Page 1


EDITO Après des vacances de noël qui furent j’espère bien festives, vous voilà dans le 2e semestre. Chers 1A, il va vous falloir gérer vos GP qui vont approcher vite, vos assos, travaux de groupe… sans parler de la poursuite de la campagne BDE pour les heureux listeux. Chers 2A, aux défis de ce semestre vous attendent l’inno week, les spécialités et les recherches de stage de césure. Pour vous changer l’esprit, rien de mieux que de vous plonger dans ce GIW ! Vous trouverez comme thème « Nos voisins les Belges », ainsi que des articles très différents. Il y a aussi des nouveautés: des mots croisés, des idées de lieux à visiter au Maroc, une nouvelle… Très bonne lecture ! Guillaume Ouallet

Rédaction du Gem In Way

Publication Xpression

Contact

xpression@grenoble-em.com

Rédacteur en Chef Guillaume Ouallet

Rédacteurs:

Nouhaila Hamlich Louis-Nicolas Roussel Claire Greslé Hugo Benoit Rafael Deville

Responsables Maquette Imane Ramli Rim El atrassi

Photo non contractuelles


Sommaire SEE Gem Career Center.................................................4-5

ASSO Café-rencontre alumni...........................................6-7

GP

Les jeunes avec les restos du coeur.......................8-9

THème Jacques, la musique et les GSM.........................10-11 La naissance d’une nation.................................12-13 Mots croisés de la Belgique...............................14-15

Culture Ce que vous auriez du réviser............................18-19 pour le second semestre Mythes et légendes à la française .....................20-21 Hollywood’s version of the royal weeding!!.......22-23 Marry Poppins,nounou rêvée?..........................24-25

DIvers

Start packing for your trip to Morocco...............26-27 La dernière aventure moderne...........................28-31


SEE Student Experience and Employability

Pour participer au Forum et apparaître dans la CV-thèque accessible aux entreprises présentes. Il ne te reste que quelques jours !

http://grenoble-em.com/forum2019

Pour décrocher un entretien individuel le jour du Forum • •

-4-

Consulter les offres à pourvoir (tag «Forum Recrutement») Pour rencontrer les entreprises du Conseil et de l’Audit, rends-toi sur la page d’inscription dédiée accessible depuis la page du Forum.


SEE

Pour gagner du temps et faire bonne impression le jour du Forum • Consulter les fiches des entreprises présentes sur le career center • Participer aux différents ateliers : 1.Journée de Préparation - Jeudi 31 janvier 2019 2.Simulation d’Entretien - Jeudi 24 janvier 2019 3. sessions de Flash CV - 24, 31 janvier 2019

Pour rencontrer les entreprises, déposer sa candidature, et networker ! Des imprimantes seront disponibles sur la mezzanine pour les impressions de CV (.pdf sur clé USB) dans le cadre du Forum, merci de ne pas utiliser l’imprimante de la bibliothèque.

-5-


Asso Café-rencontre alumni Le 22 novembre, l’association La Corpo faisait son premier café rencontre alumni et accueillait Fanny Plagnol, responsable conduite du changement chez BNP Paribas. En quoi consiste le poste de responsable conduite du changement ?

Quel est le parcours de Fanny Plagnol à GEM ? Après avoir fait une classe préparatoire ECS, Fanny Plagnol a intégré GEM en 2007. Elle a été viceprésidente de la JAI. Elle a fait un double master finance et management de l’innovation. Elle est diplômée de GEM en 2010.

Quel est son parcours à la BNP ? Fanny Plagnol décroche un poste à la BNP dès 2010, en tant qu’analyste risques. Quatre ans plus tard, elle devient chargée d’affaires, spécialisée dans l’accompagnement des sociétés innovantes. Dans le secteur de la banque, la durée des postes est d’environ trois ans et on peut rapidement prendre un poste à plus grande responsabilité. Depuis avril 2018, elle est responsable de la région AuvergneRhône-Alpes pour la transformation et la conduite du changement, toujours chez la BNP.

-6-

Comme l’indique ce poste, Fanny Plagnol est chargée de mettre en œuvre les transformations qui s’imposent à la BNP. La BNP a en effet un gros plan stratégique pour l’horizon 2020. Ce plan stratégique prévoit entre autres une transformation des métiers, comme ceux de la conformité, une évolution du modèle opérationnel, une adaptation des systèmes d’information, la mise en place de nouveaux parcours clients ou encore le développement de la clientèle dans d’autres pays (notamment Allemagne, Chine et Etats-Unis). La mission de Fanny Plagnol est de réunir des panels de collaborateurs pour savoir quelles sont les interactions entre eux, puis trouver un plan d’action et trouver des solutions aux irritants. Sa mission est également de faire le relais entre les équipes projets et le terrain. Elle a une équipe de 2300 collaborateurs qu’elle accompagne : il s’agit de management transverse, à distance.

« La peur du changement ne vient pas d’un manque de volonté mais d’un manque de communication »


Asso Quelles sont les difficultés rencontrées ? Fanny Plagnol souligne d’abord l’importance du travail en équipe et les difficultés qui en découlent : Comment déléguer et que faut-il déléguer ? Comment bien ajuster les missions en fonction des compétences ? Une autre difficulté est de bien faire la différence entre ce qui est écrit et la réalité : il peut s’avérer impossible de plaquer un projet à une réalité. Enfin, Fanny Plagnol nous a indiqué que le changement est souvent mal accueilli et qu’il est important de bien faire comprendre l’utilité du changement afin de le faire mieux accepter : « La peur du changement ne vient pas d’un manque de volonté mais d’un manque de communication ».

