__MAIN_TEXT__

Page 1

Jeudi 19 octobre 2017 | Volume 42 | 10 e Numéro

G U I D E LAITIER SUPRÊME

e l b a n r u o t n o c un in pour tous s r u e t c u d o r p s e l laitiers

2 au 4 e r b m e v o n 2017 Partenaire principal :

Présentateur officiel :

Entreprises Partenaire majeur :

Média :

• j ugements de bovins laitiers • kiosques • conférences ayrshire | canadienne | holstein | holstein rouge | jersey | suisse brune


Comment démêler le prix coûtant de ses coupes de viande? MARIO ROY, AGRONOME M. SC. Direction régionale de la Mauricie Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation

La petite entreprise qui transforme des pièces ou des carcasses de viande se les procure d’un fournisseur ou de son propre élevage. Elle peut vendre ses coupes telles quelles ou encore, elle peut utiliser

des parties moins nobles pour en faire, par exemple, un hachis entrant dans la préparation d’une recette de saucisses. Mais combien ces coupes de viande lui coûtentelles? Si l’entreprise qui découpe des carcasses de viande diminue le prix de son jarret d’agneau, de combien devraitelle augmenter le prix de son rôti d’agneau pour préserver sa marge bénéficiaire? Comment peut-elle démêler ses coûts

quand elle n’a que pour seuls renseignements, le coût d’achat des pièces de viande à couper, la quantité achetée, le poids des coupes qu’elle produit et des cibles de prix de vente pour chacune de ces coupes? Pour mieux comprendre la rentabilité de la vente de ses coupes, cette entreprise peut recourir à l’expertise des viandes, une méthode de calcul utilisée en boucherie pour établir le prix de revient et la marge bénéficiaire moyenne issue de la vente de coupes prélevées de pièces ou de carcasses de viande.

Viande d’agneau

Tableau 1. Prix de vente moyen, prix coûtant moyen et marge bénéficiaire selon le prix de vente de coupes de viande d’agneau. Source : Mario Roy, agr., M.Sc. , MAPAQ, Direction

Rien ne vaut un exemple pour mieux comprendre l’expertise des viandes jusqu’au calcul du prix de revient! Voici un outil Excel illustrant la démarche. Ce dernier permet de calculer le prix coûtant à l’achat de chaque coupe à partir du coût initial d’une ou de plusieurs pièces de viande. Dans ce cas, on suppose qu’une entreprise de transformation aurait acquis 20,7 kg de carcasse d’agneau pour un montant de 220 $. Le prix coûtant à l’achat de chaque coupe est calculé selon le volume des ventes et le prix cible réaliste de chaque coupe (dans ce cas-ci dans une situation hypothétique de vente au détail). Dans cet exemple, les prix cibles peuvent être déterminés à partir d’un historique des prix de vente passés et ajustés au contexte du marché. Ensuite, chaque coupe comme le rôti désossé et les côtelettes a été identifiée et pesée. Ces données ont été inscrites dans leurs colonnes respectives de l’outil Excel. Le temps de travail requis pour la découpe aurait pu être ajouté dans la colonne destinée à cette fin, mais il a été omis pour simplifier l’exemple. L’outil Excel a permis de conclure dans ce cas, que la marge bénéficiaire dégagée par la

vente des coupes issues d’une carcasse d’agneau de 20,7 kg par rapport au prix coûtant de la carcasse, s’élève à 338,91 $ soit un taux de marge bénéficiaire selon le prix de vente de 60,64 %. Le prix de vente moyen des coupes de viande atteint 34,23 $ le kilo tandis que le prix coûtant moyen se situe à 13,47 $ le kilo (tableau 1). Par ailleurs, l’utilisation de cet outil de calcul permet d’analyser différents scénarios, dans lesquels il est possible de faire varier les données impliquant le coût d’achat de la carcasse, le prix de vente et le poids des pièces de viande, et ce, dans le but d’estimer les nouveaux prix coûtants et la marge bénéficiaire selon les prix de vente associés aux coupes de viande. Il est applicable à toutes les viandes que l’on veut découper sans égard à l’espèce animale. La même démarche mathématique peut donc être accomplie pour la volaille, le porc, le bœuf, le lapin, le gibier ou toute autre viande à découper. Ce texte, le tableau 1 et l’outil Excel sont disponibles sur le site internet d’AgriRéseau au www.agrireseau.net

Photo Éric Labonté, MAPAQ

régionale de la Mauricie

Le safran : un défi ou une opportunité d’affaires pour le Québec GUY-ANNE LANDRY, AGRONOME, M. SC.

2 - Jeudi 19 octobre 2017 - Gestion et Technologie Agricoles

Conseillère en productions fruitières et cultures émergeantes Direction régionale de la Mauricie MAPAQ

Le territoire agricole du Québec compte actuellement plus de 25 safraneraies qui ont mis en terre au-delà de 200 000 cormes depuis 2012. Le safran brut et transformé est vendu à des restaurateurs. Il est aussi offert directement à la ferme, dans des marchés publics ou encore en ligne par l’entremise du site Web de quelques entreprises. Pour se développer, le safranier québécois doit améliorer la mise en marché de son produit et être en mesure de se tailler une place parmi les compétiteurs internationaux. Crocus sativus Linnaeus, une iridacée, est une plante vivace, stérile, à floraison automnale. Tel un bulbe, le corme est son organe de réserve. Les trois stigmates rouges, unis en leur base au sein de la fleur, composent le safran (figure 1). Les safraniers se procurent des cormes auprès de producteurs de la province ou par l’importation d’Europe. Théoriquement, un corme père (corme principal) d’une circonférence de 8 centi-

mètres produit, en une seule et unique année, de 1 à 9 fleurs. Suivant la floraison, ce corme meurt après avoir engendré de 2 à 5 cormes fils (cormes secondaires). Actuellement, une safraneraie québécoise obtient un taux de 30 % de floraison dès l’année d’implantation. Les rendements subséquents seront connus prochainement. La figure 2 décrit le cycle de développement annuel du crocus sativus. L’implantation, la récolte et l’émondage se font toujours de façon manuelle, alors qu’environ 170 fleurs sont nécessaires pour obtenir 1 gramme de safran sec. Le coût de la main-d’œuvre associé à la gestion artisanale de cette culture explique le prix élevé du safran au Québec dont la valeur au gramme varie entre 45 $ et 55 $. Outre les produits transformés, des safraniers procèdent à la vente de cormes ou de fleurs émondées. De la même façon que l’on cultive le raisin au Québec différemment des méthodes européennes, la gestion culturale du safran doit être adaptée à nos conditions climatiques, et ce, dans l’objectif de produire du safran d’une façon qui soit rentable et viable à long terme.

La plante semble résister aux températures extrêmes, le couvert de neige assurant une protection aux cormes. Néanmoins, certaines questions demeurent. Notre climat, qualifié de continental humide, est-il propice à la formation des cormes fils et à l’initiation florale? L’histoire du safran québécois est encore toute récente. Certains producteurs, en collaboration avec des spécialistes de l’Université Laval, du secteur privé et du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, tentent d’apporter des réponses aux diverses interrogations. Les

Figure 1. Crocus sativus L. Source : http://www.boutiquesafran.fr/page/le-safran -de-la-fleur-a-l-epice.

essais portent sur la mécanisation des plantations au champ, la culture hors sol sous tunnel, la fertilisation, etc. L’Université du Vermont travaille également sur le sujet (https://www.uvm.edu/~entlab/Saffron /News&Resources.html). En parallèle, la mise en marché de cette épice, encore méconnue de la gastronomie québécoise, reste à peaufiner. L’engouement pour la production biologique comme pour les achats de proximité peut se révéler un atout intéressant pour le safranier du Québec.

