRÉTATION CONTEMPORAINE DU DESIGN INIMITABLE DU MODÈLE ORIGINEL »

79


Exploration | Design

COOL COLLAB Jacob Delafon x Alexis Mabille

«JOLIES SIGNATURES, NOUVELLES INSPIRATIONS, NOUVELLES COULEURS ET NOUVELLES FORMES, LES COLLAB DESIGN DE 2018 ONT GAGNÉ LEURS PARIS »

Texte Aurélie Guyot

80

La nouvelle a fait grand bruit : il y a quelques semaines, Ikea présentait une collab avec le designer britannique Tom Dixon. Quelques mois plus tard, l’enseigne suédoise réitérait et annonçait une collection designée par Bea Åkerlund, fashion activist inspirante. Les exemples de collaborations surprenantes et enthousiasmantes n’ont pas manqué cette année, et d’autres belles surprises sont encore à venir… On vous dit tout. On a craqué pour les roses poudrés associés au laiton doré de la salle de bain Jacob Delafon imaginée par Alexis Mabille. Présentée en exclusivité en fin d’année dernière au Salon Maison & Objet, cette salle de bain comble toutes nos envies de luxe: design 100 % Made in France assurée par un créateur Haute Couture, marbre blanc, velours rouge et baignoire œuf, le tout dans un esprit très Grand Budapest Hotel. Irrésistible. Jacob Delafon n’est pas la seule marque d’ameublement à approcher de grands couturiers. Les mariages heureux entre mode et design ne manquent pas. Ce n’est pas Kvadrat, spécialiste textile danois et Raf Simons qui diront le contraire… Ils signent leur quatrième collaboration ! Ce dernier opus s’inspire des thèmes chers au créateur, considéré comme l'une des personnalités les plus influentes du monde de la mode, comme l'art, et plus particulièrement le pointillisme. Cette nouvelle collection, baptisée Ria, est disponible en quinze coloris et offre une très jolie palette de teintes douces et lumineuses. Poétique.


Design | Exploration

Pierre Frey x India Mahdavi

Tom Dixon x Ikea

Coup de cœur tout aussi spécial pour les couleurs et les motifs proposés par l’architecte d'intérieur India Mahdavi pour la maison de tissus Pierre Frey. Elégantes évidemment, mais aussi originales et résolument contemporaines, ses lignes twistent un fauteuil un peu trop sage et apportent de la personnalité à n’importe quel salon. Les deux imprimés géométriques, baptisés Stripes et Diamond, sont disponibles en plus de 80 nuances, vous trouverez donc forcément votre bonheur. Impossible de parler motifs sans mentionner la collab Créations Métaphores x Pierre Marie. Cette série limitée de coussins, déclinés sur le thème du ruban, se fait tout à tour exubérante et discrète, mais toujours redoutablement efficace. Pierre Marie a conçu des dessins mi-psychédéliques et mi-poétiques, qui habilleront un canapé ou un dessus-de-lit sobre et clair. Pointu. Mais c’est Ikea qui nous a le plus surpris et emballés ! Le géant du meuble en kit a frappé un grand coup en s’offrant les services de Tom Dixon, star du design britannique, dont l’aura dépasse largement l’Angleterre. Une opération d’image bien orchestrée et pertinente, qui donne une nouvelle crédibilité à l’enseigne et qui fait beaucoup parler. Cette collection de canapés, présentés comme ultra-modulaires, est plus que plébiscitée : on l’imagine très bien chez soi ! Silhouette minimaliste et coupe affutée… Basique. Monoprix n’est pas en reste. Réputée pour ses collections éphémères réalisées avec les personnalités dont tout le monde parle (Lisa Gachet de Wear Lemonade ou encore Nathalie Lété fin d’année dernière), le distributeur-créateur se tourne cet été vers Maison Château Rouge. Wax africain, vannerie, indigo

et clins d’œil à l’art naïf, cette collab ensoleillée est pile dans l’air du temps. Autre style et autre ambiance avec la collection déco signée Nadia Gallardo, créatrice et artiste plasticienne diplômée des Beaux-Arts de Bordeaux. Sa ligne de vaisselle et de décoration se révèle intemporelle et poétique, mêlant habilement la céramique, le bois, les végétaux ou le lin. Sobre. Ces collab sont autant d’occasions pour les marques de proposer des collections différentes de leur catalogue habituel, donc de toucher de nouvelles clientèles, et de faire parler. Celles de 2018 ont gagné ces paris : jolies signatures, nouvelles inspirations, nouvelles couleurs et nouvelles formes, et ce pour tous les budgets. Il nous tarde à présent de découvrir les collab de 2019!

 ACTU  Voici une raison supplémentaire de visiter Bruges cette année! La ville organise la Triennale et vous propose pour l’occasion un parcours à travers ses quartiers historiques et ses fameux canaux. Artistes et architectes s’invitent dans l’espace public, où s’inventent des processus collaboratifs inédits entre professionnels de l’urbain et simples usagers. De quoi découvrir ou redécouvrir la petite Venise du Nord avec un œil neuf. On vous promet de l’étonnement et de l’émerveillement. Triennale Brugge, jusqu’au 16 septembre, plus de détails sur triennalebrugge.be

81


Exploration | Design

MOODBOARD

Tom Dixon x Ikea

Oreiller Ikea x Bea Akerlund

Coussin Metaphores x Pierre Marie

Ciel de lit Ikea x Bea Akerlund

Fauteuil Ikea x Tom Dixon - Collection Delaktig

82

Saladier Nadia Gallardo x Monoprix

Tabouret Maison Château Rouge x Monoprix


Exploration | One day to...

