Page 1

www.ville-manosque.fr

# 81

Oct - Déc 2017

Dossier spécial Cinéma à la Villette !

Travaux : Le Terreau

« Viens voir mon taf »

Manager de commerces

Visite ministérielle


sommaire actualités • • • •

p. 4 à 7

La sécurité publique Le stationnement Le CCAS Le Terreau

dossier

p. 8 à 9

Le cinéma à la Villette actu Mon Agglo DLVA

p. 10

• Viens voir mon taf • Éco-Campus Provence

économie • Manager de commerces • Franchises cherchent projet !

p. 11

culture

p. 12

p. 13

• Karim GUERFI, champion • Visite de Laura FLESSEL • Rugby, DLV XV

expression libre

p. 14

les archives racontent… il était une fois Manosque

p. 15

Manosque en images

p. 16

2

couleurs Manosque #81

Mairie de Manosque Place de l’Hôtel de Ville 04100 Manosque Tel : 04 92 70 34 00 Fax : 04 92 70 34 99 www.ville-manosque.fr

Accueil Central

ouvert : de 8 h 30 à 18 heures du lundi au vendredi

Le service des formalités administratives

(rue Jean-Jacques Rousseau) est ouvert : du lundi au jeudi : de 8 h 30 à 12 heures et de 13  h  30 à 17 heures et le vendredi : journée continue de 8 h 30 à 17 heures Passeports et Cartes d’Identité sur rendez-vous. Contact : etat-civil@ville-manosque.fr

numéros utiles

• Saison théâtrale • Concert de Noël • Journées Européennes du Patrimoine 2017

sports

infos utiles

Police : 17 ou 04 92 72 17 00 Police municipale : 04 92 70 34 10 Hôpital : 04 92 73 42 00 Couleurs Manosque La Poste assure la distribution de ce magazine. Chaque foyer manosquin doit en principe l’avoir dans sa boîte aux lettres. Merci de bien vouloir nous avertir si vous ne le receviez pas communication@ville-manosque.fr Magazine de la Ville de Manosque DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Bernard Jeanmet-Péralta CONCEPTION/COORDINATION : service communication RÉDACTION : SI2C PHOTOS : Laurent Gayte/SI2C/Fotolia MISE EN PAGE : service communication IMPRESSION : imprimerie Trulli Ce numéro a été imprimé à 13 500 exemplaires. Dépot légal 4e trimestre 2017.


édito Si l’expérience devait apporter certains privilèges, je placerais sans doute en tête la mémoire ; notamment celle liée à notre ville et notre territoire. Mémoire de certains clichés qui, ont pris la forme d’images d’Épinal. J’ai moi-même maintes fois répété que Manosque avait tout d’une grande ! Aujourd’hui, j’ai tendance à être encore plus affirmatif. Manosque est une grande ! Infrastructures, activités, économie, offre culturelle, vie associative… Il suffit de regarder autour de soi pour prendre conscience du chemin parcouru. À l’image d’un cinéma qui, malgré les délais, voit enfin le jour dans le cœur de ville. D’un festival littéraire à la renommée internationale. D’une place prête à redevenir un lieu de vie. D’une activité économique synonyme d’attractivité démographique… La requalification de notre centre historique, et les grands travaux qui l’accompagnent, sont autant de briques dans la construction d’un territoire digne d’un grand centre urbain. Et je suis donc heureux de partager avec vous la fierté collective liée à ces progrès, détaillés au fil des pages de ce bulletin municipal. Je profite également de cet éditorial pour vous souhaiter, avec un peu d’avance, d’excellentes fêtes de fin d’année, aux côtés de toutes celles et ceux qui vous sont chers.

Le Maire, Bernard JEANMET-PERALTA

couleurs Manosque # 81

3


actualités - sécurité publique Dépénalisation et PV électroniques : ce qui va changer dans nos rues Régulièrement évoquée depuis 2003, la dépénalisation des amendes de stationnement payant a été adoptée en janvier 2014, dans le cadre de la loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la République), doit entrer en application le 1er janvier 2018. L’objectif est de supprimer l’amende pénale pour non-paiement du stationnement payant sur la voirie et de la remplacer par une redevance d’occupation du domaine public. Aujourd’hui une amende d’un montant uniforme de 17 euros s’applique sur l’ensemble du territoire. Concrètement, les maires ou présidents d’intercommunalités auront la possibilité de déterminer le montant de cette redevance. À Manosque, cette mesure s’inscrira dans la continuité du procès-verbal électronique, d’ores et déjà en service. La Ville a en effet décidé d’adopter cet outil qui permet d’envoyer directement le PV au Centre National de Traitement des infractions routières, à Rennes. « Nous avons fait le choix d’informer les contrevenants en cas de stationnement non payé, ou de dépassement du temps de stationnement, avec un papillon placé au niveau du pare-brise », détaille Bernard DIGUET, Premier adjoint délégué à la police, la sécurité, la commission de sécurité et au domaine public. « En revanche, en cas de stationnement gênant et/ ou interdit, la verbalisation n’est pas notifiée ». Le montant du futur « FPS » (Forfait Post-Stationnement) a été fixé à 25 euros par les élus manosquins, lors du conseil municipal du 16 novembre 2017.

