__MAIN_TEXT__

Page 1

CADRE DU BADGE DE BOIS DE L’OMMS

Adultes dans le Scoutisme


© Bureau Mondial du Scoutisme Education, Recherche et Développement Mars 2012 Bureau Mondial du Scoutisme Rue du Pré-Jérôme 5 CP 91 CH – 1211 Genève 4 Plainpalais Suisse Tél.: (+ 41 22) 705 10 10 Fax: (+ 41 22) 705 10 20 worldbureau@scout.org scout.org Reproduction autorisée aux Organisations scoutes nationales et Associations membres de l’Organisation Mondiale du Mouvement Scout. La source devra être citée.


CADRE DU BADGE DE BOIS DE L’OMMS

“LE BADGE DE BOIS DEVRA FAIRE EN SORTE QUE LORSQUE JE NE SERAI PLUS LA, LES FUTURS CHEFS SCOUTS COMPRENDRONT VRAIMENT CE DONT IL S’AGIT ET CE QU’ETAIENT MES INTENTIONS”.


Cadre du Badge de bois de l’OMMS 1. INTRODUCTION

Le « Cadre du Badge de Bois » de l’OMMS contribue à offrir un « Meilleur Scoutisme » et « Plus de Scoutisme » à travers l’amélioration permanente de la qualité des apprentissages des Adultes engagés au sein du Mouvement et par le renforcement de leur sentiment d’appartenance. Une longue histoire de la formation confirme la pérennité de ces deux buts (cf. Appendice – Arrière-Fond historique). L’image du Scoutisme peut bénéficier grandement de la qualité de la formation du Badge de Bois, qui pourrait être reconnue extérieurement plus aisément. La nécessité d’avoir une définition précise et/ou un cadre formel pour l’insigne du Badge de Bois, ainsi que la volonté de maintenir et améliorer la «qualité» du dit Badge de Bois a été exprimée par la 38ème Conférence Mondiale du Scoutisme qui s’est tenue sur l’île de Jeju en Corée.

4

C a d r e

d u

B a d g e

d e

B o i s

d e

l ’ O M M S


Résolution 13/08

© WSB Inc. / The Scouts Association of Australia

« La Conférence - notant les résultats atteints en matière de ressources adultes depuis l’adoption de la Politique Mondiale des Ressources Adultes en 1993 - soulignant l’importance de la formation dans la gestion des Ressources Adultes et dans l’accomplissement de notre mission - soulignant les enjeux de la reconnaissance de nos systèmes de formation par les instances et acteurs extérieurs au Scoutisme • recommande au Comité Mondial du Scoutisme et au Bureau Mondial du Scoutisme: - de lancer un processus d’évaluation des systèmes de formation en place dans le Mouvement - utilisant le Badge de Bois comme symbole, d’élaborer un cadre de reconnaissance officiel des systèmes nationaux de formation, cadre qui restera optionnel pour les Organisations scoutes nationales, conformément à la Politique Mondiale des Ressources Adultes - de soumettre les résultats de ce travail à la prochaine Conférence Mondiale du Scoutisme. » Le Comité Mondial du Scoutisme (CMS) et le Bureau Mondial du Scoutisme (BMS) ont décidé de se focaliser sur la reconnaissance de la formation, et précisément le système du Badge de Bois. Un processus itératif avec de très nombreuses contributions a été développé pour assurer une approche globale. Ce travail a permis au CMS et au BMS d’identifier les paramètres principaux, qui doivent constituer l’architecture du cadre final. Ce cadre mondial ni n’est pas un programme de formation, ni une approche unique proposée à toutes les Organisations scoutes nationales (OSN), c’est avant tout un cadre de référence et des principes partagés au sein de l’OMMS, chaque OSN est encouragée à l’adopter. Il englobe les modalités d’organisation et les thématiques incontournables lorsque les Organisations Scoutes Nationales se lancent dans l’élaboration de leur système de formation « Badge de Bois ».