Figure 2. Cycle annuel de développement de Crocus sativus L.


2 AU 4 NOVEMBRE 2017

C’est quoi le Suprême laitier? Le Suprême laitier revient en force pour sa 4e édition, du 2 au 4 novembre, sur le site d’Espace Saint-Hyacinthe, et pour cette occasion, les jugements constitueront la finale provinciale des bovins laitiers pour les exposants du Québec : une lettre de noblesse pour cet événement! Le Suprême laitier est un évènement d’intérêt pour tous les producteurs et intervenants de l’industrie laitière, un rassemblement de gens interpelés dans la vie de tous les jours par la production, la rentabilité, la santé, le bien-être animal et aussi par la génétique laitière. Le Suprême laitier c’est : les jugements de plus de 600 bovins laitiers, un salon d’exposants commerciaux en production laitière, des ventes Ayrshire et Suisse Brune Suprême, des conférences, des ateliers de formation, un tail gate, des soirées 5 à 7 conférences et beaucoup de réseautage. Le Suprême laitier est une activité de passionnés, qui a fait sa place. Rassemblant toutes les activités dans le Centre BMO, au cœur des kiosques commerciaux, c’est le lieu de prédilection pour les visiteurs d’ici et d’ailleurs. Plusieurs visiteurs internationaux seont présents et des exposants d’animaux des États-Unis participent à la compétition. Le Suprême laitier est qualifié de jugement national pour la race Suisse Brune et fait partie des jugements qualifiés pour le prestigieux concours des « Toutes-Canadiennes » dans la race Jersey. Le Suprême laitier est la seule exposition au Canada à présenter les six races de bovins laitiers en jugement sous le même toit, soit les Holstein, Holstein Rouge, Ayrshire, Suisse Brune, Canadienne et Jersey. Les partenaires du milieu, de par leur notoriété, contribuent à l’image de l’événement. Leur présence en grand nombre est un incontournable et un atout essentiel pour la réussite du Suprême Laitier.

l’évènement pour échanger et rencontrer les leaders de l’industrie laitière. En 2016, ce sont plus de 5 200 visiteurs, dont 8 délégations étrangères telles que la Suisse, la France, le Pérou, pour ne nommer que ceux-ci, qui sont venues visiter le Suprême Laitier et apprécier le superbe spectacle des 644 sujets présentés sur trois jours de jugements. Au terme des activités, c’est la Grande Championne Suisse Brune, Brown Heaven Glenn Fantasy qui est repartie avec les honneurs de Championne Suprême et ce, pour la première fois de sa carrière. Crossbrook DF Dixie, qui a fait la route de la Pennsylvanie, a eu le mérite d’être couronnée Championne Suprême de Réserve, titre qu’elle obtient pour la deuxième année. La Vente Suprême pour les vaches de quatre races mises en vente, sous la gérance du Suprême Laitier, fut également un des points forts de cette édition, avec une moyenne individuelle de 5 020 $. Le plus haut prix pour un lot d’embryons, soit 13 000 $, est allé à la Ferme Jacobs et provient de la

vache ‘’Jacobs Gold Liann’’, la Grande Championne du jugement Holstein. Les kiosques commerciaux ont eu un bel achalandage avec plusieurs nouveautés sur le site dont un robot de traite Lely A4 en fonction avec 12 vaches issues des taureaux SelectSires Genervations.

Une vision d’avenir en démonstration, les visiteurs pouvaient à leur guise observer la traite robotisée et évaluer les possibilités d’utilisation dans leur organisation, un concept très innovateur pour une exposition. supremelaitier.com

Bilan de l’édition 2016

Photos Chloé Dumontier

ÉDITEUR : Benoit Chartier

DIRECTEUR DE LA PUBLICITÉ Guillaume Bédard

RÉDACTEUR EN CHEF : Martin Bourassa

PUBLICITAIRES :

ADJOINTE À LA RÉDACTION : Josée Bachand TEXTES : Société d’agriculture de Saint-Hyacinthe COORDINATION : Véronique Lemonde CONTRÔLEUR : Monique Laliberté DIRECTEUR DU TIRAGE : Pierre Charbonneau DIRECTEUR ADJOINT PRODUCTION : Louis Pelletier

Louise Beauregard Michel Bienvenue Manon Brasseur Candy Corriveau Luc Desrosiers Philippe Dumaine Johanne Lafontaine Josée Malo Isabelle St-Sauveur

PUBLIÉ PAR:

TÉL. : 450 773-6028 TÉLÉCOPIEUR : 450 773-3115 SITE WEB : www.dbccomm.qc.ca COURRIEL : admin@dbccomm.qc.ca Publié 12 fois par année par DBC Communications inc. 655, avenue Sainte-Anne, Saint-Hyacinthe, Québec J2S 5G4 Imprimé par Imprimerie Transcontinental SENC division Transmag, 10807, rue Mira­beau, Ville d’Anjou Québec H1J 1T7. Envoi de publications canadiennes Enregistrement no 50350540 Dépôt légal Bibliothèque nationale du Canada Copyright® Tous droits réservés sur les textes et les photos. Les articles sont la responsabilité exclusive des auteurs. Prix d’abonnement : 1 an (taxes incluses)...............3500$

journalgta.ca

Nous reconnaissons l’appui financier du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du Canada pour les périodiques, qui relève de Patrimoine canadien.

26 500 Exemplaires Distribué dans Le Courrier de Saint-Hyacinthe et par la poste aux producteurs agricoles dans les région suivantes : Région Montérégie Est et Ouest

Papier fabriqué au québec fait à 40% de papier recyclé. Merci de recycler ce journal.

Région Centre du Québec Région de l’Estrie

Gestion et Technologie Agricoles - Jeudi 19 octobre 2017 - 3

La 3e édition du Suprême Laitier 2016 de Saint-Hyacinthe s’est déroulée de brillante façon et s’est soldé par un franc succès, après trois jours d’activités et un achalandage à la hausse! Les éleveurs de six races laitières ont présenté leurs plus beaux sujets. Les visiteurs et partenaires ont profité de


2 au 4 novembre 2017

SUPRÊME LAITIER

MOT DU PRÉSIDENT

Le Suprême laitier, un événement majeur! Bienvenue à l’incontournable Suprême Laitier 2017 : une 4e édition prometteuse qui se tiendra du jeudi 2 novembre au samedi 4 novembre sur le site de l’Exposition agricole à Saint-Hyacinthe! C’est avec plaisir que nous accueillerons nos chers visiteurs et exposants à cette nouvelle édition du Suprême laitier. De plus, nous sommes très heureux d’accueillir à nouveau la Finale Provinciale des bovins laitiers : un signe de notoriété pour le Suprême Laitier. Je vous invite à venir apprécier les plus beaux animaux provenant des six races laitières : une exposition unique au

Canada pour profiter pleinement de votre séjour en sol Maskoutain. Encore cette année, nous regroupons la majorité des activités au centre BMO, une façon de créer un carrefour pour favoriser le réseautage. La nouvelle disposition du site offrira une meilleure visibilité aux participants. Les jugements, les kiosques commerciaux, la vente Ayrshire Suprême et les conférences qui sauront sans aucun doute susciter votre intérêt, font du Suprême laitier un incontournable pour tous les producteurs laitiers et les intervenants de l’industrie laitière. Je profite également de l’occasion pour inviter sincèrement nos amis visi-

teurs de l’étranger qui apprécient et encouragent notre industrie laitière québécoise. En terminant, je veux remercier tous nos commanditaires. Grâce à leur support, le Suprême Laitier demeure un événement majeur et reconnu en Amérique du Nord. Bienvenue au gens du public afin de venir constater les avancés technologiques de notre industrie laitière au Québec. Une visite au Suprême Laitier 2017 de Saint-Hyacinthe : ça vaudra le déplacement du 2 au 4 novembre prochain. Que notre événement soit profitable pour tous!

Richard Lagacé, président Suprême Laitier 2017

Merci à nos principaux commanditaires 2017! PARTENAIRE PRINCIPAL

COMMANDITAIRES MAJEURS

MÉDIA OFFICIEL ®

SELECT SELECT

SIRES INC.

PRÉSENTATEUR OFFICIEL

4 - Jeudi 19 octobre 2017 - Gestion et Technologie Agricoles

Entreprises

PURINA®, CHOW® et le quadrillé sont des marques déposées sous licence de la compagnie Nestlé Purina PetCare.

innovateurs en agriculture


2 au 4 novembre 2017

2 au 4 novembre SUPRÊME LAITIER 2017

SUPRÊME LAITIER

MOT DU MINISTRE

Les expositions agricoles participent activement à la promotion de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois. En réunissant les principaux acteurs de

l’industrie laitière, le Suprême laitier s’inscrit aussi dans cet esprit de mise en valeur du secteur. Ce rendez-vous d’envergure internationale des éleveurs et exposants de bovins laitiers représente une plaque tournante pour l’industrie de la génétique bovine en Amérique du Nord. J’en profite d’ailleurs pour souhaiter la plus cordiale bienvenue à tous les participants, et plus spécialement à nos visiteurs étrangers. Tout en ouvrant une vitrine sur l’excellence du cheptel laitier du Québec, la Finale provinciale des bovins laitiers, présentée au cours du Suprême laitier, contribue à nourrir les échanges et à créer des occasions d’affaires pour les acteurs de la filière. Cette compétition constitue par ailleurs un véritable carrefour de formation et d’information. Je tiens à remercier l’équipe de l’Expo de Saint-Hyacinthe, qui organise cette manifestation, de même que les exposants, les éleveurs, les visiteurs, les membres de délégations étrangères et les juges qui ont mis leurs efforts en commun pour valoriser l’expertise et le savoir-faire de l’industrie laitière québécoise. Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, Laurent Lessard

Conseils d’administration du Suprême laitier 2017 Richard Lagacé, Président Société d’Agriculture de la Vallée des Maskoutains Denis Godin, Vice-Président Société d’Agriculture de Richelieu Philippe Daigneault La Société d’Agriculture du Chambly régional Simon Giard Société d’Agriculture de Bagot

Normand Fontaine Société d’Agriculture du comté de Verchères François Cournoyer Fédération des producteurs de lait Donald Côté Ville de Saint-Hyacinthe Pascal Martin Holstein Québec

Comité de direction du Suprême Laitier 2017 - François Brouillard, T.P., Directeur Général - Lucie Duchesne, Coordonnatrice Suprême laitier - Gaston Doré, T.P., Directeur du développement des affaires et communications

Gestion et Technologie Agricoles - Jeudi 19 octobre 2017 - 5

Nelson Grondin Société d’Agriculture de Rouville


6 - Jeudi 19 octobre 2017 - Gestion et Technologie Agricoles

2 au 4 novembre 2017 SUPRÊME LAITIER


SUPRÊME LAITIER

2 au 4 novembre 2017

Gestion et Technologie Agricoles - Jeudi 19 octobre 2017 - 7


2 au 4 novembre 2017

SUPRÊME LAITIER

Programmation Suprême laitier Jeudi 2 novembre

Vendredi 3 novembre

10 h

10 h 14 h 15 h

9h 9 h 30

13 h

Ouverture du Centre BMO Jugement Ayrshire - Finale provinciale Jugement Suisse Brune - Finale nationale Jugement Canadienne - Finale provinciale Ouverture des kiosques Formation Jeunesse Holstein Canada - Banque Scotia Clinique de classification chez Ferme Maskita Formation Jeunesse Holstein (suite) (salle Richard-Robert)

Suite au jugement Ayrshire sinon à 17 h (au Pavillon La Coop) Ventes Ayrshire et Suisse Brune Suprême 16 h 45 Ouverture officielle du 4e Suprême laitier Invité : Jean-François Fontaine, Jefo 17 h Salle Richard-Robert, 2e étage, Centre BMO 5 à 7 Soirée Holstein Québec en collaboration avec Valacta 18 h Fermeture des kiosques Fermeture du Centre BMO

9h 9 h 30

17 h 18 h

Ouverture du Centre BMO Jugement Holstein Rouge Finale provinciale Jugement Jersey - Finale provinciale Ouverture des kiosques Tail Gate Suprême aux kiosques Jugement Holstein (génisses été, junior et intermédiares) 5 à 7 Soirée ST Genetics Canada Fermeture des kiosques Fermeture du Centre BMO

Samedi 4 novembre 8h

Ouverture du Centre BMO Jugement Holstein (suite) Finale provinciale Championnat Suprême Junior 10 h Ouverture des kiosques Reconnaissance Pierre-Léonard 2017 11 h 30 1 an intermédaire en lait P.M. Remise Prix d’Ami International Championnat Suprême 18 h Fermeture des kiosques Fermeture du Centre BMO Vin et fromages offerts par ETE, Agropur et Saputo.

8 - Jeudi 19 octobre 2017 - Gestion et Technologie Agricoles

Aires de restauration sur place Tous les pavillons sont accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Le Suprême Laitier 2017

2670, avenue Beauparlant, Saint-Hyacinthe (Québec) Canada J2M 4M8 Téléphone : 450 773-5134 Télécopieur : 450 768-6666 info@lesupremelaitier.com info@supremedairyshow.com lesupremelaitier.com supremedairyshow.com

Heures d’ouverture Centre BMO : Jeudi 2 novembre : 9 h à 18 h Vendredi 3 novembre : 9 h à 18 h Samedi 4 novembre : 8 h à 18 h

Heures d’ouverture des kiosques (Au Centre BMO) : Jeudi 2 novembre : 10 h à 18 h Vendredi 3 novembre : 10 h à 18 h Samedi 4 novembre : 10 h à 18 h

Admission :

Admission quotidienne : 12 $ (12 ans et plus) taxes et stationnement inclus Forfait trois jours : 24 $ en vente à l’admission Argent comptant seulement Guichet automatique - ATM : disponible sur place Bienvenue au public! À visiter : l’unique exposition des six races laitières au Canada


2 au 4 novembre 2017

SUPRÊME LAITIER

Suprême Laitier - 2017

Centre BMO - Plan ----- Passage animalier -----

A-400

A-404

A-406

A-408

A-410

A-412

A-416

A-300

Photos

Gradin (400 places) 54’ x 24’

Partenaire Principal CIAQ Officiels

A-301 A-303 A-305

Gradin (400 places) 54’ x 24’

A-312

A-420

Montage

A-313

Mardi 31 octobre Mercredi 1 novembre

A-315 A-317 A-424

Arène

A-319

A-212 A-214 A-216

A-112 A-114

A-218 A-220 A-222

A-118 A-120

A-321 A-426

44’ x 96’

112’ x 128’

A-325 A-226 A-228 A-230

A-126 A-128

A-332 A-234 A-236

A-132 A-134

A-331 A-333

A-446

A-444

A-442

A-440

A-436

Location

Lucie Duchesne 450-773-5134 ext. 223 lduchesne@expo-agricole.com

A-327

A-428

A-329

A-448

8h à 20h 8h à 20h

Gaston Doré 450-773-5134 ext.233 gdore@expo-agricole.com

A-323

Pré-Ring

A-432

A-452 Restaurant

A-311

A-334 A-345 A-343 A-341

A-344

A-335

Administration

Le Suprême Laitier 2670, avenue Beauparlant Saint-Hyacinthe, Qc, J2S 4M8 tel. 450-773-5134 fax. 450-768-6666 info@supremelaitier.com www.supremelaitier.com

----- Passage animalier -----

Gestion et Technologie Agricoles - Jeudi 19 octobre 2017 - 9


2 au 4 novembre 2017

SUPRÊME LAITIER

Liste des exposants Kiosque A-218 A-220 A-230 A-234 A-236 A-305

Compagnie Horstwelding Horstwelding Groupe Maska Select Sire Select Sire Fibres de verre Vaudreuil

A-323 A-321 A-331 A-333 A-334 A-335 A-341

Conception TAG Traction Plus Fusion Expert Conseil Lely Gérard Dion & Fils Grober Nutrition

A-343 A-345 A-424 A-426 A-428 A-432 A-440

RECONNAISSANCE PIERRE-LÉONARD 2017

Hommage pour Marcel Jaton

10 - Jeudi 19 octobre 2017 - Gestion et Technologie Agricoles

Depuis 1998, le trophée Pierre-Léonard est remis à une personnalité s’étant distinguée par sa contribution au développement de l’excellence de la Holstein du Québec, et par son implication à l’échelle provinciale, nationale et internationale. Cette année, le Suprême Laitier remet cette reconnaissance à Marcel Jaton. La carrière de Marcel Jaton débute en 1964 par un travail dans une meunerie, pour réaliser très rapidement que ce genre de travail n’est pas fait pour lui. Il se trouve donc un emploi chez un agriculteur de la région, ce qui lui permet de travailler autant dans les champs qu’auprès du troupeau. En 1974, après quelques discussions avec les épouses, les Jaton-Gremion quittent la Suisse pour la France. La ferme en location dispose de 90 hectares et de 40 vaches. Sa vision

: développer un troupeau de vaches de race Holstein pure. C’est en 1980 à Compton en Estrie que les Suisses JeanNicolas Gremion et Marcel Jaton réalisent leurs rêves. Ils deviennent propriétaires de la ferme Provetaz. À l’achat, ils disposent de 670 acres de terre et d’un troupeau de vaches Holstein noires de 130 têtes, dont 60 vaches en lactation. Dès 1981, Marcel Jaton, devient directeur au Club Holstein de Sherbrooke. Ses implications lui ont permis de connaître les producteurs de la région et leurs besoins en matière d’élevage. Il a siégé pendant 23 ans sur le conseil d’administration, à titre de directeur et président du Centre d’initiatives en Agriculture de la région de Coaticook. En 2003, Holstein Canada décernait à la ferme Provetaz le titre de maître-éleveur. Aussi

en 2003, M. Jaton décide avec son épouse Monique de se retirer des activités de la ferme. Le transfert s’effectue. Thierry, Véronique Guay et Jean-Nicolas Gremion deviennent les propriétaires de la ferme Provetaz. Les dirigeants actuels peuvent aussi compter sur les qualités de leurs enfants dont Cindy, 24 ans, doctorante en génétique! Lors du concours de l’Ordre national du mérite agricole en 2016, l’entreprise s’est vue décerner la médaille de bronze. L’entreprise familiale possède 150 vaches laitières et se targue d’être l’une des fermes laitières les plus importantes de la région en matière de génétique. Les vaches Provetaz se sont aussi distinguées à maintes reprises dans des expositions d’envergure comme la Royal Winter Fair de Toronto.

UKAL Canada Gaétan Martin Électricien CIAQ CIAQ CIAQ Vétoquinol Unigen


SUPRÊME LAITIER

2 au 4 novembre 2017

Gestion et Technologie Agricoles - Jeudi 19 octobre 2017 - 11


12 - Jeudi 19 octobre 2017 - Gestion et Technologie Agricoles


Gestion et Technologie Agricoles - Jeudi 19 octobre 2017 - 13


2 au 4 novembre 2017

SUPRÊME LAITIER

Nourrir les vaches différemment, un plus pour les producteurs et pour l’environnement

14 - Jeudi 19 octobre 2017 - Gestion et Technologie Agricoles

En production laitière, avantages économiques et environnement peuvent aller de pair. Le Centre de recherche et de développement d’Agriculture et Agroalimentaire Canada à Sherbrooke a développé des connaissances uniques

sur l’utilisation de l’azote par la vache laitière. L’azote est important dans l’alimentation de la vache, car il est l’élément de base des acides aminés qui sont eux-mêmes les blocs constituant les protéines.

Les connaissances issues des travaux de recherche d’Hélène Lapierre et de Daniel Ouellet, chercheurs scientifiques en nutrition animale, sont utilisées pour améliorer les modèles de formulation de ration alimentaire des vaches laitières. Ces nouvelles formulations, qui permettent de réduire la teneur en protéine des rations, ont pour effet d’augmenter les revenus des exploitations laitières tout en diminuant les rejets de polluants dans l’environnement. Lorsqu’on diminue la quantité de protéines brutes des rations alimentaires des vaches et qu’on l’équilibre avec un dosage approprié d’acides aminés essentiels, les vaches utilisent plus efficacement les protéines qu’elles consomment. Elles produisent alors autant de lait et autant de protéines laitières, mais en consommant moins de protéines brutes. Puisque la fraction protéique de l’alimentation est la plus dispendieuse, l’entreprise laitière en ressort gagnante. Une ferme moyenne peut augmenter ses revenus d’environ 0,15 $ par vache par jour, soit près de 4 000 $ par année, en économisant sur les coûts d’alimentation de ses vaches. Selon Hélène Lapierre, « les acides aminés sont comme les lettres et les protéines comme de très longs mots. Pour écrire un mot sans faute, on doit avoir toutes les lettres nécessaires. Équilibrer les rations pour les acides aminés, c’est un peu comme jouer au scrabble en demandant les lettres que l’on veut plutôt que de piger au hasard. On aura besoin de moins de lettres pour écrire un certain nombre de mots si on les choisit. De même, la vache peut fabriquer les mêmes protéines laitières avec moins d’acides aminés si la ration est bien équilibrée ». La diminution des protéines brutes dans les rations entraîne aussi une réduction appréciable de la quantité d’azote que la vache élimine dans son fumier et surtout dans son urine. En ajustant les rations selon le bon dosage d’acides aminés, on obtient rapidement une diminution de 15 % des déjections azotées, et ce, sans diminuer la productivité des vaches. Comme l’azote contribue à la pollution des nappes phréatiques, à la production de protoxyde d’azote, un

puissant gaz à effet de serre, et à la formation de fines particules atmosphériques, cette nouvelle approche offre une façon de diminuer ce polluant dans l’environnement. Réduire le taux de protéines dans les rations laitières, en passant d’une moyenne de 18,1 % à un taux réaliste de 16,5 %, permettrait au Canada de diminuer l’excrétion azotée de 17 000 tonnes par année et de réaliser des économies annuelles de 77,5 M$. Agriculture et Agroalimentaire Canada s’implique activement dans la recherche pour pouvoir offrir aux producteurs du Canada des procédés innovateurs pouvant améliorer leur compétitivité et contribuer au développement d’une agriculture durable.


