Guide Eco 2021

Page 1

PALMARÈS : Les entreprises de

de 100 salariès

2021 avec notre partenaire

LA CRISE EN FACE

CIRCUITS COURTS Les consommateurs privilégient les produits de qualité issus de l’économie locale. Le rebond sera-t-il durable ? p.32

CONFINEMENT

Des chefs d’entreprise racontent comment ils vivent ces périodes de remise en question et de réorganisation. p.26

PISCINES

Jamais le marché de la piscine individuelle n’avait connu une telle effervescence. Les raisons d’un engouement inattendu. p.50


CHAUFFAGE & CLIMATISATION - CARRELAGE - SALLE DE BAINS

Profitez de nos 3 800 m 2 d’exposition sanitaire, carrelage et chauffage dans votre région

REIMS 19 route de Witry 03 26 02 05 06 EPERNAY - MAGENTA 88 avenue A. Thevenet 03 26 55 29 23 CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE Rue du 8 Mai 03 26 66 29 01 LAON-CHAMBRY Rue Jean Jaurès 03 23 23 32 33 CHARLEVILLE-MÉZIÈRES ZAC La Croisette 03 24 52 65 00 SEDAN 4, avenue Pasteur 03 24 29 01 00 VITRY-LE-FRANÇOIS 10 rue André Marie Ampère 03 26 74 13 63 GUISE 429 rue Jean Moulin 03 23 05 77 11 RETHEL Z.I. de l’Étoile (Nouvelle adresse) 03 24 38 90 38

P

JE FAIS CONFIANCE

aux

ros


3

SOMMAIRE

4 DOSSIER

Les tendances de fond de cette année atypique

10 COLLECTIVITÉS

Le Grand-Est et les Hauts-de-France sur le pont

13 ACTIVITE

Le boom du vélo

16

INNOVATION

AGRICULTURE

Ils entreprennent quand même

18

Les tops et les flops

22

ENTREPRISES

Elles s’adaptent à la demande des clients

26 TÉMOIGNAGES

41 IMMOBILIER La ruée vers l’air

46

ENVIRONNEMENT

Des solutions vertes qui promettent

50

PISCINES INDIVIDUELLES

54

COMMERCE

Le marché au plus haut

Le drive fait courir la grande distribution

56 BtoB

Des entreprises au service des entreprises

76

PALMARÈS

96

SÉMINAIRES

Le classement des entreprises de plus de 100 salariés dans la région

Des managers, décideurs, racontent la crise

30 SOCIÉTÉ

Le télétravail s’impose

32

CONSOMMATION

Des secteurs transformés

39 INTERVIEW

Coup de grisou dans les champs

2000688333

Supplément gratuit au journal l’Union-l’Ardennais no 24262 du 15 décembre 2020. Editeur de la publication : journal l’Union. Directeur de la publication : Daniel Picault. Rédacteur en chef : Sébastien Lacroix. Rédaction : Julien Bouillé, Gilles Grandpierre, Pauline Godart, Jacques Taquet, Jean-Michel François. Crédits photo : Stéphanie Jayet, Pauline Godart, Rémi Wafflart, Gilles Grandpierre, Julien Bouillé, Adobestock. Réalisation : Prémédias du journal l’Union. Publicité : Global Est Médias 14, rue Edouard Mignot, 51100 Reims. CPPAP no 0425 C 86339. Impression : Remy-Roto S.A., rue de Rochefort, 211213, zoning industriel, 5570 Beauraing. ISSN : 2491-4398. Provenance du papier : Autriche ; distance papetier-imprimerie : 1.000 km. Taux de fibres recyclées : 96 %. Certification : 96 % de fibres PEFC. La fabrication de ce supplement a généré l’émission de 6 129 000 g CO2.


4

2020 ANNÉE ATYPIQUE

Crise du Covid 19

L’ANNÉE DE TOUS LES DANGERS Deux confinements, un PIB qui dévisse, un endettement qui explose, une vague de défaillances qui menace… la crise de 2020 est aussi terrible qu’inédite.

A

La crise pourrait faire chuter le PIB français de 9 %.

près 1929, 1973 ou 2008, l’année 2020 fait partie des tristes millésimes des grandes crises mondiales. D’origine sanitaire, la crise du Covid-19 diffère beaucoup des précédentes. Elle a

été vécue, et elle est toujours vécue à l’heure où nous écrivons ces lignes, avec le suspens du direct marqué par l’évolution journalière de l’épidémie, ses conséquences économiques et les dispendieuses réponses des pouvoirs publics. Le graphique dressé jour par jour par les statisticiens est clair. On y voit pour la France, le décrochage économique avec un PIB en baisse de -5,9 % et -13,8 % aux premier et deuxième trimestres, puis un beau rebond estival de 16 % au troisième trimestre. La suite du scénario, chacun la vit depuis la rentrée de septembre 2020. Le Covid-19

Crédit photo : Stéphanie Jayet

n’est pas la maladie saisonnière que certains pensaient, limitée à une saison ou deux. La deuxième vague, qui a surpris tout le monde, n’est pas une vaguelette sur laquelle on peut surfer, assuré que les jours meilleurs arrivent bientôt. Dans l’attente de traitements et de vaccins prodigués à grande échelle, l’année 2020, celle de tous les dangers, a engagé sa dernière ligne droite dans l’incertitude, le brouillard. « On est actuellement sur un plateau en face duquel on peine à faire des prévisions. Dans nos entreprises, préparer le budget 2021 c’est lire dans le marc de café », témoi-


5

“Dans nos entreprises, préparer le budget 2021 c’est lire dans le marc de café” Patrick Martin Président délégué du Medef

des commerçants indépendants n’ont pas de site Internet. « C’est quand la mer se retire qu’on voit ceux qui se baignent nus ». La célèbre maxime du milliardaire et investisseur américain Warren Buffet, qui a eu son succès lors de la crise de 2008, vaut encore aujourd’hui.

Perte d’activité en France Julien Bouillé Source INSEE 0 -5 - 10 - 15 - 20 - 25 - 30 - 35

Décembre

Novembre

Octobre

Septembre

Août

Juillet

Juin

Mai

Avril

Mars

Prévisions au-delà du pointillé

Février

Variation du PIB en %.

tout le e-commerce ne se résume pas à cette plate-forme. La crise sanitaire a révélé l’énorme retard de certains dans la digitalisation de leur modèle économique. Au début de la crise un sondage de la fédération Commerçants de France dévoilait une cruelle réalité : 60 %

Janvier

gnait Patrick Martin, président délégué du Medef, lors d’une revue des troupes marnaise, à Reims début octobre. L’INSEE prévoyait à l’automne une baisse de l’activité de -5 % par rapport à son niveau d’avant crise. Le PIB de l’année 2020 serait largement négatif avec un solde de -9 %. Et dire que les années précédentes on se lamentait devant une croissance annuelle peinant à s’élever au-dessus de 0 %. La crise du Covid-19 touche inégalement les secteurs économiques. Avec des effets en chaîne spectaculaires. Les mesures sanitaires, fermetures des frontières, ou réticences des voyageurs, ont entraîné l’effondrement du trafic aérien, la récession de l’industrie aéronautique et participé à la chute de l’activité, des cafés, hôtels et restaurants, et de leurs fournisseurs. Si les grandes surfaces alimentaires,comme la production agricole de proximité, tirent leur épingle du jeu, une partie du commerce s’est sentie touchée de plein fouet, au début du deuxième confinement, par la concurrence de ce que l’on résume sous le nom emblématique d’Amazon. En fait,


6

2020 ANNÉE ATYPIQUE

L’EMPLOI SOUS PRESSION

C

de main-d’œuvre, en conservant leurs effectifs malgré la contraction de leur activité. Les patrons ne veulent manifestement pas reproduire les erreurs des crises passées aux cours desquelles ils avaient trop licencié pour se retrouver à court de main-d’œuvre à l’heure de la reprise. C’est pour cela aussi que l’apprentissage, stimulé par des incitations financières de l’État, a plutôt bien résisté. « Nous devons absolument promouvoir les talents de demain », clamait dès le mois de juin Rodolphe Lefevre, pré-

urieusement le taux de chômage avait baissé aux premier et deuxième trimestres 2020 en France. Il ne s’agissait que d’un trompe-l’œil. « Du fait du confinement, un grand nombre de personnes sans emploi, même souhaitant travailler, n’avaient pas effectué de démarche de recherche active d’emploi », indique l’INSEE. Le troisième trimestre a donc été un révélateur des réels effets de la crise sur l’emploi, avec un nombre de chômeurs de 2,7 millions de personnes en France, soit une hausse de 628 000 personnes en trois mois. Sur ce trimestre, le taux de chômage (au sens du BIT) a donc bondi de 1,9 point pour s’établir à 9 % de la population active, après une baisse de 0,7 point le trimestre précédent. Avant la fin d’année 2020, le chômage se situait donc 0,9 point au-dessus de son niveau d’avant crise.

sident de la fédération française du bâtiment (FFB) dans la Marne. Le bâtiment fait partie des secteurs qui sont passés entre les gouttes. Les chantiers ont rapidement déconfiné et le secteur a bénéficié d’un carnet de commandes soutenu par la demande des ménages. Ce n’est pas le cas des travaux publics qui ont tiré la sonnette d’alarme, à l’automne, avec la baisse des appels d’offres publics, en cumulé, depuis le début de l’année 2020.

L’aéronautique efface dix ans de croissance Selon l’observatoire Trendeo, l’industrie aéronautique a effacé en quelques mois les 11 575 emplois qu’elle avait créés en France depuis 2009... « Il y a peu de temps, l’aéronautique nous faisait rêver. C’était dix ans de commandes devant soi et de la haute technologie. C’est sidérant de voir à quelle vitesse l’industrie s’est écroulée », témoignait début de l’automne Christian Brethon, président de l’Union des métiers et de l’industrie métallurgique (UIMM). Le sous-traitant ATS, à Sézanne, en fait les frais. « L’aéronautique représente 50 % de notre activité, il nous en reste 10 % tout n’est pas annulé mais il ne reste que des miettes », indique son patron Marcel Ferreira. Les industriels sont obligés de réduire leurs coûts, et souvent de s’asseoir sur leurs marges, en attendant que le monde redécolle comme avant.

PROMOUVOIR LES TALENTS DE DEMAIN ET CONSERVER LES COMPÉTENCES

Crédit photo : Stéphanie Jayet

Pour autant, beaucoup d’entreprises ont fait volontairement de la rétention

Demandeurs d’emploi en France 10 M 9,5 M 9,0 M 8,5 M 8,0 M 7,5 M 7,0 M

T3 2020

T2 2020

T1 2020

T4 2019

T3 2019

T2 2019

T1 2019

T4 2018

T3 2018

T2 2018

T1 2018

T4 2017

T3 2017

T2 2017

6,5 M

Au 3e trimestre, le nombre de Français au chômage a gonflé de 628.000 personnes.


7

2020 ANNÉE ATYPIQUE

UN PAYS ACCRO À L’ENDETTEMENT Le “quoi qu’il en coûte” prôné par Emmanuel Macron pour limiter la crise économique liée au coronavirus fait chauffer la carte bleue de l’État. Même si tout ne sera pas consommé immédiatement, et que des dépenses seront supportées par l’Europe, les 100 milliards d’e du plan de relance et les 462 milliards de “mesures exceptionnelles” obligent l’État à emprunter. Contrairement au bas de laine des Français qui a enflé de 100 milliards d’€ depuis le début de la crise, les caisses de l’Etat sont toujours aussi vides. C’est la peu médiatique Agence France Trésor qui est chargée de les garnir. Ses bons du Trésor (BTF) et ses obligations assimilables du Trésor (OAT), dont les échéances vont jusqu’à 50 ans, partent comme des petits pains. « Dix-huit banques internationales viennent tous les jeudis à Bercy, acheter le papier français, car elles savent que derrière, la Banque Centrale Européenne est prête à leur racheter », explique l’économiste rémois Gérard Marie Henry. « La BCE rachète systématiquement les obligations d’État et elle détient désormais 16 % des obligations émises par la France ». C’est le fameux “quantitative easing” (assouplissement quantitatif) qui soutient la croissance et contient l’inflation par le maintien des taux bas. En effet, une dette aussi peu

120

“La BCE rachète systématiquement les obligations d’État” Gérard Marie Henry Économiste

risquée n’est pratiquement pas rémunérée.

LA FRANCE, PLUTÔT CIGALE QUE FRUGALE En empruntant pour protéger son économie et éponger ses déficits structurels, la France va finir l’année avec une dette équivalente à 120 % de son PIB, alors qu’on était sous la barre déjà élevée des 100 % fin 2019. N’est-ce pas un jeu dangereux ? Patrick Artus, chef économiste de Natixis, pense que non. Pour lui « toute dette publique, achetée irréversiblement par la Banque centrale européenne, est détruite » parce que « la BCE ne la revend pas et la renouvelle à l’échéance ». Encore faut-il que la BCE maintienne sa politique. « C’est un organisme dont les décisions sont votées par les gouverneurs des banques

centrales européennes », rappelle Gérard Marie Henry. « Pour l’instant il y a consensus mais on ne sait pas si cela va durer. On sait par exemple que les Allemands sont très mécontents que se poursuive cette politique qu’ils qualifient de fuite en avant ». C’est le débat entre les pays “frugaux” du nord de l’Europe et les pays “cigales” au sud. Et reconnaissons que la France semble plutôt aller vers son penchant méridional…. Si le consensus de la BCE éclatait, la France devrait assumer ses dettes, et privée de la doublure de la BCE, verrait la confiance des investisseurs chuter et les taux remonter. Pour amortir le choc, il faudrait soit baisser les dépenses publiques, soit augmenter les impôts. Mais tout ceci n’est pas franchement à l’ordre du jour. Julien Bouillé

Dette (en % du PIB) (2)

ÉVOLUTION DE LA DETTE PUBLIQUE DE LA FRANCE (en % du PIB)

100

80

60

Trimestre (1) 1996-T1

1997-T1

1998-T1

1999-T1

2000-T1

2001-T1

2002-T1

2003-T1

2004-T1

2005-T1

2006-T1

2007-T1

2008-T1

2009-T1

2010-T1

2011-T1

2012-T1

2013-T1

2014-T1

2015-T1

2016-T1

2017-T1

2018-T1

2019-T1

2020-T1

40

(1) : dette en fin de trimestre. (2) : au dernier trimestre, le produit intérieur brut (PIB) utilisé pour exprimer la dette en point de PIB est le PIB annuel en données brutes. Cette mesure n’a pas de strict équivalent en cours d’année ; elle est approximée par le cumul du PIB trimestriel en données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables (CVS-CJO) sur les quatre derniers trimestres connus. Champ : France. Sources : Insee.


8

2020 ANNÉE ATYPIQUE

FORMATION, BANQUE ET ÉVÉNEMENTIEL SOUS CLOCHE Des secteurs touchés de plein fouet

D

L’événementiel est l’une des principales victimes des périodes de confinement.

es halls d’expositions déserts, des prestataires sur le carreau, des exposants en mal de vitrine… C’est l’hécatombe sur le front de l’événementiel. Et dire que la ville de Reims vient de prendre possession d’un parc des expositions rénové et attend sa future Arena. Du coup, l’exploitant Reims Events, filiale du géant GL Events, a annoncé qu’il allait licencier 20 % de son effectif alors que les 80 % restants sont en chômage partiel.

SE FORMER EN DISTANCIEL Dans le secteur de la formation professionnelle, appelé aujourd’hui “Plan de développement des compétences”, c’est le trou d’air aussi. « Toutes les formations

ont été arrêtées, annulées, reportées. Cela a obligé beaucoup d’entreprises de formation à se poser des questions sur leur façon de former. On est passé de l’ère du présentiel au distanciel qui représentait 10 % de la formation avant la crise alors qu’on l’estime aujourd’hui à plus d’un tiers », témoigne Jean-Marc Beguin, président de la fédération de la formation professionnelle (FFP) du Grand Est. La formation s’est digitalisée. Mais cela ne doit consister à troquer sa salle de classe contre de la visioconf’ sur Zoom

ou Skype, qui peut s’avérer épuisant au final. La formation nouvelle génération est une alternance de classe virtuelle, d’exercices en autonomie et de corrections collectives, le tout avec l’appui de supports numériques. On n’est donc pas dans l’e-learning non plus où l’apprenant se prend en main tout seul comme un grand. Si les spécialistes de l’alternance ou de la formation des chômeurs ont pu s’appuyer sur les récentes mesures gouvernementales, ceux qui forment en entreprise ont bu la tasse. D’autant plus que la réforme récente a stoppé le refinancement des formations pour les entreprises de plus de 50 salariés. « Il y a eu de nouveau des commandes à la rentrée en septembre. Mais dans la plupart des entreprises de formation qui font du développement des compétences, la baisse sera comprise entre 35 % et 50 % » estime le représentant de la FFP. Les banques paient aussi les pots cassés. Selon la Banque centrale européenne (BCE) leur rentabilité a été nulle au deuxième trimestre 2020. Les banques souffrent toujours des taux bas, qui grignotent leurs marges, et d’une hausse des coûts liée à la crise. Le confinement accélère aussi la nécessaire digitalisation de l’activité en même temps que sur ce terrain elles font face à de nouveaux entrants, les néobanques 100 % en ligne. Mais aussi aux fournisseurs de smartphones qui deviennent des cartes bancaires sans contact et prennent une part des commissions sur transaction. Julien Bouillé

“On est passé de l’ère du présentiel au distanciel qui représentait 10 % de la formation avant la crise” Jean-Marc Beguin Président de la fédération de la formation professionnelle (FFP) du Grand Est


9

2020 ANNÉE ATYPIQUE

UN MONDE QUI NE NOUS ATTEND PAS

Touchée en premier, la Chine est repartie avant tout le monde La part de la Chine dans la production industrielle mondiale est supérieure à ce qu’elle était avant le Covid. C’est ce que l’on appelle du rebond. « L’économie c’est beaucoup de la psychologie », explique l’économiste rémois, Gérard Marie Henry. « À partir du moment où l’on a le sentiment que le gouvernement a bien fait son travail, on voit les choses d’une façon positive, donc on n’économise pas trop. Les Chinois ont confiance et c’est pourquoi ils empruntent en ce moment. Le marché des obligations explose. Vu de l’extérieur, cela paraît dangereux. Mais les entreprises chinoises s’endettent car elles savent que, on les aidera à rembourser ».

ENCORE L’EXEMPLE ALLEMAND En France, on a aidé massivement les entreprises par des reports de charges

ou d’échéances, des prêts garantis et on a tenté d’éviter les licenciements massifs avec du chômage partiel. Et on a pondu un copieux et complexe plan de relance. « Il passe à côté du problème car ce sont des mesures de long terme », estime Gérard Marie Henry. « Ce n’est pas en faisant de la rénovation thermique des bâtiments ou en aidant la SNCF que l’on va déclencher des achats de la part des consommateurs. C’est donc un plan structurel et non un plan de relance que l’on a fait ». L’économiste pense que si « les Français ont épargné, et donc dépensé 100 milliards d’€ en moins en 2020, c’est parce qu’ils ont peur de l’avenir ». Il faudrait redonner confiance aux citoyens pour que reparte le moteur de la consommation.

« Pour cela l’Allemagne a fait simplement des chèques aux gens : 130 milliards d’e ont été envoyés aux familles. Ils ont fait confiance à l’économie de marché. Alors qu’en France, c’est l’administration qui dicte ce que l’on doit faire, elle distribue de l’argent mais il faut toujours des contreparties ». En somme, c’est le côté “usine à gaz” des mesures à la française. Julien Bouillé

UN GROUPE DE PROXIMITÉ À VOTRE ÉCOUTE MANUTENTION - RAYONNAGE

RAYONNAGE

03.26.49.15.01

Avenue d’Immercourt 62000 ARRAS 03.21.07.62.62

Etablissement Aube ZA Coulmet 27 rue Jean Moulin 10450 BREVIANDES 03.25.49.53.55

ZAC des Entrepôts 8 rue des Ciseleurs 02200 SOISSONS 03.23.72.43.79

« Agent Exclusif » ZAC du Boitron Route de Vrigne-Meuse 08440 VIVIER-AU-COURT 03.24.27.31.99

www.cmlgallo.fr

2000677297VD

MANUTENTION

Etablissement Marne ZA 7 rue Jean Monnet 51500 SILLERY


Compétentes pour le développement économique de leurs territoires, il était logique de retrouver le Grand Est et les Hauts-de-France à la manœuvre dès le début de la crise.

le tiers-lieu professionnel et collaboratif

L’

bureaux multipostes meublés et connectés à usage flexible, open space 180 m2, espace détente...

économie française est secouée par des turbulences depuis mars 2020. Et, dès l’avis de gros temps, il était logique de trouver sur le pont les régions qui ont la compétence du développement économique de leur territoire. « Notre philosophie était de démontrer que nous allions traverser la crise ensemble » , explique Milla Merabet, vice-présidente compétitivité, innovation et digital de la région Grand Est. « Face à cette situation inédite, il y avait des réponses à réajuster, qui n’étaient pas sur étagère ».

REBOND ET RÉSISTANCE DANS LE GRAND EST Pour sécuriser les trésoreries, la région Grand Est a utilisé son outil “Rebond”, mis en place avec Bpifrance. Ce prêt

le QG

6 rue Maître Edmé (à côté de la sous-préfecture de Vitry-le-François)

Ouvert de 7h30 à 20h00 du lundi au samedi 2000705131VD

Infos et réservations : 03.26.74.94.06 • 03.26.62.10.40 qg@vitry-le-francois.net

“Notre philosophie était de démontrer que nous allions traverser la crise ensemble” Lilla Merabet Région Grand Est


11

COLLECTIVITÉS

Crise du Covid-19

Crédit photo : Business Act Grand Est © Jean-Luc Stadler, Région Grand Est

LES RÉGIONS SUR LE PONT

Jean Rottner, président du Grand-Est, a démultiplié les soutiens aux entreprises pour tenter d’amortir le choc de la crise. à taux zéro peut apporter une précieuse enveloppe de 10 000 à 150 000 e. Il dure 7 ans, dont 2 ans de différé d’amortissement en capital. De quoi donc tenir pendant la crise et la phase de reprise qui est attendue ensuite. Le Grand Est a mis à disposition des entreprises de toutes tailles, mais aussi les associations, le fonds Résistance de 44 millions d’e. Créé avec la Banque des Territoires, il prévoit la contribution des conseils départementaux et EPCI du Grand Est. Cela permet de générer un effet de levier : quand un partenaire met 1 , les trois autres en font autant. Résistance consiste en des avances de trésorerie, remboursables avec un différé de 2 ans, qui permettent d’octroyer des aides de 5 000 à 20 000 e aux entreprises qui comptent jusqu’à 10 salariés. La région Grand Est participe aussi au volet 2 du fonds de solidarité pour les PME, artisans et indépendants. « Nous y avons contribué à hauteur de 40 millions d’e », précise Milla Merabet. Et cela s’ajoute aux 85 millions déjà engagés durant l’année par la région pour soutenir les entreprises touchées par la crise sanitaire.

ÉTAT D’ESPRIT COLLECTIF DANS LES HAUTS-DE-FRANCE La région Hauts-de-France a joué aussi la carte des partenariats. « Il y a un vrai état d’esprit collectif dans la région, partagé de tous », témoigne André-Paul Leclercq, président de la commission “au travail” (formation, relation avec les entreprises, développement économique, apprentissage, innovation numérique et sociale) au conseil régional. Cela s’est

manifesté d’abord par la création d’une plate-forme téléphonique commune animée par l’État, la région, les chambres de commerce, d’artisanat et d’agriculture, assorti d’un document unique transmis à tous. « Chacun avait dédié des équipes pour répondre au téléphone, animer l’équipe et formaliser le document unique , ajoute l’élu. On a remonté beaucoup de constats et d’informations du terrain. Ils ont été transmis assez facilement à Paris et on a

Des compétences économiques renforcées La loi portant sur la Nouvelle Organisation Territoriale de la République (NOTRe) de 2015 a supprimé la clause de compétence générale des départements et des régions donnant à ces dernières le premier rôle dans le soutien au développement économique. Le texte leur a conféré notamment une compétence exclusive pour définir les régimes d’aides aux entreprises. Cette compétence légitime donc les mesures prises dès le début de la crise par le Grand Est et les Hauts-de-France par exemple. La NOTRe a engagé aussi les régions dans une vision de long terme au travers de l’élaboration du schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation (SRDEII) comme du schéma régional d’aménagement et de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET).


12

COLLECTIVITÉS

pu influencer des dispositifs nationaux ». Comme les gens de l’Est, les Nordistes ont une approche pragmatique. « Dans l’urgence on a accéléré le déploiement de la palette très large d’outils qu’on avait déjà mise en place. On a utilisé le fonds de premiers secours qui octroie des prêts jusqu’à 50 000 e aux petites entreprises. À la CCI, des prêts jusqu’à 300 000 e peuvent aussi bénéficier à des entreprises de plus de 25 personnes. On a beaucoup travaillé aussi avec Bpifrance pour les garanties », détaille André-Paul Leclercq. En tout, les aides d’urgence de la Région ont mobilisé 60 millions d’€. Ces opérations de secours ne suffisent pas en soi. Fondé sur le leitmotiv “Protéger et innover”, le plan de relance des Hauts-de-France, voté le 30 juin avec un budget de 1,3 milliard d’e, doit, entre autres, sauver les emplois et soutenir les trésoreries mais aussi aider les entreprises à s’engager dans un développe-

“Dans l’urgence on a accéléré le déploiement de la palette très large d’outils qu’on avait déjà mise en place” André-Paul Leclercq Région Hauts-de-France

ment plus durable et réussir leur transition numérique. Dans le Grand Est, un gros travail de réflexion collectif a débouché sur un “Business Act” voté en séance plénière le 9 juillet avec budget additionnel de 511 millions d’e. Il est voué à la performance et à la transformation industrielle,

à la transition écologique et énergétique comme à la transformation numérique. Cela ressemble au plan des cousins des Hauts-de-France. Ce n’est pas trop étonnant quand on est sur le même bateau, il n’y a pas 36 façons de manœuvrer pour traverser la tempête. Julien Bouillé

PROCHE DE VOUS, POUR VOIR LOIN ENSEMBLE

2000693524VD

Votre conseiller Banque Populaire accompagne tous vos projets, petits ou grands, avec la même écoute et le même professionnalisme.

Banque Populaire Alsace Lorraine Champagne – Société anonyme coopérative de Banque Populaire à capital variable régie par les articles L512-2 et suivants du CMF et l’ensemble des textes relatifs aux Banques Populaires et aux établissements de crédit. 3 rue François de Curel 57000 Metz – RCS Metz 356 801 571- Société de courtage et intermédiaire en assurances inscrite à l’ORIAS n° 07 005 127. Crédit photo : iStock - www.bpalc.fr


13

ACTIVITÉ

Le boom du vélo

« ON NE PEUT PAS SATISFAIRE LA DEMANDE » Tous les fournisseurs ont enduré l’épreuve au printemps et souffrent encore d’un manque de stock. Avec le confinement, le vélo a pris son envol et chacun se met à repenser ses déplacements.

C

« A la fin juillet, on était à +38 % de chiffre par rapport à 2019 ».

«

est très compliqué d’avoir des vélos à disposition car il y a très peu de stocks. Le secteur est économiquement porteur, certes, mais une demande sans offre, c’est compliqué à gérer ». Nicolas Rossit tient le magasin Génération Cycles à Charleville-Mézières. Et c’est peu de dire que le nom de son commerce était prédestiné. Car 2020 aura vu le tournant de tout un pays en faveur du deux roues. Pour le commerçant, le printemps a donc été remarquable. « À fin juillet, nous étions à +38 % par rap-

port à 2019 », poursuit-il. « Mais, depuis septembre, on est revenu comme avant. La demande est moins soutenue et de toute façon, on ne peut pas y répondre, quelles que soient les marques. Il faudra attendre l’an prochain ». Compte-tenu de cette année complexe, le chiffre d’affaires 2020 n’atteindra pas celui de 2019. En cause : l’arrêt des usines en Chine durant quatre mois.

« UN MOYEN DE S’ÉVADER EN PLEIN AIR » « Or, les vélos sont constitués de nombreuses pièces fabriquées en Asie. En été, on a vendu l’équivalent d’un an de production ». Au final, un super coktail : une forte demande, mais pas de production suffisante. « Il faudra plus d’un an pour rééquilibrer l’offre et la demande ». Certains accusent aussi la peur de la pénurie qui, comme au rayon pâtes du

supermarché, a contraint les revendeurs de vélos à pratiquer le surstock. Qu’estce qui a conduit les clients à changer de cap à ce point ? « Pas de vacances, pas de resto, pas de ciné ! Les gens ont malgré tout ressenti le besoin de se faire plaisir avec un sport individuel, qui se pratique dans la nature, au grand air ». Plus insolite, durant le premier confinement, le VTT a été un moyen simple de pouvoir prendre la poudre d’escampette en toute discrétion. Nicolas Rossit a adhéré un temps au dispositif gouvernemental ‘‘coup de pouce’’, offrant une prise en charge de 50 euros pour la réparation du vélo d’un particulier. « J’en ai fait quelques-unes, mais il y a trop de procédures et d’explications à donner au client. Au final, c’est plus une perte de temps qu’autre chose ».

Pauline Godart


Contact Communauté de communes du Pays rethélois 03 52 100 120 accueil@cc-paysrethelois.fr www.paysrethelois.fr

2000706431VD

Développez votre activité au cœur d’un territoire aux multiples atouts


15

ACTIVITÉ

En construction à Cormontreuil

UN NOUVEAU TEMPLE DU VÉLO

Stephen Boterel a 30 ans et la roue s’apprête à tourner pour lui. Au premier trimestre 2021, il devrait ouvrir, à Cormontreuil, un commerce consacré au vélo, dans un hangar de 700 m2 près de la brasserie la Bouquine.

L

2000706431VD

Stephen Boterel proposera une offre complète de vélos, du plus simple au plus sophistiqué.

e nom de l’enseigne ? « Culture Vélo », forte déjà de 71 magasins en France. « Je suis cycliste de haut-niveau depuis 10 ans. Originaire de Lorraine, j’évoluais jusqu’ici dans un club présidé par Gilles Carpentier. C’est lui l’investisseur principal du projet de Cormontreuil ». Arrivé à Reims pour rejoindre sa compagne, Stephen Boterel est en passe d’y concrétiser un projet d’ampleur. « Gilles Carpentier a déjà deux magasins et ça marche plutôt bien ». Un grand bâtiment a donc été acheté sur ce qui pourrait

devenir une nouvelle zone commerciale à Cormontreuil.

DE L’AMATEUR AU COMPÉTITEUR Les porteurs du projet invitent avant tout à pousser coûte que coûte la porte de leur commerce dès qu’il sera ouvert. « L’idée sera de proposer des vélos pour tous les publics », disent-ils. Depuis le VTT à 500 e, tels ceux que l’on trouve dans les grandes chaînes spécialisées, jusqu’au matériel professionnel valant plusieurs milliers d’€. « C’est une offre complète qui manque actuellement dans le paysage ». Equipement pour adulte et enfant, vélos électriques tout terrain ou urbains, enduro… La gamme promet d’être large et deux salariés ont été recrutés en vue de l’ouverture du magasin. « Les mécaniciens vélo deviennent aujourd’hui de véri-

tables techniciens, qui doivent connaître les produits et se former avec les marques pour pouvoir travailler ».

POURQUOI ÇA MARCHE ? À quoi est dû le boum du vélo en 2020 ? La réponse coule de source. « Les gens se sont sentis enfermés, le vélo leur a permis de sortir pendant le premier confinement », analyse encore Stephen Boterel. « Le vélo électrique a également permis aux personnes âgées d’aborder l’aspect santé. Il existe désormais des produits plus légers qui permettent de maintenir une activité physique ». Le professionnel remarque également que les « automobilistes sont de plus en plus patients sur les routes. Ils se montrent plus compréhensif ». Et c’est un signe qui ne trompe pas, en faveur d’une transition assurée. Pauline Godart


16

INNOVATION

Initiatives en région ILS ENTREPRENNENT QUAND MÊME ! La crise sanitaire n’a pas empêché les femmes et les hommes de l’Aisne, la Marne ou les Ardennes d’innover, d’investir ou de transmettre.

Guillaume Blanc (Monstock) Avec la crise sanitaire, la logistique devient “un élément clé” estime Guillaume Blanc.

il lève 1,6 million en plein confinement Alors que beaucoup, en plein confinement, devaient gérer leur baisse d’activité et l’incertitude de leur marché, la start-up rémoise Monstock a réalisé une levée de fonds de 1,6 million d’e auprès du fonds d’investissement Side Capital, avec le soutien de Bpifrance et de partenaires privés. Installée à Bezannes, cette société d’une vingtaine de collaborateurs a créé une application web et mobile qui permet de digitaliser la gestion des stocks des entreprises. Cette opération avait été initiée avant la crise qui n’a pas empêché les investisseurs de croire en Monstock, bien au contraire. « La logistique, qui avait tendance à être considérée comme le parent pauvre dans les entreprises, est remise en avant. Avec la crise, elle devient même un élément clé. Nos services aident par exemple les entreprises à développer le click and collect ou la livraison », expliquait alors Guillaume Blanc, PDG et fondateur.

La relocalisation, c’est possible Alors que l’industrie textile française se mettait, au printemps dernier, à la production de masques de protection sanitaire en tissu, préparant un surstock déploré un peu plus tard, Creapharm Group lançait en quelques semaines une ligne de production de masques jetables à Reims. Ce sous-traitant de l’industrie pharmaceutique, spécialisé dans la gestion d’essais cliniques, le conditionnement de médicaments et la cosmétique, a saisi une opportunité au début de la crise sanitaire. « Un jour un fournisseur m’a appelé pour me proposer une machine en Chine. J’avais quelques minutes pour me décider. J’ai dit oui », confie Éric Placet, PDG de ce groupe de 220 salariés. Après quelques péripéties de transports et de dédouanement, Creapharm recevait fin mai de grandes caisses en bois avec sa précieuse machine. « On n’est pas plus cher que les masques importés. On a, en plus, la réactivité, la certification et le sérieux d’un laboratoire pharmaceutique », indique Éric Placet qui programme déjà la montée en gamme de ses masques.

Agathe Lefeuvre Agathe vous gâte avec ses surblouses Le début de la crise sanitaire a été marqué par une pénurie de surblouses jetables dans les hôpitaux. Pour y pallier, Agathe Lefeuvre fondatrice d’« Agathe Vous Gâte », un atelier de confection de noeuds papillons et de cravates, qui emploie 8 personnes à Reims, a eu une idée lumineuse. Cette ingénieure a conçu avec sa cheffe couturière une surblouse à partir de sacs poubelles transparents distribués pour la collecte de déchets recyclables. Avec son procédé utilisant non pas la couture mais le thermocollage, il suffit de deux sacs, d’une paire de ciseaux, d’un fer à repasser et d’une feuille de papier sulfurisé pour réaliser en 5 minutes une surblouse. Aidées par un patron dessiné bénévolement par Agathe, des petites mains de toute la France sont venues dépanner les hôpitaux pénalisés par la pénurie.

Agathe Lefeuvre a fait mouche pendant le premier confinement avec son concept de surblouse hospitalière.


Marne et Ardennes unies pour investir

17

Le Reims Business Angel est devenu le Marne Ardennes Business Angel (Bama) Il rayonne désormais sur les deux départements voisins et cousins. Les temps incertains pour l’économie ne brident pas l’envie d’investir dans de jeunes entreprises innovantes. « L’activité reste très soutenue. De nouveaux adhérents viennent à nous. Ce sont des gens qui ont envie de participer à une aventure », explique Jean-François Dorkel, secrétaire général de l’association. « Ce sont aussi des gens qui jouent la carte de l’économie locale, qui préfèrent renouer avec leurs racines plutôt que de mettre leur argent en bourse », ajoute Maxime Valette, président de Bama.

Éric Wallaert, Vincent Chaudré, Jean-François Dorkel et Maxime Valette font partie des forces vives de “Bama”.

Encore une génération de Choquenet Entreprendre, ce n’est pas que trouver un tout nouveau concept d’avant-garde, lever des fonds et recruter de jeunes gens dans un open space à la déco immaculée. C’est aussi tenir dans la durée. Ce n’est pas Gérard Choquenet qui dira le contraire. A 67 ans, il a passé à sa fille Laurie, 31 ans, le flambeau de l’entreprise familiale Choquenet, fondée en 1925 à Chauny et spécialisé dans la fabrication de filtres-presse pour l’industrie. C’est la 4e génération aux rênes d’une entreprise qui compte bien un jour voir la 5e.

