Piscines les solutions écologiques

Page 1

Piscines

Arnaud Sperat-Czar est rédacteur en chef du magazine « Pool’ Spa », qu’il a fondé en 2005. Il dirige également le magazine « Dimag » destiné aux professionnels du diagnostic immobilier.

Collection Habitat écologique

les solutions écologiques

&

Anne-Laure Souléuest journaliste. Elle travaille notamment pour le magazine « Pool’ Spa », destiné aux professionnels de la piscine.

Toutes les solutions pour concilier piscine et développement durable… et faire des économies d’énergie

Se baigner au plus fort de l’été : le rêve ! Mais seulement voilà, les piscines ne riment pas vraiment avec écologie… Consommation d’eau, traitements chimiques, chauffage polluant, un cocktail coûteux et désastreux pour l’environnement. Heureusement, il est possible de limiter au maximum leur impact sur la nature et faire en même temps des économies d’eau et d’énergie : ce livre vous donne toutes les solutions de construction ou d’amélioration pour que votre piscine soit la plus naturelle possible. • Du bassin naturel à la piscine classique vertueuse, en passant par les piscines paysagées, un tour d’horizon extrêmement complet de toutes les possibilités actuelles. • Astuces, adresses, schémas techniques et des dizaines d’exemples concrets avec photos à l’appui pour choisir en toute connaissance de cause.

ISBN : 978-2-84138-398-6

,!7IC8E1-didjig! PRIX TTC : 19,90 €

Collection Habitat écologique

Piscines

ANNE-LAURE SOULÉ ARNAUD SPERAT-CZAR

les solutions écologiques Des piscines naturelles aux piscines classiques améliorées

Sommaire

Page 1

ARNAUD SPERAT-CZAR

17:05

ANNE-LAURE SOULÉ

9/01/09

Piscines écologiques

piscines ecolo_couvV1.qxp

• Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 • Les piscines « vertueuses » . . . . . . . . . . . . . . . 6

Les PISCINES

NATURELLES

...................8 • Les piscines naturelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 • Un projet encore hors du commun . . . . . . . . . . 12 • Les principaux procédés . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 • Les plantes et roches utilisées . . . . . . . . . . . . . 16 • La sécurité sanitaire garantie ? . . . . . . . . . . . . . 20 • Combien ça coûte ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 • Entretien : avez-vous la main verte ? . . . . . . . . . 24 • Le chauffage, souvent superflu . . . . . . . . . . . . 26 À chacun son style . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 - Transformer une piscine classique en piscine naturelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 - Avec qui travailler ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48

Les PISCINES

PAYSAGÉES

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 • Une offre très hétéroclite . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 • Les piscines plages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 • Le bois dans tous ses états . . . . . . . . . . . . . . . 57 • Roches, cascades, îlots . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 À chacun son style . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 - Avec qui travailler ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82

Les PISCINES

CLASSIQUES ÉCONOMES . 84 • Eau et énergie, gare à la dépense . . . . . . . . . . . 86 • Les chauffages performants . . . . . . . . . . . . . . 88 • Les pompes à chaleur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 • Les échangeurs de chaleur . . . . . . . . . . . . . . . 93 • Le chauffage solaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 • La géothermie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 • Changer de système de chauffage . . . . . . . . . 100 • Mieux garder la chaleur (et l’eau) . . . . . . . . . . 102 • Des accessoires à énergie solaire . . . . . . . . . 105 • Optimiser son traitement de l’eau . . . . . . . . . . 107 • L’oxygène actif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 • Le traitement par ultraviolets (UV) . . . . . . . . . 111 • Des traitements méconnus . . . . . . . . . . . . . . . 113 • Les traitements chimiques . . . . . . . . . . . . . . . 115 • Récupérer l’eau de pluie ? . . . . . . . . . . . . . . . 118 À chacun son style . . . . . . . . . . . . . . . . 120 - Avec qui travailler ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 ANNEXES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 • Lexique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 • Les dispositifs obligatoires de sécurité . . . . . . 140 • Carnet d’adresses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141 • En savoir plus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143 • Crédits photographiques . . . . . . . . . . . . . . . . 144


Les piscines

Naturelles Nager dans une eau douce et sans odeurs, « nettoyée » par des plantes... Encore inconnus en France il y a quelques années, les bassins naturels s'affichent aujourd'hui sur les pages glacées des magazines de décoration. Mais qu'est, au juste, un bassin biologique ? Qu'implique-t-il en termes d'entretien ?