Guillaume Ouallet

-7-


GP Asso Les jeunes avec les restos du coeur

M

arre de passer des samedis inactifs où tu tentes toujours de récupérer de ta SAT ? Le groupe de gestion de projet ‘’Les jeunes avec les restos du cœur’’ a quelque chose à te proposer ! Mets à profit tes samedis matins pour soutenir une bonne cause. Nous sommes neuf étudiants en première année et nous sommes en charge de recruter des bénévoles pour les Restos du Cœur au Centre Chorier, à cinq minutes à pied de GEM. Ce projet a été créé l’année dernière par des étudiants de l’école et nous travaillons en partenariat avec des élèves de l’ENSE3. Nous avons donc à cœur de continuer à mener à bien ce

-8-

projet afin d’assurer la pérennité du Centre Chorier. Le but est de permettre aux bénéficiaires d’avoir une qualité d’accueil des plus optimales, ainsi que des produits diversifiés. Etudiants, professeurs, professionnels intervenants, membres de l’administration, venez participer à l’accueil des bénéficiaires et la distribution des repas tous les samedi matin de 9 heures à 12 heures 30. Le Centre Chorier est le premier centre à ouvrir le samedi matin à Grenoble, et à chaque fois ce sont plus de 80 bénéficiaires qui s’y rende ce jour-ci. ainsi qu’un accompagnement personnalisé pendant la distribution de nourritures. Pour beaucoup de bénéficiaires,

Il est donc primordial de leur permettre d’avoir un accueil le Centre représente leur seule ressource en nourriture et plusieurs familles sont concernées. Le centre a donc besoin de personnes motivées pour préparer et ranger les produits alimentaires dès 9 heures, puis pour faire la distribution des repas. Cela donne la possibilité d’avoir un véritable échange avec les autres bénévoles, mais surtout avec les bénéficiaires qui ont chacun des spécificités et des histoires différentes. De plus, pendant la période des vacances, le centre souffre souvent d’une pénurie de bénévoles et il est important pour nous de lui permettre de continuer son activité.


GP Venez donc soutenir ce centre en donnant un peu de votre temps pour les plus démunis ! Que ce soit de façon ponctuelle ou bien de manière récurrente, chaque geste, chaque engagement qui est réalisé permet d’aider plusieurs dizaines de personnes. Montrez que GEM soutient ceux qui sont dans le besoin !

Afin de vous inscrire, voici ci-dessous le lien de notre site internet : https://gem-lesrestosducoeur.000webhostapp.com/

Ou bien flashez le QR code:

Vous pouvez aussi nous retrouver sur notre page facebook pour être au courant des dernières actualités du centre Chorier, ou si vous avez la moindre question : Les jeunes avec les Restos du Cœur Eléa Fantini

-9-


Thème Jacques, la musique et les GSM Parce Jacques, parce que Romeo parce nous sommes leurs Juliettes

Monstre sur scène, acteur quand il s’ennuie, mort aux Marquises il y a quarante ans depuis le 9 octobre dernier, Jacques Brel aura vécu plusieurs vies. Lui qui affirmait qu’ »un homme qui écrit est un homme qui ne vit pas » a pourtant su réécrire les codes de la musique populaire pour la façonner à son image, pour en faire cette statue immuable qui nous éblouit toujours par la délicatesse de ses traits et la vivacité de son corps. Tout chez Brel à été récupéré :

les gestes scéniques de dément épileptique, ses cris furieux de chanteur de bouiboui, son actors studio sur les planches, ses

permanente ? Et que dire en écoutant cet autre belge Stromae ? Il fait du Brel version 2.0, du Brel de notre époque, mais du Brel quand même. Il suffit de l’écouter chanter formidable pour entendre le grand Jacques rejouer l’ivrogne. Ces derniers temps une nouvelle génération d’artistes belges a débarqué pour mettre le feu dans le plat pays tout autant que dans le royaume des francs. Ils s’appellent Romeo Elvis, ,

«Adieu l’Emile je t’aimais bien »

-10-

costumes impeccables, sa coupe de cheveux tout a été pillé, jusqu’au timbre de sa voix et se retrouve encore aujourd’hui. Que penser quand le petit français Moha La Squale cite Jacques Brel en référence au début de ses clips de façon


Thème de grue au coeur des ondes françaises. Il suffit d’écouter Feu de bois de Damso pour tomber amoureux de son savoir être élégamment vulgaire et décider de se faire toute sa discographie. Quand on entend Angèle, on se dit que finalement il y a un espoir, celui de trouver plus de talents comme elle. Allez l’écouter reprendre Bruxelles de Dick Annegarn et fondez en larmes face pareille innocence mise en musique. Son dernier album Brol caracole en tête des ventes tant en Belgique qu’en France, disque composite dont la la simplicité est la plus grande force. D’ailleurs l’une des dernières pubs de Spotify l’affirme : « si les ventes du bitcoins chutent, les écoutes de La Thune d’Angèle se portent bien ». C’est dire combien elle marque la musique francophone. Et quid de son frère de Romeo Elvis, le mec qui se tire la bourre avec Lomepal pour savoir des deux conquerra le marché français ? Avec des sons comme Lenita, Dessert, ou Nappeux, il répond vite à toutes nos drôles de questions. On aurait pu citer d’autres musiciens bien belges qui nous font nous trémousser toute la night (j’assume l’expression de merde), du genre Jeanjass et Caballero ou le collectif l’Or du Commun, mais la vie est un choix et on a choisi Jacqui en tête de proue.

Car oui la musique belge reprend du poil de la bête, dire GSM n’est plus synonyme de « passer pour un con » et le rap se porte mieux que jamais grâce aux conquérants du pays des moules frites (vous ne pensiez quand même pas qu’on allait éviter les clichés si ?). Malgré tout cela, le fantôme de Jacques Brel plane toujours sur la musique belge, et ce n’est pas près de cesser. Jacqui reste et restera LE belge musical, cet OVNI rempli de fougue qui aura marqué durablement la musique en général, nos coeurs en particulier. Une nouvelle génération d’artistes sait lui rendre hommage avec la manière et cela prouve que Brel n’est pas un artiste réservé à tes grands parents. Car oui je te vois petit sceptique qui pense que Brel, c’est comme Brassens ou Ferrat, c’est pour les plus de soixante ans. Mais réécoute Le Moribond, L’Ivrogne ou même Le port d’Amsterdam et tu rendras compte que Jacques Brel est plus qu’un chanteur pour vieux décatis. Alors pour conclure simplement, rien ne sera plus adapté que du Brel : « Adieu l’Emile je t’aimais bien »

Rafael Deville -11-


Thème La naissance d'une nation. Une nation coupée en deux, toujours unie pour le meilleur et pour le pire.