Gérard a passé à sa fille Laurie, 31 ans, le flambeau de l’entreprise familiale.

Au coeur des Ardennes depuis plus de 40 ans

L’OUTIL INDUSTRIEL FRANÇAIS FORT DE L’EXPERTISE JAPONAISE

Véritable leader mondial dans le secteur de la machine-outil, et présent Un outil de production moderne et «high tech» depuis plus de 40 ans en Europe, et à Charleville-Mézières, le Groupe Récemment le Groupe AMADA a optimiser le développement techniques AMADA conjugue tradition, expertise japonaise et le meilleur du sason engagement avec la France. L’usine AMADA de Charleville-Mézières voir-faire français. est le parfait exemple de l’outil de production moderne et «high tech» alUn ancrage territorial historique liant la productivité et l’ergonomie imposées par les standards japonais Dans ses huit sites de production européens, dont trois en France, AMADA et favorisant l’épanouissement du savoir faire francais. fait preuve d’un engagement économique durable aux côtés des entrepreneurs pour favoriser les gains de productivité et développer l’activité et L’usine AMADA de Charleville-Mézières c’est: l’emploi sur nos territoires. Capacité Employés Surface de production

135

des ateliers

totale

50 par mois 22 800 m2 101 000 m2 Machines de découpe laser Poinçonneuses (30 & 20 T) Cellules de pliage automatisées

Usine et bureaux: 24 rue Camille Didier - 08013 Charleville-Mézières Cedex - Téléphone: +33 (0) 3 24 56 80 90 Siège social: Paris-Nord 2 - 96 avenue de la Pyramide - 93290 Tremblay-en-France -Téléphone: + 33 (0) 1 49 90 30 00 www.amada.com


18

CONJONCTURE

Agriculture

LES TOPS ET LES FLOPS Si la sécheresse est d’origine 100 % naturelle, les décisions politiques ne fonctionnent pas tout à fait pareil. En 2020, l’une comme l’autre ont dessiné une année paysanne compliquée, traversée de surcroit par une crise sanitaire sans précédent. De quoi prouver que, souvent, un échec est contrebalancé par un succès et c’est Jean-Yves Bricout, président de l’Union des syndicats agricoles de l’Aisne, qui en parle.

1.

BETTERAVES ATTAQUÉES, BETTERAVES TRANSFORMÉES Le premier ‘‘flop’’, ce sont évidemment les attaques de pucerons subies par les betteraves cet été dans des conditions de sécheresse extrême. « Ce sont des décisions politiques antérieures, à savoir la suppression des néonicotinoïdes dans l’enrobage des semences, qui ont conduit à des résultats catastrophiques. Dans mon département, on a des rendements de 25 tonnes/ha au lieu de 85 habituellement. Ce sont des chiffres jamais vus depuis 20 ans ». Alors même que les doses incriminées sont qualifiées ‘‘d’homéopathiques’’ (elles seront d’ailleurs de retour sur les semences en 2021), « on a dû revenir en arrière en ressortant les pulvérisateurs à insecticide. C’est tout un combat écologique qui s’attèle à torpiller une filière ». Heureusement, la betterave est un ‘‘top’’, aussi, pour sa partie ‘‘alcool ‘‘ plus que pour sa partie sucre. « Si la culture de la betterave n’avait pas été aussi importante en France, les coopératives n’auraient pas pu offrir les milliers de litres de solution hydroalcoolique aux hôpitaux, comme cela a été le cas. Le gouvernement veut relocaliser, certes, mais battons-nous déjà pour ne pas perdre ce que l’on a ».

2.

LES FOURRAGES SE FONT RARES EN ÉLEVAGE Les importants problèmes de sécheresse cet été ont eu des conséquences sur la production de fourrage (paille, foin...) censés nourrir le bétail. « Les stocks d’hiver ont déjà été grandement entamés. Nombre d’exploitations sont aujourd’hui en grande difficulté financière, malgré les appels à la solidarité ». L’idée est donc de tavaillers au stockage des fourrages en amont, pour assurer la sécurité à un coût maîtrisé. « Car lorsque l’on doit l’acheter en urgence, évidemment, c’est plus cher ».

3.

TOP SUR TOP Enfin, les deux dernières mentions faites par Jean-Yves Bricout constituent de belles touches d’espoir. « Lors de cette crise du Covid, le chef de l’État a évoqué le rôle stratégique de l’agriculture. Les citoyens ont tendance à oublier son rôle pour la stabilité globale. Or, rappelons que la France n’a manqué de rien au printemps dernier, grâce à une agriculture forte. Le point positif de tout cela, c’est qu’on remet l’agriculture en place centrale, en faveur de la sécurité alimentaire et de la continuité des filières ». Justement, c’est par un savant jeu d’équilibre et de complémentarité des productions que les paysans parviendront à s’en sortir. « Il faut accroitre la production de produits locaux et leur vente en circuit court. Bien sûr, on sait que le naturel revient vite dès lors que les choses s’arrangent, mais au moins le socle solide est-il constitué ». Pauline Godart

I


GRANDSOISSONS AGGLOMERATION PARC GOURAUD

LES DECIDEURS Programme immobilier tertiaire neuf

VOTRE INVESTISSEMENT VOS LOCAUX SUR LE PARC GOURAUD SOISSONS BÂTIMENT DE

LOCAUX DE À DISPONIBLES

FIBRE

Lots disponibles

PARKING

EXONÉRATIONS FISCALES GRANDSOISSONS ECONOMIE ACCOMPAGNE VOTRE PROJET D’INVESTISSEMENT

DEMANDE LOCATIVE IDENTIFIÉE Contactez-nous au

03 23 73 75 60

economie@agglo-soissonnais.com

www.economie.grandsoissons.com


20

CONJONCTURE

ZOOM sur une culture

DE L’ORGE QUI NE VAUT PAS DE L’OR Un printemps 2020 beaucoup trop humide aura eu raison des orges dès le moment de leur semis, tandis que la crise sanitaire n’aura pas favorisé le débit de bière dans le monde.

L

L’arrêt des matches de foot, des festival, la fermeture des bars, auront impacté massivement la production de malt.

«

a moindre consommation a un impact sur ce secteur, et elle dépend des pays. En Irlande, où l’on boit majoritairement dans les bars, c’est compliqué. En France, à domicile, c’est plus aisé ». Jean-Paul Dubois, directeur de la coopérative agricole de Juniville (CAJ), n’hésite pas longtemps quand il faut

parler d’un sujet complexe en 2020. « Alors qu’il y avait cette année de gros assolements en orge sur les exploitations, la demande s’est effondrée. En raison du confinement, au printemps, les malteurs ont préféré reporter les expéditions, générant chez nous d’importants stocks dans les silos ». Sans matches de foot ni festival, et avec les confinements qui se suivent du côté des cafetiers, l’embellie n’est pas au programme côté consommation. Or, la nature est bien faite. Car ce que les malteurs n’ont pas consommé cet été, ils finiront quand même pas l’utiliser, excluant une récolte 2020 de toute façon calamiteuse. « Ils vont surfer sur la 2019 encore quelques mois puis iront s’ap-

provisionner ailleurs ». Car l’orge 2020 de nos contrées est bien trop protéinée pour intéresser la brasserie. « Jusqu’à 12,5 % de protéines, on peut encore opérer des mélanges pour lisser les lots. On discute donc avec les malteurs qui font divers essais ». Au dessus de 13 % de protéine, l’orge sera commercialisée en alimentation du bétail, mais moins cher qu’en malterie. « On est donc obligé d’appliquer une décote aux agriculteurs. Mais cette pénalité reste moins importante que l’écart de prix réel entre le fourrage et la brasserie ». Dans un contexte d’incertitude globale, le marché de l’orge pourrait ainsi bénéficier d’une remise à zéro totale au mitan de l’année 2021.


21

CONJONCTURE

3 questions à : Maximin Charpentier

président de la Chambre régionale d’agriculture du Grand Est

3. Quels sont les enjeux pour 2021 ?

1. L’annulation du salon de l’agriculture en 2021 est une mauvais nouvelle. Pourquoi ?

Premièrement, le salon est un temps essentiel pour mettre en avant les produits élaborés sur les fermes. Le concours général agricole permet de distinguer les agriculteurs et leur fournit un outil marketing pertinent. Pour certains, c’est 10 ou 15 % de chiffre d’affaires supplémentaire quand un produit est récompensé. Il est toujours question de maintenir ce concours, mais dans des modalités forcément différentes.

2. Et le salon est aussi

un important moment de sensibilisation

En effet, on perd avec cette annulation nos moyens de communication alors même que le monde agricole est de moins en moins compris. Le salon est aussi un temps de rencontres avec les élus, de conférences, de débat et de confrontation des points de vue pour faire avancer l’intelligence collective. Ce sont autant de moments qui n’auront pas lieu entre le politique et nous. Il faudra trouver d’autres façons d’échanger.

EM BA LLAGE S

Le premier concerne évidemment l’adaptation au climat, avec plusieurs années de suite qui ont ressemblé à 1976. Il faut sortir des postures et des essais dogmatiques. La vraie question, c’est : qu’est-ce qu’on mettra demain dans nos semoirs ? Il faut étudier de nouvelles cultures. Un autre sujet concerne les questions environnementales. La neutralité carbone doit être atteinte en 2050, la méthanisation est donc au cœur du débat, avec des filières qui constituent de beaux outils d’agroécologie. Enfin, il faut continuer de surveiller les marchés et viser la reterritorialisation de l’économie sans pour autant négliger l’export, grâce notamment aux circuits courts. Propos recueillis par Pauline Godart

INDUS T RIE L S

LE PARTENA I R E D ES G R A N D S EMBALLAGES BOIS • CARTON • PLASTIQUE • DIVERS • STOCKAGE ET LOGISTIQUE

Zone Industrielle Ouest - Route de Philippeville - 08600 GIVET (France) Tél. +33 (0)3 24 40 42 85 - Fax : +33 (0)3 24 40 42 88 - isopac@wanadoo.fr - www.isopac.com


22

ENTREPRISES

S’adapter à la demande

CLIC-IT RÉINVENTE L’ARMOIRE La crise a bouleversé les marchés et les demandes habituelles. Des entreprises se sont creusé les méninges pour y répondre.

É

couter ses clients est un principe fondamental dans le commerce et l’industrie. Et Thierry Dehondt a l’ouïe fine. Le patron fondateur de Clic-It, entreprise de 15 salariés à Reims, a bien entendu que ses clients n’avaient pas la tête à lui acheter ses longes de sécurité anti-décrochage utilisées dans 50 pays. « À partir du mois de mai, nos clients ne nous ont plus appelés pour nous commander des équipements mais pour nous demander

“À partir du mois de mai, nos clients ne nous ont plus appelés pour nous commander des équipements” comment on pouvait les désinfecter. Hélas, nous n’avions pas de réponse satisfaisante à leur apporter » , témoigne le chef d’entreprise et ingénieur. En effet, le passage de simples lingettes désinfectantes est fastidieux et peu efficace. Et plonger les équipements dans une solution hydroalcoolique peut s’avérer néfaste pour leurs mécanismes. Plutôt que de se lamenter devant un carnet de commandes famélique, Thierry Dehondt s’est creusé les méninges pour concevoir en trois mois une armoire de désinfection utilisant l’ozone. Ce désinfectant puissant et volatil sert à assainir par exemple les avions. Totalement étanche, doté d’une porte à verrouillage automatique et d’un temporisateur, ce

Thierry Dehondt a conçu une armoire utilisant l’ozone pour désinfecter les longes.

gros meuble métallique à roulettes peut ainsi désinfecter divers équipements en 45 minutes. De premiers exemplaires ont déjà été utilisés dans des parcs de Paris, Lille et Lyon, clients de Clic-It. Mais les potentiels commerciaux sont variés, l’armoire pouvant être utile pour les clients industriels de Clic-It, des clubs sportifs ou même des crèches qui ont besoin de désinfecter les jouets des enfants. « Nous allons recruter un business developper pour regarder les potentiels et identifier des clients à proximité qui pourraient nous faire des retours sur l’utilisation de l’armoire », explique Thierry Dehondt. Julien Bouillé

Crédit photo : Remi Wafflart


23

ENTREPRISES

La Soredis innove

CONSIGNE POUR TOUS Leader de la distribution de boissons dans le Nord-Est, la société rémoise Soredis a vu son chiffre d’affaires s’écrouler au début du premier confinement. L’équipe de direction a mis à profit le grand calme de l’activité, pour faire des “brainstormings”. Résultat, elle a lancé un accompagnement inédit pour ses clients, cafés, hôtels et restaurants, avec une série de newsletters prodiguant des conseils pratiques et concrets sur la façon de négocier la période critique de la crise sanitaire. Ensuite, l’entreprise rémoise fondée à Reims en 1925, a décidé de faire évoluer son modèle en mettant à la disposition des particuliers le service qu’elle offre depuis toujours aux professionnels : la vente de caisses de bouteilles en verre

réutilisables. « Certains acteurs de la grande distribution s’y mettent mais ce n’est pas dans leur ADN. Il y avait un trou dans la raquette. Et pour nous, c’est une vraie différenciation », explique Alexis Petit-Gats, directeur général. Le système de consigne, qui évite une destruction dispensable d’emballages à usage unique, est en plus dans l’air du temps. Pour servir les particuliers, le distributeur a adopté le système du drive avec une prise de commande sur internet et un retrait possible dans trois entrepôts Soredis à Reims, Troyes et Valencienne, où sont retournées également les bouteilles vides. « Le drive est pour la Soredis un relais de croissance mais aussi une diversification », résume le directeur général.

Grâce au drive et à la consigne, Alexis Petit-Gats, directeur général, a amené la Soredis sur le marché des particuliers.

Viquel profite d’une opportunité

DES CHEMISES AUX VISIÈRES Avec le travail à domicile qui est monté en puissance depuis le premier confinement, Viquel, spécialiste historique des fournitures scolaires et de bureau (3 sites dans l’Aisne) a constaté une accélération du changement de comportement de ses clients qui engendre une baisse de vente de boîtes de classement, de classeurs ou de chemises à élastique. « Les entreprises étaient déjà portées sur le zéro papier depuis quelques années mais le télétravail accélère le mouvement, témoigne Vanessa Viquel-Delangre, directrice générale. Les salariés travaillent de plus en plus chez eux où ils n’ont pas forcément d’imprimante. Ils utilisent donc de moins en moins de documents papier». En réponse, l’entreprise, qui a inventé dans les années soixante le protège-cahier en PVC, a décidé d’accélérer sa diversification. Spécialiste du travail du plastique,

elle a d’abord produit plus de 50 000 visières de protection sanitaire, d’abord pour son personnel et les hôpitaux, puis pour sa clientèle habituelle. « Certifiées AFNOR, elles peuvent être potentiellement utilisées pour d’autres fonctions que contre le Covid », précise la directrice générale. Alors que beaucoup d’industriels ont commencé à confectionner des masques, l’entreprise a imaginé des étuis pour ces protections, que peu d’entreprises avaient pensé à fabriquer. Ce besoin a été identifié non pas par le service marketing ou le bureau d’étude mais par… la responsable RH. Le projet a été mis sur pieds, de façon collaborative en quelques semaines, via un groupe WhatsApp. Ce procédé agile et innovant a impliqué aussi les équipes de production, rarement sollicitées en amont des projets. Comme quoi ré-

Le spécialiste de la chemise plastifiée a adapté ses lignes pour produire des visières.

pondre vite et bien aux nouveaux besoins de ses clients passe aussi par de nouvelles méthodes de travail.



25

ENTREPRISES

Axon’câble prépare la reprise

GARDER LE CONTACT AVEC SON CLIENT

Joseph Puzo sait qu’à moyen terme, la reprise pourra être très rapide et qu’il faut être prêt avant tout le monde.

“Le raisonnement était que quand on sortirait de crise, les clients ne demanderaient plus les mêmes produits” Pour le PDG d’Axon’Cable, Joseph Puzo, la gestion d’une entreprise ce n’est que du bon sens. Ainsi, pour affronter la crise de 2020, il a utilisé les mesures qui avaient montré leur efficacité lors de la crise financière de 2009. « On avait alors 40 à 60 personnes de trop toutes les semaines, en production à Montmirail. On les a changées d’atelier, tous les mois, par groupe de dix, pour en faire des opérateurs polyvalents. Le raisonnement était que quand on sortirait de crise, les clients ne demanderaient plus les mêmes produits, se remémore le chef d’entreprise. Ensuite, mes concurrents américains sont toujours très brutaux. Ils ont licencié, ce

qu’on n’a pas fait. Ils ont aussi interdit aux vendeurs de se déplacer chez leurs clients en leur disant qu’ils pouvaient leur téléphoner plutôt que de prendre l’avion. J’ai pris le pied contraire. On est allé chez nos clients le plus souvent possible. Au lieu que le vendeur y aille seul, il y est allé avec l’ingénieur du bureau d’étude. Les concurrents ont arrêté d’aller dans les salons. Nous avons doublé notre participation. Du coup nous étions le seul fabricant de câble sur les salons ». Si la tactique a porté ses fruits, les crises de 2020 et 2009 ne sont pas tout à fait duplicables. « Il y a des différences. Les salons n’existent pas en ce moment, on ne peut pas les doubler. Le

vendeur ne peut pas visiter les clients ou très difficilement. Pour compenser on essaie de produire des webinars techniques spécifiques pour nos clients. On essaie de trouver des prétextes pour rester en contact avec eux. On fait des essais de nouveaux produits conçus à la demande de nos clients sachant que la probabilité que cela se transforme en commande à court terme est très faible ». Joseph Puzo sait qu’à moyen terme, la reprise pourra être très rapide et qu’il faut être prêt avant tout le monde. En pleine crise sanitaire, Axon’Cable a ainsi accéléré la construction d’une nouvelle usine à Montmirail. Inaugurée le 8 octobre dernier Axoplus est spécialisée dans les câbles de grandes longueurs, un produit aux avant-postes de ce que voudront les clients demain, devine le patron fan de Napoléon.


26

TÉMOIGNAGES

Confinement

COMMENT LES ENTREPRISES ONT TENU Les deniers publics ont permis aux entreprises de sauver les meubles pendant le confinement printanier. Certaines ont même amélioré leurs performances !

JEAN-FRANÇOIS RONDELLI KIT-BAG (REIMS) : « Deux de nos cinq salariés ont été arrêtés pendant les deux mois du confinement pour amortir la baisse d’activité de 30 à 40 %. Les trois autres ont continué de travailler au ralenti pendant presque trois mois, d’abord deux jours puis trois jours par semaine. Début mai, c’est reparti très fort. Nous avons cru au feu de paille, mais la reprise s’est confirmée. Tant que les transports roulent, ça nous convient. Le dispositif de chômage partiel et de maintien de l’emploi a joué effica-

cement. Notre chance, c’est de livrer plusieurs secteurs d’activité. Quand un marché faiblit, l’autre prend le relais. La seule contrainte, c’est que nous avons dû retarder notre déménagement dans nos nouveaux locaux rémois d’avril à septembre ».

VIRGINIE RODRIGUEZ : FIXATIONS TECHNIQUES DE VIREUX (ARDENNES) « Juste avant le confinement, nous étions en plein développement commercial. Ça nous a permis de rattraper nos retards de production et de continuer à travailler.

Virginie Rodriguez

Mais nous n’avons pas échappé à deux mois d’inactivité totale. Cela se traduira par une baisse de 20 % de notre chiffre annuel. Ensuite, j’ai mis à leur demande

SOLUTIONS SOLS & MURS POUR TRAFIC INTENSE

Créateur d’inspiration

2000703412

Collections de revêtements vinyles Tarkett, 100% sans phtalate et 100% coordonnables pour des projets complets : Platinium, la solution sol d’une durabilité inégalée ; Excellence, la solution sol design et créative ; Acczent Unik, la solution sol pour la rénovation en milieu occupé ; ProtectWall, la solution murale résistante aux taches et aux chocs ; Tapiflex Escalier, la solution escalier haute sécurité. Élaborées autour du cercle chromatique et des bienfaits de la lumière, ces nouvelles collections sont composées de décors originaux et de couleurs chaleureuses et énergisantes : jouez avec les effets de matière et de mix and match pour créer des ambiances propices au bien-être.


Laissez-vous charmer

SEDAN

par Ville d’Art et d’Histoire

4 salariés en chômage partiel et constitué deux équipes de 4 et 5 personnes pour assurer la production. En juin enfin, j’ai sollicité un PGE de 200.000 e qui nous a permis de passer la vague et de combler le trou de trésorerie. L’avantage d’être une TPE, c’est que l’information passe vite. Le personnel avait besoin d’être rassuré. Sans Covid-19, nous serions en plein boom. Avec lui, nous sommes revenus sur des bases normales. Le problème, c’est l’absence de visibilité. Nous sommes au milieu du gué ».

2000675305

• Son patrimoine architectural • Son cœur de ville rénové • Ses animations culturelles et sportives

HERVÉ COUTELAS : GROUPE NEW CAP (MARNE-ARDENNES) Groupe

LEFÈVRE Matériels NOUVEAU MANUT 51 passe au vert avec sa nouvelle gamme complète CESAB Hervé Coutelas

MATERIELS NEUFS & OCCASION MAGASINAGES LOCATION COURTE & LONGUE DURÉE

03 26 22 77 42 - www.manut51.fr Parc d’Activités La Petite Gironde 51510 SAINT GIBRIEN

2000691523

« Pendant plus de deux mois, le marché de la menuiserie aluminium et PVC avait chuté de 15 à 25 %. La période nous a obligé à mettre commercialement les bouchées doubles pour trouver de la rentabilité. C’est un mal pour un bien. En 2020, le chiffre du groupe passera de 47 à 36 Me. Je trouverai des marges de manœuvre en travaillant sur les synergies entre les six entreprises du groupe en harmonisant les stocks et les fournisseurs, en mutualisant l’activité commerciale. Grâce à ce grand nettoyage, je compte dégager 50 Me en 2021. Pendant le confinement, le chômage partiel nous a aidé mais à la


28

TÉMOIGNAGES

été un moment intéressant pour la cohésion des équipes. L’entreprise a bénéficié d’un PGE de 1 Me, plus 200 000 e prêtés par la BPI. Je souligne au passage l’exceptionnelle efficacité de nos banques. Dès le lundi, l’une d’elles nous appelait pour savoir de quoi nous avions besoin et nous proposer un échéancier sur les prêts en cours. C’est quand même de l’argent que nous devrons rembourser. Sur l’année, nous devrions perdre entre 35 et 40 % de chiffre. Si l’urgence sanitaire impose la fermeture en novembre et décembre, c’est 50 % de notre marge qui s’en ressentira. Ce serait simplement intenable ».

ROBERT MAGET : SOREPACK (SAINTE-MENEHOULD)

marge. Moins en tout cas que le PGE de 5 Me. Dans ce genre de période, il n’y a rien de pire que de s’endormir ».

AUBIN JEANTEUR : MAGASINS JEANTEUR (ARDENNES)

NICOLAS DUBOIS : CARPET SYSTEM (DOUZY-08) « Notre situation est paradoxale. Pendant le confinement, nous avons subi une baisse brutale d’activité mais nous sommes tout de même restés ouverts à la demande de nos clients étrangers. Depuis mars, nous nous sommes donc employés à fabriquer du stock, avec un chômage partiel à 60 % intégralement compensé par l’entreprise (l’entreprise compte de 6 à 10 salariés). Sur l’année, notre activité a baissé de 40 % mais notre chiffre n’a reculé que de 20. Carpet System a aussi bénéficié d’un prêt garanti par l’Etat de l’ordre de 200 000 e (30 % du CA) que nous avions prévus d’utiliser pour compenser les impayés de mai et juin. Mais comme il y a eu très peu, le PGE n’a pas été entamé. Pour le moment, il n’y a pas de crainte sur la pérennité de l’entreprise ».

Aubin Jeanteur

« Nos magasins (2 à Charleville, 1 à Châlons) ont fermé dès le premier jour, à la mi-mars. Ça a été brutal. Nous avons dû gérer dans l’urgence. J’ai prévenu tous les salariés (une soixantaine au total) et le chômage partiel a commencé dès le lundi pour tout le monde, sauf le personnel administratif mis en télé-travail. Sur la base du volontariat, ceux qui souhaité prendre des RTT ou des CP ont pu le faire pour éviter d’accumuler des congés. Il fallait penser à la reprise. Ça a

Robert Maget

« Paradoxalement, la période a été faste en raison du lancement, avant le confinement, de nouvelles barquettes biodégradables et compostables. Les cuisines centrales des écoles et des hôpitaux et l’industrie agro-alimentaire (Charal, Typiak, Findus…), qui forment le gros de notre clientèle, se sont rués sur ces nouveaux produits et les exportations (Angleterre, Allemagne) n’ont pas cessé. Fin avril, le chiffre d’affaires avait bondi de 23 % par rapport à avril 2019 ! La fermeture des écoles a freiné cet élan mais l’entreprise et ses vingt salariés sont repartis de plus belle en septembre. Nous bouclerons l’année avec une hausse du CA de l’ordre de 5 à 6 %. Même si la fin de l’année est difficile, je n’ai pas de craintes pour l’avenir. De toutes façons, 2021 ne pourra pas être pire que 2020 »

Gilles Grandpierre


29

TÉMOIGNAGES

3 questions à : Bruno Leray

“En 2020, nous avons perdu 10 à 14 % de notre CA”

Groupe Courlancy (Reims)

1. Comment

aviez-vous abordé l’annonce du confinement ? Pour rassurer le personnel administratif, la première réaction rapide a été de paramétrer 45 ordinateurs portables et d’envoyer 80 personnes travailler chez elles. Le télétravail a nécessité la mise en place d’une nouvelle organisation et l’adoption d’une charte spécifique. Cela nous a permis de digitaliser nos processus afin de nous adapter au fonctionnement de chaque service. Le télétravail, certes, améliore la qualité de vie et implique un mode managérial fondé sur la confiance, mais selon moi, 2 jours par semaine, c’est un maximum.

3. Quels enseignements 2. Médicalement, quelles ont été les premières décisions ?

Sur demande de l’Etat, nous avons dès le 18 mars déprogrammé près de 10 000 interventions non urgentes, de sorte que 30 à 40 % du personnel médical se retrouvait sans travail. Le paradoxe est que nous n’en avions plus assez pour gérer la Covid-19 quand la pandémie est arrivée. Le personnel a donc accepté plus de flexibilité horaire sur la base du volontariat faute d’avoir eu le temps d’engager une négociation sociale. Nous avons dû aussi gérer un absentéisme de 20 à 25 % en raison des arrêts maladie, des demandes de disponibilité parentale, etc.

tirez-vous de cette période ?

D’abord, notre capacité à être beaucoup plus flexible et agile qu’un CHU. En 48 ou 78 heures, nous sommes capables de tout changer pour le bien collectif. Comme nous devrons vivre avec la Covid une partie de l’année prochaine, il nous faut réfléchir à notre organisation future, le tout sans garantie de l’Etat. En 2020, nous avons perdu 10 à 14 % de notre CA (140 Me). En 2021, la pire des situations serait que l’Etat ne garantisse pas nos pertes en cas de situation fort dégradée. Mais je n’ose l’imaginer.

3 rue François URANO - 08000 WARCQ Tél. : 03 24 56 29 39 - Fax : 03 24 59 13 99

2000702480

60ans...toujours la même passion. www.urano.fr


30

SOCIÉTÉ

Télétravail,

« UNE SOLUTION HYBRIDE À TROUVER » Sous le feu des projecteurs du fait de la pandémie, cette forme d’employabilité connaît un développement sans précédent en France, mais ne concerne qu’une petite partie des actifs. Une enseignante de Neoma-Reims et du Cnam livre son analyse.

L

S’éloigner du collectif de travail nuit à la bonne circulation de l’information dans l’entreprise.

es salariés confrontés au télétravail en sont satisfaits, dans leur grande majorité. « Les enquêtes montrent que près de 80 % d’entre eux ne souhaitaient pas retourner au bureau après le premier confinement du printemps. Les managers ont eu beaucoup de mal à les faire revenir ! », commente Nathalie Fontaine, chargée d’enseignement à la grande école de management Neoma Business

School (Reims), au sein du département ‘‘Hommes et organisations’’. Elle enseigne également au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam). Elle est par ailleurs psychologue du travail. Et si, à l’aune de la deuxième vague de la pandémie, le chef de l’État a de nouveau privilégié le recours maximal au télétravail, Nathalie Fontaine pose des questions autour de son organisation et de son importance qu’elle juge toute relative. « D’une part, très peu de métiers peuvent accéder au télétravail. D’autre part, avant le premier confinement, la France était à la traîne de l’Europe dans ce domaine, elle n’est pas douée pour le management à distance. Ensuite, le télétravail a été imposé de manière totalement improvisée. La maison est

devenue le bureau sans aucune préparation. Or, dans l’entreprise, l’employeur est tenu d’offrir des bonnes conditions de travail, il a une obligation de moyens et de résultats en matière de prévention des risques psychosociaux. J’ai eu connaissance de situations de travail à

A SAVOIR Selon l’Insee, en 2017 seulement 3 % des salariés déclaraient pratiquer le télétravail au moins une fois par semaine. Un statut qui ne concernait que 11,1 % des cadres,  3,2 % des professions intermédiaires, 1,4 % des employés et 0,2 % des ouvriers. De fin mars à fin avril 2020, 25 % des salariés étaient cette fois concernés. Une proportion qui a chuté au cours de l’été dernier à 10 % des salariés.


31

SOCIÉTÉ

Il faut trouver le moyen de satisfaire le salarié tout en le ramenant dans le collectif de travail. Nathalie Fontaine chargée d’enseignement à la grande école de management Neoma Business School (Reims)

domicile qui n’avaient rien de confortable, avec des gens contraints de faire leurs réunions en visioconférence assis dans leur salle de bains, parce que les autres pièces étaient occupées par leur famille ! ».

SALARIÉS PLUS PRODUCTIFS Pour Nathalie Fontaine, qui évoque un vide juridique, il manque une règle du jeu claire. « L’employeur doit, par exemple, s’assurer que le salarié à domicile n’est pas confronté à une surcharge de travail. On sait par ailleurs que le temps de travail d’un cadre a augmenté d’une bonne heure par jour ». L’enseignante assure que le télétravail rend plus productif, même si son environnement n’est pas des plus propices. Parce que les gens s’organisent à leur façon, qu’ils gagnent du temps sur leurs déplacements et que cela leur plaît. La contrepartie, c’est que la vie sociale de

l’entreprise en prend un coup avec des conséquences induites.

PRÉSERVATION DU COLLECTIF DE TRAVAIL Le principal point noir touche au collectif du travail, « qui est promoteur d’innovation, de recréation, de performance. Il génère ses propres valeurs et règles, il préserve aussi de risques psychosociaux, du burn out et de la fatigue au sein du groupe », analyse Nathalie Fontaine. S’éloigner du collectif de travail nuit à la bonne circulation de l’information dans l’entreprise. « Des personnes m’ont indiqué avoir le sentiment de travailler en aveugles depuis leur domicile, de perdre le bénéfice des échanges qu’elles avaient en présentiel, de se couper de sources d’informations y compris non-officielles, comme celles qu’elles recueillaient autour de la machine à café ou dans une discussion

entre deux portes ». Pour cette enseignante en management, il y a nécessité « à trouver une solution hybride en matière d’organisation du travail qui aille à la fois dans le sens des salariés et de la préservation du collectif du travail ». Nathalie Fontaine évoque encore le phénomène « d’incompréhension, voire d’injustice » que peut générer le télétravail, avec des gens qui, dans une même entreprise, sont contraints de rester en poste (comme l’agent de sécurité, l’ouvrier sur une chaîne de production…) et d’autres qui échappent aux transports en commun, aux levers plus matinaux. Mais au-delà de ces considérations, l’enseignante de Neoma recadre le débat : « Le vrai sujet, ce n’est pas le télétravail mais le chômage et les centaines de milliers d’emplois perdus. Il faut se poser la question : « c’est quoi, travailler demain ? ». Jean-Michel François

“L’impact du télétravail” Un bénéfice pour l’environnement Le télétravail se traduit de facto par un recours moindre aux transports individuels ainsi qu’en commun dans les zones urbaines. Mais sait-on qu’une seule minute de visioconférence génère un gramme de CO2 ? « Déterminer précisément l’impact du télétravail sur l’environnement relève d’une équation complexe », prévient Jérémie Almosni, chef du service Transports et Mobilités, au sein de l’Ademe (agence de la transition écologique). Cette dernière a réalisé deux études en 2020, une en juillet sur les modes vie à l’occasion de la crise sanitaire, la seconde en septembre sur les effets rebond induits par le télétravail. On sait par exemple qu’une voiture non utilisée pour se rendre au lieu de travail peut servir à d’autres membres de la famille, que des télétravailleurs se rééquipent en matériels informatiques pour être plus performants, que la consommation énergétique s’accroît dans les foyers, que des ménages se relocalisent vers des périphéries plus lointaines ce qui impacte les mobilités… Au total, seize effets rebond ont été recensés. Hors conséquences sur l’immobilier d’entreprise, « ces effets rebond peuvent réduire en moyenne 31 % des bénéfices environnementaux du télétravail. Ces derniers restent donc suffisamment significatifs pour justifier l’encouragement au développement du télétravail qui est plébiscité par les salariés en raison de ses avantages, comme la qualité de vie, les gains de temps et d’argent, etc. », analyse M. Almosni. De nouvelles études devraient permettre en 2021 de parvenir à une méthodologie plus fine pour des résultats plus précis. Jérémie Almosni : « Le terme télétravail est apparu pour la première fois en 1974 avec la crise pétrolière ».


32

CONSOMMATION

Des secteurs en mutation

LA REVANCHE DU LOCAL

L’envie croissante de « consommer local », largement confirmée lors du premier confinement, représente d’ores et déjà un réel levier de développement pour l’agriculture.

«

D

La Ferme de Crecy a lancé une gamme de sorbets qu’elle a choisi de commercialiser via des drives fermiers et un dépôt-vente.

u 17 mars au 11 mai, certains exploitants commercialisant en circuit court ont enregistré une hausse de leurs ventes pouvant dépasser les 50 %, ce qui leur a permis de compenser la disparition des commandes des restaurants ou des cantines scolaires », confirme Béatrice Moreau, présidente de la Chambre d’Agriculture de la Marne. « Cet engouement correspond à une tendance

de fond, identifiée depuis plusieurs années. Il faut noter la capacité d’adaptation des exploitants à ce surcroît de demandes. En un temps record, ils ont su modifier leurs méthodes de production, leurs modes de distribution, tout en se conformant aux nouvelles règles sanitaires d’accueil des clients ». Le déconfinement venu, beaucoup de consommateurs ont repris le travail, et sont revenus à leurs habitudes de consommation, notamment par manque de temps à consacrer à la cuisine. « Même s’il est difficile d’établir des statistiques précises, il faut relativiser cette désaffection. Selon nos estimations, 20 % des nouveaux clients recensés lors du premier confinement continuent à recourir aux circuits courts, ce qui est loin d’être négligeable, et

confirme l’existence d’un marché potentiel, si les exploitants réussissent à mettre en place de nouvelles méthodes de commercialisation. Le pragmatisme dont ils ont fait preuve au printemps ouvre en effet de nombreuses opportunités en matière de consolidation des revenus d’une exploitation, de diversification des activités et d’installation de nouveaux exploitants ».

CRÉER DES OPPORTUNITÉS Une analyse corroborée par de nombreux exemples concrets. A Brécy-Brières, dans les Ardennes, la Ferme de Crécy valorise de manière originale le lait de ses 60 vaches, grâce à la fabrication de crèmes glacées, dans un atelier intégré à l’exploitation. « Nous avons cherché un moyen de


33

20 % des nouveaux clients recensés lors du premier confinement continuent à recourir aux circuits courts. Béatrice Moreau Présidente Chambre d’agriculture Marne

2000708873VD

dynamiser l’activité de la ferme et d’apporter de la valeur ajoutée. L’idée de crèmes glacées est venue assez rapidement, mais la mise en place concrète du laboratoire a demandé plusieurs mois », racontent Anaïs et Romain Soudant. La gamme de sorbets, pots de glace et autres bâtonnets est commercialisée sous la marque « Au bon lait de Marguerite », via un dépôt-vente à la ferme, les drives fermiers de Charleville et Vouziers, dans plusieurs boutiques du terroir à Châlons et Cernay-lès-Reims, ou sur des marchés de producteurs. Depuis son lancement, cette nouvelle activité a permis la création d’un nouvel emploi sur l’exploitation. La vente en circuit court peut aussi renforcer un dossier d’installation. En 2018, Claire Viette et Geoffroy Roussel, respectivement salariée d’un hyper-

marché et ouvrier viticole, ont décidé de changer de vie et de reprendre une exploitation à Livry-Louvercy, dans la Marne. « Grâce à une étude de marché, pour laquelle nous avons été accompagnés par la Chambre d’agriculture, nous avons identifié la vente directe parmi les pistes prometteuses de distribution », détaille Claire Viette. « Nous vendons à

la ferme les fromages fabriqués avec le lait de nos chèvres, et le miel élaboré grâce à nos ruches. Nous participons aussi à plusieurs marchés. Nous avons récemment élargi notre gamme avec une première bière artisanale ».