CINQ BONNES RAISONS DE (RE)DÉCOUVRIR METZ

Texte Sarah Braun

Jouer les touristes à Metz le temps d’une journée, une idée saugrenue ? Pas tant que ça ! Car la capitale de la Moselle cumule les atouts et se joue de ses multiples facettes. Tantôt cité d’érudition à la programmation culturelle et artistique pointue, tantôt repaire de gastronomes placé sous le haut-patronage de Rabelais, quand elle ne charme pas les fashionistas par ses innombrables boutiques et centres commerciaux… L’universitaire et fourmillante cité moyenâgeuse risque fort de vous surprendre.

©Shigeru Ban Architects Europe et Jean de Gastines Architectes, avec Philip Gumuchdjian pour la conception du projet lauréat du concours / Metz Métropole / Centre Pompidou-Metz / Photo Olivier H. Dancy

84


One day to... | Exploration

Parce que Metz est canon… Et d’ailleurs, il lui tarde d’être reconnue à sa juste valeur. Metz est en effet en campagne plus qu’active afin d’être inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO sous l’intitulé « Royale et Impériale ». Fière ? Un peu, oui, et à raison. Ville-jardin, dans laquelle s’écoule un long fleuve tranquille (enfin, un fleuve, on se comprend… deux cours d’eau s’y croisent tout de même), sa beauté – quoique trop méconnue – est pourtant incontestable. Ruelles pavées charmantes, héritage de son fier passé médiéval, qui côtoient des quartiers nés sous Louis XV, flamboyants de classicisme, sans parler de sa gare, érigée au début du siècle et récemment couronnée du titre de plus belle gare de France, avec ses statues cryptiques et son influence germanique. Plus récemment, la ville affiche une allure plus contemporaine, due à l’arrivée du Centre Pompidou-Metz, qui positionne clairement la cité mosellane comme une référence en matière d’art contemporain. Et puis, comment ne pas mentionner son Jardin Botanique, un véritable jardin extraordinaire autrefois connu sous le nom de Parc Frescatelly, qui, d’ailleurs, vient juste de célébrer ses 150 ans en juin dernier. On s’y rend donc juste pour flâner au fil de l’eau sur les berges du Plan d’eau, visiter le quartier des îles, ses ponts et ses passerelles, faire un selfie devant le Temple Neuf, lorsque le soleil décline #NoFilter et, enfin, se sentir minuscule au pied de la Cathédrale Saint-Étienne, la troisième plus haute de France avec sa voûte de 41 mètres. Puisqu’on est là, on en profite pour entrer brûler un cierge et/ou admirer les vitraux, dont certains signés de la main de Chagall.

Parce que Metz n’a de cesse de raconter des Histoires Ville de naissance de Verlaine, dans laquelle Chateaubriand, Madame de Staël ou Rabelais ont séjourné (à noter, l’ancienne demeure de ce dernier, en Fournirue, s’est métamorphosée un troquet très titi parisien avec sa petite terrasse arborée : le Café Mathis), Metz attise les convoitises et a piqué la curiosité des plus érudits. (Nous en profitons pour faire une petite parenthèse littéraire : l’immense Salon du Livre qui s’y tient au mois de juin vaut absolument le détour.) Patrie de Saint-Nicolas, la cité du Graoully immense monstre qui fascine petits et grands invite à un étonnant périple fabuleux en plein cœur de la ville, afin d’en percer le secret. D’ailleurs, en vous penchant sur son histoire, vous pourriez découvrir les raisons qui ont poussé Pierre Perrat, l’architecte de le la Cathédrale Saint-Étienne, à vendre son âme au diable… Mais si les légendes abondent, la ville est tout aussi riche d’une Histoire véritable. Cité-État trois siècles durant, que les Français et les Allemands se sont disputée au cours de plusieurs guerres, la ville de Metz porte en elle les stigmates de son incroyable destin.

Parce que Metz est un haut lieu de la culture française Et que tous les arts y sont largement représentés. Déjà pourvue de plusieurs musées d’art et d’Histoire, dont le Musée de la Cour d’Or, Metz a été la première ville de province à accueillir un satellite du prestigieux centre Pompidou parisien. Pépite architecturale et décoiffante de par sa direction artistique, le musée d’art contemporain réjouit les aficionados d’art depuis son ouverture, en 2010, par ses expositions. Bien consciente de son incroyable potentiel artistique, Metz est, depuis, montée un cran au-dessus,

« L’ARRIVÉE DU CENTRE POMPIDOU-METZ POSITIONNE CLAIREMENT LA CITÉ MOSELLANE COMME UNE RÉFÉRENCE EN MATIÈRE D’ART CONTEMPORAIN »

forte d’une programmation des plus riches et éclectiques, largement portées sur une scène vivante contemporaine. À booker absolument, l’Opéra-Théâtre et l’Arsenal – dont l’acoustique est à vous couper le souffle – pour s’y délecter de concerts symphoniques, lyriques ou baroques, théâtre, ballets classiques et contemporains et autres concerts de jazz. Les Trinitaires, quant à eux, font la part belle à la scène locale, également très prolifique, tandis que la petite dernière, la BAM arrive à point nommé avec une programmation entièrement dédiée aux musiques urbaines actuelles : rap, slam, musiques électronique, hip-hop… Et puis, Coupe du Monde oblige, on vous rappelle quand même que Metz a aussi un club de foot, créé en 1919, porté par de fervents adorateurs, même en période de disette.

