Page 1

Érectile MAGAZINE numéro quatre

Mai Alix Hammond Merchant EilEan Berny Rémi Casado Marion Couesnon Marine Crispin Océane Marchesini ÉR

ECTILE

·20·

·13·

MA

GAZINE

Hortuc D.C. | Photographie : Mathieu Jolis Pacha

1


Érectile MAGAZINE numéro quatre Érectile est un magazine bi-mensuel gratuit extensif proposant des portraits, des interviews et des rencontres croisées de jeunes créateurs français. Ici, l’objectif est de parvenir à porter un regard plus objectif sur l’œuvre par le biais d’une démarche compréhensive du parcours de son géniteur. Nous souhaitons raconter des histoires plutôt que d’en inventer, avec simplicité – parfois – et sincérité – toujours.

Rédacteur en chef Matthias Meunier

Directeur de publication Yannis Mouhoun

Rédaction magazine Charlotte Gelas Perrine Hériot Inès Lockert Cindy Renard Thibaut Renoulet Héléna Gillant

Conception graphique Matthias Meunier

Contact

matthias@erectilemagazine.fr

Site web

www.érectile.fr

Un projet de

www.medias-culture.fr

2


3

ECTILE R É ·20·

·13·

MA

GAZINE

Érectile [adjectif] ⁝

Dérivé d’érection ou du latin erectum, supin de erigere, ériger. Qui peut se gonfler et durcir par afflux de sang dans les vaisseaux.

Se dit également de poils susceptibles de se dresser.

D’un point de vue symbolique, l’ours est un animal possédant bon nombre de facettes. Dans la cosmogonie chinoise, Yu le Grand, créateur du monde, prenait la forme d’un ours afin de l’organiser. Les Inuits, eux, voient l’ours comme un symbole de grande force et de courage symbolisant également le pouvoir de l’inconscience et de la connaissance de soi. Cette dernière vision de l’image de l’ours peut également se rapprocher de celle que possédaient les alchimistes puisqu’ils voyaient en lui une forme d’initiateur. Aussi surprenant que cela puisse paraître, l’ours possède également quelques points communs avec l’art. L’ours est considéré comme un animal violent et brutal. Il est pourtant capable d’être apprivoisé de manière très simple mais n’en demeure pas moins capable de régresser violemment vers un état primaire, de la même façon que l’art peut lui aussi être considéré comme un moyen d’expression brut, primitif aujourd’hui apprivoisé et même intellectualisé. Enfin, tout comme l’art, quel animal s’est retrouvé apprivoisé pour être donné en spectacle et exposé aux yeux de tous dans les cirques et les foires ? Et bien oui, il s’agit de l’ours. De la à trouver cohérente l’idée d’associer Érectile Magazine à un ours, il n’y qu’un poil...


RENCONTRE

4

Photos de famille, Bordeaux, Bruxelles et Bergerac en pièces détachées puis recollées :

Alix Hammont Merchand nous partage les moments forts de sa vie à travers ses créations.


ERTNOCNER

5

Érectile MAGAZINE numéro quatre

Alix hammond merchant rencontre Entretien réalisé par

perrine hériot

SIte internet de l’artiste

alixhammondmerchant.com ÉR

ECTILE

·20·

·13·

MA

GAZINE

,xuaedroB ,ellimaf ed sotohP caregreB te sellexurB : seéllocer siup seéhcatéd secèip ne

dnahcreM tnommaH xilA eiv as ed strof stnemom sel egatrap suon .snoitaérc ses srevart à


⁝ Érectile Magazine ⁝ Rencontre ⁝ Alix Hammont Merchand ⁝ 6

Une artiste globe-trotteuse Bonjour Alix, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour Érectile Magazine, je suis née en Californie, j'ai grandi dans le Sud-Ouest de la France et je vis à Bruxelles depuis presque 7 ans. En quelques mots je suis observatrice, minutieuse et nostalgique.

Quel est ton parcours ? Après avoir obtenu mon BAC STI Arts Appliqués au lycée du Mirail à Bordeaux, j'ai commencé des études d'Architecture Intérieure à l'ENSAV de La Cambre à Bruxelles avant de bifurquer vers la section Dessin de la même école.


7 ⁝ Érectile Magazine ⁝ Rencontre ⁝ Alix Hammont Merchand ⁝

Les travaux collectifs sont toujours extrêmement enrichissants, on en ressort toujours grandi.

Est-ce que tu travailles uniquement seule ou acceptes-tu de l’aide ou des conseils d’une personne en particulier pour certaines réalisations ?

Durant la réalisation de mes dessins je travaille seule, mais je suis toujours enclin à recevoir des conseils et à partager mes expériences avec mon entourage. J'ai souvent de longues discussions avec mon père qui est céramiste, il m'aide à remettre mes idées en place. J'ai réalisé quelques projets collectifs. Un collage sur un tramway, Le déjeuner sur l'arbre, en circulation en novembre 2010 en collaboration avec Julie Larrouy, dessinatrice, Elisabeth Fraikin et Antoinette Sanchez, deux résidentes d'une maison de retraite.

En haut, Hortuc D.C. | Photographie : Mathieu Jolis Pacha

Une installation en papier, Hortus D.C., encore visible au Tiny Café jusqu'au 10 mai, en collaboration avec Samantha Zylbersztajn, architecte d'intérieur, et Julie Larrouy. Et tout récemment (le dernier week-end d'avril), une exposition collective, FRICHE , dans une maison en chantier. Les travaux collectifs sont toujours extrêmement enrichissants, on en ressort toujours grandi. La communication est le maitre mot, et cela nous oblige à être clairs et concis.


⁝ Érectile Magazine ⁝ Rencontre ⁝ Alix Hammont Merchand ⁝ 8

une démarche artistique à son image As tu toujours une idée précise de ce que tu vas créer, notamment pour ta série Inventaire, ou bien tu t’autorises une part d’improvisation ? Pour la série Inventaire, la base de chaque dessin est une photographie qui me tient particulièrement à cœur. La plupart m'ont accompagnées toute ma vie étant donné qu'il s'agit de photographies familiales. Pour cette série le plus gros de la recherche se fait par photomontage, j'ai parfois une idée précise du résultat, parfois c'est en testant plusieurs compositions que l'image apparaît. Le passage à l'encre de Chine est un passage assez mécanique vers le dessin final, c'est une sorte de méditation, de digestion.


9 ⁝ Érectile Magazine ⁝ Rencontre ⁝ Alix Hammont Merchand ⁝

Peux-tu expliquer ta démarche concernant les cartographies ? D’où t’es venue cette idée ? C'est en me promenant dans la ville avec mon appareil photo entre chien et loup que ce projet est né. À partir de là, c'était une expérience assez instinctive, je venais de changer de section, de l'architecture au dessin, j'ai pris les matériaux que j'avais alors à disposition, papier calque et stylo d'architecte, et j'ai détouré les silhouettes des arbres et des bâtiments, puis j'ai laissé courir mon stylo à l'intérieur de ces formes. Une méthode est apparue : une ligne influence la prochaine, et met en évidence la relation de cause à effet. Le rapport avec la cartographie et les tâches psychanalytiques de Rorschach s'est ensuite imposé de lui-même.

Une ligne influence la prochaine, et met en évidence la relation de cause à effet.


⁝ Érectile Magazine ⁝ Rencontre ⁝ Alix Hammont Merchand ⁝ 10


11 ⁝ Érectile Magazine ⁝ Rencontre ⁝ Alix Hammont Merchand ⁝

Pourquoi avoir choisi Bordeaux, Bergerac et Bruxelles pour tes puzzles ? As tu un lien particulier avec ces villes ? Oui, j'ai grandi à Bergerac, j'ai été au lycée à Bordeaux et j'habite maintenant Bruxelles. J'ai beaucoup marché dans ces villes et j'ai un plan mental assez complet de chacune d'entre elles. L'objet du puzzle s'est révélé évident pour la ville de Bruxelles, qui est une ville tellement hétéroclite au niveau de l'architecture qu'elle est un collage en elle même. Mais le puzzle est aussi un assemblage et les villes de Bordeaux et de Bergerac se sont prêtées au jeu malgré leur architecture plus spécifique et homogène.


⁝ Érectile Magazine ⁝ Rencontre ⁝ Alix Hammont Merchand ⁝ 12

Un avenir fait de collaborations Tu as fait ta première exposition solo en décembre 2013, que retiens-tu de cette expérience ? As-tu eu des retours avisés sur ton travail ? Je n'ai pas eu beaucoup de retours pour l'exposition au CIDJ. En revanche, l'exposition FRICHE a été une très bonne expérience, le public était très diversifié, allant des galeristes aux familles en promenade, et il s'est avéré que mon travail était l'un des plus accessibles à tous. L'événement Art Truc-Troc, qui se déroule à BOZAR en février chaque année, a été l'occasion pour moi de recevoir de beaux retours. Le principe: les visiteurs déposent des post-its à côté des œuvres en proposant d'échanger services, expositions, collaborations repas, livres, voyages etc... C'est d'ailleurs à cette occasion que j'ai rencontré Aurélie Rigoni de A.R.[t] project (Ndlr. Maintenant partenaire d'Érectile Magazine). [http://ar-t.fr/#site] Qu’as-tu en tête pour tes prochaines créations ? Il y a encore quelques photographies familiales que j'aimerais détourner, et je m'aperçois que je me dirige de plus en plus (ou encore plus ?!) vers l'autoportrait. La plupart de mes prochaines créations seront exposées à la TAG bxl galerie. [tag-bxl.be]


13 ⁝ Érectile Magazine ⁝ Rencontre ⁝ Alix Hammont Merchand ⁝

Travailler en couleur n’est-il pas un procédé qui te donne envie ou t’inspire ?

Oui la couleur me titille depuis un petit moment, mais je ne suis pas encore passée à l'action. Il existe des encres bleues et rouges pour les stylos d'architecte que je pourrais combiner avec d'autres encres colorées à la plume. Je compte explorer la sérigraphie très prochainement, ce sera peut-être le moment où la couleur va surgir !

Avec quel(s) artiste(s) aimerais-tu collaborer et dans quel cadre ?

Je compte explorer la sérigraphie très prochainement, ce sera peut-être le moment où la couleur va surgir !

J'aimerais réaliser des dessins et peux être des fresques sur céramique avec mon père. Je travaille aussi parfois en temps qu'assistante pour l'artiste plasticien Jürgen Ots, ce n'est pas une collaboration mais son travail est très inspirant. À l'occasion de l'exposition FRICHE, nous avons renforcé les liens entre anciens et actuels étudiants de la section dessin de la Cambre, et d'autres intervenants, c'est surement le début d'une belle collaboration !


IMMERSION

14

Eilean Berny

voile des femmes occidentales avec leurs propres cheveux. Un questionnement fort sur la notion d'emprisonnement et de don de soi sur un sujet qui fait encore dĂŠbat aujourd'hui.


15

NOISREMMI

Érectile MAGAZINE numéro quatre

EILEAN BERNY IMMERSION Entretien réalisé par

Inès lockert

SIte internet de l’artiste

facebook.com/EileanBerny ÉR

ECTILE

·20·

ynreB naliE MA

·13·

GAZINE

selatnedicco semmef sed eliov .xuevehc serporp sruel ceva trof tnemennoitseuq nU tnemennosirpme'd noiton al rus tejus nu rus ios ed nod ed te .iuh'druojua tabéd erocne tiaf iuq


⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Eilean Berny⁝ 16

…Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu'elles rabattent leur voile sur leurs poitrines et qu'elles ne montrent leurs atours qu'à leurs maris, ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs sœurs, ou aux femmes musulmanes, ou aux esclaves qu'elles possèdent, ou aux domestiques mâles impuissants, ou aux garçons impubères qui ignorent tout des parties cachées des femmes. Et qu'elles ne frappent pas avec leurs pieds de façon que l'on ne sache pas ce qu'elles cachent de leurs parures. Et repentez-vous tous devant Allah, ò croyants, afin que vous récoltiez le succès. – Sourate (24/31)


17 ⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Eilean Berny ⁝

Un fort héritage Artistique

Eilean Berny a 20 ans et vit en banlieue parisienne depuis toujours. Née dans une famille à fort héritage artistique, un père passionné de photographie et de musique et une grand mère peintre et professeur de piano, elle a très vite choisi de s’orienter vers l’art plastique dès le lycée. Par la suite, une mise à niveau en arts appliqués lui a révélé que son goût pour l’art en tant qu’Art à part entière ferait toujours partie de son quotidien la poussant ainsi à se reconvertir dans les écoles des Beaux Arts. L’œil toujours en alerte, cette jeune étudiante se nourrit régulièrement d’expositions et de culture. Le monde qui l’entoure et l’actualité sont une source d’inspiration intarissable. « Pour moi un artiste est quelqu’un qui se sert des choses de son monde pour créer un langage d’expression ».


⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Eilean Berny⁝ 18

DOCUMENTATIONS POUR PALLIER À L’IGNORANCE

La genèse du projet Des cheveux… Une burqa prend racine lors de l’exposition du quai Branly Cheveux chéris, cheveux maudits. Un titre très évocateur pour Eilean qui après un long processus de démarche de recherches en amont, de documentations et de prises de références l’a poussée à se questionner sur la religion musulmane qui demande aux femmes de cacher leurs atouts. Inspirée par l’œuvre « les illuminés » de Halida Boughriet où le spectateur se trouve comme à l’intérieur d’une burqa par le biais d’un cadrage resserré, elle s’est alors lancé à corps perdu dans ce sujet sensible qui remuait les médias en pleine période de discussion législative sur le port du voile intégral en France.

Je redoute de faire quelque projet qui soit dans l’ignorance.


19 ⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Eilean Berny ⁝

Sensations

Laïque et athée Eilean Berny n’en reste pas moins tolérante en ce qui concerne les codes religieux. Néanmoins le féminisme reste une valeur forte à ses yeux intimement liée aux Droits de l’Homme. C’est alors tout naturellement qu’elle offre à voir des femmes voilées afin de nous questionner sur leurs conditions de vie qu’elles soient positives ou négatives. À l’aide des cheveux des modèles et de barrettes, elle a procédé par impulsion afin de créer ces burqas en cheveux. Une véritable inversion s’opère dans le but d’illustrer l’emprisonnement de ces femmes au travers de leurs cheveux, motif de fantasme pour les hommes. La religion musulmane prône un pied d’égalité entre hommes et femmes en demandant aux femmes de ne pas user de leur beauté et de leur apparence pour arriver à leurs fins. A contrario dans la société occidentale d’aujourd’hui les cheveux sont un atout des femmes afin d’exprimer leur féminité et rentrer dans une démarche de séduction. Chaque femme possède sa propre chevelure avec sa propre couleur, longueur et texture.

Le projet Des cheveux… Une burqa a aussi servi à Eilean d’étude autour des sensations. En effet ces modèles sont des femmes françaises qui n’ont jamais porté le voile et qui sont venues au shooting dans leurs habits quotidiens issus de la mode occidentale. Un choc des cultures qui a permis à notre artiste d’observer les diverses réactions de ses modèles. Une sensation d’oppression, de chaleur étouffante, un champ visuel restreint, une impossibilité à s’exprimer par la parole jusqu’à des difficultés respiratoires. Après avoir été libérés de cette enveloppe capillaire les modèles ont présenté des signes de soulagement et de libération intense. Des sensations qui tendent à démontrer que le port du voile est plus qu’une simple tradition mais bel et bien une concession, un effort personnel dans la vie de ces femmes, un choix souvent délibéré qui prône des valeurs autres que celles que l’on connaît. Exposé sous une lumière néon, le fond blanc laisse transparaître ses aspérités ainsi que celle des visages. Un côté brut qui renforce la gravité du propos.

Des photos studio auraient été trop belles pour soutenir mon propos


⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Eilean Berny⁝ 20

divergence sociale

Si la religion musulmane tend à cacher les cheveux d’une femme, la religion qu’induit Eilean serait celle de cacher le visage de celles-ci ? Les femmes occidentales sont-elles emprisonnées dans leurs attributs physiques et donc enfermées dans le carcan de la séduction ? Alexis Tolstoï, auteur russe, disait « les ongles et les cheveux sont donnés aux hommes pour leur fournir une occupation constante ». Nos cheveux seraient-ils alors notre prison dorée ? Un atout physique qui serait davantage aujourd’hui un cadeau empoisonné que l’attribut protecteur qu’il était lorsque la nature nous l’a fourni ? Le projet Des cheveux… Une burqa ne nous questionne pas seulement sur la religion musulmane mais bel et bien sur notre condition d’humain à part entière. En partant de ce constat nous pouvons nous pencher sur bon nombre de questions rhétoriques : en quoi cacher nos cheveux sous une casquette ou un bonnet diverge du port du voile dans le sens purement vestimentaire qu’il implique ? Et si cacher nos cheveux faisait aujourd’hui partie de la mode qui nous entoure ? Est-ce que la mode c’est d’être habillé tous de la même manière ou au contraire de se distinguer dans une foule ?

Le projet Des cheveux… Une burqa ne nous questionne pas seulement sur la religion musulmane mais bel et bien sur notre condition d’humain à part entière.


21 ⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Eilean Berny ⁝

En prenant l’opposé absolu de la burqa l’artiste ne se contente pas d’illustrer de manière subjective ce fait de société mais démontre bel et bien que, quelle que soit la matière dont on emprisonne un individu celui-ci ne se sentira pas à son aise. Le port du voile résulte alors d’un processus de recherche religieuse de l’ordre du transcendantal et surtout du choix personnel. Si le féminisme se définit par l’émancipation de la femme, cela signifie que la femme est dans la capacité de faire ses propres choix. Si le port du voile résulte d’un engagement personnel, cela ne résulterait-il pas d’un engagement féministe ?

Le port du voile résulte alors d’un processus de recherche religieuse de l’ordre du transcendantal et surtout du choix personnel. Dans la bande dessinée autobiographique Persepolis, on suit la vie de Marjane Satrapi, une jeune fille de Téhéran envoyé à Vienne par ses parents pendant la chute du régime du Shah. « Comment se fait-il que moi, en tant que femme je ne puisse rien éprouver en regardant les messieurs moulés de partout mais qu'eux en tant qu'hommes puissent s'exciter sur mes cinq centimètres de cagoule en moins ? », un autre point de vue sur le voile qui tend à démontrer que celui-ci provoque des émois dûs à l’ignorance et au suspens qui se cache sous ces drapés. Débattre sur le port du voile c’est enfoncer des portes ouvertes, car il en va de la liberté de l’individu. La liberté de se couvrir ou la liberté de ne pas vouloir que les autres se couvrent.


⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Eilean Berny⁝ 22

Pour la suite

Pour le moment cette série photographique représente bien la finalité de la réflexion de Eilean mais il est possible que sa vision évolue au cours des prochaines années et qu’elle y revienne un jour. Pour l’heure, si une exposition était à prévoir elle envisagerait de faire un tirage réduit et intimiste de ces photos afin de mettre en avant l’aspect tabou de son projet. Beaucoup de nouveaux projets sont en cours notamment celui sur la filiation que nous vous présentons en fin de magazine.

Comment se fait-il que moi, en tant que femme je ne puisse rien éprouver en regardant les messieurs moulés de partout mais qu'eux en tant qu'hommes puissent s'exciter sur mes cinq centimètres de cagoule en moins ? – Marjane Satrapi, Persepolis


23


IMMERSION

24

RĂŠmi Casado,

un designer mettant son jeune talent au service des formes, des matĂŠriaux, et des expositions


25

NOISREMMI

Érectile MAGAZINE numéro quatre

RéMI CASADO IMMERSION Entretien réalisé par

Thibaut renoulet SIte internet de l’artiste

http://remicasado.com ÉR

ECTILE

·20·

·13·

MA

GAZINE

,odasaC iméR

tnelat enuej nos tnattem rengised nu ,semrof sed ecivres ua snoitisopxe sed te ,xuairétam sed


⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Rémi Casado ⁝ 26

Présentation

Rémi Casado est un designer lyonnais de 23 ans qui a le vent en poupe. Le chemin parcouru est déjà énorme depuis qu’il a lancé sa propre entreprise une fois ces études terminées. Il effectue sa scolarité à Lyon en bac STI Arts Appliqués avant de s’orienter vers un BTS Design Produits à Saint-Étienne. Aujourd’hui, il veut répondre aux projets qui peuvent l’intéresser dans le domaine du design d’édition, du design industriel, du design textile ou encore du design de mode. Bref, Rémi Casado est un designer aux multiples facettes, ces projets étant à la fois poétiques, subtils et malins.


27 ⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Rémi Casado ⁝

raconter des histoires

Se qualifiant de curieux, méticuleux et ouvert, Rémi fonctionne au coup de cœur lorsqu’on lui soumet un projet. Le but est de proposer des réalisations qui ont du sens et qui ne sont pas seulement des chaises, des lustres et autres canapés parmi les très nombreux produits. Pour lui, le design et la création deviennent intéressants lorsque l’on raconte des histoires à travers des créations. Il prend son inspiration en observant les détails de la vie quotidienne qui l’interpellent. Ce jeune lyonnais collabore aussi régulièrement avec des designers pour des pièces et expos. Sur certains projets, il est amené à travailler avec des designers déjà intégrés aux entreprises avec qui il collabore.

J’aime me laisser complètement influencer par tout ce que je vois.


⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Rémi Casado ⁝ 28

Un beau palmarès

Grâce à l’audace de son jeune âge et l’intelligence de son talent, Rémi Casado a été repéré et missionné pour être commissaire d’une exposition conduit par le Grand Lyon à Paris. Elle regroupe une sélection de designers de demain aux profils très différents. L’année dernière, Rémi participa au Lyon City Design, au Design Tour 2013 ainsi qu’au marché de la Mode Vintage, en s’occupant notamment de la scénographie « Hors piste ». Pour le mois de Mai, Rémi Casado va investir plusieurs expositions, comme Lyon City Design Arena à Lyon et les Designer’s Days à Paris. Le rendez-vous est pris !

Je suis tout le temps en état de recherche et d’observation, que ce soit le matin, sous la douche à 6H30, le dimanche après-midi, même pendant une insomnie.


29⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Rémi Casado ⁝

Laci est une suspension reprenant la silhouette de l’abat-jour traditionnel, tamisant la lumière et créant ainsi un jeu de lumière sur les murs.


⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Rémi Casado ⁝ 30

Réalisation de la collection SS13 pour la marque A Piece Of Chic. Des créations en totale adéquation avec l’esprit rétro, racer et évidement chic de la marque, à découvrir en totalité sur le site apieceofchic.com. Fabrication 100% lyonnaise.


31 ⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Rémi Casado ⁝

Yvette, est une chaise facilement montable et démontable, pratique, que l’on peut ranger partout.

Luce réalisée en collaboration avec Hervé Isle en 2010. Une structure fine, en acier brossé, pour pouvoir intégrer ce luminaire partout où on en aura besoin, dans chaque recoin.


IMMERSION

32

Entre artisanat et activisme,

Marion Couesnon veut faire entendre sa voix.


33

NOISREMMI

Érectile MAGAZINE numéro quatre

marion couesnon IMMERSION Entretien réalisé par

Cindy renard

SIte internet de l’artiste

a-parisian-craftivist.blogspot.fr ÉR

ECTILE

·20·

·13·

MA

GAZINE

,emsivitca te tanasitra ertnE

nonseuoC noiraM .xiov as erdnetne eriaf tuev


⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Marion Couesnon ⁝ 34

Le Craftivisme, c’est réagir

Provenant de Fontainebleau, un bastion bourgeois encerclé par la forêt, Marion fut peu confrontée aux écarts entre les différents milieux sociaux. C’est en montant vivre dans la ville de Paris qu’elle fut confrontée à la misère, mais surtout submergée par l’indifférence des Parisiens : elle ressentit instantanément un certain malaise face à la société. Elle ajoute à ce propos : « Je ne pense pas que cette indifférence soit du mépris. Je définirais plutôt cela comme une forme d’auto-protection, de carapace contre le quotidien ». Au fur et à mesure des années qu’elle a passées dans la capitale, elle ressentait une pression sur ses épaules, une pression lui dictant de s’inscrire elle aussi dans la norme : ignorer ces personnes dans la détresse. Et c’est à ce moment, précisément, que son malaise ne cessa de grandir. Elle ne voulait pas accepter d’agir ainsi ! « J’avais beau retourner le problème dans tous les sens, je finissais toujours par me dire ceci : de toute façon qu’est-ce que tu peux y faire toi, toute seule ! ».

Elle se sentait captive, impuissante, scandalisée mais surtout incapable de faire quoi que ce soit pour changer les choses : « Ça me dégoûtait de moi même et ça me pourrissait. » Depuis qu’elle a découvert le Craftivisme et qu’elle le pratique, elle sent réellement qu’elle peut faire bouger les choses. Résultant du mélange entre artisanat et activisme, le Craftivisme [http://craftivism.com] est une manière ludique et artistique de faire entendre sa propre voix et de pousser les gens à réagir. Imperceptiblement, cela amène les gens à réfléchir sur la société dans laquelle ils vivent. Pour Marion, le Craftivisme est une arme puissante contre le défaitisme.

Honnêtement, le Craftivisme est mon véritable élixir.


35 ⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Marion Couesnon ⁝

le Craftivisme est une arme puissante contre le défaitisme.

C’est par hasard que Marion a découvert le Craftivisme, en lisant l’ouvrage du Craftivism Collective qui est à l’origine du mouvement. Il y a deux projets en particulier qui ont retenu l’attention de notre artiste lors de ses recherches sur le Craftivism Collective. Le premier se nomme « footprint ». Il s’agit de délivrer des messages sous forme d’empreintes de pieds afin d’amener les individus à réfléchir sur l’empreinte écologique qu’ils laissent derrière eux au quotidien. Le second projet se nomme « Barbie ». Il s’agit d’un projet recyclant de vieilles Barbies, dont on scelle les bouches avec du scotch et qu’on accroche dans l’espace public avec un message concernant l’égalité des sexes.


⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Marion Couesnon ⁝ 36

créer des réactions

Par le biais du Craftivisme, l’objectif de Marion est de créer des réactions, mais aussi des liens et des échanges entre les gens. Selon elle, ceci est la base de la démocratie. Elle ajoute d’ailleurs : « Le Craftivisme, c’est ma manière de rendre la société meilleure. Je ne prétends pas faire des miracles, mais au moins j’ai une voix. Et je m’en sers ! » Cependant, il faut noter qu’à l’origine, le Craftivisme provient du Royaume-Uni. Le mouvement a fait son chemin par delà les mers (États-Unis, Amérique du Sud ...), mais n’est pas parvenu en France. Lorsque Marion a parlé pour la première fois de son initiative à ses proches, inscrire le Craftivisme en France, la plupart ne comprenaient pas sa démarche. Ils se demandaient « Pourquoi perdre du temps à faire quelque chose qui ne te rapportera rien ? »

Le Craftivisme, c’est ma manière de rendre la société meilleure. Je ne prétends pas faire des miracles, mais au moins j’ai une voix. Et je m’en sers ! 


37 ⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Marion Couesnon ⁝

Notre artiste fut attristée de constater que même autour d’elle, les individus étaient axés sur cette idée : ce qui vaut la peine d’être fait doit forcément rapporter de l’argent. « Créer de belles choses juste pour faire passer un message, c’est ça qui compte vraiment pour moi ! ». Telle est la ligne de conduite de notre artiste, simple et désintéressée. Selon elle, Paris, ville qu’elle considère comme le centre névralgique de la France, a un réel potentiel en terme de Craftivisme.

Créer de belles choses juste pour faire passer un message, c’est ça qui compte vraiment pour moi !


⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Marion Couesnon ⁝ 38

une quête pour le sourire

La première campagne Craftiviste de Marion est une quête pour le sourire. En utilisant le point de croix, elle a cousu des rédactionnels sur des tissus qu’elle a ensuite dispersés dans différents points clés de la capitale. Voici sa démarche en quelques mots : « J’ai cousu des messages positifs sur le sourire, mais surtout à propos de ses qualités. L’enjeu pour moi était de faire passer mon message de façon positive, sans le phénomène de culpabilisation que l’on retrouve habituellement dans les campagnes publicitaires de prévention ». Cependant, notre artiste avoue qu’elle recherche le même résultat que ces campagnes. Mais elle ne le recherche pas sous le même angle d’attaque !


39 ⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Marion Couesnon ⁝

les réactions des passants

Une fois ses messages dispersés, notre artiste s’est intéressée à observer les réactions de ceux qui passaient devant ses messages brodés : « J’ai pu observer que beaucoup s’arrêtent, au moins pour lire le message. Certains photographient, d’autre vont même toucher le tissu cousu », nous explique Marion. Elle ajoute d’ailleurs avoir été très contente qu’ils utilisent le sens du touché, car selon elle, cette rencontre entre l’œuvre et le spectateur outrepasse le statut de l’Art, puisqu’elle définit l’Art comme étant inaccessible, intouchable. De plus, notre artiste ne souhaite pas que sa pratique Craftiviste soit considérée comme de l’Art : d’une part parce qu’il n’a pas de valeur marchande, d’autre part parce que l’Art dresse une barrière entre ce qu’il est, et le quotidien de ceux qui le regardent. Ainsi, voici ce qu’elle ajoute :

L’art est exceptionnel tandis que le quotidien est commun : moi je veux que mes messages fassent partie du quotidien.


⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Marion Couesnon ⁝ 40

la suite sera ancrée dans l'actualité

Afin de mieux expérimenter, tester, s’imprégner de sa démarche, Marion a choisi pour sa première action un sujet plutôt latent sociologiquement. Elle nous confie cependant que ses prochaines actions Craftivistes vont davantage s’inspirer de l’actualité... En effet, Marion entend parler de manière récurrente du mouvement Civitas. Elle constate ainsi que la loi sur le mariage homosexuel ne fait pas l’unanimité, et qu’un regain de haine homophobique existe réellement en ce moment. Ainsi, Marion envisage déjà son prochain projet de la sorte : il concernera l’homophobie.


41 ⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Marion Couesnon ⁝

exprimer des convictions personnelles ?

Crédits photographiques : Nathalie Dziedzic, N’Events

« Le craftivisme me donne une voix. Mais je ne compte pas l’utiliser pour exprimer mes convictions personnelles. » En effet, ce que Marion souhaite faire partager à travers cette pratique, ce sont les notions de respect, de tolérance et d’ouverture d’esprit.


IMMERSION

42

Marine Crispin

Encre rythmique et musique dans la peau Elle est une jeune créatrice polyvalente confiante sur l’avenir


43

NOISREMMI

Érectile MAGAZINE numéro quatre

marine crispin IMMERSION Entretien réalisé par

héléna gillant

SIte internet de l’artiste

http://marine.crispin.free.fr ÉR

ECTILE

·20·

·13·

MA

GAZINE

nipsirC eniraM

uaep al snad euqisum te euqimhtyr ercnE etnelavylop ecirtaérc enuej enu tse ellE rineva’l rus etnaifnoc


⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Marine Cripsin ⁝ 44

introduction

Son parcours a débuté en 2007 au Lycée Professionnel d'Arts Graphiques Corvisart à Paris. Elle y est restée 5 ans. Elle a tout d'abord intégré une formation de deux ans en CAP Sérigraphie Industrielle, puis s'est orientée vers un Baccalauréat Professionnel Artisanat et Métiers d'Arts option Communication Graphique. C'est durant cette formation qu'elle a eu une première approche du design graphique et qu’elle a voulu poursuivre dans cette voie. Elle a donc intégré par la suite, toujours dans la même école, une Formation d'Initiative Locale en Multimédia pendant un an. En 2011, elle a suivi une formation en BTS Communication Visuelle Multimédia au Lycée Jacques Prévert à Boulogne Billancourt. Après l'obtention de son diplôme en 2013 et de nombreux questionnements : à savoir si elle devait continuer ou non ses études, elle a pris la décision de devenir graphiste indépendante.


45⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Marine Crispin ⁝

le déclic décisif

Un petit flash-back s'impose pour découvrir le moment où Marine a réalisé qu'elle voulait exercer un métier créatif. « Je me souviens exactement du moment où j'ai voulu être dans une la voie artistique. » dit-elle. C'était au collège, en 3ème, en cours d'Arts Plastiques. Ces cours étaient pour elle les meilleurs moments de la semaine, ceux qu'elle attendait impatiemment. « Je les vivais comme un moment de détente où je pouvais me laisser aller, faire ce que je voulais. » Au départ, elle souhaitait être photographe, puis accessoiriste dans le domaine du cinéma mais l'envie de dessiner était bien plus forte que tout. À la fin de l'année, intégrer le Lycée Professionnel d'Arts Graphiques Corvisart est devenue son obsession. « Me diriger vers les voies générales était hors de questions. » Et oui, à l'époque déjà elle savait ce qu'elle voulait ! Elle s'est montrée depuis lors coriace et n'a jamais démordu de sa passion.

Me diriger vers les voies générales était hors de questions. 


⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Marine Cripsin ⁝ 46

inspiration et démarche

Marine possède une préférence pour le dessin à la main parce qu'elle a toujours été manuelle. Elle aime manipuler des stylos, des feuilles, couper, coller, colorier, entrer en contact avec des matières. Elle aime le dynamisme qui en ressort contrairement à la P.A.O où les outils restent virtuels. Les logiciels de P.A.O sont bien entendu des outils qui la fascinent, tout y est possible en terme de création. Elle trouve l'inspiration partout. « Je suis de nature curieuse, j'observe tout ce qui m'entoure » explique-t-elle. L'inspiration pour ses travaux peut venir d' une réplique de film, d'une musique, du détail d'un vêtement ou d'une rue, etc. Selon elle, la vie de tous les jours est aussi une source d'inspiration. Elle la puise également chez d'autres artistes, elle ne se lasse pas d'arpenter les librairies des musées, peut être la croiserez vous à celle du Centre Pompidou.


47 ⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Marine Crispin ⁝

Free-lance et auto-promotion

Les réseaux sociaux lui sont d'une grande importance dans son travail, particulièrement Facebook, Instagram et Twitter. C'est par le biais de ces plateformes qu'on la contacte le plus souvent pour des projets. Elle utilise Facebook pour faire de la veille. Elle y poste régulièrement des articles, des vidéos ou des sites internet de divers artistes, principalement au sujet de designers, d'artistes tatoueurs ou de musiciens. En parallèle, il y a Twitter, elle l'utilise entre autres pour faire connaitre son site internet. Concernant Instagram, on peut y voir des photos de projets en cours de création et des réalisations. C'est un outil qu'elle trouve très sympathique pour capturer sur le vif un instant de création et ses différentes étapes.


⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Marine Cripsin ⁝ 48

savoir-faire typographique

Dans les créations de Marine, qu'elles soient personnelles ou qu'il s'agisse de commandes, la typographie joue un rôle clef. « Je fais simplement des choix qui me semblent justes et pertinents » répond-elle à ce propos. Étrangement, elle n'a pas de police de caractère préférée mais plusieurs. Les principales sont trois classiques de la typographie, elle les utilisent régulièrement. Dans la catégorie des linéales, il y a l'Univers et l'Avenir. Et dans la catégorie des romaines, c'est la Caslon. « Quoi ? vous vous attendiez à ce que je cite Helvetica ? C'est une police de caractère que j'utilise mais qui intervient peu dans mes projets contrairement aux autres cités précédemment. J'en profite pour faire un petit coucou à Romuald Roudier Theron 1, un enseignant du Lycée Jacques Prévert ! » En effet, elle a toujours une pensée pour lui lorsqu'elle choisit une police de caractère. Elle aime la simplicité et l'efficacité d'un design et le style suisse répond à ces critères. Par une utilisation systématique de la grille et d'une typographie linéale, on peut dire que son travail est influencé par ce courant graphique mais pas de façon dominante. Il n'est pas l'essence de ses conceptions, car le style suisse, c'est l'absence de toute émotion.  1 Romuald Roudier Theron et le duo de designer Twice mènent un projet éditorial singulier dans le monde du graphisme avec la publication de la revue Contraintes.


49⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Marine Crispin ⁝

une influence musicale

Ce fut une expérience inattendue. Elle a découvert Nimmo & The Gauntletts par hasard en naviguant sur Youtube, à la recherche d'un nouvel artiste à écouter. Dès la première écoute, elle a tout de suite accroché et s'est mise à écouter en boucle tout ce que le groupe a produit. Elle est devenue une grande fan au bout de quelques jours. Par le biais de Twitter, elle est entrée en contact avec le groupe uniquement pour échanger au sujet de leur musique. Puis un beau jour, elle a reçu un mail de leur part concernant une commande. Les Nimmo & The Gauntletts lui ont demandé de réaliser l'affiche promotionnelle pour leur tournée en Grande-Bretagne et leur logotype. Ce fut un grand plaisir de travailler avec eux. Elle précise que l'échange à été très agréable Quelques mois plus tard, l'expérience se répète avec deux rappeurs anglais pour lesquels elle a une grande admiration. Elle a réalisé la jaquette de leur album digital, The L.P Sessions, sorti Noël 2013. C'est toujours un honneur de travailler pour des artistes qu'on aime et j'espère que ça va continuer. «Cela va peut-être paraître comme un gros cliché mais la musique fait partie intégrante de ma vie. Il y a des personnes qui ne peuvent pas se passer de café le matin, moi c'est la musique. J'en ai besoin au quotidien. »Marine travaille au rythme de la musique, elle pense qu'elle a un véritable impact sur ses conceptions parce que c'est un art qui éveille et libère les émotions, aussi profondes qu'elles soient. Ses influences, lui proviennent de tous les genres de musique : Pop rock, électro, hiphop, métal, variété française... Il est difficile pour elle d'en citer, car elle n'a aucune limite, la liste risque d'être longue. Elle écoute actuellement : le groupe Bastille, Lorde, Jay-Z et Fall Out Boy.

À partir du moment ou une musique provoque une émotion en moi, c'est dans la poche.


⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Marine Cripsin ⁝ 50

mélomane, mais pas que

Elle s'est toujours amusée à dessiner des motifs sur ses bras et ceux de ses amis. En cours, Marine passait des heures sur internet à regarder des photos de personnes tatouées et à imaginer quel dessin serait son premier tatouage. C'est en 2009 qu'elle franchit le pas, avec deux lettrages aux poignets et depuis Marine ne s'est plus arrêtée ! L'art du tatouage l'a toujours fasciné, car la peau est le plus beau support qu'un artiste puisse avoir. Elle aimerait exercer cette pratique en parallèle du design graphique. Pour l'anecdote, elle se souvient qu'un tatoueur lui a dit qu'elle finirait tatoueuse, juste après qu'elle lui ait confié avoir fait des études dans le graphisme. « Ce qu'il m'a dit résonne souvent dans ma tête. » À défaut de ne pas savoir manipuler le dermographe, elle réalise des dessins sur commande, prêts à être tatoué, ce qui la satisfait pour le moment. Elle a eu l'occasion d'en faire pour des proches et une tatoueuse, Alex Tattoo, qui exerce dans le Sud. C'est toujours une grande satisfaction de voir ses dessins vivre à vie sur la peau de quelqu'un. En plus d'une visée esthétique, le tatouage est pour Marine un acte symbolique. Elle en a quelques-uns qui ont été réalisés à des moments clés de sa vie, notamment celui qu'elle a au poignet. C'est son tout premier tatouage. Elle y a fait inscrire Better Together, le titre d'une très belle chanson d'amour de Jack Johnson. Elle s'est fait tatouer ces deux mots quelque temps après que sa soeur soit partie vivre en Australie pendant 2 ans. Ce fut une séparation très difficile pour elle. Elle a ressenti un besoin puissant d'avoir ce lettrage sous la peau, peut être pour se consoler de son absence. D'autres de ses tatouages reflètent ses intérêts, ses passions. Récemment, elle s'est fait encrer par Matik Tattoo, un artiste suisse, sur le thème de l'espace. Marine a toujours eu une fascination pour l'Univers, ses objets célestes et ses grands mystères.


51 ⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Marine Crispin ⁝

La valeur du graphiste ?

Très souvent, Marine est amenée à expliquer aux gens ce qu'est le design graphique, car beaucoup sont mal informés. Elle pense que c'est la faute aux idées reçues sur le métier. Beaucoup pensent qu'il se limite à faire des jolis dessins sur ordinateur en deux trois clics. Ces idées reçues sont également alimenter par l'arrivée de jeunes sur le marché de l'emploi, sans de solides compétences qui pensent que savoir utiliser deux-trois logiciels de créations est suffisant pour se proclamer graphiste.


IMMERSION

52

Bavarde et spontanée,

Océane Marchesini

exprime sa créativité depuis toujours sur de nombreux supports et à travers des techniques variées. Tout en délicatesse, ses travaux sont une invitation au voyage dans l’univers simple et subtil qu’elle s'est créé.


53

NOISREMMI

Érectile MAGAZINE numéro quatre

Océane Marchesini IMMERSION Entretien réalisé par

Charlotte Gelas

SIte internet de l’artiste cargocollective.com/oceanemarchesini

,eénatnops te edravaB ÉR

ECTILE

·20·

·13·

inisehcraM enaécO MA

GAZINE

sruojuot siuped étivitaérc as emirpxe stroppus xuerbmon ed rus .seéirav seuqinhcet sed srevart à te xuavart ses ,essetaciléd ne tuoT srevinu’l snad egayov ua noitativni enu tnos .éérc tse's elle’uq litbus te elpmis


⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Océane Marchesini ⁝ 54

L'art un jour, l'art toujours

« En ce moment j'adore les piscines et les ananas, c'est mon obsession. Et je déteste, je hais, et ce pour toujours le métro parisien. » Mais entre son adoration pour les ananas et sa haine du métro parisien, Océane prend le temps de faire des études. Née le 10 décembre 1992 à Lyon, elle vit aujourd’hui à Paris où elle étudie le design de mode à l’École Supérieure d'Arts Appliqués Duperré. Après un baccalauréat scientifique, elle entre à l’École Supérieure Nationale des Beaux Arts de Lyon en première année. Puis elle intègre une mise à niveau en Arts Appliqués afin de continuer en BTS Design Mode et Environnement option Mode dont elle sortira diplômée en cette fin d'année. Elle complétera certainement son parcours par un diplôme supérieur de Design pour ensuite travailler dans le stylisme, la direction artistique au sein d’une maison de couture ou dans la communication de mode.


55 ⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Océane Marchesini ⁝

L’art elle le voit partout, tout le temps : « Mais honnêtement c'est dur de ne pas y penser. À Paris, rien que dans la rue on est entouré d'œuvres architecturales, d'images, de design et autres productions artistiques ». Quand elle n’est pas en ville, elle alimente sa photothèque qui l’aide à trouver des principes de création ou qu’elle utilise tout simplement comme matière première à ses travaux : « On est entourée de choses fascinantes qui sont une mine d'or créative : un reflet sur l'eau, les strates de terres d'une faille, le sol souple d'un air de jeux, les rayures d'une devanture, un angle d'immeuble d'un blanc pur qui se détache sur un ciel parfaitement bleu, un passant fou qui semble vivre dans une autre dimension... » Ces instants de vie qu’elle capture, elle les réutilise ensuite dans ses productions et les intègre à de nouveaux processus créatifs.

On est entourée de choses fascinantes qui sont une mine d'or créative : un reflet sur l'eau, les strates de terres d'une faille, le sol souple d'un air de jeux, les rayures d'une devanture, un angle d'immeuble d'un blanc pur qui se détache sur un ciel parfaitement bleu, un passant fou qui semble vivre dans une autre dimension...


⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Océane Marchesini ⁝ 56

La vie d'artiste

Pour elle, Arts et Sciences ne sont pas opposés, bien au contraire : en effet, la création résulte de recherches poussées et d’expérimentations comme toutes les innovations scientifiques. Le cheminement est tout aussi important que le projet fini, car il valide la justesse de l'objet. Son travail est donc souvent composé de nombreuses expérimentations sur des supports différents. À travers cette démarche, il s'agit de trouver le moyen d'expression le plus juste pour véhiculer son idée, mais également de comprendre ce que l'objet, la matière, communique. Il faut ensuite faire coïncider les deux aspects : production et réflexion. Depuis toute petite, Océane a été impliquée dans des activités artistiques : théâtre, danse, musique, poterie, photographie, couture. Autant de domaines qu’elle a touchés sans forcément les approfondir, mais qui l’ont rendue curieuse quant à la pluridisciplinarité des arts et l’ont poussé à se diriger vers plusieurs types de supports créatifs. Avec le temps, elle a appris à exploiter sa créativité dans des démarches de recherche artistique : « Être créatif c’est un trait de caractère. Si on est créatif, ce n'est pas uniquement dans nos travaux, c’est aussi dans la vie de tous les jours. L'art, le design, la création, c'est un peu toute ma vie. Je n'arrive pas à décrocher, je suis tout le temps en train de penser à mes projets. Mes proches me le reprochent souvent. »

Quand j’étais petite je voulais devenir chercheuse scientifique. Finalement je suis chercheuse artistique.


57 ⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Océane Marchesini ⁝

Sa famille, ses amis, tous la soutiennent dans ses projets même s’ils ne sont pas forcément objectifs: « C'est toujours agréable d'avoir quelqu'un qui vous dit que tout ce que vous faites est merveilleux même si c'est tout à fait faux. » Mais elle apprécie aussi les retours critiques de la part de ses professeurs, car ils lui permettent de prendre de la distance sur son travail et de le remettre en question afin qu'il soit convainquant. Être convainquant, c’est essentiel, car on pointe souvent l’art comme étant extrêmement subjectif : « On aime ou on n’aime pas certains univers, certaines formes, certaines couleurs. Par contre on peut être d'accord et dire d'un projet qu'il est réussi si la forme et le fond s'articulent parfaitement entre eux. » C’est pourquoi Océane essaie toujours de créer quelque chose qui lui plaît, qu’elle aime regarder ou toucher mais qui ait du sens et dont on comprenne l'intention.

On aime ou on n’aime pas certains univers, certaines formes, certaines couleurs. Par contre on peut être d'accord et dire d'un projet qu'il est réussi si la forme et le fond s'articulent parfaitement entre eux. 


⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Océane Marchesini ⁝ 58

Ses œuvres, au-delà d’un résultat, sont d’abord un cheminement et contiennent évidemment un message. Ce n’est pas forcément un message clair et précis mais plutôt une intention, celle d’inviter à rêver et à voir les choses différemment : « Personnellement j'aime penser que l'art à un message à véhiculer. L'auteur n'a pas forcément un message politique, critique ou historique à donner mais il transmet toujours une sensation, une expérience, et pour moi c'est déjà un message. » Ce message, il est difficile de le rendre directement accessible. Souvent le message perçu par le spectateur est sensiblement différent de l’idée de départ, et il est rare que l’œuvre soit compréhensible directement : « Quand quelqu'un qui voit pour la première fois votre travail sans jamais en avoir entendu parler vous fait une réflexion, vous cite une référence qui s'inscrit totalement dans le cheminement intellectuel que vous avez eu, alors c'est gagné. »


59 ⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Océane Marchesini ⁝

un minimalisme travaillé

Au sein de son univers sensible, délicat et surprenant, elle aime que les choses soient simples et épurées et qu'elles fassent voyager le spectateur. S’il lui arrive de fournir des travaux plus chargés, elle les inscrit toujours dans un espace de vide, de lumière, de blanc, afin qu'ils soient plus lisibles. Même si elle affectionne particulièrement la photographie, son travail exploite des supports et des techniques variés. Elle considère d’ailleurs que toutes ces pratiques sont forcément liées : « La porosité entre les disciplines artistiques est telle que je ne saurais pas me focaliser sur une seule technique, car elle engendre toujours un certain nombre de questionnements dans d'autres domaines. » Lorsque certains artistes s’intéressent à un médium et l’exploitent au maximum, elle préfère s’intéresser d’abord à un questionnement pour ensuite l’ouvrir au niveau plastique afin de trouver le support le plus juste : « En général je réfléchis d'abord au fond avant de m'attaquer à la forme, mais la production de certains objets engendre souvent une réflexion sur le fond. » Quand elle travaille, elle a rarement une idée de départ qu’elle tient à exprimer, mais plutôt une impulsion de base qui sert de point de départ à une recherche. Elle construit ensuite son travail en articulant « concept » et « matières ». Trouver l’inspiration, c’est trouver l’essence même de son œuvre. C’est un vrai travail de recherche et d’observation.

Les gens imaginent souvent que l'inspiration tombe comme cela sur l'artiste, le designer, le musicien et donc pensent que nous sommes des fainéants, que c'est facile, qu'ils auraient pu faire la même chose...


⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Océane Marchesini ⁝ 60

Comme un sportif qui s’entraîne et respecte une hygiène de vie saine pour être performant, l’artiste doit nourrir son univers artistique afin de trouver matière à travailler. Il doit passer du temps à observer, réfléchir, écrire, expérimenter pour pouvoir ensuite créer : « D’ailleurs si on attendait l'inspiration on produirait une fois tout les 6 mois ou les 7 ans ». La musique l’accompagne souvent dans ses productions, car elle lui permet de choisir son environnement sonore tout en s’isolant des bruits extérieurs à son appartement. Elle contribue à la création à différents niveaux : elle peut être intégrée directement à son travail, notamment à travers la vidéo. Mais elle peut aussi être soit une source d’inspiration, à travers la rythmique, l’univers qu’elle communique ; soit un stimulant qui aide à rester éveillé et détendue.


61 ⁝ Érectile Magazine ⁝ Immersion ⁝ Océane Marchesini ⁝

Même si elle touche à de nombreuses pratiques artistiques, elle souhaiterait pouvoir intégrer à ses travaux la résine, le bois, le métal et le verre. Ce sont malheureusement des techniques qui font appel à des savoirs faires particuliers et qui requièrent un certain budget. Dans l’immédiat elle souhaiterait approfondir sa pratique de la vidéo, car c’est un médium immersif qui non seulement fait appel à une certaine intention de la part du spectateur, mais est aussi un moyen efficace de faire passer un message.

Ce que j’aimerai par-dessus tout, ce serait de pouvoir me dédoubler. Comme ça je pourrais m'aider à faire mes propres projets.


62

Érectile MAGAZINE numéro quatre Retrouvez dans chaque numéro d’Érectile Magazine une thématique proposée par l’artiste de couverture autour de laquelle ce dernier invite les autres créateurs publiés à réfléchir. Le support, le format et les médiums sont totalement libres. Les artistes sont alors détachés de toutes contraintes et peuvent ainsi s’exprimer comme bon leur semble.

La filiation Nom féminin. Lien de parenté unissant un enfant à ses parents Lien de parenté entre des personnes Liaison de choses engendrées les unes par les autres.

Eilean Berny Rémi Casado Marion Couesnon Marine Crispin Océane Marchesini


63 ⁝ Érectile Magazine ⁝ Thème ⁝ La filiation ⁝

EilEan Berny

J'ai créer une "boite" en bois avec un charpentier et j'ai inventé un système, qui, par glissement de surfaces de bois, permet de peindre de façon abstraire en convoquant le hasard. Deux planches de bois sont en fait "imprimées" l'un sur l'autre et quand les planches sortent de la boite, la peinture, encore fraiche, permet d'imprimer encore le "motif" obtenu sur papier. Ce qui m'a intéressé avec ce projet c'est de voir comment les couleurs (acrylique) se mélangent. Comment on obtient une texture particulière grâce à ces "impressions". C'est pour cela que j'ai photographié en gros plan des petites parties de mes planches de bois que je trouvais particulièrement intéressantes.


⁝ Érectile Magazine ⁝ Thème ⁝ La filiation ⁝ 64

Rémi casado

N37, est une pièce révélatrice de nos actions maladroites. Au contact d’un liquide (eau, vin, soda..) un motif défini se révèle sur le plateau de la table avant de disparaître totalement après séchage sans aucun risque pour le bois naturel. La «N37 fut fruit à de nombreuses recherches pour répondre à la problématique : comment faire apparaître un motif défini sur un bois naturel sans le tacher ni l'abîmer ? 36 essais technologiques pour aboutir à la pièce souhaitée, la 37 ème ! Plateau en peuplier et pieds thermolaqués.


65 ⁝ Érectile Magazine ⁝ Thème ⁝ La filiation ⁝

Marion Couesnon

Pour moi, c’est la ligne qui est à l’origine du phénomène de filiation. Mais, la filiation n’est pas forcément un bloc net et unique. Elle peut être le résultat de centaines, de milliers de hasards invisibles qui, assemblés tous ensembles, font apparaître la filiation comme un résultat logique.


⁝ Érectile Magazine ⁝ Thème ⁝ La filiation ⁝ 66

Marine crispin

C'est très cocasse et cela s'avère différer de beaucoup de son univers artistique léché et sage. Et bien Marine a des origines métisses et dans un monde parallèle s'imagine bien comme la fille illégitime de DSK et Nafissatou ! Ainsi les portraits de ses “parents” improbables trônent côte à côte dans le salon familial... Le style s'apparente à celui d'une photo amateur pour renforcer les liens intimes entre notre artiste et ses géniteurs.


67 ⁝ Érectile Magazine ⁝ Thème ⁝ La filiation ⁝

OCéANE MARCHESINI

Le thème m'a fait penser à la génétique et à l'arbre généalogique. J'ai donc abordé l'idée de ramification et de diversification des gènes. La filiation apporte dans la descendance un assemblage de caractéristiques issues des générations précédentes. J'ai travaillé un vêtement, c'est-à-dire un corps social, qui se construit de manière éclectique à la manière du corps humain et dont le génome se construit par assemblage de gènes. J'ai repris des éléments plastiques des arbres généalogiques, comme les fournitures de bureau : papier, attaches parisiennes, avec un plastique transparent qui rappelle la mise sous verre pour la conservation de ces arbres. Cette tenue part d'une base de plastron en plastique sur lequel viennent se greffer, comme des ramifications, d'autres éléments de vêtements : chemise, jupes, brassières... Le vêtement est entièrement modifiable. On a ainsi une infinité de combinaisons possibles qui comme les codes génétiques sont amenées à évoluer et être remaniées.


Érectile MAGAZINE numéro quatre Cette rubrique est une véritable porte ouverte aux jeunes créateurs souhaitant participer à l’aventure Érectile Magazine. Dans chaque numéro, il est proposé à qui le veut de venir illustrer une citation que nous proposons dans le médium de son choix.

citation "Nous devons nous y habituer :

aux plus importantes croisées des chemins de notre vie, il n'y a pas de signalisation." – Ernest Hemingway

Maxime Ramoul

http://maximeramoul.tumblr.com

Heidi Alamanda

http://www.heidialamanda.com

Matthias Meunier

68


69⁝ Érectile Magazine ⁝ Citation ⁝ Ernest Hemingway ⁝

Maxime Ramoul

http://maximeramoul.tumblr.com


⁝ Érectile Magazine ⁝ Citation ⁝ Ernest Hemingway ⁝ 70

Heidi Alamanda

http://www.heidialamanda.com


71 ⁝ Érectile Magazine ⁝ Citation ⁝ Ernest Hemingway ⁝

Matthias Meunier


numéro quatre

Mai Alix Hammond Merchant Eilean Berny Rémi Casado Marion Couesnon Marine Crispin Océane Marchesini ÉR

ECTILE

·20·

·13·

MA

GAZINE

retrouvez-nous sur http://érectile.fr

Hortuc D.C. | Photographie : Mathieu Jolis Pacha

Érectile MAGAZINE

Érectile Magazine #4  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you