La Belgique est-elle la petite sœur de la France, la cousine des Pays-Bas ou la fille illégitime du Royaume Britannique ? Afin de se faire une idée plus précise de ce pays parfois méconnu du plus grand monde, il faut remonter à ses origines, en 1830. Pour comprendre pleinement la situation de la région et de l’Europe de manière générale, replaçons-nous dans le contexte historique de l’époque. En 1830, l’Europe sortait de vingt ans de guerres Napoléoniennes avant la chute de Bonaparte à Waterloo (se situant en Belgique actuelle) le 18 Juin 1815. Peu avant ce retour en force de l’empereur français, étouffé par les forces alliées anglaises et prussiennes, avait eu lieu le congrès de Vienne visant à redessiner la carte de l’Europe et redistribuer les terres acquises par la France. C’est ainsi que la Flandre et la Wallonie sont rattachées à la Hollande de Guillaume 1er, constituant les provinces sud néerlandaises. Cependant, de nombreuses discordes naquirent à la suite de cette acquisition nouvelle. Le hollandais est décidé langue nationale (alors que la majorité des habitants belges parlent le français) et la politique du gouvernement vise à favoriser la haute société des provinces nord hollandaises. De plus, seulement un seul des dix membres du gouvernement sera belge, laissant un goût amer dans la bouche de nos voisins.

-12-


Pour donner suite aux réformes économiques de Guillaume 1er, la Belgique, menée par ses villes telles que Brussels, Liège ou encore Anvers, connaitra un véritable boost économique. Des universités seront construites dans ces basses provinces, favorisant l’émancipation de la pensée de la jeunesse belge. Ceci fut une erreur importante de la part du roi d’Orange, donnant ainsi les armes intellectuelles à son peuple alors que celui-ci se sentait oppressé et non considéré dans son propre pays. L’atmosphère européenne bien qu’apaisée sentait encore frai les idées républicaines et socialistes de la révolution française. Toute la haute société, la bourgeoisie, la noblesse se parlait en français, de la cour de Russie en passant par celle d’Autriche jusqu’aux intellectuels de Londres. C’est ainsi que naquit petit à petit cet esprit nationaliste et indépendant, faisant s’élever un vent nouveau sur les villes des provinces du sud du royaume d’Orange.

Finalement une révolte éclata en France en Juillet 1830, poussant Charles X à quitter son trône et le roi brugeois Louis-Philippe à devenir le nouveau roi de France dans un système de monarchie constitutionnelle. Il n’en fallut pas plus pour déclencher un vent de révolution un peu partout en Europe, et notamment en Belgique.

Thème

Cette même année, les forces militaires hollandaise se virent chasser du plat pays et le peuple du nord déclara son indépendance. Cependant, ce ne fut qu’un an plus tard que l’Europe accepta de reconnaitre l’indépendance Belge, et de dresser un congrès afin de décider du futur de la nouvelle nation. Les anglais, d’abord très réticents à la reconnaissance de ce pays, y voyant un reflet des idéaux révolutionnaires, accepta finalement sous certaines conditions. Tout d’abord, il était impossible qu’une république voulue par les radicaux belges voit le jour, ce serait une monarchie. De plus, les membres du congrès devaient décider du futur souverain. Le premier prétendant était le duc de Nemours, fils du roi de France. Cela posa évidemment un problème étant donné que la Belgique avait été annexé à l’empire de France par Bonaparte et que l’affiliation du prétendant au trône belge à la couronne de France présentait un risque trop important à une nouvelle prétention française sur le plat pays. Le père du duc refusa alors l’offre, ouvrant la voie au prince allemand Léopold de Saxe, nouveau roi belge sous le nom de Léopold 1er. Celui-ci initie la première dynastie de Belgique tel qu’on la connait aujourd’hui, dynastie qui donnera vie au tristement célèbre Léopold II, mais ceci, c’est une autre histoire.

Hugo Benoit

-13-


Thème Mots croisés sur la Belgique ! A la fin, mettez dans l’ordre les lettres trouvées dans les cercles roses, et vous trouverez le nom du meilleur buteur de l’équipe de Belgique lors de la coupe du monde de football 2018 !

HORIZONTAL

VERTICAL

1.Personnage célèbre d’une bande dessinée belge. Capitaine…

A.Chanteur belge de 33 ans

2.Pays frontalier de la Belgique 3.Nombre de langues officielles en Belgique

B.Artiste connu pour sa bande dessinée « Le Chat » C.Nombre d’habitants en Belgique

4.Plus grande ville de Flandre

Si tu ne trouves pas les réponses, demande à un membre d’Xpression ou envoie un mp à Alex Pression !

-14-


Thème

Guillaume Ouallet -15-


• • •

°

°


Culture Ce que vous auriez du réviser pour le second semestre. Innoweek fait peur mais tu n’es pas tout seul.

I

l est vingt-trois heures, en face de moi j’ai une réplique du Bélem dont j’admire les haubans. On est en pleine période de fêtes mon estomac est rempli de champagne et de marrons chauds. Et je me rappelle que pour notre rentrée on a Innowek. La tuile. Je sais qu’on est tous sur le même bateau (sans mauvais jeu de mots). Mais quand même. Faire bac +4/5 pour planter des graines en plein rush de fin de semestre, on avouera qu’on a connu plus habile comme tactique. Du coup, comme cela nous a retourné, ou en tout cas m’a remué, je me propose de vous donner des pistes pour entamer le second semestre avec un flegme et un calme exemplaires.

D’abord, la littérature :

Le journalisme gonzo à la première personne semblait être la condition sine qua non de la réussite d’un bon journal de bord Innoweek. Du coup, relire Hunter S Thompson et son acolyte Oscar Zeta Acosta semble être un bon point de départ pour réussir votre rentrée. On vous conseille Mémoire d’un Bison, si vous voulez vous amuser et que vous aimez les drogues, Las Vegas Parano si vous voulez oublier le reste du monde et que vous aimez les drogues ainsi que Le Marathon d’Honolulu si vous aimez le Marathon et les drogues. Deux gus barrés dans des espaces quasi clos : de quoi vous donner autant l’envie de rire que la nausée.