Caméras - piétons : tout le monde est gagnant ! Depuis la fin de mois de juillet, les policiers municipaux sont équipés de caméras-piétons. Ce nouvel équipement, porté par les agents en patrouille, ne filme pas en permanence : il est mis en route uniquement dans les cas où la relation à autrui devient conflictuelle. « L’objectif est d’apaiser la relation entre le policier municipal et le citoyen », détaille Bernard DIGUET, 1er adjoint délégué à la police, la sécurité, la commission de sécurité et au domaine public « L’intérêt, c’est qu’il apporte des preuves de dérapages éventuels, des deux côtés ». Dans cette optique, leur mise en route est toujours

annoncée par l’agent municipal. Tous les policiers de la Ville sont désormais équipés. Ces données sont systématiquement consignées via une plate-forme sécurisée. « Depuis la mise en route de ce dispositif, aucune carte n’a été consignée », confie le 1er adjoint. « On constate en effet, quasiment, à chaque fois, que l’échange s’apaise immédiatement après la mise en route de la caméra ». Dernier exemple en date avec une personne qui devait sans doute penser que le domaine public lui servirait de parking personnel. Fortement agacée par l’intervention des policiers, elle a finalement décidé de déplacer son véhicule dès que le petit voyant rouge s’est allumé !

Débat sur l’armement de la Police municipale Le débat sur l’armement des agents ne devrait pas tarder à s’ouvrir. « Nous nous orientons actuellement vers un équipement en tasers », détaille Bernard DIGUET. « Le taser n’est pas une arme létale mais il permet d’immobiliser une personne pendant quelques secondes, le temps de passer des menottes par exemple ».

4

couleurs Manosque #81


actualités Le prix du stationnement évolue à compter du 1er janvier A compter du 1er janvier, et conformément aux décisions prises lors du conseil municipal du 16 novembre, les tarifs du stationnement vont évoluer. Ces aménagements sont liés à la mise en œuvre du FPS, le Forfait Post-Stationnement (lire en page 4), mais également aux difficultés d’accéder au centre-ville de Manosque en raison des travaux de La Villette et du Terreau. La grille tarifaire du stationnement horodaté va également être modifiée afin que le prix d’une journée complète de stationnement soit équivalent au montant du FPS, (à savoir 25 euros). La première heure de stationnement sera désormais gratuite sur l’ensemble des places horodatées de la ville. Cette gratuité passera même de 1 heure à 3 heures au parking de La Villette !

Parking du Centre (La Poste)

Toujours dans la même optique, les tarifs des abonnements vont également baisser : • l’abonnement « journée » passera de 380,07 à 300 euros pour une formule annuelle (et de 38,04 à 25 euros pour la formule mensuelle) dans les parkings de La Villette et du Centre-Ville. • l’abonnement « 24 heures/24 » passera de 665,39 à 400 euros pour une formule annuelle (et de 66,61 à 35 euros pour la formule mensuelle) : il concerne les parkings de La Villette, du Centre-Ville et du Caragou, situé rue d’Aubette (14 places accessibles uniquement aux abonnés).

Parking de la Villette

Contact : gdp@ville-manosque.fr

Cérémonie des vœux du Maire

Lundi 8 janvier 2018, à 18 heures au Théâtre Jean-le-Bleu

couleurs Manosque # 81

5


actualités - CCAS le Centre Communal d’Action Sociale Plan grand froid populations les plus vulnérables vis-à-vis du froid. Cela concerne les enfants, les personnes âgées isolées et/ou handicapées. Les personnes ne pouvant se protéger du froid (sans domicile ou demeurant dans des logements mal isolés sont également concernées).

Même si les températures tardent à chuter, les niveaux climatiques sont propices à engager les actions liées au plan « grand froid ». Le Centre communal d’action sociale (CCAS) rappelle donc les recommandations du Ministère de la santé puisque « le grand froid, comme la canicule, constitue un danger pour la santé de tous ». En l’occurrence, il s’agit d’un épisode de temps froid caractérisé par sa persistance, son intensité et son étendue géographique et qui dure au moins deux jours. Les températures atteignent des valeurs nettement inférieures aux normales saisonnières de la région concernée.

« Notre rôle, via la structure du Centre Communal d’Action Sociale, est de coordonner l’ensemble des acteurs de terrain », détaille Simone JAYNEBROCHERY, adjointe déléguée aux affaires sociales, et Vice-présidente du CCAS. « Si l’on devait atteindre le niveau 3, niveau de vigilance le plus élevé (déclenché par le Préfet), la Ville et le CCAS seraient alors en mesure d’organiser les interventions afin, notamment, d’ouvrir des lieux d’accueil ». Même si un tel seuil n’a jamais été atteint dans les Alpes-de-Haute-Provence, les amplitudes thermiques actuelles incitent chacun à la plus grande vigilance. La priorité est de protéger les

Les premières consignes sont d’éviter de se déplacer, de limiter les efforts physiques et les activités extérieures, de se couvrir suffisamment, de ne pas consommer d’alcool (qui ne réchauffe pas et fait disparaître les signaux d’alerte liés au froid), de ne pas faire fonctionner les chauffages d’appoint en continu et aérer régulièrement pour éviter les intoxications au monoxyde de carbone. À l’échelle locale, ne surtout pas hésiter à s’inscrire sur le registre du CCAS. « Notre objectif, dans la continuité du plan canicule, est de pouvoir identifier les personnes, potentiellement vulnérables, âgées et/ou handicapées, afin de mettre en place un suivi personnalisé », rappelle Carine COLSON, Directrice du CCAS. Envoi de recommandations, contacts téléphoniques ou visites à domicile, chacun peut alors bénéficier des services d’accompagnement du CCAS. À noter que l’enregistrement peut être effectué par la personne elle-même ou par un tiers, membre ou non de la famille. Dans ce cas, afin de respecter les droits et libertés de chacun, le CCAS envoie systématiquement un accusé réception à la personne afin d’obtenir son accord. Ce registre est confidentiel et ne peut être communiqué qu’au préfet ou au maire.