Parce que Metz est tendance Cité universitaire, la ville est en perpétuelle ébullition. En semaine comme les week-ends, jeunes et moins jeunes s’y pressent pour y faire du shopping dans la rue Serp’. La plupart des grandes enseignes internationales y ont pignon sur rue, tandis que ses grands magasins – Printemps et Galeries Lafayettes – attestent résolument que Metz n’a rien a envier à la capitale française question tendances. D’autant que l’offre s’est encore considérablement agrandie dernièrement avec l’ouverture de deux nouveaux centres commerciaux intramuros : Wave et Muze, qui tous deux ont déchaîné les passions des accros au shopping. Puis, une fois les achats compulsifs assouvis, on flâne volontiers en terrasse, sur la place Saint-Louis, petit écrin qui recense un nombre de coffee shop et établissements qui font le bonheur des bobos messins. Le Fox Coffee ne désemplit pas le dimanche à l’heure du brunch, tandis que, le soir, Maison Baci affiche complet avant que ses habitués ne migrent vers

85


Exploration | One day to...

le Rubis pour y boire un dernier verre. À mentionner aussi Les Vedettes, de l’apéro, – les planchettes de fromage et charcuterie sont démentes. On aime aussi beaucoup la Quille et on s’est laissé dire que le Selfie, un tout nouveau bar à vins, était pourvu d’une bien jolie terrasse.

Parce que Metz est une destination de fines gueules

©J.-Ch Verhaegen

METZ EN CHIFFRES

Septembre 2018 : ouverture du centre « Metz Congrès Robert Schuman », signé de signé Jean-Michel Wilmotte Metz-Paris : 82mn / Metz-Luxembourg : 50mn

90km de pistes-cyclables

2019-2020 : Philippe Starck inaugurera son premier hôtel « Maison Heler », un établissement quatre étoiles Le Centre Pompidou-Metz en chiffres : une flèche de 77m de haut et une superficie de 10 700 m2, dont près de 5000m2 consacrés à l’exposition des œuvres La Porte des Allemands et les remparts : une enceinte de 7km, ponctuée de 18 portes et 38 tours Jardin Botanique : 4.4 hectares

Metz : ville jardin avec 580 hectares d’espaces verts, soit 14 % de la superficie de la Ville de Metz, 45 m2 d’espaces verts par habitant, 36 kilomètres de promenades le long des cours d’eau

86

Puisque vous n’ignorez plus que Rabelais a vécu à Metz, sachez encore que l’auteur français a laissé sa signature, grâce à une appellation « les Tables de Rabelais ». En se fiant à cette distinction, aucun risque de se tromper lorsqu’on réserve une table. Parmi les bonnes adresses labellisées, on y trouve El Theatris, très élégant restaurant qui jouxte l’Opéra-Théâtre, ou encore Chez Mauricette au cœur du Marché Couvert (et on en profite pour aller y faire un tour pour déguster un pâté lorrain à même son petit sachet en papier, acheter des mirabelles quand c’est la saison, des madeleines de Commercy ou – nos préférées – celles de Liverdun, une boîte d’authentiques bergamotes ou du fuseau lorrain). À découvrir également Le Local, un restaurant terroir-chic qui fait la part belle aux produits de saison et locaux (évidemment), ainsi qu’El Cantino – une institution dans la ville, bien connue des autochtones et portée par un chef aussi fascinant que sa cuisine est un délice. Nos deux coups de cœur, eux, vont, sans hésitation aucune, à La Casa Ricci, charmante petite cantine italienne avec sa verdoyante cour intérieure qui donne sur les cuisines. Dépaysement garanti pour les yeux et, surtout, en bouche. Là, on y mange une vraie bonne bouffe italienne, celle de la nonna, simple et sans chichis. À la carte, plusieurs variétés de pâtes et de sauces fraîches, des suppli, des arancini, des buschettes, à déguster arrosés d’un verre de bon vin (italien). Le seul hic ? Cette très chouette adresse de la rue Sainte-Marie n’est ouverte qu’à l’heure du lunch (et pour un authentique aperitivo les mercredis, jeudis et vendredis soirs, durant la belle saison). Pour le brunch dominical, L’Instant, rue Taison, reste indétrônable. Le chef Maxime Michelet – notamment passé par les cuisines des Crayères à Reims – regorge d’inventivité pour écrire, chaque mois, une nouvelle carte aussi poétique que savoureuse, tandis que les doigts de fée de la pâtissière Julie Himmelsbach (qui a fait ses classes sur les bancs de Bocuse) achèveront de vous faire oublier toute notion de modération. La tentation d’y rester jusqu’à la fin du service est grande, histoire de goûter l’infinie déclinaison de salades, quiches, cakes et autres merveilles. Enfin, les becs sucrés n’oublieront pas de faire une dernière halte gourmande chez Fresson pour y déguster un croustillant et fondant macaron ou une autre de ses délicates douceurs, tandis que les indécrottables de la junk food, eux, feront un petit sitting place Saint-Jacques pour emporter un Américain au Steinfhoff, une institution du genre 100% locale, avant d’aller le dévorer sur l’Esplanade, pour sa vue imprenable sur la Moselle, le Mont SaintQuentin et l’Arsenal…


