__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

MERCI BORDEAUX ! Le magazine créé et offert par l’agence immobilière Votre Habitation

N°2 été 2021


EDITO L’été arrive à grands pas, ça commence à sentir bon les vacances ! Pour le deuxième numéro de Merci Bordeaux !, le magazine de l’agence immobilière Votre Habitation, nous célébrons les beaux jours en images. Merci Bordeaux ! est un espace d’ouverture dans lequel nous allons à la rencontre de Bordelais à l’esprit positif qui réalisent et font avancer leurs projets. Dans ce numéro nous avons navigué dans l’univers de 3 artistes : une illustratrice, une photographe et un peintre. Trois techniques et trois visions différentes de leur art, mais avec un point commun : la mer. On vous souhaite une bonne lecture et de belles vacances !

La couleur des images peut être légèrement altérée à l’impression, merci aux artistes pour leur compréhension !


MERCI BORDEAUX ! SOMMAIRE N°2 été 2021

En couverture Illustration de didouch , Let’s go. (Cap-Ferret)

ILLUSTRATION didouch, Edith MARTIN MAXWELL L’épicurienne

11

PEINTURE Jean Luc MAURIN L’introspection

PHOTOGRAPHIE Noémie PRIMAS La poétesse IMMOBILIER Quels travaux peut faire un locataire ?

DECO Home staging : pour-

quoi ça marche ?

Siège social : VH Immobilier, 13 rue Alfred Duprat, 33200 Bordeaux www.votrehabitation.fr / agence@votrehabitation.fr Directeur de la publication: Henri Pauly Rédactrice en chef: Violaine Gruel de Villeneuve


ILLUSTRATION

Rencontre avec didouch, une illustratrice bordelaise épicurienne. Après des années d’expérience comme Directrice artistique dans la publicité, Edith Martin Maxwell, didouch de son nom d’artiste, dessine depuis 10 ans des moments de vie.

S’EXPRIMER LE DESSIN

PAR

« J’ai commencé pour des raisons personnelles » nous explique-telle. « J’ai fait ma première illustration pour dire quelque chose que je n’arrivais pas à sortir, et que j’ai voulu exprimer à travers un dessin. Avant

tout, dessiner me fait du bien. Mais c’est aussi devenu un vrai dada, voire une drogue ».

LA LIBERTE didouch travaille toujours avec ses outils de graphiste. Stylet et palette lui servent à réaliser ses œuvres. Mais elle n’utilise aucun logiciel ou procédé informatique pour les transformer: « je dessine comme si j’étais sur mon bloc papier ». Nous nous sommes demandés si la technique du graphisme contraignait à un certain

style de dessin. « Non, le style n’est pas lié à la technique. Tu donnes les mêmes outils à deux peintres, tu obtiendras deux tableaux différents. C’est pareil dans l’illustration graphique, les mêmes outils dans d’autres mains peuvent


L’attente

donner des résultats très différents, proches de la BD, de la photo, du dessin ou de la peinture ». Pour elle, l’expérience de graphiste aura eu un autre apport : « s’il y a un talent que je sais avoir c’est la création de couleurs. Je sais les décomposer et je peux dire quand y a 15 de jaune et 60 de cyan. J’en crée beaucoup avec mes curseurs, comme un peintre avec ses peintures. L’avantage que j’ai sur lui, dit-elle avec amusement, c’est que je peux faire plein d’essais, je peux faire des « pomme Z », ou colorer la mer en rouge si je veux. Une autre liberté

qu’offre l’outil informatique est que les illustrations peuvent être commandées sous différentes formes. « Je considère que ce que je fais est aussi de la décoration. Quelqu’un qui aime une de mes illustrations peut la commander sous forme de dibond (séries limitées) d’affiche, en petite ou en grande taille, en format horizontal ou vertical ».

ALLER A L’ESSENTIEL Le style de didouch est d’essayer de faire le plus simple possible, d’aller à l’essentiel. « J’enlève tout pour qu’il ne reste que le principal. Après je

n’ai pas de règle : je dessine parfois à partir d’une photo que j’ai prise, certains dessins sont très simples (comme le Baiser), d’autres contiennent beaucoup de détails pour arriver presque à une photo stylisée (comme Le tigre). C’est parfois instinctif, et parfois je fais beaucoup d’iconographie (je n’ai jamais vu d’ours polaire dit-elle en souriant) ».