8


Les piscines

Naturelles Nager dans une eau douce et sans odeurs, « nettoyée » par des plantes... Encore inconnus en France il y a quelques années, les bassins naturels s'affichent aujourd'hui sur les pages glacées des magazines de décoration. Mais qu'est, au juste, un bassin biologique ? Qu'implique-t-il en termes d'entretien ?

8


Les principaux procédés

Bionova

procédés brevetés : le jeu des différences Qu’est ce qui différencie les procédés brevetés les uns avec les autres ? À la fois beaucoup et peu de choses. Certes, il s’agit à chaque fois d’une filtration reposant sur des plantes et/ou des roches. Mais d’autres différences se font jour. Ainsi certains procédés distinguent la zone de lagunage de la zone de baignade, d’autres non. Autre différence : quelques procédés fonctionnent avec un système de bonde de fond (voir pièces à sceller* dans le lexique), d’autres non. Autre différence : si quelques brevets font circuler l’eau dans le média filtrant dans un sens gravitaire, d’autres préfèrent l’inverse.

Bioteich

14

Teichmeister

Les principaux procédés

15


Les principaux procédés

Bionova

procédés brevetés : le jeu des différences Qu’est ce qui différencie les procédés brevetés les uns avec les autres ? À la fois beaucoup et peu de choses. Certes, il s’agit à chaque fois d’une filtration reposant sur des plantes et/ou des roches. Mais d’autres différences se font jour. Ainsi certains procédés distinguent la zone de lagunage de la zone de baignade, d’autres non. Autre différence : quelques procédés fonctionnent avec un système de bonde de fond (voir pièces à sceller* dans le lexique), d’autres non. Autre différence : si quelques brevets font circuler l’eau dans le média filtrant dans un sens gravitaire, d’autres préfèrent l’inverse.

Bioteich

14

Teichmeister

Les principaux procédés

15


Piscines écologiques

À chacun son style !

28

PISCINE NATURELLE en pays de caux................ 30

un lac de montagne ?. ...... 38

vue sur le lac léman. ..... 32

terrasses À la florentine................... 40

métamorphose. ................. 34

formes contemporaines. . 42

entre deux eaux. .............. 36

baignade design................ 44

À chacun son style !

29


Piscines écologiques

À chacun son style !

28

PISCINE NATURELLE en pays de caux................ 30

un lac de montagne ?. ...... 38

vue sur le lac léman. ..... 32

terrasses À la florentine................... 40

métamorphose. ................. 34

formes contemporaines. . 42

entre deux eaux. .............. 36

baignade design................ 44

À chacun son style !

29


un lac de montagne ? — bassin extérieur, forme libre Procédé : pleine terre compactée, local technique et décantation maçonnée. Dimensions : 100 m2 de baignade, 100 m2 de lagunage. Revêtement : membrane armée. Traitement naturel : plantes (salicaire, iris des marais, menthe aquatique…) et roches (lave concassée du massif central). Durée du chantier : quatre mois. Nombre de sociétés intervenantes et nombre de personnes : bureau d’études Euphorbia, terrassier, maçon, étancheur, électricien. Deux à trois personnes pour chacun des corps de métier. Budget : 70 000 euros. Date de réalisation : 2005.