Exploration | Trip

Texte Sarah Braun

FLORENCE, L’ÉLÉGANTE DAME

Début juin, Florence bouillonne d’une effervescence toute particulière. Si, en temps ordinaire, on y croise moult dandys florentins, revendiquant fièrement leur « sprezzatura », les rues débordent encore plus qu’à l’accoutumée de beautiful people et fashionistas en tous genres, venus des quatre coins du monde pour parader et accessoirement se faire immortaliser dans l’écrin historique de la Forteresse De Basso. La raison de cette effervescence ? Le Pitti Uomo, rendez-vous incontournable de la mode masculine. Bold Magazine y était et vous raconte son périple modeux dans la capitale toscane, qui s’offre comme un repaire pour les esthètes et les gourmands et peut se vanter d’être l’un des plus beaux musées à ciel ouvert et du monde.

DE LA BEAUTÉ Pour qui, une fois au moins dans sa vie, a foulé les pavés du centre de Florence, le malaise que fit Stendhal, ému par tant de beauté, semble tout naturel. Cité médiévale, sublimée de la main des plus grands maîtres de la Renaissance. Il y a bien sûr la Cathédrale Santa Maria Del Fiore et son Duomo, incontournable ; le Ponte Vecchio orné de cadenas surplombant l’Arno qui s’écoule paisiblement ; l’Eglise San Miniato Al Monte, l’un des plus beaux édifices de l’art roman toscan tout en marbre blanc de Carrarre et vert de Prato, ou encore le Palazzo Vecchio, l’imposant hôtel de Ville. À Florence se trouvent également quelques-uns des plus grands chefs d’œuvre de la période classique. Il serait fort dommage de ne pas profiter d’un week-end dans la ville pour aller contempler Le Printemps, mais aussi La Naissance de Vénus de Botticelli ou encore les jolies fesses de David, sculpté de la main de Michel-Ange, abritées dans la Galleria Dell’Academia. C’est un fait, la cité toscane recense en son sein de nombreuses merveilles et n’a certainement pas usurpé sa réputation d’être l’une des plus belles villes du monde. La Beauté appelant la beauté, on ne s’étonne donc pas que Florence soit également l’un des centres névralgiques de la mode masculine. Là plus que n’importe où en Italie, les hommes portent un soin particulier à leur tenue. Être florentin relève de tout un lifestyle. C’est en 1972 que s’est tenue la toute première édition du Pitti Uomo, un salon dont l’ambition première était de donner à voir au monde entier les designers italiens. Une fierté nationale qui n’a pas tardé à piquer la curiosité

88

MINI FASHION – FIELD NOTES, Staffonly

des plus grandes maisons masculines, et, depuis, deux fois par an, créateurs confirmés et émergents viennent dévoiler leurs collections à venir devant un public B2B de fashionistas, d’esthètes et… toute la presse internationale. Que ce soit Gosha Rubchinsky, Virgil Abloh, Haider Ackermann ou encire J.W. Anderson, tous ont foulé le pavé de la Forteresse de Basso. De par son caractère pointu et résolument singulier, l’événement voit également l’avènement de collections ou des collaborations inédites, à l’instar de Mini Fashion qui, pour cette édition 2018, s’est associée The Woolmark Company. Ainsi, quatre designers – Liam Hodges (Royaume-Uni), Staffonly (Chine),


Trip | Exploration

PH5 (Etats-Unis) et Rike Feurstein (Allemagne) – ont signé quatre vestiaires – soit 16 pièces en laine Merino de haute qualité et produite en quantités ultra limitées – qui tous évoquent leur rapport au voyage, leur idée de l’évasion, du road-trip. « Voyager, pour nous, ne se limite pas à franchir les frontières physiques ou d’aller d’un point A à un point B. Il s'agit de nos expériences et de la rencontre des sentiments, des cultures et des perspectives », explique Sabine Ringel, responsable créative Mini Fashion. Une collection dévoilée en avant-première lors de la soirée la plus convoitée du Pitti Uomo, donnée par le magazine Vogue Homme, où l’on a pu apercevoir les plus beaux looks de la saison. À noter que si Florence fait honneur à la confection masculine durant quatre jours, la ville est pourtant davantage réputée pour ses orfèvres, qui sont tous regroupés dans le quartier de Ponte Vecchio. Le cœur médiéval de Florence est essentiellement consacré à la mode, notamment rue de Tornabuoni et rue de la Vigna Nuova, où l’on trouvera des grandes enseignes de luxe et d’autres plus accessibles. Santa Croce et San Lorenzo sont réputées pour leurs boutiques dédiées au travail du cuir. Enfin, le quartier pittoresque de l’Oltrarno recèle d’une myriade d’ateliers et de laboratoires artisanaux : on y trouvera aussi bien de jolis souliers ou bijoux qui sortent vraiment de l’ordinaire. Florence recense également plusieurs centres commerciaux, mais aussi des concept-stores. Nous avons particulièrement aimé Mio Concept Store, et sa multitude d’objets designs et rigolos.

LES DÉLICES DE FLORENCE Les festivités achevées, il est l’heure de partir à la rencontre de la ville, de ses habitants et d’y découvrir l’art de vivre florentin, dans tout ce qu’il a de plus authentique. Happés par cette vague modeuse virile, nous déposons nos bagages à l’hôtel Diplomat, qui jouxte la gare centrale, et qui s’offre comme une très chic gentillhomière. Décoration minimaliste et chic – murs gris souris, très hauts plafonds, verrières et bois blond – et vue sur une petite cour intérieure, parfaite pour siroter son expresso au petit-déjeuner ou pour profiter de la délicieuse coutume de l’aperitivo. Certes, celle-ci a vu le jour dans le Piémont, mais la belle Florence et ses habitants ne rechignent pas à lui faire honneur. Et nous non plus. Délaissons le trop vu désormais Apérol Spritz pour un verre de Chianti, l’un des crus locaux, accompagnés de fromages, légumes grillés, bruschettas, olives vertes et autres spécialités. Le pain toscan est appelé Sciocco et a cette étonnante particularité d’être sans sel « une tradition remontant au XIIe siècle au cours duquel la ville de Pise avait rompu le commerce du sel dans Florence permettant de créer un équilibre avec la plupart des fromages et charcuteries, très salés », nous explique-t-on. 89


Exploration | Trip

« POUR QUI, UNE FOIS AU MOINS DANS SA VIE, A FOULÉ LES PAVÉS DU CENTRE DE FLORENCE, LE MALAISE QUE FIT STENDHAL, ÉMU PAR TANT DE BEAUTÉ, SEMBLE TOUT NATUREL » Vient alors l’heure du « cena », le dîner. L’occasion était trop belle de ne pas découvrir la véritable cuisine florentine, dont les spécialités sont plutôt carnées. La tradition met en effet en lumière les tripes florentines, qui ont cédé la place, à la traditionnelle bistecca alla fiorentina : une pièce de bœuf simplement grillée (certaines vont jusqu’à 1.2 kg, on ne plaisante pas avec la bidoche, par ici), que l’on savoure saignante. La convivialité étant le maître-mot, il est de bon œil de la partager. Juste à côté de notre hôtel, une trattoria toute simple – dont on se passe le nom de bouche-à-oreille – nous a permis de faire connaissance avec la Chianineria. L’accueil y est des plus chaleureux, les serveurs attentionnés (et très efficaces). Une maison simple et authentique comme on aime. Et pour boire un dernier verre et prolonger la douceur florentine, nous avons beaucoup aimé Serre Torrigiani in Piazzetta. Bien caché dans une petite ruelle entre

90

deux immeubles, ce petit jardin est parfait pour boire un verre à l’écart de la foule. D’autant que de nombreux artistes y viennent se produire. On y déguste quelques antipastis et des plats – carpaccio, salades, paninis et parts de pizza – en sirotant un jus frais, une bière ou un verre de prosecco bien frais. Une bienheureuse trouvaille ! Si l’envie de prolonger la nuit se fait sentir, Florence, ville peuplée de nombreux étudiants, peut se vanter d’un nightlife plutôt dynamique. Ici, la coutume veut que la soirée débute dans une enoteca – un bar à vins – autour d’un verre de chianti, avant de se prolonger en club. Nous avons retenu deux quartiers. Au sud du fleuve, le domaine de la Oltrarno nous a séduit pour sa vie nocturne plus calme et bobo, tandis que les abords de la Piazza della Signoria attireront plutôt les oiseaux de nuit en mal de spots trend, et notamment le Full Up Club, une institution née à la fin des années 50’s et inspirée de l’univers des pubs anglais. On a adoré boire un premier verre au rez-dechaussée, dans le plus pur esprit pub, avant de descendre dans l’antre du club et de découvrir le dance-floor qui se cache au sous-sol. L’été, notre préférence va pour un club en plein air : le Flo Lounge Bar, tout proche de la piazza Michelangelo, un lieu éphémère où l’on danse sur une jolie terrasse ombragée d’arbres. Les soirées y débutent dès l’heure de l’aperitivo et on apprécie vraiment de faire durer le plaisir jusqu’au petit jour. Enfin, vous aurez jusqu’au 13 juillet pour vous délecter d’airs d’opéra italiens. Il serait en effet regrettable de quitter l’Italie sans y écouter un air d’opéra. À Florence, le Festival Of The Maggio Musicale Fiorentino s’étend de mai à juillet et invite autochones et touristes à se délecter des plus beaux concerts classiques ou à admirer de très beaux ballets.


Trip | Exploration

LA DOLCE VITA Au réveil, le buffet de l’hôtel nous a certes plu, mais nous nous sommes échappés pour une virée dans un endroit incontournable de la scène gastronomique italienne. Eataly, pour siroter un expresso accompagné de quelques pâtisseries locales. Ici, on dégustera notamment des Cantucci, des biscuits (très) secs aux amandes (même si on en trouve aussi au chocolat) qui se dégustent traditionnellement trempés dans du Vin Santo, un vin liquoreux local. Puis on se rue au Mercato San Lorenz. Si, comme nous, vous êtes un foodista, vous ne pouvez omettre de vous arrêter dans cet endroit. Plus illustre marché gourmand de la ville, abrité dans de vastes halls, il recense nombreux stands d’artisans locaux venus vendre leurs provisions : fruits et légumes gorgés de soleil, mais également fromages et charcuteries, vins et autres biscuits et produits d’épicerie fine. Enfin, pour achever ce périple culinaire florentin, une halte dans une authentique trattoria est obligatoire. L’institution est la Fettunta, une adresse qui ne paye pas de mine et que l’on se refile précieusement. On y mange une vraie cuisine de la nonna savoureuse et simple. Les prix y sont dérisoires tant les spécialités sont bonnes et servies en portions plus que généreuses. À la carte, on y trouve des pâtes fraîches, le fameux bistecca à la florentine et d’autres suggestions de viande. Et puis bien sûr, en remontant vers l’hôtel, il faudra faire une halte dans l’un des glaciers de la ville pour y dévorer une gelato. Des enseignes y ont pignon sur rue, comme Grom, une institution bien connue en Italie. On a aimé aussi le concept de Seven Brothers, beaucoup plus moderne, où l’on se fait son petit pot tout seul en y ajoutant des topping. Mais notre préférence ira sans aucun doute pour Il Procopio (distingué au « Gelato Festival » de 2011 qui récompense les meilleurs glaciers d’Europe) qui proposait des parfums vraiment recherchés et également des « brioche siciliane col tuppo ».