-18-

Au niveau cinématographique: potassez vos classiques, du genre West Side Story (« I’d like to live in America, Ok but free in America » ça y ait vous l’avez dans la tête ? ), et si le passage précédent vous a plu, regardez le film Las Vegas Parano avec Johnny Depp et Benicio del Toro. Ou Le loup de Wallstreet vu que c’est le but de la moitié des gens de l’école de devenir Jordan Belfort. Vous pouvez aussi rire un bon coup devant Coup de foudre à Notting Hill parce que Hugh Grant et que dire cela c’est suffisant. Et vraiment si rien ne vous plait là dedans et que vous voulez vous évader, il y a Interstellar sur Netflix en ce moment profitez en, il vaut graaaaaaaave le détour. Et puis parce que je l’adore et que je sais que trop peu de gens l’ont vu : matez Le Cercle des poètes disparus c’est du love en bobine.


Culture

Pour la musique :

Du bon blues tout doux qui glisse dans les oreilles type Muddy Waters ou Lightin Hopkins. Du vrai blues qui nous rappelle que c’est la rentrée mais qu’on peut y survire. Ou alors Damso parce que, quand même, on l’aime bien. Plus que Vald. Et pourtant on aime Vald, c’est dire. Pour les indécis, vous pouvez toujours lorgner du côté des 1975 qui viennent de sortir un chef d’œuvre sobrement nommé A Brief Inquiry into online Relationships ce qui n’est absolument pas un nom pompeux comparé à celui de leur précédent opus I like it when you sleep for you are so Beautiful yet Unaware of it. Ce qui reste un titre d’album sublime mais là n’est pas la question.

Enfin, travaillez votre descente car les trois meilleurs listes vont nous offrir des SAT de malade ce semestre alors soyez prêt et que le meilleur boive. Bon maintenant que j’ai fait mon devoir de rédacteur je repars voir mon tonton raciste et ma cousine neurasthénique, il parait qu’ils monopolisent le champagne.

Rafael Deville

-19-


Culture Mythes et légendes à la francaise. Aux confins de notre cher pays, des légendes ancestrales et mystérieuses demeurent. La France, pays des lumières, de la révolution française, de l’art, de la gastronomie mais aussi des monstres et des légendes. Notre pays à beau être qualifié parfois comme le plus beau pays du monde, il n’en a pas moins ses légendes sombres contrastant avec son charme naturel. Attention, les légendes de nos pères ne sont pas toujours mignonnes et renferment souvent des atrocités ayant pour but d’effrayer les jeunes enfants ou les esprits trop téméraires afin qu’ils n’accomplissent pas

-20-

d’actes déraisonnés. Nous commençons notre aventure dans le sud de la France, près des Pyrénées, où un cadavre se serait fait voler sa jambe. Nous l’appelons l’histoire de la Came-Cruse. Celle-ci commence avec une famille paysanne, un homme et une femme avait une fille frêle et blafarde qui ne pouvait manger que de la viande crue sous peine de faire de violentes crises. Ses parents terrifiés à cette idée, lui achetaient chaque jour son sou en viande fraiche.

Mais un jour, ils oublièrent la nourriture promise et pris de panique, décidèrent d’arracher la jambe du cadavre le plus récent du cimetière se situant près de leur maison. La fille frêle ne se posa aucune question et la dévora jusqu’à l’os. La nuit suivante, le cadavre amputé réveilla la jeune fille lui demandant de lui rendre son membre perdu. Celle-ci ne pouvant accéder à sa requête, le cadavre la dévora à son tour, toute crue.


Culture Toujours dans des teintes sombres, on s’intéresse maintenant à la légende de barbe bleu. Le plus terrifiant dans cette histoire est qu’elle s’intéresse à un personnage historique ayant réellement existé, Gilles de Rey. Ancien bras droit de la défunte Jeanne D’Arc, cet homme sinistre se serait adonné à des rites démoniques, des meurtres et des viols mettant en scène des enfants. Il sera juger en 1440 et condamné pour avoir tuer plus de cent cinquante personnes. Ce personnage entrera dans nos légendes par le biais de Charles Pérot le peignant dans son récit sous le nom de Barbe Bleu, faisant de lui, un simple humain, un monstre légendaire. Tout le monde ou presque connait l’histoire de la bête du Gévaudan. Dans la région de la Lozère, plus d’une centaine de meurtres similaires se déclarent, tous de raisons inconnues. Ceci suffit pour agir sur l’imaginaire collectif,

Alors que la raison de ces meurtres est possiblement l’existence d’une meute de loup ou d’un serial killer, la légende du monstre du celui-ci imaginant l’existence d’un loup noir immense et sanguinaire sans aucune pitié. Gévaudan rentrera a jamais dans nos mémoires comme l’une des légendes les plus énigmatiques de l’hexagone. Enfin, vous êtes un grand fan d’Harry Potter et rêvez de découvrir la pierre philosophale ? Eh bien ne désespérez pas encore ! Une légende française ayant pour épicentre le château du Plessis-Bourré raconte que celui-ci possède en effet une pièce dont le plafond est représenté par une fresque au sens complètement indéchiffrable. La légende indique que cette fresque dont l’artiste serait inconnu indique les secrets cryptés de la légendaire pierre philosophale. Peut-être était-ce l’œuvre de Nicolas Flamel ?

Hugo Benoit -21-


Culture

Hollywood's version of the royal wedding!!

Priyanka Chopra & Nick Jonas’s marriage : Everything you need to know before making judgments

-22-

Priyanka Chopra and Nick Jonas got engaged in late July in Greece, and capped off their engagement on the bride-to-be’s 36th birthday in London in a romantic gesture right out a scene of a movie. Straight out of the opening scene of Sweet Home Alabama, Jonas took his bride-to-be to Tiffany & Co., where Chopra selected the ring of her dreams. The couple then set out to plan a multiday celebration in Jodhpur, India–packed with celebrity guests, multiple outfit changes, a palace venue, and much, much more. They have just celebrated their love and it’s being called the wedding of the century in India. Their celebration had both traditional Indian as well as western ceremonies to celebrate the melting of their two backgrounds in front of 225 of their closest friends and family. Priyanka wore stunning outfits for each ceremony, but the one that got everyone’s attention was her hand made and embroidered Ralph Lauren gown that had nearly 3 million of her mother’s sequence. This latter took over 18 hundred hours to make. The 75 foot veil took 5 adults to carry down the aisle. Some think it is too extra but no bride is too extra. It is her day so let her make it as big as she wants. Let her live it up as long as her neck muscles can drag that! Her mother walked her down the aisle and it was such a heartwarming moment. However, Some are intrigued by the couple’s relationship because of the age gap. The cut published an article, which questions whether their love is real or not. In the article, Priyanka is labeled as a global scam artist implying that she’s just using Nick Jonas to further her career and media attention and compared her wedding to kim kardashian and kris humphries’s televised wedding that only lasted 72 days. Joe saw the article and tweeted: “This is disgusting. @TheCut should be ashamed to have someone write such evil words. What Nick & Pri have is Beautiful Love. Thank u, Next.” Immediately after, Joe’s fiancé: Sophie Turner, 22, slammed the controversial essay in a tweet of her own.

“This is wildly inappropriate and totally disgusting,” she wrote. “Very disappointed that The Cut would give anyone a platform to spew such bulls–t.” The Cut later removed the op-ed from its website and added a note: “Upon further editorial review, we found this story did not meet our standards. We’ve removed it and apologize”. The couple seems to enjoy the marriage life not paying attention to all the drama that is happening. Nick shared two photos from his wedding on Instagram on Tuesday morning with the caption, “Happiest day of my life.” Chopra, meanwhile, wrote, “Forever starts now.” People are used to keeping things private. The fact that this celebration was a public one and that the couple decided to sponsor the party making money of it, had people doubt the whole relationship. Anyway, the bride wanted a show and made it happen. Why not making a big deal out of it? She is one of the biggest stars in Bollywood, why would she need him? Why would anyone ruin their first marriage experience for money or fame?


Culture « Judge less, Love more. Before you judge someone, read this! »

Why are we so divided? How did we get here? What is the way out? Deep down, we are all loving, kind and compassionate beings in our actions, the way we think, the way we communicate and the way we relate to ourselves and each other often brings us the opposite experience. Imagine how free we would be if we could shift our focus from judgment back to love. At some point, most of us were told that we are not good enough, smart enough, strong enough or pretty enough. We start to see ourselves as apart from the others. This separation makes us feel alone in the world. Therefore, we use judgment to protect ourselves against the fear and pain of being alone. We all have an inner activist that is demanding that we rise up to the presence of love within us. The most powerful way to respond to that call is to shift our inner life. We become more conscience in our social media field and in our face-to-face conversations. We live in a place of compassion and forgiveness and become an example for our children and each thought we have becomes a peaceful protest that heals the epidemic of hate in this world.

« The miracle isn’t that we give up judgment, the miracle is that we no longer believe in it. » Nouhaila Hamlich

-23-


Divers Culture Mary Poppins, nounou rEvée ? A l’heure de la sortie de la version actualisée de Mary Poppins, revenons sur ce personnage mythique qui, jeunes, nous a tous fait rêver. Du roman à la version de Walt Disney, que nous dit cette nanny magique ? « Supercalifragilisticexpialidocious », ça vous dit quelque chose ? Ce mot magique qui nous fait relativiser et reprendre goût à la vie, qui nous libère. Ce mot est bien à l’image de la nanny décrite par Walt Disney, celle qui vous fait découvrir un monde rêvé et amusant, qui développe votre imagination. C’est une charmeuse, elle vous emmène par son enthousiasme et ressemble à la fée domestique : elle simplifie la vie des parents, les enfants l’adorent et lui obéissent. Cette version de la femme « parfaite », un mélange de mère, de grande sœur et de domestique n’est pas tout à fait fidèle à celle du roman de Pamela Travers. Cette dernière ne voulait pas nécessairement séduire les enfants, elle voulait parler à tout le monde, sincèrement. Le personnage original de Mary Poppins est un mélange de sorcière et de déesse, elle grommelle, est sévère et très mystérieuse. Elle a une apparence banale mais entraîne des choses merveilleuses sur son passage. Ce livre, écrit sur le modèle du conte, est un récit d’introspection, de recherche de soi à travers l’humour. Quelles femmes nous raconte Pamela Travers à travers Mary Poppins ?

1)La déesse Le mot est à prendre dans tous ses sens. La déesse, on l’admire, mais on la craint également. Elle est ce personnage insaisissable qui rend l’impensable possible et vous emmène dans des lieux inconnus, tout en exerçant un pouvoir inexplicable sur vous. On l’adore ou on la déteste, mais elle ne laisse personne indifférent. 2)La grande sœur Cette facette d’une femme est celle qui se rapproche le plus du rôle de nanny. Elle n’a pas la responsabilité d’une maman, mais elle nous montre le chemin, nous conseille. C’est notre première interlocutrice lorsque nous devons faire face à une situation inconnue et personnelle. C’est la complice qui « ne répètera pas » aux parents, celle à qui vous voulez ressembler. En 1934, la classe démographique des « jeunes » n’était pas encore reconnue. On appartenait soit à la classe des enfants, soit à la classe des adultes. Ainsi, la grande sœur était celle qui rentrait dans le monde des adultes, faisait le grand pas, nous apprenait les codes.

-24-


Culture

3)La maman

4)La savante/la sage

Ce personnage est de loin le plus important mais aussi le plus complexe. Quels liens noue-ton avec sa mère ? Entre la hiérarchie et l’amour, le respect et la lassitude, le modèle et l’envie de s’en distinguer, la relation mère/enfants est un ensemble de contradictions et de tensions difficiles à contrôler. La nécessaire autorité d’une mère est souvent entravée par l’amour qu’elle ressent pour ses enfants, et la tendresse que ces derniers lui inspirent. Bien qu’au début du XXème siècle ces considérations furent bien moins développées qu’aujourd’hui, elles ont toujours existé.

Longtemps réservée aux personnages masculins, la figure du sage/savant/voyant se retrouve chez Mary Poppins. Comme une sorte de moine, de shaman, elle voit ce que les autres ne voient pas. Elle connaît les mondes, en ressent l’immensité des possibles. A la fois inspirante et étrange par cet aspect, cette femme ressent les émotions, et vit pleinement le monde visible mais également les mondes cachés.

Ainsi, il est aisé de comprendre pourquoi Mary Poppins représente une œuvre phare pour Pamela Travers, mais également pour Disney, bien que la société de divertissement en ait bien simplifié l’image. Cette figure féminine et forte raconte la femme dans son entièreté, sous des aspects nouveaux ou du moins peu explorés par la littérature populaire.