Love is in the air


UN TABLEAU, UNE HISTOIRE Tous les dessins de didouch ont une histoire, ce sont des souvenirs, des rêveries. « Comme pour le tableau « L’attente », j’attendais un coup de téléphone très important, j’étais à l’océan et j’ai passé ma journée à regarder les surfeurs ». Ce qui l’inspire par-dessus tout, c’est la mer. « Je ne sais pas pourquoi ça m’obsède autant. La mer me ressource, me remplit, me vide aussi. Je pourrais la peindre à l’infini et faire des tableaux différents, comme la mer qui n’est jamais pareille ». didouch trouve son inspiration dans la beauté des choses, la nature et l’amour. Et tout cela dans notre belle région bordelaise. « Peut-être que si je voyageais plus je peindrais des endroits différents. Mais le bassin

Surf

Mambo

d’Arcachon avec ses pinasses presque intemporelles, c’est ma jeunesse, le Cap Ferret c’est un endroit à la fois sauvage et festif. C’est totalement narcissique dit-elle en riant mais c’est hyper inspirant.

didouch et son mari Stéphane ont crée une agence de communication par l’objet en 2020, La Pépinière, pour distribuer ses illustrations sur des supports autres que les séries limitées (mug, magnet…). ACTUALITE : Expo le15 septembre au BHV (3 semaines). 9 illustrations pour vin de France, parution en aout.

Rêverie

Où trouver didouch ? Bordeaux : L’atelier, PicNic Arcachon : Picnic Beach Grezillac : Boutik et objets.

www.didouch.eu E-shop : didouch.store

Surf


La Ferretcapie


PEINTURE

Jean-Luc MAURIN

La rencontre entre ciel et mer.

TROUVER SA VOIE « Devenir peintre c’est l’apprentissage du regard. Apprendre à regarder la réalité pour y déceler ce qui te plaît. Et être peintre c’est aussi un état d’esprit, penser tout le temps au tableau d’après. Je peins depuis 15 ans. Je prends tout le temps des photos qui vont m’inspirer. Je me suis fait l’œil grâce aux tableaux des peintres : Courbet et sa vague, Frierdrich, Turner, le japonisme, et

Jean Luc MAURIN

A l’occasion de sa prochaine exposition les 1er, 2, et 3 juillet 2021, 24 bis quai des Chartrons à Bordeaux, Jean-Luc Maurin nous a ouvert les portes de son atelier.

En attendant Arguin

Eugène Boudin, un de mes peintres préféré. Petit à petit tu identifies les éléments que tu aimes ou que tu n’aimes pas et tu trouves ta voie. Maintenant j’ai ma voie. Ce qui me plait en

peinture c’est la frontière entre l’abstraction et le réalisme, c’est la zone d’évocation. J’ai un style mi-figuratif miabstrait, je peins des mouvements, des perspectives, des éléments, du vide, la rencontre entre le ciel et la mer.

LAISSER SA PLACE AU SPECTATEUR Quand je peins j’ai deux ambitions. D’abord de créer du beau : que ce soit joli de prime abord,


que les gens aient envie. Ensuite d’être une clef pour de l’introspection : que les gens se demandent dans un deuxième mouvement ce qui déclenche en eux leur émotion. Une clef positive avec des tableaux qui renvoient quelque chose de positif.

Je ne cherche pas à tout montrer. Ce qui m’intéresse c’est que l’autre se projette. Je propose quelque chose, et j’essaie de laisser de la place au chemin et au sens qui vont être créés par le spectateur. J’ai envie que les gens se retrouvent dans mes tableaux mais je ne cherche pas à provoquer tel ou tel sentiment : certains y voit de l’apaisement, d’autres du tumulte. On ne contrôle pas ce qu’on déclenche chez les gens.

LA MER, MIROIR DE SOI

SAVOIR TERMINER UN TABLEAU

La mer est le sujet fondamental. Un sujet facile car il renvoie à des émotions agréables, à des souvenirs d’enfance, aux vacances qui sont un moment de bonheur et d’introspection. Mais la mer c’est aussi le miroir de soi, de l’intimité et du temps qui passe. Et les mers que je peins sont aussi je l’espère des mers intérieures. Mon tableau est un miroir des spectateurs et de ce qu’ils veulent projeter dedans.

Il faut être à l’écoute de soi mais il ne faut pas trop se projeter non plus, il y a aussi une conversation avec la toile. Le grand tableau derrière s’est un peu fait tout seul. J’ai tiré le fil, c’est une proposition qui est arrivée et je le termine tel qu’il doit être L’objet se choisit aussi, je ne le maîtrise pas complètement. Dans mon style mi-figuratif miabstrait, c’est très dur de savoir quand m’arrêter, à quel moment je

Sans titre


considère que le tableau est terminé.

TECHNIQUE : LE SECRET DES ARTISTES On ne connait jamais vraiment les techniques des artistes, ils ont tous un secret. Les Beauxarts enseignent les techniques classiques mais ne donnent pas les secrets de fabrication. On ne saura jamais la vraie texture du noir de Soulage. Ça fait 2 ans que j’essaie de peindre le sépia de Li Chevalier, je n’y arrive pas.

LE MOUVEMENT QUI REND HEUREUX Sur le moment quand tu peins, tu es tendu vers ce que tu fais, tu es même un peu pressé. La peinture c’est aussi la magie de la polymérisation. La peinture sèche, à chaque seconde on se demande si on retouche ou pas, ce qu’on enlève. Ce n’est pas de la mise en scène le désordre d’un atelier de peintre, autour de la toile. C’est qu’il y a une tension terrible et qu’il

Sans titre

faut aller vite. Donc tu es pleinement dans l’instant quand tu peins, et quand tu as laissé la bonne trace, le petit mouvement que tu voulais sans savoir si tu y arriverais, tu es content, heureux. »


Espoir


PHOTOGRAPHIE

Noémie PRIMAS

« Se sentir tout petit dans un monde très puissant »

POUVOIR EXPRIMER SA CREATIVITE « Avant d’être photographe j’étais graphiste à Paris. J’ai vite déchanté parce que toute la créativité que je mettais dans la construction de l’élément graphique était détruite petit à petit par le client pour arriver à un résultat qui ne me correspondait plus. J’étais terriblement frustrée. La photo a été un total contre-pied, une démarche purement artistique. Comme un peintre qui va vendre sa toile, je voulais vendre

mes photos telles qu’elles étaient, en produit fini, sans m’imposer de les retoucher. J’ai appris les techniques photographiques petit à petit, mais mon œil a été formé par mon métier de graphiste, il est formé à la composition. Mon expérience passée m’a également permis d’apprécier l’harmonie des couleurs de manière assez instinctive et intuitive dans la photo.

Océan de paillettes

Dreamin’Max

LA POSTPRODUCTION POUR AJOUTER SA POESIE PERSONNELLE Je modifie peu mes photos en post-production : je ne recadre pas et je choisis la couleur au moment où je prends la photo. En revanche je retouche les contrastes et la luminosité. Quand je prends une photo, je photographie un instant qui me procure une émotion. En cadrant la photo, je lui donne une première intention. Ensuite je lui ajoute une dimension qui correspond à ma poésie


Surfeuse

personnelle. Soit elle me convient telle quelle, soit j’ai des choses à ajouter pour qu’elle corresponde à ce que j’attends d’elle.

LA MER, UN ELEMENT PUISSANT QU’ON NE MAITRISE PAS BIEN Mes sources d’inspiration sont avant tout la nature et les éléments, l’énergie et le calme. Le point commun de mes photos est de montrer un être humain au milieu de cette immensité. C’est ça qui m’inspire : sentir

qu’on est à la fois tout petit dans ce monde très puissant, et en même temps sentir qu’on fait partie de ce tout. C’est cette communion que j’aime prendre en photo. C’est pour ça que je photographie de loin : pour qu’il y ait plus de vide et pour faire ressortir l’appartenance de l’humain à ce qui l’entoure. La mer m’inspire particulièrement. J’aime l’eau, j’aime nager, c’est mon enfance en Méditerranée. Et c’est un élément puissant qu’on ne maîtrise pas bien. Après je ne veux pas me cantonner à un style de

photographie. J’ai envie d’explorer d’autres choses et notamment d’aller vers les gens à travers des mises en scène ou pourquoi pas des portraits.

LE MOMENT LE PLUS PROPICE A LA PHOTO? Chaque instant possède sa lumière, sa sensibilité, son émotion. Parfois, je me lève tôt , comme au Maroc, baie d’Imsouane, avec les premiers surfeurs. Mais c’est moins pour la photo que parce que je suis


soufflée par la beauté de l’instant. Après si j’arrive à la retranscrire en photo, tant mieux, c’est ce que je cherche. Mais avant tout c’est un plaisir égoïste.

LA PHOTO, UNE MEDITATION La photo m’apporte beaucoup de plaisirs. D’abord je suis sensible à l’esthétique et la beauté des choses, de la nature surtout. Quand je suis focalisée sur le petit cadre de mon appareil photo et que tout d’un

coup je vois quelque chose de beau, ça me remplit, ça me fait du bien. C’est aussi le fait d’être seule. Me mettre derrière mon appareil, c’est me mettre en retrait et être dans ma bulle 5 min. Et surtout c’est la recherche de l’instant T. Quand tu regardes dans ton appareil photo et que tu cliques, tu es dans l’instant, tu ne penses pas à avant ou à après. Tous les grands sages disent que c’est ça la clef du bonheur. Tu fais une pause mentale sur les projections du futur

angoissantes et sur la nostalgie du passé qui elle aussi est angoissante. La photo est une sorte de méditation.

COMMENT FAIRE UNE PHOTO QUI PLAIT ? C’est en ne calculant pas ce que tu vas donner aux gens, en faisant ce qui colle le plus à ta personnalité que ça fonctionne. » Site internet en cours noemie.primas

Brume dans la baie


Jump

Jésus


IMMOBILIER

Travaux : Faut-il l’accord du propriétaire ?

Lorsqu’un logement est en location et qu’il constitue la résidence principale du locataire, chaque partie au contrat a des droits et obligations en matière de travaux.

Laisser Effectuer Des Travaux

Le locataire a l’obligation de laisser effectuer les travaux d’amélioration des parties communes ou privatives, les travaux nécessaires au maintien en état des locaux loués, et les travaux d’amélioration de la performance énergétique. Le propriétaire n’a pas à justifier d’un caractère urgent. Si les travaux durent plus de 21 jours, le locataire peut exiger une diminution de loyer à proportion du temps et de la partie de logement dont il a été privé.

Aménagement du logement Le propriétaire ne peut s’opposer aux travaux d’aménagement réalisés par le locataire dès lors qu’ils ne s’apparentent pas à une transformation des lieux loués. La jurisprudence considère qu’il y a transformation quand il y a un changement apporté à la structure, à la configuration, à la destination, à la forme ou au confort des lieux loués. Notions pas toujours évidentes…


Il a par exemple été jugé que la suppression d’un placard pour agrandir une pièce était un aménagement, alors que le remplacement d’une moquette par du parquet a été considéré comme une transformation. Les juges statuent en fonction de l’importance et du caractère irréversible ou non des travaux, du degré de confort du logement et des clauses du bail : attention à votre contrat !

Transformation du logement Le locataire doit obtenir l’accord écrit du bailleur pour effectuer des travaux de transformation. A défaut le bailleur sera en droit à la fin du contrat d’exiger la remise en état. Il pourra également choisir de conserver le bénéfice de ces transformations sans indemnité pour le locataire. Sachez aussi que le bailleur peut également demander la résiliation du bail et l’expulsion du locataire.

Le tableau ci-dessous fournit quelques exemples concrets. TRAVAUX : FAUT-IL L’AUTORISATION DU PROPRIETAIRE ? Nature des travaux Oui Non Suppression des fenêtres X Suppression d’un élément d’équipement X Percement d’un mur séparatif X Modification de la distribution des pièces X Suppression ou modification des portes de séparation X Travaux de peinture X Pose d’une tapisserie X Nouveau radiateur X Pose d’appliques X Prise de courant supplémentaires X Double vitrage X Installation d’un store X


DECO

LE HOME STAGING Donner du peps à son intérieur

5

BONNES RAISONS DE FAIRE DU HOME STAGING Il permet avant tout de présenter votre bien d’une façon optimale aux futurs acquéreurs, pour le vendre le plus rapidement possible (une mise en valeur génère plus de visites donc plus d’acheteurs potentiels) et au bon prix.

1 Les acheteurs font une présélection en fonction des critères qu’ils se sont fixés mais ACHETENT sur un coup de cœur. Si on réussit à leur faire dire « J’adore, je me vois y vivre » les jeux sont faits, ils seront tout disposés à faire des compromis sur les critères qu’ils s’étaient fixés à l’origine.

2

La plupart des gens

(environ 90 %) ont de grandes difficultés à imaginer un espace

autrement qu’ils le voient. La première impression joue donc un rôle primordial !

3 Le marché immobilier actuel est tendu, les prix restent élevés. Les acheteurs sont plus enclins à la critique. Ils attendent un niveau élevé de finitions.

4

Les acheteurs sont

plus sélectifs. Il faut chercher à se distinguer des autres. Valoriser le bien

à vendre et démontrer qu’il est mieux que les autres.

5

La plupart des ache-

teurs font une présélection sur internet. La qualité des photos et ce qu’elles montrent est d’autant plus important. De belles photos augmentent le nombre de contacts.


DEPERSONNALISER SON INTERIEUR

Créer un lieu chaleureux

IL Y A 6 ETAPES IMPORTANTES POUR VENDRE PLUS RAPIDEMENT. Il faut dépersonnaliser pour que le bien plaise au plus grand nombre et créer un lieu chaleureux. 1 NETTOYER, cela coule de source ! 2 REPARER, le moindre détail, tout ce qui peut paraitre mal entretenu. 3 DESENCOMBRER en faisant du tri et ranger. Ca fait toujours du bien ! 4 DEPERSONNALISER en enlevant les photos personnelles (enfants par exemple) : tout ce qui est

trop personnel empêche les clients de se projeter et de s’intéresser au bien. Enlever également les collections dans les pièces de vie. 5 REAMENAGER en déplaçant les meubles pour faciliter les déplacements lors de la visite (1 m entre chaque meuble), améliorer la circulation. Si il existe une pièce fourre-tout la ranger et lui donner une utilité.

6 HARMONISER les couleurs, les objets, les volumes. Par exemple si un mur est rouge il peut être intéressant de le repeindre pour le rendre plus neutre. Harmoniser les volumes aussi : ne pas mettre des meubles hauts d’un côté et des meubles bas de l’autre. De même pour les matériaux, ne pas mettre que des matériaux chauds ou texturés.


Vous cherchez une agence immobilière de confiance ? Des interlocuteurs réactifs ? Et toujours à l’écoute ?

Vendons ensemble votre habitation ! Henri Pauly au 06 63 76 87 58 Violaine Gruel de Villeneuve au 06 63 33 53 69 agence@votrehabitation.fr www.votrehabitation.fr

L’agence immobilière digitale près de chez vous Transaction uniquement

SAS VH Immobilier, 13 rue Alfred Duprat, 33200 Bordeaux

Immatriculée au RCS de Bordeaux – Siren: 884 954 314 RESULTATS Carte professionnelle 3301 2020 000 045 310, délivrée par CCI de Bordeaux-Gironde - Garantie financière Galian

Profile for VotreHabitationBordeaux

Merci Bordeaux! Eté 2021  

Merci Bordeaux est le magazine d'actualité sur Bordeaux créé par l'agence immobilière Votre Habitation. C'est un espace d’ouverture dans leq...

Merci Bordeaux! Eté 2021  

Merci Bordeaux est le magazine d'actualité sur Bordeaux créé par l'agence immobilière Votre Habitation. C'est un espace d’ouverture dans leq...

Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded