Page 1

› DES CITOYENS › UNE VILLE › UN MILIEU DE VIE

HIVER 2014 VOL. 2 - NO. 4

LES BÉNÉVOLES :

FORCES VIVES DU MILIEU

Ninon Pelow, bénévole à Opération Nez rouge depuis 19 ans

PAGE 3

Votre nouveau conseil municipal

PAGE 11

Cinq façons de partager

PROGRAMMATION  SAISONNIÈRE DES  LOISIRS  À  L’INTÉRIEUR


2

VILLE DE SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU

SUIVEZ LE GUIDE

ACTION ART ACTUEL, AU CŒUR DE LA COMMUNAUTÉ Lorsque Marie Hébert, directrice d’Action Art Actuel, a entrepris de relocaliser le centre d’artistes, le choix est venu naturellement : « Nous tenions à demeurer sur la rue Richelieu. C’est le cœur de la ville, là où tous les gens se croisent et se mélangent ! Je suis convaincue que notre « Grand’rue » retrouvera sa vocation grâce aux travaux d’embellissement en cours » déclare-telle d’emblée. « Les locaux vacants du 191, Richelieu étaient une magnifique opportunité pour nous. Nous avons doublé notre superficie d’exposition et nous avons deux immenses vitrines qui nous connectent en direct avec la vie d’ici », se réjouit la directrice pour qui la culture doit avant tout demeurer accessible à tous les genres de publics : « l’art c’est pour tout le monde ! L’acte de créer et l’appréciation de l’art n’appartiennent pas à une élite. Je souhaite que les gens se sentent bien ici, qu’ils apprivoisent et s’approprient la galerie ». Espace lumineux et aéré construit sur deux niveaux, la nouvelle galerie se fait plus vaste pour accueillir performances, installations, art multimédia et expositions. Au second étage, une belle mezzanine avec vue sur le Richelieu se prête bien aux conférences, ateliers et 5 à 7 animés. Près des bureaux à aire ouverte, un petit centre de documentation permet de feuilleter ou d’emprunter des périodiques et des livres d’art. Une confortable résidence d’artistes de cinq pièces complète cet ensemble branché sur le centreville et ouvert sur la communauté.

Marie Hébert, directrice d’Action Art Actuel : « l’art c’est pour tout le monde ! L’art n’appartient pas à une élite. »

Depuis plus de 25 ans, Action Art Actuel œuvre à promouvoir et à diffuser l’art contemporain actuel, en présentant des expositions d’artistes

Pour consulter la programmation : www.action-art-actuel.org

émergents et établis, d’ici et d’ailleurs. Véritable laboratoire d’artistes créé pour permettre à ceux-ci d’expérimenter, AAA présentera en 2013-2014 une dizaine d’expositions dont celle des finissants en arts visuels du Cégep SaintJean-sur-Richelieu.

Visitez l’exposition en cours et les locaux du centre d’artistes sur Instagram* instagram.com/ villesaintjeansurrichelieu * Compte Instagram requis


COMPLICITÉ  > HIVER 2014

RÉSULTATS DES ÉLECTIONS Quelque 35 765 Johannais ont exercé leur droit de vote, soit de façon anticipée, soit le 3 novembre, afin d’élire leur nouveau conseil municipal, portant le taux de participation à 49,6 %.

POINTS SAILLANTS

M. Michel Fecteau a été élu maire avec 7  693 votes représentant 21,9 % des votes. Sur 72 candidats convoitant 12 postes de conseillers, six conseillers sortants ont été réélus. Le nouveau conseil est composé de cinq conseillers de l’équipe du Parti Fecteau, de cinq conseillers de l’équipe Vision Legrand, d’un de l’Équipe Alain Laplante et d’un candidat indépendant.

MAIRIE Élu : Michel Fecteau DISTRICT 12 Élu : Robert Cantin

DISTRICT 8 Élu : Marco Savard

AU TRAVAIL !

12

8

DISTRICT 3 Élu : Hugues Larivière

DISTRICT 11 Élue : Claire Charbonneau DISTRICT 9 Élu : Yvan Berthelot

10

7

DISTRICT 1 Élue : Mélanie Dufresne

9

6

Mes premiers mots à titre de nouveau maire de Saint-Jean-sur-Richelieu seront donc : merci à vous. Merci de m’avoir accordé votre confiance.

3

11

1

DISTRICT 10 Élu : Ian Langlois

5 2

DISTRICT 6 Élue : Patricia Poissant

4

DISTRICT 7 Élue : Christiane Marcoux

DISTRICT 2 Élu : Justin Bessette DISTRICT 5 Élu : François Auger DISTRICT 4 Élu : Jean Fontaine

C’est avec beaucoup d’enthousiasme que je vais entreprendre le mandat que les citoyennes et citoyens de notre belle et grande ville viennent de m’accorder.

Je profite de l’occasion pour féliciter tous les candidats élus dans les douze districts de notre ville. Soyez assuré que je travaillerai avec chacun d’eux avec un seul objectif : réussir notre ville. L’approche client envers chaque citoyen de Saint-Jean-sur-Richelieu sera au centre de mes préoccupations. L’équilibre entre développement économique et qualité de vie ne sera qu’un des nombreux défis auxquels mes collègues du conseil et moi seront confrontés. Mais par-dessus tout, sachez que je suis fier de représenter des gens de cœur qui tout comme moi, ont choisi de vivre ici. Au moment où vous lirez ces quelques lignes, sachez que les gens à qui vous avez confié votre ville sont déjà au travail. Ensemble, nous ferons de Saint-Jean-sur-Richelieu la ville où il fera bon vivre. MICHEL FECTEAU, MAIRE

3


4

VILLE DE SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU

  ÇA SE FAIT COMMENT

LES PATINOIRES DU CANAL DE CHAMBLY Le patinage extérieur est une des joies de nos hivers. Pour pratiquer leur sport, les Johannais ont à leur portée deux vastes patinoires naturelles, rigoureusement préparées et entretenues par les employés municipaux. Cette préparation se réalise selon plusieurs étapes qui dépendent de nombreuses conditions favorables, mais surtout du climat : 1 En novembre, la passerelle reliant la bande du canal à la rue Champlain est installée, de même que les quatre escaliers permettant d’accéder aux patinoires. 2 De décembre à janvier : Dame Nature fait lentement son œuvre. Dès que la glace atteint 4‘’, les employés des Travaux publics y perceront plusieurs petits trous à différents endroits pour surveiller son épaisseur de façon précise. La glace doit atteindre une épaisseur de 6’’ avant qu’un petit souffleur puisse commencer à y circuler pour dégager la neige. L’enlèvement de la neige facilite le processus de congélation puisque celleci agit comme un isolant. 3 Première semaine de janvier : les roulottes et toilettes chimiques sont mises en place. 4 Lorsque les patinoires mesurent environ 8‘’ d’épaisseur, on commence à couper et brosser la glace avec une surfaceuse pour enlever les imperfections et l’aplanir. 5 À 10‘’ d’épais, une citerne entre en action pour arroser la glace. L’objectif n’est pas d’épaissir la patinoire, mais bien de remplir les fissures et d’embellir la surface. 6 La glace est enfin prête à être ouverte au public. L’entretien des glaces s’effectue ensuite en continu, tout au long de la saison. De jour comme de soir, des patrouilleurs assurent également la sécurité des patineurs et la supervision des sites. 7 Tables à pique-nique, bancs et sapins de Noël récupérés complètent l’aménagement des glaces. Des aires de hockey sont préparées sur la patinoire du secteur Saint-Luc dont la vocation est davantage familiale. Au son d’une musique qui varie chaque jour, la glace de plus de 1,5 km du secteur Saint-Jean invite les amoureux de patins à de bonnes virées tonifiantes.

PRENEZ SOIN DES GLACES ! Les roches lancées sur les patinoires sont dommageables pour celles-ci en plus d’être dangereuses pour la sécurité des patineurs. Optez pour les poubelles pour disposer de vos déchets et de grâce, n’utilisez pas la patinoire pour la pêche sur la glace !

ÉPAISSEUR DE GLACE MINIMUM RECOMMANDÉE 2 pouces ou moins DANGER ! 4 pouces Pêche sur glace

6 pouces Motoneige

8 à 12 pouces Voiture

12 à 15 pouces Camion


COMPLICITÉ  > HIVER 2014

DANS L’UNIVERS

DE LA SPEC Compagnie artistique à but non lucratif, la SPEC n’a plus besoin de présentation. La belle programmation du Théâtre des Deux Rives et du Cabaret-Théâtre du Vieux-Saint-Jean, dont ses fameux Jeudis Shows, et bien c’est grâce à la SPEC. Bien implantée dans notre paysage culturel depuis près de 25 ans, la Société pour la promotion d’événements culturels du Haut-Richelieu a pour mission de produire des spectacles pour les 0 à 77 ans, « de rendre la culture accessible à tous » comme le dit si bien son directeur général Guy Boulanger, à la barre de l’organisme depuis 24 ans. Musique, chanson, humour, spectacles de variétés, théâtre, danse, programmation familiale, cinéma, il y en a pour tous les goûts. Mais bâtir une programmation ne se fait pas en criant ciseaux : la qualité de l’offre, les exigences des producteurs, la période de disponibilité des spectacles, le jour de présentation, le cachet, le prix du billet, voilà quelques facteurs qui entrent en ligne de compte quand vient le temps de finaliser la programmation. « La démocratie de l’accessibilité à l’art représente pour l’équipe de la SPEC un combat de tous les jours. Le coût des billets demeure selon nous très raisonnable mais nous développons également des forfaits intéressants permettant d’assister à une série de spectacles à coût moindre ». Par exemple, la qualité des soirées théâtrales génère 1  084 abonnements et 485 amateurs de musique sont abonnés à la série Maestria. « Ces abonnements assurent la pérennité de la diffusion des productions théâtrales et musicales » selon

Guy Boulanger, directeur général de la SPEC

le directeur général. Développer les goûts de sa clientèle représente également un défi pour la SPEC. En créant des produits « mixtes » qui intègrent par exemple des spectacles de danse dans la série musicale Maestria, la SPEC espère semer le goût de la danse auprès de sa clientèle. Une formidable équipe de professionnels travaille à « l’arrière scène » des spectacles présentés par la SPEC. La recette du succès de la SPEC repose sur plusieurs ingrédients : une équipe à l’écoute de la clientèle, des gens de métier qui connaissent très bien l’industrie culturelle, des salles récemment rénovées et un public conquis et fidèle (dont 785 membres). Et soyez sans crainte, il reste de la place pour ceux et celles qui n’ont pas encore vécu l’expérience SPEC !

CAPSULE HISTORIQUE Visionnez la capsule historique sur la maison Marchand, ainsi que plusieurs autres à www.maculture.ca/clips_culture HISTOIRE DE VILLE

DÉCOUVREZ la maison MARCHAND

5


6

VILLE DE SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU

   ÉCONOMIE

L’ÉCONOMIE SOCIALE, UNE FORCE À VALEUR HUMAINE Le Haut-Richelieu compte une quarantaine d’entreprises d’économie sociale (EÉS) dont les trois quarts sont situées à Saint-Jean-sur-Richelieu. En plus des services à la personne et des coopératives d’habitation, on y retrouve plusieurs EÉS en arts, culture et santé. QU’EST-CE QU’UNE EÉS ? L’entreprise d’économie sociale est d’abord un organisme à but non lucratif ou une coopérative. L’EÉS dessert ses membres et la communauté, au lieu de viser seulement le rendement financier et la création de profits. Elle génère une rentabilité sociale et les revenus qu’elle produit sont réinvestis afin de soutenir sa mission. De plus, elle intègre dans ses statuts et ses façons de faire un processus de décision démocratique impliquant usagers et travailleurs. Les centres de la petite enfance, les coopératives de santé, certains musées, galeries d’art ou salles de spectacle en sont des exemples. La contribution de ces organisations à la communauté est multiple : création d’emploi, insertion professionnelle de personnes ayant de la difficulté à intégrer le marché du travail, formation, soutien aux familles et à la culture. L’EXEMPLE DE JEUNES MÈRES EN ACTION L’organisme Jeunes mères en action opère depuis 2007 la Maison Dorimène-Desjardins, située à Saint-Jean-sur-Richelieu. Cette maison accueille une vingtaine de jeunes mères monoparentales et leur permet de réaliser un plan d’action pour

La

De gauche à droite : Kathryn et Krystel, finissantes ; Véronique, administratrice ; Dominique, finissante, Mélanie, administratrice et Martine, coordonnatrice. obtenir un diplôme en leur donnant accès à un logement à coût modique, ainsi qu’à une garderie subventionnée. Ces femmes reçoivent également un accompagnement sur le plan scolaire, psychosocial, financier et parental. Les logements sociaux de transition sont financés entre autres par les revenus de location et la contribution de subventions. Ces argents permettent le bon fonctionnement de l’immeuble. Concept innovateur au Québec, Jeunes mères en action travaille étroitement avec les partenaires du milieu et encourage l’implication citoyenne des mères, notamment à travers le conseil d’administration ainsi que divers comités et événements. Grâce à cet organisme, 24 mères ont obtenu leur diplôme depuis 2009. Elles ont ainsi amélioré leurs conditions de vie et celles de leur famille, de même que gagné en reconnaissance et estime de soi.

guign

lée

Si vous désirez vous joindre à notre équipe de bénévoles, dites-le nous ! 4 heures de votre temps contre tellement de bons sentiments… Pour donner de votre temps : Saint-Jean 450 358-1222

L’Acadie 450 357-2386

Saint-Luc 450 349-1553

Conférence Saint-Vincent de Paul Saint-Luc

Iberville/Mont Saint-Grégoire 450 347-1172

Conseil particulier de la Société de Saint-Vincent de Paul de Saint-Jean

LES EÉS EN CHIFFRES :

(sur 32 entreprises du Haut-Richelieu)

821 employés dont 69 % sont des femmes + de 38 millions de chiffre d’affaires + de 30 millions d’actif net Plus de 7 000 EÉS au Québec 150  000 emplois et + de 17 milliards de chiffre d’affaires C’est

C’est dimanche 1er décembre prochain, à compter de 10 h, que des centaines de bénévoles frapperont à vos portes. Chaque don alimentaire ( non périssable ) ou financier est le bienvenu ! Si vous ne pouvez pas nous recevoir en cette journée, nous vous invitons à laisser vos sacs de denrées à l’extérieur de votre domicile. Nous les ramasserons.

Soyez généreux !


COMPLICITÉ  > HIVER 2014

Lise Gosselin, bibliothécaire en compagnie de Liette LeclercPazzi, une abonnée qui suggère régulièrement des titres.

BIBLIOTHÈQUES La richesse documentaire de nos bibliothèques municipales fait l’envie de plusieurs. Lise Gosselin, bibliothécaire responsable du développement des collections, cumule 30 ans d’expérience et connaît bien le marché du livre. « Notre équipe de professionnelles a à cœur de créer une collection qui réponde aux goûts de la clientèle au moment opportun ». Mais vous êtesvous déjà demandé comment sont choisis les documents que l’on retrouve sur les tablettes de nos bibliothèques et quel chemin ils parcourent avant d’y arriver ? Voilà les principales étapes de ce que l’on appelle la chaîne documentaire.

LA CHAÎNE DOCUMENTAIRE 1. SUGGESTIONS D’ACHAT

3. COMMANDE

T ous les lundis, la bibliothécaire consulte les suggestions des usagers, reçues en ligne via l’option « Faire une suggestion d’achat » du dossier d’abonné.

- on détermine la quantité, dans quelle(s) bibliothèque(s) on les retrouvera et où ils seront commandés. Pour l’achat de livres, la Loi 51 exige que les bibliothèques s’approvisionnent dans au moins trois librairies agréées de leur région. Les 3 librairies johannaises font partie de nos fournisseurs réguliers

L’usager ayant fait une suggestion reçoit un accusé de réception avec le résultat du traitement de sa suggestion. * 1 870 suggestions d’achat en 2012, une moyenne de 36 suggestions par semaine

2. SÉLECTION Les critères de sélection sont : - la pertinence (ex : plaira-t-il à un nombre significatif d’usagers ?) - la disponibilité sur le marché (sera-t-il publié au Canada, en français et dans quel délai ?) 25 à 30  000 livres sont publiés en français annuellement - l’équilibre de la collection (est-ce un 20e document sur l’Andalousie ?) - l’accueil de la critique (le document est-il assez bien coté ?) * en 2012 le réseau a acheté : 15 100 livres, 700 livres numériques, 1 800 documents audiovisuels

OÙ NOUS TROUVER SUR LA TOILE 

7

- c’est à cette étape que la notice bibliographique est créée et apparaît au catalogue : le livre peut déjà être réservé - l’étape du catalogage et de la classification : très importante car elle alimente la base de données qui permettra aux usagers de faire leurs recherches * plus de 28 000 réservations en 2012

4. É  LAGAGE SUR LES TABLETTES - il faut faire de la place aux petits nouveaux ! Sont retirés des tablettes les documents non pertinents, endommagés et/ou trop vieux * environ 10 000 documents sont retirés par année et une bonne partie est vendue à petit prix aux usagers

5. R  ÉCEPTION ET PRÉPARATION - manutention et vérification - préparation matérielle des documents : plastification, renforcement, reliure, identification - l’équipe technique a un grand souci du travail bien fait. On veut que les documents soient attrayants et le demeurent. Les employées préparent avec soin chaque document

6. MISE EN DISPONIBILITÉ - une semaine s’est écoulée entre la réception des documents et la mise en disponibilité sur les rayons * p rès de 560 000 documents empruntés en 2012

DANS NOS TROIS BIBLIOTHÈQUES 226 000 livres dont 80 000 pour enfants Plus de 1 000 livres numériques

20 000 documents audiovisuels

www.ville.saint-jean-sur-richelieu.qc.ca

facebook.com/VilleStJeansurRichelieu

twitter.com/VilleStJeanRich

youtube.com/user/VilleStJeanRichelieu

flickr.com/photos/villedesaint-jean-sur-richelieu


8

VILLE DE SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU

DOSSIER

STATIONNEMENT DE NUIT INTERDIT LORS D’UNE OPÉRATION DÉNEIGEMENT Du 1er décembre 2013 au 31 mars 2014, le stationnement sur la voie publique DE NUIT, entre 23 h et 6 h, est INTERDIT lors des opérations de déneigement. Tout véhicule stationné pendant une période d’interdiction de stationnement recevra un constat d’infraction ou sera remorqué aux frais de son propriétaire.

ÉVITEZ LES MAUVAISES SURPRISES ! AVANT DE STATIONNER, INFORMEZ-VOUS : ✓ S ’abonner aux alertes SMS : www.textosjsr.com ✓ L igne téléphonique, dès 17 h (message enregistré) : 450 357-2020 ✓w  ww.ville.saint-jean-sur-richelieu.qc.ca ✓w  ww.facebook.com/VilleStJeansurRichelieu ✓w  ww.twitter.com/VilleStJeanRich ✓A  ffichage temporaire sur rue indiquant une opération de chargement de neige

SAVIEZ-VOUS QUE : -  La météo n’est pas une science exacte ! Il est de votre responsabilité de consulter les prévisions de chute de neige, mais SURTOUT de vous informer avant de stationner dans la rue, grâce aux moyens mis à votre disposition cités précédemment, pour savoir si une opération de déneigement est prévue. - Pour évaluer les probabilités de précipitation de la neige, le Service des travaux publics consulte les quatre sources suivantes : ❆M  étéomédia ❆ E nvironnement Canada ❆ a ccuweather.com ❆M  inistère des Transports du Québec - À 3 cm et plus de neige, les opérations déneigement sont décrétées. Des équipes sont affectées, de jour comme de nuit, au déneigement des rues, trottoirs et stationnements. La neige est poussée en bordure, au centre des rues ou sur les terre-pleins selon les cas.


COMPLICITÉ  > HIVER 2014

ARÉNA MARCEL-LAROCQUE

Messieurs Guy Corriveau, Germain Bonneau et Pierre Choinière, bénévoles au conseil d’administration de l’aréna Marcel-Larocque.

Pour bon nombre « d’Ibervillois » et pour tous les amateurs de sports de glace, l’aréna Marcel-Larocque, l’AML, est plus qu’une patinoire. Il y a un petit quelque chose de plus, un côté humain et familial. Aux dires de plusieurs, c’est l’engagement du conseil d’administration de cet organisme à but non lucratif fondé il y a 42 ans, sous la présidence de M. Raymond Daneau, et le gérant Jean Deslauriers qui font la différence.

organisation) pour prendre en charge la construction du projet de deuxième glace, les membres du CA se sont sentis honorés.

M. Daneau préside le conseil d’administration depuis une trentaine d’années. M. Deslauriers est à la barre de la direction générale depuis plus de 30 ans et les dix membres du conseil d’administration cumulent 20, 10 et 6 ans d’ancienneté.

La Ville et l’AML ont donc signé un protocole d’entente par lequel la Ville cautionne l’emprunt de l’AML, s’engage à louer des heures de glace et à verser une subvention annuelle. Plusieurs membres du personnel municipal ont été mis à contribution afin d’épauler l’organisme et ce, depuis le début.  Ce type de partenariat permet à la Ville de réaliser des projets à des coûts compétitifs et surtout, favorise la prise en charge par le milieu sportif de ses propres besoins et assure une réponse taillée sur mesure aux besoins de la clientèle.

La pratique des sports de glace, notamment le hockey et le patinage artistique, est très populaire à Saint-Jean-sur-Richelieu. Le manque d’heures de glace pour répondre aux divers besoins a généré quelques projets qui, pour diverses raisons, n’ont pas vu le jour. Aussi, lorsque la Ville a approché le conseil d’administration de l’AML (reconnu pour sa gestion serrée des finances et la stabilité de son

Selon le directeur général Jean Deslauriers, « le projet d’agrandissement de l’aréna représente une bouffée d’air frais pour les jeunes, les bénévoles et les citoyens qui pourront profiter de nouvelles heures de glace dans une infrastructure moderne. Et pour certains de nos membres qui sont impliqués depuis plus de vingt ans, ce projet représente en quelque sorte leur legs à la population ».

Le prix PASSEUR CULTUREL sera remis à Cécile Tremblay du Ballet Classique du Haut-Richelieu Parce que BCHR et Mme Tremblay ont réussi à transmettre la passion pour la danse à plus de 7 000 enfants, susciter l’émerveillement chez plusieurs milliers d’autres, initier une tradition de danse classique, valoriser la recherche de l’excellence et la persévérance ; et ce depuis 30 ans ! Si vous êtes de ceux qui ont été marqué ou influencé par cette grande dame, vous êtes chaleureusement invité à la soirée Ès Arts. Cette année, on vous transporte dans l’univers de Shéhérazade, à travers Les 1001 nuits de la culture, le 26 novembre prochain ! Réservez votre place 450 357-2163

LA DEUXIÈME GLACE • dimension règlementaire de 85’ par 200’ • gradins d’une capacité d’environ 200 personnes • 6 chambres de joueurs avec douches et salles de toilette • un ascenseur donnant accès au restaurant et à la mezzanine • accès au bâtiment conçus selon les principes de l’accessibilité universelle aux personnes à mobilité réduite • remplacement du système de réfrigération au fréon R-22 par un système au CO2 permettant une récupération de chaleur à 100 %. La chaleur récupérée permettra de chauffer l’eau domestique Le projet de 7,2 M $ permettra aussi de mettre à niveau certains éléments de la patinoire existante

9


10

VILLE DE SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU

GENS D’EXCEPTION

NINON PELOW L’Opération Nez rouge du Haut-Richelieu présentera cette année sa 25e édition et ce, grâce au Club Optimiste St-Eugène qui en est le maître d’œuvre depuis le début. Mais pour assurer le succès de ce service de raccompagnement, des bénévoles œuvrent dans le plaisir et... l’optimisme ! Parmi eux, Ninon Pelow 74 ans, débordante de dynamisme, souriante et énergique. La cause des clubs Optimiste l’interpelle : comme elle, ces clubs ont à cœur l’épanouissement de la jeunesse. Madame Pelow joint donc les rangs du Club Optimiste St-Eugène en 1992. Elle se plaît au sein de cette « grande famille » tissée serrée et très présente dans StEugène où elle réside. Deux ans plus tard, elle décide de se joindre au comité de l’Opération Nez rouge.

Madame Ninon Pelow, bénévole à Opération Nez rouge depuis 19 ans.

« Je connais bien les rouages organisationnels de l’Opération Nez rouge pour avoir travaillé, au cours des 19 dernières années, dans différents secteurs dont la gestion des bénévoles et des horaires de travail. Pendant plusieurs années, j’étais présente à la plupart des soirées, incluant la veille de Noël et/ou du jour de l’An. Mes enfants trouvaient le mois de décembre un peu difficile ! ».

l’amène à s’impliquer dans la tournée PARTY SANS DÉRAPER. Orchestrée à travers le Québec par Éduc’alcool et Opération Nez rouge, cette tournée des écoles vise à sensibiliser les jeunes de 16 à 21 ans à l’importance d’adopter un comportement responsable en matière de consommation d’alcool et de conduite automobile avec les facultés affaiblies.

Considérant qu’elle a passé l’âge de se coucher aux petites heures du matin, Ninon œuvre au sein de l’ONR différemment depuis quelques années. Son rôle d’adjointe à la coordonnatrice

« J’aime ça ! Je contacte les écoles, crée les horaires et rencontre, avec un policier, les élèves. C’est important la prévention et la sensibilisation ». Si le contact avec la jeunesse la tient

jeune, sa vie familiale, ses cours d’aérobie deux fois par semaine, ses parties de cartes, ses marches quotidiennes avec son chien, ses activités et réunions au conseil d’administration du Club Optimiste (elle fut la première femme présidente du club en 1996-1997) et de l’Opération Nez rouge contribuent à sa qualité de vie. Ah oui, elle coanime aussi un programme de santé pour les 50 ans et plus. Pour une femme qui aime être occupée et active, sa vie est pas mal bien remplie !

MON COUP DE CŒUR

MICHELINE THERRIEN ET LES ACTIVITÉS DE LOISIRS Depuis 2011, Micheline Therrien s’inscrit aux activités de loisirs de la Ville, ce qu’elle n’avait pas le temps de faire avant, lorsqu’elle était en charge d’un magasin et qu’elle travaillait de longues heures. Peinture, dessin, yoga, exercices et mise en forme, cette jeune retraitée ne cache pas son enthousiasme à tenter de nouvelles expériences.

Micheline Therrien développe avec bonheur son talent pour la peinture.

« Je m’occupe de moi maintenant, et je m’amuse ! Dans mes cours de peinture et de dessin, comme au yoga ou à l’entraînement, je participe à ma façon et à mon rythme. On n’a pas besoin d’être expert, il n’y a pas de critères pour s’inscrire. Ce que j’apprécie, c’est que les professeurs sont très qualifiés. Je me sens accompagnée et j’apprends beaucoup. Les ateliers me permettent aussi d’échanger avec d’autres personnes et de faire de nouvelles connaissances. Plusieurs autres cours m’intéressent et je suis heureuse d’avoir autant de possibilités à ma portée. Je recommande ces loisirs à tout le monde ! »


COMPLICITÉ  > HIVER 2014

FAÇO N S

de partager

Ghyslaine et Hélène Baraby, fidèles habituées des cafés-concerts.

PARTAGER c’est apporter joie et réconfort - c’est faire la différence pour une personne malade c’est être utile aux autres et vivre des moments heureux - c’est gratifiant et à la portée de tous !

1

Offrez un don à la Guignolée de Noël en denrée non périssable ou en argent aux familles plus démunies de la communauté. Les bénévoles seront à vos portes le 1er décembre dès 10 h.

2

Donnez du sang, consentez un don d’organes ou de tissus et sauvez des vies ! www.hema-quebec.qc.ca

3

Apportez des vêtements, jouets et autres biens en bon état à des organismes communautaires et soutenez leur mission sociale. Consultez le bottin de ressources de Compo-Haut-Richelieu. www.compo.qc.ca

4

Faites du bénévolat en visitant un aîné, en aidant à la cuisine de la popote roulante ou en véhiculant quelqu’un à son rendez-vous médical.

5

Rendez service à un parent ou un voisin, proposez à une amie de garder les enfants et semez des petits bonheurs autour de vous.

Entrez dans la chaîne de solidarité en partageant l’animation Cinq façons de partager avec vos amis ! áwww.powtoon.com/p/clf78OEUZgD/

CARTE DE MEMBRE

VIBRER AU RYTHME DES CAFÉS-CONCERTS Ghyslaine et Hélène Baraby apprécient la musique et les découvertes culturelles. Ces deux sœurs fréquentent fidèlement les cafés-concerts présentés dans les bibliothèques de la municipalité. « J’aime bien y aller en compagnie de ma sœur. Nous nous offrons une belle sortie matinale et ça nous fait connaître de nouveaux artistes » souligne Ghyslaine Baraby. « J’assiste aussi à des conférences. Je trouve que ce sont de bons divertissements que nous offre la Ville. C’est important de stimuler la culture chez les citoyens », croit-elle. Pour Hélène Baraby, c’est une sortie associée au plaisir et à la détente : « j’ai toujours aimé la musique et cette activité me permet de relaxer,

de rencontrer des gens. J’en parle aussi autour de moi pour que d’autres puissent en profiter. » Les cafés-concerts ont lieu les troisièmes dimanches du mois, dès 10 h 30, dans les bibliothèques Adélard-Berger et Saint-Luc. Ils sont une occasion unique pour la population de s’initier gratuitement à différents styles musicaux tels que la musique classique, le jazz et la musique du monde. Les spectateurs sont attendus 30 minutes avant le début du concert. Aucune place n’est réservée à l’avance. Au menu : musique, rencontres chaleureuses, café et collations ! Pour plus d’infos : www.maculture.ca

11


12

VILLE DE SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU

Chêne blanc

ENVIRONNEMENT

LE PATRIMOINE ARBORICOLE JOHANNAIS S’ENRICHIT ! Cet automne, 433 nouveaux arbres ont été plantés dans les différents secteurs de la ville. Treize essences dont trois indigènes, le chêne blanc, le caryer ovale et l’érable rouge, ont été choisies pour leur résistance aux conditions urbaines et leurs caractéristiques ornementales.

Caryer ovale

Ces arbres verdiront plusieurs terre-pleins et parcs, de même que le boisé Normandie. Cette initiative découle de la politique de l’arbre et s’inscrit dans l’orientation visant à augmenter le couvert végétal et multiplier les bienfaits des arbres dans les zones urbaines.

Érable rouge

L’AGRILE DU FRÊNE :

UNE MENACE POUR LA FORÊT L’agrile du frêne, un petit insecte provenant d’Asie orientale, a été détecté par l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) à Saint-Jean-sur-Richelieu cet été. La propagation de cet insecte ravageur crée des dommages importants aux frênes. Celui-ci peut se déplacer sur plusieurs kilomètres, mais un autre facteur important qui contribue à sa propagation est le transport du bois. Dès le 1er avril 2014, le territoire entier de la Ville sera soumis au règlement de l’ACIA interdisant le déplacement de bois de frêne ou de bois de chauffage en dehors de la zone réglementée sans autorisation de l’ACIA.

COMMENT CONTRER L’AGRILE DU FRÊNE

Vous pouvez lutter contre la propagation de cet insecte en évitant de déplacer tout type de bois, billes, branches, copeaux, tout bois de frêne, ainsi que tout bois de chauffage en dehors de Saint-Jean-sur-Richelieu. Achetez votre bois de chauffage localement et brûlez-le sur place.

Une autre solution est de se départir des produits dérivés de bois (branches, bûches, souches) en allant les porter aux écocentres. Compo-HautRichelieu s’assurera de traiter ces produits conformément aux normes de l’ACIA et d’en disposer à l’intérieur du périmètre règlementé. La collaboration de tous est essentielle pour protéger les frênes de la région. Pour plus d’information, on peut consulter le site de l’ACIA : www.inspection.gc.ca/phytoravageurs

á Visionnez la vidéo L’agrile du frêne,

une menace pour la forêt:

http://bit.ly/18VZaW7


COMPLICITÉ  > HIVER 2014

ACCESSIBILITÉ

POUR UN HIVER PLUS ACCESSIBLE

« Comme j’ai un résidu visuel, l’éblouissement de la neige ne me permet pas de bien détecter les amoncellements. Cela rend donc mes déplacements difficiles lorsque les trottoirs sont enneigés ».

Pour les personnes vivant avec des limitations, se déplacer dans des conditions idéales n’est déjà pas facile… alors imaginez l’hiver ! Nous avons rencontré une personne âgée qui se déplace avec une marchette, un non-voyant et une maman qui en a plein les bras ! Voici quelques obstacles qui nuisent aux déplacements, à l’accessibilité et à l’autonomie des personnes ayant des limitations. • les bacs roulants et les poubelles sur les trottoirs (l’ennemi des non-voyants et ce, en toute saison) • les amoncellements de neige sur les trottoirs (souvent créés lors du déneigement des entrées) • les trottoirs, escaliers et accès non déblayés et non déglacés • l’absence de mains courantes • l’arrière d’une voiture qui empiète sur le trottoir • des stationnements difficilement accessibles • un chariot convoyeur au travers d’un trottoir lors d’une livraison Anodines pour certains, ces situations deviennent des obstacles majeurs pour les personnes qui éprouvent des difficultés à se déplacer voire même un empêchement. Normand McNeil, nonvoyant en sait quelque chose, lui qui se déplace exclusivement à pied et en transport en commun. Thérèse Godin, 93 ans, se déplace avec une marchette et tient à prendre l’air. « Ma marchette, c’est ma liberté alors pouvoir faire mes petites commissions c’est important pour moi ». Les personnes vivant avec des limitations sont des personnes à part entière et non entièrement à part. Mains courantes, garde-corps, systèmes à ouverture automatique voilà des installations qui favorisent l’autonomie de tous et chacun. Favoriser l’accessibilité universelle représente une responsabilité collective : la municipalité, les commerçants, les citoyens, tout le monde peut y contribuer.

- Normand McNeil

« Quand je peux me rendre à la pharmacie et accéder aux commerces, je suis contente car ça me fait sortir ». - Thérèse Godin

« Avec un bébé dans les bras, j’apprécie les systèmes d’ouverture automatique et les mains courantes ». - Kassandra Choquette

13


14

VILLE DE SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU

POUR NOUS JOINDRE Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu 188, rue Jacques-Cartier Nord, C.P. 1025 Saint-Jean-sur-Richelieu (Québec) J3B 7B2 Téléphone : 450 357-2100 www.ville.saint-jean-sur-richelieu.qc.ca info@ville.saint-jean-sur-richelieu.qc.ca

VOIR MA VILLE Ginette Ricard, greffière de la cour municipale

Hôtel de Ville - 188, rue Jacques-Cartier Nord - Cabinet du maire������������������������������������������������������� 450 357-2095 - Communications ������������������������������������������������������� 450 357-2098 - Coordonnatrice aux plaintes ������������������������������� 450 357-2443 - Direction générale����������������������������������������������������� 450 357-2383 - Finances ����������������������������������������������������������������������� 450 357-2392 - Greffe����������������������������������������������������������������������������� 450 357-2077 - Ressources humaines����������������������������������������������� 450 357-2132 - Taxes et évaluation��������������������������������������������������� 450 357-2227 Édifice municipal Saint-Jacques - 75, rue Saint-Jacques - Taxes et évaluation��������������������������������������������������� 450 357-2227 - Urgence ��������������������������������������������������������������������������������������9-1-1 - P olice��������������������������������������������������������������������������� 450 359-9222 325, rue MacDonald - S écurité incendie��������������������������������������������������� 450 359-9222 525, rue Saint-Jacques Cour municipale����������������������������������������������������������� 450 357-2087 855, 1re Rue Travaux publics - Garage municipal ����������������������������������������������������� 450 357-2238 300, boul. du Séminaire Nord - Bâtiments��������������������������������������������������������������������� 450 357-2275 Service des infrastructures et gestion des eaux - Station d’épuration��������������������������������������������������� 450 348-2667 - Usine de filtration – Secteur Iberville����������������� 450 357-2732 - Usine de filtration – Secteur Saint-Jean ����������� 450 357-2273 - Ingénierie 315, b. 302, rue MacDonald������������� 450 359-2439 Service de l’urbanisme (permis) 315, rue MacDonald, bureau 303��������������������������� 450 359-2400 Loisirs - 190, rue Laurier - Bureaux administratifs��������������������������������������������� 450 357-2157 - Renseignements généraux, activités et horaires�������������������������������� 450 357-2351, option 3 - Réservation heures de glace, terrains sportifs et locaux��������������������������������������� 450 357-2167 - Piscine du Complexe sportif Claude-Raymond������������������������������������������������������� 450 357-2187 Bibliothèques - Adélard-Berger – 180, rue Laurier ��������������������� 450 357-2111 - Saint-Luc – 347, boul. Saint-Luc ������������������������� 450 359-2450 - L’Acadie – 484, chemin du Grand-Pré��������������� 450 347-2584 Membres du conseil����������������������������������������������������� 450 357-2095 Michel Fecteau, maire District 1 : Mélanie Dufresne District 2 : Justin Bessette District 3 : Hugues Larivière District 4 : Jean Fontaine District 5 : François Auger District 6 : Patricia Poissant District 7 : Christiane Marcoux District 8 : Marco Savard District 9 : Yvan Berthelot District 10 : Ian Langlois District 11 : Claire Charbonneau District 12 : Robert Cantin Rédaction et production : Division-conseil communications Infographie : François Nankivell Impression : Payette & Simms Inc. Tirage : 5 000 Dépôt légal – Bibliothèque nationale du Québec – 1999

LA COUR MUNICIPALE :

UNE JUSTICE DE PROXIMITÉ Pour ceux qui ne le savent pas, la cour municipale commune est située au 855, 1re Rue dans le secteur Iberville (ancien hôtel de ville d’Iberville) et dessert également plusieurs municipalités du Haut-Richelieu. Pour résumer son rôle disons que la cour municipale gère les constats d’infraction. Un constat d’infraction est un document légal qui, lorsque signifié, engage une procédure pénale. La procédure débute au moment de la signification du constat. Le citoyen a l’obligation de consigner un plaidoyer de culpabilité ou de non-culpabilité dans les 30 jours. Pour éviter des frais supplémentaires et des pertes de temps, payer son constat ou prendre des ententes dans les délais, c’est la meilleure façon de faire. Parce que la pire erreur est d’ignorer le constat et de laisser la situation se détériorer. Chaque procédure additionnelle engendre des frais qui sont ajoutés à la facture. Selon Ginette Ricard, greffière de la cour municipale, « un de nos rôles consiste à expliquer la

démarche et les procédures et à informer le citoyen des diverses options qui s’offrent à lui. En se présentant à nos bureaux dans les 30 jours, il a le temps de prendre ses décisions à la lumière des informations qu’il aura reçues. Les gens ne le savent peut-être pas, mais il est possible de prendre des ententes de paiements différés, ce qui est apprécié par plusieurs. Nous avons des solutions à offrir aux citoyens ». Environ 50 % des contrevenants règlent leur constat dans les délais. Pour l’autre 50 %, des procédures doivent être entamées. La cour siège le lundi soir, le mardi matin et le mardi après-midi. Le juge, Me Pierre-Armand Tremblay, est nommé par le ministère de la Justice, mais rémunéré par la Ville. Me Tremblay siège à St-Jean depuis 21 ans. Quant au procureur, celui-ci est nommé et embauché par la Ville. Actuellement Me Richard Lemieux, de l’Étude Lemieux-Marchand, joue ce rôle. Onze employés assurent la bonne marche de ce service efficace et humain.

Les juges de la cour entendent les causes sur les matières suivantes : > CIVIL Recouvrement de taxes municipales/réclamations de diverses factures relativement aux règlements de tarification de la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu. > PÉNAL Infraction aux règlements municipaux relativement au stationnement et à la circulation, aux fausses alarmes, au zonage, aux nuisances, à l’arrosage et aux chiens par exemple. > INFRACTIONS À DES LOIS PROVINCIALES Code de la sécurité routière et Loi sur les véhicules hors route

SAVIEZ VOUS QUE… Il est possible de payer son constat d’infraction par Internet grâce au service Accès D de Desjardins, au comptoir de la plupart des institutions financières, en personne au bureau de la cour municipale ou par la poste. Et très bientôt, le paiement en ligne sera également disponible.


COMPLICITÉ  > HIVER 2014

> À NE PAS OUBLIER LE DÉNEIGEMENT, UN TRAVAIL D’ÉQUIPE!

Illustration : Evelyne Bélanger

ABATTAGE D’ARBRE: INTERDIT SANS UN CERTIFICAT D’AUTORISATION

Un règlement interdit dorénavant l’abattage, l’étêtage ou l’écimage d’un arbre dans la bande de terrain (bande de protection) située en cour avant et latérale d’un bâtiment. Les propriétaires sont aussi tenus d’entretenir leur arbre de façon à prolonger sa durée de vie. L’émondage et l’élagage d’un arbre sont permis. L’abattage d’arbres est permis seulement dans certains cas, sous condition de l’obtention d’un certificat d’autorisation délivré gratuitement par la municipalité. Renseignement : Service de l’urbanisme, 450 3592400, et le site www.ville.saint-jean-sur-richelieu. qc.ca, sections Activités et services; Permis, urbanisme; Permis et certificats, Abattage d’arbres.

COLLECTE DES ORDURES AUX DEUX SEMAINES EN HIVER

DÉJOUEZ LES CORNEILLES

• Placez vos poubelles et bacs au bon endroit Placez ces contenants en bordure de rue, sur votre terrain, ou avant le trottoir, de façon à ne pas bloquer l’accès aux piétons et à ne pas nuire au déneigement des rues et trottoirs.

Contribuez à embellir votre ville ! Évitez les ordures qui débordent et les sacs ouverts sur la voie publique. Munissez-vous d’une poubelle rigide avec couvercle et déposez les matières recyclables dans le bac de récupération. • Gardez la neige sur votre terrain Il est interdit de déposer la neige de votre entrée sur la voie publique, sous peine d’amende. En la gardant sur votre terrain, vous favorisez la circulation des piétons et des véhicules en toute sécurité. Un entrepreneur effectue le déneigement de votre cour ? Vous êtes responsable de lui signifier qu’il doit garder la neige sur votre terrain.

Du 1er novembre 2013 au 31 mars 2014, les ordures ménagères sont collectées aux deux semaines. La collecte de matières recyclables est pour sa part effectuée chaque semaine, à l’année. Infos : www.compo.qc.ca

CUEILLETTE DES SAPINS DE NOËL

Après les fêtes, les citoyens sont invités à déposer leurs sapins naturels, sans décorations, dans un des points de dépôt de la ville.

• Balisez votre terrain Pour protéger vos aménagements, installez des balises en bordure de votre terrain à une distance de 18 pouces du bord de la rue. • Déneigez les bornes d’incendie Elles doivent demeurer accessibles en tout temps.

Pour connaître les dates et coordonnées des sites de dépôt, surveillez les médias locaux ou le site Internet de la municipalité vers la fin de décembre et au début de janvier : www.ville.saint-jean-sur-richelieu.qc.ca Après cette période, les sapins seront reçus gratuitement dans un écocentre : www.compo.qc.ca

15


Jusqu’au 15 décembre

SI NOTRE MÉMOIRE EST BONNE ANDRÉ, DAVID, VINCENT ET ÉTIENNE LAFRANCE Commissaires Isa et Zoë Tousignant chez Action Art Actuel

TOUTE LA CULTURE, UNE SEULE ADRESSE !

Saison 2013-2014

40 ANS DE DRAME, DE CRÉATION, DE RIRE... Abonnez-vous au Théâtre de Grand-Pré dès maintenant.

4 PIÈCES POUR LE PRIX DE 3 !

Complicité - Hiver 2014  
Complicité - Hiver 2014  
Advertisement