Jacques Taquet

CHIFFRES • 10 % des exploitations du Grand Est commercialisent leur production en circuit court, contre 8 % des fermes de l’Aisne (source AGRESTE) • 34 % : de ces exploitations tirent ¾ de leur chiffre d’affaires de la vente directe, un chiffre qui peut atteindre 60 % pour les producteurs de miel et 40 % pour les maraîchers. • 1 intermédiaire maximum entre le producteur et le consommateur : c’est la définition officielle de la commercialisation en circuit court. En revanche, aucun texte ne détermine le périmètre géographique déterminant un « produit local », qui peut donc varier de 50 à 150 km du lieu de vente.



35

CONSOMMATION

Circuits courts

L’IMAGINATION AU POUVOIR L’essor des circuits courts alimentaires passe par de nouvelles méthodes de distribution, pour aller chercher les clients et conquérir des marchés émergents.

A

Dans le restaurant-épicerie locavore Les Petits Rémois, qu’Elise Faltot et son compagnon ont ouvert à Reims, on ne trouve que des produits venant de moins de 100 km.

u-delà des méthodes de commercialisation désormais habituelles (ventes directes à la ferme, marchés paysans ou classiques, contrats avec la grande distribution, cueillettes…), les agriculteurs ont lancé depuis quelques années des formules correspondant au rythme

de vie et aux habitudes des consommateurs. C’est le cas des drives fermiers, dont le succès a été amplifié par la crise du Covid, ou des magasins de producteurs, comme l’Aire à Grange, qui distribue depuis 2009 les œufs, la charcuterie, les viandes, les fruits et légumes d’une vingtaine d’exploitants et d’éleveurs à Le-Châtelet-sur-Retourne, dans les Ardennes. « Nous avons créé cette structure en 2009 », explique Blandine Dupuit, l’une des productrices associées gérant le magasin. « Certains agriculteurs vendent une partie de leur production au magasin, d’autres la totalité. Aujourd’hui, nous comptons 1 000 clients réguliers, attachés à la traçabilité et à la

qualité de ce qu’ils achètent, venant des communes proches, mais également de Charleville ou Reims ».

UNE OFFRE 24/24 Ils se multiplient depuis quelques mois à l’entrée des fermes ou dans les centrebourgs : les distributeurs automatiques conjuguent sécurité sanitaire, amplitude horaire maximale et achats de proximité. « Nous pratiquons la vente directe depuis 30 ans, et elle représente 50 % de notre chiffre d’affaires depuis plus de 10 ans », témoigne Catherine Songy, qui exploite avec son mari une ferme située à Matougues, à quelques


36

CONSOMMATION

Avec plus de 30 tonnes de viande commandées par an, la restauration scolaire figure dans le top 10 de nos clients. Kévin Tinant Président Viandes et Territoires

minutes de Châlons-en-Champagne. « Au fil des ans, nous nous sommes dotés des équipements nécessaires à la réalisation de produits transformés à partir des volailles et des bovins que nous élevons. En 2016, nous avons investi plus de 45 000 e, aujourd’hui rentabilisés, pour installer un distributeur automatique à l’entrée de l’exploitation, en complément de notre magasin. Les clients peuvent ainsi acheter un pâté en croûte, un poulet ou un plat préparé à toute heure du jour ou de la nuit. A chaque retrait, je reçois un sms et je peux réapprovisionner le distributeur en temps réel. Et je peux utiliser le temps que je passais au magasin pour réaliser mes préparations ».

URBAINS LOCAVORES Les hypercentres des grandes villes sont aussi concernés par cet essor des circuits courts. Les points de distribution poussent comme des champignons à Soissons, Châlons, Laon, Epernay ou Reims, à l’initiative de réseaux de producteurs, mais aussi de commerçants indépendants. Elise Faltot, a ainsi ouvert en juin avec son compagnon Les Petits Rémois, un restaurant-épicerie locavore situé à deux pas des rues piétonnes et de la gare de Reims : « nous nous four-

nissons exclusivement et directement auprès d’une quarantaine d’exploitants situés dans un rayon de 100 km autour de notre établissement. Nous les avons sélectionnés en nous rendant dans leur ferme, pour vérifier l’adéquation entre leurs méthodes et notre vision de la consommation responsable. Cela implique un surcoût, que nous ne répercutons pas sur nos prix, mais en diminuant nos marges, afin de rester concurrentiels face aux autres restaurants et primeurs de l’hypercentre ». Autre levier majeur de développement : les ventes sur internet. « En partenariat avec la CCI et la Chambre des métiers, Nous avons lancé au printemps une boutique en ligne baptisée j’achète en local », explique Béatrice Moreau. « On peut y commander en ligne près de 500 produits locaux, alimentaires ou non. Le web représente un formidable support pour élargir la clientèle des circuits courts, notamment en milieu urbain ».

UNE PISTE PROMETTEUSE Les filières agricoles réfléchissent également aux moyens de structurer leur offre pour se positionner sur des marchés émergents, par exemple la restauration collective, dont les cantines scolaires. Si la Loi Egalim, votée en 2018, n’inté-

grait pas les produits locaux dans les 50 % d’achats obligatoires à partir de 2022, au profit des produits sous signe de qualité ou bio, cette mesure figure parmi les propositions de la Convention citoyenne pour le climat retenues par le gouvernement. Certaines collectivités de la région font figure de pionnières, notamment les communautés de communes Vitry, Champagne et Der et le Pays Rethélois, qui a intégré en 2017 dans le cahier des charges de son prestataire, dont la cuisine centrale se situe à Saint-Germainmont, de travailler le plus possible en circuit court. Certains exploitants du territoire ont ainsi pu muscler significativement leur chiffre d’affaires. « Nous leur fournissons chaque année plus de 5 tonnes de céleri, de carottes, de choux rouges ou de tomates cultivées dans l’une de nos 2 serres », se félicite Christophe Dupuit, responsable de l’EARL de Breteuil. « Cela nous a permis de nous développer en créant un nouvel emploi ». Même satisfaction de la part de Kévin Tinant, président de la SAS Viandes et Territoires, gestionnaire de l’abattoir de Rethel : « cela représente plus de 30 tonnes de bœuf, veau, porc ou agneau chaque année, ce qui place la restauration scolaire dans le top 10 de nos clients ». Restent quelques difficultés pratiques à résoudre : « les cuisines centrales exigent des produits calibrés, par exemple des volailles de 1, 4 kg ou des pommes de terre d’un diamètre compatible avec leurs machines à éplucher », explique Catherine Songy. « Pour une petite exploitation comme la nôtre, c’est très difficile, voire impossible, de répondre à cette demande ». Un obstacle dont les pouvoirs publics semblent avoir pris conscience, puisque le Plan de relance prévoit 30 millions d’€ pour aider les petites communes à adapter leurs cuisines à la nouvelle réglementation. Autre adaptation indispensable : la création de légumeries, qui préparent, découpent et conditionnent les légumes issus des circuits courts, autant de tâches qui n’incombent plus aux personnels de cuisine des établissements scolaires ou des EHPAD. Plusieurs projets sont à l’étude ou ont été lancés avec succès, notamment à Sedan, à l’initiative du département.

Jacques Taquet


2000677597VD


StĂŠphanie est une ultra-consommatrice de presse d’actualitĂŠ. Depuis sa tablette, elle suit assidument ce qui se passe près de chez elle, Ă tout moment de la journĂŠe et quel que soit le lieu. L’actualitĂŠ reprĂŠsente pour elle un rĂŠel centre d’intĂŠrĂŞt autour duquel elle apprĂŠcie ĂŠchanger avec ses amis ou ses collègues. Pour vous aider Ă la sĂŠduire, chez Global Est MĂŠdias, nous mettons en place votre stratĂŠgie de Brand Content au cĹ“ur de nos mĂŠdias (podcast, vidĂŠo, storytelling‌), pour valoriser votre entreprise et fĂŠdĂŠrer toujours plus de clients autour de votre histoire, vos savoir-faire. Notre mission ? Accompagner annonceurs et agences pour toucher leur cĹ“ur de cible en crĂŠant des solutions GH FRPPXQLFDWLRQ FUÂŤDWLYHV LQQRYDQWHV HW HIĆ“FDFHV TXL DFFÂŤOÂŞUHQW OĹ?DFWLYLWÂŤ 2Q HVW WUÂŞV Ć“HUV GH ŠD &RPPHQŠRQV ¢ ÂŤFKDQJHU VXU JOREDOHVWPHGLDV IU

RĂŠalisation agence 927 — Š Gettyimages

STÉPHANIE EST D’ICI ET NOUS AUSSI

2000704964

Des marques du groupe Rossel


39

INTERVIEW

Agri-viti

COUP DE GRISOU DANS LES CHAMPS Retour sur une année très compliquée pour toutes les cultures, et qui a souligné l’urgence de réinventer les pratiques agricoles, avec deux spécialistes de CDER, 1re Association de Gestion et de Comptabilité de France.

Bertrand Trepo responsable du marché viticole au CDER, et Jean-Marie Lett, directeur du service conseil.

AGRICULTURE NOUVELLE DONNE

2000704964

Réalisation agence 927 — © Gettyimages

Comment résumeriez-vous cette année ? Jean-Marie Lett, directeur du service conseil : l’imprévisible est devenue la norme. Il y a d’abord eu les contraintes et les baisses de marché liées au Covid 19. Plus important encore, les exploitants ont été confrontés aux conséquences directes du changement climatique pour la troisième année consécutive, avec une période de fortes pluies en début d’année et de sécheresse au printemps et en été. A cela s’ajoute la disparition progressive des produits phytosanitaires qui mettent les

agriculteurs devant des impasses techniques : difficultés de contrôler les mauvaises herbes ou les insectes ravageurs comme les pucerons sur betteraves. Cette conjonction de difficultés a provoqué une baisse générale des rendements pour toutes les productions dans toutes les zones géographiques, ce qui est très rare. Autre phénomène singulier, des écarts sensibles d’une parcelle à l’autre, sur une même exploitation ou des fermes situées à proximité l’une de l’autre. Même l’élevage est concerné, pour la troisième fois en quatre ans, avec des pâtures très impactées par la sécheresse. Cela oblige les éleveurs à acheter à l’extérieur le fourrage nécessaire à leur cheptel, et donc à alourdir leurs charges d’exploitation de manière

parfois très significative. Seule exception notable à cette baisse des rendements, les blés produits en Champagne crayeuse.

Quelles conséquences directes sur le revenu des agriculteurs ?

C’est la cinquième année consécutive de revenu faible pour les exploitants. Les causes en sont multiples : baisse de 150 e/ha des aides PAC, prix et rendement betteraves en forte baisse, niveaux de rendements fortement perturbés par les sécheresses à répétition… Mais plutôt que de céder à la sinistrose ambiante, les agriculteurs doivent adopter une démarche proactive, en s’efforçant de réduire leurs charges, par exemple avec la


40

INTERVIEW

mise en commun de leur parc de matériel, ou en saisissant les nouvelles opportunités de changements de leurs modes de culture (passage au bio, conservation des sols, développement des circuits courts, biométhanisation…).

Il faut noter que les différents acteurs de la filière Champagne ont réussi une nouvelle fois à s’accorder pour répondre à une situation inédite. Bertrand Trépo

VITICULTURE L’ANNEE DES PARADOXES Que retenir de 2020 pour la filière viticole ? Bertrand Trepo, responsable du marché viticole : d’un côté, les vendanges ont été plus qu’à la hauteur, peut-être meilleures qu’en 2018 et 2019, des années déjà exceptionnelles en termes de qualité du raisin, de son acidité et de son état sanitaire. Mais le rendement de l’appellation a été fixé à 8000 kg/hectare cueilli contre 10 200 l’an dernier, ce qui impacte fortement les exploitants. D’où les tensions entre les Maisons de champagne, qui doivent gérer des stocks déjà trop importants en comparaison de la baisse de la demande, et les vignerons qui ont

parfois perdu 50 % de revenus cette année.

Comment concilier ces antagonismes ? En premier lieu, il faut noter que les différents acteurs de la filière Champagne ont réussi une nouvelle fois à s’accorder pour répondre à une situation inédite. Mais plutôt que de préconiser des solutions applicables à tous, ce qui serait illusoire, CDER renforce son choix du conseil et de l’accompagnement individualisés, car chaque cas est particulier. Pour les vendeurs de bouteilles, par exemple, certains doivent élargir leur cible, pour aller au-delà de leur clientèle plutôt vieillissante, d’autres

Les agricultures doivent réduire leurs charges pour compenser les baisses de revenus.

adapter leurs tarifs pour travailler avec les professionnels. Chacun doit trouver sa résilience et savoir utiliser les atouts fournis par l’AOC. Il faut aussi détecter les moyens de réduire les charges fixes, par exemple en adhérant à un groupement d’employeurs ou à une Cuma (Coopérative d’utilisation de matériel agricole). Il faut aussi être en mesure de s’adapter aux demandes émergentes, grâce aux certifications environnementales, HVE, VDC ou Bio. Enfin, la filière doit poursuivre ses investissements dans la recherche de nouvelles techniques de culture, comme les essais sur les vignes semi-larges.

Jacques Taquet


41

IMMOBILIER

Des secteurs transformés

LA RUÉE VERS L’AIR

Retour sur une année aux allures de montagnes russes, avec une alternance d’arrêts forcés de l’activité et d’un retour au dynamisme, notamment porté par une demande accrue de biens avec jardins ou espaces extérieurs.

Les Parisiens montrent un intérêt grandissant pour les villes de province proches de la capitale.

PROGRAMMES NEUFS, UN IMPACT MESURÉ La crise du Covid et les phases de confinement ne semblent pas avoir profondément modifié les fondamentaux du marché des résidences neuves dans la région : « le premier confinement s’est essentiellement traduit par un arrêt des chantiers pendant quelques semaines, mais nous avons essayé de résorber le plus possible le retard pris par rapport à nos délais de livraison », explique Christophe Durand, Président du

groupe FIC (Financière Immobilière de Champagne), l’un des plus importants promoteurs régionaux. « Nos équipes commerciales ne pouvaient pas rencontrer les clients. Ils pouvaient s’entretenir avec eux par téléphone ou par visio, et leur proposer des visites virtuelles des appartements, mais rien ne remplace un rendez-vous en présentiel ». Deuxième confinement, autre scénario, avec une poursuite possible des travaux et une signature des actes chez le notaire sur rendez-vous, mais toujours

pas de contact « physique » avec les clients : « ces contraintes complexifient notre travail, et nous ont amené à revoir notre manière de fonctionner. S’il est très difficile de mesurer précisément l’impact de cette crise dans le temps, nous devons aujourd’hui redonner confiance aux investisseurs et aux clients en recherche d’une résidence principale, et nous adapter à l’évolution de leurs attentes, comme la forte demande d’espaces extérieurs, loggias, balcons, terrasses et espaces verts autour d’une


42

IMMOBILIER

Nous notons un intérêt grandissant de particuliers franciliens qui cherchent une résidence principale plus vaste et à des prix plus raisonnables que dans la capitale, tout en bénéficiant d’un cadre de vie agréable, à ¾ d’heure de Paris. Christophe Durand

Christophe Durand, PDG de la Financière Immobilière de Champagne.

résidence. A noter d’ailleurs que si nous travaillons depuis plusieurs années avec des investisseurs parisiens, nous notons un intérêt grandissant de particuliers franciliens, qui cherchent une résidence principale plus vaste et à des prix plus raisonnables que dans la capitale, tout en bénéficiant d’un cadre de vie agréable, à ¾ d’heure de Paris. La transformation et l’extension du centre-ville côté Boulingrin Sernam nous permettent de proposer des programmes correspondant à cette demande : nos projets en cours (Les

Jardins de Léonard, Le Carré du Champ de Mars) sont situés à proximité étroite du quartier du Boulingrin, de la gare TGV, du nouveau centre aqualudique et des Promenades. Ces résidences bénéficient d’une vue incroyable sur le parc du Champagne MUMM au cœur de la coulée verte Rémoise ».

comprenant parfois plusieurs centaines de logements. Les résidences avec vue imprenable sur la cathédrale restent les plus convoités, mais à des prix qui peuvent atteindre les 6 000 E le m2. Autre facteur d’attractivité de la Cité des sacres : elle est la dernière dans la région à profiter du dispositif de défiscalisation Pinel, jusqu’à la fin 2021. « Il s’agit d’un critère majeur pour les investisseurs, et donc déterminant pour la bonne réalisation d’un programme. Démonstration à contrario : FIC a construit de nombreuses résidences sur la ville de Troyes ; mais les effets conjugués de la perte du Pinel et d’un marché de l’ancien dont le prix au m2 est très faible nous contraignent à ne plus pouvoir lancer de nouveaux programmes à Troyes ». Plus que jamais, Reims conforte ainsi son statut de locomotive du marché du neuf en Champagne-Ardenne et Aisne. D’autres projets sont toutefois en cours dans d’autres villes. Une dizaine de programmes ont par exemple été lancés à Soissons, d’autres à Charleville ou Châlons.

INCONTOURNABLE PINEL D’autres quartiers Clairmarais, Pont-deVesle, Luton sont également concernés par ce dynamisme, avec des projets

Jacques Taquet


COMMUNIQUER L’IMMOBILIER

Rossel Immo Conseil Média, nouvelle régie publicitaire de l’Union 100% dédiée Immobilier. Nous développons des solutions de communication accessibles et efficientes pensées pour accompagner les Pros de l’immobilier dans leurs objectifs de croissance à travers 3 leviers clés :

La notoriété

La génération de leads et de mandats

La création de trafic online et en agences

Vous souhaitez développer votre notoriété, votre trafic ou bien encore générer des contacts ? Quels que soient vos besoins, nous vous proposons le dispositif média le plus adapté.

Une équipe dédiée à votre écoute

03 20 78 40 20 contact@rosselimmo.fr


44

IMMOBILIER

Pavillons neufs

LES CONSTRUCTEURS ENTRE OPTIMISME ET INQUIÉTUDE Le marché des maisons individuelles neuves a enregistré un spectaculaire rebond depuis le 11 mai, mais les professionnels s’attendent à vivre un premier semestre 2021 plus difficile. « Je dois avouer que nous avons été surpris par la rapidité de la reprise de notre activité dès la fin du premier confinement », raconte David Pinto, chef des ventes du Groupe Geoxia Nord-Ouest, qui construit chaque année 200 maisons dans la région, et qui commercialise 3 marques correspondant à 3 segments de clientèle (Maisons Castor, Maison Familiale et Maisons Phénix). « Après deux mois d’arrêt total des constructions et de la commercialisation, durant lesquels toute notre équipe, y compris moi, a été mise en chômage partiel, nous avons dû mettre les bouchées doubles pour rattraper le retard pris sur les chantiers,

et faire face à un véritable afflux de nouvelles demandes. Certains particuliers ont très mal vécu d’être cloîtrés entre quatre murs, sans accès à un jardin. Ils ont donc décidé de concrétiser rapidement leur projet. Certains mois, nous avons signé près de 30 % de contrats en plus par rapport aux années précédentes. Cette tendance s’est confirmée cet automne, avec un mois de septembre plus calme, mais un mois d’octobre exceptionnel. Cela nous a permis de compenser les pertes enregistrées en mars et avril, et de réaliser en 2020 un chiffre d’affaires quasiment équivalent à celui de 2019 ».

« NAVIGUER À VUE » Le deuxième confinement a bien sûr refroidi l’atmosphère : « toute l’activité ne s’est pas interrompue, notamment les travaux, mais l’interdiction de recevoir du public dans nos agences nous a obligé à revoir nos méthodes de commercialisation. Nos collaborateurs ne peuvent venir à leur bureau que s’ils y sont seuls, et sont en télétravail le reste du temps. Heureusement, nous pouvons quasiment tout faire par internet, avec des rendez-vous en visio ou un suivi de chantier sous forme de reportage photo envoyé au client. Pour les mois qui viennent, je suis d’un naturel optimiste mais je pense que nous devrons nous habituer à alterner les temps forts et les temps faibles, sans pouvoir les anticiper. Bref, nous allons naviguer à vue ».

Pour s’inscrire à la Newsletter Éco, rendez-vous dans la rubrique "mes newsletters" sur le site www.lunion.fr ou sur l’application l’Union


45

IMMOBILIER

Nouvelles pratiques

LES AGENCES S’ADAPTENT AU STOP & GO Pour faire face à une demande en hausse, portée par des acquéreurs en quête de biens avec espaces extérieurs, mais aussi à des périodes d’inactivité forcée, les agents ont accéléré leur passage aux nouveaux outils numériques.

Les prix ville par ville Prix médian du m2 pour les maisons et appartements anciens : Reims : 2 170 e - Epernay : 1 520 e Soissons : 1 450 e - Rethel : 1 210 e Châlons : 1180 e

D

Eric Redouté, directeur des agences Guy Hoquet Reims-nord et Reims-centre.

e Soissons à Sedan en passant par Epernay, Châlons, Laon, Charleville ou Sainte-Menehould, les professionnels sont unanimes : dès le 11 mai, les demandes ont afflué, au point d’amplifier le dynamisme constaté en début d’année. Mieux encore, cette tendance s’est confirmée jusque fin octobre. Autre constat commun : la demande de maisons avec jardin et d’appartements avec balcon, terrasse ou loggia a boosté le marché des transactions, un engouement accompagné d’un début de pé-

nurie de ce type de biens. Directeur des agences Guy Hoquet Reims-centre et Reims-nord, Eric Redouté nuance toutefois cette analyse en ce qui concerne la Cité des sacres : « les maisons avec jardin sont effectivement très recherchées, mais il ne s’agit pas d’un phénomène nouveau. Reims compte en effet environ 80 % d’appartements contre 20 % de maisons, qui constituent depuis longtemps des quasi-perles rares. En revanche, il est vrai que nous avons très rapidement retrouvé notre niveau d’activité d’avant le confinement, mais cela ne compensera pas les deux mois d’interruption totale du printemps ». Les dernières statistiques officielles de la Chambre des notaires, basées sur les ventes effectivement signées au 30 août dernier, confirment cette stabilité du marché dans la Marne, les Ardennes et l’Aisne. Reims concentre toujours la majorité des transactions, avec une

légère hausse des prix. « Elle tourne autour de 5 % sur un an, mais il s’agit plus d’un rattrapage que d’une augmentation opportuniste, car les prix à Reims sont depuis longtemps inférieurs à ceux des autres métropoles ». Dans le reste de la région, la tendance est à la stabilité ou à la hausse très modérée, autour de 1 % à Charleville par exemple.

TRANSACTIONS EN LIGNE Autre phénomène notable de l’année 2020 : la Covid a incité les professionnels à accélérer leur transition vers de nouvelles pratiques liées aux technologies numériques. « La signature électronique est aujourd’hui entrée dans les mœurs. Et pour continuer notre activité même quand nous ne pouvons pas rencontrer nos clients en présentiel, nos deux agences se sont dotées d’un système de visite virtuelle en HD, qui permet de découvrir très simplement, sur notre site internet, un bien dans ses moindres détails, y compris la surface de chaque pièce. Les acquéreurs sont de plus en plus à l’aise avec ces outils. Il y a quelques semaines, pour la première fois, un client a fait une offre sur un bien qu’il avait découvert uniquement de cette manière ». Jacques Taquet


46

ENVIRONNEMENT

Wheatoleo en croissance

LES SOLUTIONS VERTES QUI PROMETTENT Des chercheurs, bureaux d’études, industriels, coopératives et investisseurs font le pari que l’on peut conjuguer économie et écologie en misant sur l’innovation dans l’usage des ressources renouvelables.

W

heatoleo, vous connaissez ? Sûrement pas. Pourtant la filiale d’ARD, le bras R&D des coopératives agricoles régionales (l’actionnaire majoritaire est Vivescia), fabrique des composants que l’on retrouve dans le panier de ménagère : produits détergents, liquides vaisselle ou du savon estampillés “Ecolabel”. En dix ans, cette société spécialisée dans la fabrication de tensioactifs, et dans une moindre mesure de savon, d’origine végétale (avec des coproduits du blé notamment) fait partie des trois acteurs européens de sa spécialité. Les tensioactifs verts sont un marché de niche de 100 000 tonnes par an à l’échelle mondiale, au sein de l’énorme marché des tensioactifs pétrochimiques qui pèse 14 millions de tonnes. Wheatoleo a vendu 2 000 tonnes de sa production en 2019/2020 (année glissante

La formulation marnaise des tensioactifs de Wheatoleo est plus douce pour les mains.

‘‘Wheatoleo produit des tensioactifs d’origine végétale que l’on retrouve dans les savons et liquides vaisselle labellisés “Ecolabel” clôturée à fin juin) soit un chiffre d’affaires de 2,7 millions d’e en progression de 35 % par rapport à l’exercice précédent. C’était six fois moins il y a cinq ans. Et encore, on ne prend pas en compte la production de solutions hydroalcooliques, lancée spontanément lors de la crise sanitaire. Toujours est-il que les comptes de la start-up marnaise sont désormais à l’équilibre. Wheatoleo profite de l’intérêt accru des consommateurs, et donc des industriels, pour les produits biosourcés, locaux et responsables. Au-delà de ses innovations

Wheatoleo a progressé sur le plan marketing en élargissant sa gamme et en musclant ses forces de vente. Wheatoleo est capable de fournir des tensioactifs dont l’un des ingrédients, l’alcool gras, n’est pas issu d’huile de palme, comme c’est généralement le cas, mais d’un coproduit de la betterave (l’huile de fusel). Les tensioactifs de Wheatoleo dits « APG » ont la particularité d’associer du xylose au glucose de la recette habituelle. Ils reçoivent actuellement des marques d’intérêt de gros acheteurs mondiaux.

Crédit photo : Remi Wafflart


47

ENVIRONNEMENT

FICA-HPCI investit

L’USINE DE BLACK PELLETS SUR LES RAILS

La construction de l’usine est achevée à Pomacle. Sa production monte en puissance.

S

i le chantier a été ralenti par la crise sanitaire, l’innovante usine de pellets commence à produire à Pomacle. Fica HPCI (Filière industrielle Champagne Ardenne – Haut pouvoir calorifique pour les industriels), va lancer dans les mois prochains le “black pellets”. Issu du “vapocraquage” de bois ou de déchets de bois, il s’agit d’un combustible hautement calorifique susceptible de remplacer le charbon dans l’industrie ou le chauffage collectif. L’usine pourra transformer, potentiellement, chaque année 350 000 tonnes de bois, collecté dans un rayon de 150 kilomètres,

‘‘Un investissement complémentaire de la coopérative de Juniville pour la logistique’’ en 130 000 tonnes de granulés. Le site accueille aussi une centrale de cogénération (Cogecab) qui produit à la fois de l’électricité verte (90 GWh par an, soit la consommation domestique de 30 000 habitants) et de l’énergie thermique (130GWh par an sous forme de vapeur et d’eau chaude). Celle-ci est vouée à alimenter l’unité de production de biocombustible, ainsi que l’amidonnerie glucoserie ADM Chamtor située juste à côté. L’investissement s’élève à 100 millions d’e portés le fonds Meridiam (80,5 %), la Banque des Territoires (14,5 %) et l’Européenne de Biomasse (5 %), qui est la société d’ingénierie à l’origine du procédé innovant. En complément, la coopérative agricole de Juniville (CAJ), qui collecte depuis 1928 du grain dans

le sud des Ardennes, a décidé d’investir 5 millions d’€ pour assurer le stockage et la logistique du bois destiné à être transformé dans la nouvelle usine de Pomacle. La CAJ va édifier, à côté de son silo principal du Châtelet-sur-Retourne, un nouveau bâtiment. Pomacle est censée être la première usine d’une série. L’Européenne de Biomasse a annoncé en juin 2020 son intention de créer une deuxième usine répondant au même concept, dans le Haut-Rhin, dans la zone EcoRhéna/ Fessenheim. L’investissement serait compris entre 50 et 100 millions d’€. Le projet en est au stade de la recherche de partenaires. Julien Bouillé


48

ENVIRONNEMENT

Hynoca se lance

L’HEURE DE L’HYDROGÈNE VERT Le plus léger des gaz a reçu un coup d’accélérateur avec l’annonce, par le gouvernement, en septembre 2020, d’un plan stratégique hydrogène doté de 7,2 milliards d’e sur dix ans, dont 2 milliards dans les deux ans. Du pain béni pour Philippe Haffner qui développe, depuis plusieurs années, un nouveau procédé de production d’hydrogène, non pas par électrolyse, mais par ‘‘vapocraquage’’ de la biomasse. En plus d’utiliser une ressource renouvelable, Hynoca a la particularité de produire de l’hydrogène de façon décentralisée. Après la phase d’étude, Haffner Energy, installé à Vitry-le-François, a construit un pilote industriel en 2019 à Marolles. La première unité commerciale à l’échelle 1 est en construction à Strasbourg pour la société d’économie mixte Réseaux-Gaz de Strasbourg (R-GDS), avec qui Haffner a créé une co-entreprise, R-Hynoca. D’une capacité de 720 kg d’hydrogène par jour, la station « peut, par exemple, faire rouler 1 600 véhicules légers parcourant 15 000 kilomètres par an », précise Philippe Haffner. Il annonce une mise en service de sa station strasbourgeoise pour « le premier trimestre 2021 ». Cette unité, alimentée par des déchets de bois, permettra de faire de

Philippe Haffner porte le projet d’hydrogène vert depuis Vitry-le-François où est installé son bureau.

derniers ajustements et servira de vitrine à Haffner Energy. La pépite dit recevoir beaucoup de demandes de la France et de l’étranger, de la part, notamment, de distributeurs

d’énergie. Le bureau d’études de 22 salariés, dont l’autre métier est de concevoir des centrales de production d’énergie clé en main, a levé 10 millions d’e durant les deux dernières années.

‘‘A Strasbourg, la première station pourra faire rouler 1 600 véhicules légers parcourant 15 000 kilomètres par an’’

Hellioreen dans l’air du temps

LA PETITE TURBINE QUI VEUT ALLER LOIN les rivières pour produire de l’électricité sans perturber l’environnement et sans piéger les poissons. Renaud Mignolet et son équipe ont conçu une vis hydrodynamique qui permet de récupérer l’énergie potentielle de l’eau en la transformant avec une génératrice. Ce petit bijou a un rendement amélioré grâce à une géométrie multifilet. Cette géométrie complexe est obtenue grâce à un travail La première turbine est sortie de fonderie en octobre 2020. en fonderie aidé par l’apport Helliogreen est une start-up ardennaise de l’impression additive pour un résultat spécialisée dans les microturbines hydroé- que la soudure mécanique traditionnelle lectriques. Elles peuvent être posées dans ne pourrait atteindre. Après un premier pi-

lote installé en septembre 2019 dans le lit de La Vaux à Signy-l’Abbaye, un premier exemplaire a été produit et commercialisé un an plus tard pour être installé dans la rivière Fion, dans la Marne. Ce n’est qu’un début, la jeune entreprise, co-fondée par des industriels et des professeurs ardennais, a commencé une belle levée de fonds. Un bel exemple de mutualisation des savoir-faire ardennais. Cette petite turbine, capable de produire de l’énergie renouvelable de façon décentralisée et en totale autonomie, est dans l’air du temps et intéresse beaucoup. La fondation du “savanturier” Bertrand Piccard l’a même fait entrer dans les 1000 solutions efficientes pour la planète. La vis est petite mais elle voit loin.


2000701647VD


50

LOISIRS

Piscines individuelles

UN MARCHÉ EUPHORIQUE Des carnets de commandes qui grimpent de 100 %, voire de 200 % en 2020, c’est ce que constatent les piscinistes de la région. La Covid-19 est l’une des explications.

Le nombre de piscines privées ne cesse de s’accroître en France, deuxième pays au monde après les Etats-Unis. Au dernier recensement, il y en avait 2,5 millions dans l’Hexagone. L’année 2020 ne fera qu’accentuer la tendance.

A

ttention ! Si vous pensiez faire construire une piscine enterrée dans votre jardin pour en profiter à l’été 2021, il est peut-être déjà trop tard. Les clients se bousculent au portillon et certains piscinistes annoncent désormais prendre les commandes pour 2022. C’est ce que confirmait, vers le 20 octobre, Christophe Herbinet, directeur commercial

de la société Fontaine Doyen (piscines Desjoyaux) à Reims. « Habituellement, nous bouclons notre calendrier de travaux fin décembre pour l’année suivante. Cette fois, nous l’aurons stoppé fin octobre. Sur la Marne, les demandes explosent, nous en sommes à une centaine cette année. Il y a dix ans, cela tournait autour de trente-cinq. » Une entreprise des Ardennes, davantage spécialisée dans les piscines en coque, fait elle aussi état d’un marché en forte progression, « de l’ordre de 30 % cette année », indique son responsable, qui tient à l’anonymat, sans doute en raison de la forte concurrence dans le secteur. À Vauxbuin, dans l’Aisne, Nicolas Mockel de l’entreprise Idoine Piscines, spécialisée dans les réalisa-

tions en béton, surtout à destination de l’hôtellerie de luxe, reconnaît « avoir du travail pour deux ans ! » À SaintMemmie, près de Châlons-en-Champagne, l’entreprise familiale Charlet, forte d’une dizaine de personnes et qui rayonne sur une bonne partie de la région, reconnaît un accroissement des commandes de 200 % cette année ! « Dans le secteur, tout le monde a du travail », analyse le directeur technique, Jean-Christophe Charlet. « Pour autant, il y a encore de la marge. Des entreprises assurent auprès de potentiels clients qu’elles arrivent au taquet dans le but de leur mettre la pression pour les décider plus vite ». Selon ce dirigeant, Charlet Piscines a enregistré quelques deux cents demandes dès les premiers


51

LOISIRS

‘‘Nous ne démarrons un chantier qu’après retour de la demande préalable de travaux validée par la mairie. Ensuite les travaux d’une piscine enterrée durent habituellement deux mois’’

mois de 2020 et continue toujours d’en engranger pour l’année suivante. « Il est vrai qu’en raison de la pandémie, nous avons cumulé du retard, des projets ont été reportés à l’année prochaine ». Des réalisations qui auraient dû être livrées en mai dernier ont en effet attendu la fin août avant de débuter. Et si elles seront potentiellement fonctionnelles en novembre ou décembre, il y a peu de chances qu’elles soient utilisées avant le printemps prochain, sauf vigoureux réchauffement climatique d’ici là !

MÉTÉO ET COVID BOOSTENT LE MARCHÉ Plusieurs facteurs expliquent la tendance expansionniste du marché de

la piscine individuelle. « Le premier critère d’achat est incontestablement lié à l’évolution du climat », note Jean-Christophe Charlet. Les années les plus chaudes se succèdent, les canicules aussi. Le besoin de fraîcheur se fait d’autant plus ressentir. Le contexte sanitaire s’impose comme la deuxième raison à l’essor des piscines. « Les gens ont eu un peu peur de ne pas pouvoir partir en vacances, d’être bloqués chez eux. Ils aménagent leur extérieur en conséquence. » Point de vue partagé par l’entrepreneur ardennais, selon qui « bien des gens redécouvrent qu’ils possèdent un jardin susceptible d’accueillir une piscine ». Bref, le cocktail chaleur + piscine est un de ceux que les vacanciers estivaux

recherchent. Quand on peut en profiter à domicile de mai à fin septembre, voire mi-octobre, grâce à l’appui d’une pompe à chaleur, pourquoi s’en priver ?

DANS QUELS DÉLAIS ET À QUELS PRIX ? Reste que l’acquisition d’une piscine, à l’exception des hors-sol, ne s’improvise pas et requiert un budget conséquent. Desjoyaux évoque un coût moyen de 35 000 €, l’entrepreneur ardennais une fourchette comprise entre 25 000 et 30 000 €, Charlet avance le chiffre de 38 000 €. « Les prix sont en réalité extrêmement variables. Options et équipement divers font vite grimper la facture », modère


52

LOISIRS

Une piscine en acier inoxydable coûte très cher (jusqu’à 1 500/m2), mais sa durée de vie est sans commune mesure. Il n’est nul besoin de changer le liner tous les dix ans puisqu’il n’y en a pas !