Témoignage de Marc Cotentin, du bureau d’études Euphorbia « Le propriétaire de cette baignade est venu me voir en 2004. Ne supportant plus l’odeur de chlore et voulant retrouver les sensations de son enfance, il était décidé à s’offrir un bassin naturel. Nous sommes partis du budget qu’il avait arrêté pour déterminer la surface. Je lui ai ensuite proposé des esquisses et des plans et nous

avons échangé autour de cette base. Il souhaitait s’approcher le plus possible de la nature. Nous avons donc particulièrement réfléchi aux aménagements périphériques : sable, roches, terrasse en bois... Autre point important de cette réalisation : son lieu d’implantation. Le bassin a en effet été installé en contrebas de la maison, de manière

à ce que les enfants puissent en profiter sous l’œil vigilant des parents. Je conseille d’ailleurs très souvent à mes clients d’implanter leur baignade à côté de l’habitation. On peut ainsi la voir du salon ou de la cuisine… Elle devient un prolongement de la maison, une nouvelle pièce à vivre où se retrouvent famille et amis. »

À chacun son style !

39


un lac de montagne ? — bassin extérieur, forme libre Procédé : pleine terre compactée, local technique et décantation maçonnée. Dimensions : 100 m2 de baignade, 100 m2 de lagunage. Revêtement : membrane armée. Traitement naturel : plantes (salicaire, iris des marais, menthe aquatique…) et roches (lave concassée du massif central). Durée du chantier : quatre mois. Nombre de sociétés intervenantes et nombre de personnes : bureau d’études Euphorbia, terrassier, maçon, étancheur, électricien. Deux à trois personnes pour chacun des corps de métier. Budget : 70 000 euros. Date de réalisation : 2005.

Témoignage de Marc Cotentin, du bureau d’études Euphorbia « Le propriétaire de cette baignade est venu me voir en 2004. Ne supportant plus l’odeur de chlore et voulant retrouver les sensations de son enfance, il était décidé à s’offrir un bassin naturel. Nous sommes partis du budget qu’il avait arrêté pour déterminer la surface. Je lui ai ensuite proposé des esquisses et des plans et nous

avons échangé autour de cette base. Il souhaitait s’approcher le plus possible de la nature. Nous avons donc particulièrement réfléchi aux aménagements périphériques : sable, roches, terrasse en bois... Autre point important de cette réalisation : son lieu d’implantation. Le bassin a en effet été installé en contrebas de la maison, de manière

à ce que les enfants puissent en profiter sous l’œil vigilant des parents. Je conseille d’ailleurs très souvent à mes clients d’implanter leur baignade à côté de l’habitation. On peut ainsi la voir du salon ou de la cuisine… Elle devient un prolongement de la maison, une nouvelle pièce à vivre où se retrouvent famille et amis. »

À chacun son style !

39


Roches reconstituées ou naturelles ?

l Créer un décor de carte postale n'est plus réservé aux parcs d'attractions et aux autres villas de stars.

en fonction de la nature du terrain, des équipements et autres aménagements sélectionnés. Et comme ces bassins sont souvent plus grands que la moyenne… Une réalisation de ce type atteint très rapidement les 50 000 euros.

sur la maçonnerie ou sur une structure métallique (identique au chaînage du bassin), en aluminium lorsque la pierre est sous l’eau, ou en panneaux d’acier en dehors », détaille Guillaume Raymond de Waterworld. « Les détails sont ensuite effectués par des sculpteurs. Dernière étape : le passage d’une patine au pigment naturel dilué à l’eau ». Autre technique : le moulage de résine de polyester à la forme souhaitée. Les roches ainsi reconstituées peuvent ensuite abriter un local technique par exemple. Le choix entre pierres naturelles et reconstituées se fera surtout en fonction de l’esthétique désirée, mais aussi de la facilité d’approvisionnement, du poids et du prix. Comptez 350 à 400 euros par m2 de roches reconstituées. Le prix varie en fonction de l’accès, de la hauteur de l’enrochement et de la finesse du travail.

Avantages

• Un projet unique et original. • U ne intégration parfaite dans votre espace.