CARNET DE BONNES ADRESSES DORMIR Hôtel Diplomat, Via Luigi Alamanni, 9, Firenze

SHOPPER Mio Concept Store, Via della Spada, 34, Firenze

MANGER ET BOIRE  iazza Mercato Centrale Firenze, P Via dell’Ariento, Firenze  ataly,  Via Martelli 22, Firenze E Serre Torrigiani in Piazzetta, Via dei Serragli, 144, Firenze  a Fettunta, Via Dei Neri 72/R, Firenze L  l Procopio, Via Pietrapiana, 60/red, Firenze I  even Brothers,  Via Della Condotta, 61/63/65/67RR, Firenze S

91


Exploration | Cookery

IBIZA EN MODE SLOW

Et non ! Ibiza ne se résume pas à un repaire de noctambules. C’est aussi une île authentique et paisible, sur laquelle autochtones et beautiful people y coulent des jours heureux, forts d’un art de vivre des plus zenifiant et inspirant. La Cuisine de Mimine vous invite à découvrir le lifestyle bobo et show off de Françoise Pialoux, bienheureuse propriétaire de la finca Les Terrasses (qui compte parmi ses clientes de la première heure Jane Birkin, rien que ça…). On y découvre l’envers du décor, mais aussi ses recettes qui toutes fleurent bon le soleil et la dolce vita méditerranéenne…

SALADE DE POULPE À LA MAURICIENNE Pour 6 personnes - Cuisson : 1 heure

« Une recette excessivement fraîche rapportée par mon cuisinier Roshan Gungoa de son île natale. Croyez-moi, le poulpe en salade avec nos fameuses pommes de terre d’Ibiza convient à merveille aux déjeuners d’été entre terre et mer. »

INGRÉDIENTS + 4 petites pommes de terre + 1 kg de poulpe + 1 oignon + 3 clous de girofle + 2 pincées de cannelle en poudre + 4 tomates + 1 verre de jus de citron vert

+ 1 cuillerée à soupe de paprika doux + Quelques feuilles de coriandre + 3 branches de persil + Huile d’olive + Sel et poivre

PRÉPARATION  pluchez les pommes de terre et faites-les cuire à la vapeur É ou dans de l’eau salée. Nettoyez le poulpe et plongez-le dans une grande casserole remplie d’eau froide avec l’oignon piqué des clous de girofle, la cannelle, du sel et du poivre. Faites bouillir 45 minutes sans couvrir, égouttez le poulpe, laissez-le refroidir, puis coupez-le en tout petits morceaux. Taillez les tomates émondées et épépinées, et les pommes de terre en petits cubes. Mélangez-les avec le poulpe et assaisonnez d’huile d’olive, du jus de citron vert, de sel, de poivre et de paprika. Ajoutez quelques pluches de coriandre et de persil et servez bien frais.

Texte Sarah Braun

92


Cookery | Exploration

TARTE MI-FIGUE MI-RHUBARBE  Pour 8 à 10 personnes - Préparation : laissez reposer la pâte 1 heure - Cuisson : 45 minutes un moule à tarte de 30 à 32 cm de diamètre

« Cette merveilleuse tarte marie l’acidité de la rhubarbe et le sucré de la figue. À essayer absolument. »

INGRÉDIENTS + 2 kg de figues vertes ou noires + 1 kg de rhubarbe

+2  00 g de sucre en poudre +2 cuillerées à soupe pour le sirop de rhubarbe

PRÉPARATION  réchauffez le four à 180 °C. P Épluchez les figues et coupez-les en deux. Épluchez et coupez la rhubarbe en morceaux d’un centimètre. Dans une casserole, faites cuire rapidement (10 minutes environ) la rhubarbe avec les 200 g de sucre, puis égouttez dans une passoire en conservant le jus de la rhubarbe qui vous servira à faire un sirop. Sortez du réfrigérateur le moule avec la pâte à tarte, saupoudrez-la d’une cuillerée à soupe de sucre (le but est de la rendre imperméable) et enfournez 15 minutes à 180 °C. Pendant ce temps, mettez dans une casserole le jus de rhubarbe que vous avez récupéré, faites-le chauffer sur feu moyen et épaissir avec deux cuillerées de sucre en poudre, jusqu’à ce qu’il devienne un sirop onctueux. Lorsque la pâte à tarte est cuite, sortez-la du four, disposez sur le fond la compotée de rhubarbe, puis les figues par-dessus, le côté chair vers le haut. Enfournez 15 minutes à 160 °C. L aissez refroidir et au moment de servir, arrosez la tarte avec le sirop de rhubarbe. Dégustez à température ambiante.

IBIZA - ENTRE TERRE & MER La cuisine de Mimine est simple, familiale, généreuse, libre comme son île d’Ibiza, qu’elle nous fait partager dans un voyage culinaire qui chemine sur des goûts de terre et de mer. Dans sa finca des Terrasses, Françoise Pialoux, dite Mimine,

nous invite à sa table, comme elle le ferait pour des amis. Elle nous régale de petits bonheurs gourmands avec ses recettes spontanées, joyeuses, gorgées de soleil, inspirées par les produits locaux. Une cuisine saine et savoureuse ! Découvrez son art de vivre à Ibiza…

IBIZA - ENTRE TERRE & MER, 100 recettes ensoleillées, Françoise Pialoux, Françoise Lefébure, Albert Font, Gabrielle Smart.

93


Exploration | Food

 ON CRAQUE POUR QUI ? 

© Mickaël Williquet d'Horeca-Media

RENATO FAVARO

INSPIRATION

Un chef italien qui vit et travaille au Luxembourg et qui a été promu ambassadeur de l’un des fleurons de la gastronomie japonaise, cela vous étonne ? « Mais pourquoi serait-ce étrange ? » plaisante le chef qui rappelle le mantra cher aux Euro-Tocques « Le lobby, c’est le produit ». C’est ainsi que Renato Favaro est devenu l’ambassadeur de l’ail noir Aomori. « Je l’ai découvert il y a 10 ans environ, ce produit, rare et délicat à la saveur incroyable, m’a bluffé. Lorsque le Premier ministre japonais est venu au Luxembourg, il y a six ans, j’ai cuisiné l’ail noir. Stupéfait, il en a parlé à la télévision, à son retour au Japon. Le président du Black Garlic m’a alors contacté pour que j’en fasse la promotion… » Un heureux hasard que le chef, dont on connaît la générosité, a voulu partager. Convié à l’occasion du 3e International Black Garlic Summit, il a décidé de s’envoler pour le Japon avec un jeune chef du cru dans ses valises. Melrick Pallant, du Wax et Jónk Chef Euro-Toques Luxembourg, concourra donc début septembre aux côtés de chefs nippons. Bonne chance à lui et bravo Renato !

ON MANGE QUOI ? Une gelato, pardi ! On se rue chez Bonomeria, place de France, pour découvrir leurs sublimes crèmes glacées artisanales. Bon, il faut être prêt à patienter, car la file est très longue, notamment les week-ends où la gelataria est prise d’assaut. C’est cependant le prix à payer pour se délecter d’une onctueuse crème glacée à la pistache de Bronte, d’un sorbet au melon ou d’un semifreddo aux profiteroles. On vous conseille aussi les cannoli – ne pas les goûter serait pêcher – ou la brioche sicilienne, la vraie.  onomeria, 4 rue Wurth Paquet, Luxembourg (Merl), B Tél. : 26 45 98 05, www.bonomeria.lu

©Lowic Villa

ON VA OÙ ?

Les profanes passent souvent devant sans le voir. Pourtant, pour qui a goûté une fois dans sa vie la cuisine « du Bacio », impossible d’envisager de manger italien ailleurs. Une petite salle conviviale propice aux tablées entre potes, qui finit souvent par un digestif avec le patron. Dans l’assiette, le meilleur de l’Italie – risotti, pasta, carne et pesce –, grâce à une carte de suggestions du jour. C’est frais, goûteux et généreux et on s’y sent comme à la maison ! Al Bacio, 24 rue Notre-Dame, Luxembourg (centre-ville), Tél. : 27 99 48 81

ON LIT QUOI ? Coup de cœur pour cet élégant recueil de recettes qui fleure bon le soleil d’Italie et l’un de ses produits iconiques : la mozzarella. Sobrement baptisé La Mozzarella, ce petit livre recense dix recettes généreuses et gourmandes de la Génoise Alessandra Pierini, dont la cuisine et les produits font déjà le bonheur des Parisiens. La Mozzarella, Dix façons de la préparer, Alessandra Pierini, aux Editions de l’Epure.

ET SI ON PASSE LA FRONTIÈRE On découvre Peppino. « C’est l’adresse qui manquait à Thionville », confesse une habituée des lieux. Doriane vous accueille comme à la maison et sert une cuisine simple et goûteuse, avec une sélection de trois plats chaque soir.

La torta nocciola est à se damner. Une petite cantine comme on les aime, et qui perpétue la tradition de l’aperitvo. Le dimanche, on s’y rend pour brunch pantagruélique et délicieux. « Pensez à réserver, car il est très très prisé ! »

Peppino, 32 rue du Luxembourg, F-57100 Thionville, Tél. : +33 3 55 18 70 08 Texte Sarah Braun 94


Wine O'clock | Exploration

©Lowic Villa

DANS LA CAVE DE MARIO NOTAROBERTO

L’ACCORD « J’aime les classiques, les traditions. J’aime tellement le Barbaresco que je le déguste en toutes occasions. Évidemment, il sublime les viandes, mais essayez avec un poisson, le mariage fonctionne très bien et se révèle vraiment très intéressant. »