2 au 4 novembre 2017

SUPRÊME LAITIER

PARTENAIRE

Le CIAQ, fier partenaire principal Le CIAQ est fier d’être associé étroitement au Suprême Laitier à titre de partenaire principal pour la 4e édition de cet événement laitier international. Nous vous invitons dans ce lieu privilégié d’échanges et d’occasions d’affaires pour les producteurs laitiers, les éleveurs de bovins et les intervenants de l’industrie. Le Suprême Laitier est le lieu de rassemblement le plus important au Québec dans le domaine de l’élevage laitier. Il est la vitrine de référence de l’exceptionnelle génétique québécoise. Les visiteurs internationaux y viennent en grand nombre et vous aurez l’occasion de côtoyer des délégations internationales composées d’éleveurs et de représentants de Semex provenant de plus de 10 pays. Vous pouvez participer au Suprême de différentes façons, chacune contribuant à présenter les multiples facettes du secteur, de ses gens, de son évolution et de ses perspectives. Par exemple, assistez aux jugements d’animaux de cinq six races différentes : Holstein,

Holstein rouge, Ayrshire, Jersey, Suisse Brune et Canadienne. Si vous croyez que votre ferme est pleine à craquer, celle du Suprême est remplie de près de 750 bovins qui attendent impatiemment de défiler devant vous. Venez vivre une expérience unique en son genre dans et autour du nouveau ring habillé aux couleurs du CIAQ. Aux jugements d’animaux s’ajoute une vente d’animaux multirace et plusieurs conférences de pointe. Retrouvez dans le Centre BMO, plus de 50 exposants d’équipements et de services qui sont parmi les principaux acteurs du monde agricole. Ils sont sur place avec le souci d’échanger avec vous pour présenter, valoriser et partager les produits et services qu’ils proposent. De plus, ne manquez pas le kiosque de la Zone CIAQ Extra qui vous permettra de découvrir plusieurs nouveaux produits. Venez vivre le jugement aux premières loges de l’arène principale ou du pré-ring et rencontrer nos représentants.

Nous désirons faire de cette édition du Suprême un moment phare pour toute l’industrie laitière québécoise et vous faire vivre une toute nouvelle expérience. Il ne manque que vous pour faire du Suprême Laitier un succès. Le CIAQ est heureux de vivre avec vous cet événement incontournable pour élevage laitier au Québec!

ROBOT DE TRAITE LELY A4

Une traite laitière à la fine pointe! La compagnie néerlandaise Lely sera sur place pour présenter en démonstration son robot de traite Astronaut A4. Pour l’occasion, 12 vaches seront installées en stabulation libre pour démontrer toutes les fonctionnalités du robot de la marque Lely. Libres de circuler à leur guise, les ruminantes sont entraînées à se rendre d’elles-mêmes dans la cage où leur traite sera entièrement effectuée par un robot. Le robot de traite Lely Astronaut A4 détecte chacun des trayons à l’aide de rayons au laser. Les coordonnées des trayons de chaque vache sont préenregistrées dans le robot qui reconnaît chacun des membres du troupeau grâce à une puce électronique via leur collier de cou. Le laser corrige les coordonnées de chaque trayon selon le lait que contient

le pis. La puce est aussi un outil fort pratique pour le producteur, car elle transmet des information pertinentes sur les données de traite et sur la santé de chaque vache. Chaque robot de traite peut recueillir environ 2 000 litres de lait par jour, soit le produit d’environ 60 vaches. Pour le producteur laitier, cela représente environ trois traites par jour, contrairement aux deux traites classiques dans un modèle traditionnel en stalle fixe, puisque le robot est continuellement en fonction et laisse les vaches libres de leurs mouvements. La productivité est donc accrue. Le robot de traite Lely Astronaut A4 sera en démonstration au Suprême laitier. Une dizaine de filles de taureaux Select Sires GenerVations seront présentes dans cette environnement adaptée.

Gestion et Technologie Agricoles - Jeudi 19 octobre 2017 - 15


Le potentiel inexploité du triticale d’automne LOUIS ROBERT, AGR., M.SC.

Conseiller en grandes cultures MAPAQ Montérégie

Le triticale est une espèce créée par des chercheurs allemands il y a plus de 130 ans à partir de croisements entre le blé (Triticum aestivum L.) et le seigle (Secale cereale L.). Plusieurs variétés ont été développées au cours de ces décennies,

que ce soit dans le type de printemps ou d’automne. Et plusieurs tentatives de commercialisation jalonnent sa courte histoire, pour la majeure partie sans résultat spectaculaire, en tout cas au Québec et au Canada. Pourtant le triticale offre une étendue impressionnante d’utilisations potentielles. Récolté en tant que céréale, son grain présente une opportunité exceptionnelle pour l’alimentation des porcs : presque aussi fort en énergie que le grain étalon, le maïs. Le triticale contient plus de protéine et de lysine (un acide aminé essentiel et coûteux que l’on doit normalement ajouter) que le maïs. De plus, le grain de triticale

contient un type de phosphore beaucoup plus digestible que celui du maïs, faisant en sorte de réduire considérablement les rejets de phosphore (de 29 % selon les essais). À mon avis, c’est le triticale d’automne qui offre les plus belles opportunités pour les producteurs agricoles de la Montérégie. En plus des caractéristiques de grain déjà mentionnées pour le triticale de printemps, les variétés d’automne ajoutent encore plus d’avantages : rendements supérieurs (grain, pailles, fourrage), protection contre l’érosion hydrique et éolienne, absorption des surplus d’azote (surtout à la fonte des neiges), activation et maintien de la vie microbienne, amélioration de la structure laissant un lit de semence idéal pour le soya semé directement, répartition des besoins en machinerie et main-d’œuvre, et compétition efficace aux mauvaises herbes (rendant le traitement herbicide inutile la plupart du temps). Elle permet également un épandage de lisier dans une période et des conditions de terrain propices. Dans nos conditions, le triticale d’automne atteint sa maturité environ trois semaines avant le blé de printemps. La principale raison expliquant ses insuccès a trait à l’absence de variétés adaptées, et en particulier de variétés moins sensibles à la fusariose que ne le sont les variétés vendues à ce jour, ‘Bobcat’ et ‘Pika’ pour les types d’automne, ‘Pronghorn’ pour ce qui est du triticale de printemps. Ces variétés,

Sensibilité à la fusariose : 15 sites-années Canada CÉRÉALE

NO. DE CULTIVARS

% DE GRAINS ATTEINTS

TENEUR DON (PPM)

Blé de printemps

2

6,03

2,60

Triticale de printemps Blé d’automne

3 2

8,30 1,44

4,14 0,72

Triticale d’automne

5

2,52

1,47

Triticale d’automne ‘Bobcat’

1

4,08

2,18

Source: Veitch et coll. 2008. Can J. Plant Sci. 88: 783-788

toutes développées sous des conditions moins humides que l’on retrouve ici, sont facilement infectées par les spores de Fusarium graminearum, intoxiquant le grain de plus de 2 ppm de vomitoxine la plupart du temps. Toute expansion de la production de grains de triticale en Montérégie dépendra de la volonté des fournisseurs de semence de distribuer des cultivars moins sensibles à la fusariose. Car il n’est pas nécessaire de développer de nouvelles variétés : les essais réalisés dans la décennie 2000-2010 au Québec ont bien démontré que ces variétés existent déjà. En attendant, bien qu’il existe d’autres marchés pour le grain, par exemple en alimentation humaine sous la forme de farines multigrains, le triticale d’automne réalise des percées pour d’autres créneaux, notamment comme source de fourrage pour les troupeaux laitiers. Dans les états du Vermont et de New York, l’agronome Tom Kilcer en fait la promotion depuis plusieurs années. Les résultats de ces états sont concluants au point où le triticale d’automne est désormais une culture fourragère d’appoint très courante dans cette région. Lorsque semé assez tôt (mi-septembre au plus tard), on récolte, vers la 3e semaine de mai, autour de cinq tonnes de matière sèche à l’hectare d’ensilage de très haute qualité, meilleur qu’avec la culture de référence, le seigle d’automne, car plus feuillu. Le triticale dans la rotation est semé directement après une récolte de maïs ensilage et l’épandage de lisier, et précède un soya, lui aussi semé directement dans les chaumes de triticale, détruit ou non. Il procure une récolte fourragère substantielle au moment où, bien souvent, on est justement à court. Il y a à chaque année au Québec, disséminés dans les différentes régions, des producteurs qui, de leur propre chef, font l’essai de triticale d’automne. Leurs expériences mériteraient d’être plus connues. Elles confirment dans une large mesure les énormes possibilités de cette culture encore méconnue.

Débouchés et rendements (rdt) 16 - Jeudi 19 octobre 2017 - Gestion et Technologie Agricoles

CÉRÉALE D’AUTOMNE DÉBOUCHÉS

RDT GRAIN (T/HA) RDT PAILLE (BALLES/AC) RDT ENSILAGE (T.M.S./HA)

RUSTICITÉ

Blé

Boulangerie, pâtisserie, alimentation laitière

6,0

84

2,5

+

Seigle Triticale

Cul. couverture, ensilage, farine multi-grains, maltage Alimentation porcine, laitière; farine multi-grains

4,0 5,0

155 135

4,50 4,75

+++ ++

Une page Web pour s’informer des projets agricoles régionaux Comment optimiser la fertilisation de l’ail en culture biologique? Quel est le potentiel économique de la culture des patates douces? Comment optimiser les méthodes de lutte biologique pour le contrôle du blanc dans la culture des cucurbitacées? Pour le savoir, le MAPAQ Montérégie rend disponible sur son portail Web la section « Projets en région ». Vous y trouverez un grand nombre de

projets agricoles régionaux financés par le MAPAQ ou d’autres organismes. Les projets sont classés par thème, par année et par type de production. Vous pouvez donc facilement trouver les projets liés à votre champ d’intérêt (ex. : grandes cultures, fraise, ail, pomme, sols, etc.). Allez y jeter un coup d’œil! www.mapaq.gouv.qc.ca/ monteregie-projets

Triticale versus maïs en alimentation porcine Énergie Protéine

TRITICALE

MAÏS

1,90 à 2,20 Mcal/kg

1,90 à 2,20 Mcal/kg

13 % à 17 %

10 %

Lysine 0,40 % Disponibilité du phosphore (P) 46 %

0,24 % 14 %

Faisabilité de la culture Plus facile Type de variétés Printemps, automne

Été


PORTES OUVERTES ITA

Là où la passion se transforme en profession! MARYLÈNE CHIASSON

Conseillère en communication, recrutement étudiant et promotion Institut de technologie agroalimentaire

« Choisissez un métier qui vous passionne et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie ». Cet adage pourrait orner l’entrée des deux campus de l’Institut de technologie agroalimentaire (ITA) tellement il définit à perfection sa communauté étudiante et ses 10 000 diplômés et diplômées! Chose certaine, le proverbe devrait absolument guider toute personne en processus de choix de carrière ou de réorientation professionnelle.

Voilà pourquoi les passionnés et passionnées d’agriculture, d’horticulture, de chevaux, d’agroenvironnement ou de qualité des aliments ont tout intérêt à participer aux portes ouvertes de l’Institut. Ils y découvriront assurément le programme qui leur permettra de transformer leur passion en profession stimulante.

Un rendez-vous à ne pas manquer

Chaque année, par le biais de ses portes ouvertes, l’ITA permet aux mordus d’agroalimentaire, notamment de confirmer leur intérêt face au programme ciblé, de discuter avec des professeurs et des étudiants, d’admirer ses installations incomparables et de constater toutes les

Le campus de Saint-Hyacinthe de l’ITA ouvre ses portes aux passionnés d’agroalimentaire le samedi 18 novembre de 10 h à 14 h. Le personnel et les étudiants de l’établissement présenteront les différentes formations menant à des métiers stimulants et répondront aux questions des visiteurs. Photo ITA

activités sociales et sportives offertes à ses campus. Les passionnés peuvent également en apprendre plus sur les parcours DEC-BAC possibles vers certains programmes universitaires qui prévoient la reconnaissance de quelques cours allant jusqu’à une année complète au baccalauréat. L’élément le plus marquant pour les visiteurs demeure néanmoins la découverte des nombreuses possibilités de carrière offertes aux diplômés de l’établissement dont la réputation n’est plus à faire dans l’industrie. En effet, les entreprises du secteur agroalimentaire reconnaissent en les diplômés de l’ITA des employés qualifiés, compétents, professionnels et outillés à relever les défis de demain. Par conséquent, l’ITA peut se vanter d’afficher des taux d’emploi qui atteignent ou frôlent les 100 % depuis plusieurs années. Faire de sa passion une profession devient aisé dans un tel contexte! Il est à noter que les portes ouvertes 2017 présentent de belles nouveautés relatives, entre autres, à la production animale ou horticole biologique. Les personnes intéressées par ce mode de production pourront se renseigner sur le programme de Gestion et technologies d’entreprise agricole, offrant trois profils exclusifs au Québec (laitier, monogastrique, polygastrique) ou de Technologie de la production horticole et de l’environnement au campus de La Pocatière.

Ce rendez-vous incontournable se tiendra cette année le samedi 11 novembre au campus de La Pocatière et le samedi 18 novembre au campus de SaintHyacinthe, de 10 h à 14 h. Celles et ceux qui souhaitent en savoir plus sur l’Institut de technologie agroalimentaire peuvent se diriger sur leur site Internet au www.ita. qc.ca, leur page Facebook (@institut. technologie.agroalimentaire) ou leur compte Instagram (@itaofficiel). L’ITA propose au total sept programmes d’études collégiales répartis sur ses campus de SaintHyacinthe et de La Pocatière : • Gestion et technologies d’entreprise agricole – trois nouveaux profils en production biologique laitière, monogastrique ou polygastrique – La Pocatière • Technologie des productions animales • Technologie du génie agromécanique – Saint-Hyacinthe • Technologie de la production horticole et de l’environnement – profil en agroenvironnement – La Pocatière • Paysage et commercialisation en horticulture ornementale – SaintHyacinthe • Technologie des procédés et de la qualité des aliments • Techniques équines – La Pocatière

Tirer son épingle du jeu dans la transformation des produits laitiers

CARROLYN O’GRADY

Conseillère en transformation alimentaire MAPAQ Montérégie

Quelques caractéristiques du marché

Dans le secteur des fromages, le cheddar et la mozzarella dominent les ventes pancanadiennes. Les importations européennes de fromages se concentrent plutôt sur les fromages de types gouda, brie, parmesan et des fromages à pâtes persillées. Par contre, les produits frais n’ont pas une durée de vie qui permet un transport prolongé de

Outils pour faire face à la concurrence

Suivez-vous la rentabilité de vos opérations? Connaissez-vous le coût de revient de votre produit? Votre procédé de transformation est-il optimal? Maîtrisezvous la qualité sanitaire? Des ressources sont disponibles pour les transformateurs de lait afin de vous appuyer dans vos démarches d’amélioration de qualité, d’accroissement de votre productivité et de compétitivité ainsi que pour accéder à de

nouveaux marchés, en voici quelquesunes : • Le Fonds d’investissement dans la transformation des produits laitiers est une contribution non remboursable pour les transformateurs de fromages et autres produits laitiers qui commercialisent déjà leurs produits. Ce fonds peut soutenir l’acquisition d’équipements, d’immobilisations et l’accès à de l’expertise. Pour plus de détails, consultez le www.canada.ca/ fonds-investissement-transformationproduits-laitiers. • Le Centre d’expertise fromagère du Québec (CEFQ) travaille auprès des fromagers artisanaux pour avoir une production fromagère de qualité, saine, durable et rentable. Ils offrent des services-conseils et des appuis techniques en innovation pour améliorer la qualité, de la formation et même un fromager mobile pour dépanner en cas d’urgence. Le CEFQ est également accrédité avec le Réseau Agriconseils. Consultez le www.expertisefromagere.com. • Rapport « Portrait et analyse économique des fromageries artisanales du Québec » : vous pouvez consulter sur le site du CRAAQ une revue de littérature, un résumé, un outil de comparaison

et des budgets de références économiques. Tous les documents sont disponibles au https://www.craaq.qc.ca/ Publications-du-CRAAQ/transformationagroalimentaire/t/75. • Le Réseau Agriconseils peut soutenir votre travail avec des experts afin d’améliorer vos emballages, vos recettes, la durée de vie de vos produits, calculer leur coût de revient et plus encore. Consultez www. agriconseils.qc.ca.

