Issuu on Google+

J E U N E S

E T

A D U L T E S


SOMMAIRE

LA RUSSIE 5 7 9 11

Les mains de Dieu Le vase fragile de Dieu Les campeurs Briser le cercle vicieux

5 janvier 12 janvier 19 janvier 26 janvier

LA MOLDAVIE 13 15 17 19

Réellement libres ! Un arc-en-ciel d'amour À la recherche des cœurs qui soupirent après Dieu Une dernière maison

2 février 9 février 16 février 23 février

MISSION ADVENTISTE DIVISION EURASIATIQUE

ASIE CENTRALE

2

21 23 25 27

Le fils du parrain Délivré, enfin ! Existe-t-il gloire plus grande ? Une famille missionnaire

1er mars 8 mars 15 mars 22 mars

TREIZIÈME SABBAT 29

« Annoncer le Christ en Eurasie »

29 mars


À L'INTENTION DES DIRIGEANTS Pour les animateurs de l'École du sabbat : Bienvenue à ce nouveau numéro de MISSION. Il contient toujours les récits inspirés que vous attendez, mais ceux-ci sont présentés de manière plus vivante. Nous espérons que vous en serez satisfaits.

MISSION ADVENTISTE DIVISION EURASIATIQUE

Division Eurasiatique Ce trimestre, nous portons notre intérêt sur la Division eurasiatique, qui s'étend pratiquement sur la moitié du monde, de l'Europe de l'Ouest à l'Asie de l'Est et des régions polaires de l'océan Artique aux républiques principalement musulmanes du sud. Cette Division inclut l'Arménie, l'Azerbaïdjan, la Biélorussie, la Géorgie, le Kazakhstan, le Kirghizstan, la Moldavie, la Russie, le Tadjikistan, le Turkménistan, l'Ukraine et l'Ouzbékistan. Ces pays faisaient partie de l'ancienne Union soviétique qui, pendant soixante-dix ans, avait restreint les libertés, notamment la liberté religieuse. À la chute du communisme, les habitants de ces pays se réjouirent dans l'espoir de connaître une liberté nouvelle et une prospérité individuelle plus grande. Mais pour la plupart, l'espoir de prospérité s'évanouit. Ces nations s'embourbèrent au contraire dans l'inflation et le chômage et leurs habitants se débattent aussi durement aujourd'hui qu'il y a quinze ans pour faire face à leurs principaux besoins. Pendant les années qui suivirent l'effondrement du communisme, les gens accouraient aux réunions d'évangélisation et beaucoup devinrent des chrétiens engagés. Mais d'autres recherchèrent les

3


MISSION ADVENTISTE DIVISION EURASIATIQUE

4

gains matériels, espérant parvenir à la même prospérité que dans les pays européens environnants. Il est aujourd'hui aussi difficile d'attirer les foules aux réunions d'évangélisation en Eurasie qu'en Europe occidentale. Le nombre de membres varie énormément d'un pays à l'autre de la Division. Au sein de cette dernière, on compte un adventiste du septième jour pour 1 640 personnes. C'est la Moldavie qui possède le nombre de membres le plus élevé — un adventiste pour 340 habitants. Dans l'Union du Sud, qui inclut le Kazakhstan, le Kirghizstan, le Tadjikistan, le Turkménistan et l'Ouzbékistan, la proportion est de un adventiste pour 9 000 habitants. Les croyants se débattent pour intéresser les gens et les attirer à Jésus ; ils se débattent pour terminer des églises commencées des années plus tôt ; d'autres encore se débattent pour économiser suffisamment d'argent pour commencer à construire des églises depuis longtemps espérées. Pourtant, les croyants partagent leur foi avec enthousiasme. Dans le sud-ouest de la Russie, près de la mer Noire, les membres d'église brûlent de partager leur foi à l'occasion de groupes de prière, de la distribution de revues et de brochures et de la parution de lettres d'église. Ils savent que des personnes ont LES OPPORTUNITÉS faim et soif de Jésus et veulent absolument les joindre. Ce trimestre, joignons nos L'offrande du treizième sabbat de mains et prions pour les ce trimestre aidera à : croyants de la Division eurasia☛ Construire des églises en tique, pour qu'ils suivent les Biélorussie, Moldavie et Russie. directives divines et conquièrent ☛ Terminer un centre social au leur territoire pour le Christ. Kazakhstan.


KRASNODAR, RUSSIE

LES MAINS DE DIEU 5 janvier

À

Les méthodes employées Les pasteurs invitent les membres d'église à noter par écrit le nom des gens pour qui ils prient dans un livre de prière. Chaque semaine, on prie pour ces personnes et les membres reçoivent des brochures rédigées exprès à leur intention. Chacune contient une courte

méditation remplie d'espérance sur l'un des aspects de la foi. Le quatrième sabbat du mois, les membres ont la possibilité de distribuer des numéros de la revue missionnaire de l'église à leurs amis et collègues.

Le voleur de chèvres L'un des membres possède une chabrerie. Un jour, cette adventiste constata que ses chèvres disparaissaient. Elle vit un homme emportant l'une d'elles et l'arrêta. L'homme lui dit que sa famille avait faim et qu'en vendant la chèvre, il pourrait la nourrir. La femme lui demanda de remettre la chèvre dans son enclos tandis qu'elle préparait un repas pour sa famille. Elle y glissa des brochures missionnaires. La famille de cet homme les lut et voulut en savoir davantage. L'homme arrêta de voler des chèvres et travaille maintenant comme berger pour la femme adventiste. Sa famille fréquente l'Église adventiste.

Un prêtre et un pasteur partagent une chaire Une autre famille vivait près d'un prêtre orthodoxe. Elle rendit visite à la

MISSION ADVENTISTE DIVISION EURASIATIQUE

la chute du communisme, dans l'ancienne Union soviétique, des milliers de gens accoururent aux réunions d'évangélisation pour entendre les messages d'espérance en Jésus qui leur avaient été refusés pendant des générations. Mais avec le temps, l'intérêt pour la religion diminua tandis que les gens se tournaient vers les biens matériels, la reconnaissance sociale et le matérialisme à la recherche du bonheur. Aujourd'hui, il est aussi difficile d'évangéliser en Russie qu'en Europe occidentale, mais les membres d'église continuent de partager leur foi de diverses façons. À Krasnodar, ville près de la mer Noire dans le sud-ouest de la Russie, les membres se servent de revues et de brochures pour attirer l'attention des gens sur le message divin. Mais ils ne s'arrêtent pas là.

5


MISSION ADVENTISTE DIVISION EURASIATIQUE

famille de ce dernier, lui offrant des brochures. Ces familles se mirent à discuter ensemble de sujets religieux. Les brochures suscitèrent de l'intérêt pour les enseignements adventistes et le prêtre invita ses voisins à venir adorer dans sa maison. Les adventistes présentèrent le prêtre à leur pasteur et, par la suite, le prêtre et sa famille vinrent rendre visite à l'Église adventiste et observèrent le sabbat. Le pasteur invita le prêtre à animer des réunions d'évangélisation dans une ville qui n'avait ni église orthodoxe, ni Église adventiste. Le prêtre accepta et les deux hommes rendirent visite à tous les foyers de la ville, invitant les gens à les rejoindre pour célébrer le cent trentième anniversaire de la traduction de la Bible. Pendant ce programme, le prêtre déclara que les adventistes étaient d'authentiques chrétiens et invita les gens à étudier la Bible avec eux. Aujourd'hui, de petits groupes se réunissent dans cette ville. Le prêtre orthodoxe et sa famille aident à distribuer des brochures et des revues adventistes.

6

prièrent pour elle, mais elles avaient peur de lui parler de son alliance avec le diable. Elles laissèrent alors des brochures bibliques en évidence. La propriétaire prit ces brochures aux couleurs brillantes et les lut. L'une de ces brochures parlait des mensonges séduisants du diable. Cette femme découvrit la vérité sur la magie qu'elle pratiquait. Par la suite, quand l'une de ses amies lui demanda de lui prédire l'avenir, la propriétaire refusa et lui suggéra de lire les brochures sur les mensonges du diable. Celle-ci demanda aux jeunes filles de lui procurer d'autres documents. Les membres de Krasnodar ont distribué plus de 200 000 brochures, revues et livres à leurs amis et collègues. Nos offrandes missionnaires aident ces personnes et des millions d'autres à être les mains de Dieu auprès de personnes qui ont besoin d'aide. Merci de vous joindre à ceux qui soutiennent les missions de Russie et du monde entier.

La magicienne Trois sœurs cherchaient un appartement à louer. Elles prièrent, demandant à Dieu de les guider vers un logement. Un jour, Alla, l'une des sœurs, rencontra une vieille femme, qui lui proposa de louer son appartement. « Venez donc le visiter maintenant », insista-t-elle. Après avoir emménagé dans l'appartement, les sœurs découvrirent que la propriétaire était une magicienne qui parlait aux esprits. Les trois jeunes filles

BRÈVES

DE

RUSSIE

☛ Krasnodar se situe près de la mer Noire, station populaire pour Occidentaux et Sibériens, qui viennent s'y reposer et retrouver la santé. ☛ L'église de cette région a à cœur d'attirer ces visiteurs au Christ.


KRASNODAR, RUSSIE

LE VASE FRAGILE DE DIEU 12 janvier Tel que raconté par Olga Gagleova

L S

Une adolescente rebelle Mais Olga n'aimait pas cette l'église. La petite congrégation n'avait que trois enfants de l'âge d'Olga. Parfois, ceux-ci lui rappelaient qu'elle n'avait pas de père. Olga rechercha l'amitié de sa tante Galena, qui était un peu plus âgé qu'elle et n'avait pas de temps à consacrer à Dieu. Plus Olga passait de temps avec Galena, moins elle avait envie d'aller à

l'église avec sa mère. Galena et Olga allaient souvent dans des discothèques pour ados. Là, Olga se fit des amis à qui peu importait qu'elle n'eut pas de père. Avec le temps, elle perdit tout intérêt pour la religion. La mère d'Olga la suppliait de rester à la maison le vendredi soir, mais Olga préférait aller danser. Pour éviter d'affronter sa mère, elle emmenait ses vêtements pour aller danser à l'école, de sorte qu'elle n'avait pas besoin de retourner à la maison avant de sortir le soir avec Galena.

L'accident Un vendredi matin, Olga empaqueta les vêtements qu'elle mettrait pour aller danser le soir et se dépêcha de sortir de la maison pour aller à l'école. Elle pensait à sa soirée en traversant la rue. Soudain, une voiture déboucha du tournant et la renversa sur le pare-brise. Olga demeura inconsciente, allongée dans la rue. Son visage était en sang. Un conducteur de camionnette assista à l'accident et s'arrêta. Olga reprit conscience tandis qu'on la soulevait dans un véhicule et qu'on l'emmenait à l'hôpital. Elle entendait des bribes de

MISSION ADVENTISTE DIVISION EURASIATIQUE

a vie était difficile pour Olga et sa mère, qui l'élevait seule. Quand Olga avait cinq ans, elles déménagèrent près de la mer Noire, où vivait la grandmère d'Olga. a mère allait à l'église pour y trouver la paix, mais elle était sans cesse déçue, car l'église qu'elle fréquentait n'observait pas les dix commandements qu'elle avait mémorisés, enfant. Elle rendit visite à de nombreuses églises, s'apercevant chaque fois que celles-ci ne suivaient pas la Bible. Quand Olga eut neuf ans, sa mère découvrit l'Église adventiste du septième jour. Elle réalisa très vite que ces croyants enseignaient et suivaient la totalité de la Bible et non seulement une partie. Elle rejoignit cette église et Olga la suivit.

7


MISSION ADVENTISTE DIVISION EURASIATIQUE

8

conversation tandis qu'elle flottait, à demi inconsciente. « Elle a de la chance d'être en vie », déclara une infirmière en essuyant le sang de son visage. Le docteur dit à Olga que ses coupures et ses bleus se guériraient rapidement, mais qu'elle avait un traumatisme crânien et devait rester à l'hôpital plusieurs jours. Elle devait rester au lit, sans lire ni bouger. Les heures semblaient se changer en jours, et les jours en semaines, tandis qu'Olga s'ennuyait et se sentait seule. Quand on lui permit d'avoir de la visite, plusieurs membres de l'église de sa mère lui rendirent visite. C'était si bon de parler à nouveau à quelqu'un ! Un membre d'église lui offrit un livre. Même si elle ne pouvait le lire, elle le garda pour le lire quand le docteur le lui permettrait. Mais quand les visiteurs la laissèrent, Olga s'ennuya et se sentit seule à nouveau. Dans la pièce tranquille, elle fit quelque chose qu'elle n'avait encore jamais fait — elle pria. Ce faisant, elle réalisa que Dieu lui avait sauvé la vie. Tout en lui étant reconnaissante, Olga n'avait toujours pas envie d'aller à l'église. Enfin, elle eut le droit de rentrer chez elle. Sa mère la supplia d'aller à l'église et de remercier Dieu de lui avoir sauvé la vie. « J'irai un jour », promit Olga. Mais quand elle fut assez forte pour sortir, elle préféra aller danser. Pendant trois mois, elle évita l'église. Un vendredi soir, sa mère l'invita à une réunion de jeunes dans la maison du pasteur. Olga décida d'y aller, et, à sa grande surprise, elle s'y plut. Le lendemain, Olga se rendit à l'église avec sa mère. Elle vit que l'église avait grossi, de

nombreux jeunes y venaient désormais. Mais surtout, ceux-ci lui souhaitèrent la bienvenue et lui témoignèrent de l'amour. Olga se remit à lire la Bible et participa à l'école du sabbat et auprès des explorateurs. Pour finir, elle dédia sa vie au Christ et décida de se faire baptiser. Elle devint monitrice de la classe des jeunes, même si elle était plus jeune que certains d'entre eux ! Olga se sentit heureuse comme jamais auparavant. Sa joie augmenta quand sa tante Galena se mit à fréquenter l'église et donna sa vie au Christ. Puis sa grand-mère, qui n'aimait pas l'église adventiste et avait traité sa mère de folle, fréquenta elle aussi l'église et fut baptisée. « Je refusais de suivre Dieu, déclaraitelle, et pourtant il m'a sauvée et m'a conduite à lui. J'ai tant de joie à partager ma foi avec des adolescents comme moi, à les aider à venir eux aussi à Dieu. » Olga Gagleova, 19 ans, est directrice de communication et des explorateurs à la fédération de Kubano-Chernomorskaya, Russie, tout en faisant des études de relations publiques

BRÈVES

DE

RUSSIE

☛ Krasnodar, où vit Olga, se trouve près de la mer Noire, dans le sud-ouest de la Russie, zone touristique importante où des milliers de Russes et d'Européens passent leurs vacances d'été. ☛ Les églises, dans la région où vit Olga au sud de la Russie, distribuent activement des brochures qui parlent d'espérance et présentent le Christ aux gens.


ZAOKSKY, RUSSIE

LES CAMPEURS 19 janvier Raconté par Anna Parinova Des explorateurs campaient pour partager leur foi avec d'autres, mais lorsqu'un feu de forêt menaça leur campement, leur seul espoir résidait en Dieu.

L

Un moment de partage C'était la seconde fois que les explorateurs campaient près du village. La première fois, ils avaient rendu visite aux habitants, partageant leur foi et se faisant des amis. Ils étaient heureux de retourner au village et de parler à nouveau de Jésus.

Les explorateurs emmenèrent avec eux des copies des dix commandements pour les offrir aux habitants. Ils savaient que peu d'entre eux pouvaient se rendre à l'église, mais ils appréciaient les dix commandements. Quand les explorateurs arrivèrent, ils montèrent leurs tentes, saisirent leurs petits présents et se dirigèrent vers le village. Les gens furent contents de recevoir le texte des dix commandements et de bavarder à nouveau avec leurs jeunes amis. Ils ne recevaient que rarement la visite d'enfants. Tandis que les explorateurs parlaient de Dieu, les femmes posaient de nombreuses questions. Elles étaient surprises et heureuses que les enfants en sachent si long sur la Bible ! L'une des femmes dit aux visiteurs qu'elle avait mal aux genoux et de la difficulté à marcher. Le chef des explorateurs désigna l'un des membres du groupe et dit : « Ce garçon prie pour sa grand-mère malade. Voulez-vous qu'il prie pour vous ? » Cette femme n'en revenait pas que ces enfants prennent le temps de prier pour elle ! Des larmes lui vinrent aux yeux.

Un ministère à l'occasion de la venue du camion Quand les explorateurs apprirent que les villageois se réunissaient le samedi pour attendre le camion du boulanger, ils décidèrent d'organiser un culte pendant

MISSION ADVENTISTE DIVISION EURASIATIQUE

es clubs d'explorateurs n'existent dans la Division eurasiatique que depuis quelques années. Nos explorateurs sont en train de découvrir qu'il existe de nombreuses façons d'adorer Dieu. Récemment, le club d'explorateurs de Zaoksky, en Russie, campaient près d'un village. Ils ne cherchaient pas à acquérir des connaissances dans l'art de camper, mais à partager leur foi. Le village près duquel ils campaient ne comportait que quinze maisons. La plupart des habitants étaient de vieilles femmes qui n'avaient personne pour les aider. Aucun bus ne desservait cette zone, aussi les villageois devaient-ils marcher assez longtemps jusqu'au magasin le plus proche. La plupart des jardins les nourrissaient pendant les longs et froids mois d'hiver. Une fois par semaine, un camion passait pour leur vendre du pain. Sa venue le samedi matin était devenu le point fort de la semaine, l'occasion pour les villageois de se mettre au courant des dernières nouvelles tandis qu'ils attendaient la venue du camion.

9


ce temps. Ils s'exercèrent à jouer une petite scène racontant l'histoire du fils prodigue. Les explorateurs invitèrent les villageois à venir de bonne heure pour leur pain. Tandis qu'ils se rassemblaient à l'arrêt du camion, les explorateurs chantèrent et jouèrent leur scène Puis leur chef fit un court sermon. Les villageois furent ravis d'assister au culte des enfants.

MISSION ADVENTISTE DIVISION EURASIATIQUE

Un feu de forêt Parce que les tentes des explorateurs n'étaient pas toutes imperméables, ils prièrent pour qu'il ne pleuve pas sur leur campement. Le sabbat après-midi fut un jour de printemps ensoleillé. Les arbres avaient des feuilles vertes et brillantes. Un certain nombre d'explorateurs décidèrent de marcher jusqu'à un autre village non loin. En arrivant au groupe de maisons, ils virent de la fumée monter au-dessus de la forêt. Ils constatèrent ensuite que du feu avait noirci l'herbe d'une petite plaine basse près de la route. Le feu se propageait et les explorateurs craignirent qu'il ne brûle leur campement, ou, pire, le village proche ! Le feu était trop important pour être éteint, aussi prièrent-ils. « Mon Dieu, s'il te plaît, envoie de la pluie pour éteindre le feu avant qu'il ne détruise notre campement ou les maisons proches. S'il te plaît, éteins ce feu ! » supplièrent-ils. Dès qu'ils eurent fini de prier, des gouttes d'eau tombèrent. Bientôt, la pluie tomba à verse. Le feu se consuma et s'éteignit. Les explorateurs étaient trempés, mais ils se réjouirent de cette pluie envoyée par Dieu à la suite de leurs prières. Peu importe si leurs tentes étaient mouillées, car le village était sauf ! Plus tard, quand ils retournèrent au campement, les explorateurs qui étaient

10

restés se plaignirent que leurs tentes étaient mouillées. Mais quand leurs compagnons expliquèrent qu'il avait plu en réponse à leurs prières, tous se réjouirent, parce que Dieu avait entendu et répondu à leurs prières sincères. Le club des explorateurs de Zaoksky continue de grandir et les enfants cherchent de nouvelles façons d'annoncer que Jésus aime tous les hommes. Nos offrandes missionnaires aident les jeunes et leurs aînés à partager l'amour de Dieu de multiples façons, près de chez eux et au loin. Nous vous prions de donner chaque semaine des offrandes généreuses aux missions. Anna Parinova était enseignante à l'école secondaire de Zaoksky au moment où elle nous fit part de ce récit. Elle vit maintenant à Saint Petersbourg, en Russie.

BRÈVES

DE

RUSSIE

☛ La Russie est le pays le plus vaste du monde. Elle fait presque le double du Canada, le second pays le plus vaste du monde, couvre onze fuseaux horaires et comprend deux continents — l'Europe et l'Asie. Pourtant, sa population n'est que de cent quarante-cinq millions d'habitants. ☛ La plupart des Russes vivent dans la région européenne du pays, à l'ouest de l'Oural. Moscou, la capitale, a environ dix millions d'habitants. Elle est le cœur de la Russie européenne. ☛ Les adventistes, en Russie, comptent environ 49 000 membres, soit un adventiste pour 3 000 habitants.


VLADIVOSTOCK, RUSSIE

BRISER LE CERCLE VICIEUX 26 janvier Raconté par Victoria Budulutsa

M

L'histoire de Sasha Même si son histoire commença

comme la mienne et celle de ma mère, Sasha changea. Elle rencontra un garçon chrétien qui lui fit connaître Jésus. Sa vie changea presque en une nuit. Elle devint une personne différente. Elle arrêta de fumer, de boire et de sortir. J'aurais dû être heureuse pour elle, mais ce ne fut pas le cas. Je l'admirais et voulais lui ressembler. Elle avait promis de m'emmener dans des bars quand je serais plus grande. Mais voilà qu'elle m'invitait à l'église, à des réunions de jeunes et à des camps d'été ! Cela ne m'intéressait pas. Mais plus je lui résistais, plus elle priait pour moi. Elle continua de m'inviter à des activités d'église et je finis par accepter d'y aller. Je me rendis aux réunions des jeunes de son église et au camp d'été avec elle. Mais je me comportai si mal que le pasteur du camp m'interdit de revenir. Sasha continua de prier pour moi. Je compris qu'elle m'aimait et voulait que je change de vie, mais je refusai obstinément de choisir le Christ. Je ne voulais pas quitter mes amis.

Une vie transformée Pendant deux ans, Sasha pria pour moi sans voir aucun changement en moi. Mais ses prièrent portèrent enfin

MISSION ADVENTISTE DIVISION EURASIATIQUE

[Demandez à une jeune femme de présenter ce récit.] on histoire commence avec ma mère. Elle grandit dans une famille pauvre. Son père était marin et rentrait rarement. Sa mère, ma grand-mère, faisait deux travails à la fois pour subvenir aux besoins de sa famille, ce qui signifiait qu'elle n'était pas souvent à la maison. Une fois adolescente, ma mère eut de mauvaises fréquentations. Elle se drogua et tomba enceinte. Avant que naisse le bébé — ma sœur Sasha — elle fut arrêtée pour vol. Je naquis quelques années plus tard. Mon père partit quand j'étais encore petite. J'entendais souvent dire : « La pomme ne tombe pas loin de l'arbre », c'est-à-dire, que nous allions suivre les traces de ma mère et que notre vie ne serait pas meilleure, ce qui parut vrai. Ma sœur se mit à boire et à fumer très jeune, tout comme ma mère. Je commençai à fumer à neuf ans, puis à boire et j'eus moi aussi de mauvaises fréquentations. Un jour, mes amis et moi-même fûmes pris en train de cambrioler un appartement. J'étais terrifiée !

11


MISSION ADVENTISTE DIVISION EURASIATIQUE

leurs fruits à mes quinze ans. Cependant, contrairement à Sasha, qui se convertit et vainquit rapidement ses mauvaises habitudes, je changeai de vie progressivement. Arrêter de fumer fut la première chose pour laquelle je demandai à Dieu de m'aider. Comme je fumais depuis plusieurs années, arrêter fut vraiment dur. Je restai beaucoup à la maison pour ne pas être tentée. Mes amis me suppliaient de venir les rejoindre, mais je leur résistai avec l'aide de Dieu. Quand mes amis virent mon changement, ils réagirent comme je l'avais fait en voyant Sasha changer. Ils furent horribles avec moi. Ils se moquèrent de moi. Mais Dieu me montra que je ne perdais rien. Il chassa avec douceur les faux dieux devant lesquels je me prosternais, remplissant le vide par la présence de Jésus. Sasha m'accompagna pendant cette période difficile et cela nous rapprocha. Je commençai à comprendre les sacrifices qu'elle avait fait dans sa vie pour rester proche de moi et de ma mère et nous conduire à Jésus.

Une histoire à suivre Quand j'acceptai l'amour et le salut de Dieu, quand il chassa de ma vie les drogues dont je dépendais depuis si longtemps, mon esprit devint clair et il me fut plus facile d'apprendre. Je demandai aux membres d'église de prier avec moi pour que Dieu me fasse connaître sa volonté et il m'incita à étudier la psychologie. Je voulais aider les gens à se débarrasser de problèmes semblables aux miens et à élever leurs enfants d'une autre manière que ce qu'ils avaient connu.

12

Jésus me donne tant de joie. Je tremble quand je pense à ce que je serais devenue sans ma sœur qui ne cessa de prier et de partager et sans ce Sauveur qui jamais ne m'abandonna. Je prie pour qu'un jour ma mère connaisse la même joie que Sasha et moi. Mon cœur se brise en pensant aux milliers de gens qui, dans ma ville de Russie, vivent sans espérance et sans Jésus. Je voudrais les joindre et leur parler de l'amour de Dieu et de ses promesses de salut et d'espérance. Vos offrandes missionnaires aident les croyants de l'est de la Russie à toucher ceux qui ignorent combien Jésus les aime. Merci de votre soutien.

Victoria Budulutsa, 19 ans, est étudiante à Vladivostok, en Russie.

BRÈVES

DE

RUSSIE

☛ Vladivostok est un important port maritime russe sur le Pacifique. Pendant le communisme, la ville était fermée aux non résidents pour des raisons de sécurité. Aujourd'hui, cette ville de plus d'un demi million de non résidents est un port maritime et industriel florissant. ☛ Les croyants de Vladivostok continuent de célébrer leur culte dans le sous-sol sombre d'un bâtiment qu'ils louaient à l'époque du communisme. Le gouvernement leur a donné le bâtiment, tout en exigeant la construction d'une église imposante.


MOLDAVIE

RÉELLEMENT LIBRES ! 2 février Tel que raconté par Valentin Bogatii et Serghei Bejan « Si donc le Fils vous rend libre, vous serez réellement libres. » (Jean 8.36)

V

La confession de Valentin Valentin avait été condamné à six ans de prison, quand Dieu titilla sa conscience au sujet du meurtre qu'il avait commis. Il le confessa aux autorités et fut condamné à la prison à vie. On le transféra dans une prison de haute sécurité où il avait encore moins de liberté, mais il était en paix. Malgré les murs qui l'entouraient, Valentin se sentit réellement libre pour la première fois de sa vie. Dieu le conduisit vers des hommes qui aspiraient à l'amour de Dieu. Il mène aujourd'hui ces brebis perdues vers la bergerie. Sept hommes de cette prison de haute sécurité sont devenus adventistes grâce à son témoignage. L'un d'eux est Serghei.

Serghei Serghei avait vingt ans quand il rentra du service militaire avec de grands projets d'avenir. Mais une trahison changea ses plans et, une nuit, la police vint l'arrêter chez lui. Ce n'est que plus tard qu'il apprit de quel crime on l'accusait. Serghei était innocent, mais il fut condamné à la prison à vie. La colère monta en lui. Où était la vérité ? Où était la justice ? Seule, sa mère le croyait. Jamais elle ne douta de son innocence et ses visites l'aidèrent à

MISSION ADVENTISTE DIVISION EURASIATIQUE

alentin en savait assez long sur Dieu pour prier quand il avait besoin d'aide. Mais il ignorait que Dieu attendait davantage de lui qu'une prière en cas d'urgence. Valentin voulait vivre sa vie. Alors qu'il travaillait en Sibérie, il rencontra un détenu évadé. Quand leur amitié se gâta, Valentin le tua. Il échappa à la police et retourna chez lui en Moldavie, mais il ne pouvait échapper à la culpabilité qu'il ressentait pour le meurtre qu'il avait commis. Il priait pour que Dieu le pardonne, mais ses péchés le hantaient. Une nuit, la police vint l'arrêter pour vol. Se sachant coupable, il ne résista pas. En prison, Valentin fit la connaissance d'un gardien chrétien. Celui-ci lui fit part de sa foi, mais quand il lui expliqua le sabbat, Valentin sentit la confusion le gagner. Le gardien offrit une Bible à Valentin et lui demanda gentiment de lui montrer où, dans ce livre, il était dit d'honorer le dimanche. Valentin se mit à chercher sans succès. Il se joignit aux prisonniers qui rendaient un culte à Dieu. Il comprit que le salut était un don de Dieu et qu'on ne pouvait rien faire pour le mériter. Il accepta le salut divin et se sentit enfin libre. Jésus avait payé le prix de son salut. Six mois plus tard, il était baptisé.

13


survivre aux cruautés de la vie en prison. Un autre prisonnier offrit une Bible à Serghei et l'invita à une réunion religieuse dans la prison. Serghei hésitait à y aller, mais il avait du temps à perdre et il se mit à lire la Bible. Il fut captivé et l'emmena partout avec lui. Il assista au culte et écouta les autres prisonniers témoigner du sens que Dieu avait apporté à leur vie. Leurs paroles le touchèrent et il continua d'assister au culte.

MISSION ADVENTISTE DIVISION EURASIATIQUE

Pas de temps pour Dieu Serghei changea. Sa colère fondait et il se reprit à espérer. Tandis qu'il pardonnait à ceux qui l'avaient envoyé en prison, il commença à se sentir libre — réellement libre. Il voulut faire part de sa nouvelle vie à sa mère. Il voulait qu'elle connaisse, comme lui, l'amour de Dieu. Accepterait-elle ? Il pria beaucoup les jours précédents sa visite. Quand elle vint à la prison, Valentin lui parla de sa foi nouvelle et lui dit combien elle comptait pour lui. Elle écouta et approuva, mais quand il lui demanda de le rejoindre dans son voyage spirituel, elle secoua la tête. « Je n'ai pas le temps », dit-elle tranquillement. Serghei eut de la peine quand les gardiens annoncèrent que le temps de visite était terminé. Les larmes aux yeux, il dit à sa mère : « Maman, si tu ne veux pas suivre Dieu, je ne le ferai pas non plus. » À sa surprise, sa mère accepta de recevoir la visite d'une adventiste, pour qu'elle lui parle de la foi nouvelle de son fils. Serghei fut fou de joie quand sa mère fréquenta l'église adventiste et fut baptisée. Sergei fut baptisé lui aussi — dans un réservoir d'eau mobile placé dans la cour de la prison, où les prisonniers faisaient leurs exercices. Il avait vingt-etun ans ; c'était un bébé en Christ.

14

Serghei voit la vie très différemment, maintenant. Il a trouvé le salut et la liberté en Christ dans une prison de haute sécurité. « Peut-être que je n'aurais pas trouvé Dieu ailleurs qu'en prison, dit-il. Je prie pour que Dieu utilise ma vie à aider les autres à découvrir l'amour de Jésus. Je suis la preuve vivante que si “le Fils de Dieu” rend libre, il nous rend “réellement libres.” » (Jean 8.36) Vos offrandes missionnaires permettent de toucher des hommes et des femmes en prison dans ce pays et dans le monde entier. Merci de partager. Valentin Bogatii et Serghei Bejan sont condamnés à vie à la prison en Moldavie.

BRÈVES

DE

MOLDAVIE

☛ Près de la moitié des Moldaves sont chrétiens orthodoxes. Près de 12 000 adventistes vivent dans ce pays, c'est-à-dire, un adventiste pour 383 habitants. ☛ Les adventistes exercent un ministère dynamique dans plusieurs prisons moldaves. Ils apportent de la nourriture, des vêtements et des kits d'hygiène personnalisés aux détenus derrière les barreaux, y compris aux enfants nés de prisonnières et élevés en prison. Quand l'occasion se présente, ils distribuent des Bibles et des brochures religieuses.

LES

OPPORTUNITÉS

☛ Une partie de l'offrande du treizième sabbat servira à construire une nouvelle église à Chis¸inaˇu, capitale de la Moldavie.


MOLDAVIE

UN ARC-EN-CIEL D'AMOUR 9 février Charlotte Ishkanian Une seconde chance pour des enfants abandonnés

C

couleurs vives et gaies pour les chambres. Ce centre est un vrai foyer. Les enfants ont des chambres aux couleurs gaies coordonnées. Chaque enfant a un lit et une armoire. Les responsables du foyer s'occupent des enfants comme si c'était les leurs, montrant par l'exemple comment se respecter les uns les autres et comment entretenir les lieux.

L'enfant de personne Yuri*, douze ans, sait ce que veut dire être l'enfant de personne. Sa mère mourut quand il avait cinq ans et son père l'envoya dans un internat gouvernemental pour enfants dont les parents ne pouvaient plus s'occuper. L'école comptait 600 élèves et personne ne fit attention à Yuri, souvent assis dans un coin en train de pleurer. Il s'enfuit de l'école et rentra chez lui. Mais son père le gronda et le remmena à l'internat. Yuri fut ensuite envoyé dans un orphelinat, mais certains enfants le maltraitaient et il s'enfuit à nouveau. Il retourna chez lui pour dire à son père combien il était malheureux. Celui-ci avait une nouvelle épouse qui ne voulait pas d'enfants. Le père de Yuri le remmena en ville et signa des papiers pour le confier à l'État. « Personne ne veut de moi », pensa Yuri. Il se prépara à affronter un nouvel orphelinat sordide et à être tourmenté par les enfants. Mais à sa grande surprise, l'assistante sociale s'arrêta devant une mai-

MISSION ADVENTISTE DIVISION EURASIATIQUE

e sont souvent les enfants qui souffrent le plus dans les périodes économiquement difficiles. Or les pays de la Division Eurasiatique luttent pour survivre depuis la chute du communisme. Des milliers d'enfants se retrouvèrent orphelins suite à la mort, à l'emprisonnement ou à l'abandon de parents qui ne pouvaient s'en occuper. Un grand nombre d'entre eux vivent dans la rue, se débrouillant seuls. Le gouvernement leur offre des orphelinats — lieux lugubres la plupart du temps qui n'offrent guère qu'un repas par jour et un toit sur la tête. Pourtant, l'un d'entre eux est spécial. Le Foyer Arc-en-Ciel (Rainbow Children's Home), dans la capitale de la Moldavie, est réellement un foyer. Il est rempli d'amour et de rires. Il est dirigé par ADRA International et offre un havre sûr à des enfants qui ne connurent que trop de tristesse dans leur vie. À ses débuts, ce centre pour enfants se trouvait dans un ancien bâtiment scolaire. Ses murs froids en ciment et ses fenêtres mal fermées ne participaient guère à améliorer le moral des enfants. Un ancien capitaine de mer et sa femme s'intéressèrent alors à ce foyer. Ils pensèrent que les enfants méritaient un lieu plus hospitalier et offrirent des fonds pour l'achat d'un nouveau bâtiment. Les fonds supplémentaires attendus ne venant pas, le couple prit les choses en main, dirigeant euxmême la construction et choisissant des

15


son — une vraie maison. Ils entrèrent et virent des murs peints de couleurs vives et gaies. Des enfants se rassemblèrent autour de lui pour l'accueillir. La responsable du foyer lui souhaita la bienvenue avec chaleur et lui présenta sa nouvelle famille. Un garçon lui sourit et lui proposa de visiter les lieux. « Oh ! pensa Yuri, ici, c'est très différent ! » En entrant dans sa chambre, peinte dans des tons de vert coordonnés au lit et à sa table de chevet, Yuri crut qu'il rêvait. « C'est agréable, ici, explique Yuri. Les enfants sont gentils et les responsables nous traitent bien. Quand on fait une bêtise, on ne nous frappe pas, on nous montre comment faire. Je ne suis plus l'enfant de personne. J'ai vingt-cinq frères et sœurs. Je fais enfin partie d'une vraie famille ! » « Le samedi après-midi, des jeunes d'une église voisine nous rendent visite et cela me plaît. Ils nous enseignent des chants et nous racontent des histoires sur Dieu. Ils m'ont appris que je n'étais pas l'enfant de personne, mais celui de Dieu ! »

jour et nous avons l'impression que c'est vraiment notre foyer. Nous voulons en prendre soin, parce qu'il est si beau. Nous travaillons ensemble pour le garder propre, parce que nous ne voulons pas qu'il lui arrive quelque chose. » Nous apprenons à prier avant les repas et avant de nous coucher. Le samedi, j'apprécie que des jeunes viennent chanter avec nous et nous parler de Jésus. »

La part qui nous revient Les enfants du Foyer Arc-en-Ciel couvrent les visiteurs de témoignages d'amour. Ils dessinent et offrent leurs dessins en signe de bienvenue. Nos offrandes missionnaires donnent des fonds à ADRA International, c'est pourquoi, à petite échelle, le Foyer Arc-enCiel est l'un de nos projets missionnaires. Merci de vos offrandes pour les missions, elles permettent aux gens du monde entier de connaître Dieu. *Les noms sont changés pour protéger la vie privée des enfants.

Charlotte Ishkanian est rédactrice à MISSION.

MISSION ADVENTISTE DIVISION EURASIATIQUE

Irina Irina a neuf ans. Cela fait trois ans qu'elle est au Foyer Arc-en-ciel. Elle a deux frères et trois sœurs avec elle. Elle et ses sœurs partagent leur chambre avec deux autres fillettes. « Ma grande sœur Katya est comme ma mère, raconte Irina. Elle veille à ce que je m'habille comme il faut, à ce que je me brosse les dents et fasse mes devoirs. » J'aime le Foyer Arc-en-Ciel, et surtout ma belle chambre et la salle de jeux avec ses jolies décorations. J'aime bien les autres enfants et j'aime aussi la bonne nourriture ! » On a tous des tâches à faire chaque

16

BRÈVES

DE

MOLDAVIE

☛ ADRA International est une association humanitaire non gouvernementale qui aident les habitants de 125 pays à mener une vie plus saine et plus heureuse en leur fournissant de l'eau potable, des formations professionnelles et des programmes d'alphabétisation. ☛ Une partie de l'offrande du treizième sabbat permettra la construction d'une église à Chis¸inaˇu (Kichinev), capitale de la Moldavie.


MOLDAVIE

À LA RECHERCHE DES CŒURS QUI SOUPIRENT APRÈS DIEU 16 février Tel que raconté par Valentina Ilyevich

V

alya est colportrice en Moldavie, petit pays à l'ouest de l'Ukraine. Comme beaucoup de colporteurs, Valya a de nombreux récits à raconter sur la façon dont Dieu bénit son travail.

Un mari transformé

Concernée par les malades Valya se sent concernée par les malades — notamment ceux qui souffrent du cancer. Ce fut pendant son propre combat contre le cancer, quelques années plus tôt, qu'elle donna sa vie au Christ. Elle se sou-

Ne touchez pas à ces livres ! Un jour d'été particulièrement chaud, Valya voulut visiter l'hôpital. Au moins, elle serait protégée du soleil. Elle s'approcha de chaque patient, pria pour eux et les encouragea. Elle offrit des brochures à ceux qui le voulaient, mais personne ne lui acheta de livres. Généralement, elle vendait de nombreux livres à hôpital, notamment des livres sur la prière et comment vivre sainement. Ce jour-là, elle ne vendit rien. Alors qu'elle se préparait à sortir de l'hôpital, elle aperçut des patients assis

MISSION ADVENTISTE DIVISION EURASIATIQUE

Un jour qu'elle travaillait dans une région non encore pénétrée par l'Église adventiste, Valya rencontra une chrétienne mariée à un incroyant cruel et coléreux. Valya leur rendit souvent visite, leur parlant gentiment et priant avec eux. En l'espace de quelques semaines, ce mari cruel donna sa vie à Dieu et demanda à étudier la Bible. Quand Valya retourna dans cette région quelques semaines plus tard, elle découvrit qu'il avait invité ses voisins et amis à venir chez lui rendre un culte à Dieu et étudier la Bible. Par la suite, il fut baptisé et le premier converti de la région. Aujourd'hui, quelques trente adventistes vont au culte dans une petite église.

vient de la douleur et de la peur qu'elle ressentit lors de son traitement et aspire à communiquer de l'espoir à ceux qui souffrent. Elle encourage les malades du cancer et leur donne à lire des brochures et de petits livres. Un jeune homme de vingt-cinq ans venait d'apprendre qu'il n'avait plus que quelques semaines à vivre. Sa jeune femme restait auprès de lui à l'hôpital, prenant soin de lui et lui donnant à manger. Valya pria avec ce couple et promis que son église prierait également. Le jeune homme se remit à manger et reprit des forces. Il connut une rémission de plusieurs années, pendant lesquelles il se prépara au baptême avec sa femme.

17


MISSION ADVENTISTE DIVISION EURASIATIQUE

dans la cour. Elle se joignit à eux et se mit à leur parler de vie saine. Mais quand elle voulut leur montrer un livre, une femme l'interrompit, disant aux autres patients : « Ne touchez pas à ces livres. Ils ne font pas partie de notre littérature. » Les uns après les autres, les patients retournèrent dans leur chambre, laissant Valya seule avec la femme qui avait parlé de façon si cassante. Tandis que Valya réfléchissait à ce qu'elle allait dire à la femme, celle-ci prit la parole : « Peut-on parler un moment ? » Valya acquiesça et écouta Galina raconter son histoire. Elle adorait son mari, mais celui-ci la quitta. Elle se débattit pour élever seule leurs trois enfants et tomba malade. Elle devait être bientôt opérée. « Peut-être en mourrais-je, dit-elle. Pourtant mon mari ne vient pas me voir. » Puis Galina ajouta : « Vous avez des livres à vendre. J'aimerais en acheter. » Valya, surprise, lui montra les livres qui expliquaient comment vivre sainement et comment rencontrer Dieu grâce à la prière. Galina acheta davantage de livres ce jour-là que Valya n'aurait vendu à tous les patients réunis ! Valya revint voir Galina et prier pour son opération proche. Elle demanda à Dieu de donner à Galina un sentiment de paix. Pendant l'une de ses visites, Galina lut des poèmes qu'elles avait adressés à son mari. Tout en écoutant, Vanya pria pour que Galina tombe amoureuse de Jésus et rédige à Dieu des poèmes comme ceux qu'elle adressait à son mari. Quelques jours après l'opération de Galina, Valya revint la voir, pour découvrir qu'elle avait déjà quitté l'hôpital. Elle l'appela et Galina l'invita chez elle.

18

Valya habitait loin de chez Galina et, ne pouvant venir souvent, demanda à l'ancien de l'église la plus proche de lui rendre visite. Celui-ci étudia la Bible avec Galina, qui invita des amis à se joindre à eux et ils formèrent un petit groupe d'études bibliques. L'ancien invita Galina et ses amis à se rendre à des réunions d'évangélisation ayant lieu dans la région. Galina s'y rendit avec des amis et fut baptisée. Elle fut la première femme adventiste de sa région. Elle continue d'écrire des poèmes, mais maintenant elle y parle de l'amour qu'elle a trouvé en Dieu ! Vos offrandes missionnaires aident les ouvriers bibliques tels que Valya à pénétrer dans de nouveaux territoires de la Division eurasiatique à la recherche des cœurs qui soupirent après Dieu. Une partie de l'offrande du treizième sabbat permettra la construction d'une église à Chis¸inaˇu, capitale de la Moldavie. Merci. Valentina Ilyevich est colportrice en Moldavie.

BRÈVES

DE

MOLDAVIE

☛ La Moldavie est située à l'ouest de la Russie, le long de l'Ukraine et de la Roumanie. Sa population est de quatre millions et demi d'habitants. Chis¸inaˇu (Kichinev), capitale de la Moldavie, compte un million d'habitants. ☛ Près de la moitié des habitants de la Moldavie sont chrétiens orthodoxes. Il y a près de 12 000 adventistes en Moldavie, c'est-à-dire, un adventiste pour 383 habitants.


MOLDAVIE

UNE DERNIÈRE MAISON 23 février Charlotte Ishkanian Anatole était las et voulait rentrer, mais il y avait encore une maison

A

Une dernière maison Des heures plus tard, les épaules d'Anatole se voûtaient tandis qu'il

s'éloignait d'une autre, puis encore d'une autre porte. Il n'avait pas réalisé combien ce travail missionnaire pouvait être épuisant. Il avait frappé à de nombreuses portes et rendu visite à de nombreuses personnes. Il voulait rentrer chez lui et se reposer. Mais en retournant dans la rue, il se rappela qu'il s'était engagé à visiter toutes les maisons. Il murmura une nouvelle prière tandis qu'il montait sous un dernier porche et frappait à la porte. Il entendait des voix à l'intérieur et se demanda si cette famille recevait du monde. Mais avant de pouvoir tourner les talons, la porte s'ouvrit en grand et une femme d'âge mûr l'invita à entrer. « Bienvenue. Venez, asseyez-vous », le pressa-t-elle en retirant des papiers sur une chaise. « Voulez-vous boire une tasse de thé ? » Anatole s'assit et accepta la boisson chaude. Plusieurs jeunes gens vinrent le saluer. La femme, en voyant l'air perplexe d'Anatole, lui présenta ses douze enfants. Douze enfants ! Anatole était sous le choc. Anatole leur offrit un livre et une carte d'inscription à des cours bibliques. La famille le remercia et sembla con-

MISSION ADVENTISTE DIVISION EURASIATIQUE

natole s'éloigna avec lassitude de la maison. Il avait mal aux pieds et laissait tomber les épaules. Quand il s'était proposé pour distribuer des brochures, il ne se doutait pas combien se serait fatiguant. Il voulait rentrer et se reposer, mais il avait promis de frapper à toutes les portes et il restait une dernière maison. Il murmura une prière et se dirigea vers le porche. Anatole est un adolescent qui vit en Moldavie, petit pays à l'ouest de la Russie. Son église avait relevé le défi de visiter tous les foyers de la ville. Ils formèrent des équipes, qui, chacune, se virent attribuer un territoire. Ces équipes devaient frapper aux portes et offrir des brochures, ainsi que des études bibliques. Anatole prit ses responsabilités au sérieux. Il demanda à Dieu de l'accompagner tandis qu'il rendait visite aux gens de son territoire. Ses brochures à la main, c'est énergiquement qu'il frappa à la première porte.

19


tente de recevoir ces documents. Ils parlèrent un moment, puis Anatole se leva pour partir. La mère l'accompagna jusqu'à la grille et l'invita à revenir. Anatole marcha jusqu'à l'arrêt de bus d'un pas plus léger. Il était content d'être allé jusqu'à la dernière maison et décida de revenir. Quand il retourna les voir, tous semblèrent contents. Mais quand il essaya de diriger la conversation sur Dieu, il remarqua que les parents demeuraient réservés. Ils posèrent des questions sur ses croyances et les différences entre son église et la leur. Anatole leur répondit en citant la Bible pour étayer ce qu'il leur disait. Les parents demeuraient sur leur réserve, mais la fille aînée, Natacha, l'écouta avec attention.

le sabbat matin, ceux-ci refusèrent. Les trois adolescents restèrent à la maison le sabbat, mais ils refusèrent de travailler, ce qui contraria leurs parents. Natacha refusa de céder. « Dieu est Dieu, dit-elle. Ce n'est pas quelqu'un que l'on adore une ou deux fois par an, mais tout le temps. Et on doit lui obéir. Ses commandements doivent être obéis. » Natacha, Vania et Léna travaillaient dur pendant la semaine pour terminer leur part de tâches domestiques le vendredi. Ils espéraient que leurs parents leur permettraient d'aller au culte le sabbat. Natacha demeura ferme dans son engagement envers Dieu et fut baptisée. Vania et Léna rejoignirent les explorateurs. Les trois adolescents eurent une (Continue à la page 31)

MISSION ADVENTISTE DIVISION EURASIATIQUE

Évangéliser en se faisant des amis Quand son église entreprit d'organiser des réunions d'évangélisation, Anatole invita ses nouveaux amis. Natacha voulait y aller, mais ses parents lui interdirent. Quoi qu'il en soit, Anatole eut la surprise de voir Natacha, son frère Vania et sa sœur Léna à la réunion. Il les salua et leur demanda : « Vos parents ont-ils changé d'avis ? » « Pas exactement, répondit Natacha. Nous avons dit à notre mère que nous partions nous promener. Mais j'ai tant appris ce soir que je voudrais revenir tous les soirs. Je ne sais pas si nos parents nous permettrons de nous promener tous les soirs ! » Anatole promis de prier pour qu'ils puissent venir au réunions. Natacha, Vania et Léna vinrent aux réunions, mais quand ils demandèrent à leurs parents de les laisser aller à l'église

20

BRÈVES

DE

MOLDAVIE

☛ La Moldavie est située à l'ouest de la Russie, le long de l'Ukraine et de la Roumanie. Ses quatre millions et demi d'habitants se partagent presque à égalité les villes et la campagne. ☛ En 2006, il y avait près de 12 000 adventistes en Moldavie, soit un adventiste pour 383 habitants. Près de la moitié des Moldaves sont chrétiens orthodoxes. Les autres confessions chrétiennes représentent environ 15 % de la population. ☛ Une partie de l'offrande du treizième sabbat permettra la construction d'une église dans la capitale, Chis¸inaˇu (Kichinev).


KAZAKHSTAN

LE FILS DU PARRAIN 1er Mars Meity Ismailov Il fuit à l'étranger pour éviter d'être capturé par la police, mais il fut capturé par Dieu.

M

itia avait tout ce qu'il voulait. Sa famille vivait au Kazakhstan. [Situez ce pays sur la carte.] Son père était un membre riche et puissant d'un syndicat criminel. Des gens travaillaient pour lui dans son pays et à l'étranger. Nuit et jour, on venait le voir, souvent avec des valises pleines d'argent. Mitia était fier de son père et du respect que tous avaient pour lui. Adolescent, Mitia se dit qu'aller en classe était une perte de temps. Son père n'avait pas fini ses études, or il était riche et puissant. Mitia n'irait plus à l'école. Il fit la fête, se mit à boire et à se droguer.

Pour financer un mode de vie aussi prodigue, Mitia décida de monter sa propre « affaire », comme son père. Grâce aux conseils de ce dernier, Mitia employa des hommes qui travaillaient pour lui et lui apportaient de l'argent. Il avait grandi dans le monde du crime et ne se souciait pas de savoir si ses activités étaient bonnes ou mauvaises tant qu'on le payait bien. Tout se passa bien jusqu'au jour où deux membres du gang de Mitia furent arrêtés. Ils le dénoncèrent en révélant

En fuite Mitia s'enfuit dans un pays voisin jusqu'à ce que la police se lasse de le chercher. Il ne pouvait plus continuer de travailler et se retrouvait avec du temps, du temps pour réfléchir. Quelqu'un lui donna de la littérature chrétienne, qu'il lut entièrement. Ces brochures évoquaient une vie très différente de tout ce qu'il avait connu, une vie fondée sur l'amour, non sur le mal et la violence. Il se demanda si une telle vie était réellement possible. Les brochures se référaient à la Bible et Mitia en chercha une. Il en trouva un exemplaire dans une pile de vieux livres sur le marché. Il commença à la lire sans pouvoir s'arrêter. Il devint mécontent de sa vie. Voler, tuer, faire la fête et se droguer ne l'attirait plus. Il aspirait à une vie paisible, remplie d'espérance — la vie dont parlait la Bible, la vie en Jésus.

De retour à la maison Mitia voulait dire à sa famille et à ses amis qu'il existait une meilleure façon

MISSION ADVENTISTE DIVISION EURASIATIQUE

Sur les traces du père

qu'il était leur chef et la police émit un mandat d'arrêt contre lui. Quelqu'un l'avertit et il quitta la ville.

21


de vivre. Il se glissa de l'autre côté de la frontière et rentra chez lui. Dès qu'il fut rentré, il fut arrêté. Il apprit que ses deux amis avaient été condamnés à mort. Il risquait le même sort. Seul dans sa cellule, Mitia réfléchit à son avenir. Il trouvait du réconfort dans la Bible. Des prisonniers qui le connaissaient de réputation lui demandèrent pourquoi il lisait la Bible. Il leur dit qu'il avait trouvé Dieu dans ce livre et qu'il avait changé. Il fit part aux autres prisonniers du message de pardon divin. Il priait pour sortir de prison et commencer une nouvelle vie, si telle était la volonté de Dieu. Miraculeusement, trois mois après son arrestation, il fut libéré.

MISSION ADVENTISTE DIVISION EURASIATIQUE

Une vie nouvelle en Christ De retour chez lui, Mitia voulait trouver des réponses à ses questions. Il se souvint d'une voisine chrétienne et se rendit chez elle. Quand elle le vit à la porte, elle fut surprise, mais l'invita à entrer. Elle lui expliqua que le sabbat correspondait au samedi et lui montra des versets bibliques qui le confirmaient. Elle lui parla d'un petit groupe de chrétiens qui se réunissait dans une maison voisine pour adorer Dieu tous les sabbats et l'invita. Mitia accepta d'y aller avec elle. Mitia s'y rendit tous les samedis, ébahi de constater que les adventistes enseignaient tout ce qu'il avait lu dans la Bible. Quand ses anciens amis venaient le chercher pour aller boire ou jouer avec de l'argent, ils l'entendaient répondre

22

avec surprise : « J'ai une vie nouvelle, maintenant. J'en ai fini avec tout cela. J'ai construit ma vie sur Dieu et son amour. » L'amour de Dieu transforma à tel point la vie de Mitia que ses parents et amis l'écoutèrent quand il expliqua que Jésus était désormais son Seigneur, non le crime. Au lieu de lui tourner le dos, ils respectèrent son nouveau mode de vie et l'écoutèrent quand il leur disait ce que Dieu faisait pour lui. Aujourd'hui, ce fils d'une famille de parrains n'a que le désir de conduire celle-ci aux pieds de Jésus, son nouveau maître. Vos offrandes missionnaires nous fournissent des brochures qui conduisent chaque jour à Dieu chaque jour des personnes en recherche. Merci de nous aider à proclamer Dieu au monde.

Meity Ismailov vit au Kazakhstan.

BRÈVES

DE

KAZAKHSTAN

☛ Environ la moitié des habitants du Kazakhstan est musulmane ; l'autre moitié est chrétienne orthodoxe. ☛ Une partie de l'offrande du treizième sabbat permettra de finir la construction d'un centre social destiné à l'évangélisation à Almaty, la plus grande ville du Kazakhstan.


OUZBÉKISTAN

DÉLIVRÉ, ENFIN ! Sergei cherchait en vain à arrêter la drogue ; c'est alors que Dieu entra dans sa vie. 8 mars Sergei Alekseev

T

u pars ! Maintenant ! » me dit mon ami. J'acquiesçai silencieusement, ramassai mon sac et quittai la maison de mon ami pour me retrouver dans l'air froid de l'hiver. « Où aller, maintenant ? » me demandai-je. Le vent glacial se moquait, car je n'avais nulle part où aller. J'avais frappé chez mon ami une semaine plus tôt, je cherchais un endroit chaud où dormir. Mon ami convainquit ses parents de m'accueillir pour quelques jours. Mais quand ils découvrirent que j'avais volé des choses pour m'acheter de la drogue, je me retrouvai à la rue.

J'étais un drogué. Les drogues m'avaient à ce point détruit que je ne pouvais plus travailler. Je marchais à l'aide d'une canne ou de béquilles. J'empruntai de l'argent à tous ceux que je connaissais — et j'en volai quand je ne pouvais emprunter — pour acheter de la drogue. Ma femme et mes enfants m'avaient quitté et je redoutais de retourner dans mon appartement de peur que la police ou quelqu'un à qui je devais de l'argent ne m'y attende. C'est

Un avertissement Quand je recevais ma petite pension du gouvernement, je la dépensais aussitôt pour acheter de la drogue. Quelqu'un me trouva évanoui dans la rue et je me réveillai à l'hôpital. « Vous allez mourir, me dit le docteur. La drogue vous aura tué dans quelques mois si vous ne changez pas de vie. » Je l'écoutai mollement tandis qu'il continuait : « Nous vous gardons ici quelques jours, puis nous vous enverrons dans un centre de désintoxication. Cessez la drogue ou elle vous tuera. » Quand le docteur fut sorti, je songeai : « Comment en suis-je arrivé là ? » Je ne voulais pas mourir ! Je sortis péniblement de la chambre pour aller m'asseoir sur un banc au soleil et essayer d'y voir clair. « Et maintenant ? » songeai-je. Mais aucune réponse ne vint.

MISSION ADVENTISTE DIVISION EURASIATIQUE

Une triste histoire

pourquoi je dormais dans la rue. Un jour, je retournai dans mon appartement pour découvrir qu'il avait été mis à sac et les fenêtres brisées. Je dormais sur des bancs, dans des allées, là où je pouvais. Ma vie était un enfer et je tombai plus bas que je n'aurais jamais cru possible pour un être humain.

23


J'aperçus alors un ancien camarade de classe. Cela faisait dix ans que je ne l'avais vu. Je l'appelai et il s'approcha. Il parut choqué en me voyant si malade. Nous discutâmes pendant quelques minutes, puis il se mit à me parler de Dieu. Je me demandai s'il cherchait à me faire rejoindre quelque groupe religieux étrange, mais il me parla de la prière. Il me dit que Dieu me sauverait de ma dépendance si je le lui demandais et si je croyais en lui. Il m'expliqua comment prier. Cette nuit-là, je priai comme il me l'avait montré et pour la première fois depuis des mois, je m'endormis facilement. Je me réveillai le lendemain avec un sentiment de joie. Les infirmières furent surprises de mon changement.

MISSION ADVENTISTE DIVISION EURASIATIQUE

Un tournant dans ma vie À partir de ce jour-là, je priai tous les jours, demandant à Dieu de me protéger de la drogue. Et Dieu m'exauça ! Je ne pris plus jamais de drogue. Je déclarai à tous les drogués de ma connaissance que la puissance de Dieu pouvait les sauver de leur dépendance, tout comme il m'en avait délivré. Je les invitai dans mon appartement, où nous priâmes ensemble. Je les aidai à proclamer la puissance de Dieu pour qu'ils soient guéris. Mon ami m'avait parlé de l'Église adventiste du septième jour. J'en cherchai une et la fréquentai. Les membres me témoignaient de l'amour — l'amour de Dieu. Ils m'aidèrent à ne pas reprendre de la drogue. En voyant ce que Dieu et ses enfants faisaient pour moi, je lui donnai ma vie.

24

Comme je mangeais plus sainement et prenais davantage soin de mon corps, ma santé revint. Je n'avais plus besoin de béquilles ni d'une chaise roulante pour me déplacer, je pouvais marcher sans aide. Je rêvai d'un centre de désintoxication pour aider des drogués comme on m'avait aidé. Les membres d'église partagèrent ma vision et m'aidèrent à collecter de l'argent pour ouvrir ce centre. Il me fallut de nombreuses années pour réaliser ce rêve, mais aujourd'hui, Dieu se sert de moi pour aider des drogués à briser les chaînes de leur dépendance. (Continue à la page 31)

BRÈVES D'OUZBÉKISTAN ☛ L'Ouzbékistan fait partie de l'Union du Sud (qui inclut également le Kazakhstan, le Kirghizstan, le Tadjikistan et le Turkménistan). L'Ouzbékistan est le pays le plus peuplé de l'Union du Sud, avec 26,8 millions d'habitants. ☛ L'islam est la principale religion de l'Ouzbékistan, ainsi que de toute l'Asie centrale. 1 329 adventistes vivent en Ouzbékistan, soit un croyant pour 20 000 personnes.

OPPORTUNITÉS ☛ L'offrande du treizième sabbat permettra de terminer un centre social destiné à l'évangélisation et comportant une église, à Almaty, au Kazakhstan.


KAZAKHSTAN

EXISTE-T-IL GLOIRE PLUS GRANDE ? 15 mars Tel que raconté par Ulzhan Omarbekova

U

Un nouveau départ Elle rencontra un jour un jeune homme qui lui demanda si elle croyait en Dieu. Ulzhan répondit positivement et le jeune homme lui fit part de sa foi, lui montrant des livres religieux. Ulzhan en acheta plusieurs et se hâta de rentrer chez elle pour les lire. Une fois sa lecture commencée, elle ne parvint plus à s'arrêter ! « Ces livres ont bouleversé ma vie, disait Ulzhan. Je riais de joie à l'idée que Dieu m'aimait

autant et je pleurai quand je compris le sacrifice qu'Issa [Jésus] avait fait pour moi. Je me repentis de mes péchés et sentis le pardon de Dieu se répandre sur moi. Ces livres contenaient des vérités puissantes dont j'ignorais tout et je savais qu'elles venaient de Dieu. Je dis à tous ceux qui voulaient bien m'écouter qu'Issa les aimait. » Ulzhan voulut adorer Dieu avec les jeunes qui lui avaient vendu les livres. Mais où donc rendaient-ils leur culte ? Comment trouver leur église ? Instinctivement, elle savait qu'ils n'adoraient Dieu dans aucun des temples luxueux ou des magnifiques mosquées de sa ville. Leur église devait être une maison de prière toute simple. Elle retourna à l'endroit où le jeune homme lui avait vendu les livres. À sa grande joie, lui et ses amis s'y trouvaient. Ulzhan leur raconta son itinéraire spirituel et leur demanda où ils rendaient leur culte. Le jeune homme lui expliqua où se trouvait leur maison de prière et l'invita à venir le sabbat. Le sabbat suivant, Ulzhan assista au culte adventiste pour la première fois dans une maison privée. Ulzhan observa et écouta, absorbant tous les aspects de ce culte. C'était un culte tout simple, au cours duquel des gens simples priaient et adoraient ensemble. Pas d'icônes sur les murs ; pas d'encens brûlant sur l'autel. L'atmosphère était pleine de révé-

MISSION ADVENTISTE DIVISION EURASIATIQUE

lzhan salua la foule qui l'acclamait et quitta la scène pour la dernière fois. Pendant vingt-cinq ans, Ulzhan avait chanté avec bonheur dans les villes et les villages de l'ancienne Union Soviétique. Tout au long de sa carrière, à une époque où la religion n'était guère populaire, Ulzhan avait eu foi en la présence de Dieu à ses côtés. Ulzhan grandit dans la maison de sa grand-mère au Kazakhstan. Celle-ci, profondément religieuse, ne parlait pas beaucoup. Mais elle enseignait par l'exemple. Ulzhan la revoyait en train de prier cinq fois par jour. L'influence de sa grand-mère perdura toute sa vie. Même quand elle était devenue célèbre, elle avait continué de prier avant chacune de ses apparitions sur scène, demandant à Dieu de l'aider à bien chanter. Quand Ulzhan prit sa retraite, elle retourna au Kazakhstan.

25


rence. Ulzhan se sentit en paix comme jamais auparavant. Ses nouveaux amis l'invitèrent à des réunions d'évangélisation qui avaient lieu non loin. Elle s'y rendit et participa à la classe de préparation au baptême. Elle ne tarda pas à être baptisée. Elle participa à la chorale et sa voix aux sonorités pleines de richesse donna de la puissance aux vieux hymnes adventistes. Ulzhan ne put garder sa foi nouvelle pour elle seule. Elle raconta sa découverte à ses amis et les invita à adorer Dieu avec elle. Elle anima chez elle de petites réunions où elle parlait de Dieu. Grâce à son témoignage, beaucoup de ses amis acceptèrent Jésus comme leur Sauveur et rejoignirent l'Église adventiste.

MISSION ADVENTISTE DIVISION EURASIATIQUE

Des réunions dans les villages Ulzhan mit au point des séries de leçons religieuses à utiliser auprès des membres de la religion dominante. On l'invita à partager sa foi dans les villes et villages environnants. Un jour, Ulzhan rencontra un adventiste appelé Aman. Il lui dit que sa famille ne comprenait pas sa foi et l'invita à venir dans son village pour donner des enseignements sur le Christ. Quand elle arriva, elle trouva la maison pleine de monde. Certains s'agglutinaient sur le seuil, d'autres aux fenêtres, impatients de l'entendre. Pendant trois jours, Ulzhan discourut du matin au soir. Un soir, la leçon dura jusqu'à près de minuit. Les gens ne partaient pas. Ils étaient impatients de l'entendre encore et l'assaillaient de questions. « Pourquoi personne ne nous a jamais parlé de ces choses ? » demanda quelqu'un. À la fin des trois jours, un orateur se leva et dit à Ulzhan qu'ils avaient voté pour lui demander de res-

26

ter au village et d'être leur chef religieux. « Nous vous procurerons une vache et un appartement », lui dit-il. Ulzhan déclina poliment l'offre, car elle avait d'autres villages à voir, d'autres gens à enseigner. Mais son travail avait été fructueux, car aujourd'hui, une petite congrégation de croyants grandit dans le village. Ulzhan pensait que sa carrière sur scène avait été riche et épanouissante, mais Dieu lui réservait quelque chose de meilleur encore. « Découvrir Jésus et partager son amour, voir les gens sortir de l'obscurité pour se tourner vers la lumière de l'amour divin — existe-t-il gloire plus grande ? » dit-elle. Vos offrandes missionnaires soutiennent l'œuvre accomplie au Kazakhstan et dans toute la Division Eurasiatique, où des millions de personnes aspirent à découvrir la lumière de l'amour de Dieu. Ulzhan Omarbekova est ouvrière laïque et annonce le Christ au Kazakhstan.

BRÈVES

DU

KAZAKHSTAN

☛ Le Kazakhstan est une nation principalement musulmane, située au sud de la Russie. [Procurez-vous une carte où vous situerez ce pays.] Il y a 3 239 adventistes pour une population de 15,3 millions d'habitants, soit un adventiste pour 4 724 habitants.

OPPORTUNITÉS ☛ Une partie de l'offrande du treizième sabbat permettra la construction d'un centre social destiné à l'évangélisation à Almaty, au Kazakhstan.


ASIE

CENTRALE

UNE FAMILLE MISSIONNAIRE 22 mars Raconté par María Vatanovich Quand des missionnaires s'installent en territoire inconnu, la famille toute entière s'implique dans l'œuvre de Dieu

J

partement. Ma mère avait avec elle mon frère, un bébé, mais la police ne la laissa pas partir. Mes parents donnèrent des réponses honnêtes, en disant que nous étions adventistes. Tout au long de leur épreuve, mes parents priaient pour avoir l'occasion de partager l'amour de Dieu avec ces officiels. Après des heures d'interrogatoire, le chef de la police demanda à mon père une Bible pour enfants et des cours bibliques. Puis il laissa mes parents partir. Dieu transforma une situation délicate en bénédiction et nous le remerciâmes.

À nouveau logement, nouvelles difficultés Mes parents trouvèrent une petite maison dans un autre coin de la ville, où nous emménageâmes. Mais notre présence fut annoncée dans la maison de culte locale et les ennuis recommencèrent. Des gangs d'adolescents vinrent nous menacer à notre porte, nous cherchant querelle. Mon père leur rappela avec douceur que leur comportement ne correspondait pas aux paroles de leur livre saint ; il leur en lut quelques versets et les jeunes s'en allèrent. Nous étions réveillés par des pierres lancées sur le toit métallique ou cassant les vitres des fenêtres. Quelqu'un pénétra dans la maison et vola l'équipement coûteux de mon père. La police revint, nous

MISSION ADVENTISTE DIVISION EURASIATIQUE

[Demandez à une adolescente de présenter ce récit.] e m'appelle Maria. Ma famille et moimême sommes missionnaires en Asie centrale. Nous nous installâmes dans l'une des grandes villes de cette région en 2005. Nous ne connaissions personne dans cette ville à notre arrivée, mais nous étions impatients de partager l'amour de Dieu. Il nous fallait d'abord trouver un logement. Mes parents cherchèrent un appartement pendant plusieurs jours. Quand les gens apprenaient que nous étions chrétiens — et missionnaires, en plus — ils disaient à mes parents de partir. Sûrement que mes parents se sentirent un peu découragés. Finalement ils trouvèrent un appartement qu'ils louèrent. Immédiatement, nous nous fîmes des amis. Mais les gens semblaient effrayés à l'idée de nous parler. Nous apprîmes alors que le moniteur de la maison de culte locale avait déconseillé aux habitants de parler aux « nouvelles personnes arrivées en ville », c'est-à-dire, nous ! D'autres rendirent notre travail et notre vie difficiles. Un jour, la police nous rendit visite et emmena mon père et ma mère au poste de police. Elle les questionna pendant des heures, examina leurs documents et lut les brochures qu'elle trouva dans l'ap-

27


accusant de distribuer de la drogue au voisinage. C'était faux, mais nous dûmes subir un interrogatoire. À travers toutes ces difficultés, mes parents restèrent fidèles à Dieu et à leur vocation en tant que missionnaires de cette ville. Peu à peu, les gens cessèrent de nous harceler et se mirent à écouter notre message sur l'amour de Dieu.

MISSION ADVENTISTE DIVISION EURASIATIQUE

L'occasion de partager Souvent, on m'arrêtait dans la rue pour me demander : « Qui êtes-vous et pourquoi êtes-vous ici ? » Une jeune fille me posa cette question avant de devenir mon amie. Elle s'appelait Fatima. Quand elle me demanda pourquoi nous nous étions installés ici, je lui répondis que nous étions venus faire connaître Jésus-Christ. Je l'invitai à venir chez moi en apprendre davantage sur Jésus, si elle le désirait. Fatima vint nous voir et nous écouta raconter des histoires sur Jésus. Elle posa de nombreuses questions sur Dieu et nous y répondîmes en citant son livre saint plutôt que la Bible. Mais elle nous surprit en nous demandant de lui apprendre les enseignements de la Bible. Nous lui donnâmes des cours bibliques et Fatima vint régulièrement chez nous. Elle amenait parfois avec elle son frère ou sa sœur. Quand elle apprit que nous projetions d'animer un séminaire sur la santé dans le voisinage, elle nous traduisit les textes dans la langue locale. Après avoir suivi des cours bibliques pendant un certain temps, Fatima demanda le baptême. Elle est maintenant membre de l'Église adventiste de notre ville. Les enseignants de mon école annon-

28

cèrent une réunion avec les parents un samedi. Je le dis à ma mère, qui se rendit à l'école. Elle expliqua à une enseignante que nous étions croyants et que nous ne participions pas à des activités profanes le samedi. Au lieu de se fâcher, l'enseignante voulut en savoir davantage sur nos croyances. Elle commença des études bibliques avec mes parents ! Je parlai de ma foi à Nadia, une autre camarade de classe. Nadia le raconta à sa mère, qui devint l'amie de la mienne ! La mère de Nadia assista à des séminaires animés par mes parents et Nadia vint assister au culte avec nous le sabbat. N'ayant pas le même professeur que moi, elle expliqua à ce dernier qu'elle ne viendrait pas en classe le samedi, parce qu'elle allait à l'église ce jour-là. Il n'est pas facile d'être missionnaire en Asie centrale, mais Dieu nous donne de la patience et nous accorde de nouveaux amis en Jésus. Vos offrandes missionnaires permettent à des missionnaires comme nous, dans des régions difficiles, de partager l'amour de Dieu avec ceux qui n'ont jamais entendu parler de lui. Merci ! Maria Vatanovich et sa famille, pionniers de Mission globale, travaillent en Asie centrale.

BRÈVES D'ASIE

CENTRALE

☛ L'Asie centrale comprend des pays tels que le Kazakhstan, le Kirghizstan et le Tadjikistan. ☛ Il y a environ 26,8 millions d'habitants en Asie centrale, dont 6 600 adventistes, c'est-àdire, un adventiste pour 8 943 habitants.


PROGRAMME DU TREIZIÈME SABBAT « Annoncer le Christ en Eurasie »

C ANTIQUE S ALUTATIONS P RIÈRE P ROGRAMME O FFRANDE C ANTIQUE

« Entends-tu le chant joyeux ? » Hymnes et louanges, no 215 Le directeur de l'École du sabbat ou un moniteur « Annoncer le Christ en Eurasie » Chant appris par les enfant pendant le trimestre « Annonçons partout » Hymnes et louanges, no 212

P RIÈRE

Participants : Trois orateurs. [Les participants n'ont pas à mémoriser leur texte, mais ils doivent le connaître suffisamment pour ne pas avoir à le lire dans sa totalité. Faitesles répéter de sorte qu'ils soient à l'aise et mettent l'intonation appropriée.] Accessoires : : Une grande carte de la Division eurasiatique (scannez la carte du questionnaire et projetez-la sur écran).

les Russes et autres peuples sont plutôt catholiques orthodoxes. Les Kazakhs vivent davantage dans les petites villes et les zones rurales, tandis que les Russes et autres populations vivent au nord du pays dans les grandes villes. L'église cherche à avoir davantage d'emprise dans cette région. Aujourd'hui, la nation compte 15 millions d'habitants, dont environ 3 200 sont adventistes, soit un adventiste pour 4 600 habitants. Une évangélisation

MISSION ADVENTISTE DIVISION EURASIATIQUE

Orateur 1 : [Situez sur une carte Almaty, au Kazakhstan] Le Kazakhstan est situé au sud de la Russie en Asie centrale. Au temps des Soviets, de vastes populations de Russes, d'Ukrainiens et autres groupes ethniques furent déplacés au Kazakhstan. Aujourd'hui, environ 60 % des habitants de ce pays, ou Kazakhs, en sont originaires, tandis que 30 à 40 % sont Russes ou autres. Les Kazakhs sont traditionnellement musulmans, tandis que

29


MISSION ADVENTISTE DIVISION EURASIATIQUE

à grande échelle n'est pas possible la plupart du temps, aussi l'église comptet-elle sur une évangélisation personnelle pour amener les gens à connaître Jésus. L'église, au Kazakhstan, construit un centre social destiné à l'évangélisation au cœur d'Almaty, la plus grande ville de ce pays. Ce centre est presque achevé. Il comprendra une clinique de santé et une clinique dentaire, une école de langue anglaise, des salles pour séminaires et conférences et une église. Ce centre promet d'être un puissant outil d'évangélisation dans cette ville clef d'Asie centrale. L'offrande du treizième sabbat permettra à ce centre d'achever ses bâtiments et d'ouvrir ses portes à ceux qui ne connaissent pas encore Jésus. Aidons à terminer ce projet et à rendre réel ce rêve offert aux habitants d'Almaty et du Kazakhstan. Orateur 2 : [Soyez prêt à situer sur la carte la Biélorussie et la Moldavie, ainsi que les villes de Krasnodar, Irkoutsk et Petropavlovsk-kamtchatski en Russie.] Dans toute l'Eurasie, les congrégations ont besoin de lieux de culte. De nombreuses congrégations créées à la suite de l'ouverture de cette région à l'Évangile à la fin des années 1980 et au début des années 1990 se réunissent toujours dans des salles louées. Beaucoup de congrégations plus anciennes perdirent leurs églises à l'époque du communisme. L'offrande du treizième sabbat aidera cinq congrégations à construire de nouveaux lieux de culte ou à compléter des

30

projets en cours de construction et situés dans des régions reculées de l'Eurasie. [Situez ces endroits sur la carte au fur et à mesure que vous les nommez.] Ces églises se trouvent dans les villes suivantes : ☛ Brest, importante ville industrielle de la Biélorussie ; ☛ Chis¸inaˇu, anciennement Kichinev, capitale de la Moldavie ; ☛ Krasnodar, en Russie, près de la mer Noire ; ☛ Irkoutsk, en Russie, près du lac Baïkal ; ☛ Petropavlovsk-kamtchatski, important port maritime russe sur l'océan Pacifique. En aidant ces congrégations à terminer leurs églises, nous aiderons d'autres congrégations à construire les leurs. Que nos moyens profitent à tout le territoire russe pour que ces églises soient construites ! Orateur 3 : Les besoins sont grands en Eurasie et certains signes indiquent que nous n'avons que peu de temps pour annoncer l'évangile dans cette région du monde. Nous avons la possibilité aujourd'hui de faire progresser plus rapidement le message du salut dans ce vaste champ missionnaire de l'Église adventiste. Nous vous invitons, quand se présentera la collecte, à faire une offrande généreuse et un sacrifice pour que des rêves et des miracles se réalisent aujourd'hui en Eurasie. [Recueillir l'offrande]


UNE DERNIÈRE MAISON (Continuation de la page 20) conduite si exemplaire que leurs parents cessèrent de s'opposer à ce qu'ils fréquentent l'Église adventiste. Quand les plus jeunes demandèrent à y aller avec Natacha, Vania et Léna, les parents acceptèrent. Natacha est sûre qu'un jour, toute sa famille sera réunie dans la foi adventiste. Anatole est si content de ne pas avoir ignoré la dernière maison de la rue ! Parce qu'il se montra fidèle, il se

fit de nouveaux amis et présenta toute une famille au Sauveur. Nos offrandes missionnaires permettent d'avoir des fonds pour évangéliser dans notre pays et dans le monde entier. Merci de vos dons. Anatole Chobanu avait treize ans quand il rencontra la famille Moldovanu et leur fit connaître Jésus. Charlotte Ishkanian est rédactrice à MISSION.

DÉLIVRÉ, ENFIN ! (Continuation de la page 24) pour les offrandes missionnaires généreuses que vous donnez chaque semaine. Elles permettent à l'amour de Dieu d'illuminer des âmes obscurcies comme l'était la mienne et comme le sont celles des personnes avec qui je travaille actuellement. Vos offrandes sauvent des vies pour l'éternité. Sergei Alekseev dirige un centre de désintoxication en Ouzbékistan.

Directeur : Gary Krause Conseiller : Carlyle Bayne Rédactrice en chef : Charlotte Ishkanian Édition française : Sabine Honoré Traduction : Sandra Messiez Mise en page : Sonia A. Garza (ISSN-0190-4108) Publié trimestriellement par le Département de l’École du sabbat de la Division interaméricaine, 8100 S.W. 117th Avenue, Miami, Floride 33183, EE.UU. Premier trimestre 2008. Volume 17, numéro 1.

MISSION ADVENTISTE DIVISION EURASIATIQUE

Je vis la puissance de Dieu transformer de nombreuses vies. Je suis convaincu qu'il est capable de changer la vie de tout homme, quelle que soit la durée de sa dépendance ou ce à quoi il est dépendant. Dieu délivre quiconque le lui demande. Mais Dieu fit davantage que me délivrer de la drogue. Il me témoigna son amour par l'intermédiaire des membres d'église et il me sauva. Merci

31


Projets :

L’offrande du treizième sabbat de ce trimestre permettra la réalisation des projets suivants :

Almaty, Kazakhstan.

1 Construction d’un centre social et d’une église en ●

Russie.

2 Construction d’églises en Biélorussie, Moldavie et ●

1 972

73 61

Églises 158 114 153 103 877 433

143 459

4 991 3 628

Membres 10 093 9 338 11 736 6 815 61 513 35 345

278 787 000

9 776 000 8 009 000

Population 34 114 780 22 454 925 4 206 000 58 748 000 47 110 000 94 367 895

Pour plus de renseignements, visitez www.adventistmission.org

Unions Caucase Russie de l’Est Moldavie Sud Ukraine Russie de l’Ouest Territoires adjoints Fédération de Biélorussie Mission de l’Extrême Orient Totaux

*Totaux selon le Seventh-day Adventist Yearbook 2006


08-1Q-MQ-A(French)