Issuu on Google+

GEM IN WAY

PLONGEZ DANS LE BAIN DU TRAVESTISSEMENT

GIW N째 26 MARS

IW G


SOMMAIRE P4

S W NE

R E I SS O D 6 P TU C 4A 1 P SIE EMILE E O REDAC’ CHEF 6P 1 P N G IC S EM U G M 2 EC 2 V P A C « S’il y a bien un thème qu’il faut aborS E ’ der en ESC, c’est le travestissement » T S O Sacha Guitry P E L 0 Sacha l’a dit, nous l’avons compris. Et à Xpression, on traP3 vaille en profondeur, on ne se contente pas d’une analyse superfi-

cielle, on creuse sous le mascara ! L'ESC vous a révélé à peu près tous ses secrets. La campagne des listes BDE s'est achevée avec trois jours mémorables, la Comu n'a pas fait mentir sa réputation en faisant cette année encore un tabac, et le Challenge Altigliss est imminent. Et nous qui étions, il y a peu, de véritables machines à travailler en prépa ou un peu glandeurs à la fac*, on en vient à imputer à l’École « l’impression de régresser intellectuellement ». À d’autres ! Nous voilà transformés en fêtards ingrats. Alors, habile maquillage ou mise à nu humiliante ? Quoi qu’il en soit, sous son déguisement, le roi est à poil. Emile Grihangne *Depuis le début de mon mandat de rédacteur en chef, pas la moindre réaction, message insultant ou menace de mort. Est-ce bien normal ? Je ne crois pas. **Idem

GIW GEM IN WAY


Mémo

3

Quelqu’un d’autre "Qui n'a jamais eu envie de devenir «quelqu'un d'autre» ? Celui que l'on a toujours voulu être ? Celui qui n'aurait pas abandonné, en cours de route, ses rêves et ses désirs ? Un soir, dans un bar, deux inconnus se lancent un pari. Ils se donnent trois ans, pas un jour de plus, pour devenir «cet autre ». Mais on ne devient pas quelqu'un d'autre impunément. On risque, pour le pire et le meilleur, de se retrouver soi-même..."

I

l s’agit là du synopsis du roman de Tonino Benacquista paru en 2002 et intitulé Quelqu’un d’autre. Lorsqu’on lit ce livre, l’histoire nous semble au début carrément capillotractée et digne d’un bon roman de science-fiction. Cependant au fil des pages, la question de devenir quelqu’un d’autre nous aussi nous effleure l’esprit. Comme le dit si bien Benacquista, qui n’a jamais rêvé d’être quelqu’un d’autre ? Au moins pour un instant… La réponse est : Personne, comme en témoignent de nombreux événements. Pour commencer prenons les carnavals : que ce soient ceux réputés et célèbres, de Venise ou de Rio, ou encore le carnaval fêté chaque année par tous les enfants. Cette année, je veux être une princesse ! Et moi un pompier ! Classique. A partir du plus jeune âge, le déguisement nous permet de nous mettre dans la peau de quelqu’un d’au-

tre, de fantasmer librement à propos de ce que ou de qui nous aimerions être. Prenons ensuite l’exemple des soirées déguisées/masquées. Il est vrai que par rapport aux enfants, les adultes qui se déguisent sont moins tolérés… Alors, quand une telle soirée se présente, autant en profiter ! On se déguise, on se masque, on se maquille, on se met dans la peau de quelqu’un d’autre : une princesse hindoue, Wonder Woman ou bien un pirate, un chanteur des années 70… La liste est infinie Le déguisement, le fait de devenir quelqu’un d’autre est tout simplement une échappatoire, un moyen pour quiconque d’oublier ses problèmes, ses soucis, ses tracas du quotidien ou du moins d’essayer. Mais ce jeu ne peut durer qu’un temps, car on finit toujours par se retrouver, même si par-

fois, c’est la réalité qui nous met face à nous-mêmes. Il arrive que certaines personnes jouent à se déguiser et à être quelqu’un d’autre en permanence, au sens figuré bien entendu ! Ils se font passer pour ce qu’ils ne sont pas, pour ce qu’ils auraient tant voulu être. Mais on finit toujours par les démasquer, comme le dit le fameux proverbe « Chassez le naturel, il revient au galop » ! Quoi qu’on fasse on ne peut pas se défaire de qui l’on est vraiment. Il est souvent difficile de savoir précisément qui l’on est, et il est bien plus facile pour nous de ne pas se poser la question et de se faire passer pour quelqu’un d’autre, mais un jour ou l’autre on risque de le découvrir à nos dépens alors posons-nous les bonnes questions avant que les réponses ne nous frappent en plein visage car nous n’y aurons pas été préparés. Catherine Carow

Agenda Du 19 au 21 Mars : Pars à Barcelone avec Aloha 25 mars : le Gala et Aloha s’associent pour le Gala GGSB Du 26 mars au 2 avril : Altigliss Challenge Le 5 avril : GP Journée Orientale Le 6 avril : le monde des médias et du journalisme t’intéresse, le Forum est là pour toi ! Le 8 avril : GP Carnaval de Rio Le 10 avril : Raid Chartreuse

GIW GEM IN WAY


4

GP

Du Show et du Challenge ! Il s’en passe des choses dans cette drôle d’école. Après avoir déclamé leur production dramatique devant leurs camarades et sous l’œil théâtral de Laurent Lesavre, les étudiants vont pouvoir assister à une prestation originale des permanents. L’occasion de voir les profs, administrateurs et autres référents tomber le costard et enfiler le costume, le vrai ! Dans un autre registre, mais tout aussi divertissant ; le Challenge Gem dans 10 ans sera bientôt clos, c’est le moment de laisser parler votre imagination et votre créativité.

E

n effet, en Mars ont lieu un événement et un concours à l’école : le concours des permanents, enfin le Show de GEM dans 10 ans, j’en perds mes mots ! Reprenons d’une manière un peu plus structurée Le Show de permanents : Il aura lieu le 23 mars (ce soir, si je ne me trompe pas) à 20h30 dans l’auditorium. Vous y découvrirez vos professeurs et autres permanents (une vingtaine au total) sous un jour nouveau, comédiens le temps d’une soirée. Citons quelques vedettes, pour achever de vous convaincre ; en tête d’affiche, le truculent Marc Humbert et l’impayable Jean-Marc Huissoud enchaîneront les répliques dans réinter-

GIW GEM IN WAY

prétation inédite des textes de Ray- groupe Facebook du « Chalenge GEM mond Devos, le regretté rigolo. dans 10 ans ». Le jury le prononcera en avril et les Le Challenge Gem dans 10 ans : prix seront décernés pendant la CéréIl s’agit d’un concours lancé il y a monie des GP ! quelques semaines pour l’école qui Une adresse : Challenge GEM dans 10 consiste à imaginer votre école dans ans ! 10 ans que vous soyez étudiants, permanents, anciens, mascottes… Gwen Légal et Emile Grihangne Le principe est simple : on vous propose d’imaginer comment vous voyez GEM dans 10 ans et d’en faire un projet… Les projets gagnants verront leurs auteurs récompensés par des lots (1000€ en tout !) et un projet sera réalisé par l’Ecole ! A vous d’imaginer un projet qui vous tienne à cœur et qui reste crédible tout en faisant preuve d’originalité. Il vous suffit ensuite de le poster sur le


Portrait

5

Ce mois-ci, j’ai décidé de vous faire découvrir l’expérience asiatique hors du commun vécue par Alexandre VigierCarrière, jeune étudiant de 24 ans en Msc Innovation, Stratégie et Entrepreneuriat de GEM. Oui, les parcours atypiques existent encore GIW : Pour quelles raisons as-tu été amené à vivre en Chine et quelles ont été tes expériences les plus marquantes ?

ment Facebook, Youtube et Twitter sont bloqués mais la facilité déconcertante avec laquelle on peut contourner cette interdiction me laisse penser qu’il s’agit plus d’un soutien du gouverAlex : Je suis parti en 1ère, au lycée nement pour le développement des français de Shanghai, pour une immer- concurrents chinois Tudou et Renren. sion d’un an au sein d’une famille chinoise. A la fin de cette année, on m’a GIW : Comment nous, occidentaux, offert l’opportunité d’y passer mon sommes perçus en République popuannée de Terminale, mais cette fois en laire de Chine? totale autonomie, afin d’obtenir mon Bac, à Pékin cette fois. En 2006, je rentre en France pour intégrer Euromed Marseille en post-Bac (Cesemed). J’ai choisi ce programme en spécialisation Asie car il me permettait de confirmer mon expérience en Chine grâce à un échange de 2 années avec Tongji University et d’obtenir un double diplôme. Pendant ces 4 années, j’ai eu la chance de rencontrer des personnes formidables provenant d’horizons différents avec qui je m’efforce de garder contact. J’ai visité des pays et régions Alex : Je crois qu’ils nous perçoivent splendides (Mongolie, Cambodge, comme de riches blancs qui pensent plus à nos loisirs et notre confort qu’à Laos…). notre travail. Evidemment il est difficile GIW : As-tu été témoin/victime de la de ne pas faire de généralités car au final c’est aussi une nation qui a un censure/torture en Chine ? profond respect pour notre savoir Alex : En effet, j’ai bien été témoin du faire, notre savoir vivre et notre culdéveloppement galopant de l’urba- ture. nisme au détriment des plus pauvres. Ceux-ci sont généralement contraints GIW : En plus d'avoir un vrai "backde gré ou de force de quitter leurs ha- ground" international qui doit faire pas mal d'envieux, tu as rejoint le Msc in bitations. Pour ce qui est de la censure, évide- Innovation de l'ESC Grenoble. Quel est

ton projet professionnel et en quoi ce master peut-il t'aider à le concrétiser ? Alex : J’ai d’abord été attiré par le programme pour son aspect stratégie et entrepreneuriat, ne connaissant pas grand-chose à l’innovation. J’ai rapidement compris que l’un ne va pas sans l’autre. Dans un second temps, j’ai toujours eu envie de débuter et développer ma carrière à l’international

et de créer mon entreprise sur les mêmes idées. Notre programme qui compte 23 élèves est composé de 13 nationalités différentes. Je compte beaucoup sur ce réseau pour mes futurs fonctions et projets. GIW : Ta citation chinoise favorite ? Alex : "Peu importe que le chat soit gris ou noir pourvu qu'il attrape les souris" Deng XiaoPing Carole Moro

GIW GEM IN WAY


6

Dossier

GIW GEM IN WAY


Dossier

7

Tomber les masques Le mystère est le même. Que l’on ait choisi l’Italie ou bien la Lybie, Venise ou bien Tripoli, que l’on ait observé la foule en fête ou bien en colère, que le masque soit de papier mâché ou bien de papier fumé avant l’interview. Qui se cache derrière?