Roches naturelles. l

on pourra envisager, si le bassin atteint une taille trop importante, d’investir dans plusieurs appareils de chauffage plutôt qu’un seul. Autre point important : la sécurité. Les piscines paysagées acceptent mal les barrières et les abris puisqu’elles sont faites pour s’intégrer dans un environnement. Elles peuvent cependant être équipée d’alarmes sonar*. Et certains professionnels pourront même les équiper d'un volet, en dépit des roches.

L’enrochement est un moyen original d’intégrer le bassin dans son environnement. Les roches peuvent être posées sur les abords, mais aussi directement dans le bassin. Deux techniques coexistent : la pose de roche naturelle et celle de roche reconstituée. Très séduisante sur le plan esthétique, la roche naturelle doit — si elle est peu dense ou friable — être taillée (pour éviter les aspérités et l'eau stagnante) et éventuellement traitée à l’hydrofuge avant sa mise en œuvre. De son côté, la roche reconstituée est intégrée au moment de la construction du bassin. « Nous projetons un mortier de sculpture hydrofuge préalablement teinté dans la masse

Inconvénients

Combien ça coûte ? Comptez minimum 1 000 à 2 000 euros par m2 de bassin paysagé, le prix variant

62

• C e type de piscine est souvent peu économe, en eau comme en énergie. • Un entretien délicat.

63


Roches reconstituées ou naturelles ?

l Créer un décor de carte postale n'est plus réservé aux parcs d'attractions et aux autres villas de stars.

en fonction de la nature du terrain, des équipements et autres aménagements sélectionnés. Et comme ces bassins sont souvent plus grands que la moyenne… Une réalisation de ce type atteint très rapidement les 50 000 euros.

sur la maçonnerie ou sur une structure métallique (identique au chaînage du bassin), en aluminium lorsque la pierre est sous l’eau, ou en panneaux d’acier en dehors », détaille Guillaume Raymond de Waterworld. « Les détails sont ensuite effectués par des sculpteurs. Dernière étape : le passage d’une patine au pigment naturel dilué à l’eau ». Autre technique : le moulage de résine de polyester à la forme souhaitée. Les roches ainsi reconstituées peuvent ensuite abriter un local technique par exemple. Le choix entre pierres naturelles et reconstituées se fera surtout en fonction de l’esthétique désirée, mais aussi de la facilité d’approvisionnement, du poids et du prix. Comptez 350 à 400 euros par m2 de roches reconstituées. Le prix varie en fonction de l’accès, de la hauteur de l’enrochement et de la finesse du travail.

Avantages

• Un projet unique et original. • U ne intégration parfaite dans votre espace.

Roches naturelles. l

on pourra envisager, si le bassin atteint une taille trop importante, d’investir dans plusieurs appareils de chauffage plutôt qu’un seul. Autre point important : la sécurité. Les piscines paysagées acceptent mal les barrières et les abris puisqu’elles sont faites pour s’intégrer dans un environnement. Elles peuvent cependant être équipée d’alarmes sonar*. Et certains professionnels pourront même les équiper d'un volet, en dépit des roches.

L’enrochement est un moyen original d’intégrer le bassin dans son environnement. Les roches peuvent être posées sur les abords, mais aussi directement dans le bassin. Deux techniques coexistent : la pose de roche naturelle et celle de roche reconstituée. Très séduisante sur le plan esthétique, la roche naturelle doit — si elle est peu dense ou friable — être taillée (pour éviter les aspérités et l'eau stagnante) et éventuellement traitée à l’hydrofuge avant sa mise en œuvre. De son côté, la roche reconstituée est intégrée au moment de la construction du bassin. « Nous projetons un mortier de sculpture hydrofuge préalablement teinté dans la masse

Inconvénients

Combien ça coûte ? Comptez minimum 1 000 à 2 000 euros par m2 de bassin paysagé, le prix variant

62

• C e type de piscine est souvent peu économe, en eau comme en énergie. • Un entretien délicat.

63


crique déserte — forme libre, marbre blanc et sable résiné Procédé de construction : béton armé coulé en un bloc. Dimensions : 13 x 13 x 0 à 2 m (plages incluses). Revêtement : poudre de marbre de couleur blanche. (intérieur) et sable résiné coloré dans la masse (extérieur). Traitement : stérilisation au sel. Chauffage : pas de chauffage. Durée du chantier : six semaines. Nombre de sociétés intervenantes et nombre de personnes : piscinier et 4 salariés. Budget : environ 250 000 euros.

Témoignage de Gérard Gay, « Gérard Gay créations », à Cuers (Var) « Mon client souhaitait déjà, à l’époque (1999), une piscine qui se fonde dans le paysage. Je lui ai proposé une forme libre, légèrement ovale, mais pas géométrique : cela a induit une économie équivalente à 30-40 % du volume d’eau par rapport à une piscine rectangulaire classique, tout en renforçant l’aspect

« plan d’eau ». Le choix d’une filtration par débordement* a permis de se passer des pièces à sceller, peu esthétiques dans ce type de bassin. Cette envie de « nature » a également présidé au choix des revêtements utilisés : un sable résiné coloré dans la masse à l’extérieur du bassin et

une poudre de marbre blanc dans le fond. C’est cette dernière qui donne à l’eau cette teinte verte si particulière. Enfin, l’enrochement, la plage immergée et le ponton de bois renforcent encore un peu plus cette impression d’être seul au monde dans une crique déserte. »

À chacun son style !

69


crique déserte — forme libre, marbre blanc et sable résiné Procédé de construction : béton armé coulé en un bloc. Dimensions : 13 x 13 x 0 à 2 m (plages incluses). Revêtement : poudre de marbre de couleur blanche. (intérieur) et sable résiné coloré dans la masse (extérieur). Traitement : stérilisation au sel. Chauffage : pas de chauffage. Durée du chantier : six semaines. Nombre de sociétés intervenantes et nombre de personnes : piscinier et 4 salariés. Budget : environ 250 000 euros.

Témoignage de Gérard Gay, « Gérard Gay créations », à Cuers (Var) « Mon client souhaitait déjà, à l’époque (1999), une piscine qui se fonde dans le paysage. Je lui ai proposé une forme libre, légèrement ovale, mais pas géométrique : cela a induit une économie équivalente à 30-40 % du volume d’eau par rapport à une piscine rectangulaire classique, tout en renforçant l’aspect

« plan d’eau ». Le choix d’une filtration par débordement* a permis de se passer des pièces à sceller, peu esthétiques dans ce type de bassin. Cette envie de « nature » a également présidé au choix des revêtements utilisés : un sable résiné coloré dans la masse à l’extérieur du bassin et

une poudre de marbre blanc dans le fond. C’est cette dernière qui donne à l’eau cette teinte verte si particulière. Enfin, l’enrochement, la plage immergée et le ponton de bois renforcent encore un peu plus cette impression d’être seul au monde dans une crique déserte. »

À chacun son style !

69


Avec qui travailler ? Plage, îlot, enrochement… : construire une piscine paysagée n’est pas à la portée de tous les pisciners. Prenez garde à vous entourer de spécialistes compétents.

Pour la piscine ­proprement dite… • Il existe plusieurs grandes marques ayant pignon sur rue et implantées dans l’ensemble de l’Hexagone. Voir notre carnet d'adresses page 141. • La fédération des professionnels de la piscine (FPP) met à disposition des internautes la liste de ses adhérents (www.propiscines.fr, rubrique « Annuaire des professionnels »). • Les indépendants, hors réseaux et hors FPP, ne sont pas à écarter dès lors qu’ils peuvent vous assurer de leur sérieux.

• N’hésitez pas à vous renseigner sur votre piscinier : santé économique de sa société, souscription à une garantie décennale, labels décernés, demande d’informations sur les forums spécialisés...

