Page 1


EDITO Ah, le mois de novembre ! Chers 1A, vous avez pris vos repères : choix des GP, recrutements assos… tout cela est maintenant derrière vous. Mais un événement très attendu doit encore arriver : le dévoilement des listes. Tout le monde est impatient de découvrir les huit listes qui vont se battre pour accéder au trophée ultime : devenir le BDE. Alors que les 2A vont profiter des petits déjeuners gratuits, les 1A listeux s’ouvrent à une longue et pénible campagne… A travers ce Gem In Way, découvrez également comme chaque mois toutes nos rubriques, aussi riches que variées : école, assos, culture, divers… Des articles sérieux ou décalés soigneusement concoctés par l’équipe de rédacteurs de Xpression ! Il y a beaucoup à découvrir ! Très bonne lecture à tous !

Rédaction du Gem In Way Journal étudiant de GEM

Publication Xpression

Contact

xpression@grenoble-em.com

Rédacteur en Chef Guillaume Ouallet

Rédacteurs:

Juliette Bernaz Prévost Louis-Nicolas Roussel Claire Geslé Hugo Benoit Rafael Deville

Responsables Maquette Imane Ramli Rim El atrassi


Sommaire ECOLE GEM CAREER CENTER GEM CAMPUSES

ASSO GEM AERO prend son envol! La corpo, que font-ils et qu’est ce que c’est

CItation du mois

Thème La guerre des liste : un nouveau verdun Une campagne pour les gouverner tous Gem of thrones

Culture Booba derrière le clash le spleen Tour d’horizon des dernières sorties musicales Elite, les teen series et Netflix

DIvers La PGM aurait pu se finir en 1917 «ICI» une librairie parisienne indépendante


Ecole GEM CAREER CENTER Build Your Career, Communautés Facebook et événements du Career Center Build your Career, qu’est-ce que c’est et pourquoi l’utiliser ? Build Your Career, c’est le nom de guides interactifs qui vous permettront d’améliorer votre intégration professionnelle ! Cinq grands secteurs d’activité sont représentés : Audit & Finance, Marketing & Digital, Sales & Business Development, Consulting et International Careers. Le guide contient de nombreux liens pour vous aider à penser et préparer votre carrière. Il vous propose en particulier un planning des événements carrière et corporate à ne pas manquer. Pour y accéder, c’est très simple : il suffit d’aller sur la page d’accueil de votre intranet, cliquez sur « Build your career » et vous aurez accès à tous les liens ! http://adobe.ly/2OWnCX ou QR code de la table des matières Agrandir son réseau sur Facebook, c’est possible ! Vous pouvez dès à présent rejoindre les groupes Facebook regroupant les communautés Alumni de GEM. Vous y trouverez plus de 2000 membres ! Le principe : partager des expériences, des opportunités ou autres informations professionnelles. Il existe un groupe pour chacun des cinq secteurs d’activité précédemment cités. > GEM Alumni & Students sur FB

-4-


Comment ne rien manquer des événements et nouveautés du Career Center ?

Ecole

-Les pages Facebook et Yammer FB= @GEMCareers -Le site du Career Center : plus de 13 000 offres réservées à GEM et pas moins de 146 annonces d’événements www.grenoble-em.com/careercenter -S’abonner à la newsletter via le Career Center pour recevoir un récapitulatif des événements à venir (envoyée tous les lundis) Pour ce mois de novembre, n’oubliez pas les événements Bootcamp consulting (le 22) et Bootcamp international careers (le 29). Inscriptions via le Career Center ! Les principaux événements carrière à venir:

-5-


SEE

Student Experience and Employability

GEM CAMPUSES From Mexico to Berlin Before leaving home, I encountered myself surrounded with tons of advises, tips and stories from friends and family on how to enjoy my “new life” and my “new so-called home”. « They kept saying that this will be definitely an amazing experience, full of new adventures and new challenges; a really worthy experience that will be kept on my mind forever. And so, the day to leave home finally arrived I definitely had no idea of what I will be encountering on my arrival day. The first day was a bit confusing for me; I never pictured myself being in Germany so I never had the interest of learning the language. You can imagine my face when all that I saw was written was in German; menus, information, signs, etc. I had some trouble communicating but that did not stop to discover the magic of this city. Berlin is definitely a place full of history; each street, park, building and neighborhood has its own story. It is a city full of never-ending stories and everywhere you go, everyone has something new to say about each corner of the city.

I adventure into discovering the Berlin Wall. This was a really amazing experience, I imaged it quite different, but still it was breath taking. I started with the West side and went into all those important stops. I knew that there were still a lot of things to discover around the city but it was

-6-

actually time to get into business and start with my GEM MBA experience now. MBA started with a smooth beginning at Induction Week. I was so interested observing all the different nationalities gathered in that room. It was so fascinating to see the excitement that students felt when then found someone that was from their same country and the relief they had when they were able to speak in their same language.

Class started and it was time to get back on it. I can say it was hard to get the speed on it but I felt no rush into it. I was just so happy into stating to know my classmates, I found myself surrounded by really nice and interesting people, all of us with completely different backgrounds and work experiences but definitely with the same attitude towards learning and helping each other. I will not lie, it is definitely not an easy thing to cope with all the work that the program demands but I do not regret being here in Berlin doing my GEM MBA degree. In addition to all GEM staff, we will be able to conclude our studies successfully. I am sure that we still have so much more stories pending to write on our paths. I applaud all of my classmates into overcoming this challenge, and I thank them for sharing it with me.»

Hedga Gutierrez, MBA Berlin Mexican Student


SEE

MIB Paris- A challenging yet rewarding choice

A new path always brings new adventures and a variety of learning experiences. «My initial days in Paris campus as a student of Masters in International business marked a beginning of an enriching journey. My preconceived notion La vie en rose was quickly changed as I was bombarded with number of administrative procedures, challenging coursework and other responsibilities. GEM’s welcome team helped me get through my initial paper work and excellent pedagogy facilitates learning in an efficient way. However, the biggest cultural shock for me as I moved from a city that never sleeps, Mumbai, into a city that strictly follows the working hours, Paris was dealing with Time! This created unexpected delays as I was not used to checking working hours of banks, post office and supermarkets! Imagine you are waiting for an urgent delivery which will be delivered at the time when you are at school, and then to track it you need to be able to speak good level of French. Getting out of this situation would have been impossible had I not received help from my native French speaking classmates.

As I spent more time going around the city and observing people I realised that having strict working hours is the reason why they have time to spend with family and friends. In the evening, cafés and restaurants are full of people having a good time and relieving stress, which I believe is very important. French desserts are adding sugar to our lives in Paris for sure! And with the wide of fashion apparels and accessories I had never before felt so stylish. GEM is taking lots of efforts to help its huge international cohort delve into the rich culture of Paris by conducting integration desk events. One of the best class is the French language class, which unlike most classes, usually happens on a go around the city. During this class, our professors take us to visit parks, monuments and festivals to discover the culture and this makes us to fully live our experience of learning! I am sure our lives are getting only better with such amazing experiences in this beautiful city.»

Prajakta Tamhankar, MBA Paris Indian student -7-


Asso Asso

Gem Aéro prend son envol !

Aujourd’hui, GEM compte de nombreuses associations. Mais aucune ne traite d’un domaine qui tient à cœur à de nombreux gémiens : l’aviation. Gem Aéro est une association en développement qui donne tout pour vous donner l’opportunité de planer au-dessus de la Bastille !

-8-

Quoi ? GEM Aéro ou G.A. pour les intimes c’est le rêve un peu fou, lancé il y a maintenant un peu plus d’un an, par une poignée de Gémiens qui sont convaincus qu’une association d’aéronautique a toute sa place au sein d’une grande école de commerce comme GEM. S’inspirant d’autres structures similaires et existantes comme à Panthéon Assas ou en écoles d’ingénieurs, ces irréductibles aviateurs continuent d’avancer dans ce projet de création de la 25e association de l’école. Qui ? Ce projet avance grâce à un noyau dur de passionnés d’aéronautique qui s’enrichit chaque année de nouveaux étudiants venant d’horizons divers mais partageant cet attrait pour l’aéro. Actuellement composés de dix membres actifs réunis sous la houlette du président Benoît Schneider, épaulé par Guillaume Schonek vice-président, G.A. est en pleine croissance grâce notamment à une campagne de recrutement toujours en cours mais d’ores et déjà réussie. A qui ? G.A. est née de la volonté de démystifier l’aéronautique et rendre sa pratique accessible aux étudiants de l’école. Qui n’a jamais souhaité être dans la peau de Tom Cruise dans Top Gun ? Qui n’a jamais souhaité avoir la classe du pilote de votre avion lorsque vous partez en vacances ? Qui n’a jamais souhaité connaitre la sensation de voler ? C’est en partant de ce constat simple que nos aviateurs ont voulu transmettre cette passion et ces sensations au plus grand nombre. Comment ? Cette année G.A. vous propose de découvrir l’aéronautique autour de trois grands projets. Le premier est l’instruction en vue d’obtenir le BIA, le Brevet d’Initiation Aéronautique. Ce diplôme reconnu par l’Etat, vous permet d’avoir un premier aperçu de l’aéro et en cas d’obtention du diplôme

cela vous donne le droit à un baptême de l’air gratuit. Les cours sont quasiment gratuits, 5€ pour 25h de cours étalés sur toute l’année, et tout ça en exclusivité pour vous les gémiens. Les cours ont lieu tous les lundis une semaine sur deux, de 18h à 20h à l’ENSE3. Le second est le lancement des vols partagés. Vous en avez marre de bla bla car et des bouchons pour partir en week-end ? Vous souhaitez découvrir la région depuis les airs ? Alors le vol partagé est fait pour vous. Moyennant 35-40€ vous pouvez désormais partir en avion à partir de Grenoble, à 3 personnes et cela où vous le souhaitez. Nous prenons même en charge la navette entre l’école et l’aérodrome du Versoud ! Alors on dit merci qui ? Merci G.A. ! Enfin dernier projet, et non le moindre, le Rallye Aérien Etudiant Ve Edition. Le RAE pour les intimes est une course d’orientation aéronautique organisée par l’EDHEC. La course se déroule par équipage de 4 personnes, l’objectif étant de réaliser des navigations tout en trouvant des points à proximité du tracé de la course. Chaque membre de l’équipe gagnante reçoit une montre Breitling ! L’an passé, nous avons participé à la IVe édition qui se déroulait depuis Aix en Provence. Nous avons passé une semaine inoubliable avec les 11 autres équipages à survoler des paysages sublimes : Sainte-Victoire, Marseille et ses calanques, le Mont Ventoux, Vars, Montpellier, Carcassonne… Si tu veux participer à une aventure inoubliable alors n’hésite pas à nous rejoindre ! La suite ? Les projets à venir pour G.A. : organiser une conférence sur le thème de l’aéronautique, on vous prépare du lourd ! Démarcher et tisser des liens entre l’école et les entreprises du monde aéronautique : Airbus, Dassault Aviation, Safran, Boeing, Air France… Avouez que ces entreprises ont plutôt de la gueule !