Nicolas Mockel. Un système de nage à contre-courant avec la pose d’un kit de balnéo (des buses de massage) peut revenir à 6 000 €, auxquels on peut ajouter un appareil de traitement de l’eau connecté qui dépasse les 5 000  €, le chauffage, l’éclairage, le volet de couverture ou l’abri façon véranda… Tout cela sans compter la mise à disposition ou la construction d’un local technique (indispensable au logement du ou des moteurs, de la pompe à filtration, du tableau électrique), l’accessibilité au terrain (le déplacement d’une pompe à béton pour travailler depuis la rue représente un coût non négligeable) la qualité du liner, le dallage autour de la piscine… Tout se prévoit, tout se chiffre. À commencer par les travaux de terrassement qui sont fonction des dimensions et de la profondeur du bassin, ainsi que par le procédé mis en œuvre : construction en béton, voire en inox (nettement plus chère !), structure en panneaux, coque, etc. La pose d’une coque ne demande que cinq à sept

jours, alors que la construction d’une piscine ouvragée « se déroule sur deux mois, entre le premier coup de pioche et la mise en eau », annonce Jean-Christophe Charlet. « Mais nous ne commençons qu’après retour de la demande préalable de travaux validée par la mairie », précise le spécialiste, ce qui prend plusieurs semaines. Jean-Michel François

14 % des piscines dans le Nord-est Si l’on découpe la France en cinq parties : Ile-deFrance, Nord-est, Nord-ouest, Sud-ouest et sud-est, il apparaît sans surprise que la dernière citée concentre 39 % des piscines de l’Hexagone. Le sud-ouest et le Nord-ouest suivent chacun avec 21 %. Le Nord-est (avec les régions Hauts-deFrance, Grand Est, Bourgogne Franche Comté) en détiennent 14 %, et l’Ile-de-France seulement 5 %. Selon le site eauplaisir.com, qui tente de recenser les détenteurs de piscines en se fiant à leurs déclarations, il y aurait 1 392 piscines dans l’Aisne, 1 093 dans les Ardennes et 1 375 dans la Marne.


LOISIRS

2,5 millions de piscines privées Une piscine pour vingt-sept habitants : c’est le ratio du nombre de piscines privées en France, soit environ 2,5 millions de bassins de plus de 10 m2, dont 1,2 million de piscines hors-sol. Ces chiffres sont ceux qui prévalaient à fin 2018, selon la fédération des professionnels de la piscine et du spa (FPP). Deux ans plus tard, l’actualisation des dernières données n’est pas encore connue, mais tout le monde s’accorde à dire qu’elle sera exceptionnelle. Parce que 2019 s’est déjà soldé par une hausse considérable : d’octobre 2018 à septembre 2019, le nombre de piscines construites avait progressé de 10,5 % ! Pour mémoire, on ne recensait que 708 000 piscines en 2000 et le double en 2008. Toujours selon la FPP, soucieuse de mettre l’accent sur la démocratisation du marché, 42,2 % des possesseurs de piscines enterrées disposeraient de revenus mensuels compris entre 1 500 € et 3 000 €

Éco ute r et

crée r vo s en vies

PROPY DELTA ...

Pa c k a g i n g , b o i t a g e , e m ba l l a g e i n d u s t r i e l Impression, dorure à chaud, gaufrage, vernis sélectif, vernis relief, collage, soudage.

Haute qualité d’impression Un grand nombre de critères sont à prendre en considération dans la réalisation et le coût d’une piscine. Pour ce modèle enterré, conçu en panneaux de polymère thermodurcissable renforcé, il faut couler un béton au fond et autour de la piscine. Une opération rendue possible par l’utilisation d’un camion pompe à béton avec bras de distribution long d’une quarantaine de mètres qui opère depuis la rue.

Panneaux / Affichage événementiel sur tout type de supports ZI de Pargny Resson - 08300 RETHEL www.propydelta.com - 03 24 38 17 07 contact@propydelta.com


54

COMMERCE

Changements d’habitudes

LE DRIVE FAIT COURIR LA GRANDE DISTRIBUTION La crise sanitaire a accéléré la montée en puissance d’un concept consistant à se faire livrer les courses au pied de sa voiture ou de son immeuble.

D

En quelques mois le drive a progressé comme il aurait dû le faire en cinq ans.

ans le commerce, le grand gagnant de la crise sanitaire est... le drive ! « Aujourd’hui, je fais 28 % de mon chiffre d’affaires avec le drive, avant la crise sanitaire, c’était 17 %. Il s’est passé en trois mois l’évolution qui aurait dû avoir lieu en cinq ans », témoigne Paul Pageau, PDG de l’hypermarché

E.Leclerc de Saint-Brice-Courcelles, dans la proche agglomération rémoise. Paul Pageau est avec son père, JeanPaul (une figure du réseau animé par Michel Édouard Leclerc) un historique de cette forme de commerce qui consiste à remplir son panier virtuel-

lement sur internet pour en prendre possession un peu plus tard dans un point de retrait. Paul Pageau exploite un “drive master” de 5 600 m2, « l’un des plus grands de France », qui est accolé à son hyper de 13 300 m2. Et surtout, il a ouvert à Reims le deuxième drive dit

Aujourd’hui, je fais 28 % de mon chiffre d’affaires avec le drive, avant la crise sanitaire, c’était 17 %. Paul Pageau, PDG de E.Leclerc Saint-Brice


55

COMMERCE

Faire les courses une fois par semaine dans un hypermarché de plusieurs milliers de mètre carrés est un modèle sur le déclin. Vincent Chabault, Sociologue

“piéton” de France après celui de Lille. Ce sont des points de retrait de centreville où l’on vient chercher ses courses à pied. Ouvert en 2017, rue Libergier, à un jet de pierre de la cathédrale et de la très commerçante rue de Vesle, ce premier comptoir rémois a immédiatement “cartonné” avec d’emblée un score très honorable de 300 livraisons par jour. Paul Pageau a en ouvert trois autres depuis. Son beau-frère, Wenceslas Fandre, directeur de l’autre E.Leclerc de l’agglomération à Champfleury, en a ouvert trois. Reims est donc la ville où il y a le plus de drives piétons de l’enseigne E.Leclerc par habitant. Pas mal dans une ville déjà réputée pour être bien pourvue en mètres carrés commerciaux.

4 900 DRIVES EN FRANCE Si, selon la base de données LSA Expert, la France compte aujourd’hui 4 900 drives, ce n’est pas parce que les Français se sont mis à acheter davantage de nourriture. Mais parce que ce concept va vers le penchant du “zéro contrainte” des consommateurs. Ces achats sur canapé marquent aussi le début de l’obsolescence d’un modèle qui a surfé sur les Trente Glorieuses. « Faire les courses une fois par semaine dans un hypermarché de plusieurs milliers de mètres carrés est un modèle sur le déclin depuis les années 2000 » , explique le sociologue Vincent Chabault*. « Certes les 2000 hypermarchés français ne vont pas fermer demain, mais leur rentabilité s’effrite ». Passer son samedi après-midi dans le Mammouth du coin ne fait plus rêver mais surtout il n’est plus nécessaire aujourd’hui de remplir son chariot à ras bord pour tenir la semaine. « Un quart des familles sont monoparentales, rap-

pelle le sociologue. Cela provoque une fragmentation des courses. Et à côté de cela les grandes surfaces se voient fortement concurrencées sur le non-alimentaire par de nouvelles enseignes comme Action, Stokomani ou bien sûr Amazon ». Le concept d’hypermarché et ses immenses parkings s’appuie historiquement aussi sur l’automobile. Or « la voiture est de plus en plus dé-symbolisée, souligne Vincent Chabault. Elle reste le moyen de transport numéro 1 mais, dans un foyer, on réfléchit désormais à deux fois avant d’en acheter une deuxième ».

UN CONCEPT COÛTEUX QUI PERMET DE CONQUÉRIR DE NOUVEAUX CLIENTS Le drive piéton a réussi aussi le tour de force de contourner l’obstacle de la distance, principal critère de choix d’un hypermarché, tout en important dans le cœur des villes, le deuxième critère, le prix. « C’est notre combat depuis 1949 », rappelle Paul Pageau. Qui au passage se félicite d’être « 20 à 25 % moins cher que Monoprix », jusqu’à présent référence alimentaire en hypercentre. Mais aller chercher une nouvelle clientèle de personnes âgées, d’étudiants sans voiture, ou de CSP++ habitués au commerce de proximité, coûte cher. Il faut louer des mètres carrés hors de prix en centre-ville, payer des gens derrière des comptoirs et assurer la logistique entre “drive master” et “drive relais”. « Si c’est pour dire à nos clients : restez chez vous, on va vous livrer ou déplacer les courses au plus près de chez vous, c’est sûr que c’est un business qui ne serait pas rentable », confie Paul Pageau. « Ce que l’on fait aujourd’hui, c’est investir dans le recrutement de nouveaux

clients qui ne venaient pas en hyper avant ». Forcément la force de frappe des grandes surfaces en centre-ville, avec leurs achats massifiés, fait mal. Mais Paul Pageau ne pense pas faire du tort aux artisans de bouche. « Je vends surtout du PQ, de l’eau de Javel ou des boîtes de conserve. Je ne les concurrence pas. Et je n’ai pas d’états d’âme à piquer du chiffre à un groupe comme Monoprix ».

LE DRIVE NOUS DIT CE QUE SERA L’HYPER DE DEMAIN Apparu il y a 20 ans, ce nouveau mode de distribution pèse déjà plus de 5 % des courses alimentaires en France. Il semble annoncer l’hybridation de la distribution. Elle doit satisfaire des clients tiraillés entre le confort qu’apporte le numérique et le besoin d’avoir encore des vrais produits et des vrais commerçants devant eux. « Le drive nous dit ce que sera l’hypermarché de demain. Ce sera un entrepôt connecté avec une taille plus réduite, une superficie commerciale plutôt alimentaire avec des services, des ventes socialisées, des bouchers et des artisans », devise Vincent Chabault. Les deux hommes ne se connaissent pas mais on croirait lire, dans ces mots, les projets de Paul Pageau. Il veut réduire le nombre de ses références non alimentaires et faire de son hyper de SaintBrice, un lieu de sociabilité où l’on pourrait casser la croûte, discuter avec des artisans de bouche, bénéficier d’une offre culturelle voire échanger avec des élus. En somme, un vrai petit centre-ville traditionnel avec son alchimie commerciale et sociale ancestrale, vers laquelle, finalement, on revient toujours.

* Vincent Chabault est auteur de l’essai “L’éloge du magasin - Contre l’Amazonisation” paru en 2020 chez Gallimard.

Julien Bouillé


56

ENTREPRISES

BTOB

19 acteurs de la région se présentent

AEDIFICEM - Bureau d’études 67

CC DU PAYS RETHÉLOIS - Collectivité 61

MAZARS - Expertise-comptable 69

AS ENTREPRISES - Expertise-comptable 66

CRÉDIT AGRICOLE - Finances 75

MARZIN PRO - Carrelages et résines 58

BPIFRANCE - Finances 59

FCN - Expertise-comptable 63

MDC - Equipements vinicoles 74

CDER - Expertise-comptable 64

KIT BAG - Industrie 60

VENTS DU NORD - Energie 72

CHRISTOPHE DELAPLACE - Plomberie-chauffage 73

KNORR-BREME - Equipementier 70

VILLE DE REIMS - Collectivité 65

CLAIR ET NET SERVICE - Propreté 71

LA PAIX - Restauration 57

CC DE RETZ EN VALOIS - Collectivité 62

MAIRIE DE VITRY - Collectivité 68

SERVICES

FINANCES

INDUSTRIE

Retrouvez les entreprises qui vous permettront de mener à bien vos projets et d’améliorer vos performances. Ce sont les acteurs des services, et ils vous conseillent que ce soit dans le domaine de l’immobilier, dans l’agencement et la santé-prévoyance, l’ingénierie, voire les services de restauration.

Ils sont là pour vous écouter, pour vous aiguiller vers les meilleures solutions. Parce qu’à tout moment une entreprise rencontre des défis financiers à relever, les cabinets de conseil, les banquiers, sont prêts à vous épauler. Des acteurs multiples aux compétences variées qui sont des alliés précieux.

L’industrie, dans notre région, est variée, riche de solutions diverses, proposant des solutions techniques innombrables. Que ce soit dans le bâtiment, l’emballage, l’électricité, l’aménagement, des acteurs qualifiés sont à votre disposition pour répondre à vos demandes.


57

BEST WESTERN PREMIER HÔTEL DE LA PAIX ACCUEIL QUATRE ETOILES POUR LES ENTREPRISES

Située au cœur du centre-ville, cette véritable institution rémoise met à la disposition des entreprises et des professionnels une large palette de prestations et services haut de gamme, adaptés à tous leurs événements.

P

rincipaux atouts de cet établissement unique en son genre : son emplacement, à quelques pas de la cathédrale et de la gare TGV, son décor raffiné et original, et la qualité de son accueil, confirmée par son classement 4 étoiles, et résolument cultivée par son propriétaire, Antoine Renardias, attaché à maintenir l’esprit familial d’une maison créée en 1912. Afin de garantir une parfaite qualité de service cet établissement a choisi de dédier un interlocuteur unique à chacun de ses clients professionnels.

Choix et souplesse Le Best Western Premier Hôtel de la Paix constitue un lieu idéal pour accueillir les différents événements organisés par les entreprises : séminaires, conventions, conférences, réunions, formations, ou entretiens.

Il dispose d’un amphithéâtre de 200 places assises et de 8 salles de réunion, d’une capacité de 2 à 75 personnes, toutes équipées et s’adaptant à tous les besoins dans le respect des normes sanitaires. La souplesse et le choix sont également de mise côté restauration, du petit-déjeuner de travail au cocktail, en passant par un déjeuner servi au Restaurant Café de la Paix ou au Bar La Paix, en terrasse durant les beaux jours, le tout étant réalisé sur place. Pour les moments de détente, l’hôtel met à disposition une piscine couverte et chauffée et un sauna. Un hébergement de qualité est proposé dans les 163 chambres (dont une suite de 75 m2) de l’hôtel, avec de nombreuses facilités pour la clientèle d’affaires. A noter enfin que, dès 8 heures du matin, les clients peuvent accéder au Bar La Paix pour travailler ou fixer un rendez-vous, dans un endroit calme et agréable.

9, rue Buirette - 51100 Reims Tél. 03 26 40 04 08 www.bestwestern-lapaix-reims.com


MARZINpro UNE MARQUE GAGE DE QUALITÉ Détentrice de la marque MARZIN, spécialiste des carrelages et des résines industrielles, l’entreprise mène chaque année plus de 250 chantiers pour les particuliers, les entreprises et les collectivités.

F

ondée en 1966, rachetée en 2011 par deux de ses dirigeants, Roberto Bartolini et Frédéric Huther (ayant tous deux intégré la société en 1991), MARZINpro a signé plusieurs belles réalisations en 2020, malgré un contexte difficile : « nous venons de terminer plusieurs grands chantiers, dont le nouveau centre aqualudique du Grand Reims, la Coopérative vinicole de Nogent-l’Abbesse, la cuverie du projet Comète de Veuve-Clicquot, et nos spécialistes de la résine industrielle sont intervenus sur le nouveau site du Champagne Mercier ou le Logipole d’Epernay », constate Roberto Bartolini. « Ces quelques exemples démontrent que notre savoir-faire est reconnu par les industriels, les Maisons de Champagne ou le secteur de l’hôtellerie de prestige, bien au-delà de l’ex Champagne-Ardenne, puis nous travaillons actuellement sur un projet de nouvelle cave pour la coopérative de vins effervescents Wolfberger à Colmar ».

Esthétique et fiabilité MARZINpro possède un bureau d’études intégré, et emploie aujourd’hui plus de 40 salariés, qui maîtrisent parfaitement les gestes de l’artisanat tout en développant de nouvelles expertises sur les matériaux novateurs, très résistants et particulièrement adaptés aux surfaces recevant de l’eau. « Nous sommes en mesure de proposer des solutions techniques spécifiques à nos clients. Nous avons ainsi pu nous positionner sur de nouveaux marchés, des sites de production et de logistique dans des secteurs où nous étions peu présents, comme l’agroalimentaire ou l’industrie pharmaceutique ». Cette volonté d’allier l’esthétique et la fiabilité s’applique aussi aux particuliers : « notre domaine de prédilection reste la conception et l’installation de salles de bain. Nos deux magasins de Pierry et Ormes permettent de découvrir les nouvelles tendances et les matériaux innovants. On peut aussi y effectuer une visite virtuelle en 3D de sa future salle de bain ».

Salle d’exposition Pierry-Epernay 9 bis allée de Maxenu - 51530 Pierry 03 26 54 15 20

Salle d’exposition Reims-Tinqueux 5 rue des Blancs Fossés - 51370 Ormes 03 26 06 31 11

Etude technique et financière sur demande : 03 26 50 35 20 MARZINpro.fr


59

Patrice Bégay

Directeur exécutif communication et Bpifrance Excellence

BPIFRANCE UNE NOUVELLE ANNÉE POUR SERVIR L’AVENIR !

P

lacé cette année sous le signe de la relance, le Big Tour a sillonné la France tout l’été. Quel bilan en tirez-vous ? Ce cru 2020 a été exceptionnel, au-delà ce que nous avions espéré ! 8 régions, 22 villes, 23 dates : pendant un mois, nous sommes partis à la rencontre des Français et des entrepreneurs. Plus de 19 millions de personnes nous ont suivi en physique et en digital. Grâce à nos 300 partenaires, le Big Tour a bénéficié d’une visibilité nationale : ainsi, nous avons compté plus de 77 318 interactions sur les réseaux sociaux et plus de 500 retombées en interviews presse, radio et télévision. Ce succès est la preuve de l’intérêt des Français pour l’entrepreneuriat et le savoir-faire français. Il nous montre également qu’il y a une réelle volonté de voir la France se relever et de co-construire ensemble le monde de demain. La 6e édition de Big avait cette année pour thème la Liberté. Quel message avez-vous souhaité faire passer aux entrepreneurs ? Le mot Liberté est très fort et il est d’autant plus après la période que nous venons de traverser. Cette liberté retrouvée nous ne devons plus la lâcher. Nous avons voulu rappeler aux entrepreneurs qu’ils sont libres. Libres de rêver, d’oser, d’innover, de créer, d’entreprendre, mais aussi et surtout libres de se tromper, d’échouer, de recommencer. L’entrepreneuriat est une belle aventure qui demande parfois des sacrifices et des concessions. Au final, ce qui compte c’est la liberté que les entrepreneurs ont de dire oui ou de dire non. C’est en étant libres de

décider, de choisir qu’ils peuvent construire l’avenir dont ils rêvent. Bpifrance est là pour les accompagner dans cette aventure et c’est pourquoi nous leur avons donné rendez-vous en direct le 1er octobre à l’Accor Arena, à Paris, pour la 6e édition de Big. Tout en préservant la proximité humaine, nous avons placé la digitalisation au cœur de l’événement dans une logique environnementale et d’accessibilité pour tous, dans le strict respect des mesures sanitaires. Quels sont les projets / perspectives pour 2021 ? En 2021, Bpifrance poursuivra son travail auprès de toutes les entreprises et de tous les entrepreneurs français car ils sont notre priorité. Nous devons veiller à ce que chacun d’eux puisse se relever et entamer l’année sereinement. Cela passe par du financement mais aussi par de l’accompagnement à travers un suivi et des conseils. Nous allons bien évidemment poursuivre et accélérer nos démarches en matière de RSE. En tant que banque du climat, notre mission est en effet de diffuser les bonnes pratiques à toutes les entreprises. Enfin, à travers toutes nos actions déjà engagées, Bpifrance continuera à se faire le porte-parole de la French Fab, de la French Tech et de la French Touch, qui représentent la richesse et la diversité de l’entrepreneuriat français. Cette nouvelle année est l’occasion ou jamais de diffuser des messages d’optimisme, de simplicité, de proximité, de volonté. Une nouvelle année pour servir l’avenir.

27-31 avenue du Général Leclerc 94700 Maisons-Alfort 01 41 70 80 00 www.bpifrance.fr


KIT-BAG L’EXPERT DU BIG-BAG S’AGRANDIT !

« Pour se développer, une entreprise, quelle que soit sa taille, doit se concentrer sur son cœur de métier en ayant la certitude d’avoir toujours un développement en cohérence avec les demandes de plus en plus exigeantes de ses clients.»

F

ondée en 1991 et basée à Reims, la société KIT-BAG est reconnue pour être « le spécialiste de la solution complète conteneurs souples ». L’entreprise propose une gamme complète de matériels et un grand choix de big-bag adaptés à tous les besoins. Les big-bag sont utilisés pour le transport du vrac dans de nombreux domaines d’activités : industrie, BTP, agriculture, chimie… Reprise en 2011 par Jean François Rondelli, un entrepreneur hyperactif et « touche à tout », la société KIT-BAG s’offre un nouvel élan tout en conservant son esprit à taille humaine. Souhaitant être plus proche de ses clients et cherchant à leur offrir un service de haute qualité, KIT-BAG dispose d’un stock de plus de 50 références de big-bag et une large gamme de produits de manutention en stock.

de ses clients les plus exigeants. Anciennement installé à la Croix Blandin à Reims, KIT-BAG a déménagé en septembre dans un nouveau bâtiment à 900 m de ses anciens locaux. En passant d’une surface de 500 à 1500 m2, cela lui permet de répondre avec une efficacité optimale aux demandes des différents clients. « On triple le nombre de produits, le nombre de références, on passe, entre autre, de 10 à 50 modèles de sacs pour couvrir 85% des différentes demandes.» Devant une forte hausse de commandes via leur site internet et les plateformes spécialisées, la société KIT-BAG livre sur le territoire national en un temps record. « Aujourd’hui, nos clients veulent tout pour tout de suite alors nous avons décidé de leur livrer tout pour hier ». Derrière cette formulation plutôt amusante se cache la volonté d’un homme déterminé à répondre vite, bien et au meilleur tarif à une clientèle de plus en plus exigeante.

UN DEVELOPPEMENT CROISSANT

KIT-BAG, LE GRAND COUTURIER DU BIG-BAG

Avec ses conteneurs métalliques, ses palettes alu et ses caisses plastique, KIT-BAG a élargi son offre. Avec une équipe de professionnels, KIT-BAG est en mesure de répondre aux besoins de ses clients partenaires, en conteneurs souples et accessoires. Elle offre un service de livraison rapide partout en France et en Europe. Sa capacité de stockage et son large choix de produits offrent des solutions adaptées aux attentes

A l’instar des grands couturiers, la société KIT-BAG produit, imagine des sacs sur mesure, une étude minutieuse concoctée par une équipe de grands professionnels pour répondre parfaitement à la demande du client. Chez KIT-BAG, le sac est fonctionnel, adapté, solide et efficace dans son utilisation.

4 rue du Loup, ZAC Cernay/St Léonard, 51420 Cernay-lès-Reims KIT-BAG | Spécialiste de solutions pour conteneurs souples ... www.kit-bag.fr


INTERVIEW du

Président Renaud AVERLY « RETHEL : LES SECRETS D’UNE SUCCESS STORY ÉCONOMIQUE » Quels sont, selon vous, les attraits du Pays rethélois ? Bien souvent, lorsqu’on parle d’attractivité, on pense développement économique, implantation d’entreprises... On oublie qu’être attractif, c’est donner à chacun la possibilité de bien vivre sur un territoire. Le Pays rethélois, c’est le bien-être d’une vie à la campagne avec tous les avantages de la ville. Il offre un petit air citadin, avec ses commerces, ses établissements scolaires, ses maisons de santé. Un tissu associatif riche, des équipements sportifs et culturels neufs ou récemment réhabilités, des spectacles, permettent à chacun de s’épanouir socialement dans un cadre naturel exceptionnel et protégé, avec sa vallée de l’Aisne classée Natura 2000. Un autre attrait du Pays rethélois est sa situation géographique privilégiée. La Communauté de communes du Pays Rethélois, deuxième intercommunalité du département regroupant 65 communes du sud Ardennes, est à 25 minutes de Reims et Charleville, par l’autoroute A 34, à 1 h 30 de Bruxelles par l’A 304 (axe autoroutier gratuit). Une gare TGV place Rethel à 1h10 de Paris et à ½ h de la gare TGV de Reims-Bezannes. Troisième attrait et non des moindres : le territoire possède plusieurs zones d’activités commerciales situées sur la zone de Rethel : 1. Zone de Pargny : 45 ha dont 15 hectares commercialisables en terrains viabilisés 2. Parc d’activités de l’Etoile (Est & Ouest) : 63 hectares dont 21 hectares commercialisables en terrains viabilisés 3. Nouveau parc d’activités départemental : 85 hectares dont 10 hectares commercialisables en terrains viabilisés Ces trois zones ont un accès direct à l’A34 reliant Reims à Charleville-Mézières, un accès à voie navigable et un embranchement chemin de fer à moins de 5 km. Tous commerces et tous services, implantés à Rethel, sont à proximité immédiate.

Qu’apporte le pays rethélois à ses entreprises ? Le territoire dispose d’un réseau d’entreprises fort. Les « Matinales des entreprises » organisées par le Pays rethélois permettent aux chefs d’entreprise de disposer d’un lieu d’échanges pour débattre de problématiques communes (logistique, performance, qualité, ressources humaines...), de partager des expériences et se confronter à d’autres pratiques ou encore de s’initier, par exemple, aux marchés publics, véritables leviers du développement économique des territoires. Pour accompagner ces entrepreneurs au quotidien, la Communauté de communes a créé un service capable de répondre à toutes leurs interrogations. Ainsi, chaque entrepreneur, commerçant, et artisan est écouté, conseillé, épaulé par des professionnels du développement économique au sein d’un guichet unique.

Des aides créées pour lutter contre la crise sanitaire Des aides aux entreprises, artisans et commerçants permettent à chacun de progresser en fonction de leurs tailles, de leurs activités… Pour soutenir les associations, entrepreneurs, micro entrepreneurs, et petites entreprises, la Communauté

de communes du Pays rethélois s’est associée à la Région Grand-Est pour la mise en place du fond de soutien ‘‘Résistance’’ complémentaire aux dispositifs déjà existant. 240 000 € pour les acteurs du territoire du pays rethélois sont mobilisés par la Région Grand Est, rejoint par la Banque des territoires, le département des Ardennes et notre Communauté de communes. C’est certes un financement important pour notre collectivité. Mais il a permis de secourir nos entreprises les plus durement touchées par cette crise. Une aide sous forme d’avance de trésorerie, remboursable dans un délai d’un an minimum a également été mise en place. Les entreprises en difficulté peuvent obtenir une avance, variant en fonction de leur taille et de leur secteur d’activité. Par exemple, l’avance peut aller de 5 000 à 10 000 € aux entreprises qui comptent jusqu’à 10 salariés, et jusqu’à 30 000 € pour les associations et les acteurs du secteur non-marchand. Une ‘‘prime d’activité’’ forfaitaire pouvant aller jusqu’à 5 000 € peut s’ajouter pour aider les entreprises issues de la chaîne agricole et agro-alimentaire, des produits de santé et de protection, (incluant fournisseurs et sous-traitants), du transport et logistique, du tourisme, du sport, de la culture. Ces fonds de soutien s’ajoutent aux autres dispositifs déjà mis en place par l’État. Outre ces aides, la Communauté de communes a instauré ses propres dispositifs comme la création d’un fonds d’aide aux entreprises pour la prise en charge de la moitié des dépenses liées aux mesures barrières (plaques de plexi, gel, masques, désinfectant...) ou encore la création d’un fonds d’aide à la reprise d’activité. La crise sanitaire que nous avons traversée et que nous traversons encore touche fortement l’activité de nos entreprises. Le Pays rethélois répondra présent. Aider ses entreprises, c’est sauver l’emploi, c’est épargner des familles.

De grands projets sont en cours. Que pouvez-vous nous préciser à ce jour ? L’un de ces projets auquel je suis particulièrement attaché, est la création d’un tiers lieux au sein de la gare de Rethel. Grâce à cet espace, la Communauté de communes du Pays rethélois souhaite soutenir l’entreprenariat privé et les professions libérales sur son territoire en proposant la location d’un espace pour travailler, se réunir, ou recevoir leur clientèle. Nous avons également décidé de faire vivre nos locaux vacants soit en ‘‘habillant’’ leurs vitrines par des vitrophanies, soit pour en faire des lieux d’exposition temporaires L’idée est de faire vivre ces devantures et d’offrir aux passants une continuité visuelle dynamique de la rue en substituant temporairement une vocation artistique à la vocation économique des vitrines. Cette action permet en outre de valoriser les vitrines vides pour les rendre plus attractives pour les acquéreurs. Une première exposition se met actuellement sur pied. Nous travaillons également sur de grands projets innovants de développement économique, avec toujours plus d’entreprises qui s’implantent sur notre territoire. En 2020, nous avons vu deux entreprises d’importance choisir notre territoire pour s’implanter, se développer et par conséquent, créer de l’emploi. La Communauté de Communes du Pays rethélois est là pour vous accompagner dans TOUS VOS PROJETS.

Contact : entreprises@cc-paysrethelois.fr 03 52 100 100


Vue aérienne de

COMMUNAUTE DE COMMUNES RETZ-EN-VALOIS UN TERRITOIRE POUR VIVRE ET ENTREPRENDRE Riche d’un patrimoine culturel et forestier d’exception, les 54 communes membres de l’intercommunalité conjuguent qualité de vie, situation géographique privilégiée et accompagnement de proximité des entreprises.

P

remier atout majeur de cette Communauté de communes située au sud-ouest de l’Aisne : « nous sommes à une heure de voiture de Paris et Reims, à 40 minutes de l’aéroport Roissy-Charlesde-Gaulle et à une vingtaine de minutes de Soissons », précise Alexandre de Montesquiou, Maire de Montgobert et Président de l’intercommunalité. « Cela permet aux entreprises qui démarrent, ou qui souhaitent disposer de locaux plus vastes à des prix bien inférieurs à ceux de la région parisienne, de se développer, tout en offrant à leurs collaborateurs une qualité de vie très appréciable, à proximité de grandes métropoles, de la Belgique et de l’Allemagne ».

Jeunes pousses et valeurs sûres Regroupant près de 30 000 habitants, répartis entre villes moyennes (comme VillersCotterêts, Vic-sur-Aisne ou La Ferté-Milon) et communes plus rurales, le territoire dispose de nombreux sites touristiques et historiques, notamment le Château de Villers-Cotterêts, future Cité internationale de la langue française, le Donjon de Vic-

sur-Aisne, le château de La Ferté-Milon ou l’Abbaye de Longpont. Les amateurs de promenade en forêt seront également comblés. « Cette importance des espaces forestiers fait partie de nos atouts. Pour autant, des surfaces constructibles restent disponible et nous ciblons des zones pour l’accueil des entreprises, qui trouvent très vite preneurs. Nous avons aussi créé un Hôtel d’Entreprises, subventionné par l’État, la Région et le Département et géré en partenariat avec la CCI. Nous y proposons quatre ateliers de 250 m2, à des tarifs modérés et évolutifs durant 6 ans, à l’issue desquels nous accompagnons les locataires dans leur recherche de nouveaux locaux classiques. Et l’ensemble de notre territoire sera équipé de la fibre optique dès 2021 ». A noter enfin que de nombreuses grandes entreprises sont implantées depuis longtemps dans la Communauté de communes, notamment le siège de Volkswagen Group France à Villers-Cotterêts qui emploie 750 salariés, l’un des deux sites de production français du groupe Intersnack (qui compte parmi ses marques Vico, créée en 1955 à Vic-sur-Aisne) ou l’une des usines de la société Roquette, l’un des leaders mondiaux des ingrédients innovants d’origine végétale.

CRetz-en-Valois

Vic-sur-Aisne - ©C

9, rue Marx-Dormoy 02600 Villers-Cotterêts Alexandre CLÉMENT Chargé de développement économique Tél. 03 23 96 61 26 Port. 06 86 93 24 26 a.clement@retzenvalois.fr


63

FCN UNE OFFRE DIGITALE ÉLARGIE Le premier groupe d’Expertise comptable et de Commissariat aux Comptes du quart nord-est de la France étoffe sa gamme de services en ligne pour simplifier et sécuriser l’activité de ses clients.

tz-en-Valois

T

out en maintenant la relation de proximité entretenue avec ses 16 500 clients grâce à 570 collaborateurs répartis dans 35 bureaux, majoritairement implantés dans la Marne, l’Aisne, les Ardennes et l’Aube, FCN propose aujourd’hui plusieurs solutions collaboratives en ligne, particulièrement adaptées aux nouvelles attentes des TPE, PME, commerçants, artisans ou professions libérales. Cinq offres correspondant à des besoins différents figurent maintenant dans ce catalogue. La plateforme Ma Gestion comporte 5 modules, pour correspondre au mieux aux besoins des professionnels : facturation (création de devis, facturation en ligne tenant compte de l’évolution des obligations légales, suivi des règlements et des relances clients…), établissement des notes de frais et indemnités de déplacement, suivi des achats et des échéances fournisseurs, récupération automatique des relevés bancaires mis à jour au quotidien, saisie de caisse pour les commerçants ou encore suivi des flux bancaires et estimation du résultat et de l’impôt sur le revenu pour les activités libérales. Ma Compta constitue une solution

de saisie comptable en ligne souple, sécurisée et accessible à tout moment. En temps réel, elle permet l’accès aux informations financières (comptes clients, fournisseurs, trésorerie…), qui sont supervisés par un expert-comptable dédié.

Gain de temps Ma Paie permet de préparer et d’établir des bulletins de paie conformes à la réglementation, d’accéder quand on le souhaite aux éléments de paie, tout en restant en contact permanent avec ses interlocuteurs FCN. Mon Bulletin de Paie Electronique offre la possibilité de créer des fiches de salaire dématérialisées et stockées sans limitation de durée dans un coffre-fort électronique sécurisé et uniquement accessible au collaborateur concerné. Il pourra, s’il le souhaite, y archiver ses propres documents en toute sérénité. Enfin, Mes Documents est un espace de stockage en ligne sécurisé lui aussi, avec un accès illimité aux fichiers fournis par le cabinet, ce qui élimine les chronophages classements ou sauvegardes de documents. Tous ces services en ligne sont accessibles sur un ordinateur, un smartphone ou une tablette, 24h/24 et 7j/7.

45 rue des Moissons BP 40428 51065 Reims cedex Tél. 03 26 77 38 99 www.fcn.fr


CDER LE CONSEIL ET L’ACCOMPAGNEMENT Première Association de Comptabilité et de Gestion de France, avec plus de 12 000 adhérents et 700 collaborateurs, CDER propose notamment les services de conseillers spécialistes des TPE et PME.

I

l y a quelques semaines, Clément Bottan a intégré les équipes de CDER, en tant que conseiller d’entreprise : « ce poste m’amène à travailler sur des aspects très divers de la vie d’une entreprise, que ce soit sur le domaine financier, social ou fiscal, et en collaboration étroite avec des spécialistes en interne. J’interviens dans l’Aube, où CDER possède 3 agences, à Lavau, Bar-sur-Aube et Bar-sur Seine. Mon travail se divise entre conseils ponctuels et accompagnement des adhérents. Dans le premier cas, il s’agit de créateurs, repreneurs ou entrepreneurs installés qui veulent franchir une étape importante pour leur société. Nous leur fournissons les documents nécessaires à leur démarche (prévisionnel, business plan) et nous les conseillons sur la fiscalité ou le statut social à adopter. Nous pouvons également les assister dans leur recherche de financement auprès des banques ».

Suivi de proximité Deuxième mission confiée à Clément Bottan : « je suis chargé d’accompagner tout au long de l’année environ

CDER Conseil gagnant depuis 1956

25 TPE ou PME, dans des secteurs aussi différents que la restauration, les transports, le BTP ou encore la vente de fleurs. Cet accompagnent de nos adhérents ne saurait exister sans la collecte et la saisie des données par le service comptable de CDER : recettes, factures, amortissements ou encore TVA sont autant d’éléments indispensables au suivi d’activité. Grâce à une passerelle entre la comptabilité et les outils de conseil, nous pouvons ainsi établir en temps réel des tableaux de bord que nous ne livrons jamais sans commentaire, explication et conclusion. Nous présentons ces éléments au chef d’entreprise lors d’entretien mensuel, trimestriel ou annuel suivant l’option qu’il a choisi. Généralement, nous nous rendons dans ses locaux, ce qui nous permet de rencontrer ses équipes et de découvrir les équipements et outils dont il dispose. Même si la crise sanitaire a compliqué les choses, cette démarche est essentielle pour livrer des conseils concrets à nos adhérents. La proximité fait partie des valeurs fortes de CDER. En cette période atypique, je les appelle d’ailleurs régulièrement, juste pour prendre de leurs nouvelles ».

Complexe du Mont-Bernard Route de Suippes - BP 511 51006 Châlons-en-Champagne


65

ims – AD

Grand Re

GRAND REIMS / VILLE DE REIMS DISPOSITIFS DE SOUTIEN AUX ENTREPRISES LOCALES Face à une crise sans précédent, la Communauté urbaine et la Ville accompagnent les très petites et petites entreprises, en zone urbaine comme en secteur rural, grâce à 4 dispositifs complémentaires.

«

N

otre objectif est de soutenir les TPE et PME sur notre territoire, qui sont parfois exclues des dispositifs mis en place par la Région ou l’Etat, ou qui ont besoin d’un financement complémentaire aux fonds perçus grâce à ces dispositifs », explique Pierre Georgin, Maire de Champigny et 6e vice-président du Grand Reims, chargé de la relance économique et de l’emploi. Premier de ces 4 dispositifs, l’aide à l’investissement productif. « Pour poursuivre leur développement ou se moderniser, les TPE et PME doivent pouvoir se doter de nouveaux outils. Nous pouvons subventionner ces opérations à hauteur de 20% du montant de l’investissement. Nous avons par exemple soutenu dans les derniers mois l’acquisition d’un matériel de soudure permettant à un ferronnier de se positionner sur davantage d’appels d’offres, ou d’une nouvelle benne adaptée aux chantiers de terrassement pour une société de maçonnerie. D’ici la fin de l’année, nous aurons ainsi aidé une quinzaine d’entreprises ». L’aide au développement

des services à la population en milieu rural concerne quant à lui les communes qui ne faisaient pas partie de l’ex-Reims Métropole : « nous pouvons subventionner jusqu’à 30% des investissements nécessaires à la création de nouveaux produits ou services, comme un relais postal, un point de réception et de dépôt de colis, des services bancaires ou l’achat d’un véhicule pour un service de portage à domicile ». Le fonds FISAC Zone Urbaine Sensible, piloté par la Ville de Reims, s’adresse aux entreprises installées (ou qui souhaitent s’implanter) dans certains quartiers de la Cité des sacres, et permet de subventionner jusqu’à 40% d’un investissement. Enfin, le Fonds de résistance est destiné aux associations et entreprises qui ont besoin de consolider leur trésorerie : « il s’agit d’une avance remboursable, accordée aux structures qui ont fait l’objet d’une fermeture à cause du Covid ou qui ont perdu au moins 25% de leur CA par rapport à leur activité d’avant le mois de mars. 50 entreprises en ont bénéficié depuis son lancement ». A noter que la date limite de dépôt des demandes a été prolongé jusqu’à juin 2021.

Direction du Développement Economique, Commerce et Enseignement Supérieur 5 rue des Marmouzets CS 80036 51722 Reims cedex Tel. 03 26 77 87 50 eco@grandreims.fr


AS ENTREPRISES ACCOMPAGNEMENT ET INNOVATION

AS Entreprises est l’une des associations de gestion et de comptabilité les plus importantes du département. Aider les adhérents à créer de la valeur, en s’appuyant sur leur expertise et des outils innovants, telle est l’ambition de ses 200 collaborateurs.

«A

S signifie Accompagnement et Stratégie, ce qui résume parfaitement nos missions auprès de nos adhérents », souligne le directeur Gilles Pellerin. « Chaque année, nous enregistrons de nouvelles adhésions, essentiellement grâce au bouche-à-oreille. Nous gérons 3500 dossiers, dont 1000 viticulteurs, 1500 exploitants agricoles et 1000 commerçants, dirigeants de PME, professions libérales, associations et groupements. Nos adhérents sont nos patrons, ce qui se traduit concrètement dans notre gouvernance et dans notre approche très proactive de l’accompagnement au quotidien des professionnels. Nous leur proposons de l’expertise comptable et du conseil pluridisciplinaire, en lien avec les spécialistes du Groupe FDSEA 51. Nous nous appuyons également sur des partenaires locaux et la force d’un réseau national (FNAS). Pour aider nos adhérents à piloter leur entreprise et à performer, nous mettons à leur disposition, depuis de nombreuses années, des outils informatiques conçus avec et pour eux. Avec la FDSEA 51, nous sommes membres fondateurs de la

startup WiziFarm, créée il y a 2 ans et connue actuellement pour sa plateforme Mission/“Des bras pour ton assiette”. Elle construit un écosystème de solutions numériques innovantes pour faciliter leur quotidien, les aider à décider et anticiper leurs décisions ».

Approche collective Cette démarche correspond pleinement à l’ADN d’AS Entreprises : « notre lien avec le syndicalisme agricole nous amène presque naturellement à privilégier l’élaboration collective de solutions concrètes, et à placer l’humain au cœur de notre activité. Ainsi, nous proposons à nos adhérents de participer à des clubs pour échanger sur leurs préoccupations et mener leurs projets (diversification, commercialisation du champagne, nouvelles pratiques…). Notre stratégie d’innovation facilite notre adaptation aux nouvelles attentes, aux mutations en cours et au contexte particulier de la crise sanitaire. Pour accompagner ces changements, nous pouvons compter sur la richesse de notre capital humain, pour entretenir la confiance avec nos adhérents et privilégier une relation de proximité », conclut Gilles Pellerin.

Maison des Agriculteurs - 2 rue Léon Patoux - CS 50001 - 51664 Reims Cedex Tél. 03 26 04 96 66 www.as-entreprises.fr


AEDIFICEM

67

EXPERTS DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE Fondé en 2017, ce bureau d’études indépendant est spécialisé dans l’assistance à maîtrise d’ouvrage et la programmation architecturale et urbaine. Il place la qualité environnementale au cœur de sa démarche.

Une démarche innovante Intervenant dans le Grand Est comme dans les Hauts-de-France, en Normandie ou en Ile-de-France, Aedificem affiche une liste conséquente de références : réhabilitation du Conservatoire de Reims, création du datacenter de l’Ecole Normale Supérieure à Paris, études sur plusieurs friches comme la caserne Chanzy de Châlons ou l’usine Belin de Château-Thierry, études de reconversion de nombreux bâtiments de l’ancienne ESPE de Châlons au Prieuré de Binson à Châtillonsur-Marne, construction d’un foyer de vie à Vouziers, transformation d’une église en salle de spectacle pour l’agglomération de Verdun, sans oublier la construction d’immeubles de logements ou de bureaux. Point commun de tous ces projets, une démarche innovante en matière de qualité environnementale et de recours aux matériaux biosourcés : « nous avons développé une vraie technicité dans ce domaine, comme en témoigne notre participation au projet Microville 112 à Courcy, conçu comme une plateforme de résilience phare à l’échelle nationale. Cela passe aussi par des initiatives originales, comme la plantation d’arbres pour compenser le carbone émis par l’ensemble de notre activité, y compris les trajets domicile-travail ».

4 rue Henri Loilier 51370 Champigny Tél. 03 52 62 03 88 www.aedificem.fr contact@aedificem.fr

©Architecte Philippe Gibert

U

n directeur de projet programmiste, un chef de projet architecte et deux administratifs, l’équipe d’Aedificem, qui sera très prochainement complétée par l’arrivée d’un conducteur de travaux, conjugue spécialisation, souplesse et réactivité. « Nous intervenons dans un domaine très pluridisciplinaire », souligne Arnaud Alavant, fondateur et dirigeant de l’entreprise. « Pour apporter un service complet à nos clients tout en cultivant le lien de proximité lié à la taille humaine de notre cabinet, nous avons noué des partenariats avec d’autres intervenants aux compétences essentielles pour un projet de construction, d’aménagement ou de rénovation, notamment des économistes, thermiciens, avocats, experts financiers. Cela nous permet de gérer une opération de A à Z, depuis la définition précise du futur bâtiment en fonction de ses usages (budget de fonctionnement, organisation des espaces, isolation acoustique des locaux, confort thermique…) jusqu’à sa livraison clés en main. Dans tous les cas, nos clients ont affaire à un interlocuteur unique qui gère leur dossier ».


COMMUNAUTE DE COMMUNES VITRY, CHAMPAGNE ET DER DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE DURABLE Les 35 communes de ce territoire misent sur la transition énergétique et la prise en compte des préoccupations environnementales pour favoriser l’activité des entreprises et les emplois non délocalisables.

N

«

ous avons été l’une des premières collectivités françaises labellisée Territoire à Energie Positive », souligne Jean-Pierre Bouquet, Maire de Vitry-leFrançois, Président de la Communauté de communes Vitry, Champagne et Der, et Président délégué de l’association Ecomaires. « L’avènement d’un nouveau modèle, plus respectueux de la planète, est en effet intégré à notre stratégie de développement économique depuis bientôt dix ans, ce qui nous a permis de bénéficier de plusieurs reconnaissances au niveau régional, national et européen, et de nous positionner plus rapidement sur les financements liés au Plan de relance, qui prévoit 30 milliards d’euros sur ces thématiques ».

Un cercle vertueux Loin de se limiter à des déclarations d’intention, cette démarche se traduit par des actions concrètes et des initiatives fortes : « notre nouveau centre aquatique sera

chauffé par la biomasse, pour une émission zéro carbone. Nous avons été sélectionnés par EDF en 2014 pour devenir pilotes dans l’application d’un Système Energétique Décentralisé, qui vise à passer d’un modèle vertical de production et de distribution de l’énergie à un modèle transversal, en recourant aux éoliennes, au solaire, à la méthanisation, mais aussi en utilisant la chaleur fatale émise par les industries pour alimenter le réseau de chaleur de l’une de nos zones industrielles. Pour chacun des projets de construction ou de rénovation que nous lançons, nous priorisons les performances thermiques de l’architecture et des matériaux, pour les bâtiments publics comme pour les logements concernés par notre programme NPRU. Au-delà de ces quelques exemples, notre idée est de créer un cercle vertueux, en permettant aux entreprises, et aux artisans présents sur notre territoire, ou qui souhaitent s’y implanter, de saisir les nouvelles opportunités liées à ce changement majeur de société et de créer de nouveaux emplois qualifiés et non délocalisables ».

Communauté de communes Vitry, Champagne et Der / Ville de Vitry-le-François Hôtel de Ville BP 50420 51308 Vitry-le-François Tél. 03 26 41 22 77 Vitry-le-françois.net


69

MAZARS GROUPE INTERNATIONAL DE PROXIMITE Premier cabinet indépendant européen d’audit, de conseil, de services comptables, fiscaux et juridiques. Mazars s’appuie sur des expertises pluridisciplinaires et une connaissance approfondie du tissu économique régional.

L

e Cabinet Mazars-Champagne fait partie du groupe Mazars, présent dans 91 pays sur les 5 continents. Il compte aujourd’hui 180 collaborateurs répartis sur trois sites : Bezannes, Epernay et Nancy. « Nous travaillons aujourd’hui pour plus de 2000 clients. Notre palette d’expertises couvre l’ensemble des besoins des entreprises : comptabilité, social, juridique, fiscalité, conseil pour accompagner nos clients dans un monde de plus en plus complexe et en pleine accélération », souligne Nathalie Fénart, Experte-comptable, Commissaire aux comptes, Associée et Directrice générale de Mazars Champagne. « Nous sommes aussi dotés d’un pôle d’expertise dédié à la filière Champagne avec des experts spécialisés dans le monde viticole ou dans celui des coopératives. » Mazars-Champagne est aussi très présent dans le secteur de la distribution de proximité : « Nous assurons la tenue des comptes, réalisons des tableaux de gestion mensuels, les bilans ainsi que la paie pour près de 500 magasins agroalimentaires. Autre secteur en développement, notre

pôle immobilier où des experts conseillent nos clients sur l’optimisation de leurs investissements en matière immobilière ou dans le cadre de leur gestion patrimoniale ».

Nouveau logo A noter que Mazars a changé d’identité visuelle depuis le 21 octobre 2020 : « Notre nouveau logo reflète ce que nous sommes, ce que nous faisons, la manière dont nous agissons, aidons nos clients, travaillons tous ensemble et servons l’intérêt général. C’est ce qui fait notre singularité. Plus dynamique, plus moderne, il renvoie également à l’agilité dont nous faisons preuve au quotidien et aux valeurs qui soutiennent nos actions à destination de nos collaborateurs, de nos clients, de nos partenaires et à la société d’une manière plus générale. Les attentes de nos collaborateurs évoluent vers davantage d’engagement social et de responsabilité de l’entreprise. Le bien-être de nos équipes fait partie de nos priorités. Il nous faut donc continuer à évoluer sur tous ces sujets, pour vivre nos valeurs, pour garder nos talents d’aujourd’hui et attirer nos talents de demain. »

MAZARS REIMS 37 rue René Cassin 51430 Bezannes Tél 03 26 79 75 00 reims@mazars.fr MAZARS EPERNAY 17 rue des Archers 51200 Epernay Tél 03 26 25 20 05 epernay@mazars.fr MAZARS NANCY 3 allée d’Auteuil 54500 Vandœuvre-lès-Nancy Tél 03 83 93 39 61 nancy@mazars.fr www.mazars.fr


KNORR-BREMSE SYSTEMES FERROVIAIRES FRANCE EXPERT-EQUIPEMENTIER Installée dans l’agglomération rémoise depuis 1996 et à Tinqueux depuis 2016, cette société est spécialisée dans la conception et la fabrication de matériels embarqués pour les véhicules sur rail.

E

mployant 150 personnes, Knorr-Bremse Tinqueux fait partie des deux sites français (le deuxième, spécialisé dans les véhicules utilitaires étant situé à Lisieux) d’un groupe international, créé en 1905, et leader mondial des systèmes de freins pour véhicules sur rail et sur route. « Nous développons des projets et nous assurons la fabrication de freins, de systèmes de climatisation et de portes destinés aux TGV ou aux TER, pour des constructeurs comme Alstom ou Bombardier, mais aussi aux tramways et autres locomotives », détaille le Président-Directeur général Eric Tassilly. « A l’issue de la période de garantie de ces équipements, qui est généralement de 2 ans, nous proposons aux opérateurs (SNCF, RATP, KEOLIS…) d’assurer leur maintenance et la formation de leur personnel ».

Un marché porteur L’expertise reconnue de l’entreprise lui offre de nombreuses perspectives de développement dans les années qui viennent : « le ferroviaire correspond

pleinement à deux grandes tendances constatées sur le plan mondial. L’urbanisation croissante implique un renforcement du service de transports publics, dans lequel le train est amené à occuper un rôle prépondérant. Car il répond aussi aux préoccupations environnementales, notamment en termes de réduction des émissions de CO2 et d’emprise au sol, et à la recherche de mobilités durables ». A plus court terme, Knorr-Bremse Systèmes Ferroviaires France devrait aussi bénéficier d’évolutions majeures du marché : « la Région Grand Est est en pointe dans le dossier de l’ouverture des TER à la concurrence. Pour nous, cela ouvre de réelles opportunités, car les nouveaux opérateurs ne souhaiteront sans doute pas assurer en interne la maintenance de leurs matériels. Le rachat de Bombardier par Alstom devrait quant à lui déboucher sur une restructuration importante du secteur de la construction ferroviaire, qui peut là encore représenter un potentiel de développement de nos activités ».

9 route de Champigny - ZAC Mont-Saint-Pierre - 51430 Tinqueux Tél. 03 26 89 95 00 knorr-bremse.fr


71

CLAIR ET NET PROPRETÉ DU PROPRE ET DE LA CONFIANCE Depuis 2003, Clair et Net Propreté est la seule entreprise de nettoyage indépendante à Châlons, Reims et Epernay. Vendre du propre, de la confiance, et de l’innovation, tel est son credo.

U

ne entreprise locale de confiance – Clair et Net Propreté a la confiance de grandes maisons de Champagne, mais aussi de collectivités, de syndics de copropriétés, d’administrations et de particuliers dans le triangle Châlons-Reims-Epernay. Ce qui prime pour Cédric Leclerc, le dirigeant de Clair et Net Propreté, c’est le lien de confiance avec ses clients. « On vend du propre mais on vend surtout de la confiance et du sur-mesure », explique-t-il. « Nous proposons à nos clients de travailler sans engagement contractuel pendant un an. Cela leur permet de nous tester et de nous voir à l’œuvre. Nous sommes une entreprise de proximité avec une philosophie bien différente des grands groupes. » Tertiaire, immeubles, commerces, industrie, écoles, restaurants, salles de sport, particuliers, etc. : l’entreprise de nettoyage marnaise s’adapte à toutes les demandes et propose des missions régulières d’entretien comme des interventions occasionnelles de nettoyage et de remise en état. Une équipe d’experts qualifiés – 50 salariés

professionnels du nettoyage déploient des méthodes de travail innovantes et qualitatives, quels que soient le lieu ou la demande du client. « La plupart de nos agents de propreté disposent d’un véhicule de service entièrement équipé. Le matériel est toujours à portée de main, cela apporte efficacité et rapidité. Toutes nos prestations sont géolocalisées et notre personnel ne garde pas les clés le soir, elles restent sous vidéosurveillance », continue Cédric Leclerc. « Nous n’externalisons aucun remplacement de notre personnel. Nous avons une grande souplesse de travail et nous sommes toujours au rendez-vous sur les chantiers de nos clients », insiste-t-il.

Clair et Net Services : des travaux sur-mesure ! Cédric Leclerc a développé une activité complémentaire de travaux. Clair et Net Services est une entreprise dédiée aux travaux de second œuvre, et peut intervenir sur toutes les demandes : installation de cuisine, de salle de bains, pose de moquette, de carrelage, de faïences, plomberie, aménagement de combles, installation de mobilier.

Tél. 03 26 58 61 20 www.clair-et-net-proprete.fr


VDN GROUP LIBÉRATEUR D’ENERGIES DURABLES VDN a su s’imposer comme l’un des acteurs majeurs de la transition énergétique en France, grâce à un savoir-faire reconnu et au développement de solutions innovantes, notamment dans le domaine de l’hydrogène vert.

V

DN a été créée en 2013, et porte aujourd’hui l’équivalent de 400 MW en projets éoliens et de 300 MW en projets photovoltaïques. « Dans un premier temps, notre bureau d’études détecte les lieux favorables à l’installation d’un parc, grâce à des outils cartographiques très pointus, puis analyse l’ensemble des contraintes techniques et environnementales liées à cette implantation », détaille le Directeur général Nicolas Ugalde-Lascorz. « Après cette première étape, nous contactons les élus et habitants du territoire concerné. Ce dialogue et cette concertation sont essentiels dans notre démarche, et s’accompagnent d’études d’impacts complémentaires, confiées à des organismes indépendants. Une fois la faisabilité du projet avérée, nous gérons les démarches administratives et juridiques et l’aménagement du parc ». « Nos parcs éoliens et solaires vont bien au-delà du simple fait de produire une électricité plus propre. Les collectivités ont bien conscience de l’impact sur le développement territorial que peuvent apporter ces équipements. Les retombées que ces infrastructures génèrent permettent ainsi aux collectivités qui les

accueillent de compenser les pertes de dotation de l’État en créant des aménagements de services publiques qui participent directement à l’amélioration du cadre de vie des habitants (crèches, voiries, maison de santé, équipements éco-responsables ...). »

d’hydrogène vert servira également aux particuliers ou aux collectivités pour de la mobilité ». Rendez-vous début 2021 pour en savoir plus sur les détails de ce projet, notamment sur les entreprises et collectivités qui y seront associées.

Mobilités douces VDN a également mis au point des solutions souples et adaptables, couplant éolien ou solaire avec stockage de l’énergie à travers l’hydrogène. « Le projet que nous avons mené à Tupigny, dans l’Aisne, et qui devrait ouvrir au deuxième trimestre 2022, prévoit la mise à disposition gratuite des habitants de bornes de rechargement et de véhicules en libre-service, pour apporter des réponses aux nouveaux problèmes de mobilité. C’est devenu un modèle et une marque de fabrique que l’on nous demande d’appliquer pour nombre de nos projets. Nous prévoyons aussi de développer notre implication dans la production d’hydrogène vert, à travers la création d’un électrolyseur sur la commune de Bazancourt, pour permettre aux industries alentours de remplacer leurs énergies grises par de l’hydrogène vert et réduire ainsi leur production de CO2. Ce point de production

Tour d’Asnières Hall D 4 avenue Laurent Cély 92600 Asnières-sur-Seine Tél. 03 44 57 98 33 www.vdn-group.com


SOCIETE CHRISTOPHE DELAPLACE APPROCHE GLOBALE ET INNOVATIONS Plombier-chauffagiste depuis 16 ans, Christophe Delaplace distribue, installe et entretient, notamment les appareils Ecobulles, un système innovant qui dissout le calcaire grâce à l’injection de CO2 dans l’eau.

E

tude et installation de Pompes à chaleur, installations solaires thermiques, chaudières biomasse ou gaz à condensation, aménagement de salles de bain et équipement pour les personnes à mobilité réduite : les solutions et prestations proposées et réalisées par Christophe Delaplace sont toujours définies sur mesure, en fonction des caractéristiques d’un logement et des besoins de ses habitants. « Je me rends systématiquement chez le client pour cerner au mieux sa demande et je prends le temps nécessaire pour lui proposer les produits qui amélioreront significativement son confort de vie », explique le plombierchauffagiste, installé à Corfélix, à proximité de Montmirail. « Je m’appuie toujours sur une approche globale, pour résoudre l’ensemble des problèmes rencontrés dans un logement. C’est ainsi que j’ai été amené, lors de l’installation de chauffe eau et de l’aménagement de salle de bains, à chercher une solution pour limiter le calcaire dans l’eau, susceptible de compliquer l’entretien des équipements de douche et des sanitaires et qui peut, à terme, ternir. Les

adoucisseurs classiques n’étant pas toujours adaptés à la taille du logement et présentant de nombreux inconvénients (surconsommation d’eau, rejets de polluants aux eaux usées, goût altéré de l’eau de boisson…), je me suis mis en quête d’une solution alternative et j’ai découvert Ecobulles ».

Les vertus du CO2

Mis au point et développé par une société rémoise, ce procédé innovant a un fonctionnement très simple : installé après l’arrivée d’eau générale, Ecobulles injecte du CO2 directement dans l’eau. A la manière du vinaigre blanc mais en beaucoup plus doux, le calcaire est dissout et ne s’incruste plus puisqu’il est transformé en bicarbonate. Grâce à l’apport en CO2, Ecobulles ramène le pH de l’eau proche de celui de la peau et limite les sensations de démangeaisons ou de tiraillements liées au calcaire. La technologique conserve la minéralité de l’eau sans altérer son goût. « L’entretien est très limité : les réglages sont contrôlés une fois par an, au moment du changement de bouteille. Je n’y vois que des avantages ! » conclut Christophe Delaplace.

1 les Culots 51210 Corfélix Tel. 06 31 72 33 80

73


MDC EQUIPEMENTS VINICOLES SUR MESURE

Implantée à Mardeuil, au cœur du vignoble champenois, cette entreprise familiale conçoit et fabrique une gamme complète de machines destinées aux marchés vitivinicole et agroalimentaire.

«A

près une expérience de 20 ans dans le domaine vinicole, j’ai créé mon entreprise en 2003. Elle s’est d’abord appelée MD, pour Mignon Distribution », raconte Armel Mignon, PDG DU groupe MDC. « En 2006, mon fils Jonathan m’a rejoint dans cette aventure, qui compte aujourd’hui une vingtaine de salariés. En 2012, nous avons racheté la société CLEAN, ainsi que 5 brevets sur les différents systèmes de chargement de pressoir, et l’entreprise a été rebaptisée MDC. Nous sommes devenus le leader français sur le marché des chargements de pressoirs automatiques et convoyeurs de caisses, qui représente environ 1/3 de notre chiffre d’affaires. En 2016, nous avons acquis la société Lepère, fabricant de machines à vin, ainsi que les murs et le parc de machines de la société Nivois spécialisée dans la chaudronnerie tous métaux ». Objectif de ces acquisitions : assurer une croissance continue de l’entreprise et lui donner les moyens d’être totalement autonome. « Nous sommes dotés d’un bureau d’études, d’un atelier chaudronnerie tous métaux, d’un atelier chaudronnerie

plastique, d’un atelier usinage et d’un atelier découpe et pliage. Tout cela nous permet de concevoir et réaliser en interne la totalité de nos produits, et de travailler avec beaucoup de souplesse, de réactivité et d’adaptation aux besoins de nos clients, y compris pour des fabrications sur mesure. Pour traduire cette expertise, nous avons d’ailleurs modifié la signification de notre sigle, qui signifie désormais Mignon Développement Conception ». Chargeurs automatiques de pressoir, matériel de remuage automatique, étiqueteuse, machines mixtes pour habiller vins tranquilles ou pétillants, dépalettiseur assisté ou automatique… Impossible de lister ici l’ensemble de la gamme des produits MDC destinés au milieu vinicole, dont les clients sont pour moitié basés en Champagne, pour 40 % dans d’autres vignobles français (Bordelais, Bourgogne ou Val de Loire) et pour 10 % à l’étranger. MDC réalise aussi une part importante de son chiffre d’affaires avec le secteur agroalimentaire, notamment grâce à des laveuses de caisses pour fruits et légumes, abattoirs, volailles vivantes, industries, revalorisation des déchets et des laveuses de palox et caillebotis.

2 rue du Pré Bréda - 51530 Mardeuil Tél. 03 26 53 81 97 m-d-c.fr


CREDIT AGRICOLE DU NORD EST Banque mutualiste 100 % humaine, 100 % locale et 100 % digitale, nous finançons 1 euro investi sur 2.

A

Avec son réseau d’Agences et de Centres d’Affaires sur l’ensemble de son territoire, qui couvre les départements de l’Aisne, des Ardennes et de la Marne, le Crédit Agricole du Nord Est est la banque de : 1 particulier sur 2 ; 9 agriculteurs et viticulteurs sur 10 ; 1 professionnel sur 3 ; 2 entreprises sur 3 ; 7 collectivités locales sur 10. Sur tous ces marchés, le Crédit Agricole du Nord Est est en mesure de proposer une offre de solutions bancaires et d’assurances en s’appuyant notamment sur toutes les expertises du groupe Crédit Agricole et de ses grandes filiales grâce à une complémentarité entre la banque de proximité et les métiers spécialisés. 100 % humain et 100 % digital, le Crédit Agricole du Nord Est propose également la facilité d’usage d’Apy Bank, première banque en ligne du territoire.

QUESTIONS A : FREDERIC ALLAUX DIRECTEUR MARKETING & COMMUNICATION Que retiendrons-nous selon vous de cette année 2020 ? L’année 2020 aura été singulière pour de multiples raisons, d’une part du fait de la crise sanitaire et de ses conséquences sur notre économie et d’autre part compte tenu des difficultés rencontrées par notre agriculture, avec une année faible en rendements. Toutefois, cette période nous aura conduit à renforcer notre proximité avec nos clients et aura été marquée par l’accélération de la digitalisation dans notre relation à distance avec eux comme dans notre organisation interne. En mars dernier, nous avons équipé en un temps record presque tous nos collaborateurs (2 000 personnes) en mobilité. Cela a permis à nos équipes de demeurer présentes pour accompagner tous nos clients, notamment entreprises, professionnels, agriculteurs et viticulteurs, en les contactant pour faire un état des lieux de leur situation et le cas échéant en mettant en œuvre des

solutions adaptées à leur propre situation. Ce sont près de 3 000 Prêts Garantis par l’Etat (PGE) et 10 000 pauses de crédit qui ont été mis en œuvre. Au-delà de l’accompagnement financier, de nombreux clients ont été touchés par nos démarches à leur égard et la proximité de notre soutien. Avec le second confinement, nous avons décidé d’innover en offrant aux commerçants et producteurs locaux de la visibilité sur notre site internet, lequel enregistre des flux de connexions records, notamment en cette période, avec plus de 2 millions de connexions par mois. Cela se traduit par une cartographie interactive des commerces et producteurs locaux en mentionnant si ceux-ci sont ouverts ou proposent des services à distance (Click n’collect, livraison à domicile,…). « Les retours de nos clients sont très positifs et cela nous encourage à développer ce dispositif dans la durée pour favoriser l’économie de proximité sur notre territoire ».

Est-ce un réel facteur différenciant d’être une banque locale en période de confinement ? « C’est effectivement un atout et pas uniquement en période de crise ! » Au quotidien, cela nous confère une très grande réactivité du fait de notre étroite connaissance du territoire et de ses habitants. Nous sommes la seule Banque à avoir conservé son siège social et son centre de décision à Reims. C’est aussi pour cela que de nouveaux clients se tournent vers nous, pour retrouver cette relation de proximité. Enfin, plus qu’une banque locale nous sommes une banque mutualiste. Cela se traduit par une gouvernance qui associe ses clients sociétaires, mais aussi par un principe de solidarité qui s’exprime au travers de nos actions de Mécénat. Par exemple, cette année, nous avons effectué 1 M€ de dons supplémentaires en faveur de nos jeunes et de nos aînés, ainsi qu’au soutien de la Culture.

Crédit Agricole du Nord Est : 170 agences 52 centres d’affaires 1 banque en ligne, APY BANK 1 agence habitat Toutes les décisions sont prises à Reims

75


76

PALMARÈS DES ENTREPRISES

CLASSEMENT

Toutes les entreprises de plus de 100 salariés département par département

LE PALMARÈS DES ENTREPRISES LES PRINCIPAUX ÉTABLISSEMENTS DU NORD-EST DE LA FRANCE Chaque année, l’Union présente un palmarès des plus importants établissements du secteur privé (y compris les associations) situés dans les départements qui composent son territoire, soit 5 départements : Aisne, Ardennes, Aube, Marne, Haute-Marne. Nous avons sélectionné les établissements employant plus de 100 salariés en un même lieu. Si une même entreprise compte plusieurs établissements de plus de 100 salariés, chacun est répertorié et classé selon son effectif. Pour certaines entreprises ayant de nombreux établissements ou agences dispersés, les effectifs ont été regroupés à l’établissement principal (siège ou direction régionale), et l’effectif est alors suivi de *. Ce palmarès est constitué de 5 tableaux, un par département : les principaux établissements du secteur sont présentés par département puis

selon leur activité (agroalimentaire, industrie, construction, commerce, services). Le classement prend en compte le rang de l’établissement selon son effectif dans l’ensemble des établissements du département.

PRINCIPAUX EMPLOYEURS PUBLICS Ce tableau présente les employeurs publics des cinq départements de la zone employant au moins 1 000 salariés : collectivités, armée, centres hospitaliers, universités, administrations, établissements publics. Pour beaucoup d’entre eux, les collaborateurs sont dispersés entre plusieurs établissements, mais nous avons indiqué l’effectif total. Le nombre de salariés est celui indiqué par l’Insee (Fichier Sirene). D’une manière générale, dans chaque département, centres hospitaliers et conseil départemental figurent parmi les principaux employeurs.


77

PALMARÈS DES ENTREPRISES

EMPLOYEURS PUBLICS DE 1 000 SALARIÉS OU PLUS Rang(1) Société (Groupe)

Commune

Activité

Responsable

Effectif

Téléphone

1•

CHU de Reims

Reims

Centre hospitalier

DG Dominique De Wilde

7 751*

03 26 78 78 78

www.chu-reims.fr

2•

Ville de Reims

Reims

Commune

Maire Arnaud Robinet

3 800*

03 26 77 78 79

www.reims.fr

3•

Département de l’Aisne

Laon

Collectivité

Pdt Nicolas Fricoteaux

2 800*

03 23 24 60 60

www.aisne.com

4•

Centre hospitalier St Quentin

Saint-Quentin

Centre hospitalier

Dir. Christophe Blanchard

2 626*

03 23 06 71 71

www.ch-stquentin.fr

5•

Centre hospitalier de Troyes

Troyes

Centre hospitalier

DG Philippe Blua

2 500

03 25 49 49 49

www.ch-troyes.fr

6•

Université Reims Champagne-Ardenne

Reims

Enseignement supérieur

Pdt Guillaume Gelle

2 450*

03 26 91 30 00

www.univ-reims.fr

7•

Département de la Marne

Châlons-en-Champagne

Collectivité

Pdt Christian Bruyen

2 300*

03 26 69 51 51

www.marne.fr

8

Base aérienne 113

Saint-Dizier

Armée

Cdt Col. Julien Fourneret

2 000

03 25 07 71 13

8•

Centre hospitalier CHI Nord Ardennes

Charleville-Mézières

Centre hospitalier

DG Jean-Pierre Mazur

2 000*

03 24 58 70 70

www.hopitaux-nord-ardenne.fr

10

Région Grand Est - site de Châlons

Châlons-en-Champagne

Collectivité régionale

Pdt Jean Rottner

1 900

03 26 70 31 31

11 •

Centre hospitalier de Soissons

Soissons

Centre hospitalier

Dir. Eric Lagardère

1 880

03 23 75 70 70

www.ch-soissons.com

12 •

Communauté urbaine du Grand Reims

Reims

Communauté urbaine

Pdte Catherine Vautrin

1 800

03 26 77 78 79

www.grandreims.fr

12 •

EPSMD de l’Aisne

Prémontré

Santé mentale

DG Laurent Barret

1 800*

03 23 23 66 66

www.epsmd-aisne.fr

14 •

Département des Ardennes

Charleville-Mézières

Collectivité

Pdt Noël Bourgeois

1 750*

03 24 59 60 60

www.cd08.fr

15 •

Centre hospitalier de Châlons

Châlons-en-Champagne

Centre hospitalier

Dir. Hubert Asperge

1 661

03 26 69 60 60

www.ch-chalonsenchampagne.fr

16 •

Département de l’Aube

Troyes

Collectivité

Pdt Philippe Pichery

1 600*

03 25 42 50 50

www.aube.fr

17 •

Ville de Saint-Quentin

Saint-Quentin

Commune

Maire Frédérique Macarez

1 400*

03 23 06 90 00

www.saint-quentin.fr

18 •

Centre hospitalier de Laon

Laon

Centre hospitalier

Dir. Etienne Duval

1 300*

03 23 24 33 33

www.ch-laon.fr

19 •

EPSMM

Châlons-en-Champagne

Santé

Dir. Xavier Dousseau

1 286

03 26 70 37 37

www.epsm-marne.fr

20 •

Département de la Haute-Marne

Chaumont

Collectivité

Pdt Nicolas Lacroix

1 200*

03 25 32 88 88

www.haute-marne.fr

20 •

Groupe Ephese

Liesse-Notre-Dame

Institut Médico éducatif

DG Jérôme Passicousset

1 200*

03 23 22 36 36

20 •

Ville de Charleville-Mézières

Charleville-Mézières

Commune

Maire Boris Ravignon

1 200*

03 24 32 40 00

www.charleville-mezieres.fr

23 •

8e RMAT

Mourmelon-le-Grand

Armée

Lnt-Col FrançoisD’Allafort

1 100*

03 26 63 77 16

www.facebook.com/8eRMAT

23 •

Ville de Châlons-en-Champagne

Châlons-en-Champagne

Commune

Maire Benoist Apparu

1 100*

03 26 69 38 38

www.chalonsenchampagne.fr

25 •

Ville de Troyes

Troyes

Commune

Maire François Baroin

1 050*

03 25 42 33 33

www.ville-troyes.fr

Rang : indique le classement de l’établissement, selon l’effectif, sur l’ensemble des employeurs publics de plus de 1 000 salariés des cinq départements couverts (02, 08, 10, 51, 52) • indique qu’il s’agit du siège social *Effectif de l’établissement, sauf lorsque les effectifs sont suivis de *, il s’agit alors des effectifs totaux, ou de ceux de l’ensemble de la direction territoriale.

Web


78

PALMARÈS DES ENTREPRISES

LE TOP 500 DES ENTREPRISES

Radiographie des plus grosses entreprises de la région Comme chaque année depuis 15 ans, les journaux du groupe L’Union présentent un palmarès des plus importants établissements privés (entreprises et associations) situés dans l’un des cinq départements qui composent leur territoire : Aisne, Ardennes, Aube, Marne, Haute-Marne. Quelles sont ces entreprises, fleurons champardennais, que nous présentons année après années, dont nous suivons l’évolution ou la fluctuation des effectifs, que nous voyons changer de groupe, fusionner, parfois disparaitre ?

NOS BELLES ENTREPRISES Notre enquête annuelle fournit un matériau de première qualité pour analyser les caractéristiques de nos belles entreprises régionales. 60 % des établissements de la sélection sont des sièges régionaux, au premier rang desquels les habitués du Top 5, parmi lesquels on retrouve le groupe Soufflet (céréales, Nogent-sur-Seine), Lustral (propreté, Reims), MHCS (Champagne Moët Hennessy, Épernay), Crédit Agricole du Nord Est (banque & assurances, Reims) et Vivescia (céréales, Reims). Comme un résumé des caractéristiques de l’économie régionale, ce Top 5 illustre la place imposante de l’agroalimentaire, la présence évidente du champagne et le dynamisme de la région de Reims. Sur l’ensemble du palmarès, les données sont bien sûr plus nuancées, mais

Et les associations ? Établissements privés, les associations employant au moins 100 salariés sont présentes dans notre palmarès. 23 d’entre elles y figurent, employant ensemble 9 200 salariés, soit un effectif moyen de 400 salariés. Souvent sièges régionaux de réseaux nationaux, comme l’UDAF, l’APEI ou l’ADMR, elles œuvrent dans l’action sociale ou médico-sociale et l’aide à domicile.

l’agroalimentaire représente tout de même 1 emploi sur 5 (19 000 salariés, soit 21 %) des sièges régionaux de notre sélection, et on retrouve 13 maisons de champagne parmi les 42 entreprises agroalimentaires d’au moins 100 salariés ayant leur siège en région. Quant à la ville de Reims, elle concentre près d’un cinquième des entreprises du Top 500 (soit 87 établissements rémois dans nos tableaux) et un quart des emplois (32 740 sur 143 290). Parmi les entreprises nationales, La Poste est bonne première, année après année, avec 4 900 employés pour la Délégation Champagne-Ardenne. EDF figure en bonne place, avec ses deux centrales nucléaires de Nogent et de Chooz (1 500 salariés), ainsi que les filiales Enedis et RTE, qui en emploient autant. On peut aussi citer la filiale régionale du groupe Eiffage (2 500 salariés) et l’usine PSA (1 600 salariés dans les Ardennes).

ETI ET GRANDES ENTREPRISES Ce palmarès permet aussi de mettre en valeur les ETI*, « entreprises de tailles intermédiaires », entre PME et grandes entreprises, bien ancrées dans leur territoire, et qui jouent un rôle moteur pour le dynamisme régional. Les tableaux des pages suivantes recensent au total 147 ETI ayant leur siège dans l’un des 5 départements. On y trouve à nouveau des entreprises de l’agroalimentaire, comme Cémoi, Bouchers Services, ainsi que les maisons de champagne, mais aussi de belles entreprises industrielles (Lacoste, Axon’Cable, Fonte Ardennaise, Albéa Tubes, Le Creuset, Exel Industrie) ou de services (Polyclinique de Courlancy, Transports Blondel).

Notons aussi quelques grandes entreprises** qui rayonnent à partir de la région : 59 « GE » ayant leur siège en région sont recensées dans notre palmarès, elles ont pour nom : Petit Bateau, Téréos, Cristal Union, Soufflet, sans oublier quelques géants du champagne.

L’EMPLOI A PROGRESSÉ SUR UN AN Ensemble, les 500 établissements de notre palmarès (précisément 495 entreprises) emploient 143 300 salariés, soit une moyenne de 290 salariés par établissement. Malgré une année 2020 que l’on sait difficile, on note une progression de l’emploi par rapport à la dernière édition (282 salariés en moyenne l’an dernier), après une relative stabilité depuis 2017. Cela montre le dynamisme économique des derniers mois avant la crise sanitaire, qui ne s’est pas encore reporté sur les chiffres communiqués cette année par les entreprises. Examinons pour finir la répartition par grand secteur d’activité de nos 495 établissements. L’industrie arrive en tête pour le nombre d’établissements (184, soit 37 %), mais en 2e position seulement pour le nombre d’emplois (44 400, soit 31 %), derrière les services (35 % de l’emploi et 29 % des établissements). L’agroalimentaire arrive en 3e pour l’emploi, représentant 17 % des effectifs totaux, mais en 4e pour le nombre d’établissements (13 %), derrière le commerce (15 % des établissements et 12 % des emplois). Enfin, en 5e position vient la construction, qui représente 5 % des emplois et 6 % des établissements.

Béatrice Picard

* Une entreprise de taille intermédiaire (ETI) est une entreprise qui a entre 250 et 4 999 salariés, et soit un chiffre d’affaires n’excédant pas 1,5 milliard d’e soit un total de bilan n’excédant pas 2 milliards d’e. Les ETI constituent une catégorie d’entreprises intermédiaire entre les petites et moyennes entreprises (PME) et les grandes entreprises. ** Une grande entreprise est une entreprise qui vérifie au moins une des deux conditions suivantes : avoir au moins 5 000 salariés ; avoir plus de 1,5 milliards d’e de chiffre d’affaires et plus de 2 milliards d’e de total de bilan.


79

PALMARÈS DES ENTREPRISES

ENTREPRISES DE PLUS DE 100 SALARIÉS - AISNE Rang(1) Société (Groupe)

Commune

Activité

Responsable

Effectif

Téléphone

Web

AGROALIMENTAIRE 6•

Intersnack France (Intersnack, Allemagne)

Montigny-Lengrain

Produits apéritif

DG Piet Vander Ghinst

538*

03 23 55 44 33

intersnack.fr

9

Nestlé Usine de Boué (Nestlé, Suisse)

Boué

Poudre de lait infantile

Dir. site Luc Niesseron

450

03 23 60 34 00

www.nestle.fr

16

Materne (Mom)

Boué

Compotes

Dir. usine David Becquart

365

03 23 60 30 80

www.materne.fr

19 •

Tereos Siège social

Origny-Sainte-Benoite

Sucrerie-distillerie

Pdt Dir. Alexis Duval

343

03 23 09 32 32

tereos.com/fr

33

Cereal Partners France (Nestlé, Suisse)

Itancourt

Céréales & desserts

Dir. usine Philippe Chappet

267

03 23 50 38 38

45 •

Daunat Picardie (Norac)

Chambry

Sandwiches et salades

Dir. usine Benoit Merot

225

03 23 23 42 90

www.daunat.com

45 •

Fruits Rouges & Co

Laon

Production de fruits

DG Philippe Cervi

225

03 23 28 49 49

www.fruitsrougesandco.com

60

Tereos Sucrerie de Bucy

Bucy-le-Long

Sucrerie-distillerie

Dir. étab. Nicolas Lemaire

195

03 23 53 85 00

tereos.com/fr

61 •

SNC Florepi (Abel + Schäfer, Allemagne)

Guignicourt

Pâtisseries surgelées

Dir. usine Nicolas Fischer

190

03 23 25 79 48

florepi.com

61

WSP (William Saurin Production) (Cofigeo)

Pouilly-sur-Serre

Plats cuisinés

Dir. usine Sébastien Forget

190

03 23 22 33 94

www.william-saurin.fr

70 •

Champignonnière Ruol

Billy-sur-Aisne

Champignons frais

Gérants A, D, E Ruol

180

03 23 72 22 22

www.champignons-ruol.com

94

Mondelez France Biscuits Production (Mondelez International, USA)

Jussy

Biscuiterie

Dir. usine Sébastien Ciemniewski

140

03 23 63 58 00

www.mondelezinternational.com

100 •

Babynov

Montigny-Lengrain

Produits diététiques

Dir. indus. Ludovic Bègue

130

03 23 72 97 10

100

Mondelez France Biscuits Production (Mondelez International, USA)

Vervins

Biscuiterie

Dir. usine Julien Picart

130

03 23 91 33 80

www.mondelezinternational.com

111

Roquette Frères

Montigny-Lengrain

Protéines végétales

Dir. étab. Jérémy Dieu

115

03 23 55 40 00

fr.roquette.com

119 •

Sodeleg (Alliance)

Athies-sous-Laon

Déshydratation d’Oignons

DG Jean-Xavier Lévêque

102

03 23 24 56 36

www.sodeleg.com

Production automobile

Pdt Dir. Thierry Lespiaucq

754*

03 23 73 80 80

volkswagengroup.fr

INDUSTRIE 1•

Volkswagen Group France (Volkswagen Group, Allemagne)

Villers-Cotterêts

3•

Novacel Ophtalmique (Essilor)

Château-Thierry

Verre plat

DG Jenkiz Saillet

550*

03 23 83 88 88

novacel-optical.com

4•

West Pharmaceutical Services France SA (West, USA)

Le Nouvion-enThiérache

Articles en élastomère

DG Alain Wolf

549

03 23 97 88 88

www.westpharma.com

Rang : indique le classement de l’établissement sur l’ensemble des plus gros établissements du département, selon l’effectif. • indique qu’il s’agit du siège social *Effectif de l’établissement, sauf lorsque les effectifs sont suivis de *, il s’agit alors des effectifs totaux, ou de ceux de l’ensemble de la direction territoriale.

ACTIVENCE

Parc d’activités du Val de Vence de Charleville-Mézières

A LOUER

EN ZONE ARTISANALE ET DISPONIBLE DE SUITE Cellules de 350 m² avec bureau, sanitaires, vestiaires et surface de production de 300 m² environ. Accès facile depuis l’Autoroute Site clôturé

03 24 57 96 42 amanesse@proteame.fr

ATELIERS ARTISANAUX DE SEDAN Zone d’activités économiques de Torcy-Sedan


80

PALMARÈS DES ENTREPRISES

AISNE Rang(1) Société (Groupe)

Commune

Activité

Responsable

Effectif

Téléphone

Web

AGROALIMENTAIRE 6•

Intersnack France (Intersnack, Allemagne)

Montigny-Lengrain

Produits apéritif

DG Piet Vander Ghinst

538*

03 23 55 44 33

intersnack.fr

9

Nestlé Usine de Boué (Nestlé, Suisse)

Boué

Poudre de lait infantile

Dir. site Luc Niesseron

450

03 23 60 34 00

www.nestle.fr

16

Materne (Mom)

Boué

Compotes

Dir. usine David Becquart

365

03 23 60 30 80

www.materne.fr

19 •

Tereos Siège social

Origny-Sainte-Benoite

Sucrerie-distillerie

Pdt Dir. Alexis Duval

343

03 23 09 32 32

tereos.com/fr

33

Cereal Partners France (Nestlé, Suisse)

Itancourt

Céréales & desserts

Dir. usine Philippe Chappet

267

03 23 50 38 38

45 •

Daunat Picardie (Norac)

Chambry

Sandwiches et salades

Dir. usine Benoit Merot

225

03 23 23 42 90

www.daunat.com

45 •

Fruits Rouges & Co

Laon

Production de fruits

DG Philippe Cervi

225

03 23 28 49 49

www.fruitsrougesandco.com

60

Tereos Sucrerie de Bucy

Bucy-le-Long

Sucrerie-distillerie

Dir. étab. Nicolas Lemaire

195

03 23 53 85 00

tereos.com/fr

61 •

SNC Florepi (Abel + Schäfer, All.)

Guignicourt

Pâtisseries surgelées

Dir. usine Nicolas Fischer

190

03 23 25 79 48

florepi.com

61

WSP (William Saurin Production) (Cofigeo)

Pouilly-sur-Serre

Plats cuisinés

Dir. usine Sébastien Forget

190

03 23 22 33 94

www.william-saurin.fr

70 •

Champignonnière Ruol

Billy-sur-Aisne

Champignons frais

Gérants A, D, E Ruol

180

03 23 72 22 22

www.champignons-ruol.com

94

Mondelez France Biscuits Production (Mondelez International, USA)

Jussy

Biscuiterie

Dir. usine Sébastien Ciemniewski

140

03 23 63 58 00

www.mondelezinternational.com

100 •

Babynov

Montigny-Lengrain

Produits diététiques

Dir. indus. Ludovic Bègue

130

03 23 72 97 10

100

Mondelez France Biscuits Production (Mondelez International, USA)

Vervins

Biscuiterie

Dir. usine Julien Picart

130

03 23 91 33 80

www.mondelezinternational.com

111

Roquette Frères

Montigny-Lengrain

Protéines végétales

Dir. étab. Jérémy Dieu

115

03 23 55 40 00

fr.roquette.com

119 •

Sodeleg (Alliance)

Athies-sous-Laon

Déshydratation d’Oignons

DG Jean-Xavier Lévêque

102

03 23 24 56 36

www.sodeleg.com

INDUSTRIE 1•

Volkswagen Group France (Volkswagen Group, Allemagne)

Villers-Cotterêts

Production automobile

Pdt Dir. Thierry Lespiaucq

754*

03 23 73 80 80

volkswagengroup.fr

3•

Novacel Ophtalmique (Essilor)

Château-Thierry

Verre plat

DG Jenkiz Saillet

550*

03 23 83 88 88

novacel-optical.com

4•

West Pharmaceutical Services France SA (West, USA)

Le Nouvion-enThiérache

Articles en élastomère

DG Alain Wolf

549

03 23 97 88 88

www.westpharma.com

8•

MBK Industrie (MBK Yamaha)

Rouvroy

Cycles, motos, scooters

Vice-Pdt François Mazure

500

03 23 51 45 55

www.mbk.fr

9•

Le Creuset

Fresnoy-le-Grand

Cocotes en fonte

Pdt CA Paul Van Zuydam

450

03 23 06 22 22

www.lecreuset.fr

21

Eurokera (Saint-Gobain et Corning)

Chierry

Verre vitrocéramique

Dir. usine Frédéric Fayard

330

03 23 84 85 00

eurokera.com/fr

22

DSP SAS Site de Chauny (DuPont)

Chauny

Parachimie

Dir. usine Thierry Walther

320

03 23 38 34 56

www.dupontdenemours.fr

24 •

MW France (Magnetto Wheels) (CLN, Italie)

Tergnier

Sous-traitant automobile

PDG Pascal Pégé

300

03 23 38 65 00

www.gruppocln.com

24 •

Soprocos (L’Oréal)

Gauchy

Cosmétique en aérosols

DG Sofie Cabooter

300

03 23 51 35 00

34

Site industriel Bayer Crop Science SP (Bayer, Allemagne)

Marle

Conditionnement

Dir. site Jean-Marc Pujo

260

03 23 21 71 00

www.bayer.fr

37

Camille Fournet

Tergnier

Maroquinerie

PDG Jean-Luc Dechery

258

03 23 57 80 00

www.camillefournet.com

38

AML - Systems (Johnson-Electric, Hong-Kong)

Hirson

Sous-traitant automobile

Dir. usine Samya Halzoun

250

03 23 58 85 02

www.aml-systems.com/fr

38 •

ESE (Eberspächer, Allemagne)

Saint-Michel

Sous-traitant automobile

Dir. Francis Maine

250

03 23 58 86 00

www.eberspaecher.fr

38

Noirot (Müller)

Laon

Appareils de chauffage

PDG René Teurquetil

250

03 23 27 31 99

www.noirot.fr

49

ENEDIS Direction Aisne (EDF)

Saint-Quentin

Distribution d’énergie

Dir. dép. Philippe Siguret

220*

03 26 04 90 00

www.enedis.fr

51 •

Fapagau et Compagnie (L’Oréal)

Gauchy

Parfumerie

Dir. Philippe Lemaire

210

03 23 64 64 20

www.loreal.com

53 •

Nespoli France (Nespoli, Italie)

La Capelle

Fabrication de pinceaux

DG Pierre Simler

200

03 23 97 50 50

www.nespoligroup.fr

59 •

Zehnder Group Vaux Andigny (Zehnder Group, Suisse)

Vaux-Andigny

Fabrication de radiateurs

Pdt Thierry Baschet

198

03 23 66 88 00

www.zehnder.fr

61 •

CSP Paris Fashion Group (Int. Fashion Group, Italie)

Fresnoy-le-Grand

Textile

Pdt CA Arturo Tedoldi

190

03 23 09 33 00

www.well.fr


81

PALMARÈS DES ENTREPRISES

AISNE Rang(1) Société (Groupe)

Commune

Activité

Responsable

Effectif

Téléphone

Web

61 •

Mahle Filtersysteme (Mahle, All.)

Seboncourt

Sous-traitant automobile

DG David Cordier

190

03 23 09 31 00

www.mahle.com

61 •

Qualipac Chateau-Thierry (Pochet)

Château-Thierry

Plasturgie

DG Thierry Rabu

190

03 23 83 89 89

www.groupe-pochet.fr

69 •

Godin (Cheminées Philippe France)

Guise

Appareils de chauffage

Dir. site Philippe Jacob

189

03 23 05 70 00

www.godin.fr

70

Faurecia Interieurs Saint-Quentin

Saint-Quentin

Sous-traitant automobile

Dir. site Jean Venet

180

03 23 05 51 00

www.faurecia.com

75 •

Defta Essomes

Essomes-sur-Marne

Sous-traitant automobile

Dir. usine Frédéric Gebhardt

170

03 23 83 86 00

defta.eu

75 •

Ondulys Saint Quentin (VPK)

Morcourt

Carton ondulé

Pdt CA Philippe Tran

170

03 23 06 15 15

www.vpkgroup.com/fr-fr

78

Crown Emballage (Crown, USA)

Laon

Emballage métallique

Dir. usine Philippe Gauthier

163

03 23 23 69 00

www.crowncork.com

81

LVMH Fragrance Brands

Vervins

Parfumerie

Dir. site Franck Dubost

155

03 23 91 69 00

www.lvmh.fr

83

Nexans France

Bohain-en-Vermandois

Câbles électriques

Dir. usine Cédric Schawlb

154

03 23 07 51 50

www.nexans.fr

84

Skydôme (Smac)

Sons-et-Ronchères

Équipements industriels

Dir. usine Thierry Badet

150

03 23 21 79 90

www.skydome.eu

84 •

Sulzer Ensival Moret France (Sulzer, Suisse)

Saint-Quentin

Industrie mécanique

DG Patrick Berthier

150

03 23 62 91 00

www.sulzer.com

84

Verallia France

Cuffies

Bouteilles en verre

150

03 23 53 89 00

www.verallia.com

94 •

Everbal (Exacompta Clairefontaine)

Evergnicourt

Papier

Dir. étab. Yves Strub

140

03 23 23 62 80

www.exacomptaclairefontaine.fr

94

Veolia Eau Territoire Aisne

Chauny

Eau et assainissement

Dir. territ. Yves Bourgeois

140

03 23 39 72 54

www.veoliaeau.com

100

Saica Pack Venizel (Saica, Esp.)

Acy

Carton ondulé

Dir. usine Jean-Luc Lebeury

130

03 23 72 23 23

www.saica.com/fr

100 •

Tata Steel France Bât. et Systèmes (Tata, Indo-Anglo-Néerlandais)

Chauny

Profilage

Dir. Laurent Thery

130

03 23 40 66 66

www.tatasteelconstruction.com

104 •

CoreDux France SAS (Coredux)

Epaux-Bézu

Tuyauteries métalliques

DG Julien Fauquenoy

129

03 23 83 80 64

www.coredux.com

105

Asteelflash Ile-de-France

Mercin-et-Vaux

Électronique

Dir. site Nicolas Wache

126

03 23 75 58 00

www.asteelflash.com

107 •

Etirex (Chromalox)

Noyant-et-Aconin

Résistances électriques

Dir. Opérations Marc Chefson

121

03 23 74 39 39

www.chromalox.fr

108 •

Etablissements Groebli

Soissons

Chaudronnerie, usinage

Pdt Dir. Olivier Maroille

120

03 23 59 94 74

www.groebli.fr

108 •

Saica Paper (Saica, Espagne)

Venizel

Papier

Dir. usine Renaud Guilianelli

120

03 23 75 30 00

www.saica.com/fr

112 •

Maguin SAS (Moret Industries)

Charmes

Équipements industriels

DG Eric Remisz

110

03 23 56 63 00

www.maguin.com

112

Vossloh Cogifer (Vossloh, Allemagne)

Fère-en-Tardenois

Métallurgie

Dir. étab. Christophe Dodin

110

03 23 82 58 88

www.vossloh.com/fr

116 •

BIPA (Liebot)

Vailly-sur-Aisne

Menuiseries PVC

DG Franck Hervochon

106

03 23 76 38 38

www.bipa.fr

116 •

NTN Transmissions Europe Crézancy (NTN Corporation)

Crézancy

Forge / Outillage

Dir. usine Antoine Selosse

106

03 23 71 50 00

www.ntn-snr.com

120

Serimax (Vallourec)

Villers-Cotterets

Soudure

Dir. site Arnaud Jozefacki

100

03 23 96 56 00

www.serimax.com

Gauchy

Génie climatique

DG Nathalie de Romance

520°

03 23 62 48 72

www.missenard-quint.com

CONSTRUCTION 7•

Société Missenard Quint B DR

INJECTION PLASTIQUE & OUTILLAGE L ’ I N N O V A T I O N 26 bis rue Joliot Curie - 08440 VIVIER-AU-COURT Dirigeant : Thierry Collet Responsable commercial : Benoît Coutier 03 24 52 89 20 bcoutier@ceva-tech.com

P E R M A N E N T E

www.ceva-tech.com


82

PALMARÈS DES ENTREPRISES

AISNE Rang(1) Société (Groupe)

Commune

Activité

Responsable

Effectif

Téléphone

Web

53 •

SAC (Sté anizienne de Construction)

Anizy-le-Château

Grosœuvre

Gérant Nicolas Cozzarin

200

03 23 80 10 13

84 •

Société Laonnoise de Tvx publics

Etouvelles

Travaux publics

Dir. Tanguy Carval

150

03 23 26 30 00

sltp2.com

93 •

TPA - Groupe Eiffage TP

Athies-sous-Laon

Travaux publics

Dir. de Filiale Laurent Camut

142

03 23 24 66 00

www.eiffage.com

112

Eiffage Construction Picardie - Aisne

Soissons

Bâtiment, gros œuvre

Resp. agence Giovanni Dilena

110

03 64 18 00 42

www.eiffageconstruction.com

COMMERCE 17

Cora Soissons

Soissons

Hypermarché

Dir. magasin Philippe Duhem

360

03 23 73 88 88

www.cora.fr

24 •

Centre E. Leclerc Casteldis

Château-Thierry

Hypermarché

Pdt CA Benoît Pezet

300

03 23 84 28 72

www.e-leclerc.com

24

Orexad Soissons (Rubix)

Ploisy

Fournitures industrielles

Dir. logistique Bruno Costel

300

03 23 75 08 07

www.orexad.com

24 •

Pillaud Matériaux (Pillaud – Bataille)

Épaux-Bézu

Négoce de matériaux

Pdt Gérard Pillaud

300

03 23 69 51 89

www.pillaud-materiaux.com

30

Auchan

Fayet

Hypermarché

Dir. site Jean-François Larronde

295

03 23 67 84 00

www.auchan.fr

31 •

Centre E. Leclerc Laondis

Chambry

Hypermarché

DG Béatrice Rodot

280

03 23 27 77 30

www.e-leclerc.com

44 •

Ternoveo (Advitam)

Saint-Quentin

Négoce agricole

DG Xavier Harlé

227

03 23 68 19 62

ternoveo.com

45 •

Alkor

Saint-Quentin

Fournitures de bureau

DG Laurent Proy

225

03 23 06 64 74

www.alkor-groupe.com

49 •

Centre E. Leclerc - Contoydis (Enseigne Leclerc)

Harly

Hypermarché

Dir. Laurent Prache

220

03 23 50 77 88

www.e-leclerc.com

53

Auchan Viry Noureuil

Viry-Noureuil

Hypermarché

Dir. étab. Eric Pailleux

200

03 23 57 82 60

www.auchan.fr

53

Cora Saint-Quentin

Saint-Quentin

Hypermarché

Dir. magasin Fabrice Bourdin

200

03 23 65 54 00

www.cora.fr

61

Carrefour Laon

Laon

Hypermarché

Dir. magasin JC. Poulain

190

03 23 26 79 79

www.carrefour.fr

70 •

Intermarché Sodiag

Gauchy

Hypermarché

Dir. Mathieu Legrand

180

03 23 50 33 77

www.intermarche.com

70

Wicona (Sapa Building Systems)

Courmelles

Menuiserie aluminium

Dir. Michel Bafoil

180

03 23 59 82 00

www.wicona.fr

74 •

Supermarchés LCC (Coopérateurs de Champagne)

Etampes-sur-Marne

Chaîne de magasins

DG Didier Hooymans

172

03 23 69 65 00

www.coopchampagne.fr

75

Auchan

Hirson

Hypermarché

Dir. Fabien Crampon

170

79 •

Centre E. Leclerc Villerdis

Villers-Cotterêts

Hypermarché

Pdt Christian Talleux

160

03 23 96 10 87

www.e-leclerc.com

81 •

Carrefour Layne

Château-Thierry

Hypermarché

Dir. Alain Truc

155

03 23 85 41 79

www.carrefour.fr

84

Sonelog Agence St-Quentin (Sonepar)

Saint-Quentin

Grossiste matériel électr.

Dir. agence Olivier Baccaro

150

03 23 60 16 01

www.sonepar.com/fr

94 •

Intermarché Lacacha

Chauny

Hypermarché

DG Marc Legrand

140

03 23 38 02 04

www.intermarche.com

99 •

Centre E. Leclerc Disbeau

Beautor

Hypermarché

PDG Xavier Hennequin

137

03 23 56 61 20

www.e-leclerc.com

120 •

Centre E. Leclerc Sodhirs

Buire

Hypermarché

Pdt Cédric Pouillon

100

03 23 58 39 06

www.e-leclerc.com

120 •

Melitta France SAS

Chézy-sur-Marne

Filtres a café

DG Marie Pierre Grand

100*

03 23 82 51 00

www.melitta.fr

03 23 99 22 22

SERVICES 2•

Clésence (Action Logement)

Saint-Quentin

Logement social

DG Eric EfraÏm Balci

700

03 23 50 70 70

www.clesence.fr

5

Hôpital Villiers-Saint-Denis (Renaissance Sanitaire)

Villiers-Saint-Denis

Centre hospitalier

Dir. Eric Petit

547

03 23 70 75 22

www.larenaissancesanitaire.fr

11

FM Logistic

Château-Thierry

Logistique/Entreposage

Dir. site Vincent Morel

430

03 23 84 24 30

www.fmlogistic.fr

12 •

Les Transports Blondel

Morcourt

Transport de marchandises

Pdt Groupe Grégoire Blondel

420

03 23 06 12 98

www.groupe-blondel.com

13 •

Houtch Transports

Fresnoy-Le-Grand

Transports & logistique

DG Hugues Houtch

400*

03 23 09 34 00

www.houtch-plateforme.com

14 •

APEI des 2 Vallées

Coyolles

Action sociale

DG Frédéric Hyacinthe

380

03 23 96 60 98

www.apei2vallees.fr

15 •

RTA

Gauchy

Transport de voyageurs

Dir. Joël Grzeziczak

366

03 23 50 68 70

www.rta02.fr

17 •

SARL Papin

Soize

Transport de fret

Gérant Philippe Papin

360*

03 23 21 58 30

20

AMSAM

Soissons

Aide & soins à domicile

DG Murielle Hyacinthe

338

03 23 75 51 00

amsam.net

22

Center Parcs Domaine Lac d’Ailette (Pierre et Vacances)

Chamouille

Domaine résidentiel

Dir. site Claude Costella

320

03 23 25 00 00

www.centerparcs.fr

24 •

Apei Les Papillons Blancs

Saint-Quentin

Action sociale

DG Marc Lonnoy

300

03 23 64 47 24

apei-saint-quentin02.fr


83

PALMARÈS DES ENTREPRISES

AISNE Rang(1) Société (Groupe)

Commune

Responsable

Effectif

Téléphone

Web

32

FM Logistic

Epaux-Bezu

Transport routier

Dir. site Sébastien Lalesnel

268

03 23 83 97 70

34 •

Hôpital privé Saint-Claude (Elsan)

Saint-Quentin

Activités hospitalières

Dir. Philippe Guibon

260

03 59 753 754

34 •

Transports Citra (Blondel)

Morcourt

Transports & logistique

DG Jérôme Juteau

260*

03 23 06 11 06

www.groupe-blondel.com

38 •

Aid’Aisne

Saint-Quentin

Aide à domicile

DG Dominique Villa

250

03 23 06 12 64

www.aid-aisne.fr

42 •

Caille Archives (Holding Caille)

Laon

Archivage & logistique

PDG Bertrand Caille

245*

03 23 23 54 99

www.caille-sa.fr

43 •

APEI de Soissons Papillons Blancs

Soissons

Action sociale

DG Marc Lonnoy

230*

03 23 53 01 21

www.apeisoissons.fr

45 •

Transports Delmotte

Buironfosse

Transport de marchandises

PDG Gontran Hersoy

225

03 23 97 57 00

www.transports-delmotte.com

51

Onet Services Agence de l’Aisne

Crouy

Entretien, nettoyage

Dir. agence Angélique Da Silva

210

03 23 93 04 32

fr.groupeonet.com

53 •

ADSEA

Laon

Action sociale

DG David Tiranno

200*

03 23 23 24 66

53

XPO Volume France Régional (XPO Logistics, USA)

Crouy

Transport de marchandises

Dir. rég. Hubert Delplace

200

03 23 73 14 92

europe.xpo.com/fr

61 •

Agenor Picardie Champagne (Agenor)

Villeneuve-SaintGermain

Nettoyage industriel

DG Christian Norel

190

03 23 53 27 30

www.agenor.fr

61 •

Art’Propreté

Saint-Quentin

Nettoyage de bâtiment

Gérant Christophe Deniau

190

03 60 52 16 19

www.art-proprete.com

79 •

A2 Mac1

Hary

Solutions benchmarking

PDG Jacques Leveillé-Nizerolle

160

03 23 98 49 66

portal.a2mac1.com/fr

84 •

Château de la Source (Domusvi)

Nogent-l’Artaud

Maison de retraite

Dir. Pascal Lhotelain

150

03 59 28 15 78

www.chateaudelasource.com

84 •

Doucy Transports - SDT

Homblières

Transports & logistique

Dir. Benoit Doucy

150

03 23 08 81 64

www.doucy-transports.com

84 •

Le Relais Nord Est Ile-de-France

Ploisy

Entreprise d’insertion

Pdt CA Emmanuel Pilloy

150

03 23 53 43 72

www.lerelais-soissons.org

84 •

Productions Freddy Hanouna

Neuilly-Saint-Front

Productions de spectacles

Pdt Fradji Hannouna

150

03 23 71 11 00

www.prod-fh.com

94 •

Agenor Saint-Quentin

Essigny-le-Grand

Nettoyage industriel

Gérant Bertrand Fournier

140

03 23 68 00 00

www.agenor.fr

106

Adrexo (Hopps Group)

Gauchy

Distribution d’imprimés

Adj. chef ctre Nicolas Sené

125

03 23 04 21 79

www.adrexo.fr

108

Comdata Site de Soissons (Comdata, Italie)

Soissons

Centre de relation client

Dir. site Rachid Aboulouard

120

03 22 82 02 02

france.comdatagroup.com/fr

112

ECP France (Areas)

Chamouille

Restauration de voyage

Dir. site Vincent Delcourt

110

03 23 25 01 53

areas.com/fr

118 •

Transdev Mobilités du SaintQuentinois (Transdev)

Saint-Quentin

Transports publics

Dir. Nicolas Bayard

104

03 23 06 19 06

www.buspastel.fr

120 •

Asept

Saint-Quentin

Entretien, nettoyage

Gérant Philippe Lambert

100

03 23 05 44 07

www.asept.net

120

Derichebourg Propreté & Serv. Associés (Derichebourg Multiservices)

Soissons

Nettoyage

Resp. agence Frédéric Cliquet

100

03 23 53 78 21

www.derichebourg.com

120

RLST Elis Picardie

Saint-Quentin

Blanchisserie

Dir. Arnaud Lejeune

100

03 23 65 65 75

www.elis.com

120

Kuehne + Nagel Soissons

Villeneuve-SaintGermain

Supply Chain

Dir. site Alain Lahaye

100

03 23 75 61 00

fr.kuehne-nagel.com

www.fmlogistic.com

2000708621

Activité

1996-2020

PARIS - REIMS - NANCY STRASBOURG - LYON AVIGNON - SHANGHAI - BARCELONE


84

PALMARÈS DES ENTREPRISES

ARDENNES Rang(1) Société (Groupe)

Commune

Activité

Responsable

Effectif

Téléphone

Web

AGROALIMENTAIRE 2•

BS (Bouchers Services)

Remilly-Aillicourt

Viande 2e transformation

DG Anne-Sophie Tyli-Robin

1 300*

02 99 02 52 80

www.bouchers-services.com

48 •

Canelia Rouvroy Poudre (Lactalis)

Rouvroy-sur-Audry

Lait en poudre

Dir. usine Denis Wolfert

110

03 24 35 82 33

www.lactalis.fr

48

Mondelez usine de Charleville (Mondelez International, USA)

Charleville-Mézières

Biscuiterie

Dir. usine. Vincent Rouseau

110

03 24 52 65 10

www.mondelezinternational.com

58

Nestlé Usine de Challerange (Nestlé, Suisse)

Challerange

Poudre de lait

Dir. usine Tony Do Rio

100

03 24 71 10 55

www.nestle.fr

INDUSTRIE 1

PSA - Site des Ayvelles

Villers-Semeuse

Fonderie alu et fonte

Dir. site Patrice Peslier

1 596

03 24 36 40 40

3

Centrale nucléaire de Chooz (EDF)

Chooz

Centrale nucléaire

Dir. Laurent Berthier

769

03 24 36 30 00

www.edf.fr

4•

La Fonte Ardennaise

Vivier-au-Court

Fonderie - Usinage

DG Emmanuel Grosdidier

700

03 24 53 64 70

www.la-fonte-ardennaise.fr

6•

Hanon Systems Charleville (Hanon Systems, Corée du Sud)

Charleville-Mézières

Équipement automobile

DG Mustapha Khelladi

440*

03 24 59 59 59

www.hanonsystems.com

11 •

Amphenol Air LB (Amphenol Corporation)

Carignan

Connecteurs

DG Gilles Dardenne

321

03 24 22 78 49

www.amphenol-airlb.fr

12

FAI Usine (Faurecia)

Mouzon

Equipementier automobile

Dir. usine Damien Cholet

320

03 24 27 86 86

www.faurecia.fr

14 •

Maroquinerie des Ardennes (Hermès)

Bogny-sur-Meuse

Maroquinerie

Dir. Pierre Pezerat

280

03 24 32 36 43

www.hermes.com

15

FAI Centre de recherche (Faurecia)

Mouzon

Centre de recherche

Dir. étab. Jean-Luc Romain

250

03 24 27 86 86

www.faurecia.com

15 •

Invicta

Donchery

Fonderie et émaillerie

Dir. indus. Farid Kaouane

250*

03 24 27 71 71

www.invicta.fr

17 •

BEMACO

Warq

Pièces en béton

Gérant Pascal Urano

245

03 24 56 57 80

www.bemaco.fr

19

Tarkett France

Glaire

Plasturgie

Dir. site Bertrand Malet

230

03 24 29 84 00

www.tarkett.com

20 •

AFS Sedan SAS

Glaire

Cylindres de laminoir

Dir. opérationnel Emmanuel Vega

203

03 24 22 34 00

www.afs-sedan.com

21

ENEDIS - Direction Ardennes (EDF)

Charleville-Mézières

Distribution d’énergie

Dir. territ. Stéphane Allain

198*

03 24 59 50 56

www.enedis.fr

22

Walor Bogny (Walor, Division Forming)

Bogny-sur-Meuse

Sous-traitant automobile

Dir. site Patrick Beuscart

196

02 40 26 31 75

www.walor.com

23 •

Unilin Panels (Mohawk, USA)

Bazeilles

Revêtements de sol

Dir. usine Jérôme Auboin

195

03 24 22 70 70

www.unilin.com/fr

25 •

Nexans Interface

Vrigne-aux-Bois

Matériel de télécom

PDG Arnaud Piechaczyk

194*

03 24 52 61 61

www.nexans.fr

26 •

Forgex France (Forgex Metcap)

Monthermé

Estampage à chaud

Pdt Adrien Faitrop

190

03 24 59 62 59

www.forgex.fr

29 •

Trefimétaux (KME, Allemagne)

Fromelennes

Tubes en cuivre

Dir. site Guy Salvi

189

03 24 42 64 00

www.trefimetaux.fr

33

Smurfit Kappa Cartonnerie de Réthel (Smurfit Kappa Group, Irlande)

Rethel

Carton ondulé

Dir. site Antoine Cailleton

158

03 24 39 61 61

www.smurfitkappa.com/fr

35 •

Établissements Raymond Barré SA

Les Hautes-Rivières

Forge et estampage

PDG Régis Barré

150

03 24 53 42 18

www.barefor.com

35 •

NPA (Nexans Power Accessories)

Donchery

Câbles

Dir. site Laurent Rogowski

150

03 24 27 78 50

www.nexans.fr

39 •

NPL (ILA)

Gespunsart

Découpage emboutissage

Dir. usine Philippe Catel

134

03 24 53 85 22

www.npl.fr

40 •

La Foulerie (Fomas, Italie)

Carignan

Laminage

DG Davide Ornato

130

03 24 29 87 87

www.fomasgroup.com

40

Nexans France

Fumay

Matériel électrique

Dir. étab. Nicolas Roudaut

130

03 24 41 51 00

www.nexans.fr

43

Amada Europe (Amada, Japon)

Charleville-Mézières

Machines outils

Dir. usine David Schirmer

120

03 24 56 80 90

www.amada.fr

43

Carbody (Bavaria Ind. & AG, Italie)

Rethel

Sous-traitant automobile

DG Stéphane Charre

120

03 26 84 48 00

www.carbody.eu/fr

48 •

Marcel France Mécano Galva

Vrigne-aux-Bois

Usinage

Pdt Dir. Pierre Marin

110

03 24 52 14 05

www.mfmg.fr

48 •

Sum Tech (Quarre Holding)

Charleville-Mézières

Mécano-soudure

Pdt Xavier Pingret

110

03 24 59 55 55

56 •

A. Schulman Plastics (LyondellBasell, Allemagne)

Givet

Plasturgie

Dir. usine François Simons

104

03 24 42 71 61

www.lyondellbasell.com

57

ArcelorMittal France

Mouzon

Sidérurgie

Dir. André Protin

102

03 24 29 87 00

www.arcelormittal.com

58

La Fonte Ardennaise

Vrigne-aux-Bois

Usinage

Dir. site Jean-Paul Vukovic

100

03 24 52 67 67

www.la-fonte-ardennaise.fr

58 •

Joncoux (Sphering Group)

Charleville-Mézières

Conduits de cheminées

Dir. indus. Pierre Grabette

100

03 24 59 62 62

www.isotip-joncoux.com


85

PALMARÈS DES ENTREPRISES

ARDENNES Rang(1) Société (Groupe)

Commune

Activité

Responsable

Effectif

Téléphone

Warcq

Travaux publics

DG Pascal Urano

304

03 24 56 29 39

Web

CONSTRUCTION 13 •

Urano et Cie (Cofinur)

42 •

CAP-SAMBP

Charleville-Mézières

Menuiserie, bois, alu, PVC

Dir. site Laurent Vilatte

125

03 24 59 00 33

43 •

Ferracin Frères

Montcy-Notre-Dame

Bâtiment

Pdt Eric Ferracin

120

03 24 33 50 17

48 •

Perrier (SADE, filiale de Veolia)

Rethel

TP, Génie civil

Dir. org. Alexis Noirot-Nerin

110

03 24 38 51 80

www.urano.fr

www.ferracin.fr

COMMERCE 7

Cora Villers-Semeuse

Villers-Semeuse

Hypermarché

Dir. Jérôme Soblet

360

03 24 59 83 83

www.cora.fr

8

Carrefour Charleville-Mézières

Charleville-Mézières

Hypermarché

Dir. magasin Joël Pagnot

350

03 24 57 73 79

www.carrefour.fr

26 •

Centre E. Leclerc Sedan Exploitation

Sedan

Hypermarché

Resp. magasin JC. Legué

190

03 24 29 73 73

www.e-leclerc.com

30 •

Vynex (VT Fastware)

Thelonne

Quincaillerie en gros

Dir. sites Alban Trompette

187*

03 24 54 59 59

www.rocket.eu

43 •

SAS Charco - Intermarché

Charleville-Mézières

Hypermarché

PDG Jérôme Boiteux

120

03 24 37 46 11

www.intermarche.com

47 •

Centre E. Leclerc - Voudis

Vouziers

Hypermarché

Pdte Delphine Sart

115

03 24 71 70 58

www.e-leclerc.com

55

Leroy Merlin Charleville-Mézières (Adeo)

Charleville-Mézières

Magasin de bricolage

Dir. Manuel Eloy

106

03 24 33 69 00

www.leroymerlin.fr

58

Carrefour Rethel

Rethel

Hypermarché

Dir. Nathalie Billard-Caron

100

03 24 39 12 79

www.carrefour.fr

58 •

Doucette Intermarché

Givet

Hypermarché

DG Nathalie Teikera

100

03 24 42 30 40

SERVICES 5•

Adapah Ardennes

Charleville-Mézières

Aide à domicile

Dir. Astrid Dauphy

627*

03 24 59 76 76

www.adapah08.fr

9•

AFEIPH

Fumay

Aide par le travail

DG Mélanie Sapone

347

03 24 41 15 01

10

CRFA des Ardennes (Ugecam Nord-Est)

Charleville-Mézières

Activités hospitalières

Dir. Sandrine Roffidal-Leseultre

322

03 24 52 63 00

www.ugecam-nordest.fr

18 •

Espace Habitat

Charleville-Mézières

Immobilier

Pdt Dir. Bruno Mouton

233

03 24 58 40 00

www.espacehabitat.fr

23

Derichebourg Propreté & Serv. Associés (Derichebourg Multiservices)

Douzy

Nettoyage

Resp. agence Manon Arnaud

195

03 24 52 38 70

www.derichebourg.com

26 •

Transports Simon

Rethel

Transports & logistique

PDG Frédérique Simon

190*

03 24 39 53 53

31 •

Truck Location (Cofinur)

Warcq

Location de camions

Gérant Pascal Urano

175

03 24 56 29 39

32 •

Jacqueson Autocars

Rethel

Transport de voyageurs

DG Bertrand Jacqueson

160*

03 24 38 51 71

autocars.jacqueson.com

2000709061

Rang : indique le classement de l’établissement sur l’ensemble des plus gros établissements du département, selon l’effectif. • indique qu’il s’agit du siège social *Effectif de l’établissement, sauf lorsque les effectifs sont suivis de *, il s’agit alors des effectifs totaux, ou de ceux de l’ensemble de la direction territoriale.


86

PALMARÈS DES ENTREPRISES

ARDENNES Rang(1) Société (Groupe)

Commune

Activité

Responsable

Effectif

Téléphone

Web

34 •

Polyclinique GCS Territ. Ardenne Nord

Charleville-Mézières

Activités hospitalières

Dir. David Cazzitti

151

0 820 160 800

www.gcs-ardenne-nord.fr

35 •

Alliance Services Ardennes (Destia)

Charleville-Mézières

Services à la personne

Dir. agence Sylvain Rota

150

03 59 70 50 17

35

Onet Services Agence de Charleville

Charleville-Mézières

Entretien, nettoyage

Dir. agence Francisco Gomez

150

03 26 87 50 87

48

Clinique du Parc Clinea (Orpea)

Charleville-Mézières

Activités hospitalières

Dir. Véronique Delmotte

110

03 24 59 56 00

48 •

CTCM Réseau TAC (RATP Dév)

Charleville-Mézières

Transports urbains

Dir. Franklin Coussement

110

03 24 33 32 32

www.bustac.fr

fr.groupeonet.com

AUBE AGROALIMENTAIRE 1•

J. Soufflet

Nogent-sur-Seine

Céréales

Pdt Dir. Jean-Michel Soufflet

4 868°

03 25 39 41 11

www.soufflet.com/fr

13 •

Cémoi Confiseur

Troyes

Chocolaterie

Dir. usine Frédéric Favretto

490

03 25 82 51 89

www.cemoi.fr

36 •

Cristal Union

Villette-sur-Aube

Sucrerie et distillerie

Dir. étab. Alain Bouilly

180

03 25 37 11 00

www.cristal-union.fr

40 •

AT France - Gilbert Lemelle (Popy)

Pont-Sainte-Marie

Charcuterie

Pdt Dir. Jolivet Laurent

165

03 25 70 42 50

gilbert-lemelle.fr

41

Saviel France (SVA Jean Rozé)

Sainte-Savine

Transformation de Viande

Dir. site Vincent Delmotte

160

03 25 45 19 30

www.sva-jeanroze.com

49

Bonduelle Traiteur International

Saint-Benoist-sur-Vanne

Traiteur

Dir. site Vincent Duvnjak

140

03 25 40 89 89

www.bonduelle.com/fr

62 •

Capdea

Assencières

Alimentation animale

Dir. François-Xavier Moons

105

03 25 42 62 62

www.capdea.fr

INDUSTRIE 6•

Lacoste Opérations (Lacoste)

Saint-André-les-Vergers

Textile

DG Opérations Laurent Madelaine

1 000*

03 25 71 72 00

www.lacoste.com/fr

7

Usine Michelin Troyes

La Chapelle-Saint-Luc

Pneus agricoles

Dir. usine Nicolas Jaunet

850

03 25 74 45 82

www.michelin.com

8

ENEDIS DR Champagne-Ardenne (EDF)

Sainte-Savine

Distribution d’énergie

Dir. rég. Olivier De La Chapelle

828*

03 25 72 38 00

www.enedis.fr

9•

Petit Bateau Siège & Usine St Joseph (Yves Rocher)

Troyes

Confection

PDG Guillaume Darrousez

800

03 25 71 36 36

www.petit-bateau.fr

10

Centrale nucléaire de Nogent/ Seine (EDF)

Nogent-sur-Seine

Centrale nucléaire

Dir. Olivier Garrigues

780

03 25 25 60 60

edf.fr/nogent

13

Assa Abloy Aube Anjou (Assa Abloy, Suède)

Sainte-Savine

Serrures et cylindre

Dir. étab. Fabien Forgeot

490

03 25 42 30 30

www.assaabloy.fr

15

Aube Bedding (Adova Group)

Bar-sur-Aube

Matelas et sommiers

Dir. usine Eric Noël

410

03 25 27 09 33

adova-group.com/fr

22

Wepa France (Wepa, Allemagne)

Torvilliers

Papier

Dir. site François Roposte

270

03 25 82 13 71

www.wepa.eu

24

Gravotech Marking

La Chapelle-Saint-Luc

Machines à graver

Dir. site Amandine Decamps

250

03 25 41 65 65

www.gravograph.com

24

Lisi Aerospace

Bar-sur-Aube

Fonte de fer ou d’acier

Dir. usine Julien Brangeon

250

03 25 92 31 41

26

Petit Bateau (Yves Rocher)

Buchères

Confection

Resp. site Gérard Mallet

240

28 •

PetitJean SAS (Al Babtain / Metalogalva)

Saint-André-les-Vergers

Mâts industriels

Pdt François Renault

238

03 25 71 32 00

www.petitjean.fr

29 •

Accuride Wheels Troyes (Accuride Corporation, USA)

La Chapelle-Saint-Luc

Sous-traitant automobile

DG Hugues Dugrès

227*

03 25 71 48 00

www.accuridecorp.fr

30 •

Sedis (Murugappa, Inde)

Troyes

Chaînes industrielles

DG Lilian Noirot

214*

03 25 76 29 50

www.sedis.com/fr

42

Saica Paper EL (Saica, Espagne)

Nogent-Sur-Seine

Papier recyclé

Dir. usine Renaud Guilianelli

152

03 25 21 88 15

www.saica.com/fr

43 •

Cycleurope Industries (Grimaldi Industri AB)

Romilly-sur-Seine

Vélos électriques

Pdt Jérôme Valentin

150

03 25 39 39 39

www.cycleurope.fr

49 •

Groupe Larbaletier

Fontaine-Les-Grès

Mobilier en aluminium

PDG Evelyne Larbaletier

140

03 25 70 23 14

www.larbaletier.fr

55 •

Professionnal Laundry Systems France (Electrolux, Suède)

Rosières-près-Troyes

Equipement

Dir. usine Xavier Rapenne

120

03 25 82 91 33

www.professional.electrolux.fr

55 •

Tractel SAS

Saint-Hilaire-Ss-Romilly

Equipements

DG Nicolas Emery

120

03 25 21 07 00

www.tractel.com/fr

60 •

LDR Médical (Zimmer-Biomet)

Sainte-Savine

Implants rachidiens

Pdt Adrian Furey

115

03 25 82 32 63

fr.ldr.com

61 •

AGC IVB (AGC, Belgique)

Méry-sur-Seine

Produits verriers

Pdt Paul Vanhoutte

110

03 25 39 52 52

www.agc-yourglass.com/fr

www.lisi-aerospace.com/fr www.petit-bateau.com


87

PALMARÈS DES ENTREPRISES

AUBE Rang(1) Société (Groupe)

Commune

Activité

Responsable

Effectif

Téléphone

Web

63

RTE GMR Champagne Morvan (RTE)

Creney-près-Troyes

Transport d’électricité

Dir. Bertrand Schieber

104*

03 25 76 43 30

www.rte-france.com

65 •

Aries Packaging (Tecma-Aries)

Rosières-près-Troyes

Machines d’emballage

Dir. site Gauthier Emond

102

03 25 71 39 00

www.tecma-aries.com/fr

65 •

France Teinture

Troyes

Teinture

Gérants D. Arnoult N. Tinelli

102

03 25 75 78 78

www.franceteinture.com

67

Sogecoq Le Coq Sportif

Romilly-sur-Seine

Maillots sportifs

Dir. Opérations David Pecard

100

03 88 64 75 00

www.lecoqsportif.com

www.babeau-seguin.fr

CONSTRUCTION 33 •

Babeau Seguin

Creney-près-Troyes

Maisons individuelles

PDG Bruno Babeau

190

03 25 71 27 37

51 •

CRN Brocard (CR Bati)

Rosières-près-Troyes

TP, génie civil

DG Christophe Legras

130

03 25 82 32 34

53 •

Aubelec SA SCOP

Saint-Julien-les-Villas

Installations électriques

PDG Jean-Marie Bailly

129

03 25 71 28 30

www.aubelec.fr

55 •

Escao Associés

Lusigny-sur-Barse

Escaliers

PDG Philippe Lisabaut

120

03 25 43 84 00

www.escao.fr

55 •

Roussey (Eurovia Vinci)

Saint-Andre-les-Vergers

Travaux.publics

Chef agence Eric Robert

120*

03 25 79 90 19

www.eurovia.com/fr

63

Eiffage Route Nord-Est - Agence

Troyes

Travaux publics

Chef agence Guillaume Berlot

104

03 25 76 24 24

www.eiffage.com

COMMERCE 12 •

Centre E. Leclerc Sipan

Saint-Parres-aux-Tertres

Hypermarché

DG Hélène Le Hen

500

03 25 72 16 21

www.e-leclerc.com

16

Carrefour Saint-André-lesVergers

Saint-André-les-Vergers

Hypermarché

Dir. Fabian Gillet

362

03 25 42 23 79

www.carrefour.fr

23 •

Centre E. Leclerc - Sodirom

Romilly-sur-Seine

Hypermarché

Pdt Alexandre Merle

260

03 25 39 58 88

www.e-leclerc.com

43

Carrefour Troyes

La Chapelle-Saint-Luc

Hypermarché

Dir. Franck Savard

150

03 25 79 68 79

www.carrefour.fr

54 •

Centre E. Leclerc Bardis

Bar-sur-Aube

Hypermarché

Pdt Claudy Damart

125

03 25 27 25 57

www.e-leclerc.com

67

Géant Casino Troyes Barberey

Barberey-Saint-Sulpice

Hypermarché

Dir. Jean-Louis Goudot

100

03 25 71 54 00

www.geantcasino.fr

SERVICES 2•

Crédit Agricole de ChampagneBourgogne

Troyes

Banque & Assurance

DG Emmanuel Vey

1 725*

09 69 32 53 25

www.ca-cb.fr

3•

A-G-Net Propreté Services (AG)

Sainte-Savine

Entretien, nettoyage

Pdt Yves Gourlet

1 600*

03 25 71 29 60

a-g-net.fr

4•

APEI de l’Aube

Troyes

Action sociale

DG Frédéric Sergent

1 300*

03 25 70 44 00

www.apei-aube.com

5

Derichebourg Propreté & Serv. Associés (Derichebourg Multiservices)

Barberey-Saint-Sulpice

Nettoyage

Resp. agence Dominique Provost

1 225*

03 25 79 82 82

www.derichebourg.com

11 •

3Média (Majorel Services)

Pont-Sainte-Marie

Centre de relation client

Gérant Olivier Charlot

600

03 25 45 46 50

fr.majorel.com

2000701595

Rang : indique le classement de l’établissement sur l’ensemble des plus gros établissements du département, selon l’effectif. • indique qu’il s’agit du siège social *Effectif de l’établissement, sauf lorsque les effectifs sont suivis de *, il s’agit alors des effectifs totaux, ou de ceux de l’ensemble de la direction territoriale.


88

PALMARÈS DES ENTREPRISES

AUBE Rang(1) Société (Groupe)

Commune

Activité

Responsable

Effectif

Téléphone

Web

17

ISS Propreté (ISS A/S, Danemark)

Rosières-près-Troyes

Entretien, nettoyage

Dir. rég. adj. Johann Gauthier

350

17

Onet Services Agence de l’Aube

La Rivière-de-Corps

Entretien, nettoyage

Dir. agence Elodie Jacquot

350

03 25 74 86 20

fr.groupeonet.com

17

Sitel (Sitel)

Troyes

Centre de relation client

Dir. site Catheline Dulas

350

03 25 45 20 40

www.sitel.com/fr

20 •

Groupe TCP

Saint-André-les-Vergers

Transport de marchandises

DG Mathieu Tschupp

318

03 25 71 25 25

www.tcp-troyes.com/fr

21

GSF Ariane (Gsf)

Creney-Pres-Troyes

Nettoyage industriel

Resp. site Jean-Baptiste Duprey

300

03 25 83 40 44

www.gsf.fr

26 •

Y Schools

Troyes

Formation initiale & prof.

DG Francis Bécard

240

03 25 71 22 22

www.yschools.fr

31 •

Gamba et Rota

Vendeuvre-sur-Barse

Logistique des vins

DG Patrice Gamba

205

03 25 43 83 93

www.lalogistiqueduvin.com

32 •

IGN Propreté by Jimmy Feder

Saint-Julien-les-Villas

Entretien, nettoyage

DG Franck Feder

200

03 25 72 30 30

www.ign-proprete.fr

33 •

Les Courriers de l’Aube (Transdev)

Troyes

Transport de voyageurs

Dir. Jean-Guillaume Lagoutte

190

03 25 71 28 41

www.transdev-grandest.fr

33 •

GCS Clinique de Champagne

Troyes

Activités hospitalières

Adm. dél. D. Massia Menkene

190

08 20 15 11 11

www.clinique-champagne.com

36

Caisse d’Epargne Grand Est Europe (BPCE)

Troyes

Banque & Assurance

Dir. Ctre d’affaires G. Brunet

180*

03 25 42 45 00

www.caisse-epargne.fr

36 •

Auboise de Nettoyage Industriel

Troyes

Entretien, nettoyage

Gérant Gilles Tuffery

180

03 25 73 28 93

www.sani3.com

39

Samsic II Agence de Troyes

Saint-Julien-les-Villas

Entretien, nettoyage

Chef d’étab. Jean-Luc Leriche

170

03 25 83 14 90

www.samsic.com

43 •

Nigloland - Gelis Frères

Dolancourt

Parc d’attractions

Gérants : Pa. & Ph. Gelis

150

03 25 27 94 52

www.nigloland.fr

43

Orpea Résidence de L’Isle (Orpea)

Troyes

EHPAD

Dir. adj. Clémence Beauvais

150

01 40 78 15 15

www.orpea.com

47 •

Polyclinique Montier-la-Celle (Elsan)

Saint-André-les-Vergers

Clinique

Dir. Nadia Rose

149

03 25 75 94 41

48 •

Mon Logis (Action Logement)

Sainte-Savine

Logement social

DG Serge Laurent

143

03 25 810 810

www.mon-logis.fr

51

API Restauration Siège régional

Torvilliers

Restauration collective

Dir. rég. Youcef Messaoudi

130

03 25 49 46 46

www.api-restauration.com

55

Logtex (Deret)

Troyes

Logistique textile

Dir. site Alain Rochard

120

04 69 68 90 10

www.logtex.fr

67

Anett Champagne

Sainte-Savine

Location articles textiles

Dir. rég. Eric Jacob

100

03 25 80 04 27

www.anett.fr

www.fr.issworld.com

MARNE AGROALIMENTAIRE 4•

MHCS (LVMH)

Epernay

Champagne

Pdt Stéphane Baschiera

2 285*

03 26 51 20 00

www.moet.com

6•

Vivescia

Reims

Collecte des céréales

DG Jean-Luc Jonet

2 000*

03 26 78 62 00

www.vivescia.com

19 •

Cérèsia

Reims

Groupe Coopératif agricole

DG Pascal Bailleul

630*

03 26 85 75 70

www.ceresia.fr

22

Veuve Clicquot Ponsardin (MHCS, filiale de LVMH)

Reims

Champagne

PDG Jean-Marc Gallot

600

03 26 89 54 40

www.veuve-clicquot.com

35 •

Champagne Laurent-Perrier

Tours-sur-Marne

Champagne

Pdt Dir. Stéphane Dalyac

410*

03 26 58 91 22

www.laurent-perrier.com

37 •

Vranken-Pommery Monopole

Reims

Champagne

PDG Paul-François Vranken

395*

03 26 61 62 63

www.vrankenpommery.com

42

Cristal Union Usine de Bazancourt

Bazancourt

Sucrerie

Dir. étab. Vincent Lagasse

370

03 26 03 31 81

www.cristal-union.fr

45 •

Charbonneaux Brabant

Reims

Vinaigrier/moutardier

DG Valéry Brabant

350*

03 26 49 58 70

www.charbonneauxbrabant.com

52

Tereos Sucrerie de Connantre

Connantre

Sucrerie-distillerie

Dir. étab. Vincent Batteux

336

03 26 81 73 33

tereos.com/fr

56 •

Luzeal

Recy

Coopérative agricole

DG Thierry Hamerel

290

03 24 71 51 00

www.luzeal.fr

66 •

Ctre vinicole Champagne N. Feuillatte (CV-CNF)

Chouilly

Champagne

DG Christophe Juarez

250

03 26 59 55 50

www.nicolas-feuillatte.com

75 •

CSGV (CSGV)

Épernay

Coopérative

DG Nicolas De La Brosse

240

03 26 59 86 00

www.csgv.com

81

Mc Cain Alimentaire (Mc Cain, Canada)

Matougues

Frites surgelées

Dir. usine Thomas Delcroix

230

03 26 67 16 00

www.mccain.fr

93 •

GH Mumm et Cie (Pernod-Ricard)

Reims

Champagne

PDG César Giron

205

03 26 49 59 69

www.mumm.com

97 •

ADM Bazancourt (ADM)

Bazancourt

Amidonnerie

Pdt Alain Croisier

200

03 26 89 59 50

www.adm.com

97

Vandemoortele Bakery Products (Vandemoortele, Belgique)

Reims

Boulangerie industrielle

Resp. site Pascal Cessou

200

03 26 85 94 64

www.vandemoortele.com

103 •

Champagne Louis Roederer

Reims

Champagne

Pdt Frédéric Rouzaud

193

03 26 40 42 11

www.louis-roederer.com


89

PALMARÈS DES ENTREPRISES

MARNE Rang(1) Société (Groupe)

Commune

Activité

Responsable

Effectif

Téléphone

Web

107 •

Les Eleveurs de la Champagne (Galliance)

Caurel

Abattoir volailles

DG Jean-Luc Alnet

186

03 26 50 67 89

www.volailleschampenoises.fr

109 •

Parmentine Production

Fère-Champenoise

Pommes de terre

Cheffe ctre Jennifer Happillon

180*

03 26 42 08 80

www.parmentine.fr

109 •

Taittinger CCVC

Reims

Champagne

Pdte Vitalie Taittinger

180

03 26 85 45 35

www.taittinger.fr

122 •

Institut œnologique de Champagne (Lallemand Inc, Montréal)

Mardeuil

Analyses œnologiques

DG Olivier Abguéguen

170°

03 26 51 96 00

ioc.eu.com

126

Groupe Bigard - Abattoir

Marolles

Abattoir

Dir. site Stéphane Milhit

165

03 26 41 21 00

www.bigard.fr/fr

128

Cristal Union Etablissement Cristanol

Bazancourt

Distillerie

Dir. étab. Thierry Caron

160

135 •

Champagne Lanson (Lanson-BCC)

Reims

Champagne

Pdt Groupe Bruno Paillard

155

03 26 78 50 50

www.lanson.com

138 •

Sofralab (Esseco)

Magenta

Conseils en œnologie

Pdt Didier Fages

150

03 26 51 56 45

www.sofralab.com

150

Cristal Union

Bezannes

Sucre

Dir. étab. Eric Calvet

140

03 51 01 40 00

www.cristal-union.fr

150 •

Sun Deshy

Francheville

Nutrition animale

DG Christophe Besançon

140*

03 26 67 93 22

www.sundeshy.fr

159

Elivia Vitry-le-François

Marolles

Produits carnés

Dir. usine Franck Mouton

134

03 26 73 65 00

www.elivia.fr

161 •

Champagne Bollinger (SJB)

Ay-Champagne

Champagne

DG Charles-Armand De Belenet

130

03 26 53 33 66

www.champagne-bollinger.com

172 •

Champagne Deutz (Louis-Roederer)

Ay-Champagne

Champagne

PDG Fabrice Rosset

125*

03 26 56 94 00

www.champagne-deutz.com/fr

172 •

Champagnes Piper-Heidsieck (EPI)

Reims

Champagne

DG Damien Lafaurie

125

03 26 84 43 00

www.piper-heidsieck.com

189 •

Comité Champagne (CICV)

Épernay

Viticulture

DG Vincent Perrin

115

03 26 51 19 30

www.champagne.fr

205 •

Maison Burtin (Lanson-BCC)

Épernay

Champagne

PDG Frédéric Olivar

103

03 26 78 50 50

www.lanson-bcc.com

207 •

Biscuits Fossier (Maison Fossier)

Reims

Biscuiterie

DG Charles Antoine de Fougeroux

102

03 26 40 67 67

www.fossier.fr

209 •

Boulangerie de l’Europe (Soufflet)

Reims

Boulangerie industrielle

Dir. rég. Sylvain Wiart

100

03 26 50 54 54

209 •

Champagne Billecart-Salmon

Ay-Champagne

Champagne

PDG Mathieu Roland-Billecart

100

03 26 52 60 22

www.champagne-billecart.fr

209

Cristal Union

Sillery

Sucrerie

Dir. étab. Pierre Ducret

100

03 26 61 43 00

www.cristal-union.fr

www.cristal-union.fr

INDUSTRIE 12

Engie Champagne-Ardenne

Reims

Energie bas carbone

Dél. territ. Blandine Moquin

960*

06 88 08 07 14

www.engie.com

15 •

Axon’Cable

Montmirail

Composants électroniques

PDG Joseph Puzo

730

03 26 81 70 00

www.axon-cable.com

26 •

Albéa Tubes France - Albéa Argonne

Sainte-Menehould

Emballage plastique

DG Xavier Barras

530

03 26 60 55 00

www.albea-group.com

27

Valeo Systèmes Thermiques

Reims

Sous-traitant automobile

Dir. site Cécile Malatrait

500

03 26 05 57 00

www.valeo.com/en

32 •

Delpharm Reims

Reims

Labo pharmaceutique

DG Juliette Ta

430

03 26 88 81 10

www.delpharm.com

42 •

Forbo Flooring Systems (Forbo, Suisse)

Reims

Revêtements de sol

Vice-Pdte Catherine Lambert

370

03 26 77 30 30

www.forbo-flooring.fr

44 •

Carbody (Bavaria Ind. & AG, Italie)

Witry-lès-Reims

Sous-traitant automobile

DG Stéphane Charre

369

03 26 84 48 00

www.carbody.eu

54

ENEDIS Direction Marne (EDF)

Reims

Distribution d’énergie

Dir. dép. Frédéric Lajoux

328*

03 26 04 90 00

www.enedis.fr

63 •

Lebronze Alloys (LBA)

Suippes

Cuivre

Sec. gén. Jean Marc Coblence

255

03 26 69 28 28

www.lebronze-alloys.com

66 •

Legras Industries

Épernay

Carrossier constructeur

PDG Jean-Rémy Legras

250

03 26 53 32 10

legras-industries.com

66

O-I France

Reims

Bouteilles en verre

Dir. site Dallah Mekki

250

03 26 85 78 78

www.o-i.com

66 •

TI Automotive Fuel Systems SAS (TI Fluid Systems, GB)

Châlons-en-Champagne

Sous-traitant automobile

Pdte Karen Reid

250

03 26 69 31 00

www.tifluidsystems.com

75

BBGR (Essilor)

Sézanne

Verres ophtalmiques

Dir. usine Stanislas Chaupain

240

03 26 42 30 00

www.bbgr.com

80

Nobel Plastiques (Orhan Holding, Turquie)

Marolles

Sous-traitant automobile

Dir. site Fabien Porignaux

232

03 26 73 64 64

www.nobelautomotive.com

85

Mannesmann Precision Tubes (Salzgitter Ag, Allemagne)

Marolles

Tubes en acier

Dir. usine Bruno Cojan

227

03 26 41 23 00

www.smp-tubes.com

93

J & J SBF SAS (Johnson & Johnson)

Sézanne

Parapharmacie

Resp. site Cédric Gauthier

205

03 26 42 53 00


90

PALMARÈS DES ENTREPRISES

MARNE Rang(1) Société (Groupe)

Commune

Activité

Responsable

Effectif

Téléphone

Web

95 •

Ecolab Production France (Ecolab, USA)

Châlons-en-Champagne

Produits d’hygiène

DG Xavier Mortas

203

03 26 68 55 11

www.ecolab.com

96 •

Tricoflex SAS (Exel Industries)

Vitry-le-François

Plasturgie

DG Fabrice Doosterlinck

201

03 26 73 67 67

www.tricoflex.com

108

Smurfit Kappa - Dir. rég. NE (Smurfit Kappa Group, Irlande)

Épernay

Carton-emballage

DG régional Jean-Baptiste Favre

181

03 26 54 94 94

www.smurfitkappa.fr

109 •

Maroquinerie Marjo (Maroquinerie Thomas)

Montmirail

Maroquinerie

180

03 26 81 23 86

thomasmaroquinerie.fr

109 •

Pastural et Compagnie (Saint-Gobain)

Épernay

Fabrication de fenêtres

Pdt François Rollet

180

03 26 51 15 51

128 •

ArcelorMittal Tubular Products

Vitry-le-François

Pièces pour automobile

DG Didier Boutter

160

03 26 62 27 00

www.arcelormittal.com

128 •

Sparflex

Dizy

Capsules de surbouchage

DG Pascal Soutiran

160

03 26 53 11 11

www.sparflex.com

128

Verallia France

Oiry

Bouteilles en verre

Dir. Frédéric Marty

160

03 26 58 77 77

www.verallia.com

128 •

Virax (Rothenberger, Allemagne)

Épernay

Outillage professionnel

DG Christelle Rouland

160

03 26 59 56 56

www.virax.com

138

ALK - Abello (ALK-Abello, Danemark)

Vandeuil

Labo pharmaceutique

Dir. Op. Olivier Texier

150

03 26 05 32 40

www.alk.fr

138

Edilians

Pargny-sur-Saulx

Tuiles terre cuite

Dir. usine Jean-Pierre Varrin

150

03 26 73 68 00

edilians.com

138 •

Knorr-Bremse Systèmes Ferroviaires (Knorr-Bremse, Allemagne)

Tinqueux

Matériel ferroviaire

PDG Eric Tassilly

150

03 26 89 95 00

www.knorr-bremse.fr

147 •

Calderys France (Imerys)

Sézanne

Produits réfractaires

Dir. usine Valérie Gaffet

145

03 26 80 54 44

www.calderys.com

154 •

Supray Technologies (Exel Industries)

Épernay

Matériel agricole

Dir. Alain Gillet

138

03 26 51 99 99

156 •

Suez RV Reims

Reims

Collecte des déchets

DG dél. Laurent Dumargne

135

03 26 09 27 66

www.suez.fr

159

Ciments Calcia usine de Couvrot (Heidelberg Cement)

Couvrot

Ciment et chaux

Dir. usine Faure Didier

134

03 26 73 63 00

www.ciments-calcia.fr

161

Amcor Flexibles Capsules

Ay-Champagne

Capsules de surbouchage

Dir. site Laurent Hainon

130

03 26 59 54 00

www.amcor.com

161 •

ArcelorMittal Distrib. Solutions

Saint-Brice-Courcelles

Produits sidérurgiques

CEO Jean-Baptiste Courtier

130

03 26 84 65 65

www.arcelormittal.com/dsfrance

161 •

AstraZeneca Reims Production (AstraZeneca, GB)

Reims

Industrie pharmaceutique

Dir. opérationnelle Agnès Pierson

130

03 26 61 68 68

www.astrazeneca.fr

161 •

Brink Towing Systems SARL (Brink Group)

Bétheny

Equipementier automobile

DG Olivier Irdel

130

03 26 07 89 30

brinkgroup.eu

161

Itron France

Reims

Compteurs de gaz

Dir. usine Fabien Strezyk

130

03 26 05 65 77

www.itron.com

161 •

Westlake Compounds France

Reims

Chimie

Dir. usine Bruno Jonczyk

130

03 26 85 75 00

www.nakan.com

172 •

Entreprise Cordier (Lapeyre)

Magenta

Escaliers

Dir. Rémi Seynhaeve

125

03 26 59 52 22

www.lapeyre.fr

172 •

Kadant Lamort (Kadant Inc. USA)

Vitry-le-François

Machines et équipements

DG Michael Mc Kenney

125

03 26 74 80 80

www.kadant.com/fr

172 •

Poreaux & Cie (Saint-Gobain)

Saint-Martin-sur-le-Pré

Menuiserie industrielle

Dir. Franck Vaussenat

125

03 26 69 25 69

www.saint-gobain.fr

172 •

JST France (JST, Japon)

Marolles

Composants électroniques

Dir. site Juan-Carlos Garcia

125

03 26 72 45 03

www.jst.fr

179

Otis Reims (Otis, USA)

Reims

Elévateurs, ascenseurs

Gérant (Siège) Olivier Rouvière

120

03 26 85 72 10

www.otis.com/fr/fr

179 •

Preciculture (Exel Industries)

Fère-Champenoise

Matériel agricole

DG Sébastien Tremblais

120

03 26 42 40 51

179

Smurfit Kappa (Smurfit Kappa Group, Irlande)

Tours-sur-Marne

Carton ondulé

Resp. site Aurélien Arnaud

120

03 26 58 90 15

www.smurfitkappa.com

179 •

Together Industry France (ACI)

Prunay

Pièces aéronautiques

DG Nicolas Matuchet

120

03 26 48 67 19

www.acigroupe.com

190

Cartier Joaillerie International

Bezannes

Joaillerie

110

03 51 12 84 00

www.cartier.fr

190

Chantelle

Épernay

Confection

Dir. étab. Stephan Rigot

110

03 26 51 16 51

www.groupechantelle.com

190

Demag Cranes & Components GmbH (Kone Cranes)

Châlons-en-Champagne

Appareils de levage

DG Emmanuel Digues

110

03 26 66 74 00

www.demagcranes.com/fr

190 •

Fichet Bauche

Bazancourt

Coffres-forts

DG Balthazar Nicolas

110

03 26 91 44 44

www.fichet-bauche.fr

190

GRDF DR Champagne Ardenne (Engie)

Bezannes

Distribution d’énergie

Dir. territ. Alexandre Ducruet

110*

03 26 83 79 01

www.grdf.fr


91

PALMARÈS DES ENTREPRISES

MARNE Rang(1) Société (Groupe)

Commune

Activité

Responsable

Effectif

Téléphone

Web

200

Chubb France Agence Reims (Carrier)

Reims

Protection contre l’incendie

Dir. F. Sztajnowski, Janick Tottet

108

03 26 83 49 30

www.chubbsecurite.com

201 •

Capremib (Demathieu Bard)

Cormicy

Produits en béton

Pdt Dir. René Simon

105

03 26 48 47 00

www.capremib.com

201 •

Seyfert Champagne (Palm)

Reims

Carton ondulé

DG Jérôme Susset

105

03 26 50 55 00

www.seyfert.fr

204 •

Privé SA

Châlons-en-Champagne

Silos métalliques

PDG Jean-Michel Privé

104

03 26 68 66 66

www.prive.fr

205 •

Imprimerie Billet

Damery

Impression d’étiquettes

DG Juan Lopez

103

03 26 58 40 11

www.imprimerie-billet.fr

209 •

Ateliers Roche (CIF)

Reims

Mécanique générale

DG Cyril Grisvard

100

03 26 07 17 65

www.ateliersroche.fr

209

Campa (Muller)

Fismes

Appareils de chauffage

Dir. site Hervé Jouvenel

100

03 26 48 01 76

www.campa.fr

209 •

Forgel

Bezannes

Chauffage, climatisation

PDG Thierry Compas

100

03 26 48 41 41

www.forgel.com

209

Tokheim Services France

Bourgogne

Equipements

Dir. agence Stéphane Pierrat

100

03 26 50 37 10

www. tokheim.com

03 51 42 57 39

www.eiffageroute.com

CONSTRUCTION 3•

Eiffage Route Nord-Est

Reims

Travaux publics

Dir. rég. Pascal Cardon

2 500*

45 •

Eurovia Champagne-Ardenne Siège (Vinci)

Saint-Léonard

Travaux publics

Pdt Xavier Bouché-Michel

350*

64

Colas Nord-Est - Agence de Reims

Reims

Travaux publics

Dir. agence Laurent Malolepsza

252

03 26 84 55 00

www.colas.com

97 •

Sionneau Père et Fils

Reims

Bâtiment

PDG Damien Sionneau

200*

03 26 07 05 69

www.sionneau.fr

109 •

Le Bâtiment Associé

Muizon

Maçonnerie, restauration

PDG Christophe Possémé

180

03 26 02 90 02

www.lebatimentassocie.fr

121 •

Entreprise Gayet

Tinqueux

Installateur de plomberie

PDG Pascal Gayet

177*

03 26 08 03 03

www.gayet.fr

127

Thouraud (SAS Fayat Bâtiment - Fayat)

Reims

Bâtiment

Dir. agence Frédéric Michels

162

03 26 07 08 09

www.fayat.com

150

Eurovia Champagne Ardenne Agence (Vinci)

Reims

Travaux publics

Chef agence Jacky Loreau

140

03 26 87 72 20

www.eurovia.fr

171

Soprema Entreprises

Reims

Couverture étanchéité

Dir. site Rodolphe Lefebvre

128

03 26 87 92 92

www.soprema.fr

179 •

Omya SAS

Omey

Carrières

Dir. usine Serge Bastieri

120

03 26 69 29 00

www.omya.com

179

Sade (Veolia Environnement)

Reims

Canalisation

Dir. agence Jean-Yves Le Corre

120

03 26 87 72 00

www.sade-cgth.fr

190 •

Mangin-Egly Entreprises (Actemium)

Vitry-le-François

Automatismes, électricité

Dir. étab. Thierry Selvi

110

03 26 74 15 55

209 •

CTP (Champagne Travaux Publics) (Rovanier)

Cormontreuil

Travaux publics

DG Pascal Julliot

100

03 26 50 12 12

www.champagne-tp.fr

209

EES Clemessy (Eiffage)

Reims

Installations électriques

Dir. site Stéphane Delattre

100

03 26 77 84 44

www.clemessy.com

www.eurovia.com/fr

COMMERCE 7

Maximo Siège administratif

Taissy

Vente surgelés à domicile

PDG Marie-Anne Lasserre

1 800°

03 26 79 32 00

www.maximo.fr

20 •

Aldi Reims

Gueux

Supermarchés

Gérante Hélène Dewynter

610*

03 26 05 35 60

www.aldi.fr

24 •

Centre E. Leclerc Chamdis

Saint-Brice-Courcelles

Hypermarché

PDG Paul Pageau

565

03 26 86 98 00

www.e-leclerc.com

29 •

Scapest (E. Leclerc)

Saint-Martin-sur-le-Pré

Centrale d’achat

Dir. Olivier Fache

480

03 26 69 28 50

www.e-leclerc.com

32 •

Centre E. Leclerc Sodichamp

Champfleury

Hypermarché

PDG Wenceslas Fandre

430

03 26 36 07 07

www.e-leclerc.com

36 •

Centre E. Leclerc Chadis

Fagnières

Hypermarché

DG Ronan Guillou

400

03 26 69 35 35

www.e-leclerc.com

45

Cora Reims Cormontreuil

Cormontreuil

Hypermarché

Dir. Fabienne Jennyv

350

03 26 77 66 77

www.cora.fr

51 •

ArcelorMittal SSC Reims

Reims

Commerce de gros métaux

Pdt Emmanuel Gatignol

340

03 26 83 29 00

www.arcelormittal.com/dsfrance

56

Carrefour Châlons

Châlons-en-Champagne

Hypermarché

Dir. magasin Sébastien Courtois

290

03 26 70 76 79

www.carrefour.fr

60

Carrefour Reims-Tinqueux

Tinqueux

Hypermarché

Dir. Yoan Videira

270

03 26 78 57 79

www.carrefour.com

66 •

Centre E. Leclerc Pierrydis

Pierry

Hypermarché

Pdt Guillaume Gobillot

250

03 26 54 06 33

www.e-leclerc.com/pierry

75 •

Somatem Aubade (Pompac Développement)

Reims

Négoce sanitaire

DG Marc Murgia

240

03 26 02 05 06

www.espace-aubade.fr

81

Décathlon Champagne (Oxylane)

Cormontreuil

Articles sport et loisirs

Dir. rég. Alexandre Pinon

230*

03 26 82 38 34

www.decathlon.fr


92

PALMARÈS DES ENTREPRISES

MARNE Rang(1) Société (Groupe)

Commune

Activité

Responsable

Effectif

Téléphone

Web

84 •

Soredis

Reims

Grossiste en boissons

DG Alexis Petit-Gats

228*

03 26 79 11 40

www.soredis.fr

86 •

Comptoir général de robinetterie

Tinqueux

Grossiste robinetterie

DG Christophe Bolot

220

03 26 79 07 07

www.cgr-robinetterie.fr

88 •

Centre E. Leclerc Vidis

Vitry-le-François

Hypermarché

PDG Eric Pezet

218

03 26 74 27 27

www.e-leclerc.com

89

Cora Reims La Neuvillette

Reims

Hypermarché

Dir. Jérôme Miart

216

03 26 05 25 25

www.cora.fr

91 •

Pum Plastiques (Saint-Gobain)

Reims

Négoce produits plastiques

DG Sibylle Daunis

210

03 26 82 17 17

www.pumplastiques.fr

97

Carrefour Reims-Cernay

Reims

Hypermarché

Dir. Jérôme Davério

200

03 26 78 04 79

www. www.carrefour.fr

106 •

Centre E. Leclerc Sezadis

Sézanne

Hypermarché

PDG Dominique Haquet

187

03 26 81 76 76

www.e-leclerc.com

109

Ikea Reims

Thillois

Grande surface Mobilier

Dir. magasin Franck Meynard

180

09 69 36 20 06

www.ikea.com/fr

122 •

Centre E. Leclerc Eperdiis

Dizy

Hypermarché

Dir. Sébastien Pierre

170

03 26 55 14 55

www.e-leclerc.com

128 •

Keos Reims by Autosphere (Emil Frey)

Reims

Automobile

Dir. Hervé Lepagnol

160

03 26 50 60 70

www.renault-reims.fr

149 •

Dexis Distrilab Loll (Descours & Cabaud)

Reims

Négoce Fournitures industr.

Dir. Filiale David Verra

143*

03 26 79 07 50

agence.dexis.fr

156

Carrefour Épernay

Épernay

Hypermarché

Gérant Cédric Lecerf

135

03 26 53 29 79

www.carrefour.fr

161

Leroy Merlin (Adeo)

Cormontreuil

Magasin de bricolage

Dir. Sébastien Bernard

130

03 26 09 82 60

www.leroymerlin.fr

179

Leroy Merlin Reims La Neuvillette (Adeo)

Reims

Magasin de bricolage

Dir. magasin Clémence Charlet

120

03 26 77 82 82

www. leroymerlin.fr

190

Galeries Lafayette

Reims

Grand magasin

Dir. Didier Chesnes

110

03 26 40 35 12

www.galerieslafayette.com

190 •

Société coop. d’approvisionnement (E. Leclerc)

Witry-lès-Reims

Centrale d’achat.

DG dél. Paul Brunet

110

03 26 89 86 88

209

Carrefour market Reims-Clemenceau

Reims

Supermarché

Dir. Jérôme Hornick

100

03 26 85 61 76

www.carrefour.fr

SERVICES 1

La Poste Délégation Champagne-Ardenne

Châlons-en-Champagne

La Poste

Dél. rég. Gilbert Doré

4 900*

03 26 26 79 30

www.laposte.fr

2•

Lustral

Reims

Propreté, services

PDG François Gomariz

2 969*

03 26 46 99 99

www.lustral.fr

5•

Crédit Agricole du Nord Est

Reims

Banque & Assurances

DG Laure Lesme-Berthomieux

2 060*

03 26 83 30 00

www.ca-nord-est.fr

8•

Polyclinique de Courlancy (Courlancy Santé)

Reims

Activités hospitalières

PDG Courlancy Santé Bruno Leray

1 390*

03.26.77.28.28

courlancy-sante.com

9•

Groupama Nord-Est - Siège régional

Reims

Bancassurance

DG Patricia Lavocat Gonzales

1 213*

03 26 04 76 01

www.groupama.fr

10 •

Transports Caillot

Bétheny

Transports & logistique

DG Christian Cabusel

1 000

03 26 07 00 31

www.transports-caillot.fr

11 •

Cerfrance Champagne Nord Est IDF

Champigny

Expertise comptable, conseils

DG Eric Verjot

990*

03 26 87 77 77

www.cerfrance.fr

13

Orange Délégation ChampagneArdenne

Châlons-en-Champagne

Opérateur télécom

Dél. rég. Patricia Lecocq

900*

03 28 39 31 38

www.orange.com

14 •

Fédération ADMR Marne

Reims

Services à la personne

DG Alain Montay

840*

03 26 84 83 43

www.admr51.org

16 •

CDER

Châlons-en-Champagne

Conseil et Expertise comptable

DG Eric Folliet

700*

03 26 66 76 00

www.cder.fr

16 •

Supplay (Supplay)

Reims

Intérim et recrutement

Dir. Marc Lachaud

700*

03 26 48 43 70

www.supplay.fr

18

A-G-Net Propreté Multiservices Marne

Cernay-lès-Reims

Entretien, nettoyage

Dir. agences Pascal Rodrigues

650*

03 26 85 11 85

a-g-net.fr

21 •

NEOMA Développement (Neoma Business School)

Reims

Grande école

DG Delphine Manceau

601°

03 26 77 47 47

www.neoma-bs.fr

23 •

Mutualité Française Champ. Ardenne

Reims

Services de santésociaux

DG Frédéric Connat

570*

03 26 84 53 84

servicesetsantemutualistes.fr

25 •

Transdev Reims - Réseau CITURA

Reims

Transports en commun

DG Leila Garnier

540

03 26 04 38 00

www.citura.fr

27

Atalian Propreté Est (Atalian)

Marolles

Entretien, nettoyage

Dir. agence Céline Krisp

500

03 26 62 18 60

www.atalian.com

30 •

Aradopa

Reims

Aide à domicile

DG David Lemaire

450

03 26 79 30 40

www.aradopa.fr

31 •

Plurial Novilia (Action Logement)

Reims

Logement social

Pdt CA Jean-Claude Walterspieler

440

03 26 04 98 11

www.plurial-novilia.fr

34 •

Institut Godinot (Unicancer)

Reims

Lutte contre le cancer

DG Pr Yacine Merrouche

424

03 26 50 44 44

www.institutgodinot.fr/fr


93

PALMARÈS DES ENTREPRISES

MARNE Rang(1) Société (Groupe)

Commune

Activité

Responsable

Effectif

Téléphone

Web

38 •

FCN

Bezannes

Expertise comptable

PDG Jean-François Bouvet

390*

03 26 77 38 99

www.fcn.fr

39 •

Alméa Formations Interpro 51

Châlons-en-Champagne

Formation

DG Corinne Grosse

380*

03 26 69 25 85

www.almea-formations.fr

39

Banque CIC Est (CIC - Crédit Mutuel)

Reims

Banque & Assurance

Resp. Secteur Hervé Bernadet

380

03 26 89 01 03

www.cic.fr

41

ISS Propreté (ISS A/S, Danemark)

Bétheny

Entretien, nettoyage

Dir. rég. David Duval

375

03 26 85 87 90

www.fr.issworld.com

45

Elior Services Propreté et Santé

Taissy

Entretien, nettoyage

Dir. agence Nicolas Gag

350

03 26 07 81 99

www.elior-services.fr

45 •

Groupe Audeo

Reims

Assurances

Pdt Quentin Renard

350°

03 26 48 49 50

www.groupe-audeo.com

45

Sanef - Réseau ChampagneArdenne (Abertis, Espagne)

Reims

Réseau autoroutier

Resp. Réseau Mélanie Houssiaux

350

01 41 90 59 00

www.sanef.com

53

Derichebourg Propreté & Serv. Associés (Derichebourg Multiservices)

Saint-Brice-Courcelles

Nettoyage

Resp. agence Marne Manon Arnaud

330

03 26 02 46 47

www.derichebourg.com

55

Caisse d’Epargne Grand Est Europe DR (BPCE)

Reims

Banque & Assurance

Dir. Ctre d’affaires G. Brunet

303*

03 26 79 76 42

www.caisse-epargne.fr

58 •

AGEO Assurances (AGEO)

Châlons-en-Champagne

Assurances

DG Associée Maryse Oziebala

280*

03 26 26 22 22

www.ageo.fr

58 •

JVS-Mairistem

Saint-Martin-sur-le-Pré

Editeur de logiciels

DG Yann Duverdier

280*

03 26 65 21 26

www.jvs-mairistem.fr

60 •

ACPEI

Châlons-en-Champagne

Action sociale

DG Madjid Farahi

270*

03 26 21 80 22

www.acpei.org

62 •

Le Foyer Rémois (Global Habitat)

Reims

Logement social

Pdt Dir. Vincent Hallier

266

03 26 84 46 46

www.foyer-remois.fr

64

GSF Ariane

Reims

Entretien, nettoyage ind.

Chef d’étab. Julien Rigaut

252

03 26 82 05 26

www.gsf.fr

66

Agenor Picardie Champagne (Agenor)

Cernay-lès-Reims

Nettoyage industriel

Dir. agence Jérôme Guillon

250

03 26 02 76 93

www.agenor.fr

66 •

Carrard Services (Atalian)

Taissy

Entretien, nettoyage

DG Aurélien Fortier

250

03 26 50 49 70

www.carrard.com

66 •

IRTS Champagne-Ardenne

Reims

Enseignement supérieur

DG Stéphane Fournal

250

03 26 06 22 88

irtsca.fr

66

Securitas France SARL (AB – Securitas)

Muizon

Surveillance & sécurité

Dir. agence Guillaume Richez

250

03 26 79 83 20

www.securitas.fr

75 •

Bioxa Laboratoire

Reims

Analyses médicales

DG Aurélie Urano-Gérin

240*

03 26 85 86 87

bioxa.fr

75

LCL DR Champagne Ardenne (Crédit Agricole SA)

Reims

Banque & Assurance

Dir. rég. Félix Guyon

240

03 26 79 80 04

www.lcl.fr

81 •

L’Union (Rossel, Belgique)

Reims

Presse quotidienne

DG Daniel Picault

230*

03 26 50 50 50

www.lunion.fr

86

Must Multiservice ChampagneArdenne (Idex Energies)

Magenta/Cormontreuil

Maintenance multitechnique

Dir. territ. A. Afartout /T. Sève

220*

03 26 57 07 07

www. must-multiservice.com

86 •

Veolog (Labatut)

Bussy-Lettrée

Logistique

Dir. opérations Lionel Pierre

220*

03 26 64 60 60

www.veolog.fr

90

Societe Générale DR Champagne-Ardenne

Reims

Banque & Assurance

Dir. rég. Christian Philipps

213*

03 26 84 57 00

www.societegenerale.fr

92 •

UDAF Marne (Réseau UNAF)

Châlons-en-Champagne

Action sociale

Dir. Jean-Noël Censier

209

03 26 69 47 50

www.udaf51.com

97 •

Elite Securité Reims

Reims

Surveillance & sécurité

DG Laurent Arnou

200

03 26 79 18 40

www.elite-securite.eu

97

Tessi Site de Reims (Tessi)

Reims

Assurances

Dir. site Brice Keyser

200*

01 82 70 16 03

www.tessi.eu

103

ITMLAI (Intermarché)

Luxémont-et-Villotte

Logistique alimentaire

Dir. site Eric Schuler

193

03 26 74 58 00

105 •

CEVA Logistics / Ceva Freight Managem (CMA CGM)

Bussy-Lettrée

Frêt, logistique

Resp. site Yannick Haimart

191*

03 26 26 60 00

www.cevalogistics.com

109

Comdata site de Reims (Comdata, Italie)

Reims

Centre de relation client

Dir. site Rachid Aboulouard

180

03 22 82 02 02

france.comdatagroup.com/fr

109 •

Helium (Audeo)

Reims

Assurance

DG Thierry Auzole

180

03 26 61 24 61

helium.fr

109 •

Mazars

Bezannes

Expertise, audit

Pdt Jean-Philippe Van Dijk

180*

03 26 79 75 00

www.mazars.fr

109

Onet Services Agence de Reims

Reims

Entretien, nettoyage

Dir. agence Francisco Gomez

180

03 26 87 50 87

fr.groupeonet.com

109 •

STDM (RATP)

Châlons-en-Champagne

Transport de voyageurs

Dir. Laurent Bouleau

180*

03 26 65 17 07

www.stdmarne.fr

109 •

Walbaum (Géodis)

Reims

Messagerie express

Pdt CA Charles-Louis de Vogué

180

03 26 48 30 00

www.geodis.com

122

API Restauration Champagne-Ardenne

Reims

Restauration collective

Dir. rég. Nathalie Erpelding

170

03 26 79 14 14

www.api-restauration.fr

122

Samsic II Agence de Reims

Reims

Entretien, nettoyage

Chef d’étab. Jean-Luc Leriche

170

03 26 84 87 49

www.samsic.com

128

Tratel DR Flandres Champagne

Luxémont-et-Villotte

Transport de marchandises

Dir. région Jean-Marie Tardieux

160

03 26 74 35 54

www.tratel.fr


94

PALMARÈS DES ENTREPRISES

MARNE Rang(1) Société (Groupe)

Commune

Activité

Responsable

Effectif

Téléphone

Web

136

Bureau Veritas

Bezannes

Contrôle QHSE, construction

Dir. agence Nicolas Siron

154*

03 26 05 15 25

www. bureauveritas.fr

136

Téléperformance France

Reims

Centre de relation client

Dir. centre Benjamin Renard

154

01 58 69 36 16

www.teleperformance.fr

138

Apave Parisienne Dir. régionale

Reims

Contrôles réglementaires

Chef agences Thierry Palisson

150*

03 26 84 38 00

www.apave.com

138 •

Multi-Impact (Meilleurtaux)

Reims

Courtier en assurances

Dir. Projet Nicolas Godon

150

03 26 47 39 58

www.multi-impact.com

138 •

Prim

Reims

Imagerie Médicale

DG Louis Job

150

03 26 86 82 92

www.prim-radiologie.fr

138 •

Smag

Châlons-en-Champagne

Ingénierie

Dir. Stéphane Marcel

150

03 26 21 84 20

smag.tech

138

XPO Supply Chain (XPO Logistics, USA)

Bussy-Lettrée

Logistique

Dir. site Gaël Bourgin

150

03 26 26 66 00

europe.xpo.com/fr

147 •

AS Entreprises (FDSEA 51)

Reims

Expertise comptable

Dir. Christophe Songy

145

03 26 04 96 66

www.as-entreprises.fr

150 •

Transports Durand (Ebtrans)

Saint-Brice-Courcelles

Transport de marchandises

DG Stéphan Zivic

140

03 26 09 35 65

ebtrans.eu

155 •

BC Propreté Services

Reims

Propreté, nettoyage

Dir. Emmanuel Bergé

136

03 26 40 91 62

www.bergeconcept.com

156 •

OC Logistique

Bétheny

Logistique

Gérant Olivier Clément

135*

03 26 86 10 02

www.oclogistique.com

161

FM Logistic

Saint-Martin-sur-le-Pré

Plateforme logistique

Dir. site Alain Debureau

130

03 26 26 66 80

www.fmlogistic.com

161

Servi Sud MBV Domicile (Réseau UNA)

Reims

Aide à domicile

Pdte Sylvie Moucheron

130

03 26 40 40 20

www.servisud.fr

172

Euro Cargo Rail (Deutsche Bahn)

Châlons-en-Champagne

Frêt ferroviaire

125

03 26 21 06 81

179

Lancry Protection Securité (Atalian)

Taissy

Surveillance & sécurité

Resp. agence Frédéric Fovez

120

03 26 88 99 38

atalian.com

179

SIACI Saint-Honoré

Bezannes

Courtier en assurances

DG Groupe Hervé Houdard

120

01 44 20 47 40

www.s2hgroup.com/fr

179

XPO Transport Solution Champagne (XPO Logistics, USA)

Châlons-en-Champagne

Transport de marchandises

Dir. site Michel Mérieux

120

03 26 67 63 41

europe.xpo.com/fr

190 •

Domaine les Crayères (Gardinier)

Reims

Hôtel-Restaurant

DG Arnaud Valary

110

03 26 24 90 00

www.lescrayeres.com

190

Orpea la Montagne de Reims (Orpéa)

Villers-Allerand

EHPAD

Dir. exploit. Amandine Dos Santos

110

01 40 78 15 15

www.orpea.com

201

Simon Reims

Reims

Transports & logistique

Gérant Gilles Simon

105*

03 26 87 44 95

208 •

ARD (Vivescia)

Pomacle

Biotechnologies, Bioénergies

DG Jean-Christophe Duval

101

03 26 05 42 80

www.a-r-d.fr

209

Adrexo (Hopps Group)

Reims

Distribution d’imprimés

Dir. rég. N-E Christian Schilck

100

03 26 79 37 37

www.adrexo.fr

209 •

AE Sonit

Reims

Nettoyage de bâtiments

Pdt Stéphane Noiret

100

03 26 89 50 06

www.sonit.fr

209

Stem Propreté Champagne-Ardennes

Cormontreuil

Entretien, nettoyage

Resp. site Abdel Rmiche

100

03 26 82 49 44

www.stem.fr

HAUTE-MARNE AGROALIMENTAIRE 5•

BG (Savencia Fromage et Dairy)

Illoud

Produits fromagers

PDG Alex Bongrain

400

03 25 30 74 00

14

Entremont Alliance (Sodiaal)

Val-de-Meuse

Fromages

Dir. indus. Stéphane Bel

275

03 25 90 31 71

entremont.com

25

Cogesal Miko (Unilever)

Saint-Dizier

Crème glacée

Dir. Yohann Caillot

180

03 25 07 55 00

www.unilever.com

INDUSTRIE 1•

Lisi Aerospace (Lisi Aerospace)

Bologne

Pièces aéronautiques

Dir. Didier Argence

710

03 25 32 41 80

www.lisi-aerospace.com

2•

Freudenberg Sealing Technologies

Langres

Articles en caoutchouc

DG José Serrano

480

03 25 87 80 80

www.fst.com

3•

Forges de Courcelles (Sifcor)

Nogent

Sous-traitant automobile

DG Philippe Boujon

430

03 25 31 83 30

www.sifcor.fr

3•

GHM (Agora Technologies)

Sommevoire

Fonderie Chaudronnerie

Dir. usine Emmanuel Déhé

430*

03 25 55 43 21

www.ghm.fr


95

PALMARÈS DES ENTREPRISES

HAUTE-MARNE Rang(1) Société (Groupe)

Commune

Activité

Responsable

Effectif

Téléphone

Web

5•

Brousseval

Fonderie de fonte

Dir. site Romary Sertelet

400

03 25 56 74 74

www.f3tec.com

Fonderies Brousseval et Montreuil (SLF - Somborn Lang Ferry)

8•

Viant Médical (Viant, USA)

Chaumont

Matériel médical

Dir. Guillaume Henry

380

03 25 30 77 77

viantmedical.com

9•

Ferry Capitain (CIF de Bussy)

Vecqueville

Fonderie de fonte

PDG Marthe Prunier

349

03 25 94 04 24

www.ferry-capitain.eu

11 •

AHD (CIF)

Saint-Dizier

Fonderie d’acier

Pdt Jean-René Mouttet

330

03 25 56 75 00

www.ahd.fr

15 •

Yanmar Construction Equipment Europe (Yanmar, Japon)

Saint-Dizier

Equipements de chantier

Dir. usine Philippe Boisson

250

03 25 56 39 75

www.yanmarconstruction.fr

22

Plastic Omnium Auto extérieur

Langres

Equipementier automobile

Dir. usine Eric Mannessier

218

03 25 87 82 20

www.plasticomnium.com/fr

23

Saint-Gobain PAM Usine de Bayard (Saint-Gobain)

Bayard-sur-Marne

Canalisation en fonte

Dir. étab. Alex Hofbauer

190

03 25 55 24 00

www.pamline.fr

23

Sulo France (Sulo)

Langres

Plasturgie

DG Jean-Marie Vaissaire

190

03 25 84 28 69

www.sulo.com/fr

25 •

Etablissements Maurice Marle

Nogent

Prothèses médicales

Pdt CA Antonio Gil-Perez

180

03 25 31 85 79

www.marle.fr

27 •

Fonderie GHM (F3TEC)

Wassy

Fonderie

Dir. usine Christophe Iochum

175

03 25 56 73 73

www.f3tec.com/fr/fonderie-ghm

28 •

Magna Engineered Glass Europe (Magna, Canada)

Hûmes-Jorquenay

Injection plastique

DG Pascal Gervasoni

165

03 25 84 34 34

www.magna.com

29 •

Ferro France (Ferro, USA)

Saint-Dizier

Chimie

Gérant Emmanuel Marinho

158

03 25 07 33 33

www.ferro.com

30 •

3P (Produits Plastiques Performants)

Langres

Plasturgie

Dir. usine Franck Maheo

150

03 25 87 23 24

www.3pcorporate.com/fr

32 •

Forges de Froncles (ABC, Altenloh, Brinck & Co)

Froncles

Pièces techniques

DG Christophe Pinay

140

03 25 30 75 60

sffproducts.com

35

Sogefi Suspensions (Sogefi, Italie)

Fronville

Sous-traitant automobile

Dir. usine Olivier Martel

125

03 25 94 42 42

www.sogefigroup.com

36 •

Aesculap SAS - a B.Braun brand (B.Braun, Allemagne)

Chaumont

Prothèses médicales

Dir. usine Mickaël Denet

120

03 25 32 28 32

www.bbraun.com

39 •

Focast Saint-Dizier (Ogepar)

Saint-Dizier

Fonderie de fonte

DG Olivier Babilon

107

03 25 06 38 00

www.focastsaintdizier.com

40 •

CDE (Chaudronnerie de l’Est) (ALCE)

Saints-Geosmes

Chaudronnerie

PDG Franck Vignal

100

03 25 87 55 87

www.alce-cde.com

COMMERCE 17 •

Centre E. Leclerc Chaumondis

Chaumont

Hypermarché

Pdt Juan Morales-Diaz

240

03 25 03 48 57

www.e-leclerc.com

19

Cora Saint-Dizier

Bettancourt-la-Ferrée

Hypermarché

Dir. Luc Pugnière

226

03 25 06 55 00

www.cora.fr/saintdizier

20 •

Centre E. Leclerc Soladi

Saints-Geosmes

Hypermarché

Dir. magasin Vincent Lamontre

220

03 25 87 25 62

www.e-leclerc.com

SERVICES 5•

Adapah Haute-Marne

Chaumont

Aide à domicile

Dir. Carole Marquelet

400

03 25 03 51 28

www.adapah-52.fr

10

Derichebourg Propreté & Serv. Associés (Derichebourg Multiservices)

Saint-Dizier

Nettoyage

Resp. agence Dominique Provost

340

03 25 56 24 96

www.derichebourg.com

12 •

Imany

Saints-Geosmes

Transports & logistique

PDG Christophe Nardin

300

03 25 88 08 08

www.imany-logistique.fr

13 •

Association le Bois L’Abbesse

Saint-Dizier

Action médico-sociale

DG Philippe Bossois

280

03 25 96 04 00

www.bois-l-abbesse.fr

16 •

Corsi Fit (Groupement Flo)

Bettancourt-la-Ferrée

Transport de marchandises

DG Francois Corsi

245

03 25 06 07 93

www.corsi-fit.com

18 •

Cap2Call (Arvato)

Chaumont

Centre de relation client

Dir. site Nicolas Zilmia

230

03 25 30 08 70

30 •

STEF Transport Langres

Langres

Transports frigorifiques

Dir. filiale Arnaud Gauthier

150

03 25 87 47 12

www.stef.com

31

Adrexo (Hopps Group)

Bettancourt-la-Ferrée

Distribution d’imprimés

Resp. site Renaud Barbesant

145

03 25 05 68 67

www.adrexo.fr

33 •

CMC de Chaumont Le Bois (Elsan)

Chaumont

Centre médico chirurgical

DG Julien Coulon

135

03 25 30 34 34

www.lebois.groupe-elsan.com

34 •

Vingeanne Transports

Longeau-Percey

Transport routier

Pdt CA Jean-Claude Pla

130

03 25 88 20 40

www.vingeanne-transports.com

36

Thermes de Bourbonne-les-Bains (Valvital)

Bourbonne-les-Bains

Station thermale

Dir. Carole Recouvreur

120

03 25 90 07 20

www.valvital.fr

Rang : indique le classement de l’établissement sur l’ensemble des plus gros établissements du département, selon l’effectif. • indique qu’il s’agit du siège social *Effectif de l’établissement, sauf lorsque les effectifs sont suivis de *, il s’agit alors des effectifs totaux, ou de ceux de l’ensemble de la direction territoriale.


SÉMINAIRES

96

L

a crise sanitaire aura mis dans le coma artificiel le secteur de l’événementiel avec de nombreuses victimes parmi les traiteurs, organisateurs de réunions et séminaires. La nature ayant horreur du vide, ce sont les plateformes de visioconférences et autres webinaires qui ont prospéré. Mais gageons que l’envie de se réunir physiquement, de partager un moment convivial et de rencontre, survivra à cette année 2020 et, qu’un jour prochain, nous reprendrons nos bonnes habitudes. Les acteurs de l’événementiel sont tous impatients de ce retour à la normale. Cette année, notre rubrique séminaires est logiquement bien mince. On notera toutefois l’ouverture, bientôt, d’un nouvel espace avec la fin des travaux au Château Perrier devenu le musée d’Epernay. Les salons du rez-de-chaussée, magnifiquement restaurés, peuvent accueillir réunions et réceptions sur la prestigieuse avenue de Champagne. Pas très loin, à Vinay, l’hôtel de la Briqueterie dispose d’espaces spécialement conçus pour accueillir les événements. Dans l’Aisne, le site des champagnes Pannier, à Château-Thierry, est équipé pour les réunions de tout type. Près de Reims, le Golf de Gueux jouit d’un cadre exceptionnel, château, étang, verdure, pour des moments de travail en groupe loin du bureau. Enfin, à Charleville-Mézières, l’établissement du 75, avenue Forest, fait désormais référence dans le département pour la qualité de ses installations, que ce soit pour une réunion, un séminaire ou une réception.


SÉMINAIRES

97

GOLF DE REIMS

75 FOREST AVENUE

Toutes les mesures sanitaires sont adaptées dans nos locaux.

À proximité immédiate du centre historique de Charleville-Mézières, le 75 offre 4 salles de capacités et ambiances différentes, toutes climatisées et équipées. De 20 à 520 places : assemblée générale, séminaires, congrès, formations, présentations de produits... Des équipements techniques haut de gamme, son, éclairage et vidéo, accès wifi très haut débit fibre. Cocktail dinatoire, repas d’affaires, petits déjeuners, pour une solution complète et sur mesure. Parking privé.

08

Lieu d’exception au cœur de la Champagne, le Golf de Reims est une bulle de quiétude située à 12 kilomètres de l’autoroute et de la gare TGV, et seulement à quinze minutes du centre historique de Reims. Envie de changer de cadre pour vos formations, séminaires, journées d’étude, team building ? Nous serions ravis de vous accueillir dans notre salle de séminaire de 61 m2 avec vue sur le parcours du golf. Nous nous adapterons à vos projets en fonction de vos envies. Un espace modulable de 5 à 60 personnes, spacieux et du matériel de pointe (wifi, écran, vidéoprojecteur, paperboards...) seront à disposition pour vos réunions, assemblées générales ou encore lancement de produits... Toutes les mesures sanitaires sont respectées afin que vous puissiez vivre votre expérience en toute sécurité.

51

Rue Le Château des Dames de France 51390 Gueux contact@golfdereims.com - 03 26 05 46 10 www.golf-de-reims.com

75, rue Forest - 08000 Charleville-Mézières Tél. 03 24 55 00 00 contact@75fa.fr www.75forestavenue.com Nombre de salles

Nombre de places

Parking privé

Wifi

4

de 20 à 520

Oui

Très haut débit fibre

Nb salles

Nb de places

Wifi

Climatisation

Parking

Vidéoprojecteur

1

de 5 à 60 pers.

Oui

Non

Oui

Oui

CHAMPAGNE PANNIER

Située au cœur du vignoble de la Vallée de la Marne, la Maison Pannier abrite de magnifiques caves médiévales creusées dès le XIIe siècle. Dans la pénombre et la fraîcheur de ce labyrinthe souterrain, les cuvées acquièrent lentement leur pleine maturité. À côté de ce patrimoine historique unique en Champagne, vous découvrirez un remarquable complexe de séminaires et congrès, ainsi que des espaces de réception dans la plus pure tradition de l’art de vivre champenois. Nous assurons pour vous un véritable service « sur-mesure » et « clés en main » et organisons vos déjeuners, dîners et cocktails à la découverte des alliances mets & champagnes, mais aussi vos séminaires et réunions, journées de teambuilding, et tout autre évènement, selon vos demandes. NOUVEAU ! Un escape game au cœur des caves.

La Champagne aux portes de Paris !

02

23 rue Roger Catillon - 02400 Château-Thierry Tél. 03 23 69 51 30 - Fax 03 23 69 51 31 www.champagnepannier.com champagnepannier@champagnepannier.com Capacité

Salles de réunion

Wifi

Amphithéâtre

Salles de réception

Parking

Accessibilité

300

2

Oui

300 pers.

2

Oui

Oui


98

2000707358VD

SÉMINAIRES

GRAND EST

HOSTELLERIE LA BRIQUETERIE

Les séminaires et réunions de travail sont des moments d’exception auxquels nous attachons une attention toute particulière. Nous pouvons accueillir de 7 à 50 personnes dans un décor propice au rassemblement et au partage. Nos 3 salons équipés (paperboard, vidéo-projecteur, écran, wifi..) sont à la lumière du jour avec possibilité d’occultation... à vous de choisir l’ambiance. Vos déjeuners, dîners et pauses peuvent être pris dans un salon privatif ou dans notre restaurant gastronomique. Vos demandes feront l’objet d’une étude personnalisée, pour vous proposer un événement qui vous ressemble et adapté à votre budget.

Au cœur de la Champagne

51

4, route de Sézanne - 51530 VINAY - EPERNAY Tél. 03 26 59 99 99 - Fax 03 26 59 92 10 info@labriqueterie.fr - www.labriqueterie.fr Nb chambres

Classement

Wifi

Climatisation

Accueil 24h/24

Parking

Réunion

40

5*

Oui

Oui

Oui

Oui

50 pers.


0839-PQR Champ-Ard 3e couv Viti 197x285.indd 1

28/10/2020 14:44


4E COUV

Utile au Grand Est, ensemble ! 10 engagements

Pour vous accompagner dans cette période inédite. www.caisse-epargne.fr/grand-est-europe - Coût de connexion selon votre opérateur internet. CEGEE, Banque coopérative régie par les articles L.512-85 et suivants du Code Monétaire et Financier, Société Anonyme à directoire et conseil d’orientation et de surveillance au capital de 681.876.700 € - siège social à STRASBOURG (67100), 1, avenue du Rhin - 775 618 622 RCS STRASBOURG - immatriculée à l’ORIAS sous le n°07 004 738. Crédit photo : Gettyimages/Shutterstock

0839-PQR Champ-Ard 3e couv Viti 197x285.indd 1

28/10/2020 14:44

UNE



0839-PQR Champ-Ard rabat V° Bioe co 190x285.indd 1

28/10/2020 15:17