« Comme une sorte de moine, de shaman, elle voit ce que les autres ne voient pas. »

Claire Greslé

-25-


Divers World tour : Start packing for your trip to Morocco Best places to visit and things not to miss Medieval cities, great surf camel treks and souks full of spices and handy crafts make Morocco one of North Africa’s most enchanting destinations. Here’s a list of the things not to miss : 1) Chefchaouen is the most beautiful small town in Morocco with blue washed walls enclosed by rolling mountains.

3) Camel trekking : One of the best ways to experience Morocco’s wild side is to vent to the Sahara on an overnight camel trek from Zagura or Merzouga

7) The Tin Mal mosque stands isolated in a river valley with high mountains behind it.

2) Fez: The most complete medieval city in the Arab world concealing ancient souks and iconic monuments, the most known of which is Médersa Bou ‘Inania widely acknowledged as an excellent example of Marinid architecture.

4) Atlas passes : Mountains providing breathtaking views along the way. Jbel Ayachi has one of the highest mountain peaks at an elevation of 3.727m (12,227ft) above the sea level, located in the Eastern High Atlas. It is one of the highest roads of the country. Tourists in search of thrills, it is the place not to miss !

5)Cascade d’Ouzoud : The most dramatic falls of water.

-26-

6) Koutoubia mosque the symbol of Marrakesh with its 12th century minaret measuring 77m is visible from miles around the city.

8) Crafts : From carpets, leather and satin; Morocco’s craft tradition is extremely vibrant and is exposed in its souks. 9) Mint tea is a green tea prepared with spearmint leaves and sugar. It is central to social life in the Maghreb. The serving can take a ceremonial form, especially when prepared for a guest. The tea is traditionally made by the head male in the family and offered to guests as a sign of hospitality.


10) Kasbah of the Udayas is the most beautiful goat and one of the must see sights in Rabat. It was added to the UNESCO World Heritage Tentative List on July 20, 2006. 11) Telouet Kasbah : The palace is located on the outskirts of the small Berber village of Télouet, in Morocco. It lies at an elevation of 1,800 metres (5,900 ft). Occupying a strategic position in the High Atlas, the occupants of the palace had the privilege of being on the passage of caravans and near major salt mines. 12) Jemaa el-Fnaa : Musicians, acrobats and story tellers gather in the square and market place in Marrakesh’s medina quarter (old city).

13) Todra Gorge : Spectacular views. Take a walk or a climb in the majestic Todra Gorge with its towering 300 metres.

14) Barbary apes : Troupes of macaques populate the dense forest making it a great area for photographers. 15) Sidi Ifni: is claimed to be the location of Santa Cruz de la Mar Pequeña, which had been for long pursued by Spain. 16) The relaxed sea sight of Asilah: is named one of the best beaches in the west coasts. The city hosts many tourists during its August cultural festival.

17) Essaouira :presents itself as a city full of culture: several small art galleries are found all over the town. Since 1998, the Gnaoua

Festival of World Music is held in Essaouira, normally in the last week of June. It brings together artists from all over the world. Although focussed on gnaoua music, it includes rock, jazz and reggae. Dubbed as the «Moroccan

Divers

Woodstock» it lasts four days and attracts annually around 450,000 spectators. 18) The old international port of Tangier: is a global logistics gateway located on the Strait of Gibraltar and connected to 174 ports worldwide with handling capacities of : 9 million containers, exports of 1 million new vehicles, transit

of 7 million passengers and 700,000 trucks on an annual basis. 19) Volubilis: is a partly excavated Berber and Roman city in Morocco situated near the city of Meknes, and commonly considered as the ancient capital of the kingdom of Mauretania. 20) Casablanca: is a colonial architecture mixing traditional Moroccan designs and French architecture creating a distinctive style. 21) Majorelle garden

in Marrakesh :is a two and half acre botanical garden and artist’s landscape garden. It was created by the French Orientalist artist, Jacques Majorelle over almost forty years, starting in 1923, and features a Cubist villa designed by the French architect, Paul Sinoir in the 1930s. The property was the residence of the artist and his wife from 1923 until their divorce in the 1950s. In the 1980s, the property was purchased by the

fashion designers, Yves Saint-Laurent and Pierre Bergé who worked to restore it. Today, the garden and villa complex is open to the public. The villa houses the Islamic Art Museum of Marrakech, the Berber Museum and has recently opened the Musee Yves Saint Laurent. 22) Imilchil Moussem : The Moroccan cultural calendar is packed with festivals but few can match Imilchil’s 3 day marriage market.

Nouhaila Hamlich -27-


Divers La dernière aventure moderne Robert-Richard Deschamps était un business man comme les autres, jusqu’à ce que…

I

l était sur le chemin du retour quand l’accident se produisit. Après une mission de trois mois aux Etats-Unis, RobertRichard Deschamps rentrait tranquillement en France pour passer Noël en famille avec son épouse Lily-Rose Deschamps et ses enfants, lorsque le ciel lui est tombé sur la tête. En fait, c’est plutôt lui qui est tombé du ciel sur la tête. Son vol Los Angeles – Paris n’est jamais arrivé à destination. Quelque chose de bien plus intéressant l’attendait sur le chemin. La mort. L’avion s’est abimé en mer. Robert-Richard (qui se faisait appeler simplement Robert pendant sa mission aux Etats-Unis, parce que c’est stylé comme prénom là-bas), est l’heureux élu de cet accident. Comment se fait-il que j’aie survécu ? se demande-t-il en voyant tous les corps et morceaux de corps autour de lui. C’est alors qu’il se souvient qu’il avait malencontreusement été placé entre deux américains d’un certains poids. Ce couple se rendait à Paris pour fêter Christmas en amoureux. Ils n’avaient pas eu la chance de s’en sortir comme lui, mais leur obésité morbide à tous les deux lui avait sauvé la vie, faisant office de méga airbag. Les membres encore engourdis, Robert-Richard (que nous appelleront désormais seulement Robert) s’efforce de détacher sa ceinture de sécurité et de sortir de la carcasse de l’avion avant que celle-ci se soit complètement enfoncée sous l’eau. L’avion s’est rompu en deux juste derrière les ailes. L’avant de l’appareil dans lequel se trouve Robert, déjà bien rempli d’eau, s’apprête à être totalement à la verticale et à couler à pic. Le pauvre monsieur est pour l’heure prisonnier de ce cercueil ambulant, attendant que l’avion s’enfonce sous l’eau et le libère. Il commence à retrouver des sensations dans son corps. Il sent l’eau autour de lui, il sent le sel dans sa bouche après qu’il a bu la tasse, il sent l’odeur de peur et de cadavre qui se répand

-28-

dans l’habitacle. Il se rend compte qu’il a faim. Les stewards étaient justement en train de servir le repas au moment de l’accident. Il meurt de faim. Bizarrement, il ne ressent pas la peur. Il ressent de la tristesse pour tous ces gens morts par dizaines qui ne verront pas leur famille pour Noël, tristesse pour ces amoureux du voyage qui n’arriveront jamais à bon (aéro)port. Enfin, la carcasse de l’avion descend. Elle descend de plus en plus vite. Il se fait taper par les sièges qui défilent autour de lui. Il manque de se faire assommer par un coup d’accoudoir sur son crâne lisse. Il parvient quand même à reprendre ses esprits, il ne va pas périr maintenant !! C’est alors que l’avion glisse entièrement sous les eaux et il est aspiré vers le fond par le courant provoqué par l’appareil. C’est comme être sous une cascade très puissante. Alors qu’il lutte pour remonter à la surface, il repense à tous les films catastrophes qu’il a vu dans sa vie, où le personnage piégé sous la glace n’arrive pas à remonter à la surface et se noie. Mais cette histoire est différente. Point de glace ici, et Robert crève la surface. La lumière du soleil, qui l’atteint directement désormais, l’éblouit. Il rencontre un objet carré et dur, auquel il s’accroche. C’est une valise perdue. Alors que ses yeux s’habituent à la lumière, il se rend compte qu’une foule de valises, bagages et plateaux repas flottent autour de lui. Des paquets de chips, des plateaux-radeaux et des valisent pleines d’air forment un ilot flottant autour de lui. Il n’a pas assez faim pour manger de la nourriture trempée et pleine de sel de mer. Il voyage en business class tout de même ! Ce qui l’inquiète néanmoins, c’est qu’il n’y a pas de terre à l’horizon, contrairement aux livres et films de naufragés qu’il connait. Le personnage qu’il est va-t-il finir sa petite aventure ici ?


Il a rassemblé quelques valises pour en faire une structure flottante d’une certaine taille, puis, s’est allongé dessus et s’est endormi, à bout de forces. Au bout d’un temps impossible à définir, il est réveillé par des bruits et des coups sous lui. Les valises bougent. Quelque chose est clairement en train de taper dedans ! Il voit des formes sombres et massives tourner autour de l’amas d’affaires et de restes de l’avion. Des requins ? s’interroge-t-il. Ça y est c’est la fin. Il perd tout espoir de survivre et de retrouver un jour Lily-Rose. Soudain, un dauphin bondit hors de l’eau et passe au-dessus de son radeau-valise-transat. Il pousse un petit cri caractéristique et Robert croit deviner un sourire sur la grosse tête du cétacé. Il retombe dans l’eau dans un plongeon parfait sans soulever la moindre éclaboussure. Puis, toute la tribu sort la tête de l’eau et se met à entonner un chant digne d’une grande chorale. Les coups et les bonds ont cessés. Ils voulaient peut-être juste me réveiller et jouer pense Robert. Mais je n’ai pas la force de jouer les amis, leur dit-il tout haut. Celui qui parait être le chef de la bande s’avance et insiste pour qu’il les rejoigne. Robert avait toujours rêvé de nager avec des dauphins, mais il n’en avait jamais eu l’occasion. Il se dit qu’au point où il en est, et s’il doit mourir, au moins il aura fait ça une fois dans sa vie. Il se jette à l’eau dans un plongeon voulant imiter le saut du dauphin. Mais bien plus maladroit, son plongeon ressemble plus à une bombe qui éparpille valises et dauphins. Sous l’eau, il peut les voir tourner autour de lui et communiquer à coups de petits cris et cliquetis.

Divers

Une fois remonté à la surface, un dauphin vient se frotter à lui sur sa droite et un autre sur sa gauche, puis, ils lui offrent clairement leur aileron dorsal. Sans plus réfléchir, par pur instinct de survie, notre héros s’en saisit et s’y arroche comme à sa propre vie. Pendant de longues minutes, puis heures, les dauphins vont alors le tracter, l’escortant en groupe pour le protéger d’éventuels requins et autres bestioles mal intentionnées.Robert se réveille la joue contre le sable chaud. Ses sauveurs l’on déposé là et s’en sont allés. Il voudrait les remercier, mais il voit à peine quelques ailerons et jets d’eau au loin. Il crie quand même à l’horizon « Merci mes amis !!! ». De petits cris stridents lui répondent, à moitié couverts par les vagues. Il se retourne vers la terre et fait face à une jungle épaisse. Sur la côte, il ne voit pas le bout de l’île. Est-ce seulement une île ? Encore à moitié dans l’eau, il sent des choses dures sous ses pieds dans le sable. Des palourdes ! Il s’accroupit et fouille le sable à pleines mains. En à peine quelques minutes, il extrait plusieurs poignées de ces mollusques. Mais, étant bien protégés dans leur coquille, il n’arrive pas à les ouvrir. Finalement, il trouve un autre coquillage suffisamment fin et plat avec lequel il ouvre le reste de sa collecte. La chaire molle glisse dans sa gorge et lui procure une douce sensation de chaleur une fois dans son ventre. Cette nourriture est une aubaine car il n’a pas la force de mâcher et encore moins d’ouvrir des noix de coco. Ce menu festin terminé, il s’installe à l’ombre d’un palmier et se rendort.

-29-


Divers La dernière aventure moderne Suite On le tire à nouveau de son sommeil. Il en a assez cette fois, il a besoin de repos ! Pourquoi ne peut-il pas couler au fond de l’eau avec les autres, lui aussi ?! Son instinct de survie ne le lui a pas permis. Cette fois, il sent quelque chose lui lécher les orteils. Il se réveille en sursaut, de peur qu’une bête sauvage lui dévore les pieds, mais ce ne sont que les vagues qui viennent déferler sur ses orteils. Le soleil est bien plus bas, la marée a monté. Il fera nuit dans deux heures tout au plus, pense Robert. C’est maintenant la soif qui l’assaille, après avoir ingurgité tout ce sel. Il ramasse deux noix de coco, puis se met en quête d’un caillou bien dur pour les ouvrir. Malheureusement, la plage sur laquelle il a atterrit est bien

-30-

trop paradisiaque et ne recèle pas le moindre petit galet. Que du sable blanc et fin à perte de vue. Il y a néanmoins ces gros rochers blancs qui ressemblent à des falaises, plus au sud. Robert décide de se mettre en marche dans cette direction. Il abandonne ses noix de coco sur la plage pour marcher les mains libres. Il doit économiser des forces. Il trouvera bien d’autres noix sur place. Une heure plus tard, il arrive au pied de ces gros rochers. Il faut dire que la marche dans le sable mou n’est pas ce qu’il y a de plus facile ! Comble de la malchance, tous ces rochers sont ronds et lisses comme des fessiers, après des années à se faire polir par les vagues. Robert décide d’escalader pour aller voir de l’autre côté. Une fois au sommet,

il réalise que l’autre versant n’est pas du tout semblable au côté d’où il vient : la roche n’est plus blanche mais noir cramoisi et défoncée comme si un gros objet était rentré dedans. Il descend en essayant d’éviter les arrêtes coupantes de ce versant accidenté. Enfin, la chance tourne ! se dit-il une fois en bas. Je vais enfin pouvoir boire. Avec les pierres trouvées là, il ouvre cette fois sans peine des noix et se désaltère. Le voici renvoyé à l’âge de pierre, lui qui travaillait dans la finance et le monde connecté par l’internet et les ordinateurs d’aujourd’hui. Voici une bonne cure qui lui fera peut-être un peu oublier les chiffres (mais pas sa Lily-Rose se jure-t-il).


Il s’enfonce alors dans la jungle à la recherche d’un abri pour la nuit qui s’annonce imminente. Il passera finalement la nuit sous un arbre semblable à un ficus (pas un cocotier pour éviter le danger de la chute de noix), et recouvert d’une simple couverture en palmes de cocotier. Lui qui voulait dormir, il comprend ce que c’est que de vivre comme un homme de Cro-Magnon, seul et ne maîtrisant pas le feu. Robert passa la nuit à grelotter sous une pluie battante, sa couverture végétale n’étant bien sûr pas imperméable. Les jours qui suivirent, il entreprit d’explorer les environs, ou plutôt devraisje dire, essaya de se frayer un passage dans cette jungle obscure tout en se faisant dévorer par les moustiques. Il construisit également un véritable abri, doté d’une charpente en bois et avec des palmes de cocotier en guise de toit, cette fois assez serrées pour ne pas laisser passer l’eau. Il repaira bientôt une source d’eau potable jaillissant directement du sol et courant jusqu’à la mer. Ainsi, il n’eu plus à ouvrir une noix de coco à chaque fois qu’il avait soif. Le cinquième jour, il parvint à faire du feu en frottant deux morceaux de bois secs, tout en s’écorchant les bien mains au passage. Par la suite, il fit un grand feu de joie dans l’espoir d’être repéré par d’éventuels secours. Mais son nouveau lieu de résidence était trop loin du point d’impact de l’avion et personne ne vint. Il repéra alors une grande plage vierge où la marée ne montait pas et y laissa un message géant pour être vu du ciel : HELP (à base de noix de coco qu’il avait dégustées pour former les lettres, bien sûr). Quelques jours plus tard, revenant visiter la plage aux lettres en noix de coco, stupeur : aucune trace des noix ! Ne sachant comment réagir, il se mit à paniquer. Est-ce que la marée avait été plus forte qu’il ne l’avait prévu, ou bien y avait-il des hommes dans les parages ? Des sauvages prêts à lui sauter dessus et à le dévorer ? Dès lors, il ne fut plus tranquille et vécu dans l’impression permanente qu’on l’épiait. Cette présence l’inquiétait et le rassurait en même temps : au moins il n’était pas vraiment seul au monde. Alors, il décida de laisser d’autres objets sur cette plage, des outils de sa confection (noix de coco-gourde, couteau en pierre…), pour voir s’ils disparaîtraient également. A son retour, le lendemain, les objets avaient bel et bien disparus et été remplacés par d’autres étranges offrandes : un collier de dents (requins, poissons… ?), un couteau en os et du gibier (un gros lézard et un perroquet multicolore). Il n’avait pas mangé de viande depuis qu’il était ici, quel luxe ! Il pourrait même faire cuire son butin, maintenant qu’il avait

Divers

le feu. Certain désormais que ces individus étaient pacifiques (à moins qu’ils ne cherchent à l’engraisser pour le manger plus tard…), il se mit à camper sur la plage dans l’espoir de les rencontrer. Robert-Richard avait changé : en une dizaine de jours à peine, sa barbe autrefois nette et bien taillée lui envahissait désormais tout le visage ; son crâne, qui était lustré lors de son séjour de l’autre côté de l’Atlantique, laissait désormais apparaître des touffes de cheveux drus et grisonnants sur les côtés. Amaigri et vêtu de loques, il faisait peine à voir. Il espérait qu’il n’effraierait pas les indigènes. Il resta une semaine sur place. Personne ne parut. Le monde entier avait donc décidé de l’abandonner, se dit-il ! A moins que ça ne soit Dieu qui se vengeait car il n’avait jamais cru en Lui. Non, s’IL existait comme le prétendaient certains, IL serait bon se dit Robert. Ce n’était juste pas de chance. Il fallait continuer à aller de l’avant. Il abandonna alors son premier abri et son camp sur la plage pour partir à la recherche de ces hommes. De sédentaire, il devint nomade. Il descendait toujours plus bas sur l’échelle de la condition humaine. La grande traversée de la forêt avait commencé. Un jour, alors qu’il arrivait dans une clairière, il tomba nez à nez avec une femme nue qui se douchait (se douchait !) et chantait. Ce visage lui rappelait quelqu’un…

Louis-Nicolas Roussel

-31-


LE JOURNAL EN LIGNE DES GEMIENS

Xpression

Xpression

XpressionGem

Geminway.com

Profile for Association Xpression

GIW 79 Janvier - Février  

GIW 79 Janvier - Février  

Profile for xpression
Advertisement