C a d r e

d u

B a d g e

d e

B o i s

d e

l ’ O M M S

5


2. LE BUT DE CE CADRE

Ce cadre a pour vocation : • de renforcer le sentiment d’unité au sein du Mouvement, grâce au partage des but, principes et Méthode du Scoutisme, l’appartenance à une fraternité mondiale d’adultes unis au service des jeunes ; • d’harmoniser les principes de formation et d’apprentissage des Adultes dans le Scoutisme, en matière de Scoutisme, de leadership, de gestion et de relation aux autres.

3. DEFINITION

Le « Badge de Bois » est le signe de reconnaissance accordé à tous les adultes engagés dans le Scoutisme et ayant satisfait aux critères de formation exigés du dit « Badge de Bois ». Ceci implique que cette formation n’est pas réservée uniquement aux responsables en charge des jeunes mais que tout Adulte dans le Scoutisme (portant un uniforme) puisse postuler à cette reconnaissance. Le détail des critères est de la responsabilité de chaque Organisation Scoute Nationale. Le cadre de l’OMMS fixe les critères généraux suivants : • La formation « Badge de Bois », devra être accomplie dans un délai raisonnable n’excédant pas trois ans entre le moment où l’Adulte s’engage dans son parcours et la fin de sa formation ; • La formation « Badge de Bois », comme niveau avancé de la formation proposée aux adultes dans le Scoutisme, suppose que le candidat dispose d’une connaissance satisfaisante et une expérience valable de la pratique du Scoutisme. Les conditions et les modalités de validation de cette expérience et des connaissances doivent être communiquées à tous les adultes. Une attention particulière doit être accordée aux éléments factuels et à la durée exigée pour éviter tout arbitraire dans le processus. • La formation « Badge de Bois » est une construction des apprentissages basée sur la combinaison d’apports théoriques, d’analyses et d’expérimentations en lien avec les situations et les problématiques vécues par les adultes sur le terrain. Une phase pratique de mise en œuvre des acquis avec la supervision et la validation d’un responsable qualifié, ou d’un tuteur, complétera la formation de « Badge de Bois ».

6

C a d r e

d u

B a d g e

d e

B o i s

d e

l ’ O M M S


• La formation « Badge de Bois », doit être adaptée pour être proposée à tous les Adultes qui souhaitent se former. Pour cela elle doit être flexible et suffisamment diversifiée. Toutes les modalités de sa mise en œuvre doivent être explorées par les Organisations scoutes nationales, en fonction de leurs moyens et leurs capacités : « formation résidentielle », « formation modulaire », « formation en ligne et formation présentielle », etc. sont quelques possibilités qui peuvent être combinées. D’autres peuvent être également implémentées. • La formation « Badge de Bois » quelque soit la ou les modalités de sa mise en œuvre doit inclure quelques elements qui font également partie de la Méthode Scoute, à savoir : • L’apprentissage par la pratique en assurant un vaet-vient entre réflexion et action, • Le renforcement de l’apprentissage personnel par le temps de vie et partage en équipe, • L’expérience de la « Nature » élément fondateur pour toute personne, • Une relation privilégiée avec les formateurs, qui sont avant tout des facilitateurs du processus d’apprentissage, • Enfin, la symbolique scoute en général et celle du Badge de Bois en particulier doivent donner une spécificité à cette formation.

C a d r e

d u

B a d g e

d e

B o i s

d e

l ’ O M M S

7


4. DOMAINES D’APPRENTISSAGE DU BADGE DE BOIS

Le programme de formation « Badge de Bois » doit couvrir au minimum les quatre domaines d’apprentissages suivants : • Le Scoutisme fondamental, qui englobe la maîtrise des buts, principes et Méthode scoute, la déclinaison de la Méthode selon les sections/branches, l’organisation et les structures, etc. • Le leadership, qui implique les capacités et connaissances pour assumer une responsabilité au sein du Mouvement. • Le management, signifie les savoirs et savoir-faire en matière de gestion d’unités, groupes ou de grandes structures. • La communication, comprise dans son sens le plus large : Moyen de rentrer en relation avec les autres et gérer cette relation de façon efficace. Ces domaines d’apprentissage, doivent se décliner en objectifs d’apprentissages ajustés au profil et au besoin des apprenants, aux structures et aux attentes de l’organisation. Les Organisations scoutes nationales sont fortement invitées à chercher des partenaires institutionnels pour renforcer leurs programmes et obtenir une reconnaissance plus large au sein de la société.

8

C a d r e

d u

B a d g e

d e

B o i s

d e

l ’ O M M S


5. SUIVI ET AMELIORATION

La formation « Badge de Bois » doit être abordée de façon dynamique afin d’assurer une amélioration continue : • aussi bien au niveau des contenus proposés que des méthodes, une révision tous les cinq ans est fortement recommandée, • une mise à jour de la formation « Badge de Bois » s’impose notamment après chaque révision du Programme des Jeunes. Quand cela se produit, les responsables en charge du Programme des Jeunes au niveau local doivent être invités à mettre à jour leurs compétences, • les Organisations scoutes nationales sont invitées à mettre en place des outils d’évaluation des processus de formation et notamment du « Badge de Bois » afin de s’assurer de son impact sur l’évolution quantitatif et qualitatif du Scoutisme. Chaque Organisation scoute nationale est responsable du recrutement et de la formation de ses équipes en charge de la conception, de la réalisation et du suivi du système de formation de «Badge de Bois». Cette équipe fait partie des structures Adultes dans le Scoutisme au sein de l’Organisation scoute nationale et devrait également travailler en étroite collaboration avec les structures du Programme des Jeunes.

6. SIGNES DE RECONNAISSANCE

Traditionnellement, les éléments constitutifs du Badge de Bois sont : • Le Badge de Bois à deux bûchettes • La bague de foulard à deux torons • Le foulard de Gilwell • Le certificat du Badge de Bois Chaque Organisation scoute nationale est responsable des modalités de remise et des règles d’utilisation de ces éléments. Le Bureau Mondial du Scoutisme propose aux Organisations scoutes nationales un modèle unique de certificat avec l’intitulé : Formation des Responsables – Badge de Bois. Ce certificat unique à l’avantage de renforcer le sentiment d’appartenance à un seul Mouvement.

C a d r e

d u

B a d g e

d e

B o i s

d e

l ’ O M M S

9


7. STRUCTURES

Rôle des différents échelons de l’OMMS : o Le niveau national, est responsable : • de l’appréciation des besoins, • de la conception des contenus et des dispositifs, • du développement des offres et des structures, •

de la mise en œuvre des formations « Badge de Bois »,

• de l’évaluation des contenus, des dispositifs, des structures, des apprenants et de l’impact des formations sur la qualité du Scoutisme, • de la validation des acquis au cours de la formation et de la remise de l’insigne du « Badge de Bois » comme signe de reconnaissance de ces acquis, • de communiquer au Bureau Mondial du Scoutisme, le cadre de Badge de Bois national ainsi que toute modification ou mise à jour, • de la gestion du fichier des titulaires du Badge de Bois de son Organisation. o Le niveau régional est responsable : • de soutenir les Organisations scoutes nationales dans l’adoption, la mise en place, l’amélioration et la révision de leur « Cadre Badge de Bois », • d’identifier les expertises et les outils susceptibles d’aider ou d’inspirer les Organisations scoutes nationales, • d’encourager la mise en place d’espaces et de réseau de partage d’expérience entre les Organisations scoutes nationales, • de recommander à l’OMMS des initiatives et des adaptations qui pourraient bénéficier à l’ensemble des organisations membres.

10

C a d r e

d u

B a d g e

d e

B o i s

d e

l ’ O M M S


o Le niveau mondial est responsable : • de la promotion du cadre du « Badge de Bois » et de son amélioration permanente en particulier sur la base des recommandations nationales et régionales, • d’élaborer et/ou de coordonner la production d’outils et de dispositifs pour soutenir les Organisations scoutes nationales. Les outils génériques devront à terme constituer un référentiel commun aux membres de l’OMMS, • de mettre en place un dispositif de veille chargé du suivi et de l’évaluation de ce cadre, • de la production des certificats du Badge de Bois, • de l’établissement et de la diffusion de la liste des Organisations scoutes nationales ayant adopté le « cadre Badge de Bois ».

8. SOUTIEN

Les Organisations scoutes nationales qui souhaitent développer ou améliorer le système de formation de « Badge de Bois » conformément au cadre de l’OMMS peuvent solliciter le Bureau Mondial du Scoutisme (siège ou régions) pour une assistance technique.

9. AUTRES RECONNAISSANCES

La reconnaissance de ceux qui ont des compétences spécifiques dans la conception et la mise en œuvre des formations pour les adultes dans le Scoutisme, ce qui ce fait dans beaucoup d’Organisations scoutes nationales par les 3 et 4 « bûchettes », complète ce cadre, un document spécifique traite ces questions.

C a d r e

d u

B a d g e

d e

B o i s

d e

l ’ O M M S

11


APPENDICE - ARRIEREFOND HISTORIQUE D’où venons-nous ?

Le Scoutisme est né en 1907 et la formation des responsables adultes est presque aussi ancienne que le Mouvement luimême. Bien qu’il ait utilisé la plus large part de son temps à répandre ses idées et “soutenir la croissance naturelle du Scoutisme”, BP, dès l’origine, s’est également occupé de la formation des Chefs. Il dirigea en personne deux stages en 1911 et 1912, composés essentiellement d’une série d’exposés présentés en soirée. Les lignes essentielles et les caractéristiques de ce que devait devenir la “formation Badge de Bois” furent mises au point dès 1913. La formation était donnée à travers le système de patrouille et un mélange équilibré de théorie et de pratique. Toutefois, ceci ne prit pas la forme d’un véritable schéma de formation. Ce n’est qu’après la Première Guerre mondiale, alors que le Scoutisme reprenait son incroyable ascension, que BP s’est vraiment penché sur la question d’une formation qui viendrait compléter la bonne volonté et l’enthousiasme des chefs et “faire en sorte que lorsque je ne serai plus là, les futures chefs scouts comprendront vraiment ce dont il s’agit et ce qu’étaient mes intentions”. Pour atteindre ce but, il fallait un programme et un lieu. Gilwell Park fut trouvé par BP en 1908. Grâce à la générosité de M. de Bois Maclaren, la propriété fut acquise par l’Association Scoute de Grande Bretagne en ·1919, pour devenir un terrain de camp pour les scouts et un centre· de formation pour leurs chefs. L’ouverture du premier stage de formation eut lieu le 8 septembre 1919 et ce stage se déroula selon le modèle établi en 1913. “Le Guide du chef Éclaireur” fut publié la même année. Les éléments étaient donc rassemblés pour constituer un schéma complet avec une partie théorique couvrant les principes fondamentaux, de la pratique au cours d’une semaine de camp et une partie administrative à compléter par la suite sur le terrain. Dès cette époque, par le caractère même des lieux, la méthode, la qualité et la personnalité de ceux qui dirigeaient ces stages - parmi lesquels se trouvait BP lui-même - les chefs scouts se trouvaient en contact direct avec cet “Esprit Scout” qui n’est pas si facile à définir et, à partir de cette expérience, pouvaient acquérir une certaine vision du rôle du Scoutisme et de leur propre rôle dans le Mouvement, ainsi qu’un très haut degré de motivation. La formation des responsables de meutes fut lancée en 1922 sur les mêmes principes et celle des responsables routiers en 1927.

12

C a d r e

d u

B a d g e

d e

B o i s

d e

l ’ O M M S


Pour BP, diplômes, et certificats ne représentaient pas grand chose et ceux qui étaient formés à Gilwell recevaient donc, au terme de leur formation, le “Badge de Bois”. Cet insigne est constitué par deux bûchettes de bois prélevées à l’origine sur le collier de Dinizulu, et un lacet de cuir. La tradition s’est maintenue au fil des ans et le Badge de Bois est toujours attribué aux chefs d’unité au terme de leur formation. Tout ceci, bien entendu, se réfère essentiellement au développement du Mouvement au Royaume-Uni qui, à ce stade, ne peut être dissocié de la croissance et du développement du Scoutisme dans le monde. Immédiatement après la deuxième “Conférence internationale” (que l’on appelle maintenant Conférence mondiale) de Paris en 1922, un certain nombre de délégués traversèrent la Manche pour participer à un stage scout. Gilwell venait d’acquérir une dimension internationale qui, avec l’accord des associations membres, resterait officiellement la sienne pour près de cinquante ans. . Au cours des années qui suivirent et sous la direction de “Deputy Camp Chiefs” (DCCs) - nommés par le Chef de camp de Gilwell Park - les associations nationales développèrent leur propre formation, essentiellement selon le modèle de Gilwell. Sans aucun doute, cela a contribué dans une large mesure à maintenir l’unité du Mouvement scout et l’Association scoute, à travers Gilwell, a rendu d’inestimables services au Scoutisme mondial. Toutefois, pendant les vingt premières années, il n’existait aucun schéma de formation des “Deputy Camp Chiefs”, c’est-à-dire de ceux qui devaient former les responsables d’unités. On demandait tout simplement aux candidats de participer à un second stage de Badge de Bois. Il en allait de même pour les Chefs de groupes et Commissaires et ceci jusqu’en 1962. C’est en 1947 qu’eut lieu à Gilwell un stage expérimental pour les « Deputy Camp Chiefs » du Royaume-Uni. Au cours des années suivantes, d’autres associations - et notamment le Canada - organisèrent de tels stages, mais ce n’est qu’en 1956 que le premier stage de formation d’équipe, comme on les appelait alors, eut lieu officiellement à Gilwell Park, sous la conduite du Chef de Camp. Le stage fut un succès et l’année suivante, la 16e Conférence mondiale, réunie à Cambridge, se réjouissait des “développements considérables que l’on pouvait entrevoir dans cette direction”.

C a d r e

d u

B a d g e

d e

B o i s

d e

l ’ O M M S

13


Ces développements eurent bien lieu et le stage, sous le nom de “Stage international de formation d’équipe” (ITTC), déroula dans de nombreuses régions du monde. Il était généralement dirigé par le Chef de camp en personne. Mais avec le temps et la croissance continue du Mouvement à travers le monde, les besoins des associations en matière de formation des chefs d’unités et les conditions dans lesquelles elles opéraient étaient soumises à des changements constants et devinrent de plus en plus variées. Le schéma de formation établi qui avait répondu de manière satisfaisante aux besoins de la plupart des associations pendant une longue période, n’avait pas la souplesse nécessaire pour répondre aux besoins de plus en plus variés d’un nombre toujours croissant d’associations. En 1961 fut créé le Comité Mondial à la Formation, souscomité du Comité Mondial et la nomination du Commissaire National à la Formation fit l’objet d’une recommandation. C’était le premier pas vers la création d’une infrastructure de formation au niveau mondial. Quelques années plus tard, le Comité Mondial à la Formation prépara un rapport détaillé sur la situation de la formation des responsables adultes et proposa l’introduction d’une nouvelle politique qui fut acceptée par la 22e Conférence Mondiale à Helsinki en 1969. La nouvelle politique réaffirme le principe de l’acceptation volontaire du système de coordination des méthodes de formation des Chefs d’unités et de ceux qui ont la charge de les former. Elle s’appuie sur le double principe d’unité et de souplesse et invite les organisations nationales à élaborer des schémas de formation répondant à leurs propres besoins et à constituer des équipes nationales de formation.

14

C a d r e

d u

B a d g e

d e

B o i s

d e

l ’ O M M S


Dans les cinq régions, des Comités Régionaux de Formation furent progressivement établis pour soutenir les associations nationales, les aider à élaborer leur schéma de formation et à former leurs formateurs. Cette politique a été complétée en 1977 lorsque la 26e Conférence Mondiale réunie à Montréal, a confié aux organisations nationales la responsabilité de former leurs propres formateurs. Après une période de rodage, le Comité Mondial à ·la Formation a présenté un rapport d’évaluation positif à la Conférence Mondiale de Dakar. Le rapport réaffirmait le bien fondé de cette politique. Dans l’intervalle, une nouvelle version du Manuel International de Formation avait été publié pour aider les Commissaires Nationaux à la Formation à mettre en œuvre cette politique et le Bureau Mondial du Scoutisme - aux niveaux mondial et régional - apportait une aide directe aux associations pour les aider à élaborer leur schéma de formation, à organiser leurs stages, accroître les compétences et les aptitudes de leurs formateurs. De nos jours, la formation des responsables adultes s’appuie donc sur le sens des responsabilités et l’esprit inventif de chaque organisation membre pour que, partout dans le monde, soit offerte une expérience unique à travers laquelle les Chefs Scouts puissent découvrir les valeurs, les méthodes et les techniques du Scoutisme ainsi que la manière de les mettre en œuvre dans leur environnement particulier pour le bénéfice et la croissance des jeunes.

C a d r e

d u

B a d g e

d e

B o i s

d e

l ’ O M M S

15


Conséquence de l’adoption de la “Politique Mondiale des Ressources Adultes - Adultes dans le Scoutisme”, par la 33e Conférence Mondiale du Scoutisme à Bangkok en 1993, la formation se trouve désormais intégrée à un ensemble plus vaste: celui de la gestion des ressources adultes. Selon cette nouvelle approche, tous les aspects de la gestion des ressources adultes (recrutement, soutien et formation, suivi) doivent être abordés ensemble, comme un tout. Au plan individuel, on introduit le concept d’un “cycle de vie” des responsables adultes dont toutes les étapes doivent être prises en compte. En matière de soutien et de formation “Adultes dans le Scoutisme” insiste sur l’indispensable souplesse d’un système de formation qui doit être aisément accessible à tous et sur la nécessité de prendre en compte la formation personnelle des responsables qui doit se trouver sur le même plan que la formation fonctionnelle (formation aux compétences nécessaires à l’accomplissement d’une tâche). Dans cette approche renouvelée, les fonctions de formation et de soutien, ainsi que le rôle de ceux qui sont chargés de fournir appui et formation, ne sont en aucune manière dévaluées. Elles s’intègrent dans un ensemble plus vaste et, en réalité, le registre des compétences à couvrir s’est accru dans une très large mesure, avec l’intégration dans un seul et même système de toutes les fonctions assumées par des adultes et l’ouverture du champ très vaste du développement personnel des responsables adultes.

16

C a d r e

d u

B a d g e

d e

B o i s

d e

l ’ O M M S


APPENDICE Certificat Badge de Bois No 2

LEADER TRAINING

FORMATION DE RESPONSABLE The Scout Association of L’Association Scoute de

THE WOOD BADGE LE BADGE DE BOIS has been granted to a été attribué à

thereby certifying that the Leader Training requirements of the Association have been completed qui a rempli les exigences de l’Association en matière de formation de responsable

Signed by or on behalf of the Chief Scout Signé par le Chef scout ou par son mandataire

National Training Commissioner Le Commissaire National à la Formation

Registration N° (Allocated by Association) N° d’enregistrement (Attribué par l’Association) Date

N° Cerf - 02


NOTES


NOTES


© Bureau Mondial du Scoutisme Education, Recherche et Développement Mars 2012 Bureau Mondial du Scoutisme Rue du Pré-Jérôme 5 CP 91 CH – 1211 Genève 4 Plainpalais Suisse Tél.: (+ 41 22) 705 10 10 Fax: (+ 41 22) 705 10 20 worldbureau@scout.org scout.org

Profile for World Organization of the Scout Movement

Cadre du Badge de Bois de l'OMMS  

Le « Badge de Bois » est le signe de reconnaissance accordé à tous les adultes engagés dans le Scoutisme et ayant satisfait aux critères de...

Cadre du Badge de Bois de l'OMMS  

Le « Badge de Bois » est le signe de reconnaissance accordé à tous les adultes engagés dans le Scoutisme et ayant satisfait aux critères de...