Contact : CCAS - 16 boulevard Casimir PELLOUTIER Tél : 04 92 74 47 40

Le spectacle annuel du CCAS Ils étaient nombreux, le mardi 17 octobre, à profiter du traditionnel spectacle offert par le CCAS aux retraités manosquins. Cette année, c’est la Compagnie Équinoxe qui a assuré l’ambiance, sur la scène du Théâtre Jean-le-Bleu, avec une succession de danses et de chants sur le thème du cinéma.

6

couleurs Manosque #81


actualités - Travaux du Terreau Le Terreau nouveau est annoncé ! Transformer un parking en place, sans pénaliser les automobilistes : le défi a été au cœur de la phase de préparation des travaux du Terreau. Commerçants, habitants, CIQ… depuis plus d’un an, chacun a pu émettre des propositions afin que ce symbole du centre historique retrouve son rôle de cœur de ville. De nombreux agents municipaux sont également allés à la rencontre des usagers afin que personne ne soit pris au dépourvu. Dans les prochaines semaines, les travaux vont donc pouvoir débuter avec, pendant une période de trois mois, la création de tous les réseaux sous-terrains attenants. « Concrètement, cela signifie que cette première phase n’impactera qu’une partie de la zone de stationnement actuelle », détaille Bruno MARTIN, adjoint délégué aux travaux. « Ce n’est que dans un second temps que l’accès au Terreau sera totalement interdit, pour une période qui n’excédera pas trois mois ». La circulation constitue en effet un point essentiel du projet avec, en filigrane, la volonté de ne pénaliser personne. « Tous les agents de la Ville seront vigilants à maintenir la circulation piétonne pour faciliter l’accès à tous les commerces et, plus globalement, la vie économique ». Cela signifie que des autorisations exceptionnelles de livraison sur la place de l’Hôtel de Ville seront délivrées pendant la période des travaux. « Même si l’inquiétude des commerçants est légitime, nos agents sont rompus à l’exercice et l’expérience montre que cela se passe plutôt bien ».

Images Bureau d’études - Ville de Manosque

Dans le courant de l’été 2018, le Terreau pourra à nouveau accueillir des véhicules. Ainsi, outre les 140 places de stationnement, le lieu bénéficiera d’un espace périphérique banalisé et intégralement nivelé. Autrement dit, on ne fera plus le tour de la place en voiture : si l’on y accède avec un véhicule, c’est uniquement pour stationner. En revanche, si l’on s’y rend à pied, c’est sans aucun doute pour profiter de l’espace piéton. Un lieu de vie qui, outre l’espace de stationnement, ne perdra pas ses fonctionnalités actuelles : marché hebdomadaire et fête annuelle de la Saint-Pancrace. Pas de changement d’appellation non plus ; en dehors du mot « parking », appelé à disparaître au profit de « place ». Tel un véritable terreau… Creuset d’échanges, économiques et sociaux, au sein du centre historique.

Le stationnement de nuit  L’astuce est historiquement connue des Manosquins et traditionnellement tolérée par la municipalité… Parce que l’actuelle barrière du parking du Terreau reste ouverte toutes les nuits et permet donc de ressortir gratuitement, quelle que soit l’heure d’entrée. Bientôt, ce ne sera plus le cas. La future barrière ne s’ouvrira (de jour comme de nuit) qu’après règlement du temps de stationnement et lecture de la plaque d’immatriculation du véhicule ! L’objectif n’est pas d’augmenter les revenus liés au stationnement mais de faire en sorte que le lieu reste vivant avec, donc, une réelle rotation des véhicules. Dans cette optique, des tarifs nocturnes devraient rapidement voir le jour !

Le marché du samedi Pendant les travaux du Terreau, le marché hebdomadaire se déplacera au niveau de la place du Docteur Joubert et de la Promenade Aubert-Millot. L’alimentation sera prioritairement positionnée sur ces deux secteurs avec, en fonction des places restantes, un complément de stands nonalimentaires sur Aubert-Millot. Quelques forains pourront également s’installer à proximité de l’église Saint-Sauveur : l’objectif est de conserver une continuité avec le centre historique, en direction des places de l’Hôtel de Ville et Marcel Pagnol. couleurs Manosque # 81

7


dossier spécial- cinéma à la Villette ! La Villette a mis le Cap sur son futur cinéma

Le projet de multiplexe est au cœur de la revitalisation du centre historique. Une réalisation particulièrement séduisante, qui ouvrira ses portes dans un an. Personne n’ignore que le projet a pris du retard. Au point, parfois, de douter qu’il finisse par voir le jour… D’abord porté par Cinémovida, il aurait pu rester dans un carton au moment du rachat de la société. Mais c’était sans compter sur la volonté des élus manosquins et, des repreneurs. Le futur multiplexe portera en effet les couleurs de Cap Cinéma, devenu 4e exploitant cinématographique national grâce à ce rachat. Aujourd’hui, il suffit donc de jeter un coup d’œil du côté de la Villette pour s’apercevoir que les engins sont bel et bien entrés en action. Les travaux du « nouveau cinéma » ont démarré et son ouverture devrait avoir lieu dans un an !

nous utiliserons « l’ocre Van Gogh », qui se rapproche le plus de la couleur des tuiles des toits manosquins ». On retrouve ce parti pris dans les moindres détails du bâtiment en forme de parallélépipède et dont les pompes à chaleur seront placées sous une pergola afin de cacher la partie technique. « Sinon, elle aurait été visible depuis le Mont d’Or », argumente l’architecte qui, en revanche, souhaite offrir une vue imprenable sur la célèbre colline manosquine. Deux grandes baies vitrées parcoureront l’axe du cinéma, qui servira également de hall, avec, une vue traversante sur le centre-ville et le Mont d’Or. À l’étage, une autre baie vitrée, de près de 50 m2, éclairera naturellement la partie administrative du bâtiment.

Enfin, bien sûr, qui dit cinéma, dit projections de films… Huit salles Travaux actuels Le moins que l’on puisse dire c’est que la patience seront aménagées : des Manosquins sera récompensée avec un c’est deux fois plus ouvrage qui ne manque ni d’intérêt ni d’atout. que dans l’actuel L’aspect patrimonial du bâtiment a rapidement Lido ! Les 1 200 abouti à une collaboration avec les Architectes places permettront des Bâtiments de France : « l’objectif était de de satisfaire la travailler sur les couleurs présentes au niveau demande, avec une des maisons manosquines afin que le cinéma fréquentation estimée à plus de 250 000 s’intègre parfaitement dans le tissu urbain Projet du cinéma personnes. Il faut dire actuel », détaille Sixtine DE POIX, l’architecte du projet, qui a beaucoup tenu compte de la future que le futur multiplexe vue sur le quartier de La Villette, notamment depuis le (équipé en technologie 3D) ne se contentera pas de Mont d’Or. projections classiques… « En plus des films que nous allons programmer, nous proposerons à nos clients, « Nous avons choisi de travailler l’ocre, que l’on tout au long de l’année, des opéras en direct de NewYork, ou des ballets en direct de Moscou, par exemple », retrouve dans l’ensemble de la ville. Les futures façades répondront à ce constat d’unicité des couleurs grâce à détaille William HOURANTIER, le directeur du cinéma l’utilisation d’un matériau noble - le béton - revêtu d’une manosquin, avant d’annoncer une nouveauté : « la lasure afin d’obtenir la teinte exacte. Aucun élément ne diffusion de pièces de théâtre en direct de la Comédie sera rajouté en façade afin de valoriser l’utilisation du Française ! ». béton. Toutes les menuiseries recevront d’ailleurs une peinture couleur rouille. Enfin, pour l’étanchéité du toit,

8

couleurs Manosque #80


dossier spécial - cinéma à la Villette 3 questions à Bernard JEANMET-PÉRALTA, Maire de Manosque

« Une pièce maîtresse de la requalification du centre historique » Comment va-t-il participer à la redynamisation du centre ?

Cela passe par un rééquilibrage des flux (culturels, économiques et touristiques) grâce aux travaux que nous effectuons pour créer une liaison piétonne naturelle entre ce secteur et la porte Soubeyran. Le cinéma va s’adosser au parking de La Villette qui trouvera ainsi toute sa légitimité. Le décalage entre la réalisation de ces deux infrastructures majeures a amené certains à s’interroger sur l’intérêt d’un tel parking… Ces doutes seront rapidement effacés une fois le multiplexe ouvert.

Les travaux du futur cinéma manosquin ont enfin démarré : qu’est-ce que cela représente ?

Il y a tout d’abord de la satisfaction, liée à l’une des pièces maîtresses de la requalification de notre centre historique ; au même titre que les travaux du Terreau. Je dis souvent que Manosque a tout d’une grande : avec bientôt un cinéma moderne, et une programmation de qualité. Nous ajoutons donc une corde à notre arc. Nous l’attendons depuis longtemps et nous sommes donc fiers de voir ce projet sortir de terre.

En chiffres…

• 8 salles • 1 200 places assises • 400 m2 de hall

En quoi ce projet s’inscrit-il dans une démarche plus large, à l’échelle de la communauté d’agglomération DLVA ?

Ce multiplexe constitue un élément d’attractivité majeur pour tous les habitants du territoire, et certainement au-delà… Car même si nous connaissons aujourd’hui un développement économique positif, il ne sera pérenne qu’avec des pôles culturels de qualité, à l’image du Conservatoire ou du Festival Musiks à Manosque.

• 3 200  m2 de surface totale • 10 salariés • 400 places de parking (La Villette)

Une liaison naturelle vers le centre Les travaux d’amélioration de la liaison piétonne entre La Villette et la porte Soubeyran vont cohabiter avec le chantier de construction du cinéma. Aménagement de la sortie du parking, reprises de la rue Rossini et du boulevard des Tilleuls… L’objectif est de donner un aspect beaucoup plus qualitatif à la voirie avec un cheminement intuitif, répondant à toutes les normes d’accessibilité : les bordures seront supprimées et les traversées piétonnes réaménagées. Afin de canaliser la circulation des voitures, des plateaux traversants et des ralentisseurs seront également installés. D’ici la fin de l’année, les travaux concerneront d’abord le tour de ville et le boulevard des Tilleuls. L’objectif est que tout soit terminé en même temps (voiries et cinéma) à l’automne 2018.

Soubeyran - Villette couleurs Manosque # 80

9


actu Mon Agglo : DLVA Tu es en classe de 3e ? Alors « viens voir mon taf » ! Les collégiens le savent bien : la classe de troisième rime avec stage obligatoire ! La conséquence c’est que chaque élève devient bel et bien stagiaire durant quelques jours. En revanche, tous les stages ne se valent pas ; leur intérêt variant le plus souvent en fonction des connaissances professionnelles des proches de l’élève et de sa famille. Pour lutter contre cette inégalité, les services « Développement économique » et « Politique de la ville » de la Communauté d’Agglomération DLVA ont donc décidé de mettre en place le dispositif « Viens voir mon taf » à Manosque. Les deux secteurs concernés (centre-ville/Saint-Lazare et l’arc Serrets/Plantiers, Aliziers) regroupent 24 % de la population manosquine et se caractérisent par un taux de jeunesse plus élevé que la moyenne communale, une part importante de la population sans diplôme ou peu diplômé (entre 70 % et 80 %) et, enfin, un taux de chômage des jeunes particulièrement élevé (jusqu’à 55 % dans certains quartiers). L’objectif est donc de proposer des stages de qualité à des élèves issus des quartiers prioritaires. En découvrant des métiers et des pratiques auxquels il n’avaient pas accès jusque-là, certains jeunes pourront sans doute découvrir de nouvelles voies pour leur avenir professionnel. Suderiane, Flodim, Proman, Technic Aviation… la liste n’est évidemment pas exhaustive mais démontre que certains fleurons de l’économie locale ont spontanément accepté de jouer le jeu et, donc, de « montrer leur taf » ! Pour bénéficier de cette opération, il suffit de se rendre sur la plateforme web www.viensvoirmontaf.fr

Première rentrée à l’Eco-Campus Provence Un bâtiment de 4000 m2 flambant neuf (construit par DLVA). Une situation privilégiée au sein d’un campus en plein développement. Et, surtout, des formations à la fois qualitatives et innovantes qui ont ouvert leurs portes en septembre dernier. Placées sous la responsabilité de la CCIT 04, elles sont centrées sur le développement durable, les énergies nouvelles et la performance énergétique des bâtiments. Un volet dédié à la construction, l’entretien et le démantèlement des centrales de production est également inclus. Et un partenariat a été conclu avec le SICTIAM (Syndicat Intercommunal des Collectivités Territoriales Informatisées Alpes Méditerranée) afin de mettre en place un parcours de formation sur la fibre optique. Enfin, l’Eco-Campus Provence accueille les formations historiques du CFA de la CCIT 04 : tourisme, banque, commerce, hôtellerie restauration, procédés de la chimie de l’eau et des papiers cartons. Véritable fleuron territorial de la formation, le bâtiment de l’Eco-Campus est la première construction à obtenir le « label or, bâtiment durable méditerranéen ». Une résidence de 40 logements va être prochainement construite à proximité immédiate du centre de formation : elle viendra renforcer le concept de campus avec, notamment, plusieurs équipements sportifs. 500 apprenants en alternance pourront ainsi être formés et accueillis, dans d’excellentes conditions, à l’horizon 2020-2022.

10couleurs Manosque #81


économie « Manager de commerces » : un poste dédié au développement et à l’attractivité Il a fallu attendre plus de 5 ans pour que la Ville de Manosque et la communauté d’agglomération DLVA accèdent au Fonds d’Intervention pour les Services, l’Artisanat et le Commerce (FISAC). En revanche, 24 mois ont suffi pour mener à bien l’opération, dont un des objectifs était d’aider les commerçants et artisans à se moderniser. En effet, une enveloppe globale de 168 000 euros leur était spécialement dédiée pour financer (à hauteur de 35 % et plafonné à 30 000 euros par projet) pour la rénovation, la création, l’embellissement, la mise aux normes accessibilité, l’informatisation… Aujourd’hui, on ne peut que constater un bilan très positif puisque l’enveloppe FISAC est entièrement consommé avant même la fin de l’opération (décembre 2017). Un véritable défi rendu possible grâce au recrutement d’une personne dédiée. Christiane DE PALMA, jusque-là salariée de l’Office de Tourisme, a rejoint le service développement économique de DLVA en février 2015.

En revanche, de nombreuses actions doivent encore être menées, en coordination avec l’ensemble des acteurs du centre historique. Et c’est précisément dans cette optique que DLVA a décidé de créer un poste de « manager de commerces », logiquement confié à Christiane DE PALMA. « L’objectif est de mobiliser tous les acteurs locaux, afin qu’ils puissent travailler ensemble au développement et à l’attractivité », détaille celle qui va désormais jouer un rôle d’interface entre les commerçants, les élus et l’ensemble des services concernés par le centre (politique de la ville, urbanisme, culture, aménagement du territoire, mobilité, gestion du domaine public, services techniques…). « Ce poste s’inscrit dans la continuité de la politique que nous menons sur le centre historique manosquin et notamment dans le cadre de la stratégie de développement, de différenciation, et de conquête de centre-ville, mise en place actuellement à l’échelle manosquine, et qui est appelée à se déployer à l’échelle de la Communauté d’Agglomération. », explique Valérie PEISSON, adjointe déléguée au tourisme et au commerce. « Il est désormais essentiel d’avoir une personne référente en matière d’actions commerciales : elle travaillera donc en lien direct avec les enseignes mais également avec l’association des commerçants ».

Franchises recherchent porteurs de projets La dynamisation du centre historique de Manosque passe notamment par son activité commerciale et, donc, par son attractivité. C’est ce qu’a pu constater, encore très récemment, Valérie PEISSON, à l’occasion du salon Top Franchise Méditerranée. « La participation à ce type d’événement nous permet de promouvoir le cœur de ville », explique l’élue, adjointe déléguée au tourisme et au commerce. « C’est de bon augure dans le cadre de la stratégie de développement commerciale sur laquelle nous travaillons actuellement. C’est un dossier que nous prenons très au sérieux et pour lequel des moyens spécifiques ont été alloués ». Reste donc à convaincre d’éventuels porteurs de projets de prendre le relais des marques qui, elles, sont d’ores et déjà séduites par le cœur de ville ; d’autant que certaines enseignes ne demandent aucun droit d’entrée. Quant aux superficies

nécessaires au développement de tels projets - à partir de 30 m2 - elles correspondent également aux disponibilités locales. À noter enfin que, dans le cadre d’un travail en partenariat avec la CCIT 04, un déplacement à Saint-Lô, dans la Manche, a également été organisé. L’occasion de partager les méthodes appliquées, avec succès, dans le centre-ville d’une commune de taille comparable. Si vous souhaitez ouvrir un commerce à Manosque, sachez que la solution du « magasin franchisé » offre actuellement de nombreuses opportunités ! Le service développement économique de DLVA peut vous mettre en contact avec les enseignes intéressées. Renseignements au 04 92 70 34 74. La liste des enseignes rencontrées est disponible sur le site economie.dlva.fr, rubrique « en direct du territoire ». couleurs Manosque # 81

11


culture Décembre et janvier sur la scène de Jean-le-Bleu Soufflez, l’année va se terminer… L’occasion de retrouver un rythme normal et, surtout, de se détendre. L’occasion également de profiter des spectacles au programme de la saison culturelle en décembre et janvier. À commencer par un concerto pour deux clowns qui sont tout, sauf tristes. Entre mime, acrobaties et musique, ce duo explore l’art du clown à la recherche d’un langage universel qui se nourrit de VIVALDI, STRAUSS ET BACH. Entre humour et émotion, l’émerveillement est toujours au rendez-vous. Les coquettes elles, seront trois sur scène pour un spectacle étonnant, détonnant et … énergisant. Fin janvier, c’est le collectif de jongleurs (devenu école de cirque et compagnie basée à Oraison) qui soufflera un air de détente sur les planches manosquines. L’histoire d’un bivouac au camping Belle Étoile pour deux randonneurs qui nous invitent dans un univers accro-bancal, sans parole et sans duvet ! C’est à la fois acrobatique et chaleureux. • Concerto pour deux clowns (musique et mime), vendredi 15 décembre à 20 h 30 • Les coquettes (humour musical), vendredi 12 janvier à 20 h 30 • Debout là-dedans ! (arts du cirque), mercredi 24 janvier à 18 heures Programme complet de la saison culturelle DLVA, et billetterie en ligne sur www.culturedlva.fr Renseignements au 04 92 70 35 21.

Les chants de Noël à l’honneur Cor D-Lus signifie Cœur de Lumière. Un cœur qui cache également un chœur, composé de quatre musiciens du Pays d’Aix, reprenant a capella et en langue d’Oc, les chants de Noël. Ces airs populaires, directement issus de la tradition provençale, seront donc à l’honneur, le 22 décembre en l’Église Notre-Dame de Romigier. Avec, au programme, un petit supplément d’âme : « Nous travaillons à partir de ces chants pour leur donner une nouvelle actualité : nos créations sont des musiques d’aujourd’hui sur des textes actualisés… », détaille le Cœur de Lumière qui, compte-tenu de la capacité d’accueil de l’Église, devrait très rapidement faire le plein. Réservations indispensables… Vendredi 22 décembre 2017, à 20 h 30, Église Notre-Dame de Romigier

Journées Européennes du Patrimoine 2017 L’omniprésence de certains symboles de notre patrimoine local a tendance à jouer en leur défaveur. Mais c’est sans compter sur les Journées Européennes du Patrimoine ! L’événement permet de (re) découvrir une chapelle ou une église, de parcourir les pages de manuscrits séculaires ou de décrypter les fresques d’une Fondation… Autant de lieux, et de rencontres, que les Manosquins ont pris plaisir à (re) vivre le temps d’un week-end.

12 couleurs Manosque #81

La Fondation Carzou


sports Karim GUERFI, ou l’itinéraire d’un boxeur doué Il sortait tout juste de l’enfance. Il s’entraînait dans le sillage de son oncle. Mais, déjà, il s’imposait. C’était au tout début des années 2000, sur un ring exceptionnellement installé au gymnase des Varzelles : l’un de ses tout premiers combats, devant les siens. À Manosque. Moins de vingt ans plus tard, le gamin surdoué a laissé place à un champion couronné et à un papa comblé. L’adolescent a su laisser parler le Guépard qui sommeillait en lui. Et quelques semaines après avoir brillamment défendu son titre européen des poids coqs, Karim est toujours là, près des siens. Quinze mois après son premier sacre, à Liverpool, le Guépard a en effet su remettre les pendules à zéro. La première défense de son titre des poids coqs, initialement prévue à Manosque, s’est finalement déroulée à

Montpellier, en octobre, face au challenger officiel, Stéphane Jamoye. Surclassé, le Belge a dû jeter l’éponge dans la huitième reprise ; sans doute afin d’éviter le KO. « Je me suis rassuré. Et j’ai confirmé que j’étais le meilleur ». Karim n’en rajoute pas. Il a compris depuis longtemps que les discours ne font pas les champions. Alors il continue à s’entraîner, conscient que l’heure de gloire n’a jamais été aussi proche. À l’image d’une année 2018 décisive. « Je vais sans doute devoir défendre le titre européen une nouvelle fois, en début d’année. Et si je réussis… je pourrai enchaîner avec un combat pour une ceinture mondiale ». À 30 ans, il affiche une volonté farouche de représenter sa ville : « J’ai grandi ici et je suis fier d’être Manosquin ! » « Le parcours de Karim est un véritable exemple pour notre jeunesse », commente d’ailleurs Dominique ALUNNO, adjointe déléguée à la jeunesse et au sport. Car, comme tout le monde à Manosque, elle sait que la réussite du Guépard va bien au-delà de ses succès sportifs.

Une visite ministérielle… et olympique ! Tout le monde connaissait déjà la championne olympique Laura FLESSEL et son épée, cinq fois médaillées. Désormais, dans les Alpes-de-Haute-Provence, et plus particulièrement à Manosque, on connaît un peu mieux la Ministre des sports. Après un baptême de planeur au centre de vol à voile de Château-Arnoux Saint-Auban, Laura FLESSEL s’est rendue au Parc de La Rochette afin d’aller à la rencontre des rugbymen du club Durance Luberon Verdon XV (lire ci-dessous), aux côtés de Bernard JEANMET-PERALTA. Devant un parterre de personnalités et de sportifs locaux, elle a tenu à rappeler que « la perspective des JO de Paris, en 2024, mais également la candidature nationale pour l’organisation de la Coupe du monde de rugby en 2023, constituent de formidables opportunités de développer la pratique du sport dans notre pays ».

La naissance du DLV XV Pas simple de maintenir une activité quand le nombre de licenciés n’est pas au rendez-vous… Le constat, partagé par les clubs de rugby de Manosque, Gréoux et Oraison, n’a pas découragé pour autant les dirigeants des trois structures. Après plusieurs rapprochements, ils ont donc décidé de fusionner les trois clubs pour donner naissance, cet été, à Durance Luberon Verdon XV. Un nouveau club qui affiche désormais fièrement sa volonté de promouvoir l’ovalie dans le pays manosquin grâce à une mutualisation des moyens. couleurs Manosque # 81

13


expression libre Majorité municipale, Manosque au Coeur Front national, Manosque Bleu Marine Préparer la fin d’année signifie pour nous, les élus de proximité de la majorité, d’être au contact de tous les habitants. Les différents travaux progressent comme vous pouvez le constater avec l’avancement du futur cinéma, de notre place du Terreau, de la liaison Soubeyran-Villette, des améliorations dans nos écoles mais également de la mise en place d’un nouveau système de sonorisation des rues du centre ville. Ainsi, tout au long du mois de décembre, vous serez accompagnés par des musiques de Noël en vous rendant chez vos commerçants. Notre soutien à leur égard est indéfectible et nous marquons ce mois de décembre par la traditionnelle parade de Noël qui se déroulera le soir où les illuminations brilleront dans notre belle ville. Préparer, accompagner et oeuvrer pour que Manosque brille chaque jour davantage demeure notre objectif principal. Nous regardons devant et tenons nos engagements. Entre les différents aménagements de voirie, les parkings, le cinéma, l’accompagnement des personnes en difficultés… les projets sont nombreux et toujours pour faire en sorte, car c’est notre mission, que chaque Manosquin soit heureux de vivre à Manosque. Bonne fin d’année à toutes et tous !

Front de gauche, Manosque Citoyenne

Vivre Autrement Manosque

La majorité municipale a voté la vente de terrains communaux pour construire des logements, à proximité du centre ancien. Nous approuvons le choix de créer de l’habitat en ville, c’est mieux que de dévorer les terres agricoles, il est indispensable de densifier le cœur de la cité pour éviter l’ étalement et l’agonie du noyau central. Cependant nous regrettons qu’une fois de plus ces élus choisissent la facilité en vendant à une grosse société, la COGEDIM. Ils sont très forts pour faire rentrer de l’argent à court terme et se débarrasser du travail. C’est toujours une bonne affaire pour les promoteurs. Pourtant la construction et la gestion directe de logements communaux sont meilleures pour les usagers et pour la commune qui fait fructifier son patrimoine et s’assure des rentrées d’argent, remboursant d’abord les frais puis des revenus provenant des loyers. Au lieu de cet investissement durable et productif, c’est la simple vente des bijoux de famille qu’ils privilégient. Par ailleurs nous tenons à ce que les nouvelles constructions garantissent la mixité sociale. Ce n’est pas le cas. Nous nous sommes donc abstenus sur 3 dossiers sur 4 ; celui qui a eu notre soutien prévoit du logement social.

Pour nous, élus Manosquins, c’est aussi la rentrée. Après deux mois sans Conseil Municipal. Nous sommes restés tout de même vigilants concernant les actions prévues et mise en place par a majorité municipale, dont certains travaux d’aménagement, pour un éventuel mieux vivre. Nous sommes toujours dans une opposition constructive. Cela nous a amener, lors du dernier conseil du 28 septembre 2017, à voter positivement plusieurs délibérations concernant des constructions qui vont enfin ramener des habitants proches du Centreville. Rassurez-vous, nous n’abandonnons pas notre esprit critique. Et nous actons la volonté délibérée de ne pas réhabilité nos belles maisons du centre-ville laisser à l’abandon par cette majorité.

Conformément à la loi à la démocratie de proximité du 27/02/2002, un espace est réservé dans les colonnes du magazine municipal à l’expression des groupes d’élus-Les textes sont publiés tels que nous les recevons, sans aucune modification.

14 couleurs Manosque #81


les archives racontent… Une histoire de rosières En juin 1806, un dénommé Germain D’herbès, veuf, ayant des attaches à Manosque mais habitant en Seine-et-Oise, établit un testament pour le moins original. Il lègue tout d’abord à sa gouvernante une pension alimentaire ainsi que des meubles, vêtements et bijoux féminins, à la condition qu’elle ne se marie pas ou ne “fasse aucune liaison d’où il puisse résulter des attentats aux mœurs” après son décès. L’histoire ne dit pas ce qu’il advint de la gouvernante, Marie-Marthe, une fois son patron décédé, et si elle a pu bénéficier de ses libéralités. Mais l’autre partie du testament est encore plus étonnante. En mémoire de sa défunte épouse et de celle de ses parents, Germain D’herbès souhaite léguer aux filles pauvres de 18 à 35 ans, “bien conformées et propres au mariage”, des deux villes de Manosque et de Val-Saint-Germain, en Seine-etOise, une importante somme d’argent. Les revenus issus de son placement devront être utilisés chaque année, au printemps, lors du tirage au sort de la Rosière du lieu, selon un rituel alambiqué dont nous allons vous épargner les détails. La jeune fille, choisie entre toutes les indigentes en âge de se marier, en plus de se voir poser une couronne de roses sur la tête, recevra une dot de 200 francs, à la condition qu’elle se marie dans l’année du tirage. Et en cas de “bonne” année, c’est-à-dire si les intérêts le permettent, deux rosières pourront être désignées dans chaque ville !

Plusieurs indices dans les archives laissent supposer que ces dernières volontés n’ont jamais été mises en application. Mais ce qui est certain, c’est que Manosque a bien eu ses rosières ! En effet, dans les délibérations des conseils municipaux des années 1807, 1810 et 1811, on retrouve la mention de jeunes filles de la commune, qui se sont distinguées par leur bonne conduite et leur moralité. Quatre jeunes Manosquines ont ainsi reçu la dotation des rosières, jolies sommes d’argent allouées par le conseil municipal. Elles ont toutes épousé des militaires à la retraite, comme d’autres rosières en France à la même époque, selon le souhait de Napoléon Bonaparte qui voyait ainsi un moyen de réinsérer les vétérans ayant honorablement fait campagne à ses côtés. Quoi de mieux en effet qu’un beau mariage avec une fille pauvre et vertueuse, choisie par la municipalité ? Claire, Jeanne-Eugénie, Marie et Agathe ont-elles eu le choix de leur époux ? Les archives ne le disent pas...

il était une fois Manosque, La place de la Villette

La Villette à la fin des années 50…

La Villette en 2018 ! couleurs Manosque # 81

15


Manosque en images De nouveaux jeux au plan d’eau des Vannades

Ils ont d’abord été fermés. Puis partiellement rénovés. Avant d’être totalement remplacés. Les jeux publics du plan d’eau des Vannades ont eu droità une sérieuse « cure de jouvence » avec, au passage, une indispensable mise en conformité. L’ancestral château, avec ses rondins de bois, a laissé place à une pyramide de cordes et plusieurs balançoires. Depuis trois ans, la Ville de Manosque crée et rénove en effet toutes ses aires de jeux, de la place Marcel-Pagnol aux Vannades en passant par la Rochette. Sans oublier le parc de Drouille avec des équipements orientés «  fitness  » qui feront le bonheur de tous.

Nouvelle aire de jeux des Vannades

La seconde jeunesse de Jean-Moulin et Pasteur

Inauguration de l’avenue Jean-MOULIN et du boulevard Louis-PASTEUR

Reprise de la voirie, réfection et élargissement des trottoirs, création de places de stationnement supplémentaires, accentuation des effets de chicane pour limiter la vitesse, aménagement d’un quai de bus… L’avenue Jean-Moulin, fraîchement inaugurée, se dévoile désormais sous ses plus beaux atours. Ces travaux, qui s’inscrivaient dans la continuité de l’avenue du Luberon, ont également permis de sécuriser les accès à l’école de la Luquèce, grâce à la mise en place d’un sens unique de circulation sur le boulevard Pasteur.

L’intérêt du Forum des associations

Qu’il vente, pleuve ou neige… L’expression a trouvé tout son sens, cette année, à l’occasion du Forum des associations ! Le rendez-vous de la rentrée a en effet pâti des foudres de la météo et, finalement, le public n’a eu qu’une grosse demi-journée pour aller à la rencontre des nombreuses associations installées dans le Parc de Drouille. Mais comme chacun avait anticipé la pluie, le succès a tout de même été au rendez-vous : de quoi peaufiner ses choix avant de se lancer tête baissée dans une nouvelle année.

Forum des associations, 9 sept. 2017

Correspondances 2017

Des Rencontres littéraires sous forme de correspondances : comme un trait d’union entre les générations qui, depuis 19 éditions, parcourt les pages d’une ville métamorphosée. La ligne de conduite du festival culturel manosquin ne varie pas. En revanche, sa renommée suit la courbe d’un succès jamais démenti. Cette année, notre prose automnale a permis de surligner les œuvres phares d’une rentrée littéraire qui s’assume en Province. Et se plaît en Provence… Correspondances 2017, du 20 au 24 sept 2017

16 couleurs Manosque #81

#81 Couleurs Manosque octobre décembre 2017  
#81 Couleurs Manosque octobre décembre 2017  
Advertisement