Pour les aménagements extérieurs Certains professionnels fournissent des prestations allant de la réalisation de la piscine à son aménagement. D’autres s’entourent d’architectes ou de paysagistes. Vous pouvez également

à savoir — Rétroplanning Les aménagements particuliers sont, la plupart du temps, réalisés en même temps que le reste de la structure béton de la piscine. Leur implantation n’implique donc pas nécessairement un allongement de la durée

82

des travaux par rapport à une piscine classique. Tout dépendra de la technique utilisée, de la nature du sol (roches, argile signifient terrassement plus lourd), de la complexité du chantier (taille, profondeur…),

des aménagements environnants (terrasse)… et du bon enchaînement de toutes ces étapes. À titre indicatif, comptez (hors terrassement et aménagement) : - Piscine coque* : moins d’une semaine pour installer la coque, soit

une durée identique à une coque classique puisque les plages immergées et autres banquettes sont « prémoulées » dans la coque en usine. - Piscine en béton coulé* maçonné ou projeté* : un à deux mois minimum.

l Exemple-type d’une création architecturale et artistique d’une piscine, conçue et réalisée par la société www.lesjardinsbleus.com.

choisir un de ces professionnels qui élaborera des plans, à charge ensuite pour vous de trouver le professionnel qui concrétisera votre rêve.

Pour certains aspects techniques… Il va sans dire qu’idéalement, et même s’il faut bien commencer un jour, le piscinier sélectionné pour ce type de projet sera plus à l’aise s’il a déjà conçu des bassins

paysagés. Certains s’en sont d’ailleurs fait une spécialité. - Plages : piscinier - Îlots : piscinier - Enrochement : piscinier, entreprise de terrassement ou travaux publics - Plages bois : piscinier, spécialiste de l’entretien et de l’aménagement de jardin et terrasse, menuisier… ou vous-même (les systèmes « clipsés » sont relativement faciles à mettre en œuvre).

Avec qui travailler ?

83


Avec qui travailler ? Plage, îlot, enrochement… : construire une piscine paysagée n’est pas à la portée de tous les pisciners. Prenez garde à vous entourer de spécialistes compétents.

Pour la piscine ­proprement dite… • Il existe plusieurs grandes marques ayant pignon sur rue et implantées dans l’ensemble de l’Hexagone. Voir notre carnet d'adresses page 141. • La fédération des professionnels de la piscine (FPP) met à disposition des internautes la liste de ses adhérents (www.propiscines.fr, rubrique « Annuaire des professionnels »). • Les indépendants, hors réseaux et hors FPP, ne sont pas à écarter dès lors qu’ils peuvent vous assurer de leur sérieux.

• N’hésitez pas à vous renseigner sur votre piscinier : santé économique de sa société, souscription à une garantie décennale, labels décernés, demande d’informations sur les forums spécialisés...

Pour les aménagements extérieurs Certains professionnels fournissent des prestations allant de la réalisation de la piscine à son aménagement. D’autres s’entourent d’architectes ou de paysagistes. Vous pouvez également

à savoir — Rétroplanning Les aménagements particuliers sont, la plupart du temps, réalisés en même temps que le reste de la structure béton de la piscine. Leur implantation n’implique donc pas nécessairement un allongement de la durée

82

des travaux par rapport à une piscine classique. Tout dépendra de la technique utilisée, de la nature du sol (roches, argile signifient terrassement plus lourd), de la complexité du chantier (taille, profondeur…),

des aménagements environnants (terrasse)… et du bon enchaînement de toutes ces étapes. À titre indicatif, comptez (hors terrassement et aménagement) : - Piscine coque* : moins d’une semaine pour installer la coque, soit

une durée identique à une coque classique puisque les plages immergées et autres banquettes sont « prémoulées » dans la coque en usine. - Piscine en béton coulé* maçonné ou projeté* : un à deux mois minimum.

l Exemple-type d’une création architecturale et artistique d’une piscine, conçue et réalisée par la société www.lesjardinsbleus.com.

choisir un de ces professionnels qui élaborera des plans, à charge ensuite pour vous de trouver le professionnel qui concrétisera votre rêve.

Pour certains aspects techniques… Il va sans dire qu’idéalement, et même s’il faut bien commencer un jour, le piscinier sélectionné pour ce type de projet sera plus à l’aise s’il a déjà conçu des bassins

paysagés. Certains s’en sont d’ailleurs fait une spécialité. - Plages : piscinier - Îlots : piscinier - Enrochement : piscinier, entreprise de terrassement ou travaux publics - Plages bois : piscinier, spécialiste de l’entretien et de l’aménagement de jardin et terrasse, menuisier… ou vous-même (les systèmes « clipsés » sont relativement faciles à mettre en œuvre).

Avec qui travailler ?

83


piscine de montagne — À 1 100 m d'altitude, une piscine dans une ancienne ferme de montagne Description : une piscine à usage familial. Procédé de construction : béton. Dimensions : 8 x 3,60 x 1,70 m. Revêtement : liner sable + frise. Traitement : électrolyse au sel. Chauffage : échangeur sur chaudière au gaz + PAC avec centrale de déshumidification. Durée du chantier : trois mois. Nombre de sociétés intervenantes : architecte, menuisier, charpentier, piscinier (4 salariés). Budget : 58 000 euros.

Témoignage d’Erick Perrissoud, d'Azur'Alp, piscinier Magiline, à Alby-sur-Chéran (Haute-Savoie) « Cette piscine intérieure a été construite en 2004 au rez-dechaussée d’un chalet de HauteSavoie. À l’époque, mon client n’avait pas forcément d’exigences en matière d’écologie, mais souhaitait cependant réaliser un maximum d’économies. Nous avons

donc apporté un soin particulier à l’isolation de son bassin. Après avoir creusé la piscine, nous avons remblayé en grosse « graveletette » tout autour. Cela a permis de créer une réserve d’air qui renforce l’isolation de la piscine. Résultat : elle se refroidit moins vite. Autre

astuce qui nous a permis de gagner quelques degrés en termes de températures intérieures : l’orientation des grandes baies vitrées. Elles ont en effet été posées plein Sud. Elles captent ainsi au maximum le soleil et contribuent à réchauffer la pièce. »

À chacun son style

123


piscine de montagne — À 1 100 m d'altitude, une piscine dans une ancienne ferme de montagne Description : une piscine à usage familial. Procédé de construction : béton. Dimensions : 8 x 3,60 x 1,70 m. Revêtement : liner sable + frise. Traitement : électrolyse au sel. Chauffage : échangeur sur chaudière au gaz + PAC avec centrale de déshumidification. Durée du chantier : trois mois. Nombre de sociétés intervenantes : architecte, menuisier, charpentier, piscinier (4 salariés). Budget : 58 000 euros.

Témoignage d’Erick Perrissoud, d'Azur'Alp, piscinier Magiline, à Alby-sur-Chéran (Haute-Savoie) « Cette piscine intérieure a été construite en 2004 au rez-dechaussée d’un chalet de HauteSavoie. À l’époque, mon client n’avait pas forcément d’exigences en matière d’écologie, mais souhaitait cependant réaliser un maximum d’économies. Nous avons

donc apporté un soin particulier à l’isolation de son bassin. Après avoir creusé la piscine, nous avons remblayé en grosse « graveletette » tout autour. Cela a permis de créer une réserve d’air qui renforce l’isolation de la piscine. Résultat : elle se refroidit moins vite. Autre

astuce qui nous a permis de gagner quelques degrés en termes de températures intérieures : l’orientation des grandes baies vitrées. Elles ont en effet été posées plein Sud. Elles captent ainsi au maximum le soleil et contribuent à réchauffer la pièce. »

À chacun son style

123


Piscines

Arnaud Sperat-Czar est rédacteur en chef du magazine « Pool’ Spa », qu’il a fondé en 2005. Il dirige également le magazine « Dimag » destiné aux professionnels du diagnostic immobilier.