Texte Sarah Braun

Demandez la carte des vins du Notaro : c'est un énorme grimoire de quelque 1450 références. Ici, on ne plaisante pas avec le sujet. Le vin qui a tout déclenché ? Ses yeux scintillent. « Je me rappelle de tout, la couleur de sa robe, les arômes des fruits rouges, relevés de notes poivrées. Sa puissance. Ma joie. » Mario a 18 ans ; il boit un Barbaresco. Ce n’est pourtant pas la première fois. « On avait l’habitude de boire un peu de vin que faisait mon père, à table. Milan, 18 ans, mon frère me fait déguster ce cru du Piémont… » Se plonger dans sa cave invite à découvrir moult merveilles : des crus italiens, mais aussi français. Et il est le tout premier restaurant italien ambassadeur des vins luxembourgeois et confesse une préférence pour la maison Schmit-Fol. « Nous sommes de bons copains ! » Il se réjouit de voir que de plus en plus de personnes s’intéressent aux vins, et vont ainsi vers une consommation de qualité. « Cela favorise les découvertes. Il y a toujours à apprendre. » Sa formation ? « J’ai beaucoup bu depuis mes 20 ans, c’est la meilleure des écoles (rires) ! » Passionné, il n’hésite pas à mettre les mains dans les vignes, puisqu’il réalise également son propre vin, en Campanie. Sa préférence ? » Je préfère la complexité et la puissance des rouges. » Pourfendeur de la qualité, il officie en tant qu’importateur de vins italiens au Grand-Duché. « Je me rends à la foire de Vérone, et je ramène des échantillons afin de vérifier que le transport n’altèrera pas leur qualité. Je surveilles régulièrement mes stocks, à la cave. Si la bouteille doit être consommée rapidement, je l’offre. Ce serait trop dommage de la perdre. » Un amour qu’il a transmis à ses fils : Livio s’occupe de Notaro ; Dario, lui, est au Culturando. Mario, lui, passe à présent le plus clair de leur temps en Italie, « afin de ne pas marcher sur leurs plates-bandes et les laisser écrire leur destin. » Une fierté, évidemment, mais également une source d’inquiétude. Il sait la rigueur, l’exigence et la difficulté de ce métier. Mais allez dire ça à des passionnés…

LE VIN « Je vais me répéter, mais ce sera un Barbaresco. Je suis un homme très fidèle (rires) ! »

LE LIEU Chez un autre passionné : Pascal Magro, qui tient le Bar à Vins depuis 2003. « C’est un vrai amoureux du vin, qui n’a pas attendu que ce soit à la mode pour se lancer. J’y vais la journée. Le soir, comme il est fermé, j’aime aller au Dipso. Tania (de Jager) et Patrick (Bernimont) y ont une très belle sélection. »

95


Actu | Snapshot

CONCERTS

Texte Thibaut André Images Carl Neyroud

La team de Bold voyage pour vous dans la nuit musicale sans en voir le bout et c’est tant mieux. La météo était agitée et le baromètre s’est affolé dans tous les sens. Nous avons dû affronter les orages de Brutus, The Offspring et Dead Cross. Si Brian Fallon nous a offert ensuite une éclaircie, c’était pour mieux replonger avec les foudres électriques de Starcrawlers, Little Big et Body Count. On a quand même eu droit à la douceur du bon temps avec le swing et le swag de Selah Sue et Cigarettes After Sex tandis que Trisomie 21 nous a offert la mélancolie des jours sombres. Au final, le flow de Sleaford Mods, IAM et Grand Corps Malade ont tempéré les épreuves du temps. Mais qu’à cela ne tienne, on enfile nos tenues estivales et on y retourne.

01

02

96

03

04


Snapshot | Actu

06

05

07

08

09

11

12

10

01

Brutus - Rockhal

08

Trisomie 21 - Entrepôt Arlon

02

Brian Fallon - Den Atelier

09

Grand Corps Malade -

03

The Offspring - Den Atelier

04

Dead Cross - Rockhal

10

IAM - Abbaye de Neimënster

05

Little Big - Kulturfabrik

11

Sleaford Mods - Den Atelier

06

Starcrawler - Den Atelier

12

Selah Sue - Den Atelier

07

Cigarettes After Sex - Den Atelier

13

Body Count - Rockhal

Abbaye de Neimënster

Retrouvez toutes nos review et plus de photos sur www.boldmagazine.lu

13

97


Actu | Snapshot

26.05.2018

Texte Mathieu Rosan

HAPPY BIRTHDAY TO YOU !

Si vous êtes sorti le 26 mai dernier et que vous n’avez pas fait un crochet par le Saumur, vous êtes sans doute passé à côté de quelque chose. Le club fêtait les six ans de l’arrivée d’Erik De Toffol, l’occasion pour le staf et ses fidèles clients de s’encanailler sur un line-up de folie jusqu’à l’aube. Shanu, Mister-D, Manu M., Julien Scalzo, Riven, Julien Lion et Dj Ars ont proposé des sets explosifs pour la soirée la plus chaude de la capitale à n’en pas douter.

98


Places disponibles

L es + L e projet pédagogique basé sur la bienveillance L’expérience + de 10 ans d’expérience L es horaires ouvert de 5h à 21h

L es langues luxembourgeois, anglais et allemands L a situat ion basée à Dippach, à proximité

de l’axe autoroutier et du City Concorde

104-106 route de Luxembourg – L-4973 Dippach – Tél. : 26 37 59 94 contact@mengfamille.com

Profile for alinea communication

Bold53  

Bold53  

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded