Merci Bordeaux! Mars 2021

Page 1

MERCI BORDEAUX !

N°1 MARS 2021


Illustration de Max DUCOS Dans Boucles de pierre


EDITO Nous sommes heureux de célébrer le printemps avec ce premier numéro de MERCI BORDEAUX !, le magazine digital de Votre Habitation. MERCI BORDEAUX ! est un espace d’ouverture dans lequel nous allons à la rencontre des Bordelais qui réalisent et font avancer leurs projets. Le témoignage de ces initiatives positives vous donnera à vous aussi, qui sait, envie d’aller plus loin ! C’est également pour vous parler d’immobilier, de design, d’aménagement intérieur, et nourrir ainsi votre curiosité et vos envies. On vous souhaite une bonne lecture et un joli printemps !


Illustration de Max DUCOS Dans Boucles de pierre


En couverture Illustration de Max Ducos, Parc Lescure.

MERCI BORDEAUX ! SOMMAIRE N°1 MARS 2021

5 CULTURE Max DUCOS L’artiste

9

SPORT-SANTE Sébastien HUREAU Le sport autrement

ECOLOGIE François MILLET Agriculteur urbain

11

13 15 ASTUCES DECO

IMMOBILIER Combien vaut mon habitation ?

Siège social : VH Immobilier, 13 rue Alfred Duprat, 33200 Bordeaux www.votrehabitation.fr / agence@votrehabitation.fr Directeur de la publication: Henri Pauly Rédactrice en chef: Violaine Gruel de Villeneuve


CULTURE

MAX DUCOS L’ARTISTE

Amoureux de Bordeaux et des beaux-arts, on a une bonne nouvelle pour vous : le 17 mars est sorti l’album Boucles de pierre, où la poésie des mots de Clémentine Beauvais rejoint la beauté des peintures de Max Ducos. Vous pourrez reconnaître les lieux de vos promenades, le jardin public notamment mais aussi des statues ou ornements déplacés dans cet espace vert pour accompagner l’histoire. A cette occasion, Max Ducos nous a ouvert son atelier et fait découvrir en exclusivité les

images du livre. Nous avons été captivés par la façon dont il raconte son univers. Artiste peintre né à Bordeaux en 1979, il partage aujourd’hui son temps entre la peinture et sa carrière d’auteur-illustrateur de livres pour enfants.

MAX DUCOS NOUS PEINT SON DECOR Comment fais-tu pour imaginer ces univers qui plaisent tant aux enfants ?

Ce qui m’intéresse avant tout c’est la découverte d’un lieu. J’aime l’appréhender par le mystère, l’enquête, la recherche. A partir du lieu je construis un cheminement. Je me mets à la place d’un enfant qui explore le lieu et y découvre des trésors, des passages secrets. On part du réel et on arrive dans un lieu fantastique. Je me remémore quand j’étais petit, les situations qui me plaisaient et m’amusaient. En fait je fais le livre qui m’aurait plu à moi enfant. Ce sont souvent des aventures


Max DUCOS L’illustrateur de Boucles de pierre Texte de Clémentine Beauvais Editions Sarbacane Sortie le 17 mars 2021

qui changent la vie. Ça peut être une ballade fantastique dans un musée où le garçon plonge littéralement au cœur des œuvres, un papier peint qui se déchire et révèle un passage vers une monde parallèle, une aventure à la Dune du Pyla ou dans les jardins mystérieux d’un château.

Quelle technique utilises-tu pour tes illustrations ? Toutes les illustrations sont à l’origine des tableaux, des peintures faîtes à la gouache. Sauf dans mon prochain album qui sort en septembre, je change de style et de langage, avec des dessins au stylo et à l’encre. Que fais-tu ensuite de tes peintures? Je les garde toutes parce qu’on me les demande pour des expositions, ou parce que je les mets en vente. Par exemple là, 40 images de mon stock vont partir à Epinal pour être exposées dans le cadre du salon du livre jeunesse Zinc Grenadine.

On trouve beaucoup de références dans tes livres. Tu es sensible à l’art et à l’architecture ? Oui, l’histoire de l’art est une source d’inspiration. Lorsque je mets des éléments iconographiques, ils contiennent


tracé, il y un public qui nous connaît, qui nous apprécie. Les critiques de livre pour enfants sont plutôt bienveillantes en général, en tout cas jamais très méchantes. Alors qu’en peinture ça peut être saignant.

Tu as des styles de peinture très différents, ça correspond à des époques ?

Max DUCOS

Non, je peins par séries : des bâtiments, des pins, des animaux en ce moment. Je les décline d’années en années, ma peinture évolue. Je n’ai pas envie de m’afficher en tant qu’artiste qui a son style, en tant que personnalité artistique. Ce que j’aime c’est l’idée de l’œuvre, l’œuvre qui répond à une attente que je vais avoir sur un sujet. En plus j’aime bien l’expérimentation, je n’aime pas le confort. L’artiste qui a son

AuteurIllustrateur de livres pour enfant écriture et qui toute sa vie décline un peu le même tableau, ça ne m’intéresse pas. Peut-être que le jour où je ferais un tableau et que je serais subjugué, alors je resterais sur un style. Mais aujourd’hui je suis toujours en recherche, jamais satisfait.

Le peintre des références qui ne se voient pas forcément. Les balcons bordelais du 18ème par exemple, qui sont très spécifiques, ou les mascarons. C’est beaucoup plus intéressant d’aller chercher des classiques dans l’histoire de l’art que d’inventer des choses qui seront de toute façon moins bien. Dans Boucles de pierre par exemple, on retrouve une statue de Maillol ou des angelots de Falconnet.

Quelle différence fais-tu entre ton travail d’illustrateur et celui de peintre ? L’enjeu pour la peinture est beaucoup plus fort. On y met plus du sien. La peinture existe depuis 30 000 ans, tu as ça dans ton dos quand tu peins. Alors que le livre pour enfant ça existe depuis 100 ans . C’est aussi plus

DATE A RETENIR : Samedi 27 mars à 16 heures : lecture dessinée au TNBA diffusée en live. Lecture de Boucles de pierre par Clémentine Beauvais, dessin en live par Max Ducos, accompagnement par un violoncelliste. Préinscription sur le site internet de l’Escale du livre. Juin 2021 : exposition de peintures à l’espace 29 à Mériadeck (artistes de la Galerie Wilhelm Blais)


Illustration de Max DUCOS Dans Boucles de pierre


ECOLOGIE

DES AGRICULTEURS EN VILLE Pour cet entretien nous avons rendez-vous dans une zone de culture à Floirac avec François MILLET, Président de Kanopée Koncept. Et c’est la première surprise : nous nous retrouvons dans une serre construite au cœur d’un quartier neuf et de ses nouvelles résidences. « Chez Kanopée Koncept, on est agriculteurs urbains » nous explique François. « On végétalise des espaces urbains disponibles en les cultivant avec des variétés comestibles grâce à nos Kanopée Kulteurs (des salariés formés au maraîchage), on organise des ateliers de sensibilisation à une alimentation plus saine et de saison, et on commercialise nos paniers via notre application, en les complétant

Serre LADERA de Floirac

avec des produits bio que choisit le client ».

DES FRUITS ET DES LEGUMES SUR LES TOITS Pas besoin de terre pour faire pousser des fruits. Ici on utilise des techniques de culture horssol, l’hydroponie et l’aéroponie. L’hydroponie consiste à immerger les racines dans de l’eau avec un substrat contenant les nutriments nécessaires. Pour l’aéroponie, les racines sont à l’air libre et sont vaporisées d’eau à intervalle régulier. Pour alimenter ces cultures l’eau circule en circuit fermé et un système automatique de pompes doseuses assure les qualités nécessaires (EC et PH). Pour gagner de la place, on cultive verticalement en insérant les plants dans des colonnes perforées. Cela permet de produire d’avantage en milieu urbain, et d’utiliser les toits, les terrasses, etc.

LES BOURDONS AU TRAVAIL L’entretien et le traitement des cultures se font en utilisant des produits labélisés bio. « On utilise des insectes pour lutter contre les parasites. Par exemple ce sont des bourdons qui polennisent les plants de fraise ou de tomates. On recrée un véritable écosystème ».


DES SAVEURS QUI SEDUISENT LES CHEFS En cette saison, Kanopée cultive surtout les légumes feuilles : blettes, jeunes pousses, aromatiques, moutardes, cressons, etc. Mimars ils plantent des fraises pour une récolte au mois de mai, les huit variétés de tomates seront plantées en avril pour une récolte en juin / juillet. Les produits des paniers sont cueillis une fois la commande passée. Ils sont récoltés à maturité ce qui leur confère leur meilleure saveur ! Kanopée travaille aussi avec des restaurateurs et leur propose des choses plus rares : fleur de haricot, racine de poireaux, wasabi, fleurs comestibles (corbeille d’argent, capucine à la fleur), etc. Les restaurants ont du mal à s’approvisionner car ces fleurs se détériorent très vite. En installant et cultivant des modules sur place, ils redonnent la possibilité aux restaurateurs de cuisiner ces saveurs. L’agriculture urbaine est pleine de bienfaits : elle permet de réduire les ilots de chaleur, de favoriser la biodiversité. « Les ateliers comme la distribution des paniers permettent de recréer le lien entre l’agriculteur qui travaille en dehors de la ville et le consommateur. Notre but est avant tout pédagogique : on veut remettre le végétal dans les lieux de vie pour changer les habitudes alimentaires » nous a confié François. Les 24 et 25 avril, dans le cadre des 48h de l’agriculture urbaine, vous pourrez visiter la serre de Floirac. Renseignements : www.kanopeekoncept.com


SPORT-SANTE

LE SPORT AUTREMENT La plupart des gens qui viennent en salle de sport le vivent comme une contrainte : il faut se muscler, perdre du poids, rester en forme, etc. C’est un moment solitaire qu’on affronte sans envie. Active square est un lieu créé par Sébastien HUREAU pour casser ces codes et remettre au centre de l’activité sportive le plaisir et la santé. Ici on vient pour passer un bon moment et se faire du bien en pratiquant son sport dans une ambiance conviviale et familiale !

LE LIEU 35 avenue de Canteranne 33600 Pessac

UN CONCEPT BIEN PENSE

Le lieu est beau et accueillant. Des petits espaces de discussion et un grand comptoir de bar, ouvert sur la salle de sport, donnent l’aspect convivial de l’endroit. Famille, amis viennent y déguster des recettes healty, des smoothies de saisons…

L’ACCOMPAGNEMENT Côté entraînement, le maître mot est l’accompagnement. Il y a très peu de machines et beaucoup d’équipements. Selon Sébastien et ses 20 années d’expérience « la majorité des personnes ont besoin d’être prises en main, d’être en groupe, d’avoir une bonne raison de faire du sport. L’idée c’est que tout seul je n’y arrive pas ». Du coup ici on ne vient pas seul. On s’inscrit à l’avance pour une séance sur l’application. Toutes les séances sont accompagnées et coachées. Les coachs prêtent une attention particulière à adapter les

mouvements et l’entrainement en fonction de chacun. « Tu viens et on s’occupe de toi. Tu ne sais pas ce que tu vas faire avant d’arriver. La programmation est faîte par les coachs ». Il y a trois

thématiques : le functionnal training (optimisation de la performance physique), la boxe pieds/poings sans combat (se dépenser), pilates et yoga (se recentrer sur soi).


LA SANTE L’offre d’Active Square s’articule également autour de la santé. Un bilan santé et des tests sont faits à l’inscription : un état des lieux sur la souplesse, l’endurance, la force musculaire. Les tests sont refaits à 3 mois et 6 mois pour voir l’évolution. Un ostéopathe intervient à la demande sur place et bientôt un médecin du sport pourra assurer un suivi à distance et en collaboration avec le club. La santé passe par l’activité physique mais aussi par l’alimentation. Du coup, Active Square a développé un pôle diététique. Avec d’une part une offre de restauration sur place ou à emporter (à base de produits locaux, bios et peu caloriques) : c’est healthy mais tout en restant un bon repas. D’autre part des nutritionnistes sont disponibles en visioconférence, pour l’instant à la demande, et bientôt à travers des bilans compris dans l’abonnement.

Ce qu’on retient d’Active Square c’est qu’on y passe un moment agréable. Le plaisir se retrouve dans la pratique et dans tout ce qui gravite autour. Le club organise des ateliers, des moments de rencontre (comme des apéros !), ou encore des moments en famille (des séances auxquelles les parents viennent avec leurs enfants). Comme dit Sébastien, on ne va pas à la salle, on va au club !

Retrouvez tous les conseils sur la page facebook Active Square | Facebook


IMMOBILIER

COMBIEN VAUT MON HABITATION ? C’est le principal critère de succès d’une vente immobilière : arriver à présenter le bien au prix du marché. Un prix surévalué et ce sont des mois de mise en vente qui vous attendent avec à la clef une baisse de prix inévitable.

SAVOIR EVALUER SON BIEN La fixation du prix est complexe et ne résulte certainement pas de l’analyse statistique d’une base de données. L’environnement peut changer à quelques rues ou quelques mètres près, et faire varier le prix dans des proportions importantes. L’analyse du foncier et du bâti nécessite une étude poussée : règles d’urbanisme pour les éventuelles possibilités de division, d’agrandissement ou de surélévation. En raison de la tension foncière dans l’agglomération bordelaise il peut être intéressant de diviser un immeuble ou un terrain pour en tirer un meilleur prix.

En appartement, les documents tenus par le syndic permettent de juger l’état de l’immeuble et la gestion de la copropriété, ce qui peut pondérer fortement la valeur du lot.

La visite physique du bien est indispensable pour apprécier ses qualités intrinsèques (architecture globale, équipements de confort, etc.) et s’assurer de l’absence de vices cachés.

Humour © Edouard Teulières


N’OUBLIEZ PAS QU’IL EXISTE DES MOYENS POUR VALORISER VOTRE MAISON ! UN PEU DE BRICOLAGE Les petites réparations sont à faire absolument (raccord peinture, robinet qui fuit, etc.). D’autres travaux peuvent rendre votre bien plus attractif, notamment les travaux d’isolation (remplacement de fenêtres, isolation de la toiture…) qui améliorent les performances énergétiques et qui peuvent être partiellement financés.

HOME STAGING and more… Pensez aussi à rendre votre logement le plus neutre possible, à dépersonnaliser votre bien : vos goûts ne sont peut-être pas ceux des acheteurs ! Et pour terminer, pensez au homestaging : relooker certaines pièces pour les mettre au goût du jour peut parfois se révéler nécessaire.

Retrouvez tous nos conseils sur notre site internet pour valoriser votre bien ou pour une demande d’évaluation. www.votrehabitation.fr agence@votrehabitation.fr 06 63 76 87 58


ASTUCES DECO

LES COULEURS ET LES VOLUMES

Pour abaisser visuellement un plafond on le peint d’une couleur plus froide et plus foncée que les murs. On peut accentuer l’effet en descendant de 20 cm sur les murs.

Pour rehausser un plafond trop bas on le peint avec une peinture plus claire que les murs. On peut accentuer l’effet en débordant 20 cm sur les murs.

LE SAVIEZVOUS ? Les murs et le sol foncés avec un plafond clair donnent une impression de cave (lumière zénithale)

Pour créer de la profondeur et agrandir une pièce, peindre un mur foncé.

Pour rendre une pièce plus large, mettre un sol foncé, les murs et le plafond clairs.

Les murs et le sol clairs donnent un effet spatial. Les meubles vont structurer la pièce.


L’agence immobilière digitale de Caudéran

votrehabitation.fr

SAS VH Immobilier, 13 rue Alfred Duprat, 33200 Bordeaux Immatriculée au RCS de Bordeaux – Siren: 884 954 314 Carte professionnelle 3301 2020 000 045 310, délivrée par CCI de Bordeaux-Gironde - Garantie financière Galian


DISPONIBLES

RESULTATS

REACTIFS QUALITE

Votre Habitation Bordeaux Conseil personnalisé pour votre vente au 06.63.76.87.58