Collection Habitat écologique

les solutions écologiques

&

Anne-Laure Souléuest journaliste. Elle travaille notamment pour le magazine « Pool’ Spa », destiné aux professionnels de la piscine.

Toutes les solutions pour concilier piscine et développement durable… et faire des économies d’énergie

Se baigner au plus fort de l’été : le rêve ! Mais seulement voilà, les piscines ne riment pas vraiment avec écologie… Consommation d’eau, traitements chimiques, chauffage polluant, un cocktail coûteux et désastreux pour l’environnement. Heureusement, il est possible de limiter au maximum leur impact sur la nature et faire en même temps des économies d’eau et d’énergie : ce livre vous donne toutes les solutions de construction ou d’amélioration pour que votre piscine soit la plus naturelle possible. • Du bassin naturel à la piscine classique vertueuse, en passant par les piscines paysagées, un tour d’horizon extrêmement complet de toutes les possibilités actuelles. • Astuces, adresses, schémas techniques et des dizaines d’exemples concrets avec photos à l’appui pour choisir en toute connaissance de cause.

ISBN : 978-2-84138-398-6

,!7IC8E1-didjig! PRIX TTC : 19,90 €

Collection Habitat écologique

Piscines

ANNE-LAURE SOULÉ ARNAUD SPERAT-CZAR

les solutions écologiques Des piscines naturelles aux piscines classiques améliorées

Sommaire

Page 1

ARNAUD SPERAT-CZAR

17:05

ANNE-LAURE SOULÉ

9/01/09

Piscines écologiques

piscines ecolo_couvV1.qxp

• Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 • Les piscines « vertueuses » . . . . . . . . . . . . . . . 6

Les PISCINES

NATURELLES

...................8 • Les piscines naturelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 • Un projet encore hors du commun . . . . . . . . . . 12 • Les principaux procédés . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 • Les plantes et roches utilisées . . . . . . . . . . . . . 16 • La sécurité sanitaire garantie ? . . . . . . . . . . . . . 20 • Combien ça coûte ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 • Entretien : avez-vous la main verte ? . . . . . . . . . 24 • Le chauffage, souvent superflu . . . . . . . . . . . . 26 À chacun son style . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 - Transformer une piscine classique en piscine naturelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 - Avec qui travailler ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48

Les PISCINES

PAYSAGÉES

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 • Une offre très hétéroclite . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 • Les piscines plages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 • Le bois dans tous ses états . . . . . . . . . . . . . . . 57 • Roches, cascades, îlots . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 À chacun son style . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 - Avec qui travailler ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82

Les PISCINES

CLASSIQUES ÉCONOMES . 84 • Eau et énergie, gare à la dépense . . . . . . . . . . . 86 • Les chauffages performants . . . . . . . . . . . . . . 88 • Les pompes à chaleur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 • Les échangeurs de chaleur . . . . . . . . . . . . . . . 93 • Le chauffage solaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 • La géothermie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 • Changer de système de chauffage . . . . . . . . . 100 • Mieux garder la chaleur (et l’eau) . . . . . . . . . . 102 • Des accessoires à énergie solaire . . . . . . . . . 105 • Optimiser son traitement de l’eau . . . . . . . . . . 107 • L’oxygène actif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 • Le traitement par ultraviolets (UV) . . . . . . . . . 111 • Des traitements méconnus . . . . . . . . . . . . . . . 113 • Les traitements chimiques . . . . . . . . . . . . . . . 115 • Récupérer l’eau de pluie ? . . . . . . . . . . . . . . . 118 À chacun son style . . . . . . . . . . . . . . . . 120 - Avec qui travailler ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 ANNEXES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 • Lexique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 • Les dispositifs obligatoires de sécurité . . . . . . 140 • Carnet d’adresses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141 • En savoir plus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143 • Crédits photographiques . . . . . . . . . . . . . . . . 144