Besoin de conseils?

Les conseillers et conseillères en transformation alimentaire du MAPAQ peuvent vous accompagner dans vos projets. De plus, divers organismes et programmes d’aide peuvent apporter une contribution financière pouvant faciliter leur réalisation. Pour plus d’informations, communiquez avec Carrolyn O’Grady (Ouest de la Montérégie) : 450 427-2000, poste 5134; ou avec Lynn Bourassa (Est de la Montérégie) : 450 778-6530, poste 6113.

Gestion et Technologie Agricoles - Jeudi 19 octobre 2017 - 17

Le secteur de la transformation des produits laitiers va subir d’importants changements dans les années à venir. La compétition accrue pour attirer les dollars du consommateur et la quête de ce dernier pour acheter des produits variés, sains, nutritifs, salubres et innovateurs sont des facteurs importants qui affectent le marché. Comment planifiezvous tirer votre épingle du jeu?

l’étranger. Le yogourt et les produits de lait acidifiés, quant à eux, ont connu une augmentation de consommation ces dernières années au Canada, tandis que la consommation de fromage a eu une croissance peu significative. Toutefois, il y a eu un intérêt plus marqué pour les fromages de spécialités de la part des consommateurs. Le secteur des breuvages laitiers, un marché mature, est dominé par de grandes entreprises. De ce côté, une croissance en volume vendu a été observée dans les laits de chèvre, les laits aromatisés et dans quelques boissons végétales (« lait » d’amande et de noix de cajou) sauf la boisson (« lait ») de soya.


2 au 4 novembre 2017

SUPRÊME LAITIER

VENTE SUPREME SALE 2017

Jeudi le 2 novembre 2017 l Thursday November 2, 2017 Après le jugement Ayrshire du Suprême l Following the Ayrshire Show at the Supreme Saint-Hyacinthe, QC EXEMPLES D’ANIMAUX EXCEPTIONNELS VENDUS LORS DE LA VENTE DU SUPRÊME! SOME EXCEPTIONAL ANIMALS SOLD AT THE SUPREME SALE!

DE LA PLAINE PRIME ROCKY-ET VG-89 IPVG/GLPI 2379 3-2 proj. 9,370 kg 4.5% G/F 3.5% P All-Canadian 2 ans Junior 2016 Tout-Québec 2 ans Junior 2016

OAKBURN ZORRO KATHERINE EX-92 5-10 10,310 kg 4.5% G/F 3.4% P Nominée All-Canadian 3 ans Senior 2014 Tout-Québec de réserve 3 ans Senior 2014

DES GÉNISSES PROMETTEUSES DEVENUES DES VACHES REMARQUABLES! PROMISING HEIFERS WHO BECAME MAGNIFICENT COWS!

BELLEVUE DU LAC WOODROW MISBYNA VG-85 2-6 7,743 kg 4.4% G/F 3.5% P Nominée All-Canadian & Tout-Québec génisse intermédiaire 2014 Nominée All-Canadian & Tout-Québec 1 an intermédiaire 2015

BELLEROUTE REMINGTON SUNSHINE-ET EX-90 2-9 8,627 kg 4.1% G/F 3.4% P Nominée Tout-Québec génisse senior 2014

ACHETEZ AVEC CONFIANCE! I BUY WITH CONFIDENCE!

18 - Jeudi 19 octobre 2017 - Gestion et Technologie Agricoles

INFORMATION:

Jean-François Bournival

Michel Boudreault

Yves Charpentier

Christopher Studer

819-386-4023

450-518-4127

819-314-3750

450-779-1719


2 au 4 novembre 2017

2 au 4 novembre SUPRÊME LAITIER 2017

SUPRÊME LAITIER

PRIX AMI INTERNATIONAL 2017

Agustin Celis Romero Le Suprême Laitier met à l’honneur Agustin Celis Romero de la ferme Ponderosa Holstein. Son entreprise situé au cœur des Pyrenées en Espagne est un des éléments d’un ensemble où la production et le savoir-faire se rencontre. Son objectif est, bien sûr, l’élevage de la race Holstein avec Ponderosa, mais aussi la vulgarisation, la recherche, le développement génétique et la production laitière via Blanca. « Blanca from the Pyrenees » est un ensemble d’unités. - Le Campus : Formation et Symposium; - Le laboratoire génétique; - La recherche en alimentation de la vache laitière; - La ferme, Ponderosa Holstein. M. Romero est copropriétaire de cette entreprise reconnue mondialement qui offre des formations, des programmes spécialisés pour les producteurs, les vétérinaires, les consultants et les vulgarisateurs, ainsi que des visites de groupes pour les intéressés. M. Romero a visité le Québec pour la toute première fois en 1986. Depuis, il y revient à tous les ans. Le Québec est sa deuxième famille. Il se sent comme chez-lui. À ses yeux, l’élevage du Québec est un exemple à suivre. Il s’est inspiré des éleveurs d’ici lorsqu’il a créé Ponderosa Holstein.

Ponderosa Holstein connu mondialement, c’est 250 vaches en lactation pour un total de 600 têtes. L’entreprise travaille régulièrement en copropriété avec plusieurs éleveurs Québecois et Canadiens. Copropriétaire d’une dizaine de sujets avec des généalogies exceptionnelles ayant remportés plusieurs titres dans des expositions Européenne, Canadienne et Américaine. Bravo à Agustin Celis Romero pour ce titre qui lui est remis avec beaucoup de fierté.

Gestion et Technologie Agricoles - Jeudi 19 octobre 2017 - 19


2 au 4 novembre 2017

SUPRÊME LAITIER

CIBLEZ VOTRE CLIENTÈLE AVEC INFORMATION 450 773-6028

TRAVAUX

20 - Jeudi 19 octobre 2017 - Gestion et Technologie Agricoles

T I A F R O F À


2 au 4 novembre 2017

SUPRÊME LAITIER

Présentation des juges Daniel Brochu (Suisse Brune)

Daniel Brochu de Tingwick. M. Brochu est juge officiel depuis 2016. Il a eu l’occasion de juger plusieurs expositions au Québec dont à Sorel, bassin de la Chaudière, l’expo BBQ à St-Anselme, Saint-Hyacinthe, Brome. En plus d’avoir jugé au Québec, il a aussi eu l’honneur de juger en Belgique et au Farming tour en France. M. Brochu est copropriétaire de la ferme Milibro, avec sa conjointe Isabelle Dubois. Le troupeau comprend 140 têtes, dont 70 vaches en lactation, et a reçu en 2014 un deuxième titre de maitre-éleveur. La classification du

Éric Hétu (Holstein rouge)

Éric Hétu de Warwick dans les BoisFrancs. M. Hétu est juge Holstein depuis maintenant 11 ans. Pendant sa carrière, il a eu l’occasion de juger plusieurs expositions au Québec dont Portneuf, Amqui, Saint-Hyacinthe, Saint-Pascal ainsi qu’à l’extérieur de la province au Festival Acadien de l’Île-du-PrinceEdouard. M. Hétu a avec sa conjointe Joëlle Paradis, ont trois enfants soit : Alexis, Charlie et Zachary. Dans la vie de tous les jours, M. Hétu est représentant pour le CIAQ depuis environ deux ans. Il exploite également la Ferme Kamlake Holstein avec sa conjointe Joëlle. Le troupeau Kamlake comprend 30 têtes

troupeau est de 17 EX, 41 TB et 9 BP. La moyenne en production est de 10 500 kg de lait avec une MCR de 232-251-240. Quelques animaux qui ont fait la renommée du troupeau Milibro sont : Milibro Goldwyn Roselilace EX-94 2*, qui a été réserve All-Canadian 2010-2011 et Tout-Québec 2 ans en 2011. Milibro Adolph Rosetamy, qui a été mention honorable à la Royale de Toronto en 2008, ainsi Tout-Québec et All-American de cette même année, Milibro Charles Rose T.B. 87 19*, qui a été vache coup de cœur en 2003 et dont environ 40 % du troupeau provient. dont 20 vaches en lactation. La classification du troupeau est de 4 EX et 15 TB. Parmi les animaux qui ont contribué à la popularité du troupeau Kamlake, nous retrouvons : Pamphilie Favor Macha 1ère 1 an intermédiaire à l’Expo-printemps en 2009, Extondale Brass Bake, Réserve championne jr. et championne junior à la RAWF en 2004 et 2005, respectivement. Aussi, Kamlake Goldwyn Lydia, Réserve championne jr. à Victoriaville en 2010 et nominée Tout-Québec 2010 et 2011, et Safari Kelly Goldwin, Grande championne à l’EIHQ en 2009, Lafontaine Aftershock Arie qui fut All-American, All-Canadian et Réserve champ. Jr. à la RAWF en 2011.

Rémi Bergeron (Canadienne)

Rémi Bergeron de Saint-Antoine-de-Tilly dans Lotbinière. M. Bergeron est juge depuis 13 ans dont juge officiel Holstein depuis 6 ans. Pendant sa carrière, il a eu l’occasion de juger des expositions au Québec, dont Portneuf, Cookshire, SaintHonoré et Lachute, ainsi que plusieurs jugements de jeunes ruraux tel que la Classique des Jeunes Ruraux du Québec. Il a également eu l’opportunité de juger l’École Européenne des jeunes éleveurs à Battice en Belgique. M. Bergeron a, avec sa conjointe Valérie Blanchet, 7 enfants soit Johny, Ismaël, Ely-James, Charlie, Travis, Sidney et Darryl. Dans la vie de tous les jours, M. Bergeron exploite la ferme Kyvie Holstein avec sa conjointe Valérie. Le troupeau comprend 90 têtes, dont 40 vaches en lactation. La classification du troupeau est de 2 EX, 23 TB et 20 BP. La moyenne en production se situe autour de 11 200 kg de lait.

Gestion et Technologie Agricoles - Jeudi 19 octobre 2017 - 21


SUPRÊME LAITIER SUPRÊME LAITIER 2 au 4 novembre22017 au 4 novembre 2017 Pat Conroy (Holstein)

Pat Conroy est un commerçant de bétail autonome. Sa carrière l’emmène partout à travers l’Amérique du Nord et à l’étranger. Suite à ses voyages, dans plus de 17 pays différents, il a acquis de nombreux animaux, seuls et en partenariat, dont plusieurs gagnantes à la World Dairy Expo et de Royal Agricultural Winter Fair, et ce dans différentes classes aux expositions régionales, nationales et internationales. Pour son succès, M. Conroy a été reconnu comme lauréat du prix Al Hay en 2012. Il a détenu 23 sujets qui se sont distingués comme championne, championne de réserve et mention hono-

Joël Lepage (Ayrshire)

22 - Jeudi 19 octobre 2017 - Gestion et Technologie Agricoles

Joël Lepage est reconnu sur la scène internationale comme préparateur d’animaux et plus récemment comme juge officiel. Malgré son jeune âge, il a eu l’occasion de juger pour la race Holstein dans plusieurs expositions, dont des jugements régionaux au Québec, la RAWF, la Nuit de la Holstein en Belgique, le Westerner Championship Dairy Showcase en Alberta, l’Ontario Spring Discovery, ainsi qu’un jugement en Argentine. M. Lepage réside avec sa conjointe Mireille Lavoie et leurs deux enfants, Rosalie et Philippe, à Amqui dans la Vallée de La Matapédia. Ils exploitent l’élevage JM Valley Holstein. Étant une relève non apparentée, les objectifs de l’entreprise sont axés sur la productivité, mais surtout sur la rentabilité de tous les secteurs qu’ils exploitent. Ils ont reçu en

rable à la World Dairy Expo de Madisson et de Royal Agricultural Winter Fair à Toronto. Actuellement, il détient environ 50 têtes de bétail aux États-Unis, au Canada et en Europe. Au cours de sa carrière, M. Conroy s’est retrouvé au centre de l’arène en tant que juge dans de nombreuses expositions, notamment en 2016, à la Swiss Expo Holstein Show et auEuropean National Show en Italie, à l’International Holstein Show à Madisson et en 2015 à l’International Red & White et Junior Holstein Shows à la World Dairy Expo. M. Conroy et son épouse Jeannie et leurs enfants Kaiden et Zailey résident à Angola, en Indiana. 2013 une reconnaissance de Desjardins Entreprises dans la catégorie jeunes entrepreneurs, reconnaissant leur excellent départ en affaire. Le troupeau compte 120 têtes, dont 60 vaches en lactation. Ces dernières, dont 1 EX, 35 TB et15 BP, affichent une production moyenne de 11 800 kg de lait à 4,1 % G et 3,4 % P. Certains animaux acquis en copropriété ont fait la renommée du troupeau dont Comestar Larion Goldwyn, TB-89 2 ans, ToutQuébec, génisse senior 2013, All-Canadian et All-American, génisse senior en 2013 et 1 an senior en 2014. Idee Windbrook Lynzi, TB-88 2 ans, Tout-Québec et Mention Honorable All-Canadian et AllAmerican de réserve, 1 an junior en 2015 et All-Canadian de réserve, 2 ans junior en 2016. Loyalyn Duplex Vanessa, TB-89 3 ans, Mention Honorable Tout-Québec.

Callum McKinven (Jersey)

Callum McKinven de North Hatley en Estrie. M. McKinven est juge officiel Holstein et races colorées depuis de nombreuses années. Pendant sa carrière, il a eu l’occasion de juger plusieurs expositions dont la Royale de Toronto dans la race Jersey, Holstein, Suisse Brune et Ayrshire. Il a jugé les Milking Shorthon, les Holstein, les Jersey et les Holstein Rouge à la World Dairy Expo de Madison. M. McKinven a jugé dans 31 différents pays. M. McKinven a, avec sa conjointe Kathy Beerwort, trois filles soit Tara, Brooke et Alana. M. McKinven exploite la ferme Lookout Holstein et Jersey avec son épouse Kathy. Le troupeau Lookout comprend 118 têtes, dont 35 vaches en lactation. La classification du troupeau est de 14 EX, 21 TB. La moyenne en production se situe autour de 10 000 kg de lait. Lookout Holstein et Jersey était l’hôte du Pique-Nique Holstein Québec en 2010. Parmi les animaux qui ont contribué à la popularité du troupeau Lookout, nous retrouvons Lookout Elmbridge lady rouge TB 89 3 ans.


SUPRÊME LAITIER

2 au 4 novembre 2017

Gestion et Technologie Agricoles - Jeudi 19 octobre 2017 - 23


24 - Jeudi 19 octobre 2017 - Gestion et Technologie Agricoles

2 au 4 novembre 2017 SUPRÊME LAITIER

Profile for DBC Communications

GTA  

Le Courrier de Saint-Hyacinthe Édition du 19 octobre 2017

GTA  

Le Courrier de Saint-Hyacinthe Édition du 19 octobre 2017

Advertisement