Asso

« Notre équipage à l’édition 2017 du Rallye Aérien Étudiant ».

s

Nou Si l’aventure t’intéresse, que tu souhaites apprendre à voler de tes propres ailes, alors n’hésite pas à contacter Roger Aéro ou à nous interpeller dans les couloirs de l’école, nous serons ravis de répondre à tes questions et de te compter parmi nos poussins pour cette année qui s’annonce riche pour G.A..

hon

erc rech

e:

cor s en

pôle lation u a s e onne (RAE, r s r e 2 P nariat e se) part ntrepri -e asso Benoît Schneider -9-


Asso La Corpo que font-ils et qu'est-ce que c'est ? La Corpo a été créé l’année dernière afin de proposer aux étudiants de GEM quelque chose de nouveau : dynamiser leur réseau. Le but est que chaque étudiant ait la chance de pouvoir rencontrer les talents qui composent le réseau gémien, réseau pour lequel nous payons tous près de 35 000 euros pour 3 ans. Concrètement comment le faire ? Nous proposons chaque mois des cafés rencontres avec un alumni sur un métier précis et présenté dans les grandes lignes en avance. Vous avez l’occasion, en tant qu’étudiant de l’école, d’échanger avec l’alumni autour d’un café dans une ambiance informelle. Le but est de vous constituer un réseau dès votre entrée à l’école afin de maximiser les opportunités futures. La Corpo propose aussi aux associations de se financer via un crowdfunding. Ce crowdfunding a récolté l’année dernière près de 5000€ pour deux associations de GEM. Notre rôle dans ce cadre est de lancer une campagne de crowdfunding auprès des alumni afin qu’ils nous aident à développer les nombreux projets gémiens !

Hormis cette activité centrale, la Corpo se charge de dégotter des bons plans étudiants grâce à ses nombreux partenariats (village de rentrée, vente privée SEB…). Les courriers groupés lancés en juillet et en janvier vous permettent de découvrir nos offres afin de vous faciliter la vie. D’un point de vue plus global, l’association s’occupe aussi du soutien logistique de la vie étudiante à travers la plateforme de recrutement ou encore par la location de matériel pratique destiné aux associations. La Corpo est là pour vous aider à construire un réseau, vous nous retrouverez donc tout au long de l’année pour les rencontres networking avec les alumni ou encore lors du forum stage et emploi en février qui vous permettra de trouver votre césure ou votre stage de fin d’année ! Toute l’équipe de la Corpo a hâte de vous rencontrer et de vous rendre accessible un réseau trop souvent négligé !

« La Corpo est là pour vous aider à construire un réseau »

-10-


La citation du mois:

« L’amour rend fou. Il n’y a que la guerre qui Rambo. » -Coluche -11-


Thème La guerre des listes : un nouveau Verdun Ou comment le monde (n’) a (pas vraiment) changé en cent ans On le sait tous, le 11 novembre cela fera cent ans que la Première Guerre Mondiale a pris fin. Cela fera cent ans que le soldat américain Henry Gunther est considéré comme le dernier mort du conflit. Cela fera aussi cent ans que les Habsbourg ne règnent plus sur l’Autriche, mais là, on s’égare.

Le point crucial, c’est que le mois de novembre sera l’anniversaire de la fin d’une boucherie, mais surtout le point de départ d’une nouvelle : la guerre des listes. Lisez bien vous petits 1A possédant des velléités de conquête sur le BDE, car il vous en coutera. On connait tous le principe. Mais au cas ou, voici le pitch : pendant des mois, des listes formées par une ribambelle de premières années vont se mesurer dans le but suprême de récupérer le beau local du 404 pour l’année 2019-2020. Un travail de longue haleine donc. Où la motivation est reine. Et la puterie aussi. Que toutes les listes qui ont pu être dévoilées avant le top départ dans l’histoire de GEM lèvent la main. Voila, nous sommes au clair ça en fait un paquet.

-12-

Le truc avec la campagne BDE, c’est que comme pour toutes les élections il n’y a qu’un gagnant. Voyons le verre à moitié plein : si vous perdez de façon honteuse, vous ne serez pas seuls. Un peu comme l’Allemagne en 1918 : elle a emporté avec elle l’Autriche, la Hongrie, la Turquie… De même, certains noms historiques viendront hanter vos cauchemars les plus terribles lorsque viendra le moment de servir les 2A. Pensez à Jean-Edouard, président de la liste BUKOWSKI, seul dans la neige boueuse de la place de Verdun par -5 un mardi soir de début janvier appelé pour livrer des sushis à des 2A sans pitié… Peut-être a-t-il du arpenter l’avenue Alsace-Lorraine avant afin de trouver de l’alcool dans un midnight. On ne sait jamais avec la guerre des listes, comment les problèmes vont se résoudre.


Thème

Mais un peu comme une guerre d’importance historique indéniable, la course au BDE est interminable pour ceux qui concourent. Ainsi, alors que vous vous croyez arrivés, dépassant tous vos concurrents de plus de dix pourcent d’après l’INSEE (oui oui on y croit pour vous), vous voila faits : il vous faut, comme vos deux dauphins, organiser la meilleure des SAT (votre seconde bataille de la Marne à vous quoi). Sachez que nous sommes de tout cœur avec vous. Sachez aussi qu’on souhaite vraiment boire et nous amuser alors défoncez vous.

Et soyez sympa, accédez à nos désirs (légaux) les plus fou pendant vos deux semaines de servitude. Et ne soyez pas vraiment politiques. Enfin si mais pas trop. C’est-à-dire que par exemple, si votre liste est basée sur le principe de la raclette, faites une belle raclette. Parce que la com’ c’est bien, mais les actes c’est mieux (coucou Laurent Wauquiez). Après, on ne va pas se mentir, la guerre des listes n’est pas un cauchemar. D’après la plupart des témoignages qu’on a pu recueillir pour vous, c’est d’ailleurs plutôt cool. C’est plusieurs bandes de copains qui s’affrontent pour être les plus populaires possibles. C’est humain, superficiel et amusant. Un peu tout ce qu’on aime quoi, ça ressemble à une mort de Marion Cotillard dans Batman : tellement nul que ça en devient génial. Donc accrochez-vous, mais surtout profitez parce que ça n’arrive qu’une fois. Et si jamais c’est trop long pour vous, n’oubliez pas que cela ne durera que cinq mois. Il y a cent ans ça aurait duré quatre ans…

Rafael Deville -13-


Thème Une campagne pour les gouverner tous Nous rappelons à notre aimable lectorat que cet article est à but satirique et humoristique uniquement. 1914-1918 : Une guerre pour le territoire Du temps de nos ancêtres, l’enjeu de la guerre était le territoire. Bien sûr, il y a d’autres raisons (historiques) qui ont poussé l’Europe à s’entredéchirer, mais les revendications territoriales des Etats expliquent une grande partie des massacres qui ont eu lieu. Le sol était alors une ressource clé, puisqu’il regorgeait de toutes les matières premières dont les Etats avaient besoin pour s’enrichir et gagner en puissance : charbon, métaux, terres agraires, main d’œuvre… Ces territoires pouvaient également se révéler être des emplacements militaires et politiques stratégiques, permettant de faire pression sur ses voisins. Mais les paysans rhinois comprenaient-ils l’enjeu stratégique que représentait leur région pour les deux puissances limitrophes ? Tout ce qu’ils voulaient, eux, c’était faire pousser leur houblon, élever leurs cochons et boire de la bière ! Ils voulaient qu’on les laisse

pépère ! Pareil pour le petit albigeois (habitant d’Albi), qu’on envoyait servir de poudre à canon en Alsace, rien à foutre du charbon alsacien ou lorrain ! Mais… le temps de la guerre amène ses militaires de carrière et ses tribunaux martiaux. Le petit albigeois et le petit rhinois avaient donc intérêt à y aller, à la guerre, car autrement ils allaient se faire flinguer !

«un mirage pour mieux les gouverner, une évocation pour les transformer en employés dociles et motivés»

Mais bon, de toute façon, comme les listeux d’aujourd’hui, il parait que le petit albigeois, comme tous les autres jeunes petits Français qui partaient au combat, y partait gaiment, la fleur au fusil.

Dans toute sa candeur, il ne se doutait pas de la longueur et de la férocité de la guerre à venir… 100 ans après, les gens ont peu changé (tant dans leurs occupations que dans leurs mentalités), mais les motivations qui les poussent à se battre, elles, oui.


Thème 1A : Une guerre pour le pull Après avoir acheté 70 € sa carte cotisante auprès d’un BDE qui va se mettre bien, le 1A est bien. Bien naïf. Cette année, c’est pour un pull qu’il fera la guerre, pas pour une stupide frontière. Le pull du BDE, c’est la gloire éternelle, la célébrité dans toute l’école pour une année, la belle vie quoi (pensent les 1A). Mais qui voudrait être BDE franchement ? Posons la question tout de suite : qui voudrait passer son été à organiser un méga weekend auquel il/elle ne pourra pas participer, puisqu’il/ elle sera occupé à surveiller les autres pour qu’ils ne fassent pas trop de bêtises, puisqu’il/elle sera légalement responsable de ce qui se passera sur le camp et il/elle n’a pas envie d’aller en prison. N’oublions pas toutes les innombrables SAT et soirées qu’un BDE se doit d’organiser et où il est chargé du staff. Bref, passons. Ok, on vous a dit que lister pour le BDE, c’était cool. Ça peut l’être (je ne vous spoilerai pas sur la suite de ce qu’est une campagne BDE, pour cela attendez d’y être, chers petits 1A*). Mais là, l’enjeu n’est plus le territoire, ou en tout cas pas le même genre de territoire qu’en 1914.

D’ailleurs, vous espérez quand même que tous ces efforts seront un jour récompensés, et qu’avoir fait partie d’un BDE à la sélection très rude vous donnera accès à un salaire plus élevé que le reste de vos petits camarades. Mais c’est faux. 2A : Une guerre pour les gouverner tous La vérité, c’est que la campagne BDE est une grande fumisterie, une duperie si vous préférez, un dole élaboré par les 2A depuis des générations pour profiter des 1A qui ne savent pas comment une école de commerce fonctionne. La vérité c’est que la campagne BDE c’est dur, long, et presque humiliant. En réalité, il s’agit juste d’un cercle vicieux que les 2A reproduisent sans trop savoir pourquoi, simplement pour se venger des souffrances que leur ont infligé les 2A de l’année passée. Un bizutage en règle, somme toute. C’est un genre de catharsis qui permet de garder un équilibre dans le cosmos des forces de l’école. Et puis, ça peut être rigolo pour tout le monde. Les 2A font marcher les nouveaux avec une carotte au bout d’un bâton, une promesse de pouvoir accéder au pull ultime, un mirage pour mieux les gouverner, une évocation pour les transformer en employés dociles et motivés. Aucune alliance des hommes et des nains ou des elfes avec les nains, et encore moins des nains avec les nains euxmêmes ne saurait les sauver, car nous sommes immortels. Votre tour viendra peut-être. A l’année prochaine !

Il s’agit davantage d’une guerre pour un territoire de l’imaginaire, de se battre pour remporter le respect, la reconnaissance de tous les gémiens (ou presque tous). C’est un peu un combat de coqs pour dominer le poulailler. Même après la bataille, il reste des coqs non dominants prêts à vous sauter dessus et à vous asséner de violents coups de becs sur le crâne pour prendre la place du dominant. C’est un peu déjà comme le monde du travail d’aujourd’hui. Bref, vous l’avez compris, la ressource tant convoitée, c’est la notoriété, le réseau, c’est connaître la bonne personne pour vous embaucher à la fin de vos études.

Louis-Nicolas Roussel

-15-


Thème

GEM of Thrones

The new BDE is coming !. Alors que certains convoitent le légendaire trône de fer, érigeant des alliances, des réseaux d’espionnages, organisant des assassinats, trahissant leurs plus proches camarades, un autre conflit moins médiatisé et pourtant tout aussi machiavélique se présente chaque année au sein de notre chère école. Une guerre bien plus acharnée que des dragons aux prises avec des marcheurs blancs ou le fracas des armes de morts vivants contre celles d’irréductibles sauvageons. Vous l’aurez compris, nous parlons ici de la terrible « guerre des listes ». A l’origine de rivalités fratricides, de punchlines mortelles ou de coup bas interne, les complots et intrigues politiques y sont omniprésents.

Le principe est le même, différentes listes, au même titre que les Stark, Tyrell, Lannister ou Targaryen, luttent jusqu’à la fin pour subsister sur le champ de bataille et outrepasser tous les obstacles menant à la gloire éternelle. Si vous vous attendez à une simple compétition, pleine de fairplay et bonnes intentions, faites demi-tour. Comme le disait Machiavel, « la fin justifie les moyens », et l’histoire ne retient que les vainqueurs. Que vous soyez le bon, la brute ou le truand, l’important est d’être celui dont on se souviendra. Après tout, ce sont les vainqueurs qui écrivent l’histoire, et celle de l’école ne cesse de s’écrire année après année.

-16-

L’année précédente fut sous la bannière des Blouse Brothers, ancien BDE et vainqueur surprise de la dernière édition, opposés aux impitoyables Al’Kholanta. Alors que ces derniers paraissaient favoris dans la course au titre, un retournement de situation inattendu et magistral propulsa les Blouse Brothers en tête de la course et les intronisa comme le nouveau BDE de GEM. Une guerre pareille laisse des traces et les anciennes listes continuèrent de se voir dans l’ombre, leur rivalité continuant de perdurer appuyée par le goût amer de la défaite.

Cependant les Blouse Brothers ne purent rester éternellement au pouvoir et se devaient de trouver un successeur digne de reprendre les rênes du BDE. Une toute nouvelle bataille débuta, regroupant les listes les plus influentes de Grenoble. Que ce soit les 404, les Illumi Nasty ou même les Bomb’heros, chaque liste combattue avec ses armes afin de sortir leur épingle du jeu. Même si certaines d’entre elles sortirent très vite du circuit, d’autres outsiders s’accrochèrent tant bien que mal au peloton de tête.

« La fin justifie les moyens »


Thème

Parmi eux, la performance inattendue d’Héraclette, promis par beaucoup à une fin précoce et brutale, parvinrent à accrocher une mémorable 5ème place grâce à des punchlines bien senties et un humour décapant.

« A BDE has no name ».

A la fin d’une bataille épique, nous savions enfin le nom de notre futur BDE, ou pas… En effet, l’ancien nom du vainqueur faisant référence au baron de la drogue colombien « Escobar », il fallait changer de pseudonyme pour représenter l’école. Mais une nouvelle année débute, et le règne des 404 ne sera pas éternel. C’est pourquoi une nouvelle saison du GEM of thrones s’apprête à débuter, nous offrant avec elle de nouvelles listes, de nouveaux rivaux, de nouvelles histoires ainsi que notre futur roi. Nos nouvelles listes sauront elles tirer des leçons de leurs prédécesseurs, ou sombreront-elles dans l’oubli comme tant d’autres avant elles ? Pour le savoir, il faudra attendre l’Hiver et le dévoilement des listes. Mais pas d’inquiétudes : « Winter is coming ».

Escroback fit son apparition, mais le terme « escro » et la présence d’armes à feu sur le logo empêchèrent toujours d’approuver la légitimité du futur roi. Pour pallier ce problème, une solution innovante et pleine de sens vit le jour. Notre nouveau BDE serait « 404 » dont la devise fait joliment référence à ce passé tumultueux telle une cicatrice rappelant de sombres souvenirs

Hugo Benoît

-17-


• • •

-18-

°

°


Culture BOOBA, derrière le clash le spleen Retiré sur son trône d’ivoire, le Duc de Boulogne sait allier avec virtuosité vulgarité du rap game et références littéraires. Impossible de l’avoir raté cet été, le clash enfantin qui opposait depuis quelques temps les rappeurs Booba et Kaaris (notez l’utilisation jumelée des voyelles) s’est enfin concrétisé. La querelle est passée des pouces (ndlr : pour twitter) aux poings lors d’une rencontre fortuite dans l’aéroport d’Orly. Coup de comm’ ou réelle animosité, difficile de savoir. Mais tâchons de regarder plus loin que ce que le duc lui-même décrit comme une « cour de récré ». Mettons plutôt à l’honneur la plume acérée qui rend Friday, 92i Veyron, et autres balades imagées uniques. Dévoilons au grand jour le poète sous les tatouages, celui qui renforce à chaque album un style particulier, comme Baudelaire l’avait fait pour se distinguer des romantiques et des parnassiens.

-20-

Car en effet, il serait facile de critiquer les références omniprésentes aux Lamborghini, filles aguicheuses et autres éléments de langage virils. Mais ce qui fait la subtilité de Booba et surtout de ses textes, c’est qu’en plus d’asseoir sa « street credibility », il se dévoile dans sa vulnérabilité. Ainsi, au fil d’un style brut, imagé et saccadé, il nous emmène dans son univers. Et ne comprend pas les références de Booba qui veut. De Baudelaire à Aimé Césaire en passant par Renaud, les références classiques comme pop forment ce que l’on pourrait décrire comme un comic verbal, aux couleurs criardes. En effet, l’utilisation des images est fondamentale dans la construction du vers de Booba. Comme des personnages de BD dessinés au crayon, les protagonistes s’affrontent dans un monde très réel et très contemporain (« t’as beau faire du MMA, j’vais t’faire bouffer ton RSA »).


Culture Le spleen chez Booba se décèle à différents niveaux : la lassitude est véhiculée par la succession d’images violentes et matérialistes. Autant de rafales, viols ou trafics dont nous sommes témoins à bord d’une Lamborghini qui nous transporte au rythme de ses ballades. Par ailleurs, le fait que le rappeur se décrive comme un pirate, un vieux loup de mer qui porte sur sa vie un regard détaché (« passent les gows, passent les euros, passent les années ») renforce cette impression de lassitude. Enfin, la solitude au cœur des textes de Booba semble servir à la fois sa force et sa faiblesse (« les seuls qui m’entourent sont pratiquement tous fous à lier » ou encore « j’fais 7 à 8, mes ennemis sont devant la téloche »).

Bien qu’il déclare qu’il n’aura jamais de tour d’ivoire, on sent tout de même une aspiration parnassienne à vouloir s’isoler pour écrire, se souvenir, remarcher sur cette route pavée de pétales où les fleurs du mal n’ont jamais fané, faire renaître à la fois ce héros seul contre tous et cet homme seul au milieu du chaos. Ainsi, entre culte de la virilité et vieux pirate nostalgique se dessine ce personnage qui vante sa gloire passée (« les vainqueurs l’écrivent, les vaincus racontent l’histoire ») parfois sans illusion, parfois sans discernement entre fantasme et réalité.

Comme des personnages de BD dessinés au crayon, les protagonistes s’affrontent dans un monde très réel et très contemporain Claire Greslé -21-


Culture

Tour d'horizon des dernieres sorties musicales Ce mois-ci beaucoup de musique et un peu de politique

Prince - Piano & a Microphone 1983 :

Un piano, un micro, une voix sensuelle et des battements de pieds dignes d’une grosse caisse. Cette compilation de démos précédent le gros carton que fut Purple Rain en ’84 se fait dans la simplicité. Dès le début de ce premier album posthume la voix de Prince nous met dans le bain. L’entame est une version acoustique d’un de ses plus gros succès, 17 Days, qui nous est présentée sous un jour bien plus déchirant que dans sa version studio. Vient ensuite l’une des premières démos de purple rain, quasiment étrangère au morceau final tant les écarts sont grands. Plus loin, le spiritual Mary don’t weep nous rappelle que Prince n’était pas seulement une bête de sexe, mais également une bête musicale tout court, aussi à l’aise face à un stade bondé que son piano et sa bouteille de Whisky. L’album se clôt en douceur, avec Why the Butterflies, éloge de la syncope qui s’écoute sans fin. Avec cette sortie, Warner Bros nous rappelle pourquoi on aime Prince : parce qu’il est à la fois sensuel, sexuel et vulnérable avec autant d’humanité que de divinité dans la voix. Et qu’il nous manquerait presque.

-22-

Angèle - Brol :

Quand est sorti son single Jalousie il faut avouer que tous ceux l’ayant écouté ont envié Angèle. Jeune (ok on a le même âge), belle, intelligente, la sœur de Roméo Elvis a tout. Sa musique même est intéressante, une bubble pop tournée vers le monde (Balance ton quoi, La Thune) lorsqu’elle ne nous rappelle pas nos propres défauts (Jalousie, Tout oublier). Pourtant, si la simplicité a parfois du bon, faire trop simple peut nuire. Ainsi, souvent les paroles nous laissent sur notre faim, les sons nous attirent mais ne collent pas toujours avec l’image des morceaux, bref des problème de fabrication comme en connaissent tous les premiers albums. Mais l’ensemble est agréable, et puis ne soyons pas trop critiques : « le spleen n’est plus à la mode ». Odezenne - Au baccara :


On avait laissé les gars d’Odezenne avec Dolziger St. 2, un condensé de tout ce que la musique française savait faire de bien, on se retrouve avec un album relativement… Inqualifiable. On aime et on déteste en même temps. Du Odezenne tout craché. On se souvient de la surprise à l’écoute de morceaux comme Saxophone ou Je veux te baiser face auxquels on ne savait comment réagir : blague ou génie incompris ? Au baccara est truffé de cailloux comme ceux-ci pour lesquels la questions se pose plus que jamais : Bnp, Bébé, En L… Pourtant l’album reste attachant avec ses nappes de synthé bien tranchées, des paroles côtoyant parfois (souvent) le sublime et une esthétique à la fois contemporaine et rétro dont on ne saurait se passer. Si on est loin d’un DS2, l’entrée en matière (Nucléaire) nous ramène à Un corps à prendre et l’album coule tout aussi facilement dans les oreilles. La question est désormais de savoir si le disque fera face au temps ou s’il s’oubliera aussi rapidement que le deuxième album de Claude François… On aime aussi : Le dernier clip de LCD Soundsystem : L’année dernière American Dream nous avait rappelé à quel point on aimait le monstre sublime créé par James Murphy en 2002. Le dernier single en date, Oh Baby bénéficie d’un clip d’une beauté ineffable, où l’amour côtoie la mort qui côtoie la science qui côtoie la fiction. Une ode à la vie à tout âge dont on ne se lassera pas.

Culture

SEIN : Avec leur morceau ILLY (Feat Thérapie Taxi) et son clip les parisiens nous ont montré qu’il avaient l’étoffe des grands ( et qu’ils savaient composer des refrains qui ne sortent jamais de la tête). Leur EP SEIN la vie sorti l’année dernière passe toujours aussi bien, et on attend la suite avec impatience.

On a moins kiffé : Kanye West avec Donald Trump. Bon Dieu Kanye qu’est-ce qui s’est passé cette semaine ? Si jamais tu lis cela, sache que les rédacteur du GIW ont du Lithium pour soigner ta bipolarité et qu’ils sont de tout cœur avec toi. Rappelle nous quand tu te seras calmé. Bisous.

Rafaël Deville -23-


Divers Culture Elite, les teen séries et Netflix Après la science-fiction, c’est un autre genre que Netflix essaye de remettre au goût du jour… les teen series !

V

otre serviteur a encore regardé une super série pour vous ce mois-ci, et il s’agit de la très médiatisée « Elite » ! Enfin, « très », surtout auprès d’un genre particulier, le mien, la nana adulescente qui cherche à retrouver le goût d’un Gossip Girl réactualisé. Mais alors qu’est-ce, que c’est, au juste ? Thriller dramatique espagnol de huit épisodes, il s’agit d’une production Netflix diffusée depuis le 5 octobre, partout dans le monde. Particulièrement attendu après le succès retentissant de « La Casa de Papel », Elite semble être l’icône d’un nouveau genre qui se développe,

-24-

hispanophone, et qui arrive à séduire aussi bien la France que les Etats-Unis.La série suit la vie de trois jeunes ayant reçu une bourse pour étudier dans un prestigieux lycée espagnol. Evidemment, nombreux sont réfractaires à la venue de personnes plus « pauvres », tandis que d’autres se montrent curieux. Entre humiliation et harcèlement scolaire toutefois, le premier épisode s’ouvre sur un meurtre. Qui est tué ? Par qui ? Pour quoi ? Au travers de flashbacks et scènes d’interrogatoires, le spectateur va devoir retracer l’histoire de chacun des personnages.


Vendu comme le « Gossip Girl » de sa génération, on sent néanmoins que les choses ont changé — et peut-être pour le mieux. Tout d’abord, le racisme. Cela peut sembler idiot mais Gossip Girl ne couvrait presque pas cette partie de la société, ce qu’Elite, à défaut de faire parfaitement, a au moins le mérite de faire. En effet, l’une des protagonistes rencontre des problèmes liés à sa religion musulmane. Autre point très abordé, l’homophobie, très développé puisque plusieurs personnages principaux ont des orientations sexuelles différentes de l’hétérosexualité. Il règne une ouverture d’esprit au niveau du sexe — oui, scènes de sexe garanties — qui m’a surprise aussi : Gossip Girl évoquait certes la sexualité mais les scènes n’étaient pas si explicites et ne balayaient pas différents schémas (scènes à trois, voyeurisme…). Toutes ces thématiques apportent une profondeur à la série que j’ai fortement apprécié et qui démontre des transformations de notre société. Pourquoi Elite m’a aussi plu / a aussi été un succès ?

Il vous suffit d’écouter la bande son pour vous en convaincre : disponible sur la chaîne Youtube musicale de Netflix, elle dénote tout particulièrement des séries américaines que l’on peut voir. A mi-chemin entre 13 reasons why et la Casa de Papel, j’ai adoré le mélange hispano-américain, me permettant de découvrir des musiques que je ne connaissais pas. Et en parlant de 13 reasons why, je trouve que les deux séries se ressemblent beaucoup

Culture

J’ai beaucoup apprécié la prise de risque des acteurs (à part peutêtre de Maria Pedraza qui reste dans le même rôle).Un petit bémol toutefois ? La série tombe parfois dans le pathos et dans le drama, mais rien de bien nouveau, c’est l’apanage de toutes les teen series si l’on réfléchit bien. En tout cas, j’ai adoré, l’espace de quelques heures, plonger aux côtés de nos héros et contempler la manière dont notre société s’est transformée depuis les années 2000, date de lancement de Gossip Girl.

« Toutes ces thématiques apportent une profondeur à la série que j’ai fortement apprécié et qui démontre des transformations de notre société. » en termes de réalisation et putain, qu’est-ce c’est joli. Ça ne parlera pas à tout le monde bien sûr, mais je trouve les couleurs et les plans assez recherchés et travaillés. Cette esthétique me plaît. Et finalement, bien sûr, les acteurs. Déjà connus grâce à la Casa, beaucoup de spectateurs se sont intéressés à Elite parce qu’il y avait leurs chouchous dedans.

Juliette Bernaz Prevost -25-


Divers LA PGM aurait pu se finir en 1917

En ce mois de novembre où nous fêtons les 100 ans de la fin de la Première Guerre mondiale, connaissez-vous certaines théories historiques sur cette période fascinante ? La plus célèbre question est celle de savoir si cette guerre aurait pu être évitée, mais elle est très discutée. Mais il en existe une autre moins connue mais qui a davantage l’adhésion des historiens: la guerre aurait pu se finir en 1917. Une année de paix aurait sauvé des centaines de milliers de vies et évité des événements tragiques telles la bataille du Chemin des Dames. Cet article aurait pu s’appeler « La vérité sur Georges Clemenceau ». Celui qui est souvent décrit comme un héros national a certainement empêché une paix un an plus tôt. On sait rarement qu’il y a eu des tentatives de paix pendant cette guerre, entre de vieux ennemis que l’on pensait incapables de s’adresser la parole. Pourtant, Charles Ier, jeune empereur d’Autriche tout juste arrivé au pouvoir à la fin de l’année 1916, pour des raisons à la fois stratégiques et humaines, propose par voie secrète à la France de négocier une paix. Il se montre même favorable à une restitution de l’Alsace et de la Lorraine à la France, conflit ancien qui a été une des grandes raisons du déclenchement de la guerre. Raymond Poincaré, le président de la République, est ravi par cette proposition. Seulement, Georges Clemenceau, à l’époque Président du Conseil des ministres (chef du gouvernement sous la IIIe République), de nature belliqueuse et profondément haineux envers les Allemands depuis la guerre franco-prussienne, se montre farouchement opposé à toute possibilité de paix. Il s’acharne d’ailleurs à critiquer les pacifistes en les faisant passer pour des traîtres. Pour Clemenceau, la guerre ne devait pas s’arrêter. Il déclare plus tard, en mars 1918 : « Politique intérieure, je fais la guerre. Politique extérieure, je fais la guerre. Je fais toujours la guerre ». Inutile de se demander ensuite pourquoi les négociations de paix n’ont jamais pu aboutir.

-26-

Mais réalité certainement encore plus tragique de l’Histoire : Clemenceau est l’homme du traité de Versailles. Ce traité signé le 28 juin 1919 qui a, entre autres, demandé un coût astronomique de réparations à l’Allemagne, retiré son armée et son empire colonial. Ce traité qui a humilié le peuple allemand, désigné comme unique responsable de la guerre. Lors de la conférence, les représentants des quatre grands vainqueurs de la guerre étaient présents. Woodrow Wilson, le président américain, qui avait déjà montré son pragmatisme par ses fameux 14 points annonçant la Société des Nations, ancêtre de l’ONU, voulait que le traité soit juste et respectueux afin d’arriver à une paix durable. Au contraire de Clemenceau qui n’avait qu’un mot à la bouche : la revanche. Faire payer l’Allemagne. Affaiblir l’Allemagne le plus possible, voire la faire disparaître. Lloyd George, le premier ministre britannique, était assez mitigé : il devait écouter son peuple qui en voulait logiquement à l’Allemagne, mais il voulait aussi comme Wilson éviter le revanchisme. Pour résumer sa position durant cette conférence avec Wilson et Clemenceau, on peut retenir ses paroles : « I was seated between Jesus Christ and Napoleon ». Enfin, l’italien Orlando ne se fit que très peu entendre, pour diverses raisons. Il ne reçut d’ailleurs aucune satisfaction quant à ses réclamations, et sortit prématurément de la conférence.

« Politique intérieure, je fais la guerre. Politique extérieure, je fais la guerre. Je fais toujours la guerre ».


De ces « Big Four », c’est malheureusement Georges Clemenceau qui a réussi à imposer sa vision. En voici la conséquence : La Première Guerre mondiale et la Seconde Guerre mondiale sont étroitement liées. Ce n’est pas pour rien que Hitler a fait signer l’armistice française de 1940 à Rethondes, dans le même wagon où fut signée une autre célèbre armistice le 11 novembre 1918. Le traité de Versailles porte en lui les prémices de la Seconde Guerre mondiale. L’Histoire est toujours complexe et bien sûr il y a de nombreuses raisons au déclenchement de cette deuxième guerre. On peut tout de même affirmer que le traité de Versailles est une raison absolument essentielle de la montée du nazisme, de l’arrivée de Hitler au pouvoir puis de l’apparition d’une deuxième guerre. Clemenceau est donc en grande partie responsable de la Seconde Guerre mondiale et de toutes ses conséquences.

Divers

Non seulement il a refusé la paix en 1917 en sacrifiant des centaines de milliers de personnes, mais il a aussi créé les conditions d’une nouvelle guerre qui a fait plus de 60 millions de morts. Maintenant, on nous explique que Clemenceau est un héros. Incroyable que Emmanuel Macron ait décrété que 2018 serait « l’année Clemenceau ». On notera d’ailleurs l’absurdité de se prétendre défenseur de l’amitié franco-allemande lorsque l’on ne cesse de faire l’éloge du plus grand germanophobe de l’Histoire… Bref, à titre personnel, je n’irais jamais me recueillir sur la tombe de Clemenceau !

De gauche à droite, Lloyd George, Vittorio Orlando, Georges Clémenceau et Woodrow Wilson. Clémenceau et Woodrow Wilson.

Guillaume Ouallet

-27-


Divers "Ici" , une librairie parisienne indépendante Une librairie au nom curieux, avec une vocation qui m’inspire plus que de raison… Pourquoi autant d’enthousiasme pour « une librairie » me direzvous ? Peut-être parce que Paris a perdu plus de 350 librairies indépendantes depuis les années 2000, c’est-à-dire plus d’une fermeture par mois. Entre les grosses structures telles que la FNAC ou les géants de la consommation se diversifiant toujours plus (avec un rayon librairie très fourni), les petites librairies ont fait face à un déclin constant. Amazon et les autres e-commerces en vogue depuis quelques années, le passage au numérique n’y sont pas non plus inconnus, et c’est avec beaucoup de détresse que je vois chaque année les plus petites librairies fermer leurs portes.

Mais voilà. « Ici », une librairie indépendante, fait sa grande ouverture sur Paris, avec une petite nouveauté qui me plait beaucoup… la présence d’un bar !

« la plus grande librairie indépendante ouverte d’emblée avec une telle surface dans la capitale » selon Livres Hebdo. Qui se cache derrière cette création ? Deux professionnelles du livre qui géraient la librairie des Champs-Elysées chez Virgin. Après vingtcinq ans de travail dans le milieu du livres dans des structures déjà existantes, elles quittent toute les deux leur travail pour se lancer dans cette idée folle. Anne-Laure Vial nous indique l’un des problèmes majeurs actuellement : l’inflation des loyers dans le privé, que les libraires se trouvent incapables de payer.

« Paris a perdu plus de 350 librairies indépendantes depuis les années 2000 »

-28-

Et je dis indépendante, car elle n’a aucun rapport avec la Fnac. De plus de 500 mètres carré, placée dans un superbe immeuble de la fin du XVIII siècle, Ici a tout pour inspirer les lecteurs tels que moi. Elle deviendra


Divers Mais comme dit précédemment la librairie ne s’arrête pas qu’aux livres en eux-mêmes : un bar vous permettra de manger et boire, tout le mobilier est modulable pour s’y sentir comme chez soi, et de nombreuses animations, débats, rencontres

ou ateliers sont prévus afin « d’impliquer les clients dans la vie de la librairie ». Ici, vous ne vous contenterez plus d’acheter un livre, mais de partager un réel moment avec d’autres passionnés.

Juliette Bernaz Prevost -29-


LE JOURNAL EN LIGNE DES GEMIENS

Xpression

Xpression

Xpressiongem

Geminway.com

GIW 77 Novembre  
GIW 77 Novembre  
Advertisement