D

ans les rues vénitiennes, nous allions, le masque léger - mais grelottant - avec l’impression pour certains de s’être fait plumer et pour d’autres d’avoir eu plus de nez. Mais quel que fut notre sentiment, nous n’en laissions rien paraître et affichions yeux rieurs, sourires béats et soupirs de contentement : après tout, c’est le principe du masque que de pouvoir montrer sans être vu. Et l’on peut montrer tout et n’importe quoi, impunément…

Autour de nous, le travestissement battait son plein. Les Écossais, eux, battaient du pied et n’hésitaient pas à nous en mettre plein la vue – oui, Celt’X, il vous en reste pas mal à ap-

prendre. Plus loin, des Na’vis bedonnants prenaient la pose avec entrain, une vieille baronne s’exposait avec une générosité dont nombreux auraient pu se garder, et Zorro affirmait à qui voulait bien l’entendre qu’il allait le sauver. Impossible, en revanche, d’arracher un « Smile, please ! » aux mélancoliques poupées de porcelaine appuyées à leurs balcons et aux inquiétants hommes de foi tout de noir vêtus qui fendaient la foule, imperturbables. C’est un échange lourd de subtilités avec Chewbacca et Dark Vador qui m’a fait réfléchir. « Vador Retro », ai-je interpelé le second. Et lui de me répondre : « Oui, Maestro. » Nous étions lancés pour une heure de conversation à sabres lasers rompus, agrémentée de grognements toujours passionnants et à-propos de Chewie. L’histoire du masque de Vador est révélatrice : le jeune Ani était un enfant plein de vie et de répartie. C’est avec l’âge, et en approchant le côté sombre, que son visage s’est figé, jusqu’à devenir un

masque qu’il n’a plus quitté. Sur le point de mourir, il finit heureusement par révéler son vrai visage à son fils. Ouf. Je ne peux m’empêcher de penser à la Mort Rouge, dans cette nouvelle d’Edgar Allan Poe où la Peste hante le bal costumé du prince Prospero vêtue d’un masque qui, une fois tombé, révèle un trou béant et mortel. Le risque, c’est de disparaître derrière son masque, de n’être plus qu’un masque, plein de paranoïa. Si le masque veut révéler une vérité sur l’identité profonde de celui qui le porte, le masque doit tomber. Le colonel Mouammar Kadhafi, lui aussi, s’est forgé un masque avec le temps. Son visage s’est boursouflé, s’est coiffé de lunettes à la Top Gun, il s’est habillé de rideaux multicolores quand ce n’était pas des costumes militaires blancs bardés de médailles. Il est devenu l’image de sa propre mégalomanie, s’accrochant à son masque, ce tissu de mensonges, comme au symbole d’un pouvoir qui, seul, le maintient en vie. Aujourd’hui, enfin pour les Libyens, ce masque ne tient plus qu’à un fil : les masques doivent tomber, et les dictateurs aussi. Eléonore Magnin

GIW GEM IN WAY


8

Dossier

Petit guide du parfait travesti Si pour vous, le travesti n’est qu’une folle amusante mais dérangée, élargissez votre horizon. Voici pour vous le petit guide du travesti. Travesti : 1Homosexuel inverti qui s'habille, se maquille comme une femme, qui présente des caractères féminins très marqués notamment à la suite d'un traitement hormonal. Synon. fam. Travelo. Il commande alors, par correspondance, des vêtements féminins et fréquente, ainsi vêtu, les boîtes de travestis de Montpellier, pour comprendre bien vite qu'un monde le sépare de ces hommes habillés en femmes. Et oui pour nous le travesti, c’est avant tout le travelo. 2Qui est déguisé, a revêtu l'habit d'une autre condition, d'un autre âge, de l'autre sexe. Elle jeta sur ses vêtements royaux un costume de recluse, et marcha ainsi travestie vers le sanctuaire, où saint Médard était assis. 3Qui est déguisé pour une fête, un bal, un rôle de théâtre. Un danseur déguisé en pastoureau saute et se trémousse pour plaire à une jeune demoiselle également travestie en bergère. Très vite, l’incompréhension nous gagne. Mulan, une travestie ? Si j’adopte le dress code garçon manqué/ porte un kilt/ aime me faire passer pour quelqu’un d’autre/me maquiller outrageusement etc…, suis-je un(e) travesti(e) ? Travestir : 4Transformer une chose en lui donnant un aspect mensonger qui en dénature le caractère. Et oui, maquillage, mensonges, déguisements, double vie… nous sommes tous des travestis.

GIW GEM IN WAY

56-

Chacun à sa façon. Certains plus que d’autres.

7Rubrique spéciale : les supers héros. D’après une étude très sérieuse réalisée par le CNRS, les super héros seraient tous des junkies du travestissement. Petit exemple à travers l’exemple de Clark Kent. Nom civil : Clark Kent Nom de super-héros : Superman Particularités civile : porte des lunettes Particularité super-héros : ne porte pas de lunettes, abuse du gel pour avoir de beaux cheveux gominés, arbore une saillante combinaison en latex. Avec une cape. Quelques précisions à apporter pour la compréhension du cas : 1) la cape n’aide pas à voler. 2) Clark Kent n’est pas myope (c’est un super héros) et il n’est pas stupide; personne n’est méconnaissable en enlevant ses lunettes. Conclusion : Clark Kent alias Superman est un travesti compulsif. Ses supers pouvoirs contrebalancent un penchant qui, chez le commun des mortels serait condamné. L’analyse est adaptable pour tous les supers héros.

8Rubrique spéciale : Frédéric Bourdin. (Fonctionne aussi pour Frank Abagnale ou autre personnage de la sorte). Frédéric est un usurpateur d’identités récidiviste assez calé. Pendant cinq mois, il parvient à prendre l’identité d’un américain disparu, malgré son accent français et ses yeux de la mauvaise couleur. A 30 ans, il réussit à se faire passer pendant un mois pour un étudiant de 4ème dans un collège de Grenoble. 9Petit retour historique pour approfondir la réflexion et déboucher sur un relativisme philosophique : Les hommes sous Louis XIV portaient des robes aux couleurs vives, de longues perruques bouclées et se poudraient le visage. Tous gays chez Louis XIV? Je ne crois pas. Ainsi, travestissement par rapport à qui ? A quoi ? Le travesti se place toujours par rapport à un contexte précis, des mœurs… 10Précision : le schizophrène n’est pas un travesti. 11Le travestissement, c’est au fond, simplement l’expression consciente de notre multiplicité. Camille Cuffia


Dossier

9

Eloge du rire carnavalesque J’aimerais aborder le thème du travestissement dans la dimension la plus large. A la question fondamentale « pourquoi se travestir ? », je ne pense pas que nous devions chercher loin, nous nous travestissons pour rire !

A

ttention, il ne s’agit pas n’importe quel rire, il n’a rien à voir avec le divertissement des marchands de bouffées d’air, ni avec le gloussement cynique, marque de connivence entre pairs, ni même avec l’humour critique qui bâtit des réputations en ruinant celle des puissants. Il s’agit d’un rire débridé, d’un « rire sardonique » pour reprendre l’expression de Mikhaïl Bakhtine, historien russe de la littérature. Le rire du travestissement est issu d’une tradition millénaire ! Déjà dans toute l’Europe médiévale, ni le contrôle du pouvoir féodal ni l’Eglise empêchaient les réjouissances collectives qu’étaient les carnavals, les charivaris, les rites drolatiques des saturnales romaines, les processions parodiques du culte catholique ! Nous trouvons d’autres plaisanteries burlesques liées au travestissement comme la fête des fous ou la fête de l’âne. Ici, on élisait un « pape des fous » pendant que des prêtres travestis chantaient des obscénités et que des diacres dévoraient du boudin sur l’autel. A ce moment-là, le curé célébrait la « messe de l’âne » en présence de l’animal en question et il concluait l’of-

fice par un triple « hi-han » auquel les fidèles répondaient par un braiment au lieu du traditionnel « amen ». Mises bout à bout, ces manifestations occupaient bien trois mois de l’année. Elles créaient un autre monde explique

Bakhtine (L’œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Age et sous la Renaissance). Or, cet autre monde n’est jamais aussi tangible que lors de carnaval. La place publique est son lieu d’élection. Savants et ignorants, paysans et chalands, membres des corporations, jeunes et vieux, hommes et femmes, tous participent. Le carnaval ignore toute distinction entre acteurs et spectateurs. On n’y assiste pas, on le vit. Et pendant qu’il ridiculise les institutions et raille les maîtres, le rire carnavalesque invente de nouveaux rapports sociaux. Les barrières so-

ciales, la hiérarchie… tout s’efface au profit d’un contact égalitaire et libre. A ces nouveaux rapports correspond un langage familier formé de grossièretés et de jurons. Le carnaval s’intègre enfin dans un système de représentations outrées du corps, du manger, du boire et de la sexualité. Finalement, le rire carnavalesque est ambivalent ; il est joyeux et en même temps sarcastique, railleur, il ensevelit et ressuscite à la fois. Il vise surtout à renverser l’esprit de sérieux, tout ce qui connote le haut (l’intellect, le ciel, la rigueur etc.). Il accuse le ton sérieux de s’être arrogé seul le droit d’exprimer la vérité, le bien et de manière générale tout ce qu’il y a d’important et de considérable. Si c’est encore vrai aujourd’hui, le phénomène n’a rien de naturel. Dans la Grèce antique, Socrate faisait du rire un outil pédagogique et Aristophane une arme politique ! Cependant, cette culture comique s’est bien essoufflée… Charles Perragin

GIW GEM IN WAY


10

Dossier

Ils sont parmi nous Les Ecoles de Commerce regorgent d’étudiants normaux, qui n’hésitent pas à recourir aux méthodes les plus scandaleuses pour se faire passer pour de bons apprentis-managers de droite.

I

ssus de prépa littéraire, de fac ou d’autres obscures formations peu orthodoxes, ils ont choisi d’intégrer une école de commerce. La nôtre, qui plus est. Y’en a qui ne manquent pas d’air. Gredins. Ils se transforment le temps de quelques oraux en champions de confiance en soi, d’assurance, ils veulent « acquérir de solides compé-

Depuis les beaux jours du lycée, où avoir de jolies idées et plus se soucier des autres et du bonheur que de l’argent était une valeur reconnue - par de stupides adolescents boutonneux, soit - ils sombrent chaque année un peu plus encore dans l’appel du fric, la peur du chômage ou de décevoir Papa. Les idées restent belles malgré les années passées, on les surprend même à balancer sur le Président de la République, mais peu à peu, ils abandonnent les plus importantes. Du genre devenir heureux, sauver les baleines, ou réintroduire Burger King en France. Non pas qu’ils n’en aient plus envie, ils se rendent simplement compte qu’ils ne pourront jamais y parvenir (pour Burger King, ils gardent espoir). Il ne leur reste plus qu’à s’engager chez SOS, où ils s’apercevront qu’ils n’ont plus le monopole du cœur, ou à se raccrocher au peu de ce qui reste de leur côté artiste en cotisant à la Zone Art.

and get a job ». Ces étudiants travestis sont-ils eux aussi condamnés à rentrer dans le rang, à se resserrer la cravate, et à cirer les pompes du premier recruteur de cabinet d’audit venu ? J’ai bien envie de dire non. Et je ne vais pas me priver. Non. Deux types de travelos vont alors se dégager : -Les premiers aiment trop leur costume, leur nouveau maquillage Friedmanien qui fait si bien ressortir leurs yeux de papa de fils à papa en puissance. Alors doucement, ils vont se dire que le marketing ce n’est pas si mauvais, que la finance ça peut même devenir rigolo. Si je devais donner un qualificatif à ce groupe d’individus, ce serait « moitié de la population française » -Les seconds s’arrangeront, réussiront à trouver une carrière dans un domaine qui leur correspond, seront peut-être même heureux de leur boulot. J’appelle ce groupe les « Trois ou quatre mecs, là-bas » Des travestis comme ceux-là, on en trouve partout. Il paraitrait même que certains ont infiltré Xpression, et autres assos trop hype pour être dénoncées dans un tel article.

tences managériales pour construire un projet professionnel en adéquation avec leur personnalité dans lequel ils sauront s’épanouir ». Ils auraient tout aussi bien pu s’écouter deux secondes Y’en a des biens, disait un mec, là-bas. et se dire qu’on ne base pas ses Un certain Jarvis Cocker a chanté études, sa carrière, sur du vent. voici quelques années « Cut your hair Paul Markovic

GIW GEM IN WAY


Battle

11

Le battle : Internet Explorer VS Firefox Ce mois-ci, le battle oppose les deux navigateurs internet les plus utilisés : Internet Explorer (IE pour les intimes) et Firefox (Firefox pour les intimes). Vous noterez ma neutralité exemplaire dans ces lignes, où je m’efforce de départager le bon grain de la bouse scandaleuse et obsolète.

Parce que Firefox est un logiciel libre développé par une fondation, et non une infamie sous licence et installée par défaut. Donc, parce qu’il est important de réaliser que non, tout n’est pas à vendre et que le logiciel libre a cela d’important qu’il est accessible et modifiable par tous, Avantage Firefox !

CE RT IFI E GE EK

Parce que IE a été bien utile à un certain nombre d’entre nous pour découvrir la MQAD en vidéo à 4 jours des partiels. Avantage IE ! Parce que les blagues de Marc Humbert dans ledit cours ne sont pas lisibles avec Firefox. Avantage Firefox ! Parce qu’au niveau utilisation des ressources, fluidité de la navigation, rendu des pages web, ergonomie, nombre d’applications, compatibilité, zoom, vie privée, blocage des pubs/trojans/malwares, correction orthographique instantanée, traduction des pages web, ouverture à la programmation, gestion des mots de passe, affichage des favoris, récupération des données après un bug (si bug il y a), personnalisation, sécurité, respect des normes de développement, stabilité, il est prouvé que Firefox est meilleur… Avantage Firefox ! (ça ne compte que pour 1 ?) Eeeeet, argument ultime, parce que FireFox a les mêmes initiales que Final Fantasy. Et CA, ce n’est surement pas une coïncidence. Avantage Firefox ! Avec 4 points pour Firefox, contre 1 pour son concurrent qui se retrouve donc à la rue, la victoire est largement remportée par le Panda Eclatant ! (Pour votre culture, le firefox n’est pas un renard qui proteste en Tunisie, mais un panda originaire d’Asie. Qui a tout de même une sacrée gueule de renard.) Il faudra maintenant qu’on m’explique pourquoi autant de personnes restent naïvement sous IE ? Vous n’aurez plus MQAD avant vos repêches de la Toussaint, bougres ! Jordan GOYON

GIW GEM IN WAY


12

Idées

La fidélité: une épreuve à risque au XXIe siècle ? Essai sur la mobilité des couples comme cause principale de leur volatilité riaient à l’église du village, devant leurs amis d’enfance, ceux qui avaient vu naitre la romance dès leur plus jeune âge. On épousait alors son premier amour, son premier coup de cœur. Le schéma classique du mariage alliait le confort à la monotonie du quotidien.

C

’est une vérité : plus on est mobile, moins on est fidèle. Il n’y a qu’à voir tous ces gens en couples qui, une fois quittée leur terre natale pour l’ESC, se sont empressés de saisir le gosier du voisin dès les premières soirées de 1A. Et ces infidélités ont survenu alors que la (le) copine (copain) officiel(le) se trouvait parfois à moins de 1h en train!! (je ne dénoncerai personne promis). Alors imaginez quand il faut traverser l’océan ou le continent pour aller voir sa promise ! Avant, quand les gens ne voyageaient pas ou peu, les couples se formaient dès l’éducation primaire et restaient unis à vie. Les tourtereaux se ma-

GIW GEM IN WAY

Le plus souvent, et notamment dans la France rurale (je répète, Paris n’est pas la France !), les gens se déplaçaient peu, et travaillaient tous deux au même endroit, ou dans des villes voisines. La solidité du couple n’en était que renforcée. Il y avait bien quelques infidélités mineures, avec le facteur ou la boulangère (je vous rejoue le cliché de la France de Pagnol, vous ne m’en voudrez pas). Mais la famille restait unie. Maintenant, et avec l’avènement d’une société toujours plus globalisée, d’échanges toujours plus internationalisés, avec le développement des voyages d’affaires, des années d’étude à l’étranger, et même des délocalisations, c’est la nature même du couple qui a changé. Peu à peu, le couple devient numérique, ne communiquant plus que par Skype ou MSN. L’absence de contact physique, le manque de

l’autre, et la jalousie entre époux peuvent donc conduire à « fauter ». Désormais, un couple marié avec enfants n’est plus à l’abri d’être qualifié de « fragile », dès lors qu’un des deux partenaires est amené à souvent se déplacer pour raison professionnelle. La tentation est partout. L’infidélité guette le couple tous les jours. Et les exemples sont légion : businesswomen en congrès internationaux à l’autre bout du monde qui s’offrent des onenight stands, commerciaux qui, à force de traverser la France entière, développent un réseau de maitresses dans chaque ville de passage… C’est qu’il s’agit là d’un phénomène relativement compréhensible : l’Homme est un animal comme les autres. Quand il change de milieu naturel (comme passer de Montpellier, ville ensoleillée et culturelle, à Grenoble), il a tout d’abord le réflexe de marquer son nouveau territoire. Ce qui est inconnu est excitant. Difficile donc de résister aux charmes des locaux. Mais si la séparation est douloureuse, les retrouvailles n’en seront que plus passionnées…Car si les tentations se sont multipliées depuis peu, la passion n’est pas en reste… Carole Moro


Idées

13

SCHIZOPHRÉNIE MON AMIE Ou les chroniques d’outre-moi

C

’est ainsi qu’après quelques litres de vin ma vision se troubla, mes sens se corrompirent et mon jumeau chassa le moi sage et placide qui d’ordinaire m’habite. S’en suivent deux heures de magnifique trou noir, deux heures d’absence absolue, deux heures vides desquelles mon jumeau— car je n’étais plus moi— ne garde presque aucun souvenir, tout au plus quelques flashs. Heureusement même les trous noirs ont une fin. C’est sans doute la raison pour laquelle mon jumeau se souvient de son retour chez lui, c’est-à dire chez moi. Retour qui eut lieu évidemment de nuit, en vélo, saoul comme un polonais. Tellement saoul que mon abruti de jumeau pris soin de s'arrêter sur un chantier en chemin, afin de ramasser quelques planches de bois. Ces mêmes planches qui allaient lui servir à accomplir, non pas de sang-froid, mais, de sang chargé d’alcool, son atroce et macabre entreprise. En effet, une fois rendu devant son domicile, mon jumeau ne prit pas le chemin de son lit, bien au contraire, il saisit fermement ses planches de bois et se précipita sur la porte d’entrée, l’ouvrit froidement, et s’engouffra avec l’agilité d’un courant d’air dans les vieux escaliers en ciment. Malgré leur vague, les souvenirs de cet épisode ne perdent pas en intensité, ainsi revois-je mon jumeau arriver à l’étage, il reprend sereinement son souffle, ses traits se durcissent, son front se plisse et son visage

se pare progressivement de ce sourire froid qu’a rendu célèbre Dorian Gray. Sans plus attendre, mon jumeau se met en action et avance calmement dans le couloir, tenant toujours ses planches à la main. Il se dirige vers la chambre du vaillant coloc disparu sans crier gare quelques heures plus tôt. Une fois la porte de chambre atteinte, mon jumeau tourne la poignée, pousse la porte, allume la lumière et entend bien faire payer à son satané coloc, qui gît allongé sous ses yeux, toute la frustration accumulée par sa faute au cours de la soirée. Après quelques invectives sonores, le duel démarre et le coloc encore imbibé se réveille péniblement. Mais le malheureux a à peine le temps d’ouvrir les yeux qu’une pluie de coups de planche vient le rosser sauvagement. Le coloc encaisse et réplique tant bien que mal. S’en suit un affrontement coloquicide, viril mais correct, se terminant par un échange de salutations plutôt salé entre individus absolument saouls. Comme beaucoup d’histoires, tout est bien qui finit bien. Si bien que le lendemain, tout était rentré dans l’ordre.

Mon jumeau avait fort heureusement quitté les lieux à mesure que l’alcool avait quitté mon sang. Le jour était revenu et je me réconciliais avec mon coloc, encore boitillant, autour d’une bière de l’amitié. Moralité : méfiez-vous des schizophrènes, calmes le jour et impitoyables la nuit. Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite — enfin c’est ce qu’on dit pour être tranquille. Docteur Brice & Mister Boulesteix

GIW GEM IN WAY


14

ACTU

Des rebondissements mieux qu’au cinéma… Ha l’actualité, c’est souvent plus palpitant que n’importe quel film ! Que de rebondissements et de suspense on peut y trouver ! Prenons par exemple cette histoire dont tout le monde a déjà dû entendre parler tellement elle est tout simplement…fabuleuse ! Vous savez, celle de ce Corse gardien de musée ? Bon, pour ceux qui ne suivent pas, rapide rappel des faits : un Corse, gardien de musée, dérobe quatre tableaux pendant son service pour faire chanter le préfet de Corse et obtenir un logement décent, alors qu’il est en procédure d’expulsion. Il se rend donc, après son petit hold-up de tableau, à la police, pour poser ses conditions : « J’ai les tableaux, mais je les rend sous certaines conditions ». Et, pour appuyer ses dires, il veut montrer les tableaux. Mais là, nouveau rebondissement, ils avaient disparus ! Volés par un autre voleur ! Quand je vous dis que l’actualité est palpitante ! Alors maintenant, le suspense est à son comble : est-ce une nouvelle supercherie du gardien de musée, qui aurait un complice ; ou s’est-il vraiment fait avoir comme âne en se faisant voler ses tableaux volés ? Mieux que tout système d’alarme pour lutter contre les vols : une grand-mère et son sac à main Ne cherchez plus si vous craignez un cambriolage, il vous suffit de poster mamie et son sac à main fétiche devant votre porte. Elle vous fera déguerpir les voleurs en moins de deux ! C’est du moins l’exploit de cette grand-mère britannique de 70 ans, qui a fait fuir six jeunes hommes armés de masses et qui cambriolaient une bijouterie, en leur donnant des coups avec son sac à main : « Je l'ai assommé avec mon sac de courses mais il s'est enfui, explique supermamie. Les autres étaient encore en train de casser et se servir dans la bijouterie. » Et de conclure : « Je ne savais pas ce qui s'est passé ensuite, mais j'ai continué à balancer mon sac. » La classe quand même ! Une ministre de l’enseignement pas tout à fait à la page… Valérie Pécresse ne va visiblement pas chater tous les soirs sur Facebook. Elle viendrait même d’apprendre récemment l’existence de ce réseau social (qui regroupe tout de même quelque 500 millions de membres dans le monde depuis sa création en 2004 !). Elle a en effet déclaré il y environ deux mois sur l’émission de France 2 « Face aux français conversations inédites », que Facebook n’existait pas il y a un an : « L’économie numérique connaît des révolutions tous les jours. Quand on voit aujourd’hui (…) Facebook détrône Google alors qu’il n’existait pas il y a un an ! ». Heu…oui Valérie, c’était presque ça ! Les femmes françaises du Nord de la France auraient des seins plus gros que celles du Sud ! C’est ce qu’a démontré une enquête internet d’Ebay, concernant le tour de poitrine des femmes en France : les femmes du Nord de la France achèteraient plus de bonnet D et E que celles du Sud, qui opteraient plus pour des bonnets A et B. Tout cela reste à voir… Fleur Frenot

GIW GEM IN WAY


Idées

15

Toujours prêt ! Bonjour… Je m’appelle Claire (Bonjour Claire !) et… voilà… j’ai été scout.

J

e l’ai été de 11 à 13 ans et, non seulement je ne me suis pas transformée en Jean-Marie Junior Le Pen, mais ça a contribué à me faire passer de petite fille à maman et papa niaise et timide (quelle clairvoyance… ) en fille un peu moins niaise, un peu moins timide et beaucoup plus dégourdie. Quand on parle de cette activité, c’est généralement pour s’en moquer ou la présenter comme une Jeunesse Hitlérienne new generation !

principalement à récolter des fonds par la vente de gâteaux dans les marchés et les églises, participer aux activités organisées par des assos caritatives et passer un week-end par mois à camper. Mais comment peut-on autoriser ce genre de groupes extrémistes ????

Pendant l’été, toutes les patrouilles de Guides d’EuQue trépasse si je faiblis, je n’aurai pas rope de France se retroupassé un an à écrire dans un journal vent pour un grand camp pendant une douche se faisait à l’eau froide dès le matin, que le réveil à 7h00 n’était pas dévoré par des centaines d’étudiants semaine. une option, que les « toilettes » sans avoir écrit une ligne à ce sujet ! On construit ses installations (coin cui- consistaient en un siège fait de Je ne dis pas que tout est bon dans le sine, table et banc, coin salle de bain), branches assemblées au-dessus d’un scoutisme. Cette histoire de jupe-cu- avec les arbres alentours coupés sur trou dans la terre et que pratiquement lotte informe est la preuve que cer- un secteur autorisé, à l’aide d’outils tous les chants, prières et lectures qui tains devraient arrêter de fumer le rudimentaires, on organise des Olym- étaient faites durant la semaine parthym de leur mère. Ni qu’il n’y a pas piades, chaque patrouille met en place laient de paix, de respect et de joie, d’excès. On trouve de l’extrémisme le projet qu’elle a imaginé pendant l’an- vous comprendrez qu’un scout est plus partout désormais, donc c’est fort née, on passe la nuit près du feu à voir proche du hippie crasseux amoureux possible. Je dis juste que je n’en ai ja- des pièces de théâtre improvisées et de nature que du jeune propagandiste mais été témoin. à chanter et on dort sous la tente au propre sur lui, au cheveu peigné et au sourire éclatant ! milieu des insectes. Je suis entrée aux Guides d’Europe (les « pires » selon les dires de ceux Rappelons-le « les scouts sont un Je termine ici l’article le plus sérieux qui n’en ont jamais rencontré de leur groupe de jeunes cathos extrémistes, que j’ai écrit jusqu’ici. La prochaine vie). Cela signifie que j’étais dans une fils de bourgeois, qui se réunissent fois je m’engagerai avec ceux qui soupatrouille uniquement composée de entre eux pour célébrer la belle jeu- haitent faire reconnaître les échecs comme un véritable sport. filles et que l’uniforme était complet : nesse blanche originelle ». pas de pantalon perso autorisé. Si j’ajoute à ma description que j’avais Claire Moutier Durant l’année être guide consiste des athées dans ma patrouille, que la

GIW GEM IN WAY


16

Poésie

Le masque Contemplons ce trésor de grâces florentines ; Dans l’ondulation de ce corps musculeux L’élégance et la force abondent, sœurs divines. Cette femme, morceau vraiment miraculeux, Divinement robuste, adorablement mince, Est faite pour trôner sur des lits somptueux, Et charmer les loisirs d’un pontife ou d’un prince. - Aussi, vois ce souris fin et voluptueux Où la fatuité promène son extase ; Ce long regard sournois, langoureux et moqueur ; Ce visage mignard, tout encadré de gaze, Dont chaque trait nous dit avec un air vainqueur : La volupté m’appelle et l’amour me couronne ! À cet être doué de tant de majesté Vois quel charme excitant la gentillesse donne ! Approchons, et tournons autour de sa beauté. Ô blasphème de l’art ! Ô surprise fatale ! La femme au corps divin, promettant le bonheur, Par le haut se termine en monstre bicéphale ! Mais non ! Ce n’est qu’un masque, un décor suborneur, Ce visage éclairé d’une exquise grimace, Et, regarde, voici, crispée atrocement, La véritable tête, et la sincère face Renversée à l’abri de la face qui ment. Pauvre grande beauté ! Le magnifique fleuve De tes pleurs aboutit dans mon cœur soucieux ; Ton mensonge m’enivre, et mon âme s’abreuve Aux flots que la douleur fait jaillir de tes yeux ! - Mais pourquoi pleure-t-elle ? Elle, beauté parfaite Qui mettrait à ses pieds le genre humain vaincu, Quel mal mystérieux ronge son flanc d’athlète ? - Elle pleure, insensé, parce qu’elle a vécu ! Et parce qu’elle vit ! Mais ce qu’elle déplore Surtout, ce qui la fait frémir jusqu’aux genoux, C’est que demain, hélas ! Il faudra vivre encore ! Demain, après-demain et toujours ! – comme nous ! Charles Baudelaire

GIW GEM IN WAY


Insolite

Le nombre du mois !

10

: c’est le nombre de minutes qu’il faut pour lire le JDS (cela doit aussi être le nombre de mi-

nutes prises pour sa rédaction), et le nombre de minutes où j’ai bien rigolé, il faut le reconnaître. Alors, merci, SuperDupont, pour ton humour décapant, un peu gras quand même (mais pas plus que la nouille française, soyons rassurés), et pour un journal fort sympathique qui pourrait paraître un peu plus souvent car j’en aurais encore besoin d’un dernier pour caler mon lit.

Quelques contrepèteries pleines de finesse… Une facile : « Tu arrives à pied par la Chine ? » Une moyenne : « La boutre du capitaine remonte le confluent de la Garonne. » Une plus ardue : « L’aspirant habite Javel. » Si vous en avez des bonnes, n’hésitez pas à nous en faire part, et ce n’importe quand, je vous laisse le choix dans la date. Une bonne VDM… Aujourd'hui, dans un bar, je m'approche d'un bel homme. "Si vous m'invitiez à boire un verre, je dirais oui. — Si vous aviez été belle, je l'aurais fait." VDM (n.d.l.r. : et bam.)

Et pour finir, une image sympa !

Méfiez-vous, elle rôde toujours…

Thibault Forest

GIW GEM IN WAY

17


18

Sport

La pétanque, un sport reconnu La réponse est catégorique : oui, la pétanque est un sport et que la malédiction s’abatte sur ceux qui prétendent le contraire.

E

xpliquons-nous. La pétanque est un sport qui nécessite une certaine souplesse des genoux afin de pouvoir se baisser et ramasser le cochonnet : chose importante car c’est la pièce principale du jeu. L’objectif est de la faire sans douleur. A ce propos, les joueurs de pétanque sont très entraînés, très souples et ils s’échauffent tout à fait correctement : la preuve en est que les luxations, élongations, entorses, rupture des ligaments croisés sont des choses qui arrivent très rarement dans ce domaine : elles sont évidemment évitées grâce à une préparation physique rigoureuse.

Le joueur de pétanque a donc une condition physique excellente : il s’hydrate régulièrement pendant l’effort, parfois avec de l’eau, parfois avec un sirop d’anis qui a quelque chose en plus et qui donne une sensation de détente sans être un produit dopant tou-

GIW GEM IN WAY

tefois ! Et heureusement, car les « pétanqueurs » se disent opposés à cet acte : le dopage. Ils ont une bonne foi telle que le taux est le plus bas du milieu sportif, ce qui induit forcément des tests de dépistage peu fréquents lors des concours. Tout se base sur la confiance dans ce sport : bel esprit ! La pétanque est avant tout un sport où la concentration, l’élégance, et la tension priment : admirez les bras qui se soulèvent pendant les lancers ; admirez la précision des mesures effectuées au centimètres près afin de savoir si c’est la boule d’Hervé ou celle de Josiane qui se rapprochent le plus du cochonnet ; admirez les corps suants aux morphologies plus proches de celle de Robert des Bidochons que de celle de M. Propre (la légende raconte qu’un ventre un peu bedonnant assure un équilibre parfait au joueur lors de ses lancers !) ; admirez ces visages tendus par la réflexion profonde autour du dilemme suivant

: « tirer ou pointer, telle est la question ». Et enfin, pour tous les « aficionados », ne ratez pas les championnats du monde de pétanque! Ceux de 2010 avaient lieu en Turquie, à Izmir et c’est un Français qui a remporté la médaille. Et non il n’y avait pas que des Français aux championnats. Même si tout laisse croire que ce jeu est français, et qu’il est normal que ce soit un Français qui gagne, détrompez-vous : l’origine de la pétanque remonte à l’Antiquité. Les Grecs se servaient des boules comme d’un jeu de force et les Romains l’ont transformé en jeu d’adresse et l’ont introduit en Gaulle… (merci Fred, merci Jamy !). Camille Roque


GP

19

Une GP à ne pas rater ? L’Isere’s Cup ! Tu rêves d’une après-midi ensoleillée, au bord de l’eau, à déguster de délicieuses grillades ? ? Tu n’as jamais fait d’aviron et tu rêves de découvrir de nouvelles sensations ? Tu es un rameur professionnel qui veut se confronter à d’autres pro et épater tout le monde ? Viens découvrir ou redécouvrir l’aviron le 24 Mars au pont d’Oxford à partir de 11H. L’équipe de l’Isère’s Cup t’a, en effet, concocté une après-midi conviviale (musique, grillades, boissons à volonté) où compétition et initiation à l’aviron révèleront ou confirmeront tes talents sportifs. Et si l’aviron, ce n’est pas trop ton truc, tu pourras profiter de nos autres activités sportives avec tes potes (tir à l’arc, sumo, football…) ou tout simplement te laisser dorer au soleil au bord de l’eau. Cette année, l’Isère’s Cup innove en s’associant au sport universitaire de Grenoble. Ainsi, tu pourras admirer une compétition de rameurs performants ou te joindre à eux. Tu es donc convié, si tu le souhaites, à former une équipe avec tes amis (8 maximum) mais tu peux bien évidemment rejoindre l’un des nombreux « équipages » constitués par nos soins et t’affronter à ceux des autres écoles de Grenoble comme Sciences Po, l’INP ou encore le SUAPS . Des lots seront à gagner et des prix distribués (Qui parmi vous sera le champion de la rame ? Quelle équipe recevra le trophée de la meilleure ambiance ?) Durant tout l’après-midi de multiples autres activités vous seront proposées et, pour tester votre résistance, la journée se terminera par un pot au Sun Valley où les plus sportifs se verront offrir leurs consos ! L’Isere’s Cup est donc l’occasion de passer une bonne après-midi entre amis tout en sculptant un peu ce corps sur lequel l’alcool des 2C fait des ravages… Sportivement, L’équipe de l’Isere’s Cup

La GP Handimanagement organise sa semaine de sensibilisation au handicap dans le monde du travail du 4 au 8 avril 2011.C’est l’occasion pour toi de passer le label handimanager, label reconnu par les entreprises, et de mieux comprendre ce qu’est le handicap. Il te suffit pour cela d’effectuer 4 actions labellisantes au cours de la semaine en participant à 3 ou 4 activités : discussion avec une personne handicapée, participation à une conférence sur le handicap, mise en situation managériale et étude de cas. Enfin, il te faudra remplir un questionnaire sur Internet, dernière étape avant l’obtention du label, véritable plus sur le CV ! De nombreuses activités ludiques sont également prévues et de très nombreux lots (+ de 3000€) viendront récompenser les participants. Pour plus d’infos, ajoute Handimanagement Gem sur Facebook !

GIW GEM IN WAY


20

GP

GP K’FÊT Des collines (ou plutôt des montagnes), des stars, des flashs … Bienvenue à Hollyfood, la version made in K’FET de Hollywood. Du 21 au 24 mars, la GP K’Fet revisite votre repas et vous propose une semaine alléchante autour du thème du cinéma. Le principe est simple, un jour, une ambiance. Silence ça tourne … ET action ! New York, été 1945, Don Vito Corleone est heureux de vous inviter au mariage de sa fille. Au cœur de la mafia, venez goûter aux plats et desserts italiens. Mais garde à vous, au moindre faux pas, le parrain ne vous fera pas de cadeaux. Que tous ceux qui essaieraient de négocier à la K’FET ce jour-là soient prévenus, « ce n’est pas personnel, c’est uniquement les affaires ». Changement d’ambiance, mardi, que vous soyez ceinture jaune ou ceinture noire, révisez vos prises de karaté car la GP K’FET vous emmène au plein cœur d’un film d’arts martiaux. Bruce Lee et Jackie Chan n’ont qu’à bien se tenir ! Vous pourrez prendre des forces grâce à notre menu asiatique, mais entre deux sushis, aurez-vous la force de vous livrer à un combat ? Alors n’écoutes pas un sage du nom de Jean-Claude Van Damme qui un jour a dit « L'air tu peux pas le toucher... ça existe et ça existe pas... Ca nourrit l'homme sans qu'il ait faim ». Yihaaa, mercredi, chevauche ta plus belle monture direction le grand ouest pour revivre les scènes mythiques des westerns spagnettis. A la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, choisiras-tu le camp des Cowboys ou celui des Pistoleros ? Peu importe, car pour quelques dollars de plus, tu pourras goûter aux saveurs du farwest gémien. Et pour finir cette semaine en douceur, jeudi est placé sous le signe des dessins animés parce qu’à Hollyfood, il y a toujours de la place pour les grands enfants qui s’ignorent (ou pas). La GP K’FET te permet donc de retourner en enfance et de venir déguster une quantité de sucreries. Ramènes tes pokeballs, on te promet un tas de Pokémons rares à capturer. En quelques mots, du 21 au 24 mars, vous l’aurez compris, the place to be is la K’FET. Et pour ne citer que Madonna, « everybody comes to Hollyfood », alors vous savez ce qu’il vous reste à faire !

GIW GEM IN WAY


GP

21

GP LATINA Vous connaissez les GP classiques, qui vous proposent de passer un moment agréable ? Oubliez tout ce que vous croyiez savoir sur les Gp et découvrez la GP 3 en une !! Parce que non seulement nous vous proposons une journée latina dans l’école, mais aussi un carnaval de Rio dans les rues de Grenoble ! Là, vous êtes estomaqués, n’est-ce pas ??? Et bien, ce n’est pas fini : à la suite de ces deux merveilleux événements, une soirée latina vous permettra de conclure en beauté cette journée sous le soleil !!! Au programme du 08 avril : la journée latina, qui vous fera découvrir les trésors de l’Amérique latine et de la péninsule ibérique grâce à la dégustation d’empenadas et de sirop de cactus, à l’activité pińata, à la vente de cactus et bien d’autres encore ! Ensuite, en milieu d’après-midi, nous partirons dans la joie et la bonne humeur pour défiler dans le centre-ville de Grenoble, accompagnés par une prof de danses latines et de batucadas ! Enfin, une halte bienfaisante dans un bar rafraichira les hombre que nous sommes !!!

Notre Gp Salon de L’entreprenariat s’inscrit plus largement dans une journée de l’entrepreneuriat organisée conjointement par la GP Salon de l’entrepreneuriat, la GP Business Challenge et GEM Entreprendre en date du 7 avril. Nous souhaitons faire de ce projet un événement important dans la vie de l’école qui souhaite mettre en avant cet aspect de l’école qui demeure peu connu. Ce salon ne s’adresse pas seulement aux étudiants de GEM, nous comptons l’ouvrir sur l’extérieur pour donner de la visibilité à l’école et pour promouvoir l’entreprenariat en général et plus particulièrement celui du tissu grenoblois. Notre salon a pour but de créer un espace de rencontre entre les étudiants intéressés par l’entreprenariat, et les acteurs contribuant au développement de la création d’entreprise. Nous voulons créer des opportunités de rencontres pour les entrepreneurs locaux et pour les étudiants qui veulent créer, ou accélérer le processus le processus de création de leur entreprise. Outre le concours de projet organisé par la GP Business Challenge, nous organisons cette rencontre autour de stands dans le hall de l’école permettant à tout étudiant de rentrer en contact avec de véritables professionnels de l’entreprenariat tout au long du processus : banques, notaires, Business Angel, etc… De plus, nous organisons des tables rondes avec des personnalités du monde de l’entreprenariat s’adressant à tout public, ayant un projet ou non. Enfin, nous organisons plusieurs conférences, la première de 13h à 14h avec Eric Heyer directeur adjoint de l’OFCE, les autres étant à préciser. Que vous ayez un projet ou non, ne pas rater ces rencontres !

GIW GEM IN WAY


22

Music

Radiohead – The King of Limbs

peut-être sur leur premier album, ils n’ont pas fait grand-chose de bien mauvais…

I

ls sont mignons, Radiohead. Un peu comme l’oncle rigolo qui essaie d’innover en sortant une nouvelle anecdote tous les ans à Noël, du genre « Saviez-vous que le Père Noël est rouge à cause de Coca-Cola ? », les p’tits mecs d’Oxford essaient à chaque album de nous faire une nouvelle surprise. Un disque electro surprise en 2000, un album à prix libre il y a 3 ans… Et aujourd’hui, un nouvel album annoncé 5 jours avant sa sortie, qui réussira tout de même l’exploit de sortir un jour plus tôt que prévu. Au moment où j’écris ces lignes, The King of Limbs est sorti depuis une semaine, j’ai eu le temps de m’y faire (plus ou moins, on le verra), et de réfléchir à ce que titrait Rue 89 le 20 février: « On peut enfin dire du mal de Radiohead sans se faire lyncher ». Faut dire aussi, mes loulous, qu’à part

GIW GEM IN WAY

La pochette fait un peu froid dans le dos… Celles de Kid A et The Bends aussi, alors passons. Dès la première chanson, effectivement, on a peur. Un rythme bizarre, angoissant. On a l’impression de revenir à l’album solo de Thom Yorke, comme on pouvait le croire (l’espérer ?), ce qui sera confirmé dès la deuxième chanson, oppressante. La légendaire voix de vieux chat malade de Thom Yorke est toujours aussi efficace, mais sur une instru aussi étrange, elle a du mal à passer. On a l'impression de plonger dans une assiette de médocs donnée dans un asile à un mec au plus profond de sa démence.

retrouve ces envolées, ces arrangements qui ont fait de Radiohead une sorte de meilleur groupe du monde. Oubliez vite fait la piste 4, mais tout le reste de l’album vaut le coup d’oreille, notamment la pépite Codex, magnifique balade piano. Après plusieurs écoutes avec un bon casque bien moche (N’ayez crainte de ressembler à un champignon ridicule, on oublie les écouteurs iPod alacon sur ce coup là), l’album prend tout son sens, par ses subtilités, son son parfait, même sans les bonnes vieilles guitares. C’est joli. Kid A était décrié en son temps, prenez le temps d’écouter The King of Limbs : ça viendra. Pour vous mettre dans le bain, commencez par regarder le clip Lotus Flower. Vous gagnerez à vous inspirer de l’attitude décomplexée de Thom Yorke pour mieux apprécier l’album.

Dans la dernière chanson d’un disque de 37 petites minutes, Thom répète une phrase, étrange : « If you think this is over, then you’re wrong ». Radiohead nous réserverait encore Tout change à partir de Little by little, une surprise ? peut-être le meilleur titre de l’album. Je vois bien, bande de coquins, que J’aimerais bien, en fait. vous avez compris qu’il s’agissait d’une chanson pop, accessible. Bah oui. On y Paul Markovic


Cinéma

23

Black Swan Darren Aronofsky livre un long métrage angoissant, variation remarquable du chef-d’œuvre de Tchaïkovski.

R

ivalités dans la troupe du New York City Ballet. Nina (N. Portman), danseuse appliquée au charisme frêle, est prête à tout pour décrocher le rôle principal du nouveau ballet qui sera dansé par la compagnie, Le Lac des Cygnes. Revisité par Thomas Leroy (V. Cassel), le chorégraphe, l’intérêt dramatique du ballet est centré sur la ballerine, qui a un double personnage à jouer et à danser. Elle incarne à la fois Odette, cygne blanc, vitrine de la pureté et du lyrisme et Odile, cygne noir et dangereuse séductrice.

Odette et le cygne noir, maléfique, qui Luc Besson, avant de jouer aux côté s’empare d’elle. d’Al Pacino dans le film Heat. Accédant à la notoriété internationale grâce à Face à cela, le spectateur est livré à son rôle dans la trilogie Star Wars, elle lui-même, la boule au ventre. A lui de n’hésite pas à se raser la tête dans V distinguer la réalité du fantasme. Les pour Vendetta. Dans Black Swan, Napersonnages que l’on croit à un certain thalie Portman est troublante, admiramoment réels se révèlent en fait être ble, majestueuse. Sa prestation, le fruit du dédoublement de personna- récompensée par l’Oscar de la meillité de la ballerine. leure actrice, est époustouflante. A 27 ans, Nathalie Portman peut se A voir absolument ! targuer de posséder déjà une carrière incroyable. Elle obtient son premier Estelle Lorphelin rôle au cinéma en 1994 dans Léon de

Alors qu’au début du film, Nina incarne une jeune fille timide et obsédée par la perfection, elle plonge ensuite dans un gouffre. Convaincu de l’existence d’un double mystérieux, le personnage se meut dans un environnement qui devient eff r a y a n t , cauchemardesque. Sujette à ces visions d’horreur, emportée par un tumulte de confusion, Nina se perd entre la chaste

GIW GEM IN WAY


24

Cinéma

La BM du Seigneur, Jean-Charles Hue Les gitans sur grand écran qu’il perçoit comme un message de Dieu et l’occasion pour lui de changer de vie, au risque d’être incompris par les siens. Avec un tel synopsis on pourrait s’attendre à une fable à caractère évangélique, accompagnée d’une gentille morale de fin : « même les vilains bandits gitans à la gueule un peu cassée sont des enfants du Seigneur ». Pas du tout.

A

u début on ne comprend pas tout : un brouhaha de « ma couille », « mon copain », « racli », « chourave », « marave » et le bruit d’une grosse BM qui roule entre les caravanes. Nous voilà dans un camp gitan, chez les Yéniches, pas loin de Beauvais : ambiance. Fréderick Dorkel joue son propre rôle, ce film est son témoignage. Après des années de vandalisme, ce spécialiste de vol de BM est bouleversé, au cours d’une nuit, par une apparition mystique, un « ange » dit-il. Une rencontre

GIW GEM IN WAY

ne nie pas la ressemblance avec un village Moyenâgeux où chacun a un rôle spécial et où les histoires mystiques et les légendes courent les rues, ou plutôt les allées de camping.

Le film ne vise pas à faire de ses personnages des héros ; ils ne sont ni diabolisés, ni glorifiés. Ils apparaissent tels quels dans leur caravanes bien rangées avec leurs mots, leurs règles et leur honneur. Fiction et documentaire sont d’ailleurs mêlés ; au cours des scènes réalistes ce sont de véritables personnages romanesques que l’on voit à l’écran alors que les scènes fictives sont largement inspirées de la réalité. La limite entre imaginaire et réel est donc vite brouillée, et c’est sans doute là d’où vient toute la force du film. Certains plans très esthétiques sont suivis de scènes où l’image est moins soignée. Mais peu importe, On ressent avant tout que le sujet pas- il en ressort une ambiance unique. sionne le réalisateur. Jean-Charles Hue, simple « gadjo » a réussi, il y a 15 A la fin, on comprend presque tout et ans de cela, à pénétrer le monde des même si ce n’est pas le cas, on s’en gens du voyage qu’il considère désor- moque un peu. Sans vouloir, à tout prix, mais comme sa propre famille. Il par- chasser les idées reçues et revendivient ainsi à en capter ses quer les droits sociaux d’une minorité, personnages, son atmosphère, ses Jean-Charles Hue nous montre pendialogues, son langage et surtout ses dant 1H26 un peu de leur quotidien et histoires. Le réalisateur s’intéresse à nous en fait comprendre certains l’aspect presque magique qu’ont codes. Le tout est de plus largement conservé les camps gitans : ce monde servi par des acteurs, qui, malgré leur où l’on parle d’anges et du Diable au courte expérience, n’ont rien d’amabeau milieu d’une conversation sur la teurs. dernière BM chouravée. Le réalisateur


Millé’simets

25

En manque de crêpes depuis la fin des listes ? Millési’Mets prend soin de toi en attendant le retour des listes et surtout pour fêter la chandeleur comme il se doit ! Tous les 2 février se fête la Chandeleur, elle évoque aujourd'hui la coutume des crêpes, mais que savez-vous sur cette fête ?

M

ais d’où vient ce mot ? Chandeleur vient de candela - la chandelle - reprise dans l'expression Festa candelarum, fête des chandelles. Un peu d’histoire : Le 15 février les Romains fêtais déjà Lupercus le dieu de la fécondité. Ensuite les Celtes fêtait l'Imbolc le 1er février la fête de la purification de l'eau, qui assurait fertilité et fécondité. A la fin de l'empire romain, l'église, sous l’impulsion du pape Gélase, les rites païens sont remplacés et la chandeleur est instituée. Pourquoi des crêpes ? Car on raconte que le pape Gélase 1er, réconfortait les pèlerins arrivés à Rome avec des crêpes. Cette fête devint en 1372 fête de la Purification de la vierge.

Un petit dicton de la chandeleur qui peut faire peur : "À la Chandeleur, grande neige et froideur. (Argh, moufles et bonnets seront encore de rigueur !). Mais il paraît que la crêpe évoque le soleil, de retour après la longue nuit de l’hiver ! (L’espoir renaît !) Pour s'assurer prospérité tout le long de l'année, il faut faire sauter les crêpes avec une pièce dans la main. Une autre coutume dit qu'il faut faire atterrir la crêpe sur l'armoire et de l'y laisser toute l'année (c'est vous qui voyez...). Passons désormais à la recette : -250g de farine -4 œufs -un demi-litre de lait -1 pincée de sel -50 grammes de beurre -1 sachet de sucre vanillé -1 cuillère à soupe de rhum (5 cl)

sucre va commencer à se dissoudre, devenir liquide, jusqu’à se transformer en un liquide ambré. Pendant ce temps, réchauffez la crème liquide dans votre four à micro-ondes afin qu’elle soit tout juste frémissante. Dès que le sucre s’est transformé en liquide ambré (cette opération prend de 3 à 4 minutes), retirez la casserole du feu et ajoutez la crème liquide tiède, en faisant attention aux projections. Remuez bien, ajoutez rapidement le beurre et remuez à nouveau, jusqu’à ce que la sauce soit bien crémeuse. Remettez la casserole sur feu doux et remuez sans cesse pendant 2 à 3 minutes, ce qui permettra de faire fondre les éventuels morceaux de caramel. Ajoutez la fleur de sel et remuez.  Les pommes caramélisées Ingrédients : 4 pommes – 50g de cassonade – 50g de beurre – citron Epluchez, épépinez les pommes et coupez-les en rondelles épaisses. Faitesles cuire à la poêle avec le beurre, saupoudrez de cassonade et laissez caraméliser. Retirez les pommes, déglacez la poêle avec du jus de citron et versez sur les pommes.

Pour l’agrémenter, voici deux idées :  Le caramel au beurre salé Ingrédients : 80 g de sucre en poudre - 40 g de beurre demi-sel - 10 cl de PS : Le Nutella est toujours de mise, crème liquide - 3 pincées de fleur de bien sûr ! sel Mettez le sucre dans une casserole et Bon appétit ! faites chauffer sur feu moyen. Le Millési’Mets

GIW GEM IN WAY


26

Dolce Vita

La Semaine du Développement Durable est de retour : du 21 au 25 mars 2011 à GEM !

C

hez nous, pas de grands discours. Un seul mot d’ordre : action, réaction ! Pour sa deuxième édition, « La Semaine du Développement Durable » nous emmène à la découverte de nouvelles cimes ! Nous le savons tous, la prise en compte du développement durable dans la vie des affaires se traduit aujourd’hui par l’apparition de nouvelles normes que doivent respecter les acteurs économiques : normes environnementales, sociales ou encore économiques. De nouvelles questions se posent quant à notre façon de produire, se loger, se nourrir, se chauffer, se vêtir… Nous voyons au quotidien germer une conscience plus « green » passant par la « responsabilité sociétale des entreprises », la « durabilité »,... et par des « consomm’acteurs » toujours plus exigeants. Loin de vouloir montrer du doigt les mauvaises pratiques, cette Semaine est simplement l’occasion de se poser les bonnes questions en faisant un état des lieux des enjeux et stratégies du développement durable, ici et maintenant. Au programme : des dégustations qui vous étonneront, des expositions qui vous surprendront… et des invités qui

GIW GEM IN WAY

vous épateront. Nos thèmes centraux passeront par l’avenir de nos villes par le biais de l’urbanisme durable et participatif, du devenir de notre économie via une finance plus durable, d’une biodiversité qu’il nous faut préserver, du développement de la lecture électronique (notamment au sein de GEM)… et pour le reste, venez le découvrir par vous-même ! Nous serons présents du 21 au 25 mars 2011 sur la mezzanine ainsi que devant la bibliothèque du lundi 21 mars au mercredi 23 mars, notamment pour notre désormais légendaire, que dis-je, inoubliable « Fête de la Récup’ ».

Des jeux et concours vous seront proposés… De nombreux lots seront à gagner tout au long de la semaine ! Agenda et spoilers sont à venir, ne les manquez surtout pas ! Fanny Maillier Pour plus d’infos (et tout au long de l’année !) : http://www.dolcevita-grenoble.org/ et sur Facebook : Dolce Vita ESC Grenoble


Book’in

27

The Curious Incident of the Dog in the Night-Time Qui a tué Wellington, le grand caniche noir de Mme Shears, la voisine ? Christopher Boone, « quinze ans, trois mois et deux jours », décide de mener l'enquête…

C

hristopher aime les listes, les plans, la vérité. Il comprend les mathématiques et la théorie de la relativité. Mais Christopher ne s'est jamais aventuré plus loin que le bout de la rue. Il ne supporte pas qu'on le touche, il déteste le jaune et le marron, et trouve les autres êtres humains on ne peut plus déconcertants. Quand son père lui demande d'arrêter ses investigations, Christopher refuse d'obéir. Au risque de bouleverser le délicat équilibre de l'univers qu'il s'est construit…

adolescent psychologiquement fragile et au comportement drôlement inhabituel. Les phrases sont courtes et claires, le raisonnement est logique, mais sa logique est particulière. Exemple : “I do not tell lies. But it is not because I’m a good person. It is because I can’t tell lies. A lie is when you say something happened which didn’t happen. For example, this morning for breakfast I had Ready Brek and some hot raspberry milkshake. But if I say that I actually had Shreddies and a mug of tea, I start thinking about how I wasn’t eating my breakfast in Egypt and there wasn’t a rhinoceros in the room and Father wasn’t wearing a diving suit and so on and even writing this makes me feel shaky and scared. (…) And this is why everything I have written here is true.”

Le roman, écrit par Mark Haddon, raconte à la première personne, avec beaucoup d’humour et de sensibilité, les tribulations de ce jeune autiste de 15 ans, atteint du syndrome d'Asperger (Google est votre ami) et fan de Sherlock Holmes. Christopher se décrit luimême comme « un mathématicien avec des troubles du comportement » et, soudain confronté à des évènements qui perturbent son monde clos, son investigation l'amènera à devoir sortir de sa coquille et le confrontera inopinément avec des éléments imporJe ne vous l’avais pas dit ? Lisez-le en tants de sa vie. anglais. Non seulement les expressions Ce n’est pas tant le synopsis qui est in- sont d’origine, donc l’humour est plus téressant, mais la façon dont l’auteur subtil, mais le texte est facile à lire et, s’immisce dans la tête de ce jeune cerise sur le gâteau, c’est l’occasion

de s’instruire. Et voilà qui devrait vous achever : le livre est devenu best-seller, a remporté plusieurs prix, et une adaptation cinématographique est prévue (dirigée par Steve Kloves, scénariste de « Harry Potter »). Alors lâchez Dr. House et autres séries, foncez utiliser vos 5% dans la librairie la plus proche, et attendez-vous à passer une nuit blanche en compagnie d’un plus jeune que vous, et ce en toute légalité ! Hélène Delarroqua

GIW GEM IN WAY


28

GP

Le Grand Secret, Barjavel De l’art d’expliquer le meurtre de Kennedy, la crise des missiles cubains, et bien d’autres événements du XXème siècle par une seule et même cause. 384 pages que l’on ne lâche pas avant d’enfin SAVOIR.

J

e ne vous parlerai pas d’un livre récent, mais d’un livre intemporel, bien qu’historique. Un paradoxe pourtant parfaitement logique, comme seule nous en offre la sciencefiction. Un chercheur fait une découverte incroyable. Effrayante même, à tel point qu’il convoque les grands de ce monde dans l’urgence : hommes politiques, philosophes, sages, chefs de toutes Eglises, scientifiques. Nehru, Mao, De Gaulle… Il leur révèle sa découverte, et ils statuent ensemble sur la conduite à tenir. Avant de repartir tranquillement qui diriger son pays, qui prier, qui philosopher. Les choses semblent se dérouler comme si de rien n’était, mais la vie de ceux qui savent ne peut plus être la même. La découverte en question ? Elle est observable sur un simple papillon conservé par le scientifique, et a un rapport étroit avec la couleur rouge. Elle peut radicalement et pour toujours révolutionner le monde, comme jamais il ne l’a été, et répondre à un espoir commun à l’humanité entière. Mais elle est bien trop dangereuse pour être révélée et utilisée, d’où la nécessité du Secret absolu. On n’en saura guère plus avant un bon tiers du livre, lorsque l’héroïne parvient malgré elle

GIW GEM IN WAY

à la révélation. La suite décrit plus en détail les implications de cette invention. La grande force de l’intrigue vient du fait que Barjavel réussit à intégrer son histoire à l’Histoire. Les deux chronologies se mêlent et fusionnent. Pourquoi Kennedy a-t-il été assassiné ? Comment expliquer le comportement du général De Gaulle en Mai 1968 ? Ces événements, et bien d’autres faits qui ont eu lieu entre 1955 et 1972, et concernant entre autres Nehru, Brejnev, la crise des missiles de Cuba,… trouvent une cause commune : ce Grand Secret. Nous sommes totalement dans la fiction, mais le lecteur qui oublie ce qu’il croit savoir se prend au jeu. Et adore ça.

vers des possibles, d’une richesse inépuisable. Avec un seul « Et si ? » fusent d’innombrables conséquences qui se greffent sur les moindres aspects du monde réel tel qu’on le connaît, sans Comme dans tout bon roman de que l’univers possible ainsi créé soit science-fiction, l’auteur introduit un bancal. élément extra-réel. Il établit en axiome qu’une certaine chose existe et, de là, Lorsque vous l’aurez commencé, je déroule mathématiquement toutes les promets une nuit blanche aux lecteurs conséquences que cette existence in- les plus voraces, et au pire quelques duirait. La beauté du procédé est que jours de suspense pour les plus teml’ensemble est parfaitement logique, à pérés. Vous ne résisterez pas plus condition d’admettre ce postulat de longtemps au besoin de découvrir départ - qui n’est en soi pas impossible MAIS DE QUOI IL PARLE BORDEL ?!? (ce en quoi on diffère du merveilleux). L’accepter nous immerge dans l’uni- Jordan Goyon


Tendances

29

« Bandez ce sein que je ne saurais voir » Ou comment intéresser les représentants mâles aussi bien que femelles de Gem alors que j’ai hérité de la page « Tendance » ? L’évidence m’a frappée : Lingerie féminine ! d’un lycée…) ?

J

e ne vais rien vous apprendre de nouveau, ce n’est pas parce qu’on ne voit pas les sous-vêtements des uns et des autres au quotidien (et ce malgré les suppliques répétées des camarades masculins de ma GP) qu’ils ne sont pas importants ! Que ce soit pour se faire plaisir à soi-même, se trouver jolie ou encore affoler sa moitié en l’informant l’air de rien sur ce que vous portez sous votre survêtement, les femmes aiment acheter de la lingerie, soldes ou pas. Alors cet été, qu’est-ce qu’on porte sous notre jean et notre marinière (qui espérons-le, ne sera plus à la mode d’ici là… J’ai l’impression d’avoir un problème de vue dès que j’approche

Eh bien côté forme, tout le monde s’accorde à le dire, il faut recycler le bandeau pour cheveux 70’s de notre mère ! Eh oui ! Le bandeau occupe le devant de la scène ! Pour celles qui auraient peur du peu de maintien apporté à leur opulente poitrine, il en existe avec armatures intégrées de façon très discrète. Les formes rétro font par ailleurs leur comeback comme avec les culottes hautes idéalement gainantes, noires et sexy bien sûr (je ne veux pas faire de vous des Bridget Jones) ! Dans le même esprit le body/combi, déjà en puissance, continue sur sa lancée et se fait de plus en plus échancré et transparent pour un jeu de cachecache, voilant et dévoilant la féminité.

plus pâle que les parties couvertes… Zarbi vous en conviendrez.) Conscience professionnelle oblige, malgré ma répulsion pour ce motif utilisé à toutes les sauces, il est de mon devoir de vous informer que le motif marin (comprenez les rayures rouges, bleues ou blanches, pas les ancres ni les poissons) continue l’invasion de notre garde-robe et s’attaque maintenant à notre lingerie ! Hisse et oh matelot ! Celles qui ne se sentent pas une âme de vieux loup de mer pourront se tourner vers les fleurs ! Ça bourgeonne de partout ! Pour les matières, je sens que la tendance actuelle va faire des heureux… Messieurs vous allez voir de la dentelle et du transparent ! (Voir du transparent… J’ai un doute sur la correctivité de ma phrase…) Les dessous, à peine voilés divulguent au maximum et se font aériens et légers comme l’omelette de M. Pignon. Mais pour les amateurs de dissimulation, le pendant de cette tendance, tout aussi sexy, c’est le satin et le drapé ! Couvrant mais mmmmiaou !

Pour la couleur pas de surprise (vous attendrez cet hiver pour ressortir votre soutif orange à pois rose et dentelle verte. Et encore…), du noir, toujours du noir, profond, opaque ou encore voilé. La vraie nouveauté c’est l’arrivée du « Essayez de ne pas vous faire arracher nude » ! C’est minimaliste mais ça ne tout ça d’un coup de dent dès le preva pas à toutes les couleurs de peau mier essai ! (moi par exemple ça me ferait l’effet d’un bronzage inversé : ma peau serait Claire Moutier

GIW GEM IN WAY


30

Post’ESC

A la rencontre de Pascale Demont Rencontre avec Pascale Demont, diplômée ESC en 1989, qui dirige aujourd’hui Equoranda. GIW : Bonjour Pascale, vous êtes issue de la première promotion de GEM. Avant d’aller plus loin, pouvez-vous retracer votre parcours à GEM ? Les deux premières années étaient en tronc commun, c’était comme cela à l’époque. Puis en 3ème année, j’ai choisi la filière finances. Il n’y avait alors que trois filières à l’époque : marketing, finances et création d’entreprise. J’ai choisi par défaut. GIW : Vous sentez-vous différente du fait d’être issue d’une des toutes premières promotions ? Pas différente mais très chanceuse. Les promos de 90 étudiants offraient l’occasion de tous se connaître. Les locaux de la Rue Hoche, plus petits également, permettaient de nombreux échanges.

les Etats-Unis. Je suis depuis 2003 la cofondatrice et co-directrice d’Equoranda, une société qui propose des services d’accompagnement aux entreprises (formation et coaching) pour aider les individus et les équipes à développer leur excellence authentique. Après un premier temps où nous avons affiné notre offre, notre positionnement, nous rentrons actuellement dans un second temps où nous sommes en train de nous développer fortement.

la chance d’être encore au contact du business, ce que j’aime, mais sans en avoir les jeux politiques. Enfin, je continue à apprendre : nous avons à cœur de continuer à nous former, à découvrir de nouvelles méthodes. Il s’agit vraiment d’un excellent cocktail pour GIW : Comment décririez-vous votre moi ! emploi actuel ?

GIW : Si vous deviez retracer votre Génial ! Je fais ce qui a du sens pour carrière en quelques phrases ? moi : la raison pour laquelle j’ai quitté HP, c’était pouvoir accompagner les Je découperais ma carrière en deux individus à avancer vers leur excelgrandes périodes, avec certains lence authentique, c'est-à-dire à agir points-clé dans chaque grande pé- à partir d’une zone intérieure qui allie riode. J’ai commencé par quinze an- leurs passions et leurs talents. C’est nées dans une entreprise ce qui me fait me lever chaque matin. internationale, HP. J’ai successivement En outre, je fais beaucoup de renconpassé cinq années aux achats, puis tres : mon emploi du temps est extrêcinq autres aux finances, et enfin cinq mement varié et chaque situation au marketing, et le tout dans trois pays individuelle ou d’équipe est unique. J’ai différents : la France, l’Allemagne et

GIW GEM IN WAY

GIW : Comment votre formation reçue à GEM vous a-t-elle aidée ? Ma formation reçue à GEM m’a aidée à comprendre le fonctionnement d’une entreprise, les grands rouages. L’impression de comprendre les grands rouages de l’entreprise, que j’ai également développée avec mon expérience professionnelle, a développé de la confiance en soi. Cela ne m’a pas semblé plus compliqué que cela de créer mon entreprise, même si je ne l’avais jamais envisagé quand j’étais


Post’ESC

encore à Sup de Co.

tachée à l’école et j’ai à cœur de continuer à apporter ma brique à l’édifice. GIW : Quels sont vos liens actuels avec C’est également une bonne façon d’enl’école ? tretenir son réseau que de venir aux Je reste impliquée à GEM : je participe événements GEM. régulièrement aux jurys d’entrée ou de sortie, aux jurys du Master Entrepreneur et au Forum des métiers. J’ai GIW : Avez-vous des conseils à donner également accueilli deux stagiaires aux élèves actuels de GEM ? GEM chez Equoranda. Cette implication Le conseil que je leur donnerais c’est a deux raisons principales : je suis at- de créer leur propre parcours profes-

31

sionnel, à partir de qui ils sont, de leurs envies, de leurs passions et ne pas tenter d’imiter des modèles tout faits. Qu’ils n’hésitent pas à essayer des choses, des pistes…On a qu’une seule vie mais pas qu’une seule voie professionnelle ! Bon vent à tous ! propos recueillis par Thibault Forest

GIW GEM IN WAY


VOUSACCOMPAGNEDANSVOSPROJETS ETVOUSPROPOSE:

CADEAUDEBIENVENUE Pourtoute1ère ouvertured’uncomptechèques

CartebleueVISAClassicouÉlectron,GestiondecomptessurInternet,Facilité decaisse,Etc.

+ 40€ offertsauxadhérentsSMERRA ou25€ auxaffiliés

(2)

uncréditétudiantà tauxpréférentiel1,99% (3) Prélib’Campus:leprêtde1000€ à 0% (4) desassurancesAutoetHabitationà destarifsavantageux GlobeStudent:uneoffreadaptéepourvotreséjourà l’étranger

RendezͲvousà l’agenceBNPPARIBASEUROPOLE

25Ͳ27ruePierreSémard 0438210202

(1)

(2)

BNPParibas–– SAaucapitalde1.811.390.890euros SAaucapitalde1.811.390.890euros–– Si Sièègesocial:16,bd.desItaliens75009Paris gesocial:16,bd.desItaliens75009Paris–– Immatricul Immatriculééesouslen esouslen°° 662042449RCSParis 662042449RCSParis–– IdentifiantC.E.:FR76662042449 BNPParibas

Servicesbancairesgratuitspendant2ans(1)

OffreréservéeauxétudiantsdeGEMpourtoute1èreouvertured’uncomptechèquesdansl’unedesagencesBNPParibasduGroupedeGrenoble,sousréserved’acceptation. AuͲdelà des2ansdegratuité,cotisationmensuellede2,65€ aveclacarteÉlectronou3,20€ aveclacarteVisaClassic(Tarifenvigueurau01/01/2009).

Offrevalablejusqu’au31/12/2009,noncumulableavecd’autrespromotionsencours.Affilié :souscriptionà lasécurité socialeSmerra.Adhérent:souscriptionà lamutuelleouassuranceSmerra.Justificatifà fournir. (3)

TEGannuelfixeenvigueurau01/01/09,horsassurancefacultative.Sousréserved’acceptationdudossierparBNPParibas.Duréemaximumducrédit:9ans.Plancher:760€.Cautionfamilialeoutiersnécessaire.

(4)

Offrevalablejusqu’au31/12/2009,sousréserved'acceptationdevotredossierparBNPParibas,réservéeauxétudiantsâgésde18à 29ans.Vousempruntez1000€ suruneduréetotalede12mois;vousremboursezen12mensualitésde83,33€ (hors


GIW 27 mars 2011